<%BANNER%>







PAGE 1

LEMAT1IN Par Cable Nouvelle* Et angres L' • dbats se. poursuivent a la chambre lranai*e. Marna triomphe de M. Poi-car l'AlUS — La eOM il d mini trs s'e 1 runi 1 tus ht pi di M. Millerand sa session extf '0 '>in ire pour intendre 11 d J 1 ilion de M Poioear sur la situation politique. Las membres lu cabinet nul surtout discut l'lut tes dbat! au Parle ment au sujet de l'adoption des • sures fiscales du gouvernement Ou pense qu'un changement nitical dans ces dbats va .h' annonc aliu de lia'er [les progrs du projet de loi dont le but est deltecluer des cono mies par dcrets et d'augmenter les impts. M. l'oincar a traver- av r suc ces la deuxime phase de sa lutte au parlement en l'aveui des n uvell.s taxes quand la chambre des dputs a rejet une ma|oril de H'.l voix une motion dis socialistes qui aurait repouss la proposition.Le Premier minisire a eonioll l cdlc premire victoire en obtenant le rejet de l'amendement Forgeot en faveur de l'mission d'obligati MIS lots ; le gouvernement a fuit ?o r ur l'amen dment la question de confitnceet U proposition a t battue par :!J-> voix contre 811 La motion CM so-ia listes propos ut de sparer du projet de loi sur l'impt le ilme article qui prvoit une augmentation de 20 0(0 (I ni' lu impoli a l repousse par 301 voix contre i\i ; il y a eu un grand nombre d'abstentions dans le vote sur la proposition des lai Toutefois dans les milieux parlemen taires on cousidre ce vole comme indiquant une marge assez forle pour le gouvernement et assurant son soi ces puisque plus de la moiti des membres ont vol avec le cabi net. Il y a encore un grand nombre d'amendements examiner, mais on pense qu'ils seront tous rejets. M. De Lasleyre, ministre des li nances, dit que toutes les difficult* financires de la France provenaient d s OUMiqUAOMall de l'Allemagne exe il' 1 %  • %  • utilisations. Il a dit qu'il H par consquent fallu avoir recours des emprunts pour faire face aux I) -oins do la reconstruction et que l'mission des emprunts d vei.ait de plus en plus difficile. M. De La-deyriea remplac M. Poincar qui est encore indisposi pour exposer la politique du gouver nement.ll a dclar que ceux l m me qui l'anne dernire deinu daient au gouvernement d'quil.brer le budget teient ceux qui emp ( %  liaient le gouvernement d atteindre ce but. Non seulement le budget or diu'tire avait t quilibr mais il ac Misait un exelent do 550 millions de (ranci qui sareianl sans doute ab sorbes par !•! dpMM supolineii t tir iIl pondant aux critiquer qui pi lit que l'oGOUpatioQ de la Kubr tait responsable de 11 b lisse du franc, le ministre a dit que lei dpens -s de l'occupation pour la 1re anne avaiv-.it t de Xj.l Ettilioni „t |ei r* 1 • de 1 milliard 10 nil lions, es recettes il fallait ai 11 ter les produite saisis paur une v i lear de350 million* de francs. fluu commission spcial 1 ilviiijuit' 'n IboaoM RUtDLENCB— Lacoramissim sp eiale B'eaq i"'l" n >avna parla com mission i.ilen li '•' en KliinaoiBel an iv M Goblene; ; elle sa c > n KM* du e l'o tel Dtrbono IM pour la Prau ce ; du com M idaol llart/. pour li Belgique el di capitaine Berrj pou • l'Angleterre, i tmoni liions sur tous les po lll du Rhin cou luisant dios le Palatin <' %  OOl t arrtes et I ,, lemtn l pi ne sois les orlres de autorits d'occupation. I. -s persoaaee que l'on dcouvrira comme ayant particip l'attaque BMtre l' liflce du ,: inernement ps • sarool devant le conseil de guerre de Dusseldort. llaitc des rebelle mexicains WASlIiv; rON L'ambassade de jgei1 [ ia aanon nrtl Esrebelles sur le front | i s r .). a t* dfinitivement )>atlu et e^t tu fuite. Avec lui, ajou %  1 aiie el les ain irieaiaee sont re re te le 1 a nmuoiqu !•• t > p* les g nraui Oie % %  t Garei arnah et la rido ont cd. La bataille a eu ii^u pred % %  le l'ii d kd l s'e 1 M D par la vii-t >ip1 1 • I lraui aprs D 1/ • baure de co nbs << ha n ; 'es perte; sont xtrim ine.l l>.ides. N i M songrs d 1 presse I line LISBONNE— Le (I usi de la pre se lalioe s'osl ouveii hirr sous li prsidence du prsident de la 1 ipublique du Portugal L spi gne, li Roumanie, publi ;i tu! prseul lr Orlando relouroe la vie j) iliinjur IloME-M. Orlando, ancien pr sidenl du conseil, a annonc ollieiel liment son retour le vil politique ; il sera candidat a l'alerme sur la lis te de coalition de Mussolini. L'aifairs Toapot jdevant la commission d'enqute sur le ptrole WASHINGTON La cjmmieeion d'enqute sur le ptrole a entendu SJ. Sbafiar, ditiur ds piumiut* lienver (Cbieegoj qui a rvl qu en \l u l'i^l M. rail, assurant al .rs les foncti ois de secrtaire d>3 l'int rieur, tait sur le saint d. louer Teapoi do.in M Sinclair. Mr fn ney, secrtsire idjoial S l'intrieur, a dclar >|ue M. l'ail eonsidrait inutile de connu ter l'atloi ney gn rai sur les baux ptroli'res de Oa!i fornii.M. Me L;an, diteur du Wa sliington Poita t appel parle comit pjur obtenir des informa lions sur li cration de fonds secrets d'un mill on d • d >!lars par d •> ti nanciers de Nw York d iviftt tre enpl )i Wash 1 ton. ec imit s'etlorce d tablir s il y a corrlation entre c s fo ds et la'laire Teapot. L'Angleterre el ses oolenias LONIJUKS M. Ponsonby, sous secitaire des affaires trangres, dans une rponse crite une ques tion parlementaire nie que le gouver nemenl SDglail lll I intention de ce der la Jtmaique ou toute aulre pos session aux Klats Unis propos du rglement de la dette. Nouvelles diverses PAKIS—Le comit olympique frar< cals a reu les engagements addition nels de la Hollande pour les mat< lies de foot bail el de l'Alrique du Sud pour les sports alhlliques,cyclisme, i:o\e, natation et tir. l'A 1 il S — Le gnral Dawes et ses collgues du comit No i sont arri vs hier suit venant de Berlin. Le gnral L uwes a dclin toute drla ration dtaille se bornant ramer quer q ie ics allemands avaient com plteinenl rpondu h toutes les ques lions qui leur furent poses et de la faon la plus salislaisante. r -j<3 comi 1 runira lundi. IMUMASI-.NS ijualor/.e cadavres horriblement mutil s ont l retirs des ruines du B-virksaral ( difice du ouveroemeol } at deux des bls ses sont noiU, ee qui poile le total des sparatistis que Ion sait tre m >rts par suite du massacre de jeu di II) SI'lltE LM autorits militaire 1 ) franaises dans le ratatinai bavards ont annonc qu'elles avaient pris des mesures de rprissioc ncaaaal ru pour faire fa.e a la lituation cre |iar les dsordre! qui se sont produit! l'ier i\ Pirmatana, lll-.IU-I.N—Le gnral VOD Seeckt iliel d'tat majora notili.; au prai f LES TOUX des %  W Bronches ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMULSION SCOTT prise rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de la faiblesse. dent Ebert que l'tal le sige pou \,ti: tre lev le mois prochain, ru le blisseonat de l'ordi le pays. On ne nil >i ls -ra 0 l %  1 BERLIN—S 1 il' t %  ont t tus a Badue.l,luira au cours d'une 11 •liiiutlource semblable celle de l'irmasens. L-s troupe> liane ii-ein tervinrenl et disp rsrent 11 foule. Le couvre feu a l proclan ROME— M. Mussolini a reu Mr Albert Thomas, directeur gnral de l'organisation du travail, ivee lequel il a discit les diffrents dtails de la convention du travail d^ Wa.-diing ton. M. Thomas a aussi vu pli sieurs fonctionnaires du gouverne neol au sujet de la lgislatiu 1 du Iravsil 11 pense rester 1 1 jusqu' la semai.ie prochaine pour tudier la situation ouvrire italienne. LOUQSOft— Ls valle est surveille par les aginti de la poli :e qui ont reu l'ord^ d'empehar qui que ce soit dapprocher du tomb-au. M. Carter s'est retir eh •/ lui fat gu et ennuy landii qu'au tliire le Pre mier ministre fpte s'occupe par soanellensnl d lu lier les sspaets [gaux des diffioud* entre l u dirai teur des foui: i ivernemsnt 11 y a lieu de croire q te 11 question de proprit du irsor du tombeau a une certaine pari 110! lee loog 1 's disputes qni ont eu comme rsullit la rupture. MOSCOU-* Mn-, Kollantay, re prsentant des S >vi its en Norvge, vient de tlgraphier que la Norvge avait reconnu le gouvern m int sovi t ique d %  jure. _^_____ Un Bulletin Spcial de l.i Chambre de Commres amricaine en H ili N us avons reu In r ce doc.unenl dit Poccaii m 11 la viilti des journalistes imrica'Qi voyag nul bord du tHeoderson. — C'eslun rapport o se trouve rsume la lituation gorsli de notre Commerce duranl l'anne fiscale 19M-J923.— V Bgui nt tous les articles imports sur notre march en raison du rang qu'ils ocnipent dans le tableau d'Importalion. — Pendant cette priode les a bats ,1 l'tranger ont augment et 11 toilerie, la farine, la raanlgue, le savon etc. ont occup une bonne pi 1 le tandis que le labac a marqu un certain recul. De Or I (4.715 que la statistique de I9ii accuse BOUT cet article, le montant n'est plus que de Ur :t8ti.'2;H en 1913. L'amlioration des routes publiques a eu sa rpercussion sur h commerce des automobile. L'ann >e dernire lti voilures passager et I trueks ont t importes contre u 1 ensemble de 79 carsi de tous ge 1res eu 1913. En dfinitive les Importait ins se MAI leve* Or li.ti*q..30 ac n saut une augmentalion de Or I. uOO sur la priode prc* lent a \ itreEiportatioa repvseole pu* le (ail, le Sucre, le Cacao, le le les peauv. les cuirs, s'est leve 1 Or 1 4.591.01 1 ] compris les droi s surets pioduits. A noter que le 1 11 tout seul rentre pour 73 0 o dim M chiffre. Le rapport conclut une amlioration des condition! actuelles de notre commerce comparativement a eellts qui ont prcd* Sicsp I B faite de cerlaiues annes de |aG Mondiale pendant lesquelles les p-o lits ont et laeaptionnels N M. 1 1i Su i Manager de li Chambra de ; merce A i i, M.11. P. Oavi., de son gracieux env ii. L'mcidentduLyce L'incident du Lyce qui menaait drt prendre de proportions inquitan tes entre maintenant dans une phase a'apaisement L'autorile iip'iieiiip a demand au Directeur la Lyce d'crirs aux parants de* li s pi ir leur inoon 1er qu'on s'est ar. t aux peines suivante-: | 9 exelusi on tenu >r i.e de l'tiblissemeul durant nos uri > de de H jours et pend int lesquds I I lves doivent l'aire le* davoi< istra ordinaires qui leur seront donn*. La punition expie, les lves r tour neront l'Ecole o des e\cu-es pu bliques seront faites h la Direction. Il sera en outre exig comme peine tinale : rcitation de texte latin ( 00 vers et une retenue journalire d'une heure pendant 8 jours. Il resle entendu que ces peines disciplinairesn'atteindront;pas| 'lve Craan qui reste exclu du cadre de la Rhtorique. Tribune Les lections com munales au Borgne Bn parcourant le journal U coul, il er, il { ,e orre-pe Il nons revient qu' la suite de l'incident du Lyce, le ministre de 1 supp rhtorique qui se |sont solidariss avec leur camarade Craan. le du '22 Janvier m-esl tomb sous les yeux un entre filet intitul Echo du Borgne s,KU Correspondant, par lequel celui ci fait les dtails des lections com munales. 1,1....' lu premier conseil m'inc mbe dfaire ob-erver pondant joue un tle „ ayant dclar qu'il y a e.ueie lions l, K islativeseri celle ville, c.r personne n'a constat qu'au 10 J .nvier quelqu'un s'tait prsent l'urne piur se faire lire dput et (|lie son nom t*it portau Bulletin d'un candidat la magistrature com inunale. . tnhomne indpendant et du de voir, je prie ce correspondant de se i masquer et de se montrer un peu plus honnte a l'avenir : de dire qu'il v avait trois groupes de candi dais au conseil, celui de herlot bam, celui de Mcius Pierre Louis et le mien. C'est intentionnellement qu il ne profre pas la vrit telle qu'elle a e ,.— Pourquoi ne pas dire que 'Instruction Publique a demand de l'alliance de herlot Sam avec moi a opprimer les bourses du lves da drid de mon succs Hmi Pourquoi inventer. A.MQUJMUh Paul Sai AVOCAT RijwavraiisflLs. Comiicrciau. affaires a I Etranger. t'orrespoaiants.i Washi'-ij ton, New-York, Berlin, Turin, Londres. Paria. 17e RinRour2if,l'09i->uT rinct Ttyun 697 Requte tin nous prie de demander si |s Haaco ne pourrait pas faire s iriir o i entrer ses Wagons chargs de cai ns mi u > i soit les matins de i a << ou les soir* de 1 10 heures t^es \oa§i dliiez d s convois tra van U ti aiid'ltue piralyjent mo me-ilanment la circulation el il faut attendra au moins dil bonnes minu te. carie convoi s'tend souvent sur une longueur de trois quatre q iar tiers. Bnlii'iin illii ici du Dpartement dd rA'jri cuit lire .Nous avons rei;u le .No du Bulletin ofliciel du Dpartement de l'Agriculture qui embrasse la priode des quatre mois : Juin, juillet, aol el sentembre 1923. Voici l'inl'i'.'ss i • 1 1 ^ > nu lire : Partie Oflicielle Loi crant au D-parlement del'V griculliire un Service Technique de l'Agriculture et de professionnel; Accord sur la nomination d'un Ingnieur grono ne et d'un Ingni-iir-a.ljoint. Discours du Secret lire d'Etit de l'agriculture Tlnaii,'uration de l'Ex position du 1er -U\ l'.)M. Partie Techniques Rapports et Correipoodinca! Lirrigaliin dans la Plaine du Cul de Sac,Projet d'irrigation pou |llai i. Irrigation par les puils artsiens. .Nous remercions le l)parlem?nt de l'Agriculture de son graeieux envoi. l'Enseigne u^nt Hier aprs midi IP Comit d'Administration del "Solidarit" a t reeu | ar So i Kxcelleuce le Prsi tent del Rpublique qui fut lue rce. liment grand protecteur de la Socit. I.i i mil fiit cordial et Bprs un .elimge de vues au cours duquel les bu's de l'muvri furent exposs dans 1. urs grandes lignes parle pr sidtnt Aug. Ho-q, S. E. Monsieur Bomo remercia le Comit de la grande attention dont il venail d.'-lre l'objet et promit son concours le lus entier es Htble d'as u er ie d., op^e ne de 11 Socit. Aug. i Lli.ieut p eentl : Messieurs l'.o-q prsident, errel Irsorioji Lili i Joseph secrtaire, et Chs Lafleur membre. l.S.S.ti. Mutait do Cliaiii|>ionnat Demain aprs) Bit li I I heures aura lieu au l'arc Le onte le match de I ol Dali mit e II iiu!i Sportive liai tienne el la Violette Athltique Club. La partie sera trs intressante. Entre : .0 centimes Viennent d'arriver la<|ti


PAGE 1

LE MAT1I> L'extrieur du pneu raconte 7?Jstoire L'paisse couclie du caoutchouc et la supriorit du matriel dont esl fabriqu le pneu Good Year, assur un loncj service. Les preloid? anaux et les hUcs dont est compose cette couverture extrieure sont des preuves palpables de sa qualit anti-drapante. El, ment la faon dont les carreaux sont attachs leur hase explique sullisam, la comodil (dirent les automobiles qai en sont quipes. Vous devez vous servir des nouveaux pneus Good Year, ils coulent moins • pie les autre* pneus la lin. S • % •y 11 Good Year Cord The esllndies Tiadiug C Tires ASTHME PAPIER FRUNEAU Br4l.pr.adu malada M produit un Ku ag-maotlmBad d.o. loua lo o.a d'Art.. EphyMmt. 0>an*tl. I MUKEAU, 3.B IIM.rHn.Ptrl [ toutWl'm Arvrfut t IHiM-i .<5>^(g>~> BELLE POITRINE m 4*os owla pu la* PILULES ORIINTALES la MDIM T* Unianni. *alunt, B i m lManl 1" **•>*. •Garrot lai Militai oatanm m ptolea M daon.ut m bull u gncUai mbnnpolat. nr** %  '""* %  IOV M i .•an** a -*w •*• %  Pbartntff Aab i-mi! | IW a l i ill? % %  %  J Rcpisss adirs Les rcpisss mis au No G 11) par la Commission Fquire. au protit du Dr LifM.de, est adir it dclar nul. — Les soussigns, mandataires du bnficiaire, eu requerront duplicata. *j| L'avis en date du 15 Fvrier en cours est annule; en ce qui concerne le rcpiss mis au Numro 1181, par la Commission Sambour, ce rcpiss ayant t relrouY A Port-au-Prince, 16 Fvrier 1924. Seyraour PKADCL Llio MALLlilUNCUL. contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacie, U9, Hui 0nint-Antoln* F AHI C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS Superbes Masques pour Ciinavais Arrivs par le dernier steamer Franais: Loupa* Dominos, Faussas barbes Mouslacbes et Perruques. CATALOGUES DE MODES D'EDITIONS BELL. Accourez tous chez Mme Veuve Dumas 7 Huma Anyle des Hues du Peuple & des Csars *13 Mademoiselle itine \u<|ustin:; r '^ %  Ue du Centre No Mme Lonce ^rchimdej Hue Courbe No 1/17 Mme Ordalie Landrin Hue Courbe No 1727 Mme ^ntoineijTrouillot^ Hue du Centre No|183U AlAUiftl a itO&i Il lu A ithMOUH ET Vliib IviOUSSfcUX Les produilsclelamaisonMartinietiSossisont bien connus el£ lis[apprcis par le&|| amleuis de" bons vins.tiL: Eii u VfcHiDrf.Kariiiit Rossi \ Qualit suprieure, trix modre 'pour commandes dindes et condilins, adresse/.-voiis l'agent Gnial i^^-mL. P REBTzSiANN-AGQERBOlti Rue du Quai i AI. PETRUS; Pi rm.ci ALBERTI1U Ph.nn.cl.. du DJu.tln VURU • 1 MoMf '• bonne* Pharn .1. %  • ?he ioyal Mail Slea m Packet Company. l^lh steamer CONWAY ettateutuei Tiaiti ter2 le VS tvrie^ courant. Il chargera direvtemeM pour VExro\^\ Port au Prince, le 5 Fvrier 1924 UoberlSeOuUoiiikColuc. Agents Gnraux iioyal Cai Lu iace de la Pansue Kationle Propritaire : A*naciu& IVVl.H.Vr Le nouvel tablissement se recommande par un service irproehable, des consommations de |>ieinier ehoix, sa situation privilgie. Le soir, musique attrapante dirige par des nrotesionnels de jiand milite. Insiaii.-.ho., parfaite. — pris modrs. T"lftphon \" RAT %  I, Rue des Csars Tlphone : 430



PAGE 1

U* .t


PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IXJ-RllVl'fi Clment May loi re 8CMS VERNA 1356 Rue Axuerloalnt NUMBH^ 20 CENTIME**; ...An Qvottdi n I' Mois jus tnujuiil'i qu'on es! injuste envers loi. C'est uY|uiin;iiil.R'.'i|;inl' les IJSUS arrivs et dont toutftfl les amliitinns sont ; .ilisl.uU'S, dent la fortune est aeure. Comme ils sont tristes ilired Capus TiMEPISQNE No 242 17aw ANNE N 5138 P0RTAU-PJUNiE ( HATI ) SAMEDI 1. IT.YIUER 19M Ce que nous apprend la Brochure de l'Ex-Receveur Gnral des Douanes POUROUOI NE RECEVONS NOUS PLUS DESCIGAHI.TTES Ilabanera Le cigarettes de cette importante Fabrique de Santiago de Los Gaballeros sont restes pendant des temps, occupant sur notre march une place enviable. Elles avaient acquis une renomme qui leur permettait de franchir tous les obstacles et le prix auquel elles se vendaient les rendait populaires davantage. Brusquement elles disparurent., et les gots durent se partager entre les diverses autres marques. Cet abandon inattendu d'un centre avantageux qui tait rest un problme pour beaucoup.vient de trouver sa solution dans quelques lignes de la Brochure de M. A. J Maumus par laquelle le H ceveur (lnral des Douanes, livre — comme nous l'avons prcdemment annonc -- l'apprciation du public en gnral les ifits relatifs son Administration du 28 Aot 1916 au 31 Janvier 1 y 1k. Nous lisons en ellet la page 2 du prcieux document — Avi.nt l'tablissement du Receveur Gn rai on ne pavait pas de d-oits sur les Cigarettes Dominicaines qi i entraient en Hati malgr le lut que ces cigarettes remplissaient le March l'exclusion de toutes les autres. Ces cigarettes taient vendues au dtail dans toutes les vil es et villages d'Hati un prix beaucoup plus bas que le montant des droit;-, de douanes. En consquence, sur la demande du Receveur Gnral une loi fut vote en vertu de laquelle un < Certilicat des droits pays devait se trouver sur tous les paquets de telles cigarettes. Depuis lors ce tralic illicite s'anta immdiatement et dfinitivement et toutes les cigarettes employes en Hati, except celles d'une manufacture locale.pay nt les droits de Douane. De ce lait les Cigarettes Ilabanera disparureut de notre March. U* ACCOMODIMENT AITUKCIADLE DE Mr A. JMAI MI s \ PROPOS I.K u COMMISSION D'EXi KUTISK. A la suite du rglement de l'Affaire Prescopp Stupes-Drill Coton on se rappelle avec quelle apret la Lgation des Etats-Unis refusait d'accepter l'action de la Commission d'Expertise dans la solution des litiges qui pouvaient surgir entre l'Etat et le Commerce. Le Ministre Amricain soutenait que le Trait de 1W15 annulait toutes les lois hatiennes qui n'taient pas en harmonie avec ses stipulations et que l'article 137 prvoyant l'institution d'une Corn mission de trois experts se trouvait dans cette catgorie. Bien que Mr Maumus partageait pleinement celte opinion conlirme plus tard cependant pour ne pas paratre arbitraire et pour prvenir toute critique du fait que le Receveur gnral a pris sur lui de dcider sans prendre aucun avis des personne* comptentes, et de plus comme un contrle de sa premire dcision, le Receveur gnral a toujours accept sur la requte des parties intresses former une Commission pour mettre aprs examen leur opinion sur la question en litige . Voil ce que lurent les dispositions de Monsieur A. J. Maumus l'gard de notre commerce qui, plus d'une fois, eut s'en rjouir. At MOYEN DE QUELLE iPPKCTA' TI0\ SERA KitlUE ET \\ii:\.\.ii; L'HPITAL muta D': lli.w.m. Chacun se souvient des craintes gnralement manifestes propos dune insuffisance des articles de premire ne sit' qui menaait le Pays dur ml la grande guer re, ce que le manque le transport maritime rend lit imminent. A la suite d'efforts diligents du Commtndant d-Brigade alors le Colonel John 11. Russell, et Monsieur D. T. lluan, une quantit de provisions c jinprenant de la farine, du savon, du B euf sal, du Porc et de l'huile de Krosine lut expdie parle Dpartement d'Ap provisionneui'iit de la Marine Amricaine Brooklyn pour tre ve idue la population civile. Le cot tait deP.pr25l.126 2', droits, frais, compris et le m u tant de la vente s levait 1or 327.753 02 aprs 18 mois d'un lourd labeurD'o un prolit net de P. or 7^(06,73. Ce'te valeur suivant instructions du Gn rai J. H. Russell a t remise au Gouvernement Hatien et affecte l'Erection et l'a mnagement de l'Hpital libre du Gouvernement qui sera tabli I tinche. Ces oprations fructueusesaug* mentrem c considrablement les fardeaux du Receveur Gnral, non seulement Port-au-Prince; mais dans tous le> ports princi peux par l'entremise d les distributions taient t til sa al ce service lut fourni sans aucune compensation ou r a tnration d'aucune sorte . Los pice t publi par l'ExEbceveur Gnral des Douanes bclaircissenl l'hori iui a trait l'Hpital de Hit al la construction %  cnbbui tr un c tu chemar pour IIMU %  <>ir>. L s chiffres donns pu 1 Mr Kaunmn cette occasion prouvent au contraire que cette œuvre sera de tout prolit pou: le Pays. LA LOI UNE POUB fous. HOMMA" GB Al PERSONNEL Si: SERVICE DBS DOUANES. Ds l'arrive de M M lumua comme Receveur Gnral des douanes, il s'entoura d'o personnel essentielle!!i i n, en dehors des 12 ai les amricains, La cootreban le lut b inni \ le favoritisrae aboli eLe ''i he, le puissant, l'iniluent ont joui l'un traitement juste, quitable et mme gnreux et le pauvre, I %  laibtei 1 humble ont eu ex ictera in( le mme traitement, rien le plus, rien de moins. Les intrts d J lis.', ont t constamment protgs Murant son administration e irl dos agitateurs se sont • • il r.* I • Receveur Gnral des Douanes pour avoir sollicit sans suce • des faveurs spciales qu • h loi dfendait Ces faveurs taient an i dues et m i sollicit -s sous l'influence de nation dit.' 1 de couleur, de race, de fortune, de pouv r . Le rsultat n'a pu tre obi nu que grce l'ent ta cor H le — (les ( Ifflciera Am % %  I i la loyaut est digne d'lo %  ; le personnel hatien lu S des douanes qui, pns i n semble, a fourni ranl les sept annes et demi d'exisl tnce Je l'Office du Receveur i inraltiine rfutation relle et remarquable des calomnies qui ont ete d • temps en temps profres contre I %  • p u pie hatien >nson entier par do.-, gens irrflchis ou ignorants. L'Emigration bal son plein IN On sait qu'en vertu de l'article 9 de la Loi du 16 fvrier 19*3 rglementant l'migration, toute personne qui dsire engager des migrants adressera probablement sa demande au Dpartement de l'Intrieur pour une Wctnce d'agent d'migration. Celle licence ajoute la loi ne sera pas transfrable et ser.i valable, pour una priode d'une inni ia'm du h if ou tilt aura i i dilivrU. Or, nous assistons en ce moment un curieux speetaete. Paies qna les licences ont t ecc ir I >• %  •. le 1er Mars de l'anne dernire et que, consquent, elles Baseront plu* ra lables dans quelques jour--. e*Mt*a dire le 1er Mars prochain, des courtiers, hommes d'affaires -11 r preneurs, avocats, etc. prcipitant leurs manœuvres pour que le nombre d' migrant* ncessaires puisse .'-Ire par que. embirqu*, expdi i vant la Utile jetal*| isu e soucier de* yntcriptions formcllps •! la loi qui indiquent les conditions *l i migration, N' NM avons appnqui des personnes ges de moins de ls us ont pu ainsi souHee l ... %  > ut d mis; lion, se livrent au transport ou esp U b'ond'a granta,— qu'enfin, dans la h Ils de loul expdi, les protection* prvues pour les migranla ne ont pas ce qui relient l'atteal intresss. .N a somrr ei d qu'on ne peut e.apu naissance de i ordres seulement le 1 i janvier. ( /.'< ''IHIX ) Varits Dimanche 7 heures Les 4 Cavaliers do I Aptrcalpyse E>i rntioi' ( li parties Pour penn iii'. t >us de v t r le li!iiile prix d'i ntre e t fia i (i. 2.U0 Loge'. 300 la lortune de ford i. • c ipil int par l'en semble d B diverses usines For I set valu • actu II m ml A 810 mil lions dedoUarSi mais on es'i n i que d'ici un an, sa valeur aura at U mt 1/260 m liions il i dollars. (/est du moins ceq te dcl irentles finau iers >l i Wall Street ap 11 ira a du i> I m de I < Cotnpa m • Kor-I canadienne, laquelle i sur ch ique voiture ven lue, peu le m me bn WK e '|ue la Cora ricaine. i. i ; ti oi-i ia Compi For I ara rii aine valent chacune I il < t pn |ue 1 nir, car la plu pari mains de M mille'•' |ayez-?oua combien de Miiiuns c irculent| travers notre Capitale ? Depttii qu ilque temps la circula li"n pai .n ni.artres eet devenue b< au p plus intense, et il nous a paru Intressant de rensei gner nos leeteoi teo tablissant cette petite itaUstiqne Il existe peu dduises prs dans notre Capitale 1798 voilures en gn rai dont : l"' 1 tutoi publiques 880— BUM i— C unions 17— Cabrouets — Satos prive* — Buss 15— ('.unions • %  s" Autos Ullicielles 80Auto, 3.D.H., G.O.IIJ S. de D. Soit I i i 1 !— \ oitores de tous genres. \ ce diiiiie i,ut ( acore fjouter les Bicyclettes au m mine de 250, et le lervica d • l'0ccu| ati "i arsur par les oabrouetSj : i csmions, et des autos que u us valuons une cen laine. Ce qui il un lot il dfinitif de 1798 v.. luresen gnral mulant travers noire Capitale. Eclairage Electrique de Jacmel II y a de n imbreusea annes une Usina llydro Electrique avait t 1 instruite Jacmel par Mr Alioilard S avait mme commenc >\ fonctionner. A la -uite de difficults survenues ei.tie le Gouvernement Hatien et le c< nceasionnaire, ce dernl r fut enfin i e compte ddora m igel entirement d mt. i. i dans celte Entreprise. Comme l'esprit de suite ne constitue PSI BOtrs qualit l'ominante, nos gouvernants d'alors se soneirent tort peu de la valeur du matriel %  odieux de ces Usines qu'ils abandonnrent enta rcment. Mais le font de progrs md souffle depuis peu passa aussi Jamel et lit jiii'lir l'tincelle sous les cendres. I -m i qu'il \ a peu de temps, Messieurs Boucard&Oo reprenant lide vieille d'un quart de sicle obt'nl la eoni eeaion de I Eclairage Klectriqut: de la ville qui leur est chre a la it da titra el coinmen cicnt les Irai mi an utilisant l'an Binons construction. Menes avec entrain les installations — suivant le rapport don Ingnieur du Service de I intrle ont t effectues de m inii re k donw r atiafaclbn et le Dpart m i ravani Publics dans son rapport iiu Prsident signale qu'une prolongaion de dlai expi ranl le 13 al 1914 a t accorde au Co ne as aio s Ira qui sapera acbe ver les travaux bien avant cette date'*. Jacmel -eiii doac la quatrime ville de la itpublique claire l'lectricit. 3 Parisiana Dimanche ESpIC Les Mystres le Paris d sprs la roman d'Eugne Sue Mies de h. Borgnat avec I llrindeau, rdin de la Comdie Franaise, (i. Lan!..-. Modot,Dalles,Berea|re Andr Lyoi nel, Yvonne bergyl etc. Prologue et lie. Entne : t g. • ; H.lcon : 7gdet Lo,e ; J,iu g.les.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06147
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 16, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06147

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IXJ-RllVl'fi
Clment May loi re
8CMS VERNA
1356 Rue Axuerloalnt
NUMBH^ 20 CENTIME**;
...An
Qvottdi n
, I' Mois jus tnujuiil'i qu'on
es! injuste envers loi. C'est uY-
|uiin;iiil.R'.'i|;inl' les ijsus arri-
vs et dont toutftfl les amliitinns
sont ; .ilisl.uU'S, dent la fortune
est aeure. Comme ils sont
tristes
ilired Capus
TiMEPISQNE No 242
17aw ANNE N 5138
P0RTAU-PJUNiE ( HATI )
SAMEDI 1. IT.YIUER 19M
Ce que nous apprend
la Brochure de l'Ex-Receveur Gnral des Douanes
POUROUOI NE RECEVONS NOUS
plus descigahi.ttes Ilabanera
Le cigarettes de cette impor-
tante Fabrique de Santiago de Los
Gaballeros sont restes pendant
des temps, occupant sur notre
march une place enviable. Elles
avaient acquis une renomme qui
leur permettait de franchir tous
les obstacles et le prix auquel elles
se vendaient les rendait populai-
res davantage. Brusquement elles
disparurent., et les gots durent
se partager entre les diverses au-
tres marques.
Cet abandon inattendu d'un
centre avantageux qui tait rest
un problme pour beaucoup.vient
de trouver sa solution dans quel-
ques lignes de la Brochure de M.
A. J Maumus par laquelle le H -
ceveur (lnral des Douanes, livre
comme nous l'avons prc-
demment annonc --- l'apprcia-
tion du public en gnral les ifits
relatifs son Administration du
28 Aot 1916 au 31 Janvier 1 y 1k.
Nous lisons en ellet la page 2
du prcieux document Avi.nt
l'tablissement du Receveur Gn
rai on ne pavait pas de d-oits sur
les Cigarettes Dominicaines qi i
entraient en Hati malgr le lut
que ces cigarettes remplissaient le
March l'exclusion de toutes les
autres. Ces cigarettes taient ven-
dues au dtail dans toutes les
vil es et villages d'Hati un prix
beaucoup plus bas que le mon-
tant des droit;-, de douanes. En
consquence, sur la demande du
Receveur Gnral une loi fut vo-
te en vertu de laquelle un < Cer-
tilicat des droits pays devait se
trouver sur tous les paquets de
telles cigarettes. Depuis lors ce
tralic illicite s'anta immdiate-
ment et dfinitivement et toutes
les cigarettes employes en Hati,
except celles d'une manufacture
locale.pay nt les droits de Douane.
De ce lait les Cigarettes Ilaba-
nera disparureut de notre Mar-
ch.
U* Accomodiment aitukciadle
DE Mr A. J- Mai mi s \ PRO-
POS i.k u Commission d'Ex-
i KUTISK.
A la suite du rglement de l'Af-
faire Prescopp Stupes-Drill Co-
ton on se rappelle avec quelle
apret la Lgation des Etats-Unis
refusait d'accepter l'action de la
Commission d'Expertise dans la
solution des litiges qui pouvaient
surgir entre l'Etat et le Commerce.
Le Ministre Amricain soutenait
que le Trait de 1W15 annulait
toutes les lois hatiennes qui n'-
taient pas en harmonie avec ses
stipulations et que l'article 137
prvoyant l'institution d'une Corn
mission de trois experts se trou-
vait dans cette catgorie.
Bien que Mr Maumus partageait
pleinement celte opinion conlir-
me plus tard cependant pour
ne pas paratre arbitraire et pour
prvenir toute critique du fait que
le Receveur gnral a pris sur lui
de dcider sans prendre aucun
avis des personne* comptentes,
et de plus comme un contrle de
sa premire dcision, le Receveur
gnral a toujours accept sur la
requte des parties intresses
former une Commission pour
mettre aprs examen leur opi-
nion sur la question en litige .
Voil ce que lurent les disposi-
tions de Monsieur A. J. Maumus
l'gard de notre commerce qui,
plus d'une fois, eut s'en rjouir.
At MOYEN DE QUELLE iPPKCTA'
TI0\ SERA KitlUE ET \\ii:\.\.ii;
l'Hpital muta d': lli.w.m.
Chacun se souvient des craintes
gnralement manifestes pro-
pos dune insuffisance des articles
de premire ne sit' qui mena-
ait le Pays dur ml la grande guer
re, ce que le manque le transport
maritime rend lit imminent.
A la suite d'efforts diligents du
Commtndant d-Brigade alors le
Colonel John 11. Russell, et Mon-
sieur D. T. lluan, une quantit de
provisions c jinprenant de la fa-
rine, du savon, du B euf sal, du
Porc et de l'huile de Krosine lut
expdie parle Dpartement d'Ap
provisionneui'iit de la Marine
Amricaine Brooklyn pour tre
ve idue la population civile.
Le cot tait deP.pr25l.126 2',
droits, frais, compris et le m u
tant de la vente s levait 1- or
327.753 02 aprs 18 mois d'un
lourd labeur- D'o un prolit net
de P. or 7^(06,73. - Ce'te va-
leur suivant instructions du Gn
rai J. H. Russell a t remise au
Gouvernement Hatien et affecte
l'Erection et l'a mnagement de
l'Hpital libre du Gouvernement
qui sera tabli I tinche.
Ces oprations fructueusesaug*
mentrem c considrablement les
fardeaux du Receveur Gnral,
non seulement Port-au-Prince;
mais dans tous le> ports princi
peux par l'entremise d les
distributions taient t til sa al ce
service lut fourni sans aucune
compensation ou r a tnration
d'aucune sorte .
Los pice t publi par l'Ex-
Ebceveur Gnral des Douanes
bclaircissenl l'hori iui a
trait l'Hpital de Hit al la
construction cnbbui tr un c tu
chemar pour Iimu <>ir>. L s chif-
fres donns pu1 Mr Kaunmn
cette occasion prouvent au con-
traire que cette uvre sera de
tout prolit pou: le Pays.
La loi une poub fous. Homma"
GB Al PERSONNEL Si: SERVICE
dbs Douanes.
Ds l'arrive de M M lumua
comme Receveur Gnral des
douanes, il s'entoura d'o per-
sonnel essentielle!!i i n, en
dehors des 12 ai les amricains,
La cootreban le lut b inni \ le fa-
voritisrae aboli eLe ''i he, le puis-
sant, l'iniluent ont joui l'un trai-
tement juste, quitable et mme
gnreux et le pauvre, I laibtei
1 humble ont eu ex ictera in( le m-
me traitement, rien le plus, rien
de moins. Les intrts d j lis.', ont
t constamment protgs Mu-
rant son administration e irl dos
agitateurs se sont il r.* I
Receveur Gnral des Douanes
pour avoir sollicit sans suce
des faveurs spciales qu h loi d-
fendait Ces faveurs taient an i
dues et m i sollicit -s sous l'in-
fluence de nation dit.'1, de couleur,
de race, de fortune, de pouv r .
Le rsultat n'a pu tre obi nu
que grce l'ent ta cor H le
(les ( Ifflciera Am I i la
loyaut est digne d'lo - ;
le personnel hatien lu S
des douanes qui, pns i n
semble, a fourni ranl les sept
annes et demi d'exisl tnce Je
l'Office du Receveur i inraltiine
rfutation relle et remarquable
des calomnies qui ont ete d temps
en temps profres contre I p u
pie hatien >nson entier par do.-,
gens irrflchis ou ignorants.
L'Emigration
bal son plein
IN
On sait qu'en vertu de l'article 9
de la Loi du 16 fvrier 19*3 rgle-
mentant l'migration, toute personne
qui dsire engager des migrants
adressera probablement sa demande
au Dpartement de l'Intrieur pour
une Wctnce d'agent d'migration.
Celle licence ajoute la loi ne sera
pas transfrable et ser.i valable, pour
una priode d'une inni ia'm du
h if ou tilt aura i i dilivrU.
Or, nous assistons en ce moment
un curieux speetaete. Paies qna
les licences ont t ecc ir I >. le 1er
Mars de l'anne dernire et que,
consquent, elles Baseront plu* ra
lables dans quelques jour--. e*Mt*a
dire le 1er Mars prochain, des cour-
tiers, hommes d'affaires -11 r pre-
neurs, avocats, etc. prcipitant leurs
manuvres pour que le nombre d'
migrant* ncessaires puisse .'-Ire par
que. embirqu*, expdi i vant la
Utile jetal*| isu e soucier de* ynt-
criptions formcllps ! la loi qui in-
diquent les conditions *l i migration,
N' NM avons appn- qui des per-
sonnes ges de moins de ls us
ont pu ainsi sou- Hee prcipitation combin obtenir leurs
passe-porte. que i ut en
cure la loi, lui non irin
Dis d'une lies la >l ...> ut d mis;
lion, se livrent au transport ou esp U
b'ond'a granta, qu'enfin, dans la
h Ils de loul expdi, les protection*
prvues pour les migranla ne ont
pas ce qui relient l'atteal in-
tresss.
.N a somrr ei d
qu'on ne peut e.ap d'exercer son droit d'aller travailler
o bi n lai semble, mets nous pen-
sons galement qna tout doit tie r.
entirement l'ait el qu'avec en peu[
n< dc Des, il est tucile il'ol'erver la
lo .
la si'i in il<; d"s Etats-Unis
il le canal !' P.iii.una
Des manoeuvres militaires
et navales ont lieu actuelle
ment aux abords du canal
En ce moment ei, des manuvre*
navales importantes, auxquelles pren
i.ini pari galement Isa troupes am
ricalnes, ont en sur le canal de Pa
oame.
L'objet de ces manuvres est de
raliser la valeur du eaoal de Pan-
ma au point de vue de la dfense des
I t I m- en cas de Tous les
officiers de la (lotte milil lire du P
li pie et de I' Mlanliqne ont t con
v out sur leurs navires et occupai]
les | i ils devraient cire en
te ii|i de gl
manuvns peuvent entraner
d grands changements ! ins le
terne de dfen e des Etats I ni i,
l. Etats l ois sont re|
n ir i'' ili ipoau bleu, que porte la
flotte du Paclflque, alors que l'ansp*
mi, la flotte de l'Atlantique, porte
le drapeau noir.
Coll.' ai, 14
can Atlantiipio. doit forcer la flotte
iln Pacifl lue a fuir toute vitesse
vers L'Atlantique, en passant vers lu
G n il de I' .nain i. La l.'l'eineducanal
est remise 4 la garnison, comptant
envii..-i B.O K) h immas. Le gouver-
neur Morrow s rou des ordres se
erefs au s n j I de la d.'fense de l'.ii i
ma, et il a pris c >u naissance de i
ordres seulement le 1 i janvier.
( /.'< ''IHIX )
Varits
Dimanche 7 heures
Les 4 Cavaliers
do I Aptrcalpyse
E>i rntioi' ( li parties
Pour penn iii'. t >us de v t r
le li!iii- le prix d'i ntre e t fia i
(i. 2.U0 Loge'. 300
la lortune de ford
i. c ipil int par l'en
semble d b diverses usines For I
set valu actu II m ml A 810 mil
lions dedoUarSi mais on es'i n i
que d'ici un an, sa valeur aura at
U mt 1/260 m liions il i dollars.
(/est du moins ceq te dcl irentles
finau iers >l i Wall Street ap
11 ira a du i> I m de I < Cotnpa m
Kor-I canadienne, laquelle i
sur ch ique voiture ven lue, peu
le m me bn Wk e '|ue la
Cora ricaine.
i. i; ti oi- -i ia Compi
For I ara rii aine valent chacune
I il < t pn |ue
1 nir, car la plu
pari mains de M
mille-
''
|ayez-?oua combien de
Miiiunscirculent| travers
notre Capitale ?
Depttii qu ilque temps la circula
li"n pai .n ni.- artres eet
devenue b< au.....p plus intense, et il
nous a paru Intressant de rensei
gner nos leeteoi teo tablissant cette
petite itaUstiqne
Il existe peu dduises prs dans
notre Capitale 1798 voilures en gn
rai dont :
l"'1 tutoi publiques
880 Bum
i C unions
17 Cabrouets "
Satos prive*
Buss
15 ('.unions
s" Autos Ullicielles
80- Auto, 3.D.H., G.O.IIJ
_______ S. de D.
Soit I i i1! \ oitores de tous genres.
\ ce diiiiie i,ut ( acore fjouter
les Bicyclettes au m mine de 250, et
le lervica d l'0ccu| ati "i arsur par
les oabrouetSj : i csmions, et des
autos que u us valuons une cen
laine.
Ce qui il un lot il dfinitif de
1798 v.. luresen gnral mulant
travers noire Capitale.
Eclairage Electrique
de Jacmel
II y a de n imbreusea annes une
Usina llydro Electrique avait t
1 instruite Jacmel par Mr Alioilard
S avait mme commenc >\ fonction-
ner.
A la -uite de difficults survenues
ei.tie le Gouvernement Hatien et le
c< nceasionnaire, ce dernl r fut enfin
i e compte ddora m igel entirement
d mt. i. i dans celte Entreprise.
Comme l'esprit de suite ne constitue
PSI BOtrs qualit l'ominante, nos
gouvernants d'alors se soneirent
tort peu de la valeur du matriel
odieux de ces Usines qu'ils aban-
donnrent enta rcment.
Mais le font de progrs md souf-
fle depuis peu passa aussi Jamel et
lit jiii'lir l'tincelle sous les cendres.
' I -m i qu'il \ a peu de temps,
Messieurs Boucard&Oo reprenant
lide vieille d'un quart de sicle
obt'nl la eoni eeaion de I Eclairage
Klectriqut: de la ville qui leur est
chre a la it da titra el coinmen
cicnt les Irai mi an utilisant l'an
Binons construction. Menes avec
entrain les installations suivant
le rapport don Ingnieur du Service
de I intrle ont t effectues de
m inii re k donw r atiafaclbn et le
Dpart m i ravani Publics
dans son rapport iiu Prsident signale
qu'une prolongaion de dlai expi
ranl le 13 al 1914 a t accorde
au Coneasaio s Ira qui sapera acbe
ver les travaux bien avant cette date'*.
Jacmel -eiii doac la quatrime
ville de la itpublique claire
l'lectricit.
- 3
Parisiana
Dimanche
ESpIC
Les Mystres le Paris
d sprs la roman d'Eugne Sue
Mies de h. Borgnat avec
I llrindeau,
rdin de la Comdie Franaise,
(i. Lan!..-. Modot,Dalles,Berea|re
Andr Lyoi nel, Yvonne bergyl etc.
Prologue et lie.
Entne : t g. ; H.lcon : 7gdet
Lo,e ; J,iu g.les.


LEMAT1IN
Par Cable
Nouvelle* Et angres

L' dbats se. poursuivent a
la chambre lranai*e. -
Marna triomphe de M. Poi-car
l'AlUS La eOM il d mini trs
s'e 1 runi 1 tus ht pi di M.
Millerand sa session extf '0 '>in ire
pour intendre 11 d J 1 ilion de M .
Poioear sur la situation politique.
Las membres lu cabinet nul surtout
discut l'lut tes dbat! au Parle
ment au sujet de l'adoption des
sures fiscales du gouvernement Ou
pense qu'un changement nitical dans
ces dbats va .h' annonc aliu de
lia'er [les progrs du projet de loi
dont le but est deltecluer des cono
mies par dcrets et d'augmenter les
impts.
M. l'oincar a traver- av r suc
ces la deuxime phase de sa lutte au
parlement en l'aveui des n uvell.s
taxes quand la chambre des dputs
a rejet une ma|oril de H'.l voix
une motion dis socialistes qui aurait
repouss la proposition.Le Premier
minisire a eonioll l cdlc premire
victoire en obtenant le rejet de l'a-
mendement Forgeot en faveur de
l'mission d'obligati mis lots ; le
gouvernement a fuit ?o r ur l'amen
dment la question de confitnceet
U proposition a t battue par :!J->
voix contre 811 La motion CM so-ia
listes propos ut de sparer du projet
de loi sur l'impt le ilme article
qui prvoit une augmentation de 20
0(0 (I ni' lu impoli a l repousse
par 301 voix contre i\i ; il y a eu
un grand nombre d'abstentions dans
le vote sur la proposition des lai
Toutefois dans les milieux parlemen
taires on cousidre ce vole comme
indiquant une marge assez forle
pour le gouvernement et assurant
son soi ces puisque plus de la moiti
des membres ont vol avec le cabi
net. Il y a encore un grand nombre
d'amendements examiner, mais on
pense qu'ils seront tous rejets.
M. De Lasleyre, ministre des li
nances, dit que toutes les difficult*
financires de la France provenaient
d s OUMiqUAOMall de l'Allemagne
exe il' 1 utilisations.Il a dit qu'il
h par consquent fallu avoir recours
des emprunts pour faire face aux
I) -oins do la reconstruction et que
l'mission des emprunts d vei.ait de
plus en plus difficile.
M. De La-deyriea remplac M.
Poincar qui est encore indisposi
pour exposer la politique du gouver
nement.ll a dclar que ceux l m
me qui l'anne dernire deinu
daient au gouvernement d'quil.brer
le budget teient ceux qui emp
(liaient le gouvernement d atteindre
ce but. Non seulement le budget or
diu'tire avait t quilibr mais il ac
Misait un exelent do 550 millions
de (ranci qui sareianl sans doute ab
sorbes par !! dpMM supolineii
t tir i- Il pondant aux critiquer qui
pi lit que l'oGOUpatioQ de la
Kubr tait responsable de 11 b lisse
du franc, le ministre a dit que lei
dpens -s de l'occupation pour la 1re
anne avaiv-.it t de Xj.l Ettilioni
t |ei r* 1 de 1 milliard 10 nil
lions, es recettes il fallait ai 11
ter les produite saisis paur une v i
lear de350 million* de francs.
fluu commission spcial 1
ilviiijuit' 'n IboaoM
RUtDLENCB Lacoramissim sp
eiale B'eaq i"'l" n >avna parla com
mission i.ilen li '' en Kliinaoi- Bel
an iv m Goblene; ; elle sa c > n KM*
du e l'o tel Dtrbono im pour la Prau
ce ; du com M idaol llart/. pour li
Belgique el di capitaine Berrj pou
l'Angleterre, i tmoni liions
sur tous les po lll du Rhin cou luisant
dios le Palatin <' OOl t arrtes et
I, ,, lemtn l pi ne sois les
orlres de autorits d'occupation.
I. -s persoaaee que l'on dcouvrira
comme ayant particip l'attaque
BMtre l' liflce du ,: inernement ps
sarool devant le conseil de guerre
de Dusseldort.
llaitc des rebelle
mexicains
WASlIiv; rON L'ambassade de
jgei1 [ ia aanon nrtl Es-
rebelles sur le front
| i s r .). a t* dfinitivement
)>atlu et e^t tu fuite. Avec lui, ajou
1 aiie el les
ain irieaiaee sont
re
re
te le 1 a nmuoiqu ! t > p* les g
nraui Oie t Garei arnah et la
rido ont cd. La bataille a eu ii^u
pre- d le l'ii d kd l s'e 1 m d
par la vii-t >ip- 11 I lraui aprs
d 1/ baure de co nbs << ha n ; 'es
perte; sont xtrim ine.l l>.ides.
N i m songrs d 1
presse I line
LISBONNE Le (I usi
de la pre se lalioe s'osl ouveii hirr
sous li prsidence du prsident de
la 1 ipublique du Portugal L spi
gne, li Roumanie,
publi ;i tu!
prseul
lr Orlando relouroe la
vie j) iliinjur
IloME-M. Orlando, ancien pr
sidenl du conseil, a annonc ollieiel
liment son retour le vil politique ;
il sera candidat a l'alerme sur la lis
te de coalition de Mussolini.
L'aifairs Toapot jdevant la
commission d'enqute sur
le ptrole
Washington La cjmmieeion
d'enqute sur le ptrole a entendu
SJ. Sbafiar, ditiur ds piumiut*
lienver (Cbieegoj qui a rvl qu en
\l u l'i^l M. rail, assurant al .rs
les foncti ois de secrtaire d>3 l'int
rieur, tait sur le saint d. louer
Teapoi do.in M Sinclair. Mr fn
ney, secrtsire idjoial S l'intrieur,
a dclar >|ue M. l'ail eonsidrait
inutile de connu ter l'atloi ney gn
rai sur les baux ptroli'res de Oa!i
fornii.M. Me L;an, diteur du Wa
sliington Poit- a t appel parle
comit pjur obtenir des informa
lions sur li cration de fonds secrets
d'un mill on d d >!lars par d > ti
nanciers de Nw York d iviftt tre
enpl )i Wash 1 ton. ec imit
s'etlorce d tablir s il y a corrlation
entre c s fo ds et la'laire Teapot.
L'Angleterre el ses oolenias
LONIJUKS M. Ponsonby, sous
secitaire des affaires trangres,
dans une rponse crite une ques
tion parlementaire nie que le gouver
nemenl SDglail lll I intention de ce
der la Jtmaique ou toute aulre pos
session aux Klats Unis propos du
rglement de la dette.
Nouvelles diverses
PAKISLe comit olympique frar<
cals a reu les engagements addition
nels de la Hollande pour les mat< lies
de foot bail el de l'Alrique du Sud
pour les sports alhlliques,cyclisme,
i:o\e, natation et tir.
l'A 1 il S Le gnral Dawes et ses
collgues du comit No i sont arri
vs hier suit venant de Berlin. Le
gnral L uwes a dclin toute drla
ration dtaille se bornant ramer
quer q ie ics allemands avaient com
plteinenl rpondu h toutes les ques
lions qui leur furent poses et de la
faon la plus salislaisante. r-j<3 comi
1 runira lundi.
IMUMASI-.NS ijualor/.e cadavres
horriblement mutil s ont l retirs
des ruines du B-virksaral ( difice
du ouveroemeol } at deux des bls
ses sont noiU, ee qui poile le total
des sparatistis que Ion sait tre
m >rts par suite du massacre de jeu
di II)
SI'lltE Lm autorits militaire1)
franaises dans le ratatinai bavards
ont annonc qu'elles avaient pris
des mesures de rprissioc ncaaaal
ru pour faire fa.e a la lituation
cre |iar les dsordre! qui se sont
produit! l'ier i\ Pirmatana,
lll-.IU-I.NLe gnral Vod Seeckt
iliel d'tat majora notili.; au prai
f LES TOUX des
W Bronches
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT
prise rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
dent Ebert que l'tal le sige pou
\,ti: tre lev le mois prochain, ru le
blisseonat de l'ordi le
pays. On ne nil >i ls -ra
0 l 1
BERLINS 1 il' t ont t
tus a Badue.l,luira au cours d'une
11 liiiutlource semblable celle de
l'irmasens. L-s troupe> liane ii-e- in
tervinrenl et disp rsrent 11 foule.
Le couvre feu a l proclan
ROME M. Mussolini a reu Mr
Albert Thomas, directeur gnral de
l'organisation du travail, ivee lequel
il a discit les diffrents dtails de
la convention du travail d^ Wa.-diing
ton. M. Thomas a aussi vu pli sieurs
fonctionnaires du gouverne neol au
sujet de la lgislatiu 1 du Iravsil 11
pense rester 1 1 jusqu' la semai.ie
prochaine pour tudier la situation
ouvrire italienne.
LOUQSOft Ls valle est surveil-
le par les aginti de la poli :e qui
ont reu l'ord^ d'empehar qui que
ce soit dapprocher du tomb-au. M.
Carter s'est retir eh / lui fat gu et
ennuy landii qu'au tliire le Pre
mier ministre fpte s'occupe par
soanellensnl d lu lier les sspaets
[gaux des diffioud* entre lu dirai
teur des foui: i ivernemsnt
11 y a lieu de croire q te 11 question
de proprit du irsor du tombeau
a une certaine pari 110! lee loog 1 's
disputes qni ont eu comme rsullit
la rupture.
MOSCOU-* Mn-, Kollantay, re
prsentant des S >vi its en Norvge,
vient de tlgraphier que la Norvge
avait reconnu le gouvern m int sovi
tique d jure.________^_______
Un Bulletin Spcial de l.i
Chambre de Commres
amricaine en H ili
N us avons reu In r ce doc.unenl
dit Poccaii m 11 la viilti des
journalistes imrica'Qi voyag nul
bord du tHeoderson.
C'eslun rapport o se trouve
rsume la lituation gorsli de
notre Commerce duranl l'anne fis-
cale 19M-J923. V Bgui nt tous les
articles imports sur notre march
en raison du rang qu'ils ocnipent
dans le tableau d'Importalion.
Pendant cette priode les a bats ,1
l'tranger ont augment et 11 toile-
rie, la farine, la raanlgue, le savon
etc. ont occup une bonne pi 1 le
tandis que le labac a marqu un
certain recul. De Or I (4.715 que la
statistique de I9ii accuse BOUT cet
article, le montant n'est plus que
de Ur :t8ti.'2;H en 1913.
L'amlioration des routes publi-
ques a eu sa rpercussion sur h
commerce des automobile. L'ann >e
dernire lti voilures passager et I
trueks ont t importes contre u 1
ensemble de 79 carsi de tous ge 1-
res eu 1913.
En dfinitive les Importait ins se
MAI leve* Or li.ti*q..30 ac n
saut une augmentalion de Or I.
uOO sur la priode prc* lent a
\ itreEiportatioa repvseole pu*
le (ail, le Sucre, le Cacao, le le ,
les peauv. les cuirs, s'est leve 1
Or 14.591.011 ] compris les droi s
surets pioduits. A noter que le 1 11
tout seul rentre pour 73 0 o dim M
chiffre.
Le rapport conclut une amlio-
ration des condition! actuelles de
notre commerce comparativement a
eellts qui ont prcd* Sicsp I B
faite de cerlaiues annes de |aG
Mondiale pendant lesquelles les p-o
lits ont et laeaptionnels
N m. 1 1- i Su i
Manager de li Chambra de ;
merce A i i, M.- 11. P. Oavi.,
de son gracieux env ii. ____
L'mcidentduLyce
L'incident du Lyce qui menaait
drt prendre de proportions inquitan
tes entre maintenant dans une phase
a'apaisement
L'autorile-iip'iieiiip a demand
au Directeur la Lyce d'crirs aux
parants de* li s pi ir leur inoon
1er qu'on s'est ar. t aux peines
suivante-: | 9 exelusi on tenu >r i.e
de l'tiblissemeul durant nos uri >
de de H jours et pend int lesquds I I
lves doivent l'aire le* davoi< istra
ordinaires qui leur seront donn*.
La punition expie, les lves r tour
neront l'Ecole o des e\cu-es pu
bliques seront faites h la Direction.
Il sera en outre exig comme peine
tinale : rcitation de texte latin ( 00
vers et une retenue journalire
d'une heure pendant 8 jours.
Il resle entendu que ces peines
disciplinairesn'atteindront;pas| 'lve
Craan qui reste exclu du cadre de la
Rhtorique.
Tribune
Les lections com
munales au Borgne
Bn parcourant le journal
U
coul, il
er, il
,{ ,e orre-pe
Il nons revient qu' la suite de
l'incident du Lyce, le ministre de
1
supp
rhtorique qui se |sont solidariss
avec leur camarade Craan.
le
du '22 Janvier
m-esl tomb sous les yeux un entre
filet intitul Echo du Borgne s,-
KU Correspondant, par lequel celui
ci fait les dtails des lections com
munales. 1,1....' lu premier conseil
m'inc mbe dfaire ob-erver
pondant joue un tle
ayant dclar qu'il y a
e.ueie lions l,Kislativeseri celle ville,
c.r personne n'a constat qu'au 10
J .nvier quelqu'un s'tait prsent
l'urne piur se faire lire dput et
(|lie son nom t*it port- au Bulletin
d'un candidat la magistrature com
inunale. .
tnhomne indpendant et du de
voir, je prie ce correspondant de se
i masquer et de se montrer un peu
plus honnte a l'avenir : de dire
qu'il v avait trois groupes de candi
dais au conseil, celui de herlot bam,
celui de Mcius Pierre Louis et le
mien. C'est intentionnellement qu il
ne profre pas la vrit telle qu'elle
a e,. Pourquoi ne pas dire que
'Instruction Publique a demand de l'alliance de herlot Sam avec moi a
opprimer les bourses du lves da drid de mon succs Hmi
Pourquoi inventer. A.MQUJMUh
Paul Sai
AVOCAT
RijwavraiisflLs. Comiicrciau.
affaires a I Etranger.
t'orrespoaiants.i Washi'-ij
ton, New-York, Berlin,
Turin, Londres. Paria.
17e RinRour2if,l'09i->u-T rinct
Ttyun 697
Requte
tin nous prie de demander si |s
Haaco ne pourrait pas faire s iriir o i
entrer ses Wagons chargs de cai
ns mi u > i soit les matins de i a <<
ou les soir* de 1 10 heures
t^es \oai dliiez d s convois tra
van U ti aiid'ltue piralyjent mo
me-ilanment la circulation el il faut
attendra au moins dil bonnes minu
te. carie convoi s'tend souvent sur
une longueur de trois quatre q iar
tiers.
Bnlii'iin illii ici du Dpar-
tement dd rA'jri cuit lire
.Nous avons rei;u le .No du Bulletin
ofliciel du Dpartement de l'Agricul-
ture qui embrasse la priode des
quatre mois : Juin, juillet, aol el
sentembre 1923.
Voici l'inl'i'.'ss i 11 ^ > nu lire :
Partie Oflicielle
Loi crant au D-parlement del'V
griculliire un Service Technique de
l'Agriculture et de
professionnel;
Accord sur la nomination d'un
Ingnieur grono ne et d'un Ing-
ni-iir-a.ljoint.
Discours du Secret lire d'Etit de
l'agriculture Tlnaii,'uration de l'Ex
position du 1er -U\ l'.)M.
Partie Techniques
Rapports et Correipoodinca!
Lirrigaliin dans la Plaine du Cul
de Sac,Projet d'irrigation pou |llai i.
Irrigation par les puils artsiens.
.Nous remercions le l)parlem?nt de
l'Agriculture de son graeieux envoi.
l'Enseigne u^nt
Hier aprs midi Ip Comit d'Ad-
ministration del "Solidarit" a t
reeu | ar So i Kxcelleuce le Prsi tent
del Rpublique qui fut lue rce. li-
ment grand protecteur de la Soci- t.
I.- i i mil fiit cordial et Bprs un
.elimge de vues au cours duquel les
bu's de l'muvri furent exposs dans
1. urs grandes lignes parle pr sidtnt
Aug. Ho-q, S. E. Monsieur Bomo
remercia le Comit de la grande
attention dont il venail d.'-lre l'objet
et promit son concours le lus en-
tier es Htble d'as u er ie d., op^e
ne de 11 Socit.
Aug.
i
Lli.ieut p eentl : Messieurs
l'.o-q prsident, errel Irsorioji Li-
li i Joseph secrtaire, et Chs Lafleur
membre.
l.S.S.ti.
Mutait do Cliaiii|>ionnat
Demain aprs) Bit li I I heures au-
ra lieu au l'arc Le onte le match de
I ol Dali mit e II iiu!i Sportive liai
tienne el la Violette Athltique Club.
La partie sera trs intressante.
Entre : .0 centimes
Viennent d'arriver
la<|ti CHEZ
lsallats des examens
Stiio-Daclylofjrajdiiques
Il nous est Infiniment agrable de
reprodi.ire ci iprs lai rsultats soi
va ls oblenes par les lves de 1 C
de :-|.....iale de Stno Oactylogra
phie qui se sont prsents rce m
muni aux examens regl- menlaires.
Uni obtenu le Diplme de Stno
graphe Stagiaire :
Monsieur Joennj Maglios S7 mots
||i la minute;' Melle Geora;etle
lartell] : 83 mois l|s : Melle Kmma
Nicolas : 81 mots 1|2 ; Melle Ella
Hi'diardson : "9 n.ots.
A obtenu le diplme de Stnogr*
plie Commerciale :
Mlle Thano llrard : 97 mots
la minute.
Les diplmes qui seront dcerns
aux postulants seront munis de la
signature du Chef de l'Universit et
du Heaii de l'Inspection Scolaire.
On compren 1 parfaitement la sev
rite, aux yeux de plusieurs, excessi
ve, avec laquelle ces examens ont
l mens M. Hobin tient ce que
les levs munis du diplme Spciale
soient de vritables professionnels
pouvant rpondre, juste titre, la
conliance quauront place en eux,
ceux qui auront tirer parti de leurs
belles connaissances. Nous devons
fliciter la Direction de l'Kcole Sp
ciale de Stno Dactylographie de ra
gir d'une tacon si efficace contre cer
tains abus que commettent dans la
dlivranee des diplmes de ce genre
plusieurs institutions trangres
"MRNIEREJIIURE
Auiiiotne.nl <[r mettre sous presse
nous recevons la pice suivante :
les Soussigns : Bat m. Btaarti
Prsident du Tribunal de Cassation.
P. J. Dupont Uay, Prsident du Tri-
buiihl d'Appel de Fort au Prince, M.
N. Benoit, Commissaire du Gouver-
nement prs le Tribunal d'Appel de
Port au l'nnce, ^ 7^
Vu la requ.e eux alresse par
P. B. Gsir, Pierre lludicourt, P.
L. Ca ivin, lieorges Sylvain el con-
sorts :
A'tendu que si la Loi lectorale
actuellement en vigueur a conler^
une Commission forme des soussi-
gns le soin de contrler les opra-
tions de l'lection ^des Snateurs,
file a galement conditionn l'exa*
men du mandat qu'elle a eonli;
Qu'il rsuUl de celle conslatation
que les membres dsigns de la duc
Commission ne peuvent tre sollici-
ts di m runir aux tins de l'accom-
plissement du dit mandat que sui-
vant le mode et les conditions lixes
par la Loi ;
Estiment qu'ils n'ont aucune
comptenc pour se runir et
prendra aucune dcision relative-
ment ce qui lait l'objet de ia re-
qute sus-dite et qu'il y a lieu de
restituer auxiulrau s h requ-
tes et pices dportai iu Tribunal
de Cassation ou expdies l'a-
dresse du Prsident du du Tribu-
nal.
l'ait ce jour. \en quadruple orn
final, l'on au-1'nnce, le seize
lvrier fJ24.
iS' Eram Ethart, P. Jh. Du
OWIsonLum$o $$SS&%
l'V
>

LE MAT1I>
L'extrieur du pneu raconte 7?Jstoire
L'paisse couclie du caoutchouc et la supriorit du matriel dont esl
fabriqu le pneu Good Year, assur un loncj service.
Les preloid? anaux et les hUcs dont est compose cette couverture ex-
trieure sont des preuves palpables de sa qualit anti-drapante.
El,
ment
la faon dont les carreaux sont attachs leur hase explique sullisam-
, la comodil (dirent les automobiles qai en sont quipes.
Vous devez vous servir des nouveaux pneus Good Year, ils coulent moins
pie les autre* pneus la lin.
s %

y 11
Good Year Cord
The esllndies Tiadiug C
Tires
ASTHME
PAPIER FRUNEAU
Br4l.pr.adu malada M produit un Ku ag-maotlmBad
d.o. loua lo o.a d'Art.. EphyMmt. 0>an*tl. I
MUKEAU, 3.B IIM.rHn.Ptrl [ tout- Wl'm
Arvrfut t IHiM-i
.<5>^(g>~>
BELLE POITRINE
m 4*os owla pu la*
PILULES ORIINTALES
la mdIm t* Unianni. *-
alunt, BimlManl 1" **>*.
Garrot lai Militai oatanm m
ptolea M daon.ut m bull u
gncUai mbnnpolat.
nr**'""* iov M i
.an** a -*w *
Pbartntff Aabi-mi!.
| IW ali ill? !'
J Rcpisss adirs
Les rcpisss mis au No G
11) par la Commission Fquire.
au protit du Dr LifM.de, est adir
it dclar nul. Les soussigns,
mandataires du bnficiaire, eu
requerront duplicata. *j|
L'avis en date du 15 Fvrier en
cours est annule; en ce qui con-
cerne le rcpiss mis au Num-
ro 1181, par la Commission Sam-
bour, ce rcpiss ayant t relrou-
Y A
Port-au-Prince, 16 Fvrier 1924.
Seyraour PKADCL
Llio MALLlilUNCUL.
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacie,
U9, Hui 0nint-Antoln*
FAHI
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS_____
Superbes Masques pour Ciinavais
Arrivs par le dernier stea-
mer Franais:
Loupa* Dominos, Faussas barbes
Mouslacbes et Perruques.
Catalogues de modes
D'EDITIONS BELL. .
Accourez tous chez
Mme Veuve Dumas7 Huma
Anyle des Hues du Peuple & des Csars *13
Mademoiselle itine \u<|ustin:;
r '^Ue du Centre No
Mme Lonce ^rchimdej
Hue Courbe No 1/17
Mme Ordalie Landrin
Hue Courbe No 1727
Mme ^ntoineijTrouillot^
Hue du Centre No|183U
AlAUiftl a itO&i
Il lu A
ithMOUH ET Vliib IviOUSSfcUX
Les produilsclelamai-
sonMartinietiSossisont
bien connus el lis[ap-
prcis par le&|| am-
leuis de" bons vins.tiL:
Eii u VfcHiDrf.Kariiiit Rossi
\ Qualit suprieure, trix modre !
'pour commandes dindes et condilins, adresse/.-voiis
l'agent Gnial i^^-m-
L.PREBTzSiANN-AGQERBOlti
Rue du Quai
i
AI. PETRUS; Pi rm.ci ALBERTI1U
Ph.nn.cl.. du D- Ju.tln VURU
1 MoMf ' bonne* Pharn .1.
?he ioyal Mail Slea m
Packet Company.
l^lh steamer CONWAY ettateutuei
Tiaiti ter2 le VS tvrie^ courant. Il
chargera direvtemeM pour VExro\^\
Port au Prince, le 5 Fvrier 1924
UoberlSeOuUoiiikColuc.
Agents Gnraux
iioyal Cai
Lu iace de la Pansue Kationle
Propritaire : A*naciu& IVVl.H.Vr
Le nouvel tablissement se recommande par un service
irproehable, des consommations de |>ieinier ehoix, sa
situation privilgie.
Le soir, musique attrapante dirige par des nrote-
sionnels de jiand milite.
Insiaii.-.ho., parfaite. pris modrs.
T"lftphon \" RAT

I, Rue
des Csars
Tlphone : 430


U* .t l'Amou

le Ccenri La maison S1LVERA
Sn ;| Viill ni Co si jnatair pour Hati
udu/eisev
TV/
Sole Distribulor for Hati
W. Quinlin WILLI4\IS
17/'/. B St hue du Magasin de l'Etat
Port-au-Prince
Near Pablo fhe Barqer
i*w*m~*mmm

La Maison H SlLYERi toujours soueteuse de donner
pleine satislaetion ses aimables & nombres* leur olire,lee articles suivants de toute fraicheur et de
toute beaut rcemment reus par les derniers stM
mers, des prix exceptionnellement rduits. *
Nous ne croyons pas ncessaire de publier nets prix
car il n est un doute pour personne que nen seule-
ment nos articles sont de choix mail que es prissent
les plus bas de la place.
(".asimir gris anglais neuveuts
l'almbeach {(ris anglais ,
l'almheach gris anglais carreaux
tSt" uni & barres, couleur
Alpaga noir sup,
Diagonale noir suprieur
Seige bleu marin & noir, anglais
Satin de chine pour tailleur
Lustrine barres pour tailleur
Kaki Jaune anglais extra suprieur
Drill union blanc
. ussor Japonais pour Chemises hommes A relies
Perai blanche
Hideaux tulle pour portes
Tulles pour voiles
Voile uni & barres
Latine blanche & couleur
Organdi suisse brod
Gabardine unie & barres
Brodes madera pour robes, chemises A jmpous
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blanc & couleur
Marqulssette ooton noire
Crpon a jour blanc et couleur
Brabant anglais
Lolienin* a mouches couleur
Mandes brodes anglaise
Toile voile pour golettes & pnur'eadre
Calicot percale de famille
Pique blanc a barres pour jimes
Nansouk noir anglais ----------
Molleton blanc et couleur
I oiions Pivert assorties
Bas Jours
Bas hiauc demi-soie
Drill union anglais
Satin foulard anglais double largeur
Uiipeaux feutre Horsalino etc. ete, ete,
Toute personne dsirant se procurer lee moillevrei
articles de la place et aux meilleurs prix que partout
ai leurs se doit de laire ses emplette* la laison H.
Silvera.
appel: n'est plus laire pour ses articles d'importation an-
glaise.
RESTAURANT
Aux Caves de Bordeaux
Loue Rivera
i\ou$ avons l'honneur d'aviser
notre aimable clientle qu'elle
tiouvcra tous les malins,
pa lir de six heures :
Petit djeuner, chocolat, sandwiches, pati, brioclilfc
taries l la crme, ehoux la crme, etc.
Les soirs:
Fotages assortis, crme
et sorbets
2Vo* cliente feront heureux a'appren
are que vous tous tabli le prix
(< djeuners comme cuit :
Plat du jtvr Gourd 240
Table dite 4*00
le fsf reste a otmit tous les je ait
rim;nebes et j djeuner sera ittll ces jours l comme
l'ordinaire
#*-** j f


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM