<%BANNER%>







PAGE 1

Le. n.UP %  Le chancelier a dit que peur le ma ment le gonv-,... a mt ne pourrait pae supprimer l'tat militaire 1cir consignes exceptionnelle* auquei il attribuait le mstatiea de la paix dans tout le piya. tu terminant, il dit que le £ouTcrneraenl donnerait une attention toute particulire al rgtone occupe- et que en cpmplet Meord arec les Ktata fdr* il insij ternit ner^iqii fn> nt pour q;i <• % %  < riions continuent faire partie lu Ketch. \p;s le discours du chance lier, la chambre l'est ajourne. Cd nouveau teiU devait la eommissioa des rpara* tiotli PARIS— La commiesioo des r Datations a discut lee questions du jour laissant de cot la discussion de l'organisaim des commissions propose-* pour enquter sur les ri s sources de l'Allemagne. La texte du document dfinissant les pouvoirs dea commiseiona iera eoumii une remmiioa par Mr Barlhoj loi le h prochaine laoce. Hier, au coin d'une entrevue entre MM. Poincar et Barthou. nu nouveau i te n l r-.iig dtiniaaant le* pou\ tin il don n-.r aux exporta dea ojmmisaiooe charges d enquter sur lee reeeour ces de l'Allemagne Leteite est rdig de faon a lupprimer l'objee lion soulev a par le secrtaire tiu l •• '"' •' tri v ,i t ., I l l ir \l i S r > it fil s ij.,, ici I r i o.iv ij ir .ii I .e gui uou ofdc el. Lt eau li lai ne do S. Coo liJjje data lo auJ Plfi.tR 1 D\KOTt— l.i Conyen tio'i r.'.i ibl %  nue le i-ak t 6aA a donn 11 prel re ice ui pi ide t Cioiiitf' po .t tes oc lions pimui res pi '* Ideotiell tdj parti rpubli cain, il 1 a em,i >r ir le se lateur Jouusoo pir SO.-iT'J voix contre i7.ftfcO.Ue nom du snateur Capper hiansne a cic approuv i l'unanimit eomma vice prsident Le programma rJi£ J par >' %  ** s lu Irents de Mae A loo ellu qu'il nt approuv aux lection prliminaires prsidentielles dans i espoir qu il sere po I dans l'arne nationale pir leur can didal, a t approuv l'un inimit S la runion dmocratique de Dako ta par 27t:ii voix contre 17. Ml. Nourello* Diverses LONOHES— Lord Churchill qui a tjhier v\ althamstow l'objet devin lautae manifestations bostiles a reu do publique 1. note dans laquelle il nceuee lee banditi commuuietes d'I tre la cause des ectei te violence ai gaalee daue diverses parti idu pays. L' colonel espender Llary,beau irre de lord stoi,caud dit conservateur pour l'ouibrtdge, u uni • 1 1 Kent, a t grivement blese par dea indi vidus q li "ni lanc des pierres son tre son aulo alors qu'il quittait la runion lectorale.Il %  t l'ait a M. Chamberlain, ex chancelier de l'Ecbi quier, une rception des puis hoeti les Weslbromwieh ou il uevail par 1er en laveur d i candidat. Ironie quatre feinnies sont candidates au Parlement. Aux dernires lectl n^ il y en avait trente troil et seie lors des lections Je l'JIS. HADR1D Le roi \' h i IM et la ra : ne Victoria sont rentre aujour d'nii d i Ici I ; h capitale tait pi v rise -n leur li i ie ir. La fo il i a ac'li ni s soiverdoi ainsi q u a Gnral Pri n> do il s -ci. M ) -i '. >:J La % i ivero i n "il a or i ni i ix :> irl i • ira, i ix i ni t Iti ) i el Bill il 1 *r 'is s • ;• vi.•• lu Msvtraa ieat h remUtre tl'Rtl to li Ui 1 : i U'Ot, ni n ''.u tr-n n 11 ; • 'il !.•' i, dyii*ti* I %  n 11 > 1 i )jr ;'* leji derniar* r*g !" : T v> n^r ;r >v L^e ; ^ .idieii I 'i'- ••' 1 ** %  '' i r ' • ''i- u b"' O'it %  i ici i l'i a • '. > 1 li > "s qu o songrij pourra lire >rgi i s' s ijo ir Mi i • Gi 'a **rn rlu ep^tlcr et la Priai lit C.o'ii.' iourra lira i : nessaft au a MWASlIHJTatM. laiiarayt, smbaal ar de Frsn a, a pressa au prai leol Paul Dupuf, sna tsar des Hautes Pyrnes, diraateur ci.i Petit P %  -. RO 4g —Une eo omnai :a ion semi o'.ii i' '..' du Vatican annonce nu'au i : %  ichato Consistoire il ua sera cr aucun cardinal tranger. BEL .1 \ IB— Le roi AUzandra a il parbt Ipour Paris o i> restera quelques jou • \< mt conaultar uu o Dilate : pendant son absence lee prrogatives royales seront uxtreee par le cabinet. GENEVE—Li confrence intera Datiouate d< s cornu uuiections a adopt la c intion Interastionaia d viienics Je 1er coJifiant les fi giemonte al reoonuiissant l'galit de traite i tu eo muerce. s eoure MIW YORK ; Pranca IS.J1 Sterling J9.ll PARIS 5— Do!l,,r 1*7.58 Uvi 11.147 S>4fc : i Dimaacaa I Dijetnbre 5 ti. -ij l'a^rJi tniii. Au profil Ue ia io^. Entrs gou< raia 0 >d %  > imss. I.ll !.-o; •.. %  • j i %  ..< %  — m %  < % %  %  i J a r isidiui CL soia fuite Je ../aiyioijuia 7mj et Ssioe pitodti J WAGRAM et U DHAME D^i CŒJKS Entre gnrale : 1 gou^da.' Q-3alanl ~~ Ca Soir SjlItliŒ SiiNS.vriOWELLi Oo rttitj tioaa$ li ne el li.ne Episodes S.VLXvvt: Ja,is DDA.$3i£ ( MONOLOGUE/ 1\M.\ CGBANSONSTTIS)J i-.jiioo 0-50 au Champ (U lars U ip i. 'I isx i m linei o.i fait la toilel e du Champ do Mars. Viiih MI reusemaot, loin de faire enlever les herbse fauches, vu les bric eu place. Toua lea habitante du Ohanp de Mars a'an pieignen car la fame 1 s inoo nmo 1 iliitiiii Geryres E i ce • %  -1 a 'H l'roi i ou M grippe fs ii ie 1 1 a nie. ou i orgtnis ne o be so. i i • %  • %  re noul el ion mir. LU vrai ju de •aune, pur, peut h lt e eo i te Ciimer os djataur tt vous n o il stul. V il z v ..t* 11 un o'r ? C'sd le -tii-'H J iii tes, trs \.\x ei J u a-mt i h • ••. j %  ci-s \ /. ee r.i t u, el > uen L co mi o*. — • ••• ASTHME PAPIER PRUNEAU lo u!) jutrent l'ancre dans la megu li^e ^\ie di Mole M Mieolts. y.'o.%i un anniveraire qui est au j mrd'h u fl avy.c i %  i ma l'iul ressente popalaliau du -lie si Nicola4.Autrefois, une iaee*e tiit dite ce jour dans nos priucipilea gliaen e.i 1 honneur do uel vnement. Celle daie passe maintenant ina p rue. Lue eoloune eoiu n uorati va pourrait bien tre dresse au llol SI .Nie .las. Dus satisfaction accorda aux liabilatita du quartiar dtfBnilcvue ^ i" ji n q e. ; .e lempa les ha d t *fl.- de cet mt rsssaol quartier e in ig taaut ue U quaulite l'eau 1 i leur etau desservie avec parcimouii. Le service ni mliqji preuaol • 1 eo laideral >i las lectainuiooe pro u i.i s c .u uenei il y 1 u 1 moia eu vue de l'eateution prochaine de < i • e pariu U 1\ lia, le n1 • i\ q 1: t: soni termin* pari'tabi sa.n ni u u u lutcju reservuir o..i,i.ui un deo.l joiiaa isi Je i."J J.OJO g Un. A vendre Deux bliers hydrauliques : i un TSC uviioi uo .ae i .1* tuyaux galvanises de debargade . rau te nviron 'H) pieds de l.'i, tuyaux d qualit suprieure. "Manufactura de Tabacs S. T L. Place tiaffrard Li VENDREDI __ li %% et ae pisodes La Tigre Sacr Entrs 0.50 •* %  um& mm m Mai'oauadisas aaagai a Vii(|le Uai rues du jajusni i.e l 'UL al il J* iraiiUi oris Ncrologie Les funrailles de |MaJeme Fril/. Jaeger, ne Lautiue l'resaoir, dc de hier a 10 lieuies ei uunie du soir, auront lieu cet aprs midi. Le convoi partira de la maison mortuai ra,aiee Kue Pave, a cote du liuieau do 1 Inspection S.ola.re pour se ten die l'Eglise Weeleyenae. Nous prese Ions nos sj npathiquaa condolances aux fami.tee Jaeg'.r, Pressoir, Djaa, Oomond 11 Bavard! — .vir e. jtme Auguste Ehomberg ol eu ia doul ir la perdre leur eu fait Yvo .i.e Pierrette doul les lun rail es a iniul ueu cel i,tr)s midi en j Eg se M Joseph, diucres condolances. %  % %  Avis Les dbiteurs de feu Elie Leb'an son p iat ie preaaslar u.n>s u r i H %  i le t; ioS* j > IM en ~ ^ ( .1 • du N lai a 1 i • %  > Chtr'ei pour s'acquit ii r .i igsti n* alai, le y Tout cou lrii.l par la voie ju liciairs. Port nu Krioes, le b" Dcembre 1913 J^les Deviens, nv. Ur. Kouchrifeii ev, k l'Jltal C)flaiiit 4vaot-hier apn' -midi, eut lieu la Maison Oomiuunile une runiou Spciale laquelle assistaient une trentaine de personne*. Il n'agissait de faire des suggestions au sujet des travaux d'emolissement de la Capital en projet. La sance, sous la prsidence de Me Luc l'hard, Ministre de l'Intrieur, fut ouverte pir un discours du Magistrat dans lequel celui ci remercia l'assistance d'avoir rpondu a 6on appel, dit les efforts de l'administration poui mettre le fonctionnement du service plus en acc trd aveu lo dveloppement de la Ci , effort qui n'a pas manqu de s irmonler des obsticles eu prsence des lois dsutes, mi-centenaires, d'une habitude invtre du personnel, d une coutume des contribuables de cons.dcrer la Commune comme une qumandeuse, lorsqu'elle rclame ie paiement des impts. Sur ce dernier point, le magistral a demand aux membres de la prenne de irivaUier l'opinion de la collectivit vers une meilleure comprhension de ses devoirs envera rdilit qui ne peut rien faire pour la Vi le au point de vue de l'esthtique sins argent. Il a expos un t :bloau des recettes encaisses, depuis BOUS Edmond Paul jusqu' l'adminislralion du Or An* nouai. Le dernier exercice a accus une recette de quatre cent soixante dii mille gourdes. ^ Prenant la par IP, le Minisire Theard, aux lins u'oblenir des citoyens des suggestions utiles, a soumis k l'appiecialiou de l'assistance lee question* du Champ de Mars du Marche* de 1 1 Place de ia Calhdrale, U'. Cimetire, et ensuite I Hlai u. lier, : %  si bien dfendu eon projet 3 u" I n ralli le sul'frAjZ'du Mm sire lIntrieur qji a fait lem rquer q l'on peut aussi envisager la quettion, A cela, Mr Moravia, uireatsnr du Ten,?. a d t qu'il pense q.i'avec le p ogres croiamnlds la Villa, i vaudrai mieux fur* uu chinge de t min avec les habitaots lu Wharf aux hrb.'S et fiira place nette, pires qie le spect.ich des oibut •or le ^ai et trop disyrseieu. Cw ne sera pas diffUile, le R partenant a la Ooannune ., ensuitle VUJU que le Oouvi •OOMdraq U l ep,...n,, r J 5 tat est de occuper daU M On a vol da forts crdit Z travaux effectuer aux Ci! Cap, et l'on n* s'est ^ J 1 Port au Prince. Le Ministre a remerci M> d'avoir pro luiliaraotioadw part au Gouvernernenl et 1 rement au l'.vs.dout de U que. lia pri en>iite l'ussig revenir sur la question du C. que Me lludicoart avait dit vant d'ajourner pour so eu vivants. Ou doit s'occuper tire, a continu le ministre; place importante quVcui morts ct des vivants. largir le cimetire et lui de meilleur aspect* L'ingnieur Doret fait remars. rtargisseinent du Cimelirei possible, vu dj l'tat d'ini qu'il olre dans les poques i dment d'eau. (Ju'on doit CIL un autre cimetire du cl de tin qui est gale dislance Cathdrale que le premier. Le conseiller communal revient sur sa motion de fou commission compose des du Conseil te< hniqiie de U' ne, el prsente un projetpr^ un empiur.t que la Commune] sutori.-e contracler. lien mme du retour la cais* le d'un dmit de 15 0|od'ir_ •servirait k payer les intrts' inortissement de cet empruet] n la cration d s travaux,*! On s'arrta a la l'ormaliss] commission compose des du conseil leclinique de bl ne el de M d. Cnarles Morati nest (i. Chtuv.-t cl lie rgsl po il"dier les travaux en ilre el lem y. IH ileleiexkt La place n lis m ri pie peirl deau res pr iposilioa* paru de Sir Joies 11 rau\ de di'IaC, marche de 1 Place de la Ctlf el sou m lintien, vu son eu plus quo centenaire, souteou) mt-nl par oolie co d'rre Ha einvnle, appuy p*r viM. Mo Doret el Louis Koy qui tiuooj remarquer que c u'esl psi la marche qui, au monde, se t devant une glise ; ila-aglmi vrir et d'en faire une jolie foire.1 JEn plus des pereoaaei cites t haut, nnlons la prseace, eutrt] trs, des ingnieurs sa ebaf 1 rection des Travaux publics, fet Polvnice.du Major Ti.rai cier conseil de 1a Commune membies du conseil tachiiqui Commune ei des reprsentant] Presse. 4 ,lj m 1 t^mfts^si Socit Biblique el deij Livres relitjiwx l Comme nous l'avons djij nonce dans ce journal ij zaine passe, .1 sera le.m Uuj %  | llM )rocl.ain, leVJducourJ fM, annuelle Ju ^"gL B-ble dans les divarj^ N .1 laCai)UaleedelaProvi.ui !fJU A la Capitale.Vaii cuj des r iitf Un, la Socit Biblique H vrea Religieux d'rlaU'ifl aentepar un ou deux ai a qui donne la Socit fJ JJ cette ann^-ci, au tempM S e St.-F'aul ( A. M fc. %  ) mencera a G heures l ^ soir sous la prsidence du A. I). Parker, Pasteur fc %  Eglise. 1-. Le Pasteur entreiianJ !" tenililes.irlelliinedul btBi.E ; le P-esideni .la tag lera une dissert,Uon rrfj aytnlpoiirsiii l • Il y aura .le ^*%U •Dmpai.is.lemiiq'W^fl l.-cte sera faite au pro vre. n PortauPnncfl,ls 0 1 A ma



PAGE 1

| I* [aisoii se Spcialisai}! I En Casimir i anglais et Franais Rue r o vM Foi JSi j> i.1 7 maison rtiii s 4 est tellement spcialist en ses | la plaisir d'annoncer et respectable public |e renouvel compltement ion assortiment en j t gtoek? une <1 • qualit trs suprieur prix modr fiitref partir de 2 dollars a 2,60 l'aune I m aison avise qu'elle tient aussi un grand assorti il (la Diagonal noir,bleu senjeel a!paga;drilli blancs iibrication italieune. porl-tu-princ, Dcembre 923 I M Glluceio itirtu de la grosse en forma loir* d'un Arrt du jTribunal ue l'oit nu Prince an date [juillet \'Jii, maiuteaaul un ju du Tribunal de l'remiie ide Fort au Prince, reiiJu I attributions commerciales, en l2l Fvrier \QS.i, et de corn lemeuts on data du 10 Juillet |tt i.-gt L un.\jv..mbie 1023. l'riqule la la Haytian Merlan npuuy,Socit ciuouvme. avant lii|<> 50vi.il d l'jil ;i i h'ini; .1 Diiscteur le sieur I.J.Bi^i.,, .la nriut l'o t au Prince, et lue le doamib Pjrl au Prince, Met du Lliiiiip de .Mai, a 1* ven ^suiioilraut et dernier encli rit par le Miui 9 u:ra Je l uuis L biij(ue, d*# oilats et Objets |iuiet 1 do.ii;ie forme anari ^petites table* ivee marbre, Un b,niu marque r'au et 1 1 eucadremeuts, i vitrine %  t 3 petits bibelots en porcs Hcbi.r {en bois d'aeajuu, Ci lien, 1 piano Pleyel, i lairoir forme carre, f porte u. u miroir buis a'acajou, 2 Piments, 1 peudulo en bois |Kua bi lard en bois eu pileb pin, un comptoir, doux lit* en f<*r. i matelals. i lits en h i> de p, autres mttelaU. Effets saisisur le sieur II. Routier par proca verbal en data du vingt six novembre mil neul cent vingt trois la charge des adjudicataires' de payer comptant peine de folles enchres. Fort au Prince, le ; Dcembre 1911 L'Officier Excutant, S. RICA* Effet adir Les soussigns, a y H n t adir les rcpisss mis respectivement e:i leur laveur, eux .Nos. 6225, 1451 et F MU, par la Commission Fequ.re, les dclarent uuU et donnent man dal Me Llin Malebranche, avocat, d'en requrir duplicata. Vve l>. Uubiia, T. Beecard, Pierre Lu bin. — La ilame Vve Boyer Pubois, proproprilaire du icc piss, mis an No. 200, au nom d la V*e. D. (Ja • on, par la Cotnmisi-ion >ambour a Sbaifj lie. Lelio Mal branche d'obt-• il* duplicat* do cet effet, qui est adir* Vve B. Lubois. Les soussigns ayant adi. un or doongnee du Dpartement des Fi nances au No i :ni-e ( par la Corn mission Sambour ] en laveur le leur Jeu pre Mural Michaud, la d durent nulle, duplicata devant en Mrs dlivr. Fort au Prince 90 Novembre IU2'J Les poux .Variuu Chariot, Melle Victoire Michaud. Vente par Voie pare Fn vertu d*uo( i ,. oo h] potb eaire, p un au rn ort d i N'e L/ou Charles et ion ci i re, D taires a Port au Prince, . • lobre \^lt et d'uu couunan i menl demeur infructueux, il serapr cd, sn l'tude et par le n. les,notaire, requis %  cet fat, ie sa* medi huit Dcembre mil neuf cent vingt trois, a neuf heures du matin, la vente ai pins offrant et dernier enchrisseur d'un terrain situ ,. Carrefour, Commune de Fort auPrince, a l'angle des rue-Liraurre et Lacroix, de la contenance de tren a pieds de ruade sur la rua hamaiio 1 1 de toisante pieds de profondeur sur la rue Lacroix, et borne au Nord par Arthur llyppolite, au Sud par la lil nie La maire, A l'Est jar la rue Lacroix et l'Ouest par Jrme Fontaine, telle que cette proprit Zgent* t M 1 9 8 chapeaux de Avzvuj^ p%Winn ^ a pn cnaiio r , HA7 J AT ^ m ^' !" (liz Fttl E. lutta?....," "£ %  *'"tau.fcte'a Qii' parhr d'ujoardliyi'ury^and'rabisa lieu sur les eu et thaaibre air The Vifest Indies Tr&diu(| € l^iau hiuce t ev (rompes CICfViOOLARD ap m £MU>n



PAGE 1

Lt M..MN NEW YORK U S A QRANCH OFFICE : PORT-AU-PRINCE Les plus grands exportateurs de Tles gnivauizes en Hal Barres de fer, clous g&lvanizcs, clous fondus, clous poin| de Paris. Tles d'acier. Ronces mtallique:. Fil do fer galvi niz. Fil de cuivre, Etouppe. Cordage. Chaudires. Rchauds rlicles maills, feuilles de cuivre, de zinc. Matriaux construction pour Docks, Wharfs, Chemins de Fer. Hache! manchettes Pinces, piquois, Matriaux pour construction ei bton, ciment. \ PECIALITES : tiazoline, Krosine: marque Liberty Oil Limited expdition de la Nouvelle Orlans. Reinforced. Laclede Bars pour censtruction en btoa/lnog propre marque BUIHHE. Savon de lessive en Barres, noire propre marque KING| BAR, Savon, provisions el Dry goods vec le patronage (Je nos aimables el'cnls nous occupons en ce mom< .une boDuc place dans la clientle d'Hati BROOKLYN EXPORT AND STEEL MFG CO NEW YCRI U Sk Brunch Qff e %  Port au Prince GEO. JEANSEME Agenf < xclUifpour m A



PAGE 1

rgm PROPIUBTAI'I : UURiMSCJi [|#ment Magloi e BOIf VsKNA Hit Hua % merieKUae 10 20 G EIST1Ai|sis Quotidien Il i'lT, chaque teutflttvrj de L.ioqisune tempte de con tradictions, dei oppositions et des luttes qui. sous l'impulsion d'une fureur divin, au lieu de se rsoudre aimablement par des transactions, aboutissent 1 des catastrophes* PROLDHON 1LEPHQNS No M flene AWtE .V' "021 POR!*UJ-PRINCE ( HA1H (lie nous ferons aux Jeux Olympiques mis dsintressa. J'ai crit : Aujourd'hui, il ne rote presque plus d'humus, il tint donc U rempl icer pai il* < umiques adquat su > I i %  %  ''•; %  tion reviendra. Cell phrase se ressemble pas da la rel taie faite par la courtier d'un maison le guano. Si i*avaU offert du guaa • aui egriculteurs haitens, ceux-ci avec josta raison se araient moque de moi. Hati a daa grotl 1 %  ) 1 guano lui parmettant d'an reren Ir Non plus je ne reprsente pas une maicou dan gi lis ohlmiqu '-: p ii lue j 1 n'ai offert nucii'i. 'i ni lis bien des sels chim q %  :• lquataa au s il, Un labeur d . %  ter h la culture de la 1 1 me, du ci t al d.* la iHouvellistc s'est demuntableau d'unitenue ut d'une corhhier, et, hier, LE TEMPS, rection parfaite, oeuvre d'un exire ferons-nous aux Jeux pert en sport, Mr. Constantin lieu pre? Ma foi, nous ferons riques, font clairement ressortir [Olympiques a mme liqu* toute proportion jjar 'e, nos tenons avons faite li rsultait, malgr notre trs initie fies Nations, par exemple, -sportif, sont surpreinnis, et cuuura ae 1a cann w w !" La.ure du T,* ,1e V. r rivalisant de bien prs,.avec ceux ^^? !" Z £ % & buduns la littrature Irandilirrance, .\Uion baorli-e de 1|IH ou ... ,„/,;.,:, a i3 ,i bien r,que Ion ne s'y mprenne toute premire catgorie, humides que a es f Je ne me f ui %  tance qui spaie le sport Une fois, l'une de ces soinpp i r r> hftle da i a d in la nature ) |jen de l'athlte europen tueuses flesscol iresque donnait La Barbais est un p ysdshrit le Lyce Ption du ts nps de notre trs grandjDirecteur Monsieur P. Tesaii r,le j une Nicolas Alexis 1 moins grande que c Ile ne nos oratuirs, nos dite! nos IIOUIIIRS de loin s Heurs, des diplomates t de trs regrette mmoire n'avutiles de lotir S IraLais.Et nous contredire si fermons que, pour 1 1 cour" mtres, le recordman [qui la ^a^re 111 il) si p .st Armand qui en lamier en 11 secondes, ce Hitdi'i.; Marcelin es! un fftonve, un ILmls Belleton Ren Viviani, et un lHcos 110 Jusserand. (puis < Le Nouvelliste ne *til pas dans ses chdi record du saut en hau jamais t de 3 mires 14, i de ' mtres ';et jamais, spart, aucun athlte de ce n'a encore lanc un poids eiilaire 24 mtres, cerlain que Cator qui a en plusieurs circonstantan, pour le saut en liau1 mtre 80, ne plira pas u (as, nomle lancement du poids, battu le record franais, et celi, devant un lu y r si'-geaient des personnalits sportives de l'envergure da Mr Emile Prezeau. Nos sportm n, ainsi qu'on le faisait ressortir, hier, dois un article du Temps *> n'ont aucunement en participant aux Jeux Olymliques ^l'intention d'aller une moisson de lauriers. Leur rve e-t de montrer qu'il existe une Hati sportive, cou-me d'autres ont prouv qu'il existe une Hati littraire, diplomatique, et que d: la pluie, le3 ri >e onl tir-rires, ou plu't n'exisl • I pas'a 're pi te, n dre s fa li le 1 1 >lei d-.niau mi'in 6 au "> m ide l'anae L'tle ent re esl pi nli'< %  in cannes sucre, el o t "urnit mme d a plants <\ et nn tus I ni >• nies amtl lis.; \ a Gu ..! u e el i la M .clinique. Le i n I m ml eu tural dpasse la moyenne des a ili nies puisqu'il i : >in iiO OdU kilogrammes l'hectare, seii pai carreau 70.000 kilogrammes. Voici comment l ofl r icde laoi ce pays. Les plani> slectionn proviennent des trane ds caunesqui e trouvent dans la flehe. Ces graines ?ont semes dans dej cals sa Aubout de 18 mois. 111> sont transplantes dans un jar lin potager. 4 ."J mois aprs elle est plante dans d> l'eau de m r et d'un pmiia artsiens a'arrosi pas ^es cannnea die I rodait de 33 i IO,Oi)),000 de kilo-i u omet d i nues. Le Franois n'est pai miaus partag; les animaux de ialiour boivent de l'eau la mare; sa production est de 60 i 70,000,000 de lu ogrammas. Mais, toutes ces usines reoivent d'Amrique des engrais chimiques qa'elles emploienl k la fumure Cuba qui produit 4,500,000 Ion nesde sucre n'a pas une seule proprit in itf i Pendant la goerra mondiale les colon i-ont prouv de grandes difficults pour se procurer aux Etats Luis lea aelschimiques ncaasures \> fumure; le Venezuela leur a van lu du yuano et d,i erotiu de mouton par golettes. Ces succdanea d'engrais n'ont pus donn les mmes rsultats, tous i. s propritt assiiror qns le rendement l'hectare a diminu dan* Il prauortion l'un t ers ali naoth. ( L'on lu m il 1 k l gramme da gua no I l kilogramme et d mi de croti i par tojfl l. ) J-; -ais lis bien qu^ le r-n lem Mit de la rco 'e (-,1 auiet de DoatbreU H i variations duc-, a la nxtura du sol qui souvent n'est pas la m'"T.e de pr i .i i H "i prop i >t,q ie la d b isameotterrres a ebang le rgim • des plui j ie l ead qa; anciennement ae conservait pi is longtemps dms les I Tes bjises entretenait la fracheur. Aujourd'hui aprs de fortes pluies la terre se dessche taciiimeut. Il y a quand mmo un remsde, c'et le Ubouragc trs profond. Mon contradicteur dit que l'eau permet de restituer des sels par les JEUDI 6 DCEMBRE 1923 ; nu' Ile lpoie en descendant l'es ojontngnea l< ngrais dont ils sont privs par les ri oTtea • >oaV utivaa. Vos rivirea haitiennea as l'ont psa el ne sauront faire autramant que .cils enviaages par de Cona dans son tude sur le bl ; us EtalsL'nia. Vi< l.\tniN ( A Suivre ) Allez tous chez Paul E. AUXIL Visiter sou stock cempltdmout renouvel Le plus vari et le plus assortit de la place Vos prix seront les liens, CSf il ne refusera aucune veille pos ible. --* %  %  — • %  --— %  aaap^aja A LOUER M en tique muison 'i Bel le vus ( Peu d< Cboae pnlr< oui et jardin l'angle dea Ri %  • B usi an ••! l.etellier, a\ anl ti i <—. • : el icil, tlphona et toutes la dpendaneea. Poar condituns s'adreaaer au No. libellez Alphonse ll.ivnes. OH chea Franois Latelliar. 10 LET Nies liouse situated at Be lruee (Peu de Chose) ci oer SU., Haussait & Letellier, baviog gardon, *ea% iew. electric liaht, tlphone, garage, etc, praticnlly nexv. Apply to 115 Hue Bonne Foi at Alphonse Hayoet'Ofnce or F. Le teUier's. cette Hati sportive est. comme les le champ. La canne qui a doun' lea autres, en mesure de montrer que ?es sportmen n'ignorent rien des axercices physiques qui peu vent se pratiquer sou le Tropiques. Nos athltes ne ont pas, loin pirecoidman du inonde qui, de l, ce que nous avons de pire. grain s ayant pous- dam un terrain sec, la nouvelle canne supporte facilement le sic. Le terrain tant sec, le labour est profond30 centimtres environ. La plant..tion se l'ail lm.05 de distance dans tous le-> sens avec un alignement absolu. Csj i B00 importance a extme couvre la terre eu ~ %  '! % % %  Pex Cable Nouvelles Etrangres ,_ | U %  i <• ''I C • I VII WUD CIIIIIC IIIU'IImi..iiu*ii Jx Olympiques, ira certaiLa hure qu ils feront, la Ville m me { mp char,l les ravona %  au-dessous de es t 2 mOlympiade, en compagnie des du w j u d' ;i bv 0 i ,,r [humidit, el ^ur, jamais, on n'a atteint, sporlsinen d'outre-mer, n'est pas n la se pas des lches :e qoico%  un grand public, son protrop loin de ressembler a celle, i>rd. Cela est si vrai que qu un congrs de journalibtes, arboreraient les directeurs du Nouvelliste ', par exemple, s'ils s' trouvaient assis prs de Charles .M.uirras et de Lon O.mdet, ou bien celle de MM. Denis Saint* Ajudeet Charles Moravia, ftj le lia'•entraine sur son terrait, pri ard qui quelquefois a bien ai I ironie, leur donnait pour voisins, les rdacteurs du grand quolidi-n dont leur journal porte si fire* lueul le nom. [cam qui a battu le dernier I du saut la perche n'a pas 1 pu aucune des ttes auxil a pris part jusqu'ici, 'les 4 mtres 2b qu'il atiparaii-ii, t/cs f'acilement.lorsdiftrents records, ainsi nt t officiellement la%  inscrits ensuite dans un tyation des plaines *CuLde£ac> et *Logne Ucle du 10 Novembre que leur d t Matin -, a eu I aIL de publier, n'a pas plu %  Oinle. i uns la crainte d'eu f "paternit, Monsieur Louis t f*it savoir plusieurs lOi'l irn S '' e a ca,riL:ie H a r '" M '1 ne te f r U ( ,, as p enaii j'0Qe treille enorm.te. 'Niment, il est vrai.il m'en. P'us de modestie... A re' mon ton presque ponlilif, M pas m'illusioniier la •thories Irhtivement i buttes recueillis dans les bibliothques tropicales... fj -an œe connatre : que vombra at Mr Prolile rtrra ^ne je Cette usine qui mareh au meytn |* B 11, ** s> *e ta sens m'He pas le marchanl de geano dont les g iculteur. hailions doive il B'eOBpre**r lo il 1 J iio ie de C0 m ittro i'a tro-s '. Pei netiei mol, tu il d'ibord de rparer un oubli dj Matin •>, l'art'oie tait .-i^n. de iime q .u celuici : Victor siiudin, 1031 rua ltpu blicaine. Ceci fait, tmt:oT dT la discal aion pratique qui sera des courtoi-e, mon unique but tant de fuir la ciun' donner un rendement culturel et une densit suprieur ce oui s'obtient maintenant. Je val dvelopper mon article du 10 Not pas DO nise sur le sar Il eii i ;| i au lorrain lui est doone. l/in.intic arie de 60 BO grammes par touffe suivant le beeoi la cannes et lasaison, Tout g reur connaissant so'i mtier $e re d con ; e du moment choisir pour fumer. Il est reconnu que toute plantation fume dans de b mnos conditions don* i.e prs de 5Q/i de plus que cellj qui ne l'a pas t. A la Martinique dans l'exli^me s d de l'Ile la lcberessa MJ\it pendant 8 ou 9 mois, les u-ine.s du Marin, Venelle et Frai -jis fonctionnent i oi u alm il 1.' i B indu Mai i ii a l contrainte d'. 1 fr chei'h rpm uni ranaliutio sol rraine ds i'aau plus d< H Iciloin trs p u. | imcnli r son industri-, f.iiie l'on IIKII ei lis | o.n. s q i fo t le vide Jaus lea Bpparfili a cuire et di s la liipleefl 'onc e le n'a j.innis pans a arronei sa c ni. ?, pourlai t e •pi du > tons 1< ani de 10 a 50,00 J,0JJ kilu^r u • m de cannes. Au >' .u lin, o pend nt la -> hojes^e i u-ine distribua tuu-< l s maOn e altitude 'le la chtmbte franaise 1 P klllS — Pour |s premire fois de puis qu..M. l'o ncar a pris la pr aidenoa du conseil en Janvier iOtt, |s !.,! peu importante cirlepisi dent du conaeil n'avait paa pos la ijuealioa de eonfiance. Le gouverne meut dsil ol la repros ntiition vrai menl propo tionnel.e, tandis que il'aprals loi actu lie, la dputs lu sont d abord ceux qui ont majo rite de vois les autres lant dsigns suivant le nombre de vote de chaque | arti. Dans la Ruir PARIS On aniio c officiellement que le regroupement de trou pes d'cecopalioa del Ruhr on vue 5n diminuer |p coi tact n\ec la popu h ion t dj ranvn et ra p..uiuivipr gitssiv-rmnl. L'inleo t. ,ii d^ la lne rtl d'arriver h loe i ,. ition uivi bll en rsiaOD le la si t. alion calma et de la repri-e du Pavai d-uis a lgion Certaines me 11 ede dmence ont H prise en irtveur des alh-mn.ls einuls de la Buli p nd nt la p mite dl occu p 0.1,1 r goureu e st condamns pour Off nsestl Van les franco b g-s.l-f ionvella mesiiris seront prise lor sus .a aoQfta ion signe nier Ma de leiiitoilalion dea t ns la populalio i du baurz ''eau !••• au u J el 0e ,t: ,, n ahl la euisine al l l'aitche.niusda ersers m. ? e en vigueur indispa me ititi-n l'on, tianne la n,\, IS70, et a enrichi p!uiea prilairta. Le tinral Ugoulte considre que U i patante paHive aura alors rel Le nouveau <|ouvenieiiient au Rciclislajj.-Dt'claralioii importante de M. fflarx BERLIN Marx, nouveau clun ceher, a [ rsent son gouvernement au Reii batag II a tl b mp mieux accueilli quou ne te croyait.Un des principaux obatacle que redoutait le gouvernacponl at cart lorn que lasocialistes, apra un long dA bat u parti, ont dcid de ne pa< t'a i i e opposition la loi d autorisa ti m proposs. Cette loi d unie au gouvernement le p-uivcir de prcndie les mesures de Humes conomiques et sociales qu il jugera essentielles el uigente. Le vole a t de 74 voix contre 55. m lis il stipule que l'approbation de la commission peimantulc du Kticbs ttig devra d abord tre oliluuue. Le discours du chancelier n'a eu subir que peu d'isteri options de la part de ropposltion. Kn prsentant le geuven>em :it, le chancelier a d clar qu'il n'tait ni c i.lnla droit ni contre la gauche, mais il t.iit contre loua uns qui vouiai.nl ravir su p ii-ile ailui.iU i e qui lui rea l.i c'e>l die l'unit de la ne. tion dai s le doi'.ai s des usnoea. Le banc ici %  > decur q i la gnuv.. i ii.ui';.:. avait faire l'ace une suaatii n qui ne s'tait j mai vue O..Hl'hiatoire du nonda et quai le prude allemand devait comp.eu dre que s'il ne voulait pas se laissai' aller a U de-tru

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06093
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, December 06, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06093

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
rgm propiubtai'i :
UURiMSCJi
[|#ment Magloi e
BOIf VsKNA
Hit Hua ?merieKUae
10 20GEIST1Ai|sis
Quotidien
Il i'lT, chaque teutflttvrj
de L.ioqisune tempte de con
tradictions, dei oppositions et
des luttes qui. sous l'impul-
sion d'une fureur divin, au
lieu de se rsoudre aimable-
ment par des transactions,
aboutissent 1 des catastrophes*
PROLDHON
1LEPHQNS No M
flene AWtE .V' "021
POR!*UJ-PRINCE ( HA1H
(lie nous ferons
aux Jeux Olympiques

mis dsintressa.
J'ai crit : Aujourd'hui, il ne ro-
te presque plus d'humus, il tint
donc U rempl icer pai il* < u-
miques adquat su > I i ''';
tion reviendra. Cell phrase se res-
semble pas da la rel taie faite par
la courtier d'un maison le guano.
Si i*avaU offert du guaa aui egri-
culteurs haitens, ceux-ci avec josta
raison se araient moque de moi.
Hati a daa grotl 1 ) 1 guano lui par-
mettant d'an reren Ir Non plus je
ne reprsente pas une maicou dan
gi lis ohlmiqu '-: p ii lue j 1 n'ai of-
fert nucii'i. 'i ni lis bien
des sels chim q: lquataa au s il,
Un labeur d . ter h la
culture de la 1 1 me, du ci t al d.* la
iHouvellistc s'est demun- tableau d'uni- tenue ut d'une cor-
hhier, et, hier, Le Temps, rection parfaite, oeuvre d'un ex-
ire ferons-nous aux Jeux pert en sport, Mr. Constantin lieu
pre? Ma foi, nous ferons riques, font clairement ressortir
[Olympiques a mme li- qu* toute proportion jjar 'e, nos
tenons avons faite li rsultait, malgr notre trs initie
fies Nations, par exemple, -sportif, sont surpreinnis, et cuuura ae 1a cann w'w!"
La.ure du T,* ,1e V. r rivalisant de bien prs,.avec ceux ^^?Z%&
buduns la littrature Iran- dilirrance, .\Uion baorli-e de ,1|IH ,ou. ... ,/,;.,:, a,i3,i bien
r,que Ion ne s'y mprenne toute premire catgorie, humides que a es f Je ne me f ui
tance qui spaie le sport Une fois, l'une de ces soinp- p,_ ir r> hftle da i a d in la nature )
|jen de l'athlte europen tueuses flesscol iresque donnait La Barbais est un p ysdshrit
le Lyce Ption du ts nps de no-
tre trs grandjDirecteur Monsieur
P. Tesaii r,le j une Nicolas Alexis
1 moins grande que c Ile
ne nos oratuirs, nos di-
te! nos Iiouiiirs de loin s
Heurs, des diplomates t de trs regrette mmoire n'avut-
iles de lotir s IraLais.Et
nous contredire si
fermons que, pour 11 cour-
" mtres, le recordman
[qui la ^a^re 111 il) si -
p .st Armand qui en
lamier en 11 secondes, ce
Hitdi'i.; Marcelin es! un
fftonve, un ILmls Belle-
ton Ren Viviani, et un
lHcos 110 Jusserand.
(puis < Le Nouvelliste ne
*til pas dans ses chd-
i! record du saut en hau-
jamais t de 3 mires 14,
i de ' mtres ';et jamais,
spart, aucun athlte de ce
n'a encore lanc un poids
eiilaire 24 mtres,
cerlain que Cator qui a
en plusieurs circonstan-
tan, pour le saut en liau-
1 mtre 80, ne plira pas
u (as, nom- le lancement du poids,
battu le record franais, et celi,
devant un lu y r si'-geaient des
personnalits sportives de l'enver-
gure da Mr Emile Prezeau.
Nos sportm n, ainsi qu'on le
faisait ressortir, hier, dois un ar-
ticle du Temps *> n'ont aucune-
ment en participant aux Jeux
Olymliques ^l'intention d'aller
une moisson de lauriers. Leur r-
ve e-t de montrer qu'il existe une
Hati sportive, cou-me d'autres
ont prouv qu'il existe une Hati
littraire, diplomatique, et que
d: la pluie, le3 ri >e onl tir-ri-
res, ou plu't n'exisl I pas'a 're
pi te, n dre s fa li le 1 1 >lei
d-.niau mi'in 6 au "> m i- de l'an-
ae L'tle ent re esl pi nli'< in can-
nes sucre, el o t "urnit mme d a
plants <\ et nn tus I ni >
nies amtl lis.-;. \ a Gu ..! u e el i la
M .clinique. Le i n I m ml eu tural
dpasse la moyenne des a ili
nies puisqu'il i : >in iiO OdU kilo-
grammes l'hectare, seii pai carreau
70.000 kilogrammes.
Voici comment l ofl r icde laoi
ce pays. Les plani> slectionn pro-
viennent des trane ds caunesqui
e trouvent dans la flehe. Ces grai-
nes ?ont semes dans dej cals sa
Aubout de 18 mois. 111- > sont trans-
plantes dans un jar lin potager. 4
."j mois aprs elle est plante dans
d> l'eau de m r et d'un pmiia art-
siens a'arrosi pas ^es cannnea die
I rodait de 33 i IO,Oi)),000 de kilo-
-iu omet d i nues.
Le Franois n'est pai miaus par-
tag; les animaux de ialiour boivent
de l'eau la mare; sa production est
de 60 i 70,000,000 de lu ogrammas.
Mais, toutes ces usines reoivent
d'Amrique des engrais chimiques
qa'elles emploienl k la fumure
Cuba qui produit 4,500,000 Ion
nesde sucre n'a pas une seule pro-
prit in itf i
Pendant la goerra mondiale les
colon i-- ont prouv de grandes
difficults pour se procurer aux
Etats Luis lea aelschimiques ncaa-
sures \> fumure; le Venezuela leur
a van lu du yuano et d,i erotiu de
mouton par golettes. Ces succda-
nea d'engrais n'ont pus donn les
mmes rsultats, tous i. s propri-
tt assiiror qns le ren-
dement l'hectare a diminu dan*
Il prauortion l'un t ers ali naoth.
( L'on lu m il 1 k l gramme da gua
no I l kilogramme et d mi de cro-
ti i par tojfl l. )
J-; -ais lis bien qu^ le r-n le-
m Mit de la rco!'e (-,1 auiet de
DoatbreU h i variations duc-, a la nx-
tura du sol qui souvent n'est pas la
m'"T.e de pr i .i i H "i prop i >t,q ie la
d b isameotterrres a ebang le rgi-
m des plui j ie l ead qa; ancienne-
ment ae conservait pi is longtemps
dms les I Tes bjises entretenait
la fracheur. Aujourd'hui aprs de
fortes pluies la terre se dessche
taciiimeut. Il y a quand mmo un
remsde, c'et le Ubouragc trs pro-
fond.
Mon contradicteur dit que l'eau
permet de restituer des sels par les
JEUDI 6 DCEMBRE 1923
; nu' Ile lpoie en descendant
l'es ojontngnea l< ngrais dont ils sont
privs par les ri oTtea >oaV utivaa.
Vos rivirea haitiennea as l'ont
psa el ne sauront faire autramant
que .cils enviaages par de Cona
dans son tude sur le bl ; us Etals-
L'nia.
Vi< l.\tniN
( A Suivre )
Allez tous chez
Paul E. AUXIL
Visiter sou stock cempltdmout
renouvel
Le plus vari et le plus assortit
de la place
Vos prix seront les liens, CSf il
ne refusera aucune veille pos ible.
--*"-..... --......aaap^aja
A LOUER
M en tique muison 'i Bel le vus
( Peu d< Cboae pnlr< oui et jardin
l'angle dea Ri B usi an ! l.e-
tellier, a\ anl ti i <. : el icil,
tlphona et toutes la dpendaneea.
Poar condituns s'adreaaer au No.
libellez Alphonse ll.ivnes. OH chea
Franois Latelliar.
10 LET
Nies liouse situated at Be lruee
(Peu de Chose) ci oer SU., Haus-
sait & Letellier, baviog gardon, *ea-
?iew. electric liaht, tlphone, gara-
ge, etc, praticnlly nexv.
Apply to 115 Hue Bonne Foi at
Alphonse Hayoet'Ofnce or F. Le
teUier's.
cette Hati sportive est. comme les le champ. La canne qui a doun' lea
autres, en mesure de montrer
que ?es sportmen n'ignorent rien
des axercices physiques qui peu
vent se pratiquer sou le Tropi-
ques.
Nos athltes ne ont pas, loin
pirecoidman du inonde qui, de l, ce que nous avons de pire.
grain s ayant pous- dam un ter-
rain sec, la nouvelle canne supporte
facilement le sic.
Le terrain tant sec, le labour est
profond30 centimtres environ. La
plant..tion se l'ail lm.05 de distan-
ce dans tous le-> sens avec un ali-
gnement absolu. Csj i B00 impor-
tance a extme couvre la terre eu
~ '!!
Pex Cable
Nouvelles Etrangres
,_ | U i < ''I C I VII WUD CIIIIIC IIIU'II- mi..iiu*ii
Jx Olympiques, ira certai- La hure qu ils feront, la Ville m,me { ,mpchar,l les ravona
au-dessous de es t2 m- Olympiade, en compagnie des du wj u d';ibv0i,,r [humidit, el
^ur, jamais, on n'a atteint, sporlsinen d'outre-mer, n'est pas n la se pas des lches :e qoico-
un grand public, son pro- trop loin de ressembler a celle,
i>rd. Cela est si vrai que qu un congrs de journalibtes,
arboreraient les directeurs du
Nouvelliste ', par exemple, s'ils
s' trouvaient assis prs de Charles
.M.uirras et de Lon O.mdet, ou
bien celle de MM. Denis Saint*
Ajudeet Charles Moravia, ftj le lia-
'entraine sur son terrait, pri ard qui quelquefois a bien ai I i-
ronie, leur donnait pour voisins,
les rdacteurs du grand quolidi-n
dont leur journal porte si fire*
lueul le nom.
[cam qui a battu le dernier
I du saut la perche n'a pas
1 pu aucune des ttes aux-
il a pris part jusqu'ici,
'les 4 mtres 2b qu'il at-
iparaii-ii, t/cs f'acilement.lors-
diftrents records, ainsi
nt t officiellement la-
inscrits ensuite dans un
tyation des plaines
*CuLdeac> et *Logne
Ucle du 10 Novembre que
leur d t Matin -, a eu I a-
il de publier, n'a pas plu
"Oinle. i uns la crainte d'eu
f "paternit, Monsieur Louis
t, f*it savoir plusieurs
lOi'l irn'S ''e 'a ca,riL:ie Har'"
M '1 ne te *f r,U( ,,as penaii j'-
0Qe treille enorm.te.
'Niment, il est vrai.il m'en.
" P'us de modestie... A re-
' mon ton presque ponlili-
f,M pas m'illusioniier la
thories Ir- htivement
i buttes recueillis dans les
* bibliothques tropicales...
fj -an e connatre : que vombra at Mr Prolile rtrra ^ne je Cette usine qui mareh au meytn |*B*11, **s>*e
ta sens m'He pas le marchanl de
geano dont les g iculteur. hailions
doive il B'eOBpre**r lo il 1 jiio ie
de C0 m ittro i'a tro-s '.
Pei netiei mol, tu il d'ibord de
rparer un oubli dj Matin >, l'ar-
t'oie tait .-i^n. de iime q .u celui-
ci : Victor siiudin, 1031 rua ltpu
blicaine.
Ceci fait, tmt:oT dT la discal
aion pratique qui sera des courtoi-e,
mon unique but tant de fuir la
ciun' donner un rendement cultu-
rel et une densit suprieur ce
oui s'obtient maintenant. Je val
dvelopper mon article du 10 No-
t
pas
DO nise sur le sar Il e naturellement autant de recou-rages
que ne es pas gei mes.
Quand le canne a commenc A
faire touffe, mie le- petitra cannes
Oui Un 0!1 deux Mu'iiils u e C'il |'0-
-iii in de sels chimique i >ii i ;|i
au lorrain lui est doone. l/in.in-
tic arie de 60 BO grammes par
touffe suivant le beeoi la can-
nes et lasaison, Tout g reur con-
naissant so'i mtier $e re d con ; e
du moment choisir pour fumer. Il
est reconnu que toute plantation fu-
me dans de b mnos conditions don*
i.e prs de 5Q/i de plus que cellj
qui ne l'a pas t.
A la Martinique dans l'exli^me
s d de l'Ile la lcberessa MJ\it pen-
dant 8 ou 9 mois, les u-ine.s du Ma-
rin, Venelle et Frai -jis fonction-
nent i oi u al- m il
1.' i b in- du Mai i ii a l contrainte
d'. 1 fr chei'h rpm uni ranaliutio
sol rraine ds i'aau plus d< H Ici-
loin trs p u. | imcnli r son indus-
tri-, f.iiie l'on Iikii ei lis | o.n. s
q i fo t le vide Jaus lea Bpparfili a
cuire et di s la liipleefl 'onc e le
n'a j.innis pans a arronei sa c n-
i. ?, pourlai t e - pi du > tons 1<
ani de 10 a 50,00 J,0JJ kilu^r u
m de cannes.
Au >' .u lin, o pend nt la -> ho-
jes^e i u-ine distribua tuu-< l s ma-
On e altitude 'le la chtmbte
franaise
1
P klllS Pour |s premire fois de
puis qu..- M. l'o ncar a pris la pr
aidenoa du conseil en Janvier iOtt,
|s noi.i n contre le l ir du gouverne
i,, liant la rforme lecto
i .d par 190 voix contre 275. La d>
!.,! peu importante cirlepisi
dent du conaeil n'avait paa pos la
ijuealioa de eonfiance. Le gouverne
meut dsil ol la repros ntiition vrai
menl propo tionnel.e, tandis que
il'aprals loi actu lie, la dputs
lu sont d abord ceux qui ont majo
rite de vois les autres lant dsigns
suivant le nombre de vote de cha-
que | arti.
Dans la Ruir
PARIS On aniio c officielle-
ment que le regroupement de trou
pes d'cecopalioa del Ruhr on vue
5n diminuer |p coi tact n\ec la popu
h ion t dj ranvn et ra
p..uiuivi- pr gitssiv-rmnl. L'inleo
t. ,ii d^ la l- ne rtl d'arriver h loe
i ,. ition uivi bll en rsiaOD le la si
t. alion calma et de la repri-e du
Pavai d-uis a lgion Certaines me
11 e- de dmence ont H prise en
irtveur des alh-mn.ls einuls de la
Buli p nd nt la p mite d- l occu
p 0.1,1 r goureu e st condamns pour
Off nsestl Van les franco b g-s.l-f
ionvella mesiiris seront prise lor
sus .a aoQfta ion signe nier Ma
de leiiitoilalion dea
t ns la populalio i du baurz ''eau ! au uJel 0e ,t:*,,
n ahl la euisine al l l'ait- che.niusda ersers m.?e en vigueur
indispa
me ititi-n l'on, tianne la n,\, IS70, et
a enrichi p!uiea prilairta.
Le tinral Ugoulte considre que
U i patante paHive aura alors rel
Le nouveau <|ouvenieiiient
au Rciclislajj.-Dt'claralioii
importante de M. fflarx
BERLIN Marx, nouveau clun
ceher, a [ rsent son gouvernement
au Reii batag II a tl b .....mp mieux
accueilli quou ne te croyait.Un des
principaux obatacle que redoutait
le gouvernacponl at cart lorn
que lasocialistes, apra un long dA
bat u parti, ont dcid de ne pa<
t'a i i e opposition la loi d autorisa
ti m proposs.
Cette loi d unie au gouvernement
le p-uivcir de prcndie les mesures
de Humes conomiques et sociales
qu il jugera essentielles el uigente.
Le vole a t de 74 voix contre 55.
m lis il stipule que l'approbation de
la commission peimantulc du Kticbs
ttig devra d abord tre oliluuue.
Le discours du chancelier n'a eu
subir que peu d'isteri options de la
part de ropposltion. Kn prsentant
le geuven>em :it, le chancelier a d
clar qu'il n'tait ni c i.ln- la droit
ni contre la gauche, mais il t.iit
contre loua uns qui vouiai.nl ravir
su p ii-ile ail- ui.iU i e qui lui rea
l.i c'e>l die l'unit de la ne.
tion dai s le doi'.ai s des usnoea.
Le banc ici > decur q i la
gnuv.. i ii.ui';.:. avait faire l'ace
une suaatii n qui ne s'tait j mai
vue O..H- l'hiatoire du nonda et quai
le prude allemand devait comp.eu
dre que s'il ne voulait pas se laissai'
aller a U de-tru vei ue d faiie da grand sacrifices
et qu'il lui fallait comprendre que
le problme financier pour l'Aileron
gne tait une question de vie ou dq
a'j't.
A
. ..
:ai


Le. n.UP

Le chancelier a dit que peur le ma
ment le gonv-,... a mt ne pourrait
pae supprimer l'tat militaire 1- cir
consignes exceptionnelle* auquei il
attribuait le mstatiea de la paix
dans tout le piya. tu terminant, il
dit que le ouTcrneraenl donnerait
une attention toute particulire al
rgtone occupe- et que en cpmplet
Meord arec les Ktata fdr* il insij
ternit ner^iqii!fn->nt pour q;i <<
riions continuent faire partie lu
Ketch. \p;s le discours du chance
lier, la chambre l'est ajourne.
Cd nouveau teiU devait la
eommissioa des rpara*
tiotli
PARIS La commiesioo des r
Datations a discut lee questions du
jour laissant de cot la discussion
de l'organisaim des commissions
propose-* pour enquter sur les ri s
sources de l'Allemagne. La texte du
document dfinissant les pouvoirs
dea commiseiona iera eoumii une
remmiioa par Mr Barlhoj loi le
h prochaine laoce. Hier, au coin
d'une entrevue entre MM. Poincar
et Barthou. nu nouveau i te n l
r-.iig dtiniaaant le* pou\ tin il don
n-.r aux exporta dea ojmmisaiooe
charges d enquter sur lee reeeour
ces de l'Allemagne Leteite est
rdig de faon a lupprimer l'objee
lion soulev a par le secrtaire tiu
l E.als Uns h la ruul ni d M experts.
Le texte est approuv pir la com
mission les rpa stioui, !-: gouver
ne ueiil franc ti i iavil ira i mi do ite
lee ttats i lis a prendre pirl a en
q i sie p op le. ta i le i. lira re
o j le-, Kil u- unis pigeraien i ).iii
v ur par ici I > '"' ' tri
v,i t ., I l l ir \l i S r > it fil s
ij.,, ici I r i o.iv ij ir .ii I .e
gui uou ofdc el.
Lt eau li lai ne do S. Coo
liJjje data lo auJ
Plfi.tR 1 D\KOTt l.i Conyen
tio'i r.'.i ibl nue le i-ak t 6aA
a donn 11 prel re ice ui pi ide t
Cioiiitf' po .t tes oc lions pimui
res pi-'* Ideotiell t- dj parti rpubli
cain, il 1 a em,i >r ir le se lateur
Jouusoo pir SO.-iT'J voix contre
i7.ftfcO.Ue nom du snateur Capper
hiansne a cic approuv i l'unanimit
eomma vice prsident Le programma
rJi J par >' ** s lu Irents de Mae
A loo ellu qu'il nt approuv aux
lection prliminaires prsidentiel-
les dans i espoir qu il sere po I
dans l'arne nationale pir leur can
didal, a t approuv l'un inimit
S la runion dmocratique de Dako
ta par 27t:ii voix contre 17. Ml.
Nourello* Diverses
LONOHES Lord Churchill qui a
tjhier v\ althamstow l'objet devin
lautae manifestations bostiles a reu
do publique 1. note dans laquelle il
nceuee lee banditi commuuietes d'I
tre la cause des ectei te violence ai
gaalee daue diverses parti idu pays.
L' colonel espender Llary,beau irre
de lord stoi,caud dit conservateur
pour l'ouibrtdge, u uni 11 Kent, a
t grivement blese par dea indi
vidus q li "ni lanc des pierres son
tre son aulo alors qu'il quittait la
runion lectorale.Il t l'ait a M.
Chamberlain, ex chancelier de l'Ecbi
quier, une rception des puis hoeti
les Weslbromwieh ou il uevail par
1er en laveur d i candidat. Ironie
quatre feinnies sont candidates au
Parlement. Aux dernires lectl n^
il y en avait trente troil et seie
lors des lections Je l'JIS.
HADR1D Le roi \' h i im et la
ra:ne Victoria sont rentre aujour
d'nii d i Ici I ; h capitale tait pi
v rise -n leur li i ie ir. La fo il i a
ac'li ni s soiverdoi ainsi q u a
Gnral Pri n> do il s -ci.
M ) -i '. >:J La % i ivero i n "il a
or i ni i ix :> irl i ira, i ix i ni
t Iti ) i el Bill il 1 *r 'is s ; vi.- lu
Msvtraa ieat h remUtre tl'Rtl
to li Ui 1 : i U'Ot, ni n ''.u
tr-n n 11 ; 'il -......,-!.' i,
dyii*ti* I * n 11 > 1 i )jr ;'* leji
derniar* r*g !":.
t v> n^r ;r >v L^e ;^.i-
dieii I 'i'- ' 1 ** '- i 'r ' ''i- u
b"' O'it ' i ici i l'i a '. > 1 li > "s
qu o songrij pourra lire >rgi i s'
s ijo ir Mi i Gi 'a **rn rlu
ep^tlcr et la Priai lit C.o'ii.'
iourra lira i : nessaft au a
M-
WASlIHJTat- M. laiiarayt,
smbaal ar de Frsn a, a pressa
au prai leol Paul Dupuf, sna
tsar des Hautes Pyrnes, diraateur
ci.i Petit P -.
RO 4g Une eo omnai :a ion semi
o'.ii i' '..' du Vatican annonce nu'au
i : ichato Consistoire il ua sera cr
aucun cardinal tranger.
BEL .1 \ IB Le roi AUzandra
a il parbt Ipour Paris o i> restera
quelques jou \< mt conaultar uu
o Dilate : pendant son absence lee
prrogatives royales seront uxtreee
par le cabinet.
GENEVE- Li confrence intera
Datiouate d< s cornu uuiections a
adopt la c intion Interastionaia
d viienics Je 1er coJifiant les fi
giemonte al reoonuiissant l'galit
de traite i tu eo muerce.
s eoure
MIW YORK ; Pranca IS.J1
Sterling J9.ll
PARIS 5 Do!l,,r 1*7.58
Uvi 11.147
S>4fc Icole Ignace Fresnel
\ i r i t avant I ar soi*
l'cole d'adultes d Ignace l''reuei
qui compte uu effectif de plus *ia
7 lt a.
Des jaunes gens inlresaa'ita aui-
venl les cours a.i s r icj iliremeut.
111 iquas uns interrogs ont dj.m
pleiua satisfaction sur lee questions
ae gram uaira, u histoire ei de (jo-
grapUid d'Uaiti. d'.vrilh'iietiqae l
u'in ; i.icii.i.i civique. Celte cois et
li Qcourtger et uous ia r.-ce nuiia-
il ) is .t la bi inv iil m te att ut on du
l) parie m al .le l ilru Uni t'ubli-
'1" ...
a cours i lot : le nom lioni
d U .1/ l^-l .1 g II I -il al ;C iti^ll
et u 10 d > : i
Dimaacaa I Dijetnbre
5 ti. -ij l'a^rJi tniii.
Au profil Ue ia io^.
Entrs gou< raia 0 >d > imss.
I.ll !.-o; .. j
i .. iJarisidiui
cl soia
fuite Je
../aiyioijuia
7mj et Ssioe pitodti J
WAGRAM et
U DHAME D^i CJKS
Entre gnrale : 1 gou^da.'
Q-3alanl ~~
Ca Soir
SjlItli SiiNS.vriOWELLi
Oo rttitj tioaa$
li ne el li.ne Episodes
S.VLXvvt: Ja,is
DDA.$3i ( Monologue/
1\m.\ CGbansonsttis)j
i-.jiioo 0-50
au Champ (U lars
U ip i. 'I isx i m linei o.i fait la
toilel e du Champ do Mars. Viiih mi
reusemaot, loin de faire enlever les
herbse fauches, vu les bric eu
place.
Toua lea habitante du Ohanp de
Mars a'an pieignen car la fame
1 s inoo nmo 1
iliitiiii Geryres
E i ce -1 a 'H l'roi i ou m grippe
fs ii ie 11 a nie. ou i orgtnis ne o be
so. i i re noul el ion mir.
lu vrai ju de aune, pur, peut h
lt e eo i te Ciimer os djataur tt
vous n o il stul.
V il z v ..t* 11 un o'r ?
C'sd le -tii-'H j iii tes, trs \.\x
ei j u a-mt i h . j
ci-s \ /. ee r.i t u, el > u- en l
co mi o*.

ASTHME
PAPIER PRUNEAU
mUWUU. . IXMuVn.Hr .1 wi/fw rmH. 1
^^^S^?^^TaiM*P^'' "
0 13 1 vtuMi t.'iiiiitivj lu
Conseil omuuaal U
Psrt-au-Priac
Nous eiir^ avec plaisir qu
1a Vagialral Communal vient de fairi
l'acquisition d'un bni i;o nbre d'ex-
empliiree de l'esceilent petit trait-*
du Or Franooie Dalencour El-
ments d'HtqiB.VB crit spciale-
ment pour les .-.oies primairai ur-
haines et rurales, pour lire don ni 4
aux enfanta de famidee inalh-ja
reosas.
Ce gc.-te marque le haut Intrt
qu tmoigne le Conseil Commua tl
u.f Port au Prince pour la propig*
tion de- laona utiles et pratiq iea
qu S'j trouvent contenues daus ce
petit livre appel l'aire un bien
rel l'eeoril de cette classe digne
d'tre l'objet de l'attentiou gnrale.
s ^.^i ii gr-jwi !! winn-w m m *
GDceaibre
Aujourd'hui 8 Dcembre marque
431 ans que les caravelles de U0>
lo u!) jutrent l'ancre dans la megu
li^e ^\ie di Mole m Mieolts.
y.'o.%i un anniveraire qui est au
j mrd'h u fl avy.c i i ma l'iul
ressente popalaliau du -lie si Ni-
cola4.Autrefois, une iaee*e tiit dite
ce jour dans nos priucipilea gliaen
e.i 1 honneur do uel vnement.
Celle daie passe maintenant ina
p rue. Lue eoloune eoiu n uorati
va pourrait bien tre dresse au
llol SI .Nie .las.
Dus satisfaction accorda
aux liabilatita du quartiar
dtfBnilcvue ^
i" ji n q e. ; .e lempa les ha d
t *fl.- de cet mt rsssaol quartier e
in ig taaut ue U quaulite l'eau 1 i
leur etau desservie avec parcimouii.
Le service ni mliqji preuaol 1
eo laideral >i las lectainuiooe pro
u i.i s c .u uenei il y 1 u 1 moia eu
vue de l'eateution prochaine de < i
e pariu U 1- \ lia, le n1 i\ q 1:
t: soni termin* pari'tabi sa.n ni
u u u lutcju reservuir o..i,i.ui un
deo.l joiiaa isi Je i."J J.OJO g Un.
A vendre
Deux bliers hydrauliques : i un
tsc uviioi uo .ae i .1* tuyaux
galvanises de debargade . rau
te nviron 'H) pieds de l.'i, tuyaux
d qualit suprieure.
"Manufactura de Tabacs S. T L.
Place tiaffrard
Li
VENDREDI __
li %% et ae pisodes
La Tigre Sacr
Entrs 0.50
*
um& mm m
Mai'oauadisas aaagai a
Vii(|le Uai rues du jajusni
i.e l 'UL al il j* iraiiUi oris
Ncrologie
Les funrailles de |MaJeme Fril/.
Jaeger, ne Lautiue l'resaoir, dc
de hier a 10 lieuies ei uunie du
soir, auront lieu cet aprs midi. Le
convoi partira de la maison mortuai
ra,aiee Kue Pave, a cote du liuieau
do 1 Inspection S.ola.re pour se ten
die l'Eglise Weeleyenae.
Nous prese Ions nos sj npathiquaa
condolances aux fami.tee Jaeg'.r,
Pressoir, Djaa, Oomond 11 Bavard!
.vir e. jtme Auguste Ehomberg
ol eu ia doul ir la perdre leur eu
fait Yvo .i.e Pierrette doul les lun
rail es a iniul ueu cel i,tr)s midi en
j Eg se M Joseph,
diucres condolances.
'
Avis
Les dbiteurs de feu Elie Leb'an
son p iat ie preaaslar u.n>s uri
H i le t; ioS* j > im en ~ ^ ,(.1 du
N lai a 1 i > Chtr'ei pour s'acquit
ii r .i igsti n*
" alai, le y Tout cou
lrii.l par la voie ju liciairs.
Port nu Krioes, le b" Dcembre 1913
J^les Deviens, nv.
Ur. Kouchrifeii ev,
k l'Jltal C)flaiiit
4vaot-hier apn' -midi, eut lieu
la Maison Oomiuunile une runiou
Spciale laquelle assistaient une
trentaine de personne*. Il n'agis-
sait de faire des suggestions au su-
jet des travaux d'emolissement de la
Capital en projet.
La sance, sous la prsidence de
Me Luc l'hard, Ministre de l'Int-
rieur, fut ouverte pir un discours
du Magistrat dans lequel celui ci
remercia l'assistance d'avoir rpondu
a 6on appel, dit les efforts de l'ad-
ministration poui mettre le fonc-
tionnement du service plus en ac-
c trd aveu lo dveloppement de la
Ci , effort qui n'a pas manqu de
s irmonler des obsticles eu prsence
des lois dsutes, mi-centenaires,
d'une habitude invtre du person-
nel, d une coutume des contribua-
bles de cons.dcrer la Commune
comme une qumandeuse, lorsqu'el-
le rclame ie paiement des impts.
Sur ce dernier point, le magistral a
demand aux membres de la prenne
de irivaUier l'opinion de la collec-
tivit vers une meilleure comprhen-
sion de ses devoirs envera rdilit
qui ne peut rien faire pour la Vi le
au point de vue de l'esthtique sins
argent.
Il a expos un t :bloau des recettes
encaisses, depuis BOUS Edmond Paul
jusqu' l'adminislralion du Or An*
nouai. Le dernier exercice a accus
une recette de quatre cent soixante
dii mille gourdes.
^ Prenant la par Ip, le Minisire
Theard, aux lins u'oblenir des cito-
yens des suggestions utiles, a sou-
mis k l'appiecialiou de l'assistance
lee question* du Champ de Mars du
Marche* de 11 Place de ia Calhdrale,
U'. Cimetire, et ensuite I Hlai M le et UU ih i'. Il s. gil de sa-
Voir s'il Lui entievoir des moyeoa
pour rutrepisndre uo ^eui des trois
pieuiiera pointe ou le loi,i ensainble.
Me lludicourt, represaolant le
journal ^ La Poste , dcman.lt en
piemier lieu que le principe de le -
me ue la Lounnune aoil saut. U en
aeCvnd lieu qu'avant de faire des
dpense, il convient de payer les
crances il la Comu:uue tenues en
litige depuis trente a .s.
i.e coa-eiiler communal,Mr Lon
Laleau lit remarq er que c'est
titre offlcieui que le Ministre de I Iq
tarieur prsidait la sance et par pr-
aance. Que ce n'est pi-, seulement
lt N nie Ue Porl au Prince qui a des
dettes. Paris en a aussi.
Sir Charles Houzier tint relever
Pillogiame Irndanl due que le Mi-
nistre de l'Intrieur n'a rien a voir
uaus les all'aiu- de la Commune ou
qu il ne serait la runion que titre
priv. 11 y a la loi qui rgula ma-
tire et fa t du Ministre le contr-
leur de la Commune. (Ju'un piojel,
un budget de la Commune ne peu-
fSUl pas tre exi-culs cl enlis en
vigueur s.i-s l'approbaiiou du (io vsi
nsment. Cj-e Suggestion qu'il faut
payer les crance* U, !u Commune
1 ^l juste 11 l'un peut mme mis iger
la l'ois Ice d ux qttolions de paie-
ment de uelles ei d'excution de
traraux i idis| ensdiles.
Le Ministre promit son concours
honntement et formemenl pour ai-
di r i payer les d-lies de la Commu-
ne. .Mais es travaux non dembellis-
aement mais d'utilit publique, Ronl
aussi sacrs. 11 y a le march de la
Cathdrale. Les paysans sont expo-
aa au soleil et le pluie.
Me Uudicourt est tomb enlire-
ment d'accord pour les travaux du
march de la Cathdrale, non pour
offrir un meilleur specticle aux
trangers co'iime le demandait tout
k i heure l'ingnieur llermanu Doret
en or- : ? -.ni {a cration du Ing-
nient ouvrier el la tfaosformation
de- q lartisra popul ux de ia Sa'ine
et du Wharf hux h ihes, ma s daui
une i lenlu n Immauilaire.
L'ingnieur oral revenant sur la
moli 1. (pril avait prudu te a irs les
observa ions de Me lludirourt tl les
rpliqu i de Mal. La eau ?tR>u.
lier, : si bien dfendu eon projet
3u" I n ralli le sul'frAjZ'- du Mm sire
lIntrieur qji a fait lem rquer
q l'on peut aussi envisager la
quettion,
A cela, Mr Moravia, uireatsnr du
Ten,?. a d t qu'il pense q.i'avec le
p ogres croiamnlds la Villa, i vau-
drai mieux fur* uu chinge de
t min avec les habitaots lu Wharf
aux hrb.'S et fiira place nette,
pires qie le spect.ich des oibut
or le ^ai et trop disyrseieu. Cw
ne sera pas diffUile, le R
partenant a la Ooannune .,
ensuit- le vuju que le Oouvi
OOMdraqU,lep,...n,,rJ5
tat est de occuper daUM
On a vol da forts crdit Z
travaux effectuer aux Ci!
Cap, et l'on n* s'est ^ J1
Port au Prince.
Le Ministre a remerci M>
d'avoir pro luiliaraotioadw
part au Gouvernernenl et 1
rement au l'.vs.dout de U ,
que. lia pri en>iite l'ussig
revenir sur la question du C.
que Me lludicoart avait dit
vant d'ajourner pour so eu
vivants. Ou doit s'occuper
tire, a continu le ministre;
place importante quVcui
morts ct des vivants.
largir le cimetire et lui de
meilleur aspect*
L'ingnieur Doret fait remars.
rtargisseinent du Cimelirei
possible, vu dj l'tat d'ini
qu'il olre dans les poques i
dment d'eau. (Ju'on doit cil
un autre cimetire du cl de
tin qui est gale dislance
Cathdrale que le premier.
Le conseiller communal
revient sur sa motion de fou
commission compose des
du Conseil te< hniqiie de U'
ne, el prsente un projetpr^
un empiur.t que la Commune]
sutori.-e contracler. lien
mme du retour la cais*
le d'un dmit de 15 0|od'ir_
servirait k payer les intrts'
inortissement de cet empruet]
n la cration d s travaux,*!
On s'arrta a la l'ormaliss]
commission compose des
du conseil leclinique de bl
ne el de M d. Cnarles Morati
nest (i. Chtuv.-t cl lie rgsl
po i- l"dier les travaux en
ilre el le- m y. ih ileleiexkt
La place n lis m ri pie peirl
de- au res pr iposilioa* paru
de Sir Joies 11 rau\ de di'IaC,
marche de 1 Place de la Ctlf
el sou m lintien, vu son eu
plus quo centenaire, souteou)
mt-nl par oolie co d'rre Ha
einvnle, appuy p*r viM. Mo
Doret el Louis Koy qui tiuooj
remarquer que c u'esl psi la
marche qui, au monde, se t
devant une glise ; ila-aglmi
vrir et d'en faire une jolie foire.1
JEn plus des pereoaaei cites t
haut, nnlons la prseace, eutrt]
trs, des ingnieurs sa ebaf 1
rection des Travaux publics,
fet Polvnice.du Major Ti.rai
cier conseil de 1a Commune
membies du conseil tachiiqui
Commune ei des reprsentant]
Presse.
4,ljm 1 t^mfts^si
Socit Biblique el deij
Livres relitjiwx l
Comme nous l'avons djij
nonce dans ce journal ij
zaine passe, .1 sera le.m Uuj
|llM)rocl.ain, leVJducourJ
fM, annuelle Ju ^"gL
B-ble dans les divarj^ N .1
laCai)UaleedelaProvi.ui
!fJU
A la Capitale.Vaii cuj
des
r
iitf
Un, la Socit Biblique H
vrea Religieux d'rlaU'ifl
aentepar un ou deux ai a
qui donne la Socit fJ JJ
cette ann^-ci, au tempM
Se St.-F'aul ( A. M fc. ) *
mencera a G heures l ^
soir sous la prsidence du
A. I). Parker, Pasteur fc
Eglise. 1-.
Le Pasteur entreiianJ
tenililes.irlelliinedul
btBi.E ; le P-esideni .la tag
lera une dissert,Uon rrfj
aytnlpoiirsiii l Devoir considre sou ^
rapport de h.InstKe.da
el de l*Amour ou de a ^
Ami de rCEivre. pre^ ';-
Etulesn.iilesu lar
dans L'KCRiTL'nE SAINTe>
Il y aura .le ^*%U
Dmpai.is.lemiiq'W^fl
l.-cte sera faite au pro
vre. n
PortauPnncfl,ls01A
ma


| I*
[aisoii se Spcialisai}!
I En Casimir
i anglais et Franais
Rue rovM Foi JSi j> i.17
maison rtiii s4est tellement spcialist en ses
| la plaisir d'annoncer et respectable public
|e renouvel compltement ion assortiment en
jtgtoek? une <1 qualit trs suprieur prix modr
fiitref partir de 2 dollars a 2,60 l'aune
Imaison avise qu'elle tient aussi un grand assorti
il (la Diagonal noir,bleu senjeel a!paga;drilli blancs
iibrication italieune.
porl-tu-princ, Dcembre 923
I M Glluceio
itirtu de la grosse en forma
loir* d'un Arrt du jTribunal
ue l'oit nu Prince an date
[juillet \'Jii, maiuteaaul un ju
du Tribunal de l'remiie
ide Fort au Prince, reiiJu
I attributions commerciales, en
l2l Fvrier \QS.i, et de corn
lemeuts on data du 10 Juillet
|tt i.-gt l un.\jv..mbie 1023.
l'riqule la la Haytian Merlan
npuuy,Socit ciuouvme.avant
lii|<> 50vi.il d l'jil ;i i h'ini; .1
Diiscteur le sieur I.J.Bi^i.,, .la
nriut l'o t au Prince, et lue
le doamib Pjrl au Prince,
Met M pn-eJe le Vendra II que
[txn^te a 7 D.einbre mil neuf
Q,i li ^ i uu iieuies du ma
lilojucil :'n Monsieur it. itou
|ilQdr)it dit a ilijlel Central <>
du Lliiiiip de .Mai, a 1* ven
^suiioilraut et dernier encli
rit par le Miui9u:ra Je l uuis
Lbiij(ue, d*# oilats et Objets
|iuiet 1 do.ii;ie forme anari
^petites table* ivee marbre,
Un b,niu marque r'au et
11 eucadremeuts, i vitrine
t 3 petits bibelots en porcs
Hcbi.r {en bois d'aeajuu, Ci
lien, 1 piano Pleyel, i
lairoir forme carre, f porte
u. u miroir buis a'acajou, 2
Piments, 1 peudulo en bois
|Kua bi lard en bois eu pileb
pin, un comptoir, doux lit* en f<*r. i
matelals. i lits en h i> de p,
autres mttelaU.
Effets saisi- sur le sieur II. Routier
par proca verbal en data du vingt
six novembre mil neul cent vingt
trois la charge des adjudicataires'
de payer comptant peine de folles
enchres.
Fort au Prince, le ; Dcembre 1911
L'Officier Excutant,
S. Rica*
Effet adir
Les soussigns, a y h n t adir les
rcpisss mis respectivement e:i
leur laveur, eux .Nos. 6225, 1451 et
F MU, par la Commission Fequ.re,
les dclarent uuU et donnent man
dal Me Llin Malebranche, avocat,
d'en requrir duplicata.
Vve l>. Uubiia, T. Beecard, Pierre
Lu bin.
La ilame Vve Boyer Pubois, pro-
proprilaire du icc piss, mis an
No. 200, au nom d la V*e. D. (Ja
on, par la Cotnmisi-ion >ambour a
Sbaifj lie. Lelio Mal branche d'ob-
t- il* duplicat* do cet effet, qui est
adir* Vve B. Lubois.
Les soussigns ayant adi. un or
doongnee du Dpartement des Fi
nances au No i :ni-e ( par la Corn
mission Sambour ] en laveur le
leur Jeu pre Mural Michaud, la d
durent nulle, duplicata devant en
Mrs dlivr.
Fort au Prince 90 Novembre IU2'J
Les poux .Variuu Chariot, Melle
Victoire Michaud.
Vente par Voie pare
Fn vertu d*uo( i ,. oo h] potb
eaire, p un au rn ort d i N'e L/ou
Charles et ion ci i re, d taires a
Port au Prince, . lobre \^lt
et d'uu couunan i menl demeur in-
fructueux, il serapr cd, sn l'tude
et par le n. .
les,notaire, requis cet fat, ie sa*
medi huit Dcembre mil neuf cent
vingt trois, a neuf heures du matin,
la vente ai pins offrant et dernier
enchrisseur d'un terrain situ ,.
Carrefour, Commune de Fort au-
Prince, a l'angle des rue-- Liraurre et
Lacroix, de la contenance de tren a
pieds de ruade sur la rua hamaiio
11 de toisante pieds de profondeur
sur la rue Lacroix, et borne au
Nord par Arthur llyppolite, au Sud
par la lil nie La maire, A l'Est jar
la rue Lacroix et l'Ouest par J-
rme Fontaine, telle que cette pro-
prit tend, saus ucune exception ni re-
asft e, sur la mise a pris de . liO.
outre les ch rgee le l'enchre.
Aux requte, poursuite et dili-
gence du tieur AiexMiditt sincal,
propritaire, demeurant cl domicil i
a Portail Prince, avant ppuravocat
Aie 11 |io Mai. branche et pour domi-
cile lu le eabinH du dit avocat,
Rue Dents Dtstouchss, No 2;;.. I
Contre la dame Cornlie B!ain,
propritaire, d< tr.euranl t domicilie
Foi t BU PritV a.
Pour plus air | les renseignements,
l'adresser au notaire lusWgnou
Me Llio Malebranche iuu'gn.
PoitauFrincele 3 D brs 1923
o MAIEBR NCHE, av.
Pour gurir ou viter
MIORAINIt CONSTIPATION
CON0ICTIONS.IT0UROI6SEMINTS
IM*ARRA( OASTRIOUS
IL SUFFIT de prendra
a l'un d* voe repu
teue le* Seui Jour uiomtnt
une Pilule du D'Dehaot
147, rue du Faub* St-Deois. Parts
Mais 11 laut exiger lesTrlaries
qui ont tout feit blanches
t ur ohcun dMquall*, las mots
DEHAUT A PARIS
Goluinbian Sfeamship
Clompany Tnc#
Vai) ht !g pir la GdonMaa StWp Coin
pa&7 p^i;i.ui^a ds i^ogBotfd
tn rjy Haittwmant d* \ew York
'in le* wt+ y or fi, fst attendu
Part an ^rincs t?. Sa nedt s Dcembre
cour i repartira le ntm*. jour pour
le* po fs du Sud prenant / ? $ passa-
yer .
Porlaa e t:co le 5 Vt mbv 1923
Uebara Ik i]v. Agen *
tirafoiiolas !.
La olu tibia Gi :r o vient
'expdUi p le ;nh-r hteau Imr
dt r m i# rit Oral ?, nuperb
canna ; ,j. prix #;:
Emp % va d acheter voire ma*
chine avan la Nol car elle ^enlvent
rapid ment
L PBTtMKK-AG( IMLH
1
xst A^i tic iaO-^paiiylsH
.. VIRGINIA est attendu vers (6
8 (Oit tt de* px&agvr* pour Saint i lioina&
Le PrttMmann* > Zgent*
t M 198 chapeaux de
Avz- vuj^ p%Winn^a
pn cnaiio r ,
HA7 J AT ^m ^'
(liz Fttl E. lutta?....," "*'"tau.fcte'a
Qii' parhr d'ujoardliyi'ury^and'rabisa lieu sur les
eu et thaaibre air
The Vifest Indies Tr&diu(|
l^iau hiucet ev (rompes
CICfViOOLARD
apmMU>n


Lt M..MN
NEW YORK U
S A
QRANCH OFFICE : PORT-AU-PRINCE
Les plus grands exportateurs de Tles gnivauizes en Hal
Barres de fer, clous g&lvanizcs, clous fondus, clous poin|
de Paris. Tles d'acier. Ronces mtallique:. Fil do fer galvi
niz. Fil de cuivre, Etouppe. Cordage. Chaudires. Rchauds
rlicles maills, feuilles de cuivre, de zinc. Matriaux
construction pour Docks, Wharfs, Chemins de Fer. Hache!
manchettes Pinces, piquois, Matriaux pour construction ei
bton, ciment.
\
PECIALITES : tiazoline, Krosine: marque Liberty Oil
Limited expdition de la Nouvelle Orlans.
Reinforced. Laclede Bars pour censtruction en btoa/lnog
propre marque BUIHHE.
Savon de lessive en Barres, noire propre marque KING|
BAR, Savon, provisions el Dry goods
vec le patronage (Je nos aimables el'cnls nous occupons en ce mom<
.une boDuc place dans la clientle d'Hati
BROOKLYN EXPORT AND STEEL MFG CO NEW YCRI U S- k
Brunch Qff e . Port au Prince
GEO. JEANSEME Agenf a


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM