<%BANNER%>







PAGE 1

ucuufw 'ierr.;. m Davis. r avN npn ^'nn *rtn rituel me Kftoger on pr irn^p ne Fils-Aime et n:a liui pour obtenir rparation d>j 1 escroquerie commise sou prjn lice. Pour AUa Roealva, ca l'ai la mme chose, sauf que l'ofliciant laii .Iules Lililte, c'e-t--diie Sauveterre, it Thomi Leieb'ur-. comme acolyte. Rt|ipele/;-vo.is toutes les dpwMtiaoi produites ici, celles .le Mur.it tiasimir, Jean \tn I et Mabel P Elles sont cou tuantes t s brent aux interrogatoires ds Fil* Aim, Stpli.me Bervia et Tu ma Le rebours. Nos adv-rsaires veub-nt qu'il n'y ait qu'un dlit, a cause lu caractre macibre des opration*. NMS ne tommes ps de leur avili Me Nau lit 1 article 357 du Coda Pnal. Ces dip'isilions dis. nt que le dlit 't'es croquerie se forme da 3jsl*menls : saanflMrvraa l'ri >lu • n-" *. leur mise •u usage par le> prvenus ut l'obtention de fonda par •<•> manœuvra^ Caa ••< c irac ari* • ft t larjj unent dmontrs. Alva Rosalvi el K\ une Biiitusoni eonflaoea dans votreJualice, Magi-tral. Us savant que voira justice lira que pour rouvaincre dV'Scroqu'-rie ces coqiins i; n'tait pas ueesaaira que lee juges ecamo tent les dcliiations di.- prtenus et que la pouce 1 ur l'.i-se iiea br.m.ides. Me Nan lit ses conc'usions pour Bravo rclamant la • iniil.irnn.it on de Davie, Beavetera lance, el la grande pompe r^^le.iientPK par le mcanicien George tie, fonctionaa satisfaction. Porl-nuT rince,le \G novembre 1023. an Directeur du Journal '*Le Malin 1 En VWe Monsieur le Docteur, Voulant m* I re l'o.nnion p*Mq-tr eu gard con'rr cclnincs niir nœivrps, moi avis, anlpnlrioU ques je vous prie de bien vouloir donner publicit dam < otre journal litre gratieUM entrefit't ciindusDaignez ajrer, Monsieur 1$ Directeur, averl'ex/ir tsirm 'ternes meilleure* salutation** celle de mes rtmerc men s." nntiripM J. THEODORE Autour du Nalionalfome Lea gens s nss sont lgitimement tonns de constater que le* journaux soi disant nationalistes, qui eonsi uenl l'amricain en le laxant de b ibaiie. soit les premire don DOT la piioril a la c.vi isMlion une ricaina Nif la nlie Eu effet, on xoit ceux qui se taieurnl d'fi le dos d-*f.'M-e m da la .alion hritienna b mer Mo taiaur Paul non TboJo ra l laCipitaina II R.!Woidparea que. sui Pimtiaiive da Vie J. M Brdy, ilont pri* 'a lie de dbarras %  er notre ociide'qu Iquemmvais i.icnls ; c n v MI s .• oi %  baut d li us. m s ii Il airb sanctionner le men • n^es de Juan Baotttla Y Da\i> & lo qui ont pub iqu< mnt l claie qui I Mugistil uiv assie h> ei na cde a l'an b li< n du (api lane Wood qin, le i dire, n'Hvait dancelle allaiie que 'e dsir iasatil Ile de aVmpari-r de li.utune de Juan Bautista Y Davii ; on ^oit le "Uourri-r Haili n 'iuLnv rgrai ds ri is la mi-e en libre de la bande Davi tandis que la '•Pola" ds son cle\ si e sang el au dans le mme but. El duo que lu d rtcleurs de cej ur aux M, vent peilinemin'nt que le spilaii e Woud a r ubu dans le Wor d Ce qi'e avis & Co lui oui ilicli \ IM • nationalisme : En vi rite ]• M r i li uiei.x si quel querompa ri't ^ prenaient Waimenl cœur l • traaaiiler A ia libration de not •' pauvr Pairie m ib ',!* ). rem irqu %  qu certai ha' lien-, en | %  e la je '.e -aiqu il, c *mpr uneiie i I* v nir de notre m ilh-iin u.e lliHi 'ii enco'i £' Ot l'OC me lin^s Cercle lagatelle i'.onform-Mnent k la Oirculaira en dale du 15 durant, le Comit du Cercla B g teMe •< rapplla ii Mes ait-urs lea Membres qu'ili ao-it invl ts ain i .j i • lau ftmi oi au co i earl priv q i'o rre 1 1 Co o iio Alic manda au loe >1 dn C rcle, auj lur d'imi IT Novembre 8 brea du soir* l. Se^i -taire. U BOUGE ia volenr Auguatin ^teall par dt Ca matin le nomm Auguetia la gUSle levonant de Pont MUdet fut ejaail i par des vol urqui I basai rent grivemant la nuque d un coup le ilylal Une v.: • < de VnSjl -'in j g ur I ; n t i-ti-'i' • ds i> ich •de 1 1 v <• time j ii p i a lire n Il • ' %  cevoii des s iin u saaire< a l li'i tal Q nral ii > t nt. l J urq mi I >nc l ouces et lo i eces souscriptiooa quand les meneuis ne font rien et ne comptent rien faire ? Oui, ils ne font rien. car. tout en combattant l'amricain, ils l-encenseiit. IU l'en censent. puisqu'ils ra. i'ient la th'-se de Davia (Se Co te 11 ml |i f tire croire qui vedt I* nt m Ire qu'un ofiicier amricain, i nmoral lor-, i leail cor rompu la agtrature iasaa liiti n n.-. u i doit lfen Ira soi pays, maia on d >il pouvoir triompher de s s passi ma xb oui, :n s-i; ira les na Honalistea, vous avel vous-mmea ananti votre (p ivre, les gens s:n>s n'oit plus, n'ont p)iii cooftanoa en vous je m'arrta h, n'.utoulint point entrer d ins lo* dtaila. Nova nbr • ltti3 Josepb ItlliOOORE VIuEUR,Hepus l'enfance ]mf la vieillesse! C'c. c .t en cela que consiste le plus grand bonheur et la satisfaction de la vie. La protection de la sant est trs essentielle toutes les prio^^fe^p c es ^ c a v e et toute poque il et indiscutablement vrai que mulsion Scott roduit de la vigueur et de i nergie, et tant un aliment concentr, elle domine toute faiblesse et renouvelle les forces. L'Emulsion Scott protge votre sant, non seulement pendant l'enfance et la vieillesse, mais pour toute la vie. La question va tre encore l'ordre da jour et de. partout vont selvr d a appela en faveur de Cfuiquiv ni nt aller Cuba cher cher leurs m >yen8 JVxialence* U n'est pas inopportun le sian tage de voir elle clbrit. V'nie pisode : La J.istico d3 De a Oine pisode : La NOM ctejl ? el Pales poursuivi par sss ennemis tombe diaesi rcinpeisL'iiu,)la • %  !> nie .1M e:i Dmis r'd)iblt Pilaa e-t suj:t i tons leurs risques, l'armur l'aveugie, le cou i* le> ennemis porten', m lis Cberi-Binj veille... et iaspis^i. bl %  d v.int lui, on s %  tue. on sa mas sviee tout cela est pour la paix divine. . Entre : Orch. G. 2.0o Balcon 3*00 Loge 2*50 JSSI %  aaaaai — i n n La Gunauds C.MSiDRVE Shop) aad Lunch Room.Opeo From A 5. M. I util 0 F. M. bvery dty. UNE BOITE DI VRITABLES PASTILLES VALDA bien employe, itUieee e prtpo. PRSERVERA votre Gorge, vos Bronohe* vos Poumons COMBATTRA vos Rhumes, Bronchites, Grippe, Influente, Asthme, Emphysme, ete. MAIS SURTOUT EXIGEZ BIEN LES VRITABLES PASTILLES YALDAJ vendues seulement en BOITES portant le nom Les Putiles VALDA sont *o ve te : Pharmacie Centrale d Hsij Ptnrimrie Bourraine Port au Pri ce. Pharmacie Brutus Jrmie, toutes pharmacies L Varits Dimanche LES Trois Mmi\H Prologue ter. 2e poque H-i.iive gnrale liO LA)ge 200 N. B. —Ce Ht n ne Meneau n'" ux r -prsent ition de cinqeaatj centim. s. Moule Carlo B: L'n nouvel tablissement s'ait i vert en fice de lllMel de Francs., a t d-Miomm; -< Monte Carlo B| et Cabaret s L'i i iu? iralion aura lieu dsmutj san^li, 4 7 hiure^ duaiir.II y • bal 1. Drnver or Ire avec un Op be o'^-heslre at diverses autre! traeti os,— annoncent lei car!' d invitation. Royal Caf En face de la Banque National* Propritair : Annacius INNOCENT Ce nouvel tablissement se recommande par un terri irrprochable, des consommations de premier choilt,] *Ututioii privilgi*. Le loir, musique attrayante dirige par de* P^ siumieltt de <|iand meiite. D 0 M*vf-f AAf|fl •-> ^, .v son a ^,.,1 la Installation parfaite. — Prix modre. o. aVV 2WS ffisttaa^te l aul Sales Til hon N o 395 Les sitii.ii.o-is soul hien reiiduea, Grand Hlel de Frac< A Varit* C'est un devoir et un plaisir pour noua i\ i ;_:i^tT le public a all< r Cn ;i | i I Il 'ire g.! >lif ell L iilninc •E
  • i inbre •• % •. il i i i, ,o in ni i vlan ii. '. 111. avec A. ROY. Meilleurs •. imp imenl 15 Novembre. bj mi ., %  -i ac e eicell ..t l'iuter CONSTANTINOPLB." LM batMOX prlatioii da prtmier ordrt, amricains i< K > %  ti • • m torpilleur M lor ii k . •• lou u root aux Kt U HUM I tj ri' m. Anir.NUS.— L'S gnraux :..•..nanl (Jpuloa et li*rjjalid -, ch is de la r cente rVOluli u eu tirca Ont t coinlauiu-s .; u ) I |nr Ii! tribunal d'Eburis. Deux nuln i oj Bciera de l'arm %  ont i l ntiaai comlamnd a la p ine rai tinte, tj'au'r ^ i '• mi i on M II MU. GatUNOLM \ Krnesl AUKU i •• •"• ' rima' vv; Uumbar|aud e*A mon. A ce soir donc, un lei vous ga> n< rai au co<|ii( i thtre du Champ .1. Mars o I' n aura l'occasion i applaudir un jtune auteur de talent Avis AVOCAT Recouvrements Co.nruerciaax, affaires a rCinifer Correapjal ii.tsa Washing ton, NewYork, Berlin, Turin Londres laris. 17e liuelinaxtl7 t I CiC,i ,011 orl'UU-l rttite J7 Le sous P ign donne avjs au publiavoir larda ic rcte, ise uu No 4J71 dr (ji'iiun <-i. ii tMJtJar* 41 iui u £[ .i. nli ni • i.e i.u ii 1 1 il %  n I in.il, >.ii 1 h en e (il ir.' "l'oit M I 111 1 Il 3.\ovoiubr* tUi3 Th. UilL'-: iWl eV*^JiCioppiisBioNr Globules rebaud • I .MaulUts marouilMiiL. urprn nti mm* I |A. DSPSNBISR. a. Rut da* Martyr* Paru/ Pu*iiBaeVV.Di'CB--PorUu-rnnce Angle des Rues Bonne-Fol et du 'Quai tJ Vffi e r*cito>r : Tat de foie gras truffer.— Civet de livre. — ndoui IM**] lentilles. — Andouillts au saindoux. —Jambon en fcolt* choii |*huile. a Bartlinea — Waniueitaux. -Thon. — Ci i*' w Pt lits pois lins extra. -Houdins, etc. r \ 111 lloug.', le galion G. 4.U. Vin Blanc, le gallon u* LHIPI ritiippai bor^quiet Q fl '. f% Vins de Bordeaux et de Cl paqitfi* Cuisine axcalleate. Chainbr sur la mer. eoniortablaa. -;^ f&*



    PAGE 1

    U:*IATI Aluminum Line New* Orlans et South 4 ml Calants Dimanche soir Ukliiofloivr ce Paris Spetsdbbki ricao Steawship Clac. pieendeiix parties et n %  Prochain* dpart directs Port au Prince Hati Le steynrr Halte laissera NewOrlan* le 15 Novembre courant pour Port auPrince. LetteamerBe* laissera iew.Orlans (e 2b Novembre courant pour Port au Prince. A partir de c tte derniers due il a aura une occasion thaqu* (fuinne lours ? U! l */> OT mivmt: CaHhirjni; vorto-G olombifi,iiuraao 9 Q orto-Gabello La Guayra, Pointera Pitre, fort de tranc?, Bridgelown, Barbador, Port of Spam, Triai lad, Georgetown. A de Malleis.-apiiS Entre gnrale 0,50 cent. n i iir k 4 mois ilM-vous que vos enfants Ment lire couramment tcoiirt espace (Je \ mois ? B-vous iif la mthode de pratique d'enseignement B prpare par Air Clment EL ite la Librairie Viard Simon Vieux Vin a ct y i p lus fui-?; ut aliment pour (-Iri dii; -I Me, recomraauftcus lis nicdfi iiis. S si s %  3H I 03 y AS Sl P. • ., IMCE hTJENNt Fils fohandises franaises des MUS du Magasin itet des Fronts-Forls. Les soucis des mnagres Quand voua sentez les effets du surmenage et par dessus tout vous tes courbature et souffrez de douleurs qui vous font flchir, ou de toute autre maladie des femmes, n'oubliez i(que des centaines %  • j.. %  %  ; : coi 1 I mes un i ^ . d'une cuillre soupe quatre I ie %  et iurœH Stnahat <. i a Composition 'Mbgetale m Linili Whisky whisky whisky ^ ^ S/S veHamlioin^ via Puertoaittmlu ,i Port au Printourant 11 repartira pio• le rn.'-me jour pour panto Domingo, S. P. Curaao et I Europe. ln^rr-l llornv venant mnnv M;I iii.n-io, JaeWttinlii ;i l'u.'l-.oi Prince nul Il i %  p.uiir a probafcmrn 'jour pour Saiutnierto l'iaia et llnoie, Mrl. Plus amples renseignijWrede l'ien vouloir s'aDewar's Vieux Scotch WUkey Peter DaujsotCs Vieux Scotch Whiskey Ce sont le, deux WII1SKIES les plus connus par les Amricains. tl r e """""''"" s d ,l ""^urs sont avises au fa maison 11 il -IV marque UBWAM SCOTCH WHISKY Ml taUCacqwi L d Tut ,e > t ": / i' l, ; v iC r WHISKY de la maison IU1G & UG PL1L.K DAWSON WHISKY es, dffim*mu£ur exquis pour son youi n "FSOiV. LUCAS .V: Co. MTii.ce.leiNov. 194 LumL .oLUlLAAD; pour les Importtes s se ictu. Gros et dtail chez, **sm n M W • Uinlin W1IUAII ...• 714 x / toeduMajasin de t'Elut, prs Pabh, le Coiffeur. Teiephone Au Ui. LUBI 1 riomei SnperSnes (Maison Fonde en I7!>8 ) 55 Hue it inae— Paris LU vente dans tontes les lionnes maisons Reprsentant pour les Antilies: K.GADL l'ort-au-Prinoe Dimanche 18 Novembre h 5 heures de l'aprs-midi Match Sensationnel de Lutle et de Boxe Enlre DAN, champion de lulte aorieain etpiCK champion du cirque Mil clip JafflieaiD conlre m WILSO le ciipioi du cirp en 6 M J* ; on; premire range de chaises 5 gdps.antres ranaes 1 a** Wnuti* a+*A**i+ o A etoa^H co.pfc.d or.,,.^. i," 1 %  i 1 "••'"'" ~"i


    PAGE 1

    ifc.^'i.N Con tleac -ince N'eu : "irilo Til leco ADI. ie La on de Ci. awfmcnu !o • • rvewe n rnJ m %  tout; hu ,C J toupies*) et I rtgueu fuib!" Cn'''"i I rue d cl' i •••ri r' donne de a force j k^ •IOBSOL •O..U I % %  M • *•*" .VHJf 1 %  f," ;. IOUIOOM * "un :>' %  •*•* I tr0 %  ! otttrnm ; Paru s I %  '. U.T I — 1 ||l| I .1. • %  i.o.'.>. a* m ." %  H lu I .cm ) l'uio^r > ii > Min*( ni • Il ci qui %  Mi >*C I iCM NQCTil i. J Vaillant & Houet Aoenta a^raux 1720Rue du MaB.sin de l'Etat xL-rr-V-J %  • '^. %  =S?-,* %  ">• Pour faire de la place aux uofiibra.se> et jolies marehandises arrives d s de Frauceja niais n PAUL E AUX1LA liquide un loi de haiiesures pour damas 10 gourdes la paire, Un lot de Cliemisos COU I eu PI pour hommes 6-5 On lot de Chapeaux de paille pour hommes |cil Si MB l'en* faim votre choix et profil** 1 de ce slde, il n'y a que pou M quelqm* Jouit, "s -*. 3 Jv, :;,...,.. .-. ::V:=E22SS!E5£U~ La maison U. Balloni Fils Site lue Roux, 120, prs du dpit de rhum Tillejoint, fort-au-rince, se lait le plaisir de porter la connaissauce de sa nombreuse clientle et du public en gnral que ses rayons constamment se renouvellent wl marchandises de premire qualit, choisies avec goltj et la porte de toutes les bourses. Savoir : Bijoux, montres, orfvrerie, un grand assorti! ment de bibelots, sacs en argent pour dames, eouvr 4 premier titre, couteaux, ncessaires en argent pour mes, neessaire couture, glaces, tableaux, descente lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, servit detoilette en porcelaine.grands et petits lits en fer et & vre, beiceaux en fer et en bois, chaises roulettes pot enfants, lits de camp pendules, rveille matin, service liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table, vases fleui bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine, pan mas, casques, jambires, parapluies, formes chspetl pour dames, chaussures pour dames, hommes A enfant Pantoufles en feutres, palm-beach. Machines, coudre, faux-cols, cravates, chei blanches et couleurs, chemisettes, jarretires, ceintv bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, malles nn_ oaines, valises anglaises, joujoux, penduletles et coftri bijoux en nacre, fleurs artif .cielles, plume fontaine, f deaux pour baptmes, fianailles et mariages, lam] lectriques, jeux d articles en osier pour salon, vloei] des et automobiles pour enfmts, Fameux chapeauxf lie Borsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, porte* pea \, |iiels flanelle marque Docteur, pijamas franc asimir franais (haute nouveautj.porte-lrsor.sacs p dames, carnets pour hommes en peau de Kussis.oreilU dormeuses, serviettes d'avocats, etc, eto. asjKS^^Pf!' ^s&mM^^M Vue macbme crire Cenlury, portable et pour Bureau n mme sera un cadeau utile pour lin d'anne. Cette petite machinu merveilleuse, par suite baisse gnrale et par suite de la rduction M %  d'impoi'l;tion, peut-tre ollei le aujourd'hui Quarante itulbus neulemm Par consq.ient avant d'aelu 1er une autre mtclirf venez voir la machine entury vous trouver*! la machine FoX trs connu en Haiti 8o dellari. L. / IGGERHOLM Hue du Quai. Prix du Flnoon : I frano' Dr BI.NGI, 16, Rue BallH. • NU* lullon ShoePoli^h Company I< Kew Kork Boyal Mail Sleam Packel Co apaoy Le gteaiu f 'ratio" rend' t dport* dn Sud, ett attendu le Lundi mfin,l9 du tom n Prra < s l *oir*e A.. , llliioii', va If f pJrit' teli-y v iJ> e 1923 §** ftN***efM Le Malin bond le icvAnl 1907 AbonnomentR UN MOIS Portnu'Prince Gouidee i 00 DparlomeaU *-W Etrsnffer 3 -* Boilr PoilU US Tlphone '2i2 • • St'vDMieesM b'otger la P tau df *VOU>VOUL oio* un brillant lu*** lu couUur a lu mPf % il V0SI vouh\ wsrn piiiuu MOSOGR IM. lab iqu'f tptaUm'ntpour Ai dm* t' i>um Uui EU, bmrtiunt leur sou ^nserve Uur *'TT Al W \ i UnrianJ* la marque MONOGK X.M. >* b m"""" 0 Gel. JE \x*;m\ 5r u 'P ofl



    PAGE 1

    IMtfUMEVfi lmenl Afagloire BOIS VERNA tilt Hue Amrioai no JMBKO 20 C ENTIMES 17me ANXtf E N 300.") pEtiwv Gouvernementale A s'accomplit mfhodfqacmanf iprojels du Gouvernement "parent, tt mcessaiiMit le Jd'Etat aur.j en mnins lus Dtes matires de lu session "dinairc. lavons il'jVi dil en quoi ces Jcons^t i,t principalement: h rglement dlinilil de la Ides Chemins de Fer de la Jie.\a.io)ale et l'tabli* Uloiij nips attendu del Ipntrahon qu'ils i,. n ,j ent jer au -cand Iwnlice -les WOns intrieures du pays manisatioii du service %  tore et il'K.iucatLn proel t'.rnr par une loi rcen cration d'un organise assurer la perception 6eiintt-iale des impts,Idans certaines autres cra jWspensalilt's. Ven Unir qu'aux [.rejets %  venons d'numrer, il est facile de se rendre compte des amliorations substantielles qu'ils sont appels raliser dans notre conomie sociale et dans le serviC3 de notre fiscalit. Ils constituent, au reste, d s desiderata depuis longtemps exprims. .Nous attendons donc avec int* rt la discussion de ces plans qui, dam leur ensemble, reprsenien une conception vraiment apprciable de vues gouvernementales. Et tout cela tablit nettement que le Gouvernement, en dpit des ptards iuoffensife qu'on lui jette entre les jambes, ne se laisse aucunement distraire de l'immense œuvre d'organisation qui lui incombe et que, srement, avec mthode et esprit de suite, il poursuit son travail d'administrer comme il convient les intrts nationaux confis sa garde haute et comptente. Par Cable Nouvelles Etrangres ^rebuiljjtaiie en France P**M rie Lastevrie a in %  commission des 'linuices 11 'Wrei qu'en ni.sn .lu rende jaorJiiu,!,-.. ..os i np;s. l'** %  . budget d. : lit 2.1 est assu %  Jinislere j • %  -e que pour la { %  H le budget de 11114 sera TJ'equihl,,,;. L'impt sur le •Produit seul cette anne Dm i d 2 :,0 millions de .provision des prristoos. E? 9 a 'VMl.jmeiit derai- EST d,: bons d trsor a re clu • %  avait produit i M, 6 .. re 7;i0 millions lestC h l'mission du prio Cm "r '' ,,nnenl ilu 5 0l v erne I r llft m '\ ,0, "J* disponibles prs l !" millions. JJ'concerne les avancos W'i. ce< M de Lfts,,;v lftA • Peignent mainte ^f 00 m illions contre 36.487 k,* no4e ornire. Cette l fpenj allon gcra rdui(e au l Honds provenant de la y missien pour les dpenses ^recouvrables. Le minis PJJ en disant que la restaura r4D 4 S dvak, e se 1 ""! ter Hmi*i et ^manderait en dql'i r ds ; Cetle somme.ajou elV H '''" dpens, donnera idtfr" al de P de 80 mil* l de fersailltt ne J* entirement r"o"d!V" Daas lp9 milieux offl Heqii re "bsoluraenl sius Vei* 8 rumeur 8 rpandues ijl a i. re Prseutaut le gouver ^'"nand dcile a rpudier m* "trait de Versailles. | a 9 les mmes milieux £PUie des '•pareti paiements au ons, ne peurra I avoir lieu que lorsque le statut ant rieur au 11 Janvier, dite de l'entie des franais et de belges dans la Ruhr, aura t compltement rta bli, que la rpudiation des obliga tOOS dans l'tat actuel des choses, ne signilie pas uu dsaveu officiel au trait mais qu'elle est le rsultat de la violation du trait par la Fian ce. H. Lloyil Geonjc critiquevlt (jouu'i'neinenf pour avoir ordonn les lections onerales LONDRES -M. Stanley Balda in en rponse une motion sur la cen sure propose la chambre dus com muœs par les partis socialiste, laboriste, a dit,en faisant allusion la Huhr et aux rparations.qu'il n'avait pargn aucun effort pour fane con natre aux allis de la Grands Breta gne que le peuple britannique ne pourrait continuer indfiniment maintenir l'esprit ncessaire la co opration si la situa ion actuelle de vail durer..M. Bal.lwin a ajout qu'il pourrait devenir diltieile de poursui vie indfiniment les ellorts en vue d'une collaboration avec les allis qui les renuent si laborieux : J'avais grand espoir, dil il, que les o gociations avec l'Amrique feraient taire de srieux progis mais l en core, comme si souvent,auparavant, nous avons constat que nos eiorts n'avaient abouti rien, non par no tre faute, ni par celle de l'Amrique, mais par cde de deux de nos alli*. • Aux paroles de M. Baldwin, M. Lloy l (ieorg- rpo-idit bri vement critiquant iv gouvernement pour Avoir ordonn les lections gn-ral s ; il dclara que le rglement des probl mes europens serait bien un meil leur remde au chmage que ce tarif et regrettait que le gouvernement ait abandonn les ngociations inter nationales juste au moment o les Etats Unis s'taient joints la 6ran Quotidien Lu vrit est plus rpandue qu'on ne pense ; mais elle est li souveul larde et suuveut enveloppe, el mme allaiblie, mutile, corrompue par les additions nui la gtent ou la rendent moins utile. LtiBMTZ ELBPBOISB No 84 i PORT-AU-PRINCE ( HATI ; SAMEDI 17 NOVEMBREl de Bretagne. Los membres du parti labor-te sttaq lurent les deux ora leurs et demandrent II. Lloyd George ce q -il avait fiil pour les chmeur alors |u'il dtenait le pou voir. La chambre des co mm.'ns a (•pouss lu moti m -la '. Macdonald par 2§5 TOU contre 180, locore les concessions Cliesler LONDRES La dpche d'Ango ra annonce que legi ivernemenl turc n envoy ai colon laytou kenuc dy, reprsentant dd lAssociation Development : i np ay du nou les conditions c u eroant les conc< s sions Cbestsr et d iman tint qu*elles soient remplies avant le 15 Vr Q bre. La dpche ajoute que si le co lonel Clay'on Kennedy et ses asso ts amricains n'acceptant pas ees conditions, le gouvernement pour rail lai transi' rur Hugo Stinnes qui, parait-il, ngocie direotemuut avec Angora. Nouveaux acadmiciens PARIS— L'Acadmie franaise a lu deux nouveaux immortels : Al. Henri Itoberl, ancien btonnier du barreau de Paris qui succde 51, Alexandre Ribot, et il. Edmond Es taunie lu au fauteuil d'Alfred Ca pus. Le drapeau imprial allemand arbor de nouveau MUNICH—Le dictateur, Von Kahr qui, avec le gnra] von Losso v et le colonel Hessier, logeait dans la caserne d'infanterie d puis l'affaire Ludendorff Hiltler, s transfr aes bureaux dans l' difice du gouverne ment.Las rues qui couduixeat a l' dilicc sont protges par des ti s de fier barbels i lurvsilies par i s seniineilcs : de. troupe* ont ci.poi tes dans le sous sol. Von Uilira ordonn que l'aucien drapeau imp rial allemand : noir, blanc et rouge soit arbor au lieu du drapeau olfi ciul de la rpubliqus allemande qui est noir, rouge et or. 0 i lut des jecture sur la signification de cet or dra. Ajournement du conseil alli des ambass.nleurs l'A FUS La conseil alli des am baasadsurs, charg d'examioar la question du retour en A lemague du kiompiiiiz et le contrle milibdr • in turalu, s'est ajourn samedi an i deux heures el ts nie de duc ission s tus prenira ds dcisi m. Cet >|ur Dment a pour but du d > \a r a ix imbass4deur* le temps .le commuai quer a leurs guuvern imants raspSC lits les arguments dvelopps pu dant la dise neioo et d'obtenir de nouvel es instructions. Le conseil dis rnle la situation extrieur.! de la politique trangre de la PrsJMa, Le point de vua Irana.s est qulere tour du Ksompriai et celui possible de l'ex ltsi*er, st la protection que les allis demnudenl pour la mission de contrle militaire eu Alleungou, eoesUtusat eu ralit trois parties d'une mme question et doivent tre traites ensemble. Si l'on ne fait pas comprendre aux allem nids que les allis s >nt dtermin w faire rsspsa ter toutes les el tu,os lu trait, il ne faut pas ospr r lus obliger esca ter une partie quelconque du traite. Bnn les milieux olficiels ft iis, on dit que la Grande Bretagne prfrerait que la France agisse seule dans celte question los anglais viteraient ainsi les critl ] tes qui p >urrai< ni bortrs a li %  comme ils reprochent la France d'. ip • r des troupes dans la Ruhr pour obtenir les rparations. • tte ait ilu lu de la Graa 11 Brel t g e est < riti jue : il est fait rein.uqu que l'initiative de to its l'afl me c mcernanl l'es kr i ap n ssl v nue d; Londres.M. Poincar, peu di-po s-'; i 'I bu u agjr.s a lopt le point de vue sag sis ma i s i->i 01 Lmidua a voulu se dgager. Nouvelles Diverses I 11 • JLLES La prsence ds l'.x kromprinz en Allemagne continue fi n MU l'attention du gouvernement bcljffl qui esl en complet accord avec l su sujet de I attitude adopter. I' • 'il Les lputa socialistes ayant dclar i la h imb e nue les m go i itions re atives .i ranger nu pouvaient ab uti -, M. Poincar esp rail prsenter la chambre un ac ord ce sujet t gu pur la France, l'Angleterre e; l'Espagne. Loi nouvelles le Berlin, an non <;ant que le Reich avait l'intention d'abandonner leur sort la Ruhr et la Rhnanie, ont t rgnes avec sep UcJsms dans les milieux gouvene mentaux fraoais. On fait observer que Berlin, qui serait heureux de se dcharger du fardeau financier du ces deux p,\s un le rem-liant aux allis ne peut rester insensible leur pede. rtiENES— La cour d'Eleusis a condamn mort les gnraux Lo aard Pouloa ut GargaHde Nicolaraaa, ch fs du rcenl mouvement rvolu tionnaire : beaucoup d'autres officiers dehaul rang, qui avaient pris part a la rvolte, ont i condamns des emprisonnements vie ou de Ion guu dure. SUI'I \ Le gouvernement bol g i re s annonc lamnistie gnrale pour tout s les persUsUss qui ont pris pan fi h r cen te rvoliacommu iii^te ; seule les chefs ut organisa leurs du mouvement en .-ont excep ls. Nci ologie Louis Elly t'est avec une douloureuse surpti se que nous avons appris hier lu mon de notre excelli m ami Louis Elly qui s'tait cr d esesllsotas re 1 .ti as parmi nous. Ancien directeur de la Psbrique %  '" N iti in le ..il ms tsH til l i n i j,, | ,,,. |,. ,. F ni au Pri es nue n mvell febriq" %  qui i .n i. iti 11 i tio H 'i "i i" j urs i-liu neur souriante <•' Ku.ii kincr a ml I hatiens. N MIS prsentons DOS siocn s con dolances a sa veuve si cruellement proo e. Le corps a t smbium en allen dant las iastruclioaa de t Mme Elly. Archevch (le Port au Prince Llnternonce Benedtti sera ru demain matin solennellement la Cathdrale h 8 heures et demie avant la (ii and'Masse l'orlau l'.incle 17 Nov. 1923. ESWOFKLK, mdica. ment souver;n contre le paluJisKSAXOFE.IXE,pour las •niants* EN VENTE, gros et dtail. ilaire dite des Trsors Dix huitime Audience 9 NOVEMBRE Les Dbats Gnraux Nous somme,.niv r a la phase dfio di ;1 1.1' de ce grand procs .-i uuiii, eu p< ripties ds tonl< i oi Les. I ne vingtami el moins ont le ei tendus : aprs l*i h n ga> lo re d s %  ci sa qui %  pi s lin hier l*" lar I, avec Davi i. juge LatorI a .i. i lare ouverts les dbats gn< r..ux. LM avo MIB d i la partie civile ont la paru e, Me Lon Nau Magistrat) Lorsqu'on a suivi avec quelqu'attention, les is audiences de ce tribunal, l'on n'a | as pu n'avoir pu saisi sur le vif l'espce d'eogueiii. M manifest par quelques uns en laveur les prvenus. Je veux pour ms pari tp r leur enthoutiasme par un aulre sentiment que celui de lei r imn o alit. Ce sont des dilletanu curieux de diormaiiooa psycho ogiques. Ils se -ont laiss I 1 "' '"' sus lu,ma lu priucipaJ accus. La peraocnalit de Davis a quelque hose de rascioant. C'est un eootroversiate joyeua dM rsultats n m i. ci ndi. mais le banc correclioonel nesl psi n Irl au. Lorsqu on fait qu'il peut Irausibrmar au r"' de sas capi i< -, un billot d^ 10 dollars en IOo, quand oo considra -.s tti mphes aux j nx de l'amour, ou ne ptut s'empcher d'accorder que ni alti ntion au apirilualitlt, comme il to qualifie Davis st uu prestidigitateur merveilleux. Il a jou ton* ri oie-, ions les personnages. Jean ilautista Lia vis est homme politiqo Docteur an mdecine, il s'appelle le Dr Gonzalez. Dpositaire de v en fi n que. il est Alberto Montalvo. Bs l oodit esl sans bor1 •'•-• • pourq .i e le dborde le v te champ de u i op rations. Il ne s'est pai i %  i roflts du bac< ra a in mp Iq malhenraui l>i\ an I ..i li de : >ri cacb. Sea piocei ..i,i le di ci ils .Uns 1 i ipredi D a ..I vais lea redi %  %  qui cerm Brave et I "i. opra con ti DI ave, Sauvi ne tait ..u Service Hj n. ulique avec Filsim comm< collgue. I d n auds a l'ilsAim tic garder un .-. rat. Il l'amant chez Devis o il le mil au courant de lout. \pi. -, ,,,|,,, m en p| H i ne insuffler llravu I u\i luuce d'un trsor. Fils-Aim un dit qu'il avait lait un songe qu'il Un raconta. Ayant convaincu Brava, il l'engigea entrer Port-au-Prince en Dcembre 1919. brave, accompagn de Franois Lespinasse, lut introdntt chez Davis par Franck l'.lsim. Sauveterre tsnl l >I vit d interprte. Davis raconta Brave lus dtails de sa vie prive, la mui .te son lils et de sa lama i uce d'un trsor sur se prop ici Les i .omp ivsienl jou ii bien leurs rles que Bis va pria au jeu, crut a tout ce que Sauveterra lui avait dit de U part ds Lavis 11 : .^ .> „ r0pritl pour 5( 00 dollars, afin d'paiser les mnes du ngre gardien, du trsor, comme lo lui avait rels.


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06077
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Saturday, November 17, 1923
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06077

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    IMtfUMEVfi
    lmenl Afagloire
    BOIS VERNA
    tilt Hue Amrioaino
    JMBKO 20CENTIMES
    17me ANXtf E N 300.")
    pEtiwv Gouvernementale
    A s'accomplit mfhodfqacmanf
    iprojels du Gouvernement
    "parent, tt mcessaiiMit le
    Jd'Etat aur.j en mnins lus
    Dtes matires de lu session
    "dinairc.
    lavons il'jVi dil en quoi ces
    Jcons^t i,t principalement:
    h rglement dlinilil de la
    Ides Chemins de Fer de la
    Jie.\a.io)ale et l'tabli*
    Uloiij nips attendu del
    Ipntrahon qu'ils i,.n,jent
    jer au -cand Iwnlice -les
    WOns intrieures du pays
    manisatioii du service
    tore et il'K.iucatLn pro-
    el t'.rnr par une loi rcen-
    cration d'un organis-
    e assurer la perception
    6eiintt-iale des impts,-
    Idans certaines autres cra
    jWspensalilt's.
    Ven Unir qu'aux [.rejets
    venons d'numrer, il
    est facile de se rendre compte des
    amliorations substantielles qu'ils
    sont appels raliser dans notre
    conomie sociale et dans le servi-
    C3 de notre fiscalit. Ils consti-
    tuent, au reste, d s desiderata de-
    puis longtemps exprims.
    .Nous attendons donc avec int*
    rt la discussion de ces plans qui,
    dam leur ensemble, reprsenien
    une conception vraiment appr-
    ciable de vues gouvernementales.
    Et tout cela tablit nettement
    que le Gouvernement, en dpit
    des ptards iuoffensife qu'on lui
    jette entre les jambes, ne se laisse
    aucunement distraire de l'immense
    uvre d'organisation qui lui in-
    combe et que, srement, avec m-
    thode et esprit de suite, il poursuit
    son travail d'administrer comme
    il convient les intrts nationaux
    confis sa garde haute et com-
    ptente.

    Par Cable
    Nouvelles Etrangres
    ^rebuiljjtaiie en
    France
    P**- M rie Lastevrie a in
    commission des 'linuices
    11'Wrei qu'en ni.sn .lu rende
    jaorJiiu,!,-.. ..os i np;s. l'-
    **. budget d.: lit 2.1 est assu
    Jinislere j . -e que pour la
    {H le budget de 11114 sera
    TJ'equihl,,,;. L'impt sur le
    Produit seul cette anne
    Dm i d' 2 :,0 millions de
    .provision des prristoos.
    E? 9 a 'VMl.jmeiit derai-
    EST d,: bons d" trsor
    are clu , avait produit
    i m,6.. re 7;i0 millions les-
    tC h l'mission du prio
    Cm "r '',,nnenl ilu 50lverne
    I rllftm'\,0,"J* disponibles prs
    l millions. '
    JJ'concerne les avancos
    W'i. ce< M de Lfts,,;v
    lftA Peignent mainte
    ^f00millions contre 36.487
    k,*no4e ornire. Cette l
    fpenjallon gcra rdui(e au
    l Honds provenant de la
    y missien pour les dpenses
    ^recouvrables. Le minis
    PJJ en disant que la restaura
    r4D 4S dvak,e se1""! ter
    Hmi*i et ^manderait en
    dql'irds; Cetle somme.ajou
    elV H '''" dpens, donnera
    idtfr" al de P de 80 mil-
    *l de fersailltt ne
    J* entirement r-
    "o"d!V"Daas lp9 milieux offl
    Heqii re "bsoluraenl sius
    Vei*8 rumeur8 rpandues
    ijlai. rePrseutaut le gouver
    ^'"nand dcile a rpudier
    m* "trait de Versailles.
    | a9 les mmes milieux
    PUie des
    'pareti
    paiements au
    ons, ne peurra I
    avoir lieu que lorsque le statut ant
    rieur au 11 Janvier, dite de l'entie
    des franais et de belges dans la
    Ruhr, aura t compltement rta
    bli, que la rpudiation des obliga
    tOOS dans l'tat actuel des choses,
    ne signilie pas uu dsaveu officiel
    au trait mais qu'elle est le rsultat
    de la violation du trait par la Fian
    ce.
    H. Lloyil Geonjc critiquevlt
    (jouu'i'neinenf pour avoir
    ordonn les lections o-
    nerales
    LONDRES -M. Stanley Balda in
    en rponse une motion sur la cen
    sure propose la chambre dus com
    mus par les partis socialiste, la-
    boriste, a dit,en faisant allusion la
    Huhr et aux rparations.qu'il n'avait
    pargn aucun effort pour fane con
    natre aux allis de la Grands Breta
    gne que le peuple britannique ne
    pourrait continuer indfiniment
    maintenir l'esprit ncessaire la co
    opration si la situa ion actuelle de
    vail durer..M. Bal.lwin a ajout qu'il
    pourrait devenir diltieile de poursui
    vie indfiniment les ellorts en vue
    d'une collaboration avec les allis
    qui les renuent si laborieux : J'a-
    vais grand espoir, dil il, que les o
    gociations avec l'Amrique feraient
    taire de srieux progis mais l en
    core, comme si souvent,auparavant,
    nous avons constat que nos eiorts
    n'avaient abouti rien, non par no
    tre faute, ni par celle de l'Amrique,
    mais par cde de deux de nos alli*.
    Aux paroles de M. Baldwin, M.
    Lloy l (ieorg- rpo-idit bri vement
    critiquant iv gouvernement pour Avoir
    ordonn les lections gn-ral s ; il
    dclara que le rglement des probl
    mes europens serait bien un meil
    leur remde au chmage que ce tarif
    et regrettait que le gouvernement
    ait abandonn les ngociations inter
    nationales juste au moment o les
    Etats Unis s'taient joints la 6ran
    Quotidien
    Lu vrit est plus rpandue
    qu'on ne pense ; mais elle est
    li souveul larde et suuveut
    enveloppe, el mme allaiblie,
    mutile, corrompue par les
    additions nui la gtent ou la
    rendent moins utile. LtiBMTZ
    ELBPBOISB No 84 i
    PORT-AU-PRINCE ( HATI ;
    SAMEDI 17 NOVEMBREl
    de Bretagne. Los membres du parti
    labor-te sttaq lurent les deux ora
    leurs et demandrent II. Lloyd
    George ce q -il avait fiil pour les
    chmeur alors |u'il dtenait le pou
    voir. La chambre des co mm.'ns a
    (pouss lu moti m -la '. Macdonald
    par 25 tou contre 180,
    locore les concessions
    Cliesler
    LONDRES La dpche d'Ango
    ra annonce que legi ivernemenl turc
    n envoy ai colon laytou kenuc
    dy, reprsentant dd lAssociation
    Development : i np ay du nou
    les conditions c u eroant les conc< s
    sions Cbestsr et d iman tint qu*elles
    soient remplies avant le 15 Vr q
    bre. La dpche ajoute que si le co
    lonel Clay'on Kennedy et ses asso
    ts amricains n'acceptant pas ees
    conditions, le gouvernement pour
    rail lai transi' rur Hugo Stinnes
    qui, parait-il, ngocie direotemuut
    avec Angora.
    Nouveaux acadmiciens
    PARIS L'Acadmie franaise a
    lu deux nouveaux immortels : Al.
    Henri Itoberl, ancien btonnier du
    barreau de Paris qui succde 51,
    Alexandre Ribot, et il. Edmond Es
    taunie lu au fauteuil d'Alfred Ca
    pus.
    Le drapeau imprial alle-
    mand arbor de nouveau
    MUNICHLe dictateur, Von Kahr
    qui, avec le gnra] von Losso v et
    le colonel Hessier, logeait dans la
    caserne d'infanterie d puis l'affaire
    Ludendorff Hiltler, s transfr aes
    bureaux dans l'difice du gouverne
    ment.Las rues qui couduixeat a l'
    dilicc sont protges par des ti s de
    fier barbels i lurvsilies par i s
    seniineilcs : de. troupe* ont ci.- poi
    tes dans le sous sol. Von Uilira
    ordonn que l'aucien drapeau imp
    rial allemand : noir, blanc et rouge
    soit arbor au lieu du drapeau olfi
    ciul de la rpubliqus allemande qui
    est noir, rouge et or. 0 i lut des
    jecture sur la signification de cet or
    dra.
    Ajournement du conseil
    alli des ambass.nleurs
    l'A FUS La conseil alli des am
    baasadsurs, charg d'examioar la
    question du retour en A lemague du
    kiompiiiiz et le contrle milibdr in
    turalu, s'est ajourn samedi an i
    deux heures el ts nie de duc ission
    s tus prenira ds dcisi m. Cet >|ur
    Dment a pour but du d > \a r a ix
    imbass4deur* le temps .le commuai
    quer a leurs guuvern imants raspSC
    lits les arguments dvelopps pu
    dant la dise neioo et d'obtenir de
    nouvel es instructions. Le conseil
    dis rnle la situation extrieur.! de la
    politique trangre de la PrsJMa, Le
    point de vua Irana.s est qulere
    tour du Ksompriai et celui possible
    de l'ex ltsi*er, st la protection que
    les allis demnudenl pour la mission
    de contrle militaire eu Alleungou,
    eoesUtusat eu ralit trois parties
    d'une mme question et doivent tre
    traites ensemble. Si l'on ne fait pas
    comprendre aux allem nids que les
    allis s >nt dtermin w faire rsspsa
    ter toutes les el tu,os lu trait, il ne
    faut pas ospr r lus obliger esca
    ter une partie quelconque du traite.
    Bnn les milieux olficiels ft
    iis, on dit que la Grande Bre-
    tagne prfrerait que la France
    agisse seule dans celte question
    los anglais viteraient ainsi
    les critl ] tes qui p >urrai< ni bortrs
    a li comme ils reprochent la
    France d'. ip r des troupes dans
    la Ruhr pour obtenir les rparations.
    tte ait ilu lu de la Graa 11 Brel t
    g e est < riti jue : il est fait rein.u-
    qu que l'initiative de to its l'afl me
    c mcernanl l'es kr i ap n ssl v nue
    d; Londres.M. Poincar, peu di-po
    s-'; i 'I bu u agjr.s a lopt le point
    de vue sag sis ma i s i->i 01 Lmidua
    a voulu se dgager.
    Nouvelles Diverses
    I 11 JLLES La prsence ds l'.x
    kromprinz en Allemagne continue fi
    n mu l'attention du gouvernement
    bcljffl qui esl en complet accord avec
    l su sujet de I attitude
    adopter.
    I' 'il Les lputa socialistes
    ayant dclar i la h imb e nue les
    m go i itions re atives .i ranger nu
    pouvaient ab uti -, M. Poincar esp
    rail prsenter la chambre un ac
    ord ce sujet t gu pur la France,
    l'Angleterre e; l'Espagne.
    Loi nouvelles le Berlin, an non
    <;ant que le Reich avait l'intention
    d'abandonner leur sort la Ruhr et
    la Rhnanie, ont t rgnes avec sep
    UcJsms dans les milieux gouvene
    mentaux fraoais. On fait observer
    que Berlin, qui serait heureux de
    , se dcharger du fardeau financier du
    ces deux p,\s un le rem-liant aux
    * allis ne peut rester insensible
    leur pede.
    rtiENES La cour d'Eleusis a
    condamn mort les gnraux Lo
    aard Pouloa ut GargaHde Nicolaraaa,
    ch fs du rcenl mouvement rvolu
    tionnaire : beaucoup d'autres officiers
    dehaul rang, qui avaient pris part a
    la rvolte, ont i condamns des
    emprisonnements vie ou de Ion
    guu dure.
    SUI'I \ Le gouvernement bol g i
    re s annonc lamnistie gnrale
    pour tout s les persUsUss qui ont
    pris pan fi h r cen te rvoliacommu
    iii^te ; seule les chefs ut organisa
    leurs du mouvement en .-ont excep
    ls. '
    Nci ologie
    Louis Elly
    t'est avec une douloureuse surpti
    se que nous avons appris hier lu
    mon de notre excelli m ami Louis
    Elly qui s'tait cr d esesllsotas re
    1 .ti as parmi nous.
    Ancien directeur de la Psbrique
    " ' '" N iti in le ..il ms
    tsH til l i n i j,, | ,,,. |,. ,.
    F ni au Pri es nue n mvell febri-
    q" qui i .n i. iti 11 i tio .
    H 'i "i i" j urs i-liu neur souriante
    <' Ku.ii kincr a ml I hatiens.
    N mis prsentons dos siocn s con
    dolances a sa veuve si cruellement
    proo e.
    Le corps a t smbium en allen
    dant las iastruclioaa de tMme Elly.
    Archevch (le Port au Prince
    Llnternonce Bened- tti sera ru
    demain matin solennellement la
    Cathdrale h 8 heures et demie avant
    la (ii and'Masse
    l'orlau l'.incle 17 Nov. 1923.
    ESWOFKLK, mdica.
    ment souver;n contre le paluJis-
    KSAXOFE.IXE,- pour las
    niants*
    EN VENTE, gros et dtail.
    ilaire dite
    des Trsors
    Dix huitime
    Audience
    9 NOVEMBRE
    Les Dbats Gnraux
    Nous somme- ,.niv r a la phase
    dfio di ;1 1.1' de ce grand
    procs .-i uuiii, eu p< ripties ds ton-
    l< i oi Les. I ne vingtami el moins
    ont le ei tendus : aprs l*i h n ga>
    lo re d s . ci sa qui . pi s lin hier
    l*" lar I, avec Davi i. juge Lator-
    I a .i. i lare ouverts les dbats gn<
    r..ux.
    Lm avo mib d i la partie civile ont
    la paru e,
    Me Lon Nau
    Magistrat)
    Lorsqu'on a suivi avec quelqu'at-
    tention, les is audiences de ce tri-
    bunal, l'on n'a | as pu n'avoir pu
    saisi sur le vif l'espce d'eogue-
    iii.m manifest par quelques uns
    en laveur les prvenus. Je veux
    pour ms pari tp r leur en-
    thoutiasme par un aulre sentiment
    que celui de lei r imn o alit. Ce sont
    des dilletanu curieux de diormaiiooa
    psycho ogiques. Ils se -ont laiss
    I1"' '"' sus lu,- ma lu priucipaJ ac-
    cus. La peraocnalit de Davis a
    quelque hose de rascioant. C'est
    un eootroversiate joyeua dM rsul-
    tats n m i. ci ndi. mais le banc cor-
    reclioonel nesl psi n Irl au. Lors-
    qu on fait qu'il peut Irausibrmar au
    r"' de sas capi i< -, un billot d^ 10
    dollars en IOo, quand oo considra
    -.s tti mphes aux j nx de l'amour,
    ou ne ptut s'empcher d'accorder
    que ni alti ntion au apirilualitlt,
    comme il to qualifie. Davis st uu
    prestidigitateur merveilleux. Il a jou
    ton* r- i oie-, ions les personnages.
    Jean ilautista Lia vis est homme poli-
    tiqo Docteur an mdecine, il s'ap-
    pelle le Dr Gonzalez. Dpositaire de
    v en fi n que. il est Alberto
    Montalvo. Bs l oodit esl sans bor-
    1 '- pourq .i e le dborde le
    v te champ de u i op rations. Il
    ne s'est pai i i roflts du
    bac< ra a in mp Iq malhenraui
    l>i\ an I ..i li de : >ri cacb.
    Sea piocei ..i,i le di ci ils .Uns
    1 i ipredi d a ..I vais lea
    redi qui cerm Brave et
    I "i. opra con
    ti di ave, Sauvi ne tait ..u Servi-
    ce Hj n. ulique avec Fils- im com-
    m< collgue. I d n auds a l'ils-
    Aim tic garder un .-. rat. Il l'amant
    chez Devis o il le mil au courant
    de lout. \pi. -, ,,,|,,, m en p|Hine
    insuffler llravu I u\i luuce d'un
    trsor. Fils-Aim un dit qu'il avait
    lait un songe qu'il Un raconta. Ayant
    convaincu Brava, il l'engigea en-
    trer Port-au-Prince en Dcembre
    1919. brave, accompagn de Fran-
    ois Lespinasse, lut introdntt chez
    Davis par Franck l'.ls- im. Sauve-
    terre tsnl l >i vit d interprte. Da-
    vis raconta Brave lus dtails de
    sa vie prive, la mui .te son lils et
    de sa lama i uce d'un tr-
    sor sur se prop ici Les i .omp
    ivsienl jou ii bien leurs rles
    que Bis va pria au jeu, crut a tout
    ce que Sauveterra lui avait dit de U
    part ds Lavis 11 : .^ .> r0-
    pritl pour 5( 00 dollars, afin d'-
    paiser les mnes du ngre gardien,
    du trsor, comme lo lui avait rels.


    ucuufw
    'ierr.;.
    m Davis. ravN npn ^'nn *rtn
    rituel me Kftoger on pr irn^p ne
    Fils-Aime et donna ."127 doliats n avis pii le
    subtilisa dans un prt nlu bile-
    menl. Saaveterra l*iN Une, pen-
    dant ce temps-la, f- ignireot te lom-
    br san* cur.nuis-m o. Maie v ua
    sivez, M.i(ji*lrat, ju'il ne lut plua
    question de tr.sor, pui*qie B ave
    s-adresse OU! auj >n:a liui pour
    obtenir rparation d>j 1 escroquerie
    commise sou prjn lice.
    Pour AUa Roealva, ca l'ai la mme
    chose, sauf que l'ofliciant laii .Iules
    Lililte, c'e-t--diie Sauveterre, it
    Thomi Leieb'ur-. comme acolyte.
    Rt|ipele/;-vo.is toutes les dpwMtiaoi
    produites ici, celles .le Mur.it tiasi-
    mir, Jean \tn I et Mabel P
    Elles sont cou tuantes t s-
    brent aux interrogatoires ds Fil* Ai-
    m, Stpli.me Bervia et Tu ma
    Le rebours.
    Nos adv-rsaires veub-nt qu'il n'y
    ait qu'un dlit, a cause lu caractre
    macibre des opration*. Nms ne
    tommes ps de leur avili Me Nau
    lit 1 article 357 du Coda Pnal. Ces
    dip'isilions dis. nt que le dlit 't'es
    croquerie se forme da 3jsl*menls :
    saanflMrvraa l'ri >lu n-" *. leur mise
    u usage par le> prvenus ut l'obten-
    tion de fonda par <> manuvra^
    Caa < c irac ari* ft t larjj unent
    dmontrs. Alva Rosalvi el K\ une
    Biiitusoni eonflaoea dans votreJua-
    lice, Magi-tral. Us savant que voira
    justice lira que pour rouvaincre
    dV'Scroqu'-rie ces coqiins i; n'tait
    pas ueesaaira que lee juges ecamo
    tent les dcliiations di.- prtenus et
    que la pouce 1 ur l'.i-se iiea br.m.i-
    des.
    Me Nan lit ses conc'usions pour
    Bravo rclamant la iniil.irnn.it on
    de Davie, Beaveter 10,000 dollar* de dommages-intrt ,
    pour Alva Itosiilvi, reila le1 avis.
    Bel vin 15000 dollar.- de loininiges
    Intrts.
    Dans nul r pro.hain numro
    Btrool pub'ias les plaidoyers da \le&
    Etienne Mathoo et Clment V. Coi-
    cou
    Los pompiers
    I lier vet 1 s on | heures, les Pom
    pier s; aont i nimtn s la Une
    liantes Ce louch s ( Encoignure tu
    Coieou ;.
    Comme toujours, il- ont lait prau
    Vf d'activit el d'nergie, sous I di
    rection du lieutenant \Vhi a-l. Il
    y eut de Peau en ab >a lance, el la
    grande pompe r^^le.iientPK par le
    mcanicien George tie, fonctionaa
    satisfaction.
    Porl-nu-T rince,le \G novembre
    1023.
    an
    Directeur du Journal '*Le Malin1'
    En VWe
    Monsieur le Docteur,
    Voulant m*Ire l'o.nnion p*M-
    q-tr eu gard con'rr cclnincs niir
    nivrps, moi avis, anlpnlrioU
    ques je vous prie de bien vouloir
    donner publicit dam < otre journal
    litre gratieUM entrefit't ci-
    indus-
    Daignez ajrer, Monsieur 1$
    Directeur,aver- l'ex/ir tsirm 'ternes
    meilleure* salutation** celle de mes
    rtmerc men s." nntiripM
    J. THEODORE
    Autour du
    Nalionalfome
    Lea gens s nss sont lgitimement
    tonns de constater que le* jour-
    naux soi disant nationalistes, qui
    eonsi uenl l'amricain en le laxant
    de b ibaiie. soit les premire don
    DOT la piioril a la c.vi isMlion une
    ricaina Nif la nlie Eu effet, on
    xoit ceux qui se taieurnl d'fi le dos
    d-*f.'M-e m da la .alion hritienna
    b mer Mo taiaur Paul non TboJo
    ra l laCipitaina II R.!Woidparea
    que. sui Pimtiaiive da Vie J. M Br-
    dy, il- ont pri* 'a lie de dbarras
    er notre ociide'qu Ique- mmvais
    i.icnls ; c n v mI s . oi baut d
    li us. m s ii Il airb sanctionner
    le men n^es de Juan Baotttla Y
    Da\i> & lo qui ont pub iqu< m- nt l
    claie qui I Mugisti-luiv assie h>
    ei n- a cde a l'an b li< n du (api
    lane Wood qin, le i dire, n'Hvait
    dan- celle allaiie que 'e dsir iasatil
    Ile de aVmpari-r de l- i.utune de
    Juan Bautista Y Davii ; on ^oit le
    "Uourri-r Haili n 'iuLnv rgrai ds
    ri is la mi-e en libre de la bande
    Davi tandis que la 'Pola" ds son
    cle\ si e sang el au dans le mme
    but. El duo que lu d rtcleurs de
    ce- j ur aux m,vent peilinemin'nt
    que le spilaii e Woud a r ubu
    dans le Wor d Ce qi'e avis & Co lui
    oui ilicli \ Im nationalisme :
    En vi rite ] m r i li uiei.x si quel
    que- rompa ri't ^ prenaient Wai-
    menl cur l traaaiiler A ia lib-
    ration de not ' pauvr Pairie m i-
    b ',!* ). rem irqu qu certai ha'
    lien-, en | ' e la je '.e -ai- qu il,
    c *mpr uneiie i I* v nir de notre
    m ilh-iin u.e lliHi 'ii enco'i ' Ot
    l'OC
    me lin^s
    Cercle lagatelle
    i'.onform-Mnent k la Oirculaira en
    dale du 15 durant, le Comit du
    Cercla B g teMe < rapplla ii Mes
    ait-urs lea Membres qu'ili ao-it invl
    ts ain i .j i lau ftmi oi au co i
    earl priv q i'o rre 11 Co o iio Alic
    manda au loe >1 dn C rcle, auj lur
    d'imi IT Novembre 8 brea du soir*
    l. Se^i -taire.
    U BOUGE
    ia volenr
    Auguatin
    ^teall par dt
    Ca matin le nomm Auguetia la
    gUSle levonant de Pont MUdet fut
    ejaail i par des vol ur- qui I basai
    rent grivemant la nuque d un
    coup le ilylal
    Une v.: < de VnSjl -'in j g ur I ;
    n t i-ti-'i' ds i> ich - de 11 v <
    time j ii p i a lire n Il ''
    cevoii des s ii- n u saaire< a l li'i
    tal Q nral
    ii > t nt. lJ urq mi I >nc l ou- ces
    et lo i e- ces souscriptiooa
    quand les meneuis ne font rien et
    ne comptent rien faire ? Oui, ils ne
    font rien. car. tout en combattant
    l'amricain, ils l-encenseiit. IU l'en
    censent. puisqu'ils ra. i'ient la th'-se
    de Davia (Se Co te 11 ml |i f tire croire
    qui vedt I* nt m Ire qu'un ofiicier
    amricain, i nmoral lor-, i leail cor
    rompu la agtrature iasaa liiti n
    n.-. u i doit lfen Ira soi pays, maia
    on d >il pouvoir triompher de s s
    passi ma xb oui, :n s-i; ira les na
    Honalistea, vous avel vous-mmea
    ananti votre (p ivre, les gens s:n>s
    n'oit plus, n'ont p)iii cooftanoa en
    vous !
    je m'arrta h, n'.utoulint point
    entrer d ins lo* dtaila.
    Nova nbr ltti3
    Josepb ItlliOOORE
    VIuEUR,Hepus l'enfance
    ]mf la vieillesse!
    C'c.c.t en cela que consiste le
    plus grand bonheur et la satis-
    faction de la vie.
    La protection de la sant est
    trs essentielle toutes les prio-
    ^^fe^p c'es ^c 'a v*e et toute poque
    il et indiscutablement vrai que
    mulsion Scott
    . roduit de la vigueur et de
    i nergie, et tant un aliment
    concentr, elle domine toute fai-
    blesse et renouvelle les forces.
    L'Emulsion Scott protge
    votre sant, non seulement
    pendant l'enfance et la
    vieillesse, mais pour
    toute la vie.
    La question va tre encore
    l'ordre da jour et de. partout vont
    selvr d a appela en faveur de
    Cfuiquiv ni nt aller Cuba cher
    cher leurs m >yen8 JVxialence* U
    n'est pas inopportun le si la Central Bigatios,dans 10 ien*e,
    111 i accorde mx mivriera un trai
    lement dont ceux i ont toujours
    t pleinement saiisl-iis.
    Ct-tte iutorniflfnn a t confir-
    me par .\l. K IttarJ b'ra gis, agent
    gnral de celle i up niante com-
    pagniequi s- porte garant duaya-
    tuie employ envers ses coinpi-
    triotes tt ijiii contrle la nature
    du tiaitein nt qui I ur est accord.
    Kt c'eat avec irrtrl qu'on suit
    le m iuv ini-iit d'm jr-itionquand
    l s ou i i n ont la orableaceux
    qui I .n v tut pour un temps l-
    t r.imi .i .pi l'on i ii le gefire le
    protection qui Iwn eal accor i-
    A partir du 2 D imbre, Mr
    Frmcis si. la disposition dos
    ir ivatll -ins pour lea i 1 r .'t leur
    lr. Utile par bus Ips nio eus
    possibles2, a son Olli , 27, Cbria
    liua Ah i, S nuatfo de Cuba et 42
    Cd le qu tro Cueto, ri. nie prs-
    que la porte J : la Compagnie.
    Ht
    Panama RailroatJ
    tteainship L'ne
    Port au-Prince, Hati, la Itt No-
    vembre l'-i i-
    BULLETIN Vo3 5
    Le Si S Lai'i'FI ilteiy est
    attendu Port-au-Prince de Jac-
    mel via lrmie. MiragoAae, Pe-
    tit'Gove lundi ty Novembre 1923
    et partira la mme jour pour NiW
    York via les poils du Nord, pre-
    nant fret et pass; jen
    u. t; HOMPSON,
    Agent Grent rai,
    Farisiana
    DIMANCHE
    La Njj* lie vurora
    le dil'-.i'uuvre de Gaston Leroux,
    interpri-l par une toile Ken Na-
    v i rre clbre dans i ait et metteur
    en - critenr de Paaiomaa. e'sit la pre-
    mire fois qu-en lltiti, on a l'>an
    tage de voir elle clbrit.
    V'nie pisode :
    La J.istico d3 Dea
    Oine pisode :
    La Nom ctejl?el
    Pales poursuivi par sss ennemis
    tombe d valoir p*r son tact, f civisme devant le tratre q'ii secritie
    son honneur k aodamoir. Paies
    est mervei le ix ei D .u lui d>iaesi
    rcinpeis- L'iiu,)la !> nie .1m e:i
    Dmis r'd)ibl- t Pilaa e-t suj:t
    i tons leurs risques, l'armur l'aveu-
    gie, le cou i* le> ennemis porten',
    m lis Cberi-Binj veille... et iaspis^i.
    bl , d v.int lui, on s tue. on sa mas
    sviee tout cela est pour la paix
    divine...
    Entre : Orch. G. 2.0o
    Balcon 3*00
    Loge 2*50
    jssi aaaaai i n n
    La Gunauds
    C.MSiDRVE
    Shop) aad Lunch Room.Opeo From
    A 5. M. I util 0 F. M. bvery dty.
    UNE BOITE *
    DI
    VRITABLES
    PASTILLES
    valda
    bien employe, itUieee e prtpo.
    PRSERVERA
    votre Gorge, vos Bronohe*
    vos Poumons
    COMBATTRA
    vos Rhumes, Bronchites,
    Grippe, Influente,
    Asthme, Emphysme, ete.
    MAIS SURTOUT
    EXIGEZ BIEN
    LES VRITABLES
    Pastilles YALDAJ
    vendues seulement
    en BOITES
    portant le nom
    Les Putiles VALDA sont *o ve
    te : Pharmacie Centrale d Hsij
    Ptnrimrie Bourraine Port au Pri
    ce. Pharmacie Brutus Jrmie,
    toutes pharmacies L
    Varits
    Dimanche
    LES
    Trois Mmi\H
    Prologue ter. 2e poque
    H-i.iive gnrale liO
    LA)ge 200
    N. B. Ce Ht n ne Meneau
    n'" ux r -prsent ition de cinqeaatj
    centim. s.
    Moule Carlo B:
    L'n nouvel tablissement s'ait i
    vert en fice de lllMel de Francs.,
    a t d-Miomm; -< Monte Carlo B|
    et Cabaret s
    L'i i iu? iralion aura lieu dsmutj
    san^li, 4 7 hiure^ duaiir.II y
    bal 1. Drnver or Ire avec un Op
    be o'^-heslre at diverses autre!
    traeti os, annoncent lei car!'
    d invitation.
    Royal Caf
    En face de la Banque National*
    Propritair : Annacius INNOCENT
    Ce nouvel tablissement se recommande par un terri
    irrprochable, des consommations de premier choilt,]
    *Ututioii privilgi*.
    Le loir, musique attrayante dirige par de* P^
    siumieltt de <|iand meiite.
    D0 M*vf-f AAf|fl -> ^, .v son a ^,.,1 la Installation parfaite. Prix modre.
    . o. aVV 2WS ffisttaa^te l aul Sales_______Tilhon*No 395
    * Les sitii.ii.o-is soul hien reiiduea,
    Grand Hlel de Frac<
    A Varit*
    C'est un devoir et un plaisir pour
    noua i\ i ;_:i^tT le public a all< r
    Cn
    ;i | i I
    Il 'ire
    g.! >lif ell
    L iilninc
    E i n
    |ii eci
    lariage
    ,e dj.i^ml l tilie s ra
    h I r >i inbre
    ?. il i i i, ,o in ni i
    vlan ii. '. 111. avec A.
    Roy.
    Meilleurs . imp imenl
    15 Novembre. bj mi .,, -i ac e eicell ..t l'iuter
    Constantinoplb." Lm batMOX prlatioii da prtmier ordrt,
    amricains i< k > ti m torpil-
    leur M lor ii k . lou u -
    root aux Kt U Hum i tj ri' m.
    Anir.NUS. L'S gnraux :....-
    nanl (Jpuloa et li*rjjalid -, ch is
    de la r cente rVOluli u eu tirca
    Ont t coinlauiu-s .; u ) I |nr Ii!
    tribunal d'Eburis. Deux nuln i oj
    Bciera de l'arm ont i l ntiaai
    comlamnd a la p ine rai tinte,
    tj'au'r ^ i ' mi i on m ii mu.
    GatUNOLM \ Krnesl
    Auku i " rima'
    vv; Uumbar-
    |aud e*A mon.
    A ce soir donc, un lei vous ga>
    n< rai au co<|ii( i thtre du Champ
    .1. Mars o I' n aura l'occasion
    i applaudir un jtune auteur de
    talent
    Avis
    AVOCAT
    Recouvrements Co.nruerciaax,
    affaires a rCinifer
    Correapjal ii.tsa Washing
    ton, NewYork, Berlin,
    Turin Londres laris.
    17e liuelinaxtl7t
    I CiC,i ,011
    orl'UU-l rttite
    J7
    Le sousPign donne avjs au publi-
    avoir larda ic rcte, ise uu No 4J71
    dr (ji'iiun <-i. ii tMJtJar* 41 iui u
    [ .i.nli ni i.e i.u ii .
    1 1 il ' n I i- n.il,
    >.ii 1 h en e (il ir.'
    "l'oitm. I 111 1 Il 3.\ovoiubr* tUi3
    Th. UilL'-:
    iWl eV*^JiCioppiisBioNr
    Globules rebaud
    I .MaulUts marouilMiiL. urprn nti mm* I
    |A. DSPSNBISR. a. Rut da* Martyr* Paru/
    Pu*iiBaeVV.Di'CB--PorUu-rnnce
    Angle des Rues Bonne-Fol et du 'Quai tJ
    Vffi e r*cito>r :
    Tat de foie gras truffer. Civet de livre. ndoui IM**]
    lentilles. Andouillts au saindoux. Jambon en fcolt* *
    choii |*huile.a Bartlinea Waniueitaux. -- Thon. Ci i*'w
    Pt lits pois lins extra. -- Houdins, etc. r
    \ 111 lloug.', le galion G. 4.U. Vin Blanc, le gallon u*
    LHipI ritiippai bor^quiet Q fl'.
    f% Vins de Bordeaux et de Cl
    paqitfi*
    Cuisine axcalleate. Chainbr
    sur la mer.
    eoniortablaa. -;- ^ f&*


    u:*iati
    Aluminum Line New*
    Orlans et South
    4
    m-
    l Calants
    Dimanche soir
    Ukliiofloivr ce Paris
    Spetsdbbki ricao Steawship Clac.
    pieendeiix parties et n *
    Prochain* dpart directs
    Port au Prince Hati
    Le steynrr Halte laissera NewOrl-
    an* le 15 Novembre courant pour Port
    au- Prince.
    LetteamerBe* laissera iew.Orlans
    (e 2b Novembre courant pour Port au
    Prince.
    A partir de c tte derniers due il a
    aura une occasion thaqu* (fuinne lours
    ?U!, l*/>OT* mivmt: CaHhirjni;
    vorto-G olombifi,iiuraao9 Qorto-Gabello
    La Guayra, Pointera Pitre, fort de
    tranc?, Bridgelown, Barbador, Port of
    Spam, Triai lad, Georgetown.
    A de Malleis.-apiiS
    Entre gnrale 0,50 cent.
    n i iir
    k 4 mois
    ilM-vous que vos enfants
    Ment lire couramment
    tcoiirt espace (Je \ mois ?
    B-vous iif la mthode de
    pratique d'enseignement
    b prpare par Air Clment
    EL
    ite la Librairie Viard
    Simon Vieux
    Vin a ct y
    iplus fui-?;ut aliment pour
    (-Iri dii; -I Me, recomraau-
    ftcus lis nicdfi iiis.
    S
    si
    s

    .
    3H I
    03
    y
    as
    Sl
    P.
    .,
    IMCE hTJENNt Fils
    fohandises franaises
    des mus du Magasin
    itet des Fronts-Forls.

    Les soucis
    des mnagres
    Quand voua sentez les effets du surmenage
    et par dessus tout vous tes courbature et
    souffrez de douleurs qui vous font flchir, ou
    de toute autre maladie des femmes, n'oubliez
    i- (que des centaines frantes comme voua, ont retrouv leur sant en
    prenai Composait n Vgtale de Lydia E.
    Pinkhaai. 3
    Cette femme a retrouve sa tante
    ' *"Je v i : t jxrur
    ce. Ma | t revenue
    i. Corn-
    ; uni. Jai toujours sou-
    et ces douleurs m'ont
    -. Elles ont moui-
    .!t \
    1
    issi ban i n par la
    '..', .
    . De ;> j..
    ' ;' : coi
    1 I mes
    un i ^ . ,
    d'une cuillre soupe
    quatre I
    ie* et iurH
    Stnahat <. ia
    Composition 'Mbgetale
    m Linili Whisky whisky whisky ^ ^
    S/S ve-
    Hamlioin^ via Puerto-
    aittmlu ,i Port au Prin-
    tourant 11 repartira pio-
    le rn.'-me jour pour
    panto Domingo, S. P.
    Curaao et I Europe.
    ln^rr-l llornv venant
    mnnv m;i iii.n-io, Jae-
    Wttinlii ;i l'u.'l-.oi Prince
    nul Il ip.uiira proba-
    fcmrn 'jour pour Saiut-
    nierto l'iaia et llnoie,
    Mrl.
    Plus amples renseigni-
    jWrede l'ien vouloir s'a-
    Dewar's Vieux Scotch WUkey
    Peter DaujsotCs Vieux Scotch Whiskey
    Ce sont le, deux WII1SKIES les plus connus par les Amricains.
    tlre* """""''"" s d ,l""^urs sont avises au fa maison 11 il-IV
    marque UBWAM SCOTCH WHISKY Ml taUCacqwi L d Tut
    ,e>t":/i'l,;viC"r WHISKY de la maison IU1G & UG
    PL1L.K DAWSON WHISKY es, dffim*muur

    exquis
    pour son youi
    n
    "FSOiV. LUCAS .V: Co.
    MTii.ce.leiNov. 194
    LumL .oLUlLAAD; pour les Importtes s se ictu.
    Gros et dtail chez,
    **sm n M W' Uinlin W1IUAII
    ...714x/toeduMajasin de t'Elut, prs Pabh, le Coiffeur.
    Teiephone Au Ui.
    LUBI
    1
    riomei SnperSnes
    (Maison Fonde en I7!>8 )
    55 Hue it inae Paris
    lu vente dans tontes les lionnes maisons
    Reprsentant pour les Antilies: K.GADL l'ort-au-Prinoe
    Dimanche 18 Novembre h 5 heures de l'aprs-midi
    Match Sensationnel de Lutle et de Boxe
    Enlre DAN, champion de lulte aorieain
    etpiCK champion du cirque
    Mil clip JafflieaiD conlre m WILSO le ciipioi du cirp en 6 M
    J*;on; premire range de chaises 5 gdps.antres ranaes 1 a** Wnuti* a+*A**i+ o a
    etoa^H co.pfc.d or.,,.^. i," 1 . i 1 "'"'" ~"i VERMOUTH CIKZABO hei a. de i^mis


    ifc.^'i.N
    Con tleac -ince
    N'eu : "irilo
    Til leco
    Adi. ie
    La on de Ci.
    awfmcnu !o rvewe
    n rnJ m
    tout; hu ,C'J'
    toupies*) et I rtgueu
    fuib!" Cn'''"i
    I rue d '
    cl' i ri r'
    donne de a force
    j
    k^
    -

    iobsol
    O..U I M **"
    .VHJf 1 ' f,"
    ;. iouioom *
    , "un :>' **
    I tr0 ! otttrnm
    ; Paru
    . s I '.
    U.T I '1"
    ||l| I .1.
    i.o.'.>. a* '
    m ." h
    lu '
    I .cm )
    l'uio^r >
    ii >
    . Min*(
    ni Il
    ci qui
    Mi
    >*C
    I iCM
    NQCTil
    . i.
    J
    Vaillant &
    Houet Aoenta a^raux 1720Rue du MaB.sin de l'Etat

    xL-rr-V-J

    '^.=S?-, Ml
    ......;."'':,-,'.'.. -.... -; ..^./w- ->*
    '

    ">
    Pour faire de la pla-
    ce aux uofiibra.se>
    et jolies marehan-
    dises arrives d s
    de Frauceja niais n
    PAUL E AUX1LA
    liquide un loi de haiiesures pour damas 10
    gourdes la paire,
    Un lot de Cliemisos COU I eu PI pour hommes 6-5
    On lot de Chapeaux de paille pour hommes |cil
    Si
    MB l'en* faim votre choix et profil**
    1 de ce slde, il n'y a que pou
    M quelqm* Jouit,

    "s

    -*.
    3
    Jv, : "^aKS/SHfrv.
    ._v::>;,...,.. .-. ::v:=E22SS!E5u~
    La maison
    U. Balloni Fils
    Site lue Roux, 120, prs du dpit de rhum Tillejoint,
    fort-au-rince, se lait le plaisir de porter la connais-
    sauce de sa nombreuse clientle et du public en gn-
    ral que ses rayons constamment se renouvellent wl
    marchandises de premire qualit, choisies avec goltj
    et la porte de toutes les bourses.
    Savoir : Bijoux, montres, orfvrerie, un grand assorti!
    ment de bibelots, sacs en argent pour dames, eouvr4
    premier titre, couteaux, ncessaires en argent pour
    mes, neessaire couture, glaces, tableaux, descente
    lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, servit
    detoilette en porcelaine.grands et petits lits en fer et &
    vre, beiceaux en fer et en bois, chaises roulettes pot
    enfants, lits de camp pendules, rveille matin, service
    liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table, vases fleui
    bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine, pan
    mas, casques, jambires, parapluies, formes chspetl
    pour dames, chaussures pour dames, hommes A enfant
    Pantoufles en feutres, palm-beach.
    Machines, coudre, faux-cols, cravates, chei
    blanches et couleurs, chemisettes, jarretires, ceintv
    bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, malles nn_
    oaines, valises anglaises, joujoux, penduletles et coftri
    bijoux en nacre, fleurs artif .cielles, plume fontaine, f
    deaux pour baptmes, fianailles et mariages, lam]
    lectriques, jeux d articles en osier pour salon, vloei]
    des et automobiles pour enfmts, Fameux chapeauxf
    lie Borsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, porte*
    pea \, |iiels flanelle marque Docteur, pijamas franc
    asimir franais (haute nouveautj.porte-lrsor.sacs p
    dames, carnets pour hommes en peau de Kussis.oreilU
    dormeuses, serviettes d'avocats, etc, eto.
    asjKS^^Pf!'
    ^s&mM^^M
    Vue macbme crire
    Cenlury, portable et pour Bureau n mme
    sera un cadeau utile pour lin d'anne.
    Cette petite machinu merveilleuse, par suite
    baisse gnrale et par suite de la rduction M
    d'impoi'l;tion, peut-tre ollei le aujourd'hui
    Quarante itulbus neulemm
    Par consq.ient avant d'aelu 1er une autre mtclirf
    venez voir la machine entury vous trouver*!
    la machine FoX trs connu en Haiti 8o dellari.
    L.
    /
    IGGERHOLM
    Hue du Quai.
    Prix du Flnoon : I frano'
    Dr
    . BI.NGI, 16, Rue BallH. NU*
    lullon ShoePoli^h
    Company I<
    Kew Kork
    Boyal Mail Sleam
    Packel Co apaoy
    Le gteaiu f 'ratio" rend' t dport*
    dn Sud, ett attendu le Lundi mfin,l9
    du tom n Prra < s l *oir*e
    a.. , llliioii', va If
    fpJrit- tel- i-y v iJ> e 1923 ** ft- N***efM
    Le Malin
    bond le icvAnl 1907
    AbonnomentR
    UN MOIS
    Portnu'Prince Gouidee i 00
    DparlomeaU *-W
    Etrsnffer 3-*
    Boilr PoilU US
    Tlphone '2i2
    ,
    St'vDMieesM b'otger la Ptau df
    *vou>voul oio* un brillant lu***
    lu couUur a lu mPf %
    il V0SI vouh\
    wsrn piiiuu
    MOSOGR IM.
    lab iqu'f tptaUm'ntpour Ai dm* t' i> tlle prott la peau des auussurn conf il t>um Uui
    EU, bmrtiunt leur sou ^nserve Uur *'TT Al W \ i
    UnrianJ* la marque MONOGK X.M. >* b m"""" 0
    Gel. je \x*;m\ 5ru'Pofl


    University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM