<%BANNER%>







PAGE 1

LEMATin le questionnaire de laC.de G. H., lequel, scmlde-t-il, A n'avait pis non pin-' sons lei yeui .iu moment ou il ii' nadressai! iM !• flexions. N. D. L. D. -" Par Gable • A Nouvelles Etrangres % %  Hos commaoieatioDs par voie terrestre Aprs les NMltM Port M Prince Port M Prinrcl'.ayes, nous voi l aujourd'hui en mesure de pntrer I. i u loin dans l'intrieur. i gran 1 Pool il' l'Artibonitiles communications vont •' %  tre i. M'Hinch M tissa de, ces eentrei l'une richetM surpre Dante. El, >i le-> lia*an\ s'accomplissent suivant IM prvisions, nous avons l'espoir de pouvoir communi quer avant longtemps tout aussi h l.irilement avec Jaemel. l'iir ailleurs loi .ns tlphoni qiifs et tlgraphiques ont subi de notables stnlioratioua. Depuis longtemps il tait impossi bledecommuni |uer avec .lr.mie de faon directe, on tait oblig de passer par afiragoane. A la laveur dig transformations apportes au rseau, une conversa lion d'ici avec un ami au Chef lieu lu Dpartement de la Grandi: Anse eit devinii'! uu charme. forage tle prochains eardiSuijijestiotts de la commitsioo des expert* la coininiSSIOIl des rpirallOni du Pape muse d naui l'AKlS— Les archevques amri Mgr Hves et Mgr viueudelin L'Exposition eomiiiunale aura lieu L'Administration communale se propose de donner la Fte du Tra Miil qui M clbrera le 1er Mai pro rliiiin tout l'clat voulu. C'est ainsi que des dispositions ont t dj prises en vue d'une Ex position a laquelle prendront part nos agriculteurs et industries en g nrral. Des crdits ont t vots jcet eftet par le COBMI C unmunal, et comme prcdemment, le Dpartement de 1 Intrieur au nom du Gouvernement y contribuera galement dins une mesure apprciable. Nous nous rjouissons l'avance car, ce sera une fois de plus l'occasion qui s'offrira pour tous du voir combien de talents demeurent insoup confis par manque de moyens de se populariser. Nominations Les nominations suivantes ont t faites : Au Dpartement de l'Intrieur Me Clment Avin prcdemment em1 >loy rdacteur au Dpartement de 'Instruction Publique passe au Dpartement de I Intrieur comme employ suprieur au Service dea passe ports. Au Dpartement de l'Instruction Publique • >iit t noriuii's Mr Kmma miel Cou-lard, comptable-payeur, Mr Georges Coby, i nupatable-adjoint. Mr Marcel Klie, employ rdacteur Mr Turenne \*in, employ dactylographe. i'arisiaua JEUDI venant des Etats I DI ont Invers hier Paris sa lendant Home o ils doivent asetaler KM Consistoire qui leur remettra Je i nspeau cardinalice lanilestatioo rtrans belqes BRUXELLES— Les vtnns belges de la guerre ont organis des manifestations contre la vie chre ; ces manifestants se sont rendus che/. les principaux commerants de la ville pour les induire diminuer les prix des articles d'alimentation sur le march de St Gilles pris de Bruxelles, il} ont obtenu des rduc lions sur ces produits allant jusqu' 20 et 25 pour cent ; les vlraus se proposent d'tablir des patrouilles tout au long de la frontire pour em pcher l'exportation des produits alimentaires en Hollande ou en Aile magne. Mort du Gnral Pflie PARIS 17 — Le gnral Pelle, ex haut commissaire franais Cunslan tinople et ex chef de la mission mi llitaire en Tchcoslovaquie, est dc |de hier ; il venait de recevoir la grand croix de la lgion d'honneur. Au Mexique MEXICO— Des rfugis civils ve nant de Minatitilan disent que pen dant le bombardement de cette ville par les canonnires rebelles un ma rin .lu croiseur anglais "Cornwall" aurait t tu. Les troupes fdrales occupent la ville aprs avoir repous se trjis attaques des rvolutionnai res. Amour et Diplomatie LONDRES— Melle .Nadjeda Stan cioff, secrtaire de la lgation bulga re Washington a renonc ses lonction3 et abandonn la carrire diplomatique de sa patrie pour se marier avec sir Alexander Muir de la noblesse britannique.Cette renon cia'ion lui est impose par les lois organiques du service diplomatique bulgare qui ouvre toutes les portes politiques aux femmes, mais la condition de ne pas se marier avec des trangers. Nadjeda Stancioff a le dessein de se faite lire dput au parlement anglais lorsqu'elle sera devenue sujet britannique par son mariage. '' ' %  -* %  PARIS— La commission des ex perts prside par le gnral Daues a dcid de conseil er la connus sion des rparations l'abandon du contrle franco belge sur les mines. les industriels et les chemins d>. fer de la H'ilir et de Rhnanie Celle me sure srail prise dans le hut de pie mettre r.-tlletm^ue de faire I aux paiements pour rparations. On ne prvoit DM dan celle communi cation le reliait des troupes d occupa tion. Dans son rapport la commis sion admet que ]* peup'e allemand doit supporler autant d'impt que n'importe lequel des pays aliis et qu'il doilcimmencer immdiatement le paiement des rparations jusqu'au maximum de sa capacit. Incarcration d'un pacifiste allemand BEHLIN— Le professeur ,>uide, lea 1er pacifiste allemand, a t arr t pour avoir crit une |lettre au g nral Von Seeckarl, commandant en cbet de la Keicliswehr dans laquelle il protestait contre l'instruction mili taire donne la jeunesse allemande sous le contrle de cette organisa tion militaire. Nouvelles diverses PAU1S— Le snat a ratifi le Irai t donnant la Bessarabie la Rou manie ; il a galement vot par 163 voix contre 11l abolition du mono ple de l'Etat pour la fabrication des allumettes, cette dernire mesure avait fait l'objet d'une question de confiance du gouvernement malgr les recommand liions contraires de U commission des linances. NEW YORK— Dans son rapport le gnral Dawes conseille un e n pi unt allemand de 300 millions de dollars. TURIN— L'ne explo-ion qui n'est produite dans une fabrique d'allu mettes a provoqu son croulement, plusieuis ouvriers sont rests ense velis sous les dcombres. MADRID— On annouc.: que l'Ks pagne pren Ira part aux jeux olym piques en France et qu'une somne de l-'iU.UOO pesetas a t vola cet ell.d I -'Il'ME— Victor Emmanuel a fait une entre triomphale dans Fium • aux acclamations de la population. LES COURS PARIS —Dollar 19.7! Livre 84.45 Un sans fil de Londres informe que le correspondant du Daily El press apprend que l'tat de s m es inquitudes. Le So iverain Pontife soutlie de l'arl riosclerose. Mariage Hier, daoi le salons des poux 11,,,-ii,rlaapil, a eu lieu le mariage civil de leur nice Carmen Haspil avec Monsieur Franois Lespinasse. L M tmoins de l'pouse taient : Jules Dvieux, Horace Milfort, Geor ges Cousolat et Georges Jacob ; ceux de l'poux taient : Juge Annacius Champagne, Juge Ols Lger, Doc Les mm mms PAR U 2e chapitre: (alv.iire (l'un innocent En i Balcon i g ur le Comment on devient Itr meuP' et comment on perfectionne ses gots Oand on a fum une oijarette sortie da la b'ahrique de l\nit;iU>on C %  n i 1batul. on devient fumeur BI on ne l'tait pan avant, ou l'on renie tout autre tabac pour adopter oelui : j)e la Grande lantilarture Haitienne. S. G. Mgr Canaa i,,matin, six heures'd quart, la n ...... ,i • dite i u Si Grandi or Monseigneur Julien Coaa-o, Aivhev 3 ne de Port au Prince, en l'honneur es ouvriers. La Baeiliqua Noire tane offrait un coup d'oil macoutuin : une foule d'hommes occupaient i> • se pressaient aux aborJs d s aul Au cours de la me se les notes, tan lot plaintives, tantt graves des grandes orgues l'ajOOtliaul a la mi j'it le la crmonie. Si (iran leur s'adressant la fju'e recueillie, lit l'loge des ouvriers qui sont ranges dans la alawe la pus 'ev e. "Ils doivent se jdorili r li voir pour pitiouls plus m >d sle de tous les bo n ns mais aussi qui a re; du ciel ai griefS et les dons qu'aucun I IBM u'a ici us. u m I le Messie a t promis l'iiuinio v. ou i ml qu'il devait sor tir d'un famille roj le ou d'un i des famillea • aobl s IQ point de VIM ,i mi bestea, mais Dii u daoa sa ll/U |,. ,, lest i v lil %  • %  %  WUh deste c lui p nliei la mi sion noble et .siinte d'tre le mrriciei iM |*enfanl h sus Ce sont les ouvriers qui Cooatilaant la base de la socit ; par leur tra vail ilsconlnbuent laprosprit • des aations : Charpentier, miouii M s, maons, tailleurs Je pierres, cordel liera, ewdonnlM, Uilleart, typographes, IJUS oueoureut a U paix. Ce soat tux les ouvriers qui, sans faire de clarations, sont les vrais patriotes. .Notons i] !•• la classe ouvrire a t i fUcieUemsat raprseule par le bu j'auetle ejnanl d'Administration de l'Association nationaliste des on vriers et silarin hatiens dont vl^r l'\rch'iv j'ie esl U me mire protec teur. Kq Il M pl'IV." d'ea i de ii A h suit". <{ %  li eaptatim so irel le • l>i l'ini en vin d' une h ir Pense nbl du service de distri b uion des eiuxi les habitants de ce petit coin da r^pos fureit desservis par ni toyeaa 'te t|ooiee. Inutile ddire q i i le ilfqil tiil ins-jf.isait p> ir cet a populeuse rgio i. Pour c note d| mi' ieur, voil q ie t ut | M) eel Sle u lot fait tt le ment, I I Hit et nuLr les demu c'i H i • itea par les i ri iresi ia 11 n • • t i i m le ir i t d 100 I J s > i % %  i r >')• |u • la 8 i iea 11 y d i ili 11 na H 1 i lit ignat p dli I I nislra da Franc, lia ns en teur I. . Jcanty tt d'Ennery Djoie. La Bndiction Nuptiale sera don ne demain matin, en la Basiliiue Noire Dame, l'heureux couple.Par raio et marraine: Me Ed.Lespinasse et Mme Annacius Champagne. Compli ments et meilleurs souhaits C hampionnat de Tennis d'Haili Pour ia Coupe Peter Dawon Dimanche, 1' courant au Parc Le conte a commenc la lutte|pour la coupe en argent olTert-j par;vics3rs Peter DaWSOO Ltd. distillcrs|du fameux Scotch WhisLy P. D., dont le reprsentant en Haiti est Mr W. Quiulin Williams. Selon le tirage, le Club Amricain el le Tennis Club de Parc Leconte taient les premiers h jouer. A iJ.rj pm prcises la lutte commena. Mr Barnes, du Club Amricain est oppo f Mr Coutard, du Tennis Club, et aprs avoir brillamment dfendu l'honneur de son Club contre le Champion du Club Amricain, Mr Coutard succomba. En deuxime lieu Mr Devaux, du Club Amricain, est oppos Mr Bruno.du Tennis Club..Au commen cernent de la partie Mr Devaux tait oblig de dployer toutes ses sciences de Tennis pour vaincre son adversaire. En 3ime lieu Col Noa et Dr NValsh (Club Amricain j sont opposs Coutard et Cardo/.o { Tennis Club ). La parlie au commencement tait en f aveur de ces derniers, mais les reprsentants du Club Amricain rem Le nouveau Tribunal (le paix portrent linalement c. i ; %  Session criminelle Le Doyen du Tribunal criminel de Port au Prince, en rponse aux demandes nombreuses le dispenses qu'il a reues, rappelle aux jurs ap partenant a la liste de la sesion qu'ils doivent m inlmctrmtnt se trou ver au sige du tribunal criminel le lundi ii du courant dix heures du matin sous les peiues enourir en cas d'abstention. Les observations et les demandes de dispenses ne seront reues ce •jour l qu'au moment de l'appel g nral des jurs. Palais de Justice, ce 19 marsl*2i. Publication reue Nous avons reu le dernier numro desu Annales de Mdecine Haitienne lequel contient des matires latral sants et dont nous recommandons la lecture. Nous remercions pour ce gracieux envoi. Conlreneus pronliylacliquf'g Demain ."> heures de l'aprs, au si ^e de l'Inspection scolaire, une confrence sera faite aux Institutrices par le Docteur Coicou. se tiendra Laine C'est la maison de Mr Mercier M Lalue, qui a t choisie par le D parlement de la Justice pour servir de local au Tribunal de paix, sec tion Est. Selon nos informations il sera ain si compos : Mr Justin Bois, juge ti tulaire;Mr llermann Lucien,1er juge supplant et Edmond Mathieu, 2me juge supplant. L'installation de ce nouveau tribu nal aura lieu le premier Avril. Seertairie d'Stat de l'Intrieur \ Corarainique Le Dpartement de l'Intrieur informe les intresssqu'aucun caution nement ne sera exig de Pmigrant qui part ses propres Jfrais, ainsi qu'il rsultejdes termes de la Loi. Port au Prince, le I i mars 1914. a victoire. En timelieu, Mrs W. 11. Williams et Deveaux sont opposs Mrs Jean Jacques et Uruno, ( Tennis Club). Les premiers lirent des manœuvres trop fortes pour les adversaires, qui nanmoins dfendirent leur Club avec tact et ardeur. L'arbitre Me Gaorges Lger s'est montr impeccable dans son rle et a mrit l'apprciation de tout h monde. Le Taanis Club du Parc Leconte quoique ayant subi la dfaite de 4 points contre U a dpass les esp tauces des spectateurs, tout en consi drant qu'il tait oppos des vt rans de Tennis en Haiti. L'assistance compose de la plu part da l'lite Port au Princi-nne, tait trs impartiale et les applaudis semeuts taient d jnns 1 gard des 2 cts, lorsque les joueurs les rari taient. Voici les rsultats : Singles la Espana En (ace.de la^Poste Grand lue Ro 1723 Grande Liquldatioo de Chapeaux La mainon a ^dcid ,dJmeUre"n vente aJurant ee pr sent mois de Mars f 230 elianeaux de paille lino pour h oui mes en taisant an rabais considrable sur le prix. J De Or 2,50 ils sont vendus actuellement raison de r l.2o.' Ce saeriltce n'est consenti que^paree que cet article u; rentre pas dans les rayons de 'a laison.. m pis faute, r nous, d'v ra n urgent ranea invita tons lea % 03 i se prsenter s,uis ,1^1 ij ,i |,i (Jgatioa pour se faire inscrira sui lea ableaux de recense ment de la clas^.de J102 Port au Priiia le It .Mari 1994 Golomhian Steamship Company Inc, Le steamer Baraeou venant directe ment de IStnv York, en attendu tort au Prince te 21 Mars courant. Il repar tira le nrme jour pour Petit Gfove, Miragone, Cayes, Jacmvl,Kingston Ja. et les ports de la Colombie, prenant fret $• passagers. Por au Prince, le 1S Mars 1924 GEBAIl et Uo, ,,„„,.,



PAGE 1

Barnes (Am Ciub) contre Oulant Tennis Club) 5—3 o— I Le Cli'l) Amricain marine donc une victoireDevaux ^Am. Club contre Bruno len. Club J ;—o Club Amer. ain inique une victfliri DOUBLES Colonel N(M cl Dr Wal h \m Club) contre Coutard etCardozofi'en Club; 2-6 1,-0 t;-L Club Am'rie*in marque une virloiro Williams ti Devaui ( \m Club) COU tre Bruno et Jean Jacques (TenClub) B—0 m -. %  %  %  HOTII Linie LB Steamer c WALDTRAUT 1I0RN. venant de ILniiboiirg via Kingston. Jacmel.esl attendu! Port-au-Frince le '2r\ crtIl repartira !e mme jour pour St Marr.Puerto-Plata et l'Europe, prenant frl et passagers.; Pour plu amples renseig ement prire de bien vouloir s'adresser OLOM SON, LUCAS & Co. Agents Gnraux. 1UA2LS, r i .m PAS n LUES VLDA sont IndlBpensable lENFANT^iH rl r tle, 9le M VIEILLARD qui rt f^t* ''• lui GRANDES PERSONNES qui te nuicti i \rm fc-myitMU pour PRESERVER LE0B3 ORGANES RESPIRATOIRES ou pour SOIGNER lis filii.mes, Maux de Gorge, ... Bronchites Grippe, .enzfl, Asthme, '.ysme, eu-., etc. %  UULFIVTftVMIIIMI •io r.'-: J; lyv.T que PASTILLES • ;, %  %  •; VERITABLE II .mm %  %  %  *—-—. Avis lcpissr adirs Le rcpiss de lu Commission Bambour, No 1870, faveur .V Au gusle al le rcpiss de la Commis nou DHUpliin No ''OU. laveur du me me sont dires. Je lea dclare nuls, dup!i:ata devant tre drette. l'ort au Prince le 15 Mirs l9ii Louis Auguste GllL'.-AL'ME, avocat Le* rcpisss de la Commission Sambour, No 6ii. faveur C. Cilles No 1033, l'avtur du mme, No 983 laveur Vaudr Hiluire font adirs. — Je les dclare nuls duplicata devant l' T6 (ire*s** (Sign) Louis Aug. ClILLAUME avocat. D J R THEBIUD Glrirar jien -I >entiate DM Familles de Montr! de New York et de Boston Angle db Bue llestouelte t du Magasin de l'Etat. Consultariens de G heures du malin ag heures du ou. %  %  LL|MAlli> Avis Pendant mon al i Madca iselle V. Paret et Moaeieui Elias Augustin sont charges de la DirtCUOB c toutfs mes an i J^Un |.eut s'adresser a l | '" lee locations diverses I entreprise gnrale de Pompes Funbres. lia signeront coojointenv ni ou s ; parment IV m S. Parti • PortauPiiin-e, le 17 Mars l2i S. PAHEI r %  —' Levons d'anglais Mr Berne! 8tio< seur d'Anglais au Collge Loavciiure durant une priode de 17 ans, a l'honneur d'offrir ses service* au Public pour des leone d'anglaa. Sa me liode d'enseigner l'anglais a eu ion plein auecee parle rail d' voir loi m de nombreux lvi %  qui sont mailres de la langue. 11 se liant en face de la West Imiies Hue du Centre ancienne maison l.orquel de 8 heures midi et de il h.fcS h. p*m. B. BTLNES m* contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES ds DELORT, Pharmacien, ne, J7u Smint-Aniotn* A LU MHS U M UNE New-OrleansetSoalQ imeriean kteampship Go ine. Prochain* dpart* direc s pour PORT AU PllMCF. HaM le teamer DE* 1ai**era \en OrM an le 15 crurant direct* meni pour Port au Prince 4 pirtirde cette dernire, date, U j/ ura une occasion chaque t5 four pour lexvort* tu vants : Carth Porto Colomlia,Curu*o. Porto CabeilO, La Guuyra, Pointe P>tre 9 b o rtde brance, Britgetoum, liarbados, Pori o/ Spam, Tfinidad. Ueorgetown. Port an Prince, le 7 Mars 1924 . de Malleis & Co Mj'iits gnraux C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-ATJ-PRINOB Ale.PETBU8, Pi'irmwt ALBFRTUII 1-BCI lu D' JUilln VIARI 01 loufM J Sonna Phrn.*,<•!•• • Le soussign mandataire des hri iers Philole Midi dclare au pu blic adir le certificat d'ordonnance de la Commission Samlnur au No 'it\ s'levant la somme de trois cent cinquante gourdes ;il le dclare nul duplicata dcvi.nl lu: en tre dl ( % r Poil au Prince le I Mars Iii24. V. VOLIKHE Henry Slark Rue du Quai, en f ici de la Gare Vient de recevoir : Fanaux IMickls pour buggy.ainsiquedes laui pes exlra pour ces fanaux.' : Autornbile Sto&etak Bij 6 Les rcpisss, ordonnancs ci prs dsigns tant adirs, sout de ... i i clars nuls duplicata devant en tre ffitteWoBIhwrGeorgae Sil||j(U| SllOB POilSll l'ouilh, commission Sambour. fc^T JL1. VRV 2o Brpios No 502 faveur Hri liers ullus Rousseau, Commission Dauphin. :jo Rcpiss No 137 faveur Eugne Pouiih commission Siimbour. 4o l'Ordonnance No 10 faveur T. HonoraiDpartement Inslrucliin Publique. 5o l'Ordonnance Pfo i i faveur T. Honorai Dpt. Instruction Publique. fto POrdonoence No 148 tavenr II. N.l'rophle, Intrieur, i.oininission Vrilication. l^e soussign mandataire dee inl resss, est autoriss prendre commu mention de tout acte de cession qui aurait t sign relativement ces ropiaaei et ordonnances. Port auPrinee.le i:t Mars 1914 Victor M. COU I \vocat Company Inc. Newiork Si NOUS voulez protger la peau le ?oi chauwwirei. Si vous voulez, avoir un brillant luisant et durable. si vous voulez la couleur et la sonples&e de ces rli.iusures pendant longtemps employ! la marque lonogram. Fabrique spcialement pour les dames et les eau des cliaussure^ contre riiuinidit et la chaleur. Demandez la marque HODOjrain c'est la meilleu dboutes les marques. Ger 41SEME Affeni ponr Hat. Sept passagers eu parfait tat peine quelques mois de service^ est vendre un prix exceptionnel. Toute oilre raisonnable sera accepte. S'adresser a L, PREETZMtNN-AGGEHliOLM GnGril ayent Bue du QuaiPort au Prince Rhum Barb 110, Rue des Csars Tlphone : 0



PAGE 1

1 t f,A I I. |M | Ml JUB Stjs!? %  SB %  w "^ns-' leJtl physiologique le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin Eponge et nettoie l'intestin, Evite l'Appendicite et l'Entrite, Supprime les Hmorrodes, Empche l'excs d'embonpoint. Rgularise l'harmonie des iormes Constipation Entrite Vertige* Hmorrodes Dyspepsie Migraines gUMM Chtelain. ? f encuoo. Paru. i'* pl>"'. Li mr laurnit l'.jir-agir, tu algui minni qui intrt danj la composition du JU80L • Si nu ini-irM mttiH pu. n av.lant rl'.iqin % r tiurlqurs r >mprimrs 14 !• %  bol. r.ndr. I' partir par 1 aB>i> Si • lirs ri (1rs la. icil ri ta soupleu., a'tis avaient tu S leur Ml r< lu fljlr rompieraii-r'.le son actif i m hr. I inmaniie ent denomLf moins ilr sourtrnnrc B*t>toi*. d la Fac de Mai) un Mumpeliir — Hiiiop.noroai — niBOi.rromr: m porilotri urf. ra'manit. d/rongrilO.IIldi:.! JUB0U7AN : PMM dr evnfc lu lu I "• r,frrie .2E., UXTR.UTS BILIAIRES j du d^c-ur VI "•;" B' llr :rr,i ,i I IX IIOM du 'OU luge faillanl Consignataire pour Hiiti "flre^towe PNEUS TUBES I ACCESSOIRES Les premiers automobiliste du monde se serrent des' Poeus & Tubes FIKESTOM la / iretone 'Lire $• liubber ompiny. 1 ai mi toutes les antres labriques de l'neos ftTube*! reprsentes en Huit, est lu premire mii a permis) au public de proliler de lu baisse du Caoutchouc. Vous avei nue relle garantie en employant le pneu "Pirestone Cords"nour votre automobile surtout quand vous lu lui."s circuler sur des routes (jRssaotea et rocailleuses. One lois votre auto munie de FirestODe. vous ne devez rien craindre.tout danucr est limin. Toutes commandes directes pour lu fabrique sont Un Microbe dangereux Le StreptococuH • Virdiams* eni hmolilique, c'il--dire, qu'il fait saigner les gencives Les recherche scientifiques entreprises pendant ces (toron l es annes p n .; les outres mdicaux des hlals-L'nis ont conduit des dcouver es toi t intr< -s n i'6 qui doivent tourner au profit de l'Ii mande souffrante. Il a t prouv que le Btreploe rus Vl driaDMi ie microbe umolil que r< iun;e on l'appelle, se loge dtnt les ncines dis dents, de< amygdales, du lube Intestinal, etc. Pc ce? divers pointa il renvoie :-.s toxines aux autresorgaoes par la voie ilu sang. Celui ci les absorba d'abord, puis 1rs refoule aux centres nerveux et crbraux eu produisant comme logiquement il foui le supposer, dfs Intoxications gnrales qui SO traduisent par certain trouble mental. Ces lignes qui (recdent s'adressent ceux l qui ne brossent pas leurs dents dans la CfMBta d'en t'aire saigner les gen cives. Une gencive qui saigne o-.[ une gencive malade. Le dentiste et I exami s baclro* logique diront la cause ds ce saignement. Peut tre lamlia-t-il en altiibuer la < au Stre| tococus .' L'bygioe de la bouebs observe journellement par l'usage de l'hlixir Dentaire AN l l'Vo du | Watle tri d sprs le Dr YV I.I.Nbs, une mesure f a. ut; inpour vit-r la peore alv. Uaiie et la toxicit du Sir [ilui m u>. A ces Soins il faudra ajouter ie brossas des dents avec la Crme dentifrice ASTI PY O du Dr Wait-, dont le pouvoir antiseptique est une garantie pour la conservation des dents. fabricants • he Antidolor MF G, Spnngville N-Y. ER1E CD USA Demandez les ''chantillons et les priv-courants. Xous avons besoin d'Agents actifs en Elaiti. CvGvs CMuvjnosu, cisiLiTii i" ',',< •— ^ v- ••# -_.-' SIROP t DESCHiENS l'Hmoglobine %  r'-**.-rlt jjr l'4!lfa n-idlcal*. -*tJ,ius dai- Jaa Upltmnx d Parid.y. r.u<:a M Piia.'co^. acceptes Ides conditions trs avatageuses pur l ^ lM,l: m^.' L. Preelznaun^njerlioim, Hue ilu Quai Tlcplume': 254 Tcvjwir en Plvfc toutes les di ensio ts di l*imis & Tubes Vous en trouv %  %  nutl chx J. H. Woolleju Oppcits Bazar MtropoU'ai^ Phuimaci* VV. BIICH Prfp re% vos liqueurs aiee les Lts>ea e s v< ur Liqueurs ; At.irettes, dente de Cneao 9 Chorlreuse y Curaao % Gin. i Tciphoiie: 587 L'Etablissement prend des pensionnaires la quin•n' pour le djeuner ft I*' dner, ou pour l'un ou Pautre sparmeni ou pour pension complte, l'entendre avec i.i direction p-mr les conditions. (irande salle pour banquet Cuisine Franaise



PAGE 1

k DIRECTEUR PROPKldETAlhi iSU-RlMEi H Clment Magbire BOIS VERNA 1358 Rue Amricaine NUMERO ^QeEMlMEh PILE COPY %  Mmorial Librarj -..OS l 1924 Donner est un plaisir II dont, i ut si encore M rtoltai) (W ,i reconnaiteance cela nritslait le DO di bonheur partait. 8 ais il n'v i paa et bonheur parlait, i'ingretifuile csi un ionliv|ioiils. Quotidim 1ELBPU0NE No 242 17me ANNE N 510 POHkV\l>PRlXCE (HATI) MERCREDI 19 MARS iu:4 Rapport de la Dlgation d'Hati la im Confrence Pan-Amricaiaa Du rapport de la Dlgation a Hati lu 5me confrence inter natumaU amricaine a \resn ira Vraident de la Rpublique ei „a tonieil des Scrtait es iEtal a l" date du 21 Janvier 1924 et paru au No. du Moniteur du lundi 1/ du courant, nom extrayons tet passaget suivants : Partie d-; Port-au-Prince le 1er Mars (tlffy la Dlgation arriva a Valparmso, le 1. du mme mois h. p.m. Elle futsalu bord par des olliciers et t'onctionnaires dlgus par l'intendant de la province de Valparaiso qui la Dlgation rendit visite dans l'aprs-midi du m -;u o ir • e lendemain 20 M ira, la Dlgatioa partit .xnir Santiago, tige de la Conlrence. Salue a l'arrivs du train pu* h Chef du Protocole, la dtega lion lut reue par le Secrtaire Gnral de la Confrence, Don Manuel Hivas Vicuna, et le MJ par le Ministre des Affaires ElraaK^res, Don Luis 1/ pnerdo Dans ces d 'ux visites la Dlgation ta I accompagne du Consul il nr.l iltiaiti Dr \ Hjlor C. Giaiiilu, adjoint la d'attach. Dlgitiju en quiln Li conlrence lut solennellement ouverte le 25 Mars d.JU p. ni. au palais du Congrf par Son Excellence le Prsident de la liepublique di Chili, Dou Arlliuro Aiesaandri. Assistaient cette sance le Corps Diplomatique et les principales notabilits du Pays. Cette grandiose crmonie se termina au t'alais .National, rsidence actuelle ue ir le Prsident de ta Rpublique, par une brillante rception au cours de laquelle les membres des diverses Dlgations lurent prsents au Chei du Gouvernement assist de ses Ministres. Le lendemain 2 Mari 10 lirs a. m-, sur l invitation de la Dlgation du Chili, li s Prsidents des diffrentes Dlgations tinrent une runion prparatoire dans la salle des sessions du Snat alin de rgler l'ordre de la session inaugU* reie fixe le mme jour o" heures p. m. i_eite session inaugurale fut ouverte sous la prsidence provisoire de Son ExeMr le Ministre des Affaire Etrangres du Chili qui souhaita la bienvenue aux Dlgus; puis Sun Excellence Mr M .; t ) %  i, Prsident de la Dlgation de In Rpublique Argi ntine lui rpon lit m passa ensuite l'lection du Prsident de la Confrence. Sur la recommandation de Don J. Antonio Buero, dlgu de IUin-u iy, appuy par MM. Henry Pletcher, Prsi lenl de la Dlgation d M Etats-Unis, A. dfl \l-llo Franco, dlgu du Brsil,Maxim Solo 11 1, dli gui du < I ai' tnala et Arthur Racneau.dlgu d'Hati, le Prsident de la Dlgation du Chili Don Agustin Edwards fut lu Prsident dfinitif de la Conlrence. Aprs avoir remerci l'Assemble I • sou vote le Prsi lent entretint les Dlgus des travaux de la Confrence. Il lut dcid de no mu T 8 Commissions qui se partageraisnt 1 tude des divers pom s du programme. ... Alin de permettre la dlgation d'Hati de suivre le travail de la Conlrence, son chef envoya le Secrtaire aux Commissions du Commera, J Agriculture.d'Education et des Communications, se rservant i s travaux des Com muaicationsPolitiquesJuridiqueSi des Armemsnls et d'Hygine, assist a ces dernire* Dar le Consul Gnral d liait;,Dr (inneili. D'ailleurs plusieurs de ces Commissions tenant leurs sances aux mmes heures.il a t difficile aux niemhres de la Dlgation de suivre avec une relle continuit les travaux de chacune d' Iles. .. Au cours des sances des Commissions, la Dlgati m prit une part active aux changes >l idas que ncesi irent les dtscm sions des projets de conventions mesurer l'œuvre de la Confrence car grce au sin jfe dsir 'le co lahoration qui n'a pas c -se d' nimer tous les il jua ils on fait avancer de pus d'une tape dans la voie de la solution dfini tive, plusieurs des importants pro blmes soumis leurs dlibra' lions. .. Evidemment, Messi urs, nul D'I taii en droit de se figurer dcemment que la ponfren i %  s l :ii go du Chili aurait pu tourn r un solution concrte chacun d [> tinta de sou programm h pi mpi u que l'on consi 1re le Dombre des questions i nvisa ni a, leur com, lexi I ur amplitude et surtout la dlicatesse sxtrm • |u ques un d'e lire elll S I '.-' pendint, de les avu ir es tmines avec attention el cotoscien %  • %  constitue un app ut considrable la m irche de 1 1 sprit humain. C'est la une gloire dont \ 5e < •onfrence peut s 'enorgueillir lon droit. ...Les rsultats des travaux de la Conlrence ont t condenss i dans d s Conventions sou me Ire a la ra location des Puis san:es, soit dans des Rsolutions o l'activit des Gouvernements ou de certains organismes, tels que la Haute Commission lutersmric lii e ei eComit de I Union Pan-Amricaine, esj sollicite vers la solntio i de certains grands pro b aies intressant les peuples de f Amrique ... En lsum la Bma Confrence Pao-Am icame a effective* meut ouvert ses travaux le -o Mars l'j2'l et les a clturs le .1 iiai 1921 au soir. En dehors des iAanoei des commissions elle a fourni seize sesi>ni plnires, vol quatre conventionscin piaule huit rsolution* ou ta iti C'est ave; p ut qu'en te:\n'deraBolutioiis ou des rapports sur nuit sou rapport, CD dlation les objets spciaux que plusieurs il igu !S BUT -ni a s nui jure a leur apprciation. Sur tous e, s points on n'ai riva pas, il est vrai, des accords uni* min is perm ttanl aux C immissions iutre 11 soumetli l'Ass mble plnire dts textes dfinitifs ; mais ces changea de vues n'en revtirent pas moins un haut intrt. ... Ce n'est ni au i Conventions signes ni celui des rsolutions votes que l'on doit goale I s m upi s •! li mi s, ii p iihie ainsi qu i le eh deur -ux a eu il dont elle a ti l'obj pan tant du Gouterne u d C ii1 • 11 et de s is fonction : ires |u de la pari le la Soti -i Ihil ... La 1 1 >lg itioi II o u le qui a lait toul se qui i dp indu Celle pour (pie sa mi isian s >it pc hle au pays, saisitl'occasi >n qui lui est ohVrte pour vous pi M : %  le i i lent, MM es decru laluia lions les plus distUgues %  Aulour du Questionnaire DE LA Chambre de Commerce re li .1*4 iriti n M Co non in a II il* tien, el s'esl a ic in uA la maie • tu i vii-ii i travail d'ensemble n' i\.inl t %  niri'i'i!p ir SOOS en prserver des d%ireuM coiisqu incee, le mal 'el i %  • vaol 191 >. tr iliC.1. il.'incni,— m ilnth i.li [uemeol — le min as ires li litien M m lin tenait, <| idf que l'i'ii set -iaadei maiMm 'i P .r u M ne il -ans qu u sa demeurai d %  i, ie is. i MM iv. e is II c'tait 1 1 faillite d'un ou de deux oommeri ants haili ii>. >t non du Cornai b lit :. Cei u s. 1rs cause q li pr< duisent le IM ilaiae aclu i s ml nombn un i mne i riooi p M loin de pat %  %  m-, par votre joatn. ii. tant l'allure ptusoa n>oiae dogu.ah \\n'. qu'elle prsente. Kl si v.i qu'elle* soient, il en est une qui n'chappe k pi rsonae; c'est qu-! le Gommer i hatien tend, de plu en pins, h ditparatlre de| uie pri dix im-, el que I lmenl h iltii u qu autrefois, n'avait que le Levantin i i ir co cuiront, se troui • aujour ii nui en tacs d'un autre bien plu i tsiRICAIN. On serait bien en droil ds nou iir U'' KI lopbobe, .-i nous mel i %  111. la charge des itrang rs qu Irai u' uni rli. '/.-non-, suii daiiI n n aoil dam l Induatria i > muih m i u-o lilualioo conomique qi:e nous travei nai C i snaal i ii || m. i ni qr. I imprvoyance dei pouvoin public • •ur ii permit le rduire dans un • I d.i.proportion Isa reveaus d • I ti il depuii que, n \ lyanl aucun BOMibilili de ri lamalii us diploma tiques, cas >'ti u i sbsorbanl notre Commeroc et notre Industrie se naluraliseol hiutiens, so BOUS ai i. m amIUI imiinis prta pour leurs profession ; Dam la iph %  di l'activit indus 'ri'II'-, noue atoni vu lo ehinoii ^'emparer de \n bien biuerie, toui n einplnN.i..t de DombreUMS Imi liennes. MU lu terrain lui est ner gqu imenl ILM-UI %  • p.ul.i l'arisienn • et la u ancb isefie rariaoti deux ta tabl ita hatiens. Italien! onl instruire d s h iil linge dans 11 Grand*Ru • pour \ des grandes cord io oeiie qu'un Krneal Canaille, ui Mirabeau, on Martel v m manquant de rivaliser il li^anees et de sol %  UI dSBS leurs conl'ec1 *i I nin IIIQI ni le, apparien nt a un i ] inaei. n i pas empMr 11 ir ''< %  iindea, noire e unie, d'tre le plus -rand fournir de cuiri du pays, Enfin, >'il fallail comidrer In intl d'un r loo i id, Propril lira 4U '•!' I"'"' pl'cllOS %  atiil iiaenl i p il'un, p u reine'il l voire A la vrit) fai a t nonti r i l'orini:.'<; du fil duquel BOUS ble un peu i s le Iftld %  mille au* UM < m ent ivoii pour il*1 qie 'i i la FAII.I.IO . Maiu on prcie, dterminer l^.que laqui a comœeni aillite. C'est deliaance eu lie d u li i omo orbs pa • Ce n'est donc pas, comme le I I iu queationde la C : : uiqiii' absolu r du travail • qo i d< ni I e>l plutt 'I n mque ab I laute de ,Lui S gi.m la magasina I apnlit aliJnlM il'lnil rsiut nu l'os voit lur les n. %  -ons des tagres c inp md I.I tienne pourries et des poli de nuit il en est tout autrement dam l'industrie o l'on a pu -e pmer du capital tranger. Et %  i|i i d M vient pas de suite netr i ires qui s (onise, haire par DM r i i' %  Votre <• irreip >a lanl me pardoni era m m inutile phrasologie, lui ui s'en d ici ire l'ennemi, aaaia il onviendra au ; qna le remads ft apporter au m il lise actuel, n'est pas pr< iseiiieiit la eultiii-e de notn terre, c ilture qui. s, (Ha doit Stra eutreprite intensivement s md'importantcapltaui, n mdra a rien. Apparemmeol votre i-"ilatorateur t moi aomme l'u i ird aur et dernii'i point) m. lis i, ou il me fausse compagnie, c'est i'| t %  i du remde appliquer. J'ai appel de toute la l'une de mon mo des i spitans au %  ecoura du Commerce bai tien; je voudrait aussi lei appeler an secours de l'agriculture. Mais, ci lui que je i ontredii ne sait pas trop, semble1 11, parmi HMS les remdes dont il a la secret, lequel conviendrait plu i n-omeul ^au loulagemenl di ladlreaienitionale. Dit-Il, ii faudra produire davange; ni lis ii v a louioun un "mais", ten ml ompta us 1 tat d'ignorance de In aimes paysanne, il importe de penser un palli uii. Plus loin, c'est l'immigration lll. un lie ou nui |ui doit mettre li i .n ui en on tact avec un lment de civil s ihon, et fi

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06172
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 19, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06172

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
k
DIRECTEUR PROPKldETAlhi
iSU-RlMEi H
Clment Magbire
BOIS VERNA
1358 Rue Amricaine
NUMERO ^QeEMlMEh
PILE COPY
Mmorial Librarj
-..OS
* l 1924
Donner est un plaisir II dont,
i ut si encore m rtoltai) (W
,i reconnaiteance cela nrits-
lait le do di bonheur partait.
8 ais il n'v i paa et bonheur
parlait, i'ingretifuile csi un
ionliv|ioiils.
Quotidim
1ELBPU0NE No 242
17me ANNE N 510
POHkV\l>PRlXCE (HATI)
MERCREDI 19 MARS iu:4
Rapport de la Dlgation d'Hati la
im Confrence Pan-Amricaiaa
Du rapport de la Dlgation
a Hati lu 5me confrence inter
natumaU amricaine a \resn ira
Vraident de la Rpublique ei a
tonieil des Scrtait es iEtal a
l" date du 21 Janvier 1924 et
paru au No. du Moniteur du lun-
di 1/ du courant, nom extrayons
tet passaget suivants :
Partie d-; Port-au-Prince le
1er Mars (tlffy la Dlgation
arriva a Valparmso, le 1. du m-
me mois h. p.m. Elle futsalu
bord par des olliciers et t'onc-
tionnaires dlgus par l'intendant
de la province de Valparaiso qui
la Dlgation rendit visite dans
l'aprs-midi du m -;u o ir e
lendemain 20 M ira, la Dlgatioa
partit .xnir Santiago, tige de la
Conlrence.
Salue a l'arrivs du train pu*
h Chef du Protocole, la dtega
lion lut reue par le Secrtaire
Gnral de la Confrence, Don
Manuel Hivas Vicuna, et le MJ
par le Ministre des Affaires Elraa-
K^res, Don Luis 1/ pnerdo Dans
ces d 'ux visites la Dlgation ta I
accompagne du Consul il nr.l
iltiaiti Dr \ Hjlor C. Giaiiilu, ad-
joint la
d'attach.
Dlgitiju en quiln
Li conlrence lut solennelle-
ment ouverte le 25 Mars d.JU p.
ni. au palais du Congrf par Son
Excellence le Prsident de la lie-
publique di Chili, Dou Arlliuro
Aiesaandri. Assistaient cette
sance le Corps Diplomatique et
les principales notabilits du Pays.
Cette grandiose crmonie se
termina au t'alais .National, rsi-
dence actuelle ue ir le Prsident
de ta Rpublique, par une bril-
lante rception au cours de la-
quelle les membres des diverses
Dlgations lurent prsents au
Chei du Gouvernement assist de
ses Ministres.
Le lendemain 2 Mari 10 lirs
a. m-, sur l invitation de la Dl-
gation du Chili, li s Prsidents des
diffrentes Dlgations tinrent une
runion prparatoire dans la salle
des sessions du Snat alin de r-
gler l'ordre de la session inaugU*
reie fixe le mme jour o" heu-
res p. m.
i_eite session inaugurale fut ou-
verte sous la prsidence provisoi-
re de Son Exe- Mr le Ministre des
Affaire Etrangres du Chili qui
souhaita la bienvenue aux Dl-
gus; puis Sun Excellence Mr
M .; t ) i, Prsident de la
Dlgation de In Rpublique Ar-
gi ntine lui rpon lit m passa en-
suite l'lection du Prsident de
la Confrence.
Sur la recommandation de Don
J. Antonio Buero, dlgu de IU-
in-u iy, appuy par MM. Henry
Pletcher, Prsi lenl de la Dlga-
tion d M Etats-Unis, A. dfl \l-llo
Franco, dlgu du Brsil,Maxim
Solo 11 1, dli gui du < I ai' tnala
et Arthur Racneau.dlgu d'Ha-
ti, le Prsident de la Dlgation
du Chili Don Agustin Edwards
fut lu Prsident dfinitif de la
Conlrence.
Aprs avoir remerci l'Assem-
ble I sou vote le Prsi lent en-
tretint les Dlgus des travaux
de la Confrence. Il lut dcid de
no mu t 8 Commissions qui se
partageraisnt 1 tude des divers
pom s du programme.
... Alin de permettre la dl-
gation d'Hati de suivre le travail
de la Conlrence, son chef envo-
ya le Secrtaire aux Commissions
du Commera, J Agriculture.d'E-
ducation et des Communications,
se rservant i s travaux des Com
muaicationsPolitiquesJuridiqueSi
des Armemsnls et d'Hygine, as-
sist a ces dernire* Dar le Consul
Gnral d liait;,Dr (inneili. D'ail-
leurs plusieurs de ces Commis-
sions tenant leurs sances aux
mmes heures.il a t difficile aux
niemhres de la Dlgation de sui-
vre avec une relle continuit les
travaux de chacune d' Iles.
.. Au cours des sances des
Commissions, la Dlgati m prit
une part active aux changes >l i-
das que ncesi irent les dtscm
sions des projets de conventions
mesurer l'uvre de la Confrence
car grce au sin jfe dsir 'le co -
lahoration qui n'a pas c -se d'
nimer tous les il jua ils on
fait avancer de pus d'une tape
dans la voie de la solution dfini
tive, plusieurs des importants pro
blmes soumis leurs dlibra'
lions.
.. Evidemment, Messi urs, nul
d'i taii en droit de se figurer d-
cemment que la ponfren i
s l :ii go du Chili aurait pu tour-
n r un solution concrte chacun
d [> tinta de sou programm h
pi m- pi u que l'on consi 1re le
Dombre des questions i nvisa ni a,
leur com, lexi I ur amplitude et
surtout la dlicatesse sxtrm
|u ques un d'e lire elll S I '.-'
pendint, de les avu ir es tmines
avec attention el cotoscien cons-
titue un app ut considrable la
m irche de 11 sprit humain. C'est
la une gloire dont \ 5e < onfren-
ce peut s 'enorgueillir lon droit.
...Les rsultats des travaux de
la Conlrence ont t condenss
i dans d s Conventions sou
me Ire a la ra location des Puis
san:es, soit dans des Rsolutions
o l'activit des Gouvernements
ou de certains organismes, tels
que la Haute Commission luter-
smric lii e ei eComit de I Union
Pan-Amricaine, esj sollicite vers
la solntio i de certains grands pro
b aies intressant les peuples de
f Amrique
... En lsum la Bma Conf-
rence Pao-Am icame a effective*
meut ouvert ses travaux le -o
Mars l'j2'l et les a clturs le .1
iiai 1921 au soir. En dehors des
iAanoei des commissions elle a
fourni seize sesi>ni plnires, vo-
l quatre conventions- cin piaule
huit rsolution* ou ta iti
C'est ave; p u- t qu'en te:\n'-
deraBolutioiis ou des rapports sur nuit sou rapport, CD dlation
les objets spciaux que plusieurs
il igu !S BUT -ni a s nui jure a
leur apprciation.
Sur tous e, s points on n'ai riva
pas, il est vrai, des accords uni*
min is perm ttanl aux C immis-
sions iutre 11 soumetli
l'Ass mble plnire dts textes d-
finitifs ; mais ces changea de vues
n'en revtirent pas moins un haut
intrt.
... Ce n'est ni au i
Conventions signes ni celui des
rsolutions votes que l'on doit
goale I s m u- pi s ! li mi s, ii
p iihie ainsi qu i le eh deur -ux a -
eu il dont elle a ti l'obj
pan tant du Gouterne u d C ii-
1 - 11 et de s is fonction : ires |u -
de la pari le la Soti -i Ihil
... La 11 >lg itioi II o u le qui
a lait toul se qui i dp indu Celle
pour (pie sa mi isian s >it pc
hle au pays, saisitl'occasi >n qui
lui est ohVrte pour vous pi
M : le i i lent, MM
es decru laluia
lions les plus distUgues
Aulour du Questionnaire
DE LA
Chambre de Commerce
re li .1*4 iriti n M Co non in a II il*
tien, el s'esl a ic in uA la maie
tu i vii-ii i travail d'ensemble
n' i\.inl t niri'i'i!- p ir SOOS en
prserver des d%ireuM coiis-
qu incee, le mal 'el i
vaol 191 >. tr iliC.1. il.'incni,
m il- nth i.li [uemeol le min
as ires li litien m m lin tenait, <| idf
que l'i'ii set -iaadei maiMm 'i
P .r u m ne il -ans qu u sa demeurai
d i, ie is. i mm iv. e is II c'tait 11
faillite d'un ou de deux oommer-
i ants haili ii>. >t non du Cornai
b lit :.
Cei u s. 1rs cause q li pr< duisent
le im ilaiae aclu i s ml nombn un
i m- ne i riooi p m loin de pat
m-, par votre joat-
n. ii. tant l'allure ptusoa n>oiae dog-
u.ah \\n'. qu'elle prsente. Kl si v.i
- qu'elle* soient, il en est une
qui n'chappe k pi rsonae; c'est qu-!
le Gommer i hatien tend, de plu
en pins, h ditparatlre de| uie pri
dix im-, el que I lmenl h iltii u qu
autrefois, n'avait que le Levantin
i i ir co cuiront, se troui aujour
ii nui en tacs d'un autre bien plu
i tsiRICAIN. .
On serait bien en droil ds nou
i- ir U'' ki lopbobe, .-i nous mel
i 111.- la charge des itrang rs qu
Irai u' uni rli.'/.-non-, suii daii- I
n n aoil dam l Induatria i >
muih m i u-o lilualioo conomique
qi:e nous travei nai C i snaal
i ii || m. i ni qr.
I imprvoyance dei pouvoin public
ur ii permit le rduire dans un
I d.i.- proportion Isa reveaus d
I ti il depuii que, n \ lyanl aucun -
BOMibilili de ri lamalii us diploma
tiques, cas >'ti u i sbsorbanl
notre Commeroc et notre Industrie
se naluraliseol hiutiens, so bous
ai i. m am- iui imiinis prta
pour leurs profession ;.
Dam la iph di l'activit indus
'ri'II'-, noue atoni vu lo ehinoii
^'emparer de \n bien biuerie, toui
n einplnN.i..t de DombreUMS Imi
liennes. MU lu terrain lui est ner
gqu imenl iLm-uI p.u- l.i l'arisienn
et la u ancb isefie rariaoti deux ta
tabl ita hatiens.
Italien! onl instruire
d s h iil linge dans 11 Grand*Ru
pour \ des grandes cord io
oeiie qu'un Krneal Canaille, ui
Mirabeau, on Martel v m manquant
. de rivaliser il li^anees et de
sol UI dSBS leurs conl'ec-
1
*i I nin iIiqi ni le, apparie-
n nt a un i] inaei. n i pas emp-
Mr 11 ir ''< iindea, noire e un-
ie, d'tre le plus -rand four-
nir de cuiri du pays,
Enfin, >'il fallail comidrer In
intl d'un r
loo i id, Propril lira M mufai turc de rabacs; d'un l)i-
i$i an -iu, propritaire de la
rendefebiqu de Kola et autres
en liaiti ou d un
! sur, dit Nv, propri-
: .1 la 'Juin- wle Boulangerie
rique de la hue du Peuple ri
111 i ont lur.; que, si des foi i i
impondiabk-- ne mm- i lian-lii ni
gr.lee ii l'ai livit industrielle unis
l'ort-au-l'iui.-. 18 Mars IM*.
Mon clie. Directeur,
L'auteur de 1 inse OOB
lielte au que5tioniiaire de la Ch un-
bre de Commerce hatienne publie
dans votre dition dliieren exprimant
ton legret de ne pas l'avoir noua te
yeux pour % rpon ie dam l'ordre
ou il l B deux
pointa eeeenii
1 : A qn malaise actuel ?
'1 yuel tst le remde qu'il fau-
dra! appliquer au ma
idii I l'an I
en- ir : de I >4U '!' I"'"' pl'cllOS
atiil iiaenl i p il'un, p u
reine'il l voire *
A la vrit) fai a t nonti r i
l'orini:.'<; du fil
duquel bous
ble un peu i s
le Iftld '! mille au*
Um < m ent
ivoii pour il*-1 qie 'i i la
Faii.i.io .
Mai- u on pr-
cie, dterminer l^.que laqui
a comeni aillite. C'est de-
liaance eu
lie d u li i omo orbs pa
Ce n'est donc pas, comme le I I
iu queation-
de la C
: : uiqiii' absolu
r du travail qo i
d< ni
I e>l plutt 'I n mque ab
I laute de
,Lui s gi.m la magasina
I ap-
nlit aliJnlM il'lnil
rsiut nu l'os voit
lur les n. -ons des tagres
c inp m- d i.i tienne pourries et des
poli de nuit il en est tout
autrement dam l'industrie o l'on a
pu -e pmer du capital tranger. Et
i|i i d m vient pas de suite
netr i ires qui s (onise, haire
par DM r i i' '
Votre < irreip >a lanl me pardon-
i era m m inutile phrasologie, lui
ui s'en d ici ire l'ennemi, aaaia il
onviendra au ; qna le remads ft
apporter au m il lise actuel, n'est pas
pr< iseiiieiit la eultiii-e de notn terre,
c ilture qui. s, (Ha doit Stra eutre-
prite intensivement s m- d'impor-
tant- capltaui, n mdra a rien.
Apparemmeol votre i-"ilatorateur
. t moi aomme l'u i ird aur et der-
nii'i point) m.lis i, ou il me fausse
compagnie, c'est i'| t i du remde
appliquer. J'ai appel de toute la
l'une de mon mo des i spitans au
ecoura du Commerce bai tien; je
voudrait aussi lei appeler an secours
de l'agriculture.
Mais, ci lui que je i ontredii ne sait
pas trop, semble-1 11, parmi hms les
remdes dont il a la secret, lequel
conviendrait plu i n-omeul ^au
loulagemenl di ladlreaienitionale.
Dit-Il, ii faudra produire davange;
ni lis ii v a louioun un "mais", te-
n ml ompta us 1 tat d'ignorance
de In aimes paysanne, il importe de
penser un palli uii.
Plus loin, c'est l'immigration
lll.un lie ou nui |ui doit mettre
li....... i .n ui en on tact avec un
lment de civil s ihon, et fi Pri ,\ iiit || poseibilil de l'insuc-
os d une telle tentative, l'aimable
conomiste .....is dil que s'agissant
d'une population rurale conscientSi
il aurait suggr a I liai I ide de la
cration d une Banque agricole avec
les loud- disponible! de l'Bm runt
d 10,0 I0,< 0 'ml a mourir de rire!
HSo ce cas | oui suit-il, l'Etat aurait
pu recommander qu'une production
divenilie remplat notre culture
exclusive du i le, tels les produits
de rendement immdiat, comme le
coton, li esnno- -ucre, le ri/., lo
tabac, etc.
Ici i i vraiment intolra-
ble, ei mot lus derniers produits
qui sont s* luelli menl cultivs. Quant
m if, il n'ai) jamais l'objet d'au-
i un soin, chaque inne on eu fait
la cueillette, roua i"ut.
lui iqi lu i m, aprs nous avoir
indiqu plus d'un remde, celui le
faire sortir le plus possible del
terre, votre correspondant, mon cher
Diii nii i demand d'avoir
un ipril (dus I liln que nous
IUI lions du Urre terre,
en fondant de* l ibriques diverses;
chapeaui de paille, allumettes, sa-
von |
Tout cela avei quoi pe use/.-vous ?
Avec les pi i du grand et
du petit capitaliste 11 ne pr,use
pas il agit di i apititiiste baitieo
ou de capil diate tranger. C'est
n'v iien OOmpnu.dre.
I ions l'chelle en attendant
mieux.
Pardonne/ mon trop long I avar-
d ige et agre/, mon cher Directeur
l'osauranca da m-s utiments d-
ou
Marceau DESIM Ht
Malgr toute iaclart des rponses puis 1913 tjue, peu a peu ,s'est ope- des vieille:, bottine dmodes, des
I ds I oinuien-c
Il liti n p triant d'un profoad
ni i lin qui svll an os moment en
Hati n .o ni pas sa eue, nous en
s iinines absolument srs, le sort du
c immen ani b litic i t u lusivument.
Paul Stic qu'au moment o n lor-
mulail -'i que lioun in il d'j pen-
eit plus qu'eau petit bonhomme
dans li lune .
< ., i ii te in ce pruji ipe l'article
de notre eontradieti ur pche par la
base en temps qu'argumentation.
.Nous rservons donc notre rplique
jusqu' ce m il soit rcu-cigru- ui
r
:"%


LEMATin
le questionnaire de laC.de G. H.,
lequel, scmlde-t-il, A n'avait pis non
pin-' sons lei yeui .iu moment ou il
ii' n- adressai! iM ! flexions.
N. D. L. D.
------ ___ -" Par Gable A
Nouvelles Etrangres
Hos commaoieatioDs
par voie terrestre
Aprs les NMltM Port M Prince
Port M Prinrcl'.ayes, nous voi
l aujourd'hui en mesure de pntrer
I. i u loin dans l'intrieur.
i gran 1 Pool il' l'Artibo-
niti- les communications vont 'tre
i. M'- Hinch M tissa
de, ces eentrei l'une richetM surpre
Dante. El, >i le-> lia*an\ s'accomplis-
sent suivant Im prvisions, nous
avons l'espoir de pouvoir communi
quer avant longtemps tout aussi h
l.irilement avec Jaemel.
l'iir ailleurs loi .ns tlphoni
qiifs et tlgraphiques ont subi de
notables stnlioratioua.
Depuis longtemps il tait impossi
bledecommuni |uer avec .lr.mie de
faon directe, on tait oblig de pas-
ser par afiragoane.
A la laveur dig transformations
apportes au rseau, une conversa
lion d'ici avec un ami au Chef lieu
lu Dpartement de la Grandi: Anse
eit devinii'! uu charme.
forage tle prochains eardi- Suijijestiotts de la commit-
sioo des expert* la coin-
iniSSIOIl des rpirallOni du Pape muse d
naui
l'AKlS Les archevques amri
Mgr Hves et
Mgr viueudelin
L'Exposition eomiiiunale
aura lieu
L'Administration communale se
propose de donner la Fte du Tra
Miil qui m clbrera le 1er Mai pro
rliiiin tout l'clat voulu.
C'est ainsi que des dispositions
ont t dj prises en vue d'une Ex
position a laquelle prendront part
nos agriculteurs et industries en g
nrral.
Des crdits ont t vots jcet eftet
par le CobmI C unmunal, et comme
prcdemment, le Dpartement de
1 Intrieur au nom du Gouvernement
y contribuera galement dins une
mesure apprciable.
Nous nous rjouissons l'avance
car, ce sera une fois de plus l'occa-
sion qui s'offrira pour tous du voir
combien de talents demeurent insoup
confis par manque de moyens de
se populariser.
Nominations
Les nominations suivantes ont t
faites :
Au Dpartement de l'Intrieur Me
Clment Avin prcdemment em-
1>loy rdacteur au Dpartement de
'Instruction Publique passe au D-
partement de I Intrieur comme em-
ploy suprieur au Service dea passe
ports.
Au Dpartement de l'Instruction
Publique >iit t noriuii's Mr Kmma
miel Cou-lard, comptable-payeur, Mr
Georges Coby, i nupatable-adjoint.
Mr Marcel Klie, employ rdacteur
Mr Turenne \*in, employ dacty-
lographe.
i'arisiaua
JEUDI
venant des Etats I DI ont Invers
hier Paris sa lendant Home o ils
doivent asetaler KM Consistoire qui
leur remettra Je i nspeau cardinali-
ce
lanilestatioo rtrans
belqes
BRUXELLES Les vtnns bel-
ges de la guerre ont organis des
manifestations contre la vie chre ;
ces manifestants se sont rendus
che/. les principaux commerants de
la ville pour les induire diminuer
les prix des articles d'alimentation
sur le march de St Gilles pris de
Bruxelles, il} ont obtenu des rduc
lions sur ces produits allant jusqu'
20 et 25 pour cent ; les vlraus se
proposent d'tablir des patrouilles
tout au long de la frontire pour em
pcher l'exportation des produits
alimentaires en Hollande ou en Aile
magne.
Mort du Gnral Pflie
PARIS 17 Le gnral Pelle, ex
haut commissaire franais Cunslan
tinople et ex chef de la mission mi
llitaire en Tchcoslovaquie, est dc
|de hier ; il venait de recevoir la
grand croix de la lgion d'honneur.
Au Mexique
MEXICO Des rfugis civils ve
nant de Minatitilan disent que pen
dant le bombardement de cette ville
par les canonnires rebelles un ma
rin .lu croiseur anglais "Cornwall"
aurait t tu. Les troupes fdrales
occupent la ville aprs avoir repous
se trjis attaques des rvolutionnai
res.
Amour et Diplomatie
LONDRES Melle .Nadjeda Stan
cioff, secrtaire de la lgation bulga
re Washington a renonc ses
lonction3 et abandonn la carrire
diplomatique de sa patrie pour se
marier avec sir Alexander Muir de
la noblesse britannique.Cette renon
cia'ion lui est impose par les lois
organiques du service diplomatique
bulgare qui ouvre toutes les portes
politiques aux femmes, mais la
condition de ne pas se marier avec
des trangers. Nadjeda Stancioff a le
dessein de se faite lire dput au
parlement anglais lorsqu'elle sera
devenue sujet britannique par son
mariage.
- '' ' *-*
PARIS La commission des ex
perts prside par le gnral Daues
a dcid de conseil er la connus
sion des rparations l'abandon du
contrle franco belge sur les mines.
les industriels et les chemins d>. fer
de la H'ilir et de Rhnanie Celle me
sure srail prise dans le hut de pie
mettre r.-tlletm^ue de faire I
aux paiements pour rparations. On
ne prvoit DM dan celle communi
cation le reliait des troupes d occupa
tion. Dans son rapport la commis
sion admet que ]* peup'e allemand
doit supporler autant d'impt que
n'importe lequel des pays aliis et
qu'il doilcimmencer immdiatement
le paiement des rparations jusqu'au
maximum de sa capacit.
Incarcration d'un pacifiste
allemand
BEHLIN Le professeur ,>uide,
lea 1er pacifiste allemand, a t arr
t pour avoir crit une |lettre au g
nral Von Seeckarl, commandant en
cbet de la Keicliswehr dans laquelle
il protestait contre l'instruction mili
taire donne la jeunesse allemande
sous le contrle de cette organisa
tion militaire.
Nouvelles diverses
PAU1S Le snat a ratifi le Irai
t donnant la Bessarabie la Rou
manie ; il a galement vot par 163
voix contre 11- l abolition du mono
ple de l'Etat pour la fabrication des
allumettes, cette dernire mesure
avait fait l'objet d'une question de
confiance du gouvernement malgr
les recommand liions contraires de
U commission des linances.
NEW YORK Dans son rapport
le gnral Dawes conseille un e n
pi unt allemand de 300 millions de
dollars.
TURIN L'ne explo-ion qui n'est
produite dans une fabrique d'allu
mettes a provoqu son croulement,
plusieuis ouvriers sont rests ense
velis sous les dcombres.
MADRID On annouc.: que l'Ks
pagne pren Ira part aux jeux olym
piques en France et qu'une somne
de l-'iU.UOO pesetas a t vola cet
ell.d
I-'Il'ME Victor Emmanuel a fait
une entre triomphale dans Fium
aux acclamations de la population.
LES COURS
PARIS Dollar 19.7!
Livre 84.45
Un sans fil de Londres informe
que le correspondant du Daily El
press apprend que l'tat de s m
es inquitudes. Le
So iverain Pontife soutlie de l'arl
riosclerose.
Mariage
Hier, daoi le salons des poux
11,,,-ii,- rlaapil, a eu lieu le mariage
civil de leur nice Carmen Haspil
avec Monsieur Franois Lespinasse.
L M tmoins de l'pouse taient :
Jules Dvieux, Horace Milfort, Geor
ges Cousolat et Georges Jacob ; ceux
de l'poux taient : Juge Annacius
Champagne, Juge Ols Lger,
Doc
Les mm mms
PAR
U
2e chapitre:
(alv.iire (l'un innocent
En i
Balcon
i g ur le
Comment on devient Itr
meuP' et comment on per-
fectionne ses gots
Oand on a fum une oi-
jarette sortie da la b'ahri-
que de l\nit;iU>on C n i 1-
batul. on devient fumeur bi
on ne l'tait pan avant, ou
l'on renie tout autre tabac
pour adopter oelui :
j)e la Grande lantilarture
Haitienne.
S. G. Mgr Canaa
i,,- matin, six heures'd quart, la
,n ...... ,i dite i u Si Grandi or
Monseigneur Julien Coaa-o, Aivhev
3ne de Port au Prince, en l'honneur
es ouvriers.
La Baeiliqua Noire tane offrait un
coup d'oil macoutuin : une foule
d'hommes occupaient i> se
pressaient aux aborJs d s aul
Au cours de la me se les notes, tan
lot plaintives, tantt graves des
grandes orgues l'ajOOtliaul a la mi
j'it le la crmonie.
Si (iran leur s'adressant la fju'e
recueillie, lit l'loge des ouvriers qui
sont ranges dans la alawe la pus
'ev e. "Ils doivent se jdorili r li
voir pour pitiouls plus m >d sle de
tous les bo n ns mais aussi qui a
re; du ciel ai griefS et les dons
qu'aucun I.....IBM u'a ici us.
u m I le Messie a t promis
l'iiuinio v. ou i ml qu'il devait sor
tir d'un famille roj le ou d'un i des
famillea aobl s iq point de
VIM ,i mi bestea, mais Dii u daoa sa
ll/U|,. ,, lest i v lil ' WUh
deste c lui p nliei la mi sion noble et
.siinte d'tre le mrriciei iM
|*enfanl h sus
Ce sont les ouvriers qui Cooatilaant
la base de la socit ; par leur tra
vail ilsconlnbuent laprosprit des
aations : Charpentier, miouii m s,
maons, tailleurs Je pierres, cordel
liera, ewdonnlM, Uilleart, typo-
graphes, Ijus oueoureut a U paix.
Ce soat tux les ouvriers qui, sans
faire de clarations, sont les vrais
patriotes.
.Notons i] ! la classe ouvrire a t
i fUcieUemsat raprseule par le bu
j'auetle ejnanl d'Administration
de l'Association nationaliste des on
vriers et silarin hatiens dont vl^r
l'\rch'iv j'ie esl U me mire protec
teur.
Kq
Il M
pl'IV."
d'ea i
de
ii
A h suit". <{' li eaptatim
so irel le l>i l'ini-' en vin d' une
h ir Pense nbl du service de distri
b uion des eiuxi les habitants de ce
petit coin da r^pos fureit desservis
par ni toyeaa 'te t|- ooiee. Inutile
d- dire q i i le ilfqil tiil ins-jf.isait
p> ir cet a populeuse rgio i.
Pour c note d| mi' ieur, voil q ie
t ut | M) eel Sle u lot fait tt le
ment, I IHit et nuLr les demu
c'i h i itea par les i ri iresi ia 11
n t i i m le ir i t d 100 I
J s > i - i r >') |u la 8 i iea 11y
d i ili 11 na h
1 i lit ignat p
dli
I I nislra da
Franc, lia ns en
teur I. . Jcanty tt d'Ennery D-
joie.
La Bndiction Nuptiale sera don
ne demain matin, en la Basiliiue
Noire Dame, l'heureux couple.Par
raio et marraine: Me Ed.Lespinasse
et Mme Annacius Champagne.
Compliments et meilleurs souhaits'
C hampionnat de
Tennis d'Haili
Pour ia Coupe Peter Dawon
Dimanche, 1' courant au Parc Le
conte a commenc la lutte|pour la
coupe en argent olTert-j par;vics3rs
Peter DaWSOO Ltd. distillcrs|du fa-
meux Scotch WhisLy P. D., dont
le reprsentant en Haiti est Mr W.
Quiulin Williams.
Selon le tirage, le Club Amricain
el le Tennis Club de Parc Leconte
taient les premiers h jouer. A iJ.rj
pm prcises la lutte commena. Mr
Barnes, du Club Amricain est oppo
f Mr Coutard, du Tennis Club, et
aprs avoir brillamment dfendu
l'honneur de son Club contre le
Champion du Club Amricain, Mr
Coutard succomba.
En deuxime lieu Mr Devaux, du
Club Amricain, est oppos Mr
Bruno.du Tennis Club..Au commen
cernent de la partie Mr Devaux tait
oblig de dployer toutes ses sciences
de Tennis pour vaincre son adver-
saire.
En 3ime lieu Col Noa et Dr NValsh
(Club Amricain j sont opposs
Coutard et Cardo/.o { Tennis Club ).
La parlie au commencement tait en
-____________________faveur de ces derniers, mais les re-
prsentants du Club Amricain rem
Le nouveau Tribunal (le paix portrent linalement
c. i ; .
Session criminelle
Le Doyen du Tribunal criminel de
Port au Prince, en rponse aux de-
mandes nombreuses le dispenses
qu'il a reues, rappelle aux jurs ap
partenant a la liste de la sesion
qu'ils doivent m inlmctrmtnt se trou
ver au sige du tribunal criminel le
lundi ii du courant dix heures du
matin sous les peiues enourir en
cas d'abstention.
Les observations et les demandes
de dispenses ne seront reues ce
jour l qu'au moment de l'appel g
nral des jurs.
Palais de Justice, ce 19 marsl*2i.
Publication reue
Nous avons reu le dernier numro
desu Annales de Mdecine Haitienne
lequel contient des matires latral
sants et dont nous recommandons
la lecture.
Nous remercions pour ce gracieux
envoi.
Conlreneus pronliylacliquf'g
Demain ."> heures de l'aprs, au
si ^e de l'Inspection scolaire, une
confrence sera faite aux Institutri-
ces par le Docteur Coicou.
se tiendra Laine
C'est la maison de Mr Mercier M
Lalue, qui a t choisie par le D
parlement de la Justice pour servir
de local au Tribunal de paix, sec
tion Est.
Selon nos informations il sera ain
si compos : Mr Justin Bois, juge ti
tulaire;Mr llermann Lucien,1er juge
supplant et Edmond Mathieu, 2me
juge supplant.
L'installation de ce nouveau tribu
nal aura lieu le premier Avril.
Seertairie d'Stat
de l'Intrieur
\ Corarainique
Le Dpartement de l'Intrieur in-
forme les intresssqu'aucun caution
nement ne sera exig de Pmigrant
qui part ses propres Jfrais, ainsi
qu'il rsultejdes termes de la Loi.
Port au Prince, le I i mars 1914.
a victoire.
En timelieu, Mrs W. 11. Williams
et Deveaux sont opposs Mrs Jean
Jacques et Uruno, ( Tennis Club).
Les premiers lirent des manuvres
trop fortes pour les adversaires, qui
nanmoins dfendirent leur Club
avec tact et ardeur.
L'arbitre Me Gaorges Lger s'est
montr impeccable dans son rle et a
mrit l'apprciation de tout h mon-
de.
Le Taanis Club du Parc Leconte
quoique ayant subi la dfaite de 4
points contre U a dpass les esp
tauces des spectateurs, tout en consi
drant qu'il tait oppos des vt
rans de Tennis en Haiti.
L'assistance compose de la plu
part da l'lite Port au Princi-nne,
tait trs impartiale et les applaudis
semeuts taient d jnns 1 gard des
2 cts, lorsque les joueurs les rari
taient.
Voici les rsultats :
Singles
la Espana
En (ace.de la^Poste Grand lue Ro 1723
Grande Liquldatioo de Chapeaux ,
La mainon a ^dcid ,dJmeUre"n vente aJurant ee pr
sent mois de Mars f 230 elianeaux de paille lino pour
h oui mes en taisant an rabais considrable sur le prix.
J De Or 2,50 ils sont vendus actuellement raison de
r l.2o.'
Ce saeriltce n'est consenti que^paree que cet article u;
rentre pas dans les rayons de 'a laison..
m pis faute,
r nous, d'v ra n
urgent
ranea invita tons lea
?03 i se prsenter
s,uis ,1^1 ij ,i |,i (Jgatioa pour se faire
inscrira sui lea ableaux de recense
ment de la clas^.de J102
Port au Priiia le It .Mari 1994
Golomhian Steamship
Company Inc,
Le steamer Baraeou venant directe
ment de IStnv York, en attendu tort
au Prince te 21 Mars courant. Il repar
tira le nrme jour pour Petit Gfove,
Miragone, Cayes, Jacmvl,Kingston Ja.
et les ports de la Colombie, prenant
fret $ passagers.
Por au Prince, le 1S Mars 1924
GEBAIl et Uo, ,,,.,


Barnes (Am Ciub) contre
Oulant Tennis Club)
53
o I
Le Cli'l) Amricain marine donc
une victoire-
Devaux ^Am. Club contre
Bruno len. Club J
;o
Club Amer.'ain inique une victfliri
DOUBLES
Colonel N(M cl Dr Wal h \m Club)
contre Coutard etCardozofi'en Club;
2-6
1,-0
t;-L
Club Am'rie*in marque une virloiro
Williams ti Devaui ( \m Club) COU
tre Bruno et Jean Jacques (TenClub)
B0
m ......-. - .
Hotii Linie
Lb Steamer c WALDTRAUT
1I0RN. venant de ILniiboiirg
via Kingston. Jacmel.esl attendu!
Port-au-Frince le '2r\ crt-
Il repartira !e mme jour pour
St Marr.Puerto-Plata et l'Europe,
prenant frl et passagers.;
Pour plu amples renseig e-
ment prire de bien vouloir s'a-
dresser
Olom son, LUCAS & Co.
Agents Gnraux.

1UA2LS,
r i .m
PAS n LUES
VLDA
sont IndlBpensable
lENFANT^iHrlrtle,'9le
m VIEILLARD qui rt f^t* ''
lui GRANDES PERSONNES qui te
nuicti i \rm fc-myitMU
pour PRESERVER
LE0B3 ORGANES RESPIRATOIRES
ou pour SOIGNER
lis filii.mes, Maux de Gorge,
... Bronchites Grippe,
.enzfl, Asthme,
'.ysme, eu-., etc.
UULFIVTftVMIIIMI
io r.'-: j; lyv.T que
PASTILLES
;, ;
VERITABLE
II .mm
*-.
Avis
lcpissr adirs
Le rcpiss de lu Commission
Bambour, No 1870, faveur .V Au
gusle al le rcpiss de la Commis
nou DHUpliin No ''OU. laveur du me
me sont dires. Je lea dclare nuls,
dup!i:ata devant tre drette.
l'ort au Prince le 15 Mirs l9ii
Louis Auguste GllL'.-AL'ME, avocat
Le* rcpisss de la Commission
Sambour, No 6ii. faveur C. Cilles
No 1033, l'avtur du mme, No 983
laveur Vaudr Hiluire font adirs.
Je les dclare nuls duplicata devant
l' T6 (ire*s**
(Sign) Louis Aug. ClILLAUME
avocat.
D J R THEBIUD
Glrirar jien -I>entiate
Dm Familles de Montr! de
New York et de Boston
Angle db Bue llestouelte t du
Magasin de l'Etat.
Consultariens de G heures du
malin ag heures du ou.
-!
LL|MAlli>
Avis
Pendant mon al i Madca i-
selle V. Paret et Moaeieui Elias Au-
gustin sont charges de la DirtCUOB
c toutfs mes an i
J^Un |.eut s'adresser a l | '" lee
locations diverses I entreprise g-
nrale de Pompes Funbres.
lia signeront coojointenv ni ou s;-
parment IVm S. Parti
PortauPiiin-e, le 17 Mars l2i
S. PAHEI
r .....' '
Levons d'anglais
Mr Berne! 8tio< seur
d'Anglais au Collge Loavciiure
durant une priode de 17 ans, a
l'honneur d'offrir ses service* au
Public pour des leone d'anglaa.
Sa me liode d'enseigner l'anglais
a eu ion plein auecee parle rail d'
voir loi m de nombreux lvi qui
sont mailres de la langue. 11 se liant
en face de la West Imiies Hue du
Centre ancienne maison l.orquel de
8 heures midi et de il h.fcS h. p*m.
B. BTLNES
m*
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
ds DELORT, Pharmacien,
ne,
J7u Smint-Aniotn*
" A LU MHS U M UNE
New-OrleansetSoalQ
imeriean kteampship
Go ine.
Prochain* dpart* direc s
pour PORT AU PllMCF. HaM
le teamer DE* 1ai**era \en OrM
an le 15 crurant direct* meni pour
Port au Prince
4 pirtirde cette dernire, date, U j/
ura une occasion chaque t5 four pour
lexvort* tu vants : Carth Porto
Colomlia,Curu*o. Porto CabeilO, La
Guuyra, Pointe P>tre9bortde brance,
Britgetoum, liarbados, Pori o/ Spam,
Tfinidad. Ueorgetown.
Port an Prince, le 7 Mars 1924
. de Malleis & Co
Mj'iits gnraux
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-ATJ-PRINOB
Ale.PETBU8, Pi'irmwt ALBFRTUII
1-bci lu D' JUilln VIARI
01 loufM J Sonna Phrn.*, Le soussign mandataire des hri
iers Philole Midi dclare au pu
blic adir le certificat d'ordonnance
de la Commission Samlnur au No
'it\ s'levant la somme de trois
cent cinquante gourdes ;il le dclare
nul duplicata dcvi.nl lu: en tre dl(
?r
Poil au Prince le I Mars Iii24.
V. VOLIKHE
Henry Slark
Rue du Quai, en f ici de la Gare
Vient de recevoir :
Fanaux IMickls pour
buggy.ainsiquedes laui
pes exlra pour ces fa-
naux.'
: Autornbile Sto&etak Bij 6
Les rcpisss, ordonnancs ci
prs dsigns tant adirs, sout de ... i i
clars nuls duplicata devant en tre
ffitteWoBIhwrGeorgae Sil||j(U| SllOB POilSll
l'ouilh, commission Sambour. fc^T JL1. VRV
2o Brpios No 502 faveur Hri
liers ullus Rousseau, Commission
Dauphin.
:jo Rcpiss No 137 faveur Eugne
Pouiih commission Siimbour.
4o l'Ordonnance No 10 faveur T.
Honorai- Dpartement Inslrucliin
Publique.
5o l'Ordonnance Pfo i i faveur T.
Honorai Dpt. Instruction Publique.
fto POrdonoence No 148 tavenr II.
N.l'rophle, Intrieur, i.oininission
Vrilication.
l^e soussign mandataire dee inl
resss, est autoriss prendre commu
mention de tout acte de cession qui
aurait t sign relativement ces
ropiaaei et ordonnances.
Port auPrinee.le i:t Mars 1914
Victor M. COU I \vocat
Company Inc. Newiork
Si nous voulez protger la peau le ?oi chauwwirei.
Si vous voulez, avoir un brillant luisant et durable.
si vous voulez la couleur et la sonples&e de ces rli.ius-
ures pendant longtemps employ! la marque lonogram.
Fabrique spcialement pour les dames et les Rieu du liiijlit tite.
Elle prelge la$|>eau des cliaussure^ contre riiuinidit
et la chaleur.
Demandez la marque HODOjrain c'est la meilleu dboutes
les marques.
Ger 41SEME Affeni ponr Hat.
Sept passagers eu par-
fait tat peine quelques
mois de service^ est
vendre un prix excep-
tionnel.
Toute oilre raisonnable
sera accepte.
S'adresser a
L, PREETZMtNN-AGGEHliOLM
GnGril ayent
Bue du QuaiPort au Prince
Rhum Barb
110, Rue des Csars
Tlphone : 0


1 t f,A I I.
|M | Ml
JUB
Stjs!? SB ! w "^ns-'
leJtl physiologique
le seul faisant la rducation fonctionnelle de l'intestin
Eponge et nettoie l'intestin,
Evite l'Appendicite et l'Entrite,
Supprime les Hmorrodes,
Empche l'excs d'embonpoint.
Rgularise l'harmonie des iormes
Constipation
Entrite
Vertige*
Hmorrodes
Dyspepsie
Migraines
gUMM Chtelain. ? f en-
cuoo. Paru. i'* pl>"'.
Li mr laurnit l'.jir-agir, tu algui minni qui intrt danj la composition du JU80L
Si nu ini-irM mttiH
pu. n av.lant rl'.iqin ? r
tiurlqurs r >mprimrs 14 !
bol. r.ndr. I'
partir par 1 aB>i> Si
lirs ri (1rs la.
icil ri ta soupleu., a'tis
avaient tu S leur Ml
r< inu-ouuir si admirt
ralise par lr jubol. peut-
tire rMlli .re >lu fljlr
rompieraii-r'.le son actif
i m hr. I inmaniie ent de-
nomLf moins ilr sourtrnnrc
ip,r m maladu w firent.
(unies les epouuea les iiicons-
cirnls artisans
r> B*t>toi*.
d la Fac de Mai) un Mumpeliir
Hiiiop.noroai
niBOi.rromr: m
porilotri
urf. ra'manit. d/rongri-
lO.IIldi:.!
JUB0U7AN : PMM
dr evnfc lu lu I "
r,frrie
.2E.,
UXTR.UTS BILIAIRES j
du d^c-ur VI ";" B- '
llr :rr,i ,i I IXIIOM du
'OU
luge faillanl Consignataire pour Hiiti
"flre^towe
PNEUS
TUBES
I
* ACCESSOIRES
Les premiers automobiliste du monde se serrent des'
Poeus & Tubes
FIKESTOM
la / iretone
'Lire $ liubber
ompiny.
1 ai mi toutes les antres labriques de l'neos ftTube*!
reprsentes en Huit, est lu premire mii a permis)
au public de proliler de lu baisse du Caoutchouc.
Vous avei nue relle garantie en employant le pneu
"Pirestone Cords"nour votre automobile surtout quand
vous lu lui."s circuler sur des routes (jRssaotea et
rocailleuses. One lois votre auto munie de FirestODe.
vous ne devez rien craindre.tout danucr est limin.
Toutes commandes directes pour lu fabrique sont
Un Microbe dangereux
Le StreptococuH Virdiams* eni hmo-
lilique, c'il--dire, qu'il fait saigner
les gencives,
Les recherche scientifiques entreprises
pendant ces (toron l es annes pn.;- les ou-
tres mdicaux des hlals-L'nis ont conduit
des dcouver es toi t intr< -s n i'6 qui doi-
vent tourner au profit de l'Ii mande souf-
frante.
Il a t prouv que le Btreploe rus Vl
driaDMi ie microbe umolil que r< iun;e on
l'appelle, se loge dtnt les ncines dis
dents, de< amygdales, du lube Intestinal,
etc.
Pc ce? divers pointa il renvoie :-.s toxi-
nes aux autresorgaoes par la voie ilu sang.
Celui ci les absorba d'abord, puis 1rs re-
foule aux centres nerveux et crbraux
eu produisant comme logiquement il foui
le supposer, dfs Intoxications gnrales
qui SO traduisent par certain trouble men-
tal.
Ces lignes qui (recdent s'adressent
ceux l qui ne brossent pas leurs dents
dans la CfMBta d'en t'aire saigner les gen
cives.
Une gencive qui saigne o-.[ une gencive
malade. Le dentiste et I exami s baclro*
logique diront la cause ds ce saignement.
Peut tre lamlia-t-il en altiibuer la <
au Stre| tococus .'
L'bygioe de la bouebs observe jour-
nellement par l'usage de l'hlixir Dentaire
AN l l'Vo du | Watle tri d sprs le
Dr YV I.I.Nbs, une mesure f a.ut; in- pour
vit-r la peore alv. Uaiie et la toxicit
du Sir [ilui m u>. A ces Soins il faudra
ajouter ie brossas des dents avec la Cr-
me dentifrice ASTI PY O du Dr Wait-,
dont le pouvoir antiseptique est une ga-
rantie pour la conservation des dents.
fabricants
he Antidolor MF G,
Spnngville N-Y. ER1E Cd
USA
Demandez les ''chantillons et les priv-courants. Xous
avons besoin d'Agents actifs en Elaiti.
CvGvs CMuvjnosu, cisiLiTii
i"
',',<
^
v-
#
-_.-'
SIROP t
DESCHiENS
l'Hmoglobine _
r'-**.-rlt jjr l'4!lfa n-idlcal*.
- -*tJ,ius dai- Jaa Upltmnx d Parid-
.y. r.u<:a m Piia.'co^.

'
acceptes Ides conditions trs avatageuses pur l,^lM,l:m^.'
L. Preelznaun- ^njerlioim,
Hue ilu Quai
Tlcplume': 254
Tcvjwir en Plvfc toutes les di ensio ts di
l*imis & Tubes
Vous en trouv ' nutl chx *
J. H. Woolleju
Oppcits Bazar MtropoU'ai^
Phuimaci* VV. BIICH
Prfp re% vos liqueurs aiee les Lts>ea
e s v< ur Liqueurs ; At.irettes, dente
de Cneao9 ChorlreuseyCuraao%Gin.
i
Tciphoiie: 587
L'Etablissement prend des pensionnaires la quin-
n' pour le djeuner ft I*' dner, ou pour l'un ou
Pautre sparmeni ou pour pension complte,
l'entendre avec i.i direction p-mr les conditions.
(irande salle pour banquet
Cuisine Franaise


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM