<%BANNER%>







PAGE 1

.*-. El$L£i! Jli /• ! 0 %  • ^i.netqu. rons crbu.1 .JuSc.. 2 fi , £ i '\ | r f h ,, e ,i en, q" 1 ••'•tant p.. ho. orao-e00) „M; c on U ^f g *: meal g.g-.er l*ur *,>!•' contre units el du personn,.1 de la manne ont pitin leur enta ,ce et ruin leur affectt au service <1 • la prohibition et autres erditt I eeeeotree, on cons talc que plus de 40.000.000 vont lire demand* au congrs pour l 4 ap p atiou de l prohibition et le sur te Knce du tratic des narcuuquea. Les cours PARIS 21— Dotttr LT.M Livre 80. i6 NEW YORK 21-France 18 oi Sterling 4 ;i92j Allaire dite des Trsors Dix huitime audience 9 NOVEMBRE Les Dbats Gnraux (Suite) Pro-prr prlei d que puisqu'il y e eu un accord,cel oecoiddoil lui lrn prtante ; au cet contraire, il n'a rien escroqu il Mural Ibrnudoil et il ?e cr< il i h ibi e. Mai*, i ri l voor de qui l'i ccord a -i l' *igi • '•' Il na | ou fftil l'tre qu'en faveji de Proai er pour qi '• n 'ir fus de la pari de Mural Bi i doite, il lui Jul i fj >" %  !'. t.i I iiri -.1 i, | eul se t-. I\I i qu' n 1 1 11 s.-et-sion de Prua pm. lu relie, esl • que ce* habiles escrocs ' i i un ii • i -se ir %  • %  • %  de lenra eecroqoerie .' Unl-ils jamais donne recoouei snoce 5 Cela ne I arriv qu'uni* foie, c'est lorsque, pour ravoir Beivin qui tait (ta de en otage. Aux Cayes, le Do .leur Blanchard* l'exige ile Davis. Parmi le pice? du do.-sicr. vous verrez, Magistrat, une lettre dan? laquelle 1 un des prvenus conseille aux au* avenir. Ah Ntagis rat \i vous en conjura, nu n un le Dieu, tmoin ^e 1 1 Vert an nom *e*r de la bonn fui, ay i piti de ce* malheuleux e fi ta Jig r s d'an mei leur s > >. Magistrat, une rparation est n cessaie et c'est ce que nous venoaa deinnaJu" au Tr buud. Nuis savons que le mtier de Jug est ii'ficile et tous les pailea qu ne ont rien cli L eux e' qui viennent par totli le mo\it la lourdeur de vitre reaponnabilit, j'ai nne ablue confiance, parce -pi %  je Si-, qu'en vous il y a un fond d'i i u'i l.j que rie i na peut corromp Oui, voire responsabilit est loin de dins l'affaire des trsor*, mais quoi qu'il en soit, vn:s inflige. rez la puDllintr qu'indique la Loi a ces ignoble* chev;i'i-rs l'indu trie q'ii <>nt min def milles en soi levant dans les ft ns ri ives la atuaide pi siun le 11 cupidit. (Fin ilu discours d Me V'rick Durivier fils, ) — Demain plaidoirie de Me F. Fiambois. trs associs $ n e Ion les faiil qui [cuvent leur tie r< pn elles pare qu'ils D'oui promis laiss de pa ier en posai n di leun vitl ela *Ott donnera nue ide eaacle du ivslme de dngation dan* lequel ils sont n lis durant 1 i dbals particuliers. Les prvenuDe -rrni< nt pas des esc> maiœuvni frauduleiiMs ; le PO g de Prop r pour faire rintlie l't Bernadotte. %  .Magistrat, noi a ne connais-ons pas de plus bellfs piol'es-ions ron n e cellr daeœa*. Si Ion y gOi le lOOtta laaiooiaiaae*a. si Ion s monte imite la aemnia ds %  u oliui de* plue aobtilee juaqu'aui pljs foi tes, l'on connat IUMI parfo I leIn uns \ irib'es. .Nous aotnmea jum s. • t depuis louvei lire des di-bala pailnulieis. Us vnrable* iMAthuealrniB de la DfeRte n'oit cis* de nous le rpter, tt l'un de < 11 vurablfo %  llalbusalem! un phbe enrore prrsqu'imbeibe. a Dne parl de la pliade de jeUDOk de la | Bit e civile. PLEIDB, le m. I \ ; gialrat, el flatltur pour nous. Kl bit n Mhlg eatte Jaooeaae, malgr cetU eatrn e jeunesee mme, si on le vi ut .le Pautr; ct, m n avoni *o venir I n< na l'une des nialheuieisi s viciin es de la .Main Noire" el l, don* le si h n e de notre cabinet comme a un confessionnal, les lai mes aux y ux et des lOOglotl pleine la voiv. el'e nous a fait te rVcil de sa teriible ^i• tuation. Son mari BOil d iliajjrn. i : uiiunis ruins el paifoia >ani pain, leur arci rom| ron i. x i n aire !'• % aeil reoron nir d'une si ; • • me semble, ici, enlei tamises par le \> ie. monlei sen •IOUS comme leutel de lcm i.l Dieu, des voix railled'enfants, des veix reille de petit* garyoD HM limite Au Srr-Cirur — Lee traitant d'eiubellis-emciit Ja cetteK^lise marchent il-/ • ClIVeIl "t I .ivll'seilt la %  n |u 11 er i de cel li'.ice. Au Co %  t' T un rntran franais qui proj'it unlumire meiveilleuse. Va'iii. t-'esl ce soir que la troupe Ri tan y donne-a reorsarj talion Varits. Entre g.rrale : Une gourde. 'alaii Corn UR'MATW Hccessit de la Socit In lush'ii-lie Hatliennd Sous co titr.3, kfr Lotti 1 L.T venture vi^nt de taire paratre l'Irn irimerie lifiriqnil, une iiit res.-ante broe'iure o il expose ses vues sur IP dvrLtppetnenl qu'il co iri ndr.iit le dooQer ce pays, alin .It'l'ure face a lci-p qui rend la VH Ratiuuals d3^p'us eu plus pr.'caire. Pour y parvenir* l'auteur pr* coirise la cration dune u iiti industrielle liatit-nri %  au capital de leux millions de ollars tleitcsocil, dit Mi Lavi uujre, si appele relaire i otr %  ment le; parce qu'elle ipportera un coi ouramu tu I entre tous; • Ile nou-* apprii" lii.i dfendie n •* iutrta en commun; ille 1er dis • irai ire le Moi qui a une ten .inoe rapetis•er toutes ides larges, leves, grau les el foi tes ; e le mettra en vidence toutes les opinions sans nuire la commun ut de.s intrts . Comme on le voit la brochure de Monsieur Laventure est un eXte de toi d ins le relvement de la ua ion haiiie me par le dveloppement des in (usines de toutes soi tes. *>ussi nous en conseillons vivement la lecture tous ceux qu'mtress! I? devenir du peuple hatien, et souhaitons la gnreuse et belle initiative de ..IOIIsieur Loni 1 is Laventurjunplein et entier succs. A prop is J M Titres B O i noui si^n le i i m dheur -ureus : ; situ itiun des F ir -s >l • ta I) u %  lui >n Mie; irie U N >s r u s.-i_r leai -iii.s nous penn ttent, en ell'i, e reoo u litre qu I lis jr il |r I,.I> .: •> ni 14 itio i> qui r.'pres nient c K3 111 't la seule r ss ur ; • r ervj I i p.'iite ,i irgoe b utienne Devant un pareil fut, il y a lieu d'attirer ('attention d s pouvoirs sur tes ao eus a aipjrerppur d muer C*s t iV;s h. vil nir q\i'le devraient avoir r^ultremeut SUT le mirchAUSM, nous nous Snopress ms d ; suggrer au jouvems n ni l'efriver r i • eul nt i sur le h 1 •• qui pe mettrait lemis-i i dliu.tiv %  ; de c s litr saiar il est ce tain qu • les litres dfi il tifs seraient ei-'S un taux rai s Minable qui d mnerait aux LntV reess b*s ro ye i"5 ie les raliser sans ces sacrifices scandaleux qu'il s>mf obligs de subir au t uix i ni I i)a r >etei cett-j i testion tant d i il rt gnral, nous y reviendrons. Une bonne initiative du Dpartement de l'Intrieur La Secrtairerie d'F.tat de I Intrieur nous a envoy me co.de lu Message de Soi Excellen e le Prsideitd a li It pub iq nque nou; pubbon* aujourd hiii al une came %  I li Dcl iration du Cabinet qui a dj para dannotre diti m de jeudi di roier. Li Secretdrerie IKtU nt le dires tsur est l'en-rglqie LiPoldi l* mtea* prelijieu't da PoaOJl al un grm 1 liluu d'.des. Le non le notre petite R 'publique Il .i i y -.i u u ei 60 .uu parce pie d e t o .n i s u dti is eutr'autres Louis ai DIT Pierre Uj.t-.a .viorne u y lut pruno i %  de* C inf renes *ur 11 q ie-n nuire et pria p>r au\.lbts IJJJIUI'O intresseats in Kaabou g. .* 4 mu S.-iinte-Ccile Aujonrluii est la Sle-i rin, pitronne dee moaieiens, Llle vcut sou Alexandre Svre I ans |ea pays o U musique est cult've eur une la ge eb Ile, ou fteavee entrain U vierge romaine dont la vie fut exemplaire. W m (Iode et Tanin) • (lod A to fois Tonique et Dpuratif. Anmie — Faiblesse gnrait Croissance des Enfants Glandes-Scrofule Formation dss Jennes Filles Maladies de Poitrine ITnn m "tm,remplace avantageusement i HUILE d; FOIE de MORUE I ___ ^ T. COMAW H! C 1 -PARIS T TOUTH -HIUMICI Parisiana Jeudi Suite de L'Aiglonne 3e, et 4e Episodes Pour tuer l'mpereur a Le regfd de LaiyU Eatre gnrale : I gourde Ln Corp iration les Ouvriers Cordonniers Hailient). iVj/N p iblionali U I n i u inleen as-i < %  • i' 1 i %  "V r i' wi des Our vi >r$ l Ut %  / 1 i tir %  c >i %  trs nI c /• t OU lu dt as les %  •' i n ; i i is j isles qM solUaient nuire a len'iun. Port vi Prince le 20 Novembr.l9U Monsieur I e Directeur, Vous av :'. If! lire, d in* le quotidien "La PtatO du Lundi dernier, a lettre ojvarie de. la Cor^oratim de* Cordonnire Hatiens s. Excellence Sir Lu lis Bornoet Son Cou ed de Scrtiires 1 IU rehtiveuaol U qu-i^ti >n dMinportoHon de chausau res.Gn raisin h MB itrl Ba rivit j)iiie U milhearauea lUnotioa qui est l'aie la Cor I mnerie Hatienne, la C r oia IO i al hounjur de sollici ter l1nterention de votre intres sant J>urnii pour arrter l'envahis ami'it du payi de chaussures tran grea. Les Cordonniers aiment croire qie. oi{ii>; le dfense soeUle. vous ne le ir u ir h in leru pas voire pr eieus coeoira en U ci-oisiance. 2 E i ail-iii I uit, da : gnez agrer, Mon sieur le Di ecteur, au nom de tous le^ COrdooniera, l hommage de notre profond dVoQffleoti La Corporation des ] Cordonniers Hatiens. Le Prsident E. C\MIELE Cin Calants CF. SOIK Culffoiuiir de Paris lin BQ S PiUtsi bls C>MIQ(IE JUUHNA.L l FRUNEAU %  % % %  w-B!tnllDie :lil FfiJNEAU. 63. BSt-Mtnh.. P.rn „ ( ,.$ f>*< !" Les cranciers lu si-ur Th. Biaise, demeurant en celte ville, failli, s.mt lu rit sa ?e rendre eu personne ou par un fonj-de-pouvoiri c vendredi vingt ei un Dcs ubre prochain deu\ heures I. l'aprsm li da I la cli.nnbie du Con ail 0Ta L



PAGE 1

tliMMlK Parecurcz avec vcspuens k K?Io^ frcs foi ne vcos aoutent rien ipneiii ne srm( pat ous eg m If M a qui durent p| us | onq rendent un meilleur service et Wonp plus loin. |f i doiinem ces rsultats s0 „, mi fiood Tear. lin! il ";* coife p| us ^ aflhi feus fiood r,. ai qiled achetep h* marques inconnues pllrcs S i,|,,,|,s fll ni'alrss que vous parcourez .>ee les pneus GoodJ ve;ir, ne vous roulent rellement rien. Dans le Ronde • ntier noanrnup plus le gens M servent le GootITear que d'aucune autre marque Celle pilriTiiee marque, est sans mil dente la preuve qu'en reconnat ls •upriorit de leur qualit el leur habilet habituelle rendre un servies %  a lis faisant sous I uites les conditions. The VTest IndiesTrudi Portait Prlnte, e f Gonahe* c Bazar Halien un RMtlwsrt. JHsbmhom.CnmBar %  0 il WOOl Alt II nr Hailien <> seront vendus des curiosits el du pays, s'ouvrira Samedi. ouvera non-seulement des souvenir8,maia beau* tcles pouvant servir de cadeaux pour !.. fin de isde trs bon <|ot el dans la note modems. il du jjrand wharf... estpeirt en jaune el bleue. piarmacie Centrale jons l'honneur d'amiocer au public et nos clifwu avons chang de local et que depuis le 1er * nous avons ouvert notre tablissement, plus J* mieux amnag, ct du bureau postal Grand Hue numro 1712 ons qu'en m.'me temps, nous avous augment nos stock et m nouveaux rayons notre pharmacie. Mous sommes en mer jamais, de servir notre clientle avec promptitude et aux aisonuables, en fournissant dis mdicannnt et des bpcialipn qualits el le meilleures sortes d'article* de toilettes. 'qui excutent les prescriptions s..il dei homme Je Ion 'i de capacit reconnue. Mot servis toutes les heures du jour et de la nuit. Parlons franais, anglais, allemand 4 espagnol. Pour gurir ou viter i MIORAINCS • CONSTIPATION CONOESTIONS-CTOURDISBKMCNTS EMBARRAS OASTRIOUt IL SUFFIT de prendre . l'un de vos repu tout IM lui Jour* Mul.mciit une Pilule du D r Denaut 147, rue du Faub* 8t-0enis. Paris Mais il lam exiger les vritables qni sont tont fait blanches •t sur chacune d*squ*llM Kt mots DEHAUT A PARIS •ont tr imeim.nt Imprims on noir Panama Railroad Steauiship Liue Port-au-Prince, Hati, le A Novembre 1U23. BULLETIN vo 338 Le S/S cGenl. 0. II. Brest est attendu Port-au-Prince venant de New-York \i les Ports du Nord Mardi 27 Nov. i'd. avec : 115 Sacs de Lettres 7 Passagers et partir.! le marne jour pour Cris* tobal, Canal Zone vii les Ports du Sud. O.B. THOMPSON, Agent General, Mon Shoe Polis h Company lue. Piew-Hork St vous voulez protger lu peau Je vos *.?ttw>. vaut vouif. avoir un brtUmi huuanttt durait 3 vous voulez la coulew et la wiittm c* tbauuurst pendant ionpuiNn, ew-oyet, ^ u wtatvm* UQbQli/Uk, h abdique spictjtemenipmr .ef dunes et le*gentlemen du in/e t-tle protioe la penu des cttaussures contre l'bumidtti et la ib.i-.eur. Mlle ^entretient leur sou'esse et conserve leur brillant. Demande^ la tut que MONOGR4M c t la meilleur de toutes l* mnnjuH Geo. JE iN&Ettt Ayeut pour Hait* I des Mondi s jj*jliiiversit Paru l*tK. A LIVRAISON V* Novembre 1923 JJ.( K6U-1M71 ) RHAUSSON VILLE PRIX DE LAPONNEMENf I'. de LAMENNAIS VkUJC l/rnir-l ^Ouestion des navires Je sur Les Acadmies de Province C-M. SAVARIT Etsviie Littraire. -Ln Bourgeois de Louis Philippe Andr BEAUMEH ("Acadmie lr'inraT>e Chronique de la Quiozaioe.IIis[Pays du Levant.• %  'Le loife Politiaue Ren Pi NO.V. T^ALxandre. fan) Maurice BAHHES ".Acadmie franaise jours du jr ra „d duc *• L Abdication ?* Olga PoiTIATIXE J}? 1 'Amrique : Ai4 Uruguay I. jLi.Jto r "AUDRILLART rj Acadmie franaise iront.— Dernire parL. Edith WHARTON eiJ -o de St-Victor j Louis BARTHOU t: Aeadinie tranaise Ft-Victor.-. I. Le soulign duiine avis au public avoir perdu lo rcpiss au .No 78i de la Coniniisriu,! l'^quiie l'levant la somme de quarante deux gour des [ 42 gourdts. ; En CUII-M| u> ,M e il le dclare nul, duplicata devant lui en tre dlivr. i ertau Princi. iIT NovemJ re {'•IA B. BEHTUuL'MtfiUS ; l'a an Sis trois Pins Seine SeioeetOise 80 Ir Dcaartementi et Colonie franaises 86 44 tr 41 Tro's mou 11 Ir jo 3t 1rs II Elrang.-r 98 ir jo 6 Lc> abonnements parient J 1 IM ei du 1 s chaque mois. N umro : 4 tr so AVIS Le souigign annonce nu public et au commerce que \le Louis A'ig Gml laume svocat, a la procuration gn raie de toutet me* affaire peudaotSS dt-v.,nt la C. D. R. Grande Itivire du .Nord, le 16 ao membre 123 H. MO.NPOIN'T Remerctmen s Mrel Mme Oewtld Brandi t leun entaali, Ht t ne Jean dt Vende gies cl inu> .ni ,1,1-, v f el Mina Jules Loicq, Mtlles nna elJulia Barlhe, les autr pereuta et alite, remercient 1 i unis tant des Depar temeiils que e8 de Si Joseph ue Cluoy — qui leur ont donn des marque* de yuapattiie l'ocidsiou de la mort de v nie Jules Itailhe, ne udr, leur rgr.ttee mre, grand 'mre et beile-mie, enleve | eur alleclion le ti ( clobre deiuier. Pour faire de la place aux nombreuses | et jolies marchandises arrives de France, la maison PAUL E. AUX1LA Liquide un lot de Chaussures pour (James 1() gourdes la paire. Un lot le Chemise* couleurs pour homme* 65 Un lot de Chapeaux de paille pour hommes c 5 Vevrx fui a votre choix et profit** de ce solde, il n'y a que pou~ quelques jours. -ai VERMOUTH CINZASO chez i. de Harais i



PAGE 1

iBj*Am GYRA pour'Ses Mina :nixvios <2o la ffcmrno i I* La OWLDOST. est r.1llsrpnqi:* Idal pour 1* voyg. Rie s preuila tu compila* stabies et Homognes. Chaque dose jets dans deux litres d'eatt nous donne la solution parfum* qu* la Parisienne a adopte pfrr U3 soins rituels de sa persormo. uov sept-ou mtcroolelde, IhiTTlKjU'. mine Mit.uute iimme soucieuse I '< • • %  %  •• %  •• • / 7/*%<** %  / ^*^:. :.: %  ••• l'an!' %  %  •:' i 1 SiHf> .n-Mif 1 il'AALDOBE es-, on tfttdtfl entlf-^, V „•' — "" m, non cOT-oque. o*iwn.;.' • ... ._ .... ^ : S ileide. base de Sjoltsan. "t dp r^cfvo r : Pat de foie iras truffer — Civet de livre. Andouil l^ntillps. — Andouilles au saindoux. Jambon en boitr chois l'huile.Sardines — Manjuereaux. Thon. Petits poi? fins extra. — Boudins, Ptc. „ Vin Rouge, le gallon G. 4.50. Vin Blanc, le galion L'Htel dbiie pnr barriqueetq^ d? Vin de Bordeaux et de pifl.t p o Cuisina sxcsllsnts. -Chambras conforlabli sur la mer. Ma|n %  SS?*-aHPje-51 m Hautes Nouveauts Europeuues CHEZ ANTOINEM.TALAMAS Fropos d'une dame coquette. Jeune flttVi qui ptM, n'ollez nulle part inon chez into ne M, Talama. Allez chez lut i vous voulez d* la finelri, Allez chez lui si vou% v tulvx d** article* de premier choix'. ^ Allez chez lui, parce que 8 ma chandises sont de toute beaut, ne provenant vieux toch t de djob ni de second c \ Allez ch z Antoine TALAMS parce quil -c?;l consciencieux: et v*nd meilleur w partom. AlUs clitz lui parce que tien he vas fera d f tut. lou ne trouverez ritn de merveilleux ailleurs, lUz, allez viU au coquet b*ar d'Atoiii M TrfWW el ***** gugnerez beaucoup ItOi LU



PAGE 1

^*^S/~AV r %  JSJM'A m PROPAiVIUUPiS IMUMMV* Clment Magloire IOH VIRNA 1MI Hue Aanrieetf*, IfVMBHO ^QcEXTIMfl Quand un a pour soi uni cousoie tire hanijuille et un but lgitime, un doit marcher d un MM terme sur un soi liomblant. Y. HUGO Quotidien MMPROXi *>34i 17me ANNE N 5069 POM-AU-PRlNflE ( HATI ) JEUDI 2*2 NOVEMBRE 1923 lis taociaiis ftins H mixtes de Port-au-Prince Ile PARTIE lUoe iCest I entreprise d'inslitulion rcaent rcente m'a beaucoup ise Riciimond (Virginia). la cration d'une Caisse r _rgne pour les Enfants. Il y a lieelions : l'Epargne permae, l'Epargne ILS Vacances, et irgne de Nol. La premire llique toute seule; la seconde aux dpositaires les valeurs o t ai cumules pour frter vacances scolaires ; la der| pour les tte? de tin d'anne, i y reoit depuis un centime I dpt. L'entant acquiert ainsi ^prcieuses habitudes de modeon tt de prvoyance, "est la Soulhein Aid Society, npagnie d'Assurance Noue qui [imagin cela. Je leur ai dit (pie %  essayer de leur gagner rpieli petits clients h ni s [Iras avons visit Lien d'autres lisations mtressantus, eu%  me Walker ( qu'il ne faut kconfoiiiJre avtc l'inventrice kfcr .'i ili'suniliilriqui visita set ipn r>! nui: te depuis ) [ni mis ;i noire disposition une '"lueiise auto et une jiune tille nous piloter par la ville. Jlicru remarquer qu' Richetod et Durhani dj la (] uoluie 'Nord K-s gens de couleur sont beaux et plus affins que lies autres villes de l'Union, dame Williams reconnat qu' am ils ont atteint en ellet 'trs huit degr de culture mais i conteste aux Kichmondais le i de beaut que je leur dcei . Mais le lait es>t que j'ai vu le quartier de couleur tout le nanche aprs midi, des jeunes du peuple dont presque louetaimt jolies. Et c'est l l'exPtion plutt que la rgle, en ce iys. l "ous nous rendmes ensuite Peake toujours dans la Virginie visiter THE INDISTMIAL HOME SCHOOL FOR GlRLS Environ cent cinquante internes, toutes des rescapes des Tribunaux y apprennent la morale et le travail. Cette œuvre fonde par le Rich moud Women's Club dans le but de tenter la rforme djeunes tilles justiciables due premire faute contre la Loi, tait nagure maintenue par ces dames. Depuis l'E tat en a assum la charge mais c'est une ce ces dames qu'il eu a confi la direction. Madame fiarrett, la directrice actuelle, a une personnalit qu'on pourrait rsumer en trois mots: vivacit, charme, distinction. A sonjrad universitaire elle joint un diplme de l'Ecole de Psychologie Applique Applied Psyciio logy Les lieux sont bien amnags et entretenus mais je serais laisse vis--vis de vous et insinore vis vis de moi-mdme si je ne vous disais que l'impression qui m'est reste de tout ce que j'y ai observ a t plutt pnible. D'abord, un bataillon de 8 10 jeunes femmes velues de gros pieu, pieds nus (oui, pieds nus)et les cheveux hrisss a la porcpic reurent l'ordre de s'occuper de nos bagages. il faut tans, semble t il, pour effectuer leur rforme; et toutes, sauf quelques-unes dites llonor tiirls vont nu pieds et en bleu THEODORA HOLLY. Membre hatien du Concile 1 /•national du Congrs des Femmes de couleur Washington Ancienne sous Inspectrice des Ecoles de Poe -au-! 'rince. CONSEIL d'ETAT L'Ws publions le Message du Ky"' ,ous te, dcids, comme le Pou J*" 1 Excutif, n'pargner aucun !" 0r l utile pour raliser le program ed u dveloppement conomique • %  P ays. J* Programme fondamental corn 22? organisation scientitique et [JS 1 de notre agriculture, un en Tf n ment professionnel appropri •os bsioins.l'etablissem nt et l'en 2J* B dun bon systme d'irriga ,*• roules et de moyens de trans ''"•' %  Protection de nos popula *"~ dans les rgions rurales, 2r 0, ;ei longtemps abandonees. • V le# maladie! qui affaiblissent leur vitalit, dtruisent leurs potlibi lits de travail, et enlln, pour faire face toutes ces obligation* qui s imposent, l'accroi-sement, dans la fuite mesure des forces contributi ves de la Nation, des revenus du Trsor Public. Le Gouvernement vous a convo qus, Messieurs, en Session Fxtraor dinuire, pour tudier avec lui et ac comptir ce que ce programme a d'ur gent. Uutre quelques dispositions de caractre budgtaire, destines as surer ou rgulariser le tervice cou rant, il soumettra vos dlibValions des projets de Lois relatifs : lo la c lUStructl m du chemin de Per de pntration qui doit relier les plaines de l'Artibomle et du pla teau central aux ports du Cap Hdi tien, de 3t Marc ei. des Gonaives ; 2o aux criits, aux voies et me yens et autres maires pressantes, dans les limites du programme plus haut expos ; ;>o a une organisation plus efficace du recouvrement des impots divera et du tarif domanial ; to l'af meotalion du salavn ve connu in suffisant, des Officiers de l'Etat Civil ; ? 5o des mesures modiflcativei de h Loi sur l'migration, de celles sur les pensif es civiles, les brevets d'in vention et les douants, ainsi que de la lgislation communale. Le Gouvernement el le Conseil d'Etat, Messieurs, uni dans le me me sentiment nergique du devoir envers la Patrie profondment coni oient i"de leur reap i habilit devant l'Histoire, sauront poursuivie, avec une calme fermet, une volont in branlable. leur haute mission d u> inrer a es paya, trop lo gtemps ex ploil par les politieiena, ua avenir de paix et de prosp rite. ) Louis b OR-NO REPONSE DL COXSE1 D LTAT Au Prsident d) la Rpublique Monsieur le Prsident, Le Conseil d'El il a l'honneur de Vous accu er rception du Message pulequel Vous lui avez aol lia l'ob jet e la prsent-: Session cxlraordi unira Lgislative. .Noire exactitude rcpjnlre Vo tre eonvoeilion, atieete notre ooas tant srui i de Vous secon 1er dans la ralisation de Vos h lura tses initiati v M : c'e.-t Vous dire t] :e u >us cm eeorerom I ai imea el i san< ti m des Projets qui nous doivent tre soumis une se, i,. w; ,! scrupuleuse attention. Le simple en nc q i' in a fait Votre Ve** i le grand Intrt que a-, projets <:om portent pour 11 prosprit matrielle el morale du Pays. fc)n tilet, d'importantes modifi • lions s'itnpo aient au Contrat de la Compagnie Nationale des Chem : na de l-'er d'Hati, pour n %  par r q e do trac, sa proxi n.t avec le liilo rai ne jnatifiail gure les onreuobligations qui p u • n t sur noefinen ces, puisque l'induslrie du cabotage, qu'il importe d %  protger, su li. aux ncessites de communication entre nos ports. En pntrent vers nos campa intrieures, la nouvelle foie ferre aura ie double avantage d'aller cher cher el mettre en valeoi es divers i rich esses de notre *ol et -o, s-so!, el d'apporter ces rg o il trop lou^ temps dlaiss s les m dliplos avan tages du progrs moderne. D'autre part, l'imp rfecton du sys tme .le recouvrement de nos divers Impts et les rev nus domaniaux laisse place des abus pr ju liciables : une organisation pi ice de cet imnortanl >eivi e angme tare en no tebies proportions nos ie sources lis c les. %  De l les meir comme toutes celle-qui tendront i leauri t la marche rgulire et truclueose de l'Adminis tretion pub ique, nous trouve ont toi ours au Couil d'Etal pris concourir avec le Poov il Excutif l'œuvre pressante de restauration et de dveloppement pour la prosprit nationale. C'est dans ces sentimeuts que nous Vous otl ons, Monsieur le Pisident, la nouvelle assurance de notre en ti<.r dvouement S gn : Le Pisident, J. M. G H NDOIT Cenvbcatton Les actionnaires de h Compagnie Je Constr^elio 1 sont convoqu* en Assemble gnrale extraordinaire jeudi 22 novembre courant 4 heures et demie de l'aprs-midi. Port au Prince,!e 13 novemqre 1923 Le Prsident E LAMOTHE Par Cable Nouvelles Etrana^res reprise du ngociations DUSSELDORF iO — Les Dusse!dorfera de Narcbrichten annoneeut que les ngociations entre la mission conomique de eontrole franaise et les i % %  lufti-ietl allemands de la rUlhf rep:en Iront jeudi, Quoiqu'il n'y ait p3s de irmatioo oftioielle, des personnes iiicu informes dise .tq.e les iodustrieU uni fait deaouvertu res p i u .t pi i • d n g)cialions I. i nt persu idi de 1 ira t ice da d ret d i g^nl i i).z U te inler disant le tockout gn rai. Ils ont au^si loi rense gne nents inquitants sar l atli o 11 de leirs pi >pr M 0 i vriers au caso t le^ franais se deci diraient a ippli | i la a ISUM g raie de conflic tt on, suri >ut aprs i sai-: %  le ls line d'Sria. L stlil de; ou rrie • %  ib e sxa ; ima il i v n faite par le chef de 1 i IO l'eAssocia l %  ,<: %  -i• Sites ira *ii -e d ci i|, • il a ; n Ire p use • n ch N hs ai ' iilo ,i, ienl i o n irs de S rv ,-, %  i .... I I , i . travailler . QuiDlrillioas de marks BERLINLes presses de billets al'entnlsont ajout deux quintrii 1 ons de mark i e.i chiffres ronds i m .n taie d : pays pour ta semiiue terni n e te 31 i Trois classe* .t[j> 1 5 es sous les drapeaux." Dne lerme dclarai in de i. Juspni* i; a a in i a t \ i • d ua .i-^.i^i s Mles dr ipe&ux dei u 1919, ItfiO, 19it. ua co.npte q ie l'une d'elles sera convo qie ii seamment. Les membres socialistes de ta ohambre dee dpu ts dclarent qje les provocations allemi les o it intotrablea et que les le.leri vne tents survenus e i \ uagne onl m i itr que la d m %  'atia avait lad faillite, l. %  Mp ur ;1 fail sa l I irati >" 1 1 ch i nbre %  ur la p ditique tran |re du gou tei ne nent Le ministre a donne, plusleu reprises, des d mentis fo mois aux u >oe dio ip i mire c gouver nement. ue gouvernement, a t-il ajout', a observ une t.iele neutrj Li doue les mouvements sparetis tes en Rhnan te. Son reprsentant, Aix la Chapelle, n'a jamais obi aux iujonctiouU'un gouvernement tran ger. La Belgique n'el sous le joug ou la tutelle ni de la France ni ds 1 \ngl lerr* en ce q concerne le sparatisme. La politique du gouver nement bel^e est de re=ki neutre et d'attendre que les personnalits ou les organisations exprimenl la voion t du pays.L i iiee Je la proposition d'une co nmi-M >n n'einju te d ex pe U a t un grand dsappointe ment pour la Belgique qui esprait qu'une telle cjm.uis.sioo eut t con vaincue que les qie>tio:is des rpara tions et des dettes interallies taient indissolublement lies . M Jaspar d dclar avec nergie au milieu des applaudissements de la chambre, que la Belgique devait recevoir le paiement complet des r parutions. U a ajout que l'occupa tion de la Ruhr avait t un logeai t que li les i louaient, la ,.-.. et la B ml leamo ni de : i ra c hrh magneil aile manda. lch ige d'un discours Je I de la eham i, < n once, Tou verture qu'il avait re i t.M-, de i ifn b • '• du dis ( •'. Poioear eu %  a la d on de M. Bal • .!•communes. t. i a t i iM ;\ mains le ve i i > un : eertaio que I | la c ise actuelle, )D Q -'e rl peu 1 euthou ne qui ve era pch i que le gou \ i sis n'est pas prt a m ace il ion a trs plus il ii • %  iS n ', |S| la i 11 lAnitive du % %  %  t !• %  ira, indique videm 'I ne |> ail i Lo a h' i. Le i i comit '' retti, au i %  • I tires p iliti q i tran gres, j.ieie. k imprins renonait au i; m pi ua it a gale nent l'assu ie le g juverne m i* illemiod ne t < rerait, en au ii retour le l'an cien empereur G liilaume en Ahema • u i.--1 leun cou rglaient i • i I IIjiien/.ol il q i il n y a! ien de plus uier au gouverne m Uriner lor i inces Ceel le %  i i uv irnem ut Iran i,fais : i i er .< question dessanr. lions do celle de .a notification l'Ail m ; .e pour assurer le contrle militaire interalli, qui a rendu un i d pou bte sur cette que-t. i, m i. ii n'y i rien de dfinitif dans i l pu! que la France •e r I i le eu o le g ien) uiemaad n'a surerail pas la scurit de la miaaion la re, louvelles Diverties MUN Le m k inteotemeat de v • i :v i l'gard du a luverne il, va an augmentant et II |i ir te p i rle du dictt >ui i dclar que la Ba u t aa politique iu .i an essayant de co 0 .v c Berlin quand ce serait .'. B, il.'esleiu, prsident del i. ibbank, es-mort. ROME— Le roi Alphonse et la ni ne Victoria ont pass la journe a rlaiter i. s lieux historiques de Koiir L s s luverains e^p.iguols oui d j une au Q lirinal. LO.SOI La mis-ion des dix hommes d'uilaires ..aglais, connue sous le nom de miuion Baldwiu, vient dj revenir de ItuHsie avec un rapport trs optimiste sur la situa tion dans ce pays. Les membres da la misioii peuut q ic le gouverne meut de Moscou pourra leconnaltra les ancienne de tede la Russie q'und le dveloppera-nt du paya aura t assur. WASHINGTON Les fopetionuai


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06081
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 22, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06081

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^*^s/~av r
jsJM'A
m PROPAiVIUUPiS
IMUMMV*
Clment Magloire
IOH VIRNA
1MI Hue Aanrieetf*,
IfVMBHO ^QcEXTIMfl
Quand un a pour soi uni cous-
oie tire hanijuille et un but
lgitime, un doit marcher d un
MM terme sur un soi liom-
blant. Y. HUGO
Quotidien
MMPROXi *>34i
17me ANNE N 5069
POM-AU-PRlNflE ( HATI )
JEUDI 2*2 NOVEMBRE 1923
lis taociaiis ftins h mixtes
de Port-au-Prince
Ile PARTIE
lUoe
iCest
I entreprise d'inslitulion rc-
aent rcente m'a beaucoup
ise Riciimond (Virginia).
la cration d'une Caisse
r_rgne pour les Enfants. Il y a
lieelions : l'Epargne perma-
e, l'Epargne Ils Vacances, et
irgne de Nol. La premire
llique toute seule; la seconde
aux dpositaires les valeurs
o t ai cumules pour frter
vacances scolaires ; la der-
| pour les tte? de tin d'anne,
i y reoit depuis un centime
Idpt. L'entant acquiert ainsi
^prcieuses habitudes de mode-
on tt de prvoyance,
"est la Soulhein Aid Society,
npagnie d'Assurance Noue qui
[imagin cela. Je leur ai dit (pie
essayer de leur gagner rpiel-
i petits clients h ni s
[Iras avons visit Lien d'autres
lisations mtressantus, eu-
me Walker ( qu'il ne faut
kconfoiiiJre avtc l'inventrice
kfcr .'i ili'suniliilri- qui visita
set ipn r>! nui: te depuis )
[nimis ;i noire disposition une
'"lueiise auto et une jiune tille
nous piloter par la ville.
Jlicru remarquer qu' Riche-
tod et Durhani dj la (] uoluie
'Nord K-s gens de couleur sont
beaux et plus affins que
lies autres villes de l'Union,
dame Williams reconnat qu'
am ils ont atteint en ellet
'trs huit degr de culture mais
i conteste aux Kichmondais le
i de beaut que je leur dcei -
. Mais le lait es>t que j'ai vu
* le quartier de couleur tout le
nanche aprs midi, des jeunes
du peuple dont presque lou-
etaimt jolies. Et c'est l l'ex-
Ption plutt que la rgle, en ce
iys.
l"ous nous rendmes ensuite
Peake toujours dans la Virginie
visiter
The Indistmial Home School
FOR GlRLS
Environ cent cinquante inter-
nes, toutes des rescapes des Tri-
bunaux y apprennent la morale et
le travail.
Cette uvre fonde par le Rich
moud Women's Club dans le but
de tenter la rforme djeunes tilles
justiciables due premire faute
contre la Loi, tait nagure main-
tenue par ces dames. Depuis l'E
tat en a assum la charge mais
c'est une ce ces dames qu'il eu a
confi la direction.
Madame fiarrett, la directrice
actuelle, a une personnalit qu'on
pourrait rsumer en trois mots:
vivacit, charme, distinction. A
sonjrad universitaire elle joint
un diplme de l'Ecole de Psycho-
logie Applique Applied Psyciio
logy .
Les lieux sont bien amnags
et entretenus mais je serais laisse
vis--vis de vous et insinore vis
vis de moi-mdme si je ne vous
disais que l'impression qui m'est
reste de tout ce que j'y ai obser-
v a t plutt pnible.
D'abord, un bataillon de 8 10
jeunes femmes velues de gros
pieu, pieds nus (oui, pieds nus)et
les cheveux hrisss a la porc-
pic reurent l'ordre de s'occu-
per de nos bagages.
il faut tans, semble t il, pour
effectuer leur rforme; et toutes,
sauf quelques-unes dites llonor
tiirls vont nu pieds et en bleu
Theodora HOLLY.
Membre hatien du Concile 1 /-
national du Congrs des
Femmes de couleur Washington
Ancienne sous Inspectrice des
Ecoles de Poe -au-! 'rince.
CONSEIL d'ETAT
L'Ws publions le Message du
Ky"' , Vpetl d'Etat exposant les raisons
Y*ont Jail convoquer ti'Conseil
r Session exivao'd maire :
Message
Au Conseil d'Ltat.
Maison National
Messieurs les Conseillers,
>ous te, dcids, comme le Pou
J*"1 Excutif, n'pargner aucun
*0rl utile pour raliser le program
*edu dveloppement conomique
Pays.
J* Programme fondamental corn
22? organisation scientitique et
[JS1 de notre agriculture, un en
Tfnment professionnel appropri
os bsioins.l'etablissem nt et l'en
2J*B dun bon systme d'irriga
,* roules et de moyens de trans
''"' ' Protection de nos popula
*"~ dans les rgions rurales,
2r0,;ei longtemps abandonees. -
V le# maladie! qui affaiblissent
leur vitalit, dtruisent leurs potlibi
lits de travail, et enlln, pour fai-
re face toutes ces obligation* qui
s imposent, l'accroi-sement, dans la
fuite mesure des forces contributi
ves de la Nation, des revenus du
Trsor Public.
Le Gouvernement vous a convo
qus, Messieurs, en Session Fxtraor
dinuire, pour tudier avec lui et ac
comptir ce que ce programme a d'ur
gent.
Uutre quelques dispositions de
caractre budgtaire, destines as
surer ou rgulariser le tervice cou
rant, il soumettra vos dlibValions
des projets de Lois relatifs :
lo la c lUStructl m du chemin de
Per de pntration qui doit relier
les plaines de l'Artibomle et du pla
teau central aux ports du Cap Hdi
tien, de 3t Marc ei. des Gonaives ;
2o aux criits, aux voies et me
yens et autres maires pressantes,
dans les limites du programme plus
haut expos ;
;>o a une organisation plus efficace
du recouvrement des impots divera
et du tarif domanial ;
to l'af meotalion du salavn ve
connu in suffisant, des Officiers de
l'Etat Civil ;
? 5o des mesures modiflcativei de
h Loi sur l'migration, de celles sur
les pensif es civiles, les brevets d'in
vention et les douants, ainsi que de
la lgislation communale.
Le Gouvernement el le Conseil
d'Etat, Messieurs, uni dans le me
me sentiment nergique du devoir
envers la Patrie profondment coni
oient i"de leur reap i habilit devant
l'Histoire, sauront poursuivie, avec
une calme fermet, une volont in
branlable. leur haute mission d u>
inrer a es paya, trop lo gtemps ex
ploil par les politieiena, ua avenir
de paix et de prosp rite.
- ) Louis b OR-NO
REPONSE DL COXSE1 D LTAT
Au Prsident d) la Rpublique
Monsieur le Prsident,
Le Conseil d'El il a l'honneur de
Vous accu er rception du Message
pu- lequel Vous lui avez aol lia l'ob
jet e la prsent-: Session cxlraordi
unira Lgislative.
.Noire exactitude rcpjnlre Vo
tre eonvoeilion, atieete notre ooas
tant srui i de Vous secon 1er dans la
ralisation de Vos h lura tses initiati
v m : c'e.-t Vous dire t] :e u >us cm
eeorerom I ai imea el i san< ti m
des Projets qui nous doivent tre
soumis une se, i,. w; ,! scrupuleuse
attention. Le simple en nc q i' in a
fait Votre Ve** i le
grand Intrt que a-, projets <:om
portent pour 11 prosprit matrielle
el morale du Pays.
fc)n tilet, d'importantes modifi
lions s'itnpo aient au Contrat de la
Compagnie Nationale des Chem:na
de l-'er d'Hati, pour n par r q e
do trac, sa proxi n.t avec le liilo
rai ne jnatifiail gure les onreu- -
obligations qui p u n t sur noefinen
ces, puisque l'induslrie du cabotage,
qu'il importe d protger, su li. aux
ncessites de communication entre
nos ports.
En pntrent vers nos campa
intrieures, la nouvelle foie ferre
aura ie double avantage d'aller cher
cher el mettre en valeoi es divers i
richesses de notre *ol et -o, s-so!, el
d'apporter ces rg o il trop lou^
temps dlaiss s les m dliplos avan
tages du progrs moderne.
D'autre part, l'imp rfecton du sys
tme .le recouvrement de nos divers
Impts et les rev nus domaniaux
laisse place des abus pr ju liciables :
une organisation pi ice de cet
imnortanl >eivi e angme tare en no
tebies proportions nos ie sources lis
c les.
De l les me- ir comme toutes
celle-qui tendront i leauri t la marche
rgulire et truclueose de l'Adminis
tretion pub ique, nous trouve ont
toi ours au Cou- il d'Etal pris
concourir avec le Poov il Excutif
l'uvre pressante de restauration et
de dveloppement pour la prosprit
nationale.
C'est dans ces sentimeuts que nous
Vous otl ons, Monsieur le Pisident,
la nouvelle assurance de notre en
ti<.r dvouement
S gn : Le Pisident,
J. M. G H NDOIT
Cenvbcatton
Les actionnaires de h Compagnie
Je Constr^elio 1 sont convoqu* en
Assemble gnrale extraordinaire
jeudi 22 novembre courant 4 heu-
res et demie de l'aprs-midi.
Port au Prince,!e 13 novemqre 1923
Le Prsident
E LAMOTHE
Par Cable
Nouvelles Etrana^res
reprise du ngociations
DUSSELDORF iO Les Dusse!-
dorfera de Narcbrichten annoneeut
que les ngociations entre la mission
conomique de eontrole franaise et
les i lufti-ietl allemands de la rUlhf
rep:en Iront jeudi, Quoiqu'il n'y ait
p3s de irmatioo oftioielle, des
personnes iiicu informes dise .tq.e
les iodustrieU uni fait deaouvertu
res p i u .t pi i d n g)cialions
I.. i nt persu idi de 1 ira t ice
da d ret d i g^nl i i).z U te inler
disant le tockout gn rai. Ils ont
au^si loi rense gne nents inquitants
sar l atli o 11 de leirs pi >pr m 0 i
vriers au caso t le^ franais se deci
diraient a ippli | i la a ISUM g
raie de conflic tt on, suri >ut aprs i
sai-: le ls line d'Sria. L stlil
de; ou rrie ib e sxa ; ima il
i v n faite
par le chef de 1 i io l'eAssocia
l ,<: -i- Sites ira *ii -e d ci
i|, il a ; n Ire p use '
n ch N hs ai iilo
,i, ienl i o n irs de
S rv ,-, i .... I
I i . travailler .
QuiDlrillioas de marks
BERLIN- Les presses de billets
al'entnlsont ajout deux quintrii
1 ons de mark i e.i chiffres ronds
i m .n taie d : pays pour ta semiiue
terni n e te 31 i
Trois classe* .t[j> 15es sous
les drapeaux." Dne lerme
dclarai in de i. Juspni*
i; Jas prpara ifs ont c > a a in i a t
\ i d ua .i-^.i^i s m- les dr ipe&ux
dei u 1919, ItfiO, 19it. ua
co.npte q ie l'une d'elles sera convo
qie ii seamment. Les membres
socialistes de ta ohambre dee dpu
ts dclarent qje les provocations
allemi les o it intotrablea et que
les le.- leri vne tents survenus
e i \ uagne onl m i itr que la d
m 'atia avait lad faillite, l. ' Mp ur
;1 fail sa l I irati >" 11 ch i nbre
ur la p ditique tran |re du gou
tei ne nent
Le ministre a donne, plusleu -
reprises, des d mentis fo mois aux
u >oe dio i- p i mire c gouver
nement. ue gouvernement, a t-il
ajout', a observ une t.iele neutrj
Li doue les mouvements sparetis
tes en Rhnan te. Son reprsentant,
Aix la Chapelle, n'a jamais obi aux
iujonctiou- U'un gouvernement tran
ger. La Belgique n'el sous le joug
ou la tutelle ni de la France ni ds
1 \ngl lerr* en ce q concerne le
sparatisme. La politique du gouver
nement bel^e est de re=ki neutre et
d'attendre que les personnalits ou
les organisations exprimenl la voion
t du pays.L i iiee Je la proposition
d'une co nmi-M >n n'einju te d ex
pe U a t un grand dsappointe
ment pour la Belgique qui esprait
qu'une telle cjm.uis.sioo eut t con
vaincue que les qie>tio:is des rpara
tions et des dettes interallies taient
indissolublement lies .
M Jaspar d dclar avec nergie
au milieu des applaudissements de
la chambre, que la Belgique devait
recevoir le paiement complet des r
parutions. U a ajout que l'occupa
tion de la Ruhr avait t un logeai t
que li les i louaient, la
,.-.. et la B ml leamo
ni de : i ra c hrh magneil aile
manda.
lch ige d'un discours Je
I de la eham
i, verture qu'il avait re
i t.- m-, de i ifn b ' du dis
( '. Poioear eu
a la d on de M. Bal
.!- communes.
t. i a t i iM ;\ mains le
ve .
i i > un : eertaio que
I | la c ise actuelle,
)D q -'e rl peu 1 euthou
ne qui ve era
pch i que le gou
\ i sis n'est pas prt a
m ace il ion a trs plus
il ii iS n ', |S| la
i 11 lAnitive du
' t ! ira, indique
videm 'I ne |> ail
i Lo a h' i. Le
i i comit ''
retti, au i I tires p iliti
q i tran
gres, j.ieie. k imprins renonait
au i; m pi ua ..... it a gale nent
' l'assu ie le g juverne
m i* illemiod ne t < rerait, en au
. ii retour le l'an
cien empereur G liilaume en Ahema

u i.--1 leun cou
rglaient
i i I IIjiien/.ol
il q i il n y a! ien de plus
' uier au gouverne
m Uriner lor
i inces Ceel le
i i uv irnem ut Iran
i,fais : i i er .< question dessanr.
lions do celle de .a notification
l'Ail m ; .e pour assurer le contr-
le militaire interalli, qui a rendu
un i d pou bte sur cette que--
t. i, m i. ii n'y i rien de dfinitif
dans i l pu! que la France
e r I i le eu
o le g ien) uiemaad n'a
surerail pas la scurit de la miaaion
. la re,
louvelles Diverties
MUN Le m k inteotemeat de
v i :v i l'gard du a luverne
il, va an augmentant et
II |i ir te p i rle du dictt >ui i dclar
que la Ba u t aa politique iu
.i an essayant de co
0 .v c Berlin quand ce serait
.'. B,
il.'esleiu, prsident
del i. ibbank, es-mort.
ROME Le roi Alphonse et la ni
ne Victoria ont pass la journe a
rlaiter i. s lieux historiques de Ko-
iir L s s luverains e^p.iguols oui d
j une au Q lirinal.
LO.SOI La mis-ion des dix
hommes d'uilaires ..aglais, connue
sous le nom de miuion Baldwiu,
vient dj revenir de ItuHsie avec un
rapport trs optimiste sur la situa
tion dans ce pays. Les membres da
la misioii peu--ut q ic le gouverne
meut de Moscou pourra leconnaltra
les ancienne de te- de la Russie
q'und le dveloppera-nt du paya
aura t assur.
WASHINGTON Les fopetionuai


.*-. -
El$Li! Jli / !0 ' ^i.netqu. rons crbu.1 .JuSc..
2 fi , i '\ |rfh-,,"e ,ien, q"1 'tant p.. ho. orao-e-
00) M; c.on'U^f g *: meal g.g-.er l*ur *,>!' contre
units el du personn,.1 de la manne ont pitin leur enta ,ce et ruin leur
affectt au service <1 la prohibition
et autres erditt I eeeeotree, on cons
talc que plus de 40.000.000 vont
lire demand* au congrs pour l4ap
p atiou de l prohibition et le sur
te Knce du tratic des narcuuquea.
Les cours
PaRIS 21 Dotttr LT.M
Livre 80. i6
NEW YORK 21-France 18 oi
Sterling 4 ;i92j
Allaire dite
des Trsors
Dix huitime
audience
9 NOVEMBRE
Les Dbats Gnraux
(Suite)
Pro-prr prlei d que puisqu'il y e
eu un accord,cel oecoiddoil lui lrn
prtante ; au cet contraire, il n'a
rien escroqu il Mural Ibrnudoil ,
et il ?e cr< il i h ibi e. Mai*, i ri l
voor de qui l'i ccord a -i! l' *igi ''
Il na | ou fftil l'tre qu'en faveji de
Proai er pour qi ' n 'i- r fus de
la pari de Mural Bi i doite, il lui
Jul i fj >"!'. t.i I iiri -.1 i, | eul se
t-. i\i i qu' n 11 11 s.-et-sion de Prua
pm. lu relie, esl que ce* habiles
escrocs ' i i un ii i -se ir de
lenra eecroqoerie .' Unl-ils jamais
donne recoouei snoce 5 Cela ne I
arriv qu'uni* foie, c'est lorsque,
pour ravoir Beivin qui tait (ta de
en otage. Aux Cayes, le Do .leur
Blanchard* l'exige ile Davis. Parmi
le pice? du do.-sicr. vous verrez,
Magistrat, une lettre dan? laquelle
1 un des prvenus conseille aux au*
avenir. Ah Ntagis rat \i vous en
conjura, nu n un le Dieu, tmoin
^e 11 Vert an nom *e*r de la
bonn fui, ay i piti de ce* malheu-
leux e fi ta Jig r s d'an mei leur
s > >.
Magistrat, une rparation est n
cessaie et c'est ce que nous venoaa
deinnaJu" au Tr buud. Nuis savons
que le mtier de Jug est ii'ficile et
tous les pailea qu ne ont rien
cli l eux e' qui viennent par totli
le mo\ M perioeilm de pool r qu'en Haiti
il-* peu.ent m n,ii-Ure Loua le-d-
lit* i.i con liiio i il avoir de l'arg ni
pour n teier ; u oi lience de jug-te.
Certaines pi c s du dossier von-, di-
ront, Migidr , que ceux que vous
jugez aujourd'hui ont eu la vellit
d p.-u,.m ains VI lis quelque s>it la
lourdeur de vitre reaponnabilit, j'ai
nne ab- lue confiance, parce -pi je
Si-, qu'en vous il y a un fond
d'i i u'i l.j que rie i na peut cor-
romp Oui, voire responsabilit
est loin de dins l'affaire des trsor*,
mais quoi qu'il en soit, vn:s inflige.
rez la puDllintr qu'indique la Loi a
ces ignoble* chev;i'i-rs l'indu trie
q'ii <>nt min de- f milles en soi le-
vant dans les ft ns ri ives la atuai-
de pi siun le 11 cupidit.
(Fin ilu discours d Me V'rick
Durivier fils, )
Demain plaidoirie de Me F.
Fiambois.
trs associs $ n e Ion les faiil
qui [cuvent leur tie r< pn elles par-
e qu'ils D'oui promis laiss de pa
ier en posai n di leun vitl
ela *Ott donnera nue ide eaacle
du ivslme de dngation dan* le-
quel ils sont n lis durant 1 i dbals
particuliers.
Les prvenu- De -rrni< nt pas des
esc poser ue oonlenaienl les l men's
du dlit d'TM roqu i ie. 'ibord, n y
avez i lis | ;i- u; \>> maiuvni
frauduleiiMs ; le PO g de Prop r
pour faire rintlie l' foi tune, le col de jarre enfoui dans
la teire pour faire croire lexis-
terne d'un trsor, ensuite le fait de
ee faire remettre des valeurs pour
lr- brles et qui ne l'ont pas t
relbment, enfin le dtournement
da aM mmes valeurs au prtjudice
de Mm >t Bernadotte.
.Magistrat, noi a ne connais-ons
pas de plus bellfs piol'es-ions ron n e
cellr daea*. Si Ion y gOi le lOOtta
laaiooiaiaae*a. si Ion s monte imi-
te la aemnia ds u oliui de* plue
aobtilee juaqu'aui pljs foi tes, l'on
connat IUMI parfo I le- In uns \ i-
rib'es. .Nous aotnmea j- um s. t de-
puis louvei lire des di-bala pailnu-
lieis. Us vnrable* iMAthuealrniB
de la DfeRte n'oit cis* de nous le
rpter, tt l'un de < 11 vurablfo
llalbusalem! un phbe enrore
prrsqu'imbeibe. a Dne parl de la
pliade de jeUDOk de la | Bit e civile.
PLEIDB, le m. I \ ; gialrat, el
flatltur pour nous. Kl bit n Mhlg
eatte Jaooeaae, malgr cetU eatrn e
jeunesee mme, si on le vi ut .le Pau-
tr; ct, m n avoni *o venirI n< na
l'une des nialheuieisi s viciin es de
la .Main Noire" el l, don* le si h n
e de notre cabinet comme a un
confessionnal, les lai mes aux y ux
et des lOOglotl pleine la voiv. el'e
nous a fait te rVcil de sa teriible ^i
tuation. Son mari BOil d iliajjrn.
i : uiiunis ruins el paifoia >ani
pain, leur arci rom| ron i. x i n
aire !' ?aeil reoron
nir d'une si ;
me semble, ici, enlei
tamises par le \> ie. monlei sen
ious comme leutel de lcm i.l
Dieu, des voix raille- d'enfants,
des veix reille de petit* garyoD
HM limite
Au Srr-Cirur Lee traitant
d'eiubellis-emciit Ja cetteK^lise mar-
chent il-- / ClIVe-Il "t I .ivll'seilt
la n |u 11 er i de cel li'.ice.
Au Co ' t' cane ionn deux procs-eibaui en
Conseil. Il a tj anautte donn
lecture d1 n tlgramme annonant
la moil de Mousi-'iir Dg amont,
ancien Dpot, Monaieur 11 nri
Chair et, l'un des membr s .le la
Commi-si -u spci il cli uge de r-
pondre au tvteseage l'rfgidantial a
fait pari I* xss'-ohl'-e du cordial
accueil iloiil a t l'objet au
.N il on il le Membres de la
mies ion.
A iW.hrjfcht. On constate are*
plaisir que les travaux ont reprie
1 Archevch de P-.rtau Prince.
Des ciivri is travaillent activement
l'tage suprieur.
Parinann, Les cliente le P*ri
sinna ai""cndroit av c ple*air que
l'appareil da projection a t rem
plac (> t un rntran franais qui
proj'it un- lumire meiveilleuse.
Va'iii. t-'esl ce soir que la
troupe Ri tan y donne-a reorsarj ta-
lion Varits. Entre g.rrale :
Une gourde.
'alaii
Corn
UR'MATW
Hccessit de la Socit
In lush'ii-lie Hatliennd
Sous co titr.3, kfr Lotti 1 L.t
venture vi^nt de taire paratre
l'Irn irimerie lifiriqnil, une iiit
res.-ante broe'iure o il expose ses
vues sur Ip dvrLtppetnenl qu'il
co iri ndr.iit le dooQer ce pays,
alin .It'l'ure face a lci-p qui rend
la vh Ratiuuals d3^p'us eu plus
pr.'caire.
Pour y parvenir* l'auteur pr*
coirise la cration dune u iiti in-
dustrielle liatit-nri au capital de
leux millions de ollars tleitcso-
cil, dit Mi Lavi uujre, si appe-
le relaire i otr ment le; parce
qu'elle ipportera un coi ouramu
tu I entre tous; Ile nou-* apprii"
lii.i dfendie n * iutrta en
commun; ille 1er dis irai ire le
Moi qui a une ten .inoe rapetis-
er toutes ides larges, leves,
grau les el foi tes ; e!le mettra en
vidence toutes les opinions sans
nuire la commun ut de.s int-
rts .
Comme on le voit la brochure
de Monsieur Laventure est un
eXte de toi d ins le relvement de
la ua ion haiiie me par le dvelop-
pement des in (usines de toutes
soi tes.
*>ussi nous en conseillons vi-
vement la lecture tous ceux
qu'mtress! I? devenir du peuple
hatien, et souhaitons la gn-
reuse et belle initiative de ..iOii-
sieur Loni 1 is Laventurjunplein
et entier succs.
A prop is Jm Titres B
O i noui si^n le i i m dheur -u-
reus:; situ itiun des F ir -s >l ta
I) u lui >n Mie; irie U N >s r u
s.-i_r leai -iii.s nous penn ttent, en
ell'i, e reoo u litre qu I lis jr il
|r i,.i> .: > ni 14 itio i> qui r.'pre-
s-nient c k3 111 't la seule r s-
s ur ; r ervj I i p.'iite ,i irgoe
b utienne
Devant un pareil fut, il y a lieu
d'attirer ('attention d s pouvoirs
sur tes ao eus a aipjrerppur
d muer C*s t iV;s h. vil nir q\i'-
le devraient avoir r^ultremeut
SUT le mirch- Ausm, nous nous
Snopress ms d ; suggrer au jou-
vems n ni l'efriver r i eul nt i
sur le h 1 qui pe mettrait le-
mis-i i dliu.tiv; de c s litr saiar
il est ce tain qu les litres dfi il
tifs seraient ei-'S un taux rai
s Minable qui d mnerait aux LntV
reess b*s ro ye i"5 ie les raliser
sans ces sacrifices scandaleux
qu'il s>mf obligs de subir au
t uix i ni I
i)a r >etei cett-j i testion tant
d i il rt gnral, nous y revien-
drons.
Une bonne initiative du
Dpartement de l'Intrieur
La Secrtairerie d'F.tat de I Int-
rieur nous a envoy me co.de lu
Message de Soi Excellen e le Pr-
sideitda li It pub iq n- que nou;
pubbon* aujourd hiii al une came
I li Dcl iration du Cabinet qui a
dj para dan- notre diti m de jeudi
di roier.
Li Secretdrerie IKtU rieur nous a annonc en mne le i pa
que le fournira la Pns-e t.i.is ren-
*etflnemapl* u'ilea el opeonuai re
l.fs Pa ilminUlrat on pudique.
< etlf lieureu-* erganiediou aura,
aouliai uns ie, ponrelf t de |.,ira|y-
aerPaetiou des informations inexac-
tes.
^*M-*U~ '- ,
Le club du F iu!ioun|
A PARIS
L^ club 4a Faubra'g d>nt le dires
tsur est l'en-rglqie LiPoldi l* m-
tea* prelijieu't da PoaOJl al un
grm 1 liluu d'.des.
Le non le notre petite R 'publique
Il .i i y -.i u u ei 60 .uu parce pie
d e t o .n i s u dti is eutr'autres
Louis ai Dit Pierre Uj.t-.a .viorne u
y lut pruno i de* C inf renes *ur 11
q ie-n nuire et pria p>r au\.lbts
Ijjjiui'o intresseats in Kaabou g.
.*
4 mu
S.-iinte-Ccile
Aujonrluii est la Sle-i rin, pi-
tronne dee moaieiens, Llle vcut
sou Alexandre Svre
I ans |ea pays o U musique est
cult've eur une la ge eb Ile, ou
fteavee entrain U vierge romaine
dont la vie fut exemplaire.
W m (Iode et Tanin)
(lod
A to fois Tonique et Dpuratif.
Anmie Faiblesse gnrait
Croissance des Enfants
Glandes-Scrofule
Formation dss Jennes Filles
Maladies de Poitrine
ITnnm*"tm,remplace avantageusement
i HUILE d; FOIE de MORUE
I ___ ^
T. COMAW H! C1 -PARIS T TOUTH -hiumici
Parisiana
Jeudi
Suite de
L'Aiglonne
3e, et 4e Episodes
Pour tuer l'mpereur
a
Le regfd de LaiyU
Eatre gnrale : I gourde
Ln Corp iration les Ouvriers
Cordonniers Hailient).
iVj/N p iblionali U I n i u inleen
as-i < i'1 i ' "V r i' wi des Our
vi >r$ l Ut /1 i tir c >i trs
n- I c / t OU lu dt as les
, ' i n ; i i is j isles qM solUaient
nuire a len'iun.
Port vi Prince le 20 Novembr.l9U
Monsieur Ie Directeur,
Vous av :'. If! lire, d in* le quoti-
dien "La PtatO du Lundi dernier, a
lettre ojvarie de. la Cor^oratim de*
Cordonnire Hatiens s. Excellence
Sir Lu lis Bornoet Son Cou ed de
Scrtiires 1 iu rehtiveuaol U
qu-i^ti >n dMinportoHon de chausau
res.Gn raisin h MB itrl Ba rivit
j)iiie U milhearauea lUnotioa qui
est l'aie la Cor I mnerie Hatienne,
la C r oia io i al hounjur de sollici
ter l1nterention de votre intres
sant J>urnii pour arrter l'envahis
ami'it du payi de chaussures tran
grea.
Les Cordonniers aiment croire
qie. oi{ii>; le dfense soeUle. vous
ne le ir u ir h in leru pas voire pr
eieus coeoira en U ci-oisiance.
2 E i ail-iii I uit, da:gnez agrer, Mon
sieur le Di ecteur, au nom de tous
le^ COrdooniera, l hommage de notre
profond dVoQffleoti
La Corporation des ] Cordonniers
Hatiens.
Le Prsident
E. C\MIELE
Cin Calants
CF. SOIK
Culffoiuiir de Paris
lin Bq s PiUtsi bls
C>MIQ(IE
JUUHNA.L
l FRUNEAU
w-B!tnllDie :lil
FfiJNEAU. 63. B- St-Mtnh.. P.rn (, ,.$ f>*<
Les cranciers lu si-ur Th. Biaise,
demeurant en celte ville, failli, s.mt
lu rit sa ?e rendre eu personne ou
par un fonj-de-pouvoiri c vendre-
di vingt ei un Dcs ubre prochain
deu\ heures I. l'aprs- m li da I la
cli.nnbie du Con ail premire m-ianc da ea ressort pro-
ie nui i, sea attributions commif"
ciales aux lius de l article 475 du
Co le de commet ce.
Pc liai ve, b- 8 N yembre |!I23.
I e Greflier.
Jh l\DOUCEUR.
i&AURlCt fcTlWKt Fil
Marchandises irawalaea
iiiijlr des rues du Mai|,isiu
de l'tat et des fronts-Forts
Une belle journe sportive
L'U S.S.II. organise dimanche
une belli juirn sportive. A trois
lie ras prciaef, sera donn le si-
go il d d eut de la Coures de bi-
cy ittttsPic Leconte Meriani-Paro
Leon te. Vi gt-et-nn coureurs pre-
enl part celte preuve. Le con-
toi- m im a--ur' par un comit et
la police as-miera la circulation et le
n aintien de l'ordie sur la voie pu-
blique.
A celle mAme heure' era disput
un uiai.hd Fo t-bill entre Jrmie
ri FI-Mmic Cfiie partis de ces deux
qi.ipf* -le la G d'il c mplera dans
le liain'io- ( ntiorial militaire.
OFFI IELS :
Starter : Constantin HVnriquez
Juges \'ai iani : Georges da Leapi-
neses. Reyrnour Pradal, Orwald
Frandt.
J ge a l'arrive William, Louij
Soi av. Jo e, h Cassagnol.
Contoleuia : Em. B. Armand, Jo
aeph Alber ini, Armand Mslldi
cb Pierre Anselme, Andr 1
Or Flix Coi
Mdecine chirurgie
Spcialiste des affections dos !att sn
Lda m el des treilles
\ 1 honneur d'iufurmer a bienv
lanl clientle que devant s'ab-e '
de la C pitale environ une quinze
i'e jours charge Mr le Dr Prie* M
de 1. dirctiou -le son cabinet
-on labets oiae.
La Petite
1637 Rue du Cenlre
'Annonce sa bienveilii
clientle qu'elle vient de rece-
par le dernier rraiiais*
i-jantes chaussures pour m
Krnd choix de souliers pour
fants, chaussettes, chapeauL
tmes pour entants, basd;
qualit trs rec-tiiinandee^11
lier cri de b Mode, mnM*
varies, bel.es dentelles Cluny,
let m^che, broderie?, rubans,
fumerie, objets rebgieus, '
ques jolies coupes de soinsMJJ
lnon, toile nationale, toile pur
bouquets g iruitures et voiles
maries, etc. etc. etc. ta S|
chaussures de bbs.
?OUeU choix ^ ^ ^
Elle attire aussi ljftyW
ses nombreuses et fidlesrelies
d'avoir s'inscrire 1 avanw D
leurs commandes de lingerie
robes lingerie costumat gs^-
nets, etc. etc. Spcialits de J^
son alin de pouvoir en assurer
bvraison la fin de l anne-
Prix trs modres
Cordonnerie]
EmoatCamiUe
Fabricant de chauuur*
en tout genre
Matriaux suprieurs
Soins proinptitJjr ^k
GraodltueprslaloteA
L;i miisou porte la conm-.
ttocc du public qiif7 *^
but de faciliter et d encouui
ses nombreux clients ~ ^
corde partir du 1er ,
1923 une prune Je une g
chaussures au choix tout S
leur de vingt tickets.
tin consequiii e- o ,*
de rclamer un reu pour tserp
achat au coinplanL ^ |
A la ijoiiscieiioe l,:
devise de la maison
s
.MM ***%&. dupl
soussign le ueci
devant en tre obtenu. |f0
Port su Prince 0>0TaL


tliMMlK
Parecurcz avec vcspuens k K?Io^ frcs foi ne vcos aoutent rien
ipneiii ne srm( pat ,ous ,eg m
If M a qui durent p|us |onq.
rendent un meilleur service et
Wonp plus loin.
|f i doiinem ces rsultats s0,
mi fiood Tear.
lin! il ";* coife p|us ^aflhi.
feus fiood r,.ai. qiled'achetep
h* marques inconnues
pllrcs Si,|,,,|,sfll. ni'alrss que
vous parcourez .>ee les pneus GoodJ
ve;ir, ne vous roulent rellement rien.
Dans le Ronde ntier noanrnup plus
le gens M servent le GootITear que
d'aucune autre marque
Celle pilriTiiee marque, est sans
mil dente la preuve qu'en reconnat ls
upriorit de leur qualit el leur ha-
bilet habituelle rendre un servies
a lis faisant sous I uites les conditions.
The VTest IndiesTrudi
_______ Portait Prlnte, ef Gonahe*
c Bazar Halien
un
RMtlwsrt. JHsbmhom.CnmBar
0 il


WOOl
Alt II
nr Hailien <> seront vendus des curiosits el
du pays, s'ouvrira Samedi.
ouvera non-seulement des souvenir8,maia beau*
tcles pouvant servir de cadeaux pour !.. fin de
isde trs bon <|ot el dans la note modems.
il du jjrand wharf...
estpeirt en jaune el bleue.
piarmacie Centrale
jons l'honneur d'amiocer au public et nos cli-
fwu avons chang de local et que depuis le 1er
* nous avons ouvert notre tablissement, plus
J* mieux amnag,
ct du bureau postal
Grand Hue numro 1712
ons qu'en m.'me temps, nous avous augment nos stock et
m nouveaux rayons notre pharmacie. Mous sommes en me-
r jamais, de servir notre clientle avec promptitude et aux
' aisonuables, en fournissant dis mdicannnt et des bpciali-
pn qualits el le meilleures sortes d'article* de toilettes.
'qui excutent les prescriptions s..il dei homme Je Ion
'i de capacit reconnue.
Mot servis toutes les heures du jour et de la nuit.
* Parlons franais, anglais, allemand 4 espagnol.
Pour gurir ou viter i
MIORAINCS CONSTIPATION
CONOESTIONS-CTOURDISBKMCNTS
EMBARRAS OASTRIOUt
IL SUFFIT de prendre
. l'un de vos repu
tout IM lui Jour* Mul.mciit
une Pilule du Dr Denaut
147, rue du Faub* 8t-0enis. Paris
Mais il lam exiger les vritables
qni sont tont fait blanches
t sur chacune d*squ*llM Kt mots
DEHAUT A PARIS
ont tr
imeim.nt Imprims on noir
Panama Railroad
Steauiship Liue
Port-au-Prince, Hati, le A No-
vembre 1U23.
BULLETIN vo 338
Le S/S cGenl. 0. II. Brest
est attendu Port-au-Prince ve-
nant de New-York \i les Ports
du Nord Mardi 27 Nov. i'd.
avec :
115 Sacs de Lettres
7 Passagers
et partir.! le marne jour pour Cris*
tobal, Canal Zone vii les Ports du
Sud.
O.B. THOMPSON,
Agent General,
Mon Shoe Polis h
Company lue.
Piew-Hork
St vous voulez protger lu peau Je vos *.?ttw-
>. vaut vouif. avoir un brtUmi huuanttt durait
3 vous voulez la coulew et la wiittm c*
tbauuurst pendant ionpuiNn, ew-oyet, ^ u wtatvm*
UQbQli/Uk,
h abdique spictjtemenipmr .ef dunes et le*gentlemen du in/e _
t-tle protioe la penu des cttaussures contre l'bumidtti et la ib.i-.eur.
Mlle ^entretient leur sou'esse et conserve leur brillant.
Demande^ la tut que MONOGR4M c t la meilleur de toutes l* mnnjuH
Geo. JE iN&Ettt Ayeut pour Hait*
I
des
Mondi s
jj*jliiiversit Paru
l*tK. A LIVRAISON
V* Novembre
1923
JJ.( K6U-1M71 )
RHAUSSON ville
PRIX DE LAPONNEMENf
I'. de Lamennais
VkUJC l/rnir-l ^Ouestion des navires Je sur
Les Acadmies de Province
C-M. Savarit
Etsviie Littraire. -- Ln Bourgeois
de Louis Philippe
Andr BeaumeH
("Acadmie lr'inraT>e Chronique de la Quiozaioe.- IIis-
[Pays du Levant.'- Le loife Politiaue Ren Pino.v.
T^ALxandre. fan)
. Maurice Bahhes
".Acadmie franaise
jours du jrrad duc
* L Abdication
?* Olga PoiTIATIXE
J}?1'Amrique : Ai-
4 Uruguay I.
jLi.Jtor "AUDRILLART
rjAcadmie franaise
iront. Dernire par-
L. Edith Wharton
eiJ-o de St-Victor
j Louis Barthou
t: Aeadinie tranaise
Ft-Victor.-. I.
Le soulign duiine avis au public
avoir perdu lo rcpiss au .No 78i
de la Coniniisriu,! l'^quiie l'levant
la somme de quarante deux gour
des [ 42 gourdts. ;
En cuii-m-|u> ,m e il le dclare nul,
duplicata devant lui en tre dlivr.
i ertau Princi. i- it NovemJ re {'ia
B. BEHTUuL'MtfiUS
;
l'a an Sis trois
Pins
Seine SeioeetOise 80 Ir
Dcaartementi et
Colonie franaises 86 44 tr
41 '
Tro's mou
11 Ir jo
3t 1rs
II
Elrang.-r 98 ir jo 6
Lc> abonnements parient J 1 im ei du 1 s
chaque mois.
Numro : 4 tr so
" AVIS
Le souigign annonce nu public et
au commerce que \le Louis A'ig Gml
laume svocat, a la procuration gn
raie de toutet me* affaire peudaotSS
dt-v.,nt la C. D. R.
Grande Itivire du .Nord, le 16 ao
membre 123
H. MO.NPOIN'T
Remerctmen s
Mrel Mme Oewtld Brandi t leun
entaali, Ht t ne Jean dt Vende
gies cl inu> .ni ,1,1-, v f el Mina
Jules Loicq, Mtlles nna elJulia
Barlhe, les autr pereuta et alite,
remercient 1 i unis tant des Depar
temeiils que culicieinent tfr le l'i.-idenl de la
Rpublique et Mme Buroo, les Fr-
res de M Louis de Gon/ague, les Re
ligieu>e8 de Si Joseph ue Cluoy
qui leur ont donn des marque* de
yuapattiie l'ocidsiou de la mort
de v nie Jules Itailhe, ne udr,
leur rgr.ttee mre, grand 'mre et
beile-mie, enleve | eur alleclion
le ti ( clobre deiuier.

Pour faire de la pla-
ce aux nombreuses
| et jolies marchan-
dises arrives de
France, la maison
PAUL E. AUX1LA
Liquide un lot de Chaussures pour (James 1()
gourdes la paire.
Un lot le Chemise* couleurs pour homme* 65
Un lot de Chapeaux de paille pour hommes c 5
Vevrx fui a votre choix et profit**
de ce solde, il n'y a que pou~
quelques jours.
-ai
VERMOUTH CINZASO chez i. de Harais
i


iBj*Am
GYRA

pour'Ses Mina :nixvios <2o la ffcmrno
i
I*
La OWLDOST. est r.1llsrpnqi:*
Idal pour 1* voyg. Rie s preuila tu
compila* stabies et Homognes. Cha-
que dose jets dans deux litres d'eatt
nous donne la solution parfum* qu* la
Parisienne a adopte pfrr U3 soins ri-
tuels de sa persormo.
uov
sept-ou
mtcroolelde,
IhiTTlKjU'.
mine Mit.-
uute iimme soucieuse
I '< - /
7/*%<** /
^*^:. :.:
l'an!' -:'......
i
1 SiHf> .n-Mif1
il'AALDOBE es-, on tfttdtfl entl- f-^,-------___V ' ""
m, non cOT-oque. o*iwn.;.' ... ._ .... ^ : .....' S
ileide. base de Sjoltsan. r. de ertexvmOJvyl^n* e; utiVim.pnttwuMntiiot'pu \ 'V* Il /
Iuosm aeecttoM de son bysieae. s \ I / . /
W

I

...
Vaillant llcu.t Agt-U Le Malin
homUleir Aril 1907
Abonnement*
Pneus & Tubes
Port-nuPrince
Dpartements
Etranger
UN MO
CuitrdM 2 Pi
1.1:
Elles sont hereuses
etenbonn sant
Vous Devriez l'Etre Aussi'
Un grand nombre de maladies de: Jemraes n'entrent
dans le domaine de la chiiurgie. La chirurgie ne peatriss)
changer de place ni dplacer les organes-du meiai dm ssl
semblable n'a t" fait jusqu' maintenant.
Un petit mcanisme d'une pendule peut desserrer et Isl
pendule avance ou retarde. Si le mcanisme n'est pan
ItSnis en place de suite il peut tomber et causer des i
mages srieux. C'est exactement la mme chose ne
les maladies des femmes; elles commencent d'un ries matl
si l'on ne prts attention elies produisent des linutieajl
srieuses.
Aussitt que les premiers sv mptornes apparaissent prei
la Composition Vgtais d-* Lydia t.. Pinkhaa sosi|
julagcr le malaise et poi.r viter qu'il ne dgnre ta ssl
maladie plus srieuse.
Hutnacao, Puerto Uieo.~"J'i pris '- -]:- nYlilartil
le souffrais depuis ongtemos. J'tais toujours isttfQfcttl
j avais constamment des douleurs. L'ut ami de mansnl
biMt ubter.a des su'.tatu xcellerits avec votre Cm potisai
m. ru g rnf. va..: .jfak-nitht bnfici par mbi
01 'e me suis dfile de l'essayer. Je recommandew_
a-nent toutes mes amies. Je iui doit rns itotii
u chants ies louanges thau/ao jour."ZoKaIDa Lu*
humacao, Jr'uerto Rico
Plusieurs lotwea stmilt^e prouvent les Ttrttet 4e le I
Composition \fegetalij
de Lydia E. PinkhamJ
1 .
l.*iiiv.',B ruoicme eo. cvnm.mas*. u.s..

fcV"________V.
.irsETSsa
Pneu
0x3
HoiM 1 *
SnB |,|
11x4
W4
Mx4
Hi4
34x4
Wt4 l,t
4x4 M
Ht 8,1
F a brie
Cord
,0
11,fto
l*
18
14 er^nsl
10 Extra
U
m
M
m
9e
3o
Bote P*tali: IIS
lliphon 242
Bureau: Bue Amricaine; 13.riS
Royal Caf
is
Tubes
_______________ En face de la Banque NatM
PropriUir : Annaciue INNOCENT
PfUll Sllsi^ft Ce nouvel tablissement se recommande par M
' HUI L7slllfj3 irprochable, des conommations de prenatrea
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirig par du
innels de mand mrite.
Installation parlaite. Prix moddrdt^
AVOCAT
RecoDvrinents Commerciaui,
affaires l'Etruger.
Tube
Rouge
toi
8018
1x4
srlld
Jtx4
4X4
S4x4
34x4
N. B. C'et la qualit et le prix qui causant.
ifl
II
1,1
G l.lo
M
,
S no
S oo
4on
4oo
Correapondanta Waahiaf
to, New-York, Berlin,
Turin. Londres, Paria.
17 HueRfHMttl7,Port;m'Prinm
ltfyhon 697
osSa
LPREETZMaNN-aGGERHOLM
Rue du Quai.
La Guinauda
GRAND'RUE
Shon and Lunch Room.Opon Prorn
A I. M. L'ntil 9 P. M. krory day.
Grand Hfei de Frai
Angle dea Rues Bonne-Fol et du Quai
V*>"t dp r^cfvo r :
Pat de foie iras truffer Civet de livre. Andouil
l^ntillps. Andouilles au saindoux. Jambon en boitr
chois l'huile.- Sardines Manjuereaux. Thon.
Petits poi? fins extra. Boudins, Ptc. .
Vin Rouge, le gallon G. 4.50. Vin Blanc, le galion
L'Htel dbiie pnr barriqueetq^
d? Vin de Bordeaux et de
pifl.tpo
Cuisina sxcsllsnts. -Chambras conforlabli
sur la mer.
- Ma|n
SS?*-aHPje-5-
1 m
Hautes Nouveauts Europeuues
CHEZ ANTOINEM.TALAMAS
Fropos d'une dame coquette.
Jeune flttVi qui ptM, n'ollez nulle part inon chez into ne M, Talama.
Allez chez lut i vous voulez d* la finelri,
Allez chez lui si vou% v tulvx d** article* de premier choix'. ^
Allez chez lui, parce que 8 ma chandises sont de toute beaut, ne provenant
vieux toch t de djob ni de second c\
Allez ch z Antoine TALAMS parce quil -c?;l consciencieux: et v*nd meilleur w
partom.
AlUs clitz lui parce que tien he vas fera d f tut.
lou ne trouverez ritn de merveilleux ailleurs,
lUz, allez viU au coquet b*ar d'Atoiii M TrfWW el ***** gugnerez beaucoup
ItOi
LU


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM