<%BANNER%>







PAGE 1

LivjAA'Mfi Conseil dEtat Au voin de li sance de ce rua* l n .1 i i^onseil d't .il, •> L*<*oufUir, tiecrl urd'Etal au Ppin neut Je l'Agriculture a fit le it-pot duo pr > j^ U 1 >i sur l'.i; ic illurd. Ce projet iM envov i l'tui* Eudora tnaV de Jacmel dit qu i a du Com ,, H )e %  B0 C(jn ,niir . mou (juan 1 il prelond que lc.iuiL tai ie \food l'avait commerce. Celte tnnd la voleurs. tfruiu de malheur ux pres de i'aMille. C'est Davis qu dnonce en* euile tou* se* complice*. Qmi Bervin le sut. il dnona aussi tout le mon le au Cap. C'est l)t*i*qui le. dnona an capitaine WJJJ. Partout o Davis a pv- il a menti, Parisana La Petite maison i ie vrooil ravail saisi par ie^ cli'\riix, quand elle dit que Davis fa celait Juan Lope/, elle dit vrai Da'is a achet un (AUX DMMport 100 dollars, le sachant faux, sous le nom d'Alberto M oui al vo L'odieux du rle qu'ils ont jou n'est pas tant da: s les manu? ivrr-s frau luleuse-, an*bien dans le cumul des escroqueries qu'ils ont commises. David Vilain est l'homme de toutes les mauvaise! combinaison!. Ds qu'on 1* prend, il parle, il parle mme sans e*da. FilsVitn tait mon c >nditciple, il n'aurait pas d M trouver' eu si mauvaise c impagoie. Sain t lusai, Sautelerre ce moino d An que. a jou tous les rle-. Il a dit, •prs avoir l accusateur, qu'il a ubi la pression d i capitaine rfoOd. Davis, le chef de II bande, est un corrupteur terrible el sa lugyeslion sur MI victimes lei mel daus une situation ridicu e. A une question pose l'autre jour pai le juge, vlme Cerneau a rpondu que Davis tui un gentilhomme. Vous verre/ comme ut Davis a pu savoir qu'une de mande dexti.t ili m ,i pu tre pio- duiie contre lui C'aal par une jeune fille qui prvint l'i a iii-e-.-4 Clieva ier, Davis est i mu irai ,io |i tint .f avoir fail corn* prendre Ci rcCameau, sa maltresse, qu'il viv ii avec li nr l colle ci. Prenons lierv n, ci gui le ou qui u dit qoe la icil i li litienne • t comp >'.! voleurs • t qu'il ach ler.iit le j ii y Cette thse, II irvi i l'a soutenue devant le tribunal d'appel. Ils ont puis toutes les juridictions e\ liualemenl i ont aboiti ici. S'il y a un voleur, c'est b.en Bervin. C'esl avec le produit de >es vo i qu'd a bti li grosse maison m ciment arm dont le juge Lescoul'lair a saisi le.litres. Praneeeeu est la mat(n>s-e do Bervin. Ella dit Mabel Pierre : < I' y a un Monsieur qui s'oeeupa de mdecine ia et (jui voudrait soijiner la soeur de Dg.in.1. Dites lui d: venir iue voir. Dcgand accepte une entrevue avec Davis qui parle de Ira tement et entreprend de gurir sa KKtr. Elle n'es! pas gurie et l'or dsDgand devient [bu. Davis lui dit qu il y a une jarre d'argent sur la proprit qu'il occupe, qu'il esl spv% %  rite et il emmanche la mme ce nbi naisoo qu'avec tas autres victimes ( jarre, coffret, carolui, etc ).Ds de notn ami v. P. Ch evallier, l'nergique prsident de I Union des Socits Sp.tiv.-s Hatiennes, noire sympithique confrri II. Dor*iovilfe, Direct ur d • l'Essor et L'Aapirani offl c er ii. l.uaq i-, de la Gendarmerie. Codtm • on le sait, un • gr unie ani mat ion rgne dm notix monde athltique et nospori-uien 'entrai nent, avec la pense de mriter de faire partie de l'quipe 1. mienne et draliser ainsi un rve ch:r : Voir la France H ippelona que cet a, Iur retour de France vers 1000, que quelques j unes gen* i laugurrent le mouve ment sportif iciTaccinei vos enfants I. lervice l'Hygine continue avec un soin roustanl la vaccinal on de nol'i.ib i--. menle sco'airee. Les dncteun V. aursi ce tu el Pri go d til-1 .1 la lche el fond de la bonne besogne • Les fatnil es 1 0 nprendronl l'utilit de cetli me uie el sauront faire d li gence pour la vaccination de leurs enfants Trop de pr Cautions ne sauraient nuire car qu'on oubli'pas que uons s.iiiiin • 1 deux pis 'e ia Juua'que o rgne l'tat endxiquc le mal tint ad ut. Choses Maonniques Les pi u voira du grind M dire Rigal cha>g de diriger les Ir.vuix du grand Orient d'Haili prennent fin, oooformmeot la Consliiut on maonniques, le mois pro bain. A cet elf t le Giand Orient d'Hati est convoqu le dimauche 10 dcem biv prochain huit heures du matin, au Tem pi de la Respfdable Loge '. L 1 Vrit J^D W"aus lins l'lire un no veau Grand Mettre et les grands o;!iu-is. pour l'exercice triennal 19.'; 1927. Vu I impoitance de cette tenue, le grand Corps compte sur la prsnce de ions ses membres |our le p'us grand bien de la m.ionuerie Initie ne. Llmanche La Nouvelle iuroro la contiiiiinlioii encore plus palpitante : 7i'ine pisode : Les cauchemars de Palus Sme pisode : Le Hros et le Bandit Un boudeur suivi pa I m mils entour le dangers aus i ne te c int.s ne |ouv;iit lurer... PAL A s Ifi ta trouve dans la ralit, ce eonl ses nnciens compagnons de bgue qu'il rencontre, les cauchemars de. PALAS sont tenibles PALAS esl menac par s*s ennemis, il n" %  ait quoi luire, CHRI BIBI qui veille, le lui dit; Fr-noisecache ilms l'ombre assiste, a ce singulier spectacle'.. Pa'as vi au rendez vous, l il trouve l'nigme de sa perscution et c'est l que Palas, en un jour, "i; une liture ren 1 C teri-Kibi t >ul c 1 que celui-ci a fait pour lui. Et il o'heite pas tout ri-quer.-. sa .scurit .. sa vie... son Donneur... Orchestre : 2 gourdes Balcon S t Loge s a ~) Tlichc laitien .Notre ami Pollux Panl qui, on le aait, a inaugur avec tanl de succs le Ibalie hatien en crant les types qui sont dans imites les mmoire!, est Port-au-Prince, actueltami et. A cette o< eeaion les aelaur> de La Renaissance organisent une brillante soire qui aura lieu la semaine proch une I Paris! %  a. Il y sera repr*( 1 l : 1 5 Len larme, monologue <-i m q ia ; 8 Ln ijuron mal fev ; l \er de ribau ). S Tourmentsd< M ; • .• %  p-tite :omdie locale < n ; n Ride; i Victime du UiUS )• Tous les gots ront satisfaite. L'entre gnrale est fixe une Une belle journe sportive L'US.S.Il. organh-e dimimbe une tiell jour ns sportive. A trois beures prcises, sera dubn le sigual du .le,'nrt de la Course de bicyclettes Pure Leconte Msiinni-Pare Leconle. Vingt-el-un coureurs pre. lient part celte | reuve. Le contrle -en a>sur par un comit el la police assuiera la ircu ation >t le maintien de loidre sur la voie publique. A celle ni e heurel sera disput un match cl Fout-bail entre Jremie et M-Marc Celle partie de ci s deu\ quipes de la li il 11 complta daus le luinpioi.iiftl n !'• t., | mi itairs. OFFICIEL** s Starter : (en lantin Henriquez Juge* <* N 1 01 -m : ii u .es de e pinass Seyu our l'ii.del, 1 svvuld Fr. ndl^. Juges u l'anive W'i li im Louis s.uejr. •! 'pb 1 a (.agnoi. Coilioleu.' I-. n. M. Vrman.l, Jo se li Ubei "• i Ami d Moi uni ibe. l'ieire \iiselme. "nJr 1 Drei*. Ans Eco 1 mite Cm litions Gover iiiMUMtt.il Pinance Bflited Staten S1 'iii'iii.'> Te! %  t le litre Pu 1 intresst] te broc 1 r pi • nous . tait par venir 'a U. 1 j ie 1 a t tonale d i la K 'i'u' l i ] i' d'il ut ici qui coilie it d s rens ignetnenla sur la situat on $ • lrale des ; Il tires aux Etats Unis. Cette brn hure est lite par les soins de Tue Nation 1 i3ty Bmk. Un raid de 4) aiMojilanee ( Par T. S F. ) Quannte arp'aiMf mant^ 3 par des arOQautea n iva's surv^' leront la mer des Carabes vo rs certains porte des Antilles ce raid s'flectuera d'accord aveu le plan publi aujourd'hui par le Capitaine Marshall, chef de l'escadrille arienne de la Hotte. Il sera enlr >pris vers le mois d'avril de I anne prochaine la clture des manœuvres dms mer des Antilles. h 1637 Rue du Contre Annonce sa bi uivillant 0 clientle 'ju'elle vient de recevoir par le dernier < Franais de trs itifanlet chau$$urt pour c/'iwea, Rraud choix de souliers pour enfants, .h insseltes, chapeaux, cos* lumea pour enfants, bas de soie qualit trs rec •inmande ffru der nier cri de la Mode, noirs,couleurs varies, bel.es dentelles CluQf, filet mche, broderies, rubans, paifumerie, objets religieux, quelques jolies coupes de soines.tuile, linon, toile nationale, toile pur til, bouquets garnitures et voil s de maries, etc, etc, etc. En sol le chaussures de bbs. aVODetfl choix de trs bon yot Elle attire aussi l'attention de ses nombreuses et fidles clientes d'avoir s'inscrire l'avance pour leurs connu indes de lingerie une robes lingerie, costumes gar mnets, etc. etc. Spcialits de la Aiti son alin de pouvoir en assurer la livraison la liu de l'anne. Prix trs modrs %  ^ %  J LX l Ml— 1 I I I MI M.MI Les cranciers du sieur Tli Biaise, tien i un iii 11 le \i lai II, -.oui i. vit*-a se rendie m peronneou par un fond-de* pou v< rs le vendredi vii ^1 et un Dt een.b c | roebain deuv beures de i'uprem di da >s la cli"u.b. c du I'.UIIM 1 du tribunal e pu in re in-1 ai ce e ce PMS O rt, ro i t en ^e^ sttlibt! ttliB comm t %  aux fins de l'.rlic.e 47i au Co ude en meie. Pctil'UoAve. le 8 .Novembre 1323. Le Gr iliei. JI.LAPOCCSI-A Leons danijlais et d'espagnol C'est certainement avec plaisir que le public apj'.-n l.a que PE cole Spciale di Stni Dactylo a dci l d'instiliua i a Janvier i92i, un co rs rgulier de langues n.glais-et espagnole qui aura lieu tous les jours de 6 7 heures du soir. L >s mensu dites s iront dj Deux Do'hrs. Lvf inncriotioni seront reues jusqu'au 31 Dcembre 1923. Cordonnerie Emeut Camille Fabricant de chaussure* en tous genres Matriaux suprieurs S mis — proiu.ililu de — Clrit liran 'Ru p e la Poste N t722 La unis m porte la connais* tan %  du publie que -— <1 un le but 'e friuM* et d*encourager ses no.n "i\ %  11 • — e!ie a< corde — pai'.ir du 1er Juillet 1923 une [iriin ; de une pure de cliaussur s au choix tout dten tdur de vin, r t tickets. lin eoas |uence on •>•.! pri de rel un M un r U pour. Iiaque achat au cou ptant. A la 11 )ns il .LsH| ust la devise de la maison. luiioS'itmlir M arc na ad i ses iranaiues inqle des rues du Aayastn de 1 £tt et des Fronte-forti contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES d? DELORT, Pharmacien, HO, Ru Smlft-Ai.toiae PARIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINCE Alex.PETKUS. P''rmcie ALBFRTIKI Ph .rasoir du D' Justin VIARU 9 et fpi'f. i botina* Fharmnel**. AVIS Le rcpiss No H 4!M, de la Corn mission require, tant adir, le soussign le dclare nul, duplicata devant en Aire obtenu. Port au Prince 20 Novembre 193 F. LEROY avocat. Panama Railroad Steamship fc^ Port-au-Prince, Hati, le il \„. % ambre 1923' BULLfc-TIX No 3^S Le S/S c Genl. 0. H. En*, est attendu Port-au-Prince*, nant le New-York via les pJL du Nord Mardi 27 .Nov. i9 avec : 115 Sacs de Lettres 7 Passagers et p irlira le m'nie jour pourCrJ t li il, Cm il Zone vi les Porte d S id. O B. THOMPSON Agent General, BELLE POITRINE •a dea mois pi Ut PILULES ORIENTALE! lw nain qui drtknanL 1^ BltMat, McuniUtucut U. M •fltciit In UIIMM 0MMMI& *fa\a >t douant u nm n gnclrax fmutupnlt %  HnfcUn i l — nli-, J.u*>..n %  '(TliXnW J, aiTir. ue "hiaawan : •—— |1,% Remercment* Mr et Mme Oswald Brandi tt 11 entants. .Vie il .vlme Jean de Vtait gies et leurs enfants, Mr et Mm J tile Loic \. M Iles una et Juki Itarlbe. les autres p-ircnta et alli|| rem-Tcient bs amit.ml des DfV teraenls que de la Cajiilale.-ttpel culirement Vr b; l'ivident dk Rpublique et Mm %  l'.orno, les Frres de St Louis de (ion/iigue, les II ligieu-es de irt Joseph de Cluny— qui leur ont donn des marquudi sympalhie loi a-ion de U mort de Vlme Jules Bartlie, ne ndr, leur regrette mre, grand'inre % %  & belle mre, enleve ; leur aflectioa le 24 < ctobre dernier. Chez Simon Va Btuii Lacte bLe plua puissant aliment pw dbs trs digestible. rtcommMpar tous le§ mdecius. Grand Bal Demiin Samedi Si iSovembre l'Htel de la Maieleine Bar de lei Ordre Orchestre de choix Service irrprochable Pharmacie Centrale Nous avons l'honneur dannocer au P 110110 .*^^!*!!; ents|uenDU3 avons chang de local et que aef Jj Novembre nous avons ouvert notre>tablieseroc. r iiiacicux et mieux amuiidyu, A 1 oui c 'du&bureauposu Qrmnd'Rup numro 1712 ^. Nous anonons qu'en in'me temps, nous aons augment no ^ ^2 voosaiyut de nouNeai.x rayons notre pharmacie. Nous som ^ a sure, prix f e l'uni luauf "•'— ,u.,ia K>* > •lieutle avec prompUWj"' oj. K que jamais, de servir mitre clientle avec pi"r ^pc*' .e plus raisouuables, en t'..uruisaant des mdicaments et ^^ t-s de meilleures qualits el le* meilleures sortes d "articles bunbo s. etc. ^ i'" Nos employs qui excutent les prescriptions aont des nom gue exp. rience et de capacit reconnue. .. LN elients sont servis toutes les heures du jour et de la DU" iYeuoparlons franais, anglais* allemand et upag*



PAGE 1

^*->-w~r*v i£0& 1 T*B BL M.ATiW oudumser Tyj 'M £$ D£ LA FSiftEIEl Irrgularit et dtulturmtM fo-.rtiona A! ; mntruoll* ConfMtioa *. %  -. %  fil l ~'. > :.. Hmorr.j-.i>s. Varice. MemoToide. Cu t. r %  I Mtrite, A-.s OfttlqtM, Vurtijcs. Mflb* • cation*. Formation da la Jiunt FUI*. Litir l-CEIIET. 15. R M !.r.:..bles Niilith P.R S (Frap> HT >—runti Sole Dislribulor for Bsiti W. Quintic Williams \7UB St Rue du Magasin de VEtat Port du*Prince Neer Pablo th Barber Pharmacie F, SjourD % Donne avis sa clientle et aux mdecins et au pubtif qu'el'e tramgorm son Laboraoirro d'Ulogie en un Labcratore de biolofliej appliqua sous la Direction duf Dr Ricot et F. Sjourn Le laboratoire est ouvert tous les jours de 7 br> du matin G aeures du soir pour toutes" les recherche et analyses pivue* dans •'annonce ci jointe t saut pour h | Wassennano et ia cotislauie Ure-S^crtcirie Seront reues que le'mardi de chaque semaine. S'adreor ia Pharmacie pour les renseignement?•'. nalvas.u once et .Sue gastrique Kadion de Wassermann Raction de TribouH* Eiameo du sang et du pus Examen des matires fcales Examen ce eraehat ^Ibumino ra*tior| Constante l'r" Secrtaire Recherche de Spirohtes H Co de noccoqutf, etc, etc. Fulton Shoe Polish Company lue. JScw y or!' Si tous voulu broltgtr la peau de vos cbauuui*t vous voulu mou un bnlluiu Imaaui et dttrabU St vous vanit la couleur et la suuplme' t d* • ** tkwusurm pendant Umfumt motjm lu^matqua UQMSSAU' h etb'iqute speetalemeiMpour .es dames $i lesoenllemtn du bigk Hit file protge la peau des chaussures contre Humidit et la chaleurklli l l enirelient leur soublesse et conserve leur brillant. Demande* la marque MONOGRAM c'est la meilleur de toutes Us marque Geo. JE >NSEML Agent pour HaiA ;i igemeiit d'adresse Indi;i Oil Company s'empresse d'informer se* i particulier et le Public en gnral que pour plus prompte accessibilit son oince, elle pon Bureau, rue Prou, entre la Groi rougi et la compagnie d'clairage lectrique. (le la Compagnie se trouve toujours I anNnerie au bas de la rue Pave ou frotta •soin et la mme promptituda seronl obatr Wculion des commandes. LUBL\ Parfumeries Supsrfioss (Maison fonde an 1791 ) 55 Rue Si* inn-* Paris -^ l dans toutes les bonnes maisons *** Pour le. Antilles; R.GADEL Port-au Prince Avis A ux Actionnaires de la Ban que Nationale de II Rpublique d Hati L'Assemble gnraui annuaila des Actionnaires <]J la Banque Nationale de la rpublique d'Hati aura lieu au Sige Social, Porl-au-rMioce ( Hati ). le Troii Janvier mil neut cent vingt quatre, dix heures du matin, aux uns de discuter le rapport du Gon seil d'Administration sur la aituation de la Banque, sur le bilan et sur les comptes, gourdes la paire. Du lot de Chemises couleurs pour nommas .&* Un lot de Chapeaux de paille pour hommes I 5 Vt-vi* faire votre choix et pri film de ce *<>1de 9 il n'y a que pour quelques fourt. VERMOUTH CINZANO chez \. de MTTdls :i •



PAGE 1

ILIVA'IJN NflELY j donne un teint de lys Elle Htm* la poudre Assure une carnation exquis* U Crto* TEINDELYa h*. onctueuse. • neutre, est ineapaMe 4!offeteer en rie* la eau, qu'ai* adancit. assouplit et blanchit sans lu lubrifier l'excs au jamais U faire rtiire Partante aux c.-a'ts de sieur. U Crme TEINDELYS est W type le plui parfait '. ie ^ PntU bab Gard* Port-tU'Prioca Dpartements Etranger b.N MON •uur.iM i<'w 2.'. 3.00 ao*3 itoiS 1,8 Moi 1,2 31 J4 lttx4 33*4 33 4 34x4 38l4 1,1 34x41,1 3*1 3.2 1 .;. | 1 | 8 13 14 nr^ci,! I<> Emu 20 3o 3J Tubes In 6> 3oi3 3o |,J 3Ji4 :i?4 38.4 :x4 1|* 34x4 1:1 ;t.i4 llougds Mo $7 8,75 > ,i oo 4 U i O 7 41 i hem 943 Bureau: Rue AmJrU'afo; IX. v Paul Sals AVOCAT RecoovremtDls Comaercianx, affaires l'Etranger. < loi reapoudan ts Washiag ton, Xaw-York, Berlin, Turin. Londres, Parie 17f lu*>KuuKtl7 t P>rl-au Prmi Tlipl cm 97 MIM Y 13. C'oet la qualit et le prix qui causent. L FfiE*TZMlNN-&GGEm. Hue du Qua\ VI La uvinaudAe GR MORVE 5hop an I Lan h Room.Opta Fm &4 %  VA Lac prta enfanta mut la joie dit foyer •'.taux moments de w wins et h-ureuc. Malheureu^ J tes fc: im: vo.ent leur rve paaier %  %  %  j • %  < i cause de drangements o, i r-u •' % %  • %  corrigs par un traitement 1 %  I Lydia E, Pinkhn* est. • -•' -•" '" *' %  comnia cette I %  : i ris la Composition 1 • • '• j >ui .1 sdouleur danslei parce o en:. i e3 venaient sousf %  j 'i cinq jours. J'avais i i %  rnbreinftniJemdic.in.o-issansmei a p ;' %  .' de v ;tre LompositioiJ • revenue et monL.. urnev reo-.n:i:i ; ;r.-.-. E J .V. .dooaenjii.1 ie fille et DO Aie mes D bonne -imd."-. iS,Joaquin l.tiiz 37, "ieoda*! liBgriac r.omS/teU.-1 -. .i.irw pr.unal l'aiicita Je la Composition \^getalij de Lydi. E* Pinkham traie c.MH'.r.'Art MKaiciNt CO. LVmt,H*st u..*. Royal ; Cal Kn tace de la Banque Natioi Propritair : Annaeiu IWOCKNT C'? nouvel tablissement te recommande pir uni irprochablc, des contommations d uremi#rih#j situation privilgie. Le soir, musique attrayante diriyaa par du siumels de m and mrite. Installation parfaite. — Prix modrs. Grand Ulel t de foie gras truffer.— Civet de livre. — Andouilk lentilles. — Andouilles au saindoux. — Jambon n botlesj chois l'huile.Sardines — Manjuereaux. --• Thon. — CM Petits pois tins extra. •Boudins, etc. L Vin Rouge, le gallon G. 4-5U. Vin Blanc, le gallon G. l'H el dbite par barriques et (m d<'8 Vint de Bardeaux et de 0 C uisine excellente. —Chembres eonioriables. -MM" 1 1 sir la mer. CHEZ ANTOINE M-TALAMAS La Maison offre ajx p t ci m£ *t £ f< m Ve un avantaqe dos plu conHidrabU**^ l'on ne perde pus de temps. Lacc*l pou la premire foie quun tel avantaqe se consi" 4 Chapeaiix de Paille qualit suprieure 5 Gourdes J\ulle part l'on ne peut trouver ce grand prof f. \ Mhz vile voi uoiu \ Talamas qui soulaue lesfami'?



PAGE 1

^Vr^rAV 7 !" 9CXr 'TR PROPRIETAIRE [Clment iVJagloira SOI? VERNA 1368 llun AmrioaiQ* UtfBHO' 20 CENTIMES Quotidien L'envie, 1.1 colre, la ven* yeanee.ia haine dvore il lame t|iii les leele, et celte aine tourmente est perptuellement .comme eu travail pour enlanter U meurtre. LAME.YN VIS tiMPHOXM No 248 17mo AWP.E V" 5070 POBrM-PR!vCR(H.Vm; VENDREDI 23 NOVEMBRE 1981 JUINS (lilS ?! de Port-au-Prince ii i il il il cl %  i cl louer (iirls internes anne mstriles au tableau tir ) sont vtues de blan<\ [(chausses et remplissent auaulres le rle de Surveillle PARTIi: ft t tels des laclionnaires, [amtru.'ent surtout les trapue leurs subalternes exaux champs. J'ai dit suet non camarades car on Sne certaine hostilit entre il groupes. On y l'ait une intensive des champs, et it ces jeunes l'emmei qui prposes ce travail. J'en ai gtismiiies dans les vastes .bchaient, toujours tte* m plein soleil. J'en ai eu le [err ; et je me suis deman* p nchant la chose, quelquesde nos Associations fraini* e sentiraient pas portes un bel lan ite solidarit let raciale, leur faire l'encarpaison de ces petits rustiques que portent ires d'Hati. bous, mesdames, mesBes ? Vous connaissez ce : Celui qui arrose sera tae arros ? Pouquoi ne •ayer. itau son du tambour qu'on itmarcher. Il existe dans un P.dtach des r.liiriiliri'.soii enfernii' quand elles deit indociles. J'en ai entenCOgnaient tour de bras lurs de leurs cellules et fai11 un vacarme pouvantable, %  "autres indices j'ai du coindreque la discipline qui s'y te repose, videmment, sur nidation et la contrainte phv ttante-sei/.e .'-Uves ivlormes illent actuellement dans des maisons de Eamillea et donnent sa* lisfuction Le but est iloncallt.nl. Je DOUX me trompii, bien sur, niais ce n'est pas ainsi que j'entends la psychologie, applique l'Education. Invite dire quelques mots 081 demoiselles, je leur ai parl de rsignation de courage et dVsDOir en l)ieuCette exhortation lut prcde de quelques mots sur Hati, naturellement. Larrt suivant et heu Latirenceville. Virginia. .Nous fmes reus et lo^is par le personnel de l'Ecole mixte de dnomsaatioc ipiscopale qui porte le nom le St-Paul Normal and Industrial fkhool. Ut s Hatiens y ont pass Metz Lochard, de Logane, ma nice bydia liolly et deux de mes neveux On m'a I ni visiter la Chapelle, main-d'.riivte des tudiants, et la construction de laquelle mes deux neveux Lon et Charles liolly avaient travaill. ( m la cite comme un modle Je beaut. Quelques professeurs et tudiants y passaient leurs vacances l'Ecole mais les cours ne fonctionnaient pas. A en juger par les clments que j'avais sous las yeux c'est une Lcole d'AMSTOS. Le Vnrable Archidiacre .) %  •mes S. RusseU en est le prcepteur, il sVst dclar trs dispos me faciliter l'obtention le deux bourses pour jeunes tilles, dans son tablissement. THEODORA IIOLLY, Membre hatien du Concile International du Congrs des Femmes de couleur Washington, Ancienne saut-Inspectrice ds E'-oles de Por -in-1'rince. Far Cable Nouvelles Etranores MM %  eeonl des allis relatif trait de Versailles JRIS 21 — Les nations allies ont *• ce soir, par leurs reprsen Ml le conseil des ambassa %  d'adresser l'Allemagne une collective nolitiaut a cette puis 'l u e la commission militaire *Mr01e interalli reprendra ses Jons et que le gouvernement de ?" devra leur accorder aide et ,l( >n. Elles ont galement l %  envoi d'une 2me communica tons laquelle bonne note est i de l'adc de renonciation eu JJ Prusse de Pex kromprinz. "cation eBt faite au gouverne *e Berlin de veiller ce que J^oprinz obs-erve fidlement sa '.**• n foi de quoi les allis "•banderont pas livraison du • x baiser, mai dclarent que garnement de Berlin devra r troitement l'assurance Ou 'n ^ u ' 6 opposera u retour Jfaume de Hobenwlleru. " Ure fui liii, le baron d lle.-lroy donnaieut tous l'assurance que tout tait pour ie mieux. M Laurence Norton, secr taire d'ambassade des Etats Unis, qui reprsentait l'ambassade • lier rick. malade de la grippe, *. mon ira particulirement beuieux de cous later que, pour la 1re lois MM (onctions l'appelaient a reprsenter son pays, c'tait pour assister un aceord de l'entente. l.e ftfltiwtag • i s l'entente a munue vive joie I in* 1 s milieux ot i ciels et M. Jul C imbon. [qui revient une grande part de m rit' pour lea rsultats obtenus, fut chau dment flicit par -es collgues du i.iuai d'ori iv et d i COOI il 'le nui bassadeart. La visite dei louveniM espagnols eu Italie liOME— Le g 'n rai Primo il" Ri vera, chef du Directoire militaire es pagnol, l teimin sou discours, pro nonce a un djeuner donn par M. Mussolini, par la dclaration suivaa te : <• Conscientdr la force des non veaux liens unissant les i grands peuples mdit in i .. |t saluerai peclueiisemnnt. comme chef du gou veruement espagnol, lea augustes souverains des i paya et je bois leurs armes d leurs marines . II. Mussolini, prsident dn conseil, rpondit que, auio ird'hui, on peut parler vraiment de fraternit de ra ces latines qui sern emenl tranaia tait trop molle, dit le Gnral de (N'istelnaii. PAULS 11— An < >t!i> de la ru nion de la commission des affairas extrieures de fa chambre dos dpu ts, le gnral de Cas elnau, dput de l'Aveyron et membre de la nom mis ion, a vivement pris partie la politique du gouvernement de Mou sieur Poincar 'oncernuit la alina nie et les ngociations avec l'An* gleterre. En consquence la coin mission a dcid d'entendre M. le pr si lent du conseil sur Ses ques tions la plus prochaine occasion. La principale criti |ue formule par le gnral de Caslelnau est nue la politique du goiiviinem.nl l'gard de l'Allemagne, tait trop molle en face do la recrudescence de l'esprit nationaliste et militaire allemand. Il prconise une action [dus terme avec le concours dos allis -i posai Me, mais isole si cale est ncessai re. Le gnral tait soutenu par i'ab b Wettatloat M. Frey, \ou% deux dputs alsacien-. Nouvelle* Diverata VVASHIN6T0N— A la remarque du Praidanl Coolidge.les directeurs de l'American Lgion ont envo y la Maison Blanche, un rapport exposant le programme lgislatil de l'organisation pour la prochaine ses sion du congrs. LONDRESOn dit. i.i. qu'a par tir de demain la Beichsbank n'au ceptera plus le billets mis par les villes et les Compagnies des chemins de fer. Cette me^urt^ aura pour r sultat de rduira les provisions da monnaie Intermdiaire. PARIS Le comit des jeux olympiques a, jusqu' pr-ent, reou Pavisde parti oipationsaux prochaines olympiades de 10 nations, .1 savoir : Australie, Bulgarie, Danemnk. Grande Breta gne, Hati, Inde, Il die, Nouvelle / lmde, Prou, Eulu lro ici Jou Roque Ramiraz, nuis il n'a pu d'aucune faon, tablir ion identit Tous les prvenus prtendent que .'est une combinaison ourdie par le capitai e Wood et lo juge Les COU flair pour soutirer do l'argent Davis .tvis reconnat pourtant qu'il l'esl occup d'affaires de trsor avec Me Brdy, Brave. Mtn.it Ilernadotte. etc. < Mi i parl de superslitiou II ii \ouiu jongler avec des lr M-. Il ti avou qu'il croit aux esprits tant membre d'une socit spiritualiste de Cuba. Closant aux esprits, il dit 'i'"' dans beaucoup de cas il a guri par suggestion. Oui, il s suggestionn beaucoup de monde. Uni tes ise : i ux-mmee. Ils out sign toutes les d daraiions qu'il onl faites i l'iosti ut lion, ils ont r*p t-' I al se qu ils ont

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06082
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 23, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06082

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^Vr^rAV 79CXr
'TR PROPRIETAIRE
[Clment iVJagloira
SOI? VERNA
1368 llun AmrioaiQ*
UtfBHO' 20 CENTIMES
Quotidien
L'envie, 1.1 colre, la ven*
yeanee.ia haine dvore il lame
t|iii les leele, et celte aine
tourmente est perptuelle-
ment .comme eu travail pour
enlanter U meurtre.
LAME.YN VIS
tiMPHOXM No 248
17mo AWP.E V" 5070
POBrM-PR!vCR(H.Vm;
VENDREDI 23 NOVEMBRE 1981
JUINS (lilS ?!
de Port-au-Prince
ii
i
il
il
il
cl
i cl louer (iirls internes
anne mstriles au tableau
tir ) sont vtues de blan<\
[(chausses et remplissent au-
aulres le rle de Surveil-
lle PARTIi:
ftt tels des laclionnaires,
[amtru.'ent surtout les tra-
pue leurs subalternes ex-
aux champs. J'ai dit su-
et non camarades car on
Sne certaine hostilit entre
il groupes. On y l'ait une
intensive des champs, et
it ces jeunes l'emmei qui
prposes ce travail. J'en ai
gtismiiies dans les vastes
.bchaient, toujours tte*
m plein soleil. J'en ai eu le
[err ; et je me suis deman*
pnchant la chose, quelques-
de nos Associations fraini*
e sentiraient pas portes
un bel lan ite solidarit l-
et raciale, leur faire l'en-
carpaison de ces petits
rustiques que portent
ires d'Hati.
bous, mesdames, mes-
Bes ? Vous connaissez ce
: Celui qui arrose sera
tae arros ? Pouquoi ne
ayer.
itau son du tambour qu'on
itmarcher. Il existe dans un
P.dtach des r.liiriiliri'.soii
enfernii' quand elles de-
it indociles. J'en ai enten-
COgnaient tour de bras
lurs de leurs cellules et fai-
11 un vacarme pouvantable,
"autres indices j'ai du coin-
dreque la discipline qui s'y
te repose, videmment, sur
nidation et la contrainte phv
ttante-sei/.e .'-Uves ivlormes
illent actuellement dans des
maisons de Eamillea et donnent sa*
lisfuction Le but est iloncallt.nl.
Je DOUX me trompii, bien sur,
niais ce n'est pas ainsi que j'en-
tends la psychologie, applique
l'Education.
Invite dire quelques mots
081 demoiselles, je leur ai parl de
rsignation de courage et dVs-
DOir en l)ieu- Cette exhortation
lut prcde de quelques mots sur
Hati, naturellement.
*
Larrt suivant et heu Lati-
renceville. Virginia.
.Nous fmes reus et lo^is par
le personnel de l'Ecole mixte de
dnomsaatioc ipiscopale qui porte
le nom le St-Paul Normal and
Industrial fkhool. Ut s Hatiens y
ont pass Metz Lochard, de Lo-
gane, ma nice bydia liolly et
deux de mes neveux On m'a I ni
visiter la Chapelle, main-d'.riivte
des tudiants, et la construction
de laquelle mes deux neveux Lon
et Charles liolly avaient travaill.
( m la cite comme un modle Je
beaut.
Quelques professeurs et tu-
diants y passaient leurs vacances
l'Ecole mais les cours ne fonc-
tionnaient pas. A en juger par les
clments que j'avais sous las yeux
c'est une Lcole d'AMSTOS.
Le Vnrable Archidiacre .)-
mes S. RusseU en est le prcep-
teur, il sVst dclar trs dispos
me faciliter l'obtention le deux
bourses pour jeunes tilles, dans
son tablissement.
Theodora IIOLLY,
Membre hatien du Concile Inter-
national du Congrs des
Femmes de couleur Washington,
Ancienne saut-Inspectrice ds
E'-oles de Por -in-1'rince.
Far Cable
Nouvelles Etranores
Mm
eeonl des allis relatif
* trait de Versailles
JRIS 21 Les nations allies ont
* ce soir, par leurs reprsen
Ml le conseil des ambassa
d'adresser l'Allemagne une
collective nolitiaut a cette puis
'lue la commission militaire
*Mr01e interalli reprendra ses
Jons et que le gouvernement de
?" devra leur accorder aide et
*,l(>n. Elles ont galement l
envoi d'une 2me communica
tons laquelle bonne note est
i de l'adc de renonciation eu
JJ Prusse de Pex kromprinz.
"cation eBt faite au gouverne
*e Berlin de veiller ce que
J^oprinz obs-erve fidlement sa
'.** n foi de quoi les allis
"banderont pas livraison du
x baiser, mai dclarent que
garnement de Berlin devra
r troitement l'assurance
Ou 'n ^u'' 6 opposera *u retour
Jfaume de Hobenwlleru.
" Ure fui cordent sur une question relative
l'excution du trait le Versailles,
depuis que te partage de i.i S.lsie a
t soumis a la Socit dea Natioaa,
il v a i ans. La rare sensation d'une
sance .-ri plein accord tait vive
ment ressentie par les membres du
conseil. En sortant du vestiaire du
Quai d'Orsay tous taient tous ra
dieux et le marchal Foch qui pas-
sait d'ordinaire rigide et digne de
vant le groupe des journalistes s'ar
i Ma pour leur dire qua tout allait
bien. Lord Crewe, lui-inhne, avait
perdu sa gravit coulumiro et eau
tait joy usement avec M. Jules Cam
bon." pendant que la vicomte I>liii,
le baron d lle.-lroy donnaieut tous
l'assurance que tout tait pour ie
mieux. M Laurence Norton, secr
taire d'ambassade des Etats Unis,
qui reprsentait l'ambassade lier
rick. malade de la grippe, *. mon
ira particulirement beuieux de cous
later que, pour la 1re lois mm
(onctions l'appelaient a reprsenter
son pays, c'tait pour assister un
aceord de l'entente.
l.e ftfltiwtag i s l'entente a mu-
nue vive joie I in* 1 s milieux ot i
ciels et M. Jul C imbon. [qui re-
vient une grande part de m rit'
pour lea rsultats obtenus, fut chau
dment flicit par -es collgues du
i.iuai d'ori iv et d i COOI il 'le nui
bassadeart.
La visite dei louveniM
espagnols eu Italie
liOME Le g 'n rai Primo il" Ri
vera, chef du Directoire militaire es
pagnol, l teimin sou discours, pro
nonce a un djeuner donn par M.
Mussolini, par la dclaration suivaa
te : < Conscient- dr la force des non
veaux liens unissant les i grands
peuples mdit in i .. |t saluerai
peclueiisemnnt. comme chef du gou
veruement espagnol, lea augustes
souverains des i paya et je bois
leurs armes d leurs marines .
II. Mussolini, prsident dn conseil,
rpondit que, auio ird'hui, on peut
parler vraiment de fraternit de ra
ces latines qui sern e la visite des souveraine espagnols en
Italie.]
La politique du rioufrna>-
menl tranaia tait trop
molle, dit le Gnral de
(N'istelnaii.
PAULS 11 An < >t!i> de la ru
nion de la commission des affairas
extrieures de fa chambre dos dpu
ts, le gnral de Cas elnau, dput
de l'Aveyron et membre de la nom
mis ion, a vivement pris partie la
politique du gouvernement de Mou
sieur Poincar 'oncernuit la alina
nie et les ngociations avec l'An*
gleterre. En consquence la coin
mission a dcid d'entendre M. le
pr si lent du conseil sur Ses ques
tions la plus prochaine occasion.
La principale criti |ue formule par
le gnral de Caslelnau est nue la
politique du goiiviinem.nl l'gard
de l'Allemagne, tait trop molle en
face do la recrudescence de l'esprit
nationaliste et militaire allemand. Il
prconise une action [dus terme
avec le concours dos allis -i posai
Me, mais isole si cale est ncessai
re. Le gnral tait soutenu par i'ab
b Wettatloat M. Frey, \ou% deux
dputs alsacien-.
Nouvelle* Diverata
VVASHIN6T0N A la remarque
du Praidanl Coolidge.les directeurs
de l'American Lgion ont envo
y la Maison Blanche, un rapport
exposant le programme lgislatil de
l'organisation pour la prochaine ses
sion du congrs.
LONDRES- On dit. i.i. qu'a par
tir de demain la Beichsbank n'au
ceptera plus le billets mis par les
villes et les Compagnies des chemins
de fer. Cette me^urt^ aura pour r
sultat de rduira les provisions da
monnaie Intermdiaire.
PARIS
Le comit des jeux olympiques a,
jusqu' pr-ent, reou Pavisde parti
oipationsaux prochaines olympiades
de 10 nations, .1 savoir : Australie,
Bulgarie, Danemnk. Grande Breta
gne, Hati, Inde, Il die, Nouvelle /
lmde, Prou, E de, Lithuanie, Etals Unis, Tcbcosto
v.t(|uie, Turquie, Egypte, Japon et
Belgique. Huit autres nations ont ac
cept en principe : Arg n ine. Polo
gne, Kouman e, N . Finlande,
Hollande, Luxembourg et Yougosla
vie.
BERLIN De* dpches recj
ici annoncent que le gouvernement
bavarois a dcid d'mettre un em
prunt or sur la base du dollar garan
ti pai les ressources de l'Etat ; le
montant de l'mission n'a pas eneort
t fit*.
Le Bazar Halien
Le cltltr Hailien o seront vendus des curiosits et
produits du pays, s'ouvrira Samedi.
On y trouvera non-seulement de^ souvenirs,mais beau*
eoup d'.ntieles pouvant servir de cadeaui pour la fin de
ranne,tous le lis lion <| 1 l'exli'mil du qrand wltarl...
Le kiosque est peiu en [aune et bleu.
Les cours
PARIS 22 Dollar 1S.J35
Livre 16.68
i ij'i " - ^
M. Camille Lon
Nous extrayons du quotidien El.
MUND de la Havane l'enlrelil. t
suivant que la Rdaction le ce jour
nal consacre s notre ami, Monsieur
Camille Lon, h l'occasion de sa r.o
minalion comme Secrtaire d'Etat
des Relations Exti ieuras.
Le distingu Agent diplomati-
que Monsieur Camille J- Lon, qui
remplissait es fonctions de Charg
d'Affaires d'Haitl en cette ville avec
tant il- tact, vient d' Ire l'objet
d'une distinction trs atteuse de la
pat de -on (iouveriiement.
c Monsieur Lon a t appel
diriger le portefeuille d Extrieures de son pays.
CeUe n< mination si bien mrite
d'ailleurs a t lavorableuient com
menue ici. o Monsieur Lon comp
le de nombreux amis et admira-
teurs .
Dans l'accomplissement de la d
licate tche, o la i on6 une du Chef
de l'Etal l'a ippel, notre ami Lon
aura l'occasion da justifier dans tou
!: la mesure, nous en sommes per
suads, l'opinion ds notre confrre
cubain.
Mi* Dessaix Hall
Nous avons revu avec plaisir
notre 5yiiipailii.pi,1 ami et confr-
re Dessaix Ihll, directeur de
L'Estaielta qui fera uo court
sjour parmi nous
Nous lui renouvelons nos com-
pliment-
<
Nouveau Consul a invers
M. Joseph vdiiii, ancien adminii
traleur des Postes de la Rp tblique,
a t nom n consul d'Hati a Vu-
vers.
Meilleurs compliments.
Or Flix Coicon
Mdecine chirurgie
yailul t iffedissi dos fsu J la Gerjt
du nei ri ia Oreilles
A l'honneur d'informer sa bienveil-
lan'.e clientle que devant s'absenter
del Cipitale environ une quinzaine
ura charge Mr le Dr Prise Mars
c h dirctioa de son sabinet et de
la labtiatoias.
Affaire dite
des Trsors
Dix huitime
audience
y NOVEMBRE
Les Dh.its Gnraux
(Suili
A/oiu coati uons k comptt-Tendu du
sensation) il procii <; pubhant aujour-
d'hui un i(hi\u du ii.noqiinble play-
doyer de :
Me P. Diumliois
Magistrat,
Si nous considrons les dbals qui
-' sont drouls ici il faut convenir
nue nous sommes en prsence d'un
dilsmSJe : ou bien tous les plaignante
sont de* cal mniatenrs, ou bien Da-
vis est un chef de forbans, un chef
d'escrocs. Noyons le n' e qu'ils ont
jou. I);t\is est no .[uniii I fugitif,
chapp di prisons de Cuba.
Il e-l en ru.dure ,1 nue o.donnaii-
ce du juge de Bayamo. Il s'appelle
1 Diai Ram /. il a v >ulu lro
ici Jou Roque Ramiraz, nuis il n'a
pu d'aucune faon, tablir ion iden-
tit Tous les prvenus prtendent
que .'est une combinaison ourdie
par le capitai e Wood et lo juge Les
COU flair pour soutirer do l'argent
Davis .tvis reconnat pourtant qu'il
l'esl occup d'affaires de trsor
avec Me Brdy, Brave. Mtn.it Iler-
nadotte. etc. < Mi i parl de supers-
litiou II ii \ouiu jongler avec des
lr m-. Il ti avou qu'il croit aux
esprits tant membre d'une socit
spiritualiste de Cuba. Closant aux
esprits, il dit 'i'"' dans beaucoup de
cas il a guri par suggestion. Oui, il
s suggestionn beaucoup de monde.
Uni tes ise : i ux-mmee. Ils out
sign toutes les d daraiions qu'il
onl faites i l'iosti ut lion, ils ont r*-
p t-' I al se qu ils ont juge flair et le juga II auvoir.
On .i i .u l de grands hommes poli-
tiqui de i s paj -. -i sous exceptone
le Si iteur Paulin, nous verrons
qu'il ii dit h l'instruction que Paella
lui a don li de l'argent nour faire
un i ouaaga contre Uurliguenavu.
l'our eux, les personnages politiques
de ce pays, c'est Dgand qui ira
jamais eu aucune ambition politi-
que. Il n'a t que commandant de
la Compagnie des Pompiers
Alva Rosaire est suliivateur, lier-
uadott aussi, Durand travailleur. Je
dois dtruire les divers mensonges que
Davis a profrs ici contre Dgiind. Il
a dit que L'gand ne pouvait pas dispo-
ser de ni de WlO dollars. Voici la
compte d'une maison qui prouve
qu'elle a export poui 1 700 dollars
4e marchandises o.jur ta maison d?


LivjAA'Mfi
Conseil dEtat
Au voin de li sance de ce rua*
l n .1 i i^onseil d't .il, > L*<*oufUir,
tiecrl ur- d'Etal au Ppin neut
Je l'Agriculture a fit le it-pot duo
pr>j^ U 1 >i sur l'.i; ic illurd.
Ce projet iM envov i l'tui*
Eudora tnaV de Jacmel dit qu i a du Com,, H )e, B0 C(jn,niir..
mou (juan 1 il prelond que l- c.iui- __________L___________________
tai ie \food l'avait
commerce. Celte tnnd la voleurs.
tfruiu de malheur ux pres de i'a-
Mille. C'est Davis qu dnonce en*
euile tou* se* complice*. Qmi
Bervin le sut. il dnona aussi tout
le mon le au Cap. C'est l)t*i*qui le.
dnona an capitaine WjjJ. Par-
tout o Davis a pv- il a menti,
Parisana La Petite maison
i
ie vrooil ravail saisi par ie^
cli'\riix, quand elle dit que Davis
fa celait Juan Lope/, elle dit vrai
Da'is a achet un (aux DMMport
100 dollars, le sachant faux, sous le
nom d'Alberto M oui al vo L'odieux
du rle qu'ils ont jou n'est pas tant
da: s les manu? ivrr-s frau luleuse-,
an*- bien dans le cumul des escro-
queries qu'ils ont commises. David
Vilain est l'homme de toutes les
mauvaise! combinaison!. Ds qu'on
1* prend, il parle, il parle mme
sans e*da. Fils- Vitn tait mon c >n-
ditciple, il n'aurait pas d M trouver'
eu si mauvaise c impagoie. Sain
t lusai, Sautelerre ce moino d -
An que. a jou tous les rle-. Il a dit,
prs avoir l accusateur, qu'il a
ubi la pression d i capitaine rfoOd.
Davis, le chef de II bande, est un
corrupteur terrible el sa lugyeslion
sur mi victimes lei mel daus une
situation ridicu e. A une question
pose l'autre jour pai le juge, vlme
Cerneau a rpondu que Davis tui
un gentilhomme. Vous verre/ com-
me ut Davis a pu savoir qu'une de
mande dexti.t ili m ,i pu tre pio-
duiie contre lui
C'aal par une jeune fille qui pr-
vint l'i aiii-e-.-4 Clieva ier, Davis est
i mu irai ,io |i tint .f avoir fail corn*
prendre Ci rcCameau, sa maltres-
se, qu'il viv ii avec li nr l colle ci.
Prenons lierv n, ci gui le ou
qui u dit qoe la icil i li litienne t
comp >- '- .! voleurs t qu'il ach le-
r.iit le j ii y Cette thse, II irvi i l'a
soutenue devant le tribunal d'appel.
Ils ont puis toutes les juridictions
e\ liualemenl i ont aboiti ici. S'il
y a un voleur, c'est b.en Bervin.
C'esl avec le produit de >es vo i qu'd
a bti li grosse maison m ciment
arm dont le juge Lescoul'lair a saisi
le.- litres.
Praneeeeu est la mat(n>s-e do Ber-
vin. Ella dit Mabel Pierre : < I' y
a un Monsieur qui s'oeeupa de m-
decine ia et (jui voudrait soijiner la
soeur de Dg.in.1. Dites lui d: venir
iue voir. Dcgand accepte une en-
trevue avec Davis qui parle de Ira -
tement et entreprend de gurir sa
KKtr. Elle n'es! pas gurie et l'or
dsDgand devient [bu. Davis lui dit
qu il y a une jarre d'argent sur la
proprit qu'il occupe, qu'il esl spv-
rite et il emmanche la mme ce nbi
naisoo qu'avec tas autres victimes
( jarre, coffret, carolui, etc ).D lui remet i '-*77 dollars de son ton is
de cumin ro: pur ire brles et
dupais I ire, on ne le revoit plu-. La
m- me mise en s'-ne av.iit eu li u
comme pour Uredy, Murt Berna*
dotle. Alva lto-i!va, Durand, etc.
Le prvenus se s ut renf 1 nis l.n s
un synlme de dngtlion qui con-
sisle faire CTO t* que c'est 6O11S
l'influence des tra tem mti du capi-
taine Wood qu'ils ont ' arauies a
taira des aveux. Us rplent tous la
mme chose.
Magistrut, vou. devei viager les
malheureuses victimes de cetie ban-
da de voleurs, d'aventuriers sani
conscience qui ont eesoci leu s ta.
lent malsains pour dp miller a .-
trui. Vous les condamner ennuie
l'Opinion publique le rclame de
vous.
Il lit des conclusions pour Eugn
Pcgau 1 demandant la co a damna-
tion des pn tenus a IO,OOJ dollan
de dommages inli's.
N. I;. Demain plaidoyers de
Me Pauyo el Legros.
Hati qui Joui Oly.ii})ii|uu$
I! n'est plu- de doute dsormais
qu tes couleurs de notre pays soient
reprsentes la Ville 0 ympiada
qui doit avoir lieu Pana, vers le
milieu de l'anne proeh une, car le
c unit olympique Inilien vie t d'-
tre firu^ tt i:t corn )->s de notn
ami v. P. Ch evallier, l'nergique
prsident de I Union des Socits
Sp.tiv.-s Hatiennes, noire sympi-
thique confrri II. Dor*iovilfe, Di-
rect ur d l'Essor et L'Aapirani offl
c er ii. l.uaq i-, de la Gendarmerie.
Codtm on le sait, un gr unie ani
mat ion rgne dm notix monde
athltique et no- spori-uien 'entrai
nent, avec la pense de mriter de
faire partie de l'quipe 1. mienne et
d- raliser ainsi un rve ch:r : Voir
la France !
H ippelona que cet a, I- ur retour
de France vers 1000, que quelques
j unes gen* i laugurrent le mouve
ment sportif ici-
Taccinei vos enfants
I. lervice l'Hygine continue avec
un soin roustanl la vaccinal on de
no- l'i.ib i--. menle sco'airee.
Les dncteun V. aursi ce tu el Pri
go d til- -1 .1 la lche el fond de
la bonne besogne
Les fatnil es 1 0 nprendronl l'utilit
de cetli me uie el sauront faire d li
gence pour la vaccination de leurs
enfants
Trop de pr Cautions ne sauraient
nuire car qu'on oubli'- pas que uons
s.iiiiin 1 deux pis 'e ia Juua'que
o rgne l'tat endxiquc le mal
tint ad ut.
Choses Maonniques
Les pi u voira du grind M dire Ri-
gal cha>g de diriger les Ir.vuix du
grand Orient d'Haili prennent fin,
oooformmeot la Consliiut on ma-
onniques, le mois pro bain.
A cet elf t le Giand Orient d'Hati
est convoqu le dimauche 10 dcem
biv prochain huit heures du matin,
au Tem pi de la Respfdable Loge
'. L 1 Vrit J^D W"aus lins l'lire un
no veau Grand Mettre et les grands
o;!iu-is. pour l'exercice triennal
19.'; 1927.
Vu I impoitance de cette tenue, le
grand Corps compte sur la prs- nce
de ions ses membres |our le p'us
grand bien de la m.ionuerie Ini-
tie ne.
Llmanche
La Nouvelle iuroro
la contiiiiinlioii encore plus palpi-
tante : 7i'ine pisode :
Les cauchemars de Palus
Sme pisode :
Le Hros et le Bandit
Un boudeur suivi pa I m mils
entour le dangers aus i ne te
c int.s ne |ouv;iit lurer... Pal a s Ifi
ta trouve dans la ralit, ce eonl
ses nnciens compagnons de bgue
qu'il rencontre, les cauchemars
de. Palas sont tenibles Palas
esl menac par s*s ennemis, il n"
ait quoi luire, Chri Bibi qui
veille, le lui dit; Fr-noisecache
ilms l'ombre assiste, a ce singu-
lier spectacle'.. Pa'as vi au ren-
dez vous, l il trouve l'nigme de
sa perscution et c'est l que Pa-
las, en un jour, "i; une liture
ren 1 C teri-Kibi t >ul c 1 que ce-
lui-ci a fait pour lui. Et il o'heite
pas tout ri-quer.-. sa .scurit ..
sa vie... son Donneur...
Orchestre : 2 gourdes
Balcon S t
Loge s a ~)
Tlichc laitien
.Notre ami Pollux Panl qui, on le
aait, a inaugur avec tanl de succs
le Ibalie hatien en crant les types
qui sont dans imites les mmoire!,
est Port-au-Prince, actueltami et.
A cette o< eeaion les aelaur> de
La Renaissance organisent une
brillante soire qui aura lieu la se-
maine proch une I Paris! a.
Il y sera repr*( 1 l : 1 5 Len lar-
me, monologue <-i m q ia ; 8 Ln
ijuron mal fev ; l \er de ribau ).
S Tourmentsd< M; .. p-tite
:omdie locale < n ; n Ride; i Vic-
time du UiUS )
Tous les gots ront satisfaite.
L'entre gnrale est fixe une
Une belle journe sportive
L'US.S.Il. organh-e dimimbe
une tiell jour ns sportive. A trois
beures prcises, sera dubn le si-
gual du .le,'nrt de la Course de bi-
cyclettes Pure Leconte Msiinni-Pare
Leconle. Vingt-el-un coureurs pre.
lient part celte | reuve. Le con-
trle -en a>sur par un comit el
la police assuiera la ircu ation >t le
maintien de loidre sur la voie pu-
blique.
A celle ni e heurel sera disput
un match cl Fout-bail entre Jremie
et M-Marc Celle partie de ci s deu\
quipes de la li il 11 complta daus
le luinpioi.iiftl n !' t., | mi itairs.
OFFICIEL** s
Starter : (en lantin Henriquez
Juge* <* N1.01 -m : ii u .es de e pi-
nass Seyu our l'ii.del, 1 svvuld
Fr. ndl^.
Juges u l'anive W'i li im Louis
s.uejr. ! 'pb 1 a (.agnoi.
Coilioleu.' I-. n. M. Vrman.l, Jo
se li Ubei " i Ami d Moi uni
ibe. l'ieire \iiselme. "nJr1 Drei*.
Ans
Eco 1 mite Cm litions Gover
iiiMUMtt.il Pinance Bflited
Staten S1 'iii'iii.'>
Te! ' t le litre Pu 1 intresst]
te broc 1 r pi nous . tait par
venir 'a U. 1 j ie 1 a t tonale d i la
K 'i'u'li ] i' d'il ut ici qui coilie it
d s rens ignetnenla sur la situa-
t on $ lrale des ; Il tires aux
Etats Unis.
Cette brn hure est lite par les
soins de Tue Nation 1 i3ty Bmk.
Un raid de 4) aiMojilanee
( Par T. S F. )
Quannte arp'aiMf mant^3
par des arOQautea n iva's surv^'
leront la mer des Carabes vors
certains porte des Antilles ce raid
s'flectuera d'accord aveu le plan
publi aujourd'hui par le Capitai-
ne Marshall, chef de l'escadrille
arienne de la Hotte.
Il sera enlr >pris vers le mois
d'avril de I anne prochaine la
clture des manuvres dms
mer des Antilles.
h
1637 Rue du Contre
Annonce sa bi uivillant0.
clientle 'ju'elle vient de recevoir
par le dernier < Franais de trs
itifanlet chau$$urt pour c/'iwea,
Rraud choix de souliers pour en-
fants, .h insseltes, chapeaux, cos*
lumea pour enfants, bas de soie
qualit trs rec inmande ffru der
nier cri de la Mode, noirs,couleurs
varies, bel.es dentelles CluQf, fi-
let mche, broderies, rubans, pai-
fumerie, objets religieux, quel-
ques jolies coupes de soines.tuile,
linon, toile nationale, toile pur til,
bouquets garnitures et voil s de
maries, etc, etc, etc. En sol le
chaussures de bbs.
aVODetfl choix de
trs bon yot
Elle attire aussi l'attention de
ses nombreuses et fidles clientes
d'avoir s'inscrire l'avance pour
leurs connu indes de lingerie une
robes lingerie, costumes gar m-
nets, etc. etc. Spcialits de la Aiti
son alin de pouvoir en assurer la
livraison la liu de l'anne.
Prix trs modrs
^JLXl Ml .1 I IIMIM.MI
Les cranciers du sieur Tli Biaise,
tien i un iii 11 le \i lai II, -.oui
i. vit*-- a se rendie m peronneou
par un fond-de* pou v< rs le vendre-
di vii ^1 et un Dt een.b c | roebain
deuv beures de i'upre- m di da >s la
cli"u.b. c du i'.uiim 1 du tribunal e
pu in re in-1 ai ce e ce PMSOrt, ro
i t en ^e^ sttlibt! ttliB comm t
aux fins de l'.rlic.e 47i au
Co u- de en meie. .
Pctil'UoAve. le 8 .Novembre 1323.
Le Gr iliei.
JI.LAPOCCSI-A
Leons danijlais et
d'espagnol
C'est certainement avec plaisir
que le public apj'.-n l.a que PE
cole Spciale di Stni Dactylo a
dci l d'instiliua i a Janvier i92i,
un co rs rgulier de langues n.-
glais-et espagnole qui aura lieu
tous les jours de 6 7 heures du
soir.
L >s mensu dites s iront dj Deux
Do'hrs.
Lvf inncriotioni seront reues
jusqu'au 31 Dcembre 1923.
Cordonnerie
Emeut Camille
Fabricant de chaussure*
en tous genres
Matriaux suprieurs
S mis proiu.ililude Clrit
liran 'Ru p e la Poste N t722
La unis m porte la connais*
tan . du publie que - <1 un le
but 'e friuM* et d*encourager
ses no.n "i\ 11 e!ie a< -
corde pai'.ir du 1er Juillet
1923 une [iriin ; de une pure de
cliaussur s au choix tout dten
tdur de vin,rt tickets.
lin eoas |uence on >.! pri
de rel un m- un r U pour. Iiaque
achat au cou ptant.
A la 11 )ns il .- LsH| ust la
devise de la maison.
luiioS'itmlir
M arc na ad i ses iranaiues
inqle des rues du Aayastn
de 1 tt et des Fronte-forti
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d? DELORT, Pharmacien,
HO, Ru Smlft-Ai.toiae
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINCE
Alex.PETKUS. P''rmcie ALBFRTIKI
Ph .rasoir du D' Justin VIARU
9 et fpi'f. i botina* Fharmnel**.
AVIS
Le rcpiss No H 4!M, de la Corn
mission require, tant adir, le
soussign le dclare nul, duplicata
devant en Aire obtenu.
Port au Prince 20 Novembre 193
F. LEROY avocat.
Panama Railroad
Steamship fc^
Port-au-Prince, Hati, le il \.
?ambre 1923- '
BULLfc-TIX No 3^S
Le S/S c Genl. 0. H. En*,
est attendu Port-au-Prince*,
nant le New-York via les pJL
du Nord Mardi 27 .Nov. i9
avec :
115 Sacs de Lettres
7 Passagers
et p irlira le m'nie jour pourCrJ
t li il, Cm il Zone vi les Porte d
S id.
O B. THOMPSON
Agent General,
BELLE POITRINE
a dea mois pi Ut
PILULES ORIENTALE!
lw nain qui drtknanL 1^
BltMat, McuniUtucut U. M
fltciit In uIIMm 0MMMI&
*fa\a >t douant u nm n
gnclrax fmutupnlt
HnfcUnil nli-,
J.u*>..n '- (TliXnW
j, aiTir. u- e "hiaawan
: ------|1,%
Remercment*
Mr et Mme Oswald Brandi tt 11
entants. .Vie il .vlme Jean de Vtait
gies et leurs enfants, Mr et Mm
J tile Loic \. M Iles una et Juki
Itarlbe. les autres p-ircnta et alli||
rem-Tcient bs ami- t.ml des DfV
teraenls que de la Cajiilale.-ttpel
culirement Vr b; l'ivident dk
Rpublique et Mm l'.orno, les Fr-
res de St Louis de (ion/iigue, les II
ligieu-es de irt Joseph de Cluny
qui leur ont donn des marquudi
sympalhie loi a-ion de U mort
de Vlme Jules Bartlie, ne ndr,
leur regrette mre, grand'inre&
belle mre, enleve ;leur aflectioa
le 24 < ctobre dernier.
Chez Simon Va
Btuii Lacte
bLe plua puissant aliment pw
dbs trs digestible. rtcommM-
par tous le mdecius.
Grand Bal
Demiin Samedi Si iSovembre

l'Htel de la Maieleine
Bar de lei Ordre
Orchestre de choix
Service irrprochable
Pharmacie Centrale
Nous avons l'honneur dannocer au P110110.*^^!*!!;
ents|uenDU3 avons chang de local et que aef Jj
Novembre nous avons ouvert notre>tablieseroc. r
iiiacicux et mieux amuiidyu, a
1 oui c 'du&bureauposu
Qrmnd'Rup numro 1712 ^.
Nous anonons qu'en in'me temps, nous aons augment no ^ ^2
voosaiyut de nouNeai.x rayons notre pharmacie. Nous som ^
a
sure,
prix
f
e l'uni luauf "' ,u.,ia K>*>
lieutle avec prompUWj"' oj.
k que jamais, de servir mitre clientle avec pi"r ^pc*'
- .e plus raisouuables, en t'..uruisaant des mdicaments et ^^
t-s de meilleures qualits el le* meilleures sortes d "articles
bunbo s. etc. ^ i'"
Nos employs qui excutent les prescriptions aont des nom
gue exp. rience et de capacit reconnue. ..
Ln elients sont servis toutes les heures du jour et de la du"
iYeuo- parlons franais, anglais* allemand et upag*-


^*->-w~r*v
i0&
1 T*B
BL M.ATiW
oudumser
Tyj
'M $ D la FSiftEIEl
Irrgularit et dtulturmtM fo-.rtiona
A! ; mntruoll* ConfMtioa *.-.
fil l - ~'. > :.. Hmorr.j-.i>s. Varice. MemoToide.
Cu t. r I Mtrite, A-.s OfttlqtM, Vurtijcs. Mflb*
cation*. Formation da la Jiunt FUI*.
Litir l-CEIIET. 15. R M !.r.:..bles Niilith P.RS (Frap>
ht >runti
Sole Dislribulor for Bsiti
W. Quintic Williams
\7UB St Rue du Magasin de VEtat
Port du*Prince
Neer Pablo th Barber
Pharmacie F, SjourD
? Donne avis sa clientle et aux mdecins et au pubtif qu'el'e
tramgorm son Laboraoirro d'Ulogie en un Labcratore de
biolofliej appliqua sous la Direction duf
Dr Ricot et F. Sjourn
Le laboratoire est ouvert tous les jours de 7 br> du matin G
aeures du soir pour toutes" les recherche et analyses pivue* dans
'annonce ci jointet saut pour h |
Wassennano et ia cotislauie Ure-S^crtcirie
Seront reues que le'mardi de chaque semaine.
S'adreor ia Pharmacie pour les renseignement?-
'. nalvas.u once et .Sue gastrique
Kadion de Wassermann
Raction de TribouH*
Eiameo du sang et du pus
Examen des matires fcales
Examen ce eraehat
^Ibumino ra*tior|
Constante l'r" Secrtaire
Recherche de Spirohtes H Co de noccoqutf, etc, etc.
Fulton Shoe Polish
Company lue.
JScw y or!'
Si tous voulu broltgtr la peau de vos cbauuu-
i*t vous voulu mou un bnlluiu Imaaui et dttrabU
St vous vanit la couleur et la suuplme't d* **
tkwusurm pendant Umfumt motjm lu^matqua
uqmSsau'
h etb'iqute speetalemeiMpour .es dames $i lesoenllemtn du bigk Hit
file protge la peau des chaussures contre Humidit et la chaleur-
klli llenirelient leur soublesse et conserve leur brillant.
Demande* la marque MONOGRAM c'est la meilleur de toutes Us marque
Geo. JE >NSEML Agent pour HaiA
;i
igemeiit d'adresse
Indi;i Oil Company s'empresse d'informer se*
i particulier et le Public en gnral que pour
plus prompte accessibilit son oince, elle
pon Bureau, rue Prou, entre la Groi rougi
et la compagnie d'clairage lectrique.
(le la Compagnie se trouve toujours I an-
Nnerie au bas de la rue Pave ou frotta
soin et la mme promptituda seronl obatr
Wculion des commandes.
LUBL\
Parfumeries Supsrfioss
(Maison fonde an 1791 )
55 Rue Si* inn-* Paris
-^l dans toutes les bonnes maisons
*** Pour le. Antilles; R.GADEL Port-au Prince
Avis
A ux Actionnaires de la Ban
que Nationale de II R-
publique d Hati
L'Assemble gnraui annuaila
des Actionnaires <]j la Banque
Nationale de la rpublique d'Ha-
ti aura lieu au Sige Social,
Porl-au-rMioce ( Hati ). le Troii
Janvier mil neut cent vingt qua-
tre, dix heures du matin, aux
uns de discuter le rapport du Gon
seil d'Administration sur la aitua-
tion de la Banque, sur le bilan et
sur les comptes, s'il y a lieu, de procder l'lec-
tion des Membres du Conseil d'Ad
ininislration, de fixer et de dter-
miner les distributions de divi-
dendes et les affectations aux r-
serves, et de d- c der de Ltes au-
tres questions qui peuvent tre
prsente! leur apprciation.
C. K. MUCIIELL.
Pnsdent du Conseil d'Adminis-
tration de la Banque Nationale
de la Rpublique d'Hati-
l. n lais
ESANOFELE, mdica-
ment souverain co.ure le laludis-
me;
ESAXOKKL1NE,- pour 1*
entants-
EN VENTE, grue et dtail.
Pour faire de ?a pla-
ce aux nombreuses
et jolies marchan-
dises arrives de
France, la niais ; n
PAUL E UX1LA
liquide un lot do Cbaussures pour dames l(>
gourdes la paire.
Du lot de Chemises couleurs pour nommas .&*
Un lot de Chapeaux de paille pour hommes I 5
Vt-vi* faire votre choix et pri film
de ce *<>1de9 il n'y a que pour
quelques fourt.
*
VERMOUTH CINZANO chez \. de MTTdls
:i

-
-


ILIVA'IJN
NflELY
j
donne un teint de lys
Elle
Htm* la poudre
Assure une
carnation exquis*
U Crto* TEINDELYa h*.
onctueuse. neutre, est ineapaMe
4!offeteer en rie* la eau, qu'ai*
adancit. assouplit et blanchit sans lu
lubrifier l'excs au jamais U faire
rtiire Partante aux c.-a'ts de
sieur. U Crme TEINDELYS est
W type le plui parfait de toilette : ion emp'oi vita la
fille, la taches de rouj;ut et In
uritattont dues a la poussire
ARYS
3, Rue de la Paix, 3
PARIS
T. met Part'.mariet et flraoMi Ma|(,i n,
t g^S J**J^J
-
.V" ..^ - .
Vaillant & Houet Agenta gnraux 1720Ru3 du Maasin de l'Etat
e
R
alii
*on<4ti leierAril 1907
Aboii nement
ne US
r3i
.(*\.>
'.
ie
^
PntU
bab
Gard*
Port-tU'Prioca
Dpartements
Etranger
b.N mon
uur.iM i<'w
2.'.
3.00
ao*3
itoiS 1,8
Moi 1,2
31 j4
lttx4
33*4
33 4
34x4
38l4 1,1
34x41,1
3*1 3.2
1 .;. |
1
|8
13
14 nr^ci,!
I<> Emu
20
3o
3j
Tubes
In 6>
3oi3
3o |,J
3Ji4
:i?4
38.4
:x4 1|*
34x4 1:1
;t.i4
llougds
Mo
$7
8,75
* >
,i oo
4 U i
O
7 41 i hem 943
Bureau: Rue AmJrU'afo; IX.v
Paul Sals
AVOCAT
RecoovremtDls Comaercianx,
affaires l'Etranger.
< loi reapoudan ts Washiag
ton, Xaw-York, Berlin,
Turin. Londres, Parie
17f lu*>KuuKtl7tP>rl-au Prmi
Tlipl cm 97
MIM
Y 13. C'oet la qualit et le prix qui causent.
L FfiE*TZMlNN-&GGEm.
Hue du Qua\
VI
La uvinaudAe
GR MORVE
5hop an I Lan h Room.Opta Fm A I M. L'ntil y P. M. K.rv dv.
4*,
vaille
* ~T
f^==
3
s
^
s J
.


V '."'-'
- V
V7 .4
.V>

&4
-


VA
!



Lac prta enfanta
mut la joie dit foyer
'.taux moments de w-
wins et h-ureuc. Malheureu^
j tes fc: im: vo.ent leur rve paaier
j < i cause de drangements o,
i r-u ' '- corrigs par un traitement
1 I Lydia E, Pinkhn* est.
-' -" '" *' ' comnia cette
I
': i ris la Composition1
' j >ui .1 sdouleur danslei
parce o en:. ie3 venaient sousf
j 'i cinq jours. J'avais i
i rnbreinftniJemdic.in.o-issansmei
' a p ;'.' de v ;tre LompositioiJ
revenue et monL..
urnev reo-.n:i:i;, ;r.-.-.E. J .V. .dooaenjii.1
ie fille et do Aie mes d bonne -imd."-.
iS,Joaquin l.tiiz 37, "ieoda*!
liBgriac r.omS/teU.-1 -. .i.irw pr.unal
l'aiicita Je la
Composition \^getalij
de Lydi. E* Pinkham
traie c.MH'.r.'Art MKaiciNt CO. LVmt,H*st u..*.
Royal ; Cal
Kn tace de la Banque Natioi
Propritair : Annaeiu IWOCKNT
C'? nouvel tablissement te recommande pir uni
irprochablc, des contommations d uremi#rih#j
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante diriyaa par du
siumels de m and mrite.
Installation parfaite. Prix modrs.
Grand Ulel Angle des Rue Bonne-Fol et dujQuai
Vient de recevoir :
P,->t de foie gras truffer. Civet de livre. Andouilk
lentilles. Andouilles au saindoux. Jambon n botlesj
chois l'huile.- Sardines Manjuereaux. -- Thon. Cm
Petits pois tins extra. - Boudins, etc. L
Vin Rouge, le gallon G. 4-5U. Vin Blanc, le gallon G.
l'H el dbite par barriques et (m
d<'8 Vint de Bardeaux et de 0
C uisine excellente. Chembres eonioriables. -- MM"1'1
sir la mer.

CHEZ ANTOINE M-TALAMAS
La Maison offre ajx p t ci m *t f< m Ve un avantaqe dos plu conHidrabU**^
l'on ne perde pus de temps. La- cc*l pou la premire foie quun tel avantaqe se consi"
4
Chapeaiix de Paille qualit suprieure 5 Gourdes
J\ulle part l'on ne peut trouver ce grand prof f. \
Mhz vile voi uoiu* \ Talamas qui soulaue lesfami'?


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM