<%BANNER%>







PAGE 1

Ifc r /)I\ &o Lyce Haiioaal %  an melons, lundi w w, I i : ses coalen Mil de • %  i jetl aommanda |i;ir IM prol eur. cet iinpoii.ini tablissement > % % %  > %  .•t. nous sommes joye i.v d | ,i .lier que leschoses vont de un LUX n i. ieux. En elFet, nous avons pu savoir g i : lo Dpartement de l'Instruction Pu bliqne n'a pas manqu de faire i Q> muidtemen j %  :-•• t %  %  P'iur deItiaodsr et obtenir la franchise rcla Directeur. Mr Damo les i\, toujours [rompt . se dcider .iven Iredi, vers les on/.e heur > du malin, le li >mi: is er J >'i i %  WUir pie dans peu ds jours oee instruments seront mis en usage sous la direction sage, in t dligente et dsintresse de MM Jh. liarthe et Franais Mamgat, et que, l.s passionns d1 Sports ne larderont S ir h |M voir aux mains des lves Il l.y Noua publions ici la liste d. s nr tries r DUS! 1 barre fiie d. nontable, 1 birres parallles, i iripsxe, -' eordaa nu'uds, 1 cor le liase, i paire d'an neaux, lcro b li pour portique, 81 a 1re*, ballons pour f.iot bail, 8 vessie'* •'all", I pompe, 8 esoi seui• i %  • cable, 2 paires de fleures, I paire d'pc, des i. un M le rechange, J ma que s 3 gmts, 1 p!as tron. ut une dpense se chiffrant plulie 120 il >i Voi dela bonne besogne Messieurs, bip bip hip I %  %  Houra d >oc TT Ml ItWX" 'l'i l*'vrier WA9HINGT >N Las Snateur! Ho-ab et Kobin-ou ont attaqu l'Ai to nev, Gnral Daughert] samedi dernier en dclarant q i : !.• '.'rsident aura la responsabilit de l'avoir conserv il ini i m Cabinet. WASHINGTON Slemp, Secrtaire du Pr i lent CooliJge aura comparatre dfaut le Comit Snalo liai probablement lundi et sera ques tionnsursa visite Palm BaaebjMO daut que. Fall et l'ancien ministre Me L' n v taient. Le snateur Bor.ili a interrompu BOn voyaga dans le sud pour retoir ner loi son travail d'enqute sur le ptrole. WASHINGTON — Les dmocrates du Comit Snatorial vont ouvrir une enqute duis le but de dterminer ueu taient les rapporte que les Itonnairei ulministratifs ont entretenus au cours ilu procs avec Pli] et autres inculps dans le sean dale du ptrole. Sleinp comparatra aujourd'hui comme premier tmoin. OKLAIIOMA — Le Snateur llar 1,1!. rpublicain, a dclar que Fall. nlois ministre de l'intrieur lui aurait fait des promesses f irmelLs qu'il n'af fermerait point les rserves d'huile de la marine sans avis pralable. Cette promesse lui i t faite a la lutte de sa protestation Hrding %  ,,>:• %  le li rserves au 1),>p ule menl de l'Intiieur. CoDcerl ei Cinma Si durant toute ['aprsmidi d'hier, les masq lei avaient amus les prin cipaux quartiers de h ville, vers les %  il Heures, le concert donn au kioi que ,i CU imp d i M u p ir 1 1 Mu*l qu %  i i Palais, runisssil un public nombreus et l'gayait des divers m "• %  MIIV ex i leavec entrain. p i s ce fut, I huit lie;nvs, le tour du Cinma dont le programme port B |;,ih, be t ut I phii tentants, A cin Varit, le li m l-e Thaa maturgi•• ta neal parti attir un belle sai s, laquelle l'a suivi i .i rveill e ds m s riche dcors et da M bridante I si i • A Pariaiaaa, aprs un patb journal des |i us riches en in for m itioni int .,tnlr-il 'ides, la %  aile, nombreuses comme nus plus grand soires) de gala, suivit, dans un aiieuca profond) les pripties gni itteign int jusqu.au Ira gi, ^e et de chapitres des Mys I de Paris : La ferme de Bon | 11 .. | les Justicier^ far Cable uvellps ira G g es Dclaration le H. Stresetniiin UIlLIN— Le ministre e mler d.sdis putes entre allemands. 4nloir il un ID n',i';iu LE AlitK al. Laecau, directeair des bureaux d'antiquits ag] •• ieaCM a rouvert lu toaiheau de l'un lanklia mon en 1 iib-euee de M. Carlsif ; le sarcopliafe tait intact tt pendant deux beores ou a niocd 1 ioven taire de son conteuu. M. Carter avait refus d'accepter 1 invitation tre prsenta la rouverture lu tom beau. Le gouvernement gyptien ne compte pas entreprendre ie nuu selles recberebes cet hiver. Prochaine campagne prttdentiaMe ,,l, ;VEL4N">— M. Baker, iscr taire de la guerre sous le prsident Wllson, a dclar qu il soutiendrait l \ pour *a nomination deowrsUl q i • ,i 11 prsidence.L'es gouverneur C )\ ailgnib son intention de preu die put aux lections primaires pr sideulie les au mois d'avril, en m nie temps Ganker a fait savoir qu'il recom nanderaii 1 incorporation du programme de la Socit des .Nations dans le programme d uo^ratique. CHICAGO— M. John Barftoa l'ay ne, ex secrtaire de l'intrieur, a accept de se prsenter comme can didat la nomination prsidentielle d'apis le Chicago Tribune . Fiuine devient torrilore italien RQ4E— M. Mustoliuiet lemini* Ire defVoug >lavie oui chang le* raulicatious du trait sign nom* le il Janvier. Far ce traii la ville de r'iume devient territoire italien. Les couiineiraiits tl iniliistriels devant la cliie du liane l'Altli— Une lettre ouverle adresse tous les membres du parlement de la coniedraiiou gnrale de la pro duclion Franaise reprsentant les noiubieuses nidustiies el lesledcra lions de commerciols uemand-i que les dliais sur le programme li-seal du jouvemtuient soient ecourles le plus poaaiole. Lildlio dJoWe que la chuie Ju franc rvle le pril qui existe maintenir le budget non quilibre ci qu uuc aOUOO taundu te est ncessaire quel que iucumpiet el dteclueux que sou le pro^ruiu me gouvernemental, bile rappelle au parlement que puiM|U ce sont les couiinercauls el iiiauslnol qui doiveul perler le fardeau, il u si que ju-de que l'on lionne compte do leur avis. lecousa niorniqin I.ViUtaS— Une secouusse uisml que a t pnroue nprsnaselil 8 ben ies.ici a stagarna, ICsaulanits al en d'anttW lieu* de colle r.'giou.Lts murs de quelques nuisons oal t l/.iraes. des polies ont t ujverles et des meubles briss ; le plienuu ne a dur dix secondes. La ijrve les doekera UiMDltKd— '- 1 tonnes ; juqu' prse H la confren ce s'est ciip.ienle dj discuter laques ti ui des niviies de premier rang et n'a pis a l ipl celle de* litres cal gories de sorte que li roostruction des eroMUrs, contre torpilleurs al aous marins n'est pu li nue. U i publioUN sud amricaines et autres que ceil s dj nommes n'ool p*. le droit de construire des navires dpr. raier rang, mais ont t ute liber l pour la COnstrUOtion des navires de 100nage infrieur. L' coolrence a conaacr une gran de partie de sou temps a 1 tude de la situation europenne surtout en cft qui regarde la Kuesis qui a de mand l'autorisation do construire •ii'J.OOuO tonnes de navire ds pre mier rang. La confrence a ollert il la Kussie 12 i OuO tonnes de navi res „de premier rang, mais 1 amiral iiebrens a refus et aprs de loi.gues diseussions, ce dernier a consenti a rduire son cbill e dOo OuO tonnes au miunnum ave.: l'assuraine de certaines garanties d.ms la u.e. il d tique et dans la me-JN die. La conf rence esl arrive un accord en ce qui concerne la Noivga, la llollau de et ie Uanemaik en ce qui coucer ne la Mditerranne ; le repisen taiit de l'bspagne a fait savoir que celte puissance esprait tre capable de coustruire une certaine quantit de navires de p.eajicr rang, mais la conlerence daus (ensemble n a pas spprouve le point de vude l'Fspa ne. Nouvelles diverses l'AllIS-Lo comit des exptrts Nota dcuoitivemant Lrmin son valuation du montant des capitaux vads. Il s'esl ajourne au "> Mar- date laquelle il comuunceta son rapport Sut les moyens de rpa Inciuent des dus capilauv. Ce dlai esl rendu uce saire par l'obiigalion d'attendre que le comit .Nu 1 ait acii v la redacliou %  ul. Ain i inform par lettre, il se pr senla au guichet de la Commune le jour d i paiement gnral B ix lins de louche -es ippoint amen la du 15M 14 Janvier date de sa rvocation. Soit pour '. jours i.. 59,84. —Le R* ceveur Communal ds qu'il prodniail sa uemuiile. l'avisa de l'inutilit de sa rcli n ilion,ayant abandoon s-m service pendant ces oeufs jours >uns avoir donn aucun avis. Ne s' li n.nt par pour battu, Mr l'eleis It.veau a envoy un acte judi ciaiie l'Administration Communale. A la dernire sance qui eut lieu vendredi, le Magistrat a demand son conseil et obtenu de lui. l'suloris.ilion de prendre toutes in sures propres poursuiv. cette affaire. lort de J. B. Dii'liijiie C'est avec douleur que tout le monde a appris la mort de Me d. B. Darligue survenue samedi soir a la suite d une pnible maladieAvec lui disparat la fois une des plus belles ligures de notre socit,de noire mond" politique el du Barreau. Aprs avoir pass presque loulesa vie dans sa chre ville natale des Unyss, il n'y a pas trop longtemps que notie l.ipitale I avait accueilH comme un (ils a'adoplion. Piofondment instruit, il tait sim pie, de celle simplicit faite pour tonner, car il savait an besoin descendre au niveau des plus humblesCombien de fois n'eut il pas met. Ire sa science juridique incontestable au service des plus infortuns i>ou d une nergie indomptable et d'une bont proverbiale, il eut au i % %  > ide sa vie plus d'une fois user de celte magnanimit l'en droit d'adversaires marqus que sou bras avait rduils l'impuissance. *iir son verbe clatant, sa logique, il connut de grands jours de gloire au sein de nos assembles politiques dont il a fait partie so t comme Dpu t, Snateur, ou quand il eut dans dts moments difficiles la respon-a bilit d'un Dpartement ministriel. En ses diverses qualits il montra toujours la plus belle indpendance, caractrise par sa sincrit prou ve dans le:t moindres circonstances, si bien que lorsqu'il lui arrivait de se tromper c'tait toujours avec une bonne loi vidente. Ses funrailles ont eu lieu hier en l'Eglise du Sacr Omar au milieu d'un nombreux et sympathique con voi "Le Matin" salue respectueuse menl sa mmoire, envoie sa fem me el ses enfants si cruellement prouvs l'expression de tes sincres condolances. Irrigation La ncessit de former de bons cultivateurs est aussi importante que IssTravaux d'irrigation. Ih, Bulletin Officiel du Ufpartementde Travaux l'uhhc!. Le aucc' d'un projet d irrigation dpeni aussi bien des Irrigaleurs que des ouvrages d'art d'irrigation execuls. Les dj n-ed'excution d un pnjet ne si justifient qu' moins une les terrains soient dj labour, s et arross par des fermiers industriel X de faon assurer des bnfices au capital employ. Ln projet n'tst pas une bonne affaire moins que les lermiers ne puissent rcolter des moissons sufhsantts pouvant au moins leur assurer une modesle existence, leur permettre de payer le coftt d'exploitation et d'entretien et aus>i l'amollissement du col de premire construction au bout d'une priode dtermine, ordinairement de 19 a dOans. Lalax! actuelle d'irrigation applique aux terrains qui bnficient des eaux contr'es par le Gouvernement, est de une g >urde par carreau de terrain mesurant plus de deux carreaux ou peu prs 7 cents par acre el par an. Ceci estune indication de ce que peut payer IMrri gateur louai et au-si longtemps qu'il trouvera dans I impossibilit de payer p us, la construction de |jt terne dispendieux d'irrigation, ne sera pas juailie. Ouand on se rappelle que dans deux Iles voisines de la mer des An tilles : la Jamaque et Porto-Kico, une taxe de $ 1,50 $ 1.00 par acre est paye annuellement ainsi qao le paiement annuel de cot de premire construction, on est forcment ohlig de reconnatre que le dveloppement de l'Agriculture en Hati est trs loin en arrire de ce qu'il devrait tre. L'outillage agricole ponr les exploita'ions lermires sur une plus grande chelle que ce qui est ordinair. ment pratiqu en ce momi nt, devrait tre introduit et des feimes modles tablies dans les seclions irrigues. H est intressant de noter ce que Porto Bico, avec un sol et un climat similaires Hati, a ralis dans rtablissement de l'irrigttion. Aprs avoir co siruit il y a de cela quatorze ans plusieurs projets au col d' peu prs S 200 par acre, celte lie est en train de dpenser plus de $ 30.000 dollars pour la construction du projet ulsabela Irrigation qui devra irriguer 15,000 acres de lerres. Les cultures principales sont la canne sucre, le tabac, le mais, les pois, les oignons, les patates, les fruits et le coton. La culture principale sera probablement la canne sucre aprs l'tablissement Je eu projet d'irrigation. Thomas H4VVTHORNB DircUurd?Irrigation 1 1 xDirec ion gnrale ie% Travaut PubU •.. Avis A via Mme Jeanne S}>irs< ancienne Directrice, de I il -loi M un porte la coin dssanec du Public qu'elle oui sert un Roslsursnl dans la bisiaon Verna pu 1er Etage rue de Magasin de l Liai. Poiu I M les boui t Les b.ritiera Docteurs Alired Lafo rest ainsi que tous les Intresss, uo tairc> ou autres, sont avertis que l'o bligatioa hypolbsairs souscrite le viugi neui novembre mil neuf cent dix neuf par in dame Adelina Rester en faveur du lieur Pfico'as Cordasco comporte renonciation et la clause suivantes : au mme instant est in tervenu Vonsieur le docteur Alfred LsforSfft Piopritaire, demeurant et domicili en celle ville, lequel aprs avoir pris communication de l'obli galion qui prcde, a dclar pour plusamplegarantie.se rendre eau lion solidaire de la comparante en vi n le cr uteisr q i i! auiortee expre* siiieiit poursuivre l'excution de celle obligation sur se> biens porson nsle en cas d'iuanffi*ance dea biens donns en garantie par la dite com nnrsnts. Cl avis esl p ibli telles lin* que de droit. l'oit Ml Priant, le Kl fvrier 19t^ "Nicolas LOBD'S'o l.e soussign, mandataire de M U. Ptigny, annonce au publie que le rcpiss \<> li esl adir. Il en sera dlivr duplica. Porl au Prince, le l'i fvrier 19M W. MICHEL, av. On dtire louer Une pet i' n dana un quai d< t central. S'sdresser nu journal. Oi dsira Louer une maison dans une rue convenable. S'adresser au,Breau J u "Matin" le par iiciiaTion Au-dessous de la mise pr 1 Kn vertu : lo d'un jugement du Tribunal de Premire Instance da Porl au Prince en date du on/.e Jau fier dernier et ordonnant le partage de la succession de feu M. Louis Souriac 2o d un second jugement du m ne Tribunal en date du huit KO vrier couranl el entrinant le rap porl des experts :to d'un troisime jugement du dit Tribunal en date du vingt deux Fvrier courant, lo to .1 enregistr, il sera procd h jnuii'Mx Mir.mil neuf cent vingt q i Ire dix heures du matin, en l'i'.iu le et par le ministre du notai re Elouard Knol, commis cet effet, la vente par licitation, au plus offrant et dernier enchrisseur, au dessous de la mise prix de Sei ze cents dollars fixe par les experts, d'un immeuble sis Lalue, de la contenance de vingt six pieds de fa te sur l'Avenue John Brown, qu ranle sept pieds au c( oopos sur quatre vingt dix reaf pieds Ifoil pouces de profondeur l'bsl, con sistanl en une maison en maonne rie portant le No 11 Ht et avant tou les dpendances, B'.nsi que du ter rain de vingt six pieis sur viugt qui niolonge, dans la cour ledit immeu Die. Ils sont borns tous deux par l'Avenue John Brown. Louis Sou riac et A. de Mattis et seront ven f. dus tels qu'ils se comportent et s'.



PAGE 1

IL;/Jir\ tendent, sans en rien excepter ni r U i\tr. ~Aux requte, poursuite et dilgen -e de Mademoiselle (iermane Sou rin", inii. me i iii.nn ipe, proprii lai r;. d' ii• < muni 1 1 domicilie l'oil au l'rince, as^i-U'e de son cutateur, . Frrnand DuCMae, et avant pour a cals constitus Mes Clment ACoicou et Louis Kali'us, avec !ec I H de domicile au cabinet du pre D'ier. O nlre le lifttf Augistin Cadit, p-is en sa <|uali e de lutrur du mi i i or Volutka Souiiar, demeurant fcrt au l'rince et ay;;.t pour i < 's N'es St A/.ard MiUs et Hacster la ioe. iVur plus amples r( nsriguemen'f. ; MMf au uotaire Ldouaid Knol, d pcsilaire du cahier ds ilnrges. Fait Port au Prince, le il le VIT 1924. 01.meut A. COICOU, R. RACINE Le Saprforitf • i i & Fink. ta Chez F. L'ivelauel & C 812 Rus des icle* co d VE (hStograph e Robin. On trouvera les articles suivants : Vin rouge & blanc garantis par jus le raisin \ go 'i* des et 5 gourdes le gallon, dos liqueur* bues assorties, du Cognac suprieur, du Campagne atlthOutlifua i '.ai ,e d'or demi sec. — On trouvera aussi du \ In par barriques et par caisse, d j kola Ascencio les prndails Guilbaua au prix de fabrique: des provisions etc. Nous avons reu aussi divers articles de mercerie, des articles pour couture, traits pour lairc essences ol eau lie toilette, l >u do U,Mlingerie el mode ni ne, k'ouilre contre les inseeu u.itbni pour coBaerPrix dfiant toute concurrence. Passez nous voir. i Le* IhL *AUi Se ,o fond- B 4 8"6 Bit* piiS BipHOi# 2wu>. produits ci.imiqucs, pharmaceutiques et autres articles vendables dans une pharm feploes, l>oi\re, Caiiiiclle,Luixi>e,.\:.is toile, Muicailc etc. etc. SUCRE RAFiNS. Spcialit: Marque prives Lysol dsinfectant, Parlumexle, \rtlc1e* >our babiers, 2..>y HUDJ, Chocolat en pou Usa, Hu le do foie do Morue, Emtilslon < obi Cram, EV Beitw de s Deux Mo des Vxen aiiœ ^oiish toiiipauy lue Si vous voulez Si vous \oulez iS l 'tu de Inw.rstti Parts 'OUMAltiE UE CA LIVRUtiUN UU 1er Fvrier 1921 La Chartreuse du repotoir.— Deu x*u me partie, Henry Bordeaux de 1'. cadtmie franaise. Correspondance indile.— Napolon III. ni. La Campagne d'Italie, Hume Nttolon. L Automobile el son voluiion. CI utlis Mordmann. ,,i MiiliUiiliuiille. — Episodes de la liouannerie bieloiiDe — Duvi%  uel I. G. L'.nlre. Nie morale telon les Essais de JUcn'ai^iie I. dus-lave Lansoii. La Nouvelle Tuiquie.— 11. L'es pr.t du nouveau rgime, Maurice Pfiiot. I. Exposition Claude Monet, Louis Gi'tt. Le plan d'vasion des erpitaux allemands. M. Lewandowski. Rivue Littraire.— In crivain Mer, M, Juki Iti mains, Andr ^l'ev'en.usicale.-La plu. forte.( %  1^111(1 H O tU I iH ViillW La uncoalre imprvue, Camille Bel UIUUU UUlVl \*V %  .AClltO^ laipi'P. CI onique de la Quinzaine.— Mis to:r. politique, Hen Pinon. 1KIX Dfi LAHONStMh.NT Un an Si IUJ> Tro moi Pan lehx Seine et Oise 80 Ir 41 I' >i h 5 e Di. encaN et Ce*, u iianjue 86 44 3 '" 1 taaffl 98 u jo 6 1. .bonneinents parteil du Itt et du 15 de lu .Me irois. Nuniro : 4 rr 50 New*lork protger ia peau de vos enauspures. avoir un brillant rouant el .iurable. hi vou* rouitz la couleur el la sonpleuc de et! chaussurt5 pendant loii)lna|>s MDpltJtl ia DUraufl fieno;|rani. fabrique spcialement pour les dames el les gentlemen du liiijlil iile. Elle protge la peau des chaussures eonlre I huiuidit el la chaleur. Demandez la marque fficnoflraiB c'est la meilleur*, de toutes les marques. Qt, h4R&EME ffBtpoor 11. i ver les OBS Irais, i.ait do Matjn.oie, Poudre sti|irieure pour la toiletta desoniauita, i*ouoa da Ueura, Kau de Rorida, .Miel pour la table, Moutarde, Huile d"tlllva pour la table, llroasea a dents, l'epperininl, lunle pour ohassar les mouatlquoa et autres luaoies,uo8Uloti uuuo eoiiirocoustlpatlona otd>aiites(. L s intasi tronlquoa Th, r.ire pour le* parqueta,Comeatiblos, ...-ira, Itpices, Sirops divers, l'einLuros bvoises, ViUa, ete, ne, ela. Demande*/, le tatalogues les spclallts. Confiant vo* oomiuaudos Ll-aIN r'INki l c ; *•* %  serez, absoiu'.nenl satisfaite. routes les bonnes pnaraoaelas i u p tya s'approi-iolocf nanl chez LEHN &r'l\K Inc. jLon 11 Ihbauaf Agent excluait pour liait! I Mil d'une de la .| pelle & tous ceux qui fonl le commerce de houcherie qu'aux 1er D le IArrt du l septembre concernant l'Aualloire, il est fo. ii.ullcuient dtendu d'tb&ttn en et tu ville, eitlean qu'au sus dit tub.iasemeot, les auiouai nceewi rt ,. la grande et la petite bouche rie, ocus peine dlre trappe an.' nde qui sera du double taxe Use par le tarif rgi.-aaut Ja Datire, sans prjudice de la peine de emprisonnement en rai de rc dix . Ii fl galement dfendu de ven di lis iu.nnaux taie que : DIOUtOOf, p c, cubria, daoa uu maren eutre qu %  t Un destine a la vente de ce^ ai. maux cl BU en oetla \dic, dans le |uartier du Fort ronron' L (onlrevenants seront apprlu'ii dri ar la i.'tvlatmerie et punis con fo miment la Loi. rit un l'rince, le 2L Ptricr 192 L. Luders MOlsfc Ant)!. des Hues boiu*e bot .4* d-i Quai VIENT DE RECEVOIR Pt de foie gras trufi.— Civet de livre.— Andouillettes aux lentilles. — Andouiiles au saindoux.— Jamoon en boite.— Anchois l'huile.— Sardines.— A'aqueieaux. Thon,—Cassoulet -Petits pois lins extra— lloudins.etc, Vin iioiitj ie yallOH 4 gd Vin blanc, lgation gds L'Etel dbite par barriques el gallons des vins de Bordeaux. Vins de Guampaune. Cuisine excellente— Ciiambres comurlables -Mayniiique vue sur la mer. ue iio>cal Mail Sleaai Packet Coiiinauy. le i teomer CONW I Y vi ottmiu en Hutli ver l-i 2S t eu ritr couravJ. ii t ha* gra direetemeni yuar l'E .xr<>>**>. 1 et i tru Frincts le 15 l'^r.er 1921 liuiiei iSo liutloii ^Co iiiCo A gent Gnraux O. Il EUE ioiiipitiy 12 WEST 1M040WAY AflV .' Ii ro.MOKS &V 1847. UPERtt)Rli£ BiS PRIX Fabique de : Peinture, farni?, Tcr^s da oa es soriei. Ma Mie. Lon R, fcbaud |-ot pour Hiti ^~<^ ^^£>* *^~0^r\\m i bip; CHICAGO. ILLS Tllaataut/, iltalto c cotoa. '3l\lt i)^ mab eftlov U Ctau L lVli, o9oeaf $dc t 5ram6#nilt )3acaa;-^acae^ 3 l lu^eaax, j£e*we* f pfo drlle De pjrk. &ma^C ea hmlc. Co-raet^ ( Jlee|', HlwLbb beef ^aLUJ nvcaU, etc. etc. etc. ^Jticr e Dtaai-r teL frix CowTanC Loa il, T*eli Aa ent "T<-.l-i-if neijr Pal 1 Ptoaroiacie VV. MJCH Frparem vos liqueur avec I ., Esnen es pour Liqueur* ; inUeUe Vrme de Caca& % Chatreu*e f Curaao, Gin. des Csars %  Tlphone :


PAGE 1

U M Al m I&xatlf g>h y &ic logique Je seul faisant la fddducstion fonctionnelle de l'intestin Eponge et nettoie l'Intestin, Evite l'Appendicite et VEaUtU, Supprime les Hmorrodes, Empche l'excs d'embonpoint. Rgularise l'harmonie des termes Constipation Entrite Vertiges Hmorrodes Dyspepsie Migraines Etab' ChaWaln, • r VI s (basas. Pri. i" pti. La mr fournit l'ijir-ijir, cattl algue Wlrini qui intra dont la composition du JUBOL • 51 rn anrtirr aaint pu. >n atsUnc rha(iii soir i —i* i* j,i i rendra s r*rrie p" I SIJU. in d \m n u son .ll'. It H M SOUplOaSS, llil svami tu a ii.ir **rrawueaxja i i. rtaducsiion lnir#in. i* u ...:n:if;:nnent ralise pnr le Jubol, pewi tire l histoire Uu cl)i(*rr compuinii-e.'le a ion actif moins d heures Ulimres Eo nvnnrhe I humanit etl dnoniti/c moins i\? soufTr.in.cs dont le apothicairr. IUIIIM que le malades se flrer.t. a tgutet les poques les in<-mcitms artisans • IV BotaloiK, de la Tac de MM de Montpelilr — HEMORRODES — JUBOUTCIRES : Suppomoi'ta cniiafnijTrnviI ue*. animants. 44cuf-g*tkJMMtl IUBOUTAN rVm-.wj de conlre lej 1,1m,,' .Mit ezttrnti. EXTRAITS BILIAIRES du docteur W'.-itf'f ftiju. uar.srnj In icnrnonj du Ion large Y/ilhit CJ I; ; pilaire pour Hati ScaSd-Inn Vue spleadids A unique Tlphone: 587 L'Etahliaist ment prend des pensionnaires il la quinzaine pour le djeuner R' le dner, ou pour l'un ou l'autre sparment ou pour pension complte. ^l'entendre avec la direction pour les conditions. Grande nulle pitr banquet. Cuisiue Franaise AllTlMtt BOSSI TUlil\ VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX Les produits del mais&uMartiiii ei Hossisont bien connus el trs apprcis par les amateurs de bons vius. En stock VENUE Marliai cl Rossi Qualit upriewe, Prix modrs Tour commande., directes -t conditions, edresacbi-Tou rAjenl vnrai : 1. PIltitilZMkiN-tGGhAiHQLI hue du QUAI Paul Sas AVOCAT Recoovrements Commerciaux, affaires I Etranger. Correspondants Washing ton, New-York, Berlin, Turin Londres l'aiis. 17e Rueoux2l7,ot\-uu-lHua JfUfikm 5U7 & pour travailler La vie courante des femmes n'est souvnt qu'un travail incessant. Combien plus ardue *3t la tche quand de malaises particuliers leur sexe rendent chaqi e mouvement pnible. Le systme nerveux est drang et Ja vie est loin d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dan cette situation devraient profiter de l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Lucz Ce Q-JJ Cette Femme Dt KniuOla, Oriente, Cuba.—" J'tkais ancraiqoe et souffrai., lors de KM rgles. Ces douleur me foraient souvent rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas vents* eu ent quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomie ment J ai souffert de ce malaise rjndentqur.tr: ens avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule de votro Composition Vgtale de L>dia E. Finkha n. Jt ie avec complte satisfaction et je m fais un plaisir de la tseoOaBMate a tjjtes mes amies qui souffrent de %  SSM n..V.eise."—Srta. MAKIHA UlU.x, Calla ck Caridad. 4, Kanzani!!o, Oriente, Cuba. a>a femmes mffcmsM M livraient rs faire d'essais tuaJ avivas: .asI-.-r ;,our tu Composition \kgeiae de Lyda E. PJrJikam i i.MaaaMM s m ieiasi 10. m< nui nJ .R.THEBUO Superbes M'sqies pour Carnavals Arrivs par le des nier stea~ mer l Franas: Loups Dominos* Fausses barbes Moustaches et Perruques. CATALOGUES DE MODES D'EDITIONS BELL Accourez tous chez Chirurgien1 en liste Des Facults de Montral dt New York et de lloston Angle des Hues Deatnuche et du Magasin de l'Etat. Consultalisns rie G heures du malin a 8 heures du t-oir. Vietintnt dorr^vr laquelles pour Tennis CHEZ Glofl&cn Lucah ${G A la Cotsne Ernest Camille Fabricant de chaunurn en tus genres Matriaux supiieurs Soins — promptitiKie — Clrit Orani'Hus prs la l'ost* N* \~2l La maison porte la connais ance du public que — dans le but de faciliter et d'encourager des nombreux clienls — elle ac corde — partir du 1er Juillet 19"J3 une prime ds une paire de chaussures au choix tout dtenteur de vingt tickets. En consquence on est pri de rclamer un reu pour chaque aheat au comptant. A la Conscience — [Elle est la devise de la maison. Mine Veuve Dumas Huma Angle des Rues du Peuple & des Csars 413 Mademoiselle Titint Atunsun Itue du Centre No Mme Lonoe ^reliimde Rue Courbe No 1717 Mme Antoine Trouillot Rue du Centre Mo 183 % A J*A vendre Le Laleite MARIA KIJtNA de viny A .i -, tteaciion de Wassjrmann Btcuoo ae Tri boulai, tiamau l\i Bdg et du pu? tuxsaaa dis matires tecales £xamhiuB ereabat /. Ibuinri. r*e"i nr m t &>u* leCrn. S-.. tti e



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIGrAIRE IM1R1MEVR (dnient Mayloire BOtS V£RNA 1308 Kue Amrloalnt S NUMHKO <20* ENTIMBb > FILE CO Col'jrr.bu* Memorl Lferuy parti OU par^vliifiV, frliiiT : ijut chacun de vou.s au lieu de consitlmur Ml |io|res intrU considre aussi couv des autres. Quotidien 7ELEPH0NE No 24i We ANNE N 5145 P0RT-AU-PRIM<2E ( HAfPl ) LINDI 26 FKVMER 1924 A propos le DOS Douanes jusqu' et depuis l'Intervention Dans le Rsuma du Travaux accomplis par le Receveur Gnral des Douanes , M. Maumus crit ceci : Nous avons pu imprimer dans l'esprit de nos Employs de Douane* un sentiment d'orgueil dans leur travail et dans l-urs rapports avec le Service. Un systme trs efficace par lequel le bon travail des Employs est reconnu et rcompens et l'insullisance punie, a prvalu depuis 6 ans et a obtenu un bon ellet. ... Le lavonlisme qui prvalait autrefois dans l'Administration des Douanes a t aboli. Toute apparence de gains dslionntes, soit de la part du patron.soit de la part de l'Employ.a t poursuivie jusqu' ce que la pratique en ait compltement disparu dans toutes les parties du Service 11 semblerait, lire ces lignes, que rien de bon n'existait dans notre service douanier avant l'arriv* des Amricains. C'est une erreur. La vrit est que l'instabilit politique a t dans le pass le plus grand mal dont notre pays ait soullert et notre principal lment de dsorganisation. Tous les services publics ont eu soullnr de ce vice londamental : enseignement, jusiiee, service linancier, travaux publics, administration militaire, etc., etc. Tout le inonde sait que le ebangement incessant de gouvernements tait de nature compromettre tout effort srieux d'administration. Le grand desideratum de ce pays a t d'avoir la paix et la stabilit-Des gnrations entires ont t leves dans les conditions meilleures de civilisation, comme en France ou aux htats-Lnis.Toujours, l'ducation re<;ue n'a pu trouver son emploi ei perler ses fruits cause prcisment d* mauvaises conditions politiqius. A la rigueur, le gouvernement des Etats Lins aurait pu se contenter d'asseoir la paix publique en llaiti et laisser les Hatiens essayer de se dbrouiller un peu seuls. Il y a des activits cl des intelligences qui donnent dans notre milieu et que l'< lablissemont de l'ordre aurait rveilles. Le* Amricains, au lieu de se contenter du cuiitmle de nos services, se sont mis les administrer •ux-mmes. Mous croyons que c'est l un grand luit, dont une des consquences est prcisment le manque de capacit ou d'habilei dont nous trouvons l'accusation, en ce gui concerne les Douanes, dans le compte-rendu de M. Maumus. Mous avions dans le pass, et nous avons encore, toute une lgion de douaniers absolument intgres et comptents auxquels nul ne saurait en remontrer ; il n'est pas in cessaire de citer des noms. Le Dr l'erl, ministre allemand Dort-au-Prince, alla trouver vers le milieu de l'anne 1 ils, le Prsident Ureste Zaoor et lui tint peu prs ce langage ; 11 est fortement bruit que le (Gouvernement liaitieu a l'intei.tion de remettre au g juvernement des EtaH-Unis le contrle des Douanes hatiennes. Mou Gouvernement ne pense pas que c'est una ncessite pour votre pays Lad minstratiou de vos douanes se tait en d'excellantes conditions et un mouvement d ordre a t inaugure et heureusement suivi depuis qutlque temps, notamment depuis la prsidence de Lecoute. Toutelois, je suis charg de vous dire que.si le Gouvernement hatien jugeait ncessaire de coulier un. gouvernement tranger le contrle des douanes le (iuuver uement allemand rclame.ail su part de ce contrle, vu l'importance des intrts allemands dans le pys. En dpit de notre instabilit politique, des rputations remarquables ont pu s tablir dans le domaine des service et des questions douaniers. Une certaine cole d'honnlet avait pu se former dans le pays et il n'est pas difficile de reMontrer encore ses reprsentants.Uette cole ollre comptence, honn.el, omour-propre, patriotisme. Si les Amricains vacuaient aujourd'hui nos Douanes, il est certain que nous ne serions pas court Nous avons tenu bi n tiblir cela pour empcher la lecture du Compte-rendu du lleceveur llene rai de crer l'impression que, avant l'intervention amricaine dans nos Douanes, c tait le nant et le vice. Rien avant les circulaires, certes intresssant.s, du Receveur Gnral en vue de crer cette atmosphre d'ainou-propreet d bon iii'tete dont il parle, notre vieille loi sur la Ghauibrtj des Comptes, mise de cote par lintervenlioii amricaine avec l'institution ellemme, prescrivait des rapports tri mestricls indiquant les laits mritant aux tonctiouuaires quelconques des loges, comme ceux attirant le blme... Le systme amricain a lempla * cette sanction morale s'a ipu\ .ii J t sur l'opinion publique par une sanction en espaces sonnantes : il reste a savoir si le sens d* la moralit y a gagn. I n peut penser, il est vrai, avec ce peojnna^e du Mom r n Gentilhomme que: la meilleure faon de louer, c'est de io u i avec les inuns. C'est gal : nous paraUtOOl %  > penser que le relvement de D01 Douanes eut pu tre tente par le Gouvernement des Etats-Ci.is avec 1M lments douaniers do:it disposait le pays. Le Gouvernement amricain a cru devoir procder autrement ; 1a Drochure de M. Maumus porta, a croire que c'tait dans le but d'eu tirer profit moral et vanit" au d itrimenl lu prestige moral hatien Ce contre quoi nous entendonf simplein 'ut prott) ir. M. Maumus dit ceci : Un personnel pomp itent, loyal et actif, entirement hatien, l'exception des douze amricains qui aident \c \\ ictveur Gnral, a t organis et instruit* Ceci nous dontfe raison.'.-s lments sont l et l tient l avant l'intervet.tioti : ils u ont pas t intents parcel e-ci. 11 est bon qu'on lesiche et le dise, mme sati< Dcarei-Beauvoir On se rapelle qu' la suite de la mort de Mme Veuve Labidou surre nue dans lai circonstances doulou reuses dj rapportes, le Juge Km Ceauvoir eut S verbaliser sur les cir constances de ce malheureux acci dent. L'accomplissement des formalits d'usage duuua lieu on inc4nt r grettable entre les honorables Magis trats Beauvoir et Bug. Dcatrel. Le Juge Iteauvoir se plaignant des agissements de ce dernier i.ii .la si e Anime: ni.; de l'Indpendance di ilique Dominicaine, le Ministre Dominicain et Mme .1 iee Ui0 ( recevront la Lgation le mercredi il courant, de 5 a7p. m, Nos Prils Travers Les Faux Indpendants Je ne sais s'il vous a t donn de pratiquer ces homme*, bien qu'ils D-' oustitueiit point une espce ri< Sr i lie/ nous. Sous des dehors austres, une miiH' MIL-, iis sauvent tout simplement deap,>.iicuccs sueceptiklee ds leuf BMUrer une autorite dont ils sont a vidai. Poser pour la galerie, psrader en un mot Sif leur fort, aus.-i \„ratent ils jamais une occasion de prner leur MM politique. Les vnem nls %  urprannenl jamais, pans un conflit d'opinions, ils sont d'un gal mnsgemenl pour les parties en eaulot d'une extn'me prudence, cl, qaand ili liasardenl un jugement C SSl toujours pour tenter une con ciliation. •'artia: . as.rs du Pouvoir nouv. tu, us dploient tous le> reeeorts d leur intelligence vivo, de leur itnegineiion fertile, le leur seQ tivit audacieuse, pour .-e ineltie un vidence et se recommander sa bienveillante attention^ —Les moyens qu'il iMplkHeiil pour arriver feu.* n ,isol classiques : le uns encombrent Ue leur prsence les milieux u,,Miels et la demeure de tous < mu qu'ils croient tre bien en cour et places pour secooder leurs efforts; il'eutres, plus adroits, ne parassent point eux-mmes en scne, out des amis, des parents qu'ils font .iv,m i I prparer le terrain; sous un pseudonyme qu'ils ont som de rvler fe certains intimes, quelques irtfoieu publis dans un journal en vue.compltent leur camj.ague babile. Ils sont loueurs a 1 allt, ont perp* tuellemeiit dos communications de lu p us grande importance a faire. tjue de nuits sun >omineil ont connu ces hommes d'un dvouement a imiiabie. qui n tant point de la |"> les l'Ont I tnl faite.. .sans douie par amour du rgime. Kn de> pit des critiques sourdes des un&, des rires moqueurs des autres, ils se constituent de vrais piliers du pouvoir auquel ils font la cour. 1,1 quand, frce de constance,d'ex de zle, il decrorhent une couiuiisSion, c'esl un concert de louanges interminables. A toutes lei< runions quelque bail le qu'elles toient, entre deux l'Ile M lent, ils fonl ratoir I • %  u u leui verbe, leur meute personnel auquel un justs hommai rendu, et ne manquent jeu pour hoir d rappeler, en enflant la vois, les su splionoels bienfaits du rgime .ju'ils exaltent. Font-ils partit (l'uni: si dlibrante, ils guettent louteolesocc ui ude m >uu r a la tribune, ue duoonrir en ne p.n UMS pompeuses, e'apttojaat sur i' ort du prtuvie peuple dout ils se n mu ut, quejui,i la rrtt,ibi %  i %  ont cure... %  m.u %  touts i hoee la politiqas a I, et, ej [nr inaliieur quel* que eepnt subtil met u nu leur jeu, qu le ..i .i :• nivei I %  e'eetdi le lm m qui spparalt in| %  > ue u-1 n m %  lu il u | p .,, e, i aient •il • nu lequel ils i a p ,it rentre, i combi -n u csar >ie patriote eejgae teele u ivraot du prsent. > ils avaient seuls le monopole du patriotisme; bien plus, leurs veux a coulisees savent au besoin s embuer l ouverte sont passs au crible d'une iulransiim I l.u-uui lie dont ils sont paraitil. les d. poeitaires uniques. Victimee du devoir, comme IL se duomment, Us recherchent les runions de simple-, p-roient, proclament leur indpeiiil.iin •• hrditaire qui les a obligs de s'enfuir d'un milieu p u lait pour harmoniser avec leur empramenl d nu acceeei difficile. Queimsuveii renie les avait pousss deoi cette galre,.. Quelquefois, par un hasard heureux ils tombent sur ds pauvres gogOs qui les gobenl .'t qui battent des m uns a four intention, alors ils croient avoir remport un gfOS sucSi gSgn le ciel. Mais, -vrc beaui lup d'entrs changemeote ce rle esl d. venu moins aise de nos jours. Les poques nosont vraiment plus les mmes. L'opinion gnrale, exigeante ne .se i Sume point daus l'babissem ni mais de quelques simples laotles donner dans le panuoau. Beaaeeup i autres formant la %  ombre, mieui prpars si surtout meilleurs observateurs, vout au fond des iii.seel leieieeenl les vraies rainons de cas bru iues revirements. A leurs veux,..bui indpendants qui ne sout eu ralit que des dus, jouant au patriote, sont n l'instar de ballons mal gonfle qui, sitt lin -i-s iviuinbent sur le sol et s'aplatissent. Autn vieux jeux a p avoir quelque nais, aujourd'hui il agonise, fout, s ici sphres sont en 11 s de progre • 11 les propos en l'air restent a leurs auteurs pour compte. Ils ont beau pr, h lipres coupla di-:uite et la lieite qu'on u'oulilie punit qu u-ml pltie par nature. U est donc bien inutile de se couvrir le visage d'un masque, mieux vaut paratre lel qu'o esl. Avis l I inssigne annonce tousqu'elle a ouvert dans sa maison situe fe le des Itues dn '.lump de Mars • t de la dvolution, un i.M sous le nom de 11 ,r Sainte Anne. On v ti Mivei i un ssi vies snigo. Porl au Prince, t\ fvrier ttfl Mme t. NAI i. itetmerPansms ihissera New>"i le M du courant directement I UT Port au I'IIIM e, O il sera a quai li lei Mars prochain, il continu.u a le mme juur pour Lristobal, Le Nui. igra New-Yerkle -'•' du courent, reieenttona les ports. II sera ai'..ri au l'un. |c 0 Maispro chun. Le ledi w-^ork hier 22 du courant, dire menl pour la itale ..u u est eltendn le -• du nt. Il uii laieee New-York aujourd'hui, eera Port au Prince ver le t ri an prochain. Le Martinique laissera New-York 1 1er M mua pour i.*p liai* tien, Port de Pau. U mcives, Saint Marc, Port au Prince, on route de ce, dernier poil pour buugston, U. ^b.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06153
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, February 25, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06153

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIGrAIRE
IM1R1MEVR
(dnient Mayloire
BOtS VRNA
1308 Kue Amrloalnt
S NUMHKO <20*ENTIMBb
>
FILE CO
Col'jrr.bu* Memorl Lferuy
parti OU par^vliifiV, frliiiT : ijut
chacun de vou.s au lieu de con-
sitlmur Ml |io|res intrU
considre aussi couv des autres.
Quotidien
7ELEPH0NE No 24i
We ANNE N 5145
P0RT-AU-PRIM<2E ( HAfPl )
LINDI 26 FKVMER 1924
A propos le dos Douanes
jusqu' et depuis l'Intervention
Dans le Rsuma du Tra-
vaux accomplis par le Receveur
Gnral des Douanes , M. Mau-
mus crit ceci :
Nous avons pu imprimer
dans l'esprit de nos Employs de
Douane* un sentiment d'orgueil
dans leur travail et dans l-urs
rapports avec le Service. Un sys-
tme trs efficace par lequel le
bon travail des Employs est re-
connu et rcompens et l'insulli-
sance punie, a prvalu depuis 6
ans et a obtenu un bon ellet.
... Le lavonlisme qui prvalait
autrefois dans l'Administration
des Douanes a t aboli. Toute
apparence de gains dslionntes,
soit de la part du patron.soit de la
part de l'Employ.a t poursuivie
jusqu' ce que la pratique en ait
compltement disparu dans toutes
les parties du Service
11 semblerait, lire ces lignes,
que rien de bon n'existait dans
notre service douanier avant l'ar-
riv* des Amricains. C'est une
erreur.
La vrit est que l'instabilit
politique a t dans le pass le
plus grand mal dont notre pays
ait soullert et notre principal l-
ment de dsorganisation.
Tous les services publics ont eu
soullnr de ce vice londamental :
enseignement, jusiiee, service li-
nancier, travaux publics, admi-
nistration militaire, etc., etc. Tout
le inonde sait que le ebangement
incessant de gouvernements tait
de nature compromettre tout ef-
fort srieux d'administration.
Le grand desideratum de ce
pays a t d'avoir la paix et la sta-
bilit-Des gnrations entires ont
t leves dans les conditions
meilleures de civilisation, comme
en France ou aux htats-Lnis.Tou-
jours, l'ducation re<;ue n'a pu
trouver son emploi ei perler ses
fruits cause prcisment d*
mauvaises conditions politiqius.
A la rigueur, le gouvernement
des Etats Lins aurait pu se con-
tenter d'asseoir la paix publique
en llaiti et laisser les Hatiens es-
sayer de se dbrouiller un peu
seuls. Il y a des activits cl des in-
telligences qui donnent dans no-
tre milieu et que l'< lablissemont
de l'ordre aurait rveilles.
Le* Amricains, au lieu de se
contenter du cuiitmle de nos ser-
vices, se sont mis les administrer
ux-mmes. Mous croyons que
c'est l un grand luit, dont une
des consquences est prcisment
le manque de capacit ou d'habi-
lei dont nous trouvons l'accusa-
tion, en ce gui concerne les Doua-
nes, dans le compte-rendu de M.
Maumus.
Mous avions dans le pass, et
nous avons encore, toute une l-
gion de douaniers absolument in-
tgres et comptents auxquels nul
ne saurait en remontrer ; il n'est
pas in cessaire de citer des noms.
Le Dr l'erl, ministre allemand
Dort-au-Prince, alla trouver
vers le milieu de l'anne 1 ils, le
Prsident Ureste Zaoor et lui tint
peu prs ce langage ;
11 est fortement bruit que le
(Gouvernement liaitieu a l'intei.-
tion de remettre au g juvernement
des EtaH-Unis le contrle des
Douanes hatiennes. Mou Gouver-
nement ne pense pas que c'est
una ncessite pour votre pays Lad
minstratiou de vos douanes se tait
en d'excellantes conditions et un
mouvement d ordre a t inaugu-
re et heureusement suivi depuis
qutlque temps, notamment de-
puis la prsidence de Lecoute.
Toutelois, je suis charg de
vous dire que.si le Gouvernement
hatien jugeait ncessaire de cou-
lier un. gouvernement tranger
le contrle des douanes le (iuuver
uement allemand rclame.ail su
part de ce contrle, vu l'impor-
tance des intrts allemands dans
le pys.
En dpit de notre instabilit
politique, des rputations remar-
quables ont pu s tablir dans le
domaine des service et des ques-
tions douaniers. Une certaine co-
le d'honnlet avait pu se former
dans le pays et il n'est pas difficile
de reMontrer encore ses reprsen-
tants.Uette cole ollre comptence,
honn.el, omour-propre, patrio-
tisme. Si les Amricains va-
cuaient aujourd'hui nos Douanes,
il est certain que nous ne serions
pas court
Nous avons tenu bi n tiblir
cela pour empcher la lecture du
Compte-rendu du lleceveur llene
rai de crer l'impression que,
avant l'intervention amricaine
dans nos Douanes, c tait le nant
et le vice.
Rien avant les circulaires, cer-
tes intresssant.s, du Receveur
Gnral en vue de crer cette at-
mosphre d'ainou-propreet d bon
iii'tete dont il parle, notre vieille
loi sur la Ghauibrtj des Comptes,
mise de cote par lintervenlioii
amricaine avec l'institution elle-
mme, prescrivait des rapports tri
mestricls indiquant les laits m-
ritant aux tonctiouuaires quelcon-
ques des loges, comme ceux at-
tirant le blme...
Le systme amricain a lempla
* cette sanction morale s'a ipu-
\ .iijt sur l'opinion publique par
une sanction en espaces sonnan-
tes : il reste a savoir si le sens
d* la moralit y a gagn.
I n peut penser, il est vrai, avec
ce peojnna^e du Momr n
Gentilhomme que: la meil-
leure faon de louer, c'est de io u i
avec les inuns.
C'est gal : nous paraUtOOl >
penser que le relvement de D01
Douanes eut pu tre tente par le
Gouvernement des Etats-Ci.is
avec 1m lments douaniers do:it
disposait le pays. Le Gouverne-
ment amricain a cru devoir pro-
cder autrement ; 1a Drochure de
M. Maumus porta, a croire que
c'tait dans le but d'eu tirer profit
moral et vanit" au d itrimenl lu
prestige moral hatien
Ce contre quoi nous entendonf
simplein 'ut prott) ir.
M. Maumus dit ceci :
Un personnel pomp itent, lo-
yal et actif, entirement hatien,
l'exception des douze amricains
qui aident \c \\ ictveur Gnral,
a t organis et instruit*
Ceci nous dontfe raison.- '.-s
lments sont l et l tient l
avant l'intervet.tioti : ils u ont pas
t intents parcel e-ci.
11 est bon qu'on lesiche et le
dise, mme sati<
Dcarei-Beauvoir
On se rapelle qu' la suite de la
mort de Mme Veuve Labidou surre
nue dans lai circonstances doulou
reuses dj rapportes, le Juge Km
Ceauvoir eut S verbaliser sur les cir
constances de ce malheureux acci
dent.
L'accomplissement des formalits
d'usage duuua lieu - on inc4nt r
grettable entre les honorables Magis
trats Beauvoir et Bug. Dcatrel.
Le Juge Iteauvoir se plaignant des
agissements de ce dernier yant sur la Loi trou\.i n cessaire de
l'expulser des lieux du constat. Des
jours s'lant couls, on pensait
que l'incident tait elos, mais Me
Dcatrel a port le fe.il devant le
Coustil Suprieur de la M. gislr.itu
re lequel a demand aux parties de
venir s'expliquer devant lui.
L instruction de l'allaire rommen
ce l'audience ue vendredi dernier
se poursuivra celle de demain. Il
parait que les dbats qui ont eu lieu
la premire lois ont t ou ne peut
plus mouvements d'aprs le dire
de ceux qui se tenaient aux abords
du l'alais de Justice. Noufc aurons
suivi avec intrt ces dbats s'ils n'
taient pas secrets, toutefois nous fe
rous uotre possible pour fournir
nos lecteurs des renseignements
prcis sur cette malheureuse allaiie
qu'on ne saurait ne pas regretter dans
l'intrt mme de la Magistrture.

tUfl vol
l'enreyintremnit
Hier matin avenique L'une du [KM
du bureau aurait t trouve ouverte.
le Directeur de cette admiuistiation
s'empressa de se rendre sur les
lieux o il put se renne compte
qu'il se trouvait an prsence d'un
c is de vol singulier, \ucune elr.ic
lion n'a t reveiee. SeulH, les bu
reaux avaientl enfouces et les re
celtes de vendredi samedi qu'on
value a 300 dollars avaient t en
leves.
'.' lormah! plie-
un gaionu bebitenl i une dee depen
dame'* d.,- ce iiiireau et paraiseant
suspeollui iii' l i;l dpo on.
i i i igaele une v., n ,.-. t io dol
lar- i .1,1 loi a I emploj : H usine,
laq icile aurait gaicie ..l Leoacion Domiuu ana
A I > i.ii .la si e Anime: ni.;
de l'Indpendance di ilique
Dominicaine, le Ministre Dominicain
et Mme .1 iee Ui0( recevront
la Lgation le mercredi il courant,
de 5 a7p. m,
Nos Prils Travers
Les Faux Indpendants
Je ne sais s'il vous a t donn
de pratiquer ces homme*, bien qu'ils
D-' oustitueiit point une espce ri<
Sr i lie/ nous.
Sous des dehors austres, une mi-
iH' mil-, iis sauvent tout simplement
de- ap,>.iicuccs sueceptiklee ds leuf
BMUrer une autorite dont ils sont
a vidai.
Poser pour la galerie, psrader en
un mot Sif leur fort, aus.-i \- ratent
ils jamais une occasion de prner
leur mm politique. Les vnem nls
urprannenl jamais, pans un
conflit d'opinions, ils sont d'un gal
mnsgemenl pour les parties en eau-
lot d'une extn'me prudence, cl,
qaand ili liasardenl un jugement
C SSl toujours pour tenter une con
ciliation.
'artia:. as.rs du Pouvoir nou-
v. tu, us dploient tous le> reeeorts
d leur intelligence vivo, de leur
itnegineiion fertile, le leur seQ
tivit audacieuse, pour .-e ineltie un
vidence et se recommander sa
bienveillante attention^ Les moyens
qu'il iMplkHeiil pour arriver feu.*
n ,i- sol classiques : le uns encom-
brent Ue leur prsence les milieux
u,,Miels et la demeure de tous < mu
qu'ils croient tre bien en cour et
places pour secooder leurs efforts;
il'eutres, plus adroits, ne parassent
point eux-mmes en scne, out des
amis, des parents qu'ils font .iv,m i
I prparer le terrain; sous un pseu-
donyme qu'ils ont som de rvler fe
certains intimes, quelques irtfoieu
publis dans un journal en vue.com-
pltent leur camj.ague babile. Ils
sont loueurs a 1 allt, ont perp*
tuellemeiit dos communications de
lu p us grande importance a faire.
tjue de nuits sun >omineil ont
connu ces hommes d'un dvouement
a imiiabie. qui n tant point de la
|"> les l'Ont I tnl faite.. .sans
douie par amour du rgime. Kn de>
pit des critiques sourdes des un&,
des rires moqueurs des autres, ils
se constituent de vrais piliers du
pouvoir auquel ils font la cour. 1,1
quand, frce de constance,d'ex
de zle, il decrorhent une couiuiis-
Sion, c'esl un concert de louanges
interminables.
A toutes lei< runions quelque ba-
il le qu'elles toient, entre deux
, l'Ile m lent, ils fonl ratoir
I u u leui verbe, leur meute per-
sonnel auquel un justs hommai
rendu, et ne manquent jeu
pour hoir d rappeler, en enflant la
vois, les su splionoels bienfaits du
rgime .ju'ils exaltent. Font-ils par-
tit (l'uni: si dlibrante, ils
guettent louteolesocc ui u- de m >u-
u r a la tribune, ue duoonrir en ne
p.n ums pompeuses, e'apttojaat sur
i' ort du prtuvie peuple dout ils se
n mu ut, quejui,i la rrtt,ibi i
ont cure...
m.u touts i hoee la politiqas a
I, et, ej [nr inaliieur quel*
que eepnt subtil met u nu leur jeu,
qu le ..i .i : nivei I
e'eetdi le lm m qui spparalt
in| . > ue u-1 n m
lu il u | p .,, e, i aient
il nu lequel ils
i a p ,it rentre, i
com-
bi -n u csar >ie patriote eejgae
teele u ivraot du pr-
sent. > ils avaient seuls le
monopole du patriotisme; bien plus,
leurs veux a coulisees savent au be-
soin s embuer actes aux(|iu.ls ils n ol( jamais fait
une oppoeilien lincie >l ouverte
sont passs au crible d'une iulransi-
im I l.u-uui lie dont ils sont parait-
il. les d. poeitaires uniques. Victi-
mee du devoir, comme IL se duom-
ment, Us recherchent les runions
de simple-, p-roient, proclament
leur indpeiiil.iin hrditaire qui
les a obligs de s'enfuir d'un milieu
p u lait pour harmoniser avec leur
empramenl d nu acceeei difficile.
Queimsuveii renie les avait pousss
deoi cette galre,..
Quelquefois, par un hasard heu-
reux ils tombent sur ds pauvres go-
gOs qui les gobenl .'t qui battent des
m uns a four intention, alors ils
croient avoir remport un gfOS suc-
Si gSgn le ciel. Mais, -vrc beau-
i lup d'entrs changemeote ce rle
esl d. venu moins aise de nos jours.
Les poques nosont vraiment plus
les mmes. L'opinion gnrale, exi-
geante ne .se i Sume point daus l'-
babissem ni mais de quelques sim-
ples laotles donner dans le pan-
uoau. Beaaeeup i autres formant la
ombre, mieui prpars si surtout
meilleurs observateurs, vout au fond
des iii.se- el leieieeenl les vraies
rainons de cas bru iues revirements.
A leurs veux,..- bui indpendants
qui ne sout eu ralit que des dus,
jouant au patriote, sont n l'instar
de ballons mal gonfle qui, sitt
lin -i-s iviuinbent sur le sol et s'a-
platissent.
Autn vieux jeux a p avoir
quelque nais, aujourd'hui il
agonise, fout, s ici sphres sont en
11 s de progre 11 les propos en l'air
restent a leurs auteurs pour compte.
Ils ont beau pr, h lipres coupla
di-:uite et la lieite qu'on u'oulilie
punit qu u- -ml pltie par nature. U
est donc bien inutile de se couvrir
le visage d'un masque, mieux vaut
paratre lel qu'o esl.
Avis
l I inssigne annonce tousqu'elle
a ouvert dans sa maison situe fe
le des Itues dn '.lump de Mars
t de la dvolution, un i.M sous le
nom de 11 ,r Sainte Anne.
On v ti Mivei i un ssi vies snigo.
Porl au Prince, t\ fvrier ttfl
Mme t. NAI
i. itetmerPansms ihissera New-
>"i le M du courant directement
I UT Port au I'iiim e, O il sera a
quai li lei Mars prochain, il conti-
nu.u a le mme juur pour Lristobal,
Le Nui. igra New-Yerkle
-'' du courent, reieenttona les ports.
II sera ai'..ri au l'un. |c 0 Maispro
chun.
Le ledi w-^ork hier
22 du courant, dire menl pour la
itale ..u u est eltendn le - du
nt.
- Il uii laieee New-York au-
jourd'hui, eera Port au Prince ver
le t ri an prochain.
Le Martinique laissera New-York
1 1er M mua pour i.*p liai*
tien, Port de Pau. U mcives, Saint
Marc, Port au Prince, on route de ce,
dernier poil pour buugston, U.
^b.


Ifc r /)I\
&o Lyce Haiioaal
an melons, lundi w w,
I i : ses coalen Mil de
i jetl aommanda |i;ir Im prol eur.
cet iinpoii.ini tablissement >>
.t. nous sommes joye i.v d |
,i .lier que leschoses vont de un lux
. n i. ieux.
En elFet, nous avons pu savoir g i :
lo Dpartement de l'Instruction Pu
bliqne n'a pas manqu de faire i Q>
muidtemen j :- t ! P'iur de-
Itiaodsr et obtenir la franchise rcla
Directeur. Mr Damo les
. i\, toujours [rompt . se dcider
.i- ven Iredi, vers les on/.e heu-
r > du malin, le li >mi:<- a fait dposer
i, s colu .i" m "' set sus professeurs et aux lves, l'o a
sioa re il n d admirer les dil-
',s ds IL leur bienveil-
1 ioce aie. ii 11 I b tul el le nom
urprsnant t : & articli s dont
le bah "' ftam
htanigat i .i hi v ce prsidant.
.s > is er J >'i i WUir pie dans peu
ds jours oee instruments seront mis
en usage sous la direction sage, in
t dligente et dsintresse de MM Jh.
liarthe et Franais Mamgat, et que,
l.s passionns d-1 Sports ne larderont
Sir h |m voir aux mains des lves
Il l.y
Noua publions ici la liste d. s nr
tries r DUS!
1 barre fiie d. nontable, 1 birres
parallles, i iripsxe, -' eordaa
nu'uds, 1 cor le liase, i paire d'an
neaux, lcro b li pour portique, 81
a 1re*, ballons pour f.iot bail, 8
vessie'* 'all", I pompe, 8 esoi
seui- i cable, 2 paires de
fleures, I paire d'pc, des i. un M le
rechange, J ma que s 3 gmts, 1 p!as
tron.
ut une dpense se chiffrant
plu- lie 120 il >i
Voi dela bonne besogne Messieurs,
bip bip hip I Houra d >oc !
TT Ml ItWX"
'l'i l*'vrier
WA9HINGT >N Las Snateur!
Ho-ab et Kobin-ou ont attaqu l'Ai
to nev, Gnral Daughert] samedi
dernier en dclarant q i : !. '.'rsident
aura la responsabilit de l'avoir
conserv il ini i m Cabinet.
WASHINGTON Slemp, Secr-
taire du Pr i lent CooliJge aura
comparatre dfaut le Comit Snalo
liai probablement lundi et sera ques
tionnsursa visite Palm BaaebjMO
daut que. Fall et l'ancien ministre Me
L' n v taient.
Le snateur Bor.ili a interrompu
BOn voyaga dans le sud pour retoir
ner loi son travail d'enqute sur le
ptrole.
WASHINGTON Les dmocrates
du Comit Snatorial vont ouvrir une
enqute duis le but de dterminer
ueu taient les rapporte que les
Itonnairei ulministratifs ont
entretenus au cours ilu procs avec
Pli] et autres inculps dans le sean
dale du ptrole. Sleinp comparatra
aujourd'hui comme premier tmoin.
OKLAIIOMA Le Snateur llar
1,1!. rpublicain, a dclar que Fall.
nlois ministre de l'intrieur lui aurait
fait des promesses f irmelLs qu'il n'af
fermerait point les rserves d'huile
de la marine sans avis pralable.
Cette promesse lui i t faite a la
lutte de sa protestation Hrding
, ,,>: le li rserves au
1),>p ulemenl de l'Intiieur.
CoDcerl ei Cinma
Si durant toute ['aprsmidi d'hier,
les masq lei avaient amus les prin
cipaux quartiers de h ville, vers les
il Heures, le concert donn au kioi
que ,i CU imp d i M u p ir 11 Mu*l
qu i i Palais, runisssil un public
nombreus et l'gayait des divers
m " miiv ex i le- avec entrain.
p i s ce fut, I huit lie;nvs, le tour
du Cinma dont le programme port
B |;,ih, be t ut I phii tentants,
A cin Varit, le li m l-e Thaa
maturgi ta neal parti attir
un belle sai s, laquelle l'a suivi
i .i rveill e ds
m s riche dcors et da M bridante
I si i
A Pariaiaaa, aprs un patb journal
des |i us riches en in for m itioni int
.,tnlr-il 'ides, la
aile, nombreuses comme nus plus
grand soires) de gala, suivit, dans
un aiieuca profond) les pripties
gni itteign int jusqu.au Ira
gi, ^e et de chapitres des Mys
I de Paris : La ferme de Bon | 11
.. | les Justicier^
far Cable
uvellps
ira g g

es
Dclaration le
H. Stresetniiin
UIlLINLe ministre tr i l- s "'- m l'in a Jiiinon
e au il i ihstag q w la Prauen avait
renvoy U note ai:-in ml' atsiajet
du Pal iiin it et ,i\ iii in orm I le g mi
verneuieut allemand qu e le n'arnit
pi- Pibtaolioa de >e mler d.sdis
putes entre allemands.
4nloir il un Id n',i';iu
LE AlitK al. Laecau, directeair
des bureaux d'antiquits ag] ieaCM
a rouvert lu toaiheau de l'un lanklia
mon en 1 iib-euee de M. Carlsif ; le
sarcopliafe tait intact tt pendant
deux beores ou a niocd 1 ioven
taire de son conteuu. M. Carter
avait refus d'accepter 1 invitation
tre prsenta la rouverture lu tom
beau. Le gouvernement gyptien ne
compte pas entreprendre ie nuu
selles recberebes cet hiver.
Prochaine campagne
prttdentiaMe
,,l, ;VEL4N"> M. Baker, iscr
taire de la guerre sous le prsident
Wllson, a dclar qu il soutiendrait
l \ pour *a nomination deowrsUl
q i ,i 11 prsidence.L'es gouverneur
C )\ ailgnib son intention de preu
die put aux lections primaires pr
sideulie les au mois d'avril, en m
nie temps Ganker a fait savoir qu'il
recom nanderaii 1 incorporation du
programme de la Socit des .Nations
dans le programme d uo^ratique.
CHICAGO M. John Barftoa l'ay
ne, ex secrtaire de l'intrieur, a
accept de se prsenter comme can
didat la nomination prsidentielle
d'apis le Chicago Tribune .
Fiuine devient torrilore
italien
RQ4E M. Mustoliuiet lemini*
Ire defVoug >lavie oui chang le*
raulicatious du trait sign nom*
le il Janvier. Far ce traii la ville
de r'iume devient territoire italien.
Les couiineiraiits tl iniliis-
triels devant la cliie du
liane
l'Altli Une lettre ouverle adresse
tous les membres du parlement de
la coniedraiiou gnrale de la pro
duclion Franaise reprsentant les
noiubieuses nidustiies el lesledcra
lions de commerciols uemand-i que
les dliais sur le programme li-seal
du jouvemtuient soient ecourles le
plus poaaiole. Lildlio dJoWe que
la chuie Ju franc rvle le pril qui
existe maintenir le budget non
quilibre ci qu uuc aOUOO taundu
te est ncessaire quel que iucumpiet
el dteclueux que sou le pro^ruiu
me gouvernemental, bile rappelle
au parlement que puiM|U ce sont
les couiinercauls el iiiauslnol qui
doiveul perler le fardeau, il u si
que ju-de que l'on lionne compte do
leur avis.
lecousa niorniqin
I.ViUtaS Une secouusse uisml
que a t pnroue nprsnaselil 8 ben
ies.- ici a stagarna, ICsaulanits al
en d'anttW lieu* de colle r.'giou.Lts
murs de quelques nuisons oal t
l/.iraes. des polies ont t ujverles
et des meubles briss ; le plienuu
ne a dur dix secondes.
La ijrve les doekera
UiMDltKd '- tait manifeste iiier en *.-e qiticou
cerne le prompt rfUflUHnl do lag.
ve des dockers s'esl ihsisgl SJO ap
prbension quand on s appris que
la dcision de savoir s'il tdlluit ne
capter Isa conditions oileries par les
patrons devait iie soumasMani gr
visies eux mmes ; la eoafrsuca
des dlgus s si g ponsbt auit
heures sans poutoif arrivai i ua i
curd et s'en) dcids .i l'ajourunsMnl
jusqu' lundi afin de consulter les
ouvriers.
Au sujet de la eonstruclion
des navirs
K-J.Vlb Si les proposilioas for
roules pur U confrence en vue de
l'cxlensiou des piincipes du trait
naval de Washington sont adopies
*r. l'Argentin, la Brsil et In Cbi
li. es trois nations Burent le droit
istrnire en I9i7 ou plu lard
un niviiede piemier raog de ;> 1
tonnes ; juqu' prse H la confren
ce s'est ciip.ienle dj discuter laques
ti ui des niviies de premier rang et
n'a pis a l ipl celle de* litres cal
gories de sorte que li roostruction
des eroMUrs, contre torpilleurs al
aous marins n'est pu li nue. U i
publioUN sud amricaines et autres
que ceil s dj nommes n'ool p*.
le droit de construire des navires d-
pr. raier rang, mais ont t ute liber
l pour la COnstrUOtion des navires
de 100nage infrieur.
L' coolrence a conaacr une gran
de partie de sou temps a 1 tude de
la situation europenne surtout en
cft qui regarde la Kuesis qui a de
mand l'autorisation do construire
ii'J.OOuO tonnes de navire ds pre
mier rang. La confrence a ollert il
la Kussie 12 i OuO tonnes de navi
res de premier rang, mais 1 amiral
iiebrens a refus et aprs de loi.gues
diseussions, ce dernier a consenti a
rduire son cbill e dOo OuO tonnes
au miunnum ave.: l'assuraine de
certaines garanties d.ms la u.e. il d
tique et dans la me-JN die. La conf
rence esl arrive un accord en ce
qui concerne la Noivga, la llollau
de et ie Uanemaik en ce qui coucer
ne la Mditerranne ; le repisen
taiit de l'bspagne a fait savoir que
celte puissance esprait tre capable
de coustruire une certaine quantit
de navires de p.eajicr rang, mais la
conlerence daus (ensemble n a pas
spprouve le point de vu- de l'Fspa
ne.
Nouvelles diverses
l'AllIS-Lo comit des exptrts
Nota dcuoitivemant Lrmin son
valuation du montant des capitaux
vads. Il s'esl ajourne au "> Mar-
date laquelle il comuunceta son
rapport Sut les moyens de rpa
Inciuent des dus capilauv. Ce dlai
esl rendu uce saire par l'obiigalion
d'attendre que le comit .Nu 1 ait
acii v la redacliou siuns atiu d'assurer la parla te coor
d.nation du rapport liuul Le comit
No 1 a enleujii le rapport des ex
pris do chemin de fer sur les r
seaux al cm uni.. Il le discutera avec
dos apciibstoi.
VAUSOVIb La nomination com
me in nistre de la guerre du gnral
iykorsky a provoque de vives proies
talions de la pari des groupes SVitos
et des nationalistes, et lie i.omina
tiou ayant ele laite, parait-il, sans
le consentement de la Dite et le g
ncial tant irop inililan&te.
LES COUHS
NEWYUHK Franc i2.93
Livre sterling l,.ll
Les Boys-scouts
fini-farit
Samedi aprs midi une belle mali
ne cinmatographique avait runi
< aue-Varits, les boys-scouts ou
Las Bclaireura du Petit Sminaire
el de Si Louis.
Ue beaux tilms sportifs des i. lus
instiudils lurent exhibs sur l
cran.(Je fut une aimable leon de
choses. La Visite du Jardin des l'l.m
tes avec toutes ses merveilles, entre
autres la Musum d'histoire nalu
relie,a l suivie avec beaucoup d'in
trts par noi petits Ke.aireurs
Cette nouvelle initiative prise par
M. Yves m incourt ea louable et
mrite d'clre encourage.
affaire Peter Ravaau
eiHilic la Commun ;
Au cour- de la rlorme du perse n
nel communal pir l'Administr.i on
nouvelle, Monsieur PeteTS II veau
i-mplov au Service de m perception
fut remerci le _' janviei > ul.
Ain i inform par lettre, il se pr
senla au guichet de la Commune le
jour d i paiement gnral B ix lins de
louche -es ippoint amen la du 15m
14 Janvier date de sa rvocation.
Soit pour '. jours i.. 59,84. Le R*
ceveur Communal ds qu'il prodniail
sa uemuiile. l'avisa de l'inutilit de
sa rcli n ilion,ayant abandoon s-m
service pendant ces oeufs jours >uns
avoir donn aucun avis.
Ne s' li n.nt par pour battu, Mr
l'eleis It.veau a envoy un acte judi
ciaiie l'Administration Commu-
nale.
A la dernire sance qui eut lieu
vendredi, le Magistrat a demand
son conseil et obtenu de lui. l'su-
loris.ilion de prendre toutes in sures
propres poursuiv. cette affaire.
lort de J. B. Dii'liijiie
C'est avec douleur que tout le
monde a appris la mort de Me d. B.
Darligue survenue samedi soir a
la suite d une pnible maladie-
Avec lui disparat la fois une des
plus belles ligures de notre socit,de
noire mond" politique el du Barreau.
Aprs avoir pass presque loulesa
vie dans sa chre ville natale des
Unyss, il n'y a pas trop longtemps
que notie l.ipitale I avait accueilH
comme un (ils a'adoplion.
Piofondment instruit, il tait sim
pie, de celle simplicit faite pour
tonner, car il savait an besoin des-
cendre au niveau des plus humbles-
Combien de fois n'eut il pas met.
Ire sa science juridique incontestable
au service des plus infortuns !
i>ou d une nergie indomptable et
d'une bont proverbiale, il eut au
i> i- de sa vie plus d'une fois
user de celte magnanimit l'en
droit d'adversaires marqus que sou
bras avait rduils l'impuissance.
*iir son verbe clatant, sa logique,
il connut de grands jours de gloire
au sein de nos assembles politiques
dont il a fait partie so t comme Dpu
t, Snateur, ou quand il eut dans
dts moments difficiles la respon-a
bilit d'un Dpartement ministriel.
En ses diverses qualits il montra
toujours la plus belle indpendance,
caractrise par sa sincrit prou
ve dans le:t moindres circonstances,
si bien que lorsqu'il lui arrivait de
se tromper c'tait toujours avec une
bonne loi vidente.
Ses funrailles ont eu lieu hier en
l'Eglise du Sacr Omar au milieu
d'un nombreux et sympathique con
voi
"Le Matin" salue respectueuse
menl sa mmoire, envoie sa fem
me el ses enfants si cruellement
prouvs l'expression de tes sincres
condolances.
Irrigation
La ncessit de former de
bons cultivateurs est aussi
importante que IssTravaux
d'irrigation.
Ih, Bulletin Officiel du Ufpar-
tementde Travaux l'uhhc!.
Le aucc' d'un projet d irrigation
dpeni aussi bien des Irrigaleurs que
des ouvrages d'art d'irrigation exe-
culs. Les dj n-e- d'excution d un
pnjet ne si justifient qu' moins
une les terrains soient dj labour, s
et arross par des fermiers indus-
triel X de faon assurer des bn-
fices au capital employ. Ln projet
n'tst pas une bonne affaire moins
que les lermiers ne puissent rcolter
des moissons sufhsantts pouvant au
moins leur assurer une modesle exis-
tence, leur permettre de payer le
coftt d'exploitation et d'entretien et
aus>i l'amollissement du col de
premire construction au bout d'une
priode dtermine, ordinairement
de 19 a dOans.
Lalax! actuelle d'irrigation ap-
plique aux terrains qui bnficient
des eaux contr'es par le Gouver-
nement, est de une g >urde par car-
reau de terrain mesurant plus de
deux carreaux ou peu prs 7 cents
par acre el par an. Ceci estune in-
dication de ce que peut payer IMrri -
gateur louai et au-si longtemps qu'il
trouvera dans I impossibilit de
payer p us, la construction de |jt
terne dispendieux d'irrigation, ne
sera pas juailie.
Ouand on se rappelle que dans
deux Iles voisines de la mer des An
tilles : la Jamaque et Porto-Kico,
une taxe de $ 1,50 $ 1.00 par acre
est paye annuellement ainsi qao le
paiement annuel de cot de pre-
mire construction, on est forcment
ohlig de reconnatre que le dve-
loppement de l'Agriculture en Hati
est trs loin en arrire de ce qu'il
devrait tre. L'outillage agricole
ponr les exploita'ions lermires sur
une plus grande chelle que ce qui
est ordinair. ment pratiqu en ce mo-
mi nt, devrait tre introduit et des
feimes modles tablies dans les sec-
lions irrigues.
H est intressant de noter ce que
Porto Bico, avec un sol et un cli-
mat similaires Hati, a ralis dans
rtablissement de l'irrigttion. Aprs
avoir co siruit il y a de cela quator-
ze ans plusieurs projets au col d'
peu prs S 200 par acre, celte lie
est en train de dpenser plus de
$ 30.000 dollars pour la construc-
tion du projet ulsabela Irrigation
qui devra irriguer 15,000 acres de
lerres. Les cultures principales sont
la canne sucre, le tabac, le mais,
les pois, les oignons, les patates, les
fruits et le coton. La culture princi-
pale sera probablement la canne
sucre aprs l'tablissement Je eu pro-
jet d'irrigation.
Thomas H4VVTHORNB
DircUurd?Irrigation 11 xDirec ion
gnrale ie% Travaut PubU ..
Avis
A via
Mme Jeanne S}>irs< ancienne Di-
rectrice, de I il -loi M un porte la
coin dssanec du Public qu'elle oui
sert un Roslsursnl dans la bisiaon
Verna pu 1er Etage rue de Magasin
de l Liai. Poiu I M les boui
t
Les b.ritiera Docteurs Alired Lafo
rest ainsi que tous les Intresss, uo
tairc> ou autres, sont avertis que l'o
bligatioa hypolbsairs souscrite le
viugi neui novembre mil neuf cent
dix neuf par in dame Adelina Rester
en faveur du lieur Pfico'as Cordasco
comporte renonciation et la clause
suivantes : au mme instant est in
tervenu Vonsieur le docteur Alfred
LsforSfft Piopritaire, demeurant et
domicili en celle ville, lequel aprs
avoir pris communication de l'obli
galion qui prcde, a dclar pour
plusamplegarantie.se rendre eau
lion solidaire de la comparante en
vi n le cr uteisr q i i! auiortee expre*
siiieiit poursuivre l'excution de
celle obligation sur se> biens porson
nsle en cas d'iuanffi*ance dea biens
donns en garantie par la dite com
nnrsnts.
Cl avis esl p ibli telles lin* que
de droit.
l'oit Ml Priant, le Kl fvrier 19t^
"Nicolas LOBD'S'o
l.e soussign, mandataire de M
U. Ptigny, annonce au publie que
le rcpiss \<> li esl adir. Il en
sera dlivr duplica.
Porl au Prince, le l'i fvrier 19M
W. MICHEL, av.
On dtire louer
Une pet i' n dana un quai d< t
central. S'sdresser nu journal.
Oi dsira
Louer une maison dans une rue
convenable.
S'adresser au,Breau Ju "Matin"
le par iiciiaTion
Au-dessous de la mise pr1*
Kn vertu : lo d'un jugement du
Tribunal de Premire Instance da
Porl au Prince en date du on/.e Jau
fier dernier et ordonnant le partage
de la succession de feu M. Louis
Souriac 2o d un second jugement du
m ne Tribunal en date du huit KO
vrier couranl el entrinant le rap
porl des experts :to d'un troisime
jugement du dit Tribunal en date
du vingt deux Fvrier courant, lo
to .1 enregistr, il sera procd h
jnuii'Mx Mir.mil neuf cent vingt
q i Ire dix heures du matin, en
l'i'.iu le et par le ministre du notai
re Elouard Knol, commis cet
effet, la vente par licitation, au
plus offrant et dernier enchrisseur,
au dessous de la mise prix de Sei
ze cents dollars fixe par les experts,
d'un immeuble sis Lalue, de la
contenance de vingt six pieds de fa
te sur l'Avenue John Brown, qu
ranle sept pieds au c( oopos sur
quatre vingt dix reaf pieds Ifoil
pouces de profondeur l'bsl, con
sistanl en une maison en maonne
rie portant le No 11 Ht et avant tou
les dpendances, B'.nsi que du ter
rain de vingt six pieis sur viugt qui
niolonge, dans la cour ledit immeu
Die. Ils sont borns tous deux par
l'Avenue John Brown. Louis Sou
riac et A. de Mattis et seront ven
f.
dus tels qu'ils se comportent et s'.




IL;/Jir\
tendent, sans en rien excepter ni r
U i\tr.
~Aux requte, poursuite et dilgen
-e de Mademoiselle (iermane Sou
rin", inii.me i iii.nn ipe, proprii lai
r;. d' ii < muni 11 domicilie l'oil
au l'rince, as^i-U'e de son cutateur,
. Frrnand DuCMae, et avant pour
a cals constitus Mes Clment A-
Coicou et Louis Kali'us, avec !ec
I h de domicile au cabinet du pre
D'ier.
O nlre le lifttf Augistin Cadit,
p-is en sa <|uali e de lutrur du mi
i i or Volutka Souiiar, demeurant
fcrt au l'rince et ay;;.t pour i
< 's N'es St A/.ard MiUs et Hacster
la ioe.
iVur plus amples r(nsriguemen'f.
; MMf au uotaire Ldouaid Knol,
d pcsilaire du cahier ds ilnrges.
Fait Port au Prince, le il le
vit 1924.
01.meut A. COICOU, R. RACINE
Le
Saprforitf

i i
& Fink. ta
Chez F. L'ivelauel & C
812 Rus des icle* co d
VE (h- Stograph e Robin.
On trouvera les articles suivants :
Vin rouge & blanc garantis par jus le raisin \ go 'i*
des et 5 gourdes le gallon, dos liqueur* bues assorties,
du Cognac suprieur, du Campagne atlthOutlifua i '.ai ,e
d'or demi sec. On trouvera aussi du \ In par barriques
et par caisse, d j kola Ascencio les prndails Guilbaua au
prix de fabrique: des provisions etc. Nous avons reu aus-
si divers articles de mercerie, des articles pour couture, traits pour lairc essences ol eau lie toilette, l >u do U,M-
lingerie el mode ni ne, k'ouilre contre les inseeu u.itbni pour coBaer-
Prix dfiant toute concurrence. Passez nous voir.
i Le* IhL *AUi Se ,o
fond- B 4 8"6
Bit* piiS BipHOi#
2wu>. produits ci.imiqucs, pharmaceutiques et autres
articles vendables dans une pharm
feploes, l>oi\re, Caiiiiclle,Luixi>e,.\:.is toile, Muicailc
etc. etc.
SUCRE RAFiNS.
Spcialit: Marque prives Lysol dsinfectant, Parlu-
mexle, \rtlc1e* >our babiers, 2..>y HUDJ, Chocolat en pou
Usa, Hu le do foie do Morue, Emtilslon < obi Cram, ev
Beitw
de s Deux Mo
des
Vxen aii ^oiish
toiiipauy lue
Si vous voulez
Si vous \oulez
iS l'tu de Inw.rstti Parts
'OUMAltiE UE CA LIVRUtiUN
UU 1er Fvrier 1921
La Chartreuse du repotoir. Deu
x*u me partie, Henry Bordeaux de
1'. cadtmie franaise.
Correspondance indile. Napo-
lon III.
ni. La Campagne d'Italie, Hume
Nttolon.
L Automobile el son voluiion.
CI utlis Mordmann.
,,i MiiliUiiliuiille. Episodes de
la liouannerie bieloiiDe Duvi-
uel I. G. L'.nlre.
Nie morale telon les Essais de
JUcn'ai^iie I. dus-lave Lansoii.
La Nouvelle Tuiquie. 11. L'es
pr.t du nouveau rgime, Maurice
Pfiiot.
I. Exposition Claude Monet, Louis
Gi'tt.
Le plan d'vasion des erpitaux
allemands. M. Lewandowski.
Rivue Littraire. In crivain
Mer, M, Juki Iti mains, Andr
^l'ev'en.usicale.-La plu. forte.- ( 1^111(1 H O tU I iH ViillW
La uncoalre imprvue, Camille Bel UIUUU UUlVl \*V .AClltO^
laipi'P.
CI onique de la Quinzaine. Mis
to:r. politique, Hen Pinon.
1KIX Dfi LAHONStMh.NT
Un an Si iuj> Tro moi
Pan
lehx Seine et Oise 80 Ir 41 I' >i h 5e
Di. encaN et
Ce*, u iianjue 86 44 3* '"
1 taaffl 98 u jo 6
1. .bonneinents parteil du Itt et du 15 de
lu .Me irois.
Nuniro : 4 rr 50
New*lork
protger ia peau de vos enauspures.
avoir un brillant rouant el .iurable.
hi vou* rouitz la couleur el la sonpleuc de et! chaus-
surt5 pendant loii)lna|>s MDpltJtl ia DUraufl fieno;|rani.
fabrique spcialement pour les dames el les gentle-
men du liiijlil iile.
Elle protge la peau des chaussures eonlre I huiuidit
el la chaleur.
Demandez la marque fficnoflraiB c'est la meilleur*, de toutes
les marques.
Qt, h4R&EME ffBtpoor 11. i
ver les OBS Irais, i.ait do Matjn.oie, Poudre sti|irieure
pour la toiletta desoniauita, i*ouoa da Ueura, Kau de
Rorida, .Miel pour la table, Moutarde, Huile d"tlllva
pour la table, llroasea a dents, l'epperininl, lunle pour
ohassar les mouatlquoa et autres luaoies,uo8Uloti uuuo
eoiiirocoustlpatlona otd>aiites(.Ls intasi tronlquoa
Th, r.ire pour le* parqueta,Comeatiblos, ...-ira, Itpices,
Sirops divers, l'einLuros bvoises, ViUa, ete, ne, ela.
Demande*/, le tatalogues les spclallts.
Confiant vo* oomiuaudos Ll-aIN r'INki lc ; **
serez, absoiu'.nenl satisfaite.
routes les bonnes pnaraoaelas i u p tya s'approi-iolocf
nanl chez LEHN &r'l\K Inc.
jLon 11 Ihbauaf
Agent excluait pour liait!
I Mil
d'une
de la
, .| pelle & tous ceux qui fonl le
commerce de houcherie qu'aux 1er
D le I-Arrt du l septembre
. concernant l'Aualloire, il est
fo. ii.ullcuient dtendu d'tb&ttn en
et tu ville, eitlean qu'au sus dit
tub.iasemeot, les auiouai nceewi
rt ,. la grande et la petite bouche
rie, ocus peine dlre trappe
an.' nde qui sera du double
taxe Use par le tarif rgi.-aaut Ja
Datire, sans prjudice de la peine
de emprisonnement en rai de rc
dix .
Ii fl galement dfendu de ven
di lis iu.nnaux taie que : DIOUtOOf,
p c, cubria, daoa uu maren eutre
qu t Un destine a la vente de ce^
ai. maux cl BU en oetla \dic, dans
le |uartier du Fort ronron'
L (onlrevenants seront apprlu'ii
dr- i ar la i.'tvlatmerie et punis con
fo miment la Loi.
. rit un l'rince, le 2L Ptricr 192
L. Luders MOlsfc
Ant)!. des Hues boiu*e bot.4* d-i Quai
VIENT DE RECEVOIR
Pt de foie gras trufi. Civet de livre. Andouil-
lettes aux lentilles. Andouiiles au saindoux. Jamoon
en boite. Anchois l'huile. Sardines. A'aqueieaux.
Thon,Cassoulet -Petits pois lins extra lloudins.etc,
Vin iioiitj ie yallOH 4 gd
Vin blanc, lgation gds
L'Etel dbite par barriques el gallons des vins de
Bordeaux. Vins de Guampaune.
Cuisine excellente Ciiambres comurlables -- Mayni-
iique vue sur la mer.
ue iio>cal Mail Sleaai
Packet Coiiinauy.
le i teomer CONW I Y vi ottmiu en
Hutli ver l-i 2S t eu ritr couravJ. ii
t ha* gra direetemeni yuar l'E .xr<>>**>.
1 et i tru Frincts le 15 l'^r.er 1921
liuiiei iSo liutloii ^Co iiiCo
A gent Gnraux
O. Il EUE ioiiipitiy
12 WEST 1M040WAY
AflV .' Ii
ro.MOKS &V 1847.
UPERtt)Rli BiS PRIX
Fabique de :
Peinture, farni?, Tcr^s da oa es soriei.
Ma Mie.
Lon R, fcbaud
|-ot pour Hiti
^~<^ ^^>* *^~0^r-
\\m i bip;
CHICAGO. ILLS
Tllaataut/, iltalto c cotoa. '3l\lt i)^ mab
eftlov U Ctau LlVli, o9oeaf $dct 5ram6#nilt
)3acaa;-^acae^ 3llu^eaax, je*we*f pfo drlle
De pjrk.
&ma^C ea hmlc. Co-raet^ (Jlee|', HlwLbb beef
^aLUJ nvcaU, etc. etc. etc.
^Jticr e Dt- aai-r te- Lfrix CowTanC
Loa il, T*eli
Aaent "T<-.l-i-if neijr Pal1
Ptoaroiacie VV. MJCH
Frparem vos liqueur avec I ., Esnen
es pour Liqueur* ; inUeUe Vrme
de Caca&% Chatreu*efCuraao, Gin.
des Csars
Tlphone :

U M Al m
I&xatlf g>h y &ic logique
Je seul faisant la fddducstion fonctionnelle de l'intestin
Eponge et nettoie l'Intestin,
Evite l'Appendicite et VEaUtU,
Supprime les Hmorrodes,
Empche l'excs d'embonpoint.
Rgularise l'harmonie des termes
Constipation
Entrite
Vertiges
Hmorrodes
Dyspepsie
Migraines
Etab' ChaWaln, r VI s
(basas. Pri. i" pti.
La mr fournit l'ijir-ijir, cattl algue Wlrini qui intra dont la composition du JUBOL
51 rn anrtirr aaint
pu. >n atsUnc rha(iii soir
i i* i* j,i
i rendra s
r*rrie p" I sIju. in d
\m n u son
.ll'. It H M SOUplOaSS, llil
svami tu a ii.ir **r-
rawueaxja i i. rtaducsiion
lnir#in. i* u ...:n:if;:nnent
ralise pnr le Jubol, pewi
tire l histoire Uu cl)i(*rr
compuinii-e.'le a ion actif
moins d heures Ulimres Eo
nvnnrhe I humanit etl d-
noniti/c moins i\? soufTr.in.cs
dont le apothicairr. iuiiim
que le malades se flrer.t. a
tgutet les poques les in<-m-
citms artisans
IV BotaloiK,
de la Tac de MM de Montpelilr
HEMORRODES
JUBOUTCIRES : Sup-
pomoi'ta cniiafnijTrnvi-
Iue*. animants. 44cuf-g*t-
kJMMtl
IUBOUTAN rVm-.wj
de conlre lej 1,1m,,' .Mit
ezttrnti.
EXTRAITS BILIAIRES
du docteur W'.-itf'f ftiju.
uar.srnj In icnrnonj du
Ion
large Y/ilhit Cj i;; pilaire pour Hati
Sca- Sd-Inn
Vue spleadids A unique
Tlphone: 587
L'Etahliaist ment prend des pensionnaires il la quin-
zaine pour le djeuner R' le dner, ou pour l'un ou
l'autre sparment ou pour pension complte.
^l'entendre avec la direction pour les conditions.
Grande nulle pitr banquet.
Cuisiue Franaise
AllTlMtt BOSSI
TUlil\
VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX
Les produits del mai-
s&uMartiiii ei Hossisont
bien connus el trs ap-
prcis par les ama-
teurs de bons vius.
En stock Venue Marliai cl Rossi
Qualit upriewe, Prix modrs
Tour commande., directes -t conditions, edresacbi-Tou
rAjenl vnrai :
1. PIltitilZMkiN-tGGhAiHQLI
hue du Quai
Paul Sas
AVOCAT
Recoovrements Commerciaux,
affaires I Etranger.
Correspondants Washing
ton, New-York, Berlin,
Turin Londres l'aiis.
17e Rueoux2l7,ot\-uu-lHua
JfUfikm 5U7
&
pour travailler
La vie courante des femmes n'est souvnt
qu'un travail incessant. Combien plus ardue
*3t la tche quand de malaises particuliers
leur sexe rendent chaqi e mouvement pnible.
Le systme nerveux est drang et Ja vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dan
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lucz Ce Q-jj Cette Femme Dt
KniuOla, Oriente, Cuba." J'tkais ancraiqoe et souf-
frai., lors de KM rgles. Ces douleur me foraient souvent
rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas vents*
eu ent quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomie
ment J ai souffert de ce malaise rjndentqur.tr: ens
avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule
de votro Composition Vgtale de L>dia E. Finkha n. Jt
ie avec complte satisfaction et je m fais un plaisir
de la tseoOaBMate a tjjtes mes amies qui souffrent de
SSM n..V.eise."Srta. Makiha UlU.x, Calla ck Caridad.
4, Kanzani!!o, Oriente, Cuba.
a>a femmes mffcmsM m livraient rs faire d'essais
tuaJ avivas: .asI-.-r ;,our tu
Composition \kgeiae
de Lyda E. PJrJikam
i i.MaaaMM smieiasi 10. m< nui
n-j-.r.thebuo Superbes M'sqies pour Carnavals
Arrivs par le des nier stea~
merlFranas:
Loups Dominos* Fausses barbes
Moustaches et Perruques.
CATALOGUES DE MODES
D'EDITIONS BELL
Accourez tous chez
Chirurgien-1 en liste
Des Facults de Montral dt
New York et de lloston
Angle des Hues Deatnuche et du
Magasin de l'Etat.
Consultalisns rie G heures du
malin a 8 heures du t-oir.
Vietintnt dorr^vr
laquelles pour Tennis
CHEZ
Glofl&cn Lucah ${g
A la Cotsne
Ernest Camille
Fabricant de chaunurn
en tus genres
Matriaux supiieurs
Soins promptitiKie Clrit
Orani'Hus prs la l'ost* N* \~2l
La maison porte la connais
ance du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
des nombreux clienls elle ac
corde partir du 1er Juillet
19"J3 une prime ds une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence on est pri
de rclamer un reu pour chaque
aheat au comptant.
A la Conscience [Elle est la
devise de la maison.
Mine Veuve Dumas Huma
Angle des Rues du Peuple & des Csars 413
Mademoiselle Titint Atunsun
Itue du Centre No
Mme Lonoe ^reliimde
Rue Courbe No 1717
Mme Antoine Trouillot
Rue du Centre Mo 183
? A
J*-
A vendre
Le Laleite MARIA KIJtNA de
viny Mai 4e nml ei \ oilttu n*w$.
Pour plue a&plm rentetgne-
mente,s adresser l Maison J L
Yilla-ucia et Cu dePo i de P'
Pharmacie F. Sjourn
Doune avis sa c'.iair.e 't aux md?cir) et au publie qu'il
'ra..isorrn son Laboraorro d Uiog.e eu un Luocratove d s
biologie appliqu sous la Direction di
Dr W.cot el t. Sjourn
Le laboratoire est ouvert tcus le* jours de 7 hres du matin G
oeur j$ du s ir pour toutes les rbchercnes et analyses prvues dauS
s'aunooe i ci jointe, saut pourle
Wssse ididu et m consulte Ure Scri ri
Sjrot reues quia m^rli d: ctiHjuesaTmia*.
9'idr*vr a 1a Pair m^a poir l^s rejijig toJidaw
ailyM d'arme dt Sd-.j,^^>A.i -,
tteaciion de Wassjrmann
Btcuoo ae Tri boulai,
tiamau l\i Bdg et du pu?
tuxsaaa dis matires tecales
xamhiuB ereabat
/. Ibuinri. r*e"i nr
_ m t &>u* leCrn. S-.. tti e


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM