<%BANNER%>







PAGE 1

ner leui peie ou ieui mre pour un motif ou pour un autre,et Je* sœurs sduite? par leurs torea. I* vol, 1 Ifjassinat, I nuee el I* i-ouitucWtaienl en in.i->e. el la onKWDM M trouvant abolie presqu"u milieu d'une pareille anarchie, on IM; pourrait plut eseresr %  u i uiiallement lu justice — tout le momie ri,.ni ainsi loge pUiioa inoiii^la H i DM I .-iiseigne. La %ie .eviendrail absolument impossible dans de telles comblions, l ce serait la dbcle humaine ou la lin si souvent prdite.. Lu semblable tat de ctioses n'e*t probablement pas craindre dans le prsent. Vouloir donc rpandre une hrsie du genre de ell • t]ui i naolive ces ligne, "'-"' Eeire iowler des la morata qu'on prolease, elurcaaef, mal a pioj. i . %  ... KI une lau-e orienIUIIOII nu* .Bines ci aux i onscienees euitlantle trouble dsoa l'esprit de aelre pauvre buoaanii, J j.t si prouvai, 11 <. ci << "U eenrpiutt, pur i> .-< rudi iMta d'uni luerre umyuc itaoi ses Ai.iuit I. Cela M d>il pas lM, ne serait ce aoepai pilii poui Doue mime. Et '. -. pOUI |U i UOU .„i,< iilun q <•, — aujobrU tiui surtout,— i/u aprs nvou tant soulfarl je u,.u l celte 1eri < guerre, ou .-ou.lie esneora ua set aflsis mat riela el muraux, ion qutise reaeenlenl a "u pu- sur i. u.-. las | omis uu 1. lotie par les ditUculle ue luu.-> gensen i)u" lisent luit Uttllle,— le.aOVeOtitlel, au ilell do rpaiiUre Oans le Monde te ferment de iioubleqne constjlUI leur laineuse declaialion, devraient plu loi penser taire tout le coutume • n prcbiol le itsptcl de telle doctrine de I in moilulil de i" unijiii. j_-iu *jH aucune autre.— parce que uiieiu Comprise,— maintient) a n'en uns duutar, la paix dans les coDsceoceo. Edouard ti. NhLfciU.N C UN > Par San Fil 2 Janvier I li Mt. \i< u--I. blutslnis consentiront A vendre au gmi veineuieiit Mexicain un matriel ue guerre valu A soixante-quinze mu le dollars. Celle dcision a t nuliliuau Ministre des affairas trangres par le Charge d allaires amricain. a Washington.— Plu de eeul navires composant la Lutte amiicaiae purtiionl aujourd'hui poui les manom vies a l'unama. Mexico — Le bahilitis*me et le pillage retendent a imv rs toutes les tiglons au pouvoir des rvolutionuaues. Lin soulvement des travailleurs contre les huis la loi, est imminent. Le gouvernement ,i appel sous les drapeaux les ofBciSM en retiaite aux lins deiitraluer lei Ouvrier agraires. Washiiig.ou — Les usines du Staudar ud a ludiaiuuul soutien d'un degit d: plus d'u.i un, un a* ol ai oouaaionu p u li uu. qu'elle soit compltement pte. Mais, i-t [I ..jmii, nou sommes prta examiner tous les moyens de smeal su neptibtea d-rendre les ptieenenla pies rapidaa ef plus rs" \l. Painstar matera aujourd'hui M. ton Hoeseh, Lharg d'alhires allemand ea vaoda rliscuf-r sMM SOI laines rserva* diverses questions con-.eriunt U Kulir et la Rliaanie Une note de l'Allemagne Pa Cable PARIS i." ec — Mi von Boes h, charg d' fluiree d'Allemagne, a'aal rendu t*\ spri midi as nainis ara des afl .'i m ili Dgraa al s remis M. Poincer une n la Uns laquelle l'Allemagne suggra que les ques lions adniinu raliveaet conomiques] concernant 1rs lerriloires occjps soie al lisculs avec lelis U'ie n il.identique n t remisa en m m tempe suzsj uvernomeu s belge, ji i iao il an|iaie, 11 leneuf 'te la note n'a |-ai.-t divulgu-1 M. !*• iu oara ddsiraifil avoir l'opinion d Me l -i-ar mi n lira des sfl lires trange res dj B* -i' 11^. avant de len.lie la noie publique et donue 1 Ml nnpres sioiis u'e sujet. Leutietieiit eulre Mi Poineawd et le clm-g d affaires d'Allemagne dura une iieure. Le Sourire r "Les Membres du Cercle Le Souliie mil nieii salue le il. part de Iti3 par une soire dansante donne la veille du jour de tau dans le local provisoire du Cercle. Beaucoup d invite avaient rpondu l'appel du Comit. On dm-* avec entrain et ce n'est qu'a 1 aube du 1er Janvier vers les quatre heures et demie, en se faisant toutes %  oites de^souhaits^qu'on te spara. lia c % %  %  %  T %  NouvalU viiwlPtt Jj :i ParUblt || KAKIS, -> Ucembril^asuuce d la Lhttnurt) -le Ueputsn mi ie pro.,.au toi portant IUI i eaugpj nia lu, ; un i si loti lion '" nii citera aux amploj aus la soire, la chambre, par j:i<> voix contre i'Ji a ro uve. M aooil inea dau> le u riiTernr meut. | .es maQieuvres de .l'opposition qui viiaieul la stabilit du caLinttt oui encore une lois chou. *. PAIUS, 23 Dec A l'orsj asion d la rem, Prsi i:d Mangon s a rios ne nonvaa i ta ea I ial re ave • i,> lonteil saivanl : \li •>( N io i, il mri Rouai r, Lilto Lootiawint. Absl Thard, Lon Liai. Joseph Peraira, InM lse, li illeg irde Poureau, >li ir. v i 1 iii^ In wee t. \n lie Viaui.R n lerer Lav pi-, hris lian Birira'i I, Kleast Moossnto, C I %  • %  ll-l !1 ) I*'IV IV S avant l'acte da vandalis \e p-r^ir sur les re^isirjs d'insariptions. Les dames patronnasses de la f!e donne lursedf par i'Amicale,dans la vaste cour du Lfaa l'eliou ont remport un rel succs. Deux corps du .iiiui pu: uni leu'i les da>i,rs en haleine jusqu' une lieuie asse£ av.iucriB de la nu il. La laerie dont lous les numros rservaisnt une surprise al.it la joie des giand* el petits. Russie la soire littraire et mu si eale donne l'International thnl tic Cluo li nsneh • JJ I ce u ire i '.. %  nurparlo:* rnaabrss actifs d* Fini m. I ailles bien elairea, as [aimai n nbrauaa el eh lisi : \p es u i > p -ie d' VI i r.i t I I : IVCLail ot pai •< li .t oa I, on ente. lu i bo %  cotai ren • %  i Ur i la iis U I g.rli! qi fii e (ri lupee do le ni. a i ii ide vifs ipp i i i... • m i ili ii ii-, iistite 11pi j U: i es et 1 .-ni e 1 1 ni ilin, v .•> c i u i u a, ,ii\ ,i n > 'i da c'j .tua qu marchent ds iiiesai ea sjjc:. .Vous MOIS ec4 av.-o bsnuooup de p aisir I • %  pie m ir nu ara do la Bvue "iv nuirpro/>riUire, vle'i* Anna Aug islin ; liiante, Vl.ie Oamille Min r. Cesl une Traijoorbille feurie ou soasiae psttidoat> mes de rVarreaebe, Chri>s ithoaa, Vuieite de Parme, Bluel, Muguet, Pi | lerelle de Mai, Mj itu M lisent des iftic'ea bien traites et d un ppat raitin. On no peul que flicite I. s tu2.11 bre-. de le uiu .le ce lour de force et i.oas souhaitons loogus via 1 bouuo DNiszQifc F.n u elle vas", CercliBijiti'ii Les me.nl. r %  < l.: %  BajpteHa aini que leurs ratt\tl >s -I 1 ni s s m* hvits fc la nauferie i-nltCerch donne en e r salons h 9ime<|i, r < Janvier courant, sept heures du soir. Le COMITE. Bal populaire L.' 1er Janvier 1924 D'accord avec le Con-*il l'om nu nal, le Ministre de l'I teneur orgmi sa au Kiosque du H'i nu de Mais, un bal populaire qui eut b-aur up de succs L'orclie-lre tait compos de musique instrument-d vec te en n:i--q le M : it de pi-no. La foule qui avait besoin d s'amuser resta au Champ de Mars ju-qu' dex ne ires du malin D' t. mpen temps pour tniigoarjna >jie, el J et it v'.ve Borna. -t W u\p il ii r sont en honneur et font les deli es .1 ; loua. Sans te it Lin Les membres le IHssiv i'ij'1 lianciennes t./es >e M; litsasni aviss q le la tenu'de a^e n lis gnrale eai Use an dimanobe n ii fier pruehain 10 heures praisns. Le Pre Lanore fera sac inlrence mensuelle i laquelle ml eoovia le amis da Poeovre. La Secrtaire, Epoune |eaa L')L'I5 Carnet inon 1aln D.; .b 7 heures m Palais Nation il, le 31 Dcembre, Madame Louis Bof no lecevuil. '^e furent des heures vraiment agrables o la distinction, l'esprit et la curt.iisie souriante triomphrent au milieu du ravissement des toilettes claires et des lgances charmantes. Mr le Prsident de la Rpublique et Mme Borno soulignrent d'une attention el d'un mot n : rnuble les compliments des invits qui emportrent une liaureiise inprasjui de celte brillante rception. Cin—Halaiit CE soi ; Musique .je l'tiyp > ir> n de .\ew-\or.t Far sans fil Dette de Sang Dr.ime social Eatro G. 1.0J Farisiana Ce soir VMm M GrauJ drame social Il • I 3 tairai : 1 ti rie Bivilil: L'iilatilc i U ]i.o f —— Ecoie §j> -jiil .• rie % Stiio-Ji^tyl jr.tpliii Il el n., el JJJ lecjir^ d'an glus .td'^paj ni sera inaugur l'i-col.-. sp cia. d: steno*daas)lo|ri plue, 816, Hue r-'ro.i. [ Telepli ne o-o j le Lunn 7 Janvier leMefl beures prcises du soir. Avis Monsieur E. Itobelin aviso le con merce et le public que, d'un con mun accord. It procuration qui avait t donne Monsieur Arthur (Jardinet a pris lin. Par contre, la procuration de It maisja c. Ito lin et celle p-s-rso i nelle le M msieni K. Itobelin sout donnes d< Krancis Plunkell. Port ai Priant le 1er janvier 1924 Mil II Monsieur Hippolyte Cmy 'et son enfant. Mm Alice .N iselie, VI. 1er nand L^on. M. Alphonse I on et les autres membrr d" 'a f-millab solument touch's de* marques: de sympathie qu 1 uro| tmoignes l"ur* ami" nhre 1 10 h'uies p m. les prieni drecevoir ici IVtBfe*eion di VII-S enlim j nt8 de profoaile lecoi rsisssnep. Poil au Piioce le 29 De •. 10?3 • GOlHSEZYOb'S! \* CUIRASSEZ l Goriye, vns Bronoh^.. I vos Poumons en Ie9 ('ftiadant! en les prservant par l'&ntisepsio volaille des [PASTILLES VALDI contre IM dengern du Froid, de i Humidit, .les Pousi.-es. Microbes. PBSR S0I3IHR EFF!C£tEIafr Rbu _x -U Core, Bronchites, Grippe, PmniEsVJiLO' rene.' -, -,..flJe Mais il faut avoir sch de bien employer les PASTILLES VALDA VRITABLES EKH7 EFFICACES '"S Las Pastiles V'\l,l)\ soi-l en vou I : Pharmacie i'.enlra> d'Haiti, Phsrmacia Bourraine a Porl au Priu ce. l'h trmacie Bruttis a Jrmie, et toute, pharmaeies Paa i na Railroad otoainsbip Lins Bureau de l*feol gnral Port a au Prmce,le :J daeeiaora (018 BLLcLTl.N .\o. rji Les Chargeurs sonl pries de noter que le s|s <. General W. C. Llorgis • et stteoiu fort au Prince veaant de Cristobai, Canal Z>ae, le i Jau viei au lieu du 3 Janvier IVii. Lu par.nis d e uiiarque neut ae ron dlivras pour le frai a destiua lion de New York et des Ports Euro pesos, sur la de.naaie faite a ce bu re ui. Ce steamer partira la memojour pur .Mes; Ynr* direct. Ceci annule sa IJuiletia No 358 date au il Uecembre IVi*. O. B. TiiOMl'SON, Agent Guiral. MOWCT FTIEVV FUs Mai":h;indlses franc tes Angle des rima du^bijaiio ciH;l. \ fort au Prince, le 3 Janvier l f J >k GEiiililc tic/ Agents ••



PAGE 1

fc£WT2* rURODONAL"iCl & Fmk In*-; Fonde en'lP^G Goutta RlroniatiGtnes Sert.'an a Artrio-Sclrose Obsii Calculs GRANDS PRIX il. kHtffltffts CMUta'n 2. r. WDmOtKM*, Pim ti l %  • Ci'". Nettoie 3 Rein h fi) rS^ \ %  %  • i Serge Taillant Consijjnataire pour Hati Srpriori.r' Bas prix Promptitude Toi produits ehl iniques, ^tremaceutiques et aatrai irtu les vendables dans^une r-Y.r?macie. Epices, Poivre, Cannelle,GfrcfJe,Anis toile, Muscade etc. etc. SUCRE RAPINE. Spcialit: Marque prive.ysol dsinfectant, Parfumerie. Articles pour l>altiers, Itny Rum, Chocolat en pou lire. llu.le de foie de Morue, Emtllsion Colcl Cri ni, Extraits pour faire essences et eau de toilette, Eau de 4Juiiiine, i'ouiire contre les inseetes, Sjlution pour conserver les œfs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure pomla toilette des eufanH, ..ssence de fleurs, ICau de Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive pour la table, ltrosses dents, Peppennlnl, iiuile pour chasser les moustiques et autres insectes.Itegulot: huile contre constipations et doubles dea intestins chroniques Tll, Cire pour les parquets,Comestibles, l'.lixirs, l-'.pices, Sirops divers, Teintures diverses, Vins, etc, etc, etc. l>< mande/, le catalogues des spcialits Confiant vos commandes 1.1 ll\ ft PINK, lue; vuu* serez absolument satisfaits. l'oues les bonnes pharmacies du pavs s approvisionnent uhuz LIJ1N AFINK Inc. Lon li. Ihbaud Agent excluait pour HaiU -—•,fl\ ASTHME] ^RWS* Oppnssion, Cctarthi, Suflocationi, Tout nirvt % %  :. „ Gairlian oortalne par !•• CIGARETTES CLRY ,.u POUDRE CLERY [ Dr TXRY. 58. Boni Si-Martin. Pirl :rj^rzi3Bs ib Airs H Mrinm de Franois A/awifljt la tntux Burenui du MAilS. Prix 0. 1.50 Pharmacie W< fuch Pour 1M Fles %  Prpare toi liqutan r c I* Eniences pour Llooeun : *ni*pll, Crme de Cacao, Charinuii, lur io. Gin. F 0. PiERCE Company 19 WEST BHUDYV Y Alt H YOitK FDVDEE EV 1847. SUPRIORIT BAS PRIX Fabrique do : Pefolurp, Vernit, Certf de rouies sorlei. Mastic. lonll IhbaufJ Miril, U>euf jat, w Jam(>aiu& Bacorv; ueiie* initiaux. Jfau piefc, reitte^ De porfi. &attcltte& ea 6uifc. &>riteD c jlet*f, JJ^a^t lof <$otte) mat 5, etc. etc. etc. uratit_. Lon H. Thbnud Agent exclus!' pojr HaiU Ntun*TiiErut, i DSSCHSffNt • %  ••• ri-j* LA MAISON DU 6et Annonce sa nombreuse clientle, qu'elle a reu LPS (ITllcICH StuiVAIllS '• Des bonbons assorti tels que chocolat par boite, et "pir livre, drages franaise, italienne, aine* ricainc, praline, ,dates loures, prune lourdes, Fruits eristaliaes, par balte, ei oYmi boite, nougat, et nouaelia FmitS SCCS Figues Iranee par boite, et par livre, dalea par boit* 't '• livre, alui. i sec par livre, noix, noi ettes, unandet, mitathl. llOitiPrVPH Conserves (a/dices œieui) llinn, paie de (oie gras, Ravarin le inoiison, choucroute garnie, Mpergea, comad bcel, fromaue] saucisson italien et amricain, jambon, baaei ffU'S (Ml JlMi Poires, [lches, abricot, jomnii Grand assortimenl dp liqueur, Maison Chaatenel Frre* Snnlean^. Le uirqtrta d s Princes j D VIQ trs fortifiant errn dm toutes les lotBIi tief clUs t camel en aicsat dtail. Fruits reri le 10, et ll de cbaqtie mois. Beurre da table, pommes de terre, eifjnons, macaroai italrec, venai'ceJle.



PAGE 1

UMAi* En Face de la Banque Nationale Propritaire : INNACWS LOGENT Ce nouvel tablissement se recommande par un service irrprochable, des eons mmalions de premier choix el par sa situation privilgie. Le Soir, musique ailr yante dirige p r des professionnels de grand mrite Installation p.u faijv-S'rix Modrs. Tdph.iie A 3J5 ... —...... ^...j^ .^i....._. L.B 1IIII H court Dont la vieille rputation a franchi lesincrs,coulinue faire la joie des amateurs Il donne aussi, sant, courage et conserve ses clients l'ternelle jeunesse ALlEZPRENJRr: YOT'lj? t %  m-' M l„ RHUM BARBANCOURT i v -* %  %  %  % %  -' %  %  *



PAGE 1

vi^^/Q. nttREOTECR PROPRIEITAIHK r Clment Magloire BOli VER.NA tSM Ru* Amriain XCMBHO JQlJIIIIMl 17me ANNEE N 5101 _. _.:* PlL-fc. COr'T Columbus Mmorial UbrarJ PAN AMtRlCAN UNION Qiwlidim t JAN 28 1924 lest une remarque banale, depuis qu'il y J des coupables al qu'ils se cachent, la consciance de la kmtfi pTbusa celui qui l'a eomtuiso ilYs excs le dissimulation toujours foififlffi ilel'impi'udeuce.Puul BOUlGE TLMPBOM i\J PORT-AU-PRINCE ( HATI ) JEUDI 3 JANVIER 1924 1924 Le dernier chiffre de celte anne veille en nous l'ide de joie et d'allgresse ; il a un s-on I ien doux nos oi cilles. Lu effet quand on se r. ppelle que lMJi a t pour nos aeux un.' anne de vritables vieioiies, que le centenaire de celle dale soit IVOi avait t ite la mme place c lact de naissante du pa\8 a t rdig. Nous sonunts nousljiss. r dire que lb'i4 dont le Usinier du tire a le mme son que ci lui de ixot sera au.'ai tavorable | our mus. El | cm ci la que liou* laul-il ? l'snlrVdf, ii non la division. Eu un mot : I LMO.N SACKK. LuUii toi. Uni.i le Pre>idu.i U* la lt| uuiiqua cou-ni end lu llioee il u.\|l,i,i.e au peuple u. us SJ uiuciaiuauwu uu picuncr JaiiMvi : Co.NCITOYEKS, Liatiioti. k me dun peuple se ni. suie a i teursliOii pour Se au ux; le culte de ses origibril esl une uts lui u.t & les plus exprs wivts de sa volont de vivre. t Quand, jetant un coupd'œil en ainie,nous consiur onsl'pie cbi miu de nolie use-, I .MOII, loigi de noire sang, loui husse d'obstacles sm montes, l'iu.e nous apparat, lis claiie, qu'aux heuiis des plus a'ogoissaiites preuves. seul, a pu maintenir inbiautabls notre loi en nos deelipes, l'exem pie lumineux dis fondateur de notre pallie, unis dans I hroque pense commune Aujourd'hui plus que jamais, nous devons lixer sous nos regards la giande leon qu ils otIrent noire mditation. Car uns mission nous chet, lourde et dlicate, celle de rparer les fautes accumules dans le pass, de conaolider et de mieux assurer dans l'avenir noire intgrale souverainet, corn pi omise par les orgns politiciennes. Le programme que, Usle pieuuer moment, le Liuuvernenienta pus a lih d\xcu: ter est tout entier m fonction d3 cette œuvie londamentale. t CJue par la vijgaiisstioo dans nos populations laborieuses des procdes la bcicnce agricole, par la cralioi: ou lauiehoiaiiun des vous de eoauouuicaiioo, par le prolongement de ligues de chemin de ter jusqu'au cosur des campajnes, par la protection tou tenue du paysan, par le relvement de sa mentalit, par une large pratique des baux long ternie concdes loua c ux cjui veulent travailler, auv uaiiuudut aussi bien qu'aux straugers, i ie par t application, eu un u.OI, du pro giainne dii ln'iiViu.. m ni, I ex pf.ih.ucii lvilide de nos VaeteS 11 UUi s. I la lulishluliuu de notre ch< pitl dvieniiiiii uisiea ns! ij'< A la | io>i cille pi m lous u, lu Qn ave ii piocham, el c'eet aussi JinMauraliuii ueli.iiiive de no.'e dtliOCiuiif, p.n t tmvail, uau* loiul'c il dans la libelle* C COCFOYCXS, c X srs s.lui i?'ni enu'aV* rn*i.i d olrt -.-si <•" couiprnau u.i ux iioii.lells irai, mit vW #>M Al • UP-UIV,*VSH.B LOUS librant des pbrsologies Oiscws diGAoul Hwinjto i creuses, des prjugs dsuets et rgressifs, c'est eu mettant tin i nos rcriminations striles et en pntrant plus avant dans le sens des ralits du moment, que nous y parviendrons le plus Srement. Il n'y a pas,a I heure actuelle, n meilleure manire d'tre DO bon M i vileur de la Pallie. Vive Hati librc.indpendanh: et prospre I Au Pdais National Ne pouvant pub'inr fous les dncourr prononcs >u P..i isNii n.d, au cuiiis d.s r .-plions olliiull. s m us laisuus ( aralii.* ceux ue Mr A. J. aiauiuuc, Hi ci veur* G ni i des Douanes i ou Loinn i Hairiiigtuii, repisenlanl le <• nu. I Me Duuual Clkl de la Gen lariiu in, empch. UlCOLRI DE M MALMUS Monsieur le Prsident, Minuiejr le P. Lo privilge rn'.' 'li lit aujourd'hui de VOUJ prsenter li iDeillwiM vaux .le l> inn le IJ U-!. ; m rie d II ilti i'ar le l'iil di lie I mure Chef) qui ne peut mairteureuMintat remplir ce devoir, h ib rai ^i i.gre.ible pour lu, hikcelieuce, le Vous eupiimt i HDtiineDts que jf croit irtlei sien*, en Vous disant .ju 1 tout las ollicier* el !i iu ne . de t tu* le* points du Paxs comoiuuient avec l'UUt-Vl.ijor .pu m'a compagne et moi pour for aei le M IO I i.1 • IJ ta liMir poar V'o.'S. • %  { p iur V IUI rnuouve l--r l'aurauce Ai nuira iiaers dViuii.uul. Il "'y l pis 11^ orvi;> du GoUVSf ne lient, q n t. ni par la nombre | .e par sd li-irin iliol I in< la rlpubtit .il nliH i no .rlinl cir e* l i les lu lui irai a\ euuin eno i Ujjn s le I in, TI ni-, il y i >!•Jjn l4r m s pat ut. \"A Ir l "i* I %  i>"i i %  d i ,ny-, cr ivei %  Ion ie ir i,: H r si.li .t. le ro i n ir* I %  i un. Vu *t si ic em:..t a-urf. C'est, l 'ailleur-. eu l'.niut M ••> • %  ,i:i i eir c ) il >r• et en ri*piint leur vie, Scelen'e, que las li nnm s da la ienJarmeria su ut continuel, -me il h U lich i daos l'accu,nplis-emun' dleur devoir'. Noire cadre couple d| beaucoup de sacrifis, qui nul poar U service du Gouvernement. El si dans nos rang*, il y eu a, | li ir leur ... g] Le Jour Je l'ai Les Officiels du Trait, par mon organe, sont particulire ment litur. ux de vous prismler hurs respectueux hommages et fcil l d 1 B8 1 * R a * !' e 1 u.s souhaits les meilleurs a l'oet ,or 1 ,enl ltt ^ I ,IU ;|,l!U,n casiunde la nouvelle anne qui p ,r s'annonce. -Nous n' vons jamais cess d'ad mirer, Monsieur lo Prsident, la grande comptence avec laquelle vous avez su toujours tr.incli r ou aplanir les dilliculls sans nombre auxquelles il vous a t donn de laire lace, tt vos dcisions d.ns ces circonstances partji d une grande dlicatesse, se sont inspires d'un si beau dsintressement et d'un tel sou:i du bien '"tre de la nation hatienne que nous an augurons un brillant avenir pour ee peuple dont vous J.teintez les intrts avjc tant do tact et surtout tant de dvouement. De notre ct, nous venons vous donner la le.ui' assurance que vosgi iien uxi (lorts n rontuti leineut seconds el aus TOUS nous trouverez tOUJOUm disposs 111 %  -1 tre colribution toutes nos connaissances et toute notre bonne vu Ion l pour raliser, de coicert avec vous, les lins heareusSS entrevue pour votr,' b • uu Pays. Si des maintenant nous prouvons quelque tien c'est .lavoir pu, suivant en cela voire b I exom pie, faire cons< leneiiusein nt noue Jevuir, u'euvisageaul que le boilieur et l'evoluti u d'un pjuaJe qui uan le pass a Irop out liounelie, oflerl-t pir Vii.uiojrs actes de courage. Excellence, V >• i %  I iti continuaront faire Pur devoir ri d-'uq n gnrale, I Gen I irmeri i Sil el era un des plus I' r.ues toutisoi lu Gouvernenieii' El, croyci-la, Mon Meur le Prsident, le offl :i< r^ el bo nme de te corps Vous apportent l'occasion de l'anniversaire de l'In dpendani Nati mil : n noifos ge de liscara stltehemeot. PcrmsUU-lBOi, en terminant, I %  tendre les dul (us U GSO lai men forra piur \ 11 \\ itllow, ktoui leMembres du G iiiferncuieot et 4 Votie lauille. Translation il.: Re>l sa du Pr ilenl Ptioil Il nous eut revenu que I c • i DO n e poar La transi ilion du I lideol l'lioo, el fii i cli 0 Janvier Courant, 9 heures .In m.it i ri. L restes rlu Fondateur de U R publique seionl lpostdan* le Mm aoln de Dessi'nn londateur de noire In l"ien io •'• ; \| m-.1* qui sa trouve au cimeiire de Ste Anne. & .Notre unique uni tion s rait, notre tache termins, d'emporter dans noire loyer, la jertilude d' voir aMUre l'intressante Hpub'i que d'Ilnii une d sliiieheuTeuse ei prospre-ti'esi .uuii.u.ii u voui et plac vos i t. s i|u i Huns i>UroilS ainsi 11 s. lire lin a n >ti e di .de n issluli Aussi, lions .souhallelis que lJ.> u lie. ise Vu uui • s el g ner. ||i • Jloitsel IffluiU r ni"e en |'i"iu lu'ii, lu Cuirpltu %  Hti'Ui lai. un ove, n \\\ n pii'Ch..i de Va L*!l l luuaoltS julvflttou^ Creur de Femme l.a veille de la 7me reprsenta lion de r.'ii. ri' ,|iun de mira H 'ti i tagua n, aou* dl 1 1 que c'tait la un [CCord : U pi 11 n. ni .t-onan tro mois. C pendant, \o i > DO !> e m' de* d'une u e I a Uu uni h ,i. pu %  i. %  us in n'u ,t |, i r re >u 11 pli C, f i ie dr .,u ld p r* r*' 1/if* 1*1 -v'! ' de c' i (i>ur da Peu n* • • %  "• i I' u rleinin ion ne e' i ont 1 |SBtr%.c sets tuujuud uu rf-u.sie. Te Deum et le salut imposant la sortie comme h l'entre qui lui fut lait au seuil de l'Kglisa par les trou pis. le Prsident de la Rpublique lu Ministre Lescoufliir et suivi .-.I. ,. ni en auto des autres Saereiair. ,i. ,i e su Maison vile el milil irc, lii le lour du In ptrlie Oue i du la ^ i, ,.( H o rendit ix li daines du Cliamp de i '• i revue militai pril plane au bal el un iiisiaui aprs que les bonueura lui furent reniu-, nccoinpagne du 'rsi lent du Coail d'bl.; .1 suivi -tu Conseil .les S icr : il do \| ure Je la Vill .et d autres aiitoriii B .s, iu-pe:ta les Iroipea de la G n larmeria, s >us la a ..mu,lu d'unolricier de ce Corp*. Minent dd.er .1 vaut lui a...:ii do rentrer d.na leur iserue, i le Prsident, apee u m tua ns dans lu pm tie Kst ili la a, i g ij i,i le i*,i aia d tut 1 entre a . libre aus vmtaur, la veille lu joui iiv.tin t uuosacie aus risep lions ..ni ioii. s ••• prives iusp.a lui I lard dan la uine. DAN L AI>RKO MIUI — i.ts ftes dans I aprs midi uni lu uiaugu reespar ua BalCh Oe tout b.dl .levant les Tribunes du i-bainp de Mars pour la coupe ollerte par lo l'rs.deut de ia Rpublique. Le jeu a cl men chaude ment pur I quipe crmmpiuuiut de 1 Gendarmerie d Hati et • i OCMBI > S. II. Arbitre par "C ii,, lu ,, lio n a eu aucun rsultat, les j.. leur i m leux camps ule leu ., ifia pour allnuu r leur-. : m leu i -ji ; t.v s 1 ' v 1 1 lauti 11 ,,na ||a |i ili a %  nouveau n u j nvier pro efa un Uana la toit -ni abar I ca niaa devant/,!; e varil . Malgr le mal use i onomiqna pii, A au jugi i par le peu d'anim|ti >a von score s'amliorer, le Jour de l'An s i l sssi / anim, Le fait .s-.>x |. ique par la tradition qui veut l'on lit< ce jour, pour remercier Si %  >u le lie i lOOUp .lu lu IDaita u n reus de lui, Ju moi ni de lu faveur loute aussi grande d'avoir pu vivre el den'tre pas au ii''bre de c ux q i sont tomb en u lutte p m laxisienc-. C'et ausi la i ,i oui I.MI %  i dj l'anuiversiiie -le n Ire indcpenddiKH ualiuide q U, en y i| lui.im s i noie ulli elle, ,i c • i Inuuu iui dnner, cbei nQnft *' C II il II SpC al .pi, Ulail. gue (Oui )ui -s sa ce la lUon da c lie dst ,utiei nu lions. 'ANS i. s SAUlLLt \ cot le la joie pui a eclale Uns (p. ridts I-: puis le c u^ da i.ii: ,rt U le.ved sa* iuaul Pan riuiiv uu q li peut dire le dame ld luis l.iu liant ••) poi guiiit qui se pas*e dans l.s huml lea logis comme dm-les riebss lirrque In Sli'e qui leur sont cber-, ne l'un .leiiiier.ue s'assemblent pas au compte! autour du prr .1 .le la mre do lamill-, pour un lil al de voir U' le. deuil n est pas rnasTp la regiet incurable des enfuis qui ee lavive eu ce premier malin de l'an trouve nue diversion dans la sourire desenisols qui ne senoaeeul jamais leur droit a la joie du M jour pro m iieur le i. n i mai ni meilleurs • t de douces illusions, Oealatus 1HT i lu visite des .unis qui vient ache ver i. m i i le de lune isv.nir un peu de gatta ei ,ie ah LSA r les der ni l qui llioolilenl en ,ui, les veux de ce* pauvre* uiar tjrs d' 1 11 douleur DAMS LES Itauses. ^ lu mes,.. [uatra beuree, le glises et le.* chapelles alaieol pleines d-blle* nua M Ion leur prefreoce pour im r la nsittricoi ta uiviee et lui demander 'le nouvelles grces qui e-, loiniiiiil et eu r nou.elaiit la i... allgent le iarissu el font trou il ^inau.-e la route v Au piOO de* glises parnis-ia! %  parole du pi sil tou j i IUI Ici e icurs meurtris aux u., a i lu chi uiiii, ladouoeur da l'app I i soios du bsrger pour le u i ,i liouvanl daoa lu pri ,. r ircea nouvel! -, on %  i di av ure, plui eooUsnl ei pin-. di| r.afec l'anne al sas lude-, D i i Pi D,I VI '.ers les 8 heures une sa.va de e u pu anooi ci i • lui da B da la fila de Sans le malbeur, l'humanue et l'indpendail e! ,le -es pr.Labl m. nt cu-iB dsister ueu il ... i .. i... .. i ... a., i. i:... i f ,. ._. .. Les Ad\rentist83 lll -saut eiusi que le font Isa ntssles, ils vunl non seul, ans it l'encootre d la ju-ie et sainte raison —celle clart intrieure qui nous im dr les choses sous laur angle w .' n m mme du lim >le bon l^t le 11 le mani s, eux-mmes, ils • no nt, sane s'en douter, un rel no i ^ r • volution. Il est vidi "i q s i u nette docl me d I un.imi i < | aine qui luit nalUe eb / i oue i asspoir de aurvsi as moi %  i si espoir qui 0 ili^o I lion,!,,' | ainsi dire t',i,u.i d une patienta rslgnatioa le inalbi m, I hum mu Il 1 1 , i u bat>i I >u de la G.-u i irme i ,s„c mu la, pr.l devant It atll lll II Si peu h peu l'glise s emptil de moada. a nuii beui nie, le Prsi l< al le la H ipub i q 11 e d mon a .pu ai grauda joun la fle y lu on i pi l lid n, •10 i u truu.,1 e .t dj i '•repri ulaai Go p-. diplo i.uii |iia ei c i u .ire, ainsi oue les I .n-, la I lui l< c rps CJ.-btU , con. ne il ta.l d'ailleurs prvu au pr.gi.rn s >la ^ fie. i.i messe -1 h i %  ir i i ai v >• q ..\ %  . %  .... i m ,i ITl v i\ pal i le M i.< III di l mi i l i Te Ml|v. il." 'li 1 U 1 d< U l'Ull |T< H -M i" 1 Bl. e ,B b, IL in II Ml Uu h' S.cieninl ,i li '-i' .' u, i a %  -.i us ne l'ui Uni O. et.ul M. ru de Sa gao* g ,,.piuui i.e, il a ...iliol .i,.e u.. ir Mueut ii uius Isa j itt —. %  i roc ure -. i „<• nt. l>11 i i doiablc pour lous ceux lie u u r I' |.llU 'OU I m i.l I ,, | U J 9 v le pies l ...: iue humain daoa s v i,sii.uiii! stu lions, iaiu,nent bo-ne-. et pie in.u toujours mat;* va -es. in .. Imcilui.t un iiioineol comme non i s% MU I .ii--c enlendie n dess qi e le dogme de l'immoilalilg i il l'-rui ... ,i RU |U_ apeliit.il macabias VS> ui> q ,i -%  n. io., i.i u Rusais), .1.-, ,i<{ %  li lli .>!. iHine v svit %  [ | es une ide de lamei wli.i borriHai.ua d ol i.oii plui.t -e ad le tbfttrai Ua ciincs ^e mullipiiaraient a ., ... , •' •-•"'plieraient aLA fUvn N;i,.iA-ni. Ap.si le i'ujhui, Lu vurvut dS| g|s sMsj,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06112
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 03, 1924
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06112

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
vi^^/Q.
nttREOTECR PROPRIEITAIHK
r
Clment Magloire
BOli VER.NA
tSM Ru* Amriain
XCMBHO JQlJIIIIMl
17me ANNEE N 5101
_. _.:*
PlL-fc. COr'T
Columbus Mmorial UbrarJ
PAN AMtRlCAN UNION
Qiwlidim

t JAN 28 1924
lest une remarque banale,
depuis qu'il y j des coupables
al qu'ils se cachent, la cons-
ciance de la kmtfi pTbusa celui
qui l'a eomtuiso ilYs excs le
dissimulation toujours foififlffi
ilel'impi'udeuce.Puul BOUlGE
TLMPBOM i\J
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
JEUDI 3 JANVIER 1924
1924
Le dernier chiffre de celte an-
ne veille en nous l'ide de joie
et d'allgresse ; il a un s-on I ien
doux nos oi cilles. Lu effet quand
on se r. ppelle que lMJi a t
pour nos aeux un.' anne de v-
ritables vieioiies, que le centenai-
re de celle dale soit IVOi avait t
ite la mme place c lact de
naissante du pa\8 a t rdig.
Nous sonunts nousljiss. r dire
que lb'i4 dont le Usinier du tire a
le mme son que ci lui de ixot
sera au.'ai tavorable | our mus.
El | cm ci la que liou* laul-il ?
l'snlrVdf, ii non la division. Eu
un mot : I LMO.N SACKK.
LuUii toi. Uni.i le Pre>i-
du.i U* la lt| uuiiqua cou-ni end
lu llioee il u.\|l,i,i.e au peuple
u. us sj uiuciaiuauwu uu picuncr
JaiiMvi :
Co.NCITOYEKS,
L- iatiioti.kme dun peuple
se ni. suie a i teursliOii pour
Se au ux; le culte de ses origibril
esl une uts lui u.t & les plus exprs
wivts de sa volont de vivre.
t Quand, jetant un coupd'il
en ainie,nous consiur onsl'pie
cbi miu de nolie use-,i.moii, loigi
de noire sang, loui husse d'obs-
tacles sm montes, l'iu.e nous ap-
parat, lis claiie, qu'aux heuiis
des plus a'ogoissaiites preuves.
seul, a pu maintenir inbiautabls
notre loi en nos deelipes, l'exem
pie lumineux dis fondateur de
notre pallie, unis dans I hroque
pense commune !
Aujourd'hui plus que jamais,
nous devons lixer sous nos re-
gards la giande leon qu ils ot-
Irent noire mditation. Car uns
mission nous chet, lourde et d-
licate, celle de rparer les fautes
accumules dans le pass, de con-
aolider et de mieux assurer dans
l'avenir noire intgrale souverai-
net, corn pi omise par les orgns
politiciennes. Le programme que,
Usle pieuuer moment, le Liuu-
vernenienta pus a lih d\xcu-
:ter est tout entier m fonction d3
cette uvie londamentale.
t CJue par la vijgaiisstioo dans
nos populations laborieuses des
procdes - la bcicnce agricole,
par la cralioi: ou lauiehoiaiiun
des vous de eoauouuicaiioo, par
le prolongement de ligues de
chemin de ter jusqu'au cosur des
campajnes, par la protection tou
tenue du paysan, par le relve-
ment de sa mentalit, par une lar-
ge pratique des baux long ter-
nie concdes loua c ux cjui veu-
lent travailler, auv uaiiuudut aus-
si bien qu'aux straugers, i ie par
t application, eu un u.OI, du pro
giainne dii ln'iiViu.. m ni, I ex
pf.ih.ucii lvilide de nos VaeteS
11 UUi s. I la lulishluliuu de no-
tre ch< pitl d- vieniiiiii uisiea ns!
ij'< A la | io>i cille pi m lous u, lu
Qn ave ii piocham, el c'eet aussi
JinMauraliuii ueli.iiiive de no.'e
dtliOCiuiif, p.n t tmvail, uau*
loiul'c il dans la libelle*
C COCFOYCXS,
c X srs s.lui i?'ni enu'aV*
rn*i.i d olrt -.-si <" couipr-
nau u.i ux iioii.- lells irai, mit
vW #>M Al UP-UIV,*VSH.B
lous librant des pbrsologies Oiscws diGAoul Hwinjto i
creuses, des prjugs dsuets et
rgressifs, c'est eu mettant tin i
nos rcriminations striles et en
pntrant plus avant dans le sens
des ralits du moment, que nous
y parviendrons le plus Srement.
Il n'y a pas,a I heure actuelle, n
meilleure manire d'tre do bon
m i vileur de la Pallie.
Vive Hati librc.indpendanh:
et prospre I
Au Pdais National
Ne pouvant pub'inr fous les
dncourr prononcs >u P..i isNi-
i n.d, au cuiiis d.s r .-plions ol-
liiull. s m us laisuus ( aralii.* ceux
ue Mr A. J. aiauiuuc, Hi ci veur*
G ni i des Douanes i ou Loin-
n i Hairiiigtuii, repisenlanl le
< nu. I Me Duuual Clkl de la
Gen lariiu in, empch.
UlCOLRI DE M MaLMUS
Monsieur le Prsident,
Minuiejr le P.
Lo privilge rn'.' 'li lit aujourd'hui
de Vouj prsenter li iDeillwiM
vaux .le l> inn le Ij U-!. ;
m rie d II ilti
i'ar le l'iil di lie I mure
Chef) qui ne peut mairteureuMintat
remplir ce devoir, h ib rai ^i
i.gre.ible pour lu,
hikcelieuce, le Vous eupiimt i
HDtiineDts que jf croit irtlei sien*,
en Vous disant .ju1 tout las ollicier*
el !i iu ne . de t tu* le*
points du Paxs comoiuuient avec
l'UUt-Vl.ijor .pu m'a compagne et
moi pour for aei le m io i i- .1 Ij ta
liMir poar V'o.'S.{ p iur V iui rnuouve
l--r l'aurauce Ai nuira iiaers d-
Viuii.uul.
Il "'y l pis 11^ orvi;> du GoUVSf
ne lient, q n t. ni par la nombre | .e
par sd li-irin iliol I in< la rlpubti-
t .il nliH i no .rlinl cir e*
li les lu lui irai a\ euuin e- no i
Ujjn s le I in,ti ni-, il y i >!- Jjn l4r
m s pat ut. \"A Ir l "i* I * i>"i i .
d i ,ny-, cr ivei , Ion ie ir i,: H r
si.li .t. le ro i n ir* I i un. Vu *t
si ic em:..t a-urf. C'est, l'ailleur-.
eu l'.niut m > ,i:i i eir c ) il >r
et en ri*piint leur vie, Scelen'e,
que las li nnm s da la ienJarmeria
su ut continuel, -me il h U lich i daos
l'accu,nplis-emun' d- leur devoir'.
Noire cadre couple d| beaucoup
de sacrifis, qui nul
poar U service du Gouvernement.
El si dans nos rang*, il y eu a, | li
. ir leur
... g]
Le Jour Je l'ai
Les Officiels du Trait, par
mon organe, sont particulire
ment litur. ux de vous prismler
hurs respectueux hommages et fcil !l d*1B81* Ra* !' e
1 u.s souhaits les meilleurs a l'oe- t,or1,enl ltt ^I,,IU ;|,l!U,n
casiunde la nouvelle anne qui p",r
s'annonce.
-Nous n' vons jamais cess d'ad
mirer, Monsieur lo Prsident, la
grande comptence avec laquelle
vous avez su toujours tr.incli r ou
aplanir les dilliculls sans nom-
bre auxquelles il vous a t donn
de laire lace, tt vos dcisions
d.ns ces circonstances partji
d une grande dlicatesse, se sont
inspires d'un si beau dsintres-
sement et d'un tel sou:i du bien
'"tre de la nation hatienne que
nous an augurons un brillant ave-
nir pour ee peuple dont vous J.-
teintez les intrts avjc tant do
tact et surtout tant de dvoue-
ment.
De notre ct, nous venons
vous donner la le.ui' assurance
que vosgi iien uxi (lorts n rontuti
leineut seconds el aus tous nous
trouverez tOUJOUm disposs 111 -1 -
tre colribution toutes nos con-
naissances et toute notre bonne vu
Ion l pour raliser, de coicert
avec vous, les lins heareusSS en-
trevue pour votr,' b uu Pays.
Si des maintenant nous prou-
vons quelque tien c'est .lavoir
pu, suivant en cela voire b I exom
pie, faire cons< leneiiusein nt no-
ue Jevuir, u'euvisageaul que le
boilieur et l'evoluti u d'un pju-
aJe qui uan le pass a Irop out
liounelie, oflerl-t pir Vii.uiojrs
actes de courage.
Excellence, V > i ' I iti continua-
ront faire Pur devoir ri d-'uq
n gnrale, I. Gen I irmeri i Sil el
era un des plus I' r.ues toutisoi lu
Gouvernenieii' El, croyci-la, Mon
Meur le Prsident, le offl :i< r^ el
bo nme de te corps Vous apportent
l'occasion de l'anniversaire de l'In
dpendani Nati mil : n noifos
ge de liscara stltehemeot.
PcrmsUU-lBOi, en terminant, I *
tendre les dul (us U GSO lai men
forra piur \ 11 \\ itllow, ktoui
le- Membres du G iiiferncuieot et 4
Votie lauille.
Translation il.: Re>l sa
du Pr ilenl Ptioil
Il nous eut revenu que I c i DO
n e poar La transi ilion du
I lideol l'lioo, el fii i
cli 0 Janvier Courant, 9 heures
.In m.it i ri.
L restes rlu Fondateur de U R
publique seionl lpostdan* le Mm
aoln de Dessi'nn londateur de
noire In l"ien io ' ; \| m-.1* qui
sa trouve au cimeiire de Ste Anne.
&
.Notre unique uni tion s rait,
notre tache termins, d'emporter
dans noire loyer, la jertilude d'
voir aMUre l'intressante Hpub'i
que d'Ilnii une d sliiieheuTeuse
ei prospre-ti'esi .uuii.u.ii u voui
et plac vos i t. s i|u i Huns i>-
UroilS ainsi 11 s. lire lin a n >ti e d-
i .de n issluli Aussi, lions .sou-
hallelis que lJ.> u lie. ise Vu uu-
i s el g ner. ||i Jloitsel IffluiU
r ni"e en |'i"iu lu'ii, lu Cuirpltu
Hti'Ui lai. un ove, n \\\ n
pii'Ch..i de Va L*!l l luuaoltS
julvflttou^
Creur de Femme
l.a veille de la 7me reprsenta
lion de r.'ii. ri' ,|iun de
mira h 'ti i tagua n, aou* dl 11
que c'tait la un [CCord : U pi 11
n. ni .t-on- an tro mois. C pendant,
\o i > do !> e m' de* d'une
, u e I a Uu uni
h ,i. pu i. us in n'u ,t
|, i r re >u 11 pli C, f i
, ie dr .,u ld p r* r*'
1/if* 1*1 -v'! de
c' i (i>ur da Peu n* " i I' u
rleinin ion ne e' i ont1" *
|SBtr%.c sets tuujuud uu rf-u.sie.
Te Deum et le salut imposant la
sortie comme h l'entre qui lui fut
lait au seuil de l'Kglisa par les trou
pis. le Prsident de la Rpublique
lu Ministre Lescoufliir
et suivi .-.I. ,. ni en auto des au-
tres Saereiair. ,i. ,ie su Maison
vile el milil irc, lii le lour du In
ptrlie Oue i du la ^ i, ,.( Ho rendit
ix li daines du Cliamp de
i ' i revue militai
pril plane au bal
el un iiisiaui aprs que
les bonueura lui furent reniu-, nc-
coinpagne du 'rsi lent du Coail
d'bl.; .1 suivi -tu Conseil .les S icr
: il do \| ure Je la Vill .et
d autres aiitoriii B.s, iu-pe:ta
les Iroipea de la G n larmeria, s >us
la a ..mu,lu d'unolricier de ce Corp*.
Minent dd.er
.1 vaut lui a...:ii do rentrer d.na
leur iserue, i le Prsident, apee
u m tua ns dans lu pm tie Kst ili la
a, i g ij i,i le i*,i aia d tut 1 entre
a . libre aus vmtaur, la veille lu
joui iiv.tin t uuosacie aus risep
lions ..ni ioii. s prives iusp.a
lui I lard dan la uine.
Dan L ai>rko miui i.ts ftes dans
I aprs midi uni lu uiaugu reespar ua
BalCh Oe tout b.dl .levant les Tribu-
nes du i-bainp de Mars pour la cou-
pe ollerte par lo l'rs.deut de ia R-
publique. Le jeu a cl men chaude
ment pur I quipe crmmpiuuiut de 1
Gendarmerie d Hati et i ocmbI
> S. II. Arbitre par
"C ii,, lu ,, lio n a eu aucun
rsultat, les j.. leur i m leux camps
ule leu ., ifia pour
allnuu r leur-. : m leu i -ji ; t.v s
1 ' v 11 lauti 11 ,,na ||a
|i ili a . nouveau n u j nvier pro
efa un
Uana la toit -ni abar I ca
niaa devant/,!; e varil .
Malgr le mal use i onomiqna pii,
A au jugi i par le peu d'anim|ti >a
von
, score s'amliorer, le Jour de
l'An s i l sssi / anim, Le fait .s-.>x
|. ique par la tradition qui veut l'on
lit< ce jour, pour remercier
Si >u le lie i lOOUp .lu lu IDaita
u n reus de lui, Ju moi ni de
lu faveur loute aussi grande d'avoir
pu vivre el den'tre pas au ii''bre
de c ux q i sont tomb en u
lutte p m laxisienc-. C'et ausi la
i ,ioui i.mi i dj l'anuiversiiie -le n
Ire indcpenddiKH ualiuide q U, en
y i| lui.im s i noie ulli elle, ,i c i
Inuuu iui d- nner, cbei nQnft *'
C II il II SpC al .pi, Ulail. gue (Oui )ui-s
sa ce la lUon da c lie dst ,utiei nu
lions.
'ans i. s SAUlLLt \ cot le
la joie pui a eclale Uns (p. ridts I-:
puis le c u^ da i.ii: ,rt U le.ved sa*
iuaul Pan riuiiv uu q li peut dire
le dame ld luis l.iu liant ) poi
guiiit qui se pas*e dans l.s huml lea
logis comme dm-les riebss
lirrque In Sli'e qui leur sont cber-,
. ne l'un .leiiiier.ue s'assemblent
pas au compte! autour du prr .1 .le
la mre do lamill-, pour un lil al de
voir U' le. deuil n est pas rnasTp la
regiet incurable des enfuis qui ee
lavive eu ce premier malin de l'an
trouve nue diversion dans la sourire
desenisols qui ne senoaeeul jamais
leur droit a la joie du M jour pro
m iieur le i. n i mai ni meilleurs t
de douces illusions, Oealatus 1ht i
lu visite des .unis qui vient ache
ver i. m i i le de lune isv.nir un
peu de gatta ei ,ie ah lsa r les der
ni l qui llioolilenl en
,ui, les veux de ce* pauvre* uiar
tjrs d'1 11 douleur !
Dams les Itauses. ^ lu mes,..
[uatra beuree, le glises et le.*
chapelles alaieol pleines d-blle*
. nua m Ion leur prefreoce pour im
, r la nsittricoi ta uiviee et lui
demander 'le nouvelles grces qui
e-, loiniiiiil et eu r nou.elaiit la
i... allgent le iarissu el font trou
il ^inau.-e la route
v Au piOO de* glises parnis-ia-
! parole du pi sil tou
j i iui Ici e icurs meurtris aux
u.,.....ai lu chi uiiii, ladouoeur da
l'app I......i soios du bsrger pour
le u i ,i liouvanl daoa lu pri
,. r ircea nouvel! -, on
i di av ure, plui eooUsnl ei pin-.
di| r.afec l'anne
al sas lude-,
d i i .
Pi d,i vi '.ers les 8 heures
une sa.va de e u pu anooi ci i
lui da b da la fila de Sans le malbeur, l'humanue et
l'indpendail e! ,le -es pr.Labl m. nt cu-iB dsister ueu
il ... i .. i... .. i ... a., i. i:... i....... f ,. ._. .. .
Les Ad\rentist83
lll
-saut eiusi que le font Isa
ntssles, ils vunl non seul, ans it
l'encootre d la ju-ie et sainte
raison celle clart intrieure qui
nous im dr les choses sous laur
angle w .' n m mme du lim >le
bon "
l^t le 11 le mani s, eux-mmes,
ils no nt, sane s'en douter, un rel
no i ^ r volution. Il est vi-
di "i q s i u nette docl me
d I un.imi i < | aine qui luit
nalUe eb / i oue i asspoir de aurvs-
i as moi i si espoir qui
0 ili^o I lion,!,,' |.....,' ainsi dire
t',i,u.i d une patienta rslgnatioa
le inalbi m, I hum mu
Il 11, i u bat>i I >u de la G.-u i irme
i ,sc mu la, pr.l .
devant It atll lll II Si peu h peu
l'glise s emptil de moada. a nuii
beui nie, le Prsi l< al le la
H ipub i q 11 e d m- on a .pu ai
grauda joun la fle y lu on i
- pi l li- d n, - 10 i u -
truu.,1 e .t dj i '- repri ulaai
Go p-. diplo i.uii |iia ei c i u .ire,
ainsi oue les I .n-, la I lui l< -
c rps CJ.-btU , con.ne il ta.l
d'ailleurs prvu au pr.gi.rn s >la ^
fie. i.i messe -1 h i
ir i i ai v > q ..\ ..

.... i m ,i
ITl v i\ pal
i le M i.< iii di l mi i
l i Te '
Ml|v. il." 'li 1 U 1 d< U l'-
Ull |T< H -M i"1 Bl. e ,B b, IL in II Ml
Uu h' S.cieninl
,i li '-i' .' u, i a -.i us ne
l'ui Uni O. et.ul m.ru de Sa gao*
g ,,.- piuui i.e, il a ...iliol .i,.e u.. ir
. Mueut ii uius Isa
j itt. i roc ure -. i < nt.
l>- 11 i i doiablc pour lous ceux
lie u ur
I' |.llU 'OU I m i.l I ,, |U J9
v le pies l ...: iue humain daoa
s v i,sii.uiii! stu lions, iaiu,nent
bo-ne-. et pie in.u toujours mat;*
va -es.
in .. Imcilui.t un iiioineol comme
non i s% mu I.ii--c enlendie n des-
s qi e le dogme de l'immoilalilg
i il l'-rui ... ,i RU|U_ a-
pe- liit.il macabias VS>
ui> q ,i -- n. io., i.i u Rusais),
.1.-, ,i- <{ li lli .>!. iHine v svit
[ | es une ide de
. lamei wli- .i borriHai.ua
d ol i.oii plui.t -e ad le tbfttrai
Ua ciincs ^e mullipiiaraient a
. ., ... ,....... ' -"'plieraient a-
La fUvn N;i,.iA-ni. Ap.si le i'ujhui, Lu vurvut dS| g|s sMsj,


ner leui peie ou ieui mre pour un
motif ou pour un autre,et Je* surs
sduite? par leurs torea. I* vol,
1 Ifjassinat, I nue- e el I*
i-ouitucWtaienl en in.i->e. el la on-
KWDM M trouvant abolie presqu"u
milieu d'une pareille anarchie, on
im; pourrait plut eseresr uiuiialle-
ment lu justice tout le momie
ri,.ni ainsi loge pUiioa inoiii^la
h i DM I .-iiseigne.
La %ie .eviendrail absolument
impossible dans de telles comblions,
l ce serait la dbcle humaine ou
la lin si souvent prdite.. .
Lu semblable tat de ctioses n'e*t
probablement pas craindre dans le
prsent.
Vouloir donc rpandre une hrsie
du genre de ell t]ui i naolive ces
ligne, "'-"' Eeire iowler des la mora-
ta qu'on prolease, elurcaaef, mal a
pioj. i . ... ki une lau-e orien-
iuiioii nu* .Bines ci aux i onscienees
euitlantle trouble dsoa l'esprit de
aelre pauvre buoaanii, J j.t si
prouvai, 11 <. ci << "U eenrpiutt, pur
i> .-< rudi iMta d'uni luerre um-
yuc itaoi ses Ai.iuit I.
Cela M d>il pas lM, ne serait ce
aoepai pilii poui Doue mime. Et
. '. -. pOUI |U i UOU .i,< iilun q <,
aujobrU tiui surtout, i/u aprs
nvou tant soulfarl je u,.u l celte 1er-
i < guerre, ou .-ou.lie esneora ua
set aflsis mat riela el muraux, ion
quti- se reaeenlenl a "u pu- sur
i. u.-. las | omis uu 1. lotie par les dit-
Uculle ue luu.-> genseni)u" lisent luit
Uttllle, le.- aOVeOtitlel, au ilell do
rpaiiUre Oans le Monde te ferment
de iioubleqne constjlUI leur laineuse
declaialion, devraient plu loi penser
taire tout le coutume n prcbiol
le itsptcl de telle doctrine de I in -
moilulil de i" un- ijiii. j_-iu *jH au-
cune autre. parce que uiieiu Com-
prise, maintient) a n'en uns duu-
tar, la paix dans les coDsceoceo.
Edouard ti. NhLfciU.N
C UN >
Par San Fil
2 Janvier I li
Mt. \i< u--- I. blutslnis consen-
tiront A vendre au gmi veineuieiit
Mexicain un matriel ue guerre va-
lu A soixante-quinze mu le dollars.
Celle dcision a t nuliliuau Mi-
nistre des affairas trangres par le
Charge d allaires amricain.
a Washington. Plu de eeul navi-
res composant la Lutte amiicaiae
purtiionl aujourd'hui poui les ma-
nom vies a l'unama.
Mexico Le bahilitis*me et le
pillage retendent a imv rs toutes
les tiglons au pouvoir des rvolu-
tionuaues. Lin soulvement des tra-
vailleurs contre les huis la loi, est
imminent. Le gouvernement ,i ap-
pel sous les drapeaux les ofBciSM
en retiaite aux lins deiitraluer lei
Ouvrier agraires.
- Washiiig.ou Les usines du
Staudar ud a ludiaiuuul soutien
d'un degit d: plus d'u.i un, un a*
ol ai oouaaionu p u li u- u.
qu'elle soit compltement pte.
Mais, i-t [I ..jmii, nou sommes
prta examiner tous les moyens de
smeal su neptibtea d-rendre les
ptieenenla pies rapidaa ef plus rs"
\l. Painstar matera aujourd'hui
M. ton Hoeseh, Lharg d'alhires
allemand ea vaoda rliscuf-r sMM
SOI laines rserva* diverses questions
con-.eriunt U Kulir et la Rliaanie
Une note de
l'Allemagne
Pa Cable
PARIS i." ec Mi von Boes h,
charg d' fluiree d'Allemagne, a'aal
rendu t*\ spri midi as nainis ara
des afl .'i m ili Dgraa al s remis
M. Poincer une n la Uns laquelle
l'Allemagne suggra que les ques
lions adniinu raliveaet conomiques]
concernant 1rs lerriloires occjps
soie al lisculs avec le- lis U'ie
n il.- identique n t remisa en m
m tempe suzsj uvernomeu s belge,
ji i iao il an|iaie, 11 leneuf 'te la
note n'a |-a- i.-t divulgu-1 M. !* iu
oara ddsiraifil avoir l'opinion d Me
l -i-ar mi n lira des sfl lires trange
res dj B* -i' 11^. avant de len.lie la
noie publique et donue1' Ml nnpres
sioiis u'e sujet. Leutietieiit eulre
Mi Poineawd et le clm-g d affaires
d'Allemagne dura une iieure.
Le Sourire
r"Les Membres du Cercle Le Sou-
liie mil nieii salue le il. part de
Iti3 par une soire dansante don-
ne la veille du jour de tau dans le
local provisoire du Cercle.
Beaucoup d invite avaient rpon-
du l'appel du Comit. On dm-*
avec entrain et ce n'est qu'a 1 aube
du 1er Janvier vers les quatre heu-
res et demie, en se faisant toutes
oites de^souhaits^qu'on te spara.
lia
c
-T
NouvalU viiwlPtt Jj :i
ParUblt ||
KAKIS, -> Ucembri- l^asuuce
d la Lhttnurt) -le Ueputsn mi ie
pro.,.- au toi portant iui i eaugpj nia
lu, ; un i si loti lion '" nii citera aux
amploj mat.u a nue ucure avance. Le vole
laal a coui^ieie la vittuire reinpjr
(e par Ml t'oi.ieaie
l>aus la soire, la chambre, par
j:i<> voix contre i'Ji a ro uve. m
aooil inea dau> le u riiTernr meut.
| .es maQieuvres de .l'opposition qui
viiaieul la stabilit du caLinttt oui
encore une lois chou. ,
*. PAIUS, 23 Dec A l'orsj asion d
la rem d'il niiieiir k la M ini ipa -de la
Cornai ii'. M Poioear 1 OMTOBOOC
n discours ti- lequolils -1 ifi i lu
politij ie le .i Roiac el ; rail
h la France ne retirer* pis ses
''upet 4 u Hlj occupas vat
Lundi 31 Jcjrolire. on a trouv
ouverte une porte de l'Htel Commu
nal et, l'intrieur les registres
d'iaseripliona leetorales dmina,
mil en pices.
L9 autorit jn lieiaire* comp-
tentes onl t imm liatoment apne-
les e! les procs-verliiux draeas,
L'nc enqule a t ouverte aux Los
d'tablir les responsobiliU.
LlJllCiLE
Fmina
-
Visites of.taidlid
Hier nium vlr Louis Bora >, Prsi
i II t Kna iiiu-l li.ii irl, prasil'iil
du rtribunai JsCnsuUoa et MrJ,
.V. Qraodait, prsidoal di (Jiu.jil
Mr Manqon*
encors Ganiidit
ComoM le bruit en avait cou ru, M.
Lu m >i:d Mangon s a rios ne non-
vaa i ta ea I ial re ave i,> lonteil
saivanl : \li >( N io i, il mri Rou-
ai r, Lilto Lootiawint. Absl Thard,
Lon Liai. Joseph Peraira, In-
M lse, li illeg irde Poureau, >li
ir. v i1 iii^ In wee t.
\n lie Viaui.R n lerer Lav pi-, hris
lian Birira'i I, Kleast Moossnto,
C I ll-l !1 ) I- *'IV IV S
avant l'acte da vandalis \e p-r^ir
sur les re^isirjs d'insariptions.
Les dames patronnasses de la f!e
donne lu- rsedf par i'Amicale,dans
la vaste cour du Lfaa l'eliou ont
remport un rel succs. Deux corps
du .iiiui pu: uni leu'i les da>i,rs
en haleine jusqu' une lieuie asse
av.iucriB de la nu il.
La laerie dont lous les numros
rservaisnt une surprise al.it la joie
des giand* el petits.
Russie la soire littraire et mu si
eale donne l'International thnl
tic Cluo li nsneh JJ i ce u ire i '..
nurparlo:* rnaabrss actifs d* Fi-
ni m.
I ailles bien elairea, as [aimai
n nbrauaa el eh lisi : \p es u i >
p -ie d' VI i r.i t I I : ivcl- ail ot
pai < li .t oa I, on ente. lu
i bo cotai ren i Ur i la iis
U I g.rli! qi fii e (ri lupee do
le ni. a i ii ide vifs ipp i i i...
m i ili ii ii-, iistite 11- pi j
U: i es et 1 .-ni e 11 ni ilin,
v .> c i u i u a, ,ii\ ,i n > 'i
da c'j .tua qu marchent ds iiiesai
ea sjjc:.
.Vous mois ec4 av.-o bsnuooup
de p aisir I pie m ir nu ara do la
Bvue "iv nuir- pro/>riUire, vle'i*
Anna Aug islin ; liiante, Vl.ie Oa-
mille Min r. Cesl une Traijoor-
bille feurie ou soasiae psttidoat>
mes de rVarreaebe, Chri>s ithoaa,
Vuieite de Parme, Bluel, Muguet,
Pi | lerelle de Mai, Mj - itu m lisent
des iftic'ea bien traites et d un ppat
raitin.
On no peul que flicite I. s tu2.11
bre-. de le uiu .le ce lour de force
et i.oas souhaitons loogus via 1
bouuo DNiszQifc F.n u elle vas",
CercliBijiti'ii
Les me.nl.r < l.: BajpteHa "
aini que leurs ratt\tl >s -I 1 ni s s m*
hvits fc la nauferie i-nltCerch
donne en er. salons h 9ime<|i, r<
Janvier courant, sept heures du
soir. Le COMITE.
Bal populaire
L.' 1er Janvier 1924
D'accord avec le Con-*il l'om nu
nal, le Ministre de l'I teneur orgmi
sa au Kiosque du H'i nu de Mais,
un bal populaire qui eut b-aur up
de succs L'orclie-lre tait compos
de musique instrument-d vec te
en n:i--q le m : it de pi-no. La foule
qui avait besoin d s'amuser resta au
Champ de Mars ju-qu' de- x ne ires
du malin D' t. mp- en temps pour
tniigoarjna >jie, el j et it v'.ve
Borna.
-t W u\ faut -.ivii.- gr a do si ne Tci-I
cir pirlo 'l ailleurs les ba's p >p il ii
r sont en honneur et font les deli
es .1 ; loua.
Sans te it Lin
Les membres le IHssiv i'ij'1 li-
anciennes t./es >e M; litsasni
aviss q le la tenu'de a^e n lis
gnrale eai Use an dimanobe n ii
fier pruehain 10 heures praisns.
Le Pre Lanore fera sac inlrence
mensuelle i laquelle ml eoovia
le amis da Poeovre.
La Secrtaire,
Epoune |eaa L')L'I5
Carnet inon 1aln
D.; .b 7 heures m Palais Nation il,
le 31 Dcembre, Madame Louis Bof
no lecevuil. '^e furent des heures
vraiment agrables o la distinction,
l'esprit et la curt.iisie souriante
triomphrent au milieu du ravisse-
ment des toilettes claires et des l-
gances charmantes.
Mr le Prsident de la Rpublique
et Mme Borno soulignrent d'une
attention el d'un mot n:rnuble les
compliments des invits qui empor-
trent une liaureiise inprasjui de
celte brillante rception.
CinHalaiit
ce soi ;
Musique .je l'tiyp > ir> n
de .\ew-\or.t
Far sans fil
Dette de Sang
Dr.ime social
Eatro G. 1.0J
Farisiana
Ce soir
VMm M
GrauJ drame social
Il I 3
tairai : 1 ti rie
Bivilil: L'iilatilc i U ]i.o
f

Ecoie j> -jiil . rie
?Stiio-Ji^tyl jr.tpliii
Il el n., el jjj lecjir^ d'an
glus .td'^paj ni sera inaugur
l'i-col.-. sp cia. d: steno*daas)lo|ri
plue, 816, Hue r-'ro.i. [ Telepli ne
o-o j le Lunn 7 Janvier leMefl
beures prcises du soir.
Avis
Monsieur E. Itobelin aviso le con
merce et le public que, d'un con
mun accord. It procuration qui avait
t donne Monsieur Arthur (Jar-
dinet a pris lin.
Par contre, la procuration de It
maisja c. Ito lin et celle p-s-rso i
nelle le M msieni K. Itobelin sout
donnes d< Krancis Plunkell.
Port ai Priant le 1er janvier 1924
Mil II
Monsieur Hippolyte Cmy 'et son
enfant. Mm Alice .N iselie, VI. 1er
nand L^on. M. Alphonse I on et
les autres membrr d" 'a f-mill- ab
solument touch's de* marques: de
sympathie qu 1 uro| tmoignes
l"ur* ami" 11 perle c-vmHin cru-' le ds
Va I me M in o'yt Camv
n nr-e Ai ne I.U' ia Lf'on
l*'r |r*' h^r.' t reg IMa ^pniM*,
m^r, fi"e f\ saanr annrsnun le 23
0> nhre 1 10 h'uies p m. les
prieni d- recevoir ici IVtBfe*eion di
Vii-s enlimjnt8 de profoaile lecoi
rsisssnep.
Poil au Piioce le 29 De . 10?3
GOlHSEZYOb'S! \*
CUIRASSEZ
l Goriye, vns Bronoh^..
I vos Poumons en Ie9 ('ftiadant!
en les prservant
par l'&ntisepsio volaille des
[Pastilles VALDI
contre Im dengern du Froid, '
de i Humidit, .les Pousi.-es.
Microbes.
Pbsr S0I3IHR EFF!CtEIafr
Rbu _x -U Core,
Bronchites, Grippe,
PmniEsVJiLO'
rene.' -, -,..- flJe
Mais il faut avoir sch
de bien employer les
Pastilles VALDA
VRITABLES
EKH7 EFFICACES
'"S
Las Pastiles V'\l,l)\ soi-l en vou
I : Pharmacie i'.enlra> d'Haiti,
Phsrmacia Bourraine a Porl au Priu
ce. l'h trmacie Bruttis a Jrmie, et
toute, pharmaeies
Paa i na Railroad
otoainsbip Lins
Bureau de l*feol gnral
Portaau Prmce,le :j daeeiaora (018
BLLcLTl.N .\o. rji
Les Chargeurs sonl pries de noter
que le s|s <. General W. C. Llorgis
et stteoiu fort au Prince veaant
de Cristobai, Canal Z>ae, le i Jau
viei au lieu du 3 Janvier IVii.
Lu par.nis d e uiiarque neut ae
ron dlivras pour le frai a destiua
lion de New York et des Ports Euro
pesos, sur la de.naaie faite a ce bu
re ui.
Ce steamer partira la memojour
pur .Mes; Ynr* direct.
Ceci annule sa IJuiletia No 358
date au il Uecembre IVi*.
O. B. TiiOMl'SON,
Agent Guiral.
MOWCT FTIEVV FUs
Mai":h;indlses franc tes
Angle des rima du^bijaiio
Varits
CE SOIR
-e Masq u aax Daats
11. 1 et 11 l.pioJes
D.MvI.N
Le Iisifue aux D ils
BltticiiLJ flirt)
Kntre gnrale : SQ ceati ns
Paul Sals
AVOG1T
Re:.i!ivfe!D8'ts Ciiiajrcinx,
affaires ritMafcr.
C^orri^.i3^!*"113 ' iVashiag
ton, \aw-Vork, diriiii,
TlirtQ i^jaJrJ* i*uria.
17e le fli'if 2f/7,''.jk^/u rVtna*
olouiuiau Steauiship
Company lue.
Vapeur dirige par la ^'olomliiau Skamship Cnmpany
pou- compte de i Oiiited Ultet Uiippiug Boatd id
le Sleainirniu i) ajunt La us NWm
York le US Ocemb e Utirnier,esl atteii
du ^o I nu-Prknce via las porta du
Aorc le 5 Janvier courant. Il rvpattra
le mme jour pour les porf* *uiv tetU'Uuut, *!irayone%J aue, Liages,
Aqu n et J >ciH;l. \
fort au Prince, le 3 Janvier lfJ >k
GEiiililc tic/
Agents
*


fcWT2*
rURODONAL-
"iCl
& Fmk In*-;
Fonde en'lP^G
Goutta
RlroniatiGtnes
Sert.'an a
Artrio-Sclrose
Obsii
Calculs
GRANDS PRIX
il. kHtffltffts CMUta'n
2. r. WDmOtKM*, Pim ti l Ci'".
Nettoie
3 Rein
h
fi) rS^ \


-
-
-
-
-
*
i
- -
Serge Taillant Consijjnataire pour Hati
Srpriori.r' Bas prix Promptitude
Toi produits ehl iniques, ^tremaceutiques et aatrai
irtu les vendables dans^une r-Y.r?macie.
Epices, Poivre, Cannelle,GfrcfJe,Anis toile, Muscade
etc. etc.
SUCRE RAPINE.
Spcialit: Marque prive- .ysol dsinfectant, Parfu-
merie. Articles pour l>altiers, Itny Rum, Chocolat en pou
lire. llu.le de foie de Morue, Emtllsion Colcl Cri ni, Ex-
traits pour faire essences et eau de toilette, Eau de 4Jui-
iiine, i'ouiire contre les inseetes, Sjlution pour conser-
ver les fs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure
pom- la toilette des eufanH, ..ssence de fleurs, ICau de
Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, ltrosses dents, Peppennlnl, iiuile pour
chasser les moustiques et autres insectes.Itegulot: huile
contre constipations et doubles dea intestins chroniques
Tll, Cire pour les parquets,Comestibles, l'.lixirs, l-'.pices,
Sirops divers, Teintures diverses, Vins, etc, etc, etc.
l>< mande/, le catalogues des spcialits
Confiant vos commandes 1.1 ll\ ft PINK, lue; vuu*
serez absolument satisfaits.
l'oues les bonnes pharmacies du pavs s approvision-
nent uhuz LIJ1N AFINK Inc.
Lon li. Ihbaud
Agent excluait pour HaiU
--
,fl\ asthme] ^RWS*
Oppnssion, Cctarthi,
Suflocationi,
Tout nirvt:.
Gairlian oortalne par !
CIGARETTES CLRY
,.u POUDRE CLERY
[ Dr TXRY. 58. Boni Si-Martin. Pirl
:rj^rzi3Bs
' ib Airs H
Mrinm de Franois A/awifljt
la tntux Burenui du MAilS.
Prix 0. 1.50
Pharmacie
W< fuch
Pour 1m Fles
Prpare toi liqutan rc I*
Eniences pour Llooeun : *ni*pll,
Crme de Cacao, Charinuii, lur
io. Gin.
F 0. PiERCE Company
19 WEST BHUDYV Y
Alt H YOitK
FDVDEE EV 1847.
SUPRIORIT BAS PRIX
Fabrique do :
Pefolurp, Vernit, Certf de rouies sorlei.
Mastic.
lonll IhbaufJ
Mi Lblupai
CHICAGO. 1LLS
OUritqre, 3Cuife* De col a a, frfui.Ce De raaa,
Mm c- CUu ll\>ril, U>euf jat, wJam(>aiu&
Bacorv; ueiie* initiaux. Jfau piefc, reitte^
De porfi.
&attcltte& ea 6uifc. &>riteD cjlet*f, JJ^a^t lof
<$otte) mat 5, etc. etc. etc.
uratit_.
Lon H. Thbnud
Agent exclus!' pojr HaiU
Ntun*TiiErut,
i
DSSCHSffNt


ri-j*
LA MAISON DU
6- et
Annonce sa nombreuse clientle, qu'elle a reu
LpS (ITllcICH StuiVAIllS ' Des bonbons assorti tels que chocolat par boite, et "pir livre, drages franaise, italienne, aine*
ricainc, praline, ,dates loures, prune lourdes, Fruits eristaliaes, par balte, ei oYmi boite, nougat, et nouaelia
FmitS SCCS Figues Iranee par boite, et par livre, dalea par boit* 't ' livre, alui. i sec par livre, noix, noi ettes, unandet, mitathl.
llOitiPrVPH Conserves (a/dices ieui) llinn,paie de (oie gras, Ravarin le inoiison, choucroute garnie, Mpergea, comad bcel, fromaue]
saucisson italien et amricain, jambon, baaei
ffU'S (Ml JlMi Poires, [lches, abricot, jomnii
Grand assortimenl dp liqueur, Maison Chaatenel Frre* Snnlean^.
Le uirqtrta d s Princes j d Viq trs fortifiant errn dm toutes les lotBIi
tief clUs t camel en aicsat dtail. Fruits reri le 10, et ll de cbaqtie mois. Beurre da table, pommes de terre, eifjnons, macaroai
, italrec, venai'ceJle.


UMAi*

En Face de la Banque Nationale
Propritaire : INNACWS LOGENT
Ce nouvel tablissement se recommande par un service
irrprochable, des eons mmalions de premier choix el
par sa situation privilgie.
Le Soir, musique ailr yante dirige p r des professionnels
de grand mrite
Installation p.u faijv-- S'rix Modrs.
Tdph.iie A 3J5
... ...... ^...j^.^i....._.
L.B 1IIII H
court
Dont la vieille rputation a franchi lesincrs,coulinue faire
la joie des amateurs
Il donne aussi, sant, courage et conserve ses clients
l'ternelle jeunesse
ALlEZPRENJRr: YOT'lj?
!
t
m-'
M l
RHUM BARBANCOURT
i
v
-* '-' *-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM