<%BANNER%>







PAGE 1

A Matti* Affaire dits des Trsors LJ dbats gnraux (Suite) Me V. 6 errai** [SUITES FIN) Puisqita, contai . Davis, de Bervirt, le Sauveterre, de Vilain et Co. i organiser des manœuvres frau lui ? C'est, me di ra-t-oii, dans le bot malhonnte de l'approprier de c rfnines valeurs remises ? — Mais voil qfte l'inflrue* lion orale, comme je l'ai dinontr l la lumire des dclai itiona de t moin 1 ? clame que ce dtournement n'existe | Si li id naires veulent pousser, plu< avant, h discus-o i, !•• leur >l •• m tnderai il irs, a M %  a* iir envia ig avec BOX les l'uls Je la uaus i, l'en dgager le I.t. Un lgei '• i ii n il lire de l'article 337 d i co I • p "i il t ir t suffi pour les C V.Vli I T!-. .1 90 llj )Q| q I". I ll] I '' %  i ;! | M co is Un i il %  l•• il I •%  • |-j •.. i r %  >'• i 'i \ a ii i> • % %  %  Mi i • i : • %  •' i ir • i i d ma la a i i ". i ] m il l'inalyse 1 1 > f iiU i i n'y i %  %  M %  nin P ivres f m I i •• i % %  •. i fuis n nli f 11 les | 11 ii %  • •• ii i .. %  t i ii i • 'i I ; eajs ir > huas, ci MI s-s* d Al • S %  I. '1 n %  • i i Cl i en n IM •!•• i %  i. u' f dnn ls c m n ai %  i': idi| in t l'ait d-; l'arii.'le 3J7, a o nia, S 4essin, d'en a an r un lents ralle* meut io li-p ins tbles qui contribue i former l'escroquerie, tachant qu'il n'existe pis dans la cause. Il n'a pas enteulii le taire, el les au I roi nvooals 'I • i icc isatioa qui ml i\ i d?-; erimia ilisl ia assez avertis, l'ool poiilenu d i ts cette a re ir vou 11 Aui'un d'eax n'a ciU et com n l'lment de dtourneuiQnt. Ilsavenl bien qtM le dto ini ment, c'est* -dire le l'ail, dit l'article 331 pour l'inclin, outre I c n:) oi des ni D D ivres Irau loleiisea t la dlivra eu dea valeu i'ea ir > |u ir de .'irdur 11 fortune l IUI rui inviqua loi i lement II.IIM le procs. Les manopu vres no a ml q l'un >r i • 11•, et la dlivrance n'est qu'un acte le son excution. Mais celte remise mme des valeurs nu ne pas l'escroquerie. %  ir. | i-] i• %  I >.. i";i. -ni peut enc ire ne pis tromper la eue* liattre qu'il a surprise. La loi n'exige \>d> seulement que les valeurs aient t dtournes, ou dissipes ou enleves, ntaii aile exige sartoul qu'elles aient t escroques c'e-t-dira que l'agent, dil Fiu-dio H!ie,se le* soit approju tes, que 1 s oh isl soient devenus4 as proprit.— 0 tous les tmoins affirment n'avoir pas tu Davis ou les autres consommer cettaappropriation de fonds. Leur Attestation devient |> uir leprveo IS un loquent plaidoyer. Les soi-disant victimes aui ml beau crier q l'il y a eu substitution et brlemcnt de green baeks.^o \ p >ur ra toujours leur rpondre: pourquoi si vous ave/, vu oprer celte substitution n'y avez*vous pas mis em icliement ? — %  Confus, ils confe--' il n'avoir rien vu, nuit ilejoaieat qj'ils supposent; autrement iln'eu* nient pas uUendu p ; us dune anne po HT co iiiiieinvr des poursuites. Ali! Magistrat, tVi donc avec de Biiuplti' ni siti ma qu'on • lili : ce ca i i le t\. Je I ai, avec vous, fouille si stamin au poiot !•• vue des fuis, je l'ai an ly- et com uent au point de vue uu droit, *ous voyez, bien comment tout s'effrite et s'.roule de l'autre cjie de ld t arre. Je ne veux pas davantage lasser voire palionea, d'autres minsnta av icats, •. n ns je oui le disais toat i h i ris i Ir int v -us p.ri ir Uu d .i de falsica ion ] I levant vo tous les i n t nu re t %  neors mieux l'art I ins le %  hoe de ces srgume la rues le mensonge diaparaitrotl pour faire fiece _detonuai* 'la ve>it. ( Me Gervais, aprs avoir pr ai ni quelqui s \ \. a c c.i i lra lions MIT le car cl ire du j %  -. — II ] i pus d • SW mois qie i; prvenus sont assujetti aux Irai mis les olua freoes el les pla • er i ds : enferm d m ufl e i c i >i. n mhent sur la du e, se n mr fin mi oi ii. abre ivs de ch igrins tes plus n iir*. — Voire lu 111 s j i ii •• %  I ii : i ira bien, les ren Ire a 11 lib MI S •. p ire • qu'ils ont sufdsam inenl sjnfferl pir la cration de ton les ces i kbles _i dea lues ou i l'on a imagines deva il v tus.— CaJustica, \1 igislrat, que ma re irsenl •/, avec ; i a i Imirable n ihl ?s^ •. d > ni ici les p issi ma el les c M >r as. \ i is o %  !! •/ un tel p-esli^ t-t ooe >i li il %  c HT icli m bte i fsire, qoe mes clie ils n 1 li %  ire iv de p • i^ lii rendra pnh 11 • n • it In n*ntga h vo ra m i irti il l t I* • p >rer | n n is leur bru -* • i *. i ; n t -ti vi il >.li 11 • i • lii nliv : [ d le* r.-.i'; v.i i i ; ir i'i i II i, w Sa:.i^rvit3 tu i/.']rvr !) ; .. ixr.: HEU S ijlion i'I.if)r.ii!ijlis R( ; jtetises aux renseijjneiit ;:its ,J,; n.ii l.';s ( n r |j Jj i.-.ul (Ld Rouv-dllistei I 3 Laqjes'ion d'Bnprunt 1910 est i • deri litive nenl relie ? l'our q I % %  p rte ira ne touchent ils pis. K. —Le point de savoir si laquea lion i ; np u il 1910 ( en auppo aant q i il exist i une (elle question i -t letiuilive us .1 rgl • at c i.uplls au Dpartement dea Relations Kxt rieures. I) ipra les cooptes reus au Dpartement des Fin m es ot non •nord v rili ^ le -o: le -les obli^a t o is de l'empru >t i"iu actuelle meut en cuirs s'lve a Francs i>.\H\ 77.0 au :il Oct*bre lui. i s Ne piuiriit un pis publier le projsl qui doit orgmiser le Bureau de ftei ouvrement i \{. — L'.texte du irojat n. peut lr^ publi p or la raison qu'il n'est D nue e dO nlif. .i. — La ptition des cordonniers M r i t elle con-i lre .' H. La ptition de la Corpontion des ouvriers Cordon niera continu ni nue la Chunbre de Commerce il il iili a t combattue. Cspendant le Dpaiterne il lu lie des :n-s .res propies 'favoriser l'industrie dta cotdonnerie. i — loi il vr qu'an Lyce on et idi • 1 1 'i • gr ip lia -1 is sartea II. Voir rponse de la Becrtairerie d'Etal de rlnstroetion Publique ci j oui". a —'.es porteurs hatiens d'uctions de l'anc *it ne 1 nique Nation ils [ Ion trl IvilOj n'ont pas touch, bio i que cetts Banque ait t senetse par la City/Co qu pey i cash jt tre i en considrt! a pour moment) le Dpartement a'ava 1rs u >usons lleaoce do. iulress' %  -. > 0. — Le D pari u j i, er'i nance fait renier juer pia U l'i adonne li seinaine Isruie e d a lu kswmaitona srrooM en ce qu. co mer ne ses |6tlVilSS i et qu: le b il di service d'iu!jrmaiion ne serait pas rempli. (i La guerre ayant pris fi.i poar qaoi psrsUte t on eprs chijiis con cert a j >u ir d s uy o ies n itlo laex il. La £ isrre u'y a l > ir rien. Dans *\*u les p*j il < in BJbe usage de joaer < ly.una national ci loa c( MC i-lan • s. es q ii e-t on M .h .io pays -'t i i r p ICI des ci i yens ail* s mal i-1 11 ire. e n .t oa m r SIS < L mra de coai i a de r i u s t sj Iseysnt i hym%a ; i itiouai UaiUaB*. 7'—La loi sur 1'(migrtma remet le contrle des pis.e ports au D parlement de |'Intiisu r pourquoi vo iloir laisser ce .contro.e et ce sar vice aux prfets ? H. Leeonl/ols des passeports est toujours fut par le Dprt-jment de l'Intrieur ; mais le service en a t re ni* aux Prfsts par voie de dlgi lion afin de ne pas constituer un surcrot de bisigne de nature ab aorberet paralvser les divers au trs services du Dpartement. MEMORANDUM I,i Secrtaireried'Ktat de l'instruc lioa Publique aie re^iet de conlir mer le lait avanc par la Presse au sujet du Lyce Plion et des autres coles.En eflet, au cours d'une visite que le Secrtaire d'Btat a eu faire personnellement dans ces tablisse mots, il a constat que tous ne pos < laieot ,is de cv tes d'il titi. Bmu de cet et il le ch i-s, h s Iressa une rquisition l'Ofi|i • dea lournilures et obtint la dil • i :! Dcembre en cours 190 cartes d'Hati qui se ront bie j't diatrib l ••• aux c l j s. U aut e par la Seerl lireris d'K tel de I in u teti lu Pu diq i • s lisit cette o• i-io i n ir p irl ir i la con n issa i'o tes intresss q Tune liste d'uni des tels qee livrss classiques, carte des cioj parties di moule, m p i %  a > i les, t iideUes l'ai d uses, biii i-, e'c, depuis loag'emps in Q Unus dans as c > %  •-. a t C0VQ \ le o t i' i •. : p u • tre sxc ilae .US S p Ul Cl l'I l il ti il iss i %  '. i r i i-'-q loo •, lu i es I s coles de la li'puoliq t siiiiit, sous pru,dotes de tout < q i est ncessaire ;e..r : i ihonnsineut. I c c-q n concerne Isa nouveaux tit.il lis a ta oeinu clai>se d'Iot>ti u tus, l.p. d'Ole o l nuiislraii n u'.viii DIS prvj au U i l£' m cueii i cette invitation a I iqu-Ile il rpondra par l'envoi d une dlgation. JJ i t lol'lan provisoire du Palais de Jusiice aiumi. ai inisirsds la Justice par l'Archita-le vlaignan au no n de le Direction Gnrale des T 'v mi Publies lequel sera c nnmu nique aux diffrents Prsidents des divers Ti'ib.m IUX tussitl plan dli nitif termin, 2o Le coins d'eau qu al mente la Porta '. geo %  • le lu • • iy oit t dtour n ptr les ri vers fia uperieurs, le Dp oie n nt A intent C s derniers une action SB |uetics par devant le Tribunal de Pau Section Sud de li Capitule. A la sance de ce u tin le mme bureau a l maint uu pourie deu time m >ia de 1 1 sessi m. .. %  .ou t >u co iipieb est pr j sente et r .\ g -i\l igloire. -ecrtair d .vi deFinauc s ei di Com mre**, a imposa un pr •} %  t 1^ in oi vi mt un cr lit ae UOJ ) fourdsi pour les m te n nies da trots Com missaiies j -t ou vr t a le er litauppt u ot es x l i 11 re a liver i • ir;a .e ils mmn • s pur cuvrir Issonil -ii H f ti n an lii i. des en-es d • cei • i s ail ma n. in i • pansa I li bonne ma sua da> se vi es %  dits s • il u i ii li i cent ssiis n Ils ,u tire etnt vi igi s. v gourdes sois n -• ciuq cemimu, (i.ne.i2e.evj 4 lu Bassin Gnral D'aprs les renseignent uits qui nous ont t lioims ce matin les rparations du Canal du bassin gnral ont pris lin et le nouveau bassin de curage est co.npllemeut achev. Les habit mis ds la plaine du Cul de Sac doive il se rjouir car l'irrigation des habitations sera maintenant rgulirement assure. Ce travail, noos a t on affirm, a t excut selon les rgles de l'art et durera. UNE £0]IT£ C L'uM. C. Ev Les Membres de l' Association du Corps Enseignant seront lieureux >l apprend o ijd une COIIVIIMtion gnrale sera lance dans la deuxime quinz tin i de Dce nbre. Au cours de i;ette sance il sera procd au renouvellement du Bureau. Mn Ramln (h Nul Nous publier m uientH le s J n maire du Num-ro extrsoriinaire qu ) n MIS mirons n s lecteurs loccasi m d.: la Noi I. LE MATIN a von u join 're l'util' .i l agrable 'I ma elle lio i s n'; io!.qui nous |' spp m t obtiendra le meilleur accueil. D*poUei-V3fti d'aller C'.DZ te imn Grand Rabais de lin d'anne Vous y irou/ertz des uis le sue de toutes nuances Des cravates de soie dernire mode Tissus d • tout %  h •;iut Parfumerie l'I issard Qh iie iux l'nr u .-s et ^ rn s D^s caJeaux p^ur trennes. Cin-Vanits Concert du jeu li 13 Dec. 1923 Cliant : Air Georges GutJ au piano Mme Georges ] Phom^iie RnurrHini* k Port ,, re. PhHimaiic l'.'iit'.s Jrm,! toutes | litirmacifs Parisianal Jeudi L'Anjlonne Orne et 10c episotfia La Peau du R^n4 & L'tcuuffQtirte g) Entre : I fourdes Un rnniverssilro A I occasion du vmglinM sn| vers ire de su conicra'ioo pi P'P, M n*eigneur l* rchevqua< Port au Prince clbrera dimaocll la Cathdrale, 8 heures eldtl Une messe pontificale laquelle fidles sont spchlement ioviti. fiitjliollii(iie scolaiiil A la dernier* sance du Couj d'Adiiiinistr.ilion de I KcoU Sciences appliques ila l r de doter l'Ecole d'une biblL que scolaire d'ailleurs modal Le-> tudiants de cet mipcf tablissem nt trouveront de w faon sur puce les ouvrages tiliquesqin leur injnquaient. Un ne peut que coiupliffll le Conseil d'ydinuiistratioii us< lu ni. us.' initiative. Douzime de Dce L.: dernier nomero du Mon publie l'une do douzime du de I ceinbre.La somme du< en repartir entre les diJerentsdt| leinenls ministiiel s'leva I me duo million cinq cent su cinq cent cinquante gouides cenumes |ileux uers (G.I.* Comme on le sait, la pa' J > ? J' CJ mois sera l'ail par sotioif lc VIENNENT DHRJUVER CHEZ U, A T Sada el C* Maison du M mt Liban Les clbres produf s d3 Chisteiot Frt* da BJHOB.iUXQuiinjuiua des IVi.ices, laJre, anis Derby, I ir ^j Gui liai Iftc.iy, LU tjiiji.sc, C.u-a.iu blauc ( t ,, i^ 8 J iiiciic s ijurdiu, Oriue de prunelle, abricot D r ^j cuerrj braudj, arascltiud, rippermint Glacial, de meulbe, crtuo de cacao, Guiynob* i



PAGE 1

ut MAI |e Royal mail Steam Packet Company $1$ COPiWAY venant de Kinasion ports du Sud, est attendu jeudi, irantjl partira Unime jour pour >pe via les port* du Nord: fcrt-au-Pricce. le 10 Dcembre 1923 ibert? 5 l )n!lon el CInc Paul Sal : AVOCAT Recouvrements Cci'ŒercitM, affaires %  l£ Correspond y nts •. h ton, \ow-York, Serl ;i Turin Loadr %  Tari. I7e nueHr*i :'//. ri m >:.. t Tlphone §97 Agents Gnraux loi qu'on.dise Quoi qu'on fasse Rum Havbancourt eut isera toujours le meilleur lin Jours ai Cap Mrtngue \de Franois Mamgal En \cu e u,i\ l'ni.e. u\ I M>iiv iiix G. -2.0 m\Mm Tr ; ^12^4 a^^Sa-^ Le paquebot CAUVLXLE est attendu vendredi 14 courant. H re arlira le mme jour pour Siint aie, Gona : ves,Cap rlaiUaa, Puerto PIMIB, San Juin el 1Havre. %  Port au Prince 10 '"cmhre 1911 Logent P. Pon. F. HOBKLIV fi C -:l< MM MBit<| /a /uAwr #| la soupirt de & UNOMdL dames tt Us gentlemen du bi Itf la Cn nbia Graphophine Co vient d x dier pi.+ le dernier bateau leur derwer modle d*. Qrafonola, superbe eomme form nr x modr* Emp**9e* voue eeheUr vot*e machine avant la $o;-l car elle* S'enlvent ra d m * L. PREEZnHNN-GEBHULM *tec environ 5i-0 pledfl de loy ux f*lvini** d drhnrg" &* 1/4, i'U tic Mivirnn3W'pifcds de 1 1/4, tuyaux c qualit suprieure. MunifacliiM de Tabacs S. T.L. Place Goffrard \iifiee spteialmfnipM • dam tl les gentlemen du biifff % 4fcfro//pf la tenu de* chaitssuies cont-e Itunnan et la cbc'et*. mlriretnnt letr wt b'esse et eomerv kkf bnllonl. Qmie\ la tuarqve MCNOGRAM c fit la meilleur de toute* fm nrtf Geo. JEANSEMt k^m pour liaili V LOUER Magnifique m is>n Belleu;t ( Peu Ac Cl os %  enlr^ cour et jardin l'angle a l J ,w< liusanet letellicr. aytit lerrstae, iechicil, tlphone si toutes)e< (pendaoeas. Pour (on> f ton s' dreMer au .^". 14Arbel AJphonta Haynes on chet Franois LekUier. %  I U.w.1.1 — ..' '• : u J 1 IHOP annonce au Public aux Qu' partir d'aujourd'hui un grand rabais a lieu sur les "eu el climbie ajr Tbe 'st l,i 11nadiiuf ; /> t au P i e. e tu*to?eh C. C. OQL4RI) Ct pmltatiPK %  M l %  Huez t. A mm



PAGE 1

LE MATW m VI r-~y* Rhumatismes Nvralgies Goutto Gravelle Artro Sclrose Obsit Qvt eut rrcier Jeun *t dvJtef !• il,um.".t;rrc,l(!unU"t")fnl de ,rt£rc l'Mftt>l< nient Oc re'f>. '• varice et |'ob6(M doit liminer l'exto d*aeld Uri((U, c* p< ion de notre orfan>me, •t Mn de* cure rgulire* d'LROJONAL. lave le sang ^ • i IK aii""! prineii I \ M l< t .. irtii ot i • •* s'..-; (I --'..; %  ( le a*ert>il.fri m •. le A la. ptrlod : J %  %  wiqj* ts'ii I ( %  •• Unl'or. on devra. vM ''•'••: '>' nos, lultei '.ici '**• quemtne'n contri r • • ur'g-ie d>. f' k jr. -i'-.i en •rti;iK?*ni l'L'ruonii • ; %  %  -•• frof f :i .1 ylfM M NWW Cuti' • i. Ii M PV! ALls %  .. Wl M N l.llillV L L.1T Y LO L .. • fttfWt IMiv I .' NI rMrii % aillant & Bast Agents gnraux 1720Ruedu Magasin de l'tat Savon LIFEBUOY connu du monde entier Un stock de ce fameux S.WOX est arriv et mis, vente dans toutes les bonnes maisons de oatte piaoe u. Fabricants de oe SAVON ont su combiner un SAVOK de toilette pur et d'un grand pouvoir dsinfectant. Itlen des familles se rappellent les services rendus le SAVON LIFtbTOY durant les dernires pidmie, comment un usage rgulier de ce SAVON prvient con3 toute infeotion. Prvenir vaut mieux que gurir et l'exprience a prou/ (lue le meilleur moyen de prvenir la maladie dpend! de l'usage rgulier du SAVON LIFEBUOY. Le SAVON LIFfcBUOY peut servir tous les usages c'est le SAXON idal pour la toilette et e bain ; il n'tatpa seulement excellent pour ta peau, mais prvient oont! to^te infection Recommand pour les enfants qui sont disposs ioJ maladies de peau, Fxema, Kchauure, etc. I.u cas do maladie dans uno maison ou mme dans) voisinage, tout le linge devrait tre lave au SAVON l IH lL'OY. \ Il donne au linge, une odeur saine, et garantit la 5^ Souvenez-vous que prvenir vaut mieux lj -'•' : IJ pin ii.l'.ui.i .n. •„•!• ce respici.iblj public: r n t jv.d C.J iijli'ljuij;il s > J a** li trsreei I.IWI IvgmJr Ct l'a ii ; c a pjrlii' de i -loli.irs a 2,b'J laine la m UM.I. JOI.M' qu'ellb lient aussi un grand a^xoili insiil de Iffi ijuiiai aoi.'.bleu aei-ije et alpa()a;uiilli blancs de tabnc.i.ioii italienne. ssr*>tu*prin£#, Dcembre 1923 M (ialluccio il LANCE GARDIEN l'ficlit d'nrticl H df> dpuil Grand Htel de France Angle des Hue* Bonne-Foi et du Quai Vient de rueevop : Pa t du foie gras truffer.— Civet de livre. — Andouillettes Ja lentilles— Andouille au saindoux. — Jambon en boiles. — Anchois a l'huile.— Sardines — Maquereaux. — Thon. — Cassoulet • Felits pois lins extra. — Boudins, etc. Vin ttouge, le galion G. 4.50. Vin Blanc, le gallon U. 3.HD L'Htel dbite par barrique et nations dfs Vin de Bordeaux et de Gha n pagnQg Csinsa excellente. —Chambras couforiablos. ur le mer. Mi9riMa>U' ViH ailles Vailles Vaille. Occasion exceplionell A rOecasion des ftes de fin d'anne qui approelicut la maison Ahitbol Hayan & Co'2'29 Itue des r ronts Forts, en face du March Vaflire met eu vente les articles suivants a moiti prix. Ca.imir anglais bleu muriii Ile sup, • •• cuuleur M il H .. l M F'f n Ile loue pour Otlom* il| iv. ii'i' M | i < ni' Ouuii • o 8 m" t Pris avaul P. or G 5 4 I .oO r r U C I >>l.(i I I • a *iu> de m l' < • i c %  i b* lil llH I %  ; Il i 'il 01 M" •• %  Il |'l il !>• > i fil I.HUI | i n me II,' IIUll ; . M Qalmiilius 4 uCi, ( u jipp-tet I O.-l4 • %  'I Oi^' ui ai i i un u ; 'eur mil uul< Ui |ai i.> li -i. t %  Il •• M ii i iu0 • • • • • • i i 3 I .<-> I iO I % i I Plis d'aujour l'iiui 4 3.C0 i.. S -0 \i.oQ i .0 i.u I .u i O .u mer tri de la Mole, rroirst ule.re viM -s, bel --s J nie les C un. \. m let mlehi broderie*, rubans, paiiuinene. o •]• La rt ligieiix, quelques joins coupes de soines.tull • linon, toile national*, toile pur til, bouquets garnitures et voiles de mantes, etc. etc. elc. En solde chaussures de bbs. jouets choix do trs bon jot l£lle a .tire aussi l'attention de ses nombreuses et lidles clientes d'avoir s'inscrire l'avance pour leurs coinimudes de lingerie Une robes lingerie, costumas gar nnets, etc, etc. Spcialits de la liai son afin de pouvoir en assurer la livraison la lin de l'anne. prix trs modrs Cordonnerie tirnestCamille Fabricant de chaussure* f.ii tuas ijenres Mal Ti 11\ suprieurs S lins — promptitude — Clrit Grau l'Rue prs la Poste N t7^i Li nniso: porte la connais un 'A du public que — dans le but de faciliter et d'encourager des nombreux clients — elle aecorde — partir du 1er Juillet D3 une prune de une p lire de chaussures au hsix tout dtenteur de vjngt tickets. Eu couse |uence on est pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant. A ia Conscience — telle est li devin lie u iuaison. mm****' 10U. il te U L) u> U Jolie modles de calottes en sparterls. Fournitures pour eliipaaux— Crpe suprieur" Ktoffes noires pour toilettes de deuil Souli3rs et chausse t *s suprieurs pour enfants. Parures et voile de marie ,. J Gains blaus, longs et courts !" r Soie lavable — Ctpe de Chine ij 4i Album de cartes postales et de photos J Caries postales de luxe [ ijros & dtail. .Musique classique et de danses. Courronncs mortuaires mtalliques) IJouquets,Corbeilles et couronnes de fleurs uaturelli La maison 1 o u 0 0 i {) 1,00 La G3ulc StOp • > Us Ctp<:$ lti L : %  Cli'l ; Si I. Hll S, C [ Pi .-i i. .n.., UtS biuiilt; l lit! 1 AI. L AUAILAI iuwi icuiv H Balloni Fils Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rhum Tiltyjj fort-au-frince, se l'ail le plaisir de porter J la conoi sance de sa nombreuse clientle et du public en g** rai que ses rayons constamment se renouvelleul marchandises de premire qualit, choisies avec'.g cl la porte de toutes les bourses. Savoir: li.joux, montres, orfvrerie, un grand a ment de bibelots, sacs en argent pour dames, eo premier titre, couteaux, ncessaires en arueul 1 >0 mes, ncessaire;! couture, glaces, tableaux, descsO lit, moustiquaires, douine, chaises, lavabos, sey, de toilette en porcelaine,grands e petits lits en er# V. vre, beiceaux en fer et eu bois, chaises roulette PJ entants, lits de camp pendules, reveille matin, Ml*Vl liqueurs lasses, la npes ass. tapis de table, vases a bonbonnires, enapeaux idiitre, chapeaux laiiio V Mils, casi|ues, jarnoiered, parapluies, loruies ebap pour dames, chaussures pour ck<*aid. hommes U l'antulieaenkutie*, paui-btaih. m i M.icliliiit*, a coudre, laux-c-js, cravates, CP*T* Lia. c.Uo t co.i eui ., cieniit Lee, jarrebcresi GiU ^. t b.elo. aa, eSSj e.l.l\ uo ^ta.ne, BtUilla^elife, niail* ri aitiea, ^uao.-.d.ij.dut, i^ujti.iA, penauetie l | a oi/.ut c;i aiu'c, i.eur-> a.i i.c.e.ieo, piuiue t 0 181 1 '^ >t)jjx,.tMi bipvOiites, J.aaaij.ew ci *SI"*ae*e* CUoui 4aes, ^ HA a 4. ucie* eu Oo.e. pour aioa. >' %  ae* ci mio iOAiies p,ai euiji.ta i in.ux c.inp*'*^ t i-e de.•.Uno, Mdaaut^ carpe.us e^j ^tiennes. P ur : j |ea \, .,i.ei i.an.iie maq^d iocUul% pijaoi* B |r "p^ v-ioi .*ir naaa naute ^io u\c*uio;,p-rte-t*#i' ,i ,a -s du-ae>, carziouj ^^uf nu ai. ne e.. pc^u de ilu***' %  Uor^eu^c, serviettes av<**U, eV-, W. BA; t*M



PAGE 1

W*! PROPRIETAIRE IM+RiMECA ;|ineiit Magloire BOIS VERNA IIB6 Rue Amriw knm IHHO 2() CE>TlAJfi Quotidien 1LEPH0NE yo24i Quiconque apporte une ide, une loi nie, unr iorce nouvel* les, a contre lui les ities, les foi nies, les turces anciennes* Bionique n |>our Icproors, l'homme se reluse au prou/t. Toute innovation est un enlan tement laborieux. Le Pre DIDON ANNE N 50?6 PORT-AU-PRINCE ( HATI ; MERCREDI 12 DCEMBRE 19^ RENCONTRE Par Cable la des adversaires chaitt c'est p'aisir de causer tellement il entre de rne(clari, de justesse dans il. Ce spcimen d'honiEjpgexcellente cuiture prllenten leni'.'iii d s vi rites su opposition souvent 1rs actes extrieurs, est ire qu'un diamant rose. ibonh'ur d'en rencontrer lire soir, sur m route. Et que naiiuc ihs:e frntique pde, d'aventure nous suite pas, il crierait au scanU trahison, en coutant Dpos lumiiiMix dj son coruuaire. Ll y. ne vous li |>s, ce sp il toi; du yiJ" iciair et s.n lioulanl la din.M.Hi du lauat >. le ca' "Jmigtr. Mais on a la can^•Ntoire que par amour spW" nous, l tranger quel *0M ne devait pis exiger e J*"* indispensables de scu,"dt dure dans la possession. t#l ** demander quelle conctp Oui ces ge. s uU dioii des uu*ars les ronditions dans lesquelles nous vivons si l'on rclame le progr*, il faut consentir quelques concessions, ou BUti • nient; ayez le coura^ • de lire que vous ne voulez pis du progrs et ipie vous vous plaisez vivre dans la miserai l'ignorance et la barbarie. Oui mon cher continuait il, on a chez nous une trange conception dt l'tat, de l'Ordre et de l'Evolution.No're h!e vit sur un lieux fo-id rt'iJaes si de 6nperslilions primes. Vous me trouveri trop reaetionnai re, vous peut lre aa*ai, si je roue di-a s que je ne croi* plus au sulfre ge universe au Chef irresponsable, h gabegie dernier iliq ie. Jsuif incli il.-puis quel | i-* lenp* en coo'il rani le %  paclarlo de j socie es, et l'erreur rve'ationniire, a h sei •''. iii m duo pnivoir un iu • c t'o t do ni i-* p ir le senlune il du 13i n et do U'. iU. J'eXiM-'M i-. I.C'Ie'll'Ht toute m--re Ihuriq'iemea illegile d nt I s Que seriient la BOnb-tur pu b 1 c et la touilicalion d corps BOei il. \.itre lite n'a pas renoiell se conOdi sances d'histoire. Cue et roi i ••{• de roncept : on politique nous : domine encore. Noos avons recti fi r des jugements, de grandes ulo pies S liquider. +,a mise en branla d'uat sori t moderne est chose difficile et grave, il f'nut pour i-eite asutra des seprts cultivs, soides et froid*. Je doute fort que n>ais en rencontrions beaucoup chez non?. .\l*i> alors, votre altitude est elle en hinnonie avec vos ides ? J suis de l'opposition, parce que les fautes et erreurs des amricains enHduoott prjudiciables aux intrts de mon pays. Mais ma passion ne m'aveugle pas jusqu' souhaiter que reviennent les lemps pas ss,)ni nier de vrit* essentielle*, Calme, dsintress, je demande a tout gouvernement de dfendre apremenl le Intrls hailieas, de Uira %  errir notre .1. r.ii a une future vie toire lit si j'en veux parfois nos dirigeants,c est une ipiivoqu-3 d at titude dans ce sens, bien que je con oive trs bien U dlicatesse de 11 %  ttusHoa' \MH vous jamais parl I vos amis politiques comme vous venez de par leravei: moi ? Oh j non, la plupirt d'entre eux sont ds illumins, il n'y a pas parler raison a a* exall.s. Je serais ls de trahison Et puis, quand ils sont dans cet tal il ne faut pas les contrarier,dil il av.ee sourire. Cesl sur celte, Tronic reninienne L'\ rvolution ou Mexique Baqarra entre royalistes *t lai lu STV qui iigjsseiil le uileie s •* pttJ,iCa buus lullles icS *>ibi-ee pas e,ue ee>t y ui le ai on u(J -VJII eu 4 p b C u,, -occ L S udu-.uit>, ..'eiait jLy^ tUrfU '* %  '' '|Ue d LXCCIU UlLb tUU que je pris cong de l'ami, parmi ie feoir qui clairait d'astres m< MSOlSj tio.i inlime,me promettant de re\or oe charmant adversaire,au jugemeut si clair bi dli. VICOMTE DES LAURIER tau ^m im*mmmmjKimmmmmmamTout 01 riea Si vous av?z pour CINQUANTE dollars de dpenses a laire pour !.. Un ue l'iiniiee et que vous n tu ay. z qu'un s< ul de ui-p in ble.aqu i Po.ialieilej i-r^ul* tie dans UQ oldieln'l quelcou* qu.fl Mpnver du reste? l'Iaci L votre Utl IPI : d >'. ar d poniiile daua un i idei de la L n lie Si Mu liai O vous atSfl li elianee d,'< n ttUrper .')0j, Li \* lo, rwiiiv8-vous.au Tirana V'BRA l'ItU/' O— Une colonne rvolutionnaire, >-e IHIUI.IMI a Mexico par le chemin le fer inteiocanique, eemports < • %  Uc i batteries d T5 et ' Latleries de milraiileuss et les munitions ncessaires. I ne ce lonne, qui sera plu ie 'is le c un mandement personnel du Gnral Sanchez, est en rote dp formation et se rendra Mexico par le chemin do fer mexicain. Suivant uii'i inIVnia lion reue de Fro itra, le colonel V vanco, en excution des ordres •j .c lui adresss iquulier g ; n rai r-volotionnaire, ma 'lie sur Villa IIrmosi, ca .i'.a'e in I Lllal le Tobaseo o le gouverneur est partis m d'Obrgoa. On ne sait rien de ce qui S- pa^8e au Yu alan, quoique legiuvarneur sut obrj >n ste, les revelutioonairea n; lui a cerdeat p mr l'ioatanl qie para d ait -uti >n. Parmi les piiso iiiiers amens de i\ lapa se trouve Ang 1 Casarifl q d av^it assum les fonctions de gou verosur pendant l'abseace do ce der nier. La crise politique en Anyletene. LONDRES—La srlfl politique) n'a pas tait de pro^i. rere une solu lion. Les p ililicieus se (.neerteul et disi'uleiit mais deux s uU faits ^ont certains : M. BaMvrio H t reu par le roi et n'a pas donn sa d mission, d'autre part le roi n'a pas convoqu Kamsay Mardonal •', leader laborisle. soit pour le consulter, suit pour l'inviter former un cabinet. En raison de la siluation extr-moinjut dlie ite dans laquelle se trouve le pays, tant ti l'extrieur qu' 1 inirieur, aucun des partis no tient eonserwr OU prenlrele pouvoir. Les derniers chiilres connu* du rsultat des lection* sont : con serraturs 201, laborist-s 18. lib raux lot, autres partis 12 total 800. II y a 0 siges dont ou ne connat pas encore les rsultats D'aprs des renseignements di gus ue ftn, M. Baldwio aurai! rd au dsir de Sun par*! tre I rail *u pouvoir en atlemi utt la runi" u J parlement le H Ja.i.ier. M. Mussolini demande an roi designer un dcret \ ine une ba aerri hier joir entre r yalistes st r publicains la suita .l'une roi Le p'us %VKU<\ nombre des au res ble ses contient des rpublicains. La plupart des blessures ont t tailes avec d.s crosses do revolver Importantes dclarations du roi Bjiis au Parlement SOFIVA h rouverture dupir Ira nt. la roi Duris s dil : < Noos ons lo .lis :io< promei •• et obligations envers 1 s greo Us pun sances el nos voisins. >• toimsul vers h galerie diplomatique o-e trouvaient au cornu el les dipl tes, la monarque ajouts • mais M nous av oi> leobliga'ion*i noos avons galement des iroi s qui no is so.t confrs par les traite ei q u, -pect s • Aile tous chez U E. ADXILA Visiter sou stock et m pi lment rei ouvi le Le plus vari et le plus assortit de la place. Vos prix seront les siens, car il ne refusera aucune vente possible. f clionn en 1918 11 employ avec euccs pen faut la guerre par la ma r.ne lran-e. La lient. Baule a galement invent i ch rlecnque, perftrtioon ee nouvel instrument, nregieirle viienaed'un navire sur un cadran jusqu' quelques centi mes de no .iii a li f on d'un comp t. ni de viles.,d'automobile II u . ub'pt par la muine Iranosiss. Le ri Ali xandre de Yougoslavie, qui tait arriva* i y a quelque* jour ; %  Paris po'ir consulter un deniiste, •si rep j i po .r U' Igrado par ^ Lorienl Ksprsss . Il tait sceompagoi de Mal, Velizar Yankovitcb,mioitirs des chemins de fer el commua ca lions, et SpiUkovilch, ministre you goslave Paris. nous l'esprons, s.-ionl reC'e-t ta premire foi* que le roi exer ait ses prrogatives royales depuis ^Q Prsident Cooldge prconise une rduction de HOME— Pour montrer au mon le que I Italie, gouverne par la mijori t du peuple ila ien el pour permet Ire ce peup.e dlre repr-entpar le parlement rpoudant a ses d.-nr, M. Munsoliui a demand au roi, avec le c nsenlementdu cabinet, de signei un dcn t de c ioie de la session actuelle de li chambre. Cet acte, qui a t coiilresig'. par le loi, evndurs ioviiablrmant a la dis solution on pailemenl il a de noa velle eleelie.il-. ..lie mesure dci sivo au pr-ili lit de. conseil a pour ifl>l de me lie du mme coup un te in sa |T pie lielaluiv aide r i b n i': §uSi i aelon les lui* un *;.. q a l uaiii compte uu lait que Uea lections gnrale* Menneiii l'tivo i lie i en vn'l'i'i.e son aseensi n au trne. II a t cha leureusement acclam tant l'exi rieur du parlement qu' l'intrieur et les dpu * oommantstea se lev reut pour joindre leirs applaudisse monta ceux de laur collgues. A la Socit des Nations PARIS—La 27mu session du con aeil de la Socit d-s Nations s'est ouverte 1 lljlel de Ville sous la prsidence de M. Ilranling, ancien 1er ministre de Sude, VI. Lalun, prsident du conseil municipal de Pauis, et M. Julliard, prfet de la Seiio-, ont prononc les discours de D ivfiiue aux Etats Unis. Las re Uti ms possibles de ce pays avec la Soril 'lu e sur le giand projet de r ludion des uimemenU. Le lieutenant .< Ihed Baula invente le nautojraplie PARIS— L'invention du n.mtog'a phe. dup nu lient. lire I Uault, le la marin franaise, lendrau un| us bible la rptition du d aas ra si ni p H r la U.'te amricains il y • %  quel que lemp* sur les col nu l'* iiiq e. Gel ios i n. t in l pi ruit lu i-nia n n' ni, sa s ta culs, la oiiuon exac e d'u i navire su la > arts et ue sei ait suscplibla pie de nations taxes W VSlllNGTONUn message au COOgra du Prsident CoiliJjie, pr sooiae \o la lois une impor taule rdui • taxe et raffinsuj l'altitude pnsu dan son mssssge an miel contre le projet de loi sur le bonus dei soldats. Le minisire Riebard i .ma, tor l'ordre du scrtai re llegbes, i propos ou gouverna ment bollaadais de conclure un nou veau trait d'amiti et de commTcv avec les BlelS U us ; les ngoeistiOBt earsnl conduites sur la base du irai tement da la nation la plus taTori* ae. Houvelles'Diverses PARIS 10— M. Logan, observa leur des Liais Unis . la commission de* rparations, et le secrllire d'K tel llu^his. ccotinuent changer des eorrespondsncN au sujet da l'or ganisetien, par lacomtniesioa^a'uM coanmtaaion d'experts pour faire une e-n pile sur la situation de l'Aile magu • 0 i panas que l'ouquAta pre po*e sera remise jus iu* i ce que la siluatiuii polio jua s claire a

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06098
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, December 12, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06098

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
W*!
PROPRIETAIRE
IM+RiMECA
;|ineiit Magloire
BOIS VERNA
IIB6 Rue Amriwknm
IHHO 2() CE>TlAJfi
Quotidien
1LEPH0NE yo24i
Quiconque apporte une ide,
une loi nie, unr iorce nouvel*
les, a contre lui les ities, les
foi nies, les turces anciennes*
Bionique n |>our Icproors,
l'homme se reluse au prou/t.
Toute innovation est un enlan
tement laborieux.
Le Pre DIDON
ANNE N 50?6
PORT-AU-PRINCE ( HATI ;
MERCREDI 12 DCEMBRE 19^
RENCONTRE
Par Cable
la des adversaires chai-
tt c'est p'aisir de causer
tellement il entre de rne-
(clari, de justesse dans
il. Ce spcimen d'honi-
Ejpgexcellente cuiture pr-
llenten leni'.'iii d s vi rites
su opposition souvent
1rs actes extrieurs, est
ire qu'un diamant rose.
ibonh'ur d'en rencontrer
lire soir, sur m route. Et
que naiiuc ihs:e frntique
pde, d'aventure nous sui-
te pas, il crierait au scan-
U trahison, en coutant
Dpos lumiiiMix dj son cor-
uuaire. Ll y. ne vous li
|>s, ce sp il toi; du yiJ"
iciair et s.n
lioulanl la
din.M.Hi du lauat wiipoor m i uiiecuou d u.ie
tUsC MOIiiC.
uo.i auu l'a 1/ersaire eut
ftiulde parier, eu u u: si il
tjttnci U.'S Ijlaspi lies, dj
lMhucnous pas suivis.
me disntil. J'adresse
s quelques reproches au
ivtfmuiciii sur sa tao.i de di-
iiteptu^aiil, mes a ni-
m se Pompent lrautfo-
<|uaud par exempta sur une
m de crdit pour le devi-lo^
( de nuire agriculture, ils
1 de li uts cris, nient l'uli-
ne de ce dbours. Tous
upes sont d'accord sur cet
I; que notre pays ne de-
l prospre, que la misre
a limine ie nos loyers,
quand ou arrivera inleusi-
Wre production, organiser
jdjqueuieut noire Agneultu-
* is peur atteindre ce deside-
faul des dpenses. Un n'a
pour litn.Uptndant.on sem
pwre que tout le bonheur r-
ait tre ralis sans aucun
de notre pat. Ce n'est donc
I ncessite de cette dpensa
devait tre combattue, mais
ploi judicieux et utile. Te-
lles baux longs termes ont
Iobjet de critiques acei bes con
wgouvernement. J'eus la in-
tolie de constater que beau-
"Pde leadeis ne comprenaient
*imais nui de lien aux ques
^'organisation.
^Jo sormiies en Ilaiti trs pau
"* La dise du capital nous
''M et paralyse tout essor co-
Huile. 1! n y a pour proniuu-
jwuaiieagii^uiiuie qu>>. le ca-
' "Jmigtr. Mais on a la can-
^Ntoire que par amour sp-
W" nous, l tranger quel
*0M ne devait pis exiger e
J*"* indispensables de scu-
,"dt dure dans la possession.
't#l*** demander quelle conctp
* Oui ces ge. s uU dioii des uu-
* u'i u. i- amant les yeUX de-
lj*n.diile un a clac- que le
*HAirKUKiil c in.uil eu cadeau
*" ucs aleuA, siuipkuicnl
'* *l"n bt-iciil eunionue aux
fcjp,
ht [
Etranares
sans toucher les intrts des indi-
gnes. I>ars les ronditions dans
lesquelles nous vivons si l'on r-
clame le progr*, il faut consentir
quelques concessions, ou BUti
nient; ayez le coura^ de lire que
vous ne voulez pis du progrs et
ipie vous vous plaisez vivre dans
la miserai l'ignorance et la barba-
rie.
Oui mon cher continuait il, on a
chez nous une trange conception
dt l'tat, de l'Ordre et de l'Evolu-
tion.No're h!e vit sur un lieux fo-id
rt'iJaes si de 6nperslilions primes.
Vous me trouveri trop reaetionnai
re, vous peut lre aa*ai, si je roue
di-a s que je ne croi* plus au sulfre
ge universe au Chef irresponsable,
h gabegie dernier iliq ie. J- suif
incli il.-puis quel | i-* lenp* en
coo'il rani le paclarlo dej socie es,
et l'erreur rve'ationniire, a h sei
''. iii m duo pnivoir un iu c t'o t
do ni i-* p ir le senlune il du 13i n et
do U'. iU. J'eXiM-'M i-. I.C'Ie'll'Ht
toute m--re Ihuriq'iemea illegile
d nt I s Que seriient la BOnb-tur pu
b1 c et la touilicalion d corps BOei il.
\.itre lite n'a pas renoiell se
conOdi sances d'histoire. Cue et roi
i { de roncept:on politique nous
: domine encore. Noos avons recti
fi r des jugements, de grandes ulo
pies S liquider.
+,a mise en branla d'uat sori t
moderne est chose difficile et grave,
il f'nut pour i-eite asutra des seprts
cultivs, soides et froid*. Je doute
fort que n>ais en rencontrions beau-
coup chez non?.
.\l*i> alors, votre altitude est elle
en hinnonie avec vos ides ?
J suis de l'opposition, parce que
les fautes et erreurs des amricains
enHduoott prjudiciables aux
intrts de mon pays. Mais ma pas-
sion ne m'aveugle pas jusqu' sou-
haiter que reviennent les lemps pas
ss,)ni nier de vrit* essentielle*,
Calme, dsintress, je demande a
tout gouvernement de dfendre apre-
menl le Intrls hailieas, de Uira
errir notre .1. r.ii a une future vie
toire lit si j'en veux parfois nos
dirigeants,c est une ipiivoqu-3 d at
titude dans ce sens, bien que je con
oive trs bien U dlicatesse de 11
ttusHoa'
\mh vous jamais parl I vos amis
politiques comme vous venez de par
leravei: moi ? Oh j non, la plupirt
d'entre eux sont ds illumins,il n'y
a pas parler raison a a* exall.s.
Je serais ls de trahison Et puis,
quand ils sont dans cet tal il ne faut
pas les contrarier,dil il av.ee sourire.
Cesl sur celte, Tronic reninienne
L'\ rvolution ou Mexique Baqarra entre royalistes *t
lai
lu
STV
qui iigjsseiil le uileie s
* pttJ,iCa buus lullles icS
*>ibi-ee pas e,ue ee>t
yui le ai on u(J -VjiI eu
4
pbCu,,-occ LS udu-.uit>, ..'eiait
jLy^tUrfU '*'' '|Ue d lXcCiU UlLb tUU
que je pris cong de l'ami, parmi ie
feoir qui clairait d'astres m< MSOlSj
tio.i inlime,me promettant de re\or
oe charmant adversaire,au jugemeut
si clair bi dli.
VICOMTE DES LAURIER
tau ^m im*mmmmjKimmmmmmam-
Tout 01 riea
Si vous av?z pour cinquante
dollars de dpenses a laire pour
!.. Un ue l'iiniiee et que vous
n tu ay. z qu'un s< ul de ui-p in
ble.aqu i Po.ialiei- lej i-r^ul*
tie dans UQ oldieln'l quelcou*
qu.fl m- pnver du reste?
l'Iaci L votre Utl IPI : d >'. ar d
poniiile daua un i idei de la L n *
lie Si Mu liai O vous atSfl li
elianee d,'< n ttUrper .')0j,
Li \* lo, rwiiiv8-vous.au Tirana
V'BRA l'ItU/' O Une colonne
rvolutionnaire, >-e ihiuI.imi a Mexi-
co par le chemin le fer inteiocani-
que, eemports < Uc i batteries
d T5 et ' Latleries de milraiileuss
et les munitions ncessaires. I ne ce
lonne, qui sera plu ie 'is le c un
mandement personnel du Gnral
Sanchez, est en rote dp formation et
se rendra Mexico par le chemin do
fer mexicain. Suivant uii'i inIVnia
lion reue de Fro itra, le colonel
V vanco, en excution des ordres
j .c lui adresss i- quulier g;n
rai r-volotionnaire, ma 'lie sur Vil-
la II- rmosi, ca .i'.a'e in I Lllal le
Tobaseo o le gouverneur est parti-
s m d'Obrgoa. On ne sait rien de
ce qui s- pa^8e au Yu alan, quoique
legiuvarneur sut obrj >n ste, les
revelutioonairea n; lui a cerdeat
p mr l'ioatanl qie para d ait -uti >n.
Parmi les piiso iiiiers amens de i\
lapa se trouve Ang 1 Casarifl q d
av^it assum les fonctions de gou
verosur pendant l'abseace do ce der
nier.
La crise politique en An-
yletene. .
LONDRESLa srlfl politique) n'a
pas tait de pro^i. rere une solu
lion. Les p ililicieus se (.neerteul et
disi'uleiit mais deux s uU faits ^ont
certains : M. BaMvrio h t reu
par le roi et n'a pas donn sa d
mission, d'autre part le roi n'a pas
convoqu Kamsay Mardonal ', leader
laborisle. soit pour le consulter, suit
pour l'inviter former un
cabinet. En raison de la siluation
extr-moinjut dlie ite dans laquelle
se trouve le pays, tant ti l'extrieur
qu' 1 inirieur, aucun des partis no
tient eonserwr OU prenlrele
pouvoir. Les derniers chiilres connu*
du rsultat des lection* sont : con
serraturs 201, laborist-s 18. lib
raux lot, autres partis 12 total 800.
II y a 0 siges dont ou ne connat
pas encore les rsultats
D'aprs des renseignements di
gus ue ftn, M. Baldwio aurai! rd
au dsir de Sun par*! tre I rail *u
pouvoir en atlemi utt la runi" u J
parlement le H Ja.i.ier.
M. Mussolini demande an
roi designer un dcret clture de la session ac-
tuelle -le ht chambre
rpublicains
ATUE N E -: Huit personnes ont
t iues et 16 blesses >\ ine une ba
aerri hier joir entre r yalistes st r
publicains la suita .l'une roi
Le p'us %vku<\ nombre des au res
ble ses contient des rpublicains. La
plupart des blessures ont t tailes
avec d.s crosses do revolver
Importantes dclarations du
roi Bjiis au Parlement
SOFIV- A h rouverture dupir
Ira nt. la roi Duris s dil : < Noos
ons lo .lis :io< promei et
obligations envers 1 s greo Us pun
sances el nos voisins. > toimsul
vers h galerie diplomatique o-e
trouvaient au cornu el les dipl
tes, la monarque ajouts mais m
nous av oi> le- obliga'ion*i noos
avons galement des iroi s qui no is
so.t confrs par les traite ei q u,
-pect s
Aile tous chez
U E. ADXILA
Visiter sou stock et m pi lment
rei ouvi le
Le plus vari et le plus assortit
de la place.
Vos prix seront les siens, car il
ne refusera aucune vente possible.
f clionn en 1918 11 employ avec
euccs pen faut la guerre par la ma
r.ne lran-e. La lient. Baule a
galement invent i ch rlecnque,
perftrtioon ee nouvel instrument,
nregieirle viienaed'un navire sur
un cadran jusqu' quelques centi
mes de no .iii a li f on d'un comp
t. ni de viles.,- d'automobile II u .
ub'pt par la muine Iranosiss.
Le ri Ali xandre de Yougoslavie,
qui tait arriva* i y a quelque* jour
; Paris po'ir consulter un deniiste,
si rep j i po .r U' Igrado par ^ Lo-
rienl Ksprsss . Il tait sceompagoi
de Mal, Velizar Yankovitcb,mioitirs
des chemins de fer el commua ca
lions, et SpiUkovilch, ministre you
goslave Paris.
nous l'esprons, s.-ionl re-
C'e-t ta premire foi* que le roi exer
ait ses prrogatives royales depuis ^q Prsident Cooldge pr-
conise une rduction de
HOME Pour montrer au mon le
que I Italie, gouverne par la mijori
t du peuple ila ien el pour permet
Ire ce peup.e dlre repr-entpar
le parlement rpoudant a ses d.-nr,
M. Munsoliui a demand au roi,
avec le c nsenlementdu cabinet, de
signei un dcn t de c ioie de la
session actuelle de li chambre. Cet
acte, qui a t coiilresig'. par le
loi, evndurs ioviiablrmant a la dis
solution on pailemenl il a de noa
velle eleelie.il-. ..lie mesure dci
sivo au pr-ili lit de. conseil a pour
ifl>l de me lie du mme coup
un te in- sa |T pie lielaluiv aide
r i b n i': uSi i aelon les
lui* un *;.. q a l uaiii compte
uu lait que Uea lections gnrale*
Menneiii l'tivo i lie i en vn'l'i'i.e
son aseensi n au trne. II a t cha
leureusement acclam tant l'exi
rieur du parlement qu' l'intrieur
et les dpu * oommantstea se lev
reut pour joindre leirs applaudisse
monta ceux de laur collgues.
A la Socit des Nations
PARISLa 27mu session du con
aeil de la Socit d-s Nations s'est
ouverte 1 lljlel de Ville sous la
prsidence de M. Ilranling, ancien
1er ministre de Sude, VI. Lalun,
prsident du conseil municipal de
Pauis, et M. Julliard, prfet de la
Seiio-, ont prononc les discours
de d ivfiiue aux Etats Unis. Las re
Uti ms possibles de ce pays avec la
Soril 'l pria ipal ^ujet de la di-ussion de
\n n- M. Manotaux, rspraen
leil i m ice, Lord Bobert Cecil la
liiau le Itietagne, et M. liranting la
Sud onl particip la discussion
uni : il l'invitation adresser
rnemsnt de Washington
pom e faire repisenler dans la
i-ommi.-sion de la Socit des Na
, n- ; i ra chargs de prparer
; ne couvi iiii'iu remplaant le trai e
de SI G irmaia pour le contrle du
1rs fie international des armes.Letex
le du trait d'assistanoa mutuelle,
approuve a la dsruire aessmbla et
. qui prvoit la rduction ventuelle
des arinemeuls terreslres sera envo
x Ioues les nations qui ne sont
pas membres de la Socit iftu de
OOUDStira ltui avis eu t. jet de tor
te que la prochaine assembl! aura
devant elle Popinioo de tous les
paya du m->u e sur le giand projet
de r ludion des uimemenU.
Le lieutenant .< Ihed Baula
invente le nautojraplie
PARIS L'invention du n.mtog'a
phe. dup nu lient. lire I Uault, le
la marin franaise, lendrau un| us
bible la rptition du d aas ra si ni
pHr la U.'te amricains il y quel
que lemp* sur les col nu l'* iiiq e.
Gel ios i n. t in l pi ruit lu i-nia
n n' ni, sa s ta culs, la oiiuon
exac e d'u i navire su la > arts et ue
sei ait suscplibla pie de nations
taxes
W VSlllNGTON- Un message au
COOgra du Prsident CoiliJjie, pr
sooiae \o la lois une impor
taule rdui taxe et raffinsuj
l'altitude pnsu dan son mssssge an
miel contre le projet de loi sur le
bonus dei soldats. Le minisire Ri-
ebard i .ma, tor l'ordre du scrtai
re llegbes, i propos ou gouverna
ment bollaadais de conclure un nou
veau trait d'amiti et de commTcv
avec les BlelS U us ; les ngoeistiOBt
earsnl conduites sur la base du irai
tement da la nation la plus taTori*
ae.
Houvelles'Diverses
PARIS 10 M. Logan, observa
leur des Liais Unis . la commission
de* rparations, et le secrllire d'K
tel llu^his. ccotinuent changer
des eorrespondsncN au sujet da l'or
ganisetien, par lacomtniesioa^a'uM
coanmtaaion d'experts pour faire
une e-n pile sur la situation de l'Aile
magu 0 i panas que l'ouquAta pre
po*e sera remise jus iu* i ce que la
siluatiuii polio jua s claire a Augltleire.
Les cours
PARIS 11 P..!lar U.?M
Livre 81i
itellMa-tlIllB
A U Petite .Wson, rue du
Centre, se trouva uu assuiuinant
de jolies chaussure! pour eutauts
au pi iv de Ci.nq GuLKUi-S.
OCCASION
tXClimONXELLEi

el 0,0-- le- leeti na franaises ap^ro
ilint, M, M..i tiui ne veul fk\i lneigaiU4 les ne de paaua
t'.lgou quiiii-. eauliime d'un aVgr. Oet
qu'il suit du a l'iuu^ar qu'.lgou q
itiue |iar la lui ce
UU* ttdaoUUoa U UU lUU'ViA Mardaaadises franoaieoei
^nijle des rues du Magasin
vie t tut et vies i'iuuio-tort#


A Matti*
Affaire dits
des Trsors
Lj dbats gnraux (Suite)
Me V. 6 errai**
[SUITES FIN)
Puisqita, contai l'in rl est le mobile ilee liions
iiuniaines, ou e-t il me l'inl -t d >.
Davis, de Bervirt, le Sauveterre, de
Vilain et Co. i organiser des ma-
nuvres frau lui ? C'est, me di
ra-t-oii, dans le bot malhonnte de
l'approprier de c rfnines valeurs re-
mises ? Mais voil qfte l'inflrue*
lion orale, comme je l'ai dinontr l
la lumire des dclai itiona de t
moin1? clame que ce dtournement
n'existe |
Si li id naires veulent pousser,
plu< avant, h discus-o i, ! leur >l
m tnderai il irs, a m ' a* iir envia i-
g avec box les l'uls Je la uaus i, l'en
dgager le I.- t.
Un lgei ' i ii n il lire de l'article
337 d i co I p "i il t ir t suffi pour
les C V.Vli I T- !-. .1 90 llj )Q|
q I". I ll] I '- i ;! | M co is
Un i il l il I - . |-j .. i r >' i 'i \
a ii i> '. m- i i i : ' i ir i i
d ma la a i i ". i ] m il l'inalyse 11>
fiiU i i n'y i m nin p ivres
f m I i i . i fuis n n- li f 11 -
les | 11 ii ii i .. - t i ii i 'i I ;
eajs ir > huas,
ci mi s-s* d
Al S I. '1 n i i Cl i
en n im ! i i. u'f dnn ls
c m n ai i': idi- | in t l'ait
d-; l'arii.'le 3J7, a o nia, S 4essin,
d'en a an r un lents ralle*
meut io li-p ins tbles qui contribue i
former l'escroquerie, tachant qu'il
n'existe pis dans la cause. Il n'a
pas enteulii le taire, el les auIroi
nvooals 'I i icc isatioa qui ml i\ i
d?-; erimia ilisl ia assez avertis, l'ool
poiilenu d i ts cette a re ir vou 11
Aui'un d'eax n'a ciU et com n
l'lment de dtourneuiQnt. Il- sa-
venl bien qtM le dto ini ment, c'est*
-dire le l'ail, dit l'article 331 pour
l'inclin, outre I c n:) oi des ni
D d ivres Irau loleiisea t la dlivra
eu dea valeu i'ea ir > |u ir de .'ir-
dur 11 fortune l iuI rui inviqua loi i
lement iI.iim le procs. Les manopu
vres no a ml q l'un >r i 11- ,
et la dlivrance n'est qu'un acte le
son excution. Mais celte remise
mme des valeurs nu ne pas
l'escroquerie. ' ir. | i-] i I >.. i";i. -ni
peut enc ire ne pis tromper la eue*
liattre qu'il a surprise. La loi n'exi-
ge \>d> seulement que les valeurs
aient t dtournes, ou dissipes
ou enleves, ntaii aile exige sartoul
qu'elles aient t escroques c'e-t--
dira que l'agent, dil Fiu-dio H!ie,se
le* soit approju tes, que 1 s oh isl
soient devenus4 as proprit. 0 .
tous les tmoins affirment n'avoir
pas tu Davis ou les autres consom-
mer cettaappropriation de fonds. Leur
Attestation devient |> uir le- prveo IS
un loquent plaidoyer.
Les soi-disant victimes aui ml
beau crier q l'il y a eu substitution et
brlemcnt de green baeks.^o \ p >ur
ra toujours leur rpondre: pourquoi
si vous ave/, vu oprer celte substi-
tution n'y avez*vous pas mis em i-
cliement ? Confus, ils confe--' il
n'avoir rien vu, nuit il- ejoaieat
qj'ils supposent; autrement il- n'eu*
nient pas uUendu p;us dune anne
po ht co iiiiieinvr des poursuites.
Ali! Magistrat, tVi donc avec
de Biiuplti' ni siti ma qu'on li-
li : ce ca i i le t\. Je I ai,
avec vous, fouille si stamin au
poiot ! vue des fuis, je l'ai an -
ly- et com uent au point de vue
uu droit, *ous voyez, bien comment
tout s'effrite et s'.roule de l'autre
cjie de ld t arre.
Je ne veux pas davantage lasser
voire palionea, d'autres minsnta
av icats, . n ns je oui le disais
toat i h i ris i Ir int v -us p.ri ir
Uu d .i de falsica ion port r< (iic eii [' 'outres,
avec h ibifel ', re ren li ont d
Vous I'- m Indres nuances de la
eaoss>] I levant vo
tous les i n t nu re t
neors mieux l'art I ins le
hoe de ces srgume la rues
. le mensonge diaparaitrotl pour
faire fiece _detonuai* 'la ve>it.
( Me Gervais, aprs avoir pr
ai ni quelqui s \ \. a c c.i i lra
lions mit le car cl ire du j
ba a, achve ainsi aa plaidota*
rie : )
Ce|'i'-, M -.'.. n-.. dins son
ensemble est une vraie fmtasmago-
rie.C'est le procs id idancqui nous
h lit cootre l'bailieji. C'est le procs
te l'hatien naf cnnire sa propre
oiti toalit. Il esl I nci-Tement ri li
cole, autant par le diverses pripi
tins doenesitantes qui se sont d-
roules au* auiieiii'.s prjcdeates,
It h*s p s 111 i,'m m's pn cause,
qi .i le- prtendues substitutions
I i <'! ipii iront jin i; pu tre
p > ' -. II ] i pus d SW mois
qie i; prvenus sont assujetti aux
Irai mis les olua freoes el les
pla er i ds : enferm d m ufl e i
c i >i. n mhent sur la du e, se n mr
fin mi oi ii. abre ivs de ch igrins
tes plus n iir*. Voire lu 111 s
j i ii I ii : i ira bien, les ren Ire a 11
lib mi S . p ire qu'ils ont sufdsam
inenl sjnfferl pir la cration de ton
les ces i kbles _i dea lues ou i l'on a
imagines deva il v tus. CaJustica,
\1 igislrat, que ma re irsenl /,
avec ; i a i Imirable n ihl ?s^ . d > ni
ici les p issi ma el les c M >r as.
\ i is o !! / un tel p-esli^ t-t ooe
>i li il c ht icli m bte i fsire, qoe
mes clie il- s n1 li ire iv de p i^- lii
rendra pnh 11 n it In n*ntga h
vo ra m i irti il l t I* p >rer | n
n is leur bru -* i *. i ; n t -ti
vi il >.li 11 i lii nliv : [ d le*
r.-.i'; v.i i i ; ir i'i i II i,
w
Sa:.i^rvit3 tu i/.']rvr
!) ; .. ixr.: heu '
S ijlion i'I.if)r.ii!ijlis
R(;jtetises aux renseijjne-
iit ;:its ,J,; n.ii l.';s (nr |j
Jj i.-.ul (Ld Rouv-dllistei
I3 Laqjes'ion d'Bnprunt 1910
est i deri litive nenl relie ? l'our
q I p rte ira ne touchent ils pis.
K. Le point de savoir si laquea
lion i ; np u il 1910 ( en auppo
aant q i il exist i une (elle question
i -t letiuilive us .1 rgl at c i.uplls
au Dpartement dea Relations Kxt
rieures. I) ipra les cooptes reus
au Dpartement des Fin m es ot non
nord v rili ^ le -o: le -les obli^a
t o is de l'empru >t i"iu actuelle
meut en cuirs s'lve a Francs
i>.\H\ 77.0 au :il Oct*bre lui.
i s Ne piuiriit un pis publier le
projsl qui doit orgmiser le Bureau
de ftei ouvrement i
\{. L'.- texte du irojat n. peut
lr^ publi p or la raison qu'il n'est
d nue e dO nlif.
.i. La ptition des cordonniers
m r i t elle con-i lre .'
H. La ptition de la Corpontion
des ouvriers Cordon niera continu ni
nue la Chunbre de Commerce
il il iili a t combattue. Cspendant
le Dpaiterne il lu lie des :n-s .res
propies 'favoriser l'industrie d- ta
cotdonnerie.
i loi il vr qu'an Lyce on
et idi 11 'i gr ip lia -1 is sartea '
II. Voir rponse de la Becrtairerie
d'Etal de rlnstroetion Publique ci
j oui".
a '.es porteurs hatiens d'uctions
de l'anc *itne 1 nique Nation ils [ Ion
trl IvilOj n'ont pas touch, bio i que
cetts Banque ait t senetse par la
City/Co qu pey i cash Le ii j i\.:.nemu. Italien ayint aito
ru ce tna fait r.e po rrit il pas
pi daer les i ilrts hatien s.
u. . .i 11 11 letton q i. 05 p >jt
tre i en considrt! a pour
moment) le Dpartement a'ava 1rs
u >usons lleaoce do. iulress'-.
> 0. Le D pari u j i, e- r'i
nance fait renier juer pia U l'i
adonne li seinaine Isruie e d a lu
kswmaitona srrooM en ce qu. co mer
ne ses |6tlVilSS i et qu: le b il di
service d'iu!jrmaiion ne serait pas
rempli.
(i La guerre ayant pris fi.i poar
qaoi psrsUte t on eprs chijiis con
cert a j >u ir d s uy o ies n itlo laex !
il. La isrre u'y a l > ir rien.
Dans *\*u les p*j il < in BJbe
usage de joaer < ly.una national ci
loa c- ( mc i-lan s. es q ii e-t on
m .h .io pays -'t i i r p ici des ci i
yens ail* s mal i-1 11
ire. e n .t oa m r SIS < L
mra de coai i a de
r i u s
, t sj Iseysnt i hym%a ;i itiouai
UaiUaB*.
7'La loi sur 1'(migrtma remet
le contrle des pis.e ports au D
parlement de |'Intiisur, pourquoi
vo iloir laisser ce .contro.e et ce sar
vice aux prfets ?
H. Leeonl/ols des passeports est
toujours fut par le Dprt-jment de
l'Intrieur ; mais le service en a t
re ni* aux Prfsts par voie de dlgi
lion afin de ne pas constituer un
surcrot de bisigne de nature ab
aorberet paralvser les divers au
trs services du Dpartement.
MEMORANDUM
I,i Secrtaireried'Ktat de l'instruc
lioa Publique aie re^iet de conlir
mer le lait avanc par la Presse au
sujet du Lyce Plion et des autres
coles.En eflet, au cours d'une visite
que le Secrtaire d'Btat a eu faire
personnellement dans ces tablisse
mots, il a constat que tous ne pos
< laieot ,is de cv tes d'il titi. Bmu
de cet et il le ch i- -s, h s Iressa une
rquisition l'Ofi|i dea lournilures
et obtint la dil i :! Dcembre
en cours 190 cartes d'Hati qui se
ront bie j't diatrib l aux c ljs.
U aut e par la Seerl lireris d'K
tel de I in u teti lu Pu diq i s lisit
cette o- i-io i n ir p irl ir i la con
n issa i'o tes intresss q Tune liste
d'uni des tels qee livrss classiques,
carte des cioj parties di moule,
m p i ' a > i les, t iideUes l'ai d uses,
biii i-, e'c, depuis loag'emps in
Q Unus dans as c > -. a t C0VQ
\ le o t i' i . : p u tre sxc ilae
.US S p Ul Cl l'I l il ti il iss i . '. i
r i i-'-q loo , lu i es I s coles de la
li'puoliq t siiiiit, sous pru,dotes
de tout < q i est ncessaire ;e..r
: i ihonnsineut.
I c c-- q n concerne Isa nouveaux
tit.il lis a ta oeinu clai>se d'Iot>ti u
tus, l.p. d'Ole o l nuiislraii n
u'.viii dis prvj au U i l le ira n i ;si at. L i q issliou esl a
l'tude
digue ) '.e Chef d i Jivision,
Victor i KLUKAlJ
RtkiUom H\ttcu'fs Li Scrtai
rei i d lit.il des HsUtiona Sxtrieu
res Je Colombie a transmis au G ou
verne n mt Uni n l'invitation de aa
faire reprsenter au Congri lotcr
n itioual des Pays pro Licteurs de
Caf, qui -. r.'on ira i\ arlhigne le
20 Janvier 1911.
Le Congrs s'occupera des ques-
tions suivantes : p.'opagtnde pour
li valorisation et la cousommition
du Ctf, ablissem nt ds misisins
g'-n aux, reg I rsitio i de la vente,
production, bnfice, empiqueinge,
remdes pr pliylai-lique- pour coin
biittre les con agious des plantes,
bloques agricoles.
Le Gouvernement Htitien a favo
rablem :>' m cueii i cette invitation
a I iqu-Ile il rpondra par l'envoi
d une dlgation.
J-j i t lol'lan provisoire du Palais
de Jusiice aiumi. ai inisirsds la
Justice par l'Archita-le vlaignan au
no n de le Direction Gnrale des
T 'v mi Publies lequel sera c nnmu
nique aux diffrents Prsidents des
divers Ti'ib.m iux tussitl plan dli
nitif termin,
2o Le coins d'eau qu al mente la
Porta '. geo le lu iy oit t dtour
n ptr les ri vers fia uperieurs, le
Dp oie n nt a intent C s derniers
une action SB |uetics par devant le
Tribunal de Pau Section Sud de li
Capitule.
A la sance de ce u tin le mme
bureau a l maint uu pourie deu
time m >ia de 11 sessi m.
.. .ou t >u co iipieb est pr j
sente et r .\ g -i- \l igloire. -ecr-
tair d .vi de- Finauc s ei di Com
mre**, a imposa un pr } t 1^ in oi
vi mt un cr lit ae UOJ ) fourdsi
pour les m te n nies da trots Com
missaiies tioa d;s pices et archives d s an
eieunii eom nissioos de verifi talion.
d ,vo; -t a t vol i.n n 1 atem nt.
Li 4e .tnr l ii.it da* Fm m -.es a
ans ii t -pos ni -eo 11 pr >j -t ou
vr t a le er lit- auppt u ot es x
l i 11 re a liver i ir;a .e ils
mm- n s pur cuvrir Issonil
-ii h f ti n an lii i. des en-es
d cei i s ail ma n. in i pansa
I li bonne ma sua da> se vi es
dits s' il u i ii li i
cent ssiis n Ils ,u tire etnt vi igi s.v
gourdes sois n - ciuq cemimu,
(i.ne.i2e.evj4
lu Bassin Gnral
D'aprs les renseignent uits qui
nous ont t lioims ce matin les
rparations du Canal du bassin
gnral ont pris lin et le nouveau
bassin de curage est co.nplle-
meut achev.
Les habit mis ds la plaine du
Cul de Sac doive il se rjouir car
l'irrigation des habitations sera
maintenant rgulirement assu-
re.
Ce travail, noos a t on affirm,
a t excut selon les rgles de
l'art et durera.
UNE 0]IT
. C
L'uM. C. Ev
Les Membres de l'Association
du Corps Enseignant seront lieu-
reux >l apprend o ijd une coiiviim-
tion gnrale sera lance dans la
deuxime quinz tin i de Dce nbre.
Au cours de i;ette sance il sera
procd au renouvellement du
Bureau.
Mn Ramln (h Nul
Nous publier m uientH le s j n
maire du Num-ro extrsoriinaire
qu ) n mis mirons n s lecteurs
loccasi m d.: la Noi I.
Le Matin a von u join 're l'u-
til' .i l agrable 'I ma elle lio i
s n'; io!.- qui nous |' spp m t ob-
tiendra le meilleur accueil.
D*poUei-V3fti d'aller c'.dz
te imn
Grand Rabais de
lin d'anne
Vous y irou/ertz des uis le sue
de toutes nuances
Des cravates de soie
dernire mode
Tissus d tout h ;iut
Parfumerie l'I issard
Qh iie iux l'nr u .-s et ^ rn s
D^s caJeaux p^ur trennes.
Cin-Vanits
Concert du jeu li 13 Dec. 1923
Cliant : Air Georges GutJ
au piano Mme Georges Air de Carmen G. Tiizet
Les deux Grena lie.a
T. Schumann
Sans rancune T. Schubert
Sous les Tilleuls, piano
tire des Scn s Alsaciennes
BM1 Alassenet
1?ll!lt L. Lamoihe
Srnade S, hubert
Au bord de h mer Schubei t
Air du Trouvre
Air de la Tosca
Air de Maitha
Prlude pour piaLO
Air ur de
TlieGul ortheGoldwest Puccim
MUnade. S rdUSS
Mattuiuta Lon C.v. Ilo
Lnbe: Deux et trois gou. des.
Verdi
Puci.'ini
Klotow
Cliopm
VRITABLE*
PASTILLES
VALMI
bien employe, utiUteipro^]
PRSEWERA
volrc- Gorge, vos Broacass,
vos Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, BronchiteaJ
Grippe, Lnflceassi
A3thma, Emphysano, etc.
MAIS SURTOUT
EXIOEZ Dm
LES VRiTiBLEI
Pastilles UIU\
mont
en BOITES
portaut i0 oorn
Les PHstiles V\LD\ sont ci
fp : PhHrnis"i tient rai* d>]
Phom^iie RnurrHini* k Port ,,
re. PhHimaiic l'.'iit'.s Jrm,!
toutes | litirmacifs
Parisianal
Jeudi
L'Anjlonne
Orne et 10c episotfia
La Peau du R^n4
& L'tcuuffQtirte
g) Entre : I fourdes
Un rnniverssilro
A I occasion du vmglinM sn|
versire de su conicra'ioo pi
P'p, M n*eigneur l* rchevqua<
Port au Prince clbrera dimaocll
la Cathdrale, 8 heures eldtl
Une messe pontificale laquelle
fidles sont spchlement ioviti.
fiitjliollii(iie scolaiiil
A la dernier* sance du Couj
d'Adiiiinistr.ilion de I KcoU
Sciences appliques ila l r
de doter l'Ecole d'une biblL
que scolaire d'ailleurs modal
Le-> tudiants de cet mipcf
tablissem nt trouveront de w
faon sur puce les ouvrages
tiliquesqin leur injnquaient.
Un ne peut que coiupliffll
le Conseil d'ydinuiistratioii us<
lu ni. us.' initiative.
Douzime de Dce
L.: dernier nomero du Mon
publie l'une do douzime du
de I ceinbre.La somme du< en
repartir entre les diJerentsdt|
leinenls ministiiel s'levaI
me duo million cinq cent su
cinq cent cinquante gouides
cenumes |ileux uers (G.I.*
Comme on le sait, la pa'J>?J'
cj mois sera l'ail par sotioiflc
VIENNENT DHRJUVER CHEZ
U, AT, Sada el C*
Maison du M mt Liban
Les clbres produf s d3 Chisteiot Frt*
da BJHOB.iUX-
Quiinjuiua des IVi.ices, laJre, anis Derby, Iir^j
Gui liai Iftc.iy, lu tjiiji.sc, C.u-a.iu blauc (t,,i^8J
iiiciic s ijurdiu, Oriue de prunelle, abricot Dr^j
cuerrj braudj, arascltiud, rippermint Glacial,
de meulbe, crtuo de cacao, Guiynob* -
i


ut MAI
|e Royal mail Steam
Packet Company
$1$ COPiWAY venant de Kinasion
ports du Sud, est attendu jeudi,
irantjl partira Unime jour pour
>pe via les port* du Nord:
fcrt-au-Pricce. le 10 Dcembre 1923
ibert?5l)n!lon el CInc
Paul Sal :
AVOCAT
Recouvrements Cci'ercitM,
affaires ' l
Correspond y nts . h
ton, \ow-York, Serl ;i
Turin Loadr Tari.
I7e nueHr*i :'//. ri m >:.. t
Tlphone 97
Agents Gnraux
loi qu'on.dise
Quoi qu'on fasse
Rum Havbancourt eut
isera toujours le meilleur
lin Jours ai Cap
Mrtngue \de Franois Mamgal
En \cu e u,i\ l'ni.e. u\ I M>iiv
iiix G. -2.0
m\Mm
Tr;
^12^4
a^^Sa-^
Le paquebot CAUVLXLE est
attendu vendredi 14 courant. H re
arlira le mme jour pour Siint
aie, Gona:ves,Cap rlaiUaa, Puerto
PImIb, San Juin el 1- Havre.
Port au Prince 10 '"cmhre 1911
Logent P. Pon. F. HOBKLIV
fi
C -:l eu paiiy Inc.
V 3m dirlgi pir la Cotobia.i Steanship Gnr
panY pnur compte de United States SWppta! Board
iv leewic 3fatl Ocnaat. De* potUu 5a
M e*L attenta ^rL-xa-'iiacc, Iv U 3c-
cemtn^ cotirctaC. 3f, lepaitlf a (e- meme^ joiu
paai c'Wevv-^otfi'ciiate^p^iLuli %vA p tenant,
frk & pa^agcKC.
Le steamer Bogota ayant laissr'New York'le Samedi 8
dcembre courant est attendu Porlau-Prinee le 14
au matin. Il repartira vers midi pour lingtton Ja. et
les port de la Colombie prenant bit et passa je s.
otc-aur<$t'lae^, te it ^Pceinfrr^ \cft&
(tabara & Ca. 4otif
fonol s !..
[ulHii Sii Polish
couipaoy lac
i
vendre
S5E
5f t-ow i-owter, rotigtr la (eau de vu c.vw
* M MHt^ ../ * Ltumm lumuut ei drubU
>< MM MBit<| /a /uAwr #| la soupirt de &
UNOMdL
dames tt Us gentlemen du bi Itf
la Cn nbia Graphophine Co vient
d x dier pi.+ le dernier bateau leur
derwer modle d*. Qrafonola, superbe
eomme form nr x modr*
Emp**9e* voue eeheUr vot*e ma-
chine avant la $o;-l car elle* S'enlvent
ra d m *
L. PREEZnHNN-GEBHULM
*tec environ 5i-0 pledfl de loy ux
f*lvini** d drhnrg" &* 1/4, i'U
tic Mivirnn3W'pifcds de 1 1/4,tuyaux
c qualit suprieure.
MunifacliiM de Tabacs S. T.L.
Place Goffrard
\iifiee spteialmfnipM dam" tl les gentlemen du biifff %
4fcfro//pf la tenu de* chaitssuies cont-e Itunnan et la cbc'et*.
mlriretnnt letr wt b'esse et eomerv kkf bnllonl.
Qmie\ la tuarqve MCNOGRAM c fit la meilleur de toute* fm nrtf
Geo. JEANSEMt k^m pour liaili
V LOUER
Magnifique m is>n Belleu;t
( Peu Ac Cl os enlr^ cour et jardin
l'angle a lJ,w< liusanet le-
tellicr. aytit lerrstae, iechicil,
tlphone si toutes)e< (pendaoeas.
Pour (on>f ton s' dreMer au .^".
14Arbel AJphonta Haynes on chet
Franois LekUier.
. I U.w.1.1
..' '


: u -J
1
IHOP

.

annonce au Public aux
Qu' partir d'aujourd'hui un grand rabais a lieu sur les
"eu el climbie ajr
Tbe
'st l,i 11- nadiiuf ;
/> t au P i e. e
tu*to?eh
C. C. OQL4RI)
Ct pmltatiPK
Ml

Huez t. a mm


LE MATW
m VI

r-~y*
Rhumatismes
Nvralgies
Goutto
Gravelle
Artro
Sclrose
Obsit
Qvt eut rrcier Jeun *t dvJtef
! il,um.".t;rrc,l(!unU"t")fnl
de ,rtrc l'Mftt>l< nient Oc
re'f>. ' varice et |'ob6(M doit
liminer l'exto d*aeld Uri((U,
c* p< ion de notre orfan>me,
t Mn de* cure rgulire*
d'LROJONAL.
lave le sang
^

i Ik aii""! prineii I \ M l<
t .. irtii ot i *
s'..-; (I --'..; (
le a*ert>il.fri m .
le a la. ptrlod : j '
wiqj* ts'ii I ( .
Unl'or. on devra. vM ''': '>'!*
nos, lultei '.ici '**
quemtne'n contri r
ur'g-ie d>. f' kjr. -i'-.i en rti;iK?*ni
l'L'ruonii
;-
frof f :i .1 ylfM M NWW
Cuti' i. Ii M
PV!
ALls
, ... Wl M N l.llillV
L
L.1T Y LO L ..
fttfWt IMiv
I .' NI
rMrii
% aillant & Bast Agents gnraux 1720Ruedu Magasin de l'tat
-
Savon LIFEBUOY
connu du monde entier
Un stock de ce fameux S.WOX est arriv et mis,
vente dans toutes les bonnes maisons de oatte piaoe u.
Fabricants de oe SAVON ont su combiner un SAVOK
de toilette pur et d'un grand pouvoir dsinfectant.
Itlen des familles se rappellent les services rendus
le SAVON LIFtbTOY durant les dernires pidmie,
comment un usage rgulier de ce SAVON prvient con3
toute infeotion.
Prvenir vaut mieux que gurir et l'exprience a prou/
(lue le meilleur moyen de prvenir la maladie dpend!
de l'usage rgulier du SAVON LIFEBUOY.
Le SAVON LIFfcBUOY peut servir tous les usages
c'est le SAXON idal pour la toilette et e bain ; il n'tatpa
seulement excellent pour ta peau, mais prvient oont!
to^te infection
Recommand pour les enfants qui sont disposs ioJ
maladies de peau, Fxema, Kchauure, etc.
I.u cas do maladie dans uno maison ou mme dans)
voisinage, tout le linge devrait tre lave au SAVON l IH
lL'OY. \
Il donne au linge, une odeur saine, et garantit la 5^
Souvenez-vous que prvenir vaut mieux Fabricants Lever Brothers Company
Maison se Spcialisant h\ Petite maSOTl Agfxts
CAMBRIDGE
Alfred Vievx 1
l'ORT-AU-PRIXC
Celle
ri eljs a
(j i elle
En as nnr
l Vf \ *\ ' hui Ao H7
maison pu s'est le'l.meii spcialisa en ss
.!>lj -'':
Ij pin ii- .l'.ui.i .n. ! ce respici.iblj public:
r n t jv.d c.j iijli'ljuij;il s > j a** \'\\1 Rue J;i contre
\ .h i i,; .i -i m -iv ni infi
cil ri le | i H vi -il I ; P6C voir
p." I iv i ! i l-,i i ih* I tri
(''..': i i I .s fi < i tSi i'-s ,) i U' 'I l'JMM
v m i cli iix l -s ilnjr* ',0,t' 'o*
( mi lia isj ic, i a ut, i'Of
lu ii ion* enta \ li i 'I'* *"io
deux BtiteksF uiu u? (plaid li- ailpirinur ,ii.\ uioJji qu>li trsreei i.iwi IvgmJr
Ct l'a ii ; c a pjrlii' de i -loli.irs a 2,b'J laine
la m um.i. joi.m' qu'ellb lient aussi un grand a^xoili
insiil de Iffi ijuiiai aoi.'.bleu aei-ije et alpa()a;uiilli blancs
de tabnc.i.ioii italienne. ,
ssr*>tu*prin#, Dcembre 1923
M (ialluccio
il LANCE GARDIEN
l'ficlit d'nrticl h df> dpuil
Grand Htel de France
Angle des Hue* Bonne-Foi et du Quai
Vient de rueevop :
Pa t du foie gras truffer. Civet de livre. Andouillettes Ja
lentilles- Andouille au saindoux. Jambon en boiles. An-
chois a l'huile. Sardines Maquereaux. Thon. Cassoulet
Felits pois lins extra. Boudins, etc.
Vin ttouge, le galion G. 4.50. Vin Blanc, le gallon U. 3.HD
L'Htel dbite par barrique et nations
dfs Vin de Bordeaux et de Gha n
pagnQg
Csinsa excellente. Chambras couforiablos. -
ur le mer.
Mi9riMa>U'
ViH
ailles Vailles Vaille.
Occasion exceplionell
A rOecasion des ftes de fin d'anne qui approelicut
la maison Ahitbol Hayan & Co'2'29 Itue des r ronts Forts,
en face du March Vaflire met eu vente les articles sui-
vants a moiti prix.
Ca.imir anglais bleu muriii Ile sup,
cuuleur
M il H
.. l M
F'f n Ile loue pour Otlom*
il| iv. ii'i' m | i < ni' Ouuii
o
8
m"
t
Pris avaul
P. or G
5
4
I

.oO
rr
U C I >>l.(i I
I a
*iu> de m l' < ic' i
b* lil llH I ; Il i
'il 01 M" Il
|'l il !> > i fil i.HUi |
i n me
II,' IIUll
; . m
Qalmiilius 4 uCi, ( u jipp-tet
I O.- -l4- 'I
Oi^' ui ai i i un u ; 'eur
mil uul< Ui "
|ai i.> li -i. t Il m ii i iu0

i
i
3
. I
.<->
I iO
I
%
i
I
Plis d'aujour l'iiui
4
3.C0
i..
S -0
\i.oQ
i .0
i.u
I .u
i .
O .u
mer tri de la Mole, rroirst ule.re
viM -s, bel --s J nie les C un. \.m
let mlehi broderie*, rubans, pai-
iuinene. o ] La rt ligieiix, quel-
ques joins coupes de soines.tull
linon, toile national*, toile pur til,
bouquets garnitures et voiles de
mantes, etc. etc. elc. En solde
chaussures de bbs.
jouets choix do
trs bon jot
llle a .tire aussi l'attention de
ses nombreuses et lidles clientes
d'avoir s'inscrire l'avance pour
leurs coinimudes de lingerie Une
robes lingerie, costumas gar n-
nets, etc, etc. Spcialits de la liai
son afin de pouvoir en assurer la
livraison la lin de l'anne.
prix trs modrs
Cordonnerie
tirnestCamille
Fabricant de chaussure*
f.ii tuas ijenres
Mal Ti 11\ suprieurs
S lins promptitude Clrit
Grau l'Rue prs la Poste N t7^i
Li nniso: porte la connais
un 'A du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
des nombreux clients elle ae-
corde partir du 1er Juillet
D3 une prune de une p lire de
chaussures au hsix tout dten-
teur de vjngt tickets.
Eu couse |uence on est pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au comptant.
A ia Conscience telle est li
devin lie u iuaison.
mm****'
10U. il te U L)
u>
U
Jolie modles de calottes en sparterls.
Fournitures pour eliipaaux Crpe suprieur"
Ktoffes noires pour toilettes de deuil
Souli3rs et chausse t *s suprieurs pour enfants.
Parures et voile de marie ,. J
Gains blaus, longs et courts r
Soie lavable Ctpe de Chine ij 4i
Album de cartes postales et de photos J
Caries postales de luxe [ ijros & dtail.
.Musique classique et de danses.
Courronncs mortuaires mtalliques)
IJouquets,Corbeilles et couronnes de fleurs uaturelli
La maison
1, o
u
' 0
0 i {)
1,00
La G3ulc
StOp . ;'..>.....>.
Us Ctp<:$ lti
L : Cli'l ; Si I. Hll S, C [ Pi
.-i i. .n.., UtS biuiilt; l lit!
1 ai. L AUAiLAi iuwi icuiv
H Balloni Fils
Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rhum Tiltyjj
fort-au-frince, se l'ail le plaisir de porter J la conoi
sance de sa nombreuse clientle et du public en g**
rai que ses rayons constamment se renouvelleul
marchandises de premire qualit, choisies avec'.g
cl la porte de toutes les bourses. .
Savoir: li.joux, montres, orfvrerie, un grand a
ment de bibelots, sacs en argent pour dames, eo
premier titre, couteaux, ncessaires en arueul 1>0*
mes, ncessaire;! couture, glaces, tableaux, descsO
lit, moustiquaires, douine, chaises, lavabos, sey,
de toilette en porcelaine,grands e petits lits en *er#V.
vre, beiceaux en fer et eu bois, chaises roulette PJ
entants, lits de camp pendules, reveille matin, Ml*Vl
liqueurs lasses, la npes ass. tapis de table, vases a
bonbonnires, enapeaux idiitre, chapeaux laiiio V
Mils, casi|ues, jarnoiered, parapluies, loruies ebap
pour dames, chaussures pour ck<*aid. hommes U
l'antulieaenkutie*, paui-btaih. mi
M.icliliiit*, a coudre, laux-c-js, cravates, CP*T*
Lia. c.Uo t co.i eui ., cieniit Lee, jarrebcresi GiU^.t
b.elo. aa, eSSj e.l.l\ uo ^ta.ne, BtUilla^elife, niail* -ri
aitiea, ^uao.-.d.ij.dut, i^ujti.iA, penauetie l |
a oi/.ut c;i aiu'c, i.eur-> a.i i.c.e.ieo, piuiue t0"181.1'^
>t)jjx,.tMi bipvOiites, J.aaaij.ew ci *SI"*ae*e*
CUoui 4aes, ^ ha a 4. ucie* eu Oo.e. pour aioa. >''
ae* ci mio iOAiies p,ai euiji.ta i in.ux c.inp*'*^ t
i-e de..Uno, Mdaaut^ carpe.us e^j ^tiennes. Pur: j
|ea \, .,i.ei i.an.iie maq^d iocUul% pijaoi*B |r "p^
v-ioi .*ir naaa naute ^io u\c*uio;,p-rte-t*#i',i,a -s
du-ae>, carziouj ^^uf nu ai. ne e.. pc^u de ilu***',
Uor^eu^c, serviettes av<**U, eV-, W.

BA;
t*M


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM