<%BANNER%>







PAGE 1

SK: (CUR PROPniETAIHE IU*RUŒUH linent Magloire BOIS VERNA 1S58 Rue Amrioaine JMEI40 20 CENTIMES Quotidien Je souhaite avoir des manierai simples, recevoir les services le uioins isss le 1rs en ce qui onc rue Pei kromprinz eu vertu de l'article lifi du trait de Versailles exigeant la remise dos criminels de guerre. L'ambissa leur de Belgique A Pans a reu des Ida tructioru a cet ifl I. Le gnra! Ludendorff reste, liton, absolumenl confie dans sa villa qui est [nacc nwble ra ne as H amis qui n'ont pu vri ierlas bruits disant qu'il avait t b. us Luis la roeate rvolte. Tliaon l)i Revel, ministre de la ma rine ont pass les troupes en revue Dans la soi e 1 Mussolini a donn un diner officiai en l'honneur du coips diplomatique puis eut lieu une rception pour ILS njficiere de Par me et de la inaiine. Une nouvelle noie du fjouveriictiicnl suisse PARIS—lue nouvelle note du gou vernameiit suisse sur la question de la zone franche suggre que la Prao ce a admis ii1.1inieii.1ui la possibilit d un aibitrage. 1,'arlic e 3J ( > du liai t do Versailles concernant lee Irai ts de Paris el de Turin sont soumis a le Cour Internationale de Justice de la Haye. Grdtl supplmeulaire pour le budget de 1924 PARIS— Aprs quatre mois le va canos, la chambre des dputs se reunira de nouveau. Aujourd'hui, a cette occasion, le cabinet Poincar aura l.,ir le ,, quarante interpel lations .vint trait la politiq e trangre et intrieure. L'impression gnrale es) que le gouvernement obtiendra une forte majorit. Les trois questions les plus importas as devant le Parlement sont les crdits %  ppim otatres pour le budget 1944 voiee d'aprs l s cbitLres de 19iJ, les assurances sociales et les peu bious et la rforme de la loi eiecio rla. Nouvelles Diverses Par Cable Nouvelles Etrangres sj3 SAPHO ETIENNE Fils l *ses franaises f/jesdu laqasin -* l es Fronts-Forls. Le Cinquime anniversaire de i'annisiice PARIS — Li France a clbr le cinquime anniversaire de I anni -.lice avec solennit m lis avec moins d'exubrance que les annes pre dents. Les vns neuts importants en Europe et ceux qui se p UM ml en Allemagne et q ii sont une menace pour la scurit de la France sont la cause que le jour il i l'armistice n'apparait pas aux franais comme un jour de rjouissance mais plutt comme un jour de protonds dtter minatiou pour empeher le retour des Calamits auxquelles mit tin Par raistice. Des crmonies ont eu lieu autour de la tombe du soldat iuconnu o un grand nombre de troupes lurent pass* en revue par le Prsident de la Rpublique, le prsident du con seil, les autres membres du cabinet et les marchaux Foch. Ptale el LyauUy. La prsence du gnral l'ershing et du marquis de Crew, ambassadeur de Grande Bretagne Paris ont donn un caractre inter national celle importante mamfes laiion. Des crmonies nul eu lieu dans toutes les villes de France. M. Maginot, sergent en l'.liS actuelle meut minisire de la guerre, a allu m sous l'arc de triomphe six heu res la la lampe perptuelle. Celle lampe surplombe ia tombe glorieuse. C'est pour rpondre au dsir ex prim par les associations les muti M et ,des anciens oiuh liants q le ministre a allum celle lampe. Demain ce pieux hommage sera r serve au gnral (jouraud. WASHINGTONUne imprassiea nante crmonie commmorativo a eu lieu dans la capitala Poceati m de l'armistice day. Le prsident G 10 lidge, accompagn du secret tire le la guerre Week, du secrtaire de la marine Denby et des offic ers a ta ebs a ia pr i lance, i est ren lu au cimetire national d'Ariioglon o il a plac une couronne de fleurs sur le tombeau du soldai amricain incon nu. •NEW YORK L'armistice daa a t dignement clbr. La manifes talion la plus importante a t la pa raie qui a dfil la cinq ms ave nue. uix mille personnes y ont prie part. Le cortge comprenait 1 200 hommes du 71me rgiment de la garde nationale des soldai! de Par me rgulire des m irm : le comi t municipal des femmes coute d*s garons et des libes. des vtrans, etc. A cot l i Irapeaui des rgi rnents amricains flottait le drapeau des vtrans franais de la grande guerre escort par plusieurs poilus en uniforme. A l'issus de la parade plusieurs dizaines de nulle do persoo ns assistrent i une crmonie au milieu du Cenlril Park ou de nombreux discours furent proooucs. /innivers.iiie royal el RtJ^K— L'anniversaire de nauv sance du roi Victor Emmanuel, qui tombe le m s i ur que l'annii >aire u %  l'ann decrm ont t prc i le U)l coup* de canon aprs le quels \l. Mussolini, le gnral Diaz et l'amiral comte PARISM. Poinearl a dcid de proposer 1s cration d'une commis Si n d-expeits qui l'eia uue enqute sui la qu -iion dos rparations, si cde commis ion serait compose de dlgues ds puissances reprsen leu ia commission des rparations Llie nui ait pour uiis.-iou de d lerini lier lue ressources intrieures et ex trieorss de I Allemagne o se trou vent les capitaui allemand.-, exportes et comment ils pourraient tre rpa tris somment et dans quelle pro portion .e* ressources duMeiob pour raient tre utilises uctusilomeot p air ies rparations et commant r '.em ign pourrait rtablir ha i luatioe .i i.,.. mu Un expert tecb ni pie seraitjsjout a la eommiaaioa p..m cbi | B o,.\ • et euq tte dure rail au n, .u.> u. x mois. PAHIS Al Uuolli.de .New Voik, prsident de la ehanibre iiiteriialio nele de commerce, recevant ta unssion ol'iici Ile chinoise qui vient lu dier 1 1 aitualton industrielle en Luio p s hit le dclaration suivante: L>' i ii q i il a t un,! aible do lor mer ,i ie commission consultative sel dejuales divergences d'opinions o il ne fait ciitiquer ei qui ne doivent altrer sa rien les sympathies entre Isa p up M. il est impossible d se peier que las grandes nations s'ac Corder uni toujours en ce qui coucer ne la li n ".e de eoQduiis individuelle, m utelle divergence n'indique au cunement qu'une nation e ce.-s d'ao cor le: s.i sympathie une autre en raieoa des circonstances. La cham bie de nom neroe internationale cou Unue dvelopper les sentiments d siiine 11 de sympathie mutuelles dans les transactions (commerciales elle de faciliter une entente pobii que par la suite. LONDRES\ la suite des ngo ci liions i .UP o amricaines \\a sgton sur le propoi ion d'uo ' i d'experts, laGran le B its i ls i en imm lia sur ias rnaralioua si e uu sans participatioB de la Fran ce. PARIS Le gouvernement fran ais compte n.biver compltement I s travaux d n construction des rgii es dvastes en \9t0. Le minis tre le Huances dans son projet de crdits budgtaires pour l'anne pro chane envisage une mission de 5 n.il tarda de I ancs en obligutionsdu ledit national, deux milliards en bous de la dfense nationale, et un milliard litre de fonds pour paver les dpenses d'empruni collectif eon tracts pour les rgions dvestas t!W B n m< s. M v"! KNi i -D'api loi avis reue d go ivei i. meal sous la direction de Il miBley,0(l • PJ r s t in l li dans n b ilime 'i > nemant pr rincial d< Spir B la iule de la pro cl imali .u le la I %  ibl qu< du I ala tin il. Dans leur de I %  < ilion, li N H publicains di clan :i ; que leur gou rerm menl esl so ileo i par les ;>gri cuil urs 11 tea Ira sa jui idiclioo >ur les quatre rgions industrielles de LudwigsbaiTen, !•' aukenlbal, doux l mis i Pirmasseus. DUSSELDURF Un accord provi M. ne a t arrt enl e l'administra tion des chemins de rer franco bel g B dans la Ruhr el I lininiatratioi %  m m inde i u voe •> i tutr ie re tour du m,lien. | roui i lev des rgiooeoccupes depuis lacommei < n.iil de Poe.-u, 'itiioii i l obtenir un accord pour lioiiii r le heures de li iVail Mil anuoiie. pie i. leile pr liuiiiiuiie de cel tCCOfd B t sign llle. iJ.ii BELLES— La Belgiquaane I li-..u gouverni m ni ail m uni que ns sttuclions seraient ordonnes moias qu'une rponse satial ieante ne sou i die trs procliaiosment la demande d a Relgiqu (exigeant une iiideniiii pour i .rM-.niiii du heu tenant lirait, l . prs .irn mi sooialiatest 0. S. Navy usws /.} .\membre l>l liLiN— i. i me • ge reu ici, l'ai i : i l\ on ri / hrdric William en ri ns m doffl due de la II u e P.ll;lS— i. i si,,n dos Hp initions .i de< i %  i iiteudra le represi ni al de v. ng ,,, ,', ., ro pos de ia cap it d K l li payer leii |iai,ili ,u ii ui o le liai e m der ni. r lieu. BERLIN— Le Gouvernement aile n. nul dment que laoci u rnperanr ait t autoris r tourner en Allemagne. LU v.i.'ILS — Le parlemi ni actuel sera diSSiUH, le |.S n ivembn et les leci ons g. i.. raies Hies au LS Dcembre. Les Lu u. m ,, vsqtiitb et de Lioyd Georges du Pai i Libral, sa sol unies. iilil Md.LI.SDes passeports aile m n li oui t aci . ,. x empe a Ba suite, d'i ta de U '"• Par ., ,„n '' ' %  U IJ uts a "' "" ol< li .u, e lu (i ou V< "U I.elll |e POI. M |, | t yyg,, Uon de la politique gnral,



PAGE 1

UB IMN Ailaire dite estas Seizime Audience, 7 Novembre (fin) Z Necrofet WM Pt* gJ ptut en mars ltl eommi tou 0,ii. p I' ' dcUre, ou* la pre>si>n du oapit-dne w 0 |n Brsil des mesures sont prises pour rprimer les Licences de la Presse Le Prsident \rthur Bernades vient de proOMlgaer rcente mon Je stiu que Uui and tait epi eptique j'ai p>e 8d do.lais au courtier Mose el 1e uotaire poui lui. Je suis sorti avec le pt/quel d tlftot que je lui ai remis. Que quet jours aprs, il me demanda .iOo dois, eu plu.-.. Je lot lui n'a avoir par la mme voie. Quelque temps nprt, j'ai le appel HU bureau ue u iie.idar.iiciieou j al trouv Mme Uurund qui du au capitaine que air Vilain hypothqua. une maison de son man cl quelle n'avait pas vu L'argent. Madame, loi rpondis-ja, j ai re nia l'urgent votre n.aii. Un lit cbeichel Durand qui du en fiel que je D avais pas pris l'argent. . Le juge : C'ait donc !" capitaine W'ood qui vous demanda d' cuaer Davis pour -w^-r l'argent. Sa vit *> voue & quelle* reepouaauiiitcs vous vous eaposiea •' ... Vilain : Oui, j'avoue avoir < le malhonnte a cette occasi m. C'e^t une choae sale que j'ai cjinm.&e. Le Commissaire : Voue avez ete iotoiroo'-: plusiture lois quelle date ave*-*ous retrait vue picmieree dclarations. Qutud J'ai vu que javaisct tromp. Sous rtpp lez vous qu'une lettre avail e.e iiouvee sur vo-s avant votie retracUiiou 1 — Non, te n Hl p.13 vial. -" Lu vo.ei la Ui.eui : 11 y a Uts p i.u.ii.o qui disent que \oL.~evel la trou*e el que vous ddiio.ieez lo..l e in.ouae.3ii est encore temps, revenez, sur toutes vos dtluralioi.b. On n'a jamais trouve" de lettre sur n:oi. Un jour, BupertUS a eu une letueqii-l jeu ai. vcu.rue ma sœur. Il cnv. va bupies de moi en prison uu couiu qui me dit qu il avait une lettre DOUI ml qu 11 croyait pi v enir de ma MOUT. Je rpOUdte au dos de cette lettre : < Mchera, voyea pour nui les Auieiuains, I s coloin l*, lai majora, !<-• li utenunt Oouaouiine me traite fort bien. •> — Comment pouvei tout expliquer la eooeordauce des faits uunieres par voue, par les plaignante et par berviu — Le capitaine Wood avait 2 professeurs tau mOD Iheodoie et Osson. Il se pioposai ni de prparer des pice pur prouver que i avis avait vole de l'argent nombre d'individus. — Aprl uvuir 'ail des aveux corn pleis, an plusieurs interrogatoire, voua Aies revenu sur vos aveux'.' — J'ai dit tout ce que le capitaine Wood m'avait force dire. — gue aevi %  vous de l'affaire 1 >e Gauthier etnua '•' — Je u eu buis r en. — Vuu n'avez jumais .louch de l'urgent. — .Son. .Ve .N...lhon : Vilain vici.t do dire qu'il v avait un complot coi.lie Durand -CV ten pris in que je l'ai tppri". — Pourquoi l capitaine Wood vous at il choisi plutt que d'autres pour monter le e >up dont vous ve ut/ de parler. — Etant trs bien avec PauW non Th i lor;, ii a d ma recommander lui. . Savez vous pourqu >i le capitaine W.ioi mon ait celte combinaison coirre Davis ? — Pour I ire de l'aigcnt. Me BrJy tait constat que Vilain a dc IU'II n'a pu prsenter des tmoins contre lui. il dclare qu'il a eu s cil ; Jouas Georges et Pierre M ire. Us n'onl pas W e .tendus par ce que 1tribunal s'est dlire" suffi sam neul :lair. le il ,-INr.oobie i le fois avez ous envoy I" i ils bamoine auprs de ooi pour me demie 1er de ns pas pjrter plabi i ce 11 %  2 v > : '•' —J'tais t jours chei vous, je n-avai besoin l'euv y 1 per-onn^ auprs de vonVou Us I BU mil de m Camille. — Vous n1 VOUS souvenez pas d'av ir envoy • [il isieurs fois Nerval Cmas uup'cs de moi • J— Je n'aurais p s b soin d : Cina*, vous files mon intime. — .le suis de>a ne Vilain avec uu air d triomphe. Je vo is 1 av is bien dit. -"cette affiire est une ombinaison be de toutes pices, je ne la connais pas. Je revenais -le M-Mirc avec Davis, vers piin 1919. Nus efimes une panne da ito Prince, aprs Cib.rel. Nous avions besjin de plusieurs hommes pour nous aider, Steel no. s invit 1 aller chez lui et a mmzM'.Ci qie mue avoni iccept. En 0:to ( )re 192', Ste-1 est venu ch*z mn. H m'adiniMd4 sij^ i-iavus lui dmnir l*ilre*M le >avi* ,. Santo-Oominio da s U Rpublique Dominicaine Je Uu ai dit qa'il tait Honte-Ch i-t il nu pro po>a -le voyager avec lui J accepta ai c! ii lit le-i frais Dix**epti ne 8 Novnnbe Stphane Bnin Le Ju^e : Uites nous ce qui vous amne ici ? Bervin : J>s w accus d eire complice dans l'affaire de-* trsor*. Un a dit que j'ai ser.i d'interpita choz M *dy_ j tell sont VJ rapports avec Me Brdy \ — Davis m'avait invi allei avec lui chez Me brlv qui prtendait avoir un tr or sur sa proprit Diquini. Me kir. dytiit ass.s, crivant. J'ai traduit pour eux. Divii lui deuiuida s'il tait certain que le trsor existt. Bredy lui rpondit qu'il tait un homme srit-ux et que s il voulait, il allait lui donner une preuve que le trsor existait. Il nous lit monter avec lui l'tag u noils avons trouv une femme assise, avec, fceotl d'elle, une glttalll remplie de nourrit. re. Me Brdy est entr uans une clumbre et si revenu habille ds rouge el nous a dit, N DM dins d.s Hanses, que celait papa SimUi qui causait aVM UOUS. il nous a offert a manger et boire, nous avons refus. Aprs nous nous sommes retires. Bo bai. Mme Brdy est venue nouadooner la main, • n nous demandant notre opinion. Davis l du v ,v ige. Q iand j'allai h preidre an anlo, il me d. qu'il ne pouvait plus voyig-*r m renil dor*uneetln pour tam. i)epai je ne l'ai pa; riVJ. Vo is rappel-/ vo ai qu on a eu I fmlier chez dteaif N 0 1. — Co m lisaea >us Luc M Inos m Ou,, j'ai ach-t dis briques de lai ? .. — On a dit in c'evl vous quUirigiei les fouille iur la proprit d' %  lv 1 Ito ci v 1 ? — Ce u'e-l pis vni. Davi 1 Vilain peut fournil* du n ; ie mots sur cette affaira. — Comment e sivn roui •' P iree que hbr, il mi l'a avoue. — Qui voue il il avou — (j iM etail da is la e mib'.naUon quand on la monle. — Qu'tl t-ce en ralit 5 — lue invention faite pir Osson et le capitaine Wood. — Conmisea-V'HU quelqu'un du nom de .laies Lalitte ? — N>n. — Bt Mirt Casimir — Je l'ai vu l'autre jour paur la premire fois ici* — 1) 1 a parl d'ua • eonvtriition c itc; v i.el lu l ''i ''e le 0 lOd.er •• — Ce ne d pis rai. Audience du 12 Novembre ^3 K — Les mmes .. vues pour tout crit pouvant U* nrir comme de f^jlMO 1,1er les relationi entre les autres pttsancea et le B sil. (5a y News,du l N of. tj ) Autmr f l # iWw **• des trsors Une lettre do Mr jn Thadore Porl-iuPiinc,letiN,veubrel923 Au Directeur du Journal le HilUn Eu Villa Monsieur le Directeur, j'.i aull'avi .tage de Rra dans la Mitindi 0 N.vinjreoir.mt qui> q ,.s.notsehiisi luismilposilioa da 30 octobre dernier. Je prands h cœur de vous dire, sans riOCUOl au cune, qu'il nul mieua na rien taire) que defain a leml. Je vont le dis, Honsiiur le Directeur et vous eu convtio irez avec m i parce que l M lecteurs de rotre journal, qui est trs i-'-'peuvent enire qie e est toute ma dposition. Pou quoi certains louroam oot-ih rappirt iittralera ni les nenso igesi iventescontreleCipitaine Wood et M -nsieur Paulmoo rhoiore pirB.uliiUleur dieu sinon patte pie q-inn on est e. pris m, on est frres 1 Pour ces u recieur, de journaux soi disant mtionalisles cela s'explique; mais noir vous. M inciter le Directeur, je n\ comprends rien, et, fimiplma croire qus vous avez r sum la dpo sition de Monsieur PoulmOO Tiiodore et la mienne pour conomiser du tem|S. Peut-on me reproch r rt avoir eue les noms da certiim eomol.dirds. p. ,t i me reprocher d'avoir tl n n l caui q ii. au lire de Flix D noyers qu'il protgeait, aurait re ci du prop ltaire de l'auto mystrisuse Its.mm: d'5.000 dollars?Jc ois que non. euJe n'ai dit que la viil. Recevex, Mansieur le Directeur, mes civilits enpessA's. Jh. TH>00RB -•il y tvtit %  complot co,trj J^ra^-pta. Davis. Je reprssnts a Vve Dumoa 4 demand un mdieadoui le mari e t t mou ou vol qu-oo lreO| nouai1 lui a fait. Ju viuv aavoii il ce qi. il dit de Durand eki siurieur du post rieur ta combina.tou qu'il avait lve le capitaine Wuod • Villlu : A. t rieur. — .N vci-vous p. s l faire del fouilles efati hvmi L/urand< — Jamais. — Goouaieaci vouiltl rCooifJea? lin i, dwni • lecluie u'uue Uttre du 1 1 l.^ e I uraud. Me iui>. : ii me M mble que la eonvicUi n du | gs I 1 n fane sur des pieoea doji 1 autbauliciie u'l pas coul iidbic el tusuiie, sur la ..posii.8 l'istiles VALUA sont en te : Phnrnr-icie Cenirale d'H Pharmacie Buurraine Porl au ce, Pharmacie lirutus Jrmie toules p harmacies. Avis matrimonial Je soussigne, Mme Kmmi Philippe, ne I!"ilieiard l'ieri forme le public q telle s'est si de non mari Mr Ivnmanuel l'In po'ir inco npalibilil de carartl i'ort au l'rin't', le I \ N nemb'* Il .sabelard l'IRRI L''s dpclies pour New' et l'Europe ( via les ports nonl) p;r I* S/S Hatiet0 pour .V'W-Yoi k et l'Europe New York direct ) p;ir leStea Prins iler Xeiierlandeo J respectivement fermes leiJ 15 et Mardi20Xovenihreeji Port au-Princ e, le 13 Not Arrive de j Mgr Benedt Le nouveau Nonce Monig Bent'ilelti, nomm par Sa Sm Pie XI pour Hati, ai rive a au-Prince le veuiiredi lo, J bateau Hollandais clickern La cr-nonie de rception prendra : Io La procession qui parti StJoseph 4 heures 1/2, (M mme ordre que la proce la K.Me Dieu, pour se rendr Cathdrale. J 20 Discours de bienven l'entre de la Cathdrale par sieur Constantin Benoit, pr du Conseil de Fabrique del tli.lrale. ;,o Discours de bienvem MLT l'Archevque. ko Bndiction solennel Sai ut-Sac ICI nent. Tous les tidles, les assoj pieuses, les coles sontuT celte pieuse manifetalioJL te) En g-u La c 1 j ; pr/vs'i 11 lij] aux ll.ils-Uiiis le U 3 :t mtntion 1-' ui wui mi^us aion sur i' sp.ildu ji< t Me Muli.j.. : Je su. iiv.'c luvii ion u. %  • leilM iaviena ue :.u t % •! v puuwi en prendre communication. tm Quand VOUve/ pris l'hypt ser .,*!• Oui ma ilonu une caild pour obi;..ir d. trafailleur. Quel* 11 •• u mus iprea. je l'ai I .i" Cranee 2t j'ai naue da lui. -A! remontent %os rdahooi Bile est lourde tpptrail il, et la fonctioa n'ei pas nos aiocurt. L1 bruii e tort q :e l. Il nling n'a tail tntrtpna son g AI\ I v ya^e dans l'Ouest qu' oo cor|I f-n l int.^ur le< instaneee dos dirig antodu parti, prooeups de Papprocb dea lee tio s. — Quand aurez voua Uni de tuer nos prsidente aurait dit la soeur de Koo^evelt. Avec toutes les affaires do U il l d f.iUt tts ner la ion mite. av. e toutes les obi'g ''ion • Deuils, crmonies, ilico 1 ,HU-1I neet ros}'lioa que lui Impt 4 ni les mo urs d .>n p. lion .l< ai a l .tiqua qui compte au lourd b n plu de cent milli >ni d'ha bitants. la ta ,he devieot vritable mnt p'irhumaiu^ "Mariaji l'Eglite lu lr Luc Boroo. roua nos meilleurs souhaits au charmant couple. Panama laiiroad Steaiiisliip L n 1 < • Bureau de l'Agent (ini.d Port au Prince, Hati le U Nov.15)23 Bulletin Les chargeurs suit pris de noler que le steamer Crietobal est attendu l'oit au Prince de Criatobal, canal zone le it Novembre I9S8' Les pi rrais dVinbnqu mrita se root dlivre pour le rrt a destina* tion de New York et des p au. Ce lea ntr partira le ma ne jour Ua. m. pour New York direcUruciil. 0. B. THOMPSON Aftlt gortl Oc* Les funrailles de Vadatn. Bimon, ne llt.maDuv.vaJ rle ce m lin vers les ..asdemie l'.ioiiville, auro >t main matin. u„ v .^ Le convoi partira de la JJJ tuaire derrire la Mi-lern*] lier de PExpositioD,pour ssf l'Eglise Sie Anne. _h Pela part de son poux* dame Vve Si Jusle. Nos condolances. Vente AU dessous delaflis bu vertu de la tresse S excutoire d'une ebl.lj", caire, pa.se au rapp +J Vilmensy et son c.d.g" *hrlHuPrince..enda^ Av.il 1917, enreg.'lree.^ gationa t cds l j •oo-touhaleagera-b* J droit Mon.ieur MiH>* a Docteur en Mdecine Joseph Vivens. ^ sjsjvtat 1 a* %  *• U ^ lje i3



PAGE 1

** T "**, ^. LE ** TIN ft>s q iuduriseP Sole ilistribuior loi mU W. pliE Williams 1714 B St Bw du Magasin de VElat Po\-au* Prit ce Ksr Pablo ths Barber 31 Mai T. lfl.diiiwnl enre ** procda le samedi que l'on dix sept Novembre do la ** anue. ;\ dix l du ma • I lude el par le miiiit-i-re de P Vilmenav, notaire a Porl •M, rue du (entre, la \i nie H plus offrant el dernier wur d'un terra'n distrait Parit dripen lanl de IMiabi Wcayelle ci-ilt-vas t Pimont, cette commune, — sec'i n foant lequel lerr. in mesuie %  jt p|p.l 8 de fwade air la rttJdiemin de Deayelt • Poil %  tt.ct-M pieds au cot oppos Jjwlon^ur Irois cents pieds de !" u r, en ligne bnWe au i l en ligne droite au rle Su I : Au .Nord, par Tbagaa nr el le r< -t..de la proprit JJJilleiSl G llesJeudi.au Sud P*ne M.uie L, u :se Vill* joint, j. ^r Ifi rai ne ou chemin de PW,fla i'Oiest par le reste P'IesSt Gilles Jeudi ; IWlte ai ra lie-i au de-tnus •nede. M,11,, sept cent soi ni les quarante centimes chain, < ,|,. l'enrli.Ve L^'Wcd.. Monsieur Miltiade '.Docteur en Mdecine, pro %  aemrm-Hiit et donicili . ay.i t pour avocats, Mes r Michel el Grvj Jean, avec J domicile au cabinet dos l . nie du Centre ; •*"!• iur Pierre Tliloi me. J 4 "*. demeurant el domicili P'us amples renseignements y raux avocats poursuivants H a S ^'' mfna >notaire. V* cahier des* charges, "jnc.fc 14. Novembre 1923 W MICHEL, avocat Gfjvy JEAN,av. '1 & %  A fonctions cr; nj|, sa, HmoiTO ^ a, '~e ri! •, Vrtlge, .i.'s. 1 n ma ton dj la J ma i lie. : |] lia Itl et doulouraniMa -"es, Con^csiion cd Scpii &Fin ? 7 "y. I m /nai:' M : de] Fonde* a 18"< Bas prii Tous procl il ohttniqiies, pharmaceutiques et autres articles vendal • ians une pharmacJ , piecs, l'Olvra, Gannt'l; irofkvYnis ItoiU Maac*4*) etc, te. SUCRE RAF NE. Spcialit : >iar|iic prive I.ysol dsinfectant, Parfumerie, Articles pour la!>iers, itay Ram, Chocolat en pou lira, ISti 1 B de foi<" de Morue, Emillslon Cold Crain, Ex^ traits pour faire essences et eau le toilette, Eau de Quinine, Pouilre contre les insertes, Solution pour conserver les œffl frais. Lait de Kagnala, Ponde, suprieurs pour la toilette les enfants, ssencs de fleura, l£au le FlorUla, Miel pour la lahle. Moutarde, ilnile il Olive pour la table, Urosses dents, SVpperniinl, huile pour chasser ics mousti<|ues et autres lnaaotes,ltagiilo T : huila contre constipations et doubles des intestins chronique* Tli<\ Cire pour les parqueta,Comcatlblas, Klixirs,EploM. Sirops livars, Teillturas diverses, Vins, te, clc, ete. Demandez le catalogues des s| ; i i lits, t onfiant vos commandes LEHN & l'I.NK, lue ; vous serez absolument satisfaits. Toutes les bonnes pharmacies du pays s'approvisionnent chez LEHN AFLNK Inc. 7 d Ajent exclusif peur laiti <• •.' <: %  ; % %  il CHICAGO, MIS OJ>IH1 Ifa(cl) de ^oxe rant an lgue, Oui le de coton M uJe -.iij mais, mess .et Ciear Fo k, Bœuf Sal, Jambons & iacon, Queues museaux.Lvres pieds, Oreilles de pork. Saucisses eu huile. Coined Beef.Boasl bee Potted uieals,elc.elcelc. Prire de voir le Prix Cou Dtmaneh apri-mldi, partir de 3 heu % P 8 •• upi>riura tou lea autres Tins de quinquina rlnl r par le, cltbrit^N mdicales du monde antlar i-Kinine le Tooijua •i la Recoastituaot par •xcellencu ilana lea cas de : FAIBLESSE GNRALE, MANQUE oAPFT.T DBILIT, CONVALESCENCES, FVRI (ES IN Vf TE DANS TOUTES ... BONNE* IMaWHOHI Lalon • V'tRITAILE QVTKA-LAROOBS 1!I3 F, O.PIKBGCoiipaiiy 12 WEST BAO DWA NEW-YORK FOMK EN 1847. SUPRIORIT BAS PRIX Fabrique de : Peintures, Vernis Ocres de toutes sort;-s.\faslic. Lon il, ibebaud y t p-iif il JU VERMOUTH CUZA1I0 Chez 4. de MATTiIS %  --— • ara.



PAGE 1

Lfi.MAT.lN fortifie : • Un mois de maladie abri/te Votre Vie d'une anne. Le CLO'BOL permet d'ViU les maladies en augmen* "^-A^_^-?^( fe^CN tant la force de rsistance &?\ JL ,r**\ x/f Vj de /'orjanfcma puisement nerveux ConTu'esceace Neurasthnie diles couleur* 8urn.toai j l* eu de CLEf" Ot segmente ta force nur euv f l rend ra o-r rajeuni* tout* leur nergie. leur 60uptcNC et lottr rigueur. -.. f £KB^ .; Ce %  '• OOJ m* ot al f piHtabh Mletw e I/OPINION MEDICALE le pui ifftflMf "ii* le C'> M' -ra qu'il repHaanle le ipeailaU) iar ex'reJWtc de toute maladie fc ian;ju*ur. Cwt on Ionique le premier ordre roi, c.niralremcnl aux excilanu habiUn'ls, manifeste ai aotloa raeilckwni utile et panastaiila. u abrffc; la eonvelifsooiioB et augmente, pour ainsi dire, la foroe de vivre, dont tout le secret rside, noua l'avons Ta, dans le soutien des condltions asMiUieUea de rsistance C'esl aeajm m nous prescrivons * cures de Globnl la plupart nos maladie, celte mediPA'.lcr. ne rer.ronIHnt aucune contre-lnalcaUi.n et permettant une lutle el'loace contre la decitAaace hma'ogenique. O' Etienne CnucrAVU. Anaien Interne a PaiU t fttbi* Chp'."' Ui t, rua de VUncieeneSj l'aria, et'toute* phirrcaeie* Variant & llouet AijeuU gnraux 1720 Uui du Magasin de l'Etat Quar.d vont ftiitf* lolre choix pou ren.f iir vo*re cave % j vota J eromman* de les article* uivml d truie /ri tlitur : Vin Del or 4 Ce Bordeaux ED barriques Je 60 Gallons, Rouge & blanc demi doux En demi-barriques de 30 gallons fcn demi-barrimies de UU gallons blanc suprieur c(iraves En demi-barriques de galions rtouge suprieur Beau*ChateU Vin rouge encaisses : AleJoc , Tivoli •, Beau Cttatel , Cardinal . Vin blanc en cuisses: Grav?l Pelit-Caillou, Grand-S igneur Cliampagoe tmanes IleidsicU, Keinis, eu demie et grande bouteilles. Brut, demi-sec, (out Ain litain. Bire Allemande •' Pchorr blonde & brune, en caisses de 8 douzaines. Bire Danoise Vicking, en caisses de 4 douzaines. \\ hisky : Vtran, Black & While. Allemande, Jolinnie Walker if.] & blantk label. Liqueurs ; NnyenaVCo, Marie Brizard, Anizelte, Cacao. (Ironie do m uihe, Abricoi Brandy, Dubinuet, Bjiwdictiua, Gjr don Gin. Malaxa, Madre, en barils et en caisses extra lins ; Buter Angostura ( pour Cocktails ; en caisses de 21/2 bouteilles et en petits llacons pour familles de ift/4 Vermouth Martini & liossi en caisses de 12 bouteilles, l'orter Anglais'l'ennents XX.X, en caisses de Odjuzahis. I au de Viohy, Hpital & Cleslin. Vous les trouverez en mou stock def pris raisonnables. D'autre part j'accepte avec plaisir les coiuuiui.des qui me sont confie! pour expdition directe en teimes avantageux. L PREtTZMANN-AGGtRHOLM Hue au Quai. Si vous avez eu froid pour viter un rhume, 'Pendant le rhume pour viter rne grippe, prenez quelques Comprims de RH0D1NE "USINES d, RHONE' Mo quant et Oup')' t Agents C eneraux pour Hati ESWOFKLK, — m..licameut souverain contra le palu lis me ; ESVNGFKUNE, pour les enfant*. EN VENTE, gros et dtail. ~ ._ i .. ."j' y -. l^i*-. S VoniEZ-vous£coiiosi3SF par vosaihat Alkz droit cl ez Paul luiila jRites IrWflttr #du Magasin deWIat f re trouve A Icn rrrreh et de treillruie quaU^tiuuice U'IJ fnuf i-.ui vous voire f&miiie en un mot. Il.is pou* femmes & llllei ft .s, < haupset t-s jrour licnunes, Cadels et l'rfant-, C.lirnuses. Clemiseties, Clia|ieaux d • piille fine d'Italie, i luipeaiix de laiinv Tissus ponge il la mode, (rpons pour Imonoi* et d'au* |nuua nouveaux. Crpe deCliiuedta Crpe Satin, Svveatei-s i't riiandalls pour dames, Par fumerie Houbi^ant, Toly, d'Orsay etr. Chaises,Dodines,.Je'ix de salon en viennois el en OsleCarpettcs, Deseentes de lit, ("oilleuses, \rmoi es.Moustir quaires lra|is de lits ele Faites votre r gle de toujours nous, visiter quand vous f.Milee des achats, il y a du nouveau. La maison H SILVERj La laison H. SYLVFFA to"j ours soucieuse de donn pleine satisfaction ses aimables & nombreux clicnji letir offre, en prvision de la fin d'anne, les articU suivants de toute fraiclieur et de toute beaut rcil ment reus par les derniers steamers, des prix txui tiunnellemeut rduits. nous ne croyons pas ncessaire de publier nos pri car il n'est un doute pour personne que non seuk ment nos articles sont de choix mais que nos prix soi les plus pas de la place. Casimir gri3 anglais nouveauts l'almbi'ach yris anglais l'uimbeacli gris anglais a carreaux l*almbeach uni & a barres,coul. Alpaga noir sup. Diagonale noir suprieur Serge bleu marin & noir, anglais Satin de cliinr pour tailleur Liislrme barres po .r tailleur Kaki jaune anglais extra suprieur Drill union blano I ussor Japonais pour Chemises hommes A robse Percale blanche Itideau.v tulle pour portes TulJfl pour voiles Voile uni & barres G. bardine unie & ban es Itatine blanche & couleur Organdi suisse brod Brodes madera peur robes, chemises & jupons Petites serviettes damasse pour table Soyeux uni blanc & couleur Marquisette coton noire Crpon jours blanc & couleur Itrabaut angla s Italienne mouches couleur Itandes-brodes anglaises Toile voile pour golettes & pour cadre Calicot Peical de fainile Piqu blanc a barres pour jupes Nunsjuk ncir anglais Molletons blanc & coul. Lotions Pivert assorties lias jours lias blanc demi-soie Drille union anglais Sat foulard aiigl. double larg Chapeaux feutre Ilorsalino etc, etc, ta. Toute personne dsirant se procurer les meilleure! articles de la place et aux meilleures prix que parte! ailleurs se doit de laire ses emplettes laMaison H.eilvoff Rappelez-vous surtout que la rputation de la laiM n est plus laire pour ses articles d'importation glaise. Paul Sals AVOCAT Recouvrements Commerciaux, 28aires l'Etranger. Correspondant Washing ton, New-Yorli, Berlin, Turin <.ordres Paris. 17e HueRoux2l7,i ort-au frire Tlfihon 5it7 D; J,~. Tliliaud Chirwgien-Dent sle IVs Kenlles de Montral, de New-Y'n k et de Boston Angle d-s Mu s Deatouchea du Magasin .'e l'Kit Cnsuttions de hrei du matin t* lu un du soir Cor donnent Frnes*. Camille Fabricant de chauuuftt i n i rM {Il inrs M; 1.1 IHIIX Bupi eurs Soins !.< m litiidi— •"Vrit Grau 1 loi : i la Poste N" 7Lx uni i "il' l.i minai* san e du 11 I li< que •dan'; le but d i • n i t > ,i ouragt '. ses nombre i^ <'ii nti -elle accorde •-• i. tir du 1er Juillet lfc3 une prime de une pair.-d.' clian son s an chois tout • .ten leur de vingt tickets. Lu cous! %  i a i• nce on eil prit* de rel nier un r u pour me achat au co A la Cou en • | .; | devise de la aaiiaon. H.MJI V$'?S -assis' l a maison H. liai .ni Fils Sise Fue Roux, 120, prs du dpt de rhum fillejo fort-anrince, se l'ail le plaisir dporter la conot sance de sa nombreuse clientle et du public en M rai que ses rayons constamment se renouvellentj marchandises de premire qualit, choisies aVec 9 et la porte de toutes les bourses. Savoir : Bijoux, montres, orfvrerie, un grand a* ment de bibelots, sacs en argent pour dame, eouv premier titre, couteaux, ncessaires en argent pour] mes, ncessaire couture, glaces, tableaux, descente lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, servi de toilette en porcelaine.grands ei petits lits en far et ( vre, beiceaux en fer et en bois, chaises roulettes F enfants, lits de camp pendules, rveille matin, *!*„?! liqueurs tasses, lampes ass. tapis de table, vases * bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine, P* mas, casques, jamliicres, parapluies, forme cha ??! pour dames, chaussures pour dames, homme A • ntt l'antouffes en feutres, palm-beach. Mac'iines, coudre, faux-cols, cravates, c ^ i f^T blanches t couleurs, chemisettes, jarretire, celnttw bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, malles a* cames, valises aoalaiaes innm* %  tnrt 11 latte et cO" ses anglaises, joujoux, pendulette et f bijoux en nacre, fleurs artificielles, plume fontai* _alon. Vtj des et automobiles pour enfants Cameux cliap^ aU lOff* ix en nacre, fleurs artificielles, plume ionsiu^ pour baptmes, lianailles et xuariages, I j Iques, jeux d articles en osier pou* salon. v **J:.j l deaux lectriques, j< des et automobiles pour enfants Cameux cuap^r; Le ilorsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, PJ 1 ^'^ pea x, ghels flanelle marque Docteur, pijama fr ^ asLnir franais ^haute nouveaut),porte-trsor,ssw dames, carnets pour hommes en peau de ilussi 01 ^ dormeuses, servietto d'avooats, eto, eto. -~



PAGE 1

V T^EXS* riUR PnopniETAiiE IM2-RLMELH lment Magioire BOI? VERNA 1M8 Huo Amricaine JMEUO 20 G ENTIMBS Quotidien Je souhaite avoir des manires •impies, recevoir les sernet le noins que je le puis, et en rendre le plus qu'il m'est possible. MHiUSQUlLU EIMPHOK \o 345 17me ANNE N 50G2 PROPOS PERDUS M et loyer PORT-AU-PRINCE ( HATI ) MERCREDI 14 NOVEMBRE 1923 •**irmdez-vous c mpte de la j certaines jeunes iilles et jdu monde, surtout de cer [jeunes Iilles ".' Du matin au %  partie du soir au matin, %  occupent de sports, de loi(ide plaisirs. Elles ne lisent i elles lisent des romans lleur, souvent pas du tout les ; et elles se croient trs quand, de temps en [elles cliillonuent un chaise font une robe. En paies ont des aspirations trs km actes, elles produise/il IjjPK rien ; et pourtant elles liiogulier cryueil de se ^loWniT belle endurance ou Ire de leur surmenage. up d'entre elles sont inet bonnes et seraient de faire beaucoup \ quoi ? Judraispas tomber dans Ide ceux qui, arriv; • de la vi.>, dnigrent la qui les suit. Je sais poque ses dfauts. ws explnj .1,,-r seulement heur ou < %  : nlia dans sa villa qui est inaccessible mme '• is a nis qui n'ont pu vrifierles bruit* disant qu'il avad t b iss Jaus la rcente rvolte. Th.ion l)i Uevel. ministre de la ma rine ont pass les troupes eu revue Dana la soi e M. Mussolini a donn un dtner officiel en l'bonneur du coips diplomatique puis eut lieu une rception pom ls officiers de Par met et de la inaiine. Due non voile noie du jouvernenicnt suisse PARIS-Lue nouvelle note du gou veriieiiHiit BUlssesor la question de la /.une franchs suggre que la Ki aii ce a admis maiotenaiil la possibilit d un arbitrage. L'articie 3jj du bol t d Versailles concernant les irai ts (ie Paris et de l'uni) sont soumis a la Cour Internationale de Justice de la Haye. Crdit supplmentaire pour le budget de 1924 PARIS— Aprs quatre mois de va canos, la chambre des dputes se reunira de nouveau. Aujourd'hui, a cette ocea ion, le cabinet Poinear aura faire lac quaraute interpel lations ayant trait la politiq e trangre ci intrieure. L'impression gnrale est que le gouvernement obtiendra uns forte majorit. Les Lois questions les plus importantes devant te Parlement son! les crdita suppiin litdirea pour le budget 1944 voit-o d'aprs I s cbitlres de Wil.i, les sssurdnces sociales el les peu sious et la rforme de la loi leclo raie. Nouvelles Diverses Par Cable Nouvelles Etrangres lociales. Nili SAPHO ETIENNE Fils dises franaises t^sdu laqasin l esFronts.Forls. Le cinquime anniversaire de l'armistice PARIS— Lt France a clbr le cinquime anniversaire de l'armistice avec solennit m lis avec moins d'exubrance que les annes pre dents. Les vne neuts importants en Europe et ceux qui se passent en Allemagne et q ii sont une menace pour la scurit de la France sont la cause que le jour de I armistice n'apparat pas aux franais comme un jour de rjouissmee mais plutt coin m* un jour de proton le dtter initiation pour em lcher le retour dds Calamits auxquelles mit fin Fur mistice. Des crmonies ont eu lieu autour de la tombe du soldat inconnu o un grand nombre de troupes lurent pass* en revue par le Praidant de ia Rpublique, le prsident du con seil, les autres membres du cabinet l lea marchaux Koch. Ptain et Lyautes. La prsence du gnral Persbing el du marquis de Crew, embattadear de Grands Bretagne Paris ont donn un caractre inter national cette importante maintes talion, bes crmonial ont eu lieu dans toutes les villes de France. M. Maginol, sergent en l!>8 actuelle ment ministre de la guerre, a allu m BOM l'arc de triomphe . six heu res la la lampe perptuelle. Celle lampe surplombe la tombe glorieuse. C'est pour rpondre au dsir ex prim par les asaociatioM des muti ls et .des anciens omb-liant-. le ministre a allum cette lampe. Demain ce pieux hommage sera r serve au gnral Uouraud. WASUIXt.K )\_ Lue impression nante crmonie sommmorative a eu lieu dans lu capitale a l'o.ci-i m de Parmislice day. La prsident Coo jidge, accompagn du secret lire le la guerre YVeeks, du secrtaire de la marine Denby et des offic ers a I i chs a la pr ii-M.ee, sestrea 1 1 au cimetire national d'Arlioglon o il a plac une couronne I Qeurs sur le tombeau du soldai amricain incoo nu. NBWYiJRJi L'armistice dis ^ t dignement clbi. La imuies talion la plus importante acte la pu, raie qui a doiile la cinquime ave nue. Dix mille personnes y ont pris part. Le cor.ge comprenait 1 20 I hommes du 71eme rgi nenl de la garde nationale les soldai* de l'aime rgulire des marines, lecomi t municipal des Femmes scouts l s garoons et des filas, des vtrans etc. A cot I | li. ,i.,v les rgi ments amricains flottait le drapeau des vtrans franais ds la grande gueire escort par plusieurs poilus en uniforme. .. l'issus de la parade plusieurs dizaines de mille de person nos assUtrent I une cramonieau milieu duCentril Pgrk ai de nombreux discours lurent proooncs. Anniversaire iov.il sj ROUE— L'anniversaire de naissance du roj Victor Emmanuel, qui tombe lt mi. | ur que l'annlve %  %  -i i ai a | de crm c j ,.. ont l prt le LU coupi ,1e cauon aprs le quell M. Mussolini, le gnerai Uiaz at l'amiral comte PARIS— Al. Poincarl a dcid de proposer la cration d'une commis sian d'experts qui fera uue enqute sui la question des rparations, ai celle coiuinis i.in serait compose de dlgui i des pttieseaeea reprsea teaA t. commisaien des rparaiioos Llle alliait pour mis.-iou de d termi lier les ressources intrieures el ex trieurss de I Allemagne o se Irou vent les capitaux allemands exportes et comment ils pourraient tre rap. tris comment el dans quelle pro portion les ressources du Reieh pour raient tre utilises actuellement r >ur ie-, rparations et comment I imagne pourrait rtablir .-a -i luatioa II taucieie.Un ex,-tri teeh ni.pie aerad'ajout a 11 cuiumUiofl P ,n 1 I P*J ci renq .oie Uu.e rail au niOUtS di \ m us. '.'\KI> Al lloolli, de Ne* Vo;k, prsidant le la chambre internalio D Is de commerce, recevant ia mission nffici Ile chinoise qui vient i tu dier 1 situ ition industrielle en Kavo I' • %  'J'' la di laratioa suivante : Le Lit q i u a oie urip .--!,.• Uo lor nnr o ie commisaian consullativs est deju-iedivergences d'opinions n il ne fait eiitiquer et qui ne doivent altrer an rien les sympathies entra les p uplos. Il M impossible 1 er c. mi llement I s travani dreconstroction des i ui ns dvaal as en 1910. Le minai Ire des finances dans son projet de crdits budgtaires pour l'anne pro chane envisage une mission de . milliards le I nes en obligations lu crdil national, deux mUliarda en bons de la dfense nationale, d un milliard litre da fonda pour paver li i dpenses d'emprunt collectif con tracts pour les rtgiona dvastes ailes n ''ne M i KNC —D'api des avisreenf d gouverui ment sous le direction de II "ilBley.Otlo \ r s m l li dans !• %  h ilirue i du gou ei Dment pr vincial d< Spir nie de la pro cl iraali in le la l publ >pi du l'ala tin il. Dans leur u dion, I. s li public o i,n ni que leur gou >> %  i m menl esl m par les ngri •uli ursel leo li > jui idiclion >ur les quatre rgioi iui stnelles de Ludwigshaflen, Piankeatnal, doux pools et l'nmassaus DUSSLDORF Un accord provi soirs a M arrt an) • %  I administra don d< s i ai imins de -i Ianso bel g s dans la Ruhr al I Imiaietratieal an m indfl i u vue i| :• ie re tour do e. ih i,. i ro I ni enlev des i potia occupes depuis I • c uimen M. i,l ,ie l'ofti ii, si ion l obtenir nu acoord pour liœili r leheures de li ivail 'u aiuione. qoe le testa pr liillioaire de cet accord a t sign lin ,. !.;< \ ELLES — La Belgique a na I lie .ni gouverni m ni ail m ind que oes auucliuna aeraieol ordounea moins qu'une rponse satisfaisante ne soit laits ire-, procbaiuement la demande 1 'la Belgiqu \< kigennl une iudeiii n ,• pour i ,i.->ainal du heu leu ml lii.iii, t , prs 'l i)..ssellorir au loot de l anne dernire. P i< I -, —i Une difficult a.-s i gra N -*( leves dans les ngocia i ms pour la reprise du travauqni se poursuivent cime les autouls d occupation ds la Italie et les indus tria a la tta deaqu la, esl siin ses. D tus h's milieux ol'd> aie, on du que ,: lie difficult esl due aux efforts i dis par les m dustriels pour obtenir l'approbation des allies a un plan 1 stlUH a lorcer les ouvriers travailla aprs las heu res ordioair s, t. liefs iudualri ls d cl ire i q ia la diss dul ou lu parti / n u u le n tv r Mei interdit la puahctlloa dis |iiroi:ix .so:ialisies. D. S. Navy nsws /.{ Novembre ll ItLIN — gs rrr/ii ici. Pam i h on ri / Frdric William es ri l ,n>in dom due le la II 'ii s .-ie, l'.t RIS — -.'H,, i sion des Hparalions . de i • entendra le repn - ni ni I % %  \ %  ag Q pie" po* de la i ap u it il ui li a payer les r pata ti ,n A ui d le fiai e en def nisr li-u. BEI!LUI— Li; Gou i smenl aile m nul dment qae l'unci n empereur ait t autoris r lourner en Allemagne. LONDRES Le parlement actuel Mrs itssou4, l 18 n ivembre cl les leci ooa gi n. raies files nu l."> Dcembre. Les faclti ns d' Vsquith et de Lloyd tien ges du l'ai i Librai, sa' Boni unies. BRI U.I.U-.S|o> pasp.crts aile m a lt onl > l BC< OI les A l .-x empa d Allem gna i ,. sa suite, d'IS Per uu nie de 379 con u "" iuts & "" '"' %  au tiou vernement d Poi i r n la question de ia potique gcnOrala.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06074
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 14, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06074

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
V T^EXS*
riUR PnopniETAiiE
IM2-RLMELH
lment Magioire
BOI? VERNA
1M8 Huo Amricaine
JMEUO 20GENTIMBS
Quotidien
Je souhaite avoir des manires
impies, recevoir les sernet
le noins que je le puis, et en
rendre le plus qu'il m'est pos-
sible. MHiUSQUlLU
EIMPHOK \o 345
17me ANNE N 50G2
PROPOS PERDUS
m et loyer
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MERCREDI 14 NOVEMBRE 1923
**-
irmdez-vous c mpte de la
j certaines jeunes iilles et
jdu monde, surtout de cer
[jeunes Iilles ".' Du matin au
partie du soir au matin,
occupent de sports, de loi-
(ide plaisirs. Elles ne lisent
i elles lisent des romans
lleur, souvent pas du tout
les ; et elles se croient trs
quand, de temps en
[elles cliillonuent un cha-
ise font une robe. En pa-
ies ont des aspirations trs
km actes, elles produise/il
IjjPK rien ; et pourtant elles
liiogulier cryueil de se ^lo-
WniT belle endurance ou
Ire de leur surmenage.
up d'entre elles sont in-
et bonnes et seraient
de faire beaucoup
\ quoi ?
Judraispas tomber dans
Ide ceux qui, arriv;
de la vi.>, dnigrent la
qui les suit. Je sais
. poque ses dfauts.
ws explnj.1,,-r seulement
heur ou < : pplusesi lait d quilibre
onie. On est rir.'iuent
iqumd on n'est bon
fjsamuser, vivre une vie
fltrpidante, sans jamais
prt penser ceux pour
* est qu'un long labeur
iune interminable soui
faut aimer le rire sain et
F'e sourire qui lleuie sur-
et rayonne dans les
"aimer le rire et le sou-
NJche pas d'avoir la tte
1 Jj choses srieuses et le
^J de tendresse et de pi-
1 m dshrits d'ici-bas,
* lesquels il y a du bien
[ceux qui voudraient tant,
' tourire partois...
Ljme disiez pas que les
f monde, mme celles
lUc""|i d'enfants n'ont
Ps, sans dserter leur
f'ai In leur tche, de
quelque momentoliaque
*er aux autres, tra-
ites autres, chercher,
Pur les autres une so-
'!s[e de beaucoup de
aies. Tout cela peut.
IJme Je ne demande
"es les femmes lassent
lSUV c'Csl parfaitement
Pe demande seulement
"'absorbent pas dans la
fgoisie et mesquine
* dauS l'adaptation de
Plaisir personnel; elles
{"us heureuses et meil-
'eures tilles, meilleu-
meilleures inres..
Restauration de la Monarchie
en Allemagne
Par Cble
BRUXELLBL- La Gazelle ,
dit que l'ex kaiser et sa suite ont re
u leurs passeports allemands. On
s attend la restauration de la mo
narchie en Allemagne pour le 4 d
cembreavec l'ex empereur ou l'ex
kromprinz *ur le trne. D'aprs des
avis provenant de diffrentes sources
Doom doozi passeports pour vo
yage Merlin ont t remis l'ex
kaiser.
LA ll\YE Le Pr Kao, ministre
dfl l'intrieur, est parti pour Doorn
o il aura un entretien avec l'ex kai
ser.
LONDRES L'ex kromprinz est
arriv Uels le prince est pass par
Wuslerhrtusen prl Berlin O il a
t reu par le bourgmestre qui lui a
souhait la bienvenue eu quelques
paroles.
PARIS La note du gouvernement
allemand en rponse la protesta
tion du conseil des ambassadeurs re
ue ce matin dit que le gouverne
ment du Reieh ne voit aucune rai
son de droit ou dfl fait pour s'oppo
ser au retour d'un citoyen allemand
dans sa i"arniile rendant en Alleraa
gne. La rponse tant adresse au
conseil des ambassadeurs, ou a jug
ncessaire d'en donner connaissance
au conseil des ambassadeurs bien
qu'il ail t entendu hier entre Ici
cabinets de Lombes et de Paris que
l'atlaire serait enleve au conseil des
ambassadeurs et rgle par des ngo
stations diplomatique*.
Les a m b a i sa d e u r I ont d
rid qu'eu l'absence d'instructions
d^ leurs gouvei ni menti, la rponse
de l'Allemagne devait leur tre tram
mise. Le relus du chancelier Slrei
matin la d maodfl des allis relati
ve la protection de la mission mili
taire interallis dfl contrle en All
mignc a t brivement difecute
par les ambassadeurs (|ui n'ont pris
aucune dcision.
BRUXELLES Le gouvernement
belge appuiera toute mesure q te d
cidera le conseil des ambassadeurs
en ce qui onc nie l'ex kromprinz
eu vertu de I-article lift du tiait
de Versailles exigeant la remise des
criminels de guerre. L'ambassi leur
de Belgique Pans a re<;.i des lus
tractions '-et itlflt.
Le gnra! Ludendorff reste, dit-
on, abaolum i >nlia dans sa villa
qui est inaccessible mme ' is a nis
qui n'ont pu vrifierles bruit* disant
qu'il avad t b iss Jaus la rcente
rvolte.
Th.ion l)i Uevel. ministre de la ma
rine ont pass les troupes eu revue
Dana la soi e M. Mussolini a donn
un dtner officiel en l'bonneur du
coips diplomatique puis eut lieu une
rception pom ls officiers de Par
met et de la inaiine.
Due non voile noie du jou-
vernenicnt suisse
PARIS-Lue nouvelle note du gou
veriieiiHiit BUlssesor la question de
la /.une franchs suggre que la Ki aii
ce a admis maiotenaiil la possibilit
d un arbitrage. L'articie 3jj du bol
t d Versailles concernant les irai
ts (ie Paris et de l'uni) sont soumis
a la Cour Internationale de Justice
de la Haye.
Crdit supplmentaire pour
le budget de 1924
PARIS Aprs quatre mois de va
canos, la chambre des dputes se
reunira de nouveau. Aujourd'hui, a
cette ocea ion, le cabinet Poinear
aura faire lac quaraute interpel
lations ayant trait la politiq e
trangre ci intrieure. L'impression
gnrale est que le gouvernement
obtiendra uns forte majorit. Les
Lois questions les plus importantes
devant te Parlement son! les crdita
suppiin litdirea pour le budget 1944
voit-o d'aprs I s cbitlres de Wil.i,
les sssurdnces sociales el les peu
sious et la rforme de la loi leclo
raie.
Nouvelles Diverses
Par Cable
Nouvelles Etrangres
lociales.
Nili
SAPHO
ETIENNE Fils
dises franaises
t^sdu laqasin
*lesFronts.Forls.
Le cinquime anniversaire
de l'armistice
PARIS Lt France a clbr le
cinquime anniversaire de l'armisti-
ce avec solennit m lis avec moins
d'exubrance que les annes pre
dents. Les vne neuts importants
en Europe et ceux qui se passent en
Allemagne et q ii sont une menace
pour la scurit de la France sont
la cause que le jour de I armistice
n'apparat pas aux franais comme
un jour de rjouissmee mais plutt
coin m* un jour de proton le dtter
initiation pour em lcher le retour
dds Calamits auxquelles mit fin Fur
mistice.
Des crmonies ont eu lieu autour
de la tombe du soldat inconnu o
un grand nombre de troupes lurent
pass* en revue par le Praidant de
ia Rpublique, le prsident du con
seil, les autres membres du cabinet
l lea marchaux Koch. Ptain et
Lyautes. La prsence du gnral
Persbing el du marquis de Crew,
embattadear de Grands Bretagne
Paris ont donn un caractre inter
national cette importante maintes
talion, bes crmonial ont eu lieu
dans toutes les villes de France. M.
Maginol, sergent en l!>8 actuelle
ment ministre de la guerre, a allu
m BOM l'arc de triomphe . six heu
res la la lampe perptuelle. Celle
lampe surplombe la tombe glorieu-
se. C'est pour rpondre au dsir ex
prim par les asaociatioM des muti
ls et .des anciens omb-liant-.
le ministre a allum cette lampe.
Demain ce pieux hommage sera r
serve au gnral Uouraud.
WASUIXt.K )\_ Lue impression
nante crmonie sommmorative a
eu lieu dans lu capitale a l'o.ci-i m
de Parmislice day. La prsident Coo
jidge, accompagn du secret lire le
la guerre YVeeks, du secrtaire de
la marine Denby et des offic ers a I i
chs a la pr ii-M.ee, sestrea 11 au
cimetire national d'Arlioglon o il
a plac une couronne I Qeurs sur le
tombeau du soldai amricain incoo
nu.
NBWYiJRJi L'armistice dis ^
t dignement clbi. La imuies
talion la plus importante acte la pu,
raie qui a doiile la cinquime ave
nue. Dix mille personnes y ont pris
part. Le cor.ge comprenait 1 20 I
hommes du 71eme rgi nenl de la
garde nationale les soldai* de l'ai-
me rgulire des marines, lecomi
t municipal des Femmes scouts l s
garoons et des filas, des vtrans
etc. A cot I | li. ,i.,v les rgi
ments amricains flottait le drapeau
des vtrans franais ds la grande
gueire escort par plusieurs poilus
en uniforme. .. l'issus de la parade
plusieurs dizaines de mille de person
nos assUtrent I une cramonieau
milieu duCentril Pgrk ai de nom-
breux discours lurent proooncs.
Anniversaire iov.il
sj
ROUE L'anniversaire de nais-
sance du roj Victor Emmanuel, qui
tombe lt mi. | ur que l'annlve
-i i ai a |
de crm c j ,.. ,
ont l prt le LU coupi ,1e
cauon aprs le quell M. Mussolini,
le gnerai Uiaz at l'amiral comte
PARIS Al. Poincarl a dcid de
proposer la cration d'une commis
sian d'experts qui fera uue enqute
sui la question des rparations, ai
celle coiuinis i.in serait compose
, de dlgui i des pttieseaeea reprsea
teaA t. commisaien des rparaiioos
Llle alliait pour mis.-iou de d termi
lier les ressources intrieures el ex
trieurss de I Allemagne o se Irou
vent les capitaux allemands exportes
et comment ils pourraient tre rap.
tris comment el dans quelle pro
portion les ressources du Reieh pour
raient tre utilises actuellement
r>ur ie-, rparations et comment
I imagne pourrait rtablir .-a -i
luatioa II taucieie.Un ex,-tri teeh
ni.pie aerad'ajout a 11 cuiumUiofl
P ,n ,'1' I P*J ci renq .oie Uu.e
rail au niOUtS di \ m us.
'.'\KI> Al lloolli, de Ne* Vo;k,
prsidant le la chambre internalio
d Is de commerce, recevant ia mis-
sion nffici Ile chinoise qui vient i tu
dier 1 situ ition industrielle en Kavo
I' 'J'' la di laratioa suivante :
Le Lit q i u a oie urip .--!,. Uo lor
nnr o ie commisaian consullativs est
deju-ie- divergences d'opinions n
il ne fait eiitiquer et qui ne doivent
altrer an rien les sympathies entra
les p uplos. Il M impossible 1 <-
prer que les grandes nations a'ac
Corder oui toujours eu ce qui cincer
ne la ligne le conduite muividuelie,
Bais telle divergence n'indiqua au
cunemsbl qu'une nation a cess d'ao
i-- sa sympathie A une autre en
raieoa bie de commerce loternaUonala cou
t.nue dveloppt les senUmenta
d.slime l de .ympa:lue muluedes
dans les transactions [commerciales
afin de faciliter une entente polili
que par la suite.
LONDRES- V la suite des ngo
cialions fiaoi o amricaines \\ a
shington Bur la proposition d'uo
1 omisaio i d'exp iris, laUrande lire
u8< toute i lt- d'en
immdiats sur lea rparaliooa
ai e un sans participation de la Fr*o
ce.
PARU Le gou venir ment fran
aia compte a. h, >er c. mi llement
I s travani d- reconstroction des
i ui ns dvaal as en 1910. Le minai
Ire des finances dans son projet de
crdits budgtaires pour l'anne pro
chane envisage une mission de .
milliards le I nes en obligations lu
crdil national, deux mUliarda en
bons de la dfense nationale, d un
milliard litre da fonda pour paver
li i dpenses d'emprunt collectif con
tracts pour les rtgiona dvastes
ailes n ''ne -
M i KNC D'api des avisreenf
d gouverui ment sous le direction de
II "il- Bley.Otlo \ r s.....m l li
dans ! h ilirue i du gou ei Dment
pr vincial d< Spir nie de la pro
cl iraali in le la l publ >pi du l'ala
tin il. Dans leur u dion, I. s li
public..... o i,n ni que leur gou
>> i m menl esl -.....m par les ngri
uli ursel leo li > jui idiclion >ur
les quatre rgioi iui stnelles de
Ludwigshaflen, Piankeatnal, doux
pools et l'nmassaus
DUSSLDORF Un accord provi
soirs a M arrt an) I administra
don d< s i ai imins de -i I- anso bel
g s dans la Ruhr al I Imiaietratieal
an m indfl i u vue i| : ie re
tour do e. ih i,. i ro I ni enlev des
i potia occupes depuis I c uimen
' m. i,l ,ie l'ofti ii, si ion l obtenir
nu acoord pour liili r le- heures de
li ivail 'u aiuione. qoe le testa pr
liillioaire de cet accord a t sign
lin ,.
!.;< \ ELLES La Belgique a na
I lie .ni gouverni m ni ail m ind que
oes auucliuna aeraieol ordounea
moins qu'une rponse satisfaisante
ne soit laits ire-, procbaiuement la
demande 1 'la Belgiqu \< kigennl une
iudeiii n , pour i ,i.->a- inal du heu
leu ml lii.iii, t , prs 'l i)..ssellorir
au loot de l anne dernire.
P i< I -, i Une difficult a.-s i gra
N -*( leves dans les ngocia
i ms pour la reprise du travauqni
se poursuivent cime les autouls
d occupation ds la Italie et les indus
tria a la tta deaqu la, esl siin
ses. D tus h's milieux ol'd-
> aie, on du que ,: lie difficult
esl due aux efforts i dis par les m
dustriels pour obtenir l'approbation
des allies a un plan 1 stlUH a lorcer
les ouvriers travailla aprs las heu
res ordioair s, t. liefs iudualri ls
d cl ire i q ia la diss dul ou lu parti
/ n u u le n tv r m- ei interdit la
puahctlloa dis |iiroi:ix .so:ialisies.
D. S. Navy nsws
/.{ Novembre
ll ItLIN gs rrr/ii
ici. Pam i h on ri / Frdric
William es ri l ,n>in dom due
le la II 'ii s .-ie,
l'.t RIS -.'H,, i sion des H-
paralions . de i entendra le
repn - ni ni I \ ag q pie"
po* de la i ap u it il u- i li a payer
les r pata ti ,n A ui d le fiai e en def
nisr li-u.
BEI!LUI Li; Gou i smenl aile
m nul dment qae l'unci n empereur
ait t autoris r lourner en Alle-
magne.
LONDRES Le parlement actuel
Mrs itssou4, l 18 n ivembre cl les
leci ooa gi n. raies files nu l."> D-
cembre. Les faclti ns d' Vsquith et de
Lloyd tien ges du l'ai i Librai, sa'
Boni unies.
BRI U.I.U-.S- |o> pas- p.crts aile
m a lt onl > l bc< oi les A l .-x empa
d Allem gna i ,. sa suite, d'-
IS Per uu nie de 379 con
u "" i- uts &
"" '"' au tiou
vernement d Poi i r n la ques-
tion de ia potique gcnOrala.


sk:
(CUR PROPniETAIHE
IU*RUUH
linent Magloire
BOIS VERNA
1S58 Rue Amrioaine
JMEI40 20 CENTIMES
Quotidien
Je souhaite avoir des manierai
simples, recevoir les services
le uioins rendre le j.lus qu'il m'est pos-
sible. koirnsQuiiio
EUPllOM\oUS
17me ANNE N 50G2
PORT-AU-PRINCE ( HATI J
MERCREDI 14 NOVEMBRE 1923
PROPOS PERDUS
ne et loyer
iffndez -vous cmpte le ia
i certaines jeunes filles et
idii niotule, surtout de cer
hunes filles ? Uu malin au
ipartie du soir au matin,
l'occupent de sports, de toi-
les plaisirs. Elles ne lisent
elles lisent des romans
Jeur, souvent pas du tout
des ; dt elles se croient tr.'-s
quand, de temps en
[elles cliillonnent un cha-
ise l'ont une robe. En p-
te ont des aspirations trs
Ki actes, elles produisent
hue rien; et pourtant elles
lugulier orgueil de se Co-
lleur belle endurance ou
tondre de leur surmenage.
|wup d'entre elles sont in-
et lionnes et seraient
de faire beaucoup
l Alors quoi '.'
pidraispis tomlier dans
ceux qui, arrivs
'del rie, dnigrent la
qui les suit. Je sais
Jie poque ses dfauts.
JJ expliquer seuleineot
taneur ou rj qui s'en rap
[Plusest lui dquilibre
ptoonie. On est ruviu-ul
Pquind on n'est bon
Ijsamuser, vivre une vie
(jrpidanle, sans jamais
ret penser ceux pour
?nest qu'un long labeur
une interminable sol
ut aimer le rire sain et
[le sourire qui lleuie sur-
et rayonne dans les
aimer le rire et le sou-
he pas d'avoir la tte
Pj choses srieuses et le
*)" de tendresse et de pi-
les dshrits d'ici-bas,
""lesquels il y a du bien
yeux qui voudraient tant,
sourire parfois...
Ijme disiez pas que les
"* monde, mme celles
SJGOup d'enfants n'ont
p, sans dserter leur
nJWbr leur tache, de
'Quelque moment chaque
W\ aux autres, tra-
fics autres, chercher,
[Pur les autres une so-
'Juste de beaucoup de
pies. Tout cela peut
nmisiiie Je ne demande
-Jtes l(* femmes fassent
JJU: c'est parfaitement
''demande seulement
'?absorbent pas dans la
goste et mesquine
B' Plaisir personnel ; elles
lrZ, heuruses et meil-
leures filles, meilfeu-
1 meilleures mres..
Restauration de la Monarchie
en Allemagne
Par Cble
BRUXELLBL La Gazette ,
dit que l'ex kaiser et sa lotte ont re
u leurs passeports allemands. On
s'attend la restauration Je la mo
nanhie en Allemagne pour le 4 d
cambre avec l'as empereur ou l'ex
kromprinz *ur le trne. D'aprs des
avis provenant de diffrentes sources
A Doom do'i/e passeports pour vo
y ge Berlin ont t remis l'ex
kaiser.
LA HWE-Le Pr Ean, ministre
de l'intrieur, est parti pour Doorn
o il aura un entretien avec l'ex kai
ser.
LONDRES L'ex krompiiu/est
arriv Oels le prince est pass par
Wusterhausen pris Berlin o il a
t reu par lo bourgmestre qui lui a
souhait la bienvenue eu quelques
paroles.
PARISLa note du gouvernement
allemand en rponse la protesta
tion du conseil des ambassadeurs re
ue ce matin dit que le gouverne
ment du Reich ne voit aucune rai
son de droit ou de fait pour s'oppo
ser au retour d'un citoyea allemand
dans sa l'arable rsidant en Alterna
gue. La rponse tant adresse au
conseil des ambassadeurs, on a jug
ncessaire d'en donner connaissance
au conseil des ambassadeurs bien
qu'il ai! t entendu hier entre les
cabinets de Londres et de Paris que
l'aflaire serait enleve au conseil des
ambassadeurs et rgle par les ngo
dations diplom itiques.
Les a m h a s si d e 11 r s ont d
ci l qu'eu l'absence d'instructions
de leurs gou verni mente, le rpense
de l'Allemagne devait leur tre tram
mise. Le relu-; du cbsncelier Slrese
raann la d mande des allis relati
ve la protection de la mission miti
taire interallie de contrle en Aile
magne a t brivement discute
par tas ambassadeurs qui n'ont pris
aucune dcision.
BRUXELLES Le gouvernement
belge appuiera toute mesure qie d
cidera le conseil de-; a a!> isss le 1rs
en ce qui onc rue Pei kromprinz
eu vertu de l'article lifi du trait
de Versailles exigeant la remise dos
criminels de guerre. L'ambissa leur
de Belgique A Pans a reu des Ida
tructioru a cet ifl I.
Le gnra! Ludendorff reste, lit-
on, absolumenl confie dans sa villa
qui est [nacc nwble ra ne as h amis
qui n'ont pu vri ierlas bruits disant
qu'il avait t b. us Luis la roeate
rvolte.
Tliaon l)i Revel, ministre de la ma
rine ont pass les troupes en revue
Dans la soi e -1. Mussolini a donn
un diner officiai en l'honneur du
coips diplomatique puis eut lieu une
rception pour Ils njficiere de Par
me et de la inaiine.
Une nouvelle noie du fjou-
veriictiicnl suisse
PARISlue nouvelle note du gou
vernameiit suisse sur la question de
la zone franche suggre que la Prao
ce a admis ii1.1inieii.1ui la possibilit
d un aibitrage. 1,'arlic e 3J(> du liai
t do Versailles concernant lee Irai
ts de Paris el de Turin sont soumis
a le Cour Internationale de Justice
de la Haye.
Grdtl supplmeulaire pour
le budget de 1924
PARIS Aprs quatre mois le va
canos, la chambre des dputs se
reunira de nouveau. Aujourd'hui, a
cette occasion, le cabinet Poincar
aura l.,ir le ,, quarante interpel
lations .vint trait la politiq e
trangre et intrieure. L'impression
gnrale es) que le gouvernement
obtiendra une forte majorit. Les
trois questions les plus importas as
devant le Parlement sont les crdits
ppim otatres pour le budget 1944
voiee d'aprs l s cbitLres de 19iJ,
les assurances sociales et les peu
bious et la rforme de la loi eiecio
rla.
Nouvelles Diverses
Par Cable
Nouvelles Etrangres
sj3
SAPHO
ETIENNE Fils
l*ses franaises
f/jesdu laqasin
-*l es Fronts-Forls.
Le Cinquime anniversaire
de i'annisiice
PARIS Li France a clbr le
cinquime anniversaire de I anni -.li-
ce avec solennit m lis avec moins
d'exubrance que les annes pre
dents. Les vns neuts importants
en Europe et ceux qui se p um ml en
Allemagne et q ii sont une menace
pour la scurit de la France sont
la cause que le jour il i l'armistice
n'apparait pas aux franais comme
un jour de rjouissance mais plutt
comme un jour de protonds dtter
minatiou pour empeher le retour
des Calamits auxquelles mit tin Par
raistice.
Des crmonies ont eu lieu autour
de la tombe du soldat iuconnu o
un grand nombre de troupes lurent
pass* en revue par le Prsident de
la Rpublique, le prsident du con
seil, les autres membres du cabinet
et les marchaux Foch. Ptale el
LyauUy. La prsence du gnral
l'ershing et du marquis de Crew,
ambassadeur de Grande Bretagne
Paris ont donn un caractre inter
national celle importante mamfes
laiion. Des crmonies nul eu lieu
dans toutes les villes de France. M.
Maginot, sergent en l'.liS actuelle
meut minisire de la guerre, a allu
m sous l'arc de triomphe six heu
res la la lampe perptuelle. Celle
lampe surplombe ia tombe glorieu-
se. C'est pour rpondre au dsir ex
prim par les associations les muti
M et ,des anciens oiuh liants q
le ministre a allum celle lampe.
Demain ce pieux hommage sera r
serve au gnral (jouraud.
WASHINGTON- Une imprassiea
nante crmonie commmorativo a
eu lieu dans la capital- a Poceati m
de l'armistice day. Le prsident G 10
lidge, accompagn du secret tire le
la guerre Week, du secrtaire de
la marine Denby et des offic ers a ta
ebs a ia pr i lance, i est ren lu au
cimetire national d'Ariioglon o il
a plac une couronne de fleurs sur le
tombeau du soldai amricain incon
nu.
NEW YORK L'armistice daa a
t dignement clbr. La manifes
talion la plus importante a t la pa
raie qui a dfil la cinq ms ave
nue. uix mille personnes y ont prie
part. Le cortge comprenait 1 200
hommes du 71me rgiment de la
garde nationale des soldai! de Par
me rgulire des m irm :, le comi
t municipal des femmes coute d*s
garons et des libes. des vtrans,
etc. A cot l i Irapeaui des rgi
rnents amricains flottait le drapeau
des vtrans franais de la grande
guerre escort par plusieurs poilus
en uniforme. A l'issus de la parade
plusieurs dizaines de nulle do persoo
ns assistrent i une crmonie au
milieu du Cenlril Park ou de nom-
breux discours furent proooucs.
/innivers.iiie royal
el
RtJ^K L'anniversaire de nauv
sance du roi Victor Emmanuel, qui
tombe le m s i ur que l'annii
>aire u l'ann
decrm ,
ont t prc i le U)l coup* de
canon aprs le quels \l. Mussolini,
le gnral Diaz et l'amiral comte
PARIS- M. Poinearl a dcid de
proposer 1s cration d'une commis
Si n d-expeits qui l'eia uue enqute
sui la qu -iion dos rparations, si
cde commis ion serait compose
de dlgues ds puissances reprsen
leu ia commission des rparations
Llie nui ait pour uiis.-iou de d lerini
lier lue ressources intrieures et ex
trieorss de I Allemagne o se trou
vent les capitaui allemand.-, exportes
et comment ils pourraient tre rpa
tris somment et dans quelle pro
portion .e* ressources duMeiob pour
raient tre utilises uctusilomeot
p air ies rparations et commant
r '.em ign pourrait rtablir ha i
luatioe .i i.,.. mu Un expert tecb
ni pie seraitjsjout a la eommiaaioa
p..m cbi | b o,.\ et euq tte dure
rail au n, .u.> u. x mois.
PAHIS Al Uuolli.de .New Voik,
prsident de la ehanibre iiiteriialio
nele de commerce, recevant ta uns-
sion ol'iici Ile chinoise qui vient lu
dier 11 aitualton industrielle en Luio
p s hit le dclaration suivante:
L>' i ii q i il a t un,! aible do lor
mer ,i ie commission consultative sel
dejuales divergences d'opinions o
il ne fait ciitiquer ei qui ne doivent
altrer sa rien les sympathies entre
Isa p up m. il est impossible d se
peier que las grandes nations s'ac
Corder uni toujours en ce qui coucer
ne la lin".e de eoQduiis individuelle,
m u- telle divergence n'indique au
cunement qu'une nation e ce.-s d'ao
cor le: s.i sympathie une autre en
raieoa des circonstances. La cham
bie de nom neroe internationale cou
Unue dvelopper les sentiments
d siiine 11 de sympathie mutuelles
dans les transactions (commerciales
elle de faciliter une entente pobii
que par la suite.
LONDRES- \ la suite des ngo
ci liions i .up o amricaines \\a
sgton sur le propoi ion d'uo
' i d'experts, laGran le B
its i ls i en
imm lia sur ias rnaralioua
si e uu sans participatioB de la Fran
ce.
PARIS Le gouvernement fran
ais compte n.biver compltement
I s travaux d n construction des
rgii es dvastes en \9t0. Le minis
tre le Huances dans son projet de
crdits budgtaires pour l'anne pro
chane envisage une mission de 5
n.il tarda de I ancs en obligutionsdu
ledit national, deux milliards en
bous de la dfense nationale, et un
milliard litre de fonds pour paver
les dpenses d'empruni collectif eon
tracts pour les rgions dvestas
t!W b n m< s.
M v"! KNi i -D'api loi avis reue
d go ivei i. meal sous la direction de
Il mi- Bley,0(l pj r s t in l li
dans n b ilime 'i > nemant
pr rincial d< Spir b la iule de la pro
cl imali .u le la I , ibl qu< du I ala
tin il. Dans leur de I < ilion, li n H
publicains di clan :i; que leur gou
rerm menl esl so ileo i par les ;>gri
cuil urs 11 tea Ira sa jui idiclioo >ur
les quatre rgions industrielles de
LudwigsbaiTen, !' aukenlbal, doux
l mis i Pirmasseus.
DUSSELDURF Un accord provi
m.ne a t arrt enl e l'administra
tion des chemins de rer franco bel
g b dans la Ruhr el I lininiatratioi
m m inde i u voe > i tutr ie re
tour du m,lien. | roui .....ilev des
rgiooeoccupes depuis lacommei
< n.iil de Poe.-u,'itiioii i l obtenir
un accord pour lioiiii r le heures de
li iVail Mil anuoiie. pie i. leile pr
liuiiiiuiie de cel tCCOfd B t sign
llle. .
iJ.ii BELLES La Belgiquaane
I li-- ..u gouverni m ni ail m uni que
ns sttuclions seraient ordonnes
moias qu'une rponse satial ieante
ne sou i die trs procliaiosment la
demande d a Relgiqu (exigeant une
iiideniiii pour i .rM-.niiii du heu
tenant lirait, l . prs au dbut de I anne dernire.
P h 1 ' Une dilii uil a.-s /. gra
se s'eet ("uses dans les ngocia
lions pour ia reprise du travail qui
se poursuivant sntie les autouis
d'occupation de la Italie el les indus
trie a la tte dequ ls, esl Slin
i l) ni.i las milieux ol'n-
( els, OH dit que lie dlllicult
BSl dus aux efforts lus par les in
dustriels pour obtenir l'approbation
des allies un plan d sliua forcer
les ouvriers travaille aprs les heu
ras oi i na ri, L s iiefs iudustri ls
d< cl ire l qus la c.uiiiiii.j iiivu'm. el luterdit la
,i.i o cm 11 des | >.irn mi sooialiatest
0. S. Navy usws
/.} .\membre
l>l liLiN i...... i me ge reu
ici, l'ai i : i l\ on ri / hrdric
William en ri ns m doffl due
de la II u e '
P.ll;lS i.........! i si,,n dos H-
p initions .i de< i i iiteudra le
represi ni al de v. ng ,,, ,', .,ro.
pos de ia cap it d K l li payer
le- ii |iai,ili ,u ii ui o le liai e m der
ni. r lieu.
BERLIN Le Gouvernement aile
n. nul dment que laoci u rnperanr
ait t autoris r tourner en Alle-
magne.
LU v.i.'ILS Le parlemi ni actuel
sera diSSiUH, le |.S n ivembn et les
leci ons g. i.. raies Hies au LS D-
cembre. Les Lu u. m ,, vsqtiitb et de
Lioyd Georges du Pai i Libral, sa
sol unies.
iilil Md.LI.S- Des passeports aile
m n li oui t aci . ,.x empe
' a Ba suite, d'-
i ta de U
'" Par ., ,n
'' U ij uts a
"' "" ol< li .u, e ,lu (iou
V< "U I.elll |e POI. M |, |t yyg,,
Uon de la politique gnral,


ub IMN
Ailaire dite estas
Seizime Audience, 7 Novembre (fin)
Z Necrofet WM Pt* gJ
ptut en mars ltl eommi tou
- 0,ii. p I' ' dcUre, ou* la
pre>si>n du oapit-dne w'0'
|n Brsil des mesures sont
prises pour rprimer les
Licences de la Presse
Le Prsident \rthur Bernades
vient de proOMlgaer
rcente
mon Je stiu que Uui and tait epi ep-
tique j'ai p>e 8d do.lais au cour-
tier Mose el 1e uotaire poui lui. Je
suis sorti avec le pt/quel d tlftot que
je lui ai remis. Que quet jours aprs,
il me demanda .iOo dois, eu plu.-.. Je
lot lui n'a avoir par la mme voie.
Quelque temps nprt, j'ai le appel
hu bureau ue u iie.idar.iiciieou j al
trouv Mme Uurund qui du au capi-
taine que air Vilain hypothqua.
une maison de son man cl quelle
n'avait pas vu L'argent. Madame, loi
rpondis-ja, j ai re nia l'urgent
votre n.aii. Un lit cbeichel Durand
qui du en fiel que je d avais pas
pris l'argent. .
Le juge : C'ait donc !" capitaine
W'ood qui vous demanda d' cuaer
Davis pour -w^-r l'argent. Sa vit *>
voue & quelle* reepouaauiiitcs vous
vous eaposiea ' ...
Vilain : Oui, j'avoue avoir < le
malhonnte a cette occasi m. C'e^t
une choae sale que j'ai cjinm.&e.
Le Commissaire : Voue avez ete
iotoiroo'-: plusiture lois quelle
date ave*-*ous retrait vue picmieree
dclarations.
. Qutud J'ai vu que javaisct
tromp.
- Sous rtpp lez vous qu'une
lettre avail e.e iiouvee sur vo-s
avant votie retracUiiou 1
Non, te n Hl p.13 vial.
-" Lu vo.ei la Ui.eui :
11 y a Uts p i.u.ii.o qui disent
que \oL.~- evel la trou*e el que vous
ddiio.ieez lo..l e in.ouae.3ii est en-
core temps, revenez, sur toutes vos
dtluralioi.b.
- On n'a jamais trouve" de lettre
sur n:oi. Un jour, BupertUS a eu une
letueqii-l jeu ai. vcu.rue ma sur.
Il cnv. va bupies de moi en prison
uu couiu qui me dit qu il avait une
lettre DOUI ml qu 11 croyait pi-venir
de ma MOUT. Je rpOUdte au dos de
cette lettre : < Mchera, voyea pour
nui les Auieiuains, I s coloin l*, lai
majora, !<- li utenunt Oouaouiine
me traite fort bien. >
Comment pouvei tout expli-
quer la eooeordauce des faits uu-
nieres par voue, par les plaignante
et par berviu
Le capitaine Wood avait 2
professeurs tau mOD Iheodoie et
Osson. Il se pioposai ni de prpa-
rer des pice pur prouver que i a-
vis avait vole de l'argent nombre
d'individus.
Aprl uvuir 'ail des aveux corn
pleis, an plusieurs interrogatoire,
voua Aies revenu sur vos aveux'.'
J'ai dit tout ce que le capitai-
ne Wood m'avait force dire.
gue aevi vous de l'affaire 1 >e
Gauthier etnua ''
Je u eu buis r en.
Vuu n'avez jumais .louch de
l'urgent.
.Son.
.Ve .N...lhon : Vilain vici.t do dire
qu'il v avait un complot coi.lie
Durand
-CV ten pris in que je l'ai tppri".
Pourquoi l capitaine Wood
vous at il choisi plutt que d'autres
pour monter le e >up dont vous ve
ut/ de parler.
Etant trs bien avec PauW non
Th i lor;, ii a d ma recommander
lui. .
Savez vous pourqu >i le capitaine
W.ioi mon ait celte combinaison
coirre Davis ?
Pour I ire de l'aigcnt.
Me BrJy tait constat que Vilain
a dc iu'iI n'a pu prsenter des
tmoins contre lui. il dclare qu'il
a eu s cil ; Jouas Georges et Pierre
M ire. Us n'onl pas W e .tendus par
ce que 1- tribunal s'est dlire" suffi
sam neul :lair.
le il ,-In- r.oobie i le fois avez
ous envoy I" i ils bamoine auprs
de ooi pour me demie 1er de ns pas
pjrter plabi i ce 11 2 v >: ''
J'tais t jours chei vous,
je n-avai besoin l'euv y 1 per-onn^
auprs de von- Vou Us I BU mil
de m Camille.
Vous n-1 VOUS souvenez pas
d'av ir envoy [il isieurs fois Nerval
Cmas uup'cs de moi
j Je n'aurais p s b soin d : Cina*,
vous files mon intime.
.le suis de>a ne
Vilain avec uu air d triomphe.
Je vo is 1 av is bien dit.
-"cette affiire est une ombi-
naison be de toutes pices, je ne
la connais pas.
- Je revenais -le M-Mirc avec
Davis, vers piin 1919. Nus efimes
une panne da ito Prince, aprs
Cib.rel. Nous avions besjin de
plusieurs hommes pour nous aider,
Steel no.s invit 1 aller chez lui et a
mmzM'.Ci qie mue avoni iccept.
En 0:to()re 192', Ste-1 est venu
ch*z mn. H m'adiniMd4 sij^ i-ia-
vus lui dmnir l*ilre*M le >avi*
,. Santo-Oominio da s U Rpu-
blique Dominicaine Je Uu ai dit
qa'il tait Honte-Ch i-t il nu pro
po>a -le voyager avec lui J accepta
ai
c! ii lit le-i frais
Dix**epti ne
8 Novnnbe
Stphane Bnin
Le Ju^e : Uites nous ce qui vous
amne ici ?
Bervin : J>s w accus d eire
complice dans l'affaire de-* trsor*.
Un a dit que j'ai ser.i d'interpita
choz M *dy-
_ j tell sont vj rapports avec
Me Brdy \
Davis m'avait invi allei avec
lui chez Me brlv qui prtendait
avoir un tr or sur sa proprit
Diquini. Me kir. dytiit ass.s, cri-
vant. J'ai traduit pour eux. Divii
lui deuiuida s'il tait certain que le
trsor existt. Bredy lui rpondit
qu'il tait un homme srit-ux et que
s il voulait, il allait lui donner une
preuve que le trsor existait. Il nous
lit monter avec lui l'tag u noils
avons trouv une femme assise, avec,
fceotl d'elle, une glttalll remplie
de nourrit.re. Me Brdy est entr
uans une clumbre et si revenu
habille ds rouge el nous a dit, N
DM dins d.s Hanses, que celait papa
SimUi qui causait aVM UOUS. il nous
a offert a manger et boire, nous
avons refus. Aprs nous nous som-
mes retires. Bo bai. Mme Brdy est
venue nouadooner la main, n nous
demandant notre opinion. Davis l
du v ,v ige. Q iand
j'allai h preidre an anlo, il me d.
qu'il ne pouvait plus voyig-*r
m renil dor*uneetln pour tam.
i)epai je ne l'ai pa; riVJ.
_ Vo is rappel-/ vo ai qu on a
eu I fmlier chez dteaif
- N 0 1.
Co m lisaea >us Luc M Inos
m Ou,, j'ai ach-t dis briques
de lai ? ..
On a dit in c'evl vous quUi-
rigiei les fouille iur la proprit
d' lv 1 Ito ci v 1 ?
Ce u'e-l pis vni. Davi 1 Vilain
peut fournil* du n ; ie mots
sur cette affaira.
Comment e sivn roui '
_ P iree que hbr, il mi l'a avoue.
Qui voue il il avou
(j iM etail da is la e mib'.naUon
quand on la monle.
Qu'tl t-ce en ralit 5
lue invention faite pir Osson
et le capitaine Wood.
Conmisea-V'HU quelqu'un du
nom de .laies Lalitte ?
N>n.
Bt Mirt Casimir !
Je l'ai vu l'autre jour paur la
premire fois ici*
1) 1 a parl d'ua eonvtriition
c itc; v i.el lu l ''i ''e le 0 lOd.er
Ce ne d pis rai.
Audience du 12 Novembre
^3
K.
Les mmes ..
vues pour tout crit pouvant U*
nrir comme de f^jlMO
1,1er les relationi entre les autres
pttsancea et le B sil.
(5ay News,dulNof. tj)
Autmr f l#iWw **
des trsors
Une lettre do Mr
jn Thadore
Porl-iuPiinc,letiN,veubrel923
Au
Directeur du Journal le HilUn
Eu Villa
Monsieur le Directeur,
j'.i aull'avi .tage de Rra dans la
Mitindi 0 N.vinjreoir.mt qui>
q,.s.notsehiisi luismilposilioa
da 30 octobre dernier. Je prands h
cur de vous dire, sans riOCUOl au
cune, qu'il nul mieua na rien taire)
que defain a leml. Je vont le dis,
Honsiiur le Directeur et vous eu
convtio irez avec m i parce que
lM lecteurs de rotre journal, qui est
trs i-'-'- peuvent enire qie e est
toute ma dposition. Pou quoi cer-
tains louroam oot-ih rappirt iitt-
ralera ni les nenso igesi iventescon-
treleCipitaine Wood et M -nsieur
Paulmoo rhoiore pirB.uliiUleur
dieu sinon patte pie q-inn on est
e. pris m, on est frres 1 Pour ces u
recieur, de journaux soi disant m-
tionalisles cela s'explique; mais
noir vous. M inciter le Directeur, je
n\ comprends rien, et, fimiplma
croire qus vous avez r sum la dpo
sition de Monsieur PoulmOO Tiio-
dore et la mienne pour conomiser
du tem|S. ___.
Peut-on me reproch r rt avoir eue
les noms da certiim eomol.dirds.
p. ,t i me reprocher d'avoir tl
n n l caui q ii. au lire de Flix
D noyers qu'il protgeait, aurait re
ci du prop ltaire de l'auto myst-
risuse Its.mm: d'5.000 dollars?-
J- c ois que non. eu- Je n'ai dit
que la viil.
Recevex, Mansieur le Directeur,
mes civilits enpessA's.
Jh. TH>00RB
-il y tvtit ,complot co,trj J^ra^-pta.
Davis. Je reprssnts a Vve Dumoa 4 demand un mdiea-
doui le mari ett mou ou vol qu-oo lreO| nouai1
lui a fait.
Ju viuv aavoii il ce qi. il dit de
Durand eki siurieur du post rieur
ta combina.tou qu'il avait lve le
capitaine Wuod
Villlu : A. t rieur.
.N vci-vous p. s l faire del
fouilles efati hvmi L/urand<
Jamais.
Goouaieaci vouiltl rCooifJea?
lin i, dwni lecluie u'uue
Uttre du 1 1 l. CtUUUu ni ia se fait il que le
Dt lionzaiu ait i "' courant de
xos rapport i>^ e I uraud.
Me iui>. : ii me m mble que la
eonvicUi n du | gs I 1 n fane sur
des pieoea doji 1 autbauliciie u'l
pas coul iidbic el tusuiie, sur la ..-
posii. uneielUe n'ct pas u.ie pice auibco penoaue pour ici dbarquer.
tLiue n esi impooiu.e qu u en Q iolqu'un ma dit de utidrtai
___ ' ., 1,^ X uni rt .1 m .1 .1.11,* iiii r.n
meut UUe Davis lai a i -diqu.
Le Juge : Cllt d .n Me ll.ly.
qui avait demaud' son conu .r
David ..
Boivin : D:''. i' a d'il qu'il y avait
un trsor cbe lui i il demande
a l avis de le lui faire ..voir.
Me B i\ a l il parle u la lent-
ille ".'
- Oui, elle a donn la main a
Brdy al lui a parl dans un l.mgtge
que noua t'avoua pi comprendra.
- O vont a-t-il dit qu'tait le
trsoi ,
- Sur une autre proprit.
Quelles aou roe reidlone n a
Davis ?
Je l'ai connu Cutia. J'avala
apport une fols dea pois vendre, il
Lundi dix heures, le tribunal a rc
pris [affaire dite des trsors ''.
Ce fut la dernire phase. Coinnn
toujours, un puolic notthreus aviit
envahi le local du tr h io il.
Ma 8m nm lai Oiuviu cootinoi si
pUidoirtion faveur do Coabia. Ma
Dedouch'S pila pour Plia \im;,
ensuite Me llttour rtama l s d
bits in prsentant une dfentt pjur
0 H 11 or # 111 *.
Mr Tn kraua Lereb mr- qui n'ava't
pascon-ititu avocal paraoiiuell ment
se dfen lit et alors ou lieu lecture
ns conclusions pur les avocats des
piveuus.
lie Gervais donna lecture des M
moires qu il tin it h lire .1 l au iience
publique. Bteoni dcid) qu il .1 y aurait oas .la rap i
quo. il oriuins le dpt les pices
Le jugement sers rendd ultrieure
ment.
Accident
Hier matin vers 11 hs. 1 tau court
du dbarque ntot de planches qui se
poursuit depuis pie'qu. s |ours bord
du voilier -'Tndma 'consign 1 Mes
sieurs BstveCo., un ancien tra-
vailleurdu Wuirf, surnomm Petit
HU un'' a t frapp par ua fort car-
telaga.
La'bless ire, fait! aux parties se-
xuelles semble atttl grave. Grice
l'imprueimeot de Mr Hammond,
directeur, du Service de Manutention
du Wh.rf, le malheureux a l trans
port a l'H ipital Gnral o les soms
mdicaux lui sont donne.
rjivas
PASTILLK
VALDA
C'est la gBTtjj
des Maux de Gorge, Enrouemwu I
Rhiunes de Cerveau, Rhume, '
Broccttes, etc.
' C'est it mumxi mmi]
de l'Oppression,
des Aces d'Asthve, etc etc.
cg le m mm
pour combattre toutes les
$\ Maladies de la Poitrioi.
aSl '^W'.-^,
1 HECOMMASDATIO" . -IHPOiTl
DEMANDEZ, EXIGEZ
dans toutes les Pharmacies
Les Vritables
PASTILLES
[VALIDA
vendues seulement
n BOITES
panant le nom
1>8 l'istiles VALUA sont en
te : Phnrnr-icie Cenirale d'H
Pharmacie Buurraine Porl au
ce, Pharmacie lirutus Jrmie
toules pharmacies.
Avis matrimonial
Je soussigne, Mme Kmmi
Philippe, ne I!"- ilieiard l'ieri
forme le public q telle s'est si
de non mari Mr Ivnmanuel l'In
po'ir inco npalibilil de carartl
i'ort au l'rin't', le I \ N nemb'*
_______Il .sabelard l'IRRI
L''s dpclies pour New'
et l'Europe ( via les ports
nonl) p;r I* S/S Hatiet0
pour .V'W-Yoi k et l'Europe
New York direct ) p;ir leStea
Prins iler Xeiierlandeo J
respectivement fermes leiJ
15 et Mardi20Xovenihreeji
Port au-Prince, le 13 Not
Arrive de j
Mgr Benedt
Le nouveau Nonce Monig
Bent'ilelti, nomm par Sa Sm
Pie XI pour Hati, ai rive a
au-Prince le veuiiredi lo, J
bateau Hollandais clickern
La cr-nonie de rception
prendra :
Io La procession qui parti
StJoseph 4 heures 1/2, (M
mme ordre que la proce
la K.Me Dieu, pour se rendr
Cathdrale. J
20 Discours de bienven
l'entre de la Cathdrale par
sieur Constantin Benoit, pr
du Conseil de Fabrique del
tli.lrale.
;,o Discours de bienvem
Mlt l'Archevque.
ko Bndiction solennel
Sai ut-Sac ici nent. .
Tous les tidles, les assoj
pieuses, les coles sontuT
celte pieuse manifetalioJL
te)
En
g-u
La
c 1 j ; pr/vs'i 11 lij]
aux ll.ils-Uiiis
le
U3:t mtntion 1-' ui wui mi^us
aion sur i' sp.ildu ji Me Muli.j.. : Je su.
iiv.'c luvii ion u. leilM
iaviena ue :.u t ?! v
puuwi en prendre communication.
tm Quand vou- ve/ pris l'hypt
ser
.,*! Oui ma ilonu une caild
pour obi;..ir d. trafailleur. Quel*
11 u mus iprea. je l'ai
I .i" Cranee 2t j'ai naue da
lui.
-A! remontent
%os rdahooi
Bile est lourde tpptrail il, et la
fonctioa n'ei pas nos aiocurt.
L1 bruii e tort q :e l. Il n- ling n'a
tail tntrtpna son g ai\ I v ya^e dans
l'Ouest qu' oo cor|- I-f-n l int.^ur
le< instaneee dos dirig antodu parti,
prooeups de Papprocb dea lee
tio s.
Quand aurez voua Uni de tuer
nos prsidente aurait dit la soeur
de Koo^evelt.
Avec toutes les affaires do U il l d
f.iUt tts ner la ion mite. av. e toutes
les obi'g ''ion Deuils, crmonies,
ilico 1 ,hu-1i ne- et ros}'lioa que
lui Impt4 ni les mo urs d .>n p.
lion .l< ai a l .tiqua qui compte au
lourd b n plu de cent milli >ni d'ha
bitants. la ta ,he devieot vritable
mnt p'irhumaiu^ !
"Mariaji
l'Eglite lu en bjni e m r reli i$ No-
ve nbre eourtnl heures lu matin
le minage le d le Vrinuide Bouff*
g iiu av c >lr Luc Boroo.
roua nos meilleurs souhaits au
charmant couple.
Panama laiiroad
Steaiiisliip L n 1 <
Bureau de l'Agent (ini.d
Port au Prince, Hati le U Nov.15)23
Bulletin
Les chargeurs suit pris de noler
que le steamer Crietobal est attendu
l'oit au Prince de Criatobal, canal
zone le it Novembre I9S8'
Les pi rrais dVinbnqu mrita se
root dlivre pour le rrt a destina*
tion de New York et des p p eus, sur la ae ..ai, Je fuite ce bu*
r> au.
Ce lea ntr partira le ma ne jour
Ua. m. pour New York direcU-
ruciil.
0. B. THOMPSON
Aftlt gortl
Oc*
Les funrailles de Vadatn.
Bimon, ne llt.maDuv.vaJ
rle ce m lin vers les ..as-
demie l'.ioiiville, auro >t
main matin. uv.^
Le convoi partira de la JJJ
tuaire derrire la Mi-lern*]
lier de PExpositioD,pour ssf
l'Eglise Sie Anne. _h
Pela part de son poux*
dame Vve Si Jusle.
Nos condolances.
Vente
AU
dessous delaflis
bu vertu de la tresse S
excutoire d'une ebl.lj",
caire, pa.se au rapp +J
Vilmensy et son c.d.g"
*hrlHuPrince..enda^
Av.il 1917, enreg.'lree.^
gationa t cds l j
oo-touhaleagera-b* J
droit Mon.ieur MiH>*a
Docteur en Mdecine
Joseph Vivens. ^
sjsjvtat 1 a* * U^
lje i3


** T "**, ^.
LE ** TIN
ft>s q .
iuduriseP
Sole ilistribuior loi
mU
W. pliE Williams
1714 B St Bw du Magasin de VElat
Po\-au* Prit ce
Ksr Pablo ths Barber
31 Mai T. lfl.diiiwnl enre
** procda le samedi que l'on
dix sept Novembre do la
** anue. ;\ dix l du ma
Ilude el par le miiiit-i-re de
P Vilmenav, notaire a Porl
M, rue du (entre, la \i nie
h plus offrant el dernier
wur d'un terra'n distrait
Parit dripen lanl de IMiabi
Wcayelle ci-ilt-vas t Pimont,
* cette commune, sec'i n
foant lequel lerr. in mesuie
jt p|p.l8 de fwade air la rtt-
Jdiemin de Deayelt Poil
tt.ct-M pieds au cot oppos
Jjwlon^ur Irois cents pieds de
ur, en ligne bnWe au i l
en ligne droite au rle Su I
*: Au .Nord, par Tbagaa
nr el le r< -t..- de la proprit
JJJilleiSl G llesJeudi.au Sud
P*ne M.uie L, u:se Vill* joint,
j. ^r Ifi rai ne ou chemin de
PW,fla i'Oiest par le reste
P'IesSt Gilles Jeudi ;
IWlte ai ra lie-i au de-tnus
nede. M,11,, sept cent soi-
ni les quarante centimes
chain, < ,|,. l'enrli.Ve
L^'Wcd.. Monsieur Miltiade
'.Docteur en Mdecine, pro
aemrm-Hiit et donicili
. ay.i t pour avocats, Mes
r Michel el Grvj Jean, avec
J domicile au cabinet dos
*l. nie du Centre ;
*"! i- ur Pierre Tliloi me.
J4"*. demeurant el domicili
P'us amples renseignements
y raux avocats poursuivants
H a S ^''mfna>- notaire.
V* cahier des* charges,
"jnc.fc 14.Novembre 1923
W MICHEL, avocat
Gfjvy JEAN,av.
'1
!
&'
A

fonctions
cr; nj|,
sa, HmoiTO ^ a,
'~e ri! , Vrtlge, .i.'s.
1 n ma ton dj la J ma i lie.
: |]
lia Itl et doulouraniMa
-"es, Con^csiion cd
Scpii
&Fin
?
_ 7
"y.
I m
/nai:'m: de]
Fonde* a 18"<
Bas prii
Tous procl il ohttniqiies, pharmaceutiques et autres
articles vendal ians une pharmacJ ,
piecs, l'Olvra, Gannt'l; irofkvYnis ItoiU Maac*4*)
etc, te.
SUCRE RAF NE.
Spcialit : >iar|iic prive I.ysol dsinfectant, Parfu-
merie, Articles pour la!>iers, itay Ram, Chocolat en pou
lira, ISti 1 B de foi<" de Morue, Emillslon Cold Crain, Ex^
traits pour faire essences et eau le toilette, Eau de Qui-
nine, Pouilre contre les insertes, Solution pour conser-
ver les ffl frais. Lait de Kagnala, Ponde, suprieurs
pour la toilette les enfants, ssencs de fleura, lau le
FlorUla, Miel pour la lahle. Moutarde, ilnile il Olive
pour la table, Urosses dents, SVpperniinl, huile pour
chasser ics mousti<|ues et autres lnaaotes,ltagiiloT: huila
contre constipations et doubles des intestins chronique*
Tli<\ Cire pour les parqueta,Comcatlblas, Klixirs,EploM.
Sirops livars, Teillturas diverses, Vins, te, clc, ete.
Demandez le catalogues des s| ; i i lits,
t onfiant vos commandes LEHN & l'I.NK, lue ; vous
serez absolument satisfaits.
Toutes les bonnes pharmacies du pays s'approvision-
nent chez LEHN AFLNK Inc.
. 7 d
Ajent exclusif peur laiti
< .' <: ; , il
CHICAGO, MIS
!
Oj>ih1 Ifa(cl) de ^oxe rant
an lgue, Oui le de coton
M uJe -.iij mais, mess .et
Ciear Fo k, Buf Sa-
l, Jambons & iacon,
Queues museaux.Lvres
pieds, Oreilles de pork.
Saucisses eu huile.
Coined Beef.Boasl bee
Potted uieals,elc.elcelc.
Prire de voir le Prix Cou
Dtmaneh apri-mldi, partir de 3
heu%P8 cuite Mo es e' Snowbatt.
Deuxime match entr Dani"l* et
Lon H. ThbMFd
Aaent exclusif peur Hati
Ntck, d la Troupe
if titre %tavee ch
fans
.-
Bitany,
ii 4 3 Gourd s
2 *
s
**- t-
,:!
Uk
. -:.
-
Tn.
TONIQUE, FiECOHSTIWAHT, FMIFUt E
Recommande par toua ies Mdeoinz
La QUINA-LAROOMI tr*i agrable au oftl eOBtianl loi MM
prlnetpa daa troll miillrure aorlea de quinquina. \>
upi>riura tou lea autres Tins de quinquina rlnl r
par le, cltbrit^N mdicales du monde antlar i-Kinine le Tooijua
i la Recoastituaot par xcellencu ilana lea cas de :
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE oAPFT.T
DBILIT, CONVALESCENCES, FVRI
(ES
IN Vf TE DANS TOUTES ... BONNE* IMaWHOHI
Lalon V'tRITAILE QVTKA-LAROOBS
1!I3

F, O.PIKBGCoiipaiiy
12 WEST BAO DWA
NEW-YORK
FOMK EN 1847.
SUPRIORIT BAS PRIX
Fabrique de :
Peintures, Vernis Ocres
de toutes sort;-s.\faslic.
Lon il, ibebaud
y t p-iif il JU
VERMOUTH CUZA1I0 Chez 4. de MATTiIS
--

ara.


Lfi.MAT.lN
* fortifie
:
Un mois de maladie abri/te
Votre Vie d'une anne. Le
CLO'BOL permet d'ViU
les maladies en augmen* "^-A^_^-?^( fe^CN
tant la force de rsistance &?\ JL,r**\ x/f Vj
de /'orjanfcma
puisement nerveux
ConTu'esceace
Neurasthnie
diles couleur*
8urn.toai
j
l* eu de CLEf" Ot
segmente ta force nur
euv f l rend ra o-r
rajeuni* tout* leur ner-
gie. leur 60uptcNC et lottr
rigueur.

- -..fKB^
.;
Ce ' ooj m* ot al f piHtabh Mletwe
I/OPINION MEDICALE
le pui ifftflMf "ii* le C'>
M eonvateamnee, rt "'n 'exP-'*
(" ron iviral.on J*- >' .-ra qu'il
repHaanle le ipeailaU) iar
ex'reJWtc de toute maladie fc
ian;ju*ur. Cwt on Ionique le
premier ordre roi, c.niralre-
mcnl aux excilanu habiUn'ls,
manifeste ai aotloa raeilc-
kwni utile et panastaiila. u
abrffc; la eonvelifsooiioB et
augmente, pour ainsi dire, la
foroe de vivre, dont tout le
secret rside, noua l'avons
Ta, dans le soutien des con-
dltions asMiUieUea de rsis-
tance
C'esl aeajmm nous pres-
crivons * cures de Globnl
la plupart nos maladie,
celte mediPA'.lcr. ne rer.ron-
IHnt aucune contre-lnalca-
Ui.n et permettant une lutle
el'loace contre la decitAaace
hma'ogenique.
O' Etienne CnucrAVU.
Anaien Interne a PaiU
t
fttbi* Chp'."' Ui t, rua de
VUncieeneSj l'aria, et'toute*
phirrcaeie*


Variant & llouet AijeuU gnraux 1720 Uui du Magasin de l'Etat
Quar.d vont ftiitf* lolre choix pou
ren.f iir vo*re cave% j vota j eromman*
de les article* uivml d truie /ri
tlitur :
Vin Del or 4 Ce Bordeaux
Ed barriques Je 60 Gallons, Rouge & blanc demi doux
En demi-barriques de 30 gallons
fcn demi-barrimies de UU gallons blanc suprieur c(iraves
En demi-barriques de galions rtouge suprieur Beau*ChateU
Vin rouge encaisses : AleJoc , Tivoli , Beau Cttatel ,
Cardinal .
Vin blanc en cuisses: Grav?l Pelit-Caillou, Grand-S igneur
Cliampagoe tmanes IleidsicU, Keinis, eu demie et grande
bouteilles. Brut, demi-sec, (out Ain litain.
Bire Allemande ' Pchorr blonde & brune,
en caisses de 8 douzaines.
Bire Danoise Vicking, en caisses de 4 douzaines.
\\ hisky : Vtran, Black & While. Allemande, Jolinnie Walker
if.] & blantk label.
Liqueurs ; NnyenaVCo, Marie Brizard, Anizelte, Cacao. (Ironie do
m uihe, Abricoi Brandy, Dubinuet, Bjiwdictiua, Gjr
don Gin.
Malaxa, Madre, en barils et en caisses extra lins ;
Buter Angostura ( pour Cocktails ; en caisses de 21/2 bouteilles
et en petits llacons pour familles de ift/4
Vermouth Martini & liossi en caisses de 12 bouteilles,
l'orter Anglais'l'ennents XX.X, en caisses de Odjuzahis.
I au de Viohy, Hpital & Cleslin.
Vous les trouverez en mou stock def pris raisonnables. D'autre
part j'accepte avec plaisir les coiuuiui.des qui me sont confie! pour
expdition directe en teimes avantageux.
L PREtTZMANN-AGGtRHOLM
Hue au Quai.
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
'Pendant le rhume
pour viter
rne grippe,
prenez quelques Comprims de
RH0D1NE
"USINES d, RHONE'
Mo quant et Oup')' t
Agents C eneraux pour Hati
ESWOFKLK, m..lica-
meut souverain contra le palu lis
me ;
ESVNGFKUNE, pour les
enfant*.
EN VENTE, gros et dtail.
~- '._ i ..'."j'y
-.
l^i*-.


S
VoniEZ-vouscoiiosi3SF par vosaihat
Alkz droit cl ez
Paul luiila
jRites IrWflttr #du Magasin deWIat
f re trouve A Icn rrrr-
eh et de treillruie qua-
U^tiuuice u'Ij fnuf i-.ui
vous voire f&miiie en un
mot.
Il.is pou* femmes & llllei ft.s, < haupset
t-s jrour licnunes, Cadels et l'rfant-,
C.lirnuses. Clemiseties, Clia|ieaux d
piille fine d'Italie, i luipeaiix de laiinv
Tissus ponge il la mode, (rpons pour
Imonoi* et d'au* |nuua nouveaux. Crpe deCliiuedta
Crpe Satin, Svveatei-s i't riiandalls pour dames, Par
fumerie Houbi^ant, Toly, d'Orsay etr.
Chaises,Dodines,.Je'ix de salon en viennois el en Osle-
Carpettcs, Deseentes de lit, ("oilleuses, \rmoi es.Moustir
quaires lra|is de lits ele
Faites votre r gle de toujours nous, visiter quand vous
f.Milee des achats, il y a du nouveau.
La maison H SILVERj
La laison H. SYLVFFa to"jours soucieuse de donn
pleine satisfaction ses aimables & nombreux clicnji
letir offre, en prvision de la fin d'anne, les articU
suivants de toute fraiclieur et de toute beaut rcil
ment reus par les derniers steamers, des prix txui
tiunnellemeut rduits. '
nous ne croyons pas ncessaire de publier nos pri
car il n'est un doute pour personne que non seuk
ment nos articles sont de choix mais que nos prix soi
les plus pas de la place.
Casimir gri3 anglais nouveauts
l'almbi'ach yris anglais
l'uimbeacli gris anglais a carreaux
l*almbeach uni & a barres,coul.
Alpaga noir sup.
Diagonale noir suprieur
Serge bleu marin & noir, anglais
Satin de cliinr pour tailleur
Liislrme barres po .r tailleur .
Kaki jaune anglais extra suprieur
Drill union blano
I ussor Japonais pour Chemises hommes A robse
Percale blanche
Itideau.v tulle pour portes
TulJfl pour voiles
Voile uni & barres
G. bardine unie & ban es
Itatine blanche & couleur
Organdi suisse brod
Brodes madera peur robes, chemises & jupons
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blanc & couleur
Marquisette coton noire
Crpon jours blanc & couleur
Itrabaut angla s
Italienne mouches couleur
Itandes-brodes anglaises ___
Toile voile pour golettes & pour cadre
Calicot Peical de fainile
Piqu blanc a barres pour jupes
Nunsjuk ncir anglais
Molletons blanc & coul.
Lotions Pivert assorties
lias jours
lias blanc demi-soie
Drille union anglais
Sat foulard aiigl. double larg
Chapeaux feutre Ilorsalino etc, etc, ta.
Toute personne dsirant se procurer les meilleure!
articles de la place et aux meilleures prix que parte!
ailleurs se doit de laire ses emplettes laMaison H.eilvoff
Rappelez-vous surtout que la rputation de la laiM
n est plus laire pour ses articles d'importation -
glaise.
Paul Sals
AVOCAT
Recouvrements Commerciaux,
28aires l'Etranger.
Correspondant Washing
ton, New-Yorli, Berlin,
Turin <.ordres Paris.
17e HueRoux2l7,i ort-au frire
______ Tlfihon 5it7
D; J,~. Tliliaud
Chirwgien-Dent sle
IVs Kenlles de Montral, de
New-Y'n k et de Boston
Angle d-s Mu s Deatouchea
du Magasin .'e l'Kit
Cnsuttions de hrei du matin
t* lu un du soir
Cor donnent
Frnes*. Camille
Fabricant de chauuuftt
i n i rM {Il inrs
M; 1.1 ihiiX Bupi eurs
Soins !.< m litiidi "Vrit
Grau1 loi : i la Poste N" 7-
Lx uni i "il' l.i minai*
san e du 11 I li< que - dan'; le
but d i n i t > ,i ouragt '.
ses nombre i^ <'ii nti -- elle ac-
corde - i. tir du 1er Juillet
lfc3 une prime de une pair.-d.'
clian son s an chois tout .ten
leur de vingt tickets.
Lu cous! i a i nce on eil prit*
de rel nier un r u pour me
achat au co
A la Cou en | .; |
devise de la aaiiaon.
!
H.mjI
V$'?S
-assis'
l a maison
H. liai .ni Fils
Sise Fue Roux, 120, prs du dpt de rhum fillejo
fort-an- rince, se l'ail le plaisir dporter la conot
sance de sa nombreuse clientle et du public en M
rai que ses rayons constamment se renouvellentj
marchandises de premire qualit, choisies aVec 9
et la porte de toutes les bourses.
Savoir : Bijoux, montres, orfvrerie, un grand a*
ment de bibelots, sacs en argent pour dame, eouv
premier titre, couteaux, ncessaires en argent pour]
mes, ncessaire couture, glaces, tableaux, descente
lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, servi
de toilette en porcelaine.grands ei petits lits en far et (
vre, beiceaux en fer et en bois, chaises roulettes F
enfants, lits de camp pendules, rveille matin, *!*?!
liqueurs tasses, lampes ass. tapis de table, vases *
bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine, P*
mas, casques, jamliicres, parapluies, forme cha??!
pour dames, chaussures pour dames, homme A ntt"
l'antouffes en feutres, palm-beach.
Mac'iines, coudre, faux-cols, cravates, c^if^T
blanches t couleurs, chemisettes, jarretire, celnttw
bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, malles a*
cames, valises aoalaiaes innm* tnrt 11 latte et cO"
ses anglaises, joujoux, pendulette et f
bijoux en nacre, fleurs artificielles, plume fontai*
_alon. Vtj
des et automobiles pour enfants Cameux cliap^aU
lOff*
ix en nacre, fleurs artificielles, plume ionsiu^
pour baptmes, lianailles et xuariages, I j
Iques, jeux d articles en osier pou* salon. v**J:.jl
deaux
lectriques, j<
des et automobiles pour enfants Cameux cuap^r;
Le ilorsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, PJ1^'^
pea x, ghels flanelle marque Docteur, pijama fr* ^
asLnir franais ^haute nouveaut),porte-trsor,ssw
dames, carnets pour hommes en peau de ilussi01^
dormeuses, servietto d'avooats, eto, eto.
-~


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM