<%BANNER%>







PAGE 1

L WRX Pansiana DIMANCHE La Direction de Puinaiu ouvre la grau I SDn&l par un film Ijoses, un de^ plui l)t au* iii us -i11 oo ail en* VU I i, f) m IUX I' i or.J-oin,i tu t la m %  %  ...i s !0fi inajv 11 IM : l In a le la ftosi Cl ro i 'H 5 \I s i G in !i .V \ u, n \\ I y I ii y I.VTERP iAlluN : .,1 s. Gabutll \)on I %  i i 'i I i" >li e ejloroani D IM • tj LJL m i la Jalain ii : ; llarj i M Al l M i qi is d'Arbona Don Emli : i'oii Ka nu/. A. tin.our M. de Colombo Fauviii d'Orchestre;G.2.00 Balcon 3.00 Loge 3.50 On jufjmenl amricain sur la langue franaise Voie! le j leol que porte un M ant A M. Mac Dougall II t\sk •m 1 i langue faioaiM • Aucune rta t lot do DUAOCM •'! U fioeSM d< pense que le franais;en consquence, su cune n'offre un instrum a n li de" lical p ttioa le l'esprit. '• %  • fraigui^. gra ; >D Tient excellemment aux malhemati* %  aaa, la chimie, la physique. S la mdecine. ; lo il tudiant en icieu eea devrait tre capable dn lire le* trait* scieoliflqu en franais. Le franais, i t-il ajoit, e-t li langue djune grao le partie du Cana da, de lu Belg i ie, d i Lun mb >urg, de la Suis-', 'i lh ii. (lest, en autre, dans une large mi Ml •'. le lm/ane des affairt, de la culture, de la o> plomatie ; an H p Hollandi. eo'Esp >'. 'n Portugal, en Italie, •m Greci en Turquie 11 d in une partie daa Balkans, aaoa compter les vastes paya de l'An rique lu 3ud o une grao i draa i il traite en franc i • Le franti^ aat donc un • 1 m.; ie U livei -elle. i|iii doit ire familire 11 c • iqua %  des intrtou lei i l'U i'T. L'int II II da I • i> m I • %  m le ,' i %  i re p i-li de citoyens oil d do \twr' ••• le frio ( L i Cr > ii I ) l) —<5 V MHg>—. Vlan ttj^s Ce matin, a 7 Imrji eu l'fc^'ise Mtropo lUiu i s • %  i celebi ie uui 4 (e .lu.I.III ( I .( m M.i' i n m i >iiiu d'er. Lee a irries mi • i %  %  i i .i ? t l'autnl p.ir Mme Km.le daau • et le i)r tiela on Camille. Aprela i la quelle un ni h LAi irmoni jue avait ai i le no il ilim bon, une ebarmaute i iception fut tuile aux aomb sus invite dans les 9a loaa de Mr et Mme Ubraqult, Boia Vajrna Meilleure vosua de bonli-ui nouveaux •po.i\. Ea l'Eglise Sainte Genevive d'Aa ni*res, daas la plus atricta intimit, a eu lieu le Samedi i" Novembre ni le mariage da Mutile C mille Berne i ec Vlr v i olaa VI 11/ Nos compliments. Convocation Le Contai I d'edmiaietraUoa del Solidarit ost convoqu pour demain dimanche 0 lu courant, a S be f ro si-s du malin m local de Amiti, ru.; I • i le l'Eut. • • Les Socit n i mt avisas que la runion ne a uell i "' %  > igat i re aura lieu un mena : local) d 11> la ir mi di • 4 beui Port au i la a j mvier 10 i L* Scrtait kWtoJOWUt av. H y a peu d'espoir sur le sortuu "Dumude" Par cble PARIS — L'a communiqu ma ii"" I itre d i m.irioe et i a lu >' ; soir M 7 I enres a laM roil pfu d'espoir sur le •o I du d.i pable "Oixmu e". La 1 • I Ibute nia : < La* non I ,(.| l'incertitude aaj'r W si i lu i\ nu le i--; 1 ml n i,'i i art doe ii,.i..es dans B .i 7 lu .,:..; i ; jn igeabl 1 I .•• r ; a ni. n %  ni i i ab i \ • %  vIl I %  itl/ i M -i (Tu ;, I nHJ ii idi li i ii i-,, i IL \ n iiJ .t ding \eir ti • i ,.,i en tee iv-c l %  • -, Boni inroir. i es. a i .. | . , a.i i a de %  ilal da l*al ->-iice de oou< vel < • de l' p i du en pHr:ie li liiiii ull et %  lenteur d.'-* cnmmu uicalioiii que U i lus grande ioctrli* tude it'gne quand a lutl du • Umde". In radio de Fort Plat ten, dat de dimanche malin et sigsalenl que le ••ljixmude-' se diri* H \ers le go:fe de ij.ilie-. •! (iemnii dail du leco abl ml ^ti e les dernii res n nivelles reues du i rig able ; a Ouer Pierrtfeu, pi 11_^_ Varits D1M4JH llli Le Mauvai* Sfntier Drame en quatre parties. Boite aux Lettre Port de Paix, i'J Dcembre \92.) A Moosi le Direoieur du I lurnal •• Le Matin Port a,i Prince. Mu isil ii la i>iie:!eur, Ne voulant tre ait-int d'aucue preaeripttoa, mme morale, je vous prie d'annoncer h Monsieur Lever* nra U .,.• rhveool, notnre prlen du pote 'pi je fi r i loul procivonein ni la rponse qu'il convient I i diatribe p u >ui %  \> is-'s lani I itin '• i rai i ip d' mtres cbale touet t.'i M orne t>i m va i (, ; ;i • /. Lja'il se r** mt je iui : , ii ri i i I • I i • i 1 i l'oreille pou i > i i r i i n 11 i > i i • i i i ,.• r u i i • luUtioas dis : Alpbou .1.. |Qt;u Les Hofeme3 et Femmes robustes de demain prennent aujourd'hui rEmulsion Scott La donnez-vous vos enfants? Empchez la msladie 1 cuillere ENOS FRUIT 5A.LT dans i verro -l'eau prise de rad m. tin empoche la FIEVRE, le RHUMR. DIARRUKK, GIIO* LtRINE, DISPKPSC. INDIGESTION, CONSTIPATION Empchez In Heure Empche/, la Chtlrine ED reote dans toutes les Pharmacies i Epiceries de la place. 6.0I et dtails chez la distributeur W. ytifl Viliaais, 1714, Rue du Magasin de l'Etat. Fuiterai le Les funrailles de TboJord Cieve I m ni ., lecde Mee t • M K le il D ni.i coul auroui lieu demain apra mil • l.e c.u> i partira de la mii^on moi ruai: e i o lia H Ci-crnes No li. u -ii an lie a l'r.gi e Epiiaapale de la Sic Trinit. Nous renouvelons nos condolan aat aux familles prouves. Fianailles de Romulus lue | nouvelle reprsentation do cette dsopilante comdie art an* r.once pour mardi d du ^courant Pariaoaoa.— Batra t pearse, —— M— r neiiiiw n SBhi The Eat Asidtic C'o Ltd. The BrS Virginia est attendu h Portail Princ^ ie H roiirant. eu roule rour Si ThomM,Via Gor.^Ives Po-id Paix a* Puerto Plat, ccep tan' fr t pour iRoropa. ••• ,<,r i"* r 1 0 L# PHLETZ-MANN-AGGERHOLM Agpni Gnral La h'eiite Maion 370 Rue du'centre Annonce -a lu-nveillanta al : li e qu'< le >icnt C v ir j, le n n i Franc :i t'ettk ;. /. s ri,uuuret i ouf dame*, i ii i hoix de M ulii ra peur m* 1; i K .i;n.-> lli s. il a 'aux. coeti n M poui f-nfai 's. I as i'< ro\* i u I l ne • ri n ;ii etjrisdtr ntff rr\ rfi Mi *' i r,couleuri va i" • N 11 1 is de i telles Cluny, fi1.1 w n lie, broderie*, rubans, pai lunei ; c ol j< is religieux, quelquel jo 1 es coupes de soines.tulle, hncn, U U imtionale, toile pur til, botiqiuII garnitures et voilea de wpries te, etr, eic. Ea solde chau-<' r-S de bt>s. jouets choix clienttt d'avoir s'inscrire l'avana pour leurs comm inda de lingerie fine robes liii^t'rie. costumes garonnets, etc. etc. Spcialits del Mai son atin de pouvoir en assurer la ivraisiii la lin de l'anne. prix trs modrs pflaH a-,j T.'J* i aac^ajjBjaaesBjBBssj QUiniA-LROC TONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGt Recommande pr tous lei Mdecins L QUiNA^.ROOHl tr freabl* an gofll. eont:ni loin lei %  s iiti trou n.'illrure tortti de qiimquin.i. Il t-t bien • uptrli-ur a tous le autres int i quinquinn et eut recomnnind par les cltbntda mdical, du monda tollef comme la Toclqua •i la Kecon.uiuani par axocllasoe dana laa caf da i FAIBLESSE GNRALE, MANQUE o APPTIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES r yrarri emt loura sonori PH*a>cia Csifl.t u vaaiTABLI Q 'NA'bAROORf uE OOM.i-. L O-, Mail HH '.^LJJlx* ^ Carnet Mondain Madame Jo'nn il. Ku^sell, empche lundi prochain, 7 oouraot, H la i le ilevoir de prvenir aaa u imib ea tisiteu i que aaa jour* de reaption reprendront dans la laita comme auparavant. Avis matriindtiiat Le soussign annona au coorner ee et an pablic qu'il n'est plus re* p 11 -able les aolos le sa fe:n ne, ns hn la irai a | mr eau grave ; d. v "' %  dai mi lr • iule it. Vali.ro leil • %  nbre 19*3 Mebivmn i.iatil lufiSUTl Panamas Panamas Ce sont l> blua f ont mole ei l?s |lj< liyniniquaa pour les climats Iropicjui, sans oublier leur ljiucr J\oLe /> f* est onomique Ach~tez*en, n'hitez pat, Cb|eiux pour homm' :i Dollas h l'iO Or " 5 '• 1 .Oi .. y 'i '• ajours pour dames 4 4 1,80 Or El's-\ous une personnes de pli, 'f.-iisant du chic un idal ? Pr.H-invz-vo is de nos chapeaux spciaux donl la fineate vous attirera la Iroirati m du tous les amants du beat*. Nous avons aussi tout un assortiment de rubans pour ehapeaux, dernire mode, un prix dfiant toute conourreoce. Venez corn ater. JENARO HBRTIDO 173J Hue Courbe rejucsenlant de Fabriques L. sis Carna # est arriv es matin, venant directement ds New-York. Le *|s Astres , venant de* porta du Sud, est attendu la Capitale I o lin dimanche 0 du crt. Il repartira lu muvi jonr pour tous le ports du Nord et NewYork, pieu i ut l'r.M oour X-Y at l Europe, via New-York. L? s|s t Co'nmewyne est parti de New-York le 4 du courant pour tous les ports hatiens. Il prendra du lr?t ces ports, direcletrert peur lKuro] c Le s|s U : i' t . v nant de K n ; 1 m ol du s 1 1 si itlendu h la Capi 'v ra %  1 > du crt. Il .'i i ; : i i < litS II lltj IIS, olf r i ut i i Irl i i tul direct uiant pour l'Europe, L %  s;s ('> rjas fan u t (.9 Cii oiin!, Z, est arrivi ici ca mini l rep r ira pour .M ;W Yo k vers mi li. Le aia Panants , attendu ds Cris ilii! I t * du couran', prtira l.i m'mj ur direct ment pour M NvYu'k. Il S Monsieur llippolyte Camy et son eurent, Mine Alice'(.Noisette, M. Fer nand L


PAGE 1

LEMATT* Le plus beau pneu que i* i %  %  ; l*ll 1; il Pensez que Tons je uvez aelielci un pneu Good Tear Cord pi rlcctioni, V \ beaucoup plus suprieur que celai qu vous connaissiez. Pensez que vous n'aurez pas plus payer pour ce pneu que vous Tariez lait pour un pnau ordinaire quelconque, Ce nouveau pr.tu a t obtenu par une nmliornt'on remarquable, des etils carreaux que prsentent les pneus Good Tear .Cerd AilA eather read. Ces petits carreaux sont maintenant fabriqus avec du Caoutchouc ** ^-^ ^ pur qui augmente la traction, prolonge laduie du pneu et diminua de beau coup les pannes. MU Good Year Cord AU— Wcalher-Tread Tbe Wesl Indies Trading C fort au Prktte' ftotiatve* <$• Cap-liintien ^ %  •' • %  ,• %  m i I 4 %  . %  %  % %  %  Il %  — %  %  9 ... ^ r +,~ ^ .I, .,. The Bnyal-Mul km Packe Company Notre S S, HoUtj Park i venant des Ports du Sud, e*t attendu d, lundi matir, 7 du courent. Il laissera le mme jour pour Miragodne, le Poris du, Acrd rit; PJbuiope, ton au Prince, te 4 Janvier 192k* Rol)erls 9 D u U uD&Ce 9 l ili. Agenis GnrauxLAS meilleures machines qu'on ait jamais eues ici. Ayint la fois un iiii modle, 1res lgres, lgant is soli h* et i !ioi uurch. Elles ront munie-* de tous 1^ accessoires : potn '. clefs et autres, des PNEUS MICHELIN ; /" grande Marqu qui a gagn Us plus imoorl intii toruves sportives du monde ar*; les non m >i is oMbteu m i:'v ii FIAT. VOIH les trouverez en vente, ainsi |. > 1 1 t n bvifl F .i. \s* uicycleiie* SVELTE soni les meilleures" •• Fabriques par*| er ml' Socit AlinuUuiurire d'vrm et Cycles dd w-tSuonne Fianoe ). Il ES! rappel que le cours d'angliis et d'espaguol se ra mau^ure a i'&col %  li no dct*logipliie f 3M, Ku Prou, [ Tlphona CiO ) le Lundi 7 JHQ % •er lyii u lues prsisM du soir. A\is Monsieur E. Robelia avise le'com Bera el le ui.bnc que, d'un mm mtin ctvrd, ta | luci.iuiiun nui avait li iionnte Yous.eur Arthur L>ardu ei a piis fia. l'ar tonlre, la procuration de la mai on L. Uob lin al cei e pinon nellu Je Monsieur K. liob lui tout doiiaes vlr Francis ('lu ikelt. l'or! au Prince le 1er j mvier 1921 IfcBPOInlHE m doux moi* pu Ua PILULES ORIENTALES Im aeu,*e qvX dveloppent, raifefmlseeiii. reeoasi>tusu< l s •* . ei'srtut les esulUe* oeaeu-* jea M jouneot eu buta a gfei ui ibbon^ilet luoiitMDui soir le aeoleV iots%.w*m ufm4r'Hm4s - es. J.>li BI 4*. l 'il Crsifiuiini i Pe*v-.rnce '..te A.'WI un' er Stfutee fceasiea umiassai EstSairs, Et UnirertaJfa mua i ; i' ulcment I i Je auaai (c I La Mal* ne : i i tontMaaS •nt enr' —see I l'oyantee et viv:ca. r.-.i le lesPtU ni Flrestone • i i %  -e AU; les HU ro'.lent K. in v ils ont II ra arque Firt r qua do catte mai i jflfort, la cur'.t et Le Maximum JV KUom


PAGE 1

it -. i t ta A il.\ URDONAL combat le rhumatisme i %  : Coutte Rhumatismes Gravelle A rtrio'Sclrose • Il r 1 i.M n Ml (i uIraient le dissolvant lr plut nenri-iue nnu. puiqu'il PU 37 (ois plus piiiMnm que la llthinp il ng\\. en our, -ment sut s% formation, ipposanl *a production exagre et a son tccuiuln-ioii dans Ici usu p*rl p ron Anr jFof. auz £n,i t t, mta UMII. ou mtd roM. Aittiu, Mimuom. MaUol" v-' i < &f t'd fc porlK du fV#t-## I 5 J K'fcr foiit^f!, llrepntl le mnu' j u> )iitrlt* pon* uiwntg : f i l+Uove, M'ri kociiie.J mtf. Cayet, •fqutn cl tfotfiu /. i'or( GII Prince, te 3 Janvier 1926 GBllA & Co Agent Fullon Shœ Polish Company lue IVetcvlork {si vous voulez protcjer la peau de \ vos chaussures. - Si vous voulez avoir un Initiant lui ;ft saut et durable. si vous voulez la couleor et la souplesse de ces chaussures pendant long l Mps employez la*marque lonodram. F i rique spcialeineut pour les dames et les genllen.en du iii.jiil Jile. |IIH protge la peau des chaussures conlre l'humijti f>; la chaleur. [et. tendez la inar jue HoDO^ram c'est la meilleurs de toutos u l marques. Uio. JEWSEMi fenlpoa* H M lu Wnn Bw la Bauderip, ( Arcahaic) Sons la DOUflnl P lire. Q dfl l'I'i M ire S jinl Vilanl e9' il :i -•ur V ournir des hri qu<; \ tous ceux i ui voudront lui tnf-'r une rornmandr'^ l'adressa Ift \ Rue du Centro, Port-auPr.uce. PROMPTE LIVRAISON A h Conscience Ernest Csmi.'.o FaLritciil ue (huukutsk en tous genres Matriaux suprieurs SoiS —promptitude— Clrit Grand'Rue prs la l'oste N 1724 La maison porte la connais fance du public que — dans le but de faciliter et d'encourager des nombreux clients — elle m corde — partir du 1er Juillet 1923 une piime de une paire de chaussures au eboix tout dtenteur de vingt tickets. En consquence on est pri de rclamei un reu pour chaque achat au ci mitant. A la Un gfifiii.' — telle est U devise de la maison. ^. / .. L b pC'Ui' treiBt '1!Q* La vk | 1 %  'JUS leur sexe rei. uvement pi i ne nerveux est dfang dtre gaie. 1 > : mes qui CI "... • | r ce l'ei cic celle qui nous a cv te 1 sttre: Lea Ce Q*e Cett FMU Dt Manzanlhj, Oricnn, Cuba.--" j'ttcif anrfiaiquo et f>jf. frai. : uleorsiBi U uvent tester au Ut. Les douleurs, teajoars d ttai^'r.t f;t.cl • ; .-f:.l.> n; ourd .i sou-. %  ra. J al souffert ne ce ssalaise jx uns iTtjDt de fatra coanaiseaiice ptr fi de votr.Ci fat prie sveceonar" etllon el J uu : de la recoazoaa nm '. ', 4, Hat LC Sv.'.in.' i % %  .. • p. i i'minls %  a lia o... .a ar IH Composition ^fegetale de lydia E. Pinkliam lD;r.lW.'i*M MSOMK (O. LVMN^ASS • %  %  . s. %> en CC * ce Charlos Piortuli! LE GRAND HOTEL OE FRUCE Se fait le devoir de prsenler ses soubaits les meilleurs ses aimables clients pour 1924 U les remercie sincrement pour les marques de s\inpifhie qu'ils lui Paul Sales ont donnes et les prie de croire qu'il ne uyligera ri u pour lre de plus en plus diijue de leur conftaiii'e. 1S A La Petite Maison, rue du Ceiire, se tro.ive un MsurUment de jolies chaussures pour et.lnitt tu prix de Ci.vj JJJ iai AVOC\T Ifc %  •flTnteiti. Coniaercliox, a : ,.s i Utraojtr. Coroit nta .Vailiing &f r-, \ iw*l k, terUn, Turin, Lo dres. Puri. T?etiuen< r"/7. nr:, lu -fr\M> Ttliphone 597 $$8 Rtvi Ro r, Po' nu-Prine Aesortlment ccfnplet dVpleerte ( rar. t choix de I orVrpn r n boite pour cadeaux Ronbiris : Kruil coi>!lta ; iscuit \it)f <•<* 1 n : i y sx i rteure par pl|on ( Lan jrr i i # ; < v< i • : HU e te. Clusrps i x r' Atitxi^u. lit \Ak. ce itii ^m et l^viQt^rts en Pliarinarfe IV. tfuch Tour les Fte l'r'pnre? vo9 liqueur* avec 1M F>" I %  ** p i Vais t'a C-Ani I CajT, Utiarireuee, Car Prtx dhi riaoon t 5 franoa. Baume Benu Chi*rt*on Pmtliemlu *4^ GOUTTE RHUMATISMES NVRALGIES ^ p, itNCtt, •*. *• 8M1. • PrH.



PAGE 1

/Clment Magloii. *0fg VKILNA WH Ha* .uxierteaMne .\LMBito *2()eLMi .lii}j Quotidien FILE COPY Columbus Mmorial Librety PAS! AMtni'AN Ul U foroede toute nation a*t dao^son horn^tftftv* sinon physique, mais intellectuelle et morale.llle ne .peut prosprer qu'autant que ftuque individu, lormanl une pice le layryat nalional, se seule indissolublenenl li a la destin* de set •aas-socis le la communaut politique, ses concitoyens et ses compatriotes. Antenor firtutl lLKMtWE y Hme ANNEE N 5103 POmM(VM;;>tE( U.MTI ) SAMEDI 5 JANVIER 1924 Autour de la crmonie de demain Les reste* de Ption seront unis ceux de Dessalines l T oe manilcslalion p Irioliqtie Invitation Le Go neriur i t de !a Repu bliqne se lait le voir d'inviter le Public la Ifetse Je Hequiem qt.i sera chante en 1'Egliai Mtro| olita ii le Din anche b" Jan \i-i courant, a piiali< n d ,: tel a l i.tiioii d'i n monument a |'£ 0 pereur Lksea Unes, fbMUUur de .'nuit |< i jai.re etcu Prsident Plu n, foudeleurde lu Itpubiiqee Les d.ux liius repr senleul noue nalionaiile et .vmboli sent l'union, grce laquelle ce pajs conquit sa libert. Celle initiative invite de profon des mditation* et on n peut ne pat trouver imble et rconfortante l'ide du Prsidtnl Borno de rappe ter tous les grands principes de t>o Jidaiii sans lesquels il n'y a pas de •lut possible. Tout les dtoyens indistinctement •ont invits a celle pieuse manifesta tion de demain, o tes restA de Celui qui ue lit couler des larmes qu' sa mort vont ae confondre avec ceui dont le cri farouche : Au pre imer coup de canon d'alaime les ville duparaissent et la Nation est deboull... dpeint bien l'aident pa triolisme el la w inbranlable de viVie uLiesou de mourir. S'il e;-i v.ai que les i. tapi hroques sooi eeeeuiplis, l'poque des Saciilices t ue ubeeuM dvoue mats eUerrivie. Ce n'est pea per des gesticulai ions lues priodes CB flamme es, par des propagandes e t des campagnes ioeeueea qu'o ani vera a voir le sol nalional dbarrass de la prsence humiliante de l' li.:: ger. par des actes rllchis, par une clane uoliou des ralits— puis qu'il est impossible enfin de refaite l'Epope.. — que tous les liai lie us travaillent lalieer le rve qui liante tous les coeurs afin de remet lie nos enfants une patrie digne des hros qui nous lotit donue. Ce stra la gloire .lu Prsident Bor no d'avoir coinpii> qu'il devait s'obs tiuer rallier loua les coeurs au tour du Drapeau .National, el, leje tant le. divisions et les haines d'un pass dsastreux, reconstituer la Pa trie de LSSSAUXKS et de PSTION. Comment se concerta la lotte peur l'Irtiependance En prenant les armes contre lis Fianai, Tel ion pouvait eip rer de devuiir le tint de l'in>urroclion hatienne. Le beau caracy ter? de ce rvolutionnaire ses si r vices rendus a la eauae de la liher t, ancii n !• uU liant de Ri^aud dtnl l'ii.tluen e avait gran i da< s le paya mesure qui T< us* i t avan si u L ifi iiei la Gauai de (Mfrres; • i. lui, • us 'es pi..c dents de i'iiion pouvaient >ui at> surer \n a nliai re et iet oiinn i t des iodigm s. M .is Plinn, a 1 1 politiqueadioite de qui l laiii ri< il sa lgn l'hou, n-' i ou* lit m n pilla salm-ti MU I. s lilficul 1 1 de cne Mini < uiri prise h ue [ail n poinl eu espose I i i < %  • i .il avait qu MU loua les p ni. a la col ii t le h i| r u i MI r cl nei tt.-ii e\c il i 'igtiuu il p.s qi e ce tucuveii.eiit tait u. pou;su u'tiit n.h.e < t dharu.onie. La diversit des principes des surgi, le rnahncmilriux s\>' me de guerroyer par ban les d'o* rigine alricaioe, menaait de peutr.diser l'nergie natii nale, en .i p ravi ne lou < u .I • ' I i il id i II ..1 MU., ue l etl i f li i uu.'i uaue Sun i '•.n Joiinail .^ .. .i •,. i U..A | .ii .i-ji.c, ,i U.gjuJ puui ieeoiiiiul.i i ulol uo an UcaaaUiuea. L s evuemeule juauu^ruit ka L,roviaiuu3dj Peuou. Ctuoai AROOUQf. %  AOlEETiEKNLFili Marchandises franaiae |ngle des rues du vaijasin Ue liai et des FronU-furls s 'ecrl.iircri %  . lai 'l'InsiiiM.i Publique \\ S >'lt i\il '.•• %  pieu ha i. i. n, i ie .1.; i < Ira ie-lei> lu l'rt'si'h ni Ai. \ i i, ton I leur .le U Keuuhli ie, Jans le tombeau de J. J. Detsalu et su Cime* UVre Intrieur ( Stf*m la pie le au-a lieu Uimuiich u j.nvier prochain. Les lves, accompagns de leurs mallrs, se runi ont la Bisilique Noire-liame, 8 heu es du malin 11 ae ren Iront ensuite en cortge au Cimeuie. Traas.atiw te restes du Prsident Ptioi L'ordre du Coiljje DIMANCHES 1 Orchestre de ht Gendarmerie. 2 Gendarmerie. %  i Conseil d'Ctat et Pouvoir Judiciaire. ( Mtaistrali et avoeeU ) 4 Fonctionnaires public. 5 Clerg. a 3 La '.n.ir furi.'l.f. Portuis dea gl inda : MM. Lgiiime, Kiiim. r. In lit, liinidoit, Lue l hi Sur lea i ol %  •>. les AiJff .lo Camp du Pr si la i .1 II iiii. 7 Lt * nilij si lea invits qui vou Iront suivre a pied. 8 3 Lea vqilures : a; Prsideut, Lut-Major, DJ Secil .ired'I l il, c) Corps Dijiloiiiaii.|iie et Consu'.iire, d) Mat i ne l'.orpi, e)'jnicieis Gendermerle, f) Le* selre* Nu;lure. Fte des Sois C'est demain rF.piiih.ini.*, COTV Dunement ai p ile Kte 1 h i . V ne .! %  ', i, M. |. ;>, ,. %  i / | .!'•• 'ni l'K l t: [t i reeo nu %  t t A i II C 'i' d i r -n t si r.i p i|| ^ dans u aii.t?s familles. *mmm • . %  %  ' %  ".. %  %  Cini-Salanl Vers m œuvra Fis X! Intime de paix i-'nfin il n* parti, l'an I Jl. Au milieu d'un fUmb i ment di r.yi s d >". u i ',> t vu le i I I ae ptoa ger daua ftbl tf peso e, et e.i a i mire i .i e m ieu elle ioua \> ,* a| otr vu i oel •.! '" • n >i n* , I II .' •! l •i, i. ; • j i %  ; i li lui' ,. : .u . .' l i ) v i I A .. m i,l > \i %  >u vj inul i I 1 1 r : ,, • 'I %  li u ; ,. eul m -, pu \t m I ii'.us ab.tn .l'.iiu r a li .Lu. e r .1 un* illusoire i n, et i.---. MI la • ust.ou qui n -. clia^r.ns s'ao taient plu ou m uni • i lormla. M .is ce fut un fugilil l.onheur.car il dura juste le temps que mettaient les dernires lueurs du soleil i s'elein.lre. L'ombre de lu nuit s'len du sur nuire laie, sa mme lemp quelle s'lanJuit sur Poil M l'nnee ci, l'Ole. linisijucmenl uous fmes lire Je nellueinelioDi las braua Aa Il .lo plaisirs qui tintaient un Doua firent place aux tristes penses q'iViiyun li.'iil la vie hitilieune et laideuis, et, nous senltmes nuire coeur un peu plus pav de dsesp an i. ger I ml avec les yeux de l'esprit, tout ce qui s'tait accompli Jurant la durnure BDBe, C'est alors que, |ii-,int .1 nos fautes et A nos eiieurs, noua avons 1 IIIMI combien le manque de tael el .le sagesse poli.i.pic. a t fun> a la Cause nationale., Nous nous som ma leman Je si les rcrimiaatieea, les injures el Ks l..menlations taient su-..Iplib I la BSOg 1 a l'avenir lo soi I du |> Ujlle. il U vou J la raison nous u r p 1 u qu 1,1 division dea Bis J une m 6 aa patrie reoJ l'Ii'o-suiLi'. la r-. 0 iiiii .i. m .i 1 1 tiseeeu n U10u.il, et que l 'limon, I Union seule nous permeUre do reconqurir ce que 1 is onl l de perd 1 U division et son a lieu* 1 || miliieuis. i,sbl .n >ns aiai 1 dans les r,l ixieos loi j 1 I.I 1 lup Je imuuil 1 sa art, les alarmes d 1 it,.,, te; sirnes d'usines ci le |ron i.-ineui du c mou. L %  vou a> I IQI la ru?, li 1 -, 1 .Mt d s er I i g .vi Msba -M 1. nui .Je lo U" %  lai il ci mlenl | .it i4 miaeS II e l \ .1 au, leurs ii 1 ci. sus ir, lea busesa n f ni'1.|. 1 ur 1 d uu Se au . 1 1 I 1 .. j Mil J 1 \i v %  .u j ,' 11 u • .a lu. ,> %  r m 1 ,11 ... I 1 1 1. pa x d. m,s il , .. \ eem 1 1 I 1 n n • :...,. | 1 | 1 %  'J 1 > .1 . • .1 . i.iii ,i S • u 1 ,. 1 .il, j ."I q i 1 1 1 1 1 u .,.£ .ci. uc.u m iem 1 1 1 .' %  ie %  >,! ut I l I UJ ne p Ui l 40 1 r que d une oe.iv.e de ,1 m a 1 •, 1 : I loiveal v.011 ir. u;, I Nu Une froide] eu ,i|)jt;n nnee Pie XI N lawu pourUnl (aciiement mouvoir toute ide b^lle ci tjnreuM PiXI r. il des miiilagnes de lettres, 1 rpond ,1 foutes, mais l'Heure voulue. Ii range ^r-> leiire- avec a mme ordre av. c lequel il lan^' .il .u cii.; ,!e -a l.ililiutb 1 : les pi 11a irg al .1 nu ri, les 111,111urgentes de l'autre. M.iis il 111e laisse paa JborJar par le Iravai "vi loidioaire. .. L>' devoir, d'abord. Il passa sea h.mes .1 repu,1 ur n" ii r un nombre bien trlle d affaires; les autres attendront leur lour. L 1 :i iloire, .110a laquelle il eher> eba non pis deeimolea satisfactions la des .n sciions d'aposlolal. lui loiiinit dea rgles pratique de vie, qui se traduisent dans lea aphorismee, dont ses propos sont, dans l'intimit, imaills. En voici quelques uns : Il n'y H rien de rraiOMBl nouveau 'I tas ce qui irriva au monde ; t-.'ite alarma exagrs est injustifie. Par r ,n-.'i| ie u, Site ne peut que eaebsr ..'i ob curor 1 < rit. ; Ile nous fait perdre l'oi ision opportune d intervenir pour carter le mal ou pour le faire servir au triomphe du bien. > La %  solutions da certaines quealions, readoee satrmemeat coin- pliques par l. pasaions et pur lea prjugs humains, sont l'effet du temps plus qus des lois. %  > i Lea I. m>n s sont meilleurs que leurs ai i.-, 111 illeurs que leurs parolea : pour lea ramener h la vrit, pour les p. isser da nouveau la pratiqua du bien, une prudence in* dulgsnla et dlicate, uu amour a's> 1 ire si n lenl raient bien plus que tout I •II^ mut Pie xi • plal 1 : pter que l'stn Is .1. 1 li, 1 re l'a conflune dans la OSrlitude que la Piovidence, qui gouverne les vnements humain les a di-iposa 1 selon un pi 14 m-1-1 -ali .•, 14^1 se (raJuit par ie triomphe progressif Je la socit des .1 11 | sel l'aaj ise. Le papa u iime pas le bruit autour de 1 projets. Il p % %  • suivant une comparaison qui lui eat l'eau proton lo q ii, ifleai aue • 1 Inapereue, porte ae elle le 1 .1 w du eouranl . il 1 t pour cela 1 u" %  simpo-. I n mine u; s c I.I) raieurs immdiats, le i. ,'" %  t I -IU.C -1 1 les e u io 1 .. rsoaae parmi ses ii peut te vanter J'av tir 1 iisi| 'i us 11 .1 ,). et, aaeasl ives de se vie, une m 1 11• 1 n ,1 .ii %  %  1 v nm > Ie | 1 1 f 1 lu ape 1 • %  ,1 .u ,u,i. i n 1 ,1,1. ,ii',i t |a c. %  %  u 1 "•> r d'un eaui .1 m ti 1 d -,, nma -ei.i.'i.. el'tau I S regard, Ol p UV.ilt I t If 1 11 ul u une pure joie, il'uue joit qui rayon ail lu *isge, n n lu l'uib.iuJe par use longues vi l, 1 fPIMj (0le as li GuaJt!ou*)i le • Bagat lie • 1 ."i ml 1 %  irela • '. u, > ( drame sent.mental ) et Musique Janvier ooerent, a sept heures du yv rtdroohoBe SON r_ lt CU^fllfi^ Dimanche noir i/Amotir qui tue itringut de Franoit Manigat tn veQle aux bureaux du MATRf, Cris Q. %S0


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06114
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, January 05, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06114

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
/Clment Magloii.
*0fg VKILNA
WH Ha* .uxierteaMne
.\LMBito *2()eLMi,.lii}j
Quotidien
FILE COPY
Columbus Mmorial Librety
PAS! AMtni'AN Ul
U foroede toute nation a*t
dao^son horn^tftftv* sinon
physique, mais intellectuelle et
morale.llle ne .peut prosprer
qu'autant que ftuque individu,
lormanl une pice le layryat
nalional, se seule indissoluble-
nenl li a la destin* de set
aas-socis le la communaut
politique, ses concitoyens et
ses compatriotes. Antenor firtutl
lLKMtWE y
Hme ANNEE N 5103
POmM(VM;;>tE( U.MTI )
SAMEDI 5 JANVIER 1924
Autour de la crmonie
de demain
Les reste* de Ption seront
unis ceux de Dessalines
lToe manilcslalion p Irioliqtie
Invitation
Le Go neriur i t de !a Repu
bliqne se lait le voir d'inviter le
Public la Ifetse Je Hequiem
qt.i sera chante en 1'Egliai M-
tro| olita ii le Din anche b" Jan
\i-i courant, a 'u in tin. l'occasion In la trans
i on di s n otei du Prid< t
AUCXANQ II ,'ii
Le Gouvernement a eu l'heureuse
lo>piiali< n d ,: tel a l i.tiioii
d'i n monument a |'0 pereur Lksea
Unes, fbMUUur de .'nuit |< i jai.re
etcu Prsident Plu n, foudeleurde
lu Itpubiiqee Les d.ux liius repr
senleul noue nalionaiile et .vmboli
sent l'union, grce laquelle ce
pajs conquit sa libert.
Celle initiative invite de profon
des mditation* et on n peut ne
pat trouver imble et rconfortante
l'ide du Prsidtnl Borno de rappe
ter tous les grands principes de t>o
Jidaiii sans lesquels il n'y a pas de
lut possible.
Tout les dtoyens indistinctement
ont invits a celle pieuse manifesta
tion de demain, o tes restA de
Celui qui ue lit couler des larmes
qu' sa mort vont ae confondre avec
ceui dont le cri farouche : Au pre
imer coup de canon d'alaime les
ville duparaissent et la Nation est
deboull... dpeint bien l'aident pa
triolisme el la w inbranlable
de viVie uLiesou de mourir.
S'il e;-i v.ai que les i. tapi hro-
ques sooi eeeeuiplis, l'poque des
Saciilices t ue ubeeuM dvoue
mats eUerrivie. Ce n'est pea per
des gesticulai ions lues priodes CB
flamme es, par des propagandes e t
des campagnes ioeeueea qu'o ani
vera a voir le sol nalional dbarras-
s de la prsence humiliante de l'
li.:: ger. par des actes rllchis, par
une clane uoliou des ralits puis
qu'il est impossible enfin de refaite
l'Epope.. que tous les liai lie us
travaillent lalieer le rve qui
liante tous les coeurs afin de remet
lie nos enfants une patrie digne
des hros qui nous lotit donue.
Ce stra la gloire .lu Prsident Bor
no d'avoir coinpii> qu'il devait s'obs
tiuer rallier loua les coeurs au
tour du Drapeau .National, el, leje
tant le. divisions et les haines d'un
pass dsastreux, reconstituer la Pa
trie de Lsssauxks et de PStion.
Comment se concerta la lotte
peur l'Irtiependance
En prenant les armes contre
lis Fianai, Tel ion pouvait eip
rer de devuiir le tint de l'in>ur-
roclion hatienne. Le beau caracy
ter? de ce rvolutionnaire ses si r
vices rendus a la eauae de la liher
t, ancii n ! uU liant de Ri^aud
dtnl l'ii.tluen e avait gran i da< s
le paya mesure qui T< us* i t
avan si u L ifi iiei la Gauai de
(Mfrres; i.lui, us 'es pi..c
dents de i'iiion pouvaient >ui at>
surer \n a nliai re et iet oiinn i t
des iodigm s. M .is Plinn, a 11
politique- adioite de qui l laiii ri< il
sa lgn l'hou, n-' i ou* lit m n
pilla salm-ti mu I. s lilficul 11 de
cne Mini < uiri prise h ue [ail n
poinl eu espose I i i < i .- il
. avait qu mu loua les p ni. a
la col ii t le h i| r u i mi r cl
nei tt.-ii e\c il i 'igtiuu il p.s qi e
ce tucuveii.eiit tait u. pou;su
u'tiit n.h.e < t dharu.onie.
La diversit des principes des
surgi, le rnahncmilriux s\>' -
me de guerroyer par ban les d'o*
rigine alricaioe, menaait de peu-
tr.diser l'nergie natii nale, en tisant les forces d. s ii su -g ; t
dj mme, dans que pi i Indi-
tes, des querelles de n'a-
?di'in i ait
donc un cbei dj lev tans U
|ereTyje ulitwre, ain tju'on
n'et point a l'txpoter aux von-
luanies ebanceuaes dans la nou-
musion dis bandesuiverteaetque
Celte soumission 101 obtenue coin
me tail I rsultai u'uli luit ac-
compli c lui de lobiasauce tue
au lucceileur uaturei uu nuuv i
i.eur gnra T u&f inl*Lou eitua
re q i venai l'tre uiu rqu
p U la l'r c .
u lailail un h t aud icieux u,uia
dans t tiocikioii, tu briaer uruia*
lemeni lous i uOaUciea leve
sut sa un.. : n bilan enliu unir
le deux parties de 1 u SJinl el
de l Itfau i tu un ut : celui de u
pain I ) te illll I i Jiilsaail .i
p ravi ne lou < u .- I
' I i il id i II ..1 MU., ue
l etl i f li i uu.'i uaue Sun
i '.n Joiinail .^ .- .i ,. i
u..a | .ii .i-ji.c, ,i U.gjuJ puui ie-
eoiiiiul.i i ulol uo an UcaaaUiuea.
L s evuemeule juauu^ruit ka
L,roviaiuu3dj Peuou.
Ctuoai AROOUQf.
AOlEETiEKNLFili
Marchandises franaiae
|ngle des rues du vaijasin
Ue liai et des FronU-furls
s'ecrl.iircri . lai
'- l'InsiiiM- .i Publique
\\
S >'lt i-
\il '. pieu ha i. i. n, -
i ie .1.; i < Ira ie-lei> lu
l'rt'si'h ni Ai. \ i i, ton I -
leur .le U Keuuhli ie, Jans le tom-
beau de J. J. Detsalu et su Cime*
UVre Intrieur ( Stf*m la pie le
au-a lieu Uimuiich u j.nvier pro-
chain.
Les lves, accompagns de leurs
mallr- s, se runi ont la Bisilique
Noire-liame, 8 heu es du malin 11
ae ren Iront ensuite en cortge au
Cimeuie.
Traas.atiw te restes
du Prsident Ptioi
L'ordre du Coiljje
DIMANCHES
1 Orchestre de ht Gendarmerie.
2 Gendarmerie.
'i Conseil d'Ctat et Pouvoir Ju-
diciaire. ( Mtaistrali et avoeeU )
4 Fonctionnaires public.
5 Clerg.
a3 La '.n.ir furi.'l.f.
Port- uis dea gl inda : MM. L-
giiime, Kiiim. r. In lit, liini-
doit, Lue l hi
Sur lea i ol >. les AiJff .lo
Camp du Pr si la i .1 II iiii.
7 Lt * nilij si lea invits qui
vou Iront suivre a pied.
8 3 Lea vqilures :
a; Prsideut, Lut-Major,
DJ Secil .ire- d'I l il,
c) Corps Dijiloiiiaii.|iie
et Consu'.iire,
d) Mat i ne l'.orpi,
e)'jnicieis Gendermerle,
f) Le* selre* Nu;lure.
Fte des Sois
C'est demain rF.piiih.ini.*, cotv
Dunement ai p ile Kte 1
h i .
V ne .! ', i,
M. |. ;>, ,. i / |
.!' 'ni l'K l t: [t i reeo nu t
t
A i II C 'i'
d i r-n t si r.i p i|| ^ dans u aii.-
t?s familles.
*mmm . "...*
Cini-Salanl
Vers m uvra Fis X! Intime
de paix
i-'nfin il n* parti, l'an I Jl. Au
milieu d'un fUmb i ment di r.yi s
d >". u i ',> t vu le i I I ae ptoa
ger daua ftbl tf
peso e, et e.i a i mire i .i e
m ieu elle ioua \- > ,* a|
otr vu i oel .! '" n >i n*
. I II .' ! l -
i, i. ; j i ; i li lui'
,. : .u . .' l i ) v
i I '
A .. m i,l > \i >u vj i-
nul i I 11 r : ,, 'I li u ;
,. eul m -, pu \t m I ii'.us ab.tn
.l'.iiu r a li .Lu. e r .1 un* illusoire
i n, et i.---.mi la ust.ou qui
n -. clia^r.ns s'ao taient plu ou
m uni i lormla.
M .is ce fut un fugilil l.onheur.car
il dura juste le temps que mettaient
les dernires lueurs du soleil i s'e-
lein.lre. L'ombre de lu nuit s'len
du sur nuire laie, sa mme lemp
quelle s'lanJuit sur Poil M l'nnee
ci, l'Ole.
linisijucmenl uous fmes lire Je
nellueinelioDi las braua Aa
Il .lo plaisirs qui tintaient un
Doua firent place aux tristes penses
q'iViiyun li.'iil la vie hitilieune et
laideuis, et, nous senltmes nuire
coeur un peu plus pav de dsesp
, an i. ger I ml avec les yeux de
l'esprit, tout ce qui s'tait accompli
Jurant la durnure BDBe,
C'est alors que, |ii-,int .1 nos
fautes et A nos eiieurs, noua avons
1 iiimi combien le manque de tael
el .le sagesse poli.i.pic. a t fun>
a la Cause nationale.,Nous nous som
ma leman Je si les rcrimiaatieea,
les injures el Ks l..menlations taient
su-..- Iplib I la BSOg 1 a l'avenir lo
soi I du |> Ujlle.
il U vou J la raison nous u r
p 1 u qu 1,1 division dea Bis J une
m6 aa patrie reoJ l'Ii'o-suiLi'. la
r-. 0 iiiii .i. m .i 1 1 tiseeeu n U10u.il,
et que l'limon, I Union seule nous
permeUre do reconqurir ce que
1 is onl l de perd 1 U division et
son a lieu* 1 || miliieuis.
i,- sbl .n >ns aiai 1 dans les
r,l ixieos loi j 1 i.i 1 lup Je imuuil
1 sa art, les alarmes
d 1 it,.,, te; sirnes d'usines ci le
|ron i.-ineui du c mou.
L * vou a> I iqi la ru?,
li 1 -, 1 .Mt d s er I i
g .vi Msba -m 1. nui .Je
lo U" lai il ci mlenl | .it ,
i4 miaeS II e l \ .1 au,
leurs ii 1 ci. sus ir, lea busesa n
f ni'1.|. 1 ur 1 d uu
Se au 1 1
I 1 .. j Mil J 1 \i
v .u j ,' 11 u .a lu. ,> r
m 1 ,11 ... I 1 1 1. pa x
d. m,s
il , .. \ eem
1 1 I 1
n n :...,. | 1 | 1
'J 1 > .1 . .1
. i.iii ,i .
S u 1 ,. 1 .il, j ."I
q i 1 1 1 1 1 u .,. .ci. uc.u m
. iem 1 1 1 .' ie >,! ut
I liUj ne p Ui l 40 1 r que d une
oe.iv.e de ,1 m a 1 , 1 : I loiveal v.011
ir. u;,
' I
Nu Une froide] eu ,i|)jt;n nnee
Pie XI n lawu pourUnl
(aciiement mouvoir
toute ide b^lle
ci tjnreuM
Pi- XI r. il des miiilagnes de
lettres, 1 rpond ,1 foutes, mais
l'Heure voulue. Ii range ^r-> leiire-
avec a mme ordre av. c lequel il
lan^' .il .u cii.; ,!e -a l.ililiu-
tb 1 : les pi 11a irg al .1 nu ri,
les 111,111- urgentes de l'autre. M.iis
il 111- e laisse paa JborJar par le
Iravai "vi loidioaire. .. L>' devoir,
d'abord. Il passa sea h.mes .1 re-
pu- ,1 ur n" ii r un nombre bien tr-
lle d affaires; les autres attendront
leur lour.
L 1 :i iloire, .110a laquelle il eher>
eba non pis deeimolea satisfactions
la des .n sciions d'apos-
lolal. lui loiiinit dea rgles pratique
de vie, qui se traduisent dans lea
aphorismee, dont ses propos sont,
dans l'intimit, imaills. En voici
quelques uns :
Il n'y h rien de rraiOMBl nou-
veau 'I tas ce qui irriva au monde ;
t-.'ite alarma exagrs est injustifie.
Par r ,n-.'i| ie u, Site ne peut que
eaebsr ..'i ob curor 1 < rit. ; Ile
nous fait perdre l'oi ision opportu-
ne d intervenir pour carter le mal
ou pour le faire servir au triomphe
du bien. >
La solutions da certaines quea-
lions, readoee satrmemeat coin-
pliques par l. pasaions et pur lea
prjugs humains, sont l'effet du
temps plus qus des lois. >
i Lea I..m>n s sont meilleurs que
leurs ai i.-, 111 illeurs que leurs pa-
rolea : pour lea ramener h la vrit,
pour les p. isser da nouveau la
pratiqua du bien, une prudence in*
dulgsnla et dlicate, uu amour a's>
1 ire si n lenl raient bien plus que
tout I - ii^ mut
Pie xi plal 1 : pter que l's-
tn Is .1. 1 li, 1 re l'a conflune dans
la OSrlitude que la Piovidence,
qui gouverne les vnements hu-
main les a di-iposa 1 selon un
pi 14 m-1-1 -ali ., 14^1 se (raJuit par
ie triomphe progressif Je la socit
des .1 11 | sel l'aaj ise.
Le papa u iime pas le bruit autour
de 1 projets. Il
p suivant une comparaison
qui lui eat l'eau proton lo
q ii, ifleai aue 1 Inapereue, porte
ae elle le 1 .1 w du eouranl . il 1 t
pour cela 1 u" simpo-- I n mine
u; s c I.I) raieurs immdiats, le
i. ,'" t I -iu.c 1 ij '-1 . |> -1 1 les e u io
1 .. rsoaae par-
mi ses ii peut te vanter J'a-
v tir 1 iisi| 'i us 11 .1 ,). et, aaeasl
ives de se vie, une
m 1 11 1 n ,1 .ii 1 v n-
m > Ie | 1 1 f 1 lu ape
. 1 ,1 .u ,u,i. i
n 1 ,1,1. ,ii',i t |a
c. ' u 1 "> r d'un ea-
ui .1 m ti 1 d -,, nma -ei.i.'i.. el-
'tau I S regard, Ol p UV.ilt I t If
. 1 11 ul u une pure joie, il'uue
joit qui rayon ail lu *isge, n n lu
l'uib.iuJe par use
longues v-il,1
fPIMj
(0- le as li GuaJt!ou*)i
le Bagat lie
1 ."i ml
1 irela
'. u, >
( drame sent.mental ) et Musique Janvier ooerent, a sept heures du
yv rtdroohoBe son r_ lt CU^fllfi^
Dimanche noir
i/Amotir qui tue
itringut de Franoit Manigat
tn veQle aux bureaux du MATRf,
Cris Q. %S0


l wrx
Pansiana
DIMANCHE
La Direction de Puinaiu ou-
vre la grau I SDn&l par
un film Ijoses, un
de^ plui l)t au* iii us -i11 oo ail en*
VU I i, f) m IUX I' i or.- J-oin,i
tu t la m ...i s !0fi inajv
11 im :
l In a le la ftosi
Cl ro i 'H 5 \- I s i
G in !i .V \ u, n
\\ I y I ii y
I.VTERP iAlluN :
.,1 s. Gabutll \)on I
ii'i I i" >li e ejloroani
D IM tj "
LJl m i la !
Jalain ii : ; llarj i
M Al l
M i qi is d'Arbona
Don Emli : i'oii Ka nu/.
A. tin.our M. de Colombo
Fauviii d'Orchestre;G.2.00
Balcon 3.00
Loge 3.50
On jufjmenl amricain
sur la langue franaise
Voie! le j leol que porte un m
ant A M. Mac Dougall
II t\sk - m 1i langue faioaiM .
Aucune rta t lot
do DUAOCM '! U fioeSM d< pense
que le franais;en consquence, su
cune n'offre un instrum a n li de"
lical p ttioa le l'esprit. '
fraigui^. gra ; >D '
Tient excellemment aux malhemati*
aaa, la chimie, la physique. S
la mdecine. ; lo il tudiant en icieu
eea devrait tre capable dn lire le*
trait* scieoliflqu en franais.
Le franais, i t-il ajoit, e-t li
langue djune grao le partie du Cana
da, de lu Belg i ie, d i Lun mb >urg,
de la Suis-', 'i lh ii. (lest, en autre,
dans une large mi Ml '. le lm/ane
des affairt, de la culture, de la o>
plomatie ; an H p Hollandi.
eo'Esp >'. 'n Portugal, en Italie,
m Greci en Turquie 11 d in une
partie daa Balkans, aaoa compter les
vastes paya de l'An rique lu 3ud
o une grao i draa i il
traite en franc i Le franti^ aat
donc un 1 m.; ie U livei -elle. i|iii doit
ire familire 11 c iqua des in-
trt- ou lei i l'U i'T.
L'int II II da I i> m I
m le ,' i i re p i-- li
de citoyens oil d
do \twr' le frio
( L i Cr > ii I ) l)
<5 VMHg>.
Vlan ttj^s
Ce matin, a 7 Imrji eu l'fc^'ise
Mtropo lUiu i s i celebi ie uu-
i 4 (e .lu.- i.iii(i.( m
M.- i' i n m i >iiiu d'er. Lee a ir-
ries mi i i i .i ? t l'autnl p.ir
Mme Km.le daau et le i)r tiela on
Camille.
Apre- la i la
quelle un ni h LAi irmoni jue
avait ai i le no il ilim bon,
une ebarmaute i iception fut tuile
aux aomb sus invite dans les 9a
loaa de Mr et Mme Ubraqult, Boia
Vajrna
Meilleure vosua de bonli-ui
nouveaux po.i\.
Ea l'Eglise Sainte Genevive d'Aa
ni*res, daas la plus atricta intimit,
a eu lieu le Samedi i" Novembre
ni le mariage da Mutile C mille
Berne i ec Vlr v i olaa VI 11/
Nos compliments.
Convocation
Le Contai I d'edmiaietraUoa del
Solidarit ost convoqu pour demain
dimanche 0 lu courant, a S be
fro si-s du malin m local de
Amiti, ru.; I i le l'Eut.

Les Socit n i mt avisas que la
runion ne a uell i "'> igat i re aura
lieu un mena : local) d 11> la ir mi
di 4 beui
Port au i la a j mvier 10 i
L* Scrtait
kWtoJOWUt av.
H y a peu d'espoir sur
le sortuu "Dumude"
Par cble
PARIS L'a communiqu ma
ii"" I itre d i m.irioe et
i a lu >' ; soir m 7 I enres a
laM roil pfu d'espoir sur le
o I du d.i pable "Oixmu e". La
1 I Ibute nia : < La*
non I ,(.|
l'incertitude
aaj'r W si i lu i\ nu le i--;
1 ml n i,'i
i art doe
ii,.i..- es dans
B .i 7
lu .,:..; i ; jn igeabl .
1 I . r ; a ni.
n ni i i ab i
\ v- Il I itl-
/ i m -i (Tu ;, I n- hj
ii idi li i ii i-,, i il \
n iiJ .t ding \eir ti i
,.,i en tee iv-c l
-, Boni inroir. i es.
' a i .. | , a- .i i a
de il- al da l*al ->-iice de oou<
vel < de l' p i du en pHr:ie li
liiiii ull et lenteur d.'-* cnmmu
uicalioiii que U i lus grande ioctrli*
tude it'gne quand a lutl du
Umde". In radio de Fort Plat
ten, dat de dimanche malin et si-
gsalenl que le ljixmude-' se diri*
H \ers le go:fe de ij.ilie-. ! (iemnii
dail du leco abl ml ^tie les
dernii res n nivelles reues du i ri-
g able ; a Ouer Pierrtfeu, p tache du dirigeable on se lefuse
ne plus conserver d'espoir*
^w^j^-w-ajaT^^-^M^M-w >i 11_^_
Varits
D1M4JH llli
Le Mauvai* Sfntier
Drame en quatre parties.
Boite aux Lettre
Port de Paix, i'J Dcembre \92.)
A Moosi..... le Direoieur du
I lurnal Le Matin '
Port a,i Prince.
Mu isil ii la i>iie:!eur,
Ne voulant tre ait-int d'aucue
preaeripttoa, mme morale, je vous
prie d'annoncer h Monsieur Lever*
nra U .,. rhveool, notnre prlen
du pote 'pi je fi r i loul procivone-
in ni la rponse qu'il convient I i
diatribe p u >ui . \> is-'s lani
I itin '
i
rai i ip d' mtres cbale touet
t.'i, m orne t>i m va i (,;;i /.
Lja'il se r** mt je iui
: ii ri
i i I I i .
i1 i l'oreille
pou i > i i r i i n
11 i > i i i i i ,. r
u i i luUtioas dis
:
Alpbou .1.. |Qt;u

Les
Hofeme3 et Femmes
robustes de demain
prennent aujourd'hui
rEmulsion Scott
La donnez-vous vos enfants?

Empchez la msladie
1 cuillere ENOS FRUIT 5A.LT dans i verro -l'eau prise de
rad m.tin empoche la FIEVRE, le RHUMR. DIARRUKK, GIIO*
LtRINE, DISPKPSC. INDIGESTION, CONSTIPATION
Empchez In Heure
Empche/, la Chtlrine
Ed reote dans toutes les Pharmacies i Epiceries de la place.
6.0I et dtails chez la distributeur
W. ytifl Viliaais,
1714, Rue du Magasin de l'Etat.
Fuiterai le .
Les funrailles de TboJord Cieve
Im ni ., lecde Mee t m k le il
D ni.i coul auroui lieu demain
apra mil
l.e c.u> i partira de la mii^on
moi ruai: e i o lia H Ci-crnes
No li. u -i- i an lie a l'r.gi e
Epiiaapale de la Sic Trinit.
Nous renouvelons nos condolan
aat aux familles prouves.
Fianailles de Romulus
lue | nouvelle reprsentation do
cette dsopilante comdie art an*
r.once pour mardi d du ^courant
Pariaoaoa. Batra t pearse,
mr neiiiiw n SBhi
The Eat Asidtic
C'o Ltd.
The BrS Virginia est attendu h
Portail Princ^ ie H roiirant. eu
roule rour Si ThomM,Via Gor.^Ives
Po-id Paix a* Puerto Plat, ccep
tan' fr t pour iRoropa. ,<,ri"*r1,0
L# PHLETZ-MANN-AGGERHOLM
Agpni Gnral
La h'eiite Maion
370 Rue du'centre
Annonce -a lu-nveillanta
al : li e qu'< le >icnt C v* ir
j, le n n i Franc :i t'ettk
;. /. s ri,- uuuret i ouf dame*,
i ii i hoix de m ulii ra peur m*
1; i K .i;n.-> lli s. il a 'aux. coe-
ti n m poui f-nfai 's. I as i'< ro\*
i u I l n- e ri n ;ii etjrisdtr
ntff rr\ rfi Mi *' i r,couleuri
va i" n 111 is de i telles Cluny, fi-
1.1 w n lie, broderie*, rubans, pai
lunei;c ol j< is religieux, quel-
quel jo1 es coupes de soines.tulle,
hncn, U U imtionale, toile pur til,
botiqiuII garnitures et voilea de
wpries te, etr, eic. Ea solde
chau-<' r-S de bt>s.
jouets choix tra bon got
Elle a .tire au:-?' l'attention de
aes nombreuses et fnli> clienttt
d'avoir s'inscrire l'avana pour
leurs comm inda de lingerie fine
robes liii^t'rie. costumes garon-
nets, etc. etc. Spcialits del Mai
son atin de pouvoir en assurer la
ivraisiii la lin de l'anne.
prix trs modrs
pflaH a-,j t.'j* i
aac^ajjBjaaesBjBBssj
QUiniA-LROC
TONIQUE, RECONSTITUANT, FBRIFUGt
Recommande pr tous lei Mdecins
L QUiNA^.ROOHl tr freabl* an gofll. eont:ni loin lei
s iiti trou n.'illrure tortti de qiimquin.i. Il t-t bien
uptrli-ur a tous le autres int i quinquinn et eut recomnnind
par les cltbntda mdical, du monda tollef comme la Toclqua
i la Kecon.uiuani par axocllasoe dana laa caf da i
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE o APPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
r yrarri emt loura sonori PH*a>cia
Csifl.t u vaaiTABLI Q 'NA'bAROORf
uE
OOM.i-. l O-, Mail
HH '
'.^LJJlx* ^
Carnet Mondain
Madame Jo'nn il. Ku^sell, emp-
che lundi prochain, 7 oouraot,
H la i le ilevoir de prvenir aaa u
imib ea tisiteu i que aaa jour* de r-
eaption reprendront dans la laita
comme auparavant.
Avis matriindtiiat
Le soussign annona au coorner
ee et an pablic qu'il n'est plus re*
p 11 -able les aolos le sa fe:n ne, ns
hn la irai a | mr eau grave ;
d.v "' dai mi lr iule it.
Vali.ro leil nbre 19*3
Mebivmn i.iatil
lufiSUTl
Panamas Panamas
Ce sont l> blua f ont mole ei l?s |lj< liyniniquaa
pour les climats Iropicjui, sans oublier leur ljiucr
J\oLe /> f* est onomique
Ach~tez*en, n'hitez pat,
Cb|eiux pour homm' :i Dollas h l'iO Or
" 5 ' 1 .Oi
.. y 'i
' ajours pour dames 4 4 1,80 Or
El's-\ous une personnes de pli, 'f.-iisant du chic un
idal ? Pr.H-invz-vo is de nos chapeaux spciaux donl la
fineate vous attirera la Iroirati m du tous les amants
du beat*.
Nous avons aussi tout un assortiment de rubans pour
ehapeaux, dernire mode, un prix dfiant toute con-
ourreoce.
Venez corn ater.
JENARO HBRTIDO
173J Hue Courbe
rejucsenlant de Fabriques
L. sis Carna # est arriv es
matin, venant directement ds
New-York.
Le *|s Astres , venant de*
porta du Sud, est attendu la Ca-
pitale I o lin dimanche 0 du crt.
Il repartira lu muvi jonr pour
tous le ports du Nord et New-
York, pieu i ut l'r.M oour X-Y at
l Europe, via New-York.
L? s|s t Co'nmewyne est par-
ti de New-York le 4 du courant
pour tous les ports hatiens. Il
prendra du lr?t ces ports, direc-
letrert peur lKuro] c
Le s|s U:i' t . v nant de
K n ';1 m ol du s 11. si itlendu h
la Capi 'v ra 1 > du crt. Il
.'i i ; : i i < litS II lltj IIS, ol-
f r i ut i i Irl i i tul direct uiant
pour l'Europe,
L s;s ('> rjas fan u t (.9
Cii oiin!, Z, est arrivi ici ca
mini l rep r ira pour .m ;w
Yo k vers mi li.
Le aia Panants , attendu ds
Cris ilii! I t * du couran', prtira
l.i m'm- j ur direct ment pour
M NvYu'k.
Il
S
Monsieur llippolyte Camy et son
eurent, Mine Alice'(.Noisette, M. Fer
nand L les autres aaembrta de la i .nulle ab
enlurnent loocha des marque da
svmpallne que |. ur ont tmoignes
leur amis dana lu maladie et dana
la perte rombien cmelle de
Madame lli( poljte Camy
ne Varie Anne Lucia Loa
leur trs chre tt regrette |0ue,
mre, fille 81 -mi venue le t5
Dcembre 10 hearea p. m. lai
firi -m de r rcM ii M l'eipn ssion da
are aentioneata ds profonde recon
nai weare,
Poil au P. n o la .) Dec. 1925
Dr J R THBIUD
Chirurgien-l)eu tint*
Des recul tel de Montral de
X w Yoik fi d II on
Angl-desitue-lesi u-be et du
j isii Se ! t-t
Coasulialioni de 7 heures da
.staUB a Q aNure 4vi tfir,


LEMATT*
Le plus beau pneu que i* i
;
l*ll 1; il
.


Pensez que Tons je uvez aelielci un pneu Good Tear Cord pi rlcctio- ni, V \
beaucoup plus suprieur que celai qu vous connaissiez.
Pensez que vous n'aurez pas plus payer pour ce pneu que vous Ta-
riez lait pour un pnau ordinaire quelconque,
Ce nouveau pr.tu a t obtenu par une nmliornt'on remarquable, des
etils carreaux que prsentent les pneus Good Tear .Cerd Ail- A eather -
read. Ces petits carreaux sont maintenant fabriqus avec du Caoutchouc ** ^-^ ^
pur qui augmente la traction, prolonge laduie du pneu et diminua de beau
coup les pannes.
MU
Good Year Cord AU Wcalher-Tread
Tbe Wesl Indies Trading C
fort au Prktte' ftotiatve* <$ Cap-liintien

'
^
'


_ , *
m i
I
4
. Il ! ! 9- ... ,^.r+,~^ .I, .,.
The Bnyal-Mul km
Packe Company
Notre S S, HoUtj Park i venant des
Ports du Sud, e*t attendu d, lundi
matir, 7 du courent. Il laissera le
mme jour pour Miragodne, le Poris
du, Acrd rit; PJbuiope,
ton au Prince, te 4 Janvier 192k*
Rol)erls9DuUuD&Ce9l!ili.
Agenis Gnraux-
Las meilleures machines qu'on ait jamais eues ici. Ayint la fois
un iiii modle, 1res lgres, lgant is soli h* et i !ioi uurch. Elles
ront munie-* de tous 1^ accessoires : potn '. clefs et autres, des pneus
Michelin ; /" grande Marqu qui a gagn Us plus imoorl intii toru-
ves sportives du monde ar*; les non m >i is oMbteu m i:'v ii FIAT.
Voih les trouverez en vente, ainsi | Michelin chez NlCOLVS C l U S >. > 11 t n bvifl F .i.
\s* uicycleiie* SVELTE soni les meilleures" Fabriques par*|
er ml' Socit AlinuUuiurire d'vrm et Cycles dd w-tSuonne
Fianoe ).
Il es! rappel que
le cours d'angliis et d'espaguol se
ra mau^ure a i'&col li
no dct*logipliief 3M, Ku Prou,
[ Tlphona CiO ) le Lundi 7 Jhq
?er lyii u lues prsisM du soir.
A\is
Monsieur E. Robelia avise le'com
Bera el le ui.bnc que, d'un mm
mtin ctvrd, ta | luci.iuiiun nui avait
li iionnte Yous.eur Arthur L>ar-
du ei a piis fia.
l'ar tonlre, la procuration de la
mai on L. Uob lin al cei e pinon
nellu Je Monsieur K. liob lui tout
doiiaes vlr Francis ('lu ikelt.
l'or! au Prince le 1er j mvier 1921
IfcBPOInlHE
m doux moi* pu Ua
PILULES ORIENTALES
Im aeu,*e qvX dveloppent, raifef-
mlseeiii. reeoasi>tusu< l s * .
ei'srtut les esulUe* oeaeu-* jea
M jouneot eu buta a
gfei ui ibbon^ilet
luoiitMDui soir le aeoleV
iots%.w*m ufm4r'Hm4s - es.
J.>li bi 4*. l'il Crsifiuiini
i Pe*v-.rnce
'..te a.'wiun'
er Stfutee fceasiea umiassai
EstSairs, Et UnirertaJfa
mua
i ; i' ulcment
I i Je auaai
(c I
La Mal* ne .:. i i tontMaaS
nt enr'
see
I .....l'oyantee
et viv:ca.
r.-.i le lesPtU ni Flrestone
i i -e au; les
HU ro'.lent
k. in v ils ont
II ra arque
Firt r qua
do catte
mai i jflfort, la
cur'.t et
Le Maximum JV KUom I^Pimliiiiani rholin
JS
I
Propritaire: AIWACIUS INNOCENT
Remercie ses nombreux clients de tins les tmoignages
d'encouragements dont il a t l'objet. Il leur prsente ses
compliment et s?s sonliis pour 11)24.
Au cours de Tanne nouvelle le CAFE HOYA^ s'efforcera
de continuer plaire \ \\ public en perfectionnant son inslal
lalioc el son DANGir G moderne de faon aies rendre un
des endroits les plus agrables de l'ort-au-lYiuce.
-


it -.
i t ta A il.\
URDONAL
combat le rhumatisme
i
- .


:
Coutte
Rhumatismes
Gravelle
A rtrio'Sclrose
Il r 1 i.M n Ml (i u-
Iraient le dissolvant lr plut
nenri-iue unit c>nnu. pui-
qu'il pu 37 (ois plus piiiMnm
que la llthinp il ng\\. en
our, -ment sut
s% formation, ipposanl *a
production exagre et a son
tccuiuln-ioii dans Ici usu
p*rl joiniure.
r> p ron
Anr jFof. auz n,it, t, mta
umIi. ou mtd ftanl rbtlaln. 1 ". r V
ImcMU'i. Pi.ru. n t'
VI \ If
.
' .
1





MT IJl OUll
URODONAL nettoie le rein,
lare le foie et les articula-
tion. Il assouplit le artre*
et vite l'obsit.
.MI L 6UM
DIALl/VjI. Pain c iru-'iuwi. tenuMMIJ:
Artri<*c>roM. Aittiu, Mimuom. MaUol"
LTNYCOU Sutin Minant Rinmaunaa.
Gouiu i.QiBDif o, N rraigiu.
[Hirmri'iTTi-------r* 'rayracpr
Se'jQ 7tilljnt Consign taire peur Hati
Colombian Steamship
Company Inc.
T.|'iir dirig' parla oloml-ian Jtearnship Company
pour eomplt le a Bniied Stes M.ippM'jl Board
e Steamer H H h oyant J/..8 Afw-
Fot-A le $8 Ufcemhn dert ier9e*t ailen
<*u Port > v-' i < ?* t'd fc porlK du
fV#t-## I 5 J K'fcr foiit^f!, llrepntl
le mnu' j u> )iitrlt* pon* uiwntg :
f i l+Uove, M'ri kociiie.J mtf. Cayet,
fqutn cl tfotfiu /.
i'or( gii Prince, te 3 Janvier 1926
GBllA & Co
Agent
Fullon Sh Polish
Company lue
IVetcvlork
{si vous voulez protcjer la peau de
\ vos chaussures.
- Si vous voulez avoir un Initiant lui
;ft saut et durable.
si vous voulez la couleor et la sou-
plesse de ces chaussures pendant long
l Mps employez la*marque lonodram.
F i rique spcialeineut pour les dames et les genlle-
n.en du iii.jiil Jile.
|IIh protge la peau des chaussures conlre l'humijti
f>; la chaleur.
[et.tendez la inar jue HoDO^ram c'est la meilleurs de toutos
u l marques.
Uio. JEWSEMi fenlpoa* H M
lu Wnn Bw
la Bauderip, ( Arcahaic)
Sons la DOUflnl p lire. Q dfl
l'I'i M ire S jinl Vilanl
e9' il :i -ur V ournir des hri
qu<; \ tous ceux i ui voudront lui
tnf-'r une rornmandr'^ l'adressa
Ift \ Rue du Centro, Port-au-
Pr.uce.
PROMPTE LIVRAISON
A h Conscience
Ernest Csmi.'.o
FaLritciil ue (huukutsk
en tous genres
Matriaux suprieurs
SoiS promptitude Clrit
Grand'Rue prs la l'oste N 1724
La maison porte la connais
fance du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
des nombreux clients elle m
corde partir du 1er Juillet
1923 une piime de une paire de
chaussures au eboix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence on est pri
de rclamei un reu pour chaque
achat au ci mitant.
A la Un gfifiii.' telle est U
devise de la maison.
^. / ..
L b
pC'Ui' treiBt '1!q*
La vk | .
1 ''JUS
leur sexe rei. uvement pi
i ne nerveux est dfang
dtre gaie. 1 > : mes qui
CI "... | r ce l'ei
cic celle qui nous a cv te 1 sttre:
Lea Ce Q*e Cett Fmu Dt
Manzanlhj, Oricnn, Cuba.--" j'ttcif anrfiaiquo et f>jf.
frai. : uleorsiBi U uvent
tester au Ut. Les douleurs, teajoars d
ttai^'r.t f;t.cl ;.-f:.l.> n; ourd
.i sou-. ra. J al souffert ne ce ssalaise jx uns
iTtjDt de fatra coanaiseaiice ptr fi
de votr.- Ci
fat prie sveceonar" etllon el J uu :
de la recoazoaa
nm '. ',
4, Hat
Lc Sv.'.in.' i .. p. i i'minls
a lia o... .a ar Ih
Composition ^fegetale
de lydia E. Pinkliam
lD;r.lW.'i*M MSOMK (O. LVMN^ASS .
s.
%>
en

CC
*

ce
*
Charlos Piortuli!
LE GRAND HOTEL OE FRUCE
Se fait le devoir de pr-
senler ses soubaits les
meilleurs ses aimables
clients pour
1924
U les remercie sincre-
ment pour les marques
de s\inpifhie qu'ils lui
Paul Sales ont donnes et les prie
de croire qu'il ne uyli-
gera ri u pour lre de
plus en plus diijue de
leur conftaiii'e.
1S
A La Petite Maison, rue du
Ceiire, se tro.ive un MsurUment
de jolies chaussures pour et.lnitt
tu prix de Ci.vj jjj iai
AVOC\T
IfcflTnteiti. Coniaercliox,
a : ,.s i Utraojtr.
Coroit n- ta .Vailiing
?r-, \ iw*l k, terUn,
Turin, Lo dres. Puri.
T?etiuen< r"/7. nr:,lu-fr\M>
Ttliphone 597
$$8 Rtvi Ro r, Po' nu-Prine
Aesortlment ccfnplet dVpleerte
( rar.t choix de I orVrpn r n boite pour cadeaux
Ronbiris : Kruil coi>!lta ; iscuit
\it)f <<* 1 n : i y sx i rteure par pl|on
( Lan jrr i i # ; < v< i : HU e te. Clusrps
i x r' Atitxi^u. lit \Ak. ce itii ^m et l^viQt^rts en
Pliarinarfe
IV. tfuch
Tour les Fte
l'r'pnre? vo9 liqueur* avec 1m
F>" i ** p i Vais t'a
C-Ani I CajT, Utiarireuee, Car
Prtx dhi riaoon t 5 franoa.
Baume Benu
Chi*rt*on Pmtliemlu >*4^ GOUTTE RHUMATISMES
NVRALGIES
^ p, itNCtt, *. * 8M1. PrH. *


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM