<%BANNER%>







PAGE 1

k% MAirw t dpos Mf le bureau de h eham bci des dputs or i ministre le l'Instruction P.ih'11" h l'ceasi n du prochain ^..^t cinquime aiwii torsairodels l' %  • > n rie tn radio n. M. Miller, i >•-' i '••il • i 'e le 1 a lisle Je i iv • • %  r e par e comit' f i ; }"•• 'v .'l'i ques i).i Hreru i • • •'• I* "•''•' %  %  •a'ces I organisa i a des jeua pour l'au prochain. Varits Mardi Les Ipttrri m New York lfo 17e el ISe EpitoJei Bull %  g rai •'!. M faste,' i 'as Ci mu'ia d P. Divil a, MB< r idcteur d'e il a proc I? x l m4 l ation au Ly • •' Niii mil N s Mr Fabius, no unie Ce-ur n lieu el pmee de VI • Lelbesu, appel d'autres 1 0 D llOOl Mr Nuiui Rigaud. profe seur de Mires pour le* cleses de Hem*. Mi Lucien Hibb rt, professeur de science? en i m i cernent de Unifier dcd, \ l"Ecole Nor-nal, 'est Vlr lu\ivier Us qui a t n in.ne. UMtfcliXittullU Le tirage de 11 l derie de la Mal i all du B ikir a eu i u h er aprs m di tous le directi m d u i Comit M a pot a Mr I-..I. Isanjo ••-. *g tral (.oiinuiiii.il, Mes A I' bl • k. Gain, juge de p is, L>r V. Carr.*, Dr J. C. Liors ne! Jh. B ir %  ly. Le iot de IUO ioilai a t gagn par lt.\d 1. 7. Les I ds I -0 I -1 ira par le N M 793 et 715. Lus lois le S .1 I s l par es N< 9 18,, 789, 115, 670. 53, 783, 661, 380.499. Lots 'le i dollars : NM 2*56, 8>i, §49,486, jli,6l,3OTi 850, 849, 70, lit, 181, 59U, 888. Lois de 8 gour les : Nos 7 .8. S23, 9, 104, 520, 181. 10, m, 12. 43.1. 3W, 37, 12'.. Ml, 711 815. lOti. 457, ly, 214 7'.t.i.00. S0. I. 49, 88s 84*, 3i<). l76 7u0. 10-* 7, "Ledimln • lemi |M.II.IU! J fs iTos 70 IOO uiclueiv inei i ; i76 7oO MClusivi inenl ; ^0 i 7 H) incl. 75i a 775 incl. ool M a m il'••. [Les gagnants oui u.i .1 dai d • 8 jour pour rclamer leurs loi-. On 'adret eeia lr Louieeaint eu local de la mutualit scolaire de 9 a 11 heures du malin. U HR fltt. ilo Port-au-Yinco-laiiani Il > % %  .rse n* l'une f • de nor m U couru eyc il Patv. LecoateUftrj mi illei el M r. a l disput. Q;nn 1 on sait de bnttt e '' oul < minute par minu e On* preuve aus, u donnante qu \ oll • garnie pal Milfo I, on nppo.le tant de souvenu, iao< 'i'i nHjes furieuses quMe*t di :i-il • le les on len M eu un ac i e le .1 ni le* col w -e ssjalffeialas lu jouunal foue oblige k faire seleorieo. Da loulfl \i\ l u e. une nu I u ls parai l ne .-eut se ienninT que \^<" [Vnerg^e et l'eu liirsoee le %  • m uirrenl. | ii en ut grro Inil lit preuve. L* eostree a ; t; r o I n ut ni!I ,,,• les cinq [J aot '<,. u I >rtrs n*U : I. * fn (iJ-Dinnle ) ; 8. CUipps. • Dai i i ; l krchr; •>. du-,' ••• 'i lpirt, il* taient 13 parti.*u Oi i""-' la. S. .... en retard, -iv.ii les huiQSjs d tre pdac -u sec i i rang, il l'y arriv a ^ nia ii vil se h-i et un** des ,, | |i|ae l • sa iu %  ni M V. ruirl ent u is m L > \ s ibit, il rs a i il tail second tu retour le elour ,i. ,| iriaui l'iire Le lia fut culbut par une euto dana une rigdpdela route, il a d s ooutuaioasel >u • bl s ire pas r-ve au lirasVpr* la c mrsa le mioistre d.; i In trieur ol il lu v '' J { 'hx apagoe au v.in|u tira et aux or j auUileurs qn. ont u orgao'iaer UOJ es plus b:l e*pre.ir aportives i li sa ; soit j imais dieu ita en Haiti Voici les raull le s ic data le la c turse : Oparl : Parc Lac ml ) 3b. 2> ; U,/, M li. 97 ( ile-we 10 ai leJ ; lu., l ii li(la a • %  ne. ra i ,. ,. iirrefi ir U i' viie = -e 9) ailles); 'n'uni 3 i •>). %  Rs> T) rentier (la r. i •. ) vile-i i u II -, H e e il • e '.'Ile "*V au 'ont '•• rn M{ i i ''M l *' l %  ..,. le i ai le; 3i • • J i .l-n Gtaeail / li ; c eoote 4 li. s. CVP. PoHhall Taikdil |' BOi cycliles so pm.Iroieul sur ia rouie de 'ort au Prince Mariaui ; leu< maUbea de football aasoeiaiion >e jouaient entre tes quipes de tend irme : Palets contra m i.ique ei iv. ontM Jriow. Bjnne partie l'eolr i • %  nu'. Affaire dits des Trsors Au Cap-Hatien j'ai vu un homme de famille se rsigner traverser les r tes en paotoofles, p ur avoir t 1 une de* viclim s de h bande Davis. Plusieurs victime* furent intimides pr leu Charles G rin, alors clw des dtactlvee. K d'autres on lais-ail entendre que les accusateurs deviendraient de-accuss Ju^q||'avec Me Brdv aussi on osa essayer de ces La t Couse l'Etat Sont au ei^e rservs au mem bfta Ou Pouvoir bxcculil les miuistrssLoii, Mafioire, Lescouliair. Do mini que. C A pi es sanction di pn ces v, rbal de la sance du U novembre le minis tre Vlugl iilai 'a K pl U'un | • %  • jet de i,i de ci dil en vue d'oraani Mle buieau ucuu (UO, >e Agi ul ture. k|L Minisire Dominique dpote ^a leji.eui un pioj au Dparte IIJ t u9 llutiieur No U c M rcyi M u lormi 'le mem %  m lt li "'" wioant l* li Secrldrurie fatal de llmriewi „, WI .. La Secrtairerie d b.Ut di l'Intrieur porle la cou naissance du Di rectenr du Journal "LESVTI.i* qn-il u t ouvert, pour la PRR$£B, un • %  seelioa, dtte lin onnations, ani Bureaux du Uuartement et quelle recevra le "undi ie chnque semaine de Midi a I. h j. m. loutes les de mandes la renseignements relativeaj | I vJnii i-lra io i 'n di ; e | ii i ur ro | lui l sdreae vive i i ou par ci i Le Secrtaire l'Etel derinUrieur LU'. TlIlikilD .mftifnn AU Varits Marcredi, 20 .w.... •., nouvelle rpreenleliuu .. .. icae a %  ueues de Mr Gutave 4ugus m. Fii" IheUttraltj La fte que lue m mine?, de lu Rs %  isaance offranl aupuoUs mia lieu Parisid a ie il) >• mbre pron baiu. Lu pria d'tntre reale toujours une gourde. tour loge 'ED l'Elise MtropCHlUioe sera b ni'le mards il Ueeebia, 7 beur*i du mabu le m >tf di si U hn & liie Deiii av., Mi 1 duii'i. 1 '• 1 is, M eiiieuricum pln.auls. _. ^ IARICE LTIENNt rit" Marchandises iianaise injjle des rues du Itfuuain deVi^tei dea frouls forls litttrtfenittH •Ce midi, eut lieu au Dpartemanl ,,,. 1 a ta 1 m iiifuraliaa de la Secli n Ole d'Infoi nin i,ft li|.ielloui assis dee directeurs et repr sentants la iurnaus. Vu cours de I eotretien, le convereetioo a roul sur .liv r-es queslioua i.il re-aut les !-ei i epuld s. r.hiqUM lundi, 0 sera donn des %  oiaa sur las faiM sei'laats sareenm dan* 1 kdmluu ration publique.vous m MIS t *te s oent avertis que I S a 0 info -m n..n ru bvijou + disp e* fumir lereoaeign me 1 ul les -i op milan*. • i 1.1 .me lieurr-u e li i> u van Ionner ler sul s llsfsi • m s pour 1 1 -• N..|...i. e p%SH il q 'il nou a PI.remis u an 1 bl t let,,,. j u i, | m 1 ifl ni ui igr „ 1 ,• ..11. ihS .t 11 Se.1cl.1ire d Lit d,. l'Agr 1 Mijel 'a. \t.is en r tison le Pebaenci l l'un !• nscien a. dons e i S eel qui n'1 ois laaiat au* uonbraut d 'as iii-t'i. uliei-s, il 1 el q ladll • %  l es LTUI lintrene, je cois t voir accompagner ses con-iusions de quelques bsereation A von aussi, Magistrat, je crois aviir fo rni la preuve de toute 11 somme de atienc dont je auie capible, po uie triomphe d'une cause s mie. Nous Voici eucorparvenus an terme d une autre statioq Il va po iv dr tre ofRoiellement prou mc par vous, MagM st, lmot isrit -t le justice, officieusemeul prononc, longtem.i .leji, par tontes les .:uscieu. s droites ni h ni'i .'S. Ce mot comporte e soi l'i le ie pr-eivnii in -ocah t de sauratags n itt M I. G* m -t. si irdi D n ntSso 1h;ulet si pilie n nenl alt 1 lu le 08 ent ci, mais a-luo -ns • neut rep. ias de ce c -l, ai a t un p itaaul f ici ur d'epural o\\ des DM* pnsiti 1 u dune fo mil • le trsor SOT ['H ibiutin l'ri •'• H y 1U ,J %  *.j., |, h i.i.-e Pu lie un procv il, r. 11.' 1 l'i r 1 -i ou, eo 1p ,,,,,, ,,.• 11 I • l'eus 1er. 1 I o.-c 1-; in le si •. 1 10 11 .li 1 avec m • 1 cl ni teHe. Vo .o M rappe 1 irai aussi 1 aveu lu f • ne is \)fI ilet Lafnte ou slarq ns de Sivoj ir I, dit Stphane Bervin, 1 eifarr qu'il avail t cli /. Steule en tutu el qu'il recul de lui des accslired'au'u n ibile, l'occasion d'un *->1A££ effe tuer aolo)) ain|o, se Iro iviit Divis Vous tr i.iver /. d ns ses dclHiahons oralea, qi i ronot.oient l'uibliui ton cule. de suflisjiiils .mants de preuve pour sc c o r de r Mo -i. ur Ste le la rparation qu il ail n I de voire JuMice. Il onvienl d'attiier ^olre al-minn sur a n. c --i i d' i liqnei 'e maiimum iana lu M lue .as, Wii |uant la peine, SOU qiai a la outrai .le pir .r ( ,s a eaer r e 1 <• le non pi s eut d .-..n 1 eoun*ires 1 ron c r, V us n li l ers p dol ,, 1 | ci se is, "i a 1 -, / M • \les m 1 as 1 s aplopnr les scr ti jo r -' iseurer le silence ne leurs nombreuse vie limes. moyens 1 fantdt, c'est Fils Aim qui lui lit dire de se girder dvntreprend e %  *> eu 1 action, sous peine d'exposer sa pro .ra vie. D'autres lois, c'est -ne combinais n concerte el arr es sur la place de Plionville, pour faire mener une c.unpigne ^e pressa contre lui rt lui prtt mille et une bis. toires, dans la pense de parvenir I le rendre impuissant continuer la lutte. Davis n'a-l-il pas dit qu'il l'enl tonn de voir un hom ne d • la siluati m de Me Brdy braver ce q ne, dansa conception, il appelle le ridic de d m' ce procs le couvrirait ignora l qu Me. Brdy naseei vcu et qu'il est sufiis.immeul connu d* ceux d nt il pe it se fiat'er de l eslime et de la considration, pour ne se proccuper le moindrement de l'opinion des gens anonymes que des l'xb'os peuvenl iulress T. C'tait f.iil, au contraire, pour inciter la persvrance! t£ d'adle 1rs. n'estce pis Oiona chtiment du ciel que li binle li DIVS ft e^n nen^e [t >\iv M•. B ly et qi'eUe russi f lire de lai une victime. Celui, dsir n ns, ie dsastre pour la bi 11; et Is il ni po r le rest del Collectivit Hatienne enc ira ingnn sur ce piint et encore sauf Nias iv ms fail notre devoir, il tons res*e* faire le ftre, Magistrat. Mirabeau tait h-ureux d^ pou voir bnir li Libert 1 ivo r m i de b-aux fr lits au sein de lAsseul* b •• Nationale, doi, je me rjo lis de . istit-r que. de 18 n nos j mm, de beaux fruits oui mri au lein du Pouvoir judiciaire liaitien, %  se ii la slection ebs rve dans le recrutement des Fonclionu lires di l'Ordre judiciaire. C'est ai nsiqua le trie puissantes dumrches diversement entreprises auprs de l'incorruptible Com.nis%  ttire du (iiuveraera:nl Yrech Cli;>lelain le tro .vretil in listrent. H en fut de mne le l'ilinirable juge Beaovoir. Il en fut damnedei llonorabcjuges du Tribunal d'Appel di P irt au Prince. L'on n'OM p iut .'ouvrir auprs des ll> lorabies j i ;es lu T b m i 1 de C s auo 1, que rejetrent ie pourvoi esefoeontra iVrl li Trioi ••*! F kpod confirmi'it P r liiu 11 d trMfUi au or recti mnei. i^es plissantes dhu*ebei pourront S'oublier et s'aventurer vers vous aussi. Mo isieur le Migistrat, m us j'ai la cerliludd que vous aussi elles vous trouveraient indiffrent leur signal et uniqu :m lut prjoccun ds venger la socit des m d'ails de Feecroc d'avis et de ses complut S>us le bmficj di ces quelques observation*, mu b>iofabts coifr>re Me Le^ros va donner lecture de ses conclusions qu^ intre Cabinet a prises poar Mjasiear Steele. SOIR ASSEZVGUSI CUIftASSEZ votre Gorge, vo. Bronche, ^ vos Poumons en les (feadai en les prsen ant par rantisepsie volatile des l PASTILLES VALOfl I contre los dnn^r du Froid, 1 de lflumidlW, dus Poussire dee Microbes. POBB SHIGIEu EFRCSCEIOT Rhumes, Maux de Gorg. Brouchiles, Grippe, cic.' UIPIOYBI I.KS PASTILLES VALOA nmde res,nr&ble u-Misepti^t Mais il faut avoir soin de bien employer les PasTiLLts VALOA VRITABLES SELES RELLE EFFiClCQ enduet unqjenie.it (n BOriES por'4:il le nom V3J lioija-Scaut De tout temps, les sports ont,dans les ntUon, civilises, jo-ie un lle in rii I. L'ducation physiqie y a to'iioursl di pair avec liucatiOQ m irale el b eu qu'elle 1 ni v.eille, 1 1 r^l ; %  biens dma la c irpore Saao" n'a ri n perdu de nrarilet de son • lli aill. \ > is u J lu 11 -i pas,n >us. toujours inluf -rents au sport, vins nira attention a son gard fui fragmente. .Nui n oublie l'poque, dj ancien e de plus de 10 ans ou grce a Andr Cli vallier, les frres llenriquez el Laroche, Emi.e Pruen, l'.illi. isme el le sport lleurircut par mi nous, el avec la m ne ardeur q ie. de nos ioura, le tennis. Conm ut N f id il q ie m linteu iut et le sp u-i 1 l'albltiama ne reparaUeaal pi u que par coup, comme une uvrCjinl uni Ituile f C h h n: raeie-', a ce q 10 I amour d 1 Spud ne nous est p is inculqu il l'enf nce el que i*OU n'y a ja> m.is vu u compl me it de l'duca tio i, liela tient nu peu aueai ,'.1 > se sa d'une loil Sportive euh ii n te 1 p rmaaente ou l'on essaie rail ae former !.i panse • 1 les mus cls simultanment, d'une socit de jeunes |ens en qui l'on pourrait JAT*TJ%, Les Pistiles V\LD\ soattOTei le : Ph.-irnn'ne Centrale d'Ha Plnrmii-ie Bonrriine Porl au Pi ce, Piiirm.ii'ie Brutus Jrmia, toutes pharmacies fiire n dire d'abord el dvelosiR eus ii t cet esprit de soli larit q 1 ri -n Je bon ne s'entrei dans une nation. Celte socit qui 11'exisLastj e 1 %  e. u 1 allii.de complost, S de i 1 l'on 1er auj ..ird'liui et suris tr 1 le celles qui •oiiinbueat ta| I'.' l u: itiou de la pense qu' d 1 e irps. Ko effet, avec le concours desJ q 1 : s uns des ho n ns les plus c nents 111 p ivs, M 11-ijur Yvei H court lente de constituer I Socit de Boy S:outs osso ad nis des 1 %  '.in.-s gens de9 1 lit Ils sereuiiit'oni clnquesaSUSV que diuui cli %  et, leinns ftfis.P diiit l %  \.um.-es les ronioas ront plus frjn M ites. Outre les exercices phyMqnn tous genres f gynnislique su-lo barre tue. ti-J t ''/.e, saut, ele etrj, y fera das ex 111-1 m* doct quallj unes pour la journe entire et dan ors de la ville. Chacune de excusions sera prcle d'une tile ci is-jrie dune dni heurs un sijet cioable d'intresser m fauts et d'afiiner leur sens mol Pour ces causeries Monsieur 5 Blovjcourt s'esl assur le coiet intel igeut de quelques aoes SS| persoiinilits scientiliques et M res. Les Boy Scouts auront un u me et un fanion qui ssrvirout raiintien de la discipline al rer leur .ttael.emeat la soc.* Plusieurs familles re sont d^ja tresses celte œuvre. U M des enfants inscrits a atteint je fre 8.J. Tous ceux qui ont souci djs J rt national, dont le patnol'^ entendu est fut de mesure e' ce.ili contribueront au sacesv celte enti-pn*' !" ? "li %  Olr P..V-. l-Hte une pp *J jeunes cuo^eus forts, sams, leurs devoirs .••ivei> le-" ( ver. leurs fan.nles, veJJ" ctovens et envers eux run** Auto de T


PAGE 1

li{M*lW ieiin & Fink, In> Fonde en 1676 Mont Bas prit tu mptiliiJ.* [prodiiila chimiques, pharmaceutiques et autres 1 vendables dans une pharmacie. I, Poivre, Gannell,Girofle,Aois toile, Muscade SERAFIM;. alli : Mar(|iie prive Lysol {dsinfectant.TarfuUrticles pour Imltiers, HayRuin, Chocolat en pou *!le de foie de Morue, Kmulsion Colci Grain, Ex* iar faire essences et eau de toilette, Eau de Quiputlre contre les insectes, Sjlution pour conseriœfs fra-3 Lait de Magnsie, Poudre suprieure )toilette 1rs enfants, Essence de fleurs, Kau de i~ Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive Itible, Hrosssa deuls, IVppennint, huile pour ries moustiques et autres insectesjlegulot: huile [constipations etdouhlesdes intestins chroniques frepour les parque| s ,i:omcstibles, KlixirsJ^iices, Idivers, leintiires diverses, Vins, etc, etc, etc. iOdez le catalogues des spcialits it vos commandes LEUN vv FINKJ lue ; VOUS SOluiuent satisfaits Veille par Convention Spciale (les bonnes pharmacies du; pavs s'approvUiou •LEH.N AFI.XKlnc. Lon R. Jhbaud, Agent exclusif pour Hati TIERCE Compauj n WEST HR04I)\WY ( NKW-YOltK FO\K E\ 1847. ieioRirt fabrique de : Sutures, Vernis Ocres [toutes sortes. VJasIic. Lon R, Thbaud ymt pu r Hati CHICAGO, ILLS tyut,liuiledecoton fie de mas, mess et r Poik, Rœti SaJambons & flacon, ns museaux, Lvres Jk, Oreilles de pork. Vicsses en htnir. Jed Beef.ltoast beef |ted mtais,etc,etcelc. Te de voir le Prix Cou On fait -.i\ >ir \ ux qu il apparti indra qu'< 0 *< i Je la ae exc ilotra d'un acte rtu par MLouiVi! !iic ii t\ et 8< %  • %  bra rail neuf rent dix neuf; leniel note, inrrgi Ir a t sou-i'-: il par la kraa Amlie G m • hier, 'pus'Ai qu.'P' • Nin commanda ment, demeura D'nctuena, fait ail tante Amlie Gauthiar \ me ndr Laroclie, Ir qu ors S en nre mil lieu: ceol vin trois mtaiatre de l'huiaaiar, ML •. Ma veille lu iribu nal d %  <:. s a! n, inr.i-lri 1 Attl re qutes |Ouruite ei diigtDCM du sieur I u.ne M rai-, i r priftaire, d in. ra t ei domi. ili Jimie, ayai i pour avocats constituaMai Aiihur & L*. Dd'iuHameau at lec li. D de doui cile I'. rt au Prince, au • :il inet des d i-AN cala; le pieur M.i rais est lubro^ aux ilroits des sieur Edward M. Itaphel et Co. Il sera pi ce l le vendr di que l'on comptera trenta Bovemb a roi neuf cent vingt I roi--, ODJ • rieiiies du malin eu l'Elude t pr le Ministre !• M." 0 irisoatd : e rioiem nd Notai re lu rsidaiwa da Part au Prince, Rue du Centre, l'adjudic tiou au plus offrant et daroi r euchr-aaeur de l'habta'ion kdazre, situ dm la deuxime section ru,aie du Morna Pel, Commun de Si Louis de Me rin Arrondiaseatoot nl et u N i'l Bat par l'Habitation De^glaireaui : a l'Eat par l'Habitation C u n : ai Su l par l'tiibilaiiuu Clris; a I Ouest par l*lial)i'.iti > ; B 'i^'.rl. Lgrand che min du C | M uti -\ u la Grande Iti \ ira du ^ord traverse la sua di.e Habitation du Nord au suil. Sur la dite habitition Mazra sa trouvent : 1 l'n moulina vapaur'avoc sa l'ir i % %  !• L'na guildive avec-accassoiras' Dj-ii ji MIIs^rop el ilcool. .'t Une gritu le ras d lr s eh m braa en mur plain, couverte en luiles. ayant gaieriea tout auiour. 4 Des cuisines et curies. jTel e, au surplus, que cette babi'a lion sj poursu t, s • c> o porta • t s'tani, aans aucaoe exception ni r* aarv, Outre le* charges, clames et conditions ioarea au cahier I s ahargea, los an -li • ••seior reues sur la :nise ,i pria I • rreize mile doua c ; it 11 il • i-vjn^l six ili u;. s liv n! ; dix c • iiiin >4, c n.< ) i ml la >: IJU il, as ri S 'i i I %  h > non r u .1 u i, ,.• il, p irtuiri iti cy 13,288.70 Fait et re lige a Port au Prioce,Ii 6 novambra t'Jij. Sign Arthur RIME VU, av. Louis i>. I1AME.*U, av Pour copia conforme. A. KAMEAU fo ir lo H ions. „' i m iats, si hg ser M ; Un yoslme ^osemond,notaire dpositaire du cahier dea char ge-, ru i du t.cnlre \1 lia m Duat"ck) ou tu\ avoeala pounuivaata, nos, aval m' .1 lin BHOW1H. W'i'n a*i LLPUILL>-. i i mtm. v i AVIS Je dclara adhir* un certificat au No iM ia la Commiaaion Kquiira, m'avait dlivr et aontre lequel je deviireorvoir un rcpiaa au b; f iarl cqaent des 8 n an ce., s-, lavaot a >-omrne di52 gourdes ; je le ,icla re m.l el non avenu,duplii ata devant i.i•• n tre dlivr. Cinoii. PIEHHK BBctow de Tabae Sf im En face de ia Banque Nationale No 1535 Cigarettes nouvelles et dlicieuses.-Ihg:ne, arme, supriorit. Ou les trouve dans les htels, cafs, reslatirauis, grands ou petits. Kilos son/ la joie des fumeurs et l'o dre du jour Voici 3 produits qui rnerrenr en valeur la beaur de la femme-. rvS OC SUCC3 Clombian Steamship Company Inc # Le 8tt>ait:er \\\ IL Tapper veuDt U iVevvYork via i^s ports (ia Soti, eit Ueudti k Po.i auPriuce ie 28 Novembre eoarauC il repartira le uioie jnur pour e porli du SuJ prejant loi et pasagtfaV jj Puriau Priaca le 20 i\-.ction* *** ilijv, "F ^ mcn *' }el!ei. v |oa d- nrr.-ne*. I v *iti < ti* m orra C lf*. Varices, HMIO roitl.. I. c tre les / Mlrlte*. Age cii:i u \ .. %  • •*. auffo I. cation. Forn>u.ijri de la Jt-.n FUI* d"*' 1 MirTTf.PHS r. "5 lui in Hi.rwV^ l i-.-m ? v lf> %  Eiatuiu Dans lavia publi dans laa Duua roa des li, lu al il novembre l'J23 du Moniteur Officiel l'gard des Hcpi-ssmis par la Comuuaaioa FVquire en faveur du s oaaigu, il faut lire Nos D 168 et H 121 au lieu de .Nos 253 et il\ tout court ItACLNE Le soussign donne .vil au public qu'avant giir le rcdptfs de la Commission Pquiereau Xo A 4M, mis en sa fv. ur, il le die aie Ml, devant en obtenu d.iplicala. Il pria les int^res-a de loi donner tous ren •eigucmeots y relatif. RACINE N (Iode et Tanin) A la fois Tonique et Dpuratif. Aamio — Faiblesse gnrale Croissance de: Enfants Gland 63 — Scrofule Formation dos Jeanos Filles Maladies do Poitrine D'un m ""table, remplace avantageusement : HUILE : FOIE : MORUE • oesiAe riL e 9> PR:E T TOU T.. ,, VERMGOTH CI8Z4N0 etiez A. de mnm -.. .' %  % 



PAGE 1

b ->m § % % %  ^ r"r~y : I il :. %  '.. .M • %  %  ...... ,.. r,.^rr. ttf JU '" %  : i< ... .•'.--> idlu ...,.. %  ....... M l !" nt Hou^t.eat. „•*. 1720RU. d M.! * La maison 51. Balloni Fils fcrt.aurince, se l.ul le plaisir de porter i a COWlWi a ,e, de a U 11 l. 1 e ,.,ee,,e,,, S le , du publie gM| r. une ses .ayons cui.Maiiiiii.nl se ivnonvell.nl e iXoSe. i prenne .p.ali., cl.u.s.es avec yol, et la porte de toutes les bourses. Savoir : Bijoux, montre., or^rcrle !" ^J£Z* mont de bibelot., sacs en argentF oui OjmjJ premier titre, cmte.uix, %  ^^•JSSJESeiote lie mes. ncessaire a couture, ^;.^ C ^* S servi.|antoulies en ieutree, palmLeai.li. Machh.es. SfSjSSVSSeS ££Z l.u torVilino, .Blettes, carpettes gyptiennes, porte-eh.liwlior.aiino,a a g frana |. ( g*Kff& ea peau ,1e Kussie.oreUl.ra. Uormeui.ce. ..rvi.tt.. d'avocats, etc, etc. Le Malin tind teltrAr,H9U7 Abonnement IBmimun Lme New; Orlans et-Sol Aihricao Sleaaislp C lnc Df] 7[alloi eifl7..ono-iiO,.!' Prochain* dpart direct* %  PorTMi Prince -Hati le ttenmcr Halte lmser* IVeu-OrJ on g le 15 Novembre courant pour Pt le team r De faieeera JVett..Oriai 7e 24 AoWmbre courant j/our Port ^"partir de c "c dernier* dauil o,ira une ocotion .liaque * %  • join. !" ? le P>rt uitmm* •' Curtfeufl* reu-W' ^ te-aW, fort Spal; Trimaud, O.orytioun. fc de itaUeis.-.p WII .,,!,.— Pert.ttt*Priact I^pnrleracnt Et ru tige r I N MO 1.13 fo*/? Pointe: M Tlphone 242 FhirenuI in Amricaine: 1SM t __^_^^ y -ww i 1 —n~~riri *' Paul Sales AVOCAT Ricoovremcnts Coniuereisiix, :i!aires rBtmftr. Correspondante Washing ton. New-York, Berlin, Turin l.oidree. Paris. lie HuePmtx9l7,' 'orl-fiu-irmn TttphnBi Firestone Pneus & Tubes Pneus 30x3 3ox8 l ; 2 Boi9 1 2 81l 88K4 su\ 9ii4 Bisi 1,2 Tutoi 3exS Soi! -,2 3li4 ;'2i4 3Hxl 84x4 l, 3ixi P a brio •,50 ll,5 3 14 18 iflftutf U 8 M II S* 3o 18 Tubes Rougu* l.So \ 4 ou 5hot> r>nd l.imch Rnom.Osea Frora AI. M. UnlU 9 P. %  Etery dty. \ n. C'e.t la qualit at la prix qui ^•* n | j ft | g L PKETZMINH-IGKp Pue du Qn(> mr -M m EGALE CHEZ A NTOIN E MTA LAMAS Chapeaux de Paille qnal supri. uve 5 Gourdes Auile pari J'on ne /)( roui/er ce grand profMet vile voir Auloiue M. Talamas qui soulage les fauu' | 11 0



PAGE 1

srfltm Piu>paivuuu& IJi+lUJUtJi llrnent Magloire 801i,.VERNA 1158 Ru* Axaerieai no IBHO 20 CENTIMES Quotidien La vrit est plus rpanJue qu'on ne pense ; mais elle est trs souvent farde et souvadl enveloppe, et mme aliaildie, mutile^corrompse par des ad* ditioDS qui la gtent ou lai en dent moins utile. LElBMTZ ELBPHOXE No 24S 17me ANNE N 5072 PORT-AU-PRINŒ ( HAIT! ) LUNDI 26 NUVEMlRE 1928 intrts de la Production et ceux de laConsommatiori ^***>^n-a > ^n-T^ j i %  i i %  i m %  %  %  ~f i %  i A propos du riz et du sucre kconiivic Hati comrnerdeiJii: rornt'iit examia. |coni|M-i< ne luhiliii'll.', Li ^de lu j roieciion dont il ide couvrir Jla f.roliiclion k d'une pari, et l'intrt Dsoinination, d'autre pari, emecbt assez complexe, tpar exemple au sujet .du sucre, d'tablir un droit ilstiscepl il le d'tal ilir.pour {les de provenance r'-lranIttprix de revient qui les %  dfaveur sur le march ir, par rapport aux prolibricati.m indigne Mais [en mm temps, qu.> Ida nt de ce droit prolhhitil',-le.dans certain cas comme iwcre la prohibition pure ',—ne puisse consliluer [Ilmains des producteurs ~lde faire payer aux coudes prix en disprofc|c les cours pratiqus. |/iliiie est d'autant plus ^s'agit, dans les esp%  articles de consomma ante, 11 qu'un exros dans Wfilion petit lacili'llielil, — le cas poiinait arriver jnz, — priver les populaleurs moyens ordinaires tance. confrre %  < Hati Com* pense, avec raison, WS de la prohibition qui [un monopole dguis eu producteurs, et il pr'propos du riz, le systme mes dencouragement 11 de taire aux producteurs une large distribution de dcortiqu ii'S, charge pour ces produc te us d'en rembourser! l'Kiat le montant al les frais d'installation aprs un tennis limit Ces dcortiqueurs, selon ntre confrre, permettraient aux producteurs de produire un arlic'e de qualit marchande qui pourrait vincer sur le march intrieur l'article exotique Ce qui revient dire qu'il faut organiser notre pio duction, ce sur quoi tout le inonde est d accord Nous ne croyons pas cependant que cela puisse su II ire. Il est vident que si les producteurs malgr tous les encouragements et toutes les facilits de paiement octroyes par l'Etal pour les avances que celui-ci leur aura consenties pour teur permettre de s'Installer, ne sont pas assurs de rencontrer l'article exotique sur le march dans des conditions favorables, non seulement de qualit, mais aussi, mais surtout de prix, les laveurs de l'Etal auront t rai tes sans proit et la production n'aura pas trouv l'occasion de prendre cet essor ncessaire pour que. partir d'un certain moment, elle puisse suffire elle seule la consommation nalionale, et peut tre, dans un avenir loign et prospre, alimenter notre mou veinent d exportation. Les besoins du march ne sont pas constants et invariables; ils sont sujets toutes sortes de lluctuations. Dans les pays de produc lion du bl, il arrive parfois qic' les marchs intrieurs subissent des crises dont ltit la eunsomtion. Ce a est in '" %  :'• Me el ne cona titue pas une coi! dration suffi' tante pour refuser toute mesure fondamentale de p otection en laveur de la pro luction. Pour notre pari, nous sommes partisans, non de la prohibition pure et simple, mais de mesures prohibitive? l'gard de I impor talion des articles exotiqui s et de consoramati n susceptibles d'tre produits dans le pays, de telle sorte que cela puisse constituer, en mme temps que hi distribution les outils e appwtili ncessaires d lu production* une pria e d'encou* rarement relle. N nmoins, nuis croyons unie (pie, dms la lgislation sficiile que nous prcomsons.uno certaine latitude soit laisse l'Administration suprieure dans l'application des mesures, de faon a lui ni tire en mains le moyen d'intervenir dans les cas de crise de nature a troubler sensiblement la consommation locale. Nous ne perdons pas de vue que ce nue nous disons ici d'une faon absolue doit tre envisag au sujet de chaque cas particulier. C'est ce que nous allons essayer de laire pour la plupart des nrlicles qui peuvent l'airl'objet de cette lgislation spciale!*en coin menaitt par le riz et le sucre,puisque ce sont eux qui ont en ce niomoment les honneurs d j la discussion. Par Cal>le iouveiles traiiares m longue dclaration de N. Poincar la %  ambre, un vote dt confiance lui a t accord Sj 23— La chambre des dette fin. i •tor, renouvel sa cou %  .Jnlre 70, vole qui lut pris ""'"ne longue dclaration oiticai par uu vote de •• 70, vote e longue (,?"* du conseil consacre Jjeirungres.Tout d'abord, r i,,u,, <'i--il lait obser •gouvernements Iran, lis a. n 'i en ce qui concerne la ;-omeot d'accord. Faisant •discours de M. Jaspar, ^attbic belge, il ajoute !,,' D 'y a eu sur ce point J^es de vues entre UruKttlri H Da,,lre P arl ,a m 8 tciin* T ran aiae8 en teiri lri 8 '8 ne journellement a 'c de industriels aile !J") 1 longtemps, la Kubr naire de ra pp 0rt Les \ J? 8 'jng assurent aux flr pour cen de la pro iC le du charbon et 27 II,. da l production du 0UTri rs allemands aug ment en nombre si viennent libre meut s t ngager sous la diiection des autorits d'occupation. It lativement la tugue du kl -m priai, M. Poincar dit que la l-'raii M aurait voulu son bannissement mais comme son retour en Alk-ma gne constituait une provocation diri ge non seulement contre la haine n>ais contre les allis, la question lut poile devant le conseil des am bassadeurs. Cetle autorit, basant son jugement sur le trait de Ver vailles, a dcid qu'aucune stipula lion du trait ne prvoyait le bannis sment et que la liste des criminels de guerre, adresse l'Allemagne en 1920, ne portait pas leur ex'radi* lion. Nanmoins le gouvernement franais tait convaincu que le re tour in la s le de lu dynastie des tio heiuollern serait hdoiiable et me nace la paix europenne et, en cou squence, il prendra les mesures n cessaires ponr l'empcherA cette dclaration.; la chambre tout •ntire applaudi! et M. Poincar pat ensuit 0 ajouter que le monde entier saura. ce soir, que la chambre franaise est unanime contre le retour des llo heiuollern. La non ratification du pacte de IM ranlie tripartie par lai Etais Unis et la Grande Bratagaa, remarqua 1 ara tour, se trouve au lond du touteloi difficults prsentes qui Burgissaot devant la commission de coalrle mialaire interalli et Allemagne. Faute de ce pacte, la France doit as suicr ce, contrle. M Briaad, an eien prsident du conseil.in'eirompt cet endroit l'orateur, pour obstr ver que pi u avai, M oniMiaioa pus trieure a la coofri Dte da Cannas, ii tenta de signer ave.: I Aiu cime un pa^te de Baraotie. • Bi IM I ap piouve ontirernent la dclart ion de M. Poiicar. Rsumant les faits, le prsident du conseil.annonce qu'il I demand au gouvernement britanni [ue Pauto riaaUen de publier le livre jaune donnant iliisloire des ngociations entre Lloyd George, tieji^e Britnd et lui mme, en Janvier lUii, con cernani le pacte de farantia. Au pu blic des deux pays dire sur quelles paules doit tomber la responsabili t de lche subi par les ngocia leurs. M Briaad, reprenant la parole. explique que le pacte de Lloyd lieor ge tait humiliant pour la France, qu'il n tait pas bas sur une aide mutuelle, et ne prvoyait quo le cas o la Frau til a'ta |u le. • C que nom voulons, prcise lnncin 1er. celait -ielerre, la B 1 gique et la l-'r.ci i -i le asserit avec toiit-s h ura lu < t n cas d'alta qua H. Brtand poursuit en disant q e '. P ioi are atail raison d* re i iser I 'i' I pacle de l.loxd Geor ge qui nous aurait impos la dsar m ment ce I tin ans nous donner unig iranlie qu i ente. < %  m! la rd ta i dette allemande, pi p par uns cerl.ii ne : 'i.i i al ls, M. Poinc r •, repre aant e dis ours, rail remarquer que lora nie 1 1 France opposa '.n veio celle rduction, ce se i veto suffit pour arrter les pourparb rs, mali qu'en retour, lorsqu'elle demanda 1 imposition de n uval les pnalits, le veto le l'Ang terre se manifesta aussi puissant mais, ajoute le prsi denl du conseil, j'ai toujours exprs semant rsorv notre dr it dsgir seuls quant des questions d'ordre na t on il taienten jeu.Si demain n tre Scurit tait n danger nous n'au .ii mpsa besoin pour agir d'atten dre le h m plaisir de nos alli*. Abordant la question de pnalit, il dclare que li noie rcemment en voye l'Allemagne par ie conseil des ambassadeurs, ne mentionne pas l s pnalits mais que si la i'ow tri'! militaire n'est pas immdiate meut assur par l'Ai em(gne, et si l'indemnit rclame par l'incident de Leipzig ou un officier belge et un sous lieutenant franoaia ont t mo lests, n'est pas paye, alors les p nalits seront imp >ses. La vi-ile officielle du ch rg d'afI lires d'Allemagne, bier soir, qui, au n en du mini-Ire de la RiionsR rs, exprima ses regrets poarl'ia %  I l al i sel pas suffisante. Le gou verne mer t franais a l'ait llmpissl Lie pour m .inieuu ses alliances et nous c ui>i I rerionun : niptur-; comme un grand dsastre pour la France, l'Angleterre et la Belgigue aussi bien q e po ir la paix de l'Euro pe mus nais n'Ii-ileri npas ris quer c-De rupture le jour ou note %  crite .-cru en danger. N ma som mes fermement i^ lus a ue rien sa erifier du tout m an rparations ni en scurit.Nous exigerons la slri :le excution du trait. Nous no lu ie rons pas attendrir par les lamenta lions de 1 Allemagne. Lu commun avec nos allis, si possible OU seule, -. i m u : est m mace,la France La dmission du cabinet Si if s eman n BERLIN ho Dr Slreiemann, I il pos ii j lion de confiance au R i ists battu par 230 voix e mire 153 : par suite de ce vo te le cabinet a dmissionn.Le prsi dent Ebert a accept la dmission du c ib net %  t a e ivov ch rcher im mdi lemeul M. Lo be, prsid nt du iieieli i ig, M h m mu a eu eonir i lui es rai is et les D itio nelisti Le g nral \ m Seeckt. co Q mandant nation d le 11 il i shswehr, %  ordonn la di olutioo du parti eommuniate allemand el le coalises itou de ses fouds.Son dcret dfend aussi que l'un tienne des runions communistes et qu l'on publie des journaux communites.On a dclar plus tard que l'ordre de dissolution s'applique aussi aux parlis natiooa liste ut nationaliste social ste. L'accord des industriels aile min Is avec la commission franaise DUSSELOOKF— Les principaux industriels de la Ruhr, qui ngociaient avoc las autorit s traof pour la reprisa du travail daus les i siner, ont sign un accord avec la commission i nueise. L'eecord si gn %  par Vu i r r, reprsentant de \l Stinnea 11 de ses a-ces. comprend su p or cent dei mines de la Ruhr; D'apn s l-ac-ri, n s propritaires deminepaieront 28u millions 1 -' francs reprsenleronl les taxes sur le chai b n des deux premiers mois de l'aui e IIii < ront aux alli c mme ri j arations 18 Ou de leur prodi i •! leur pai< root 10 1rs I' Ion %  rhar on \ ndue. Le 1 i.e cumul< d i s la Ruhr au l-i octobre d< \ < n Ironl les prnpri U •> de s allis, le -\ %  • e | permis d'exporlati n resL ra en vigueur • t les sio* k e ;,r • i acier pourront tie ivtiis contre ie paiement des taxes dues I pourront tre exports seiileuieul en quantit quivalente la moyeu n 1 %  livraisons de l'nnm'e dernire au titre des rparations. Les sous produits tels que l'ammo aiaque, benzol, coalter ele, seront sou ma un accor i spcial qui en treia eu vigueur le 19 avril l')2i. Le charg d'altaires allemand a [uvsciilr des i'\cuses la Bel(|ique. BRUXELLES L charg d*aflai rea allemand s'est pr* nt cl i M. %  I ispar, ministre d -afl ii %  lr ing rea, au sujel de la dniai le. belge pour le rglement de I in I mnit de i'assas m t lu lisute tant Craff prs de DusseldoHr. Peu i ml sa visita, le charg d'ail i-rcs s'esl BUSS occup des proie lati m i de la Belgiqae au sujel des indignits lubies par I ii< u tenant de Muyler, aronaute belge, l'oec e ion du rcent atterrissage an Saxe el des iuci nts -le Leipsig o des officiers du contre a militaire fraaco-b Ige avaient ie malmens. Un dit que le charg d'affaires s pt se ai,,|, i a excua au gouvernemeat pour l'affaire de Leipzig. Nouvelles Diverses d IXIi'. ) I) • %  li II ierl i a accept Ii candidature la presiJeoca et a ji d'excuter le programme du parti coopratif comprenant le dva loppemenl dee entreprises cooprati ves et la I h-ration des municipalits de la domination des gouvernements de> ROME Le roi Victor Kmmaouel et la reine Hlne rendront leur visi te aux souverains espagnols su d but du mois de mai prochain. Us se ronl acoompagoa en EBspagaa par M Musso i il i llh .ol.xi-'iiis— On signala que U Russie a i oramaod h la Hollande 500 aroplanes Fokker pour tre uti lises 'I nun but connu cuil. A Il UNES .. La Gai te • publie un dcret fixant les ie lions au il de e : 11 ri uni in de l'assam bl nationale au 1er 11 rrVii r l '.\i i %  il irera ilemenl do terre ajel i matin ; il n'y %  l'AHIS Le comm dt la commission de rparations dit qu< l I i-> li r, sou -' c rtaire du trsor au Ksich, i l ipOS en dtail ce que taisait l'Allemagne pour res tauri r la -labilit conomique, lia insist particulirement sur la gravi t de la situation en Allemagne et et son effet sur la possibilit pour ce pays de se liquider des engagements du trait. VI. Fischer a galement d olsr que sou gouvernement estimait que l'occupation de la Hulir tait dl ga e et. avant de se retirer, .. .uni., la commission un u.euiorunduia sur les o i nquee beigi qui I MI. i i ni j i une b i-e ue u gociations pour la solull ,ro blme des rparations. Le projet do loi. JC. .udant uua pension de 40.U0U 1rs a Mm-j C'ane.a


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06084
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 26, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06084

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
srfltm Piu>paivuuu&
IJi+lUJUtJi
llrnent Magloire
801i,.VERNA
1158 Ru* Axaerieaino
IBHO 20 CENTIMES
Quotidien
La vrit est plus rpanJue
qu'on ne pense ; mais elle est
trs souvent farde et souvadl
enveloppe, et mme aliaildie,
mutile^corrompse par des ad*
ditioDS qui la gtent ou lai en
dent moins utile. LElBMTZ

ELBPHOXE No 24S
17me ANNE N 5072
PORT-AU-PRIN ( HAIT! )
LUNDI 26 NUVEMlRE 1928
intrts de la Production et ceux de laConsommatiori
^***>^n-a>^n-T^---------- j i i i i m ~f i i-----
A propos du riz et du sucre
kconiivic Hati comrner-
deiJii: rornt'iit examia.
|coni|M-i< ne luhiliii'll.', Li
^de lu j roieciion dont il
ide couvrir Jla f.roliiclion
k d'une pari, et l'intrt
Dsoinination, d'autre pari,
emecbt assez complexe,
tpar exemple au sujet .du
sucre, d'tablir un droit
ilstiscepl il le d'tal ilir.pour
{les de provenance r'-lran-
Ittprix de revient qui les
dfaveur sur le march
ir, par rapport aux pro-
libricati.m indigne Mais
[en mm temps, qu.> Ida
nt de ce droit prolhhitil',--
le.dans certain cas comme
iwcre la prohibition pure
',ne puisse consliluer
[Ilmains des producteurs
~lde faire payer aux cou-
des prix en dispro-
fc|c les cours pratiqus.
|/iliiie est d'autant plus
^s'agit, dans les esp-
articles de consomma
ante, 11 qu'un exros dans
Wfilion petit lacili'llielil,
le cas poiinait arriver
jnz, priver les popula-
leurs moyens ordinaires
tance.
confrre < Hati Com-
* pense, avec raison,
WS de la prohibition qui
[un monopole dguis eu
producteurs, et il pr-
'propos du riz, le systme
mes dencouragement 11
de taire aux producteurs
une large distribution de dcorti-
qu ii'S, charge pour ces produc
te us d'en rembourser! l'Kiat le
montant al les frais d'installation
aprs un tennis limit
Ces dcortiqueurs, selon ntre
confrre, permettraient aux pro-
ducteurs de produire un arlic'e de
qualit marchande qui pourrait
vincer sur le march intrieur
l'article exotique Ce qui revient
dire qu'il faut organiser notre pio
duction, ce sur quoi tout le
inonde est d accord
Nous ne croyons pas cependant
que cela puisse su II ire. Il est vi-
dent que si les producteurs mal-
gr tous les encouragements et
toutes les facilits de paiement oc-
troyes par l'Etal pour les avan-
ces que celui-ci leur aura consen-
ties pour teur permettre de s'Ins-
taller, ne sont pas assurs de ren-
contrer l'article exotique sur le
march dans des conditions favo-
rables, non seulement de qualit,
mais aussi, mais surtout de prix,
les laveurs de l'Etal auront t
rai tes sans proit et la production
n'aura pas trouv l'occasion de
prendre cet essor ncessaire pour
que. partir d'un certain moment,
elle puisse suffire elle seule la
consommation nalionale, et peut
tre, dans un avenir loign et
prospre, alimenter notre mou
veinent d exportation.
Les besoins du march ne sont
pas constants et invariables; ils
sont sujets toutes sortes de lluc-
tuations. Dans les pays de produc
lion du bl, il arrive parfois qic'
les marchs intrieurs subissent
des crises dont ltit la eunsom-
tion. Ce a est in '" :' Me el ne cona
titue pas une coi! dration suffi'
tante pour refuser toute mesure
fondamentale de p otection en la-
veur de la pro luction.
Pour notre pari, nous sommes
partisans, non de la prohibition
pure et simple, mais de mesures
prohibitive? l'gard de I impor
talion des articles exotiqui s et de
consoramati n susceptibles d'tre
produits dans le pays, de telle
sorte que cela puisse constituer,
en mme temps que hi distribution
les outils e appwtili ncessaires d
lu production* une pria e d'encou*
rarement relle.
N nmoins, nuis croyons unie
(pie, dms la lgislation sficiile
que nous prcomsons.uno certaine
latitude soit laisse l'Administra-
tion suprieure dans l'application
des mesures, de faon a lui ni tire
en mains le moyen d'intervenir
dans les cas de crise de nature a
troubler sensiblement la consom-
mation locale.
Nous ne perdons pas de vue
que ce nue nous disons ici d'une
faon absolue doit tre envisag
au sujet de chaque cas particulier.
C'est ce que nous allons essayer
de laire pour la plupart des nrli-
cles qui peuvent l'air- l'objet de
cette lgislation spciale!*- en coin
menaitt par le riz et le sucre,puis-
que ce sont eux qui ont en ce nio-
moment les honneurs dj la dis-
cussion.
' !___...........
Par Cal>le
iouveiles traiiares
m longue dclaration de N. Poincar la
ambre, un vote dt confiance lui a t accord
Sj
23 La chambre des de-
tte
fin. i
tor, renouvel sa cou
.Jnlre 70, vole qui lut pris
""'"ne longue dclaration
oiticai par uu vote de
70, vote
. e longue .
(,?"* du conseil consacre
Jjeirungres.Tout d'abord,
ri,,u,,<'i--il lait obser
gouvernements Iran, lis
a. n'i en ce qui concerne la
;-omeot d'accord. Faisant
discours de M. Jaspar,
^attbic belge, il ajoute
!,,' D'y a eu sur ce point
J^es de vues entre Uru-
Kttlri H Da,,lre Parl ,a m'8'
tciin* Tranaiae8 en teiri
lri 8'8ne journellement
"a'c de industriels aile
!J")1 longtemps, la Kubr
naire de rapp0rt Les
\ J? 8'jng assurent aux
flr ,pour cen de la pro
iC *le du charbon et 27
II,. ,da.l production du
0UTrirs allemands aug
ment en nombre si viennent libre
meut s t ngager sous la diiection des
autorits d'occupation.
It lativement la tugue du kl -m
priai, M. Poincar dit que la l-'raii
M aurait voulu son bannissement
mais comme son retour en Alk-ma
gne constituait une provocation diri
ge non seulement contre la haine
n>ais contre les allis, la question
lut poile devant le conseil des am
bassadeurs. Cetle autorit, basant
son jugement sur le trait de Ver
vailles, a dcid qu'aucune stipula
lion du trait ne prvoyait le bannis
sment et que la liste des criminels
de guerre, adresse l'Allemagne en
1920, ne portait pas leur ex'radi*
lion. Nanmoins le gouvernement
franais tait convaincu que le re
tour in la s le de lu dynastie des tio
heiuollern serait hdoiiable et me
nace la paix europenne et, en cou
squence, il prendra les mesures n
cessaires ponr l'empcher- A cette
dclaration.; la chambre tout ntire
applaudi! et M. Poincar pat ensuit0
ajouter que le monde entier saura.
ce soir, que la chambre franaise
est unanime contre le retour des llo
heiuollern.
La non ratification du pacte de im
ranlie tripartie par lai Etais Unis et
la Grande Bratagaa, remarqua 1 ara
tour, se trouve au lond du toute- loi
difficults prsentes qui Burgissaot
devant la commission de coalrle
mialaire interalli et Allemagne.
Faute de ce pacte, la France doit as
suicr ce, contrle. M Briaad, an
eien prsident du conseil.in'eirompt
cet endroit l'orateur, pour obstr
ver que pi u avai, m oniMiaioa pus
trieure a la coofri Dte da Cannas,
ii tenta de signer ave.: I Aiu cime
un pa^te de Baraotie. Bi im I ap
piouve ontirernent la dclart ion
de M. Poiicar.
Rsumant les faits, le prsident
du conseil.annonce qu'il I demand
au gouvernement britanni [ue Pauto
riaaUen de publier le livre jaune
donnant iliisloire des ngociations
entre Lloyd George, tieji^e Britnd
et lui mme, en Janvier lUii, con
cernani le pacte de farantia. Au pu
blic des deux pays dire sur quelles
paules doit tomber la responsabili
t de lche subi par les ngocia
leurs.
M Briaad, reprenant la parole.
explique que le pacte de Lloyd lieor
ge tait humiliant pour la France,
qu'il n tait pas bas sur une aide
mutuelle, et ne prvoyait quo le cas
o la Frau til a'ta |u le. C
que nom voulons, prcise lnncin
1er. celait -ielerre, la B 1
gique et la l-'r.ci i -i le asserit
avec toiit-s h ura lu < t n cas d'alta
qua H. Brtand poursuit en disant
q e '. P ioi are atail raison d* re
i iser I 'i' I pacle de l.loxd Geor
ge qui nous aurait impos la dsar
m ment ce I tin ans nous donner
uni- g iranlie qu i ente.
< m! la rd ta i dette
allemande, pi p par uns cerl.ii
ne : 'i.i i al ls, M. Poinc r , repre
aant e dis ours, rail remarquer que
lora nie 11 France opposa '.n veio
celle rduction, ce se i veto suffit
pour arrter les pourparb rs, mali
qu'en retour, lorsqu'elle demanda
1 imposition de n uval les pnalits,
le veto le l'Ang terre se manifesta
aussi puissant mais, ajoute le prsi
denl du conseil, j'ai toujours exprs
semant rsorv notre dr it dsgir
seuls quant des questions d'ordre na
t on il taienten jeu.Si demain n tre
Scurit tait n danger nous n'au
.ii m- psa besoin pour agir d'atten
dre le h m plaisir de nos alli*.
Abordant la question de pnalit, il
dclare que li noie rcemment en
voye l'Allemagne par ie conseil
des ambassadeurs, ne mentionne
pas l s pnalits mais que si la i'ow
tri'! militaire n'est pas immdiate
meut assur par l'Ai em(gne, et si
l'indemnit rclame par l'incident
de Leipzig ou un officier belge et un
sous lieutenant franoaia ont t mo
lests, n'est pas paye, alors les p
nalits seront imp >ses.
La vi-ile officielle du ch rg d'af-
I lires d'Allemagne, bier soir, qui,
au n en du mini-Ire de la Riions-
r rs, exprima ses regrets poarl'ia
I l al i sel pas suffisante. Le gou
verne mer t franais a l'ait llmpissl
Lie pour m .inieuu ses alliances et
nous c ui>i I rerion- un : niptur-;
comme un grand dsastre pour la
France, l'Angleterre et la Belgigue
aussi bien q e po ir la paix de l'Euro
pe mus nais n'Ii-ileri n- pas ris
quer c-De rupture le jour ou note
crite .-cru en danger. N ma som
mes fermement i^ lus a ue rien sa
erifier du tout m an rparations ni
en scurit.Nous exigerons la slri :le
excution du trait. Nous no lu ie
rons pas attendrir par les lamenta
lions de 1 Allemagne. Lu commun
avec nos allis, si possible OU seule,
-. i m u : est m mace,la France
La dmission du cabinet
Si if s emann
BERLIN ho Dr Slreiemann,
I il pos ii j lion de confiance
au R i ists battu par 230
voix e mire 153 : par suite de ce vo
te le cabinet a dmissionn.Le prsi
dent Ebert a accept la dmission
du c ib net t a e ivov ch rcher im
mdi lemeul M. Lo be, prsid nt
du iieieli i ig, M h m mu a eu
eonir i lui es rai is et les d itio
nelisti Le g nral \ m Seeckt. co q
mandant nation d le 11 il i shswehr,
ordonn la di olutioo du parti
eommuniate allemand el le coalises
itou de ses fouds.Son dcret dfend
aussi que l'un tienne des runions
communistes et qu l'on publie des
journaux communites.On a dclar
plus tard que l'ordre de dissolution
s'applique aussi aux parlis natiooa
liste ut nationaliste social ste.
L'accord des industriels aile
min Is avec la commission
franaise
DUSSELOOKF Les principaux
industriels de la Ruhr, qui ngo-
ciaient avoc las autorit s traof
pour la reprisa du travail daus les
i siner, ont sign un accord avec la
commission i nueise. L'eecord si
gn par Vu ir' r, reprsentant de \l
Stinnea 11 de ses a-- ces. comprend
su p or cent dei mines de la Ruhr;
D'apn s l-ac-ri, n s propritaires
de- mine- paieront 28u millions -1-'
francs reprsenleronl les taxes sur
le chai b n des deux premiers mois
de l'aui e II- ii < ront aux alli
c mme ri j arations 18 Ou de leur
prodi i ! leur pai< root 10 1rs
I- Ion..... rhar on \ ndue. Le1
i.- e cumul< d i s la Ruhr au
l-i octobre d< \ < n Ironl les prnpri
U > de s allis, le -\ e | permis
d'exporlati n resL ra en vigueur t
les sio* k e ;,r i acier pourront
tie ivtiis contre ie paiement des
taxes dues I pourront tre exports
seiileuieul en quantit quivalente
la moyeu n 1 livraisons de l'nnm'e
dernire au titre des rparations.
Les sous produits tels que l'ammo
aiaque, benzol, coalter ele, seront
sou m- a un accor i spcial qui en
treia eu vigueur le 19 avril l')2i.
Le charg d'altaires alle-
mand a [uvsciilr des i'\-
cuses la Bel(|ique.
BRUXELLES L charg d*aflai
rea allemand s'est pr* nt cl i M.
I ispar, ministre d -- afl ii lr ing
rea, au sujel de la dniai le. belge
pour le rglement de I in I mnit de
i'assas m t lu lisute tant Craff prs
de DusseldoHr. Peu i ml sa visita, le
charg d'ail i-rcs s'esl buss occup
des proie lati m i de la Belgiqae au
sujel des indignits lubies par I ii< u
tenant de Muyler, aronaute belge,
l'oec e ion du rcent atterrissage
an Saxe el des iuci nts -le Leipsig
o des officiers du contre a militaire
fraaco-b Ige avaient ie malmens.
Un dit que le charg d'affaires s pt
se ai,- ,|, ia excua au gouvernemeat
pour l'affaire de Leipzig.
Nouvelles Diverses
d IXIi'. ) I) li II ierl i a accept
Ii candidature la presiJeoca et a
ji d'excuter le programme du
parti coopratif comprenant le dva
loppemenl dee entreprises cooprati
ves et la I h-ration des municipalits
de la domination des gouvernements
de>
ROME Le roi Victor Kmmaouel
et la reine Hlne rendront leur visi
te aux souverains espagnols su d
but du mois de mai prochain. Us se
ronl acoompagoa en EBspagaa par
M Musso i il i
llh .ol.xi-'iiis On signala que U
Russie a i oramaod h la Hollande
500 aroplanes Fokker pour tre uti
lises 'I n- un but connu cuil.
A Il UNES .. La Gai te publie
un dcret fixant les ie lions au il
de e : 11 ri uni in de l'assam
bl nationale au 1er 11 rrVii r
l '.\i i il irera ilemenl
do terre ajel i matin ; il
n'y
l'AHIS Le comm
dt la commission de rparations dit
qu< l I i-> li r, sou -' c rtaire du
trsor au Ksich, i l ipOS en dtail
ce que taisait l'Allemagne pour res
tauri r la -labilit conomique, lia
insist particulirement sur la gravi
t de la situation en Allemagne et
et son effet sur la possibilit pour ce
pays de se liquider des engagements
du trait. VI. Fischer a galement d
olsr que sou gouvernement estimait
que l'occupation de la Hulir tait dl
ga e et. avant de se retirer, .. .uni.,
la commission un u.euiorunduia
sur les o i nquee beigi qui
I mi. i i ni j i une b i-e ue u
gociations pour la solull ,ro
blme des rparations.
Le projet do loi. jc. .udant uua
pension de 40.U0U 1rs a Mm-j C'ane.a


k% MAirw
t dpos Mf le bureau de h eham
bci des dputs or i ministre le
l'Instruction P.ih'11" h l'ceasi n
du prochain ^..^t cinquime aiwii
torsairodels l' > n rie tn radio n.
M. Miller, i >-' i 'il i 'e le
1a lisle Je i i- v r e par
e comit' f i ; }" 'v .'l'i
ques i).i H- reru i ' I* "'''-*
a'ces I organisa i a des jeua pour
l'au prochain.
Varits
Mardi
Les Ipttrri m ,
* New York
lfo 17e el ISe EpitoJei
Bull g rai '!. m
faste,' i 'as
Ci mu'ia d P. Divil a, mb<
ridcteur d'e il a proc I? x l m4 l
ation au Ly ' Niii mil N s
Mr Fabius, no unie Ce-ur n
lieu el pmee de VI Lelbesu, appel
d'autres 10 D llOOl
Mr Nuiui Rigaud. profe seur de
Mires pour le* cleses de Hem*.
Mi Lucien Hibb rt, professeur de
science? en i m i cernent de Unifier
dcd, \ l"Ecole Nor-nal, 'est Vlr
lu\ivier Us qui a t n in.ne.
UMtfcliXittullU
Le tirage de 11 l derie de la Mal i
all du B i- kir a eu i u h er aprs
m di tous le directi m d u i Comit
M apot a Mr I-..I. Isanjo -. *g -
tral (.oiinuiiii.il, Mes A I' bl k.
Gain, juge de p is, L>r V. Carr.*, Dr
J. C. Liors ne! Jh. B ir ly.
Le iot de IUO ioilai a t gagn
par lt- .\d 1. 7.
Les I ds I -0 I -1 ira par le N M
793 et 715.
Lus lois le S .1 I s l par es N< 9
18,, 789, 115, 670. 53, 783, 661,
380.499.
Lots 'le i dollars : Nm 2*56, 8>i,
49,486, jli,6l,3OTi 850, 849,
70, lit, 181, 59U, 888.
Lois de 8 gour les : Nos 7 .8. S23,
9, 104, 520, 181. 10, m, 12.
43.1. 3W, 37, 12'.. Ml, 711 815.
lOti. 457, ly, 214 7'.t.i.00. S0. I.
49, 88s 84*, 3i<). l76 7u0. 10-* 7,
"Le- diml- n lemi |m.ii.iu!Jfs
iTos 70 iOO uiclueiv inei i ; i76
7oO MClusivi inenl ; ^0 i 7 H) incl.
75i a 775 incl. ool M a m il'.
[Les gagnants oui u.i .1 dai d 8 jour
pour rclamer leurs loi-. On 'adret
eeia lr Louieeaint eu local de la
mutualit scolaire de 9 a 11 heures
du malin.
U HR fltt.
ilo Port-au-Yinco-laiiani
Il >! .rse n* l'une f de nor
m U couru eyc il Patv. Lecoate-
Uftrj mi illei el M r. a l disput.
Q;nn 1 on sait de bnttt e" ''oul<
minute par minu e On* preuve aus-
, u donnante qu \ oll garnie pal
Milfo I, on nppo.le tant de souve-
nu- iao< 'i'i nHjes furieuses quMe*t
di :i-il le les on len M eu un ac
i ele .1 ni le* col w -e ssjalffeialas lu
jouunal foue oblige k faire seleorieo.
Da loulfl \i\ l u e. une nu I u ls
parai l ne .-eut se ienninT que \^<"
[Vnerg^e et l'eu liirsoee le m uir-
renl. | ii en ut grro In- il lit
preuve. L* eostree a ;t-; r o I n ut
ni!I. ,,, les cinq [J aot '<-
,. u I >rtrs n*U : I. * fn
(iJ-Dinnle ) ; 8. CUipps. Dai i i ;
l krchr; >. du-,' 'i lpirt,
il* taient 13 parti.*u Oi i""-' la.
S. .... en retard, -iv.ii les huiQSjs
d tre pdac -u sec i i rang, il l'y ,
arriv a ^ nia ii vil se h-i et un** des
,, | |i|ae l sa iu ni m V. ruirl
ent u is m L- > \ s ibit, il rs
a i il tail second tu retour le elour
,i. ,| iriaui l'iire Le lia fut culbut
par une euto dana une rigdpdela
route, il a d s ooutuaioasel >u bl
s ire pas r-ve au liras-
Vpr* la c mrsa le mioistre d.; i In
trieur ol il lu v'' J* {'-hx apagoe
au v.in|u tira et aux or j auUileurs
qn. ont u orgao'iaer uoj es plus
b:l e*pre.ir aportives i li sa ;soit
j imais dieu ita en Haiti
Voici les raull le s ic data le la
c turse :
Oparl : Parc Lac ml ) 3b. 2> ;
U,/, m li. 97 ( ile-we 10 ai le-j;
lu., l ii li(la a ne.
ra i ,. ,. iirrefi ir U i' viie = -e
9) ailles); 'n'uni 3 i >). Rs>
T)-, rentier (la r. i . ) vile-i
i u II -, h e e il e '.'Ile ',"*V
au 'ont ' rn m- {i i ''m l *'
l ..,. le i ai le- ; 3i J i
.l-n Gtaeail / li ; c eoote
4 li. s.
CVP.
PoHhall
Taikdil |' BOi cycliles so pm-
.Iroieul sur ia rouie de 'ort au Prince
Mariaui ; leu< maUbea de football
aasoeiaiion >e jouaient entre tes
quipes de tend irme : Palets contra
m i.ique ei iv. ontM Jriow.
Bjnne partie l'eolr i nu'.
Affaire dits
des Trsors
Au Cap-Hatien j'ai vu un homme
de famille se rsigner traverser les
r tes en paotoofles, p ur avoir t
1 une de* viclim s de h bande Davis.
Plusieurs victime* furent intimides
pr leu Charles G rin, alors clw
des dtactlvee. K d'autres on lais-ail
entendre que les accusateurs devien-
draient de-accuss Ju^q||'avec Me
Brdv aussi on osa essayer de ces
La
t
Couse l'Etat
Sont au ei^e rservs au mem
bfta Ou Pouvoir bxcculil les miuis-
trssLoii, Mafioire, Lescouliair. Do
mini que.
C A pi es sanction di pn ces v, rbal de
la sance du U novembre le minis
tre Vlugl ii- lai 'a k pl U'un |
jet de i,i de ci dil en vue d'oraani
m- le buieau ucuu (UO, >e Agi ul
ture.
k|L Minisire Dominique dpote ^a
leji.eui un pioj Tojo aux officiers de l'Etat Civil.
Une sjcli u fi ihir tali ">
au Dparte iij t u9
llutiieur
No U c M rcyi M u lormi 'le
mem m lt li "'" wioant l*
li Secrldrurie fatal de llm-
riewi , WI ..
La Secrtairerie d b.Ut di l'Int-
rieur porle la cou naissance du Di
rectenr du Journal "LESVTI.i*
qn-il u t ouvert, pour la PRR$B,
un seelioa, dtte lin onnations, ani
Bureaux du Uuartement et quelle
recevra le "undi ie chnque semaine
de Midi a I. h j. m. loutes les de
mandes la renseignements relativeaj
| I vJnii i-lra io i 'n di ; e | ii i ur
ro | lui l sdreae vive i i *
ou par ci i ,
Le Secrtaire l'Etel derinUrieur
LU'. TlIlikilD
.mftifnn
AU
Varits
Marcredi, 20 .w.... ., nouvelle
rpreenleliuu .. .. icae a ueues
de Mr Gutave 4ugus m.
Fii" IheUttraltj
La fte que lue m mine?, de lu Rs
isaance offranl aupuoUs mia lieu
Parisid a ie il) > mbre pron baiu.
Lu pria d'tntre reale toujours
une gourde.
tour loge
'Ed l'Elise MtropCHlUioe sera b
ni'le mards il Ueeebia, 7 beur*i
du mabu le m >tf di si U hn & liie
Deiii av., Mi 1 duii'i. 1 ' 1 is,
Meiiieuricumpln.auls. _. ^
IaRICE LTIENNt rit"
Marchandises iianaise
injjle des rues du Itfuuain
deVi^tei dea frouls forls
litttrtfenittH
Ce midi, eut lieu au Dpartemanl
,,,. 1 a ta 1 m iiifuraliaa de la
Secli n Ole d'Infoi nin i,ft li|.iell-
oui assis dee directeurs et repr
sentants la iurnaus. Vu cours de
I eotretien, le convereetioo a roul
sur .liv r-es queslioua i.il re-aut
les !-ei i e- puld s.
r.hiqUM lundi, 0 sera donn des
oiaa sur las faiM sei'laats sareenm
dan* 1 kdmluu ration publique.vous
m mis t *te s oent avertis que I
S a 0 info -m n..n ru bvijou +
disp e* fumir le- reoaeign
me 1 ul les -i op milan*.
i 1.1 .me lieurr-u e li i> u
van Ionner le- r sul s llsfsi
m s pour 1 1 -
N..|...i. e p%SH il q 'il nou a
pi.- remis u an 1 bl t let-
,,,. ju i, | m 1 ifl ni ui igr -
1 , ..11. ihS .t 11 Se.1cl.1ire d Lit
d,. l'Agr 1 Mijel oui attaquent les cotonniers
Dixh*itin*
aud!enci
9 NOVEMBRE
Les lbaU Gnraux
(Stiile)
Me Brdy
Magbti t,
i n -. 1 de lire que celui qui
I, ,, ,1 d 1 pouf ir 'ira *
riuinur! Vy. 1 1 n,'teiop ,.. 1., , me. pur faire ,...,-.,:- pn jug m it, mi l8'hde
v i pu or iv alle'0. Ko effet,
zne nix efforbj dploys p.ries
h 10 .nies c mfrrea \ li m'oat pr-
. i: ; te tri in. ie 0 u ai- bi n
u; L.iiiser le pr'enlra U par>'a.
\t.is en r tison le Pebaenci l l'un
! nscien a. dons e i S eel qui
n'1 ois laaiat au* uonbraut d 'as
iii-t'i. uliei-s, il 1 el q ladll l
es ltui lintrene, je cois t voir
accompagner ses con-iusions de
quelques bsereation A von aussi,
Magistrat, je crois aviir fo rni la
preuve de toute 11 somme de atien-
c dont je auie capible, po u- ie tri-
omphe d'une cause s mie. Nous
Voici eucor- parvenus an terme d u-
ne autre statioq Il va po iv dr tre
ofRoiellement prou mc par vous,
MagM st, l- mot i- srit -t le jus-
tice, officieusemeul prononc, long-
tem.i .leji, par tontes les .:uscieu-
. s droites ni h ni'i .'S.
Ce mot comporte e soi l'i le ie
pr-eivnii in -ocah t de sauratags
n itt m I. G* m -t. si irdi d n ntSso 1-
h;ul- et si pilie n nenl alt 1 lu le 08
ent ci, mais a-luo -ns neut re-
p. ias de ce c -l, ai a t un
p itaaul f ici ur d'epural o\\ des
DM* profoudm ni dj 1 C'aura t co n
m* un cordon continent contre l'en-
vahiaaement complet du corps so-
ci il hiilien, dj;\ si affaibli et M d-
cri, pur le virus des v ce- exotiques.
Ln ni-on de la simifuu le des ma-
nuvres employes pir les escroc-,
l'occision d- dive s cis l'escro-
querie, il ne erit pis trange qu ,
partint du cas loichmt *oaeeu*
S eele, je lise ailuaion h d'au ras
cas 11 VOUS a t sufiisainnent ex-
pliqu d'|i luis qu He c m lilion
l'oscoc Darie, dut U binette 00is
reprs nte Jean Vsljean, a il vo ni
sur les ctes d'Iliili, tuyanl son
Paya pour cause d'escroquerie.
Grand amateur do fraudes, sa pre-
mire i 1 ie, a.isaildt apcsaoio*-
talition Port-au-Prince, fut de
racoler, grce au co ie ours de Kr m-
cesca Ch:valier el de Stphane Ber-
vin, I ius ceux qui par aimaient pr-
dispos s a mener la vie facile. C'est
ainsi qu'il ne tarda pas k former
l'Assoc lion o )avil Vilain et K -
roi belriaire Blodire Praspsr
com l ei t parmi les hauls digni-
taire.
vo.i- vois rappelez, Magistrat, le
Iruc mploy par Proeper, d-lgu
par la ban le Davis, pour lci 1er
\11 sieur Steele acce.der la pr>-
pnsiti 1 u dune fo mil le trsor sot
['H ibiutin l'ri ' H y 1U ,J *-
.j., |, h i.i.- -e Pu lie un proc-
v il, r. 11.' 1 l'i r 1 -i ou, eo 1-
p ,,- ,,,, ,,. 11 I l'eus 1er. 1 I o.--
c 1-; in le si . 1 10 11 .li 1 avec m 1
cl ni teHe. Vo .- o m rappe 1 irai
aussi 1 aveu lu f ne is \)f- I ilet
Lafnte ou slarq ns de Sivoj ir I, dit
Stphane Bervin, 1 eifarr qu'il avail
t cli /. Steule en tutu el qu'il recul
de lui des accs- lire- d'au'u n ibile,
l'occasion d'un *->1A effe tuer
aolo- )) ain|o, se Iro iviit
Divis Vous tr i.iver /. d ns ses d-
clHiahons oralea, qi i ronot.oient
l'uibliui ton cule. de suflisjiiils .-
mants de preuve pour sccorder
Mo -i. ur Ste le la rparation qu il
ail n I de voire JuMice. Il onvienl
d'attiier ^olre al-minn sur a n.
c --i i d' i liqnei 'e maiimum iana
lu m lue .as, Wii |uant la peine,
SOU qiai a la outrai .le pir .r(,s
a eaer r e 1 < le non pi s eut
d .-..n 1 eoun*ires 1 ro-
n c r, V us n li l ers p dol .
,, 1 | ci se is, "i
a 1 -, / m \- les m 1 as 1 s aplo-
pnr les scr ti jo r -' iseurer
le silence ne leurs nombreuse vie
limes.
moyens
1
fantdt, c'est Fils Aim qui lui lit
dire de se girder dvntreprend e *>
eu 1 action, sous peine d'exposer sa
pro .ra vie. D'autres lois, c'est -ne
combinais n concerte el arr es sur
la place de Plionville, pour faire
mener une c.unpigne ^e pressa con-
tre lui rt lui prtt mille et une bis.
toires, dans la pense de parvenir
I le rendre impuissant continuer la
lutte. Davis n'a-l-il pas dit qu'il
l'enl tonn de voir un hom ne d la
siluati m de Me Brdy braver ce q ne,
dan- sa conception, il appelle le ri-
dic de d m' ce procs le couvrirait-
ignora l qu Me. Brdy naseei vcu
et qu'il est sufiis.immeul connu d*
ceux d nt il pe it se fiat'er de l es-
lime et de la considration, pour ne
se proccuper le moindrement de
l'opinion des gens anonymes que
des l'xb'os peuvenl iulress t. C'tait
f.iil, au contraire, pour inciter la
persvrance! t d'adle 1rs. n'est-
ce pis Oiona chtiment du ciel que
li binle li divs ft e^n nen^e
[t>\iv M. B ly et qi'eUe rus-
si f lire de lai une victime. Ce-
lui, dsir n ns, ie dsastre pour la
bi 11; et I- s il ni po r le rest del
Collectivit Hatienne enc ira ingnn
sur ce piint et encore sauf !
Nias iv ms fail notre devoir, il
tons res*e* faire le ftre, Magistrat.
Mirabeau tait h-ureux d^ pou
voir bnir li Libert 1 ivo r m i
de b-aux fr lits au sein de lAsseul*
b Nationale, doi, je me rjo lis
de . istit-r que. de 18 n nos
j mm, de beaux fruits oui mri au
lein du Pouvoir judiciaire liaitien,
se ii la slection ebs rve dans le
recrutement des Fonclionu lires di
l'Ordre judiciaire.
C'est ainsiqua le trie puissantes
dumrches diversement entreprises
auprs de l'incorruptible Com.nis-
ttire du (iiuveraera:nl Yrech Cli;>-
lelain le tro .vretil in listrent. H en
fut de mne le l'ilinirable juge
Beaovoir. Il en fut damnedei
llonorabc- juges du Tribunal d'Ap-
pel di P irt au Prince. L'on n'OM
p iut .'ouvrir auprs des ll> lorabies
j i ;es lu T b m i1 de C s auo 1, que
rejetrent ie pourvoi esefoeontra
iVrl li Trioi *! F kpod confir-
mi'it P r liiu 11 d trMfUi au or
recti mnei.
i^es plissantes dhu*ebei pour-
ront S'oublier et s'aventurer vers
vous aussi. Mo isieur le Migistrat,
m us j'ai la cerliludd que vous aussi
elles vous trouveraient indiffrent
leur signal et uniqu :m lut prjoccu-
n ds venger la socit des m d'ails
de Feecroc d'avis et de ses complut
S>us le bmficj di ces quelques
observation*, mu b>iofabts coi-
fr>re Me Le^ros va donner lecture
de ses conclusions qu^ intre Cabi-
net a prises poar Mjasiear Steele.
' SOIR ASSEZVGUSI
CUIftASSEZ
votre Gorge, vo. Bronche, '
^ vos Poumons en les (feadai
en les prsen ant
par rantisepsie volatile des l
Pastilles VALOfl
I contre los dnn^r du Froid, 1
de lflumidlW, dus Poussire
dee Microbes.
Pobb SHIGIEu EFRCSCEIOT
Rhumes, Maux de Gorg.
Brouchiles, Grippe, cic.'
UIPIOYBI I.KS
Pastilles VALOA
nmde res,nr&ble u-Misepti^t
Mais il faut avoir soin
de bien employer les
PasTiLLts VALOA
VRITABLES
SELES RELLE EFFiClCQ
enduet unqjenie.it (n BOriES
por'4:il le nom
V3J lioija-Scaut
De tout temps, les sports ont,dans
les ntUon, civilises, jo-ie un lle
in rii I. L'ducation physiqie y a
to'iioursl di pair avec liucatiOQ
m irale el b eu qu'elle 1 ni v.eille,
11 r^l ; biens dma la c irpore
Saao" n'a ri n perdu de nrarilet
de son lli aill.
\ > is u j lu 11 -i pas,n >us. toujours
inluf -rents au sport, vins nira at-
tention a son gard fui fragmente.
.Nui n oublie l'poque, dj an-
cien e de plus de 10 ans ou grce a
Andr Cli vallier, les frres llenri-
quez el Laroche, Emi.e Pruen,
l'.illi. isme el le sport lleurircut par
mi nous, el avec la m ne ardeur
q ie. de nos ioura, le tennis. Con-
m ut n f id il q ie m linteu iut et le
sp u-i 1 l'albltiama ne reparaUeaal
pi u que par coup, comme une
uvrCjinl uni Ituile f
C h h n: raeie-', a ce q 10 I amour
d 1 Spud ne nous est p is inculqu
il l'enf nce el que i*OU n'y a ja>
m.is vu u compl me it de l'duca
tio i, liela tient nu peu aueai ,'.1 >
se sa d'une loil Sportive euh !
ii n te 1 p rmaaente ou l'on essaie
rail ae former !.i panse 1 les mus
cls simultanment, d'une socit
de jeunes |ens en qui l'on pourrait
JAT*TJ%,
Les Pistiles V\LD\ soattOTei
le : Ph.-irnn'ne Centrale d'Ha
Plnrmii-ie Bonrriine Porl au Pi
ce, Piiirm.ii'ie Brutus Jrmia,
toutes pharmacies
fiire n dire d'abord el dvelosiR
eus ii t cet esprit de soli larit
q 1 ri -n Je bon ne s'entrei
dans une nation.
Celte socit qui 11'exisLastj
e 1 e. u 1 allii.de complost, S
de i 1 l'on 1er auj ..ird'liui et suris
tr 1 le celles qui oiiinbueat ta|
I'.'lu: itiou de la pense qu'
d 1 e irps.
Ko effet, avec le concours desJ
q 1 : s uns des ho n ns les plus c
nents 111 p ivs, M 11-ijur Yvei H
court lente de constituer I
Socit de Boy S:outs osso
ad nis des 1 '.in.-s gens de9 1 lit
Ils sereuiiit'oni clnquesaSUSV
que diuui cli et, le- inns ftfis.P
diiit l - \.u- m.-es les ronioas
ront plus frjnMites.
Outre les exercices phyMqnn
tous genres f gynnislique su-lo
barre tue. ti-Jt''/.e, saut, ele etrj,
y fera das ex 111-1 m* doct quallj
unes pour la journe entire et
dan ors de la ville. Chacune de
excusions sera prcle d'une
tile ci is-jrie dune dni heurs
un sijet cioable d'intresser m
fauts et d'afiiner leur sens mol
Pour ces causeries Monsieur 5
Blovjcourt s'esl assur le coiet
intel igeut de quelques aoes SS|
persoiinilits scientiliques et M
res.
Les Boy Scouts auront un u
me et un fanion qui ssrvirout
raiintien de la discipline al
rer leur .ttael.emeat la soc.*
Plusieurs familles re sont d^ja
tresses celte uvre. U m
des enfants inscrits a atteint je
fre 8.J.
Tous ceux qui ont souci djs J
rt national, dont le patnol'^
entendu est fut de mesure e'
ce.ili contribueront au sacesv
celte enti-pn- *'*?"li
Olr P..V-. l-Hte une pp *J
jeunes cuo^eus forts, sams,
leurs devoirs .ivei> le-" (
ver. leurs fan.nles, veJJ"
ctovens et envers eux run**
Auto de t S'adresser Mr Plaisir N**
du,, Malin"
rENTERlT||
I U...d... 'frrT^M^-!aJ
V^J^^^Wa-as*'


li{M*lW
ieiin & Fink, In>
Fonde en 1676
Mont Bas prit tu mptiliiJ.*
[prodiiila chimiques, pharmaceutiques et autres
1 vendables dans une pharmacie.
I, Poivre, Gannell,Girofle,Aois toile, Muscade
Serafim;.
alli : Mar(|iie prive Lysol {dsinfectant.Tarfu-
Urticles pour Imltiers, HayRuin, Chocolat en pou
*!le de foie de Morue, Kmulsion Colci Grain, Ex*
iar faire essences et eau de toilette, Eau de Qui-
putlre contre les insectes, Sjlution pour conser-
ifs fra-3 Lait de Magnsie, Poudre suprieure
)toilette 1rs enfants, Essence de fleurs, Kau de
i~ Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive
Itible, Hrosssa deuls, IVppennint, huile pour
ries moustiques et autres insectesjlegulot: huile
[constipations etdouhlesdes intestins chroniques
frepour les parque|s,i:omcstibles, KlixirsJ^iices,
Idivers, leintiires diverses, Vins, etc, etc, etc.
iOdez le catalogues des spcialits
it vos commandes LEUN vv FINKJ lue ; VOUS
SOluiuent satisfaits
Veille
par Convention Spciale
(les bonnes pharmacies du; pavs s'approvUiou
LEH.N AFI.XKlnc.
Lon R. Jhbaud,
Agent exclusif pour Hati
TIERCE Compauj
n WEST HR04I)\WY
( NKW-YOltK
FO\K E\ 1847.
ieioRirt
fabrique de :
Sutures, Vernis Ocres
[toutes sortes. VJasIic.
Lon R, Thbaud
ymt pur Hati
CHICAGO, ILLS
tyut,liuiledecoton
fie de mas, mess et
r Poik, Rti Sa-
Jambons & flacon,
ns museaux, Lvres
Jk, Oreilles de pork.
Vicsses en htnir.
Jed Beef.ltoast beef
|ted mtais,etc,etcelc.
Te de voir le Prix Cou
On fait -.i\ >ir \ ux qu il
apparti indra qu'< 0 *< i Je la
ae exc ilotra d'un acte rtu par M-
Loui- Vi!!iic ii t\ et 8 t ires la r-i lei ce If* Perl an Pria
.le trotta >< bra rail neuf rent
dix neuf; leniel note, inrrgi Ir a
t sou-i'-: il par la kraa Amlie G m
hier, 'pus'- Ai sieurs Kil\\;n-1 M Ri.pheletCe.
En en ;s> qu.'P' Nin commanda
ment, demeura D'nctuena, fait ail
tante Amlie Gauthiar \ me ndr
Laroclie, Ir qu ors S en nre mil
lieu: ceol vin trois mtaiatre de
l'huiaaiar, ML . Ma veille lu iribu
nal d <:. s a! n, inr.i-lri1. Attl re
qutes |Ouruite ei diigtDCM du
sieur I u.ne M rai-, i r priftaire,
d in. ra t ei domi. ili Jimie,
ayai i pour avocats constitua- Mai
Aiihur & L*. Dd'iu- Hameau at lec
li. d de doui cile I'. rt au Prince, au
:il inet des d i-- an cala; le pieur M.i
rais est lubro^ aux ilroits des sieur
Edward M. Itaphel et Co.
Il sera pi ce l le vendr di que l'on
comptera trenta Bovemb a roi neuf
cent vingt Iroi--, ODJ rieiiies du
malin eu l'Elude t pr le Ministre
! M." 0 irisoatd : e rioiem nd Notai
re lu rsidaiwa da Part au Prince,
Rue du Centre, l'adjudic tiou au
plus offrant et daroi r euchr-aaeur
de l'habta'ion kdazre, situ dm la
deuxime section ru,aie du Morna
Pel, Commun de Si Louis de Me
rin Arrondiaseatoot Dpartement du Nord, d;: l.t < o le
oanea le eanl vingl < u raeui <11 ti b
environ, liorne iu N >nl et u N i'l
Bat par l'Habitation De^glaireaui : a
l'Eat par l'Habitation C u n : ai Su l
par l'tiibilaiiuu Clris; a I Ouest par
l*lial)i'.iti > ; B 'i^'.rl. L- grand che
min du C | M uti -\ u la Grande Iti
\ ira du ^ord traverse la sua di.e
Habitation du Nord au suil.
Sur la dite habitition Mazra sa
trouvent :
1 l'n moulina vapaur'avoc sa
l'ir i
! L'na guildive avec-accassoiras'
Dj-ii ji mii- s^rop el ilcool.
.'t Une gritu le ras d lr s eh m
braa en mur plain, couverte en lui-
les. ayant gaieriea tout auiour.
4 Des cuisines et curies.
jTel e, au surplus, que cette babi'a
lion sj poursu t, s c> o porta t s'-
tani, aans aucaoe exception ni r*
aarv, Outre le* charges, clames et
conditions ioarea au cahier I s
ahargea, los an -li - seior reues
sur la :nise ,i pria I rreize mile
doua c ; it 11 il i-vjn^l six ili u;.
s liv n! ; dix c iiiin >4, c n.< ) i ml
la >: ijU il, as ri S 'i i I * h >
non r u .1 u i, ,. il, p irtuiri iti
cy 13,288.70
Fait et re lige a Port au Prioce,Ii
6 novambra t'Jij.
Sign Arthur RIME VU, av.
Louis i>. I1ame.*u, av
Pour copia conforme. A. KAMEAU
fo ir lo h ions. ' i m iats, si h- g
ser M ; Un yoslme ^osemond,no-
taire dpositaire du cahier dea char
ge-, ru i du t.cnlre \1 lia m Duat"ck)
ou tu\ avoeala pounuivaata, nos,
aval m' .1 lin BHOW1H.
W'i'n a*i llpuill>-. i i mtm. v i
AVIS
Je dclara adhir* un certificat au
No i- m ia la Commiaaion Kquiira,
m'avait dlivr et aontre lequel je
devii- reorvoir un rcpiaa au b;
fiarl cqaent des 8 n an ce., s-, lavaot
a >-omrne di- 52 gourdes ; je le ,icla
re m.l el non avenu,duplii ata devant
i.i n tre dlivr.
Cinoii. PIEHHK
BBctow de Tabae Sf im
En face de ia Banque Nationale No 1535
Cigarettes nouvelles et
dlicieuses.-- Ihg:ne,
arme, supriorit. Ou
les trouve dans les h-
tels, cafs, reslatirauis,
grands ou petits.
Kilos son/ la joie des fumeurs et
l'o dre du jour
Voici 3 produits
qui rnerrenr en valeur
la beaur de la femme-.
rvS OC
SUCC3
Clombian Steamship
Company Inc#
Le 8tt>ait:er \\\ IL Tapper veuDt u iVevv-
York via i^s ports (ia Soti, eit Ueudti k
Po.i auPriuce ie 28 Novembre eoarauC il
repartira le uioie jnur pour e porli du
SuJ prejant loi et pasagtfaV jj .
Puriau Priaca le 20 i\ GeDara & Co.dgenU\


Lon B. Ihiiaud
Agent exe.usi' pejr HalU
mu
I IpTjv f\" 'r "' -.ction*
*** ilijv, "F ^ mcn*' }el!ei. v |oa d- nrr.-ne*.
I v*iti < ti*morraClf*. Varices, HMIO roitl..
I. ctre les / Mlrlte*. Age cii:i u \ .. *. auffo
I. cation. Forn>u.ijri de la Jt-.n FUI*
d"*'1* MirTTf.PHS r. "5 lui in Hi.rwV^ l i-.-m ? v lf> *
Eiatuiu
Dans lavia publi dans laa Duua
roa des li, lu al il novembre l'J23
du Moniteur Officiel l'gard des
Hcpi-ssmis par la Comuuaaioa
FVquire en faveur du s oaaigu, il
faut lire Nos D 168 et H 121 au
lieu de .Nos 253 et il\ tout court
ItACLNE
Le soussign donne .vil au public
qu'avant giir le rcdptfs de la
Commission Pquiereau Xo A 4M,
mis en sa fv. ur, il le die aie Ml,
devant en obtenu d.iplicala. Il pria
les int^res-a de loi donner tous ren
eigucmeots y relatif.
RACINE
N
(Iode et Tanin)
A la fois Tonique et Dpuratif.


Aamio Faiblesse gnrale
Croissance de: Enfants
Gland 63 Scrofule
Formation dos Jeanos Filles
Maladies do Poitrine
D'un m ""table, remplace avantageusement
: HUILE : FOIE : MORUE
oesiAe riL e 9> pr:e ,t tout.. ,,
VERMGOTH CI8Z4N0 etiez a. de mnm
-.. .- '.


b->m .


^
r"r~y

:
I
il

:.'..
.M '

. ......

,.. r,.^rr. ttf JU '"'
: .
.....i<
... .'.-->
idlu
...,..
....... M
l

nt Hou^t.eat. *. 1720RU. d M.! *
La maison
51. Balloni Fils
fcrt.au- rince, se l.ul le plaisir de porter i a COWlWi
a ,e, de a U.11l.1e,.,ee,,e,,,Sle , du publie gM|
r. une ses .ayons cui.Maiiiiii.nl se ivnonvell.nl e
iXoSe. i prenne .p.ali., cl.u.s.es avec yol,
et la porte de toutes les bourses.
Savoir : Bijoux, montre., or^rcrle ^JZ*
mont de bibelot., sacs en argentF oui OjmjJ
premier titre, cmte.uix, ^^JSSJESeiote lie
mes. ncessaire a couture, ^;.^C^*S* servi.-
|antoulies en ieutree, palmLeai.li.
Machh.es. SfSjSSVSSeS Z
l.u torVilino, .Blettes, carpettes gyptiennes, porte-eh.-
liwlior.aiino,aa g frana|.(
g*Kff& ea peau ,1e Kussie.oreUl.ra.
Uormeui.ce. ..rvi.tt.. d'avocats, etc, etc.
Le Malin
tind teltrAr,H9U7
Abonnement
IBmimun Lme New;
Orlans et-Sol Aih-
ricao Sleaaislp C lnc
Df] 7[alloi eifl7..ono-iiO,.!'
Prochain* dpart direct*
"PorTMi Prince -Hati
le ttenmcr Halte lmser* IVeu-OrJ
ong le 15 Novembre courant pour Pt
le team r De faieeera JVett..Oriai
7e 24 AoWmbre courant j/our Port -
^"partir de c "c dernier* dau- il
o,ira une ocotion .liaque * join.
? le P>rt uitmm* ' Curtfeufl*
reu-W' ^ te-aW, fort
Spal; Trimaud, O.orytioun.
fc de itaUeis.-.p wii
.,,!,. -
Pert.ttt*Priact
I^pnrleracnt
Et ru tige r
I N MO
1.13
fo*/? Pointe: M
Tlphone 242
Fhirenu- I in Amricaine: 1SM
t __^_^^ y__-ww i1 n~~riri *'
Paul Sales
AVOCAT
Ricoovremcnts Coniuereisiix,
:i!aires rBtmftr.
Correspondante Washing
ton. New-York, Berlin,
Turin l.oidree. Paris.
lie HuePmtx9l7,' 'orl-fiu-irmn
TttphnBi
Firestone
Pneus & Tubes
Pneus
30x3
3ox8 l;2
Boi9 1 2
81l
88k4
su\
9ii4
Bisi 1,2
Tutoi
3exS
Soi! -,2
3li4
;'2i4
3Hxl
84x4 l,
3ixi
P a brio
,50
ll,53
14
18
iflftutf
U
8
M
II
S*
3o
18
Tubes
Rougu*
l.So
\
4 ou
5hot> r>nd l.imch Rnom.Osea Frora
AI. M. UnlU 9 P. - Etery dty.
\ n. C'e.t la qualit at la prix qui ^*n|jft| g
L PKETZMINH-IGKp
Pue du Qn(>
mr -m
m EGALE
CHEZ A NTOIN E M- TA LAMAS .
Chapeaux de Paille qnal supri. uve 5 Gourdes
Auile pari J'on ne /)( roui/er ce grand prof-
Met vile voir Auloiue M. Talamas qui soulage les fauu' |
11
0


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM