<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN %  i a mii| ircs et il a cne H bilil l'un emprunt gag sur les chemina i • I > !i M H de la Uhur. MAYENCELes ui ne* |ao vi-iII*. 750,000 franc i, fvrier 56. ii 10 OOfl mr 1( 9 drogati in ni .1 m .. l.dOO frnes, F vrier 59.000,006 licences Janvier 8. L80.000 f r ,i n o > Fvrier 12. 370.000. Pendant le seul mois de f vrier la moyenne journalire les re celles pour les douanes, les di lion i a atteint i.iiOO. 000 francs dpassent les prvisions de > ) o|0. GENEVE-— La comnvssion | de par John Davis rencontre beau coup de dtl m sujet du ri iii.Mii da la qui llion de \lemel ; elle remettra mercredi son rapport au e mseil del Socit des Nations. L^s Lithuaoieoi et les polonais sont o >|i uaieura clauses du rap port et Gai vanaukaa n-^ure que le peuple lithuanien les rpudierait for mollement ; en outre les allema .'s e'. les polonais ne peuvent sVnl u •tre sur la que ti 11 de l'acquisition Ai la nationali l pol ni se. Le con •etl de le Sn il dea Nations s'ou vre aujourd'hui sous b p sidence de M. tiuani de 1 Uruguay, il aura s'occuper di % nombreuses questionpniir autres la recouatroctio i de la Hongrie pour laquelle il n mimera lr> probaUemont M.llardmg. haut commissaire. PARIS— \ propos de plusieurs articles pessimistes parus rcemment dans certains journaux, on dclara dans les m lieux oliciels que rien n'indique jusqu . prsent que les re eommandatioDs des deui c imite d'experts seront locompalib es avec les demandes de la France.Il y a en ellet tout lieu de croire que toutes les recommandations recevront l'an probafion unanime d'experts des di vers pajs, un accord guial ayant dj t conclu sur les points les plus importants ; on est plus opti mist.' il in. laa sphres offl dlie que dam %  lion de 1 1 pressa qui est suppose retlter le point de vue du gouvernement. ni BLIN L'ioquitude rgne en Irlande au sujet des mutineries qui se produisent dans les rangs de I ar me nationale. Une commun lation Officielle annonce que des Ofdrei ont t donns pour l'arrestation du gnral Liam l iblo et du colonel Charles Dalton. ATHENES—M. Venizeloa, ancien 1er reau rcemment en Grce pour essayer d'aplanir les difficults poli tiques du pays, pu lira demain pour Perle. M PapanasUaion, leeder r publicain, l'est elorc de consliluer un cabinet qui comprenue tous partis politiques ; son programme prvoit I dchauce de dynastie ans plbiscite. Le gural Deng is, ancien com mandant en chef de l'arme grecque et aneii ue de la guerre du ce binet Venizeloa, sel mort hier. WASHINGTONLa rreorerie annonce 1 Y ni %  < n de 100 millions ,i i ,i il ,nen oertieata dea dettes %  M ir oenl I lia m p mr les besoins du g uivernciiunt pendant ce deui me trmestie. La dpartement de a guerre no ionc la rorganisation de partille le dis MU • r 'gimsnt* gar ml or mi Kl us i nia et aux Iles l'hili ipines. J,')N 1RES Lfl 0 irrespondant du afoiniol'o-t au Caire du que les Egyptiena nl adress une pro clnm*UO0 .m in m.le inahomlan ii.inleq leUo I i dclarent que la d posUi-tQ du calile le C nstentlnoplc tait un acte illgal commis par des %  en 'i' ;i avaient rien a voir dans fl DO lin res Ils invitent lis Behomtens I M dpc li • r, u mr i pour r la question du ci..:a( suivant la LES COURS L.i situation au Maroc 1 I ES •• D'aprs le conespon liant • 1 • %  Dai s l'an $er i rel i| mi spegn i! %  • et ions le i ommen lei ni Kr.m i o optent 80 0 |0 nom iraient l divi dons le* rebel|i ifAcien euro un' ont fiil 1 1 grande guerre. La gnral Weyler pour I • espa gnols a lail itifa pourl'em po le mtude de -lierre les p us mu lernM j compris lese'ats de combat et les ga/. toxiques. Varits Ce soir Comte de Monte Christo l'iitre 50 centimes Mi'rcri'di 3e, 4e pisodet Entre 1 gourde L<" I**!)! lit; Cavailloa Le Dpartement lea Travaux Publics a fait ab lutir aux I le matriel ni la coustructioodu pont da Cnvaillon. Ce matriel qui ml confie a fing* me.ir Joliu l). tiorttr a t expdi par le s|s" Hati de la Columbian Li Les travaux seront entrepris incessamment sous h direction de l'Ingnieur Schneider. | clni -i %  avait rpoo lu avant hier -^ix hi de l'aprea midi l'aimable invitatioo du comit d'administration du Car de Fraina. C'est pai la Dessalinienna |ue e'oo vre li %  i puis la Pi ti lente M le Camille Munter, Mlles Franchie \nguatin, Bather Jn Louis, \nn i lu %  guslin, :i • cl ili-tiiiilion,rein plirent la partie littraire du pro i i'u v.<\\r>' temps les pu'sies uren; dites par Vielles F. Ch limera, Franc ica Do ig t Eu (nie Lfood. La partie mnsic le fat aieul |a Batisfaolioil u iii'ral.! par Me |, lu. M Alexandre, P. et it. Abrahem. Mr ai lima afarsehal sont ensuite prsents aux m et au discours le bieovenaa qui leur a t adress, air | Mars lui remercia le Comit en prometl ml tout ton eon cours Fmio i. II tait prs 'le t ) lie ir is lors i ie invits el memln u | enl avec regret. Coup f œil ((U Moniteur)) TK1BLM-: 10 Mais PARIS — Dollar Livre fjEWYORE— Franc Livre terling 17,05 il 27.77 tiSII Le 15 Mars A 7 li iun > d i m iim, un eoun la Stnographie ire i l'Ecoli I ictj log a phie 116, Hue Fr u, rlphom Le s; ttdme d'enseignement qui \ sera employ tant absolument non veau, il sera Impossible, en cours d'i nrelee, de recevoir de uouveiux tudiante. Aucune i|ucstion d'intrt gnral li ippi la juste apprciation de r otre confrre -'Il nti Co nm rc aie, Industrielle el \gricol ••'. C'et ainsi <\ te non t" m VOUS dan i dernier namro quelques jage menls dignes d'tre ra q> ni-. Noaveiu lroitde Visa: Notre estimable confrAre rend mage au Minisire des Finances, Mr Au.Ifegloire et "le i • ite d's ?oir suivi cette t"is l>'~ au4. talion du Commerce. L'Etat n'eat as h pour faire prvaloir une th trie im que sui une autre, mai* bien pour raliser la plan Bec il pi H pi iti i le Et puisque la situation esi [telle qu'il l'aille de nouveaux imp >N. ImH leur sera toujouis celui qui rendra le plus vite et le mieiiv C'est un des rares e,s ou une im position nouvelle a recueil i I* ippro ba'.ion gnrale. Les o >ntrmction en bois. On se rappelle qu' l'avant demie re runion du Conseil Technique Municipal une dcision a t arrte en verlu de laquelle il sera refus l'autorisation l'avenir aux partie i liera de construire en bois. Notre confrre s'meut avec raison de cette nouelie situation dont l'ap plicatioo a certains qu irliors e t d'une utilit incontestable el de la plus sage prvoyance. Mais une sip pression radicale et dans tous ie* quartiers tait-ce vraiment la mes ir % %  prendre et a telle t prise co D ne on le dit Si oui, il \ avait des exe 'p lions 'prvoir. Li question ainsi agite, 1 Conseil Technique Muni ip p wirra sa premire dcision ajouter quelques commentaires explicatifs ou comme ledit notre ^oolire affirmer son vote. AHre I Ni'mours ;"i N'ica. Notre Intressant c % %  frre les "Annales Cepoises" nous a appris les lian v.illes clbres Nice de notre ami Alfred Nemours, Charg d'Affaires de la Rpubliq ie d'Ilaiti prs de Sa Majest la li nue dea Pay lias, avec une oharmanta h&u us' de more russe. Soin i il le di recteur d'une usine jir m %  lise Mos cou. Elle a lait ses et i les en celte ville et parle c •., i u :i ml le russeje franais,l*a'.i • nanJ el l'angl lis Elle est musicienne, chante et jou* du pir:i i re ii. s-; Benaillea ont t clbres le dimanche I" janvier. \ part lei h iitien<|habitants h Nice prs'it tous i la crmonie,. Mr. A IV I S %  • no i s, en ce jour de bon heur, tait entour des principaux in %  Q ires 1 s i l'i'nil'e : si m -, kirs et Miu Koussalet, sa Bile. Nous joignons nos co.npliinentiet nosvci\ de bonheur ceux que notre coifrre eiprime noirs ami Alfred Neinmr, ^ %  aaBsa^sBKnaaveassnnesiBBBBiBPass'^BM L I oportation el h u mvtdle toi sur le droit de visa 9il 'I la ifftl • d ; li loi au Conseil d'Etat, de gros commerants voulant s'assurer un bnfice certain en se drobant momentanment la nouvelle tixe, lin seront par cble de fortes com nandei. Voil CH q n explique ce mouvement siihit dans no'.re importation. Le "Criftebal" del "l'an uni Line" ee! arriv ce matin avec if i l tonne de marchandises tandis qaa •• "strea" de la de llollaniaise ael attendu jeu li ai 0 0 M tOttO • C'est <\ le fois le la propi;indi et d'une sage habilet. Funrailles Bat dcd hier apr midi, la suite d'un • • oart • mil i lie, r v t ul B Bruno, I ma sa rsiden -i il' Vveu 1e John Bro MI. Sas fanera il u auront : : i ce soir la Baaillqu i Notre Da ns \ -a veuve, -rs lier %  n al i n •' i C mal u Miwu'l, nonsdressons me pi J s Tives eondol > i. i et elients s ml prs .I • pren Ire not • qu ils n • d dvenl rien payer I is Impri teur du Jjur nal. < au Prince, ff 'i aftn I ''• Le Numro du n du courant du .lournal Officiel comporte, entre au tre matires : — Loi modiliant comme suit. par tirdulaMars 1914, la premire partie de l'article u de la loi du i Septemhre IgOS. •Ail.'' :. Il -era prlev Jes droits de visa comme suit : loar les douanes de la R'publique; Quatre pour cent i 0| i sur le mon tant total des factures de marchandiaes augment du montant d s droits de douane, frais et dpensai au port d'importation ; I o|oo un pour mille or sur le montant des factures d'espces moua %  Loi ouvrant au Dpartement de* Relations Extrieure* un crdit 1^ huit mille sept cent -inquanta g i ] des (i 8750 pour paiement, fc partir du m iide M ira en cours,dee appo n temenls allous aux titulaires dede ix nouveauxpodes c insulaires i tb'.ir il Cuba. relie valeur, dit l'article dent de la loi,sera classe id Chap. I section _• lu Bu Iget le l'Ei. L923 21, rai %  in de G. 1.378 reprsentant s-pt d'appointementi pour chacun ,1 i c < p i-l IS al sera cire des rcit i is lu dit exercice. — Loi ouvrant nn crdit extraorli i, i • %  tu ppartement .les Finan • et du Commerce pour l dpense ci apra*, non prvue au budget de l*e xercice 192,l|24 : Banque Nationale de la Rpublique d'Hati. Arrir dii partir de l'es. I'.)|(i|l7 jusqu' celui :im-.-1ii I le 110 septembre I B 1 8. Gourdes 1 1 8.870.:, I et oi si .sii",", au change le 500 0(0.Total Courdes oJ6,J0i _'•. Le n mtant de cejerdit sera tir les s il les au crdit des exercices ent r aura. — Loi ouvrant au Dpartement des Cultes UO crlil extraordinaire de neuf mille cinq cents goirles pmr frais d'information de dgrJ. " lan avant G. 3. 10 I el pour s m ti'iitament lix .a li, 7.'j>) par m lis s'levant da Fvrier Septembre 1 1)24 G, 8.000 :l I. Ce cr ldit sera couvert au moyen d ta disponibilits de l'exercice ccu r.int provenant des exercices ail rieur9. — Arrt fermant U dite du 1er Mars la session extraordinaire du C puseil d'Etat exerant la puissance lgislative ouverte le li Nbre I9il. —Observetion laites par la Com nu sinn Cadastrale Centrale da la ftpu blique sur les litres siinis par le G lrel liernad 'te Je m L m s pour justifier la revendication du i • partie du Bourg de Thomassico vers Las Matas ( Kpublipie |Djminicaine ). Une quostija ^ cunul Irauciee par le Conseil d'Etat On se souvient qu'en 1911, un Arrt du Pouvoir Ex c itif avait c lus iq ; issem'jles pri m rai de certtinos ommunes aix li i* I' pouvoir au remplace n Mil des lpi< ts, h qui il tait raproehj lins le dit Arrt, d'avo r occup, sous le Gouvernement prcdent, des l'on lions incompilibles avec leur maudit de r ii inta du peu le. Le Conseil d'Etat vient de trio c'ier d'Iuiitivement la q lestio i I j liquide pu nndcisou judi* ci lire condamnant l'Eut ;iayer an i plaignants les i idem niqii notaient courir jusqu la lin rg i • lire de l urs mandate. Ri eff-t, par une Rsolutio irisi I -1 sao ;li 1 i Evn r cu publie dans le numro du A > ut • ir du trois Mirs, le Ojnseil l'Etat, aprs avoir entendu et Ipjt i les] conclusions du Hipput d: si Conmission Spciale, ciurge d'examL ner le cumul reproche alrTullus Biche, ancien d put au '.> p; I. gislatii, p ul'Arrt duPoivoirEx' cutif en dit'du 11 Novembre If II, a dclar que le eu nul lui reproch n'est pis fond • %  La thse lee avocats des m dputs \i lin -. d : l' VrrM 1 ; I M I, va donc triompher la C i o niai i d R kl m ition p lis j i le G Bell il Etel vient de CO i I ner la dcision ju lici lire ne reco m li M ml 11 cm caractre de fonclim publique au l'ait pir un dp i! pter u le mil in d ins un • rgion trouble ou la veilla le l'l i, el de toucher des valeurs pour les Irais d'un dplaceineit toujours coteux, L" Gouvernement sait-il se qui se peese l'Anse d'Hainmlt? ouscrovons que non, car s'il le savait, lui qui se rail si fort d'tre le protecteur des humbles, ii aurait pris la dfense .if s contribuables de cette commune. Depuis epree les dereires lections nous sommes en hutte un constil communal tyran nique qui. pour se venger de ceux-l qui ont eu A vo'.r contre lui, se cre le malin pi lia de les perscuter.— h,,: les < entrei ivitise, l'aulon l e-t la prolectrice des induslries, t kndisquji i l'Anse d llainauli, c'eat loul traire qui se constate ; et eela ne nous tonne pae, d'autant que le conseil n'est pas _seulement un conseil communal, mais aussi un conseil commercial.— Il est u'onc tout juste qu'il base des intrigues pour protger son commerce, histoire de se maintenir.— C'est ainsi que celle semaine, des contraintes nous ont t dcernes comme spculateurs en nampche, quand nous sommes rgulirement munis de nos patentes de spculateurs en denres, comme si le campche n'tait pas une dene indigne. l.eCoii'eilC'jmmuniil qui se dit au lonotne tout bout de champ, croit que son aulmomie s'tend jusqu', l'infini nu roinl de nous taire payer cinquante six gourdes et demie pour lo : !*l jours de relard cinquante centimes (li Novembre au 15 lvrier, une gourde, 10 O/O sur le montant de la patente; puis le montant de la patente en dpit des prescriptions de la loi sur les impositions di rectee pour l'exercice en cours qui lixe les jours de retard partir du 15 Janvier.— La justice elle mmo t'es! montre tellement docile en la i iiromtauce, que l'un de9 spcula leurs qui a eu a assigner le receveur • ommuiial en rtractation de sa con Mainte, en a t quitte pour ses frais— En attendant, l'ogre commu nal poursuit son mivre nfaste. Jus nues . quand oCalilina abuseras tus de nette patience I 11 serait bon que le Gi uvernement progressiste de Mr Bnrno fasse cesser ces abus, car il ne se [eut pas que tandis qu'il tra vaille l'amlioration du sort du peuple haitien, un conseil communal iii-potique et haineux cherche an entir un groupe de gens intressants. e d'Hainanlt le 8 fvrier 1924 I • GROI i l DE COMMBRCAMTS. ;; ul la Le <• Lal'autte •> de la C. G. T. qui tait attendu hier n'est entr que ce mitin et De passera qu'une journe la Capitale. Le mme programme il i pub i esl excut et au moment o nous paraissons, nos htes sont reus Mariani Club par le Comit gnral des Chambres de Commerce. La Chambre de Commerce \mri caine a fait diter un Numro Spcial en l'honneur des visiteurs qui sont, cou:mu on le sait, des dlgus de la Chambre de Commerce de Houston, Texas.— D'un autre ct, une gentille exposition a t organi seau local de la Chambie de i.om meros hatienne i s'esi donn ren de/-vous toute la journe un publia nonibieux. coii'pof d'ha.liens el d Mangers taisant les honneuis nos disting i Le Malt adresse un cordial Wel corne aux dlgus et % ouliut c qu'us emportent une bonne impressiou de burlr p court sjour parmi DM*. ASTHME Oppression, Catarrhe, Suffocation!, Tout neroeusei. j (lii.i'linn rcnalu par !•• CIGARETTES CLRY .... POUDRE CLERY D. OIRT, 53. Boni Bt-Martln. Pari*.



PAGE 1

LCMA1 1 liehn & Fink, Inc Fonde en 18*6 Supriorit Hs prix prompts!! de Tous produits chimique*, pharmaceutique et trs articles vendables dan* une pharmacie. Epices, loi\re, Cannelle, Girolle, Anis toltt,Mustittde etc, etc. L iSLXRE RAFINE. _. ^Spcialit : .Maripic prive I.ysol dsinfeetant, BauwIlierie, Articles pour liahiers, \\y Rum, Chocolat e pou (Ire, Huile de foie de Morue, ISmulsion Cold Craai, %  *traits pour faire essences et eau (le toilette, Eau eieJQHiliine, loudre contre les insectes, Solution pour comsesver le> Miel pour la taille, Moutarde, Huile d'Olive pour la table. Brosses dents, IVppcrndnt, huile nom chasser les moustiques et autres insectes.Kegulot: bulle contre constipations et douhlesdes intestins chronique Th, Cire pour les parquels,(;omcstihles, lUixirs, Epleee, Sirops divers, Teintures diverses, Vins, etc, etc, ele. Demande/, le catalogues des spcialits. Confiant vos commandes LEI1N & FINK, 'Mi vow* serez, absolument satisfaits. Toutes les lionnes pharmacies du, pays s "approvisionnent chez LEIIX AFINK Inc. Lon li Ihbawif Agent exclusif pour llaiti F. 0. e IfciiCE Company 12 WEST B (HDVYAY NEW YORK FONDEE EN 1847. SUPERlORit BIS PRIX Fabrique de : Peinture, Ferai?, Ocres jl nielles ••! rubans. — (m trouvera auaai du rhampagne a i Ibaotqua Carti d'or d) ml aec, d i Cognac, du i ar i ili pur -In i • raisin, par nation, du Saint Juli ei du si Emilion m caisse, il. s li qui u: s line> H— •oiln-, I •• — roui.' nix UR lablea auprieora. Reu aus courant directement pour Port i:u Prince. A partir de cette dernire date, il y aura une ocea*ion ihaqw t5 jours pour I ori Uvanfs; Lorth nne. Porta Colombta, Curaao* Porto Ca6elfo, La Guuyrt Point* Pitre,tort de trance Bridgblown, batbadoi, P. ri o/ Spati' Tninidad, ueorgttowit. lui va Pfiuce, Ut 7 Mats i924 A. de mincis & Co Rcpiss adir \.e rot pissi par la .!. .r en I %  •' Domma Micb( I Brevil el Blieo l r trand i il adir du| lieata de ant tire dlivn %  l'oit au Prince, h s n a 1014 lima Vva s. CASIMIR. Ivis YVmon & Coœpiij ^ICHICAGO, 1LLS ^ftanteoue/, "3i\iilo 5e cati>a, 3aiU 5e ma^ l%e& U Claii ^ord, 3hc\i\ $dc y 3atu6orU& $&con; ^^^l^lti^eaaxi^e^ie^ pLe5*,0rellXe* 5e porH. l*$euibU. ea GiuCe. Came5 3leef> iitatt Ut[ ^atte5 meal*, etc. etc. etc. "tlre ZL> voir lo L rlx &>urariL. Lon R. Thbnd Agent exolualt pcor Hait' Fuon ^hoe Polisii Company lue hew'tork Si vous voulez prolger in peOD de ^>s chaussures. Si vous voulez avoir un brillant Inis.-mt et durable. si vous vou'ei la couleur el la souplesse de ces chaut, tures pendant lomj'emps employez la marque lonogram. Palirique ipeeialemat pour les dames et les gentle. dieu du iiijlit liie. Elle protge la x peau Jdta chaussures contre l*humidt et la chaleur. Dni iiide/. la marque HoiOjraaicVsl la meilleure de toutes les marques. Geo 4NSRME ftgpiv pour H; it\ l OLIDA JAMBONS CONSERVES CHOUCROUTE FOIES GRA? LGUMES FRUITS CONFITURES V NDIKIENTS Tri Vente dans toutes tes Bonnes Maisons Gnral pour Hati : Ch. MAGNANT I GROS : 118, Rue Baudin. LEVALLOIS-PERR£TIF,..) Avis Le soussign, Monsieur Flix BiLIT annonce au Commerce, ;iux mai* uis il • H iinjiit' • i .m public au gi^ni r.il qu'ayant et. daioli l pour avoir traneoorM et cd es droite la aucc leaion Baker .1 Madame Vl uve Thodoi mil lia* LIT, cette ilerni-re a seule pour elle et aaa enfanta mineura, la direction ei lu proi rll dea aTfairea comroar* cia'es de la maison Thodore llaker tablie sur la Place dePort-aoPtlnoa. Llle a seule la signature el en ouIn la maiaon continue ses oprationa commerciales sous le mme nom I l.odore Baker • %  Daormaia, il eel pri, 1 oor tout ce qui concerne la dite maiaon Tho* dore Dakar de s'adresser directe| Madame Neuve Thodore Baker. Poit au Prince, le l(7T7l)ielz Company* %  tes plus grandi labricanti monde entier lourniiient lei lanaux el lanternes, les plus COnnUI en Haiti tels que : Fannux |Kur la rue Fanaux dm police Fanaux do pompiers pour chemins 'o fer I anri'.x ave' tli otaiir Fanaux pour „vi ieules FanaUX avec applique l .inaux pour gardian Fanaux pour I sincs etc, elr, etc. ^ 1 u dsire ci 1, 1 i -ii "ii Jeu %  1 pi 0| : 11, i) .1 faire e Irai St-Mai Faire rea pour coadrUons OLOFFS |X. LUCAS k Co, po ir : "i lea directes <•! renieignementa.a'adraair au maisons de coinmiieioni a lef-Tork *oi a l'Agent Poit-au-Frince. toujours an atoki : Fanaux ficlor, leoul lanternes Il de 1 eehanue. i PREKTZMANN.AGGERHOLM Gnral agent Bue du Quai Port au Prince



PAGE 1

Lfc'MA'itft JUBQ le x&if f hys.o.ogicjue le seul f&s^r.t Is. .^ducation fonctionnelle de l'inteetin Eponge et nettoie l'intestin, Evite l'Appendicite et l'Ent. rite, Supprime les Hmcrroide, Empche l'exccs d'embonpoint, Rgularise l'harmonie des lormes arSF9 : • Pharmacie VI. BIJCH Prpare* vos liqueu s avec tes Essm ces pour Liqueurs ; Anisettes, Crme de Cacao, Chartreuse,Curaao,Gin. Comtip&tiea Entrite Vertige HcracrroJas Dyspepaie Migraines CMUistn, %  (uni, PJWII, M I bu!. rfn4l leur l'-ltstl • i i dro IO.I • J'I %  • i %  %  f ['•< !• i Ore I Mrira Ou (., :e son rr lUUWm I nonibrt moins tir dint le p..ihicii-. i l t/ Bal 0 1 I la mr ,'wnit i'*,r-3j,r, ctu slgui mirini qui entre dsnt h t:mpcntien du JtiBOL UMOIUV uui JlT %  ".'.'." N et C %  I frerry#. dj do I ,uiu du 1 ijl BBBBBBBSBBBSBi ra:yarrv^r?*:rT\ Tf TT v **^ ,;:T!. Ml. c l I %  c es a tttt (VinFrilK Pharmacie F. Sjourn Le Magistrat Communal lljM.e 11- UCCUpHUU 'Its ItMIttiDg rouiinunHux h &e prsenter au Bu* reau tOUUnuosi, munis de leurs litres {bail a laine, plan ti'arptnlaf D?nne avis sa clientle et aux mdecins et au public qu'l! a •rsiisorai son Laboraoirro d'Ulogie eo un Laboratoi.e de b'cloflie appliqu sous la Direction du lir jHlcof et t. Sjourn Le laboratoire es ouvert tou* les jours de 7 hre du malin C dredis, de trois cinq heure L'ort-au-Prince, le S Mars 192 itutrmtrttKu) les Mardis et Veuo?ure3 du soir pour louies les recherches et analyses prvues dans s'aoDOuc^ ci jointe, saut pour le Was.taj-uiaaa et ia constante UreScrtorie \ BsTMkt rjes qa- le mtrdi d.i chi^aesjinaina. ^'alrj -^r ia Pharnacie pourle* reuidigQsaleQt5• ta il e i'jrines at Sucgistri]u3 Reiction de Wassermano Biaction de Tnooulei, Eiamen du sang et du pus, j Examen d'n Twitrp fcale^) J^ £xamen de eraehit /Irfoummo rVttpr Constaqie Ur/> Scrla're Huusrtk h Smr.ihtea t Co de. *occ0qu8 etc, <&. Paul Sals AVOCAT Reconireiusnis ConuLerciiai, affaires l'Eiraoger. Corresponaants a Washing ton, New-York, Berlin, Turin, Londres. Paria. 17e Rue HotfK 217,1 or>au-l rinm Tfilph'one 597 contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, 119. liu Saint-Amoin* l'AMIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS *B^ JUBB> 4 •>> a JPOI*TA^TT-II*XIO'SB AluPCTRUS. Pharmacia ALBEKTINI Pharmaola dvi D' Juatin VIARU 0t lontaa laa bonnaa Pharmacia Grand Htel de France Angle des liu* Borne-lci $ du Quai VIENT DE RECEVOIR l'at de foie gras trulf.— T.ivel de livre. — Andouillettes aux lentilles. — Andouilles au saindoux.— Jambon en hotte.Anchois l'huile.— Sardines.— >'aquerea\. Thon,-Cassoulet -petits pois lins extra.— Houdins, etc. Vin Roug te nul ton b gds Vin Blanc, le gallon 5 gds L'Htel dbite par barriques et gallons dssmns de \ Bordeaux, fins de Champagne. Cuisine excellente — Chambres confortables— Magai* fique vue sur la mer.



PAGE 1

PltidjrtfUft PAOPKIBrAlHE llUBBR Clment Magiore BOIS VERNA 1368 Hue Amricain NUMERO ^Q CENTIMES Quotidien FILE CCHr X*>lumus MamariaJ L%r tr y PAN UIEMCAM UN ON MAR 19 1824 Due grande prosprit altacke tellement le regard de riiemme aux choses rorpostree Q 0 '^ v&z Mie les conditions Iragilea Je son humanit et les droits le la Providence.il lui Inutiles coupa uV loudie pour que son regard dtourn se relire van le ciel. 1ELEPH0NE No 24S 17me ANNE N 5157 PORT-AU-PWXCE ( HATI ) MAUDI H M Al {S 1OT4 Roules et Fonts de Las Cabotas Hioche et Beliadre SUITE et PIN.— VOIB LE NUMRO lm i: II Il s'achve, le Pont suri Ai liliouile %  Les visiteurs sont, les m s ravis, lia autres rcepuajjuesi -— un grand nombre, mcontents. ^ C'est un pont en bois, il a demande beaucoup d'eilurts c'est un chic travail, — disent les uns. les premiers... Combien durera-1 il peur ce qu'il a Cot, demandent les sceptiques 7 •• Mais, on aurait pu nous donner un pont eu 1er, clament les mcontents Tous ont peu pi es raison. Mais, ce pont, tel que nous l'avons a jet dans nos campagnes une DUU83 de billets de dix et de deux gourdes qui, a chaque quinzaine, ont t verses a nos liavailleuses. li a mis, dit-on, beaucoup d'or aux maint de quelques-uns. Soit. A qui incombe te contrle .' Mais combien d'hatiens ont pu pendant un an gagner librement leur pain aux chantiers de l'Artibonite, de beliadre et de llmche? Pourquoi ceux qui parlent sans avoir vu n'etaieni-ils pas aux chan tiers de l'Artibomte, alors que plus de 2b pieds d'tau avaient noy les premires londaiions'.' ils y auraient vu l'intelligence humaine aux prises avec l'un des plus r_doulables lments de la nature. (Jue n'taient-ils l, alors que le lleuve montait, montait, menaant de tout envahir V Ils y aurai .-m vu des Ingnieurs amricains et hatiens, dcids vaincre tous les obstacles, et chacun rsolu dpenser toute la sagacit, toute lDergie ncessaires la victoire ici, un banc de granit occupant la moiti de la londai.on, la une ra me d'arbre enfouie a iou ij pieds au-dessous du niveau du jleuve, grosse de l *JU cintim 1res et qu'il tant extirper; plus loin, les eaux runies des tangs, tiauslonnts en rivire et qui viennent dboucher au dessus des pouls ou se creusent les tond liionsCe qu'd a lallu, au dbut, pour lutter contre les dbordements de i Arubonile, ce quil a lallu de re tistance muiaie pour recommencer le lendemain api et l'chec de il vieille; ce qu'il a lallu pour lUSStf, personne n'a pens le mnager et l'on a vaincu III Ue qu on n'a pas vu, c'est l'Ingnieur Combs et 1rs mtiepre neufs du Pont, n stani des %  *> A i heures dans as fondation! IOUI 'A Stniedtd'eaui stimulant Ls ouvriers, les encourageant; atoniii rlambo, diatriouant lui-mme un ration abmenuure substanuetle aux iravadleursi peu habitus a se bien iiuuiiir, puni i,ibner leur nergie et augmenter kur rsistant .non na pas \u, c'est l'ingnieur Clauie, enajjue ]ouri a cheval, a pied ea camion, courant d'un chantier l'autre, assurant de sou cote la cou vergence ues eilorls pais. Ce qu'on n'a pas'vu, c'est l'ingnieur Uotnbs, en ltSi sous la plme, manœuvrant a laue traverser L'Arliboniie un camion ncessaire au transport des matriaux qui tout besoin de l'autre Ct du Ik-uve,— et ce, pour empcner tout arrt dans le travail Ce qu'on na pas vu, cest l'effort quotidien d un personnel technique hatien constamment SUT la brche, sous la pluie, au soleil, il lallail payer de sui pour retenir le travailleur,ci a se par les lments pendant six mois Ce qu'on n'a pas vu, c'est 1 Ingnieur lombs qui, remplaant un chaulleur malade, se met au volant du camion et charrie du gravier pour la construction des cules. Ce qu on n a pas vu, c'est i'ellort du bervicu d Hygine prsent sur les chantiers constamment, disputant a la mort plus de 450 cas de malaria chaque mois ainsi que les cas d'inleclion a la suite des blessures et des lraclures produites la Ce qu'il a lallu de torce morale pendant 0 mois pour aiieter la dsorganisation causs par ia maladie : des quipes tout entires d; [j a 2l hommes chacune qui S ailaissen terrasses par le Inssuu de la malaria nn us* seins, valent d i centaines de dollars, chacun. ce qu'on devruil dire, c'est que l'tablissement de c i tacilitera la visite de ceux qui s'intressent aux mines que ces rgions possdent. Ce qu'on devrait dire, -s travaux on! mis en relief la cap ici! si l'intellig ] de certains lm nli hatiens dont le concours nede\ I p is ire nglig plus lard ; 'esl que le Pont de l'Artibonil •, l %  Pont du Fer Cheval, le l'ont du W aiidever. co rollaires des routi i de Las Cahobas-] tinche el Las Cahobas Beliadre, pousseront la transformation de quelques i oints d'I lalti demeut tendres. Las Cahobas esl tu can ilour, il commande la route %  > rs l bche qui rappro he l %  Cip de la Capitale; il comrflan le la route de Beila 1re qui m I rti dit-on, StoUomingo '' ou lu d'auto de Pert-au^Prnca, Il devra poslder des dpts de : szoiine, I mule, de pneus, d aco ssoires \ our autos, un htel blea pourvu.bien amnage, de belles rues; ce vieux bourg doit se rveilh r I C'est un inli reS" sant aux points de Ui i thnoi*rs~ phique, ciimatologiq ie, m uialo* gique, g ographiqu %  au i <-t iqui va de liinclie a beliidre, mv.l t bol I du lin ml qu du tait m p i n liuiea ut | lu • ilalgi du Wharl • %  i b Pan Durent .i lepreo In que tort l ad i i ,i 11 lente. L i tUat, il, r il uut hu. >a 'le riogl mes par liiure ie^ mattaut ainsi quatre vingts centimes au lieu de e'jixaDte jrcdcauaeat eu usu^e. Nouvelles Ett-anqres Le livre jaune publie dea documents tUplomatiques importants l'M5ls>La livrejjjiuiiie publi Ml jourd'hui touligne qua tooi lea gou vernements depuis rai miatii e eurent li proccopatioa ioi uriabla d aaaa ilivemeol 1 1 lcurit da ta France ;i aucun m imaal il ne gil d'annexer la moindre parcelle da territoire allemand. Le livre cite lis de MM. I n.li-ii. Itii.imi et Poim ara* marquant bien que ton la pi dion anneiioDiate raati r.i trangre la politique Iran il Le mmoire du onmrobal Kocli d i Janvier 1919 rpudia toute auueM et proclamait e\eii!Mvemeni l'organi %  aUon du Hbin comme rronUre mi 1,1. ure dea pui M H 1 1 1 jusqu'au dveloppement prograaal 1 Socit dea Nations qui permet le a celle-ci de M substituer elles. Le livre jttune COftttacl eu oie le • tats BbCoaaatCa d m artiolea ti^ i.n du ii.ni.de \ sY • liltas con> n.tnt notamment dea garanties el lai six pices -uiv.nites i oui al D ml l< lions IIMIII-O iiu^l n i de l cembre luis La dpche de San. Aulaire insiste p irticu i la ncessit de prvoir une attaqua i : liracte da I Allemagne [>ar exem outre la Cologne. La ngocia lion do Canota vient ensuite. M. bu,nid rclama ipi lalement des en menti bilatraut ; ^o l'engage l Je l'Angleterre a considrai qu'une attaqua outre la Rhnanie v ludrait I une agrejaion contre la Fl lo l'engagement du i ou sidri r une violation BltOOMD la l Clause* mihtiiire-, navales al .ni nu somme juslihant un eiaua foula ; to l'antanta des tats naja orgauiianl la collahoratioa militaire ventuelle de deux gouvernements et un absnge de vues pouf sauve gardm i.i pau menace. On sait que les ngociations de Cannes lurent iu terromjuea au moment ou M Llo\ l George venait de remettrai M.Briand un projet de trait franco britanni que L pi sas %  at -' '-xposent les vue* d< H. Poinoar au sujet du pae b M. Poin ninvita notre ambi >a J n ,i 1. 1 ,1 lie reprendre les cou n un eODtre projet li i n 11 ne lui pis taouailli l'a foi i>' usant, ii memor indum lut i lord '• n/. m ; il p| i po e un pacte de 20 ou I I .mu au lie i de 10 at l'l irgi de l'entante. \ tout is lea gueulions lord Un audit qa II 11 venait de as p (-1 ban bai 1 amliorai le pacte I n on risquai ui de ie rua Ira 1 nn Slble et il |)iu ( n preuhl bsamani laa questioos da la oonfraa d on nt et > < us de la c mfrence de Gnes, l'ambassadaur de Franee reut I nouveau Sas ina trui : mr reprendra les n ciati ni" en vue de faciliter la 1 in clusion do pictt en disjoignant au un la prop ition d entante dus II da msjoi • mi 1 < %  l.i lielgi |ue 1 de 1 Italie aaaa l'ac c uni 1 n no ivi %  a .1 I lll S| I ; I M H trail lo. L'amba ideur di explnjua ; s li Iram 1 dsiiait itlf, 1 ne re maa ; une noie bri n iu irquer it le I .in,,, propos daa ri t ni(jue le gouvernement de Lon drea tait prt a examiner avec sym Dathie la ^uastioa de scurit tout momenl opportun, La France rpou dil la 1' Juillet qu'elle prfrerait na pas n 1 laa problmes. Le Pbreign Ofllce J vit une lin de non recevoir ; pourtant la nota franaise du 20 Aot dt-lara que la l'iance lait pi Aie reprnniire immdiate manl l'aaman da toutaa leeqaaa tionsde scurit mils sana que lea garanties contre l'agression puissent lui retirer ls droit aux 1. ^mations ; las d< oumenta liplomaliquaa s'arr lent donc en >0I 1923. A In aoramission snatoriale des linanoaa PARIS La commission saatoria te des finances discul ml la testa de C i jats Daeaus adoptapar la cham n 1 ai 0 pt an principe un mil linrd d'conomies sur les dpenses de l'Etal 1 r lpt1. Elle a substitu par 1 1 voli contre 9 au ic\ie de la chambra autorisant le gouvernement procder par voiada dcrets rgla mantairaa un t'ils annulant dnni tivement un milliard sur les crdits ouverts au litre du budget gnral et annexe l'annulation tant rpartie entra laa miniasrea par un dcret du prsident de la rpublique dans le cadre des luis existante. La c un mission a ad ipt I article t prvo y.mi auouna cration d'cmilois l'ar ticle 3 tablissant un double dcime sur loua les lonpota, l'arUcIt 1 puis les articli ', l'article 5 a t disjoint. Nouvelles diverses PARIS—M. Millerand a prsid l'Elyae une conlrence laquelle assiaiaianl MM. Poincar, Da Laatej rie at plusieurs notabilits linanci NU. La pretta asl unanime souli gner que le dernier livre jaune d m mire que lo pirte l'iunco anglais a choua devant l'intraudgeance bri tan nique. l'A MIS Ofl apprend que dea aile 111 m ls oui lance en Suisse de faux billets de banque fnnpsia. PARIS—M. Poincar a confr au jourd'hui avec M. Magiuot,ministre de lu guerre al M. Raibarti, ministre de la marina lia reu l'ambaata deur de France a liruxelles. PARIS— Suivant une d.'pclie de Berlin, le Dr Schacht, prsident de la Ri ichsbank. i 1 ipoa .• la ton mlasion du budget la ptandalt cra tion d'une ban |ue da crdit or. Les pourparlers avei les experts ont ab luti h i.i Rxatioo du 1 apit.il de la bi que .i L'IM) millions da marks or avec la dr..it d m 1rs des billets de banque jusqu' concurrence de tou milb l'Ait 1 s — M BU i.ralnietre ingres du Iteich, a prononc Brunswick un discours au congrs du parti populinta.II a d clar que lot dernires eaaeeonJ I 1 %  < %  di pption po ir lea allemands qui ont perdu la b'taille de la Ruhr. Des c momi des intar II itionaux, dil il, li iv.iillent \ sau qr,na d un aflondramaat momiqua, il igil d %  savoir si I -ii! 111 • %  e 1 .1 01 nomique ou ;i I Ulemagne esl ruine pur l\mp ma Iran La rpudiation Sa l'obligation p irations, a l il 1 t impt il* l'Allemagne une politl [ni ba .Nous P tuvoua seulemnl opposer une r aistance politi |ua ai tiva, mais il laut excuter le trait dans la mesure de notre capacit. A propos des presta tins ,|. : Mlemagne.NI. Stresemann a prconis la collabort ion <.uau


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06165
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 11, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06165

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PltidjrtfUft PAOPKIBrAlHE
llUBBR
Clment Magiore
BOIS VERNA
1368 Hue Amricain
NUMERO ^Q CENTIMES
Quotidien
FILE CCHr
X*>lumus MamariaJ L%rtry
PAN UIEMCAM UN ON
MAR 19 1824
Due grande prosprit altacke
tellement le regard de riiemme
aux choses rorpostree Q0'^ v&z
Mie les conditions Iragilea Je
son humanit et les droits le la
Providence.il lui Inutiles coupa
uV loudie pour que son regard
dtourn se relire van le ciel.
1ELEPH0NE No 24S
17me ANNE N 5157
PORT-AU-PWXCE ( HATI )
MAUDI H M Al {S 1OT4
Roules et Fonts de Las Cabotas
Hioche et Beliadre
SUITE et PIN. VOIB LE NUMRO lm i:
II
Il s'achve, le Pont suri Ai li-
liouile ' Les visiteurs sont, les m s
ravis, lia autres rcepuajjuesi -
un grand nombre, mcontents. ^
C'est un pont en bois, il a de-
mande beaucoup d'eilurts c'est un
chic travail, disent les uns. les
premiers... Combien durera-1 il
peur ce qu'il a Cot, demandent
les sceptiques 7 Mais, on aurait
pu nous donner un pont eu 1er,
clament les mcontents Tous
ont peu pi es raison.
Mais, ce pont, tel que nous l'a-
vons a jet dans nos campagnes
une DUU83 de billets de dix et de
deux gourdes qui, a chaque quin-
zaine, ont t verses a nos liavail-
leuses. li a mis, dit-on, beaucoup
d'or aux maint de quelques-uns.
Soit. A qui incombe te contrle .'
Mais combien d'hatiens ont pu
pendant un an gagner librement
leur pain aux chantiers de l'Arti-
bonite, de beliadre et de llmche?
Pourquoi ceux qui parlent sans
avoir vu n'etaieni-ils pas aux chan
tiers de l'Artibomte, alors que
plus de 2b pieds d'tau avaient no-
y les premires londaiions'.' ils y
auraient vu l'intelligence humaine
aux prises avec l'un des plus r_-
doulables lments de la nature.
(Jue n'taient-ils l, alors que le
lleuve montait, montait, menaant
de tout envahir V Ils y aurai .-m vu
des Ingnieurs amricains et ha-
tiens, dcids vaincre tous les
obstacles, et chacun rsolu d-
penser toute la sagacit, toute l-
Dergie ncessaires la victoire !.....
ici, un banc de granit occupant la
moiti de la londai.on, la une ra-
me d'arbre enfouie a i- ou ij
pieds au-dessous du niveau du
jleuve, grosse de l *ju cintim
1res et qu'il tant extirper; plus loin,
les eaux runies des tangs, tiaus-
lonnts en rivire et qui viennent
dboucher au dessus des pouls
ou se creusent les tond liions-
Ce qu'd a lallu, au dbut, pour
lutter contre les dbordements de
i Arubonile, ce quil a lallu de re
tistance muiaie pour recommen-
cer le lendemain api et l'chec de
il vieille; ce qu'il a lallu pour
lUSStf, personne n'a pens le
mnager et l'on a vaincu '
III
Ue qu on n'a pas vu, c'est l'In-
gnieur Combs et 1rs mtiepre-
neufs du Pont, n stani des '*> A i
heures dans as fondation! IOUI 'A
Stniedtd'eaui stimulant Ls ou-
vriers, les encourageant; aton-
iii rlambo, diatriouant lui-m-
me un ration abmenuure substan-
uetle aux iravadleursi peu habi-
tus a se bien iiuuiiir, - puni i,i-
bner leur nergie et augmenter
kur rsistant .non na pas
\u, c'est l'ingnieur Clauie, ena-
jjue ]ouri a cheval, a pied ea ca-
mion, courant d'un chantier
l'autre, assurant de sou cote la cou
vergence ues eilorls pais. Ce
qu'on n'a pas'vu, c'est l'ingnieur
Uotnbs, en ltSi sous la plme, ma-
nuvrant a laue traverser L'Arli-
boniie un camion ncessaire au
transport des matriaux qui tout
besoin de l'autre Ct du Ik-uve,
et ce, pour empcner tout arrt
dans le travail Ce qu'on na pas
vu, cest l'effort quotidien d un
personnel technique hatien cons-
tamment SUT la brche, sous la
pluie, au soleil, il lallail payer de
sui pour retenir le travailleur,ci a
se par les lments pendant six
mois Ce qu'on n'a pas vu, c'est
1 Ingnieur lombs qui, rempla-
ant un chaulleur malade, se met
au volant du camion et charrie du
gravier pour la construction des
cules. Ce qu on n a pas vu, c'est
i'ellort du bervicu d Hygine pr-
sent sur les chantiers constam-
ment, disputant a la mort plus de
450 cas de malaria chaque mois
ainsi que les cas d'inleclion a la
suite des blessures et des lraclu-
res produites la '
Ce qu'il a lallu de torce morale
pendant 0 mois pour aiieter la
dsorganisation causs par ia ma-
ladie : des quipes tout entires
d; [j a 2l hommes chacune qui
S ailaissen terrasses par le Inssuu
de la malaria camions arrivant a toute vitesse,
av.c des caisses de mdicaments
largement fournil poui parler se-
cours aux malades et tes grands
blesses qui, aprs avoir reu les
premiers soins daus les cbanliers,
soni couches et transports avec
soin dans les camions jusque
l'ort-au l'nnce et reu au garage
parla Croix-Houge poui i ira in-
ternes a l'Hpital ti-lierai Oui
donc a vu cela 1 !
IV
Ce qu'on d ivrait dit c I que
si les coiistiiiciions laites de Port*
au-Prince llmche et a lella 1re
ont cote beaucoup d'argent*eues
ouvrent cependant des perspecti-
vss pour le dveloppement econo*
nuque de notre pays,o'est qu'elles
lacmteront le rapprochement en-
tre hatiens et dominicains, c'est
qu'elles permettront de mieux con
nuire et apprcier les nclie-
qui dor,ii ut dant les vastes plai-
nes de Las Cshobas, llmche et
TlumassiiO on abondent l'aca-
jou, le Irne, i : camp che, le pin,
etc ; Beauc up de trouve-
ront Iqur empioi dans le pays le
t. ii . m bl mci ni le pin
pour la m nui la ml cer-
tains li >nn us*
seins, valent d i centaines de dol-
lars, chacun.
ce qu'on devruil dire, c'est que
l'tablissement de c i taci-
litera la visite de ceux qui s'int-
ressent aux mines que ces rgions
possdent. Ce qu'on devrait dire,
-s travaux on! mis en
relief la cap ici! si l'intellig ]
de certains lm nli hatiens dont
le concours nede\ I p is ire n-
glig plus lard ; 'esl que le Pont
de l'Artibonil , l Pont du Fer
Cheval, le l'ont du W aiidever. co
rollaires des routi i de Las Caho-
bas-] tinche el Las Cahobas Belia-
dre, pousseront la transforma-
tion de quelques i oints d'I lalti de-
meut tendres.
Las Cahobas esl tu can ilour,
il commande la route > rs l b-
che qui rappro he l Cip de la
Capitale; il comrflan le la route de
Beila 1re qui m I rti dit-on, Sto-
Uomingo '' ou lu d'auto
de Pert-au^Prnca, Il devra pos-
lder des dpts de : szoiine, I mu-
le, de pneus, d aco ssoires \ our
autos, un htel blea pourvu.bien
amnage, de belles rues; ce vieux
bourg doit se rveilh r I
C'est un inli reS"
sant aux points de Ui i thnoi*rs~
phique, ciimatologiq ie, m uialo*
gique, g ographiqu au i <-ti- qui
va de liinclie a beliidre, la 1re a Savanette, i : Sa/anette
Las Cahobas, de Lasca
lluiclie. .Nos gogra lu s el nos
histoires n'en lout m ime p is m m
bon. Si le temps ne loua mai) |uo
pas, un jour nous vuv parle uns
de \\ a.mii:\ i-.ii,chante par un po
te de Las Cahobas en vers si doux,
si harmonieux, qu'on croirait lire
un pome de Batthier ou d'Us
WBld Durand ; nous vous parle*
loin des joliet temmes de
gions aux longues I
ou peu prs toutes nasillant la
vieux putois dominicain ; nous
vous parlerons des frontire!, ce
palpitant problme dont la solu-
bon est une allaire de pntration
et non de diplomate, d'argent ou
de hxsil ; nous vous parleront det
matins de brouillard, les malins
dont la Iraicheur paralyse les
nerfs*
Par Gal.le
Ce qu'il est dsireri c'esl que
des entreprises co nme elle qui
s'achvent, soient mises eu acli in
partout ou elles onl n :eesair -.
Mais, s'il y avait 1 s I lUtet dant
le psst, eh bien, le momenl se-
rait sans li.ule venu poui i II
qui incombe la i uivegardi
intrts, de montrer qu'ils valent
miens que ce qu'un peuple mal
renseigne pelise d'eux '.
15 Fvrier 1923.
Dr Ed. DEPESTUE.
One petite grve russit
Hier Mil I q ta i
iiuuit lu mi ra sip 'i par la il w o
^e pOUr>mv.l t bol I du lin
ml qu du
tait m p i n
liuiea ut |
lu
ilalgi
du Wharl . i b Pan
Durent .i lepreo In
que tort l ad i i ,i 11 .
lente. L i tUat, il, r
il uut hu. >a 'le riogl
mes par liiure ie^ mattaut ainsi
quatre vingts centimes au lieu de
e'jixaDte jrcdcauaeat eu usu^e.
Nouvelles Ett-anqres
Le livre jaune publie dea
documents tUplomatiques
importants
l'M5ls>- La livrejjjiuiiie publi Ml
jourd'hui touligne qua tooi lea gou
vernements depuis rai miatii e eurent
li proccopatioa ioi uriabla d aaaa
ilivemeol 11 lcurit da ta
France ;i aucun m imaal il ne
gil d'annexer la moindre parcelle da
territoire allemand. Le livre cite lis
de MM. I n.li-ii. Itii.imi
et Poim ara* marquant bien que ton
la pi dion anneiioDiate raati
r.i trangre la politique Iran il
Le mmoire du onmrobal Kocli d i
Janvier 1919 rpudia toute auueM
et proclamait e\eii!Mvemeni l'organi
aUon du Hbin comme rronUre mi
1,1.ure dea pui m h.....111
jusqu'au dveloppement prograaal
1 Socit dea Nations qui permet
le a celle-ci de M substituer elles.
Le livre jttune COftttacl eu oie le
tats BbCoaaatCa d m artiolea ti^
i.n du ii.ni.- de \ sY liltas con>
n.tnt notamment dea garanties el lai
six pices -uiv.nites i oui al D ml l<
lions Iimiii-o iiu^l n i de l
cembre luis La dpche de San.
Aulaire insiste p irticu i
la ncessit de prvoir une attaqua
i : liracte da I Allemagne [>ar exem
outre la Cologne. La ngocia
lion do Canota vient ensuite. M.
bu,nid rclama ipi lalement des en
menti bilatraut ; ^o l'engage
l Je l'Angleterre a considrai
qu'une attaqua outre la Rhnanie
v ludrait I une agrejaion contre
la Fl lo l'engagement du i ou
sidri r une violation BltOOMD la l
Clause* mihtiiire-, navales al .ni nu
somme juslihant un eiaua fou-
la ; to l'antanta des tats naja
orgauiianl la collahoratioa militaire
ventuelle de deux gouvernements
et un absnge de vues pouf sauve
gardm i.i pau menace. On sait que
les ngociations de Cannes lurent iu
terromjuea au moment ou M Llo\ l
George venait de remettrai M.Briand
un projet de trait franco britanni
que L pi sas -! at -' '-xposent les
vue* d< H. Poinoar au sujet du pae
b
M. Poin n- invita notre ambi >a
J n ,i 1.1,1 lie reprendre les cou
n un eODtre projet li
i n 11 ne lui pis taouailli l'a
foi i>' usant, ii memor indum lut
i lord ' n/. m ; il p| i
po e un pacte de 20 ou I I .mu
au lie i de 10 at l'l irgi de
l'entante. \ tout is lea gueulions lord
Un audit qa II 11 venait de
as p (-1 ban bai 1 amliorai le pacte
I n on risquai ui de ie rua Ira 1 nn
Slble et il |)iu( n preuhl
bsamani laa questioos da la oonfraa
d on nt et
. > < us de la
c mfrence de Gnes, l'ambassadaur
de Franee reut I nouveau Sas ina
trui: mr reprendra les n
ciati ni" en vue de faciliter la 1 in
clusion do pictt en disjoignant au
un la prop ition d entante dus
II da msjoi mi 1 <
l.i lielgi |ue 1 de 1 Italie aaaa l'ac
c uni 1 n no ivi ' a
.1 I lll S| I ; I M H
trail lo.
L'amba ideur di explnjua
; s li I- ram 1 dsiiait
itlf, 1 ne re
maa ; une noie bri
n iu irquer it le
I .in,,, propos daa ri
t ni- (jue le gouvernement de Lon
drea tait prt a examiner avec sym
Dathie la ^uastioa de scurit tout
momenl opportun, La France rpou
dil la 1' Juillet qu'elle prfrerait
na pas n 1 laa problmes. Le
Pbreign Ofllce J vit une lin de non
recevoir ; pourtant la nota franaise
du 20 Aot dt-lara que la l'iance
lait pi Aie reprnniire immdiate
manl l'aaman da toutaa leeqaaa
tionsde scurit mils sana que lea
garanties contre l'agression puissent
lui retirer ls droit aux 1. ^mations ;
las d< oumenta liplomaliquaa s'arr
lent donc en >0I 1923.
A In aoramission snatoriale
des linanoaa
PARIS La commission saatoria
te des finances discul ml la testa de
Ci jats Daeaus adoptapar la cham
n 1 ai 0 pt an principe un mil
linrd d'conomies sur les dpenses
de l'Etal 1.....r lpt1. Elle a substitu
par 1 1 voli contre 9 au ic\ie de la
chambra autorisant le gouvernement
procder par voiada dcrets rgla
mantairaa un t'ils annulant dnni
tivement un milliard sur les crdits
ouverts au litre du budget gnral et
annexe l'annulation tant rpartie
entra laa miniasrea par un dcret
du prsident de la rpublique dans
le cadre des luis existante. La c un
mission a ad ipt I article t prvo
y.mi auouna cration d'cmilois l'ar
ticle 3 tablissant un double dcime
sur loua les lonpota, l'arUcIt 1 puis
les articli ', l'article 5 a t
disjoint.
Nouvelles diverses
PARISM. Millerand a prsid
l'Elyae une conlrence laquelle
assiaiaianl MM. Poincar, Da Laatej
rie at plusieurs notabilits linanci
NU. La pretta asl unanime souli
gner que le dernier livre jaune d
m mire que lo pirte l'iunco anglais
a choua devant l'intraudgeance bri
tan nique.
l'A MIS Ofl apprend que dea aile
111 m ls oui lance en Suisse de faux
billets de banque fnnpsia.
PARISM. Poincar a confr au
jourd'hui avec M. Magiuot,ministre
de lu guerre al M. Raibarti, ministre
de la marina lia reu l'ambaata
deur de France a liruxelles.
PARIS Suivant une d.'pclie de
Berlin, le Dr Schacht, prsident de
la Ri ichsbank. i 1 ipoa . la ton
mlasion du budget la ptandalt cra
tion d'une ban |ue da crdit or. Les
pourparlers avei les experts ont
ab luti h i.i Rxatioo du 1 apit.il de la
bi que .i l'im) millions da marks or
avec la dr..it d m 1rs des billets de
banque jusqu' concurrence de tou
milb
l'Ait 1 s M BU i.ralnietre
ingres du Iteich, a
prononc Brunswick un discours
au congrs du parti populinta.II a d
clar que lot dernires eaaeeonJ
I 1 < di pption po ir lea
allemands qui ont perdu la b'taille
de la Ruhr. Des c momi des intar
II itionaux, dil il, li iv.iillent \ sau
qr,na d un aflondramaat
momiqua, il igil d savoir si
I -ii! 111 e 1 .1 01 nomique ou
;i I Ulemagne esl ruine pur l\mp
ma Iran La rpudiation Sa
l'obligation p irations, a l il
1 t impt il* l'Allemagne
une
politl [ni ba .Nous
P tuvoua seulemnl opposer une r
aistance politi |ua ai tiva, mais il laut
excuter le trait dans la mesure de
notre capacit. A propos des presta
tins ,|. : Mlemagne.NI. Stresemann
a prconis la collabort ion <.uau


LE MATIN
i a
mii| ircs et il a
cne h bilil l'un emprunt
gag sur les chemina i
I > !i m h de la Uhur.
MAYENCE- Les
t de ma n Fvrier, les
recettes augmeotent tare que les
lia M el I u daea ont de nouveaux
ouchs, les receltes brutes quti
met ion! de six millionr ; on
omple qu'elles s'hverout lientt
dix.
COBLENCE Loi recettes pour
la Itulir ut lu H la ont t r
cernaient lea suivantes : d >ui ne* |ao
vi-i- II*. 750,000 franc i, fvrier 56.
ii 10 OOfl mr 1( 9 drogati in
ni .1 m .. l.dOO frnes, F
vrier 59.000,006 licences Janvier 8.
L80.000 f r ,i n o > Fvrier 12.
370.000. Pendant le seul mois de f
vrier la moyenne journalire les re
celles pour les douanes, les di
lion i a atteint i.iiOO.
000 francs dpassent les prvisions
de > ) o|0.
GENEVE- La comnvssion |
de par John Davis rencontre beau
coup de dtl m sujet du ri
iii.Mii da la qui llion de \lemel ; elle
remettra mercredi son rapport au
e mseil del Socit des Nations.
L^s Lithuaoieoi et les polonais sont
o >|i uaieura clauses du rap
port et Gai vanaukaa n-^ure que le
peuple lithuanien les rpudierait for
mollement ; en outre les allema .'s
e'. les polonais ne peuvent sVnl u
tre sur la que ti 11 de l'acquisition
Ai la nationali l pol ni!se. Le con
etl de le Sn il dea Nations s'ou
vre aujourd'hui sous b p sidence
de M. tiuani de 1 Uruguay, il aura
s'occuper di% nombreuses question-
pniir autres la recouatroctio i de la
Hongrie pour laquelle il n mimera
lr> probaUemont M.llardmg. haut
commissaire.
PARIS \ propos de plusieurs
articles pessimistes parus rcemment
dans certains journaux, on dclara
dans les m lieux oliciels que rien
n'indique jusqu . prsent que les re
eommandatioDs des deui c imite
d'experts seront locompalib es avec
les demandes de la France.Il y a en
ellet tout lieu de croire que toutes
les recommandations recevront l'an
probafion unanime d'experts des di
vers pajs, un accord guial ayant
dj t conclu sur les points les
plus importants ; on est plus opti
mist.' il in. laa sphres offl dlie
que dam lion de 11 pressa qui
est suppose retlter le point de vue
du gouvernement.
ni BLIN L'ioquitude rgne en
Irlande au sujet des mutineries qui
se produisent dans les rangs de I ar
me nationale. Une commun lation
Officielle annonce que des Ofdrei
ont t donns pour l'arrestation du
gnral Liam l iblo et du colonel
Charles Dalton.
ATHENESM. Venizeloa, ancien
1er reau rcemment en Grce pour
essayer d'aplanir les difficults poli
tiques du pays, pu lira demain pour
Perle. M PapanasUaion, leeder r
publicain, l'est elorc de consliluer
un cabinet qui comprenue tous
partis politiques ; son programme
prvoit I dchauce de dynastie
ans plbiscite.
Le gural Deng is, ancien com
mandant en chef de l'arme grecque
et aneii ue de la guerre du ce
binet Venizeloa, sel mort hier.
WASHINGTON- La rreorerie
annonce 1 Y ni < n de 100 millions
,i i ,i il ,n- en oertieata dea dettes
, m ir oenl I lia m p mr les besoins
du g uivernciiunt pendant ce deui
me trmestie. La dpartement de a
guerre no ionc la rorganisation de
partille le dis mu r 'gimsnt*
gar ml or mi Kl us i nia et aux
Iles l'hili ipines.
J,')N 1RES Lfl 0 irrespondant du
" afoinio- l'o-t au Caire du que
les Egyptiena nl adress une pro
clnm*UO0 .m in m.le inahomlan
ii.in- leq leUo I i dclarent que la d
posUi-tQ du calile le C nstentlnoplc
tait un acte illgal commis par des
en 'i' ;i avaient rien a voir
dans fl DO lin res Ils invitent lis
Behomtens I m dpc li r, u
mr i pour r
la question du ci..:a( suivant la
LES COURS
L.i situation au Maroc
1 I ES D'aprs le conespon
liant 1 Dai s l'an $er
i rel i| mi
spegn i! et ions le i ommen lei ni
! Kr.m i o optent 80 0 |0 nom
iraient l divi dons le* rebel-
|i ifAcien euro
un' ont fiil 11 grande guerre.
La gnral Weyler pour I espa
gnols a lail itifa pourl'em
po le mtude de -lierre les
p us mu lernM j compris lese'ats
de combat et les ga/. toxiques.
Varits
Ce soir
Comte de Monte Christo
l'iitre 50 centimes
Mi'rcri'di
3e, 4e pisodet
Entre 1 gourde
L<" I**!)! lit; Cavailloa
Le Dpartement lea Travaux
Publics a fait ab lutir aux I
le matriel ni la cous-
tructioodu pont da Cnvaillon. Ce
matriel qui ml confie a fing*
me.ir Joliu l). tiorttr a t exp-
di par le s|s" Hati de la Co-
lumbian Li
Les travaux seront entrepris in-
cessamment sous h direction de
l'Ingnieur Schneider.
E litio i de l'Jiit de la grande
lirme Aubert, [loger h llonte
tir du i e!i l-il uvre de
Jules Mary et jou pir la grande
v dette SignoreL est port l'affi-
che le la aoir i ti i jeudi di cette
semaine de Pariaiana.
\ il v mi pas tre confon lu
av un iii n le ce nom repraeo
t. il y a Ojuelqu ', temps le cela,
dans une de nos ailles cinmito
graphiques. Roger la Honte est
i un trs gran 1 su iO s, ,1
eaiujter p-irsjs quatrechtpitr intituls : Uo crime; L Calvaire
d'un innocent ; Mre Coupable ;
Ju-lice.
Mme Taldy nous ayant dit que
le film ii!' s ra donn qu'une aeule
lois, riant oblige de l'expdier im
ni ii ilement aprs la projeiion
des derniers pisodes, nos lecteurs
n' manqueront certainement pas
l'unique occasion de voir ce chel-
d'uvre mouvant, tant par la
splendeur du dcor que par l'ac-
tion dramatique nui est des plus
impressionnantes.
Cercle tEmina"
I ne assUi.iur uon'i- n; i>| clni
-i avait rpoo lu avant hier -^ix hi
de l'aprea midi l'aimable invitatioo
du comit d'administration du Car
de Fraina.
C'est pai la Dessalinienna |ue e'oo
vre li i puis la Pi ti lente M le
Camille Munter, Mlles Franchie \n-
guatin, Bather Jn Louis, \nn i lu
guslin, :i cl ili-tiiiilion,rein
plirent la partie littraire du pro
i i'u v.<\\r>' temps les pu'sies
uren; dites par Vielles F. Ch limera,
Franc ica Do ig t Eu (nie Lfood.
La partie mnsic le fat aieul
|a Batisfaolioil u iii'ral.! par Me |,
lu.m Alexandre, P. et it. Abrahem.
Mr ai lima afarsehal sont ensuite
prsents aux m et au dis-
cours le bieovenaa qui leur a t
adress, air | Mars-lui remercia le
Comit en prometl ml tout ton eon
cours Fmio i.
II tait prs 'le t ) lie ir is lors i ie
invits el memln u | enl
avec regret.
Coup f il ((U Moniteur))
TK1BLM-:
10 Mais
PARIS Dollar
Livre
fjEWYORE Franc
Livre terling
17,05
il
27.77
tiSII
Le 15 Mars
A 7 li iun > d i m iim, un eoun la
Stnographie ire i
l'Ecoli I ictj log a
phie 116, Hue Fr u, rlphom
Le s; ttdme d'enseignement qui \
sera employ tant absolument non
veau, il sera Impossible, en cours
d'i nrelee, de recevoir de uouveiux
tudiante.
Aucune i|ucstion d'intrt gnral
li ippi la juste apprciation de
r otre confrre -'Il nti Co nm rc aie,
Industrielle el \gricol '.
C'et ainsi <\ te non t" m VOUS dan
i dernier namro quelques jage
menls dignes d'tre ra q> ni-.
Noaveiu lroitde Visa:
Notre estimable confrAre rend !
mage au Minisire des Finances, Mr
Au.- Ifegloire et "le i ite d's ?oir
suivi cette t"is l>'~ au4. talion du
Commerce. L'Etat n'eat as h pour
faire prvaloir une th trie im
que sui une autre, mai* bien pour
raliser la plan Bec il pi h pi iti i le "
Et puisque la situation esi [telle qu'il
l'aille de nouveaux imp >N. I- mH
leur sera toujouis celui qui rendra
le plus vite et le mieiiv
C'est un des rares e,s ou une im
position nouvelle a recueil i I* ippro
ba'.ion gnrale.
Les o >ntrmction en bois.
On se rappelle qu' l'avant demie
re runion du Conseil Technique
Municipal une dcision a t arrte
en verlu de laquelle il sera refus
l'autorisation l'avenir aux partie i
liera de construire en bois.
Notre confrre s'meut avec raison
de cette nouelie situation dont l'ap
plicatioo a certains qu irliors e t
d'une utilit incontestable el de la
plus sage prvoyance. Mais une sip
pression radicale et dans tous ie*
quartiers tait-ce vraiment la mes ir
prendre et a telle t prise co D ne
on le dit Si oui,il \ avait des exe 'p
lions 'prvoir.
Li question ainsi agite, 1 Conseil
Technique Muni ip p wirra sa
premire dcision ajouter quelques
commentaires explicatifs ou comme
ledit notre ^oolire affirmer son
vote.
AHre I Ni'mours ;"i N'ica.
Notre Intressant c frre les
"Annales Cepoises" nous a appris
les lian v.illes clbres Nice de
notre ami Alfred Nemours, Charg
d'Affaires de la Rpubliq ie d'Ilaiti
prs de Sa Majest la li nue dea Pay
lias, avec une oharmanta h&u us'
de more russe. Soin i il le di
recteur d'une usine jir m lise Mos
cou. Elle a lait ses et i les en celte
ville et parle c ., i u :i ml le russeje
franais,l*a'.i nanJ el l'angl lis. Elle
est musicienne, chante et jou* du
pir:i i re ii. s-; Benaillea ont t
clbres le dimanche I" janvier.
\ part lei h iitien<|habitants h Nice
prs'it tous i la crmonie,. Mr.
A IV I S' no i s, en ce jour de bon
heur, tait entour des principaux
in q ires 1 s i l'i'nil'e : si m
-, kirs et Miu Koussalet, sa
Bile.
Nous joignons nos co.npliinentiet
nosvci\ de bonheur ceux que
notre coifrre eiprime noirs ami
Alfred Neinmr,
^aaBsa^sBKnaaveassnnesiBBBBiBPass'^BM
L I oportation el h u mvtdle
toi sur le droit de visa
9il 'I la ifftl d ; li loi au Conseil
d'Etat, de gros commerants voulant
s'assurer un bnfice certain en se
drobant momentanment la nou-
velle tixe, lin seront par cble de
fortes com nandei.
Voil ch q n explique ce mouve-
ment siihit dans no'.re importation.
Le "Criftebal" del "l'an uni
Line" ee! arriv ce matin avec if i l
tonne de marchandises tandis qaa
"strea" de la de llollaniaise ael
attendu jeu li ai 0 0 M tOttO
C'est <\ le fois le la propi;indi et
d'une sage habilet.
Funrailles
Bat dcd hier apr midi, la
suite d'un oart mil i lie, r v t ul B
Bruno, I ma sa rsiden -i il' Vveu 1e
John Bro mi.
Sas fanera il u auront :' : i ce soir
la Baaillqu i Notre Da ns
\ -a veuve, -rs ,
lier n al i n ' i C mal u
Miwu'l, non- sdressons me pi j s
Tives eondol
> i. i et elients s ml prs
.I pren Ire not qu ils n d dvenl
rien payer I is Impri
teur du Jjur
nal.
< au Prince, ff 'i aftn I '- '
Le Numro du n du courant du
.lournal Officiel comporte, entre au
tre matires :
Loi modiliant comme suit.. par
tirdulaMars 1914, la premire
partie de l'article u de la loi du i
Septemhre IgOS.
Ail.'' :. Il -era prlev Jes droits
de visa comme suit :
loar les douanes de la R'publique;
Quatre pour cent i 0| i sur le mon
tant total des factures de marchan-
diaes augment du montant d s
droits de douane, frais et dpensai
au port d'importation ; I o|oo un
pour mille or sur le montant des
factures d'espces moua '
Loi ouvrant au Dpartement de*
Relations Extrieure* un crdit 1^
huit mille sept cent -inquanta g i ] '
des (i 8750 pour paiement, fc partir
du m ii- de M ira en cours,dee appo n
temenls allous aux titulaires dede ix
nouveauxpodes c insulaires i tb'.ir
il Cuba.
relie valeur, dit l'article dent de
la loi,sera classe id Chap. I,section
_ lu Bu Iget le l'Ei. L923 21, rai
in de G. 1.378 reprsentant s-pt
d'appointementi pour chacun
,1 i c < p i-l IS al sera cire des rcit
i is lu dit exercice.
Loi ouvrant nn crdit extraorli
i, i tu ppartement .les Finan
et du Commerce pour l dpense ci
apra*, non prvue au budget de l*e
xercice 192,l|24 :
Banque Nationale de la Rpublique
d'Hati. Arrir dii partir de l'es.
I'.)|(i|l7 jusqu' celui :im-.-1iiI le 110
septembre IB18.
Gourdes 118.870.:, I et oi si .sii",",
au change le 500 0(0.Total Courdes
oJ6,J0i _'.
Le n mtant de cejerdit sera tir les
s il les au crdit des exercices ent
r aura.
Loi ouvrant au Dpartement des
Cultes UO crlil extraordinaire de
neuf mille cinq cents goirles pmr
frais d'information de dgrJ. " lan
avant G. 3. 10 I el pour s m
ti'iitament lix .a li, 7.'j>) par m lis
s'levant da Fvrier Septembre
11)24 G, 8.000 :l I.
Ce cr ldit sera couvert au moyen
d ta disponibilits de l'exercice ccu
r.int provenant des exercices ail
rieur9.
Arrt fermant U dite du 1er
Mars la session extraordinaire du
C puseil d'Etat exerant la puissance
lgislative ouverte le li Nbre I9il.
Observetion laites par la Com nu
sinn Cadastrale Centrale da la ftpu
blique sur les litres siinis par le
G lrel liernad 'te Je m L m s pour
justifier la revendication du i partie
du Bourg de Thomassico vers Las
Matas ( Kpublipie |Djminicaine ).
Une quostija ^ cunul
Irauciee par le Conseil
d'Etat
On se souvient qu'en 1911, un
Arrt du Pouvoir Ex c itif avait
c lus iq ; issem'jles pri m rai
de certtinos ommunes aix li i* I'
pouvoir au remplace n Mil des lpi<
ts, h qui il tait raproehj lins le
dit Arrt, d'avo r occup, sous le
Gouvernement prcdent, des l'on -
lions incompilibles avec leur mau-
dit de r.....- ii inta du peu le.
Le Conseil d'Etat vient de trio
c'ier d'Iuiitivement la q lestio i I
j liquide pu nndcisou judi*
ci lire condamnant l'Eut ;iayer an i
plaignants les i idem ni- qii no-
taient courir jusqu la lin rg i
lire de l urs mandate.
Ri eff-t, par une Rsolutio irisi
I -1 sao ;li 1 i Evn r cu
publie dans le numro du A > ut ir
du trois Mirs, le Ojnseil l'Etat,
aprs avoir entendu et Ipjt i les]
conclusions du Hipput d: si Con-
mission Spciale, ciurge d'examL
ner le cumul reproche alrTullus
Biche, ancien d put au '.> p; I. -
gislatii, p u- l'Arrt duPoivoirEx'
cutif en dit'du 11 Novembre If II,
a dclar que le eu nul lui repro-
ch n'est pis fond
La thse lee avocats des m
dputs \i lin -. d : l' VrrM 1 ; I M I,
va donc triompher la C i o niai i
d R kl m ition p lis j i le G
Bell il Etel vient de CO i I ner la d-
cision ju lici lire ne reco m li m ml 11
cm caractre de fonclim publique
au l'ait pir un dp i! pter u le
mil in d ins un r-
gion trouble ou la veilla le l'l i,
el de toucher des valeurs pour les
Irais d'un dplaceineit toujours
coteux,
L" Gouvernement sait-il se qui se
peese l'Anse d'Hainmlt?
' ouscrovons que non, car s'il le
savait, lui qui se rail si fort d'tre le
protecteur des humbles, ii aurait
pris la dfense .if s contribuables de
cette commune. Depuis epree les der-
eires lections nous sommes en
hutte un constil communal tyran
nique qui. pour se venger de ceux-l
qui ont eu A vo'.r contre lui, se cre
le malin pi lia de les perscuter.
h,,: les < entre- i ivitise, l'aulon
l e-t la prolectrice des induslries,
t kndisquji i l'Anse d llainauli, c'eat
loul traire qui se constate ; et
eela ne nous tonne pae, d'autant
que le conseil n'est pas _seulement
un conseil communal, mais aussi un
conseil commercial. Il est u'onc
tout juste qu'il base des intrigues
pour protger son commerce, his-
toire de se maintenir. C'est ainsi
que celle semaine, des contraintes
nous ont t dcernes comme sp-
culateurs en nampche, quand nous
sommes rgulirement munis de nos
patentes de spculateurs en denres,
comme si le campche n'tait pas
une dene indigne.
l.eCoii'eilC'jmmuniil qui se dit au
lonotne tout bout de champ, croit
que son aulmomie s'tend jusqu',
l'infini nu roinl de nous taire payer
cinquante six gourdes et demie pour
lo : !*l jours de relard cinquante
centimes (li Novembre au 15 lvrier,
une gourde, 10 O/O sur le montant
de la patente; puis le montant de
la patente en dpit des prescrip-
tions de la loi sur les impositions di
rectee pour l'exercice en cours qui
lixe les jours de retard partir du
15 Janvier. La justice elle mmo
t'es! montre tellement docile en la
i iiromtauce, que l'un de9 spcula
leurs qui a eu a assigner le receveur
ommuiial en rtractation de sa con
Mainte, en a t quitte pour ses
frais En attendant, l'ogre commu
nal poursuit son mivre nfaste. Jus
nues . quand oCalilina abuseras tus
de nette patienceI 11 serait bon que
le Gi uvernement progressiste de Mr
Bnrno fasse cesser ces abus, car il
ne se [eut pas que tandis qu'il tra
vaille l'amlioration du sort du
peuple haitien, un conseil communal
iii-potique et haineux cherche an
entir un groupe de gens intressants.
e d'Hainanlt le 8 fvrier 1924
I GROI i l DE COMMBRCAMTS.
;; ul
la
Le < Lal'autte > de la C. G. T. qui
tait attendu hier n'est entr que ce
mitin et De passera qu'une journe
la Capitale. Le mme programme
il i pub i esl excut et au moment
o nous paraissons, nos htes sont
reus Mariani Club par le Comit
gnral des Chambres de Commerce.
La Chambre de Commerce \mri
caine a fait diter un Numro Sp-
cial en l'honneur des visiteurs qui
sont, cou:mu on le sait, des dlgus
de la Chambre de Commerce de
Houston, Texas. D'un autre ct,
une gentille exposition a t organi
seau local de la Chambie de i.om
meros hatienne i s'esi donn ren
de/-vous toute la journe un publia
nonibieux. coii'pof d'ha.liens el d
Mangers taisant les honneuis nos
- disting i
Le Malt adresse un cordial Wel
corne aux dlgus et ?ouliut c qu'us
emportent une bonne impressiou de
burlr p court sjour parmi DM*.
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Suffocation!,
Tout neroeusei. j
(lii.i'linn rcnalu par !
CIGARETTES CLRY
.... POUDRE CLERY
D. OIRT, 53. Boni Bt-Martln. Pari*.


LCMA1 .
1
liehn & Fink, Inc
Fonde en 18*6
Supriorit Hs prix prompts!! de
Tous produits chimique*, pharmaceutique et trs
articles vendables dan* une pharmacie.
Epices, loi\re, Cannelle, Girolle, Anis toltt,Mustittde
etc, etc.
l iSLXRE RAFINE. _.
^Spcialit : .Maripic prive I.ysol dsinfeetant, Bauw-
Ilierie, Articles pour liahiers, \\y Rum, Chocolat e pou
(Ire, Huile de foie de Morue, ISmulsion Cold Craai, *-
traits pour faire essences et eau (le toilette, Eau eieJQHi-
liine, loudre contre les insectes, Solution pour comses-
ver le> pour la toiletta des enfants, tlssence de fleurs, ftaa ne
Floride, >- Miel pour la taille, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table. Brosses dents, IVppcrndnt, huile nom
chasser les moustiques et autres insectes.Kegulot: bulle
contre constipations et douhlesdes intestins chronique
Th, Cire pour les parquels,(;omcstihles, lUixirs, Epleee,
Sirops divers, Teintures diverses, Vins, etc, etc, ele.
Demande/, le catalogues des spcialits.
Confiant vos commandes LEI1N & FINK, 'Mi vow*
serez, absolument satisfaits.
Toutes les lionnes pharmacies du, pays s "approvision-
nent chez LEIIX AFINK Inc.
Lon li Ihbawif
Agent exclusif pour llaiti
F. 0. eIfciiCE Company
12 WEST B (HDVYAY
NEW YORK
FONDEE EN 1847.
SUPERlORit BIS PRIX
Fabrique de :
Peinture, Ferai?, Ocres j Mafite.
Lon R Tlibaud
i
Aaftot n-ur H*tv
'Ml Rue des liraeles
de reoI<" ilf Si no p*ap!i
OBI!!.
On trouvera Chapeau Jean B u i
pour en l'unis, aigre ttea fa ntaiaie pour
chapeaux,plum lei a el frui irti
i, la | our b b -. vo taa
dei caDuchooa puni robea al eha
Eeaux, ilt- peignas coiffer, dei
i lea i Loti ,dea faux cols a\
et empese u| ri< ara,
rie, du laiton aea calotti poui cha
peu u x. en aparteria, de !i paille de
soie | ai pli cea, do papier i latin .
di i : valopi a*, dei plume, d i
yons, d(- tarda peur loua da la
poudi i .'I-'- extralU,dei collii
fanlaiaie, dea >l nielles ! rubans.
(m trouvera auaai du rhampagne a i
Ibaotqua Carti d'or d) ml aec, d i
Cognac, du i ar i ili pur -In i
raisin, par nation, du Saint Juli
ei du si Emilion m caisse, il. s li
qui u:s line> hoiln-, I roui.' nix
ur lablea auprieora. Reu aus i ltea poupes a bon march.
li- cordonniers sont aviaa qu'ila
trouveront prix rdulla des talons
en eellulolde.
NotaPou j(|inl,|ii- s jouis s.' il. ment
no ;s o! Iront noa vins en barri |
de- prix exceptionnala, prire de
pi-- i n m- voir au plu i paa
o iii li r qu'on trouvera teuj mm lea
pro luiti Guilb lud 11 i tacen
cio aux prix de fabrique. Timbrai
pose, timbres mobilea ei papier tim
br
On iroip ai irti
{'Tropicale" Grand'Rua 17 h mai
son Incident Oaorgi t.
ALTIMINUM UNE
v -Jrleans e Soufh
meneau Stenmpship
Co Inc.
Prochains dparte direc's
pour PORT AU PlllNC, Hati
Le %Uamer DEA laissera N?w Orl*
ans la 1~> courant directement pour
Port i:u Prince.
A partir de cette dernire date, il y
aura une ocea*ion ihaqw t5 jours pour
I ori Uvanfs; Lorth nne. Porta
Colombta, Curaao* Porto Ca6elfo, La
Guuyrt Point* Pitre,tort de trance
Bridgblown, batbadoi, P. ri o/ Spati'
Tninidad, ueorgttowit.
lui va Pfiuce, Ut 7 Mats i924
A. de mincis & Co
Rcpiss adir
\.e rot pissi par la
.!. .r en I'
Domma Micb( I Brevil el Blieo l r
trand i il adir du| lieata de ant
tire dlivn
l'oit au Prince, h s n a 1014
lima Vva s. CASIMIR.
Ivis
YVmon & Copiij
^ICHICAGO, 1LLS
^ftanteoue/, "3i\iilo 5e cati>a, 3aiU 5e ma^
l%e& U Claii ^ord, 3hc\i\ $dcy 3atu6orU&
$&con; ^^^l^lti^eaaxi^e^ie^ pLe5*,0rellXe*
5e porH.
l*$euibU. ea GiuCe. Came5 3leef> iitatt Ut[
^atte5 meal*, etc. etc. etc.
"tlre Zl> voir lo Lrlx &>urariL.
Lon R. Thbnd
Agent exolualt pcor Hait'
Fuon ^hoe Polisii
Company lue
hew'tork
Si vous voulez prolger in peOD de ^>s chaussures.
Si vous voulez avoir un brillant Inis.-mt et durable.
si vous vou'ei la couleur el la souplesse de ces chaut,
tures pendant lomj'emps employez la marque lonogram.
Palirique ipeeialemat pour les dames et les gentle.
dieu du iiijlit liie.
Elle protge la x peau Jdta chaussures contre l*humidt
et la chaleur.
Dni iiide/. la marque HoiOjraaicVsl la meilleure de toutes
les marques.
Geo 4NSRME ftgpiv pour H; it\
l
OLIDA
JAMBONS CONSERVES
CHOUCROUTE FOIES GRA? LGUMES
FRUITS CONFITURES V NDIKIENTS
Tri Vente dans toutes tes Bonnes Maisons
Gnral pour Hati : Ch. magnant
I GROS : 118, Rue Baudin. LEVALLOIS-PERRTif,..)
Avis

Le soussign, Monsieur Flix Bi-
Lit annonce au Commerce, ;iux
mai* uis il H iinjiit' i .m public au
gi^ni r.il qu'ayant et. daioli l
pour avoir traneoorM et cd es
droite la auccleaion Baker .1 Ma-
dame Vl uve Thodoi mil lia*
Lit, cette ilerni-re a seule pour elle
et aaa enfanta mineura, la direction
ei lu proi rll dea aTfairea comroar*
cia'es de la maison Thodore llaker
tablie sur la Place dePort-aoPtlnoa.
Llle a seule la signature el en ou-
In la maiaon continue ses oprationa
commerciales sous le mme nom
. I l.odore Baker
Daormaia, il eel pri, 1 oor tout
ce qui concerne la dite maiaon Tho*
dore Dakar de s'adresser directe-
| Madame Neuve Thodore
Baker.
Poit au Prince, le Flix BAKtlt
e
La soussigne, Madame Veuve
Th. odore Baki r, dj lare au m-
merce, aux m lisons ai B in que et
ulilic en Minral ou'elle continu 1
ia fou
mari, que la maiaon de romm rce
Ion Baker tablie sur
pi ,i.. 1 on tel e la mi ma m m, - us
lu direction de I
si nie. dsormais a la Ignature pour
lai opi ratl na
(|iielcou(iues eommer iali ou inl
1 -.-ion Baker.
Elle pi 1 li iniis m- de 1 mn
et!*- personnes, tant l'tranger
l llaili fui ont line
d'aii m 11'fodora
Baker de lui coi b\|jr leoi b ntrell-
lant 1 I lr|" I
paurenl pli inemi ni compter iui
ti\ii. al la bonne foi bien connue de
.-1 n 1 de son pi
li ur dono 1 1 satisfai ti<
I Mil ., '. S l'.IJi
Mme Tho. BAKER
i\t
iy lits j: leraai
M I h k
(Iode et Tanin
A la fols Tonique et Dpuratif.
Anmie FaiViJ..; ?.H
Croissa&co &os Enfanta
Glandos- Scrofule
Formation dos Joanos Fiilos
Silaladics do Poitr-ino
lm m *"rti\i, remplace aoi :ssmenv
rW
t OOttta rn
Royal Caf
Kn lace del BanqueNationle
Propritaire] : AnnmlNMiCPAi
^Le nouvel tablmemeol le reeominaDde ptr unterriei
irproehable, dei conomnitlioni de, premier choix, sa
ituation privilgie
/. noir, musiqae attrtyantt dirige par des proles-
tionoels de giaoa mrite.
Installation parlait',. prix modrs.
Tlplioafl v :\9~>___________ ____
l(7T7l)ielz Company*
tes plus grandi labricanti mon-
de entier lourniiient lei lanaux el lanternes, les plus
COnnUI en Haiti tels que :
Fannux |Kur la rue
Fanaux dm police
Fanaux do pompiers
pour chemins 'o fer
I anri'.x ave' tli otaiir
Fanaux pour vi ieules
FanaUX avec applique
l .inaux pour gardian
Fanaux pour I sincs
etc, elr, etc.
^
1 u dsire ci 1, 1 i -ii "ii
Jeu 1 pi 0|:
11, i) .1
faire e Irai
St-Mai
Faire rea pour coadr-
Uons
OLOFFS |X. LUCAS k Co,
po ir : "i lea directes au maisons de coinmiieioni a lef-Tork *oi a l'Agent
Poit-au-Frince.
toujours an atoki : Fanaux ficlor, leoul lanternes
Il de 1 eehanue.
i PREKTZMANN.AGGERHOLM
Gnral agent
Bue du Quai Port au Prince



Lfc'MA'itft
JUBQ .
le x&if f hys.o.ogicjue
le seul f&s^r.t Is. .^ducation fonctionnelle de l'inteetin
Eponge et nettoie l'intestin,
Evite l'Appendicite et l'Ent. rite,
Supprime les Hmcrroide,
Empche l'exccs d'embonpoint,
Rgularise l'harmonie des lormes
arSF9
:

Pharmacie VI. BIJCH
Prpare* vos liqueu s avec tes Essm
ces pour Liqueurs ; Anisettes, Crme
de Cacao, Chartreuse,Curaao,Gin.
Comtip&tiea
Entrite
Vertige
HcracrroJas
Dyspepaie
Migraines
CMUistn,
(uni, Pjwii, m I
bu!. rfn4l leur l'-ltstl
i i dro-
IO.I
j'i
i .
.
f ['< ! i
Ore I Mrira Ou (.,
:e son
rr lUUWm I
nonibrt moins tir
dint le p..ihicii-. .
i
l
t/ Bal
0 1 I
la mr ,'wnit i'*,r-3j,r, ctu slgui mirini qui entre dsnt h t:mpcntien du JtiBOL

UMOIUV

uui
JlT".'.'." N
et C ' I
frerry#.
dj do I
,uiu du 1 ijl
BBBBBBBSBBBSBi
ra:yarrv^r?*:rT\TfTTv**^,;: rTmfy
etjjt taillant Consrgnataire pour Hati
La maison siLVERi h Conscience
L:i Maison H. S1LYER toujours soucieuse de donner
plein* satisfaction ses aimables & nonihreiu clients,
leur ollrojes articles suivants de toute (raieheur et de
toute beaut' rcemment reus par les derniers tteaj
mers, des prix exceptionnellement rduits.
Nous ut- croyons pas ncessaire le publier nos prix
car il n est un doute pour personne (pie no.i seule-
ment nos articles sont de choix mais que nos prix sont
les plus bas de la place.
Casimir gris anglais neuveauts
l'aliiibeach <|i i. anglais
"alinheaeh gris anglais carreaux
" uni & a barres, couleur
Alpaga noir sup,
Diagonale noir suprieur
Set je bleu marin & noir, anglais
Satin do chine pour tailleur
|,ustrine barres pour tailleur
Kaki Jaune antjlais extra suprieur
Drill union blanc
'i'nssor Japonais pour Chemise hommes & robes
Perai blanche
iiideaux tulle pour ^portes
Tulles pour voiles
Voile uni & barres J
l'iatine blanche & co.ileur
Ofgandi suisse brod
da-toanline unie tS: barres
Hr.odes mattera pour robes, chemises & jupons
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blanc & couleur
Mur<|uissettc coton noire
(repon a jour blanc et couleur
Brahant amjlais
l'.olienue a mouches couleur
liandes-brudees anglaise
Toile a voile pour ijcelettes & pour cadre
i.alicot percale de lamllle
Tiqu blanc a barres pour Jupes
.N.uisouk noir anglais
Molleton blanc et couleur
loi ions Pivert assorties
lias a jouis
j.as Inanc demi-soie
Drill union anglais]
Salin foulard anglais double largeurl
Chapeaux feutre f.oraalino ete, etc. etc.
Toute personne dsirant se procurer l meilleure
articles de la place el aui meilleurs paix que partout
ailleurs se doit de laire ses emplettes la Maison H.
tilvera.
ftappaleZ-vous surtout qui la rputation de la maison
n'est plus taira pour ses articles d'importation au-
laise,
( ordonnerie
Krnest Camille
Grand'Rue N 1722 cte de la
Poste
km aux Sportmen
A l'occasion des grtfnds matchei
do. Foot-hall qui doivent avoir
lieu, et si vous voulu tre vain-
queurs
Prccurez-vous vos Souliers
Et vous, jenai poux, pour vos
lenniies clans leur tat in tres-
sant,
UNEBONMBPA RE DE
SANDALES
aaeaa
Trop faible
pour travailler
La vie courante des femmes n'est souv-nt
lu'un travail incessant. Combien plus ardue
-t ta tche quand des malau ticuliersa
rendent chaque mouvement pnible.
1 ix est drang et la vie est loin
d'tre gale. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lisez Ce Que Celte Femme Dit
Man/anl'lo, Oriente, Cuba." J'tais anmique et souf-
I rs de icc rgles. Ces douleur me foraient souvent
!.es do.ileuis, toujours dans le bas wntre,
'. quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomis-
sais souvent. J ai souffert de ce malaise pendant quatre ans
.le faire connaissance par l'entremise d'un fascicule
dt votto Compe Lydla I '.. Pinkham. Je
l'ai prise avec complte satisfaction et je tr.e fais un plaisir
de la inder a to uniss qui souffrent de
I Milan. Calle de Caridad,
ibSa
l*j femmes sour.rantm n Orraient pas foire d'nssals
iinn* dulvtut ioblttrr pour la
Composition \fegetale
L de Lydifi E. PinkKam
LYCMA E.P VMAM MI=liM CO. I.>T!. M- l.
c
l
I
c
es
a
tttt (VinFrilK Pharmacie F. Sjourn
Le Magistrat Communal
lljM.e 11- UCCUpHUU 'Its ItMIttiDg
rouiinunHux h &e prsenter au Bu*
reau tOUUnuosi, munis de leurs
litres {bail a laine, plan ti'arptnlaf
D?nne avis sa clientle et aux mdecins et au public qu'l! a
rsiisorai son Laboraoirro d'Ulogie eo un Laboratoi.e de
b'cloflie appliqu sous la Direction du
lir jHlcof et t. Sjourn
Le laboratoire es ouvert tou* les jours de 7 hre du malin C
dredis, de trois cinq heure
L'ort-au-Prince, le S Mars 192
itutrmtrttKu) les Mardis et Veu- o?ure3 du soir pour louies les recherches et analyses prvues dans
s'aoDOuc^ ci jointe, saut pour le
Was.taj-uiaaa et ia constante UreScrtorie\
BsTMkt rjes qa- le mtrdi d.i chi^aesjinaina.
^'alrj-^r ia Pharnacie pourle* reuidigQsaleQt5
ta il e i'jrines at Sucgistri]u3
Reiction de Wassermano
Biaction de Tnooulei,
Eiamen du sang et du pus, j
Examen d'n Twitrp fcale^) J^
xamen de eraehit
/Irfoummo rVttpr
Constaqie Ur/> Scrla're
Huusrtk h Smr.ihtea t Co de. *occ0qu8 etc, <&.
Paul Sals
AVOCAT
Reconireiusnis ConuLerciiai,
affaires l'Eiraoger.
Corresponaants a Washing
ton, New-York, Berlin,
Turin, Londres. Paria.
17e Rue HotfK 217,1 or>au-l rinm
Tfilph'one 597
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
119. liu Saint-Amoin*
l'AMIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
*B^ JUBB> 4
>>
a
JPOI*T- A^TT-II*XIO'SB
AluPCTRUS. Pharmacia ALBEKTINI
Pharmaola dvi D' Juatin VIaRU
0t lontaa laa bonnaa Pharmacia
Grand Htel de France
Angle des liu* Borne-lci $ du Quai
VIENT DE RECEVOIR
l'at de foie gras trulf. T.ivel de livre. Andouil-
lettes aux lentilles. Andouilles au saindoux. Jambon
en hotte.- Anchois l'huile. Sardines. >'aquerea\.
Thon,-Cassoulet -petits pois lins extra. Houdins, etc.
Vin Roug te nul ton b gds
Vin Blanc, le gallon 5 gds
L'Htel dbite par barriques et gallons dssmns de \
Bordeaux, fins de Champagne.
Cuisine excellente Chambres confortables Magai*
fique vue sur la mer.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM