<%BANNER%>







PAGE 1

if A'im L>s dpenses 'le la Fiant;* l'A 1 ministre des rgions Jibt i > s a di 'la chambre, que la France a d turs 52 mil liirdi 580 m liions poar Ici niions ds il res'.e 9 millier l~ >i"> millions B er. les caaset des lluctuatioog des valeurs trangres PARIS' atsde change I Ici i MU q il ii ittribuenl sus spculations r'es n.Hi-1iiii iallemands la llour se du Paru notamment sur les va taon trangres tuai i ; tildes de brus <|ues Ductu m e grandi in lluence sur les importantes Naria tions de^ pris qui oui | rvalu ces jours derniers. Les reprsentants des banques ail se sont fait remarquer depuis quelque lemps la Bourse o ils ont spcul sur divt rses valeurs. Un suppose qu'ils se ser I d'une grande partie des 15 mil liirda le rrancs qui reprsentent lo total de la monnaie eu papier Iran Miss m circulation l'trangir, daprs les e limatiODS de la banque de France. Lu lexique MEXICO "M signai que les re belles ont i ''uerlo Mexico et que la gonvernemi i I fdral espre obtenir le cri;! Ole comptai de l'ir-Ih me d.I lui il ici I" jours. Le leader d. ri Moran, qui vacua Tuipam, est signsl ci mme ayant rejoint les troupes du gnral Lava/os dans l'Etat d'Hidalgo. LES COUHS > r . 29 1evriei PARIS — Dollar Livre Parisiana DIMANCHE Lo gros succs du jour Les M^strs de Paris 'lecV 5e chapitres Le Heii.iije du Pipelet etj Les mites duo l>al l'ambassade Entre: *2 gourdes Balcon 3 gourdes administrateur les Finance! et Prl.'i provisoire du D|.iit. lia tord-Ouest Par suite de la dmission le Mr Hamiltoa Poitevien, c'ait le Docteur Henri Lanoue qui a t nomm par Monsieur le Prsidant de la Kpublque a ces hautes fondions. La grande svmpalliie dont jouit le Dr Lanoue dans ce Dpartement, est un silr garant qu'il saura, tro\on-nous, l'acquitter da ses devoirs svet tact el [Uil Nous lui prientooi BOS sur compliments. administration Communale li! Prt-au-JPrioce Le Publies) inform qu' l'occa sion d • la dlur du Carnaval, il y aura lui populaire au March *de la Place Vallire, h Mardi %  Mari coa rant. des ; h. mes du -o ; r. fort au Pline*, le 1er Mars l!tjt a i i 11%  % % %  ——————i Avis i soussigns, Infonas le i ublic n'av.ur | im i i i 1 irso i le au eunrc I i i Coco m i n Si a bdur et appartenant fe i m >n mari Tti. fort au l'i inoa, I' 1er Mais 192 Mme Y\e Th. I Ncrologie lue dpche de Jacmel annonce la mort de Koland Hilaire, (ils de notre regrett uni Annibal llilaire. s • l.i nouvelle de la ni . I de Pierre Vdtneaaj fils de noire imi Thoe. A. Vilmenayi Co i il d'H 'i i 11 N'ou\ !i %  i % i-i im, Q 11 i i parvenue ce matin. Sa j i' 1 r i .i eondo lancas au parent! qua eei deuili ,/niient. A\is~dc dpart Li Navi WK et |-J V ni direct p il' i mars prochain. , ; ni Priai ', le -".' Fvrier I_4 Hociaifi 1 robuste prennsnt aq/c Tiiiolsion ,T I La donnez-vous vos enfan .^ -i*t.. 23,92 La loi d'augmentation du droii de visa L'Cxpos des Motifs, lait par IdgsWtiire d'itat des Financfs. — Le projet bnficie de runjenee et du vole immdiat. Messieurs les Conseillers d'Etat, Le Projet de Loi que j'ai l'honneur de up iser lujourd'nui sur v >>s bure.uix a, pour ainsi dire, .1 toi < %  s temps dernieri) ra impagoie d'au tree Projeli encore en laboration, fait le tour de l'opinion publique,dc la presse et des milieux d'afiaires.i.a taxation, qui fait son objet, primiti vement oooui sous la forme d'une taxe de 1 o[o sur les ventes com'ner ciales, est ralise par ce _l'rojet au uioveii d'une simple levalion d i droit de vil! tabli par l'article 'XS de la Loi douantes i Diverses criti pies lurent souli v iei par l'ide d'une li\e -m les ventes. VOUS me permettre/, de reproduire ici lae deux principale* reumei corn me suit dins un liappjrt de l'AMO eiat on Internationale dei lhiames d'Affaires ^d'Hati, adress une Com nission gouvernementale compo se. en vue d enqutes organiser sur l'oprorlunil de l'app icibllit de certiines taxes, du S'-rtaire d'Etal des Finances et d i Commerce, mon pidcisseur, du Con edler Kinau cier et du llecevmr Gnral : Premier*' eritique 1 Les com nei intt i raig eut que le rois d collecteur que le Pro jei leur assigne "car vuus sevez,seni douta, que les dclaration! sur les es li taxe devait >*lre as-ise taient esigeadei commerant! eux nu i, % %  deMciitienl pour eux la longue ni' c mae d'ennoii gravai venant d— a.nls du lis %  i'caiit les lauJ'-i qu. ne manqueraient pu de se pr >diiire l'occasion de II per c p ion dune t ie lai-^e .1 1 1 Imiiiie \ 1 m t dei co nmer, tntial m nclnn de-de tous georei Ique deviendrai) lapronuaie as Monsieur le Conaeiller Fi H a 11 eie r q d clati m ou vriiication de livres ne arait Ixige ? Le ipeclre de I inquisition liseale haute l'esprit dee 1 0 o H H nus on peut dire que c'est la leur motif le plus puiMant de s'op poser la nouvelle taxe". U^uxii'iiH' critique 2 5 La late suvanl une m ne marchandise dans | tus l monta, le prix de celle m irchandiae, l(ii-(|iK! eelie ei an iv 11 1 g mateur, — tara major d trois, |ui tre, cinq lois 1 ,q > [ ..• I 1 ner.l d'autnit plul mra pas >.• p ir un plus gran l nombre de main-. Coniquenc i mpoi tante, d eoulaol de cette pi nire coml o i lion :1e fo qu'il le p uirr l, l'adl 11 H. band afia d • n'avoir pi] 1 1 tau in'une dlri du p l de recourir a il inlermdiaim plus o 1 moins DO ir ni, *di n i d i Citer sa marchandise un prix t VI Les Bonaquences qui rsulteront donc de, l'application de la taxe liront cellecl : i ) augmentation InjuitiQe des pris au dtriment du petit consommateur: l> ingalit de trai'ement entre petits et groa com inere mis : e ) 1 nent la Iraude, puisqu : 1 :r inls qui diiiimuleronl i • chiffre I • leurs v m pueront une moin Ira t;vxe et pourront dbiter m dos cher leurs marchandises, au priu lice des c im mer,'.mis de bonne loi habituel a le nu" une comptabilit sincre et rgu lire de leurs alt'aires". Le rapport que; je vieni de citer conclut, disant reprsenter l'opinion de la presque unanimit des commer mtl, l'tablissement d u ie taxe qui ulteint la 'mar.liandises une seule fois, au moment o elle est introduite sur la march et il pr com ne suit:" si la mircliandise vient de l'Etranger, elle sera frappe la Douane : si elle est indigne, la taxe 11 isJiira onez le fabricant. En ce qui concerne les' mardi m li ses importes, je ne puis rsister au dsir de citer, une dernire fois, le rapport de PAeaociation Intematio nale d -s Hom ns d'Affaire d'Hati, suggrant l'tabllliement d'un droit de Douane particulier : L: calcul srail ainsi l'ait, dit le rap port : Mo ili.il de la facture de Flm port, P. 100 : Droits de douane. 30: !'• u lie i venlael t 5o|o sur 130:6.30. \ deur au p:ix de vente : I'. I 16,50. A prlevsr 30(0 sur P. 136,50: 1.09 l\l, aj >uler au bordereau da I im portateur. peure scquitti en mne temps que les droits de doua ne. El iv %  u no plein i t le Pez -ellci %  • ,1" si .i de 11 supriorit mr le mode de taxation -m les ventes|propos s par II Con sei.l.T Fin mcier, le rapport en reu me aiaii lee avantages ; perception auto:n iti jue et ne coulant presque pasaefriii nouveaux: limination de la fraude, galit de traitement entre gros ot petit < %  > u n iree, entre gros et petits |con:re co n rnerce lui -ru j o qu'il a de f ilus |nliiparmisdl reprsentinta. I n'y io m qu i itum m in • d %  la ixi qui ne soil emprunt la faon de v ur in commerce : le l'ioj il du G i ivei nem ml repr i luit I o| i proposs p ir le H %  1 An "i Ui > i I il 'r.'atiou ijQ m 1 \ i drei II ti, et le 1 OJO de droit de ris i de la L nin en vigu ai i.u d autr ta t rmee, il l ve de I 0(0 i 040 ce dr .il de visa. Aoasi biecj lorsque li Ccuverne ment se fut propos de reprendre cette nouvelle forme l'tude de la taxation luggre par le Conseil 1er Fmau-ier. il ne rencontra aucu ne opposition et l'accord fut vite ta bli sur la convenance d'une impesi tion douanire modiliant le droit ac luel de visa. Je crois. Messieurs, vous avoir as se/ dit pour justiiier le Projet de Loi que le Gouvernement vous de mande de voter.Mail je crois devoir ajouter une considration de plus, j.our 1 tablir h rot y ni l'urgente de la rforme thcale propose. L'; Considrant du Projet invoque la ncessit d'aisnrer l'quilibre du Budget. La movenne des rendements des cinq derniers exercices donne des voies et moyens d'environ 2\) millions de gourde; c'est peu pre ce chillre ques'iventles d' pen l du liudget actuel que VOOI ave/ fix exactement 0.i8.6lS. Wt. W. Or. les re, • ttes de ce mme exercice sont value! par vous-mmes (i. _. 494.290 ri. L'cart entre ces n cet tes et cee dpeneee ait de G 3.118< 172.04. D'o il suit que. alors m me que des riiatancei particulires ne seraient pas opposes au Scrtai re d'Etat des Finances dam l'excu tion de l'article i de la Loi de Fi nances relativement l'application des soldes antiieurs aux dpeuses actuelles; il serait neceanire, envue des pjochains Bu gets, d'aviser au moyen d'assurer un quilibre aussi di Bnitif que pos-iblc entre les revenus publics U II n .s qui sont la charge de 1 Etat. 8 vous me permette/, d'exprimer cette pen se suus une autre forme, je veux di re la sagesse qu'il y aurait ne pas escompter indfiniment dei loldes au crdit de 1 El il et oauer le budget g arai dl U llpublique de fat;011 rendre excutables les dispo litoni de l'article 19 de la Loi de. Fi nances relativement la corrlation n tablir entre lee recettes et les d penser d'un m.ir.e exercice. .Nous sommes actuellement, Mess'eurs, la tin ou presque, de la r coite. Lee premiers mou de l'Exerc 1 tool latisfaisants c unme rende ment. Alori mme, je le rpte qu' aucune duiicult ne surgirait pour coolr rier la libre disposition des fonds d 1 exercices aulerieurs.il nous faut nous exercer parer l'insulli sauce possible des derniers mois de l'anne administrative. La recelte nouvelle que le Gouvernement vous demande d'tablir est un des mo yens de compenser tout dficit dans li recelte.C'est pourquoi il fixe la date du li Mars de cette anne mme comme point de dpart de l'applica ti>n de la taxe nouvelle. Dans F espace de temps qui nous spare de 1 exercice prochain, nous aurons fait ainsi l'exprience du mo yen propos et de la masure dans la quel.e nous aurons eu raison de compter surce moyen. Sous le bntice de ces considra tions et vu les circonstances, j'ai l'honneur de demander pour le Pro jet dont je viens de donner lecture, I urgence et le vote immdiat, qui ne ront jamais plus justilis que dans 1 elle occasion. Conseil d'Etal Hier, le Conseil d'Etal s vot %  le contrat ainsi que la loi ur li cration de deux postes consulaires a Cuba. Varits Dimanche Vronique Un film d'art franais, tirde la No I le Pass comman d de Mlle Mayi E en I %  Ch ilio avec Pauli i? ( !' lit ) Lucie;i U Luectte ( c l'ntre ; 0 'd<^ %  ^ 0 . ; 3 ^Jes vol tFOiscau La session extraot lmaire du Conseil d'Etat prend lin et nous croyons savoir qu'aujoiiid lun ou lundi la clture sera prononce. Cette session aura t une des plus fructueuses et des plus laborieuses: d'importantes lois ont t votes, parmi lesquelles celle qui rorganise laCoropagnis Nationale d3s Chemins de Fer en ouvrant de : uperbes perspectives pour 1 activit prochaine des populations et ragions intresses. Le Gouvernement actuel peut dire qu'il a allg la Rpublique, I ai ce rglement avantageux de la question des Chemins de Fer, dits Macdonald, d'une douloureuse et protonde pine< >n sait que, si ce Gouvernement a assum l responsabilit d'un t I rglement, celle de la situation des Chemins de Fer remonte bien plus haut, au Gouvernement d'Antoine Simon, sous lequel et dans lequel beaucoup de ceux qui ameutent aujourd'hui l'opinion ont pu donner la mesure 1 racte de leurs qua its d'administrateurs et de guir venants. Mais nous sommes dans un pays o on oublie lacilement. Au cours de cette session, la situation financire,au point de yua des crances contre l'Etat, s'est au si singulirement amliore. Toutes ou presque toutes les det1 s cri irdesi oagure vivement disent'' -s, ont t liquides. Nous mentionnerons les crances du Cable sous marin, celle du Wharf, de Port-au-Prince, celle de Hoberls, Dutton k Co et, en dernier lieu, celle de la Banque. La crance Archer, qui tait du nombre le celles en instance pour tre paves, a t r^'e par U Commission des Rclamations. Au point de vue qui nous occup ', il est donc vrai de dire que le Gouvernement a lait œuvre de labeur, de conscience et de bonne volont, et que le Cons il d'Etat a pour lui un auxiliaire intelligent el la hauteur des circonstances. Le Chef du Gouvernement, toujours en villgiatura de tant' Ption-Ville, se porte de mieux en mieux Pleinement conscient de l'tendue de sa tcha et de la ncessit patriotique de l'accomplir fermement et jusqu'au bout avec, le concours de tous les citoyens de bonne volont, le Chef de l'Etat, en dpit des raisons de sant qui l'ont amen a l'tionVille, suit le cours les choses da Gouvernement et de l'Administration avec l'esprit le suite de l'hoinm-; qui ne veut pas, qu 4118 que puissent tre les circonslane N qu'un anneau de la chanai lui chappe et qui entend bien avoir constamment jour les affairai dont le pays lui a tSonfi U haute responsabilit. Voil, en raccourci concidrjble, la situation des choses aj m t neut o l < session extraordii.auv tire si lin Aprs quelque* semaines peine d ajournement, les C m^ allers d'Etat vien Iront ro prendre les travaux de la session ordinaire) avec cette rgularit et c 1 nid constant du mieux dont 0 ne leur tient pas assex compl 1, s 1 ilel'il, lorsque, aveugl par h 1 politique) on Nil isa1 d nunlrer que tO il inirpour le pis dan U pire des mondes. Le pays, m et un p ix a.'ilii ren e de la con ceua qui administi ni ;i nier tl d a coi.uu., ..



PAGE 1

1-t MATIN wideat de voitures Hier soir vers i h. l'auto No 137 descendant par l'Avenue de Toi* geaualla heurter violemment le bu-s No 231 qui suivait la mAme Noie. Le choal avant subi primipale ment le choc, lut blesse assez fTlve ment. Le chauffeur Fe soucia fort peu de cet accident suntnu par M lautt i il ne s'anta pas, continua tout bon nement sa route malgr les cris des passants.^ Onde bienfaisante Hier soir, il a plu abondamment, au point qu'eu certains quartiers ou le service de la voirie D entreprend pasde refaire la chausse, il \ a beau coup de boue. L ou lus quipe des Travaux publics fonctionnent, on a pu apprcier L'eieellencs do h.ivail qui se fait, sui tout avec l'emploi des pierres concasses et du sable prpa r dont on lis ICI ouvre. Bref. Souhaitons qua la belle onde d'hier soir qui a rendu notre tem pralure si frache ce matin, soit la premi-re de la saison de pluie qui, d'ordinaire, arrive en Mars et ouvre favorablement l'poque dessemaille-. Lu question des Jeux Olympiques Nous croxons di vo'r dclarer que la noie parue dans notre dition il hier sous le litre t Nos athltes partiront pour les jeux olympiquei n'mane pas de la rdaction de notre journal. NOOS n'avons reu mandat de qui que ce soit d'intervenir dans les discussionqui divisent noire mon le sporlif propos de la 8e Olympiade. L'est a litre parement gracieux sus nous avons mis nos colonnes a la disposition de nos amis des Sports qui avaient i illicite notre concours pour arriver intresser le gouvernement et le public au dpart des couleurs hatiennes pour le graod tournoi international. Mais, il n'est pas dans nos traditions d'attaquer de eetts faon discourtoise ceux qui ne partagent pas les vues exprimes dans notre journal. Aussi la noie d'hier n'a l publie que par surt risc. carnaval \oui venir les temps joyeux ou tout la joie de vivre, a ne |eanesse iolle s'enivrera de plaisirs. Trois jours pendant lesquels la mimique amusante des uns, le ridicule des autres, le faste somptueux de certains, la fringao.ee et l'entrain apports par d'autres au cours de leurs prgrinations diideront la face des plus svres, jetant une nota, de gatt gnrale travers nos diffrents quartiers. Kt mercredi, l'a itre m iscarads de la vie reprendra son cours.... Messe Blzoton Demain premier dimanche d mois Jl y 'aura messe Iti/oton. — La crmonie commenceia ds l'arrive du premier train. Dernire heure Le Conseil d'Etat a clotur %  ce midi, la'prserjte session exlraordinaire et entre en vac D Us par iisilali An-dessous Je la mise prix Kn vertu : lo d'un "jugement d'' Tribonal de Premire Instance d Port au Prince en date du on/i|.lan vier dernier et ordonrant le i rings de la succession de feu M. Louis Souriac 2o d'un second jugement du mme Tribunal en date du huit F vrier rouranl et entrinant le ra;j port des exp ils 3o d'un troisime jugement du dit Tribunal en data du vingt deux Fvrier conn ni. le tout enregistr, il sera procd le j' udi six Mars mil neuf cent vin^t quatre dix heures du rratir>, en I Elude et par le ministre du notii re Edouard Knol, commis a cet effet, la vente pal li< ilation, au plus offrant et dernier em hrisseur. au dessous de I •: mise prix de Sri te ants dollars Bie aiperts, d'un immeuble sis a Laine, de la contenance de vingl six pieds de t";*. cade sur l'Avenue Jobo Brown, qu rente sept pieds au pos sur quatre vingl dix neuf pieds trois pouces de profondeur l'fsl, cou sistanl an une mrison en maonm* rie portant le No 1191 et avant ton les dpendances, ainsi que du ter rain de vingtsil pieds sur vingt qui prolonge, dans la cour le dit iiumeu Lie. Ils sont borns tOOS deux par l'Avenue John Brown, L uiSou riac et A. de Mattis et seront ven .lus tels qu'iU se comportent e! tendent, sans en rien excepter ni r server. Aux requte, poursuite et diligen ^e ds Madi Bsoiselle Gern sine Sou riac, minsure mancips, propritai re. demeurant et domicilie Port au Prince, isiste de son curateur, M. l-'eiuand Durasse, el avant pour avocats constituMis Clment A Coicou el Louis Fabius, avec lec lion de domicile au cabinet du pre mier. Contre la sieur Augustin Cadet, pns en sa qualit d i tuteur du mi neur Voluaka Souriac, demeurant Port au Prince el avant pour avo cals Mes SI A/.ard Mills et Uacster Racine. Pour plus amples renseignements. s'adresser au uolaire Edouard knol, dpositaire du cahier d. s charges. Fait a Port au Prince, le U F vrier 1914. Clment A. COICOU, R. RACINE rjouit non personnel par uno clatants y ^manifestation .S, MIS n avons jamais nue seile fois manqu l'occasion d'appuyer les efforts constants de njtieuraud Industriel en vue do .e. iuppement de la Manufacture Hailienaa de Ta1, ( El -u ne sommes rests induTrants a sesuccs. L'est ainsi que ttOUS nous rjouisons k l'avance de savoir, qu'il organise demain une grandiose mani(station, a la quelle prendront part jeunes gens et jeu.us filles de son atelier. Le sera en quel pie sorte la gloril^ation OU Travail National que claironnera d'un bout a I autre de ls Capitale, l'autalon duilbaud qui voit aujourd'hui aboutir en rsultats fconds l'action difficile des premiers [ours. • Le Matin • dont l'entli usiasrae pour les lans de l'initiative privs ,st uol" ire du meilleur BUCi cette clatante manifestation de l'effort national. lepiss adir Le rcpiss No D C9i) est adir, l'levant J la somma de G. 33 laveur de Me Christian Pom LuLlicala devant en tre dlivre. DJR. Chirurijien-lJeiitiste Les Facullts dj Montral de New York et de Boston | Angle de Hues Destourhe et du Magasin le l'Etat. Consullaliens de ti heures du matin a 8 heures du soir. ^trestone Ll ...-* TUBES & ACCESSOIRES Les premiers automobilistes du monde ie servent des. Pnews & Tubes FIltESTONE Lti Inre&ione lire iV Ruhber mM Company. v^ i Parmi tentes les autres fabriques da L'neus ft Tubes reprsentes n Haiii esl la premiers pii a permis,, an public de profiter de la baisse du Caoutchouc. Vous avei une relle garantie en employait le pneu! "Fireston i Cords**pour voire automobile surtout quand vous la (ailes circuler sur des routes glissantes H rocailleuses. One lois votre^auto munie de Pirestenr vous ne devezh'rien craindrc.tout'oSanqer est wliuiin. 'foules commandes directes pour ia l.iluu|ue sonl acceptes < ius conditions tics avatageuses par l'jjent: Preelzinanu Itjjjeiiiofii, Rue du Uuai Tlphone: 25* ou jour en stock toute lesldmen, lone de Pneus & Tubes Vous en trouverez aussi chez : J. H. Wooltey, Opposite Bovar Mtropolitain. OI dsire L'juer une maison dans uns rue coufiable. 1res iei au Breau du "Matin", Colomhian S eamship Company Inc. fapeur dirig par la Colomhian Iteamshin Compauj pour compte (le Unileil Slales Ihipping Boanl. Le steamer Hati ayant lato$ New York le samedi 23 B "iereo v wt est attendu a Port au-P < e ta 1er toar*. Il repartira le m four pour les poris ^suivants: Petit >*ve f n Al if, JrwJe, Caye-:, Aqi V J<' < (• Lhtin*airc au ret* nr sera fix uli rieuremtnt, Poriau prince, le 27 Heurter 192i EBiHiel Uo 9 A g H t 9 Fullon Site Polish (otipaty Ine, ReW'York Si NOUS roule protger la peau de ?os chaussui Si vous vonlei avoir un brillant luisant et durable. si NOUS \ou!ez la couleur el la souplesse de ces chaussures prmLai longtemps employez la marque Nono<|rain. Fabrique spcialement peur U-% dames i les gentleBen du hight lile. Elle pretgs la peau des chaussun s eenlte rhumidili' el la chaleur. Demandez l.i inanjue MonOjjram c'est la meilleure de totttes les marques. Gfc NSEME qenl pour Hati Dr.BDGLE, l, uc Balla



PAGE 1

1 kAi-l> URODONAL combat le rhumatisme Goutte Rhumatismes Gravelle Artirio-Sclrose %  L'L'rndnnal n>t P" II l*mni I diaaolvuii if i>lu nrnri>iue de l'actdt UTIQU* actuellement connu, puisqu'il MI n fou pin* i ui'H.ini qu 1 U liUime II niru. M our, prtvwitlvCIMIM v u' sa formation, supposant a 8 produ rca M a son accumulation dani lai mm* r rlarticulaires et dai Dlntuns • Atie T"''l' ""* tcottl dr mm narolr ait mttl il/i fip Eubl Chtelain, ••, r VakoKiini-i Pan, M !"• ih<-' A. URODONAL nettoie le rein, lave le foie et les articulations. Il auouplit le artres et vite l'obsit. Pharmacie F. Sjourna Donne avis il clieitle et aux mdecins et au pub'ic qu'l 'ranisorm son Latoraoirro d'Ulogie en un Laboratoire dj biologie appliqu sous la Direction du Dr Hicot et t. Sjourn Le laboratoire es' ouvert tous les jours de 7 hres du .matin o neurasdu soir pour toutes les recherches ei analyses prvues dans p annonce ci jointe, saut pourle Wttsseruiaan et .a couslanta Ure-Scrtorie S;roit rajues que le mardi de chaque seraaim. • %  alr>ir ta Par uaci9 pour les reaseigiamenbr \ ii^ea.d'jmai et 'ic^att-iqud Raction da Wassermann Bliction de Tri boulet, Examen du Rang et du pu? E. amen da? initieras fcules Examen de erashat Alhwmino rairtor Constante L'ro Scrta're Rtchershe de Soir les fi Co de %or/Pquet etc, et* DIALIROL ium "'' ul J?"| !S d l L ArunuSl-pM.eime. DaroaJw. ">•". de la Irmma. Arthriuun" CaraiopaiM LTNYCOL Bumt calmant r.humalion. (touiif Lumbago. NtraUne. — -***L '.v %  t* 2 ^. 52Tl!TTEu53SaBI TSt SMM V i il E-III pataire pou* Hati Sea Vue splendide £l unique Tlphone: 587 L'Itablissementgprend dos pensionnaires la quin•/.lii.e pour l' djeuner ." le iliucr, on pour l'un ou l'attire Stiparmeol ou pour pension complte. S'entendre avec la direction pour les condition. Grande salle pour banquet. Cuisiae Franaise ALUMlMUM LINE Wewf-Orlfausclioulti Aiiiericaii Steampshiu Co lue. Prochain* dparia direc pour PORT *V riU\E. Hati Le &teame* SVOM'FOM* a lai n ]**w Orlans le i/ fvrier arc UO toasts de marvhandi*:*, §je steamer CHHJST1 A d.ROQ a loir,z New O'hans le 13 fvrier diree temeni pour Port an Pria e. A part r de cette detni'f dite, U y r.vra uneoccaionchaque /.> / >ti* pour / N ports xa vante \ Cari h<(>•>, Porto i.olombia, Curaw. Po io Cabslio, La niuayra, Pointe Pitre 9 h o*td? E*rrice 9 fridgetown. Barbido*, P>vi o Spain, 'iriniiad. (jQorgttuwn* Pull d Pniice, le 1er trs l)2. A. d ialteis & Co Ajjeiit u krau A la Conscience Ernest Camilie Fabricsmt le chmasura enjoins §§nr$ Matriaux lupriturl Soins — rrorrptitiitli— Clrit fraii'i'Kue prs la Pfttt N 1722 La maison porte la connais sance du public que — dans le but de faciliter et d'encourager des nombreux clients — elle ac corde — partir du 1er Juillet 1923 une prime de une paire de chaussures au choix tuut dtenteur de vingt tu kets. En consquence on est prd de rclamer un rec,u pour chaque aheat au comptant. A la Conscience — .telle est la devise de la maison. Superbes Masques pour carnavals Arriv par le dernier staimer Franais: Loups Dominos Faussas barbes Moustaches et Perruque*. CATALOGUES DE MODES D'EDITIONS BELL accourez tous chez Mme feuve Dumas Nutna Anjle ds Jlae3 di Peupla & des Csars 413 ; Mademoiselle Titins ^atjHStin ltue du Centre No Hme Lonce ^reliimde Rue Courbe No 1/17 a Mme ^ntoine Trouillol Hue du Centra \o 188S Histoire 'Haiii Par MADIOC D'aprs nu avis paru dans le dernier numro du Moniteur , le. Dpartement de rinstruction Publique, en vue de faciliter l'tude l'histoire d'il iii, a charg les m isoDS mivanl de 1 1 vente des trois volumes de Madiou, trois dollars la collect on : Port-au-Prin e Librairie de Mme Viar I Cayes Joseph Slacco Peut-Gove ('ha' i iM. Galjens Cap-ll llien .1. J. M. Manigal Jacm 'I Mme Tbmutocle L on • ion IVI s Ludovic Plinii r Saint-Marc Phae Mtropolitai a, V. Gilles Jrmie ch i .'.u Volney J Port-de Paix chez M Charles Frai;, i co. Pharmacie VV. BUCH Prpare* vos liqueurs avec les Essen ces pour Liqueurs ; Anieettes, Crms de Cacao, Chatreuee y Curaao. Gin. m wm i*i BELLE nmm en deos mois par Io* PILULES ORIENTALES ka MIM qui d*vi-l..ppl, r.il-r. rai t, tM*Mllluol IM •tftMiil In UIIUM Mma dut apaaln M ilnuaaat aa but* ua %  rccVui rnboiBdil %  nfcim ui momt la liai! %  Maer m Hm Hr'NMlMafaWinw i uvt n£issi3r'* Phrf* MARTINI et UOSSI TUU1N VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX les prodmlsdelamaisonMarlini et Ilossisont bien connus el trs apprcis par les amateurs de bons vins. Eu fk Ttras iarthi el itasi (Qualit suprieure. Prix modre Pour commandes directes el condli >ns, adrtssez-voui rigeul finral : i t PRBETZMANN-AGGkRHVLH Rue du Quai 1



PAGE 1

OL U ca?t Cu PlRBCTfiUR PROPKIErAIRE IMIRIMEM Clef lient May loi re B*S VERSA 1306 Rue Amrloalne NUMBHO ^() CENTIMES >\XL^>^M vdat.t <£" PAN AM£K?>:.> MAR 19 10M L;i lticittj des hommes du H oi.ttc est i III|M>S('T de tant de uite qu'il \ en a toujours quelqu'une qui manque. Bossue! Quotidien TELEPHONE No itt 17ane ANNE N 5150 PORT-AU-PRIN y. ( HATI ) SAMEDI 1er MARS 1924 Prors dans le iopil ks mmers fins les ffip L'amlioration du logement des ouvriers en Hati a reu une attention considrable sous le rgime de l'occupation amricaine, ainsi qu'il r, ssoi t du dernier • port soumis par la gnral John II. R uasell. [faut Commissaire du Gouvernement; et on prpare des plans qui, dans un avenir prochain, apporteront une contribution dfinitive dans cette direction. Du lait des concessions rurales plus larges qui ont t dj accordes aux trangers, quel |us chose a t dj accomplie en 1 1 veur du logement adquat de leurs employs ; et l'activit dans ce sens est appele se lpandre (Je plus en plus,car des conditions plus dfinies et plus stables attirent les capitalistes et les industriels dans ce fructueux payi. telle est la note que nous exIrayons du Bulletin de l'Union Pan Amricaine, dition de ce mois, sous le titre gnral de Pro grs dans le logement des ouvriers dans lus Amriques . \j mme numro contient des informations sur le mme sujet, et pour chacune des SU autres Rpubliques de cet hmisphreA comparer la plupart de ces intormalions, intercales d'illustrations, avec la petite note toute nue qui nous est consacre, ce n'est pas sans chagrin que nous constatons notre infriorit, vis-vis de nations aussi petites que la ntre, dans le domaine de l'hygine publique et de la protection des ouvriers. Le problme des habitations saines et hyginiques pourja classe pauvre est, depuis la grande fiuerre, l'objet de la proccupation a plus srieuse des Gouvernements, et des travaux les plus consciencieux des services dbyf [ine du monde entier Ici mme a question a t traite pir d %  crivains de marque, avec autant d3 souci que de mail il ( >rtes on ne peut que se rjouir de savoir qos les pouvoirs publics hatiens, de concert are ls "lii ciels du traitttr parent des plans et tendent leurs elloris vers 1 amlioration du logem ni les ouvriers. .M us ce qu'il laut souhaiter, c'est que le problme ne soit pis solutionn rebours, c'est dire qu'on ne mette pas la charrue avant le boeuf* Dans les pays avancs M lu tion populaire et it dj chose acquise quan 1 un a song doniur au proltaire un logement sdulire. Il tait dj prpar A y entrer. L'homme de la plbe avait t pralablement initi aux principes lmentaires de l'hygine ; et au fur et mesure que se dveloppait dans les Gouvernements de ces pays le sens le la protection de la vie des eitoy s, le pro|6t tin i isimilail le got du c iort qui si ippail pu ment chez bu d'autant plument qu'un salaire raisonnable lui permettait d'acqurir toutes les Choses ncessaires son bien-tre Cl a u lui de sa lam Ile. a 1 a famille voil encore un Bac leur important qui ne contribue pas peu dvelopper ches l'ouvrier le se. s de ses responsabilits iil consquemmenl stimuler en lui le got du bien tre. En llaili, les deux classes sociales, l'lite et la plbe sont absolument trangres l'une l'autre: la premire > si trs instruite, et la seconde absolument ignorante et pauvre (l'est parmi cette dernire classe qu'on rencontre l'ouvrier. Par ouvrier nous n'entendons pas dsigner prcisment l'artisan, c'est--dire l'homme de mtier qui a en gnral une moyenne d'ducation lui permettant de pr 'iidre avantage du progrs qui se ralise autour de lui ; mais nous envisageons particulirement le proltaire i ti g ign sa fie au jour le jour, et dont le sort ne doit pas nous tM in liH'rjnt, puisqu'il i irme le plus grand nombre, et cjusqueiniii ni le lacteur de consommation le plus important sur lequel le commerce devrait pouvoir compter. L proltaire hatien se trouvetil dius les mmes confinons que son camarade des pays avancs. Est-il prpar par une ducation mme rudimentaire recevoir et utiliser les avantages du loge* ment moderne. .Nous disons non, et que ce logement ne serait pas adquat son genre de vie qui est presque primitif. N'ayant pralablement reu, soit l'cole, soit dans la famille, les principes lmentaires d'hygine, il n'a aucune conception des -ous que ncessite l'entretien de sa propre personnePas ou presque pas d'cole pour lui, pas d'argent, pas de famille, il va en guenilles et pids nus, n'ayant pas la notion de la dcence et de la moral.'. Il ne gagne quel). 1.50, soit 0.30 centimes de dollar par jour pour un labeur de plus de 10 beures.Comment peut-on esprer qu'il puisse puer le lo,-er de cette nouvelle habitation qu'on veut lui procurer, alors qu'il ne peut mme pas BACh -1er nu %  |uv le cb nissures av c ce salaire qui est d'ailleurs pein i Btlf&sant pour sa nourriture. G 'iii.ii n >ns donc par lui donner I instruction lmentaire, a organiser le travail afin e lui permettre de gagner un salaire raisonnable et de se vtirtl; imment, bu inculqu it la morale reiigieu se i hrtienn •, de faon c qu'il puisse compr.'iidro la ncessit de crer une famille rgulire Ea un mot amliorons sou tre COT' po^el et spirituel tout d'abord, et l'amlioration de son logement s'ensuivra automatiquement. *-' %  %  %  %  ""i Sainte Rose de Lima Il est rappel i aux i fAsso dation des Au enn et aui le l'i E ivre que 11 cou a usuelle aura heu dimanche c Mars prochain, 'J h, et demie. La Secrtaire : fyonin i J.v LOUIS. Un Rapport dn Ministre de lloslr Publique au Prsident l'Hati m \u cours dii mois il'i i et jus iiu'u lu date ou nom tommes, des besoins l'un autre Qfdre ont BO t iiion altaatioa. Phisfac 1 sa salis f'tire, ils offrent toutefois de 1 iot rt en raison de oOB-brei %  deinan das auxquelles ils ont donne lieu : e sont ceux relatif* lux fournitures classiques al au Mottiliei scolaii Les rapports des diverses Inspections de ht Province situaient le d nue meal daos lequel se trouvent les les plates sous leur conti Le I ji iitemonl n eplre| : resaouroea plutt modestes que lui olTre le budget, de rpondre aux de mandes qui lui sont mi Ce pendant dans ce! ordre do i lils, je me suis heurt .1 nue difficult que je n'ai pas pu encore s, 11 monter. C'est celle relative nu transport, .le dois cette occasion, mentionner le eonc JUI'S empress que j ni 1 eu de la Gendarmerie. Elle a bien voulu mettre la disposition du I' parte ment un camion aiiimnoL'ile. pour les transporta que nous avons i a Fectuer. M us ce camion ne peut desservir que Port au Prince et seenvirons. en ce qui concerne lu piovince, la question reste eotlrc. L'entente que je recherche avec le Dpartement des Travaux Publics sera, 1 e le se ralise, du plus grand profit pour les coles de nos divan dpartement. Cir il est juste que le bieul 1 t des nie Sures utiles que nous avons m vue s'tende toutes les "iir ions riptiOOS Il ne faut pas que l'on continu.p.ir exr.nple a enseigner la plue SSOS carie. Des cartes d 111 ot donc D mvoir tre achemines dans tous les centres ou il y a une cole Kt lorsque les lments m ii-p -n-tlile l'enseignement coneret des notions de sciauoas, q il sont une aide qu'au cune mthode personnelle ne peut M Hait. 1 : il ngliger,auront fi D tr dans l'cole primaire, nul .loule que le progrs des tudes as 1. n ressente. Ls bonne mthode a saura que mieui se valoir. La scienci |us 1 ti qu >i l'on a abusive meal jur depuis quelque temps aura m. champ d'eiprimeutatlou plus H cond ''n heureux rullata. C'est encore dans le bul de mettre u pratique mes 1 l % %  • 1 1 stui ma t; re 'i'"' J %  •' ''"' •' ' ,1,, R.ei svi lral une 1 ommaude ,, livres si de 1 ui oitures destins plus pailii iulirement a nos Scotes primairi i< IV Il ma resta rappeler l'initiative que j'ai pi de donner nui i oie uo (leuii-iiuipde fort au Prim 1 d inominelloo iqui leur menq taienl j \ .11 rail aftti n 1. n -1 bu n qu d ,,1li primaires, le uiu^n phlC tle leur p.ili'uii ou de leUl palrOI m aonl l'anniversaire ara l'oocasioi d une r SllOO intime. 1-e nous Voulons, c c-l cjiie la vie 1 n i oti de oes malires et nuttreases u .oiriiois suit pour 0 i oliers une ouice dmulauon our le rgle ut ilu pro nations, il a dit %  ' irons pas eon cluie me p ti\ M ji n %  ••• avi-r hi f'ian ce | sommes dbi taurs, mais nous accueillerons avec ami ant toute proposition dea iiuissinces allie concernant lu pru V t


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06158
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, March 01, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06158

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
OL
U
ca?t
Cu

PlRBCTfiUR PROPKIErAIRE
IMIRIMEM
Clef lient May loi re
B*S VERSA
1306 Rue Amrloalne
NUMBHO ^() CENTIMES
>\Xl^>^m vdat.t <"
pan amk?>:.>
MAR 19 10M
L;i lticittj des hommes du
H oi.ttc est i iii|m>s('t de tant
de uite qu'il \ en a toujours
quelqu'une qui manque. Bossue!
Quotidien
TELEPHONE No itt
17ane ANNE N 5150
PORT-AU-PRIN y. ( HATI )
SAMEDI 1er MARS 1924
Prors dans le iopil ks mmers
fins les ffip
L'amlioration du logement
des ouvriers en Hati a reu une
attention considrable sous le r-
gime de l'occupation amricaine,
ainsi qu'il r, ssoi t du dernier
port soumis par la gnral John
II. R uasell. [faut Commissaire du
Gouvernement; et on prpare des
plans qui, dans un avenir pro-
chain, apporteront une contribu-
tion dfinitive dans cette direction.
Du lait des concessions ru-
rales plus larges qui ont t dj
accordes aux trangers, quel |us
chose a t dj accomplie en 11-
veur du logement adquat de
leurs employs ; et l'activit dans
ce sens est appele se lpandre
(Je plus en plus,car des conditions
plus dfinies et plus stables atti-
rent les capitalistes et les indus-
triels dans ce fructueux payi.
telle est la note que nous ex-
Irayons du Bulletin de l'Union
Pan Amricaine, dition de ce
mois, sous le titre gnral de Pro
grs dans le logement des ou-
vriers dans lus Amriques . \j
mme numro contient des infor-
mations sur le mme sujet, et
pour chacune des SU autres R-
publiques de cet hmisphre-
A comparer la plupart de ces
intormalions, intercales d'illus-
trations, avec la petite note toute
nue qui nous est consacre, ce
n'est pas sans chagrin que nous
constatons notre infriorit, vis--
vis de nations aussi petites que la
ntre, dans le domaine de l'hy-
gine publique et de la protection
des ouvriers.
Le problme des habitations
saines et hyginiques pourja clas-
se pauvre est, depuis la grande
fiuerre, l'objet de la proccupation
a plus srieuse des Gouverne-
ments, et des travaux les plus
consciencieux des services dby-
f[ine du monde entier Ici mme
a question a t traite pir d
crivains de marque, avec autant
d3 souci que de mail il .
( >rtes on ne peut que se rjouir
de savoir qos les pouvoirs publics
hatiens, de concert are ls "lii
ciels du traitttr parent des plans
et tendent leurs elloris vers 1 am-
lioration du logem ni les ou-
vriers. .M us ce qu'il laut souhai-
ter, c'est que le problme ne soit
pis solutionn rebours, c'est -
dire qu'on ne mette pas la charrue
avant le boeuf*
Dans les pays avancs M lu .
tion populaire et it dj chose ac-
quise quan 1 un a song doniur
au proltaire un logement sdu-
lire. Il tait dj prpar A y en-
trer. L'homme de la plbe avait
t pralablement initi aux prin-
cipes lmentaires de l'hygine ; et
au fur et mesure que se dve-
loppait dans les Gouvernements
de ces pays le sens le la protec-
tion de la vie des eitoy s, le pro-
|6t tin i isimilail le got du c
iort qui si ippail pu
ment chez bu d'autant plu-
ment qu'un salaire raisonnable
lui permettait d'acqurir toutes les
Choses ncessaires son bien-tre
Cl a u lui de sa lam Ile.
a
1 a famille voil encore un Bac
leur important qui ne contribue
pas peu dvelopper ches l'ou-
vrier le se. s de ses responsabilits
iil consquemmenl stimuler en
lui le got du bien tre.
En llaili, les deux classes so-
ciales, l'lite et la plbe sont abso-
lument trangres l'une l'autre:
la premire > si trs instruite, et la
seconde absolument ignorante et
pauvre (l'est parmi cette dernire
classe qu'on rencontre l'ouvrier.
Par ouvrier nous n'entendons pas
dsigner prcisment l'artisan,
c'est--dire l'homme de mtier
qui a en gnral une moyenne
d'ducation lui permettant de
pr 'iidre avantage du progrs qui
se ralise autour de lui ; mais
nous envisageons particulirement
le proltaire i ti g ign sa fie au
jour le jour, et dont le sort ne
doit pas nous tM in liH'rjnt,puis-
qu'il i irme le plus grand nombre,
et cjusqueiniii ni le lacteur de
consommation le plus important
sur lequel le commerce devrait
pouvoir compter.
L proltaire hatien se trouve-
til dius les mmes confinons que
son camarade des pays avancs.
Est-il prpar par une ducation
mme rudimentaire recevoir et
utiliser les avantages du loge*
ment moderne. .Nous disons non,
et que ce logement ne serait pas
adquat son genre de vie qui
est presque primitif. N'ayant pra-
lablement reu, soit l'cole, soit
dans la famille, les principes l-
mentaires d'hygine, il n'a aucune
conception des -ous que ncessite
l'entretien de sa propre personne-
Pas ou presque pas d'cole
pour lui, pas d'argent, pas de fa-
mille, il va en guenilles et pids
nus, n'ayant pas la notion de la
dcence et de la moral.'. Il ne ga-
gne quel). 1.50, soit 0.30 centi-
mes de dollar par jour pour un
labeur de plus de 10 beures.Com-
ment peut-on esprer qu'il puisse
puer le lo,-er de cette nouvelle
habitation qu'on veut lui procu-
rer, alors qu'il ne peut mme pas
BACh -1er nu |- uv le cb nissures
av c ce salaire qui est d'ailleurs
pein i Btlf&sant pour sa nourriture.
G 'iii.ii n >ns donc par lui don-
ner I instruction lmentaire, a
organiser le travail afin e lui per-
mettre de gagner un salaire rai-
sonnable et de se vtirtl- ; imment,
bu inculqu it la morale reiigieu
se i hrtienn , de faon c qu'il
puisse compr.'iidro la ncessit de
* crer une famille rgulire Ea
un mot amliorons sou tre COT'
po^el et spirituel tout d'abord, et
l'amlioration de son logement
s'ensuivra automatiquement.
*-'' ""i
Sainte Rose de Lima
Il est rappel i aux i
fAsso dation des Au enn
et aui le l'i E ivre que
11 cou a usuelle aura heu
dimanche c Mars prochain, 'J h,
et demie.
La Secrtaire :
fyonin i J.v LOUIS.
Un Rapport dn Ministre de lloslr Publique
au Prsident l'Hati
m
\u cours dii mois il'i i et jus
iiu'u lu date ou nom tommes, des
besoins l'un autre Qfdre ont bo
t iiion altaatioa. Phisfac 1 sa salis
f'tire, ils offrent toutefois de 1 iot
rt en raison de oOB-brei- deinan
das auxquelles ils ont donne lieu : e
sont ceux relatif* lux fournitures
classiques al au Mottiliei scolaii
Les rapports des diverses Inspections
de ht Province situaient le d nue
meal daos lequel se trouvent les
les plates sous leur conti
Le I ji iitemonl n eplre| :
resaouroea plutt modestes que lui
olTre le budget, de rpondre aux de
mandes qui lui sont mi Ce
pendant dans ce! ordre do i lils, je
me suis heurt .1 nue difficult que
je n'ai pas pu encore s,11 monter.
C'est celle relative nu transport, .le
dois cette occasion, mentionner le
eonc jui's empress que j ni 1 eu de
la Gendarmerie. Elle a bien voulu
mettre la disposition du I' parte
ment un camion aiiimnoL'ile. pour les
transporta que nous avons i a Fectuer.
M us ce camion ne peut desservir
que Port au Prince et se- environs.
en ce qui concerne lu piovince, la
question reste eotlrc. L'entente que
je recherche avec le Dpartement
des Travaux Publics sera, 1 e le se
ralise, du plus grand profit pour les
coles de nos divan dpartement.
Cir il est juste que le bieul 1 t des nie
Sures utiles que nous avons m vue
s'tende toutes les "iir ions riptiOOS
Il ne faut pas que l'on continu.- p.ir
exr.nple a enseigner la plue
SSOS carie. Des cartes d 111 ot donc
D mvoir tre achemines dans tous
les centres ou il y a une cole Kt
lorsque les lments m ii-p -n-tlile-
l'enseignement coneret des notions
de sciauoas, q il sont une aide qu'au
cune mthode personnelle ne peut m
Hait. 1 : il ngliger,auront fi
Dtr dans l'cole primaire, nul
.loule que le progrs des tudes as
1. n ressente. Ls bonne mthode a
saura que mieui se valoir. La scienci
|us 1 ti qu >i l'on a abusive
meal jur depuis quelque temps aura
m. champ d'eiprimeutatlou plus H
cond ''n heureux rullata.
C'est encore dans le bul de mettre
u pratique mes 1 l -1" 1 stui ma
t; re 'i'"' J'' ''"' ' ' '
,1,, R.ei svi lral une 1 ommaude
,, livres si de 1 ui oitures destins
plus pailii iulirement a nos Scotes
primairi i<
IV
Il ma resta rappeler l'initiative
que j'ai pi de donner nui i oie
uo (leuii-iiuip- de fort au Prim 1
d inominelloo iqui leur menq taienl
j \ .11 rail aftti n 1. n -1 bu n qu
d ,,1- li primaires, le uiu^n
phlC tle leur p.ili'uii ou de leUl palrOI
m aonl l'anniversaire ara l'oocasioi
d une r SllOO intime. 1-e
nous Voulons, c c-l cjiie la vie 1 n
i oti de oes malires et nuttreases
u .oiriiois suit pour 0 i oliers une
ouice dmulauon us no 1- souhaitons, 1
que 1 ' le parle a t'espni des petits
u 11 Itla eu eux, aVoC l'amour du
bien, le respect ue hi vie, le eus de
sa acuit
\\ intds lors < 1 rapport, je crois
devoir exposer a \oiix Kaeliaoce
combien sont lomun isas les dol-
nuces que le Depai'tauienl a reues
de bnficiaires ue peuplons dj.i li-
quidee ! non payes. Avoir do.....
v.n'^i 1 ta 1 '"in iea S 1 suaaignemeai
el lorsque la laligue est venue el qiu
h vieillesse approche, n'avoir pa la
nerutuda du recevoir oails pi une duo
a uue retraite bien gagne, celssem-
Par Cable
Nouvelles traogres
M. Tbaunii relute ner un nooreau cabinet
BRUXELLES Mi a re
fus l'invitation du i"i de former
an nonvfau cabine! C os le mati-
ne, le mi s c n i ivec lai prsi
A* nts de la chambre et du snat el
il a t dcid d'essayer 'le faire re
vei ir M u 11 dcision.
L'ide tait df lui faire former un
ministre sans it paiticipalion des
4 ;t sur l'appui
ih-s lu 1 n, v 1. i majorit
cnlln II 1 m. I. roi cl lorh menl
oppo- i la dis ilulioo do paile-
meiit.
On' tempte svil 'n France
et fii lelgi iu
PARIS
svit dm la rgion parii i< 1
BKl XhLl.Kr 1 ru- forte tempte
de r.i \d aai l Ue ; D
le trafic i*i^ trains est compr n
Dite inlerpi Uation ajournele
PARIS '.M. Bui on 1 demand
',|!"; | ement sur
l'en ii m i oui au
m 111 du iii- de Lon Dan
del ui ren 1 dans di 1 e mon I
m\ .t irie - 0 d embre dernier.
Le minixtr de Injustice s refus Je
1 ipoodre 'li- ml que la chambre n'a
pi. le droit de dis* iit< r une affaire
entre lee maint de le justice. M
Poli qu il n opterait
aucun 'I bal tant que l'enqnte ne
Par 3,so vois
eonUe 185, ion fut ajour
n. j, i, .
L.i ffituation au Ha mu
MELILL4 1 diona
i -
1 Daidir,
ont bomban
1 m- h ii 1 1 ,,
de I iteruin.a bom
bai : ione espagnoles.
On dit que les 1 elles cousruisent
m,
l)le dur I ces Instituteurs. Mais ils
sont victimes poui ainsi direduBnd
Kl qui n'a rii 0 pn l U puni le paie-
iiu-nl de leur | .11-1011. Je leur ai
donn l'assuranci que le fiouverhe-
111 a) K pi .i de leur sort.
Je m" suis longuement tendu,
Monsieur le Prsi lent, sur la ques-
tion de l'organisation matrielle des
coles. c n'est pas uns raison. La
, igique ne doit passe bor
ncr a m o'iu iti'ui yatmaU
que. ,1 l'i bl ri mines,
arrts ou . modiuoationa
, loi ,progi 1 .u rlas. Cela
ri inutilement notre lgisla-
tion m olaire 11 c lia montre qu oa a
Irop -ii:v 1 vue h- Beeoina
I 1 pa qui nat s peine a lu ci
atiou Lapedu igie fait aussi une
large pari aux ncessits imitnfaslles
de T homme, C'est en es |omt sur*
lOUl qu'elle doit nous int. lester. Ce
qu'il non-, laul faire, c'eal nous ap-
pli |uei 1 1 suple luoticn
iiliun nt de lui-uji'inc, par un
systme a'ducallou qui adapte
lite : cl afin
d'y parvenir, non-' (Wv^os*cormnen
II r par le (il.ii r dan ditions
de confort au moins tlmnuletree
pur eiemple dans de bonnes maisons
d'coles ou l'Hygine, la reine des
temps moderni t observe et o
il apprenne a se former aux tamara
de l'homme civilisa, k se polir, a se
d: 1 Ipliner, 1 reapeoter...
1 -ont l heureusement les vues
de votre Got tnemenl Mou ner*
aie et ma volont l'emploieront ,4 lee
ralia r dans la meaure des moyens
Bnaocian dont nous pourroaa dispo
-il. -1 l'aida de nos collaborateurs
ne nous fait p tint ai laut. ^
Veuille/ agri r, Monaianr le Pr-
sident, li nouvelle assuranai da
mon entier dvouement.
Dr Arthur LESOOUFLAIB
Ir98 (loinls de Vue
le H. Itreaeiniiio
lil'.iIJN M MnMin m 11 a pro
nonce un 'lisi nu- -i Reichatsi l'ai
saut allusion ponte diplo
mati |uee va iu trait commer
1 1 il '.-< h 1 i 1 M1 I ni-, un rap
prochemenl avec l< 1 ita 1 nia et
au rappOl I ' rte. Il a annonc
qu. 1111 de la Havane serait
m dntenue et qu'un tonanl sdareJ
eu Irlande sera iiomm Ahoniaut la
qui u m de la parti peli m trange
re daaa lee entreprisea industrielles
a lemandea, M. StreHemann 11 dcla
n qu H ne s*, ii objection
la partii ip ition trnugre dans le
conseils d'administration de ces en
(reprises pourvu que las participants
1 u m y irll et que le
1 u ic commet ciel de la participa
tion- u eoaaerv, Il espre qu'un
pro m pi 1 ienl intei viendra en
tre las industriels franais et aile
m inda .fies
pal 1 l'Ai '.': igna se verrait
d m- lii un er un ar
Mil.
1 1 lionne vo
loot de l'Ai |>our le rgle
ut ilu pro nations,
il a dit ' irons pas eon
cluie me p ti\ m ji n avi-r hi f'ian
ce | sommes dbi
taurs, mais nous accueillerons avec
ami ant toute proposition dea
iiuissinces allie concernant lu pru
V
t


if A'im
L>s dpenses 'le la Fiant;*
l'A1 ministre des rgions
Jibt i > s a di 'la chambre, que
la France a d turs 52 mil
liirdi 580 m liions poar Ici niions
ds il res'.e 9 millier l~ >i">
millions B er.
les caaset des lluctuatioog
des valeurs trangres
PARIS- atsde change I Ici
i muq il ii ittribuenl sus spculations
r'es n.Hi-1iiii i- allemands la llour
se du Paru notamment sur les va
taon trangres tuai i ; tildes de brus
<|ues Ductu m e grandi in
lluence sur les importantes Naria
tions de^ pris qui oui | rvalu ces
jours derniers. Les reprsentants
des banques ail se sont fait
remarquer depuis quelque lemps la
Bourse o ils ont spcul sur divt rses
valeurs. Un suppose qu'ils se ser
I d'une grande partie des 15 mil
liirda le rrancs qui reprsentent lo
total de la monnaie eu papier Iran
Miss m circulation l'trangir,
daprs les e limatiODS de la banque
de France.
Lu lexique
MEXICO "m signai que les re
belles ont i ''uerlo Mexico et
que la gonvernemi i I fdral espre
" obtenir le cri;! Ole comptai de l'ir-Ih
me d.- I. lui il ici I" jours.
Le leader d. ri Moran, qui
vacua Tuipam, est signsl ci mme
ayant rejoint les troupes du gnral
Lava/os dans l'Etat d'Hidalgo.
LES COUHS

> r
.
29 1evriei
PARIS Dollar
Livre
' Parisiana
DIMANCHE
Lo gros succs du jour
Les M^strs de Paris
'lecV 5e chapitres
Le Heii.iije du Pipelet etj
Les mites duo l>al
l'ambassade
Entre: *2 gourdes
Balcon 3 gourdes
administrateur les Finan-
ce! et Prl.'i provisoire du
D|.iit. lia tord-Ouest
Par suite de la dmission le Mr
Hamiltoa Poitevien, c'ait le Docteur
Henri Lanoue qui a t nomm par
Monsieur le Prsidant de la Kpubl-
que a ces hautes fondions.
La grande svmpalliie dont jouit le
Dr Lanoue dans ce Dpartement, est
un silr garant qu'il saura, tro\on--
nous, l'acquitter da ses devoirs svet
tact el [Uil
Nous lui prientooi BOS sur
compliments.
administration Communale
li! Prt-au-JPrioce
Le Publies) inform qu' l'occa
sion d la dlur du Carnaval, il y
aura lui populaire au March *de la
Place Vallire, h Mardi ' Mari coa
rant. des ; h. mes du -o;r.
fort au Pline*, le 1er Mars l!tjt
a i i 11- i
Avis
i soussigns, Infonas le i ublic
n'av.ur | im i i i1 irso i le au
eunrc I i i Coco m i n Si a
bdur et appartenant fe i m >n mari
Tti.
fort au l'i inoa, I' 1er Mais 192
Mme Y\e Th. I
Ncrologie
lue dpche de Jacmel annonce
la mort de Koland Hilaire, (ils de
notre regrett uni Annibal llilaire.
s

l.i nouvelle de la ni . I de Pierre
Vdtneaaj fils de noire imi Thoe. A.
Vilmenayi Co i il d'H 'i i 11 N'ou-
\ !i i ? i-i. im, q 11 i i parvenue ce
matin.
Sa j i'1 ri .i eondo
lancas au parent! qua eei deuili
' ,/niient._________________
A\is~dc dpart
Li Navi WK et
|-J V ni direct p il'
i<- steamer Gorgai seront fermee le
$uui '> mars prochain.
, ,;, ni Priai ', le -".' Fvrier I_4



Hociaifi
1 robuste
prennsnt aq/c
Tiiiolsion

,T I

La donnez-vous vos enfan
.^ .
- -i*-
t..
23,92
La loi d'augmentation du droii de visa
L'Cxpos des Motifs, lait par IdgsWtiire d'itat des
Financfs. Le projet bnficie de runjenee et
du vole immdiat.
Messieurs les Conseillers d'Etat,
Le Projet de Loi que j'ai l'hon-
neur de up iser lujourd'nui sur v>>s
bure.uix a, pour ainsi dire, .1 toi < s
temps dernieri) ra impagoie d'au
tree Projeli encore en laboration,
fait le tour de l'opinion publique,dc
la presse et des milieux d'afiaires.i.a
taxation, qui fait son objet, primiti
vement oooui sous la forme d'une
taxe de 1 o[o sur les ventes com'ner
ciales, est ralise par ce _l'rojet au
uioveii d'une simple levalion d i
droit de vil! tabli par l'article 'XS
de la Loi douantes i
Diverses criti pies lurent souli v iei
par l'ide d'une li\e -m les ventes.
VOUS me permettre/, de reproduire ici
lae deux principale* reumei corn
me suit dins un liappjrt de l'AMO
eiat on Internationale dei lhiames
d'Affaires ^d'Hati, adress une
Com nission gouvernementale compo
se. en vue d enqutes organiser
sur l'oprorlunil de l'app icibllit de
certiines taxes, du S'-rtaire d'Etal
des Finances et d i Commerce, mon
pidcisseur, du Con edler Kinau
cier et du llecevmr Gnral :
Premier*' eritique *
1 Les com nei intt i raig eut
que le rois d collecteur que le Pro
jei leur assigne "car vuus sevez,seni
douta, que les dclaration! sur les
es li taxe devait >*lre as-ise
taient esigeadei commerant! eux
nu i, deMciitienl pour eux
la longue ni' c mae d'ennoii gravai
venant d a.- nls du lis . i'caiit les
lauJ'-i qu. ne manqueraient pu de
se pr >diiire l'occasion de II per
c p ion dune t ie lai-^e .1 1 1 Imiiiie
\ 1 m t dei co nmer, tntial m nclnn
de-de tous georei Ique deviendrai)
lapronuaie as Monsieur le Conaeiller
Fi h a 11 eie r q d clati m
ou vriiication de livres ne arait
Ixige ? Le ipeclre de I inquisition
liseale haute l'esprit dee 1 0 o h H
nus on peut dire que c'est la
leur motif le plus puiMant de s'op
poser la nouvelle taxe".
U^uxii'iiH' critique
2 5 La late suvanl une m ne
marchandise dans | tus l -
monta, le prix de celle m irchandiae,
l(ii-(|iK! eelie ei an iv 11 1 g
mateur, tara major d trois, |ui
tre, cinq lois 1 ,q > [ .. I 1 ner.l
d'autnit plu- l mra pas
>. p ir un plus gran l nombre de
main-. Coniquenc i mpoi tante, d
eoulaol de cette pi nire coml o i
lion :1e fo
qu'il le p uirr l, l'adl
11 h. band afia d n'avoir pi] 11
tau in'une dlri
! du p l
de recourir a il inlermdiaim
plus o 1 moins do ir ni, *di n i d i
Citer sa marchandise un prix t
VI .
Les Bonaquences qui rsulteront
donc de, l'application de la taxe
liront celle- cl : i ) augmentation
InjuitiQe des pris au dtriment du
petit consommateur: l> ingalit de
trai'ement entre petits et groa com
inere mis : e ) 1 nent la
Iraude, puisqu : 1 :r inls qui
diiiimuleronl i chiffre I leurs v m
pueront une moin Ira t;vxe et
pourront dbiter m dos cher leurs
marchandises, au priu lice des c im
mer,'.mis de bonne loi habituel a le
nu" une comptabilit sincre et rgu
lire de leurs alt'aires".
Le rapport que; je vieni de citer
conclut, disant reprsenter l'opinion
de la presque unanimit des commer
mtl, l'tablissement d u ie taxe
qui ulteint la 'mar.liandises une
seule fois, au moment o elle est
introduite sur la march et il pr
com ne suit:" si la mircliandise
vient de l'Etranger, elle sera frappe
la Douane : si elle est indigne, la
taxe 11 isJiira onez le fabricant.
En ce qui concerne les' mardi m li
ses importes, je ne puis rsister au
dsir de citer, une dernire fois, le
rapport de PAeaociation Intematio
nale d -s Hom ns d'Affaire d'Hati,
suggrant l'tabllliement d'un droit
de Douane particulier :
_ L: calcul srail ainsi l'ait, dit le rap
port : Mo ili.il de la facture de Flm
port, P. 100 : Droits de douane. 30:
!' u lie i venlaelt5o|o sur 130:6.30.
\ deur au p:ix de vente : I'. I 16,50.
A prlevsr 30(0 sur P. 136,50: 1.09
l\l, aj >uler au bordereau da I im
portateur. peu- re scquitti en
mne temps que les droits de doua
ne.
El iv u no plein i t le
Pez -ellci ,1" si .i de 11
supriorit mr le mode de taxation
-m les ventes|propos s par II Con
sei.l.T Fin mcier, le rapport en reu
me aiaii lee avantages ; perception
auto:n iti jue et ne coulant presque
pasaefriii nouveaux: limination
de la fraude, galit de traitement
entre gros ot petit < > u n iree, entre
gros et petits |con \ uis ne aem pis MU remarquer
Messieurs, que, pis une le document que je cite, ne met en
discussion le principe in n : de la ta
x i, p m plu ,ii opjp irtunit.
Ji puis ainsi due que le Projet, que
je suis ilatl de prsenter aujour
d'hni a vos i librati ini, ni moins
du G mver 11 o ml qu i de a >:re co n
rnerce lui -ru j o qu'il a de
filus |nlii- parmisdl reprsentinta.
I n'y io m qu i itum m
in d la ixi qui ne soil emprunt
la faon de v ur in commerce : le
l'ioj il du G i ivei nem ml repr i luit
I o| i proposs p ir le H
1 An "i Ui > i I il 'r.'atiou ijQ
m 1 \ i drei II ti, et le 1 ojo de
droit de ris i de la L nin en
vigu ai i.u d autr ta t rmee, il l
ve de I 0(0 i 040 ce dr .il de visa.
Aoasi biecj lorsque li Ccuverne
ment se fut propos de reprendre
cette nouvelle forme l'tude de
la taxation luggre par le Conseil
1er Fmau-ier. il ne rencontra aucu
ne opposition et l'accord fut vite ta
bli sur la convenance d'une impesi
tion douanire modiliant le droit ac
luel de visa.
Je crois. Messieurs, vous avoir as
se/ dit pour justiiier le Projet de
Loi que le Gouvernement vous de
mande de voter.Mail je crois devoir
ajouter une considration de plus,
j.our 1 tablir h rot y ni l'urgente de
la rforme thcale propose.
L'; Considrant du Projet invoque
la ncessit d'aisnrer l'quilibre du
Budget. La movenne des rendements
des cinq derniers exercices donne
des voies et moyens d'environ 2\)
millions de gourde- ; c'est peu pre
ce chillre ques'iventles d' pen l -
du liudget actuel que VOOI ave/ fix
exactement 0.i8.6lS. Wt. W. Or.
les re, ttes de ce mme exercice sont
value! par vous-mmes (i. _.
494.290 ri. L'cart entre ces n cet
tes et cee dpeneee ait de G 3.118<
172.04. D'o il suit que. alors m
me que des riiatancei particulires
ne seraient pas opposes au Scrtai
re d'Etat des Finances dam l'excu
tion de l'article i de la Loi de Fi
nances relativement l'application
des soldes antiieurs aux dpeuses
actuelles; il serait neceanire, en-
vue des pjochains Bu gets, d'aviser
au moyen d'assurer un quilibre
aussi di Bnitif que pos-iblc entre les
revenus publics U II n .s qui
sont la charge de 1 Etat. 8 vous
me permette/, d'exprimer cette pen
se suus une autre forme, je veux di
re la sagesse qu'il y aurait ne pas
escompter indfiniment dei loldes
au crdit de 1 El il et oauer le
budget g arai dl U llpublique de
fat;011 rendre excutables les dispo
litoni de l'article 19 de la Loi de. Fi
nances relativement la corrlation
n tablir entre lee recettes et les d
penser d'un m.ir.e exercice.
.Nous sommes actuellement, Mes-
s'eurs, la tin ou presque, de la r
coite. Lee premiers mou de l'Exerc
1 tool latisfaisants c unme rende
ment. Alori mme, je le rpte qu'
aucune duiicult ne surgirait pour
coolr rier la libre disposition des
fonds d 1 exercices aulerieurs.il nous
faut nous exercer parer l'insulli
sauce possible des derniers mois de
l'anne administrative. La recelte
nouvelle que le Gouvernement vous
demande d'tablir est un des mo
yens de compenser tout dficit dans
li recelte.C'est pourquoi il fixe la date
du li Mars de cette anne mme
comme point de dpart de l'applica
ti>n de la taxe nouvelle.
Dans F espace de temps qui nous
spare de 1 exercice prochain, nous
aurons fait ainsi l'exprience du mo
yen propos et de la masure dans la
quel.e nous aurons eu raison de
compter surce moyen.
Sous le bntice de ces considra
tions et vu les circonstances, j'ai
l'honneur de demander pour le Pro
jet dont je viens de donner lecture,
I urgence et le vote immdiat, qui ne
- ront jamais plus justilis que dans
1 elle occasion.
Conseil d'Etal
Hier, le Conseil d'Etal s vot le
contrat ainsi que la loi pour l'tablisse nentd'une usine 1
trique aux l'.iv .. Pull, le Minis-
tre des Finances s nbtenu le vote
d'ur^ mee pour on pr ijet de loi qui
mo lui U pie n ie pariie de Parti'
cle 03 d; ht loi du / Septembre 1905.
v li sance di es malin le Con sil
d'El U a v le nie valeur de S 770
gour le- ip >ur li cration de deux
postes consulaires a Cuba.
Varits
Dimanche
Vronique
Un film d'art franais, tir- de la
No I le Pass comman
d de Mlle Mayi E en
I Ch ilio avec Pauli
i?
( !' lit )
Lucie;i U Luectte
( c
l'ntre ; 0'd<^ ^0. ; 3 ^Jes
vol tFOiscau
La session extraot lmaire du
Conseil d'Etat prend lin et nous
croyons savoir qu'aujoiiid lun ou
lundi la clture sera prononce.
Cette session aura t une des
plus fructueuses et des plus labo-
rieuses: d'importantes lois ont t
votes, parmi lesquelles celle qui
rorganise laCoropagnis Nationale
d3s Chemins de Fer en ouvrant de
: uperbes perspectives pour 1 acti-
vit prochaine des populations et
ragions intresses.
Le Gouvernement actuel peut
dire qu'il a allg la Rpublique,
I ai ce rglement avantageux de
la question des Chemins de Fer,
dits Macdonald, d'une douloureu-
se et protonde pine- < >n sait que,
si ce Gouvernement a assum l
responsabilit d'un t I rglement,
celle de la situation des Chemins
de Fer remonte bien plus haut,
au Gouvernement d'Antoine Si-
mon, sous lequel et dans lequel
beaucoup de ceux qui ameutent
aujourd'hui l'opinion ont pu don-
ner la mesure 1 racte de leurs qua
its d'administrateurs et de guir
venants. Mais nous sommes dans
un pays o on oublie lacilement.
Au cours de cette session, la si-
tuation financire,au point de yua
des crances contre l'Etat, s'est
au si singulirement amliore.
Toutes ou presque toutes les det-
1 s cri irdesi oagure vivement
disent'' -s, ont t liquides. Nous
mentionnerons les crances du
Cable sous marin, celle du Wharf,
de Port-au-Prince, celle de Ho-
berls, Dutton k Co et, en dernier
lieu, celle de la Banque.
La crance Archer, qui tait du
nombre le celles en instance pour
tre paves, a t r^'e par U
Commission des Rclamations.
Au point de vue qui nous oc-
cup ', il est donc vrai de dire que
le Gouvernement a lait uvre de
labeur, de conscience et de bonne
volont, et que le Cons il d'Etat a
pour lui un auxiliaire intelli-
gent el la hauteur des circons-
tances.
Le Chef du Gouvernement,
toujours en villgiatura de tant'
Ption-Ville, se porte de mieux
en mieux Pleinement conscient
de l'tendue de sa tcha et de la
ncessit patriotique de l'accom-
plir fermement et jusqu'au bout
avec, le concours de tous les ci-
toyens de bonne volont, le Chef
de l'Etat, en dpit des raisons de
sant qui l'ont amen a l'tion-
Ville, suit le cours les choses da
Gouvernement et de l'Adminis-
tration avec l'esprit le suite de
l'hoinm-; qui ne veut pas, qu 4118
que puissent tre les circonslan-
e n qu'un anneau de la chanai
lui chappe et qui entend bien
avoir constamment jour les af-
fairai dont le pays lui a tSonfi U
haute responsabilit.
Voil, en raccourci concidrj-
ble, la situation des choses aj
m t neut o l < session extraordi-
i.auv tire si lin Aprs quelque*
semaines peine d ajournement,
les C m^ allers d'Etat vien Iront ro
prendre les travaux de la session
ordinaire) avec cette rgularit et
c 1 nid constant du mieux dont
0 ne leur tient pas assex compl 1,
s 1 ilel'il, lorsque, aveugl par
h 1 politique) on Nil isa-
1 d nunlrer que tO il inir-
pour le pis dan U pire des
mondes.
Le pays, m
et un p ix a.'ilii
ren e de la con
ceua qui administi ni ;i nier
tl d a coi.uu., ..


1-t MATIN
wideat de voitures
Hier soir vers i h. l'auto No 137
descendant par l'Avenue de Toi*
geaualla heurter violemment le bu-s
No 231 qui suivait la mAme Noie.
Le choal avant subi primipale
ment le choc, lut blesse assez fTlve
ment.
Le chauffeur Fe soucia fort peu de
cet accident suntnu par m lautt i
il ne s'anta pas, continua tout bon
nement sa route malgr les cris des
passants.^
-
Onde bienfaisante
Hier soir, il a plu abondamment,
au point qu'eu certains quartiers ou
le service de la voirie D entreprend
pasde refaire la chausse, il \ a beau
coup de boue. L ou lus quipe des
Travaux publics fonctionnent, on a
pu apprcier L'eieellencs do h.ivail
qui se fait, sui tout avec l'emploi des
pierres concasses et du sable prpa
r dont on lis ici ouvre.
Bref. Souhaitons qua la belle on-
de d'hier soir qui a rendu notre tem
pralure si frache ce matin, soit la
premi-re de la saison de pluie qui,
d'ordinaire, arrive en Mars et ouvre
favorablement l'poque dessemaille-.
Lu question des Jeux
Olympiques
Nous croxons di vo'r dclarer que
la noie parue dans notre dition
il hier sous le litre t Nos athltes
partiront pour les jeux olympiquei '
n'mane pas de la rdaction de no-
tre journal.
NOOS n'avons reu mandat de qui
que ce soit d'intervenir dans les dis-
cussion- qui divisent noire mon le
sporlif propos de la 8e Olympiade.
L'est a litre parement gracieux sus
nous avons mis nos colonnes a la
disposition de nos amis des Sports
qui avaient i illicite notre concours
pour arriver intresser le gouver-
nement et le public au dpart des
couleurs hatiennes pour le graod
tournoi international. Mais, il n'est
pas dans nos traditions d'attaquer
de eetts faon discourtoise ceux qui
ne partagent pas les vues exprimes
dans notre journal. Aussi la noie
d'hier n'a l publie que par sur-
t
risc.
. carnaval
\oui venir les temps joyeux ou
tout la joie de vivre, a ne |eanesse
iolle s'enivrera de plaisirs.
Trois jours pendant lesquels la
mimique amusante des uns, le ridi-
cule des autres, le faste somptueux
de certains, la fringao.ee et l'entrain
apports par d'autres au cours de
leurs prgrinations diideront la
face des plus svres, jetant une no-
ta, de gatt gnrale travers nos dif-
frents quartiers.
Kt mercredi, l'a itre m iscarads
de la vie reprendra son cours....
Messe Blzoton
Demain premier dimanche d
mois Jl y 'aura messe Iti/oton.
La crmonie commenceia ds l'ar-
rive du premier train._______
Dernire heure *
Le Conseil d'Etat a clotur ', ce
midi, la'prserjte session exlraor-
dinaire et entre en vac D
Us par iisilali
An-dessous Je la mise prix
Kn vertu : lo d'un "jugement d''
Tribonal de Premire Instance d
Port au Prince en date du on/i|.lan
vier dernier et ordonrant le i rings
de la succession de feu M. Louis
Souriac 2o d'un second jugement du
mme Tribunal en date du huit F
vrier rouranl et entrinant le ra;j
port des exp ils 3o d'un troisime
jugement du dit Tribunal en data
du vingt deux Fvrier conn ni. le
tout enregistr, il sera procd le
j' udi six Mars mil neuf cent vin^t
quatre dix heures du rratir>, en
I Elude et par le ministre du notii
re Edouard Knol, commis a cet
effet, la vente pal li< ilation, au
plus offrant et dernier em hrisseur.
au dessous de I: mise prix de Sri
te ants dollars Bie aiperts,
d'un immeuble sis a Laine, de la
contenance de vingl six pieds de t";*.
cade sur l'Avenue Jobo Brown, qu
rente sept pieds au pos sur
quatre vingl dix neuf pieds trois
pouces de profondeur l'fsl, cou
sistanl an une mrison en maonm*
rie portant le No 1191 et avant ton
les dpendances, ainsi que du ter
rain de vingtsil pieds sur vingt qui
prolonge, dans la cour le dit iiumeu
Lie. Ils sont borns tOOS deux par
l'Avenue John Brown, L ui- Sou
riac et A. de Mattis et seront ven
.lus tels qu'iU se comportent e!
tendent, sans en rien excepter ni r
server.
Aux requte, poursuite et diligen
^e ds Madi Bsoiselle Gern sine Sou
riac, minsure mancips, propritai
re. demeurant et domicilie Port
au Prince, isiste de son curateur,
M. l-'eiuand Durasse, el avant pour
avocats constitu- Mis Clment A
Coicou el Louis Fabius, avec lec
lion de domicile au cabinet du pre
mier.
Contre la sieur Augustin Cadet,
pns en sa qualit d i tuteur du mi
neur Voluaka Souriac, demeurant
Port au Prince el avant pour avo
cals Mes SI A/.ard Mills et Uacster
Racine.
Pour plus amples renseignements.
s'adresser au uolaire Edouard knol,
dpositaire du cahier d. s charges.
Fait a Port au Prince, le U F
vrier 1914.
Clment A. COICOU, R. RACINE
rjouit non personnel
par uno clatants
y ^manifestation
.S,mis n avons jamais nue seile
fois manqu l'occasion d'appuyer
les efforts constants de njtieuraud
Industriel en vue do .e. iuppement
de la Manufacture Hailienaa de Ta-
1, ( El -u ne som-
mes rests induTrants a se- succs.
L'est ainsi que ttOUS nous rjouis-
ons k l'avance de savoir, qu'il or-
ganise demain une grandiose mani-
(station, a la quelle prendront part
jeunes gens et jeu.us filles de son
atelier.
Le sera en quel pie sorte la glori-
l^ation OU Travail National que
claironnera d'un bout a I autre de
ls Capitale, l'autalon duilbaud qui
voit aujourd'hui aboutir en rsultats
fconds l'action difficile des pre-
miers [ours.
Le Matin dont l'entli usiasrae
pour les lans de l'initiative privs
,st uol" ire du meilleur BUC-
i cette clatante manifestation
de l'effort national._________
lepiss adir
Le rcpiss No D C9i) est adi-
r, l'levant j la somma de G. 33
laveur de Me Christian Pom
LuLlicala devant en tre dlivre.
DJR.
Chirurijien-lJeiitiste
Les Facullts dj Montral de
New York et de Boston
| Angle de Hues Destourhe et du
Magasin le l'Etat.
Consullaliens de ti heures du
matin a 8 heures du soir.
^trestone
Ll
*
...-*
TUBES
& ACCESSOIRES
Les premiers automobilistes du monde ie servent des.
Pnews & Tubes
FIltESTONE
Lti Inre&ione
lire iV Ruhber mM
Company. v^
i
Parmi tentes les autres fabriques da L'neus ft Tubes
reprsentes n Haiii esl la premiers pii a permis,,
an public de profiter de la baisse du Caoutchouc.
Vous avei une relle garantie en employait le pneu!
"Fireston i Cords**pour voire automobile surtout quand
vous la (ailes circuler sur des routes glissantes H
rocailleuses. One lois votre^auto munie de Pirestenr '
vous ne devezh'rien craindrc.tout'oSanqer est wliuiin.
'foules commandes directes pour ia l.iluu|ue sonl
acceptes Preelzinanu Itjjjeiiiofii,
Rue du Uuai
Tlphone: 25*
ou jour en stock toute lesldmen, lone de
Pneus & Tubes
Vous en trouverez aussi chez :
J. H. Wooltey,
Opposite Bovar Mtropolitain.

Oi dsire
L'juer une maison dans uns rue
cou- fiable.
1res iei au Breau du "Matin",
Colomhian S eamship
Company Inc.
fapeur dirig par la Colomhian Iteamshin Compauj
pour compte (le Unileil Slales Ihipping Boanl.
Le steamer Hati ayant lato$ New
York le samedi 23 B "iereo v wt est
attendu a Port au-P < e ta 1er toar*.
Il repartira le m four pour les
poris ^suivants: Petit >*vefnAl if,
JrwJe, Caye-:, Aqi V J<' < (
Lhtin*airc au ret* nr sera fix uli
rieuremtnt,
Poriau prince, le 27 Heurter 192i
EBiHiel Uo9AgHt9
Fullon Site Polish
(otipaty Ine,
ReW'York
Si nous roule protger la peau de ?os chaussui
Si vous vonlei avoir un brillant luisant et durable.
si nous \ou!ez la couleur el la souplesse de ces chaus-
sures prmLai longtemps employez la marque Nono<|rain.
Fabrique spcialement peur U-% dames i les gentle-
Ben du hight lile.
Elle pretgs la peau des chaussun s eenlte rhumidili'
el la chaleur.
Demandez l.i inanjue MonOjjram c'est la meilleure de totttes
les marques.
Gfc NSEME qenl pour Hati
Dr.BDGLE, l, uc Balla

!


1 kAi-l>
URODONAL
combat le rhumatisme
Goutte
Rhumatismes
Gravelle
Artirio-Sclrose
L'L'rndnnal n>t P" II
l*mni I diaaolvuii if i>lu
nrnri>iue de l'actdt UTIQU*
actuellement connu, puis-
qu'il mi n fou pin* i ui'H.ini
qu1 U liUime II niru. M
our, prtvwitlvCIMIM vu'
sa formation, supposant a 8
produ rca m a son
accumulation dani lai mm*
rrlarticulaires et dai
Dlntuns
Atie T"''l' ""* tcottl dr mm
narolr ait mttl il/i fip
Eubl Chtelain, , r Va-
koKiini-i Pan, m !" ih<-'
A.
URODONAL nettoie le rein,
lave le foie et les articula-
tions. Il auouplit le artres
et vite l'obsit.
Pharmacie F. Sjourna
Donne avis il clieitle et aux mdecins et au pub'ic qu'l *
'ranisorm son Latoraoirro d'Ulogie en un Laboratoire dj
biologie appliqu sous la Direction du
Dr Hicot et t. Sjourn
Le laboratoire es' ouvert tous les jours de 7 hres du .matin o
neurasdu soir pour toutes les recherches ei analyses prvues dans
p annonce ci jointe, saut pourle
Wttsseruiaan et .a couslanta Ure-Scrtorie
S;roit rajues que le mardi de chaque seraaim.
alr>ir ta Par uaci9 pour les reaseigiamenbr
\ ii^ea.d'jmai et 'ic^att-iqud
Raction da Wassermann
Bliction de Tri boulet,
Examen du Rang et du pu?
E. amen da? initieras fcules
Examen de erashat
Alhwmino rairtor
Constante L'ro Scrta're
Rtchershe de Soir les fi Co de %or/Pquet etc, et*
DIALIROL ium "''ulJ?"-|!SdlL
ArunuSl-p- M.eime. DaroaJw. ">".
de la Irmma. Arthriuun" CaraiopaiM
LTNYCOL Bumt calmant r.humalion.
(touiif Lumbago. NtraUne.
-***L
'- .v
t*2^.
52Tl!TTEu53SaBI
TSt
Smm V* i il E-iii pataire pou* Hati
Sea
Vue splendide l unique
Tlphone: 587
L'Itablissementgprend dos pensionnaires la quin-
/.lii.e pour l' djeuner ." le iliucr, on pour l'un ou
l'attire Stiparmeol ou pour pension complte.
S'entendre avec la direction pour les condition.
Grande salle pour banquet.
Cuisiae Franaise
ALUMlMUM LINE
Wewf-Orlfausclioulti
Aiiiericaii Steampshiu
Co lue.
*
Prochain* dparia direc
pour PORT *V riU\E. Hati
Le &teame* SVOM'FOM* a lai n
]**w Orlans le i/ fvrier arc UO
toasts de marvhandi*:*,
je steamer CHHJST1 A d.ROQ a
loir,z New O'hans le 13 fvrier diree
temeni pour Port an Pria e.
A part r de cette detni'f dite, U y
r.vra uneoccaionchaque /.> / >ti* pour
/ n ports xa vante \ Cari h- <(>>, Porto
i.olombia, Curaw. Po io Cabslio, La
niuayra, Pointe Pitre9ho*td? E*rrice9
fridgetown. Barbido*, P>vi o Spain,
'iriniiad. (jQorgttuwn*
Pull d Pniice, le 1er trs l)2.
A. d ialteis & Co
Ajjeiit u krau
A la Conscience
Ernest Camilie
Fabricsmt le chmasura
enjoins nr$
Matriaux lupriturl
Soins rrorrptitiitli Clrit
fraii'i'Kue prs la Pfttt N 1722
La maison porte la connais
sance du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
des nombreux clients elle ac
corde partir du 1er Juillet
1923 une prime de une paire de
chaussures au choix tuut dten-
teur de vingt tu kets.
En consquence on est prd
de rclamer un rec,u pour chaque
aheat au comptant.
A la Conscience .telle est la
devise de la maison.
Superbes Masques pour carnavals
Arriv par le dernier stai-
mer Franais:
Loups Dominos Faussas barbes
Moustaches et Perruque*.
CATALOGUES DE MODES
D'EDITIONS BELL
accourez tous chez
Mme feuve Dumas Nutna
Anjle ds Jlae3 di Peupla & des Csars 413 ;
Mademoiselle Titins ^atjHStin
ltue du Centre No
Hme Lonce ^reliimde
Rue Courbe No 1/17 a
Mme ^ntoine Trouillol
Hue du Centra \o 188S
Histoire 'Haiii
Par Madioc
D'aprs nu avis paru dans le
dernier numro du Moniteur ,
le. Dpartement de rinstruction
Publique, en vue de faciliter l'tu-
de l'histoire d'il iii, a charg les
m isoDS mivanl de 11 vente des
trois volumes de Madiou, trois
dollars la collect on :
Port-au-Prin e
Librairie de Mme Viar I
Cayes Joseph Slacco
Peut-Gove
('ha'ii- M. Galjens
Cap-ll llien .1. J. M. Manigal
Jacm 'I Mme Tbmutocle L on
ion ivi s Ludovic Plinii r
Saint-Marc
Phae Mtropolitai a, V. Gilles
Jrmie ch i .'.u Volney J
Port-de Paix
chez M Charles Frai;, i co.
Pharmacie VV. BUCH
Prpare* vos liqueurs avec les Essen
ces pour Liqueurs ; Anieettes, Crms
de Cacao, ChatreueeyCuraao. Gin.
m wm
"' i*i'
belle nmm
en deos mois par Io*
PILULES ORIENTALES
ka mIm qui d*vi-l..ppl, r.il-r.
rai.....t, tM*Mllluol Im
tftMiil In uIIUm Mma dut
apaaln M ilnuaaat aa but* ua
rccVui rnboiBdil
nfcimui momt la liai!
MaermHm Hr'NMlMafaWinw
i-uvtnissi3r'*
Phrf*
MARTINI et UOSSI
TUU1N
VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX
les prodmlsdelamai-
sonMarlini et Ilossisont
bien connus el trs ap-
prcis par les ama-
teurs de bons vins.
Eu fk Ttras iarthi el itasi
(Qualit suprieure. Prix modre
Pour commandes directes el condli >ns, adrtssez-voui
rigeul finral :
i t PRBETZMANN-AGGkRHVLH
Rue du Quai
1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM