<%BANNER%>







PAGE 1

U\\ .TIN Affaire dite *dcsTr£sors Di&huitime 9 NOVEMBRE Les Dliais Gnraux ( Suite; le Urick Lu\i\ier fils M g -ii tro li nor. Il i il ion d* vo( ; i. i i pnrl !; ,.,, CO i ta v( c i*idi %  doul | %  I) ill I.,. -a i rdoi • D '] • %  "'' VOUI %  i •• | ' 1 1 • voit la i ii M 1 '' . r II fi ul inoo entir I I ],, ,i taul obtenir un cerl lii al d'honntet pour • • Dieu mon i ce i ible n ••-• chu au ui qu' IU* la Di : de tali n nihlli ils O'ODI ii l< laits une foi* qu uu rayo i I iaillu '• d'un pasib a c i iven C lui quj w • r. prt i %  i M. H ban uoindi I : tt s %  •• u pat terrent anctres, rcite qui bit on leur a toujours d fuyant Je la i il re vc.iie dei Bicl.iV enfouirent oui len I i leur a m*m parl len lois ; i roademen v u.i i q il %  l 0 que bOUe 1 i' bl.i extraire. D ma un t 1 Ut J | il Lail facil • %  nabi d Bauli la Davi* i ocre la na dv Mur' 1 i> i ,!•-.,:, do WfOI .MU,. eommei [uerie il s .. %  i ,t bien le pi i' le t ,. %  rem eur dit : AU en que |i• i %  • "-'• ' ma! lie e lu, i jeoedeUMn de rien pu ui* un em d e ] M U.O —i ii il 'i i Vai d i ,'i ma le II wr I uei en fe 0 aoyeq Je me m Itr en rap ,:v c 'i i %  • m • ai , el voua tnii', linon la vie teroa le, m dn moi a i fortune. i dieeiplei de D iv'w allrent p r ,, i %  i i J ictr ne d i daine. B Davi* l^ uivit •' l'orti i-j*i r ilV i ;. a, au Cp, io* < p irl iol m ml qu'i -< calvaire il op n i d ie miracl d'eu rieb • • aent p i* lui al d'apo vi ; it pour tu. . qui -rc. Uieol tt captiver. U**t ai que celui [ %  noua re| Ri J rcSept Cent i" • L jour, de Juillet mil n dix neuf, Belizai proepi ni bile a qui il i pour uu prt d'arge .t, et lu un eonge d'aprs |ie It's et • Type-. Ui PlNHi Des confrres ont annonc, I SeCli .il r il'l'j.n ,! i„ j u& est intervenu pour faire tn.'ti libert Vlr 11. l'oitevi M, prl Pcit-cJe-l'iix qui ;:vait ti en vertu d'un auda; millier] La vrit s : n auuv. m sieur Poitevien a t iib.d'aa une dcision i oin'enue ilauij pariant and du A) .N'oven. courant ren In p ir la .scclioftL mine le u i I' i :a! .i : Cassald sous la prr>i !• iicc in vice-p^ diht Ans lm %  • Voici I d:spusiiif Je cetar l'.nces mollis, et sur 1,-s du ins i nulbi mes du Mini publie, a.lnii t le d ssaisiaaej de la .liui!; lion Je l'ort-de &ur i.i piainlc LU concussion| me par les propritaires et ini.is Mis-j-ailrs contre M. Ha ton Poi'cvien ; vnvoi en qu* m .'.' la cuis.' ,.| les partie PLKIN'K i:r TOI ri. I.UII;UT Je^ la jtindi ;tion il : 1re lus Guiiave pou q ni y soit pr d suivant le vœu de,la loi. Pansiana Soie Oislrihnl^r r %  s. \ v 4 %gw In d< I al > -, i Ve Pib ^ -h i a ... i cel li liait I rait tro I %  I i .; %  %  Bervi l'i • % %  '. 1 • A i. i s .-.il. i e p ce un '. i ... ilus >le 1778 i durai !J Ti ;, lotie, v ii ii .'. il i liait M ie ni, Davi vei ter il Mur! dotli devait i I m tant de lit BO acr liei • • hept mbre 11>. txp d ie >uu ti U ruadulte chi i N I li m <.| 11 i veraa '1 roia l teni Tren Deux dol Sej tembre, L ne?, I rerj .\r i lieui, %  au i %  %  %  brla*.efaiu p ( ia prle Un formai la ai lu l'| U ce nui i aban li inous >uu' OU a,' i ilaus le >e i i l un soir laienf ^ Jernire foil Po iree q i' i ; Lit mil. %  • • I 'i %  d ml ie : 1919 i %  % %  %  pai ; ; i %  %  ; • .".. tt une Bte-An a en n Lue-o i au n< ubre Je : Jeui gr u lee • t uue ptlile le lira* i Jon qoe i e J'N Ju %  | lu g N i pelle M irie : .1 M pli, '-n "' moire Je .1 i.. pli B %  > • roueme il oui i i 1 gli i lail i %  .i d ont i La i a n port' •'• nom -i qui M i i, no n d cur actuel li !.. u t 'ii i rn e du P e B nolt, a< .,, n | eo France, le ma pj aio, i 'u mti I ; d de reaie i D •• %  du er, • • %  %  uiIn '.'''' i eli |0u c ., i] ,. i i -ex l'i.li s our te tro Ici D.i :-,!'du g v i n e e s li %  eette On, ont : p| iisiale al de la Loge [liciitivemenl i • %  i: roationeie •; lita uiaonni ia prsidence ... Botq aucien Vi-urable ,i. . ; H dii N 5. Lo giai'd Mi tti • nal, le lei et 2eroe giand i : jointe, l'c-\-g'anJ mtire H pi ir ..t plac an Trdoe. Le . ne cetii pour le Vn r • e %  la noui Ile Lojjo. C'est n 1 ''' VV.^ I lo, Dit i leur de I Je d'Ec aira ^c i ir 33me du mbre I e C et i %  > a l'aoaoi* m t | Imerna ,i ,.. i ItfX'J 19 -4. a aulie iffi ci i tirim. 11 unl 1,1,1 lut lifte en n ie Louis Elly Cou luainkur du ; lt m pliera Kadoah. : La luient servis ment de ta uouel l'unie i qui doit xisl, oabrea d'une ti n Ceovocitian te I. i Qa tireed • le Compagnie no i ^olll lOuvu |ua en a aire oorani i i au Priai Le Pr. I. LAMOTHE Cercle Sportif de Manant A |o %  tai n d li Cooree k bicy .... iulie i Ol'apra iniJi uit du C r i do ^ '"t invite ia coureur ir par petite injies el nt inscrite 1 %  . i midi. D • 2! Nov 10.4 U Cmrit Jeudi Suite de L'Ahjionn] 3e, et 4e Episodes Pour luer i nipcretlf a Le rctjaid do Lai Entre gnrale : t gu" Varits CE SOIR nsse Comdie locale e i un n .n '" P' 1 1 6 Le VoH • d'J M ^Entr e gnrab 1 Vgf L~Fttite Mai 1637 Rue du Cenlrt Annonce sa bienwi cheDlle qu'elle vient daM par le demi-r* hana! ij'i ns ciruisvires Pour* grand choix de souii'*PJ Unis, .-hiussette, cbpcattl tu, s pour enlant, bas* qu>! ; 1,1,,li 3 nier cri,l > l >l '\TM varias, h li i d,'uteJ letmich que jolies %  %  • -:>:l l Itno bo m .. chaussure Je I *ou,to ^x t ^ sb0 n Elle attire aussi \^m davoirs.a-cr.ival ^ leurs coin..! MI' p nets, de, .-te* .-' : ^ Or Feux W M,icln.CW^ l^S JOIl'JS "' "' ,,,[.IIJ inquets ?iruituies "1 M,,:S. etc. et,eu. ^'1 A l'honneur d'i ;^ lantecli^ueleque;. ieqJ1 de la Capitale • %  ^rj,^ de jour* liarge Mf' bn< i aUudiictinacV corn kbotatoueb.ei



PAGE 1

_ LE M : nu mr %  • t m cotent rien jspnou* n sont pris |. s les m I lly on :. qui ,!•: p| lls fon : £t fcucoiifi : f %  WW% jksqui (Jomu-i:: s ,. c sll |, a(s s0!! pneus Goo { y,. ; -. ^.MI;:: il nc rota p.„ ; d'.ioluJ bpiifi -' %  , ;c /. : \ jj prs m.M'(ji:i s iiii-nninies. ' ; lil.Mii.-.vs ,,,| ,„.;;, I • --.-.-' %  -• % %  %  . %  %  \ : S pnrcomei avec les pneus Gondi ^ :tr, no vous coflonl ropilrmenl non. UM'S le Von de > nlier heanrnup plue > V(lo (jons se servent de Good TetT qut "i J[" ;, JM'aiteune au're marqui*. / L Telle prMronre marquo'e, est sans ;Uu : ^! i ? r -r uni doute la preuve qu'on reconnut la ;juipriorit de leur qualit fil leur lia.-__ •_.. -liilel liahiluelle rendre un service %  •,-> .-.-.. [snlUf lisant sous Unies les conditions. 4 \ %  • . %  --;. < J i %  ' J-' > Ra&aJtu*-* J**JH/.'JI M .D>u. (MM Tiie V /esi ludies T. a. .. ju\eau\ rayons nuire [ihurra %  i ns en meB* jamais, do servir notre clientle avec promptitude et ux PUUsonndble?, en fournissant des mdicam i il des b di Heure-, iiirtliij, et les meilleures de toilette *y*s qui excutent les pre cripli n ; >nt .! ta ho Q ru. Je Ion cet! de capacit reconnue. '•ont servis toutes ,elieures du jour et rie i nuit. "0s parlons franais, anylais, allcman I %  I i sp i ji Le soussign donne avis au public avoir perdu le : :iu No 781 d- la Coin I [uire alevanl la somme de quarante deux s;our des -i j gourd . i-Ju i onsquenca il le dclara nul, duplicata devant lui en tre dlivr. Port au Prince, le 17 Novembre I M 3 B. BffiRTHOL'MŒUS Le rcpiss No II 194, di la Com misaioo require, tant adir, le soussign le d iclare nul, duj>liotita devant en tre obtenu. Portail Prince -0 .Novembre 1923 F. LEROY, avocat. *-~~^~ —= AVIS Le aonatign ani.once au public et au commerce que Me Louis Aag.G i' lau'iie avocat, u la procuritiou go nie de touies mai affaires ; codantes d \ Mil la C. D. R. Gran la liivire du Nord, la IG novembre li'iJ II. MONl OINT Les soussignes, n'ay tnl p 11 trouv da is le papiers de feu Bug ne Rabeau, leur frre, le isa mis au .Ne) 'ic,,i, uu prolil de celuici, par la Commission Sambour pour la somme de cinq mille huit jjo.n-des 95/100 (G.5.008,95 ), se rservent d en requf'-tir d : itaLlles demandent nanmoins celui qui dtiendrait ce rcpiss, en vertu d'un transfert rgulier, man du bnficiaire, d'en donner connais ;-unce leur avocat, .\ e L io MaleClmence Rtbeau, Louisa Rabeau, H. Rabeaut 1 ulloo hoe I sh %  w'\ fti w York Si vous voulez broig L. ;. ... vm ebautm a ** • %  • M %  "• %  M brillant butent tl dm i vki w*iq la couUut a la soupLut d$ ne ff-j —*—< — •" %  '" tvupmte at ttt Yf] ,b^u ura twulaui ti .. %  tu h.utuut "•Str-y MOSUGK.'.M. fabrique %p xltm ntpour .e. daaus <•' hsgentl mm lu bigb 'J* •' protg la peau dts ebausturu contrt t bumidi. ./ la cbaUw. .>< %  leur sonbesst rt conurv leur brillent, Onu mdt\ la marqu MC N : R4M c eu la meilleur d* ;•. mnranm -t^%^^,-=?^ • 1 %  : "^ ^-•" DaSCHIEINS d MUmoglobin• ing pt .-• %  r i • z chez lu', parc^anss marchand*$e$ eoni de lotte beaut, nc prvenant *amm vieux g*oc de djob u*. de second AUtx chez AnlclttP TALAW parce qu il e$t conteiencieux > et vend meilleur march MM partou l M O Ailes chez lui pa>ce que rien ne vnns fera dfaut Vous ne trouverez ri n de m r e lieux ailleurs. Ailes, allez vite au eoquet biz d'AlUoiae HTalamas et voue gagnerez beaucoup. VEHMOOfH QiiZalO Cez A. de .ATTilIS % 



PAGE 1

L^ATJN T% "2'T^ .**i> %aJ* JL*f %?••=* AJ? JL*? fortifie C/a mofi o*e maladie abrge Votre Vie d'une anne. Le CLOUOL permet d les maladies en aagmen tant la force ds rsistance^ le. Le / ViViUr dWf de l'organisme puisement nerveux CcaTlescenc Neurasthnie Ples couleurs Eurmenne La cure dt GLBOt argrnente U ftrce netni. at Mod aux nerftl nkj3t psi m Stfol yweflt ntl '•"• i -at la CtMiVS^MBM*, H %  •; s'exp.!nit UMOIMH. Mala, i<'ie faon flftcrate.on pul ira qu'il Rpr-Wle le f,>o....V'u.i i?ar e\ i-iVr.i* * '< : n-ii'i* !' uj lantfu*ur. Cul un Ionique >W tnuiifjr c-V.f qui, wmrt*e> nie ni aux txu*r\\* habltuols, m;m.I sla u*' action r^rlle in-nl ull! ot •''• abn 1 *!' la eonvalcoanna et aucn.enta, pour e nH arr. 1 l,: (J-i UVft, kirl U-ut le aaerai Italie, nous l'ivnna v. dan le SOUK M tes •. %  ru* majais. o!i* iBWlrte na rv-"n. tj-*nt MM1M l'OtUro-iiiil nu-iT ""i nermallafil uni lutta ejitoai -• la ne croyons pas ncessaire de publier nos uni, car il n'est un doute pour personne que non seulement nos articles sont de choix mais que nos prix sont ^ise de la maison. les plus pas de la place. Cordonnr>* Erneet Ca nille Fabricant de eh itfftwrN §n tous genrm Matriaux Ulprieur* Soins — promptitu le — Glrii* ttran-i'Ru^ p. es la PesU N*t7'J2 [A maison porte In connsitan *e in pUDlic que -->l io< le bui J %  faci il P ei r n aurager ni nombreux HienH -•elle accorde — partir du ter Juillet tO.'.'i une prim; le u 1e prire de • il.!:|S:i!'SaU cllOI\ .1 tOUt d Ifll ti-ur de vingl ticket*. En con i iuen c • on eil pri ,| • r l mer ni rc.u pour chique achat au coralant A 'a Conscienet — telle 6-t la Casimir gris anglais nouveauts Palmbeach jjria anglais t k almleuoli ijris anglais carreaux Ialmbeach uni & a barre,coul. Alpaya noir sup Diagonale noir suprieur Serge lileu marin & noir, anglais Satin de cliine pour tailleur Lustrine barres po .r tailleur Kaki jaune anglais extra suprieur Dr*!? union blanc l'iiNSor Japonais pour Chemises a homme & robes Percalo blanche Itideaux tullo pour portes TullA pour voiles Voile) uni A barres Gabardine unie & barres ftatine blanche & couleur Orijandi suisse brod .rodes madera peur robes, chemisas & Jupons Petites serviettes damasse pour table Soyeux uni blanc & couleur iKarquisette coton noire Crpon A jours blanc & couleur Hrabant anula s Ealieune mouches couleur '.-tildes brodes anglaises Toile i\ voile pour golettes & pour cadre Calicot l'ercal de famile • qui blanc a barres pour Jupes Nansouk noir anglais Molletons blanc & coul. Lotions Pivert assorties tias a jours lias blanc demi-soie Drille union ai glais Sat foulard nngl. doulde larg. Cliapoaux ioutie itorsalino etc, etc. etc. foute personne dsirant se procurer les meilleures rticles i\c la place et aux meilleures pris que partout ailb urs se I* il de laire ses emplettes la Maison H.Silvera. Rappelez^oua iiirlnul que la rputation de la Maison n'esi plus laire peur ses articles d'importation anglaise. La maison H. Balloni Fis Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rhuru fa Fort-au-Frince, se fait le plaisir de porter la aance de sa nombreuse clientle et du public ei rai que ses rayons constamment se renouvelll marchandises de premire qualit, choisies av< et la porte de toutes les bourses. Savoir: Bijoux, montre, orfvrerie, un grandi ment de bibelots, sacs en argent pour dames, premier titre, couteaux, ncessaires en anjeni mes, ncessaire couture, glaces, tableaux, dei lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, de toilette en porcelaine.grands ei petits lits en M V're, berceaux en fer et en bois, chaises roulett •niante, lits de camp pendules, rveille matin, saJ liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table,vases! bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laintl mas, casques, Jambires, parapluies, formes eh) pour dames, chaussures pour dames, homme Tantouffes en feutres, palm-beach. Maolltaea, coudre, faux-cols, cravates, blanches %  t couleurs, chemisettes, jarretires, bretelles, chapeaux, de paille, chausseties, malles j caines, valises anglaises, joujoux, pendulettes et j bijoux en n cre, fleurs artificielles, plume forttal deaux pour baptmes, fianailles et mariages, I l otriques, jeux d articles en osier pour salon. \i dc3 et automobiles pour enfants, Fameux chape iiC iiorsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, pc pea-x, jliels flanelle marque Docteur, pijamas asimir franais i haute nouveaut i.porte-lrsor.r dames, carnets pour hommes en peau de ItussU dorneusos, serviettes d'avooats, eto, etc. LURIN Pateri (Maison fonde en 1738 ) 55 Ru Sta lone-Paris — . %  > Le Malin Fond le ier Aril 1V07 Abonnements L.S .Mu INir -nu-Pi i nce Ciourd s t CS Dpartem%Dts 'i.aO Et m ij;ur '.J.OO P.oUe PttsU: M litqihone 24:' Bureau: Rue Amiricatne; t$5 Paul Sales AVOCAT iitcQuiremeits Commerciaux. alfairts l'Etranger. Correspondants Wasliing ton, \e\vYork, Berlin. Turin J.ondres. Paris I?a HueHfnt TI7J wf-sa-i r%ne$ 7l>kcmeW I a Gae GR MDBVE v;hcp end Loocb noom-Open From A 5. Ml Blil i* I M kei\ dt. En vente dans toulos les bonnes maisons Reprsentant pour les Antilles: It.UADLL Pa*a Poeus & Tubes P.itus fiabric •Mnn 12 31x4 ^4 S3i4 .!i ' 321 \ 1 2 34x41.9 2i 3.2 Tube MO? 3s3 1,2 3t4 32i4 81x4 t|2 34x4 lit :ii A 1,10 uaa 1S 18 18 Con <•' ni u M NI !6 toi 33 Tubes 9.2 $75 s s 4,00 400 usent. N. B. C'est la qualit et le prix qui J-"-.? L PKETZMINHGfiEffl Rue du Ou l e lait a BSANOFELE, mdicaiu ni souv i %  %  u ii.i le aludtsme: ESAXOFfcltl .!•:,pcurKs fcutan ENVENTtO.t.o^etdeiail. ZIDAL LB ROI DES TONIQUES, infuse une vie---^ iante>t use par letravail. !es excs, is maladies, l acuon %  §* %  ANMIOUES-NEURASTHNIOUES-jar Brochure il C4 p*h raiulta. iUT dŒ",, r ^ijrf^ L IABOHATOSHC ••ZtUAf. 11. Poul^ _j^_Li^^sS1 OMCJt. • Bu vwuve u^i iout la bonuea v<^ K ron-an-i *• • ^iwi'ii AUSSRiiA ***** 'Z* x



PAGE 1

[jgftfTflWR PAO P MITAI II ?: IM+fUMMBB Clment Mayloire atf V'IItNA lfBS Kue Amrioaine NITMEllO ^QCENTOItt Quotidien Dans les M entreprise de presse ", ise propreineat api.cleea des journaux, le* jourualistts ne comptent (lu ; il sont, selon le mot de Buuau-Vtu illa.de sa* ploy ". Les palions, redoutant, hais saut, mprisant les crivains, vivent avec dt-s gtns de Bours--, des gens d'cu rie, des MU de thtre, des inverti, des proxntes, des hommes et des fem mes d'afJaires,de politicieus tout l'air*. Urbain G0H1EH tUPBONM *D,2* 17me ANNEE N Z 6 ;<• POATMJ-PRINCE( flAlTI ; MERCREDI ?A NOVEMBRE 1923 Petile Chronique LHeT Cable TI:NMS. ioes lilles et jaunes g< us, • fraielieur de leurs vingt ^l'en vont joyeusement sur Courts de tennis. fc! joli sport que le tennis, un (lus charmants qui existent, | possde la grce et la OU* yIl est dans ce jeu des poun charmante lgance, des (large-, cl s coups d'oeil raid sr.-. Et puis quand i y ^dessus du lorrain un LMI soin chatouille les nuques lilc'est un ['dit tableau • \• j111s. frayons s* jouent dans les lils [nqueltts, t'ont luire la balle 1 fend l'air pur. ondoyer les %  es toilettes (le jeunes tilles pa,chevlent l'ardente crii beaux joueurs. Bue rgne ilms ce jeu, les [rires s'lancent, jeunot et >les iuoi|ueries aussi, l'aidu joueur malailroil qui lie rle, de boue, missaire. I le malheureux, qui peut erri.-re la balle foltre qui p du jeu C'est le sports _fpeu beut, qui court ton Sep outil ml perdre baleine, (fous, joli sport d't, tu es •aussi, tu en jouos bien des Huxjoueurs qui pailcis.apres tide tennis, songent leur use partenaire dont le soulot si vermeil, et le visage si lo. pis, gai iarceur, il y a une lise d'amour qui Hotte sur ains verts, et la raquette en rebondir la balle claire, pparfois bien loin dos petits [trs jeunes et adorablement .VEIUW RE. •vous dj remarqu l'aita douce qu'exerce sur les an coin de verdure rnou'est cela, n'est ce pas, qui ^irle dimanche les citadins campagnes. C'est le dsir [mer celte brise lourde de [joi vogue sur les prs. 'De sommes jamais heu1 ce que nousIpossdons.Je tads pendant lacilemeut le dsir du citadin de s'exiler un moment de !a ville pour voir frissonner sou, un ciel bleu la verdure claire. Je ne comprends pas le rural qui vient v >rs U ville touffante, o rgno une livre hallucinante. Le citadin aime beaucoup le coin de verdure, li cultive avec amour un jardin minuscule dont il suit l'efllorescence la belle saison. El le Dimanche, il est tout heureux de quitter les murs resserres de la ville pour jouir un peu des vastes horizons des champs. Ds que son œil aperoit au d tour de la route des feuillages estomps, c'est dans son cœur un moi bien lgitime et le soulagement loin de la vil!.-et du labeur. Alors cel homme mue, il change compltement, il sseul une me anceetrale et rustique* o ptille le dsir de vivre toujours au milieu d • ce tableau vivant des campagnesLe sou, c'est le retour, un peu mlancolique et harass. En villa encore on respire unesenteur de ''nouveau et de joie, Le petit bourgeois songe alors au Dimanche prochain, but et attente de toute M semaine de labeur. La SOURIRES. Les sourires fleurissent aux lvres avec une grce trs pure, et 1res douce. Il y aies sourires des petits enfants, qui sourient pour tout, pour un ciel bleu, pour une lleur, pour la lumire qui les entoure. Il y a les sourires des jeudi s vierges, qui lvent un songe doux comme la brise tide, sourires chastes et cachs, mais ineffables et beaux. Il y a les sourires des vieillards qui voient autour d'eux tout l'clairer et qui sont heureux de vivre encore cet t, aprs l'Apre hiver, et le froid et les soulfranccsIl y a le suurire du ciel, immense et bleui du c:el coquet se votant de la mousseline translucide rji s petits nuages bou rifles. Et sur tous ces sourires, s'ouvre le gracd soin ire du soleil, l-rgeel ouvert, refltant les senteurs divines des moissons flotiss mtes.. Nouvelles Etrangres L'occupation continuera jusqu' ce que la trait de Versailles ait t excut Khe 25 novembre 1923 se de Bicyclettes y-*onlo. Mariani. Parc Leconte ""* : 3 heures prcises du nle. ITL 8 : ~" Weslev Margron. JJgard, M. Elhart, S. liern, y Da tus,Edris Pierre Louis. J*Motidisir, Georges Archer, SJ ,,r rt,K. Gaael.LunChipps >court,C.Da,que,.-ada.Paul *'• Heno d St Cyr.P. Wœllv. iJ ltt T d > s niUi, Emile Snia, j\ •'^enhuuer. lLi n u ^ r k a gagner lu* 8 Foul Ual1 ^^e i !" Marc. •su. tnlr e gnrale 0,50 ^ Voilure t gourde -Tpublic aiil* aseisler lT t sportif. Due belle journe spoilhe b'L'.S.S.U. organisa dimanche tne belle journe iportiTt. A trois heure prcises, sera donn le M:. ii.ii du dpart de la Course de bisycltUt Parc Leconle-Mariani-l'are Leconte. Viugl-et-uii coureurs prelient part culte preuve. Le contrle sera assure pur un comit et la police assurera la circulation et le maintien de l'ordre sur la voie publique. A celle mme heur.' scia disput un match de Pool-hall entre Jremie et St-Marc. Celte partie de ce deux quipes de la G. d'il, comptera dans le championnat national militaire. OFFICIELS : Starler : Ceustauiiu Ibnriquez Jugea v'ariaui : U org s de Lospb nase, Seyiiiour Praisl, Uswuld Brcndt. Juge l'anive Wil iams. Louis Borsj, Joseph Lassagnol. Contrleurs : Em. b. Armand, Joseph Albertini, Armand Mallebranch, Pierre Anselme. Andr Dreiv PARIS 19 i a i impromia.adopt eu priocipe, si iule que l'Aile au ••rail informe qu a la nommissioa dt coalrle reprendra ses fooeti ni et que le gnral N Ile: dcidera ou si miaeioa pe il o i ne peut oprer qaaod I rtoconliera d t obstacles. B*Ua aoat attribuantes nu gouverne meut allemau 1. le allis dcideront sur li deman 1 J • U eommission, que les autorit ili Iteicb fout una obstruction aya \'i* Las aide ont ru**i s a > ; r sur l'appiica tion dii contrle militaire en AlUma gne. Vos utile l'Allemagne e t rdige sur les bi-i's d'uu compro mis ei Isa divers gou roeuisnls eo ont actuellement la lox.o en ma i L gouvernement l'ritu<,*iis a ilj donn s in appui au projet, mai* -/u 6*iiit sncore sans aoavsllsa de Lia •1res et de Bruxelles. Le eo.ieil d-s nrubssadeu lait runi • U he ne. En consqusn ce la solution de U crise a t roini s aujourd'hui ..I. a gravit de la i tuatiun est le"-. ;,. M dlibra tions au conseil sont entoures de secret iw plus absolu. Les jouroalia te fr.iug *i furent relgus dans une aile du mi.li 1re des affaires lrangi es pendant que-los ninb ;s -ai'-iii* taient inTorma davor pntrer d.tn le b ilhii m par 1 au tie bout. Quant aux correspondants trangers, ile lurenl compltement exclus du Qosi dl.lr.say. La propusilion qui arail t di taavaal li runioo lu conseil, tait dans ses grandes ligne, que tea a a bassadeurs devaient envoyer I Aile magne une noie protestant contre le manque de facilite accordes a la commission de contrla dans l'ex r cice de ses fonctions, nuis ce atipu hnt aucunement ce CJUO les allie fe i a ient un cas de refua de l'Alterna H%9. Les umbas<-adeurs choisirent deux textes alternatifs qu'ils propos rent de noumeltre leurs gouverne ments respectifs pour approbation. d* deux textes exposent clairement aux allemands la volont des alli q .o b s clauses du trait de Versailles soient exeatss et qu'il soit accord protection ncessaire la co m •ion de contrle interalli dans la S ouisuite de l'excution de son man al. Au-un daa textene in! mention des pnalits que les allis app ique raniK dans le cas que l'Adamagaa rofussisdt de donner u rnonce as tiefaieente, m lis doone A ntendra nali.ici etui.ut. qu'un refus appelle rait de* mesuras de coercition. Ce compromis parait avoir douiiH satis f.ction aux franais puisque le cabi net. qui se runit plus tard, approu va l'altitude de •'. Point Un correspondant allemand se glissa dans la foule des journalistes quand, l'autre oir, ces derniers altendaient une dclaration de vi.Poin car au sujet de 1 1 se,-ion du cou seil. quant l'altsnti m dsa agents do etrat fat aime sur l'iucident. Ils dotarrenl ne ;. uvoir dans une pa rail si a i leutifh r tous les JOUI ne list*.L allemand en question est i.u eorrcspoii Irtiit de l'o gme de Stiuncs : i La Guette d'Allemagne du nord %  L'a comrauuiq u 'ranais annonce 3 ua les frauo&i ont aaiai li mine Eeia dam la rgion de Gelsekir cfa i p >nr la I tire sx| lo ter par U autorits d occupa i a. Uette mine ap >o tient i H igo Slmnes. La saisie a .. D !.. lit le < ommuniqu, conformment une notification adre ee aui induslriela allemand 1 irsque les ngociations ont l r^ c minent rompues el d'aprs laqueln les franua raervaient leur libert d'acti m.La mina a t saisie sans l'emploi d'un eeul soldat. Un i • niant da la mission eonomi que interallie s'est rendu seul a la mine ; il a l'ait part un repro-eu tant du c i!is'il des ouvrier! de l'in teulion des franais en demandant quelle serait l'attitude des mineurs. Ces derniers se aool runis quelque temps aprs st oal dci I* l'unaui mit de continuer travailler sou la direction franaise. lUns les mi lieux franais on a el Vuayas. Les c .in.n mications tlgraphiques et ferroviaires sont compltement •uspsnducs Man lie est partiellement sou les eaux U suite d'averse di luviennee. La question du ehomiqg %n iu(iltct a rs LONDRES -M. Baldwin a ouvert I a |i actoraleen laveur du tarif pro scieur .levant une nombreu e aaaislaoce Q teena HalU, ia seu le question lectorale, dil il,est celle du chmage et il 11*3 u ., im d'an tr.-. Le connu rca mondial, ajouta-1ii, a t disloqu par les couaqusn osa le la gt.. 1 s et : Aogl leire a t plus duremenl Irappequs tout au tre pays. Un manifeatadu parti lih rai sign ..u nom du parti toul eu lier, i-.ir Vsquiih %  •• 1. u; beorge, a paru. C'est un long document qui aiiaj.i. principalement la politique trangre du gouvernement, poiiii que faible, disent les librai, qui est la cause premire dd la d pies sion commerciale et du chmage. Mouvements sisniujues l^rre qui e dur': plusieurs seconde. La rgion arTi I ie e'ttetid snr une longueur de 160 kilomtre et sur une largeur de I M). A bordeaux on .1 annoni • troi ie et deux a M..nia.il. MI v Barcelone en • dcla r que le Iremblement de terr' avait dur 8 7 aecondi 1. aucune \f ces villea n'a louflerl de dgts. Le roi tlTspaqno et la reine d'Espagne au Yaiiean ROME—Une imposante crmo nie a m u [u • l.. j IUI ne officielle des Souverains •au Vatican 1 ur la 1re fois .!< p lia 1870. Le Souveraine ool t reue selon l I -r. 1 icols de la cour papale. Leurs Majests espagnoles errii rent a Ko me, de la Bpezzia, le matin et furent reus p ir le roi -r la reine. Aprs la crmonie au Quirinal, les tanve rain SH rendirent au Vatican, s'ar rtml en cour.de roule la Piazxa li Spagna o sa t.ouve rambasaada d''p gne.A leur arrive an Vatican lea aouveraina furent reclus au pied de la Scala lleg I par le majordome papal ornementa de crmonie pourpre el blanc, e.-corts par la ar de d honneur. Ils furenl ensuite !• salle de cou siatoira -.u aa Saintet attendait les htes royaux aaeisa -mr son trne et entouri dd B icN Col lge.Les BO | furent escorts jusqu'au pied d 1 trne par les cardi nauz Vannutelli, MLerrj d^l vi el BiaJeti. Ha pr anl leurs hom mages au Soveral 1 i'..ni.lV.La reine nui poil lit poUl celte occasion sou historique manteau , remuer la •aisselle el lzarder un grand nom le mors. A Perpign m, qui sein blr avoir i-ic le centre de la perlur bat.on, on n-a annonc aucun dgt •neux et aucune perte de vie. Tou loue est la ville le plu au nord o sa toit fait sentir le tremblement de PAIIISLe comit japonais olym piqua ienl d informer le comit l'ian paie, qu'en raison du tremblement de terre le immbie daa participante japonais, aux prochiinea oiympiad*a, ara r lu 1 da ; 1 10.Le corai l ha ais a r pu ptalion de lEepagu .de participer au Ulvmpia d • r QSOR— Laslravaai oui com nu nc mer dsaa la tombe de l'ueu kbamou Les court PARIS 80Dollar Lirra le*. 8 80-U


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06080
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 21, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06080

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
[jgftfTflWR PAO P MITAI II ?:
IM+fUMMBB
Clment Mayloire
atf V'IItNA
lfBS Kue Amrioaine
NITMEllO ^QCENTOItt
Quotidien
Dans les M entreprise de presse ", ise
propreineat api.cleea des journaux, le*
jourualistts ne comptent (lu ; il sont,
selon le mot de Buuau-Vtuilla.de sa*
ploy ". Les palions, redoutant, hais
saut, mprisant les crivains, vivent
avec dt-s gtns de Bours--, des gens d'cu
rie, des MU de thtre, des inverti,
des proxntes, des hommes et des fem
mes d'afJaires,de politicieus tout l'air*.
Urbain G0H1EH
tUPBONM *D,2*
17me ANNEE N Z 6
;<
POATMJ-PRINCE( flAlTI ;
MERCREDI ?A NOVEMBRE 1923
Petile Chronique
LHeT Cable
Ti:nms.
ioes lilles et jaunes g< us,
fraielieur de leurs vingt
^l'en vont joyeusement sur
Courts de tennis.
fc! joli sport que le tennis, un
(lus charmants qui existent,
| possde la grce et la OU*
y- Il est dans ce jeu des po-
un charmante lgance, des
(large-, cl s coups d'oeil ra-
id sr.-. Et puis quand i y
^dessus du lorrain un lmi so-
in chatouille les nuques li-
lc'est un ['dit tableau \ j111s.
frayons s* jouent dans les lils
[nqueltts, t'ont luire la balle
1 fend l'air pur. ondoyer les
es toilettes (le jeunes tilles
pa,chevlent l'ardente cri-
i beaux joueurs.
Bue rgne ilms ce jeu, les
[rires s'lancent, jeunot et
>les iuoi|ueries aussi, l'a-
idu joueur malailroil qui
lie rle, de boue, missaire.
I le malheureux, qui peut
erri.-re la balle foltre qui
p du jeu C'est le sports
_fpeu beut, qui court ton
Sep outil ml perdre baleine,
(fous, joli sport d't, tu es
aussi, tu en jouos bien des
Huxjoueurs qui pailcis.apres
tide tennis, songent leur
use partenaire dont le sou-
lot si vermeil, et le visage si
lo.
pis, gai iarceur, il y a une
lise d'amour qui Hotte sur
ains verts, et la raquette en
rebondir la balle claire,
pparfois bien loin dos petits
[trs jeunes et adorablement
.Veiuw RE.
vous dj remarqu l'ai-
ta douce qu'exerce sur les
an coin de verdure rnou-
'est cela, n'est ce pas, qui
^irle dimanche les citadins
. campagnes. C'est le dsir
[mer celte brise lourde de
[joi vogue sur les prs.
'De sommes jamais heu-
1 ce que nousIpossdons.Je
tads pendant lacilemeut
le dsir du citadin de s'exiler un
moment de !a ville pour voir fris-
sonner sou, un ciel bleu la ver-
dure claire. Je ne comprends pas
le rural qui vient v >rs U ville
touffante, o rgno une livre
hallucinante.
Le citadin aime beaucoup le
coin de verdure, li cultive avec
amour un jardin minuscule dont
il suit l'efllorescence la belle sai-
son. El le Dimanche, il est tout
heureux de quitter les murs res-
serres de la ville pour jouir un
peu des vastes horizons des
champs.
Ds que son il aperoit au d
tour de la route des feuillages es-
tomps, c'est dans son cur un
moi bien lgitime et le soulage-
ment loin de la vil!.-et du labeur.
Alors cel homme mue, il change
compltement, il s- seul une me
anceetrale et rustique* o ptille le
dsir de vivre toujours au milieu
d ce tableau vivant des campa-
gnes-
Le sou, c'est le retour, un peu
mlancolique et harass. En villa
encore on respire une- senteur de
''nouveau et de joie, Le petit
bourgeois songe alors au Diman-
che prochain, but et attente de
toute M semaine de labeur.
La Sourires.
Les sourires fleurissent aux l-
vres avec une grce trs pure, et
1res douce. Il y aies sourires des
petits enfants, qui sourient pour
tout, pour un ciel bleu, pour une
lleur, pour la lumire qui les en-
toure. Il y a les sourires des jeu-
di s vierges, qui lvent un songe
doux comme la brise tide, souri-
res chastes et cachs, mais ineffa-
bles et beaux. Il y a les sourires
des vieillards qui voient autour
d'eux tout l'clairer et qui sont
heureux de vivre encore cet t,
aprs l'Apre hiver, et le froid et les
soulfranccs- Il y a le suurire du
ciel, immense et bleui du c:el co-
quet se votant de la mousseline
translucide rji s petits nuages bou
rifles. Et sur tous ces sourires,
s'ouvre le gracd soin ire du soleil,
l-rgeel ouvert, refltant les sen-
teurs divines des moissons flotis-
s mtes..
Nouvelles Etrangres
L'occupation continuera jusqu' ce que la trait de
Versailles ait t excut
Khe 25 novembre 1923
se de Bicyclettes
y-*onlo. Mariani. Parc Leconte
""*: 3 heures prcises du
nle.
itl8 : ~" Weslev Margron.
JJgard, M. Elhart, S. lier-
n, y Datus,Edris Pierre Louis.
J*Motidisir, Georges Archer,
SJ,,rrt,K. Gaael.LunChipps
>court,C.Da,que,.-ada.Paul
*' Heno d St Cyr.P. Wllv.
iJlttTd> sniUi, Emile Snia, j\
'^enhuuer.
lLinu ^r'k a gagner
lu*8 Foul Ual1 ^^e
i Marc.
su.
tnlre gnrale 0,50
^ Voilure t gourde
-Tpublic aiil* aseisler
"lTt sportif.
Due belle journe spoilhe
b'L'.S.S.U. organisa dimanche
tne belle journe iportiTt. A trois
heure prcises, sera donn le m-
:. ii.ii du dpart de la Course de bi-
sycltUt Parc Leconle-Mariani-l'are
Leconte. Viugl-et-uii coureurs pre-
lient part culte preuve. Le con-
trle sera assure pur un comit et
la police assurera la circulation et le
maintien de l'ordre sur la voie pu-
blique.
A celle mme heur.' scia disput
un match de Pool-hall entre Jremie
et St-Marc. Celte partie de ce deux
quipes de la G. d'il, comptera dans
le championnat national militaire.
OFFICIELS :
Starler : Ceustauiiu Ibnriquez
Jugea v'ariaui : U org s de Lospb
nase, Seyiiiour Praisl, Uswuld
Brcndt.
Juge l'anive Wil iams. Louis
Borsj, Joseph Lassagnol.
Contrleurs : Em. b. Armand, Jo-
seph Albertini, Armand Mallebran-
ch, Pierre Anselme. Andr Dreiv
PARIS 19 i a i impromia.adopt
eu priocipe, si iule que l'Aile au .
rail informe qu a la nommissioa
dt coalrle reprendra ses fooeti ni
et que le gnral N Ile: dcidera ou
si miaeioa pe il o i ne peut oprer
qaaod I rtoconliera d t obstacles.
B*Ua aoat attribuantes nu gouverne
meut allemau 1. le allis dcideront
sur li deman 1 J U eommission,
que les autorit ili Iteicb fout una
obstruction aya \'i* Las aide
ont ru**i s a > ; r sur l'appiica
tion dii contrle militaire en AlUma
gne. Vos utile l'Allemagne e t
rdige sur les bi-i's d'uu compro
mis ei Isa divers gou roeuisnls eo
ont actuellement la lox.o en ma i .
L gouvernement l'ritu<,*iis a ilj
donn s in appui au projet, mai* -/u
6*iiit sncore sans aoavsllsa de Lia
1res et de Bruxelles.
Le eo.ieil d-s nrubssadeu *
lait runi U he ne. En consqusn
ce la solution de U crise a t roini
s aujourd'hui ..I.a gravit de la i
tuatiun est le"-. ;,. m dlibra
tions au conseil sont entoures de
secret iw plus absolu. Les jouroalia
te fr.iug *i furent relgus dans
une aile du mi.li 1re des affaires
lrangi es pendant que-- los ninb ;s
-ai'-iii* taient inTorma davor
pntrer d.tn le b ilhii m par 1 au
tie bout. Quant aux correspondants
trangers, ile lurenl compltement
exclus du Qosi dl.lr.say.
La propusilion qui arail t di
taavaal li runioo lu conseil, tait
dans ses grandes ligne, que tea a a
bassadeurs devaient envoyer I Aile
magne une noie protestant contre le
manque de facilite accordes a la
commission de contrla dans l'ex r
cice de ses fonctions, nuis ce atipu
hnt aucunement ce cjuo les allie fe
iaient un cas de refua de l'Alterna
H%9. Les umbas<-adeurs choisirent
deux textes alternatifs qu'ils propos
rent de noumeltre leurs gouverne
ments respectifs pour approbation.
d* deux textes exposent clairement
aux allemands la volont des alli
q .o b s clauses du trait de Versailles
soient exeatss et qu'il soit accord
protection ncessaire la co m -
ion de contrle interalli dans la
Souisuite de l'excution de son man
al.
Au-un daa texte- ne in! mention
des pnalits que les allis app ique
raniK dans le cas que l'Adamagaa
rofussisdt de donner u rnonce as
tiefaieente, m lis doone A ntendra
nali.ici etui.ut. qu'un refus appelle
rait de* mesuras de coercition. Ce
compromis parait avoir douiiH satis
f.ction aux franais puisque le cabi
net. qui se runit plus tard, approu
va l'altitude de '. Point
Un correspondant allemand se
glissa dans la foule des journalistes
quand, l'autre oir, ces derniers al-
tendaient une dclaration de vi.Poin
car au sujet de 11 se,-ion du cou
seil. quant l'altsnti m dsa agents do
etrat fat aime sur l'iucident. Ils
dotarrenl ne ;. uvoir dans une pa
rail si a i leutifh r tous les joui ne
list*.L allemand en question est i.u
eorrcspoii Irtiit de l'o gme de Stiu-
ncs : i La Guette d'Allemagne du
nord .
L'a comrauuiq u 'ranais annonce
3ua les frauo&i ont aaiai li mine
Eeia dam la rgion de Gelsekir
cfa i p >nr la I tire sx| lo ter par U
autorits d occupa i a. Uette mine
ap >o tient i H igo Slmnes. La saisie
a .. D !.. lit le < ommuniqu,
conformment une notification
adre ee aui induslriela allemand
1 irsque les ngociations ont l r^
c minent rompues el d'aprs la-
queln les franua raervaient leur
libert d'acti m.La mina a t saisie
sans l'emploi d'un eeul soldat. Un
i niant da la mission eonomi
que interallie s'est rendu seul a la
mine ; il a l'ait part un repro-eu
tant du c i!is'il des ouvrier! de l'in
teulion des franais en demandant
quelle serait l'attitude des mineurs.
Ces derniers se aool runis quelque
temps aprs st oal dci I* l'unaui
mit de continuer travailler sou
la direction franaise. lUns les mi
lieux franais on attacha une piaule importance a cet
nent qui montre, croit-on, ce
q M l'on peut attendre dei mineurs,
ai Isa induetriele continuent ne
lare 'accord avec La fran
i us.
Li rsolution de la France ue con
tinuer l'occupation jusqu' ci? que
le trait de V srsaiflea ait t exont^,
ne l'app ique qui la ri\e gauche lu
Itlii.i el non pu A la Kuhf, dit u i
communiqu otii.i I do mm.stre
des atTairei trangres.
Manille sous les eaux
MANILLE Un typhon 'est d
chan sur les lies Luc >a el Vuayas.
Les c .in.n mications tlgraphiques
et ferroviaires sont compltement
uspsnducs Man lie est partiellement
sou les eaux U suite d'averse di
luviennee.
La question du ehomiqg %n
iu(iltctars
LONDRES -M. Baldwin a ouvert
I a |i actoraleen laveur du
tarif pro scieur .levant une nombreu
e aaaislaoce Q teena HalU, ia seu
le question lectorale, dil il,est celle
du chmage et il 11*3 u ., im d'an
tr.-. Le connu rca mondial, ajouta-1-
ii, a t disloqu par les couaqusn
osa le la gt.. 1 s et : Aogl leire a t
plus duremenl Irappequs tout au
tre pays. Un manifeatadu parti lih
rai sign ..u nom du parti toul eu
lier, i-.ir Vsquiih 1. u; beorge, a
paru. C'est un long document qui
aiiaj.i. principalement la politique
trangre du gouvernement, poiiii
que faible, disent les librai, qui
est la cause premire dd la d pies
sion commerciale et du chmage.
Mouvements sisniujues
l^rre qui e dur': plusieurs seconde.
La rgion arTi I ie e'ttetid snr une
longueur de 160 kilomtre et sur
une largeur de I M). A bordeaux on
.1 annoni troi ie et deux a
M..nia.il. mi v Barcelone en dcla
r que le Iremblement de terr' avait
dur 8 7 aecondi 1. aucune \f ces
villea n'a louflerl de dgts.
Le roi tlTspaqno et la reine
d'Espagne au Yaiiean
ROMEUne imposante crmo
nie a m u [u l.. j iui ne officielle des
Souverains - au Vatican
1 ur la 1re fois .!< p lia 1870. Le
Souveraine ool t reue selon l
I-r. 1 icols de la cour papale. Leurs
Majests espagnoles errii rent a Ko
me, de la Bpezzia, le matin et furent
reus p ir le roi -r la reine. Aprs la
crmonie au Quirinal, les tanve
rain sh rendirent au Vatican, s'ar
rtml en cour.- de roule la Piazxa
li Spagna o sa t.ouve rambasaada
d''p gne.A leur arrive an Vatican
lea aouveraina furent reclus au pied
de la Scala lleg I par le majordome
papal ornementa de crmonie
pourpre el blanc, e.-corts par la ar
de d honneur.
Ils furenl ensuite ! salle de cou
siatoira -.u aa Saintet attendait les
htes royaux aaeisa -mr son trne et
entouri dd B icN Col
lge.Les BO | furent escorts
jusqu'au pied d 1 trne par les cardi
nauz Vannutelli, MLerrj d^l vi el
BiaJeti. Ha pr anl leurs hom
mages au Soveral 1 i'..ni.lV.La reine
nui poil lit poUl celte occasion sou
historique manteau f I mene au iio a uni lui tait r
serve p n h m que le roi lisait une
; Ireeae u P ip 1 nerci int le Sun
serein Pontifia d'avoir confr a la
refc I l'or.80 1 adresae termi
ne, le monarque espagnol se rendit
Bon Irn prs ne el du gnral Primo de Rivera
aprs avoir fai uue humble revren
ce au Souverain, il se retira dans la
Wblio bque du Vaticanenlourdesa
cour. Lea bouveralas espagnols reu
renl lea membres du Sacr Collge
prsente par le aidinal Vauulelb.
A l'issue de la rception,ils lurent
SSCOrta jusqu' la bbliolhque o
le Fapo leur accorda une audience
prive. En quittant le palais pontifi
cal, les nionniq.,es espugnols visit
rent la basilique de St l'ieire, s'age
mouiller, il .I- .,u,| le matin- autel et
B'aritrent devant le tombeau du
ch^f d< 1.. i|g furent cou
duil I I mlassado d'Espagne, 0Q
selon l'uaag I ur visite nu Vatican.
leur lut rendu* p 1 le ai orl lira d'E
lai papal, le<. dinal Gasparrl. De
l'ambaeeade ils relourn^renl nu Qui
rmal ou I- onl b M du loi el
de 1. 1 ine d'Italie p nd ml leur 6
jour Kome J b r urenl vi. tfuejej
lini et tous I 1 membres du gouver
nement. 1 n dtner officiel lut donn
en leur honneur.
Nouvelles Diverses
l'AH'S lu iremblement da terre
s -I ; ro luit de bonne Inmre au sud
de la France pri des frootiroa es
pagnoles dans te bassin da (j.ronne
m Pyrnoea orientales La Becoueee
B 1 a l lort pour faire tiembler
lae lo res, ouvrir c poru >, remuer
la aisselle el lzarder un grand nom
le mors. A Perpign m, qui sein
blr avoir i-ic le centre de la perlur
bat.on, on n-a annonc aucun dgt
neux et aucune perte de vie. Tou
loue est la ville le plu au nord o
sa toit fait sentir le tremblement de
PAIIIS- Le comit japonais olym
piqua ienl d informer le comit l'ian
paie, qu'en raison du tremblement
de terre le immbie daa participante
japonais, aux prochiinea oiympia-
d*a, ara r lu 1 da ; 1 10.Le corai
l ha ais a r pu ptalion de
lEepagu .de participer au Ulvmpia
d r
QSOR Laslravaai oui com
nu nc mer dsaa la tombe de l'ueu
kbamou .
Les court
PARIS 80- Dollar
Lirra
le*. 8
80-U


U\\ .TIN
Affaire dite
*dcsTrsors
Di&huitime
9 NOVEMBRE
Les Dliais Gnraux
( Suite;
le Urick Lu\i\ier fils
M g -ii
tro li nor. Il i il ion d* vo-
( ; i. i i pnrl !;
,.,, COi ta v( c i*idi doul
" | I) ill
I.,. -a i rdoi D '] '"''
VOUI i | ' 11
voit la i ii m1''
, . r II fi ul inoo entir I
I ],, ,i taul obtenir un cerl lii al
d'honntet pour
Dieu mon i ce i ible n -
chu au ui qu' iu*
la Di :
de tali n nihlli
ils o'odI ii l<
laits une foi* qu uu rayo i
I iaillu
\ ire Joui le 11"
m<
, tristement imi
. i non
i
I la tt Docl
l .11 ul V
i i, iina de h i
l;. .,. i. i j in i "
m Jiu . b in i r
ei ; i m loo imp ralii < i
ci,., ch "'
siameul laii '" la
licence qu'il I obi nue d i ch f
d I Etat, 0 lit autii
que le commerc i. Me lani
noue e dit qu'en effet
point te commerce.... Davii ne
point lo commerc
un remarj i tble talent Je eu.ne 11 n,
grce a. de ruaee eubti ne, Davi* a
r.iiu le comm roe i
tout ceux ! i lui ac n-
,, i ce el surtout lea -
II b M le il-koiine
ns famille*, H a o i > '
d'un pasib a c i iven C lui quj w
r. prt i i M.h
ban
uoindi I -:
tt s u pat
terrent
anctres,
rcite qui bit
on leur a toujours d
fuyant Je la i il re*
vc.iie dei Bicl.iV en-
fouirent oui len I i
leur a m*m parl len lois ; i ro-
ademen
v u.i i q il 'l0 '
que bOUe 1 i'
bl.i
extraire. D ma un t 1 Ut J |
il Lail facil nabi d *
Bauli la Davi* i ocre la na
dv Mur'1 i> i
,!-.,:, do
WfOI .MU,.
eommei [uerie
il s ..
i ,t bien le pi i' le
t,. rem
eur dit : AU
en
que |i- i "-' '
ma! lie e lu, i jeoedeUMn
de rien pu ui* un em
de] m U.O i ii il 'i i '
Vai d i ,'i ma le II wr I uei en
fe0 aoyeq Je me m Itr en rap
,:v c 'i i m ai , el voua
tnii', linon la vie teroa le, m
dn moi a i fortune.
i dieeiplei de D iv'w allrent
pr,, i . i i J ictr ne d i daine. B
Davi* l^ uivit ' l'ort- i i-j*i
r ilV i ;. a, au Cp, io* <
p irl iol m ml qu'i -<
calvaire il op n i d ie miracl d'eu
rieb aent p i* lui al d'apo
vi; it pour tu. qui -rc.
Uieol tt captiver. U**t ai
que celui [ noua re|
Ri '
J rc-
Sept Cent i" L '
jour, de Juillet mil n dix
neuf, Belizai
proepi
ni bile a qui il i
pour uu prt d'arge .t, et lu
un eonge d'aprs |ie
It's et
Type-.
Ui PlNHi
Des confrres ont annonc,
I SeCli .il r il'l'j.n ,! i ju&
est intervenu pour faire tn.'ti
libert Vlr 11. l'oitevi m, prl
Pcit-cJe-l'iix qui ;:vait ti
en vertu d'un auda; millier]
La vrit s : n auuv. m
sieur Poitevien a t iib.d'aa
une dcision i oin'enue ilauij
pariant and du A) .N'oven.
courant ren In p ir la .scclioftL
mine le u i I' i :a! .i : Cassald
sous la prr>i ! iicc in vice-p^
diht Ans lm
Voici I d:spusiiif Je cetar
l'.n- ces mollis, et sur 1,-s
du ins i nulbi mes du Mini
publie, a.lnii t le d ssaisiaaej
de la .liui!; lion Je l'ort-de
&ur i.i piainlc lu concussion|
me par les propritaires et
ini.is Mis-j-ailrs contre M. Ha
ton Poi'cvien ; vnvoi en
qu* m-.'.' la cuis.' ,.| les partie
plkin'k i:r toi ri. i.uii;ut Je^
la jtindi ;tion il : 1re lus
Guiiave pou q ni y soit pr
d suivant le vu de,la loi.
Pansiana
Soie Oislrihnl^r
r
.
s.
\
v

.
4 %gw In d<
I al > -, i
Ve Pib ^ -h i a !

...
i
cel li
liait
I rait tro
I

I i
.;.-
Bervi
l'i
''
'.
1
. A i. i
s .-.il.
i e p ce un
'. i
... ilus >le 1778
i durai !J T-
i ;, lotie, v ii ii .'.
il i liait m ie ni,
Davi vei ter il Mur!
dotli devait i I m
tant de lit BO acr liei
hept mbre 11>.
txpdie >uu ti U rua-
dulte chi i N I li m <.| 11 i
veraa '1 roia l teni Tren
Deux dol
Sej tembre, L ne?, I
rerj .\r
i lieui, au i '
brla*.efaiu p
( ia prle Un
formai la ai lu -
l'|
U
ce nui i aban
li inous >uu'
OU a,' i
ilaus le >e i '
i
l
un soir
laienf ^ Jernire foil
Po iree q i' i
;
Lit mil. I 'i d
. ml ie
: 1919
i '
pai ; ;
i

.
; .".. tt une
Bte-An a en n
. Lue- -o i au n< ubre Je
: Jeui gr u lee t uue ptlile
le lira* i Jon qoe
i e J'- n Ju | lu
g n i pelle M irie :
.1 m pli, '-n "' moire Je
, .1 i.. pli B > '
roueme il oui i i
1 gli i lail i . .i d ont i
La i a n port' ' nom -i
qui M i i, no n d cur actuel li
!.. u t-
'ii i rn e du P e B nolt, a<
.,, n| eo France, le ma pj aio,
i 'u mti
I ;
d de reaie
i d du er, u- i-
In '.''''
i eli |0u
c ., i] ,. i i -ex l'i.li s our
te tro Ici
D.i :-,!'- du g v i
n e e s li eette On, ont
: p|
iisiale
al de la Loge
[liciitivemenl
i i: roationeie ;
lita uiaonni
ia prsidence
... Botq aucien Vi-urable
,i. . ; H dii N 5. Lo giai'd
Mi tti nal, le lei et 2eroe giand
i : jointe, l'c-\-g'anJ mtire
H pi ir ..t plac an Trdoe. Le
. ne cetii pour le V-
n r e la noui Ile Lojjo.
C'est n1 ''' VV.^ I lo,
Dit i leur de I Je d'Ec aira
^c i ir 33me du
mbre I e
, Cet i > a l'aoaoi*
m t | Imerna
,i ,.. i ItfX'J 19 -4.
a aulie iffi
ci i tirim. 11
unl 1,1,1 lut lifte en
n ie Louis Elly
Cou luainkur du
; lt m pliera Kadoah.
: La luient servis
ment de ta uou-
el l'unie i qui doit xis-
l, oabrea d'une
ti n
Ceovocitian
. te
I. i Qa tireed le Compagnie
no i ^olll lOuvu |ua en
a aire
. oorani i i
! au Priai
Le Pr.
I. LAMOTHE
Cercle Sportif de Manant
A |o tai n d li Cooree k bicy
.... iulie i O-
l'apra iniJi
uit du C r
, i do ^ '"t invite
ia coureur
ir par petite
injies el
nt inscrite
1 .
. i midi.
D
. 2! Nov 10.4
U Cmrit
Jeudi
Suite de
L'Ahjionn]
3e, et 4e Episodes
Pour luer i nipcretlf
a
Le rctjaid do Lai
Entre gnrale : t gu"
Varits
CE SOIR
nsse
Comdie locale
ei un n .n '" P'1'1'6*
Le VoH d'J M
^Entre gnrab 1 Vgf
L~Fttite Mai
1637 Rue du Cenlrt
Annonce sa bienwi
cheDlle qu'elle vient daM
par le demi-r* hana!
ij'i ns ciruisvires Pour*
grand choix de souii'*PJ
Unis, .-hiussette, cbpcattl
tu, s pour enlant, bas*
qu>! ;'1,1,,li 3
nier cri,l > l'>l'\TM
varias, h li i d,'uteJ
letmich ,
que jolies ' -:>:ll*
Itno
bo
m ..
chaussure Je I
*ou,to ^-xt^sb0n
Elle attire aussi \^m
davoirs.a-cr.ival ^
leurs coin..! mi- p
nets, de, .-te* .-':^
Or Feux W
M,icln.CW^
l^S JOIl'JS "' "' ,,,[.iiJ
inquets ?iruituies "1
m,,:s. etc. et,eu. ^'1
A l'honneur d'i ;^
lantecli^ueleque- ;.ieqJ1,
de la Capitale ^rj,^
de jour* liarge Mf' bn aUudiictinacV
corn kbotatoue-
b.ei


_
le m : nu
mr
' t
. !
m cotent rien
jspnou* n sont pris |.s les m I '
lly on :. qui ,!: p|lls fon : t
fcucoiifi : f WW%
jksqui (Jomu-i:: s ,.c'sll|,a(s s0!!
pneus Goo { y,.;,-.
^.mI;:: il nc rota p.; d'.ioluJ
bpiifi -' -, ,;c /. : \ jj
prs m.M'(ji:i s iiii-nninies. ';
lil.Mii.-.vs ,,,| ,.;;, I
--.-.-' - -..
\ : s pnrcomei avec les pneus Gondi
^ :tr, no vous coflonl ropilrmenl non.
Um's le Von de > nlier heanrnup plue
. > V(lo (jons se servent de Good TetT qut
"i J[" ;, JM'aiteune au're marqui*.
/ L Telle prMronre marquo'e, est sans
;Uu -:^! i ?r -r uni doute la preuve qu'on reconnut la
;juipriorit de leur qualit fil leur lia-
.-_____.. -liilel liahiluelle rendre un service
,->
.-.-..

[snlUf lisant sous Unies les conditions.
4 \ .
' --;.
Ra&aJtu*-* J**Jh/.'Ji M .D>u. (MM
Tiie V /esi ludies T.
a. .. Port au ince, et Gondve
a
KJl
c. W(io m
m -
Cap-ftt Mien
lanqemeal d'adresse
lest In.-lia Oil Company s'empresse d'informer ses
particulier et la'Publie en gnral aue pour
de plus prompte accessibilit son olce, elle
Rsnn Bureau, rue Prou, entre la Croix rouge
line et la compagnie d'clairage lectrique.
Ipt de la Compagnie se trouve, toujours l'an-
ponnerieau bas de la rue'. Pave ou Dam*
ths.
Mme soin et la mmo promptitude seront obssr-
^l'excution des commandes.
h
macie Centra:
^
vous l'honneur d'aimocer au public et nos cli-
nous avons chang de local et qoo depuis le 1er
t nous uvons ouvert notre tablissement, plus
"tmieux amnag,
l c du bureau postal
OrondHut numro 1712
ponons qu'en mme temps, nous avons augment dos stocks et
M de n>ju\eau\ rayons nuire [ihurra i ns en me-
B* jamais, do servir notre clientle avec promptitude et ux
PUUsonndble?, en fournissant des mdicam i il des b di
Heure-, iiirtliij, et les meilleures de toilette .
*y*s qui excutent les pre cripli n ; >nt .! ta ho Q ru. Je Ion
cet! de capacit reconnue.
'ont servis toutes ,e- lieures du jour et rie i nuit.
"0s parlons franais, anylais, allcman I I i sp i ji
Le soussign donne avis au public
avoir perdu le : :iu No 781
d- la Coin I [uire alevanl
la somme de quarante deux s;our
des -i j gourd .
i-Ju i onsquenca il le dclara nul,
duplicata devant lui en tre dlivr.
Port au Prince, le 17 Novembre IM3
B. BffiRTHOL'MUS
Le rcpiss No II 194, di la Com
misaioo require, tant adir, le
soussign le d iclare nul, duj>liotita
devant en tre obtenu.
Portail Prince -0 .Novembre 1923
F. LEROY, avocat.
*-~~^~=------......
AVIS
Le aonatign ani.once au public et
au commerce que Me Louis Aag.G i'
lau'iie avocat, u la procuritiou go
nie de touies mai affaires ; codantes
d \ Mil la C. D. R.
Gran la liivire du Nord, la IG no-
vembre li'iJ
II. MONl OINT
Les soussignes, n'ay tnl p 11
trouv da is le papiers de feu Bug
ne Rabeau, leur frre, le isa
mis au .Ne) 'ic,,i, uu prolil de celui-
ci, par la Commission Sambour pour
la somme de cinq mille huit jjo.n--
des 95/100 (G.5.008,95 ), se rser-
vent d en requf'-tir d : ita-
Llles demandent nanmoins ce-
lui qui dtiendrait ce rcpiss, en
vertu d'un transfert rgulier, man
du bnficiaire, d'en donner connais
;-unce leur avocat, .\ e L io Male-
Clmence Rtbeau, Louisa Rabeau,
H. Rabeaut
1
ulloo
hoe I sh

w'\
fti w York
Si vous voulez broig L. ;. ... vm ebautm
a ** M " m brillant butent tl dm
i vki w*iq la couUut a la soupLut d$
ne ff-j .....*< ......." '" tvupmte at ttt
Yf] ,b^u ura twulaui ti .. ....... tu h.utuut
"Str-y MOSUGK.'.M.
fabrique %p xltm ntpour .e. daaus <' hsgentl mm lu bigb 'J*
' protg la peau dts ebausturu contrt t bumidi. ./ la cbaUw.
.>< leur sonbesst rt conurv leur brillent,
Onu mdt\ la marqu MC N : R4M c eu la meilleur d* ;. mnranm
-t^%^^,-=?^



-
1 : "^
^-"

DaSCHIEINS
d MUmoglobin-
ing pt .-ri *
' '. i- ... : ,
y'"-"" 'i ".
.
,~mf)"jv j' bjj'.ijj.. j a
^m
Haufes Aouveaus Eurcpeunes
CHEZ ANTOINEM-TALAMAS
Frcpos Sm Jaie coquette.
Jeune* flhsqui p Avez chez lut eiro voulez d< lafinvsn' ;e.
Allezchen UU si vous vniez de* article* de. nrcmev choir'
AU>z chez lu', parc^anss marchand*$e$ eoni de lotte beaut, nc prvenant *amm
vieux g*oc de djob u*. de second
AUtx chez AnlclttP TALAW parce qu il e$t conteiencieux > et vend meilleur march mm
partou l*MO
Ailes chez lui pa>ce que rien ne vnns fera dfaut
Vous ne trouverez ri n de m r e lieux ailleurs.
Ailes, allez vite au eoquet biz d'AlUoiae H- Talamas et voue gagnerez beaucoup.
VEHMOOfH QiiZalO Cez A. de .ATTilIS


L^ATJN
T% "2'T^ .**i>
%aJ* JL*f %?=* AJ? JL*?
fortifie
C/a mofi o*e maladie abrge
Votre Vie d'une anne. Le
CLOUOL permet d
les maladies en aagmen
tant la force ds rsistance^
le. Le /
ViViUr dWf
de l'organisme
puisement nerveux
CcaTlescenc
Neurasthnie
Ples couleurs
Eurmenne
La cure dt GLBOt
argrnente U ftrce net-
ni. at Mod aux nerftl
nkj3 gic, leur vapkasa et leur
V\UUT.
4Yl UT7 L'HW- s
C n">t psi m w. iwiMyrttwwi i"i wi n "itm1 ivrT~'tnT
L'OPINION MEDICALE
fi put afnnMf Tue n es>
Stfol yweflt ntl '" i -at la
CtMiVS^MBM*, H ; s'exp.!-
nit umoimH. Mala, i<'ie fa-
on flftcrate.on pul ira qu'il
Rpr-Wle le f,>o....V'u.i i?ar
e\ i-iVr.i* * '< ': n-ii'i* !' uj
lantfu*ur. Cul un Ionique >W
tnuiifjr c-V.f qui, wmrt*e>
nie ni aux txu*r\\* habltuols,
m;m.I sla u*' action r^rlle
in-nl ull! ot ''
abn1*!' la eonvalcoanna et
aucn.enta, pour e nH arr. 1
l,: (J-i UVft, kirl U-ut le
aaerai Italie, nous l'ivnna
v. dan le souk m tes iJi'ixij oss<.n;.e!ka de nUt
une*.
Mt KXJK5VS! ""B25
a \r plupart >. ru* majais.
o!i* iBWlrte na rv-"n.
tj-*nt MM1M l'OtUro-iiiil n-
u-iT ""i nermallafil uni lutta
ejitoai - la Mntatoflfnl
O'Tl^nnv Crlcwoj,
Aiwlen intartM a Pam
RUkP C.Vf '''-v t, u /'.ncitm.J, la. .J. al'IMMi
*< inicic
SJesnrcsTRr:.....
Vaillant & Houtt Agents gnraux 1720 Ru du Manaaln de rgtst
-./aMatv^jB.*.
**

ni
j-
maifoii
kj
vera
La I II, SYLVERa ""r01"* ucieuii de donasr
ilein satislaclioo ses aimablci & nombreux client,
.eur offre, en prvision de la lin l'anne, les article*
suivants de tonte fracheur et de tonte beaut rcem-
ment reus par les derniers steamers, des prix eittf-
tionneilement rduits.
Rou> ne croyons pas ncessaire de publier nos uni,
car il n'est un doute pour personne que non seule-
ment nos articles sont de choix mais que nos prix sont ^ise de la maison.
les plus pas de la place.
Cordonnr>*
Erneet Ca nille
Fabricant de eh itfftwrN
n tous genrm
Matriaux Ulprieur*
Soins promptitu le Glrii*
ttran-i'Ru^ p. es la PesU N*t7'J2
[a maison porte In connsit-
an *e in pUDlic que --- >l io< le
bui J faci il p ei r' n aurager
ni nombreux HienH -- elle ac-
corde partir du ter Juillet
tO.'.'i une prim; le u 1e prire de
il.!:|S:i!'SaU cllOI\ .1 tOUt d Ifll
ti-ur de vingl ticket*.
En con i iuen c on eil pri
,| r l'mer ni rc.u pour chique
achat au coralant
A 'a Conscienet telle 6-t la
Casimir gris anglais nouveauts
Palmbeach jjria anglais
tkalmleuoli ijris anglais carreaux
Ialmbeach uni & a barre,coul.
Alpaya noir sup
Diagonale noir suprieur
Serge lileu marin & noir, anglais
Satin de cliine pour tailleur
Lustrine barres po .r tailleur
Kaki jaune anglais extra suprieur
Dr*!? union blanc
l'iiNSor Japonais pour Chemises a homme & robes
Percalo blanche
Itideaux tullo pour portes
TullA pour voiles
Voile) uni A barres
Gabardine unie & barres
ftatine blanche & couleur
Orijandi suisse brod
.rodes madera peur robes, chemisas & Jupons
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blanc & couleur
iKarquisette coton noire
Crpon A jours blanc & couleur
Hrabant anula s
Ealieune mouches couleur
'.-tildes-brodes anglaises
Toile i\ voile pour golettes & pour cadre
Calicot l'ercal de famile
qui blanc a barres pour Jupes
Nansouk noir anglais
Molletons blanc & coul.
Lotions Pivert assorties
tias a jours
lias blanc demi-soie
Drille union ai glais
Sat foulard nngl. doulde larg.
Cliapoaux ioutie itorsalino etc, etc. etc.
foute personne dsirant se procurer les meilleures
rticles i\c la place et aux meilleures pris que partout
ailb urs se I* il de laire ses emplettes la Maison H.Silvera.
Rappelez^oua iiirlnul que la rputation de la Maison
n'esi plus laire peur ses articles d'importation an-
glaise.
La maison
H.! Balloni Fis
Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rhuru fa
Fort-au-Frince, se fait le plaisir de porter la
aance de sa nombreuse clientle et du public ei
rai que ses rayons constamment se renouvelll
marchandises de premire qualit, choisies av<
et la porte de toutes les bourses.
Savoir: Bijoux, montre, orfvrerie, un grandi
ment de bibelots, sacs en argent pour dames,
premier titre, couteaux, ncessaires en anjeni
mes, ncessaire couture, glaces, tableaux, dei
lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos,
de toilette en porcelaine.grands ei petits lits en m
V're, berceaux en fer et en bois, chaises roulett
niante, lits de camp pendules, rveille matin, saJ
liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table,vases!
bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laintl
mas, casques, Jambires, parapluies, formes eh)
pour dames, chaussures pour dames, homme *
Tantouffes en feutres, palm-beach.
Maolltaea, coudre, faux-cols, cravates,
blanches t couleurs, chemisettes, jarretires,
bretelles, chapeaux, de paille, chausseties, malles j
caines, valises anglaises, joujoux, pendulettes et j
bijoux en n cre, fleurs artificielles, plume forttal
deaux pour baptmes, fianailles et mariages, I
l otriques, jeux d articles en osier pour salon. \i
dc3 et automobiles pour enfants, Fameux chape
iiC iiorsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, pc
pea-x, jliels flanelle marque Docteur, pijamas
asimir franais i haute nouveaut i.porte-lrsor.r
dames, carnets pour hommes en peau de ItussU
dorneusos, serviettes d'avooats, eto, etc.
LURIN
Pateri
(Maison fonde en 1738 )
55 Ru Sta lone-- Paris
.>
Le Malin
Fond le ier Aril 1V07
Abonnements
L.S .Mu
INir -nu-Piince Ciourd s t CS
Dpartem%Dts 'i.aO
Et m ij;ur '.J.OO
P.oUe PttsU: M
litqihone 24:'
Bureau: Rue Amiricatne; t$5
Paul Sales
AVOCAT
iitcQuiremeits Commerciaux.
alfairts l'Etranger.
Correspondants Wasliing
ton, \e\v-York, Berlin.
Turin J.ondres. Paris
I?a HueHfnt TI7J wf-sa-i r%ne$
7l>kcmeW
I a Gae
GR MDBVE
v;hcp end Loocb noom-Open From
A 5. Ml Blil i* I M kei\ dt.
En vente dans toulos les bonnes maisons ,
Reprsentant pour les Antilles: It.UADLL Pa*a
Poeus & Tubes
P.itus
fiabric
Mnn 12
31x4
^4
S3i4
.!i '
321\ 1 2
34x41.9
2i 3.2
Tube
MO?
3s3 1,2
3t4
32i4
81x4 t|2
34x4 lit
:ii a
1,10
uaa
1S
18
18
Con
<'
ni
u
M
NI
!6
toi
33
Tubes
9.2
$75
s s
4,00
400
usent.
N. B. C'est la qualit et le prix qui J-"-.?
L PKETZMINHGfiEffl
Rue du Ou
l e lait a
BSANOFELE, mdica-
iu ni souv i -u ii.i le aludts-
me:
ESAXOFfcltl .!:,- pcurKs
fcutan
ENVENTtO.t.o^etdeiail.

ZIDAL
LB ROI DES TONIQUES, infuse une vie---^
iante>t use par letravail. !es excs, is maladies, l acuon *
ANMIOUES-NEURASTHNIOUES-jar
Brochure il C4 p*h raiulta. iUT d",,r^ijrf^
L IABOHATOSHC ZtUAf. 11. Poul^ _j^_Li^^sS1
OMCJt.
Bu vwuve u^i iout la bonuea v<^
k ron-an-i * ^iwi'ii AUSSRiiA *****
'Z*x


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM