<%BANNER%>







PAGE 1

U*AI\ il un I fe la Magisiralure Sur l'Affaire Beauvoir Par Gable Nouvelles Etrangres h Mis rUioll Sinn 1. m 1 No'reestimable t" La D 'mission du caliinel belge | i |e" a puOtte' (nef UJM rf**0> BHU Le cabin* quit attribue au Conseu de la ma gi$tr Uui tetq n tend d faii\ re -/'/' %  tincx lent I t ilr< l §soti-, aurait une %  porte qu'elle n'a mectiv nu nt. floua a fdsn renseigne', a oui HOIM ptrtnei iir (0 p/ats*r ii m/ f/ii M '/"-' /' ' fi 1 dans Mre numro d a fuer. Ai nwjplus, nous a on$ mme vu expdition ""il" ntiqiu ie la us ( .prt • %  Le cinquime,Me Pascii Millery, et le sixime tmoin Or Pierre Mose, introduits tour a tour et spar rnent, ont dpot ce qu'ilsav. nt des rails reproch's au .luge U au voir. Interrogs, ilsool rpondu aux questionqui leur ont t poges. Pois, MrC. Ilenoit, Commissai re du Gouvernement a conclu ce que le Conseil dclare que les griefs articuls dans la plainte n'tant pas tablis et confirm! par les nom breux tmoins entendu-, il n'y a pas lieu de les retenir contre le juge Beauvoir, lo;it les gestes et les clats de voix tiennent son tempramfint avant t commands par les circons tances qui ont accompagn son ins truction. •' Le Conseil aprs dlibration, estime que Monsieur le juge Beau voir n'a pas su concilier les devoirs le sa fonction avec la douleur de la ge a dmissionn %  la mi | de >a de laite sur le vote de confiance de la mbie a propoa (IIla convention conomique Iranco-beige. Le gouver nement u t lutin pu 95 voix con tre 71* grce la combinaison des M cialii*tea avec lea ea boliquea il 1mamls. M. Vanierville a d elaH ijiii' 'u.1:1 i u.Mit la dittolation du la ebambre aux n m velles lerli un programme par l'association de UMM les m >\ens de pioduction de iMinp .t sur le c tp tal pour rduire la dette pub iq 10, la reduelioa du Mn M militaire et un accord international. Le v .te sur la C011I1 IDG 1 belge suspend U dcision au sujet des aec irai coin m 1 i.ui v avec l 'Italie et 1 Lspague. L'impression g nerale e.-t que le roi demandera a ai. Th uuis de form:r un nouveau mini.-t"re. agitation A I ilhNr.Une viv %  l'esl produite au parlement lorsque tous les <1 -putes rpublicains se sont retirs 0n corps pour praiesier coa tre le relus du g Hiverne ueut faire voter la reol mon prouoin.uut la d < h auce de la dynastie. LOUySOlt — Le tombeau de Ton ttukiiam 11 sera rouvert samedi pjur une priode de 16 jours afin de per mettre la visite de personnes autori ses. M. Lacau, directeur du service des antiquit, a fait un inventaire du contenu du tombeau et du labo raioire, l'ait aluisser le ceuverele du •arcophaga et mis les scells sur les portes. et Paul Lv\ du vaccio cootra U diph'.rie qui rend impo- de louugstowu Uni ), M. Me Adoo avait reu 200.000 dol lars au profit de <• Kepubiic lion et Steil Company en IViU. M. Mac Adoo aurait dclar a ce sujet que %  on ancienne mii-oa de loi a .New York aurait reu de* honoraires di I i0.oi)0 dollars pour cette affaire. Au Mexique TUXI'AM— Le Conral Cuttiere/. entra dans Texpam et complta l'oe cupation de la ville commence avant hier. On pense que les led raux occuperont J,iiaia,tat de Verj Crus, aujourd hui. La positiou de Vega, a Li mules de Jaiupa, a cl capture tuer. Une autre cooa..e de fdraux est en marche vers le port d'Alvara/o 50 milles sud de Vera Cru/. famille ; q.;e les mesures qu'il a or donnes ou qu'il paraissait dcid ordonner, mme comme simple me Les conditions auxquelles sure, il les a nonces avec trop de rudesse ; qu'il en rsulte que son attitude et sa conduite en la circons tance, sont incompatibles avsc lat caractre et la dignit de ses lonc lions, il y avait lieu de lui appliquer la peine de la ivnsure simple. En foi de quoi le prsent procs verbal est rdig clos et sign ce jour a une heure et demie de i'apri midi. •• ( Sign ) : Km. Bthart. A. Champagne, D. Maignao, J. P. C. Sirin, LharUt Centil, Alfred Tbi biult, Georges O'Callaghan, Uls L gir, Etzar Vilaire el Henri Doug ''. Pour copie conforme : Collation n.— li.Gas. Bal travesti Le Comit d'administration du Cercle <• Le Sourire donne le lun di 3 Mars prochain un bal travesti en sou local provisoire la 3me Avenue de Bolosse. En vue d'viter toit encombrement, certaines oUsp isilioni ont t prisesiO'esl ainsi que les invitation! personnelles sont Jexigibles l'entreel les traveetii devrool se faire reconnaltie p'• qui i • dlg ie par la Chain lire !" 1". iininei e le II l 10, Taxas, q n doit visiter Port au Prinei le 10 M ira proch de el arrivera iur le mer Lafavelle de la 1 '. > npngaie Go r il Treasetlantique Praoai Mans celle 1 unioo \ nmunicalion de l'A de Mdecine annonce b> dcouverte pat les docteurs lleaault LES COUHS 1 |8 Fvriei ,?AKIS i.olur 21,27 Livre 104,15 NEWYORaVFranc 18.1 Livre sterling Mis fr-MaTT NEWS 28 Fvrier ToUJOliri le scandale du l'trole WASIIIMiTON.— Osa ennemis de l'Attornev Gnral Uaugherty prdisent qu'il se retirera du Cabinet immdiatement aprs avoir confr avec le Fridenl Coolidge. Sus amis cependant 1 encouragent dans sa dtermination de ne pas cder sous la pression des alla juts du Snat. Les Dmocrates et les Hpublicains coaliss qui oui forc la demis* siou de Deuby et attaquent en ce moment l'Attornev General Lluughertv, envisagent uue no iv;ii)i HIB-IW la premire lois dans 1 histoire de la China une condamnation I mort a ele prononce el s ra tXeutO contre uu blanc, la Cour a] inl re jet le pourvoi en appei introduit pir le condamne Kussa Usais Corn,l. Varits Ca so| r Les AvstPis di New-York Ite, 14e et 15e t'-pisodes entre G. U.50 Accident d'auto Samedi dernier la nomme llerti i Raymond domicilie St Ard se re.i ddll Si \r.iiiiie quand I auto p r la it le Nnar 1 23J > l ml un 1 erl dns vi 1 re 1 an milieu de la mata, li'rli'i fui 1 la jamba gau.o luise : Pras ; a lii ip ral mercre li s nr. elle raourn as ces blessures. Ses funnilles ont eu lieu hier aprs midi. La vi lime tait m ri de ci iq en fan la. Le Tarif appliqu par le S rvice Hydraulique compreod une chelle ijni v;ine avec le pouce1 1 ge du robinet en uaag dans ••.hique maison. C'eal ainsi que la taxe mensuelle qu'on p:iie gnralement si de G. '. parce que la plus grande partie des installt! oni son tablies avec des tuyaux de I|2 poti' D'o vient alors qu'un tirit particulier soil appliqu aux Htels L'A liiiMtistr.ition du Service Hvlraulique en proci'lant ainsi a-t-elle envisag la eonsommatioa de cet lmmt in lispensable, qui ncessairetni'iit il ins un i iW'iss %  ment jouissant d'une certaine vogue, doit tre plus gran le que dans une m lisoo quelconque. Si oui, ce calcul ne repose sur rien de prcis, car. certaines maisons ne payant que la taxe no.male, peuvent loger douze personnes et davantage, galement des mnages restreints. Nos Hotels ne sont pourrai que d'un bassin, et l'eau ne tient jamais avec assez d'abondance pour qu il soit rid plusi MUS I >is dsnslamdmej ur 1ee.Doaoia8.tua tion est absolument la moi^qu'il s'agisse d'un Htel ou d'une miison ordinaire. Alors, sur quoi la Direction du Servie Hydraulique se I lise telle pour applipi.T un Tari! spcial ces tablissements, dont les linances ne sont p is toujours si belles.. iNOus vomirions voir cette question tire au clair.. %  >' % %  %  1 %  1 -i %  1 %  — — 1 -11 ——^^^ Ku|iiti>, la PolieNous sommes piis d'attirer l'ai tention de la Police sur des mardi m des publiques qui, chaqaesoir se donnent rendez-vous k l'intersection de l'Avenue John Itrowu et de 11m pisse Lavaud, ou elles dbitent les propos les plis orduiiers. lue rafle serait ncessaire et rame un ut l'ordre et la tranquilit dans ces quartiers. ^>*euie^meMMmumwmsmwatwiuummmmemuutmmmaix*HemmtMMm lcpissa* adir.' La rcipisai No 2 (9j est adir, l'levani .1 la somme da -| Librairiejde Mme Viard Cayes Joseph Stacco Petit-Goave Charles M. Gactjens Cap-llaitien .1. J. M. Mamgat Jacmel Mme Thmislocle Lon (ionaves Ludovic Plissier Saint-Marc Phcie Mtropolitaine, V. Gilles •I trmie c'iez Mr VolneyJro m Port-de-Paix chez Mr Charles Francisco. D Cet aprs-midi, auront lieu lei funraillea de Mme Maria Garascher, ancienne Infirmira -le la prison, dc %  l %  i l'ga -le 5 ans. Le convoi partira de la rue da la Hunion pour se ren-Jre l'Eglise Sie Anne. 4g Moi condolances la famille. AVIS ~* La Commission des lt-clamations rappelle au public que le dernier d 1 ii accord pour le dpt des Rc p Ns Require expire ie Samedi 1er M 1rs prochain. Aprs celte dute, aucun effet da eetta aatagark ne sera accept. ZIDAL ELIXIR1 duDOMNS tt la taculU 4t Vfcfacnu . Parii\ LE ROI DES TONIQUES, infuse une via nouvelle tout ceux dont la sanii'i leirivail.lesexcs.ksmiladies.ractiondbiliuniedespijrichaudj aux ANMIQUES-NEURASTHNIQUES-IMPUISSANTS I Bombrvuie a'imnrion$ 09 Haladt M 49 Btmln — La flicon. S franc, le* 3 flacon v franco. S7 franca. llrochura le a pacca gratuite, sur demande auressos au i tmOKA TOIK C -ZIPAl 11. awla.aea < Stra.fc^wr, 11 Lu Ttaie daaa aoutSa lea bonooa pbarma^taa PH i5l



PAGE 1

i c ii'ATlN • (Iode et Tanin) A la fois Tonique et Dpuratif. Anmic — Faiblosso gnrale Croissance de3 Enfants Glandes—Scrofule Formation doc Jeunes Filles Maladies de Poitrine irnn m \*yi\i,remplace ooantngeusement l'HUILE de FOfC e MORUE r COVB FT.S c • MBtl rouTii %  mm Mi u | "Jirestone PNEUS TUBES Fulfoii Shœ Polish Company nc. Neu/-lork H Si voui voules protger;ia pas* 4e *os chaussure* Si vous routai avoir un luillaat Isassnt et durable. Jsi roua Toula* la euleur et la ssnplesse de ces chaussures ptndsntlonutssaps cmpieyei la marque lonogramFabriqua speialemeat peur lei daaass et les uenllt>en du hiijhtvlile. Elle pralu la'^peaa des chaussure •ealra I humidit tl la tlialeur. Demande/, la marque MODOgr.m est la meilleure de toutes jjas marquas. g Gfe* NSEME wul pour HW \RTINI et UOSS TURIN VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX Les produits del maisonMartini et Oossisont bien connus et trs apprcis par les amateurs de bons vins. |H En stock Vermouth Martini et Rossi § & ACCESSOIRES les premiers • %  tomobilistel du monde se servent des ( Pneus <& Tubes FIKESTONE La Firesta ne lire V Rubber Company* Parmi fautes les autres fabriquas de Pneus ft Tubas reprsentes en il.uli est la premire „ qui a permit, au^public de profiter de la baisse du Caoutchouc* Vou ave/, une relle garantis en employant le pneu] "Firsstone Cords"pour \ < i*automobile surtout quand vous la faites circuler surides routes qlissantas et rocailleuses. Dm; lois votre^auto munie de Fireslonel vous ne devezjgrien craindre,tout£danuer est wliauin*. Toute* commandes directes pour la lalnimie sont acceptes les conditions trs a v atageuses par l'agent: L. Preelzmann-Ayjjerholm, Rue du Quai Tlphone: 25i Toujours en stock toutes les ^dimension s de Pneus & Tubes Vous en trouverez aussi ekfts : J. H. Woolles, Oppobite Bazar Mtropolitain* |rr ] Qualit suprieure, Prir, modrs tPour commandes directes"et conditions, adrsssw-vous sisrSjl l'Auent Gnral : ^ L PREUTZMASN-IGSEIIUOLM Rue du Quai • lYaf** olonibiau Sleamship Company Inc. Yapeur diriq par la Colomliian Steainship Company pour compte de Onited States Slii|pinq Isard. Ue steamer Haii. ayant laint New* Work te samedi 93 Fvrier courait est attendu a Port au.Pri ce le 1er \ a s. Il repartit a le mnw jour po*r les pon* suivants: Petit (iove 9 M irago Jrif.ie, Cayet, Aquin S Jacmvt' Uitin aire au relousera px il rieurenunt. Portait PrLtce, le 2/ fvrier 1924 contre u CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, 110, 7Ju.Un VIAKI) ft toutmm !.. borinfi PfinrmiclM GEBtU et Co, H ents. <)n dsire louer l petite mai*n dam un qu ceiiMal. S'adresser au jouni.u. I l* Purgatif Idal ^ Pilule du D r D ehaut 147, Hu du Fiubnrg tM-OKti Farii facile I prendra, N. neoaiiuant ancen prparai. •Ile M afovee.ee |anuu 4e ifot S|pprlmtDt la dl*M, elle M etaiiiie eu le aalade. N'eilfeant pat ee repoe U eHmbf, elle M ceeM eeceae eerte ** %  >• Pin Mtl*. ea toei IM nailli elle et, eu ceenlient, soiei (lire. DOSE I MMMNt. i •"" &f • • LAXATKI, I F 1 Clii f c z F. Lavehiuet Se 312 Rue des Miracles ro de l'Kcole Stnographie Robin* On trouvera les article-suivants : \in rouge & blano garantis pur jus de raisin fi /, gonr deaetS goui a drs le gallon, des liqueurs finra assortira, du Cognac suprieur, du Campagne autheutique Carte d'or demi sec. — On trouvera aussi du \in par harriuues •t par caisse, du kola Ascuncio les prodiU Guilltaud au prix le fabrique: dos provisions etc Nous avons reu.'aussi divers articles de mercerie, des articles pour couture, lingerie el mode Pris dfiant toute concurrence, l'as'ez nous voir b % L VALAIS ET


PAGE 1

%  A.ilN • Rose sans œ<1 • BOLQUF.TS : l'n joui vitnitt, A,, ,n : rml Piltl lut de mot. ."• Rose sans fin L'Anneau merr'tru* L'Amour dam le ca>ur DauRtua OtAT FotTrot Fai'ons un Pfvt ] -ul tir i e:t I l d'arfum pour bomme) EXTRAITS CFiUil, Rose, Mimosa Violette, Cyclamen, I Muguet, hu lut'. Chypre cnivrQ.xxl ARYS 3, rue de la Paa, 3 PARIS Pharmacie F. Sjourn Donm airis sa clientle et aux mdecins et au public qui! a framsqrm son Laboraoirroj dl'Ulogie en un Iator?tore t'e biologie appliqu sous la Direction du Dr Hicot et t. Sjourn Le laboratoire est ouvert tous les jours de 7 hres du [matin G neures du soir pour toutes les recherches et analyses prtues de ES 'annonce ci jointe, saut pour le Wa^semuau et ia constante Ure-Srrforie Sjrj t riJUSi que le mardi de chaque semaine. S'idr3r a il r\iir,nacie pour les renseignements ai'.yMid'urinss et 6'ucgaslrique Kaction de Wassermano B faction Je Triboulet, Examen du sang et du pus!*' Examen des matires fcales Hianien de crachat. Albumino raction Constante Uro ScrMal^ ^OXSKJO^" ,-• %  • ... %  • •• • Seijie Taillant Consiijnataire pour Hati Vue splendide es unique Superbes Masques pour carnavals Arrivs par ls dernier stta • mer Franah : — Loups. Dominos. Faussas barbes ft Mousiacliti*


PAGE 1

PlRBGTfiUa PAOPAIgrAlRE IMIRIMEVH Clment Magloire BOIS VERNI 1366 Hue Amrioalne NUMJEHO tyQ CENTIMES Quotidien Il ne sitylrrW^'^^hy us droits, i^twqt&^tonaaiiic vos devoirs }-*flui(u-^if.ilH|ue du devoir n'est pas moins ncessaire que la jouissants du droit au maintien de Tordre voulu de Dieu et hors duquel vous n'avez rien a esprai* sur la terre. Lamennais TELEPHONE No 24 VHm ANNKE N 5iw PORT-AU-PRINCE (HATI) VENDREDI 29 IT.VRIER 1924 La loi de crdit en lavsur de la Banque lia 1 t vot mercredi par le Conseil d'Etat une loi d'ouverture do T.dits de G. 536.-104,26 pour payer les commissions de trsorerie arrires dues J:i Banque Voici l'Expos des Motils fait, cette occasion, au Conseil d'Etat, par le Secrtaire d'Etat des Finances : MM. les Conseiller d'Etat, •l'ai l'honneur de dposer sur les bureaux du (Conseil d'Etat un projet de loi ouvrant au Dpartement des Finances et du Commerce un crdit extraordinaire de G. 5.'ifj.32,i destin payer la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati I arrir qui lui est lu pour les exercices l'Jl6-lyl7 titre de commission de trsorerie. Dans mon rapport au Prsident de: h Rpublique du 7 Novembre 192-J publi au c Mom leur du 28 du mme mois, j'ai eu m'exprimer comme suit au sujet de cette crance de la Banque contre l'Etat : Cette crance reprsente la commission de trsorerie de 1 o/o sur les encaissements et 1)2 oio sur les paiements, due la Manque en vertu de l'article 17 du contrat de concession, du 1er Septembre 1915 au 30 Septembre l'J-16. Elle s'lve G. 118,870,51 et t)rP 83.486,35. Il app^rait ds l'abord que cette commission de trsorerie devrait tre la charge de la caisse de ." o|o [)rvue par le trait de l'.il.*, en vertu du2m s paragraphe de l'article i de l'Accord du 10 Juillet lu le. sign Washington! sous le patronage du Dpar* ternent d'Etat, entre les Dlgus du Gouvernement hatien et les reprsentants de la Banque* et qui est ainsi conu : l,a Commission de la Banque affrente aux sommes que le Receveur Gnral doit recouvrer, recevoir et appliquer, sera comprise dans les dpenses du Bureau de la Recette vises dans l'article ti de la Convention amricain)-hatienne du lti Septembre /y/. Quoi qu'il en soit, sous rserve de tout examen de cette question, la crance de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati devra tre louante la Commission des Rclamations pour sa partie antrieure au 3 Mai 1910, telle quelle peut tre dtermine par l'tat reproduit d'autre part. Un mode de rglement devra tre trouv pour la partie postrieure cette date. Un tat, inclus dans le Rapport, fait le dcompte des valeurs quotidiennes inscrites au crdit de la Banque du chef de la commission de Trsorerie. Ce dcompte lait voir que la partie de cette crance, antrieure au o" liai l'.lltj, est sensiblement infrieure daix paiements laits en avril lylti et octobre 1019 et s'elevant ensemble Nous avous prcdemment expos qu'en prsence de l'indilFrence des llanques l'gard de notre industrie, le capitaliste hatien pourrait intervenir et lancer certaines entreprises ne ncessitant point l'emploi de capitaux considrables. Il nous reste aujourd'hui dter.ni lier de fai.on prcise les petites indus tries sur lesquelles son attention Sa uait se porter et dont la mise en ex ploitHlion amnerait un mieux trj dans la classe ncessiteuse.—Ku rendant hommage l'action bien luisante de la Colonie italienne qui a en quelqje suite implant la Cordunnerie chez nous, formant en grand nombre des ouvrieis haitiens (|ui depuis se sont perfectionns au point de possder aujourd'hui une connaissance parfaite du mtier, il importe que nous fassions remarquer I impossibilit dans laquelle se trouvent ces derniers pour s'ifMtaller per son nullement faute de ressources p cuniaires. Pourquoi alors l'action le %  os capitalistes nes'exerce-t-elle pas i leur endroit en commanditant un I I lotissement de ce genre qui, pli dans une position commerciale et coulant ses produits aux prix pratiqus ailleurs, verrait certainement une clientle aller vers lui. L'exemple de ces premiers cordonnieis avant dbut avec un capital modeste et qui sont arrivs aprs quelques annes d'un labeur srieux une prosprit satisfaisante, devrait inciter le bailleur de fonds se lancer dans cette voie. jNoui consistons depuis que'a e temps le parti que tirent les chinois del Blanchisserie. Avec des a yene restreints ils se sont installs faisant fonctionner leur modeste tablissement daus des conditions d .' %  : momie et de parcimonie qui leur ont assur certain succs. Chez eux tout est ru (liment, lire et le plus gros de leur M nlice est aMirpar l'extrme DOS march de la main d ruvre.— (.'est avec plaisir que nous voyons des nergies bai tiennes &e tourner \eis cette petite industrie. Aprs l' tablis emeul moderne de Ni me I'. i.oicon, c'est aujourd bui Mr II. Iv risot qui vient d installer cot de sa pharmacie une blanchisserie Ion: tionnant l'lectricit, faisant appel A tous ceux qui veulent 'apurer d'une prompte livraison. Voil qui est bien Le lessivage U'api. M i> s me thodes mcaniques prsentent certains avantages incontestables, lesquels ne rclament aucune dmons (ration : Ou peut avec un stock de linge rduit rpondre tous ses be soiiis.d nuire part inhisesnl moioa de manipulati.niles risques de pertes et do remplacement sont moindres.— Si nous considrons la liensite de notre popu.alion, nons pouvons aflirmer que d'autres stabueee ments iimila aient les bienvenus pourvu qu'au tarif praliquable fut mis a la poilee de toutes le bourses.— t nejbranche importante de l'Indu* trie dans laquelle DOS ouvrier* ont ralis des progrs considrables est 1 Ltuislene. Ave• %  uu y ti Ugdfeclu ui.l'ca Or P. nO.iir-,/2 ; df qj'il D'est rii>n dfl antrieur. 1 nnl Mai lit H, que la crance ne r s sort, par consquent) i 1 m m i con, la Commission d %  > -1 1 mations, et que I -s so les i mitant des deux paiements qui viennent d'tre menti n.i's doivent tre acquitts par eus ordinaires de trsors ie. Ce sont ces moyens lui. de la publication de mon •atiporl, n t envis igi s entre le Rouvememont, l'Ollice du Cons-ill T l'i nancier et la Banque. Il ressort des changes de vues | i t eu lieu que, en raison des embarras financiers qui existaient durant l-'s exercices lyl5 /'. lisse de 5 o|o du Rece i i lierai n'avait pu acquitter la ommission de trsorerie, a i du service courant du Cou n trs embarrass ; cet e p ique Depuis l'exercice lU/q-ty, cetl dpanse est iv^uli'-remout acquit• e par elle. U projet de loi a Ane p > ir objet la liquidation de cette situition et c'est pour n'avoir p t* re venir sur ces rolair*/' ir.v.J pass, dont celle de h Bnqul est, je crois, la dernire, quel; Gouvernement vous demande le voter le crdit ne ssaire.afin que, la reprise de vos tratauxen avril prochain .vous et lui puissiez concentrer toute votre attention pu triotique sur les affaire du nou v d exercice, grosses de perspecti ves et d'importance. se demande parfois co-nm nt peuvent ils irriver excuter les Ira v*u dlicats qui leur sont c inns tels des m tables sculpts. Si.isu* euaeorganisation, leur atelier c insiste en un hangar St la plupart du temps ils se voient obligs d'expo leurs travaux sur uue partie de la voie publique. Sans aucune du pline, ils ne se spcialisent nullement, tout de tout, prenant aiosi le contre-pied de la mthode a lopla ailleurs dans les grandes l'abri | n Ne pense/, vous pas qu'une in lation prsentable, employant un outillage moderne, permet tan I de raliser dml'eicution une mie de temps appi i rail u'une rmunration croyons la sphre digne de retenir t'iilteiition de ceux qui voudraient se garantit des placements avanlageus. PaisOOS la part l LOS j> unes lilles. C anbien d'entre sites aot des ouvrires parfaites, sachant noter avec g lt les eh IUSi ila, les manchettes, les crevai les mouchoirs, reste.it cependant inactives par suite de l'absence d'tablissements o elles pourraient mettre pioiit leors connaissant s. N croyez vois pas que le jour ou i lin i |ues nationales in c mveii I eba cuu d : tio iver sur deui D article l'importai ce fait en sera ait. mie. [a m un il iBUVrs li i. tienne en tirera profit et se pe i ir 11vanl • petites indu-lii d : imp moindre po u rail ni •'•ire embrasses par un seul uu local unique, ti blanterie qui pourrait rendre de rels tervices dan* la fabrication d 0 HD bre d'u > de meures en con* cnrreainl grce leur prii moindre i M m in i, i tes liant de I %  Ira iger, l es tr ivaos au tour, bien que coule,-lionne.avec art sont offerts sous nos yeux a un prix d soir.> iu s d'une rgi imentatio rieuse. La vannerie laquell idonne beaoc >up de no Jeun manque galement d organisai i' rto Ri il i ul \iter une fabrique de chais, le quels ne le cdaient en i i a cens oui nous viennent de Irance ou d'Italie. La paille avant survl I leur confection venait tout s m; derniers centre-, III llr I .1). iqil il d ins l'Ile vol di chape ui\ p luvalenl tre vendus bien meilleur compte qu'il n'aurait d possible de le *air i il mi d vait !e* importer. Il poussa son indiser* ii juqu s'infirmer do ooi d une pareille installation et apprit qu'elle ne revenait qu i.'i.oOn dollars. Vous nous di manderai pourquoi d tpuis l<' retour de notre homme d'4'Cair* n*-K J> paa rali^-nua— • ntreprise similaire ? La rponse M it d'elle mme, c'est parce qu'il 1 heurt votre in liffrence, vous tous cipilali-des qui prfrez que voire or reste lotti dans vos coffi l 1 n" 'abri |ue d'allumsttee n'a-tpas t en bon tal de fonction* nement pendant longtemps, et si ce n'avait t I absence uu dernier mumeut d'un contrle srieux, elle aura t probablement continu ulinieiiter n Ire march. Ce sont l les points que nous Si que nous prsentons aujourd bol a l'attention de Mus eux qui, se plaignant de la iiiauv i eru'iorniqiie du lardant avec un soin jaloux juteix, lesquels employs mme partiellement apporta il la misre de beauC i|l[l. Prochainement nous examinerons les objections qu'Us prsentant pour elyer d sipll |uer les causas de cette iadiffrsnee. loi athltes partiront pour les Jeux OI\m|iiqnes Nuis sommai ln>ureiix de pouvoir " l! 'i Public que nos athltes ( '• T'i de I manœuvres in '' %  %  %  i • jours ci, partiront "P 1 pour les Jeux t Mvinpi |ui -. C'estan vain que des individus dont ledes ein • sont percs i"in. oui essay al e* lienl encore ; ivernemeal • s l ihn. %  Urinent engag nids nceie lires l'en •oi des athltes aux Jeux I ilvmpiques, -i n tracti iaii houdain. Uni .m indpendamment du con i "mgouvernemental, faire appel M rosll et au patriotisme de fou-, dt on organiser, ftes aportl i lraire -, Kei mess ete, on ne i pulera devant rien pour qtrau ,! i %  lotlenl DOS cou %  l qu'une qoipe de vi^oureut • thli i il les v dfendre, Nou • v revi s En ittendeat 1 alhll i s'entranent avec mtliQ I porsi v. ic ju'ii leur uiaii |ue le pi lai i| al. Ils ont dj obtenu des perfomancee vraiment encourageantes et qui laissent esp ter qu'ils s,, clusseronl de faon trs honorable, parmi le* eiaq mille lh i lei qui leur disputeront la pal me a la huitime olympiade. Pamtana IDIMNCBE i L' gros sticct's lu ,'jour Les Mystras de Paris f teS: 5e chapitres Le |eii;i;|i> .lu PijM-l.q et 1 Les miles duo l.il l'ambassade entre: 2 {lourdes ljalcon 3 gourdes 11 1 n LE ifillfillF Bodielion bolaooelle de la Status i.c Sl-lirhel i Gi'.iii(l-Gove l manche Mus BUTS heu i \'\W %  Paroissiale de ,\ ,f87 ; d'un une dil de roulement sur le mois prs lent de: In nui lion .-en! SOItante I \ mille, trois '•eut neuf gourdes quatre vi,i-t cinq entin Rapport du lira d'Blal de l'Inetrui lion Publique au Pi dent de la R| iibli |ne et relatif l'tal de vtu I logeant les coles incommodes ou n'offrant pas l's i inditioos bv.'iniquei n ceuairek a x lu .e trOS >ent desgglom tf \


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06157
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 29, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06157

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PlRBGTfiUa PAOPAIgrAlRE
IMIRIMEVH
Clment Magloire
BOIS VERNI
1366 Hue Amrioalne
NUMJEHO tyQ CENTIMES
Quotidien
Il ne sitylrrW^'^^hy
us droits, i^twqt&^tonaai-
iic vos devoirs }-*flui(u-^if.ilH|ue
du devoir n'est pas moins n-
cessaire que la jouissants du
droit au maintien de Tordre vou-
lu de Dieu et hors duquel vous
n'avez rien a esprai* sur la
terre. Lamennais
TELEPHONE No 24
VHm annke n 5iw
PORT-AU-PRINCE (HATI)
VENDREDI 29 IT.VRIER 1924
La loi de crdit en lavsur de la Banque
lia1 t vot mercredi par le Conseil
d'Etat une loi d'ouverture do t.-
dits de G. 536.-104,26 pour payer
les commissions de trsorerie ar-
rires dues J:i Banque Voici
l'Expos des Motils fait, cette oc-
casion, au Conseil d'Etat, par le
Secrtaire d'Etat des Finances :
MM. les Conseiller d'Etat,
l'ai l'honneur de dposer sur
les bureaux du (Conseil d'Etat un
projet de loi ouvrant au Dparte-
ment des Finances et du Commer-
ce un crdit extraordinaire de
G. 5.'ifj.32,i destin payer la
Banque Nationale de la Rpubli-
que d'Hati I arrir qui lui est lu
pour les exercices l'Jl6-lyl7
titre de commission de trsorerie.
Dans mon rapport au Prsi-
dent de: h Rpublique du 7 No-
vembre 192-J publi au c Mom
leur du 28 du mme mois, j'ai
eu m'exprimer comme suit au
sujet de cette crance de la Ban-
que contre l'Etat :
Cette crance reprsente la
commission de trsorerie de 1 o/o
sur les encaissements et 1)2 oio
sur les paiements, due la Man-
que en vertu de l'article 17 du
contrat de concession, du 1er Sep-
tembre 1915 au 30 Septembre
l'J-16. Elle s'lve G. 118,870,51
et t)rP 83.486,35.
Il app^rait ds l'abord que
cette commission de trsorerie de-
vrait tre la charge de la caisse
de ." o|o [)rvue par le trait de
l'.il.*, en vertu du2m s paragra-
phe de l'article i de l'Accord du
10 Juillet lu le. sign Washing-
ton! sous le patronage du Dpar*
ternent d'Etat, entre les Dlgus
du Gouvernement hatien et les
reprsentants de la Banque* et
qui est ainsi conu : l,a Com-
mission de la Banque affrente
aux sommes que le Receveur G-
nral doit recouvrer, recevoir et
appliquer, sera comprise dans les
dpenses du Bureau de la Recette
vises dans l'article ti de la Con-
vention amricain)-hatienne du
lti Septembre /y/.
Quoi qu'il en soit, sous rser-
ve de tout examen de cette ques-
tion, la crance de la Banque Na-
tionale de la Rpublique d'Hati
devra tre louante la Commis-
sion des Rclamations pour sa
partie antrieure au 3 Mai 1910,
telle quelle peut tre dtermine
par l'tat reproduit d'autre part.
Un mode de rglement devra tre
trouv pour la partie postrieure
cette date.
Un tat, inclus dans le Rapport,
fait le dcompte des valeurs quo-
tidiennes inscrites au crdit de la
Banque du chef de la commission
de Trsorerie. Ce dcompte lait
voir que la partie de cette crance,
antrieure au o" liai l'.lltj, est sen-
siblement infrieure daix paie-
ments laits en avril lylti et octo-
bre 1019 et s'elevant ensemble
Nous avous prcdemment expos
qu'en prsence de l'indilFrence des
llanques l'gard de notre industrie,
le capitaliste hatien pourrait inter-
venir et lancer certaines entreprises
ne ncessitant point l'emploi de ca-
pitaux considrables.
Il nous reste aujourd'hui dter.ni
lier de fai.on prcise les petites indus
tries sur lesquelles son attention Sa
uait se porter et dont la mise en ex
ploitHlion amnerait un mieux trj
dans la classe ncessiteuse.-
Ku rendant hommage l'action bien
luisante de la Colonie italienne qui
a en quelqje suite implant la Cor-
dunnerie chez nous, formant en
grand nombre des ouvrieis haitiens
(|ui depuis se sont perfectionns au
point de possder aujourd'hui une
connaissance parfaite du mtier, il
importe que nous fassions remarquer
I impossibilit dans laquelle se trou-
vent ces derniers pour s'ifMtaller per
son nullement faute de ressources p
cuniaires. Pourquoi alors l'action le
os capitalistes nes'exerce-t-elle pas
i leur endroit en commanditant un
II lotissement de ce genre qui, pli
dans une position commerciale et
coulant ses produits aux prix pra-
tiqus ailleurs, verrait certainement
une clientle aller vers lui. L'exem-
ple de ces premiers cordonnieis
avant dbut avec un capital modeste
et qui sont arrivs aprs quelques
annes d'un labeur srieux une
prosprit satisfaisante, devrait inci-
ter le bailleur de fonds se lancer
dans cette voie.
jNoui consistons depuis que'a e
temps le parti que tirent les chinois
del Blanchisserie. Avec des a yene
restreints ils se sont installs faisant
fonctionner leur modeste tablisse-
ment daus des conditions d .' : momie
et de parcimonie qui leur ont assur
certain succs. Chez eux tout est ru
(liment,lire et le plus gros de leur M
nlice est aMir- par l'extrme DOS
march de la main d ruvre.
(.'est avec plaisir que nous voyons
des nergies bai tiennes &e tourner
\eis cette petite industrie. Aprs l'
tablis emeul moderne de Ni me I'.
i.oicon, c'est aujourd bui Mr II. Iv
risot qui vient d installer cot de
sa pharmacie une blanchisserie Ion:
tionnant l'lectricit, faisant appel
A tous ceux qui veulent 'apurer
d'une prompte livraison. Voil qui
est bien Le lessivage U'api.m i> s me
thodes mcaniques prsentent cer-
tains avantages incontestables, les-
quels ne rclament aucune dmons
(ration : Ou peut avec un stock de
linge rduit rpondre tous ses be
soiiis.d nuire part inhisesnl moioa
de manipulati.ni- les risques de per-
tes et do remplacement sont moin-
dres. Si nous considrons la lien-
site de notre popu.alion, nons pou-
vons aflirmer que d'autres stabueee
ments iimila aient les bienve-
nus pourvu qu'au tarif praliquable
fut mis a la poilee de toutes le
bourses.
t nejbranche importante de l'Indu*
trie dans laquelle DOS ouvrier* ont
ralis des progrs considrables est
1 Ltuislene.
Ave uu y ti Ug- dfeclu ui.l'ca
Or P. nO.iir-,/2 ; df qj'il
D'est rii>n dfl antrieur.1 nnl
Mai lit H, que la crance ne r s
sort, par consquent) i1' m m i
con, la Commission d > -11-
mations, et que I -s so les i mi-
tant des deux paiements qui vien-
nent d'tre menti n.i's doivent
tre acquitts par eus or-
dinaires de trsors ie.
Ce sont ces moyens lui. de
la publication de mon atiporl, n
t envis igi s entre le Rouveme-
mont, l'Ollice du Cons-illt l'i
nancier et la Banque. Il ressort
des changes de vues | i t eu
lieu que, en raison des embarras
financiers qui existaient durant
l-'s exercices lyl5 /'. lis-
se de 5 o|o du Rece i i lie-
rai n'avait pu acquitter la om-
mission de trsorerie, a i du
service courant du Cou n
trs embarrass ; cet e p ique
Depuis l'exercice lU/q-ty, cetl
dpanse est iv^uli'-remout acquit
e par elle.
U projet de loi a Ane p > ir
objet la liquidation de cette situi-
tion et c'est pour n'avoir p t* re
venir sur ces rolair*/' ir.v.J '
pass, dont celle de h Bnqul
est, je crois, la dernire, quel;
Gouvernement vous demande le
voter le crdit ne ssaire.afin que,
la reprise de vos tratauxen avril
prochain .vous et lui puissiez con-
centrer toute votre attention pu
triotique sur les affaire du nou
v d exercice, grosses de perspecti
ves et d'importance.
se demande parfois co-nm nt peu-
vent ils irriver excuter les Ira
v*u dlicats qui leur sont c inns
tels des m tables sculpts. Si.i- su*
euaeorganisation, leur atelier c in-
siste en un hangar St la plupart du
temps ils se voient obligs d'expo
leurs travaux sur uue partie de la
voie publique. Sans aucune du
pline, ils ne se spcialisent nulle-
ment, tout de tout, prenant aiosi le
contre-pied de la mthode a lopla
ailleurs dans les grandes l'abri | n
Ne pense/, vous pas qu'une in
lation prsentable, employant un
outillage moderne, permet tan I de
raliser dm- l'eicution une
mie de temps appi i rail
u'une rmunration
croyons la sphre digne de retenir
t'iilteiition de ceux qui voudraient se
garantit des placements avanlageus.
PaisOOS la part l LOS j> unes lilles.
C anbien d'entre sites aot des ou-
vrires parfaites, sachant no-
ter avec g lt les eh IUS-
i ila, les manchettes, les crevai
les mouchoirs, reste.it cependant
inactives par suite de l'absence d'-
tablissements o elles pourraient
mettre pioiit leors connaissant s.
N croyez vois pas que le jour ou
i lin i |ues nationales in
c mveii I eba
cuu d : tio iver sur deui D ar-
ticle l'importai
ce fait en sera ait. mie. [a m un
il iBUVrs li i.tienne en tirera profit et
se pe i ir 11-
vanl
petites indu-lii d.....:
imp moindre po u rail ni 'ire
embrasses par un seul
uu local unique, ti
blanterie qui pourrait rendre de rels
tervices dan* la fabrication d 0 HD
bre d'u > de meures en con*
cnrreainl grce leur prii moin-
dre i M m in i, i tes liant de I .-
Ira iger, l es tr ivaos au tour, bien
que coule,-lionne.- avec art sont of-
ferts sous nos yeux a un prix d
soir.> iu s d'une rgi imentatio
rieuse. La vannerie laquell i-
donne beaoc >up de no Jeun
manque galement d organisai i car ,)nur tmii c qm a trait au Com-
merce, une belle faad ai.iiie la
clientle.
Voulez-vous encore des exemples
o v i i urriii l'exercer
au bnli e du la collectivit cl o
vous trouveriez pour votre ceoUe]
'i : 11 monts id i uoiateun P
quoi s'avoir in mais pens 4 tablir
une Fabrique d cordages.' Lesplaa-
i textile* n'abon mal e les p u
dans le pays, i i utilises et par eon-
squsol d un b m march excessif '.-
t n li.un ne d'affaires avis nous a
de passage >' rto Ri
il i ul \i- ter une fabrique de cha-
is, le quels ne le cdaient en
i i a cens oui nous viennent de
Irance ou d'Italie. La paille avant
survl I leur confection venait tout
s m; derniers centre-,
III llr I .1). iqil il d ins l'Ile vol di
chape ui\ p luvalenl tre vendus
bien meilleur compte qu'il n'aurait
d possible de le *air i il mi d vait
!e* importer. Il poussa son indiser*
ii juqu s'infirmer do ooi d une
pareille installation et apprit qu'elle
ne revenait qu i.'i.oOn dollars.
Vous nous di manderai pourquoi
d tpuis l<' retour de notre homme
d'4'Cair* n*-K J> paa rali^-nua
ntreprise similaire ? La rponse
m it d'elle mme, c'est parce qu'il
1 heurt votre in liffrence,
vous tous cipilali-des qui prfrez
que voire or reste lotti dans vos
coffi l
1 n" 'abri |ue d'allumsttee n'a-t-
pas t en bon tal de fonction*
nement pendant longtemps, et si ce
n'avait t I absence uu dernier mu-
meut d'un contrle srieux, elle au-
ra t probablement continu uli-
nieiiter n Ire march.
Ce sont l les points que nous
Si que nous pr-
sentons aujourd bol a l'attention de
Mus eux qui, se plaignant de la
iiiauv i eru'iorniqiie du
lardant avec un soin jaloux
juteix, lesquels employs
mme partiellement apporta
il la misre de beau-
C i|l[l.
Prochainement nous examinerons
les objections qu'Us prsentant pour
e- lyer d sipll |uer les causas de
cette iadiffrsnee.
loi athltes partiront
pour les Jeux OI\m|iiqnes
Nuis sommai ln>ureiix de pouvoir
"l! 'i Public que nos athltes
( ' T'i de I manuvres in
'' ".....- '' i jours ci, partiront
"P1 pour les Jeux
t Mvinpi |ui -.
C'estan vain que des individus
dont le- des ein sont percs
i"in. oui essay al e* lienl encore
; ivernemeal
s l.....ihn.Urinent engag
nids nceie lires l'en
oi des athltes aux Jeux I ilvmpiques,
-i n tracti iaii houdain.
Uni .m indpendamment du con
i "m- gouvernemental, faire appel
m rosll et au patriotisme de
fou-, dt on organiser, ftes aportl
i lraire -, Kei mess ete, on ne
i pulera devant rien pour qtrau
,! i lotlenl dos cou
l qu'une qoipe de vi^oureut
thli i il les v dfendre,
Nou v revi......s En ittendeat
1 alhll i s'entranent avec mtliQ
I porsi v. ic......ju'ii leur
uiaii |ue le pi lai i| al. Ils ont dj
obtenu des perfomancee vraiment
encourageantes et qui laissent esp
ter qu'ils s,, clusseronl de faon trs
honorable, parmi le* eiaq mille
lh i lei qui leur disputeront la pal
me a la huitime olympiade.
Pamtana
IDIMNCBE i
L' gros sticct's lu ,'jour
Les Mystras de Paris
fteS: 5e chapitres
Le |eii;i;|i> .lu PijM-l.q et1
Les miles duo l.il
l'ambassade
entre: 2 {lourdes
ljalcon 3 gourdes
111 n
LE ifillfillF

Bodielion bolaooelle de
la Status i.c Sl-lirhel
i Gi'.iii(l-Gove
l manche Mus buts heu i
\'\W Paroissiale de l U d m la
Statue de St Michel, oeuvre du
Sculpteur Normil ilharles, offerte
,i la paroisse, par Mr Ke,,\ Dejean.
h parrains et des marramei
ont t dsigns. Beau oup de
preti tes re-
hausser ut p \r leur pr lence l'
'lit Je la fte- L S rmon de or
constat] pr tnooe, par le
Reversa I Pre Paul.
A cette o ' i" Qi mu qu ite
1 i '-Lu te i parfaire la
tomme rpara
urajenti nter l'Eglise ps
Le zle qu lie en l'occu-
i ' liioyet, cur de
Grand-G A cette ftte la
glus ^ruid suct
be Journal Ofllciel.dans non nuin*
redouble des lundi 15 et jeudi l'.s
Fvrier, comporte, "lit a autres ma
tien
Loi sffi tant une valeur da 7500
gourd.^ l'ameublement du Dparte
ment des Relations Bstrisui
Celte valeur s. ra Ure des fonds-
prvus au chapitre I, i.. lion i du
budg il de ee Dpartement, exercice
]'-"' i |l'- pui ami ublemenl des
u a liions et de certaim Connulabi
d'Hati s l'Etranger.
'-1 'i ii i i ier, montrant les re
pour le mois
d'O tobre 1913, i'l v ml a recette,
v.'. une bal mes au premier Dctobre
aeor t. t goardsa itj,
06,O7 : m i.oi '... ,_, gourd*
- '-.0,913 03 pi ni ;or 606,770
I Bourdee I i.sa ; d'o une
bal m l LU 31 Ootol ir, 1023 de : or
i ?.99l.9i: gourdes t .Ul.009.tS
Bituatioa .le la li. N. H. n. Hux
lit Octobre et 30 Novembre i.,M.
octobre. Caisse et capital : gourdes
71.490.977.7S. \ vembre. disse
t capital : Sourdei :j.i;>,\ ,f87 ;
d'un une dil de roulement
sur le mois prs lent de: In nui
lion .-en! SOItante I \ mille, trois
'eut neuf gourdes quatre vi,i-t cinq
. entin
- Rapport du lira d'Blal
de l'Inetrui lion Publique au Pi
dent de la R| iibli |ne et relatif
l'tal de vtu I logeant
les coles incommodes ou n'offrant
pas l's i inditioos bv.'iniquei n
ceuairek a x lu .e trOS
>ent desgglom -

tf

\


U*AI\
il un I
fe la Magisiralure
Sur l'Affaire Beauvoir
Par Gable
Nouvelles Etrangres
h Mis rUioll Sinn 1. m1
No'reestimable t" La D 'mission du caliinel belge
| i |e" a puOtte' (nef UJM rf**0> BHU Le cabin*
quit attribue au Conseu de la ma
gi$tr Uui tetq n tend d faii\
re -/'/' tincx lent I t ilr< l soti-
-, aurait une por-
te qu'elle n'a mectiv nu nt.
floua a fdsn
renseigne', a oui hoim ptrtnei
iir (0 p/ats*r ii m/
f/ii M '/"-' /' '
fi 1 dans Mre numro d a
fuer.
Ai nwjplus, nous a on$ mme
vu expdition ""il" ntiqiu ie la
us ( .-
prt
Le cinquime,Me Pascii Millery,
et le sixime tmoin Or Pierre Mo-
se, introduits tour a tour et spar
rnent, ont dpot ce qu'il- sav. nt
des rails reproch's au .luge U au
voir. Interrogs, ilsool rpondu aux
question- qui leur ont t poges.
" Pois, MrC. Ilenoit, Commissai
re du Gouvernement a conclu ce
que le Conseil dclare que les griefs
articuls dans la plainte n'tant pas
tablis et confirm! par les nom
breux tmoins entendu-, il n'y a
pas lieu de les retenir contre le juge
Beauvoir, lo;it les gestes et les clats
de voix tiennent son tempramfint
avant t commands par les circons
tances qui ont accompagn son ins
truction.
' Le Conseil aprs dlibration,
estime que Monsieur le juge Beau
voir n'a pas su concilier les devoirs
le sa fonction avec la douleur de la
ge a dmissionn la mi | de >a de
laite sur le vote de confiance de la
mbie a propoa (II- la convention
conomique Iranco-beige. Le gouver
nement u t lutin pu 95 voix con
tre 71* grce la combinaison des M
cialii*tea avec lea ea boliquea il 1-
mamls. M. Vanierville a d elaH
ijiii' 'u.1:1 i u.Mit la
dittolation du la ebambre aux n m
velles lerli un programme
par l'association de Umm les m >\ens
de pioduction de iMinp .t sur le c tp
tal pour rduire la dette pub iq 10,
la reduelioa du Mn M militaire et
un accord international. Le v .te sur
la C011I1 IDG 1 belge suspend U
dcision au sujet des aec irai coin
m 1 i.ui v avec l 'Italie et 1 Lspague.
L'impression g nerale e.-t que le roi
demandera a ai. Th uuis de form:r
un nouveau mini.-t"re.
agitation
A I ilhNr.- Une viv
l'esl produite au parlement lorsque
tous les <1 -putes rpublicains se sont
retirs 0n corps pour praiesier coa
tre le relus du g Hiverne ueut faire
voter la reol mon prouoin.uut la d
< h auce de la dynastie.
LOUySOlt Le tombeau de Ton
ttukiiam 11 sera rouvert samedi pjur
une priode de 16 jours afin de per
mettre la visite de personnes autori
ses. M. Lacau, directeur du service
des antiquit, a fait un inventaire
du contenu du tombeau et du labo
raioire, l'ait aluisser le ceuverele du
arcophaga et mis les scells sur les
portes.
et Paul Lv\ du vaccio cootra U
diph'.rie qui rend impo- pagation de patte m U 1 H*.
Le scandale du ptrole
L'enqute continu i
WASHINGTON L'attornej g -.oral
Daugherly continuera pour U mo
ment faire partie du 1 abi iel, mis
on s'attend a ce qu'il se retire aussi
tt que le snat aura terouo l'en
qute. De nombreux tlgraiO ns
ont t lus devant la commi-si 1 1
d'enqute la plupart envov s par X.
Clean, diteur de t Washington l'u-,1
Itipilea la Maison lilaiiohe. L:s
autres messages parlent des stforta
pour empcht la convocation de
Mac Clean devant h commission
d'enqute. Suivant ni article du
Sendieaior> de louugstowu Uni ),
M. Me Adoo avait reu 200.000 dol
lars au profit de < Kepubiic lion et
Steil Company en IViU. M. Mac
Adoo aurait dclar a ce sujet que
on ancienne mii-oa de loi a .New
York aurait reu de* honoraires di
I i0.oi)0 dollars pour cette affaire.
Au Mexique
TUXI'AM Le Conral Cuttiere/.
entra dans Texpam et complta l'oe
cupation de la ville commence
avant hier. On pense que les led
raux occuperont J,iiaia,tat de Verj
Crus, aujourd hui. La positiou de
Vega, a Li mules de Jaiupa, a cl
capture tuer. Une autre cooa..e
de fdraux est en marche vers le
port d'Alvara/o 50 milles sud de
Vera Cru/.
famille ; q.;e les mesures qu'il a or
donnes ou qu'il paraissait dcid
ordonner, mme comme simple me Les conditions auxquelles
sure, il les a nonces avec trop de
rudesse ; qu'il en rsulte que son
attitude et sa conduite en la circons
tance, sont incompatibles avsc lat
caractre et la dignit de ses lonc
lions, il y avait lieu de lui appliquer
la peine de la ivnsure simple.
" En foi de quoi le prsent procs
verbal est rdig clos et sign ce
jour a une heure et demie de i'apri
midi.
( Sign ) : Km. Bthart. A.
Champagne, D. Maignao, J. P. C.
Sirin, LharUt Centil, Alfred Tbi
biult, Georges O'Callaghan, Uls L
gir, Etzar Vilaire el Henri Doug ''.
Pour copie conforme :
Collation n.
li.Gas.
Bal travesti
Le Comit d'administration du
Cercle < Le Sourire donne le lun
di 3 Mars prochain un bal travesti
en sou local provisoire - la 3me
Avenue de Bolosse.
En vue d'viter toit encombre-
ment, certaines oUsp isilioni ont t
prisesiO'esl ainsi que les invitation!
personnelles sont Jexigibles l'en-
treel les traveetii devrool se faire
reconnaltie p pline ; les dgabMCUaU vulg lires
ne seront pas a lin-.
Due rception projete
l'ne runion des r p ~ liants
. divan 11 Chambrai d '-rce
11, l'iaiti a eu lieu hier Bfl lvrier
;i |U heures du mitin nu local de la
Chambre da Commerce IkmriaeJna
d'il titi laquelle taient reprwa-
t s les Chambre da Commerce liai
|i -tin-. Ami.' i UDO, fia t li-e II 1-
lienos el Byrl inae.
11 a t diseat lia pr y il la rcep
lion des memlii s c impo ml le
gro'i >' qui i dlg ie par la Chain
lire !" 1". iininei e le II l 10, Taxas,
q n doit visiter Port au Prinei le 10
m ira proch de el arrivera iur le
mer Lafavelle de la1'. > npngaie Go
r il Treasetlantique Praoai
Mans celle 1 unioo \ un programme gnral U
gt les I 1 ea men-
Lonaea pin-* baal ont dcid de
no n ner euicune ii qui
inironl lue li :< mars k 10
1, i du m dm au local da la Ch im
le Commerce Amricaine i liai
t afin d'arrter le program ne com-
met de la rception.
la France aoanentirait au
retrait tic la commission
de BontroU
l'AltlSLe sous comit de la mon
naie du comit des experts a conti
nue ses travaux. La dmission du ca
binet beige parait ne pas devoir en
(rainer un changement dans la dl
galion. Les points de vue franais
cl anglail sur la question du contre
le interalli des armements aile
inauds dillerent si peu qu'on estime,
dans lea milieux officiels, que l'une
des principales causes des dfections
existant dans l'Entente depuis 1918
sera suppiime d'ici quelques jours.
Cette c losiatatioa a l laite par le
conseil des ambassadeurs qui a exa
miu la note du 1er Macdouald el si
la commission miUaue interallie de
Versailles, dojt le Maichal Koch est
le prcsid' nt. tr uve qu ; les mesures
proposes sont sufiisa"! s pour sau
vegarder la scurit de la France,
les Krani; us accepteront les sugjts
tions de M. Haedooeld-
La France a accept en uns la
propoaiUon britannique recomman
uaui le relraii de la oommissioe. mi
litaue le contrule cl son remplace
m'iil p .r U; Oumit de garanties
mus eu siigtaot que oertaioes con
duioii- a 1 tatielies soienl remplies
par l'-Vllein igue. La principale con
d.tio:i que le gouv rniinml l'ian(mie
imposa muai'nuit pour consentir
au retl lil 'le la coin.ni si ni le cou
tro e eat qu'une euq te absolument
complte soil faite sur la situation
militaire actuelle en Allemagne, car
U commission n'a pu pour ainsi
dire eaai 1 coutrOl 1 d ipaii les
iljrui r- 111 La de I0SS. Si l'en mle
montre que l'Allemagne n'a pis VM
le les conditions militaires du trait
de VeraaiUas, acoamuU des armes
et des munit os, la riame u eeple
ra le retrait da la commission mili
taire le 1 nbole.
'.1 li ta ' dsire n imp 1 er '< 1 M
lema."i | lesdpea ; 1 .^',
res que |io ib i el la mm idoa
de cooti lia chei .1 t
dai s de gir ili s serai ni
. m' 1 ee
que La I en
l .1 d aaeorer l'ex m 0 lusea
du trait de Versiilles et le
dsarmement.
La diphtrie vaincue
PARIS Une > nmunicalion de
l'A de Mdecine annonce b>
dcouverte pat les docteurs lleaault
LES COUHS
1 |8 Fvriei
,?AKIS i.olur 21,27
Livre 104,15
NEWYORaV- Franc 18.1
Livre sterling Mis
fr-MaTT NEWS
28 Fvrier
ToUJOliri le scandale
du l'trole
WASIIIMiTON. Osa ennemis
de l'Attornev Gnral Uaugherty pr-
disent qu'il se retirera du Cabinet
immdiatement aprs avoir confr
avec le Fridenl Coolidge.
Sus amis cependant 1 encouragent
dans sa dtermination de ne pas c-
der sous la pression des alla juts
du Snat.
Les Dmocrates et les Hpubli-
cains coaliss qui oui forc la demis*
siou de Deuby et attaquent en ce
moment l'Attornev General Lluug-
hertv, envisagent uue no iv lensive contre un autre fonctionnaire
du Cabinet.
Mr Coolidgj enlrctem 's girde un
silence absolu sur la situation.
Il y a commence neal
tout.....
iiii;i!:.v\!AN'.>;ii)i hib-iw
la premire lois dans 1 histoire de
la China une condamnation I mort
a ele prononce el s ra tXeutO
contre uu blanc, la Cour a] inl re
jet le pourvoi en appei introduit
pir le condamne Kussa Usais Cor-
n,l.
Varits
Ca so|r
Les AvstPis di
, New-York
Ite, 14e et 15e t'-pisodes
entre G. U.50
Accident d'auto
Samedi dernier la nomme llerti i
Raymond domicilie St Ard se re.i
ddll Si \r.iiiiie quand I auto p r
la it le Nnar 1 23J > l ml
un 1 erl dns vi 1 re 1 an
milieu de la mata, li'rli'i fui 1
la jamba gau.o luise : Pras ;
a lii ip ral mercre li
s nr. elle raourn as ces
blessures. Ses funnilles ont eu
lieu hier aprs midi.
La vi lime tait m ri de ci iq en
fan la.
Le Tarif appliqu par le S r-
vice Hydraulique compreod une
chelle ijni v;ine avec le pouce11
ge du robinet en uaag dans .hi-
que maison. C'eal ainsi que la
taxe mensuelle qu'on p:iie gn-
ralement si de G. '. parce que la
plus grande partie des installt! oni
son tablies avec des tuyaux de
I|2 poti'
D'o vient alors qu'un tirit
particulier soil appliqu aux H-
tels
L'A liiiMtistr.ition du Service
Hvlraulique en proci'lant ainsi
a-t-elle envisag la eonsommatioa
de cet lmmt in lispensable, qui
ncessairetni'iit il ins un i iW'iss
ment jouissant d'une certaine vo-
gue, doit tre plus gran le que
dans une m lisoo quelconque. Si
oui, ce calcul ne repose sur rien
de prcis, car. certaines maisons
ne payant que la taxe no.male,
peuvent loger douze personnes et
davantage, galement des mnages
restreints.
Nos Hotels ne sont pourrai
que d'un bassin, et l'eau ne tient
jamais avec assez d'abondance
pour qu il soit rid plusi mus I >is
dsnslamdmej ur 1ee.Doaoia8.tua
tion est absolument la moi^qu'il
s'agisse d'un Htel ou d'une mii-
son ordinaire. Alors, sur quoi la
Direction du Servie Hydrauli-
que se Ilise telle pour applipi.T
un Tari! spcial ces tablisse-
ments, dont les linances ne sont
p is toujours si belles..
iNOus vomirions voir cette ques-
tion tire au clair..
>' 1 Convocation
Messieurs les cranciers des tr-
res Liroclie sont pris de se ru-
nir de.n un Samedi 1er Al 1rs a
anse tieures du malin au cabinet
de Me Etienne Million pour pren-
dre une dcision au sujet des va-
leurs qui leur reviennent dans les
tonls retentis par la Sugar pour
leur compte.
Port-au-Prmce.le 29 Fv. 1924.
La Solidarit
Socit d'assistance Mutuelle
CONVOCATION
Les estimables Membre. de la So
cil sont convoqus pour le Diman
che Mars prochain, quatre heu
res prcises de l'aprs midi, au lieu
ordinaire des sances, rue du Maga
sin de l'Kt U.
Ordre du jour :
Rception de nouveaux Membres
Sanction de procs verbaux.
Lecture de la Correspondance.
Causerie.
Uiea gnral de la Socit.
Vu l'i'.ap jrt doivent tre di.-cutes des questions
d'un haut intrt pour li Bouit, il
est pri da se run r en trs graad
nombre LE BURBAJJ
e> 1 -i 1 1 -11 ^^^
Ku|iiti>, la Polie-
Nous sommes piis d'attirer l'ai
tention de la Police sur des mardi m
des publiques qui, chaqaesoir se
donnent rendez-vous k l'intersection
de l'Avenue John Itrowu et de 11m
pisse Lavaud, ou elles dbitent les
propos les plis orduiiers.
lue rafle serait ncessaire et rame
un ut l'ordre et la tranquilit dans
ces quartiers.
^>*euie^meMMmumwmsmwatwiuummmmemuutmmmaix*HemmtMMm
lcpissa* adir.'
La rcipisai No 2 (9j est adi-
r, l'levani .1 la somme da urrenr le Me diristian lJomro.
DopUcata devant en tre HiV
Libert Egalit Fralerniti
Rpublique d'Hati
Extrait des Minutes
du Greffe du Tribunal
de Premire Instance
de Port au Grince.
L'an mil neuf cent vingt quatre et
le samedi neuf lvrier midi.
\u Greffe du Tribunal de Premire
instancs de Tort au Prince et par
devant nous. Montas Civil, commw
greffier ;
A comparu le sieur Grgoire Phi-
lo-: ls Cornet, arpenteur, demeurait
Poit au Prince et domicili l\r
cahaie. assist de son conseil, Me
Clment A. Coicou, lequel nous a
dclar qu'il renonce purement et
simplement la succession de feu
Homnlus Cornet, son pre, dcd
le seize Janvier de cette anne sur
l'habitation "Thomas", Commune
de I Arcahaie.
Cu loi de quoi, n-uis avons dress
le prsent acte que le comparant et
son conseil ont aurai avsc nous,apri
lecture.
Ainsi sign : G. Pli. Cornet, arp.
Clment A. Coicou et Montas Civil.
Enregistr Port au Prince, le 11
fvrier mil neuf cent vingt quatre,
folio 272rl73 Case 7990 du Registre
C. No i des actes judiciaires.Pen.u
droit fixe : cinquante centimes.
Le Directeur principal de l'Cnre
gistrement, (sign)llnec Dorsinville,
avocat.
Le Contrle (sign Cyrus Saurai .i
Pour expdition conforme. Collation
n. In mot ray nul. Sign Montas
Civil,
Pour copie conforme
Clment A. COICUl'3
Sainte Rose de Lima
Il est rappel aux membres de
l'Association d;s Anciennes El-
ves' et aux amies de l'uvre que
la conlrence mensuelle aura lieu
dimanche 2 Mars prochain, 9 h.
et demie* i
La Secrtaire :
b'ponine Jx LOUIS. \
Histoire ili '
Par M.vuiou
D'aprs un avis paru dans le
dernier numro du Moniteur ,
le Dpartement de l'Instruction
Publique, en vue de faciliter l'tu-
de l'histoire d'Hati, a charg les
maisons suivantes de la vente des
trois volumes de Madiou, trois
dollars la collection : VI
Port-au-Prince >-|
Librairiejde Mme Viard
Cayes Joseph Stacco
Petit-Goave
Charles M. Gactjens
Cap-llaitien .1. J. M. Mamgat
Jacmel Mme Thmislocle Lon
(ionaves Ludovic Plissier
Saint-Marc
Phcie Mtropolitaine, V. Gilles
I trmie c'iez Mr VolneyJro m
Port-de-Paix
chez Mr Charles Francisco.
D
Cet aprs-midi, auront lieu lei
funraillea de Mme Maria Garas-
cher, ancienne Infirmira -le la
prison, dc l i l'ga -le 5 ans.
Le convoi partira de la rue da
la Hunion pour se ren-Jre l'E-
glise Sie Anne. 4g
Moi condolances la famille.
AVIS ~*
La Commission des lt-clamations
rappelle au public que le dernier d
1 ii accord pour le dpt des Rc
p Ns Require expire ie Samedi 1er
M 1rs prochain.
Aprs celte dute, aucun effet da
eetta aatagark ne sera accept.
ZIDAL
ELIXIR1
duDOMNS
tt la taculU 4t Vfcfacnu . Parii\
LE ROI DES TONIQUES, infuse une via nouvelle tout ceux dont la
sanii'i leirivail.lesexcs.ksmiladies.ractiondbiliuniedespijrichaudj aux
ANMIQUES-NEURASTHNIQUES-IMPUISSANTS
I Bombrvuie a'imnrion$ 09 Haladt M 49 Btmln La flicon. S franc, le* 3 flacon v franco. S7 franca.
llrochura le a pacca gratuite, sur demande auressos au
i tmOKA TOIKC -ZIPAl 11. awla.aea < Stra.fc^wr, 11
Lu Ttaie daaa aoutSa lea bonooa pbarma^taa '
PH
i5l


i c ii'ATlN

(Iode et Tanin)
A la fois Tonique et Dpuratif.
Anmic Faiblosso gnrale
Croissance de3 Enfants
GlandesScrofule
Formation doc Jeunes Filles
Maladies de Poitrine
irnnm\*yi\i,remplace ooantngeusement
l'HUILE de FOfC e MORUE
r covb FT.S c MBtl rouTii mmMi u |
"Jirestone
PNEUS
TUBES
Fulfoii Sh Polish
Company nc.
Neu/-lork
H Si voui voules protger;ia pas* 4e *os chaussure*
Si vous routai avoir un luillaat Isassnt et durable.
Jsi roua Toula* la euleur et la ssnplesse de ces chaus-
sures ptndsntlonutssaps cmpieyei la marque lonogram-
Fabriqua speialemeat peur lei daaass et les uenllt-
>en du hiijhtvlile.
Elle pralu la'^peaa des chaussure ealra I humidit
tl la tlialeur.
Demande/, la marque MODOgr.m est la meilleure de toutes
jjas marquas.
g Gfe* NSEME wul pour HW
\RTINI et UOSS
TURIN
VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX
Les produits del mai-
sonMartini et Oossisont
bien connus et trs ap-
prcis par les ama-
teurs de bons vins. |H
En stock Vermouth Martini et Rossi

& ACCESSOIRES
les premiers tomobilistel du monde se servent des(
Pneus <& Tubes
FIKESTONE
La Firesta ne
lire V Rubber
Company*
Parmi fautes les autres fabriquas de Pneus ft Tubas
reprsentes en il.uli est la premire qui a permit,
au^public de profiter de la baisse du Caoutchouc*
Vou ave/, une relle garantis en employant le pneu]
"Firsstone Cords"pour \ < i*- automobile surtout quand
vous la faites circuler surides routes qlissantas et
rocailleuses. Dm; lois votre^auto munie de Fireslonel
vous ne devezjgrien craindre,toutdanuer est wliauin*.
Toute* commandes directes pour la lalnimie sont
acceptes les conditions trs avatageuses par l'agent:
L. Preelzmann-Ayjjerholm,
Rue du Quai
Tlphone: 25i
Toujours en stock toutes les ^dimension s de
Pneus & Tubes
Vous en trouverez aussi ekfts :
J. H. Woolles,
Oppobite Bazar Mtropolitain*
|rr] Qualit suprieure, Prir, modrs
tPour commandes directes"et conditions, adrsssw-vous
sisrSjl l'Auent Gnral :
^ L PREUTZMASN-IGSEIIUOLM
Rue du Quai
-
lYaf**
olonibiau Sleamship
Company Inc.
Yapeur diriq par la Colomliian Steainship Company
pour compte de Onited States Slii|pinq Isard.
Ue steamer Haii. ayant laint New*
Work te samedi 93 Fvrier courait est
attendu a Port au.Pri ce le 1er \ a s.
Il repartit a le mnw jour po*r les
pon* suivants: Petit (iove9Mirago
Jrif.ie, Cayet, Aquin S Jacmvt'
Uitin aire au relou- sera px il
rieurenunt.
Portait PrLtce, le 2/ fvrier 1924
contre
u
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
110, 7 PAniM
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINCE
AI-i.PTHUB Pli.rm.ei. AI.BKHT1NI
Ph.rm.ci- du I>- Ju.Un VIaKI)
ft toutmm !.. borinfi PfinrmiclM
GEBtU et Co, H
ents.
<)n dsire louer
l petite mai*- n dam un qu
ceiiMal. S'adresser au jouni.u.
I l* Purgatif Idal ^
Pilule du DrDehaut
147, Hu du Fiubnrg tM-OKti Farii
facile I prendra,
N. neoaiiuant ancen prparai.
Ile m afovee.ee |anuu 4e ifot
S|pprlmtDt la dl*M,
elle m etaiiiie eu le aalade.
N'eilfeant pat ee repoe U eHmbf,
elle m ceeM eeceae eerte ** >
Pin Mtl*. ea toei im nailli
elle et, eu ceenlient, soiei (lire.
DOSE I MMMNt. i ""?
LAXATKI, I F1*
Cliifcz F. Lavehiuet Se
312 Rue des Miracles ro de
l'Kcole Stnographie Robin*
On trouvera les article-- suivants :
\in rouge & blano garantis pur jus de raisin fi /, gonr
deaetS gouiadrs le gallon, des liqueurs finra assortira,
du Cognac suprieur, du Campagne autheutique Carte
d'or demi sec. On trouvera aussi du \in par harriuues
t par caisse, du kola Ascuncio les prodiU Guilltaud au
prix le fabrique: dos provisions etc Nous avons reu.'aus-
si divers articles de mercerie, des articles pour couture,
lingerie el mode
Pris dfiant toute concurrence, l'as'ez nous voir
b% L VALAIS ET """Tloyal Cal
En lace Propritaire : Annaolua 5\N(*('.H.\''
iv nouvel tabli lemenl se reeommaude par un s*H*ico
irpi ochable, des consommations^de premier akaia, sa
situation privilyi
I* ii tnusiq sttrayanfts dirim-e par des pro
li^nnels ds (jiand un lilc.
tattallalioo parfaite. prix modrs.
Tlphone N* ar.
Pori-uu Fine?, le 20 l vri r f92t.
r_

'i


A.ilN
Rose sans -
<1

BOLQUF.TS :
l'n joui vitnitt, A,, ,n : rml
Piltl lut de mot. ."
Rose sans fin
L'Anneau merr'tru*
L'Amour dam le ca>ur
DauRtua OtAT
FotTrot
Fai'ons un Pfvt
] -ul tir i e:t I l
d'arfum pour bomme)
EXTRAITS
CFiUil, Rose, Mimosa
Violette, Cyclamen, I
, Muguet, hu
lut'. Chypre
cnivrQ.xxl
ARYS
3, rue de la Paa, 3
PARIS
Pharmacie F. Sjourn
Donm airis sa clientle et aux mdecins et au public qui! a
framsqrm son Laboraoirroj dl'Ulogie en un Iator?tore t'e
biologie appliqu sous la Direction du
Dr Hicot et t. Sjourn
Le laboratoire est ouvert tous les jours de 7 hres du [matin G
neures du soir pour toutes les recherches et analyses prtues de es
'annonce ci jointe, saut pour le
Wa^semuau et ia constante Ure-Srrforie
Sjrj t riJUSi que le mardi de chaque semaine.
S'idr3r a il r\iir,nacie pour les renseignements
ai'.yMid'urinss et 6'ucgaslrique
Kaction de Wassermano
B faction Je Triboulet,
Examen du sang et du pus!*'
Examen des matires fcales
Hianien de crachat.
Albumino raction
Constante Uro ScrMal^
^OXSKJO^"
,- ... .

Seijie Taillant Consiijnataire pour Hati
Vue splendide es unique
Superbes Masques pour carnavals
Arrivs par ls dernier stta
mer Franah :
Loups. Dominos. Faussas barbes
ft Mousiacliti* A la Conscience c&mofiUE$ de modes
D'EDITIONS-BELL
& courez tous chez
Ernest Camille
Tlphone : 587
L'Etablissement prend des pensionnaires a la quin-
zaine pour le djeuner \\ le dner, ou pour l'un ou
l'autre sparment ou pour pension complte.
S'entendre avec la direction pour les conditions.
Grande salle pour banquet
Cuisine Franaise
Fabricant de chouuurtt
en Joue genres
Matinaux suprieurs
Soins promptitude Clrit
Grand/Rue prs la Ptltt N 1722
La maison porte la connais
WQCe du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
des nombreux clients --- elle BC
corde partir du 1er Juillet
19*23 une prime de une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence on est pri
de rclamer un reu pour chaque
abcat au comptant.
A la Conscience tafle est la
devise de la maison.
Mme Veuve Dumas Niiiiia
.\n;jle das Hues du Peuple & des Csars 'il3
Mademoiselle Tilina A0 Hue du Centre No
Mme Lonce yi rr11inl*
Hue Courbe No 1717
Mine atitohie Trouillot
Hue du Centra Xo 183
Pharmacie VV. BUCtt
Prpare vos liqueurs avec les Emet
c s pour Liqueurs ; Ani*ette\ Crnti
de Cacao, Chatreu8eyCurcao, Gin
L'extrieur du pneu raconie l'Histoire
L'paisse couche du caoutchouc et la supriorit du matriel dont
il labrisju le pneu (ood Tear, assure un long service.
Las pretondf canaux el les Mecs donl est compose cette ouverture
xliieure sont des preuves palpables de M qualit anti-drapante,
ICt, la leon dont le* carreau* sont attachs i leur base explique sulli-
samment, la comodit ollrenl lesSautomobiles mu on sont quipes.
fjinp.
fous devea vous servir des nouvesui pneus Gond feer, ils eouieni
jmoias que les autre* pneus la fin.
vu
'Good Year Cord
The YVesilndies Trading C
Utart au Prtm, Mmuttm^ % (Mp-Hfitt.n
Tiros


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM