<%BANNER%>







PAGE 1

ii hmi\ du, pendant que les membres se distanaient par les poids aux piede. C'est 1 i'es supplice*, Joui la panse glace rim.igmaliun d'pouvante, qu'Ole tt Chevaine fuient soumis, i iilin les meuecinset les chiiurgiens du roi, qui j as-istaieut. dclarrent qu'ils eu pouvaient plus. SA1NT-BEMY ( La fin demain ) Conseil d'Ctat Hier, la Conseil il Etat a liquid son ordre du jour assez op eux que nou ITOM publi dan* notre dition l randredi dercier. *— L-s concluions du rapport de sa Comriiis^t n ipci le ont t adoptes sur ie projSI de loi qui organise le Bureau technique du Dpartement de l'Agriculture et sur le piojet qui ouvre un Crdit pour le fonctionne ment <1 • ce Bureau. — Le pr.mnr projet a totale;uent modili;c'esl, dit le rapporl, un nouveau projet que la Commission B substitu l'ancien. Quant celui de ddit l'importante modification coaeiste dans la rdaction du chiffre de l.OO.OOO (un mil lion cin | cent mille gourde-, demandes 850,000 (huit cent cinquante mille gourd. ). Ces deux lots voles aprs de gran des discu.si mont t expdies,ainsi que celle qui ouvre un crdit de deux mille cinq eeDts goordw au Dparte merti de la [ustiee pour matriel de Bureau et des Tribunaux la pro mulgatiou. Contrairement l'ordi naire un put) ic nombreux et choisi a suivi les dbats luer pendant toute la dure de lu sance. Vu ie peu de jours qui sparent cette session de la session ordinaire, la permanent' Ml dcrte aux lins de finir rapidement avec les quelques projets qui sont devant le Corps; entre antres 1 Celui qui cre un 3e Tribunal de l'aix la Capitale ; 2 = Celui qui sanctionne le Contrat pour l'tablissement d'un service d'elairaaja lectrique de la Ville des Cayes, 8 : Celui qui ouvre au Daai lemenl des Cultes un crdit de y,OO (neuf mille cioq cents gourdes; pour pourvoir eus frais d'information et au traitement de Monseigneur Jan, ftajoe coadjiilmr du Capllaitien. 4 ; Celui ijiii molilie la loi de 16 fvrier 19x3 sur l-Kraigralion. Par Cable Nouvelles Etrangres Dernire Heure Le Conseil d Etat, dan sa sance d'aujourd'hui, ti vol la loi crant un nouveau Tribunal de Paix, sec lion Est. La discussion de la loi su.l'irrigation est entame. Les dbats sont trs vifs. — A demain dtails. audacieux liiuus Dernirement nous signalions la police que des voleurs audacieux faisant le guel autour des maisons saisi iaient le moment o il n-y avait persoune dans les salons pour enlever les objets de prix. Malgr l'avertissement donn aux familles ces chevaliers d'industrie d'un nou veau genre eonlintieut leurs mfait-. C'est aiasl qu'ils ont trouv le mo yen d %  nnti ir d in • d iai m tison* aises la rue Montalais et ont eule . des b.belots de valeur. Nous i royoos Qu'avec les disp isi lions qui sont p tses, ou flaira pir mettre la main eu ces audacieux liions. Paiement j Toutes les pices comptables tant prtes le paie aanl da mon de f vrier aux fonctionnaires publics com meu %  ;• le samedi 1er \l.u>. Noa* croyons que ce jour la Ban us rai trder i l'heure de U fermeture e ses guirliels. J Avis Mata Jeanne Spiets ancienne Directrice da l'Htel Moich porte la conu lisse du Public quelle a ou. vert un li ii d mla afais n \ i n i m i i i. ; rue da ktag iein de l'Etat. Pour toutes les bourses. Le soussign, m nJalaire de Mr 0. I' ii,-ii'annonce au public que le rcpiss Mo €4551 eel adir. Il en %  an dlivr duplica. l'oit au Prince, le 15 fvrier 1924 W. MiCUELj av. Le ti'.iv.-iil des expi 1i> termin a Berlin ROMK— Un aiticle paru au jour d hui dans la .. Corrira d'Italia •., organe ("iiholique en relation avec le Vatican traitant do l'occupilion de la Huhr, et d s travaux des com tes d'experts, parladee rel itmns en trd la France et le .SI Sige citant une leltie adre se parle Pape au cardinal G laparri au sujet de la paix le it Juin dernier et auati colle sur l'oe upalion de la Itulir et dit : < %  Aprs 0 mois nous pouvons vrai meut dire que les faits prouvent que le Pape avait raison. Sa Saintet avait recommand 'qu'on examina 1 1 situation conomique de l'Aile magne. Les experts viennent de term mr Berlin leur travail le plus intres saut qui torœeia la bae de discus suas autant pour la commission des r -parations que pour la Frauce et poar la Belgique. Non seulement les experts sont arrivs une cou ciu-ion au sujet de la situation co mimique actuelle de l'Allemagne, mais il-oit aussi acquis la certitu de qu-j I '.Vll.-inigne avaa fait un usi gu injustiliable de ses ressources. C-lte dcision prouve que la France n a rien ciamdre du jugement des experts et qu'on ne peut suivre les conseils du Saint Sige avec grande conliance. M. Poincar devant lu Cliamlire PARIS — Les trente milliards de francs que M. Poincar dclare ue ce ss a i res pour complter d'ici l u 2* la reconstruction des rgions dvastes ont fait le sujet d une Ion gne d -IU--I n entre le pisident de la K' publique et le prsident du Conseil. L Echo de Paris • qui douoe cette information, ajoute qu'il croie comprendre que cet argent ne sera pas obtenu par le*m iven d'era prunt au moins pisqu' ce "que la si tuaton linancire de la France soit imliore. PARU Par un vote de 384voix contre 218, la chambre des dputs a approuv l'ensemble du projet lis cal du gouvernement sur l'augmen tatiou des recettes et la rduction des dpenses budgtaires. La cham bre qui sigea toute la nuit s'est se pare 7 h jures du matin. La - in ce qui avait dur toute la journe de vendredi avant de se continuer pen dant la nuit entire est la plus Ion gue des annales du Parlement Iran C/iis. Les articles qui ont t le plus dbattus sont ceux visant faire ren dre gorge aux proliteurs de guerre et a punir ceux qui s'ell ireent de se soustraire aux impts et empocher la spculation sur le march des changes. La clause autorisant le gouverne meut mettre des bons du trsor stipule que le montant n' xcdera pas 7 milliards de frans, cliillre bien au dessous des 14 m Un r la pio I par le ministre des. Bi eacas, M. Du hasteyrie profite de celte oc casiOB pour dmentir le bruit que le gouvernement projetait la COOaoli dation des bous du treordlad fense nationale ou la rduction de leuis intrts Pria dans son ensem ble. le piojet fiscal du gouverne menl remauie par laclninbre, pro duira plus de 7 milliards et demi de francs comprenant un milliard d' couomie, un milliard sur le li milliards d'impts nouveaux et le reste eutre dit!', rentes mesures dont la suppression du monopole des allumettes. A lissue de cette clbre sance M. Poine ,re a fait la dclaration sui vante : .Nous avons d'importants ainrs a rouler et cause d'eux nous avout forcs de deman 1er au parlement le c nuage ix erlort qu il vint d'accomplir dans l'iule rel du pays. •• eel parce q ie le paaae noua j eontralgaeil que %¡ MU di mai.le au parlement de nouveaux sacr.: la carence de I Allemagne. 8 il est vrai que les piochmes conclusions des experts auront de srieux rsultats, n'ou blious pas ce mot rcemment dit par l'un d'eux & un collgue fran gais ; .Nous n'aurions jamais pu arriver ces rsultats si n tua n'a vions pas t dins la Ituhr eerte ne meut s'il uous a t possible J'arra cher des conclusions de I Ail un. i c'est parce que nous oc upims e< territoires dans lesquels rside si ri cliesse ". Le pr.?s.decit du C m il le 1 -> M lieuses paraissait trs dpri m phy-iqucineut eu quittant la i li imbre ce matin, mais ii sourit nanmoins aux que qu aj dputs m tants qui l'applau 1, soient. Due demande des a lulistes Dissolution probable du Rcu-li-.il j BERLIN— Ls lociaJiates tant d termins demander la rvision dei dcrets promulgus en vertu d pouvoirs spciaux confrs au g m vernement entre autres les ordon nances sur les taxes : il est fort pos aib,e que le Keiclntag soit dissous. La vorwaerls > et d autres jour niux dclarent que les ellorts nces aatraa seront faits pour faire modi lier I s oriounaiices lorsque te Reichstag se runira mardi. Le chan ce,ier Max et ses partisans al.ii ment de son ciHe qu'une telle action au riit pour rsultat la dissolution du Keichstag par ordre du pre-ilent. Li situation m Mexique l'A.dPlU — Les forces fdrale* ont dloge les rebelles d;s hauteur. Ueuom uees Courue Ue la Mort a 'J milles de l'uxpam. De Sau Juan de los L.auos ou ie gnerai llojas a ete tue a ameue la pacification de 1 Liai Est de Puebla.L Ltat de Micluicln i est virtuellement pjciii et les com muaicatious sout rtablies. Les re belles sont eu retraite vers Colimi abaudouaut les districts de Tepeiea tepec, Coaco.niu,iocambiro et Hue tamo. Lu grve des dockers] prend lin LO.NDHKS— Toit porte croire que la grve de.s dock rs sera rgle et que le travail reprendra mardi dans les port Des runuiis raoos trs ont eu lieu dans tous les poils du Itoyuume Uni et les dockers ont discute les termes du rglement a; c pt par leuis dlguas la corne reuce des patrons. Nouvelles dmenties LONUlibS— Une depch; Iteuter d'Athnes, citant des journaux grecs, anuouce qus le brun court qu'uue revolutiou a clat eu Bulgarie et que la rpuulnjue a t tablie dans ce pays. l.a dpche ajoute que le roi bons est prisonnier a la campa gue et que le premier minisire et quelques membres du cabinet ont t assassins. Un n'a aucune cou tir matiou de ces rumeurs daus les mi lieux olticieis. La lgation bulgare a Pans Uem.-ut ces bruits et dclare que tout est calme. Duc importante dclaration du Gnral Pi'iniu de Aivera MADUIJ—Le gnrai l'rnno de Rivera, prsideut du Uireeto.re es a giiol, Ucolare daus une note ulii celle que le gouvernement ne peut tolrer et ue tolrera pa-> des cuti ques de la part des professeurs des Universits eu dehors de ces tablis se.nents. Le gouvernement avait averti rcemment M. Jimenez le A/.i.ia. professeur de droit pnal 1 Universit de Madrid qu'il devait s'abstenir de critiquer la conduite du iJirectoire milit.ire. La note dit que le gouvernement autori e la ii bert de parole et respecte rindpeu dauoe des professeurs d'universiies, mais ajoute qae les diseurs extrava gants des intellectuels ne doivent pitroubler la vie de citoyens espa guols et etou.hi la uiscipiine sans laquelle la ndiou s'enfoncerait dans le chaoi La note ajoute que touie institution ana la^uetta ou as coiiloiuieia paa au prsent avertisse ment sera ferme. LUS COURS 16 Kevriei ?AHIS — Dollar Livre NEWYOKKrraoc Livre sterling .Nouvelles diverses BEHLLN— Plus de 150 tmoins ont t cits comparatre devant la cour de Munich a l'occasion des procs de Ludendorll et llittlcr qui commenceront mardi. IlOML—l'ne dpche de Tirana annonce qu'un tudiant a tir un coup de revolver sur le premier mi nistre d'Albanie dans le couloir du palais de l'nsFrmblre. Le Premier ministre n'a pas t srieusement bless. BUENOS AIRES— Firpo a battu par knockout Fariner Lodge au 6* lound dans un combat de 15 roundsPAK1S ij— Certes, je l'ai dit tt je le rpte si les franais n'taient pas dans la Ituhr, nous, experts, ne serions pas ici. Telle est la rponse faite au correspondant de l'Associa ted Prs par le gnral Dawes, rnem bre amricain du comit d'experts S'o t.Le correspondant avait deman d si c'tait rellement lui l'expert dont M. Poincar parlait dans son rteent discours la chambre.le l'ai dit en Fvrier 1923, dc ara le gn rai Dawes. Je l'ai rpt mes col lgues du comit et je vous le rpte parce que je le crois.L'allusion laite a ce sujet au parlement par M. Poin car a donn lieu de nombreux commentaires dans la presse et le Matin attribue la remarque M. Mckenna, chef du comit d'ex perte -No 2. lequel aurait dit un se nateur franais au cours d'un dner : Avant l'occupation de la Huhr, le peuple allemand exprimait le dsir de payer mais les industriels relu 8aient, l'occupation de la Ituhr a con vaincu ces derniers de la ncessit de payer. C'est le rsultat de la po lilique franaise, L'Agence llavas affirme que M. Mckenna n'est pas l'expert auquel M.Poiaear pensait lorsqu'il en parla la chambre.Celte agence ditavoirde bonnes raisons de cioire que le gn rai Dawes est l'expert en question. Vous pouvez conlirmer que je suis cet expert, ritra le gnral Dawes. Je ne sais pas si M. .Vickeona l'a dit mais en ce qui rueconcerue je l'ai dit et je maintiens ce que j'ai dit. Ainsi les rsultais favorables de l'oc cupation de la lluhr sont confirms d'une manire irrfutable non seule meut par une dclaration anglaise de la plus haute valeur mais aussi par une dclaration amricaine non moins apprciable. M. Biiand a ouvert la campagne lectorale par un discours prononc Carcasionne et dans lequel il ex prima l'espoir de revenir au pouvoir Le thme principal de l'orateur tait la dfense de la France contre lac cusation de militarisme. SOFIA— Le colonel Voulkofl, mi nistre de la guerre, a dclar l'As socialed Press que la Bulgarie ne peut prendre aucune mesure militai re contre ses voisins. Le ministre lai sait allusion l'accusation de la prs se grteque, prtendant que la But garie oiganisait des bandes pour les envoyer en Thrace puis mobiliser et envahir la Grce. Uttre Pastorale et laidement Je S. G. lyr rir|eliev<|ue Nous avons reu la Lettre Pastorale et Mandement de Sa (.randeur M"r J. Gouan qui porte sur trois points : l'Enseignement religieux, la Premire Communion et le mariage. I ne importance telle se trouve alla che la connaissance de la Iteligiou que dans le but d encourager les enfants cette tude un certiheat d ns truction religieuse a t cr lequel se ra dlivr aprs un examen qui devra avoir lieu l'glise et en public a ceux qui auront fait la Communion Solennelle. En ce qui concerne la Premire Communion, Sa Grandeur Mgr tmoigne du dsir que l'on revienne a faacien usage, abandonn dans quel ques paroisses : les jeunes filles por teront une robe blanche, simple, avec voile et couronne, et les garons, autant que possible aussi des vtements blancs. le petit nombre des Mariages est le point sur lequel Si Grandeur s'est le plus tendu car il y a l, dit-il, au point de vue social et religieux une douloureuse situation qui doit proc cuper tout homme dsireux de l'vancemenl moral de nos populations et du bon renom du pays. Le Congrs de l'Fducation s'en est mu en 19i2 et il v a quelques semaines, un de nos confrenciers les mieux cou tne craignait pas d'aborder lepio blmc devant les membres d'un Ceri le fminin de Port au Prince. aprs avoir pass en revue les eau ses multiples de ce mal, et les exigences injustifies auxquelles sont obliges de rpondre ceux qui veulent s'unir lgitimement, Sa Grandeur prconise une action forte et persvrante de l'Eglise, de l'Etat et aussi du public, de tous ceux qui s'iu tressent la couslitution de familles rguires sans lesquelles il n'y a pas de socit bien organise. Nous remercious Sa Grandeur Mgr r\rchtv>que de son gracieux envoi. 12,79 ,97,40 ;i.l7 4,2087 iParisiana Poursuivant la projection de ces tUme d'Art, la direction de Pariia< nu ollie jeudi un liiui du reste qui n'est pas nouveau pour ses habills : "Le Lys Kouge'',— tir du clbre ro man d Anatole France. — Ce lilm de vi MI ito m me ceux lquilonidja vu, si l'on sait qu'avec le nouv. I ap pareil de Parisiaoa les tublenux somp tueux seront plus saisi-san s et les intrigues plus vivantes au moyen d'une lumire m-rveilleuse. C'est une so.re dait en perspective. I ue uiii-i jue savante excute par des matres connus a cause de leur talent, achvera le moine il agra ble qu'on passera pendant deux lieu res en ebai mante compagnie. Et dire tout ce rgal qui ne cotera qu'une gourde .' Mariage Nous avons reu le faire-part du mauge de Mlle Camille Haspil. nies de notre ami Horslle Haspil avec M r Frai oii I nel m Lespinaaaa. Ci bndiction nuptiale leur douiiee le jeudi 10 Mars prochain, 7 heures du matin, en la Basilique Notre Dame. Tous nos compliments aux futurs poux. Incendiera Ihor^ 2 ** Ce matin, onze heures et demie, un incendie a clat, Thor, dans une maison situe en lace de l'Htel St-Cbarles et appartenant galement Mr Franois Jn Charles. Nous ignorons les causes de cet accident. Misa Sbort-Uandi W'ill be taujfht at the Ecole Spciale de Steno-Dactylo beginniu/ the lirst day ot the next monih.— Interested parties should call al the Rue Frou or Street, lu, No. oltj, ( Tlphone t>2U ) at earliest convenienec. jJi %  %  %  %  i %  %  I i WMMMI Le Journal I inn rii|iie latine et la revue de l'Amerifjue latine Le Journal et la Revue us lAmiri que lattru mritent d'tre lus en liai ti parce qu'ils consacrent des page* non seulement a la vie fianaise mais aussi 1 Amrique latine et Hati. Leurs eollab >rateurs : Mesdames Coletles, de Noailles. Haehilie et de !• Ionien Cnsto, llujo D. barbigelata, Benda, Supervielle, U-oftredo d'Cscragnolle l'aumay, Cal deron, l harles Maurras,— Appel, Bourget.de Kgnier.i'ortuuat btrowj ky, notre compatiiote Louis Mor peau, etc, etc. Les Hatiens doivent s'intresser aux problmes amricains, au dve loppement de peuples qui sont leurs voisins. Pour ce qui concerne le Journal et la Itevue de l'Amrique latine, s'adresser leur correspondant Port au Prince, ii.it Hue Prou, M. le Dr Pierre Moravia Morpeau. Dcs Mme Vve Moiseau Clestia^est morte hier a bb ans. Ses funrailles %  axant chantes la Cathdrale cet aprs midi. Maison msrluaire : rue pave prs da l'artiste Goldman. Sincres condolances aux famille Clestin, Pauyo, Mathurin et autres allis* ^



PAGE 1

LE MATIN 1 Chez F. Lavelauet & C Lehn & Fnk, Inc Rappelle lous ceux quijlont le commerce de boucherie qu'aux ter mes de l'Arrte du 19 Septembre 18'J3. concernant l'Abattoire, il est formellement dfendu dabottre, en cette ville, ailleurs qu'au susdit tablissement, les aniin u\ UCMMi rcs la grande et la petite bouche rie, sous peine d tre frapp d'une amende qui sera du duuble de la laxe fixe par le tarif rgissaut la matire, sans prjudice de U peine de l'emprisonnement en cas de rci dive. 11 est galeme il df D lu de Jvtn dre les animaux tels que : moutons, porcs, cabrit, dans un inaren autre que celui destin ft la vente de i animaux cl sis en cet le Ville, dssi le quartier lu l'url Touron* Les contrevenant leronl apprhen ds par la Gendarmerie el punis con formment la Loi. Port au Prince, le 22 fvrier 1921 L. Luders MOISK J Tennis Club FOOT BALL Messieurs les membres du T. nnil Club sont aviss que leurs jours d'eitlrainement au Parc Leconte pour le Football sont les Lundis et Mercredis aprs-midi, et les Jeudis six heures du matinLe Capitaine du 'Tennis Club: FERDINAND JEAN JACQUES. 31S Rue des Miracles eot de V E* oie S orographie Robi\ On trouvera les articles suivants : Vin ronge & blanc garantis pur jus de raisin ;i h go'.ir des et 5 gourdes le gallon, drs liqueurs fines assorties, du Cognac suprieur, du Campagne atitheutique Carte d'or demi sec. -On trouvera aussi du vin par barriques et par eaisse, du kola Ascencio les produits Guilhaud au prix de fabrique: dss provisions etc Nous avons re?u aussi divers articles de mercerie, des articles pour • >uture, lingerie el mode l*rix dfiant toute concurrence. Passez nous voir /'. LAYILINEI & Go Supfriorif FonrMe fn 18"6 Bas irix Proixatiliide Avis £ Les hritiers du Dr Allred Laforest ainsi lue lous les Intresss, no taire o autres, sont avertis que l'obligation hypothcaire souscrite le %  vingt neul uovemhre mil neuf cent dix neuf par la dame Ad.hiia Raster en laveur du siour Nicolas Cordasco comporte renonciation et la clause uivantes : au mme instant est in tervenu Monsieur le docteur Alfred Lafoiest Propritaire, demeurant et domicili en celte ville, lequel api. s avoir pris communication de l'obli galion pu prcde, a d.clar pour plus ample garantie, se rendre eau Uontsoildaire de la comparante en *ers le crancier qu il autoi ise exprs sment poursuivre l'excution de cette obligation sur ses biens person nels en cas d insulli vendables dans un* pharmaeie. ^^ ^ pieos, Poivre, Jannelle,Girofle, Anis Uoila, MtuMMme etc,.ete. UCHEIIAFINE. Spcialit : Marque prive I.ysol dsinfeotaat, Pa*merle. Articles pour lialiicre, lny Runi, Chocolat cm pem Ire, lin h'de foie de Morue, I miilsion Cold Cra 1 '*. %  *" traits i our faire essences et eau le toilette, l'.au de ySDtne. l'ouilre contre les insectes. Solution pur coserverles œfs frais. Lait de Mngnsie, Poudre suprieure pour la follette les enfant, Essence do fleurs, l'.au le Klorida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive pour 1.1 table, llrsses dents, IVppimint, liiule pour ebasser ls moustiques et autres insectesjlcgulot: taille •outre eonstipations et dublesles intestins elirru U 3iiX>\v'^\ic\iC^ 31taiveaax, jeswe^. f£^,C9riCC


PAGE 1

i J J y.'illv Energique antii >p tique urinalre Agit vite et radicalement Supprime les douleurs de ta miction vite toute complication \t Paitol ''' %  "infilnnin m mjronil le iiwus df voies urinairet. qu'il rrm*t compltement a neuf •n Jugulant loua le nuambM .101 le tutmem. VAMIANINE Atari*. Mlai*t rt la PMW #TOdlllf S. i'Mi.'lwU* flUCOVAL Ptntn-art. m le* MMr* IM m-iJm •• I* -titf. PACEOL est sans piti pou, les gonocoque, htes Indsirables des voles urlnairw Le PMoL OU) dcongestionne le m* queutes de vole* artnatrts, renouvelle le tissus. grs.ce i un leumssemeril exunlet de cellule Le PageoL meurtrier non seulement pour 1 gonocoque partout on II eule. mal encore pour tous les autre microbe* auxquels >e dernier r ut associer, unit tout. Il est le fondement, la base du traitement de l'arthrite ou du rhumatisme blennorraplque, parce qu'il est celui de la bleanorra Chtelain. . o Vilencloni.-. l'art. M X— Pb** Pharmacie F. Sjouru \ Loi.ne t. iteatla ot aux mdecins et iU pub'ic quV rtnisom'3 son Laboraoirro d Ulugio eu un Laboratd e e bk)l) J ie apr i-ju S'.>us u Diradion du Lit HiGOt et t. sjourn Le lai oratoire es' ouvert tous les jour de 7 bres du matin 0 neuivs du siir pour toutes les recherenes e analyses f revue dan r'anojnce ci loiute, saut pour le Viisseruiaoa et ia constante Ure ^criorh Ser Dl reues que le rmrdi de chaque terrain?. SVi .* v a ta i-*&ar\n ci*i pour lei reustftijueiileLtB Ina i M.d* irina et tfaegasinque Keietion de vVasseraLann BacUou Je Tnooulet, ttameu du saug et du pu?] Exaiaen das maures lalee £xamen de crachat AlbnuriDO ract^ipi-. CCTSUD^ (JrA? Secrtaire HediertHe k S mies et OD AU H'JSrtxtw* fc, S* %  •"•^ •'-*.- JTAus T. i|tnt Gnral : .. *HtitolZ\14i\S-\GQE!lU0L'd Hue du Quai Paul Sals AVOCAT RecoDvreine&ts ^Commerciaox' affaires \limm. Correspondants Washing ton New-York, Berlin, Turin. Londres. Paris. 17 e Hue Pour 217,1 on au-Prina Tlphone 597 D-J-RTHEBKOO Chirurgien-Dentiste Eh? Facults de Montral de New York et de Bublon Angle des Rues lleslnuche et du Magasin de l'Etat. Consultalitfis de G heures du malin t. 8 heures du noir. Viennent d'arriv r laquetles pour Tennis CHEZ Olo/laon L uca <$• Cu A la Conscience flrneat Canailie fabricant de digunutm en lvw> gt)tr plus '/..//•/V rms-nyii*mrnts.s (KtVefNT la Maison J.L. Yillanutva H Co de Po, t d Po" i ^sfrii r u isuiBIl "is SOUCIS des mnageras Quand vous sentez les effets du surmenage et par dessus tout vous tes courbature et souffrez de douleurs qui vous font flchir, ou de toute autre maladie des femmes, n'oubliez f ias que des centaines de femmes, une fois eouf> rantes c> t en preiiar' 's. Composition Vgtale Lydia E. Pinkhani. Cette femme a retrouve ta tente Monterrey, Nuev Lon, Mexico.— Je voua crit pour vous exprimer n compltement pr Corn ioanosi N'e'gtale da I.ydia E. Pnkhatn. laonf* ert terriblement lors dcr.xs regtea et ci.. •ouvent empch de faire :;e. Liles ont maintenant dis;; : votre excelle..! m pendant mes rgles aussi ; it:t o'ors que pir le pass j'dtai.s trs fa.b'e er mea tc^'.rs -c i hmorragie. De plu i le ventre. J'ai recommand et jn i mander votre Compoatnon mes amia r tant un midicimer.-. btement pendant I .iewupe toutea les quatre heures. I*s Btf-na;trs BbdCmatM t sunseniat davrai.'ui S^eaire sur la Composition \&gotae de Lydia E, Pinkham Superbes Masques pour Carnavals Arrivs par le dernier steamer 'Frana y : Loups Dominos. Faussas barbes Moustaches t Perruques. CATALOGUES DE MODESI D'EUllQNS BELL accourez tous cliez Mme 60TS Dumas Nuuia Anjjle des RttCW du Peuple & des tisars 413 Aaiiemtjisi'lli! Tilin ^nijustin Hue du Centre \o Urne Lonce ^rclnmde Rue Gourbe .\o 1717 Mme ^iiiuine Trouillot |_iue du Centre .\o lb3U - %  >. IMM



PAGE 1

[R3ST£Ua PROPRIETAIRE IMIRIUEUR dment Mayloire aots VRNA 1368 Rae Amrioaine MJMERO 20 EMIMES Hfcœ ANNKE N 5146 Matin De bien (Us fjODS il nj p yi Ui le uom qui ^^gBSfl L*}T S( : quand i u [g? V^Yj^e lorl prs, cVst mofMfai de loto ils iiii|>o*6nt. la Brajre Quotidien H0NE No242 POOT*U-PrvlNŒ (HATI) MAflDl 36 I I.VIUER 102'* VERS LE PASSE Beaucoup d'entre nous qui ont dpass l'Age les illusions, et touche au milieu de la vif, m .n. sence des incertitudes dconcertantes des temps actuels, se recueillent souvent duns une morne tristesse, reportant leur pense vers les annes eoult us. Plua ils rflchissant, plus leur mlancolie devient grande. Ils se souviennent non sans raison de l'poque lacile o nul souci ne hantait leur espiit, o tout la joie de vivre les illusions de leur jeune ge leur imposaient l'image llamboyante d'un avenir assur. Depuis, que le dceptions Les misres quotidiennes augmi i.tes de la crainte d'un uire lendemain, voil en lsum le bilan auq el on s'arrte. (Ju'avons-nous lait d ns notre jeunesse pour que nous soyons aujourd'hui si malheureux. Dorlots par nos parents qui eux-mmes avaient le got de kl vie lacile, nous n'tions nullem nt prpars pour les grandes lu tes de l'existence qui sont venues nous trouver dsempars. Ils sont relativement rares ceux qui ont pens se garer en ayant une pro tession, ils ne le doivent la plus souvent qu' un courant de sno bisme. Comme la m^de voulait qu'on fat avocat ou mdeein, ils 1 ont suivie sans aucun goiit particulier. La laule en est moins nous qu' nos pires qui se sont carts des piennres traditions qui voulaient que chacun eut un mtier manuel. Loin de s'y arrter ils changrent la discipline, et partir du moment ou quelques jeunes gens envoys en Europe rentrrent dans Je pays, l'esprit pratique qui avait domin jusqu'alors abdiqua. Connatre la Capitale de France devint comme un souci pour les lannlles, ainsi se vidrent la plupart du temps les bas de laine, tandis que le marteau et la lime taient compltement dlaisss. Arriva ensuite le ^ol de la Bu reaueratie. Lu plupart de ceux*l mmes qui avaient l'heureux privilge de pouvoir exercer leur pro iession n'en voulurent plus, parce que trop peu rmunratrices... Seules, les charges publiques oltraient le maximum de rendement •prs lequel couraient ces ussoills de cnnosiis parisiennes. Cette course lut a un moment telle, qu'elle donna le vertige plus ii'iiii. L'ambition d'anivir vite tniigea dans beaucoup de cas les moins prpaies oues plus malchanceux recouru aux moyens les plus ignobles. Il (allait arriver et, aucune manœuvre ne pouvait tre ddaigne. Le* choses allant ainsi, l'ambition ne connut point de home.-,le respect du a la famille baissa, une licence elioiii. na danmœura, le CUlte a la patrie d< liera, enfin les meilleurs senti" Duntssans lesquels un peuple peut n au inou ire assaut dispaiurtnt ou s'atrophirent ne lassant subsister quun luxe auquel ne correspondait aucune ressource. C'tait donc la lailhle certaine,et comme aucun marin averti ne surgissait, 1 1 barque qui allait la drive depuia assez longtem| heurta contre un ri n voisin... Lt malgr tous les eiiurls tentes depuis, le renflouement dans des conditions de scurit parait encore lointain. Nous veil donc obligs d rpondre aux assauts d'une vie nouvelle pour laquelle nous tions trs peu prpars. Nombreuses sont les transformations qui se sont opres sous nos yeux: L'Administration publique a t boule-j verse de lonl eu comble, le per-| sonnel rduit dans des | rop citions malien lu i, I l'l a ni a nu ricain a t appel occuper les meilleures positions. A nos so!d ts en guenille et sans abri ont succJ cbs gend inns propres et loge nt dans des cas i IKS O l'hygine est observ, plus de gnraux ridicules promenant leur ignorance, notre prison infecte ol1e aujourd hui 1 aspect d'un vieux donjon, par nos rues dloncecs on peut dsormais aller d'un pas sur, nos inoyvns de trausport se sont amliors, l'auto sillonne nos voies tandis que lavioti traverse l'atmosphre, la paix dont nous ne rvions plus est devenue un lait.. Tel est en raccourci l'aspect de la situation nouvelle a laquelle est venue se huiler toute une gnration, salle assiste bien cette volution quiacofit' si chre,mais pour elle ce pro n ra in si qu apparent, car aucun moyeu n'est mis a sa porte pour qu'elle puisse en Urer parti. Aucune organisation du travail ne lui permet de lecblier le ct dfectueux de sou Jucation aprs que tant da sacritiees lui ont t imposs. Abandonne elle-mme, elle s'intitule avec raison : La gnration sacntie. Lorsqu'alors au milieu de ce tourbillon, Ion se reporte vers les annes coules,ou est saisi d'une giande tristesse, non cause du temps relativement comt qu'il nous reste a vivre, mais parce qu'tant encore assez prs de notre Jeunesse, nous BeOtODS le i, bucolique regret de lavoir perdue par l'emploi inutile que noua eu avons laitDe plus, des vides se sont produits autour drf nous, la mort ayant passe tant de lois, les intrts ont ananti tri souvent nos vraies amitis el dans nos l'amilles mmes la dispersion s'est laite. Que de changement I Au milieu de ce revirement on se seul comme seul, lenthousiaa* me qui conduisait aux amitis nouvelles n'existe plus n nons. >ous n'avons plus l'ge drs affections subites paice que nous n'avons plus assez de confiance en nuiis-im m m aux autres pour i n courir le risque, huns un tel I !al d aine lies qu. -lions sur I -quelles jamais notre esprit lie s'tait repos, ; notre imagmaUon el s imposent en quelque siale .: n • Quel a t noire but dans la vie et qu'avons-noui tau dans noire jeune l'ai courant nos aimes ecuules, nous nous jugeons alors, taisons uotre Mea Culpa et terrasss par les allit liions honteuses quun pass dshonorant nous inflige chaque jour nous confessons que nonn'avons lire SJBCun prot de nos laeults et qne dan* notre enivrement et noire orgueil indompt,nous avions cru que nous aurions toujours vingt ai Houvcllc llanehiuerie liailiemicj Cette petite industrie qui depuis quelque temps tait presqu'accapat ; par les Chinois, semble vo iloir :illi rer l'attention hailienne. C'est tant mieux. \pr*s l'installation modaras de Mm.' P, Coirou, o un soin lout hyginique e>t apport dans l'SI bon du travail, Mr II nri Pariadt vient d'ouvrir un tablis-; >mei t du me.ne genre I mctionuanl I leelri cit el attenant a sa pharmacie. C'est avec plaisir ipie DOira enregis Irons ces manileslali tas de l'iniit itive prive dignes tous gards d lre encourages. PAGE inilSTOIRK km ;La soussigne annonce lousqn'elle a ouvert dans sa maison situe l'angle (1rs Rues du Uiamp de Main et de la Rvolution, an Ci le sous le nom de Bar Sainte Anne On y trouvera un service soign. Port au Prince. t 23 fvrier 1911 Mme f. NAl' La ((Si Joseph .tera lte i)r;nnlio*emenl. In groupe de daine* prparent pour la journe du lg Mars une foie a la russite de laquele, elles d ploient ds maintenant toute leur nergie seconde par leur got du beau. Le organisatrices ont arrt leur premire runion pour dimanche chez les BONIfS de la Sagesse "> heu res p. m. Notre indiscrtion nous a permis de savoir qu'il y aura kermesse le malin dans la cour de la Cliapelh du bon Patron et qu'une soire de gala "l'arisiana •• clturera celle belle journe. Leyaciiui Ltoiainicana \ l'eccasioD du le annivei de l'Indpendance ds 1 1 Kpubliq is Domioicaine, le Mi ti 1rs Do oinic do et Mme liweoso Hijo, recevront la Lgation le mercredi l~ c.'.aiil, de "y a 7 p. m. La Ri'|iul)lii|iii' il il nli Isjri repriMttt Pour la premire fois 1 1 RpubIL que d'Ilaili participera I des Jeux olympique, car elle vient d'engager plusieurs i \ \\\ es dam ceux de Paris. C'est d'abord une qnipe le tireurs. puis se sont deux escrimeurs et quel ques coureurs pii I ne sooserip i pour l'envoi en l'raace d'one vingtaios de eoDcurrcnu a produit la i dollars. La sport a I en II tii D la maintes lot di elul ; de fo itball, de la n tenni d ithltisma et d< clisme. Le football an ose beaucoup nuit la popularit des combats de coqs, qui taient nagure presque 1 unique distraction del population. \Du Figaru, 25 Janvier t9U ) UN ANNIVERSAIRE Supplice dOget de Chavannes (95 bvrier 1791 ) li La demande d'aitra litioo ( d et da saa compagnon • > %  ; ut fou sur la rraitfd iranjuez, lign le 3 Juin 1777 entra l'Espagne etlaFraa* ce. Ce trait que j'ai sous les yeux ne stipulait pas cependant de causes politiques eu matire d'estraditioa. Il ne |i | OU' iil p is non plu nde > e.ler loua 1 %  pnne de droit publ c proclams depuis |a plus bauta antiquit. Nanmoins don Gareia, ce eapitaine>g i rai Toussaint i ouverture devait un jo i si cruellem m mortiller, au) I, lchet, ma g ; ion contraire d i l'aaees i ur d l'Au li< oi a Koyale, M. ytetntt i-1 ra, de lisrtr k la rage colonie i ••tic nues il la plus saints dos causes, l, en attendant -i proie, |Tassecab!e provinciale, pirBida | ar ilii de ces homme que |< tui loi rails ont rendus clluci dan l'hirtt dra coloniale, m>is dont il est impossible de poursuivra i> biographie, (Jouet de Ilontaraut, avuii convoqu loutes les paroii du .Nord pour o r le IrihuoaJ ({iii d m La sance des paroisses fui ouvef* solonnelenuoi le ter dcembre i K). Couel eut la parola. Voici le am de sa baraague : i Nous u avas h choisir qu'entre trois tribunaui : UIIP commission particulire prsente rinconvnienl de l'illgalit le la l'orme et de l'arbitraire dans l'ins tructioa 1 1 aent; la conseil de gueni i l'inconvnient de traiter en nommai >| ( guerre 'les sclrats arms pour notre perte et d'let leur supplice tout ce qu'il y S d'infamant; les tribunaux ordinaires '.*— ruais est ce au Irilmual d'appel OU au tribunal charga d'appel, doit se porter l'affaire '— Les cours soin Ont OU en Prance la cminaissanoi de. tous les crimes et de tout ce q li concerne la haute police, ( \ lusivemenl soi autrea tribooaut. Aussi le Parlement de Parla connut* il seul des meutes occasionnes Paris en 1709 p ir la famine; or le Conseil peut juger • Je ne relverai rien de toutes les monstruosits 'le la dociritie de Couel de .Vbmtarau I iju'il me BttfliSS de dire que le sort d Og et >le ses compagnons se trouve des I us aux mains ds Conseil > tpi le ir du '. ip, i ompos des p u tiaans 1 M pi ts vio snta des privl ges cui io m, i| l'iis p tissent api ir s u* l'appel d'auoua | meni Lu Favorite rentre au Cap le 20 Dcembre au malin. L'Assemble provinciale envoya une doulalion de deux da i i irer au capitaine Ngriei qu il avait bien mrit ds la l'aine. Celui des deux colons qui ports li parois s'appelait I mer. %  L'sssemb se, dit-il. a ap< piis avec non moins ds iliafaction tous les soins que VOS IVOl lait donner aux si lratl -ur votre b I pour onaei i i su glaive ds nos lois des vii lunes %  i pi n ieusaa ( I -i s4 cese publi elle nvenu reo Ira la Patrie a celui qui a i lin n mi rite d I La pou I impudeai qu .i olfl 11 des • au caI e I .1 i i ces n Elle .ai salut de neuf ds i Snoo 11 aux cris dent* la nation '. pou-ss par les pauvres marins qui ne com^rsnsisot rien S la funeste politique dont ils taient les insii nmeots. (Jg, Cbavanne et leurs compagnons, obaursj i Fera, lurent dss> cendui & terte, 11 | loi i s dans les oai liots, au milieu daa hurlameots de ia population blanche. Pointde dtail orneiel sur cei graves vaasS* nier-: ou dirait qn'oa avail voulu > B toufTi r nir. L'assemble provii ci,ruavait en < fiel di fendu i imprimeurs et libraio da la urovin te, de i ompusar, v. n Ira, d Inbi ublii i aucun 'Mil mr l'insurrection des gens de couleur ti les motifs d icelie. %  la BOUVI lia le la lcul,,tive et de la capture d'Og mut In presse franaise. Briaeot, qui connaissait lagraadsui dmede i % %  • jeans homme, ne revenait p ta de ce qu'on avait so ord %  on i (tradition : %  Le gou>l, dil-il, qui n arrt M. Ug at gaons d'inl'urtui la S'est qu'un lche et un scelrai qui S viol toutes les lois de l'hospitalit oar on ne doit arrter celui qui commet un crime nuisible aux intrta du pays ou il exisI et la ligue de dmarcation des pays est asile o s arrte i> poursuite M us ici d ailleurs, le crime reproch I M Og est un acte de vertu, est un devoir, un saint devoir Ces un de la bastille sont de et jour le mme sets d'hroisme, M. Og serait livr SU supplie I. . La procdure commena. Og demanda des avocats I deux reprises. I Conseil I U| ri< ur les lui refusa. Nul ne sait comment ses compagnons II lu. : liient, car rien ne i' i ml/le plu, un I nbiiiial d'Inquisition que celui qui les condamna, i.e Tribunal de suug, compos de MM. li Etienne Ituotte, Martin Olivier Bocquet de Trvent, Couel de Monlaraud, (irenier, Maillard, de Hocholande et Lahorie, le premier prsident, Is dernier procureur gucral, ordonna qu'ils lussent pa ses 1s question axtraordinabe. Celte odieu nalit, invente dans (b K temps d'ignoranoe et de barbsrie, pour arracher l'aveu dea iietno par la philosophie du \ V III. nie sicle, venait cependant d'tre abolis par la loi du 9 0< tobra I l Mais qu'impertaisat aux prejugi le liaux les lois bienlai anti il liopole .' — La queatioa sa donnait da plosieurs sas> nieras; lanll on eoucbail et liait le patient sur un trteau et on lui versail pisqu' six poN d eau chaude sur la corps su; taotl op retendait sur un i n la, lie, on faisait souliru a ses pieds et a ses mains, au moyen d> une extension douloureuse; tantt ni lui mettait aux pieds, des brodequins de 1er d'un rcipient iotinimenl moindre du volume il i msmb Ibrse de c impri ion, I la unissaient par tre u tisss i tantt on .'H II lit le |i il n-1, t sur n dise aV li; MI lui fai mil prsenter ses jambes nui SBHSBVH chant par degr ; Untdt, on compriii en laire jailli, la %  ing; Utnll on lui bail les bi ut pai derrin an lui attachait alors aux pieds d'normi poids de puis on sali rail sn l'air le corps par une BOrde Stl bs aux bras, qu'on tirait par le moyen d'une poulie, le patient dessertit impca* !#


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06154
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 26, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06154

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
[R3STUa PROPRIETAIRE
IMIRIUEUR
dment Mayloire
aots VRNA
1368 Rae Amrioaine
MJMERO 20 EMIMES
Hfc ANNKE N 5146
Matin
De bien (Us fjODS il njpyiUi
le uom qui ^^gBSfl L*}T
S(. : quand i u [g? V^Yj^e
lorl prs, cVst mofMfai
de loto ils iiii|>o*6nt. la Brajre
Quotidien
H0NE No242
POOT*U-PrvlN (HATI)
MAflDl 36 I I.VIUER 102'*
VERS LE PASSE
Beaucoup d'entre nous qui ont
dpass l'Age les illusions, et tou-
che au milieu de la vif, m .n. sen-
ce des incertitudes dconcertantes
des temps actuels, se recueillent
souvent duns une morne tristesse,
reportant leur pense vers les an-
nes eoult us. Plua ils rflchis-
sant, plus leur mlancolie devient
grande. Ils se souviennent non
sans raison de l'poque lacile o
nul souci ne hantait leur espiit,
o tout la joie de vivre les illu-
sions de leur jeune ge leur im-
posaient l'image llamboyante d'un
avenir assur.
Depuis, que le dceptions Les
misres quotidiennes augmi i.tes
de la crainte d'un uire lendemain,
voil en lsum le bilan auq el
on s'arrte.
(Ju'avons-nous lait d ns notre
jeunesse pour que nous soyons
aujourd'hui si malheureux.
Dorlots par nos parents qui
eux-mmes avaient le got de kl
vie lacile, nous n'tions nullem nt
prpars pour les grandes lu tes
de l'existence qui sont venues
nous trouver dsempars. Ils sont
relativement rares ceux qui ont
pens se garer en ayant une pro
tession, ils ne le doivent la plus
souvent qu' un courant de sno
bisme. Comme la m^de voulait
qu'on fat avocat ou mdeein, ils
1 ont suivie sans aucun goiit par-
ticulier. La laule en est moins
nous qu' nos pires qui se sont
carts des piennres traditions
qui voulaient que chacun eut un
mtier manuel. Loin de s'y arr-
ter ils changrent la discipline, et
partir du moment ou quelques
jeunes gens envoys en Europe
rentrrent dans Je pays, l'esprit
pratique qui avait domin jusqu'-
alors abdiqua. Connatre la Capi-
tale de France devint comme un
souci pour les lannlles, ainsi se vi-
drent la plupart du temps les bas
de laine, tandis que le marteau et
la lime taient compltement d-
laisss.
Arriva ensuite le ^ol de la Bu
reaueratie. Lu plupart de ceux*l
mmes qui avaient l'heureux pri-
vilge de pouvoir exercer leur pro
iession n'en voulurent plus, parce
que trop peu rmunratrices...
Seules, les charges publiques ol-
traient le maximum de rendement
prs lequel couraient ces ussoil-
ls de cnnosiis parisiennes. Cette
course lut a un moment telle,
qu'elle donna le vertige plus
ii'iiii. L'ambition d'anivir vite
tniigea dans beaucoup de cas les
moins prpaies oues plus mal-
chanceux recouru aux moyens
les plus ignobles. Il (allait arriver
et, aucune manuvre ne pouvait
tre ddaigne.
Le* choses allant ainsi, l'ambi-
tion ne connut point de home.-,le
respect du a la famille baissa, une
licence elioiii. na dan-
mura, le CUlte a la patrie d<
liera, enfin les meilleurs senti"
Duntssans lesquels un peuple
peut n au inou ire assaut
dispaiurtnt ou s'atrophirent ne
lassant subsister quun luxe au-
quel ne correspondait aucune res-
source. C'tait donc la lailhle cer-
taine,et comme aucun marin aver-
ti ne surgissait, 11 barque qui al-
lait la drive depuia assez long-
tem| heurta contre un ri n
voisin... Lt malgr tous les eiiurls
tentes depuis, le renflouement
dans des conditions de scurit
parait encore lointain.
Nous veil donc obligs d r-
pondre aux assauts d'une vie nou-
velle pour laquelle nous tions
trs peu prpars. Nombreuses
sont les transformations qui se
sont opres sous nos yeux: L'Ad-
ministration publique a t boule-j
verse de lonl eu comble, le per-|
sonnel rduit dans des | rop ci-
tions malien lu i, I l'l a ni a nu
ricain a t appel occuper les
meilleures positions. A nos so!-
d ts en guenille et sans abri ont
succJ cbs gend inns propres et
loge nt dans des cas i iks o l'hy-
gine est observ, plus de gn-
raux ridicules promenant leur
ignorance, notre prison infecte ol-
1- e aujourd hui 1 aspect d'un vieux
donjon, par nos rues dloncecs
on peut dsormais aller d'un pas
sur, nos inoyvns de trausport se
sont amliors, l'auto sillonne nos
voies tandis que lavioti traverse
l'atmosphre, la paix dont nous
ne rvions plus est devenue un
lait.. Tel est en raccourci l'aspect
de la situation nouvelle a laquelle
est venue se huiler toute une g-
nration, salle assiste bien cette
volution quiacofit' si chre,mais
pour elle ce pronra in si qu ap-
parent, car aucun moyeu n'est
mis a sa porte pour qu'elle puisse
en Urer parti. Aucune organisa-
tion du travail ne lui permet de
lecblier le ct dfectueux de sou
Jucation aprs que tant da sacri-
tiees lui ont t imposs. Aban-
donne elle-mme, elle s'intitule
avec raison : La gnration sacn-
tie.
Lorsqu'alors au milieu de ce
tourbillon, Ion se reporte vers les
annes coules,ou est saisi d'une
giande tristesse, non cause du
temps relativement comt qu'il
nous reste a vivre, mais parce
qu'tant encore assez prs de no-
tre Jeunesse, nous BeOtODS le i,
bucolique regret de lavoir perdue
par l'emploi inutile que noua eu
avons lait- De plus, des vides se
sont produits autour drf nous, la
mort ayant passe tant de lois, les
intrts ont ananti tri souvent
nos vraies amitis el dans nos l'a-
milles mmes la dispersion s'est
laite. Que de changement I
Au milieu de ce revirement on
se seul comme seul, lenthousiaa*
me qui conduisait aux amitis
nouvelles n'existe plus n nons.
>ous n'avons plus l'ge drs affec-
tions subites paice que nous n'a-
vons plus assez de confiance en
nuiis-im m m aux autres pour
i n courir le risque, huns un tel
I !al d aine lies qu.-lions sur I --
quelles jamais notre esprit lie s'-
tait repos, ; notre
imagmaUon el s imposent en quel-
que siale .: n
Quel a t noire but dans la
vie et qu'avons-noui tau dans
noire jeune
l'ai courant nos aimes ecuu-
les, nous nous jugeons alors, tai-
sons uotre Mea Culpa et terrasss
par les al- lit liions honteuses qu-
un pass dshonorant nous inflige
chaque jour nous confessons que
non- n'avons lire SJBCun prot de
nos laeults et qne dan* notre
enivrement et noire orgueil in-
dompt,nous avions cru que nous
aurions toujours vingt ai
Houvcllc llanehiuerie
liailiemicj
Cette petite industrie qui depuis
quelque temps tait presqu'accapat ;
par les Chinois, semble vo iloir :illi
rer l'attention hailienne. C'est tant
mieux.
\pr*s l'installation modaras de
Mm.' P, Coirou, o un soin lout
hyginique e>t apport dans l'SI
bon du travail, Mr II nri Pariadt
vient d'ouvrir un tablis-; >mei t du
me.ne genre I mctionuanl I leelri
cit el attenant a sa pharmacie.
C'est avec plaisir ipie DOira enregis
Irons ces manileslali tas de l'iniit iti-
ve prive dignes tous gards d lre
encourages.
PAGE inilSTOIRK
km
;La soussigne annonce lousqn'elle
a ouvert dans sa maison situe
l'angle (1rs Rues du Uiamp de Main
et de la Rvolution, an Ci le sous le
nom de Bar Sainte Anne
On y trouvera un service soign.
Port au Prince. t23 fvrier 1911
Mme f. NAl'
La ((Si Joseph .- tera lte
i)r;nnlio*emenl.
In groupe de daine* prparent
pour la journe du lg Mars une foie
a la russite de laquele, elles d
ploient ds maintenant toute leur
nergie seconde par leur got du
beau.
Le organisatrices ont arrt leur
premire runion pour dimanche
chez les BONIfS de la Sagesse "> heu
res p. m.
Notre indiscrtion nous a permis
de savoir qu'il y aura kermesse le
malin dans la cour de la Cliapelh
du bon Patron et qu'une soire de
gala "l'arisiana clturera celle
belle journe.
Leyaciiui Ltoiainicana
\ l'eccasioD du le annivei
de l'Indpendance ds 11 Kpubliq is
Domioicaine, le Mi ti 1rs Do oinic do
et Mme liweoso Hijo, recevront
la Lgation le mercredi l~ c.'.aiil,
de "y a 7 p. m.
La
Ri'|iul)lii|iii' il il nli
Isjri repriMttt
Pour la premire fois 11 RpubIL
que d'Ilaili participera I des Jeux
olympique, car elle vient d'engager
plusieurs i \ \\\ es dam ceux de Paris.
C'est d'abord une qnipe le tireurs.
puis se sont deux escrimeurs et quel
ques coureurs pii I ne sooserip
i pour l'envoi en l'raace d'one
vingtaios de eoDcurrcnu a produit
la i dollars.
La sport a I
en II tii D
la maintes lot di elul ; de fo itball,
de la n tenni d ithltisma et d<
clisme. Le football an ose beaucoup
nuit la popularit des combats de
coqs, qui taient nagure presque
1 unique distraction del population.
\Du Figaru, 25 Janvier t9U )
UN ANNIVERSAIRE

Supplice dOget de Chavannes
(95 bvrier 1791 )
li
La demande d'aitra litioo ( d
et da saa compagnon >; ut fou
sur la rraitfd iranjuez, lign le 3
Juin 1777 entra l'Espagne etlaFraa*
ce. Ce trait que j'ai sous les yeux
ne stipulait pas cependant de causes
politiques eu matire d'estraditioa.
Il ne |i | OU' iil p is non plu
n- de > e.ler loua 1 - pnne
de droit publ c proclams depuis |a
plus bauta antiquit. Nanmoins
don Gareia, ce eapitaine>g i rai
Toussaint i ouverture devait un jo i
si cruellem m mortiller, au) I, l-
chet, ma g ; ion contraire d i
l'aaees i ur d l'Au li< oi a Koyale, M.
ytetntt i-1 ra, de lisrtr k la rage co-
lonie i - tic nues il la plus saints
dos causes, l, en attendant -i
proie, |Tassecab!e provinciale, pir-
Bida | ar ilii de ces homme que
|< tui loi rails ont rendus clluci
dan l'hirtt dra coloniale, m>is dont
il est impossible de poursuivra i>
biographie, (Jouet de Ilontaraut,
avuii convoqu loutes les paroii
du .Nord pour o r le IrihuoaJ
({iii d m
La sance des paroisses fui ouvef*
solonnelenuoi le ter dcembre
i K). Couel eut la parola. Voici le
am de sa baraague : i Nous u!a-
vas h choisir qu'entre trois tribunaui :
uiip commission particulire prsen-
te rinconvnienl de l'illgalit le la
l'orme et de l'arbitraire dans l'ins
tructioa 11 aent; la conseil
de gueni i l'inconvnient de traiter
en nommai >|( guerre 'les sclrats
arms pour notre perte et d'let
leur supplice tout ce qu'il y S d'in-
famant; les tribunaux ordinaires '.*
ruais est ce au Irilmual d'appel OU
au tribunal charga d'appel,
doit se porter l'affaire ' Les cours
soin Ont OU en Prance la cmi-
naissanoi de. tous les crimes et de
tout ce q li concerne la haute police,
( \ lusivemenl soi autrea tribooaut.
Aussi le Parlement de Parla connut*
il seul des meutes occasionnes
Paris en 1709 p ir la famine; or le
Conseil peut juger Je ne relverai
rien de toutes les monstruosits 'le
la dociritie de Couel de .Vbmtarau I.
iju'il me BttfliSS de dire que le sort
d Og et >le ses compagnons se trou-
ve des I us aux mains ds Conseil
> tpi le ir du '. ip, i ompos des p u
tiaans 1 m pi ts vio snta des privl
ges cui io m, i| l'iis p tissent
api ir s u* l'appel d'auoua |
meni
Lu Favorite rentre au Cap le 20
Dcembre au malin. L'Assemble
provinciale envoya une doulalion
de deux da i i irer
au capitaine Ngriei qu il avait bien
mrit ds la l'aine. Celui des deux
colons qui ports li parois s'appelait
I mer. L'sssemb se, dit-il. a ap<
piis avec non moins ds iliafaction
tous les soins que VOS IVOl lait
donner aux si lratl -ur votre b I
pour onaei i i su glaive ds nos lois
des vii lunes i pi n ieusaa ( I -i s4
ces- e publi ,
elle n- venu reo Ira
la Patrie a celui qui
a i lin n mi rite d I La
pou I impudeai
qu .i olfl 11 des au ca-
I e I .1
i i ces n Elle
.ai salut de neuf
ds i Snoo 11 aux cris dent* la
nation '. pou-ss par les pauvres ma-
rins qui ne com^rsnsisot rien S la
funeste politique dont ils taient les
insii nmeots.
(Jg, Cbavanne et leurs compa-
gnons, obaursj i Fera, lurent dss>
cendui & terte, 11 | loi i s dans les
oai liots, au milieu daa hurlameots
de ia population blanche. Pointde
dtail orneiel sur cei graves vaasS*
nier-: ou dirait qn'oa avail voulu
> B toufTi r nir. L'assemble
provii ci,ru- avait en < fiel di fendu
i imprimeurs et li-
braio da la urovin te, de i ompusar,
v. n Ira, d Inbi ublii i aucun
'Mil mr l'insurrection des gens de
couleur ti les motifs d icelie.
la BOUVI lia le la lcul,,tive et de
la capture d'Og mut In presse
franaise. Briaeot, qui connaissait
lagraadsui dmede i jeans hom-
me, ne revenait p ta de ce qu'on avait
so ord on i (tradition : Le gou-
>l, dil-il, qui n arr-
t M. Ug at gaons d'in-
l'urtuila S'est qu'un lche et un sce-
lrai qui S viol toutes les lois de
l'hospitalit oar on ne doit arrter
celui qui commet un crime nui-
sible aux intrta du pays ou il exis-
I et la ligue de dmarcation des
pays est asile o s arrte i> poursuite
M us ici d ailleurs, le
crime reproch I M Og est un acte
de vertu, est un devoir, un saint
devoir Ces un de la bastille
sont de et jour le mme
sets d'hroisme, M. Og serait livr
SU supplie I...
La procdure commena. Og de-
manda des avocats I deux reprises.
I Conseil I U| ri< ur les lui refusa.
Nul ne sait comment ses compagnons
II lu. : liient, car rien ne
i' i ml/le plu, un I nbiiiial d'In-
quisition que celui qui les condam-
na, i.e Tribunal de suug, compos
de MM. li Etienne Ituotte,
Martin Olivier Bocquet de Trvent,
Couel de Monlaraud, (irenier, Mail-
lard, de Hocholande et Lahorie, le
premier prsident, Is dernier procu-
reur gucral, ordonna qu'ils lussent
pa ses 1s question axtraordinabe.
Celte odieu nalit, invente
dans (b k temps d'ignoranoe et de
barbsrie, pour arracher l'aveu dea
iietno par la philosophie
du \VIII. nie sicle, venait cepen-
dant d'tre abolis par la loi du 9
0< tobra I l Mais qu'impertaisat
aux prejugi le liaux les lois bien-
lai anti il liopole .' La
queatioa sa donnait da plosieurs sas>
nieras; lanll on eoucbail et liait le
patient sur un trteau et on lui ver-
sail pisqu' six poN d eau chaude
sur la corps su; taotl op retendait
sur un i n la, lie, on faisait
souliru a ses pieds et a ses mains,
au moyen d> une extension
douloureuse; tantt ni lui mettait
aux pieds, des brodequins de 1er
d'un rcipient iotinimenl moindre
du volume il i msmb Ibrse
de c impri ion, I la unissaient
par tre u tisss i tantt on
.'H II lit le |i il n-1, t sur n dise
aV li; mi lui fai mil prsenter ses
jambes nui sbhsbvh
chant par degr ; Untdt, on compri-
ii en laire jail-
li, la ing; Utnll on lui bail les
bi ut pai derrin an lui attachait
alors aux pieds d'normi poids de
puis on sali rail sn l'air le corps
par une BOrde Stl bs aux bras,
qu'on tirait par le moyen d'une
poulie, le patient dessertit impca*
!#


ii hmi\
du, pendant que les membres se
distanaient par les poids aux piede.
C'est 1 i'es supplice*, Joui la pan-
se glace rim.igmaliun d'pouvante,
qu'Ole tt Chevaine fuient soumis,
i iilin les meuecinset les chiiurgiens
du roi, qui j as-istaieut. dclarrent
qu'ils eu pouvaient plus.
SA1NT-BEMY
( La fin demain )
Conseil d'Ctat
Hier, la Conseil il Etat a liquid
son ordre du jour assez op eux
que nou ITOM publi dan* notre
dition l randredi dercier. * L-s
concluions du rapport de sa Com-
riiis^tn ipci le ont t adoptes
sur ie projSI de loi qui organise le
Bureau technique du Dpartement
de l'Agriculture et sur le piojet qui
ouvre un Crdit pour le fonctionne
ment <1 ce Bureau. Le pr.mnr
projet a totale;uent modili;c'esl,
dit le rapporl, un nouveau projet que
la Commission B substitu l'ancien.
Quant celui de ddit l'importante
modification coaeiste dans la rdac-
tion du chiffre de l.OO.OOO (un mil
lion cin | cent mille gourde-, deman-
des 850,000 (huit cent cinquante
mille gourd. ).
Ces deux lots voles aprs de gran
des discu.si mont t expdies,ainsi
que celle qui ouvre un crdit de deux
mille cinq eeDts goordw au Dparte
merti de la [ustiee pour matriel de
Bureau et des Tribunaux la pro
mulgatiou. Contrairement l'ordi
naire un put) ic nombreux et choisi a
suivi les dbats luer pendant toute
la dure de lu sance.
Vu ie peu de jours qui sparent
cette session de la session ordinaire,
la permanent' Ml dcrte aux lins
de finir rapidement avec les quel-
ques projets qui sont devant le Corps;
entre antres 1 Celui qui cre un 3e
Tribunal de l'aix la Capitale ;
2 = Celui qui sanctionne le Contrat
pour l'tablissement d'un service
d'elairaaja lectrique de la Ville des
Cayes, 8 : Celui qui ouvre au Daai
lemenl des Cultes un crdit de y,OO
(neuf mille cioq cents gourdes; pour
pourvoir eus frais d'information et
au traitement de Monseigneur Jan,
ftajoe coadjiilmr du Capllaitien.
4 ; Celui ijiii molilie la loi de 16
fvrier 19x3 sur l-Kraigralion.
Par Cable
Nouvelles Etrangres
Dernire Heure ,
Le Conseil d Etat, dan sa sance
d'aujourd'hui, ti vol la loi crant
un nouveau Tribunal de Paix, sec
lion Est. La discussion de la loi su.-
l'irrigation est entame. Les dbats
sont trs vifs. A demain dtails.
audacieux liiuus
Dernirement nous signalions la
police que des voleurs audacieux
faisant le guel autour des maisons
saisi i-aient le moment o il n-y
avait persoune dans les salons pour
enlever les objets de prix. Malgr
l'avertissement donn aux familles
ces chevaliers d'industrie d'un nou
veau genre eonlintieut leurs mfait-.
C'est aiasl qu'ils ont trouv le mo
yen d nnti ir d in d iai m tison*
aises la rue Montalais et ont eule .
des b.belots de valeur.
Nous i royoos Qu'avec les disp isi
lions qui sont p tses, ou flaira pir
mettre la main eu ces audacieux
liions.
Paiement j
Toutes les pices comptables tant
prtes le paie aanl da mon de f
vrier aux fonctionnaires publics com
meu ; le samedi 1er \l.u>.
Noa* croyons que ce jour la Ban
us rai trder i l'heure de U fermeture
e ses guirliels.
J
Avis
Mata Jeanne Spiets ancienne Di-
rectrice da l'Htel Moich porte la
conu lisse du Public quelle a ou.
vert un li ii d m- la afais n
\ i n i m i i i. ; rue da ktag iein
de l'Etat. Pour toutes les bourses.
Le soussign, m nJalaire de Mr
0. I' ii,-ii'- annonce au public que
le rcpiss Mo 4551 eel adir. Il en
an dlivr duplica.
l'oit au Prince, le 15 fvrier 1924
W. MiCUELj av.
Le ti'.iv.-iil des expi 1i>
termin a Berlin
ROMK Un aiticle paru au jour
d hui dans la .. Corrira d'Italia .,
organe ("iiholique en relation avec
le Vatican traitant do l'occupilion
de la Huhr, et d s travaux des com
tes d'experts, parladee rel itmns en
trd la France et le .SI Sige citant
une leltie adre se parle Pape au
cardinal G laparri au sujet de la paix
le it Juin dernier et auati colle sur
l'oe upalion de la Itulir et dit :
< Aprs 0 mois nous pouvons vrai
meut dire que les faits prouvent que
le Pape avait raison. Sa Saintet
avait recommand 'qu'on examina
11 situation conomique de l'Aile
magne. *
Les experts viennent de term mr
Berlin leur travail le plus intres
saut qui toreia la bae de discus
suas autant pour la commission des
r -parations que pour la Frauce et
poar la Belgique. Non seulement
les experts sont arrivs une cou
ciu-ion au sujet de la situation co
mimique actuelle de l'Allemagne,
mais il-oit aussi acquis la certitu
de qu-j I'.Vll.-inigne avaa fait un usi
gu injustiliable de ses ressources.
C-lte dcision prouve que la France
n a rien ciamdre du jugement des
experts et qu'on ne peut suivre les
conseils du Saint Sige avec grande
conliance.
M. Poincar devant
lu Cliamlire
PARIS Les trente milliards de
francs que M. Poincar dclare ue
cessaires pour complter d'ici
lu2* la reconstruction des rgions
dvastes ont fait le sujet d une Ion
gne d -IU--I n entre le pisident de
la K' publique et le prsident du
Conseil. L Echo de Paris qui
douoe cette information, ajoute qu'il
croie comprendre que cet argent ne
sera pas obtenu par le*m iven d'era
prunt au moins pisqu' ce "que la si
tuaton linancire de la France soit
imliore.
PARU Par un vote de 384voix
contre 218, la chambre des dputs
a approuv l'ensemble du projet lis
cal du gouvernement sur l'augmen
tatiou des recettes et la rduction
des dpenses budgtaires. La cham
bre qui sigea toute la nuit s'est se
pare 7 h jures du matin. La - in
ce qui avait dur toute la journe de
vendredi avant de se continuer pen
dant la nuit entire est la plus Ion
gue des annales du Parlement Iran
C/iis. Les articles qui ont t le plus
dbattus sont ceux visant faire ren
dre gorge aux proliteurs de guerre
et a punir ceux qui s'ell ireent de se
soustraire aux impts et empocher
la spculation sur le march des
changes.
La clause autorisant le gouverne
meut mettre des bons du trsor
stipule que le montant n' xcdera
pas 7 milliards de frans, cliillre
bien au dessous des 14 m Un r la pio
I par le ministre des. Bi eacas,
M. Du hasteyrie profite de celte oc
casiOB pour dmentir le bruit que
le gouvernement projetait la COOaoli
dation des bous du treordlad
fense nationale ou la rduction de
leuis intrts Pria dans son ensem
ble. le piojet fiscal du gouverne
menl remauie par laclninbre, pro
duira plus de 7 milliards et demi de
francs comprenant un milliard d'
couomie, un milliard sur le li
milliards d'impts nouveaux et le
reste eutre dit!', rentes mesures dont
la suppression du monopole des
allumettes.
A lissue de cette clbre sance
M. Poine ,re a fait la dclaration sui
vante : .Nous avons d'importants
ainrs a rouler et cause d'eux
nous avou- t forcs de deman 1er
au parlement le c nuage ix erlort
qu il vint d'accomplir dans l'iule
rel du pays. eel parce q ie le paaae
noua j eontralgaeil que ? mu
di mai.le au parlement de nouveaux
sacr.: la carence
de I Allemagne. 8 il est vrai que les
piochmes conclusions des experts
auront de srieux rsultats, n'ou
blious pas ce mot rcemment dit
par l'un d'eux & un collgue fran
gais ; .Nous n'aurions jamais pu
arriver ces rsultats si n tua n'a
vions pas t dins la Ituhr eerte ne
meut s'il uous a t possible J'arra
cher des conclusions de I Ail un. i
c'est parce que nous oc upims e<
territoires dans lesquels rside si ri
cliesse ". Le pr.?s.decit du C m il le
1 -> M lieuses paraissait trs dpri
m phy-iqucineut eu quittant la
i li imbre ce matin, mais ii sourit
nanmoins aux que qu aj dputs m
tants qui l'applau 1,soient.
Due demande des a lulistes
Dissolution probable du
Rcu-li-.il j
BERLIN Ls lociaJiates tant d
termins demander la rvision dei
dcrets promulgus en vertu d -
pouvoirs spciaux confrs au g m
vernement entre autres les ordon
nances sur les taxes : il est fort pos
aib,e que le Keiclntag soit dissous.
La vorwaerls > et d autres jour
niux dclarent que les ellorts nces
aatraa seront faits pour faire modi
lier I s oriounaiices lorsque te
Reichstag se runira mardi. Le chan
ce,ier Max et ses partisans al.ii ment
de son ciHe qu'une telle action au
riit pour rsultat la dissolution du
Keichstag par ordre du pre-ilent.
Li situation m Mexique
l'A.dPlU Les forces fdrale*
ont dloge les rebelles d;s hauteur.
Ueuom uees Courue Ue la Mort a 'J
milles de l'uxpam. De Sau Juan de
los L.auos ou ie gnerai llojas a ete
tue a ameue la pacification de 1 Liai
Est de Puebla.L Ltat de Micluicln i
est virtuellement pjciii et les com
muaicatious sout rtablies. Les re
belles sont eu retraite vers Colimi
abaudouaut les districts de Tepeiea
tepec, Coaco.niu,iocambiro et Hue
tamo.
Lu grve des dockers]
prend lin
LO.NDHKS Toit porte croire
que la grve de.s dock rs sera rgle
et que le travail reprendra mardi
dans les port Des runuiis raoos
trs ont eu lieu dans tous les poils
du Itoyuume Uni et les dockers ont
discute les termes du rglement a;
c pt par leuis dlguas la corne
reuce des patrons.
Nouvelles dmenties
LONUlibS Une depch; Iteuter
d'Athnes,citant des journaux grecs,
anuouce qus le brun court qu'uue
revolutiou a clat eu Bulgarie et
que la rpuulnjue a t tablie dans
ce pays. l.a dpche ajoute que le
roi bons est prisonnier a la campa
gue et que le premier minisire et
quelques membres du cabinet ont
t assassins. Un n'a aucune cou tir
matiou de ces rumeurs daus les mi
lieux olticieis. La lgation bulgare
a Pans Uem.-ut ces bruits et dclare
que tout est calme.
Duc importante dclaration
du Gnral Pi'iniu de Aivera
MADUIJLe gnrai l'rnno de
Rivera, prsideut du Uireeto.re es a
giiol, Ucolare daus une note ulii
celle que le gouvernement ne peut
tolrer et ue tolrera pa-> des cuti
ques de la part des professeurs des
Universits eu dehors de ces tablis
se.nents. Le gouvernement avait
averti rcemment M. Jimenez le
A/.i.ia. professeur de droit pnal
1 Universit de Madrid qu'il devait
s'abstenir de critiquer la conduite
du iJirectoire milit.ire. La note dit
que le gouvernement autori e la ii
bert de parole et respecte rindpeu
dauoe des professeurs d'universiies,
mais ajoute qae les diseurs extrava
gants des intellectuels ne doivent
pi- troubler la vie de citoyens espa
guols et etou.hi la uiscipiine sans
laquelle la ndiou s'enfoncerait dans
le chaoi La note ajoute que touie
institution ana la^uetta ou as
coiiloiuieia paa au prsent avertisse
ment sera ferme.
LUS COURS
16 Kevriei
?AHIS Dollar
Livre
NEWYOKK- rraoc
Livre sterling
.Nouvelles diverses
BEHLLN Plus de 150 tmoins
ont t cits comparatre devant
la cour de Munich a l'occasion des
procs de Ludendorll et llittlcr qui
commenceront mardi.
IlOMLl'ne dpche de Tirana
annonce qu'un tudiant a tir un
coup de revolver sur le premier mi
nistre d'Albanie dans le couloir du
palais de l'nsFrmblre. Le Premier
ministre n'a pas t srieusement
bless.
BUENOS AIRES Firpo a battu
par knockout Fariner Lodge au 6*
lound dans un combat de 15 rounds-
PAK1S ij Certes, je l'ai dit tt je
le rpte si les franais n'taient
pas dans la Ituhr, nous, experts, ne
serions pas ici. Telle est la rponse
faite au correspondant de l'Associa
ted Prs par le gnral Dawes, rnem
bre amricain du comit d'experts
S'o t.Le correspondant avait deman
d si c'tait rellement lui l'expert
dont M. Poincar parlait dans son
rteent discours la chambre.le l'ai
dit en Fvrier 1923, dc ara le gn
rai Dawes. Je l'ai rpt mes col
lgues du comit et je vous le rpte
parce que je le crois.L'allusion laite
a ce sujet au parlement par M. Poin
car a donn lieu de nombreux
commentaires dans la presse et le
" Matin attribue la remarque
M. Mckenna, chef du comit d'ex
perte -No 2. lequel aurait dit un se
nateur franais au cours d'un dner :
" Avant l'occupation de la Huhr, le
peuple allemand exprimait le dsir
de payer mais les industriels relu
8aient, l'occupation de la Ituhr a con
vaincu ces derniers de la ncessit
de payer. C'est le rsultat de la po
lilique franaise,
L'Agence llavas affirme que M.
Mckenna n'est pas l'expert auquel
M.Poiaear pensait lorsqu'il en parla
la chambre.Celte agence ditavoirde
bonnes raisons de cioire que le gn
rai Dawes est l'expert en question.
Vous pouvez conlirmer que je suis
cet expert, ritra le gnral Dawes.
Je ne sais pas si M. .Vickeona l'a dit
mais en ce qui rueconcerue je l'ai
dit et je maintiens ce que j'ai dit.
Ainsi les rsultais favorables de l'oc
cupation de la lluhr sont confirms
d'une manire irrfutable non seule
meut par une dclaration anglaise
de la plus haute valeur mais aussi
par une dclaration amricaine non
moins apprciable.
M. Biiand a ouvert la campagne
lectorale par un discours prononc
Carcasionne et dans lequel il ex
prima l'espoir de revenir au pouvoir
Le thme principal de l'orateur tait
la dfense de la France contre lac
cusation de militarisme.
SOFIA Le colonel Voulkofl, mi
nistre de la guerre, a dclar l'As
socialed Press que la Bulgarie ne
peut prendre aucune mesure militai
re contre ses voisins. Le ministre lai
sait allusion l'accusation de la prs
se grteque, prtendant que la But
garie oiganisait des bandes pour les
envoyer en Thrace puis mobiliser et
envahir la Grce.
Uttre Pastorale et laide-
ment Je S. G. lyr rir-
|eliev<|ue
Nous avons reu la Lettre Pasto-
rale et Mandement de Sa (.randeur
M"r J. Gouan qui porte sur trois
points : l'Enseignement religieux, la
Premire Communion et le mariage.
I ne importance telle se trouve alla
che la connaissance de la Iteligiou
que dans le but d encourager les en-
fants cette tude un certiheat d ns
truction religieuse a t cr lequel se
ra dlivr aprs un examen qui devra
avoir lieu l'glise et en public a
ceux qui auront fait la Communion
Solennelle.
En ce qui concerne la Premire
Communion, Sa Grandeur Mgr t-
moigne du dsir que l'on revienne a
faacien usage, abandonn dans quel
ques paroisses : les jeunes filles por
teront une robe blanche, simple,
avec voile et couronne, et les gar-
ons, autant que possible aussi des
vtements blancs.
le petit nombre des Mariages est
le point sur lequel Si Grandeur s'est
le plus tendu car il y a l, dit-il, au
point de vue social et religieux une
douloureuse situation qui doit proc
cuper tout homme dsireux de l'-
vancemenl moral de nos populations
et du bon renom du pays. Le Con-
grs de l'Fducation s'en est mu en
19i2 et il v a quelques semaines, un
de nos confrenciers les mieux cou
t- ne craignait pas d'aborder lepio
blmc devant les membres d'un Cer-
i le fminin de Port au Prince.
aprs avoir pass en revue les eau
ses multiples de ce mal, et les exi-
gences injustifies auxquelles sont
obliges de rpondre ceux qui veu-
lent s'unir lgitimement, Sa Gran-
deur prconise une action forte et
persvrante de l'Eglise, de l'Etat et
aussi du public, de tous ceux qui s'iu
tressent la couslitution de familles
rguires sans lesquelles il n'y a
pas de socit bien organise.
Nous remercious Sa Grandeur Mgr
r\rchtv>que de son gracieux envoi.
12,79
,97,40
;i.l7
4,2087
iParisiana
Poursuivant la projection de ces
tUme d'Art, la direction de Pariia<
nu ollie jeudi un liiui du reste qui
n'est pas nouveau pour ses habills :
"Le Lys Kouge'', tir du clbre ro
man d Anatole France. Ce lilm de
vi mi ito......mme ceux lquilonidja
vu, si l'on sait qu'avec le nouv. I ap
pareil de Parisiaoa les tublenux somp
tueux seront plus saisi-san s et les
intrigues plus vivantes au moyen
d'une lumire m-rveilleuse.
C'est une so.re dait en perspec-
tive. I ue uiii-i jue savante excute
par des matres connus a cause de
leur talent, achvera le moine il agra
ble qu'on passera pendant deux lieu
res en ebai mante compagnie. Et dire
tout ce rgal qui ne cotera qu'une
gourde .'
Mariage
Nous avons reu le faire-part du
mauge de Mlle Camille Haspil.
nies de notre ami Horslle Haspil
avec M r Frai oii I nel m Lespinaaaa.
Ci bndiction nuptiale leur
douiiee le jeudi 10 Mars prochain,
7 heures du matin, en la Basilique
Notre Dame.
Tous nos compliments aux futurs
poux.
Incendiera Ihor^2**
Ce matin, onze heures et de-
mie, un incendie a clat, Thor,
dans une maison situe en
lace de l'Htel St-Cbarles et ap-
partenant galement Mr Fran-
ois Jn Charles.
Nous ignorons les causes de cet
accident.
Misa Sbort-Uandi
W'ill be taujfht at the Ecole
Spciale de Steno-Dactylo begin-
niu/ the lirst day ot the next
monih. Interested parties should
call al the Rue Frou or
Street, lu, No. oltj, ( Tlphone
t>2U ) at earliest convenienec. ,jJi
" " i I i WmmmI
Le Journal I inn rii|iie la-
tine et la revue de l'Ame-
rifjue latine
Le Journal et la Revue us lAmiri
que lattru mritent d'tre lus en liai
ti parce qu'ils consacrent des page*
non seulement a la vie fianaise
mais aussi 1 Amrique latine et
Hati.
Leurs eollab >rateurs :
Mesdames Coletles, de Noailles.
Haehilie et de ! Ionien Cnsto, llujo
D. barbigelata, Benda, Supervielle,
U-oftredo d'Cscragnolle l'aumay, Cal
deron, l harles Maurras, Appel,
Bourget.de Kgnier.i'ortuuat btrowj
ky, notre compatiiote Louis Mor
peau, etc, etc.
Les Hatiens doivent s'intresser
aux problmes amricains, au dve
loppement de peuples qui sont leurs
voisins.
Pour ce qui concerne le Journal et
la Itevue de l'Amrique latine, s'a-
dresser leur correspondant Port
au Prince, ii.it Hue Prou, M. le
Dr Pierre Moravia Morpeau.
Dcs
Mme Vve Moiseau Clestia^est
morte hier a bb ans. Ses funrailles
axant chantes la Cathdrale cet
aprs midi. Maison msrluaire : rue
pave prs da l'artiste Goldman.
Sincres condolances aux famille
Clestin, Pauyo, Mathurin et autres
allis* ^


LE MATIN
1 Chez F. Lavelauet & C Lehn & Fnk, Inc
Rappelle lous ceux quijlont le
commerce de boucherie qu'aux ter
mes de l'Arrte du 19 Septembre
18'J3. concernant l'Abattoire, il est
formellement dfendu dabottre, en
cette ville, ailleurs qu'au susdit
tablissement, les aniin u\ UCMMi
rcs la grande et la petite bouche
rie, sous peine d tre frapp d'une
amende qui sera du duuble de la
laxe fixe par le tarif rgissaut la
matire, sans prjudice de U peine
de l'emprisonnement en cas de rci
dive.
11 est galeme il df D lu de Jvtn
dre les animaux tels que : moutons,
porcs, cabrit, dans un inaren autre
que celui destin ft la vente de i
animaux cl sis en cet le Ville, dssi
le quartier lu l'url Touron*
Les contrevenant leronl apprhen
ds par la Gendarmerie el punis con
formment la Loi.
Port au Prince, le 22 fvrier 1921
L. Luders MOISK
J Tennis Club
FOOT BALL
Messieurs les membres du T. n-
nil Club sont aviss que leurs
jours d'eitlrainement au Parc Le-
conte pour le Football sont les
Lundis et Mercredis aprs-mi-
di, et les Jeudis six heures du
matin-
Le Capitaine du 'Tennis Club:
Ferdinand Jean Jacques.
31S Rue des Miracles eot de
VE* oie S orographie Robi\
On trouvera les articles suivants :
Vin ronge & blanc garantis pur jus de raisin ;i h go'.ir
des et 5 gourdes le gallon, drs liqueurs fines assorties,
du Cognac suprieur, du Campagne atitheutique Carte
d'or demi sec. -- On trouvera aussi du vin par barriques
et par eaisse, du kola Ascencio les produits Guilhaud au
prix de fabrique: dss provisions etc Nous avons re?u aus-
si divers articles de mercerie, des articles pour >uture,
lingerie el mode
l*rix dfiant toute concurrence. Passez nous voir
/'. LAYILINEI & Go
Supfriorif
FonrMe fn 18"6
Bas irix
Proixatiliide
Avis
Les hritiers du Dr Allred Lafo-
rest ainsi lue lous les Intresss, no
taire o autres, sont avertis que l'o-
bligation hypothcaire souscrite le
vingt neul uovemhre mil neuf cent
dix neuf par la dame Ad.hiia Raster
en laveur du siour Nicolas Cordasco
comporte renonciation et la clause
uivantes : au mme instant est in
tervenu Monsieur le docteur Alfred
Lafoiest Propritaire, demeurant et
domicili en celte ville, lequel api. s
avoir pris communication de l'obli
galion pu prcde, a d.clar pour
plus ample garantie, se rendre eau
Uontsoildaire de la comparante en
*ers le crancier qu il autoi ise exprs
sment poursuivre l'excution de
cette obligation sur ses biens person
nels en cas d insulli donns tn garantie pur la dite coin
paiante.
Cet avis est publi telles fins que
de droit.
L Port au Prince, le 20 fvrier 192-rf
*k p ".Nicolas LUUDASCO
(Mi dsirs louer
Une petite maison dans un quartier
central. S'adresser au journal.
Fulton Sh Polish
Company lac.
New*iork
Si vous voulsz protger la ptwin de vos chaussuros.
Si vous voulsz avoir un hnllaul lnnsnl st Jurablt.
si vous roulez la conlanr tl la souplsssr de es liaus-
suis* nsnd.-tlonytswps employs la marque Bsnoijrsm.
fabrique speialrmeBl peur Im dames et loi grwitft-
men du hiylit lift.
Elle prelriju la peau des sltaassrirw entre i'hennrdU
et la chaleur.
Demandez la marque ffonegrUH e'est la meilleure de totftts
les marques.
Geo h M SEME getV poar Hf)
.us prodiiilfl chimiques, r linrmaceuliqics et autres
art t:lo> vendables dans un* pharmaeie. ^^
^ pieos, Poivre, Jannelle,Girofle, Anis Uoila, MtuMMme
etc,.ete.
UCHEIIAFINE.
Spcialit : Marque prive I.ysol dsinfeotaat, Pa*-
merle. Articles pour lialiicre, lny Runi, Chocolat cm pem
Ire, lin h'de foie de Morue, I miilsion Cold Cra"1'*.*"
traits i our faire essences et eau le toilette, l'.au de yS-
Dtne. l'ouilre contre les insectes. Solution pur coser-
verles fs frais. Lait de Mngnsie, Poudre suprieure
pour la follette les enfant, Essence do fleurs, l'.au le
Klorida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive
pour 1.1 table, llrsses dents, IVppimint, liiule pour
ebasser ls moustiques et autres insectesjlcgulot: taille
outre eonstipations et dublesles intestins elir Tbe, Cire p.ur les parquets,t'.omestiblcs, l'.hxirs, Kpieoa,
Sirops divers, Teintures liverses, Vins, etc, etc, et\
Demande/. !' atalogues les sp-ialites
Confiant vos eominaiules LEHN & F1NK, lue/,, veus
serez, absolumenl satisfaits. _
Toutes l's bonnes pharmacies lui pays s'approvimoir
nent chez LEHN Al'NK Inc.
Lon R. Ihbaudl
Agent exolusif pour llaiti
Uu dsire
Grand Htel de France
Angle des Rues Bonne Foijrdu Quai
VIENT DE RECEVOIR
Pt de foie gras truff. CiVOl de livre. Andouil-
lettes 'auxlentilles. Andouilles au saindoux. Jambon
en boite. Anchois l'huile. Sardines. Maquereaux.
Thon,Cassoulet petits pois lins extra. Boudins,eto,
Vin Rougv% te gallon 4 gds
Vin Blanc, lesgallon 5 gds
L Htel dbite par barriques et (jallons des vins de
Bordeaux. Vins de Cliampaipie.
Cuisine excellente Chambres confortables -- Magni-
fique vue sur la mer.
' I . I
Y 0. PIERE Company
12 WESr BiiOiDWAY
M2W YORK
FONDEE EN 1847.
UPLRlRit. BAS PRIX
Fabiiqae de :
Petatarf, Verni?, ( cres de Jones sortes.
Mastic.
Lon R. Thbaud
Agrot pour Hati
Louer une maison dans une
convenable.
S'adresser au Breau du "Matin
rue
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d* DELORT, Pharmacien,
119, Ru Snint-Aatoint
PAH1H
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
I0T-ATJ-II*I*CnB
Alrz.PCTKUS, Pharmacia ALBERTO!!
Pharmaeie du D- Juetln VIABO
0t tonfaa 1*0 bonnmm Pharmmclm
nhe Royal Mail S team
Packet Company.
Lfi teamer COKWAY est attendu en
Hati vers ls 98 bOvrier courant 11
r ha gra directement pour l'Euron*.
Port an Prince, le 15 Fvr er 1924
Robert, Dutton&Co lue.
Agent h Gnraux
lttfll 1 Cipj
CH1GAOO. ILLS
Jllaatcguc/, ilCait^ i^e cataa. lfaite De meut-
cTVIcmv U CUu ciarlt, J3jea| 5at, 3anv6>ru U
3iiX>\v'^\ic\iC^ 31taiveaax, jeswe^. f^,C9riCC auduto ea ouile. Cornet ftufi Sioabi Mif
Qato raeat5, etc. etc. elc.
Cuire do wlr lo Prlx CoaraaL.
Lon R. TftbJitiil
?aent exclusif pcor Hsiri
Pharmacie VV. BUCH
Prpare* vos liqueurs iwc lai Esmn
es pour Liqueurs ; *n:*ette*. Crme
de Cncaom Chatreu%ur1.u*rtao% Gin.
llliiiiii Barbinconrt
110, Eue des Csars
Tlphone : 430
t
M

'




i J J y.'illv
Energique antii
>p tique urinalre
Agit vite et radicalement
Supprime les douleurs
de ta miction
vite toute complication
\t Paitol ''' "infilnnin
m mjronil le iiwus df
voies urinairet. qu'il rr-
m*t compltement a neuf
n Jugulant loua le nu-
ambM .101 le tutmem.
VAMIANINE
Atari*. Mlai*t rt la pmw
#TOdlllf S. i'Mi.'lwU*
flUCOVAL
Ptntn-art. m le* MMr*
im m-iJm I* -titf.
PACEOL est sans piti pou, les gonocoque,
htes Indsirables des voles urlnairw
. Le PMoL OU) d-
congestionne le m*
queutes de vole* art-
natrts, renouvelle le
tissus. grs.ce i un
leumssemeril exunlet
de cellule Le PageoL
meurtrier non seule-
ment pour 1 gonocoque
partout on II eule.
mal encore pour tous
les autre microbe*
auxquels >e dernier
rut associer, unit
tout. Il est le fonde-
ment, la base du trai-
tement de l'arthrite ou
du rhumatisme blennor-
raplque, parce qu'il est
celui de la bleanorra-
ryBcimuio.
de .Mut-culte.
rnh> Chtelain. . o Vilen-
cloni.-. l'art. M X Pb**
Pharmacie F. Sjouru \
Loi.ne t- . iteatla ot aux mdecins et iU pub'ic quV *
rtnisom'3 son Laboraoirro d Ulugio eu un Laboratd e e
bk)l)Jie apr i-ju S'.>us u Diradion du
Lit HiGOt et t. sjourn
Le lai oratoire es' ouvert tous les jour de 7 bres du matin 0
neuivs du siir pour toutes les recherenes e analyses f revue dan
r'anojnce ci loiute, saut pour le
Viisseruiaoa et ia constante Ure ^criorh
Ser Dl reues que le rmrdi de chaque terrain?.
SVi .* v a ta i-*&ar\n ci*i pour lei reustftijueiileLtB
Ina iM.d* irina et tfaegasinque
Keietion de vVasseraLann
BacUou Je Tnooulet,
ttameu du saug et du pu?]
Exaiaen das maures lalee
xamen de crachat
AlbnuriDO ract^ipi-.
Cctsud^ (JrA? Secrtaire
HediertHe k S mies et Od Au H'JSrtxtw* fc, S*
""^ '-*.- jta Si I yiii.it Coasignataire pour Huiti
Vue spl.8 et nniqas
Tlphoue: 587
L'Etablis8tmnt2prend des pensionnaires la quin-
zaine pour le djeuner ft le dner, ou ponr l'un ou
l'autre sparment ou pour pension complte.
|*entendre avec la direction pour les conditions.
irande salle pour banquet
Cuisine Franaise
MARTlftl et ItOSSI
rmu/v
VERMOUTH ET VINS lHOiiSSUX
Les produits de la mai-
son Martini et itossisont
bien connus et 1res ap-
prcis par les ama-
teurs de bous vips.
En stock Vamo Martini ot Ri.si
Qualit nupreu*e, Prix n odrs
Pour commandes directes et conditions,'adressez-\.>us
T. i|tnt Gnral :
.. *HtitolZ\14i\S-\GQE!lU0L'd
Hue du Quai
Paul Sals
AVOCAT
RecoDvreine&ts ^Commerciaox'
affaires \limm.
Correspondants Washing
ton New-York, Berlin,
Turin. Londres. Paris.
17 e Hue Pour 217,1 on au-Prina
Tlphone 597
D-J-RTHEBKOO
Chirurgien-Dentiste
Eh? Facults de Montral de
New York et de Bublon
Angle des Rues lleslnuche et du
Magasin de l'Etat.
Consultalitfis de G heures du
malin t. 8 heures du noir.
Viennent d'arriv r
laquetles pour Tennis
CHEZ
Olo/laon L uca <$ Cu
A la Conscience
flrneat Canailie
fabricant de digunutm
en lvw> gt) Matinaux luprisuis
Soins promptitude Clrit
rand'Kue prs la l'est N* 172 i
La maison porte la connais
ance du publie que dans le
but de faciliter et d'encourager
des nombreux clients elle ac
corde partir du 1er Juillet
1923 une prune de une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence on est pri
de rclamer un reu peur chaque
aheat au comptant.
A la Conscience tlfefle est la
devise de la maison.
A vendre
La Valeiu MARIA kl JUS' A de
vinjt i/uair umnm, en tomjiiel
Mat de nm; V mk* tuna*.
i >tr plus '/..///V rms-nyii*-
mrnts.s (KtVefNT la Maison J.L.
Yillanutva H Co de Po, t d Po"
i------^sfrii r u isuiBIl "is
SOUCIS
des mnageras
Quand vous sentez les effets du surmenage
et par dessus tout vous tes courbature et
souffrez de douleurs qui vous font flchir, ou
de toute autre maladie des femmes, n'oubliez
fias que des centaines de femmes, une fois eouf>
rantes c> t en
preiiar' 's. Composition Vgtale Lydia E.
Pinkhani.
Cette femme a retrouve ta tente
Monterrey, Nuev Lon, Mexico. Je voua crit pour
vous exprimer n
compltement pr Corn-
ioanosi N'e'gtale da I.ydia E. Pnkhatn. laonf*
ert terriblement lors dcr.xs regtea et ci..
ouvent empch de faire :;e. Liles ont main-
tenant dis;; : .
votre excelle..! m
pendant mes rgles aussi ; it:t o'ors que pir le
pass j'dtai.s trs fa.b'e er mea tc^'.rs -c i
hmorragie. De plu i
le ventre. J'ai recommand et jn i
mander votre Compoatnon mes amia r
tant un midicimer.-. bte-
ment pendant I .iewupe
toutea les quatre heures.
I*s Btf-na;trs BbdCmatM t sunseniat
davrai.'ui S^eaire sur la
Composition \&gotae
de Lydia E, Pinkham

Superbes Masques pour Carnavals
Arrivs par le dernier stea-
mer 'Frana y :
Loups Dominos. Faussas barbes
Moustaches t Perruques.
CATALOGUES DE MODESI
D'EUllQNS BELL
accourez tous cliez
Mme 60TS Dumas Nuuia
Anjjle des RttCW du Peuple & des tisars 413
Aaiiemtjisi'lli! Tilin ^nijustin
Hue du Centre \o
Urne Lonce ^rclnmde
Rue Gourbe .\o 1717
Mme ^iiiuine Trouillot
|_iue du Centre .\o lb3U
->.
IMm


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM