<%BANNER%>







PAGE 1

HC'.W *, r ilvimbiai Sleamsliip Company Inc. Steamer W..JM. 1 (OPPEH nan ort* du Sud est attendu "ort rince ie 5 Dcembre t auront. 1 r< r IP n ente jf,vr fotr A/url^e. |( ( K ports du Ko d pr nunt fr f?i ian P.' uf 3 rabn 1923 Ifiebara & Cu. ,i g - lion ilioe Poli J h conipany I H /New l'or If rM, Sf fVif tajetaj brotrgtt la ttau dt tr ijur • *. .t.-.. iMiM^ m ••/. > ri.itu kltUnt t. a....^)(i JitOM testai ni couliur ti la souple <•'•' HQMXiKM" n *v spfinkmfn'Pnur .n Admis *' h^mil'tntf lu kigk S* llro/ty /a />"' /* f" *'""* 'Owf' / bumid'' •<* ct>.tt*w. Imlrtlunt leur ioib't onurx Uvr brillant. Md*L la marque \ CM 'GRA.W c Ht la mtilltur dtou** Im tmtnpf Eco. JE MSHMk *!>•.** P ,|f Hall a maison 11. Ilalh ni l'is lie ?ou\, 120, p.* du d*i*dt ^e rliun ?ill joi.: •!ruia\ se l'iii e plaisir dporter I lit cannai** Isa IIOIUIM'CUM ciieiitl el Ju public en , les rayons cou -t;iiiuiiuiil se IVHOUV. ll ni en iadises de |>rvmiie qualit, choisies avec yol i porte de tontes les bourses. r: Bijoux, montres orfvrerie, un grand a ssortl bibelots, sacs en argent pour (lames, rouverts titre, couteaux, ncessaires en anjent pour du Itssuire eouture, glaces, tableaux, descente le latiquaircs, dodlnes, chaises, lavabos, services le en porcelaine,c.randa e petits lits en tr et culiceaux en fer et eu bois, ctiaises a roulette P^' •jlitsdc camp pendules, rvexlle matin, ssrvloe a N, tasses, lau.pes a.s. tapis de table, vas s liai ira nnires, chapeaux feutre, chapeaux lame, pana*>sques, jami.ire, parapluie*, mme chapeaux tames, chaussuibs pour aames, hemmt & enfanta, uffss en itutree, p.lm-beach. ""es, coudre, faux-cois, cravate chemine N t couleurs, ciiemisettes, jarretire;, oeinturas, • %  chapeaux de paille, chaussettes, mabes arnrii Valise* anglaises, joujoux, pendulettes cl coffrets J en nacre, leurs art.ficielles, plumr fontaine, oapour baptmes, hanaillea et mariages, lampes lVes, jeux d articles en os.er pour asiou. vlooipV Utomooiiea p^ur enfanta r aincux chapeaux fualmo, assiettes, carpettes gyptiennes, porte cha'llhels iian lie marque Docteur, pi]am-.s franais, ;, anaia haute nouxeautj.p rle-ireaor.sac* pour a cai'neis pour ho mue en peau d ItUaSie,oreillers, •^c. serviettes a'a\ccats, etc, etc. LUBk\ tiutu per:m s **, Rue ovale, Fi.ru Ses Parfum*. f*u, mm Kismet — Lacdor -An Soleil — Eii.yu.ai inaixllis — Bouquet do Papilloof. Sc Foudres, Ses Si tons • %  S(S LotioiS ^ PHARMACIE PRINCIPALE H. CANONNE 40, RUE RAUMUR 88-00 BOULEVARD SGBASTOPOI PARIS fenuasl LC UEILl-El it UAUC1I DU MONDE Produits des Premires Marques et toujours de pnmiire fracheur UNE SELLE QUALIT : LA MEILLEURE* RAYON RI'ICIAL POUR LES COLONIES DIIOUUE1UR, IIKItHOIUSTClUB SPECIALITES franalioa t '£ %  an^rw 8CLS DE QTJUfDŒ PURS Toi: : produit* ni flacon, ampoules, comprimes, cuchett. SOLUTIONS MYPODEIIM1QUES BANDAGES. CE1NTLUES, BAS A VARICES APPAREILS HYGINIQUES pour ton uagea APPAREILS ORTHOPDIQUES Seringues hjpudermiques PHARMACIES DE POCHE, DE VOfCE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usiues, Communes, etc. Projets de Facture et tous renseignement w demande adreui* PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMUR 88-90. BOULEVARD SBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni en Francs al l'Eiranger. e* ch ipeaua de paille fine chex Paul E. Anxiia i ven I ntmei leur march qu' il Or Flix Coicou Mdecine chirurgie Spcialiste de* affecliokk., Itui de .a lier. • uu u i ut hrullai 4 l'bouxpur d'ioforui r >a WenfelU IHIIHlieni!* qui .... B'jbaeolsr dt U C'mltl auvifuii ne q i I Priai liara 4i\ d.rcliOil 'le toa • %  i i uiet et ds Bon lnhe ''"'il %  a:\ .•....,; A:. L n plus puissant aD;',Bans Murciir ni C i 8 tulvaat U trTBll d* M. 't n,B l. CUlmlsM d* llo.iltnt Vaat'.i >•!(>' %  iDvlruJt ItiiUnUii'ment ton le ni:' df iP*(, du OSsMrah la Firri,i~ *' rit.. •t Z)rr< ir• Pmym oh.>a. >.r&LAi>iBi VBraiw> r w Indispensable contre le? Epidmies s l.ehn ^c Fink, Inc Fonde* en lt~6 Supriorit Pat prli Porapi^de Ttms produits chimiques, pharmaceutiques et autra .utieles veudahles dans une pharmacie. i pices, l k ui\re. Cannelle,! l irofle. A :iis toile, Muscade etc, t3tC SUCRE RAF.NE. Spcialit : .'.larqtie prive Lysol dsinfectant, Parfauierie, Articles pour liabiers, llay RttlU, Cbooolat en pOtt dre, liUtle de foie de Morue, Emulslon ColU Craoi, Exj trails pour faire essences et eau lie toilette, Kau de Qltt liao, Poudre OOtltxa les inseeles, Sjluton pour conserver les œfS frais, I. ait de Magnsie, PO lire suprieur pour la toilette des enfanta, ...sseiice do ileurs, l-iau de llorida, .Miel pour la ta1)ie t Moutarde, Huile d'Olive pour la table, llrosses dnis, IVpprrurnl, liuile pour cliasser les mousti<|ues et autres insectes,llegulo ; : liuile contre cunstipations et doublesdes intestins ciiroui(|ucs Th, (lire pour les parquets,Comestibles, llx rs.Kpicaa, Sirops divers, Teintures diverses, Vins, 'te, eic, elc. Demande/ le catalogues des spcialits, Confiant vos commandes LL UN & FINK, lue; vous serez absolument satisfaits. 2 routes les boones pharmacies duj pays s'approvision* i.entchez LKIIN ftFINK Inc. L m **. Ihha d> Agent oxcusi' p^ui Hati F O.PlFn rompany 12 WEST RHO 11W Y NEW-YORK F0\ K E\ 1847. SUPERfORITt BIS PRIX fabrique de : einlurt s, Vernis Ocres o t io soi i< s.MasIic. oti R, inbaud Aj %  A p u H ti i ^w en l d;ms louks les bonnet maisons nt pour res AutiUsii;.UAi>L.L Po?t-uPrins t; 'Ii ne grand caillera* dan a tttTC d'aaa po ur to a !o uM. taSSI * raarooOL. ai, M M •> BtfMha, P8 ta MM i TeaMf > PLanatoU. mm—* Remerchitenfs Mr Dr \. Lsurei ceau, Vlr et Mme J. Lahi ns enfants, Mi et Mme K. Biamby et IPIIM enl' nti, Mr et Mme J. Boony el leurs enfitnts, HnH Brigitte Lnurenceau, Mr cl Mme X. Elis et launeabots, i-HeiGecili •t Lucie Lr\urencau, Mr t-'lix Kabre, Mme Vve . Morono cl son hls, Mr et Mme Kmm. Djean de leure n Tante remercienl viv.mnt la (lonTrrie d.s Mre Clir.ienn 1 !! ; mai que tous les amis q ij tet ont H etata %  l'oCf 8 nu u la di-, n|i< n •!• i r iRietW : Maria A i t< th< œ" : r n e. pn r VvsCaaln t L in ce u e; leve I 1 w ait. cl' D I 14 du il. lU les prieol d rw r-lr lei i te m-1 rime n la et oe croire leur proNcade gratitude. filsii 1 Bmq CHICAGO. ILLfl Ma lgue.Huiledecoton Huile


PAGE 1

PAOPIU0IAIH E Clment Magloire' BOtf V'LRiSA 1358 Rua atmerloaUa MHBUO 20 CENTIME Quotidien Rouf sommes pour le principe d 'autorit, qui aeul enyeudre l'ordre et la disciplim*. Noue sommes pour le principe d'autorit parce pto dores pour la puuvie uue connaissant pas I amour. Mit connus, revus. La fille a reu ues baisers..— durs pas! Je conlinue. •;,on ne la revit plus l'a iij rie t'explique pas s'est petits entants ne comprends histoires-l VJais un [tu auras vm^t ans., alors tu ulras. Sache seulement monsieur mchant n'est m. ;i uis sa place, une t*f bel., u,i eut litLhis %  ^e;ia j une ouvrire est TMamau Mais comment Wir vivre deux, sans un pour apporltr de Parlent? "Mipmlu un jour, toute Mutilai il.-, serrant dans '•oii-r. fml, puiu la tbrl( w Elle a le cœur bien on iiiiynon, mai* on ne piuoiiiir de hum .. E:,un *peiit bli s'veille, dans Pi sais maman... "lie hHuire qu : je te raIjhitloiie de luus les jours, Mire lui que j'.iuit tant. %  seras grand, je t..MO„ d 'e|.erta en vue ir ( ?' Ce,,e ron mission fonc ,f '''or, de M. F.inia.. La Nia mi>M "n sera constitue •oinr' 1 "' d, b'n.|H dont les al 2T' U ^ st "" l d. fmes RNin. .' *"' riccitlon d* la %  • • WuBssiae et les d bit ont ' marqus par une grande harmonie et un* parfaite cordialit. Sir Lie .1 Lui v dlgu par la Gran de breugna, a dclar 1 issue de la discussion qu'il tait revenu de Londres avec une branche d'olivier la main. Une des sous commi*. sions coiinlituant le nouvel urgams me sera eba^ga d lu lier les voies et moyens dVquilibiei le budgt-.t aile maud, l'autre sera i h iige d ^raluer le montant des ca,>il,iax tiportl d'Allemagne et clieiclit-r iasmo\ns du les taire rentre.' .luis le Ui-'icli. Auj -u.d'hui a commenc la non vello ra dans ht ieialioa freavobritannique!!, serait -lit Sir Bradbu rv nu c m :n avpnir prof-liain f >nrn ; r de pranve de. on u'i'il H pi'ibn' laa 'imites pcrt p*r V, Poincne* r Mut' r 1 1 r*pfrit' ; HP paemi nt Ac I Ail ma gne d'ici 1930. On m*ni!>f* dsnstousl'? milieux allie la plu* grande ratifaelion pour la conclusion ''* l'accord fran co ang'aie et dan* earlatns cercles on la considre comme comp^n^nt laigament les concessions fiiilo par *' Poincar NT. BaMwinaarla .; itioo du contrle tniKtairt inler al i. On oberve en outre que cet a.-.ird a *>n> facilil par la aitaa4n nUcmande Paris a remis la commission des rparations une noie demandant (pie les livraisons faite* par les industriels de la l'tilir soient m 5 .! I^es a %  pomp 1 '' de l'All gnecommepaienients dos allemandr. Les prparatifs militaires allemands LONDRES— l/agenci (tenter qui j U'ti a envoy une dpftche au auj< t des prpantira mi i airasai em u dsr pm 'ne atcosmentfl danslemo iaa entier publi. • •<>]• unedclaralion di i il qu-' es ren> i t .il pid une nature > 'fi i 1 • < I ne provenait pu d'on sou i es lia se. la rpublique rhnane DUSSKLOORFku cours dune runion. atthei a lanc une nou velle union rhnans pour l'iodpro dance, io dlguas laienl prsents ••ont reconnu Vlalllies Comme h f d'un nouveau tuonvomant. PARIS — llno dp .h esemi offi Siella da l>u>g.u vernemeut provisoiia de la rpubl qua rlinana h Coblence, a anno < qu* Matthci s'tait retir rcami ; it pour dos raisons purem. |i ta nelles. Le cabinet actuel ci nt ni e fonctionner. l l'un aiih" ute la mme dpcha leaeb r i s il re .ta groupes om le subai des pour les territoires occups *e r uesat suspendus partir du i d cembre date i laquelle les ninnicipa lits ne seraient plus rembourses pour les avancer qu'elles pourraient faire aux sans travail. Le commerce dos alioissons alcooliques LON0RB5\u snjel de taooo aluaon du trait ang o amaric pour arrftar le i o n lai illgaldaj boissons alcoo i 11 dans Les eau* ter itori.tles ajn %  i -. | [' %  Ofiice dire obtenir du Huches l'assiiraiics que la our su pri*me ne leniara pas le droit aux naviros anglais e trSBafOrtff laurs Allez tous chez Paul E. UZIL i Visiter sou stock cempltement renom, l Le plus vari et le plus assorti de 1 1 place V >s prix s ropj s i iens, rar il ne refusera auenni venli possit le. provisions de boissons alcooliques •uus so lb dans le ports amri dus n u n de pouvoir >'au servir pour lu > jrage u* reloui. \VA.SII1\OMI\ La prsident a de id : do iransii i le i rvice da la misa eu vigueur J ibibitien du lpar.ameut du b isornu dpaita niai.l de ui justice. Le centenaire de 11 doctrine de fluiiiœ PrULADRLPHIE— Le secrtaire H ighoaS prononc un .i cours pro nonce un .li-eomdevant l'acad mie amsicaina des sci< ices politi ques -t so i des I oi c ision de la ce i | n du c aton i r* d e a doctr na I %  : Monr ie.ll iftirm me la pu Ut i amrienne d'aujourd'hui dent MS re allons avec l Kurape et l'Ame riq is lai u" o le Pacifique tait eu bar nouie rvo'c ledoctriaa de Mon roe Nouvelles Diverses l'.\KIS— ;.\l. Lafagette, dput da 1' \i ge, a demande qu un appareil ralio. i pli m |U : Inl install la c ia nhn d ta !p ils ; I ida n t Hi v ru t a • • ->i c IS5Y LES i iUUtf\UXLa osai quii" l'es pi ra a tenu l'air hier •• i.ltnl n nia •"> minutas avec son Il •! T.'. M i al ib i ainsi un non Veau r-cord de dure pour appareil de c* genre. .v P Stf! Il MlMl Mmorandum Le i) p ii ti ment de la Juste a port la connaisaanoa du Dparie ment da il il rieur ( Sec on d*l .t' >r m ition i ) que le • l lire i Etal la | J ice H I D '••' la date d l 20 %  . co li sur la !i i eau m i l' Cl. la pi 'j i le loi mo ii liant l'artida lo de la loi sur l'ctat Civil. Il a pour objet, vu l'iinufli an :e du pourcentage allou aux Officiers de l'htat (vil, d* le porter a 70 o.'o en lai<*aeal a la ch .14 %  d ce foae lioiinaiie! l'olu. .les reipsire^ et tous iaa autres Ira -. nbiodon ans lequel e aerviea s. rut mi? impoo Stbilit de fo cli >im r. Vu : le Chef le 'ivieion, David 11 JKGES Le Secr t me, L. Henrj IHA.ND La piopatj-inde allemande La DSutach Ges a Itsehafl nous a t 1 une volumi la ia brnch ire e m 1 it ei al ara inJ ir mis et an gi m lea eflra'i et pr ip 1 ili ms tilt mandes l 1 larati 1 • %  '. I • rac >na ti H %  1 . ir .11 • .v al is le C ael un 1 cueil d< mts de grau I intrt Jout uau* recoin ma n uua* ia lectuia. Affaire Es des Trsors L's Dutls fiiirauxi'suilo) Nota !"('"'. M 'dessoui lditr cot s / Me Nau tel qu'il << U du lud i pour />*•'n igupj a. H se sol > .• . 1 1 .x r.g ms du pr nci l'i i s I\M ii* ii personne lil de D-tVis 1 1 1 I 1 pi bina oho se Je la111 .nt. li va e 1 la OU c MI trover-isle toul jo eu de sa faconde ci qui trop so iv mt, 1 0 %  que la bin do in police correctionnelle n'est pas un trteau, lit lors pion sait qu il ne perd ni aux cattbs, ni aux ds ; qu'il transforma sa fan taisie, au fi da sas besoius un bd lat de dix dollars an un autre de cent : qu'il russit au jeu de l'amour avec une gala facilite, il faut bien qu'o trouve en lui un peu plue qu'un phiiosoplie spirilualiste, ion me il ses) plu se qualifier avec trop de modestie. Je na veux pas le dsobliger et je ne dirai paa qu'il est un spirite, mais rien n'interdit de signaler ses facults remarque bls da prestidigitateur. Il ma l'ait songer que le mot de Montaigne lui serait applicable, transpos sur le p an d'entire perversit o il a ve lue.Davis est uieivi ipeusement vaia, divers et [>adO] il II a j .u tous les p 1 .j niges,pratiqu tous laa tours, emp 'i le loua oms. Homme po i 1 1 1 Juan B oiplikta Davis, 1 ii '. ti se munie Itamiras, M • 1 un. il 1 app 1 B Doetrur Oorue 1 -. sa 1 ; i s< 'indamne blai gala son aisanca s muer IOUS 1 pluralit de noms. Aussi bise a 1 il lborda le vaste < hamp de ce qui • -i permis. L u ia connu ce banc, pareequ'il ne ara pas satisfait des tricheries profit bies du baccara et des char mes de 1 amour mercenaire. 11 aura tromp de braves paysans, aa leur prenant le l'argent, sous prlexle qu'il tait dou du pouvoir extraor dinaire de trouver des tisors c.icha dans le sol par le colon de 1804, press de fuir sous les pouss, s ggff r.ires des |ha!anges de nolie pre mire indpenda. a. L s procds de Davis el de see tffida ont t long lemeui decrita vos audiences l mt l o>iumea l'gard .le-* n m 1 euea viciunes, d'Uit c'tait pili ster 1 I IIIVSD Uire des noms J vtua redire ses pince i'• M ij 1 cou car .a hituiu Brutu lit U 1 \.v 1 ttoialta. A I p | %  "a ci M.loprait c lit >i -lue a) .1 •terre travaili lit • — 1 1 %  •> c.. . il MV i.l .' • 1 n ,1.1 e, 4 ira eur. Un .11 I, il %  %  %  . I >| 1 isll 1 iue Il I' .• I) li > .'.. %  '.ua 1 %  : I %  a r un e r %  I I 1 .1 '1 t .a • .1 Ig-f S 1 OU Uses. I un ... 1 d A ... %  Devis .\i6i ce lu. ci, onfitj devant fila Aim, t Uge le cartes, de pians et l'^g an IkaO



PAGE 1

T? LS 1AJ • Hrliftt l'es le tr-ors Tbr gella, l'une de* habitati a • d'Exum iBrutus. Paii Davii a Louns Fus ^im pour prsident .ie s la.%  .1 tpiritts a Cuba. Sr l'esprit d* Pue .Aim cette misa en -c .io dploye, ve prologue dit, produisirent Pelfel attendu. Davis it Sauve terre eu pro ti rent pour rclamer le l"ils Aim d'i lier en plaine insufflai Estim n uius ie sentiment le l'-tsietence d trsor. Toaant sompla d>. la m n t io pr 1: tle de Brutus. ils rec ri fo i si d'un so £.i ri rl tti ur plutt |uo •.••cai iea et H •— \iisi dl %  • min, mis a po ut, Pil Ai %  • h i ii pour la plains et lit ai-bien qu'il gagna Bru un la cuO Ti' ti m d .m enrichis* nient corlaiQ par la dco i\ irl : du lies ,r ei l'en fagaa rentrer h Port au Prince ptin de s'entretenir ivss Davis. ( o jour de lcembn 1 919, E* unie Brolua acomp ,"i de Franc i L p ii.e. fut inlij In t cbez 1) iVis n r r ils Aim. Il y Irouta Sauveteurs. Davis quoiqu'il paris franais, aoser vit d'interprte. Il (allait craindra que la communication directe, imm iliale entre Davis et sa victimi na gs (al l'atmotphre de mystre \> ro ri ilion dj trsor. Davis, en p soi ne, officia. bauv lei re, i il. Aune {assistai ut. Davis ironique et moqueur,, se con formant son rituel mensonger ,ei quissa d passes, descendit dans la trou, f • n i ..i... i |u il [uea carolus qu'il > avait mis et les lit voira lira ve si aux autres. La vue de l'or exalta I sonvoitise ches Brave qui sa dessaist d s 5127 dollars. Davia le 'il>tili< i la • temps in ne que ie i u de ... :biti > • qu'il a'vail allum i iit dans he^pril de Bra te, l'oeir re b la lion pour suivie depuis un m >is a I avers des %  t r a t a g m < s q i ju fois bil irants, m ti • Irop t luvenl odieux. Tootelois ii s lim 11 iauv< lei re avsienl continu une active collabo ratio i -I. i prii e sves d'aulri i i&f avaient tour i tu.ir... perdu < t rec m.r • co tai ince soui l'action si.u • i pressive taulet li btratrice i • l'I ne ni ngre. Depuis, M ... la. de trsor il n'en lul plus question,puisque c'est votre Justice que l.\ i n Brutus a recours p Kir se faire restituer les 1127 dollars *t pour tre ddommalien fui d'Alvai Rosalva comme ri'baume Drulu-. S:\ul qu'on prluda par solliciter celui la la vente de ses isrrasat qu'au lien de fiivi roificiant l'ut mpban Barvin. antre* luuni dit Jules Lafulo et 1J Comperse. Thomar Leurebours Je n'ai rien avanc ici q .i n'ait t dit et ressass v > audi ocee. Vous vous rappelai les dpositions de Mural Casimir, de Franc us Les. pinasse de M .i>et Pierre, de Jsau Aaaade. Elles sont eonel uni s.billes •Ht montr |ue C-Milraireanenl aux pi tention nouve les pr ivenu ; l'illlll lli\ I | .U n • u sc> ne ont • i ne ii-.it* du Davis, de Sau*elerre et Bervie Ces dp siii,) i su u v-i i u |ues, par* aeaue, quoique prvenues ivain eu,pnisqu'its'priit'dani par stMrae tiou. Il oublient, sa erlel, j aime dire sans prinedttalion les termes eomprhensift de hariicle 3J7 du code Pnal [ ici i cture cal laite de l'article ; ;. huis lments sreu contre ut donc dans la foroutioa du dlit d". scroquerie. Ce suut i^ manœuvrai fraudulan ses, la remise d's valeur eoascu tiosc • nunu>nrreel le dioarn mont de e H dites valant i.e-m* i.ii'iui %  > ut ie^ looya i* mis an usa K* pou Burpreadre leeifiliancad'au ti n. !l i variant avec ri >g mleait d le %  i \\Ui\ |.) c le le* peint dive '. • -.K;i r,;spc '.eei >s r.nploves par les |>rveousont c insist a Uirs oallra la cjnvietitin qo'ils ivai ut le pouvoir i.-na^iniir; de ' couvrir de* trso ,; caeh • dan les l ir> de Uri ve Uorg lia dam ealla d'aMvi Ko alv a tui'.ic. >.eni i m mes sont Ira iduleus parrequ'elles ne a sont pas arrt'a la jaettu<.e pro c-se de c pouvoir, Kllesont pris corps dans des mises eu scne rp i es. et pi pures pour tromper, eu don n n i l'i.npr a—io S'I > i un ant du !2S dan 191 i 1< la ralit dune puis saine puu'tani aimpieineui imigi ne. ('.es manœuvr s sont encoia lments d'escroquerie par le bit q ; y aSalgoaifiilli ur-au eu s. s >\ ur la remise de Valeurs. .\ou> savons, Magi i al.qu • cette remise d" va aura a eu I eu e qu'ed a e suivie de d loin n m .il. Cc-i do .e que les escroqueries impute aux prvenus au prjudice de Bxum limliel .ie Alva RoSil va ont t perptres. AIVS Ho-alvo et l.xumi' Brunis i-ont conlian s dans vnii, justice. I ls sont p rsuad s Si je suis de leur avis que si h .ut que puisse mouler la puissance du verbe, de l'autre cot, aile est pour tnit .lislin-'e sVvanouir eu fume au contact des laits i circooslsncs de la cause. Il>uii pan i ads, et je su s encore ie I ur avui, que que q ie passion qu ou eSSUVi de s uleV r le lai.ii ct, voir justice impasaibs i* e 'h. que, pour convancre l prvenus d'escroqueries, il n'tait ncessa.re ni de s amuser e-ca no ter des aveux, n de se livr r aUff D vis. Sauvelerre el Berviu, auv dr.ti ques prime s de la que lion. Sermons de l'Avenl Hier soir out commenc dois nos gli-es les stations de 1 Aveul. Leprediottions auront lieu tons les dimanchei dos o baures et demie imm liatamenl aprs les vpres, v la Cathdrale, elles seront laites durant les qu Ires dimanches prc dant la Nol parle II. P. Jau, Vieaire gutial. CetcU Porlatt-Prince MM. les nu m bus du Cercle, leurs ramilles et leur* ami*, ainsi que Its invites habituels aoi't convis >ans faon la sauleiie qui aura lieu le samedis Dcembre procbaini par tir de huit bi mes lu s ne. Le Comit Soifte Lxtra Cafariiti Que l'on se ra| p Ile que c'e6t ce •air dfinitivement que nous aurons le plaisir denlen re 'tiueral grinn promminuin" la un mon do^ne lansatioanal roulant sur l'a : ,, e .le la main noire. U,eie. Les cartes s'enlvent ranid ment. il y aura sa le combla. L' n r e e-t la perle iltoutes lebourSrS. Une gourds Loge. Une gourde el demie. Importation des ^raoMIes U av s e la Secr i ie d'Kl il du Comm u informe q en vue de met r lin ae\ .bus ) \>s dtfl u>' lions des constructions agricoles:c I les desrucions d: Ville et d'agiomralions urbaine ;d ) de fabri pies et d'ateliers: e ) de toutes sortes 'e li u J mobiliers; f ) le m ns : g ) de %  h mi de fer, roit s tt canaux. b.J Avant u guerre on tiouvait sur les t< rritoires occups de la France, envir m £UO,QUO proprie . fenoires, grandes ou petites. Leurs constructions avaient eu 1914 une vdeur de rapport appioximative de 2 milliards de francs or { mais commils ne pouvaient 6tre ni ve idus ni exploits SIIS les terres, leur va1 ur bcative eliee ive d'un m I ia d ba e sur li i valeur de ve de, a peut juit' blment entrer i ;i e a ligne de compte. Ls. moitii le c s aonslructio peut 're • neidr co noie dtruite, soit e itiremeat soit eu pirtie. Un possde dus donnes plus d* U lies eu ce qui c ineerne les villes et les agglomrations urne ns des territo ras ooe ips stlibrei On y trouvait avant la guerre 1,20 t,00d constructions urbaines, en ch i.re ronds. Si^r ce nombre, %  %  %  oui t andommages par la guerre a de degrs dillienl*. Entirement dtruites :i 3,0 0 Gravement endommageai I68.U00 En partie i n I. un nazies 26S.O0O l'eu eiidomiui^ijes 70,000 82i,OuO La movenii'iln degr de deatruc* tiou deeconstructions urbaines dans le nord de la Fiance peut donc et e valu' approximativement t si s craint' de trop se tromper, 50 la val n de rapport du cas eonsti-i.e lr .-lions tait value en 1911, 9 milliards de francs or ( Li vdeur le venta,calcule d'aprs le rendema il de* |< vers des btiments et loge. mente, n'tait que de 't, 0 mliaids). S pour I rubriques a, b, c, nous pienonsIssvaluations da 191 recldiaul seulement que il aux rubri ju s d et e, OOJ. o.itenonle tableau suivant des valeurs qui se trou* valent en l'J'4 dan* la /.oie dvaste du nord de la France. Millioui de francs c. a. Terrains agricoles 7 OiiO b. Coostructios sgricol i 2,t0 c. Constructions urbaines 9,30 ) d. Fabriques et ateliers 3 >00 c. Matriel immobilier des dits 78O f. Biens meubles 2,'iOO 17.899 Ces 27 milliards et d mi rapraan* tai ml donc en 1914 le m iximum de la fortune piive da is les territoires dvasts; on peut prendre comme mini mum la valeur de Vente de tous ces biens.Ella a 1 levait peu prs 18 milliards.S l'on ajoute ace maximum la valeur de* minss des cb Haine de fer, des 1 o des e. de la proprit fiscal-, on 11'ontiertt en aueun cas plus de .10 milliards di franc or, so n ni vtlie au dbit pr iiousconms reprsentant ped avant la guerre l'entire fort un; OSti inale ( pr^viucide ) des terrains lvasl s. Il 1, en f vri r 1991, le gouvsrnemen. fran j > remettait a la eemmts< sioo des rp nations le tableau des i ademait ie suivantes qu'il tabunt t pour les dvastations corn mise du* rant U guerre sur ces t rreini et dans ces districts. S deur les bi ns emlom liages eu million* de f. in •-eu 1911., 1. T.rai is agricoles 8.129 t T'-irai> s forestiers ~,ui p beriee 42 b. ''.is'rnrtions agricoles c. tutres eoi-'ru lions ele d. Fabriques et ateliers e. Mie 1 meubles f. Minet g. < emios de fer .'• t.i t ,033 iii 5,912 M>6 1.97a 924 i,.M6 L'viluilion des dommages eaJ : 1 li IM le la v deur u lUll se es ut 1 01 • a U mil 1er le • 1 d m 0 I 1 • i> e s -, lue |U e le reprsentai! le m 1 timu a 1 • te la fortune aatiooale • d m territoire-* dvasts. On as sursit s? l'explqi'r que par le fait que l'on aurai cdculc trs haut le t >ut des in le units, ce q li pourrai sa dfendra. Mais se q il est difli de d expliquer et ce qui e t au plus 1 mt p nui 111 restai' c est 1 %  roman le gouvernement franc us s pu ex ; T en lvrer Ittt, lii milliards le francs sur celle bi-o de 29 millier Is et demi, valeur e 1 aot i9lt.. K. A. WIH'H KNL'DSEN ( I ; IN ) C'est M 1 redi ,'. &f #, -, in lieu l.i nouve le Mirfi.ni.' 1 POU iw a. M 'SM b-aucoup de bien pour U i el ctLepice. mm \ .Nous engageons ms lort. „ J 1er Varits applaudir U M dramaturge, Jl Revue L'Association Internationale des IU111u.es de M. I). Ibd egarde. traduit eu a 14'ais par M. (dis. v. Dupuy, et co i-acr lliiti et -ou peuple, — des e ui-i dratioii de '. N B. Marsh 1 1 sur l'immigration,— un |.remi r arliela daMrCb. upoy sur la Coup unie N In; 1 de des Chemins d s foe ; des notes diverses, rense gnemenls, ele, Kemeicieineuts et co nplim nl>. Btilleiin commuDal La Commis-on l^ommunalo du Cap lliiii.ii compose de Mv|. Lin riston Lan che, Tlesmin Etinni e et Albert i'iquion no 1 a fait IS plaisir de 11 >us envoyer -ou Bull lin qui c tntiriil d'intres-.i ds ie i-*-i*s t" meute sur la marobe de rifidilt %  ver des pices et des lats dtaills. Tous nos rem**rrien > t. —!• • %  imnim Le paquebot •CAR\VKLLE'' pa-li de bordeaux le l!l .Novembre est att ..io . l'on ,u Priant le 6 -uurant. 1 repartira la mme jour p n ^an t.a^D de Cube *i les 1 orts 1 1 Sud De r Io ir Port au Piiuc rert le 11 il repartir. 1 mm j ir p mr St v^Hr", lioa^ivee, Cap Hsdtien, Puerto Pltta, San Juan et le Havre. Port ou Prince IPIDec mbre I9J3 L'Agent. K. ROB US. iv 'A-**m* va Itm jolip* chavH*urtf* HATTAT Cbez Paul E. Auxila ?. •• 1 ••<• Mort d'Emmanue' Kernitan La tri-te nouvelle nous es! parve nue ie ta mort a Logaiit de notre ami Ch. Emmanuel Kernuan,s cien Dput au Co ps Lgislitif -t auieur de diQreotS ouvrages spprcif, en tratiltes '.a Docirine de Mouroe et le Droit, Naturel les Peuples , Le Prsident vVllsoO et la llpubliq 1 %  d II il . et Les funrailles on! eu lieu hier epros midi, en l'Eglise Ste llose de Lima, de L >gane. Sincres coud riaucei aux parents prouvs, Ce Soir C esl dfinitivement, ce oir qu'au ra lieu Varit-, la reprsentation thtrale organb-t par le groupe SiiW.inp. La fte promet d'trIras brillin te. Le |ir*e *'•* %  Une gourde ; L'ge Un gourd et demie • ti irep*S tin* ^ Les Crpes Marocains, Crpe tfaurocainti Crpes Stanley clio 1 PAWL h). AUXiLA, bout relle" m n n M rvfil'i'iix. Fle remoyii Li fte annonce la semaine de r D're p ur 4 dcembre, e-t lenvoye la semaine prochaine. CœFi Feu Sur demai de gnrale, M. Gustave Au,' siin, l'auteur de celte dsopilan te m die, ouatant i tu donnai une nouvelle iepres.nt.dioo, Veodiedi 7 du eoursfit, Paritiona. /• P• MM L'Ud laiie nr-i Lut, AntoineAu 4 uatj et Jn-R.aptiste Si-Surin UuntnJ me mbres. Carnet mondiin Saine li soir, Mr leHautCoi miss uret il u; li iojilo.il I>I1 n un ijiuer en l'honneur -le M JO! sieur le Prsi lent .le h lljubir] qiiii et le Mm • liorno. Lua autres mvit-s taient M;r B niietn, Vie t^iui Ile LOttj cr.jiiire d'Iiut .les Rilaubna.jH lrieures el Mine Lon, Mgr nui, ar.-lrvvpr -le l't ITI'I'.C M„uPolatli, Mret Mme Freemi Mme Kuser. La Pttite mm si 1637 Rue du centre,,! Annonce sa bi niveilU' clientle quelh vient le recavuj par le dernier Franus" Je" 1 ijmiles chauss'ire* y"U' ar *' rainl choix d ; soulier! poJ-' fnniS. .-Inussettes, clia.-eaux. Ulinei nour enfants, baoel qu ilil trs rec •uiinanloe loi"- k-**^ nets, etc. etc. Spcialits d '• •on afin de pouvoir au as-ui* livraison la tin de 1 !" !" prutre mtw ri



PAGE 1

IC'fUr ^ %  ' %  % %  %  ^ %  •' % %  sssi i ii %  %  ——^^—-^-^ Jolvirnbiaii Sfeamship any nc. Steamer fP/jlf, J (JPPEH nan nrtn du Sud est attendu "on nrtn .„ „. III|C>IUII „, ^ rince e 5 Dcembre murant. 1 r ira le n ente jf,ur j o% r A* ur !;€?' IIK ports du AN) d pr nunt fr el ige+f* Il au Pt vts i 3 i 6 rabn 1921 teel)ara & Cu. AI*** [fo lioe Poli J h compaoy I \r. fret lor/r PHARMACIE PRINCIPALE H. CANONNE 49, RUE REAUMUR 88-00 BOULEVARD SEEAITOTOU PARIS Vetula&l I.K MRILI.I 11 MAUC1IB DU MONDE Produits des Premires Marques et toujours de pnmiire fracheur UNE SELLE QUALIT : LA MEILLEURE' !$jS 3c (DM toulff brottge* la peau dt tr efi N • • 73T w& 3f HUM ivnf .a ../; „;, /j la sQuplit-, de iA.jujii.iti fw muuu ii/mHfOi. en.. >%>,•* *" s MO.\UUH.M' h hfi/v fpttialmtn'Pnnr ./< ^w/t /' Wtmd'm* lu kigk *V lro/w J? C '' "wr s otii't lbumie f >onnt leur bnllnni. eni^la worqui VCN( 'fiR*vt c ut la meilleur dlou*m Im <**> %  *• io. JE frSIMb *n pour HJVH a m ; si sou II. hrU&l' m & \ is lie Houx, 120, p > In d>|t de rhum Fill-joinl Iw-ruiee, se i'iti ;e plaisir dporter i la contais iesj nombreuse clieiOil-J et Ju publie en , les rayons cou I.UIIIIICIII se ivnouv.ll.nl en aodises de premire qualit, choisie* avec lils de camp peiuiulea, rveille matin, servloe a B.tasses, ia pes a>s. tapis de table,vas sa lieu es onires, chapeaux feutre, chapeaux taille, pana*>st|ues, jamdres, parapluie*, formes chape aux tomes, chaussuits pour aamea, hem met & enfant, tulles en kutree, ptlm-beach. unes, ii coudre, faux-cois, cravate chemine* **LL l'wt^u-Prioe RAYON 8PICCIAL. POUR LES COLONIES DHOGUIIUI;, IIKHIIOniSTBIUB SPECIALITES > m.,: t ^ i.nfiri SELS DE QUININE PURS Toi. produit* en flucon, ampoules, cumprinn's, cachet. SOLUTIONS HYPODERMIQUES BANDA(i:S. CEINTL'IIES, BAS A VARICES APPAREILS EYGILN1QUIS pour tous uagei APPAREILS ORTHOPDIQUES Seringues hjpuderniiques PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usiu.es, Commune, etc. Projets de Factures et tous renseigne menti ur demanda adreui PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUMUR 88-90, BOULEVARD SBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE 8UCCURSALE ni en France ai l'Etranger. e* c'*. 'peinai de paille fine chez Paul E. fom hem & Fink, Inc Fond* en 1S"6 Supriorit f as pu P'oropiMide Tous produits chimiques, pharmaceutiques et autres .utieles vendables dans une pharmacie. i pices, l*oivre, Cannelle,(irone,Anis toile, Muscade etc, esc. SUCRE RAF.NE. Spcialit : Manpie prive I.ysol dsinfectant, 'artumerie. Articles pour habiers, Itay Ru:u, ChOOOlat en pou dre, Ilu,le de foie de Morue, Km.ilsion ColU Cran, Ex| tralfs pour faire esseno^s et eau tic toilette, Kau de CJuU UlQO, Poaiireoonire les insectes, Sjlut on pour conserveries œfs frais, Lait de Magtls^. 'o 'i suprieur pour la loilelte des enfants, .ssence do fleura, l*au de llorida, -.Miel pour la tlle, Moutarde, Huile d'Olive pour la table, Itrosses dut. IVppcrornl, huile pour chasser les moustiques et autres insectes,l'.egulo : huile contre constipations etdoublesdes intestins clironi|uee Th, Cire pour les parquets,Comestibles, 1 1 x rs,Kpices, Sirops divers, Teintures diverses, Vltia, etc, ele, etc. Demande/, le catalogues des spcialits. Confiant vos commandes LEHN & FINK, lue; vous s^rez absolument satisfaits 2 l'outeS lesbon-ies pharmacies du] pays s'approvisioni.entchez LEHN &FINK Inc. L m H. Vhhn d> Agent xcusi: poui Hati te ven '. nt mei leur march qu il .e rs Or Flix Coicou Mdecine Chirurgie Spcialiste tiu alftclioiu des Itui de n Gvgt uu mu tt .. ur.ii.es A l'bosneur d'iofouu r > %  bisoveU" Isole elieotle qui tim s'abseoter de I C i pilnle nivr ne ij nzi ne d.-jours tbirge ; ir le 1> Pries Mers en dircuoa 'le les e %  Liuet si ds Min lh IIQ 4 . Dclruil ImUntm^meot toa lu ru:'. % %  &' l? P*(v, iuCbolrm,\s&irrm,i.~+'-rlt.*t Oiinurim r.ri Pnym c hti a: MttADin •ynnmvwwm* Indispensable contre le Epidmies tSO'!T.i Oo grn4 callUra* *> %  >• a lltr d'asa po ur to u les ••••. •-='.?• d* runooOL., n M HI**+*. PUS i l. .. ^ % %  m n m %  % %  > F 0. PIERC1 Company 12 Visr p^o 1 W Y iVElF-YORK F0\ K E\ 1847, SUPERIORITE BAS PRIX fabrique de : milites, Vernis Ocres e s iiles sortes.Masiic. i ou h. b^ Ag tl pu SUU Remercionents Mr Dr \. Lnurei reau, Mr et Mme J. LHIII ns enfants, Mi et Mme Et Biamby et leurs sofaoti, Vlr et Mme J. B'oany el leurs enf.ini, Mme Brigitte Laurenceau. Mr el Mme X. Elie et leurs enfants, Mettes Gnie el Lucie Lnurencau, Mr Flix Psbre, Mme Vvo (i. Moreno el son fils, Mr et Mme Kmm. Dtail de leurs n fants remercienl viv.tn ni la Confrrie d.-s Mre Chrt iennei>| nimi que tous les Hinis ^ li \*> ont a-its h hoCeseion e ta di-, nli. n


PAGE 1

J J LtjWAiLN Pagol nergique antiseptique urinaire U (JmTrto du PAGCOL • fait l'objet d'une cornantnicttiuu l'Arademie da MtfdtKinc de Parla du professeur La3al>atie, mdecin principal de la marine, ancien professeur des Eo"2aa de mede-.inc navale. • Nous avona eu 1 Drision d'Mudler le PAGEOL et les rsultats toujours excellents, et p&r.'ois tonnants, que ooui avons obtenus nous permettent C'en %  fSriuar l'efficacit absolus et tx>ost&i:t'j • VAMIAflftt Avarie, Maladlaa .te la Pe-ju'! Proiuli s !ieali/|fHi | RUCCVAL i Pommada non tj-.ique centre IM i \ ii.al.nl. j et M .lfLtUffc "OICATIOW AR! rK08aH.Ofi.UK . Iplflll bpteoausTEscomxm: FQMRi : Ellxlr — Granul — Comprims Emulslon — Concentr — Ampoules. S €111X19 "'^"^V/ifl mdication rparatrice paissants. LakofMom d rma-roGNot. i VIIUNE uvtJa-GMENNE ,;,• M EnVente a la PhirmucU Centrale M l riirfl! de fAvanr Paal Sal s filu au centra des affairai Coiiimei'ci.'ifcs se momBande au pituite, ainsi qu' sus nembreoi cliente, et loua la wijHijoiir de la Provinca el ela r£*rnucr cftii >nt ilj [i i.i4jH Portantriiicipour sacuiauiy aui<{ii''. i't • • r.' | i Iwtl %  ils m M'I'\IC.'. il;' fl'r.lil it 223 jirCa lU Il.l.\!.t I (1 S i**| Jiaj!lJS termtron, si SI LL4, Propr e 2 AVOCAT Recouvrements Commercial!!, allures a i alfraetir, < 'orreapcnaaiUaa \VahiB0 lor, Newloiit, darU, Xiuin a.or.dr l'aria. 1/0 i tarifons? 7. '*•(-m f'rit.r* lijihontSU? lumiii un Un NewOrlans et Soulh merican Steamship C/hic. Prochain* dparts direct Port au Prince—Hati |> sfe/rt/i r lialee laineerm NewQrl tm? te 15 Novembre courant pour Part aurince. Lr eteamer Dea Mnera Rew.OrUane le 24 Novembre courant pour Port au prince, 4 parti de c fie dernier date H y rnum une oeeaeion eh qu a i loum pour fc porte tui an .: Ce thfty Porto*Colombia t Curaa,PoiK,<* 5^ Lra Uuayru, Pointera Pitre, fort d* franc*, BridgMoufn t Barbadot, Port ot Spcin, Trinidad, Chorgeioum* A de ktattei^.-Sfttlt'tl-I Auto dvalua 1 ion ttedi entre .\ r l'.aisir Lu^ime j 6 Ull ,, Vittt.U" I a Cuinaudc GRJXBIWE Shop and Lunch IU.orn.Open Pro A 5. M. Util p. . ifWiy ly Co* donnerie KrntitCamiile Fabricant de clian&ar* #n luus genrtt Matriaui suprieure Soins — promptitude — Clrit ttran l'Rne prs la Posta X 1722 La maison porte la cornais f*n e du public quo — dans le '• '• 1-' ftcilil.tr et ^encourager de* i i obrenz clie \\ — ellti ;.• eu le punir lu .er Juillet 19-'-{ une priai] J une pure dj chaus ireeftu choix tout ietea* Uur -le vingt tickets. E i conti |u "i c on est p-ie de rclamer un reu poureliaque achat au comptant. \ 'a f^MCJflnCal IrIJp fl1 U ijjvi.4i.Je la nkiiHon '<>Ja4 ONIQUE, HECONSTITIIAHT, FEBWUto Recommand par toua Iea Mdaclo, •| FAIBLESSE GNRALE, MANQUE DAPPETIT 1 DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES %  i COM-tlt I %  "•'. %  1 V.HTC DAM TOJTtt .., BOHNt* Ha Je t Batf la V6RlTALa ^NA-LAftocar 1.. ^JW. \Z.& ..JJk?L'Jz&2£ Pour fai e de la "place ?ni\ RomSreusesl et jolies marchai! dises arrives di France, la maison J PAUL R AUXlt Liquide un loi Ju Itauctures pour damas I l| gnurdea la paireUn lut Je Cbuii5es couleurs pour hommes | (.5,! Du loi do Chapeaux de paille pour hommes Ici FiI..:ST)>iE : Pneus k Tubes P) ( un ftOl I H > 1 li 80.3 8 8tt4 r.u i 8i .U '. :i h i 12 &f < ,1 & 3 2 W i8 18 Toi* Ujr'ml it titra se So i r ?'**hcs Tubes HoUQt Q> I.So ko* N. B. C t at In qualit et le prix qui ••••ni L.PH£LrZMNN4GSEHh LII Hue du Quai. 11 9m I 8n:< 2 9t4 a 1 91 i 3 xi l, 8ii4 1^ 3V 4 Royal Caf Kn kice de 1^ P?m(|ie National* liopritair : Annaciua INNOCKNT re nouvel labliaiem ni se recommande par un ai irprochable, dea consommations de premier chois siliiHlion prililj/ie. L' soir, muakiue atlrsvante di ri rite par dea annuels de giaod meiite. kaataJIation pariaiU, — p r ii modre. Tlphone X 395 cira z MTTEIS



PAGE 1

MMNMMM Jlinent Aiajjloire BO VERNA 1108 Ru Amricain. jnjiiBuu 20 C ENTIMEe Quotidien Nous sommes pour le principe d'autorit, qui eul cnyentlre loi.ii e et la discipline. Itou* sommes pour le principe d'au* tonte* parce que. sans ordre et tara discipline,il n'y a ni Ira rail fcond ni progrs utile. Lt FIGARO TELEPHONE No 24? HTie ANNE N 5078 P. R l-l 'HINi (IIM'H 1 .LI'M'I 3 DCEMBRE 1^3 PETITE CHRONIQUE petits qui n'ont pas de iramans pour toi que j'cris ce lt toi que je pense, pan I.OIi^llu', jtiil lit des lelUiS 1(1(1^' s Eli t i.i SCI-, ii, rtux lu, iVnduimir i bras et te conter une ?.. lois, il y avait un homme :hant et une petite ouvn ilie Tu uis,les messieurs, psrolis mielleusi s, de pro dores pour la pauvie ousecoiiiiaissaiil pas I amour. Mit connus, revus. La fille a reu ues baisera..— durs pas Je continue. f,on ne la revit plus l'a je ne t'explique pas, est petits entants ne comprends histoires-l Vlais un auras viu^l ans., alors tu iras. Sache seulement monsieur mchant n'est Bu. ii as sa place, une K**e lili il• i eut utLhis 'fc^ue ;ia j une ouvrire est Wninan Mais comment Wir vivre deux, sans un |tur apporter de l'argent? * %  partn on jour, toute Iruiiilaiiti-, serrant dans •onM fuit, pour la dirto. Elle a le cœur bien [ion mignon, niai* on ne %  a I ISOIII i r de Loin.. E:,un *• pelt bb s'veille, dans FiSai.s maman... '"ne hi.-ioire qu : je te rapute luire de tous les jours, toile toi qu,; j'aimt tant. • serasgrand, j>t' n up maudis pas ta iij.uiian Elle JJHJ, elle l'adorait. Le cuuest Ion preIl fut le bour voua deux... Quand tu indras, ne rougis pisSi got des viveurs et des d2> on l'appelle < l'enfant %  Bj , parce que tu as un ( £ 0lnle > un tœur avec *\ I* ,,T et d'amour, continue iw en toi la joie de vivre! *** lu la maniainan, tu au|JJoin,jete le jure, car le mlio,, „ w n'a,,,,)! p.j.maljj* M promisses doies, ? Wr ? un liant, moi scuIUs is. leslemme^anesait pas laV> des marchs: elles ne savent que payer chrement tout ce qu'elles achtent !. MELANCOLIE. Les cieux IIP sont plus ardents. Les arbres ont fioid. L'herbe plit au front des collines. Les 01saaux l'en vont 1| ne resle, dans les feuilles uidrvs, que des chants monosyllabiques dernires notes brises d'une nature qui n ) vibre plus aux vents brillants des tropiques La lumire, plus belle et plus tranquille, est pale comme le regard des vieillards. La terre ? livr ses fruits, elle a rempli 'a tche, elle est fatigue, exangiii Quoi qu'elle fasse pour garder son sourire, on sent qu'un suaire invisible couvre peu peu sa lace de condamne. La fort se Brime de peur de sembler vieille. Elle a le don juimsme de Climn* Ella se m t aux lvres des carmins, el > sur les cheveux, des coill s d'or. Rsgardez-ia, d: loin. Elle s'est lait un c >i sage de pourpre ei sa rob i est la.n ;e de cuivr boniS sjoues OU des laqu s d>soi/.. El e si dou.ie IMlu ion de li vu et d i la j. ntiesse Elle de veut pas u d Uch r d'el e mena••; elle n >e it pis l'eu Ire a la terre ce qui lui vient de la terre. Pourtant t lie agonise. Ef, parce qu • toutes les h r me nies de l'air ont etiant dois son cœur, parce que D vis lui lut bonne et salut ure, ell ; se pare d'apothoses en face de D ngi lit cadavrique qui va l'envahirElle lve dans le ciel blafard M bras chargs de bijoux laux, en hj.nuiage a l qui. incessamment, la K'isa de min mures. Une une, les feuilles toi ses et difformes, rompant leurs tendons dcomposs et descendent dans la vase grise, avec d. s tour noeinents inertes d oiseaux cribles de plombs Le vent lui-mme et lourd. Il chanta bas et triste U n'a plus ses sauUS lgres de romance d amour.. Ou dirait un orgue qui pleure des notes d'ternit... Par Cable feuveiles fetrauyr Co irnission d'experts l orme ^ '• commisaion des rpa if M a dcid ,ie former gttniMion dex,ert* eu vue ^j'**pac l de p i.menl de *ri*"l' "'"'' l; m 88 on f nc "Ion lf| g rH ndelignes de ( ,f w,,| o'i de N! rvimar. La t *fnnu.vi„ n sera constitue 1 e rps diitin.li dont les at P*r*l>cclives seront d. finies U em "t. U (ieenion d. U '" %  I t uo salas et ics d bat ont marqus par une gr.tnde harmonie et une parfaite cordialit. Sir Bradbury, dlgu par laUran de Bretagne, a dchir a l issue de la discussion qu'il tait retenu de Londres avec une branebe dohripr la main. Une des sois commisM .us coiisliluAiil le nouvel urgains me sera charge d'lu lie; 1 les* voi et moyens d'quilibrer le budget aile maud, l'autre vi charged>valuer le montant des ca^iUax Ssportl d A llemagne et cltcrcbar les mosens de les taire renire, nuis le lUieb. Auj a.d'hui a commenc la nou relie re dao> ht ieilio% fra/iuobritanniques, arait bf Sir Bradbti iv nu c ure d dba'a de In mm mission.On croit ne I" eHrnniaipa de Mnnratnn* pourra <•" ron'^onrn rde ' M i i< n "'* mp'ir pieli' e chne .'. rellement lanjrWe en or canieanl ni!soos commission d'en q'ife et l'on rspre fermement dans 1 s m lie x franais S,oa celle sous commi'sirn poam dspi bn avenir prœhain fournir de prouva* de ipi'il p| r^dn £ le* 'imite p*ecl pur V, r>ninrn^ k Wien r .' %  i : S r l eopnet' dp paiement de I AH m i gne d'ici 19^0. On m-'nifetie dsnstousl'* mil'eas slli la plu* grande tiefaetion pour t ennr'nsi^n '!e l'aernrd f r " co sr'g'si^e et dan cortaii eorrles on le considre rotnme romoen^nnt laigment DM concessions laites par M Pnincer M. B^ld^in sur la itoD du ronlile militaire inler s! i. On oberve en outre que Vet H •• ird a pn* faeilil par la siliHt ; on prjudiciablfl cr* aux Intrt! fran on anglais dan* la Wditeranne par l-altilii le dpi deux dictateurs l'Kspa gn 1 ef d'Italie. le DoctPiii Meyor cb n f de la rnti^n allemande Paris a remis k la commission daa rparation une nede demandant qu le livraison faife* par les industriel de la Puhr nient r.r^d'lres a • romp , de l'Aile gnecommepaiements des allemand Les prparatifs militaires alleniamls LONDRESL'agence lien 1er qui j u-li a envoy une dpche au suj t de- prparatifs militaires ailemai Isr pm 'ne et comme n'. %  lansleinonu enlier publiera — *i* %  %  %  lclaraton di ant qu *r reo %  • %  ^ %  \ lent* | i i q M venant de snui m'oii n'j t lit pid une n. dur • nlfl i I 'I ne provenait pas d'uu SOU i ce lia Q e. la rpublique rhnane DfJSl'XDOttF— An COUn dune runion, attlic a lam un Bou velle union rhnane pour l'indpi a dance, 15 digus laienf ursenifl atout reconn i Mailhn* c .in'.ne ch f d'un nouveau mouvement. PARIS — Une dp -h esemi offi cie'le d Dusel Ir.ilf dil pie le g u vernemeuf pretiactit de la rpubli que rhnane a Coblence, a anno • que Mailbea s'tait retir r *:u it pour di-s raison pureine p in Belles. Le cabinet ad,ici c ni m 0 .i fonctionner. !>'un autre i i la mme dpcha le eu r d k il re .ta groupes de lait' se ont rr-ume et ont adopt mie i en faveur d'an* diWolu ion du cabinet dj Coblence et l'organisation du gOB v •l'iiemcul provisoire avec .Ma tbes de nouveau la fte. Dans les rtjians oectip ; es BFRL1N — La gouvernement aile mand a annone q ie >ou* le ubti des pour les tarritoirM oc :up ^e r ne.it raapBndu partir dn i d cembre date laquelle les munietpa bls ne seraient plus rembon ra e pour U avanai qu'allai pourraient fsire aux sans travail. La commerce dos Jioissons alcooliques LONORBi \J sujet de la con sluaioB du trait aog o aoBi i pour au lier le com nerc • illgal de boisions alcooliqu s dans Las eaus territoriale i i %  '. Ofilce d>ire obtenir 4a acr Ha.lies l'assura ice que la cour su a ne teniera pas la drou tua oenrvs anglais dv loiaspurtar leur Allez ton s chez Paul E. kUU Visiter son stock compltement renouvel Le p u* v.:i i et le plus assorti de 1 1 place V s prix Si rool s ii i, rar '1 ne refusera aucune venb posait le. provisions da BOUMOB alcooliques %  uU •••!* %  • %  il-la ports auiri OalD lin de pouvoir 'B servir pour le voyage u reloui. WASHINGTON La rsident %  de id ; de trans rei %  %  rvic de la mise en vigueur de la rohibitiao du lpar ,'ne d i ijourd baidaa s i a ions avec l Ivjrope el l'Ame riqu i lat ne O le i' icif [ua tait en bar aouie rvc ladoclriue de Mon roe Nouvelles Diverses PARIS— J.M. Lafagette, dput de 1' \i ge, %  %  d i lp il 's ; I ide a t Hi r r• i -1 t ae ni a. IS1Y LES l iUUN\UX— La mar quidu l'es j i ii a taau l'air hier .. i h .i •) ,id •"> minute ave son li >| |i i AI .il i ainsi un non veau reeord de dure pour appareil de %  S genre. %  MM h>-i • J <-; les lio'inabe l'-cbai de ragiatrt^el loua les auin-> n. *, ab %  Ion ans lequel oe *arvi s seraM laa 'iaspoi gibitit de l'o eli .un r. Vu : le Chef le 'ivi-i n, David IL.) KG ES Le Secr I tire, L. llonrs URAND La piop.iyuiJe illemanda Li D -ut-iti Ce i Itsehafl nous a mu; rolu broch ir , | | ., I, (ranciset as eflre's it | li m ,,lle mande* de rparait | et 1 • rc ma n K . li• i n %  i i ae pui r >' C ii an i i 'et lie grau I iuicr.il dont nous rec^mman uou U lectuieAt^ire dite des Trsors Les Dlais 6nrAux( suite) Nui /a publt mt ci'dssout le diti trs d .1/.' N -i tel qu'if -i t dit l'audit t recUfii r -/"/qurs erreurs n dans notre compte l'indu. Magistrat. Lorsqu'on a suivi avec quelque at laotien la dis ;..,i au liei i o •! i a treTribunal l*oo B'B pu n'avoir pi* aaisi au vif l' d engouement m.mite .i ii q ie q <• %  u i en l'a veur d Je veux m'exp i quer leur en i %  % %  .n • , n un autre N iti nei i •'. %  enr iinmor* lit Ce m t des h < s I f j curiauS de I : ii >n ;i pi s. Il sesoui t i ix t "i; ia da pr ne l 1 s ra> 11*. Li peronne lit de ILtvis i i %  i i | i t in ebo e u de s faconde ri qui t... ao iveot, a 0 •!' |fl I biii de la police eorreciioonella net pis un trteau, tv. lorspion sait qu il ne perd ni aux eaitas, ni aux ds ; qu'il transforma M fan taisie, au gr de sas besoiue un bit let de dix dollars eu un autre de cent ; qu'il russit au jeu de l'amour avec une gale facilite, il faut bien qu'on trouve en lui uu peu plue qu'un philosophe spirilualiste, com me il t'asl plu se qualilier avec trop do modestie. Je ua veux paa le dsobliger et je ae dirai paa qa'il ed un spirite, mais rien n'interdit de Mgnnler aes facults remarqua bls de prestidigitateur. Il me fait songer que le mot de Montaigne lui arait ap-'icable. transpos sur le )'an ilttiilierc perversit o il a ve .u.Davi t si m< rv< IlleasMaent vai, divers et ondoyant. Il a jou tous les l> i q a ;< praii |u tous laa tours, -,n|i u le loua I .un-.. Homme po i 11 .1. M iuptita Davis, i'. niuiera liuomai ltamirs. M, ; i i... il s DoeteurGense 1 . -,i i H'k actes condamna bls gala lOB aisanca s muer ,i pluralit de noms. Aussi bien Ht il dooiil le vaste ihamp de ce (J I |" illHS. L mira connu ce bain-, parcequ'il !,. seia pas satisfail des tricherie ju'tdil bit s du ha.i.ira et des char mes de I amour mercenaire, il aura tromp dt braves paysans, ea leur prenant de I argent, sous prtexte qu'il tait dou du pouvoir extraor dinaire de trouver des trsor saches dan le sol par le colon de :804, press da raireouales pousse guer rirae des phaJangaa de notie pre iniere indpenoa . L s procd de .),ivi< ef de ses aflids ont t longuement dcrit I vos audience" I i I i i>^ laa mme l'garl de n .n i < uo viciuncs, doBt c'l i 1 p t"' l'as stei a I inven t .ne denom -i v. .>x redira •• proc l < S i I coucer .e blvuui Brutu iti il' iva il \.* t HosatvB* \ | p | l "J i i '< lad Oprait ro'it v .. • .i 11*. es luvetem ir .v .il %  i i i i i li '.... il Si i i u • . .-.ai ira eur. Uii .1 > i • i. i .j l :-.l • ma i i, i i ii . i'.. Aim i. c 10 e '. ,.4 r uo r • • i iill.il pi la an ig* 4 s. ivel ne, 11 de i ireee. I ua ici -e lu. i '. BB U'., dtfvaat r'ils A.me, l Uge de csitas, de piaai et l'g u i: /. '.



PAGE 1

pan •erlifta l'es le trsors l)jr S ella, l'une de habitations d'Exum rutus. Poi Davis e do m \ \-\ .s ,Aitn p mr p side il de a loge .1 sptriles J Cuba. Su .prit de Pue .Aim celte mi M i n scne Jplove, p te prologue dit, produisirent l'ertet attendu. Davis et Sauvelerre eu pro Itrent pour rclamer le Fils Aim d*. Iltr en plaine iasuffl r I Kxum • '. utus ie sealiment le l'existence d trsor. Tenant compte de la m n t li proli le .le Brutus. i's rec n i %  %  %  i il d Fa i lal d'un so ge T' vlateur plu l que ues cai les ut H i\i % %  • M dl irniin, mis a po ut, Kil Aii lit pour la plaine et lit si lieu qu'il gagna Bru u* la cuo vi< lion d'un enrichis* ment certain par la dcoui irl : du Irsor et l'en gagea .1 rentrer a Port ,,u Prince ptiu da s'en i nir t'aa l>ivis. I n jemle. dce abre l(H9,E*um Brntiia accompagn de Franc i L p II .-.('. rut il,lr ; lu t Si,/. 1) VIS M r rils Aim. Il y trouva Sauvelerre. Davis quoiqu'il parle franais, aeacr vu d'intei prle. Il lallail craindre que la communication directe,imm diale antre Davis • t sa t iclimt ne j;a (AI l'atmosphre da mystre p opice %  us fourberies Sauvelerre traduisit -.m trahir. Il rpta, selon Davis, les dboires da la vie pi ive de Brave, la mort de son fila aine, celle t: >a pauvre r. mma : il .m la prsence • lu trsor 'i sa situ itio i sur les lieux. Le Jeux compres jourent A la p r faction ie> rles qu ils s'taient pu la ge.Si bien que Brava prisau jeu,crut que <-e qu'on \ u li de lui raconter •I 'il S I, C-t ll'l I illtUlli'ill Spoillrtll • par D v,*.!).or nais Brave eni , eonqu s, ne p ;: %  i plus qu Bubir l'actin i de Davis, il % %  • u isi qu ii n hsita p s li\ tothqu r Jeux Je %  es bahilations pour garantir le prt •pi %  • lui lil afin de lournir les ci a j mille cenl vingl eepl d iliars que Da via lui i, i I imail, e\ ,r --.'ment a l'effet d'apais r I espi ii du agre, im mol p r e colon U garde de l'or enfoui.Cependant L )r^'-iia %  ii , avait m'5 et les lit voir a Bra v el aux ailles. La vue de l'or eaalta la eonvoitise eues Brave qui se desaaisl d • \n dollars. Davie !-subtilisa lans temps mne pie le I u de ... ihill • qu'il av,iit allum ii dssail i i l 'esprit de Bra ve, l'.)"ii re d'ohu b la lion pour suivie depuis un mois i i avers des il ra t ag ini i que |u fois liil iranls, n ii i Irop iuveot odieux. Toolelois ii-•., n > i Sauvelerre avaient continua' uns activa collabo ration, vli-. i prire avee d'autres, ils avaient toul i toor... perdu 11 rec m .i • c i iai 'm' • *oua l'action limuli, t tolot li br tri, i • iiu,ti ngre. Depuis, M .;; La, de trsor il n'en Tut plus ,| leetion,puisque c'est votre Juetiee que Bxa n Brutus a recours pour sa faire restituer lus lit? douars t pour tre ddommaIl en fort d'Alvai Etosalve comme d-blxiim Brulu .Seul qu'on prluda par solliciter celuUli la ven •! seterres et qu'au lieu de Davia i'offlcisot lut a pbao Bervin, autre* ment dit Juifs Lafdla et la Comparse. Tliom tr Leurebouffi Je n 4 ai lien avance ici q ,i n'ait l ilit lit ressass a v MJ audiences. Voue vous rappels ledpositions de Mural Casimir, de Franc us Les. pina>so de M,t>ei Pierre, de Jean Asside. Kile >!i ,' i,l ,ni -. -, |es oui n mir i ie c mirait nenl aux pi tention i •-1* • ;. %  • pr v. nu i, l'illltialiv %  I r ;ii . i %  .i, %  n su sa B on ls < ; i I exe u-if de Davis, de Si>,' ai i : al le u, rvio Cas dep litio is so il v,ri ii pies, pu. ceque, quoi pupro venues de gens qui ne -* connais eut point. elles sac cordent sur tous les faits du procs el pare qu'aussi bien, el es e'q dlj lirent aux iol irrog ttoires Je Tils-.liu, de Thomar Leureboors et au mmoire Je Bervin. Maintenant il me resta a indiquer comment les actes reprochs aux prvenus sa rangent dans la catgo ne des eecrouueri i retenues et pu nies par le lgislateur. Da l'autre cot de oonfrrea habiles, diserta ftuL.il. l'occaeion an iclis de pe radose, dnient aux i ils toul caras tare dlictueux IIentendent qca le •0 v aiacabis des oprations sauve LS sucrai %  I *• leurs nul urs de toule pnalit. Ils IIV permettrontt|e n'tre p ^ c iv.iin eu, ph.-qu'ils pr. M .lent par ab-tr^o lion. Il oublient, an ellel, j ime dire sens prmditation 1rs lenns eomprbensifi Je l'.ir icle 3J7 lu code Pnal | ici I dure .! lui te de l'article .'< ;7 Ttuislmeulea* rau c mire it Joue dans le loimiiiou du diit d'i : croquerie. Ce aonl es manœuvres franduleu se ,la ai-e d s valeur} eouscu tiv 's ;i c nunœurr'sel le Jio.trn n ni de c s dit r valnu s Lem* nmuvree i i* • moyens mis sa usa Kp'in Mii-(jieii Le i ie i.Ji mee d > u Irui. i! varient avec l'i ig niasi. die •*-. Auta la c t le le* peint diverses.Ea repce t eel es emplovos pur k s pr ivenus ont c insist a tain un Iro le c invi :!i tn qo'ili tv e. '.ciu i %  %  i. i J -IMI t Ira dul^us s parrequ'eltes OS • sont pas arrte* la jaetm..e proesee de c pouvoir, r.llesont pris eurps dans des njises u scne n-p l es. el pi pures pour tromper, en nain l'i.npr -.--IO 28 dars 1911 l< saine pou'tan I ne. Ces manumvr s sont encoie lenii nt-< d'eer-qu, iae par le b il qu'y assignai ull<*ursau surs.stvoir la renne de v leurs. Aous savuis, Magisl al,qu cette r mise d va surs a eu I ru a qu'elle a e suivie Je J loin II m ut, Ce-i do,,que les escroqu-ries Impute e i prvenus au prrjudlce de Exum Brut iel Je Alva Hosd va oui t perpetree. , el Lxiiiue BruiiH ont conlian s %  Ion s^i i un arrt l i la ralit J une p lia eimplemenl imigi Les dommages de Guerre de la France IV Outre les dLi!emenr entrer i e.i ligne Je coia,le. La moilii le c s eooslruciio >s peu! '-'re •• nsidre co urne dtruite, soit e iLrement soii eu partie. u,i pœtde dos donnes plus d* la lies en ce qui c incerne les villes •t les agglomratioes urnatnes des ternto res oi tps et librrt On f trouvait avant laguer.e 1,20 t,*n>0 constructions urbaines, eu eu res ronds. Sur ce nombre, SiiOJO oui t endommages par la guerre a de degrs diffrents. Knliereiiieut dtruites 8 lexplqt^r que par le las que T> 4 l'oo aurait cJcul trs haut let.it M rlPIP fTUQ fl ffllma des inle.unite.co qui pourrai s e V ^ 1 QM IL IJUfJ WM dfend.v. \| 8 j*. cq il est difli Je fjai*.U UlUiUl C'est M i re.li a \ ,,j. l)k lieu la uouve le r-nrt#ni •• d expliquer et ce qui e t au plus i u.t p nui m r isaan c'est • • mmen le gouvernement franc us a pu es ;T en lvr er Itfif, Ml iniliiards le lianes sur celte bt^e de 29 millier ls et demi, valeur e i anl i9li.. K. A. WILTH KNLDSEN ( UN ) Revue L'Association Internationale des Hommes d iiUiias J iluii vient de la re parailre sa Itevue, pour les mn s d'Octobre et Novembre G nu mr,. qu'e le a eu la gracieusei de no is envoyer contient un artic'* de M. D. Bel egarde. traduit eu a iglah parU.Cbs. v. Dupuy, etcoi~acr %  liait! et on peuple, — des eonsi dratio'is de i. N II. Marsh i I sur l'immigration,— un premi r article de Mr Cb. upuy sur ta Compinnis \Jioiale des Chemins d' fer ; les notes diverses, renseignements, el<-, Kernereieirients et co nplim nL. ^SS mm *——^— %  pi i m fitillelin cuimnunal La Commis-on Communale du Cap lliiii.ii compose Je Md. Lui ristoD Lan cbe, Tlesmin Et nm e et Albert l'iquion no s a fait is plaisir de u MIS envoyer -on Bull lin qui c min ut d'intressants ,e ised eme ils sur la marche de l'dil t avec des pices et des tats dtailles. Tous nos rem-rciem i t-. Oui ^eesl P< til Cercle" I beaucoup de bien pour cette pice. Nous engageons nis lecti 1er Varits applaudir |, | dramaturge. i m—mm Au Hier malin, au l'cl.i Ceicii 'J mi auditoire nornb e. x el ijj noire ami Thinioili.e Pa rt | fuj rcmarqu.bl caus rie suris peau haitien . L'orateur a l l'objet durant frelieu de vifs et sincres a, lD |, semenle. Ir .Non prsentons nos me ii compliments aux membies lu ,„ Cercle qui ont. u Pheureo e ids reprendre la rie des coulrent linanaillet Nous avon teco | H curie de i cailles de Me le Anna Soldes ai Mr Paul Savain. Me; leurs compliments. Varits Loi dam votre justice,lie .ouf p rsuad s S 1 1 ,ne,a '"•"'" : 8** el je suis de leur avis que si huit J ^ rl \' t l n ^ ** du pour que puisse monter la p imsance verbe, de l'autre cot, elle est tant -lisline s'vanouir en fame u contact de laits ci circonstance de la cause. Ils son pri i.ads, lja MI B encore ie 1 ur avis, que que q i^ passmii quoi, essayi de s ul< v r de l'aui cel, voir jualice imposai b e Peu eudomiuiges 1S l'i.lll'i | i %  v< uns que, pour cm-a ncre d'escroqueries, il n'tait ncessaire ni de s amuser a e-ia -. ter des aveux, n de >e livr r sur 1) MS. Sauvi lerre el Berviti, aux Jr.ti ques prinuasdela que lion. nos Sermons (!• l'Avenl Hier S4itronl commenc dans jli-e les stations de I Aveut. LepreJic Juins auront u--u tous les dimanchea ds o heures et demie immdiatement aprs lee vpres. A la Cathdrale, alle seront faites durant les qu 1res dimanches prc danl la Nol par le II. P. Jeu, Vi. eaire gnral. Ctrcl Port-au-Prince MM. les numbies du Cercle,kurs familles el leur* amie, ainsi que lis invites habituels ?o, l convies ^ans faon la ssulerie qui aura lieu le •smedio Dcembre prochain^ par tir de huit b ure du s dr. La Comit 3 3,0 0 168.000 265,000 70,000 814,000 La moyenne du degr de deslruc* lion dea construetiooa urbaines dans le nord de la P-anoe peut donc l a valu iipproxim Jiveni, nt et ea s craintle trop se tromper, a 00 la val :.u de rapport Je cas conatrecu .-lions tait value en 1911, i f milliards Je fraoosor ( La valeur Je veule, calcule d'apis le reiiJeme il des li vers les btiments et loge* mente, n'tait que de i, B mDliaids). 8t, pour I s rubriques a, b, c, nous prenons les valuations de 191 recliHanl seulement que J aux rubri ju s d cl e, noa. o.tenonle la bleau suivant Jes valeurs qui se trou valent en I0i4dansla zo ie dvaste du nord de la France. Millions de franrs o r A venere un buggy compltement remi •>•, r. cheval et liai a i. S'a Ires^er au Matin. —— loir lilra Cint'furiets Que l'on se ra| p lie que c'est ce soi,dfinitivement que nous aurons le plaisir d enlen re "Gnral grinn promminuin" da s un mon Jo^ue SSOsatioanel rnulaut sur l'a : ,,.e ie la main noire.elc.etc. Le* caries s'enlvent rapid ment. il y aura aalle combla. L'nir-e e-t la porte da toutes lebourari Le paquebot 'CARWELLE'' pa-li de Bordeaux le l!> .Novembre est att ,i,i a fort ,u Prince le 6 aiurant. 1 repartira le nine jour p ur San li.'o d' Cuba t*l i>s I orfs 1 1 Sud De r tour Porl au Princ ven le 11 il repartir. 1 mm j'tir p lUff St NetC, Uoiives, Cap Hatien, Puerto Plata. San Juan et le Havre. Porl au Prince 1er De-mbr* 1923 L'Agent. E. ROB LIV. c v i yj — %  m n i ~~* -.. 4ii 9~nom4 vu l >* ;o/iVn chau**urff* HATTAT ---CbrePiilE. HIBIU?... 17500 -—— — Ces 27 milliards et d mi raprseii* tai nt donc eu 1914 le m iximum de la fortune piive da is les territoires dvasts; on peut prendre comme mini mum la valeur de Vraie de tous ces biens.Blle e 1 levait I peu prs 18 milliards. S l'on ajoute ce maximum la valeur de-* mines des chemins Je fer, Jes routes et de la proprit fisMardi lysleivs ileJHei-lt 2le et 22e pisodes Le Tigre Sa Entre Nouveau* Hatiens Le Journal olliciel publie arrts il aprs lesquels les per ns suivantes ont acquis la qualj l (i'Iiuiiicii : — Mme Vve lu Armand Tt^serot. ne Marie nie Lin ni U.'iie Znon; 1.011 t mtin K"\\ is Vitre Ni;olai Tli 'plulSli pliens. a. Terrains agricoles b. Oonatrueiios agncol s e. Constructions uibaioea d. Fabrique et ateliers r. Matriel immobilier des dits f. Biens meubles 7 000 2.150 9,30) o00 :.i0 •2,i00 Mort d'Emmanue KernUan La lii-te nouvelle nous es! parve nue le la mort Leoju^e da n tire ami Cb. Emmanuel Ktirnisan,a cien Dput au Co ps L 0 'islttif -t auleur de diflreota ouvrages apprcis, en tr autres < %  La Docirino de Mouroe cal-, on n'obtient en aucun cas plus et le Droit, Naturel les Peuples t, de ;0 milliards d> francs or, aoil ni Le Prsident Witsoo et la Ilpublival ie au dbit pr nous co nme re^rsentani peu avant la guerre l'entire fort me nati n Je ( provia* ci Je ) dis ta Taies leva -i s. Ur, en fvrier IMI, le gouvernern^ni fran.a > remettait . la commis* ^ "ion des repu niions le tableau des Commission lommiinalt Lin arrl* Je M %  )ii*ieur l ePr sident de la li biblique uoœai une commisJon (Jo nujuoalpi la ville de livmi" lei^oiwcillani dmissiounair ; — (^etle oinimsi sion est co-npos." de MM Lud' lade nr-i b nt, Antoine Auquel et Jn-BantisLi Si-Surin Liuneut membres. Carnet mondain Saine li soir, Mr leHautCoi miss ur'. et vl u ; |{ i-o.;il n.il iiiil n un diuer eu l'Iionn^ur %  ie M joj sieur le Prsi lent de U H,iablr| que et le Mm 1 Uorno. Les autres iuvit-s eiaient M,f B 11 -delti, Vie Ciui Ile Lo* crit tire d'util des ll;Unn h\ lrieures et Mme Lnn, M^r 1 ntu, areli'Wpr de in lU-l'riiK M^r Polatli, Mr et Mme Freemi Mme Kuser. 1 d"ti Une gourde Loge. Lue gourde et I ndemnJ s suiv mies qu'il fetamt t lie. Importation des a^moMIes •t b av s s la Secr i ie u Comm rca informe ,| 'en vue Je mel ra lin auaabuec uatel tnl 1 ar le> douenev que par le Dpa lem nt du Comm rce relativement l'eutr e de l'ertiole "Automobile*' dans e pays, il tal po.t la conn Janine des intresses el /le tous v>\agmrs venant ,i • l'glranger avec uns auto mobile que eel article, n'eu t p„% eompris daoa lee articles dsigoa comme effet de p -.re, apn it l'errl lu 18 Kvr vr 1917, 1 ,• tre ace mpeg J %  lue .s 1 menls 00 ulair e u pi \ 1 P 1 le l.i : ,u .n n re ..1 ^ w .i lre nia ni le1 avis ntiviu Dcembre 1.' pour les dvastations commises durant la guarra sur ces t naine et dans ces dielricts. V Jeur les b' ns endorniUgs en mJlions de f,in M en 191 i, 1. Te raina agrtcobM 8,129 ,T 1 raii s forestiers "04 p beriee a que J II ,.i ,, et Les funrailles ont eu lieu liier •prs un It, en l'Bgliae Ste llose de Limt, de L igane. Sincres ooad tlaacei aux parents prouvs, Ce Soir C est dfinitivement, co *oir qu'au ra lieu a Varit, la repreeutetloa e par !e groupe thtrale Balnave. La f j, prom t<-. La 1 %  ed'trtrs LrilLn Un sourd • et demie Lue gourde ; Lige b. CoaslrucMoBi agricoles c. xutrw constructions ele d. Fabrique et ateliers e. il i 1 meubles f. M n. a g. Cbesain de for 8,n i.i 1 0.13 ii.l 5,912 5,2 1 6 1.073 024 e renvoye annonce la semaine de r il vigueur la 31 19,516 l.'vJu .LKII ics dommages cal ule -1 • ,1 lu-la a viieur u lUl • • ,,L i u %  a U oui • • \ t ,| d m e I 1 '• %  01, e s -1 lire |U e • le reprsentai! le m ixtmu .1 le • toute la foilune nationale* dms les terriloires J^>i>!. On a-.eaurait • urepiM-S iin? > Les Crpes Marocains, Crpe 8 j.i;ricains, Crpes Stanley clie 1 PAUL fal. AUXiLA, sont relle* m n n • rvi'il'nix. Fi La fte anu nite p ur 4 dcembre, est lenvoye la s ema ine proeb^jne. CœjrTSi Sur damai de gnrale, M. Cuslave Au^ son, l'auteur de celte desopilan te •. m Jif, OUOMUI a ei, Bonnet une nouvelle ieprs. nUtioo, Vendiedi 7 du eoursat, Peribiena. La Petite ma'SOBj 1637 Rue du centre,|| Anuouee a sa bimveilU'i clientle qu'elle vient je reeej 1 | par le dernier frantis de ijantes ehatattres pow 'M KrainJ choix d? souliert Oil fants. .•Iriussettes, cha^eaul.! lmes pour entants, iia deW i|ii ilil 1res rej -iiunaii loe j/lj nier m

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06090
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, December 03, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06090

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
MMNMMM
Jlinent Aiajjloire '
BO VERNA
1108 Ru Amricain.
jnjiiBuu 20CENTIMEe
Quotidien
Nous sommes pour le principe
d'autorit, qui eul cnyentlre
loi.iie et la discipline. Itou*
sommes pour le principe d'au*
tonte* parce que. sans ordre et
tara discipline,il n'y a ni Ira
rail fcond ni progrs utile.
Lt FIGARO
TELEPHONE No 24?
HTie ANNE N 5078
P. R l-l 'HINi (IIM'H1.-
LI'M'I 3 DCEMBRE 1^3
PETITE CHRONIQUE
petits qui n'ont pas de iramans
pour toi que j'cris ce
lt toi que je pense, pan
I.OIi^llu', jtiil lit des
lelUiS 1(1(1^' s Eli t i.i SCI-,
ii, rtux lu, iVnduimir
i bras et te conter une
?..
lois, il y avait un homme
:hant et une petite ouvn
ilie Tu uis,les messieurs,
psrolis mielleusi s, de pro
dores pour la pauvie ou-
secoiiiiaissaiil pas I amour.
Mit connus, revus. La
fille a reu ues baisera..
durs pas Je continue. -
f,on ne la revit plus l'a
je ne t'explique pas, est
petits entants ne compren-
ds histoires-l Vlais un
auras viu^l ans., alors tu
iras. Sache seulement
monsieur mchant n'est
Bu. ii as sa place, une
K**e lili, il i eut ut- Lhis
'fc^ue ;ia j une ouvrire est
Wninan Mais comment
Wir vivre deux, sans un
|tur apporter de l'argent?
* partn on jour, toute
Iruiiilaiiti-, serrant dans
on-m fuit, pour la dir-
to. Elle a le cur bien
[ion mignon, niai* on ne
aiisoiiiir de Loin.. E:,un
* pelt bb s'veille, dans
FiSai.s maman...
'"ne hi.-ioire qu : je te ra-
pute luire de tous les jours,
toile toi qu,; j'aimt tant.
serasgrand, j>- t' n up
maudis pas ta iij.uiian Elle
JJHJ, elle l'adorait. Le cuu-
est Ion pre- Il fut le bour
* voua deux... Quand tu
indras, ne rougis pis- Si
got des viveurs et des d-
2> on l'appelle < l'enfant
Bj , parce que tu as un
(0lnle> un tur avec *\
I* ,,T et d'amour, continue
iw en toi la joie de vivre!
***lu la maniainan, tu au-
|JJoin,jete le jure, car le
, mlio,, w n'a,,,,)! p.j.mal-
jj* M promisses doies,
?Wr? un liant, moi scu-
IUsis. leslemme^anesait
pas laV> des marchs: elles ne sa-
vent que payer chrement tout ce
qu'elles achtent !. .
MELANCOLIE.
Les cieux iip sont plus ardents.
Les arbres ont fioid. L'herbe p-
lit au front des collines. Les 01-
saaux l'en vont 1| ne resle, dans
les feuilles uidrvs, que des chants
monosyllabiques dernires notes
brises d'une nature qui n ) vibre
plus aux vents brillants des tro-
piques La lumire, plus belle et
plus tranquille, est pale comme le
regard des vieillards. La terre ?
livr ses fruits, elle a rempli 'a
tche, elle est fatigue, exangiii
Quoi qu'elle fasse pour garder
son sourire, on sent qu'un suaire
invisible couvre peu peu sa lace
de condamne.
La fort se Brime de peur de
sembler vieille. Elle a le don jui-
msme de Climn* Ella se m t
aux lvres des carmins, el> sur les
cheveux, des coill s d'or. Rsgar-
dez-ia, d: loin. Elle s'est lait un
c >i sage de pourpre ei sa rob i est
la.n ;e de cuivr boni- S sjoues
OU des laqu s d>- soi/.. El e si
dou.ie IMlu ion de li vu et d i la
j. ntiesse Elle de veut pas u d
Uch r d'el e mena; elle n >e it
pis l'eu Ire a la terre ce qui lui
vient de la terre. Pourtant t lie
agonise. Ef, parce qu toutes les
h r me nies de l'air ont etiant
dois son cur, parce que D vis
lui lut bonne et salut ure, ell ; se
pare d'apothoses en face de D
ngi lit cadavrique qui va l'enva-
hir- Elle lve dans le ciel blafard
m bras chargs de bijoux laux,
en hj.nuiage a l qui. incessam-
ment, la K'isa de min mures.
Une une, les feuilles toi ses
et difformes, rompant leurs ten-
dons dcomposs et descendent
dans la vase grise, avec d. s tour
noeinents inertes d oiseaux cri-
bles de plombs Le vent lui-m-
me et lourd. Il chanta bas et
triste U n'a plus ses sauUS lg-
res de romance d amour..
Ou dirait un orgue qui pleure
des notes d'ternit...
Par Cable
feuveiles fetrauyr
Coirnission d'experts
l'orme
^ ' commisaion des rpa
ifm a dcid ,ie former
gttniMion dex,ert* eu vue
^j'**pac l de p i.menl de
*ri*"l' "'"'' "l; m'88'on fnc
' "Ion lf| grHnde- lignes de
(,fw,,|o'i de N! rvimar. La
t *fnnu.vin sera constitue
1e rps diitin.li dont les at
P*r*l>cclives seront d. finies
U em"t. U (ieenion d. U
'"i t uo salas et ics d
bat ont marqus par une gr.tnde
harmonie et une parfaite cordialit.
Sir Bradbury, dlgu par laUran
de Bretagne, a dchir a l issue de
la discussion qu'il tait retenu de
Londres avec une branebe dohripr
la main. Une des sois commis-
m .us coiisliluAiil le nouvel urgains
me sera charge d'lu lie;1 les* voi
et moyens d'quilibrer le budget aile
maud, l'autre vi charged>valuer
le montant des ca^iUax Ssportl
d-Allemagne et cltcrcbar les mosens
de les taire renire, nuis le lUieb.
Auj a.d'hui a commenc la nou
relie re dao> ht ieilio% fra/iuo-
britanniques, arait bf Sir Bradbti
iv nu c ure d dba'a de In mm
mission.On croit ne I" eHrnniaipa
de Mnnratnn* pourra <" ron'^onrn
r- de ' M i i< n "'* mp'ir pieli' e
chne .'. rellement lanjrWe en or
canieanl ni!- soos commission d'en
q'ife et l'on rspre fermement dans
1 s m lie x franais S,oa celle sous
commi'sirn poam dspi bn avenir
prhain fournir de prouva* de
ipi'il p| r^dn le* 'imite p*ecl
pur V, r>ninrn^ k Wien r .' i : S r l
eopnet' dp paiement de I AH m i
gne d'ici 19^0.
On m-'nifetie dsnstousl'* mil'eas
slli la plu* grande tiefaetion
pour t ennr'nsi^n '!e l'aernrd fr"
co sr'g'si^e et dan cortaii eorrles
on le considre rotnme romoen^nnt
laigment Dm concessions laites par
M Pnincer M. B^ld^in sur la
itoD du ronlile militaire inler
s! i. On oberve en outre que Vet
h ird a pn* faeilil par la siliHt;on
prjudiciablfl cr* aux Intrt! fran
on anglais dan* la Wditeranne par
l-altilii le dpi deux dictateurs l'Kspa
gn1 ef d'Italie.
le DoctPiii Meyor cbnf de la
rnti^n allemande Paris a remis k
la commission daa rparation une
nede demandant qu le livraison
faife* par les industriel de la Puhr
nient r.r^d'lres a romp,., de l'Aile
gnecommepaiements des allemand .
Les prparatifs militaires
alleniamls
LONDRES- L'agence lien 1er qui
j u-li a envoy une dpche au suj t
de- prparatifs militaires ailemai Isr
pm 'ne et comme n'. lansleinonu
enlier publiera *i* ** lclaraton
di ant qu *r reo ^\ lent* | i i
q m venant de snui m'oii n'j
t lit pi- d une n.dur nlfl i I 'I ne
provenait pas d'uu SOU i ce lia Q
e.
la rpublique rhnane
DfJSl'XDOttF An COUn dune
runion, attlic a lam un Bou
velle union rhnane pour l'indpi a
dance, 15 digus laienf ursenifl
atout reconn i Mailhn* c .in'.ne ch f
d'un nouveau mouvement.
PARIS Une dp -h esemi offi
cie'le d Dusel Ir.ilf dil pie le g u
vernemeuf pretiactit de la rpubli
que rhnane a Coblence, a anno
que Mailbea s'tait retir r *:u it
pour di-s raison pureine p in
Belles. Le cabinet ad,ici c ni m 0 .i
fonctionner. !>'un autre i i
la mme dpcha le eu r d k il
re .ta groupes de lait' se ont
rr-ume et ont adopt mie i en
faveur d'an* diWolu ion du cabinet
dj Coblence et l'organisation du gOB
v l'iiemcul provisoire avec .Ma tbes
de nouveau la fte.
Dans les rtjians oectip ;es
BFRL1N La gouvernement aile
mand a annone q ie >ou* le ubti
des pour les tarritoirM oc :up ^e
r ne.it raapBndu partir dn i d
cembre date laquelle les munietpa
bls ne seraient plus rembonrae
pour U avanai qu'allai pourraient
fsire aux sans travail.
La commerce dos Jioissons
alcooliques
LONORBi \j sujet de la con
sluaioB du trait aog o aoBi i
pour au lier le com nerc illgal de
boisions alcooliqu s dans Las eaus
territoriale i i'.
Ofilce d>ire obtenir 4a acr
Ha.lies l'assura ice que la cour su
a ne teniera pas la drou tua
oenrvs anglais dv loiaspurtar leur
Allez ton s chez
Paul E. kUU
Visiter son stock compltement
renouvel
Le p u* v.:i i et le plus assorti
de 11 place
V s prix Si rool s ii i, rar '1
ne refusera aucune venb posait le.
provisions da BOUMOB alcooliques
uU - !* il-- la ports auiri
OalD lin de pouvoir 'B servir
pour le voyage u reloui.
WASHINGTON La rsident
de id ; de trans rei rvic de
la mise en vigueur de la rohibitiao
du lpar msni d .a i us tic.
Le centenaire de la Joctrina
do lonr
PHILADRLPHIB Le secrtaire
Il ^he-^ a pronone un .i cour pro
non un di-cours devant l'acad
mie. aiicrii.iie de Scii ICO polili
ijues et ao -i llea i 0CC isioo de la ce
i ibrtlton du c ntenaira d'1 la doctri
ne i M nr l; i ifHrnn me la po
litiq am-'. > ,'ne d i ijourd baidaa
- s i a ions avec l Ivjrope el l'Ame
riqu i lat ne O le i' icif [ua tait en
bar aouie rvc ladoclriue de Mon
roe
Nouvelles Diverses
PARIS J.M. Lafagette, dput de
1' \i ge, i .1. , pli m ;u : lut install la
c ia ii:> d i lp il 's ; I ide a t Hi
r r- i -1 t ae ni a.
IS1Y LES l iUUN\UX La mar
qui- du l'es j i ii a taau l'air hier
.. i h .i ) ,i- d "> minute ave son
li >| |i i ai .il i ainsi un non
veau reeord de dure pour appareil
de S genre.
MM
h Mmorandum
Le ;] part maal de la JiisLcp a
port i la connaissance du Dparia
ment de i I il ii''' iB d'iill
m itiona ) uju I 41 lire i Blet la
-" ta date d i W
h co i -ir I" h eau ni
l'tii le uroj t le loi mo-il
liniit l article 1 j de la loi sur l'cttal
Civil.
Il a pour objet. a l'imufli an-e
du pourcaataa allou bus Officier
de l'fctal l'av.l. dt le porter a 70 n.'o
pu laissant t la ch >>-i J <-; les
lio'inabe l'-cbai de ragiatrt^el
loua les auin-> n. *, ab Ion ans
lequel oe *arvi s seraM laa 'iaspoi
gibitit de l'o eli .un r.
Vu : le Chef le 'ivi-i n,
David IL.) KG ES
Le Secr I tire,
L. llonrs URAND
La piop.iyuiJe illemanda
Li D -ut-i-ti Ce i Itsehafl nous a
mu; rolu broch ir
, | | ., I, (ranciset as
eflre's it | li m ,,lle
mande* de rparait | et 1 rc ma
n k . li i n i i ae
pui r >'
C ii an i i 'et lie
grau I iuicr.il dont nous rec^mman
uou U lectuie-
At^ire dite
des Trsors
Les Dlais 6nrAux( suite)
Nui /a publt mt ci'dssout le dit-
i trs d .1/.' N -i tel qu'if -i t dit
l'audit t recUfii r -/"/-
qurs erreurs n dans notre
compte l'indu.
Magistrat.
Lorsqu'on a suivi avec quelque at
laotien la dis !;..,i au liei i o ! i a
treTribunal l*oo b'b pu n'avoir pi*
aaisi au vif l' d engouement
m.mite- .i ii q ie q <- u i en l'a
veur d Je veux m'exp i
quer leur en i .n , n- un autre
N iti nei i '. enr iinmor*
lit Ce m t des h < s I f j curiauS
de I :.....ii >n ;i pi s. Il
sesoui t i ix t "i; ia da
pr ne l 1 s ra> 11*. Li peronne
lit de ILtvis i i i i | i t in ebo
troverisli- l ml i > e u de s faconde
ri qui t... ao iveot, a 0 !' |fl I
biii de la police eorreciioonella
net pis un trteau, tv. lorspion
sait qu il ne perd ni aux eaitas, ni
aux ds ; qu'il transforma M fan
taisie, au gr de sas besoiue un bit
let de dix dollars eu un autre de
cent ; qu'il russit au jeu de l'amour
avec une gale facilite, il faut bien
qu'on trouve en lui uu peu plue
qu'un philosophe spirilualiste, com
me il t'asl plu se qualilier avec
trop do modestie. Je ua veux paa le
dsobliger et je ae dirai paa qa'il
ed un spirite, mais rien n'interdit
de Mgnnler aes facults remarqua
bls de prestidigitateur. Il me fait
songer que le mot de Montaigne lui
arait ap-'icable. transpos sur le
)'an ilttiilierc perversit o il a ve
.u.Davi t si m< rv< IlleasMaent vai,
divers et ondoyant. Il a jou tous les
l> i q a ;< praii |u tous laa tours,
-,n|i u le loua I .un-.. Homme po
i 11 .1. m iuptita Davis,
i'. niuiera li- uomai ltamirs.
M,; i i... il s DoeteurGense
1 . -,i i H'k actes condamna
bls gala lOB aisanca s muer
,i pluralit de noms. Aussi bien
Ht il dooiil le vaste ihamp de ce
(J.....I |" illHS.
L mira connu ce bain-, parcequ'il
!,. seia pas satisfail des tricherie
ju'tdil bit s du ha.i.ira et des char
mes de I amour mercenaire, il aura
tromp dt braves paysans, ea leur
prenant de I argent, sous prtexte
qu'il tait dou du pouvoir extraor
dinaire de trouver des trsor saches
dan le sol par le colon de :804,
press da raireouales pousse guer
rirae des phaJangaa de notie pre
iniere indpenoa .
L s procd de .),ivi< ef de ses
aflids ont t longuement dcrit I
vos audience" I i I i i>^ laa mme
l'garl de n .n i < uo viciuncs,
doBt c'l i1 p t"' l'as stei a I inven
t .ne de- nom -i v. .>x redira
proc l < S i I coucer .e blvuui
Brutu iti il' iva il \.*t HosatvB*
\ | p | l "J i i '< lad Oprait
ro'it v .. .i 11*. es luvetem
ir .v .il i i i i i li '.... il
Si i i u . .-.ai ira eur.
Uii .1 > i i. i .j l :-.l ma
i i, i i ii . i'.. Aim
i. c 10 e '. ,.4 r uo *
r i iill.il pi la an ig* 4
s. ivel ne, 11 de i ireee.
I ua ici -e
lu. i '. BB U'., dtfvaat r'ils A.me, l
Uge de csitas, de piaai et l'g u
i:

/.
'.-


pan
erlifta l'es le trsors l)jr
Sella, l'une de habitations d'Exum
rutus. Poi Davis e do m \ \-\ .s
,Aitn p mr p side il de a loge .1 -
sptriles j Cuba. Su .prit de Pue
.Aim celte mi m i n scne Jplove,
p te prologue dit, produisirent l'ertet
attendu. Davis et Sauvelerre eu pro
Itrent pour rclamer le Fils Aim
d*. Iltr en plaine iasuffl r I Kxum
'. utus ie sealiment le l'existence
d trsor. Tenant compte de la m n
t li proli le .le Brutus. i's rec n
i i il d Fa i lal d'un so ge
T' vlateur plu l que ues cai les ut
H i- \i m dl irniin, mis a po ut,
Kil Ai- i lit pour la plaine et lit
si lieu qu'il gagna Bru u* la cuo
vi< lion d'un enrichis* ment certain
par la dcoui irl : du Irsor et l'en
gagea .1 rentrer a Port ,,u Prince
ptiu da s'en i.....nir t'aa l>ivis.
I n jem- le. dce abre l(H9,E*um
Brntiia accompagn de Franc i L
p II .-.('. rut il,lr ; lu t Si,/. 1) VIS M r
rils Aim. Il y trouva Sauvelerre.
Davis quoiqu'il parle franais, aeacr
vu d'intei prle. Il lallail craindre
que la communication directe,imm
diale antre Davis t sa t iclimt ne j;a
(AI l'atmosphre da mystre p opice
us fourberies Sauvelerre traduisit
-.m trahir. Il rpta, selon Davis,
les dboires da la vie pi ive de Brave,
la mort de son fila aine, celle t: >a
pauvre r. mma : il .m la prsence
lu trsor 'i sa situ itio i sur les lieux.
Le Jeux compres jourent A la p r
faction ie> rles qu ils s'taient pu la
ge.Si bien que Brava prisau jeu,crut
que <-e qu'on \ u li de lui raconter
I 'il S I, C-t ll'l I illtUlli'ill Spoillrtll
par D v,*.!).- or nais Brave eni ,
eonqu s, ne p ;: i plus qu Bubir
l'actin i de Davis, il ! u isi qu ii
n hsita p s li\ tothqu r Jeux Je
es bahilations pour garantir le prt
pi lui lil afin de lournir les ci a j
mille cenl vingl eepl d iliars que Da
via lui i, i I imail, e\ ,r --.'ment a
l'effet d'apais r I espi ii du agre, im
mol p r e colon U garde de l'or
enfoui.Cependant L )r^'-iia ii , fouilli s'i leient laites sur les indice
lions de I lavis, toul tail nrl au
jour indiqu pour l'appropriation du
trsor. Davis, en personne, officia.
Sauv terre, r'ils Anne |assiltai ut.
Davis ironique et moqueur,, se cou
forma! son rituel mensoo r ,e*
quissa des passes, descendit dans \'
Irou. fi en iquelq tel carolus
qu'il > avait m'5 et les lit voir a Bra
v el aux ailles. La vue de l'or
eaalta la eonvoitise eues Brave qui
se desaaisl d \n dollars. Davie
!-- subtilisa lans temps mne
pie le I u de ... ihill qu'il av,iit
allum ii dssail i i l'esprit de Bra
ve, l'.)"ii re d'ohu b la lion pour
suivie depuis un mois i i avers des
il ra t ag ini i que |u fois liil i-
ranls, n ii i Irop iuveot odieux.
Toolelois ii-- ., n > i Sauvelerre
avaient continua' uns activa collabo
ration, vli-. i prire avee d'autres,
ils avaient toul i toor... perdu 11
rec m .i c i iai 'm' *oua l'action
limuli, t tolot li
br tri, i iiu- ,ti ngre.
Depuis, M .;; La, de trsor il
n'en Tut plus ,| leetion,puisque c'est
votre Juetiee que Bxa n Brutus a
recours pour sa faire restituer lus
lit? douars t pour tre ddomma-
Il en fort d'Alvai Etosalve comme
d-blxiim Brulu .Seul qu'on prluda
par solliciter celuUli la ven !
se- terres et qu'au lieu de Davia i'of-
flcisot lut a pbao Bervin, autre*
ment dit Juifs Lafdla et la Compar-
se. Tliom tr Leurebouffi
Je n4ai lien avance ici q ,i n'ait
l ilit lit ressass a v mj audiences.
Voue vous rappels le- dpositions
de Mural Casimir, de Franc us Les.
pina>so de M,t>ei Pierre, de Jean
Asside. Kile >!i ,' i,l ,ni -. -, |es
oui n mir i ie c mirait nenl aux
pi tention i -1* ;. pr v. nu i,
l'illltialiv I r ;ii i .i, n -
su sa B on ls < ; i I exe u-if de
Davis, de Si>,' ai i : al le u, rvio
Cas dep litio is so il v,ri ii pies, pu.
ceque, quoi pu- pro venues de gens
qui ne -* connais eut point.elles sac
cordent sur tous les faits du procs
el pare qu'aussi bien, el es e'q dlj
lirent aux iol irrog ttoires Je Tils-.li-
u, de Thomar Leureboors et au
mmoire Je Bervin.
Maintenant il me resta a indiquer
comment les actes reprochs aux
prvenus sa rangent dans la catgo
ne des eecrouueri i retenues et pu
nies par le lgislateur. Da l'autre
cot de oonfrrea habiles, diserta
ftuL.il. l'occaeion an iclis de pe
radose, dnient aux i ils toul caras
tare dlictueux II- entendent qca le
0 v aiacabis des oprations sauve
ls sucrai
I *
leurs nul urs de toule pnalit. Ils
iiv permettrontt|e n'tre p ^ c iv.iin
eu, ph.-qu'ils pr.m .lent par ab-tr^o
lion. Il oublient, an ellel, j ime
dire sens prmditation 1rs lenns
eomprbensifi Je l'.ir icle 3J7 lu
code Pnal | ici I dure .! lui te de
l'article .'< ;7 Ttuislmeulea* rau
c mire it Joue dans le loimiiiou du
diit d'i : croquerie.
Ce aonl es manuvres franduleu
se ,la ai-e d s valeur} eouscu
tiv 's ;i c nunurr'sel le Jio.tr-
n n ni de c s dit r valnu s Le- m*
nmuvree i i* moyens mis sa usa
K- p'in Mii-(jieii Le i ie i.Ji mee d->u
Irui. i! varient avec l'i ig niasi.
die *-. Auta la c t le le* peint
diverses.Ea repceteel es emplovos
pur k s pr ivenus ont c insist a tain
un Iro le c invi :!i tn qo'ili tv pouvoir imaginai r 3 da 'couvrir de*
trso s c ; -h dans les t rr ils Br
veBorg lu dans cJe JAIv.Kj
salve a i ai' >e. '.c- iu i . i. i j -imit
Ira dul^us s parrequ'eltes OS sont
pas arrte* la jaetm..e proesee
de c pouvoir, r.llesont pris eurps
dans des njises u scne n-p l es.
el pi pures pour tromper, en
nain l'i.npr -.--io
28 dars 1911 l<
saine pou'tanI
ne. Ces manumvr s sont encoie
lenii nt-< d'eer-qu, iae par le b il
qu'y assignai ull<*ursau surs.stvoir
la renne de v leurs. Aous savuis,
Magisl al,qu cette r mise d va surs
a eu I ru a qu'elle a e suivie Je
J loin ii m ut,
Ce-i do,,- que les escroqu-ries
Impute e i prvenus au prrjudlce
de Exum Brut i- el Je Alva Hosd
va oui t perpetree. ,
el Lxiiiue BruiiH ont conlian s
Ion
, s^i i un arrt l i
la ralit J une p lia
eimplemenl imigi
Les dommages
de Guerre de la
France
IV
Outre les d ci-dessus a ) Dvastalmnt d< s fer-
res cultives dei terr.loiresocc ps.
nous av.ms encore 1 ; h s desl u<-
lions des construction^ ii.ricoles: < i
les des'ruciions d? ville. et d'agio-
mraliuii* urbaine ;J ) de l'abri pies
et d'ateliers: e ) de tut li aa mobiliers; f ) 1 m ns : g ) de
chemins de fer, ro il s t canaux.
b.) Avant la guerre on tiouvait
sur les t- rritoires occups de la
Prenea, envirm 200,QU0 propri .
foncires, g .au les ou petites. Leurs
coostruetions avaient en 1914 une
v Jeur Je rapport appioximalive de
2 milliards de francs or I mais corn*
m- ils ne pouvaient tre ni venins
ni exploits sans les terres, leur va-
1 ni locative effea ive d'un m 1 ia d
ba e sur It t valeur Je ve 11 e , e
peut |iut>Li!emenr entrer i e.i li-
gne Je coia,le. La moilii le c s
eooslruciio >s peu! '-'re nsidre
co urne dtruite, soit e iLrement
soii eu partie.
u,i ptde dos donnes plus d*
la lies en ce qui c incerne les villes
t les agglomratioes urnatnes des
ternto res oi tps et librrt On
f trouvait avant laguer.e 1,20 t,*n>0
constructions urbaines, eu eu res
ronds. Sur ce nombre, SiiOJO oui
t endommages par la guerre a
de degrs diffrents.
Knliereiiieut dtruites
8 lexplqt^r que par le las que T> 4
l'oo aurait cJcul trs haut let.it m rlPIP fTUQ fl ffllma
des inle.unite.co qui pourrai se V^ 1 QM IL IJUfJ WM
dfend.v. \|8j*. c- q il est difli Je fjai*.U UlUiUl
C'est M i re.li a \ ,,j.l)k .
lieu la uouve le r-nrt#ni
d expliquer et ce qui e t au plus i u.t
p nui m r isaan c'est mmen le
gouvernement franc us a pu es ;t
en lvr er Itfif, Ml iniliiards le
lianes sur celte bt^e de 29 millier ls
et demi, valeur e i anl i9li..
K. A. WILTH KNLDSEN
( UN )
Revue
L'Association Internationale des
Hommes d iiUiias J iluii vient de
la re parailre sa Itevue, pour les
mn s d'Octobre et Novembre G nu
mr,. qu'e le a eu la gracieusei de
no is envoyer contient un artic'* de
M. D. Bel egarde. traduit eu a iglah
parU.Cbs. v. Dupuy, etcoi~acr
liait! et on peuple, des eonsi
dratio'is de i. N II. Marsh i I sur
l'immigration, un premi r article
de Mr Cb. upuy sur ta Compinnis
\Jioiale des Chemins d' fer ; les
notes diverses, renseignements, el<-,
Kernereieirients et co nplim nL.
^SSmm*^pi i m .
fitillelin cuimnunal
La Commis-on Communale du
Cap lliiii.ii compose Je Md. Lui
ristoD Lan cbe, Tlesmin Et nm e et
Albert l'iquion no s a fait is plaisir
de u mis envoyer -on Bull lin qui
c min ut d'intressants ,e ised e-
me ils sur la marche de l'dil t
avec des pices et des tats dtailles.
Tous nos rem-rciem i t-.
Oui
^eesl
P< til Cercle"
I
beaucoup de bien pour
cette pice.
Nous engageons nis lecti
1er Varits applaudir |, |
dramaturge. i
* m- mm
Au
Hier malin, au l'cl.i Ceicii 'J
mi auditoire nornb e. x el ijj
noire ami Thinioili.e Part| fuj
rcmarqu.bl caus rie suris
peau haitien .
L'orateur a l l'objet durant
frelieu de vifs et sincres a,lD|,
semenle. Ir
.Non prsentons nos meii
compliments aux membies lu ,
Cercle qui ont. u Pheureo e ids
reprendre la rie des coulrent
linanaillet
Nous avon teco |H curie de i
cailles de Me le Anna Soldes ai
Mr Paul Savain.
Me; leurs compliments.
Varits
Loi
dam votre justice,lie .ouf p rsuad s S1*1 ,ne,a '""'":8**
el je suis de leur avis que si huit J ^rl\'t l"n'^ **
du
pour
que puisse monter la p imsance
verbe, de l'autre cot, elle est
tant -lisline s'vanouir en fame
u contact de laits ci circonstance
de la cause. Ils son pri i.ads, lja
mi b encore ie 1 ur avis, que que q i^
passmii quoi, essayi de s ul< v r de
l'aui cel, voir jualice imposai b e
Peu eudomiuiges
1S l'i.lll'i
| i v< uns
que, pour cm-a ncre
d'escroqueries, il n'tait
ncessaire ni de s amuser a e-ia -.
ter des aveux, n de >e livr r sur 1)
ms. Sauvi lerre el Berviti, aux Jr.ti
ques prinuasdela que lion.
nos
Sermons (! l'Avenl
Hier S4itronl commenc dans
jli-e les stations de I Aveut.
Le- preJic Juins auront u--u tous
les dimanchea ds o heures et demie
immdiatement aprs lee vpres. A
la Cathdrale, alle seront faites
durant les qu 1res dimanches prc
danl la Nol par le II. P. Jeu, Vi.
eaire gnral.
Ctrcl Port-au-Prince
MM. les numbies du Cercle,kurs
familles el leur* amie, ainsi que lis
invites habituels ?o, l convies ^ans
faon la ssulerie qui aura lieu le
smedio Dcembre prochain^ par
tir de huit b ure du s dr.
La Comit
3 3,0 0
168.000
265,000
70,000
814,000
La moyenne du degr de deslruc*
lion dea construetiooa urbaines dans
le nord de la P-anoe peut donc l a
valu iipproxim Jiveni, nt et ea s
craint- le trop se tromper, a 00
la val :.u de rapport Je cas conatrec-
u .-lions tait value en 1911, i f
milliards Je fraoosor ( La valeur Je
veule, calcule d'apis le reiiJeme il
des li vers les btiments et loge*
mente, n'tait que de i, B mDliaids).
8t, pour I s rubriques a, b, c,
nous prenons les valuations de 191 ,
recliHanl seulement que J aux ru-
bri ju s d cl e, noa. o.tenon- le la
bleau suivant Jes valeurs qui se trou
valent en I0i4dansla zo ie dvas-
te du nord de la France.
Millions de franrs or.
A venere un buggy compltement
remi- >, r. cheval et liai a i.
S'a Ires^er au Matin.

loir lilra Cint'furiets
Que l'on se ra| p lie que c'est ce
soi,- dfinitivement que nous aurons
le plaisir d enlen re "Gnral grinn
promminuin" da s un mon Jo^ue
SSOsatioanel rnulaut sur l'a : ,,.e ie
la main noire.elc.etc.
Le* caries s'enlvent rapid ment.
il y aura aalle combla. L'nir-e e-t
la porte da toutes le- bourari
Le paquebot 'CARWELLE'' pa-li
de Bordeaux le l!> .Novembre est at-
t ,i,i a fort ,u Prince le 6 aiurant.
1 repartira le nine jour p ur San
li.'o d' Cuba t*l i>s i orfs 11 Sud
De r tour Porl au Princ ven
le 11 il repartir. 1 mm j'tir p lUff
St NetC, Uoiives, Cap Hatien,
Puerto Plata. San Juan et le Havre.
Porl au Prince 1er De-mbr* 1923
L'Agent. E. ROB LIV.
cviyj m .....ni ~~* -..
4ii 9~nom4 vu l >*
;o/iVn chau**urff*
HATTAT
---- CbrePiilE. HibIU?...
17500 -------------
Ces 27 milliards et d mi raprseii*
tai nt donc eu 1914 le m iximum de la
fortune piive da is les territoires d-
vasts; on peut prendre comme mini
mum la valeur de Vraie de tous ces
biens.Blle e1 levait I peu prs 18
milliards.S l'on ajoute ce maximum
la valeur de-* mines des chemins Je
fer, Jes routes et de la proprit fis-
Mardi
lysleivs ileJHei-lt
2le et 22e pisodes
Le Tigre Sa
Entre
Nouveau* Hatiens
Le Journal olliciel publie
arrts il aprs lesquels les per
ns suivantes ont acquis la qualj
l (i'Iiuiiicii : Mme Vve lu
Armand Tt^serot. ne Marie
nie Lin ni U.'iie Znon; 1.011
t mtin K"\\ is Vitre Ni;olai
Tli 'plul- Sli pliens.
a. Terrains agricoles
b. Oonatrueiios agncol s
e. Constructions uibaioea
d. Fabrique et ateliers
r. Matriel immobilier des dits
f. Biens meubles
7 000
2.150
9,30)
o00
:.i0
2,i00
Mort d'Emmanue
KernUan
La lii-te nouvelle nous es! parve
nue le la mort Leoju^e da n tire
ami Cb. Emmanuel Ktirnisan,a cien
Dput au Co ps L0'islttif -t auleur
de diflreota ouvrages apprcis, en
tr autres < La Docirino de Mouroe
cal-, on n'obtient en aucun cas plus et le Droit, Naturel les Peuples t,
de ;0 milliards d> francs or, aoil ni Le Prsident Witsoo et la Ilpubli-
val ie au dbit pr nous co nme
re^rsentani peu avant la guerre
l'entire fort me nati n Je ( provia*
ci Je ) dis ta Taies leva -i s.
Ur, en fvrier IMI, le gouverne-
rn^ni fran.a > remettait . la commis*
^ "ion des repu niions le tableau des
Commission lommiinalt
Lin arrl* Je M)ii*ieurlePr
sident de la li biblique uoai
une commisJon (Jo nujuoalpi
la ville de livmi" lei^oiwcillani
dmissiounair ; (^etle oinimsi
sion est co-npos." de MM Lud'
lade nr-i b nt, Antoine Auquel
et Jn-BantisLi Si-Surin Liuneut
membres.___
Carnet mondain
Saine li soir, Mr leHautCoi
miss ur'. et vl u ; |{ i-o.;il n.il iiiil
n un diuer eu l'Iionn^ur ie M joj
sieur le Prsi lent de U H,iablr|
que et le Mm 1 Uorno.
Les autres iuvit-s eiaient M,f
B 11 -delti, Vie Ciui Ile Lo*
crit tire d'util des ll;Unn h\
lrieures et Mme Lnn, M^r1
ntu, areli'Wpr de in lU-l'riiK
M^r Polatli, Mr et Mme Freemi
Mme Kuser. 1
d"ti
Une gourde Loge. Lue gourde et I ndemnJ s suiv mies qu'il fetamt t
lie.
Importation
des a^moMIes
t
b av s s la Secr i ie u
Comm rca informe ,| 'en vue Je
mel ra lin auaabuec u- atel tnl 1 ar
le> douenev que par le Dpa lem nt
du Comm rce relativement l'eutr e
de l'ertiole "Automobile*' dans e
pays, il tal po.t la conn Janine
des intresses el /le tous v>\agmrs
venant ,i l'glranger avec uns auto
mobile que eel article, n'eu t p%
eompris daoa lee articles dsigoa
comme effet de p -- .- re, apn it
l'errl lu 18 Kvr vr 1917, 1 ,
tre ace mpeg J lue .s 1
menls 00 ulair e u pi \ 1
P1'- le l.i : ,u .n n re ..1 ^w.i
lre nia ni le-
1 avis ntiviu
Dcembre 1.'
pour les dvastations commises du-
rant la guarra sur ces t naine et
dans ces dielricts.
V Jeur les b' ns endorn-
iUgs en mJlions de
f,in m en 191 i,
1. Te raina agrtcobM 8,129
,T 1 raii s forestiers "04
p beriee a
que J II ,.i ,, et
Les funrailles ont eu lieu liier
prs un It, en l'Bgliae Ste llose de
Limt, de L igane.
Sincres ooad tlaacei aux parents
prouvs,
Ce Soir
C est dfinitivement, co *oir qu'au
ra lieu a Varit, la repreeutetloa
e par !e groupe
thtrale
Balnave.
La f j, prom
t<-. La 1..... e-
d'tr- trs LrilLn
Un sourd et demie
Lue gourde ; Lige
b. CoaslrucMoBi agricoles
c. xutrw constructions ele
d. Fabrique et ateliers
e. il i 1 meubles
f. M n.a
g. Cbesain de for
8,n i.i
1,0.13
ii.l
5,912
5,216
1.073
024
e renvoye
annonce la semaine der
il vigueur la 31
19,516
l.'vJu .Lkii ics dommages cal
ule -1 ,1 lu-- la a viieur u
lUl ,,L i u a U oui \t ,|
d m e I 1 ' 01, e s -1 lire |U e
le reprsentai! le m ixtmu .1 le tou-
te la foilune nationale* dms les
terriloires J^>i>!. On a-.- eaurait
urepiM-S iin?
> Les Crpes Marocains, Crpe8
j.i;ricains, Crpes Stanley clie1
Paul fal. AUXiLA, sont relle*
m n n rvi'il'nix.
Fi
La fte anu
nite p ur 4 dcembre, est lenvoye
la semaine proeb^jne.
CjrTSi
Sur damai de gnrale, M. Cuslave
Au^ son, l'auteur de celte desopilan
te . m Jif, ouomuI a ei, Bonnet une
nouvelle ieprs. nUtioo, Vendiedi 7
du eoursat, Peribiena.
La Petite ma'SOBj
1637 Rue du centre,||
Anuouee a sa bimveilU'i
clientle qu'elle vient je reeej1 |
par le dernier frantis de
ijantes ehatattres pow 'm
KrainJ choix d? souliert Oil
fants. .Iriussettes, cha^eaul.!
lmes pour entants, iia deW
i|ii ilil 1res rej -iiunaii loe j/lj
nier m vi'ii-.-s, belles dentelles .l'iofl
Il .n.-elie, LruJeicv rubans.*
fumerie, onjls religieux, ^
ijirs jolies coup s Je.s.in^iuig
linon, toile nationai.-, loile pur k
bouquets a irnttures et ll,i\u
ete.eic. Ln K
maries, ete,
chaussures de bni.
.toiit-te ohoix de lf
trs bon floO*
KIIe a .tire aussi l'ej^^fl
ses nombreuses et lidle olieojj
; avance poe^
d avoir s inscrire a
leu
1 s connu m
Jes Je lm^,,e
une
roltes lin^.rie, oMJS ** vju
nets, ete, ele. Spcialit*J"-^
son an .Je pouvoir eu ******
livraison la lin de laun
prii trte fW**1


HC'.W *, r -
ilvimbiai Sleamsliip
Company Inc.
Steamer W..JM. 1 (OPPEH nan
ort* du Sud est attendu "ort
rince ie 5 Dcembre t auront. 1 r<
r Ip n ente jf,vr fotr A/url^e.
|((K ports du Ko d pr nunt fr f?i
ian P.' uf 3 rabn 1923
Ifiebara & Cu. ,ig.-
lion ilioe Polij h
conipany I
H
/New l'or If
rM,
Sf fVif tajetaj brotrgtt la ttau dt tr ijur
*. .t.-.. iMiM^ m /. > ri.itu kltUnt t. a....^)(i
JitOM testai ni couliur ti la souple <''
HQMXiKM"
n*v spfinkmfn'Pnur .n Admis *' h^mil'tntf lu kigk S*
llro/ty /a />"' /* f" *'""* 'Owf' / bumid'' <* ct>.tt*w.
Imlrtlunt leur ioib't onurx Uvr brillant.
Md*L la marque \ CM 'GRA.W c Ht la mtilltur d- tou** Im tmtnpf
Eco. JE MSHMk *!>.** P,|f Hall
a maison
11. Ilalh ni l'is
lie ?ou\, 120, p.* du d*i*dt ^e rliun ?ill joi.:
!ruia\ se l'iii e plaisir dporter I lit cannai**
Isa iioiuIm'CUM ciieiitl el Ju public en ,
les rayons cou -t;iiiuiiuiil se ivhouv. ll ni en
iadises de |>rvmiie qualit, choisies avec yol
i porte de tontes les bourses.
r: Bijoux, montres orfvrerie, un grand a ssortl
bibelots, sacs en argent pour (lames, rouverts
titre, couteaux, ncessaires en anjent pour du
Itssuire eouture, glaces, tableaux, descente le
latiquaircs, dodlnes, chaises, lavabos, services
le en porcelaine,c.randa e petits lits en tr et cul-
iceaux en fer et eu bois, ctiaises a roulette P^'
jlitsdc camp pendules, rvexlle matin, ssrvloe a
N, tasses, lau.pes a.s. tapis de table, vas s liai ira
nnires, chapeaux feutre, chapeaux lame, pana-
*>sques, jami.ire, parapluie*, mme chapeaux
tames, chaussuibs pour aames, hemmt & enfanta,
uffss en itutree, p.lm-beach.
""es, coudre, faux-cois, cravate chemine
N t couleurs, ciiemisettes, jarretire;, oeinturas,
. chapeaux de paille, chaussettes, mabes arnri-
i Valise* anglaises, joujoux, pendulettes cl coffrets
J* en nacre, leurs art.ficielles, plumr fontaine, oa-
pour baptmes, hanaillea et mariages, lampes
lVes, jeux d articles en os.er pour asiou. vlooipV
Utomooiiea p^ur enfanta r aincux chapeaux fu-
almo, assiettes, carpettes gyptiennes, porte cha-
'llhels iian lie marque Docteur, pi]am-.s franais,
;,"anaia haute nouxeautj.p rle-ireaor.sac* pour
a cai'neis pour ho mue en peau d ItUaSie,oreillers,
^c. serviettes a'a\ccats, etc, etc.
LUBk\
tiutu per:m s
**, Rue ovale, Fi.ru
Ses Parfum*.
f*u,mm Kismet Lacdor -- An Soleil Eii.yu.ai
inaixllis Bouquet do Papilloof.
Sc Foudres,
Ses Si tons

S(S LotioiS
^
PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CANONNE
40, Rue Raumur
88-00 Boulevard Sgbastopoi
PARIS
fenuasl
LC UEILl-El it UAUC1I DU MONDE
Produits des Premires Marques
et toujours de pnmiire fracheur
UNE SELLE QUALIT :
LA MEILLEURE*
RAYON RI'ICIAL
POUR LES COLONIES
DIIOUUE1UR, IIKItHOIUSTClUB
SPECIALITES
franalioa t ' an^rw
8CLS DE QTJUfD PURS
Toi: : produit* ni flacon,
ampoules, comprimes, cuchett.
SOLUTIONS MYPODEIIM1QUES
BANDAGES. CE1NTLUES,
BAS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour ton uagea
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hjpudermiques
PHARMACIES DE POCHE, DE VOfCE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usiues, Communes, etc.
Projets de Facture
et tous renseignement
w demande adreui*
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
88-90. BOULEVARD SBASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en Francs al l'Eiranger.
' e* ch ipeaua de
paille fine chex
Paul E. Anxiia
i ven I ntmei leur march qu' il
Or Flix Coicou
Mdecine chirurgie
Spcialiste de* affecliokk., Itui de .a lier.
uu u i ut hrullai
4 l'bouxpur d'ioforui r >a WenfelU
Ihiih- lieni!* qu- i .... B'jbaeolsr
dt U C'mltl auvifuii ne q i d-jours sbiift Ar \*> I Priai liara
4- i\ d.rcliOil 'le toa iiuiet et ds
Bon lnhe ''"'il _________________
a:\ .....,;
A:.
Ln, plus puissant aD;',-
Bans Murciir ni C i 8
tulvaat U trTBll d* M. 't n,Bl.
CUlmlsM d* llo.iltnt Vaat'.i >!(>' i-
DvlruJt ItiiUnUii'ment ton le ni:' df i-
P*(, du OSsMrah la Firri,i~ *' rit..
t Z)rr< ir Pmym oh.>a.
>.r&LAi>iBi VBraiw>rw
Indispensable contre le? Epidmies
s
l.ehn ^c Fink, Inc
Fonde* en lt~6
Supriorit Pat prli Porapi^de
Ttms produits chimiques, pharmaceutiques et autra
.utieles veudahles dans une pharmacie.
i pices, lkui\re. Cannelle,!lirofle.A:iis toile, Muscade
etc, t3tC
SUCRE RAF.NE.
Spcialit : .'.larqtie prive Lysol dsinfectant, Parfa-
uierie, Articles pour liabiers, llay RttlU, Cbooolat en pOtt
dre, liUtle de foie de Morue, Emulslon ColU Craoi, Exj
trails pour faire essences et eau lie toilette, Kau de Qltt
liao, Poudre OOtltxa les inseeles, Sjluton pour conser-
ver les fS frais, I.ait de Magnsie, PO lire suprieur
pour la toilette des enfanta, ...sseiice do ileurs, l-iau de
llorida, .Miel pour la ta1)iet Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, llrosses dnis, IVpprrurnl, liuile pour
cliasser les mousti<|ues et autres insectes,llegulo; : liuile
contre cunstipations et doublesdes intestins ciiroui(|ucs
Th, (lire pour les parquets,Comestibles, llx rs.Kpicaa,
Sirops divers, Teintures diverses, Vins, 'te, eic, elc.
Demande/ le catalogues des spcialits,
Confiant vos commandes LL UN & FINK, lue; vous
serez absolument satisfaits.
2 routes les boones pharmacies duj pays s'approvision*
i.entchez LKIIN ftFINK Inc.
L m **. Ihha d>
Agent oxcusi' p^ui Hati
F O.PlFn rompany
12 WEST RHO 11W Y
NEW-YORK
F0\ K E\ 1847.
SUPERfORITt BIS PRIX
fabrique de :
einlurt s, Vernis Ocres
o t io soi i< s.MasIic.
oti R, inbaud
Aj A p u H ti i
^w
enl d;ms louks les bonnet maisons
nt pour res AutiUsii;.UAi>L.L Po?t-uPrins
t; 'Ii ne grand caillera* dan
a tttTC d'aaa pour toa !o uM-
. taSSI * raarooOL. ai, m m > BtfMha, P8
, ta MM i TeaMf > PLanatoU. mm*
Remerchitenfs
Mr Dr \. Lsurei ceau, Vlr et
Mme J. Lahi ns enfants, Mi et Mme
K. Biamby et Ipiim enl' nti, Mr et
Mme J. Boony el leurs enfitnts, HnH
Brigitte Lnurenceau, Mr cl Mme X.
Elis et launeabots, i-HeiGecili
t Lucie Lr\urencau, Mr t-'lix Ka-
bre, Mme Vve . Morono cl son hls,
Mr et Mme Kmm. Djean de leure
n Tante remercienl viv.mnt la
(lonTrrie d.s Mre Clir.- ienn1!!
; mai que tous les amis q ij tet ont
h etata l'oCf 8 nu u la di-, n-
|i< n ! i r i- RietW :
Maria A i t< th< ": r n e.
pn r VvsCaaln t L in ce u
e; leve I 1 w ait. cl' D I 14 du il.
lU les prieol d rw r-lr lei i te
m-1 rime n la et oe croire leur pro-
Ncade gratitude.
filsii 1 Bmq
CHICAGO. ILLfl
Ma lgue.Huiledecoton
Huile Clear Potk, ttnt Sa-
1% Jambons & lacon,
Uueaesmu eaux,Lvres
n eds, Oreilles de pork.
Saucisses eu buile.
Poited mtals,( Ic.elcctc.
Prire de votr le Prix Cou
rit*.
Lou H. Ti\l:ud
Agent exclusif peur Haiti
CO r '
(4m


PAOPIU0IAIH E
Clment Magloire'
BOtf V'LRiSA
1358 Rua atmerloaUa
MHBUO 20 CENTIME
Quotidien
Rouf sommes pour le principe
d 'autorit, qui aeul enyeudre
l'ordre et la disciplim*. Noue
sommes pour le principe d'au-
torit parce emi discipline,il n\ a ni Ira
vail fcond ni progrs utile.
t Lt FIGARO
TLPHONE NoW
Hrne A NX !':!: N 5078
P< R IT-PRING (M Ml P-
1-1 :\!'I 3 M-CKMBRK 1VP3
PETITE CHRONIQUE
petits qui s'ont m de n: amans
usi
me
tSii
u
pour toi que j'cris ce
Il toi que je pense, pan
MiOn\me, | tiil liv dis
titiutb uluy. Lu i ei se,
toi, viux tu, tndoimir
bu et le conter une
?..
lois, il y avait un homme
lchant et une petite ouvri
jolie Tu ius,les messieurs,
paroi-1 mielleuses, de> pto
dores pour la puuvie uu-
e connaissant pas I amour.
Mit connus, revus. La
fille a reu ues baisers..
durs pas! Je conlinue. -
;,on ne la revit plus l'a
iij rie t'explique pas s'est
petits entants ne compren-
ds histoires-l VJais un
[tu auras vm^t ans., alors tu
ulras. Sache seulement
monsieur mchant n'est
m. ;i uis sa place, une
t*f bel., u,i eut lit- Lhis
'^e;ia j une ouvrire est
TMamau Mais comment
Wir vivre deux, sans un
pour apporltr de Parlent?
"Mipmlu un jour, toute
Mutilai il.-, serrant dans
'oii-r. fml, puiu la tbr-
l(w Elle a le cur bien
on iiiiynon, mai* on ne
piuoiiiir de hum .. E:,un
*peiit bli s'veille, dans
Pi sais maman...
"lie hHuire qu : je te ra-
Ijhitloiie de luus les jours,
Mire lui que j'.iuit tant.
seras grand, je t maudis pas la nj.man Elle
*"*?, elle t'adorait. La co-
tt Ion pre. Il fut le bour
" vous deux... Quand tu
' ne rougis pjs- Si
des viveurs et des d-
n t'appelle c l'enfant
PJ , parce que tu as un
'inie, un cur avec s*,
"r"e et d'amour, continue
wen toi la joie de vivre!,
le la uiamaman, tu au-
18 joui, je te le jure, car ie
de
flrgot
Bt ho.,
me n aurait pu. mal-
T
^ sis promisses dotes,
uiienlant, moi siu-
l,s' 'slen.mes, a ne sait
pas ftrrfl des marchs: elles ne sa-
vent que payer chrement tout ce
qu'elles achtent I. .
MELANCOLIE.
Les cieux ne sonf plus ardents.
Les libres oui fioid. L'herbe p-
lit au front des collines. Les oi-
seaux s'en vont- I| ne resle, dans
Ml feuilles miuvs,que des chants
monosyllabiques dernires notes
brises d une nature qui n : vibre
plus aux vents brlants des tro-
piques La lumire, plus belle et
plus tranquille, esi pale comme le
regard d^s yieiilirds. La terrai
livr ses fruits, elle a rempli a
tche, elle est fatigue, eiangus
Quoi qu'elle fasse pour garder
son sourire, on sent qu'un suaire
invisible couvre peu peu sa taca
de condamne.
La tort se grime de peur da
sembler vieille. Elle a le don jua-
msme de Ufinine Elle sa m t
aux lvres des Carmins, et, sur les
cheveux, des coifl s d'or. EUgar*
de^-.a, d; loin. Elle s'est lait un
c M-sage de pourpre ei sa robe est
laai e de cuivr b on J- S. s joues
Oit des laqu s de sang.. El e se
donne lUluion de Ij vie ei d la
j uiiesse- Elle lie veul pas sj d
Uch r d'elemm.'; elle il veil
pis rentre a la terre ce qui lui
vient de la terre. Pourtant i Ile
agonise. E, parce que toutes les
h riucnies de l'air ont chant
daussou cotur, parce que la vu
lui lut bonne et salutaire, elle se
pare d'apoiheoses en face de lt
ngi lit cadavrique qui va l'enva-
hir- Elle lve dans le ciel bialard
si s bras chargs de bijoux taux,
en h jtiunaga a l e im. incessam-
ment, la grisa de mm mures.
Une une, les feuilles loi ses
et difformes, rompant leurs ten-
dons dcomposs et descendent
dans la vase grise, avec des tour
noeuients merles doiseaux cri-
bl! de plombs Le vent lui-ui-
Tie e.-t lourd. Il chante bai, et
bisle. Il na plus ses saul.s lege-
riS de romance d'amour..
Ou dirait un orgue qui pleure
des notes d'ternit...
Pstr Cable
pouveiles fcJtaityrts
^mission d'experts
1 orme
t ^r. commission des rpa
tJl! A*u* de former
>..mo d'e|.erta en vue
ir( ?' Ce,,e ron mission fonc
,f '''or, de M. F.inia.. La
Nia mi>M"n sera constitue
oinr'1"' d,b'n.|H dont les al
2T'U^st""l', d. fmes
RNin. .' *"' riccitlon d* la
WuBssiae et les d
bit ont ' marqus par une grande
harmonie et un* parfaite cordialit.
Sir Lie .1 Lui v dlgu par la Gran
de breugna, a dclar 1 issue de
la discussion qu'il tait revenu de
Londres avec une branche d'olivier
la main. Une des sous commi*.
sions coiinlituant le nouvel urgams
me sera eba^ga d lu lier les voies
et moyens dVquilibiei le budgt-.t aile
maud, l'autre sera i h iige d ^raluer
le montant des ca,>il,iax tiportl
d'Allemagne et clieiclit-r iasmo\ns
du les taire rentre.' .luis le Ui-'icli.
Auj -u.d'hui a commenc la non
vello ra dans ht ieialioa freavo-
britannique!!, serait -lit Sir Bradbu
rv nu c m mission.On croit ane l* tHi maipa
rtV r^paratnna pnurr m rivn-'il'i<'n
r -Ip -n ''^ i i, n '' mp'T piel'l' *
chnaa dp rellement lanjrh'e en or
KATtisanl dos soos comiaiMion d'en
qnle et l'on repre fencement dans
I s mli' x franais sjne celle soos
commission pouirn dais >:n avpnir
prof-liain f >nrn;r de pranve de. on
u'i'il H pi'ibn' laa 'imites pcrt
p*r V, Poincne* r Mut' r 11
r*pfrit'; Hp paemi nt Ac I Ail ma
gne d'ici 1930.
On m*ni!>f* dsnstousl'? milieux
allie la plu* grande ratifaelion
pour la conclusion ''* l'accord fran
co ang'aie et dan* earlatns cercles
on la considre comme comp^n^nt
laigament les concessions fiiilo par
*' Poincar NT. BaMwinaarla
.; itioo du contrle tniKtairt inler
al i. On oberve en outre que cet
a.-.- ird a *>n> facilil par la aitaa4 prjudiciable! cre ht intrts frae
i anglais dana ls addilranne par
l-altilu le des deux dictateurs d'Bspa
gne el d'Italie
le Docteui Meyer chef del dl
jriti>n nUcmande Paris a remis
la commission des rparations une
noie demandant (pie les livraisons
faite* par les industriels de la l'tilir
soient m5.! I^es a pomp1'' de l'All
gnecommepaienients dos allemandr.
Les prparatifs militaires
allemands
LONDRES l/agenci (tenter qui
j'U'ti a envoy une dpftche au auj< t
des prpantira mi i airasai em u dsr
pm 'ne atcosmentfl danslemo iaa
entier publi. <>] unedclaralion
di i il qu-' es ren> q to venant de source an* > i
t .il pi- d une nature > 'fi i 1 < I ne
provenait pu d'on sou i es lia
se.
la rpublique rhnane
DUSSKLOORF- ku cours dune
runion. atthei a lanc une nou
velle union rhnans pour l'iodpro
dance, io dlguas laienl prsents
ont reconnu Vlalllies Comme h f
d'un nouveau tuonvomant.
PARIS llno dp .h esemi offi
Siella da l>u>g.u
vernemeut provisoiia de la rpubl
qua rlinana h Coblence, a anno <
qu* Matthci s'tait retir rcami ; it
pour dos raisons purem. |i ta
nelles. Le cabinet actuel ci nt ni e
fonctionner.ll'un aiih" ute
la mme dpcha leaeb r i s il
re .ta groupes r.-u:iis et ont adopte nue i < ;
faveur d an* dissolu ion du cabinet
dd Coblence et l'orcanisafiou du ioo
v-r.ieuieul provisoire avec .M i ths
de nouveau la lte.
Dans les rtji.ins occupes
BRRMN b goovoraemeot a'Ie
mand a annonc q is >om le subai
des pour les territoires occups *e
r uesat suspendus partir du i d
cembre date i laquelle les ninnicipa
lits ne seraient plus rembourses
pour les avancer qu'elles pourraient
faire aux sans travail.
Le commerce dos alioissons
alcooliques
LON0RB5- \u snjel de taooo
aluaon du trait ang o amaric
pour arrftar le i o n lai illgaldaj
boissons alcoo!i 11 dans Les eau*
te-ritori.tles ajn i -. | ['
Ofiice dire obtenir du
Huches l'assiiraiics que la our su
pri*me ne leniara pas le droit aux
naviros anglais e trSBafOrtff laurs
Allez tous chez
Paul E. UZIL i
Visiter sou stock cempltement
renom, l
Le plus vari et le plus assorti
de 11 place
V >s prix s ropj s i iens, rar il
ne refusera auenni venli possit le.
provisions de boissons alcooliques
uus so lb dans le ports amri
dus n u n de pouvoir >'au servir
pour lu > jrage u* reloui.
\va.sii1\omi\ La prsident
a de id : do iransii i le i rvice da
la misa eu vigueur J ibibitien
du lpar.ameut du b isornu dpaita
niai.l de ui justice.
Le centenaire de 11 doctrine
de fluiii
PrULADRLPHIE Le secrtaire
H ighoaS prononc un .i cours pro
nonce un .li-eom- devant l'acad
mie amsicaina des sci< ices politi
ques -t so i des I oi c ision de la ce
i | n du c aton i r* de 'a doctr
na I: Monr ie.ll iftirm me la pu
Ut i amrienne d'aujourd'hui dent
ms re allons avec l Kurape et l'Ame
riq is lai u" o le Pacifique tait eu
bar nouie rvo'c ledoctriaa de Mon
roe
Nouvelles Diverses
l'.\KIS ;.\l. Lafagette, dput da
1' \i ge, a demande qu un appareil
ralio. i pli m |U : Inl install la
c ia nhn d ta !p ils ; I ida n t Hi
v r- u t a ->i c
IS5Y LES i iUUtf\UX- La osai
qui- i" l'es pi ra a tenu l'air hier
i.ltnl n n- ia "> minutas avec son
Il ! .....T.'. M i al ib i ainsi un non
Veau r-cord de dure pour appareil
de c* genre.
.v P
Stf! Il MlMl
Mmorandum
Le i) p ii ti ment de la Juste a
port la connaisaanoa du Dparie
ment da il il rieur ( Sec on d*l .t' >r
m ition i ) que le l lire i Etal la
| J i- ce H I D '' la date d l 20
. co li sur la !i i eau m
. i l' Cl. la pi 'j i le loi mo ii
liant l'artida lo de la loi sur l'ctat
Civil.
Il a pour objet, vu l'iinufli an :e
du pourcentage allou aux Officiers
de l'htat (vil, d* le porter a 70 o.'o
en lai<*aeal a la ch .14 d ce foae
lioiinaiie! l'olu. .les reipsire^ et
tous iaa autres Ira -. nbiodon ans
lequel e aerviea s. rut mi? impoo
Stbilit de fo cli >im r.
Vu : le Chef le 'ivieion,
David 11 JKGES
Le Secr t me,
L. Henrj IHA.ND
La piopatj-inde allemande
La DSutach Ges a Itsehafl nous a
t 1 une volumi la ia brnch ire
e m 1 it ei al ara inJ ir mis et an
gi m lea eflra'i et pr ip 1 ili ms tilt
mandes l 1 larati 1 '. I rac >na
ti h 1 ir .11 .v al i- s le
C ael un 1 cueil d< mts de
grau I intrt Jout uau* recoin ma n
uua* ia lectuia.
Affaire Es
des Trsors
L's Dutls fiiirauxi'suilo)
Nota !"('"'. m 'dessoui lditr
cot s / Me Nau tel qu'il << U du
lud i pour />*' ques erreurs l -: dans noire
compte rendu.
Magistrat.
Lorsqu'on a suivi ae. quelque at
lantion les Ira Tribunal l'on n'a pu n'avoir pis
saii au vif l'a p d'e ig luamant
m.unie p u q le q 10a u is en l'a
veur det prven Jn vu v m'eip i
quer lem vn 1 1 <* par un autre
sei.ii n' 11 .i. rur immora
lit Ce 1111 des lij curieux
de d f......11 >n igupj a. H
se sol > . . 1 1 .x r.g ms du
pr nci l'i i s i\m ii* ii personne
lil de D-tVis 1 1 1 I 1 pi bina oho
se Je la- 111 .nt. li va e 1 la OU c mi
trover-isle toul jo eu de sa faconde
ci qui trop so iv mt, 1 0 que la
bin do in police correctionnelle
n'est pas un trteau, lit lors pion
sait qu il ne perd ni aux cattbs, ni
aux ds ; qu'il transforma sa fan
taisie, au fi da sas besoius un bd
lat de dix dollars an un autre de
cent : qu'il russit au jeu de l'amour
avec une gala facilite, il faut bien
qu'o trouve en lui un peu plue
qu'un phiiosoplie spirilualiste, ion
me il ses) plu se qualifier avec
trop de modestie. Je na veux pas le
dsobliger et je ne dirai paa qu'il
est un spirite, mais rien n'interdit
de signaler ses facults remarque
bls da prestidigitateur. Il ma l'ait
songer que le mot de Montaigne lui
serait applicable, transpos sur le
p an d'entire perversit o il a ve
lue.Davis est uieivi ipeusement vaia,
divers et [>adO] il II a j .u tous les
p 1 .j niges,pratiqu tous laa tours,
emp 'i le loua oms. Homme po
i 1 1 1 Juan B oiplikta Davis,
1 ii.....'. ti se munie Itamiras,
M 1 un. il 1 app 1 b Doetrur Oorue
1 -. sa 1 ;i s< 'indamne
blai gala son aisanca s muer
IOUS 1 pluralit de noms. Aussi bise
a 1 il lborda le vaste < hamp de ce
qui -i permis.
L u ia connu ce banc, pareequ'il
ne ara pas satisfait des tricheries
profit bies du baccara et des char
mes de 1 amour mercenaire. 11 aura
tromp de braves paysans, aa leur
prenant le l'argent, sous prlexle
qu'il tait dou du pouvoir extraor
dinaire de trouver des tisors c.icha
dans le sol par le colon de 1804,
press de fuir sous les pouss, s ggff
r.ires des |ha!anges de nolie pre
mire indpenda. a.
L s procds de Davis el de see
tffida ont t long lemeui decrita
vos audiences l mt l o>iumea
l'gard .le-* n m 1 euea viciunes,
d'Uit c'tait pili ster 1 I iiivsd
Uire des noms J vtua redire ses
pince i'- m ij 1 cou car .a hituiu
Brutu lit U 1 \.v 1 ttoialta.
A I p | "a ci M.l- oprait
c lit >i -lue a) .1 terre
travaili lit 1 1 .> c.. . il
mv i.l .' 1 n ,1.1 e, 4 ira eur.
Un .11 I, il ... I >| 1 isll 1 iue
Il I'
.- I) li > .'.. '.ua
1 : I a r un e
r I I 1 .1 '1 t .a .1 Ig-f S
1 OU Uses.
I un ... 1 d A ... Devis .\i6i ce
lu. ci, onfitj devant fila Aim, t
Uge le cartes, de pians et l'^g an

IkaO


T?
LS 1AJ
*
Hrliftt l'es le tr-ors Tbr
gella, l'une de* habitati a d'Exum
iBrutus. Paii Davii a Louns Fus
^im pour prsident .ie s la.- .1 -
tpiritts a Cuba. Sr l'esprit d* Pue
.Aim cette misa en -c .io dploye,
ve prologue dit, produisirent Pelfel
attendu. Davis it Sauve terre eu pro
ti rent pour rclamer le l"ils Aim
d'i lier en plaine insufflai Estim
n uius ie sentiment le l'-tsietence
d trsor. Toaant sompla d>. la m n
t io pr 1: tle de Brutus. ils rec ri
fo i si d'un so .i
ri rl tti ur plutt |uo .- cai iea et
H \iisi dl min, mis a po ut,
Pil Ai h i ii pour la plains et lit
ai-bien qu'il gagna Bru un la cuO
Ti' ti m d .m enrichis* nient corlaiQ
par la dco i\ irl : du lies ,r ei l'en
fagaa rentrer h Port au Prince
ptin de s'entretenir ivss Davis.
( o jour de lcembn 1919, E* unie
Brolua acomp ,"i de Franc i L *
p ii.- e. fut inlij In t cbez 1) iVis n r
r ils Aim. Il y Irouta Sauveteurs.
Davis quoiqu'il paris franais, aoser
vit d'interprte. Il (allait craindra
que la communication directe, imm
iliale entre Davis et sa victimi na gs
(al l'atmotphre de mystre \> aux fourberies Sauve terre traduisit
nos traliir. Il rpta, 11 Ion Du vis,
les d b ,i. le la vie pi ivee de Brave,
la mort de son lils an, celle e -a
pauvre femme : il dit la praencs
lu trsor al m situ ilon sur les lieux.
Le- deux coin" Tes jourent la p r
faction ie rles qu ila s'taient pu ta
ges.Sibienq Brava,prisa i jej,crut
que ce qo'on : i de lui raconter
i -il s i, co nu intuition epontem e
par Divis.Dsormais Brava en % ,
eonqu s, ne p u- plus qu subir
l'acl i i le Davis. L! -! u isi qu il
u bsita p li\ lothqu i dans de
sa ii ihilationa pour garant il le prt
i|u'oo lui n. lin la i oui tir les cin j
mille cent vingt ""-pi d iliars que Ua
vis iui rel un til. ex ir isment a
l'enTal d'apais r I e ipnt du ngre, im
mole ptr'e colon U garda de l'or
anfoui.Cependant Borgella o -s
fouilles s'taient lail s sur les iudici
lions de I lavis, toul tait prt au
jour iodiq pour 1 ij >ro ri ilion dj
trsor. Davis, en p soi ne, officia.
bauv lei re, i il. Aune {assistai ut.
Davis ironique et moqueur,, se con
formant son rituel mensonger ,ei
quissa d passes, descendit dans la
trou, f n i ..i... i |u il [uea carolus
qu'il > avait mis et les lit voira lira
ve si aux autres. La vue de l'or
exalta I sonvoitise ches Brave qui
sa dessaist d s 5127 dollars. Davia
le 'il>tili< i la temps in ne
que ie i u de ... :biti > qu'il a'vail
allum i i- it dans he^pril de Bra
te, l'oeir re b la lion pour
suivie depuis un m >is a i avers des
t r a t a g m < s q i ju fois bil i-
rants, m ti Irop t luvenl odieux.
Tootelois ii s lim 11 iauv< lei re
avsienl continu une active collabo
ratio i -I. i prii e sves d'aulri
i i-? avaient tour i tu.ir... perdu < t
rec m.r co tai ince soui l'action
si.u i.....pressive taulet li
btratrice i l'I ne ni ngre.
Depuis, M ... la. de trsor il
n'en lul plus question,puisque c'est
votre Justice que l.\ i n Brutus a
recours p Kir se faire restituer les
1127 dollars *t pour tre ddomma-
lien fui d'Alvai Rosalva comme
ri'baume Drulu-.S:\ul qu'on prluda
par solliciter celui la la vente de
ses isrrasat qu'au lien de fiivi roi-
ficiant l'ut mpban Barvin. antre*
luuni dit Jules Lafulo et 1j Comper-
se. Thomar Leurebours
Je n'ai rien avanc ici q .i n'ait
t dit et ressass v > audi ocee.
Vous vous rappelai les dpositions
de Mural Casimir, de Franc us Les.
pinasse de M .i>et Pierre, de Jsau
Aaaade. Elles sont eonel uni s.billes
Ht montr |ue C-Milraireanenl aux
pi tention nouve les pr ivenu;.
l'illlll lli\ I | .U n
u sc> ne ont i ne ii-.it* du
Davis, de Sau*elerre et Bervie
Ces dp siii,) i su u v-ii u |ues, par*
aeaue, quoique prvenues qui ne -* tonnai- eut poiul.elles s'aS
cordent sur tous les faite du procs
et parce qu'aussi bien, el es s*q iilj
brent ai\ inl irrog itoirea do Fils-Ai-
m, de riiomar Leureboors al au
mmoire de Bervin.
Maintananl il me reste a indiquer
comment le* actes reprochs aux
prvalusse rangent dans le catego
rie des etcrouueri retenu et j u
nies par le lgislateur. De l'aude
eot des son frres h ibiles diserte
BUlbtill n en iebs de pi
radoxe, dnient sus I ils tout carac
I i.- dlictueux II- entendent ui e le
e i m arable des opftlioai aute
leurs mil urs de toute pnalit. Ils
me permettront (le n'tre p. c> ivain
eu,pnisqu'its'priit'dani par stMrae
tiou. Il oublient, sa erlel, j aime
dire sans prinedttalion les termes
eomprhensift de hariicle 3J7 du
code Pnal [ ici i cture cal laite de
l'article ; ;. huis lments s- reu
contre ut donc dans la foroutioa du
dlit d". scroquerie.
Ce suut i^ manuvrai fraudulan
ses, la remise d's valeur eoascu
tiosc nunu>nrreel le dioar-
n mont de e h dites valant i.e-m*
i.ii'iui> ut ie^ looya i* mis an usa
K* pou Burpreadre leeifiliancad'au
ti n. !l i variant avec ri >g mleait
d le i \\Ui\ |.) c le le* peint
dive '. -.K;i r,;spc '.eei >s r.nploves
par les |>rveousont c insist a Uirs
oallra la cjnvietitin qo'ils ivai ut le
pouvoir i.-na^iniir; de ''couvrir de*
trso ,; caeh dan les l ir> de Uri
ve Uorg lia dam ealla d'aMvi Ko
alv a tui'.ic. >.e- ni i m mes sont
Ira iduleus parrequ'elles ne a sont
pas arrt'- a la jaettu<.e pro c-se
de c pouvoir, Kllesont pris corps
dans des mises eu scne rp i es.
et pi pures pour tromper, eu don
n n i l'i.npr aio S'I > i un ant du
!2S dan 191 i 1< la ralit dune puis
saine puu'tani aimpieineui imigi
ne. ('.es manuvr s sont encoia
lments d'escroquerie par le bit
q ; y aSalgoaifiilli ur-au eu s. s >\ ur
la remise de Valeurs. .\ou> savons,
Magi i al.qu cette remise d" va aura
a eu I eu e qu'ed a e suivie de
d loin n m .il.
Cc-i do .e que les escroqueries
impute aux prvenus au prjudice
de Bxum limli- el .ie Alva RoSil
va ont t perptres. aIvs Ho-alvo
et l.xumi' Brunis i-ont conlian s
dans vnii, justice.Ils sont p rsuad s
Si je suis de leur avis que si h .ut
que puisse mouler la puissance du
verbe, de l'autre cot, aile est pour
tnit .lislin-'e sVvanouir eu fume
au contact des laits i circooslsncs
de la cause. Il- >uii pan i ads, et je
su s encore ie I ur avui, que que q ie
passion qu ou eSSUVi de s uleV r le
lai.ii ct, voir justice impasaibs
i* e 'h. que, pour convancre l -
prvenus d'escroqueries, il n'tait
ncessa.re ni de s amuser e-ca no
ter des aveux, n de se livr r aUff D
vis. Sauvelerre el Berviu, auv dr.ti
ques prime s de la que lion.
Sermons de l'Avenl
Hier soir out commenc dois nos
gli-es les stations de 1 Aveul.
Le- prediottions auront lieu tons
les dimanchei dos o baures et demie
imm liatamenl aprs les vpres, v
la Cathdrale, elles seront laites
durant les qu Ires dimanches prc
dant la Nol parle II. P. Jau, Vi-
eaire gutial.
CetcU Porlatt-Prince
MM. les nu m bus du Cercle, leurs
ramilles et leur* ami*, ainsi que Its
invites habituels aoi't convis >ans
faon la sauleiie qui aura lieu le
samedis Dcembre procbaini par
tir de huit bi mes lu s ne.
Le Comit
Soifte Lxtra Cafariiti
Que l'on se ra| p Ile que c'e6t ce
air dfinitivement que nous aurons
le plaisir denlen re 'tiueral grinn
promminuin" la un mon do^ne
lansatioanal roulant sur l'a : ,, e .le
la main noire.U,eie.
Les cartes s'enlvent ranid ment.
il y aura sa le combla. L' n r e e-t
la perle il- toutes le- bourSrS.
Une gourds Loge. Une gourde el
demie.
Importation
des ^raoMIes
U av s e la Secr i ie d'Kl il du
Comm u informe q en vue de
met r lin ae\ .bus<- ni- atalsnl i ar
le douanes que par le Dpa lem ut
du Comm n e relali. ... m a i eutr s
de l'ait fie "Automobile'' dans s
pays, il es! pot In conn .i^-ams
de intresss el /le tous vivageun
venant de l'Etranger avec uue auto
mobile qie cet article, n'lj t p..a
compris d .n les articles isigos
eomms effet de p --..- rs, np |
l'si rl :u IS l'"evr r I "i ', loit 'ie
Mr ici m sg d t.....m i
ment oo -ni m u pi vu
par la loi ; ,ii'*ii n iv ,a ^.u.i
lire ma n le
Cal avis ntrera i i vigueur le ::t
Dcembre \9i).
Les dommages
de Guerre de la
France
IV
Outre les divaslatioi.s indiques
ci-dessus a ) Dvastations d< s ter-
res cultives dt s terrdoires occ ps.
nous avons encore l> ) \>s dtfl u>'
lions des constructions agricoles:c I
les desrucions d: Ville et d'agio-
mralions urbaine ;d ) de fabri pies
et d'ateliers: e ) de toutes sortes 'e
li u j mobiliers; f ) le m ns : g ) de
h mi de fer, roit s tt canaux.
b.J Avant u guerre on tiouvait
sur les t< rritoires occups de la
France, envir m UO,QUO proprie .
fenoires, grandes ou petites. Leurs
constructions avaient eu 1914 une
vdeur de rapport appioximative de
2 milliards de francs or { mais com-
m- ils ne pouvaient 6tre ni ve idus
ni exploits siis les terres, leur va-
1 ur bcative eliee ive d'un m I ia d
ba e sur li i valeur de ve de, a
peut juit' blment entrer i ;i e a li-
gne de compte. Ls. moitii le c s
aonslructio peut 're neidr
co noie dtruite, soit e itiremeat
soit eu pirtie.
Un possde dus donnes plus d*
U lies eu ce qui c ineerne les villes
et les agglomrations urne ns des
territo ras ooe ips stlibrei On
y trouvait avant la guerre 1,20 t,00d
constructions urbaines, en ch i.re
ronds. Si^r ce nombre, oui
t andommages par la guerre a
de degrs dillienl*.
Entirement dtruites :i 3,0 0
Gravement endommageai I68.U00
En partie i n I.un nazies 26S.O0O
l'eu eiidomiui^ijes
70,000
82i,OuO
La movenii'iln degr de deatruc*
tiou deeconstructions urbaines dans
le nord de la Fiance peut donc et e
valu' approximativement t si s
craint' de trop se tromper, 50
la val n de rapport du cas eonsti-i.e
lr .-lions tait value en 1911, 9
milliards de francs or ( Li vdeur le
venta,calcule d'aprs le rendema il
de* |< vers des btiments et loge.
mente, n'tait que de 't, 0 mliaids).
S pour I rubriques a, b, c,
nous pienonsIssvaluations da 191 ,
recldiaul seulement que il aux ru-
bri ju s d et e, ooj. o.itenon- le ta-
bleau suivant des valeurs qui se trou*
valent en l'J'4 dan* la /.oie dvas-
te du nord de la France.
Millioui de francs c.
a. Terrains agricoles 7 OiiO
b. Coostructios sgricol i 2,t0
c. Constructions urbaines 9,30 )
d. Fabriques et ateliers 3 >00
c. Matriel immobilier des dits 78O
f. Biens meubles 2,'iOO
17.899
Ces 27 milliards et d mi rapraan*
tai ml donc en 1914 le m iximum de la
fortune piive da is les territoires d-
vasts; on peut prendre comme mini
mum la valeur de Vente de tous ces
biens.Ella a1 levait peu prs 18
milliards.S l'on ajoute ace maximum
la valeur de* minss des cb Haine de
fer, des 1 o des e. de la proprit fis-
cal-, on 11'ontiertt en aueun cas plus
de .10 milliards di franc or, so n ni
vtlie au dbit pr iiousconms
reprsentant ped avant la guerre
l'entire fort un; OSti inale ( pr^viu-
cide ) des terrains lvasl s.
Il1-, en f vri r 1991, le gouvsrne-
men. fran j > remettait a la eemmts<
sioo des rp nations le tableau des
i ademait ie suivantes qu'il tabunt t
pour les dvastations corn mise du*
rant U guerre sur ces t rreini et
dans ces districts.
S deur les bi ns emlom
liages eu million* de
f. in -eu 1911.,
1. T.- rai is agricoles 8.129
tT'-irai> s forestiers ~,ui
p beriee 42
b. ''.is'rnrtions agricoles
c. tutres eoi-'ru lions ele
d. Fabriques et ateliers
e. Mie 1 meubles
f. Minet
g. < emios de fer
.' t.i
t ,033
iii
5,912
M>6
1.97a
924
i,.M6
L'viluilion des dommages eaJ
: 1 li IM le la v deur u
lUll se es ut 1 01 a U mil 1er le 1
d m 0 I 1 i> e s -, lue |U e -
le reprsentai! le m 1 timu a 1
te la fortune aatiooale d m
territoire-* dvasts. On as sursit
s? l'explqi'r que par le fait que
l'on aurai cdculc trs haut le t >ut
des in le units, ce q li pourrai sa
dfendra. Mais se q il est difli de
d expliquer et ce qui e t au plus 1 mt
p nui 111 restai' c est 1 roman le
gouvernement franc us s pu ex ; t
en lvrer Ittt, lii milliards le
francs sur celle bi-o de 29 millier Is
et demi, valeur e 1 aot i9lt..
K. A. WIH'H KNL'DSEN
( I;IN )
C'est M 1 redi ,'.?#, -, in
lieu l.i nouve le Mirfi.ni.'1
pou iw a. M'SM
b-aucoup de bien pour U iel '
ctLepice. mm\
.Nous engageons ms lort. J
1er Varits applaudir U M"
dramaturge, Jl
Revue
L'Association Internationale des
IU111u.es l'aie paratre sa Kevue, pour les
mo s d'iietobru et Novembre C nu
mr.. qu'e le a eu la gracieuset de
no is envoyer contient un artic'-> de
M. I). Ibd egarde. traduit eu a 14'ais
par M. (dis. v. Dupuy, et co i-acr
lliiti et -ou peuple, des e ui-i
dratioii de '. N B. Marsh 11 sur
l'immigration, un |.remi r arliela
daMrCb. upoy sur la Coup unie
N In; 1 de des Chemins d s foe ; des
notes diverses, rense gnemenls, ele,
Kemeicieineuts et co nplim nl>.
Btilleiin commuDal
La Commis-on l^ommunalo du
Cap lliiii.ii compose de Mv|. Lin
riston Lan che, Tlesmin Etinni e et
Albert i'iquion no 1 a fait IS plaisir
de 11 >us envoyer -ou Bull lin qui
c tntiriil d'intres-.i ds ie i-*-i*s t"
meute sur la marobe de rifidilt
ver des pices et des lats dtaills.
Tous nos rem**rrien > t.
! -
imnim
Le paquebot CAR\VKLLE'' pa-li
de bordeaux le l!l .Novembre est at-
t ..io . l'on ,u Priant le 6 -uurant.
1 repartira la mme jour p n ^an
t.a^D de Cube *i les 1 orts 11 Sud
De r Io ir Port au Piiuc rert
le 11 il repartir. 1 mm j ir p mr
St v^Hr", lioa^ivee, Cap Hsdtien,
Puerto Pltta, San Juan et le Havre.
Port ou Prince Ipi- Dec mbre I9J3
L'Agent. K. ROB US.
iv 'A-**m* va Itm
jolip* chavH*urtf*
HATTAT
Cbez Paul E. Auxila ?.
1.....<
Mort d'Emmanue'
Kernitan
La tri-te nouvelle nous es! parve
nue ie ta mort a Logaiit de notre
ami Ch. Emmanuel Kernuan,s cien
Dput au Co ps Lgislitif -t auieur
de diQreotS ouvrages spprcif, en
tratiltes '.a Docirine de Mouroe
et le Droit, Naturel les Peuples ,
Le Prsident vVllsoO et la llpubli-
q 1 d II il . et .
Les funrailles on! eu lieu hier
epros midi, en l'Eglise Ste llose de
Lima, de L >gane.
Sincres coud riaucei aux parents
prouvs,
Ce Soir
C esl dfinitivement, ce oir qu'au
ra lieu Varit-, la reprsentation
thtrale organb-t par le groupe
SiiW.inp.
La fte promet d'tr- Iras brillin
te. Le |ir*e *'* Une gourde ; L'ge
Un gourd et demie
ti irep*S tin*
^ Les Crpes Marocains, Crpe
tfaurocainti Crpes Stanley clio1
PaWL h). AUXiLA, bout relle"
m n n m rvfil'i'iix.______
Fle remoyii
Li fte annonce la semaine der
D're p ur 4 dcembre, e-t lenvoye
la semaine prochaine.
CFi Feu
Sur demai de gnrale, M. Gustave
Au,' siin, l'auteur de celte dsopilan
te m die, ouatant i tu donnai une
nouvelle iepres.nt.dioo, Veodiedi 7
du eoursfit, Paritiona.
/ P Hier malin, au l'cl.t Ceicie, JJ'
mi auditoire uotnb 11 x et .l'i&tj J^
notre ami Thinioi lie Pnet fit,
rcmarqu -bl caus rie sur U V
peau lii.iLen .
L'orateur a t l'objet durant |1
trelien de vifs et sincres ai.pU
stmetlt.
.Nous prsentons nos meilU
compliments aux membiesilii ,p-
Cercle qui ont. u l'beuieu e idel
repr. ",dre la < rie des coulrenc
lawWtPMtae
I inanaillei
Nous avon- iet,'i lu carte de L
cailles de Me le Anna Soldes av
Mr Paul Savain.
Me; lei.r* compliments.
Varils
Mardi
Loi ly-iltiiv.i- 21e et 22e pisodes
Le Tigre Soi
Entre
A venere un bugpy compltement
remi- un f, t lu val et bain i.
S'a 1reser au Matin.
louveaux Hatiens
le Journal officiel publie
arrts d aprs les quels les [
ns suivantes ont acquis la quai
t d'hatien : Mme Vv .1 usl
Armand T'serot. ne Marie
nie Lin m II .'ne Zenon: \'m
t mtiii K"\vms Vite. : Ni;olas
Th qilnl" Sti pliens.
Commission IiMiitminaJi
L'o arrl'1 le M ni-ieur le Pr
aident de la H nbliqueiioicn
une commission tjoiiiuuosltpfltl
la villo delrmi" leOooieillao^
dmissioniiair ; Cette lOimnil
sion est co'upose "!> MM L'Ud
laiie nr-i Lut, AntoineAu4uatj
et Jn-R.aptiste Si-Surin UuntnJ
membres. ......
Carnet mondiin
Saine li soir, Mr leHautCoi
miss ur- et il u; li iojilo.il i>i1
n un ijiuer en l'honneur -le M jo!
sieur le Prsi lent .le h lljubir]
qiiii et le Mm liorno.
Lua autres mvit-s taient M;r
B niietn, Vie t^iui Ile LOttj
cr.jiiire d'Iiut .les Rilaubna.jH
lrieures el Mine Lon, Mgr
nui, ar.-lrvvpr -le l't itI'i'.c
Mu- Polatli, Mret Mme Freemi
Mme Kuser.
La Pttite mm
si
1637 Rue du centre,,!
Annonce sa bi niveilU'
clientle quelh vient le recavuj
par le dernier Franus" Je"1*
ijmiles chauss'ire* y"U' ,'ar*'
rainl choix d ; soulier! poJ-'
fnniS. .-Inussettes, clia.-eaux.
Ulinei nour enfants, baoel
qu ilil trs rec uiinanloe nier cri de U Moi", noirs,:oU.e
vrie.'s, l).-lus dentelles'il'lBl
I l mclie, h.oJenes,.rubans,
lumerie, onj.-ls religieux, ques jolies coup s .le s.inesiuije
linon, l )ile uationaii-, loiiepurj
bouquets tfirnttures et Juil^u
maries, eic, etc, etc. tn "
chaussures de bbs, .j."-**
,oiitt ohoix de ^
trs bon gm
1 Elle a .tire aussi Iattention .
les nombreuses el lidles ciwiij
d avoir s'inscrire a la'a"tepm.r
leurs commindes -Je bugc'W 1vm
rol.es lingerie, r.o>loi"- k-**^
nets, etc. etc. Spcialits d '
on afin de pouvoir au as-ui*
livraison la tin de 1*
prutre mtwri


IC'fUr *
^ ^'sssi ___i ii !--------^^-^-^
Jolvirnbiaii Sfeamship
. any nc.
Steamer fP/jlf, J (JPPEH nan
nrtn du Sud est attendu "on
nrtn ...... . III|C>IUII , ^
rince e 5 Dcembre murant. 1 r
ira le n ente jf,ur j o% r A* ur !;?'
Iik ports du AN) d pr nunt fr el
ige+f*
Il au Pt vts i 3 i 6 rabn 1921
teel)ara & Cu. ai***
[fo lioe Polijh
compaoy I \r.
fret lor/r
PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CANONNE
49, Rue Reaumur
88-00 Boulevard Seeaitotou
PARIS
Vetula&l
I.K MRILI.I 11 MAUC1IB DU MONDE
Produits des Premires Marques
et toujours de pnmiire fracheur
UNE SELLE QUALIT :
LA MEILLEURE'
!$jS
3c (DM toulff brottge* la peau dt tr efi n
73T
w&
3f HUM ivnf .a ../; ;, /j la sQuplit-, de
iA.jujii.iti fwmuuu ii/mHfOi. en.. >%>,* *- s
mO.\uuh.m'
h
hfi/v fpttialmtn'Pnnr ./< ^w/t /' Wtmd'm* lu kigk *V
lro/w J? C '' "wr s otii't lbumi Imtrt lient'leur ioit>e f >onnt leur bnllnni.
eni^la worqui VCN( 'fiR*vt c ut la meilleur d- lou*m Im <**>*
io. JE frSIMb *n pour HjvH
a m ; si sou
II. hrU&l'
m
& \
is
lie Houx, 120, p > In d>|t de rhum Fill-joinl
Iw-ruiee, se i'iti ;e plaisir dporter i la contais
iesj nombreuse clieiOil-J et Ju publie en ,
les rayons cou I.uiiiiiciiI se ivnouv.ll.nl en
aodises de premire qualit, choisie* avec i|H)rte de toutes les bourses.
ir: Bijoux, montres orfvrerie, un grand assorti
bibelots, sacs on argent pour dames, rouverts
ir titre, couteaux, ncessaires en aroeul pour du
licessaire couture, glaces, tableaux, descente de
Nittlquaircs, dodines, chaises, lavabos, services
tte en porcelaine,uranda e petits lils en tr et cul-
Rceaux en fer et en bois, chaises roulette pou-
i>lils de camp peiuiulea, rveille matin, servloe a
B.tasses, ia pes a>s. tapis de table,vas sa lieu es
onires, chapeaux feutre, chapeaux taille, pana-
*>st|ues, jamdres, parapluie*, formes chape aux
tomes, chaussuits pour aamea, hem met & enfant,
tulles en kutree, ptlm-beach.
unes, ii coudre, faux-cois, cravate chemine*
** e, chapeaux de paille, chaussettes, maliss arari*
?alisesanglaises, joujoux, pendulettes et coffrets
l* en nacre, leurs art.ficielles, plumi* fontaine, oa-
pour baptmes, fianailles et mariages, lampes
ques, (eux d articles en os.er pour saioa. vlocip-
titomooi.es p.ur enfants haineux cliapeaiix feu-
'lino, assiettes, carpettes gyptiennes, perte c lia-
Jiiiels llan< lie marque Docteur, pijam-s franais,
11 fianais i haute nou\cauie ,p rle-iresor.sa^s pour
capneiB pour ho mues en peau d 1 tusie,oreillers,
. serviettes d'aveoatt, etc, etc.
ntwm aferks
14, Rue on aie, Peng
Ses lJanfi*mH. __
H*- Kibinel Lacdor Au Soleil Cuittueei
aiiarjllis Bouquet do Papilloof.
Ses tendres,
Ses Si tons
Si s LotioiS
^ene dans loutvs les bonnet maisons
Mnt pour res XutiUaei i\ i..\l>LL l'wt^u-Prioe
RAYON 8PICCIAL.
POUR LES COLONIES
DHOGUIIUI;, IIKHIIOniSTBIUB
SPECIALITES
> m.,: - t ^ i.nfiri
SELS DE QUININE PURS
Toi. produit* en flucon,
ampoules, cumprinn's, cachet.
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
BANDA(i:S. CEINTL'IIES,
BAS A VARICES
APPAREILS EYGILN1QUIS
pour tous uagei
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hjpuderniiques
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usiu.es, Commune, etc.
Projets de Factures
et tous renseigne menti
ur demanda adreui
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUMUR
88-90, BOULEVARD SBASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE 8UCCURSALE
ni en France ai l'Etranger.
' e* c'*. 'peinai de
paille fine chez
Paul E. fom
hem & Fink, Inc
Fond* en 1S"6
Supriorit f as pu P'oropiMide
Tous produits chimiques, pharmaceutiques et autres
.utieles vendables dans une pharmacie.
i pices, l*oivre, Cannelle,(irone,Anis toile, Muscade
etc, esc.
SUCRE RAF.NE.
Spcialit : Manpie prive I.ysol dsinfectant, 'artu-
merie. Articles pour habiers, Itay Ru:u, ChOOOlat en pou
dre, Ilu,le de foie de Morue, Km.ilsion ColU Cran, Ex|
tralfs pour faire esseno^s et eau tic toilette, Kau de CJuU
UlQO, Poaiireoonire les insectes, Sjlut on pour conser-
veries fs frais, Lait de Magtls^. 'o 'i suprieur
pour la loilelte des enfants, .ssence do fleura, l*au de
llorida, -- .Miel pour la tlle, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, Itrosses dut. IVppcrornl, huile pour
chasser les moustiques et autres insectes,l'.egulo : huile
contre constipations etdoublesdes intestins clironi|uee
Th, Cire pour les parquets,Comestibles, 1.1 x rs,Kpices,
Sirops divers, Teintures diverses, Vltia, etc, ele, etc.
Demande/, le catalogues des spcialits.
Confiant vos commandes LEHN & FINK, lue; vous
s^rez absolument satisfaits
2 l'outeS lesbon-ies pharmacies du] pays s'approvision-
i.entchez LEHN &FINK Inc.
L m H. Vhhn d>
Agent xcusi: poui Hati
"
te ven '. nt mei leur march qu il
.e rs
Or Flix Coicou
Mdecine Chirurgie
Spcialiste tiu alftclioiu des Itui de n Gvgt
uu mu tt .. ur.ii.es
A l'bosneur d'iofouu r > bisoveU"
Isole elieotle qu- i tim s'abseoter
de I Cipilnle nivr ne ij nzi ne
d.-jours tbirge ;ir le 1> Pries Mers
en dircuoa 'le les e Liuet si ds
Min lh iIq 4 .
La, plus puissant a* 35
t:x.i Iiicrcnro ni C'. '"
t.l. c.t U trorull do M. i < "13,
CjlwUot d l'Xaailtot a*.i i"J07>.
Dclruil ImUntm^meot toa lu ru:'. &' l?
P*(v, iuCbolrm,\s&irrm,i.~+'-rlt.-
*t Oiinurim r.ri Pnym chtia:
MttADin ynnmvwwm*
Indispensable contre le Epidmies
tSO'!T.i Oo grn4 callUra* *>>
a lltr d'asa pour tou les .
-='.? d* runooOL., n m hi**+*. pus
il... ^ m n m " >
F 0. PIERC1 Company
12 Visr p^o 1 W Y
iVElF-YORK
F0\ K E\ 1847,
SUPERIORITE BAS PRIX
fabrique de :
milites, Vernis Ocres
e s iiles sortes.Masiic.
i ou h. b^
Ag tl pu SUU
Remercionents
Mr Dr \. Lnurei reau, Mr et
Mme J. LhIii ns enfants, Mi et Mme
Et Biamby et leurs sofaoti, Vlr et
Mme J. B'oany el leurs enf.ini, Mme
Brigitte Laurenceau. Mr el Mme X.
Elie et leurs enfants, Mettes Gnie
el Lucie Lnurencau, Mr Flix Ps-
bre, Mme Vvo (i. Moreno el son fils,
Mr et Mme Kmm. Dtail de leurs
n fants remercienl viv.tn ni la
Confrrie d.-s Mre Chrt iennei>|
nimi que tous les Hinis ^ li \*> ont
a-its h hoCeseion e ta di-, n-
li. n Min Atutni ar. r n e.
pjnorVveCesin il mi ce- u
e; I c I ai etii et i al 14 du t.
lu i s | M' ni il< m- i il |i
m'tdmt nls et < e croire leur pro-
Nsde gratitude.
filsn t tniiii!^!
CHICAGO. ILLfl
Ma lgue,Ifuiletlecoton
Huile de mais, mess et
Cear Pork, Haf Sa-
l, Jambons & acon,
Queaesmu eawx, vres
n eds, Oreilles de pork.
Saucisses en btiil.
Co/ned Beel.H n** beel
PtU-.d mtats,flc,elcelc.
Prire du voir le Prix Cou
r m.
Lon Titbsud
Agent sxclusif peur Hait
co tr i
g
I
SBlBeBSMSSSBBSSBBeSBaSBnC^- .- -


J J
LtjWAiLN
Pagol
nergique antiseptique urinaire
U (JmTrto du PAGCOL
fait l'objet d'une cornant-
nicttiuu l'Arademie da
MtfdtKinc de Parla du pro-
fesseur La3al>atie, mdecin
principal de la marine, an-
cien professeur des Eo"2aa
de mede-.inc navale.
Nous avona eu 1 Dri-
sion d'Mudler le PAGEOL
et les rsultats toujours
excellents, et p&r.'ois ton-
nants, que ooui avons obte-
nus nous permettent C'en
fSriuar l'efficacit absolus
et tx>ost&i:t'j
VAMIAflftt
Avarie, Maladlaa .te la Pe-ju'!
Proiuli s !ieali/|fHi
| RUCCVAL
i Pommada non tj-.ique centre Im i
\ ii.al.nl.j et M *

.-
lfLtUffc "OICATIOW AR! rK08aH.Ofi.UK .
Iplflll bpteoausTEscomxm:
FQMRi : Ellxlr Granul Comprims
Emulslon Concentr Ampoules.
S 111X19 "'^"^V/ifl mdication rparatrice paissants.
LakofMom d rma-roGNot. i viiune uvtJa-GMENNE ,;, m *
EnVente a la PhirmucU Centrale
M l riirfl! de fAvanr Paal Sals
filu au centra des affairai Coiiimei'ci.'ifcs se mom-
Bande au pituite, ainsi qu' sus nembreoi cliente, et
loua la wijHijoiir de la Provinca el ela r*rnucr
cftii >nt ilj [i i.i4jH Portant- riiicipour sacuiauiy aui-
<{ii''. i't r.' | i Iwtl il- s m m'i'\ic.'.
il;' fl'r.lil it 223 jirCa lU Il.l.\!.t I (1 S i**| Jiaj!lJS
termtron,
si SI LL4, Propr e
2
AVOCAT
Recouvrements Commercial!!,
allures a i alfraetir,
< 'orreapcnaaiUaa \VahiB0
lor, New- loiit, darU,
Xiuin a.or.dr l'aria.
1/0 i tarifons? 7. '*(-m f'rit.r*
lijihontSU?
lumiii un Un New-
Orlans et Soulh me-
rican Steamship C/hic.
Prochain* dparts direct
Port au PrinceHati
|> sfe/rt/i r lialee laineerm NewQrl
tm? te 15 Novembre courant pour Part
au- rince.
Lr eteamer Dea Mnera Rew.OrUane
le 24 Novembre courant pour Port au
prince,
4 parti de c fie dernier date H y
rnum une oeeaeion eh qu a i loum
pour fc porte tui an .- : Ce thfty
Porto*ColombiatCuraa,PoiK,<* 5^
Lra Uuayru, Pointera Pitre, fort d*
franc*, BridgMoufnt Barbadot, Port ot
Spcin, Trinidad, Chorgeioum*
A de ktattei^.-Sfttlt'tl-I
Auto dvalua 1 ion
ttedi entre .\ r l'.aisir Lu^ime j6
Ull ,, Vittt.U"
I a Cuinaudc
GRJXBIWE
Shop and Lunch IU.orn.Open Pro
A 5. M. Util p. . ifWiy ,ly
Co* donnerie
KrntitCamiile
Fabricant de clian&ar*
#n luus genrtt
Matriaui suprieure
Soins promptitude Clrit
ttran l'Rne prs la Posta X 1722
La maison porte la cornais
f*n e du public quo dans le
' ' 1-' ftcilil.tr et ^encourager
de* i i obrenz clie \\ ellti ;.
eu le punir lu .er Juillet
19-'-{ une priai] J une pure dj
chaus ireeftu choix tout ietea*
Uur -le vingt tickets.
E i conti |u "i c on est p-ie
de rclamer un reu poureliaque
achat au comptant.
\ 'a f^MCJflnCal IrIJp fl1 U
ijjvi.4i- .Je la nkiiHon
'<>Ja4
ONIQUE, HECONSTITIIAHT, FEBWUto
Recommand par toua Iea Mdaclo, '
-
| FAIBLESSE GNRALE, MANQUE dAPPETIT
1 DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES

i
COM-tlt I "'.
1 V.HTC DAM TOJTtt .., BOHNt* HaJe,t,
Batf la V6RlTALa ^NA-LAftocar



-------1.. ^jw. \Z.& ..JJk?L'Jz&2
Pour fai e de la "pla-
ce ?ni\ RomSreusesl
et jolies marchai!
dises arrives di
France, la maison
j
PAUL R AUXlt
Liquide un loi Ju Itauctures pour damasI l|
gnurdea la paire-
Un lut Je Cbuii5es couleurs pour hommes | (.5,!
Du loi do Chapeaux de paille pour hommes Ici
FiI..:ST)>iE
: Pneus k Tubes
P) ( un
ftOl I
H > 1 li
80.3 8
8tt4
r.u i
8i
.U '.
:i h i 12
?< ,1
& 3 2
W
i8
18
Toi*
Ujr'ml
it titra
se
So
i
r?'**hcs
Tubes
HoUQt
Q> I.So
ko*
N. B. Ctat In qualit et le prix qui ni
L.PHLrZMNN4GSEHh,LII
Hue du Quai.
11
9m I
8n:< 2
9t4
a 1
91 i
3 xi l,
8ii4 1^
3V 4
Royal Caf
Kn kice de 1^ P?m(|ie National*
liopritair : Annaciua INNOCKNT
re nouvel labliaiem ni se recommande par un ai
irprochable, dea consommations de premier chois
siliiHlion prililj/ie.
L' soir, muakiue atlrsvante di ri rite par dea
annuels de giaod meiite.
kaataJIation pariaiU, prii modre.
Tlphone X 395

cira

z
MTTEIS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM