<%BANNER%>







PAGE 1

lyjttpVEUR PROPRIETAIRE IM+IUMBV8 Clment MagJoire BOIS VERNA 1S6S Hue AuriMUa* XUMfiHO^ 20 CENTIMES Quotidien il n'y a rien de s.icrc pour la sottise, la inchanset t l'enta* ; elles portent leurs maint sacrilges sur tout. DIDEROT ItiLEPBONE No Ut 17JII AXXE N5030 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) .es crdits rcents et leur discussion 1 au Conseil d'Etat D'autre part, Jrme Giacomctti esl devenu le p n \r>. 'e 101 pre, le pplit P's •!•? a bMIe s^ ur et I betu frre de ses petits neveux et nices. LUNDJ 17 DCEMBRE 1023 Par Cable Nouvelles Etrangres "ie critique trs vive de la Com lion des Rclamations, de sou Konneiui'ui, des inolii'oents l'elle lun.li -, a t luin par le Meiller d'Kiat (Charles Rouzier lanc? du vote des crdits jlmentairi's et exlraordiajj %  Nu Conseil d'iilal. Aux quesNX poses par le Conseiller d Eilor ces points de vue, le 8esre d'Etat d s Finances, M. juste Magloire, rpondit en lt rem H quer que 'e Conseil -d'Etat critiquait le principe tae de la Commission des Rntiocs. alors uy cette cornlioii existe et ionclionne en ta d'un Protocole sanctionne 'le Corps lgisla'if. "lecielaice d'Etat exposa qu*, jniee driure, un crdit de WJUd ih.Mu, Vj.e pour satr rle IJ.I : uni -m ut .10 la C>iu Won ; qu'il i .si tiien avr |eiien.i as achev se* travail* '|u>. JIII-I, la Jeiin.iJd Je erjItbKtijciiti esl j.isliiiee ; que, en JSjpJoueerue U uiarolie i„$ Ira pm ia Commission, il y avait iooj question de conscience et idaciuim intrieure dans laJm le Gouvernement ne pouW pas entrer. Conseil er d'Etat Rouzier luette occasion, que li Jiben! loin ou u;e tu laveur de la Commission parat imite [ ar ailleurs, en considrant que l demande de crdits comportait, en laveur des Secrtaires d'Etat, des Irais de circulation jusqu'ici inconnus. Le .Secrtaire d'Etat eut occasion de rpondre ce point, en expliquant qu'il n'y avait de nouveau que l'expression Irais de circulation . il rappela qu'une loidelyli, aon abrogeai accordait des frais de reprsentation aux Secret uivs ,i I.II, niais (pie le Conseiller linancier aimait mieux proposer des < frais de locomotion primitivement inscrits da is le projet de loi eu discussion; qu en diiunive, c Irais ce reprsentation , Irais de locomotion t, i trais d i circulation , signnl u-'iil la ml ne cOose a q ni lus ait au C-JUSOII d'Kiat h soin Uadopter ceil deces expressions qu lui paratasaii convenir le lUi.UX. Le Conseiller d Etat James Th Jnias opina pour liais de reprete taii.n , lo.it en ne supposant pis au vote du projet. Le 6ccielane d'Etal d-s i'iiunces M put note, ainsi que du dsir d;c Conseiller dEiui de convaincre sur Ci point le Conseiller r'maucier. Un joli coup — La boxe rserve bien des sur i' : ses, met cher* amis, commena l'ancien oow boy, i i ri OBpHwent les g bel-U ; j'en ti fait naturellement comme tout le le et mon plus curieux souvenir date de ce match supeibe que M livrai San Otlawi, dans l'ouet du M rh'gail. • Mon adversaire, good boys, tait un homme superli', dou d'une mus cuUtiue extraordinaire; il importait de l'abattre du f> c-mier coup, | il . Ise.au • i. in ta l dans un coin du ring, la tte recouverte des ter victtea de mes sogn^ur-, attend i je avec impatience te coup de gong, signal du combit. li letenlil : comme un bolide je m anei sur l'homme, devant moi. D'un twing I u. 1 menton, je t ta sommiitt d-un uperut sur la lace je l'len lit Itnockoul... %  lu, Paucief) co v i. >y r prit sa v n > pir.tion et un dois; d** cherry, i> de i. continua au miluu do Pi leit g* niui : — Ah good prelty lellows,Photo me resta tendu au moins quinze se coudes ; dohurlements fbrmid bief m'envn on Datent ; je vis mon ad ver saire se re ourner, puis se r-: lever r nib.ement ; je m approchai poar 'aider : c'tait laibitre. IIQLATEUH— Le gouvernement tqualeur a engage le service de john Hord, citoyen amricain, M>e Conseiller linucicr du minis %  i — ^ e g uve,nemen toli %  s d ouu bail a un amiicain hectares ds terre de M£lat ne priode de l JUansenvue %  w une colonie de familles icauiese de dvelopper l'agri Br '< liridiibiiie et les re^souices !" ciales de la rgion o cette l era tablie. c once s .sionnaire s'est engag ^'•"gouvernement une rede fl iJit.O bolivianos. Il dtvia [ f41 Jl l J noin8 23 lHmi "t8 amii l^. iCODsImiie des maisons,pnurf H t b s ,e de distribution j^'d llj boues el droutes. Il f r jJ5J_ fc, '' ,t, ''eiit bolivien a< coide Nu,, de, drols ddouane lr Uc/| !" tf| e'iaux dt-slmi aux (oui WOOIT* 6 1 Rtablissement de la JJ^TINK La municipalit 'Udr, ^ reS a "" 8 UQ 6ul l )runl B 0 •p'-WOO de pesos pour l'ax ( e travaux municipaux, ciai %  g Q 'neiuraiion dts dtiitus, i u p'aires, colonies de ;var an ta" S .P ub l'cs et amlioiaiion F, a "f le L -t emprunt a t e.i S ouvert, u nul.ion ont | Jjeri. ua| Ullt b.,u|j e ; gen Ki#. u* 1 ,u Uts L ""4" "*t I n ' U ,le ' l **l*^w. T.;'"ooia.> f e leni. colombien a lui itu ous le nom Je Banque de la Rpublique, une banque nationale au capital de 10 mil1 oas Je peso ; La section fina:icire a u greaVtante .le f> f.aras et %  esure ; 4o reniera grand'UnU de bts prop.e^ antaute ; ou et 6ua i, sa pfujtfi; ^eArV> UlOtVi Le nomm Traitel, de New York, Cs. un macueul, cl ?a Ibiniue le lui l'ait bien v.ir .. Elle deman te, en efli-l. le divorce coi.lie cet h,.mm qui I a tiaite, dil-alle, . iuh maine ment l audit u.enU A vrai due, le sieur Traite! n'a pas botlusa femme.Lelle c:, dans ce cas, n'aurait pe il-tie lai en tan ore aucuue protestation, cir l'esprit feminm esi pailois paradoxol. Son 1 le miearabla a mille l'ois pjus mal agi! ... ioesa le ridicule prtexte qu'il ne voulait j,as ri-quer de s'. ,n poifOnner, il a mis la prtention il e-suyer avec son m iflODoir les l vres de sa lemme, couvertes de IOU ge av.nt :e 1 embrasai r e celte dieuee u i lalive, Mme Traitai a rt moite i me i| offi nsi e, et c'tsi |.o rt| oi a! i a.'inaii .. R Jnye>d N fuik le au r.u.j aux procdes UiavourtoL de ion Le prsident Obrgon prend la diiaciioa des troupes EL PASO TEXAS U-D'aprs un tlgramme de Wexic , r a du con sulat mexicain Ml Paso, le prsi d i:t Obrgon s'est rendu sur le tiont piur dirger en personne I. s qui, sous le c cnmaaderaent des ga ; tus Vaiinihs et Amero, m rchenl sur Cuadalapaia en fl.m mas. A l'exemple du prsident, des milliers d'olliiiecs ont quitt Vera Cru pour Mexico afin d'obtenir des armes pour combattra. Les ouvriers des in i latries textiles ont aussi quit 1 es fabriquas de Mexico et reu d s armes pour s-e rendra gur le iront dVera Crus poir s'oppoaar aux troaps du Gnral Sancbex. 1 li i", les noav lies indiquent que IOUS les chefi m.lil.ur s, invits p.r liuar a se i indre a I a, ont promis d : r ster li i 9 an gouverna ui.'iit, oi) B r-'g i eoiiiinni n qu'un n 1 i. > .ai': I ,1 sriions se pro u.ic.iit Lins les rangs des troupes u rad i i Jalisco. La classe ou s de Mexico est inJigia del mon di pisiJeut du syndic itou vner de Vera Oui et montre un g i..i e npraasamaat faire paatie u i troupes du gouvernement ; ello accuse les rebelle de cette mort. Troupes fdrales contre lc-> troupes rvolutionnaires WAMUvuTCK -L'onbissa'e am rcane dil que des nouvelles olli 1 .i v.auesde Mexico annoncent qales troupes fdralei se sont mi I in m aehe, hier, contre le- trou p.-s rvoluii inoairas du gnral Stra Sa, L'avant garde, tous le omman dam nt d< s gnreux Amaro et A ma rillas, est pvrtie dlrapiato Ou n ut b'at en Ire d'un un lient laulie un angigement avec les rebelles. Les troupes rvoluti uinaires, con di.ii-. par lea gnraux Permen Ca r ipiu • I Magat, ont l battues dans le nord de l'tal de Jalisco alors ou'ils • i valent d ellecluer une jonc irai avec les troupes d Extrada. Le i nral Ca.po, s.) i frire Marra Car pio et ie Gnral Magna oui t tus d i us l'engagement. L'iilemsype fait des avances PARIS H— La nouvelle publie, liiei, .lisant que le gouvernement du K li dsiail entrer en ngocia limi^ dirai les avec e gouvernement !i r i. n vue de rgler le slalul de la Ruhr al la Bbntnie a t con linn.e le ii part du charg d'ellai i iile n n.il Von il i n ;. a a iresa M. l'niicue uu> demande d'au ni nce;te nri.ier lui a la il rej,o..dre q .'n le r< cevre aujourd'hui. BHLXKLLhS Le charg d'allai res d'Allemagne a d. mande S M. Jo.-pai, iniiii-lre des atlaires clran gres, une audieme pour samedi. .M. Jaupar a rpondu qu'il le rece vrait 11 heurts. M Poincar la chambre dis dputs PAC'-n.ms un* interruption aux fur e ioterpallalioas de \\ l'on care a de nouveau toolerii que seule %  commission des [eparalioos interallie avait qualit {.vur ceumuicr 1a u^wp fiuaucil re de l'Allemagne et pour fixer les modalits de paiement. En ratlir m tut sa politique d occupation et des rparations, Monsieur Poincar :i dclar ne paa pouvoir, pour cette rai MI i a proposition bri lan n ique prvoyant la cration d'u ne commission d'enqute iulerna liona'e et qu'il appuyait son ide comits d'e| t rte parce qu'ils drivent de la commisaien des lparatiooe i Ile mme. Pendant les dbats l'interpella lion, le leader socia iate Ulim a qua liti le prsident du co seil de plu grand tombeur de ministres que Clemenceau, mais, a-t-il ajout, 'abrasaanl M ^oincar, vous op rez en dehors, vous avez Fait tomber B-ioar Law, Ltoyd George et liaidwio en Angleterre, Wirlh, Ouno et Stresemann en I ne. La sance e t marqu par une vive discussion Faite par M. Mandai qui soutient la p inique clmenciste dans lapo itique i ntrieure de M.Poin car. Devant cette attaque brusque M.Poincar n'a pas failli: M. Mandai ay.nt tent d'amener M. Poincar tiiie une declaratian au sujet de la situation intrieure qui doit servir de guide pour les futures lections u. oi .les, le ebel du gouverne ment u refus de se prononcer sur ce poinl avant l'ajournement du par lemant lequel s t lix au 31 Lie cemhre. Il a nergiquement dclar que la discussion des affaire inta i auras ne pouvait prcder celles des aflairee extrieures ; il faut que le g luveiuem. ni ait lpondu celle ci avant de donner une rponse celle l. La chambre a soutenu M. Poincar pa un v te main leve* Les invi .nous, aux experts qui de vroiil siger dans les deux connies, seront envoyes la semaine prochaine probablement. La nouvelle a t commandite qu'aprs le retoui de Londres ne Ltra.ibury ou croit que le comits commenceront leurs Ira vaux vers le 10 Janvier. louvellos Diverses VIENNE— L<; | i vi tlplii.nique et tlgraphique a repris i la suiie du rglement de la grve qui durait plusieurs jours. Un est arriv un compioxns giee auquel les eu* plovs recevront une augmentatioa de salaire f|ui l'eietera . au mil lialds 'le COI Ollllt's par ..n. VAHbOVlti Le .lu., i | clouais, dont .e cbel est Wilo, a dmission ne. Daue tes milieux perleuieuiairas on dit que le CTallOU d'uU cabiuet d allants est la seule koluliea de et le crise, 0NSTANT1NOPLBPar ordre de le e n eouti retu n. .. ,, M e bj police A arrt dai • ,. laii au ca I Lie ni Lev. ,,.. „,, L ,j u ca u. l o. i !.. y, t a. put, I I OS de |S U il ftllUO ou .,,,|„l tt SU i.ual.iju dil q. uai.iie ..iiesla tio i sou tmmiui ataa. li')vit — L s jouinai.\ maailee lent un vif desappni.Uu,. ni au eu jtt du lglemeni ue la question de langer, sans l'admission de 1 Italie dans ie dUcUSSIOll V\ASlll.\OTO.\Le quartier g %  ral de la campugue lectorale pour le prsident Coolidge sera ta b a a Chicago le 27 Dcembre. M. Butler a la diieciion gnrale de c. tte i ampagni. PARIS— U conseil de la Socit) d.s .Nations a avanc la qutbiion du rglement dnbcile du problme iu traitement des minorits allemandes en Pologne. Tous le pays d fcurope,



PAGE 1

LE MATIN MUTILATEO r ]ui ont minop'.la do nationalistes. •mi II popalatioQ Ueudeui pour roir l'outiueai la Sjciel va disposer de celte question parce que sa deci ion rv.i i de prcdent. B'JCUAKLSi'— Le* journaux au noi,' ti!l qu'une entrevu* Ml* bUu ii'. arrang entre le roi B >u de Lu t lie tt la pripce e lli n.i. jme Il it la re.ii ; i.tiic Je K miilauie. Li urnaua *UMQU eut q r.a pe i i i'. H• Il i a J n illiille. . .*|i I i M; LI .1 iM ie %  t cil.* e d i IIII-I i '1..L.I lu i eu le relus b.ii I.I ou BUil J accorder ie Vile Ui >. .lu. e a ,t li-luls'ldlluil A,)-> tUi' a • %  BUSHOO sUl' U fc|l lOSHOil le dl rcents de-orJres au l'orlu gnl. Le prsident 'io oeZ a accepte la dmMlOU du cabinet. UiitvLlN — Le gouvernement socia liste -ie Saxo a douu sa dmission perce ju il n'a [dus l'appui du pull dmocidt q.ie citant relus de voter conue LiebinAiiu. ministre de l'ini rieur. Le gouvernement allemand annon C oliicielleinent que le jleicb ne f iounait payer que la moiti des sa kilt* ds le 17 Uosmbre et ierait tous scs efforts pour payer l'aujre moiti avant. Les cours PARIS 15—Dollar Livre NEW YOltlv Do 1 r Lnre 13 Siro r di soir, dins lesalons Je la L; t. toi DJAIICI caine, i li n action Nuptiale v t li.n* Mrleuoi seiie nereis d.-o* j i ; giileel a lire uni ftictr I • tlifvm, >ecr taiiv J-li Lgali-M D ni .icii'i et Cou ni le li K,iu.)iqie Oo.u mcai ne i Poe au Pnuc „'ei h"• ••; Richard, '"ur de la C. due l a e q il a ultici pour la cir coi.>lai ce. e lui une crmonie J s plui in posantes laquelle aesHtaient les p u:hautea per-on lalits tant du monda que do la i itique L'on y se mrq lait, en effet, Son Bxcelteuce \lr le Haut commssaire amricain et due John II ituss-ll,d. h lieutenant Gat/ir, Hr al Mm*, altr ihatl, S. t. d. ie Chaf* d'Affaires Ju 11 icb allemand et Mme KIn. Uelmcke, M meienr le Chmcelier Je la inmLgation et Mne Oscar Double accident Demie rail di samsJI d'maiche vers t h. l/i les cris d %  : a i feu : j taient l al inn ift premire avenue de B dusse. La feu. en otM, vena.t d clater dans une dae depanianoae oj w matae <>'•'• ip sa pu noire ami Bdj toi, chef de Service ai Bureau de l'Etat Civil, Section Sul. Crace au concours dvou de* faisine la pelite c instruction e t jete terre, l'a-ci lent qui et pu pr-nlredes proportions l'ut Slo iff et fee .arrive des Po npwrs le Maa fut dBnitivemeat co tjar. Dtail mti vmt \ la suite Je ce premier milheur on retira sous les dc imbras torse' U .n.nLgation et Mme Oscar carD oniss dune pauvre vieille Heimcke, M. Auguste Magloire, mi ^ u M§ ( uU!l w||i e nom Diatre des d Finances et Melle Ci J { • if n . te e0 lotte Magloire. M. I Mis Magloire, an **** !" „ l U K _., V J: mp3 li.90 lagl cien Secrtaire d'Etat et Telle Fer non Je Rgloire, Mme Luc Thar i, Monsieur et • me (ieorge N. L;er Mr Stoio Vincent, Mi le Dr et M ne Flix VrminJ. Mle Ct dilde Ar mand, v r le Dr ei Urne Brun rlic (. Mr tt m >anle Bllegarde, Mr AuguMa U He^i i: al Sellas B Ile garde, las da uoiseltes Vorbee, Mi ci ma Charlee Itouiier, vL ruaat Chauvet, Oiiecleur Ju Nmue'hsii, ces lieux depaU eaaei lu igl 'mps. Ses fu lraillei o it eu lieu hier nutin 00 l'Eglise Ste-\nne. Cause probable de j'accidenl Li paareeepluag*naira avait jird^ l'iub aile a*S-s rpin lie d tirer queiqiei biuliis J; si pipe le ioir v.nt l! seuio mir. On supu-Ion; qu'envorie par lanmiil ail a pu etra victime d'une ciance J en parLe Prlet A. %  ^eron Z^J^^ufac Jioatr. el lit. r. GmlO'iUa baii Mr (l „,; Cbaueel et Melle Gau Us son grini a,". Aux Caves de BorJ a \x% brillaute n ceplion ; %  Uila lier par l'industrie l'. i il. IIIUMI en riiomi m • de kir Vlerceron, prt.'! de I Gran I A ie, a nvi pour la r iiiioii dus 1VI" ls lu Qouveruemeul le I/ 'le ce. m s. Des comparu tnta ont t 6Ji ingsau milieu d'uM joyeuse cordialit. loCluuvel, vlr lleu PolyniCd, dr Krenck Kauberl, Ar F. Daatoichee, Me George I de Lespinasse, Mr Lo Alexis, Mr et Mme Lou LJeau filmas de .detteis, d. Arturo Je Mat t i-, Vice Consul d'Italie, vlr Cl m nt Magloire, l'dr cleur J i V/u/>', M lleutc uora.nviue, Ouecleor de i:"/••. r. 'r ermann II nus, vielle Lui ..une 11 raux, etc. • te. Ap es le Ji-onrs Io Uvren l P re llieli rJ, el Us soUMits Je bu i hem aux mari.-*, d< s groupai ie for eux que c3 1 ible ma!non eov iv i n l'espras de nos sy npnhi pie. conJolanees. \ tons heur afflige oir St.-Louis tli; Tar.ieatl mreot ausil.i.s u la Uir.iJie, * tu lusarJ dee syapa.hits ci lun Dimanche, 23 Dcembre a na ^,. A ^.[^^ tuuee viaieMoi ArciieGrau l.-ur Mgr passa quJqi de l'aprs-midi, grande loto au agrables el que rs>idirani inoub.ia IP Bagatelle, .u bn lice d Cercl" Bagatelle. 'u bn ace lu GUip-nie S, L) lis deTurgeau. U y aura u i upe ie arbre de No'l, Kerm'sse, to ubo i etc' Eutree gnrale : Une ourla Enfants: Cinquante centimes, blea las attentionJes an.Jiyinous pour chacun laie rainvii*. au t ai tis Xaiiowtl l'ai t'eatreit Je journaux doosbilCai % %  .i io au' a > .a io i u.c. oui l ft i,g i aiii qa a.e \ iiiraiu i le pa* ijuuaiiies d^oiiaiCiaes m projete poor tiaili Li1 ae '' pruuoiuar ue ce io evoeli ; .te loi i.tuve vlr litIUJ o luiio/. eai ao.u ••Ud.ueiii parmi uou>. li 'iJ^s a Uil ie plaisir de JIOU> i ou ire viaile ei unis a aXpOS ie.i points pnocipa ik Ju pro^ram M oui Mf* nu* l eaaouilOtt, joli programme >ie Ictes qui l'on poque, pur la vuieieei l'uriginaiite des u. 3 traelions organises Mr GonMiei nous a dit ce malin uvoir le reU par -Nioosieur le PrM leOt Je la Rpublique qui mi a t'ait L'aeeuttil l ptaa cordial, pproufant hdUlemjul i lie ievcurauu el l'euejurugeiul de toute sa sym.nlliie. Meeoooaitre, c'est s'ai.nr ai lore que les deus publiques serure, se eoanallrout mieux, alias sapprac>e ront el uuiiont leurs cf. ils en lie il u.ie evolUll 0 ianiuj UaUS a paix, et dans li libert. U'axaursion Uquelie prendront part Je dames domiaioiraes aura lieu dans las praoers j Mira Ju mois de Janvier el au S corU.uemoat eu grand MCUOSMi* Oo..za.e/ est sorti eue laine Ja Le \L V l l N ren uvelie aM sonhuts de b i heur tut i >uve>ux mins et se f.i l un plaisir la pr a ter ses f li il il onles plus sine rea S >n r oeil ..cle diuisii e Je U R • io i q e D mi n a ie, e, dm MotCOM lUjj) lte Chirmt Las reprsentini tlilale donne hier apres-midl par '* ac.eurs dj le K: n.s. i IOJ. .u luexi u la io^e L vm li >. a plein m nt russi. Toute* le3 parties Ju programme ool eie viveme.ii aj>iaaJie. Goe musique da genre a gaya l'audiWue etoieilnl un ceilain attlraiu dans ce quartier ei p lia JJ neiractlons. Le liragi Je la loterie a do m pleine eniiefection. n • 1 -~" • Le XoiAVJ&iA lirtad Matre de COrdre il'A* Urtilflit Coin n s nuis l'avions pra c'est n otra sy npttbiqus ami qn dr C. L. Ve rel q n a et J lu, presque i l'anaolnit, GrmJ 4etlr*,Urand Go n mi i leur del'JrJre Mapn.n |US en lli U. .beaux diseoun oit t pr>,i i • •> .• i li oi c ist mue et a l'ie* s i. je |i |n ie, il y eut rcep m dans les parvis. A la Cithlriile Impostes onl t hier les oerm .mea reiiiiauses f*u %  •• ia tii •* dra.eeu i'.in.ie.1' Ju i'^o aunitersa r; l'nlpis'opat le iti s Monseigneur I iliea Oi m, vq.e ie Port au l'riuci \ eaaistaient : a KksuM •, vq 'e du Cap-U mien, le Clerg, les co igrgaliona ie pieuse-, des llgations dos coles Coogrga. oistes, Mr L llarnu, l'isident de la Rpub.iiue J lliiU, dr Aug aie Maaore, Seer taire J' lai des Finaace-, dr LU3 Tn : arl, eoiiai.e rtS lat Je l'iotprieui. Les ne.s J i la blh'ilrde tueit oombleet laMasiquedur*lai'aJ J-J les nii leurs morCSaus de ou ipertoire. Il lait pr* de on/.a h jura* lors que prit tin cette belle crdinnn : e; Nous prsentons cette occa-ion nos binxnages respectueux sa tirandeur Mgr l'Arclievq ae. Piall ulllf&iu U lUUUJ.4tll| Port au rince lliiti, le ld^e. 1911 D'aprs avis rOQU de l Ufdee i^en ; ni ie New Vorw, les baltaux de cjtte eompgaie ne toucheront ^lus tous tes ports hailiene, aprs les/s • C, neni ti. W. GtbaU %  du la Dcanbre t "J2 i. L i 0 nombiao Lme pion Ira soin de ce service aprs celte Jale, uvec nos plus vils regrets. Ls servies Js Port au Prince sers iniintm.i par nos b iteaax rap.d n ; corn npar le nasse. O. II. TrtOJd SOM, \gent gnral Phnomne Psychique TITA L'UCT ION Flamarion heur, u eni^n n'eil i" seul sur le terrain de la su psi s i on ei de l'incertitude, car. es lilio.ateurs distingus l'j o .1 suivi, tels que le Docteur ThoJ"} Hudson, I autour de la Loi de- Pnnomoss psychiques • Sir Williams Cro A H'si deot de 1' Kssociation pour l'avance ment des Bcieoœs, Sir uliverLodge, Hecieur de l Universit de Cambridge, le professeur Ricta ldParts l le professeur Wil iam James de Harvard, tous deux de psychologie te* remarquibles, Krel. Myers. lauteurde •uaPareponalil Humaine;., le Professeur Si Igwick de Cnmbrid ge. un des meilleurs penseurs phi losophiques al criviin de son sicle, Arthur ttalfoar, exuremer d'A gle tere, leProfesator B. Slewar.l. cel bre logicien, le l'odeur Hio Ton, de l'Universit de Turin, Csar L unbroso. Victorien Sardou, le grand dramaturge frenais, le PoclearG. Mtxeli, le Uocleur James llyslop, de l'Universit de Colombie, crivain et psvcuologistc, Sir -IhurConaii Doyle, le grau J romancier Anglais, lexKaieet Wduelui II, le mdh ureux iar aesaaaiii dernire ftent, gran t al nirateur dae sciences occultes 11 bien U attires encore. D'an attire point de vue matriel le pdiychol goe pourrait faire l expneuce d une rplique lailleuse.qui aur.iil aigri tout homme normal, mais ei voui lui demandai comment les n rCs auditifs reoivent leurs s imu lus, o, quand et comment ils se chan 3 r .ii en agitation mentale ( en eucepianl qu'un lai clianaament existe), s ir qnsfle pirtle ou pirli Ju oervaau il a rt enregistre e s'il y e certaine partie du eervau affecte U p iceepti i les sti nili agiables Ct l'mre. auv Je*g bl s. pourq i o ceriaues p*ro.es misas ir L-. eoJee vo las ei p ni \ "i .es J • versas oomo uaisons es misles pr Ju'-eul U.M egdatim plu o 1 '!•• %  agrables qu' greabes, il vois ,e sur era d'uu cl huii. Oi\ couinent Jonc peuvent ils prt n lr.que les moits pu sseni pue, crire, dplacer Ues objets quiul la Uible nous d-t que les mmls sont bim mort. *j .e ses enfuis y soient dans I cial ou l'igno'.nin e, il y sera insens ble, il ne eoooettri ni lui m laotiv, qu'autant q iil vous plaira le mi mm l'esler • Job CbspitToXlV, veisel 81. Tous cegrandi matre-; p!us haut mentionns depuis Adam et t£ve nos jouis sont decus par Satan et le a'iges dchus qui peisonuilient l'es* p;e humaine surtout les morts dans le seul bai de ie-druclion. (Voyex ce que dit Jes Jmons l'Encvclopelie Britannique; Billion lie) AUOL HE SCOT T D.V.S. (FIN) PHARMACIE PBXNCaPALB H. CANONNE 49, RUE RKAUMUR Sa-OO BOULEVARD SteASToeot PARIS vendant LE MSHXBrR MARCH DTJ MORBg Produits des Premires Marqua et toujours de premire fracheur UNE SEULE QUALIT t LA MEILLEURE* %  > %  RAYON SPCIAL POUR LES COLONIES DROGUERIE, HEllUOIUSTERU 8PECIALITS8 Franaista t trancrea SELS DE QUININE PURS Tous produits en flacons, ampoules, comprims, cachets. BOUTIONS HYPODERMIQUES BANDAGES, CEINTURE9, BAS A VARICES APPAREILS HYGINIQUES pour lous usages APPAREILS ORTHOPDIQUES Seringues hypodermiques PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usiiies, ('..nninunes, etc. Projets de Facture et tous renscignementi sur demande adrisst PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMUR 88-96. BOULEVARO SBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE! AUCUNE SUCCURSALE ni eu 11 -ace ni l'hu-auger. n/rs giuvaniiA irrio H ma'i" n "' r u lie i hi T dinoinche rEf'isc CsV th4rate ... a \osron!o''anCf?s aux fanauei 6p OUV'V. _j*m* Les cp5p:s satin Les Crpes Marocains, Crpes :..;imcam<-, Ovpes Stanley cha PAUL E. AUX1LA, sont rlisaient merveilleux. la rece^iu i v 4 ui lai . [elle f*t Cliel" de 1 Luc lO idinini^tralij;! yaartli des Postes ^Avis de dpuii Les dpches pour grssi York et l'Europe | fis Xew-V.*ik dire t] par lu SUamsrt ICoinmevvme et i,tob.il s seiont reraee las mardi iji et samdi Li. dcembre soma MTwi Prises, il W Osssalii \W |w Mm M (festin tmJmt DrJRTHBlUO Cliirunjiea-Dautiste Des Facuite Je Montral de New York el d U UlOO 4aili l-' t %  • 'il i-> > e: da Magasin de l'Rtat. Coasallalieos le 7 heures du mntiO a G b urcs lu ^oir. Paul Sal i Avocvr Recouvrement Conaierciiax, affaires I ttranger. ^.orroapondant AWashing ton \a\V-Yoi k. Berlin, Tlirtn .ondraa Paris. > .e.u'Tu.ns au „ uvea.x W lHlW W ^ltl-aiouiJii avec Mi • Sack .Nianl. pour la m irrite: M.Vl . uuie.il Magloire, GoustaoUn Miyirl, Lyoce Uuro^vuu et Cari de Weiidl ; — pour le mine : MM. An tonio Uiutus, L bart vrclier. George* llolaiid et John II. WoolLy La GeueJictioii .Nupiiale aer.i dorw n a j'-ii>ii en l'glise ^te Anne. Le* maris eeronl conduits l'autel pr Mme LUC Cbanc) a oinp*gue de Mr Linui Moi"r&ytotsW Grande liquidation d'un stock de souliers dcouverts Femmes. La maison de Mr. En est Camille porte la connaissance da pablia qaeiw met m vente au prix d12 Go*****; n a k -meui un siutili de toniers dw<>*' verts fmu *e ft lemme*. Accourez vue, acomres, Mesdeiw selles, kttdaincs (aire vjire ettipl** 6 Vmi au l'niico i 5 i> c mbrfc l^j^ Oiofson LUGSiftCii la Maison Oloffson L0C4S Co a fhonnrur d aviser *on aimable CM telqu' parti* de c?ttt dite J**'*" 31 Dcembres lie restera o*v*>-ie ion lu j UT ne. Ql \ • y X



PAGE 1

M MA1* GYRA pour les soins intimes de la f i 52 i" • fit* • ' ^i' 7 x -~^>I.CYRALDOSE f^dMptMH' > d al Pour gft. La luniprim jett p litre d'eau donne j^wip parfumee que la ogyc a adopta* peur les ifiaeU de sa personne. MOenl prnilnil nfinlo\jue. aajjtlui %  %  k n'sol-'.r %  it .. tir .• H trs agrable. U i Entr t i..i.|u-•' %  •• -ic ^nn Licc-i". ri si. ft U^ toafi: ASO ..': i — %  %  I (jitl., ^ : f.hnWlaln GRANDS PRIX iWptlmn'. rri. et 11" ,.lii". La CYRAL'OSE i;-.-. Gico vt Sauta : %  • I r .. l'ikl %  af: %  i (U I !. % %  I |. — OvnSe I . t <• HatTCJSSC&raXLtStZKiE Serje Vaillant Consirjnataire pour Huiti Bri ED. ESTEVE&C vif ni de reevir : itlc'es de Fin d'Anne et d trenncs pf de r IrwvKv ma^qu fi.$ J. odo 9 Jiwtt* rimta'lh*, /* /m )* oc< i f*, (b /itit Hptffor) Sardine* ,./ m f ) l' : > /' m M ,./ Il .* Contu v I 1 Vir.s a* Ma ne de Bordeaux, Mousseux, Chciuipatuie, ladre, Bi**e. f tau Ap^oliiaails Allumettes : ploie d'toiles ei Lengale Oit r Venu utli du UuteS qualits, Liqueurs iiard, bin. Offre Snciale |lisoirs, ciseaux. caniln, couteaux, cuilllers; Parfumerie: lotions, poudre de riz. p avez tout avantage vous pourvoir chez: J). ESTEVE u Mari i i U Bn venU aux H ireaux du MATIN. l'riv (J. 2.50 La Petite Met mon 1631 Rue du contre Ain nce a su bienv I int# clien. e qu'etl vient de recevoir par lederuier Franais ile.rA t jantes cha 4re pour da ,, >, grau i : oix de oulicrs pour en 'i • 'hausse!! s, • napeau<, cos 11 ~_ ui e a : -, i as de soie %  fi tiiil rrs r<-c m u I gris der na, (: di ta MJ .v, ci.-,, oulcurs varie o, elles di le e> Juiiy, tile. n.telle, b ^derie, ruban>, pnf fuinerie, onjets reiitneux, quet* i]ues jolies coupoa ie soi' ie*,iull^i linon, loile ii!iutmlr\ loiL: pur dt, bouqueli germtures et voiles de maries, etc, ele, etc. En solde chaussures de bbs. %  ouets choix Dollars seulement courez Accoure* he/ Isaac _>ISIIY 1738 Huv CtyrhP wuliiiH pou Dame* ••e marque le Jtcw-Yor' ,t ut ce qu'il y a de ,. P" jolis vX de plus i'l {auts %> rer „ i a h re tl;4 2'vt i i c c t wSktic clunnon barrettes Kl **c chumo de C iftf49 wiin noir b rreties Hliti tu r* (Ircn.l A G Dalla* te ./ men i Le plus puissant Bane Mercure ni Cuivre tirant U travail da M. roDAU. Ohlmuu d. IXnatltnt n.t nr(l*?7V iJSSy jttEHi J S *! I ,M %  %  "obos de la I *••••. flu abolrm. les Fivr-,,, D,mrrI, B „ •t OjrwaMriM dei Fmy, ah-rda. UHPIH Vimnirra antiseptique jndispensable contre lei E pidmies % %  lltr. d ..a pour joua lea u,.,„ od4M da I 4HKMXH.. 3t, Rua d., lathurlrn, PDIJ %  aam M Vaaia Tealaa 1M PUnuclaa. • A La Petite Maison, rue du Centre, se trouva un assortiment de jolies chaussuras pour entants au prix ij** CINQ GOURDES. OCCASION EXCEPTIONNELLE. Allez tou* ch^z Paiii L. AOXILJ. Visiter so : stjck csmpltemenl renouvel L' p'u> vari et lr pjiis i, Wroi?, cres de loo.ei sorte^ Mai tic. Lon II Thbaud > Afli^nt pour Hati Wach us Grow Sur le steamer Confay Jeudi PETER DAWSON'S Spcial SCOTCH WHISKY ( Quarts et flacons j DEWAIVS SliOTUi WHISKY Spcial DEWAK'S sCoCll W'IlisK^ Extra spcial FRONTENAC MIKUK FRONTENAC Spcial SIOLT EXTHA Spcial ENOS FRUIT SALT Envoyez vos commandes ds maintenant car ces articles s'puisent vite, li ne sera pas ncessaire de demander pour le WHISKY, demandez simplement pour l)EWAttS ou P. D. et vous auriez le meilleur Wisky en HalU. W. Quiolin WILU A S B1714 HueduMajnun dil'Elat,— l*ortau Prlnoe \~ Charles Picoulel 22$ Rue ROM*. Port-au-Prince Assortiment complet d'picerie Grand choix de bonbons en boite pour cadeaux Uaiibcns ; Fruits oonllta ; Stisciuts Vins ae Bordeaux sup< rieui s par aiIon Champajua ; Liqueurs; Bire ece. ^ |sr*a r, m-l asaorUaaat de via* aj Uour^cjna a Uj.itjjnetn O^uxiLs, % 



PAGE 1

LE MATIN m %  Dont la rputation n'est nlusafaire,dans le but d'tre agrpj aide ses nombreus clients, leur accorde, partir de cetli date jusqu' l Ko de ce mois, litre d'lrennes, Sur les articles suivants iW toute frai heur et beaut Diagonale noir suprieur Casimir augala nouveaut* Serge bleu anglais suprieur Palmbcaob anglais de toutes beauts Alpaoa noir sup. Satiii de cliiin* pour tailleurs I ustrine barres pour tailleurs kaki jaune anglais extra suprieur Kaki Jaune anglais extra suprieur Duok union blanc anglais (, iiouveauts ; Drill union blanc nng Drill iil anglais Tussor Japonais pour ( hemlses hommes Se robss Rt ps de soie barre* coul pour chemises hommes & robe nouveauts "apt stc fine pOur chemises Percale fine pour linge/ie t alicot lercai pour Zeplixr aii(jl. pour chemises Jersey barres pour chemises & pyjamas Ortjandi suisse brod couleur lias (ours demi soie Chaussettes cossaises pour enfants Letton Tiver Tulle pour 1re eominunion Grands KidsailS mms-elim peur portes Couvertures blenobea & couleur sup. Bandes-hrodes Madera pour chemise & jupe* Satinette foulard pour robaa Voile blanc barres & mouches (latine blanche Gabardine blanche barres & unie Crpon blanc & couleur Jours Voile blanc & couleur uni. Chemistes allemandes sup. hrabant noir anglais Imitation loile crite Seviettes de toilette, blanches & ooulear Italienne coul. mouches -ib ctelle Police pour hommes c pour enfants (liiapeiux feutre ltorsalino : Serv ottes damasses blanches pour familles Damassf'e Matelas anglais doubla coul pjur najipsd Soyeux blanc & couleur sis, ets, ta. N'ayant pas l'habitude du Bluff nous invitons insflaaMW tous ceux qui veulent profiter de celle BUSSE VER1T1B nous gratifier d'une visit pour tre convaincu de ce q 1 nous avanons. Dans xcn intrt propre-, afin bcs cl enls.vus devezpassj sans larder a Maison II, 8ILVE11, avant d'aller ailK?!?|



PAGE 1

PROPRIETAIRE IMMUBUB Clment Jlayioire iK VERNA 1S6S ftve Amrteaxao ^ruMfiao^ 20 CENTIMES Quotidien il n'y a rien de sucre pour la sottise, la inchainet t l'envie ; elles portent leurs maint sacrilqes sur tout DIDEROT lELEPEGXE No Ut \lk n > ANNE N 5090 PORT-AU-PRINCE ( HATI ; .is crdits rcents et leur discussion ai* Conseil dEtat D'HuIre part, Jrme Giacomotti est devenu le p n lr 'e SOT pr*, le polil fi's ils 'a h Ho s^ur et I he m ii. .e de ses petits neveux et nices. LUNDI 17 DCEMBRE 1923 Par Cable Nouvelles Elraonres [ Une critique trs vive de la Com ussiou des Rclamations, de sou r |bonnenj('i]t # dis moluments telle toudie, a t faite par le eillor d'Ktat (Charles Rouzier I sant;.' du vote des crdit Sj|mei:;;ires et extraordiiuiMU Conseil .J'Lat. Aux quesm poses par le Conseiller d'Eiwrees points de vue, le Selire d'Etat d s Finances, M. |usle Majjloire, rpondit en M remii(|uer que 'e Conseild'Et.it critiquait le principe De de la Coin mission des R(unatiocs, alors que celle comoii existe et Jonctionne en ta d'un Protocole sanctionne rie Corps lgisla'if. acreiaire d'Etat exposa que, bec drnire, un crdit de MJUd'Jh. > lu. v j.e pour MIrfcloiicuuuueui.iil ue laC.iulifeinii ; 'jii'.i >i ii_;:i avr (j'elieii a ,s a h -vu se-, travaux l'IiHiiu-i, la de.muJd de crjpajuciieest juatniee; que, en a^coucenie la uiarolie d^s Ira pU ia Commission, il y avait *UD< question de conscience et lBp.iii' intrieure dans laN* le Gouvernement ne pou"Ulpas entrer. Conseil er d'Etat Bouzier .cette occasion, que i liber* I dow ou usa tu laveur de la Commission parat imite | ar ailleurs, en considrant que la demande de crdits comportait, eu laveur des Secrtaires d'Etat, des Irais de circulation jusqu'ici inconnus. Le Secrtaire d'Etat eut occasion de rpondre ce point, en expliquant qu'il n'y avait de nouveau que l'expression Irais de circulation . Il rappela qu'uue loidetyli, non abroge, accordait des trais de reprsentation' lUZ Secret lires d'Etat, niais que le Conseiller linancier aimait mieux proposer des < frais de locomotion primitivement inscrits ua is le projet de loi eu discussion; qu'en dliunive, < trais ce reprsentation , Irais de locomotion i, t trais d i circul Ltion , siKuidu-nl la mi ne cuose et q ul Jais ail au C MISOU d'Eiat le SJIU u adopter entt de ces expressions qu lui paratssau convenir le lUi.UX. Le Conseiller d Etat James Thomas opina pour trais de represo itaiiftQ i, tout eu ne s'opposant pis au vole uu projet* Le Secrtaire d'Etat iAm Finanas to put note, ainsi que du dsir d jee Conseiller d ELal de convaincre sur Ci point le Conseiller Financier. Un joli coup — La boxe rserve bien des sur p-ises, mes i b rs amis, commena l'ancien cow boy, •••' remplissant les g ble ta ; j'en ii fait naturellement comme tout le le et mon plus curieux s 11v. le de ce match supeibe que ie livrai San Ottan %  dans l'oue-t du M ch'gan. %  Mon adversaire, good boys, tait un homme super!).', dou d'une mus culaturC eitraordinaire; il importait de l'abattre du p emier coup, par surprise.Aussi, in l'a le* y r prit sa PM pintion et un doigl de cherry, puis i. continua au railuu do i'i iit g arai : — Ali good prelty tallowej'hotn me resta tendu au moins quinze e tondes ; de? hurlements formid bls m'environnaient ; je vis mon ad ver saire se re ourner, puis se r lever r nib.ement ; je m approchai pour 'aider : c'tait laibit-e. [.y^TEUIt— Le gouvernement "Equateur a ei.gage le service de whn Hoid, citoyen amricain, lOeConeeillerlinucicr du mini '*•• finances. j ^ e gouvernement boli sdouii bail a un amricain hectare* de lerre de 1 tilat ne priode de DU ans en vue JW une cnlonie de familles '""mes et de dvelopper l'agri 0r9 l'indubtrie et les ressouices !" "ciales de la rgion o cette %  l era tablie. Wncessionuaire s'est engag u gouvernement une rede fle ' l 0 bolivianos. Il devra hsJ Um< ins ~ J 'milles amii pJj r £ C0D9| ruir des maisons.pouri *• bVM'n.es de di>lnbution l^da iclj boucs et de routes. k^sw rn>tp 0> bolivien a. coide 'Ufi d e i dr0lS Je l' l0 "'' r ac ln r a, ,e 'iaux d(sliu)aux (ons Ha Mw i'Ubussement de la ^-•fjTlNfi — La municipalit ll(&fc a mituoeui ,runl r T^OOU de pesos pour l'ax et ravaux municipaux, ciai Jrdj n ,Dci "sra.ion dts dliitus, i L %  0,tt re!i i colonies de ;varan j,, 1 1 '. Publics et amlioiaiion ' '"' par une b.uque i nen A.Wlb — U gUUWntOUBt colombien a iua itu sous le nom Je Baaque de la Repu clique, une ban que uationaie au capital de 10 iml1 o.isde peso ; La section financire > • a banque a eie orgauicee sou la dirdclioo de Mr. Jetfeiyon, Ue la "Flerai,rserve bi.,k ol' .NBJV Yori\, membre de l'Amencau liuauje comraiisioo, — L.conseil d administration de la "Pacific rattwdy" a signe un contrat avec la Baakof Loudon and Kio de la Plala pour un emprunt de 00 niile livres lier iog a m o,o d'intrt annuel devint servir a peyer la datlfr da ta Compagnie ait Banque mareantiie et le reata %  4a eonelruo tian dos tbemma ie 1er. Du Bulielin Pauamrican Pour les jeunes mres Voici une recette dont lesmiraans nous serait certainement te connai?sintes, car alla leur pemet tra de in ire avaler a leurs en fauta, Bans pleurs justifies cotte aUreuae drogue nauacab^nde qu'on appeje l'hune de licui, et qui soulev la coeur tout le mono.. Avec le proc d suivant et.. un peu d'artifice, on l ouipera facile ment les peiits maladei. l'ienez de llmile de ricin, trente ou quaianle grammes suivant 1 ge, et mele&da le'd<.meiib en battant soigneusement a un jaune d'œ if : ajoute/ 125 gi Km mes ue lait cfiau l pour obtenir nue mulaion -il Ift gramiuts d'eau de fleur d'• ; i Essayez, la plupart .lu temps ils ne s'apercevront ue rien. !,i m lofiuit mut Djin '•!, " 1 Divers journaux ont signal le cas d uu amricain, M. arg s Biddar, qui, veuf et ayant pous la m Jre de son ancienne femme, est devenu le pre de celle dernire et le gc.nd orede ses propies enfante.Il existe en Curse, a .duro, uu ca en ore plu-* exlr,ordinaue tant donnes les nombieuses complications qu'il a t m natre ; la voici : il y a environ vingt ans, Melle CatheiiLe Mall'alti a pcu- son grand o.icle Jrme Giaeometti qui tait devenu veul et dont la premi re lem oa tait la soeur de la grand' mre de sa nouvt le pouse. Par sui le, lidtherme MalfetU. pouse Giaoo inelti, I dt*ren ,e : lo la b lie s >eur de -e gr.i d'were / c lie ci vii t„u jouii | ; < li Unie de s. mre ; Jo li grand laute .te tes f des et %  aeura ; o l'aniere grao i'Uote de sts prop.eeui i a 3 j ou et eu i, sa pi o Life L\{V> aiutvi Le nomm Trailel, de .New York, CM UU lUScUuul, tl ^a li iiiiii Je lui l'ail bien voir .. Llle demande, en effet, le divorce contre col h..mine qui l'a traite, dit-elle, ^ iuh maina ment 11 CIUI l.c a.eiil. A vrai due, le sfem Trailel n'a pas butlu sa femme.Lelle ci, dans ce cas, n'aurait ped-lie faii enl-n are aucuue protestation, cir 'e>-p[it fminin eai pailois paradoxal. Son l le misrable a raille fois pius mai agi! ... Sous le njicule prlexte qu'il ne voulait |,as risquer de a'em poisonner, il a ends la prtention de-auyer avec aon m luciioir les le vrea de sa lamine, couvertes de iod ge av. nt :e 1 auibraa* r : e ct-ue ndieuae teutalife, Mme Trailel a fi moite i ma I i ci Val pd i,, oi e! i ,: n,, s J"H ?d Ne i >ik | i 0 s r.uo t*ux proceUta Uisvourtoij de son s^vux .. Le prsident Obrgon prend la direction dus troupes EL PASO TEXAS II-D'aprs un gramme de Mexl i , reu du c >n sulal mexicain \A Paso, le prsi d ni 'Jbrgon s'est rendu sur le froal piur diriger eu personne les i qui, sous le r imm inJeraent des | \ V a nul is et Amero, m i .lient sur Guadalapara en tl.m • A l'exemple du prsident, dis milliers d'olliciers ont quille Vera tni/. pour Mexico afla d'obtenir des I %  0 ab une. Les ouvr.ers in i istriee textiles ont aussi quit te les fabriques de Mexico et reu d i anne< pour -e rendra sur le Iroutd* Vera Cruz pour s'opposer aux troiips du Gnral Sanchex. i n> q ie les nouvelles indiquant que tous ies chefe m litaires, invite P .r rtuer a te join Ire a I a, ont promis d: r ster liil s au goaverne ment, ou a reu eonlirmatLn qu'un g i" 1 ii > ibra l : dtertiona se pro 11 nt tans les rangs des troupes 'i r.i I i i JatisCO. La classe OU g .le klexic i e>t indig .a de la mon di pisiient du syndicat ou vrier de Vera Crus et 'montre un • > 1 npraaaement faire pajiie a i Iroupes du gouvernement ; ello S use ies rebelles de celte mort. Troupes fdrale! contre les troupes t voljlionnair^s WASHI.N6T01 -L'imbissa'e am reaine dil que de-, nouvelles olli e i u v lues de Mexico annoncent qu.les Iroupes fdrale* se sont mi en marche, bier, contre les trou pes rvoluti mnairea du gnral Stra aa. L'avant garde, soile c maman dem 'ni di s gnraux Amaro ei Ame rillis, e 5 l p.irtie d'trapualo On n ut s'at en Ire d'un moment laulie un engigement avec les rebelles. Le-> troapel rvoluti uinaires, con dnii • par les gneraui Permen (la rjpi et Magna, ont t battues dans le nord de l'tat de Jatisco alors nu'il i valent d ellecluer une jonc li ii .. les troupes d Extrada. Le i oral ijaipo, su I frre Marri Car pio et is Gnral Magna ont t tus .1 .us l'engagement. L'Alleiruijne fait des avances PAHS 1 i— La nouvelle publie, bier, .lisant que, le gouvernement du K h dsi-eit entrer en ngocia tnnis dire, les avec le gouvernement !i i is n vue de relier le statut de la Hi.hr et la Hlinuiie a t con flime 'te la put il i charg u'allai i alla u ind \on lio aeb a a u. --• a M. l'.iiic.ie un. demande d'uU di nce;ce d< nier lui a tut repo.dre qu'il la recevra iiijuuid hui. 1 .11 \LLLi S Le marge d'atlai res d'AiemHgue a demand M. Jo.-pai, minulrn des sflairea etran grea, uns aud.euie pour samedi. .M. J.ispar a rpondu qu'il le rece vrait il heurts. M Poincar i la chambre di dputs PAIH3— Dsns u^ interruption aux d • %  l'iteri ellalion* de S de nouveau M uif-i; que ei te a commission ds rei rati interallie avait qualit j-our Qeummcr U ca^emt usme re do l'Allemagne et pour fixer les modalits de paiement. En rallir m tut aa politique d'occupation et des rparations, Monsieur Poincar :i de are ne pas pouvoir, pour cette i ai >n, i < epl non bri tanoiqne prvoyant la cration d'u ne commission d'enqute iuterna liona'e et qu il apposait son ide sui a comil d'experts parce qu'ils drivent de la commission des rparations t lie mme. Pendant les deb.tls 1 interpella lion, le leader aocia isle 13i• un a qua liti le prsident da co seil de plus grand tombeur de ministres que Llmem eau, mais, a-t-il aoet, s'auressanl h M ^oiocar, vous op i" an dehors, voua avez fait tomber Banar I ivr, Lloyd George et Ualdwin en ng eterre, Wirln, Cuao et Streeemanu en Allemagne. La sance B t maqua par une vive discussion faite par M. Mandai a .i soutient la p Inique ctmenciste dans la politique intrieure de.M.t'oin car. Devant cette attaque bru-que M.Poincar n'a pas railli: M. Handel ay.nt tent d'amener M. Poincar* taire une d.-claraliau ..u sujet de la situation intrieure qui doit servir de gui.le pour les futures lections snatoriales, le chet du gouverne ment a refus de se prononcer sur ce point avait l'ajouroemenl du par lcment lequel a t tix an 31 D cemhre. Il a nergi [uemenl dclar que la discussion des affaires int r.cures ne pouvait prcder celles ..u di s axli ieun i ; il faut que le gouvei nem< ut ait rpondu celle ci avant de donner une lponse celle l. La chambre a soutenu .M. Poiucar p em ploys recevront une eugmt ni tiou de salaire qui s'eievera 60 mil liards ie coi onnea par an. VAHSOVlb' !.. ci u., 11 (douais, dont .e chet est Wilue, a dmission ne. Daua ies milieux prleuieuiairaa on dit que la ercaliou d'iiii cabtnat d'affaires est la MUIC r>oluiion de %  n-e. CONSTANTINOPLEPar ordre de la <• si eouti revu ui u ., me, lu police ^ aire dai • li laii ou ca lifi, bkn m licv. a, ,,,. „,. ^ ,j u caiifi .i i oui i i.. V, A a. p U :, 4 1 r | nde .i. q a du • itilel tt s., i .u,u i in dit q,.. ......ue arieetn lie ia son liuilii... aies. lUJviL — L s jouruai \ manifee lent uu vif dsa,ip ai.i. u., ni au gu jtl du lglement ue lu que.-lion Ue linger, sans 1 admission de 1 Italie dans la di^cuksion WASHINGTON— Le quartier g| arul de la campagne lectorale pour le prsident Lootidge sera t bri Chicago le 27 Dcembre. M. Butler a la diicciion geutrale de cette i anipogui. PARIS— Le conseil de la Sout des .Nations a avanc la qucbimn du rgit n, ti.t diicile du problme iu truiltn.tiit des minorits allemandes eo Pologao. Tous les pay d turopa


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06102
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, December 17, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06102

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PROPRIETAIRE
IMMUBUB
Clment Jlayioire
iK VERNA
1S6S ftve Amrteaxao
^ruMfiao^ 20 CENTIMES
Quotidien
il n'y a rien de sucre pour la
sottise, la inchainet t l'en-
vie ; elles portent leurs maint
sacrilqes sur tout DIDEROT
lELEPEGXE No Ut
\lkn> ANNE N 5090
PORT-AU-PRINCE ( HATI ;
.is crdits rcents et leur discussion
ai* Conseil dEtat
D'HuIre part, Jrme Giacomotti
est devenu le p n lr 'e sot pr*, le
polil fi's ils 'a h Ho s^ur et I he m
ii. .e de ses petits neveux et nices.
LUNDI 17 DCEMBRE 1923
Par Cable
Nouvelles Elraonres
[ Une critique trs vive de la Com
ussiou des Rclamations, de sou
r|bonnenj('i]t# dis moluments
telle toudie, a t faite par le
eillor d'Ktat (Charles Rouzier
I sant;.' du vote des crdit
Sj|mei:;;ires et extraordiiui-
mu Conseil .J'Lat. Aux ques-
m poses par le Conseiller d'E-
iwrees points de vue, le Se-
lire d'Etat d s Finances, M.
|usle Majjloire, rpondit en
M remii(|uer que 'e Conseil-
d'Et.it critiquait le principe
De de la Coin mission des R-
(unatiocs, alors que celle com-
oii existe et Jonctionne en
ta d'un Protocole sanctionne
rie Corps lgisla'if.
acreiaire d'Etat exposa que,
bec drnire, un crdit de
MJUd'Jh. > lu. v j.e pour mi-
rfcloiicuuuueui.iil ue laC.iul-
ifeinii ; 'jii'.i >i ii_;:i avr
(j'elieii a ,s a h -vu se-, travaux
l'IiHiiu-i, la de.muJd de crj-
pajuciieest juatniee; que, en
a^coucenie la uiarolie d^s Ira
pU ia Commission, il y avait
*ud< question de conscience et
lBp.iii' intrieure dans la-
N* le Gouvernement ne pou-
"Ulpas entrer.
Conseil er d'Etat Bouzier
.cette occasion, que i liber*
Idow ou usa tu laveur de la
Commission parat imite | ar ail-
leurs, en considrant que la de-
mande de crdits comportait, eu
laveur des Secrtaires d'Etat, des
Irais de circulation jusqu'ici in-
connus.
Le Secrtaire d'Etat eut occa-
sion de rpondre ce point, en ex-
pliquant qu'il n'y avait de nou-
veau que l'expression Irais de
circulation . Il rappela qu'uue
loidetyli, non abroge, accor-
dait des trais de reprsentation'
lUZ Secret lires d'Etat, niais que
le Conseiller linancier aimait
mieux proposer des < frais de lo-
comotion primitivement inscrits
ua is le projet de loi eu discussion;
qu'en dliunive, < trais ce repr-
sentation , Irais de locomo-
tion i, t trais d i circul Ltion , si-
Kuidu-nl la mi ne cuose et q ul
Jais ail au C misou d'Eiat le sjiu
u adopter entt de ces expressions
qu lui paratssau convenir le
lUi.UX.
Le Conseiller d Etat James Tho-
mas opina pour trais de repre-
so itaiiftQ i, tout eu ne s'oppo-
sant pis au vole uu projet* Le Se-
crtaire d'Etat iAm Finanas to
put note, ainsi que du dsir d jee
Conseiller d ELal de convaincre
sur Ci point le Conseiller Finan-
cier.
Un joli coup
La boxe rserve bien des sur
p-ises, mes i b rs amis, commena
l'ancien cow boy, ' remplissant les
g ble ta ; j'en ii fait naturellement
comme tout le le et mon plus
curieux s 11v. le de ce match
supeibe que ie livrai San Ottan ,
dans l'oue-t du M ch'gan.
Mon adversaire, good boys, tait
un homme super!).', dou d'une mus
culaturC eitraordinaire; il importait
de l'abattre du p emier coup, par
surprise.Aussi, in l'a le* du ring, la tte rouverte des ser
vi (badernes soigneurs, attend -
je avec impatience le coup dugong,
sq liai du combd.
* Il letenlit : comme un bolide je
m'lanai sur 1 homme, devant moi.
D'an swing u somm d 11 d'au aperut sur la lace
je l'lan lit knockout...
Ici, l'ancie,. co v i. >y r prit sa PM
pintion et un doigl de cherry, puis
i. continua au railuu do i'i iit g
arai :
Ali good prelty tallowej'hotn
me resta tendu au moins quinze e
tondes ; de? hurlements formid bls
m'environnaient ; je vis mon ad ver
saire se re ourner, puis se r lever
rnib.ement ; je m approchai pour
'aider : c'tait laibit-e.
[.y^TEUIt Le gouvernement
"Equateur a ei.gage le service de
whn Hoid, citoyen amricain,
lOeConeeillerlinucicr du mini
'* finances.
j ^e gouvernement boli
sdouii bail a un amricain
hectare* de lerre de 1 tilat
ne priode de DU ans en vue
JW une cnlonie de familles
'""mes et de dvelopper l'agri
0r9- l'indubtrie et les ressouices
"ciales de la rgion o cette
lera tablie.
Wncessionuaire s'est engag
' u gouvernement une rede
fle 'l 0 bolivianos. Il devra
hsJ,Um<'ins ~J 'milles amii
pJjrC0D9|ruir des maisons.pour-
i * bVM'n.es de di>lnbution
l^da iclj boucs et de routes.
k^swrn>tp*0> bolivien a. coide
'Ufi d.e'i dr0lS Je l'l0"''
rac,lnra,,e'iaux d(sliu)aux (ons
HaMw i'Ubussement de la
^-fjTlNfi La municipalit
ll(&fcamituoeui,runl
r T^OOU de pesos pour l'ax
et *,ravaux municipaux, ciai
Jrdjn ,Dci"sra.ion dts dliitus,
i L 0,tt're!ii colonies de ;varan
j,,11'. Publics et amlioiaiion
' " couun. eu mibioMorit
| t(>'"' par une b.uque i nen
A.Wlb U gUUWntOUBt
colombien a iua itu sous le nom Je
Baaque de la Repu clique, une ban
que uationaie au capital de 10 iml-
1 o.isde peso ; La section financire
> a banque a eie orgauicee sou la
dirdclioo de Mr. Jetfeiyon, Ue la
"Flerai,rserve bi.,k ol' .Nbjv Yori\,
membre de l'Amencau liuauje com-
raiisioo,
L.- conseil d administration de
la "Pacific rattwdy" a signe un con-
trat avec la Baakof Loudon and Kio
de la Plala pour un emprunt de 00
niile livres lier iog a m o,o d'int-
rt annuel devint servir a peyer la
datlfr da ta Compagnie ait Banque
mareantiie et le reata 4a eonelruo
tian dos tbemma ie 1er.
Du Bulielin Pauamrican
Pour les jeunes mres
Voici une recette dont lesmi-
raans nous serait certainement te
connai?sintes, car alla leur pemet
tra de in ire avaler a leurs en fauta,
Bans pleurs justifies cotte aUreuae
drogue nauacab^nde qu'on appeje
l'hune de licui, et qui soulev la
coeur tout le mono..
Avec le proc d suivant et.. un
peu d'artifice, on l ouipera facile
ment les peiits maladei.
l'ienez de llmile de ricin, trente
ou quaianle grammes suivant 1 ge,
et mele&da le'd<.meiib en battant
soigneusement a un jaune d' if :
ajoute/ 125 gi Km mes ue lait cfiau l
pour obtenir nue mulaion mvi avec deux gouttes d'eanence
d'au.a'uies am6t>-- il Ift gramiuts
d'eau de fleur d' ; i
Essayez, la plupart .lu temps ils
ne s'apercevront ue rien.
!,i
m lofiuit mut Djin
'!,
"1
Divers journaux ont signal le cas
d uu amricain, M. arg s Biddar,
qui, veuf et ayant pous la m Jre de
son ancienne femme, est devenu le
pre de celle dernire et le gc.nd
orede ses propies enfante.Il existe
en Curse, a .duro, uu ca en ore
plu-* exlr,ordinaue tant donnes les
nombieuses complications qu'il a
t m natre ; la voici :
il y a environ vingt ans, Melle
CatheiiLe Mall'alti a pcu- son
grand o.icle Jrme Giaeometti qui
tait devenu veul et dont la premi
re lem oa tait la soeur de la grand'
mre de sa nouvt le pouse. Par sui
le, lidtherme MalfetU. pouse Giaoo
inelti, I dt*ren ,e : lo la b lie s >eur
de -e gr.i d'were / c lie ci vii tu
jouii | ; < li Unie de s. mre ; Jo
li grand laute .te tes f des et
aeura ; o l'aniere grao i'Uote de
sts prop.e- eui i a3 j ou et eu i, sa
pi o Life l\{V> aiutvi
Le nomm Trailel, de .New York,
Cm UU lUScUuul, tl ^a li iiiiii Je lui
l'ail bien voir .. Llle demande, en
effet, le divorce contre col h..mine
qui l'a traite, dit-elle, ^ iuh maina
ment 11 ciui l.c a.eiil.
A vrai due, le sfem Trailel n'a
pas butlu sa femme.Lelle ci, dans
ce cas, n'aurait ped-lie faii enl-n
are aucuue protestation, cir 'e>-p[it
fminin eai pailois paradoxal. Son l
le misrable a raille fois pius mai
agi! ... Sous le njicule prlexte
qu'il ne voulait |,as risquer de a'em
poisonner, il a ends la prtention
de-auyer avec aon m luciioir les le
vrea de sa lamine, couvertes de iod
ge av. nt :e 1 auibraa* r !
: e ct-ue ndieuae teutalife, Mme
Trailel a fi moite i ma I i
ci Val pd i,, oi e! i ,: n,,s
J"H?d Ne i >ik | i 0 s r.uo
t*ux proceUta Uisvourtoij de son
s^vux ..
Le prsident Obrgon prend
la direction dus troupes
EL PASO TEXAS II-D'aprs un
gramme de Mexl i , reu du c >n
sulal mexicain \A Paso, le prsi
d ni 'Jbrgon s'est rendu sur le
froal piur diriger eu personne les
i qui, sous le r imm inJeraent
des | \ V a nul is et Amero,
m i .lient sur Guadalapara en tl.m
A l'exemple du prsident, dis
milliers d'olliciers ont quille Vera
tni/. pour Mexico afla d'obtenir des
I 0 ab une. Les ouvr.ers
in i istriee textiles ont aussi quit
te les fabriques de Mexico et reu
d i anne< pour -e rendra sur le
Iroutd* Vera Cruz pour s'opposer
aux troiips du Gnral Sanchex.
i n> q ie les nouvelles indiquant
que tous ies chefe m litaires, invite
P .r rtuer a te join Ire a I a, ont
promis d: r ster liil s au goaverne
ment, ou a reu eonlirmatLn qu'un
g i" 1 ii > ibra l : dtertiona se pro
11 nt tans les rangs des troupes
'i r.i I i i JatisCO. La classe OU
g .le klexic i e>t indig .a de la
mon di pisiient du syndicat ou
vrier de Vera Crus et 'montre un
> 1 npraaaement faire pajiie
a i Iroupes du gouvernement ; ello
S use ies rebelles de celte mort.
Troupes fdrale! contre
les troupes t voljlionnair^s
WASHI.N6T01 -L'imbissa'e am
reaine dil que de-, nouvelles olli
e i u v lues de Mexico annoncent
qu.- les Iroupes fdrale* se sont mi
- en marche, bier, contre les trou
pes rvoluti mnairea du gnral Stra
aa. L'avant garde, soi- le c maman
dem 'ni di s gnraux Amaro ei Ame
rillis, e5l p.irtie d'trapualo On n ut
s'at en Ire d'un moment laulie
un engigement avec les rebelles.
Le-> troapel rvoluti uinaires, con
dnii par les gneraui Permen (la
rjpi et Magna, ont t battues dans
le nord de l'tat de Jatisco alors
nu'il i valent d ellecluer une jonc
li ii .. les troupes d Extrada. Le
i oral ijaipo, su i frre Marri Car
pio et is Gnral Magna ont t tus
.1 .us l'engagement.
L'Alleiruijne fait des avan-
ces
PAHS 1 i La nouvelle publie,
bier, .lisant que, le gouvernement du
K h dsi-eit entrer en ngocia
tnnis dire, les avec le gouvernement
!i i is n vue de relier le statut
de la Hi.hr et la Hlinuiie a t con
flime 'te la put il i charg u'allai
i alla u ind \on lio aeb a a u. --
a M. l'.iiic.ie un. demande d'uU
di nce;ce d< nier lui a tut repo.dre
qu'il la recevra iiijuuid hui.
1 .11 \LLLi S Le marge d'atlai
res d'AiemHgue a demand M.
Jo.-pai, minulrn des sflairea etran
grea, uns aud.euie pour samedi.
.M. J.ispar a rpondu qu'il le rece
vrait il heurts.
M Poincar i la chambre
di dputs
PAIH3 Dsns u^ interruption
aux d * l'iteriellalion* de
S de nouveau
m uif-i; que ei te a commission ds
rei rati interallie avait qualit
j-our Qeummcr U ca^emt usme
re do l'Allemagne et pour fixer les
modalits de paiement. En rallir
m tut aa politique d'occupation et
des rparations, Monsieur Poincar
:i de are ne pas pouvoir, pour cette
i ai >n, i < epl non bri
tanoiqne prvoyant la cration d'u
ne commission d'enqute iuterna
liona'e et qu il apposait son ide
sui a comil d'experts parce
qu'ils drivent de la commission des
rparations t lie mme.
Pendant les deb.tls 1 interpella
lion, le leader aocia isle 13i un a qua
liti le prsident da co seil de plus
grand tombeur de ministres que
Llmem eau, mais, a-t-il aoet, s'a-
uressanl h M ^oiocar, vous op
i" an dehors, voua avez fait tomber
Banar I ivr, Lloyd George et Ual-
dwin en ng eterre, Wirln, Cuao et
Streeemanu en Allemagne.
La sance b t maqua par une
vive discussion faite par M. Mandai
a .i soutient la p Inique ctmenciste
dans la politique intrieure de.M.t'oin
car. Devant cette attaque bru-que
M.Poincar n'a pas railli: M. Handel
ay.nt tent d'amener M. Poincar*
taire une d.-claraliau ..u sujet de la
situation intrieure qui doit servir
de gui.le pour les futures lections
snatoriales, le chet du gouverne
ment a refus de se prononcer sur
ce point avait l'ajouroemenl du par
lcment lequel a t tix an 31 D
cemhre. Il a nergi [uemenl dclar
que la discussion des affaires int
r.cures ne pouvait prcder celles
..u di s axli ieun i ; il faut que
le gouvei nem< ut ait rpondu celle
ci avant de donner une lponse
celle l. La chambre a soutenu .M.
Poiucar p L' i invi .xions, aux experts qui de
vioul siger dans ies deux cornues,
seront envoy sa la semaine prochaine
probablement. La nouvelle a t
communique qu'aprs le reloui de
Londres de Bradbiiry on croil .uj
Us comits commencerooi leur tra
vaux vers le 1U .Lnviei .
Nouvelles Diverses
VIENNE Le s rvica tlobooi<
que et tlgraphique a replis .i la
suite du r. (l lient de la grve qui
durait plusieurs jours. Un tst arriv
a un compromis grave auquel le> em
ploys recevront une eugmt ni tiou
de salaire qui s'eievera 60 mil
liards ie coi onnea par an.
VAHSOVlb' !.. ci u., 11 (douais,
dont .e chet est Wilue, a dmission
ne. Daua ies milieux prleuieuiairaa
on dit que la ercaliou d'iiii cabtnat
d'affaires est la muIc r>oluiion de
, . n-e.
CONSTANTINOPLE- Par ordre
de la < si eouti revu ui u ., me, lu
police ^ aire dai li laii ou ca
lifi, bkn m licv. a, ,,,. ,. ^ ,ju
caiifi .i i oui i i.. v, a a. pU:, 4
1 r | n- de .i. q a du itilel tt
s., i .u,u i in dit q,.. ......ue arieetn
lie ia son liuilii... aies.
lUJviL L s jouruai \ manifee
lent uu vif dsa,ip ai.i. u., ni au gu
jtl du lglement ue lu que.-lion Ue
linger, sans 1 admission de 1 Italie
dans la di^cuksion
WASHINGTON Le quartier g|
arul de la campagne lectorale
pour le prsident Lootidge sera t
bri Chicago le 27 Dcembre. M.
Butler a la diicciion geutrale de
cette i anipogui.
PARIS Le conseil de la Sout
des .Nations a avanc la qucbimn du
rgit n, ti.t diicile du problme iu
truiltn.tiit des minorits allemandes
eo Pologao. Tous les pay d turopa


lyjttpVEUR PROPRIETAIRE
IM+IUMBV8
Clment MagJoire
BOIS VERNA
1S6S Hue AuriMUa*
XUMfiHO^ 20 CENTIMES
Quotidien
il n'y a rien de s.icrc pour la
sottise, la inchanset t l'en-
ta* ; elles portent leurs maint
sacrilges sur tout. DIDEROT
ItiLEPBONE No Ut
17jii AXXE N5030
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
.es crdits rcents et leur discussion
1 au Conseil d'Etat
D'autre part, Jrme Giacomctti
esl devenu le p n \r>. 'e 101 pre, le
pplit P's !? a bMIe s^ ur et I betu
frre de ses petits neveux et nices.
LUNDJ 17 DCEMBRE 1023
Par Cable
Nouvelles Etrangres
"ie critique trs vive de la Com
lion des Rclamations, de sou
Konneiui'ui, des inolii'oents
l'elle lun.li -, a t luin par le
Meiller d'Kiat (Charles Rouzier
lanc? du vote des crdits
jlmentairi's et exlraordiajj
Nu Conseil d'iilal. Aux ques-
NX poses par le Conseiller d E-
ilor ces points de vue, le 8e-
sre d'Etat d s Finances, M.
juste Magloire, rpondit en
lt rem h quer que 'e Conseil -
-d'Etat critiquait le principe
tae de la Commission des R-
ntiocs. alors uy cette corn-
lioii existe et ionclionne en
ta d'un Protocole sanctionne
'le Corps lgisla'if.
"lecielaice d'Etat exposa qu*,
jniee driure, un crdit de
WJUd'ih.Mu, Vj.e pour satr
rle ij.i : uni -m ut .10 la C>iu
Won ; qu'il i .si tiien avr
|eiien.i as achev se* travail*
'|u>. jiii-i, la Jeiin.iJd Je erj-
ItbKtijciiti esl j.isliiiee ; que, en
JSjpJoueerue U uiarolie i$ Ira
pm ia Commission, il y avait
iooj question de conscience et
idaciuim intrieure dans la-
Jm le Gouvernement ne pou-
W pas entrer.
Conseil er d'Etat Rouzier
luette occasion, que li Jiben-
! loin ou u;e tu laveur de la
Commission parat imite [ ar ail-
leurs, en considrant que l de-
mande de crdits comportait, en
laveur des Secrtaires d'Etat, des
Irais de circulation jusqu'ici in-
connus.
Le .Secrtaire d'Etat eut occa-
sion de rpondre ce point, en ex-
pliquant qu'il n'y avait de nou-
veau que l'expression Irais de
circulation . il rappela qu'une
loidelyli, aon abrogeai accor-
dait des frais de reprsentation
aux Secret uivs ,i i.ii, niais (pie
le Conseiller linancier aimait
mieux proposer des < frais de lo-
comotion primitivement inscrits
da is le projet de loi eu discussion;
qu en diiunive, c Irais ce repr-
sentation , Irais de locomo-
tion t, i trais d i circulation , si-
gnnl u-'iil la ml ne cOose a q ni
lus ait au C-jusoii d'Kiat h soin
Uadopter ceil deces expressions
qu lui paratasaii convenir le
lUi.UX.
Le Conseiller d Etat James Th j-
nias opina pour liais de repre-
te taii.n , lo.it en ne suppo-
sant pis au vote du projet. Le 6c-
cielane d'Etal d-s i'iiunces M
put note, ainsi que du dsir d;c
Conseiller dEiui de convaincre
sur Ci point le Conseiller r'mau-
cier.
Un joli coup
La boxe rserve bien des sur
i':ses, met cher* amis, commena
l'ancien oow boy, i i ri OBpHwent les
g bel-U ; j'en ti fait naturellement
comme tout le le et mon plus
curieux souvenir date de ce match
supeibe que m livrai San Otlawi,
dans l'ouet du M rh'gail.
Mon adversaire, good boys, tait
un homme superli', dou d'une mus
cuUtiue extraordinaire; il importait
de l'abattre du f> c-mier coup, | il
. Ise.au i. in ta l dans un coin
du ring, la tte recouverte des ter
victtea de mes sogn^ur-, attend i
je avec impatience te coup de gong,
signal du combit.
* li letenlil : comme un bolide je
m anei sur l'homme, devant moi.
D'un twing I u. 1 menton, je t ta
sommiitt d-un uperut sur la lace
je l'len lit Itnockoul...
lu, Paucief) co v i. >y r prit sa vn>
pir.tion et un dois; d** cherry, i> de
i. continua au miluu do Pi leit g*
niui :
Ah good prelty lellows,Photo
me resta tendu au moins quinze se
coudes ; do- hurlements fbrmid bief
m'envn on Datent ; je vis mon ad ver
saire se re ourner, puis se r-: lever
rnib.ement ; je m approchai poar
'aider : c'tait laibitre.
IiQLATEUH Le gouvernement
tqualeur a engage le service de
john Hord, citoyen amricain,
M>e Conseiller linucicr du minis
i ^e guve,nemen' toli
sdouu bail a un amiicain
hectares ds terre de Mlat
ne priode de lJUansenvue
w une colonie de familles
icauiese de dvelopper l'agri
Br'< liridiibiiie et les re^souices
ciales de la rgion o cette
*lera tablie.
*conces.sionnaire s'est engag
^'"gouvernement une rede
. fl iJit.O bolivianos. Il dtvia
[f41JllJnoin8 23 lHmi"t8 amii
l^. iCODsImiie des maisons,pnur-
fH t b-s'",e* de distribution
j^'d llj boues el droutes.
Il frjJ5J_fc,'',t,''eiit bolivien a< coide
Nu,, de, drols ddouane
lrUc/|*tf|e'iaux dt-slmi aux (oui
WooiT*61 Rtablissement de la
JJ^TINK La municipalit
'Udr, ^reS a ""8 UQ 6ull)runl
B0. p'-WOO de pesos pour l'ax
(" e travaux municipaux, ciai
gQ" 'neiuraiion dts dtiitus,
i u p'aires, colonies de ;var an
ta" S.Publ'cs et amlioiaiion
F,a'"fle' L-t emprunt a t e.i
S ouvert, u nul.ion ont
| Jjeri. ua|- Ullt b.,u|je ;,gen
Ki#. u*1* ,u' Uts L""4"
"*t I n ' U ",le'l **l*-
^w. T.;'"ooia.>fe leni.
colombien a lui itu ous le nom Je
Banque de la Rpublique, une ban-
que nationale au capital de 10 mil-
1 oas Je peso ; La section fina:icire
a direction de Mr. Je.t'er.on, de la
"Fdral,rserve biuk ol' .New Yoriv,
membre de lAmer.cau tinance coui
laiiiion.
Lui conseil d administration de
la "Pacifie ratlway" a signe un cou-
Irai avec la lisnk"of Loudon and K.o
de la Hlala pour un emprunt de 00
mule livres sic-iug a IOojo d-iul-
rl .ii.iiu ji devant servir d payer la
dette di la Compagnie U Banque
mercantile et le reste a 4a couslruo
tian des Ibemms ie Ter.
Du Bulletin l'auaoarican
Pour les jeunes mres
Voici une recette dont les ma*
mans nous serait certainement re
connaiSantes, car alla leur pemet
Ira de fa i re avaler a leurs entants,
sans pleurs jastiea, celte atireuse
drogue nauscab..ndc qu'on appe-le
l'huile de licin, et qui soulev le
coeur tout ie mondi
Avec le pr^c d suivant et., un
peu d*artiUee, on t ompera lucile
ment les petits maladei
l'ienez de l'huile de ricin, trente
ou quaiante grammi s suivant 1 ge,
et mlcz-la Icit^inent en bailaut
soigneusement a un jaune d il':
ajoute/ ligimnies de lait chaud
pour obtenir nue mulsion mez avec deux gouttes d'asspnea
d'amaides anire- si 16 graniiiits
d'eau de fleur Essayes, la plupart du temps ils
ne s'apercevrout de rien.
i J --"..i.--riSiM,
Divers journaux ont signal le cas
duu amricain, M. Uaurg s Biddar,
qui, veuf et ayant pous la mire de
sou ancienne femme, est devenu |e
parada cette dernire et le gr.nd
orade ses propies enfants. Il existe
en Corse, a duro, un cas en ore
plus exirtordinaue etaat donnes les
nombieuses complications qu'il a
t .u oalire ; la voici :
Il y a environ vingt ans, Melle
Cathariai Maifalti a pi.u- son
grand oncle Jrme Giacom.tti qui
eLit devenu veul et dont la prem.
re lem ne tait la soeur de la gr^nd'
mre de ?a nouve le pouse. Par sui
te, liatherine MallalU. pouse Ciico
inein, .--i de M a .e : o la b lie soeur
de a gre d'mare / c lia c. vi: twa
Jouis f ; < la taule de s. mre ; j >
u greaVtante .le f> f.aras et
esure ; 4o reniera grand'UnU de
bts prop.e^ antaute ; ou et 6ua i, sa
pfujtfi; ^eArV> UlOtVi
Le nomm Traitel, de New York,
Cs. un macueul, cl ?a Ibiniue le lui
l'ait bien v.ir .. Elle deman te, en
efli-l. le divorce coi.lie cet h,.mm
qui I a tiaite, dil-alle, . iuh maine
ment l audit u.enU .
A vrai due, le sieur Traite! n'a
pas botlusa femme.Lelle c:, dans
ce cas, n'aurait pe il-tie lai en tan
ore aucuue protestation, cir l'esprit
feminm esi pailois paradoxol. Son 1
le miearabla a mille l'ois pjus mal
agi! ... ioesa le ridicule prtexte
qu'il ne voulait j,as ri-quer de s'. ,n
poifOnner, il a mis la prtention
il e-suyer avec son m iflODoir les l
vres de sa lemme, couvertes de iou
ge av.nt :e 1 embrasai r !
e celte dieuee u i lalive, Mme
Traitai a rt moite i me i| offi nsi e,
et c'tsi |.o rt| oi a! i a.'inaii .. r *
Jnye>d N fuik le au r.u.j
aux procdes UiavourtoL de ion
Le prsident Obrgon prend
la diiaciioa des troupes
EL PASO TEXAS U-D'aprs un
tlgramme de Wexic , r a du con
sulat mexicain Ml Paso, le prsi
d i:t Obrgon s'est rendu sur le
tiont piur dirger en personne I. s
qui, sous le c cnmaaderaent
des ga ; tus Vaiinihs et Amero,
m rchenl sur Cuadalapaia en fl.m
mas. a l'exemple du prsident, des
milliers d'olliiiecs ont quitt Vera
Cru pour Mexico afin d'obtenir des
armes pour combattra. Les ouvriers
des in i latries textiles ont aussi quit
1 es fabriquas de Mexico et reu
d s armes pour s-e rendra gur le
iront d- Vera Crus poir s'oppoaar
aux troaps du Gnral Sancbex.
1 li i", les noav lies indiquent
que ious les chefi m.lil.ur s, invits
p.r liuar a se i indre a I a, ont
promis d : r ster li i 9 an gouverna
ui.'iit, oi) b r-'g i eoiiiinni n qu'un
- n 1 i. > .ai': I ,1 sriions se pro
u.ic.iit Lins les rangs des troupes
u rad i i Jalisco. La classe ou
s de Mexico est inJigia del
mon di pisiJeut du syndic itou
vner de Vera Oui et montre un
g i..i e npraasamaat faire paatie
u i troupes du gouvernement ; ello
accuse les rebelle de cette mort.
Troupes fdrales contre
lc-> troupes rvolutionnaires
WAMUvuTCK -L'onbissa'e am
rcane dil que des nouvelles olli
1 .i v.auesde Mexico annoncent
qa- les troupes fdralei se sont mi
I in m aehe, hier, contre le- trou
p.-s rvoluii inoairas du gnral Stra
Sa, L'avant garde, tous le omman
dam nt d< s gnreux Amaro et a ma
rillas, est pvrtie dlrapiato Ou n ut
b'at en Ire d'un un lient laulie
un angigement avec les rebelles.
Les troupes rvoluti uinaires, con
di.ii-. par lea gnraux Permen Ca
r ipiu I Magat, ont l battues dans
le nord de l'tal de Jalisco alors
ou'ils i valent d ellecluer une jonc
irai avec les troupes d Extrada. Le
i nral Ca.po, s.) i frire Marra Car
pio et ie Gnral Magna oui t tus
d i us l'engagement.
L'iilemsype fait des avan-
ces
PARIS H La nouvelle publie,
liiei, .lisant que le gouvernement du
K li dsiail entrer en ngocia
limi^ dirai les avec e gouvernement
!i r i- n vue de rgler le slalul
de la Ruhr al la Bbntnie a t con
linn.e le ii part du charg d'ellai
i iile n n.il Von il i n ;. a a iresa
M. l'niicue uu> demande d'au
ni nce;te n- ri.ier lui a la il rej,o..dre
q .'n le r< cevre aujourd'hui.
BHLXKLLhS Le charg d'allai
res d'Allemagne a d. mande S M.
Jo.-pai, iniiii-lre des atlaires clran
gres, une audieme pour samedi.
.M. Jaupar a rpondu qu'il le rece
vrait 11 heurts.
M Poincar la chambre
dis dputs
PAC'-- n.ms un* interruption
aux fur e ioterpallalioas de
\\ l'on care a de nouveau
toolerii que seule commission des
[eparalioos interallie avait qualit
{.vur ceumuicr 1a u^wp fiuaucil
re de l'Allemagne et pour fixer les
modalits de paiement. En ratlir
m tut sa politique d occupation et
des rparations, Monsieur Poincar
:i dclar ne paa pouvoir, pour cette
rai mi i a proposition bri
lannique prvoyant la cration d'u
ne commission d'enqute iulerna
liona'e et qu'il appuyait son ide
comits d'e| t rte parce
qu'ils drivent de la commisaien des
lparatiooe i Ile mme.
Pendant les dbats l'interpella
lion, le leader socia iate Ul- im a qua
liti le prsident du co seil de plu
grand tombeur de ministres que
Clemenceau, mais, a-t-il ajout, 'a-
brasaanl M ^oincar, vous op
rez en dehors, vous avez Fait tomber
B-ioar Law, Ltoyd George et liai-
dwio en Angleterre, Wirlh, Ouno et
Stresemann en I ne.
La sance e t marqu par une
vive discussion Faite par M. Mandai
qui soutient la p inique clmenciste
dans lapo itiqueintrieure de M.Poin
car. Devant cette attaque brusque
M.Poincar n'a pas failli: M. Mandai
ay.nt tent d'amener M. Poincar
tiiie une declaratian au sujet de la
situation intrieure qui doit servir
de guide pour les futures lections
u. oi .les, le ebel du gouverne
ment u refus de se prononcer sur
ce poinl avant l'ajournement du par
lemant lequel s t lix au 31 Lie
cemhre. Il a nergiquement dclar
que la discussion des affaire inta
i auras ne pouvait prcder celles
des aflairee extrieures ; il faut que
le g luveiuem. ni ait lpondu celle
ci avant de donner une rponse
celle l. La chambre a soutenu M.
Poincar pa un v te main leve*
Les invi .nous, aux experts qui de
vroiil siger dans les deux connies,
seront envoyes la semaine prochaine
probablement. La nouvelle a t
commandite qu'aprs le retoui de
Londres ne Ltra.ibury ou croit que
le comits commenceront leurs Ira
vaux vers le 10 Janvier.
louvellos Diverses
VIENNE L<; | i vi tlplii.ni-
que et tlgraphique a repris i la
suiie du rglement de la grve qui
durait plusieurs jours. Un est arriv
un compioxns giee auquel les eu*
plovs recevront une augmentatioa
de salaire f|ui l'eietera . au mil
lialds 'le COI Ollllt's par ..n.
VAHbOVlti Le .lu., i | clouais,
dont .e cbel est Wilo, a dmission
ne. Daue tes milieux perleuieuiairas
on dit que le CTallOU d'uU cabiuet
d allants est la seule koluliea de
et le crise,
0NSTANT1NOPLB- Par ordre
de le e n eouti retu n. .. ,, ,Me, bj
police a arrt dai ,. laii au ca
, I Lie ni Lev. ,,.. ,, L ,ju
ca u. l o. i !.. y, t a. put,
I I OS de |S U il ftllUO ou .,,,|l tt
SU i.ual.iju dil q. uai.iie ..iiesla
tio i sou tmmiui ataa.
li')vit L s jouinai.\ maailee
lent un vif desappni.Uu,. ni au eu
jtt du lglemeni ue la question de
langer, sans l'admission de 1 Italie
dans ie dUcUSSIOll
V\ASlll.\OTO.\- Le quartier g
ral de la campugue lectorale
pour le prsident Coolidge sera ta
b a a Chicago le 27 Dcembre. M.
Butler a la diieciion gnrale de
c. tte i ampagni.
PARIS U conseil de la Socit)
d.s .Nations a avanc la qutbiion du
rglement dnbcile du problme iu
traitement des minorits allemandes
en Pologne. Tous le pays d fcurope,


LE MATIN
MUTILATEO r
]ui ont minop'.la do nationalistes.
mi II popalatioQ Ueudeui pour
roir l'outiueai la Sjciel va disposer
de celte question parce que sa deci
ion rv.i i de prcdent.
B'JCUAKLSi' Le* journaux au
noi,' ti!l qu'une entrevu* Ml* bUu
ii'. arrang entre le roi B >u de
Lu t lie tt la pripce e lli n.i. jme
Il it la re.ii ; i.tiic Je K miilauie.
Li urnaua *umqu eut q r.a pe i
i i'. H Il i a J n illiille.
. .*|i I. i m; Li .1 iM ie t cil.* e
d i iiii-i i '1..L.I lu i eu le relus
b.ii i.i ou BUil J accorder ie Vile
Ui >. .lu. e a ,t li-luls'ldlluil A,)->
tUi' a BUSHOO sUl' U fc|l lOSHOil
le dl rcents de-orJres au l'orlu
gnl. Le prsident 'io oeZ a accepte
la dmMlOU du cabinet.
UiitvLlN Le gouvernement socia
liste -ie Saxo a douu sa dmission
perce ju il n'a [dus l'appui du pull
dmocidt q.ie citant relus de voter
conue LiebinAiiu. ministre de l'ini
rieur.
Le gouvernement allemand annon
C oliicielleinent que le jleicb ne
fiounait payer que la moiti des sa
kilt* ds le 17 Uosmbre et ierait
tous scs efforts pour payer l'aujre
moiti avant.
Les cours
PARIS 15Dollar
Livre
NEW YOltlv Do 1 r
Lnre
13
Sirordi soir, dins le- salons Je la
L; t. toi DjAiici caine, i li n action
Nuptiale v t li.n- Mrleuoi
seiie nereis d.-o* j i;giileel
a lire uni ftictr I tlifvm, >ecr
taiiv J-li Lgali-M D ni .icii'i et
Cou ni le li K,iu.)iqie Oo.u mcai
ne i Poe au Pnuc .
'ei h- " ; Richard, '"ur de la
C. due l a e q il a ultici pour la cir
coi.>lai ce.
e lui une crmonie J s plui in
posantes laquelle aesHtaient les
p u:- hautea per-on lalits tant du
monda que do la i itique
L'on y se mrq lait, en effet, Son
Bxcelteuce \lr le Haut commssaire
amricain et due John II ituss-ll,d.
h lieutenant Gat/ir, Hr al Mm*, altr
ihatl, S. t. d. ie Chaf* d'Affaires
Ju 11 icb allemand et Mme KIn.
Uelmcke, M meienr le Chmcelier Je
la inm- Lgation et Mne Oscar
Double
accident
Demie rail di samsJI d'mai-
che vers t h. l/i les cris d : a i
feu : j taient l al inn ift premire
avenue de B dusse.
La feu. en otM, vena.t d clater
dans une dae depanianoae oj w
matae <>'' ip sa pu- noire ami Bdj
toi, chef de Service ai Bureau de
l'Etat Civil, Section Sul. Crace au
concours dvou de* faisine la pe-
lite c instruction e t jete terre,
l'a-ci lent qui et pu pr-nlredes
proportions l'ut Slo iff et fee .ar-
rive des Po npwrs le Maa fut dB-
nitivemeat co tjar.
Dtail mtivmt
\ la suite Je ce premier milheur
on retira sous les dc imbras torse'
U .n.n- Lgation et Mme Oscar carDoniss dune pauvre vieille
Heimcke, M. Auguste Magloire, mi ^ u M (. uU!l, w||i ,e nom
Diatre des d Finances et Melle Ci J { if n. .te e0
lotte Magloire. M. IMis Magloire, an **** lU K_., V J: .mp3.
li.90
lagl
cien Secrtaire d'Etat et Telle Fer
non Je Rgloire, Mme Luc Thar i,
Monsieur et me (ieorge N. L;er
Mr Stoio Vincent, Mi le Dr et M ne
Flix VrminJ. Mle Ct dilde Ar
mand, vr le Dr ei Urne Brun rlic (.
Mr tt m >anle Bllegarde, Mr
AuguMa U He^i i: al Sellas B Ile
garde, las da uoiseltes Vorbee, Mi
ci ma Charlee Itouiier, vL ruaat
Chauvet, Oiiecleur Ju Nmue'hsii,
ces lieux depaU eaaei lu igl 'mps.
Ses fu lraillei o it eu lieu hier nu-
tin 00 l'Eglise Ste-\nne.
Cause probable de j'accidenl
Li paareeepluag*naira avait jir-
d^ l'iub aile a*S-s rpin lie d ti-
rer queiqiei biuliis J; si pipe le
ioir v.nt l! seuio mir. On sup-
u-- Ion; qu'envorie par lan-
miil ail a pu etra victime d'une
ciance J en par-
Le Prlet A. ^eron Z^J^^ufac Jioatr.
el lit. r. GmlO'iUa baii Mr. (l ,; Cbaueel et Melle Gau Us son grini a,".
Aux Caves de BorJ a \x% bril-
laute n ceplion ; Uila lier par
l'industrie l'. i il.iiIumI
en riiomi m de kir Vlerceron,
prt.'! de I Gran I A ie, a nvi
pour la r iiiioii dus 1VI" ls lu
Qouveruemeul le I/ 'le ce. m s.
Des comparu tnta ont t 6Ji in-
gsau milieu d'uM joyeuse cor-
dialit.
loCluuvel, vlr lleu PolyniCd, dr
Krenck Kauberl, Ar F. Daatoichee,
Me GeorgeI de Lespinasse, Mr Lo
Alexis, Mr et Mme Lou LJeau
filmas de .detteis, d. Arturo Je Mat
t i-, Vice Consul d'Italie, vlr Cl
m nt Magloire, l'dr cleur J i V/u/>',
M lleutc uora.nviue, Ouecleor de
i:"/. r. 'r ermann II nus, vielle
Lui ..une 11 raux, etc. te.
Ap es le Ji-onrs Io Uvren l P
re llieli rJ, el Us soUMits Je bu i
hem aux mari.-*, d< s groupai ie for
eux que c3 1 ible ma!-
non eov iv i n l'espras
de nos sy npnhi pie. conJo-
lanees.
\ tons
heur afflige
oir St.-Louis tli; Tar.ieatl mreot ausil.i.s u la Uir.iJie,
* tu lusarJ dee syapa.hits ci lun
Dimanche, 23 Dcembre a na ^,.A ^.[^^ tuuee viaieMoi
Arciie-
Grau l.-ur Mgr
passa quJqi
de l'aprs-midi, grande loto au agrables el que rs>idirani inoub.ia
Ip Bagatelle, .u bn lice d
Cercl" Bagatelle. 'u bn ace
lu GUip-nie S, L) lis deTurgeau.
U y aura u i upe ie arbre de
No'l, Kerm'sse, to ubo i etc'
Eutree gnrale : Une ourla
Enfants: Cinquante centimes,
blea las attention- Jes an.Jiyinous
pour chacun laie rainvii*.
au t ai tis Xaiiowtl
l'ai t'eatreit Je journaux doosbil-
Cai .i io au' a > .a io i u.c. oui l
ft i,g i aiii qa a.e \ iiiraiu i le pa*-
ijuuaiiies d^oiiaiCiaes m projete
poor tiaili Li1 ae'' pruuoiuar ue
ce io evoeli ; .te loi i.tuve vlr lit-
iuj o luiio/. eai ao.uUd.ueiii par-
mi uou>. li 'iJ^s a Uil ie plaisir de
jiou> i ou ire viaile ei unis a aXpOS
ie.i points pnocipa ik Ju pro^ram M
oui Mf* nu* l eaaouilOtt, joli pro-
gramme >ie Ictes qui l'on poque,
pur la vuieieei l'uriginaiite des u.3-
traelions organises
Mr GonMiei nous a dit ce malin
uvoir le reU par -Nioosieur le Pr-
m leOt Je la Rpublique qui mi a t'ait
L'aeeuttil l ptaa cordial, pproufant
hdUlemjul i lie ievcurauu el l'eu-
ejurugeiul de toute sa sym.nlliie.
Meeoooaitre, c'est s'ai.nr ai lore
que les deus publiques serure, se
eoanallrout mieux, alias sapprac>e
ront el uuiiont leurs cf. ils en lie
il u.ie evolUll 0 ianiuj UaUS a
paix, et dans li libert.
U'axaursion Uquelie prendront
part Je dames domiaioiraes aura
lieu dans las praoers j Mira Ju mois
de Janvier el au S corU.uemoat eu
grand MCUOS-
Mi* Oo..za.e/ est sorti eue laine Ja
Le \LVllN ren uvelie aM sonhuts
de b i heur tut i >uve>ux mins et
se f.i l un plaisir la pr a ter ses f
li il il on- les plus sine re- a S >n r
oeil ..c- le diuisii e Je U R io i
q e D mi n a ie, e, dm MotCOM
lUjj)_________________________________
lte Chirmt
Las reprsentini tlilale donne
hier apres-midl par '* ac.eurs dj le
K: n.s. i ioj. .u luexi u la io^e
L vm li >. a plein m nt russi.
Toute* le3 parties Ju programme
ool eie viveme.ii aj>iaaJie. Goe
musique da genre a gaya l'audiWue
etoieilnl un ceilain attlraiu dans
ce quartier ei p lia Jj neiractlons.
Le liragi Je la loterie a do m
pleine eniiefection.
_ n -1' -~"
Le XoiAVJ&iA lirtad
Matre de COrdre
il'A*Urtilflit
Coin n s nuis l'avions pra c'est
notra sy npttbiqus ami
qn
dr C. L.
Ve rel q n a et j lu, presque i l'a-
naolnit, GrmJ 4etlr*,Urand Go n
mi i leur del'JrJre Mapn.n |US en
lli U.
.beaux diseoun oit t pr>-
,i i > . i li oi c ist mue et a l'ie*
s i. je |i |n ie, il y eut rcep m
dans les parvis.
A la Cithlriile
Impostes onl t hier les oer-
m .mea reiiiiauses f*u ia tii *
dra.eeu i'.in.ie.1' Ju i'^o auni-
tersa r; l'nlpis'opat le iti s
Monseigneur I iliea Oi m,
vq.e ie Port au l'riuci
\ eaaistaient : a
KksuM , vq 'e du Cap-U mien, le
Clerg, les co igrgaliona ie pieuse-,
des llgations dos coles Coogrga.
oistes, Mr L llarnu, l'isident de la
Rpub.iiue J lliiU, dr Aug aie Ma-
aore, Seer taire J' lai des Finaa-
ce-, dr LU3 Tn:arl, eoiiai.e rtS
lat Je l'iotprieui.
Les ne.s J i la blh'ilrde tueit
oombleet laMasiquedur*lai'aJ j-j
les nii leurs morCSaus de ou i-
pertoire.
Il lait pr* de on/.a h jura* lors
que prit tin cette belle crdinnn:e;
Nous prsentons cette occa-ion
nos binxnages respectueux sa
tirandeur Mgr l'Arclievqae.
Piall ulllf&iu
U lUUUJ.4tll|
Port au rince lliiti, le ld^e. 1911
D'aprs avis rOQU de l Ufdee i^en ;
ni ie New Vorw, les baltaux de
cjtte eompgaie ne toucheront ^lus
tous tes ports hailiene, aprs les/s
C, neni ti. W. GtbaU du la
Dcanbre t "J2 i.
L i 0 nombiao Lme pion Ira soin
de ce service aprs celte Jale, uvec
nos plus vils regrets.
Ls servies Js Port au Prince sers
iniintm.i par nos b iteaax rap.d n ;
corn n- par le nasse.
O. II. TrtOJd SOM, \gent gnral
Phnomne
Psychique
TITa L'UCT ION
Flamarion heur, u eni^n n'eil i"
seul sur le terrain de la su psi s i on
ei de l'incertitude, car. es lilio.ateurs
distingus l'j o .1 suivi, tels que le
Docteur Tho- J"} Hudson, I autour
de la Loi de- Pnnomoss psychi-
ques Sir Williams Cro A H'si
deot de 1' Kssociation pour l'avance
ment des Bcieos, Sir uliverLodge,
Hecieur de l Universit de Cambrid-
ge, le professeur Ricta ld- Parts l
le professeur Wil iam James de
Harvard, tous deux de psychologie
te* remarquibles, Krel. Myers. lau-
teurde uaPareponalil Humaine;.,
le Professeur Si Igwick de Cnmbrid
ge. un des meilleurs penseurs phi
losophiques al criviin de son sicle,
Arthur ttalfoar, exuremer d'A gle
tere, leProfesator B. Slewar.l. cel
bre logicien, le l'odeur Hio Ton, de
l'Universit de Turin, Csar L un-
broso. Victorien Sardou, le grand
dramaturge frenais, le PoclearG.
Mtxeli, le Uocleur James llyslop, de
l'Universit de Colombie, crivain et
psvcuologistc, Sir -IhurConaii Doy-
le, le grau J romancier Anglais, lex-
Kaieet Wduelui II, le mdh ureux
iar aesaaaiii dernire ftent, gran t
al nirateur dae sciences occultes 11
bien U attires encore.
D'an attire point de vue matriel
le pdiychol goe pourrait faire l ex-
pneuce d une rplique lailleuse.qui
aur.iil aigri tout homme normal, mais
ei voui lui demandai comment les
n rCs auditifs reoivent leurs s imu
lus, o, quand et comment ils se
chan3r'.ii en agitation mentale ( en
eucepianl qu'un lai clianaament
existe), s ir qnsfle pirtle ou pirli Ju
oervaau il a rt enregistre e s'il y
e certaine partie du eervau affecte
U p iceepti i les sti nili agiables
Ct l'mre. auv Je*g bl s. pour-
q i o ceriaues p*ro.es misas ir
L-. eoJee vo las ei p ni \ "i .es J
versas oomo uaisons es misles
pr Ju'-eul u.m egdatim plu o1 '!
agrables qu' greabes, il vois ,e
sur era d'uu cl huii. Oi\ cou-
inent Jonc peuvent ils prt n lr.- que
les moits pu sseni pue, crire, d-
placer Ues objets quiul la Ui-
ble nous d-t que les mmls sont
bim mort. *j .e ses enfuis y
soient dans I cial ou l'igno'.nin e, il
y sera insens ble, il ne eoooettri
ni lui m laotiv, qu'autant q iil
vous plaira le mi mm l'esler Job
CbspitToXlV, veisel 81.
Tous ce- grandi matre-; p!us haut
mentionns depuis Adam et tve
nos jouis sont decus par Satan et le
a'iges dchus qui peisonuilient l'es*
p;e humaine surtout les morts dans
le seul bai de ie-druclion.
(Voyex ce que dit Jes Jmons l'En-
cvclopelie Britannique; Billion lie)
AUOL HE SCOT T D.V.S.
(FIN)
PHARMACIE
PBXNCaPALB
H. CANONNE
49, Rue Rkaumur
Sa-OO Boulevard SteASToeot
PARIS
vendant
LE MSHXBrR MARCH DTJ MORBg
Produits des Premires Marqua
et toujours de premire fracheur
UNE SEULE QUALIT t
LA MEILLEURE*
>
RAYON SPCIAL
POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HEllUOIUSTERU
8PECIALITS8
Franaista t trancrea
SELS DE QUININE PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprims, cachets.
BOUTIONS HYPODERMIQUES
BANDAGES, CEINTURE9,
BAS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour lous usages
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usiiies, ('..nninunes, etc.
Projets de Facture
et tous renscignementi
sur demande adrisst
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RaUMUR
88-96. BOULEVARO SBASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE!
AUCUNE SUCCURSALE
ni eu 11 -ace ni l'hu-auger.
n/rs
giuvaniiA irrio H ma'i" n"' ru
lie i hi t dinoinche rEf'isc CsV
th4rate ... a
\osron!o''anCf?s aux fanauei
6p OUV'V. _j*m*
Les cp5p:s satin
Les Crpes Marocains, Crpes
:..;imcam<-, Ovpes Stanley cha
Paul E. AUX1LA, sont rlis-
aient merveilleux.
la rece^iu i v4ui lai . [elle f*t
Cliel" de 1 Luc
lO
idinini^tralij;! yaartli
des Postes
^Avis de dpuii
Les dpches pour grssi York et
l'Europe | fis Xew-V.*ik dire t] par
lu SUamsrt ICoinmevvme et
i,tob.il s seiont reraee las mardi
iji et samdi Li. dcembre soma
MTwi Prises, il W Osssalii \W |w Mm M (festin tmJmt
DrJRTHBlUO
Cliirunjiea-Dautiste
Des Facuite Je Montral de
New York el d U UlOO
4aili l-' t ' 'il i-> > e: da
Magasin de l'Rtat.
Coasallalieos le 7 heures du
mntiO a G b urcs lu ^oir.
Paul Sal i
Avocvr
Recouvrement Conaierciiax,
affaires I ttranger.
^.orroapondant AWashing
ton \a\V-Yoi k. Berlin,
Tlirtn .ondraa Paris.
> .e.u'Tu.ns au uvea.x W lHlW W ^ltl- Mariaqe
Efisff, i lioloisi, dans les salons de
M aie J aawiAoui i oLic ec ie i tful
Liv,, Alpuae vlpli Mise u proced au
iiiuic ic dlle Anna >aiouiJii avec
Mi Sack .N Lsalmoinst >ianl. pour la m irrite:
M.Vl .uuie.il Magloire, GoustaoUn
Miyirl, Lyoce Uuro^vuu et Cari de
Weiidl ; pour le mine : MM. An
tonio Uiutus, L bart vrclier. Geor-
ge* llolaiid et John II. WoolLy
La GeueJictioii .Nupiiale aer.i dorw
n a j'-ii>ii en l'glise ^te Anne. Le*
maris eeronl conduits l'autel pr
Mme luc Cbanc) a oinp*gue de
Mr Linui Moi"-
r&ytotsW
Grande liquidation
d'un stock de souliers
dcouverts Femmes.
La maison de Mr. En est Camille porte
la connaissance da pablia qaeiw
met m vente au prix d- 12 Go*****;
n ak -meui un siutili de toniers dw<>*'
verts fmu *e ft lemme*. ,
Accourez vue, acomres, Mesdeiw
selles, kttdaincs (aire vjire ettipl**6'
Vmi au l'niico i 5 i>c mbrfc l^j^
Oiofson LUGSiftCii
la Maison Oloffson L0C4S Co
a fhonnrur d aviser *on aimable cm
tel- qu' parti* de c?ttt dite J**'*"
31 Dcembres lie restera o*v*>-ie ion
lu j ut ne. Ql\,
yX


M MA1*
GYRA
pour les soins intimes de la f i

52 i"
fit* ^i'7 x-~^>-

I.CYRALDOSE
f^dMptMH' >d'al Pour
gft. La luniprim jett
p litre d'eau donne
j^wip parfumee que la
ogyc a adopta* peur les
ifiaeU de sa personne.
MOenl prnilnil nfinlo\jue.
aajjtlui.......... -
kn'sol-'.r it .. tir . h
trs agrable. U i
Entr t .....i..i.|u--' -ic
^nn Licc-i". ri si.

ft U^
toafi:
ASO ..':
i


I
(jitl., ^ : f.hnWlaln
GRANDS PRIX
iWptlmn'. rri. et 11" ,.lii".
La CYRAL'OSE
i;-.-. Gico vt Sauta
:

I r .. l'ikl
. af-
: i (U I
!.? I
|.
OvnSe
I
.
. t <
-
HatTCJSSC&raXLtStZKiE
Serje Vaillant Consirjnataire pour Huiti
Bri ED. ESTEVE&C
vif ni de reevir :
itlc'es de Fin d'Anne et d trenncs
pf de r IrwvKv ma^qu fi.$ J.
odo9 Jiwtt* rimta'lh*, /* /m )*
oc< i f*, (b /itit Hptffor) Sardine*
,./ mf) l' :> /' m m ,./
Il .* Contu v I
1 Vir.s
a* Ma ne de Bordeaux, Mousseux, Chciuipatuie,
ladre, Bi**e.
f tau Ap^oliiaails
Allumettes : ploie d'toiles ei Lengale
Oit r Venu utli du UuteS qualits, Liqueurs
iiard, bin.
Offre Snciale
|lisoirs, ciseaux. caniln, couteaux, cuilllers;
Parfumerie: lotions, poudre de riz.
p avez tout avantage vous pourvoir chez:
J). ESTEVE vendant les meilleures marchandises, meil-
rch.
ta Jim
y
0
Meringu de \Fr m >u Mari i i U
Bn venU aux H ireaux du MATIN.
l'riv (J. 2.50
La Petite Met mon
1631 Rue du contre
Ain nce a su bienv I int#
clien. e qu'etl vient de recevoir
par lederuier Franais ile.rA
t jantes cha 4re pour da ,, >,
grau i : oix de oulicrs pour en
' 'i 'hausse!! s, napeau<, cos
11 ~_ ui" e a : -, i as de soie
fi tiiil rrs r<-c m u I gris der
na, (: di ta Mj .v, ci.-,, oulcurs
varie o, elles di le e- > Juiiy, ti-
le. n.telle, b ^derie, ruban>, pnf
fuinerie, onjets reiitneux, quet*
i]ues jolies coupoa ie soi' ie*,iull^i
linon, loile ii!iutmlr\ loiL: pur dt,
bouqueli germtures et voiles de
maries, etc, ele, etc. En solde
chaussures de bbs.
ouets choix trs bon got
Elle a .tire aussi l'attention de
ses nombreuses et fidles clientes
d'avoir s'msciire l'avance pour
leurs commandes de lingerie iine
robes lingerie, costnm s garg n-
nets, etc, etc. Spcialits de la Mai
son afin de pouvoir en assurer la
livraison la lin de l'anne.
prix trs modrs
:e!||(
> Dollars seulement
courez Accoure*
he/ Isaac _>ISIIY
1738 Huv CtyrhP
wuliiiH pou Dame*
e marque le Jtcw-Yor' ,t ut ce qu'il y a de
,. P" jolis vX de plus i'l {auts
%> reri a h retl;4
2'- vt i i c c t
wSktic clunno- n barrettes
Kl**c chumo de-Ciftf49
wiin noir b rreties
Hliti tu r* (Ircn.l
A G Dalla* te ./ men
i
Le plus puissant
Bane Mercure ni Cuivre
tirant U travail da M. roDAU.
Ohlmuu d. IXnatltnt n.t nr(l*?7V
iJSSyjttEHiJS*!" I,M ""obos de la I
*. flu abolrm. les Fivr-,,, D,mrrI,B
t OjrwaMriM dei Fmy, ah-rda.
UHPIH Vimnirra
antiseptique
jndispensable contre lei Epidmies
lltr. d ..a pour joua lea u,., '
od4M da I 4HKMXH.. 3t, Rua d., lathurlrn, Pdij
aam M Vaaia Tealaa 1m PUnuclaa.
A La Petite Maison, rue du
Centre, se trouva un assortiment
de jolies chaussuras pour entants
au prix ij** Cinq Gourdes.
OCCASION
EXCEPTIONNELLE.
Allez tou* ch^z
Paiii L. AOXILJ.
Visiter so : stjck csmpltemenl
renouvel
L' p'u> vari et lr pjiis i Ji la |i|,n
V " ( S U ; ,|
gu- V.Uauu aucUU- Vv p^bwl.ie
ehn & ViuU
i
-
; i :- i--i
(roar6a 61 1"6
te* prl.
Tous produits ichimlquea, ptiarmaceutiquaa t autre
aiticles vendahles dans une pharmacie.
iipices, loi\re. Canuelle,Giro/lc,Anis toile, Muscade
etc, etc.
SUCRE RAFINE.
Sp^eialH : Marque prive Lysol dsinfectant, Partu
nerie. Arttoles pour babiers, Hay Ruin, Chocolat en pou
c.re, liudc da foie da Morue, Emulsion Cold Grain, Ex
traits pour foire essences et eau de toilette. Eau de Qui-
Dne. Poudre contre loa Inseete3, Solution pour coaier-
ver les ts frais. Lait de Magnsie, Foudre suprieure
pour la follette des enfants, essence de fleurs, Eau de
llorida. - Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, Brossas dents, t'eppermfnt, huile pour
chasser les moustiques et autres insectes.Uegulot: huile
contra constipations et doubles des Intestins enroniquss
Th, lire pour les parqucls.ComcsIil.les, Elixirs. I pioei,
Sirops divers, Teintures diverses. Vins, etc. etc, etc.
Demande/ le catalogues des spcialits.
Confiant vos commandes LE UN & FINE, lue; twjs
serez absolument satisfaits
Toutes les bonnes pharmacies du paya s'approvision-
nent Lon /?. lhbaud\
Agent exciusii pour liait!
liMii a tuii)|lul
CHICAGO. ILL
3*antc$rt', ErEalCc De cataa. 3fulte De nvaii,
\U^ cl Ctaii Ljfll, o8aeafJaf, fam&on& k,
Bac^a; ^ueiiet\ ma^eaiuc. fau pieD^, OrtitU
De por\\.
Sxati^e en 6utf:. Coftitb 'Jlejf, Jhtiti fc'f
^FolU) truab, elCj etc clc.
^tUre De, viair IV ^ri CcmraaU
L60II K T (Ml
Agent exclusif pcor HaiU
F. 0. PlEKCfc, ompati;
12 WKSI BaOADWAY
NU W.YORK
FO.VDE EX 1847.
SUPERIORITE BAS MIX
Fabrique de :
PeiutUf7>, Wroi?, cres de loo.ei sorte^
Mai tic.
Lon II Thbaud
>
Afli^nt pour Hati
Wach us Grow
Sur le steamer Confay Jeudi
PETER DAWSON'S Spcial SCOTCH WHISKY
( Quarts et flacons j
DEWAIVS SliOTUi WHISKY Spcial
DEWAK'S sCoCll W'IlisK^ Extra spcial
FRONTENAC MIKUK FRONTENAC Spcial
SIOLT EXTHA Spcial
ENOS FRUIT SALT
Envoyez vos commandes ds maintenant car ces arti-
cles s'puisent vite, li ne sera pas ncessaire de deman-
der pour le WHISKY, demandez simplement pour l)E-
WAttS ou P. D. et vous auriez le meilleur Wisky en HalU.
W. Quiolin WILUAS
B1714 HueduMajnun dil'Elat, l*ortau Prlnoe
\~
Charles Picoulel
22$ Rue Rom*. Port-au-Prince
Assortiment complet d'picerie
Grand choix de bonbons en boite pour cadeaux
Uaiibcns ; Fruits oonllta ; Stisciuts
Vins ae Bordeaux sup< rieui s par aiIon
Champajua ; Liqueurs; Bire ece. ^ |sr*a
r, m-l asaorUaaat de via* aj Uour^cjna a Uj.itjjnetn
O^uxiLs,


LE MATIN

m

Dont la rputation n'est nlusafaire,dans le but d'tre agrpj
aide ses nombreus clients, leur accorde, partir de cetli
date jusqu' l Ko de ce mois, litre d'lrennes,
Sur les articles suivants iW toute frai heur et beaut

Diagonale noir suprieur
Casimir augala nouveaut*
Serge bleu anglais suprieur
Palmbcaob anglais de toutes beauts
Alpaoa noir sup.
Satiii de cliiin* pour tailleurs
I ustrine barres pour tailleurs
kaki jaune anglais extra suprieur
Kaki Jaune anglais extra suprieur
Duok union blanc anglais (, iiouveauts ;
Drill union blanc nng
Drill iil anglais
Tussor Japonais pour ( hemlses hommes Se robss
Rt ps de soie barre* coul pour chemises hommes
& robe nouveauts
"apt stc fine pOur chemises
Percale fine pour linge/ie
t alicot lercai pour
Zeplixr aii(jl. pour chemises
Jersey barres pour chemises & pyjamas
Ortjandi suisse brod couleur
lias (ours demi soie
Chaussettes cossaises pour enfants
Letton Tiver
Tulle pour 1re eominunion
Grands KidsailS mms-elim peur portes
Couvertures blenobea & couleur sup.
Bandes-hrodes Madera pour chemise & jupe*
Satinette foulard pour robaa
Voile blanc barres & mouches
(latine blanche
Gabardine blanche barres & unie
Crpon blanc & couleur Jours
Voile blanc & couleur uni.
Chemistes allemandes sup.
hrabant noir anglais
Imitation loile crite
Seviettes de toilette, blanches & ooulear
Italienne coul. mouches
-ib ctelle Police pour hommes
c pour enfants
(liiapeiux feutre ltorsalino:
Serv ottes damasses blanches pour familles
Damassf'e Matelas anglais doubla
coul pjur najipsd
Soyeux blanc & couleur sis, ets, ta.
N'ayant pas l'habitude du Bluff nous invitons insflaaMW
tous ceux qui veulent profiter de celle BUSSE VER1T1B
nous gratifier d'une visit pour tre convaincu de ce q1
nous avanons.
Dans xcn intrt propre-, afin bcs cl enls.vus devezpassj
sans larder a Maison II, 8ILVE11, avant d'aller ailK?!?|


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM