<%BANNER%>







PAGE 1

%  -* %  mm r*a %sti* tlon env-oy r |< logi t q-n si les angU'.s' refu<" '. l'eeept r et* train snr le? |j leui l i il* ne ?ont p,, en droi; i< sa p ii i dr. de* rsnltih p-.li; % %  i • a."...iQD. Dm la* milieux oip(o(Btli • i on'dit' q M lej agla •• ser" > • it tdr.-4'nlit lu bli>cis'pror0-W1 y m de forcer 1-34 fr*a %  > • et lai bal d'anin'lonner les traie* de l'ai m aUtrati m. Ll coAvarsa'iotU hoo t nuent entre Pari et Lon trej. l.?s cfa in^e* le v i > aolra li Prou co et l'Vn^letrrre an lujat 'le la si tua ion ditis le Palatine! bavarois •o poursuivent milgr la ra pnart J*. M. Clive; oasiif se'nrai hritinn' u Parisiana Ce Soir Ls 7 de Trile 4eini, 3 ne •' (foin i piso jt Entre .* G. 1.UD Ditntinoh? tn Superprotiucon annonce que 4 Muni h, qui prtend .jn U mijoril..dn k ii.jpuUlua.du l'adati nst est BOUspsratisle. L* (|,iz >lin mr !e point 1 6 1 ni re:iril:iLve LY )V— K i II jl 'plusieurs dl^nii lu gouvernement il de 1 1 broua ''K|i il-, on a i. il un essai d'ui" aul'tu) i i |.i l i aji p olmt pir la combustion d i charbon de bois. L'ornai a t j ; r alief-iiaent. I.i m i. !i• n %  a pinviuru 10J kilnti trs ne br.V liai q le 13 Ii la i h 'r bon eau nit I fc.tU livre e'eot dire m i %  d'un lio*i 1 1 pria qu'au rai a >iV i I aaesaee ncessaire u ur ce parcourt. Le ffonv 'rnem Mil meiicain f.tit I s ae.ni* I ••'• u rs VVvSlIfNir'ON U te autre voi le d* iiM'< k i el le jftte'fa HII i< i IVIM ne m Mit I' ib #ari i iclu • nir %  l' t ifll) '"<•• n M %  i iTj il r foTHJ ti i'n,4>i*erne'ue-it I U i %  '•'•'•• l,i v i',. ci i ,i"ii I l 'i % tHon iu r'.p •ni i lit tu go i>r H ii i u Kl i' %  •le i) >0 u i ; s fcnlIstd.L*'eole p >r| le lot'l • Li in*| 'il du -gu-rre v* lu p->r IM-'RH U lia ai M I'II ie A 1000 fuaili, 8 .rop'an', S-UJI.OJO J doit r* Le consul a Vera Li / a annonc au dpartement d LUI ut mort du capitaine Sp rrow du (r> ieuri l'a coiiri ^liii.' OrinTiiH el de deux r-peclatrur* da lU^rautiie sant fil par Mita d'un accident bord du • lacoma . Nouvelles diverse l'A'US—d. Puineor a dap n un projet de loi a la clitinbe diamnt au gouvernenent la pia\oir diotff dire l'importation da m r> Ii io i>-v* ••u • • n^• %  : %  a >'ii l-iduc". La en i i bra dea depuli a rat lio une des kit coQ venliuu sur le clijini^e ad plees a la eoofroooo iuUrooUooalo u.i lia vuil tenue ,i Waslnn^ on on I M 1 '. Lelte coijveulo'ii ^lipule l'.ibuliliuii des bureaux de | %  lac un niprifti •lhlili--^ ni'1,1 de tiui aux •!• %  (il i e mats gouveinemini.au tlaoa llun u uu ; tviua il 11 a. e d'aiturao ce sur le cbOfliafa. Wlo alipuie en uut •! 4 i le reofiilO il) il d'ouvrii ii llun ua p iV' p 11 lra enr*iy i un un t ii i %  iid ,' i i r i avoir liej %  [ iti par iin accor 1 iu'i el. Le J'ous It Jaovia] PA1US lia lu 2.I7 Livre 93,t3S Le Conseil le l'Uni veisii* C unm suita Ii n tle que ivms avons pub'ia dan H nuire nuinio de luu I noiu ann inins avjir ap pria d u ie tOTOS %  i u* ii ijuea t m • %  i v lu runio 'LM ; i q M a >i ivi n- rulovlo. '*! i I I Oiiv:*i{4* pir ll p tel i ie i lu I I i i> I'I i i, \ • r • n et* OsttO •' b>riiii acij ni. nt q u ,. i 1 1 'Etuivira d-i Cent co'lactious de U grande lia tOliia>ue |) %  ii Vi .i i p ur A' a v i> ; L'ooivr coin l*to qui s. connue de 'i v.ilu u.-s a etJ tire a JOOU exesnpl 'iie-*. Q l'on s'ooipraase e •a procir r rot i u"' qui se vu d 4 : %  • dollars s < ction. Oa en Irott* ra i • ri' Ii z I s libraires ou i-umm r(oaU des primi Mor! du Giriliiii'li amricain ~ ^s-ms4il dfl c jour annonce la mort l s Nouvelle Urlani 'lu GnAntf Law Ghriat m oii r e nai s quablfl ol i it Je lorlune qui tiit considr l.lli Ktati Unis comme le Garihal Ii omricaio. X ~€=S)2& Oa cambriole,,. Le quartier de la rue du Peuple compris entra l' ruai de* froul*Fort eT les O^aara reoit depuia qunlque jours la visite rpte u*i volt uia. i-'et ainsi que linr soir ces roilandnus ont emport .lui deun m.isindifireutM loue Usa batioi iei la cuisae. Lue HU v n i"*e iclive n'impose ilau '••il -ra pi de foire le uece-s-iire. Ko i la nieur i v| l.u lora Uoise, Mojj>ii,.i %  d iimunat, r < i 4ioa Cbnslia i Lu co i I > i i ,•( oa le ir gain .ai' ir B I n -a'Hh 3 m %  |i t I 1 i r urau 1 1 bOOres praCite-. Li< cai'es 1M lotion si :l person i lee*. > na blfs 1 l'eolr ; la plus la a ienue de soi.e al de n gueur. tt' Thtrale" La deuxime reprsentation du baau dra ii d) Me uuiriia Vieux •' La Mirclie 0 l'Iodpoadaaaa aura lieu la Hem une proiMitiie. Les r"|'ii'i' marcDent aetivemenl et fo il augurer du aueos de la tte. V:i IJHtiu amri cn aux fles muonniqufi* 3 Par le S. S. %  Qorjaj '' est arrivi le bran 1 M illr J Joint u. lieu, ueiegu pir les Lu^e* le Liloivd Mou, des xlalA-Unis, pour aaaiaitr aux suleuuiles >la la ceirbralion da IJSJsj teuaiie de I I 1 uapeudauue uidcounique eu il ni 1 qui auront lieu a la Lapjlala les ^ , J , n •-> 2 1 Janvier. Mi lleli a OU d JU k nous vlaittf eu il-') el LalJJ doos ie OJI Ue I.IUprocbei auiani que po-sble 110* la|Oa UtaOuUiqUM ne telles duUi'iiid uneui dellummea ne sauteur* aux l-l.n-.-4_ 11 is, dont le Mege SOI aOiuud H.pi l( Nu bigaa ). Le manu, .< oi.u. ( Matre Uell en brulaiile tOOIia ia Ji^.uea lui visu* aux uiiieiein.s alriieis symboliques O il a elo l'oojel d'un MCvaii ulliousuisle. .>oua pu sentons ft notre aiinent viMleur i.u 'meilleur* Mubaita de bienvenue. ASTHME PAPIER PRUNEAU idxi* ado l'urodilt wBai %  • %  M alaaBila>Bia>*^uaa l 0B* fcaa^astaM, O aaj m iHa\ 1 4..ias>4ii aii iui*axisWAns> 4 sa s 355 mm _. _i Vatciti%5ii Mr ii 1 UJ iVillu 1 Viiv) 1 :i 1 H fi II UUri I • • 1 I u.il i:!, ,l.i: ij,i Ci' d, I l'.ir tllai. 1 n. 1 w .Nol coiupliuieuts. * i. %  %  %  m •—. , t Hier 11 heures Ju matin, est (l.'.ji-c .Vlafii ilrfju:, .uau.c JOJ Sa '• iiicu.s a t' M/1 ,.. Le* lui-' .1 %  c> au • Mil lieu ce toi Ionia in s y 3 ni invit L " %  • 1 .'• lira i ut mit* > mor'ii u• %  • liu L tlu • eu ii w j M r-M'i/oir li in.iii j 1 %  pjav sj r %  1 lr I g i-e util 3i:iei, u 1 [) %  U PATI 1; M uL-llu:i loi vy, u s>œdr de Mt aevei&i et aie' ce* X dti tous loc* *iuir. pervuii. Les Jeux O lympiq ues Des ami* m'ont fa;l ri'inarquT qua'je n'ai pas cit d.ns l'quipe de tout bill pmeala vendre Ii deroier le noms de certain j meurs gui raient trj b"ll s |i e 'ur^s eilas, Paul Lhe'oet. Jean K. Kliet, Klbeit Poioio, pour nec ter q ie ceUI U, bien qa 1. y en ait d antres' u 1*1 >n lornfes^ sont de Ira bn lonta atldlaa rapabes d) figurer av-. a,va ajres dsHB.de team iiaiti^n ; il faudisit donc si possible Ica-wip lier a Puis ei A lourds IOIP, ilaioueraieol dira h .Ire quipe naliui.aje. L'impoitanl pour nous en ce mom-Mit, est de savoir, aoo [ias si le (j luvernunent va envoyer des allilct s hatiens aux j^ux olympiauea, ce c a el" d'|i I iij.i, mais s'il peut I iro U ri cllorl pour aljuindre I l'qui^e nihlliquf, une quipe de Fou bail. L L'SS.I prpare en con- |iience ses 'qui,jiars el j espre qu'une sous criptiou (ublique Ouverte Uns toute* le* v l — de la rpublique ainsi Qja'ula videur ver-e par les diverses communes seraient un grand appoint apport la val ur qu* fournira le lij veine nenl. t' ur doaetl u e Ma de la p'rlicipalioi lr ngre M u x j • ,x o'x -npiq 1 '. ju p b ieral bi* ii.it m *-xl -• i t • %  la 1.ci mue 1 K* JhUX id.Yvll'.jUIs L l'vItlV ,| |,, 7 ,|i. ebel, *. crUire ti oral du Cjiu.l U 1 upi \ Krantj ii L.-si ni 1 -1 ni j %  e ni 1 mervi i l^ux c- | i va -e piaaer dan* qo nj*a ni 1 s au M. lt>. da ivolemb 1 u u 11 de 1 tu m m le rnl ar dfi 1 • ni levi .t in l'iiiiiue l'.siJe i1 >s. 'e Jomaq IP I mr noire m ns^r d! nO 11 1 • 1 I |fl ut .'| • ,,euls 1 u 1 j 1 s la 11 •: 1 •• n s*iq Iouta'>oi n"-rg NM quipiers ..e ppnnilnn de 1 ur donn r qi j iq e>onsePa i>our 0 qu'il s'agit da Font bal!. I s do v m se iiieilr ceci e 1 tl: • Pour iU "ne fquiqe ubiie ne il. s raullata, i' ftut que son inoial soit lev. [| f,ul en coree'. sut tout qu'elle soit bomugn •. L bomi^'aeil a'acqaieit pir I mi tcbes que l'un d spule, par des p- tiles ossefrooe s emivalea dans les que les, le rle de chu: in est tudi et en i 1 pir l'entrai 1 m -ut. Il importe que les j w uns aoient tr-en sou'lle el qua leur suupbssa ne laisse lieu a de-irer. A cil) d> le il al i n mt, il faut la lactique. La Indique, dons 1 n md. 1 la r') Oii] piua u 1 roda trs iinxi'laul. Lue quipe ne doit pHS p> .ir.r su, la terrain avant 1 avo.r rei d-s in-lruclions prcisas. Les i.siru IIOIS so il t'nses sur lai on naissance de l'adversaire. Ilronvicol bien d uni yeef ligne par ligue I s uf inis el les quiiiilsJe I qu p • que Ion va renc mirer. De celle la cou, on pei.l ud >,der un plan d'alla u >e qui le pli kouveul conduit au hUCie.i Le l'ont bill laisse donc une gan da part a !'.nt;l igeue. Pour qu une quipe *oit vilau ei 0 il hul que %  e* joilsur rimitiool un eus mbl-ho nogoiie d • q lalita pbysiqooa, mo raies t intill. cli elbs. £l •• e-l ce q i dmontre l'effet bie>f u-ant du t ni bal qui si lpre Il i. r de >lOllS, e pus p-qnihu-e. Av. c des ei.ii.dntn tnls i.^nii.rs -1 m -11 i | .s. es mipes hatien e de p..ti bail el d A ih li-ine 0'. u ran ni m e p u e Lui', ia le a a a lieux U xanpi de. 1 v 11, n r*u 1 r lepo 'men, |0 1 Uaih, lli, h | bip hu 1 nu. Km I. IR \\ 1 On se rappelle qua le Dpartemsa de< il noeo* el luiuce du Cou oiller fioincier a'taient pas d'accoid sur le libell dea obligations d-i la 3 rie li, M qui r-n re'ardait l'eu ssn n. Lellequ slion vient d he enli 1 so Uttaooe*. .Sel .n l'opinion du Dpar emeni des liuances un accnl a eta pos-Mbie en supprimiul tibia la par graphe (> du texie du C oosiller liuanci r et le mme para^'aphe du texte du Dpirtemot et en sublimant I un et l'autre la di^posi • tion lui vanta qui n'-st.' pe 1 dech >se prs, que U reproduction da l'art 0 del lui du il Septembre 1322 auto risanl I emprunt de . millions. <• Le Guuverncme.t e rserve le droit de racheter l-s.litis obligations partis de la quinzime anne de la date le tour c.ms-i 1 i, moyenne it un privia de o'xante jours au moins pub i m jouroal officiel. •> Le libi l a 41 %  d.iii.ii.v. ment admis et 'a llin que .N itiona e va pru- 1er l' nUaiou des obligations de 1a Srie U. Mariage Hier malin a t clbr ae l'E j g'ise du Sacre LUJJI ue Tuige.u, is mariaga de Mlle Alice Chm.ry avec .Vr le De H-igou Leduud. Au m iri-ig civil, les tmoins de la m trie taieol Mr Joseph Clian" y, le Docteur i. E. Jean!y, A. Andr, 1 Docteur Louis Baron ; 0041 du ma ri, le Docteur Paul Salomon. Jo aph Djeeo, Thomas 11 Le< haud *\ le Docteur abounn Hilly. Les no 1 veaux poux ont t C3nduilsau'piel de i'a tel par .Mas Lie Lbancy et le Docteur Justin U) ininique Aprs la crmonie religieuse, les invits ont t reu* dans les sales de Mme Veuve David Lliaiicy, mai d* la mirie, o une r.ceplion leur a t faite. Nos meilleurs sontnP* accornpa* gnent l'intressant couple. A vendre Code civil par Lou is Bo rno.at 3 v lmes Lois et actes par GaatUisr. %  s'a : r a Mr Ciaair, iji^ii u* rie du Matin . L'Epicerie Nationale J. H* BORDY En l'ic* de§ Gaw& di bordeaux, Yi.Mit le reev >ir pir le damier stdi mr ijorcjasi IJS ai-ui-js siju'i.it.s le lijieii'jiu iw'jr et le premier ebois. li.usiii veri, |)om ns, poire*, Fromaye plie cjras-ie, F* ni J siiivHj, f.mp i.jth-t, iiiJiiuu,' lorta* iJdllo,iiiiui dCi, ftulldi U'ntile.oiele par pul # elc,tjtCt Ha IARQ usa PINA-LAROCHETONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFU6E RaeommancU par ton* la* Mdacin* L* PUINA-L aooHi trsa ((raabla sa (oot. eoniisnt tont la* principal des truis B.iill*aras aonai Ja quinquina. U ~i in*n suparleurs tous Isa sutraa TIQI da quinqum l t racommnnd* pur laa cliluroai madicalas du mouds ai.tiar comms la Teaiqi* •( l fttooutuwut pmr nNUtM daui laa cas da 1 FAIBLESSE GNRALE, MANQUE D*PP£TIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES I* vTi >, ravTta .i. aant* nina.iui UUgtr VtMITASlS QUlNA-LAROOHI COMAS 0~, PRia. (iraiiil Ulel de France Da 7 9 h. du matin : caf au laitPt** petits dejeuners froids* Chocolat au lait. Mite, }&&'&, ptAtotu pux r^'.-lU. v!l^! s De 5 G lires du soir 1H FcrnC SEDDlliS Ccn : o mm ** P ta Q a micaronl, noullli ku u.mm -.ude uvec et §an$ fronaje. Ua delorvleaus raago I 1 JJJ.S le JJ1IJ>,IU lida d: 4,ji Viu blanc I o (JUA le ijaliou eu lieu de 6 uourUca L~ mttlleur accueil tra rerve d tou nu* i.Uetil* Kutr j.; : 5Q cn' i n_ %  tU AII t Lit* Nous vous isv'u la caria ie flan. -i %  s u .vie... n I.I M i avec Mi ira II. ie N*s n i i trea ...ei allons ^u* aVtlOaUl iiOen.



PAGE 1

an m McUMlMTM UNE KEW ORLEANS ET L s|sFlOST laissera New Orlans !e 31 Janvier courant direetemeil pour Porl-au Frin ce. Ce 24 Janvier 1924 ~A.de JATO1S& Co Agents gnraux fanamas Pauamas Ce sonl les plus commodes el les plus hyijii'niqiie* pour les climats impicaux, sans oublier leur le\jince. Moire prix et §V nomi(i* e Achtent P 9 H*hAniien f"'*,. lm| in (i il h) n i'' t Do I v i l' 0 Or •• • '• i '• 10. n Q .. 2 •• ;0urii ^o r la.a 4 i 1.S0 Or Etfs-vnus une personnes JJ j >l, taisant du chic un idal ? frociirei vous depuis clupeaut spciaux dont la finesse vous attirera l'alniratui JJ .tn le amants du beau. Nous avons aussi tout un assortiment de rubans pour chapeaux, dernire mode, i un prix dfiant toute com plence. ,~ Ven* constate*. JENARO HURTDO 173< h te Courbe KEST4UKANT Aux Caves de Bordeaux j)e IIIVEIIA Nous avons [honneur d'aviser noire aimable clieiilclc quelle trouvera tous lis main-, partir de six heures : Fetit djeuner, chocolat, sandwiches, pat'*, brioches, tartes I. Ju cruio, choux lu crme, etc. es soirs : Potages* assortis, crme et torbetsNO cMenU 8t: Mat do j t r lo ri ; 2-5 U %  W e dIOte 4.01 jV^u fi-#v* de iio'*r auT e9$ut* qui rn"f on* hi'wp fnt*e 'a A *-m'na]e 9 fteroti* tomme* Itf l*p n n • ft ? 'I j t r "' < / ait ]* t+m te P r *• t p>i** l* mw ve •#. .| n ru/ M • *l • hic. ; I t* Purgatif IdLl ^ Pilule du D r D ehaut 147, Un du Fuburt ititt-OHi .*sru 'salit t prndf, M nomuni nctt BtspereUI. eOs m sr.xae.ee laeuis es ssaett •opprimant U dlSw, •lit s Uilits pas It aaiaic. N'xls*ant pat tf< r.pee 1 1 • enanar*. alla aa uase aacaaa sert* 4a taaea. Plat sil.e que t-o IM itmliitrM, ad* aal, par coasesaeet, aoios chirs. Fromage t'e de Moi t En Gros et en Dtail Chez 3. N. Sada & Co DOSE i awaaATivt, i a nu. LAXAtll, I r"*' et les plus jolies valais de 1 24 ( aU*F,| •aPCO, RX< fox-tio "> vendre, an No rt M i 1 r.ie .a 1 Mi'Hc'eson Fr. gSef ..... MorChangement dadreMe Im Mit HH Pu* du ( val 18(5 et 1607 l^n face de la 1 nuano fi'iireau d3 l'esage) ^^HB D J.R.THBiUD G'l'frg'niOii U. Det ta ytti d MoDtr al de Kcw Yo k e. d Boston Angl" dp? Rue n#*l< u'he et^du Magasin de l'Ktat. |rjoni>Hllnn 'e 7 heurta da ma. m a fi In mt% du anir. Lo|i N %  ettff'rn'i futile | lo^ifoire de la filli'11. Blai,iliH tt'8 Im rr/.rrii rt du BMIH 8 I "" n Irrft iui dans e di^li'i de q< Hian e joui, p.r 'ux ou |Bi leu 0 de Iviroii?. H paplii de iftla Ml'. (.ux linf, ronfuim#mci>l ''*f , i.M, du I d> de Cciliiir ire. de li I d. Un i a que hln il pour q"' 1 1 ^ PODBPfl i^ MOI r#o< ir el e lai r.ine Ir.1. 1 rliti€ • ortaoea u de les .!p atr u (ir. Ile u Tri un. I de 1re luttai re de '> -ei du i il Tribunal dant I*. qu'Bia j ur* q i miio.l e del-i pt#ril*, PUI.W )es pr IfttpJ on de 'rin le *W? ^U ( r .i oie de U Uillne il). BUite. L*a rli'bileura ua Th. B'ttM ont lid fi Id i leui uD|l< •'. na u d-iat d'un Boi : I ' doa .ed.lai hftparti ei i %  4 t-alul, s toajiplca dgfl la peau des chaussures contre llun lidM et la chaleur. r mandez la marque MoDograifl c'est la meilleur da lcutis les marques. Geo. JKAMSEME ffHii pon* H>l i leur E. Drix Remercie son amabi eltentede la marque do s}inpathie qu'elle lai a accord jusqu' ce jour et l'avise qu'elle li tirera en sou Magasin, i ates,t5rioihes,yleau\ et tout ce dont elle au a besoin. De La Tranquillit* D'Esprit Du Touriste P OUR retirer devoapnaaile maaimaa de ilorutret, ajraa l'oeil sur laa petite eaoula— et amrcbez-laa Jtf olr, Ausildo Ccrso P gcliiera,251— Tuiin ( ltali ) m On cherche des f|ciils pour ai ii. fit t %  ii<+ A- r i t • c< MO Tri i 'i << ' i ra •'•' dre ter I 5i>fi n ri i'y, tue ues Fiuutt-foiib La Aeeeaaolrea Ptreatoca font partie &t •ervicr eitraqu'offra eeicllanta lamalaos Fireiiooe. Bien dea pnaua ont fuornl ua anpplœent da kilomtre loogtetnpa aprs avoir dipaii la "limite d'ge"—c'est tout aimplement parce vie leurs agea pr-p .attirei avaient toujours p:fit ua aenfit des commodes et excellents Accessoire* de Pneus Ttrestone L a Maaimum de Kilomtre) p ar Franc L. Preetzman Aggerholm Port^u-Princa)



PAGE 1

,4JM|U4.i URODONALl Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravello Artrio SclroseObsit Qui ve-ist NMW (tUM M i*r les rhumatisme, le durcis* ds artret fm 1 '•'''•.'.i tic rln, l*x •.'.' % %  • •-' %  I lll Martine* 1 : • et' 1 o pcl?;< U'' i. T -• i,,*!'.' ni, •< lit./ %  • CM. 4 ... VU .?.. lave le sang Lll '•. dans it m|teni*ni nlst ori io. ii.: ujn et le d .niprij.Tieni ^gr * rtention d'aoW* uriq -'t n.in l'drirar.isins en employant IUrodo:,-,l %  Professeur Ftivm. trot it cl n lat t i Unirent* * roltur eu M ctittiaU. . r Vlal*ao*. Ptf* H|>I in/vl K*l;i 'ifl awt. lonlUl A L E nV/U Mdiiif Aritrio BCtroU, v-v:i i ,ti, .-.rkladies a Il frn.ion. Artliruisr..*. \.'ii iuttie. L l r • V /"• f, I BeiMne sUnsn: nr.umsINYvUL U.JM, oouti*. Lumbyo, NV vrslfl.. SK %  -. Btrzjaii^—^.a*ui fa %  i II II it Vra** T I ri loi g rwatairu pour H ili srmr-.s^-"la Guioaude Paul Sals -a a es fa >v recommande par de* fon*om*nf ti nsde choix, de boiOU reoufi^rti n tfi, /P8 m?/* hhb*tarie v Armand-'s le (lbre 4K.10u vu lait oui rfContUu> le§ forces et auymvile IVWIr£ •<-r r ; n */ Prenez le Savez voua que 1* fort* marJoritedM maladies dJ^a tanin* r.'snuent pas dans le domaine de la chlru''e. Ce*, vaut dire qu'elle* oe •ont peu uses par des turueun, gro*. teure ou dplacement, des organes. Savet vo'.s oue le* malaises ordinaires et 1* plupart du tempe fort simples ont des symptmes trs similaires ceux de cas ^emsadant un opration. Savez vous galement que beaucoup de femmes et da jeune filles souffrent Inutilement de ces malaises.' De plus rJles risQuent leur sant en laissaat ces indisposition* continuer et s'aggraver. SI le mal est pris temps, c'est a dire jute aprs le* premiers tyrrrptomes bien des maladies srieuses peuvent tre vites. Dans oes cas de loueurs priodiques, retards, ritabilit, tat nerveux, la Composition V/tale de LydU E. PinkhtTr. lerrstt etr pris sans ddlai. Ce mdicament est prpar avec sous et aans oes conditions hvr,ieniqoes idales et en entirement tir d'herbes mdicinales. Il CM rentre aucun nsrcooaue ou drogge dans sa compositiou t peut oue uns en toute sret. -•MfQuœ a pas nwiu ee madleamant Composition Afegetae de lydia E. RnkKanx ^^^m \i m ** r— Pharmacie W. BIJGH Prp rtg v %  il eu^e a e *e Emnoa e pair tjtfiUAurn ; n***ptte\ Cr,ne */ s tica \ Ghnrrm*, Cifao, Gin. Le plus beau pueu que G09I) YEU1 ail fait .'•iise que vous pouvez achetei un pneu Good Tesr Cord pi i -(tu-lionne, I esucoup plus suprieur que celui que vous connnissit z. Peorei que vous nauru pas plus payer pour ce pneu que vous l'auriez lait peur un pnu ordinaire quelconque, C nouveau pneu a t* oblc u par i.ne smlioralion remarquable des elits carreaux que prsentent le* pneus '. ou I fear Tord II • Weatberrtal. Ces petits carreaux |ont maintenant fabriqus avec du Caoutclioue pur qui auijinente la Iraetien, prolong laduie du pneu et diminue de beau cup les pannes. Good Year Cord AilWr allier Tread Tue Wesl Indies Tiadiutj C* Port au Prince' innaivu* 4. Cmp-Haiin *&Barbancourl Rue des Csars 4*



PAGE 1

DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMthiStEVH Clment Magloire BOIS VERKA ia58 Ru* AmrloalB* NUMERO ^QoENTlMKg 0t4oliiiiii t suuvage eu pleine cmlu-alion, en plein JtXc sicle. Il y a dans les biais Lnis le Ku-klu-klau, monstruosit inveule par uu peuple oui veut avoir la gloire de civiiuer les auires nations du Globe, qui envois des missious evaugeliques par toute la terre, quand Uaus les Liais cux-maiiies, le Chn-liauisme est attaque dus toui ce qu'il a d lev, de grand, de sublime : l'Amuui, quauu uu immole Molock d muouibraU.es vies uumaues. On se ligure aux biais Cuis que la civibaaliou el le Lieu-lre maicr il seulement. Voyou UK1H.II.UIIJ, eu TuiMWi Allauu, daaa la Otuigie; ^uu toln -Ui maUa il Laluu Koo b e. daiia la Loiii.-iuii ; lu e jouis* eslices maieiieliis ue le cfcueul en rien aux giduUet villes Ue i i.uiupe •t de l'Amrique u.cnu, mais ces endroit, sou -i.s civil es .' l'eu i-on ej*ti gisiur las cnm.s quouaittut qui se commenai duus les vines de ce Liais. L.Iiu-Kinklsu, le Lyucbage,la br&iure a petit feu, k'appileu>, pti le uauilaui ue ces hlai, le iaUueuit.nl ue la Uivilisaliwn. On ose due qu'eu Hati on tnuoge lu cbuiia humaine; ou est anibiopophuga duu uolre socit. .Mauieuaui voila les LUI Luis morali ment Maiuleuanl voila Ut LUI* Lnispbilosoptiiquemenli Mautenant voua la religion du grand jisuple O est la civilisation ? O est la grandeur d'me .' Le raisouuemcnt peut avoir les yeux de tous ceux qui peusenl que nous sommes de aveugles-ues ou des sourds muets. Je u'enlends point considrer la question daus le genre local, mais dans son exiirp.e. Je ne vois punit l'homme noir. Je voie l'nomme. Mme eue* noua, il y a des prjugs locaux, qui se traduisent ailleurs par des formes diffrentes. — h'n bgypte, en Grce, Rome, Cartilage, dans l'ancienne Syrie, il y avait des prjugs. Au rujv;ii ge, tuule l'Eu.ope .e sum.-•au; il y a seulement un sieae depuis que l'egaite commence s'inl ro tu lie dam les Sjoiets. Si eu Hati, ce me .ne phnomne se m itilesle, c'est une consequeuce de l'absence d'orientation c el pourquoi, il y u trois anue, j'ai suggr aux Louveruemeuts de uolre rpublique de former leurs Labiaels pur nuance au lieu de le composer par des individus reprssutaul les couleurs. •Juaud un cabinet est form d'une seule nuance, la stimulation mil Telle nuance agit mal, eile est remplace de suite par telle autre. Lus rt-pouuuilile* eraieul uetiemeul fixes et le Frsuleul de lu Rpublique, qu'il suit ngre a peau noue, uu jaune, ou biiiicu ,u arait moius atuqu. — Ou s ail icherail a la valeur relle des Uuuiuici potiques, uou a iu lai.tuiiie. u>iamcul doue un homme qui veut voir soi pay sa ueve.opptr daua le sens iuuj*mel et scicuiiu que, puisse envisager purement la q lesiiv.i d* nuance, qui u'tsl que Uiomeuliue dans la ,uei dds Vieilles el mme ddu toute 1 -vm -riqae. La lait, ou doit cj.i.-laler le clioses dans le but de tes voir s amliorer uou p^ur les lompreodra ternelle* el absolues. La i.tuauou d'tlaiti est ds sirnp.e; elle a bssom d re comprise pout donuer tua les fruits aux^uel. la nation a droit d sprei. En rsume Hati u u pas besoin d'immigration eu masse; ede a b;•oiu do spcialistes de bouue loi, des techniciens bounles et philosophes, bien qu'elle n'ait pas uue puis* sauce Intel aire, bien tiue l'on se plaise lui accorder dix pour ceul de lettrs, son lo.id moral et tis suprieur. Llle n'a pas le besoins, il et vrai, mais '1 lui faut, •a cot de cesgraude* ncessit quelque chose de plus positif que super licirl, plus rel que ngatif. LAVgNTURK, av. (F/iV) •—•= Petite Chronique LA LAMPE. — Petite lampe du bureau, dont la lumire discrte t pose doucement sur moi, tmoin muet de mes penses, de mon labeur, de mes efforts, que j'aime la clart s'pandaut jusqu'au trfonds de mon Ame A la lumire du jour qui anime au dehors tant et tant d Itinnins, JK prtt re, o mon amif, Celle qui sitradii' de ton foyer ardent. De* qu J ;j m'veille, je vais vers toi. ainsi que vers une amie chre. Mes doigts hvreux louchent le commutateur qui te donne I* vi* Alori nous nous regardons... ..Toi, tu m'obseTVf-s tandis que ma wtise vagabuu le, que mon i Vflt l'tWW ds v^ue ie poteal de lourds papillons noirs, que mon tnc! elle-mme, l'vadant une seconde de mon tre, caracole a travers les rveries sentimentales. .. Moi, je nr sonsje pas loi. M lis lorsque la panne m mante vient sou lai u me priver de ta chre p r eecce, je te regrette et je l'api elle de tout • la tore i de m n c:iveau, o petiie lampj, petite lampe de mo.i bureau !.. Mou amour p iur toi e*t si grau 1 qu'il m'arnve de ne t teindre qu mon co ps dfendant C'est que, semblable h tla.nme de mon coeur, tu brilles, -non amif, dins l'appirtement o \-t reste avec me* souvenirs, mm imfeiUo.a, nef uv& U DU.1, n'es-tu pas l'image, ''imege mme de ma vie?... Gomme moi.ne cherches-tu pas pntrer quiconque se confie toi ? %  • Comme moi, ne trouves-tu pas la douceur inexprimable de rpandre la clart bienfaisante des prolonges tendresses? Ou mieux, comme toi, ne chereb-je pas vivre de cette vie ardente qui anime ? Comme toi ne m'elorc-je par ranimer les esor ts, entretenir en eux l'es poir et le bjnheur ? Mais lorsque la p~nne arrive, mon coeur se serre. Je songe tof, petite lamp; amie, je songe toi qui soudain m'alnn lonne, seul a mesr^ves, met aspiritions; je so-ige toi si clmente, qui n'est pius : je soutire dsns l'obicuri ... Et j j longe moi... Un jour vien Ira, o la pinne tratresse et cruelle m'obligera aussim'arrter., et je serai plonge dans la nuit p ur toujours Mais toi, tu te rallumeras, u clart inondera d'autres ceurs.Petite lampe de mon bureau, dis, alors, penseras tu un peu a moi ?.. COMMIS I.K TEMPS PM~ Q m I roua ti.-z petit* ii la,..viv,\ a'erle h robe court les mollets n-s, vous ne rvi-z qu'amuse n -il*, bonbms et jouet. Quelle tendress* pour votre pi ipee el qu-i de nledrs vous veniez quan I, par milbeur, vous la cisaiet. Alors, au bris de mamtn doux refugei vous trouviez la consoUtion-.. Puis vous devenez jeune il 1 le, habilite de robis longue et la seyante coiffure. C ) |U ;tte, voire miroir vous rvle vos char n -s naissants. Viennent les danses, le premier bil ; vous so ipirez, suis •avoir qui vont ai ne'-ez ; miis votre ag;. le ce r est iul lle : il va.il vient, indcis et troubl. Un reg tr 1 vous meut, une parole vous enivre... Et vous voil, d'un pis incertain, demoiselle marchant veri l'hymen. Oh 1 la blanche toilett, l'moi qui vous tgitfl !.. La main dans la main de celui que vous aimez ou croyez aimer — vous allez rpon Ire le oui troublant. Mairie, glise, coup* lunch... Il est jou votre vi-totit !.... Mali me, soyez heureuse ... Et vous voil jeune mre le front ra lieux vous voui penchti vers Bb, le doux trenor, l'entourant de soins, de ten liesse II bgaie, marche, grandit ; il est l'objet de tous vos soucis. L'amour maternel est immense, c'est uue puissance qui. souvent, met en tuile les force* nfastes : la mili%  l w, la mort 1 •• Mon Pi*Hi comme le temns ^•^' .. Hua gran t'mr. ?.. \A jfv* ^<*' re '"vt'•' vi a r >< 1 un eil fan 1 '. I!i o^ 1 "i r an fiit ravive Vftrc'i'r n--'\ Vo'i-J *'M en* fait, pii 1 R'', mT ; ot mv min d ut f *'•• %  '.. li-H" '- tous ls* {t '• f'i r * IM 1^fnt*a,Vflf* "fMi*l^ rl^vlHe l • %  ', (e '" 1 li • %  de gaerotitc.... XVfilfi Peu-Cable Nouvelles Etranqres ^ Mort de Lnine MOSCOU 23— Lnine, 1er mini tr* de* Soviels riiss^. est mort lun di aprs midi 3 heures mais sa mort a M annonce quelque temps aprs. I.a mort s'est produite aprs un<> rechute qui s'est termine par la pnra'ysie des organes respiratoi iv-. Les Sovie's ont donn le m Uin la nouvelle olirielle du dcs, huis l'intt'rt de la science l'autopsie a t faite par 11 m lecins parmi les quels le spcialiste allemand Focruter. Elle a montr, d'aprs le bulle tin ofliciel, des changements dans les vaisseaux sanguins du cerveau et de nouvelles ruptures de ces vais seaux qui ont t la causa directe de la mort. Le gouvernement prpare de grandes funrailles Moscou pour samedi. Dmission du Cabinet Baldwin T.ONnRF^— L* 1er rniniro Bal ftwin a nr*>ent 4 an rv s demi •on et cH • In rn : n're "t a con •i '. i %  rnitreraln do t,-\ir vanir vt 'lidi-ii' I. L'an'ianes •• M. Macdonatt nfr 'e TP\ a Inr* nn hon^a. Lamfl'fl 'nv' ^ foetn' I kf-> ivarneiBtt et M. Maclonalda accept. Le nouveau cabinet britannique Voiei la forrmtinn du cabinet telle qu'elle a t annonce dios l'aprs m\M : M Maclonat. 1er mm'tre et se er^taire ies affaires lrang>rea ; Clyn^s, girde de sesmuet leader de la ehamhfe ds ei irnuaes ; t,or I Parmoor. prsident du con •eil ; Vii-vnte Ihllcne. lord chancelier da rRehiqnir ; U'nlirsou, seclaire de Tint rieur ; Tho-nw, ecrlaire da l'conotiie • Wd*'i. ecrtaire de la guerr* ; Sir Svd.iey Olivier, secrtaire d'E tat de Ht te ; Brigaliar n'irisloohei Thompson, miii*lre le l'*ronaiiliq i ; Vie \'tu— La oV< des tr"ra Vi 1 %  -> I'I'* '•> hii"->iin suisan't T. seeiiM at arriv< > sMettistoe ai'aoe b*awe ia U^ai%\|le devftil lre tablie en mobilisant une parti des rserves en or et des devises trangres qui peuvent exister entre les mains des nationaux allemande et en outre par la coopration des ea pitdiix trangers. Le comit estime que cette mesure constituera une partie du projet d Initif destins a ssaarer l'quilibre du budget aile m m I et la stabilisation de la mon naie allemande. Le orsident du co mit a insist sur le besoin de Tu niofl des allis dans l'tablissement d'un progiamme et le comit est convaincu que la coopration lraa gre dans la direction d'une telle banque est galement dsirable pour le %  oeel llinitif en raison de la n cessit d'une prompte dcision. Le (jouvernement franais et liYatican PARIS Le gouvernement franais annonce que le tarif tlgraphique pour les messages internationaux sa ra multipli par le coefficient quatre au lieu de 3,4 partir de vendredi prochain. Les associations diocsaiues, an terisee rcemment par la loi et se ci ries par le Vatican, dans un* lettre adiesse au clerg franais qui est anive Paris hier soir, seiont les p emires orgaoitetions lg les de (xglife en l-'ran e depuis la spa ration en 1906. C'est la deuxime tepe vers la paix dfinitive dont la pr mitre a t la nomination d'un nonce Paris. Les associations dio csaines autorises auront les pou voit s ncessaires pour s'occuper des aflaire financires et avoir uu statut lgal qui manquait juaqu'ici. Le nouvett. rgime est accueilli avec satisfaction pr un considia ble lment religieux qui est coa vaincu que c'st ce qu'on peut oble nir de mieux.Toutelois il ne rpond pas aux aspirations de certain l ni' nt parmi les catholiques et il est condamn par les aaticlricaux g trmes, les socialistes radicaux qui forment une coalition pour les pro chanes lec ions, ont dfinitivement dclar dans leur programme que le c'iicalisme est le principal emami. Prenant pour texte la loi quiautorisa les associations diocsaines, ils alla quent le gouvernement de M.Coina r et le bloc national du parlement qui a vot en faveur de cette loi. Ile les accusent d'lre ractionnairee et demandent qu'on revienne la politique de Waldeck Housseau. La nouvelle loi n'autorise paa le letour en France des Bndictins ou des autres communauts similares ni des organisations et asseuatious du mme genre. Le dilleYend franco-anglais devient aijti PARISLedillrend franco-anglais au Hijet del'eiploiiation des chemina de tei en Rhnanie, semble lre entr dans une phase aigur. Les anglais pr tendent que les franais et les belges exploitent les voies ferres de tor te que Cologne est pratiquement iso le et que le ravitaillement de la zo ne britannique ne peut s'effectuer dans de bonnes conditions.Les frsn ais rpondent que si les transports vers Cologne soni restreints la faute •n est aua anglais qui ne veulent f >as recevoir de trains de l'adn it ia ration des hemlos de fer franeait et belges, lia font remarquer qi 'ils 'Oftt e^w dvi UliM

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06127
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 24, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06127

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMthiStEVH
Clment Magloire
BOIS VERKA
ia58 Ru* AmrloalB*
NUMERO ^QoENTlMKg
0t4oli COPY
el LrVarv,
CcnduiM-Yous comme do
hommes libres, non pour loir*
do la libert un voilo qui cou*
\re la mchancet, mais eom*
me des serviteurs de Dieu.Ho-
nore/ tous les hommes; aime,
voi Irres ; craignes Dieu ; ren-
de! honneur au roi.
1 PIERRE. l[3t 7
1LEPE9MI fotM
17e lNEE N 5118
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
JEUDI 2 JANVIER MO*
A propos d'un article de I. B. Marshall
l'ie n'oie lupin notre mm
VI
Aux Etats-Unis, on tue, on assassi-
ne, on incendie, on vole, on viole, on
trompe, on escamote, on abuse. Dana
toutes les autres rpubliques de la
Rpublique, du 'uni', uu centie et
du Sud, on lait de mme. Ma s on
ne iyuche punit; ou ue brle point,
i petit feu,uu domine pour satisfaire
l'apptit carnassier d'une nation qui
a l'in>iiiiit suuvage eu pleine cm-
lu-alion, en plein JtXc sicle. Il y a
dans les biais Lnis le Ku-klu-klau,
monstruosit inveule par uu peuple
oui veut avoir la gloire de civiiuer
les auires nations du Globe, qui en-
vois des missious evaugeliques par
toute la terre, quand Uaus les Liais
cux-maiiies, le Chn-liauisme est at-
taque dus toui ce qu'il a d lev,
de grand, de sublime : l'Amuui,
quauu uu immole Molock d m-
uouibraU.es vies uumaues.
On se ligure aux biais Cuis que la
civibaaliou el le Lieu-lre maicr il
seulement. Voyou Uk1h.ii.uiij, eu
TuiMWi Allauu, daaa la Otuigie;
^uu toln -Ui maUa il Laluu Koobe.
daiia la Loiii.-iuii ; lu Lia Uuits k uvu* caioaue. i un.- CM
vu.es, tuuiiue uaus u oulits appui
ttLtnl u ce cinq Liais, >e jouis*
eslices maieiieliis ue le cfcueul en
rien aux giduUet villes Ue i i.uiupe
t de l'Amrique u.cnu, mais ces
endroit, sou -i.s civil es .'
l'eu i-on ej*ti gisiur las cnm.s
quouaittut qui se commenai duus
les vines de ce Liais. l.i- iu-Kin-
klsu, le Lyucbage,la br&iure a petit
feu, k'appileu>, pti le uauilaui ue
ces hlai, le iaUueuit.nl ue la Uivi-
lisaliwn. On ose due qu'eu Hati on
tnuoge lu cbuiia humaine; ou est
anibiopophuga duu uolre socit.
.Mauieuaui voila les LUI Luis
morali ment Maiuleuanl voila Ut
LUI* Lnispbilosoptiiquemenli Mau-
tenant voua la religion du grand
jisuple !
O est la civilisation ? O est la
grandeur d'me .'
Le raisouuemcnt peut avoir les
yeux de tous ceux qui peusenl que
nous sommes de aveugles-ues ou
des sourds muets.
Je u'enlends point considrer la
question daus le genre local, mais
dans son exiirp.e.
Je ne vois punit l'homme noir. Je
voie l'nomme. Mme eue* noua, il
y a des prjugs locaux, qui se tra-
duisent ailleurs par des formes dif-
frentes. h'n bgypte, en Grce,
Rome, Cartilage, dans l'ancienne
Syrie, il y avait des prjugs. Au
rujv;ii ge, tuule l'Eu.ope .e sum.--
au; il y a seulement un sieae de-
puis que l'egaite commence s'in-
l ro tu lie dam les Sjoiets. Si eu
Hati, ce me .ne phnomne se m -
itilesle, c'est une consequeuce de
l'absence d'orientation c el pour-
quoi, il y u trois anue, j'ai sugg-
r aux Louveruemeuts de uolre r-
publique de former leurs Labiaels
pur nuance au lieu de le composer
par des individus reprssutaul les
couleurs.
Juaud un cabinet est form d'une
seule nuance, la stimulation mil
Telle nuance agit mal, eile est rem-
place de suite par telle autre. Lus
rt-pouuuilile* eraieul uetiemeul
fixes et le Frsuleul de lu Rpu-
blique, qu'il suit ngre a peau noue,
uu jaune, ou biiiicu ,u arait moius
atuqu. Ou s ail icherail a la va-
leur relle des Uuuiuici potiques,
uou a iu lai.tuiiie.
u>iamcul doue un homme qui
veut voir soi pay sa ueve.opptr
daua le sens iuuj*mel et scicuiiu
que, puisse envisager purement la
q lesiiv.i d* nuance, qui u'tsl que
Uiomeuliue dans la ,uei dds Vieil-
les el mme ddu toute 1 -vm -riqae.
La lait, ou doit cj.i.-laler le clio-
ses dans le but de tes voir s amlio-
rer uou p^ur les lompreodra ter-
nelle* el absolues.
La i.tuauou d'tlaiti est ds sirn-
p.e; elle a bssom d re comprise
pout donuer tua les fruits aux^uel.
la nation a droit d sprei.
En rsume Hati u u pas besoin
d'immigration eu masse; ede a b;-
oiu do spcialistes de bouue loi,
des techniciens bounles et philoso-
phes, bien qu'elle n'ait pas uue puis*
sauce Intel aire, bien tiue l'on se
plaise lui accorder dix pour
ceul de lettrs, son lo.id moral et
tis suprieur. Llle n'a pas le
besoins, il et vrai, mais '1 lui faut,
a cot de cesgraude* ncessit quel-
que chose de plus positif que super
licirl, plus rel que ngatif.
LAVgNTURK, av.
(F/iV)
=
Petite Chronique
La Lampe. Petite lampe du
bureau, dont la lumire discrte
t pose doucement sur moi, t-
moin muet de mes penses, de
mon labeur, de mes efforts, que
j'aime la clart s'pandaut jus-
qu'au trfonds de mon Ame !
A la lumire du jour qui anime
au dehors tant et tant d Itinnins,
jk prtt re, o mon amif, Celle qui
sitradii' de ton foyer ardent.
De* quJ ;j m'veille, je vais
vers toi. ainsi que vers une amie
chre. Mes doigts hvreux lou-
chent le commutateur qui te don-
ne I* vi* Alori nous nous re-
gardons...
..Toi, tu m'obseTVf-s tandis que
ma wtise vagabuu le, que mon
i Vflt l'tWW ds v^ue ie poteal
de lourds papillons noirs, que
mon tnc! elle-mme, l'vadant
une seconde de mon tre, cara-
cole a travers les rveries senti-
mentales.
.. Moi, je nr sonsje pas loi.
M lis lorsque la panne m mante
vient sou lai u me priver de ta
chre preecce, je te regrette et je
l'api elle de tout la tore i de m n
c:iveau, o petiie lampj, petite
lampe de mo.i bureau !..
Mou amour p iur toi e*t si
grau 1 qu'il m'arnve de ne t tein-
dre qu mon co ps dfendant
C'est que, semblable h tla.nme
de mon coeur, tu brilles, -non
amif, dins l'appirtement o \-t
reste avec me* souvenirs, mm
imfeiUo.a, nef uv& U du.1,
n'es-tu pas l'image, ''imege mme
de ma vie?... Gomme moi.ne cher-
ches-tu pas pntrer quiconque
se confie toi ? Comme moi, ne
trouves-tu pas la douceur inex-
primable de rpandre la clart
bienfaisante des prolonges ten-
dresses? Ou mieux, comme toi,
ne chereb-je pas vivre de cette
vie ardente qui anime ? Comme
toi ne m'elorc-je par ranimer
les esor ts, entretenir en eux l'es
poir et le bjnheur ?
Mais lorsque la p~nne arrive,
mon coeur se serre. Je songe
tof, petite lamp; amie, je songe
toi qui soudain m'alnn lonne,
seul a mesr^ves, met aspiritions;
je so-ige toi si clmente, qui
n'est pius : je soutire dsns l'obi-
curi ...
Et jj. longe moi... Un jour
vien Ira, o la pinne tratresse et
cruelle m'obligera aussim'arr-
ter., et je serai plonge dans la
nuit p ur toujours Mais toi, tu
te rallumeras, u clart inondera
d'autres ceurs.-
Petite lampe de mon bureau,
dis, alors, penseras tu un peu a
moi ?..
Commis i.k temps pm~ Q m I
roua ti.-z petit* ii la,..viv,\ a'erle
h robe court les mollets n-s,
vous ne rvi-z qu'amuse n -il*,
bonbms et jouet. Quelle ten-
dress* pour votre pi ipee el qu-i
de nledrs vous veniez quan I, par
milbeur, vous la cisaiet. Alors,
au bris de mamtn doux refugei
vous trouviez la consoUtion-..
Puis vous devenez jeune il1 le,
habilite de robis longue et la
seyante coiffure. C ) |U ;tte, voire
miroir vous rvle vos char n -s
naissants. Viennent les danses, le
premier bil ; vous so ipirez, suis
avoir qui vont ai ne'-ez ; miis
votre ag;. le ce r est iul lle : il
va.il vient, indcis et troubl. Un
reg tr 1 vous meut, une parole
vous enivre...
Et vous voil, d'un pis incer-
tain, demoiselle marchant veri
l'hymen. Oh 1 la blanche toilett,
l'moi qui vous tgitfl !.. La main
dans la main de celui que vous
aimez - ou croyez aimer vous
allez rpon Ire le oui troublant.
Mairie, glise, coup* lunch... Il
est jou votre vi-totit !.... Mali
me, soyez heureuse ...
Et vous voil jeune mre le
front ra lieux vous voui penchti
vers Bb, le doux trenor, l'entou-
rant de soins, de ten liesse II b-
gaie, marche, grandit ; il est l'ob-
jet de tous vos soucis. L'amour
maternel est immense, c'est uue
puissance qui. souvent, met en
tuile les force* nfastes : la mili-
lw, la mort 1
Mon Pi*Hi comme le temns
^^',.. Hua gran t'mr. ?.. \a
jfv* ^<*' re '"vt'', vi ar><1 un eil
fan1'. I!i o^1' "iran fiit ravive
Vftrc'i'r n--'\ Vo'i-J *'M en*
fait, pii1 R'', mT;' ot mv
min d ut f *' '.. li-H" '- tous
l \f% a^i't'a it* ''-vi'-i 'ni". r*if>s*
{t ' f'ir* Im 1^fnt*a,Vflf* "fMi*l^
rl^vlHe l ' ', (e ,'"1 li *
de gaerotitc.... ____
XVfilfi
Peu-Cable
Nouvelles Etranqres
^ Mort de Lnine
MOSCOU 23 Lnine, 1er mini
tr* de* Soviels riiss^. est mort lun
di aprs midi 3 heures mais sa
mort a M annonce quelque temps
aprs. I.a mort s'est produite aprs
un<> rechute qui s'est termine par
la pnra'ysie des organes respiratoi
iv-. Les Sovie's ont donn le m Uin
la nouvelle olirielle du dcs, huis
l'intt'rt de la science l'autopsie a
t faite par 11 m lecins parmi les
quels le spcialiste allemand Focru-
ter. Elle a montr, d'aprs le bulle
tin ofliciel, des changements dans
les vaisseaux sanguins du cerveau
et de nouvelles ruptures de ces vais
seaux qui ont t la causa directe de
la mort. Le gouvernement prpare
de grandes funrailles Moscou pour
samedi.
Dmission du
Cabinet Baldwin
T.ONnRF^ L* 1er rniniro Bal
ftwin a nr*>ent4 an rv s demi
on et cH In rn:n're "t a con
i '. i rnitreraln do t,-\ir vanir
vt 'lidi-ii' I. L'an'ianes M.
Macdonatt nfr 'e tp\ a Inr* nn
hon^a. Lamfl'fl 'nv' ^ foetn'I
kf-> ivarneiBtt et M. Maclonalda
accept.
Le nouveau cabinet
britannique
Voiei la forrmtinn du cabinet telle
qu'elle a t annonce dios l'aprs
m\M :
M Maclonat. 1er mm'tre et se
er^taire ies affaires lrang>rea ;
Clyn^s, girde de sesmuet leader
de la ehamhfe ds ei irnuaes ;
t,or I Parmoor. prsident du con
eil ;
Vii-vnte Ihllcne. lord chancelier
da rRehiqnir ;
U'nlirsou, seclaire de Tint
rieur ;
Tho-nw, ecrlaire da l'conotiie
Wd*'i. ecrtaire de la guerr* ;
Sir Svd.iey Olivier, secrtaire d'E
tat de Ht te ;
Brigaliar n'irisloohei Thompson,
miii*lre le l'*ronaiiliq i ;
Vie de l'amiraiM ;
Svlnev Webbx,prsident du Boarl
ol Trade :
J^hn Wi'llv. san ;
N el Bininn. agriculture ;
William Adamsion,secrtaire pour
l'Rr. .s ;
Travetvan, pr^si lent du eotseil de
l'instruction n'ihliiua ;
Thomas *^haw travail :
Vernon ftirt-,lnrn. no!* :
Colnnet We lgwnod,hancelier dei
dnrh's de Lanru'pr ;
Jowell. commissaire des travaux
publie.
f^en deux c'ivn'ire* se ont ajour
n< an 1 Fvrier.
La rornil* et^eilMfite l'tasoriated
Snc^p'v of Locomotive Fngineers
ni P-rm-n a dcid h la demanda
des direileiir* des chemins de fer
d'urrunger une confrence pour te
rVoii'ni An diT-rent qui adonn
lien la gr'-ve actuelle.
C (pli n^nse le couit de
Hfftfsflf
*> \'tu La oV< des tr"ra
Vi 1 -> i'i'* '> hii"->iin suisan't
T. seeiiM at arriv< > sMettistoe
ai'aoe b*awe ia U^ai%\|le devftil
lre tablie en mobilisant une parti
des rserves en or et des devises
trangres qui peuvent exister entre
les mains des nationaux allemande
et en outre par la coopration des ea
pitdiix trangers. Le comit estime
que cette mesure constituera une
partie du projet d Initif destins a
ssaarer l'quilibre du budget aile
m m I et la stabilisation de la mon
naie allemande. Le orsident du co
mit a insist sur le besoin de Tu
niofl des allis dans l'tablissement
d'un progiamme et le comit est
convaincu que la coopration lraa
gre dans la direction d'une telle
banque est galement dsirable pour
le oeel llinitif en raison de la n
cessit d'une prompte dcision.
Le (jouvernement franais
et li- Yatican
PARIS Le gouvernement franais
annonce que le tarif tlgraphique
pour les messages internationaux sa
ra multipli par le coefficient quatre
au lieu de 3,4 partir de vendredi
prochain.
Les associations diocsaiues, an
terisee rcemment par la loi et se
ci ries par le Vatican, dans un*
lettre adiesse au clerg franais qui
est anive Paris hier soir, seiont
les p emires orgaoitetions lg les
de (xglife en l-'ran e depuis la spa
ration en 1906. C'est la deuxime
tepe vers la paix dfinitive dont la
pr mitre a t la nomination d'un
nonce Paris. Les associations dio
csaines autorises auront les pou
voit s ncessaires pour s'occuper des
aflaire financires et avoir uu statut
lgal qui manquait juaqu'ici.
Le nouvett. rgime est accueilli
avec satisfaction pr un considia
ble lment religieux qui est coa
vaincu que c'st ce qu'on peut oble
nir de mieux.Toutelois il ne rpond
pas aux aspirations de certain l
ni' nt parmi les catholiques et il est
condamn par les aaticlricaux g
trmes, les socialistes radicaux qui
forment une coalition pour les pro
chanes lec ions, ont dfinitivement
dclar dans leur programme que le
c'iicalisme est le principal emami.
Prenant pour texte la loi quiautorisa
les associations diocsaines, ils alla
quent le gouvernement de M.Coina
r et le bloc national du parlement
qui a vot en faveur de cette loi. Ile
les accusent d'lre ractionnairee
et demandent qu'on revienne la
politique de Waldeck Housseau. La
nouvelle loi n'autorise paa le letour
en France des Bndictins ou des
autres communauts similares ni
des organisations et asseuatious du
mme genre.
Le dilleYend franco-anglais
devient aijti
PARIS- Ledillrend franco-anglais
au Hijet del'eiploiiation des chemina
de tei en Rhnanie,semble lre entr
dans une phase aigur. Les anglais pr
tendent que les franais et les belges
exploitent les voies ferres de tor
te que Cologne est pratiquement iso
le et que le ravitaillement de la zo
ne britannique ne peut s'effectuer
dans de bonnes conditions.Les frsn
ais rpondent que si les transports
vers Cologne soni restreints la faute
n est aua anglais qui ne veulent
f>as recevoir de trains de l'adn it ia
ration des hemlos de fer franeait
et belges, lia font remarquer qi 'ils
'Oftt e^w dvi UliM :


-*
mm
r*a %sti*
tlon env-oy r |< logi t q-n si
les angU'.s' refu<" '. l'eeept r et*
train snr le? |j leui l i
il* ne ?ont p,, en droi; i< sa p ii i
dr. de* rsnltih p-.li; ! i
a."...iQD. Dm la* milieux oip(o(Btli
i on'dit' q m lej agla ser"
> it tdr.-4'nlit lu bli>cis'pror0-W1
y m de forcer 1-34 fr*a > et lai bal
d'anin'lonner les traie* de l'ai
m aUtrati m. Ll coAvarsa'iotU hoo
t nuent entre Pari et Lon trej.
l.?s cfa in^e* le v i > aolra li Prou
co et l'Vn^letrrre an lujat 'le la si
tua ion ditis le Palatine! bavarois
o poursuivent milgr la rapnart J*.
M. Clive; oasiif se'nrai hritinn' u
Parisiana
Ce Soir
Ls 7 de Trile
4eini, 3 ne ' (foin i piso jt
Entre .* G. 1.UD
Ditntinoh?
tn Superprotiucon an-
nonce

que 4 Muni h, qui prtend .jn U
mijoril..dn k ii.jpuUlua.du l'adati
nst est BOUspsratisle.
L* (|,iz >lin mr !e point
161 ni re:iril:iLve
LY )VK i ii jl 'plusieurs
dl^nii lu gouvernement il de
11 broua ''K|i il-, on a i. il un essai
d'ui" aul'tu) i i |.i l i aji p olmt
pir la combustion d i charbon de
bois. L'ornai a t j;r alief-iiaent.
I.i m i. !i n a pinviuru 10j kilnti
trs ne br.V liai q le 13 Ii......la i h 'r
bon eau nit I fc.t- U livre e'eot
dire m i d'un lio*i 11 pria qu'au
rai a >iVi I aaesaee ncessaire u ur
ce parcourt.
Le ffonv 'rnem Mil meiicain
f.tit I s ae.ni* I ' u rs
VVvSlIfNir'ON U te autre voi le
d* iiM' m Mit I' ib #ari i iclu nir
l'tifll) '"< n m i iTj il r foTHJ
ti i'n,4>i*erne'ue-it I U i
''' l,i v i',. ci i ,i"ii I l 'i
? tHon iu r'.p ni i lit tu go i>- r
H ii i u Kl i'-
le i) >0 u i;s fcnlIstd.L*'eole p >r|
le lot'l Li in*| 'il du -gu-rre v* lu
p->r Im-'Rh U lia ai M i'ii ie A
1000 fuaili, 8 .rop'an', S-UJi.OjO
gouv irnem Mil iti'-xi (tin paiera un
peu moins de M ) l.d >J doit r*
Le consul a Vera Li / a annonc
au dpartement d lui ut mort du
capitaine Sp rrow du (r> ieur- i l'a
coiiri ^liii.' OrinTiiH el de
deux r-peclatrur* da lU^rautiie sant
fil par Mita d'un accident bord
du lacoma .
Nouvelles diverse
l'A'USd. Puineor a dap n un
projet de loi a la clitinbe diamnt
au gouvernenent la pia\oir diotff
dire l'importation da m r> Ii io i>-v*
u n^ : a >'ii l-iduc". La en i i bra
dea depuli a rat lio une des kit coQ
venliuu sur le clijini^e ad plees a
la eoofroooo iuUrooUooalo u.i lia
vuil tenue ,i Waslnn^ on on I M1'.
Lelte coijveulo'ii ^lipule l'.ibuliliuii
des bureaux de |lac un ni- prifti
lhlili--^ ni'1,1 de tiui, aux ! (il i e
mats gouveinemini.au tlaoa
llun u uu ; tviua il 11 a. e d'aiturao
ce sur le cbOfliafa. Wlo alipuie en
uut ! 4 i le reofiilO il) il d'ouvrii ii
llun ua p iV' p 11 lra enr*iy i un
un t ii i iid ,' i i r i avoir liej [ iti
par iin accor 1 iu'i el.
Le J'ous
It Jaovia]
PA1US lia lu 2.I7
Livre 93,t3S
Le Conseil le l'Univeisii*
C unm suit- a Ii n tle que ivms
avons pub'ia dan h nuire nuinio
de luu I noiu ann inins avjir ap
pria d u ie tOTOS i u* ii ijuea
t m ! i v lu runio 'Lm ;- i
q m a >i ivi n- rulovlo. '*! i I I
Oiiv:*i{4* pir l- l p tel i ie i lu
I I i i> i'i i i, \ r n
et* OsttO ' b>riiii acij ni. nt
q u ,. i 11
" 'Etuivira d-i
Cent co'lactious de U grande lia
tO d'tfa livreaa la Lit) a,rie >liia>ue
|) ii Vi .i i p ur A' a v i> ;
L'ooivr coin l*to qui s. connue
de 'i v.ilu u.-s a etJ tire a JOOU
exesnpl 'iie-*. Q l'on s'ooipraase e
a procir r rot i u"' qui se vu d
4 : dollars s < ction.
Oa en Irott* ra i ri' Ii z I s
libraires ou i-umm r(oaU des primi
Mor! du Giriliiii'li amricain
~ ^s-ms4il dfl c jour annonce
la mort l s Nouvelle Urlani 'lu
GnAntf Law Ghriatmoii renais
quablfl ol i it Je lorlune qui tiit
considr l.lli Ktati Unis comme
le Garihal Ii omricaio.
-X~=S)2&
Oa cambriole,,.
Le quartier de la rue du Peuple
compris entra l' ruai de* froul*-
Fort eT les O^aara reoit depuia
qunlque jours la visite rpte u*i
volt uia.
i-'et ainsi que linr soir ces roi-
landnus ont emport .lui deun
m.isin- difireutM loue Usa batio-
i iei la cuisae.
Lue hu v n i"*e iclive n'impose
ilau 'il qu>-ra pi de foire le uece-s-iire.
Ko i la nieur i v| l.u lora Uoise,
Mojj>ii,.i d iimunat, r < i 4ioa
Cbnslia i Lu co i I > i i ,( oa le ir
gain .ai' ir B I n -a'H- h 3 m |i
t I 1 i r urau 1 1 bOOres pra-
Cite-.
Li< cai'es 1M lotion si :l per-
son i le- e*. > na blfs 1 l'eolr ; la
plus la aienue de soi.e al de n
gueur.
tt' Thtrale"
La deuxime reprsentation du
baau dra ii d) Me uuiriia Vieux
' La Mirclie 0 l'Iodpoadaaaa au-
ra lieu la Hem une proiMitiie. Les
r"|'ii'i' marcDent aetivemenl et
fo il augurer du aueos de la tte.
V:i IJHtiu amri
cn aux fles
muonniqufi*
3 Par le S. S. ' Qorjaj '' est arrivi
le bran 1 M illrj Joint u. lieu, ueie-
gu pir les Lu^e* le Liloivd Mou,
des xlalA-Unis, pour aaaiaitr aux
suleuuiles >la la ceirbralion da IJSJsj
teuaiie de I I 1 uapeudauue uidcouni-
que eu il ni 1 qui auront lieu a la
Lapjlala les ^ , J , n -> 2 1 Janvier.
Mi lleli a OU d ju k nous vlaittf
eu il-') el LalJJ doos ie oji Ue i.iu-
procbei auiani que po-sble 110* la-
|Oa UtaOuUiqUM ne telles duUi'iiid
uneui de- llummea ne sauteur* aux
l-l.n-.-4_ 11 is, dont le Mege SOI aOiuud
H.pi l- ( Nu bigaa ).
Le manu, .< oi.u. ( Matre Uell en
brulaiile tOOIia ia Ji^.uea lui visu*
aux uiiieiein.s alriieis symboliques
O il a elo l'oojel d'un MCvaii u-
lliousuisle.
.>oua pu sentons ft notre aiinent
viMleur i.u 'meilleur* Mubaita de
bienvenue.
ASTHME
PAPIER PRUNEAU
idxi* ado l'urodilt wBai m
alaaBila>Bia>*^uaal0B* fcaa^astaM, OaajmiHa\ 1
4..ias>4ii aii iui*axisWAns> 4 sa s 355
mm_. _i Vatciti%5ii
Mr ii 1 uj iVillu 1 Viiv) 1 :i 1 h
fi II UUri I 1 I u.il i:!, ,l.i: ij,- i
Ci' d, I l'.ir tllai. 1 n. 1
w.Nol coiupliuieuts.
* i. m . , t
Hier 11 heures Ju matin, est
(l.'.ji-c .Vlafii ilrfju:, .uau.c Joj
Sa ' iiicu.s a t'M/1. ,..
Le* lui-' .1 c> au Mil lieu ce
toi Ion- ia in s y 3 ni invit .
L " 1 .' lira i ut mit* >.
mor'ii u liu L tlu eu iiwj m
r-M'i/oir li in.iii j 1 , pjav sj
r 1 lr I g i-e util 3i:iei, u 1 .
[) U PATI 1; M u- L-llu:i loi
vy, u s>dr de Mt aevei&i et aie'
ce* X dti tous loc* *iuir. pervuii.
Les Jeux
Olympiques
* Des ami* m'ont fa;l ri'inarquT
qua'je n'ai pas cit d.ns l'quipe de
tout bill pmeala vendre Ii deroier
le noms de certain j meurs gui
raient trj b"ll s |ie'ur^s eilas,
Paul Lhe'oet. Jean K. Kliet, Klbeit
Poioio, pour nec ter q ie ceUI U,
bien qa 1. y en ait d antres' u 1*1 >n
lornfes^ sont de Ira bn lonta atld-
laa rapabes d) figurer av-. a,va a-
jres dsHB.de team iiaiti^n ; il faudisit
donc si possible Ica-wip lier a Puis
ei A lourds ioIp, ilaioueraieol dira
h .Ire quipe naliui.aje.
L'impoitanl pour nous en ce mo-
m-Mit, est de savoir, aoo [ias si le
(j luvernunent va envoyer des allilc-
t s hatiens aux j^ux olympiauea, ce
c a el" d'|i I iij.i, mais s'il peut
I iro Uri cllorl pour aljuindre I l'-
qui^e nihlliquf, une quipe de
Fou bail.
L L'SS.I prpare en con- |iience
ses 'qui,jiars el j espre qu'une sous
criptiou (ublique Ouverte Uns toute*
le* v l de la rpublique ainsi
Qja'ula videur ver-e par les diverses
communes seraient un grand appoint
apport la val ur qu* fournira le
lij veine nenl.
t' ur doaetl u e Ma de la p'rli-
cipalioi lr ngre m u x j ,x o'x -npi-
q 1 '. ju p b ieral bi* ii.it m *-xl - i t
la 1.ci mue 1 K* JhUX id.Yvl-
l'.jUI- s L l'vItlV ,| |,, 7 ,|i.
ebel, *. crUire ti oral du Cjiu.l
U 1 upi \ Krantj ii ,
L.-si ni 1 -1 ni j e ni 1 mervi i l^ux
c- | i va -e piaaer dan* qo,nj*a
ni 1 s au m. lt>. da ivolemb 1 u u 11 de
1 tu m m le rnl ar dfi
1 ni levi .t in l'iiiiiue l'.siJe i-
1 >s.
'e Jomaq Ip I mr noire m ns^r
d! nO 11 1 1 I |fl ut .'| ,,euls
1 u 1 j 1 s la 11 : 1 n s*i Fo -I bili de le ir m- i 1. r,)ri.,s .
i'c<(,11 n.n it/tt* si *d 1 -11 \ vf m > N M' lUi l'.X I' Uxi.L; -.. it,.s dlit
Mnn-ieur C m 1 B. Co ou y met
Ira j'en luh >q Iouta'>oi n"-rg
Nm quipiers ..e ppnnilnn de
1 ur donn r qijiq e- >onsePa i>our
0 qu'il s'agit da Font bal!. I s do v m
se iiieilr ceci e 1 tl: Pour iU "ne
fquiqe ubiie ne il. s raullata, i' ftut
que son inoial soit lev. [| f,ul en
coree'. sut tout qu'elle soit bomugn .
L bomi^'aeil a'acqaieit pir I mi
tcbes que l'un d spule, par des p-
tiles ossefrooe s emivalea dans les
que les, le rle de chu: in est tudi
et en i 1 pir l'entrai 1 m -ut.
Il importe que les j w uns aoient
tr-en sou'lle el qua leur suupbssa
ne laisse lieu a de-irer.
A cil) d> le il al i n mt, il faut
la lactique. La Indique, dons 1 n
md. 1 la r') Oii] piua u 1 roda trs
iinxi'laul. Lue quipe ne doit pHS
p> .ir.r su, la terrain avant 1 avo.r
rei d-s in-lruclions prcisas. Les
i.siru iiois so il t'nses sur lai on
naissance de l'adversaire. Ilronvicol
bien d uni yeef ligne par ligue I s
u-finis el les quiiiils- Je I qu p
que Ion va renc mirer. De celle la
cou, on pei.l ud >,der un plan d'alla
u >e qui le pli kouveul conduit au
hUCie.i
Le l'ont bill laisse donc une gan
da part a !'.nt;l igeue. Pour qu une
quipe *oit vilau ei 0 il hul que
e* joilsur rimitiool un eus mbl--
ho nogoiie d q lalita pbysiqooa, mo
raies t intill. cli elbs.
l e-l ce q i dmontre l'effet
bie>f u-ant du t ni bal qui si lpre
Il i. r de >lOllS, e pus p-qnihu-e. "
Av. c des ei.ii.dntn tnls i.^nii.rs
-1 m -11.....i| .s. es mipes hatien
e de p..ti bail el d A ih li-ine 0'.
u ran ni m e p u e Lui', ia le a a
a lieux U xanpi de.
1 v 11, n r*u 1 r le- po 'men,
|0 1 Uaih, lli, h | bip hu 1 nu.
Km I. IR \\ 1
On se rappelle qua le Dpartemsa
de< il noeo* el luiuce du Cou oiller
fioincier a'taient pas d'accoid sur
le libell dea obligations d-i la 3 rie
li, m qui r-n re'ardait l'eu ssn n.
Lellequ slion vient d he enli 1 so
Uttaooe*. .Sel .n l'opinion du D-
par emeni des liuances un accnl a
eta pos-Mbie en supprimiul tibia
la par graphe (> du texie du C oosil-
ler liuanci r et le mme para^'aphe
du texte du Dpirtemot et en sub-
limant I un et l'autre la di^posi
tion lui vanta qui n'-st.' pe 1 dech >se
prs, que U reproduction da l'art 0
del lui du il Septembre 1322 auto
risanl Iemprunt de . millions.
< Le Guuverncme.t e rserve le
droit de racheter l-s.litis obligations
partis de la quinzime anne de la
date le tour c.ms-i 1 i, moyenne it
un privia de o'xante jours au moins
pub i m jouroal officiel. > Le libi l
a 41 d.iii.ii.v. ment admis et 'a llin
que .N itiona e va pru- 1er l' nU-
aiou des obligations de 1a Srie U.
Mariage
Hier malin a t clbr ae l'E j
g'ise du Sacre lujji ue Tuige.u, is
mariaga de Mlle Alice Chm.ry avec
.Vr le De H-igou Leduud.
Au m iri-ig civil, les tmoins de
la m trie taieol Mr Joseph Clian" y,
le Docteur i. E. Jean!y, A. Andr,
1 Docteur Louis Baron ; 0041 du ma
ri, le Docteur Paul Salomon. Jo
aph Djeeo, Thomas 11 Le< haud *\
le Docteur abounn Hilly.
Les no 1 veaux poux ont t C3n-
duilsau'piel de i'a tel par .Mas
Lie Lbancy et le Docteur Justin U)
ininique
Aprs la crmonie religieuse, les
invits ont t reu* dans les sales
de Mme Veuve David Lliaiicy, mai
d* la mirie, o une r.ceplion leur
a t faite.
Nos meilleurs sontnP* accornpa*
gnent l'intressant couple.
A vendre
Code civil par Louis Borno.at 3 v
lmes Lois et actes par GaatUisr.
s'a .....:r a Mr Ciaair, iji^ii u*
rie du Matin .
L'Epicerie Nationale
J. H* BORDY
En l'ic* de Gaw& di bordeaux,
Yi.Mit le reev >ir pir le damier stdi mr ijorcjasi Ijs
ai-ui-js siju'i.it.s le lijieii'jiu iw'jr et le premier ebois.
li.usiii veri, |)om ns, poire*, Fromaye plie cjras-ie,
F* ni j siiivHj, f.mp i.jth-t, iiiJiiuu,' lorta*
iJdllo,iiiiui dCi, ftulldi U'ntile.oiele par pul#elc,tjtCt
Ha IARQ
usa
PINA-LAROCHE-
TONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFU6E
RaeommancU par ton* la* Mdacin*
L* puina-laooHi trsa ((raabla sa (oot. eoniisnt tont la*
principal des truis B.iill*aras aonai Ja quinquina. U ~i in*n
suparleurs tous Isa sutraa tiqi da quinqum l t racommnnd*
pur laa cliluroai madicalas du mouds ai.tiar comms la Teaiqi*
( l fttooutuwut pmr nNUtM daui laa cas da 1
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE d*PPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
I* vTi >, ravTta .i. aant* nina.iui
UUgtr VtMITASlS QUlNA-LAROOHI
COMAS 0~, PRia.
(iraiiil Ulel de France
Da 7 9 h. du matin : caf au lait-
Pt** petits dejeuners froids*
Chocolat au lait.
Mite, }&&'&, ptAtotu pux r^'.-lU.
v!l^!s De 5 G lires du soir
1H FcrnC SEDDlliS Ccn:omm** PtaQa' micaronl, noullli
ku u.mm -.ude uvec et an$ fronaje.
Ua delorvleaus raagoI 1 jjJ.s le jj1Ij>,iu lida d: 4,ji
Viu blanc I o (JUa le ijaliou eu lieu de 6 uourUca
L~ mttlleur accueil tra rerve d
tou nu* i.Uetil* .
Kutrj.; : 5Q cn'i n_.
tU aii t Lit* "
Nous vous isv'u la caria ie flan.
-i s u .vie... n i.i m i avec
Mi ira II. ie
N*s n i i trea ...ei allons ^u*
aVtlOaUl iiOen.-


an
m
McUMlMTM UNE
KEW ORLEANS ET
L s|sFlOST laissera
New Orlans !e 31 Jan-
vier courant direete-
meil pour Porl-au Frin
ce.
Ce 24 Janvier 1924
~A.de JATO1S& Co
Agents gnraux
fanamas Pauamas
Ce sonl les plus commodes el les plus hyijii'niqiie*
pour les climats impicaux, sans oublier leur le\jince.
Moire prix et V nomi(i* e
Achtent P9 H*hAniien f"'*,.
lm| in (i il h) n i'' t Do Iv i l' 0 Or
' i ' 10-
. n q .. 2
;0urii ^o r la.a 4 i 1.S0 Or
Etfs-vnus une personnes Jj j >l, taisant du chic un
idal ? frociirei vous depuis clupeaut spciaux dont la
finesse vous attirera l'alniratui Jj .tn le amants
du beau.
Nous avons aussi tout un assortiment de rubans pour
chapeaux, dernire mode, i un prix dfiant toute com
plence. ,~
Ven* constate*.
JENARO HURTDO
173< h te Courbe
KEST4UKANT
Aux Caves de Bordeaux
j)e IIIVEIIA
Nous avons [honneur d'aviser
noire aimable clieiilclc quelle
trouvera tous lis main-,
partir de six heures :
Fetit djeuner, chocolat, sandwiches, pat'*, brioches,
tartes I. Ju cruio, choux lu crme, etc.
! es soirs :
Potages* assortis, crme
et torbets-
No cMenU 8 dre qw nou v m* tabli i pue
ae* djpua rA on t- >t:
Mat do j t r lo ri ; 2-5 U
We dIOte 4.01
jV^u fi-#v* de iio'*r auT e9$ut* qui
rn"f on* hi'wp fnt*e 'a A*-m'na]e9
fteroti* tomme* Itf l*p n
n ft ? 'I j t r "' '
< / ait ]* t+m te P r *
t p>i** l* mw ve #. .|
. n ru/ m *l hic.
;
I t* Purgatif IdLl ^
Pilule du DrDehaut
147, Un du Fuburt ititt-OHi .*sru
'salit t prndf,
M nomuni nctt BtspereUI.
eOs m sr.xae.ee laeuis es ssaett
opprimant U dlSw,
lit s Uilits pas It aaiaic.
N'xls*ant pat tf< r.pee 11 enanar*.
alla aa uase aacaaa sert* 4a taaea.
Plat sil.e que t-o im itmliitrM,
ad* aal, par coasesaeet, aoios chirs.
Fromage t'e de Moi t
En Gros et en Dtail
Chez 3. N. Sada & Co
DOSE i awaaATivt, i a nu.
LAXAtll, I r"*'

et les plus jolies valais
de 1 24
( aU*F,| aPCO, RX< fox-tio ">
vendre, an No rt M i 1 r.ie .a1
Mi'Hc'eson Fr. gSef ..... Mor-
Changement
dadreMe
Im Mit HH
Pu* du ( val 18(5 et 1607
l^n face de la 1 nuano
fi'iireau d3 l'esage)
^^HB
D J.R.THBiUD
G'l'frg'niOii U.
Det ta ytti d MoDtr al de
Kcw Yo k e. d Boston
Angl" dp? Rue n#*l< u'he et^du
Magasin de l'Ktat.
|rjoni>Hllnn 'e 7 heurta da
ma. m a fi In mt% du anir.
Lo|i
N ettff'rn'i futile | lo^ifoire
de la filli'- 11. Blai,iliH tt'8
Im rr/.rrii rt du BmIH 8 I ""n
Irrft iui dans e di^li'i de q< Hian e
joui, p.r 'ux ou |Bi leu 0
de Iviroii?. h paplii de iftla Ml'.
(.ux linf, ronfuim#mci>l ''*f ,
i.M, du I d> de Cciliiir ire. de li I
d. Un i a que hln il pour q"'11^
PODBPfl i^ moI r#o< i- r el e lai
r.ine Ir.- 1.1 r- liti ortaoea u
de les .!p atr u (ir. Ile u Tri un. I
de 1re luttai re de vrifloalioa dw i r*a e- nur.< ku
m lu :h .n.bre U >'> -ei du i il
Tribunal dant I*. qu'Bia j ur* q i
miio.l e del-i pt#ril*, pui.W
)es pr IfttpJ on de 'rin le *W? ^U
( t it r. daai le de lui de buitaioa a| rea
que aa rtaairrf aura < l *ri ''
te u d'nftiru.< r n re Ici maliii "U
.lutte CponroiaMi e qiia la dite cian-
ce aal aii c.ie et xr t .h e.
uetL G. - ! '-- Jaati r 1921.
E'iiileG V.Ni-.HO.N
Sy; d ; |> r .i oie
de U Uillne il). BUite.
L*a rli'bileura ua Th. B'ttM ont
, li- d fi Id i leui uD|l< '. na u
d-iat d'un Boi : I ' doa .ed.lai
hftparti ei i 4 t-alul, s toajiplca
d 1 (". u h*( Ci I.
Tilit i. vrt. e i!i J'^r 024.
I ,i QAGSKKO.N
f^v i : i 10 I e
ai Ile,
KuHoo Sh Polish
Company Bif,
Si tous couler j.rotr'ijfr la pan ''e
vus ehauMurei.
Si vous voulez avoir un brillant h \
saut et durable.
si vous voulez la couleur tt la aru
pleese de ces chaussures papelard lwJ
templ employez la marque |onom*am.
Fabriquer spcialement peur les dames et Im jemle-
men du itifjht I i t'a..
|llV*protf>gfl la peau des chaussures contre llunlidM
et la chaleur.
r mandez la marque MoDograifl c'est la meilleur da lcutis
les marques.
Geo. JKAMSEME ffHii pon* H>l i
leur E. Drix
Remercie son amabi
eltentede la marque do
s}inpathie qu'elle lai a
accord jusqu' ce jour
et l'avise qu'elle li ti-
rera en sou Magasin,
i ates,t5rioihes,yleau\
et tout ce dont elle au a
besoin.
De La Tranquillit*
D'Esprit Du Touriste
P
OUR retirer devoapnaaile maaimaa
de ilorutret, ajraa l'oeil sur laa
petite eaoula et amrcbez-laa Jtf
olr,
Ausildo
Ccrso P gcliiera,251Tuiin
( ltali ) m_____
On cherche des f|ciils pour
ai ii.
fit t ii<+
A- r i t c< MO
Tri i 'i << ' i ra '' dre
ter I 5i>fi n ri i'y,
tue ues Fiuutt-foiib
La Aeeeaaolrea Ptreatoca font partie &t
ervicr eitraqu'offra eeicllanta lamalaos
Fireiiooe. Bien dea pnaua ont fuornl ua
anpplent da kilomtre loogtetnpa aprs
avoir dipaii la "limite d'ge"c'est tout
aimplement parce vie leurs agea pr-p .a-
ttirei avaient toujours p:fit ua aenfit
des commodes et excellents
Accessoire* de Pneus
Ttrestone
La Maaimum de Kilomtre) par Franc
L. Preetzman Aggerholm
Port^u-Princa)


,4JM|U4.i

URODONALl
Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravello
Artrio
Sclrose-
Obsit
Qui ve-ist NMW (tUM M i*r
les rhumatisme, le durcis*
ds artret fm1 ''''.'.i tic
rln, l*x .'.' -' I lll
Martine*1 : et'1
o pcl?;< U'' i. t - i,,*!'.' ni,
< lit./ ! CM. 4 ...
VU .?..
lave le sang
- Lll '. dans it
m|teni*ni nlst
ori io. ii.: ujn et
le d .niprij.Tieni l.t A ti priode le Wescl6rafie% l'acide
urlu'-w *ler.t I st-ji fumeur 0'r>^gr
choie, lutter erierdqi.emrni i l:t-
qucmme.it ontr* >* rtention d'aoW*
uriq-'t n.in l'drirar.isins en employant
IUrodo:,-,l
Professeur Ftivm.
trot it cl n lat t i Unirent* * roltur
eu M ctittiaU. . r Vlal*ao*. Ptf*
h|>i in/vl K*l;i 'ifl awt. lonl-
Ul A L E nV/U Mdiiif Aritrio BCtroU,
v-v:i i ,ti, .-.rkladies a Il frn.ion.
Artliruisr..*. \.'ii iuttie.
Ll r V/" f, I BeiMne sUnsn: nr.ums-
INYvUL u.Jm, oouti*. Lumbyo, nv
vrslfl..
SK -. Btrzjaii^^.a*ui


fa
i
II
II
it

Vra** T I ri loi g rwatairu pour H ili
srmr-.s^-"-
la Guioaude
Paul Sals
-a
a
es
fa
>v recommande par de* fon*om*nf
ti nsde choix, de boiOU reoufi^rti n
tfi, /P8 m?/* hhb*tariev.
Armand-'s le (lbre 4K.10u vu lait
oui rfContUu> le forces et auymvile
iVwi- r S^rutet? rapide I irrprochable.
AVOOIT
<
IttOTromti Cni&ftitr,
.* ffair s l'fitrnjer.
rWreep mdi ts i VVishtofl
ton, VW York, Berlin,
Turin, '.onjr Paris
17* HiuFhua: 917 > - <-rr;n*/
Prenez le
Savez voua que 1* fort* marJoritedM maladies dJ^a tanin*
r.'snuent pas dans le domaine de la chlru''e. Ce*, vaut
dire qu'elle* oe ont peu uses par des turueun, gro*.
teure ou dplacement, des organes.
Savet vo'.s oue le* malaises ordinaires et 1* plupart du
tempe fort simples ont des symptmes trs similaires
ceux de cas ^emsadant un opration.
Savez vous galement que beaucoup de femmes et da
jeune filles souffrent Inutilement de ces malaises.' De
plus rJles risQuent leur sant en laissaat ces indisposition*
continuer et s'aggraver.
SI le mal est pris temps, c'est a dire jute aprs le*
premiers tyrrrptomes bien des maladies srieuses peuvent
tre vites. Dans oes cas de loueurs priodiques, retards,
ritabilit, tat nerveux, la Composition V/tale de LydU
E. PinkhtTr. lerrstt etr pris sans ddlai. Ce mdicament
est prpar avec sous et aans oes conditions hvr,ieniqoes
idales et en entirement tir d'herbes mdicinales. Il cm
rentre aucun nsrcooaue ou drogge dans sa compositiou t
peut oue uns en toute sret.
-MfQu a pas nwiu ee madleamant
Composition Afegetae
de lydia E. RnkKanx
^^^m
\i m**
r
Pharmacie W. BIJGH
Prp rtg v * il eu^e a e *e Emnoa
e pair tjtfiUAurn ; n***ptte\ Cr,ne
*/ s tica \ Ghnrrm*, Cifao, Gin.
Le plus beau pueu que G09I) YEU1 ail fait
.'iise que vous pouvez achetei un pneu Good Tesr Cord pi i -(tu-lionne,
I esucoup plus suprieur que celui que vous connnissit z.
Peorei que vous nauru pas plus payer pour ce pneu que vous l'au-
riez lait peur un pnu ordinaire quelconque,
C nouveau pneu a t* oblc u par i.ne smlioralion remarquable des
elits carreaux que prsentent le* pneus '. ou I fear Tord II Weatber-
rtal. Ces petits carreaux |ont maintenant fabriqus avec du Caoutclioue
pur qui auijinente la Iraetien, prolong laduie du pneu et diminue de beau
cup les pannes.
Good Year Cord Ail- Wr allier Tread
Tue Wesl Indies Tiadiutj C*
Port au Prince' innaivu* 4. Cmp-Haiin
*&-
Barbancourl
Rue des Csars

4*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM