<%BANNER%>







PAGE 1

U Malic Ailairc iib fa Trsars Lei dbats nnrjux (Suit*) il{ Y. Ge vais Unaiatrat, voire dcision loit <'inspirer il s i t noigadgc^ qii serait d-iouls, a i ilys* et contrj '>s l'eadieoc %  •! noa des inventions int*ra*<(* I s pirtie*. En matire pnae. o tout e>t stricte sensu, 'es tmoin^ seuls condamnent ou innocentent. Leurs u:lirit.->ns l'audisnc Tir ii Mit la bo issole du Juge. La dlnl se prsentant sous cet aspect, tach n ad u v ml les f.ii s dans l'indis pliae, m MI ; o ils ont fis tceaai lis pir les al; MS t ires %  *•* le rtablis d.j poiot 00 poiat SJJI leur vni joir p>.ir turjaillir la lumire. D'alnrl 0:1 ait i] 10 la b")uc rnisaiire, l'e^l lavis. Oa dit qu'il sort 1^ C ib 1 o i' a t frap >'•• uel tmoin .1 app tHi 11 1 l i 'l 1 -' 1 i.e 1104 ra seos? Peiaoneel — \ccol, on la>itdiversion, on bran lit un pipier, un aliiffo 1 da pi 11er •>, un soitdisant jugsinsnt I c >n la n atioi, dit-0.1, pour i's •'• 11 tarie a Cuba. — Devis daman In i nmidtate osai l'original dn < tti pice ioforna, la* vente a plaisir pour le par-Jre. On ni dsns l'impuissance de prsenter le do :amaot 1 l'il 1 •'; :la on. (Juel crdit al rs paut > 1 accorder une simnh 0 > lia l M! • 1s } \u ilex-vo is •• n ittre Davis ? Oit hunme contre qui 1 utosles passions nonl l li itn as a 1 cep m tant n d'une h )!M:.II)'C Camille cubaine de H ilguin. Il u dit I M tu 1 s ru narquables l'Universit le la Ht vais, paosson piys, il a pria le parti 1 1 1 faibles, de i'o ivrier, et cas! ;> > ir se* vues allruistei iju'o 1 l i BO vaut. Leader d'ua groupa de travailleur! d 1 ris un m > n -ni de grve, I • Gou veroemeol cubain a dict des mauros vijlontes contra lui. C'est le sort. m a n % %  • e 1 Util!, q J= a t to 1j iirs lit .1 ceux [ 'i 0 il 11 vellit d..1 cl im^r p >ur e p up c. — L) ivia, p ir %  .11 i.in aune '.m t cert bue vi^ntpn II ii'i iivec o 90 '03 lo 1 1 rs. Davh an Hati, m* les perscutions diriges contre l>ii \ Cnbi.ia dplasaul aussi. Ei notre nrlise •nos Invail, il a suf i 'le ivoir 1 M ce na h nrenx fugitif p >ss \ I lit celto s 1 M •: le ij lilre-viiigl-du-iTvIle d il! rs •> piur que tous les appHits I\H1 it .1 kc 11! 1 • 0 mira lui One • nprenl pourquoi le capitaine \V nd et toue ta ciiqu* Paulmoo Tho dore l'ont poursuivi avec tant d'acbarnement. Le Gouvernement cubain redouble ses attaques contre Davis, il deman le son extra lition — Voua connaissez, par l'aterra i liaire les Etats* Unis, le.s b>nripports qui doivent forcment exister entre ces deux peuples Cuba et Hati. En dehors d tout trait, on pourrait, telle est la pratique de la diplomatie contemporaine, se baser sur de pareilles relations pour tre agrable h Cuba. Si on n'a pas pu le faire, c est certainement parce qules motifs allgus ue sont pas concluants. Cet! parce que Davis, aux yeux du <> %  1vernemenl Hatien, n'est pas le miserai:. qu'on nous prsent-'. Quand un va au f nd de la cause, on relve que Mme Cime m a dclar que le* seuls rapports qui existaient entre Pavis i.i 1 •rant cette al'lirmalion je ne vois pts 3111 quels griefs 1 on sait baser pour faire de c.-t honnte pre de famille le complice de Davis, d'un dlit que ce dernier n'a mme pas commis. Paulmon Thodore, l'ennemi mortel de I avis, vous aura cont v.n tus TI\>, erora l'etisleoca J-soi disant nor ; l'oa *" %  demmde vrainmi qi; vnt la calture d 11 h 1 n n -, ai ifo doit ainsi r dans U superstition ? J'ai ne Vfe Brlv et le plains la lois. i| | u i rl ut j ,,; j e seiH .les ti 11 — ances pour tomber si ndvement dtus '-cil; iralre, lana ce for;nidibh !i nlage eu n i 1 %  et '.ir.,)ir le df f m %  ,,[.' n, D i r le Ci >itai is VV*ol, l< % %  -. i s > 1 1 liler q 1e la le1;'n q ie 'gg3 co proo*, orrijj-, no're "ice'Unl et dietinftn confrre de es petit travers de l'esprit (A Suivre) a —— 1 —'— mm Parsiaaa Mardi Selon promesse faite aux dams- patronnes.sos de la fiie de la Cheetie: reprise ilo^ lleine et lieme pisodes de La Noorda \\&?m Mi Dovieura et le Cilvalre Entre : 2 gourdes Le piquebit CVRiVE iLB %  > ''t atlen lu venir-, I, 14 courant, lire partira le in lie jo r pour su t M ne Gonaives.Cip liiitien, Pueno P. its. San Juii et li I ivra. Port au Prince 10 Dea nhre L9I3 L'Agent P. Pon. E. R03LIN mim FMS Marcliaadisos franpai333 Angle iJei rues du Hagatia do I'IJI et lies i'roijUForU jit* Hune Ue Lima L^s un mb eactif* "t les m mbres d'honneur da l'AMoeiationdasasioieo ns Klvea da 9, a Ito* >. J bina sont aviss quo la tenue de l'As-emble Gn aie est lixe au diman lie i Jan vie r prochain l'issue de U messe qui sera dite S heures. Le Rvrend Pre .anore fera eus si aaeonfrenra mensuelle liqii u lle son' co'ivi-'is les mies de l'Oeuvre. La Secrtaire, Epouine Jean Lou Ftotenli Yaricla N'oubliez pas que la soire Thtrale annonce la neuiaine derniie est dfinitive.neut fixe iuur demain aoir. Entre gnrale 1 gourde M M IIDfff L'on doitse rappelerquedans un ar ticle de notre numro du premier Marsde cettf anne,annivrtairiidal mau guration de la ttatue du praident Ptioni Caraest, notre colliborateur ConatantiO Unmirv avait suggr l'ide de perptuer par une rue le souvenir de I illu-tra Liber leur. Partageant cette ide,la Municipal t de Port au Prince v enl de a ' renvoy-au dimanche 16 dcembre courant. 0 1 on se souvienne qos des ni^ce locales seront j n •-s et fournirint au pub 1 c l'oeeesioB da passer l'igrib'es moments.— Il y aura une loterie. L'entr* gnrale e-.l de 0,i0 *Smrm m in II • ->. Anivo le lar Kirituitfi Snmed| M| nrcis nir le --/s Cari velle S. G. Mgr Kersuzin, vgqua du Cal Il ni. PU. (.p \'aiin renoiivl'e au vnr prtai sis enmpliiutati du respeo tuuua bvai^alkw. :i Dii icilre u im mm mi Port au Priucj la 8 Deefttbre 192:: Monsieur la Directeu", J'ai lu ave; satisfaction les disours des avocats de la pirlic %  - vil • publis dans voire i m port ol p4rk>ii que. cependant je m'attendais vous voir donner oublicit galement ceux qui ont t prononcs par les avocats de la dfense et qui, dune manire si magistrale, renversrent les charges au maintien desquelles se concentrait it les effort! des pre raiers. Je regrette infiniment que loin de pro:ier ainsi, comme logiquement, j'tais en droit de l'esprer, vous vous 'es pl non seulement a pu blicr, mais aussi publier plusieurs foi* Us paroles des premiers, lais sant indites, co que je ne puis ra'ex pliquer celles de mes avocats, les quelles cepen lani ^t lient de niturs faire plus de plaisir A vos lecteurs impartiaux, tant pat l'admirable te nue du style dans lequel furent expo ses les argument irrfutables de mon innocenc\ qne pir l i-npolm ce dmonstrative des doc rin a jmi diques qui lurent invoqu s.— Je ne vois pas pourquoi, ceux la de vos lecteurs qui cherchent dms votre quotidien des informations exactes au sujet de ce procs do.vent tre dus dans leurs dsirs, et pouiquoi v->us faites de telle sorte que ceux ui h .bilent les pays trangsrs, *• lemandenl aprs la lecture des -i D bats Gnraux %  > que voir • journal a publis, et qui ne rapportent aulie •chose que les m iltiples d scours des avocats de la partie civ le, si m Hati, il est r fus aux pivenus il'nssistance lgale d'avocats prposs 4 leur dfense ? Pour cette raison, Vonsi ur le Di recteur, et me rappelant que loin dtre votre ennemi pet sonnet, je n'ai jamais eu pour vous qu'un aen timeut de siucra SjTUlMlk e et d'ad uiiiation, je \OJ 3 supplie d avoir la bout le publier q i< 1 jues uns des di-cours de avocats del dfense, particulirement ceux de Mes IMien ne, Canvin, Gervais, dans lesquels les vritables pnueipes de la dfense ont . le plus profondment tudis, quoique c-peudanl tous les autres, aii.-oluinent tous aient eu|un langage admirablement inspir Personne lement, je suis intress celle demande, non [as parce que les di^co -rs de la partie civile renier ment tarlaioee choses qui mritent d'tre d ruiUs devant l'opinion pu bliq e. mais pareeque, 4 dfaut de preuves tangibles que la justice im partia e requiert avant de rendre un verdict de culpabilit, ils sont des tendu k la fange des inj 1res ca loinuieuses, m'altribuant des infa TOie^ et des attitudes ijui, loin d'tre prouves, n'ont pas mme t men tionnes pir aucun des tmoins que les plaignants eux m mes avaient ci ts, alors que ces derniers seulement avaient reu de I Instruction le pri vil„'8 de dsigner des tmoins. C'est ainsi que vos lecteurs au ront appris q ie je poitais les noms de tous les Saints du calendrier, alorsq l'en Ha ii lo itle mon le ne m'a t iuj inrs connu q te s ras l'unique ap peUetion de Juafl UiuLsta Uavis, e qu tut m linteau par les tmoins eu dpit de la mauvaise foi qui les guidait. Je demeure, Monsieur le Direc leur, en vous prsentant nies senti OMOta trs respecluejx, votre uvou serviteur. J. D. DAVIS — Quand cette 1 Itre nous e t pa. venu;*, nous avion* i.-i commenc la publication de la brillante plai doirie de Me V. Gervais, en expli quant pourquoi, — ne voulant pas tre laxes de parti piis,— nous te nons donner enliie satisfa ti m tout le monde, partie cvde et d lense • G* st d'ailleurs un d s pri 1 • de ce journal d'tre im.iaiiti n loues cire mstm es. Kt tais l'oci.urence, M. avi u'a l'ai q 1 enioncer nue porte ouv r e. Administration Qafllt) des Postas Las dpl sh M P'i ir Ve^r York et l'Europe vie Nssr York direct par h ateamsr Panama, aero il fem ,; es le m M'Il 12 lo : • n ) i courm: 10 heures d 1 m lin. Port-au Prince, le 8 Dec B.bre W# s ^ F. 0. P1ERCE Couipau 12 WESr BH0DW A Y NE W> YORK FONDE EN 1847. SUPRIORIT: BAS Fabrique de : Peinture, Vernis, Ocres de toutes %t Mastic. Lon R Thbai Agent pour Hati i CHICAGO. 1LLS *)ftant£jre/, w J£alfc/ Je cotoa. 3fuite 3c <53oa5t 6 2*ltey mcxl5. dc } etc, etc. J <>frlre fo sotr io fyrix C>araaU 3 Leoa H. Tnb'iid Ajant exolueil pcar Haial Lehii & Fink, Inc Fonde on 18"6 Supriorit Bs prii Promptii TCFUS produits chimiques, pnarmaceutiqusiat articiOs veikidiJiXds Ua.is une puaruiacie. epioes, l'oivra, Uimol.a, jiroflc.Aiii* toile, M et2, etc. SUCRE HAFINE. Spcialit : Marque prive Lysol dsinleotant, V merle, Articles pour babiers, uy Ruui, Chocolat ft lire, H u le de toie de Morue, Emulsion Cold Cram, traits pour faire essences et eau de toilette, Eau de 1 nine, Poudre contre les insectes, Solution pour oon ver les œfs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprl pour la loilette des enfants, essence r de fleurs, Es l<'lorida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d' pour la table, Hrosses dents, Pepperminl, huile chasser les moustiques et autres insectes,Uegulot: contre constipation et doubles des intestins cliroi il, Cire pour les parquets,Comestibles, Elixirs,Epj Sirops divers, Teintures diverses, Vins, etc, eto, Demandez te catalogues des spcialits. < onfiant vos commandes LLilN & FINKjsM serez alsoluinent satisfaits. Toutes les bonnes pli irmacies duj pays s'appro %  ont chez J.LI1.N &1 I.Mv Inc. Lon R.~\Jhbaud Agent exoluaii pour Halsi RII voir.; ripclio E'onneinjnt sins borne, au une itorrisponJaneae\ ml Li P-MH . U n'ai H re;u au :un %  dpche de *o*A m; en <: (jii joncarne noW vi ;e. Je ne von ai jainaji tl^riDhi,'. Si Jjn-:Li^ a publi une dip-ihe cm J moi, c'est laux et ie ferai ces. Je suis droit etjscofllF mon devoir. Silutatioas iitin7uea. ( S.if iV Ci PIS Go n ni-^slire GonveJ' P.mr co/i'. conforme, r. V B -S) H hco"i7J lMir.P1 ht* Il *'* [ f *\ ,l s..; m Dir..:|..ir lu JJ av'n" .natri n-jnial et.-uimniiirci ^ •;. '' pjHibljlMaW et J prj.irci.iM d'incooP*; cir.c'r'.enalt;!" 1 '' lin. MI livv^ l A ll n ;' l n!>f ,i Porl.auiVin^lOncjnJ Mr Timothe Part. Commissaire du Gouvernement prs I : Tribun il d; Premire imlance de ce ressort nous prie de publier les deux tlgrammes suivants; < Port-au-Prince, ^ Dec1923Commissaire Gouvernement Gap Hatien. Journal < La Poste a oubli diu son X du mirdi I il^.embre un tlgramme vous adress p ir moi. affir n t-il. et pruve%  ant i§ votre dossier. Vvm nrU >!• m lire si, alidit 1 lu'23 OC t >S' l *i l VO IS if 'Z P'yl ) IPlil sff 1 'te le n >i I si cli i pu'iliai ri "Y • I • V ) || C) il U! h p'jl.M 1 le dit jourinl. MMI.UI'JS civilit (S) nvr Comiianin J i Hvt. i;-j lo.?* tonce. OI>| No 21") .V>n'n d- mois 12 HntH PI heun .le dpt 7/IL>/>l lOhres^Oa. m Ville d expdition: Cep Dite 7/12/ i'1. T Pir.'t. i'>n nissiire ju-wj*wm \ p. p.



PAGE 1

' M nm LSJP. QUINA-LAROCI TONIQUE, MCOHSTITUAHT, FBRIFUGE mtm —pSi par to n 1M Mdoolcs %  1n I ^t? 5^" ^ %  OOM, ,rM ••**•'• !" *at. contient tons IM %  aia£t£,£L£% tt, ,"" ar mnm d quinquina, il e-i bira FAIBLESSE GNRALE, MANQUE D APPTIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES M VtlTTt OAW TOUTM LBi no NU H*MHC>Et Exigea-i. Vl.,,,,111 QUmA-X.AMOOai' tiill |*C". PART. : £:: : L'AN CE GARDIEN Spcialit d'article* de deuil 1032. Hue du Dr .4ufrr/ Jolia medeles de calottes en sparterie. Fournitures pour enapeaux---Crpe suprieur Ltoffes noi es pour toilettas de deuil gouh^ra et chausse tes suprieurs pour enlants. Parures et voile de n ie G;t n,s blaus, longs et courts Soie lavable Crpe ds Chine Album de cartes pos aies et de photos Caries postales de luxe gros & dtail. Musique classique et de danses. Courronnes mortuaires mtalliiiues. IBouquets,Corbeilles et co iroa>3 d fleurs naturelle? |Thtf Uoyalmail Ste m racket Comp ay 'U$IH CONWiY venant d Kinaion h Ht* % f*"'*'' ' t* u ,ei """*<"" 'Oit r Ihumih' ri ; ,h,i t,4t ^ '"ttiuni itur so'-ene et ion>rve ln,< brillant fl **< la manque HCNO H 4 t M la mnl'ew J,,„v, l~ ^ M % JH \sKMi *„.,. pn IL, Varrts Mercredi Le lp Sacr D e, et 7e pisodes Entre : 50 ce ,l '.irne 'JEUDI Mr et M-i,. i i i donnera un nu \eau concert dont Je programau sera pub!i • demain ENTERITES" %  MALADlfS QASTRO-INTCSTINALIS I Diarrhe vertan'i nourrieaona.En tante muco! membraneuse, tuberculeuse; Constipation, I Acoldenta appendlculBirea. Fivre typboida, | Mtutd'9i!tPeau,Acn,Ecsiua, Furonclea, au. OUIRltON C IWTAIN par l'mtgf dt i LPL0S PUISSANT ANTI3EPTIQUEI •ans Msrenre ni CUII Rtlua-u lirtntnl I'aniur>ii inltiHnaU, s. k la dee df 60 IIOO goj'lc par ,our O [d'ANIODOL INTERNEZ dan llt) '.a de flur d'onniier. I S" d* l'ANlcnoi, Rj ( e MaihuKi.-.Pa'ii Veste i ii m Mardi 11 Dcembre 1923 En vertu d'ordre d Monsieur L. R. Bfarii Uo lecteur -la Douane d P >•! BU i rince taon I \ lirl-s 101, i : %  i 159 de la loi i c Douane, devant !p portes >\p U %  .i aii. %  il nn procd anr 1 en en de m rcli nd s niivanti Art. ,01 0 Ik* L I. c : v, /M W (j \\. :r. 16 ,, s <> c. nfllui f t '-i %  • ,i irt. 10 B • | %  '• \' i • %  ,. 'I.i i 1 c i • loi i/ > •, j ^ d de • x •• .' A o l i i —1 ii e i. Il,.in Ar ri 4 |u | %  e lu vaux %  j 11 s le vu i'i Art 59 —7 reullaa dil.dcs Art.it — 3 I) i.i.is %  lal i: n louilles • I 4 btton le rapadoux < i %\\ oi vi le*. Mjntbran BUE, )QCjaleu t'ublic niiimi;imr::i:uii.Tiiinii:'iiiujmiimitniJUin Le silleur Cadeau fiirt i votre enfant est le volume S Pour amuser nos tovt petits de Frdric DORET I II y trouvera en prose franaise tts simple <*-< Fat le* de La Fontaine avec les animaux du £ %  •> &f • • MM les lois que 1* itoi d'un mot ou d'une phrase lui chappera, .1 pourra recourir, pour le comprendre de lui mime. la traduction crole S qui est en regard. S ——_^______________ En vente dans toutes nos Librairies. Prix : Gde. 1 as I auBniiiuiiiiiiumiuiu:iiiii!ui!iiiii!iiiii:iiiiuiiii;iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiia Grafoliotas !.. La Colombia Grnphnphone Co v-imnt d'expdier pw le dernier bateau leur dernier modle de, Grafonola, superbe comme forme, prix moilr. Emp^tex vous d'aehetir votre ma. chine avant la Nol evrette* s'enlvent rapidement* L PREETZMJINN-AGGERHOLM i. SMEM Tout 01 rien Si vous av./. pour QNQUAKTI dolhrs de depcnse faim pour l.i lin de l'amit) al que vous n'en ayez qu'un seul de disponible auui bon aller lejsterpeut* tre dans un colilii bel quelconque et se privi r du n sic? Placez votre unique dollar dis* ponilile dans un l.ilk-t dfl la Lolarie St M irti;i! o vous avi /. IJ chance d'en attrpi r 500, Et le 16* rendez-vous au Tirage, Paul Sals AVOCAT RecoQTremdflts Commerciaux, affaires I Etranger. Correspondants Washing •on. New-York, Berlin. Tti: in. Londres. Taris T7e I fetf F Unir 217, > "ort-au l'nna Typhon* !S97 A LOUER Magnifique mison Bdkvue ( Peu de Oboaa | entra cour el jardin I l'angle des Hues Bussinet Ltal lier, ayant terrasse, etticit, tlphone et toutes ledpendances. Pour confiions l'adrassar au .No. II ? r h' z -\l|iho sa H i y ns ou chu Franc >is Lo|. Iliir. 1U • LT V r !i>.-'-' il H • ' i • (P-. la '. ) • i. B • • k f i w %  < I A i \ \t 1er La maiion H, STLIEli loujotirs""souc'u use de donner lleiii' latislaclioo >e> aimables I nonibrtui clients, ic u ullte, a prvision de la Gu d'anne, le* articles auivaiils de luule Iraiclieurel de UNils beaulc rOMM iii.i.i reus par les derniers steamers, des pria axatjrlionnellemcot rduits. f.ous nii croyons pas ncessaire de publier nt* prix car il n'est un doute pour personne .jus non sautsmeut nos articles sont de choix mais que n,)s prix soat les plus pas da la place Casimir gris anglais nouveaut, Palmbeaoh ' • "Ul t|u i le la .laiso n est | ui i .aire p ur a os tiportesietj auolaisa —-ii-L. L. m ?• %  %  1 %  L' \ — %  f Chu il. lie &TTE1S f



PAGE 1

tf *UW il Wms La Cr)m Ttln&tljS. doc., parfum*. fcns'f":la fr i'r.5i Ro* %  f o N) 117 Cette maison qui s'esl tel'•ment spcialise en see articles a le plaMr dVmivmcer ce reepeclabU puWi • q i lit I renouvel eonapUlemenl ion assortiment ^n 4tar etoskp une de qualit ri es suprieur prix modr et l'autre partir de 2 I uMars a 2,30 l'aune la maison avisa qo' I %  • lient aussi un grand assorti menl d Diagonal noir.bleu aerge et apajjajdrillsblancs du fabrication italienne. par t-au* prince, Dcaaibre 1323 M Galliiccio tirait <1 tifel Angle des ltues Bonne loi et du Quai le t-ranct? Vient de ravo : Pa l de foie irai iruHer.— Civet de livre.— Andouil leltes *•* ianulles Aodouilles au safndoux. Jarohmi en botte. — Aoithoia I l*hnita %  S -mUnes — llariiiiereaux. Thon. Qessoulet • Petits pois Uns extra. — Hou.lins, etc. Vin Rouge, le gallon G. 4-5U. V m Diana, le gallon G 8. lllel rfliiep' b v iqueift Q V n* dfK V i8 de Bordmum ei d* Cham Cuisine •ttetleate, ~-#MttaJwei confortables. lAseaJBpftl vue iir la mer. Y: iiie, Yaille, Vaille. Ocengion eoccepiionUe i i*AAMlon ayan&<:o223Uueda 9 ronts Forts, teilau March Vallire mot eu vente les urtioles sulvants moIU prix. C.eimir 14*1*11 bleu merio trs ta0i tovUur ii ii ii pi.noll" Msae Pw ortniw lonm. Alpaga noir igprieur doub a li r^e r arg* bku n : '" 11 ''"' '' e '" r c' l uinttlfl double Ur^ur D'il 1 luf>r naprieur pour polum hOŒBM Tu*-or soie pour o*tumcA DOBBlil 'alra bonch %  '' ; -"!' Voil^ noir double lintyiir rtbardine ."34 poufM, pour juppt et coetuifS hommes Organ. 1 n i • '• ,, ;, • c (t u OrgaDdi couleur broJ Mo' hoir uo< hee • ouziii.e H '• •• Prix r.vanl '. or 6 I 4 K I ft 2 O '1 I 2,50 0,4"0 1. 0 I I Plia d'Ujourl hui 4 s.ce . i 8 20 2.0 3,oO 1.40 1.0 I 70 0.60 2,00 1 "-S 0.5 MQ (Jfl. l.lo 10) 0 n 1637 Rue du contre Annonce si bienv-Ml'a i'e cli^n' 1 ? qu'elle vient de recev ;'• pnr le il rnier Frai 1 ;lil de t. et iljantet chants nrs pour da n*, grand choix d^ souliers pour IMIfanUi chaussette*, nhapaanx, cot tuin a s pour enfanta, bas dj soie qualit trs rec imnwQde gris le, u irs^mVurs varies, b?\ es d 'ntelles C\ iny. ftlet mche, braderie*, ruban*, parfumerie, objets religieux, que'ques jolies coupes d • %  soirie*,'rll linon, toile nationaWs teite pi r lil, bouquets jarnitures el TOlle de nienee. etc. ti.-. etc. Un tolie chaussures de bbs. *otieta choix (fn t.ii/* bon got llioi a .lire aussi lattentioii de ses nombreuse et fiilcs clientes d'avoir s'insciire a l'avance pour leurs commandes d'linfsrie fine rabes [ingeria. eost^m s yar nnets, etc. etc. Sp.-ialit del Mai son afin de pouvoir en assurer la livraison la tin de l'anne prix trs mod.Vlfe Cordonnerie raaatCamllle Fabricant de c/lftlisvurs) en tous genrm Matriaux •upriaun Soins — promp'itu le — Clrit Gmnd'Rue P^a la Pasts N \ll \A maison port la connais sanca Ju pubtic qu* — dan* !• but ns de C3tte place. Fabrioantada oa SAVON ont su combiner ur : sxV( de toilette pur et d'un j|rand pouvoir dsinfectant. Illen errniont p i .'::l.c ;.i;ii.. iii 1, 1 '.'p. Stanley cnsi PAULK AUXlLA, ont rellj QBCBt njervLilkuJu



PAGE 1

!Ua PiROPRIETAi aie IMRtMMVti Qlinent iVlagloira W% H*, AmefrosMae ffUfttfitiO 20 CENTIME* 17toe ANNE N 5084 Questions actuelles puis huit am.cs que le peu_ le Gouvernement amri^ de leur propre volont, sont idans noire pays, qu'avonsrelUment recoll de leur Dce? Nous aurions dclar jjnoui aurions pu mme avau lalfirmer que celte prsence sosie a tous gards, qu'elle sj toutes les bases de notre atjou nationale. Mais ave; qui existe depuis la dispa-, is Ptait, nous pouvons dire [quelque chose est ralis: la \i cess de promener ses raI dans no* chaumires. ipaix ds rues et du grand lin, qui est si laborieuse |.our 'anii nous devons l'appoi ter \m cœurs, dans no're esprit upant nos bras et et nos la Lwi dployant nos nergies pulliplt.uit nos actions inlie et inventives, i majorit des hatiens disent il Amricains, au li?u de Mier sortir de notre paulicupicjtui leur intelligence tover la situa'ion, a nous riMurs chanes, :nulii|ilier la Tfcnsle pay>.Cette question /sclaialiou sont laisses %  lion et des Amricains ntolficiellement tout pro pamli iiens, qui, conliant* re, avaient tout cru. ait que peuvent apporter TJiicains de profitable au et la nation hatiens? Mustrie? tt comment? Ils IM matres de tous les pro[wni le capital, l'ingnieur, Joititeur et le directeur. Ntien, o est sa part? Que [itrsdans celte Industrie, pent, savant ou ignorant? F,Illumine de peine [sont ces considrations cidabord et les exemples Par la Sugar et la c United aies Cooprations, enpi doivent nous ouvrir lea •opinions politiques, sans J oyons un seul tre, mes "res, reformons nos rangs, ,Bo M nos moyens de com'•C'*t iudustrielle hatien* base de noire rsistance tort. f^ant ces quelques lignes, % %  • oui les yeux de lous les •itualion vraie Je noire wandes ncessites de dl *^ ,, d e crer les Indus rit s ^Od^s indignes aliu de I rguiiivinent la vie. eil^cHa, il tant ..usai %  •ursoneiat polihque. ""le huit annes pour JPjjxL'rnlauterie de U %  JfclaUUnis a rendu un finale tu se dvouant Calait. Hati doit, cet aki rtC0 J"^i^ante envers wolrq, Je Etoile. JjfJJ'U'IapaixeHrt blie. Si Q, Jdl l, ne paix .sans iiui piux o 'wiueilioni ifcu P fc so "t pas envisaK' E P c,i 'istes,n eit point ^ u e p ai xol e squestions 'J ue ue sont pas envisa Ci!? *P*iali8tes. n'eit %  ssv pas sur les moyens d'existence mis la porte de lous par l'occupation ou des bras, ou de la pense, n'est point une paix parlaite. Elle est l'œuvre de la peur ou de la terreur. Si la Marine et l'Infanterie de manne des Utals-Unis taient ncessaires pour amener cetteheureuse situation dans la Hpublique d'Ua'i, elles deviennent in; p tes pour unedir. ction6cieniilii|i e ment conomique. Donc les lmei.ls en exercice actuellern nt, selon la Convention de 1915 • oivent tre remplacs par les • ivjls dont les Etudes, les iabiti des, les Manirei et les Prp*i ions permettent une collaboration haiiehe. Avec les 6'ments purement civils, bien prpares aux Questions Sociales, tfjns les pro bleui, s seront prsents avec leurs donnes. Ainsi iVurs solutions seront trs faciles; contrairement, l'œuvre dont les Amricain doivent s'en orgiieillir un jour n? se ra jamais termine. Il.iii ns et Amricains viveront d'un perptuel tat d'nei-vein.'nt et mme de haines. Le corniuanJemenl en militari me, l'obissance passive, la discipline absolue ne peuvent de rien dans un pays o la Stratgie et la Rpression 119 sont plus exiges. Les esprits pensants et rflchis, en Hati, reconnaissent la grands modification que ces braves ol'liciers et soldats da cette lulanterie ont ralis ; mais les personnes peu instruite et la grande ma>se, tant incapables de bien diffrencier les nuances, condamnent en bloc l'action amricaine. Au lieu de rclamer du (iouvernsment d'Hati et de celui des EtalsUnis, une orientation nouvelle dans la politique* elles se laissent mal h ureusent aller l'excs par des agitations et des protestations. Ce changement e^t plus que n cessaire; il d. vient une question d'honneur pour les Ltals-Ums et de vie pour les llailieus.il consistais dans le remplacement de tout le personnel du dpartement de la marine, qui fonctionne actuellement dans le piys, par de civils et des spcialistes. La prise possession de ce pays a t militairement fait*; mme les lois prvues par h CouVt inion n'ont jaunis i votes. Celte anomalie y jette ainsi la plus gaule eoulusiou; le Gouverne m* nt d'il Un ne sut pas o cou mne Mit. o Unissent ses rapports av.ic l o eu .a it. Li questi m hatienne, considre sous ce jour, sera tranche. Ces civils, ces ingnieuri et autres, pliu apte** au maniement de telles affaires, donneront une di reclion scientili pie au Pays. Si les Etats-Unis sont i;i pour nous gui 1er dans DOS la i pas et redresser nos erreursi sans au un ida! imprialistels verront avait longtemps, le fruit de la nouvelle orientation par des rsultats immdiats. [AVENTURE, avoct. Quuiidun De tis bravas u,eus devienne! inchant> par ignorait (.Ainsi que l'on va IVcoIr |>our*apureuiire lire et crire, ou devrait aller un Institut ol l'un enseignerait spcialement ne dire 28 Par Cable Allez tous chez Nownllm Etrangres Paul E. AUXILA La rbellion sera rprime avec une main de 1er, a dclar le prsident Oln(JOll MEXICO— Lo pays sera pacih .( la rbellion sert rprime avec uns main de f.-r, a dclar le prsident Obtgon en armaiil ici hier soir de Cela VI n il se remeltait d'une lcea te maladie. L s chefs rvolutionnaires se prparent a installer un gouvernement provisoire au lexique ^ i \. CttU7 — Alwone mwilime M sont juiols 1?< mouveinonU d'insurrociion .ootra le prsid t Obrfon ei le gnral Galles : la r be ion compreudr il ,i> inleo inl tou !• la rgion plroiifre de [luastecs. Oi dit que 1 s troupes loyales de Mexico sont entrs* eo c nt. et avec leinsurgs bi • ; U li^ne de cliamin da 1er entre h ifapilatstt cette ville a t rouije. Le cbeli du mouveineut compris y Adolo de la Hnsrta, le gnra! Guadaiupa Saa lie/, chef des ODrntioni militaires du ce district et Jorge Prieto Lauteus prparent installer un goaver neinent provisoire et ?e proposent d'lire un dss leurs comme prsi dent provisoire ; on di! que Raftsl Zubaran Capraaau ajli choisi pour ce poste. Lcselfetsdu DrDorten saisis DUSSELDDIIF U po'ice aile mande d^ Badeins a saisi les ellels personnels du Dootaer IlinsDorten, leader sparatiste, la -uite d'une plaiots dpose pr s s crdi'enrs. Lo balle!in du qnarlioi gnral fran iis qui c NUHaoiqus cette no:ivelh ne donne pas d'autres dtails. Le brui: court que les Iroup il franc iis ont dsarm tous les spara listes du groupa Oorlen Lad u„--h.: n ; la mesure a t prise a 11 s lii I ta cb luilojrjes eutie les sparatistes et la population. Due opinion du prsident Coolidije \y\SIII.\(T ).N — Le prsident Cooli lgs estime que l'ai te donne h l'Allemagne par les Hiats Unis ne ne vra pas 1 lre sous lorm de cli iril mais rentrer dans la catgoqs dis nll lires. L'ojiini n lu prile6t S t G •noue la suils d une ooorraace a la Maison BLmrna entre vi.Col.ige et M. Wief Id, ambassadeur d'airs ms§SM ; ou eu soactu que le prsi dent n e.-t pas partisan d'uo crdit d^ secours tel que e | rop isa la pro jet de I i dpos parts snsieuc Lemo.i, rpublicain, dj Wiscoosio. M. Aymurd envoie ses lnioini M. Kernel sur ce suj.-l bil D i mnus • t que rien dai s le message du prsident os pou vaii he considrs comme contraire i'i cette position M. \ymard, due. leur du j >urnal %  La Libert a en soy set tmoins S M. Herriot, ehol du poiti radical, somme uite une violente polmique de presse enga | i par M. Aymard qui accusait v*. Herriot d'avoir compltement chan d'attitude politique. M. lellon demande la rduction ita riinpAt sur le revenu WASHINGTONSatisfait de l'es cueil fait ft *o i :n -ige par le pays, M. Co l'Ige a pris 'l n m *ur s pour e*uroc ie pas tirera projets dj lo auiquels les diffrentes meu res qu'il a prconises donneront lieu dans son rapport annuel du con g.^ Le ge rta ie du trsor, M. Hell D. recomman le ds nouveau la rduction de I impt sur le revenu, la rJ icuo i ds ces tassa affecterait no > m uiament 7 millions de ontri Im bJ qui poi ni mais ragirait aussi sur les dpenses de 110 mil liond'habitants Je* Btats Unis. Nouvelles du Yalican ROME— D'aprs de^ renseigne meiils venus de source autorise au Vatican, ou croit probable que Mgr MnuLl.n. arcli vaque de^Lliic.igo et Mgr Hves, archevque de Ne.v Yoik, seront levs au cirJinalat au Consistoire qui aura lisu avant l'aqu s en mms temps que plusieurs prlats • sp ignols et un de l'Amriqu du Sud. Non villes Diverses ILE IB—• L*S ngociations en Ire I i idustrisls textiles du terri loin oee i' • <•! la haute commission allie p >ur 1a reprisa des exporta tion ont t inaugures hier, en tfin normal cwt Industriels im l loisnl 100.000 ouwieri et reprssen i ni a peu prsla moiti des Alatsurs eosoie.laine si cotoa de I' Mlemagne. ATlILN'Ls— L'Kx '.'remier minis In Vcnizloa maiotsasnl Londres, a t graphi aux oigaiii-aleuis do la dmons i lion qui doit avoir lieu di m im lie pi\ ebain qu il se voit oblig de d< cliner l'invitation de r t. urner en Gr OS mais il est dsireux de ser vir ion psjl, si le conseil d'Ktal non politique est rtabli sans opposition Ve.il/ los , ajoutle inssr.ge. uL.kbt.0 U eundilio is mto roi igiquas s normal s rgoeut le long du g"He de ami !.. n-ulet du La brauor ; des >• ata i li iuds so lllent, I. i .iux sui.l enco e l.bies d^ gl..cs, las oiseaux qui sursienl oen.i^ier Mrs ie MI>. depuis d>s manies n. i,t pei sncora boug, le b t. il pelure sncora dani h pies verdo yants el lea bsbitanla s'ont pas an core quitt h s vl ment leperons. !' sant sur le bord du Kio • • ria.uti voyageur rencontra un ii val sans m ttie, et non I tin ds iooim s ipeut anroul, au n io digr tt. i/hom ms prit son fuail til t u et tua le reptile qui lan d'une lai le i nceptioB nette. Voulant le dpecer pour la raret du mit, le chasseur ne fut pa* peu surpris de trouver dans le tube dig st du monstre un cadavre d'htm me habill et chauss, dont il put d*atHeata tablir Pidsmtit sa trou \ i n dons se pochai ion revolver, S.liUJ.I -ia.: d argi :il •[ des ptpiors. Ce fait extraordinaire est, parait il, SSrtiR vritable par. M. Autonio Malluas, arrive rcemment Lima el vsnaal du II ni o (Jrosso bien que l'on ue connaisse pas exactement le nom du serpent dont il eol question dan ce rcit, nul doute qu'il ne s'agit d'un boa dont uneespese, 1J Dev.n ou l'Smperaar* hab.le l'Amriq iequatorlile,dl qui les ssplolts : ingestion d'enfants, ds couguars, sol ounus depuis long temps. I Al\.-'— LsFram ouscrit la h rmult du prsidi ni Coolidge que la France doit tre pays et que P. Ile magne vive, a dclar un haut fonc tionnaire du miiiialia des allaires rv^^n„. v %Mt nBrcsa.tam^mepersonnaita POrt-su-Prjc, lu lu \ov. \m^ it ^us la pvsii,,p de U FrtfiM jUa A vendre Deux bliers hydraulique! : l'un avec environ luO pieds de tuyaux e dcharge de 1/4, p u tie i nv.ii n3il)| uds de I i/',tuyaux de quitit i iprien: Manufacture de lab>cs b. T.L l'i^cWg.ajU L\ nourriture la plus riche eu Vil unines La profaasaur Hardan, de l'Uni* vers le de Londres, vient de taire une confrence sut les vitamines, ces proiluils qui, parait-il, sont si ncessaires a notre SXistSOCS. Ce n'est pas somme cerlaus l'imagi neut, I* beurre qui c nient le plus de vitamines, mail bien l'iiuile de lo e de m rue [ deux cents fois plus riche en vitamines que le beurre J l'iiiiui linourritures coutenaat des vitamines en plus ou nioio grandes qoaotits, l'orateur a cit lea graines olagincu-e?, les carotte le- jus d orange st de ci ron. I s t unaies.ies navels L s lgutes verte en ri-.lent sussi une ^i.ii.ie quau til. Ou en ti IUV aussi dois U jau ne du i'OBuf, al M que la b anc en est dpourvu! elles ^ollt ntira ment absentas da la mars rieenaai* de l'olo*margsrins jui coslienl cer tainslmsnts du giss ris a.iimrne Mariiuje En l'Eglise du Sacr Cœur de Tue f sau sera clbr le jeudi zO Dcera re, le mariage de Mlle Christian*. •Merov Pierre avec Mr Alfred da Dtlva Tous nos souhaits de bwu.aeur, % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06096
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, December 10, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06096

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
!Ua PiROPRIETAi aie
IMRtMMVti
Qlinent iVlagloira
W% H*, AmefrosMae
ffUfttfitiO 20 CENTIME*
17toe ANNE N 5084
Questions actuelles
puis huit am.cs que le peu-
_ le Gouvernement amri-
^ de leur propre volont, sont
idans noire pays, qu'avons-
relUment recoll de leur
Dce? Nous aurions dclar
jjnoui aurions pu mme avau
lalfirmer que celte prsence
sosie a tous gards, qu'elle
sj toutes les bases de notre
atjou nationale. Mais ave;
qui existe depuis la dispa-,
is Ptait,nous pouvons dire
[quelque chose est ralis: la
\i cess de promener ses ra-
Idans no* chaumires.
ipaix ds rues et du grand
lin, qui est si laborieuse |.our
'anii nous devons l'appoi ter
\m curs, dans no're esprit
upant nos bras et et nos la
Lwi dployant nos nergies
pulliplt.uit nos actions in-
lie et inventives,
i majorit des hatiens disent
il Amricains, au li?u de
Mier sortir de notre pau-
licupicjtui leur intelligence
tover la situa'ion, a nous ri-
Murs chanes, :nulii|ilier la
Tfcnsle pay>.Cette question
* /sclaialiou sont laisses
lion et des Amricains
ntolficiellement tout pro
pamli iiens, qui, conliant*
re, avaient tout cru.
ait que peuvent apporter
TJiicains de profitable au
* et la nation hatiens?
Mustrie? tt comment? Ils
Im matres de tous les pro-
[wni le capital, l'ingnieur,
Joititeur et le directeur.
Ntien, o est sa part? Que
[itrsdans celte Industrie,
pent, savant ou ignorant?
F,Illumine de peine
[sont ces considrations ci-
dabord et les exemples
Par la Sugar et la c United
aies Cooprations, en-
pi doivent nous ouvrir lea
opinions politiques, sans
J oyons un seul tre, mes
"res, reformons nos rangs,
,BoM nos moyens de com-
'C'*t iudustrielle hatien-
* base de noire rsistance
tort.
f^ant ces quelques lignes,
oui les yeux de lous les
itualion vraie Je noire
wandes ncessites de d-
l*^,,de crer les Indus rit s
^Od^s indignes aliu de
, I rguiiivinent la vie.
eil^cHa, il tant ..usai
"ursoneiat polihque.
""le huit annes pour
JPjjx- L'rnlauterie de U
JfclaU- Unis a rendu un
finale tu se dvouant
Calait. Hati doit, cet
aki rtC0J"^i^ante envers
wolrq,Je Etoile.
JjfJJ'U'IapaixeHrt blie.
Si q, *Jdl* l,ne paix .sans
iiui piux o 'wiueilioni
ifcu Pfc so"t pas envisa-
K'EPc,i'istes,n,eit point
^uepaixolesquestions
'Jue ue sont pas envisa
Ci!? *P*iali8tes. n'eit
ssv
pas sur les moyens d'existence
mis la porte de lous par l'oc-
cupation ou des bras, ou de la
pense, n'est point une paix par-
laite. Elle est l'uvre de la peur
ou de la terreur.
Si la Marine et l'Infanterie de
manne des Utals-Unis taient n-
cessaires pour amener cette- heu-
reuse situation dans la Hpubli-
que d'Ua'i, elles deviennent in; p
tes pour unedir. ction6cieniilii|i e
ment conomique. Donc les l-
mei.ls en exercice actuellern nt,
selon la Convention de 1915 oi-
vent tre remplacs par les ivjls
dont les Etudes, les iabiti des,
les Manirei et les Prp*i ions
permettent une collaboration
haiiehe. Avec les 6'ments pure-
ment civils, bien prpares aux
Questions Sociales, tfjns les pro
bleui, s seront prsents avec leurs
donnes. Ainsi iVurs solutions se-
ront trs faciles; contrairement,
l'uvre dont les Amricain doi-
vent s'en orgiieillir un jour n? se
ra jamais termine. Il.iii ns et
Amricains viveront d'un perp-
tuel tat d'nei-vein.'nt et mme
de haines.
Le corniuanJemenl en militari
me, l'obissance passive, la disci-
pline absolue ne peuvent de rien
dans un pays o la Stratgie et
la Rpression 119 sont plus
exiges.
Les esprits pensants et rflchis,
en Hati, reconnaissent la grands
modification que ces braves ol'li-
ciers et soldats da cette lulanterie
ont ralis ; mais les personnes
peu instruite et la grande ma>se,
tant incapables de bien diff-
rencier les nuances, condamnent
en bloc l'action amricaine. Au
lieu de rclamer du (iouverns-
ment d'Hati et de celui des Etals-
Unis, une orientation nouvelle
dans la politique* elles se laissent
mal h ureusent aller l'excs par
des agitations et des protestations.
Ce changement e^t plus que n
cessaire; il d. vient une question
d'honneur pour les Ltals-Ums et
de vie pour les llailieus.il consis-
tais dans le remplacement de tout
le personnel du dpartement de
la marine, qui fonctionne actuel-
lement dans le piys, par de ci-
vils et des spcialistes.
La prise possession de ce
pays a t militairement fait*;
mme les lois prvues par h Cou-
Vt inion n'ont jaunis i votes.
Celte anomalie y jette ainsi la plus
gaule eoulusiou; le Gouverne
m* nt d'il Un ne sut pas o cou
mne Mit. o Unissent ses rapports
av.ic l o eu .a it.
Li questi m hatienne, consid-
re sous ce jour, sera tranche.
Ces civils, ces ingnieuri et au-
tres, pliu apte** au maniement de
telles affaires, donneront une di
reclion scientili pie au Pays.
Si les Etats-Unis sont i;i pour
nous gui 1er dans dos la i pas et
redresser nos erreursi sans au un
ida! imprialistels verront avait
longtemps, le fruit de la nouvelle
orientation par des rsultats im-
mdiats.
[AVENTURE, avoct.
Quuiidun
De tis bravas u,eus devienne!
inchant> par ignorait (.Ainsi
que l'on va IVcoIr |>our*ap-
ureuiire lire et crire, ou
devrait aller un Institut ol
l'un enseignerait spcialement
ne dire mer que la justice, ffime STAR
lLEPBOyjB No $42
PORT-AU-PRINCE ( HATI
LUNDI 10 DCEMBRE l>28
Par Cable
Allez tous chez
Nownllm Etrangres Paul E. AUXILA
La rbellion sera rprime
avec une main de 1er, a
dclar le prsident Oln-
(JOll
MEXICO Lo pays sera pacih .(
la rbellion sert rprime avec uns
main de f.-r, a dclar le prsident
Obtgon en armaiil ici hier soir de
CelaVI n il se remeltait d'une lcea
te maladie.
L s chefs rvolutionnaires
se prparent a installer un
gouvernement provisoire
au lexique
^ i \. CttU7 Alwone mwili-
me m sont juiols 1?< mouveinonU
d'insurrociion .ootra le prsid t
Obrfon ei le gnral Galles : la r
be ion compreudr il ,i> inleo inl tou
! la rgion plroiifre de [luastecs.
Oi dit que 1 s troupes loyales de
Mexico sont entrs* eo c nt.et avec
le- insurgs bi ; U li^ne de
cliamin da 1er entre h ifapilatstt
cette ville a t rouije. Le cbeli
du mouveineut compris y Adolo de
la Hnsrta, le gnra! Guadaiupa Saa
lie/, chef des ODrntioni militaires
du ce district et Jorge Prieto Lauteus
prparent installer un goaver
neinent provisoire et ?e proposent
d'lire un dss leurs comme prsi
dent provisoire ; on di! que Raftsl
Zubaran Capraaau ajli choisi pour
ce poste.
Lcselfetsdu DrDorten saisis
DUSSELDDIIF U po'ice aile
mande d^ Badeins a saisi les ellels
personnels du Dootaer IlinsDorten,
leader sparatiste, la -uite d'une
plaiots dpose pr s s crdi'enrs.
Lo balle!in du qnarlioi gnral fran
iis qui c NUHaoiqus cette no:ivelh
ne donne pas d'autres dtails. Le
brui: court que les Iroup il franc iis
ont dsarm tous les spara listes
du groupa Oorlen Lad u--h.: n ;
la mesure a t prise a 11 s lii I ta
cb luilojrjes eutie les sparatistes
et la population.
Due opinion du prsident
Coolidije
\y\SIII.\(T ).N Le prsident
Cooli lgs estime que l'ai te donne h
l'Allemagne par les Hiats Unis ne ne
vra pas 1 lre sous lorm de cli iril
mais rentrer dans la catgoqs dis
nll lires. L'ojiini n lu prile6t S t
G noue la suils d une ooorraace a
la Maison BLmrna entre vi.Col.ige
et M. Wief Id, ambassadeur d'airs
msSM ; ou eu soactu que le prsi
dent n e.-t pas partisan d'uo crdit
d^ secours tel que e | rop isa la pro
jet de I i dpos parts snsieuc
Lemo.i, rpublicain, dj Wiscoosio.
M. Aymurd envoie ses l-
nioini M. Kernel
sur ce suj.-l bil D i mnus t que rien
dai s le message du prsident os pou
vaii he considrs comme contraire
i'i cette position M. \ymard, due.
leur du j >urnal La Libert a en
soy set tmoins S M. Herriot, ehol
du poiti radical, somme uite une
violente polmique de presse enga
| i par M. Aymard qui accusait v*.
Herriot d'avoir compltement chan
d'attitude politique.
M. lellon demande la r-
duction ita riinpAt sur le
revenu
WASHINGTON- Satisfait de l'es
cueil fait ft *o i :n -ige par le pays,
M. Co l'Ige a pris 'l n m *ur s pour
e*uroc ie pas tirera projets
dj lo auiquels les diffrentes meu
res qu'il a prconises donneront
lieu dans son rapport annuel du con
g.^ Le ge rta ie du trsor, M.
Hell d. recomman le ds nouveau la
rduction de I impt sur le revenu,
la rJ icuo i ds ces tassa affecterait
no > m uiament 7 millions de ontri
Im bJ qui poi ni mais ragirait
aussi sur les dpenses de 110 mil
lion- d'habitants Je* Btats Unis.
Nouvelles du Yalican
ROME D'aprs de^ renseigne
meiils venus de source autorise au
Vatican, ou croit probable que Mgr
MnuLl.n. arcli vaque de^Lliic.igo
et Mgr Hves, archevque de Ne.v
Yoik, seront levs au cirJinalat au
Consistoire qui aura lisu avant l'a-
qu s en mms temps que plusieurs
prlats sp ignols et un de l'Amri-
qu du Sud.
Non villes Diverses
ILE IB L*S ngociations en
Ire I i idustrisls textiles du terri
loin oee i' allie p >ur 1a reprisa des exporta
tion ont t inaugures hier, en
tfin normal cwt Industriels im
l loisnl 100.000 ouwieri et reprssen
i ni a peu prsla moiti des Alatsurs
eosoie.laine si cotoa de I' Mlemagne.
ATlILN'Ls L'Kx '.'remier minis
In Vcnizloa maiotsasnl Londres,
a t graphi aux oigaiii-aleuis do la
dmons i lion qui doit avoir lieu di
m im lie pi\ ebain qu il se voit oblig
de d< cliner l'invitation de r t. urner
en Gr OS mais il est dsireux de ser
vir ion psjl, si le conseil d'Ktal non
politique est rtabli sans opposition
Ve.il/ los deux ai s>, ajout- le inssr.ge.
uL.kbt.0 U eundilio is mto
roi igiquas s normal s rgoeut le long
du g"He de ami !.. n-ulet du La
brauor ; des > ata i li iuds so lllent,
I. i .iux sui.l enco e l.bies d^ gl..cs,
las oiseaux qui sursienl oen.i^ier
Mrs ie mi>. depuis d>s manies
n. i,t pei sncora boug, le b t. il
pelure sncora dani h pies verdo
yants el lea bsbitanla s'ont pas an
core quitt h s vl ment l Visiter son stock cernplteiuent
renouvel
Le plu* vari et le plus assortit
de la place
Vos i nx seront les siens, car il
ne refusera aucuno vente possible.
Un homme mange*
par un serpent
La revue brsilienne 0 Malho a
fait rcemment le rcit tragique que
nous traduison- ci dessous :
L'article s pour litre : Au Mette
Grosso, ou Ir.mj dm le ventre
d'ua mo '. ueux le oadesre
u^uu homme ivec ao i chapeau, ses
bottes e- perons. !' sant sur
le bord du Kio ria.uti voyageur
rencontra un ii val sans m ttie,
et non I tin ds iooim s ipeut
anroul, au n io digr tt. i/hom
ms prit son fuail til t u et tua le
reptile qui lan d'une lai le i nceptioB
nette. Voulant le dpecer pour la
raret du mit, le chasseur ne fut pa*
peu surpris de trouver dans le tube
dig st du monstre un cadavre d'htm
me habill et chauss, dont il put
d*atHeata tablir Pidsmtit sa trou
\ i n dons se pochai ion revolver,
S.liUJ.I -ia.: d argi :il [ des ptpiors.
Ce fait extraordinaire est, parait
il, SSrtiR vritable par.M. Autonio
Malluas, arrive rcemment Lima
el vsnaal du II ni o (Jrosso
bien que l'on ue connaisse pas
exactement le nom du serpent dont
il eol question dan ce rcit, nul
doute qu'il ne s'agit d'un boa dont
uneespese, 1j Dev.n ou l'Smperaar*
hab.le l'Amriq iequatorlile,dl qui
les ssplolts : ingestion d'enfants, ds
couguars, sol ounus depuis long
temps.
I Al\.-' LsFram ouscrit la
h rmult du prsidi ni Coolidge que la
France doit tre pays et que P. Ile
magne vive, a dclar un haut fonc
tionnaire du miiiialia des allaires
rv^^n-___ . v %Mt nBrcsa.tam^mepersonnaita '
POrt-su-Prjc, lu lu \ov. \m^ it ^us la pvsii,,p de U FrtfiM jUa
A vendre
Deux bliers hydraulique! : l'un
avec environ luO pieds de tuyaux
e dcharge de 1/4, pu
tie i nv.ii n3il)| uds de I i/',tuyaux
de quitit i iprien:
Manufacture de lab>cs b. T.L
l'i^cWg.ajU
L\ nourriture la plus
riche eu Vil unines
La profaasaur Hardan, de l'Uni*
vers le de Londres, vient de taire
une confrence sut les vitamines,
ces proiluils qui, parait-il, sont si
ncessaires a notre SXistSOCS. Ce
n'est pas somme cerlaus l'imagi
neut, I* beurre qui c nient le plus
de vitamines, mail bien l'iiuile de
lo e de m rue [ deux cents fois plus
riche en vitamines que le beurre J
l'iiiiui li- nourritures coutenaat
des vitamines en plus ou nioio
grandes qoaotits, l'orateur a cit
lea graines olagincu-e?, les carotte
le- jus d orange st de ci ron. I s
t unaies.ies navels L s lgutes verte
en ri-.lent sussi une ^i.ii.ie quau
til. Ou en ti iuV aussi dois U jau
ne du i'OBuf, al M que la b anc en
est dpourvu! elles ^ollt ntira
ment absentas da la mars rieenaai*
de l'olo*margsrins jui coslienl cer
tainslmsnts du giss ris a.iim q i se soi t u un i de b-gume-. Pas
de vitamine d ta Is saiudo .\.
Mas ne tu% oi plus comme
appr.lif que de l'huile de foie da
m'>rne
Mariiuje
En l'Eglise du Sacr Cur de Tue
fsau sera clbr le jeudi zO Dcera
re, le mariage de Mlle Christian*.
Merov Pierre avec Mr Alfred da
Dtlva
Tous nos souhaits de bwu.aeur,


U Malic
Ailairc iib
fa Trsars
Lei dbats nnrjux (Suit*)
il{ Y. Ge vais
Unaiatrat, voire dcision loit <'ins-
pirer il s i t noigadgc^ qii serait
d-iouls, a i ilys* et contrj '>s
l'eadieoc . ! noa des inventions
int*ra*<(* I s pirtie*. En matire
pnae. o tout e>t stricte sensu, 'es
tmoin^ seuls condamnent ou inno-
centent. Leurs u:lirit.->ns l'au-
disnc Tir ii Mit la bo issole du Juge.
La dlnl se prsentant sous cet
aspect, tach n ad u v ml les f.ii s
dans l'indis pliae, m mi ; o ils ont
fis tceaai lis pir les al; mstires **
le rtablis d.j poiot 00 poiat sjji
leur vni joir p>.ir tur- jaillir la
lumire.
D'alnrl 0:1 ait i] 10 la b")uc rnis-
aiire, l'e^l lavis. Oa dit qu'il sort
1^ C ib 1 o i' a t frap >' uel t-
moin .1 app tHi 11 1 l i 'l 1 -' 1 i.e 1104
ra seos? Peiaoneel \ccol, on
la>itdiversion, on bran lit un pipier,
un aliiffo 1 da pi 11er >, un soit-
disant jugsinsnt I c >n la n atioi,
dit-0.1, pour i's ' 11 tarie a Cuba.
Devis daman In i nmidtate osai l'o-
riginal dn <-!tti pice ioforna, la*
vente a plaisir pour le par-Jre. On
ni dsns l'impuissance de prsenter
le do :amaot 1 l'il 1 '; :la on. (Juel
crdit al rs paut > 1 accorder une
simnh 0 > lia l m! 1s }
\u ilex-vo is n ittre Davis ? Oit
hunme contre qui 1 utosles passions
nonl l li itn as a 1 cep m tant n
d'une h )!m:.iI)'c Camille cubaine de
H ilguin. Il u dit I m tu 1 s ru nar-
quables l'Universit le la Ht vais,
paosson piys, il a pria le parti 111
faibles, de i'o ivrier, et cas! ;> > ir
se* vues allruistei iju'o 1 l'i bo vaut.
Leader d'ua groupa de travailleur!
d 1 ris un m > n -ni de grve, I Gou
veroemeol cubain a dict des m-
auros vijlontes contra lui. C'est le
sort. ma. n e 1 Util!, qj= a t to 1-
j iirs lit .1 ceux [ 'i 0 il 11 vellit
d..- 1 cl im^r p >ur e p up c. L) ivia,
p ir . .11 i.in aune '.m t cert bue
vi^ntpn II ii'i iivec o 90 '03 lo 11rs.
Davh an Hati, m* les perscu-
tions diriges contre l>ii \ Cnbi.ia
dplasaul aussi. Ei notre nrlise
nos Invail, il a suf i 'le ivoir 1 m
ce na h nrenx fugitif p >ss \ I lit celto
s 1 m : le ij lilre-viiigl-du-iTvIle
d il! rs > piur que tous les appHits
I\h- 1 it .1 kc 11! 1 0 mira lui One n-
prenl pourquoi le capitaine \V nd
et toue ta ciiqu* Paulmoo Tho
dore l'ont poursuivi avec tant d'a-
cbarnement.
Le Gouvernement cubain redou-
ble ses attaques contre Davis, il de-
man le son extra lition. Voua con-
naissez, par l'aterra i liaire les Etats*
Unis, le.s b>n- ripports qui doivent
forcment exister entre ces deux
peuples Cuba et Hati. En dehors d
tout trait, on pourrait, telle est la
pratique de la diplomatie contem-
poraine, se baser sur de pareilles
relations pour tre agrable h Cuba.
Si on n'a pas pu le faire, c est cer-
tainement parce qu- les motifs all-
gus ue sont pas concluants. Cet!
parce que Davis, aux yeux du <> 1-
vernemenl Hatien, n'est pas le mi-
serai:. qu'on nous prsent-'.
Quand un va au f nd de la cause,
on relve que Mme Cime m a dcla-
r que le* seuls rapports qui exis-
taient entre Pavis trait une affaiie d'engrais qu'ils
prparaient ensemble Ln '<> i.i 1 -
rant cette al'lirmalion je ne vois pts
3111 quels griefs 1 on sait baser pour
faire de c.-t honnte pre de famille
le complice de Davis, d'un dlit que
ce dernier n'a mme pas commis.
Paulmon Thodore, l'ennemi
mortel de I avis, vous aura cont v.n
tus cet homme il l'a jur. Il vous dira
qu'il ela't aux Cuves. Que i '1 il a lil
Davis et sa baritle et enfin, il les a
t'ait arrter sur la demande de Mo
Bidv qui l'avait embauch et pay
cette tin. Pourquoi faire de ce.jeu-
ne homme, qui n'est pas sans cul-
ture un dtective ? .
C'est mal instruire et diriger la
JeunesRe que de canaliser art aspi-
rations vers ce mtier indigne.
Quand on ludi" la psychologie de
elle al'f.iie. quand on voit Me Br
se dra eu n *n n 1 fan que 11 q loie,
ut via r..; m >ti\>, erora
l'etisleoca J-- soi disant nor ; l'oa
*" demmde vrainmi qi; vnt la
calture d 11 h 1 n n -, ai ifo doit
ainsi r dans U superstition ?
J'ai ne Vfe Brlv et le plains la
lois. i| |ui rl ,ut, j ,,; je seiH .les ti 11
ances pour tomber si ndvement
dtus '-cil; iralre, lana ce for;nidi-
bh !i nlage eu n i 1 et '.ir.,)ir le
df f m . ,,[.-'n, dir le Ci >itai is
VV*ol, l< -. i s > 1 1 liler q 1e la le-
1;'n q ie 'gg3 co proo*, orrijj-,
no're "ice'Unl et dietinftn confr-
re de es petit travers de l'esprit
(A Suivre)
a 1 'mm
Parsiaaa
Mardi
Selon promesse faite aux dams-
patronnes.sos de la fiie de la Cheetie:
reprise ilo^ lleine et lieme piso-
des de
La Noorda \\&?m
Mi Dovieura et
le Cilvalre
Entre : 2 gourdes
Le piquebit CVRiVE iLB > ''t
atlen lu venir-,I, 14 courant, lire
partira le in lie jo r pour su t
M ne Gonaives.Cip liiitien, Pueno
P. its. San Juii et li I ivra.
Port au Prince 10 Dea nhre L9I3
L'Agent P. Pon. E. R03LIN
mim fms
Marcliaadisos franpai333
Angle iJei rues du Hagatia
do I'IjI et lies i'roijUForU
jit* Hune Ue Lima
L^s un mb e- actif* "t les m mbres
d'honneur da l'AMoeiationdasasioieo
ns Klvea da 9, a Ito* >. J bina sont
aviss quo la tenue de l'As-emble
Gn aie est lixe au diman lie i Jan
vie r prochain l'issue de U messe
qui sera dite S heures.
Le Rvrend Pre .anore fera eus
si aaeonfrenra mensuelle liqiiulle
son' co'ivi-'is les mies de l'Oeuvre.
La Secrtaire, Epouine Jean Lou *
Ftotenli
Yaricla
N'oubliez pas que la soire Th-
trale annonce la neuiaine derniie
est dfinitive.neut fixe iuur demain
aoir.
Entre gnrale 1 gourde
M M IIDfff
L'on doitse rappelerquedans un ar
ticle de notre numro du premier Mars-
de cettf anne,annivrtairiidal mau
guration de la ttatue du praident
Ptioni Caraest, notre colliborateur
ConatantiO Unmirv avait suggr
l'ide de perptuer par une rue le
souvenir de I illu-tra Liber leur.
Partageant cette ide,la Municipal
t de Port au Prince v enl de mer la rue de a Hu don "Rue Si
mon Rolivar. "
Il tait rellement temps de piver
de retour au grand Vnzulien.
fle renvoye
La reprsentiition thtrale que
donnait 'e g'Oiipe l'.dlux P ml au pro
lit de la loge I*Amiti des Frres
runis > a ' renvoy-- au dimanche
16 dcembre courant.
0 1 on se souvienne qos des ni^ce
locales seront j n -s et fournirint
au pub1 c l'oeeesioB da passer l'i-
grib'es moments. Il y aura une
loterie.
L'entr* gnrale e-.l de 0,i0
*Smr-mm in ii ->.
Anivo le lar Kirituitfi
Snmed| m| nrcis nir le --/s Cari
velle S. G. Mgr Kersuzin, vgqua du
Cal Il ni.pu.
(.p \'aiin renoiivl'e au vnr
prtai sis enmpliiutati du respeo
tuuua bvai^alkw.
:i
Dii icilre u
im mm mi
Port au Priucj la 8 Deefttbre 192::
Monsieur la Directeu",
J'ai lu ave; satisfaction les dis-
ours des avocats de la pirlic - vil
publis dans voire i m port ol p4rk>ii
que. cependant je m'attendais vous
voir donner oublicit galement
ceux qui ont t prononcs par les
avocats de la dfense et qui, dune
manire si magistrale, renversrent
les charges au maintien desquelles
se concentrait it les effort! des pre
raiers.
Je regrette infiniment que loin de
pro:ier ainsi, comme logiquement,
j'tais en droit de l'esprer, vous
vous 'es pl non seulement a pu
blicr, mais aussi publier plusieurs
foi* Us paroles des premiers, lais
sant indites, co que je ne puis ra'ex
pliquer celles de mes avocats, les
quelles cepen lani ^t lient de niturs
faire plus de plaisir A vos lecteurs
impartiaux, tant pat l'admirable te
nue du style dans lequel furent expo
ses les argument irrfutables de
mon innocenc\ qne pir l i-npolm
ce dmonstrative des doc rin a jmi
diques qui lurent invoqu s. Je
ne vois pas pourquoi, ceux la de vos
lecteurs qui cherchent dms votre
quotidien des informations exactes
au sujet de ce procs do.vent tre
dus dans leurs dsirs, et pouiquoi
v->us faites de telle sorte que ceux
ui h .bilent les pays trangsrs, *
lemandenl aprs la lecture des -i D
bats Gnraux > que voir journal a
publis, et qui ne rapportent aulie
chose que les m iltiples d scours des
avocats de la partie civ le, si m
Hati, il est r fus aux pivenus
il'nssistance lgale d'avocats prposs
4 leur dfense ?
Pour cette raison, Vonsi ur le Di
recteur, et me rappelant que loin
dtre votre ennemi pet sonnet, je
n'ai jamais eu pour vous qu'un aen
timeut de siucra SjTUlMlk e et d'ad
uiiiation, je \oj3 supplie d avoir la
bout le publier q i< 1 jues uns des
di-cours de avocats del dfense,
particulirement ceux de Mes IMien
ne, Canvin, Gervais, dans lesquels
les vritables pnueipes de la dfense
ont . le plus profondment tudis,
quoique c-peudanl tous les autres,
aii.-oluinent tous aient eu|un langage
admirablement inspir
Personne lement, je suis intress
celle demande, non [as parce que
les di^co -rs de la partie civile renier
ment tarlaioee choses qui mritent
d'tre d ruiUs devant l'opinion pu
bliq e. mais pareeque, 4 dfaut de
preuves tangibles que la justice im
partia e requiert avant de rendre un
verdict de culpabilit, ils sont des
tendu k la fange des inj 1res ca
loinuieuses, m'altribuant des infa
TOie^ et des attitudes ijui, loin d'tre
prouves, n'ont pas mme t men
tionnes pir aucun des tmoins que
les plaignants eux m mes avaient ci
ts, alors que ces derniers seulement
avaient reu de I Instruction le pri
vil'8 de dsigner des tmoins.
C'est ainsi que vos lecteurs au
ront appris q ie je poitais les noms
de tous les Saints du calendrier,
alorsq l'en Ha ii lo itle mon le ne m'a
t iuj inrs connu q te s ras l'unique ap
peUetion de Juafl UiuLsta Uavis,
e qu tut m linteau par les tmoins
eu dpit de la mauvaise foi qui les
guidait.
Je demeure, Monsieur le Direc
leur, en vous prsentant nies senti
OMOta trs respecluejx, votre uvou
serviteur.
J. D. DAVIS
Quand cette 1 Itre nous e t pa.
venu;*, nous avion* i.-i commenc
la publication de la brillante plai
doirie de Me V. Gervais, en expli
quant pourquoi, ne voulant pas
tre laxes de parti piis, nous te
nons donner enliie satisfa ti m
tout le monde, partie cvde et d
lense G* st d'ailleurs un d s pri 1
de ce journal d'tre im.iaiiti
n loues cire mstm es. Kt tais
l'oci.urence, M. avi u'a l'ai q 1
enioncer nue porte ouv r e.
Administration Qafllt)
des Postas
Las dpl sh M P'i ir Ve^r York et
l'Europe vie Nssr York direct par h
ateamsr Panama, aero il fem,;es le
m m- 'Il 12 lo : n ) i courm:
10 heures d 1 m lin.
Port-au Prince, le 8 Dec B.bre W#
s ^
F. 0. P1ERCE Couipau
12 WESr BH0DWAY
NE W> YORK
FONDE EN 1847.
supriorit: bas
Fabrique de :
Peinture, Vernis, Ocres de toutes %t
Mastic.
Lon R Thbai
Agent pour Hati
i
CHICAGO. 1LLS
*)ftantjre/, wJalfc/ Je cotoa. 3fuite 3c
Sxudtbeb en 6uvte. C&razd- %i\> <53oa5t
62*ltey mcxl5. dc} etc, etc. J
<>frlre fo sotr io fyrix C>araaU 3
Leoa H. Tnb'iid
Ajant exolueil pcar Haial
Lehii & Fink, Inc
Fonde on 18"6
Supriorit Bs prii Promptii
Tcfus produits chimiques, pnarmaceutiqusiat
articiOs veikidiJiXds Ua.is une puaruiacie.
epioes, l'oivra, Uimol.a, jiroflc.Aiii* toile, M
et2, etc.
SUCRE HAFINE.
Spcialit : Marque prive Lysol dsinleotant, V
merle, Articles pour babiers, uy Ruui, Chocolat ft
lire, H u le de toie de Morue, Emulsion Cold Cram,
traits pour faire essences et eau de toilette, Eau de1
nine, Poudre contre les insectes, Solution pour oon
ver les fs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprl
pour la loilette des enfants, essence rde fleurs, Es
l<'lorida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'
pour la table, Hrosses dents, Pepperminl, huile
chasser les moustiques et autres insectes,Uegulot:
contre constipation et doubles des intestins cliroi
il, Cire pour les parquets,Comestibles, Elixirs,Epj
Sirops divers, Teintures diverses, Vins, etc, eto, "
Demandez te catalogues des spcialits.
< onfiant vos commandes LLilN & FINKjsM
serez alsoluinent satisfaits.
Toutes les bonnes pli irmacies duj pays s'appro
ont chez J.LI1.N &1 I.Mv Inc.
Lon R.~\Jhbaud
Agent exoluaii pour Halsi
Rii voir.; ripclio
E'onneinjnt sins borne,
au une itorrisponJaneae\
ml Li P-mh . U n'ai H
re;u au :un dpche de *o*A
m; en <: (jii joncarne noW
vi ;e. Je ne von ai jainaji
tl^riDhi,'. Si Jjn-:Li^
a publi une dip-ihe cmJ
moi, c'est laux et ie ferai
ces. Je suis droit etjscofllF
mon devoir.
Silutatioas iitin7uea.
( S.if iV Ci PIS
Go n ni-^slire GonveJ'
P.mr co/i'. conforme, r.
V B -S)h hco"i7J
lMir.P1 ht* Il *'*[f*\
,l s..; m Dir..:|..ir lu JJ
av'n" .natri n-jnial
et.-uimniiirci ^ ;. ''
pjHibljlMaW et J
prj.irci.iM d'incooP*;
cir.c'r'.enalt;!"1'''
lin.mi livv^ lAlln,;'ln!>f,i
Porl.auiVin^lOncjnJ
Mr Timothe Part. Commis-
saire du Gouvernement prs I :
Tribun il d; Premire imlance de
ce ressort nous prie de publier les
deux tlgrammes suivants;
< Port-au-Prince, ^ Dec- 1923-
Commissaire Gouvernement
Gap Hatien.
Journal < La Poste a oubli
diu son X du mirdi I il^.em-
bre un tlgramme vous adres-
s p ir moi. affir n t-il. et pruve-
ant i votre dossier. Vvm nrU
>! m lire si, alidit1. lu'23 OC
t >S' l *i l VO IS if 'Z P'yl ) IPlil
sff 1 'te le n >i I si cli i pu'iliai
ri "Y I V ) || C) il U! h p'jl.M 1
le dit jourinl.
MmI.Ui'js civilit
(S) nvr
Comiianin J i Hvt. i;-j lo.?*
tonce.
OI>| No 21") .V>n'n d-
mois 12 HntH pi heun .le dpt
7/IL>/>l lOhres^Oa. m Ville
d expdition: Cep Dite 7/12/ i'1.
T Pir.'t. i'>n nissiire ju-w-
j*wm\ p. p.


'
M nm
LSJP.
QUINA-LAROCI
TONIQUE, MCOHSTITUAHT, FBRIFUGE
mtmpSi par ton 1m Mdoolcs
1nI^t?,5^",^OOM, ,,rM **' *at. contient tons IM
aiat,L% tt,,""ar" mnm d quinquina, il e-i bira
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE d APPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
M VtlTTt OAW TOUTM LBi no NU H*MHC>Et
Exigea-i. Vl.,,,,111 QUmA-X.AMOOai'
tiill
|*C". PART.
.: :::
L'AN CE GARDIEN
Spcialit d'article* de deuil
1032. Hue du Dr .4ufrr/
Jolia medeles de calottes en sparterie.
Fournitures pour enapeaux---Crpe suprieur
Ltoffes noi es pour toilettas de deuil
gouh^ra et chausse tes suprieurs pour enlants.
Parures et voile de n ie
G;t n,s blaus, longs et courts
Soie lavable Crpe ds Chine
Album de cartes pos aies et de photos
Caries postales de luxe gros & dtail.
Musique classique et de danses.
Courronnes mortuaires mtalliiiues.
IBouquets,Corbeilles et co iroa>3 d fleurs naturelle?
|Thtf Uoyalmail Ste m
racket Comp ay
'U$ih CONWiY venant d Kinaion
leou antjt partira Inmm, j m pour
\Kurope via Un porta du Nord:
Pori-au Prince, le 10 Dcemli e ItSS
R. DUTT0i\-tt
"Km-^i:m r m-nf r i
luoi qu'on dise
Quoi qu'on fasse
< Hum Rarbancourt est
sera toujours le metteur
Sh Polish
company Inc
hew York
S vous voulez brotgtr la peau de w, edauuu-
kl mm cm** aiuir un Iruiani lumar.t lUrutk
Si tout tout* la couhur el la souphm de <*
MU,\UGk M.
T1r i* '' sPe''"l"n'n'P'"" **< <1nmn r leh Ht*
% f*"'*'' ' t*u ,ei """*<"" 'Oit r Ihumih' ri ; ,h,i t,4t
^ '"ttiuni itur so'-ene et ion>rve ln,< brillant
fl**< la manque HCNO H 4 t M la mnl'ew J- ,,v, l~ ^ M,%
, JH \sKMi *.,. pn IL,
Varrts
Mercredi
Le lp Sacr
De, et 7e pisodes
Entre : 50 ce,l'.irne
'JEUDI
Mr et M-i,. i i i donnera un nu
\eau concert dont Je programau
sera pub!i demain
ENTERITES"
MALADlfS QASTRO-INTCSTINALIS
I Diarrhe vertan'i nourrieaona.En tante muco-
! membraneuse, tuberculeuse; Constipation,
I Acoldenta appendlculBirea. Fivre typboida,
| Mtutd'9i!tPeau,Acn,Ecsiua, Furonclea, au.
OUIRltON ciwtain par l'mtgf dt i-
LPL0S PUISSANT ANTI3EPTIQUEI
ans Msrenre ni cuii
Rtlua-u lirtntnl I'aniur>ii inltiHnaU,
s. k la dee df 60 IIOO goj'lc par ,our O
[d'ANIODOL INTERNEZ
dan llt) '.a de flur d'onniier.
I S" d* l'ANlcnoi, Rj( e MaihuKi.-.Pa'ii
Veste i ii m
Mardi 11 Dcembre 1923
En vertu d'ordre d Monsieur L.
R. Bfarii Uo lecteur -la Douane d
P >! bu i rince taon I \ lirl-s 101,
i :* i 159 de la loi i c Douane, de-
vant !p portes >\p U .i aii., il nn
procd anr 0 ii-1 re- du matiii A la Vf n'> 1 en
en de m rcli nd s niivanti
Art. ,01 0 Ik* L I. c : v, /M
W (j \\. :r. 16 ,, s <>
c. nfllui f t '-i ,i
irt. 10 B | ' \' i ! ,. 'I.i i
1 c i loi i/ > , j ^
d de x .' .
A o l i i 1 ii e i. Il,.in
Ar ri 4 |u | ' e lu vaux
j 11 s le vu i'i
Art 59 7 reullaa di- l.dcs
Art.it3 I) i.i.is ! lal i: n louilles
I 4 btton le rapadoux
< i %\\ oi vi le*.
Mjntbran BUE, )QCjaleu t'ublic
......niiimi;imr::i:uii.Tiiinii:'iiiujmiimitniJUin
Le silleur Cadeau
fiirt i votre enfant est le volume
S Pour amuser
nos tovt petits
de Frdric DORET
III y trouvera
en prose franaise tts simple
<*-< Fat le* de La Fontaine avec les animaux du
>? MM les lois que 1* itoi d'un mot ou
d'une phrase lui chappera, .1 pourra recourir,
pour le comprendre de lui mime.
la traduction crole
S qui est en regard.
S________^______________
En vente dans toutes nos Librairies.
Prix : Gde. 1
as
I
auBniiiuiiiiiiumiuiu:iiiii!ui!iiiii!iiiii:iiiiuiiii;iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiia
Grafoliotas !..
La Colombia Grnphnphone Co v-imnt
d'expdier pw le dernier bateau leur
dernier modle de, Grafonola, superbe
comme forme, prix moilr.
Emp^tex vous d'aehetir votre ma.
chine avant la Nol evrette* s'enlvent
rapidement*
L PREETZMJINN-AGGERHOLM
i.
. SMEM
Tout 01 rien
Si vous av./. pour QNQUAKTI
dolhrs de depcnse faim pour
l.i lin de l'amit) al que vous
n'en ayez qu'un seul de disponi-
ble auui bon aller lejsterpeut*
tre dans un colilii bel quelcon-
que et se privi r du n sic?
Placez votre unique dollar dis*
ponilile dans un l.ilk-t dfl la Lola-
rie St M irti;i! o vous avi /. Ij
chance d'en attrpi r 500,
Et le 16* rendez-vous au Tirage,
Paul Sals
AVOCAT
RecoQTremdflts Commerciaux,
affaires I Etranger.
Correspondants Washing
on. New-York, Berlin.
Tti: in. Londres. Taris
T7e I fetf F Unir 217, > "ort-au l'nna
Typhon* !S97
A LOUER
Magnifique mison Bdkvue
( Peu de Oboaa | entra cour el jardin
I l'angle des Hues Bussinet L-
tal lier, ayant terrasse, etticit,
tlphone et toutes le- dpendances.
Pour confiions l'adrassar au .No.
II ? r h' z -\l|iho sa H i y ns ou chu
Franc >is Lo|. Iliir.
1U LT
V r !i>.-'-' il H ' i
(P-. la '. ) i. B
k
f i w < ,
I ,
A i \ .
\t 1er
La maiion H, STLIEli loujotirs""souc'u,use de donner
lleiii' latislaclioo >e> aimables I nonibrtui clients,
ic u ullte, a prvision de la Gu d'anne, le* articles
auivaiils de luule Iraiclieurel de UNils beaulc rOMM
iii.i.i reus par les derniers steamers, des pria axatjr-
lionnellemcot rduits.
f.ous nii croyons pas ncessaire de publier nt* prix
car il n'est un doute pour personne .jus non sauts-
meut nos articles sont de choix mais que n,)s prix soat
les plus pas da la place
Casimir gris anglais nouveaut,
Palmbeaoh l'ai;aheucli gris anflai carreaux
l'almbeach uni & a barres,asnii.
Alpaya noir sup.
Jbiagonalc uoir suprieur
Serge hleu marin & noir, anglais
Latin de alline pour Uiilleur
lUStrlne bari'es po.r tailleur
Kaki jaune anglais extra suprieur
Driil union blanc
TllSSor Japonais pour Chemises a hommes A rebee
Percale hlanche
Rideaux tnlla pour portes
'i';i' pour voiles
N'oiiO uiii St barres
Gabardine unie & barres
Hatl&S blanclie & couleur
Oryaudl suisse brod
Ijrud ta mailera peur robes, chemises Je jupoats
Petites serviettes damasse pour table
boy eux uni blanc & eouleur
Marquisette coton noire
Crpon jours blanc & couleur'
ihabant anqla s
Kciienne a mouches couleur
IJjudes-brodes anglaises
Toile voile pour golette pour adre
Calicot iercal de iauile
Piqu blanc a barres pour jupes
IN'ansouk ncir anylais
Molletons blano & coul.
Lotions Pivert assorties
lias a jours
lias bianc demi-sols
Iirille union anglais
but t'oul.ir i angi. dou'de larg.
Ciiape.ux ieutre Uorsalino eta, et, eta.
joule personne dairaol tu procurer ! meill uras
jiici-1 d ia place el sua in ill i prii qu.* partout
n:,!i un ie tes , i ; iUoi H.iilvera.
i;,i" ->' "Ul t|u i le la .laiso
n est | ui i .aire p ur aos tiportesietj au-
olaisa
-ii-L.L.m ?_
1 L' \ .
f
Chu il. lie &TTE1S
f


tf *UW
il .
Wms
La Cr)m Ttln&tljS. doc., parfum*.
fcns'f":- la fr i'r.5i un teint de lys
tient la poudre
Assure une
carnation exquis*
Ls CrtfiK TEINDELYS. 8m
onctueuse, neutre, ei inm|Wr!e
Tof.cnnr en rien la peau. Qu'elle
4andt, tiuplH blanchit Mi* ;.
totiru.tr Vr-xctt ou jamais la faire
Kilre Parfume aux estra 6t
ours. a Crme TE1XDELYS m
U type le plut parfait de tcntoilc ; ton emploi vite le
haie, le taches de rouieu et le*
irrn4ttc.il dun pouii're
ARYS
3, Roe de la Paix, S
PARIS
Tu'ilM Parfumerie! et (Srand- Magjatn
t*****^*^
Vaillant A Heuat A.ets gnraux 1720tV.edu M*f aata de FMI
-'"

aiso se Spcialisant \\ Pgfe mm
En Casimir
Anaia** el Front*
P.ut> Ro* f o N) 117
Cette maison qui s'esl tel'ment spcialise en see
articles a le plaMr dVmivmcer ce reepeclabU puWi
q i lit I renouvel eonapUlemenl ion assortiment ^n
4tar etoskp une de qualit ri es suprieur prix modr
et l'autre partir de 2 I uMars a 2,30 l'aune
la maison avisa qo' I lient aussi un grand assorti
menl d Diagonal noir.bleu aerge et apajjajdrillsblancs
du fabrication italienne.
part-au*prince, Dcaaibre 1323
M Galliiccio
tirait <1 tifel
Angle des ltues Bonne loi et du Quai
le t-ranct?
Vient de ravo :
Pa l de foie irai iruHer. Civet de livre. Andouil leltes **
ianulles - Aodouilles au safndoux. Jarohmi en botte. Ao-
ithoia I l*hnita S-mUnes llariiiiereaux. Thon. - Qessoulet
Petits pois Uns extra. Hou.lins, etc. ___
Vin Rouge, le gallon G. 4-5U. V m Diana, le gallon G 8.
lllel rfliiep' b v iqueift Q V n*
dfK V i8 de Bordmum ei d* Cham
Cuisine ttetleate, ~-#MttaJwei confortables. - lAseaJBpftl vue
iir la mer.
Y: iiie, Yaille, Vaille.
Ocengion eoccepiionUe
i i*AAMlon Ummiso. ibltbol I>ayan&<:o223Uueda9 ronts Forts,
teilau March Vallire mot eu vente les urtioles sul-
vants moIU prix.
C.eimir 14*1*11 bleu merio trs ta0i
tovUur
ii
ii
ii
pi.noll" Msae Pw ortniw lonm.
Alpaga noir igprieur doub a li r^e r
arg* bku n :'"11 ''"' '' e '"rc'l"
uinttlfl double Ur^ur
D'il1 luf>r naprieur pour polum hOBM
Tu*-or soie pour o*tumcA DOBBlil
'alra bonch ' '' ;" -"!'
Voil^ noir double lintyiir
rtbardine ."34 poufM, pour juppt et
coetuifS hommes
Organ. 1 n i ' ,,';, c (t u
OrgaDdi couleur broJ
Mo' hoir uo< hee ouziii.e
H '
Prix r.vanl
'. or 6
I
4
K
I
ft .
2 O
'1
I
2,50
0,4"0
1. 0
I
!
I
Plia d'Ujourl hui
4
s.ce
. i
8 20
2.0
3,oO
1.40
1.0
I 70
0.60
2,00
1 "-S
0.5
MQ
(Jfl.
l.lo
10)
0 n
1637 Rue du contre
Annonce si bienv-Ml'a i'e
cli^n'1 ? qu'elle vient de recev ;'
pnr le il rnier Frai1;lil de t. et
iljantet chants nrs pour da n*,
grand choix d^ souliers pour imi-
fanUi chaussette*, nhapaanx, cot
tuinas pour enfanta, bas dj soie
qualit trs rec imnwQde gris nier cri de l-i M > le, u irs^mVurs
varies, b?\ es d 'ntelles C\ iny. ft-
let mche, braderie*, ruban*, par-
fumerie, objets religieux, que'-
ques jolies coupes d soirie*,'rll ,
linon, toile nationaWs teite pi r lil,
bouquets jarnitures el TOlle de
nienee. etc. ti.-. etc. Un tolie
chaussures de bbs.
*otieta choix (fn
t.ii/* bon got
llioi a .lire aussi lattentioii de
ses nombreuse et fiilcs clientes
d'avoir s'insciire a l'avance pour
leurs commandes d'linfsrie fine
rabes [ingeria. eost^m s yar n-
nets, etc. etc. Sp.-ialit del Mai
son afin de pouvoir en assurer la
livraison la tin de l'anne
prix trs mod.Vlfe
Cordonnerie
raaatCamllle
Fabricant de c/lftlisvurs)
en tous genrm
Matriaux upriaun
Soins promp'itu le Clrit
Gmnd'Rue P^a la Pasts N \ll
\a maison port la connais
sanca Ju pubtic qu* dan* !
but ds nombreux clehti elle an
corde partir du 1er Juillet
1923 une prime de une p-lira de
chausauros au chaix toutdtea-
t lur de vingt ti \\^.
Kn cont jumi on est prB
de rchurr un reu pourcbaqiM
a;!iat an comptant
A. tt Conssiimrs WRe tftt I.
devL-itf de lu mris.ai
. ^. W*il -*S^W* -* *** ^
mum
m
QR MD'RUti
9bop inl'.ui-h HeOfa.QpSB Frim
\ ... M. IM il w r. I.
COU
qiOf1
i<3
ni iei
Un stock da C3 fameux SVVON est arriv el n*,
vents dans toutes le^ bonnes mais >ns de C3tte place.
Fabrioantada oa SAVON ont su combiner ur :sxV(
de toilette pur et d'un j|rand pouvoir dsinfectant.
Illen le SAVON 1 I Kl-J 5l.OY durant es dernires pidmie
comment un usage rgulier de ce SAN ON prvient cont
toute infection.
Prvenir vaut mieux que gurir et l'exprienoa a ppl
nue le meilleur moyen de prvenir la ma adie dpei
ue l'naaga rgulier du SAVON UFBUOY.
I e SAVON Ll *-1 HIOV peut servir tous les usai
c'est le SA \ ON idal pour Ja toi ette et e bain ; il n'est[
tau emenl exce.lent pour la paau, ma.s prvient coav
to^lte ineclion
Heoommandpour les enfants qui sont disposs
maladies de peau, lixcraa, Kohauiiure. etc.
Kn cas de ma adie dans une maison ou mme uansl
voisinage, tout le linge devrait atre lav au SAVON UJ
IIUOY.
II donne au inge, une odeur aa-ne, et garantit la
aOUvnnez-Yous que prvenir vaut mitix que gurij
l'AiiHicv.Ni eve llr Ihrs Compini
CAM8H1DQE
Lq nt...... A'fr'd l'uur.
PORT-AU-PROfCU
r,r


Trop faible
pour trewailler
La vie courante es femmes n'est souvent
'{u'un travail incessant. Combien plus ardue
r;jt la tche quand des malaises particuliers h
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
Le systme nerveux est drang et la vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Liiez Ce Que Cette Femme Dit
Mnntan-iHo, Oriente, Cuba. Jetais nftlqua at sou!-
frai* lors de BMI rgles. Ces douleurs oie fora! Mit MU eut
rester au lit. Les douleurs, toujours d..ns le bas 1
ctaient quelquefois aigus, quelquefoissouidee et jo vomis-
t J i souifartdu ce malaise pendant quatre ans
avant de faire connaissance par l'entremise d'un fa*icule
ttil Composition Vdg^talt de Lydia S. r.:.kham. Je
ni e complte eetiatsedon et je me fais un plaisir
de le taodec ft.toatU me amies qui souffrent a.
-.- Irta .'1-iw }.IiLA,'JaUe do Caridad,
4, Jianr.ni-io, Oriente, ( 'ja.
Lee i cm tes souOMitm pt> errniont p i .'::l.c muis doivHui taetose pour 1
ConipMft .on \4tfotae
de Lycia E. Finkkam
.^.V IfDIA t. aiNKMAH MIOICIMSI CQ. UVNM,M'0. W.9*
a

e#

I
C3
s**1
0
-
* -
Voici 3 produite
Oui mettent en valeur
la beaur de la femme-.
POUDRE SIMON
SAVON SIMON
Ojan Prtim
A ert "j.
Les crpu s tin
Lr- Cn M rocains. Crp>
;.i;ii.. iii 1, 1 '.'p. Stanley cnsi
PaulK AUXlLA, ont rellj
QBCBt njervLilkuJu


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM