<%BANNER%>







PAGE 1

4&MAXW KVTi Dans les cercles politiques on d olare iiue le latrifuee co lire le ce Oui(, que d'un CJ fit Jans l'o luosiliou au contraire, ils serraient eoasilr ible nent cas in trAta. Toutefois, la demanda de pleins pou.oir* fiite pir U.l'oiii are pour raliser nu pr ^rmmo d'co nomies a si forte Mal alarm lea ra dicaux qu'il uiiri^uint active nent dais le* oouljir* de la cnimbro pour provo jjar la r. i ite du JUVtr n i oeil, i s it sv.ir ueat de l'unp) pilirit-; An n ) i.uu\ i nuits p >ur djsijjregjr ii J .uij intj pu.-icarisle li eus uore. La caapegae H da is U si'l'j des iSaaoea >u le pr ; ml -1 'H 'i • i aen i i II t ta i JOI*S mittre de li situation, eetla •'Isrveacaace est moins apparent JljJ/jUiS dlmiS LU.N >tUSA. H, M 11*vi i uoiv.i ,i .i .... %  i .i iu Ls ii i i la ttratagua aus totale iJ i>. a'embw qie a la u *ur l-OI y m c '' p*ur no; rejoindra &ou po, •. iiod M i ,.i i ice i i dallaMl i M le i Oi t I lui >ii.i i It I oiiuia lais la seine j dosai ui'i i< .. ito Q l H sera .'u > u i roi /ieloi fc u.aU ni nu e II ickev les jeuxoi_. m pi i io-. pai o point cuolre 1. DUSJEL UHF— L'administration Iraoco b ilg i dea cbemina de fer a dcid d'augmenter les -il.ires ,des i.i'umot del zona d'occupili.tn an raison de la etiert de la vie. LES COURS 4 Fvriei PARIS — Dollar Livra il,12 92 W M b riicisi PAR SANS-FIL Wvviis ;r i.v, 4. L'ancien Pratleal vVjlrj\v Winun est mort, di nmc i %  mitii 11 tu /' % %  Une lv.isioi sera prisa pi n ur I, pour parler a l oon mua s ) la u loliCi si le< funrailles leroat oincielles ou prives. Dr Graysa i s > i mIscin el i ni lit 11 '. Ii cri.: in n: li It9 de la m >n tait i'e. lise ne il s i n de troubles digestifs • i a H ao il naanitestei au caaaoenciiraiat le la Mtnaiaa leraitat et d Hit l il it aigu a'eet acoaatu dius L'i premire, tld IMI d : Pfri H*. Le Prsi lent Co >'i l 0 'e dan* u e pfocli QitioQ a or lo urj tls Iri pemx loieut rais an biruepeai ml (N .la j usIl i t ;'IJ i l \\\ les bureaux s J.') it fsr ais h j ir dai lu i irai i >• )rui toute li natioa i' Lrauo te, un ia>u iae cj*,; u • • n %  i %  : i i.! ur le ti ui .'i li i ii • le IvViUi i, . 111 i %  i %  i ,• i ir an re rilianeia ml Mr Yili. i •• i %  i -i M i M Va, ij i %  : • iir l ia a*) il llftlitl tait il i i' I' u I il nirareit le t* in ;ton et ea V •• ve ab : M' , iv • ,i ird.'Nf Gerj •/. -..' 'i i %  !•'.:, U itail imniu I'I >i i • it le la Ciovaation lis n j.i'ii. 11 •. i i.'iii.n >re. liu i'rjiiliii le i Novembre HI2, et attira un foa i. i la 4 M ai i J ; l'an la B IN ml %  It u l-'lri! 1 J U 1 J 1 J/JttJ i Ut J il •ouifril i 11 ii u ., i ii T/'nn pres di VVi :*1H1. iv -is la il uiapt tiiil tut itteial de paralysie a li .Uaiso i BUnde le oitoore i9i.S el se retira L'Aierse de rOSI Ls me nbres da l'Union t>pjrtiv ( liti inn ftaront demain le leur cerJe. U y ,-:i •. iiiUince : mi*: • le lo rtbill 11 ' o Lacoa* \. i | irjtra lf\>x bonnes |uip 1U et (.l'ip-t, lo i 7 fi. sior. \ c 'it.: i i • %  Irai irn •!!• %  les lOTriteurs; • -" va et les me nbrasac* 11 *s*y '> Idtefonten CJ no unie 1 1 char naal w i • a n a i m abra 1 1 i i %  • : M oesJa Wi'll v, A Gh^filttr, Vw a\L r i-.'i • it Si !i 1' '-.vL'iir .M m ElLnoc'i 1 etc. Bans souhaite, bons luces* Le goufar i MI ut d %  Bl ils Uais a'effarce i %  lvelopp ir lai plantai n^ l'byInoearpaasea Hawalal aat Philippines. Il s'.ig i. en effet, il > rb qui ro tuis'-ni l ta aortes d ors i.. d'il ii e. raid s les g lioes chaol oogran, i loi oa lire u ''ni a ,ii' gui rll i lpr rec nie lrouverta ayaol per mi,i i.,. ;i l'ai ie d'un traita neot cbiiai lue, les principes cnn*tilunrils il nt buib '( n oui une aclioa 1 1 turabla coi i e ii i>v e.leagurirana, I anal les preux d'il ifval, se sont aiullipl %  • v, t i tpi it, .i ii tel pour .j r I iii'.ruureol .les auues l / r U. i>r, c .n n e sont dil.i il i -ail m '• les seul''-; ressouicea des ra > la • iva ges o e&iateiil les arbraa proiae tei r e march de celt^ hune ineoa | ilirlra pus aliment qu'avec les prodaita dfectueux ou frelats, veniluI ilt's prix fmtasliipies. Le g'nivriiiemeiit amricain est ainsi inlriN. DU pi i r a-,II i an • pr.iduc tion ddiui i ilcta i ilmaffraa pure, a des prix r.isonnables. Si li ut v.i bien, t „mne on le pr voit, on espre que a'tcl quatre ou 'cinq ans Hat val prmli ira aaaai d'hui le pour en foumir non seulement K' lazarets,miiis ceux des contres moioa fortunes ((LeMoniteur Le numro du 31 Janvier dernier du .li,ui IMI i minci comporte, entre eetree, — L i arr r.< n rmt la qualit d'haili'n au lieor tugne Vievs,an ricain. — Sept arrts formant des cornmissions pour grer jusqu'aux proobalaee lections, les latrale des communes suivantes: Part Salut, Messieurs Ho lolplie, prsident, Jn liipli.sle Dlerme et tia mille Slvus, membres. Cerci la S MIT deeelsure vl-g-Snar aleoe, Kranjisjue fjyelte el Simon Fraac >i*Ittii |iii(te. Messieurs l.inirtino Calixta, Gb. U.-.i.gusla al Si V'.cior Pr .is,i-r. Perche, Maateare Tlio'ore Prudlio.inne, Brue Biailiea et Deetiai Paul. v ilKraa, Maaaiaure Davilnar 'es ravio s,DalsamsAuxil el Liilierdir inv I. P lila llivi< : re l %  I Vr:;)>nilo, Mes aieers Jroma i rc IIu Sigel, Tad* • r; ig i %  i 0 i. 'il %  '. 11 r tri i '" uen' M •• i tirs Le us T i nis \ i; i Bu-* a ne L 't li ,i .. ". i. pair ai bu Al ; il pas au %  •! I -s u iteaa i ai in i an pir las burea v 11 %  aoeoea lai'. il • jiii.j io i il 3 \ti i s i i :ls lu il r. i Ail Brilish 11 j i*.la r,.: 1 ut 1 1 lliyti ara raqussteJ l > raoeir ai t'i 'ir at tli 'ir e.ir i ;st convenioric • tlnir rajjpitrili>o Fur t'ii parpisth'.y are mvid t> ure3nt II aiealfai wiii Ih i r pissjjris any week liv it 11 ; B'itts i L-^i tion, Vvnnj U.i osle, betwjeo the houre y i m an 1 ooonlirilish Li/jtion, Port-au Prince, Fabruar r 4 ti4,1984, Pour SloairJ C Bnin Il vu de b'ea lieiux vers dne la tout petit reneil nuasous :e titre aa/ ilaeanttteS hOSEs DE DOULEUR vient d'diter M. g louardC.Meuin. En ces teasaa ,OJ. soua prtexte de se librer de tasvi-illes entraves cla siques, le Ters devient de plus en plus de la mauvaise prose, o la puple d'Apolloa est prostitu pur des barbares qui tiennent I lyre d'une main si loirde qu **'* plus apte la b-iser qu' l'animer, il est rconfortant A taire connaissance avec un pole c mime Mr Edou.ird C. Meoin qui non seul'inent e t h l'e est d'atleiridre. par del l'ori.i nal et le rare, a l'trange et 1 ina !• ndui M. c'eal a qir donne co v i rn* e rame un air de famill •• ave Poea vre de B u lelire, un po i' tel, que, bien des fi-<, le paifurn volup tueux et lourlissant qui monte H cette gerbe mignilique que tonne • %  L"s Kos8 d^ Douleur i ure I' B preeei n qui! s'e!ia!e du m i.e pai tei reo s'p "'S. j i unie B des sonnel Varits Ce soir la Reha s'enmi) LIntra ?3 centimes Mercredi .|4art v P8 Entre gnrale I gonrde Lonijin j lie gnrale Transatlant^ue Le pa]t Caravelle" parti de Borde sus l • -"' janvier^eal atleadu l'on a i Prince le lljcoirant ei rep iflira lei po • -MU.HJ ae Ou b et lea pjrtaad Su a. De retour a Port au Prince vers le 18 il repartira le jour l %  s o arrife p> ir G > i lires, Oep tiaitieo, Puerto ru ,. MI i %  m ei le Havre prenait Let \ passaiON Pari eu Prince, \ Frrier 1921 L Ageot,. It JBSU cas %  • ci x Ue Siima's un Pauleur dea it M-le .i i.' '' ir • dea rei B et
  • ; alls il no'i' mi lienotl Pouba. Meilleurs com pliment*. ^ Cabinet DE Me Lon Ma, avocat Ruel,rouen (aee de Plmpinerla Nationale. ^^^^ mm mi Le soussign int rme le publia et e comiuerce que le lcpiaaa KoU'-AJU, s'ekvanl Lent dix* mes mis eu Ja laveur par la Lom m,. sl un lequire, a t adir, duplicata devant lui t e dlivrePort-au-Prince, al Jav % ! ia*a Lon LALLAU. L'n rcp'Sl au -No A44t|aG.TT4 dlivi pour (omptrde A. Kersaini, p rt r la Cummi*al0B Fequire, a ld ad'u. Duplicata en ae.a sollicit., Port au Prince, lo 4 fvrier VU J. M.bh LUY,Avocat A cause", de la mort de l'anaien P sidtul d a huts-Lui*, Mouaiaur ^uwdroa Wuro MJW JoimH. Husarlla le regret d'I former quelle n'aura i*" """ J' u r de rece l jUC)a aujo.ndbui .omme il avuit t aonuuc %  ^ASTHME! W Opprttslon, Catarrhi, Sufioeatloni, Tout n$niu$t$. o ourlion ortla p* !• %  CIGARETTES CURY u POUDRE CLERY D CLRT. 58. Boni Bt-Martta. PU. lea Augustin, ui, 1 1 '^ Jt A 7' d rejeli;Er/.ulie JeBft tol, i Booh 0 fL Att nelu.Umo.rt, Bo [. H * Alpfcaa. •e. Alcinou, A, 1 !'.*", 0 Veuve Mail M ,mulai s .r.K,./.i jll t Uraee.Daaaaa Bertl.rand C. L*"^^ T& Six. Sully Civil* '"" e "•'•t"* rlnlier* H. v 0 !" l ;" v |( L" 1 *' HlJ '^•^. 1 > ':"' ,l, ; r Uaiafa est hva l" 1 ' !l l et !•• n'a, Chaobre d e Comnaerca rjH.iti Bull 3t I t'i'l''^, ;,nIttelowr laV'en : 3li3p ir ifre I, M t\ \ Il III %  • Caflnft i la eu>i mlFs Taux ao oii'l uea ,11-1 ', 3 iJJui livre Sltrni Imcbmia bitlUMMI I .'JI'C au IMase i. ail lf..is i Jil U ,V< M/50 Colombiaa Sleamship Company lue. Le S/S Bogota ayant laiss New York le l*,r fvrier courant est attendu a Hort au Hrinee directeur a t de Aeu* Yo k tv 7 heurter Al repartir i te mme four pour KinitonJ*. el l** unude iu Colombie prenant /r


    PAGE 1

    LE'MJMHH Tente par w pares k|En lerlu :— lo. de la grosse en forme excutoire d'une obligation liy putuecaire, pusse au rappon de Me Loin ViluQt-Day et on collgue, Dura ire Port au Prince, en date du huit Mars mil neuf cet vii.gt ;— et •JUkcrite au sieur Flix Chri, z, luis prte nom de Madame VeuVt F. imond Hraux et de Madame Henri Jones, ne Hiaux.dment autorise de on man ;— io. de trois jugeiaeals du u buual de premire ins lance de Port au Prince, en date de? qualre Novembre mil neuf cent viog. et un, vingt trois Mai mil neuf cent vingt iroi;— >. d un Ant du Tri buual d Appel de Poil au I rince, eo uaie du cinq Dci mbre mil neuf cent vingt trois,— obligation, ji-iemcnU et aril tsregistrti et lifoil avec commandtment ; Jj^li sera pioceu le samedi qui s ri Actif Fvrier n.il neuf < ei.i vingt qualre, dix beuii s du malin, en l' tude et parle mini.-lre de Ma Louis Vilmenay, nolaue a Port au Prince, rue du Centre. & la vente publique i>u plus ollrant el Cetnur ccchns seur, d'uue propritaire sise en cette Ville, tue du Leulre, compese de deux portion d eiiiplattmtult conli |UiSMSUlSbl en totalit uu.U pieds aix pouce de lacade, sui qualre viugls pieds de profobdeur 1 1 Lornee au ivoid, par Llieu Aim Itiviie, au Sud, pur tloraiiu> buu&tan, l'JCtl, par Madame A. Cliabeau el al'Uue.-t par la lue du Ceutre, surfaol procs verbal u'aipeuitige de J. J. hidney, accompagne de ton plan en date du vingt ix ,\ ui mil neuf cenl ix, en rtgislr, tel d*ailleurs que ce Lien se poursuit, ccmpcuie et 'tend, tans aucune exctpiiuu ni uau.c ,— sur lu proprit ilool s ugii, Mi couslrui te une halle eu maooasrie avec tou le se Uependance, oceute par l' tude de .Vu Suirad Villard ; Sur la mise a prix de Sis Mile Neul Cent Quatre \ ingt Dix Sept L 1 iai Lu. qualit ttnt.iiics, outre ht bonoiaiitfc dt axocal pcur.-uiva IF, lf* irai el le cliaiges de l'enclieie, cy Or am. 6 V97 60 K la requte lo de Madame \euve Edmond lliaux,propritaire, demeu raot et domicilie Port au Prince, ayant pour avocats, Mes. Flix La my et >\i< dsor M.cbel, avec lection de doii.n le es leuis cabinets. lOi de Aime lleuu .loues, na li raux, dmci.i auioiuse de sou mari et ayant pour avocat Me Pierre iludi court. | a Joulre Madame Gra/.isllu Dmyon, propnel ire,demeurant et demie.lie Porl u Pries ; Cour L>,US a.uplcs ren^eignemen s a'aireser aux avocats poursuivants ou Me Louis Vilmenay, notaire, dpositaire du cahier des charge.— Tiois mots rays nuls.— Lu renvji bon.— Ln autre renvoi bon.— Port au Prince, le 5 Fevri.r 1994. Flix Liiny, av. \V. Michel, av. 'Piena iludicourt, av. Cabiuel DE %  wOll^f (Iode et Tan. A la fois Unique et l O/omaoe dj= ^. jaa tltades-iorofalo Formation des Jsaatl 7:llc£ Hslldls io l'oitVn m rjjtis, remplace avantage user, icnt { I HUILE ueFOiEoe muRUE r coMii rms c -I-AIUS TOUT --..•>.'• %  • >u rw he Royal Mail Sleam Packet Company # Le nteamer M1DDLEM00R venant de Kingston el des Port du Sud, t si al m tendu le 15 du courant Part au Prince, 11 punira le mme jour pour lEun>ievia les ports du nord. > Le iteamer COXWAY est att::iduen Hati vers 13 V8 tvite* courant. Il chargera directement pou* l'Ej,ron, Kit en Prince, e 5 Fvrier 1024 Robef ls,Duiloii&Go lue Agent Gnerawc Lebn & Fink, Inc Fvsd*a>n I8"e Supriorit B* rrii Pronh wnt* Fou produit* ehlmiques, plinrmaceuliqus* t antre* articles vendablee dans une pbarmscie. Epies, Poivra, Canne>lle,Glrofle,\nis toile, Mueeade eto, v etc. SUCRE RAFINE. Spcialit. Marque prixee I.>sol dtriniectaat, Tarftt* maria. Articles pour baillera, lny Ruin, Choco'al cnpoo lire, Utile de foto de Morur, I miUsion Cold Critui Fxtralls pour lalre essences et eau de tolletle, Kau d ;Qu uiiic, l'oudre contre lca Insectes, Solution pour eonae-iver les œfs frai, I Kagnait, Poudis sii|>rlfiir*) pour la lollclie des enfanta, ssence de fleure, I eu de Florida, Miel pour la tal le, Moutarde, llnUe ri fibre pour la table, Ifroasea dcnle, I pperilllnl, liuile | OW chasser les moutttquea et aulits lneectes,lteflUlc'S luiia contre constlpatione et doubles de intestine cbroniqu*a Th, Cire pour les parquets,! om elibles, I lixirp, Ip.ce*, Sirops;divers, i'cintiires dlvei -ew. Vin, etc, tic, etc. h Demande/ te i-jitalogv.es Us spcl dites, Gonflant vos commandes LEHN l l.NK, luo ; vois serez absolument satisfaits. Toutes les bonnes pharmacie* du pays s' I iprOV %  lOw naTlehox LEHN A FINK Ino. Lon li. Ihband Agent exo'.usii pour liait! *&&.& Fullun Shœ l^oash Company Luc. iiew'lork Si vous voulez |)iotyer la p MU de vus cl)au*Fur*s. |^Si vou fOQles avoir un biij| aR f UTsaid el Juruble. F 0. PiEUUE Coiiiuiiiiy 12 WE8 U.tOAl\\ Y MW YORK FONDEE K\ i847. suPERioairL us PBU Fabrique de : Peinture, Vernlf^Ocrei 'e lotti ourlet Ma (ic Lon K. Tlibaui Ayeoi pour il -iti > h* si vous voulef le. irtltUiUauts K nu :.m hue du Centre cle Je la PEUTmacie 2>ejour'ie(uuilclin>{ beiuiij. la couleur e t | a WU pr*M en] oaiXe. Crae JUef # ;|eBe\i>t foif ^>\ raeab. etc. etc. clc. Lfu M. Thli mi % g.nt exclusif oar He tl Rhum %  E r r 1940, Hue du Magasin de TEtat Tlphone : 347



    PAGE 1

    .u> %  SaSIS t.; >W JU* VL/ .S, Ie.xi.tif physiafoslgut le seul fti.lca.nt la. r du. fctioti fonctionne! > Eponge et netloi". Il EvlU l'Appendicite et 1 Entrite, Supprime U fIeiuorv.iu.is Emp^3vcSSwK Li mir fournil l'iiir-tgtr, citu tlgvt nirini qui latr dint le compiutisn du JUSOl £Ws3£ Strge Taillant Consignataire poui Changement Ici adresse ii i Ru* du Quai I&5*tl8j7 Cn face de la l'i uane L (Uurau de l'eNage) L% Petite Maison ilQ sutt du couli't J^nuouce M bienveillant aJ>*ati*M 4a alla vient ne recevoir p. w (Unuar Franais de /••% ,Av met* ublunitl Ueina de* le clbre A> qui recoKiitue tes /or cet tnery e. Sei vice rapide et irrpr c Bicyclettes Bi La mtaiieure machine qu'on it jamais on oui modle, tree l^erae, elguutai, solide •vin IUUUIM de tous lee accoaaorec : pompe, MiuaauN ; l grande Morgue qu a gagn U ZtqwrUim du manda acte /*• nu* mmni c<> Voua le nouTerei eu feule, aiiique les Mielielin eu* NlOL.Vi COttJ.VsLO, a la Leavieycielue aVa.L.ls; ejut iae .neil.eui frauda ttoettl Maouautariar* dArm*,4 frant*}. .uf i-.MKin •ou %  .i 1 son ail .. In %  'Okjnrari.ef IrMi M.i ;jtca—il Suo' { A : Su I '..•.v.'.i2Ti tfJAU.Ei. jtt montlion$ eu 1 'e plaihandiae'i aiemeut eic* fautai fie 1 Ficou' l'Agen ur loui ,Agtit ~ftm lait %9iUe es? lefc* *. Ellai epNaee FUTa, parti SUauto Superbes Masques par Carnavals Arrivs par le dernier stea-, mer Franais:& Loups# Dominos. Fausses barbes tz Moustaches. et Perruques. • r.A A LOGULS DE MODES D'EDITIONS BELL. accourez tous citez Mme Tuuve^ttuinaa^luiiia^ Anjla de lia* du F*uyl* A. u i>aia 413 Aadtnuiell* iiliuu 4 ^U^VetB;/ li^tj UU UUU .MJ y Mme Ltouee A iciiiuitde_ .^ Ru* Courii Nu ^^lV^j^^ ._ Aime Ordalie Undrin Hue CourA* .No 177 fcJ J Mme intoiua irouiliol lin du Centre Ne 1839~ La Maison MLVUitiA La Maison H SlLVEn/L toujours soucieuse de doaie r plaine aalialaction ses uiniables & nombieua clieata, leur ollie,les articles suivants de toute iraiciieur et de toute bcaui rcemment reus par les derniers etee, mers, des prii exceptioonellemet rduits. ^ J >*ous ne croyons pas ncessaire de publier ne prot car a il 11 est un doute pour personne ejue nen seulement nos articles sont de choix mais que ues pru ieot las plus bas de la place. Casimir gris anglais nouveaut Palinnaacn tjris anglais Falmbaacn yrla auyiais carreaux. %  Mal M, *k l>.anr*, uult Ht Alpaga noir aup, Diagonale noir suprieur aieiye bleu marin & noir, anglai Satin de ciiine pour tailleur .j Luatrine u bai 11 pour tailleur Kaki Jaune a.i ji.i extra suprieur lirlll union blano Tussor Jaj.oiuua pour CUemisas A homme Jb rebes] Fercal biunon* --__ Kidiiiv.* tuuc ,'uur potte 1 uii* pour voues Voit* uni e a narras llatni* btancii* k 00 daur Organdi ^tuiase brod Oanaruiua uma w a barres lirodco mudttiu p uu r roue, chemise A Junea Fetue aerviet.es Uamassee pour table teo^eux uni MaOO A uuuteuf &lai'o,uioitc twuu noir* Crepuu a ,uui blauc ti co uleur Luiju.ii emyiaia L.oiiii.i. ^ ui^uuhei couleur liauu-ou.uuou <*xi^iuic Toii* a vo.le puur vjujieite pour oadr* Calicot poroai* u lamiiie) pique biauc a bair*e pour Jupes .NausouK noir anglais Molleton blano et couleur Lotions l-ivert assorties basa jouta bas> biauo Uami-soie Dillt union anglais baUn ouiai d augiais'double laraeur LU-peaux leutre liorsaliuo etc. eto. et'e. Joute peraouus dsirant se procurer les meilleerei articles de la place et aux meilleurs prix que partout ailleurs se doil de luire ses einpletles £*> Maisoe I. •ilvera. "* %  Rappelez-vous surtout qui la^putation ele la maisea n'est plus laire pour ses articles d'importation anglaise. i'roiiiaye lte de Maure En Gro3 et ,en Dtail Ci B. N. Sada Co *\.



    PAGE 1

    BlftSftlTOR PROPRIETAIRE imi-Mimtm Clment Magloire 00 vuuu MTHBKe 20 ^ !" yL* PJMNB mm Hu umm si dptUHTii d * prit pratique, v^^etuf^up '** tr* Bout na*rn^|iJ[jgpt 4a pouvon*d^lVfgiQC3P' z agissez, marcl^^Qj ait-on volontisrs, sans §e douter que pour partii, il faut des provision*, les plus riches sont souvent ceux qui s'en donnent le noins,heureusement,peuMtre. car sans cette ignorance elire leuravarice,ils 'devisndraientlte Matres du monde. Paul GillUtf 174MS A^NEE N 5128 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) MARDI 5 FEVRIER Hit %  %  — Abslero Mot nouveau, cr par des mœurs nouvelles,On ne le trouve pas dans le dictionnaire, mais il est sur toutes les lvivs ; il riftie sur toutes les consciences, et c'est, hlas, pour les fausser. Oui, l'abstentionisme constitue une plaie de notre vie actuelle. Il rsume en syllabes de quelque allure, la lotmule vulgaire et dplaisante qui court le monde, tous les mondes : . i'.is il allaite*., pas d'histoires . Ce que 1 argo traduit par : Faut pas s'en taire > dont on a dj soulign la maltaisance Les aneiens disaient : Abstiens-loi . Prcepte qui n'a rien de commun avec i'abstentionisme. C'tait un conseil de pru ieuee, de discrtion, d'oppor;unit. Il se posait comme un sceau sur 1er. lpratique l'abshnlionisrruN est ainsi livre l'aventure, abandonne au ha sa ni. Si l'on comprenait bien l'impor tance de la porte qui ferme, pour i'ime, le monde insouciant et frivole, ennemi des resposabilits et des iniiativfs, bien des choses changeraient autour de nous, mais il ne suirait pas de fermer la porte, c'est la foule qui entre chez nous,la foule avec sa milice. Les meilleures contrleuses qui l'on puise contier h garde sont de belles vertus: la prudence, la charit, a simplicit, l'amour d'au trui Quiconque .'Slaisserait guider par elles ne songerait plus pratiquer I'abstentionisme, ennemi jur du devoir et de tous les devoirs. On commencerait par flchir — c'est prudence — aprs avoir pes, mesur les choses et les consquences, on parlerait avec simplicit et charit; puis l'on agirait toujours Les Grandes Orgues de la Cathdrale au mieux, des intrts gnraux, toujours en UUNIl UUUILIIB Ul OVMU JUI 16.' I J |_ %  • I • 'il ... vres pour y retenir les phrases imvu -, du bieri J 0 " 1 ^ P M8 av ^ iirniiMitM le* iu.PnwnK naAmtAa '• Dien Particulier, car 'amour o ai "• D ~ a '"-"" -M-"" mlien.-. tranent appartenant ,, matriel %  00 art • Quelle est la nature de l'Orgue ? (. el un intriiiiicu( autonome et polyphonique, pai eons quen tait I il i !• %  du matriel kouore. Si la violon, avance un proiejseur d'harmonie au C ousrvatoire do Paris, •^t le roi de 1 orchestre, i'or/ua en doit tre le dieu, car, chaque fois qu'il daigne y mler ses uccents, c'est pour le dominer, le pr ilger ou 1* soutenir, ii n'apparu' jatniis qu'eu matre suprme, toujours plaOint d'un' ma, •-: u dessus des masses su loffes qui semblent ds lors s'etfoll lier *uus M; pieds". Envisageons cet imrumeai puissant ou piutot Cut orchestre tu point de vue physiologique. Il est tout -Uii m idel sur l'or faai vocal, Souffle, ie, • xiduite, anches, tuyaux et.:, avec leur organisation vivante et naturelle, prtentent tous les lment qui constituent la voix buoniae, avuniagi prudentes, les jugements prcits, pour imposer la discrtion et attendre le moment lavorable. H tait ce que le latin appelle ostium circonstancie , une porte do.xasion, de circonstance, an somme l'opportunisme consistant OO parler, a a agir qu', propos. L'abstentionisme n'est pas cala du tout. Il n'est autre chose qut le laisser taire et vit seulement de petites tachets. c Pas d'affaires i disais-je tout a l'heure. Cela semble la directive de toute la vie. Il s'agit d'viter tout conflit dides dans lous les ordres de la pense et dans toutes les circonstances de la vie pudique ou prive, ce qui explique tes abdications politiques et les abandons fainilwux et, aussi, pourquoi par alfroi de la lutte* les lites s ellaceiit devant le 11 il mon tant au lieu de taire digue ; pourquoi la teuitue dans le moude, I pouse et la mre son loyer, l Chant I'gouvernait Pas a adaires avec le mari, surtout s'il est un tyranneau au petit pied ; pas d allairts avec le b be qui eue iulassablement avec le g. L'abstention par jeux; celui de Notre-Dame de Paris, 110, celui de la < aiuUra e Us Uige; 124 jeux, celui de I htel de ville d Sydney 113. Quai le conclusion en tirer'.' —C est que l'orgue si uu instrument des plus compliqus el des plus dlicats. Combien de claviers possdtnt un orgue t Deux, trois, quatre ( St-Euetaehe ) cinq ( Si-Sulpice j. Rien n'est plu variable que les dpositions du clavier, pense uu inat're. En ellet, crit-il, S'il s'agit d'un orgue S claviers, le premier, qui appelle positif, contieut les jeux articulation rapide; le deuxime s'appelle daAtr d* gr.,nd orm, et commande aux jeux les plus neigiques; il ea est peu pie. du meiu • du troisime ou ttuvttr de bonbrd' ; le quatrime ou clavur d* rcU est compote surtout de jeux nus, dlicats, de souorit di tingue, bons tre euployee •n solo\ ; intiu le cinquime ou c a vraie le cher prochain prime en toute occasion le propre amour. La Solidarit Au cours de la sance mensuelle d' vaut hier des me nbresde U Solidari t,d'importan(e* dcisions ont t prises. L'œuvre preud de jour en jour de l'extension et son utilit est main tenant reemnue m ne par les plus inliflrenh. Oa travaille en ce moment pirfa re les sections des membre bienla leurs et de< membres protecteurs. C'est ainsi que Mr bonis U irno, Pr vident de s Rpubliq u a et* 1 accl i aS meiuiir b^e l'a teu t m^m'ire pr ecteur, de vifs appUu li-ie nits on' salui celle mirq ie d; gaule acq tisitioa. Out \i re i m ^mhres a Ihrenls : MM. Dr Joe h Pe rior, Dr Pngiri, Dr F. Dalenc ur. \)t uli, Luiovle Bio'. Jonaths St WgSSi UU .iiV'i : '.' U pus pe li ex lure cornet la srnit j uxd • foade", li delujf IUX "aux d i ml lesjeuxd, -nlscl t J(Jli a n ches. Il exiite diiisce^. lu j (( loi j -a\ de mutation, rach:r:hu. de UOS d t is les ta leva.. d e* orgues. m\i par trop i i ure. surtout org.es m, 1 %  |1|( ,a:t u l U .'y ap.int %  i el p IUI u en nffrs eu \ • a pie, lor^u. d.si-am ulM ^ {% Plac sou les pieds de i'orgauiste, ce clavier est form de touches disposes comme celles d'un clavier manuel, mai* dusse* grandes dimensions, po ir permettre de remplacer U doigter uidinaire par t'empioi alternatif de la pointe et du talon, se qu'on appelle le doiiittr du piia.ur, qui exige d'assez longues ludes ". Nous ne ngligerons poiul les registres dits de combinaison, emplov e* surtout dans les orgue inoderuea et similaires aux pedalss du piano. Elles varient,ces pdalas. Les plus employes seul : las pdaies d'accouplement ou copula, les liras ses, les appels d Anches, la pdale expieaive, le Iremolo. Chacune produit ua eliel qui iui est psili-u ter. Condintia ULdK.,VE ( La fin dimi* ) Par subie Nonv.ii Etrangres Le de leur tche pour la mareb? toutut |U:que dans les salons d'essajours en avant de la Solidarit *'. yageLue temme de gots srieux ^__„___ cde la suggeatiou imprieuse ———— %  —•le sa couturire. Elle nose pas vouloir, ni imposer sa volont: Je veux ma robe plus longue, plus simple, plus discrte • Kl le n'ajoute pas : t Si elle nVst pas telle que je le dsire, je ne l'accepterai pas *. Kt l'autre tait ce quelle a rsolu, el la leinuie comme h taut est, malgr elle, habille comme une u.unie l'est pai. Mais elle a U paix, si non avec sa conscience du iiioitisavecl'ouvrire.Clle n'ose pas non plus revendiquer tes droib uans l'ducation des entants, coui uatn e l'ide de son mari si le chosf des maures lui inspire peu Ue cui.uance, diriger la vocation de se Uls les solent s'ils dsirent embrasser telle od telle carrire ou essayer da modifier leur •*„!*% sa r*B SU Ce grand drame local sera reprsent Te 7 fvrier au Siminaire l'oc casion de la fte du K. P-'-re Suprieur et au prolilde la nouvell • Cha pell %  En dehors du drame et de* attractions diverses, les dames patronesse se feront un plaisir de ser vir des rafrachissements, des gteaux de lous genr> s el des crmes & la glace. Ceux dont la grande proccupation est de faire plaisir, pourront utilement mettre a contiibution leur porte monnaie. Lever du rideau 7 II 30 pr lasti Entre 3 gourdes. Ou trouvera des cartes au Sminaire, chez M^l. Ch. Du pu y, Lo Alexis, Simon Vieuf Laionc mbroift. Lescircuii9iau ^stiela mon de l'ta>ursi K :II WlUoil WASIl.SC 1 ON.L a )( ie II:M dent Njuson est '" t hier 11 heu reel5dumat.n;da g ut( 0irib aJH blemenleisai.stam. iu(lr ^^ la maladie qui IC f (| a plus de % ans alors q^.j, ££& ^ campagne en laveur ^ m qu .., ( 0Q ersonuelle : la '^ %  •iieii prsi dants'e-t teint corne une |( f sans hune et ?l !" "% ai conaeianl que I heure lata e -Is, y( nue A)J moment ou lem.u .1 10111ine d t(at .nui et e docteur Ur chevet. Urauseae moi, teaileB qoVIIej e>t otncieusement an oncAe tt n st ar lriosclrose gne.aie t d |( miplgie. L a,leiio s cV ;| .w eUll dfi c.are ds le jour u e >lllcu| Wilson ulfrPP*P,aautunelour ne de di-<:our tt sidrait son oeuvre p; p Socit des .Nations. trpassa, a lemme, „ UMdr({ rel tait a son oui* ce le, uns affect todtl it 1 h;uipi e dans le bras es troubles di estrent lundi a de i'*m< f* systme arinel. (J < gie, elle s'tait locatil et la jambe gMKfa estifs qui se mie, erater tsatareat t j prsident. Jeudi soir lee troubfs eiupirient el ce moment les m decins perdiient tout espoir de sau ver le malade ; ils s'appliqurent alors prolonger le plus possible ce qui lui restait de vie. A l'occasion de la mort de l'exprsident Wilsou, le prsident Cociidge a adress une proclamation eu peuple des Etals Unis disant nolnm ment : t hn tmoignage du respect 3 ue le gouvernement et le peuple -s Etals Luis gardent enveis sa m moire, par la pieule je pilesds que les drapeaux de la Maison Blan ne et dra dilice* publics toient mis en berne durant .10 jours et que les honnueur* mil Uirts et navals aupropiis qui serout rgls par le secrtaire de la gu ire el de la ma riue soient rendue e jour des obs ques. L (u>is uu prsidentWilsoo PARIS 3M. l'oincar r fait la dclaration suivante l'iceasioo de la mrt da l'es prsident VTilson : • La France ae pourra jamais eu b ier que ce fut sous la prsidence de M. VVoodrow Wilece que les Etats L'ois ont accompli U tche de sauver la libert dj oade t l-avs •. • -.1 ; | -, nir de la civilisation en apportant aux dfenseurs de la libert leur as sistan-e inco'nmenurable ; les Iran ais avenl bien quels sont le* mo tifs levs et gn'eux qui ont inspl r cet homnn' pasainonimeaj iia liste et en quel tangage remarquable il a toujours parl d> leur pnvs avant d'tre atteint fatalement par la ma ladie. M. Maelonald a dr'ai l'As •orialed Prta •> : Je sois profoi l ment ntt>it d'apprendre le mirt de l'es preidanl Wdsos el je sais que la Dation luit "inique tout enli re partnze mes sentiments . CofTcspond.inre frlianrje entre les Premiers anglais et Irancais LON'ORR*— La forrespondanoe rcemment change entre MVi.Mae donald et Poincnr a t publie hier. La lettre de M Vtncdonald a t remie M. l'oincar s la cham hre des dnuta pendant le dernier dbat sur les mesure fiscales. Mal gr la confusion et les bruits de la sance, \1r l'oincar, au bano dea ministres, a crit la rponse de sa propre miin et l'a envoye, immlie lenient au minislre d>s affaire trangres qui l'a expdie Lon dres par la poste ordinaire.La lettre d* Mr Macdonald, Ire cordiale, dit entre autres choses : Vous evet vos intil* nationaux protger et j'ai les miens. Il* peuvent tre par fi in en conflit nu dbut mais je suis *fir qu'avec rte la bonna votorH lee diffrends peuvent s'arranger ; nens pouvons tre francs sans tre hosti les et nous pouvons dfendre les ia trts de nos pava sans inimiti ; r ni, l'entente, sera t>eaucoup plus qu'une chose nominale et la France et la Cran le Bretagne pourront mar cher d" concert nour tablir la paix, la scurit en Europe ''. La rponse de Mr Poinear, en preinle de la plus grande franchise, et aussi trs cordiale, est aiai eoa eue en partie : %  Vous pouvez tre su' que le ouva fret liise ne sera pis rroin dre qie la v<*lre et M dan la dfen se des intrts 'renais je montre le mme ferveur qoe vous dans la d lense des intrts rilenniques, voua pouvez ''Ire rrque rien nerhangera jarr ai'a rordialil de rrrs et lamenta pnifond/ment enrarins.ll est impoA sible qn'teot tons Jeux anims de tels sentiments, roi s ne rurrirsions rendte l 'entente froctmase er. r •iillals qui permettront l'Furope de jouir une fois de plus de la paix, de la xf'curil si de la libert dan* le travail %  les me sorti fiscales allela -111 I/I u't;M m nt la *ilnalinn nnliliqiif en Traic PARISLe %  rflortattnttr per Mr Toiptxit r'nr lui f ; T li fit.te cet crmpl'er'er.t heulevera la situa tion l'rlitione ; h s n rffttrM fsrales pifcrr.ife par le prsident du con seil afeelerrr t rneiisemrnt la situa tion de plusieurs nenbiis de la chambre aux prochaines lections dans le est eu i!< votxtaietl fSliba


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06137
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Tuesday, February 05, 1924
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06137

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    BlftSftlTOR PROPRIETAIRE
    imi-Mimtm
    Clment Magloire
    00 vuuu

    MTHBKe 20 ^yL*
    pjmnb mm
    Hu umm si dptUHTii d *
    prit pratique, v^^etuf^up*'**
    tr* Bout na*rn^|iJ[jgp-
    t 4a pouvon*d^lVfgiQC3P'z'
    agissez, marcl^^Qj ait-on
    volontisrs, sans e douter que
    pour partii, il faut des provi-
    sion*, les plus riches sont sou-
    vent ceux qui s'en donnent le
    noins,- heureusement,peuMtre.
    car sans cette ignorance elire
    leuravarice,ils 'devisndraientlte
    Matres du monde. Paul GillUtf
    174ms A^NEE N 5128
    PORT-AU-PRINCE ( HATI )
    MARDI 5 FEVRIER Hit
    !
    Abslero
    Mot nouveau, cr par des
    murs nouvelles,On ne le trouve
    pas dans le dictionnaire, mais il
    est sur toutes les lvivs ; il riftie
    sur toutes les consciences, et c'est,
    hlas, pour les fausser. Oui, l'abs-
    tentionisme constitue une plaie de
    notre vie actuelle. Il rsume en
    syllabes de quelque allure, la lot-
    mule vulgaire et dplaisante qui
    court le monde, tous les mondes :
    . i'.is il allaite*., pas d'histoires .
    Ce que 1 argo traduit par : Faut
    pas s'en taire > dont on a dj
    soulign la maltaisance
    Les aneiens disaient : Abs-
    tiens-loi . Prcepte qui n'a rien
    de commun avec i'abstentionisme.
    C'tait un conseil de pru ieuee, de
    discrtion, d'oppor;unit. Il se
    posait comme un sceau sur 1er. l-
    pratique l'abshnlionisrruN est ainsi
    livre l'aventure, abandonne au
    ha sa ni.
    Si l'on comprenait bien l'impor
    tance de la porte qui ferme, pour
    i'ime, le monde insouciant et fri-
    vole, ennemi des resposabilits et
    des iniiativfs, bien des choses
    changeraient autour de nous,
    mais il ne suirait pas de fermer
    la porte, c'est la foule qui entre
    chez nous,la foule avec sa milice.
    Les meilleures contrleuses qui
    l'on puise contier h garde sont
    de belles vertus: la prudence, la
    charit, a simplicit, l'amour d'au
    trui Quiconque .'Slaisserait guider
    par elles ne songerait plus prati-
    quer I'abstentionisme, ennemi ju-
    r du devoir et de tous les de-
    voirs. On commencerait par fl-
    chir c'est prudence aprs
    avoir pes, mesur les choses et
    les consquences, on parlerait
    avec simplicit et charit; puis
    l'on agirait toujours
    Les Grandes Orgues de la Cathdrale
    au mieux,
    des intrts gnraux, toujours en
    UUNIl UUUILIIB Ul OVMU JUI 16.' I J |_ I 'il ...
    vres pour y retenir les phrases im- vu-,du bieri J0"1 ^ PM8 av ^ ,
    iirniiMitM le* iu.PnwnK naAmtAa ' Dien Particulier, car 'amour ,oai " D~a '"-"" -M-"" mlien.-.
    tranent appartenant ,, matriel
    00 art

    Quelle est la nature de l'Orgue ?
    (. el un intriiiiicu( autonome et
    polyphonique, pai eons quen tait
    I il i! du matriel kouore. Si la
    violon, avance un proiejseur d'har-
    monie au C ousrvatoire do Paris,
    ^t le roi de 1 orchestre, i'or/ua en
    doit tre le dieu, car, chaque fois
    qu'il daigne y mler ses uccents,
    c'est pour le dominer, le pr ilger ou
    1* soutenir, ii n'apparu' jatniis
    qu'eu matre suprme, toujours pla-
    Oint d'un' ma, -: u des-
    sus des masses su loffes qui semblent
    ds lors s'etfoll lier *uus m- ; pieds".
    Envisageons cet imrumeai puis-
    sant ou piutot Cut orchestre tu point
    de vue physiologique.
    Il est tout -Uii m idel sur l'or
    faai vocal, Souffle, ie, xiduite,
    anches, tuyaux et.:, avec leur orga-
    nisation vivante et naturelle, pr-
    tentent tous les lment qui cons-
    tituent la voix buoniae, avuniagi
    prudentes, les jugements prcits,
    pour imposer la discrtion et at-
    tendre le moment lavorable. H
    tait ce que le latin appelle os-
    tium circonstancie , une porte
    do.xasion, de circonstance, an
    somme l'opportunisme consis-
    tant OO parler, a a agir qu', pro-
    pos. L'abstentionisme n'est pas
    cala du tout. Il n'est autre chose
    qut le laisser taire et vit seule-
    ment de petites tachets.
    c Pas d'affaires i disais-je tout
    a l'heure. Cela semble la directive
    de toute la vie. Il s'agit d'viter
    tout conflit dides dans lous
    les ordres de la pense et dans
    toutes les circonstances de la vie
    pudique ou prive, ce qui expli-
    que tes abdications politiques et
    les abandons fainilwux et, aussi,
    pourquoi par alfroi de la lutte* les
    lites s ellaceiit devant le 11 il mon
    tant au lieu de taire digue ; pour-
    quoi la teuitue dans le moude, I -
    pouse et la mre son loyer, l -
    Chant I'- gouvernait
    Pas a adaires avec le mari, sur-
    tout s'il est un tyranneau au petit
    pied ; pas d allairts avec le b be
    qui eue iulassablement avec le
    g tille qui veut vivre sa vie, avec le
    personnel de servicc.pas d'allaires,
    surtout pas d histoires. Par peur
    des affaires #, Madame, lasse,
    dit la cuisinire et a tous les
    gens de service : faites comme
    vous vaudrez >. L'abstention par
    jeux; celui de Notre-Dame de Paris,
    110, celui de la < aiuUra e Us Uige;
    124 jeux, celui de I htel de ville d
    Sydney 113.
    Quai le conclusion en tirer'.' C est
    que l'orgue si uu instrument des
    plus compliqus el des plus dlicats.
    Combien de claviers possdtnt
    un orgue t
    Deux, trois, quatre ( St-Euetaehe )
    cinq ( Si-Sulpice j. Rien n'est plu
    variable que les dpositions du cla-
    vier, pense uu inat're. En ellet,
    crit-il, S'il s'agit d'un orgue S
    claviers, le premier, qui appelle
    positif, contieut les jeux articu-
    lation rapide; le deuxime s'appelle
    daAtr d* gr.,nd orm, et commande
    aux jeux les plus neigiques; il ea
    est peu pie. du meiu du troisime
    ou ttuvttr de bonbrd' ; le quatrime
    ou clavur d* rcU est compote sur-
    tout de jeux nus, dlicats, de souo-
    rit di tingue, bons tre euployee
    n solo\ ; intiu le cinquime ou c a
    vraie le cher prochain prime en
    toute occasion le propre amour.
    La Solidarit
    Au cours de la sance mensuelle d'
    vaut hier des me nbresde U Solidari
    t,d'importan(e* dcisions ont t pri-
    ses. L'uvre preud de jour en jour
    de l'extension et son utilit est main
    tenant reemnue m ne par les plus
    inliflrenh.
    Oa travaille en ce moment pir-
    fa re les sections des membre bien-
    la leurs et de< membres protecteurs.
    C'est ainsi que Mr bonis U irno,
    Pr vident de s Rpubliq u a et*1 ac-
    cl i aS meiuiir b^e l'a teu t m^m'ire
    pr ecteur, de vifs appUu li-ie n- its
    on' salui celle mirq ie d; gaule
    acq tisitioa.
    Out \i re i m ^mhres a Ihrenls :
    MM. Dr Joe h Pe rior, Dr Pngiri,
    Dr F. Dalenc ur. \)t uli, Luiovle
    Bio'. Jonaths St Wg ger,CloJn- \i thi u. Ii y Charles,
    Antoiu-j l'ierrr, Vmcius Via:ent et
    Hector Nicolas.
    Au cour* d i la derniiiv ssnae da
    0 Janvier coul, MM Luc hard,
    Lon St li^er, Llyss Joiep i (ils Jo
    seph Sann, Clment Uesjroltes et
    Augustin Li^ierreoattgdemenfc
    reus membres.
    On ne peut que fliciter le mem
    bres du Cons.-il d'al.a la faon active doit Us s'aequlltel
    mareb?
    me
    vitr d i.bo correspond a des tuvaus
    places k une grande distance au loud
    Les tuyaux offrent iilicrenles for- de l'orgue ou dans le haut de faon
    M. Ils* sont cylindrique*, recUu- produire l'effet de sous lointains.
    De plus il y a le pdalut
    gulaires, vas*, coniJais, el la so-
    norit dpend de leur enveloppement.
    Plus les tuyaux soi^t lir/es, plui
    U son po**od : l'a n^Leur, je majes-
    de.tiln leu.-; au con-
    ^Vdm:ilelroits,
    fiopp oeol da*
    au tnnbrd uu
    l, de calma t .
    traire.daaiuyiux rel.'
    n favorisa ni le dev]
    harmoniques, donneul
    p|U4 mordit, p!ui pl.
    caractre
    traol, sans loutel'oi* e
    pltement la douceur
    qui sont l'aj tn.ig-t des
    Coinoien I" uit g i
    p >SSi UU .iiV'i : '.' U
    pus pe
    li ex lure corn-
    et la srnit
    j uxd foade",
    ' li de- lujf IUX
    "aux d i ml
    lesjeuxd, -nlscl t J(Jli,an.
    ches. Il exiite diiisce^.luj(('
    loi j -a\ de mutation, '
    rach:r:hu. de UOS
    d t is les
    ta leva..
    d 4 huer tes lecteurs, il >
    e* orgues.
    m\i par trop
    i i ure. surtout
    org.es m, 1 |1|(
    ,a:t u" l U .'y ap.int
    i el p iui u en
    . nffrs eu \ a
    pie, lor^u. d.si-amulM ^ {%
    Plac sou
    les pieds de i'orgauiste, ce clavier
    est form de touches disposes com-
    me celles d'un clavier manuel, mai*
    dusse* grandes dimensions, po ir
    permettre de remplacer U doigter
    uidinaire par t'empioi alternatif de
    la pointe et du talon, se qu'on ap-
    pelle le doiiittr du piia.ur, qui exige
    d'assez longues ludes ".
    Nous ne ngligerons poiul les re-
    gistres dits de combinaison, emplo-
    v e* surtout dans les orgue inoder-
    uea et similaires aux pedalss du
    piano. Elles varient,ces pdalas. Les
    plus employes seul : las pdaies
    d'accouplement ou copula, les liras
    ses, les appels d Anches, la pdale
    expieaive, le Iremolo. Chacune pro-
    duit ua eliel qui iui est psili-u ter.
    Condintia ULdK.,VE
    ( La fin dimi* )
    Par subie
    Nonv.ii Etrangres
    Le
    de leur tche pour la mareb? tou-
    tut |U:que dans les salons d'essa- jours en avant de la Solidarit *'.
    yage- Lue temme de gots srieux ^_____
    cde la suggeatiou imprieuse -
    le sa couturire. Elle nose pas
    vouloir, ni imposer sa volont: Je
    veux ma robe plus longue, plus
    simple, plus discrte Kl le n'a-
    joute pas : t Si elle nVst pas telle
    que je le dsire, je ne l'accepterai
    pas *. Kt l'autre tait ce quelle a
    rsolu, el la leinuie comme h taut
    est, malgr elle, habille comme
    une u.unie l'est pai. Mais elle a
    U paix, si non avec sa conscience
    du iiioitisavecl'ouvrire.Clle n'ose
    pas non plus revendiquer tes
    droib uans l'ducation des entants,
    coui uatn e l'ide de son mari si le
    chosf des maures lui inspire peu
    Ue cui.uance, diriger la vocation
    de se Uls les solent s'ils dsi-
    rent embrasser telle od telle car-
    rire ou essayer da modifier leur
    *!*% sa r*B SU
    Ce grand drame local sera repr-
    sent Te 7 fvrier au Siminaire l'oc
    casion de la fte du K. P-'-re Sup-
    rieur et au prolilde la nouvell Cha
    pell . En dehors du drame et de*
    attractions diverses, les dames pa-
    tronesse se feront un plaisir de ser
    vir des rafrachissements, des g-
    teaux de lous genr> s el des crmes &
    la glace. Ceux dont la grande proc-
    cupation est de faire plaisir, pour-
    ront utilement mettre a contiibution
    leur porte monnaie.
    Lever du rideau 7 II 30 pr lasti
    Entre 3 gourdes. Ou trouvera
    des cartes au Sminaire, chez M^l.
    Ch. Du pu y, Lo Alexis, Simon Vieuf
    Laionc mbroift.
    Lescircuii9iau ^stiela mon
    de l'ta>ursi K:II, WlUoil
    WASIl.SC 1 ON.-L.a,)(.ie ii:M
    dent Njuson est '" t hier 11 heu
    reel5dumat.n;dagut(.0irib aJH
    blemenleisai.stam.iu(lr, ^^
    la maladie qui IC f (| a
    plus de % ans alors q^.j, & ^
    campagne en laveur ^ m qu.., (.0Q
    ersonuelle : la
    '^iieii prsi
    dants'e-t teint corne une |(f
    sans hune et ?l"%ai conaeianl
    que I heure lata e -Is, y(.nue A)J
    moment ou lem.u .1 ,10111ine d t(at
    .nui
    et e docteur Ur -
    chevet.
    Urauseae moi, teaileB qoVIIej
    e>t otncieusement anoncAe ttnst ar
    lriosclrose gne.aie t d.|(
    miplgie. L a,leiioscV;|.w eUll dfi
    c.are ds le jour u ,e >lllcu|
    Wilson ulfrPP*P,aautunelour
    ne de di-<:our tt
    sidrait son oeuvre p;p
    Socit des .Nations.
    trpassa, a lemme, U- Mdr({,rel
    tait a son
    . oui* ce le,uns
    affect todtl
    it 1 h;uipi
    e dans le bras
    es troubles di
    estrent lundi
    a de i'*m< f*
    systme arinel. (J <
    gie, elle s'tait locatil
    et la jambe gMKfa
    estifs qui se mie,
    erater tsatareat t j
    prsident. Jeudi soir lee troubfs
    eiupirient el ce moment les m
    decins perdiient tout espoir de sau
    ver le malade ; ils s'appliqurent
    alors prolonger le plus possible ce
    qui lui restait de vie.
    A l'occasion de la mort de l'ex-
    prsident Wilsou, le prsident Coc-
    iidge a adress une proclamation eu
    peuple des Etals Unis disant nolnm
    ment : t hn tmoignage du respect
    3ue le gouvernement et le peuple
    -s Etals Luis gardent enveis sa m
    moire, par la pieule je pilesds
    que les drapeaux de la Maison Blan
    ne et dra dilice* publics toient
    mis en berne durant .10 jours et que
    les honnueur* mil Uirts et navals
    aupropiis qui serout rgls par le
    secrtaire de la gu ire el de la ma
    riue soient rendue e jour des obs
    ques.
    L (u>is uu prsidentWilsoo
    PARIS 3- M. l'oincar r fait la
    dclaration suivante l'iceasioo
    de la mrt da l'es prsident VTilson :
    La France ae pourra jamais eu
    b ier que ce fut sous la prsidence
    de M. VVoodrow Wilece que les
    Etats L'ois ont accompli U tche de
    sauver la libert dj oade t l-avs
    - -.1 ; | -,
    nir de la civilisation en apportant
    aux dfenseurs de la libert leur as
    sistan-e inco'nmenurable ; les Iran
    ais avenl bien quels sont le* mo
    tifs levs et gn'eux qui ont inspl
    r cet homnn' pasainonimeaj iia
    liste et en quel tangage remarquable
    il a toujours parl d> leur pnvs avant
    d'tre atteint fatalement par la ma
    ladie. *
    M. Maelonald a dr'ai l'As
    orialed Prta > : Je sois profoi l
    ment ntt>it d'apprendre le mirt
    de l'es preidanl Wdsos el je sais
    que la Dation luit "inique tout enli
    re partnze mes sentiments .
    CofTcspond.inre frlianrje
    entre les Premiers anglais
    et Irancais
    LON'ORR* La forrespondanoe
    rcemment change entre MVi.Mae
    donald et Poincnr a t publie
    hier. La lettre de M Vtncdonald a
    t remie M. l'oincar s la cham
    hre des dnuta pendant le dernier
    dbat sur les mesure fiscales. Mal
    gr la confusion et les bruits de la
    sance, \1r l'oincar, au bano dea
    ministres, a crit la rponse de sa
    propre miin et l'a envoye, immlie
    lenient au minislre d>s affaire
    trangres qui l'a expdie Lon
    dres par la poste ordinaire.La lettre
    d* Mr Macdonald, Ire cordiale, dit
    entre autres choses : Vous evet
    vos intil* nationaux protger et
    j'ai les miens. Il* peuvent tre par
    fi in en conflit nu dbut mais je suis
    *fir qu'avec rte la bonna votorH lee
    diffrends peuvent s'arranger ; nens
    pouvons tre francs sans tre hosti
    les et nous pouvons dfendre les ia
    trts de nos pava sans inimiti ;
    r ni, l'entente, sera t>eaucoup plus
    qu'une chose nominale et la France
    et la Cran le Bretagne pourront mar
    cher d" concert nour tablir la paix,
    la scurit en Europe ''.
    La rponse de Mr Poinear, en
    preinle de la plus grande franchise,
    et aussi trs cordiale, est aiai eoa
    eue en partie : Vous pouvez tre
    su' que le ouv pieuvre communes rrste toujours
    prsent mon ei rit ermme an vo
    trp. Je regre'le aursi que plusieurs
    qursli' ns irr poitntft pour nos d* ux
    pays n'a'eol pssl rgle*. Comme
    vi.u,ie ferai loul iron ROStlblS potr
    le- r'nndre pr un <" H amical
    el rn're avan'rge mutuel ; je suis
    fdi t|n' r m f' ni ' '. chacun dne
    sa sphre propre, l'action vigoureu
    se el In lonns vrlonl drnf *nn-
    par'/ an |/gl*rrrnt des prohlmae
    mrvfrar t entre nous, nous les r
    smii'rers in rraicteinnt entre la
    C" ride Prftngne et la France une
    politique erfentii Ile pour nos deux
    pa\s et pour la tranquillit r'u mon
    de ; rr>a fret liise ne sera pis rroin
    dre qie la v<*lre et m dan la dfen
    se des intrts 'renais je montre le
    mme ferveur qoe vous dans la d
    lense des intrts rilenniques, voua
    pouvez ''Ire rrque rien nerhangera
    jarr ai'a rordialil de rrrs et lamenta
    pnifond/ment enrarins.ll est impoA
    sible qn'teot tons Jeux anims de
    tels sentiments, roi s ne rurrirsions
    rendte l'entente froctmase er. r
    iillals qui permettront l'Furope
    de jouir une fois de plus de la paix,
    de la xf'curil si de la libert dan*
    le travail
    les me sorti fiscales alle-
    la -111 i/i u't;M m nt la *ilna-
    linn nnliliqiif en Traic
    PARIS- Le rflortattnttr per Mr
    Toiptxit r'nr lui f;T li fit.te cet
    crmpl'er'er.t heulevera la situa
    tion l'rlitione ; h s n rffttrM fsrales
    pifcrr.ife par le prsident du con
    seil afeelerrr t rneiisemrnt la situa
    tion de plusieurs nenbiis de la
    chambre aux prochaines lections
    dans le est eu i!< votxtaietl fSliba


    4&MAXW
    KVTi
    Dans les cercles politiques on d
    olare iiue le latrifuee co lire le ce
    Oui- (, que d'un cj avait dcida de diffrer jj-411'a le<
    conclusion des lections, comm i
    cent a m taire jour.Les raliaux, t t
    dicauK aoei ilitleo, socialistes, qui s i
    s iut groupa* eu coalition antipc.i
    lerlate diiis 1 espoir d'obtenir la mi
    jorit la cinabre et recou [ c'ir le-
    j uvoir n'taient pas enclins ren
    vrser le cabinet et prendre In r
    ?es du gouverne uent o les rtspon
    sttnlitss sertientpej avant geuse
    i leurs Intrts lectoraux. Li re>
    ' fit Jans l'o luosiliou au contraire,
    ils serraient eoasilr ible nent cas in
    trAta. Toutefois, la demanda de
    pleins pou.oir* fiite pir U.l'oiii are
    pour raliser nu pr ^rmmo d'co
    nomies a si forte Mal alarm lea ra
    dicaux qu'il uiiri^uint active nent
    dais le* oouljir* de la cnimbro
    pour provo jjar la r. i ite du JUVtr
    n i oeil, i s it sv.ir ueat de l'unp)
    pilirit-; An n ) i.uu\ i nuits p >ur
    djsijjregjr iiJ.uij intj pu.-icarisle
    li eus uore. La caapegae h dits las couloirs dis proportions
    a tuer iae po ir le goivern^me il,
    taa > da is U si'l'j des iSaaoea >u le
    pr ; ml -1 'H 'i i aen i i II t ta i
    joi*s mittre de li situation, eetla
    'Isrveacaace est moins apparent .
    JljJ/jUiS dlmiS
    LU.N >tUS- A. H, m 11*vi i
    uoiv.i ,i .i .... i .i iu Ls ii i i la
    ttratagua aus totale iJ i>. a'embw
    qie a la u *ur l-OI y m c '' p*ur
    no; rejoindra &ou po, .
    iiod m i ,.i i ice i i dalla-
    Ml i M le i Oi t I lui >ii.i i It I
    oiiuia lais la seine j dosai
    ui'i i< .. ito Q l H sera .'u >
    u i roi /ieloi fc u.a CtfAdONlX i., Canada a gagn
    >U ni nu e II ickev les jeuxoi_. m
    pi i io-. pai o point cuolre 1.
    DUSJEL UHF L'administration
    Iraoco b ilg i dea cbemina de fer a
    dcid d'augmenter les -il.ires ,des
    i.i'umot del zona d'occupili.tn
    an raison de la etiert de la vie.
    LES COURS
    4 Fvriei
    PARIS Dollar
    Livra
    il,12
    92 W
    M b riicisi
    PAR SANS-FIL
    Wvviis ;r i.v, 4. L'ancien
    Pratleal vVjlrj\v Winun est
    mort, di nmc i mitii 11 tu /'?.
    Une lv.isioi sera prisa pi n ur I,
    pour parler a l oon mua s ) la
    u loliCi si le< funrailles leroat oi-
    ncielles-ou prives.
    Dr Graysa i s > i m- Iscin el
    i ni lit 11 '. Ii cri.: in n: li It9
    de la m >n tait i'e. lise ne il s i n
    de troubles digestifs i a h ao il
    naanitestei au caaaoenciiraiat le
    la Mtnaiaa leraitat et d Hit l il it
    aigu a'eet acoaatu dius L'i pre-
    mire, tld IMI d : Pfri H*.
    Le Prsi lent Co >'i l0'e dan* u e
    pfocli QitioQ a or lo urj tls Iri
    pemx loieut rais an biruepeai ml
    (N .la j us- Il i t ;'Ij i l \\\
    les bureaux s j.') it fsr ais h j ir
    dai lu i irai i > )rui toute li
    natioa i' Lrauo te, un ia>u i-
    ae cj*,; u n i : i i.! ur le
    ti u- i .'i li i ii le I-
    vViUi i, . 111 i i i , i ir
    an re rilianeia ml
    Mr Yili. i i i -i m i m
    Va, ij i : iir.....lia a*) il
    llftlitl tait il i i' I' u I il
    nirareit le t* in ;ton et ea V
    ve ab : M' , iv ,i ird.'Nf
    Gerj /. -..- 'i i !'.:, U itail
    imniu i'i >i i it le la Ciovaa-
    tion lis n j.i'ii. 11 . i i.'iii.n >re.
    liu i'rjiiliii le i Novembre
    HI2, et attira un foa i. i la 4
    M ai i J ; l'an la b in ml . It u
    l-'lri! 1 J U 1 J 1 J/JttJ i Ut J il
    ouifril i 11 ii u ., i ii T/'nn
    pres di VVi :*1H1. iv -is la il
    uiapt tiiil tut itteial
    de paralysie a li .Uaiso i BUn-
    de le oitoore i9i.S el se retira
    L'Aierse
    de rOSI
    Ls me nbres da l'Union t>pjr-
    tiv ( liti inn ftaront demain le
    leur cerJe.
    U y ,-:i . iiiUince :
    mi*: le lo rtbill 11 ' o Lacoa*
    \. i | irjtra lf\>x bonnes
    |uip 1U et (.l'ip-t, lo
    i 7 fi. sior.
    \ c 'it.: i i Irai irn !!, les
    lOTriteurs; -" va et les
    me nbrasac* 11 *s*y '> Idtefonten
    cj no unie 11 char naal w i a n
    a i m abra 11 i i : M oesJa
    Wi'll v, A Gh^filttr, Vw a\-
    L r i-.'i it Si !i 1' '-.vL'iir .M m El-
    Lnoc'i1, etc.
    Bans souhaite, bons luces*
    Le goufar i mi ut d Bl ils Uais
    a'effarce i . lvelopp ir lai plan-
    tai n^ l'byInoearpaasea Hawalal
    aat Philippines. Il s'.ig i. en effet,
    il > rb qui ro tuis'-ni l ta aortes
    d ors i.. d'il ii e. raid s les
    g lioes chaol oogran, i loi oa lire
    u ''ni a ,ii' gui rll i lpr .
    rec nie lrouverta ayaol per
    mi- ,i i.,. ;i l'ai ie d'un traita neot
    cbiiai lue, les principes cnn*tilunrils
    il nt buib '( n oui une aclioa 11
    turabla coi i e ii i>v e.leagurirana,
    I anal les preux d'il ifval, se sont
    aiullipl v, t i tpi it, .i ii tel
    pour .j r I iii'.- ruureol
    .les auues l / r U. i>r, c .n n e
    sont dil.i il i -ail m ' les
    seul''-; ressouicea des ra > la iva
    ges o e&iateiil les arbraa proiae
    tei r e march de celt^ hune ineoa
    | il- irlra pus aliment qu'avec
    les prodaita dfectueux ou frelats,
    venilu- I ilt's prix fmtasliipies. Le
    g'nivriiiemeiit amricain est ainsi
    inlriN. DU pi i r a-- ,ii i an pr.iduc
    tion ddiui i il- cta i ilmaffraa pure, a
    des prix r.isonnables.
    Si li ut v.i bien, t mne on le pr
    voit, on espre que a'tcl quatre ou
    'cinq ans Hat val prmli ira aaaai d'hui
    le pour en foumir non seulement
    k' lazarets,miiis ceux des contres
    moioa fortunes
    ((LeMoniteur
    Le numro du 31 Janvier dernier
    du .li,ui imI i minci comporte, entre
    eetree,
    L i arr r.< n rmt la qualit
    d'haili'n au lieor tugne Vievs,an
    ricain.
    - Sept arrts formant des corn-
    missions pour grer jusqu'aux pro-
    obalaee lections, les latrale des
    communes suivantes:
    Part Salut, Messieurs Ho lolplie,
    prsident, Jn liipli.sle Dlerme et tia
    mille Slvus, membres.
    Cerci la S mit deeelsure vl-g-Snar
    aleoe, Kranjisjue fjyelte el Simon
    Fraac >i*-
    Ittii |iii(te. Messieurs l.inirtino
    Calixta, Gb. U.-.i.gusla al Si V'.cior
    Pr .is,i-r.
    Perche, Maateare Tlio'ore Pru-
    dlio.inne, Brue Biailiea et Deetiai
    Paul.
    v ilKraa, Maaaiaure Davilnar 'es
    ravio s,DalsamsAuxil el Liilierdir
    inv I.
    P lila llivi<:re l I Vr:;)>nilo, Mes
    aieers Jroma i rc IIu Sigel, Tad*
    r; ig i i 0 i. 'il '. 11 .
    r tri i '" uen' M i tirs Le us T i
    nis \ i; i Bu-* a ne L 't li
    ,i ..
    ". i. pair ai bu
    Al ; il pas au ! I -s
    u iteaa i ai in i an
    pir las burea v 11 aoeoea lai'.
    il jiii.j io i il 3 \ti i
    s i i :ls lu il r. i
    Ail Brilish 11 j i*.la r,.: 1 ut 11
    lliyti ara raqussteJ l > raoeir ai
    t'i 'ir at tli 'ir e.ir i ;st convenioric
    tlnir rajjpitrili>o Fur t'ii par-
    pisth'.y are mvid t> ure3nt
    II aiealfai wiii Ih i r pissjjris
    any week liv it 11 ; B'itts i L-^i
    tion, Vvnnj U.i osle, betwjeo
    the houre y i m an 1 ooon-
    lirilish Li/jtion,
    Port-au Prince,
    Fabruarr4ti4,1984,
    Pour SloairJ C Bnin
    Il vu de b'ea lieiux vers dne la
    tout petit reneil nuasous :e titre aa/
    ilaeanttteS hOSEs DE DOULEUR
    vient d'diter M. g louardC.Meuin.
    En ces teasaa ,oj. soua prtexte de
    se librer de tasvi-illes entraves cla
    siques, le Ters devient de plus en
    plus de la mauvaise prose, o la
    puple d'Apolloa est prostitu pur
    des barbares qui tiennent I lyre
    d'une main si loirde qu **'*
    plus apte la b-iser qu' l'animer,
    il est rconfortant A taire connais-
    sance avec un pole c mime Mr E-
    dou.ird C. Meoin qui non seul'inent
    e t h l' vieille prosolie, mais encore 'loi
    gne r-olumenl de toute banalit et
    montre une telle horreur des seri
    tiare Indus q^e l'on dirait que son
    re>e est d'atleiridre. par del l'ori.i
    nal et le rare, a l'trange et 1 ina
    ! ndu-
    i m. c'eal a qir donne co v i rn*
    e rame un air de famill ave Poea
    vre de B u lelire, un po i' tel,
    que, bien des fi-<, le paifurn volup
    tueux et lourlissant qui monte H
    cette gerbe mignilique que tonne
    L"s Kos8 d^ Douleur i ure I' b
    preeei n qui! s'e!ia!e du m i.e
    pai tei reo s'p du M
    i; n m. D n d laire, Mr Edouard
    Parisiana
    Alin de donner satitfaotion aux
    clients qui n'ont pu assister la rc pr
    aenialioj u'nier soir, il sera redouna
    .'.lardt
    les Jue et I-me .'jiojua les
    Paras de Vk^ur
    tutre ; G. 00
    Fianailles
    regiaironeavecpUUr."
    ,le\lelle Alice AUd avec
    .Venin fa!
    C.
    iiei
    parfois, comn
    lii'i | ; ii est r ii que 1 s liepi ni
    peu plus de '| loi > "'S.
    j i unie
    B
    des sonnel
    Varits
    Ce soir
    la Reha s'enmi)
    LIntra ?3 centimes
    Mercredi
    .|4artvP8
    Entre gnrale I gonrde
    Lonijin j lie gnrale
    Transatlant^ue
    Le pa]t Caravelle" parti de
    Borde sus l -"' janvier^eal atleadu
    l'on a i Prince le lljcoirant ei
    rep iflira lei po -mu.hj ae Ou
    b et lea pjrtaad Su a.
    De retour a Port au Prince vers le
    18 il repartira le jour l s o arrife
    p> ir G > i lires, Oep tiaitieo, Puerto
    ru ,. mi i m ei le Havre prenait
    Let \ passaiON
    Pari eu Prince, \ Frrier 1921
    L Ageot,. It JBSU _____
    cas
    ci x Ue Siima's un
    Pauleur dea
    it m-- le .i i.'!'' ir dea rei
    b et
  • ait i i fa i |hi il
    ecIte parent h
    Seui da Mi nii inflige r
    mes d^sni- dl paatich l
    res d'imilation.Non.Mr Ml aiu a io
    originalit propre tt sa n.anitte pei
    sonnelle el le s'mp'e II d'atroir,
    par momenla, le mme timbre que
    llaudelaire, ajndlqu p qi-e Ihs
    dux |ol"8 dlinent 'o joure 'ea m
    mes choses et ^ la m'me faon.
    ces Rclamations
    Audience d^/^Fv. 1024
    Voie, la f< j] ?-
    nonci pai la r' *..".. .. ,.,
    En. Desioh-:;0:;.'?114-^"":-
    Nous enr
    fil >; alls il
    no'i' mi lienotl Pouba.
    Meilleurs compliment*. ^ _
    Cabinet
    DE
    Me Lon Ma, avocat
    Ruel,rouen (aee de Plmpinerla
    Nationale. ^^^^
    mm mi.
    Le soussign int rme le publia
    et e comiuerce que le lcpiaaa
    KoU'-AJU, s'ekvanl Lent dix*
    mes mis eu Ja laveur par la Lom
    m,.slun lequire, a t adir, du-
    plicata devant lui t e dlivre-
    Port-au-Prince, al Jav?! ia*a
    Lon LALLAU.
    L'n rcp'Sl au -No A44t|aG.TT4
    dlivi pour (omptrde A. Kersaini,
    prtr la Cummi*al0B Fequire, a ld
    ad'u. Duplicata en ae.a sollicit., .
    Port au Prince, lo 4 fvrier VU
    J. M.bhLUY,Avocat_______
    A cause", de la mort de l'anaien
    P sidtul d a huts-Lui*, Mouaiaur
    ^uwdroa Wuro Mjw JoimH.
    Husarlla le regret d'I former quelle
    n'aura i*" """ J'ur de receljUC)a
    aujo.ndbui .omme il avuit t ao-
    nuuc______________
    ^asthme!
    W Opprttslon, Catarrhi,
    Sufioeatloni,
    Tout n$niu$t$. o
    ourlion ortla p* !
    CIGARETTES CURY
    u POUDRE CLERY
    D CLRT. 58. Boni Bt-Martta. PU.
    lea Augustin, ui,11'^ Jt A7'd'
    rejeli;Er/.ulie Je<- Ji Henlieie V.lmtr Pan.r. ^ *:50s
    Louis Malval (** j!,tffaeJM*'
    Luis Maiia Soie;1" ',,,); "lonJean-
    Grand Htel de France
    Awge deR Bues Bonnet oi $ du Quai
    VIEXT DE RECEVOIR.
    Pt de foie gras truller. Civet de livre. Andouil-
    lett93 aux lentilles. Andouillas au saindoux. Jambon
    en boite. Anchois l'Iiuile. Sardines. x,aiquereaux.
    Tnon, -Cassoulet. PUU pois fins extra Itoudins.eto,
    Vin liouyr, le galion 4 g9L
    Vin Bitume, lgation 5 gds
    L'flHel dbile pir barriques et jjallons des vins dVf
    lordeaux et le Champajinc. ^
    Cuisin9 exoaliente. Gliambres confortables-- Magni-
    fique vue sur la mer.
    m-nHV. or tbS.,= vUr,u*,,p^e8'or
    l.25;0andel,.n M'8"d. rejele. #
    K.,suiteonaenl8QdalMafra,rM
    suivante : L. _. .
    Orner <:a , P4*1, ri,raN!^ule.
    Charles Ouvert1** Al!e" lNcli,)n'
    Victor Gilles, ; ^rrH-Louis. hm.
    Ulleiaaal,C>Bfttol,iBooh0fLAtt'
    nelu.Umo.rt, Bo[.H'* Alpfcaa.
    e. Alcinou, A,1'!'.*",0' Veuve Mail
    M ,mulais.r.K,./.ijllt Uraee.Daaaaa
    Bertl.rand C. L*"^^ T&
    Six. Sully Civil* '""e "'t"*
    rlnlier* H. v0'l";" v |(- L"1*'
    HlJ '^^.1>,':"',l, ;r .
    Uaiafa est hva l"1'' !l l
    et ! n'a,
    Chaobrede Comnaerca
    rjH.iti
    Bull 3t I t'i'l''^,
    ;,n- Ittelowr
    laV'en :
    3li3pir!ifre
    I, M t\ \ *
    Il III
    Caflnft i la eu>i
    ml-
    Fs
    Taux ao oii'luea
    ,11-1
    ', 3 iJJui
    livre Sltrni
    Imcbmia
    bitlUMMI
    I .'ji'c au IMase
    i. ail lf..is
    i Jil U
    ,V< M/50
    Colombiaa Sleamship
    Company lue.
    Le S/S Bogota ayant laiss New York
    le l*,r fvrier courant est attendu a
    Hort au Hrinee directeur a t de Aeu*
    Yo k tv 7 heurter Al repartir i te mme
    four pour KinitonJ*. el l** unude
    iu Colombie prenant /r fapeur diriy par la Colombian Sieamsliiu Compa-
    nji La. pour compte de BdiUhJ liatua Ituppiay Board.
    Le S|S Hati venant lies jioris du eud e&t atuudu
    Port-au-Prince [e < tevner courant U.ns la matiiie.ll
    reparlira (e men jour pour Nef York via'les porls
    suivanU.'Sl Marc, Louaiv^s, Poil de fau el ^ai-llaiiin
    prenant la et ii pussagtrs.
    Port au Prince, le 4 &t/rl*rt,t99
    (iebara c t,
    Agent*


    LE'MJMHH
    Tente par w pares
    k|En lerlu : lo. de la grosse en
    forme excutoire d'une obligation liy
    putuecaire, pusse au rappon de Me
    Loin ViluQt-Day et on collgue, Du-
    ra ire Port au Prince, en date du
    huit Mars mil neuf cet vii.gt ; et
    JUkcrite au sieur Flix Chri, z, luis
    prte nom de Madame VeuVt F. i-
    mond Hraux et de Madame Henri
    Jones, ne Hiaux.dment autorise
    de on man ; io. de trois juge-
    iaeals du u buual de premire ins
    lance de Port au Prince, en date de?
    qualre Novembre mil neuf cent viog.
    et un, vingt trois Mai mil neuf cent
    vingt iroi; >. d un Ant du Tri
    buual d Appel de Poil au I rince, eo
    uaie du cinq Dci mbre mil neuf cent
    vingt trois, obligation, ji-iemcnU
    et aril tsregistrti et lifoil avec
    commandtment ;
    Jj^li sera pioceu le samedi qui s ri
    Actif Fvrier n.il neuf < ei.i vingt
    qualre, dix beuii s du malin, en l'
    tude et parle mini.-lre de Ma Louis
    Vilmenay, nolaue a Port au Prince,
    rue du Centre. & la vente publique
    i>u plus ollrant el Cetnur ccchns
    seur, d'uue propritaire sise en cette
    Ville, tue du Leulre, compese de
    deux portion d eiiiplattmtult conli
    |UiSMSUlSbl en totalit uu.U pieds
    aix pouce de lacade, sui qualre
    viugls pieds de profobdeur 11 Lornee
    au ivoid, par Llieu Aim Itiviie, au
    Sud, pur tloraiiu> buu&tan, l'JCtl,
    par Madame A. Cliabeau el al'Uue.-t
    par la lue du Ceutre, surfaol procs
    verbal u'aipeuitige de J. J. hidney,
    accompagne de ton plan en date du
    vingt ix ,\ ui mil neuf cenl ix, en
    rtgislr, tel d*ailleurs que ce Lien se
    poursuit, ccmpcuie et 'tend, tans
    aucune exctpiiuu ni uau.c , sur
    lu proprit ilool s ugii, Mi couslrui
    te une halle eu maooasrie avec tou
    le se Uependance, oceute par l'
    tude de .Vu Suirad Villard ;
    Sur la mise a prix de Sis Mile
    Neul Cent Quatre \ ingt Dix Sept L 1
    iai Lu.qualit ttnt.iiics, outre ht
    bonoiaiitfc dt axocal pcur.-uiva If,
    lf* irai el le cliaiges de l'enclieie,
    cy Or am. 6 V97 60
    K la requte lo de Madame \euve
    Edmond lliaux,propritaire, demeu
    raot et domicilie Port au Prince,
    ayant pour avocats, Mes. Flix La
    my et >\i< dsor M.cbel, avec lection
    de doii.n le es leuis cabinets.
    , lOi de Aime lleuu .loues, na li
    raux, dmci.i auioiuse de sou mari
    et ayant pour avocat Me Pierre iludi
    court.
    |aJoulre Madame Gra/.isllu Dmyon,
    propnel ire,demeurant et demie.lie
    Porl u Pries ;
    Cour l>,us a.uplcs ren^eignemen s
    a'aireser aux avocats poursuivants
    ou Me Louis Vilmenay, notaire,
    dpositaire du cahier des charge.
    Tiois mots rays nuls. Lu renvji
    bon. Ln autre renvoi bon.
    Port au Prince, le 5 Fevri.r 1994.
    Flix Liiny, av. \V. Michel, av.
    'Piena iludicourt, av.
    Cabiuel
    DE
    wOll^f
    (Iode et Tan.
    A la fois Unique et l
    O/omaoe dj= ^. jaa
    tltades-iorofalo
    Formation des Jsaatl 7:llc
    Hslldls io l'oit-
    Vn m rjjtis, remplace avantage user, icnt {
    I HUILE ueFOiEoe muRUE
    r coMii rms c -i-aius tout --..>.' >u
    rw
    he Royal Mail Sleam
    Packet Company#
    Le nteamer M1DDLEM00R venant de
    Kingston el des Port du Sud, t si alm
    tendu le 15 du courant Part au
    Prince, 11 punira le mme jour pour
    lEun>ievia les ports du nord.
    >
    Le iteamer COXWAY est att::iduen
    Hati vers 13 V8 tvite* courant. Il
    chargera directement pou* l'Ej,ron,
    Kit en Prince, e 5 Fvrier 1024
    Robef ls,Duiloii&Go lue
    Agent Gnerawc
    Lebn & Fink, Inc
    Fvsd*a>n I8"e
    Supriorit B* rrii Pronh wnt*
    Fou produit* ehlmiques, plinrmaceuliqus* t antre*
    articles vendablee dans une pbarmscie.
    Epies, Poivra, Canne>lle,Glrofle,\nis toile, Mueeade
    eto,vetc.
    SUCRE RAFINE.
    Spcialit. Marque prixee I.>sol dtriniectaat, Tarftt*
    maria. Articles pour baillera, lny Ruin, Choco'al cnpoo
    lire, Utile de foto de Morur, I miUsion Cold Critui Fx-
    tralls pour lalre essences et eau de tolletle, Kau d ;Qu
    uiiic, l'oudre contre lca Insectes, Solution pour eonae-i-
    ver les fs frai, I Kagnait, Poudis sii|>rlfiir*)
    pour la lollclie des enfanta, ssence de fleure, I eu de
    Florida, Miel pour la tal le, Moutarde, llnUe ri fibre
    pour la table, Ifroasea dcnle, I pperilllnl, liuile | OW
    chasser les moutttquea et aulits lneectes,lteflUlc'S luiia
    contre constlpatione et doubles de intestine cbroniqu*a
    Th, Cire pour les parquets,! om elibles, I lixirp, I- p.ce*,
    Sirops;divers, i'cintiires dlvei -ew. Vin, etc, tic, etc.
    h Demande/ te i-jitalogv.es Us spcl dites,
    Gonflant vos commandes LEHN l l.NK, luo ; vois
    serez absolument satisfaits.
    Toutes les bonnes pharmacie* du pays s' I iprOV lOw
    naTlehox LEHN A FINK Ino.
    Lon li. Ihband
    Agent exo'.usii pour liait!
    *&&.&
    Fullun Sh l^oash
    Company Luc.
    iiew'lork
    Si vous voulez |)iotyer la pMU de
    vus cl)au*Fur*s.
    |^Si vou fOQles avoir un biij|aRf UT-
    said el Juruble.
    F 0. PiEUUE Coiiiuiiiiy
    12 WE8 U.tOAl\\ Y
    MW YORK
    FONDEE K\ i847.
    suPERioairL us pbu
    Fabrique de :
    Peinture, Vernlf^Ocrei 'e lotti ourlet
    Ma (ic
    Lon K. Tlibaui
    Ayeoi pour il -iti
    > h*
    si vous voulef
    le. irtltUi- Uauts K nu :.m
    hue du Centre cle Je la PEUT-
    macie 2>ejour'ie(uuilclin>{ beiuiij.
    la couleur et |a WU"
    pr*M temps employez la marque Hono;|raiTi.
    Fabriquce spcialement pour les dmes el lt yenlle-
    men du hitjid lile.
    Elle prolegs la peau des chaussures contre ), humidit
    t la chaleur,.
    Demandez la marque Honorai c'est la meilleure Je toutei
    les marques.
    (ieo. JElXSEMh gen'pour iHtft.
    ilSOI t CODiluli]
    CHIGVUU. ILLS
    iAte^ ot Ctaii Lo-rii, J3^.-a|' $act }hdx
    a8x;ja; fyjMX' Jltityeaix,$wu*. pi O.'sitfap
    ^ poni.
    5aaci^e> en] oaiXe. Crae JUef#;|eBe\i>t foif
    ^>\ raeab. etc. etc. clc.
    Lfu M. Thli mi
    ?g.nt exclusif oar He tl
    Rhum
    Err
    1940, Hue du Magasin de TEtat
    Tlphone : 347


    .u>

    SaSIS
    t.; >W JU* VL/ .S,
    Ie.xi.tif physiafoslgut
    le seul fti.lca.nt la. r du. fctioti fonctionne! >

    Eponge et netloi". Il
    EvlU l'Appendicite et 1 Entrite,
    Supprime U fIeiuorv.iu.is
    Emp Rgularise l'harmonie des formes.
    Cont-tipation
    Entrite
    Hector: pissa
    Dytfeptiu
    Migrainee
    etkbi cmll. iivii*
    tue. ririi. f- pb.

    *V** ^>^3vcSSwK
    Li mir fournil l'iiir-tgtr, citu tlgvt nirini qui latr dint le compiutisn du JUSOl
    Ws3
    Strge Taillant Consignataire poui
    Changement
    Ici adresse
    ii
    i
    Ru* du Quai I&5*tl8j7
    Cn face de la l'i uane
    L(Uurau de l'eNage)
    L% Petite Maison
    ilQ sutt du couli't
    J^nuouce m bienveillant
    aJ>*ati*M 4a alla vient ne recevoir
    p. w (Unuar Franais de /%
    t.4.u uioix de souliers pour ea
    MttMi cuausselles, cuapeaux, cet*
    kwlilia pOW eiilauts, uaa de toi)
    ^au.Uv u'e reuiu uau 1 e jin dtr
    im an du tu MuUt, noii'sfcouleurs
    tfuMt uolie dmodes Liluny, u-
    et .i-cie, broderie*, l'ubius, par-
    ta.ujii.. oojets religieux, quel-
    4u, jOUtt Coupe de soines.tulie,
    batfu, umU aauofialA, toile pur ai,
    Oj 1 uu rfaruiiuree et voues de
    iui...). ttC, le, etc. Eu solde
    ait ^..* de baOes.
    Produits M
    La Nestl & Anglo J$wiss Condcnsi
    ir de vous ollrir tes produits ci-dt
    tie premires classes et garanties |
    hriue Uoti
    Itatlt Focd
    prcieux aJime
    recommande \
    Nestl Beters C
    Choc<
    Bonbons au Ch
    lonbons au chocolat prsents ei
    de .une
    En vanta oliea : Simon Maux, L
    let, II. & M liste & Co ato, ato.
    Peur eorumaades directs, ait
    gnral) qui se tient voir* d
    renseignement et eoiiditiou*.
    L. PRJbElZMANS AGG
    Rue

    1 e Chacun chez $oi
    UTUU1E
    M
    Toutes demande de mit ruer
    U u. uiutiUl ar.ue, Ma^u.mene,
    Bo. .x.) loue lot.e-eraeut de ter-
    rai < v Vd.e al C impartie )
    r*i ju4 eatravris%a tortait et
    prowrd unaua aux client*
    auoep*., jnmviil
    Pour plus amples reusiigua
    u..i.. e'iiiMoi w 10 Heures
    Uiidi a .d Oeoig s lia Usa, Ai
    tia*u*i l'.a.v. ueifrai I nj l. -/
    Paul Sals
    AVOCT
    "ftcoTre te. ts .Coxercm,
    afiiim a I Itri |er.
    r.ui 1 aapon aanta Washing
    fia, MiW-Vork, Sarliu,
    rarin Londraa. Parla.
    17* tiiufto** 217J ori-cu-Prin*
    La Guinai
    J recommande pur d
    Uon de choix, de boieaoi
    iet>,Av met* ublunitl
    Ueina de* le clbre A>
    qui recoKiitue tes /orcet
    tnery e.
    Sei vice rapide et irrpr
    c
    Bicyclettes Bi
    La mtaiieure machine qu'on it jamais
    on oui modle, tree l^erae, elguutai, solide
    vin iuuuim de tous lee accoaaorec : pompe,
    MiuaauN ; l grande Morgue qu a gagn U
    ZtqwrUim du manda acte /* nu* mmni c<>
    Voua le nouTerei eu feule, aiiique les
    Mielielin eu* NlOL.Vi COttJ.VsLO, a la
    Leavieycielue aVa.L.ls; ejut iae .neil.eui
    frauda ttoettl Maouautariar* dArm*,4
    frant*}.
    .uf i-.MKin
    ou
    .i 1
    son ail
    .. In

    'Okjnrari.ef
    IrMi
    M.i
    ;jtcail
    Suo- {
    A : Su
    I
    '...v.'.i2Ti
    tfJAU.Ei.
    jtt mon-
    tlion$ eu
    1 'e plai-
    handiae'i
    aiemeut
    eic*
    fautai fie
    1 Ficou'
    l'Agen
    ur loui
    ,Agtit
    ~ftm
    lait
    %9iUe
    es?
    lefc*
    *. Ellai
    epNaee
    FUTa,
    parti
    SUauto
    Superbes Masques par Carnavals
    Arrivs par le dernier stea-,
    mer Franais:&
    Loups# Dominos. Fausses barbes
    tz Moustaches. et Perruques.
    r.AalogulS de modes
    D'EDITIONS BELL.
    accourez tous citez
    Mme Tuuve^ttuinaa^luiiia^
    Anjla de lia* du F*uyl* A. u i>aia 413
    Aadtnuiell* iiliuu4 ^U^VetB;/
    li^tj UU UUU .MJ y
    Mme Ltouee Aiciiiuitde_ .^
    Ru* Courii Nu ^^lV^j^^ ._
    Aime Ordalie Undrin
    Hue CourA* .No 177fcJJ
    Mme intoiua irouiliol
    lin du Centre Ne 1839~

    La Maison MLVUitiA
    La Maison H SlLVEn/L toujours soucieuse de doaier
    plaine aalialaction ses uiniables & nombieua clieata,
    leur ollie,les articles suivants de toute iraiciieur et de
    toute bcaui rcemment reus par les derniers etee,
    mers, des prii exceptioonellemet rduits. ^ J
    >*ous ne croyons pas ncessaire de publier ne prot
    cara il 11 est un doute pour personne ejue nen seule-
    ment nos articles sont de choix mais que ues pru ieot
    las plus bas de la place.
    Casimir gris anglais nouveaut
    Palinnaacn tjris anglais
    Falmbaacn yrla auyiais carreaux.
    Mal M, *k l>.anr*, uult Ht
    Alpaga noir aup,
    Diagonale noir suprieur
    aieiye bleu marin & noir, anglai
    Satin de ciiine pour tailleur .j
    Luatrine u bai 11 pour tailleur
    Kaki Jaune a.iji.i extra suprieur
    lirlll union blano
    Tussor Jaj.oiuua pour CUemisas A homme Jb rebes]
    Fercal biunon* --__
    Kidiiiv.* tuuc ,'uur potte
    1 uii* pour voues
    Voit* uni e a narras
    llatni* btancii* k 00 daur
    Organdi ^tuiase brod
    Oanaruiua uma w a barres
    lirodco mudttiu puur roue, chemise A Junea
    Fetue aerviet.es Uamassee pour table
    teo^eux uni MaOO A uuuteuf
    &lai'o,uioitc twuu noir*
    Crepuu a ,uui blauc ti co uleur
    Luiju.ii emyiaia
    L.oiiii.i. ^ ui^uuhei couleur
    liauu-ou.uuou <*xi^iuic
    Toii* a vo.le puur vjujieite pour oadr*
    Calicot poroai* u lamiiie)
    pique biauc a bair*e pour Jupes
    .NausouK noir anglais ----
    Molleton blano et couleur *
    Lotions l-ivert assorties
    basa jouta
    bas> biauo Uami-soie
    Dillt union anglais
    baUn ouiai d augiais'double laraeur
    LU-peaux leutre liorsaliuo etc. eto. et'e.
    Joute peraouus dsirant se procurer les meilleerei
    articles de la place et aux meilleurs prix que partout
    ailleurs se doil de luire ses einpletles *> Maisoe I.
    ilvera. "*
    Rappelez-vous surtout qui la^putation ele la maisea
    n'est plus laire pour ses articles d'importation an-
    glaise.
    i'roiiiaye lte de Maure
    En Gro3 et ,en Dtail
    Ci B. N. Sada Co
    *\.


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM