<%BANNER%>







PAGE 1

L. MA11M Parisiana Ce soir Kprise la demande de plusieurs abonnes des le el le chapitres des ftvstrsde Paris Lntre : gdos Luge : I ..des Prochainement : Le grand drame de Iules Marv. iQjjcf il HOiitt A\ec Signoret Dimanche Les Mystres ilt; Paris Par Cable Nouvelles Etranares L'Aire Thimothe devant la Commission des Rclamations 6 %  el 7e chapitres : Misre ei Entre •' %  • ''et 3. Varits Ce soir %  Bfellllt lile 20e 21e 22 Entre 50 centimes DIMANCHE*, Grand gala avec Fascination S parties Entre: l lourdes Balcon. 3 gourdes Le Tribunal de Paix Section Est Moi si ni le Dirai ii'in, La loi qui cr c ce nouveau Tribu nal vient d'tre promalglie.— L'ins lallation du p ri IIIIH'I et le lonction nemeut de ce ce tribunal S iront lieu le premier Avril pn ebaiu. 0?doit "H pincer l" local? le vous semble t il paa qo'tl scr.nl prfrable de trouver une maison %  u maonne rie ,i Laine ou daoi les enviions ? Veuille/ agrer, Monsieur le Direc leur mes mol leurs salutations l 8 AIln.VM. Le quartier de Grossires rige en paroisse. | A la date du 12 levner Mgr l'Ai' ohtTOque a rig le quartier de (ires sier en paroi M.Ll iloUVolM paroisse compron i i toute la partie de la pa roisse de L...ne qui se trouve sui,i rive droite de la Gronde Hivire ds Honaoce plus loi deui sections del'u i ICI et les Orangon qui se trouvent sur l'autre!rive. Ht l'abb Le M ligne i M nomm C ne de la nouvelle Paroi" %  BSan Mariage Hier aprs-midi a eu lieu le miriage civil de Mon eue Edouard Bon ny avec Mlle Carmen Jeta Baptiste. Les lm "u • ''"' Il M' !• r ( loo Civil, M mut Civil, Fabius Duvielia, Emmanuel Val 0 I U noil lleiuvaux. Clment BOOBV, lu les Louis Jacques, Le me\ 1/ ci. Jean Charles Ouiteau et L il aauu l Lamaute. Les poux ru t i > duits l'au tel le la Cathdrale d< main 7 heu res par Monsieur Ltiu Bonn] et SlmeJn Ch u au. Meilleurs souhaits aux jeunes ma|ICS. '%> tUesse i Uelnus A. l'occasion du deuxime diman obe du m >is, il s %  '" %  % %  •'' epra demain, la < p li,: Deleats. ftoiisieu? Emile Rouiid' Nous avons appris avec pi sir q 11 t'tat d • sant .e notre ami Mil. Kou/.iei r de la Lg iti 11 de Prince, qui laissait quelques 11 qui itu les par suite d une assez grav, mal die. s'est sensiblement am lior. .Sous faisoaa pour lui des vœux de complot I errent. Resures prises par les allis concernant les chemins • le 1er allemands PARIS Le • Petit Parisien Croil que les travaux ,1e !.i MUS G m mission Dawes pour les chemins de 1er s'orienteraient ainsi : Le rseau exploit par la rgie franco belge se rait rintgr aux points de vue ti nnicierel del direction gnrale il l'exploitation dans le rseau aile m nul. Ce dernier servirait de gage i un emprunt international mais resterait soumis l'troit contrle des allis de manire a. pouvoir es surei t ii cas le mauvaise volont lu personnel allemand la scurit elle ravitaiPement des troupe--. La crise ministrielle en Belijiijue BRUXELLES— M. rneums H en Irepris la lche de former un nou veau cabinet. M. Ilyrnans, ancien minie'N die allants trangres pren dra, dit on, le mme portefeuille. La droite flamande et U dmoert te-1 lin ii> ns soionl reprsents dans le cxhioM : la dru le probablement par M. Pouillet.pi ident de la cham bre des dputs. On coi.tile civil succde au cOotrole militaire interalli AR1S— La conlrence des am bassadeurs a dcid pratiquement la dmilitarisation de la mission de contrle militaire interalli en Aile m. gne. Le marchal Foc h et M. \\ hiteliotise, reprsentant l'ambas sadeur llenick, assistaient la san ce. Les ambassadeurs ont re,u un rapport favorable sur la suggestion de M. Macdonald proposant que la mission militaire actuelle soit rem place ultrieur, ment par un comit alli des garanties. Suivant la dcision des ambassa deurs, le contrle des prparatifs militaires eu Allemagne par des ci vils et non pai des officiers de l'ar rae bien que cette mesure ne signi lie nullement la (in du contrle ; les ambassadeurs ont adopt le texte d'une lettre qui sera envoye au gou verneme il allemand.Le transfert du contrle militaire entre les m tins de civils n'aura lieu que si la mission I contrle actuelle s'est assure que I Allemag ie n'a pas fait de prpara ifs militaires uon autoriss pendant I aime o le contrle ne s'est pas exerc et si l'Allemagne se confor me aux cinq demandes faites par la confrence des ambassadeurs en 11122 ai sujet de la nouvelle lgisla tion et de la dmilitarisation de la police llemande. KouvelUs m iturei contre la spculation sur le Iran* l'AltlS —M De L.i-tevrie continue ses eflort' pair mettre tin la spe eulntion s ir le liane. Il a adress • une letlr; au prsident de l'union svndicile dea b.iuquiers de Paria e' de province pour demander leur ai de ; celte lettre sera envoye aux .li ni leurs de toutes les banques en Fraii'C.Le ministre prie de rappeler ds maintenant dans les termes les plus termes a tous les membres de l'uniOQ syndicale des ban qui M que le gouvernement considre que jus qu'a nouvel ordre toutes les opra ations destines fournir des touds n flancs aux trangers sans une garantiec orrespondante devront trt suspend KM partie librement dansles cas suivants : lo Oprations en fran. | pour compte .1 trangre en dehor de la France. 2o prt sur litres aux trangers, ;io gara itiea pour paie ments fut irs des m irdiandises ache tee par des changes ou pour leur iompt •. L'aide anglais • a la |us*ie L LNDRE3 D %  ant Moscou du %  li uh Ex i M • la Rnaele eoviti | le t'efloi a 1 1 prochaine cool i.iue anglo r • • d i ngocier une avance de 150 uulli ins de livres sterling chelu ir 3 annes. Ces ci liis devront tre di viss dans la proportion de 61 pour cent en marenaudis s et 33 pour cent en argent. Impression cause par la dposition d ; ealil-. ALLAHABADLa n uvel a de la dposition lu calife Conatantno pie a t reue par les m ib inlans intliens avec un mlange d'incrdnii t et de constat nation. Dans les mi lieux constitutionit-ls, l'opinion est favorable a l'lection d'un nouveau calife qui ail la sanction du Coran. Ces partisans robt envoyer une mis sion a Ang ril P l|r dl* ntor la ques tion avec les chefs lui Expdition esp ignolc au Maroc GIBRALTAR lai raison dee mau voises nouvelles re< tes du quartier gnral espagnol au Maroc, lei Irou de la Lin. r ci d'Algi il avec de l'artillerie et des approvisionne ments ont t expdis en haie Melilla. Les paquebot etcargoeffei saut le service Alg-'-iras Ceuta et Tanger-Cadix sont rijuisitionns comme transports. On signale que ces envois de troupes prcipits eau sent un srieux mouvement. MADKIIi Les trois brigades dont le dpart avait t ordonn ont t embarques llar^el. ue. Alitante et Valencia. action commune pour rtablir la paix dausle fini duras SAN SVLVADORLes rebelles contrleraient tous les ports de la cote de l'Atlantique, du Honduras et auraient repouss u ie attaque des troupes du gouvernement /ambra no. Les gouvernement-de Salvador, Guatemala et Nicaragu i sont en con versation en vue d'une action con ci rle pour le rtablissement de li paix dans le Honduras. Nouvelles di/arss l'AKlS — La conlrence des am bissadenrs a dcid la reprise du contrle interalli en Allemagne. BLKNE— Le gouvernement helv tique a dcid d'mettre un emprunt d-'J00 raillions de francs a > o|0 pour continuer l'lectrilication deali gnes de chemins de fer. LES COURS 6 Mais PARIS —Dollar 2i,75 Livre 106,:)' NLWYOIIK— Franc 15.13 Livre sterling 4,28 LJ lin du Ijapt. Scnlt l'ar sans-lil rei Lior fc as et s'est noy, LeCapt Scott tait sous la gardi du Dr Bl ikwi il et le issii tantsse rendaut New ork pour tre soiftusIls sy uent quitt Port-au-Prince le 3 Mars. Voici i sentence qui n Ui proe : Vule Proio, Je du S Octobre 1W9; Vulemmoir' au No. SI de M. St louis Tliimolhe tendant au paiement par l'Etat, en capital et Intrt, de la somme de G. 139.154 08 en rparation des pertes prouves dans le Nord en rit t 1914 tant du i oit des autorits gouvernementales que de celui des Rvolutionnai. Vu le contre-mmoire du Couver nement d'Ilaili concluant au rejet de U rcamalion, en raisin le la doctrine Internationale, ie l'article 185 de la Constitution, rt parce que le pouvoir Excutif qui lit voter, sous le (vt iuCal. Leconte une loi de secoure n'tait pas lenu d'accorder une rpartition au v personnes non ucessi teusc-, parce qu'enfin lestroipesdu liouverncnent d'Antoine Sinon, se iournanl Fort Libert ne p uivaient que protger les biens lu demtndeur, ami personnel'du pouvoir; \u la rplique de M. St Louis Thi mothe combattant la djctiine inter nationale de l'Etat,— dmontrant que la tbse du risque ou de la pri me d'assurance constitue par les impts n'est pis trangre au concept social hatien, concluant h la faut de l'Etat pour dfaut de vigilance et incurie de son Couvernement ; Vu la contre rplique du Gouver nement d'il liti demandant le rejet dos thories spculatives du demau ii D r et l'examen de la rclamation par rapport la lgislation hatienne, < i soutenant que Mr Thimothe n'a prsent aucun moyen srieux de preuve de la faute de l'Etat : Ensemble les pices au do sier du demandeur. La cause tyqoe aux audiences des 17 dcembie 1918 et'.' janvier 1984, Me Lon Nui, pour le deman deur. et Me P. Mathon, po ir le Cou vernement d'Hati, lurent entendus en leurs observations ; puis la Com mission ordonna le dlibr pour la sentence tre rendue ultrieurement Attendu qu'aux termes de sa seu tence du 10 octobre 19U, dans l'ai" faire Ceorge Kirkner. laCommi:sion, f u • %  nant en considration la coutume, es prcdents diplomatiques et lgis latils des pouvoirs publics haitiens, ainsi que certains principes du droit des Cens a estim qu'un Je lommage ment est d l'tranger, en raison des pertes prouves au cours de guerres civiles, pour des dommages matriels et duects imputables faute, soit au Couvernement, soit ses agents agissant dans leur carac tere politique, h la condition exprs se qui les rclamants ne se soient pas rendus coupables de violation des lois de la neutralit et de l'ordre publics, en prenant parti dans la lutte eu faveur des insurgs ; Attendu qu' la rclamation de M. St Louis Thimothe, citoyen haitien victime de troubles civils et poliii ques, il a t oppos pi le Conseil OU Gouvernement une lia le non-re cevoir premploirc bas a ur l'article is;> ds la Ooostiti li ni ... i B89, aux Ici nies duquel les hait ISO S et trangers, en ce cas, ne peuvent prtendre a aucune indemnit ; Homlie biuWPt-au-Princ< %  • Croix-des-Bouquets \ i avoir iseur la com oum, ition avec Carn lu ir dlaiss depuis le i h m e 11 nta : ini lei l'C.s. Mr m ui rient de pn ndre dea dispositions cou'in ni la Haine du Cnl-de Sac C'est .iiii-i qu'un •'..union \ ar.ira tous les j du Nord, avec 1 1 Croix-di s-Bouquoti comme point terminas, C'est tant mieux. SUR LA oUESTlONDE Pitl.Xj C1PE Attendu que l'application rigoureu se du texte de l'article 185, s'il avait la porte indique par le Conseil du Couvernement, seriil conditionne par la comptence de la jur'diction locale ; Attendu qu'en raison du caractre international de notre Commission, qui a le pouvoir d aprs le protocole du :i octobre 1019 de vrifier toute-, tes rclamai on pcuniaires contre llaiti, certaines rgles incontestes du droit des Gens ne sauraient tre mconnues ; Attendu que parmi ces rgles ligurenl celles que les trangre ne •auraient avoir plus de droits et de privilges que les nationaux, et que les chefs l'arme ne peuvent, mme BOUS le prtexte l'exciter leurs troun N au combats, leur permettre de mue du bulin avec les biens des par ticuliers ; Attendu au surplus que l'article 185 de 1 1 Constitution de 1889 renvoie les parties lses poursuivre par devant las tribunaux ordinaires les individus reconnus les auteurs de torts causs, afin d'en obtenir justice et rparation lgale ; Attendu que cette disposition fut introduite pour la premire fois dans le droit public du pays par la consti tution de 1874, la s"uite des rclamations trangres pour pertes su— durant l'administration du Cnral Salnave ; que la prohibition constitutionnelle avait la valeur d'un avertissement que l'Excutif ne pren drait plus duecleraent en considra tion lesdolances qui pourraient tre pisentes ; 1 ttendu que cependant ni le texte, ui les discussions la Constituante de l'poque, n indiquent d'une mas nire prcise et catgorique la por te du renvoi ordonn par devant les tribunaux ordinaires ; Attendu que si la juridiction locale doit statuer conformment la loi, et i vec toutes les consquences que ci lie loi comporte, il est utile de rap peler que suivant le droit commun et selon les prvisions du code civil toute personne —et l'Etat n'en est pas except — qui cause autrui un dommage doit le rparer et tout com mettant est civilement responsab e de ses prpo-s dans les fonctions qui leur sont confies : Attendu que si des faits illicites commis par les agents de l'autorit au prjudice de la proprit d'autrui tombaient sous l'application de la loi pnale, I Etat qui les aurait ordonns ou qui en aurait bnlici.et qui i.-lii al ou ngligerait d'en faire just ce, n'en verrait pas moins sa responsabilit civile engage ; Atte idu quel Kl it ne saurait donc carter de plein droit sa responsabilit d i chef des prjudices causs l'l nent haitien en cours des guries civil s par ses prposs; — que sous le p lexte de troubles politiques et d'un texte constitutionnel quivo pie il nu laurail tre permis a l'Etal de spolier dlibrment serosss'tiifr mots ; ( Lu /in ilr.nnnn ) arrive d'un bateau de guerre anglais Ci -i demain midi que le 1 1 M. S. Curley , le la marine de guerre britannique entrera dans nus taux ( n sait qu' i.ette occasion, il y aura ^rand match au F'arc Leconte. Dans li grande salle i e Itceptiou du rez de i h mats ds l'ai uN ition il. se tient aujourd'hui le deuxime Congre* hM Ifl -meurs et Architectes du Couvernement. Cette runion durera deux jours, tous les travaux aeoomplis devant l objet de rapporta dos chi fi diff i visite au Prsident de la Rp iblique et eu Min stre d< s li ,i vaux Publics, li'guu'tiis et Architi loturerontuemaiij la lted i s un di ter de %  il i .i Soa Sds loa. accident de Press Noln re L'ESS H n< us prie r qu'il ne peut | l. uise t un accident dj ii eu dernire heure. Il paratra demain. RnaepciamntS Mme Vve .1. li. Dartigue, Melles Thrse et Rene Dartigue, Mrs Mau rceet Jehan Dartigu Sme Vve r*. Birmingham, Mr et Mm; Cari Voigt et leurs enfants, Melle Claire Oarti gue. Mr el Mme Marcel Marescoel leurs enfants, Mr Ceorgvs Bergeaud, Mme Vve Ed. Hall et ses eulanli, Mr et Mme L. Birmingham et h uis entants, Melles Amarante et Maria Duperval et tous \e> autres pareati et allis remercient bien sincre ment le Cur du Sacre Coeur tt SJO . les Soeurs de SI JoSSptl le; Clun\ Iles le li iageme, les Pres du s. minaire, Its lu l'Instruction Chrtionnoot tous les i ut del Capitale que de U Province, dos marquas de sympatlna qu'ils leur ont lamoq „ cc4 sion de la mort de leur regrelU: J.B. DAHTlVil t survenue nier, dt les prient i leur profonde gratitude Port au Prince le 0 Mars IVXa



PAGE 1

l-t rtl.il. r* Grand Htel de France \\Angiu des Hues Bonne*Eoi$du Quai }g*VIKNT DE RECEVOIR m t'ate de foie gras trutie.— Civet de livre. — Andouillettes aux lentilles. — Andouiiles au saindoux.— Jamoon en boite.— Anchois a 1 huile.— Sardines.— Maquereaux. Thon,—Cassoulet -petits p ois lins extra.— boudin, eto, Vin iouge, le gallon 4 gd* Vin blatiC, *e gallon 5 gd* '^L'Htel dbile par barriques et gaUoni des fit de lordeaux.fi Vins de Champagne. t Cuisine excellente— Chambres conlortables -Magnifique vu' tir la mer. ai^^w^^*w M\H mm M w (Iode et Tanin) *" A ta fois Tonique et DpuratifAnmie Faiblesse gnrait Croissanco dos Enfant3 Glandes-Scrofule Formation 4e3 Jeunes Filles Maladies de Poitrine hl imt :rabl8, remplace aoantageusement l'HUILE de FOIE ae MORUE F. COMAB t riLS C • P.RI8 Royal En lace de la Banque Natiomle Propritaire : Annacius INNOCBN'l Le nouvel tablissement 86 recommande par un service irproehable, des consommations de premier choix, sa situation privilgie. U soir, musique attrayante dirige par des prolosionnels de ijiaiiu meiite. Installation parlaite. — prix modrs. Tlpncme N Ii9n K. F. Dielz Compauy j Les plus grandi labricanti le lauternei dans le monde entier fournissent les lanaux et lanternes les plus connus en Hati tels que : Fanaux pour la rue Fanaux de police fanaux de pompiers pour chemins de fer Kanaux avee rflecteur fanaux pour vhicules fana ix avec applique fanaux pour uai'dien Fanaux pour I sir.e* etc, etr, etr. Tour commandes directes et reuseignements.s'adresser aux maisons de commissions a iei-Tork^oi l'Agent for tau-F rince. Toujours en steaks : Fanaux fictor, leool laniernea ft rerres de reehange. £. PREET/AIANN-IOGEHIIOLM Gnral agent Hue du QuaiPort au Prince Compagnie Gnrale Transatlantique L e i V {parti de Bor deauN •' '" "*a Pori au Priai u r Il repartira le li ;,n re pour Santi la '.uU les ror De relour Porl au Prime 1" il il rapartii i la m me jour pour le Havre via lasporU du Nord, Puerto PUla et S MI JutB • Port au Prin ira rM4 L'AgSOl E. l'.UUKLIN contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, 119, Hua Saint-Aiitoina PARIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS Ymstont PNEUS TUBES T< & ACCESSOIRES j Les premiers automobilistes du monde se servent des, IV e us & Tubes FIRSTON La I iretone lire <$' Hubbcr Company. r.iiini toutes les autres fabriques de l'iieus ft Tubea reprsentes en .laili est la premire qui a permifj au publie ilr protiter le la baisse lu CaoulchuUC. Von avez une relle garantie en employant le pnci "Firestone Cords"pour votre automobile surlonl r is cigar llei la main; en attendant qu'el a dcouvre ses brigands poui les laire punir selon 1rs lois, elle letn in le eux fum >urs de lui apporter tous les pa |u sto 'i'' cifa* lu id po irronl trou ver uis le Commei P l-au-Prince, le Mus 1924. D J R THEBAUD Cliirur|ien-I)enliste l)ea Facults de Montr.'al


PAGE 1

LL fljAil.l l'Amour dans Ie?Cœur t Pharmacie VV. BIJCi 9 BOUQUETS • Un jour viendra, Amhrr lermnl, /'jrlfilui d,' f. / %  %  "ni' 'Kl. Rott sans lin. %  i %  u mt'initiux. Foi-Ttut. Fai'ins un 'Ht. '• (parfum pour hcmme). EXTRAITS : ŒMH, Knse, Mintnsa, Violtttr. Cyclmtn, Jasmin, uet, /'11. IliUol'Oft. Chyp'f I r %  Le flacon rirUme conlrt rtmboun' Toutes parfumerie et Grand Magasins. Prparez vos liqueur avec les Es*on ces pour Liqueurs ; Anitettes, Crms de Cacao, Chartreuse,Curaao % Gin. STi|t' Vaillant Consujuataire pour Haiti Colomhian Sieamship iaav Inc, Comp La Conscience Cordonnerie Crnest Camille Tapeur dirig par la Colombian Iteamship Company GranJRue N 1722 cot de la >our compte de Onited States Sliippii><| Board. l'oste L? steamer Hati venant des poris km aK SpQrtlHn h %  > M S • I %  ta 4 %  /tu Sud est attendu tort au Prince le 8 Mars courant.ll repartira le 9 poxr NtwYork via les i*orls du Nord pre* nant fret # passagers* L? fteamsr MARTINIQUE ayant laiss New York le 1er faars courant est attendu Port au.Prince via les ports du Nord le 8 du courant. Il re partira le mme jour p mr Kingsto.i Ja. et les poits de ta Colombie prenant (tel V passagers. Port au tince,le &f '> Mars 1U24 A l'occasion les grands inatches il 1 Pool hall qui doivent avoir lieu, et si vous voulez eue vainqueurs Procurez-vous vos Souliers Et vous, jeunes oux, pour vos teiuines dan* leur lit intressant, -;, UNE BONNE PAIRE DE SANDALES ALUM1NUM LINE New-Orleans et South American Steauipsbip Co Inc. Prochains dparts directs peur FOUT AU F RINCE, Hati Le steante* HALSF a lait se Ntwi Orlear.s le 3 Mars pour portau?r ne & Cap II i ieo tera ici le 10 avec 140 ton m s de ma chandies. Le steamer DEA laissera !VM; Orle ans Ift l caurani directe m?nl pour Port au Prince, A partira* cette dernire date, il g aura ut.e occasion chaque 15 jours pour les ports suivants: Carthagne, Porto Colombia, Quruao. Porto Cabello, La Guugta, Pointe Pitre, tort de Brunce, bridgezcwn, barbadoz, Port o/ Spatn, rinidad, Ueorgetowiu Poit aa 1-iiuce, le / Ma: s 1924 A. de Malleis & Go Agents gnraux iEHM et lio, NOUVEAUX ALAMBICS •• %  > DIITlUKi; t RECTIFIER Lei IUX-DS-VlE, NHUMS, ALCOOL, c OEROY FILS AN % %  Mnu.r t H, m, t, rM, ri ,(J*hiH P'HDc PRATIOUF 1-1 DlUIllKtnr fUIX-f-tw' "MKMt t MANUEL II tnntm t> %  ^ !M •< T*mr illul*. I.iltriqiule pneu fiood Tear, assure un IOIKJ service< Les luulotul.canaux el lus Mocs dont t.! compose cette couveilure extrieurs sont des preuves palpables de sa qualit aoti-drapante, Et, la laon dont les carreau sont attachs leur base expiions sulli.'iinineiil, la t omodit ollrenl les automobiles qui su sont quipes. Vous dsvsi vous serrir des %  ouveam pneus Good Tear, ils coulent moins que les aotrej pneus la fin. IGooci Year Cord f lbe West ludies Trading L ri-u rince Gonaves



PAGE 1

PlASGTfiUR PROPRIETAIRE IMJRUŒVR Clment Magloire BOIS VERISA 1396 Rue Amrioalne NUMERO ^() CEMiMEb Quotidien ^'LE copy Columfcus Momtrml Ukruj PAN AMER/CAN UN'0*J MAf? 19 IQ24 L'homme rl.inl 3 la lois uii esprit cl un c i ni-, la libert ne lui sullit pas, il lui tant aussi l'Amour et la Charit. ^ TELEPHONE No 942 lTtsne ANNE N 514 PORT-AU-PRINCE (HATI ) VENDREDI MARS lftt L'administratioDenosdouanes et les fonctionnaires hatien i Questions agricoles et industrielles Une page de notre histoire financire Nous avons eu' tablir combien l'instabilit politique %  t le plus grand mal dont noir-' pays ail soufleit, paraly.anl et • om I>I o iurt I itit mme panois (oui el'lort sciieux d'Administration. Nous avons dit et nous nous rptons qu' la rigueur le Gouvernement des Ktats-Lnis aurait pu se contenter d'asseoir la paix publique en Haili et laisser les Maitiens s'otcnpei de leurs linances ajoutant pour finir que nous avions dam le pass tt nous avons encoie, toute une lg on de douaniers auxquels nul ne saurait en remontrer. Nous allons aujourd'hui invoquer les faits d'une Administration qui n'est que d'hier et montrer que ce n'tait point par pure vanit que nous crivions propos du service le nos douanes qu'une certaine cole d'honntet avait pu se loi mer dans le l'avset qu'il n'tait pas diflicile l'heure actuelle de rencontrer encore ses reprsentants. Il est avr que l'administration de Dcembre t!t8 a Aot 1911, bien qu'ayant trouv un budget quilibr avec le plus grand nombre de luxes libres, avait laiss les l'inances de la Rpuldique dans un vritable chaos. A ce moment les lois budgtaires li\aienl de la Faon suivante les impenses de l'exercice : (ides O.OuO.000 — Or :60.000. non compris la dette publique et les indemnits des dputs. A l'avnement de Leconte un souffle de progrs anima le pays tout entier, toutes les saines nergies lurent apprtes a collaborera l'ouvre de sauvetage qui s'tait annonce sous les meilleurs auspices. I." arme qui prsentait un aspect honteux lut rforme, des casernes coustiuites, des travaux publics reconnus ncessaiies lurent entrepris, de telle soi le qu'il fallut avoir recours a de nouveaux crdits pour l'excution de ces diversesobligelions, auxquelles devait encore rajouter la Lette pilbliqufa telle qu'elle tait prvue par les lois antrieures, contrats etc. et qui s levait : Gde05.1 13.40 — Or 3 0O7.O33.33 ainsi que le chiffre de 13.504.14 pay en veilu de l'article > de la loi du y Septembre 1911 pour crimes diplomatiquei.e Budgtl ltfli-lOli en face des ncessites nouvelles dont une admioislratioo progressiste envisageait l'urgence dul faire 1111 bond el atteignit du coup. — dette publique et crances diplomatiques cornpr i-es — les valeurs suivantes : tidesl B73.ftO0.34 0*4.084.880.29 Mai;, ce budget qui. a premire vue,nous semble fabuleux. ...minent ;i t il t couvert, au moyen de quels fonds a t il t,liquid C'est ce qu'un document de la plugrande importance va nous appren lie. En elfe!, environ un mois aprs la mort tragique du l'isidenl Leconte, au moment o son llonorahle Successeur devait constituer un nouveau Cabinet, le Ministre dei Finances, Me LeipinaiM crut qu'il tait convenable d'adresser au Prsident T. Auguste, tandis que l'exercice allait tirer sa lin, un rapport dais lequel nous relev ma ce passage diliaul : 1 La situation des Comptes du Gouvernement telle quelle ressort du prsent eipos peut donc (moi ••ment se rgulariser en appliquant le produit des soldes crditeurs Ol aux comptes dbiteurs gourdes et alors l'exercice budgtaire 1911-191x se trouvera couvert et sans valeur en souffrance. %  lai fait au !J0 Septembre, le • Budget gnral de l'exercice 1911• 1912 sera excut, toutes crances de l'Ktat payes prsentation, et t par consquent, sans dlie flot tante; ce rsultat aura t obtenu avec les seuls revenus et ressour ces de l'Etat. Eu dehors des chiffres budgtaires plus haut rappels, la mort dn trs regrett Prsident Cincinna* tus Leconte a e.itraln des dpenses extraordinaires qui ont t votes par le Corps Lgislatif de la faon suivante : (,des 150.000 — Or 80.000 grise aux conomies d'ensemble ralir.es dans |, s affaire! de l'Etat, notamment dans le rglement de la dette Rvolutionnaire • et l'aboa danse des recettes, ee crdit lui (. aussi.a pu tre couvert sans qu'on t ait eu boom de recourir l'einI prurit. Pour M faire une ide du changement brusque et heureux qui, gr ce au souci de Celui qui ne rvait que le progrs de la Rpublique, et dont la prs! lence ne fut que d'une anne a peine, aid de tous cens qui a h tous les degrs de l'ordre tdffliII -tratif ont servi la chose publique avec probit et honneur • rien M peut autant CODtribuer a la manifestation de la vrit qu'un tableau comparatif du rendement des trois exercices ayant prcd celui qui vient appuyer notre dmonstration u Voici donc dan leur scmpuleiise exactitude les chillies rapports dans l'expos Ufliciel : G. Or ll I 00 3.163.991 I.4t?.3l l I ltnr.. 10 £,a/J ,,, |4 ( s i. 1 i •, %  IMitt tt 3.238 19 3.378 l I i Tandis que le rapport dont nous lirons œa dtails arrtaient les re1 elles un m lit el i ni avant l'eipilat o 1 de l'an n* itaii e soit le 1 t \oiii tyi 2, |*i x 10 e ainsi envi ssg donnait les chiffres suivants : ti. Or f•* 11 \i i.MtO i:; i 8 ifl 637.91 ce qni permettait pour l'exercice ( ntier de tabler mr un n ndomenl •l peu pi Gdea i. 100.000 Or 5 1*0 000. .' : i l'on se reporte au cours du ehan, e d'alors et prenant ; mr 1 ise le d dlar valant i %  ir les, les G les 5.200.000 reprs niaient 1 ce mon enl Or I 300.00 dollars, le< .ut ainsi le revenu total pour cette anne qui marquait un I sur nos lin.m as, 11 1 h ffre r ipec* table de Or 6, '.00 Ot 0. Le rapprochement de ces quatre exercices nom permet de constater avec le rappoit que h exc'd nts du dernier ont t peu prs de I.OOO.uOO de gourdes et de plus de 1.000.000 de d illafj ,-n les compilant l'exercice le plus lev et de i. iOO.ilOO dollars enviion en les comparant celui le moins lev •>. Celle situation ainsi prs mua les sentiments pertriotiques d 1 Preidenl Tancrede Auguate qui rondU hommage celui qui avait montr tant de patrioti me. au %  ours de aette administration ien lui demandant de rester a t lte du iJpartement des r'inan. Ces faits taient pour plaire au bel de l'Etal pnisqu'l il la coiilirmalion de l'opinion qu'il a\ c mise alors qa ii tait mini lire de 'Intrieur sous s nu. au sujet dei 1 nigeneee de la Banque Natiooale concernant un emprunt que celle ci acceptait de financer icoyennant un contr'e de nos douanes. La Pn d nt avait toujours pens qus c'tait une injnn gratuite que de 11 qu'un contrle tranger seul pouvait faire sortir a n dooanei l'intzra' bl des recettes.! (Jette opinion tait pleinement par ig • %  par le Miniati 1 des Finances qui la reproduisit dans I Espoi de la Situation en mes tout aussi vi^lureux, a'appuj ml en cola, sur dedonnei irrfutabl -, tirele ai propre edmioittrati al que nous avons t beun v de porter au rouide Dota 1 1 lion. Ce sont l les faite qu'un paSS d'hier nuusa permis d invi qui r el qui nousdonntnt l'autorit de soutenir une nouvel c loique. bien avant l'intervention, nonsavions rhei nous loas les lments de probit Indispus, d Isa t la m irebe d'une admi< oiatratlon srieuse et bonote. Un eilurt IE la Cie < n s rappelle les dol laites la Oie Transatlantique en vue de la pi rter diminuer le prix de son tarif des passagers Hati-Havre, pour ne pas se voir dlais a er pour les au trs lignes qui sont plus rapides et qui uemandenl un 1 1 -x ( li s bas. tir lOfgeel H I en considration puisque la Cie vient de demander 1 la Chamlire l'aulori sation d'mettre de nouvelles obli/a bons pour une somme de i 11 mil lions de francs H vue de laons truction de deux nouveaux paque bots pour le i< rvi< a Havre Se a 1 ork. ut n m placer la i8avoie> et la Lorrai qui rderonl la pU plus rapides alin de p rmettre la ligne li rivaliser avec les lignes trange .Nous profitons de I < conseil er la Cie Tramatianl que de mettre sur la lie e II % %  de bateaux plus Socit Franaiss de Secours Mutuels et de Bieniai sauce, ilaiti. lieui M le la 90" cil sont convoque en assemble lrale en \ rta de l'article Hl de nos SI ituta el nvi 1 1 matin U|l 1 le t ire 1 1 .nnuel d 1 Pi Lan %  1 ir le 1 ment dn ''ooeeil d administration se fer 'nt le Dimanche W Mari. !. %  'r sid nt d : I Une nouvelle phase que nous suivrons le l'irs dam set inoin 1res dl til n -1 t il voir le jour pendait unie !.i coupe de canpea que lail la I IASKI I epuia le mois de li M i: r di 1 ier. A pi 1 n. iiu'iii T dfinitivemeul toute la pro* duction de la canne i\ sucre d n plainede I •ogane el du CulSac vera la Centri le de ChaBee i lie. Celle leuvre accomplie, aucune concurrence ne Bubsiatera de lu pari 'i. s petits producteurs d'alcool ou de Birop, plus de dan que : mvi lies Bocita cb i client a prendre pi i i el les grandes 'i de la 1 IASCO, seules, obtien Iront la canne au prix unI •, sinon l,i culture dfl COtte II imiin i i: ssanl .1', ire rinuu ti ne diminuera de jour ao jour pour finir par disparatre taulem 'nt du jardin de nos campi gnat Ce progr mrae mrite d'tre analys et nous le faisons volontiers Avant il rire dot d'un speeunoii d u rerie 'les y\ is mo len i nousines lucriroa produisaienl le lucre eu quantit inauffisante pour la coniomniation locale A inismes irivili gis il en existait u e multitude d'au* 1res plus m dont les moyenB ru limenl ure oe pernaett lient pas de livrer un pro luit lim. (Ici petite industrielsprodui* laienl un Birop n niermant envi* rs. soixante dix pour cent de su* luli ven laienl a l'habitant nu pris, trs raisimnable en rap* port ivi I • col I" la production. Ni vi >ns remarquer qu'au point il %  vue. industriel et conomique l'outillage de i es petites usines u pouvait donner qu'un reu lern ml m lio ire de la canne. t lepen I ml i aedi % ju motivait une mesure aussi svre Ues espnt, avia en prsence d'avantages incontestables ont bienti amen des grouiementa irangers en vu roa bnaficea a raliser. Les conct ma de 1 i '

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06162
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 07, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06162

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PlASGTfiUR PROPRIETAIRE
IMJRUVR
Clment Magloire
BOIS VERISA
1396 Rue Amrioalne
NUMERO ^() CEMiMEb
Quotidien
^'LE copy
Columfcus Momtrml Ukruj
PAN AMER/CAN UN'0*J
MAf? 19 IQ24
L'homme rl.inl 3 la lois uii
esprit cl un c i ni-, la libert ne
lui sullit pas, il lui tant aussi
l'Amour et la Charit. ^
TELEPHONE No 942
lTtsne ANNE N 514
PORT-AU-PRINCE (HATI )
VENDREDI MARS lftt
L'administratioDenosdouanes et les fonctionnaires hatien i Questions agricoles et industrielles
Une page de notre histoire financire
Nous avons eu' tablir combien
l'instabilit politique t le plus
grand mal dont noir-' pays ail souf-
leit, paraly.anl et omi>ioiurtI itit
mme panois (oui el'lort sciieux
d'Administration. Nous avons dit et
nous nous rptons qu' la rigueur
le Gouvernement des Ktats-Lnis au-
rait pu se contenter d'asseoir la paix
publique en Haili et laisser les Mai-
tiens s'otcnpei de leurs linances ajou-
tant pour finir que nous avions dam
le pass tt nous avons encoie, toute
une lg on de douaniers auxquels nul
ne saurait en remontrer. Nous allons
aujourd'hui invoquer les faits d'une
Administration qui n'est que d'hier
et montrer que ce n'tait point par
pure vanit que nous crivions pro-
pos du service le nos douanes
qu'une certaine cole d'honntet
avait pu se loi mer dans le l'avset
qu'il n'tait pas diflicile l'heure
actuelle de rencontrer encore ses re-
prsentants.
Il est avr que l'administration
de Dcembre t!t8 a Aot 1911,
bien qu'ayant trouv un budget qui-
libr avec le plus grand nombre de
luxes libres, avait laiss les l'inan-
ces de la Rpuldique dans un vri-
table chaos.
A ce moment les lois budgtaires
li\aienl de la Faon suivante les im-
penses de l'exercice :
(ides O.OuO.000 Or :60.000.
non compris la dette publique et les
indemnits des dputs.
A l'avnement de Leconte un souf-
fle de progrs anima le pays tout
entier, toutes les saines nergies
lurent apprtes a collaborera l'ou-
vre de sauvetage qui s'tait annonce
sous les meilleurs auspices. I."ar-
me qui prsentait un aspect hon-
teux lut rforme, des casernes cous-
tiuites, des travaux publics recon-
nus ncessaiies lurent entrepris, de
telle soi le qu'il fallut avoir re-
cours a de nouveaux crdits pour
l'excution de ces diversesoblige-
lions, auxquelles devait encore ra-
jouter la Lette pilbliqufa telle qu'elle
tait prvue par les lois antrieures,
contrats etc. et qui s levait :
Gde- 05.1 13.40 Or 3 0O7.O33.33
ainsi que le chiffre de 13.504.14
pay en veilu de l'article > de la loi
du y Septembre 1911 pour crimes
diplomatique-
i.e Budgtl ltfli-lOli en face des
ncessites nouvelles dont une ad-
mioislratioo progressiste envisageait
l'urgence dul faire 1111 bond el at-
teignit du coup. dette publique
et crances diplomatiques cornpr i-es
les valeurs suivantes :
tidesl B73.ftO0.34 0*4.084.880.29
Mai;, ce budget qui. a premire
vue,nous semble fabuleux. ...minent
;i t il t couvert, au moyen de quels
fonds a t il t,liquid C'est ce
qu'un document de la plu- grande
importance va nous appren lie.
En elfe!, environ un mois aprs la
mort tragique du l'isidenl Leconte,
au moment o son llonorahle Succes-
seur devait constituer un nouveau
Cabinet, le Ministre dei Finances, Me
LeipinaiM crut qu'il tait convena-
ble d'adresser au Prsident T. Au-
guste, tandis que l'exercice allait ti-
rer sa lin, un rapport dais lequel
nous relev ma ce passage diliaul :
1 La situation des Comptes du
Gouvernement telle quelle ressort
du prsent eipos peut donc (moi -
ment se rgulariser en appliquant
le produit des soldes crditeurs Ol
aux comptes dbiteurs gourdes et
alors l'exercice budgtaire 1911-191x
se trouvera couvert et sans valeur
en souffrance.
lai fait au !J0 Septembre, le
Budget gnral de l'exercice 1911-
1912 sera excut, toutes crances
de l'Ktat payes prsentation, et
t par consquent, sans dlie flot-
tante; ce rsultat aura t obtenu
avec les seuls revenus et ressour-
ces de l'Etat.
Eu dehors des chiffres budg-
taires plus haut rappels, la mort
dn trs regrett Prsident Cincinna*
tus Leconte a e.itraln des dpenses
extraordinaires qui ont t votes
par le Corps Lgislatif de la faon
suivante :
(,des 150.000 Or 80.000
grise aux conomies d'ensemble ra-
lir.es dans |, s affaire! de l'Etat, no-
tamment dans le rglement de la
dette Rvolutionnaire et l'aboa-
danse des recettes, ee crdit lui
(. aussi.a pu tre couvert sans qu'on
t ait eu boom de recourir l'ein-
I prurit.
Pour M faire une ide du chan-
gement brusque et heureux qui, gr
ce au souci de Celui qui ne rvait
que le progrs de la Rpublique, et
dont la prs! lence ne fut que d'une
anne a peine, aid de tous cens qui
a h tous les degrs de l'ordre tdffli-
II -tratif ont servi la chose publique
avec probit et honneur rien M
peut autant CODtribuer a la manifes-
tation de la vrit qu'un tableau
comparatif du rendement des trois
exercices ayant prcd celui qui
vient appuyer notre dmonstration
u Voici donc dan leur scmpuleiise
exactitude les chillies rapports dans
l'expos Ufliciel :
G. Or
ll I 00 3.163.991 I.4t?.3l l I '
ltnr..10 ,a/J ,,,|4( ,s i...... 1 i ,
IMitt tt 3.238 19 3.378 l I i
Tandis que le rapport dont nous
lirons a dtails arrtaient les re-
1 elles un m lit el i ni avant l'eipi-
lat o 1 de l'an n* itaii e soit le
1 t \oiii tyi 2, |*i x 10 e ainsi envi
ssg donnait les chiffres suivants :
ti. Or
f* 11 \i i.MtO i:; i 8 ifl 637.91
ce qni permettait pour l'exercice
( ntier de tabler mr un n ndomenl
l peu pi
Gdea i. 100.000 Or 5 1*0 000.
.':i l'on se reporte au cours du
ehan, e d'alors et prenant ; mr 1 ise
le d dlar valant i ir les, les G les
5.200.000 reprs niaient 1 ce mo-
n enl Or I 300.00 dollars, le< .ut
ainsi le revenu total pour cette an-
ne qui marquait un
I sur nos lin.m as, 11 1 h ffre r ipec*
table de Or 6, '.00 Ot 0.
Le rapprochement de ces quatre
exercices nom permet de constater
avec le rappoit que h exc'd nts du
dernier ont t peu prs de
I.OOO.uOO de gourdes et de plus de
1.000.000 de d illafj ,-n les compi-
lant l'exercice le plus lev et de
i. iOO.ilOO dollars enviion en les
comparant celui le moins lev >.
Celle situation ainsi prs
mua les sentiments pertriotiques d 1
Preidenl Tancrede Auguate qui
rondU hommage celui qui avait
montr tant de patrioti me. au
ours de aette administration ien
lui demandant de rester a t lte du
iJpartement des r'inan.
Ces faits taient pour plaire au
' bel de l'Etal pnisqu'l il la
coiilirmalion de l'opinion qu'il a\
c mise alors qa ii tait mini lire de
'Intrieur sous s nu. au sujet dei
1 nigeneee de la Banque Natiooale
concernant un emprunt que celle ci
acceptait de financer icoyennant un
contr'e de nos douanes. La Pn
d nt avait toujours pens qus c'-
tait une injnn gratuite que de 11.....
qu'un contrle tranger seul pouvait
faire sortir a n dooanei l'intzra'
bl des recettes.! (Jette opinion tait
pleinement par ig par le Miniati 1
des Finances qui la reproduisit dans
I Espoi de la Situation en
mes tout aussi vi^- lureux, a'appuj ml
en cola, sur de- donnei irrfutabl -,
tire- le ai propre edmioittrati al
que nous avons t beun v de
porter au roui- de Dota 1 1
lion.
Ce sont l les faite qu'un paSS
d'hier nuusa permis d invi qui r el qui
nousdonntnt l'autorit de soutenir
une nouvel c loi- que. bien avant
l'intervention, nonsavions rhei nous
loas les lments de probit Indis-
p- us,d Isa t la m irebe d'une admi<
oiatratlon srieuse et bonote.
Un eilurt ie la Cie
< n s rappelle les dol laites
la Oie Transatlantique en vue de
la pi rter diminuer le prix de son
tarif des passagers Hati-Havre, pour
ne pas se voir dlaisaer pour les au
trs lignes qui sont plus rapides et
qui uemandenl un 1 1 -x ( li s bas.
tir lOfgeel h i
en considration puisque la Cie vient
de demander 1 la Chamlire l'aulori
sation d'mettre de nouvelles obli/a
bons pour une somme de i 11 mil
lions de francs h vue de laons
truction de deux nouveaux paque
bots pour le i< rvi< a Havre Se a 1 ork.
ut n m
placer la i8avoie> et la Lorrai
qui rderonl la pU
plus rapides alin de p rmettre la
ligne li rivaliser avec les
lignes trange
.Nous profitons de I <
conseil er la Cie Tramatianl que
de mettre sur la lie e II
de bateaux plus
Socit Franaiss de Se-
cours Mutuels et de Bieniai
sauce, ilaiti.
lieui - M le la 90"
cil sont convoque en assemble
lrale en \ rta de l'article Hl de
nos SI ituta el nvi
1
1 matin
U|l
! 1 le
t ire 11 .nnuel d 1 Pi
Lan 1 ir le 1
ment dn ''ooeeil d administration se
fer 'nt le Dimanche W Mari.
!. 'r sid nt d :
I

Une nouvelle phase que nous
suivrons le l'irs dam set
inoin 1res dl til n -1 t il voir le
jour pendait un-
ie !.i coupe de canpea
que lail la I Iaski i epuia le mois
de li m i: r di 1 ier.
A pi 1 n. iiu'iii ch de sucre noua avons vu & I i
du march de l'alcool : aujour-
d'hui nous voyons l'accap tremenl
du il. irch de Birop
I. bul poursuivi ail .11 rjrai*
n>T dfinitivemeul toute la pro*
duction de la canne i\ sucre d n
plaine- de I ogane el du Cul-
Sac vera la Centri le de ChaBee
i lie. Celle leuvre accomplie, au-
cune concurrence ne Bubsiatera de
lu pari 'i. s petits producteurs d'al-
cool ou de Birop, plus de dan
que : mvi lies Bocita cb i -
client a prendre pi i i el les gran-
des 'i de la 1 Iasco, seules,
obtien Iront la canne au prix un-
I , sinon l,i culture dfl COtte
II imiin i i: ssanl .1', ire rinuu
ti ne diminuera de jour ao jour
pour finir par disparatre taule-
m 'nt du jardin de nos campi
gnat
Ce progr mrae mrite d'tre ana-
lys et nous le faisons volontiers
Avant il rire dot d'un speeunoii
d u rerie 'les y\ is mo len i
no- usines lucriroa produisaienl
le lucre eu quantit inauffisante
pour la coniomniation locale A
inismes irivili gis
il en existait u e multitude d'au*
1res plus m dont les mo-
yenB ru limenl ure oe pernaet-
t lient pas de livrer un pro luit li-
m. (Ici petite industrielsprodui*
laienl un Birop n niermant envi*
rs. soixante dix pour cent de su*
luli ven laienl a l'habitant
nu pris, trs raisimnable en rap*
port ivi I col I" la production.
Ni vi >ns remarquer qu'au
point il vue. industriel et cono-
mique l'outillage de i es petites
usines u pouvait donner qu'un
reu lern ml m lio ire de la canne.
t lepen I ml i aedi % p rmetl ail aux industriels une pro
di i premire donl
ielii i lit, en (in de compte, la
masse |uar.d m ne L prix du
sirop ei ni accessible A tuul
l oui ' i, u. plus mo les)
ela pendant les lempi les plus
vin-les de nos troub ea politi-
Le li ti de ni l'a-
chetai) a i^. -'i 11 S) centim
.le gourde! ce qui au point Je
nte appro
mu. i.i deux livres de su*
. i. i remarquer lurtoul
que la cl is irav lilleuse bnsfj
adili mis avantageu-
i e-,. optionnelles si
on considre que scientitique*
menl p u lanl eni
tiers Bullisenl pour
usti ntatiou de l'organisme hu-
ii aui.
: ofaitd notre
poi ulation, jusqu'en 1911, a
I
nte indusbie avait droil de vie
le au ciel d'Haltii iJ'ad
bt-k ii tut ioucteux
de proies r ei de pro nouvoir l'in-
duatrie agricole avait v..i en se|r
i mbr< 1 l)S une loi prohibant no-
lainmenl l'importation des airop,
m. lasaea, sucre brut ainsi que
le t hum -t le lafia. .Nous
tl< vori si [naler ici que cette m-
Irouvail uniquement
ux m uns de no- nationaux, es
i"1 > ju motivait une me-
sure aussi svre
Ues espnt, avia en prsence
d'avantages incontestables ont
bienti amen des grouiementa
irangers en vu roa bnafi-
cea a raliser. Les conct ma de
1 i ' leul prcipit d'une usine iu
tno lern av nu eutiUage
Bcientiiiquemenl Impeccable et au
l,||x tcrilicee unansiers.
La spculation sur la protection
accorde par le l iouvernementi
l'iu luitrie Bucrireenmmi lempa
que 11 modicit du prix de la main-
d'uvre jusliii.lient ces sae.nli-
ces puii |ue i prix de guerre lai-
nl entrevoir dt b bnlices nor
m s et immdiats. Mais les mou-
lins doivent i ire aliments par la
i ann el si celle i i existait.lle ap-
partenail aux propri itaireedea pe*
lites et moyennes sucreries et guil-
dives.Le mirai s de bnfio s plus
. ran Is tu prix i ellorti moindres
d i termina boa no nbre d'entre eus
a eoniracteravec la nouvelle orga*
ni-alniii Celle- a par le lait le son
outillage lanl pout la sucrerie que
pour ic transport pouvait raliser
indubitablem ml un bnfice dou-
bi calcu n pi ip iriiuii du ren-
de u ni des modeitei sucreries
d'anl.in. De la,les contrats adroite-
m nt rdigs, que nous connais"
ons,el qui,dans .le- cas trop nom
breux n'onl laiss que des dboi-
i qui, trop cr iules,
l'i laienl laisses pi en Ire aux subti-
l< t cl m i invenues.
1 r u i oit m pr mes ii'une
capacit non en rapport avec le
tonnage qui pouvau i ire acquis
par contrat, il tant ncessaire
dan un i ups i i ttjvement court
l'affranchir initiatives
pnvi -. l m. lier m culture
sur uni va | terrains
,.i a et d en In-
. De l ivec les
rn I .. m don-
ner un i nnage doublet tuple.voi-
re n, ; impie le ce, que
no i obteuiont avec DOS anciens
moj uis.
C'eSl ici qu lit natre l'a-
vantage unique, rel poui la-
voruv il. iluli i nos condi*
aiomiques.
.i luivi
Cl POTIIEL
Avis important
N. ei i liants aoal pris
le qu'l'l ne duiv. nt
rien i ntre re< ua irapri
mes et lu 0 ti si du Jour
nsL
rerl i Ma. s I9ti


L. MA11M
Parisiana
Ce soir
Kprise la demande de plusieurs
abonnes des le el le chapitres des
ftvstrsde Paris
Lntre : gdos Luge : I ..des
Prochainement : Le grand drame de
Iules Marv.
iQjjcf il HOiitt
A\ec Signoret
Dimanche
Les Mystres ilt; Paris
Par Cable
Nouvelles Etranares
L'Aire Thimothe devant
la Commission des Rclamations
6 el 7e chapitres :
Misre ei
Entre ' ''- et 3.
Varits
Ce soir
Bfellllt
lile 20e 21e 22
Entre 50 centimes
DIMANCHE*,
Grand gala avec
Fascination
S parties
Entre: l lourdes
Balcon. 3 gourdes
Le Tribunal de Paix
Section Est
Moi si ni le Dirai ii'in,
La loi qui cr c ce nouveau Tribu
nal vient d'tre promalglie. L'ins
lallation du p ri iiiih'I et le lonction
nemeut de ce ce tribunal S iront lieu
le premier Avril pn ebaiu.
0?doit "h pincer l" local? le vous
semble t il paa qo'tl scr.nl prfrable
de trouver une maison u maonne
rie ,i Laine ou daoi les enviions ?
Veuille/ agrer, Monsieur le Direc
leur mes mol leurs salutations
l 8 AIln.VM.
Le quartier de Grossires
rige en paroisse.
| A la date du 12 levner Mgr l'Ai'
ohtTOque a rig le quartier de (ires
sier en paroi M.Ll iloUVolM paroisse
compron i i toute la partie de la pa
roisse de L...ne qui se trouve su-
i,i rive droite de la Gronde Hivire
ds Honaoce plus loi deui sections
de- l'u i ici et les Orangon qui se
trouvent sur l'autre!rive.
Ht l'abb Le M ligne i M nomm
C ne de la nouvelle Paroi"
.
BSan
Mariage
Hier aprs-midi a eu lieu le mi-
riage civil de Mon eue Edouard Bon
ny avec Mlle Carmen Jeta Baptiste.
Les lm "u ''"' Il M' ! "r ( loo
Civil, M mut Civil, Fabius Duvielia,
Emmanuel Val 0 I U noil lleiuvaux.
Clment BOOBV, lu les Louis Jac-
ques, Le me- \ 1/ ci. Jean Charles
Ouiteau et L il aauu l Lamaute.
Les poux ru t i > duits l'au
tel le la Cathdrale d< main 7 heu
res par Monsieur Ltiu Bonn] et
SlmeJn Ch u au.
Meilleurs souhaits aux jeunes ma-
|ICS.
'%>
tUesse i Uelnus .
A. l'occasion du deuxime diman
obe du m >is, il s '"' '' epra
demain, la < p li,: Deleats.
ftoiisieu? Emile Rouiid'
Nous avons appris avec pi sir q 11
t'tat d sant .e notre ami Mil.
Kou/.iei r de la Lg iti 11
de Prince, qui laissait quelques 11
qui itu les par suite d une assez grav,
mal die. s'est sensiblement am lior.
.Sous faisoaa pour lui des vux
de complot I errent.
Resures prises par les allis
concernant les chemins
le 1er allemands
PARIS Le Petit Parisien
Croil que les travaux ,1e !.i MUS G m
mission Dawes pour les chemins de
1er s'orienteraient ainsi : Le rseau
exploit par la rgie franco belge se
rait rintgr aux points de vue ti
nnicierel del direction gnrale
il l'exploitation dans le rseau aile
m nul. Ce dernier servirait de gage
i un emprunt international mais
resterait soumis l'troit contrle
des allis de manire a. pouvoir es
surei t ii cas le mauvaise volont lu
personnel allemand la scurit elle
ravitaiPement des troupe--.
La crise ministrielle
en Belijiijue
BRUXELLES M. rneums h en
Irepris la lche de former un nou
veau cabinet. M. Ilyrnans, ancien
minie'N die allants trangres pren
dra, dit on, le mme portefeuille.
La droite flamande et U dmoert
te-1 lin ii> ns soionl reprsents dans
le cxhioM : la dru le probablement
par M. Pouillet.pi ident de la cham
bre des dputs.
On coi.tile civil succde au
cOotrole militaire interalli
AR1S La conlrence des am
bassadeurs a dcid pratiquement la
dmilitarisation de la mission de
contrle militaire interalli en Aile
m. gne. Le marchal Foc h et M.
\\ hiteliotise, reprsentant l'ambas
sadeur llenick, assistaient la san
ce. Les ambassadeurs ont re,u un
rapport favorable sur la suggestion
de M. Macdonald proposant que la
mission militaire actuelle soit rem
place ultrieur, ment par un comit
alli des garanties.
Suivant la dcision des ambassa
deurs, le contrle des prparatifs
militaires eu Allemagne par des ci
vils et non pai des officiers de l'ar
rae bien que cette mesure ne signi
lie nullement la (in du contrle ; les
ambassadeurs ont adopt le texte
d'une lettre qui sera envoye au gou
verneme il allemand.Le transfert du
contrle militaire entre les m tins de
civils n'aura lieu que si la mission
I contrle actuelle s'est assure que
I Allemag ie n'a pas fait de prpara
ifs militaires uon autoriss pendant
I aime o le contrle ne s'est pas
exerc et si l'Allemagne se confor
me aux cinq demandes faites par la
confrence des ambassadeurs en
11122 ai sujet de la nouvelle lgisla
tion et de la dmilitarisation de la
police llemande.
KouvelUs m iturei contre la
spculation sur le Iran*
l'AltlSM De L.i-tevrie continue
ses eflort' pair mettre tin la spe
eulntion s ir le liane. Il a adress
une letlr; au prsident de l'union
svndicile dea b.iuquiers de Paria e'
de province pour demander leur ai
de ; celte lettre sera envoye aux .li
ni leurs de toutes les banques en
Fraii'C.Le ministre prie de rappeler
ds maintenant dans les termes les
plus termes a tous les membres de
l'uniOQ syndicale des ban qui M que
le gouvernement considre que jus
qu'a nouvel ordre toutes les opra
ations destines fournir des touds
n flancs aux trangers sans une
garantiec orrespondante devront trt
suspend KM partie librement dansles
cas suivants : lo Oprations en fran. |
pour compte .1 trangre en dehor
de la France. 2o prt sur litres aux
trangers, ;io gara itiea pour paie
ments fut irs des m irdiandises ache
tee par des changes ou pour leur
iompt .
L'aide anglais a la |us*ie
L LNDRE3 D
ant Moscou du li uh Ex i M
la Rnaele eoviti | le t'efloi a 11
prochaine cool i.iue anglo r d i
ngocier une avance de 150 uulli ins
de livres sterling chelu ir 3
annes. Ces ci liis devront tre di
viss dans la proportion de 61 pour
cent en marenaudis s et 33 pour
cent en argent.
Impression cause par la
dposition d ; ealil-.
ALLAHABAD- La n uvel a de la
dposition lu calife Conatantno
pie a t reue par les m ib inlans
intliens avec un mlange d'incrdnii
t et de constat nation. Dans les mi
lieux constitutionit-ls, l'opinion est
favorable a l'lection d'un nouveau
calife qui ail la sanction du Coran.
Ces partisans robt envoyer une mis
sion a Ang ril P l|r dl* ntor la ques
tion avec les chefs lui
Expdition esp ignolc
au Maroc
GIBRALTAR lai raison dee mau
voises nouvelles re< tes du quartier
gnral espagnol au Maroc, lei Irou
de la Lin. r ci d'Algi il avec
de l'artillerie et des approvisionne
ments ont t expdis en haie
Melilla. Les paquebot etcargoeffei
saut le service Alg-'-iras Ceuta et
Tanger-Cadix sont rijuisitionns
comme transports. On signale que
ces envois de troupes prcipits eau
sent un srieux mouvement.
MADKIIi Les trois brigades dont
le dpart avait t ordonn ont t
embarques llar^el. ue. Alitante et
Valencia.
action commune pour rta-
blir la paix dausle fini
duras
SAN SVLVADOR- Les rebelles
contrleraient tous les ports de la
cote de l'Atlantique, du Honduras et
auraient repouss u ie attaque des
troupes du gouvernement /ambra
no. Les gouvernement-de Salvador,
Guatemala et Nicaragu i sont en con
versation en vue d'une action con
ci rle pour le rtablissement de li
paix dans le Honduras.
Nouvelles di/arss
l'AKlS La conlrence des am
bissadenrs a dcid la reprise du
contrle interalli en Allemagne.
BLKNE Le gouvernement helv
tique a dcid d'mettre un emprunt
d-- 'J00 raillions de francs a > o|0
pour continuer l'lectrilication deali
gnes de chemins de fer.
LES COURS
6 Mais
PARIS Dollar 2i,75
Livre 106,:)'
NLWYOIIK Franc 15.13
Livre sterling 4,28
Lj lin du Ijapt. Scnlt
l'ar sans-lil re majir Hlackweil qui arcompa-
gpait le Capt* Scott a PHpitai*
WaihiQgtoOi ii est annonc qu'
4 beuraa du m.itin, hier, 7 Mus,
le Uipt- Scott t'eel jet par le hu-
bbt in !>i Liorfcas et s'est
noy,
LeCapt Scott tait sous la gar-
di du Dr Bl ikwi il et le issii
tantsse rendaut New ork pour
tre soiftus- Ils sy uent quitt
Port-au-Prince le 3 Mars.
Voici i sentence qui n Ui pro-
e :
Vule Proio, Je du S Octobre 1W9;
Vulemmoir' au No. SI de M.
St louis Tliimolhe tendant au paie-
ment par l'Etat, en capital et Int-
rt, de la somme de G. 139.154 08
en rparation des pertes prouves
dans le Nord en rit t 1914 tant du
i oit des autorits gouvernementales
que de celui des Rvolutionnai.
Vu le contre-mmoire du Couver
nement d'Ilaili concluant au rejet de
U rcamalion, en raisin le la doc-
trine Internationale, ie l'article 185
de la Constitution, rt parce que le
pouvoir Excutif qui lit voter, sous le
(vt iuCal. Leconte une loi de secoure
n'tait pas lenu d'accorder une r-
partition au v personnes non ucessi
teusc-, parce qu'enfin lestroipesdu
liouverncnent d'Antoine Sinon, se
iournanl Fort Libert ne p uivaient
que protger les biens lu demtndeur,
ami personnel'du pouvoir;
\u la rplique de M. St Louis Thi
mothe combattant la djctiine inter
nationale de l'Etat, dmontrant
que la tbse du risque ou de la pri
me d'assurance constitue par les
impts n'est pis trangre au concept
social hatien, concluant h la faut
de l'Etat pour dfaut de vigilance
et incurie de son Couvernement ;
Vu la contre rplique du Gouver
nement d'il liti demandant le rejet
dos thories spculatives du demau
ii d r et l'examen de la rclamation
par rapport la lgislation hatienne,
< i soutenant que Mr Thimothe n'a
prsent aucun moyen srieux de
preuve de la faute de l'Etat :
Ensemble les pices au do sier du
demandeur.
La cause tyqoe aux audiences
des 17 dcembie 1918 et'.' janvier
1984, Me Lon Nui, pour le deman
deur. et Me P. Mathon, po ir le Cou
vernement d'Hati, lurent entendus
en leurs observations ; puis la Com
mission ordonna le dlibr pour la
sentence tre rendue ultrieurement
Attendu qu'aux termes de sa seu
tence du 10 octobre 19U, dans l'ai"
faire Ceorge Kirkner. laCommi:sion,
fu nant en considration la coutume,
es prcdents diplomatiques et lgis
latils des pouvoirs publics haitiens,
ainsi que certains principes du droit
des Cens a estim qu'un Je lommage
ment est d l'tranger, en raison
des pertes prouves au cours de
guerres civiles, pour des dommages
matriels et duects imputables
faute, soit au Couvernement, soit
ses agents agissant dans leur carac
tere politique, h la condition exprs
se qui les rclamants ne se soient
pas rendus coupables de violation
des lois de la neutralit et de l'ordre
publics, en prenant parti dans la
lutte eu faveur des insurgs ;
Attendu qu' la rclamation de M.
St Louis Thimothe, citoyen haitien
victime de troubles civils et poliii
ques, il a t oppos pi le Conseil
OU Gouvernement une lia le non-re
cevoir premploirc bas a ur l'article
is;> ds la Ooostiti li ni ... i B89, aux
Ici nies duquel les hait ISO S et tran-
gers, en ce cas, ne peuvent prtendre
a aucune indemnit ;
Homlie biuWPt-au-Princ<
Croix-des-Bouquets
\ i avoir iseur la com ou-
m, ition avec Carn lu ir dlaiss
depuis le i h m e 11 nta : ini
lei l'C.s. Mr
m ui rient de pn ndre dea dispo-
sitions cou'in ni la Haine du
Cnl-de Sac
C'est .iiii-i qu'un '..union \ ar.i-
ra tous les j du
Nord, avec 11 Croix-di s-Bouquoti
comme point terminas,
C'est tant mieux.
SUR LA oUESTlONDE Pitl.Xj
C1PE
Attendu que l'application rigoureu
se du texte de l'article 185, s'il avait
la porte indique par le Conseil du
Couvernement, seriil conditionne
par la comptence de la jur'diction
locale ;
Attendu qu'en raison du caractre
international de notre Commission,
qui a le pouvoir d aprs le protocole
du :i octobre 1019 de vrifier toute-,
tes rclamai on pcuniaires contre
llaiti, certaines rgles incontestes
du droit des Gens ne sauraient tre
mconnues ;
Attendu que parmi ces rgles li-
gurenl celles que les trangre ne
auraient avoir plus de droits et de
privilges que les nationaux, et que
les chefs l'arme ne peuvent, mme
BOUS le prtexte l'exciter leurs trou-
n N au combats, leur permettre de
mue du bulin avec les biens des par
ticuliers ;
Attendu au surplus que l'article
185 de 11 Constitution de 1889 ren-
voie les parties lses poursuivre
par devant las tribunaux ordinaires
les individus reconnus les auteurs de
torts causs, afin d'en obtenir justice
et rparation lgale ;
Attendu que cette disposition fut
introduite pour la premire fois dans
le droit public du pays par la consti
tution de 1874, la s"uite des rcla-
mations trangres pour pertes su
durant l'administration du C-
nral Salnave ; que la prohibition
constitutionnelle avait la valeur d'un
avertissement que l'Excutif ne pren
drait plus duecleraent en considra
tion lesdolances qui pourraient tre
pisentes ;
1 ttendu que cependant ni le texte,
ui les discussions la Constituante
de l'poque, n indiquent d'une mas
nire prcise et catgorique la por
te du renvoi ordonn par devant
les tribunaux ordinaires ;
Attendu que si la juridiction locale
doit statuer conformment la loi,
et i vec toutes les consquences que
ci lie loi comporte, il est utile de rap
peler que suivant le droit commun et
selon les prvisions du code civil
toute personne et l'Etat n'en est
pas except qui cause autrui un
dommage doit le rparer et tout com
mettant est civilement responsab e
de ses prpo-s dans les fonctions
qui leur sont confies :
Attendu que si des faits illicites
commis par les agents de l'autorit
au prjudice de la proprit d'autrui
tombaient sous l'application de la
loi pnale, I Etat qui les aurait or-
donns ou qui en aurait bnlici.et
qui i.-lii al ou ngligerait d'en
faire just ce, n'en verrait pas moins
sa responsabilit civile engage ;
Atte idu quel Kl it ne saurait donc
carter de plein droit sa responsabi-
lit d i chef des prjudices causs
l'l nent haitien en cours des guries
civil s par ses prposs; que sous
le p lexte de troubles politiques et
d'un texte constitutionnel quivo pie
il nu laurail tre permis a l'Etal de
spolier dlibrment se- rosss'tiifr
mots ;
( Lu /in ilr.nnnn )
arrive d'un bateau de
guerre anglais
Ci -i demain midi que le 11.
M. S. Curley , le la marine de
guerre britannique entrera dans
nus taux
( n sait qu' i.ette occasion, il y
aura ^rand match au F'arc Le-
conte.
Dans li grande salle i e Itceptiou
du rez de i h mats ds l'ai u- N itio-
n il. se tient aujourd'hui le deuxime
Congre* hM Ifl -meurs et Architectes
du Couvernement.
Cette runion durera deux jours,
tous les travaux aeoomplis devant
l objet de rapporta dos chi fi
diff
- i..... visite au Prsident de
la Rp iblique et eu Min stre d< s li ,i
vaux Publics, li'guu'tiis et Archi-
ti loturerontuemaiij la lted i s
un di ter de _ il i .i Soa Sds loa.
accident de Press
Noln re L'ESS H n< us prie
r qu'il ne peut |
l. uise t un accident dj
ii eu dernire heure.
Il paratra demain.
RnaepciamntS
Mme Vve .1. li. Dartigue, Melles
Thrse et Rene Dartigue, Mrs Mau
rceet Jehan Dartigu Sme Vve r*.
Birmingham, Mr et Mm; Cari Voigt
et leurs enfants, Melle Claire Oarti
gue. Mr el Mme Marcel Marescoel
leurs enfants, Mr Ceorgvs Bergeaud,
Mme Vve Ed. Hall et ses eulanli,
Mr et Mme L. Birmingham et h uis
entants, Melles Amarante et Maria
Duperval et tous \e> autres pareati
et allis remercient bien sincre
ment le Cur du Sacre Coeur tt sjO
. les Soeurs de SI JoSSptl le;
Clun\ Iles le li iageme, les
Pres du s. minaire, Its lu
l'Instruction Chrtionnoot tous les
i ut del Capitale que de U
Province, dos marquas de sympatlna
qu'ils leur ont lamoq cc4
sion de la mort de leur regrelU:
J.B. DAHTlVil t
survenue nier, dt les prient
i leur profonde gratitude
Port au Prince le 0 Mars IVXa


l-t rtl.il.r*
Grand Htel de France
\\Angiu des Hues Bonne*Eoi$du Quai
}g*VIKNT DE RECEVOIR
mt'ate de foie gras trutie. Civet de livre. Andouil-
lettes aux lentilles. Andouiiles au saindoux. Jamoon
en boite. Anchois a 1 huile. Sardines. Maquereaux.
Thon,Cassoulet -petits p ois lins extra. boudin, eto,
Vin iouge, le gallon 4 gd*
Vin blatiC, *e gallon 5 gd*
'^L'Htel dbile par barriques et gaUoni des fit de
lordeaux.fi Vins de Champagne.
t Cuisine excellente Chambres conlortables -- Magni-
fique vu' tir la mer.
ai^^w^^*w
m\h mm
M w (Iode et Tanin) *"
A ta fois Tonique et Dpuratif-
Anmie Faiblesse gnrait
Croissanco dos Enfant3
Glandes-Scrofule
Formation 4e3 Jeunes Filles
Maladies de Poitrine
hl imt :rabl8, remplace aoantageusement '
l'HUILE de FOIE ae MORUE
F. COMAB t riLS C P.RI8
Royal
En lace de la Banque Natiomle
Propritaire : Annacius INNOCBN'l
Le nouvel tablissement 86 recommande par un service
irproehable, des consommations de premier choix, sa
situation privilgie.
U soir, musique attrayante dirige par des prolos-
ionnels de ijiaiiu meiite.
Installation parlaite. prix modrs.
Tlpncme N Ii9n
K. F. Dielz Compauy j
Les plus grandi labricanti le lauternei dans le mon-
de entier fournissent les lanaux et lanternes les plus
connus en Hati tels que :
Fanaux pour la rue
Fanaux de police
fanaux de pompiers
pour chemins de fer
Kanaux avee rflecteur
fanaux pour vhicules
fana ix avec applique
fanaux pour uai'dien
Fanaux pour I sir.e*
etc, etr, etr.
Tour commandes directes et reuseignements.s'adresser
aux maisons de commissions a iei-Tork^oi l'Agent
for tau-F rince.
Toujours en steaks : Fanaux fictor, leool laniernea
ft rerres de reehange.
. PREET/AIANN-IOGEHIIOLM
Gnral agent
Hue du QuaiPort au Prince
Compagnie Gnrale
Transatlantique
Le i V {parti de Bor
deauN ' '" "*a
Pori au Priai u'r-
Il repartira le li
;,n re pour Santi la '.uU les
ror
De relour Porl au Prime 1" il
il rapartii i la m me jour pour le
Havre via lasporU du Nord, Puerto
PUla et S mi JutB
Port au Prin ira rM4
L'AgSOl E. l'.UUKLIN
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
119, Hua Saint-Aiitoina
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Ymstont
PNEUS
TUBES
T<
& ACCESSOIRES j
Les premiers automobilistes du monde se servent des,
IVeus & Tubes
FIRSTON
La I iretone
lire <$' Hubbcr
Company.
r.iiini toutes les autres fabriques de l'iieus ft Tubea
reprsentes en .laili est la premire qui a permifj
au publie ilr protiter le la baisse lu CaoulchuUC.
Von avez une relle garantie en employant le pnci
"Firestone Cords"pour votre automobile surlonl ions la railes circuler surydei routes (lissantes el
rocailleuses. Due lois rotrs auto munie de Firestom
mmis ne devez rien eraindre.tout danqer est limin.
Toutes commandes directes pour la fabrique sont
acceptes des conditions trs avatagauses par ragent:
Preetzmaiin-A(|(|eiiiolm9
Rue du Quai i
Tlpnone: 2U
ujovr en stock toute* les dimension* de
Pneus & Tubes
l'ovi J. H. Woolev,
()t fobite Bazar Mtropolitain*
vis
PORT-AU-PRINCB
Al. PETRU8 Pnarm.eia ALBIRTIltt
rhuiaali d'i v JuaUi VURU
* 01 "* PhHrrt"
i dsire engagi r pour environ
mois un proi rielaire de etr
uHl), qui conieDl rail
iraDaport des d< m s Je
ire dam L*Arubonite el re-
.'H c tit de ii' t garantie
dii oiii'i pour ondi"
ILOFFSON, LUCA.SA Qo.
1.1 Manufacture 11 ltienn T ac avise sa bisoveill iota clien-
tl que i un I- but 'l i lui taire
un cou n rene dl tyal . dsa
gens a i ausent 111 -^i : >r is ci-
gar llei la main; en attendant
qu'el a dcouvre ses brigands
poui les laire punir selon 1rs lois,
elle letn in le eux fum >urs de lui
apporter tous les pa |u sto 'i'' cifa*
lu id po irronl trou
ver uis le Commei
P l-au-Prince, le Mus 1924.
D J R THEBAUD
Cliirur|ien-I)enliste
l)ea Facults de Montr.'al New ork et I B
Angle des Rues llelouelie et du
Meg^in de l'Btat.
Consultatien* de i lieure du
iqx'id a b UJ v.t%
^nllon Sh Poisli
Coaij)aiy Inc.
Si vous roulai protger la peau de chausson s.
Si vous voulez, avoir un brillant luisant i durable.
si vous vouiez la couleur el la souplesse le ces chaus-
sures pendant longtemps employez la marque lonogram,
fabrique spcialement pour les dames et les gentle.
Ben Elle pretgi la peau '/les ehaiis, nvs eonlre riiuini.lir
el la chaleur.
Demandez la marque Monogram c'est la meilleure de toutes
les maripifs.
Geo 1KAS&EME er.l pour Hati
Avis
Rcpiss
adir
Bonne i opei
.i qui rapportera tu Bureau 'l" Le rcpl bourau NoiA'i',
Journal un bracelet en or perdu la Mme Va Ra I
[lie, j,. trajet de i Ave* Prophte, l t adir.aat dclar oal
D tu Cerele Poitau- duplicala devant en tre dlivr
l'nncien ''ort '" ''""''-' '''''' ,nars ' '
Port-au-Prince, le 6 Mars 1924. Hritier. We H. PKOI'III
iji
BSSSSSSSSBB^^


LL fljAil.l
l'Amour dans Ie?Curt Pharmacie VV. BIJCi
9

BOUQUETS
Un jour viendra, Amhrr lermnl,
/'jrlfilui d,' f. /"ni' 'Kl.
Rott sans lin.
i u mt'initiux.
Foi-Ttut. Fai'ins un 'Ht.
'
(parfum pour hcmme).
EXTRAITS :
MH, Knse, Mintnsa,
Violtttr. Cyclmtn, Jasmin,
uet, /'11.
IliUol'Oft. Chyp'f
I r
Le flacon rirUme
. conlrt rtmboun'
Toutes parfumerie
et Grand Magasins.
Prparez vos liqueur avec les Es*on
ces pour Liqueurs ; Anitettes, Crms
de Cacao, Chartreuse,Curaao%Gin.
STi|t' Vaillant Consujuataire pour Haiti
Colomhian Sieamship
iaav Inc,
Comp
La Conscience
Cordonnerie
Crnest Camille
Tapeur dirig par la Colombian Iteamship Company GranJRue N 1722 cot de la
>our compte de Onited States Sliippii><| Board. l'oste
L? steamer Hati venant des poris km aK SpQrtlHn
h -*> M S I ta 4
/tu Sud est attendu tort au Prince le
8 Mars courant.ll repartira le 9 poxr
NtwYork via les i*orls du Nord pre*
nant fret # passagers*
L? fteamsr MARTINIQUE ayant
laiss New York le 1er faars courant
est attendu Port au.Prince via les
ports du Nord le 8 du courant. Il re
partira le mme jour p mr Kingsto.i Ja.
et les poits de ta Colombie prenant
(tel V passagers.
Port au tince,le ?'> Mars 1U24
A l'occasion les grands inatches
il1 Pool hall qui doivent avoir
lieu, et si vous voulez eue vain-
queurs
Procurez-vous vos Souliers
Et vous, jeunes oux, pour vos
teiuines dan* leur lit intres-
sant, -;,
UNE BONNE PAIRE DE
SANDALES
ALUM1NUM LINE
New-Orleans et South
American Steauipsbip
Co Inc.
Prochains dparts directs
peur FOUT AU F RINCE, Hati
Le steante* HALSF a lait se Ntwi
Orlear.s le 3 Mars pour portau?r ne &
Cap II i ieo tera ici le 10 avec 140 ton
m s de ma chandies.
Le steamer DEA laissera !Vm; Orle
ans Ift l caurani directe m?nl pour
Port au Prince,
A partira* cette dernire date, il g
aura ut.e occasion chaque 15 jours pour
les ports suivants: Carthagne, Porto
Colombia, Quruao. Porto Cabello, La
Guugta, Pointe Pitre, tort de Brunce,
bridgezcwn, barbadoz, Port o/ Spatn,
rinidad, Ueorgetowiu
Poit aa 1-iiuce, le / Ma: s 1924
A. de Malleis & Go
Agents gnraux
iEHM et lio,
NOUVEAUX ALAMBICS
> DIITlUKi; t RECTIFIER
Lei IUX-DS-VlE,
NHUMS, ALCOOL, c
OEROY FILS AN
Mnu.r t
H, m, t, rM, ri
,(J*hiH
P'HDc PRATIOUF 1-1 DlUIllKtnr fUIX-f-t-
w' "MKMt t MANUEL II tnntm t>
^ !M < T*mr illul* i**jrcjBtftr%.' v *k tutu y
OLIDA
JAMBONS CONSERVES
CHOUCROUTE FOIES GRAS LGUMES
FRUITS CONFITURES CONDIMENTS
En Vente dans toutes les Bonnes Maisons
Agoni Gnral pour Hati : Ch. MAGNANT
GROS : 118, Rue Baudin, LEVALLOIS-PERRT(F.)
MlHW I " 'i 1 m il I ^*9jaammmmammmmai*mmm^mmmm^rmm^m^m*' ^^
L'extrieur du pneu raconte l'Histoire
L'paisse couche du caoutchouc et la supriorit du matriel dont
!"'>. I.iltriqiu- le pneu fiood Tear, assure un Ioikj service<
Les luulotul.- canaux el lus Mocs dont t.! compose cette couveilure
extrieurs sont des preuves palpables de sa qualit aoti-drapante,
Et, la laon dont les carreau sont attachs leur base expiions sulli-
.'iinineiil, la t omodit ollrenl les automobiles qui su sont quipes.
Vous dsvsi vous serrir des ouveam pneus Good Tear, ils coulent
moins que les aotrej pneus la fin.
IGooci Year Cord
flbe West ludies Trading L
ri-u- rince Gonaves


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM