<%BANNER%>







PAGE 1

LtL|AAliN V velopper tous les principes capables de conduire ta grandeur et au rp?peci de la DMOCRATIE, par, ,. *ont supposs pos&der Dimanche 25 n#feiBWPtlVi| U.S.S.B. "La Solidarit" ns pour bien apprcier. Ces* tre au dessous de sa lche de djreq 'tei:rsde conducteurs, quand on s,' !aisseailer, Ruider, dirigerpaJ l'< passions. L'homme, an effet, na pas toujours l'jde juste; on p ut parfois s'emballer, mais ce I tant, qui nsl constat chez plus d'un politique, ne dtruit point l'influence acquise Alor-J. lr vrai p.Mr tandis que le taux lion dans l'erreur. coupables, on compromet tous les intrts vitaux de la Dmocratie. Dans de pan illescon lirions, les hommes politiques d'Hati doivent tre sages; ilsdoivenl se rendre l'vi lence les rails; ils doivent bien tre imbui de l'actualit de leur piy* avant de se jeter duns aucune avi nture. Sachant pertinemment qoe les juges doivenl rendre un verdict selon la mentalit qu'ils ont de la loi; en maintenant une p rpeluell9 agitation d u< la R p i %  !' |U3, ils savent qu'il g m r nenl tout 1 ordre social.Ainsi l >nc ceshommes politiques d'Hati d venl considrer las questions le tut nou les questions de Iroiti pratiquement parlant Le d*oU acquis, cest la raison ; cedroil peut-tre absolu an lui-mme, mais litil dans ses rapports avec l'antrieur. Asses so ivenl Id roit est le rsu ne %  %  la force. .. Je considre que le politique hatien qui refuse d'mdier I ten semble de la situation mondiale, laquelle devient notre seul et rel guide, provoque des ennuis I tous ses livresQUESTIONS SOCIALES.Les rap ports de la politique avec la Socte t sont tellement intimes qu'il est vraiment impossible de bien Baisir comment ell s 3e compltent, — la politiqu tel la Socit, MUS [apolitique, aucun ordre sol i.existe en fait, parce qu'elle a une m lluence sur I avenir de 1 Etat. Une politique qui manque de sagesse n'est pas une 1 onte. Mariaai. Pare L-coute D| irl : I %  beorea prcises du Parc Leconte. Courrura : — VVwley Marsjroo, Andr Thard M. Elhrt, S. KerB iz4n,N.8aui,Bdrii Pierre Louis. Antoine Mondrfsir, Georges Arrher, BtlU reaioa Dimanche aprs-mi' di dea membres de la tSofidarH qui entra niainlenant en pleine volution et nous pouvons allumer que d'ici quelque temps elle sera une de premires associations da I>H\S. Apte sanction des processif baux, OD entendit lecture du rapport de la r.onvussion charge de vrin P la Caisse du Trsorier. Du 27 Mal an tu Novembre de c tte anne les Changement d'idress La West lndia Oil Company i'empress d'informer clients en particulier et le Public en gnral oui j raison de plus prompte accessibilit assoit olfice, a transfr son Bureau, rue Frou, entre la Croix Amricaine et la compagnie d'clairage lectriq Le dpt de la Compagnie se trouve toujours eienne Savonnerie au Jj'as de la jue;Pave ou D Destouclies. Le mme soin et la mme promptitude seront o vs dans l'excution des commandes. Jremie I prix B gagner %  l Matchs de t'ojt Hall contre si Marc. .',i| ( unis. Enir • gorale0,50 Voilure t g urde Que tous la public aille assister porlil ce great evea! Une belle jonmV sportive L'U 5.S.H. ni jaoiae imanctae une belle j >urne iportite. lr >' beurei prcises, sari donn : -••| 0 ,| du d ri de la Course de bicyclettes Parc Laconte-Meriao-Paro !. \[e Vlogt-el-un coureurs prenent pari a cette preuve. Leontrle sera swurn par un comit et notice assurera la circulation et le ,11 l-ordre sur la voie pula |> lenient nada. l>uu on passa l lection du nouveau bureau eharg de diriger la Socit durant l'exercice 192.1-4. Ont t lus : MM. Auguste Bosq, l'isident, (rlu Solon Vieux, vice-prsident (rlu), Lelio Josepli, lecrAftaire (rlu). •'• L. \oiret, tre•orier (rlu). Lee conseillers sol : MM. le Ur Wtor Carr, l'abn %  Duviell, Conslantio Mayard, Clment Pothel et C lrilus Lafleor. Tous les membres du tinrent ont t lue presque I unanimit et la slection des anciens membres marqua 1 la grande confiance que l'Asaemfa e place I il aux. Il a t ensuite dcid que, pour rater la date anniversaire de U Iondation de lu Solidarit >, socit d'assistance mutuelle, une petite '.' %  u .' maintien quipes de la G. d'H comptera dans Lie P !" ". le championnat national militaire. OFFICES : Starter : Constantin llenriquc/. J.igcs Ma/iani : Georges de Lespinasse. Seymour l'radel, Oswald Brandt. Juges l'arrive : Williams, Louis Soray, .1 iseph Caasagnol, Contrleur* : Km. B. Armand, Joseph Mbertioi, Armand Mallebranche, Plaire Anselme. Andr Dreix Incendie Hier soir. ven les OMS hnires et demie i.u Incendie a clat dans la m tison occupe par Thramne Bonavantura. Les pompiers arriv nitlau temw ont pu empocher d s dgt, es dpendances seulement ont t [a proie des tl.uumei. II a t en outre dcid que le Bureau ciii a aux Pouvoirs Publics pour demander que rouvre soit reconnue d'utilit publique. . La Solidarit • est appele a rendre comme dj elle rend de rels service?, ses membres. Nous donharmacie Centrale Nous avons l'honneur d'aunocer au public et ni. ents que nous avons chang de local at que depuis U Novembre nous avons ouvert notre tablissament, spacieux et mieux amnag, lout c* du bureau p o8l Grnd'Bue numro 1712 Nous anonous qu'en mme temps, nous avons augment DM ito avons ajout de nouveaux ravons notre pharmacie. Nous sommMt sure, plus que jamais, de servir notre clientle avec promptitude prix les plus raisonnables, en fournissant des mdicaments et dei tes de meilleures qualits et les meilleures sortes d'articles de bonbonS) etc. Nos employs qui excutent les prescriptions sont des hommeM gue expiience et de capacit reconnue. Les clients sont servis toutes les heures du jour et de la nuit. Nom /jurions (murais, anglais* allemand el espagnol. les buts s ullea un nom | i :nl m luvas dan* tous les milieux En tait, une nation, peu^-elle passer sou temps a se nuire,se faire U guerre! En Hati, il y a constamment eu des projetsA-ucua Gouvernement u' jamais pu se livrer une tude approfondie dea mesure rationnelles pour la viibilite. Quand une tude d'iotfet gnepoterie de la lutuaule SCO rai se tait, — ou avant l'occupanons en peu de lignes nraux qu'elle pouisuit : La Socit tout entire l'obligation solidaire de piocurer par l'organe de son Conseil d'Administration. 1 aux employeurs, cbels oateliers, iractaura de services soit dans le connncn S ou l'industrie, les employs bon notes el capables qui leur peuvent Mre ncessaires ; 2 du travad ;i Si s membres, dans la plas large mesure possible: rulfon Shoe Polish Company I ;> t. j une allocation Grande reprsentation jeudi Va rita. Entr o 1 gourde; Loge 1 gourdes. bon ou depuis l'occupation,* u* sitt les vues dece Gouvernement •ont appeles dans desquesUons tailles. Decettd taon, toutes les affaires haienn , quelle que soit leur nature, onid ivenues des problmes insolubles. Dans un tal aussi n ivrant,l ure soc; il, dans i s princiqes mmes, n'est-il pas attaqu ? O est donc sa fon e ? O soat ses moyens ii/ combai ? Que sera la vie enfin La justice lera incomprise; la politique deviendra la passion ou la me quinerio La Socit leri aba.ido.iiKc eUe-mdnn Alors la ruine. En vous priant 1 lonner pubUcite cette lettre, je vous serre la main bien cordialement IAVENTURE,eW. Varils es tout Les Iistlru de New York Entre : 50 lentitnes Meroredi. laire Le tirags de la Loterie do la Mutua lit Scolaire aura lieu dimanche pro cbain25 Novembre courant, ds 3 | 1()Ul i midi Cin Vari ts. I,, membres de la Commission de atrOle de celle loterie sont : MJ4.BdmondMaoaon,>lfredGlto, Dr J. C.Uorsainul.Windsir Michel, DfA. V.ICarr, Joseph Uourrelly et les journalistes. Port au Prince le L9 Nobre \9i.\ Llio LOUIS AINT, Prsident de la Mutualit Scolaire. Hemer ciments Mr et Mme OsWald Brandt t leurs entanU, Mr tt asu Jeau ue Veaie K i M et leur* aatanta, Mf et Mme Jules Lo.cq, HtUaa un* et Juha B^rlhe, les autre* parents et alba, remercient Us amis uni des Uepar tements que de la Capitule,et parti entirement Vr le Prieidaut de la Rpublique et Mine lloruo, les Freres de M LOUIS ue Uon/ague, les lie ligiauses de SI Jo-ephue Uunvoui leur ontdonu dos marques de ympetbia l'oscaeioB de la mort de jneinlsi Barlhe, ne ndra, | (lll .,. .-. Il-e lucre, graod uire enleve a Itar sfleetion | | lobri %  '• % %  nner. de chmage facultative, i-i aprs discussion, la Conseil le trouve juste ; 4 l'aasistaaca mdicale ; 5 des secours m mdicaments dans la mesure O le pu mettre l* Ut de la caisse sociale ; (i c les Irais funraires et enfin une salle de runion pour tous les soirs, dos cours du soir professionnels ou d'iristiuition lmentaire, des journaux et revues, des outils da travail et instruments d'art, un bar hyginique, le* accessoires de sport et d'attraction qui seront dtermines bientt. Nul doute que les Pouvoirs Publics n'encouragent celle œuvre qui intresse un haut degi la collectivit hatienne. C'est pour nous L'occasion de prsenter no? flicitations aux Vnrables de L'A mil l et de La Vrits qui. dans un bel lan de solidarit ont gracieusement mis leurs temples a lu ispoetlioo de la Socit ta suite des dboiics prouves ailleurs. On ne doit pas l'oub ier la Socit t'interdit rigoureueemeut de se mler aux luttes des partis politiques ou aulr s ; mais elle dclara avoir un caractre essentiellement dmocratique el ouvrier ; eu consquence de quoi elle s'intrei-sera toujours tout ce qui peut amener une amhoiation a la question du travail et la coudilioii ds ouvrier en Hati. — Les membres du Conseil d'administraliou Ue la Solidarit sont convoqus pour demain mercredi a 5 heures prcises de l'aprs-midi au local de la Loge La Vrit*. New>Torfc 5, vous vouki brolgtr la pta* d* • *i vous votai avoir un brillant luiumtt Jt veau wui^ la couleur et la mUa tbMusuru putdaiit teniumbi tnt>bl*.J*MOhOGRAM. habnquM >ptiialemtntpour M dames tt fj* Umm du £•*• tlU prott la peau des chaussures contre l aWtfat U tUim tlle l entretient leur soub'.esse et conserve leur brillant. Demandai la marque MCNOGRAM. cmt bmilleur ie M* I Geo. JEJkNSEME Aempoor| Royal Caf lin lace de ia Banque Natioi Propritalr : Annaoiue INNOCENT Ce nouvel 6tablissemenl se recommande par uni irprochable, des consommations de premiers situation privilgie. Le soir, musique attrayante dirige par des •ionuels de m and mrite. Installation pariaite. — Prix modrs. Tlphone N 395 r,l -1 %  • %  > — iJ. %  a ..,-Jb-'Entre! i gourde La Gauie !hop and Lunch Hoom-Open From A 5 M l'util 5 P. M Iwrj day 4 uft Les amis au trs regrett Mr Lotus Llly aot a^se que sua convoi laiMi ra 1 Hpital .unitaire des Etats Unis, Route de Bolosse, A 3heurei p. m., le Mercredi, 2t Novembre 19x3 pour se rendre an Wharf de cette ville. Capt. 0. B. THOMPSON. JiN-LBOI t TONIQUE, RECONSTITUANT, FBBIFU Raoommand par ton !•• % %  %  %  L. PU.I.A.LA.O0M1. tr. .,r.bl. toai^M'* 1 %% prlnripti da* trois mllure* orle d, ,?„. ..iirecowV^ .u P *r..ur tout !•• iutr.1 Tin* de qiiinu ^ •;, „ iW STn1£Z?£r£E£i' 'd a FAIBLESSE GNRALE, MANQUE rtfgW i DBILIT, CONVALESCENCES, FIEW IN V1HTI DM TOUTI l taiOtr >• VtRlTAaLB QX7 INA* en* ZZm**** RIS.



PAGE 1

--^/-k*"0*V contre la 8TIPATION frner les 8SES nu s ORT, Pharmacien, Kn -A iOi.ia ht S PUBCAT1F3 U. %  • t" 1 8 •' '" %  i 0' J-J %  •>:> JM I).' "-*<:(*. AVIS y^n annonce nu public l que M' Louis A'ig.G 'il ni lu prnciimtirin gn^ ,lfi me* all'.ii'-os p.-ridantes |C D. IL ,Ri\ire du Nord, le 10 no 1913 Il MOW'OI.NT Jvis Important pig.iti, u'aytnt pi* relu pipier* d feu r-i-^4ltur frr?, le rc4pM |o3iiJ, au profil -U celuiiCoraraission Sarnbour po ir I de i in(j mille huit gour) G.0.003,9.) j, se lserIKqii''iii' d./pli<'iilttbanienl nanmoins cepiinilraii ce rcpiss, en %  trarnIVrl rgulier, mnn jotire, d'en donner connaia hrarocat, >1e L io MaleiPrinc le I 7 Movembr. 1 9 2;{ Rubenu, Loima Habeiu, Avis onnaires de la Ban Ilionale de h H< : le d'Hati (Je gnrais annuelle lires do l.i Manque le la LUi}(ibli<|ii4 d'ilaisu au Sige Social, Noce i il.uu ), I .• Trou Isilneul cuit vingt qu;itheures du naim, aux Kuter 1 • r.[jp .ri du Cou ninistraiiou sur la situ r iBauqi; -. sur le bilan et "optes, de I approuver Jw,de procder l'lec* |Membiesdii u.n?eilJ'AJ 00, de lix.r et dj dl rdislribuLi JUS de diviBaUeclajiis aux rfdliicuor de Ltes a i•Wus qui peuvent tr* •ieur.ip,ir,'c:i itiou. [C.E. AliTCllELL, du Conseil d'Administ la Manque Nationale Publique d'iiaiuUMiJin LeSin & Fak, tic Fond* en I8~e Sup'iorit H*& prit P irptiiu** tous produits chimiques, pharmaceutiques et autres aiiides vendables dans une pharmacie. Kpices, loi\re, Cannelle,biroflc.Auls toile. Muscade etc. I te. SCCTCRAF NE. Spcialit : Marque prive Lysol dsinfectant, Parfumerie, Articles pour hahiers, It'ay Rum, Chocolat en pou dre, Hu le de foie de Morue, Kmulsion Cold Cram, Ev traits pour faire essences et eau de toilette, Eau de Quinine, Poudre contre les insectes, Sjiution pour conserver les œfs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure pour la toilette des enfants, -sseuce de fleurs, Eau de Honda, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive pour la table. Brosses dents, Pepperniint, huile pour chasser les moustiques et autres insectes,Itegulot: huile contre constipations et doubles des intestins chroniques Th, Cire pour les parquets,Comestibles, Llixirs,Kpices, Sirops divers, Teintures diverses, > ins, etc, ele, etc. Demandez le catalogues des spcialits. Confiant vos commanda* LLilN & F1NK, lue; vous serez absolument satisfaits. Toutes les bonnes pharmacies du pavs s'approvisionnent chez LEHN &FINK Inc. Lon H. Ihband Agent exclusif pour Hait! I I > our faire de la Il lu' ce aux no'reuses et jolies marchait-*! dises arrives de i %  i i de France,la maison PAUL E AUX1LA Liquide un lot de Chaussures pour dames U> gourdes la paire. Un lot de Chemises couleurs pour hommes i $.%.' Dn lot de Chapeaux de paille pour hommes 5 V( vt % f, | n rt. fro rb> .r *t p fi f Z tJ re solde* il n'y a *\ pou* quelques four§ % 1! i OH(IH F.O.^'ERCECoiiipauy ri VEST no nwiY NKW-YonK FOViiK EN' 1817. SUPRIORIT • SIS PRIX Fabrique de : Peintures, Vernis Ocres delonies sor!es.JV]aslic. I on R, Thb&ud t{\".l pu H tl WfJSI DliJ .. CHICAGO, ICI S lfari((jH,i>uileileeotott Huile tic mas, mess et Clear Po?k, !?œaf Sal, JauiliMis & acon, Queues museaux,Lvres pieds, Oreilles de pork. Saucisses en huile. Corned Beef.Huast beef Pvlted meats,elc.etcetc. Prire de voir le Prix Cou rant. Lion R. nluuii Agent exolasl! poor Hi.U Avis le ousH^r donni avii au pullic t>Ot|' |ll I >.(> |fl Ici < | I-M; u ,\u <6 tli m i iii.ii., ui. i t i,i. t.. r '. ii \,.m U U kblklBl U IJI.IUIJU lilUX 0


PAGE 1

I < Il li 1. rduque l'Intestin Cfemstfp&tion Entrite Vertige* Dyapepsre Migraines u P'dtir t&Slfer en bonne sant prenee chaque soir an comprtin de JVBQL •Mirr.T !"". '< akjbo JOROLJT ktlM r>n Itonnciiit 1TII y %  .rai WH^ Mm nm, mt qu—. lakV rifar*i '• %  ;FTSci ' ' et •usurv. w\ % % %  ••' %  If ,p^-.< riir; U i ••<'. Ii.; aitaalt M %  II te fftoi. 11. %  1 %  ' '* % %  l'\tM'* En il'Hr. i ,xii'tl*,.. • de v>ul'-i'>c • • muiM .c; poq M %  I*S 1 M I' 0* S de M -•' %  • *> fiSXC ——• SES .*•. .'nwu, J'JBOtlTAN •n. i iui'-i nu JuHol, rgulateur de l'Intestin, fixe une heure constante aux Jubolisu EXTRAITS DILWRi'S %  '•• wo.:ort Hfgutertttni te* fom tlu itv Val liant & llauet Ayants jnraux 1720Rue du UaBasin de l'Etat %  j ii-aj -*, e^f3^*~ f> L maison If silvera La laisen fl, SYLVIRA toujours soucieuse de doaeer dleuic satisfaction ses aimables 4 oombreui clients, jeur offre, en prvision de la Gn d'anne, les article suivants de toute fracheur et de toute beaut* rscem. menl reus par les deniers steamers, des prix eisepttonneliemenl rduits. Sous ne croyons pas ncessaire de publier nos pria, rai il n'est uii doute pour personne que non seulement nos arlirlrs sont de chois mais que nos prix sont les plus pas de II place. Casimir gris anglais nouveaut l'aimbeach |ris anglais launl>ench yris anglais earreaux palmbeach uni & barre, coul Alpaya noir aup. liiayonalo noir suprieur Berge l)leu marin & noir, anglais Salin de chine pour tailleur Lustrine barres po ir tailleur Kaki Jaune anglais extra suprieur Drill union blanc Tuaaor Japonais pour Chemises homme* & robes percale hlanehe Rideaux tulle pour portes Tuile pour \oilcs Voile uni & barres Gabardine unie & barres lu. il ne blanche & couleur Or-'Uindl suisse brod Urodes mariera peur robes, chemises & Jupon* Petites serviettes damasse pour table tooyeux uni blane & eouleur Maquieette ooton noire Crpon jours blanc & couleur JBiabaut engla s Loiieune mouches couleur Baudes-brodes anglaises Toile voile pour golettes & pour uudre Calicot Perai de faniile Piqu blanc a barres pour )upes Nausouk noir anglais Molletons blano & coul. Lotions Pivert assorties Bas fours lias blanc demi-soie Drille union anglais Mat foulard angt. doublelarg. Chapeaux feutre liorsaliuo etc, et, etc Toute personne dsirant se procurer les meilleures articles de la place et aux meilleures prix (pie partout ailleurs se doit de taire ses emplettes la Maison H.iilvera. lanpelez-TOUS surtout i|iie la rputation de la Maison n'est plus i taire pour ses articles U'importatiou anglaise. Cordonnerie Ernest Camille Fabricuid de chautsurm tn tous genrm Matriaux suprieurs Soins— promptitu'ie— Clrit firand'Rue pirs la Peste NM7iJ Lfl maison porte \,\ c<>\\\\ saaes du public que — dans I" but de faciliter et d'encoui es nombreux clients — elle cor. le — partir du 1er Juillet 1923 une prime de une, paire ^^ss m A ^ ilorii Unie Le S/6 Waldtraut Horn YSuant de Hambouru via l'uerioPlata est attendu Perl au l'rince le 20 courant 11 repartira probablement le mme jour pour Kingston, Santo Domingo, O.P. de Maons, Curaao et l'Europe. Le S. S. Ingrid Horn venant de [Hambourg via Curaao, .lacmel est attendu Porl-au t'rince le 26 courant. U repartira probabltiucnl le mme jour pour SaintMarc, Puerto Plala et lEuiope, prenant trt. Pour plus amples renseignements, prire de bien vouloir s'ariretser OLOFFSON, LUCAS k G>. Port-au-Prince le 18 Nov. VJlZ. La maison H.* Balloni Fils Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rlmm Tillejesj Fort-aurince, se fait le plaisir de porter la cono sauce de sa nombreuse clientle et du public en gi rai que ses rayons constamment se renouvellent marchandises de premire qualit, choisies avec et la porte de toutes les boursei. Savoir : liijoux, montres, orfvrerie, un grand nient de bibelots, sacs en argent pour dames, eouvi premi-r titre, couteaux, neessaires en aruent pour (, mrs, ncessaire couture, glaces, tableaux, descente lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, serV de toilette en porcelaine.grands et petits lits en fer et vre, licieeaux en fer et en bois, cliaises roulettes j enfanU, lits de camp pendules, rveille matin, s*rvl liqueurs, tasses, lampes usa. tapis de table,vaseaS ** bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine, mas, casejues, jambires, parapluies, formes chapeej pour dames, chaussures pour dames, hommes enf— l'antouffes en feutres, palm-beach. .Machines, coudre, faux-cols, oravatee, ch<_ blanches et couleurs, chemisettes, jarretires, oeintu bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, malles ar oaines, valises, anglaises, joujoux, pendulettes et set.. bijoux en nacre, fleurs artificielles, plume fontaine, deaux pour baptmes, fianailles et mariages, lam] lectriques, jeux d articles en osier pour salan. vletf de* et automobiles pour enfants. Fameux ohapeauxl lie iJorsalino, assiettes, earpettes gyptiennes, porte-* peaux, jiiets flan. Ile marque Docteur, pijamas tran< easiinir'ranais haute nouveaut),porte-trsor, sacs dames, carnets pour hommes en peau de Hussie.orc* donneuses, serviettes d'avocats, etc, ete LUBIN | Pcthnni Sipfa ( Maison Fonde en 1798 ) 65 Rue Ste jrnneParis En vente dans toutes les bonnes maisons Reprsentant pour le. Antilles II.UAD1CL Port-suPueus & Tubes fcU tabric Corfo 1 v**p*mm#— Le Malin tondillsrArilWO? Abonnements UN MOSS Port-auPrinc trd |0| bpartemst* LIS Etranger i-SO Buitt PtliU: 11S llcphom H iureau : Rue Amricaine; 138 Paul Sals AVOCAT Recouvrements CommerciiDi, affaire, l'£iri&ger. Correspondants Weshing ton, New-York, Berlin, Turin I^ondres, Parle )7e HuUmmi7',Port-nu-i'rtnee : 1*2 3 1 2 81x4 :;ixi ::hi Mi I 1 2 34s4 i,i 32 S % rt' 9,50 li.So \$ 18 18 HratciSj 10 titra U U 5 SO 3o Tubes nbes 3O3 ij -:l.i |.| 31x4 JlrA L'3t4 3x4 1(5 34x4 1,1 3i4 N 15. C'est la qualit st le prix qui * ut n t t l L PREETZMANN'.:' Hue du Qua*. MB ^ DE LA f; ' %  ,-* f'", "". t • INE lr-. 'tri ,ul"vjrru.^ , .... i ,t> em-n <*• 15 l-js ir %  %  %  "' -' •••' %  ?> l | V r '.'^ sasxsassssjssBSwi'i" issasssr



PAGE 1

^^W-CTTV -*-V flLUR PROPHIKTAIHK lilSIUMJxA [jaient iVJagloire BOIS VERNA 1168 Ru* Aiuerioaine ""> 20 CENTIMES Quotidien BLEPHOXE o Se) Il y a deux professions pouf lesquelles aucune j rfrence p'e.t exige et qu'un repris de justice peut exercer avec sert* mi : La pi ofession de journalier te,qui dispose de riionneur de ses contemporains,} Ja proies, non de banquier, qui dispose de leur argent. G. le la rODCHAHDIIE ANNEE N H007 PURTAU-PfilNCKdlAITI; MARDI 20 NOVEMBRE 1923 ii ~ ParCab, te retour de la Monarchie VJ M f M |L. ^__^ e s Die itGlansaBderEi-KririDDrz d£ um -X [a Situation en Europe nr rat de . fort Par CVt/s I 18— De vigoureux efkits tu celle lin an semai I cels de l Mam Le p„ai | maintenu 1 ui,r l .le liCi-aDglai 3 e.|| s-iul,la,t [indication... uujourj lui "'le des alla'rcs la France tait en er son altitude eu ce lies sanctions qu'elle i prendre contre l'Aile Iwo rriie tl. Tiiire re lTerlex l.r.uiij.iinz et S'ils mission militaire %  dre son enqute in les armemen(s aile Util ai.semble dispos ||liniiler M, n iirliun au Me I ex k miprnu et |§geuveinement aile ntire qu'il ne e livre '*il* politique peut compter sur IfP 16 franais M Lige ^•amneun rupture en ••lia Franc. Tels ont %  ire, presque un nui %  Uisux politiques ce 'J re.i la nouvelle *"nt franais, tout •liant d'arriver uue Question dueontile '••> Allemagne, et du pprwi.avaii accept la '•deiaruniun du con •'ir.-, pa.ee que le •"giti* n'avait pas %  tolions son aiuodi fg dlgus officiels ** ,i Jw mtmbres Ule des Jj iepr.-en f e t d e I* Hlinanie œ!lre daccord au J*" relative propo Cm occupes, la dis V* lundi. Bien que 1 central soit dispo piojet. confrant •joœiqu. t adminis *J et a Ja rgiou iS^O'* pu encore ;£'•. n'impliquent "Fdroits souverains "mandat aux auto coudes qui seraient ^••s agent, plnipo ouvernement aile l %  •• note au gouver JProieaUot ootr e le Jjtonu aux spara ri P8 r le trou P 3 1 3 01a dclare que es ^""ence avec les *,' nl form d e K^ !" n un tat d' *< C',, e pU, * a el M?Vf ,e uuver hl ""ordre.Li uote * a!i d, ttul decla Nff,, neu comman |ft ur la ri E* d France eo fi^'-i ltal de **Pratistes, est du peuple de Rhnanie d'adhrer politiquement lAllemtwae et de piodequfjlM francaia rtablissent lo.dreavec leurs u-oupes et dsar ment le, bandes spauutes. NRUILLYDnsundiconr.irj nonce ,c, l'cc.asion de P.na.'gu ra ion d un monument aux morte de la Grande Guerre, M. Poiucar procam au monde que la F.-nnce est dtermine, a rester dans la Ruhr •t dans les provinces rhnan** jus qui ce que toutes 1. s clauses du traite d. Veresiliei s ient complte mni excutes et que le scurit de la Il ance si.it garantie. Le praident du conseil a njo .t qu moins que setisfac ion emire •01 obtenue de l'Allem ,gne, dnou % edei pnalits lereient imposes BRUXELLES Camille Hayemen, secrtaire de l'Internationale Socialiste, est parti pour Berlin o il organisera une acli u ml. rnalionale contre la retour u pouvoir d'un gouvernement r u tio maire et pro pose-a le boyeotlege de l'Allemagne par Unit* les erganiliions ouvri res du mon le en cas de restauration de la monan lue MUNICH— Lei kromprinz, Rnp precht de Uiviere. v |j n | l'cart des g<*ve> egitatione no itiquee qui soulvent Mu ,h ^Cluefle.nent, en ipeolaUur tntrese, il attend sppa remmeul le moment propice pour re, rendra le royaum s.ir lequel a famille rgna pendant des sicles. Toutefoie on croit .|. .1 „ e*tinae pas le moine.it Iigir ari. %  1 1,, | re |j r dan se ville de 1! ivhti -•. le 1 o il re.it j iurnell< m u dei rapports du bacon vo Soi,, i Fauulnl'eu ; u r lx aituarioii Munich. Le prince Ru iprecht a rcamment donn audience quelques chefs de9 anciennes maisons nobles bavaroises qui sont alls i'assurer nou veau de leur fidlit inbranlable. Portau-Piince,'o 17Nov. 19*23. -Monsieur le Directeur, Ba dfendant no* droits, nous maintenons aussi .eux de nos allis Italie,Tchcoslovaquie, Pologne. Hou manie tt Yougoslavie. C'est le statut du monde qui t en ieo. nous en tendons en tre les gardiens, nous ne dsesprons pas de convaincra no* amis que notre mthode est la bonne. Les vnements rcents ont montr dj que nous avons raison dans la large mesure et les vne ments futurs nou, aideront compt ter la dmonstration en tout cas sur la justice Je noire eau e. Nous pour suivons notre rou e en paix, sius anxit comme sans faiblesse t. ?* f droit d'un r lui-mme. Le '••nt b volute '. La proclamalio 1 du fo rat a pour but d'empcli.r .e> run one eo mis se d'ouvrier el d m erdi e 1 applica tion de la journe de travail de 10 heures. Nouvelles Diverses l.a situation dans laquelle se Lo:-j >e le penp'e bavarois voudra trouve uoltr |.i\ 0 rclame toud.moi*.rame roije serai pil.ra.is jours des ciioyena une rflexion, qu'ils doive! rendre publiqu?. Il • agit ii 1 de 1.1 justice nationale, Je ne cousidi 1, pas Les choses en intn su, niais eo 1 it< y. u. J e nevuispafl ni le Gouvei u.inent %  duel d' la Uj i-ibliqne, pas mme les citoyens qui sont n luttes entre eux. Je vois Hati et les conditions data leaquellei elle se dbat. Depuis quelques jouis, la justice nationale est fi rtemem ml uausl sagtations qui sa l'uni un peu partout dans le Pays; on dirait, si l'on n tudie pas les clios s fond, que les juc s I teintent le niniiv. meni uuarchique. l-t qu .luu dot tre considre sur trois points: judiciaire, politique el sociale. l'Ii-iiie n'a pas encore sono;jfl eui^ mu '< la pe i-e que les lrei familles de Bivims me consi lreut enc >r <• m e ie souverain <| ii p ut f ii e soi tir la paix et l'ordre lu cil IOS e| q 11 %  la in isse du peuple com pu l a collusion et la misre ao luttlleeavec 1. pi lice et le bonheur d.s j t ,rs passe. P inrtant le rno meul d'agir D' ^t >HS encore arriv. L laul que ce n par des obus t r'ts par le n ivire %  "; ' dUu lus • Trom '. La Ry • V'IA 1/ a I an te I puis plus eun J ai il 1.,-, iu* 01 i:u s n'avai ; u po arriver b tut des 11 un n s coa su ua it la cirgaiion de coton, lai ue, pea ix et soieries. vni;\Es Ap ^ avoir r l'une lettre le Ve i lo, reco n mu du u le cal m 'oar lepro bios ele;ti ne, M Gonatas, prsidaot du cor.il, ,1 Irese no appel aux Grce alla qu'ils e'aufssenl pourassu rer la paix dans le pays. Le dcret ra?t en libert des prisonniers arr! t< au cours des rcents dsordres ml ilaires. Le roi d'Espagne et la reine fictoria rendent virile rax Souverains italiens et au Pape LAaPfZ7M Le roi d'Kspagne, acco npagu de la reine Victoria et de M suite, ael aniv hier parle cui ras- • J aime en route pour Ko me • 11 va icn Ire vite aux souve raina ita eus et prsent*r .-ebm mages au Pape. |. c „ Jime .,, conv.i r ar ,1 ,H ascidre il. ieo ne, asl ren " > hsir-i dans le p, l „ il a w acciei n p ar „ e uln ,p., r ,j|| e | ,! "J" : '•frts. •a.nir.l Tham Di H av al, a >.j ih 11.; u b en venue au nou li roi C | j d u reine d'Italie. J; ,r,lli rceptiin ofd ialla, le ni M'' uea p,.en revue la g l ( | e lima .e.r nn'a >ur e qiaia .-., " aie u MOI dirige vers h train ci partancepiurR* ne. Les coure PARIS 19Dollar Ljvr 19.25 8145 lO QURSTIONS JL-DlCtAlRES. — l-'ii ju^e, a-t-il le droit de refuser de rendre la justice s'il est solicit le faire Selon les codes et d'autres lois, ce juge commettrai! nu dni de Jisiice s il oserait refuser. Alors edur nts procs politiques que Ion lui, cesjour>C i,tanl aux parti u tel qua i Gouvernement, avati! dl e Jtitr.rduiis au Tribun,, i P,"" ,1 S ni resas, devraient 1 '" plus minutieux exaniMis, parce qu u du 1 cOW ces procs r m un 1 fausse situation 3:1 J : 'o''. 1 %  l'autre, 1 s maint ie ,n nl ' unu dli m mt nue agitation inutile dans le p y Les juges dciv< n .selon leur eonaci mce, s ton les lois el selon au si les circoostanc , rendre un verdict Si le Verdict est conforme aux loi?, la sentence subit des Commentaires assez souvent indignes de leurs auteurs, parce que, dans les connu.maires, on ne tient point compte des ralits : on e laisse aller au pire excs ; si, au contraire, le verdict nflteropi111 m p rao me I • pu:. %  meut etsim pleiuenl du j igt, 1 a cancans a'lians uu pareil milieu, o les passions suit f >rtes,l'imagination, en dlire, .pi,peu) ou clone compreiiJre ? L s esprits senss et poudfra sont i, t s p^oit quand 11e voient qm ce pays, au lieu de '" '• d*cend r pidement une l < nie 1 al 1 ne, l'ont ion les jugea e 11 mmes doivent s.nettre a la hauteur de en i juj utueuou. 2o QuBSTiow POLITIQULS. Les intn.nes politiques sont toujours COusi le.es, daus tous les pays et a t >utes les poqies comme les pussaj s, les pl u ^ ,, s | eJ plus raieoiioablee et, par consQJ*ut, es plus pond rs. Leur rle nest point pour avoir raison mais pour amener le bien, pour" provoquer la satisfaction, pou> rj*


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06079
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, November 20, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06079

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^^W-CTTV -*-V
flLUR PROPHIKTAIHK
lilSIUMJxA
[jaient iVJagloire
BOIS VERNA
1168 Ru* Aiuerioaine
""> 20 CENTIMES
Quotidien
BLEPHOXE o Se)
Il y a deux professions pouf
lesquelles aucune j rfrence
p'e.t exige et qu'un repris de
justice peut exercer avec sert*
mi : La pi ofession de journalier
te,qui dispose de riionneur de
ses contemporains,} Ja proies,
non de banquier, qui dispose
de leur argent.
G. le la rODCHAHDIIE
ANNEE N H007
PURTAU-PfilNCKdlAITI;
MARDI 20 NOVEMBRE 1923
ii ~ ParCab, te retour de la Monarchie VJM fM|L.
^__^es Die itGlansaBderEi-KririDDrz d um -X
[a Situation en Europe
nr rat de . fort
Par CVt/s
I 18 De vigoureux ef-
kits tu celle lin an semai
I cels de l Mam Le pai
| maintenu 1 ui,-r l .le
liCi-aDglai3e.|| s-iul,la,t
[indication... uujourj lui
"'le des alla'rcs
la France tait en
er son altitude eu ce
lies sanctions qu'elle
i prendre contre l'Aile
Iwo rriie tl.Tiiire re
lTerlex l.r.uiij.iinz et
S'ils mission militaire
dre son enqute in
_ les armemen(s aile
Util ai.- semble dispos
||liniiler m,n iirliun au
Me I ex k miprnu et
|geuveinement aile
ntire qu'il ne e livre
'*il* politique.
peut compter sur
IfP16 franais m Lige
^amneun rupture en
lia Franc. Tels ont
ire, presque un nui
Uisux politiques ce
'J re.i la nouvelle
*"nt franais, tout
liant d'arriver uue
Question dueontile
'> Allemagne, et du
pprwi.avaii accept la
'deiaruniun du con
'ir.-, pa.ee que le
"giti* n'avait pas
tolions son aiuodi
fg dlgus officiels
** ,i Jw mtmbres
"Ule des Jj iepr.-en
fetde I* Hlinanie
!lre daccord au
J*" relative propo
Cm occupes, la dis
V* lundi. Bien que
1 central soit dispo
piojet. confrant
joiqu. t adminis
*J et a Ja rgiou
iS^O'* pu encore
;'. n'impliquent
"Fdroits souverains
"mandat aux auto
coudes qui seraient
^s agent, plnipo
ouvernement aile
l note au gouver
JProieaUot ootre le
Jjtonu aux spara
riP8,r le* trouP3
1301a dclare que es
^""ence avec les
*,' nl form de
K^ n un tat d'
*< C',, 'e pU,*a el
M?Vf ,euuver
hl ""ordre.Li uote
* a!id,*ttul decla
Nff,, "neu comman
|ft ur la ri
E* d France eo
fi^'-i ltal de
**Pratistes, est
du peuple de Rhnanie d'adhrer
politiquement lAllemtwae et de
piodequfjlM francaia rtablissent
lo.dreavec leurs u-oupes et dsar
ment le, bandes spauutes.
NRUILLY- Dnsundiconr.irj
nonce ,c, l'cc.asion de P.na.'gu
ra ion d un monument aux morte de
la Grande Guerre, M. Poiucar *
procam au monde que la F.-nnce
est dtermine, a rester dans la Ruhr
t dans les provinces rhnan** jus
qui ce que toutes 1. s clauses du
traite d. Veresiliei s ient complte
m- ni excutes et que le scurit de
la I-lance si.it garantie.
Le praident du conseil a njo .t
qu moins que setisfac ion emire
01 obtenue de l'Allem ,gne, d- nou
?edei pnalits lereient imposes
BRUXELLES Camille Haye-
men, secrtaire de l'Internationale
Socialiste, est parti pour Berlin o il
organisera une acli u ml. rnalionale
contre la retour u pouvoir d'un
gouvernement r u tio maire et pro
pose-a le boyeotlege de l'Allemagne
par Unit* les ergani- liions ouvri
res du mon le en cas de restauration
de la monan lue.
MUNICH Lei kromprinz, Rnp
precht de Uiviere. v |jn| l'cart
des g<*ve> egitatione no itiquee qui
soulvent Mu ,h ^Cluefle.nent, en
ipeolaUur tntrese, il attend sppa
remmeul le moment propice pour
re, rendra le royaum s.ir lequel a
famille rgna pendant des sicles.
Toutefoie on croit .|. .1 e*tinae pas
le moine.it I- igir ari. 1 1,, | re|j
r dan se ville de 1! ivhti -. le 1 o
il re.it j iurnell< m u dei rapports
du bacon vo Soi,, i Fauulnl'eu ;ur
lx aituarioii Munich.
Le prince Ru iprecht a rcamment
donn audience quelques chefs de9
anciennes maisons nobles bavaroi-
ses qui sont alls i'assurer nou
veau de leur fidlit inbranlable.
Portau-Piince,'o 17Nov. 19*23.
-Monsieur le Directeur,
Ba dfendant no* droits, nous
maintenons aussi .eux de nos allis
Italie,Tchcoslovaquie, Pologne. Hou
manie tt Yougoslavie. C'est le statut
du monde qui t en ieo. nous en
tendons en tre les gardiens, nous
ne dsesprons pas de convaincra
no* amis que notre mthode est la
bonne. Les vnements rcents ont
montr dj que nous avons raison
dans la large mesure et les vne
ments futurs nou, aideront compt
ter la dmonstration en tout cas sur
la justice Je noire eau e. Nous pour
suivons notre rou e en paix, sius
anxit comme sans faiblesse t.
?* f droit d'un
r lui-mme. Le
'nt b volute
' L auditoire de V. P incir se com
pesait surtout d'ouvriers et de ces
petits ren iers que la guene a si
prouvs cl qui sont ri cruellement
frapps par le cot de 11 vie actuelle.
Il a applaudi frntiquement Fora
leur auquel il criait : <. Continuez,
nous vous soutenons et la Fiance
aussi La foule qui avait dj en
tendu sous une pluie batlaute le dis
cours prcdent du prsident du con
eeil, acclama Poincar pendant et
eprs son discours. Les vieillards, les
invalides et les vtrans de tuus ftges
l'entourrent et le salurent comme
le dernier espoir de la Fiance et *!
euirent de leur entier appui. M.
Poiocr, qui semble avoir beaucoup
vieilli depuis quelque temps sous le
poids de see formidables occupa
lions, sourit celte manifestation
de confiance de la population.
PARIS La France exigeant que
le gouvernement du lieich cde sur
la question de la pro.ection accor
der la mission de conliole militai
re interalli en Allemagne, sous pei
ne de nouvelles sanctions, et la
Grande Bretagne tant absolument
oppo-e ces sanctions, la runion
du cou.-eil des amb is-adeui s. qui au
la lieu c m .tu ail heu.es, sera
de la plus haute import mce. C -peu
dant maigre celte situation plutt
m naanle, on Ml asse optimiste
dans les milieux pol.ti j es l 00 li
qu'uo compromis pourrait bien tre
accept en demi re heure. La B.lgi
que appuie la France pour le contr
le militaire at dans la question de
l'ex komprinz. Le baron d'Hestroy,
ambassadeur de IHIgique en France,
e dea instructions dans c^ aene de
puis vendredi. U conseil des raiuis
trs se runira ce matin Paris et
Bruxelles sous la pr-i le-jeo respec
tivedu Prsident Mil erand et du roi
Albert.
DUSSELDOKF- Lee ngociation,
entre les autorits frana.ses elles
industriels vont trs probabl ment
reprendre prochainement. L: g l
rai Dg utta a co Opl t la derm.
proclam .lion qui! avai: fait fdcher
il y a deux jours, prvenant les in
daetnels que |e lois allema les
ex-ataiituu dbut de lnccipati.11 de
la Uubr devaient re respectes car
les modfioatiooa apportes pu Ber
li.. depuia celle c,.q ie, n'ou pas
approuv] par es ni ,; .Lgu
rai a Lui conu tire qu.; I s 0 mtreve
nauts cell 1 leds o 1 seront pa iei
blaa d'une pe ne d | ans de prison
et d'une amen t .1 10.003 ma k->.
La proclamalio 1 du fo rat a pour
but d'empcli.r .e> run one eo mis
se d'ouvrier el d m erdi e 1 applica
tion de la journe de travail de 10
heures.
Nouvelles Diverses
l.a situation dans laquelle se
Lo:-j >e le penp'e bavarois voudra trouve uoltr |.i\0 rclame tou-
d.- moi*.rame roije serai pil.ra.is jours des ciioyena une rflexion,
qu'ils doive! rendre publiqu?. Il
agit ii 1 de 1.1 justice nationale,
Je ne cousidi 1, pas Les choses
en intn su, niais eo 1 it< y. u. Je
nevuispafl ni le Gouvei u.inent
duel d' la Uj i-ibliqne, pas m-
me les citoyens qui sont n luttes
entre eux. Je vois Hati et les con-
ditions data leaquellei elle se d-
bat.
Depuis quelques jouis, la justi-
ce nationale est fi rtemem ml
uausl sagtations qui sa l'uni un
peu partout dans le Pays; on di-
rait, si l'on n tudie pas les clios s
fond, que les juc s I teintent le
niniiv. meni uuarchique.
l-t qu .luu dot tre consid-
re sur trois points: judiciaire,
politique el sociale.
l'Ii-iiie n'a pas encore sono;jfl
eui^ mu '< la pe i-e que les lrei
familles de Bivims me consi lreut
enc >r < m e ie souverain <| ii p ut
f ii e soi tir la paix et l'ordre lu
cil IOS e| q 11 la in isse du peuple com
pu-'la collusion et la misre ao
luttlleeavec 1. pi lice et le bonheur
d.s j t ,rs passe. P inrtant le rno
meul d'agir d' ^t >hs encore arriv.
L laul que ce dernan le ; il faut tout d'abord qu'il
soit pi iuem'i.t convaincu les cou
squencei ci'plorable* du lgirne ac
tu I..
rcslalion. La Rei h w.hr a conduit
les officiera en prison ou ils sont res
ts .1 1 nos jusqu' 9 heures du ma
tin. On dit qu'le ont t moleate
d'une manire honte ise ju^qu ce
que dus OT-irae de mise en libert
aient t reaos de :)ie^ le.Leg^o^ral
Nollet, chef de la m.ssi 1.1 militaire
interallie, a quitt Berlin pour se
rendre Pa is afin d'. xposer la si
tudtiou au g luvemement.
BERLIN Des poursuites ju iiciai
res ont t ordonnes c mire U Dr
Zeigner, ancien ministre du J;abir,et
eocialo communiste de Saxe, pour
concussion penda-it qu'il lail rnuiis
Ire de la justice. Le r Zeigner reli
cha plusieurs p iaooiiiere coa ie p .ie
mette en argents el eu na ure. v la
runion du parti po.u'i-le a lemiud
une rsolution demandant 1 Wain
tien des liens conslilulionrielles en-
tre les territoires o. cup s et les au
trs tats allemand4 et sp imnnl
l'entire conliauce daus le gouve n
ment Slrestmaun, a l vole par
'2Q'i voiv contre 11
La incident qn aari vais"n!,!t
blement de grave eeas | ince al
aignal de Uipiig. Le u ica ehr a
arrte deux ullicirs IVanus .1 bel
g -, de la co.n uiesioa de contrla la
(ralli, qui se rendaient en autouu
bile le 0 este Lai / | et les a gr
ds pii-oni.icr3 pendant pusi. urs
beur s 1 isqa a ce q ie de, ordres
taient re .s de Paul rite si.10 1 1
re pour l. remettre eo lib ri-. Les
oftiie 1 ibres wal alls dans I
tel Leipzig o, ce mali 1, a i heures
4 hommes ont fait irruption dais
leur chambre et leur ont dclar de
nouveau qu'il taient en tat d ar
BASTIV L p quebot hollandais
Ry p,. Iterv . a teouU .lins ce
p >n par des obus t r'ts par le n ivire
"; ' dUu lus Trom '. La Ry
V'Ia 1/ a I an te I puis plus eun
J ai il 1.,-, iu* 01 i:u s n'avai ; u
po arriver b tut des 11 un n s coa
su ua it la cirgaiion de coton, lai
ue, pea ix et soieries.
vni;\Es Ap ^ avoir r l'une
lettre le Ve i lo, reco n mu
du u le cal m 'oar le- pro bios
ele;ti ne, M Gonatas, prsidaot du
cor.- il, ,1 Irese no appel aux
Grce alla qu'ils e'aufssenl pourassu
rer la paix dans le pays. Le dcret
ra?t en libert des prisonniers arr!
t< au cours des rcents dsordres
ml ilaires.
Le roi d'Espagne et la reine
fictoria rendent virile rax
Souverains italiens et au
Pape
LAaPfZ7M Le roi d'Kspagne,
acco npagu de la reine Victoria et
de M suite, ael aniv hier parle cui
ras- J aime en route pour Ko
me 11 va icn Ire vite aux souve
raina ita eus et prsent*r .-e- bm
mages au Pape. |.c Jime .,, conv.i
r ar ,1 ,h ascidre il. ieo ne, asl ren
" > hsir-i dans le p, l il a
w acciei n par ,e uln ,p.,r,j||e
!|,! "J": '- frts. a.nir.l Tham Di
H av al, a >.j ih 11.; u b en venue au
nou li roi C| jd u reine d'Italie.
J;,r,lli* rceptiin ofd ialla, le ni
M'' uea p,.en revue la gl(|e
lima .e.r nn'a >ur e qiaia .-.,
" aie u moi dirige vers h
train ci partancepiurR*ne.
Les coure
PARIS 19- Dollar
Ljvr
19.25
8145
lO QURSTIONS JL-DlCtAlRES.
l-'ii ju^e, a-t-il le droit de refuser
de rendre la justice s'il est soli-
cit le faire '
Selon les codes et d'autres lois,
ce juge commettrai! nu dni de
Jisiice s il oserait refuser. Alors
e- dur nts procs politiques que
Ion lui, cesjour>-Ci,tanl aux par-
ti u tel qua i Gouvernement,
avati! dl e Jtitr.rduiis au Tribu-
n,,i P,"" ,1 S ni resas, devraient
1 '" plus minutieux
exaniMis, parce qu u du 1 cOW ces
procs r m un 1 fausse situation
3:1 J:'o''. 1 l'autre, 1 s maint ie ,-
n nl ' unu dli m mt nue agita-
tion inutile dans le p y .
Les juges dciv< n .selon leur
eonaci mce, s ton les lois el selon
au si les circoostanc , rendre un
verdict Si le Verdict est conforme
aux loi?, la sentence subit des
Commentaires assez souvent indi-
gnes de leurs auteurs, parce que,
dans les connu.maires, on ne tient
point compte des ralits : on e
laisse aller au pire excs ; si, au
contraire, le verdict nflteropi-
111 m p rao me I pu:.meut etsim
pleiuenl du j igt, 1 a cancans a'-
lians uu pareil milieu, o les
passions suit f >rtes,l'imagination,
en dlire, .pi,- peu) ou clone com-
preiiJre ? L s esprits senss et
poudfra sont i,ts p^oit quand
11e voient qm ce pays, au lieu de
'" ' d*cend r pidement une
l < nie 1 al 1 ne,
l'ont ion les jugea e 11 mmes
doivent s.- nettre a la hauteur de
en i juj utueuou.
2o QuBSTiow politiquls. Les
intn.nes politiques sont toujours
COusi le.es, daus tous les pays et
a t >utes les poqies comme les
pussaj s, les plu^ ,,s, |eJ
plus raieoiioablee et, par cons-
QJ*ut, es plus pond rs. Leur
rle nest point pour avoir raison
mais pour amener le bien, pour"
provoquer la satisfaction, pou> rj*


LtL|AAliN
V
velopper tous les principes capa-
bles de conduire ta grandeur et
au rp?peci de la dmocratie, par-
, ,. *ont supposs pos&der Dimanche 25 n#feiBWPtlVi|
U.S.S.B. "La Solidarit"
ns pour bien apprcier. Ces* tre
au dessous de sa lche de djreq
'tei:rs- de conducteurs, quand on
s,' !aisseailer, Ruider, dirigerpaJ
l'< passions. L'homme, an effet,
na pas toujours l'jde juste; on
p ut parfois s'emballer, mais ce
I tant, qui nsl constat chez plus
d'un politique, ne dtruit point
l'influence acquise
Alor-J. lr vrai p.Mr
tandis que le taux
lion dans l'erreur.
coupables, on compromet tous les
intrts vitaux de la Dmocratie.
Dans de pan illescon lirions, les
hommes politiques d'Hati doi-
vent tre sages; ilsdoivenl se ren-
dre l'vi lence les rails; ils doi-
vent bien tre imbui de l'actualit
de leur piy* avant de se jeter
duns aucune avi nture.
Sachant pertinemment qoe les
juges doivenl rendre un verdict se-
lon la mentalit qu'ils ont de la
loi; en maintenant une p rpeluell9
agitation d u< la R p i !' |U3, ils
savent qu'il g m r nenl tout 1 or-
dre social.Ainsi l >nc ceshommes
politiques d'Hati d venl consi-
drer las questions le tut nou les
questions de Iroiti pratiquement
parlant Le d*oU acquis, cest la
raison ; cedroil peut-tre absolu
an lui-mme, mais litil dans ses
rapports avec l'antrieur. Asses
so ivenl I-droit est le rsu ne !
la force. .. .
Je considre que le politique
hatien qui refuse d'mdier Iten
semble de la situation mondiale,
laquelle devient notre seul et rel
guide, provoque des ennuis I
tous ses livres-
Questions sociales.- Les rap
ports de la politique avec la Socte
t sont tellement intimes qu'il est
vraiment impossible de bien Baisir
comment ell s 3e compltent, la
politiqu tel la Socit, mus [apo-
litique, aucun ordre sol i.exis-
te en fait, parce qu'elle a une m
lluence sur I avenir de 1 Etat.
Une politique qui manque de
sagesse n'est pas une
1 onte. Mariaai. Pare L-coute
D| irl : I '' beorea prcises du
Parc Leconte.
Courrura : VVwley Marsjroo,
Andr Thard M. Elhrt, S. Ker-
Biz4n,N.8aui,Bdrii Pierre Louis.
Antoine Mondrfsir, Georges Arrher,
BtlU reaioa Dimanche aprs-mi'
di dea membres de la tSofidarH
qui entra niainlenant en pleine vo-
lution et nous pouvons allumer que
d'ici quelque temps elle sera une de
premires associations da i>h\s.
Apte sanction des processif
baux, OD entendit lecture du rapport
de la r.onvussion charge de vrin p
la Caisse du Trsorier. Du 27 Mal
an tu Novembre de c tte anne les
Changement d'idress
La West lndia Oil Company i'empress d'informer
clients en particulier et le Public en gnral oui j
raison de plus prompte accessibilit assoit olfice,
a transfr son Bureau, rue Frou, entre la Croix
Amricaine et la compagnie d'clairage lectriq
Le dpt de la Compagnie se trouve toujours
eienne Savonnerie au Jj'as de la jue;Pave ou D
Destouclies.
Le mme soin et la mme promptitude seront o
vs dans l'excution des commandes.
Jremie
I prix B gagner
l Matchs de t'ojt Hall
contre si Marc.
.',i- | ( unis.
Enir gorale0,50
Voilure t g urde
Que tous la public aille assister
porlil
ce great evea!
Une belle jonmV sportive
L'U 5.S.H. ni jaoiae imanctae
une belle j >urne iportite. lr >'
beurei prcises, sari donn : --
|0 ,| du d ri de la Course de bi-
cyclettes Parc Laconte-Meriao-Paro
!......\[e Vlogt-el-un coureurs pre-
nent pari a cette preuve. Leon-
trle sera swurn par un comit et
notice assurera la circulation et le
,11 l-ordre sur la voie pu-
la |>
lenient
nada.
l>uu on passa l lection du nou-
veau bureau eharg de diriger la
Socit durant l'exercice 192.1-4.
Ont t lus : MM. Auguste Bosq,
l'isident, (rlu Solon Vieux, vi-
ce-prsident (rlu), Lelio Josepli,
lecrAftaire (rlu). ' L. \oiret, tre-
orier (rlu).
Lee conseillers sol : MM. le Ur
Wtor Carr, l'abn Duviell, Cons-
lantio Mayard, Clment Pothel et
C lrilus Lafleor. Tous les membres
du tinrent ont t lue presque
I unanimit et la slection des an-
ciens membres marqua1 la grande
confiance que l'Asaemfa e place I il
aux.
Il a t ensuite dcid que, pour
rater la date anniversaire de U Ion-
dation de lu Solidarit >, socit
d'assistance mutuelle, une petite
'.' u .' -
maintien
quipes de la G. d'H comptera dans Lie P".
le championnat national militaire.
OFFICES :
Starter : Constantin llenriquc/.
J.igcs Ma/iani : Georges de Lespi-
nasse. Seymour l'radel, Oswald
Brandt.
Juges l'arrive : Williams, Louis
Soray, .1 iseph Caasagnol,
Contrleur* : Km. B. Armand, Jo-
seph Mbertioi, Armand Mallebran-
che, Plaire Anselme. Andr Dreix.
Incendie
Hier soir. ven les OMS hnires et
demie i.u Incendie a clat dans la
m tison occupe par Thramne Bo-
navantura. Les pompiers arriv
nitlau temw ont pu empocher d s dgt,
es dpendances seulement ont t
[a proie des tl.uumei.
II a t en outre dcid que le Bu-
reau ciii a aux Pouvoirs Publics
pour demander que rouvre soit re-
connue d'utilit publique.
. La Solidarit est appele a ren-
dre comme dj elle rend de rels
service?, ses membres. Nous don-
harmacie Centrale
Nous avons l'honneur d'aunocer au public et ni.
ents que nous avons chang de local at que depuis U
Novembre nous avons ouvert notre tablissament,
spacieux et mieux amnag,
lout c* du bureaupo8l
Grnd'Bue numro 1712
Nous anonous qu'en mme temps, nous avons augment dm ito
avons ajout de nouveaux ravons notre pharmacie. Nous sommMt
sure, plus que jamais, de servir notre clientle avec promptitude
prix les plus raisonnables, en fournissant des mdicaments et dei
tes de meilleures qualits et les meilleures sortes d'articles de
bonbonS) etc.
Nos employs qui excutent les prescriptions sont des hommeM
gue expiience et de capacit reconnue.
Les clients sont servis toutes les heures du jour et de la nuit.
Nom /jurions (murais, anglais* allemand el espagnol.
les
buts
s u-
llea un nom | i :nl m luvas
dan* tous les milieux En tait,
une nation, peu^-elle passer sou
temps a se nuire,sefaire U guerre!
En Hati, il y a constamment
eu des projets- A-ucua Gouverne-
ment u' jamais pu se livrer
une tude approfondie dea mesu-
re rationnelles pour la viibilite.
Quand une tude d'iotfet gne- poterie de la lutuaule SCO
rai se tait, ou avant l'occupa-
nons en peu de lignes
nraux qu'elle pouisuit :
La Socit tout entire l'obliga-
tion solidaire de piocurer par l'or-
gane de son Conseil d'Administra-
tion. .
1 aux employeurs, cbels oa-
teliers, iractaura de services soit
dans le connncn S ou l'industrie, les
employs bon notes el capables qui
leur peuvent Mre ncessaires ;
2 du travad ;i Si s membres,
dans la plas large mesure possible:
rulfon Shoe Polish
Company I
;> t.
j une allocation
Grande reprsentation jeudi Va
rita.
Entr o 1 gourde; Loge 1 gourdes.
bon ou depuis l'occupation,* u*
sitt les vues dece Gouvernement
ont appeles dans desquesUons
tailles. Decettd taon, toutes les
affaires haienn , quelle que soit
leur nature, onid ivenues des pro-
blmes insolubles.
Dans un tal aussi n ivrant,l
ure soc; il, dans i s princiqes m-
mes, n'est-il pas attaqu ? O est
donc sa fon e ? O soat ses mo-
yens ii/ combai ? Que sera la vie
enfin
La justice lera incomprise; la
politique deviendra la passion ou
la me quinerio La Socit leri
aba.ido.iiKc eUe-mdnn
Alors la ruine.
En vous priant 1 lonner pu-
bUcite cette lettre, je vous serre
la main bien cordialement
IAVENTURE,eW.
Varils
es tout
Les Iistlru de
New York
Entre : 50 lentitnes
Meroredi.
laire
Le tirags de la Loterie do la Mutua
lit Scolaire aura lieu dimanche pro
cbain25 Novembre courant, ds 3
|1()Ul i midi Cin Vari
ts.
I,, membres de la Commission
de atrOle de celle loterie sont :
MJ4.BdmondMaoaon,>lfredGlto,
Dr J. C.Uorsainul.Windsir Michel,
DfA. V.ICarr, Joseph Uourrelly et
les journalistes.
Port au Prince le L9 Nobre \9i.\
Llio LOUIS AINT,
Prsident de la Mutualit Scolaire.
Hemer ciments
Mr et Mme OsWald Brandt t leurs
entanU, Mr tt asu Jeau ue Veaie
KiM et leur* aatanta, Mf et Mme
Jules Lo.cq, HtUaa un* et Juha
B^rlhe, les autre* parents et alba,
remercient Us amis uni des Uepar
tements que de la Capitule,- et parti
entirement Vr le Prieidaut de la
Rpublique et Mine lloruo, les Fre-
res de M LOUIS ue Uon/ague, les lie
ligiauses de SI Jo-ephue Uunv-
oui leur ontdonu dos marques de
ympetbia l'oscaeioB de la mort
de jneinlsi Barlhe, ne ndra,
|(lll.,. .-. Il-e lucre, graod uire
. enleve a Itar sfleetion
, | | lobri ' nner.
de chmage
facultative, i-i aprs discussion, la
Conseil le trouve juste ;
4 l'aasistaaca mdicale ;
5 des secours m mdicaments
dans la mesure O le pu mettre l*
Ut de la caisse sociale ;
(ic les Irais funraires et enfin
une salle de runion pour tous les
soirs, dos cours du soir profession-
nels ou d'iristiuition lmentaire,
des journaux et revues, des outils da
travail et instruments d'art, un bar
hyginique, le* accessoires de sport
et d'attraction qui seront dtermi-
nes bientt.
Nul doute que les Pouvoirs Pu-
blics n'encouragent celle uvre qui
intresse un haut degi la collec-
tivit hatienne.
C'est pour nous L'occasion de pr-
senter no? flicitations aux Vnra-
bles de L'A mil l et de La Vrits
qui. dans un bel lan de solidarit
ont gracieusement mis leurs tem-
ples a lu ispoetlioo de la Socit
ta suite des dboiics prouves ail-
leurs. On ne doit pas l'oub ier la
Socit t'interdit rigoureueemeut de
se mler aux luttes des partis poli-
tiques ou aulr s ; mais elle dclara
avoir un caractre essentiellement
dmocratique el ouvrier ; eu cons-
quence de quoi elle s'intrei-sera
toujours tout ce qui peut amener
une amhoiation a la question du
travail et la coudilioii ds ouvrier
en Hati.
Les membres du Conseil d'ad-
ministraliou Ue la Solidarit sont
convoqus pour demain mercredi a
5 heures prcises de l'aprs-midi au
local de la Loge La Vrit*.
New>Torfc
5, vous vouki brolgtr la pta* d*
*i vous votai avoir un brillant luiumtt
Jt veau wui^ la couleur et la mUa
tbMusuru putdaiit teniumbi tnt>bl*.J*-
MOhOGRAM.
habnquM >ptiialemtntpour M dames tt fj*Umm du*
tlU prott la peau des chaussures contre l aWtfat U tUim
tlle l entretient leur soub'.esse et conserve leur brillant.
Demandai la marque MCNOGRAM. cmt bmilleur ie M* I
Geo. JEJkNSEME Aempoor|
Royal Caf
lin lace de ia Banque Natioi
Propritalr : Annaoiue INNOCENT
Ce nouvel 6tablissemenl se recommande par uni
irprochable, des consommations de premiers
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par des
ionuels de m and mrite.
Installation pariaite. Prix modrs.
Tlphone N 395
r,- l -1 > iJ-
a
..,-Jb-'-
Entre! i gourde
La Gauie
!hop and Lunch Hoom-Open From
A 5 M l'util 5 P. M Iwrj day
4 uft
Les amis au trs regrett Mr
Lotus Llly aot a^se que sua
convoi laiMi ra 1 Hpital .unitaire
des Etats Unis, Route de Bolosse,
a 3heurei p. m., le Mercredi, 2t
Novembre 19x3 pour se rendre
an Wharf de cette ville.
Capt. 0. B. THOMPSON.
JiN-LBOI t
TONIQUE, RECONSTITUANT, FBBIFU
Raoommand par ton ! "
L. PU.I.A.LA.O0M1. tr. .,r.bl. toai^M'*1 %%
prlnripti da* trois mllure* orle d,,?. ..iirecowV^
.uP*r..ur tout ! iutr.1 Tin* de qiiinu ^ ;, iW
STn1Z?rEi' '- -da'
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE rtfgWi
DBILIT, CONVALESCENCES, FIEW
IN V1HTI DM TOUTI l
taiOtr > VtRlTAaLB QX7
INA*
en*
ZZm****
RIS.


--^/-k*"0*V -
contre
la
8TIPATION
frner les
8SES
nu s
ORT, Pharmacien,
Kn
-A iOi.ia
htS PUBCAT1F3
u. t"1* 8 ' '" '
i 0' J-J >:>
JM I).-..... "-*<:(*.
AVIS
y^n annonce nu public l
! que M' Louis A'ig.G 'il
ni lu prnciimtirin gn^
,lfi me* all'.ii'-os p.-ridantes
|C D. IL
,Ri\ire du Nord, le 10 no
1913
Il MOW'OI.NT
Jvis Important
pig.iti, u'aytnt pi* re-
lu pipier* d feu r-i-^4-
ltur frr?, le rc4pM
|o3iiJ, au profil -U celui-
iCoraraission Sarnbour po ir
I de i in(j mille huit gour-
) G.0.003,9.) j, se lser-
IKqii''iii' d./pli<'iiltt-
banienl nanmoins ce-
piinilraii ce rcpiss, en
trarnIVrl rgulier, mnn
jotire, d'en donner connaia
hrarocat, >1e L io Male-
iPrinc le I 7 Movembr. 192;{
Rubenu, Loima Habeiu,
Avis
onnaires de la Ban
Ilionale de h H<:-
le d'Hati
(Je gnrais annuelle
lires do l.i Manque
le la LUi}(ibli<|ii4 d'ila-
isu au Sige Social,
Noce i il.uu ), I. Trou
Isilneul cuit vingt qu;i-
theures du naim, aux
Kuter 1 r.[jp .ri du Cou
ninistraiiou sur la situ r
iBauqi; -. sur le bilan et
"optes, de I approuver
Jw,de procder l'lec*
|Membiesdii u.n?eilJ'AJ
00, de lix.r et dj dl r-
dislribuLi jus de divi-
BaUeclajiis aux r-
fdliicuor de Ltes a i-
Wus qui peuvent tr*
ieur.ip,ir,'c:i itiou.
[C.E. AliTCllELL,
du Conseil d'Adminis-
t la Manque Nationale
Publique d'iiaiu-
UMiJin
LeSin & Fak, tic
Fond* en I8~e
Sup'iorit H*& prit P irptiiu**
tous produits chimiques, pharmaceutiques et autres
aiiides vendables dans une pharmacie.
Kpices, loi\re, Cannelle,biroflc.Auls toile. Muscade
etc. I te.
SCCTCRAF NE.
Spcialit : Marque prive Lysol dsinfectant, Parfu-
merie, Articles pour hahiers, It'ay Rum, Chocolat en pou
dre, Hu le de foie de Morue, Kmulsion Cold Cram, Ev
traits pour faire essences et eau de toilette, Eau de Qui-
nine, Poudre contre les insectes, Sjiution pour conser-
ver les fs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprieure
pour la toilette des enfants, -sseuce de fleurs, Eau de
Honda, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table. Brosses dents, Pepperniint, huile pour
chasser les moustiques et autres insectes,Itegulot: huile
contre constipations et doubles des intestins chroniques
Th, Cire pour les parquets,Comestibles, Llixirs,Kpices,
Sirops divers, Teintures diverses, > ins, etc, ele, etc.
Demandez le catalogues des spcialits.
Confiant vos commanda* LLilN & F1NK, lue; vous
serez absolument satisfaits.
Toutes les bonnes pharmacies du pavs s'approvision-
nent chez LEHN &FINK Inc.
Lon H. Ihband
Agent exclusif pour Hait!
I
I

>
our faire de la
Il lu'

ce aux no- 'reuses
et jolies marchait-*!
dises arrives de
i

i
i
de France,la maison
PAUL E AUX1LA
Liquide un lot de Chaussures pour dames U>
gourdes la paire.
Un lot de Chemises couleurs pour hommes i $.%.'
Dn lot de Chapeaux de paille pour hommes 5
V( vt % f,| n rt. fro rb> .r *t p fi f Z
tJ re solde* il n'y a *\ pou*
quelques four%
1!
i
OH(IH
F.O.^'ERCECoiiipauy
ri vest no nwiY
NKW-YonK
FOViiK EN' 1817.
SUPRIORIT SIS PRIX
Fabrique de :
Peintures, Vernis Ocres
delonies sor!es.JV]aslic.
I on R, Thb&ud
t{\".l pu H tl
WfJSI DliJ ..
CHICAGO, ICI S
lfari((jH,i>uileileeotott
Huile tic mas, mess et
Clear Po?k, !?af Sa-
l, JauiliMis & acon,
Queues museaux,Lvres
pieds, Oreilles de pork.
Saucisses en huile.
Corned Beef.Huast beef
Pvlted meats,elc.etcetc.
Prire de voir le Prix Cou
rant.
Lion R. nluuii
Agent exolasl! poor Hi.U
Avis
le ousH^r donni avii au pullic
t>Ot|' |ll I >.(> |fl Ici < | I-m; u ,\u <6
tli m i iii.ii., ui. i t i,i. t.. r'. ii \,.m
U U kblklBl U IjI.IUIjU lilUX '0 ce- [ 4^ t. bidi
feu i. ui t.41 m.. il i( d( ( jHie ru I,
duplicftta ui v, i i i i i ii .ii oi uw.
t oit b l'iiiiit, Il 17.N vm.lie IU%'A
L. Bi.hlhoLAilLLX
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Sutocations,
Toux iiirvtitis. j
CiuJ-rliou oertalno par !
CIGARETTES CLRY
.tu POUDRE CLRY
Dr CLERY, 53. Boul. 8t-Ur -Un, Parlm.
K*
Hautes Nouveauts Europennes
CHEZ ANTOINE M-TA LAMAS
Frcpcs fore dame coquette.
Jene* fllUsqui pissez, n'alleM nulle part sinon chez Antoine M Talams.
Allez chez lui xi von s voulez 4e la fin soierie* '
Allez chez lui si vous voulez d* article* de prrnxier choix:
Allez chez luif parc* qu* s s mi chandses soit de toie beaut* ne provenant d'aucuns
vieux stock, * djob m de second
Allez chez Antoine TLAIiS parce quU cet consciencieux: et vend meilleur marche ot/e
par (ou H
AlUz chez lui pa*ce que rien ne vous fera dfaut*
l'ou* ne trouva e* in dp m rel'ax ailleurs.
Allez, allez vde au coquet h z i'AatOU % TdlIDtt el vous gag* rtz beaucoup,
VERMOUTH CINZ4M0 Chez A. de MATAIS
-? -~


I
<

Il li 1.
rduque l'Intestin
Cfemstfp&tion
' Entrite
Vertige* ,
Dyapepsre
Migraines *
u

P'dtir t&Slfer en bonne
sant prenee chaque
soir an comprtin de
JVBQL
Mirr.T !"". '<
akjbo
JOROLJT
ktlM r>n
Itonnciiit
1TII
y
.rai wh^
Mm nm, mt qu.
lakV rifar*- i ';-
FTSci ' ' et
usurv. w\ . ' -
If ,p^-.< riir; U i <'.
Ii.; aitaalt M II
te fftoi. 11. 1 '*
l'\tM'* En - il'Hr. .
i ,xii'tl- *,.. de v>ul'-i'>c
muiM .c; poq M . I*S 1 M I'
0* S
de M -' *>
fiSXC
SES .*.
.'nwu,
J'JBOtlTAN
n. i iui'-i nu
JuHol, rgulateur de l'Intestin, fixe
une heure constante aux Jubolisu
EXTRAITS DILWRi'S '
wo.:ort Hfgutertttni te* fom
tlu itv
Val liant & llauet Ayants jnraux 1720Rue du UaBasin de l'Etat
j__ii-aj
-*,
e^f3^*~
f>
L maison If silvera
La laisen fl, SYLVIRa toujours soucieuse de doaeer
dleuic satisfaction ses aimables 4 oombreui clients,
jeur offre, en prvision de la Gn d'anne, les article
suivants de toute fracheur et de toute beaut* rscem.
menl reus par les deniers steamers, des prix eisep-
ttonneliemenl rduits.
Sous ne croyons pas ncessaire de publier nos pria,
rai il n'est uii doute pour personne que non seule-
ment nos arlirlrs sont de chois mais que nos prix sont
les plus pas de II place.
Casimir gris anglais nouveaut
l'aimbeach |ris anglais
launl>ench yris anglais earreaux
palmbeach uni & barre, coul
Alpaya noir aup.
liiayonalo noir suprieur
Berge l)leu marin & noir, anglais
Salin de chine pour tailleur ,
Lustrine barres po ir tailleur
Kaki Jaune anglais extra suprieur
Drill union blanc
Tuaaor Japonais pour Chemises homme* & robes
percale hlanehe
Rideaux tulle pour portes
Tuile pour \oilcs
Voile uni & barres
Gabardine unie & barres
lu. il ne blanche & couleur
Or-'Uindl suisse brod
Urodes mariera peur robes, chemises & Jupon*
Petites serviettes damasse pour table
tooyeux uni blane & eouleur
Maquieette ooton noire
Crpon jours blanc & couleur
JBiabaut engla s
Loiieune mouches couleur
Baudes-brodes anglaises
Toile voile pour golettes & pour uudre
Calicot Perai de faniile
Piqu blanc a barres pour )upes
Nausouk noir anglais
Molletons blano & coul.
Lotions Pivert assorties
Bas fours
lias blanc demi-soie
Drille union anglais
Mat foulard angt. double- larg.
Chapeaux feutre liorsaliuo etc, et, etc
Toute personne dsirant se procurer les meilleures
articles de la place et aux meilleures prix (pie partout
ailleurs se doit de taire ses emplettes la Maison H.iilvera.
lanpelez-TOUS surtout i|iie la rputation de la Maison
n'est plus i taire pour ses articles U'importatiou an-
glaise.
Cordonnerie
Ernest Camille
Fabricuid de chautsurm
tn tous genrm
Matriaux suprieurs
Soins promptitu'ie Clrit
firand'Rue pirs la Peste NM7iJ
Lfl maison porte \,\ c<>\\\\
saaes du public que dans I"
but de faciliter et d'encoui
es nombreux clients elle
cor. le partir du 1er Juillet
1923 une prime de une, paire chaussures rm choix tout dten-
teur tic vingt tickets,
En consquence -- on est pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au complanl.
A la Conscience telle ett la
devise de 1 maison.
csjeaaeessansism^>^^ssm a ^
ilorii Unie
Le S/6 Waldtraut Horn ys-
uant de Hambouru via l'uerio-
Plata est attendu Perl au l'rin-
ce le 20 courant 11 repartira pro-
bablement le mme jour pour
Kingston, Santo Domingo, O.P.
de Maons, Curaao et l'Europe.
Le S. S. Ingrid Horn venant
de [Hambourg via Curaao, .lac-
mel est attendu Porl-au t'rince
le 26 courant. U repartira proba-
bltiucnl le mme jour pour Saint-
Marc, Puerto Plala et lEuiope,
prenant trt.
Pour plus amples renseigne-
ments, prire de bien vouloir s'a-
riretser
OLOFFSON, LUCAS k G>.
Port-au-Prince le 18 Nov. VJlZ.
La maison
H.* Balloni Fils
Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rlmm Tillejesj
Fort-au- rince, se fait le plaisir de porter la cono
sauce de sa nombreuse clientle et du public en gi
rai que ses rayons constamment se renouvellent
marchandises de premire qualit, choisies avec
et la porte de toutes les boursei.
Savoir : liijoux, montres, orfvrerie, un grand
nient de bibelots, sacs en argent pour dames, eouvi
premi-r titre, couteaux, neessaires en aruent pour (,
mrs, ncessaire couture, glaces, tableaux, descente
lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, serV
de toilette en porcelaine.grands et petits lits en fer et
vre, licieeaux en fer et en bois, cliaises roulettes j
enfanU, lits de camp pendules, rveille matin, s*rvl
liqueurs, tasses, lampes usa. tapis de table,vaseaS **
bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine,
mas, casejues, jambires, parapluies, formes chapeej
pour dames, chaussures pour dames, hommes enf
l'antouffes en feutres, palm-beach.
.Machines, coudre, faux-cols, oravatee, ch<_
blanches et couleurs, chemisettes, jarretires, oeintu
bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, malles ar
oaines, valises, anglaises, joujoux, pendulettes et set..
bijoux en nacre, fleurs artificielles, plume fontaine,
deaux pour baptmes, fianailles et mariages, lam]
lectriques, jeux d articles en osier pour salan. vletf
de* et automobiles pour enfants. Fameux ohapeauxl
lie iJorsalino, assiettes, earpettes gyptiennes, porte-*
peaux, jiiets flan. Ile marque Docteur, pijamas tran<
easiinir'ranais haute nouveaut),porte-trsor, sacs
dames, carnets pour hommes en peau de Hussie.orc*
donneuses, serviettes d'avocats, etc, ete
LUBIN
| Pcthnni Sipfa
( Maison Fonde en 1798 )
65 Rue Ste jrnne- Paris
En vente dans toutes les bonnes maisons
Reprsentant pour le. Antilles II.UAD1CL Port-su-
Pueus & Tubes
fcU
tabric Corfo 1
v**p*mm#
Le Malin
tondillsrArilWO?
Abonnements
UN MOSS
Port-auPrinc trd |0|
bpartemst* LIS
Etranger i-SO
Buitt PtliU: 11S
llcphom H
iureau : Rue Amricaine; 138
Paul Sals
AVOCAT
Recouvrements CommerciiDi,
affaire, l'iri&ger.
Correspondants Weshing
ton, New-York, Berlin,
Turin I^ondres, Parle
)7e HuUmmi7',Port-nu-i'rtnee
: 1*2
3 1 2
81x4
:;ixi
::hi
Mi I 1 2
34s4 i,i
32 S %
rt'
9,50
li.So
\$
18
18
HratciSj
10 titra
U
U
5
SO
3o
Tubes
' nbes
3o3
ij-:l.i |.|
31x4
JlrA
L'3t4
3x4 1(5
34x4 1,1
3i4
N 15. C'est la qualit st le prix qui *ut*nttl
L PREETZMANN'.:' .
Hue du Qua*.
MB
^ DE LA f;
,-* f'"-,"".t
INE
lr-. 'tri ,ul"vjrru.- ^
, .... i ,t> em-n <* "
15 l-js ir "' -' ' ?>l|Vr'.'^
sasxsassssjssBSwi'i"..........issasssr


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM