<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN "l e'eel Il i e de la ra holici r, qu'apren Iroii ai nes d' u i|p i put conqurir use ujr-des do docteur en philosophe tt do tsu en Urologie. Arriv en II iili en l'it.', il i oecup suce ssiranenl !••• n iUi les pins in portants de 1' \r ebidioeM lecrtaira gnral (ie l'A heveeh, eur de lu cathdral < de l'ort au l'iince, et c > u i'in gnral. Partout il a I n les Ira • % %  es plus pro r ondes e sa p t, d son zta pour 'es 'mes et e son i voir fhire dans l'administra ion • ce prC-tre d'lite. Nos Tri '. er Fret . dsi n I l'piscopi' pa • l rare ensemble le ses qualit qu • Dieu avait p i i 1 n de toute tprnil • pour le diocte du Cai Haitien e qu'il nous envoie aujourd'hui. [\ u ensemble, prtres et fidles, D< US 1 ii r n Ion grce d'avoir don ••'. anous un ai le si ncessaire, et au diocse un pasteur si digne et un guide si sr. Parisiana Dimanche Ls Bjslivs de Paris ViGUEURMepuisl'enfanc jusqu' la vieillesse! C'est en cela que consiste le plus grand bonheur et la satisfaction de la vie. La protection de la sant est tres essentielle toutes les priodes de la vie, et toute poque il est indiscutablement vrai que l'Emulsion Scott produit de la vigueur et de l'nergie, et tant un aliment concentr, elle domine toute faiblesse et renouvelle les forces. L'Emulsion Scott protge votre sant, non seulement pendant l'enfance et la vieillesse, mais pour toute la oh. lie et 7e chapitres : Misre et Par Cable Le Martyre Entre G. 2 et & Nouvelles Etrangres L'Aire Thimoihe devant la C f mmission des Rclamations (SUITE FIN) Attendu que la responsabilit de eu lieu au Tort Libert : — qu'il ne l'EUt, en pareil cas, est conditionsaurait donc l'aire appel une dispo ... i par la faute de ses agents ; lltoa lgislative vote pour une comAttendu que l'Etat n'est pas en mune dtermine ; Tante si au cours de la rpression Attendu qu'en ce qui concern dune .'meute ou d'une Rvolution I. s dommages allgus pour dprda il ceuM des prjudices rsultant des lion de stock de campches aux lins opration! militaires,— | arce qu'a de permettre aux troupes du Gouv. r Ion eei prjudices ne so t que des nement d'clairer leurs postes et accident! que doivent subir les par leurs t.ivmiacsaiusi que pour rqui lies lses ; silions de valeurs en espces, ils peu Attendu qu'au contraire tous les vent avoir le caractre — s'ils sont dommages avant un caractre volon tablis — de prjudices volontaires taire,— e t contraires aux prioi pas qui engageraient la responsabilit de du droit des gens, tels qi e le vol, le l'Etat : pillage des biens des particuliers. < (tendu que le demandeur a avan l'incendie il maisons, la dvasta o dans son mmoire que sa maison tion des cultures, les rquisitions en prive, loin d'e voir t protge, a t nature ou espces, etc... doivent lui livre au pillage, sans indication de rester charges :— qu'en effet au responsabilit; eune disposition du droit public ne Par ces motifs, la Commission des saurait habiliter l'Etat donner les Rclamations, aprs en avoir dlib Liens privs des citoyens en priim r, dit que l'Etal n'est pas tenu de nun pissions des soldais ; rparer les dprdations commises Attendu que les pouvoirs publics au cours de guerre3 civiles par les M .n ci internatiooa Foi! Bill C'etl dsm ii i apr midi I res qu'aura lieu au match lieu Parc Lee m le le inter i itio ial de f'oot l'ail en Ira l'quipe du Crois-mr anglais Curlevv et l'quipe de l'I 8SH. Equipe de l'I SiH. — But: Michand Arrire : Williams, Lucien Rgnier. Demis : Cator, Il inreod, lihtpne, Avants : Cai I a >. P lui s oith, Pinson. Jean J i '|u s, Paul Chenet (cap Remplaant! : Appolon, Augustin, Arbitre : .loe Wulley, Juge de touche. Entre gnral : I Cour h voilure 1 gourde. Prosjiiil actuelle de la Frante compare la situa lion le I 11 A.-|eoottruclion financire de la Hongrie PAIRS Dans le Matin •>, M. M lurice Bokan iwslti, rappoihur g nral du budget, tudie la question conomique le la France compare n ce 1 le de 19to. R souligne uotam men' que les travaux de reconstruction de l'Alsace Lorraine sont termi ns j la situation des Si lonies pr sente les mmes aspects de progrs .tion, leur dveloppeme *e pour uit dans les mmes conditions ; la flotte marchande s'est largement ac crue ; de tout cela M. Maurice Itoka nowski conclut que la puissante e maintenir ou faire respecter la proprit prive, parce qu il subit lui mme une contrainte suprieure -a volont, le trsor public ne sau rail tre mis contribution pour r par. r les dgts commis par des for ces hostiles ; 8UR LES DOMMAGES ALLGUS: Attendu que, relativement la crae ce du demandeur, les procs verbaux dposs tmoignent qu l'exception de 00(1.000 livres de racines et de bches de cam pche dont une partie aurait t enleve Fort Libert, par les troupes gouvernementales, ealre le i janvier et le i fvrier 191V, et d'une valeur en espces rquisitionne, les prjudices relats sont dides effets Sa m hou r Port au Prince, le 8 Min I,/- Dernires nouvelles Par sans III 7 Mars MEXIOO— Sur un front de trente milita entra U station di Carmen et Pumisca les troupefdrales ont t dfaite* p:ir de II lluert. Le Gouvernement aric-up six tals et d'autres partiellement. PARIS. Dans une note au Comit des "Finanai le premier l'oincar H de' ir que s' I n ap trouve pas les mesures dciles pour l conomie et l' Augmentation des impts,le cabi ie! dposera sa dnnsion e itr %  les mains du Prsident Miller.m I. Washington Des pleinte* seront ,|.'p i C or F lral %  de Culi loi-iii i et de VVj > nias, d1 n m lant hsonulstion des biux pi-'S avec i. nMis e) i Jair L" ifl li e sera prs -nie.I •. iii I %  Gr.i i I .1 irj vers le 1er avril prochain Avis Lss Membres de liagatelle sont coa v, j i %  en attambl n |n nie le SIMI %  I s mars c l'irint, '< h U M du s iir, p > ir u n • MI u i |l utiou importante s-ii n'y %  p w l • m M "il • li ru nlon anr.t liu le li n niehi g la Grande llretagne, et lo comte lo niulogare pour 1 Italie. Autour du parti socialiste M Si ai. ministre de l'Ily^ine, vient d'adresser sa dmission de membre du parti socialiste. Le mi nislre rpond ainsi la mesure d'ex Olusion du parti dcrt par son co mit excutif contie deux ministres et plusieurs parlementaires q ii nvaiont vol en faveur des dcrets de lo! denianlis par le gouverne meut. Il afiirme dam M lettre de d mission sa solidarit pour 1 1 polili que gnrale de M.l'oincar. De son cote M. Albert Sarra t. miuistre des colonies qui, avec M. P ml Liltont, sous MCrt .ire des Po-lei et rlgraphes. fut frapp d'ostracli me pir le pirli radical, lof rme ces dejuirs q i il renon e briguer le renouvjie uent de son mandat de dput eu raisanl pari de cette d cisi >n au parti radias ,le ministre ex piime sa haute conliauce a M. Poin On ultimatum deH.foincar I l,i coiomisbion des lioancea (1(1 Sl'M.'ll PARIS— M. Poin tar rem "ri ia dmission el c le de NI collgue* , M. Milleiand -i li commission des finances du snat n'approuve pas les mesures fiscales telles qu'elles lurent adoptes par la chambre et n'iudi que pas qu'elle <--i prts les discu te r mardi, Tel est l'ultimatum que M. l'oincar a fait remettre a la com mis-ion des finani M I II suite de l'ultimatum de la commission des H nance. qui a annonc qu'elle aurait demain ou amedi une nouvelle en t-evue svas M. l'oincar el M De La-levrie atin d'essayer d'arriver un accord. Si l'a or 1 se fait les lois li cales seront soumises marli pro T ujours le problme des rparaliooa A.UIS— Les exper:s ont discut les moyens d'obtenir les rparations de l'Allemagne en dehors des recel les budgtaires duraut la priode n cessaire de la rcupration tinanci re. Le plan que le comit a en vue prvoit les mjyens d juilibrer le budget, mais il e*t peu probable que les recettes fourniront un excdent p MUT le compte des rparations pen lant les deux ou trois premires an nes. Dans leutourage du comit, on pense qu'il faut taire quelque chose pour donner satisfaction k h France au sujet d;s paie ments immdiats el coniinuel* au moins en marchandise*. Un a rpan du l'tranger le bruit que les ex perts n'avaient pas prvu les p uments allis dans le plan proposer a la commission des rparations et celte rumeur a soulev de ciitiques parmi les franais. in Haroe. Lo Quailiui'-ijoral tapagool est manac Le scandale lu ptrola prend de nouvellea propor rvolutionnaires ; Qu'il n'est pus davantage responsable des accidents survenus la pro pit et aux biens des particuliers par suite des oprations militaires or donnes pour la rpression ; Dit que le Trsor Public doit rpondre des dommages volontaires causs par la faute des Agents de l'Autorit agissant dans leur caractre politique, la condition que les rclamants n'aient pas pris parti dans la lutte en faveur des insurgs ; Itejetle la partie de la demande de Mr St Louis Ttiimothe base sur les prjudices imputables aux forces rvolutionnaires ; Ordonne, sans nullement prjudicier la dcision intervenir — une enqute sur les dgts commis par les autori ts ; Dit que le demandeur aura prouver : lo) les circonstances dans lesquelles ses deux stocks de campche auraient t utiliss pour les feux de de bivouac de l'anne ; 2o) l'tendue el la valeur des dgts commis par les troupes Gouver nementules ; 3oj la proportion des espces rquisitionnes par les agents du Gou vernsment, et 4o) les auteurs responsables du rectement imputables aux troupes r pillage de sa maison prive ; Dit que volutionnairtK : le lieu et la date de l'enqute seront Attendu qu'au sujet de ces prju fixs ultrieurement par une ordon di es. le rclamant %  invoqu le bn face d'une loi dcl'Adminh-tration du Gnral Oiin iiin.itu ; Leconte qui avait lix une certaine valeur pour les si ni-trs les troubles du Nord : qu'il afiirme, l'aide d'une lettre de (Abb Biquiau en date du '< dcembre 1911, que seule la publicit faite dans le temps autour de sa crance f:t cause que Monseigneur Me m bre de la Commission de rpartitions, lui en lit notifier le rejet ; ttendu que le dcret rvolutionna re du 10 aot et la loi du 2 aot (' %  '11: ainsi viss par Mr. St Louis Thimothe,— n'ont trait qu'aux vie limes des vnements de Uuanamin the : que les prjudices exposs dans le mmoire du uVmandeur et dans les procsveibiux 1 appui auraient nance de procdure qui sera notifie aux p.irties ; Dit que Mr. St Louis Thimothe produira la liste de ses t moins, de mme que l'Etat, s'il veut se rserver la contre enqute au plus tard le 20 mars prochain et que ces tmoins seront, en temps utile, con voqus la diligence lie la Commis sion. Donn de Nous Abel N. Lger, John S. Stanley, Ren Delage, Membres de la Commission des lt clama tio s, en sance publique au local de la Commission, ce 18 fvrier 19!i. Kn foi de quoi la minute de la pr s.mte sentence esl signe des susdits M mbres de la Commission. (S) Abel N L'EH, John S. STANLEY, Ren DELAGE LO.NDIIES— Le correspondait du i O.tily Express Tanger, dit qu ; le ri.ent combat au Maroc eu > Q me rsultat un sr.eux revers pour les troupes e-pa: noies. Les ligues espagnoles ont t rompues k li/ tiazzaat les Maroc fine continuent leur avance dans la dire;liou de Mi il u a quelque distance au sud de Me lilla o i se trouve le quartier gnral espagnol. %  Util'LTAH — 'es conmuuica lions tlgraphiques et tel -pli miquee entre Malaga el Algsiras ont t in terrompues pir sutle de la aoivellc non confirme du refus dsi troupes espagnoles I -'embarquer pour le Maroc. lions.— Dliai ach ru au Se uni WASHINGTONLai deux tl gramm Calvin Coolidge et adiess.s Me L'an, diteur compro mi-dan< le scandale des ptrohs ont t recueillis dans les lilets de la commission snatoriale d'enqut La premier si tlgrammes est slail i : l'recott est loin, avise/ Slemp ave: qui je confrerai. Si;n Calvin Coolidge. La Maison Blanche faudra le 1er magistrat du pays. La Maison ICancbe, qui avait d' binl dclar que ce UlffltflUM tait la rponse un lVgramme de tlicitations de Me Leau pour un dise >urs prononc par le prsident pmr le Lincoln Day , exprime qu'il l'agi! en rnlit d'une rponse & un tlgramme o Me Lean com plimente C > i'i !_•>• pour n'avoir point exig la dmission de Denby. La lec ture des deux tlgrammes et les promptes explications fournies par la Maison Manche ont dchan II d !-it le plus achain au snat ou le snateur Lodge l'est efforc de d I vu i I ; : r u pat^ M. Poiccir '>i|e LES COURS 7 Mais PARIS — Dollar Livre NEWYORK— Franc Livre sterling expliqua que C ranime se rap porte une question locale de pa Ironage du district de Colombie. Le deuxime message, dst du 18 .1 in r • %  -! i oinme suit : liera votre message. Voua rse toujours j plein d'gerd Mme Coolidge --joint 11 J,0o moi pour adresser Mme Me Lean 1 nos meilleures amitis. Calvin Coo 4,2837 lidge. La com nisaioo n itoriale des li nances a dcid d'obtenir immdiate ment le de la rsolution pro voquantune rduction de 2." o|o sur les taxes d. revenu p rsonnel pava bls cette anne aliq qu'elle puise sappliquer aux paiements du 1" mars. Pareille rsolution avait dj, t approuve par la chambre dans, le projet de loi sur le revenu mais :



PAGE 1

Li. HA IN cette loi DO saurait lie vote avant le 15 mars et lechefs de* diflrents partis estrent, par ic pus in .e cette rsolution commune, viter la ncessit d'oprer le renui.au s-e neet sur les premiers paiements qui de vaient maintenant et i e l;ut?.n entier. A l'Hpital Hatien Resure prven ?e OTTAWA— L'importation au Ca nada lu bel ni des Etatl Unis ;i • l interdite p.ir le gouvernement cana dien comme nouvelle protecl-.on on tre l'pidmie de livre aphteuse.Le gouvernement H aurai dfendu 1 im portatio:) de Californie, d'Obi et de Nevada, d foin, paille ou U>U lea mererjaadises emballes dans du foin ou de la paille. L<> procs le ajourn MUNICH—Le prw ureur Stenglein minisfre publie au prix es de Luden dorll a quitt l'audience et dclara qu'il ahandonnait l'.u nation sou assistant sous prtexte qu'il ne pour ra>t endurer d -avantage les insultes de l'avocat de a dfense llohl. L'as MSlADl d i lai i qu'il avait besoin d'un certain temps pour examiner l'affaire qui fut renvoye aujour d'hui. %  omine nous lavions annonc6, hier .i ou li n II un monie .'e la ri mise desdipluii>< i ; m [nfirait* ns de la clats; l9V, au nombre de dix. Ce sont nielles Frtncesci Bellevue, Resia Csar, Anne Dprir.', Clantlie Flix, dmence Guerrier, Antoinette Leepranoe, l. %  —, Reuiss adir Le rcpiss No 33 mis pur la Co nmitsioa Sambour en faveur les non n rMichel Urevil al Elu Ber trmod ssl adir, duplic.ilii devant lire dlivr. Por au Prime, la s m ira IM4 Mme Vva S. v^'Mllt. Un Microbe dangereux Le Strepiococu* tViridiams* est hmoiUique,(\ fil dire, qu'il fui saigner Us reucives. Compagnie Gnrale Transatlantique Le steamer Carabe parti le Lee rechefehss icieoliflqaes snlrepi pendant ras derti prs annes par les • %  i trw im dit le Unis oui i oi ; ii? i.. i. i M i'. %  loil iuti n 'i'" doivanl lotraerau proltt de l'humanit toul fran te. i a t i ! nvr que !<• Btn pt< i orus \ idriams, Is rnii n luhn olilique comme on l .i| | alla, -i'lo| dans las racini > d< i i. les uiiiVi-il^ili a, ilu tube intesti al, stc. De ces divers i oints il n avois s< loi ns aux anti i sr la \ois du sai.. Ci Im ci li al -"i bs d'aboi d, pois l< foula aux centre* oerveas 'i crbraux en | roduieanl i n ma logiquement il laul le supposer, des intoxications gnrales qui .-e Iraduili ni |ai CCI tain double D I U tal. ( as ligni i qui un n (U nt s'adrasK DI ceux il qui ne broasenl pas leurs deuts dans la crainte d'en bure MigDSf If -' civeUne gencive qui saigne s! une gencive malade. Le deoliste et l 'examen ba> logique diront la cai s de es saignement. Peut tre i udra l-il sa sttiibusr lu causs au Btn ptoci eus L'hygina de la bout lie observe jouroelti iin'ui pai l'i iag il' 1 eiiixir liei taire \.\ i i-l"> u du Dr W'aits <-i il aprs le Dr W, L1ND8, une mesur salutain pour viter la paore slviolairs >i la toxicit du Slreptucocns. A ces aoios il faudra sjoutei la brossage des deu %  avec la I N ma dentifrice ANTI-PY*U lu Dr Weits, dont le pouvoir aatiaeptiqua est udi rantiepoui la coutervatioa >le> aeets. J* de I,I \ le l'< lvrier e-l de l'Intrieur,.1 11 Kussell mut ,, u| ., ,,, ivme le t" eouranl Commissaire, S6. Mgr Conan. Au/. Manoir-, miniaire des Fi" naui'es, A. Leacoufiair. ministre d l'Instruction publique, Li c IJomiui |u '. m oistrede la Justice, Ludera dols^, Mi^is rat Communal Ed Polyoice, prfet. A[us la bndiction de Monaeijrneur l*Ar.:hevq i Ue aux nouvelles Infirmires, h ssratance.aur l'aimalile invitation d Mlle I own se rendit d.ms les g'andea s Iles occupes par le Service de la Maternit o dis ralraiGlissements lurent servis. RETENU: Bor attei du Il repartira le lendemain le son arrive pour Santiago de aila les poKs du sud et Petit Gova. De retour Port au I rince le 21 il repartira le mme joi r pour le Havre via les ports du Nord, Puerto Phtla et S.m Juan. Port au Prince, < Mars 1 V L'Agent E. IIOHKLIN habricant* lhe Anlidolor MFGC* Siringville NY. EllŒ Cz Demandez les taliantillons et les pri\-courants. Noua avons besoin d'Agents actifs en llaiti. Avis Avis O^JR.HLBli r i imiir •>tivii'iin wm *• *•• %  % %  ~^. —.— Le Chef de la G inHarmerie. le Cai, rai Me Doiiffil, Mr ei Mme Moora, Mr et Mme Marahald Mr el M nA air' fi i ivallnr, Mlle Claire I. ".rebours, Mme T Laleau, rneat Rigsu I, Conseiller d'E A Maasic, M iumus,le Pre Guets, le trre Hubert, conome & Saint* Louis de < ion/, igu %  les I lecteurs I) iminiqu %  Bu eau, Mose, b lau* couii de dunes amricaines. ou n IUI ni-'ltoria sous eu noire rade le II, pavitloi La il A SCerisK Au uuiuent p,-..,„. e itra M, SC.irlev battant liais. Les saluls d'usage ont gs entre le croiseur et ie douai. Rappalona que demain i ir i li< u m l'ai U" '•.!-• nu math fll'l (• Ulle quipe du boni et BB"OUM I liliau 1 suivant qu on le veri.i par l'avia [as r plus loin. Pu I N %  Le soussign, Monsieui l'lix Baker BOBOace au Commerce, aux minons de Itanque et au public sa gen rai qu'avant t ib-intress po uavoir traasoorli et cd ses droits la Bocceasioa Baker a M iil ,n.e Veuve Thodore Cleveland Ba< ker, cette deruiVe a -"eule pour elle et ses enfants BUOSOfS, la direihon %  t la proprit des affairas eoirniTciales de la maisoB Thodore B*ki tablie sur la Place de Port ai i iflCS. Elle a seule la signature el SB outre la maison r IBtioM SSlop il if commerciales sous !e m ne nom .. Tl.odore lia -er armais, il asl pr"n. i oor tout ce qui concerne ledits B Thodore B i ksi 'le i i ' directe ment Madame Veuve Thodore Baker Poil au Prince, la >• Mars 1921. F Ils BAKER • La sou n i. M idame Vi Thodore B sr, dcl ne au 11 nier ,.. Ma n i oni da B n |us • I tu BU s/nral qu'elle n ,i i %  e namen ailes >l %  soa f< u i-i ,n l.i mais 'u !; > Irr Cn ,.fi.n i; ikei • l ib is sui ci lie l lu dsire engager pour environ deux mois un propritaire de camiott FUHL), qui consentirait a hure le transport des denres de Si-Marc dans l'Aitiliomie et retour. U lanut i de Irt garantie I are des Ollres pOUT COQ litiona i OLOFFiON, LUCAS* Go, Clinui <)ieii-lieiiUsta Des Fseoitss as Moolral h.| | New York t de BoeSM Angle dea ituas Pas t ou ah a el du Ma^ikin Ue l'Llal|Con-ullatians e 6 lieures du| la.itiii a 8 lidurai du soir. U. F. Detz Company Jtei plus) grandi labricaaiU de boterufi tkoi lmon. uV ontier louraufitol les bnaux cl lanteiiios les plus connus en H.nti teti que : .-^ I IU i upaBBat: Mllas Mnigsl TTitin rlft QnpS 0|l JlMlP P 1 "" eo *** !" Is mme norn. sous n,..in ce: Mlle MsgBy. V 1 H, f. f[\ I dl II lUlltj '* le d. .ooM.gr/. es Mlle Denis Des Visa llllU UU 1 Uil UUl IIUUU s rmaaalai L-' Haijistrat Communal Invite t i occup iata des IsrraiBi inun Hiv a -• %  : i uiilei .>u Bui Lommusal, m .m leurs lilr ' ii dtrnm rtu ) les M u dis et V< dre ils, da Irais a cio i heur* s. l'ort-au i rince, la I stars 10 fti,s abonns et clients sont | de IM. a..Ire BOIS qu'ils ns il H %  lieu payer que cootrs reus impi %  mes et sigBs du Directeur du .lour Bal. Port au Priace — lu I I i.le ti Maral'^-t r--i emi "i i ,ni lasi n B iker, r prie m ; persooose, IBBI k I M nii qui onl dea n ti i ira : • • lora i ei de ,|W ''' i ouim i si qu ''n ri peuventpl uuemeat compter IUI et La b mas i n b BBS 'le la maison et d l -m psrsouoel leur d>uocr toaj Porlaa Prime, le 6 M ira 1914 MmeTbo. BAKER Fanaux pour la rue lunaux de police r.-inaux de pompiers pour chemina du fer Kanaux ave rflecteur Panaux pour vliferaleai Fanaux avec a|>rlique PanauS pour (.pu dieu Fanaux pour I aines etc, elr, etc. Pour commandei direclea t et raoiet^emenU.a'adraaatr aux maisons



PAGE 1

Lfi iCAll. T! i J <-J-. F du TF MANGET Pharmacie VV. BIJCH Mr pare* vos liqueur* avec les Es* n ces pour Liqueurs ; Anieettes, Crme de Cacao, Charireuse,Curaaofiin. u iu Sang '.tOt 1 Mai&d:?3 des Fermes Retour d'ge Etablissements Chntrtain ORAND8 PRIX • r Vx nnM* Hilii Colomhian Stoamship Company Inc. Tapeur diriq* par la Colombien Steamship Company pi ur compte de Uniicd Itates Sl>i|>|>iu<| Eaanl. Le si(^ mer Wofft levant des po ts Sud P*I a f f vndn Vort au P^nc.e te 8 Mv*s courant.U repartira le 9 pour ]\ew*York lia les porta du bord pre* rant frit $ passager. Le Bttttimr fcARTIMQOE ayant laiss New York le 1er ton* s cowant r&t atte:*uu l'on tu-Prince via, lus posls du iV > v d te S du co rs. Por au P*inc>,*ir 1924La Conscience Cordonnerie Ernest < amil.o Gran l'Hue N 1722 ct de la Poste Avs aux Sport mm A l'occasion de grandi matchea de Foot-lnll nui doivent avoir lieu, et si vous voulez lre vain-^ queurs Procurez-vous vos Souliers Kl vous jeunes poux, pour vos leium s dans leur tat intrt* mofi UNE BONNE PAIRE DE SANDALES ALUM1NUM LINE i\eiv-Orlcaiiset$oulu American Sleanipship C Inc. Prochains dparts directs pour PORT AU PJUSCK, B Ui l,e sUvme HA1AF a laisse IV uS Orient** le S Mars pour ro-ta -Pr ne fc ta ; II i ieo *ra ici e 1 1 avei MO ton Y es de ma ehi >di'f > Cabillo, La Quayra, Poin e >tre 9 b o rt de tranee, Briaaelow\ larbad s, rt of Spain, Trlnidad, Ue rgetown. toit &A i rince, le 7 tors 1924 A. de Malleis & Co Jhj nls gnraux Avis r •p rwoipua uoi(j(.nn I an^uag aiunefl '•oav.g s : UOOBJJ np xuj JWfc3 "•o^B^s & g-ei^f-^dSBasar-. L'extrieur du pneu racoiie l'Hisloire L'paisse couche du caoutci*uc et la supriorit' du mtiVn"! don! i laori<|ti le pneu Good^Tear, aaura un lonu service, IPS |.H'(i!..iid: canaux ri i bioci dont si compoae celle couverture 'xtrieure sonl des preuves palpables de sa qudrt anti-drajtanla, El, la laon donl le* oarreaux sonl attachs a leur basa explique sulli>::iimoiii, |i eomodite* ollrenl les automobiles qui en sonl quipes^ fous devez vous servir des nouveaui pneus fiood Tear, ils eouten' moins • |ii ; les sutred pneus la fin. V ,; ood Yr Cord Te We;t IsiJies T?adiii(j ( nr.s Pori-2 u-Prince Gonaves Gap-Uailieii



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE Clment Mayloire BOIS VERNA 1386 Rue Amerioalnt NUMERO <}0CENTlMEb Cvotidien FILE COPY v Columfcus Mameriel L PAN AMERICAN UNiON MAR 19 1024 Il v ;i di N jjeiis dune certaine toile ou d'un certain caractre avec qui il ne l.ini jamais ;c commettra, de qui Ion ne doit •e plaindre cpie le moins iju'il esi possible, ei contre uui il n'est pas mme permis (I avoir raison. La Bruyre 1ELBPB9NE No 24f 7roe ANNE N 515* PORT-AT-PBINCK (HUT1; SAMEDI 8 MARS 10* Ctmqrs des Icgniearset Architectes % /llpondan! l'aimable invitation le l'Ii -.in, m-. n Chef, BOUS suivons depuis hier les travaux du deuxime congrs annuel des Ingnieurs et Architectes do Gouvernement qui sa lient dans la tfrande salle de rception du rezde-chausse du Patois National. Le Congrs est ouvert par un discours de l'ingnieur en Chef, le Commandant A. L Parsons, qui, en termes heureux, expiique la pense qui l'a domin en provoquant ces congrs annuels celle de permettre aux Ingnieurs de mieux se connatre, S apprcier et cultiver entre eux un sentiment de mutuelle estime. Avant de souhaiter ses confrres hatiens qu'us continuent a perptuel les efforts laits pour l'or gamsation dfinitive d'une direction des Travaux Publics, Monsieur Parsons assure que son SOU* ci le plus grand durant son se* %  our en Hati a t d'lever le Corps des Ingnieurs du Gouvernement au plus haut degr passible, de faon a ce que ceux-ci puissent mriter la confiance et l'estime du (iouvernement et du N I ubhc i ii gnial . L'Architecte Mathon succde l'Ingnieur en Qui. En un langase clair, concis, celui-ci tous lait l'historique des Edifices Publics en liaili, depuis 17UU jusqu' nos jours. Succintement, il nous entretient dis constructions de l'Epoque coloniale, avec leurs tapes lus bas, leurs arcades en iaades, dont subsistent encore la vieille Cathdrale, e tmoin, dit-il, d'un pass glorieux, et le Bureau du Service Hydraulique, alors maison de Comte d'Enuery. Passant en revue les constructions riges aux poque** successives prcdant l'.15, l'Architecte Mathon lit justice tant l'activit qu' l'effort hatien. Le Palais des Ministres, la Posta, l'Imprimerie -Nationale, le March Valueres, l'Abattoir, la Douane, la Nouvelle Cathdrale, l'Asile des Alins, le Palais National, la Chambre des Dputs, Les Casernes Dessalines, le Lyce Ptioa le Tribunal de Pr< mire balance, le March du l'oste Marchand, l'Ecole Elie Dubois, l'Inspection Sco laire, etc., tmoignent nettement de cet eilort, de celte activit.pourluit si souvent en but aux dilliculls de toutes sorti s. Avec Ifel5, apparat l'assistance trangre. LesEJificeH Publics subissent une nouvelle impulsion, I ) s maisons d'Ecoles s'rigent un peu partout, l'Ans. ,i-\.\n!, ,i Leogane, aux Cayea, Jrmie et Purt-au-Pnnce, toutes amenas pour rpondre aux exigences du conlort moderne et le l'Hygine. D'autres constructions sont d lii s: la Loge du Grand Orient d'Hati, la Chapelle de l'Hospice Communal, le Tribunal de Paix de la Section Sud, etc. Pour Jiuir, l'Architecte Mathon rendit hommage a l*lm ut %  Iran ger et emn le vœu qu'avec l'aide de aenl nous arrivion raliser toutes Ls eut; uui doivent assurer s notre pas Je elUg qu'il aspire occuper dans }u kt'AUti lauUffti ica uuUuui '. L* caractre^original de la contreuce de Mr Mathon lut de retracer avec hali lel les divers pru Cds et types de constructions travers l'histoire hatienne. Li parole est & l'ingnieur Joseph Preira dont l'entretien roulera sur les nouveaux travaux de routes et ponts entrepris durant l'anne 1823. Un des soucis constants de la Direction Gnrale des Travaux Publics, en raison de l'importance que prennent dans rvolution des peuples les voies de communication, lut d doter le pays d'un rseau routier convenable, pouvant aider son dveloppement et a •eroilrg je bien t re j|.-s hmip -ns. Ce n'est pas sans mille difficults que les routes de Las-Cahobss-Hmche, Las-Caho >as Bellad* re, soit au total 7H Kilomtres, auront t menes bonne lin. La question du transport des matriaux et outils fut un des inconvnients les plus importants, lequel a t dans la suite surmont ar un se'vice de cainiom. 1,'iOo tonnes de chargement lurent transports par ce service. Ces routes ont t construite suivant la technique moderne.avec pentes et rampes faciles, smpier remenl et drainage mtho ligues. Elles ncessitrent une moyenne de lit) J travailleurs et coteront acheves P. or aoJ,000 dollars, soit environ P. or 6,01)0 le kilomtre. Plus de G. 130,000 ont t, durant l'anne coule rpanlues mensuellement parmi cette popu lation les Hauts Plateaux en dtresse et dont la misre rsulte des dsastreuses insurrections des Cacoa* L'Ingnieur Preira lait ressortir l'avantage conomique 11 I utilit indiscutable de ces rouli-s qui permettront l'exploitation des richesses forestires de ces rgions si longtemps m-, creront un contact rgulier et proli t ble de ces population^ r Lardes avec tes grau les villes de Portsu-Prince et des Gooaft La construction des cinq Ponts sur l'Ai iihomtv, la Rivire MontRouis, le Fera-Cheval, les Trois Rivires et la Rivire de Cavaillon, avec leurs cules en b m et ta* bliers en bois, compltent l'oeuvre du rseau routier sillonnant le pays. Mr Preira termi i • son rapport o toutes les questions sus-parles turent exposes avec nettet, en reconnu,nid.mi que la construction de la route Trouin Jac mel dont l'utihta est vidente et urgente soit au p'us tt mis excution, ainsi que elle de Gros Morne-Port le Paix. Ce lut le tour de I luguieu Georges Price Dans une sllocu tiou Brvi des travaux graphi |u si sxcuU par i Bureau ai lera pas le dessin d'artiste, o se joueront imbree et les teinti s, o les panoramas seront v, qus jusqu' nous donner l'illusion di nplir nos yeux de lu couleur et de beaut , ce sera au dessin linaire, du I • a qui r cherchera et m s usera les lignes, et %  < principalement ce tel que n ma M %  voyons pas . il co u prendra les persp Clives, \^< p.olils ; il sera un ensemhl %  de procdes, de co iventisjns, a essibles seulement aux techniciens. Des mo lles tfpe de dessin sont tablis pour les Constructions, la Topographie, i i "Transport de l'Energie Hectriqu >. Ai ces mod les € lypi , progrs incontestable, ce s T.i le lenl a :he minemenl vers < l'tablissement d'un ordre de construi ti m pour la Rpubli pie d'Hati . L • \ploitaiion du Service llgrapli qus et tlphonique d'Hati fora lit mttire d'une conleren •> %  d un style ais et malgr l'aridit for v du sujet, de [Ingnieur Lon Mn s. L'volution de nre syst ae tlgraphique sera suivie depuis 1893 j isqu' i nos jours. \ tus vc r ms re Rervice, cr, en vuo d'une exploita on commerciale, pricliter I nte m nt quand il deviendra instrument politique et militaire. Avec la lia des pi iodes d'a^ilalion et de lio ble, ctlui-ci repmiilrt un vi.ourenx essor, et sera une des branohaa importantes de rapport p >ur le Bec. bis recette* parement commerciales s'lveront pour l'exercise totaMi-aa & $ *I.UG. Le rseau comporte l.£30 Jd'omIret de lignes svae 4*1 poste*. Les ligues des Cayes-i'ortau Prince, Miragoas • Port au.Priaea, Goaalfst* Cap oit t a:nliores ou nltites ou sont en voie de rfaction Iin duokioai produites par dai causas diverses ont l rduitai 1 itaot que possible, et il est a esprer qaa daoi un avenir rapproch le trafic pourra l'yondre toutes les exigences du public. 1-e succs du tlphone automatique fort au l'rinc i %  i t i ;raa 1 que le nombre des tboaofl B aileint :i •: et plus de H0 demandes sont en souffrance, 1 1 natrial co aman l cette lin n'cluit pis ancora arriv. Lai amliorations urbaines ont fait l'objet d'un copieux rapport de l'Ingnieur F. A/or. Ce rapport embrasse l'Hydraulique, les li' es. Ponts et Egois. laa Parcs Publics, 'Ectairage Kcitrique el la Protection eontre l'Incendie. l/lngpieur A/or l'teod p| i longuement sur la qu lation by Irau i(tue dans les diffrentes vil el principalement l'on au l'n Les dbits moyens jour ta i la tour %  alimentant la G i ralue 16 1,00 i gallon. I quanlit d'eau lflil ni la c inom< m lion de la ville, n'l ti n • %  | le pillage et l ab dri appropries. Beau<-Mp de projets sont en voie d'excution ou a 1' de en vue de rpondre aux besoins de la population. I | juini et Lhaut d'Eau oui it ii^.uit le proi 6d modei it i ut que • l'eau jaillisse du sol ferme pour s'couter d mi des i m mi soaierrains . La Canal de l'I l rpar, I' q reeonstruil ft diffrents raervoirs rean: divers r^se "i\ h> Irauliq les des C lyes l'.-tiouv iii, ; el M : ont SU amliors, et, en lit n lent le captage de la So ou le la Hlvii re ; 1 1 Cap.Hailien fut pi de |a r i fi. !• %  pQurie -ivisisil par le forage d'une i de puits %  soatre 1 In \/ >r dil des essais hebdotaa I rao' da pompe cl rement et que les l'alimentation ont t jjrokmfes la '• i its F rta al \ la Grand'Kuc. l),' p| i-, de nouvelles bou b n d mles qu irtiei qui en son) %  'i" d Ipo irvus seront iaetall '• S VV. L. Mil in ili |Uei mil t • i .i' ; i i i\ M ireh is del Calh d de la H see Vallirse. Il en !" nll d • m n A ci i les p i lies de la ville ou d •* pulta Is i au le fon t n r pi m onl Aire ereuss, puits qui lourniio il l'eau de chsse n quise. I. p ml %  an I r dits de BlG< • 1 1 l i Dllj el de •> Turgeau %, seront agraa i on reconstruits en ma onnnarie, c ponl i, nvaa leur ( 1 1 pond ml p iaux n letoellea ivenj u I i, l'enlreli in des Hue. et Parci publics, un progrs seasi ble i l ralis i, avec la nouvelle le d'empierreca toi nu moyen as f eh i e isses, avec l'asphah •ag %  el la construction i\e des g .du, les Rues de le Capital • seront, i n, de l> I sapa t al • : di dlrioratioai rapides os1 ision i es pai m.s pluies torrentiel. I M Si 11 C rculatiOQ intensive des v %  li i .n • Cmsanc i 1 eau si las l ndi ne M m ont iuea l'eiasi retard i -n ml deaj ir li is Publies. Cependant, le petit square de la Place Sainte ^nne i t i iquette'i amnag et offre nn coup d mil sgrable. Des pr jets sont dre il ds que cals daeisadri I" 1 ibl '. il SITU u,ili m.un au 1 i np de Mars, h la Plac • Ions ainl t verture • %  ( I la Place Ption, i lin de l.di-.de ces lieux dasrtiquai il-M coins da verdure et d'ombrage atlru\ i n i lude complets du Systme d'irrigation d'un.' partie de la Plaine du Cul-de 11* i atteindre ivecdeei I ml .. i i,o0 i chaque mois. Les ii n'ont pea t des moins apprciablea. Durant l'anne coule le nombre di il. certaine moast 2 • li un ns. Plus de non pieds da bois poui ponts, al bon nombre de ras fureot i rp un Lavs .i de .i in, et ti set i m 'i 'um de I* ilde puis ri • n •• ni iiiMj i .t m i % %  dta pris, "-, Mr li. tas ou tu M IUI %  i Is Lel Us* HOUI, cietur. I dou lime ci dernire journe du Coi Le Ihi s du \ir Prie rail de la section de Coa su|talions de la Direction Gnrale 'I travaux Publics qu'il dirige de p oIinne I9J0 |uastiuns conli otiaosai d'un •' suasi vari q llical, se mal lip ni i li que i n, il tut jug utile d s Ijo n Ire ce rvi • un Conseil 1er Lgal, \lr Sevmour Pradel, dont. du Mi Prie, les nombreoaea et nies i on lullationa le placent au %  de loul 1 Bui %  de 11 aenltationa A sans le ion origin %  dans i,, ncessit qu'il v a eu pour la Direction Cn raie des travaux Publics de faire : tx| .i. n.. des aneiana Ing "" "' 11 architectes hatien| leur ii pi iy pour aider au rgle i d'anciennes affaires l r Price, looguemen al pourtant rec i e m ipd'origin t.''. parle da l' aboi l'interprlktion et de i application dea lois, i., M mu x ; i lai lion .lue l'iacompteaoa d< i' glal ileujs, .. leur inionnais sance de i des mots, antraiaa 11 ivenl a bien des mcomptes i. travaux ace un lis par a bai r.' m de consul) .h> ms s., muitiplee citons a i li isard; i elui .1 la prpara 1 IL mis rgissant I sys i i d.' irsnsni | ds diatri butl tns 11< ctriquaa pour les Ulea de Port an Prince 1 1 du Ca Hatien par un Arrt Prsid ta tiel. • bas Ing aieura i rchitetlss oat ensuite ren 11 visite o %  malin .m Se ire d*El il des rravaux Publics al m Prsident de la.Rpublique DM agape au menu copieux Ica runira Ir a Sea Side Inn; spiritueua al ehamp rid ira n eee liouunes K aves .pu depuis deux jours parlent d" 3 ol | | si arides Vails DIMANCHE 1 Grand gala avec Fascination H parties Kntree;: *2 gourdes. Balcon 3 gourdes D'uaa lettre p as to rais de M du Gap llutien annon geai sus lidli m diocse la n -u i Uoo de M lan i omms M)f m.,v,,; future surcession, nous eslrayoas i passages suivant lotieCoadjul n mm %  Monsei gaeui Jean Marie I m, est u en IS75 a Cl pai lias • le cedio de Vaoaes -i riens de loi, de nas si d'oeuvree, qui a roaroi aux mi-sions catholiques sur tous lep. uni-, du monda, de vaillmis sp il M Parmi ceux dl, i nombreux venus de es di toee an Hati, Mon ur J in sers Is sixime i rece i pli min !•• i i ... erdoce. Vpra de bru i : ,., |, e |it sminal re de Sainte Anne d'Auray, ou nous l'avions i ncontn 11 .q.pe.i comme tant 'i >i entra \{ dans 1 '-Htint .lac •i" ei i %  mioaire n I lui impo ii ns.noua mme, 1 %  mainp mi le pra ae pi. n „, MA siip.i |i,j | e riaient ulih qualit Pur I I i.glise l'envoya ren a snlaaiw traaesii a Hoia t mm


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06163
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, March 08, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06163

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
Clment Mayloire
BOIS VERNA
1386 Rue Amerioalnt
NUMERO <}0CENTlMEb
Cvotidien
FILE COPY v
Columfcus Mameriel L
PAN AMERICAN UNiON
MAR 19 1024
Il v ;i di n jjeiis dune certaine
toile ou d'un certain caractre
avec qui il ne l.ini jamais ;c
commettra, de qui Ion ne doit
e plaindre cpie le moins iju'il
esi possible, ei contre uui il
n'est pas mme permis (I avoir
raison. La Bruyre
1ELBPB9NE No 24f
7roe ANNE N 515*
PORT-AT-PBINCK (HUT1;
SAMEDI 8 MARS 10*
Ctmqrs des Icgniearset Architectes
?
/llpondan! l'aimable invita-
tion le l'Ii -.in, m-. n Chef, bous
suivons depuis hier les travaux
du deuxime congrs annuel des
Ingnieurs et Architectes do Gou-
vernement qui sa lient dans la
tfrande salle de rception du rez-
de-chausse du Patois National.
Le Congrs est ouvert par un
discours de l'ingnieur en Chef, le
Commandant A. L Parsons, qui,
en termes heureux, expiique la
pense qui l'a domin en provo-
quant ces congrs annuels celle
de permettre aux Ingnieurs de
mieux se connatre, S apprcier et
cultiver entre eux un sentiment
de mutuelle estime.
Avant de souhaiter ses confr-
res hatiens qu'us continuent a
perptuel les efforts laits pour l'or
gamsation dfinitive d'une direc-
tion des Travaux Publics, Mon-
sieur Parsons assure que son SOU*
ci le plus grand durant son se*
our en Hati a t d'lever le
Corps des Ingnieurs du Gouver-
nement au plus haut degr passi-
ble, de faon a ce que ceux-ci
puissent mriter la confiance et
l'estime du (iouvernement et duN
I ubhc i ii gnial .
L'Architecte Mathon succde
l'Ingnieur en Qui. En un lan-
gase clair, concis, celui-ci tous
lait l'historique des Edifices Pu-
blics en liaili, depuis 17UU jus-
qu' nos jours. Succintement, il
nous entretient dis constructions
de l'Epoque coloniale, avec leurs
tapes lus bas, leurs arcades en
iaades, dont subsistent encore la
vieille Cathdrale, e tmoin, dit-il,
d'un pass glorieux, et le Bureau
du Service Hydraulique, alors
maison de Comte d'Enuery.
Passant en revue les construc-
tions riges aux poque** succes-
sives prcdant l'.15, l'Architec-
te Mathon lit justice tant l'acti-
vit qu' l'effort hatien. Le Palais
des Ministres, la Posta, l'Impri-
merie -Nationale, le March Value-
res, l'Abattoir, la Douane, la Nou-
velle Cathdrale, l'Asile des Ali-
ns, le Palais National, la Cham-
bre des Dputs, Les Casernes
Dessalines, le Lyce Ptioa le
Tribunal de Pr< mire balance, le
March du l'oste Marchand, l'E-
cole Elie Dubois, l'Inspection Sco
laire, etc., tmoignent nettement
de cet eilort, de celte activit.pour-
luit si souvent en but aux dilli-
culls de toutes sorti s.
Avec Ifel5, apparat l'assistan-
ce trangre. LesEJificeH Publics
subissent une nouvelle impulsion,
I ) s maisons d'Ecoles s'rigent un
peu partout, l'Ans. ,i-\.\n!, ,i
Leogane, aux Cayea, Jrmie et
Purt-au-Pnnce, toutes amena-
s pour rpondre aux exigences
du conlort moderne et le l'Hy-
gine. D'autres constructions sont
d lii s: la Loge du Grand Orient
d'Hati, la Chapelle de l'Hospice
Communal, le Tribunal de Paix
de la Section Sud, etc.
Pour Jiuir, l'Architecte Mathon
rendit hommage a l*lm ut Iran
ger et emn le vu qu'avec l'aide
de aenl nous arrivion
raliser toutes Ls eut;
uui doivent assurer s notre pas
Je elUg qu'il aspire occuper dans
}u kt'AUti lauUffti ica uuUuui '.
L* caractre^original de la con-
treuce de Mr Mathon lut de re-
tracer avec hali lel les divers pru
Cds et types de constructions
travers l'histoire hatienne.
Li parole est & l'ingnieur Jo-
seph Preira dont l'entretien rou-
lera sur les nouveaux travaux de
routes et ponts entrepris durant
l'anne 1823.
Un des soucis constants de la
Direction Gnrale des Travaux
Publics, en raison de l'importan-
ce que prennent dans rvolution
des peuples les voies de commu-
nication, lut d doter le pays d'un
rseau routier convenable, pou-
vant aider son dveloppement et
a eroilrgje bien tre j|.-s hmip-ns.
Ce n'est pas sans mille difficul-
ts que les routes de Las-Caho-
bss-Hmche, Las-Caho >as Bellad*
re, soit au total 7H Kilomtres,
auront t menes bonne lin. La
question du transport des mat-
riaux et outils fut un des incon-
vnients les plus importants, le-
quel a t dans la suite surmont
ar un se'vice de cainiom.
1,'iOo tonnes de chargement lu-
rent transports par ce service.
Ces routes ont t construite
suivant la technique moderne.avec
pentes et rampes faciles, smpier
remenl et drainage mtho ligues.
Elles ncessitrent une moyenne
de lit) J travailleurs et coteront
acheves P. or aoJ,000 dollars,
soit environ P. or 6,01)0 le kilo-
mtre.
Plus de G. 130,000 ont t, du-
rant l'anne coule rpanlues
mensuellement parmi cette popu
lation les Hauts Plateaux en d-
tresse et dont la misre rsulte
des dsastreuses insurrections des
Cacoa*
L'Ingnieur Preira lait ressor-
tir l'avantage conomique 11 I uti-
lit indiscutable de ces rouli-s qui
permettront l'exploitation des ri-
chesses forestires de ces rgions
si longtemps m-, cre-
ront un contact rgulier et proli
t ble de ces population^ r Lardes
avec tes grau les villes de Port-
su-Prince et des Gooaft
La construction des cinq Ponts
sur l'Ai iihomtv, la Rivire Mont-
Rouis, le Fera-Cheval, les Trois
Rivires et la Rivire de Cavaillon,
avec leurs cules en b m et ta*
bliers en bois, compltent l'oeu-
vre du rseau routier sillonnant
le pays.
Mr Preira termi i son rapport
o toutes les questions sus-par-
les turent exposes avec nettet,
en reconnu,nid.mi que la cons-
truction de la route Trouin Jac
mel dont l'utihta est vidente et
urgente soit au p'us tt mis
excution, ainsi que elle de Gros
Morne-Port le Paix.
Ce lut le tour de I luguieu '
Georges Price Dans une sllocu
tiou Brvi
des travaux graphi |u si
sxcuU par i Bureau ai lera pas
le dessin d'artiste, o se joueront
imbree et les teinti s, o les
panoramas seront v, qus jusqu'
nous donner l'illusion di
nplir nos yeux de lu
couleur et de beaut , ce sera au
dessin linaire, du I a qui r -
cherchera et m s usera les lignes,
et < principalement ce tel que
n ma m voyons pas . il co u
prendra les persp Clives, \^< p.o-
lils ; il sera un ensemhl de pro-
cdes, de co iventisjns, a essibles
seulement aux techniciens.
Des mo lles tfpe de dessin
sont tablis pour les Construc-
tions, la Topographie, i i "Trans-
port de l'Energie Hectriqu >. Ai
ces mod les lypi , progrs in-
contestable, ce s T.i le lenl a :he
minemenl vers < l'tablissement
d'un ordre de construi ti m pour
la Rpubli pie d'Hati .
L \ploitaiion du Service llgra-
pli qus et tlphonique d'Hati fora
lit mttire d'une conleren > d un
style ais et malgr l'aridit
for v du sujet, de [Ingnieur Lon
Mn s.
L'volution de n- re syst ae tl-
graphique sera suivie depuis 1893
j isqu' i nos jours. \ tus vc r ms re
Rervice, cr, en vuo d'une exploi-
ta on commerciale, pricliter I nte
m nt quand il deviendra instrument
politique et militaire. Avec la lia
des pi iodes d'a^ilalion et de lio -
ble, ctlui-ci repmiilrt un vi.ou-
renx essor, et sera une des bran-
ohaa importantes de rapport p >ur le
Bec. bis recette* parement com-
merciales s'lveront pour l'exercise
totaMi-aa & $ *i.ug.
Le rseau comporte l.30 Jd'om-
Iret de lignes svae 4*1 poste*. Les
ligues des Cayes-i'ortau Prince, Mi-
ragoas Port au.Priaea, Goaalfst*
Cap oit t a:nliores ou nltites
ou sont en voie de rfaction I- in
duokioai produites par dai causas
diverses ont l rduitai 1 itaot que
possible, et il est a esprer qaa daoi
un avenir rapproch le trafic pourra
l'yondre toutes les exigences du
public.
1-e succs du tlphone automati-
que fort au l'rinc i i t i ;raa 1
que le nombre des tboaofl B aileint
:i : et plus de H0 demandes sont en
souffrance, 11 natrial co aman l
cette lin n'cluit pis ancora arriv.
Lai amliorations urbaines ont
fait l'objet d'un copieux rapport de
l'Ingnieur F. A/or. Ce rapport em-
brasse l'Hydraulique, les li' es. Ponts
et Egois. laa Parcs Publics, 'Ectai-
rage Kcitrique el la Protection eon-
tre l'Incendie.
l/lngpieur A/or l'teod p| i lon-
guement sur la qu lation by Irau i-
(tue dans les diffrentes vil el
principalement l'on au l'n
Les dbits moyens jour ta i la
tour '- alimentant la G i
ralue 16 1,00 i gallon. I
quanlit d'eau lflil ni la c inom<
m lion de la ville, n'l ti n | le
pillage et l ab dri
appropries. Beau<-Mp de projets
sont en voie d'excution ou a 1'
de en vue de rpondre aux besoins
de la population. I | juini
et Lhaut d'Eau oui it ii-
^.uit le proi 6d modei it i ut
que l'eau jaillisse du sol ferme
pour s'couter d mi des i m mi soa-
ierrains . La Canal de l'I
l rpar, I' q re-
eonstruil ft diffrents raervoirs re-
an:
divers r^se "i\ h> Irauliq les
des C lyes l'.-tiou- v iii,; el M :
ont SU amliors, et, en lit n lent
le captage de la So ou
le la Hlvii re ; 11 Cap.Hai-
lien fut pi de
|a _ri fi.! pQurie -ivis-
isil par le forage d'une i
de puits

soatre 1 In \/ >r dil
des essais hebdotaa I rao'
da pompe cl
rement et que les l'ali-
mentation ont t jjrokmfes la
' i its F rta al \ la Grand'-
Kuc. l),' p| i-, de nouvelles bou b n
d m- les qu irtiei qui en son)
'i" d Ipo irvus seront iaetall
' S VV. L. Mil in ili |Uei mil t
i .i'; i i i\ M ireh is del Calh
d de la H see Vallirse. Il en
!" nll d m n A ci i les p i lies de
la ville ou d * pulta Is i au le
fon t n r pi m onl Aire ereuss, puits
qui lourniio il l'eau de chsse n
quise.
I. p ml an I r dits de BlG<
11 l i Dllj el de > Turgeau %,
seront agraa i on reconstruits en
ma onnnarie, c ponl i, nvaa leur
('1"1 pond ml p i- aux n -
letoellea
ivenj u I i, l'enlreli in des Hue.
et Parci publics, un progrs seasi
ble i l ralis i, avec la nouvelle
le d'empierreca toi nu moyen
as f eh i e..... isses, avec l'asphah
ag el la construction i\e
des g .du, les Rues de le Capital
seront, i n, de l> I sapa t al
: di dlrioratioai rapides os-
1 ision i es pai m.s pluies torrentiel.
I M Si 11 C rculatiOQ intensive des
v li i .n
Cm- sanc i 1 eau si las l ndi
ne m m ont iuea l'eiasi retard
i -n ml deaj ir li is Publies.
Cependant, le petit square de la
Place Sainte ^nne i t i iquette-
'i amnag et offre nn coup
d mil sgrable. Des pr jets sont
dre il ds que cals daeisadri
I"1 ibl '. il situ u,i- li m.un au
1 i np de Mars, h la Plac Ions
ainl t.....verture ( I la Place Ption,
i lin de l.di-.- de ces lieux dasrtiquai
il-M coins da verdure et d'ombrage
atlru\ i n i -
lude complets du Systme
d'irrigation d'un.' partie de la Plai-
ne du Cul-de Blanehe fut faite par l'tnxnl
L i n- t.m. ait. En des paroles lu. -
n 11 lechnl [ue al i ii \ un si i
ol m '-.'lui ei montra I
is qu il j a de pousser a l'ir-
rigatiou de a is pi lin -s -i fertilee, et
ce soi.t l une de* basai incoulc-l.i-
bles du dve opp menl coaomiqoa
al agri oie en Hati. Celle da la m-
vire Bl loch site suivant l'art,
m ii | dress ), de-
vra Aire l'un des premiers projets s
Le : al ; larns da eeagrs
prend II : avi \n A.lphonae D
Gelui ci axa nin rapidement quel
quei un d m pi ibli net .-omplexes
s ixquels i iii lan-e lises la Bsrvioa
M teina ,-i Traneports,
*l "il i i des p| i- importants I il
l'aop visi innemeol ralionnel et r
et en m ii riaux des divi ;
bra n i i d la Direction G lorals
d l'rtvaix Public i
i non o
uit m ;
1 0 I da vei tes ; actuel
t ,u capital ^'est co ii l Ira
ici i i, |u> 11* i atteindre
ivecdeei
I ml .. i i,o0 i chaque mois.
Les ii n'ont pea
t des moins apprciablea. Durant
l'anne coule le nombre di
il. certaine moast
2 li un ns. Plus de non pieds da
bois poui ponts, al bon nombre de
ras fureot i rp un
Lavs .i de .i -
in, et ti set i m
'i 'u- m de I* ilde puis
ri n
"
ni iiiMj i .t
m i dta
pris,
"-, Mr li. tas ou
tu M iui ,
i Is Lel
Us* houi, cietur. I dou
lime ci dernire journe du Coi

Le Ihi s du \ir Prie
rail de la section de Coa
su|talions de la Direction Gnrale
'I travaux Publics qu'il dirige de
p o- I- inne I9J0
|uastiuns conli otiaosai d'un
' suasi vari q.....llical, se mal
lip ni i li que i n, il tut jug utile
d s Ijo n Ire ce rvi un Conseil
1er Lgal, \lr Sevmour Pradel, dont.
du Mi Prie, les nombreoaea et
nies i on lullationa le placent au
de loul
1 Bui " de 11 aenltationa A sans
le ion origin dans i,, ncessit
qu'il v a eu pour la Direction Cn
raie des travaux Publics de faire
: tx| .i. n.. des aneiana Ing
"" "' 11 architectes hatien- | leur
ii- pi iy pour aider au rgle
i d'anciennes affaires
l r Price, looguemen al pourtant
rec i e m ipd'origin t.''. parle da
l' aboi l'interprlktion et
de i application dea lois, i., M mu
x,; i lai lion .lue l'iacompteaoa
d< i' glal ileujs, .. leur inionnais
sance de i des mots, antraiaa
11 ivenl a bien des mcomptes
i. travaux ace un lis par a bai
r.'m de consul) .h>ms s., muitiplee
citons a i li isard; i elui .1 la prpara
1 il mis rgissant I sys
i i d.' irsnsni | ds diatri
butl tns 11< ctriquaa pour les Ulea de
Port an Prince 11 du Ca Hatien
par un Arrt Prsid ta
tiel.
*
bas Ing aieura i rchitetlss oat
ensuite ren 11 visite o malin .m Se
ire d*El il des rravaux Publics
al m Prsident de la.Rpublique Dm
agape au menu copieux Ica runira
Ir a Sea Side Inn; spiritueua al
ehamp rid ira n eee liouunes
K aves .pu depuis deux jours parlent
d"3 ol | | si arides
Vails
DIMANCHE1,
Grand gala avec
Fascination
H parties
Kntree;: *2 gourdes.
Balcon 3 gourdes
D'uaa lettre p as to rais de
M du Gap llutien annon
geai sus lidli m diocse la
n -u i Uoo de M lan i omms M)f
m- .,v,,; future surcession,
nous eslrayoas i passages sui-
vant
lotieCoadjul n mm '. Monsei
gaeui Jean Marie I m, est u en
IS75 a Cl pai lias le cedio
de Vaoaes -i riens de loi, de
nas si d'oeuvree, qui a roaroi
aux mi-sions catholiques sur tous
le- p.uni-, du monda, de vaillmis
sp il M Parmi ceux dl, i nombreux
venus de es di toee an Hati, Mon
ur J in sers Is sixime i rece
i pli min ! i i ... erdoce. Vpra
de bru i : ,., |,e|it sminal
re de Sainte Anne d'Auray, ou nous
l'avions i ncontn 11 .q.pe.i comme
tant 'i >i entra \{ dans
1 '-Htint .lac
i"ei- i mioaire
n I lui impo ii ns.noua mme,
1 - main- p mi le pra
ae pi. n , ma siip.i |i,j |e
riaient ulih qualit
Pur I I i.glise l'envoya
ren a snlaaiw traaesii a Hoia t
_____
mm


LE MATIN
"l e'eel Il i e de la ra
holici r, qu'apren Iroii ai nes d' u
i|p i put conqurir use ujr-des do
docteur en philosophe tt do tsu
en Urologie. Arriv en II iili en
l'it.', il i oecup suce ssiranenl !
n iUi les pins in portants de 1' \r
ebidioeM lecrtaira gnral (ie
l'A heveeh, eur de lu cathdral <
de l'ort au l'iince, et c > u i'- in
gnral. Partout il a I n les Ira
es plus prorondes e sa p t, d
son zta pour 'es 'mes et e son i
voir fhire dans l'administra ion
ce prC-tre d'lite. Nos Tri '. er
Fret . dsi n I l'piscopi' pa l
rare ensemble le ses qualit qu
Dieu avait p i i1 n de toute tprnil
pour le diocte du Cai Haitien e
qu'il nous envoie aujourd'hui. [\ u
ensemble, prtres et fidles, d< us
1 ii r n Ion grce d'avoir don '. a-
nous un ai le si ncessaire, et au
diocse un pasteur si digne et un
guide si sr.
Parisiana
Dimanche
Ls Bjslivs de Paris
ViGUEURMepuisl'enfanc
jusqu' la vieillesse!
C'est en cela que consiste le
plus grand bonheur et la satis-
faction de la vie.
La protection de la sant est
tres essentielle toutes les prio-
des de la vie, et toute poque
il est indiscutablement vrai que
l'Emulsion Scott
produit de la vigueur et de
l'nergie, et tant un aliment
concentr, elle domine toute fai-
blesse et renouvelle les forces.
L'Emulsion Scott protge
votre sant, non seulement
pendant l'enfance et la
vieillesse, mais pour
toute la oh.
lie et 7e chapitres :
Misre et
Par Cable
Le Martyre
Entre G. 2 et &
Nouvelles Etrangres
L'Aire Thimoihe devant
la Cf mmission des Rclamations
(SUITE FIN)
Attendu que la responsabilit de eu lieu au Tort Libert : qu'il ne
l'EUt, en pareil cas, est condition- saurait donc l'aire appel une dispo
... i par la faute de ses agents ; lltoa lgislative vote pour une com-
Attendu que l'Etat n'est pas en mune dtermine ;
Tante si au cours de la rpression Attendu qu'en ce qui concern
dune .'meute ou d'une Rvolution I. s dommages allgus pour dprda
il ceuM des prjudices rsultant des lion de stock de campches aux lins
opration! militaires, | arce qu'a de permettre aux troupes du Gouv. r
Ion eei prjudices ne so t que des nement d'clairer leurs postes et
accident! que doivent subir les par leurs t.ivmiacsaiusi que pour rqui
lies lses ; silions de valeurs en espces, ils peu
Attendu qu'au contraire tous les vent avoir le caractre s'ils sont
dommages avant un caractre volon tablis de prjudices volontaires
taire,et contraires aux prioi pas qui engageraient la responsabilit de
du droit des gens, tels qi e le vol, le l'Etat :
pillage des biens des particuliers. < (tendu que le demandeur a avan
l'incendie il maisons, la dvasta o dans son mmoire que sa maison
tion des cultures, les rquisitions en prive, loin d'e voir t protge, a t
nature ou espces, etc... doivent lui livre au pillage, sans indication de
rester charges : qu'en effet au responsabilit;
eune disposition du droit public ne Par ces motifs, la Commission des
saurait habiliter l'Etat - donner les Rclamations, aprs en avoir dlib
Liens privs des citoyens en priim r, dit que l'Etal n'est pas tenu de
nun pissions des soldais ; rparer les dprdations commises
Attendu que les pouvoirs publics au cours de guerre3 civiles par les
M .n
ci
internatiooa
Foi! Bill
C'etl dsm ii i apr midi I
res qu'aura lieu au
match
lieu
Parc Lee m le le
inter i itio ial de f'oot l'ail en
Ira l'quipe du Crois-mr anglais
Curlevv et l'quipe de l'I 8SH.
Equipe de l'I SiH. But: Michand
Arrire : Williams, Lucien Rgnier.
Demis : Cator, Il inreod, lihtpne,
Avants : Cai I a >. P lui s oith, Pin-
son. Jean J i '|u s, Paul Chenet (cap
Remplaant! : Appolon, Augustin,
Arbitre : .loe Wulley, Juge de tou-
che.
Entre gnral : I Cour h voilure
1 gourde.
Prosjiiil actuelle de la
Frante compare la situa
lion le I 11 A.-|eoottruc-
lion financire de la Hon-
grie
PAIRS Dans le Matin >, M.
M lurice Bokan iwslti, rappoihur g
nral du budget, tudie la question
conomique le la France compare
n ce1 le de 19to. R souligne uotam
men' que les travaux de reconstruc-
tion de l'Alsace Lorraine sont termi
ns j la situation des Si lonies pr
sente les mmes aspects de progrs
.tion, leur dveloppeme *e pour
uit dans les mmes conditions ; la
flotte marchande s'est largement ac
crue ; de tout cela M. Maurice Itoka
nowski conclut que la puissante la production de la France en 1923
fut grand-ment suprieure celle de
I018.L6 protocole de reconstruction
financiers de la Hongrie a t sign
lemorandum
Dans M -cm e d'hier la Commis
sion des Rclam liions ii drid de
surseoir, il partir de lundi 10 Mais
|92*,et jusqu' nouvel ordre a toute aujourd hui par les puissances "al-
MdiUon d'affaires, sfin de procder \\v,^, M.Gabriel Hanotaux signa
sa dcision sur une premire srie j,our \K Praoce.M. Robert Cecil pour
que les mesures lelifiei p u la cham
bra soient votes sans aucune inodi
li ilion par le snat.
Dans le rapport sur les dites me
sures, la commission des linsness
s'est prononce contre II elsuses
principales savoir : rduction des d
penses de l'clat par dcret des gou
vernements sans approbation du par
lement ; augmentation de 20 o,o des
impts et adoption du i-ysime des
coupons pour empch r les fraudes
par les dtenteurs de valeurs dans
le relev de leurs impts sur le rve
nu Le snat a vot par I II voix con
trei le iformeslectorales.Les uinn
bre du parti socialiste au nombre
de 140 environ n'ont pas pris part
au vote. M. Polacar a de nouveau
pose la q eslion de contiance ; dans
un vote prliminaires sur les m
mes mes ires le 21 Fvrier, M. Poin
car aviit obtenu 1)0 voix contre
134
de la Hp il lique l'ont si lien corn
pris que, outre les prcdents rele
vs dans le domaine diplomatique,
ils ont, en maintes occasions, v il
des indemnits ou secours au prdit
des Haitism victimes prcisment de
commotions politiques ;
Attendu que par contre l'Etat ne
saurait tre tenu des loris causs
autrui par les rvolutionnaires :
Attendu qu'une Rvolution con-ti
tue un cas fortuit ou de force ma
jeure ; que 1* ou le Gouvernement
rgulirement tabli est impuissant
>e maintenir ou faire respecter
la proprit prive, parce qu il subit
lui mme une contrainte suprieure
-a volont, le trsor public ne sau
rail tre mis contribution pour r
par. r les dgts commis par des for
ces hostiles ;
8UR LES DOMMAGES ALLGUS:
Attendu que, relativement la crae
ce du demandeur, les procs verbaux
dposs tmoignent qu l'exception
de 00(1.000 livres de racines et de
bches de cam pche dont une partie
aurait t enleve Fort Libert, par
les troupes gouvernementales, ealre
le i janvier et le i fvrier 191V, et
d'une valeur en espces rquisition-
ne, les prjudices relats sont di-
des effets Sa m hou r
Port au Prince, le 8 Min I,/-
Dernires nouvelles
Par sans III
7 Mars
MEXIOO Sur un front de trente
milita entra U station di Carmen et
Pumisca les troupe- fdrales ont
t dfaite* p:ir de II lluert. Le
Gouvernement aric-up six tals
et d'autres partiellement.
PARIS. Dans une note au Comit
des "Finanai le premier l'oincar
h de' ir que s' I n ap trouve pas les
mesures dciles pour l conomie et
l'Augmentation des impts,le cabi ie!
dposera sa dnnsion e itr les mains
du Prsident Miller.m I.
Washington Des pleinte* seront
,|.'p i C or F lral de Culi
loi-iii i et de VVj > nias, d1 n m lant
hsonulstion des biux pi-'S avec
i. nMis e) i Jair L" ifl li e sera
prs -nie.- I . iii I Gr.i i I .1 irj vers
le 1er avril prochain ,
Avis
Lss Membres de liagatelle sont coa
v, j i . en attambl n |n nie le
simi I s mars c l'irint, '< h U M
du s iir, p > ir u n mi u i |l utiou
importante
s-ii n'y p w l m m "il li ru
nlon anr.t liu le li n niehi g mois (n h tares du m iii i An i m
oi le 'i Mm n n lerail hm coostet
la iroisi "n i runion ss fers le lundi
10 courant, k 6 h tara du soir, et,
o inform Fmenl mi il il iti l'Ai
bl '. quel | i < ni 1 ni libre daS
mciiln i*s c itte derniers
r l'ii Ml, lr.iv n ri Vllah eui Mil .
i. msmbr n n il insta n nsnl
n-i.-. le restai i ei 11 11 ition
\Pi | i -'. miqu l foi i < il '! int
d<- li p N na il i importance.
f^rt au Piinco. le 7 mirs 1 y! >
la Grande llretagne, et lo comte lo
niulogare pour 1 Italie.
Autour du parti socialiste
M Si ai- ministre de l'Ily^ine,
vient d'adresser sa dmission de
membre du parti socialiste. Le mi
nislre rpond ainsi la mesure d'ex
Olusion du parti dcrt par son co
mit excutif contie deux ministres
et plusieurs parlementaires q ii
nvaiont vol en faveur des dcrets
de lo! denianlis par le gouverne
meut. Il afiirme dam M lettre de d
mission sa solidarit pour 11 polili
que gnrale de M.l'oincar. De son
cote M. Albert Sarra t. miuistre
des colonies qui, avec M. P ml Lil-
tont, sous MCrt .ire des Po-lei et
rlgraphes. fut frapp d'ostracli
me pir le pirli radical, lof rme ces
dejuirs q i il renon e briguer le
renouvjie uent de son mandat de
dput eu raisanl pari de cette d
cisi >n au parti radias ,le ministre ex
piime sa haute conliauce a M. Poin
On ultimatum deH.foincar
I l,i coiomisbion des lioancea
(1(1 Sl'M.'ll
PARIS M. Poin tar rem "ri ia
dmission el c le de NI collgue* ,
M. Milleiand -i li commission des
finances du snat n'approuve pas les
mesures fiscales telles qu'elles lurent
adoptes par la chambre et n'iudi
que pas qu'elle <--i prts les discu
te r mardi, Tel est l'ultimatum que
M. l'oincar a fait remettre a la com
mis-ion des finani M I II suite de
l'ultimatum de la commission des H
nance. qui a annonc qu'elle aurait
demain ou amedi une nouvelle en
t-evue svas M. l'oincar el M De
La-levrie atin d'essayer d'arriver
un accord. Si l'a or 1 se fait les lois
li cales seront soumises marli pro
T ujours le problme des
rparaliooa
' A.UIS Les exper:s ont discut
les moyens d'obtenir les rparations
de l'Allemagne en dehors des recel
les budgtaires duraut la priode n
cessaire de la rcupration tinanci
re. Le plan que le comit a en vue
prvoit les mjyens d juilibrer le
budget, mais il e*t peu probable que
les recettes fourniront un excdent
p MUT le compte des rparations pen
lant les deux ou trois premires an
nes. Dans leutourage du comit,
on pense qu'il faut taire quelque
chose pour donner satisfaction k
h France au sujet d;s paie
ments immdiats el coniinuel* au
moins en marchandise*. Un a rpan
du l'tranger le bruit que les ex
perts n'avaient pas prvu les p u-
ments allis dans le plan proposer
a la commission des rparations et
celte rumeur a soulev de ciitiques
parmi les franais.
in Haroe. Lo Quailiui'-ij-
oral tapagool est manac Le scandale lu ptrola
prend de nouvellea propor
rvolutionnaires ;
Qu'il n'est pus davantage respon-
sable des accidents survenus la pro
pit et aux biens des particuliers
par suite des oprations militaires or
donnes pour la rpression ; Dit que
le Trsor Public doit rpondre des
dommages volontaires causs par la
faute des Agents de l'Autorit agis-
sant dans leur caractre politique,
la condition que les rclamants n'aient
pas pris parti dans la lutte en faveur
des insurgs ; Itejetle la partie de la
demande de Mr St Louis Ttiimothe
base sur les prjudices imputables
aux forces rvolutionnaires ; Ordon-
ne, sans nullement prjudicier la
dcision intervenir une enqute
sur les dgts commis par les autori
ts ; Dit que le demandeur aura
prouver :
lo) les circonstances dans les-
quelles ses deux stocks de campche
auraient t utiliss pour les feux de
de bivouac de l'anne ;
2o) l'tendue el la valeur des d-
gts commis par les troupes Gouver
nementules ;
3oj la proportion des espces r-
quisitionnes par les agents du Gou
vernsment, et
4o) les auteurs responsables du
rectement imputables aux troupes r pillage de sa maison prive ; Dit que
volutionnairtK : le lieu et la date de l'enqute seront
Attendu qu'au sujet de ces prju fixs ultrieurement par une ordon
di es. le rclamant invoqu le bn
face d'une loi dcl'Adminh-tration du
Gnral Oiin iiin.itu ; Leconte qui
avait lix une certaine valeur pour
les si ni-trs les troubles du Nord :
qu'il afiirme, l'aide d'une lettre de
(Abb Biquiau en date du '< d-
cembre 1911, que seule la publicit
faite dans le temps autour de sa cr-
ance f:t cause que Monseigneur Me m
bre de la Commission de rpartitions,
lui en lit notifier le rejet ;
ttendu que le dcret rvolution-
na re du 10 aot et la loi du 2 aot
(''11: ainsi viss par Mr. St Louis
Thimothe, n'ont trait qu'aux vie
limes des vnements de Uuanamin
the : que les prjudices exposs dans
le mmoire du uVmandeur et dans
les procsveibiux 1 appui auraient
nance de procdure qui sera notifie
aux p.irties ; Dit que Mr. St Louis
Thimothe produira la liste de ses t
moins, de mme que l'Etat, s'il veut
se rserver la contre enqute au plus
tard le 20 mars prochain et que ces
tmoins seront, en temps utile, con
voqus la diligence lie la Commis
sion.
Donn de Nous Abel N. Lger,
John S. Stanley, Ren Delage, Mem-
bres de la Commission des lt clama
tio s, en sance publique au local
de la Commission, ce 18 fvrier 19!i.
Kn foi de quoi la minute de la pr
s.mte sentence esl signe des susdits
M mbres de la Commission.
(S) Abel N L'EH,
John S. STANLEY,
Ren DELAGE
LO.NDIIES Le correspondait du
i O.tily Express Tanger, dit qu ;
le ri.ent combat au Maroc eu > q
me rsultat un sr.eux revers pour
les troupes e-pa:noies. Les ligues
espagnoles ont t rompues k li/
tiazzaat les Maroc fine continuent
leur avance dans la dire;liou de Mi
il u a quelque distance au sud de Me
lilla o i se trouve le quartier gnral
espagnol.
Util'LTAH 'es conmuuica
lions tlgraphiques et tel -pli miquee
entre Malaga el Algsiras ont t in
terrompues pir sutle de la aoivellc
non confirme du refus dsi troupes
espagnoles I -'embarquer pour le
Maroc.
lions. Dliai ach ru au
Se uni
WASHINGTON- Lai deux tl
gramm Calvin Coolidge et
adiess.s Me L'an, diteur compro
mi-dan< le scandale des ptrohs
ont t recueillis dans les lilets de la
commission snatoriale d'enqut La
premier si tlgrammes est slail
i : l'recott est loin, avise/
Slemp ave: qui je confrerai. Si;n
Calvin Coolidge. La Maison Blanche faudra le 1er magistrat du pays.
La Maison ICancbe, qui avait d'
binl dclar que ce UlffltflUM
tait la rponse un lVgramme
de tlicitations de Me Leau pour un
dise >urs prononc par le prsident
pmr le Lincoln Day , exprime
qu'il l'agi! en rnlit d'une rponse
& un tlgramme o Me Lean com
plimente C > i'i !_> pour n'avoir point
exig la dmission de Denby. La lec
ture des deux tlgrammes et les
promptes explications fournies par
la Maison Manche ont dchan II
d !-it le plus achain au snat ou le
snateur Lodge l'est efforc de d
I vu i I ; :r u pat^ M. Poiccir '>i|e
LES COURS
7 Mais
PARIS Dollar
Livre
NEWYORK Franc
Livre sterling
expliqua que C ranime se rap
porte une question locale de pa
Ironage du district de Colombie. Le
deuxime message, dst du 18 .1 in
r -! i oinme suit : liera votre
message. Voua rse toujours
j plein d'gerd Mme Coolidge --joint
11 J,0o moi pour adresser Mme Me Lean
1 nos meilleures amitis. Calvin Coo
4,2837 lidge.
La com nisaioo n itoriale des li
nances a dcid d'obtenir immdiate
ment le de la rsolution pro
voquantune rduction de 2." o|o sur
les taxes d. revenu p rsonnel pava
bls cette anne aliq qu'elle puise
sappliquer aux paiements du 1"
mars. Pareille rsolution avait dj,
t approuve par la chambre dans,
le projet de loi sur le revenu mais
:


Li. HA IN
cette loi do saurait lie vote avant
le 15 mars et lechefs de* diflrents
partis estrent, par ic pus in .e
cette rsolution commune, viter la
ncessit d'oprer le renui.au s-e neet
sur les premiers paiements qui de
vaient maintenant et i e l;ut?.n en-
tier.
A l'Hpital Hatien
Resure prven ?e
OTTAWA L'importation au Ca
nada lu bel ni des Etatl Unis ;i l
interdite p.ir le gouvernement cana
dien comme nouvelle protecl-.on on
tre l'pidmie de livre aphteuse.Le
gouvernement h aurai dfendu 1 im
portatio:) de Californie, d'Obi
et de Nevada, d foin, paille ou U>U
lea mererjaadises emballes dans du
foin ou de la paille.
L<> procs le
ajourn
MUNICHLe prw ureur Stenglein
minisfre publie au prix es de Luden
dorll a quitt l'audience et dclara
qu'il ahandonnait l'.u. nation sou
assistant sous prtexte qu'il ne pour
ra>t endurer d-avantage les insultes
de l'avocat de a dfense llohl. L'as
MSlADl d i lai i qu'il avait besoin
d'un certain temps pour examiner
l'affaire qui fut renvoye aujour
d'hui.
'omine nous lavions annonc6,
hier .i ou li n II un monie .'e la
ri mise desdipluii>< i ; m [nfirait*
ns de la clats; l9V, au nombre
de dix.
Ce sont nielles Frtncesci Bel-
levue, Resia Csar, Anne Dpr-
ir.', Clantlie Flix, dmence
Guerrier, Antoinette Leepranoe,
l. J anne fctassac* Lea Prpetit.
La lete dbuta par an speech
Lien tourn le la ilirectrice de la
Section dea Intirnrires, Mias
HownAvu: un accent mi-anglaia
Ludendorll ?"?^ ,f^JS-^S?
a entendrai -Ile remercia lassis-
tance d'tre venue auasi nombreu-
m1, ce qui atteste de son intrt
pour retti- uvra nolili- entre tou
tes et qui au cours dea calami-
ts qui dsoleat quelquefoia le
Bai Ml
a
Lundi soir, le quartier de Bolosse
a connu pour la premire foi* un de
cea plaisirs si coutumiers dans le
inonde : Un bal dguis ..
En eflet, ds 7 heure-, des traves
ti superbes aux couleur-, varies ra
vissaient la petite monte de la 2me
avenue de Bolo se. Des arlequins les
tes, des clowns aux paroles aima
bls pour chacun, des Pierrots aux
manires dgages et dsopilantes
faisan nt la joie des ans et leur ai
i,i liaient un sourire qui trahissait
leur joie dantan aux poques cerna
v.'|i'.-i|uts. Les salles du local provi
soire dcores par les Conseillres et
quelques unes des habitues du cer
cle. offraient un spectacle vraiment
rivissant. Dcidais, des braiKh"-
de Palmiers des Indes, des fleurs et
des touilles vertes. Des guirlandes
multicolores justifiaient le talent des
doigts qui les avaient confectionnes
et places si bien qu'on pouvai'
tvoir l'illusion d'tre dans un nid
de fleurs et de verdure maill de
points d'or.
On dansa au son d'une musique
tantt douce et harmonieuse, tantt
endiable : et le plaisir dura toute
la nuit.
On se spara le mur content de
ce vrai rgal mondain emportant de
cette association naissante l'impres
sion d'un groupe de jeune gens
I.. iil< voluer et a faire poque
tt de lems prdeo ssi urs*
Notons, pour finir, le tact que le
conseil d'administration a empov
pour revoir ses invites et garantir
une iatiigue|(ine et bons masques qui. do reste s'y
donnrent i cosor joie jusqu' lap
j roche du jour.
.Nous saluons Pe-pril de solidarit
qui asiate entre l'nergique et 1er) il I
Prsident et i.' eouseil as discipline
et nous formons le van de prompte
prosprit pour le "Souriie14. Il ne
si rat) pai meuisis de foir se repe
1er plus frquemment ces sortes
de distrac ions -aines empreintes
d'une si grande courtoiais al d'une
politesse eiquise.ea si bonne sompa
Cil kh en passant quel |Ms dgui
lements vraiment notoires.
Lut marquise ( Mlle vi M i* .
u,,.. fille Mail* b Lebl u e
I. ibmiennei Mlles Doug, J eph )
Ji s (iuadeloi
Alphonse. I
Des ilan-i n
donne, Mils B. Dsnia Parat. Lue
batelire Vile A. luguslin. I D<
Mr Gabv, iVolbenliel Des < ndeu de fleurs Ml s Uolhentisl. I ne nuit
nie Mlle Quilbsad, lea c tuteurs
.,,, iroonet et une
lilletls stc. Parmi les II '"
mini de Marine Hatienne F. al i
nigit. Satan, Chr. CoicoB.Ufl diseur
d'aventure, U. Ros mon I I o m
11. i; .ser. Un intendant du XI\ si
de, a! leidora. i h Boi,Big
Laforast; las couleurs franaiaa, Jar
bathe. etc. etc, etc.
fou nos eonulisnta
inonde rend tant de services inap
prciables. Chaque l'ois que des
energiea se dtournant des atti-
rances du inon-le. se vouent ce
sicerdoce, elles nVritent l'eucou-
ragemenl gnral.
Le mitiitre de l'Intrieur au
no;n du Prsident de la Rpubli-
que, qui pour raison de suite n'a
pu tmoigner de sa prsence, et en
celui du Kouv- moment tout entier,
montra le grand intrt de l' )) dans le dveloppement de cette
noltli' institution qui est une at-
testation vivantedu progrs r dj
Toutes I s f us que l'occasion s'ol-
frira au Gouvernement pour ap-
porter son appui et son concouis
cette M uvre ne saire, il ne
manquera jamais son d ivotr.
Pu -, aux sum d'une marcha
entrain i.-le excute par la musi-
que du Palais, les nouvelles infir-
mires dfilrent et reurent tour
tour leur diplme des mains de
Mlle Down, L Thart ministre
UNE BOITE '
VRITAOLL3
PASTILLES
iVALDfl
bien employe, utilise propos
PRSERVERA
vjtre Gorge, vos Bronches,
vos Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influenza,
Asthme. Emphysme, etc.
MAIS SURTOUT
BZIOBZ i IKN
LES VERITABLES
I Pastilles LDAl
M ii. ..nient
en BOITES
portant le nom
Las Pastille VALDA e#m en faats:
Pharmacie CsBtralc d'Hati, Plnrraa
cie Bovrraioe H ' u Prin .l'har
marie Brutus Jrmie el toutes
pharmacies.
> ------------------------------------------------------------ ,
Reuiss adir
Le rcpiss No 33 mis pur la
Co nmitsioa Sambour en faveur les
non n r- Michel Urevil al Elu Ber
trmod ssl adir, duplic.ilii devant
lire dlivr.
Por au Prime, la s m ira IM4
Mme Vva S. v^'Mllt.
Un Microbe dangereux
Le Strepiococu* tViridiams* est hmo-
iUique,(\ fil dire, qu'il fui saigner
Us reucives.
Compagnie Gnrale
Transatlantique
Le steamer Carabe parti le
Lee rechefehss icieoliflqaes snlrepi
pendant ras derti prs annes par les i -
trw im dit le Unis oui i oi
; ii- ? i.. i. i m i'. loil iuti n 'i'" doi-
vanl lotraerau proltt de l'humanit toul
fran te.
i a t i ! nvr que !< Btn pt< i orus \ i-
driams, Is rnii n lu- hn olilique comme on
l .i| | alla, -i'- lo| dans las racini >
d< i i. les uiiiVi-il^ili a, ilu tube intesti al,
stc.
De ces divers i oints il n avois s< loi
ns aux anti i sr la \ois du sai..
Ci Im ci li al -"i bs d'aboi d, pois l<
foula aux centre* oerveas 'i crbraux
en | roduieanl i n ma logiquement il laul
le supposer, des intoxications gnrales
qui .-e Iraduili ni |ai CCI tain double D I U
tal.
( as ligni i qui un n (U nt s'adrasK dI
ceux il qui ne broasenl pas leurs deuts
dans la crainte d'en bure MigDSf If -' "
cive-
Une gencive qui saigne s! une gencive
malade. Le deoliste et l'examen ba>
logique diront la cai s de es saignement.
Peut tre i udra l-il sa sttiibusr lu causs
au Btn ptoci eus '
L'hygina de la bout lie observe jour-
oelti iin'ui pai l'i iag il' 1 eiiixir liei taire
\.\ i i-l"> u du Dr W'aits <-i il aprs le
Dr W, L1ND8, une mesur salutain pour
viter la paore slviolairs >i la toxicit
du Slreptucocns. A ces aoios il faudra
sjoutei la brossage des deu avec la I n
ma dentifrice ANTI-PY*U lu Dr Weits,
dont le pouvoir aatiaeptiqua est udi
rantiepoui la coutervatioa >le> aeets.
J*
de i,i\ le l'< lvrier e-l
de l'Intrieur,.1 11 Kussell mut ,,u|., ,,, ivme le t" eouranl
Commissaire, S- 6. Mgr Conan.
Au/. Manoir-, miniaire des Fi"
naui'es, A. Leacoufiair. ministre
d l'Instruction publique, Li c
IJomiui |u '. m oistrede la Justice,
Ludera dols^, Mi^is rat Commu-
nal Ed Polyoice, prfet.
A[us la bndiction de Mon-
aeijrneur l*Ar.:hevqiUe aux nou-
velles Infirmires, h ssratance.aur
l'aimalile invitation d Mlle I own
se rendit d.ms les g'andea s Iles
occupes par le Service de la Ma-
ternit o dis ralraiGlissements
lurent servis.
Retenu:
Bor
attei du
Il repartira le lendemain le son
arrive pour Santiago de aila les
poKs du sud et Petit Gova.
De retour Port au I rince le 21
il repartira le mme joi r pour le
Havre via les ports du Nord, Puerto
Phtla et S.m Juan.
Port au Prince, < Mars 1 V
L'Agent E. IIOHKLIN
habricant*
lhe Anlidolor MFGC*
Siringville NY. Ell Cz
Demandez les taliantillons et les pri\-courants. Noua
avons besoin d'Agents actifs en llaiti.
Avis
Avis O^JR.HLBli
r i imiir >tivii'iin wm * * ~^..
Le Chef de la G inHarmerie. le
Cai, rai Me Doiiffil, Mr ei Mme
Moora, Mr et Mme Marahald Mr
el M n- A air' fi i ivallnr, Mlle
Claire I.".rebours, Mme T Laleau,
rneat Rigsu I, Conseiller d'E
A Maasic, M iumus,le Pre Guets,
le trre Hubert, conome & Saint*
Louis de < ion/, igu , les I lecteurs
I) iminiqu , Bu eau, Mose, b lau*
couii de dunes amricaines.
ou n IUI ni-'ltoria sous
eu noire rade le II,
pavitloi
La il A S- CerisK
Au uuiuent
p,-..,. e itra
M, S- C.irlev battant
liais.
Les saluls d'usage ont
gs entre le croiseur et ie
douai.
Rappalona que demain i ir i li< u m
l'ai U" '.!- nu math fll'l ( Ulle
quipe du boni et bb"oum i liliau1 .
suivant qu on le veri.i par l'avia
[as r plus loin.
Pu
I N
Le soussign, Monsieui l'lix Ba-
ker BOBOace au Commerce, aux
minons de Itanque et au public sa
gen rai qu'avant t ib-intress
po u- avoir traasoorli et cd ses
droits la Bocceasioa Baker a M i-
il ,n.e Veuve Thodore Cleveland Ba<
ker, cette deruiVe a -"eule pour elle
et ses enfants BUOSOfS, la direihon
t la proprit des affairas eoirniT-
ciales de la maisoB Thodore B*ki
tablie sur la Place de Port ai i iflCS.
Elle a seule la signature el SB ou-
tre la maison r IBtioM SSlop il if
commerciales sous !e m ne nom
.. Tl.odore lia -er
armais, il asl pr"n. i oor tout
ce qui concerne ledits B Tho-
dore B i ksi 'le i i directe
ment Madame Veuve Thodore
Baker
Poil au Prince, la > Mars 1921.
F Ils BAKER

La sou n i. M idame Vi
Thodore B sr, dcl ne au 11
nier,.. Ma n i oni da B n |us I tu
bu s/nral qu'elle n
,i i e namen ailes >l soa f< u
i-i ,n l.i mais 'u !;> Irr
Cn ,.fi.n i; ikei l ib is sui ci lie
l lu dsire engager pour environ
deux mois un propritaire de ca-
miott FUHL), qui consentirait a
hure le transport des denres de
Si-Marc dans l'Aitiliomie et re-
tour. U lanut i de Irt garantie
I are des Ollres pOUT COQ li-
tiona i
OLOFFiON, LUCAS* Go,
Clinui <)ieii-lieiiUsta
Des Fseoitss as Moolral h.| |
New York t de BoeSM ,
Angle dea ituas Pastouaha el du ,
Ma^ikin Ue l'Llal-
|Con-ullatians e 6 lieures du|
la.itiii a 8 lidurai du soir.
U. F. Detz Company
Jtei plus) grandi labricaaiU de boterufi tkoi l- mon.
uV ontier louraufitol les bnaux cl lanteiiios les plus
connus en H.nti teti que : .-^
IIU i
upaBBat: Mllas Mnigsl TTitin rlft QnpS 0|l JlMlP P1 "" eo*** Is mme norn. sous
n,..in ce: Mlle MsgBy. V1 H, f. f[\ I dl II lUlltj '* le d. .ooM.gr/.
es Mlle Denis Des Visa llllU UU 1 Uil UUl IIUUU s. rmaaalai
L-' Haijistrat Communal
Invite t i occup iata des IsrraiBi
inun Hiv a - : i uiilei .>u Bu-
i Lommusal, m .m leurs
lilr '
ii dtrnm rtu ) les M u dis et V<
dre ils, da Irais a cio i heur* s.
l'ort-au i rince, la I stars 10
fti,s abonns et clients sont |
de im.a..Ire boIs qu'ils ns il H
lieu payer que cootrs reus impi
mes et sigBs du Directeur du .lour
Bal.
Port au Priace
.
lu I
I
i.le ti Maral'^-t
* r-- --
i emi "i
i
,ni lasi n B iker,
' r prie m
, ; persooose, IbbI k I
M nii qui onl dea n ti i
ira : lora
i ei de ,|W'''
i oui- m i si qu ''n ri
peuventpl uuemeat compter iui
et La b mas i n b bbs 'le
la maison et d l -m psrsouoel
leur d>uocr toaj
Porlaa Prime, le 6 M ira 1914
MmeTbo. BAKER
Fanaux pour la rue
lunaux de police
r.-inaux de pompiers
pour chemina du fer
Kanaux ave rflecteur
Panaux pour vliferaleai
Fanaux avec a|>rlique
PanauS pour (.pu dieu
Fanaux pour I aines
etc, elr, etc.
Pour commandei direcleatet raoiet^emenU.a'adraaatr
aux maisons Poil -:iii- Pi in*.
Toujours -ti stocks : Taaaui fictor, fcoul lanternes
;i verres Je rechange.
PRBETZM :1*N- HGElUiOLB
Uvtirul ge t
Bue du Quai Fort au i rince

.-
#>
-


Lfi iCAll.
T!
i j <-j-.
F du
TF MANGET
Pharmacie VV. BIJCH
m-rpare* vos liqueur* avec les Es* n
ces pour Liqueurs ; Anieettes, Crme
de Cacao, Charireuse,Curaaofiin.

u iu Sang
'.tOt
1
.
Mai&d:?3 des Fermes
Retour d'ge
Etablissements Chntrtain
ORAND8 PRIX
r Vx *"



:
-
i
aillai.
me, insomnus, vertiges, sciatiqus,
iumbugos, migraines).
Chet la femme il rgularise la e!r-
eulation du rang, facilite les po-
que, prpare la forraulion et
les malaise* de Tige critique. Il
clalrclt le teint et assure la beaut
de la peau.
n constitue un excellent traifmcnt
de l'arterio-sclcrose en abaissant la
tension urtsrlelle. en diminuant lit
-lscoiit.* ci'iguiii et eu facilitant le
travail de reins.
m~j - "ronrnraf
.'X2.-.,' T'i/r.rr'
Serge faillont Consiqnataiiv> nnM* Hilii
Colomhian Stoamship
Company Inc.
Tapeur diriq* par la Colombien Steamship Company
pi ur compte de Uniicd Itates Sl>i|>|>iu<| Eaanl.
Le si(^ mer Wofft levant des po ts
Sud p*i affvndn Vort au P^nc.e te
8 Mv*s courant.U repartira le 9 pour
]\ew*York lia les porta du bord pre*
rant frit $ passager.
Le Bttttimr fcARTIMQOE ayant
laiss New York le 1er ton* s cowant
r&t atte:*uu l'on tu-Prince via, lus
posls du iV >vd te S du co parti'al mme jour pmtr Kingston Ja.
Us port3 du ta Colombie prenant
// l V fi i#sti{ji>rs.
Por au P*inc>,*ir 1924-
La Conscience
Cordonnerie
Ernest < amil.o
Gran l'Hue N 1722 ct de la
Poste
Avs aux Sport mm
A l'occasion de grandi matchea
de Foot-lnll nui doivent avoir
lieu, et si vous voulez lre vain-^
queurs
Procurez-vous vos Souliers
Kl vous jeunes poux, pour vos
leium s dans leur tat intrt*
mofi
UNE BONNE PAIRE DE
SANDALES
ALUM1NUM LINE
i\eiv-Orlcaiiset$oulu
American Sleanipship
C Inc.
Prochains dparts directs
pour PORT AU PjUSCK, B Ui
l,e sUvme HA1AF a laisse IV uS
Orient** le S Mars pour ro-ta -Pr ne fc
ta; II i ieo *ra ici e 11 avei MO ton
y es de ma ehi >di' k*<* steamer DKA laissera New Orle
ans le l courant directement pou-*
Port in Prince
i partiras cette dernire date, il y
aura une occasion chique 25 jours pour
le* torts &uvai*i Ga*than*9 Porto
Cohmbii, i.wutm P >f > Cabillo, La
Quayra, Poin e >tre9bort de tranee,
Briaaelow\ larbad s, rt of Spain,
Trlnidad, Ue rgetown.
toit &A i rince, le 7 tors 1924
A. de Malleis & Co
Jhj nls gnraux
Avis

r T*$?-- '
am

\i-\
e Co,
Ayrnts
Bonne rcompense est promise
qui rapportera au Mureau du
Journal un bracelet en or perdu
liier soir dans le trajet Je l'Av,:-
nue les Dalles au Cercle l'ort-au-
l'rin:ien.
l'jrl-au Princ3, le 5 \l irs 1924
$ucj 'tiiii i on}| -91 ':-i.i'.)\:ia a
S3ID1VUA9N
S3WSU.Wwhhh ,axanof>
p rwoipua uoi(j(.nn
I an^uag aiunefl
'oav.g s : uoobjj np xuj
JWfc3
"o^B^s
&
g-ei^f-^dSBasar-.
L'extrieur du pneu racoiie l'Hisloire
L'paisse couche du caoutci*uc et la supriorit' du mtiVn"! don!
i laori<|ti le pneu Good^Tear, aaura un lonu service,
Ips |.H'(i!..iid: canaux ri i bioci dont si compoae celle couverture
'xtrieure sonl des preuves palpables de sa qudrt anti-drajtanla,
El, la laon donl le* oarreaux sonl attachs a leur basa explique sulli-
>::iimoiii, |i eomodite* ollrenl les automobiles qui en sonl quipes^
fous devez vous servir des nouveaui pneus fiood Tear, ils eouten'
moins |ii ; les sutred pneus la fin.
V ,;
ood Yr Cord
Te We;t IsiJies T?adiii(j (

nr.s
Pori-2 u-Prince Gonaves Gap-Uailieii


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM