<%BANNER%>







PAGE 1

LLSUT1N Ihi en iiii coron> ,l r | | de non-coopration qui !l eooi qui !• fi %  amene S de si ebeui le* Ko dlivrant Gandhi, le nsMiatre Mac Donald a accompli un acte htUI irmtnt polilique, du moins provisol M ment, car il faut bien M rendre • omple que le moutemeni auquel Gandhi et Tagore ont attach leur rom el dont ils sont le* drapea \ (-t en pleine croisMD ie, qu'il souli se, daSJ une proies..ilion calme el d'autanl plui invincible, dee cen laines de mil'iona d'aMi, et qui! dpasse l'Iode elle-mme, car il D rien moins qu i le procs de la C*V lisati ta m idei ne. u.i nouvel Ban Par Cable Nouvelles Etrangres Chrisl et de Bosfldlii, de Ro lit %  n el d i I % %  > il %  gile, BMilhfl • de V Ecole Normale et la Manufacture hatienne de tabac Hier ven les i baarai de l'apra midi Mme Leraboura. Directrice di l'Ecole Normale primaire de Jeun lilles accompagne d'une soixantaine d'lve* i rendu vielle a Mr Pantalon tiuilb uni, propritaire de Manufacture hatienne de Tabac. Sur les lieux, Mme Leraboura %  rail s MI lves un cours de leon de cboaea et leur a expliqu en inme tempe les progrs rali-parler Guilbaud dans la prparation du tabac. Toutes les parties de la manufacture Mot ensuite viaitee et dee renMigoemenls donns sur le mcanisme et la mise en action des machine fabriquant les cigarettes. Cinq autos axaient t mises la disposition de l'Ecole par notre ami l'antai, ce qui permit Mme L bours de continuer M promet) ule scolaire jusqu' isea-Side-Inn et 4 l'Htel St-C En ce dernier endroit, la Directriee donna lvequelques explications suri culture potagre, puis des paroles de remerciement* furent adfl Mr Guilbaud qui lpondit ave.' bea i coup d'aisance il d' propos. Nos complirn(nts h notre ami Gctlbaud. Puiseenl lei voeux qui ont t formuls hier se raliser non geuli ment pour sa manufacture mais aussi pool le plus grand bien de l'industrie nationale dont il Ml l'un des plus ftraiids leprMotaati dans le pay-. Une suggestion relative la rleur du Irauc PARIS — La nouva l • ivaloatioo du franc I un liera de H vaieor l'a v.ini guerr* s'> ; t environ i I rr inc pour un d >llar. a t suggre par M Lon Obaverboo, d ma ne artich public dani l'Informa Ion . Li fameux conomiste dil que c'est I •. tout ce que l'on pjum'obteair dam les eirconsl in< M ael i illei avec h linancM BM irnies. Bi i apte i \'l' mi ijoute Nl.Chever non. aucune nation de I i terre ne supporte une (.M.' % %  xt-'-ri' ne et in trieure auui leve \ i • li France et le total exprim |Q Iranci, dptl se toutes les NtHnationa de la ricins se nationale d'avant guerre. Ai: M <' xi < 1 1 %  e MEXICO— On annonce que le gouvernement a reu l'oflre de sou mission de plusieurs commandants rebelles. Les g nraux Forlunato, Saycolte el Mansal Garcia, Vigil, ce dernier ex gouverneur d'Oaxaca, ont manifest le dsir de se rendre,mais toutefois ils demandent de conser ver leHr rang dans l'arme. Le prsi dent aurait rpondu qu'il accepte rail leur soumission sans conditions. La reconnaissance des Soviets par le Japon ajourne TOKIO — Selon des informations reues de cette ville, le ministre de l'Intrieur M. Mitsi aurait ainou ce que le .lapon ne M, mi icra pas la reconnaissance sovitique russe tant que les incidents de Vladiv >stoek n'auront pis t tranchs d'une ma nire dfinitive parce qu'ils sont ton sidrs comme formant partie I une campagne d'eicitation antijaponai se qui a profondment irrit le senti meni national.Les 3 principaux inci dents sont la fermeture du consulat japonais a VladivostocU, la suspeu lion du service postal el l'arresta lion de sujets japonais pour des mo tifi qui n'ont jamais t connus le crdit de la Fiance en laveur sur toutes les places \i:\\ O IK iii i. in lieras des mai CM de lier io i I il'Ams'er l L'n tiidium de prierai*t ordoo n CoiiiiiiciK c dim ini be soir, il prendra lia ce %  i i ii heu : i i BU! heu res Mivnnti '• bi iras, i hem demie el 7 I mie. La messe de 7 h, I 2ien dite par le pre I' ml, S rtaire d de j' rebi i' mgyrique du Grand Saint p&tl 10 dee OUvrion, lait par M r i JtH, ea& i^aMaMnHiMBMinBHi^^ Fianailles Non avons rOQ la carie de liinraillede Molle L'ouie Hich i l>\v lOfOOB 8*0 Millau fila, Aleilieure comulimeub. Tous les articles en vogue, d'une demande constante, ont to>ijours t l'objet de limitation snus une forme ou sous une autre de la part des con cnrienti Le besoin des producteurs de se prserver contre cette fraude que constitue lacontr faon,les a pou vers celte formalit de la proprit de le marque de fabrique, C e .i ain-i q le l'anlalon luilbaud pour ne pas tre victime d'une con enrrance dlovilese conforma aux exig •n ti de notre lgislation en t'ai sant enregistrer, publier el dposer en excution de l'article I de la Loi du ls Dcembre llf, s-s difiran te marque-. •• gceferl ili ",'' Port au Prineienni • 11 %  Maile grand induitrid avait ngli g de pran lie loi mflMi diipoeiti ini l'gard des cigarettes (abri |u la main, les pie les sont contenues dans de* paquets h papier bleu clair. C/est vers cederniredont la bon ne rputation croit chaque jour da v.intage ipje-e sanl tourns les re girds deqaelquei malins I bric nt. Malheurs il ces proluits con trefails ne res embleni m'a premi re vue M n I iortenl de la Ma niifactiiie Eiailienoe* de l'abus, et di qu'un la ; t ur t.unlie aux une de cecigarette' il-iliei il l vite fait de -'< n d Mr, le t ibac n' tant ia; le ni, n-, l'arom i eiqaia qui ait laa oV de loui j taat absi nt et puisqu'il fnul le dire : la i ontrel car Pan'al m Gui b ad a i cet. La.question de rgler la situation de la Commune en envisageant Fur gence d'teindre ses dettes, qui pa raiMal l'ordre du jour semble .tre rentre dans le domaine de l'oubli. L'Admiiu-tralinnaclueliequien avait fait un des points de MO programme parait avoir modifi Ml vues tant donn le silence qui a'i il fait ce su jet. Il esl vrai de dire que la Coin iniine n'a gure h s'inquiter de ses cranciers puisque Ml bien et Ml fonds sont insaisi sables ; inai> il y a la bonne foi qui lie malgr tout le d. bileur surtout quand il peutoblenir les mo\enncesi lires pour lpondre ses engagement. D'autre parlcomment excuter des travaux et organiser dM Mrvi s io diapenaablM aune capitale? La construction de l'Htel de Ville (pli Ml reste UO projet l'lmle de vaui de oombrausM administrations pu se sont succdes doit pouvoir aujourd liui rentrer dans la catgorie des raiti Ijne l'Administration aclneUe y pense un peu et qu'elle fa-se i-ef futpour aboutira DM rsultats, heu reux, ce sera l toute sa g oire. Oi'ilre d ;s vor ils d,i lirreta da Cip-Hiilien \ iu iv >QS rele appraciia lion on tait autoria croire Fac lion prochaine. Des mo:s se sont les et on n'en a plus rien dit, , Cependant laltede ce mouv ment se trouvaient "vlessieurs II. P Davis et Berlin, fous deux des entre preneurs de grand mrite. Que s'est il donc pas-e '. ... Cette comliinmson marcherait elle de pair avec l'exlmision que les con cMaioanalrasvcMl donner an traite de la Compagnie Nationale des Cbe mins de Fer. Ce la est possible et nous le souhaitons. Coup d'œii A notre grande joie nous avons revu autraconfrre "'L'Aitiboiite". Nous y avons relev enlr'autres choses La juste apprciiton porte sur la nouvelle lui sur le \i a que notie confrre dil tre en quelque sorte une application de ses ides. On doit, dit il, se rappeler que dans un article qui eut quelque re'entisse ment nous avons lors du dbat sur la palpitan'.e question des taxe-,opin pour ceite l'ton pratu{ue et peu conteuse de recouvrement, avec la quel.e est habitu le p 1 ' %  %  %  i Une pelile industrie qui se dveloppe Le mais moulu, qui comra? ou le sait constitue la nourriture principe le de la classe pauvre tait obtenu nagure par nos campagnards sui vant les moyens les plus rudimentaires. Depuis peu les cit.irdins se sont in tre--i cette petite [industrie, et le mais qu'on bail venir un peu partout subit aujourd'hui les procles modernes l'aide de michines propres cet elfe t. De toutes les installations, il sein bleque celle ie Messieurs Oloffssn, Lucas StCie. est la plus parfaite. Elie e.-t iKiniie il u nu machine puissante et perfectionnequi permet d'obtenir lia fois, le mais moulu et la farine de mais, deux produits distincts d'un coulement aussi rapide. Cette maison compte aujourd'hui la plus grande clientle de notre m ir ch laquelle tend s'tendre chaque jour d'avantage, grce ces prix qui lui permettent de foire une concur* ran %  u nace a ton1M entras produc I, tus. Cela au grand avant, ge de la masse pour qui ces proluits sont de toute premire ncessit. ._ M CoSneat on^devient fumeur et comment on perfectionne ses got* Ound on a ium une cilaretio sortie de la fabrique de Pantalon tuilbmiil. on devient fumeur ai „ on ne Ttait paa avant, ou l'on renie tout, autre tabac pour adopter ealui : Do la Grande Manufactura Hatienne. A vis uri|ciil ta Minisirc de France insite t tua IM Franc lis ns en 190 i %  sa prsenter san lion pour M faire inscrire -ai les taoloaui de raMs w a lin ni d i ds 1923 Pari au l'iiuce le U Mars 1984 Ncrologie Kst dcdt'e hier aprs midi il heuies Madame Cablus Chevalier, ne Augustine Cadet. .Ses funrailles aurontJieu a ce soir 3 heures prcises. Le convoi pailira chez les poux lloratius Laventure pour se rendre l'Eglise Ste-Annc. %  %  %  Varits Ce Soir Le tii m 5e el 6e episo des j^j LS Bail M H I -ntree 50 cen.timea \ La Solidarit Le Conseil d'Ad.ninistration in vite lous les membres de la (.Solidarit-), socit d'assistance mutuelle, assister la messe que Mgr l'Archevquechanlera deinan* ziaiin a ti he im en PEgliM de la Cathdrale. Comm %  ou le sait cette messe sera dite en l'honneur des ouvriers. — —— %  Socit d Histoire el de Guijraniiie d'Hati Les membres du bureau de Direc lion et du Conseil sont pris de bien v iuloir SJ runir demain mercredi, 5 heures, la Bibliothque de l'\mioale du Lyce pour prendre lee dernires dispositions concernant l'exposition de documents et d'auto graphes. Le Secrtaire gnral, C. Pressoir La lenl 1 la spaua En tact


PAGE 1

LE'MAnn L i r pisBs d : Il -*ion Sambour, No 6!4, faveur C. Gilles, No 1033, IV.U. i.u merce, No'.t:i fa\< i r Van l Hilaiie lonl adir-. — Je les d Fort au Prince, le 17 Mers 1W4. Bulletin No 361 Les char turc ton! 1 rie de D< I r qre le s;s 1 R| ISTOBAL 1 esl ettea du Poit en Prince senai 1 de C il tohal. Canal Zone, le U Mera I94. Les permis d'embarquement >e ront dliv.s p nr le fret destina tion de New VorU et des Poils Euro pens, sur demande faile ce tu reau. C' steaner partir* le mme jour directement poi r New York. 0. II. THOMPSON, Agent Qnfd Port au Princ, March IH th 1924. BULLETIN No 870 S|S General W. G. Gorgas '' is due to arrive at Port BU Prit. ce f'rom .New York direct Friday Mauli 21 lt 1984 witli : lt'.l Bags Mail 8 Passengers and will sail in tli evening on the 11 me day l'or Cristobal, Canal Zone, diieet. I oit au Prince l* IS mrs t92t. BULLETIN No i7,i Le |s <• Grer 1 W. C, Gor^as e;t attendu a Port au Prince venant rie New York Vendredi 21 rrars 1 1 '-' l ec lfil sa< s de lettre?. s Passage n ?1 partira dans l'epra midi di ni r e jour dirjclem:nt pur Crittobal, l nal Zo ie. 0. 11. THOMPSON, Gi cer.il Agent. Leiin & Fink, inc Fende en 18"6 Supriorit Bas prix PC**a Tous produits ehimiqiH's, pliarmaoeuticaajes et Mrtrea articules vendables dans unu pharmacie. Epicos, Poivre, CamieUe,Grofle,AniS Btotl^ttajajae eto,ete.UCRERAFlNE. „ ^_ Spcialit: Marque prive l.ysol eTainfeetamt, far-fnllierie, Articles pour hahiers, Hay Rum, Chocolat en pan tire, lliiih* de iou" de Moruo, Emulsion 1 old Craan, W*trails pour faire essences et eau de toilette, Eau aie M**iiiuc, roudre contre 1rs insectes. Solution pour cosarver les œfs (rais. Lait de Magnsie, Poudre supriro pour la toilette des enfants. Essence de fleura, lia* do Plorlda, *Miel pour la (aide, Moutarde, Huile d Oli !" pour la table, llrosses dents, IVppenninl, huile poav chasser les moustiques el autres insectes,llegulot: huila contreconstipations et doubles des Intestina chroniques Th, Cira pour Las parquet,Comeatlbla8, Elixlra, Epies, Sirops divers, Teintures diverses. Mus, 'te, ele, ele. Demande/ le catalogues des spcialits. Confiant vos commandes LEHN & l'I.NK, ina ; Teas serez ahsoluntenl satisfaits. f lottes les bonnes pharmacies du, pays S'apprOYSHOBr uent chez LEHN &KINK Inc. Lon fi. Ihbaud Agent exclusif pour Ilaiti F 0. P1KC Company 12 WEST BROADWAY SEW YORK FONDEE EN 1847. SUPERIORITE BIS PRIX Fabrique oe : Peinture, Verni?, ( cres de tomes sortei. Mastic. Lon R. TItbaud Ag*?t four Hati AI UMlNUM LINE \(\-Orlans etSoulh AdieiiCan ^eampshi|> Co Inc. Prochain* dparte directe pour POltT AU PRMCK, Hati Le tteatner DE A laigisra Wetv Orl* an le 15 coura:* direct met pon r Port au Prime* 'l 4 partir de cette dernire dafe, U y aura un* œeaton chaque IX jour* pour te* ports suivants; Carlhaqnv. Porto i olombio, Curaao. Porto CabeHo % La Guayro, Pointe Ptre.borl de branee, Bridgetown, liarbadoz, Port o/ Spai, TrindaU Georgetown. Fort a Piiuce, le 7 Mars 1024 A. de Halleis k Co AyeDts gnraux Stadebiker ig 6 YYiSGB I dp; CHICAGO, ILUB e7Raa%uC/, 2rCuitelv d e catoa, Kulte 3c nu Wcsb. et Claii l for dfocvtf $alt> 3anuW-& Siacow, Sueoe^ ltu^eaiwc.JfcaM^pUD^rcittei De parU. Saaci^e^ ea hvult. >r\u 3leef, oatl ke] ^Jotte^ meab, etc. etc. etc. ^ilre Iv voir lt> c rlx Caaraac. i; on R. Ihehsurl A gent, exc l usif peco Hati _____ l^ulton Shœ Polish Company Inc. new-\ork Si vous voulez protger.Ma paan de vot chtumfurfs. JtlOrn jinie ^Si vous voulez avoir un hnllanl latkant el durable. [ 'a\ vous rouln la cou! nr el la ssaplitM vV G < %  Sept passagers en paraitlat peine quelques mois -de ^service^est vendre| un prix exceptionnel. Toute ore raisonnable sei'a acceple. S'adresser L. PRBBTZMANN-AUGIiHllOLM Ctniral ugeit' Rue du Quai Port au Prince Rhum tarn court 110, Rue des Csars Tlphone : 430 I



PAGE 1

Li^.i..l(. rGLOBOL combat l'anmie Sou* fa nouvelle forme liquide 1* Globol, agrable a boire. ett particulirement recommanda pour l's enfants. C'est le reconstituant i'J il. piui actif que DMgtObiM Convalescence Neurasthnie i Tuberculose Anmie Iirtl Clwrtiln. S, r a Vl*ncteam, rim, ci ta'~ In: •;. %  l'a; %  lL.fli ". t — Je travaille avec pi depuit que /e prends du G lobent. *. n NOCTYL %  %  KtaCIx Serge!.Taillant Consignataire pour K.-.iii m L'opinion d'nne autorit mdicale de ondres J Lci crmes dentifrices qui ne sont pa apagnes d'une formule Ibrai indiquant la oa e de Jjur composition, n'oliiei,! 111.111110 •a pobHe, il les mdecine qui lei prescme&l ne savent nonjjilus ce qu'ils recummandont. Ils peuvent encore moin> ( 11 ;. M n 1 1.rsult:iiparce qu'ils ignorent les proprii t, -, des matiri 1 qui U1 com| osant. y)r3REYET, mdecin-dentiste de LONDRES. "La crme dentifrice ANTI-PY-0 du Docteur WAlTKpar %  J 1 1 j M.I | ( ,,, mni;.ndoe par toi s les mdecins et dentistes parce qu'elle renferme la^brmule dont jarle de Lr PREYET. La C Cordonnerie Ernest Camille Gnnd'Rue !N 1722 ct de la Poste 1 r Avis sux Sportmen A l'occasion des grands matchei de Koot hall qui doivt nt avoir lieu, et si vous voulez tire vainqueurs Procurez-vous vos Souliers El VOUS, jpunps I'OIIV, pour vos lenimts dans kur tal iDtreaUNE BONNE PAIRE DE SANDAfeKS MADf.OM.rtV spR!Ncv'iii£jrY Mit En Oc iii •' Demande! des chantillons *kn£&3UGzi£* .m# M'iHri ANTI rv-o DSKTAI. CIXAM li.MO Suponl. J4.1.'i> (IWirun > Hrn:.>ii>ll>klnl<(iM| MO Th.. .JOO POMMII cMora. JMSO mUU Car Iiv i MJ P^ui Sales AVOCAT RcconfreirtL s CrnucercKiix, affaires lltri.gei. Cortet-pcntiaiita Washington, New-York, Berlin, Turin, Londie = l'aria 17 e tint rii.r:i7,i on-uti-trintj iTtlivhone 507 La ma^on SILVERA la Mais.,.. f. MLVEli toujours soueieusede donner pleine satisfaction ses aimable? & nombre* ehente, leur oHre,les articles suivants de toule traiclieur t de toute beaut rcemment reus par Us derniers steamers, des prix exceptionnellement rduits. Nous ne croyons pas ncessaire de publier nos prix car il n est un doute pour personne que non seulement nos articles sont de choix mais que nos prix sont I lus bas de la place. Casimir gris anglais nouveauts i'alinbeach jjris anglais l'alinheach gria unijlnis carreaux uni & barres, couleur Alpaga noir sup, Diagonale noir suprieur Soi.,e bleu marin & noir, anglais Satin de chine pour tailleur L,u3trine a barres pour tailleur Kaki Jaune antjlais extra suprieur Drill union blanc Tussor Japonais pour Chemises hommes & robes l'eical blanche Itideaux tulle pour; portes Tulles pour voiles Voile 11.i c a barres Katine blanche S: coule.ir Organdi suisse brod Gabardine unie & a barres 3 IJrodees madera pour robes, ch mises &,jupons l'etltes serviettes damasse pour taille Soyeux uni blanc & couleur Marquissette coton noire Crpon jour blanc et couleur Brabant anolais Kolienne a mouches couleur liandes-brodes anglaise Toile a voile pour ijcelettes & pour cadra Calicot percale de famille Piqu blanc barres pour jupes Nansouk noir anglais Molleton blanc et couleur i otions Pivert assorties basa jours bas bianc demi-soie Drill union anglais Salin foulai d anglais double il rgeur Chapeaux feutre llorsaliuo ete, ete, ete, Ioute personne dsirant se procurer les meilleure* articles de la plaie et aux meilleurs prix ijNe partout ailleurs se doit de laire ses emplettes la Malien H. Bilvera. Rappelez-vous surtout <|iie la rputation de la maison n'est plus taire pour ses articles d'importation mglai se. &r .fur Pharmacie F. ojonni ao-i ,.., a sa cJealle et au* md tins trautaorin son Laboratoire d Ulojjie c biologie^ appliqu sous la Dir.-cUsu uu pallie qui! uu .-aurataire^dd ASTHME] Opprttsion, Catarrhe, 5 Sttfiocat.ons, Toux nirofjsts. Outrlion oertolne par %  • %  CIGARETTES CLRY l et:, POUDRE CLERY 1 Dr CLERY, 53, Boni. Bt-Uartln. Pari Ipjsil -.< %  OLIDA JArvlBONS CONSERVES CHOUCROUTE FOIES GRA C LGUMES FRUITS CONFITURES NDIMENTS En Venle dans toutes les Bonnes Maisons Agent General pour Ha&J : Ch. MAGNANT GROS : 118, Rue Baudin, LEVALLOIS-PERRET (F.) Pharma ie VV. BUCH Pi par r. vo Uquur avfc les Essen tes pc.rr faveurs ; n*9ette\ Crue e Cacao, Chnrr tu*e,Cu*Gaofiirt* DrRicot % et E. Sjourn L* i IQflai %  %  1 j-iu-Imatin .C nejr.s dac sa uiouce ci lointe, s.ul pourie Wasseruictun et la constante Ure-Stcrtorie a 8ero • que le mardi d. cl quese.nsine. I •=u a ia Phauaacie pour les ren eigm ; . 11 df %  d'une i .t but* Raction de Yasser mai BaciKu leTnboaiet, Eiameodu s^ug ei du pu iimen do.-. m an. iaai. en de crachat ./ubumiiio i-.-Mti r. (crstanteUrocr 're iU tie?finhlto'e&afiqu*lfa]blci Bonne rcom^eise Est 1 ti.mise, celui qui fe;a rf-tiou ver nu soussign |une mule grande taille, sous poil brun, ayant lu qui ne el la crinii • sabots de t\ i N adu mrse pioj ne t,%isej •' TABAriHI : la soi rildulO Mars coul.^A\i.a t d nn la l'ol.ce Portai .... e II M. 1 Edi'isid l'..l.\IL Sea Sido-Ion Diuisnde d'en.Qloi ( t a ptable, i srlanl l'Ang sis, IFianaia <\ I Espagnol. Pour tous renseignements s'a diewer au journal le.'Ma %  #. Tlphone: 587 L'Etablissemenl prend des^uetisicnnaires fi la quinzaine pour le djeuner tt !<•. %  dner, ou pour l'un ou l'autre sparment ou pour pension complte, l'entendre avec J;i direction pour tes conditions. Grande tulle paur banquet Cilie Fiancaise



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETA1RF imRIMECB Clment May loi re BOIS VERNA 1358 Bue Amei'icaine NUMERO ^0 GENTXMEh ColumbL PAN AM Si l'on oc If voyait at de garanties a i\ lignes de navigation assujetti ejpendanl certaines taxes, et I %  voyait toujours en butte aux rel i mations. Les importateurs euxmmes soutiraient du retard apporte dans la livraison de leurs marchandises par suite du systme mdimentaire des chalands Cet tat de choses ne profitait qu'aux entrepreneurs qui s'oecu paient du dbarquement et de l'embarquement des colis, dont le salaire tait bas sur le tout) import et export. Telle tait donc la situation jus qu\ i moment o l'ouvrage de progrs qui constitue le wharl fut achev. Comme touti i I i bis qu'un s entrave Jest apporte la routine, la Compagnie connut desdillicults passagres avant d'arriver assurer le service d'une laon rgulire ; m is sitt qu'elle tut dbninvement lance elle ne connut aucun des dboires inhrents notre milieu. !)• par son contrat qui lui donned oit des ava iai a l 'ii lus, elle n'a, au cours de ses afl urestp • par au :un mmv li • tournant, bien qu'elle n'ait jamais prsent un tal de sa sisitu ition propre, si com lit ail mt se noyer I nu celle de la Hasco. C -peu I ml 11 gran le enBance d mt jouissent ses acti ms depuis longtemps introuvables atd • leur relle valeur. Recevant rgulirement des Compagnies deli ivigation un dollar par t nn i pour la taxe laa i ille elle a droit, la l (lu Wharl peroit encore des i nportateurs et des exportateurs d is trais pour le transport d i tout colis du hangar du wharl celui de la douane et vie i vers N tus ngligeons aujourd'hui d'entrer dans le menu dtail, nous proposant d'y revenir Ce simple aperu donn, on peut se hure une i le tvec l'a. tivit de notre port, des recettes d l cette utile sxp oit ition.] Rien qu'en considrant les trois principaux lutrim de la semaine qui vient le t '<• ouler, on peut se rendre compte de sa situation privilg e ; le tonnage de Hati , Cnstobal et c Astres runi donn3 environ 3.J00 tonnes, ce qui premire vue reprsente 8300 dollars. A tous autres avantages que nous dterminerons bientt le faon mathmatique, la Compagnie du VYharl ajoute encore le bi d'une main-d'œuvre extrmement bon march, car, si on fait la part des risques qu'encourent La Mode Nous parlerons de la Mode et nous ne parlerons pas de la femme. Un comprend as ment pourquoi en traitant de la mode nous nous inclinons ne pa9 envisager la fera me ; bien (pie de l'avis de tous, l'use ne va pas lui l'antre, tant il para t que 1 1 mode n'a t cre que pour li hnim i, la voit bien, c, bo Bmes port, r de-. 1 1 ; ,,> siiv.nt legoul dea tailleurs c'est le pantalon c illant gai propar tionne leurs Mates, tantt cet le hussard qui les enveloppe et les rend inlgants.— Qnaat aux vtons, nous dirons trop si BOUI t01 Ijns les pisser tous en revue : d : puid la jaquette longue jusqu' la u oo p* lande. .No sommes-nous pas actuellement dans l'emprise de la mode .'— %  gmt ou ridicule, ne N t-ou pu Iii m jours ie gentilhomme portai rein ni ni veaton fendu au dos avec quelquefois une pince et il M D il qui tout plutt croire une cami sole Mai ai a la n daine qui, souvent Q'I ,| , -ulement que ri ticule, mal re racl nies ne convient qu'fc des lieux dtermi Ba et des crmonieparliculi Ni.— C est un abus et une mprise de se croire autoriser a porter une toiletta da soire a une Messe, en vl ite ouea prom nade —Autrefois il garait ijue tout cela s'observait. — Aujourd'hui, fuit il que les i de Moles oriveol au ti ial d M C i*a loguas que tels c isla aes ne p : > %  t, t tre p i telles a as .' Cela aurait fini.— Kl nos mondii n--> qui ne tieoneo! qu p 'leaveu glmcnt aux exigea •<•!• %  I i mile l'empreaaeraieol de ridici lisser celle qui s obstinerait ou s'oublierait se montrer en qu il i i %  pari dans ua ac eoutfemanl contraire aux | rSK rip tinns. i faute n'-; pas i 1 1 mue, elle o'esl imputable qu'sui lanceurs de modes. %  ndmt. n* voulant envii que U mole,il n tentons soflst de parier de iiFem me, -tant elles paraissent faites (ou tes deux l'une pour i'aatre. Il y a u ia i oit qu'on o t dire : M i le, sens voir surgir lout de suite ml s ii le visage cli irm inl de la i avec si | — Cet II il tlile el do cile au-Mil su vi lem^nts du tailleur, tant est vrai que la fera m %  ne sntiache qu' la premiers im M iioe dvi m Si, disons oous, la m que, la mile n'l ail iBmune irait p ian %  d i us m e rgi nota un man qui iile. Cette rflexion nous a t i re Dimanhe deroier peu 1 ut la ; d une d; u J:j.,i o* Paro ; siales. Taaiis guoj l'd.n en pciae i UJUJ I,I ira ili -i, la i ii'' rente c limes de >ur i i i 1 ir heure du jour est di Travaillant in >le I de plomb, e\,' pires accidents, ces m lent peine de u %  employ> h\ s, l'on cdnprend bien qu irav il pnible auquel if s'adou lent, il < n p aivenl ivoir au su i c jpfort en rapp %  I iv • %  I >ur mo d > lie >_ ie la nielle ils son! atta ;h is. — P nir ce faire, ils i oi 'enl un salaire galera -t 11 d irisi ire de qu it' 1 1 gourdes par jour, t le double quan I ils trivattlWt h rmit De telle sorte q i • si le Cbel de ix contrleurs attachs tu m • m %  sei'vice, 1 '' c li isi ir,l i com il il! i qui reoivent d ta app iin em mis i n rapport i 18 qu' Is remp on peut d i i q l'eus irable du • il mal rtribu, m ilgr cette prosprit cr lissante d %  la Compagnie du i u 1 alors qu'il l'a it surtout d'un travail ipci il et dur, rcla n, ait une nergie inlassable oherchona le moyei de placer ane d • u lis die qu > %  ie niui surfait debout la longue messe, la livre en m'.in,— nous aVOBI lOStaU que brusquement DO me SI t i --n t chang d'allure, Kl 1J!II il" N promener i la l'un sige vide, l 1 ml i i x •sir Us bras grassels et enliremeal aa de cette tille d' er| uns m m verii'nts — %  pileuse — n i th&tre in^mi 1 on n'exi, Bal ce I i de -1 faute mil i i m >d qui elle mffl I 11 pOOrsait lus [u'SUl li' i'ir troubler les i i e. Eu ces lieux, o rua as 'l ll tre un sujet de distraction pour Pentl (m ebaeuo doil apporter les meilleu ros di-, a d'obi air lei bienfails du C non m i %  !• Ml rec i til i dans sa t rire, mais modeste dans ses lia lia. Bm. LAMAi I • a arisiana JEUDI Le Calvaire J'mi ionoeeol Entr I i;rJ: Balcon ; 1, .il User opinion par I tude de %  • : tins typti qu race hum une. elle dirai! cei uns i enl q u* l'homme est un vilain ani r. I. -i ce a sel le plus viluiu Lu effet, tandis qaa aoai soyons la b le varii r ion cri en rais m de ses Impi '--MUS, l'bum ,•• %  cache les sleonea, I l'aide de le plus belle prrog itive que Dieu lui >it concde; u'o ce mol du philosi plia : La pa rle ,i "i %  d ii ls t l'ti >m a i pour qu'il ti u %  sraios de s,m .ine ,i,i [es i laceptioni le son M u~ la plus lurent, les types dont nous nou oc< i oni ni -' Sei I du Lin : i : C0 0 H' d uni%  ni" al d'une i il I >is plus terrible que le poignar 1. p!ui naor%  que le p u i \ m. i',, i. / pa• mi %  i\ il a nuances liverjei lu t< i Ire au noii le plus s i ab Voyet ,, lui-cl : rieur, spirituel. i luit, prenez %  ird • sons se dan us i,' boa enfuit, ia cacha un oalur ,11 simp me il m eii mte par If ;rel. il vous envie ou ne VOU pas mais \ 11n tssez, -1 l mie m irche : ni u Ol qu'il I ne I lit qu'on rit il vo i | ie |ni \ i %  i ,i le ave,une i i MSae BJjSa ml I M q fil 4il %  ', ii Fond dang r JJX l'ail la m %  lissait, da la n,i i ii gi ii.-ii li,'. \ iv •/ cet autri : ai sp ritpel, ni [ieui ; au i inlrair i,il a touj mra l'a i i e rver \ a 1 1 r • < %  h i-.; q ie i• q i ai l'obj i d • %  la i onvereatton. Il • dietiogue par N feus rayants : j i m,us il ne v.i,i^ regiras en plsin, utivea iion! ii tel -ur votre tel ,jaui il sur voi voua, \ us lui p n % %  / da tel ou tel,; il n : v ma i p IS l d n m-: p li • bru il "Mi oui. colul qui, a t'dle ji i pie. . Et U 1 • I • rseuau [US V,iil / .,11 q l • \ -iv ur. Celui i ie diffam il ur, do ton gri* M ule i %  m I • pi id istructeu anir. Pour lui. rien n'est \ctl : ni le rang, ai e, ni i' 1 sese h ne respeel i p i l de 1 1 mille que la rie de i l.tche pir tempe r niHiit al p n calcul, il as N pi np n i p uni de s %  renseignei svanl d'u i prfre i imnl i 11 i'-t ia dou •' %  satlsl i hua tjue lui Imp nient la vrit i i l m qu'il avaiu-i', pourt i i i*il salisse : la c i 1 imoiati e pour i miller : il esl heureua qu ind il a si compli œuvra el iu'il i lait cho tans un nu; iiil. r i ipr H benl suc Il III I ,1 u I •autres i, n U, lia i nt et plat va i tans va Isui relle, oa nV ployant Ieui Initia i le mal eontre l'h ).i. .i, b Au p.n.t I • vu" spirituel.. "Que .i ra moarii o d'sa 1rs eu 'i onl p ut dispai u, victia de tragiques reprsailles, ihn> ooi lutti Unes d blet C imbien i irv u i • foin-lions qu'ils I (lu mis et la d<. d iii'in : li> dh imbu ueta ; %  jie'le au i lu pain qu'ils (. i tain-%  q lmaodenl i s qu" la avaient nii umpren die U lui 1.,'ulc vjui retourne le bien a i lue i al i np i-" '• %  mal au mal,ds i l'.bs il M i' les cb Ltimeots da Dieu : I' i imili i i n nation le. 1 1 misre des i n'onl i oint r un 'n les i luii M s ; ils refusent de aoapi enfin II u m M culpj, aimant ua resl ir lonjoura m lisants, dif 11 iiiteiirel calomniatanrs, E. C Des flibustiers 1 rcoces 1 i ;> ul II v ui. mo ita dans de petites embarcations sharaaa de liiuls divers de i erlaius articles de i un oie. li s ml escorte pour ainsi dire iu\ m.uils hile.nix si|,,t qu'ils app irais enl en rads. Us sont la rois mai I t nibuatiers. \, i pi u p ut d'sntre eus, des Innvsa* v Itl qu ils oui Uni d'e luler hoir -lu 'U, vmil piloter les marins du h nd qui ne l'uiin il -enl p ( siiflisammenl ootre pi ice, dana leurs achats da boissoa ir daa que osa derniers trouvent le tsmps al la facilit, ils sont avidaa da boira, d lutsnt qu'ils sont i h v eux toujours soumis au rgims du dry . La provision faite, il n'asl pistoujours p lasibla de franabir sans incidenl ii .;u i le ,1 i I lelinr maire |ihn h l'extrmit du vrharf. Nos petits fdbuslieis imaginent alors de mettre leur ombarc itiao a la duipaaiUoa de laurcfenl occasionnel qui, eu prj S'iiee don pareil / %  %  •. croit naven. d av ,ir nii ni,i ia sagas. Mais, aitl qu'ils onl tagn une certaine distance eu m r, une discussion l'eog, ig • entre a n sans motif plausible, et le malheureux tranger ijui v Intervieol naturellement pour esayer de ramener la paix parmi ses braves eompagoooa se voit tout coup l'eau par l'action rapide des trois adroits compres qui submergent leur frle esquil. A ce moment*, c'esl le sauva qui peut. .Vos jeunes pire uni i i ilit iHonnante, co nue ,| • vrais poissons aa tiennent s n I' • i i ru ire i-li Ida, attendent que leur victime s'loigne, remelteut II ils leur hirpie lgre et a'y installent la stupfaction gnrale Plus tard, ils reviennent \ l'endi lit qu'ils onl eu aoio de iLdermi00r ave, nue pi ICI i ill inathmatique, i tituent plong u el |ra 101 de Ivnx, ils repAcbjenl h provision parlois assez. ah m lanta que la pauvre marin a p || lue i jaoi lis. Mahatma Gandhi C'est un a lij-ure que colle de ce Gandhi qu'na dos premier actes du ministn Moi Hmiald a t li %  ni -n,ii 'I li pi is'iu nu il tui depuis prs : dons ans a aflsr* IU eanta millions illiomnes l'appellent Mahatma, c'ost -a-dire la (irande Ane l--u d'un milieu ri* cultiv, s'i mi assimil tout le suc de la civilisation orientale, y ayant ajout loul i a qo >n peut appi -n li ,• i, i mt, Gandhi ont longtemps | une coopration d deua r ices la lieuaa et ungloBaxOOOa I I une lu i ni des deux cultures. III i I f il i, au p M :il (u I e que 1 1 guerre clata il rendit en rre avec un il le crut pendaul toute la guerre, pares que le subtil s |,,,ur l'Inde, E. s. Montogu, lui avait promis la //1 H I a un de la v )• la ri voila


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06171
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 18, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06171

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETA1RF
imRIMECB
Clment May loi re
BOIS VERNA
1358 Bue Amei'icaine
NUMERO ^0 GENTXMEh
ColumbL
PAN AM
Si l'on oc If voyait poini-.iiiiMi jamais s'iin.Kjiaer
|V'lr.nii|' dteproporlion <|iie le
plus ou moi s de pices d \
monnaie mel antre les liom-
incs. La Bruyre
Quotidien
JELEPIIOSE No Ut
17me ANNE N 5163
PORT-AU-PRINCE (HAIT! )
M AUDI IX MARS 1924
La Compagnie du Wharf de Port-au-Prin

Aucun contrat n'tait vnu
mieux en son temps que celui
^ui accordait ia concession de
I exploitation du wharf pour une
priode de cinquante a ao-
yennant l'excution d'un travail
d'une tendue dfinie, suivant des
rgles dtermines et pourvu de
tout foutilhtge moderne.
C'tait vraiment honteux en pr '-.
sence du dveloppement continu
qui rendait notre port de plus en
plus important de voir dans
quel es conditions avaient lieu le
chargement ei le dchargemeut
des bateaux L'Etal c< lirait les ris
quespermanents puisqu'il n'oll'rait
pas suiiisai'iin >at de garanties a i\
lignes de navigation assujetti
ejpendanl certaines taxes, et I
voyait toujours en butte aux rel i
mations. Les importateurs eux-
mmes soutiraient du retard ap-
porte dans la livraison de leurs
marchandises par suite du syst-
me mdimentaire des chalands
Cet tat de choses ne profitait
qu'aux entrepreneurs qui s'oecu
paient du dbarquement et de
l'embarquement des colis, dont le
salaire tait bas sur le tout)
import et export.
Telle tait donc la situation jus
qu\ i moment o l'ouvrage de
progrs qui constitue le wharl fut
achev.
Comme touti i I i bis qu'un s
entrave Jest apporte la routine,
la Compagnie connut desdillicul-
ts passagres avant d'arriver
assurer le service d'une laon r-
gulire ; m is sitt qu'elle tut d-
bninvement lance elle ne connut
aucun des dboires inhrents
notre milieu. !) par son contrat
qui lui donned oit des ava ia-
i a l 'ii lus, elle n'a, au cours de
ses afl urestp par au :un mm-
v li tournant, bien qu'elle n'ait
jamais prsent un tal de sa si-
situ ition propre, si com lit
ail mt se noyer I nu celle de la
Hasco. C -peu I ml 11 gran le en-
Bance d mt jouissent ses acti ms
depuis longtemps introuvables at-
d leur relle valeur.
Recevant rgulirement des
Compagnies deli ivigation un dol-
lar par t nn i pour la taxe la-
a i ille elle a droit, la l
(lu Wharl peroit encore des i n-
portateurs et des exportateurs d is
trais pour le transport d i tout co-
lis du hangar du wharl celui de
la douane et vie i vers N tus n-
gligeons aujourd'hui d'entrer dans
le menu dtail, nous proposant
d'y revenir
Ce simple aperu donn, on
peut se hure une i le tvec l'a. ti-
vit de notre port, des recettes d l
cette utile sxp oit ition.]
Rien qu'en considrant les trois
principaux lutrim de la semaine
qui vient le t'< ouler, on peut se
rendre compte de sa situation pri-
vilg e ; le tonnage de Hati ,
Cnstobal et c Astres runi
donn3 environ 3.J00 tonnes, ce
qui premire vue reprsente
8300 dollars.
A tous autres avantages que
nous dterminerons bientt le fa-
on mathmatique, la Compagnie
du VYharl ajoute encore le bi
d'une main-d'uvre extrme-
ment bon march, car, si on fait
la part des risques qu'encourent
La Mode
Nous parlerons de la Mode et
nous ne parlerons pas de la femme.
Un comprend as ment pourquoi
en traitant de la mode nous nous
inclinons ne pa9 envisager la fera
me ; bien (pie de l'avis de tous,
l'use ne va pas lui l'antre, tant il
para t que 11 mode n'a t cre
que pour li hnim i,
' la voit bien, c, bo B-
mes port, r de-. 11; ,,> ,
siiv.nt legoul dea tailleurs
c'est le pantalon c illant gai propar
tionne leurs Mates, tantt cet le
hussard qui les enveloppe et les
rend inlgants. Qnaat aux v-
tons, nous dirons trop si BOUI t01
Ijns les pisser tous en revue : d :
puid la jaquette longue jusqu' la
u oo p* lande.
.No sommes-nous pas actuellement
dans l'emprise de la mode .' '
gmt ou ridicule, ne n t-ou pu I-
ii m jours ie gentilhomme portai
rein ni ni veaton fendu au dos avec
quelquefois une pince et il M D il
qui tout plutt croire une cami
sole !
Mai ai a la n daine
qui, souvent q'i ,| , -ulement
que ri ticule, mal re
racl nies
ne convient qu'fc des lieux dtermi
Ba et des crmonie- parliculi
Ni. C est un abus et une mprise
de se croire autoriser a porter une
toiletta da soire a une Messe, en
vl ite ouea prom nade Autrefois
il garait ijue tout cela s'observait.
Aujourd'hui, fuit il que les i
de Moles oriveol au ti ial d m c i*a
loguas que tels c isla aes ne p : > t, t
tre p i telles a as .'
Cela aurait fini. Kl nos mondii
n--> qui ne tieoneo! qu p 'leaveu
glmcnt aux exigea <- ! I i mile
l'empreaaeraieol de ridici lisser celle
qui s obstinerait ou s'oublierait se
montrer en qu il i i pari dans ua ac
eoutfemanl contraire aux | rSK rip
tinns.
' i faute n'-; pas i 11 mue,
elle o'esl imputable qu'sui lanceurs
de modes.
ndmt. n* voulant envii
que U mole,il n
tentons soflst de parier de iiFem
me, -tant elles paraissent faites (ou
tes deux l'une pour i'aatre. Il y a
u ia i oit
, qu'on o t dire :
M i le, sens voir surgir lout de suite
ml s ii le visage cli irm inl de la
i avec si
| Cet II il tlile el do
cile au-Mil su vi lem^nts
du tailleur, tant est vrai que la fera
m ne sntiache qu' la premiers im
M ii- oe dvi m
Si, disons oous, la m
que, la mile n'l ail
iBmune
irait p i- an
d
i us me rgi nota un man
qui iile.
Cette rflexion nous a t i
re Dimanhe deroier peu 1 ut la
; d une d; u j- :j.,i o*
Paro; siales.
Taaiis guoj l'd.n en pciaei ujuj
I,i ira ili -i, la i ii'' rente
c limes de >ur i i i1 ir heure du
jour est di
Travaillant in >le I de
plomb, e\,' pires acci-
dents, ces m lent
peine de m ml av iur
Si de plus on ttl tenir compl i
des jours on ils ne i itt >u -
employ> h\ s, l'on cdn-
prend bien qu irav il
pnible auquel if s'adou lent, il <
n p aivenl ivoir au su i
c jpfort en rapp I iv I >ur mo
d > rveil le leurs if iti icta n i iv us
qui les p lussent i ;oavjiter L
bien d'autrui.
Le c inlrlfl d c ir I
le service pr, icipiL leq-nl e-il is
sure par des pointeurs qui ne
sont charge la^Com i lie du
wharl 'i l'aul ml iu'il y ait d is
b il taux rclam ml un > lie >_ ie
la nielle ils son! atta ;h is. P nir
ce faire, ils i oi 'enl un salaire
galera -t 11 d irisi ire de qu it'11
gourdes par jour, t le double
quan I ils trivattlWt h rmit
De telle sorte q i si
le Cbel de
ix contrleurs attachs tu m
m sei'vice,1'' c li isi ir,l i com il il! i
qui reoivent d ta app iin em mis
i n rapport i 18 qu'
Is remp on peut d i i q
l'eus irable du il mal -
rtribu, m ilgr cette prosprit
cr lissante d la Compagnie du
i u1, alors qu'il l'a it surtout
d'un travail ipci il et dur, rcla
n, ait une nergie inlassable
oherchona le moyei de placer ane
d u lis die qu > ie niui surfait
debout la longue messe, la livre en
m'.in, nous aVOBI lOStaU que
brusquement do me si t i --n t
chang d'allure, Kl 1j!ii
il" N promener i la l'un
sige vide, l -1 ml i i x - sir Us
bras grassels et enliremeal aa de
cette tille d' er| uns m m
verii'nts
pileuse n i th&tre
in^mi1 on n'exi, Bal ce I i
de -1 faute mil i i
m >d qui elle mffl I 11 pOOrsait
lus [u'SUl li' i'ir troubler
les i i e.
Eu ces lieux, o rua as 'l ll tre
un sujet de distraction pour Pentl
(m ebaeuo doil apporter les meilleu
ros di-, a d'obi air lei
bienfails du C
non m i ! Ml rec i til i dans sa
trire, mais modeste dans ses lia
lia.
Bm. LAMAi
I
a
arisiana
JEUDI
Le Calvaire J'mi ionoeeol
Entr I i;rJ:
Balcon ; 1,
.il User
opinion par I tude de : tins typti
qu race hum une. elle
dirai! cei uns i enl q u* l'homme est
un vilain ani r. I. -i ce a sel le plus
viluiu Lu effet, tandis qaa aoai so-
yons la b le varii r ion cri en rais m
de ses Impi '--mus, l'bum , cache
les sleonea, I l'aide de le plus belle
prrog itive que Dieu lui >it concde;
u'o ce mol du philosi plia : La pa
rle ,i "i d ii ls t l'ti >m a i pour
qu'il n arait pas Immeo I i re si
11 crature s'im I l ie i1 naorl ne
p uni traduir les m >ti u sraios de
s,m .ine ,i,i [es i laceptioni le son
M u~ la plus lurent, les
types dont nous nou oc< i oni ni
-' Sei.....I du Lin : i : C0 0 h' d uni-
ni" al d'une i il I >is plus
terrible que le poignar 1. p!ui naor-
que le p u- i \ m. i',, i. / pa
mi , i\ il a nuances liverjei lu
t< i Ire au noii le plus s i ab
Voyet ,, lui-cl : rieur, spirituel.
i luit, prenez - ird sons se
dan us i,' boa enfuit, ia cacha un
oalur ,11 simp
me il m eii mte par If ;rel. il vous
envie ou ne VOU pas mais
\ 11- n tssez, -1 l m- ie m irche : ni
u Ol qu'il I ne I lit qu'on rit il vo i
| ie |- ni \ i i ,i le ave,- une i i
MSae BJjSa ml I M q fil 4il
', ii Fond dang r jjx
l'ail la m lissait, da la
n,i i ii gi i- i.-ii li,'.
\ iv / cet autri : ai sp ritpel, ni
[ieui ; au i inlrair i,il a touj mra l'a i
i e rver \ a 11r < h i-.; q ie i- q i
ai l'obj i d la i onvereatton. Il
dietiogue par n feus rayants : j i
m,us il ne v.i,i^ regiras en plsin,
utivea
i- ion! ii tel -ur votre tel ,jaui il
sur voi voua, \ us lui p n / da tel
ou tel,; il n : v ma i p IS l d n m-: p li
bru il "Mi oui. colul qui, a
t'dle ji i pie. . Et U 1 I rseuau
[US V,iil / .,11 q l \
-iv ur. Celui
i ie diffam il ur, do ton gri*
M u- le i m I pi i- d istructeu
an- ir. Pour
lui. rien n'est \ctl : ni le rang, ai
e, ni i'1 sese h ne respeel i p i
, l de 11 mille que la rie
de i l.tche pir tempe
r niHiit al p n calcul, il as n pi
, np n i p uni de s renseignei svanl
d'u i prfre i
imnl i 11 i'-t ia dou ' satlsl i
hua tjue lui Imp nient la vrit
i i l m qu'il
avaiu-i', pourt i i i*il salisse : la c i
1 imoiati e pour i miller : il
esl heureua qu ind il a si compli
uvra el iu'il i lait cho tans un
nu; iiil.
r i ipr h benl suc
Il III I ,1 u I -
autres i, n U, lia i nt
et plat va i tans va
Isui relle, oa nV ployant Ieui Initia
i le mal eontre l'h ).i.
.i, b
Au p.n.t I vu" spirituel.. "Que
.i ra moarii o d'sa
1rs eu 'i onl p ut dispai u, victia
de tragiques reprsailles, ihn> ooi
lutti Unes d blet C imbien i
irv u i
foin-lions qu'ils
, I
(lu mis et la d<.
d iii'in : li> dh imbu
ueta ; ,
jie'le au i lu pain qu'ils
(. i tain-- q lmaodenl
i s qu" la avaient -
nii umpren
die U lui 1.,'ulc vjui retourne le bien
a i lue i al i np i-" ' mal au mal,ds
i l'.bs .
il m i- les cb Ltimeots da Dieu :
I' i imili i i n nation le. 11 misre
des i n'onl i oint r un 'n les
i luii M s ; ils refusent de aoapi
enfin II u m m culpj, aimant
ua resl ir lonjoura m lisants, dif
11 iiiteiir- el calomniatanrs,
E. C
Des flibustiers
1 rcoces
1 i ;> ul II v ui. mo ita dans de
petites embarcations sharaaa de
liiuls divers de i erlaius articles de
i un oie. li s ml escorte pour ainsi
dire iu\ m.uils hile.nix si|,,t qu'ils
app irais enl en rads. Us sont la
rois mai I t nibuatiers.
\, i pi u p ut d'sntre eus, des Innvsa*
v Itl qu ils oui Uni d'e luler
hoir -lu 'U, vmil piloter les marins du
h nd qui ne l'uiin il -enl p (, siiflisam-
menl ootre pi ice, dana leurs achats da
boissoa ir daa que osa derniers
trouvent le tsmps al la facilit, ils
sont avidaa da boira, d lutsnt qu'ils
sont i h v eux toujours soumis au
rgims du dry .
La provision faite, il n'asl pistou-
jours p lasibla de franabir sans inci-
denl ii .;u i le ,1 i I lelinr maire |ihn
h l'extrmit du vrharf. Nos petits
fdbuslieis imaginent alors de mettre
leur ombarc itiao a la duipaaiUoa de
laurcfenl occasionnel qui, eu prj
S'iiee don pareil / !. croit nave-
n. d av ,ir nii ni,- i ia sagas. Mais,
aitl qu'ils onl tagn une certaine
distance eu m r, une discussion
l'eog, ig entre a n sans motif plau-
sible, et le malheureux tranger ijui
v Intervieol naturellement pour es-
ayer de ramener la paix parmi ses
braves eompagoooa se voit tout
coup l'eau par l'action rapide des
trois adroits compres qui submer-
gent leur frle esquil. A ce moment*,
c'esl le sauva qui peut. .Vos jeunes
pire uni i i ilit iHonnante,
co nue ,| vrais poissons aa tiennent
s n I' i i ru ire i-li Ida, atten-
dent que leur victime s'loigne, re-
melteut II ils leur hirpie lgre et
a'y installent la stupfaction gn-
rale
Plus tard, ils reviennent \ l'en-
di lit qu'ils onl eu aoio de iLdermi-
00r ave, nue pi ICI i ill inathmati-
que, i tituent plong u el |ra
101 de Ivnx, ils repA-
cbjenl h provision parlois assez.
ah m lanta que la pauvre marin a
p || lue i jaoi lis.
Mahatma Gandhi
C'est un a lij-ure que colle
de ce Gandhi qu'na dos premier
actes du ministn Moi Hmiald a t
li ni -n,ii 'I li pi is'iu nu il
tui depuis prs : dons ansaaflsr*
IU '
eanta millions illiomnes
l'appellent Mahatma, c'ost-a-dire la
(irande Ane l--u d'un milieu ri*
. cultiv, s'i mi assimil tout le
suc de la civilisation orientale, y
ayant ajout loul i a qo >n peut ap-
pi -n li , i, i mt, Gandhi ont
longtemps | une coopration
d deua r ices la lieuaa et unglo-
BaxOOOa I I une lu i ni des deux cul-
tures. III i Ifil i,
au p m:il (u I e que 11 guerre clata
il rendit en rre avec un
il le crut pen-
daul toute la guerre, pares que le
subtil s |,,,ur l'Inde,
E. s. Montogu, lui avait promis la
//1 H I a un de la
v
) la ri voila


LLSUT1N
Ihi en iiii
coron>
,lr | | de non-coop-
ration qui !l"
eooi qui ! fi amene S de
si ebeui le*
Ko dlivrant Gandhi, le nsMiatre
Mac Donald a accompli un acte htUI
irmtnt polilique, du moins provisol
m ment, car il faut bien M rendre
omple que le moutemeni auquel
Gandhi et Tagore ont attach leur
rom el dont ils sont le* drapea \
(-t en pleine croisMD ie, qu'il sou-
li se, daSJ une proies..ilion calme
el d'autanl plui invincible, dee cen
laines de mil'iona d'aMi, et qui!
dpasse l'Iode elle-mme, car il D
rien moins qu i le procs de la C*V
lisati ta m idei ne. u.i nouvel Ban
Par Cable
Nouvelles Etrangres
Chrisl et de Bosfl-
dlii, de Ro lit n el d i I'> il
gile, BMilhfl de
VEcole Normale
et la Manufacture
hatienne de tabac
Hier ven les i baarai de l'apra
midi Mme Leraboura. Directrice di
l'Ecole Normale primaire de Jeun
lilles accompagne d'une soixantaine
d'lve* i rendu vielle a Mr Panta-
lon tiuilb uni, propritaire de Ma-
nufacture hatienne de Tabac. Sur
les lieux, Mme Leraboura rail s mi
lves un cours de leon de cboaea
et leur a expliqu en inme tempe
les progrs rali-- parler Guilbaud
dans la prparation du tabac. Toutes
les parties de la manufacture Mot
ensuite viaitee et dee renMigoe-
menls donns sur le mcanisme et
la mise en action des machine fa-
briquant les cigarettes.
Cinq autos axaient t mises la
disposition de l'Ecole par notre ami
l'antai, ce qui permit Mme L
bours de continuer m promet) ule
scolaire jusqu' isea-Side-Inn et 4
l'Htel St-C En ce dernier
endroit, la Directriee donna
lve- quelques explications suri
culture potagre, puis des paroles
de remerciement* furent adfl
Mr Guilbaud qui lpondit ave.' bea i
coup d'aisance il d' propos.
Nos complirn(nts h notre ami
Gctlbaud. Puiseenl lei voeux qui ont
t formuls hier se raliser non
geuli ment pour sa manufacture mais
aussi pool le plus grand bien de
l'industrie nationale dont il Ml l'un
des plus ftraiids leprMotaati dans
le pay-.
Une suggestion relative la
rleur du Irauc
PaRIS La nouva l ivaloatioo
du franc I un liera de h vaieor l'a
v.ini guerr* s'>;t environ i I rr inc
pour un d >llar. a t suggre par
M Lon Obaverboo, d ma ne artich
public dani l'Informa Ion . Li
fameux conomiste dil que c'est I .
tout ce que l'on pjum'obteair dam
les eirconsl in< m ael i illei avec h
- linancM bm irnies. Bi
i apte i \'l' mi ijoute Nl.Chever
non. aucune nation de I i terre ne
supporte une (.M.' xt-'-ri' ne et in
trieure auui leve \ i li France
et le total exprim |Q Iranci, dptl
se toutes les NtHnationa de la ricins
se nationale d'avant guerre.
Ai: M<'xi<11 e
MEXICO On annonce que le
gouvernement a reu l'oflre de sou
mission de plusieurs commandants
rebelles. Les g nraux Forlunato,
Saycolte el Mansal Garcia, Vigil, ce
dernier ex gouverneur d'Oaxaca, ont
manifest le dsir de se rendre,mais
toutefois ils demandent de conser
ver leHr rang dans l'arme. Le prsi
dent aurait rpondu qu'il accepte
rail leur soumission sans conditions.
La reconnaissance des So-
viets par le Japon ajour-
ne
TOKIO Selon des informations
reues de cette ville, le ministre de
l'Intrieur M. Mitsi aurait ainou
ce que le .lapon ne m, mi icra pas la
reconnaissance sovitique russe tant
que les incidents de Vladiv >stoek
n'auront pis t tranchs d'une ma
nire dfinitive parce qu'ils sont ton
sidrs comme formant partie I une
campagne d'eicitation antijaponai
se qui a profondment irrit le senti
meni national.Les 3 principaux inci
dents sont la fermeture du consulat
japonais a VladivostocU, la suspeu
lion du service postal el l'arresta
lion de sujets japonais pour des mo
tifi qui n'ont jamais t connus
le crdit de la Fiance en
laveur sur toutes les places
\i:\\ O IK i- ii
i. in lieras des mai cm de lier io i I
il'Ams'er l que contre le Iran-' repr sentent une
fi de plusieuis millioni de dol
an pour ( es deux place. I es COQ
mntairei de la presse am icaine
sur la cession de crdit! a la France
i ont en gnral favorablei i cette
( pratian car on estime qu"il n" III
I -lit pi- i "is
lufCaantea n' faistaienl pa | i roi
ie que le problme i i < -t en
l,oii ie voit d 'tre Mlutionn tant
donn ipie le rapport de la commis
ioD dMetperta prside par e G
nral Dawei Ml de facto accept par
la Granit Bi et la France et
que l'Allem 'g< e ser i p Uf consquent
oblige de. l'adme'lre. Cette opinion
est fortifie par le fait que la banque
de Londres a galement ouvert des
e dits la France.
Nouvelles diverses
SOFIA Le Coros diplomatique
des puissances allie* est d'avis que
le danger d'un conflit enlre les \ ou
goslav*;s et les Bulgares est cart.
\1. BaMifl, miniatre de l'Intrieur,
dans une dclaration publie par
toutes les presses assure qu'il sera
sans piti pour le-; Macdoniens si
ces derniers renouvellent leur tenta
live de provoquer une collision en
tre les Yougoslaves et les Bulgare.
IJEKLIN- Le prsident Enerl a
lixau Mai la date des lections
gnrales.
GENEVE Le secrtaire de la I.i
gue des .Salions et le ministre de la
rpublique de Costi Rica l'aiis OUI
chang des tlgrammes de sympa
tbie a l'occasion des perles causes
par le rcent cataclysme sismique.
VIENNE Des colliiiooi enCe
Croates nationaliatea el Semils ont
eu lieu Zegreb ( Youfwlavli J.Dfl
nombreux juifs ont t tus ou bls
89 LES COURS
Voici les cours la dale ..d'hier
17 v|ara :
NEW lO.tK Franc i'-is
i.ivre sterling 4.2837


a
i
La fle de st Joseph s'annonce
cette anne plus splendide que les
prcdentes eu juger par la ri-
chesse du programme a l'excution
duquel les Dunes patroautMMM
sont assur le concours de nos meil
leurs ertiltl
Apres) le grand'Mmm 11 s aura
7 12 heures du malin Kormi
dans la va-le c i.ur de l'Eglise SI Jo
aepb.ou l'on trouvera des ci mptoir-
bieu garnis de Sandwiches pati,
Kola. Ilonbous etc. a des pi ix trs
doux.
A quatre heures de l'apra midi du
Cin pour enfanta a Pariilana et
I du Mir dans | e ne':i,e lo.'al
il \ aura du cinma,des monologues,
concert vocal cl instrumental aie.
Le virtuose bien got de notre pu
blic, le violoniste Valerio Cane* m
fern entendre dans quelques mor
ceauv cboilil de son rpcrtoiie elle
lenor Gl T chanh ra en Franais le
" Dragon de N l'inr-, Ave maria de
Gooaod el latlli ata, avec aocomne
gnetnent de piano et de Violon.
Les faites h enlvent rapidement,
pourtant un petit nombre en a t
rserve pour tre vendu i Feutre.
*
>
L'n tiidium de prierai*t ordoo
n CoiiiiiiciK c dim ini be soir, il
prendra lia ce i i ii heu :
i i bu! heu
res Mivnnti ' bi iras, i hem
demie el 7 I mie.
La messe de 7 h, I 2ien dite par
le pre I' ml, S rtaire d de
j' rebi i' mgyrique du
Grand Saint p&tl 10 dee OUvrion,
lait par Mri JtH,
ea& i^aMaMnHiMBMinBHi^^
Fianailles
Non avons rOQ la carie de liin-
raille- de Molle L'ouie Hich i
l>\v lOfOOB 8*0 Millau fila,
Aleilieure comulimeub.
Tous les articles en vogue, d'une
demande constante, ont to>ijours t
l'objet de limitation snus une forme
ou sous une autre de la part des con
cnrienti
Le besoin des producteurs de se
prserver contre cette fraude que
constitue lacontr faon,les a pou
vers celte formalit de la proprit
de le marque de fabrique,
C e .i ain-i q le l'anlalon luilbaud
pour ne pas tre victime d'une con
enrrance dlovilese conforma aux
exig n ti de notre lgislation en t'ai
sant enregistrer, publier el dposer
en excution de l'article I de la Loi
du ls Dcembre llf, s-s difiran
te marque-. gceferl ili ",'' Port au
Prineienni 11
Mai- le grand induitrid avait ngli
g de pran lie loi mflMi diipoeiti ini
l'gard des cigarettes (abri |u
la main, les pie les sont contenues
dans de* paquets h papier bleu clair.
C/est vers ce- dernire- dont la bon
ne rputation croit chaque jour da
v.intage ipje-e sanl tourns les re
girds deqaelquei malins I bric nt.
Malheurs il ces proluits con
trefails ne res embleni m'a premi
re vue m n I iortenl de la Ma
niifactiiie Eiailienoe* de l'abus, et
di qu'un la ; t ur t.unlie aux une
de ce- cigarette- il-iliei il l vite
fait de -'< n d Mr, le t ibac n'
tant ia; le ni, n-, l'arom i eiqaia
qui ait laa oV de loui j taat
absi nt et puisqu'il fnul le dire :
la i ontrel car
Pan'al m Gui b ad a i cet.
La.question de rgler la situation
de la Commune en envisageant Fur
gence d'teindre ses dettes, qui pa
raiMal l'ordre du jour semble .tre
rentre dans le domaine de l'oubli.
L'Admiiu-tralinnaclueliequien avait
fait un des points de MO programme
parait avoir modifi Ml vues tant
donn le silence qui a'i il fait ce su
jet. Il esl vrai de dire que la Coin
iniine n'a gure h s'inquiter de ses
cranciers puisque Ml bien et Ml
fonds sont insaisi sables ; inai> il y
a la bonne foi qui lie malgr tout le
d. bileur surtout quand il peutoblenir
les mo\en- ncesi lires pour lpondre
ses engagement.
D'autre parlcomment excuter des
travaux et organiser dM Mrvi s io
diapenaablM aune capitale?
La construction de l'Htel de Ville
(pli Ml reste UO projet l'lmle de
vaui de oombrausM administrations
pu se sont succdes doit pouvoir
aujourd liui rentrer dans la catgorie
des raiti
Ijne l'Administration aclneUe y
pense un peu et qu'elle fa-se i-- ef
fut- pour aboutira DM rsultats, heu
reux, ce sera l toute sa g oire.
Oi'ilre d ;s vor ils
d,i lirreta da Cip-Hiilien
\ iu iv >qs re chure con tenant les rglemente de
I Ordre les \\ icats du Barreau du
c ip il tieo, a Ii li su vertu d
loi dn I a 1881, parle Con
seil le Di ciplia du
-1 lvrier L9J en vigus ir
le '
re n r iem mis pour c
4 quand la mise en tnivrj
de notre sous-sel?
Ii \ a de cela qualquM mois on
avait lait Ii loeouo da bruit autour
des mine- de houille i Maissade.
Le- proprilairei dM le ri o gi-
seni cm richsMci ainsi que l'Etal
lollieits aux lins d'accor
ili ition pour d n prosp
tions devaal dtermin.r l'tendue e'.
l'un poi la ii' ede ces lieux oat< rr iio-.
Cas Iravaai prliminairaa furent
Ci coles par lies spcialistes venu*
das l-ilats Inisqui, au dire deceilains
intresss, taient merveills du
randemeat praba'nle qu'ils comp
t dent obtenirpnr une exploitation ra
tionnelle. Ajkvs une te>le appraciia
lion on tait autoria croire Fac
lion prochaine. Des mo:s se sont
les et on n'en a plus rien dit, ,
Cependant laltede ce mouv
ment se trouvaient "vlessieurs II. P
Davis et Berlin, fous deux des entre
preneurs de grand mrite. Que s'est
il donc pas-e '. ...
Cette comliinmson marcherait elle
de pair avec l'exlmision que les con
cMaioanalrasvcMl donner an traite
de la Compagnie Nationale des Cbe
mins de Fer. Ce la est possible et nous
le souhaitons.
Coup d'ii
A notre grande joie nous avons
revu autraconfrre "'L'Aitiboiite".
Nous y avons relev enlr'autres
choses La juste apprciiton porte
sur la nouvelle lui sur le \i a que
notie confrre dil tre en quelque
sorte une application de ses ides.
On doit, dit il, se rappeler que dans
un article qui eut quelque re'entisse
ment nous avons lors du dbat sur
la palpitan'.e question des taxe-,opi-
n pour ceite l'ton pratu{ue et peu
conteuse de recouvrement, avec la
quel.e est habitu le p
1 " i
Une pelile industrie
qui se dveloppe
Le mais moulu, qui comra? ou le
sait constitue la nourriture principe
le de la classe pauvre tait obtenu
nagure par nos campagnards sui
vant les moyens les plus rudimen-
taires.
Depuis peu les cit.irdins se sont in
tre--- i cette petite [industrie, et le
mais qu'on bail venir un peu par-
tout subit aujourd'hui les procles
modernes l'aide de michines pro-
pres cet elfe t.
De toutes les installations, il sein
bleque celle ie Messieurs Oloffssn,
Lucas StCie. est la plus parfaite. Elie
e.-t iKiniie il u nu machine puissante
et perfectionnequi permet d'obtenir
lia fois, le mais moulu et la farine
de mais, deux produits distincts d'un
coulement aussi rapide.
Cette maison compte aujourd'hui
la plus grande clientle de notre m ir
ch laquelle tend s'tendre chaque
jour d'avantage, grce ces prix qui
lui permettent de foire une concur*
ran u nace a ton- 1m entras produc
I, tus. Cela au grand avant, ge de la
masse pour qui ces proluits sont de
toute premire ncessit.
__________.___________ M
CoSneat on^devient fu-
meur et comment on per-
fectionne ses got* .
Ound on a ium une ci-
laretio sortie de la fabri-
que de Pantalon tuil-
bmiil. on devient fumeur ai
on ne Ttait paa avant, ou
l'on renie tout, autre tabac
pour adopter ealui :
Do la Grande Manufactura
Hatienne.
A vis uri|ciil
ta Minisirc de France insite t tua Im
Franc lis ns en 190 i sa prsenter
san lion pour M faire
inscrire -ai les taoloaui de raMswa
lin ni d i ds 1923
Pari au l'iiuce le U Mars 1984
Ncrologie
Kst dcdt'e hier aprs midi il
heuies Madame Cablus Chevalier,
ne Augustine Cadet.
.Ses funrailles aurontJieuace soir
3 heures prcises.
Le convoi pailira chez les poux
lloratius Laventure pour se rendre
l'Eglise Ste-Annc.
........
Varits
Ce Soir
Le tii m
5e el 6e episo des j^j
LS Bail M H
I -ntree 50 cen.timea \
La Solidarit
Le Conseil d'Ad.ninistration in
vite lous les membres de la (.Solida-
rit-), socit d'assistance mutuelle,
assister la messe que Mgr l'Ar-
chevquechanlera deinan* ziaiin a ti
he im en PEgliM de la Cathdrale.
Comm ou le sait cette messe sera
dite en l'honneur des ouvriers.

Socit d Histoire el
de Guijraniiie d'Hati
Les membres du bureau de Direc
lion et du Conseil sont pris de bien
v iuloir sj runir demain mercredi,
5 heures, la Bibliothque de l'\-
mioale du Lyce pour prendre lee
dernires dispositions concernant
l'exposition de documents et d'auto
graphes.
Le Secrtaire gnral, C. Pressoir
La
lenl
1 la spaua
En tact Grande Liquidutioa da Cbapeaux
maison a dcid d ^mettre envente durant e
mois de Mars f2 JO chapeauxjdi paillt line
[.ru
pour
hommes en taisant un rabais considrable sur le iirix.
^jjDe Or 2,50 ils sont vendus actuellement raison de
Or 1.2o.
Ce sacrilice n'est coniauli c|ue parce ne cet article ne
rentre pas dans les rayon* de 'a flaison.
Cri d'alarme
D-autrc p u inn mee
desi is de petites irole qui auraient M
r \< a dM i.onai'ves,
et : ni i m inter l'origine du flau
la suprme imprrnh .n a eue
us n bar |u< la" lupper"
alUinl ai ce L.ttl Hduuiable
olofuhian Sleatusliip
Compaoy lue,
Ue ieamer Barasoa venant d recte
me t an Prince ( S?i Ma h courant Il repar
tira le thme Jour pour Petit Godve,
Mirayoie, Guy 88, Jacm3l9Kinyston Ja.
et te ports db la Colombie, prenant
fret & pa88nger8.
Pori au Prince, le iS Mars 1024
GEBlll et Co, Aumtt.



LE'MAnn
L i r pisBs d : Il -*ion
Sambour, No 6!4, faveur C. Gilles,
No 1033, Iv.u. i.u merce, No'.t:i
fa\< i r Van l Hilaiie lonl adir-.
Je les d<- an: Bula duplicata devai.t
tre ditM
(Sigr.) Lcuis Au?. GUILLAUME
cal.
ISSH
Le Matcli de Championnat de l'oot
bail Dire l'I .ni n Sportive
ne it la Jeun se Sportive II litienae
ama lieu irrw rab!emeui D .1 .1 che
pi 1 lin 83 M n 198 1 i I hMir de
l'aprs n di au Parc I,coule.
Panama Railroad
Slcamship Lin >
Fort au Prince, le 17 Mers 1W4.
Bulletin No 361
Les char turc ton! 1 rie de d< i r
qre le s;s 1 R| ISTOBAL 1 esl ettea
du Poit en Prince senai 1 de C il
tohal. Canal Zone, le U Mera I94.
Les permis d'embarquement >e
ront dliv.s p nr le fret destina
tion de New VorU et des Poils Euro
pens, sur demande faile ce tu
reau.
C' steaner partir* le mme jour
directement poi r New York.
0. II. THOMPSON,
Agent Qnfd
Port au Princ, March IH th 1924.
BULLETIN No 870
S|S General W. G. Gorgas '' is
due to arrive at Port BU Prit.ce f'rom
.New York direct Friday Mauli 21 lt
1984 witli :
lt'.l Bags Mail
8 Passengers
and will sail in tli evening on the
11 me day l'or Cristobal, Canal Zone,
diieet.
I oit au Prince l* IS mrs t92t.
BULLETIN No i7,i
Le |s < Grer 1 W. C, Gor^as
e;t attendu a Port au Prince venant
rie New York Vendredi 21 rrars 11 '-'
l ec
lfil sa< s de lettre?.
s Passage n
?1 partira dans l'epra midi di ni
r e jour dirjclem:nt pur Crittobal,
l nal Zo ie.
0. 11. THOMPSON,
Gi cer.il Agent.
Leiin & Fink, inc
Fende en 18"6
Supriorit Bas prix PC**a
Tous produits ehimiqiH's, pliarmaoeuticaajes et Mrtrea
articules vendables dans unu pharmacie.
Epicos, Poivre, CamieUe,Grofle,AniS Btotl^ttajajae
eto,ete.UCRERAFlNE. ^_
Spcialit: Marque prive l.ysol eTainfeetamt, far-fn-
llierie, Articles pour hahiers, Hay Rum, Chocolat en pan
tire, lliiih* de iou" de Moruo, Emulsion 1 old Craan, W*-
trails pour faire essences et eau de toilette, Eau aie M**-
iiiuc, roudre contre 1rs insectes. Solution pour cosar-
ver les fs (rais. Lait de Magnsie, Poudre supriro
pour la toilette des enfants. Essence de fleura, lia* do
Plorlda, *- Miel pour la (aide, Moutarde, Huile d Oli
pour la table, llrosses dents, IVppenninl, huile poav
chasser les moustiques el autres insectes,llegulot: huila
contreconstipations et doubles des Intestina chroniques
Th, Cira pour Las parquet,Comeatlbla8, Elixlra, Epies,
Sirops divers, Teintures diverses. Mus, 'te, ele, ele.
Demande/ le catalogues des spcialits.
Confiant vos commandes LEHN & l'I.NK, ina ; Teas
serez ahsoluntenl satisfaits. f
lottes les bonnes pharmacies du, pays S'apprOYSHOBr
uent chez LEHN &KINK Inc.
Lon fi. Ihbaud
Agent exclusif pour Ilaiti
F 0. P1KC Company
12 WEST BROADWAY SEW YORK
FONDEE EN 1847.
SUPERIORITE BIS PRIX
Fabrique oe :
Peinture, Verni?, ( cres de tomes sortei.
Mastic.
Lon R. TItbaud
Ag*?t four Hati
AI UMlNUM LINE
\(\-Orlans etSoulh
AdieiiCan ^eampshi|>
Co Inc.
Prochain* dparte directe
pour POltT AU PRMCK, Hati
Le tteatner DE A laigisra Wetv Orl*
an le 15 coura:* direct met ponr
Port au Prime* 'l
4 partir de cette dernire dafe, U y
aura un* eaton chaque IX jour* pour
te* ports suivants; Carlhaqnv. Porto
i olombio, Curaao. Porto CabeHo% La
Guayro, Pointe Ptre.borl de branee,
Bridgetown, liarbadoz, Port o/ Spai,
TrindaU Georgetown.
Fort a Piiuce, le 7 Mars 1024
A. de Halleis k Co
AyeDts gnraux
Stadebiker ig 6
YYiSGB I dp;
CHICAGO, ILUB
e7Raa%uC/, 2rCuite-lvde catoa, Kulte 3c nu
Wcsb. et Claii lfor dfocvtf $alt> 3anuW-&
Siacow, Sueoe^ ltu^eaiwc.JfcaM^pUD^rcittei
De parU.
Saaci^e^ ea hvult. >r\u 3leef, oatl ke]
^Jotte^ meab, etc. etc. etc.
^ilre Iv voir lt> crlx Caaraac.
i; on R. Ihehsurl
______ Agent, exclusif peco- Hati _____
l^ulton Sh Polish
Company Inc. new-\ork
Si vous voulez protger.Ma paan de vot chtumfurfs.
JtlOrn jinie ^Si vous voulez avoir un hnllanl latkant el durable.
['a\ vous rouln la cou!nr el la ssaplitM Bureti ptasni longteape employez h marque lonograra.
Fabrique speialement pour les dames et les genut-
men lu bighl lilc.
Elle protg la peau iles;.eliaussures ontre l'kuuiidit^
et la chaleur.
Di mandez la marque MDOjjraB c'est la meilleu^ de toutes
les marques.
G s 4KSKMB Kwnl ponr HaW
Le looaeign ioforme le publie et
I renmerce que l<' t* pis o No 7:m
df la commission Sambour s'levant
i lu somme de Quatre Vingt Dix
-Neuf gourdfl Ml ediw et dclar
I ul, duplicata devant tMre dress.
In.p- MOV
"Pendant moo alisencf, Mfdemoi-
srlle V. Parai el Monsieur Fila Au-
p slin sont charge de la Direction
,'e tout mes allaires.
On peut s'ndrrseer si eux | our les
location* diverses et entreprise g-
nrale de Pompes funbres.
Il signeront conjointement ou s-
parment Pour S. Pare! '.
l'ort au Prim-e, le 17 Mars 1921
S. PAUET
Le Steamer t WALDTRAUT
IIOHN vaoanl de Hambourg
via Curaa J ittoda ;i
Portau-Pr i le 21 crt.
Il repartira probible rient dans
U soire pour Si Marc Puerto-
l'iala et l'Europe, prenant trot et
ii;t3 Poi.r plu* amples rens n
roents prire .i.' l'adrea*
LOrFSONi l^l C \> vV G <
Sept passagers en par-
aitlat peine quelques
mois -de ^service^est
vendre| un prix excep-
tionnel.
Toute ore raisonnable
sei'a acceple.
S'adresser
L. PRBBTZMANN-AUGIiHllOLM
Ctniral ugeit'
Rue du Quai Port au Prince
Rhum tarn
court
110, Rue des Csars
Tlphone : 430


I


Li^.i..l(.
rGLOBOL

combat l'anmie
Sou* fa nouvelle forme
liquide
1* Globol, agrable a boire.
ett particulirement recommanda
pour l's enfants. C'est le recons-
tituant i'J il. piui actif que
DMgtObiM
Convalescence
Neurasthnie
i Tuberculose
Anmie
Iirtl Clwrtiln. S, r a Vl*nctea-
m, rim, ci t- a'~

In: ;. '

l'a;
lL.fli ". t .
Je travaille avec pi
depuit que /e prends du G lobent.


*.
n
NOCTYL !
.
KtaCIx
Serge!.Taillant Consignataire pour K.-.iii
m
L'opinion d'nne autorit
mdicale de ondres
j
' Lci crmes dentifrices qui ne sont pa apa-
gnes d'une formule Ibrai indiquant la oa
e de Jjur composition, n'oliiei,! 111.111110 .
a pobHe, il les mdecine qui lei prescme&l ne
savent nonjjilus ce qu'ils recummandont.
Ils peuvent encore moin> ( 11 ;. m n 1 1.- rsul-
t:ii- parce qu'ils ignorent les proprii t, -,
des matiri 1 qui U1 com| osant.
y)r3REYET, mdecin-dentiste de LONDRES.
"La crme dentifrice ANTI-PY-0 du Docteur
WAlTKpar j 11 j m.I |(. ,,, mni;.ndoe par toi s
les mdecins et dentistes parce qu'elle renferme
la^brmule dont jarle de Lr PREYET.
La C
Cordonnerie
Ernest Camille
Gnnd'Rue !N 1722 ct de la
Poste
1 r

Avis sux Sportmen
A l'occasion des grands matchei
de Koot hall qui doivt nt avoir
lieu, et si vous voulez tire vain-
queurs
Procurez-vous vos Souliers
El VOUS, jpunps i'oiiv, pour vos
lenimts dans kur tal iDtrea-
UNE BONNE PAIRE DE
SANDAfeKS
MADf.OM.rtV
. spR!Ncv'iiijrY
Mit En Oc iii
'
Demande! des chantillons
*kn&3UGzi*
.m# M'iHri
ANTI rv-o DSKTAI. CIXAM
li.MO Suponl.
J4.1.'i> (IWirun
'
> Hrn:.>ii>ll>klnl<(iM|
MO Th..
.JOO PommiI cMora.
JMSO mUU Car
Iiv i MJ
P^ui Sales
AVOCAT
RcconfreirtL s CrnucercKiix,
affaires lltri.gei.
Cortet-pcntiaiita Washing-
ton, New-York, Berlin,
Turin, Londie = l'aria
17 e tint rii.r:i7,i on-uti-trintj
iTtlivhone 507
La ma^on SILVERA

la Mais.,.. f. MLVEli toujours soueieusede donner
pleine satisfaction ses aimable? & nombre* ehente,
leur oHre,les articles suivants de toule traiclieur t de
toute beaut rcemment reus par Us derniers stea-
mers, des prix exceptionnellement rduits.
Nous ne croyons pas ncessaire de publier nos prix
car il n est un doute pour personne que non seule-
ment nos articles sont de choix mais que nos prix sont
I lus bas de la place.
Casimir gris anglais nouveauts
i'alinbeach jjris anglais
l'alinheach gria unijlnis carreaux
uni & barres, couleur
Alpaga noir sup,
Diagonale noir suprieur
Soi.,e bleu marin & noir, anglais
Satin de chine pour tailleur
L,u3trine a barres pour tailleur
Kaki Jaune antjlais extra suprieur
Drill union blanc
Tussor Japonais pour Chemises hommes & robes
l'eical blanche
Itideaux tulle pour; portes
Tulles pour voiles
Voile 11.i c a barres
Katine blanche S: coule.ir
Organdi suisse brod
Gabardine unie & a barres 3
IJrodees madera pour robes, ch mises &,jupons
l'etltes serviettes damasse pour taille
Soyeux uni blanc & couleur
Marquissette coton noire
Crpon jour blanc et couleur
Brabant anolais
Kolienne a mouches couleur
liandes-brodes anglaise
Toile a voile pour ijcelettes & pour cadra
Calicot percale de famille
Piqu blanc barres pour jupes
Nansouk noir anglais
Molleton blanc et couleur
i otions Pivert assorties
basa jours
bas bianc demi-soie
Drill union anglais
Salin foulai d anglais double il rgeur
Chapeaux feutre llorsaliuo ete, ete, ete,
Ioute personne dsirant se procurer les meilleure*
articles de la plaie et aux meilleurs prix ijNe partout
ailleurs se doit de laire ses emplettes la Malien H.
Bilvera.
Rappelez-vous surtout <|iie la rputation de la maison
n'est plus taire pour ses articles d'importation m-
glai
se.
&r
.fur
Pharmacie F. ojonni
ao-i ,.., a sa cJealle et au* md tins
trautaorin son Laboratoire d Ulojjie c
biologie^ appliqu sous la Dir.-cUsu uu
pallie qui!
uu .-aurataire^dd
asthme]
Opprttsion, Catarrhe, 5
Sttfiocat.ons,
Toux nirofjsts.
Outrlion oertolne par
CIGARETTES CLRY
l et:, POUDRE CLERY
1 Dr CLERY, 53, Boni. Bt-Uartln. Pari
Ipjsil -
-.<
OLIDA
JArvlBONS CONSERVES
CHOUCROUTE FOIES GRAC LGUMES
FRUITS CONFITURES NDIMENTS
En Venle dans toutes les Bonnes Maisons
Agent General pour Ha&J : Ch. magnant
GROS : 118, Rue Baudin, LEVALLOIS-PERRET (F.)
Pharma ie VV. BUCH
Pi par r. vo Uquur avfc les Essen
tes pc.rr faveurs ; n*9ette\ Crue
e Cacao, Chnrr tu*e,Cu*Gaofiirt*
DrRicot%et E. Sjourn
L* i IQflai .-1 j-iu-Imatin .C
nejr.s dac
sa uiouce ci lointe, s.ul pourie
Wasseruictun et la constante Ure-Stcrtorie
a

8ero que le mardi d. cl quese.nsine.
I =- u a ia Phauaacie pour les ren eigm ; . '
11 df d'une i .t but*
Raction de Yasser mai
BaciKu leTnboaiet,
Eiameodu s^ug ei du pu
iimen do.-. man.
iaai. en de crachat
./ubumiiio i-.-Mti r.
(crstanteUrocr 're
iU tie?finhlto'e&afiqu*lfa]blci
Bonne rcom^eise
Est 1 ti.mise, celui qui fe;a rf-tiou
ver nu soussign |une mule grande
taille, sous poil brun, ayant lu qui ne
el la crinii sabots
de t\ i N adu mrse pioj ne
t,%isej ' TABAriHI : la soi
rildulO Mars coul.^A\i.- a t
d nn la l'ol.ce
Portai .... e II M. 1
Edi'isid l'..l.\IL
Sea Sido-Ion
Diuisnde d'en.Qloi
( t a ptable, i srlanl l'Ang sis, I-
Fianaia <\ I Espagnol.
Pour tous renseignements s'a
diewer au journal le.'Ma #.
Tlphone: 587
L'Etablissemenl prend des^uetisicnnaires fi la quin-
zaine pour le djeuner tt !<. dner, ou pour l'un ou
l'autre sparment ou pour pension complte,
l'entendre avec J;i direction pour tes conditions.
Grande tulle paur banquet
Cilie Fiancaise



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM