<%BANNER%>







PAGE 1

LE & A un taxe d'inniorale si noua tonc compte du l)iil gu'• LU pourauit. S coni '-il ob 'I ev< c I i quel, .cl ;. m •:, œuvra ii iu ti-meui humanitaire t finalement qu'elle ne saurait tre a-siinii •'••• au I H. celle attraction dis bouges nous sommes le premier con lamJ m is pendant les huit annes i| ie le IM\S e-l ii e ip militairement nos voisina boni t le moindrement molests sur ce rapport et |) nr gira j talc DOUS aj >ut< r tos que l'ai • Haut taire son p.r.t.m-me levant la sublim !' %  dn but pourauivi, l'Ame ricalfl a toujours encourag le loteries SI Domingo Par Cable le Nous avons reu la Dclart! 11 das brolts de l'Enfant, dite UcUra liai) da Genve i loi I is par le Con* 'il Gnral do l'Union Internationale de Secours au\ 'niants dans sa ses aion du I I ivrier 1923. Voici cette dclaration qui nonce en cinq formules brves ledroits qui devraient Aire reconnut ;ui\ enfants et respectdanloua les pi\civiliss. C'est un programma propo a toutes les bonnes volonts: — Par la prsente Dclaration les Droits de l'Knfant, dite Dclaration de Genve, les hommes et les fem mes de toutes les nation-, ivcmnais sant que l'Humanit doit donner a l'Enfant ce qu'elle a de meilleur, aflirmeul leurs devoits. en dehors de toute considration de race, de nationalit et de croyance : I. l/KNi W I doit Aire mis en mesure de se dvelopper d'une faon normale, matriellement et spi rituellement. II. L'EN TANT qui a faim doit tre nourri ; l'enfant malade doit tre aoi gn ; l'enlant arrir doit tre aoeou rag ; l'enfant d .vive doit tre rame n;l'orph. lin et l'abandonn doivent tre recueillis et secourus. III. L'ENFANT doit tre le premier recevoir des secours en temps de dtresse. IV. L'ENFANT doit tre m mesure de gagner sa vie, et doit tre protg contre I nte exploitation! Y L'ENFANT doll .'Ire lev dans le sentiment que ses meilleures qaalitt d livenl • tre mises au service de se1 1 Dn code du journalisme labor en Pologne YAHSOVIE, 88 fvrier.— Le gou % ernemeiil Ment de dposer au bureau de la Dicte un projet de loi r glanl toutes les affairai relatives a la presse et l'activit des journalistes. Une comini-sinii de la Dite, compo ae ooiquamenl de dputs journa listes et de dputs juristes'occupe a mettre au point ce projet de loi qui constituera un vritable code de journalisme. les Aniilles resteront franaises D 1 JOUI ii UII 'ut annonce que le S nuvernemenl fraoali M proposai! e cder au gouvernement des Kl ils l nicoi tain i colonial et no laminent aat ilaa des Antilles. Cette inl'.ii iiiation est dnue de tout fondement, le gouvernement n'ayant jamais eu l'intention de ce der une parle quelconque da son territoire. D'ailleurs, le gouvernera, nt amri cain lui m*me a dmenti B Washin; ton e bruit qu'il qualifie do ri li culement extraor linaire ''. ( Le Figaro ) %  m wagahaa——BegBL*-ai leons d'Anglais Mr Cernel Stin i ancien pn d'Angleia au l louvertura durant 036 priode de 17 ans, a l'honneur doffrir eee i au Public pour d d'anglais. Sa mthode d n l'angl lis H SU -'"i pl( i lUCCa par le luit d' voir tonne de nembraai lves qui son! maillede la anaue. Il se tient en face de la We-t Indies Rue du (entre ancienne maison Lorquet de heures midi et de .1 li.3 h.p-m. 0. STIN ES Nouvelles Etrangres Une mi mon japonaise en Italie ES— I ne n japonaise s tus 1 1 le l'amiral l'inigi est arrive d .us i al e villa r %  ir y tudiai >• %  %  progr dI -ut de cous trnetiom n ivalee en Italie. Epouvantable tempte au HOHI de l'Atlantique NEW VOKK 11— Une furieuso terni I i le No I de l'Ai laaUque ; l'ouragan a balay hier 73 railledes cles des Etats Unie, la navigation acte paralyse et les connu mi liions l phoniques et pur tables ont sooflsn de gran idora mages. C'est le plan forte tempte enregistre depuis ii) ans. Eruption volcanique eu Russie MOS ;0U— I H dpche de Petro pavlovsk (Kamtchatka) informe qu'une extr.ne activit volcanique rgne dans toute la pninsule et que des chutes de neige alternant avec les typhons et les pluies chaudes, les tremblements de terre sont jour na iers. Dix sept volcans sont en ruption ; la populitiou est terri lie. lorl du prsident du londuras WASHINGTON— Selon dei d pches de il a. M. Lopez Gutierre'. prsident >l %  s rpublique du lion Liras est mort ; ce 'I ces sim plilierait la situation cahotique tri verse par ce paya. .Nouvelles diverses LOND il S 11— Le corresp >ndant du '• Dailj Mai a langer llgra plue que grce l'arrive des ren forts venant de la pninsule, les es paguols ont pu contenir l'avance des Maures et rcuprer les posi lions perdues rcemment. Le corres pondant ajoute que des uventur. de Ions les pava d Kurope ont fait d'normes bnfices loi la veule de matriel de gu^rrdestin a ix Kiffains et que le centre de ctte contre bande serait a Malaga d ou furent ex pdies d'importantes consignations desiii.alion des rgions du ititl. WASHINGTON — Le snateur Lenrot a renonc la pisideuee de la commission des ptroles en raison de son tat de sanl. DUBLIN—Le II ut c immandi ment informe que la situation militaire est redevenue normale. Par Sans-Fil 12 Mars WASHINGTONLa Chambre a dcid de laisser au Dpartement de la Justice le soin de dvelopper S-S moyens d'acusalion devant le Gran I Jury; de Chicago dans l'affaire des deux reprsentants, MOVV YORK— Des ngociations ,de grands crdits la France qu'on i -lime 50 millions de d Mars afin de lui ponnetre de stabiliser son clutige, se poursuivent avec des ban quieramricains. Des nouvelles pri ves reues par cable indiquent qu' un pareil crdit a t oblenu chez le i banquiers londoniens. LON'JltES — Selon le Daily Ex press les disputes entre le l'ape et le gouvernement italien sont sur le point de rglement.Le pape ne sera plus prisonnier dans le Vatican. Eli cliaili|(3 ^ontn-2. timbres •' poste nldileres el toutes valeurs bien assorties de Hati et de pays voisins, je vous donnerai d nies postales illustres de vues de la grande gurie europenne,des vues anglaises laineu-e-,, le Miss r.e, K i Ora, Stocke l, Lon dies, Angleterre, Le mendiant propritaire de cinuia Le gouvernement italien vient de prendra d nergiquespour combattra Is mendicit qui est, sur tout ilitis les piovinces du sud, ex lu mme ni n pendue. On commence tablir les liste* de taux pauvres Paroi eux, un des plus curieux est un homme couvert de haillons qui, dan la journe, tend la main dans les rues de.Paler me. Le soir, il se met en smoking, et va surveiller la rc ette d'un cinma dont il est le propritaire, h quel grce sou intel igente direction tait deiflaires d'or. Conscration de Mgr Jan Par une circulaire adresse aux filles et lue au Pr-ne le "imindie dernier Mgr l' Archevque tixe au 01 nanebe 30 Mars la crmonie de la conscration de Mgr .lui, KvVpie de Mtropole, Covljuteur dxjjr l'Eve |ue du Cap-Hailien. Les Evoques des Cayss, les S.S. Morice el Pichon, assisteront le nouvel lu. bas armoirlsa de Mgr Jan portent i Le SacrCJous croyons savoir que I' relie \que de Sto-Domingo, Mgr Nouel, assistera la crmonie du sicre. • H" Varils Vendredi Le colle de -im t l 3e et 4e parties Entre o,)U ctutime* Du jugement bien r mit. La septime chambre lu tr,Innal civil a jufli rcemment, nue a faire ass z curieuse de donation entre Ii un-. En novembre l'J I G, M (l_'orgesllent'' Veysset, marchal des logis, pilote-.mit 'ur, se Ii lin; t Bordeaux ave: Mlle. Genniiue J/iurens; il lui offrit une bague de platineo.uee de)diamant! arhe te >2.'y)\ trancs. Ls jeune homme partit pour Salonnjne d'o il crivit, quelques mois plus tar J, sa lian^e, qu'il allait obtenir une r eriiiissiin pour venir se marier. .a jeune lille lui rpoo lu qu'il n'tui pis utiie qu'il se demi geiit. Il comprit qu il ne' rgnait plut dans le coeur de sa fiance. Le 15 novembre 1917, il disparut au cours d'un combat arien, prs de M mastir. Ln avril ly'JO, Mlle t'iermaine Liurens se maria an sieur Le* geay, demeurant Paris, rue Anatole de Lal'orge. La mre de l'aviateur dema la alors aux poUX Lefcwy la restitution de la bague. remi-e par son lils. Ceux ci reluput, ollrant seulement le versement du prix de I .i m rM.t la r Btitutioo dea l< Il a des par la jeune h.ie l'pO | ie de -is uanaill tribunal, praid par M iaieur Reuloa, aprs pi ii loiriea de M s. Dutoal di tux, et Vaunois, a rendu ion jugement ordonnant aux poux Legeay restituer la bague la mre de l'aviateur mort pour la patrie et a iar malfonde la demande en restitution des lettres crites par a |-L:UC Ulle de Bordeaux Sur M in Paie L TimanGhe 16 Mars 1924 4 lieur:s p. m. Gran I match entre l'USU el la Jeuneea Sportire hatienne* Les noms des quipiera qui doivent prendre part ce matcli s "ont publis demain. Entre gm le G. 0-5 Voiture 10) L) i • le public aille en toute i %  ne .'pies midi sportive qui promet d'tre Bxceasivemenl mtres* san'e. On verra Paul Chenet et Patnson opposs I un a l'autre. A 1 hres. 1/2 mme jour commencera le championnat de tennis pour la coupe Peter Dawson. Fianailles .Nous avons reu la carte le liaui.aiiles de aille r'rao use Ueslan les avec Mr Marc n DafanaL Meilleus compliments* -JbMwsLi louer Lue inaisuo en bon tat, situ au Ii tut de la Mue et contenant bassin, remisai lectricit, etc. S'adresser immdiatement l'Ilo tel de France. Ouverture des Grands Vins de Bordeaux A l'occasion de i'ou>erture des GaANDS Vins DBBoRDaMJX, Ifr Em le Uereix invite ses am s venir prendre un i.m-li avec lui S.nne n la Mars, paitir de .'i haun • Un accueil exceptio uiel leur e t rserv ptr le propritaire. L 'Elciiil.ird de St Josepli L'ann e daj travailleurs, cornais toute arme qui vu au comb.ii. .i un mot d'ordre, un drape.iu. Corps de ntirs, syndicats divers, groups en fdration ^ou? la dnomination d'Association nationaliste des Ouvrier? et (Salaris ; hatiens et tran gers, uou tous qui sommas sui.da res, ajOBS pour mot n ordre : A la Cathdrale le mercredi lu Mars, en la fle de bainl Joseph. r lions la Messe de H heu i es que dit Sa Uruudeur Mgr Conau pour les ouvriers de Port au Prune et de tout le pays. frres %  serrons nous au tour de l'tendard que porte Saint Joseph,1a modle el lo pan JU de Iravaijleurs. VtOrUH CJ.vlivU MuM'Aat; Chevalier de la Lgion d'Honneur, reuire Gnral ae l'Association La Coupe Pet f-Du vson pour le Chaioptonnut de Tennis Le premier match d'une srie pour le ooucours la coupe "Peter Dawsou" sera jou au Parc Leconte le dimanche aprs midi io courant d ha 10 prcises entre le Club Ameri cain et "la leuius Club". Les membres des aUl quipes sont pries d lie prsents sut les lieux an moinsqninxs minute* avant l'appel. Tout Clttb dont les membren'auraient p.irpondu a l'appel seraitoonsi 1re comme .i\a:it per du au bohoede son nartenaire. Celte rgle s^ra slricieineul obier ve el toute dcision pri-e par l'ar bitte sera sans appel t et ne pourra tre l'objet d'aucune contestation. accident d'aulos Comme suite notre information d'hier concernant l'aecidanl aurvenu mar ii sur la route de Carrefour, .Mr Kolbj iraen nous a qu il n'y a eu au :une collision entre l'auto de Mr Annacius Innocenl et la Bieune. C par pure courtoisie <]u il arrta sa tua! inn pour essayer de porter secours a Mr Innocent dont la voiture aprs avoir renvers une femme se trouvait les quatre roues en l'air. %  Au-dessous de l'estimation lin vertu d'une obligation hypo thcaire pasr-e au rapport de Me Edmond Oriol et -on Collgue notai re Port au l'rince en date du vingt quatre Aot mil mu! cent vingt, en registre.-, io d'uD jugement conlra dicloireinent rendu entre les parties par le Tribunal de 1re Instance de Port au l'rince en date du dix huit Novembre mil neut cent vint!, enre gislr, lequel a acquis l'autorit de la chose jugea ; 8o d'un commande ment demeurinfructueux : iod'un certificat dlivr pile notaire lien rj Hogarlh attestant qie la vente f ircdemment annonce n'a pas eu ieu faute d'adjudit ataire. Il sera procd le lundi que l'on %  omptera dix sept mais mil oeuf cent vingt quatre trois heures de l'aprs midi par le ministre de Me Henri llogarlli notaire requis cet effet, en sou K'ude sise l'ort au Prince rue Hamerton Killick la vente au plus otirant et dernier en chrisseur d'un terrain portant le .No 6 dpendant de l'habitation Iles pre/ quartier de Bellevue l'oit au Prince, donnant sur une alle de dix huit pieds de lar^e conduisant la rue Toussaint Brave lequel ter rain mesure cinquante cinq pieds neuf pouces au cot Nord, soixante pieds au ct oppos au sud sur une profondeur de cent quinze pieds au cot Kst, cent se /.e pieds au ct Ouesl, born savoir au nord p*r uu passage commun d ; dix huit pie U de laige qui a accs la rue Tous saint Brave ou l'alle sus mention ne, au sud par la cit Bellevue, l'est parle .No 7 et l'ouest par le No '6, suivant procs verbal d'arpen tage et de lotissement dress par l'ar penteur Dlie St Onge accompagn de son plan en date du quatorze juil lel mil neuf cent seize, enregistr, tel d'ailleuis que ce terrain se com porte et s'tend sans aucune excep tion ni rserve. L v dite vente se fera au dessous de la mise prix de Mille deux cent quarante dollars, or amricain, sans prjudice, montant en principal et indemnits chus de l'obligation sua parle, au vingt quatre fvrier mil neuf cent vingt quatre, outre les ho noraires des avocats poursuivants et les charges de l'enchre. Aux requte, poursuite et diligen ces du sieur Lon R Thbaud, pro P ritaire, demeurant et domicili ort au Prince, ayant pour avocats constitus Mes Morel, J. L Llio Joseph et Henry Large avec lection de domicile au cabiuet des dits avo cats 13 rue Frou Port au Prince Contre la dame Eugnie Vergniaud, propri ture, demeurant Port au Prince, dbitrice hypothcaire. Pour plus ample* renseignements s'adresser aux avocats soussigns ou Me Henry II garth, notaire dpoli taire du cahier de* charges. Port au Prince le M mars 1921 MOREL, av., .1. Llio JOSEPH. av„ Henry LARGE, av. L'AHematine a vendu deux milliards de dollars des marks-papier sans valeur NEW YORK— L'Allemagne a russi ;i vendre dans le momie ses marks papier contre au moins deux milliards de dollars. Cette estimation a t faite par l'un des experts du comit de la Commission des rparations, retour de Berlin. Les dix plus grandes banque* de l'Allemagne ont descomptes courants d'Amricaim d Aoglala,da Praaoaie, de Suis* -. de gna de toutes natio milites, en marks papier.ae montant k des sommes fabuleuQuant k l'vasion des capitaux allemands, on panas quu le m. .niant total de cette vasion atteindra le chiffre de -'• milliards de marks or. ( Le Figaro ) Parisiana JEUDI Roja? la Honte 1er Chapitra : Un crime Entre : 1 gd^ ; Loge : LfiQ



PAGE 1

Ut MM\.M Sea Sidelnn Tlphone : 587 Lliablisseraent prend des pensionnaires?! I. quinzaine pour le djeuner H' le dner, ou pour fan ou l'autre sparment ou pour pension complte. ^S'entendre avec l.i direction [tour les conditions. Urande salle pour^banquet Cuisiae Franaise p Pour gurir ou viter MIORAINCS • CONSTIPATION COejOCSTIONS-CTOURDISSIMENTS mitmiti aTiouE IL SUFFIT de prendre . l'un cl* voi repai tau m lit Jr saulaaisMt une Pilule du V Dehaut 147, rue du Faub St-Denis, Paris Mais il faut exiger les yritables qui ont tout i fait blanches •t iur chiium eMqualla m mot* DEHAUT A PARIS Mnt tra n.iDi.m.ai Imprime n noir > LAROC! .• rOHIQUE, RECONSTITUAHT, FEBRIFUGE Recommande par tous las Mdecins m I r QUINA-LAROCHC lra agrable au o(U ronticn' ton la principes de ar et ton | rogra i %  ni t lea ci miBunicatieDi qui • • ro.il i"senties. A celte occasion, la SociU oigatJ se uni i phea 1 1 de i lie pass I lition %  un lieu thque de I Ami i Le du Lyet* 11 • i u. Voici une hi orti e initiative s| p i l>5e loti i certtii Mai que ne I pas i' diflrenli les moindres laits de nolu histoire. PAPIER FrlUfiEAU Hil.piMdu m.awlan. e. | FSUNEtU. es,S'St-lr< le, 1 .o". AI T 7 M I NUM UNE New-Orleans et South encan Steamnshin Co Inc. il2 Rue des Miracles cot de l'ieole de Stnographie ROBIN. On trouvera < Je in I irl p mi anl ml -. sigi sites fa lur cli ipeaui,plumes,fleu i al rruita i mr modes el des capuchons pout robes al cha ai a lte,dee laui rota soup rieurs, de la sparte ri.', du ailon des caloUes poui i peaux, eu spartei de soie par pices, du papier a l< II d er. des lai de 11 i idn de riz,de> estrail rolli i dsie, des di niait i et rubans.— On trouvers i llienlu|u" --ai t. d'or di mi i< c, du CogniK-, du M ga mil pur Jui raisin, \> u lu Saint .lulie i el du si Em ,n 'ii caisse, des i queura linas i de couteau de labli H. i u oii^-i de petites poupes bon march, Les cordonniers soot avisas qu'ils trouveront a prix rduits des talons en celluloldo. Nota—l'ou ,'iu' Iqu n 'lis oltrooa DOS vim i p ir 'in plu i I oublier qu-'on ti pro luiti Qui i i aui pi lx ds fabrique. Timbi le. timbres mobiles et papi-r tim br.'s. On trouvera .'Tropicale 1 Orand'ltue 1738 mai son Incid Prochains dparts directs jour PORT ( PRINCB, Hati L fflwier D A E < • New Qrl* 4 n* le i"> amrax.t dire m%nt pour Port au Prince 4 part r de cette demie* o. date. U y cura inieocfcg-'onchaqttc l~> jours pour le tort* uvant*i CarthaQne, Porto CoUmbia, CuruaOn Porto Cabtilo, la Gunyra, i\intf Pitre,bortde branee % Briagtiow lu.ibvoo?y itort of Spaitt. Triividad, ueorjitown. luit MI Pfince, le 7 Mars 11)^4 A. de Ualteis ik Co itji'uts j)6raui Soyai Cale tn lace de la Banque Natioale Propritaire : A .niciusINMMlR.N l [JLe nouvel tabhaiemenl se reeommande par un stresse irprocbable, des } consommations A di premier rlinix,;>a situation privilgie. /^Tsoir, musique attrayante dirige par des] prole>. sii Mil le giand mei te. Installation parlaite. •— prix modrs. TAlniismai v Mf ii. e Jiieiz Company Les plus grands^ fabricant! de lanternes dans le nifuide entier louraissent lesjanaux et^lanternei \fm plus connus en Hati tels que : Fannux pour la rue l-'unauv de police I anaux de pompiers pour chemina de) fet Fanau • • rctlecteni* l-'aiiaux pour viiieule FanaUX avec ;ue I anaux pour | :. i • ci i e 11 Fanaux poui' 1 aines ete, •tf. l'o u 10 m u m les directe! efrenseiqnements,s'adresser lui maiaoni de commission* a N;w-Y >k o| k^l'Agent i Poit-aU'Frioce. foujouri eu sior,ks 4 :V Fanaux Viitor, Scout lanternes u \ >rre< de rechange. L. PiŒbTZM4NN-AGGKIIHOLM Gfnrat agent Bu • du M QnavVort au Prince r c o n r des Csars Tlphone : M>



PAGE 1

L*.'M.v:in UROD combat le rhuma i-i3 Goutte Rhumatismes Gravelle ArtrioSclrose • L'Urodonal r %  '•mer; i Mrft -<> do Docteur W AlTEpar contre peut tre recoarimnde par tous Ue nilicins et dci.lisliiiu'.lic enlerme la formule dont parle de Dr I REiET. &sa £* MTi-^r-o =7 "•"•M! DENTAL fiCREAM The i ticr SriBijvilie Erie Co KY. Deii.audez des chantillons tmm^ tpAcc ru % %  rninsj ANTI-PVO DENTAL CUAM 1J.6<0 S,.^ol M.OO Qtyctrlnum 20.000 l olofn. SpiHtt 1.001) Flawr .300 Hm,on.lpkMd*m .200 Tfc^wJl. .500 P.HCWoa. 100.000 Pharmacie F. Sjourn Donna avis sa clientle et aux mdecins et ?u public qu'il a ransorm son Laboraotrro d'Ulogie en un Laboratoire de biologie spphqu sous !a Oirection du ht Liwot et fr. Sjourn Le laboratoire est ouvert tous tes jours rie 7 bres du n afin G neurts du soir pour toutes les recherches et analyses in ues USL s'aenoncs ci jointe sauf pour le VV*&Bju]auu et a constaae UreScrloria Sarool rojjej qm le mardi de c'iaque semaine. S'adrenr ia fharomia pour les reuseigaemeuts* tnaiyes d'urine -t Suegastrique Raction de Wassermann flacliou de Tnboulet, Examen du san^ et du pus Examen dee majores fcales temen &> Scrta ra f*M*er** de StjirrMles et Co do nocrioqtto et,U flfc. France Grand Btei de Aveiaqureax. ILOII, -Cassoulet -l'etits pots fins extra.—Ifoudins, etc. Vin Rougr, te nation 4 gds Vin Blanc, le gallon ^gds L'Htel dbite par barriques et galloni dessin de' Bordeaux. Vins de Champaaoe. Cuisine excellente— Cliambres confortables -Magnifique vue sur la mer. NEURASTHNIE. rAlfJLESJE rV_#^l CHLOROSE, DcaiLfE R= r^r*^ • %  1* A' tufir '. •' t '• ~ %  ' <%  Ptrlti -— -• -—.



PAGE 1

QlRGCTflUa PROPRIETAIRE UUNBUH Clment Magioire BOW VERNA 1306 Rua Amricinf NUMEXt* ^()cENTIMEb FILE COP w %  %  %  %  ~ ~ :. .ry APH 12 h' On |eul \iwv ,i\ce des personnes bien leves bansMpnJ et on ne s.uti.lit \i\re aWN uYs yens d'esprit MD8 duealion. Quotidien 1ELEP110NE No 242 17me ANNE N 5119 PORT-AUPRlNi E ( HATI ) •IKUni 1H MAHS 1924 Une Cofllrence k Monseigneur PICHON Ncessit des Loteries de Bienfaisance • L Ecole et l'Enfant, lellel.it ! se que dveloppa le soir du 12 Fvrier courant, Mouseignear liclion avec une admirable mai' tnse. Il dlxit p;jr les paroles empreintes de Loi t et de tei dn du divin .Main,. : Laisse/, venir moi les petits e liants . L'Evque des Caves comme CAllli de .Meaux, sut dire des v.nl -s profondes, s'lever aux considrations tliolo^'i.pies les plus hautes, atteindre mme au sublime, avec naturel et simplicit. La nombreuse assistance qui emplit I enceinte du temple resia suspendue une beure environ aux l'vres du prdicateur dont l'loquence a su mouvoir et convain cre en vitant de troisser les dillrentes conlessions religieuses qui lompoiaient son auditoire. Le sujet choisi tait, en effet dlicat. Uuestion charmante et rave, ait-il. Uuoi de plus charmant, en eflet, que les enfants mignons, comme les appelle le bonhomme ; mais aussi quoi de plus rave que leur ducation •' Le pre et la mre doivent y collaborer directement ou indirectement et ne pas laisser entirement cette tche si ardue aux soins de l'instituteur. &Si la lormation de l'esprit de I enfant incombe aux matres d cole, la formation de son cœur 11 de son caractre chet aux parents, bans cette troite collaboration, le travail du prolesieur est incomplet et mme infructueux, puisque ce qui est lait i cole est souvent dtail a la maison. L'enseignement religieux, continue-t'il, doit tre la bis. de toute ducation. Il est aussi difficile, dit Gicroo, d'envoyer une maison dans 1rs uues et de l'y maintenir par des chaines d'or que de tonner un enfant sans lui inculquer une forte dose d'instruction relig use. Ls grande rforme entreprise par Jules l'en y d ns l'ensei^nt:inent public en France en ItfSi consistant en carter l'enseignement religieux et a remplacer la morale chrtienne par la morale humaine, par la raison n'a abouii qu' une faillite. Lnine, Troswki sont, dans les temps actuels les chantillons accomplis de cette ducation sans le surnaturel religieux, sans Uieu. Ce vent de mort, de destruction qui a soutll ; sur toute l'Europe et notamment sur la Hussie, enfantant le bolcluvisme, en est e fruit maudit. Celte calamit ne s'abattra pas sur un pays o la morale chrtienue est en honneur dans les coles. Celles de la cil lurent visites par Sa Craudeur accompagne du Cur de la paroisse et de l'inspecteur des Ecoles Eleen teliciie les directeurs, directrices et lves de leur accueil sympathique et trs respectueux. La Irquentalion solaire est excellente: un millier d'el/es environ, tous possdant leur cathclnsme, notamment ceux des coles congreganistes qui, ce point de vue, sont au-dessus de tout loge. Faisant le n \e\ • de la fr juentatioD moyenn • du dio % % %  des Ca m qui se chiffre a •ju.uiirl.\i -.. H insei ;neur eu infre que celle des liocsea de h Rpublique doit tre de SII.IHI. Comment vouloir qui' l'Etal hitien loumisse le ii e ssaire .i tousces enlanis : ce qui coterait au bu 1c.'t d,! l'instruction pub!i pie un chiffre de tf milln" 11 urdes, presque no re budget ai.nu I ). li la ncessit pou.' les parents d.' ne pas compter uniquern ni sur l'Etat pour poui leurs h soins de fournitun s ,-hsliqn s %  •! autres 'pi Ile pie soit d'ailleurs toute la lollicitu I Gouvernera ut pool I enseignement publicL'ducation proprement dite, tant un .les pointa importante du protfn n lu Ci d I-: rUoii i MI .1.' Dr A !. scoull ur.un mlani de Jrm P, lves de la ni • doivent s'en fiire u te qu lio d'honneur; ils doivent exceller tant au poi >t de .vue du travai qu'au point do vue de la discipline. Quand maures et parents auront travaill soi ieusemenl a I .ru vre mritoire et capitule de l' In cation, ils auront travaill au relwiiii'iit de la l'alrie. La postrit' leur vouera un culte de re;onniis sauce et le ciel leur rservera s b.'iiJiction. Chacun soi lit de la crmonie sous la douce impression .1. s pa iules pleines d • caaleur et de Stncetitodu vnr prlat. Le PETIT HATIEN .le Jrmi JNos Petits Iravers LES IMPORTUNS On ne peut faire un pas sans qu'un ne soit retenu par des gens qui ne vous informent de quoi ijue < e s>it. ne vous entretiennent point d'affaire, mais qui avec une pets,s tan e opinitre vous hare.'leut de qiMsUoua baoalSi le* unes autant 3 ne lis autres, s'insinuant parluians l'intimit de votre vie. l'as moxen une lois qu'ils vous ont renconre de se d-barrus3ei d'eux. Vous ave/ beau prtexter tout ce que vous voulez qu'il ne vous lche pas. Vous devenez en quelque sorte leur proie. Avec eux il est impossible de tretenir avec son meilleur ami. Ils rdent dans votre i autant qu'ils peuvent et si par hasard ils saisissent le moindre propos qui les met sur la voie de votre entretien, sans perte de temps, lia placent leur mot, dveloppent avec abondance la plus legie pense que VOUS exprimez, croient souvent dans leur niai srie pouvoir en imposer en citant des 110:11 d'auteurs coumie l'ds leur laieut familiers. Ils parlent d' gri culture, dVb < tricit avec cette ai .m ce propre aux hommes de l'art, ae couchant les plus grosse fadaises, ce faisant souvent les bouffons de certains milieux. Malheur vous si l'un d'eux vous tom!' -. Qu m I par .m -..hier fuge VOU .T >v. E tre db ifra --•'• I %  lui en vous siu.'int, il VOUS N t l'S yeux et au pre nier dtour VOJS re voil i'ace fies \ite il vous sert une rflexion toi te m iil e i i re noue avec vous la conversation tout l'heure iulerromp ie. Votre in lifue produit guerre l'eflst q ie vous sa attendrai car vitre loterlocu leur ne se lass.; p mit de vous iule.-r gersur VOS Inlutud -:s jouru ires. I) veut savoir par quelle voie voue allez, le niilin I voire bureau, 11. IU • re laquelle v us dj Une/, ce <\ ie vu ..i fates le m-, la besogna ter m ne, toutes qu l.ui.i M, • nnujeeses, tui [uel eaaucum pr ei M .. %  Il | i une vieille a un d cet au ,rti'Ts m: aviei eut h -r tnge etdoul b .1 mu lep 1 1 plui de di 1 qaisrt det 1 oa en aviez I ul le In qui von .1 accul a cotte opration Bu lui on est uu vrilabl' et 1 ou s \ perd. Oa a beau s impatienter, repjudre par monosvilabe, rien n'y tait. L'occasion d'crire te prsente U elle pour vous, que vous n'isa pis |iiui beureux. Pai un ssomenl de -i lence ne vous permet de luivrs le coi: n de voe ides. Juste la minute ou vous ajoutez quelques mota ipie vous jugez indispensables pour la clart de voire p il voui rap pelle du ton le plus isaperlurbabla, un accident de vo.tn <• ;n ri v.depuis plus de vingt ans peu Uni les e lUI or il mises i l'occuion du ftei du centeniire. et auquel vous surisi chspp • 1 otnnM par miracie. Sou osprtl revei ; e. ailla %  >:t par -1 promptilu le • faire part, il VOUS r lit lalisfail de l.ivoiren votre compagnie. Si bout de patience v tu lin un rendez vous au j i • 1 voua nurei 1 rpoi lr ; il mquel |U ta m n .1 \ > mai ni .. >. %  In ird d libr sl inii mtii'ii. L'assigeiot ne N li -n Ira pis pour iiitlu. v quesiijuner.i iur l( li u o voua >u rsn k vous ren Ire tout I l'heure, e n ploiera pour u M but tom I DM] 1 11ige, vontera et qu io 1 il %  gir* p nu *. 1de rendn lise nient co Ig io lui .10 toi. ifl dre. Il d un endroit pi il v ; 1 ouver a be ire 'i De la 1 '.u d'ut fuir, il PUni j que les importuns, lu une au cun (tau n .... I,ne eutent pjiut quand lia aonl de trop dans un groupe et par cou, ni ruie drobent jamais tempi. l'ar 1) u.le peuple OU I un proverbe loi t applicable eu njel que m us al1... b 1 ici, t qui .lit : Comme ..n i.iit -on in 01 noua ". lui effet, depuia longti mps on eommi D B .. lui moj %  r sur la situation 1 ritique du p Cependant nul puni; ceux II qui, soit par leur situation politique ou bien par li ur cou btion aoci uemenl privilgie 1 1 dent appels empcher que le dsa-tie ne s • ralist, B I 1 m..uclieiche parer ces e\e::i ; r i:ts -1 ; |ei i|e hi-le-i -que noua vivoi ure actuelle. 1 < -1 que, l'altruiame, ee aeati* ment .pu lve l'sme, le dvoue* 1 et surtout le dsinlre aement sont daa vertus h .1' que uoui n om jamaia 1 ratiqui 1 Chaque l. imme a toujours lool ee* crili son % %  moi • sans se douter que touh 1 membres d'une mme socit aonl Solidaires entre eux. et qu %  qui alrligenl nea proch tins Itolssant nu par avoir fatale Q • .1 leur rpercus* •iui sur notre -ilu t'i ai >1e l.i 'Olr le rpercuwi in le manifesta sou ; .leformes diversai : alla revt quelque lois des caractres de v i lence selon que le milieu ou etl> pr.Mluil se troue dans un al.it .1 rei vescence, et alors les de hi i 1 s inisreux n'en pouvant plus pi 1 nient de fol I I n un jour d'orgia ea que 1 1 tolid iril bum une l'l ul obstine juaqu' .11 1 1 lui octroyer de b 11. -". %  D'autres lois tom une forme p 1 ciii |u elle te manifeste par une • %  de ei 1 aa conomiques et ilnanciraa qui va jui iu' comprom> lire l'aasiotte budgtaire d'un pay-,. tel le CM qui nonOCOUpe] et alors c'est le tour e l'Ciat y parer eu lu sant appel aux re turcei qui sont sa ports, 1 U ui d'impts nouveaux qui naturellement viendront peser esc u uvemeut sur la Une socit n'est vraiment b sur usa nsisee tolides, et son volui 'U ne tera jatn .i procrai K tant qu'elle n auia pu le WUci du bienetra de la collectivit. avoue toujo 1 pai ua 1 me ouiie laiss I l Btal seul l'initia1 dan tout i qui Intresse notre eii l tionale n" nondouli nt pas qu'un joui' viendrait ou noua n tirioni lei Sflete de cette abdication. uu.e.l nul ne peut h,m. ni D i>aa bu tira | ie la cri %  ni al qe a, ou uotri m inqua d'altruiame non induit, il fan que l'EtSt inl' . %  Q) A notre Quo vadia Domine il droit de BOUS rpondre : 1J rais tout s ul B'O euper de ce t. / ,),) c n si li. Mois pour '.ir pal 1 ulu bien nous pntrer daa ob ,..-i 1 anvers la lortune, en venant dans un 1 ilid u.t tauloel e a n uelmatri le D< ureiron ,1 gmenter four d'une fat u indirec* ll.nt un 1 tout ie ne revient ui les vi %  Ci 1 andant 1 1 .. / l. im| orl ne ni %  n'ral ( M b ujours i\ bw 1 • c-t nu kiatanl ; < eat j ourquoi ils sont si SUCombrantS, et qu'il est parlais 11 difficile deie Uti..urasier d'aux. ie. il eat vrai, n me que nom 1 notre part d( allai •' 1 ion dai I a*uv 1 a de bienraie m a qui aurait t ace omplie Qui n'.. 1 ai MM li ton c aoule< a la vue le re111,, in ,11 eux qu'un mal .-ans remde retient dans les cellulede uotie P< n lent i-r natio1 al faute d'un aaile d' \ Dana notre c 0 u pa b le galante avaiin, us qui l.j ie lois pens devant ce ipei i... i. d< •• liant 1 un %  llodie miln, cru libi • ventuel soit r u non %  p< rsonnellemenl ou pour m. tre qui noua est ch< l'unit .ut lie v. 1, t u ,1,1,. ,..s| bien dana l'ordre di eh es possibles. Comme dans la chanson le bon* heur ne il ne qu'on leinp-: 01 il ailive quelque l,|que malgr nos pn i la roue de la rortuns, 1 ipi i ieu ie ion une jolis femme tourna dans | tena de l'adversit pour nous, el qu'au mouieiil o 1 li.irg par Isa anne, nous a-pirnns un repoi bien mrit et que nous i' rona bonheur et eu inee nous nous reveillona pour non, trouver MUS p ua de l lOJ dans le tiroir ni de pain dani la huobe. U mieux tourner alors nos regird| 1 rs est ou rgent la paix el la Iriaiuui'e. cettu tt pdca d aulieii inilire le l'ternit d'o on peut dsna U arnit d'un esprit re1 finir ses [aura l'abri de la mi re el tei corsgee de laideurs.' ivoaa noua i dament pens io'. 1er une pareille i Maison de rjI Pourtant nul no peut science exaet aeaurar qu re exempt ? 1 loua iepeuples ou de coneei 1 ducation religieuse et civique la lentimeat de la philnntropia l'est dvelopp, Isa œuvrt de bienl ton! l comme de(nonumenta parlant ttasterleef degr de 1 vilisation, Noue n'avons pu besoin d'aller bien loin i b< i lu i th %  tan des pour eppuyei notre due; car d tuffii de Franchir aeulemei 1109 frontires pou en trouver de bien difiante et liante. N'a t on pu dep lia pins d (rente ans dj, sont le Gouvei nameat du Gnral Heuieaux, 1 exemple de es qu peut l'eetion eollective quand il iset ki louffi m'"ses di 1 le, et 'l 1 n b un ne. .m nui, le pre ItKLLINI dont le mmoire v. nre est cou!' le bff n.e qui M dresse sur une des place puldiques de ht 1 .1 %  St-Oomiogue surgit, et dane un lan i rssque mystique donna le braoe-bas, qui davers ouvrir la marche de la Hanfaisanca chez tant une loterie Municipale su profit de la maison d • \ ns. L' tenlimsnt de la plnlaniropie qui te dvaloppaintanaemnl ailleurs est en' re inconnu chai nous; il faudra donc le laite natre, le i timu|sr pur .me ,n n 11 Indira ta tout .1 abord pipi1 ,. ,| n 1, wiQB ac pus I habitude de donner. Cette action indirecte poun 1 revtir comme .1 M bomii gue, 1 I 1 ne *t aillent -s 11 forme d 10e I iterie dont le profil 11 1 par exemple la 1 de jeu est d1 l ou. 11 il est iidu p in e qu in .x-la u 1 ..• %  respect que nous leur .1 moralistes. ... eu ch imbre nous ne parlagaoai pasl nr pudeur morale dans l'o p ne que : l'rimo ; U loterie ue saurait tre i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06167
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 13, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06167

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
QlRGCTflUa PROPRIETAIRE
UUNBUH
Clment Magioire
BOW VERNA
1306 Rua Amricinf
NUMEXt* ^()cENTIMEb
FILE COP
w ' ~ ~ :. .ry
APH 12 h'
On |eul \iwv ,i\ce des person-
nes bien leves bansMpnJ et
on ne s.uti.lit \i\re aWN uYs
yens d'esprit MD8 duealion.
Quotidien
1ELEP110NE No 242
17me ANNE N 5119
PORT-AUPRlNi E ( HATI )
IKUni 1H MAHS 1924
Une Cofllrence k Monseigneur PICHON
Ncessit des Loteries de Bienfaisance
L Ecole et l'Enfant, lellel.it
! se que dveloppa le soir du
12 Fvrier courant, Mouseignear
liclion avec une admirable mai'
tnse.
Il dlxit p;jr les paroles em-
preintes de Loi t et de tei dn
du divin .Main,. : Laisse/, venir
moi les petits e liants .
L'Evque des Caves comme ca-
llli de .Meaux, sut dire des v.nl -s
profondes, s'lever aux considra-
tions tliolo^'i.pies les plus hautes,
atteindre mme au sublime, avec
naturel et simplicit.
La nombreuse assistance qui
emplit I enceinte du temple resia
suspendue une beure environ aux
l'vres du prdicateur dont l'lo-
quence a su mouvoir et convain
cre en vitant de troisser les dill-
rentes conlessions religieuses qui
lompoiaient son auditoire.
Le sujet choisi tait, en effet
dlicat.
Uuestion charmante et rave,
ait-il.
Uuoi de plus charmant, en ef-
let, que les enfants mignons, com-
me les appelle le bonhomme ;
mais aussi quoi de plus rave que
leur ducation '
Le pre et la mre doivent y
collaborer directement ou indirec-
tement et ne pas laisser entire-
ment cette tche si ardue aux
soins de l'instituteur.
&Si la lormation de l'esprit de
I enfant incombe aux matres d -
cole, la formation de son cur 11
de son caractre chet aux pa-
rents, bans cette troite collabora-
tion, le travail du prolesieur est
incomplet et mme infructueux,
puisque ce qui est lait i cole est
souvent dtail a la maison.
L'enseignement religieux, con-
tinue-t'il, doit tre la bis. de
toute ducation. Il est aussi diffi-
cile, dit Gicroo, d'envoyer une
maison dans 1rs uues et de l'y
maintenir par des chaines d'or
que de tonner un enfant sans lui
inculquer une forte dose d'ins-
truction relig use.
Ls grande rforme entreprise
par Jules l'en y d ns l'ensei^nt:-
inent public en France en ItfSi
consistant en carter l'enseigne-
ment religieux et a remplacer la
morale chrtienne par la morale
humaine, par la raison n'a abouii
qu' une faillite. Lnine, Troswki
sont, dans les temps actuels les
chantillons accomplis de cette
ducation sans le surnaturel reli-
gieux, sans Uieu. Ce vent de mort,
de destruction qui a soutll ; sur
toute l'Europe et notamment sur
la Hussie, enfantant le bolcluvis-
me, en est e fruit maudit.
Celte calamit ne s'abattra pas
sur un pays o la morale chr-
tienue est en honneur dans les
coles. Celles de la cil lurent vi-
sites par Sa Craudeur accompa-
gne du Cur de la paroisse et de
l'inspecteur des Ecoles Eleen
teliciie les directeurs, directrices et
lves de leur accueil sympathi-
que et trs respectueux. La Ir-
quentalion solaire est excellente:
un millier d'el/es environ, tous
possdant leur cathclnsme, no-
tamment ceux des coles congre-
ganistes qui, ce point de vue,
sont au-dessus de tout loge.
Faisant le n \e\ de la fr juen-
tatioD moyenn du dio des
Ca m qui se chiffre a ju.uiirl.-
\i -.. H insei ;neur eu infre que
celle des liocsea de h Rpubli-
que doit tre de sii.ihi. Com-
ment vouloir qui' l'Etal hitien
loumisse le ii e ssaire .i tousces
enlanis : ce qui coterait au bu 1-
c.'t d,! l'instruction pub!i pie un
chiffre de tf milln" 11 urdes,
presque no re budget ai.nu
I ). li la ncessit pou.' les pa-
rents d.' ne pas compter unique-
rn ni sur l'Etat pour poui
leurs h soins de fournitun s ,-hs-
liqn s ! autres 'pi Ile pie soit
d'ailleurs toute la lollicitu I
Gouvernera ut pool I enseigne-
ment public-
L'ducation proprement dite,
tant un .les pointa importante du
protfn n lu Ci d I-: rUoii i
mi .1.' Dr A !. scoull ur.un mlani
de Jrm p, lves de la ni
doivent s'en fiire u te qu lio
d'honneur; ils doivent exceller
tant au poi >t de .vue du travai
qu'au point do vue de la disci-
pline.
Quand maures et parents au-
ront travaill soi ieusemenl a I .ru
vre mritoire et capitule de l' In
cation, ils auront travaill au rel-
wiiii'iit de la l'alrie. La postrit'
leur vouera un culte de re;onniis
sauce et le ciel leur rservera s
b.'iiJiction.
Chacun soi lit de la crmonie
sous la douce impression .1. s pa
iules pleines d caaleur et de Stn-
cetitodu vnr prlat.
Le Petit Hatien
, .le Jrmi
JNos Petits Iravers
LES IMPORTUNS
On ne peut faire un pas sans
qu'un ne soit retenu par des gens qui
ne vous informent de quoi ijue < e
s>it. ne vous entretiennent point
d'affaire, mais qui avec une pets,s
tan e opinitre vous hare.'leut de
qiMsUoua baoalSi le* unes autant
3ne lis autres, s'insinuant parlui-
ans l'intimit de votre vie. l'as
moxen une lois qu'ils vous ont ren-
conre de se d-barrus3ei d'eux. Vous
ave/ beau prtexter tout ce que vous
voulez qu'il ne vous lche pas. Vous
devenez en quelque sorte leur proie.
Avec eux il est impossible de
tretenir avec son meilleur ami. Ils
rdent dans votre i autant
qu'ils peuvent et si par hasard ils
saisissent le moindre propos qui les
met sur la voie de votre entretien,
sans perte de temps, lia placent leur
mot, dveloppent avec abondance la
plus legie pense que VOUS expri-
mez, croient souvent dans leur niai
srie pouvoir en imposer en citant
des 110:11 d'auteurs coumie l'ds leur
laieut familiers. Ils parlent d' gri
culture, dVb < tricit avec cette ai .m
ce propre aux hommes de l'art, ae
couchant les plus grosse fadaises,
ce faisant souvent les bouffons de
certains milieux.
Malheur vous si l'un d'eux vous
tom!' -. Qu m I par .m -..hier
fuge voU .t >v. e tre db ifra --' I
lui en vous siu.'int, il VOUS N t l'S
yeux et au pre nier dtour vojS re
voil i'ace fies \ite il vous sert
une rflexion toi te m iil e i i re
noue avec vous la conversation tout
l'heure iulerromp ie. Votre in lif-
ue produit guerre l'eflst q ie
vous sa attendrai car vitre loterlocu
leur ne se lass.; p mit de vous iule.--
r gersur VOS Inlutud -:s jouru ires.
I) veut savoir par quelle voie voue
allez, le niilin I voire bureau, 11. IU
re laquelle v us dj Une/, ce <\ ie
vu ..i fates le m-, la besogna ter m
ne, toutes qu l.ui.i m, nnu-
jeeses, tui [uel eaaucum pr
ei M .. Il | i une
vieille a un d cet au ,r-
ti'Ts m: aviei eut
h -r tnge etdoul b .1
mu lep 1 1 plui de di 1
qaisrt det 1 oa
en aviez I ul le In
qui von .1 accul a cotte op-
ration Bu lui on est
uu vrilabl' et 1 ou s \ perd.
Oa a beau s impatienter, repjudre
par monosvilabe, rien n'y tait.
L'occasion d'crire te prsente U
elle pour vous, que vous n'isa pis
|iiui beureux. Pai un ssomenl de -i
lence ne vous permet de luivrs le
coi: n de voe ides. Juste la minute
ou vous ajoutez quelques mota ipie
vous jugez indispensables pour la
clart de voire p...... il voui rap
pelle du ton le plus isaperlurbabla,
un accident de vo.tn < ;n ri v.- depuis
plus de vingt ans peu Uni les e lUI
or il mises i l'occuion du ftei du
centeniire. et auquel vous surisi
chspp 1 otnnM par miracie.
Sou osprtl revei ; e. ailla
>:t par -1 promptilu le
faire part, il VOUS r lit lalisfail de
l.ivoiren votre compagnie.
Si bout de patience v tu lin
un rendez vous au j i 1 voua nurei 1
rpoi lr ; il m- quel |U ta m n .1
\ > mai ni .. >. In ird d
libr sl inii mtii'ii. L'assigeiot
ne N li -n Ira pis pour iiitlu. v
quesiijuner.i iur l( li u o voua >u
rsn k vous ren Ire tout I l'heure, e n
ploiera pour u m but tom
I DM] 1 11- ige,
von- tera et qu io 1 il
gir* p nu *. 1- de rendn lise
nient co Ig io lui .10
toi. ifl dre. Il
d un endroit pi il v ; 1
ouver a
be ire 'i
De la 1 '.u d'ut fuir, il
PUni j que
les importuns, lu une au
cun (tau n .... I,- ne
eutent pjiut quand lia aonl de trop
dans un groupe et par cou- ni
ruie drobent jamais tempi. l'ar
1) u.- le peuple OU I un proverbe
loi t applicable eu njel que m us al-
1... b 1 ici, t qui .lit : Comme
..n i.iit -on in 01 noua ".
lui effet, depuia longti mps
on eommi d b .. lui moj r sur la
situation 1 ritique du p
Cependant nul puni; ceux II qui,
soit par leur situation politique ou
bien par li ur cou btion aoci uemenl
privilgie 11 dent appels emp-
cher que le dsa-tie ne s ralist,
B I 1 m..u- clieiche parer ces
e\e::i ;. ri:ts -1 ; |ei i|e hi-le-i -que
noua vivoi ure actuelle.
1 < -1 que, l'altruiame, ee aeati*
ment .pu lve l'sme, le dvoue*
1 et surtout le dsinlre aement
sont daa vertus h .1- que uoui n -
om jamaia 1 ratiqui 1
Chaque l. imme a toujours lool ee*
crili son moi sans se douter
que tou- h 1 membres d'une mme
socit aonl Solidaires entre eux. et
qu qui al-
rligenl nea proch tins Itolssant nu
par avoir fatale q .1 leur rpercus*
iui sur notre -ilu t'i ai >1e l.i 'Olr .
le rpercuwi in le manifesta
sou ; .le- formes diversai : alla revt
quelque lois des caractres de v i -
lence selon que le milieu ou etl>
pr.Mluil se troue dans un al.it .1
rei vescence, et alors les de hi i
1 s inisreux n'en pouvant plus
pi 1 nient de fol I I n un jour d'orgia
ea que 11 tolid iril bum une l'l ul
obstine juaqu' .11 1 1 lui octroyer de
b 11. -".
D'autres lois tom une forme p 1
ciii |u elle te manifeste par une
' de ei 1 aa conomiques et il-
nanciraa qui va jui iu' compro-
m> lire l'aasiotte budgtaire d'un pay-,.
tel le CM qui non- OCOUpe] et alors
c'est le tour e l'Ciat y parer eu lu
sant appel aux re turcei qui sont
sa ports, 1 U ui d'impts
nouveaux qui naturellement vien-
dront peser esc u uvemeut sur la
Une socit n'est vraiment b
sur usa nsisee tolides, et son vo-
lui 'U ne tera jatn .i procrai k
tant qu'elle n auia pu le WUci du
bienetra de la collectivit.
avoue toujo 1 pai ua 1
me ouiie laiss I l Btal seul l'initia-
1 dan tout i qui Intresse notre
eii l tionale n" non- douli nt
pas qu'un joui' viendrait ou noua n
tirioni lei Sflete de cette abdica-
tion.
uu.e.l nul ne peut h,m-
. ni d i>a- a bu tira | ie la cri
. ni al qe
a, ou uotri m inqua d'al-
truiame non induit, il fan
que l'EtSt inl' . Q)
A notre Quo vadia Domine il
droit de BOUS rpondre :
1J rais tout s ul b'o euper de ce
t. / ,),)
c n si li. Mois pour
'.ir pal 1 ulu bien nous pntrer
daa ob ,..-i 1 anvers
. la lortune, en ve-
nant dans un 1 ilid u.t tau-
loel e a n uelmatri le
D< u- reiron ,1 gmen-
ter four d'une fat u indirec*
ll.nt un
' 1 tout
ie ne revient ui les vi

Ci 1 andant 11.. / l. im| orl ne
ni n'ral ( m b ujours
i\ bw 1
c-t nu kiatanl ; < eat j ourquoi ils sont
si SUCombrantS, et qu'il est parlais
11 difficile deie Uti..urasier d'aux.
ie. il eat vrai, n me que
nom 1 notre part
d( allai ' 1 ion dai I a*uv 1 a de bien-
raie m a qui aurait t ace omplie
Qui n'.. 1 ai mm li ton c..... aoule<
a la vue le re- 111,, in ,11 eux qu'un
mal .-ans remde retient dans les
cellule- de uotie P< n lent i-r natio-
1 al faute d'un aaile d' \
Dana notre c 0 u pa b le galante
avaii- n, us qui l.j ie lois pens de-
vant ce ipei i... i. d< liant 1 un llo-
die miln, cru libi ventuel soit
r u non p< rsonnellemenl ou pour
m. tre qui noua est ch<
l'unit .ut lie v. 1, t u ,1,1,. ,..s| bien
dana l'ordre di eh es possibles.
Comme dans la chanson le bon*
heur ne il ne qu'on leinp-: 01 il ai-
live quelque l,|- que malgr nos
pn i la roue de la rortuns,
1 ipi i ieu ie .....ion une jolis femme
tourna dans | tena de l'adversit
pour nous, el qu'au mouieiil o 1 li.ir-
g par Isa anne, nous a-pirnns
un repoi bien mrit et que nous
i' rona bonheur et eu inee nous
nous reveillona pour non, trouver
MUS p ua de l lOJ dans le tiroir ni de
pain dani la huobe.
U mieux tourner alors nos re-
gird- | 1 rs est ou rgent la
paix el la Iriaiuui'e. cettu ttpdca
d aulieii inilire le l'ternit d'o on
peut dsna U arnit d'un esprit re-
1 finir ses [aura l'abri de la
mi re el tei corsgee de laideurs.'
ivoaa noua i dament pens
io'. 1er une pareille i Maison de rj-
I
Pourtant nul no peut science
exaet aeaurar qu re exempt ?
1 loua ie- peuples ou de con-
eei 1 ducation religieuse et ci-
vique la lentimeat de la philnntro-
pia l'est dvelopp, Isa uvrt de
bienl ton! l comme de- (no-
numenta parlant ttasterleef
degr de 1 vilisation,
Noue n'avons pu besoin d'aller
bien loin i b< i lu i th tan des
pour eppuyei notre due; car d tuffii
de Franchir aeulemei 1109 frontires
pou en trouver de bien difiante et
liante.
N'a t on pu dep lia pins d (rente
ans dj, sont le Gouvei nameat du
Gnral Heuieaux, 1 exemple de es
qu peut l'eetion eollective quand il
iset ki louffi m'"- ses
di 1 le, et 'l
1 n b un ne. .m nui, le pre ItKL-
LINI dont le mmoire v. nre est
cou!' le bff n.e qui m dresse
sur une des place puldiques de ht
1 .1 St-Oomiogue surgit, et
dane un lan i rssque mystique don-
na le braoe-bas, qui davers ouvrir
la marche de la Hanfaisanca chez
tant une loterie
Municipale su profit de la maison
d \ ns.
L' tenlimsnt de la plnlaniropie
qui te dvaloppaintanaemnl ailleurs
est en' re inconnu chai nous; il
faudra donc le laite natre, le itimu-
|sr pur .me ,n n 11 Indira ta tout
.1 abord pi- pi- 1 ,. ,| n 1, wiQB
ac pus I habitude de donner. Cette
action indirecte poun 1 revtir com-
me .1 m bomii gue, 1 I 1 ne *t ail-
lent -s 11 forme d 10e I iterie dont le
profil 11 1 par exemple la
1 de
jeu est d-
1 l ou. 11 il est
iidu p in e qu in .x-la
u 1 .- . respect
que nous leur .1 mora-
listes. ... eu ch imbre nous ne par-
lagaoai pasl nr pudeur
morale dans l'o p ne que :
l'rimo ; U loterie ue saurait tre
i


LE & A un
taxe d'inniorale si noua tonc
compte du l)iil gu' LU pourauit.
S coni '-il ob 'I ev< c I i
quel, .cl ;.
m :, uvra ii iu
ti-meui humanitaire t finalement
qu'elle ne saurait tre a-siinii' au
I h. celle attraction dis bouges
nous sommes le premier con lam-
J m is pendant les huit annes
i| ie le im\s e-l ii e ip militairement
nos voisina boni t le moindre-
ment molests sur ce rapport et |) nr
gira j talc dous aj >ut< r tos que l'ai
Haut taire son p.r.t.m-me levant la
sublim !' dn but pourauivi, l'Ame
ricalfl a toujours encourag le lo-
teries SI Domingo .
Par Cable
le
Nous avons reu la Dclart! 11
das brolts de l'Enfant, dite UcUra
liai) da Genve i loi I is par le Con* 'il
Gnral do l'Union Internationale
de Secours au\ 'niants dans sa ses
aion du I I ivrier 1923.
Voici cette dclaration qui nonce
en cinq formules brves le- droits
qui devraient Aire reconnut ;ui\ en-
fants et respect- dan- loua les pi\-
civiliss. C'est un programma propo
a toutes les bonnes volonts:
Par la prsente Dclaration les
Droits de l'Knfant, dite Dclaration
de Genve, les hommes et les fem -
mes de toutes les nation-, ivcmnais
sant que l'Humanit doit donner a
l'Enfant ce qu'elle a de meilleur,
aflirmeul leurs devoits. en dehors de
toute considration de race, de na-
tionalit et de croyance :
I. l/KNi W I doit Aire mis en
mesure de se dvelopper d'une
faon normale, matriellement et spi
rituellement.
II. L'EN TANT qui a faim doit tre
nourri ; l'enfant malade doit tre aoi
gn ; l'enlant arrir doit tre aoeou
rag ; l'enfant d .vive doit tre rame
n;l'orph. lin et l'abandonn doivent
tre recueillis et secourus.
III. L'ENFANT doit tre le pre-
mier recevoir des secours en temps
de dtresse.
IV. L'ENFANT doit tre m
mesure de gagner sa vie, et doit tre
protg contre I nte exploitation!
Y L'ENFANT doll .'Ire lev
dans le sentiment que ses meilleures
qaalitt d livenl tre mises au ser-
vice de se- 11
Dn
code du journalisme
labor en Pologne
YAHSOVIE, 88 fvrier. Le gou
?ernemeiil Ment de dposer au bu-
reau de la Dicte un projet de loi r
glanl toutes les affairai relatives a la
presse et l'activit des journalistes.
Une comini-sinii de la Dite, compo
ae ooiquamenl de dputs journa
listes et de dputs juriste- s'occupe
a mettre au point ce projet de loi
qui constituera un vritable code de
journalisme.
les Aniilles resteront
franaises
D 1 JOUI ii UII 'ut annonce que le
Snuvernemenl fraoali M proposai!
e cder au gouvernement des Kl ils
l ni- coi tain i colonial et no
laminent aat ilaa des Antilles.
Cette inl'.ii iiiation est dnue de
tout fondement, le gouvernement
n'ayant jamais eu l'intention de ce
der une parle quelconque da son
territoire.
D'ailleurs, le gouvernera, nt amri
cain lui m*me a dmenti B Washin;
ton e bruit qu'il qualifie do ri li
culement extraor linaire ''.
( Le Figaro )
m wagahaaBegBL*-ai
leons d'Anglais
Mr Cernel Stin i ancien pn
d'Angleia au l louvertura
durant 036 priode de 17 ans, a
l'honneur doffrir eee i au
Public pour d d'anglais.
Sa mthode d n l'angl lis
h SU -'"i pl( i lUCCa par le luit d'
voir tonne de nembraai lves qui
son! maille- de la anaue. Il se tient
en face de la We-t Indies Rue du
(entre ancienne maison Lorquet de
heures midi et de .1 li.3 h.p-m.
0. STIN ES
Nouvelles Etrangres
Une mi mon japonaise
en Italie
ES I ne n japonaise
s tus 11 le l'amiral l'inigi
est arrive d .us i al e villa r ir y
tudiai > progr d- I-ut de cous
trnetiom n ivalee en Italie.
Epouvantable tempte au
hohI de l'Atlantique
NEW VOKK 11 Une furieuso
terni I i le No I de l'Ai
laaUque ; l'ouragan a balay hier
73 raille- des cles des Etats Unie,
la navigation acte paralyse et les
connu mi liions l phoniques et pur
tables ont sooflsn de gran i- dora
mages. C'est le plan forte tempte
enregistre depuis ii) ans.
Eruption volcanique
eu Russie
MOS ;0U I H dpche de Petro
pavlovsk (Kamtchatka) informe
qu'une extr.ne activit volcanique
rgne dans toute la pninsule et que
des chutes de neige alternant avec
les typhons et les pluies chaudes,
les tremblements de terre sont jour
na iers. Dix sept volcans sont en
ruption ; la populitiou est terri
lie.
lorl du prsident
du londuras
WASHINGTON Selon dei d
pches de il a. M. Lopez
Gutierre'. prsident >l s rpublique
du lion Liras est mort ; ce 'I ces sim
plilierait la situation cahotique tri
verse par ce paya.
.Nouvelles diverses
LOND il S 11 Le corresp >ndant
du ' Dailj Mai a langer llgra
plue que grce l'arrive des ren
forts venant de la pninsule, les es
paguols ont pu contenir l'avance
des Maures et rcuprer les posi
lions perdues rcemment. Le corres
pondant ajoute que des uventur.
de Ions les pava d Kurope ont fait
d'normes bnfices loi la veule de
matriel de gu^rr- destin a ix Kif-
fains et que le centre de c- tte contre
bande serait a Malaga d ou furent ex
pdies d'importantes consignations
desiii.alion des rgions du ititl.
WASHINGTON Le snateur
Lenrot a renonc la pisideuee
de la commission des ptroles en
raison de son tat de sanl.
DUBLINLe II ut c immandi ment
informe que la situation militaire est
redevenue normale.
Par Sans-Fil
12 Mars
WASHINGTON- La Chambre a
dcid de laisser au Dpartement de
la Justice le soin de dvelopper s-s
moyens d'acusalion devant le Gran I
Jury; de Chicago dans l'affaire des
deux reprsentants,
MOVV YORK Des ngociations
,de grands crdits la France qu'on
i -lime 50 millions de d Mars afin
de lui ponnetre de stabiliser son
clutige, se poursuivent avec des ban
quier- amricains. Des nouvelles pri
ves reues par cable indiquent qu'
un pareil crdit a t oblenu chez le i
banquiers londoniens.
LON'JltES Selon le Daily Ex
press les disputes entre le l'ape et
le gouvernement italien sont sur le
point de rglement.Le pape ne sera
plus prisonnier dans le Vatican.
Eli cliaili|(3 ^ontn-2. timbres
' poste nldileres el
toutes valeurs bien assorties de Hati
et de pays voisins, je vous donnerai
d nies postales illustres de vues
de la grande gurie europenne,des
vues anglaises laineu-e-,, le
Miss r.e, k i Ora, Stocke l, Lon
dies, Angleterre,
Le mendiant propritaire
de cinuia
Le gouvernement italien vient de
prendra d nergiquespour
combattra Is mendicit qui est, sur
tout ilitis les piovinces du sud, ex
lu mme ni n pendue.
On commence tablir les liste*
de taux pauvres Paroi eux, un des
plus curieux est un homme couvert
de haillons qui, dan la journe,
tend la main dans les rues de.Paler
me.
Le soir, il se met en smoking, et
va surveiller la rc ette d'un cinma
dont il est le propritaire, h quel
grce sou intel igente direction
tait de- iflaires d'or.
Conscration
de Mgr Jan
Par une circulaire adresse aux
filles et lue au Pr-ne le "imindie
dernier Mgr l'Archevque tixe au
01 nanebe 30 Mars la crmonie de
la conscration de Mgr .lui, KvVpie
de Mtropole, Covljuteur d- xjjr
l'Eve |ue du Cap-Hailien.
Les Evoques des Cayss, les S.S.
Morice el Pichon, assisteront le nou-
vel lu.
bas armoirlsa de Mgr Jan portent i
Le SacrC liennes, un choe puisses) n ml a i-
racin dan* une terre graiitiq-ie;
l'hermine et la palme.
>Jous croyons savoir que I' relie
\que de Sto-Domingo, Mgr Nouel,
assistera la crmonie du sicre.
H"
Varils
Vendredi
Le colle de
-im
t
l 3e et 4e parties
Entre o,)U ctutime*
Du jugement bien r mit.
La septime chambre lu tr,In-
nal civil a jufli rcemment, nue
a faire ass z curieuse de donation
entre Ii un-.
En novembre l'J I G, M (l_'or-
gesllent'' Veysset, marchal des
logis, pilote-.mit 'ur, se Ii lin; t
Bordeaux ave: Mlle. Genniiue
J/iurens; il lui offrit une bague
de platineo.uee de)diamant! arhe
te >2.'y)\ trancs. Ls jeune hom-
me partit pour Salonnjne d'o il
crivit, quelques mois plus tar J,
sa lian^e, qu'il allait obtenir une
reriiiissiin pour venir se marier.
.a jeune lille lui rpoo lu qu'il
n'tui pis utiie qu'il se demi
geiit.
Il comprit qu il ne' rgnait plut
dans le coeur de sa fiance. Le 15
novembre 1917, il disparut au
cours d'un combat arien, prs de
M mastir.
Ln avril ly'JO, Mlle t'iermaine
Liurens se maria an sieur Le*
geay, demeurant Paris, rue Ana-
tole de Lal'orge. La mre de l'a-
viateur dema la alors aux poUX
Lefcwy la restitution de la bague.
remi-e par son lils. Ceux ci relu-
put, ollrant seulement le verse-
ment du prix de I.i
m rM.t la r Btitutioo dea l< Il a
. des par la jeune h.ie l'pO | ie
de -is uanaill
tribunal, praid par M i-
aieur Reuloa, aprs pi ii loiriea de
M s. Dutoal di tux, et Vau-
nois, a rendu ion jugement or-
donnant aux poux Legeay
restituer la bague la mre de
l'aviateur mort pour la patrie et a
iar malfonde la demande en
restitution des lettres crites par
a |-l:uc Ulle de Bordeaux
Sur M in
Paie L
TimanGhe 16 Mars 1924
4 lieur:s p. m.
Gran I match entre l'USU el la
Jeuneea Sportire hatienne*
Les noms des quipiera qui
doivent prendre part ce matcli
s "ont publis demain.
Entre gm le G. 0-5
Voiture 10)
L) i le public aille en toute
i ne .'pies midi sportive qui pro-
met d'tre Bxceasivemenl mtres*
san'e. On verra Paul Chenet et
Patnson opposs I un a l'autre.
A 1 hres. 1/2 mme jour com-
mencera le championnat de ten-
nis pour la coupe Peter Dawson.
Fianailles
.Nous avons reu la carte le
liaui.aiiles de aille r'rao use Ues-
lan les avec Mr Marc n DafanaL
Meilleus compliments*
-JbMwsLi louer__
Lue inaisuo en bon tat, situ au
Ii tut de la Mue et contenant bassin,
remisai lectricit, etc.
S'adresser immdiatement l'Ilo
tel de France.
Ouverture des Grands
Vins de Bordeaux
A l'occasion de i'ou>erture des
GaANDS Vins DBBoRDaMJX, Ifr Em le
Uereix invite ses am s venir pren-
dre un i.m-li avec lui S.nne n la
Mars, paitir de .'i haun
Un accueil exceptio uiel leur e t
rserv ptr le propritaire.
L'Elciiil.ird de St Josepli
L'ann e daj travailleurs, cornais
toute arme qui vu au comb.ii. .i un
mot d'ordre, un drape.iu. Corps de
ntirs, syndicats divers, groups
en fdration ^ou? la dnomination
d'Association nationaliste des Ou-
vrier? et (Salaris ; hatiens et tran
gers, uou tous qui sommas sui.da
res, ajOBS pour mot n ordre :
A la Cathdrale le mercredi lu
Mars, en la fle de bainl Joseph.
r lions la Messe de H heu i es que
dit Sa Uruudeur Mgr Conau pour les
ouvriers de Port au Prune et de tout
le pays.
frres ' serrons nous au tour de
l'tendard que porte Saint Joseph,1a
modle el lo pan ju de Iravaijleurs.
VtOrUH CJ.vlivU MuM'Aat;
Chevalier de la Lgion d'Honneur,
- reuire Gnral ae l'Association
La Coupe Pet f-Du vson pour
le Chaioptonnut de Tennis
Le premier match d'une srie pour
le ooucours la coupe "Peter Daw-
sou" sera jou au Parc Leconte le
dimanche aprs midi io courant
d ha 10 prcises entre le Club Ameri
cain et "la leuius Club".
Les membres des aUl quipes
sont pries d lie prsents sut les
lieux an moinsqninxs minute* avant
l'appel. Tout Clttb dont les mem-
bre- n'auraient p.i- rpondu a l'ap-
pel seraitoonsi 1re comme .i\a:it per
du au bohoede son nartenaire.
Celte rgle s^ra slricieineul obier
ve el toute dcision pri-e par l'ar
bitte sera sans appel tet ne pourra
tre l'objet d'aucune contestation.
accident d'aulos
Comme suite notre informa-
tion d'hier concernant l'aecidanl
aurvenu mar ii sur la route de
Carrefour, .Mr Kolbj iraen nous a
qu il n'y a eu au :une col-
lision entre l'auto de Mr Anna-
cius Innocenl et la Bieune. C
par pure courtoisie <]u il arrta sa
tua! inn pour essayer de porter
secours a Mr Innocent dont la
voiture aprs avoir renvers une
femme se trouvait les quatre roues
en l'air.
-
Au-dessous de l'estimation
lin vertu d'une obligation hypo
thcaire pasr-e au rapport de Me
Edmond Oriol et -on Collgue notai
re Port au l'rince en date du vingt
quatre Aot mil mu! cent vingt, en
registre.-, io d'uD jugement conlra
dicloireinent rendu entre les parties
par le Tribunal de 1re Instance de
Port au l'rince en date du dix huit
Novembre mil neut cent vint!, enre
gislr, lequel a acquis l'autorit de
la chose jugea ; 8o d'un commande
ment demeur- infructueux : iod'un
certificat dlivr pi- le notaire lien
rj Hogarlh attestant qie la vente
fircdemment annonce n'a pas eu
ieu faute d'adjudit ataire.
Il sera procd le lundi que l'on
omptera dix sept mais mil oeuf
cent vingt quatre trois heures de
l'aprs midi par le ministre de Me
Henri llogarlli notaire requis cet
effet, en sou K'ude sise l'ort au
Prince rue Hamerton Killick la
vente au plus otirant et dernier en
chrisseur d'un terrain portant le
.No 6 dpendant de l'habitation Iles
pre/ quartier de Bellevue l'oit au
Prince, donnant sur une alle de
dix huit pieds de lar^e conduisant
la rue Toussaint Brave lequel ter
rain mesure cinquante cinq pieds
neuf pouces au cot Nord, soixante
pieds au ct oppos au sud sur une
profondeur de cent quinze pieds au
cot Kst, cent se /.e pieds au ct
Ouesl, born savoir au nord p*r uu
passage commun d ; dix huit pie U
de laige qui a accs la rue Tous
saint Brave ou l'alle sus mention
ne, au sud par la cit Bellevue,
l'est parle .No 7 et l'ouest par le
No '6, suivant procs verbal d'arpen
tage et de lotissement dress par l'ar
penteur Dlie St Onge accompagn
de son plan en date du quatorze juil
lel mil neuf cent seize, enregistr,
tel d'ailleuis que ce terrain se com
porte et s'tend sans aucune excep
tion ni rserve.
L v dite vente se fera au dessous de
la mise prix de Mille deux cent
quarante dollars, or amricain, sans
prjudice, montant en principal et
indemnits chus de l'obligation sua
parle, au vingt quatre fvrier mil
neuf cent vingt quatre, outre les ho
noraires des avocats poursuivants et
les charges de l'enchre.
Aux requte, poursuite et diligen
ces du sieur Lon R Thbaud, pro
Pritaire, demeurant et domicili
ort au Prince, ayant pour avocats
constitus Mes Morel, J. L Llio
Joseph et Henry Large avec lection
de domicile au cabiuet des dits avo
cats 13 rue Frou Port au Prince
Contre
la dame Eugnie Vergniaud, propri
ture, demeurant Port au Prince,
dbitrice hypothcaire.
Pour plus ample* renseignements
s'adresser aux avocats soussigns ou
Me Henry II garth, notaire dpoli
taire du cahier de* charges.
Port au Prince le M mars 1921
MOREL, av., .1. Llio JOSEPH. av
Henry LARGE, av.
L'AHematine a vendu deux
milliards de dollars des
marks-papier sans valeur
NEW YORK L'Allemagne a
russi ;i vendre dans le momie ses
marks papier contre au moins deux
milliards de dollars.
Cette estimation a t faite par
l'un des experts du comit de la
Commission des rparations, retour
de Berlin.
Les dix plus grandes banque* de
l'Allemagne ont descomptes courants
d'Amricaim d,Aoglala,da Praaoaie,
de Suis* -. de gna de toutes natio
milites, en marks papier.ae montant
k des sommes fabuleu-
Quant k l'vasion des capitaux
allemands, on panas quu le m..niant
total de cette vasion atteindra le
chiffre de -' milliards de marks or.
( Le Figaro )
Parisiana
JEUDI
Roja? la Honte
1er Chapitra : Un crime
Entre : 1 gd^ ; Loge : LfiQ


Ut MM\.M
Sea Sidelnn
Tlphone : 587
Lliablisseraent prend des pensionnaires?! I. quin-
zaine pour le djeuner H' le dner, ou pour fan ou
l'autre sparment ou pour pension complte.
^S'entendre avec l.i direction [tour les conditions.
Urande salle pour^banquet
Cuisiae Franaise
p Pour gurir ou viter
MIORAINCS CONSTIPATION
COejOCSTIONS-CTOURDISSIMENTS
mitmiti aTiouE
IL SUFFIT de prendre
. l'un cl* voi repai
tau m lit Jr saulaaisMt
une Pilule du V Dehaut
147, rue du Faub St-Denis, Paris
Mais il faut exiger les yritables
qui ont tout i fait blanches
t iur chiium eMqualla m mot*
DEHAUT A PARIS
Mnt tra n.iDi.m.ai Imprime n noir
* >

LAROC! .
rOHIQUE, RECONSTITUAHT, FEBRIFUGE
Recommande par tous las Mdecins
m
I r QUINA-LAROCHC lra agrable au o(U ronticn' ton la
principes de ar iir mua Isa autrea tiuide quinquina et et reeommun.le
par lea clbrits mdicales du inonde entier ""W""
t Je iiecouaiiluant par exoellence doua las caa de :
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE oAPPT!^
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRE.0
IN VINT! DAM TOUT! IBS SOSall PHnSJCII Ul|
Exiger VtRlTABlI QUINA-LAROCH
I
co :ar c". pat.
'", ~ " t
A la Espana
En l'ace de la Poste Giand'Iue Ho 1723
raade Liquidatioa de Cuapeaux
La maison a dcid do mettre en vente durant ce pr
.sent mois de Mars 1200 chapeaux de paille fine pour
bnmes en laisant un rabais considrable sur le prix.
D* Or 2,50 ils sont vendus actuellement raison de
Or 1.2a.
Ce sacrifie n'esl consenti que parce nie cet article ne
rentre pas dans les rayons de 'a Maison.
Accourez tous et vite..
Fullon Skoe Polish
Company lac.
Si vous vouliE prolqerja. peau de chauvines.
Si vous voulez avoir un brillant laisant et durable.
si vous voulez la couleur et la souplesse de ces chaus-
sures pendant longtemps employez la mai que lonoijram.
Fabrique spcialement pour les dames et les gentle-
mcii du hiijl.t lile.
Elle protge la peau ',des ebaussures contre l'humidit
et la cbaleur.
Demandez la marque MtMjrani c'est lajmeilleui e de toutes
les marques.
Geo KSEMB AUf n* Poaf Hali
Socit u'Histoire el
de Gographie] .d'Haili
Le distingu .tl le
la Soc i. a Histoire e il
d'Hati, : al que la Soci
l donnera dimanche pro b n 16
Mare une m in gural on o
tfs I ut> et ton | rogra i ni
t lea ci miBunicatieDi qui
ro.il i"senties.
A celte occasion, la SociU oigatJ
se uni i phea 11
de i
lie pass I lition
un lieu thque de I Ami
i Le du Lyet* 11 i u.
Voici une hi orti e initiative s| p i
l>5e loti i certtii
Mai que ne I pas i' diflrenli
les moindres laits de nolu histoire.
PAPIER FrlUfiEAU
Hil.piMdu m. dao. aoy. lu... d'AauMM. emiJirO., Opp>awlan. e. |
FSUNEtU. es,S'St-lr< le,1. .o".
AIT7MINUM UNE
New-Orleans et South
encan Steamnshin
Co Inc.
il2 Rue des Miracles cot
de l'ieole de Stnographie
ROBIN.
On trouvera < Je in I irl
p mi anl ml -. sigi sites fa lur
cli ipeaui,plumes,fleu i al rruita i
mr modes el
des capuchons pout robes al cha
ai a lte,dee laui rota soup
rieurs, de la sparte
ri.', du ailon des caloUes poui i
peaux, eu spartei de
soie par pices, du papier a l< II
d er.
. des lai de 11
i idn de riz,de> estrail rolli
i dsie, des di niait i et rubans.
On trouvers i
llienlu|u" --ai t. d'or di mi i< c, du
CogniK-, du m ga mil pur Jui
raisin, \> u lu Saint .lulie i
el du si Em ,n 'ii caisse, des i
queura linas i de couteau
de labli H. i u oii^-i de
petites poupes bon march,
Les cordonniers soot avisas qu'ils
trouveront a prix rduits des talons
en celluloldo.
Notal'ou ,'iu' Iqu
n 'lis oltrooa dos vim i
p i- r 'in plu i I
oublier qu-'on ti -
pro luiti Qui
i i aui pi lx ds fabrique. Timbi
le. timbres mobiles et papi-r tim
br.'s.
On trouvera
.'Tropicale1' Orand'ltue 1738 mai
son Incid
Prochains dparts directs
jour PORT ( PRINCB, Hati
L fflwier D A E < New Qrl*
4 n* le i"> amrax.t dire m%nt pour
Port au Prince
4 part r de cette demie* o. date. U y
cura inieocfcg-'onchaqttc l~> jours pour
le tort* uvant*i CarthaQne, Porto
CoUmbia, CuruaOn Porto Cabtilo, la
Gunyra, i\intf Pitre,bortde branee%
Briagtiow lu.ibvoo?y itort of Spaitt.
Triividad, ueorjitown.
luit mi Pfince, le 7 Mars 11)^4
A. de Ualteis ik Co
itji'uts j)6raui
Soyai Cale
tn lace de la Banque Natioale
Propritaire : A .niciusINMMlR.N l
[JLe nouvel tabhaiemenl se reeommande par un stresse
irprocbable, des } consommationsAdi premier rlinix,;>a
situation privilgie.
/^Tsoir, musique attrayante dirige par des] prole>.
sii Mil le giand mei te.
Installation parlaite. prix modrs.
TAlniismai v Mf
ii. e Jiieiz Company
Les plus grands^ fabricant! de lanternes dans le nifui-
de entier louraissent lesjanaux et^lanternei \fm plus
connus en Hati tels que :
Fannux pour la rue
l-'unauv de police
I anaux de pompiers
pour chemina de) fet
Fanau rctlecteni*
l-'aiiaux pour viiieule
FanaUX avec ;ue
I anaux pour | :. i ci i e 11
Fanaux poui' 1 aines
, ete, tf.
l'o u 10.mu m les directe! efrenseiqnements,s'adresser
lui maiaoni de commission* a N;w-Y >k o| k^l'Agent
i Poit-aU'Frioce.
foujouri eu sior,ks4:V Fanaux Viitor, Scout lanternes
u \ >rre< de rechange.
L. PibTZM4NN-AGGKIIHOLM
Gfnrat agent
Bu duMQnavVort au Prince
rconr
des Csars
Tlphone : M>


L*.'M.v:in
UROD
combat le rhuma
i-i3
Goutte
Rhumatismes
Gravelle
ArtrioSclrose
L'Urodonal r
'mer;
i Mrft n
<;u ii iiin.ii* il ai I
outre, i
% Sot-
iirodii.
i.ccurnulai'.cm dani Ici
;
.'
D" P
Ant. i
I
o
me
Jn
UVANT L Oir.i
URODONAL nettoie le rein,
lave le foie et les articula-
tions. Il assouplit les artres
et vite l'obsit.
L

Serge Vaillant Cosignataire pour Hati
DIAUP.01 lu "*"""?,\'.ll.
Arun^Srtfr'M u mua. M'"1'
v u fmma. MlllrHIIM, trdi.ipiW
LINYCOL. Bum rlmnt Bhum*tiunM.
Ooutlr l.umbaeo N*r*lfie
.T
niMii mu
7tre$tone
PNEUS
TUBES
L.

* ACCESSOIRES
Les premiers automobilistes du monde se servent de8!
Pneus & Tubes
FIKESTONE
La I ireslone
lire cV ilubbvr
Company.
Parmi toutes les autres labriques de 1 ueasftTuBfi
reprsentes en H.aiU*est la premire mii a permit
au publie de profiter de la baisse du C.iouliliouc.
Vous avez une relle garantie en employas! le pneu
^?'Firestone Cordsupour votre automobile surtout quand
voua la faites circuler sur^des routes glissantes et
rocailleuses. Un' luis votre auto munie de Firestontj
voua ne devez rien craindre,tout'*janger est limina.
Toutes commandes directes pour la fabrique soin
ac Preelzuiauu-Aguerholm,
Hue du Quai
Tlphone': 254
ou jour en stock toute* les jlime niions de
Pueus & Jubs
Vov <-n trouverez au**l ch a
J. IL WooHey,
Oppobite Bazar Mtropolitain*

Pharmacie VT. BUCtf
Prpai ex vos liqueurs avee les Bssen
ces pour Liqueurs ; Anitettes, Crme
de Cacao, Chartreuse,Curaaofiin.
L'opinion d'une autorit
mdicale de Londres
Les crmes dentifrices qui ne sont pas accorrpa-
gmes d'une formule thtrai i utique indiquant la bu-
se de leur composition, n offrent aucune garantie
au public, et les xcdeclm qui lei prescrivent ne
asiiit non plus ce qu'ils reionimandtnl.
Us peuvent encore moins en assurer les i^sul
tais parce qu'ils ignorent les proprits exactes
des matires qui les composent.
Dr l'ItLYLTrmdecin-dentistede LONDRES.
La cn'me dentifrice A.N'I !-'"> -<> do Docteur
W AlTEpar contre peut tre recoarimnde par tous
Ue nilicins et dci.lisli- iiu'.lic enlerme
la formule dont parle de Dr I REiET.
&sa
*
MTi-^r-o
=7
""M!
DENTAL
fiCREAM
The i ticr
SriBijvilie Erie Co kY.
Deii.audez des chantillons
tmm^
tpAcc ru rninsj
ANTI-PVO DENTAL CUAM
1J.6<0 S,.^ol
M.OO Qtyctrlnum
20.000 l olofn. SpiHtt
1.001) Flawr
.300 Hm,on.lpkMd*m
.200 Tfc^wJl.
.500 P.HCWoa.
100.000
Pharmacie F. Sjourn
Donna avis sa clientle et aux mdecins et ?u public qu'il a
ransorm son Laboraotrro d'Ulogie en un Laboratoire de
biologie spphqu sous !a Oirection du
ht Liwot et fr. Sjourn
Le laboratoire est ouvert tous tes jours rie 7 bres du n afin G
neurts du soir pour toutes les recherches et analyses in ues usl
s'aenoncs ci jointe sauf pour le
VV*&Bju]auu et a constaae UreScrloria
Sarool rojjej qm le mardi de c'iaque semaine.
S'adrenr ia fharomia pour les reuseigaemeuts*
tnaiyes d'urine -t Suegastrique
Raction de Wassermann
flacliou de Tnboulet,
Examen du san^ et du pus
Examen dee majores fcales
temen /tibuminn racfi'cr
Constante [>&> Scrta ra
f*M*er** de StjirrMles et Co do nocrioqtto et,U flfc.
France
Grand Btei de
Avei VIENT DE RECEVOIR
Pt de foie gras truff. Civel de livre. Andouil-
lette3 aux lentilles. Andouiiles au saindoux. Jambon
en huile. Anchois l'huile. Sardines. >aqureax.
ILoii, -Cassoulet -l'etits pots fins extra.Ifoudins, etc.
Vin Rougr, te nation 4 gds
Vin Blanc, le gallon ^gds
L'Htel dbite par barriques et galloni dessin de'
Bordeaux. Vins de Champaaoe.
Cuisine excellente Cliambres confortables -- Magni-
fique vue sur la mer.
NEURASTHNIE. rAlfJLESJE
rV_#^l CHLOROSE, DcaiLfE
R=
r^r*^
1*
A'
tufir'. ' t ' ~ ' <- Ptrlti
.....- - -.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM