<%BANNER%>







PAGE 1

un. JI vTJ3 MIRE EU MU I Par Cble LONDRES — A l'exception de quelques ligei dans les Mo Orcad* el dans le UDiversits dont on n'a pas aneoro reu les rsultais, U nou velie chambre de* commun %  est m 11 iitenant complte, h 11 heures hier voir loi rsnl ;its des ectious gnrales taient : Conservateur* 259,.travail tS. i br;iii\ liS aul:es par^S '0, deeof ta qu A la uou\elle chambre la mino rite du gouverne nent sert OU voix on\iron eu comparaison des partis co a bins de I o p — lis n. Les chirTlCl toutefois pourraient % irifr suivant qui* les ddl entel r3iiMws considrent les membres -pars coin ne appartenant alun Ou l'autre des iraods partie. On dit que v. Beldwiu a convoqu le r-u mou du -nlii a-t pour lundi pour exa miner la situation qui si pins em aauTesaanle i dei p us exlraordiosi r< s qui M s i pi < Un.". L r uli i les il ctions o it in diqu-* que liud le ornes au lieu de troi> etg roat eu Perle a • il t,t:s cours NBW YORK 7— Pronce 18.76 Sterling 4-M38 PVRI8 7Dollar lf.8:i Livre si-87 Samedi soir 7 h.lji Domino Houge 13e et Uc piaodee mm me • t un journal Un Drmas'ie Soir Cinma Th 8*re Premire pu lie Ciima im n Drame en partie* 2me | arlie T Hoche nnn Saynte indescripl ble Entre 050 dit) Prochaine ito louvetlei de Hincba ( in nous crit de llinche : que la Fte de Sainte Ce aie, p itronne les musiciens avait t I st i avnc beaucoup d'clat cette anne. Ui grand concert a t offert au public pari' maestro BcllioL Voici le programme qui a fci excut: bcol Militaire pas redoubl; SU Ccile, marche; Sij' tais Bon, lantaitie; Simple uveu. Obtenez votre sant des sources mmes de la Nature. Sjp^^La Nature tant la source de tous lee biens de l'humanit, il est logique que nous ayone recours elle quand le corpe humain a besoin des trsors qu elle renferme. Pour la protection de la sant, le plus prcieux bien de la vie. c'est la Nature mme qui nous ottre l'huile de Foie de Morue avec laquelle on tait L'EMULSION SCOTT Directement du fond dee mers, elle apporte le %  soutien de nos forces, combat 1 anmie, les affection, de la poittine et desJWSW ,M malnutrition, etc. Cest en vent le tonique lidal pour tous les ges. > PASTILLE VALDA X3INX BOUOH C'est la PR&mtn des Maux de Gorge, Enroua Rhumec de Cerveau, Rhumss, Bronchite, etc. C'est le SOUUGEMERT IMinKj % % %  % %  —^—— de l'Oppression, des Accis d'isthae, etc., etc. est le BON pour combattre toutes le Maladies de la Poftrtaa. KCuMMtiDTiOHd. to c.dMTiH DEMlDEZ, EXIIEZ dan toutes les Pharmacies Les Vritables PASTILLES IVALDA vendues seulement •n BOITES portant le nom Aile dite Les rptitions des trois comdies roman suis paroles ; Billet de i i i ..i ,. i:.. .-, ii _•:.:. _„..~.i • des Trsors locales que les a eurs de la naissance •'Lu Ile >i <.. nent diineuch • a 5 heures de l'aprs midi au I l de la loge • L'Amiti les Frnr H u marchent avec un li ilentrnin el f >nt augurer du succs de la Fte. L'inv payable Rej sfeneuten Ire. Pour tre la porte do ton? -s l< n bourses le prix d'entre est lix I Q ,v centimes. Le bufleedn cil; r prsentation est au profit du l'emple •• L Amiti.'' Faust, valse Lsatitia, gavotte Ouand mme, meringue. Chaut Natiooal amricain et hatien. Aprs l'excution il'* ce beau programme, le maestro Belliot invita chez lui, les officiera de la Gendarmerie, lea musiciens et quelques amis o un ralraichissement a t servi; puis, ou se spara BaslaiU SSB D''l ma* Demain, deuxime dimanche du mois, il y ura messe a Delinas. r Varits Demain Dimanche %  Les Trois lousquetairts 7me pteode : Le p.ivulon d'&stre %  me pisode : La Colombier rouge Entro 1,5 lout lvjiler, ii e rend .chez HeUe, iad* voyant l*tat Bfisrable l*esprit i m le |u il se trou ve c i n-Ci, li .U. i ne pr • i ) ioe , .s U phrase re l iule et aprj evo r enpli.ju feguemsatsa visile.il e retira eensea mieux s'e.i servir. P las tou de hnnte.n peuse plus qu'as 1er ch L Vu i pr n I •', d-ello ii p.uve de son m i MS inci. M ne '1*111 np.it ppreid iJlM Didier u l I eh li Nina, oui do de. elle sel tr dit • ; .1 • aipoir tota'.. Pilas de retoui ebireha Kran oise i vain el da i le ve.it, ,11 j-s ;a lemu:e, di i\ lr M cojreut pjr las. eu s'ippeli U sur li |rVd ,.. U ie nouvelle ireavs atteuliit encore Pelas, Gisle *i lla eppiv-nlquason pare 8*1 U I l'r:;it. Entrs : oveh t li >urJe* liilcon 3 gour ie L >ge J f, le* -<0 Sur dnia .de Jei i mes patronnes ses de l t >i < ce, afin de ne pas c mtrarier esui qui suivent ce dlm.la d rectioo re tr niru Mardi les iluie et 12e ,Jisod s. Maria s e 8 En l'Eglise du Sacr-Cflpur, le Turgi au soi a clbr le mardi 2 Dcembre courant a r> heures du matin le mariage de Mlle Rolande Sjourn, Bile de Mr F rem y Sjourn el de Madame, ne Solagea,avec Mr Lucien ftibberti tils de Mr Fernan UUbbert et de Madame, ne Pes< a c dcde. Nous prsentoni nos aieilleuri vœux de bonheur au jeune et cliarmant couple. — ; u samedi 22 22 Dcembre a 7 heures prcises du matin fera clbr en l'Eglise Ste-Anne, le mariage de Mile AMLIL I'ALL, ceur de nol e exe lient ami le Dr Paul lux Paul, avec notre collaborateur Mr PD I'LAISIR, uirecieur de l'Agriculture. Sincres compliments et meilleurs souhaits de bonheur. Tout U rien Si vous avez pour CINQ.UA.NT dollars de dpenses taire pour la lin de l'anne et que voua n'tn ay< z qu'un seul le disponible, quoi lion aller le j ter peuttre dans un colilich.i ipielconqu %  et se priver du reste? Placez votre unique dollar die ponil.de dani un billet de la Loterie St-Martia! ou vous avez la chance d'en attraper ."'HO, Lidlbati gnr.iux (Suite) // t'wts ail impossible, malgr notre bonne volont depulieren entier le compte ren I" de ceproo s* Li place non faisant dfaut* four ne pas tre taxs ''pendant de narli'pris, "yant publi tous lu dise mrs des avocats de la partie cioile, nous nous faisons un devoir de mettre sous Us veux de nys lecteurs la plaidoi 1 l'a de Me GervaUt un des avocats du la dfense : M-' Y. Gervii Magistrat, Oepnia fHt d. 4 heures que les dbats gomui sont ouvert, nous avons entendu, certes,ds beaux discours e! p>n an m .t de vrit. Pas unj-t de lum re n'a •'•! projet sur telle cause. Du rot de l'eceusatio •, rien que de phrase vide, de cieu s juridique. U-puile dclarations vaguas et sans preuves des Mes Matnoo et Neo, depuiles psal nodes larmayeiites de Me Duvivier. les lii% in • d : MeLagros.la logique d e-ca ier de Mes l iaiiiboi et Co cou jusqu'au H tonneuiei.t de Me Puuyo. i. us av-iis etitei.du tous les sous, toute eeits musique d>acior.e. Tons >e sont expi iuie dans une forme littraire admirable, mus, hcias, teus oit m*uqu luuidi-ment de logique et de raison jur.dique. LeCommu-aire du liouvcrneinenl, d'abord, Me Umrd Kaymoud, a cru apporter eue note nouvelle dans le dbat, malgr toutu MI vivacit d'esprd, il n en a rien t. Alors Me Psret, le ch l' du Parquet, faisant ses premicies arin i s, dsirant faire consacrer IVil-au t'iinee un talent ueiassen! ailleurs, est Ycnu, lui aussi malgr tous res etforts intelligents, se perdre dans des racenlers cl chouer piteurement. La l'ail ile e^l complte. Vous ave entendu. Magistrat, Pse cusation, vrus sentez comment elle et boiteuse; vous voyei sommant aid a vivre. Si Me MBrly a vou|,i considrer la thse de Victor Hugo pour comparer Davis Jean Valjean, selon lui donc, Davis est ia notent, c'est un malhe i e,i\ qu'il a mal compris. Si. au contraire, cj n'est pas i qu'avait voulu dire Me Brdy, c'est qu'il a mal la ou mal compris ce roman. —Je dois cette Tent son seulement Me Brdy, mais e icore lo .t-J c lie jeunesse svide de savoir qui BO is c iule, car il ne faut pis qu'il soit dit, pour l'honneur du bareau. qu'il y a des avocats qui nor.t pas s icore compris 11g. Cest ainsi que tout au long, aves dss eouparaisona de nette nature, HO adversaires ont invent un tas de choses, ont parle beiueoup, sans a jorter aucuns alert nouvelle sa prons, Mes honorables et distingus confrre* de li dlense m ont leunn l de monter le premier t'atant-garde, vritable c.inon longue porte. grosse artillerie eoin ne ils m'ont t gsntiement bipti-, de balayer 1 œuvre d-; l'accusation, d'enfoncer les adversaires, ds les culbuter h rs dss lornires, de I) iser leur chafiid.ge de mensonge, de TOUS prparer, vla^isii.it, en attendent qu'iui viennent l*ur leur, tes d amer, une stmos dire moins eharg^s pour li distributi n d'une saine justice. Je suis enchant e recevoir un pareil maodsL js ais essayer de m eu acquitter, non pas ei venant eomme mes alversaires, avec un luxe d iinmag na i)ii, mais en faiMinl voluer d-Tant TOUS lea ntles tatioM des tmoins (A Suivre) Les Pastiles V\LDA so il en n te : Pharmacie '.niraie dliiti Pliarmuie Bourraine Pot tu se, Pharmacie Brutui hrmis, toutes pharmacies Revue des Deux Moi XS Rut de Universit Ftn •OM -Amt Ut-. LA LlVaalSOUj DU l' Novembre IW Coeur pens ne sait ou il va.J m.re partie, Paul Bourgjtdsl. demie franaise. La U'votulion i espagnols, LW Bertrand. n Les derniers jours urand Use! chel.Il La vtystrieuse diepsri lion, Princesse 01,sa Poutmtiae,_ Leinthun.-es arabti dsas l rom.n, Kmile Mle. d. 1 lostitut Cou les Latins d \manque : *c Kent ne et Cru^u'y.— \*V rillnrt de TAcedemie pagajj. Sur l'tnseig'itrneiil de [f Jj -Il Demi g.e, Charles Richet des riei nces. Lettres \ Siinl V et >r Sarre, C mire em rai Degwj. Kjvue Scientiiiqie-7 A 0 Q Congrs chrou imtriqae, NordmannT f K-jvaeUr.iindi|'i. i An ^ i Fo.U.ne. Li O'sans. J Donne, del'Acidne /raoa %  Chronique de h Q iinasiue.loue Politique. Ren P' D0B ; PRIX DB LAHO^tvlEM faut &nlj AVOCAT Hvceiivrements Commerciaux, afiauts i Itlrai.ii'T. CorroeponJanta A \\ a .hirtg son, New-York, Berlin, Turin. Londrsa. Parle. le lHe kf^nr 9!7,l orf-aul ri^et Tlphone 597 Sii nisi 41 ' Un n W.e Seine et O'.se Se li Dt.uriemcais ti COIJUKJ (-*n;.i ses 8o ** irsns.f 9^ f >. ; Ui abonnement parient nu h ^ue mon. utn* 4 li S A LOUER Magnifique maison m (Peu de Chose) entre cou l'angle des Rues Bsu.^J tellier! ayant terrasse > M tlphone el toutes les tpe, Pour confiions s adresser ^ elle <*t rduite se servir, a dfaut Et le 16, rendez-vous au Tirage d'arguments, d'expressions les p us violentes I adresse de nos clients. • MAURICE ETIENNE Fils Marchandises franoalsen n ,,o* TngJ. des rues du iauasin MS* Mj^ lla ' de l'Etal et des Fronts-Forts Dais U nous est l-n art de la n Ml de Mme \ vo Jules G meenil ds I. lue, ne Marie Pbllom n; Letortue, sur vsoee Pi -te, chea son Sis Raoul de Laine. (oedo'-tgcei u* famille prou Luoa-Park Entre libre Tous les jours la M %  attractions sensationnellts — On traite les prvenus de forfa 'ns, d'aseetsins, d'escrocs, de louBSrVNOFEL, — m.'dica-E O ns, u u>H>ins, utscrocs, ue iou. *, ... t sortes d\ pilhtes melsonnent s. "' ' ll souvenu contra le paludis C'est ainsi que Me liic.lv a lornpar rae .'_ -.,,,,, t% ..„ Davis Jean Valjcai-. Sans nul douLS V\Or LIMl., DOurU entant. Messe Btzoton Il s aura ga em i-.' m sse ton demain matin. La 11 rmooie i:nin:ccera i rrrwe du premier tram. T I e Bi o des te, il a pas lu mi n a pas ci.mpt t le roman de Victor Hugo : << Lis Misrables n'Ilugo n'e-t pas un io* tint u d'aventures propument par 1er, varit de rou.an populaire OU de feuilleton, tel qu'on < n voit di us le Courrier des btato-L'nis. C'est, plutt, un roman, pour dire comme Ren Doumic. ides, j'ajouterais ides sociales; c est ua lomnn & thse comme eeu* le Pourget ou d A. natole Fiance. Uc Yictoi Hegu u t sn faisant de Jean-Valje au un voleet s voulu prouver que c'est un tien* nte homms.uii maintint n.\ muniuns aue la socit LQSI fuite uu uus pour IN VENTE, iiros et deuil. TOLET ,, Nice bouse situaled st W* (Peu ,1e Chose ) i =rner^ aen & Letelher, beg JjJJ view. el.ct.icMd, teUph^ ge, etc. uraticnly new. Appiy toiijRe. B o ;;v AlphSeaa Hayne.OI.ic. ar r tellier's. Quoi qu'on dise Quoi qu'on fas| Hdivhnvmrsiirt 6&h Le Hum ttarbancourt es et sera toujours le m&l%r. WW ^ • %  > W > • %  wv*"-'*~mv. a-_



PAGE 1

tU SA! [aisoii se Spcialisa En Casimir Anglais et Franais Pue t on ne Foi Ao 111 maison (jni s' iaMuedit>*e^uejffeMAptfic | Globules Ebaud lUaultata merveilleux. nurfmnmM mCmn 1 Ttx/lf Pfi"*.' L Pue : • lt.\ fr .ne 8"50 nui kv. • 1*. DliPENUIER. 83. Bo4oa Martyr, Pnri. Plwu!na*)W.BUCH—PortBB-l'.iH i p lace de la Banque Nationale Proprlteir : Annaeiue INNOCRNT Duvel tablissement se recommande par un serriez jcbable, des consommation! do premier choix, aa lion privilgie. loir, musioue attrayante diriye par des prte*. ili do ;|iand morite. Installation parlaite. — p,j x modr. Tlfilione \o 395 Panama ralroad oteamsbip line Bureau de l'Agent gnral I' ort su rina, Hati, le G dc. 1921 Bulletin No :t/5 J I e vtrumet Ci i lobai **st attendu h l'oit eu Piioaa raoaal do New York direct lundi 10 Dcembre 1923,eve< : SU lace de lettre, 13 passager, et partira dans l'apre midi lu raii.i' jour pnur Criftob I. Limai Zone direct. 0 B. THOM, SON, Ages! gnra! Irautl Htel de France Angle des Hues Bonne-Foi et du Quai Vient, de rea vo r : In l de foie gras truffer.— Civet de livre. Andouilleitec aux V -" Andouilles au saindoux. Jambon en boites. — Aiv Mlhiiile.Sirdines.— M;ir.ju retUX. Thon. — Cassoulet — lias tins extra. — lluudms, etc. Moutfe, le galion G. I.JU. Vin Blanc, le gallon G. 5.a0 |Wei d ne par birrqwset uuilons *> Vins de Bordeaux et de Vhim '•xc9llent*.-r3bambree confortables. Maflffityie tes 1\ Si <\ vous avez eu froid f, pour viter j\ K"^ M un rhume, rSefeS ^Pendant le rhume pour viter j rue grippe, prenez quelques Comprims de RHDINE 1% 0 i \B %£ fi ILS M* gn itti ehegrine plus. Les inquitudes des poch ine* /tes sont dsormais conjures. Mal* lui Ce !* ,onn '' d 'J }l du ; es familles *e sont trouves jusqu'ici d+n un v Habit tmbarras. ^ ri de (a rie et la pnurie ?arg*ni ; ell H n*oni pas pu fuirt face certainement Iturn 16 W U. U ^ K o r iUyia escertain de nasser de fUs. Ce*l do c de la (faite que ta ma ron AlltQiU Talamas vous offre 9 leu d'argent, vuu* aurex l utile et Uagr bU %  I "urj/iffu, I/UUJ sures i MIII et l'ayre u(* r*ndtx donc p<6 le dtrnier momstif. il] z ? ta A liq iidt on exira^rdiia re fDtolae TalamSVERMOUTH C1NZN0 cm i a MATTEIS • V-.



PAGE 1

SS* Lfc MA 1LN %  nsrsi qr/3 antiaeptUl** urinalrc Agit ite e' radicalement fcHIWto M CM doahuTS dz la miction vite toute complication „ ..!••-.• %  %  < I r-.tt . I %  •'• ' %  • • %  .;. D %  ,.i. %  l i'. %  i >-: 1 Il %  !• %  ... CttHM ^a.--; %  • ; le I mi VA. I! VHRIIH1 I — %  Bassxa:--—!-'SEKG VAlbl N I*, Cooagnataira podf Haili ... . le sietix assorti ds la place oiiv?rezaPRlX ilIMJiTSponrlsiles de In d'anne J.,,,1,,..... baeon langue. fum.iwn *£!"£ lOIAtes soi l*. Liqueurs larie Irard assorties. liqueurs limim an assorties. feUe de Irauiboise, d, aetIS,fc censs, tte UfiM, limon a"in fc|sr*MU. tins de Wlre.Iilafe, lorltr. La Peto maison 1637 Rue du contre \, „ ;,-.. sa bienveillants clientle quV.la vient de recevoir par le dernier Franc n de ••' <*.,*/t ( /ca dbflfMI TW /'-""* ''"'"**• K ra i lioix le s •"• '!"" en f m %  ii: : ; bas !iV ''" Mm a p ••' %  m -• b I qualit trs •• % %  rn %  n •' ./'"'* /,,r ^rrn.ldl^ ''''. ri iw^puleurt vini ••*, l)! pa dei uVile '.I my, Ici mche, Lrol^it?, minus, nsiI m i-ieo .j le PI itfieux, quelq i joli coupes • %  isMulM. i ,. toile ial %  I *l V"' ", h pii S p ,ix, les plus pas de la place. Casimir gris anglais nouveaut* Palmbeaoh jris anglais ,.._ reaux |almbeachuni&a barres,ooul. Alpaga noir sup. Dtagonala uoir %  ttpriw Serge bleu marin & noir, anglais Latin de cliino pour talljau* l ustrhio baPT po r tailleur Kaki Jaon. anjlais extra suprieur Percale hianehe Rideaux tulla pour porUa TuUfl pour voilas Voile uni & barres Gabardine unia ta barre llatine bUnclie & couleur Organdi eulaae brod |etit3S ssrvtelles damasse piur table Soyeux uni blanc & couleur Mirquisette coton noire Opon jours blanc & ccnleur Rrabatlt angla s Kotleima mouches couleur llandes-br.ide anglaises To'le i\ voile pour golettes A pour aa'lre i .Ucot Perai dr famile Ptqu b anc a b*rres pour Jupes Nansouk noir anglela iclletoas blan* & coul. |,otioi s Pivert assorties itas Jour* Bas b.auo demi-soie t'rille iiiiioii aaglai* s a iaUr t a igl. ^t > iMa larj. i:!ia|ie>ux feutre IJjrsaJiao etc, ett, etc. Tout. personne dsirant se procurer les miueiin articles Je la place et aux meilleures prix (|U PN mil. urs NV doit de laire se, emplettes la Maison MWj R:pp.-lez-vous Mirtout que l;i rfutation da w W n*oal plus luitv p ,ur ses urlicles d'ituporlstioa La maison H Balloni M lient qic tout un numro • }o T gagnetu un Utau, coalant. Cordonnerie ErnestCamllle Fabricant de chautrm en tous tnrm Matriaux suprie ir Soin — promptitude— CMni GratvVRue prs la Posta N ivffl La maison porta h la c na i i sance du public qui— dan* la Lut >'.e hcidier L-I d'-encouragar (Us aotnbreiix clients — aile accorde — partir da 1er Juillet 1923 une prime de aoepairade chauasuresau choix tout dtenteur da vingt tickets. En coneVqueoceen est n^ de rdamer UQ reu peurcliap.ie icliat :ni comptant A la t'.in*'i'nf — setta M U devisa de la njawon m^^ %  "H ** i2 Gante •^pu^ s : u&ai4 np ^H .,; vz>nca ?ho %  and Lunch Hoom. I pen P om Sise Eue Toux, 120, prs du dpt da rhumfl rort-au-rince, ne fail le plaisir da porter lUJ sance de sa noiabreuM clientle at du public m rai que ses ravons constuninant sa renouMja marcliandiaes de premire qualit, choisies el I porte de toutes les bourses. Savoir : IU|oux, montres, orfvrerie, un gra 1 nient de bibelots, sacs en argent pour unii premier titre, couteaux, ncessaires on arge^ mes, ncessaire couture, ^0? s \ t a J lc ;"A„ bo f L ht, mou.t.qnalres, dodlnas, ohaiacs Ja^o ^^ d3 ti.ilette -n porcelaine.yranda et petitsin vre, bau-eaux en 1er et en bois, clialsej * M i enfants, lits do oan.p pendules, rveille ^^i liqitaurs, tasses, lampe ass. tapis de tani bonbonnires, chapoaux feutre, f ,l { a >c f a u#8 d Ilias, casques, jambires, paraplnlaa, lur m pour dames, chaussures pour dames, nom* Pantoufles an feutres, pelm-beacb. A^ Macliiues. coudre. fa,, *colB \ nr c /.|Jarse, f blanclies t couleurs, olieiiiisattae. ^"^'^.llaf b etelles, chapeaux de paille, chal,M *V*r: tl#f et s.iMies, valises anglaises, |ou|i>ux, l )e "" i 0 ott a bitoux en nacre, fieurs artificielles, P luro piafl#i dea.xpour baptmes, lianaillas l %  loB V leotrlques, |eiix d aiticles en osier pur • ^^ des et oiomobilespour enfants ** !" ", n e p i a HoraaUno, aasiette^, carpettes •j ,, < liIfl ^ 1 alla !-• tcotc*ur, F*J r(t asej c irlranea'a hau.e ni-uvtanle;,p-n u^iM d i naa, Q pou hoiniies an PaJ u Ur aeuhca, serviette d'av-oat, atc.ata.



PAGE 1

IMJMJU&J* Clment Maglone BOIf ;VBRNA IMS An* -tavloeec Quotidien Fn aucune partie du UiOde, il n'existe de lieu ol l'iiommsi pniile cci apper aux' consquences de ses actes. Texte boudhique 1BLEPB0NE No 24* 17me ANNE N 5083 POR*-AU-PRINGE( HATI ) SAMEDI [3 DCEMBRE 1923 Une belle Confrence PAR CAHI.K / Voir le No d'hier) .prophtes cependant nous rti Mer et de rilifiar le pacte de I Socit des \ i lions, les raspoosabilitt que se membres ont assu n iea. .lo ne propo se pis de ensuis • ai it dans cette litiqne et le sn it nui plus. iKvnl 1* Rnal as trouve une proposition il muiJant ce pie la gouverne ment donne aoa appui a la cour in Ici'iniiionale de justice.Ce projal aat nouveau al diflrent Ca n*eel pas uns question le partit politiques et il n<; faut pis lui donner -i la iropor lance artificielle. Cette eour et simplement un \eo da rgler le co ifliU ei i laque le nom poiirriosM avoir r • • >ur>, m us i :-ri'Ile on ne siursil nous forert de nous adre aer.Comme ja dsira voir sab.ir in Nie et corn ne C ttli pr < : -.Il I.: |;'t pratique au sujet duqu I i aile les auioasss soient jamais enten lu -s 3 U iqu'e'le ne rem il.-• p IS loin { %  : %  > esideraia, je la recomman le l'axa rnen favorable du sast, toutofoii il ftut que nous faeaiona clairatnmt nos rserves au aujei d notre relis d'adhrer lu Socit ds Nations. Lu d tte actuel e et l'iotrt du par les gouverm-1 i. nis lMngpra sain y eoinp.-endr* h cte< t anjtaiM de 4 milliards 600 dollar Sfl 'tan firon 7 mill %  800 dollaa. J* ne i da pu an faveur de l'annulation, m tis je ne meuna objtciio.it c quon la ri aovanl la mme principe adopti pour la dette anglai lisons, nous avons un latral direcl dans la rtablissement conom que do l'Europa. Ilestaug mani par n lira dsir de voir se r tatblir la civilisation et te bien tre de hum ul. Personne ne peut ni r i| i • n 11 faisons daa aacrin sas d m ce t jit \. qu'on noua d< %  M montent un mil'ioa dadol lara p ir jour. I ... ; ; ne quelques j< nr, noua avons otlerl noire aiilf t n amis el nos consai's. Voua ai insrii r notre : d i lit' payer 11 Pr mes et rta blir l'A lamagna, nona ma propo t le daarmamant, fait i s eilorts ainarrs pour rgler les c :ilits t-t rtab'ir la paix. Nous peu irooa a bien fair^ non pas aq noua servant da la force ma de li raison. Le prsident approuve sans reatric lion le prog nmma te M. Mellon poui la rdu :ti m d i taxas mail ur les soldais. L'ain n lement l preh bition, a continu la prsidant, saiga que le cmgraet le prsident faaiant daa lois pour empeener qu'on lo v'ule.ll est le mon devoir da faire respecter i lo'u. L'Amrique doit rester am rie une ; dans ce but il est noessai ra que noua continuions raatrein d.* l'immigration. Il serait bien de procder une alaetion de immi gra ils self cli m qui devait se taire la sourœ mme de l'immigration. TZFr twble Nouvelles Etranares A vendre (PAR Victor Murguetite i.. M 1 25me Mille B( H^la Librairie dr'Matia Red Jerscj Duro verrat( pouroeuu maie import pi sa ni environ 600 litres, eusxi dea Iruies el des cocUon nets de ddlientes gr.u deura. S'adresser 4 Geo. A. Puvne P. Q. VQX 78, Port a Prioo Ls |H'otestationi> et l'ayilatiou sont inutile ROME— |f. Mussolini est inlcrve nu dans la question des (roubles scolnircs, il adonn l'or Ire nui j>r fets de luire compr>odr< a N e ion! produites •niie faaoutaB et tudiants de l'Uni vtisil de celte vil! s ; plusieurs par son' es eut t blc ses. VE11A CHU/Cinq Etals mexi ceins sont en rbellion ouveile ion tre le gouvernement da Prsident Obreeon. I. s Suis d Vera I tan Liriede Holo.i, CUiLuhua clioacau et Tamaulipa onl rpudi lea autorits ruer.ile>. Pt'IKUljRAD Un anuoneequ'un premier groupe de condamns dans i'altaire des trsors degli.es a t rmi en libert. P VR S— Le gouvernemsut frast : ; i .M que des '. : aques n* i i ni i tea ame !i a Vau rica rn.Un service religieux tera Notre I ame : riubumation au cimetire d.is Cbermta lUVC i caveau familial. I' \Ki> Une m'.s-ion ruSSS avait les er lits illimits visite en ce mo inntles principales fabrique d' dation frai ( lise : h i ruaaaa vi-ile i Mit ga'ement h** fabiiipies eu An eteri Ulemagna et Italie. Bb.Rt.lN— Le lleicbatag aadopM trois paragraphes du projet de loi re latit aux pleins pouvons du gouver nemeiil une m joiit de S tours ; on a remia plus tard la vote dfinitif sur l projet. JKIll SAbl A La conseil consul ta ii ii iiil ii UQ li par -i.' Herbert Samuel, liai i • ommiaa tirs biilannl que, comprendra leulement des fonctionnaires du gouvernement ; on mil lit d bord que les repreea tant de la population musulmine juive et cbretiuiiue ea feraient par lie. lotre Cnl D inrs ii revue d'Armour & Co. •DU de > %  i Port de Paix, .soui i as troia s nuinea* Un a rarement vu le Port d ; ^aix achetant \ lus dcal. La qualit est ibl et lea prix ^jnt eutin deve nus ce qails aurai-d toujours du tro o'eal a dire ba 5 es sur U valeur l'pia de U nurctiu4iit> Aile tous chM Pcil E. OXILA Visiter ton stock cemplteaterj renoua Le plus vari et le plus assortit de la place \'iis prix lerOBt l>.s siens, car il ne refusera aucune vu'nto'possiblp. amicale du Lvce Ption Il y eut hier aprs midi \ heures, a ace Boteoneila et extraordinaire du Comit de l'A L. p. Soi S la Pr>idci ce de Ve S. Pradel el en prsence d'un certain nom bre d'invits qui avaient rpondu 1 appel du Comit, une communion 1 donne da I ide du Dr P. Ri otde fonder une Socit d'Histoii d'Hati. I \|i' lea observations at ethtogra de u i entre le Dr Picot. Me Ed. ne I espinasae, L r.. Liiiisson, E. Chauvet, Dr Armand, Daola Ueliecarde, Le.pinasso jeune, Abel N. Lger, P. Hudicourt, P. 9anon, E. Mutiion, Cb. Moravia, il a t pntea du de former un comit qui se char gra (te recueillir, grouper le-doca mante lustoriques pour prparer U plan de notre bisloiie. Le Comit aat form comme suit; R. P. Christ, R. P. Archange, Pau1 uSanon, ^emezan Roiuier, D. Bell le, p. ug. de Lespinasse, Dr J C. DeraainviL Pais sur la proposition de Mr E. Chauvet,Paseietance accuillele viu de taira les recherches ncessaire* pour retrouver l'original de l'acte de notre Indpendance. Remarqu dans l'assistance, Mr te Secrtaire d'Etal de l Instruction Pu blique, le Chef du C'xig.Nfrj


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06095
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, December 08, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06095

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
IMJMJU&J*
Clment Maglone
BOIf ;VBRNA
IMS An* -tavloeec
Quotidien
Fn aucune partie du UiOde,
il n'existe de lieu ol l'iiommsi
pniile cci apper aux' cons-
quences de ses actes.
Texte boudhique
1BLEPB0NE No 24*
17me ANNE N 5083
POR*-AU-PRINGE( HATI )
SAMEDI [3 DCEMBRE 1923
Une belle Confrence
PAR CAHI.K
/ Voir le No d'hier)
.prophtes cependant nous
rti rions. Toute notre litlrature
il le mal dont nous avons
rt. Rappelons les immortels
Iges des Jrmie, Dr Lon
lin, F. Marcelin, tzer Vilai-
luguste Ma^loire, pour ne ci-
je ces auteurs. Pas un cri-
l pas un artiste qui n'ait cl
reux peur dcrier ce que
ililicieiis t'aidaient de notre a
. Nous ne nous sommes pal
et la catastrophe sert
luile.
t disant catastrophe, jemp'oie
cour-nt. Mais il revient
demander si catastrophe il y
prilibleuent ? Je dis que non.
coudrais que chacun me
une d arnve pouvoir en
lwa.nl. l'ou- qui comprend
rtrtvneinents, ce n'est point
g catastrophe, avec le sens
p'oo^attache. On ne peut pis
'de ce nom une situation
faite pour nous purger de
trieurs scul ires ei nous
1er eu vrais hommes de
1''ailleurs, sur la situa-
Mtuelle interrogez les travail-
hommes de paixi inter-
nes habitants? Tous ils vous
Nient que c'est maintenant
vivent, parce qu'ils respi-
qu'ils ont la libert, qu'ils
qu'ils viennent et tout ce
veulent Je le sais: il y a
'liasse qui soulFre. C'est celle
ipe des villes et c'est sur-
troupe de politiciens arri"
l'intelligence des v-
Hits. Ceux-l ne cmnpren-
|_PM que l Etranger tant dans
i,il Convient (Je renoncer aux
f de faction. J'admets la ba-
*autour de l'Urne, au rno-
*"\de choisir un chei la Na-
ais je proclame insens, vu
lingences, et aussi en pria-
" continuer la bataille, parce
"An'a pa^ t vainqueur. L'in-
Pays veut qu'on travaille
TfflMnun et dans la paix.
^'Oup s'est tonne pour des
cations nationales. On a'ac
la reconnatre que son ac-
ePurrait tre ellicace. Mais
Jj'P? dlasse la mesure dans
^ tocds et comme il a subi
nui3ux ecli.es, ne coinpre-
'N que c'est une loi que
choses ne s'obtiennent pis
temps, il en est aujour-
*.* un tat d'excitation qui
^profondment sou crdit.
* bien ce qu'on t'ait deTie
quant
ct, longue p tr exemple, l'oc-
casion d'une revendication quel-
conque on envisage, en cas de
succs, la dchance d'uo Chef et
en cas de dfaite un tat dl cho-
ses qu'on s'empresse d'annoncer a
la Presse d'Outremer lui deman-
dant de faire que le sang ne coule
long Ilot...
-Non, il tant en finir. Pareil lan-
gage ne convient point nos
temps. L'uvre de la Libration
nouvelle doit se faire dans le cal-
me et la sagesse. La salut doit ve-
nir ; il viendra. M us retenons le :
il est conditionn par la rgnra-
tion des c leurs. Le jour o tous
verrons qu'il n'y aura plus de
haine entre les hatiens ; ie jour
o nous verrons qu'il n'y a plus
de barrire entre le Pouvoir lgal
et le Peuple conscient de ses
dioils et de ses dtvoirs.qu'il y au-
ra en un mot la forte cohsion na-
tionale agissant dins le sens du
bien, c'est alors qu'on pourra ap-
plaudir la reurrecnott. Pour
ater ce beiu jour il laut travail-
er l'amlioration des conscien-
ces
C'est bien cette oeuvre vrai-
ment patriotique que nous nous
son mes coniscis a la Solidarit.
Ici bous dieci s chacun quel est
son devoir envers lui-mme, et
c'est la conscience de l'tre;
quel esl son devoir envers le
groupement troit qui l'a vu na-
tre, et c'est la conscience de la
famille j quel est son devoir en-
vers le giouperajnt social au sein
duquel il volue, et c'est la cons-
cience de la cit, de la municipali-
t; quel est en tin son devoir en-
vesla giande ceJ'cctivit dont il
est membre, et ;'cst la conscience
de l'Etat.
Individu, famille, Cit, Etal,tou-
tes ces notions se dveloppant
dans l'aine de nos concitoyens
voil du coup termine l'uvre
d'exploitation dont quelques uns
nous ont renduaJvicUmes et, du
mne coup le salut assur-
Heureux serons nous, si en.
plein dans une telle entreprise,
nous continuons jouir du grand
crdit que nous trouvons du Ct
des humbles et si vous ton.1, hom
m1s de paix et de progrs, vous
encouragiez l'uvre en laisaut de
la solidarit active en combattant
comme nous l'esprit du mal et en
dilianl comme nous un temple
la Vrit, lu Sagesse.
Luo JOSEPH.
WASHINGTON Le Praidenl
Coolidge a pari nu congrs pour la
premier* fois i p '' a il est 'lev
du prsident. I! i fait im a tn
dations sur tous -'- grands pi
mes que les Biais TJ lis ont renu
dre Voici tes principaux passage" do
son message : Notre paya a dflniti
vement refus d' I > Mer et de rili-
fiar le pacte de I Socit des \ i
lions, les raspoosabilitt que se
membres ont assu n iea. .lo ne propo
se pis de ensuis ai it dans cette
litiqne et le sn it nui plus. iKvnl
1* Rnal as trouve une proposition
il muiJant ce pie la gouverne
ment donne aoa appui a la cour in
Ici'iniiionale de justice.Ce projal aat
nouveau al diflrent Ca n*eel pas
uns question le partit politiques et
il n<; faut pis lui donner -i la iropor
lance artificielle.
Cette eour et simplement un
\eo da rgler le co ifliU ei i laque le
nom poiirriosM avoir r >ur>, m us
i :-ri'Ile on ne siursil nous forert
de nous adre aer.Comme ja dsira
voir sab.ir in Nie et corn ne
C ttli pr < : -.Il I.: |;'t
pratique au sujet duqu I i aile les
auioasss soient jamais enten lu -s
3U iqu'e'le ne rem il.-- p IS loin {:>
esideraia, je la recomman le l'axa
rnen favorable du sast, toutofoii il
ftut que nous faeaiona clairatnmt
nos rserves au aujei d notre relis
d'adhrer lu Socit d- s Nations.
Lu d tte actuel e et l'iotrt du
par les gouverm-1i. nis lMngpra
sain y eoinp.-endr* h cte< t anjtaiM
de 4 milliards 600 dollar Sfl 'tan
firon 7 mill 800 dollaa. J* ne
i da pu an faveur de l'annulation,
m tis je ne meuna objtciio.it
c quon la ri aovanl la mme
principe adopti pour la dette anglai
. lisons, nous avons un
latral direcl dans la rtablissement
conom que do l'Europa. Ilestaug
mani par n lira dsir de voir se r
tatblir la civilisation et te bien tre
de hum ul. Personne ne peut
ni r i| i n 11 faisons daa aacrin sas
d m ce tjit. \. qu'on noua
d< m montent un mil'ioa dadol
lara p ir jour.
I ... ; ; ne quelques j< nr, noua
avons otlerl noire aiilf t n amis el
nos consai's. Voua ai insrii r notre
: d i lit' payer 11 Pr mes et rta
blir l'A lamagna, non- a ma propo
t le daarmamant, fait i s eilorts
ainarrs pour rgler les c :ilits t-t
rtab'ir la paix. Nous peu irooa a
bien fair^ non pas aq noua servant
da la force ma de li raison.
Le prsident approuve sans reatric
lion le prog nmma te M. Mellon
poui la rdu :ti m d i taxas mail gai pio ve le bo m p>ur les soldais.
L'ain n lement l preh bition, a
continu la prsidant, saiga que le
cmgraet le prsident faaiant daa
lois pour empeener qu'on lo v'ule.ll
est le mon devoir da faire respecter
i lo'u. L'Amrique doit rester am
rie une ; dans ce but il est noessai
ra que noua continuions raatrein
d.* l'immigration. Il serait bien de
procder une alaetion de immi
gra ils self cli m qui devait se taire
la sour mme de l'immigration.
TZ-
Fr twble
Nouvelles Etranares
A vendre
(PAR
Victor Murguetite
i..M 125me Mille
B(H^la Librairie dr'Matia
Red Jerscj Duro verrat( pouroeuu
maie import pi sa ni environ 600
litres, eusxi dea Iruies el des cocUon
nets de ddlientes gr.u deura.
S'adresser 4 Geo. A. Puvne
P. Q. Vqx 78, Port a Prioo
Ls |H'otestationi> et l'ayila-
tiou sont inutile .
ROME |f. Mussolini est inlcrve
nu dans la question des (roubles
scolnircs, il adonn l'or Ire nui j>r
fets de luire compr>odr< a n diants que les protestations ci i
talion taiml inulilea. Ja i m
a-t-il dit, la rforma institu) ) r
M. Cealile, mioialre de l'ducnlioa,
comme une des plus fflporl .m-1 i
formes fsseiiteeapprouves par mon
gouvernement. Les tudiants, eni
lt dans le parti Insciste, continuent
rester lid-Ies au gouvernement :
tandis que las ai 1res sont toujours
on grve et refuaenl d'aaatsler aux
cours. Mr Mussolini a mena da
fermer les uoivarsita peu luit une-
anne.
Nouvelles Diverses
jY.I'LES i;es begarraa au luiet
des r. formes proposes dans les co
les et univeisiles >e ion! produites
niie faaoutaB et tudiants de l'Uni
vtisil de celte vil! s ; plusieurs par
son' es eut t blc ses.
VE11A CHU/- Cinq Etals mexi
ceins sont en rbellion ouveile ion
tre le gouvernement da Prsident
Obreeon. I. s Suis d Vera I
tan Liriede Holo.i, CUiLuhua
clioacau et Tamaulipa onl rpudi
lea autorits ruer.ile>.
Pt'IKUljRAD Un anuoneequ'un
premier groupe de condamns dans
i'altaire des trsors degli.es a t
rmi en libert.
P VR S Le gouvernemsut frast
: ; i .m que des '.: aques n*
i i ni i tea ame !i a Vau
rica rn.Un service religieux tera
Notre I ame : riubumation
au cimetire d.is Cbermta
lUVC i caveau familial.
I' \Ki> Une m'.s-ion ruSSS avait
les er lits illimits visite en ce mo
inntles principales fabrique d'
dation frai ( lise : h i ruaaaa vi-ile
i Mit ga'ement h** fabiiipies eu An
eteri Ulemagna et Italie.
Bb.Rt.lN Le lleicbatag aadopM
trois paragraphes du projet de loi re
latit aux pleins pouvons du gouver
nemeiil une m joiit de S tours ;
on a remia plus tard la vote dfinitif
sur l projet.
JKIll SAbl A La conseil consul
ta ii ii iiil ii uq li par -i.' Herbert
Samuel, liai i ommiaa tirs biilannl
que, comprendra leulement des
fonctionnaires du gouvernement ; on
mil lit d bord que les repreea
tant de la population musulmine
juive et cbretiuiiue ea feraient par
lie.
lotre Cnl
D inrs ii revue d'Armour & Co.
du de > i Port de Paix,
.soui i as troia s nuinea*
Un a rarement vu le Port d ; ^aix
achetant \ lus dcal. La qualit est
ibl et lea prix ^jnt eutin deve
nus ce qails aurai-d toujours du
tro o'eal a dire ba5es sur U valeur
l'pia de U nurctiu4iit>
Aile tous chM
Pcil E. OXILA
Visiter ton stock cemplteaterj
renoua
Le plus vari et le plus assortit
de la place
\'iis prix lerOBt l>.s siens, car il
ne refusera aucune vu'nto'possiblp.
amicale du Lvce Ption
Il y eut hier aprs midi \ heures,
a ace Boteoneila et extraordinaire
du Comit de l'A L. p.
Soi s la Pr>idci ce de Ve S. Pra-
del el en prsence d'un certain nom
bre d'invits qui avaient rpondu '
1 appel du Comit, une communion
1 donne da I ide du Dr P.
Ri otde fonder une Socit d'His-
toii d'Hati.
I \|i' lea observations at ethtogra
de u i entre le Dr Picot. Me Ed. ne
I espinasae, L r.. Liiiisson, E.
Chauvet, Dr Armand, Daola Uelie-
carde, Le.pinasso jeune, Abel N.
Lger, P. Hudicourt, P. 9anon, E.
Mutiion, Cb. Moravia, il a t pntea
du de former un comit qui se char
gra (te recueillir, grouper le-- doca
mante lustoriques pour prparer U
plan de notre bisloiie.
Le Comit aat form comme suit;
R. P. Christ, R. P. Archange, Pau-
1 u- Sanon, ^emezan Roiuier, D.
Bell le, p. ug. de Lespinasse,
Dr J C. DeraainviL
Pais sur la proposition de Mr E.
Chauvet,Paseietance accuillele viu
de taira les recherches ncessaire*
pour retrouver l'original de l'acte de
notre Indpendance.
Remarqu dans l'assistance, Mr te
Secrtaire d'Etal de l'Instruction Pu
blique, le Chef du C I m clli.iice le Prsident de la Repu
blique et ditlci entes autres persoun
ges de marque.
Fte de l'immacule
Conception
e belh crmonie a eu lieu ce
malin dans toutes les glises et cha-
pelles ^ la ville, an l'honneur de
l'Immacule Conception, Notre Da-
me de Loin des.
A l'Hpital i aflluence tait coaei-
drable. Aui deux Messe-, les com-
munianta de tous ges, sexes atcoa
ditiona se pressaient aux pieds du
Tabernacle.
i remania eontolanta qui s'est d
ro le aux accents des cautlquas at
q'io rehaussait un oichestre dui^
par L. Duroaaau.
Pendant toute (ajourne. latJiolta
de Lourdes aat Visits par de luit
tiers de ftdlea.
AVIS
Le Magistrat Communal de Port au
l'iince porte alacouuausdi.ee du pu-
blic q a, d accord avec ie Upaiie-
meui de l'Intrieur, les marcai du
dimanche qui M iiinent soit au
Fort Si Clan, aoil d ma les autres en
di<'ils de la Vil.., sont iuleruita.
Seule, Isa bouchera sont autorise
d bit-r de la Mande un March Val-
lire juaqu'i n< ut heures Ju mitin.
Le Bureau da la t'olice est char
g de l'excution du pr eut avis.
Poil au Prince, le 3 DcembreIVf*
Le Magistrat Communal
tsdxftqad MA>'xig.Nfrj


un. ji vTJ3
MIRE EU MU
I Par Cble
LONDRES A l'exception de
quelques ligei dans les Mo Orcad*
el dans le UDiversits dont on n'a
pas aneoro reu les rsultais, U nou
velie chambre de* commun est
m 11 iitenant complte, h 11 heures
hier voir loi rsnl ;its des ectious
gnrales taient :
Conservateur* 259,.travail tS. i
br;iii\ liS aul:es par^S '0, deeof
ta qu A la uou\elle chambre la mino
rite du gouverne nent sert OU voix
on\iron eu comparaison des partis
co a bins de I o p lis n.
Les chirTlCl toutefois pourraient
? irifr suivant qui* les ddl ente- l
r3iiMws considrent les membres
-pars coin ne appartenant alun
Ou l'autre des iraods partie. On dit
que v. Beldwiu a convoqu le r-u
mou du -nlii a-t pour lundi pour exa
miner la situation qui si pins em
aauTesaanle i dei p us exlraordiosi
r< s qui M s i pi < Un.".
L r uli i les il ctions o it in
diqu-* que liud le ornes au lieu de
troi> etg roat eu Perle a il
t,t:s cours
NBW YORK 7 Pronce 18.76
Sterling 4-M38
PVRI8 7- Dollar lf.8:i
Livre si-87
Samedi soir 7 h.lji
Domino Houge
13e et Uc piaodee
mm me t un journal
Un
Drmas'ie Soir
Cinma Th 8*re
Premire pu lie Ciima
im n
Drame en partie*
2me | arlie T
Hoche nnn
Saynte indescripl ble
Entre 050
dit)
Prochaine ito
louvetlei de Hincba
( in nous crit de llinche : que
la Fte de Sainte Ce aie, p itronne
les musiciens avait t I st i avnc
beaucoup d'clat cette anne. Ui
grand concert a t offert au pu-
blic pari' maestro BcllioL
Voici le programme qui a fci
excut: bcol Militaire pas re-
doubl; SU Ccile, marche; Sij'
tais Bon, lantaitie; Simple uveu.
Obtenez votre
sant des sour-
ces mmes de
_ la Nature.
Sjp^^La Nature tant la source
de tous lee biens de l'humanit,
il est logique que nous ayone
recours elle quand le corpe humain a besoin
des trsors qu elle renferme. '
Pour la protection de la sant, le plus prcieux
bien de la vie. c'est la Nature mme qui nous ottre
l'huile de Foie de Morue avec laquelle on tait
L'EMULSION SCOTT
Directement du fond dee mers, elle apporte le
soutien de nos forces, combat 1 anmie, les
affection, de la poittine et desJWSW,M
malnutrition, etc. Cest en vent le tonique
lidal pour tous les ges. >
PASTILLE
VALDA
X3INX BOUOH
C'est la PR&mtn
des Maux de Gorge, Enroua
Rhumec de Cerveau, Rhumss,
Bronchite, etc.
C'est le SOUUGEMERT IMinKj
- ^
de l'Oppression,
des Accis d'isthae, etc., etc.
est le BON
pour combattre toutes le
Maladies de la Poftrtaa.
KCuMMtiDTiOHd.toc.dMTiH
DEMlDEZ, EXIIEZ
dan toutes les Pharmacies
Les Vritables
PASTILLES
IVALDA
vendues seulement
n BOITES
portant le nom
! Aile dite
Les rptitions des trois comdies roman suis paroles ; Billet de
i ____. i i ..i ,. i:.. .-, ii _:.:. _..~.i
des Trsors
locales que les a eurs de la
naissance '
'Lu Ile
>i <..nent diineuch a 5
heures de l'aprs midi au I l de
la loge L'Amiti les Frnr H u
marchent avec un li ilentrnin el f >nt
augurer du succs de la Fte. L'inv
payable Rej s- feneuten Ire.
Pour tre la porte do ton? -s l< n
bourses le prix d'entre est lix I
q ,v centimes.
Le bufleedn cil; r prsentation
est au profit du l'emple L Amiti.''
Faust, valse Lsatitia, gavotte ,
Ouand mme, meringue. Chaut
Natiooal amricain et hatien.
Aprs l'excution il'* ce beau
programme, le maestro Belliot in-
vita chez lui, les officiera de la
Gendarmerie, lea musiciens et
quelques amis o un ralraichisse-
ment a t servi; puis, ou se spa-
ra BaslaiU
SSB D''l ma*
Demain, deuxime dimanche du
mois, il y ura messe a Delinas.
r
Varits
Demain Dimanche
Les Trois lousquetairts
7me pteode : Le p.ivulon d'&stre
me pisode : La Colombier rouge
Entro 1,5 lo Parisiaua
|)i inique
La Kt)jvdl.9 wm
La suilo l le ne il li ne pisodes
Nu Dwiiawit
ioCiWai?d
Go^bi.) tenant eu miim l'identit
ds Paies dei l? i t >ut lvjiler, ii e
rend .chez HeUe, iad* voyant l*tat
Bfisrable l*esprit i m le |u il se trou
ve c i n-Ci, li .U. i ne pr i ) ioe , .s
U phrase re l iule et aprj evo r en-
pli.ju feguemsatsa visile.il e re-
tira eensea mieux s'e.i servir. P las
tou de hnnte.n peuse plus qu'as 1er
ch L Vu i pr n I ', d-ello ii p.- uve
de son m i ms inci. M ne '1*111 np.it
ppreid iJlM Didier u l I eh li Nina,
oui do de. elle sel tr dit ; .1 aipoir
tota'.. Pilas de retoui ebireha Kran
oise i vain el da i le ve.it, ,11 j-s ;a
lemu:e, di i\ lr m cojreut pjr las.
eu s'ippeli U sur li |rVd ,.. U ie
nouvelle ireavs atteuliit encore
Pelas, Gisle *i lla eppiv-nlquason
pare 8*1 U I l'r:;it.
Entrs : oveh t li >urJe* liilcon 3
gour ie L >ge J f, le* -<0
Sur dnia .de Jei i mes patronnes
ses de l t >i < ce, afin de ne
pas c mtrarier esui qui suivent ce
dlm.la d rectioo re tr niru Mardi les
iluie et 12e ,Jisod s.
Maria se8
En l'Eglise du Sacr-Cflpur, le
Turgi au soi a clbr le mardi 2
Dcembre courant a r> heures du
matin le mariage de Mlle Rolande
Sjourn, Bile de Mr F rem y S-
journ el de Madame, ne Sola-
gea,avec Mr Lucien ftibberti tils
de Mr Fernan UUbbert et de
Madame, ne Pes< a c dcde.
Nous prsentoni nos aieilleuri
vux de bonheur au jeune et
cliarmant couple.
; u samedi 22 22 Dcembre
a 7 heures prcises du matin fera
clbr en l'Eglise Ste-Anne, le
mariage de Mile Amlil I'all,
ceur de nol e exe lient ami le
Dr Paul lux Paul, avec notre col-
laborateur Mr P- D I'laisir, ui-
recieur de l'Agriculture.
Sincres compliments et meil-
leurs souhaits de bonheur.
Tout U rien
Si vous avez pour cinq.ua.nt
dollars de dpenses taire pour
la lin de l'anne et que voua
n'tn ay< z qu'un seul le disponi-
ble, quoi lion aller le j ter peut-
tre dans un colilich.i ipielcon-
qu et se priver du reste?
Placez votre unique dollar die
ponil.de dani un billet de la Lote-
rie St-Martia! ou vous avez la
chance d'en attraper ."'HO,
Lidlbati gnr.iux (Suite)
// t'wts ail impossible, malgr
notre bonne volont depulieren
entier le compte ren I" de ceproo s*
Li place non faisant dfaut*
four ne pas tre taxs ''pen-
dant de narli'pris, "yant publi
tous lu dise mrs des avocats de la
partie cioile, nous nous faisons
un devoir de mettre sous Us veux
de nys lecteurs la plaidoi1 l'a de Me
GervaUt un des avocats du la d-
fense :
M-' Y. Gervii
Magistrat,
Oepnia fHt d. 4 heures que les
dbats gomui sont ouvert, nous
avons entendu, certes,ds beaux dis-
cours e! p>n an m .t de vrit. Pas
unj-t de lum re n'a '! projet sur
telle cause. Du rot de l'eceusatio ,
rien que de phrase vide, de cieu s
juridique.
U-pui- le dclarations vaguas et
sans preuves des Mes Matnoo et
Neo, depui- les psal nodes larma-
yeiites de Me Duvivier. les lii% in
d : MeLagros.la logique d e-ca ier de
Mes l iaiiiboi et Co cou jusqu'au H
tonneuiei.t de Me Puuyo. i. us av-iis
etitei.du tous les sous, toute eeits
musique d>acior.e. Tons >e sont
expi iuie dans une forme littraire
admirable, mus, hcias, teus oit
m*uqu luuidi-ment de logique et
de raison jur.dique.
LeCommu-aire du liouvcrneinenl,
d'abord, Me Umrd Kaymoud, a cru
apporter eue note nouvelle dans le
dbat, malgr toutu mi vivacit d'es-
prd, il n en a rien t. Alors Me
Psret, le ch l' du Parquet, faisant
ses premicies arin i s, dsirant faire
consacrer IVil-au t'iinee un ta-
lent ueiassen! ailleurs, est Ycnu, lui
aussi malgr tous res etforts intelli-
gents, se perdre dans des racenlers
cl chouer piteurement. La l'ail ile
e^l complte.
Vous ave entendu. Magistrat, Pse
cusation, vrus sentez comment elle
et boiteuse; vous voyei sommant
aid a vivre. Si Me M- Brly a vou-
|,i considrer la thse de Victor Hu-
go pour comparer Davis Jean Val-
jean, selon lui donc, Davis est ia
notent, c'est un malhe i e,i\ qu'il a
mal compris. Si. au contraire, cj
n'est pas i qu'avait voulu dire Me
Brdy, c'est qu'il a mal la ou mal
compris ce roman. Je dois cette
Tent son seulement Me Brdy,
mais e icore lo .t-J c lie jeunesse
svide de savoir qui BO is c iule, car
il ne faut pis qu'il soit dit, pour
l'honneur du bareau. qu'il y a des
avocats qui nor.t pas s icore compris
11- g.
Cest ainsi que tout au long, aves
dss eouparaisona de nette nature,
HO adversaires ont invent un tas
de choses, ont parle beiueoup, sans
a jorter aucuns alert nouvelle sa
prons, .
Mes honorables et distingus con-
frre* de li dlense m ont leunn l
de monter le premier t'atant-garde,
vritable c.inon longue porte.
grosse artillerie eoin ne ils m'ont
t gsntiement bipti-, de balayer
1 uvre d-; l'accusation, d'enfoncer
les adversaires, ds les culbuter h rs
dss lornires, de I) iser leur cha-
fiid.ge de mensonge, de tous pr-
parer, vla^isii.it, en attendent qu'iui
viennent l*ur leur, tes d amer,
une stmos dire moins eharg^s pour
li distributi n d'une saine justice.
Je suis enchant e recevoir un
pareil maodsL js ais essayer de
m eu acquitter, non pas ei venant
eomme mes alversaires, avec un
luxe d iinmag na i)ii, mais en fai-
Minl voluer d-Tant tous lea ntles
tatioM des tmoins
(A Suivre)
Les Pastiles V\LDA so il en n
te : Pharmacie '.niraie dliiti
Pliarmuie Bourraine Pot tu
se, Pharmacie Brutui hrmis,
toutes pharmacies
Revue des
Deux Moi
XS Rut de Universit Ftn
OM -Amt Ut-. LA LlVaalSOUj
DU l' Novembre IW
Coeur pens ne sait ou il va.J
m.re partie, Paul Bourgjtdsl.
demie franaise.
La U'votulion i espagnols, LW
Bertrand. n ,
Les derniers jours urand Use!
chel.- Il La vtystrieuse diepsri
lion, Princesse 01,sa Poutmtiae,_
Le- inthun.-es arabti dsas l
rom.n, Kmile Mle. d. 1 lostitut
Cou les Latins d \manque : *c
Kent ne et Cru^u'y. \*V
rillnrt de TAcedemie pagajj.
Sur l'tnseig'itrneiil de [f Jj
-Il Demi
g.e, Charles Richet
des riei nces.
Lettres \ Siinl V et >r
Sarre, C mire em rai Degwj.
Kjvue Scientiiiqie-7 A"0Q
Congrs chrou imtriqae,
Nordmann- T f,
K-jvaeUr.iindi|'i. -i'An^i
Fo.U.ne. Li O'- sans. J
Donne, del'Acidne /raoa
Chronique de h Q iinasiue.-
loue Politique. Ren P'D0B;
PRIX DB LAHO^tvlEM
faut &nlj
AVOCAT
Hvceiivrements Commerciaux,
afiauts i Itlrai.ii'T.
CorroeponJanta A \\ a .hirtg
son, New-York, Berlin,
Turin. Londrsa. Parle.
le lHe kf^nr 9!7,l orf-aul ri^et
Tlphone 597
Sii nisi
41 '
Un n
W.e Seine et O'.se Se li
Dt.uriemcais ti
CoIjukj (-*n;.i ses 8o **
irsns.f 9^ f >. ;
Ui abonnement parient nu
h ^ue mon.
utn*
4 li S
A LOUER
Magnifique maison m
(Peu de Chose) entre cou
. l'angle des Rues Bsu.^J
tellier! ayant terrasse> M
tlphone el toutes les tpe,
Pour confiions s adresser ^
elle <*t rduite se servir, a dfaut
Et le 16, rendez-vous au Tirage d'arguments, d'expressions les p us
violentes I adresse de nos clients.
MAURICE ETIENNE Fils
Marchandises franoalsen n ,,o*
TngJ. des rues du iauasin MS* Mj^ lla'
de l'Etal et des Fronts-Forts
Dais
U nous est l-n art de la n Ml de
Mme \ vo Jules G meenil ds I. lue,
ne Marie Pbllom n; Letortue, sur
vsoee Pi -te, chea son Sis Raoul
de Laine.
(oedo'-tgcei u* famille prou
Luoa-Park
Entre libre
Tous les jours
la M
attractions sensationnellts
On traite les prvenus de for-
fa 'ns, d'aseetsins, d'escrocs, de lou-
BSrVNOFEL, m.'dica-E
O ns, u u>H>ins, utscrocs, ue iou- *, ...
t sortes d\ pilhtes melsonnent s. "'''ll souvenu contra le paludis
C'est ainsi que Me liic.lv a lornpar rae.'_ -.,,,,, t%.. ,
Davis Jean Valjcai-. Sans nul dou- LS V\Or LIMl., DOurU
entant.
Messe Btzoton
Il s aura ga em i-.' m sse
ton demain matin.
La 11 rmooie i:nin:ccera
i rrrwe du premier tram.
t I e
Bi o
des
te, il a pas lu mi n a pas ci.mpt t
le roman de Victor Hugo : << Lis Mi-
srables n'Ilugo n'e-t pas un io*
tint u d'aventures propument par
1er, varit de rou.an populaire OU
de feuilleton, tel qu'on < n voit di us
le Courrier des btato-L'nis. C'est,
plutt, un roman, pour dire comme
Ren Doumic. ides, j'ajouterais
ides sociales; c est ua lomnn & th-
se comme eeu* le Pourget ou d A.
natole Fiance. Uc Yictoi Hegu u t
sn faisant de Jean-Valje au un voleet
s voulu prouver que c'est un tien*
nte homms.uii maintint n.\ muni-
uns aue la socit lqsI fuite uu uus
pour
IN VENTE, iiros et deuil.
TOLET ,,
Nice bouse situaled st W*
(Peu ,1e Chose)i=rner^
aen & Letelher, beg JjJJ
view. el.ct.icMd, teUph^
ge, etc. uraticnly new.
Appiy toiijRe.Bo;;v
AlphSeaa Hayne.OI.ic. ar r
tellier's.
Quoi
qu'on dise
Quoi qu'on fas|
Hdivhnvmrsiirt 6&h
Le Hum ttarbancourt es
et sera toujours le m&l%r.
WW ^ > W > wv*"-'*~mv.
a-_


tU Sa!
[aisoii se Spcialisa
En Casimir
Anglais et Franais
Pue t on ne Foi Ao 111
maison (jni s' I le plaisir d'annoncer ce respectable pulilic
fi'reniMiveli'' compltement son assortiment ci
titoek? une Srif partir do 2 dollars 1,11 l'aune
Laison avisa qu'elle tient aussi un grand assorti
J de Diagonal oir,Meu isrujs el alpagadriUs Mancs
(fabrication italienne.
porl-ni^princf, Scembre 1923
M. Gailuccio
lioyal Cal
Les crpes sttta)
Les Crpes alarovaine, Cru<
tfiooucaiaSi Crpes Stanley citez
FavlK. AUXMlA. som i.,;;4
meni merveilleux.
Mm Ou
il
A veudre uu buggr coinplleruenl
ivini* ucul, cueval el bernai*.
'ui. s.iaj \iauil.
*f
__kbbuiutei>iaMuedit>*e^uejffeMAptfic |
Globules Ebaud
lUaultata merveilleux. nurfmnmM mCmn
1 Ttx/lf Pfi"*.' L Pue : lt.\ fr .ne 8"50 nui kv.
1*. DliPENUIER. 83. Bo- 4oa Martyr, Pnri- .
Plwu!na*)W.BUCHPortBB-l'.iH i
p lace de la Banque Nationale
Proprlteir : Annaeiue INNOCRNT
Duvel tablissement se recommande par un serriez
jcbable, des consommation! do premier choix, aa
lion privilgie.
loir, musioue attrayante diriye par des prte*.
ili do ;|iand morite.
Installation parlaite. p,jx modr.
Tlfilione \o 395
Panama ralroad
oteamsbip line
Bureau de l'Agent gnral
I' ort su rina, Hati, le G dc. 1921
Bulletin No :t/5 J
I e vtrumet Ci i lobai **st attendu h
l'oit eu Piioaa raoaal do New York
direct lundi 10 Dcembre 1923,eve< :
SU lace de lettre, 13 passager, et
partira dans l'apre midi lu raii.i'
jour pnur Criftob I. Limai Zone di-
rect.
0 B. THOM, SON, Ages! gnra!
Irautl Htel de France
Angle des Hues Bonne-Foi et du Quai
Vient, de rea vo r :
In l de foie gras truffer. Civet de livre. Andouilleitec aux
V -" Andouilles au saindoux. Jambon en boites. Aiv
Mlhiiile.- Sirdines. M;ir.ju retUX. Thon. Cassoulet
lias tins extra. lluudms, etc.
Moutfe, le galion G. i.jU. Vin Blanc, le gallon G. 5.a0
|Wei d ne par birrqwset uuilons
*> Vins de Bordeaux et de Vhim
'xc9llent*.-r3bambree confortables. - Maflffityie tes
1\ Si
<\
vous avez
eu froid
, f, pour viter
j\ k"^ M un rhume,
rSefeS ^Pendant le rhume
pour viter
j rue grippe,
prenez quelques Comprims de
RHDINE
1% 0 i \B % fi ILS
M* gn itti Agents Genecd-ix pou H,,.

(Iode i. .
ta fois Tcntatts H OU Mf.
Anmie .. '. ',
Crci3::.r;:: lai \i'.. ;3
Crlaadi
Formation is Tille ;
ICsisd Poitrine
ni aot ssrttHe. remplace aoantngeusmcru l ;
THUILE de FOIE : MORUE
Grafonolas ..
La Colombia Graphophon* Co vient
d'expdier par le dernier bateau leur
dernier modle de Grafonola, up*rb*
comm forme, pr x mwMr*
Emp*489e*vou d'o*het fopidt ment,
L PRE2IVlNNAGGErlH0Lii.
piUSt?MW|i
Sl7l7a7*?
CREI
RDOOCq *
4.ftv.
. 5o
e. si*, e?, rssai Matas, rsus :b
-^
East Asiatic CompaLyUI
Le 8} VIRGINIA, eu attendu vtr* l
8 courant, prtnani fret pou* TBuropm
et dt* pasmger pour Saint lloma.
U FreetMmmnn'AGGERHOLM, yent

i j i m i
TlgFACTiOjj GMR oflerie par la Maison
S
I
on y?e /> ehegrine plus. Les inquitudes des poch ine* /tes sont dsormais conjures. Mal*
lui Ce !* ,onn''d'J'}l du ; es familles *e sont trouves jusqu'ici d+n un v Habit tmbarras.
^ ri de (a rie et la pnurie ?arg*ni ; ell h n*oni pas pu fuirt face certainement Iturn
16
W
U.U^K oriUyia iy afjc a (/onice foi, ei sa gnrosit habituelle ne s'tait demie pour tche d'offrir sa
'tuse clientle un salisfaction Gn aie.
a"*f qu'elle ss fait le plaisir &annonc*r au pubii e:i gnral qu' partir du Lundi 10 D-
oebain, k ** depuis i\ nn? qie Von aura t tr du si grand profit.
^ssMatAin plil8 t'inquiter En vtsilant Aotoiaa Talamas tout U mond> es- certain de nasser de
fUs. Ce*l do c de la (faite que ta ma ron AlltQiU Talamas vous offre9
leu d'argent, vuu* aurex l utile et Uagr bU
I "urj/iffu, i/uuj sures i miii et l'ayre u(*
r*ndtx donc p<6 le dtrnier momstif. il] z ? ta a liq iidt on exira^rdiia re fDtolae TalamS-
VERMOUTH C1NZN0 cm i a matteis
V-.


SS*
Lfc MA 1LN

nsrsi qr/3 antiaeptUl** urinalrc
Agit ite e' radicalement
fcHIWtoM CM doahuTS
dz la miction
vite toute complication
..!-.. < I
r-.tt .
I ' '
.;. D
,.i. l i'. i >-:
1
, Il !
... CttHM
^a-
.--;'
;
.
le
I
mi
VA. I!


VHRIIH1 I


Bassxa:--!-'-
SEKG VAlbl N I*, Cooagnataira podf Haili
. ...
.
.
le sietix assorti ds la place
oiiv?rezaPRlX
ilIMJiTSponrlsiles
de In d'anne

J.,,,1,,..... baeon langue. fum.iwn *!"
lOIAtes soi l*.
Liqueurs larie Irard assorties.
liqueurs limim an assorties.
feUe de Irauiboise, d, aetIS,fc censs, tte UfiM,
limon a"in fc|sr*MU. tins de Wlre.Iilafe,
lorltr.
La Peto maison
1637 Rue du contre
\, ;,-.. sa bienveillants
clientle quV.la vient de recevoir
par le dernier Franc n de '
<*.,*/t (/ca dbflfMI TW /'-""* ''"'"**
Kra i lioix le s " '- !"" en"
f m ! ii- :: ;. bas !iV ''" "
Mm a p ' m - b I *
qualit trs rn n ' ./'"'* /,,r
^rrn.ldl^ ''''. ri iw^puleurt
vini *, l)! pa dei uVile '.I my, -
Ici mche, Lrol^it?, minus, nsi-
I m i-ie- o .j le pi itfieux, quel-
q i joli coupes isMulM.
i ,. toile ial ' I *l V"' ", '
h pii- . : e*. ', *. '' En solde
il,, i II BU B l!< I W 5-
Biie Patzenholeri
' En Gros et en Dtail
nubuiih ehocol.1 en lioilo* luxe el laiitniti* piHir
j cadeaux du lin d anne.
| Jouels, 'parliiincri. Col}, Houlm.ant, Krarl le.
Faiies-noas une visile.
Nos wix sont la porte de toutes les te-im
IRPOTAHT. O111' nus ('m,nl* if ""PP*
lymorde Caq iilltt H tickets aurnM droit
le notre let'rie RUnsucllc que nous venons dcf|UMr.
Il y aura ItOll lots (jaijnants.
^ou U choix le niai**,
tro* bon fJOt o
Elle -tire au?si l'attention da
lee norabreuse et fidlt clientes ------
,i avoir s'inscrire l'aTance pour
leurs commindei lie liugend due
robes lingerie, ottumai ren;
nets, et:, aie. Spcialits del Mai
son atin livraison la fin de l'anoM
prix trs mtm
IA MMSONI SllVEM
L Maison H SUVERa loujo..rsS.ouciea,e d inH,
,!,, tislaclion i in """' ",ral,,,:ux CH
Burotfm, e.. |.revision de la lin d anne. I -rh*-1
nivants de toile ln.icl.enr el de loule beaut ri
LM.tneus par les derniers sleameis, des j.m m
tioimcileinciit rduit*.
Sou, no croyons pas ncessaire de publier nos p,
car il n'est un doute pour personne que non ,
mei,t nos articles sont de cho.x mats que n>Sp,ix,
les plus pas de la place.
Casimir gris anglais nouveaut*
Palmbeaoh jris anglais ,.._reaux
|almbeachuni&a barres,ooul.
Alpaga noir sup.
Dtagonala uoir ttpriw
Serge bleu marin & noir, anglais
Latin de cliino pour talljau*
l ustrhio baPT po r tailleur
Kaki Jaon. anjlais extra suprieur
Percale hianehe
Rideaux tulla pour porUa
TuUfl pour voilas
Voile uni & barres
Gabardine unia ta barre
llatine bUnclie & couleur
Organdi eulaae brod
|etit3S ssrvtelles damasse piur table
Soyeux uni blanc & couleur
Mirquisette coton noire
Opon jours blanc & ccnleur
Rrabatlt angla s
Kotleima mouches couleur
llandes-br.ide anglaises
To'le i\ voile pour golettes A pour aa'lre
i .Ucot Perai dr famile
Ptqu b anc a b*rres pour Jupes
Nansouk noir anglela
iclletoas blan* & coul.
|,otioi s Pivert assorties
itas Jour*
Bas b.auo demi-soie
t'rille iiiiioii aaglai*
s a iaUr t a igl. ^t > iMa larj.
i:!ia|ie>ux feutre IJjrsaJiao etc, ett, etc. ,
Tout. personne dsirant se procurer les miueiin
articles Je la place et aux meilleures prix (|U PN
mil. urs nv doit de laire se, emplettes la Maison MWj
R:pp.-lez-vous Mirtout que l;i rfutation da w W
n*oal plus luitv p ,ur ses urlicles d'ituporlstioa
La maison
H Balloni M
lient qic tout
un numro

}o
T gagnetu un Utau, coalant.
Cordonnerie
ErnestCamllle
Fabricant de chautrm
en tous tnrm
Matriaux suprie ir
Soin promptitude CMni
GratvVRue prs la Posta N ivffl
La maison porta h la c na i i
sance du public qui dan* la
Lut >'.e hcidier l-i d'-encouragar
(Us aotnbreiix clients aile ac-
corde partir da 1er Juillet
1923 une prime de aoepairade
chauasuresau choix tout dten-
teur da vingt tickets.
En coneVqueoce- en est n^
de rdamer uq reu peurcliap.ie
icliat :ni comptant
A la t'.in*'i'nf setta M U
devisa de la njawon
m^^
"H**

i2 Gante
^pu^ s : u&ai4 np ^H
.,; vz>nca
?ho and Lunch Hoom. I pen P om
Sise Eue Toux, 120, prs du dpt da rhumfl
rort-au-rince, ne fail le plaisir da porter lUJ
sance de sa noiabreuM clientle at du public m
rai que ses ravons constuninant sa renouMja
marcliandiaes de premire qualit, choisies
el I porte de toutes les bourses.
Savoir : IU|oux, montres, orfvrerie, un gra 1
nient de bibelots, sacs en argent pour unii .
premier titre, couteaux, ncessaires on arge^
mes, ncessaire couture, ^0?s\ta Jlc;"Abo,f L .
ht, mou.t.qnalres, dodlnas, ohaiacs Ja^o ^^
d3 ti.ilette -n porcelaine.yranda et petitsin
vre, bau-eaux en 1er et en bois, clialsej * Mi
enfants, lits do oan.p pendules, rveille ^^i
liqitaurs, tasses, lampe ass. tapis de tani .
bonbonnires, chapoaux feutre, f,l{a>cfa" ,u#8 d
Ilias, casques, jambires, paraplnlaa, lurm
pour dames, chaussures pour dames, nom*
Pantoufles an feutres, pelm-beacb. a^
Macliiues. coudre. fa,,*-colB\nrc/.|Jarse, f
blanclies t couleurs, olieiiiisattae. ^"^'^.llaf
b etelles, chapeaux de paille, chal,M*V*r:tl#f et
s.iMies, valises anglaises, |ou|i>ux, l)e"" i0ott
a bitoux en nacre, fieurs artificielles, Pluropiafl#i.
dea.xpour baptmes, lianaillas *l " loB. V
leotrlques, |eiix d aiticles en osier pur ^^
des et oiomobilespour enfants **",ne, p
i a HoraaUno, aasiette^, carpettes j,,<,liIfl^ 1
alla !- tcotc*ur, f*j r(tasej
c irlranea'a hau.e ni-uvtanle;,p-n u^iM
d i naa, Q pou hoiniies an PaJ u
Ur aeuhca, serviette d'av-oat, atc.ata.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM