<%BANNER%>







PAGE 1

UUeiifi panda ni par scite du refrall des eaux, 'H gravit %  '• -iiuatiou ap> a rail 'la'.uiiHge. Vidi, ville rinriptla de li Sabine est compltement ea lio du roi d'Italie, atteint de pneumonie, continue tre trs alarmant. Les coun PARIS 10— Pollar 18.-1 Livre 4.3658 l!. Sht* Rews 0 dcembre. WASHINGTON.Cette Misaine* ci sera consacre vnrer par ! marina et 1 arme, la inmoi.e de leu le prsidenl Huniing. NAPLES. Des soldats gardent l'Universit, afin do prvenir des dsordres, les tudiants tant toujours surexcits. \i:\v YORK..--L* bateau Zeehoii(|) ) portant une cargaison de 250 0110 dollars de boissons ;ilcoo li pics a U saisi par le MI vice 'les gaede ctes. Le Capil dne I l' \ li page ont t mis en lib rla BUT parole en ail n laol qu %  ; leur cas soil examin par les autorits tdrales. Jr.vMF.z. — iOU ol.J.itsont renforc la .ii m i] .. n. mentale ici et L'iO envoy c )Dlre les rTolutionnairea. WASHINGTON'' Ldp riement d'Etat annona la signature d'un nouveau trait de commerce avec l'AUemagi e. Lo? Le public rilanDigue attend avec a ixit le mot dliuitil pour savoir si I* premier Bal Iwin donnera sa dmission en vue du rsultat des belions. m mm iiiMnnm Le3 leclioas pour la no n: utlion d'au nouveau Grand Matre pour 1' K-:. mut i ienoal i ri \ la. 7 auront It.-. .m iSrand Orient d'Ilaili le I • ni ne lie l> • ci) ira ooui iol a. 9 Il m en du malin. tl M itente Vira li u au local du T.nple La Vrit %  >. .hi-ii.-u-i il n'y H qu'un candidat an pre ence. c'est notre synpdliiq .t ami 0. L. Verrel. Nos voeux de succs l'accompa gnent. Dimanche 23 Dcembre M fera Pi nauyturalion du nouveau Temple qui doit servir .le local au Grand Orient d'IUiti el a lo *e W Vmili . laie brillante rception sera laite aux parrain*, aux marrair.es et aux invits. lit Pltlli 11 nous revient que. pour permet tre aux employs publics le faire fa ce aux dpeni di i lt< s de lin d'an ne, l'Administration Suprieure, a pris la dc %  Ion le psy< r le mois (la Dcembre par anticipation avant la Nol. Au cours d'une tourne lectorale (aile hier soir dans les environs de la Croix des tJ M las nue bagarre, dont les -mies pouvait rit tre lue lieuses, <• i survenue entre Ua partisans .les eau li lais opposeN'tail ce le sang t'Oi-J de quelques paisibles citoyens il y aurait, nous alinne-t-on mut d'hommes, blessures* al le r te. Cest pour nous l'occasion do recourn ind r certains candid ls d'apporter du calme ot de la mo* draiion dans leurs campagnes en y mettant le ta:t ncessaire. A La Ce ire, s Petite M'isoii, rue du l u \e uil iisi li : 11 ait dt jolies c > i ia u s pour Sbiauta au prix d • INU GOUWMDS. UCGASMN Affaire dite des Trsors Les dbals gnraux (Suite) te V. ferrais Qui II sont encore ceux qui se piteadent tre vielimes '? D iir ttesiao* des.' l ia dil ici qu'il n'avait rien v >\r Davis d me il n'j a pat d'affaire Deslande*. — Ce raient Donner y D.'j n e, Paulnu* Paulin, Cicroo Alexandre?mais ilsool tout dclar qu's n connaissent rien de celte affaire. Ce seraient e'ors l.af mitant, Anal o>i Mme Da*que?c*aa u;-si ont affirm que Davis ne s'tait prt aucune drn irche; [u'iU avaient plutt sollicit Je lui une consulta • tion, nous n'avons donn de 1 arpent personne, ont ils dclari. .Nous ne %  'omnips victimes de quoique ce soit. Ainsi, par ces alleslali ns s'effondie, l'chafaudage dress par l'accusation, lin un lourde mains, 1 ta pi ite i I les victimes, qu'on a racole* de partout, sont venues rduire a nant les racontars le DOS adversaires. On me dira qu'il n'en est pas ainsi de Basile M assna, mais a : un tmoia n'a cit le nom de eassena au cours de ce procs.— Pour urand, on a amen ici le notaire K;n il qui i simplement dil qu'il avait pass deux hypothquesur une maison de c* dernier. L argent a l remis oavid Vilain co nmo courtier, en pr>senc; mono Je %  > J II.1. lis ont laiss l'tude du notai>e bras dessus brs dethm .s C eal l Mil. l'er> sonne autre n'a p irt d • fouilles Je trs.r. Mais irdy, lui-ina qu se donne tant de mal, na pas pu prsenter un l.non pour tf.i mer que L)av,s a fait les rouilles dj t'tor c'a i lui.— Cest liily qui est son propre lm un, puisq ie lai seul a pa t je sa propre affaire. — Pour < qui a traii a vluiat iieroidotte, le fameux client de Me Duvivt-r, eu dinentanlses altgaiiois. j'ea pro litir.ii pour mieux laue ressortir, avec I IIJIIU vnce d Davis, ceiU de Prospar qu'on dit eue son complice, lies lemoins sont venu ici, sty ls, prpus par Murt U-rnadot'e, • 1 ut iis sont tes colons parlinires, duc tout ce qu'il a voulu imaginer, tout c %  qu on leur a sugg.r. Il n'est d i ic pts :on mut que ces pauvres g n-, dtant donn leur tat de serviii ris ris de B ira idolte, aienl cit, pour continuera av.tir les bonnes g;lices du matlre, le non de Prosper. Vous ne pou\e^, Magistrat, vous baser sur les papotages de ce campagnards nafs et niais pour condamner. D'ailleurs, ils n'ont rien atlirm qui puisse provoque une pareille mesure. Me LKnivier vous a dit, sans nullement le prouver, que Prosper avait sijpi un compromis avec Beruadotle. Si le fait est exact pnnqioi U rnadolta ne s'est d ,us emptesude dposer un pareil documont d'ace sition dans le dos-ier ? Le pourquoi e>l facile iiouver, c'e^l que le prtendu comprounne fit que dans l'imagination fertile de Berna 1 tlte, car Me iluvivier doit saisir qu'un c mpiomis tant un contrat svnallagmatique crant d s u.,i ; i io s aux deux prtie*, en droit ii a irait t fait en double oriffioal. S iloae vrai u.vit ilexi-tai'. .\1 irai Bernadotte ira.nat pas m.tuq i • le dposer soi d >uble au i )Slier. i in -ont alors les maaœ IVM friu du'., u-es employes par Pros • r .'—Supposer mne qu'il surveillait un trou est-ce que e*! i constitua uno u.anoDUsre Iran luiru-e ?u ; i -oui les fonds q ii lui ont t remit >J ie i iijin a dit uuen ss prseuos .. fonda uni eu 1..i %  •a )av • Q Froqierpir >l i a tttroaijtie ? v. cuu : l'o i ai en raire, s >u u 11 mm s a dclarer qui i rospi a ccupuii d'ag icul ura a l'Arcahaie — Et j ; vi-, pour m p i • u.i rap procuc.u i tri ig : a *td '.nlre la dec iration %  • au qui paib de (>. i >.'eii .r.iitl les attov'.i o .* a %  ( ipres luioins di BeruaJg le •: .i p rient d* igraculUi a. C M .....;•. lufiise il t "j w iu i .c in 1er V os er. C'e^i • i il i i >ur U E ne U ,. comp ir %  de lavis qui se dil ausi trs ficlime.-Dai lo, tcajoiu a a ia fois l'ami de D|a 1 Dario qui est un homme instruit va fi.ra t.Qj3itoi tes lis inveolijas deDj'iol. Etatirma qae tout lui a e rapport par Dgau 1 ; qu'il ni jam na vu faire d* fouilles de trsor et n-a jamais vu son ami offrir de l'urgent Davis. Oa fait monter alor< Alva It;*dva, Rolique, Sum Brutus, dit Brava sur la scus peut importe,leurs tmoins quoique > ; a monts viend ont ilsi^ner, il a suffi d'un simple d'phcpme il, Sauvaterre pour Divi-. Ils vien. Iront, aprs avoir racont des -cnes burieaqti n da louilles, aflir aer n'avoir vu ni Davis, ni aucun deprvenus, en lear prsence toucher da 1 argent el le biler. (Jue c'etoujours les prteniues victimes qui leur ont parl de snoti* talion de creea-baci* en faux green* bjck et ls h ulemeiit de r*reen*bi*ilt; mais qu'aucun d'eux n'tait sur les lieux, qu'aucun n'a vii ni cette substitution, ni ea broiement da faux billets. L'accusation peute 1 encore vive avec tous c S tmoigaages qui tournent cou re elle r Mm I je I ai enlonce, j'ai brisj loa'es ses lignes de dfenses, d'ailleurs trs fiin.es. Dans ua instanl, aprs moi, d'au* i avocats vont co diauer a le l* m dir. Li lumi re dj commence jaillir, danc Ite toebre^se affaire; bie i ol elle lilera dans toute sa beaut. Bieirt vous aurez, Magistral, toutes lei" ici it-, tous les i mails iu h* prochain concert da 11 1 hm Gut Jeudi prochain, 13 Dcembre, eu la Si le de du -Sarh <6h ares du suc, Monsiear et dadtmi isor* ges iul donnera it u i gr ta 1 concert eo*apos exclu-i.ement dem ivr s favor te=i du puulic m asic.en de Por aa*Prioee : les conps ons de Schubert. Schumtnn, t-e airs si apprcia tirs de Carmen, Mar lia, du Trouvre, de la I > % %  • t 'te, . %  Le Billet •>, composition de deux HaiUens : Mr ; )am> ls Vieux puur la posie et Mr !^irii)i|ie pour la musliue, sera interprt avec tout son charma nmo irtui par 1 mioent t.ior. L programme, tritaale r'gal d'art, paratlra dans le n iin^ro du journal da mererodi 12 deensbre. M msieur et M i hm • Gui se m-ltent la diaposil o i des Familles de Portau-Prince pour l'ensoig.iprnent thorique et pr itique. clasaiqos et moderue de I \rt du chant et lu piano. Prix mo'lr;. S'adresser a Lalue No. UOtf. Granl Meatidij Le public de Port au Prince est invit a an Grand Meeting que donne L' vs-ocial on %  Uu>versa .vegrolmproveme'it Associt on, anl uriean Co mn iBisia Leagu %  >, le iji niche 21 Dcembre courant ai h,-Mires prclsss de l'aprs midi ; i la R-sp %  lii^" L'Amiti d s Frres U unis .N > 1er mise gra • e lesment sa disp i-iti m: MI vie dl ropo a Ire au dsir d %  i h >:i c ible M rcus (arvey de Mdw-Yok, travaillant au bonheur et et au relvement de la ra:e noire. I aiiailles Nous a?om reu avec plaisir la ca te Oe (lanai les de Mel e Aii-e Si Romeavev \lr Francis Trouillot. N;ma i inra comp ime.its. -*wr****** % %  i\^Cr*ofoi> Il nous est fait-part de U mott, Palis, hier 11 Uceiob e, te d n • lu1 Lu tire, ne lntioo; elle a des di licults qui paraissent tre insurmontables; les 50 o[0 acmrds Im'licier ne rpondent point, parait-il, aux frais qu'il fait. On doit considrer ce service a un point de vas plu -'lev qu'on ne le figure ; il doit, pir consquent, tre en'o ir de toutes les protection* nce*s(ires, pare qu'il reprsente, en fait, lagiraulie del s icit. Toutes les nations le pensent ain si ; c'e-t pourqu )i on trouve une forme facile pour son bon ionctionne m ni. Le bureau de l l >f i :i>r de l'Etal ei vil doit tre au renie de la vide. Qi-llque soit l'iniorttncs le la c • n aune, un s il of" i -i r a if.it 1/8 diitee q .i lai s rt d'oftloa I rit tre lteini)*iit. II 'ait d e sali • orn'>e nom la c^l brat'On lumir>i^eel lad'• %  a-aii-n d i div rc^ en d i • dea I •. aff c l* a ix na s-aiees e' dcs. Ose sal e-d >ivnt ace mls. Mais il S'agit plutt des emo'ois trais ofd'iers, cest bien Comment virent il* ? Comment logent ils les bureau a.t Comment fonctionne lof fice .' Dana tous les milieux, i' y a un pf-li^e a garder ; il y a la dignit on c >m nuuaie ou u uioaa e main te air. V mon humble avi-, je croit que le Gouverna nent ferait mi^ux, au lieu d'aug nentar les revenus des ofii ciers, de modiii-r la loi en vi^nur ou de ria : re le nombre des oliici-ra dinsles priaoipaiea villes puun an t. Un of.ehr de l'Etal *.ivil pour cha quj c ii u ni au ceune de 1 < v;, e et un ofiicier pour chique Q ;a* i>*r o il y a nos j islice de ^aix. (J 1 exi g MM a ors, p nir les gratl ls c utres, q ie cet oi.i 1 -r ait, il us chipie ofce, les • npoy a speiaui pour ch icu ia les ir tara irbai d • servi ce n i--i 1 • : -1 reo ma dss 1 ace, dcs e divo ce. mariage en.i 1 Ave; une belle lo gin -alion l'Offi eier l l'fitat civil p. ara r-tnbier canven ible n ut ses employs et |se doannr une forme n m seulement dc 1te. mai, imposante. Je conus donc, mm cher D recteu\ qu il n'e*t point nc-'> lire d' vo r plu-ieur ofciers peur uuecom mine; par cun-.quent, diminuer ou augmenter les 50 o|o qui -ont d j a cordes n'est pas ia rforme. Je voua prie, mon cher Directeur, de m croire votre tout dvou UVfiMl'RK, av, Ce Soir Aura lieu i Cin* Varits U ta, I prsentation thtrale orw-ssl par Pollux Paul Il y ^^1 pits at dits des commiliiitil inonolo^u^s indits et d'un foui rire. u | Nos lecteurs qui veulent nmA ileux heures .-., lyrthiecefjjnj gm 3t jouir de saines disiracS. I n'ont qua se rendre avant 8 hn C'n Varits, l'entre tantal une gourde. i SECRTAIRERIE D'ETAT I DE L'iNTtanJ beclion d'Informations | ME10K\KO0l 1 INTRIEUR. Las Prfets ont j appels Pi-au l'opour le 17M cetnbre en vue de les entendre sin l*s questions a Iministratives I les besoins des populations. 1 Le Conseil des SecruirJ d'Etat a vot la reconnaiiaanai d'utilit publiqu! de l'Union ua] Socits Spor ives I htiennes. | — Le Dpartement de 1 lit-l rieur a envoy a I impression J rapport des membres de laCocol niission Cd Jaslrale concernantl*J liiiltalions Kouicne et Chabattl — Li (]o nmission Calastralal est reiurn-3 d* son iisp^iioaj qui s'*t arrt.' nu V.-ireitea.|j rapport sera publi | — Le IJ.jiri • u nit d< i'IrtJ r'eui1 I.u m i M Ma:i-|n|| Coin 111111.1I l ; cjuvo pi -r ctt^|J •laine lis m mbr-s ila C)mraj|| siou clnrg'e de su^,' er Ls rsrl su-. -s i p".* i Ir • mi c q ii con:er*| ne les Iravanx ifl-clner loi C'n na d'. Mars, m Mirchc,aul quartiers di la Place Si Louisetl autres et uu Cimetire. I AGRICULTURE -La SecrtairsfiaJ d'Ktit de l' Vificulture annotn! que: Le Directeur de la Ferroal ole de T ior a port la cofl naissance du Dparlein.'nt quai dos rivuiius en amont, par utisl extension abusive de leurs droite] ont dtourn a leur lisais exc/ul sit, le cours d eau qui a'imentait I le canal ouest d'arrosage du doj maine, causant ainsi aux plantai lions un rel prju lice. A loulesl fin9 utiles la question a 'dMa re au Dpartement de la Juiticd Tout 08 rieij Si vous avez pour CINQUAUTIJ dollars de dpenses taire poui la tin -le l'anne et que vou n'en ayez qu'un seul de eVponH ide.quoi lion aller lejderpeutj tre dans un colifichet quelcofrl que el se priver du reste? J Placez votre unique dollar dtfj ponible dans un billet d la \JM rie St-.Mulia! o vous ave .1 .. _. _=<( %  I IU kJl-.ll.il uu. **. chance d'en attraper 500, Et le i6-rendfZ-voua.au l' ra Traisatlaiu Le paquebot C VR.WELLB sJ altsiMi vendredi l eouran.. Sais partira I" mne joir P'"_2 Marc, Gaaaivas.Oip riuliea, ry P.iti. Stn Juin el le ila're. l'orl aul'.ince 10 ^^"T L'^enllM'oi. E. IK>J8LH laii'TlEW. f|4 Mai'ohundisa ia J;. in le des ruos du iSig de liai et d^J^n'^ avis uiylii uDiiial Le Soussign dclare au M et uu commerce ntre plus <~ ponsable des a cls et actio', son pouse ne PhaloiiW W' pour cause d'incompaUbi carac're, en alieudaiit qu J^ Ibn en divorce I"' ^fiS Port-au-Princ,10 Wf'fflfc



PAGE 1

u VAII> ie Royal mail Steam Packet Gompaay ,, CO^iWAY venant de Kingmon g pori* du Sud, e*t attendu jtudi, ^sranlJLl larti a te mm^ jour pour )p? via les ports* du Nord: Port-£ii'FriE!ce. ta 10 Dceuibie 1923 ta DUT !" Varrits Le Msrordi T IUN-HSIIMH 'e, et Te pi > S: \p*i>H* % in un d ch*t' r va t e ma woran lu Mo ture I* s vent I.PhtnZilANN-AGa£HHOL^_ 1 Aesluraul m i A?-air l au centre des alaires Commerciales se recomnu puUic, ainsi qu' ses nombreux clients, et |s\oy;(jeuis de la Province cl le l'£tramjer i sel de pajsija Port-au? rince pour s cuisine soii la rgularit de son service. t frou lu 225 prs du bureau des tlgraphes 8. . SI LIA, Proprit e Paul S ils AVOGM Recouvrements Comaerciam, affaires rftraijir, Correspo lia • auj ton. ,' ; v 1*0 -• lin, f irin ) dr > l'a;' i. / r ,;>, %  'l, ia 217, '< >•> ">•' %  %  i ,, un %  rV^)SM! Z£J conire la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES ai DELORT. Fharmacien, XXV, Ho M, r-Ai to:n P AHI fci C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINCE Alex.PETRUS; Pharmacie ALBERT1HI • Phnrmaclr du D' Juetin VIARO ti tontmn i bonnes F'hHrmmctmB Colombian Steamstaip coiupany Inc. Yapmrdirigi par la CoIlffiMn SleansWp Coa" pai v pour compte do United States Sh?pp ? ng Rcardjc Steamer 3fati oeaaac 3e* podt* J* fo M, attenta ^rt^aa ftinec k tf <>'ctnttke courant. jU upattti a ft, me.at> J-HU r o ui eTUav-.nll MabtpotliC J SU pw*fc fi eu & pa^ajesuLe steamer Bogota ayant laisse New York le Samedi 8 dcembre courant e* attendu a Port-au-Prince ta 14 au malin. 11 repartira vers midi pour Kingston Ja. et les port du la loloml.ie prenant Iret et passagers. (iCbara& Co. Agents %  -f H .' i = i iaKaa ITISFACTIOIM GNRALE off t I I y '--.•. ..-.?* ? % %  -*;,a^ par la aiso 1 1 WjM ton mse en f.rine plus. Les inquitudes des pro haines ftes sont dsormaisconfu 6 s. Mal* ** tout ce uona ilabla embarras, bichertde ta rie et la pnurie a*argent. ; elles n*ont pas pu faire face ce;lut .eut leurs w> -euM* bl gntioM* % k.,a partie pourrait tre considre vraiment perdue ni la maison 4atji.il AIA$> ave sa benne foi, et sa gnrosit habituelle nes'liii aona pju** tdslu d'offrir a nu mbreuse ivnele u,i • sa : i/tteltow Qfn aie. ^'1 airtfiqa'pll h. il MATTE1S i y



PAGE 1

LK IttLN GLO'BOL fortifie Vn mois de maladie abrg Votre Vie d'une anne. Le GLO'BOL permet d'viter les maladies en aagmen tant la force de rsistance de l'organisme puisement aerreux Convalescence Neurasthnie Pales couleurs Surmenage > • La este de CLOBOfc segmente la force ner vtu-v et rend aux nerft rajeunit toute leur ner fie, leur souplesse et but vigMeur. h %  O m't$t pmt Met al *•<# h vritable val r tu c# ptili /love* <• GLOSOL L'oriMON MEDIC ta lt Mil airirmer que le Ole Mpl nr>r*ge noiabieiaer.t la Anvalosar-nce. el cela s'exp.1 ah alternent. Mal, <*.iue faI — *ll! de L ; i i j onal nui \M.-u Itjrje ri .!|>i|i;l.il> b'uii s do lauricaii m iia ieoii t. nori*ar*|irinae, Berambre 1923 M Gailticcio Grand itel de France Angle das Hues Bonne."ol et du Qur.i Plafaal d' r c va r : Pa t il foie eras iruHap.— Qvet de livrt. • AndouilUttai lam lentilles — AodouiHei au saindoux. — Jambon en boites. — Aa•ttois l'huila.-Sjrdinea — Mari|ueratux. Tlion. CaiaoBl a t. Petits pois tins extra. — Boudint etc. Vis HOttga, le gallOD G. 4.5a Vlll Btene, le lion G. 5.D CoraOHftfri? JL'ii ei abii* i a* b rrquv* ei g* (on* d<* Vn>* deBj deaux et de Cham h Petits maison 1637 Rue du centre Annonce sa bienveillante cliin*'e qu'elle vient de recevoir pir le dernier Franais de frit A J 7• —i II ".*, Il r.'i'HiK, C >*• 'il n H I i iniliiivs el voiles le m.iries. etc, etc, etc. Eu solJe chaussurrt d^. ht>s. lOUets ohoix do trs bon fjotlt Elle a .tire aussi l'attention de ses nombreuses et fidles clientes d'avoir s'inscrire l'avance pour leurs commandes 1 le lingerie fine robes lingerie, costumas gar nnets, etc, etc. Spcialits del Mai son afin de pouvoir eu assurer la livraison la tin de l'anne prix trs modrs Cstaioa Saestlsate. —Ghamorsi fonSiHaWes. -lsaflBS%|jie vnc ur la mer. laille, Yaille, Yaille. Occasion excepiionelle A l'Occasion (les letes de fin it*nnuee qui approrhriit la rualaon Abltboi Dayan4t Go229Huadaa ont* Forts, en faoa du March Vaille e met en vente les arttolei suivantes nioi.i prix Cktfairiealai" Meu msrin ir bip. tt u couleur . .. ' F anrlie blaoi pour costmne 5 liomm: Alpsga noir laprisor doub'a Ifrgeur tM4 r>:n maria doi b e irgfur iHiiic ilonbie large) r D b liiator %  aprwor pour miume & hommi? T -of roi ;>'ur •oilnin- homrni> Pu nbanc!' conh Ui up V i; ioir oi b!e 1 g • r Otbatjli" '•+ > r < >"••' Jupp P et couin s houin c* O'g*" 1 i • i ' %  Ml -'ur iirgandi toul< in >' Mouchoir! p ii l >lo imi •• Prix BVI nt P. or fl I • • • fila iriics ccuieti' Lusi a I s 5 y i 3 S. KO 0,4J 1 to 1 s i 1 i Plil d atijotir i hui 4 3 06 2. a M. 20 '2.i0 3,b0 1.10 1.40 0 70 0.60 210 i ,8 0 5 0 0" 1 o 1 00 n '0 MO lCrnasMlamtlU' Fabricant de chaussures en tous genrw Matriaux suprieurs Soins — promptitude — Clrit Gran l'Rue prs la Poste N \T Li maison porte In connais aasca du public que — daoa le but le faciliter et d'encouragar des nombreux clients — elle as corde — partir du 1er Juillet 1923 une prime de une paire de chaussures au choix toutdtsntdtir de vingt tickets. En conaquaiMSi on est pri de rel mer un reu pour chaque achat au comparai A la Conscience — telle s Ct ••M rocamt, C : dpes a.'Ttcailla '''p' Stanley chai IAU.K AUXILA, .oui relleL.CU aianalrvu*. Savon LIFEBUOY connu du monde enliei Un stock de ce fameux S WON est arriv et mit, vente dans tcu.es es bonnes maisois de cette plaoa | Fabricants de ce SAVON ont su combiner un SAVl de toilette pur et l'un g* and pouvo.r dsinfectant. Ilien des fam lies se rappellent les services rendus L le SAVON I IFriBl OY durant les dernires pidmie^ oo nmeni un usage rgulier de oe SAVON prvient toute infectiou. Prvenir vaut mieux que gurir et l'exprience a pro< que le mei leur moyen de prven r la maladie dpei ae lusaje rgulier du SAVON LIFEBUOY. i e S A VON LI l OY peut s rvir tous les uagn| c est le SAVON ida pour la toi e.te et e bain ; il n'est M J -eu emenl azoallsnt pour a peau, mais prvient ooi t^Ate infection lieooxnmand pour les enfants qui sont disposs ma'adira de peau, h'-xma, Kchaufure etc. Ko cas de maladie dans un %  maison ou mme dan| vois nage, tout le linge devrait atre lave au S.V\ ON LU DUO Y, Il donne au lnge, une odeur aine, et garantit la iouTenai-vous que prvenir vaut mieux que guen FiBRlCANTl— lever* Brolle**8 Compt CAMBRIDGE IOENTS-Alfred Vieux l>OHT-Al>PRINCt k LANCE GARDIEN Spcialit d'article* de deuil I 1639 (lu H Oc tubey Joli-modelas de calottes en apnrtorls. I r cn-n tures pour ch>1esiix-(>^pe siijrrlcur Pllotlea noires pouf (oileltts de dw-1 Soull n et c'iiusx* tes s i;)i'rl('U"s po M r m/aitat Parures el voile de maiie r3:ui blans, longs et courts Rv.e lavable — lipo de Cliina 4'b'iTi rie cnrtei sOstaies et da phdos Ct r k 9s postles -.e luxe <|roa & dlit\lusi(pi>' < 1 * si ue et de danses Co-irronnes marluaires m t^llujus J nouquets.Corbeilles et couronnes de flous ntureilli f | Prenez c temps" sj^ lavaiTOUa q>:: la forte major^ctas mJcd.es dss ferme n'eatrnit pis daoa li dorraine do !a chirirgie. Ceci veut d:re • nt des iympiomes trs iiinilaiies al mt un opration. nent que beaucoup de femmos et t temps fort simples ot; ceux ri': cti it-niandnnt Savez n)aa Italmaat Jeunei filles souffrent inutilement de CLS %  nlnllM* 1J<| plus rlles risauent leur sant< en laissant ces inJimposition continuer et B'augra^er. Si e mal est pris temps, c'est a On JtaMe apris le piemiers s.mDtomes lien dt-s maladies s;.i>.r,se3 peuves >j a ej B i fl • puai a s tre: vites. Jansass cas dtdouleurs • ci, retar j ritac,:,t>r, eut r,rvcuj.. :i Cotneo ] t. Piakkaai davrab m mm snm d.'i?.;. Ce m'd'i-emef e:t pr.'pure avec n oefi contJ knirjcj des rt tat aattatsasem nrt a erlie ntles. )! • tn .".cu.i nnxo aniai tv %  .%  pej Cor. de : ._>4 .. 0 a Sfiak —~*T.~< *.-^_ BS1 Hiv



PAGE 1

. .-. SUR PROPHUCTAI U [clment Magioire BOlf VERNA t$58 Hua Amerioaana Quotidien Tenons pour assur que la pense est un acte, que le d sir en est un aussi,et que p* cher par pense ou par dair si aussi yrave que pcher par action. JELEPHONE No 142 ae ANNE N 5085 PORT-AU-PRINCE ( HATI MARDI h DCEMBRE 1923 En passant IDEAL [not idal n'a s la meliticatioii pour Ions; chaJfinit suivant son propre >,et il runit d'aulim plus .tions que l'esprit qui h est pliu lev quM puise, ji source plus limpide ses Ils constitutifs. En ralit, il pilant didal que dlies I, car li nature n'en fourmodle. Pourrait-on,en ant les caractres cornai toutes les formes les plus voir, de penser et d'agir, 'le type achev de la perI physique, morale, arlistiintellectnelle ? Ue sicle ce type a chang ; aui, il varie d'une saison | comme la moue., et souiccur dune mme saison. I absolu, b beau aussi i o i tous le st'iis m lividu I; fie gnraliser est l'intrt, Ikiier, universel moteur des (jllViduels ou cull;ctils Lin Isue tuuti s les COUSI fera•jjsticj. de chu ne d'aini;ii au serpent qui serrait idans ses replis mortels, chaque famille et chtique • l'our les individus, lui t (tartane par un seul mot l'quivalent est dans toutes lies parles sur le globe, le uir. Tout le monde veut par toutes les possibilits [toque tre liant de sa nature juiert par son elfort Jouir, fwrourer toutes les minutes a* les multiplier, taire proie joie, ce qui est lgitime NoitUe combattu parla raiJiuesi cette joie devient excs[dune, si elle nous dissipe, sut en nous une sorte de Ion par laquelle nous •rpandons au dehors com! e au qui bout; toutes nos • liieures sont alors mises jwemeut; c'est un caractre che en tumulte dsorf raliser cet idal indsiraJJJ proclame sa volont de viL*!?*.,'" ailis lui une bonne ^•'humanit actuelle. Les 'les mes gnreuses et rii"U^ L s *"" c ,ui5,sse "t de |J1 v,e en l'accoinodant *fitres qui vivent autour deleur.imc Comptons ceux qu'Ion raille en les appelant les gens de bien, les braves gens, ils ont p!a leur idal dam le devoir et le dvouement ; ils se donnent au bien social dont les modalits sont nombreuses et diverses, [la vont, sereins et tranquille*, grenant le chapelet des jours en semant prolusion des sourire,les gestes bienfaisants.dea paroles qui consolent, qui difient, qui encouraient, qui gaient; ce sont des semeur? et des senieus.s de rcon tort et d'idal, et il y a tant de uvndiants !... On peut, mon sens, assimiler l'idal la lumire pure tombant d'un ciel que ne voile aucun nuag-i et dont notre etprit reoit l'ion" pression cumin i a travers un prism • de cristal. Un seul rayon arrive notre œil charm, une seuil ra lie ise cou eur. Tel esprit v_it ainsi son idal p ir d'une nuance; tel ie voit du ie aube nuance q e tous deux se trouvent gal mt plaisantes. Alaii pis un, mme parmi les plus grands gnie*, n'a j imais rllt la lumire pleine et par lai te; pas un ne s'est vant de lguer au monde la totale beaut spirituelle; pas un n'a exhale son dernier sou Ile en disant : — J'ai ralis mou idal ; j'ai ex prim ce que voyait mon œil intriiur. C'est que l'idal n'est autre que le divin, c'est--dire L'infini.. Au moins ne perdons pas une occasion dr j ter autour de nous leslm-nts clairs, les ides lai ns. les aperu j bienfaisants que nous fournissent nos rflexions quotidiennes et nos rapports avec nos semblables et avec les choses d'alentour. Rassemblons tous L*s traits de beaut ut de vertu ptrs chez les meilleurs, chez ceux qui sont monts jusqu' un point d'o ils voient se drouler un peu plus de l'iin nensU. Profitons en av.-c joie ; enrichissons nous en puisant dans le trsor commun de l'humanit, et surtout, soyons indulgents pour nous mmes et pour les autres: croyons volontiers que h mme sincrit anime les autres chemineaux de 1 idal en marche vers le but magnifique, MYRT1S. Par Cable Nouvelles Etranares attitude prendra le ^*3u gouvernement au des rparations ? Hl '.Le rsultat de* lection use le* milieux gouverne r„ rrar, *ii dans l'ignoran e rW| ^ i" r a en u 'vre tn te ki ngociation* lelali L T P-ration* et aux autr. s •''''ernittionales, d'un com Wl 1 pour les deux pays. Ofl •J ce contente d'observer, toutefois, que le projet du pr teciior.isme ne saurait lre qu'avantageux pour la France. Quelle altitude prendra le nouveau gouvernement anglais au su et d** reptr.itii.iiis, en gnral, et du omit deiperta nisl tue aux lin* d'enqulA, en partiealtVr ? On rap p Ile, lepealaul, c.;l gard, que. a PexMp ion de* l*borili-s, le.-t deux gian ta g.oupe* politique* enflais se bont-pieseiits devant le* ieotems a doc;*ul q^ue Us u^e.tion. traa gres devaient lre rgles d'accord avec la Franc?. En tout cas, on consid i mme certain que la ait Dation embrouille qui suivra les levions, rendra im possible toute action sur les que* tions pendantes. Il parait en effet.impossible que l'an rien gouvernement poissa pourvoir a l'organisation du comit I d'experts, s'il doit, tel ou tard, dmissionner cl d'autre pari un nouveau gouver nement aurait besoin d'un certain laps de lemp* pour se prparer a aborder ds problmes pour le m i ai compliqus, (in croit comprendra 3 ae la gouvernement Iranais atten ra une indication de Londres avant de procder au rglement de ques tions dans lesquelles les deux gou verneraents sont intresss. Sentences et condamnations annules DLJSSELDORF Les autorits franaises d'occupation ont commen ce annuler les dportations indivi duelles et les sentences pronom-es par les conseils de guerre. Les 1ers ordreautorisent H) personnes ex puises, dont 87 fonctionnaires ille iiiands a rentrer dans la ZOOS occu paie al las condamnations sonl sus pendues paur :!•} in lustricU, ii foo,c tionnairea et G ouvriers. Au leichslaq BERLIN Le R:i-htre au mo aent de la rvolution de 191S et depuis elle ava t t un sujet de lilg • de 1 1 part des (onetiounatrea et des on inis-iia i* j s diiirt en | S gouverna masti qui sa Mat &uwei^ ; e4 d.r niers. tout en re^onnai-sant le principe ?c mpporiant cette partie de la pioprit connue sons le nom de proprit de la vengeance. Jalopa au pouvoir des rvolutionnaires VBRA CRQ7— Jalopa, capitale de l'Etat de Vara Ci -, -! lomtM a, samedi soir entre las mains des trou pas s sig i les ,* les i belles ont lait 200 prisonniers dont le gnral Berlinga, la c il mal M< yar at le gou verneur provisoire Angel Caaaro. Ils ont aussi captur des mitralllau sa deslusilsat dea chevaux, D'aprs d"s informations non confir mes, Berlinga et Meyer auraient t fusills par un peloton d'excu tim aprs un jugement sommaire du conseil de guerre. Le Gnral Cannes renonce sa candidature MEXICOLe Gnral Galles a renonce a sa candi • dura h la prsi dem al a o irl se; services au pN tiient Obrgon contra les troipes insurge* I \'M i .'ru/, et Joltaoo. Le p -si I nt a ace in estte offre et a n i %  le Gnrai C le* chef de* tro ipea f li les chires de com battre les lebeiles de la lluerta San clit./ La silnation de M. Baldwin LOS R'.S Rien qu? divers lea der t les j %  irnaux des trois grands p rtis proclamant qu'ils ne veulent pasentrei danala coalition, il est vident qu'l n'y a que par vote de coaiitn n qin le g luvernement pour ra aubsi t r sins avoir retours de ii tutelles lections gnrales. Or au cun parti ne dsire des lections im mltites no serait ce que pour des rai on* financires, les lections n ay 'nt pis cnfl' m ans de I oOOOOD IN s t ili: g.On 'onsidre presque c ita a que M. Baldwin dmission ne in lis en dehors de cela tout n i-t que conjeeturas L Ilali %  ne participera la confrence de Tnnijet l'\ Le rejet de la demande de I n %  i' poui h reprsentation ita lia n h iiuil'e ence de Tang-r, a c 1 o ni i' llamenl ..nnonc dan* une rote au gouwi nern> nt ilalien.Ou dit que m nota a donn ;\ eutndre aux gouvernements intreaaa la rgl uei talion du statut du Tanger, que h d-: an le de l'Italie n'tant arri a Parie qu tprs que la confre ce eut commenc ses travaux, il n'a pas t p aaibte da satisfaire cette demande et la gouvernement ban .is vient, dans UO espiil amical, d'en i II f nner le K uvcrmment ita lien Ou peut ajouter que les sances de la confra i e i s ul q e le r suit.n des conversations des experts LOB Iras al de* ngociations com manceaen I9lfl dins a icune desquelles l'ilalia o a particip. Un match de font-bail entre Irancais et allemauds e MWENCE — Deux socits de foot-bil l'une franc lie et l'autre alleuiande.oiit dispute un match ici, hi r. En prsentant ses dix cannradee au capitaine de l'quipe fr.tnai ae, le aapila n • de 1 quipe a lem.in de a dit : Nous som ns h ureai de > i s rencontrer sur un terrain fc,oril rt d'oublier la politique. ..e s, o l n blesss ses rail dune trentaine. Nouvelles Diverses BL'CH \HE>T— Lini x. oalon sur venue hier uu fort di Ru U B, l'ex teneur de la t; ip ta S % 

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06097
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, December 11, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06097

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
. .-.
SUR PROPHUCTAI U
[clment Magioire
BOlf VERNA
t$58 Hua Amerioaana
Quotidien
Tenons pour assur que la
pense est un acte, que le d
sir en est un aussi,et que p*
cher par pense ou par dair
si aussi yrave que pcher par
action.
JELEPHONE No 142
ae ANNE N 5085
PORT-AU-PRINCE ( HATI
MARDI h DCEMBRE 1923
En passant
IDEAL
[not idal n'a s la me-
liticatioii pour Ions; cha-
Jfinit suivant son propre
>,et il runit d'aulim plus
.tions que l'esprit qui h
est pliu lev quM puise,
ji source plus limpide ses
Ils constitutifs. En ralit, il
pilant didal que dlies
I, car li nature n'en four-
modle. Pourrait-on,en
ant les caractres corn-
ai toutes les formes les plus
voir, de penser et d'agir,
. 'le type achev de la per-
I physique, morale, arlisti-
intellectnelle ? Ue sicle
ce type a chang ; au-
i, il varie d'une saison
| comme la moue., et sou-
iccur dune mme saison.
I absolu, b beau aussi i o
i tous le st'iis m lividu I;
fie gnraliser est l'intrt,
Ikiier, universel moteur des
(jllViduels ou cull;ctils Lin
Isue tuuti s les cousi fera-
jjsticj. de chu ne d'aini-
;ii au serpent qui serrait
idans ses replis mortels,
chaque famille et chtique
l'our les individus, lui t
(tartane par un seul mot
l'quivalent est dans toutes
lies parles sur le globe, le
uir. Tout le monde veut
par toutes les possibilits
[toque tre liant de sa nature
juiert par son elfort Jouir,
fwrourer toutes les minutes
a* les multiplier, taire pro-
ie joie, ce qui est lgitime
NoitUe combattu parla rai-
Jiuesi cette joie devient excs-
[dune, si elle nous dissipe,
sut en nous une sorte de
Ion par laquelle nous
rpandons au dehors com-
!eau qui bout; toutes nos
liieures sont alors mises
jwemeut; c'est un caractre
che en tumulte dsor-
fraliser cet idal indsira-
JJJ proclame sa volont de vi-
L*!?*.,'" ailis' lui une bonne
^'humanit actuelle. Les
'les mes gnreuses et
rii"U^L's *"" c',ui5,sse"t de
|J1 v,e en l'accoinodant
*fitres qui vivent autour
deleur.imc Comptons ceux qu'-
Ion raille en les appelant les gens
de bien, les braves gens, ils ont
p!a leur idal dam le devoir et
le dvouement ; ils se donnent
au bien social dont les modalits
sont nombreuses et diverses, [la
vont, sereins et tranquille*, gre-
nant le chapelet des jours en se-
mant prolusion des sourire,les
gestes bienfaisants.dea paroles qui
consolent, qui difient, qui encou-
raient, qui gaient; ce sont des
semeur? et des senieus.s de rcon
tort et d'idal, et il y a tant de
uvndiants !...
On peut, mon sens, assimiler
l'idal la lumire pure tombant
d'un ciel que ne voile aucun nuag-i
et dont notre etprit reoit l'ion"
pression cumin i a travers un pris-
m de cristal. Un seul rayon arri-
ve notre il charm, une seuil
ra lie ise cou eur. Tel esprit v_it
ainsi son idal p ir d'une nuance;
tel ie voit du ie aube nuance q e
tous deux se trouvent gal m- t
plaisantes. Alaii pis un, mme
parmi les plus grands gnie*, n'a
j imais rllt la lumire pleine et
par lai te; pas un ne s'est vant de
lguer au monde la totale beaut
spirituelle; pas un n'a exhale son
dernier sou Ile en disant :
J'ai ralis mou idal ; j'ai ex
prim ce que voyait mon il in-
triiur.
C'est que l'idal n'est autre que
le divin, c'est--dire L'infini..
Au moins ne perdons pas une
occasion dr j ter autour de nous
leslm-nts clairs, les ides lai
ns. les aperu j bienfaisants que
nous fournissent nos rflexions
quotidiennes et nos rapports avec
nos semblables et avec les choses
d'alentour. Rassemblons tous L*s
traits de beaut ut de vertu ptrs
chez les meilleurs, chez ceux qui
sont monts jusqu' un point d'o
ils voient se drouler un peu plus
de l'iin nensU. Profitons en av.-c
joie ; enrichissons nous en pui-
sant dans le trsor commun de
l'humanit, et surtout, soyons in-
dulgents pour nous mmes et
pour les autres: croyons volon-
tiers que h mme sincrit anime
les autres chemineaux de 1 idal
en marche vers le but magnifique,
MYRT1S.
Par Cable
Nouvelles Etranares
attitude prendra le
^*3u gouvernement au
des rparations ?
Hl
' '.Le rsultat de* lection
use le* milieux gouverne
r rrar,*ii dans l'ignoran e
rW| ^ i"ra en *u'vre tn te
ki ngociation* lelali
L T P-ration* et aux autr. s
''''ernittionales, d'un com
Wl*1 pour les deux pays. Ofl
J
ce contente d'observer, toutefois,
que le projet du pr teciior.isme ne
saurait lre qu'avantageux pour la
France. Quelle altitude prendra le
nouveau gouvernement anglais au
su et d** reptr.itii.iiis, en gnral, et
du omit deiperta nisl tue aux lin*
d'enqulA, en partiealtVr ? On rap
p Ile, lepealaul, c.;l gard, que.
a PexMp ion de* l*borili-s, le.-t deux
gian ta g.oupe* politique* enflais se
bont-pieseiits devant le* ieotems
a doc;*ul q^ue Us u^e.tion. traa
gres devaient lre rgles d'accord
avec la Franc?.
En tout cas, on consid.....imme
certain que la ait Dation embrouille
qui suivra les levions, rendra im
possible toute action sur les que*
tions pendantes.
Il parait en effet.impossible que l'an
rien gouvernement poissa pourvoir
a l'organisation du comit I d'experts,
s'il doit, tel ou tard, dmissionner
cl d'autre pari un nouveau gouver
nement aurait besoin d'un certain
laps de lemp* pour se prparer a
aborder ds problmes pour le m i ai
compliqus, (in croit comprendra
3ae la gouvernement Iranais atten
ra une indication de Londres avant
de procder au rglement de ques
tions dans lesquelles les deux gou
verneraents sont intresss.
Sentences et condamnations
annules
DLJSSELDORF Les autorits
franaises d'occupation ont commen
ce annuler les dportations indivi
duelles et les sentences pronom-es
par les conseils de guerre. Les 1ers
ordre- autorisent H) personnes ex
puises, dont 87 fonctionnaires ille
iiiands a rentrer dans la ZOOS occu
paie al las condamnations sonl sus
pendues paur :!} in lustricU, ii foo,c
tionnairea et G ouvriers.
Au leichslaq
BERLIN Le R:i-h jourd'hui le projet d loi des pleins
pouvoir* prouo- par U: gou' rue
nient par 313 vois contra J8 en '< i
et dernire lec'ure du projet. Le pro
jt de loi a obtenu T ipp n des 4 par
tis qui constituent la coalition ac<
tuelle et l-appiobilion absolue dai
socialistes unifis dont les votes ont
facilement contrebalanc l'opposi-
tion des nationalistes et des commu
nisles Bien que la lui ait surtout
pour but de permettre :iu gouverne
ment de prendre des maures de na
ture conomique et sociale, elle est
suffisamment laatique pour q i'il
p lisse agir dans la question do la
Kliur et la Itlinanie, peu tant les va
cauces- du Raicbatag qui ae pro ange
ront trs probablement, sensible-
ment au del du 1er Janvier
Un rotule reni par sa la-
mille
BERLIN Le comte Roberl Zed-
lit/, et Truetzchler, as-marchal da
la cour de l'empereur G lillaume II,
a t r ni par sa famille et expuls
de toutes |a organisations d'officiers
de l'ancienne arme allemande
cau*e du livre qu'il vient de publier :
< Douze ans la cour d'Allemagne,
dans lequel il parle avec mpris du
Kaiser, du teld marchal von llm
denburg et d'autres olliciers haut
placs il accuse ces olliciers d'avoir
eu une attitude de basse tlittorie
l'cgard du Kaiser, qui e*t reprsent
les traitant comme s'ils taient
des chiens et des esclaves.
Un procs contre 1 Elat ga<
gu par l'ex-kromprinz
OELS (Hute Silsiej L'ex krom
prinz, Kiedric Gui laume, a gagn
un procs contre l'Etat prusaira gr
ce auq tel s-s droits sur *; proprit
d'Od sont tablis difinitivem ut
pour lui et pour ses hritiers mil t,
La propri t avait le protieoira
ment mie sous ^q,;o.>tre au mo aent
de la rvolution de 191S et depuis
elle ava t t un sujet de lilg de 11
part des (onetiounatrea et des on
inis-iia i* j s diiirt en|S gouverna
masti qui sa Mat &uwei^ ; e4 d.r
niers. tout en re^onnai-sant le
principe ?c mpporiant cette partie
de la pioprit connue sons le nom
de proprit de la vengeance.
Jalopa au pouvoir des r-
volutionnaires
VBRA CRQ7 Jalopa, capitale
de l'Etat de Vara Ci -, -! lomtM a,
samedi soir entre las mains des trou
pas s sig i les ,* les i belles ont
lait 200 prisonniers dont le gnral
Berlinga, la c il mal M< yar at le gou
verneur provisoire Angel Caaaro.
Ils ont aussi captur des mitralllau
sa deslusilsat dea chevaux, D'a-
prs d"s informations non confir
mes, Berlinga et Meyer auraient
t fusills par un peloton d'excu
tim aprs un jugement sommaire
du conseil de guerre.
Le Gnral Cannes renonce
sa candidature
MEXICO- Le Gnral Galles a
renonce a sa candi dura h la prsi
dem al a o irl se; services au pN
tiient Obrgon contra les troipes
insurge* I \'m i .'ru/, et Joltaoo.
Le p -si I nt a ace in estte offre et
a n i le Gnrai C le* chef de*
tro ipea f li les chires de com
battre les lebeiles de la lluerta San
clit./
La silnation de M. Baldwin
LOS R'.S Rien qu? divers lea
der t les j irnaux des trois grands
p rtis proclamant qu'ils ne veulent
pasentrei danala coalition, il est
vident qu'l n'y a que par vote de
coaiitn n qin le g luvernement pour
ra aubsi t r sins avoir retours de
ii tutelles lections gnrales. Or au
cun parti ne dsire des lections im
mltites no serait ce que pour des
rai on* financires, les lections
n ay 'nt pis cnfl' m ans de I.oOOOOD
In s t ili: g.On 'onsidre presque
c ita a que M. Baldwin dmission
ne in lis en dehors de cela tout
n i-t que conjeeturas
L Ilali ne participera la
confrence de Tnnijet
l'\ Le rejet de la demande
de I n i' poui h reprsentation ita
lia n h iiuil'e ence de Tang-r, a
c1 o ni i' llamenl ..nnonc dan* une
rote au gouwi nern> nt ilalien.Ou dit
que m nota a donn ;\ eut- ndre aux
gouvernements intreaaa la rgl
uei talion du statut du Tanger, que
h d-: an le de l'Italie n'tant arri
a Parie qu tprs que la confre
ce eut commenc ses travaux, il n'a
pas t p aaibte da satisfaire cette
demande et la gouvernement ban
.is vient, dans UO espiil amical,
d'en i ii f nner le k uvcrmment ita
lien Ou peut ajouter que les sances
de la confra i e i s ul q e le r
suit.n des conversations des experts
Lob Iras al de* ngociations com
manceaen I9lfl dins a icune des-
quelles l'ilalia o a particip.
Un match de font-bail entre
Irancais et allemauds
e
MWENCE Deux socits de
foot-bil l'une franc lie et l'autre
alleuiande.oiit dispute un match ici,
hi r. En prsentant ses dix cannra-
dee au capitaine de l'quipe fr.tnai
ae, le aapila n de 1 quipe a lem.in
de a dit : Nous som ns h ureai
de > i s rencontrer sur un terrain
fc,oril rt d'oublier la politique.
..e s, o l n pondu. ie cap.i ina de l qu p- frea
Vais., ou sviisat la aaia ael'sUa
A lie tous chez
Paul E. UXILA
Visiter sou stock cempllement
renouvel
Le pin rari el le plus assortit
le la plai
Vos prix seront les siens, car il
no refusera aucune vente possible.
mand. Le match a *t gagu par lea
franais par 3 points contre zro et
la tin da la partie la .1 quipes
ont t mutuellement acclames.
Une usine lournissant un
courant d'un million de volts
PARIS D'aprs 1 le profe-seur
Aisonval, le grand savant franais,
la Francs dtient le record de la puis
sence lectrique pour l'installa lion.
Dana un rapport 1 acadmie dea
Scien es il annona que la Cielac
tro cramique d Ivi y sur Seine vient
d'installer une usine fournissant un
couraut d'un million do vuils.
M. Coolidije pose sa candi-
dature la prsidence
WASHINGTON On pense que
le choix du Cleveland comme sige
de la convention nationale rpubli
came de 102 i sera suivi cette semai
ne par 'i "'i s d< va oppementa poli
tiques important peut tre in me une
dclaration indiquant nettement lat
tilude du prsident liooli'ige dans le
proehaina campagne prsidentielle-
M. Sicam. ami intime al poliique
de M. Cuolidge, annoine que le pr
sident postra sa candidature la
convention rpublicaine pour la pr
sidence. Le secrtaire personnel du
prsident dans cette cunpagne est
dj choisi : c'est M. William Butler,
membre du comit national rpubli
ciin de Masaachuaela, galement ami
intime du prsident.
Terrible accident de che
mm de 1er
P0R8YTH N.YK L'n terrible ac
aidant de chamia de 1er s'est pro
duit hier matin a la dernire sectioa
un lapide de la Cb cago Twentieth
cculuiy limite A, tilaol une vive
allure, e.-t venue a'cr ser contre
lanire de la section. L'n wagon du
rapide a le tles00| et deux autre
ont draill. Le nombre des mort
aal de 9 at le nom lue Ue-> blesss ses
rail dune trentaine.
Nouvelles Diverses
BL'CH \HE>T Lin- i x. oalon sur
venue hier uu fort di Ru U B, l'ex
teneur de la t; ip ta S ques peiles puimi lea aoliata du
tort. Le mlniatra ie 'la guerre fait
une enqute.Le bruit court que des
agents hongrois sont responsables de
l'accident.
HOME M. Mussolini et Nicolas,
prsnl- nt de la chambie dis dputs
se sont mis d accord sur le program
me des travaux qui seront soumis
la chambre mardi, lors de la rau
Iran. Le gouvernement prsentera,
immdiatement un projet relatif
1 extension de ses pouvoirs. Comme
le projet devra tre tudi par une
commission, la chambre discutera
eu attendant le projet de loi taLtit
au droit de vote adininistialif ac
corder aux lemm s.
La tempeiuture favorab'e qui ri
gne a eu uour effet de l'aire Ucro:
Ira les iaoudatioa ains te dsvi *


UUeiifi
panda ni par scite du refrall des
eaux, 'h gravit !. ' -iiuatiou ap> a
rail 'la'.uiiHge. Vidi, ville rinriptla
de li Sabine est compltement ea
l "* Tl RIN L'lit du duc d'Aoste,
.:0i>io du roi d'Italie, atteint de
pneumonie, continue tre trs
alarmant.
Les coun
PARIS 10 Pollar 18.-1
Livre 4.3658
l!. S- ht* Rews
0 dcembre.
Washington.- Cette Misaine*
ci sera consacre vnrer par !
marina et 1 arme, la inmoi.e de
leu le prsidenl Huniing.
Naples. Des soldats gardent
l'Universit, afin do prvenir des
dsordres, les tudiants tant tou-
jours surexcits.
\i:\v York..--- L* bateau Zee-
hoii(|),) portant une cargaison de
250 0110 dollars de boissons ;ilcoo
li pics a U saisi par le mi vice 'les
gaede ctes. Le Capil dne I l' \ li
page ont t mis en lib rla BUT
parole en ail n laol qu; leur cas
soil examin par les autorits t-
drales.
- Jr.vMF.z. iOU ol.J.itsont ren-
forc la .ii m i] .. n. mentale
ici et L'iO envoy c )Dlre les r-
Tolutionnairea.
Washington'' Ldp riement
d'Etat annona la signature d'un
nouveau trait de commerce avec
l'AUemagi e.
Lo? Le public rilan-
Digue attend avec a ixit le mot
dliuitil pour savoir si I* premier
Bal Iwin donnera sa dmission
en vue du rsultat des belions.
m mm
iiiMnnm
Le3 leclioas pour la no n:utlion
d'au nouveau Grand Matre pour
1' k-:. mut i ienoal i ri \ la. 7 auront
It.-. .m iSrand Orient d'Ilaili le I
ni ne lie l> ci) ira ooui iol a. 9
Il m en du malin.
tl m i- tente Vira li u au local du
T.- nple La Vrit >.
.hi-ii.-u-i il n'y h qu'un candidat
an pre ence. c'est notre synpdlii-
q .t ami 0. L. Verrel.
Nos voeux de succs l'accompa
gnent.
Dimanche 23 Dcembre m fera Pi
nauyturalion du nouveau Temple qui
doit servir .le local au Grand Orient
d'IUiti el a lo *e W Vmili .
laie brillante rception sera laite
aux parrain*, aux marrair.es et aux
invits.
lit Pltlli
11 nous revient que. pour permet
tre aux employs publics le faire fa
ce aux dpeni di i lt< s de lin d'an
ne, l'Administration Suprieure, a
pris la dc Ion le psy< r le mois (la
Dcembre par anticipation avant la
Nol.
Au cours d'une tourne lecto-
rale (aile hier soir dans les envi-
rons de la Croix des tJ m las nue
bagarre, dont les -mies pouvait rit
tre lue lieuses, < i survenue entre
Ua partisans .les eau li lais oppo-
se- N'tail ce le sang t'Oi-J de
quelques paisibles citoyens il y
aurait, nous alinne-t-on mut
d'hommes, blessures* al le r te.
Cest pour nous l'occasion do
recourn ind r certains candid ls
d'apporter du calme ot de la mo*
draiion dans leurs campagnes
en y mettant le ta:t ncessaire.
A La
Ce ire, s
Petite M'isoii, rue du
l u \e uil iisi li : 11 ait
dt jolies c > i ia u s pour Sbiauta
au prix d inu Gouwmds.
UCGASMN
Affaire dite
des Trsors
Les dbals gnraux (Suite)
te V. ferrais
Qui II sont encore ceux qui se pi-
teadent tre vielimes '? D iir ttesiao*
des.'lia dil ici qu'il n'avait rien v >\r
Davis d me il n'j a pat d'affaire
Deslande*. Ce raient Donner y
D.'jn e, Paulnu* Paulin, Cicroo
Alexandre?mais ilsool tout dclar
qu's n connaissent rien de celte
affaire. Ce seraient e'ors l.af mitant,
Anal o>i Mme Da*que?c*aa u;-si
ont affirm que Davis ne s'tait pr-
t aucune drn irche; [u'iU avaient
plutt sollicit Je lui une consulta
tion, nous n'avons donn de 1 arpent
personne, ont ils dclari. .Nous
ne 'omnips victimes de quoique ce
soit.
Ainsi, par ces alleslali ns s'ef-
fondie, l'chafaudage dress par
l'accusation, lin un lourde mains,
1 ta pi ite i I les victimes, qu'on a ra-
cole* de partout, sont venues r-
duire a nant les racontars le DOS
adversaires.
On me dira qu'il n'en est pas
ainsi de Basile M assna, mais a : un
tmoia n'a cit le nom de eassena
au cours de ce procs. Pour u-
rand, on a amen ici le notaire K;-
n il qui i simplement dil qu'il avait
pass deux hypothque- sur une
maison de c* dernier. L argent a l
remis oavid Vilain co nmo cour-
tier, en pr>senc; mono Je > j ii.1.
lis ont laiss l'tude du notai>e bras
dessus brs dethm .s C eal l Mil. l'er>
sonne autre n'a p irt d fouilles Je
trs.r. Mais irdy, lui-ina qu
se donne tant de mal, na pas pu
prsenter un l.non pour tf.i mer
que L)av,s a fait les rouilles dj t'-
tor c'a i lui. Cest liily qui est
son propre lm un, puisq ie lai seul
a pa t je sa propre affaire. Pour
< qui a traii a vluiat iieroidotte,
le fameux client de Me Duvivt-r, eu
dinentanlses altgaiiois. j'ea pro
litir.ii pour mieux laue ressortir,
avec I iijiiu vnce d Davis, ceiU de
Prospar qu'on dit eue son complice,
lies lemoins sont venu ici, sty
ls, prpus par Murt U-rnadot'e,
1 ut iis sont tes colons parlinires,
duc tout ce qu'il a voulu imaginer,
tout c qu on leur a sugg.r. Il n'est
d i ic pts :on mut que ces pauvres
g n-, dtant donn leur tat de servi-
ii ris ris de B ira idolte, aienl
cit, pour continuera av.tir les bon-
nes g;lices du matlre, le non de
Prosper. Vous ne pou\e^, Magistrat,
vous baser sur les papotages de ce
campagnards nafs et niais pour con-
damner. D'ailleurs, ils n'ont rien at-
lirm qui puisse provoque une pa-
reille mesure. Me LKnivier vous a
dit, sans nullement le prouver, que
Prosper avait sijpi un compromis
avec Beruadotle. Si le fait est exact
pnnqioi U rnadolta ne s'est d ,us
emptesude dposer un pareil docu-
mont d'ace sition dans le dos-ier ?
Le pourquoi e>l facile iiouver, c'e^l
que le prtendu comproun- ne fit
que dans l'imagination fertile de
Berna 1 tlte, car Me iluvivier doit
saisir qu'un c mpiomis tant un
contrat svnallagmatique crant d s
u.,i ; i io s aux deux prtie*, en
droit ii a irait t fait en double ori-
ffioal. S iloae vrai u.vit ilexi-tai'.
.\1 irai Bernadotte ira.nat pas m.tu-
q i le dposer soi d >uble au i )S-
lier.
i in -ont alors les maa ivm friu
du'., u-es employes par Pros r .'-
Supposer mne qu'il surveillait un
trou est-ce que e*! i constitua uno
u.anoDUsre Iran luiru-e ?u;i -oui les
fonds q ii lui ont t remit >J ie
i iijin a dit uuen ss prseuos ..
fonda uni eu 1..i - a )av Q
Froqierpir >l i a tttroaijtie ? v.
cuu : l'o i ai en raire, s >u u 11
mm s a dclarer qui i rospi a c-
cupuii d'ag icul ura a l'Arcahaie
Et j ; vi-, pour m p i u.i rap
procuc.u i tri ig : a *td '.nlre
la dec iration au qui
paib de (>.. i >.'eii .r.ii- tl les
attov'.i o .* a- ( ipres luioins di
BeruaJg le : .i p rient d* igraculUi a.
C m .....;. lufiise il t"j w
iu i .c in 1er V os er.
C'e^i i il i i >ur U E
ne U ,. comp ir de lavis qui
se dil ausi trs ficlime.-- Dai lo,
tcajoiu a a ia fois l'ami de D|a 1
Dario qui est un homme instruit va
fi.ra t.Qj3i- toi tes lis inveolijas
deDj'iol. Etatirma qae tout lui
a e rapport par Dgau 1 ; qu'il
ni jam na vu faire d* fouilles de
trsor et n-a jamais vu son ami offrir
de l'urgent Davis.
Oa fait monter alor< Alva It;*d-
va, Rolique, Sum Brutus, dit
Brava sur la scus peut importe,leurs
tmoins quoique >; a monts vien-
d ont ilsi^ner, il a suffi d'un sim-
ple d'phcpme il, Sauvaterre pour
Divi-. Ils vien.Iront, aprs avoir ra-
cont des -cnes burieaqti n da louil-
les, aflir aer n'avoir vu ni Davis, ni
aucun de- prvenus, en lear prsen-
ce toucher da 1 argent el le biler.
(Jue c'e- toujours les prteniues
victimes qui leur ont parl de snoti*
talion de creea-baci* en faux green*
bjck et ls h ulemeiit de r*reen*bi*ilt;
mais qu'aucun d'eux n'tait sur les
lieux, qu'aucun n'a vii ni cette subs-
titution, ni ea broiement da faux
billets.
L'accusation peute 1 encore vi-
ve avec tous c s tmoigaages qui
tournent cou re elle r Mm I je I ai
enlonce, j'ai brisj loa'es ses lignes
de dfenses, d'ailleurs trs fiin.es.
Dans ua instanl, aprs moi, d'au*
i avocats vont co diauer a le l*
m dir. Li lumi re dj commence
jaillir, dan- c Ite toebre^se affaire;
bie i ol elle lilera dans toute sa
beaut. Bieirt vous aurez, Magis-
tral, toutes le- i"ici it-, tous les i -
mails iu suivant l'quilS et le droit.
{Lu fin d'itluin)
* * ' mmHmm^^mm>
h* prochain concert da
111* hm Gut
Jeudi prochain, 13 Dcembre, eu
la Si le de du -Sarh <6h ares
du suc, Monsiear et dadtmi isor*
ges iul donnera it u i gr ta 1 concert
eo*apos exclu-i.ement de- m ivr s
favor te=i du puulic masic.en de Por -
aa*Prioee : les conps ons de
Schubert. Schumtnn, t-e airs si ap-
prcia tirs de Carmen, Mar lia,
du Trouvre, de la I > t 'te, .
Le Billet>, composition de deux
HaiUens : Mr ;)am> ls Vieux puur
la posie et Mr !^irii)i|ie pour la
musliue, sera interprt avec tout
son charma nmo irtui par 1 mioent
t.ior.
L programme, tritaale r'gal
d'art, paratlra dans le n iin^ro du
journal da mererodi 12 deensbre.
M msieur et M i hm Gui se m-ltent
la diaposil o i des Familles de Port-
au-Prince pour l'ensoig.iprnent th-
orique et pr itique. clasaiqos et mo-
derue de I \rt du chant et lu piano.
Prix mo'lr;. S'adresser a Lalue
No. UOtf.
Granl Meatidij
Le public de Port au Prince est
invit a an Grand Meeting que donne
L' vs-ocial on Uu>versa .vegrolm-
proveme'it Associt on, anl uriean
Co mn iBisia Leagu >, le iji niche
21 Dcembre courant ai h,-Mires
prclsss de l'aprs midi ;i la R-sp .
lii^" L'Amiti d s Frres U unis
.N > 1er mise gra e lesment sa
disp i-iti m: mi vie dl ropo a Ire au d-
sir d i h >:i c ible M rcus (arvey de
Mdw-Yok, travaillant au bonheur et
et au relvement de la ra:e noire.
I aiiailles
Nous a?om reu avec plaisir la
ca te Oe (lanai les de Mel e Aii-e
Si Romeavev \lr Francis Trouillot.
N;- ma i inra comp ime.its.
-*wr******
*
i\^Cr*ofoi>
Il nous est fait-part de U mott,
Palis, hier 11 Uceiob e, te d n lu-
1 Lu tire, ne l loua prisent), s n s sympathi-
e-tas . m 1 ola i ces aux patents
pro ivs.
Parsiana
Mardi
Selon promesse fai e aux dames
patrounesses de la f!e de la Chine:
re, n-e les lit.ne ut lim: piso*
d i de
la Hnn\U \uwa
Ddiia Dwiiii^et
w Calvaire
Katre : i guides
La QuStion de
l'Etal Civil
Port-au-Prince, le 8 dcembre 19iJ
Mon cher directeur,
Je vous demande, comme je le fais
souvent, ds qu'il s'agit des intrts
gniaux du pays, da publier cette
lettre dans votre prochaine lifon.
Celte fois, j ; m occupe de l'Etat Ci-
vil.
Deonta qualqaee jours, cette almi
nis'.ration donne li-'u une s'ie de
mesures plus ou moins rationnelles;
tantt elle est con'ie au Conseil
communal ; tantt ails est laisse
un citoyen pc a'.emeit dsign sous
le nom d'ofal'ier de l'Etal c vil. Mal
gr la loi nouv llemeat promulgue
par le Gouvernement, elle attire en
eora l'ait >ntioo; elle a des di licults
qui paraissent tre insurmontables;
les 50 o[0 acmrds Im'licier ne
rpondent point, parait-il, aux frais
qu'il fait.
On doit considrer ce service a un
point de vas plu -'lev qu'on ne le
figure ; il doit, pir consquent, tre
en'o ir de toutes les protection* n-
ce*s(ires, pare qu'il reprsente, en
fait, lagiraulie del s icit.
Toutes les nations le pensent ain
si ; c'e-t pourqu )i on trouve une
forme facile pour son bon ionctionne
m ni.
Le bureau de ll >f i :i>r de l'Etal ei
vil doit tre au renie de la vide.
Qi-ll- que soit l'iniorttncs le la
c n aune, un s il of" i -i r a if.it 1/8
diitee q .i lai s rt d'oftloa I rit tre
lteini)*iit.
II 'ait d e sali orn'>e nom la c^l
brat'On lumir>i^eel lad' a-aii-n
d i div rc^ en d i de- a I . aff c
l* a ix na s-aiees e' dcs. Ose
sal e-d >iv d jivo it reflter l ; 401I I h nation.
Le< bra-ches qui comnosenl cette
administration-- nassance dc)-,
mariage doivent 41 e bien rparties,
afin de proluire tous les rsultats
que les habitants di la commus r
clament de l'Etat.
l'ne exception peut tre faite aux
profits d s qiartiers qii resteront
toujours avec leur Etat civil Les
commune- comme celles du Port au
Prince, du Cap rlaitieo ou des Caves
possdant d-ux ou trois officiera,
peuvent-elles rpondre aux muitipl-s
exigences d'un tel service ? Le iocal
ne vaudra pas ; les appircmces se
ront mauvaises, et, enn, le carac
tre imposant du fonctionnaire sifll
ra peine a la m ije*t du minage,
qui est l'acte le plus solennel de la
vie sociale.
Bq prenant Part au Prince conme
exemple, je ne vola pis po irquoi
celle ville n,' se portera t el e pas
bien v c un sjuI ofncier et un seul
bureau .' Ce s-ul oflicier fera ses
froi-,trouvera toutes! s satisfactions
personnelles avec les 5 J ojo q li lui
a>nt ace mls.
Mais il S'agit plutt des emo'ois
trais ofd'iers, cest bien Comment
virent il* ? Comment logent ils les
bureau a.t Comment fonctionne lof
fice .'
Dana tous les milieux, i' y a un
pf-li^e a garder ; il y a la dignit
on c >m nuuaie ou u uioaa e main
te air.
V mon humble avi-, je croit que
le Gouverna nent ferait mi^ux, au
lieu d'aug nentar les revenus des ofii
ciers, de modiii-r la loi en vi^nur
ou de ria:re le nombre des oliici-ra
dinsles priaoipaiea villes pu- un
an t.
Un of.ehr de l'Etal *.ivil pour cha
quj c ii u ni au ceune de 1 < v;, e
et un ofiicier pour chique Q ;a* i>*r
o il y a nos j islice de ^aix. (J 1 exi
g mm a ors, p nir les gratl ls c utres,
q ie cet oi.i 1 -r ait, il us chipie
ofce, les npoy a speiaui pour
ch icu ia les ir tara irbai d servi
ce ni--i 1 : -1 reo ma dss 1 ace,
dcs e divo ce. mariage en.i 1
Ave; une belle lo gin -alion l'Offi
eier l l'fitat civil p.ara r-tnbier
canven ible n ut ses employs et |se
doannr une forme n m seulement
dc 1te. mai, imposante.
Je conus donc, mm cher D rec-
teu\ qu il n'e*t point nc-'> lire d'
vo r plu-ieur ofciers peur uuecom
mine; par cun-.quent, diminuer
ou augmenter les 50 o|o qui -ont d
j a cordes n'est pas ia rforme.
Je voua prie, mon cher Directeur,
de m croire votre tout dvou
UVfiMl'RK, av,
Ce Soir
Aura lieu i Cin* Varits U ta, I
prsentation thtrale orw-ssl
par Pollux Paul Il y ^^1
pits at dits des commiliiitil
inonolo^u^s indits et d'un foui
rire. u|
Nos lecteurs qui veulent nmA
ileux heures .-., lyrthiecefjjnj
gm 3t jouir de saines disiracS.I
n'ont qua se rendre avant 8 hn
C'n Varits, l'entre tantal
une gourde. i
Secrtairerie d'Etat I
DE L'iNTtanJ
beclion d'Informations |
ME10K\KO0l 1
Intrieur. Las Prfets ont j
appels Pi-au l'o- pour le 17M
cetnbre en vue de les entendre sin
l*s questions a Iministratives I
les besoins des populations. 1
- Le Conseil des SecruirJ
d'Etat a vot la reconnaiiaanai
d'utilit publiqu! de l'Union ua]
Socits Spor ives I htiennes. |
Le Dpartement de 1 lit-l
rieur a envoy a I impression J
rapport des membres de laCocol
niission Cd Jaslrale concernantl*J
liiiltalions Kouicne et Chabattl
Li (]o nmission Calastralal
est reiurn-3 d* son iisp^iioaj
qui s'*t arrt.' nu V.-ireitea.|j
rapport sera publi |
_ Le IJ.jiri u nit d< i'IrtJ
r'eui- 1 I.- u m i m Ma:i-|n||
Coin 111111.1I l ; cjuvo pi -r ctt^|J
laine lis m mbr-s i- la C)mraj||
siou clnrg'e de su^,' er Ls rsrl
su-.-s i p".* i Ir mi c q ii con:er*|
ne les Iravanx ifl-clner loi
C'n na d'. Mars, m Mirchc,aul
quartiers di la Place Si Louisetl
autres et uu Cimetire. I
Agriculture -La SecrtairsfiaJ
d'Ktit de l' Vificulture annotn!
que: Le Directeur de la Ferroal
ole de T ior a port la cofl
naissance du Dparlein.'nt quai
dos rivuiius en amont, par utisl
extension abusive de leurs droite]
ont dtourn a leur lisais exc/ul
sit, le cours d eau qui a'imentaitI
le canal ouest d'arrosage du doj
maine, causant ainsi aux plantai
lions un rel prju lice. A loulesl
fin9 utiles la question a 'dMa
re au Dpartement de la Juiticd
Tout 08 rieij
Si vous avez pour cinquaUtiJ
dollars de dpenses taire poui
la tin -le l'anne et que vou
n'en ayez qu'un seul de eVponH
ide.quoi lion aller lejderpeutj
tre dans un colifichet quelcofrl
que el se priver du reste? J
Placez votre unique dollar dtfj
ponible dans un billet d la \jM
rie St-.Mulia! o vous ave
.1 .. _. _=<(
I IU kJl-.ll.il uu. **.----------
chance d'en attraper 500,
Et le i6-rendfZ-voua.au l'ra
Traisatlaiu
Le paquebot C VR.WELLB sJ
altsiMi vendredi l eouran..
Sais
partira I" mne joir P'"_2
Marc, Gaaaivas.Oip riuliea, ry
P.iti. Stn Juin el le ila're.
l'orl aul'.ince 10 ^^"T
L'^enllM'oi. E. IK>J8LH
laii'TlEW. f|4
Mai'ohundisa *iaJ- ;.
in le des ruos du iSig
de liai et d^J^n'^
avis uiylii uDiiial
Le Soussign dclare au M
et uu commerce ntre plus <~
ponsable des a cl- s et actio',
son pouse ne PhaloiiW W'
pour cause d'incompaUbi
carac're, en alieudaiit qu J^
Ibn en divorce I"' ^fiS
Port-au-Princ,10 Wf'fflfc


u vaii>
ie Royal mail Steam
Packet Gompaay
,, CO^iWAY venant de Kingmon
g pori* du Sud, e*t attendu jtudi,
^sranlJLl larti a te mm^ jour pour
)p? via les ports* du Nord:
Port-ii'FriE!ce. ta 10 Dceuibie 1923
ta DUT
Varrits
Le
Msrordi
T
iuN-HSIIMH
'e, et Te pi Eotre : 50 eantime
JJEUOI
Mr et Mme Cl T donnera un non
vtau ooocrt dont le pro^nmn-
sera p'ilili Jem 'in
oi qu'on.dise
Quoi qu'on fasse
Bum Harbanconrl est
sera toujours l& me Heur

ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Suffocations,
Toux neroeuses. ;
QuArlion ocrtatno par Ici
CE6RETTES CLERY
- POUDRE CLRY
Dr C1.FVV, 53, Boni St-Martin, Paris


. 8

...
S
(Iode et r,
A la fols Ton. dne c: D Uf.
Anmie ST.. -a gnrait
Croissance dos Snfaits
GlandesScrcfnla
Formation des Jeunes Filles
Maladies do Poitrine
Cira mt ;rable. remplace avantageusement
l'HUUE de FOIE de MORUE
T COMAR A FTI.8 C PARIS t touti ~.imoi 113
^^
(iiafonolas !
Colombia Graphophinn Co viant
tyiif.r par le dernier l* eau leur
mr modle il*, Grafotiolu, superbe
liwfi jitrm pr or nv> > S:
\p*i>H* % in un d ch*t'r va t e ma
woran lu Mo ture I* s vent
I.PhtnZilANN-AGaHHOL^_
1 Aesluraul m i A?-air
l au centre des alaires Commerciales se recom-
nu puUic, ainsi qu' ses nombreux clients, et
|s\oy;(jeuis de la Province cl le l'tramjer
i sel de pajsija Port-au? rince pour s cuisine soi-
i la rgularit de son service.
t frou lu 225 prs du bureau des tlgraphes
8.
. SI LIA, Proprit e
Paul S ils
AVOGM
Recouvrements Comaerciam,
affaires rftraijir,
Correspo lia auj
ton. ,' ; v 1*0 - lin,
f irin ) dr > l'a;' i.
/,r ,;>, 'l, ia 217, '< >> ">' '
i ,, un '
--------rV^)SM! zj
conire
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
ai DELORT. Fharmacien,
XXV, Ho M, r-Ai to:n
PAHIfci
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINCE
Alex.PETRUS; Pharmacie ALBERT1HI
Phnrmaclr du D' Juetin VIARO ,
ti tontmn i bonnes F'hHrmmctmB
Colombian Steamstaip
coiupany Inc.
Yapmrdirigi par la CoIlffiMn SleansWp Coa"
pai v pour compte do United States Sh?pp?ng Rcard-
jc Steamer 3fati oeaaac 3e* podt* J*
fo M, attenta ^rt^aa ftinec k tf <>'-
ctnttke courant. jU upattti a ft, me.at> j-hu
roui eTUav-.nll MabtpotliC J SU pw*fc
fi eu & pa^ajesu-
Le steamer Bogota ayant laisse New York le Samedi 8
dcembre courant e* attendu a Port-au-Prince ta 14
au malin. 11 repartira vers midi pour Kingston Ja. et
les port du la loloml.ie prenant Iret et passagers.
(iCbara& Co. Agents
-fH .'i.
= i
iaKaa
ITISFACTIOIM GNRALE off
t I I
y '--....-.?*? -*;,a^
par la
aiso11
WjM ton mse en f.rine plus. Les inquitudes des pro haines ftes sont dsormaisconfu 6 s. Mal*
** tout ce uona ilabla embarras,
bichertde ta rie et la pnurie a*argent. ; elles n*ont pas pu faire face ce;lut .eut leurs
w> -euM* bl gntioM*% k.,a partie pourrait tre considre vraiment perdue ni la maison 4atji.il
AIA$> ave sa benne foi, et sa gnrosit habituelle nes'liii aona pju** tdslu d'offrir a nu
mbreuse ivnele u,i sa:i/tteltow Qfn aie.
^'1 airtfiqa'pll
h. il MATTE1S
i
y


LK IttLN
GLO'BOL
fortifie
Vn mois de maladie abrg
Votre Vie d'une anne. Le
GLO'BOL permet d'viter
les maladies en aagmen
tant la force de rsistance
de l'organisme
puisement aerreux
Convalescence
Neurasthnie
Pales couleurs
Surmenage
>


La este de CLOBOfc
segmente la force ner
vtu-v et rend aux nerft
rajeunit toute leur ner
fie, leur souplesse et but
vigMeur.

h

O m't$t pmt Met al *<# h vritable val
r tu c# ptili /love* < GLOSOL
L'oriMON medic ta
lt Mil airirmer que le Ole
Mpl nr>r*ge noiabieiaer.t la
Anvalosar-nce. el cela s'exp.1
ah alternent. Mal, <*.iue fa-
I tntbj l PcciatfW Car
Tjefgf1*- d" lou miRcne 4j
SnorW. C'est un tontgue
premier ordre qui, ccArajre-
nvflt *rx exciiantf ftaWUK,
man hient utile et peneMSto. H
abrge la convalp?enae et
ajoute, pow ainsi dire, la
!<- (k vivre, dont tout le
Rerot rside, noua lavons
vil, dans le <"uvLfen des eon-
JlOons easenueJes de rtu-
Une*
*'"'. noiirqi)* nous pn*
rivons . cures de Globftl
a le plupart oe nos mala*i,
celle mdiCA".^. ne reaeon-
trunt aucune eontre-inlflca-
<--i et permettant une lutta
Mceoe contre la dechAance
bemaloeenin'je
D' Etienne CauctMTO.
I Ancien Interne k Paria,
i
Butai Oicteliia, t. rua da
Valencirnne, Paris, aj'toaU*
, ptmrroae
'
iBaciea. .
Vaillant & Houst Agent* jenraux 1720Rue d Magasin de l'Etat
"
i
i i' -
Maison se Spcialisant
En Casimir
AfiQiaii ei tanai*
t'up Va* p. foi i\'0 / 7
Cette nnriion qui e'eel lelUmenl peialise en iet
article* a le plaisir d'annoncer ec roepoclable pu li^
au aile renouvel aomplrtteinent *un aea liment en
t; u\- stoe --m i d ',: aii.leS trs mponeur 1 pni mod ra
r l'nutr.' t i-.* li de 2 loliare a 1,16 I oe
U mais mi .m. i* ifu Ne lionl au m ,| an I ta < li-
li>*ll! de L;i'ijonal nui \M.-u Itjrje ri .!|>i|i;l.il> b'uii s
do lauricaii m iia ieoii t.
nori*ar*|irinae, Berambre 1923
M Gailticcio
Grand itel de France
Angle das Hues Bonne."ol et du Qur.i
Plafaal d' r c va r :
Pa t il foie eras iruHap. Qvet de livrt. AndouilUttai lam
lentilles AodouiHei au saindoux. Jambon en boites. Aa-
ttois l'huila.- -Sjrdinea Mari|ueratux. Tlion. - CaiaoBlat. -
Petits pois tins extra. Boudint etc. "
Vis HOttga, le gallOD G. 4.5a Vlll Btene, le lion G. 5.D CoraOHftfri?
JL'ii ei abii* i a* b rrquv* ei g* (on*
d<* Vn>* deBj deaux et de Cham
h Petits maison
1637 Rue du centre
Annonce sa bienveillante
cliin*'e qu'elle vient de recevoir
pir le dernier Franais de frit
A .J7 ufin I ch 'i< I Siiuli.:r i) ir en"
f i ils, !i > i II ".*, Il r.'i'HiK, C >*
'il n h li li t s rec :n n ni 1:'"./ u I t
nier cri le fa l/wi*, noiri,eouletire
vi i *, ' I s I nie I m lel nit'c i , broderie*, rubinS) i ir
luui'.'iit*. o'ijt-la relig**ut, i|iiel
qu s j'i'it* tinni s le 8uirjes,lull *
linon, linU* n iIhmciI.-, Ir.ile pur lil,
bu \(\ii l> iiiniliiivs el voiles le
m.iries. etc, etc, etc. Eu solJe
chaussurrt d^. ht>s.
lOUets ohoix do
trs bon fjotlt
Elle a .tire aussi l'attention de
ses nombreuses et fidles clientes
d'avoir s'inscrire l'avance pour
leurs commandes1 le lingerie fine
robes lingerie, costumas gar n-
nets, etc, etc. Spcialits del Mai
son afin de pouvoir eu assurer la
livraison la tin de l'anne
prix trs modrs
Cstaioa Saestlsate. Ghamorsi fonSiHaWes. -- lsaflBS%|jie vnc
ur la mer.
laille, Yaille, Yaille.
Occasion excepiionelle
A l'Occasion (les letes de fin it*nnuee qui approrhriit
la rualaon Abltboi Dayan4t Go229Huadaa ont* Forts,
en faoa du March Vaille e met en vente les arttolei sui-
vantes nioi.i prix
Cktfairiealai" Meu msrin ir bip.
tt u couleur
. .. '
F anrlie blaoi pour costmne 5 liomm:
Alpsga noir laprisor doub'a Ifrgeur
tM4 r>:n maria doi b e irgfur
iHiiic ilonbie large) r
D b liiator aprwor pour miume & hommi?
T -of roi ;>'ur oilnin- homrni>
Pu n- banc!' conh Ui up
V i; ioir oi b!e 1 g r
Otbatjli" '+ > "r < >"' Jupp p et
couin s houin c*
O'g*"1' i i ' Ml -'ur
iirgandi toul< in >'
Mouchoir! p ii l >lo imi
Prix bvi nt
P. or fl
I


fila iriics ccuieti' Lusi
a
I
s
5
y
i
3
S. KO
0,4J
1 to
1
s
i
1
i
Plil d atijotir i hui
4
3 06
2. a
M. 20
'2.i0
3,b0
1.10
1.40
0 70
0.60
210
i ,8
0 5
. 0
0"
1 o
1 00
n '0
MO
lCrnasMlamtlU'
Fabricant de chaussures
en tous genrw
Matriaux suprieurs '
Soins promptitude Clrit
Gran l'Rue prs la Poste N \T
Li maison porte In connais
aasca du public que daoa le
but le faciliter et d'encouragar
des nombreux clients elle as
corde partir du 1er Juillet
1923 une prime de une paire de
chaussures au choix toutdtsn-
tdtir de vingt tickets.
En conaquaiMSi on est pri
de rel mer un reu pour chaque
achat au comparai
A la Conscience telle devise oV la maison.

La Guinaudc
GR4DIDBUE
Shop and Lunch Hoom.Open Fron
A 5. M. L'util 9 t'. U. Eve y lay.
Les irtp s s tlu
L/>s Ct - M rocamt, C:dpes
a.'Ttcailla '''p' Stanley chai
Iau.K AUXILA, .oui relle-
l.cu aianalrvu*.
Savon LIFEBUOY
connu du monde enliei
Un stock de ce fameux S WON est arriv et mit,
vente dans tcu.es es bonnes maisois de cette plaoa |
Fabricants de ce SAVON ont su combiner un SAVl
de toilette pur et l'un g* and pouvo.r dsinfectant.
Ilien des fam lies se rappellent les services rendusl
le SAVON I IFriBl OY durant les dernires pidmie^
oo nmeni un usage rgulier de oe SAVON prvient
toute infectiou.
Prvenir vaut mieux que gurir et l'exprience a pro<
que le mei leur moyen de prven r la maladie dpei
ae lusaje rgulier du SAVON LIFEBUOY.
i e S a VON LI l OY peut s rvir tous les uagn|
c est le SAVON ida pour la toi e.te et e bain ; il n'estmJ
-eu emenl azoallsnt pour a peau, mais prvient ooi
t^Ate infection
lieooxnmand pour les enfants qui sont disposs
ma'adira de peau, h'-xma, Kchaufure etc.
Ko cas de maladie dans un maison ou mme dan|
vois nage, tout le linge devrait atre lave au S.V\ ON LU
DUO Y,
Il donne au lnge, une odeur aine, et garantit la___,
iouTenai-vous que prvenir vaut mieux que guen
FiBRlCANTl lever* Brolle**8 Compt
CAMBRIDGE
Ioents-- Alfred Vieux
l>OHT-Al>PRINCt
k LANCE GARDIEN
Spcialit d'article* de deuil I
1639 (lu H Oc tubey
Joli-modelas de calottes en apnrtorls.
Ircn-n tures pour ch>1esiix-(>^pe siijrrlcur
Pllotlea noires pouf (oileltts de dw-1
Soull n et c'iiusx* tes s i;)i'rl('U"s poMr m/aitat
Parures el voile de maiie
r3:ui blans, longs et courts
Rv.e lavable lipo de Cliina
4'b'iTi rie cnrtei sOstaies et da phdos
Ct rk9s postles -.e luxe <|roa & dlit-
\lusi(pi>' < 1 * si ue et de danses
Co-irronnes marluaires m t^llujus J
nouquets.Corbeilles et couronnes de flous ntureilli
f | Prenez c temps" sj^
lavaiTOUa q>:: la forte major^ctas mJcd.es dss ferme
n'eatrnit pis daoa li dorraine do !a chirirgie. Ceci veut
d:re scur? ou dplacement des organes.
Savez vo-.s puc Icr malaise ordi(iu:ies et ta plupnt d>
nt des iympiomes trs iiinilaiies al
mt un opration.
nent que beaucoup de femmos et t
temps fort simples ot;
ceux ri': cti it-niandnnt
Savez n)aa Italmaat
Jeunei filles souffrent inutilement de cls nlnllM* 1J<|
plus rlles risauent leur sant< en laissant ces inJimposition
continuer et B'augra^er.
Si e mal est pris temps, c'est a On JtaMe apris le
piemiers s.mDtomes lien dt-s maladies s;.i>.r,se3 peuves >j
a
ej
B
i
fl
puai
a
s

tre: vites. Jansass cas dtdouleurs ci, retar
j ritac,:,t>r, eut r,rvcuj.. :i Cotneo ]
t. Piakkaai davrab m mm snm d.'i?.;. Ce m'd'i-emef
e:t pr.'pure avec n oefi contJ knirjcj
des rt tat aattatsasem nrt a erlie ntles. )!
' tn .".cu.i nnxo aniai tv .-
pej
Cor.
de :

._>4 ..
'
0
a
Sfia-
k
~*T.~< *.--
^_
BS1
Hiv

.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM