<%BANNER%>







PAGE 1

l.t B'ATN %  Ma %  V-Ji l'es Il ex| i rimantes PU travaux Lion devraient diriger un tel travail oi c'est toujours de parfont bien plac d'employer en consultations le* meilleurs experts que i "ii puisse trouver en matire 000 acres ont t ex entai par la • .8 Gologieal Sorvay, une raconnaisaanca d'tudes ^olo nques eti i isai raita par un expert des Etats I mpour la choix de l'emplaceux ni d'un rservoir et les plana et devis dfinitifs ont i l au saines par dans des plus promi neuta ingni ura d'irrigation d i Pnys. ThomuHAWTHORNB Directeur d'Irrigation laDi m raie 'tes Travaux Publics. Le Moniteur Le Journal Oliciel, dans son nu' muer double de lundi 18 et jeudi 21 du courant, comporte, entre autres, les in ili tes suivant' — Arrt mmant Mr Flchier Anselme, Via -Prsident du Tribun.il de Cassation, membre de la Commission des Hcliimalions pour la coniiais-ame de certaines affaires pendantes devant la I mninission, au sujet desquelles I membre Abal N. L'ger s'est di porte. — Arrt fixant le douzime des dpanses du mois de lvrier 1914 a la somme de : In inillon cinq cent quarante sept mille quatre cent qua rente cl une gourdes dix neuf centimes deux tiers. — Avis du Dpartement des Finances modifiant le poids uniforme des sacs de cal l'exportation soixante-six kilos brut (On kil. ), les sacs vides devant Atre de mme dimension al d'un poids de un I loi >. La prsenta mesure est applicable facultativement demaintenant, et sera obligatoire partir du premier Avril LttS. — Rapport de la Commission Cadastrale Centrale de la Itpubliqu relatif l'habitation Fooiche, qui, selon la Commission, appartient a l'Klat et se trouve en possession des hritiers Peidinand Pascal Elle. Cette opinion de deux des trois membres de la Commission est base sur l'absence d'un acte au'lientique prouvant qu'un vote de la Lgislature avait attribu la sus-dite habitation au citoyens Jean Pierre Boyer, laquelle Inbitaliun a t vendue par sa fille, Mme A/.ma Boytr, Mr Pascal Klie. Nouvelles Etrangres Confrence post-scolaire Jeudi aprs-midi en prs d'une assistance compose des l)ii trioea et institutrieea d s coles primaires, Mr le Dr Boxer, Inspecteur des Ksjnka, a donn sa confrence sur la Lpre. On est rest longtemps, dit le confrencier, se tromper sur le carac 1re absolument dangereui de cette maladie.On soutenu pr il D nenl que natta maladie tait hrditaire parce que la priode d incubation du microbe est lente (10 S5 ans). Elle est plutt contagieuse, ajoute le Dr Boy, T. Il dit eu outre que les taches qui sont souvent les premiers symptmes de la maladie ressemblent beaucoup d'autres taches lym lntiqui's, celles ci Inoffentivea, Dans le doute, les parents feront intervenir le mdecin. Lu pion belle ~vi< Je H. Poiiu.nv l'AUlS 21 — Pu 150 voix contre 134, le snat a approuv la politi qua du ^ouveni'-ment malgr cette in ijorit I i situation du ca binet Poiocer se trouve renforce car la lutte tait particulirement vive. Malgr Pavis de sas partisans d'accepter le compromis, M. Poioca r a mis le snat devant la respon snilit de la renverser. Il sort viclo M, ux de la plue grands bataille qu'il eut a soutenir depuis qu'il dtient le pouvoir.Cette victoire semble lui as burer son maintien au pouvoir jus qu'aux lections. La lutte s'est d oui e sur l'amendement la loi lectorale proposant que tout dpot ne pourra tre lu s'il ira pas obte nu un plus grand nombre de voix 3 ue s u concurrent. M. Poincar cla.-a qu'il n'acceptait aucun corn promis et faisait du projet vot par la chambre une question de confiai) ce. Aux applaudixsemenls unanimes du snat, Nt.Heu>mll rpondit: Nous vous aimons et vous admirons, mais ne nous Ion e/ pas voter contre notre conscience et contre vous. •> Celte prire fut rpte plusieurs fois au cours du dbat, mais M.Poin car resta ferme. Il y eut des inomuuts ou le suat iudiqua verbale ment qu'il dsapprouvait cette atli tude, mais au moment du vote la majorit des snateurs se rangea aux etes de celui qui jouit lu plus grand prestige dont ait jamais joui aucun homme diktat de la Jme r publique. Aprs celle victoire, \1. Poincar va faire accepter le vote des autres articles de la loi liscale et on n'entrevoit plus aucune diili culte au sujet de la ratification des mesures qu il propose. Il a russi a l'aire v ter pir la chambre l'article concernant .a suppression du mono ple des allumettes par 305 voix cjn tre 188. lu tiers des articles de la loi est v.;t le reste ne donnera pas lieu a. de grands dbats. %  'entre de la Bourse interdite) aux trangers l'AKlS — Le ministre des finances a souaiis la signature de M. Mille rand un dcret interdisant l'entre de la Bourse aux tiangers non mu nis d'une autorisation spciale. I. Carter reprendra ses travaux LE CAIRE Le gouvernement gyp tien a accord la comtesse Carna von une nouvel!-cooeeaaioo pour les ona du t i t inkhamon. Cotte di ei don par n trait M. Carier Je reprendre les travaux. le scandale du p'i oie VV tSHINGTON Le %  *•* S v .1 • IIOP rsolution i'e la cb imhre ifFec tant KM) mille dollars de %  dit pour engager les BOnrsuil s in idarea exiges par h situa'' > %  des baux p tro'ilres M. Cooldge a truania au snat la Domination de M. Ca i les Warien corme ambassadeur du Mexique. lecettei de douane COBLENCE -Les recettes de doua ne franco belges dans les terri t lires occups s'lvent environ i mil lions de francs par jour depuis le 1er Fvrier. Les fabriques d'aniline de Baden ont renouvel pour il mois l'accord de l'automne dernier pr voyant la livraison de 860 tonnes d'azite dont *;) pour la Balgique. Nouvelles diverses PAIUS D'aprs des renseigne ments officieux, le rapport du comi t d'experts N > 1 affirmerait que l'Allemagne e^t en maaara de, pav T ce qui est rclam par les allis. Le comit No t aurait iix i milliards de dollars le m tntant des capitaux exports d'Allemagna depuis Parmi* tice. BERLIN— L Lokal Anzeigar • dit que la commission a choisi / i rich comme si^e de la binque or propose avec des capitaux suisses, hollandais et britanniques. La note gouvernementale dit qu'un crdit d'un milliard loti millions Je marks or a t accord aux industriels. BRUXELLES— M. Theuais a d clar que mme si l'Allemagne ne payait rien de plus, la Belgique est en mesure de fjre face a toutes ses obligations avec ses propres ressour ce9. LONDRES Les patrons ont ac cept d'accorder aux dockers une augmentation d'un shilling le 1er Juin. La confrence angio russe au ra lieu vers la '.Jme semaine de Mars LO.NDitKS— r -e gouvernement a dcid, cause du chmage, de corn mencer la construction de ."i croi seursetde i contre torpilleurs. Cet te dcision a donn lieu deux d bats la chambre. LES COURS Pari shunt L)i m a oh a Les M s da Paris 2e\3e chapitres la ferme de Boiu|ueval Le Jaslicier Un Palli J< iiiicd (indit ) Entre:'. lourdes Jjilcon 3 gourdes 21 Fvriei PARIS — Dollar 13,20 Livre t.2-i Boite aux Lettres Monsieur le Directeur, L'infor nation contenue dans votre numro d'hier au sujet de la IleOaiaaani e n'est pas tout a l'ait exacte. CeClubdoit en eilet ilonner un grand bal travesti, mais il n'aura pas lieu dans les salons de l'International Allil'lie t. lub. NoOS VOUS prions de i ubher le prsent avis en manire de rectification Meilleures salutations. IN ABONN 'Nos denres La situation Port de Paix est su bitemeut devenu'' trs difficile. Les livraisons ds caf sont mules et l'on sa demanda -i ca n'est pas la fin de la rcolte, il ss peut, ei p mdanL qn il v ait Uns I criaille qu ml core dans la campagne et qo< laad lenteurs, voyant la hausse, attendant toujours. Ileia os qui sel lOris), i .i. le M lit propritaire a fini la livraison de su r. ; > site. ( Rtilictni Ai m ir) Un dsire Louer une maison dan une rue conveuable. S'adresser au Breau du ".Malin Varits Le Dimanelio e En 9 parties Loge &&0 DEMAIN SOIR Par.ni les tiims da la collection Leouetli, LL TIIAIMATI RGE, sera certes un des plus merveilleux qu'au ra exhib Cin Varits. C'est demain soir, que sera don i ce chef d'o'iivre u la marque Pari mount. La Dira ti m fera passai I ai neuf parties du drune sur l'cran eu une seule reprisentalien. Ouverture des assises Par son ordonnance an data du 19 fvrier cour, t partit danla mer numro du Moniteui la D i du rribuaal da lire inel >nee deP i t au Prtnea s Bia* l'ouverture daa a-si ses criminelles au lundi It mars bain. ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMULSION SCOTT c prise rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de la faiblesse. L'Anne 1924 Une nous rserve 1921 Question angoissaute qu'il est encore permis de poser puisqu? l'anne commen ce peine. Une des pylliomsses de Paris, la plus clbre certainement Mme Fraya a fait sur l'anne 1914 d'tonnantes prdictions. "L'anne 1924 nat, dit-elle, sous le signe astral de Vnus et de Mars. Cette double influence lui donnera un caractre tus spcial, tandis que la rue vers le plaisir sous toutes ses forme* va encore s'accentuer. Mais suscitera des discussions el des tro i bls graves. Les femmes seront plus charmantes, plus agrables, plus d sire u ses de plaire, plus panouies QUO jamais. Mais qu'elles prennent garde l'amoa sera subit et bref. Qu'elles ne comptent \>iu d: Ion gus passionset d'ternels bonli mis. Les hommes resteront aussi infidles que par le pass ou tout au moins n'auront co.nme d'habitude, que des fidlits successives. Les hommes, les tout jeunes hommes, aimeront de prfrence les femmes plus ges qu'eux, beaucoup plus ges. Que les femmes se tien nent sur leurs g ide< !!! Mesdames vous tes averties. M fiez vous de l'influence astrale de V nus en particulier et des hommes en gnral En 1924, la vie va devenir plus frntique que jamais. victimes de) ce malheur. Tennis Glub l'Ui H BALL Messieurs les membres du Tennis Club sont aviss que leuis jours d'entranement au l'arc L ;conte pour le Foot-Uall sont les LuuJis et Mercredis aprs-midi, et les Jeudis six heures du matin. Le Capitaine du Tennis Club: FERDINAND JEAN JACQUES. On dsire louer Une petite maison dans un quartier central. S'adresser au journal, Chez F. Lavelaoet & 812 Rue des Miracles eot de V Ecole Stnographie Robin. On trouvera >Ies articles suivant* : \ In rouge ,* olanc garantis pur jus ,| e raisin \ qoudes et 6 gourd -s le gallon, des liqueurs fines assortie du Cognae suprieur, du Campagne autheutique farte dor demi sec. tin trouvera aussi du vin par harriiues et par eaisse, du Kola Ascencio les produit. Ouillmud au prix de fabrique: dos provisions etc Nous avons reu -ma si divers articles de mercerie, des articles pour couture lingerie el mode y outure, Prix dfiant toute concurrence. Passez nous voir t.LAVELAnET $ q 0



PAGE 1

LE MATIN VLDA %  ont indispensables i !'l u VIEILUP.O qui swi r rnUre liir, m GRANDES PERSONNES^ mfca: a lan tanptiNs pour PRESERVER LECRS ORGANES RESPIRATOIRES ou pour SOIGNER IM RbumM, Jlfaux de Gorge, lrjruffiti i.nm hues.Grippe, Influents, Asthme, Luj[,!.}i,we, aie., etc. MAIS EL FAUT &V3IR EIEI SOU lie n'employer qu n~mm PASTILLES VALDA VERITABLES HMtl nx*. Do. risw l ni le nom -L F.ei Pastille VALD* Motentente: Pharmacie Centrait d'Hati, l'harmi cie Bourraine Port au Prince,Phar marie Brulus Jrmia et toutes pharmacies. Venta i l'Eacta Mardi 2ti Fvrier 191 En vertu d'ordre de Monsieur L. R. Marie collecteur de la Douane, selon les article* cinquante 1 Deof(5o,j 101 de a loi de douane, devant les S ortes de In Douane, il sera procd lardi i Fvrier loi(4 10 heure du malin la \cnle l'encan des mtrchandises suivantes : Art .I A & Co I caisse de manti''gue L. S. I caisse le Champagne ttebara 1 sac de farine S *\ 0 paquets de tut aux Article 101 D II.Cunnetl,l roue pour machine, I tenaille en ter. J l'lit '2b caisse de chicore A liellergeau. 1 vases simili, marbre 1 encrier, t buvard, I plumier, 1 ojbuseur. No 2207 L^C M de N 10' louleuux da papier d'emballage. 381383. 1 caisse de coupe papier B B No 1 — 1 D coni, 1000 tabe lettes, La Fixine pr teinture 151 tu bes pour nettoyer les tissus. Ifl petites liolespailum chantillons 1 lot de prosprais n.ode d'emploi. !."> carions vides. Moutbrun EL1E Encan leur public Avis La soussigne annonce tousqu'elle a ouvert dans sa maison situe l'angle des Hues du Uiamp k de Mars et de la Rvolution, un Cal sous le nom de Bar Sainte Anne. On \ trouvera un service soign. Port au Prince. 13 fvrier 1924 Mme F. NAl •**** v-r^ia nu NOUVEAUX ALAMBICS Ht DI3TILLEB t BtCTITlU lf EAUX DC-VIS. %  MM, ALCMLS, M* CEROY FILS AN /*, nu m Mttrt. /t BUIBE PRATIQUE in HiMlilm MM vie nstacn, M MANOII. M riinun u ftIDU •( TARIF IllUtrRt #11111 fr*ne.. Bazar Hatien On y trouvera, bon march, le plus plus grani! choix d'objets confectionns dans h'pays et d'ouvrages artistiques : broderies, plateaux acajou de toutes grandeurs bouijeoirs, Cendriers, bottes poudre, Cadres, pour photographies, Itoites (igarettes. C.ijures, travailleuse, Cannas, tables, lampes lectrique-.,objets en jiaiac, p ilon* de toutes grandeurs, œufs repriser, objets en eordes : paniers, pantoufles, layets, poter. : Cruehos dcores, lampes, Vase a fleurs, fantais s : Coussins, Panneaux. sacs,abat-jour. Ouvrage en enir: portefeuilles, Sac main, et divers objets artistique, A l'extrmit du Wlinrt. LOuC T!V COSTUME BL 11 y aura grand bal Iravesli Monte Carlo ce soir. Orchestre spcial pour l*occa> siori' Chamon et danse hatienne sudoise, hamo ;$d nie spciales Dom': tainee Venez y voir G. Lanainan Directeur Prix da Fl ao t : S I RESTAURANT Aux Caves de Bordeaux PB l a* Nons avons l'honneur d'aviser notre aimable clientle qu'elle trouvera^Ions les malin?, partir de six heures : Petit djeuner, cliocolat, sandwich**, paies, brioche*, lartea i la crme, elioux la trma, ait. Les soirs: Potages assortis, crme et sorbets No* cliente feront heureur^dapprtn dre que nous avons tabli le prix des djeuners coinm? suit £ Plat du jour Gourdes 2-&0 Table d hte 4-00: le Caf restera ouvert tous les jours ri im miche et jours fris compris.— Le djeuner sera servi ces jours l comme For dnait e B jurne Bniit courre KHUMATISMES NVRALGIES Dr. BENGL, l. Rnc Hullu. %  Pirii. Royal Cae tin lace de la Banque Nationle g* f ^ a 7C1 Propritaire : Annacius 1NNOCH.NT Il 1**11 I (I HOlCl (le K rlIlC Le ll0,ivel &******* M reewmaundfl par an serwffee irdproelialde, des coiuoinuntions de premier enou, a Angle des Rues Borne foiS? du Quai situation privilgie. Le soir, musique attrayante dirige par les sionnels de glana mente. lnslail itiou parlait. — prix medra. Tlphona N" XOK VIENT DE RECEVOIR: Pt de foie gras truff.— Civet de livre. — Andouillettes aux lentilles. — Andouiiles au saindoux.— Jambon en boite.— Anchois A l'huile.— Sardines.— Maquereaux. Thon,--Cassoulet -petits pois fins extra.— Uoudins.eto, V n Roug?, ie gallon 4 gd* Vin Blanc, le gallon gds L Htt;l dbite par barriques al plions des vins de Bordeaux. Vins de Champagne. Cuisine excellente— Chambres confortables Magnifique vue sur la mer. ^ be Uoval Mail Steaot Packet Company. Le steamer CONWAY c?t attendu en Huili vers le 28 Bvritr courant. Il changera dirent ment pour l'Eu* Y ork Si vous \oiiloi: prolger I peau fie vos rhauturas. Si voua Miniez avoir ma brdlaut laisut t lurabla. si VOIia vou'.as la conlaar et la soiijilease de tas hausauras pendant lomjlennps employai la marque onoijram. Pabriqua sprcialement' 3 peur ( Jes dames ol lus gsallemaii lu liiijlit lilc. Jle pretga la'jjpaau des abaiiasurea eonlru l'hanajaM et la chaleur. Demander, la mar |iic MOBOjria o'a-d la meilleure do torrtes les marques. G*r hANSEME fftni roo'M-l Barb 'v -• %  court 110, Hue des Csars Tlphone : 0 n



PAGE 1

U.d.i.\ i 2L<0 FOX,, TROT C2P2 Carnaval 1 ) Va /cw. EXTRAITS : (EilUI, Hctt, Mitnou, ^ Cyil'mtn. Jaimin, lilji. Muguet, UU. llIMropt. Cbypri. K i VIBRES CS&ATIONHi Unjrdin l^.il, ht tten d'Arii. T'" PMAMMHM '-I 0 M Tarfum enveloppant caressant ARYS .1. l.l 3, Rue do In Paix PARIS j^^s-: ^g^^^fc= .— Se. \ ailljit Consi'jn.itaire pour Hati Superbes fifasqo Arrivs par 12 dernier stea mcr'\Franai&: Loups Dominos. Fausses barbes Moustaches et Perruquoe. RT&LOfiUES DE MODES DDiriONSiBELL A ccoarez tous chez Mme Veuve Dumas Ruina Anijle des Ruoi du Peuple & des Csars 413 Mademoiselle Titine ^n 43HBJ %  *=*&> m^ a'Sie-Ion Vue ipMi et un qas Tlphone: 587 LEtaMi.seineiil prend des p< •iisiomiaires la quinzaine pour le djeuner ft le dner, on pour l'un ou l'autre sparment OU pour pension complte. ^S'entendre avec la direction potir.M conditions. Grande salle pvur banque 0 Cuisine Franaise Paul Sas AVOCAT Recoii e a? :ts ,C >mmerciaor 9 af[aires l'traoqer. Correspondants Washing ton, New-York, Berlin, Turin, Loi dres Paris. 17e Rue 1*1114x217,1 rr-au-i *tnct Tlphon 597 MARTINI el ROSSI TTItllV VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX Les produits de la maisonMartini et Rossisont bien connus et trs apprcis par les amateurs de bons vins. Es stock fco Martini cl Rossi Qualit uprieur, t* % %  •x modre Pour commandes directes el coudilions, tdrum ? oui IVioenl Gnial: L PHEETZM + is > \GGERHQLH Hue du Quai D^JB.THEBUO C.liirurtjien-Dentiste Des Facults de Montral dt New York et de Boston Anle des Hue Dfllcuchs et du Magasin de l'Etat. Consultaient de 6 heures du matin 8 8 ht.ures du soir. I ( mu ni d'arriver lauucttes pour Tennis CHEZ Oloflbt n Lucas €o Pharmacie F. Sjourn Donne avis M clientle et aux mdecins et au public qu'il a 'ranisorrn son Laboraoirro d Ulogie en un LaboraHPre da biologie appliqu sous la Directioi \ Dr tacot et t. Sjourn Le laboratoire es oavirt tous les jours de7 tires du main G n ure* da soir pour (etes les recherches et analyses prvues dans p'annonc- ci jointe, saut pour le Wasse minn et iaconstante llie Scrori Sarjnt reues que la mardi da chaque semaine. S'adriir ta faar nuie poar les renseigne me ni s* .. ailyes d'uni! bt 6uiasinque <.5c* Kaction de Vfc asr.ermann RMCI.OU ieiW.' . J-\ tamen du saug et du patjlf £ 1 3 fckaaieu des oahres fcales ^Jm\ Examende craehat Albi"mmo raw,rx Cochante Ur^ Socitaire fourche de. Spir.Tmie* et Go de MtMquet etc\ e%. Il ..--'' V A la Conscience Ernest Camille Fabricant de clmussures en tous genres Matriaux suprieurs Soins— promptitude— Oit rite •raii'i'liuc prs ia l'oste N 1722 La maison porto la connais sauce du public que — dans le but de faciliter et d'encourager des nombreux clients — elle ac corde — partir du 1er Juillet 1923 une prune de une paire de chaussures au choix tout dtenteur de vingt tickets. En consquence on est prie de rclamer un reu peur chaque aheat au comptant. A la Conscience — telle tst la devise de la maison. A vendre Lu GotlU MARIA ELKNA de vingt qUBt lumes, un canif lit Mai ( de Pat* Trop faible pour travailler La vie courante des {emrr,s n'est ssov il qu'un travail incessant. Combien plus ardue la tichc quand des malaises particulier* leur sexe rendent chaque mouvement pnible. stme nerveux est drang et Ja vie est loin d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans cette situation devraient profiter de l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Lisez Ce Que Cette Femme Dt 2an"lo, Orienta, Cub.—" J'ftmi anmique et ouifrau lors de u^c rfcg'.es. Ces douleurs me f eraicpr. I Les dotitewrs, toujours <3r M le 1 taient quclquato. aigus, quelquefois icurd* et Je .oraisLj'tll l 'crtde eemiltise rendent qv. trains f par l'ntrci ,im kato d L\ • tfaction at j: ra dit nn plaisir nu da %  ur.CafltSt Cet I*s tem-oci sonfr-nij n* Sr Trlnt TT% ;*tm d*mals H.taalrtarpowrU Comt308ition\&gQta!e de h/dia ILfiudiam (.YDM I.KMMI nciMt*c eo> truu.wms*. v,. v



PAGE 1

PIR&CTEUR PROPRIETAIRE IM1R1MEUB Clment May loi re BOiS VERNA 1358 Hue Amricaine NUMERO 20 KNlMEb Quotidien TELEPHONE No 242 ILE CC, i Mmorial LtV.. • UNION Un rencooiM (fae gfns |ui n sont pM mchants mais envieux, (|ue la prosprit* les autres blesse comme une injustice pentnnejle ai qui ne commencent a tourner que quand les revers arment. 17ar.e ANNE N 5144 PORT-AU-PRINCE ( HATI I SAMEDI 23 FEVRIER 1934 Un Rapport du Ministre de l'hsiruefa Publique ail Prsident d'Hati H Si nos coles primaires ne sont pas loges, nos principales coles d'enseignement suprieur ou professionnel ne le sont pas nou plus. Le btiment, proprit prive loue par l'Etat qui loge l'Ecole Normale de JMDM tilles, ne peut satisfaire aux exigens de la nouvelle organisation que le Dpartement entend donner cette cole. Il faut un local pourvu des amnagement ncessaires. Le projet que je .soumettrai au Gouvernements sur ce point est facilement rtlisable. Les mmes observations peuvent tre laites l'gard de l'Kcolede Mdecine qui occupe une proprit de l'Etat, btie en 1880. Ce local est en ruine. Depuis longtemps le Uouverntment a envisag la ncessit d'entreprendre une nouvelle construction. Faisant preuve d'esprit de Milite, le Conseil des Secrtaires d'fctat a bien voulu donner son approbation au plan arrt cette Btt.*^ Nos soins ne devront pas s'arrter la. L'Ecole protsMonnelle Lue Dubois esl prive des amiiagnelents d'une incontestable utilit. Cet tablissement qui reoit des internes, n'a pas d'iolirmene Un conoit difficilement qu un tablissement de ce genre soit cre sans qu'on ait pens y amnager un endroit spcial destin a recevoir les malades dont le cas rclame des soins qu'il ne peut tre convenable de donuar au milieu de l'agglomration d'un / Yii le Numro du 1 1 FivrM dortoir. On n'a pas ide des ennuis qu un tel tat de choses peut crer... Lu plan est dress. I n certain cot de ce problme de I orgam-.1,1011 matrielle de nos coles particulirement retenu mon attention. U'tsl propos de l'Ecole centrale d'Ail A N.tieis. M'y tant rendu pour lavoir comment fonctionnaient les classes, j'ai d porter mes regards plot loin qu'il ne laluit peut-tre, ei j eu ai rapport une impression de tristesse Uunl je voudrais taire part a Notre Excellence... Voici ce qu'en dit 1 lupecliuii Scolaire dans un rapport que je lui ai demande ces jouis derniers L'EDseigiiement classique n'existe pas l'Ecole des Arts & Mtiers. Il faut crer une mthode d'enseignement pousanl s'adapter la clientle de cet Etablissement. Mais l'adoption d'une mthode d'enseignement plus rationnelle, la potMSlioa de fournitures classique* ne sont pas les seules garanties du succs. Monsieur le Directeur et le Surveillant gnral ont insist sur ce lait a savoir que les enfants interns a la Maison Centrale sont au nombre de -'> %  < 280. Se dsintressent de l'enseignement classique donn en cet tablissement aux heures de classe ils ont se cacher derrire les buissons, le touffes d'arbre ou les jardins du vuisiuage. Cette lune leur tsi facilite par l'absence de clture la faade Uuest de la proprit borne jyar la mer. Et la mer loin de leur barrer le passage facilite leur escapade parce que presque tous les internes de la maison centrale sont il habiles nageurs. Le Vf.il csl situe sur le rivage. Comme on ne peut pas leur refuser, rerl ou-s satisfactions physiologiques, c'est eneo e un moyen lavorable leur fuite. Il semble mme <|iie l'absence de cl ture est tous les points .1" vue une cause d'inscurit el d'indiscialin • t la maison ren'ralp. Les entants enlient et sortent quaqd ils veulent et quelque fois ne revi fcnenl plu I le rapport du Direi leur, les enfants et le personnel de l'Etablisn ment souffrent Constantin nt de l'impalud'Sme. Beaucoup sont malade; il \ en s l'inlirmerie et I hpital gnral. Quaal a la mil >n d'habitation, elle est sal en me l vais tat et deman i de • | irali i is urgentes. Le dortoir esl inlect. N i is croyons Nous avoir l'ai' un tableau fidle de ce qui existe a Maison Centrale •>. Ce qu'il est indiqu de t lire l, le Gouvernement ne d tarifer l'cntrepraudre. Mitre mort misre pbystologiqi e, privation d< %  s. lins mdicaux le> plus lmentaires: voil le bilan. Mon Collgue de l'Intrieur qui la loi confj i, ans si bien qu' moi, la ehsrge de cette institution, mu coin ne moi de c t tat de choses, veut bien sssociaf ses efforts aux mien* poui y porter remde. Nous prsenlei ntt l'agrment du Conseil des Secrtaires d'Etat le plan de usalion que nous suronsarrt... Dr Arthur LE8C0UFLAIR {La fin au prochain numro) ^ !"• %  %  Nos Petils Travers o — LES ENVIEUX Entre certains boumies de mme rang, la bonne baroioni? existe qu'autant que l'galit le loituue M de Culture en assure la dure. Mais ds que i ingalitdel'unjde ces conditions domine, l'quilibre est rompue et, alors la cordialit est plus qu'une apparence. Car, pour des esprits quelconques, l'homme ais ne ^aurait avoir une attention sincre pour celui qai peine dur, tirant sa vie d'un travail pnible et grossier, de mme qu'il pense que celui qui a t lavonse des le berceau ne peut jamais descendre qu contre cu'ur, jusqu' l'Humide, vivant dans un modeste rduit, a moins de rencontrer certains rares caractres dlites qui sont couine ta parure de notre socit. Pntr de ces sentiments qui constituent do vnlabjes prjugs, l'homme qui en est allecte devient en quelque sorte l'adversaire de tous ceux qu'il croit tre dans une situation prdominant la sienne. COtn US tel. Il a nitUlele linlil ses armes de choix, et il en use en toutes occasions. Ainsi ait parfois chez nous I Envieux. S'entretient*OD eu groupe daims d'un avocai qui, grce a sou srieux, a son talent rel, au souci qu'il apporte dans la delense des intrts de ses clients, a pu s i tailler une situation envirne, I envieux lail la moue, sourit, el insinue combi n surit trompeuses les apparences. 6ait-il du Juge qui maigre son jeune Age, inspire le respect a Ses devanciers, en impose a toute la COUT par sa SU Tappn dation, son II ur, sa droiture, l'envieux dnatuie par des rflexions tant l'h tireuse opinion que partage tout le monde. I n vieux reutil r trient il a passer et le BgnaieH-Oa connue un homme ajaul le BUT a !a main et ralisant autour de lui beaucoup de bien, qu sux remonte jusqu' l'origine tie sa lortune, raconte par quels moyens frauduleux cette situ mon a pu eue e al Ue., jJUOtbj SJUSteUC a'ett' fer il mne chez lui, torturant les siens, sauvant seulement une 1 1 ade au dehors... arrive-l-on a parler des succs d'un tudiant qui,aux derniers examens.a triom pli de faon si clatant \ i ue le Jury dt la proclamation t es r sultats. lui adresser de f ii it • lions publiques, l*envj tus chu choie bien vite, qu'il a appris ir oui dire, que les questions pof celui l taient des plus simples et qu'on avait par consqui ni exagr son mTil Pour chacun il a il. loquentes, des rllex, l6fl cieuses, parfois des san ismes, des anatliemes pour ail i r l'opini 1 1 .les SmiS avec qui il s entretient. Nature malheureuse il s'a charne aprs tous ceux dont la supriorit lui parail vi lente, ou qui sont t tvOiil M pai mas i, ir II de la vie. l. .a i • iro apei til gi tnd iment, en croyant simp e a ml propre ,\ i qui rgne Psi %  en •'de tout idal lev. I ma le monde tle ceux q pour I p I au a pu i • cr ;i un ch :min. C'est ainsi qu'on rappot tf %  mini le violoniste me i lut l'IiciiMii %  | .; lubit les plu attaqui envieux*. de son temps. Un jour qu'il donnait un rcital devant uni salle comble, l'un de ceux dont ses es n %  lai M i ni point dormir, trouva moyen de se glisst r, jus qu' i l'ei • ti'oiivut plac le violon, et avi c une astuce de renard, il abjma presqu'entire> ment trois cordes de l'instrument matre pensant causer ainsi un chec irrparable, a stlui que tout un public enthousiaste et trntique attendait Paganini s'en tant aperu, ne s'en mut pesj joua quand mme sur la seule le qui lui tait reste* L'envieux tut dcoDt*. car, jamais I artiste us joua aussi divinement, *\ ne recueillit tant de lauriers. (Chaque coup d'archet lut com nB une tincelle . Il y a quelque trsnl • ansi les envieux ne brent-ils pas condamner Kenlinan I de I. t fi ans de prison comms ICI o lui donnant un %  -. ir ju li aire pour i ivntr cornu.' l'œuvre de 1 1 n il ii en taisant co nmuniqu ir des Ile av ni spares. noui l'Envie slTecte la lorm %  ai^ue. Ses coup> sont quelun dois mortels et on ne s'en relev pas. L • pi i tnploy h** b.tu il ira nt est 1 1 dnonciation anony ne, qui acaus tant de mal dans le pas* '. '-t qui comport i des areinv.s vola nia i [uellss il ser ul h lie d'e .traire n I u If | i uts, capables d'illustrer noire •Inc. L tufliotre de oa jouas qas sp ruade au Cabinet d'un de nos rares Prsidents.qui lut reinar qnlile par ses solides connaissances, esl encore pr sent | a la nimoire de beaucoup ; Instruit, rdigeant les i g les plus dlicats Uves une facilite iouuanle, il il en qu tique sorte lasein le I d bit t d alors qui lui accordait tout: sa couti io ', ii bien qu'on prvoyait le moment ou il aurait la direction de cet important service. Les envieux qui l'entou; aient jurrent tout bonnement sa p rte. Ils tirent luit, que ce jeu n lia ams i fit mettre un jou souI s yeux, une lettre par laquelle il tait tabli, qu'il eotrete* rpportl troits, avec les ivh s d'une petite ville du Su 1. Qui na pas entendu parler d B auteurs de cet acte inoui, I qu a BOti ia vie a cet adoles. nt, espoir de demain. Telles on MIS. |uen M desaslreude l'envie, que l'Histoire a pour devoir de styvniatiser. Pui aple du grand l'a u ouforter t ius ceux q li MI iisi ut l œuvre d i labol i deux. U l'ila D • l'en meuvenl iinient leur chemin. A du in titre iooubliabl %  leur 'I I mi I ur vin 1rs une ample n, isson de luccs Qu'Us laismeme pi i„e l Envieux, dont la bftVi i lou^lemps j coul r inutilement, un lempera* ut ayant t app nie la vioI mee 'le sou action mail usante. r L %  % %  t lun li .pii ^aralua oub te Question d'migration .Nous avons t heureux de lire la relation du voyage lait Port-de Paix ,>ar Mr 11. Klie qui a rapport de ><'\i sjour en cette ville des impressions favorables sur la i ion uoni est mene l'Amigration. Cela vient l 'encontre des apprciations ipie nous avons eu mettre dernirement et* malgr tout, nous enregistrons avec plaisir les boiin. s dispositions des agi nis d'migration eu laveur de n > % %  COmpatriol 1 1 allant chercher Cuba les moyens d'existence qu'ils ne trouvent pas chez eux. Nous avons toujours t d'avis jor i u au citoyen le droit de dispos* r de sa libert, comme il l'entend, mais aussi avec des garantii s el des protections qui ne l'ont pas de lui un obj l de tralic, exploite par les uns et par les auA u -.si c i Q M -ni n itre MI satisfait .le savoir qu'en Uleii laut l'if. UN te du y&tch 11 induras ({ui doit les transporter Cuba, les migrants touchent de la United Fruit Company que reprsente llr Howeil. Cinquante centimes par jour pour leur nourriture, qu'a bord des provisions de conserva mot donnes a chaque liomaie. qu' leur dpart la Compagnie leur achte des pantoufltfB, pantalons, chemisettes, eic-, pour leur permettre

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06152
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 23, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06152

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PIR&CTEUR PROPRIETAIRE
IM1R1MEUB
Clment May loi re
BOiS VERNA
1358 Hue Amricaine
NUMERO 20 KNlMEb
Quotidien
TELEPHONE No 242
ILE CC,
i Mmorial LtV..
UNION
Un rencooiM (fae gfns |ui n
sont pM mchants mais en-
vieux, (|ue la prosprit* les
autres blesse comme une injus-
tice pentnnejle ai qui ne com-
mencent a tourner que quand
les revers arment.
17ar.e ANNE N 5144
PORT-AU-PRINCE ( HATI I
SAMEDI 23 FEVRIER 1934
Un Rapport du Ministre de l'hsiruefa Publique
ail Prsident d'Hati
h
Si nos coles primaires ne sont
pas loges, nos principales coles
d'enseignement suprieur ou profes-
sionnel ne le sont pas nou plus.
Le btiment, proprit prive loue
par l'Etat qui loge l'Ecole Normale
de JMDM tilles, ne peut satisfaire
aux exigens de la nouvelle organi-
sation que le Dpartement entend
donner cette cole. Il faut un local
pourvu des amnagement ncessai-
res. Le projet que je .soumettrai
au Gouvernements sur ce point est
facilement rtlisable.
Les mmes observations peuvent
tre laites l'gard de l'Kcolede M-
decine qui occupe une proprit de
l'Etat, btie en 1880. Ce local est
en ruine. Depuis longtemps le Uou-
verntment a envisag la ncessit
d'entreprendre une nouvelle cons-
truction. Faisant preuve d'esprit de
Milite, le Conseil des Secrtaires d'fc-
tat a bien voulu donner son appro-
bation au plan arrt cette Btt.*^
Nos soins ne devront pas s'arr-
ter la. L'Ecole protsMonnelle Lue
Dubois esl prive des amiiagne-
lents d'une incontestable utilit.
Cet tablissement qui reoit des in-
ternes, n'a pas d'iolirmene Un con-
oit difficilement qu un tablissement
de ce genre soit cre sans qu'on ait
pens y amnager un endroit sp-
cial destin a recevoir les malades
dont le cas rclame des soins qu'il
ne peut tre convenable de donuar
au milieu de l'agglomration d'un
/ Yii le Numro du 11 FivrM
dortoir. On n'a pas ide des ennuis
qu un tel tat de choses peut crer...
Lu plan est dress.
I n certain cot de ce problme
de I orgam-.1,1011 matrielle de nos
coles particulirement retenu mon
attention. U'tsl propos de l'Ecole
centrale d'Ail A N.tieis. M'y tant
rendu pour lavoir comment fonc-
tionnaient les classes, j'ai d porter
mes regards plot loin qu'il ne laluit
peut-tre, ei j eu ai rapport une
impression de tristesse Uunl je vou-
drais taire part a Notre Excellence...
Voici ce qu'en dit 1 lupecliuii Sco-
laire dans un rapport que je lui ai
demande ces jouis derniers L'Ed-
seigiiement classique n'existe pas
l'Ecole des Arts & Mtiers. Il faut
crer une mthode d'enseignement
pousanl s'adapter la clientle de
cet Etablissement. Mais l'adoption
d'une mthode d'enseignement plus
rationnelle, la potMSlioa de fourni-
tures classique* ne sont pas les seu-
les garanties du succs. Monsieur
le Directeur et le Surveillant gn-
ral ont insist sur ce lait a savoir
que les enfants interns a la Maison
Centrale sont au nombre de -'><
280. Se dsintressent de l'ensei-
gnement classique donn en cet ta-
blissement aux heures de classe ils
ont se cacher derrire les buissons,
le touffes d'arbre ou les jardins du
vuisiuage. Cette lune leur tsi facili-
te par l'absence de clture la fa-
ade Uuest de la proprit borne
jyar la mer. Et la mer loin de leur
barrer le passage facilite leur esca-
pade parce que presque tous les in-
ternes de la maison centrale sont
il habiles nageurs. Le Vf.il csl si-
tue sur le rivage. Comme on ne
peut pas leur refuser, rerl ou-s satis-
factions physiologiques, c'est eneo e
un moyen lavorable leur fuite. Il
semble mme <|iie l'absence de cl
ture est tous les points .1" vue une
cause d'inscurit el d'indiscialin t
la maison ren'ralp. Les entants en-
lient et sortent quaqd ils veulent et
quelque fois ne revi fcnenl plu
I le rapport du Direi leur, les
enfants et le personnel de l'Etablis-
n ment souffrent Constantin nt de
l'impalud'Sme. Beaucoup sont mala-
de; il \ en s l'inlirmerie et I h-
pital gnral. Quaal a la mil >n
d'habitation, elle est sal en me l
vais tat et deman i de | irali i is
urgentes. Le dortoir esl inlect. N i is
croyons Nous avoir l'ai' un tableau
fidle de ce qui existe a Maison
Centrale >.
Ce qu'il est indiqu de t lire l, le
Gouvernement ne d tarifer
l'cntrepraudre. Mitre mort
misre pbystologiqi e, privation d<
s.lins mdicaux le> plus lmentai-
res: voil le bilan. Mon Collgue
de l'Intrieur qui la loi confj i, ans
si bien qu' moi, la ehsrge de cette
institution, mu coin ne moi de c t
tat de choses, veut bien sssociaf
ses efforts aux mien* poui y porter
remde. Nous prsenlei ntt
l'agrment du Conseil des Secr-
taires d'Etat le plan de usa-
lion que nous suronsarrt...
Dr Arthur LE8C0UFLAIR
{La fin au prochain numro)
^
!"--------
Nos Petils Travers
o
LES ENVIEUX
Entre certains boumies de mme
rang, la bonne baroioni? existe
qu'autant que l'galit le loituue
M de Culture en assure la dure.
Mais ds que i ingalitdel'unjde
ces conditions domine, l'quilibre
est rompue et, alors la cordialit
est plus qu'une apparence. Car,
pour des esprits quelconques,
l'homme ais ne ^aurait avoir une
attention sincre pour celui qai
peine dur, tirant sa vie d'un tra-
vail pnible et grossier, de mme
qu'il pense que celui qui a t la-
vonse des le berceau ne peut ja-
mais descendre qu contre cu'ur,
jusqu' l'Humide, vivant dans un
modeste rduit, a moins de ren-
contrer certains rares caractres
dlites qui sont couine ta parure
de notre socit.
Pntr de ces sentiments qui
constituent do vnlabjes prjugs,
l'homme qui en est allecte de-
vient en quelque sorte l'adversaire
de tous ceux qu'il croit tre dans
une situation prdominant la sien-
ne. COtn US tel. Il a nitUlele linlil
ses armes de choix, et il en use
en toutes occasions. Ainsi ait
parfois chez nous I Envieux.
S'entretient*OD eu groupe da-
ims d'un avocai qui, grce a sou
srieux, a son talent rel, au sou-
ci qu'il apporte dans la delense
des intrts de ses clients, a pu si
tailler une situation envirne, I en-
vieux lail la moue, sourit, el insi-
nue combi n surit trompeuses les
apparences. 6ait-il du Juge qui
maigre son jeune Age, inspire le
respect a Ses devanciers, en im-
pose a toute la COUT par sa SU
Tappn dation, son II ur, sa droi-
ture, l'envieux dnatuie par des
rflexions tant l'h tireuse
opinion que partage tout le mon-
de. I n vieux reutil r trient il a
passer et le BgnaieH-Oa connue
un homme ajaul le BUT a !a
main et ralisant autour de lui
beaucoup de bien, qu sux
remonte jusqu' l'origine tie sa
lortune, raconte par quels moyens
frauduleux cette situ mon a pu
eue e al Ue., jJUOtbj SJUSteUC a'ett'
fer il mne chez lui, torturant les
siens, sauvant seulement une 11-
ade au dehors... arrive-l-on a
parler des succs d'un tudiant
qui,aux derniers examens.a triom
pli de faon si clatant \ i ue le
Jury dt la proclamation t es r
sultats. lui adresser de f ii it
lions publiques, l*envj tus chu
choie bien vite, qu'il a appris ir
oui dire, que les questions pof
celui l taient des plus simples
et qu'on avait par consqui ni
exagr son mTil
Pour chacun il a il.
loquentes, des rllex, l6fl
cieuses, parfois des san ismes, des
anatliemes pour ail i r l'opini 11
.les SmiS avec qui il s entre-
tient. Nature malheureuse il s'a
charne aprs tous ceux dont la su-
priorit lui parail vi lente, ou
qui sont t tvOiil m pai mas
i, ir II de la vie.
l. .a i iro apei til gi tnd iment,
en croyant simp e a ml
propre ,\ i qui rgne Psi
en '- de tout idal lev. I ma le
monde tle ceux q
pour I p I au
a pu i cr ;i un ch :min. C'est
ainsi qu'on rappot tf mini
le violoniste me i lut
l'IiciiMii | .; lubit les plu
attaqui envieux*.
de son temps. Un jour qu'il don-
nait un rcital devant uni salle
comble, l'un de ceux dont ses
es n lai m i ni point dormir,
trouva moyen de se glisst r, jus
qu' i l'ei ti'oiivut plac
le violon, et avi c une astuce de
renard, il abjma presqu'entire>
ment trois cordes de l'instrument
matre pensant causer ainsi
un chec irrparable, a stlui que
tout un public enthousiaste et
trntique attendait Paganini s'en
tant aperu, ne s'en mut pesj
joua quand mme sur la seule
le qui lui tait reste*
L'envieux tut dcoDt*. car, ja-
mais I artiste us joua aussi divi-
nement, *\ ne recueillit tant de
lauriers. (Chaque coup d'archet
lut com nB une tincelle . Il y a
quelque trsnl ansi les envieux ne
brent-ils pas condamner Kenli-
nan I de I. t fi ans de pri-
son comms ICI o lui donnant
un -. ir ju li aire pour
i ivntr cornu.' l'uvre de 11 n il i-
i en taisant co nmuniqu ir des
Ile av ni spares.
noui l'Envie slTecte la lor-
m ai^ue. Ses coup> sont quel-
un dois mortels et on ne s'en re-
lev pas. L pi i tnploy h**
b.tu il ira nt est 11 dnonciation
anony ne, qui acaus tant de mal
dans le pas* '. '-t qui comport i des
areinv.s vola nia i [uellss
il ser ul h lie d'e .traire n I u If |
i uts, capables d'illustrer noire
Inc. L tufliotre de oa jouas qassp
ruade au Cabinet d'un de
nos rares Prsidents.qui lut reinar
qnlile par ses solides connaissan-
ces, esl encore pr sent | a la ni-
moire de beaucoup ; Instruit, r-
digeant les i g les plus dlicats
Uves une facilite iouuanle, il
il en qu tique sorte lasein le
I d bit t d alors qui lui accor-
dait tout: sa couti io ', ii bien
qu'on prvoyait le moment ou il
aurait la direction de cet impor-
tant service. Les envieux qui l'en-
tou; aient jurrent tout bonnement
sa p rte. Ils tirent luit, que ce jeu
n lia ams i fit mettre un jou-
sou- I s yeux, une lettre par la-
quelle il tait tabli, qu'il eotrete*
rpportl troits, avec les
ivh s d'une petite ville
du Su 1. Qui na pas entendu par-
ler d B auteurs de cet acte inoui,
I qu a BOti ia vie a cet adoles-
. nt, espoir de demain. Telles
. on mis. |uen M desaslreu-
de l'envie, que l'Histoire a
pour devoir de styvniatiser.
Pui aple du grand l'a
u ouforter t ius ceux q li
mi iisi ut l uvre d i labol i
deux. U l'ila d l'en meuvenl
iinient leur chemin. A
du in titre iooubliabl ,
leur 'I Imi I ur vin 1rs une am-
ple n, isson de luccs Qu'Us lais-
meme pi ie l Envieux,
dont la bftVi i lou^lemps
j coul r inutilement, un lempera*
ut ayant t app nie la vio-
I mee 'le sou action mail usante.
r
L t lun li .pii
^aralua oub te
Question
d'migration
.Nous avons t heureux de
lire la relation du voyage lait
Port-de Paix ,>ar Mr 11. Klie qui a
rapport de ><'\i sjour en cette
ville des impressions favorables
sur la i ion uoni est mene l'Ami-
gration. Cela vient l'encontre des
apprciations ipie nous avons eu
mettre dernirement et* malgr
tout, nous enregistrons avec plai-
sir les boiin. s dispositions des
agi nis d'migration eu laveur de
n > COmpatriol 11 allant chercher
Cuba les moyens d'existence
qu'ils ne trouvent pas chez eux.
Nous avons toujours t d'avis
jor i u au citoyen le droit de
dispos* r de sa libert, comme il
l'entend, mais aussi avec des ga-
rantiis el des protections qui ne
l'ont pas de lui un obj l de tralic,
exploite par les uns et par les au-
a u -.si c i q m -ni n itre mi satis-
fait .le savoir qu'en Uleii laut l'if.
un te du y&tch 11 induras ({ui
doit les transporter Cuba, les
migrants touchent de la United
Fruit Company que reprsente
llr Howeil. Cinquante centimes
par jour pour leur nourriture,
qu'a bord des provisions de con-
serva mot donnes a chaque
liomaie. qu' leur dpart la Com-
pagnie leur achte des pantoufltfB,
pantalons, chemisettes, eic-, pour
leur permettre cemment dans l'le voisine?
Ainsi donc, au fur el a mesu-
re, toutes les garanties settut of-
fertes 11 migrant, grce l'inter-
vention toujours bienfaisante du
G luvernemenb ^g
Comme D .us l'anne
demi en., s il y a des abus qui se
commettent sous le couvert de
l migrationi nous sommes avec
tous les confrres qui voudront
les dnooi ei.
Mais n est de notre devoir d'ap-
prouver la taon dont Mr lluweil
organise l'migration pour ht Uni-
t i Fruit Company. ~+
v^
Irrigation
Ht'ceisitft de Itvtief lopogra
phiques et de lenseigoe-
tnaoU reueillir.v 1C
si ^J
^ ", imsrem et frap
paut eiemplss de dasstrsea rsul
t.ii <| iioui s n. i tablissement des
ystiuea d'il ruj ition uni tu lis ou
p-*s lu tout (Uns le-, endroits
SCte n Hati.
Il D'j a doute que dans
beaucoup se ai une plus i u le r-
bteaae mu Jdes
ui ; nuis "icu
srroeet que bui de tes*
nient irrigues*
niai ,iu-i
sux i.tats-Li. ibsd'autres pays
u n ta .n ,io choses
duu .nu ...i, |. .i ... ,,. m i Si ou au
m ans les su i .n,. i.ui nces
s'1^ t" igalions soi
gueuses et intelligentes, la ncessit
ie i ecuii.il des *r-
\aui 'iiri^n.twa.
*




l.t B'ATN
Ma
V-Ji
l'es Il .....- ex| i rimantes pu
travaux Lion devraient diriger
un tel travail oi c'est toujours de
parfont bien plac d'employer en
consultations le* meilleurs experts
que i "ii puisse trouver en matire
lien le plans dliiiilil's. Le Gou
variiamenl de notre In- voisina Porte
Rico, rieol d'aparou i mment
roecutiou d'un projet d'irrigation
de 15.008 a< rai da lai i
Conjoinlemeol daa leves lopogra
phiifues da >- 000 acres ont t ex
entai par la .8 Gologieal Sorvay,
une raconnaisaanca d'tudes ^olo
nques eti i isai raita par un expert
des Etats I m- pour la choix de
l'emplaceux ni d'un rservoir et les
plana et devis dfinitifs ont i l au
saines par dans des plus promi
neuta ingni ura d'irrigation d i
Pnys.
ThomuHAWTHORNB
Directeur d'Irrigation laDi
m raie 'tes Travaux Publics.
Le Moniteur
Le Journal Oliciel, dans son nu'
muer double de lundi 18 et jeudi
21 du courant, comporte, entre au-
tres, les in ili tes suivant'
Arrt mmant Mr Flchier
Anselme, Via -Prsident du Tribun.il
de Cassation, membre de la Com-
mission des Hcliimalions pour la
coniiais-ame de certaines affaires
pendantes devant la I mninission, au
sujet desquelles I membre Abal N.
L'ger s'est di porte.
Arrt fixant le douzime des
dpanses du mois de lvrier 1914 a
la somme de : In inillon cinq cent
quarante sept mille quatre cent qua
rente cl une gourdes dix neuf centi-
mes deux tiers.
Avis du Dpartement des Fi-
nances modifiant le poids uniforme
des sacs de cal l'exportation
soixante-six kilos brut (On kil. ), les
sacs vides devant Atre de mme di-
mension al d'un poids de un I loi >.
La prsenta mesure est applicable
facultativement de- maintenant, et
sera obligatoire partir du premier
Avril LttS.
Rapport de la Commission Ca-
dastrale Centrale de la Itpubliqu
relatif l'habitation Fooiche, qui,
selon la Commission, appartient a
l'Klat et se trouve en possession des
hritiers Peidinand Pascal Elle.
Cette opinion de deux des trois
membres de la Commission est ba-
se sur l'absence d'un acte au'lien-
tique prouvant qu'un vote de la L-
gislature avait attribu la sus-dite
habitation au citoyens Jean Pierre
Boyer, laquelle Inbitaliun a t ven-
due par sa fille, Mme A/.ma Boytr,
Mr Pascal Klie.
Nouvelles Etrangres
Confrence post-scolaire
Jeudi aprs-midi en prs
d'une assistance compose des l)ii
trioea et institutrieea d s coles pri-
maires, Mr le Dr Boxer, Inspecteur
des Ksjnka, a donn sa confrence
sur la Lpre.
On est rest longtemps, dit le con-
frencier, se tromper sur le carac
1re absolument dangereui de cette
maladie.On soutenu pr il D nenl
que natta maladie tait hrditaire
parce que la priode d incubation du
microbe est lente (10 S5 ans). Elle
est plutt contagieuse, ajoute le Dr
Boy,t. Il dit eu outre que les taches
qui sont souvent les premiers symp-
tmes de la maladie ressemblent
beaucoup d'autres taches lym ln-
tiqui's, celles ci Inoffentivea, Dans
le doute, les parents feront interve-
nir le mdecin.
Lu pion belle ~vi< Je
H. Poiiu.nv
l'AUlS 21 Pu 150 voix contre
134, le snat a approuv la politi
qua du ^ouveni'-ment malgr cette
in ijorit I i situation du ca
binet Poiocer se trouve renforce
car la lutte tait particulirement
vive. Malgr Pavis de sas partisans
d'accepter le compromis, M. Poioca
r a mis le snat devant la respon
snilit de la renverser. Il sort viclo
m, ux de la plue grands bataille qu'il
eut a soutenir depuis qu'il dtient le
pouvoir.Cette victoire semble lui as
burer son maintien au pouvoir jus
qu'aux lections. La lutte s'est d
. oui e sur l'amendement la loi
lectorale proposant que tout dpot
ne pourra tre lu s'il ira pas obte
nu un plus grand nombre de voix
3ue s u concurrent. M. Poincar
cla.-a qu'il n'acceptait aucun corn
promis et faisait du projet vot par
la chambre une question de confiai)
ce.
Aux applaudixsemenls unanimes
du snat,Nt.Heu>mll rpondit: Nous
vous aimons et vous admirons, mais
ne nous Ion e/ pas voter contre
notre conscience et contre vous. >
Celte prire fut rpte plusieurs
fois au cours du dbat, mais M.Poin
car resta ferme. Il y eut des ino-
muuts ou le suat iudiqua verbale
ment qu'il dsapprouvait cette atli
tude, mais au moment du vote la
majorit des snateurs se rangea aux
etes de celui qui jouit lu plus
grand prestige dont ait jamais joui
aucun homme diktat de la Jme r
publique. Aprs celle victoire, \1.
Poincar va faire accepter le vote
des autres articles de la loi liscale
et on n'entrevoit plus aucune diili
culte au sujet de la ratification des
mesures qu il propose. Il a russi a
l'aire v ter pir la chambre l'article
concernant .a suppression du mono
ple des allumettes par 305 voix cjn
tre 188. lu tiers des articles de la
loi est v.;t le reste ne donnera pas
lieu a. de grands dbats.
'entre de la Bourse
interdite) aux trangers
l'AKlS Le ministre des finances
a souaiis la signature de M. Mille
rand un dcret interdisant l'entre
de la Bourse aux tiangers non mu
nis d'une autorisation spciale.
I. Carter reprendra ses
travaux
LE CAIRE Le gouvernement gyp
tien a accord la comtesse Carna
von une nouvel!-- cooeeaaioo pour
les ona du t i
t inkhamon. Cotte di ei don par n '
trait M. Carier Je reprendre les
travaux.
le scandale du p'i oie
VV tSHINGTON Le ** S v .1
iiop rsolution i'e la cb imhre ifFec
tant KM) mille dollars de dit pour
engager les BOnrsuil s in idarea
exiges par h situa'' > des baux p
tro'ilres M. Cooldge a truania
au snat la Domination de M. Ca i
les Warien corme ambassadeur du
Mexique.
lecettei de douane
COBLENCE -Les recettes de doua
ne franco belges dans les terri t lires
occups s'lvent environ i mil
lions de francs par jour depuis le
1er Fvrier. Les fabriques d'aniline
de Baden ont renouvel pour il mois
l'accord de l'automne dernier pr
voyant la livraison de 860 tonnes
d'azite dont *;) pour la Balgique.
Nouvelles diverses
PAIUS D'aprs des renseigne
ments officieux, le rapport du comi
t d'experts N > 1 affirmerait que
l'Allemagne e^t en maaara de, pav t
ce qui est rclam par les allis. Le
comit No t aurait iix i milliards
de dollars le m tntant des capitaux
exports d'Allemagna depuis Parmi*
tice.
BERLIN L Lokal Anzeigar
dit que la commission a choisi / i
rich comme si^e de la binque or
propose avec des capitaux suisses,
hollandais et britanniques. La note
gouvernementale dit qu'un crdit
d'un milliard loti millions Je marks
or a t accord aux industriels.
BRUXELLES M. Theuais a d
clar que mme si l'Allemagne ne
payait rien de plus, la Belgique est
en mesure de fjre face a toutes ses
obligations avec ses propres ressour
ce9.
LONDRES Les patrons ont ac
cept d'accorder aux dockers une
augmentation d'un shilling le 1er
Juin. La confrence angio russe au
ra lieu vers la '.Jme semaine de
Mars
LO.NDitKS r-e gouvernement a
dcid, cause du chmage, de corn
mencer la construction de ."i croi
seursetde i contre torpilleurs. Cet
te dcision a donn lieu deux d
bats la chambre.
LES COURS
Pari shunt
L)i m a oh a
Les M s da Paris
2e\- 3e chapitres
la ferme de Boiu|ueval
Le Jaslicier
Un Palli J< iiiicd (indit )
Entre:'. lourdes
Jjilcon 3 gourdes
21 Fvriei
PARIS Dollar 13,20
Livre t.2-i
Boite aux Lettres
Monsieur le Directeur,
L'infor nation contenue dans votre
numro d'hier au sujet de la Ile-
Oaiaaani e n'est pas tout a l'ait exacte.
CeClubdoit en eilet ilonner un grand
bal travesti, mais il n'aura pas lieu
dans les salons de l'International
Allil'lie t.lub. NoOS VOUS prions de
i ubher le prsent avis en manire
de rectification
Meilleures salutations.
IN ABONN
'Nos denres
La situation Port de Paix est su
bitemeut devenu'' trs difficile. Les
livraisons ds caf sont mules et l'on
sa demanda -i ca n'est pas la fin de
la rcolte, il ss peut, ei p mdanL qn il
v ait Uns I criaille qu ml
core dans la campagne et qo< laad
lenteurs, voyant la hausse, attendant
toujours. Ileia os qui sel lOris),
i .i. le m lit propritaire a fini
la livraison de su r.;> site.
( Rtilictni Ai m ir)
Un dsire
Louer une maison dan une rue
conveuable.
S'adresser au Breau du ".Malin '
Varits
Le
Dimanelio
e
En 9 parties
Loge &&0
DEMAIN SOIR
Par.ni les tiims da la collection
Leouetli, LL TIIAIMATI RGE, sera
certes un des plus merveilleux qu'au
ra exhib Cin Varits.
C'est demain soir, que sera don i
ce chef d'o'iivre u la marque Pari
mount. La Dira ti m fera passai I ai
neuf parties du drune sur l'cran eu
une seule reprisentalien.
Ouverture des assises
Par son ordonnance an data du 19
fvrier cour, t partit dan- la
mer numro du Moniteui la D i
du rribuaal da lire inel >nee deP i t
au Prtnea s Bia* l'ouverture daa a-si
ses criminelles au lundi It mars
bain.
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT c
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
L'Anne 1924
Une nous rserve 1921 Question
angoissaute qu'il est encore permis
de poser puisqu? l'anne commen
ce peine. Une des pylliomsses de
Paris, la plus clbre certainement
Mme Fraya a fait sur l'anne 1914
d'tonnantes prdictions.
"L'anne 1924 nat, dit-elle, sous
le signe astral de Vnus et de Mars.
Cette double influence lui donnera
un caractre tus spcial, tandis que
la rue vers le plaisir sous toutes ses
forme* va encore s'accentuer. Mais
suscitera des discussions el des tro i
bls graves. Les femmes seront plus
charmantes, plus agrables, plus d
sire u ses de plaire, plus panouies
QUO jamais. Mais qu'elles prennent
garde l'amoa sera subit et bref.
Qu'elles ne comptent \>i- u d: Ion
gus passionset d'ternels bonli mis.
Les hommes resteront aussi infidles
que par le pass ou tout au moins
n'auront co.nme d'habitude, que des
fidlits successives.
" Les hommes, les tout jeunes
hommes, aimeront de prfrence les
femmes plus ges qu'eux, beaucoup
plus ges. Que les femmes se tien
nent sur leurs g ide< !!!
Mesdames vous tes averties. M
fiez vous de l'influence astrale de V
nus en particulier et des hommes en
gnral
En 1924, la vie va devenir plus
frntique que jamais. <- Le got des
flaisirs rapides, continue Madame
raya et d assez mdiocre qualit, va
s'accentuer. Mais je vois de grosses
difficults linancires BOUT 1914, qui
atteindront non seulement les Etats,
mais aussi, el peut tre plus dure
ment encore les particuliers. La vie
chre va devenir insupportable : les
classes moyennes souff.iront beau
coup ; et le dsordre lina'.cier g
rai. par de nouvelles hausse de notre
ch nge va provoquer de nombreuses
faillites, de grandes banques dpose
ront leur bilan.)
La situation IntHeure va Aire alar
ma u te ? Madame Fraya ue ta croit
pas.
" Tout sera calme chez nousd'une
faon gnrale. La France est le seul
pays du monde o ne se passeront
pas, en l'Jii, de ces graves vne
ments politiques qui changent la des
tine d'un peuple. Les lections se
ront "traditionnelles". Par contre
dans la vie quotidienne, nous assis
tarons une recrudescence de vols
main arme, d'assassinats retentis
sauts.
" Tandis que politiquement h
France sera tranquille, les pivs qui
l'environnent seront la proie de vives
agitations. Tenez. l'Espagne, par
exemple... Et l'Angleterre, a ijoaV
d'hol si orgueilleuse..'. l'Alicmagna
ira vers un morcellement qui s'aceei
i a de mois an ra as. La Bavire
prendra la tte avec un gouverne-
ment d'inspiration monarchique.
Quant & Guillaume II dont rous avons
u peur si rcemment ewore, son
lla est Uni, bien lini...
' Au cour de 1914, la France ver
ra i, ri venir & elle, mme
ce u qui prsentement semblent les
plu loigns.
" Mais es perturbations politiques
ne risquent pas d'amener un conflit.
"Il y aura en 921 une menace
d guerre assez grave, nais pas de
guerre du moins laquelh la Franco
prenne part.
" De nombreuses personnalits po
iniques des plus connues, ainsi que
les crivains el des artistes de pre-
mier plan mourront cette anne,
' Nous assisterons de prodigieux
progrs dans les Sciences: mdecine,
chirurgie, aviation, mcanique.'1
LeoaciOD Dominicain
A l'occasion du 81e Anniversaire
de l'Indpendance de la Itpublique
Dominicaine, le Ministre Dominicain
et Mme Moscoso Mijo, recevront
la Lgation le mercredi i" courant,
de 1 ii T p. m.
fj'lncumlir d'hier
Il tait 1 heure 1/2 quand l'a-
larme tait donne par la sirne
de la (endartnerie toute la popu-
lation fut mise en nnoi. Le reu
venait d'clater l'Avenue des
Dalles chez Mr James Thomas,
Conseiller d'iat, proprit de
Mme Vve taule Mevs.
Les Pompiers a.-.courus en tou-
te hte tirent de leur mieux, mais
les ravages du llau qui eut pu
prendre des proportions dsas-
treuses s'arrtrent grce la si-
tuation des maisons en ces quar-
tiers c'est--dire lorsqu'aucune
proie ne s'ollrait son apptit ra-
vageux.
Le petit cottage habit par Mr
Allreil L.ook put tre mis l'abri
de son action dvastatrice ^ruce
au concours d'uu contingent de
geudarmes sous les ordres des lieu
tenants Shaker, beal, liroowii et
d'un concours dvou d'amis ac-
courus en grand nombre.
Ou n'est pas encore arriv d-
terminer les causes de cet incen-
die qui s'est dclar l'tage de la
maison au moment o Mr .1,
'i bornas et sa tamille prenaient
leur repas du midi. Cet accident
que nous dplorons serait-il dtl a
une impruience oj la malveil-
lance.
L'action de la Police s'exercera
certainement pour dterminer lea
responsabilits.
ioutelois nous croyons savoir
que la maison tait assure la
Home Insurance Co.
Nous prsentons nos sympathi-
q es condolance* Mr et Mada-
me James Thomas> victimes de)
ce malheur.
Tennis Glub
l'Ui H BALL
Messieurs les membres du Ten-
nis Club sont aviss que leuis
jours d'entranement au l'arc L ;-
conte pour le Foot-Uall sont les
LuuJis et Mercredis aprs-mi-
di, et les Jeudis six heures du
matin.
Le Capitaine du Tennis Club:
Ferdinand Jean Jacques.

On dsire louer
Une petite maison dans un quartier
central. S'adresser au journal,
Chez F. Lavelaoet &
812 Rue des Miracles eot de
VEcole Stnographie Robin.
On trouvera >Ies articles suivant* :
\ In rouge ,* olanc garantis pur jus ,|e raisin \ qou-
des et 6 gourd -s le gallon, des liqueurs fines assortie
du Cognae suprieur, du Campagne autheutique farte
dor demi sec. tin trouvera aussi du vin par harriiues
et par eaisse, du Kola Ascencio les produit. Ouillmud au
prix de fabrique: dos provisions etc Nous avons reu -ma
si divers articles de mercerie, des articles pour couture
lingerie el mode y outure,
Prix dfiant toute concurrence. Passez nous voir
t.LAVELAnET $ q0


LE MATIN
VLDA
ont indispensables
i !'l
u VIEILUP.O qui swi rrnUre liir,
m GRANDES PERSONNES^
mfca: a lan tanptiNs
pour PRESERVER
LECRS ORGANES RESPIRATOIRES
ou pour SOIGNER
Im RbumM, Jlfaux de Gorge,
lrjruffiti i.nm hues.Grippe,
Influents, Asthme,
Luj[,!.}i,we, aie., etc.
MAIS EL FAUT &V3IR EIEI SOU
lie n'employer qu
n~mm
PASTILLES
VALDA
VERITABLES
HMtl
nx*. Do. risw
l ni le nom
-L
F.ei Pastille VALD* Motentente:
Pharmacie Centrait d'Hati, l'harmi
cie Bourraine Port au Prince,Phar
marie Brulus Jrmia et toutes
pharmacies.
. Venta i l'Eacta
Mardi 2ti Fvrier 191
En vertu d'ordre de Monsieur L.
R. Marie collecteur de la Douane,
selon les article* cinquante1 Deof(5o,j
101 de a loi de douane, devant les
Sortes de In Douane, il sera procd
lardi i Fvrier loi(4 10 heure
du malin la \cnle l'encan des
mtrchandises suivantes :
Art .i
A & Co I caisse de manti''gue
L. S. I caisse le Champagne
ttebara 1 sac de farine
S *\ 0 paquets de tut aux
Article 101
D II.Cunnetl,l roue pour machine,
I tenaille en ter.
J l'lit '2b caisse de chicore
A liellergeau. 1 vases simili, marbre
1 encrier, t buvard, I plumier, 1
ojbuseur.
No 2207 L^C M de N 10' louleuux
da papier d'emballage.
381383. 1 caisse de coupe papier
B B No 1 1 D coni, 1000 tabe
lettes, La Fixine pr teinture 151 tu
bes pour nettoyer les tissus.
Ifl petites liolespailum chantillons
1 lot de prosprais n.ode d'emploi.
!."> carions vides.
Moutbrun EL1E
________Encan leur public
Avis
La soussigne annonce tousqu'elle
a ouvert dans sa maison situe
l'angle des Hues du Uiamp kde Mars
et de la Rvolution, un Cal sous le
nom de Bar Sainte Anne.
On \ trouvera un service soign.
Port au Prince. 13 fvrier 1924
Mme F. NAl
****
v-r^ia nu
NOUVEAUX ALAMBICS
Ht DI3TILLEB t BtCTITlU
lf EAUX DC-VIS.
MM, ALCMLS, M*
CEROY FILS AN
/*, nu m Mttrt. /t
BUIBE PRATIQUE in HiMlilm MM
vie nstacn, M manoii. m riinun u
ftIDU ( TARIF IllUtrRt #11111 fr*ne.. .
Bazar Hatien
On y trouvera, bon march, le plus plus grani! choix
d'objets confectionns dans h'pays et d'ouvrages artisti-
ques : broderies, plateaux acajou de toutes grandeurs
bouijeoirs, Cendriers, bottes poudre, Cadres, pour pho-
tographies, Itoites (igarettes. C.ijures, travailleuse,
Cannas, tables, lampes lectrique-.,objets en jiaiac,pilon*
de toutes grandeurs, ufs repriser, objets en eor-
des : paniers, pantoufles, layets, poter. : Cruehos
dcores, lampes, Vase a fleurs, fantais s : Coussins,
Panneaux. sacs,abat-jour. Ouvrage en enir: portefeuilles,
Sac main, et divers objets artistique,
A l'extrmit du Wlinrt.
LOuC T!V
COSTUME BL
11 y aura grand bal Ira-
vesli Monte Carlo
ce soir.
Orchestre spcial pour l*occa>
siori'
Chamon et danse hatienne sudoise,
hamo ;$d nie spciales Dom': tainee
Venez y voir
G. Lanainan
Directeur
Prix da Flaot : S I
RESTAURANT
Aux Caves de Bordeaux
PB
l a*
Nons avons l'honneur d'aviser
notre aimable clientle qu'elle
trouvera^Ions les malin?,
partir de six heures :
Petit djeuner, cliocolat, sandwich**, paies, brioche*,
lartea i la crme, elioux la trma, ait.
Les soirs:
Potages assortis, crme
et sorbets
No* cliente feront heureur^dapprtn
dre que nous avons tabli le prix
des djeuners coinm? suit
Plat du jour Gourdes 2-&0
Table d hte 4-00:
le Caf restera ouvert tous les jours
ri im miche et jours fris compris. Le
djeuner sera servi ces jours l comme
For dnait e
B jurne Bniit
courre khumatismes
NVRALGIES
Dr. BENGL, l. Rnc Hullu. Pirii. *
Royal Cae
tin lace de la Banque Nationle
g* f ^ a 7C1 Propritaire : Annacius 1NNOCH.NT
Il 1**11 I (I HOlCl (le K rlIlC Le ll0,ivel &******* m reewmaundfl par an serwffee
irdproelialde, des coiuoinuntions de premier enou, a
Angle des Rues Borne foiS? du Quai situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par les
sionnels de glana mente.
lnslail itiou parlait. prix medra.
Tlphona N" XOK
VIENT DE RECEVOIR:
Pt de foie gras truff. Civet de livre. Andouil-
lettes aux lentilles. Andouiiles au saindoux. Jambon
en boite. Anchois A l'huile. Sardines. Maquereaux.
Thon,--Cassoulet -petits pois fins extra. Uoudins.eto,
V n Roug?, ie gallon 4 gd*
Vin Blanc, le gallon gds
L Htt;l dbite par barriques al plions des vins de
Bordeaux. Vins de Champagne.
Cuisine excellente Chambres confortables Magni-
fique vue sur la mer. ^

be Uoval Mail Steaot
Packet Company.
Le steamer CONWAY c?t attendu en
Huili vers le 28 Bvritr courant. Il
changera dirent ment pour l'Eu* Poit an Prince, le 15 Fvrier 1921
Roberts, Dutlou&Uo lue*
Agents Gnerau
x
tf'uliou blice Pohsii
iloiupuiiy lac,
i\eii>York
Si vous \oiiloi: prolger I peau fie vos rhauturas.
Si voua Miniez avoir ma brdlaut laisut t lurabla.
si VOIia vou'.as la conlaar et la soiijilease de tas haus-
auras pendant lomjlennps employai la marque onoijram.
Pabriqua sprcialement'3 peur (Jes dames ol lus gsalle-
maii lu liiijlit lilc.
Jle pretga la'jjpaau des abaiiasurea eonlru l'hanajaM
et la chaleur.
Demander, la mar |iic MOBOjria o'a-d la meilleure do torrtes
les marques.
G*r hANSEME fftni roo'- M-l
Barb
'v
-
*
court
110, Hue des Csars
Tlphone : 0
n


U.d.i.\ i
2L<0
FOX,, TROT
C2P2
Carnaval1)
Va /cw.
EXTRAITS :
(EilUI, Hctt, Mitnou, ^
Cyil'mtn. Jaimin, lilji.
Muguet, UU. llIMropt. Cbypri.
K i VIBRES CS&ATIONHi
Unjrdin l^.il,
ht tten d'Arii.
T'" PmAmmHm '-I 0 M
Tarfum
enveloppant
caressant
ARYS
.1. l.l '
3, Rue do In Paix
PARIS
j^^s-: ^g^^^fc=
_------.
-

Se. \ ailljit Consi'jn.itaire pour Hati
Superbes fifasqo
Arrivs par 12 dernier stea
mcr'\Franai&:
Loups Dominos. Fausses barbes
Moustaches et Perruquoe.
RT&LOfiUES DE MODES
DDiriONSiBELL
A ccoarez tous chez
Mme Veuve Dumas Ruina
Anijle des Ruoi du Peuple & des Csars 413
Mademoiselle Titine ^n Itue du Centre Nu
*Kmc Lonce jirehimele
|{ue Courbe .No 1717
Mme Ordalie Landrn
Ituc Courbe No IWfl f *
Mme ntolli Trouillot r-
lUie du Centre Xo 1835)
> 43HBj *=*&>
m^
a'Sie-Ion
Vue ipMi et un qas
Tlphone: 587
LEtaMi.seineiil prend des p< iisiomiaires la quin-
zaine pour le djeuner ft le dner, on pour l'un ou
l'autre sparment OU pour pension complte.
^S'entendre avec la direction potir.M conditions.
Grande salle pvur banque0.
Cuisine Franaise
Paul Sas
AVOCAT
Recoii e a? :ts ,C >mmerciaor9
af[aires l'traoqer.
Correspondants Washing
ton, New-York, Berlin,
Turin, Loi dres Paris.
17e Rue 1*1114x217,1 rr-au-i *tnct
Tlphon 597
MARTINI el ROSSI
TTItllV
VERMOUTH ET VINS MOUSSEUX
Les produits de la mai-
sonMartini et Rossisont
bien connus et trs ap-
prcis par les ama-
teurs de bons vins.
Es stock fco Martini cl Rossi
Qualit uprieur, t* x modre
Pour commandes directes el coudilions, tdrum ? oui
IVioenl Gnial:
L. PHEETZM + is > \GGERHQLH
Hue du Quai
D^JB.THEBUO
C.liirurtjien-Dentiste
Des Facults de Montral dt
New York et de Boston
Anle des Hue Dfllcuchs et du
Magasin de l'Etat.
Consultaient de 6 heures du
matin 8 8 ht.ures du soir.
I(mu ni d'arriver
lauucttes pour Tennis
CHEZ
Oloflbt n Lucas o
Pharmacie F. Sjourn
Donne avis M clientle et aux mdecins et au public qu'il a
'ranisorrn son Laboraoirro d Ulogie en un LaboraHPre da
biologie appliqu sous la Directioi \
Dr tacot et t. Sjourn
Le laboratoire es oavirt tous les jours de- 7 tires du main G
n ure* da soir pour (etes les recherches et analyses prvues dans
p'annonc- ci jointe, saut pour le
Wasse minn et iaconstante llie Scrori
Sarjnt reues que la mardi da chaque semaine.
S'adriir ta faar nuie poar les renseigne me ni s* ..
ailyes d'uni! bt 6uiasinque <.5c*
Kaction de Vfc asr.ermann "
RmCi.ou ieiW.' J-\
tamen du saug et du patjlf 1 3
fckaaieu des oahres fcales ^Jm\
Examende craehat
Albi"mmo raw,rx
Cochante Ur^ Socitaire
fourche de. Spir.Tmie* et Go de MtMquet etc\ e%.
Il ..--''
V
A la Conscience
Ernest Camille
Fabricant de clmussures
en tous genres
Matriaux suprieurs
Soins promptitude Oit rite
raii'i'liuc prs ia l'oste N 1722
La maison porto la connais
sauce du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
des nombreux clients elle ac
corde partir du 1er Juillet
1923 une prune de une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence on est prie
de rclamer un reu peur chaque
aheat au comptant.
A la Conscience telle tst la
devise de la maison.

A vendre
Lu GotlU MARIA ELKNA de
vingt qUBt lumes, un canif lit
Mai W f'ius a&ipUt rmsetgne-
mtnU^adr&ur l MaUon J.L.
Yillanneva ei Co de Po>( de Pat*
Trop faible
pour travailler
La vie courante des {emrr,s n'est ssov il
qu'un travail incessant. Combien plus ardue
la tichc quand des malaises particulier*
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
stme nerveux est drang et Ja vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lisez Ce Que Cette Femme Dt
2an"lo, Orienta, Cub." J'ftmi anmique et oui-
frau lors de u^c rfcg'.es. Ces douleurs me f eraicpr. I
Les dotitewrs, toujours <3r m le 1
taient quclquato. aigus, quelquefois icurd* et Je .orais-
Lj'tll l'crtde eemiltise rendent qv. trains
f par l'ntrci ,im
kato d L\
tfaction at j: ra dit nn plaisir
nu da
" ur.CafltSt Cet
I*s tem-oci sonfr-nij n* SrTrlnt tt% ;*tm d*mals
H.taalrtarpowrU
Comt308ition\&gQta!e
de h/dia ILfiudiam
(.ydm i.kmmi nciMt*c eo> truu.wms*. v,. v


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM