<%BANNER%>







PAGE 1

UJ. ittADA ~ ^li*.kVgrptrmo %  "' l'rrpt ferbi, 1er • frilf,i!re lui I assurant qu'il sPrait -Vto*j]oiir*'heureux iVconp'' er avec lui dtyu la li ll" txrulion 'lu Irailtf lo Le^anne i" ur le il.ibu'-smnent des : tp'nlions a micaleseulie Id ux p r ys * Je raffermissement le la p i>. fais sa r-'ionfp, Drrel Pcha a ex "•j prim le mme* sentirants. DrJrrss* rn mer .,,. ijALVESjON Tl XAS— Lerrnbenr %  'des t lat Unis I ni < ma n i < linn S'ir 1 ifiif-t rlr RNiquiHa seize mille* rie Vei t Cfui it envoi d if -i gnaux de dtresse. Htooveiies diverses LAKEllL'Rmple le Shenandoah r a bris ses amants Si M pn.ii a la diive. <\ptes une lutte, la a pu regngner ajon hangar ce malin 3 heure 30. PARIS— Poiucaia a ;d os tur le bureau de la chambre un projet deloi ratifiant l'accord sigo Paru le 25 Mai 1923 relatif au rembourse ment des Iriis >le l'arme amricai oe d occupation. les cour 17 Janvier PARIS — Dollar 21.2*7 Livie 90,575 .NEW YoRK-Dollar 11.89 Livre 4*21*6 Le Conseil Coninjual au Palais National Hier 9 heures du malin, Mr Luders Moite el oi Conseil ont el a: Palais National. Introduits par le Chef du l'r tocole,ils fureiil rgis dans ta grande salie de rc plion par ton Kxollence le Prsident Borno. Kceplion des plus cordiales. Mr Luders Mose renouvela au Prsident 1c dvo'u in ni du Oomeil a HOU Gouvernement et promit de marq ier eoo paeeaga la tte de l'Kdi'ii, piur cela, il mi fuii le e incoura 1 1 Pouvoir. Lo Chef de I bat lai rpond i que le M IC p in du gouv.-r Ueuieiilnol.il l'en pisd.'l'unl, pour M Qui t'agi des sevrai utiles ayant Irait l'embellissement da la vide. Apre* 11 ii %  • %  i it on d i* membres du Ouatai I le ebaraptgoe fut tarvi, puis l Magistrat ei sel colin gus prirent cong du Preideat boruo emportant la plus heureuse das impressions le JPVX Olympique* Le Nouvelliste, dans on n'i •4M du 1 5 en cours a pos la ques'uio savoir si oui ou non. une eqii^e h li tienne seia envoy aux jeux piq es. La (,rr^lion eft des plus Iclressantes. En. (Tel les eport* avant t introduits en llaili depuis 1901 cons lilu -i l'O-uvrI i pi ie ''nie cre chez non-, ayint plus de vingt IU d existence, mal .'-•'• toutes les vi-isici tud's de la vie h iiionne. C'est doue u i devoir sacr pour le Gouvi r u oient d'envoyer nue qui (M .'e rStl a li huitime 0 > upi id D'ailleurs le PrAsiWnt Borno qui sncai n pirlicuiwre l'volution las sports an II nti a encore rpt Diraan he dernier l'issue du m uch de Pool 15 U que le G ou vrnemm! est d'avis di faire participe l'UiSH au< jeux Olympiques. Pour m i pari, una q tiqua de Km! li VI l Mail h-^HtHieli^ji'e--htri* a la notr %  i \ pe athlliqu i, et je arais heureux, -i l'on pouvait en expdier aussi une. En elT I un ot i • oo npo< cornue suit srail certainement bie i class : But : II. Tippsnhauer —Arrires Docl-u" Vhriiil Biumil (Cap) Ludovia Aug'istia — Demis : Lon Chipps, L'icien Rgnier. Silvifl Gter — \vint: Praack Csrdoxo, Eer dinand J'an-Jacques, Uphooea Hache, Priu Dupuy, Ren Bthart Il appartient muntmont au Conseil du l'USSrl dcrira iu il ouvrrne m ••ni pwr lui demander le prendre le diap ut i lus neeaaal es p.iur le dipft le noi 'q'iipe de P>ol-B..l et d'Alhlti-mo. Em.B. ARMAND Les Sports U S. H.— L'Union Sportive liai ti.Mine, dann sance ple.ure qui s'e-t le a ia, li >T -on chsi vir Oo ia1 1 ili i Hanriq i a teua vel ion Co ml da bu.ctio i. ( Ont t ''lis : Joe Woolley, prsidant ; s maileurs vaux de succs. Cercle Porl-au-Princien Le Comit rappella If M. lei membres que la 9ttXM convocation le rassemble gnral*, aux lins del tu' du Comit et du Cooteil de Uni iptine aura lieu le dimanche 3U Janvier courant, dix li 'un's du nntui. Le Prti I sut, AOEL NLftGliR > Varits • • • Deux mutches internationaux Il e;*t brait que d*0 le courant d !s mois dus i \>m des vaisseaux d'gi'i-re iraogars fanglaia et iiali u ayaol i leurhoi i des quipe dfo it-.nil match re i av c les qui p-s dIL. S S. Il Voilt de jobs part es en perspe tne. • • Lesaihls <1 sinus de prendre pari aux JOUS Olympiques doivent re prendre lesentraioen tsuspendus pendant les l s de tin d'anne. : Dl manche larion Delorinl avoo Helly Cormon et Tallier Entre 1 50 Visite Scolaire Ce malin, le ConaeU Suprieur de l'ioslruction l'oblique a visit l'Ecole de pareous J. b. Damier, diri ge par Mr .1 I li inoy. Mous ne man pierons pas do reraeigaer nos lecl i-ul:a's de cette visite qui, persil il, u ma qu rail pis d im orta ce. ~*-~CiO&<£r' A Vendre .Du huss Felcli roues ca oulchoud'o, pour les condjMie i'uilcvaer au KetifUii incidiml ryl .Monsieur le Directeur, A propos de l'ioci leol de 11 semaine dernire q ii a t soulev le Chapelle ie si Aatpiaa ei dont .Mme S. G. avait tl prise a partie, je vous iuf -rm i qu'aprs des MpUee lions fournies et qui militent en U ur da la dame s. C l'iocid.ml ai l considr foroioa. Avis eu a l U mue aux lidles de S Vitoiue -t l'issue de la messe de msidi de c Ile semaine. Publiez, je vous pria et croyez mi Voir dVOtf. m ABONNE Vaut Sals AVOCAT fixwrojats Gunarciifli, i IttfiJ I '. tru^.r. ,orr—panaati Wishing toD, \o\v-York, 3ai l n, Turin l.ondra Parla. I H H e Houx SI 7,l J ot-MhfnmMe Placide Divid remplace MpFdmowd Montn* COMME AVOCAT CONSEIL PRES LA C. D. R. Me Edmond Montas, pour les mirons aui sont exposes dm* In lellre q oe nous pnb'ion* ci d"snus a donn ; .l'rni-sion cornrr.c Avocit-Conaeil prs la*C. O.H Il H l remplie> par M; Placide David, Chef du Ca&inet nirlieutiar du Prsident de la Rpubli 11?. Noos n* savons pis e icore qui retnnJaro Mr David \ ls dir.ci n du Cilnet particulier. Voici U lettre de dmission le Mr .Moulas: Port ai-Prinre, 13 Janvier 102t. Son Excellence le IV aident de la Rpublique Prsident L'anne dernire. Votre Rats de ur continu--r utilement ma collaboration. G'est pourquoi, j" viens vous de. mander de vouloir bien envisager mon i emplacement comrn • A\o?ut Go ueil prs la G D. II. En rem n rcianl Vole Ex~ellen e de la haute coufimee qu'e le m a tmrgBe, je la prie de recevoir l'issu auce de mon rspaclueux dvouement. Sign : Edmond MONTAS Avis ontriniiial Je, soussiga*, donna pir cet prAsentea av s ui PUJIIC en ga %  rul '-t au cou a >ca en pirticu ur qu' p-iriir •{• celle publication j n.i suis p.ur leponaible de4 a;td* auelcou 11 il J • Milinj Jes-i 11 O^sir mon pouM pir ciuse d'in&npiuboit de caracro, de mi ira et d'injures tydvn et pu* bliqtteL >iattendant qu'u-ie a:tiou en divorce lui soit incessamment intente conformimuit U Loi. Port-au Prince, le 11 Janv. 1924. ALGARD PIERRE JACOB. mmmmmmmmmmmmmS g M r A vie Le rcpiss de la Commission Fquitro, .No M17'J, laveur le Aladi inoisillc Li iliu Lu-. Iiei e; lea rceptif es ue ia Couimiisiou 6' uiiuuur, .N J 2J, i7.l, lav ( u. de MoiiSkiii F li. L loche, No 0\\ faviur de Monsieur U. Klain ; et le livret Ue pfiiMun civile Je Mon* lieur Lmin.nuel Zepbyrin eont •dire!. Je Us debue i.uls, duplicata devant tre du w i, Port-au-Prince, le iSJanv. 192* Louis Aug. GL'li L.\UME, av. Panama Railioad ^leamtihip lin Pui.su de l'Agei I g< rrsl Pi il nu Pru.cc, Je Iti Janvier 1924 BLLi ETIN No. 356 Le F/S General 1 W. C. Gorga m otlendu Poil au-Priavcti venant de .M \v Yoi k direct lundi 21 Janv. ii r 1 -'A awc : 1" : < Sus de Li lires IU 1'. .-•;!;, is et repartira daiia l'apria-ncidi du Mii i jou i W CliitoLal, t an. 1 Zui e dueil. O B. Il OMI M N. tp lit (..! llhl. Ckfs Agricoles Noire Caf ( S>i< te et fin ) Le fun'ci q i'il rcolta el qu'il m'ange'M avec la pan du caf.er, ( cerise et oarch 1 esl mi* nu pi^d de l'arbre de fsin que chaque cifer reoit au m uns uu b'O paniaf de fumier par an. •\u fur et & mesure que te cafier grandit l'on se dbtrasse des bananiers qui devi.nnent inutile* et mm' gneraient le d^velopuement de la p m'ali 11 jV_D fi_n_de |a ^lM aTT'Y-e Sel arnlera auront aomolte ment disparue. A It flnda la 3n ann^a fum^e l'engrais chimique LOt arammea par arbre d*un mdaoga daitO olo aulftle la n iii| i-. SO OJO p'i *ph lie da chius, 33 o(o aujMrpboa* pinte I? p itisse G u tu'fumure ne sr4 pis renouvele pen laal plusieurs nne^. Au aot I a I an l'on a une cafire en plate rapport. A Gourbeyre et Si Claude, ( tle Guadeloupe le ran lement moysn d'un h'Cture d • eiT* est de 2.0.).) kilo^runnes (4,033 livrer] ('^af sec, prt a. Atr* ensic'i 1 ). Il ne fau Irait pisch-rcher le renlameol a l'hect ire, e iree aorail dco irai, ant. La paysan h ulien t.ia'gr sa grande mi re ne c Misent pas & agrandir 98 plantation. Qiuid U pi uite a atteint 1 m.90 A i n. 08 qui lui arrive vers la lin delatma aanedaoj use planta lion biiii an'rstenie, avoir s>in de lui eouper la lta -t de l'entourer d'une binde de toile gou Iroun ; e. I.i svo alors en mo liant le long de I arb • • s p irle vers les brandi -s et la cil • e • s'-ilei I en f >nne le IMrtn', IM brancies n'ayant qu'un mire c aqnanie i parmurir pour se joindra enl e elle-, et le tout t' r.ne c on n • u i eu orme veulail au dessus du sol. Glte fi n do pr ic 1er a de no:n bre ix nvi iseg-is, lo La c i,-ill Ri *e fiit ficile n-nt s vu avir ablasr le jeun • ar bu de. d^* enfiQti t las fe.ii n> pouva-.it rico'ler K U main. 2 5 Les arbustes en a'unissant en aemMa intsrejDta le sohil, ls h?r bes sont urrg'es dans I ur croissance et ni la le pas 'liipi*aitr<. 3 z I." peu le pluie q li l m 1 • est gird %  ls lo 'glempj, 1 vipora'.ion tant trs e.ile. Seple nore, les pre nire-, fves m i-s ni, 1 1 r-olle vi con oencer pour p-en Ire fi i en fvrier. L'atelier c > noos hihituillem'ot d'enfmlsel de lo uim -t portant in sac en toile retenu au I iur du cou en passant pir les paules. Ge ac peut contenir une viagtaiiM. de kilogram mes le cil en ce ir>e u i a ie ou un mulet q u devra le transporter 4 la ; a ef, Li m i.o i Di!i>nuin an I W >rk de New Y'k lite un catalogue illustr on se nuveot les machines ncessaires a une exploitaliou mtbo dique. En arrivant le cof rai mis dins u te muiiin* lourn ni trs vite el munie de trous eu forme de grage.la cerise p ir tu:l i do celte rotatiou se diarhefscihrrpr.1 de la pulpe. I\ ur le sei bsge : rvr ebsqne p* pri il v a i i c -e SBpajee Cfi'f I raf*. la'i'e ur |i!otis <*e il pAr-e de hauleur. le d. \anl est ouvert et laisse |asrr dr giend9 trjgcf| gt I roulent uir'dp* IHIK t,' purs re(raie-, IH mfA est mis s<'cl er. Cette fnun d'opnra UB ginnd avnnlKgPv En cas de pluie cO IIP irslnnlle C8i si roul et nu* A l'sbri liar.s la ea=e se lrou\e !a machine k drorl'qucr le cal. A la sortie de relie machine le caf passe sur un Inmis tren.Lleur, les |^rain ene#| tombent lea pie mia.s, el se mettent snsemble, plus, loin il e forme un las de caf petits et de qualit inirieure ( los trous du, tamis tant un peu plus grands tirM opration, l ou le laris laisse pa*s*r tout IA caf pntier se trouve prs d'une bilance o le eaf sain est mis on sac p >U'' Aire vendu. Cette minire) de procder vnn donne un raf suprieur qui oblien drail s-cmant le prix du caf grugDans le Nouvelliste" du 30 CMo bra 1923, il est cril que Fr^emain, ingnieur agronome. Si iperinlend inl 1-^ l'agricultura en llii i porieia sss ellirlpour le dveloppement d i cof. Sans viul ur ni? permettre d* lui donner des conseils tcohniqne-, ce q ii serait de l'audace de rna pxrl, je puis en navant en vu que le btmtre gmral lui dire ce que j'ai vu & l'tranger, et les rsuit ils qui ont t obtenus. le crois que si te gouvernerai! t hailien pianlait A titre d'essai et p>ur donner l'exemple, de 60 8l) cnreaux de terre sur une proprit d 100 120 carreaux en se servait de mthodes moderne?, il rendrait un seivi e au pays. Le greur eh'rga de 1 exploitation aurait av s lui une dizaine de jeunes hatiens, instruits et intelligents qui d-irent s'adonner l'agriculture. Au bont de t ou 4 ans d'tudes pra Uqu*a.ees jeune gans seraient ap es diriger soil p ur leur compte, s -it poir des tiers le nouvelle* plaolatio is m > ternes. MJ n? en e-innlint la d,>eue que n-.sisil'ra l'entredeu la •eojeamea gen-,1 ferma •icole donnera encora de liiiii li'u.ics. Il na f t it p is se le dissimu'er, si, re lemant lliiti doit are dvelopp, il est temps de s'occuper du l'agrieul ture et de letirar entre les muas le gens ignorants et incipables, n'ayant a i M i-) n i iou ie l'a^riealture, l'ava cir du piys. Que. dans un but philanthropiq m ou pilitii ie l'on parle de "masse paysin-e-', ces! trs bien, nuis au p uni de vue dvsloppemjnt, il fa il eirab.ltre. C lie tuasse paysanne telle qu'elle existe n'a u 'uue valeur et ne peal servir que co.n no ji irn i lier* sur les propn-ti. Toute autre conception serait folie et ai raterait in ls i i oient l'avenir du pa\s. llaili d ut Aire cultiv par de vritibUe cultivateurs. Ce itstohra 1923 Victor UALDIN Carnet Mondain Le Hiut Commissure, chwgaa* de rsidence. Madame R isseil o^ pourra pas recevoir le lundi, Si Jai vier courant. Elle reprendra ses jours de rcepliou i;omme d'habitude lo premier et troisime luu di du mois a ia Qouvolle r ideoee. Cramle Xnison louer Ayant tout le cnnlortable.situe Bellevue, Bue S. b'ddru&vr hu K 14.2, rue de l'L^ti. (lo %  A la fois Un .,/ Anmie ~-7u.li: %  • :.-.:,. OwlmatM Ui Xai CUtaioi-fioxciaX Pormation de3 Tonnas 2T:llo; Maladies la Pcitiir.: Cn pi •fiable, remplace fmnlc&usment I l'HUiitseroiEyiViaiur r co m.t -•• r-sma — S



PAGE 1

Lfi"MAllft Hrn Line i> |s c R*ybuk venant de Hanr.frourjr, [vil Puerto P'ata est ail ii du a. I Vr lu-l'iinee Vendre* di lt 101 ri.i'i. Il rppnrtira prcbfl* bli ment dans la sohepoi.r Kiag* ton, Jacn e', Cm. ao tt t uiu| P, II< i r -i.i lut et \i s racers Pu r plus i n pies reneriji i œcnis i\'rf> dp a'adieeter A OLOFFSON, LUCAS A Co Agents Gnraux. Pcrt-ar.-Priire, le 17 Janv. Ife24 La Petite Viio 37 Rue du centre Ar.roroe [ sa Wenvollanta c*lirri^ le qnVHe vient de recevoir w r le demw r Fianait de Ml tii'gotit'.il" i NI rr* | Otff rf e.s yraitd cl oix da Boulieif pour in* lantei chausselles,-_$hapfaux c m tmrifs pour enfants, baadesoia qualit tros r< con.mande e gris der m'< r cri de /. H | tticnis >oine— tremplin ce — Clrit lr.n'*'liue pria la l'oile rs l?*2 Lu maison porte la connais sence du pubiic que— dan* le l ut de faciliter et d'encourager des nombreux client! — alla te corde — paitir du 1er Juillet 1923 une pi nue de ui.e paire Je chaussuci au choix tout dsttuteur da vingt tickets. En consquence • on est pri da rclamer un reu pour chaque achat au comptant. A la Conscience — telle eBt la devi.-e de la maison. La Guinande Se recommande par de\ foniommii fions de choix, de boissous rcoti/ot/ n tes, les mets substantiels. D( mandes le clbre *H.10 t ti Lit qui reconstitue tes /r ce s n t>u<}tn9>tte Vnergie. Service rapide et irrproch h ; %  •:LaPT-T^ ZIDAL EUXIR I Jt Paru LE ROI DES TONICUlit;, infui tuxdooila jnte ,i ustc n ar Utr.l,letiets, cinulidiss,!' K : ion dbilitante desp*vscauds,ux ANMIUES-HEURASTHNIOUES-IMPUISSANTS MQm'jftLsn cei'C %  a Le fls. " k t n co 37 franco, • %  a gratuite, sur .i. ,.i>fl u LAHURtU/.ir ZIDAL", 11, Boulevard d# Strasbourg. 1 PAPlS L. va sou*** .v' % %  • < ojLGiaa A Po.-t-~u-* iiu-o %  Pata i ..w. .^.j .. • • Pharmacie W. BtIGB Prparez vos liqueurs avec les Esstn et s pour Liqueurs ; s.nistettes. Crme de Uacao. Lharireute, Curao, Gin. 7. C3 32 S S. <0 1 V-hKtliI M\\l % et les plus jolies valses *^ de 124 cm ( Valve, taiigo-,n,uxi*e, fox-trot) 1^2 t\ v mil"! nu .No (i'i\ de lt TUH les Miii cls ou Fmu, chez Mme MorW ^ -< peau. Prenaz le I '. lire la CONSTIPATION jii'i -nez les COMPRIMS SUISSES d* DELOKT, fhurmaclen, =3 l'V> An* SnJ-r-A" lo-.iu CXT I E MS1LLSU* DES FUB'i.MlFS "iOTT* XJ-I'W -^ gJL AU.PT. Ut -•"—•'JtJ? f% • , %  r., /•• I"""" i rent Lnttta l>< • • Coc nul k cl. S./ U DL ..r. < u tm irof et da coatuucr -: Si.'.m. tr. i : bs kl i • %  .uvent • rveuz. • • d Ljdi m % %  I t i :. i ma %  r if • UUUUUt ML b* 1. Compcsiiioi 3 de lyda E. R am U*ia> K PMBMV M.ah.C'w* c | .*. \ ^7 v Ta MasonSILVEHA I i laiswn 11 SlLiEBAJoujoiire soociooM ^ dunucr ji! s .-I-SI . -.". K a ses aimables & nombrroi clioirto, in ollre,.e8 urticlta suiv.-u.t^ Si loitte Iraicheur et de louto beaut rcemment rtiMi par les derniers steamois, les prix exceptionnellement rduits. Noua necroyonapai ncessaire de publier nos prix car il n'est OU doute pour personne u,ue ooa seulenu ni nos articles r.jnt de choix mais que nos prix sont les plus bas de la place. Casimir gris anglais neuvtauts Rilmbeach <|rls an^lnis l'alaibaaeh ria nnulais J^ carrenux uni & barres, couleur Alpaga noir sup, I liagonsU noir supriotuSoi.jo lilau marin 4\noir,anglais Satin c'e chine pour tailh DI l.ustrlns a, barras poui Lut laur Kaki Jaune nnnlais extra aupriur Erill union blanc Tusaor Ja|>oiinls peur Cliaa il M • .1 nommas A roLaa l'orcal bluuoba Itideaux tulle pour poitcs I nlie pour yollea Voile uni A a bar Ratine blanche & couleur Organdi [julcssc brodu Gabardine unie & j\ bar; Itrodi-es mariera pour robes, ohemlasa S. )u|iou Petites .serviettes damasse pour* table Soyeut uni blanc & couleur Mar.pa' isette coton noiro Crpon ;\ jour blanc el couleur brabant anglais Loiienno a mouches mbxur iiunded-broics anglais.' Toile voile pour ucelottos A naur cuire Calicot parcais de famille Piqa blauo barres pour^jupes .Nansoalv noir anglais Molietou blanc et couleur 1 otrons Pivert assorties bas a joura lias lUano deai-soi Drill UUlon anglais Salin fuiiura auilais double largeur Cbapa-i ax> feutre Itorsulino ete, eto, etc. l'oatj personne dsirnni se procurer les iinillrures •rlicrei de la place et auv meilleurs prix mie partout ailleurs se doit de laire ses emplettes la flaisun M•ivera. Iftpp %  -..,•!> eurtonl une la rputation de lu maison n'esl pins laire pour ses articles d'importation anglaise. FuUoa Miœ Polish ( ompany lue, ftew \ork '•"^Ta. -S' T,,,| s voulez protrtei la peau de • % %  *ub cnausrures. ; :^\ h tous voulez, avoir un brillant lui1 vous voulez la* [couleur el la souplesse le rei rlaussuretpendantlony lemp i tipinjptla niarue LTonrrjram. l-lipiiM cpciahirrnl 1 peur lesl!dsmes el les riitleJ i • 1 l'a 1 %  l 1 1 ijjhl lile. Elle protge la peau;des el ronlre llumidit et la < haleur. Trma (!./ la marque ITtriHœ %  '• il la IUUIIU-II da toutes les ii. rt|m s. e .' JE S SEME %  et n pecf Hati %  f me J'Ji'iaifa—



PAGE 1

L .MAArv GYRAL in pour les seins Infimes do la femme U CYPALDOSE cil l'antiir,U idal pour le voyage irr.t je le • %  donnt la loiutior. ,. -.ferme que la Parisienne i> adopte peur le§ Mini rituiL %  PHIMM rnfllc;-.' i 4*rongestl< rhlnur. I Odeur 1res ible. continu t.< ... un .. L'anti *t titptc qm icx.li faftffl aveir sur ca failli de toilct'.e. tabli*" i' ChatetsM OAAI % % % %  < % % %  J, r. ValaneiT" Part*, et M' L OTRAtDOSB l.-rina Or*C et 3an".0 Sua (ir..\iuos£ Indhperpour U toilette Intlmr et I ft tli.n de h |i u '. Mon'.r/al de New York ii .t..il iCcBultBlinn* i'e 7 leirts du] mjiiD A U ii u.c du tojr Grand Blel de France Angle des Rues Bonne tri <$• du Quai ^teat o 4 ^ leceOolr Pt de foie gras trulleru ivet do lierreandouiUeltes aux lentilles.audouilles au saiudoux.— Jambons ta boite?.— anchois l'huile.— Sardines— Marquereaux. — Thon.Cassoulet.-Petits pois lin oxtin Boudins, etc. Vins rouge, le gallon (i. 4„VJ Vin blanc,le gallon 5,5) L'Htel dbite par burriquvKet gallons des Vins dh. Bordeaux et de Champagne Cuisine excellente. Chambras confortables.-Magnifique vue sur la mer. Charles Picoulel 228 Rua Rots*, Pori**UrP/lnG A as'irtlaient complet d'epicerio'' Grau-g oboix da bonbons ou boita pour cadeaux li->ubca<4 ; Fruits confits ; llisouits Vins da Borie.iix • ipi'rleurs p*r gmloa Champaijne ; liqueurs ; llire etc. Cinjaros Grand assortiment Ue via d Uou(Jie appliqu so s la Direction du Dr ftteoi et fi. Sjourn Le laboratoiro es ouv-jrl tous les jours de 7 lires du 'matin 6 oeure* du s-dr pour toute* le* reenerebes ei analyses prr-ies dans t'annona ci jointe saut pour d i YV*$vuiauo. et ia constante Ure-Secret TTie~ ; Si".ni rtouai qud le inirdi dj chiquesemain*. fftJr J'V ta fuir n\ii3 pair l^i ro ji3i,j u UJUW* duaUes d'unoes et o'ucRasinquj Kdacuon dd Waaaarmana ftadcuou JeTriboulet, -^ Liainei du sang ei du pus iil&aaieu des miire fcale**) ^Eatamen ue crachai ^muuiitiu itacnqr CoriKtan'e L"r€n iJtrtat^ rillllrfsl dp Sr.rrohfiifix M C noceoqu* c fito. [ Bicycletl€s Bi(yceltes? I^i meilleures machines qu'on ait jamais vues ici Ayant l^jjjj un tir.i mo ile, 1res lgres, lgantes, solides ei bon marchtllis sont munies de tous les acceafoirva : pompe, ciels el aunes, des WWW MICHELIN ; h grand? Marque q


PAGE 1

Clment Mayloir SOIf VSBNA US8 Rua Amrloalcc WMBlte 20 CENTIMES Quotidien FILE COPY Columbu Mmorial Librmi% PAN AMERICAN UN.ON Sans la -J^tf^sej, XtyM, c'est--dire, sans la justice, 1* dmocratie pourrait n'tre pas l'abri des dviation* a des altrations de tous genres aux. i| utiles l'histoire Ta bien mQ~ nc, l'amour peut tre conduit et peut conduire quand il u'esi rat diritj, limit, conduit par lu justice. H. BOIS LKPHOyE a M? 17me MNF.E N 5113 PORT-AU-PRINCE(HAIT! ) VENDREDI 18 JANVIER 19*4 -—• Le rle de l'Educateur L'humanit pour vivre, et si.rici, comme en toute chor, il faut tout pour progresser a besoin l ni t nt qui iie^4tH^itierit pas une entrave ; il lu: laut d-s lui ces vives, des lus dont l'tntbiUMaS nw au tr.iVdii soit un exemple pour les gnrations venir. .Mais et r enthoueiaame n'est possible que si IM>s Occupations de chaque ii si. lit coi re: pond, ni, autant que laire se peu), a ncs guis tt a nus Ccjpa.iif Noua no sommes anivts ainsi a comprendra | c i e de l'cducaltur (Mus lu choix u'une arrire. A lui de uen.kr, au n oni' ni prt pce, le capacits partit uln ri tt les lelidai ces de l'enti.nl. Mdis coiiiuit ut ? En utilisant la maison il a l'cole une soi te d.; science nouvelle qui a nom psyiho lecliiiic,'ioi.l le nom reliai balil Mgmuc luul siinpljuienl : science du i fouciiioii i^ui a pour but de deviner quelle ou quelle scia l'uiieniaiion prolcsoniiclle de reniant. Un problme tout d'abord se pose, qui mrite de relenir noire attention. Eu ell'U, s'il est possible d'oiienter les jeunes par un examen qui, tout en tant s. ientibquti n'es: torcmetit que tis sommaire, ne serait-il pas utile de contribuer celle lude dans le sein mme de la famille et de l'cole ? Assurment. Far l'obse vatiou quolijieiiue.constante mm '. de feulant, et condition que nous y menions la bonne voloul. la patience et la peiseviance indispensables, il est imposaib e que nous n'arrivions pus a di couvrir eu lui ce que. plus lard, nous a| pellerons une penounalil A cote ce ce qui lait de lui un eut .nt smiblanle tous lesauirts. un tre qui lit et qui pleure, qui trie et qui joue, il y a aulre ebose, de moius net pt ui elle, mais de lis ritl cependant i quelqu-. chose qui parlois passe comme un clair et quil nous est dillicile de saisir, mai qui s'allume aussi mesure qu'il s avance en ge. C'est entre dix cl qui. ze au que p. end corps eu .ui ce que nous pourrons appeler sa pt rs.onudil provisoire i ; die est sullisanle pour que QOUK puissions voir, dans l'enlant u'.iujoi.i i bui, l'homme de dmuni. Si, par exemple, il aime diSMiiei cl a pemdn ; li vous re(u iqu-z dans cette occupation p'ltic-i', un enthousiasme qu'il ne possde pas iai ai.lt urs, un leu lacie > qui l'ai.iu.i: >l si, d autre k i i,M/ii. suuiiit lUzLs s euvresi ci vo'lie hls> a une perso m e i oin pejcnUi ci mjp.-ri.ale q i y dcouvilia de* capacits relles et HM* u pi. bls de deVclopn ment, pour qi.oi liUstatkS-VoOS engager vclietiilant oaus aile voie plutt que usi s une aune ? A ton* d.uon qu il pestde, en plus de son got pour 1 1 pt Uiturm -, les qualits pii)SM|Ucl et morales qui liront de lui, plus lard, un homme, vousauritl ton d'tre unj entrave, •* VOCATION. ^CCI tsl uu exemple type; c'est S-J garder de tomber d'uu extrme daus l'autre J'ai connu des pirents qui voyant un jour leur lit tremper une vi ille fi 'elle dan de IV ncre rouge, se sont rri*. SouJsinement il'um'-s: N itre tilsscr.) flnu.ist • Et IfS bons parants oui t nu parole; ei If bit" veguon s'est vu obiig d'embrasstr—ohl doux baiier.. une contre pour laquelle il n'tait pas laite ei qui n'tait pa lait pour lui., AUSSI, d 'pies I s toutes Jarnires nouvel es que j'.ii de lui, tsl i', en instance .le divorce, pour incompatibilit d'humeur > Mai", le plus souvent, ce divorce n'est pts ossible. et U cin ir.; qu j l'on a embrasse vous tient et vous cramponne De lil la paite . que dis jf, ctUe corde; que dis-j t encore : ce cab'e vous lie voire pro'ession, quand au tond de vous-mme, vous la souhaiieriez lous le diblei !.. 1/ i en connais ainsi d s do zVnes, des cataiues peut-tre q 1 ', ws se l'avouer, triiubilleni a li avers la vie cttte cbflne et ce boulet qu'ils doivent une ducation mal ;omprisr biles vous bien cela. VOUl qui songez l'avenir de vos eniants. Dites-vous bleu que c'est aujourd'hui, que e es' maintenant et on pas plus tard, que vous devez commencer pntrer en eux, a chercher au lond d'eux-mmesi d ns leur cœur et dans leur pense, daus leurs paroles et dans leurs actes surtout le serais de 1 ur lutine personnalit.C la,vous le d-vezet vous la pouvez I t'ar 1 O'JS i valio.i cousl u i le d %  ce quMs tout et de ce qu ils disent, ous arriver, z saisir ce qu ils ai i eut le mieux taire et ce qu'ils aiment le mieux due. Vous remarquerai bii nil qu'i s sont dous pour certaines choses pluiol qu ; pour certaines autres et vuus verrez se dess n*r de plus eu plus neiteDif ni l'imige ih ce qui vous s. inLl.ia tre leur vocntior ., Conseil ki la Commission des Rclamations Va le Proto-o'fl du 3 Oclobre 919; Vu U sentence du t'.\ VI ni t'2J rtInlive uk tlfels relevant nlit Com* QiSlioB du 4 .Novembre 1110; Attendu que le <:l*po lil' de h aiit-Jiie senltnre avait piescril le dpt nu Sfcitarinl (jnidl de la Coannisioii pir les titulaires nu pmpiildi'es figurnd dunles ta* bleaiix Hiinexii aa rapport du 11 Pcentlire t'Jl8 de la Uo '.uni nion Pquiera dan* un dlii de 0 moi*, dater de la n blicalion aujoumnl tllicitl, d-a r pits^ par eui dn nu 'clalifn aux dd* crance* : et q ie e'euf la -i^na'ure des Membre* de la Comuiii.in, le* cerlilic ts de p i tuent prvus uu Protocole da 3 ij.-t• .i-19l'.l ; Attendu |qu'aucne sai riion ne fut itiluclie punotre, sentence da -M Mai lui j au dclai de n, ce 16 Janvier 11)24. Lu foi de quoi la minute de la pr sente sentence est siao tes SOS-dits Membres de la COUI.M -ion. ( Siga- ) A. N. Lger, John S. Slanley, Hen Dlace. Pour copie conforme : C. .V. nLPLY Collaliooo. Par Calile Nouvelles Elrayres Pour raUcr nir les iinanecs liati usc'3 p\HI',— \f. Poincari qui c iBSS cre tout* son ueigie S ininelior* lio i 1 • la situstioa li 11 ic re, a d* OUDd a ses collaboraPuis du BSbi n t ite confrer au lui l du rtSVoi d'un certain nombre Je I mclitinnai resdsos iet dJTraats nlastires) mesure qui d l • n. ue\ mettra de ra liser une ^onomii) do cinq sis .ml h >n* par an. laid lu. r, ie Premier miiistie ccuvoqua a une t. terence les pnncipaux banquier avec les q tels il aurait discute les diffrents m lyeiis d'atl-rinir |ef iiu.nees ua tionalcs lue aut e coul'civiic • aura lieu ce soir. L'epiuioa du pablie ^ur le pm giamme Unaoeierdu g.uvernem nt t l qu il a t rdi^-p.r le rabioet h e. est eu gnral favorable i i*S i en juge, d'api e les coinineulaues Je la presse. IJuoique peisonne n'anue voir raugmcMituliou de 20 pour cent des impts, de g^ns be rendent compte qu'uue mesure au-si aaigi que e-l ueeessaira et se prpureul a y faire face. Un discute avec anima lion in.* les couloirs de la ch.mb e et du snat les d.llicu ls des reine des proposs par le gouvernement Les membres de l'oppoMliou decla rent que le pisidSOl itu conseil de vra ditcuter la crise du clung-ct la si uatmu gnrale avant de demau der au paiUm.nt de ralitier sou pi a gramme. La roaclion survenue sur le mar eb dss ctiaufcies est attribue par la plupait des In.unciers aux meiures anuonces par lu gouverne u nt Les tles ru.nptit:i s a celles de l.iudi in diqae it qui la livre si-rlmg est loin b .* de "J Mi, le d llar de ii SU a U. 3 et les 100 Uns de lot S \u.*oinglatorre LO.NOHE.SII. Maeneill, sou secrtnire du Poreign Uliice. a d clar la chambre des co ninuiid* que'penlttul Ite douze tie ui isiuoi guuveri.emenl britannique u avait .a mais neglig-J . t il n lil (Il une lude treap |,c fui il % %  pour I dilieation de se collt'guf ; il icssort du la rution que le iM.uibitux auirt pas seront au SOUif t|ui vont ;uivieen exposs de |a Kitu t 1 on et i n questions d.ver les. Ii l< ute faon on ne pense pas avoir le repports Jo nnali rs mr le Irav.mxtbi. !.. Les dt lgus ont unai iiiiermnt dcid que le ilLtti testerait i t ;tc ds. Li queatioti de TanijiT PMUa— La rpoase du gouverr* meut il...' i 'H eroisrs ncte ea pagnol.; relative 'a quest on de Tanger n t teitisc a lambsssa deur t" La lponse dclare que auoique il lenbte iinpo^sibaue m idifler In statut du poil marocain, aignpsr lu Grands Bretagne et la France, le KOaverossaeal franais e-l lsirsai d'tie aussi conciliant que poisible si s efforcera de duu ner i I I. pagOS des compensations en d'autres domaines. France et Vatican H j\l(, La liiornale d'I'a'ia auiiou e que le ; ape Pie XI est prt conclure un ne ord avec la Franc* en BS qui concerne l'acceptation de* ,i--o liai ous d o saiueslelle quuili s sont p op ISaS par la fiance et qui doaaere .t un statut lgal Pglu* calli aiiqu i as l raiice pour la pra miero fois depuis le vote do la loi sur le* SSSOT auons La France s* n divse eu UO SSSOClstionS dioc saine* G HSpOSSS chacune de 30 inem irSS et [M. Mdes pir leurs v* que* respectifs. Li coaclu^ion de cet secord, du le tr banal, -l eonsi die m i me une v cuire diplomi>ti que p>ur le c.ndnial Ceretli, UOi.cs a Par, et M. t'uiocar. uui accusait le uouverue.ueut de u a n %  a Seul un (jmivernemont ; uA la sance d'aujourd'hui on'.' .l-l> IM'S ue \ pr.q is n df terrai dans les envi orsd Unit h-* pour la COoel u. lion d'un Mdptisli '•• •*•"'" I sfuvranl un iih t de '7 .01!) gniir paru ment des T ivanx pu Vie?. Ce d rni-r prtij t pour le pu l l'u'OSoee avait t derani J-Je a tie vo Le paquebot IranVis II. r est entr venant Ju !hvre, le paqi-diof s Giralb iv ; les reste de M ne nies Lixiii s ne L'Iy Prez au ainsi qu • le problme lacite a comprendre passagers uivant vmnt du Omet lacne a rsoudre. Mais, daus la Hatien ; M/rCjlc min, Kao'nl plupart des cas, la question est pius complexe et il s'agit d'user as M Lilus uraudo urqdsncs> U& Flores, Alberto Ovdle, C riHe Harcdus, T Marsouka, PeJro fou Laubouai A&CSAH, f '•• Farisiana Dimanoho Un Glm vraiment sensationnel La Belh Tnsa.. DA\S Le Joui) d'aprs l'œuvre (Je Gaston Itsvel. I >ai s te lilm ii cal soutenu une thse de ns haute, ports morale ei physique. L'ATAVtiVlB, La Belle TU LA y iail I admiration gnrale. F.ntre : G. a.ffl Balcon 3 00 toi M oif pas tu l paili potlble l'offre la iseitaiie ilu^ue* pour ai der resoudie le piocle.ue d. lepa lions. M. via. n.-i l m que U pfajrael lions de M. tli^hisuut -le ui.es a la KraoeS le lo decuuore IMH et i.'oi.t p ninii* eu u uu l'queas uni leilemeat au gouverne.iie .t U t.o ni pi ue If oi-.i^u t> lise i app •* ces pi u r osiliu i p^r 1 .t i.o i1 ie.ir de (irai.de lirelagne a bVeattl gi u anqu:. le scietaie ilugie u a CJ .un i 11 •*> • COnli leiitieilsiuenl. Lu c qu caM I .e U SWullQlM tiangeie q >e pour ad ^ulv.e . a IS d ,iia.u, te ou> •-..! %  laiie J.l : si la l ai r Je rop, u iliu.i leut uiarcu r •ui >• Puiii'ie avec uu lai^rpidl pcui tlablir la paix dai. tuule l'r.u rope et elouller les garais de .lu ord., il sera foriemcai daillusi >a n. Les mouvements sparatistes oi Hhni'.nie et daOS le Paistiaal bava ion ne sol pas sponlan.*, ne repr MOI pas le peuple mais oui le ma chines. Le gouveriumeui bntanni que ne peut unclionuer le sepaiatis me qui abuuiirail a la dclaiatton de i indpendance d'Has lormsnt [Mi du Mica. lonom: |icui sauver tt pan Le major ^.iral Clive a t ctiuc son enqute sur les dsordits qui ont a compig .

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06122
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, January 18, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06122

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Mayloir
SOIf VSBNA
US8 Rua Amrloalcc
WMBlte 20 CENTIMES
Quotidien
FILE COPY
Columbu Mmorial Librmi%
PAN AMERICAN UN.ON
Sans la -J^tf^sej, XtyM,
c'est--dire, sans la justice, 1*
dmocratie pourrait n'tre pas
l'abri des dviation* a des
altrations de tous genres aux.
i|utiles l'histoire Ta bien mQ~
nc, l'amour peut tre conduit
et peut conduire quand il u'esi
rat diritj, limit, conduit par
lu justice. H. BOIS
LKPHOyE aM?
17me MNF.E N 5113
PORT-AU-PRINCE(HAIT! )
VENDREDI 18 JANVIER 19*4
-
Le rle de l'Educateur
L'humanit pour vivre, et si.r- ici, comme en toute chor, il faut
tout pour progresser a besoin
lnitnt qui iie^4tH^itierit pas
une entrave ; il lu: laut d-s lui ces
vives, des lus dont l'tntbiUMaS
nw au tr.iVdii soit un exemple
pour les gnrations venir. .Mais
etr enthoueiaame n'est possible
que si IM>s Occupations de chaque
ii si. lit coi re: pond, ni, autant que
laire se peu), a ncs guis tt a nus
Ccjpa.iif Noua no sommes ani-
vts ainsi a comprendra |c i!e de
l'cducaltur (Mus lu choix u'une
arrire. A lui de uen.kr, au
n oni' ni prt pce, le capacits par-
tit uln ri tt les lelidai ces de l'en-
ti.nl. Mdis coiiiuit ut ? En utilisant
la maison il a l'cole une soi te
d.; science nouvelle qui a nom
psyiho lecliiiic,'ioi.l le nom re-
liai balil Mgmuc luul siinpljuienl :
science du i fouciiioii i^ui a pour
but de deviner quelle ou quelle
scia l'uiieniaiion prolcsoniiclle
de reniant.
Un problme tout d'abord se
pose, qui mrite de relenir noire
attention. Eu ell'U, s'il est possi-
ble d'oiienter les jeunes par un
examen qui, tout en tant s. ienti-
bquti n'es: torcmetit que tis
sommaire, ne serait-il pas utile de
contribuer celle lude dans le
sein mme de la famille et de l'-
cole ? Assurment. Far l'obse va-
tiou quolijieiiue.constante mm '.
de feulant, et condition que
nous y menions la bonne voloul.
la patience et la peiseviance in-
dispensables, il est imposaib e que
nous n'arrivions pus a di couvrir
eu lui ce que. plus lard, nous a| -
pellerons une penounalil A
cote ce ce qui lait de lui un eut .nt
smiblanle tous lesauirts. un
tre qui lit et qui pleure, qui trie
et qui joue, il y a aulre ebose, de
moius net pt ui elle, mais de lis
ritl cependant i quelqu-. chose
qui parlois passe comme un clair
et quil nous est dillicile de saisir,
mai qui s'allume aussi mesure
qu'il s avance en ge. C'est entre
dix cl qui. ze au que p. end corps
eu .ui ce que nous pourrons ap-
peler sa pt rs.onudil provisoi-
re i ; die est sullisanle pour que
qouk puissions voir, dans l'enlant
u'.iujoi.i i bui, l'homme de d-
muni. Si, par exemple, il aime
diSMiiei cl a pemdn ; li vous re-
(u iqu-z dans cette occupation
p'ltic-i', un enthousiasme qu'il ne
possde pas iai ai.lt urs, un leu
lacie > qui l'ai.iu.i: >l si, d autre
k,ii,M/ii. suuiiit lUzLs s euvresi
ci vo'lie hls> a une perso m e i oin
pejcnUi ci mjp.-ri.ale q i y dcou-
vilia de* capacits relles et HM*
u pi. bls de deVclopn ment, pour
qi.oi liUstatkS-VoOS engager
vclietiilant oaus aile voie plu-
tt que usi s une aune ? A ton*
d.uon qu il pestde, en plus de
son got pour 11 pt Uiturm -, les
qualits pii)SM|Ucl et morales qui
liront de lui, plus lard, un hom-
me, vousauritl ton d'tre unj
entrave, * vocation.
^cci tsl uu exemple type; c'est
s-j garder de tomber d'uu extrme
daus l'autre J'ai connu des pi-
rents qui voyant un jour leur
lit tremper une vi ille fi 'elle dan
de IV ncre rouge, se sont rri*.
SouJsinement il'um'-s: N itre
tilsscr.) flnu.ist Et IfS bons
parants oui t nu parole; ei If bit"
veguon s'est vu obiig d'em-
brasstrohl doux baiier.. une
contre pour laquelle il n'tait
pas laite ei qui n'tait pa lait
pour lui., aussi, d 'pies I s
toutes Jarnires nouvel es que
j'.ii de lui, tsl i', en instance .le
divorce, pour incompatibilit
d'humeur > !
Mai", le plus souvent, ce di-
vorce n'est pts ossible. et U
cin ir.; quj. l'on a embrasse vous
tient et vous cramponne De lil
la paite . que dis jf, ctUe cor-
de; que dis-j t encore : ce cab'e
vous lie voire pro'ession, quand
au tond de vous-mme, vous la
souhaiieriez lous le diblei !..
1/ i en connais ainsi d s do zV-
nes, des cataiues peut-tre q1 ',
ws se l'avouer, triiubilleni a
li avers la vie cttte cbflne et ce
boulet qu'ils doivent une du-
cation mal ;omprisr
biles vous bien cela. VOUl qui
songez l'avenir de vos eniants.
Dites-vous bleu que c'est aujour-
d'hui, que e es' maintenant et on
pas plus tard, que vous devez
commencer pntrer en eux, a
chercher au lond d'eux-mmesi
d ns leur cur et dans leur pen-
se, daus leurs paroles et dans
leurs actes surtout le serais de
1 ur lutine personnalit.C la,vous
le d-vez- et vous la pouvez I t'ar
1 o'js i valio.i cousl u i le d ce quMs
tout et de ce qu ils disent, ous
arriver, z saisir ce qu ils ai i eut
le mieux taire et ce qu'ils aiment
le mieux due. Vous remarquerai
bii nil qu'i s sont dous pour cer-
taines choses pluiol qu ; pour cer-
taines autres et vuus verrez se
dess n*r de plus eu plus neite-
Dif ni l'imige ih ce qui vous s. in-
Ll.ia tre leur vocntior .,
Conseil ki
la Commission
des Rclamations
Va le Proto-o'fl du 3 Oclobre 919;
Vu U sentence du t'.\ VIni t'2J rt-
Inlive uk tlfels relevant n- lit Com*
QiSlioB du 4 .Novembre 1110;
Attendu que le <:l*po lil' de h
aiit-Jiie senltnre avait piescril le
dpt nu Sfcitarinl (jnidl de la
Coannisioii pir les titulaires nu
pmpiildi'es figurnd dun- les ta*
bleaiix Hiinexii aa rapport du 11
Pcentlire t'Jl8 de la Uo '.uni nion
Pquiera dan* un dlii de 0 moi*,
dater de la n blicalion aujoumnl
tllicitl, d-a r pits^ par eui d-
n nu 'clalifn aux dd* crance* : et
q ie e'e 1 ur 're dlivr M>uf la -i^na'ure
des Membre* de la Comuii- i.in, le*
cerlilic ts de p i tuent prvus uu
Protocole da 3 ij.-t- .i-- 19l'.l ;
Attendu |qu'aucne sai riion ne
fut itiluclie pu- notre, sentence da
-M Mai lui j au dclai de stipu ;
Attendu que le dhi prvu est ex
pr: que cependant des rcpisss
app ls a'i pa ement n'ont pu t pr
seules; q i'il si ugert'en r i on d. s
autres li-avaux de iaCommi-'-'OD,qiie
des dispositions soient prises pouf la
liquidation dtiniti*e des effets F-
quire;
Par ces motifs, la Commission
des ttelamalions, pre en avoir d
libr, dil qu'un dernier d la expi
r nt le 1er vlar i'Jli est accord
lous intress* pour le dpt de
rcpiss; Fquic appel* au paie-
ment et pour le relr.nl des cerlilicats
prvu* au Protocole du 8 Octobre
\')\',); dit que si Iss caiitAssIs BS
sont pas retirs de U Commission
dans le d.ai indiqu, les crances
llrenle* aux rcpisss non dpo
es d (retireront lordose* et lei v
leurs dlimlneowul acquises au li
sor public ;
Uonu de Ifou, Abel N. Lger,
John S. Stanley, Reo Delage, Vem
bres de la Comnis-ioa des itdaina
lions, en sance publijue. au local
de la Cominis.n, ce 16 Janvier
11)24.
Lu foi de quoi la minute de la pr
sente sentence est siao tes SOS-dits
Membres de la Coui.m -ion.
( Siga- ) A. N. Lger, John S.
Slanley, Hen Dlace.
Pour copie conforme :
C. .V. nLPLY
Collaliooo.
Par Calile
Nouvelles Elrayres
Pour raUcr nir les iinanecs
liati usc'3
p\HI', \f. Poincari qui c iBSS
cre tout* son ueigie S ininelior*
lio i 1 la situstioa li 11 ic re, a d*
OUDd a ses collaboraPuis du BSbi
n t ite confrer au lui l du rtSVoi
d'un certain nombre Je Imclitinnai
resdsos iet dJTraats nlastires)
mesure qui d l n. ue\ mettra de ra
liser une ^onomii) do cinq sis .ml
h >n* par an. laid lu. r, ie Premier
miiistie ccuvoqua a une t. terence
les pnncipaux banquier avec les
q tels il aurait discute les diffrents
m lyeiis d'atl-rinir |ef iiu.nees ua
tionalcs lue aut e coul'civiic aura
lieu ce soir.
L'epiuioa du pablie ^ur le pm
giamme Unaoeierdu g.uvernem nt
t l qu il a t rdi^-p.r le rabioet
h e. est eu gnral favorable i i*S i
en juge, d'api e les coinineulaues Je
la presse. IJuoique peisonne n'anue
voir raugmcMituliou de 20 pour
cent des impts, de g^ns be rendent
compte qu'uue mesure au-si aaigi
que e-l ueeessaira et se prpureul a
y faire face. Un discute avec anima
lion in.* les couloirs de la ch.mb e
et du snat les d.llicu ls des reine
des proposs par le gouvernement
Les membres de l'oppoMliou decla
rent que le pisidSOl itu conseil de
vra ditcuter la crise du clung-ct la
si uatmu gnrale avant de demau
der au paiUm.nt de ralitier sou pi a
gramme.
La roaclion survenue sur le mar
eb dss ctiaufcies est attribue par la
plupait des In.unciers aux meiures
anuonces par lu gouverne u nt Les
tles ru.nptit:i s a celles de l.iudi in
diqae it qui la livre si-rlmg est loin
b .* de "J Mi, le d llar de ii SU a
U.3 et les 100 Uns de lot S \u.*o-
inglatorre
LO.NOHE.S- II. Maeneill, sou
secrtnire du Poreign Uliice. a d
clar la chambre des co ninuiid*
que'penlttul Ite douze tie ui isiuoi
guuveri.emenl britannique u avait .a
mais neglig-J BtalS Lois p"ir 1<* ig eiu ut d- la
qoestioo des rparaItous. Le sous se
rrSlaire a rpondu a Llo)d Ceorge
n I '. i.-li. 91 Ta popula
tion des Uni* eut tablir WS g"U
verrfir nt iiutonnin's dass ta Reicb
la*;.* de Drtlagos p'aurail p'i
Intervenir.
A la commissions
dei experta
pAlttS A UBS runion du comi
Ll de- tt 'ils. M. Il ularl, dlgua
i ,. r h ll ilys le I ii'ln't al'emand
dt>. t il n lil (Il une lude treap
|,c fui il pour I dilieation de se
collt'guf ; il icssort du la rution
que le iM.uibitux auirt pas seront
au SOUif t|ui vont ;uivieen exposs
de |a Kitu t1 on et i n questions d.ver
les. Ii l< ute faon on ne pense pas
avoir le repports Jo nnali rs mr le
Irav.mxtbi. !.. Les dt lgus ont
unai iiiiermnt dcid que le ilLtti
testerait i t ;tc ds.
Li queatioti de TanijiT
PMUa La rpoase du gouverr*
meut il...' i 'h eroisrs ncte ea
pagnol.; relative 'a quest on de
Tanger n t teitisc a lambsssa
deur t" La lponse dclare
que auoique il lenbte iinpo^sibaue
m idifler In statut du poil marocain,
aign- psr lu Grands Bretagne et la
France, le KOaverossaeal franais
e-l lsirsai d'tie aussi conciliant
que poisible si s efforcera de duu
ner i I I. pagOS des compensations
en d'autres domaines.
France et Vatican
H j\l(, La liiornale d'I'a'ia
auiiou e que le ; ape Pie XI est prt
conclure un ne ord avec la Franc*
en BS qui concerne l'acceptation de*
,i--o liai ous d o saiueslelle quuili s
sont p op ISaS par la fiance et qui
doaaere .t un statut lgal Pglu*
calliaiiqu i as l raiice pour la pra
miero fois depuis le vote do la loi
sur le* SSSOT auons La France s*
n divse eu UO SSSOClstionS dioc
saine* G HSpOSSS chacune de 30
inem irSS et [M. Mdes pir leurs v*
que* respectifs. Li coaclu^ion de
cet secord, du le tr banal, -l eonsi
die m i me une v cuire diplomi>ti
que p>ur le c.ndnial Ceretli, UOi.cs
a Par, et M. t'uiocar.
uui accusait le uouverue.ueut de u a n
a. Seul un (jmivernemont ; u-
A la sance d'aujourd'hui on'.'
.l-l> im's ue \ pr.q is pr-'inier, concerna t acquisii>n
df terrai dans les envi orsd
Unit h-* pour la COoel u. lion d'un
Mdptisli ' *"'" I sfuvranl un
ii-ht de '7 .01!) gniir -
paru ment des T ivanx pu Vie?.
Ce d rni-r prtij t pour le pu l
l'u'OSoee avait t derani J-Je a tie
vo
Le paquebot IranVis
II. r est entr venant Ju !h-
vre, le paqi-diof s Giralb iv ;
les reste de M ne nies Lixiii s
ne L'Iy Prez au ainsi qu
le problme lacite a comprendre passagers uivant vmnt du Om-
et lacne a rsoudre. Mais, daus la Hatien ; M/rCjlc min, Kao'nl
plupart des cas, la question est
pius complexe et il s'agit d'user
as M Lilus uraudo urqdsncs> U&
Flores, Alberto Ovdle, C riHe
Harcdus, T Marsouka, PeJro
fou Laubouai A&csah,
f
'
Farisiana
Dimanoho
Un Glm vraiment sensationnel
La Belh Tnsa..
DA\S
Le Joui)
d'aprs l'uvre (Je Gaston Itsvel.
I >ai s te lilm ii cal soutenu une
thse de ns haute, ports morale
ei physique. L'ATAVtiVlB,
La Belle TU LA y iail I admira-
tion gnrale.
F.ntre : G. a.ffl
Balcon 3 00
toi m
oif pas tu l paili potlble
l'offre la iseitaiie ilu^ue* pour ai
der resoudie le piocle.ue d. lepa
lions. M. via. n.-i l m que U pfajrael
lions de M. tli^hisuut -le ui.es a
la KraoeS le lo decuuore IMH et
i.'oi.t pninii* eu u uu l'queas uni
leilemeat au gouverne.iie .t U t.o
ni pi ue Ifoi-.i^u t> lise i app *
ces pi urosiliu i p^r 1 .t i.o i-1 ie.ir
de (irai.de lirelagne a bVeattl gi u
anqu:. le scietaie ilugie u a
cj .un i 11 *> COnli leiitieilsiuenl.
Lu c qu caM I .e U SWullQlM
tiangeie q >e pour ad ^ulv.e . a IS
d ,iia.u, te ou> -..! laiie J.l : si la
l ai r Je rop, u iliu.i leut uiarcu r
ui > Puiii'ie avec uu lai^rpidl
pcui tlablir la paix dai. tuule l'r.u
rope et elouller les garais de .lu
ord., il sera foriemcai daillusi >a
n.
Les mouvements sparatistes oi
Hhni'.nie et daOS le Paistiaal bava
ion ne sol pas sponlan.*, ne repr
MOI pas le peuple mais oui le ma
chines. Le gouveriumeui bntanni
que ne peut unclionuer le sepaiatis
me qui abuuiirail a la dclaiatton
de i indpendance d'Has lormsnt
[Mi du Mica.
lonom: |icui sauver tt pan
Le major ^.iral Clive a t ctiuc
son enqute sur les dsordits qui
ont a compig .<- le tnouvemeul spa
nline. II s rec. j le* reprsentants
q i .iv ni ui ion n r leur opinion
bar Ira condition da t'aiali iat. le)
gnral Ifs asl ce aopa^u par
d rsprse itaots le li U ni com
IU o i uile.a ll e et pe.r Fllllol,
i u t .; t s .1 il n ue. Ce* foau
llonnairei oui eultu .a les deux d
|. g li.n- lune Ue h ibuanls des
v.iktt l'autre de paysan, mais
en k u. rai le premiers s.it hosti-
le aj m ittvaaisat paiali'le et le*
ec ni* y saoi uvoiablcs. Ces der
nier* ubii m^nt q.e seul un guuver
in- u -in ttutouome [ait nauv pbys.
Rouvclles li'llhiie
ATHK.XI ^ -M. V..n/elos, parlant
fis io itpolidauls des jUU'UiuX
liaii- a dclar qu'il n'avait
pas i.'intention de r.tpp Ur le roi
Ceorgn avant le psbisvi s qui doit
dleriuiner le goivtrnement futur
ow.is du Miclt t uui ** pt3tit iv -s Uiiv^. 14. Veaisalue s savo^a


UJ. ittADA
~
^li*.kVgrptrmo "' l'rrpt ferbi, 1er
frilf,i!re lui I assurant qu'il sPrait
-Vto*j]oiir*'heureux iVconp'' er avec lui
- dtyu la li ll" txrulion 'lu Irailtf lo
Le^anne i" ur le il.ibu'-smnent des
*:. tp'nlionsamicaleseulie I--d ux prys
* * Je raffermissement le la p i>.
fais sa r-'ionfp, Drrel Pcha a ex
"j prim le mme* sentira- nts.
DrJrrss* rn mer
.,,. ijALVESjON Tl XAS Lerrnbenr
' 'des t lat Unis I ni < ma n i < linn
S'ir 1 ifiif-t rlr RNiquiHa seize
mille* rie Vei t Cfui it envoi d if -i
gnaux de dtresse.
Htooveiies diverses
LAKEllL'R 4*>mple le Shenandoah r a bris
ses amants Si M pn.ii a la diive.
<\ptes une lutte, la a pu regngner
ajon hangar ce malin 3 heure 30.
PARIS Poiucaia a ;d os tur
le bureau de la chambre un projet
de- loi ratifiant l'accord sigo Paru
le 25 Mai 1923 relatif au rembourse
ment des Iriis >le l'arme amricai
oe d occupation.
les cour
17 Janvier
PARIS Dollar 21.2*7
Livie 90,575
.NEW YoRK-Dollar 11.89
Livre 4*21*6
Le Conseil Coninjual
au Palais National
Hier 9 heures du malin, Mr Lu-
ders Moite el oi Conseil ont el
a: Palais National. Introduits par
le Chef du l'r tocole,ils fureiil rgis
dans ta grande salie de rc plion par
ton Kxollence le Prsident Borno.
Kceplion des plus cordiales. Mr
Luders Mose renouvela au Prsi-
dent 1c dvo'u in ni du Oomeil a hou
Gouvernement et promit de marq ier
eoo paeeaga la tte de l'Kdi'ii,
piur cela, il mi fuii le e incoura 11
Pouvoir. Lo Chef de I bat lai
rpond i que le m ic p in du gouv.-r
Ueuieiilnol.il l'en pisd.'l'unl, pour
M Qui t'agi des sevrai utiles ayant
Irait l'embellissement da la vide.
Apre* 11 ii i it on d i* mem-
bres du OuataiI le ebaraptgoe fut
tarvi, puis l Magistrat ei sel colin
gus prirent cong du Preideat
boruo emportant la plus heureuse
das impressions
le Jpvx
Olympique*
Le Nouvelliste, dans on n'i 4M
du 1 5 en cours a pos la ques'uio
savoir si oui ou non. une eqii^e h li
tienne seia envoy aux jeux
piq es.
La (,rr^lion eft des plus Iclres-
santes. En. (Tel les eport* avant t
introduits en llaili depuis 1901 cons
lilu -i l'O-uvr- I i pi ie ''nie cre
chez non-, ayint plus de vingt IU
d existence, mal .'-' toutes les vi-isici
tud's de la vie h iiionne.
C'est doue u i devoir sacr pour
le Gouvi r u oient d'envoyer nue qui
(M .'e rStl a li huitime 0 > u-
pi id .
D'ailleurs le PrAsiWnt Borno qui
sncai n pirlicuiwre
l'volution las sports an II nti a en-
core rpt Diraan he dernier l'is-
sue du m uch de Pool 15 U que le G ou
vrnemm! est d'avis di faire partici-
pe l'UiSH au< jeux Olympiques.
Pour m i pari, una q tiqua de
Km! liVI l Mail h-^HtHieli^ji'e--ht-
ri* a la notr i \ pe athlliqu i,
et je arais heureux, -i l'on pouvait
en expdier aussi une.
En elT I un ot i oo npo< cornue
suit srail certainement bie i class :
But : II. Tippsnhauer Arrires
Docl-u" Vhriiil Biumil (Cap) Lu-
dovia Aug'istia Demis : Lon
Chipps, L'icien Rgnier. Silvifl G-
ter \vint- : Praack Csrdoxo, Eer
dinand J'an-Jacques, Uphooea Ha-
che, Priu Dupuy, Ren Bthart
Il appartient muntmont au Con-
seil du l'USSrl dcrira iu il ouvrrne
m ni pwr lui demander le prendre
le diap ut i lus neeaaal es p.iur le
dipft le noi 'q'iipe de P>ol-B..l
et d'Alhlti-mo.
Em.B. ARMAND
Les Sports
U S. H. L'Union Sportive liai
ti.Mine, dan- n sance ple.ure qui
s'e-t le a ia, li >t -on chsi vir Oo ia-
11 ili i Hanriq i a teua vel ion
Co ml da bu.ctio i.
( Ont t ''lis : Joe Woolley, prsi-
dant ; Dr \ ir n i Syh lin, secrtaire ; Eue
SI. Villard, lai a li dnl : kt
thur Gardlaor, trtormr; Emile Itou
lier Bis, Dr darilii I iJi.in i t. Elor
vil Laf.iresl, l-'ian< k l;aubjn, Camille
Lh'wKsjn, Clasalla s.
N jus lorn ilous a i nojveau conai
t de ItSii n>s maileurs vaux de
succs.
Cercle Porl-au-Princien
Le Comit rappella If M. lei
membres que la 9ttXM convoca-
tion le rassemble gnral*, aux
lins del tu' du Comit et du
Cooteil de Uni iptine aura lieu le
dimanche 3U Janvier courant,
dix li 'un's du nntui.
Le Prti I sut,
AOEL N- LftGliR
> ------ -
Varits


Deux mutches
internationaux
Il e;*t brait que d*0 le courant
d !s mois dus i \>m des vaisseaux
d'gi'i-re iraogars fanglaia et iia-
li u ayaol i leurhoi i des quipe
d- fo it-.nil match re i av c les qui
p-s d- IL. S S. Il Voilt de jobs
part es en perspe tne.


Lesaihls <1 sinus de prendre
pari aux jous Olympiques doivent re
prendre lesentraioen t- suspendus
pendant les l s de tin d'anne.
:
Dl manche
larion Delorinl
avoo
Helly Cormon et Tallier
Entre 1 50
Visite Scolaire
Ce malin, le ConaeU Suprieur de
l'ioslruction l'oblique a visit l'E-
cole de pareous J. b. Damier, diri
ge par Mr .1 I li inoy.
Mous ne man pierons pas do rer-
aeigaer nos lecl i-ul:a's
de cette visite qui, persil il, u ma '
qu rail pis d im orta ce.
~*-~CiO& A Vendre
.Du huss Felcli roues ca
oulchoud'o, pour les con-
djMie i'uilcvaer au Ketif-
Uii incidiml ryl
.Monsieur le Directeur,
A propos de l'ioci leol de 11 se-
maine dernire q ii a t soulev
le Chapelle ie si Aatpiaa ei dont
.Mme S. G. avait tl prise a partie,
je vous iuf -rm i qu'aprs des MpUee
lions fournies et qui militent en U-
ur da la dame s. C l'iocid.ml ai
l considr foroioa.
Avis eu a l U mue aux lidles de
S Vitoiue -t l'issue de la messe de
msidi de c Ile semaine.
Publiez, je vous pria et croyez mi
Voir dVOtf.
m ABONNE
Vaut Sals
AVOCAT
fixwrojats Gunarciifli,
i IttfiJ I'. tru^.r.
,orrpanaati Wishing
toD, \o\v-York, 3ai l n,
Turin l.ondra Parla.
IH H e Houx SI 7,lJo- t-Mhfnm-
Me Placide Divid
remplace
MpFdmowd Montn*
COMME AVOCAT CONSEIL PRES
LA C. D. R.
Me Edmond Montas, pour les mi-
rons aui sont exposes dm* In lellre
q oe nous pnb'ion* ci d"snus a don-
n; .l'rni-sion cornrr.c Avocit-Con-
aeil prs la*C. O.H
Il h l remplie> par M; Placide
David, Chef du Ca&inet nirlieutiar
du Prsident de la Rpubli 11?.
Noos n* savons pis e icore qui
retnnJaro Mr David \ ls dir.ci n du
Cilnet particulier.
Voici U lettre de dmission le Mr
.Moulas:
Port ai-Prinre, 13 Janvier 102t.
Son Excellence le IV aident
de la Rpublique
Prsident
L'anne dernire. Votre R ca ma lait l'hoaneur la m s dsigner
-posir tre-d'un de* \.>ats de vernemei t eh ir^ le la lfeosedea
iotrta de 1 Etat pr^ U G.D.R.
.lusju ici. j'ii pu concilier les de-
voirs de la fonction qu l j'occupe
nu Dpartement de* Relatioas Ex-
trieures avec la li lie importante
e' di-ate dvolus au Conseil du
Gouvernement. Mais vu la multip i-
cile des do-siers ludier, ce travail
spcial devient do pi is en plus ab-
sorb ml et j : crains qu'il ne me man
que le temps matriel suffisant p>ur
continu--r utilement ma collabora-
tion.
G'est pourquoi, j" viens vous de.
mander de vouloir bien envisager
mon i emplacement comrn A\o?ut
Go ueil prs la G D. II.
En remnrcianl Vole Ex~ellen e
de la haute coufimee qu'e le m a t-
mrgBe, je la prie de recevoir l'is-
su auce de mon rspaclueux dvoue-
ment.
Sign : Edmond MONTAS
Avis ontriniiial
Je, soussiga*, donna pir cet
prAsentea av s ui pujIic en ga
rul '-t au cou a >ca en pirticu ur
qu' p-iriir { celle publication j
n.i suis p.u- r leponaible de4 a;td*
auelcou 11 il J Milinj Jes-i 11
O^sir mon pouM pir ciuse
d'in&npiuboit de caracro, de
mi ira et d'injures tydvn et pu*
bliqtteL >iattendant qu'u-ie a:-
tiou en divorce lui soit incessam-
ment intente conformimuit U
Loi.
Port-au Prince, le 11 Janv. 1924.
Algard Pierre Jacob.
mmmmmmmmmmmmmSgMr
A vie
Le rcpiss de la Commission
Fquitro, .No M- 17'J, laveur le
Aladi inoisillc Li iliu Lu-. Iiei e;
lea rceptif es ue ia Couimiisiou
6' uiiuuur, .N J 2J, i7.l, lav( u. de
MoiiSkiii F li. L'loche, No 0\\
faviur de Monsieur U. Klain ; et
le livret Ue pfiiMun civile Je Mon*
lieur Lmin.nuel Zepbyrin eont
dire!. Je Us debue i.uls, dupli-
cata devant tre du w i,
Port-au-Prince, le iSJanv. 192*
Louis Aug. GL'li L.\UME, av.
Panama Railioad
^leamtihip lin
Pui.su de l'Agei I g< rrsl
Pi il nu Pru.cc, Je Iti Janvier 1924
BLLi ETIN No. 356
Le f/s General1 W. C. Gorga
m otlendu Poil au-Priavcti ve-
nant de .m \v Yoi k direct lundi 21
Janv. ii r 1 -'A awc :
1":< Sus de Li lires
IU 1'. .-;!;, is
et repartira daiia l'apria-ncidi du
M- ii i jou i W CliitoLal, t an. 1
Zui e dueil.
O B. Il OMI m N.
tp lit (..! llhl.
Ckfs Agricoles
Noire Caf
( S>i< te et fin )
Le fun'ci q i'il rcolta el qu'il
m'ange'M avec la pan du caf.er,
( cerise et oarch1 esl mi* nu pi^d de
l'arbre de fsin que chaque cifer
reoit au m uns uu b'O paniaf de
fumier par an.
\u fur et & mesure que te cafier
grandit l'on se dbtrasse des bana-
niers qui devi.nnent inutile* et
mm' gneraient le d^velopuement
de la p m'ali 11 jV_D fi_n_de |a ^lM
aTT'Y-e Sel arnlera auront aomolte
ment disparue.
A It flnda la 3n ann^a fum^e
l'engrais chimique LOt arammea
par arbre d*un mdaoga daitO olo
aulftle la n iii| i-. SO OJO p'i *-
ph lie da chius, 33 o(o aujMrpboa*
pinte I? p itisse G u tu'fumure ne
sr4 pis renouvele pen laal plu-
sieurs nne^.
Au aot Ia I an l'on a une caf-
ire en plate rapport.
A Gourbeyre et Si Claude, ( tle
Guadeloupe le ran lement moysn
d'un h'Cture d eiT* est de 2.0.).)
kilo^runnes (4,033 livrer] ('^af sec,
prt a. Atr* ensic'i1). Il ne fau Irait
pisch-rcher le renlameol a l'hec-
t ire, e iree aorail dco irai, ant. La
paysan h ulien t.ia'gr sa grande mi
re ne c Misent pas & agrandir 98
plantation.
Qiuid U pi uite a atteint 1 m.90
A i n. 08 qui lui arrive vers la lin
delatma aanedaoj use planta
lion biiii an'rstenie, avoir s>in de
lui eouper la lta -t de l'entourer
d'une binde de toile gou Iroun ;e.
I.i svo alors en mo liant le long
de I arb s p irle vers les brandi -s
et la cil e s'-ilei I en f >nne le im-
rtn', Im brancies n'ayant qu'un
mire c aqnanie i parmurir pour se
joindra enl e elle-, et le tout t' r.ne
c on n u i eu orme veulail au dessus
du sol.
Glte fi n do pr ic 1er a de no:n
bre ix nvi iseg-is,
lo La c i,-ill Ri *e fiit ficile n-nt
s vu avir ablasr le jeun ar bu de.
d^* enfiQti t las fe.ii n> pouva-.it
rico'ler K U main.
2 5 Les arbustes en a'unissant en
aemMa intsrejDta le sohil, ls h?r
bes sont urrg'es dans I ur crois-
sance et ni la le pas 'liipi*aitr<.
3 z I." peu le pluie q li l m1 est
gird ls lo 'glempj, 1 vipora'.ion
tant trs e.ile.
Seple nore, les pre nire-, fves
m-i-s ni, 11 r-olle vi con oencer
pour p-en Ire fi i en fvrier.
L'atelier c > noos hihituillem'ot
d'enfmlsel de lo uim -t portant in sac
en toile retenu au I iur du cou en
passant pir les paules. Ge ac peut
contenir une viagtaiiM. de kilogram
mes le cil en ce i Lorsqu'il est plein, on le dversa
d ina un ea q ie p >r>e u i a ie ou un
mulet q u devra le transporter 4 la
; a ef,
Li m i.o i Di!i>- nuin an I W >rk
de New Y'k lite un catalogue
illustr on se nuveot les machines
ncessaires a une exploitaliou mtbo
dique. *
En arrivant le cof rai mis dins
u te muiiin* lourn ni trs vite el
munie de trous eu forme de grage.la
cerise p ir tu:l i do celte rotatiou se
diarhefscihrrpr.1 de la pulpe.
I\ ur le sei bsge : rvr ebsqne p*
pri il v a i i c -e SBpajee Cfi'f I
raf*. la'i'e ur |i!otis <*e il pAr-e
de hauleur. le d. \anl est ouvert et
laisse |asrr dr giend9 trjgcf| gt I
roulent uir'dp* ihiK t,'
purs re- (raie-, Ih mfA est mis
s<'cl er. Cette fnun d'opnra ub
ginnd avnnlKgPv En cas de pluie cO
iip irslnnlle C8i si roul et nu*
A l'sbri
liar.s la ea=e se lrou\e !a machine
k drorl'qucr le cal.
A la sortie de relie machine le
caf passe sur un Inmis tren.Lleur,
les |^rain ene#| tombent lea pie
mia.s, el se mettent snsemble, plus,
loin il e forme un las de caf petits
et de qualit inirieure ( los trous du,
tamis tant un peu plus grands ,
tirM opration, l ou le laris
laisse pa*s*r tout Ia caf pntier se
trouve prs d'une bilance o le eaf
sain est mis on sac p >U'' Aire vendu.
Cette minire) de procder vnn
donne un raf suprieur qui oblien
drail s-cmant le prix du caf gru-
g-
Dans le Nouvelliste" du 30 CMo
bra 1923, il est cril que Fr^emain,
ingnieur agronome. Si iperinlend inl
1-^ l'agricultura en llii i porieia sss
ellirl- pour le dveloppement d i
cof. Sans viul ur ni? permettre d*
lui donner des conseils tcohniqne-,
ce q ii serait de l'audace de rna pxrl,
je puis en navant en vu que le btm-
tre gmral lui dire ce que j'ai vu
& l'tranger, et les rsuit ils qui ont
t obtenus.
le crois que si te gouvernerai! t
hailien pianlait A titre d'essai et p>ur
donner l'exemple, de 60 8l) cn-
reaux de terre sur une proprit d
100 120 carreaux en se servait
de mthodes moderne?, il rendrait
un seivi e au pays.
Le greur eh'rga de 1 exploitation
aurait av s lui une dizaine de jeunes
hatiens, instruits et intelligents qui
d-irent s'adonner l'agriculture.
Au bont de t ou 4 ans d'tudes pra
Uqu*a.ees jeune gans seraient ap es
diriger soil p ur leur compte, s -it
poir des tiers le nouvelle* plaola-
tio is m > ternes.
Mj n? en e-innlint la d,>eue que
n-.sisil'ra l'entredeu la eojeamea
gen-,1 ferma icole donnera encora
de liiiii li'u.ics.
Il na f t it p is se le dissimu'er, si,
re lemant lliiti doit are dvelopp,
il est temps de s'occuper du l'agrieul
ture et de letirar entre les muas le
gens ignorants et incipables, n'ayant
a i m i-) n i iou ie l'a^riealture, l'ava
cir du piys.
Que. dans un but philanthropiq m
ou pilitii ie l'on parle de "masse
paysin-e-', ces! trs bien, nuis au
p uni de vue dvsloppemjnt, il fa il
eirab.ltre. C-lie tuasse paysanne
telle qu'elle existe n'a u'uue valeur
et ne peal servir que co.n no ji irn i
lier* sur les propn-ti. Toute autre
conception serait folie et ai raterait
in ls i i oient l'avenir du pa\s. llaili
d ut Aire cultiv par de vritibUe
cultivateurs.
Ce itstohra 1923
' Victor UALDIN
Carnet Mondain
Le Hiut Commissure, chwgaa*
de rsidence. Madame R isseil o^
pourra pas recevoir le lundi, Si Jai
vier courant. Elle reprendra ses jours
de rcepliou i;omme d'habitude lo
premier et troisime luu di du mois a
ia Qouvolle r ideoee.
Cramle Xnison louer
Ayant tout le cnnlortable.situe
Bellevue, Bue S.
b'ddru&vr hu K 14.2, rue de
l'L^ti.

, '
(lo *
A la fois Un .,/
Anmie ~-7u.li: .:.-.:,.
OwlmatM Ui Xai
CUtaioi-fioxciaX
Pormation de3 Tonnas 2T:llo;
Maladies la Pcitiir.:
Cn pi fiable, remplace fmnlc&usment I
l'HUiitseroiEyiViaiur

r co m.t - r-sma
S


Lfi"MAllft
Hrn Line
i> |s c R*ybuk venant de
Hanr.frourjr, [vil Puerto P'ata est
ail ii du a. I Vr-lu-l'iinee Vendre*
di lt 101 ri.i'i. Il rppnrtira prcbfl*
bli ment dans la sohepoi.r Kiag*
ton, Jacn e', Cm. ao tt t uiu| p,
ii Pu r plus in pies reneriji i
cnis i\'rf> dp a'adieeter A
OLOFFSON, LUCAS A Co
Agents Gnraux.
Pcrt-ar.-Priire, le 17 Janv. Ife24
La Petite Viio
37 Rue du centre
Ar.roroe [ sa Wenvollanta
c*lirri^ le qnVHe vient de recevoir
w r le demw r Fianait de Ml
tii'gotit'.- il" i ni rr* | Otff rf e.s
yraitd cl oix da Boulieif pour in*
lantei chausselles,-_$hapfaux c m
tmrifs pour enfants, baadesoia
qualit tros r< con.mande e gris der
m'< r cri de / varies, belles dentelles Cluny, ti-
let mCclie, broderies, lubans, pai-
luinerie. objets religieux, quel-
ques jolies coupes de foiries.tul ,
linon, toile nationale, toile pur G),
bouquets garnitures et voiles de
iranes. .te, aie, etc. En solde
clinussures de bbs.
la Cctseience
Ernest C*mil:e
Fahxat.t at (/eusarej
tn uvs ^titre
y.r.t lu u>. h | tticnis
>oine tremplin ce Clrit
lr.n'*'liue pria la l'oile rs l?*2
Lu maison porte la connais
sence du pubiic que dan* le
l ut de faciliter et d'encourager
des nombreux client! alla te
corde paitir du 1er Juillet
1923 une pi nue de ui.e paire Je
chaussuci au choix tout dsttu-
teur da vingt tickets.
En consquence on est pri
da rclamer un reu pour chaque
achat au comptant.
A la Conscience telle eBt la
devi.-e de la maison.
La Guinande
Se recommande par de\ foniommii
fions de choix, de boissous rcoti/ot/ n
tes, les mets substantiels.
D( mandes le clbre *H.10 t ti L- it
qui reconstitue tes /rce s n t>u<}tn9>tte
Vnergie.
Service rapide et irrproch h

;:-
LaPT-T^
ZIDAL
EUXIR
I Jt Paru
LE ROI DES TONICUlit;, infui tuxdooila
jnte ,i ustc nar Utr.l,letiets, cinulidiss,!' K : ion dbilitante desp*vscauds,ux
ANMIUES-HEURASTHNIOUES-IMPUISSANTS
MQm'jftLsn cei'C a .
Le fls. " k tn co 37 franco,
a gratuite, sur .i. ,.i>fl u
LAHURtU/.ir ZIDAL", 11, Boulevard d# Strasbourg. 1 PAPlS
l- va sou*** .v' < ojLGiaa
a Po.-t-~u-* iiu-o Pata i ..w. .^.j .. "
Pharmacie W. BtIGB
Prparez vos liqueurs avec les Esstn
et s pour Liqueurs ; s.nistettes. Crme
de Uacao. Lharireute, Curao, Gin.
7. -
C3
32

S
S.
<0




'
1
V--

hKtliI M\\l %
et les plus jolies valses *^
de 124 cm
( Valve, taiigo-,n,uxi*e, fox-trot) 1^2
t\ v mil"! nu .No (i'i\ de lt Tuh les
Miii cls ou Fmu, chez Mme Mor- W^-<
peau.


Prenaz le I

'.
lire
la
CONSTIPATION
jii'i-nez les
COMPRIMS
SUISSES
d* DELOKT, fhurmaclen,
=3
l'V>
An* SnJ-r-A" lo-.iu
CXT I E MS1LLSU*
DES FUB'i.MlFS___
"iOTT- XJ-I'W -^ gJL
AU.PT. Ut -"'JtJ? f%'
, r., / I""""
i rent Lnttta l>< Coc nul
k *
cl.
S./
..... U DL ..r. < u
tm irof et da
coatuucr -: Si.'.m.-tr.
i : bs kl
. i .uvent
rveuz. d Ljdi
m I
t i
:. i ma r if
UUUUUt ML b* 1.
Compcsiiioi 3
de lyda E. R am
U*ia> K PMBMV M.ah.C'w* c | .*.
\

^7 v
Ta MasonSILVEHA
I i laiswn 11 SlLiEBAJoujoiire soociooM ^ dunucr
ji! s.-i-sI..-.". k a ses aimables & nombrroi clioirto,
in ollre,.e8 urticlta suiv.-u.t^ Si loitte Iraicheur et de
louto beaut rcemment rtiMi par les derniers stea-
mois, les prix exceptionnellement rduits.
Noua necroyonapai ncessaire de publier nos prix
car il n'est OU doute pour personne u,ue ooa seule-
nu ni nos articles r.jnt de choix mais que nos prix sont
les plus bas de la place.
Casimir gris anglais neuvtauts
Rilmbeach <|rls an^lnis
l'alaibaaeh ria nnulais j^ carrenux
" uni & barres, couleur
Alpaga noir sup,
I liagonsU noir supriotu-
Soi.jo lilau marin 4\noir,anglais
Satin c'e chine pour tailh di
l.ustrlns a, barras poui Lut laur
Kaki Jaune nnnlais extra aupriur
Erill union blanc
Tusaor Ja|>oiinls peur Cliaa il m .1 nommas A roLaa
l'orcal bluuoba
Itideaux tulle pour poitcs
I nlie pour yollea
Voile uni A a bar
Ratine blanche & couleur
Organdi [julcssc brodu
Gabardine unie & j\ bar;
Itrodi-es mariera pour robes, ohemlasa S. )u|iou
Petites .serviettes damasse pour* table
Soyeut uni blanc & couleur
Mar.pa' isette coton noiro
Crpon ;\ jour blanc el couleur
brabant anglais
Loiienno a mouches mbxur
iiunded-broics anglais.'
Toile voile pour ucelottos A naur cuire
Calicot parcais de famille
Piqa blauo barres pour^jupes
.Nansoalv noir anglais
Molietou blanc et couleur
1 otrons Pivert assorties
bas a joura
lias lUano deai-soi
Drill UUlon anglais
Salin fuiiura auilais double largeur
Cbapa-i ax> feutre Itorsulino ete, eto, etc.
l'oatj personne dsirnni se procurer les iinillrures
rlicrei de la place et auv meilleurs prix mie partout
ailleurs se doit de laire ses emplettes la flaisun M-
ivera.
Iftpp '-..,!> eurtonl une la rputation de lu maison
n'esl pins laire pour ses articles d'importation an-
glaise.
FuUoa Mi Polish
( ompany lue,
ftew \ork
'"^Ta. -S' T,,,|s voulez protrtei la peau de
. *ub cnausrures.
; :^\ h tous voulez, avoir un brillant lui-
1 vous voulez la* [couleur el la sou-
plesse le rei rlaussuretpendantlony
lempi tipinjptla niarue LTonrrjram.
l-lipiiM cpciahirrnl1 peur lesl!dsmes el les riitle-
Ji 1 l'a 1 l "
1 1 ijjhl lile.
Elle protge la peau;des el ronlre llumidit
et la < haleur.
Trma (!./ la marque ITtriH ' il la iuuIIu-ii da toutes
les ii. rt|m s.
e .' JE S SEME ' et n pecf Hati
" f

me
J'Ji'iaifa


L .MAArv
GYRAL in
pour les seins Infimes do la femme
U CYPALDOSE
cil l'antiir- ,u idal pour
le voyage irr.t je le
donnt
la loiutior. ,. -.ferme que la
Parisienne i> adopte peur le
Mini rituiL ..... PHIMM
rnfllc;-.' i '
4*rongestl<
rhlnur. I
Odeur 1res ible.
continu t.< ...
un ..


,
L'anti *t titptc qm
icx.li faftffl
aveir sur ca failli
de toilct'.e.
tabli*" i' ChatetsM
OAAI < '
J, r. ValaneiT" Part*, et M'

L OTRAtDOSB
l.-rina Or*C et 3an".0
Sua
(ir..\iuos
Indhper-
pour U toilette
Intlmr et I f-
t tli.n de h
|i u '. u
Ovules
a la
CYRALDOSE
. .-rngeitloo-
rai.i t antls-ip
lupus prevtntlfe
et uuaUfl daa
maladies de ai
Itrga Taillait Contignatairi pour iiiiti
-''Jl .IL
11 "
J3umtreiser
Type-
.
gole llislrihntor fur Haiil.
tiiiiiib5r'<'",:;;;;!" '**'
DcJ-R THBMID
Cliirur ien-|)ei liste
Df Fariill'- iit> Mon'.r/al de
New York Angi" de Ri da
Magn>ii .t.- .il
iCcBultBlinn* i'e 7 leirts du]
mjiiD a U ii u.c du tojr
Grand Blel de France
Angle des Rues Bonne tri <$ du Quai
^teat o4^ leceOolr
Pt de foie gras truller-uivet do lierre- andouiUeltes
aux lentilles.- audouilles au saiudoux. Jambons ta
boite?. anchois l'huile. Sardines Marquereaux.
Thon.- Cassoulet.-- Petits pois lin oxtin Boudins, etc.
Vins rouge, le gallon (i. 4Vj Vin blanc,le gallon 5,5)
L'Htel dbite par burriquvKet gallons
des Vins dh. Bordeaux et de Champagne
Cuisine excellente. Chambras confortables.-- Magnifi-
que vue sur la mer.
Charles Picoulel
228 Rua Rots*, Pori**UrP/lnG
A as'irtlaient complet d'epicerio''
Grau-g oboix da bonbons ou boita pour cadeaux
li->ubca<4 ; Fruits confits ; llisouits
Vins da Borie.iix ipi'rleurs p*r gmloa
Champaijne ; liqueurs ; llire etc. Cinjaros
Grand assortiment Ue via d Uou bovtmk,
---
De La Tranquillit
D'Esprit Du Touriste
P
iTJP. retirerdev^pnentlafJMr'twai
de Kilomtres, ave* l'oeil sor Isa
petits eanui9et ernpSchefles dj
Les Accessoire Firistone font partie da
service extra qu'offre sesclients la maison
Firestone. Bien des pneus ont fourni a
supplment de kilomtres longtemps aprs
avoir dpass la "limite d'ge"c'est tout
simplement psr:c que leurs sages propri-
taires avaient toujours p:t un ncessaire
des commodes et excellents
Accessoires de Pneus
firestone
Le Maximum de Kilomtres par Franc
L. Preetzman Aggerholm
PorUau-Princo
Pharmacie l\ Sjourn
Donnt' avis sa clientle i t aux mdecins ei au public qu'il*
rannormJ son Ltboraolrro d'Ulogie en un .Laboratoire da
biol >(Jie appliqu so s la Direction du
Dr ftteoi et fi. Sjourn
Le laboratoiro es ouv-jrl tous les jours de 7 lires du 'matin 6
oeure* du s-dr pour toute* le* reenerebes ei analyses prr-ies dans
t'annona ci jointe saut pour d i
YV*$vuiauo. et ia constante Ure-Secret TTie~;
Si".ni rtouai qud le inirdi dj chiquesemain*.
fftJr j'V ta fuir n\ii3 pair l^i ro ji3i,j u UjuW*
duaUes d'unoes et o'ucRasinquj
Kdacuon dd Waaaarmana
ftadcuou JeTriboulet, -^
Liainei du sang ei du pus
iil&aaieu des miire fcale**)
^Eatamen ue crachai
^muuiitiu itacnqr
CoriKtan'e L"rn iJtrtat^
rillllrfsl dp Sr.rrohfiifix M C noceoqu* c fito. [____
Bicycletls Bi(yceltes?
I^i meilleures machines qu'on ait jamais vues ici Ayant l^jjjj
un tir.i mo ile, 1res lgres, lgantes, solides ei bon march- tllis
sont munies de tous les acceafoirva : pompe, ciels el aunes, des WWW
Michelin ; h grand? Marque q tes .il/ona fs l-t inonde avu: le* non i/ftns rlrm machine* trlAl .
Voua 1rs four* t/ i n vu) ;iinsi ijue les i nea l itiatiiDres a au*
M.riir-I n iez N|t:< L \S U iRUAStAl, a l ue L'oiinc-r uu
Lrsbic/cleltes; SVbLiMUii les unilit-uivs- ri-Liiquees par8!
garnie S .r.iel Mauulaclunre d'Aunes cl Ci cita da M-kAnnne
F r* nce ).
il Caf
En lace (!e la 8in(|ue Nationale
Propritaire : Ani .ius 1XNOCKMT
Le nouvel tablissement se reeoinmaude par un serrieo
irproch.ible, dm consommations de premier choix, sa
situation privilgie.
Lh soir, musique attrayante diriye par des prolas.
lOnuels de (pand meiite.
liilallalioii pailaite. -- prix modrs,
llaptiono N J93
Boy


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM