<%BANNER%>







PAGE 1

LK YJS — Tans h i'oalion o j lais, je ne pouvais t .1 .•. i %  me-i-l. Le Commissaire: Sauvelprre, sont quel nom vous a Sta p'es ni 1 'avi? Sauvatsrra : Juan Bauiisla Avis. — Connaisses • vou* Kuuk Ple Aim '? — Oui, il a travail sous mes ordres. — Lui avez vous demand de garder un secret '! — Non, il tait mon subalterne. — Lui avez-vous montr chez vous un col du j irre et un couverte ? — Non. Le C >mm saire : Voici p mrtant ont pice ligne de vouloir vous dites : iNsat avons t sur le- ii-'ux, •t bpra ^em nii'-st. lions uceu te-, l'espr t a demand un sacrifie en argent. MaCaavis : J; proteste contre cett faon d'agir, ta initiera l'ublic eagag 1 une lutta avec le prvaaa. Ce jui est outre toutes les rg at tablies, car le prvenu se dolen 1 ses risques et pciiis. Le Cimmi sure: Vous n'av %  /. [as particip au* bailles cbez Braves ? — Non. Le Commissaire demande la prsentation d'une pice conviction. Le Commissaire: Fils-Aim j tend que vous lui ave/, montr le Sol d'une jarre • t ui c uv-rcle, eu lui disant que cela tvait wrvi dam l'affaire Brave ? — Non, te n'est pas vrai. — Connaissiez sous ileph n La Ibnlani .' — Non. — Bervin, dans ton mmoire prIrend que vous av-z nu 2l0 dois. dans l'aiaiia tph-tn Lafonunt et jOO dollars dans celle de csir Deslandes. Un md ce couvercle rouill vous n t montr i'iaelrueUoa, qu'avez* VOUS dit .' — J 1 dil (|ne cela ressemblait un fon 1 de cyiiadi f de m ichina. — Av L vois offert 10 Kl t t Paoln > 1 fn m lare p ui .j i'il vou permit le Lu, :' — Non, l'a 1 mn 1 Thodore ne m"a i-aerr l. m'a invit a aller avec lui cfa 1. le eapil >i 1 W >o I. Me Nau Q 1 lu s oui t vos relations avec L*8VM ? — Mes reia ions avec Pavis ont commenc du j ur o j'avais I ut pour lui le plan d une h nie et ses dpendances. — Sur qui s'est bi Davis pour at'lirmer Brave qu il lui ferait p.ndie le ti-nr. — le ne sais pas. Me Ilyppoiite : A q'ielle poque tvaz-VOiH s-rv, d'interprte entre Brave et Davis ? — J.* ne m'en souviens pas. — .Yav. I •01M pa= donn des centiine.s de lollais a l'ilsimi ? 1-. Non. — N'avez vous; pas avou que vous tiez honteux d'avuir cru cette affaire de Irtort ? — .lam lil — Br-'dy : > s vcz-visit la proprit Luders a Inquini ? — Au d< but des travaux que je faisait a Diquini. — Combien de fois avez-vous rencontr 1 avis ur la route ? — Jamais, Sauv iterre S Brdy : Je vou Irais lt>VOir di Me Br ly s il m'a jamais connu comme fabricant de jarres. MeGraville Augu-le : .le dtmanle oommuiiicatioii d 1 pr |'inlru<' ion. Me Grsnville tugusle insiste -av ur -i le procs v.-iliil a t die-se conformment la loi. Le Commissaire .A propoa de Bauveterre, voii un paeten dan dposition devant le juge rTinetiue* tion, l'gard te ceco v >cle. Le grenier lit : < %  1 es ce que vou* evea va ilans le Ir >u '.' Rponse : J' ii va Je l'or, — Connai-M/ \iz beaucoup d'argent. ,Dji je s M d'accord avec Bei-viu, Fils tint et 1111055 Ull Wq'JiH Russie, tr* runie la journe du -oij 1 licot orgvnia dimanche a Oin varlti par le* seine de Coati l d I' X llimce F ancaisi*. Vp*islan ce eomb'ee e et ah iso ; noter la pr eonee de nombreux cong'm ni-a-, dee Inspecteur! scolairee. Li min : stre de France, empch, s'tait Autour d'un incident Dci lrmnt.notM excellent con frre L MO ifeHiate a uns deal 2 intre la S rtiire d'Etat de l'I isu-uuhn P.I'IIII -n et il simpi ne vrai nenl que pour faire du journalisai) av/ec succs il faut avoir de gran U parti-pris. Voil Naufrages ~ ** nouvelle est arri e ?-.?f" frag f du Toili miSJ Ijeudi d o r de Devis vous fait l'effet de oVexploitatiou — Non. — Ie quoi cette |i.aque de — Je n'ai aiieuii' i l'. je pourrais croire un fund de cyiudre de macliiae, Dm I Vil.-ijii Le j"; 1 : Dites n •pi urq toi vous i. i Dav.d \'< h 13 : S ; mil i c'eel pa^c que le %  •' %  1 •' W od a t r* on*, san cela j-* ne serais pa< ici. Paulmon Tti rlore v i >itiu me chercher, un jour pour aller voirie ai-itaine Wood jui me dit ^c il v c dois voir Lercb >urs aussi. Vous f,it reprsenter par le chancelier de qu'il prsi-de procl.in'r la res* n'.ivcz qu'a COiHirmeV toutes les d clarations qu • Bervin afiilesauCap au sujet de c lie affaire de trsoret vois aurez de l'A'gant. Vois allez me chercher Mes Hudicourt et t ) --sir I eslind e. Je m rpmli^que pour H die ut e tait difficile. J'allai die/ Dsir Deel mdes que je ne t nu* vai [>a> cli z lui. Ce capitaine Wood m; donna ;j % d llars Ne craignez rien, me di)-il, vous aer-i content. Le lendemain, Piaok Fle-Aim est venu me voir et m'a conseill d'entrer dans la combinaison. Le lendemain loir, j ai vu Wool au Kio-que da Champ de Mais. Il m'a dit : Je vais vous amener chez le jug^ Les0 uflair qui vous direz que vous los le complice de Davis. Arriv cbe/ le juge, il me deminda de lui raconter l'affaire Je lui dis ce que le capitaine Wool m'avait suggr. 1 ai cit le non de Cubas, sur ai nan le. Il me dil q ie j'all ii> pisS' 1 se dment l i jour* eu pi isoo. Ce lendematn.il vi il ue voir en prison et m'apporta 20 sandwichs, 2 bonteilles da bire et I boutei le de ilium. Soyez tranquille, medieait-il, vous serez saliefs t. Pendant lOjours il veniii heque matin m • voir. C'est linei que j ai eu a faire ces dclarations au juge Lescoutlair Un jour que j'tais la ru^ des Miracles avs vint me demander de lui trouver unemt -on. Au mn • Instant vie tfrdy vint moi. m • dit qu il avait besoin de voir Davis pour une a.ttiie le Ir so i chez ii'i-. Bei vi >iv Vil d in'erpr t et Ls se so il enlen lo-, V.,ir-, VI i Brd] m dclara que cel ii mime m > ii ail rien qu'il v nt prp ir une crAino le que Davis n'avait pis a>-cipi". Uciviu me dit aussi : Il laiiiil voir MBrdy, so'i* *->n otume rouge, c'tait JgoQt ml. •w> in. .un i wi s ej g .u. M 4 D. S. Navy news 12 Novembre Washington —Les lois agraires con Ire les tranger de Californie et de VVeahiDgton, inaptes tre citoyens, les empchant d'acb' ter ou d aller mer de la lerw ont t dc nies va li les et c..n-ti uli une I s aujuur d nui a la Cour uprme. Washington Une reaftirmation de sa loi dans le triomphe ull me des principe! pour le quels il s'e-i le xe ute loi e pef NN o oi'n pour avoii uns confrence av c l'es rinpi n in li'AI emngne. Buenos VireDomingo Suliberrv ministre des F neneos dan?, le cabi net du presidei.l liigovcn, h'est sui ciil auji uril'liui. Di^xldoif— Une tentative d'ac rnrd a t obtenue par l'administra (ion franco belge dans la Itulir avec |ee autorits allemand s pour le re tour de-* s'orlc rour*nla pris du dis tiict depuis l'ccauiation. la Lgation, sa" f-mnv et sa file taient prsentas. T ois n 1 i ns mi iietraa de 1 Instruction Pnblique avai nt pris pari li f e MM. Dm ls Bellegard, Clnrlps Hvoehereau et F mail llibberl. Oi Byiftta ave •, beiueoap de pixieir le sconrsde Mr Iules Dvieni loeenl l'movre bien fais m'e et impo tante del'M liane [In note spciale pour la fan fan d 1 l.v -e, el'e s'e t su^pa^se surtout dans l'excution de ce b'au m rceau L'Eblouisaaiitee. Trs applai lis ont t \f lies R. Bi/. lais, G. Daubeuf, L. Hraos, et le jeune Viajrd qui ont obtenu le prix de di.ti.'ii. Les lves de Ste Rose de Lima ont biill comme lou pui's, leur prire a t le clou de la ft. Beuieonp de livre- ont t donns aux laurats pour les compositions franc lises, la diction, la loyui'et boni prix in titus nouv llement par 1 1 ifice. C'esl lelle Veravia qui a et le Prix d II inneurde composition fran aie. K le a reu de beaux livres. Bn omm-*i f te rconfortants qui a t trs apprcie dos connaisseurs Bile a t b (liante et fructueuse ; les prof Iv ont h oeuvre du vle ment scolaire uni c msiete, comme on le sait, en distribution aux co lierncessiteux le rtemente # ebana s ires, lo iruiture clasRques, etc. U .e franc i-e a eu la gnreuse i le d'in dituerla .1 >urn le du 1 1 1 1 lelic d parmi les nations allie. danle don bl • bul de ner t : luer le souvenir des m u's de la grau le guerre et de eeeourrr les oeuvresde h que. pava o elle •-! organise. Pour ce'a elle s'a Irese su gouvernement >\* ha que nation et, partout eile obtient I a In-io 1 de tons. Das sommes con sel 'rables ont dj t ainsi rali Si CS. Ici. la demande a t adresss Madame Louis Borna qui s'est em presse de contribuer i la russite de l'o uvrfi en taisant un don et en offrant le-* coquelicots. Nous donnerons les rs liais de elle bi illant journe du coquelicot y : chacun a eoutribu < secourir les e c diers de nos c ases n:> ssit^uses. pu isi'ulit •• le Mr Les-oulliir d;ins 1 ; reu'ivtahlr; iuci Imit • 1 < 11 i entrai n reli'i'inmt da Mr Hraux. CU %  { le Division au Dpartement, de l'Instruction publique. L;i question ceneo laotestdes plus %  impies {Nil n'ignore que Ion de h pr pintioii 111 Bulletin Officiel du Dpartement, MLseoullair et il conseiller d'Etat Devenu ministre, il connaissait l'existence du Bulletin sous presse, mais ne pouvait s'imaginer qu'il contenait le rapport en question so s cotte terme ; d autant plus qu • son atteti; tion n'avait pas t attire par qui que ce soit sur un do ;ument a ires se son prdcesseur. Voyons, confrere,soyons justes!... Le dvttrueleur dvs Vermine* Shdpard Eib inoffensif et les mdecins le recommandent L'ennemi le plus redoutable de l'hom ue est le m >usli qui. Il est le vhicule le pi us dangereux dans la iransmissiou de la vre t/phoide, la dysenterie, la cliolrine et la tuberculose. Il propage ces m u 1 lies Rien qu'aux Etats-Unis il fait annuellement plus de io.Oj) victimos. Chaque moustique est une menace dans voire loyer. Contre les punaises le cShepars est d'une efficacit iudiscutanle ; car il ira dnicher leur repaire ni n porte o il se trouve. Q elle que soit la .spontanit de I ;ur reproduction, le 1 Sbnpard les dtruira toutes, mime les œufs qui nitectent les matelas. bln vente la Pu.vitMACiE CENTRALE. o 'HTI iQm ayant hiss notre port jeudi ft destination de Corail. ^L Un tlgramme du Prno* minislralinn de la Petite Ri,jL Nippes annonce le sinistre%  %  cation a coul prs do ce 1 port. Mais par hasard heure— passagers parmi lesquels sefc Mnsienr Alain de Jrmie • flre sauvs. Te petit bteau finit la pr0Dri Ir Anlonin Tardicu. On 1 galement le nauf ge du Si au large de Grpnd Goftffe. Q jiisqu ici sans nouvelles jJj gers. Lettre oivarte Au Directeur d Journilo "Li Matin' Lu Ville Mon cher llireclmr, Ca me di#*nt bi MI dai gins, l'a mibilit el la gentillesH sont des qu il liqui lurpsasant mmd la beau . Bt paar moi, comme j'apprcie ces belles qaalitSli je veux attirer un mome it vo're attention amsi qa-i celle du public sur les Mil. Ka.vas ll.>rmnnos qui vous reiivMit dais leur bazar o les nouveaut* se rencontrent avec la grce et la fracheur par une gentiil -sse et une courtoisie aii vois ratieaaaat cl v ia* invitent acheter milg'- v 11l J it •< 1 -s m i c un I i*e4 11 %  n 11 1 ci c 1 I •; 1 1 n > l : a•.! e.. I lUioa dans la I ruvii ce. Jjuili: ler.et2emei'pisode3 Lnlii I g< n N 6 : 1 ff 1 N B. Vu le prix du li m, il ne se ra jamais donn '60 centimes. Au D^partemnl li'ticl inii pull le l'InsDlique N ut avant apprit qn'h la ^uitede lin 1 lent OuleVS |>ir la publiciilion du rapport du tout Inspecteur Caa •eut ar lat siainaot du 1er Cycle faits au .rrninair I hi t' le i> \i gion m | mfnl d IMnttmo lion Pul I %  %  l \ i ti ili> srt 1 1 1 cl cm oc. par Vider 1 tll %  ,CM i' I U NCi-c X 110': il, \u J l aVi ir ni in 1 IIH nt i] tiquait 1 ii* nu ne autour des tiiil^ rtvamt eiqu'.'u besoin les nunibr. du la Comuusion seront entendus. Chambre de Commerce li: rirai se Nous avons reu la Revue Coin merciale et Bulletin Mensuel de la Chambre de Commerce franaise 'l'iiaili, l'asoicule S:ptembre Octobre q n contient, comme toujours, des matires fort intressantes 'loi u nous recoin mandons la lecture. • m 1 IIMI f p— 1 —a Une mesure satiifaisanle pour tous C'est celle que vient de prendre la Direction de la Douane en tablissant deux sections distinctes pour le Dpartement des Colis Poslaax. Dsormais les solil venant d'Euro pe devrout tre rclams aprs les formalits rglementaires au rez-de chausse du local occup par le Conseiller Financier en face du Bu rem d F.elairage Electrique et ceux ve Mot les filtLuis seront comme pavis paaa llivre au sige dj CO 1 ni. .S .us loplaadUsona cattamsanN qui vi;iit I muer une l/itima satis faction au Coaruaros et au publio en gnral car.c la permettra tous d'c iinoaiiscr du temp< et dviter les lastitq les dune attente indlinie, le service davaai se faire beaucoup plus rapidement. Gra-id succs hier soir pour la trou pe BiaiaOJ. Les diffrentes al trac lions ont cle fut nfttas et c'est au milieu de reiitiion-iasine gnral qie furent excutes les diffrentes I > iinUn programme. Ce soir, nouvelle sance. Avis Le soussign donne avis au pub % %  • avoir perdu le rcpiss au No 4371 d l> iiiiiiisHoh h. qu en qui lui a t conti pour tre louch. En consiuenee il le dclare nul, duplicata devant lui en tre dlivr. Port au Prince, le 1 3 Novembre 1933 Th. E.MiXS Le Directeur de la douane .i, ville a l'honneur d'informsr blic et les commerants en ^ ljer qu'il vient de faire proc] 1 installation d'un bureau pour la livraison des colis franais. Cette annexe du ment di s colis postaux.quint en face des bureaux de la Com Electrique, au re* de chauue grande censtrut'.ion ou se Iroi 1 Agence de la Ligne de Pua le lluieau du C.onsei'ler fini commencera fonctionner du li Novembre. Les intress pris d'y rclamer leurroli. l'ori au t'iince le 13 Novembr. Le directeur de la Douant LEON R. MA ta ii. Pi Le public apprendra avec 3 m' M. Liulave Augustin. I 1 e Coeur de Femme >, qu tant de succs ces jours dt cousent 1 donner une noufi pr-entalion de celle pice. Le publc, qui d'ordinaire 1 de tout ce qui 'ni est oiTeill scne en dit beaucoup de bita. Nous engageons nos lectin 1er en foule Varits pour t dir, encore une fois, notrejsflB matu'raa. A Varits donc samedisoir. Arrive de rjr. lene Jeudi prochain an i vert pr Nickeric Mgr Benedetti, meni nomm par Notre Sain le Pape Pie XI, Nonce pourHj remplacement de Mgr Chert sera reu officiellement. Le seront heureux de saluer eoj nedetti le reprsentant doC l'Eg'isfi et de lui offrir leurs leurs voeux. ^^^ Distributions de livres et objets classit Selon nos inlormations, dsp semaine dernire, le DptrM de llnslruclion publique,dis 1 des livret et objels classique Ecoles. Celte œuvre utile a poi de soulager les coliers malhet C'est du magasin de l'Etat o tit de livres se moisissaient! Vinistre Lescouflair a lire cSJ nitures classique. I relie mesure s'tendra a tow coles d; la Rpublique. J Nous ne binions trop t W Dpart, ment de l'InstructHj que pour un gesle aussi utile. Autour de !a CotnmisJ Cadastrale fieutr* Nous avons appris que la CJ tion Cadastrale poursuivant m de ses tournes d'enqutes eisj tigations domaniales doit •• J incessamment dans les r mentsde Saint Marc et de Je CelteCoinmissioninvesiguCT •arliculieremenl dans les LofflD le Saint Marc. Vrettes.b. 2 et l'lite Rivire de I^Jg Ele compte, parait 1 raaU* oprations adastralat trs %  eii, .saut dterminer par des tages des groupes dnabiM'^ fi&ar les droits terriens de * N g-lHriser.a.ituanoo/ejfl n.ysaisquieat t *'£! j| des,.Udms sans titres qj^ Nous souhaitonq"'' iieM | tion accomplisse au c0U f || bH ne une fruclieuse ei 1 ^ ,, gne ,_ au double PJ/^I iDfrta de l'Etat et de es mette rural* • I



PAGE 1

^%: La MATLN ASTHME \7J Dppmtto.i, Catarrhe, ] Suffocation, Toux norotuu. j I tr iioa orln par loa (ARETTES CLRY [,„ POUDRE SLRY .(jJRV, S. Doul. 3Mfartia, Pari. Vente Al' del Mis^Prix vertu de la pr -o tv. |. m e lloirt d'aine < M pn ion h| : Mttle un r|iport -le Me Louis iiy et son collgue. Il >tu %  iu Prince, en dat* d>i on/e 191", enregistre, I uju-ll* obli l t cde < l tr.tus poiK 1 -, Mlb garanties de IVl el de ^JIonMenr \lilli ide Aii^'ii lin, IT pu Medtinp par le sieur Vivens, suivent acte pass ledit Me Louis Vilinenay, .) do 31 Mai I 1 16', di'iiiiCiit ei.re n pr"c.)4 \o samedi <|tiI'. n dix sept JVovoml re de la nr la iafhemin d Di Cav.lie l'oilW-fenl pie |s an col i ppott iJllon.si T In icei.is | ieds r* 'm, en iif;iir t>i i>t'o au ct Iten lipuc licite an rle Sud Au .N'u.l. | ir | lt ;.., n((telle i-f-sle de la pr. pril Si Gilles Jeudi, au Sud • Marie Louise VilMoint, la ravine ou chemin de Ma i'ii est par le reste es SI Cilles Jeudi ; wnte m ia 1 io: J au-dessous • %  me de Mii|,. H p t ci ni soi. %  Turdr ((Huante centimes terpes de l'enrli.'re *qpte de \|..|IMYIII' Milhade i Docteur i ii Mdecine, pro ^demeurani t domicili k yai | pour avocats, M-s Mirliel el (,i\\ Jean, avec donii.ile an cabinet des I*. lue du Centre : i'ur l'ierre Tlilnrme, A, demeurant et domicili |l Prince. plus imnies renseignements ""lux avo.als poi-.i suivants w* viluieriav, notaire, du nliiedes*charges. ip nnc e ,!e i j \„v, inbre 192J W. MICHEL, avocat Grvy JEAN.av. ^— oontre la toSTlPATION Prenez les CRIMES JLOR Ti Phfcrmacien> %  "• Sa,n,. A „eoiii. li?A E MEILLEUR gS PURGATIFS i/ $1 % %  : I L. W tij' i (Iode et Tanh 4 /tf M Tonique e: C\ v .". Anmie — FaiblGL >. gfa '. -IL Croissance dos Enfanti Glandes -Screfula Formation dos Jennc3 Tilles Maladies do Poitrine D'un root *rable, remplace aoantpgeusement l l'HUILE i FOIE : : MORUS r -ovin a, ni.s & r. • 'VAXTS s r • i rr>rr* &f v. ^RtK.> i^r Whisky whhkj whisky Bewar's Vieux Scotch Withey Peter DawOn' Vieux Scotch Whiskey Ce sorti 1rs deux WH1SK1E8 tes plus connus par la ,,,v' s '''"l'imrr,i,,'s a amateurs sont aviss quelam s A mrieains* maison JUHN uiu\ .\li ,v SONSLTDde PERTH SCOTLAND de la la,, ose '"""i"f L\\ Airs SCOTCH WHISKY O,UH r„n iU mium de tout IISKY de la maison HAIG fcllAlG. est dj inen connu punison got PETER DAWSON WHISKY exquns. trcvSS* ,,s eomman ^ ei directement sur les maisons mres en LI USSL (.SCOTLND) pour les Importateurs srieux. n pur conserver les œfs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprietiro pour la toilette des enfants, essence de fleurs, Kau d Monda, Miel pour la table, .Moutarde, Huile d Olive pour la table, Itro^ses dents, Pepperininl, huile pour chasser les moustiques et autres insectes,lieyulo': huile contre constipations et doubles des intestins chroniques Tu, Cire pour le parquets,!'.omestibles, l-.lix.rs.Lpice, Sirops divers, Teintures divr*M, Mus, ete, ele, etc. Demandez le catalogues des^spcialites t.onfiant vos eomuiaudes LliiiN & FCNK, lue; vous serez absolument satisfaits. Toutes les bonnes pharmacies du pays s'approVisiOOUentchez LEHN &li.\Kinc. Lon li. Ihband Agent exclusif pour liait! wilson C r.iuc\(>o. IU.S Bacon, M a n l t j u c, l i u. J 1 e il e c o on Huile de mas, mess et Clear Pork, Bœuf Sal, Jambons; J& Quenes museaux,Lvres pieds, Oreilles de pork. Saucisses en huil% Corned Beef.Hoast beef Potted uieats,elc.etcetc. Prire da voir le Prix Cou rant^ L6ou K. Ihftb-mi Agent exclusif pour HaiU .SCS* 1 • %  -< MDICATION AfiSENlG-PHCS.-K 3ftj '.Jte plus PUISSANT OCKSTt'TtJJUlTGiaral FoniiK6 : Ellxlr — Granul — Comprime • mulslon — Concentre — Ampoules. Tous les cas o l'organisme dlJtUt r: carns puissante. st s • —^.-.-.^ATous tes cas o l'organisme d TsTa 1 iTX Q INDICATIONS.^, maicctton rparatrice *" ^**^ t*fcqrmtolr d* l'inSTOGlCOL, VULENtUYC-HJ Laboratoire d* l*HX8TOOM0L. VlLLENEUYf-4CMIEKNE IMIM). En Vente la Pharmacie Centrale F. O. PIERGE tiompauy 12 WEST ) IHV Y NtiW'YOllK VQXti* S 1817. SUPRIORIT BAS PRIX Fabrique de : Peintures, Vernis Ocres de toutes sortes.Mastic. i ou il, Thbaud y 1 t ^.uUtil! VERMOUTH CISZAHO chez A. de MATAIS V 1



PAGE 1

L£ MATIN -<^ Rhumatismes vragies Goutte Cravee Arti o Sclrose o: %  : t i %  %  %  5 maison H SI! VER lave le sang %  i l.IndMaiion prwr • '* tra!t*'i?-r>i Cr I .''"' hvjri loul I '.r U*vflopt,r. orlao ttani l .i. Ml d< ri : %  >M, lunei • '•' QUtntmei ; contn I,i lai • ru! ,• cm l %  % %  %  >< %  DU > I l Vaillant & llouet Ayents yniaux 1720 Hue du Magasin de l'Etat Quand roiu faite* votrp chu*e /*' • En barriqu s de 60 Gallons, Rouge & blanc demi doux Eu demi-barriquesde30 gallons Lu demi*harrii|ues de 30 gallons Blanc suprieur Graves En demi barriques drogations Kouge suprieur f B^au Chatel Vin roufl i en caisses : Medoc , Tivoli , Beau Cliutel . # Cardinal . Vin blanc en caisses: i Grav?s FVlit-Caillon, Grand-Seigneur Ctiampag io Charles II eidsiok, Reims, en demie et grande bouteilles. Brul, demi-sec, Goul Am ricain. Bire Allemande •' PeohOrr blonde & brune, en caiss de 8 douzaines. Bire Danoise Yicking, en caisses do 4 douzaines. Whisky : Vtran, Black : Wliite. Allemande Jolmnie Walker red cV blanck label. Liqueurs : NuyensfcCo, M irie Brizard, Aniselte, Cacao, Crme de m ni lie, Abricot Brandy, Dubonnet, B ndicline, Gor don Gin. Matai ja Madre, en liai ils et en caisse extra fins ; Bttter Angostura ( pour Cocktails ) en caisses de 2'i/^ bouteilles rt en petits flacons i our l'a mil l< s le 1*4/4 Vermouth Martini & Rossi en caisses de 12 bouteilles. Porter Anglais Tannent \\\, en caisses de odouzain s. h au de Vichy, Hpital & Celestin. Voua les inmv.iv/. en mon stock des prix raisonnables. D'autre part i'acci pie avec plaisir les commandes qui me sont confies pour expdition directe en t' mus avantageux. L PREUZMNMGuERHLM lime OU (Jtt ,t. Alltz droit chez S*a i! siixila lit es Itaversir &du Mci.asin del'Jat O se trouve bon mar ch et de meilleure qualit, tout ce qu'il faut pour vous voire lumille eu Uli mot. Baa pour femmes & fillei ss, < hausset tes pOUI hommes, Cadets et Infants, Chemises, Chemiset es, Chapeaux de ille fine d'Italie, l hapeaux de laine. Tissus pongo la mode, Crpons pour imox.oet d atttrvs tissus nouveau v, Gr<-pe otM Ji.uc&it Crpe Satin Sweaters et Chandails pour damas, Par fumerie HnhiMant. Coty, d'Orsay ete. ( h.-ses,nodines,.eux de salon en vienno s et en Os eCarpelue, Descentes de lit, Cou*feuses,:\rrnones,\loustir niaires lirans de lils etc q Faites votre rgle de toujours nous visiter quand vous faite* d C > achats, jl ) a .du nouveau Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume pour viter me grippe, prenez quelques Comprims de RH0D1NE "USINES duRHNE M gnayii # rtupo* t % crama C eneraux pou Hati BSANOFELE, — mdicament souverain contre le paludis me ; ESANOFEUNE,pour les enfant*. ES VENTE, pros et dtail. Paul Sals AVOCAT Recouvrements Commerciaux, affaires l'Etranger. ('orrespondaats Washing ton, New-York, Berlin, Turin Londres laris. lie HuBoHx2l7,Port-uuPrina* Tlphone .VJ7 La Maison H SYLYERA toujours soucituss de doni ileine satislaotioii ses aimables & nombreux cliea leur oifre, <"ii provision de la fin d'anne, les arlid suiviints de toute Iraiebeiir et de toute beaut rcj ment reu par les derniers steamers, des prix nT tionneilemeot rduits. Nous ne croyons pas ncessaire de publier net car il n'est un doute pour personne que non se ment nos articles sont de choix mais que nos prix les plus pas de la place. Casimir gris anglais nouveauts Palmbeach yris anglais l'almheacli gris anglais earreaux l'almbeach uni & barres,coul. Alpa.ja noir sup. Diagonale noir suprieur Serge hleu marin & noir, anglais Satin de chine pour tailleur Lustrine barres pour tailleur kaUl jaune anglais extra suprieur Drill union blanc Tussor Japonais pour l'.homlses hommes A robes Percale Manche Itideaux tulle pour portes Tulle pour voiles Voile uni & barres Gabardine unie & a barres latine blanche & couleur Ortjandi suisse brod Brodes mailora peur robes, chemises & jupons Petites ser\ietle3 damasse pour table Soyeux uni blanc & couleur Marquisette coton noire Crpon jouis blanc & couleur lirabaot amjla s Kolieune mouches couleur Bandes brodes anglaises Toile voile pour gœlettes & pour cadre Calicot l'eical de la mile Piqu blanc barres pour jupes Nanscuk noir anglais Molletons blanc & coul. Lotions Pivert assorties Itas a jours lias blanc demi-sole Drille union anglais Sat foulard angl. double larg. Chapeaux feutre Horsalino etc, etc, ete. Tuute personne dsirant se |>rocurer les articles de la place et aux meilletires prix que j)L ailleurs se doit de laire ses emplettes rlaMaison H" Rappelez-vous surtout que la rputation de la I* n'est plus laire pour ses articles d'importation glaise. Dr J, T. Thbaud Clui urgienrDtni sfe Des Kcults ilf Montral, de New-York et de B ton Angle des Rues Destouchas du Magasin de l'Elit CosulttioQS de / lues du malin ti beures du soir ~**m*?& *? ^^^•s^^ K^ic Cordonne* • Brnss 4 Camille Fabricant de chauuum ru tous genres Mali riaiu suprieur! S tins promptitude — Clrit Grni liu p es la Poste X" 722 mais m porte la connaisfance du public que — dans le but di il r 11 d' neourager ses nombreux client* — elle ne i l - paitir lu !• r Juillet liJ'23 unip nii<: de une pair.'ite enauss m s tu chni* tout dti uteur de vingt ticket, En corn ui nec %  on c<\ prj dr* rel !n. in n n pour cha |ue ai bal .iii comptant. A la Conscienri -• telle es'Jla devise de la liaisonla maison SI. Ballon Fils Sis.' Tue Roux, 120, prs du dpt de rhum M fort*au-! rince, se fait le plaisir de porter la corn •ance de. sa nombreuse clientle et du public en Ta! (jue ses rayons constamment se renouvellent! marchandises de premire qualit, choisies avec et la porte de toutes les bourses. Savoir: Bijoux, montres, orfvrerie, un grand fl fl nient de bibelots, sacs en argent pour dames, eoifl premier titre, couteaux, ncessaires en anjenl l )0 *j mes, ncessaire;'! couture, glaces, tableaux, deseeli lit, moustiquaires, dotlines, chaises, lavabos, s r de toilette en porcelaine,qranda e< petits lits en fr< vre, betceaux en fer et en bois, chaises roulettes/ enfants, lits de camp pendules, rveille matin, SSn liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table,vases a bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux l ail |*' JJ mas, cas(|ues, jambires, parapluies, formes £ h *£ pour dames, chaussures pour dames, homme e Pantoufles en feutres, palm-beach. ( MacUilies, coudra, faux-cols, cravates, es bla iciies t couleurs, chemisettes, jarretiree, oei bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, niellas m cames, valises anglaises, joujoux, pendulettes el bijoux en nacre, fleur3 artificielles, plume on igJ deaux pour baptmes, fianailles et iuariag*i j^J lectriques, jeux d'articles en osier pour salon* j des et automobiles pour enfants Kameux clmpr ^^ lie i?orsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, P ^ pea \, i|hels flanelle marque Docteur, pijanaje ^^i asimir franaisihaute nouveaulj.porte-trsor. J^ dames, carnets pour hommes en peau de Russie. dormeuses, serviettes d'vooats, sto, eto.



PAGE 1

LE MATIN i il n F Rhumatismes vr algie s Goutte Cravele Artrlo Sclrose Obsit %  %  %  t 2 8 maison H SI! VER! lave Isang tzr %  i l.IndManon prinf s ' tr!l"i"-r'i f l — -, : hvjri loul 3 if O*floppr. tf I* p*ri'x!' > Itntion, Ml i .—. loltet '••• %  Quti mei • %  %  ... d • ; i l i in! > • '.: r '.-• ,' j < t • I tt %  % %  v : Vaillant & llouet Agents jni aux 17*20 Hue du Magasin de l'Etat %  MM i n m* Quand roun {a '* votrp eh x pouf r ,. '. r ,-.,.• %  -. re fe t/oim retommiWm d*3 le* articl %u'vnn' dtou'e /ri : ; iw De'or $ Co Hn*de ux En barriqn s de 60 G illoi s, Rouge & blanc demi doux Eu demi-birriqiiesde 30 gallons i bn demi*harri< a ues de 30 gallons Bl inc suprieur Graves En demi barriques de %  • i liions Kouge suprieur cB^au-ChaleU Vin rouge en caisses • Me loc , Tivoli , Beau Cliatel , Cardinal . • Vin blanc en caisses: < Grav s P lit-Caillou, Grand-Soigneur Cuampag >c Chartes H eidsiok, Reims, en demie il -..rande bouteilles. Brut, demi-sec, Goul Am ricain. Bire Allemande Pachorr blonde & brune, 1 eu caiss de 8 douzaines. Hire Danoise Yicking, en caisses do 4 douzaines Whisky: Vtran, Black & White. Allemande, Johnnie Walker ped & blanck label. Liqueurs : NuyensCo, M irie Brizard, Anizette, Cacao, Crme de m nthe, A-bricol Brandy, Dubonnet, B ndicline, Gor don Gin, Mslaga Madre, en bai ils et en caisses extra ans ; BUter Angostura ( pour Coi kl dis ) en caisses 'I24/2 bouteilles d en petits flacons pour familles de ib/4 Vermouth Martini & Rossl en caisses de 12 bouteilles. Porter Anglais Tannents \\\, en caisses de bdouzain;*. h nu de Viohy, Hpital & Celeslin. Vous les trouverez en mon stock dis prix raisonnables. D'autre part j'acci pte av< c plaisir les commandes qui me sont conei pour expdition directe en tenues avantageux. LPREETZMNMGuEnHQLM Une OU Qtlul. Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume pour viter rue grippe, prenez quelques Comprims de RHODINE "USINES du RHNE" M gna\itt Oupo* t Acren's C eneraux pou Haill A. de Ifft ESVNOFELC, — mdicament souverain contre le paludis me; ESANOFEUNE,pour les enfant*. EN VENTE, gros et dtail. La Maison H SYLYERA toujours soucituse de dont deine satisfaction ses aimables & nombreux ctiei eut* offre, en prvision de la fin d'anne, les artiel suivants de luute IVaielieur et de toute beaut rea ment reus par les derniers steamers, des prix ex] tionneilement rduits. Rous ne croyons pas ncessaire de publier nss pr car il n'est un doute pour personne que non sen ment nos articles sont de choix mais que nos prix les plus pas de la place. Casimir gris anglais nouveauts Palmbeach {{ris anglais Palmlteach gris anglais earreaux Palmbeach uni & barres,coul. Alpafoustir niaires Uraps de lits etc q Kafes votre rgle de toujours nous Visiter quand voua fados des achats, il } adu nouveau Paul Sals AVOCAT Recouvrements Commerciaux, "liai: e s 1 Etranger. Correspondants Washing ton, New-York, Berlin, Turin Lendrse Paris. 77e liueBoux2l7,Poti a au-l'nnct. Tlphone .5V7 WM^ la maison Dr J, P. Thbaud Cli'i t(i.jicii-l)cii( ste Dos l'Viillos de Montral, de New-York et de Boston Angle des Unes Destouches du Magasin de l'Ku C'isulttions de / lires du matin 0* bur.*s du soir Cor don w • Krnes*. Camille Fabricant de chaiwturn en huis genret Malriaio suprieur! S uns uromplilude — Clrit Grai lin p * la Poste X" lu I, mais m porte la connaisfance du public que — dans 1 1 I.nt d • i :'. r el d' neourager M B i ombreux client? — ell \ se i A partir ju b r Juillet Ltf23 une p mu de une ptre ds ebauss insau choix ;i tout dtenteur le vingt tickets, lui coni |Ui n-. on est pri de r in reu pour cha |ue ai ha ;!ii comptant A la Consi leoci telle e*tj la devise de la msJSOft. II. Ballooi Fils Sise tue Roux, 120, prs du dpt de rhum fillejj Fort-au-'rince, se l'ait le plaisir dporter a la conB •ance de. sa nombreuse clientle et du public en g< r.i! que ses rayons constamment se renouvellent] marchandises de premire qualit, ehoisiei avsc cl la porte de toutes 'es bourses. Savoir : Rijoux, montres, orfvrerie, un grand ai nient de bibelots, sacs en argent pour dames, eoui premier titre, couteaux, ncessaires en anjeiit poJ| mes, ncessaire couture, glaces, tableaux, deseeii lit, moustiquaires, doilines, chaises, lavabos, *er de toilette en porcelaine,grands e petits lits en fer" vre, heiceauxen fer et en bois, chaises roulettes] enfants, lits de camp pendules, rveille matin, srv liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table, vases a bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux l a n *' mas, cas(|ues, jambires, parapluies, formes £ ba L| pour dames, chaussures pour dames, hommes e j Pantoufles en feutres, palm-beach. t Machines, coudre, faux-cols, cravates, es bla clies t couleurs, chemisettes, jarretires, ce i broteiles, chapeaux de paille, chaussettes, mail e9 j ft cames, valise> anglaises, joujoux, pendulette el bijoux en nacre, fleur3 artificielles, plume foo w deaux pour baptmes, fianailles et mariag e, _ lectriques, jeux d aiticles en osier pour salondes et automobiles pour enfants Cameux ^'^^fte-l i.e Horsalino. assiettes, carpettes gyptiennes, P?, afl pea x, (|bets flanelle marque llocteur, P i i anlJ9 aC p ( asiinir franais (haute nouveaut),porte-trsor. ^^ dames, carnets pour hommes en peau de Russie* dormeuses, serviette d'avocats, eto, eto.



PAGE 1

*r ^i. >-. T^vCTr fltJR PROPRIETAIRE IM/HUl&Lfi Jlment Magloire BOWVERNA 1108 Hue Amricain i fliuio 20 G ENTIMES Quotidien t Le vrai bienfaiteur est sembla ble la vigne qui, aprs avoir porl du raisin,' nt> demande rien de plus, contente d'avoir produit le Irait qui lui est propre. ^ jMate-iu'RLE MLPHON *o 249 Jl7ne ANNE N 5CG1 PORT-AU-PRLNCE ( HATI ; MARDI 13 NOVEMBREM .Occupation militaire Amricains EN HATI uns important des luis pn '" — ~ ^^l ^_ I 1 I I % %  I % % %  _!! eurs Civils travaillent et sont pav par h Rpublique insulaire, s occupant des amliorations ncessaire PAR GRADNER L. HARDING II IPAR LES AMRICAINS. LES EMPLOYS HATIENS. %  travail ;i t mis en train [leoteur, cependant (|iie la ede la prsence amricaine Jtson plein et que l'on reprunix marines la conlisea]b liberts hitiennes, leslest vr i n'existaient prs .Le premier lnuenieur le ipublics amricain nomm %  Trait 1915 n est arrii qu'au commencement 017,pendant ce temps, tel (les communications improvise* avaient r le corps technique farines > c'taient de •roules, il faut | e dire, non Dt construites pour le ement d'IIaiti, maissurlusage des Forces am•oprant dans ce IV s. pcierjiiM|u'i'n 1920 n'apencore sa disposition le pnpletdes huit Ingnieurs s prvus par l'organisafl elle; pas plus d'un essai militaire peu •laineuse corve, pour porItaliens construire leurs [joutes, par un systme de L ? s 1'" a [ nni,, ndunn en Octobre 1918, Waet la cause principale %  tre sporad-que de. guerili 8 n est immdiatement !• n'a pris lin qu' la lin wnine lll>t, aprs que cet pldjii quitt le pays yeur en Chef actuel, le m A. L. Farsons, est ur naval du MassaInstilute ol TeclmoloJ q ue, le l'Ecole navale £ s ; il dirige une orgaquelle cemme lui.dans quelle a d'essentiel, est ""jnt civile, avec l'aide ceJffunds meilleurs corps J Ur du monde. Sous sa J'n a jamais t envisage de la corve ou toute Tn similaire. J'ai eu oe rencontrer beaucoup de J de son Etat-major, tant jau-Prince que dans les inil £ Je puis atlesler %  wiiinf* *i les I, dont ils jouisKl'f 3 l laili, '''S n'est pas &**. Ils ont l'esprit lar^nmes qui travaillent i| s construisent cte l£! e peuple pour lequel Il existe l."> [ngnieurs et Archi tectes hatiens commissiunns et leur collaboration est admise l'ouime partie intgrante de l'organisation existante. Ils ont des plans Standardiss pour tout leur travail, jusqu'au plus petit ponesau ou station tlphonique rurale ; et les levs topographiques sont soigneusement classs et conservs pour l'usage, dans l'avenir d'un Etat Major d'ingnieurs baitiens. Ce qu'ils ont pu faire jusqu' ce jour est si rcent, que le Docteur Cari Kelsey de l'Universit de PeusJvanie, qui a sjourn 8 mois en Uaiti, o il a prpar le meilleur livre sur ce pays, n'a presque pas t'ait mention de ces travaux accomplis ; — quoique pourtant actuellement de grands change nents ont t oprs par eux ( h corps des Ingnieurs) — aussi bien que tout ce qui a t lait depuis le commencement pour rconcilier les hatiens la prsence amricaine chez eux — l'a t aussi par eux. .le maintiens pourtant ma critique qu'ils auraient du avoir construit et amlior sur une plus grande chelle, l^s sentiers de montagne pour faciliter le trafic dans ce petit pays de transport par bourriqus ; mais ceci est du domaine de l'Administration suprieure et strictement pariant, ne peut leur tre reproch. De plus, on ne peut s'empcher de remarquer que la Direction Gnrale des travaux publics dans toutes les questions d'intrt gnral relevant de ses attributions, fait tous ses ellorts pour prparer le dveloppement futur du commerce liaitien, plutt que de vouI ir en faire bnficier l'intervention amricaine. La Direction Gnrale des Travaux Publics est peut tre la seule branche de l'organisation amricaine, qui prparc ses rapports aussi bien en franais qu'eu anglais, et qui vu gansent toutes leurs, modes d'activits comme faisant partie le leur devoir envers le Peuple. Chaque anne ils assistent un banquet compos en majorit d'Ingnieurs hatiens, avec force de discours et musique compose et excuts par des hatiens. Ce petit encourageai nt a une entente cordiale, il y a de cela quelque temps n'aurait t qu'une vritable hypocrisie ; mais j %  crois srieusement que la Direction Li nrale des Travaux publics est bien vu par certains politiciens hatiens et est un des points encou rageants de la Mtuation actuelle. • Tut CHRISTIAN SCIENCE . Nouvelles Le Gnral Ludendortf s'est suicid BERLIN I i Le bruit court, a .Munich, que le gnral Ludendorff S'est suicid aussitt aprs avoir don n sa parole de ne plus prendra part aucune manife talion ractionnaire. Cette rumeur n'a reu aucune confirmation, maU les amie de Ludeadorff dclarent qu'ils ne seraient pas surprit ds la dcision du gn rat aprs son chec, car elle e-l con forme au code 'honneur allemand. La neutralit de la laissa menace BERNE— On annonce oflicielle ment, aujourd'hui, que les autortl s franaises ont avance les lignes doua nires franaises jusqu' la Ironli re suisse pendant la nuit, liminant et supprimant ainsi la cne libre en Haute Savoie en conformit avec ie trait de Versailles, m os malgr les protestations faites par la Suisse. Le gouvernement suisse renouvellera ses protestation* et dans une note qu'elle prpare eu ce moment, elle proposera de nouveau l'arbitrage de son diffrend avec la France. Lu menace de grve n'existe plus PARIS— Aprs de longues ng talions entre les propritaires des mines, les dlgus des mineurs et les fonction lianes du ministre les travaux pnbl.es, la meuace de grve n'existe puis. Au cours d'une runion qui a eu lieu aujourd'hui, Douai, entre les intrt! -. ni ac cord a t sign qui donne satisfac tion aux ouvriers. La peste a Casablanca Lue dpche do Casablanca' Maroc ; dit qu'une pidmie de peste* s'estjdclarc Larache et qu'on comp te 40 morts : Isa autorit franaises ont tabli un cordon sanitaire alin qu'aucune prrsonne ne passe la tons de danger sans avoir la vaccina tion contre la peste. L'£x*kromprinz remercie la Hollande le sa gratitude.— H traverse la (tontiire allemande LA HUELes autorits h illan daises ont ace ird l'es luomprinz Frdric Gui i.mine la permission de rentrer en Allemagne. La ministre hollandais. Set affaires tranger-*, a publi le communiqu suivant : Les ministres franais, belge, an elais, Italien et japonais oui pisen l, la demande de leurs gouverne ments, une note M. Jonkfa er, van Karnebeek ministre hollandais, des all'aires trangres, dclarant que les gouvernements ci dessus mentionns avaient confiance que le gouvernement hollandais compre nait la responsabilit qu'il avait eu courue en assignant un domicile l'ex krompriiu d Ulem ign • mail, en in ) ne t.nos <\ i'a ; i suite des i i qui 1 1 e unit ni. qu > l'ex Icromprini et ut sur le pointe quitter la llullande pour retourner en Allemagne. Leur eonvi que [e gouvernement bollandais n'h sitenlt pas prendre immdiate Par Cable Ltranares ment toutes les mesures ncessaires dans les circonstances actuelles. Kn rponse, le ministre Van Kar nebeck a expliqu ie point de vue du gouvernement : Aprs l'arrive de 1 ex kromprioz, un domicile li\e lui avait t assign pendant son h jour dam le pays mais le gouverne ment bnllan lais ne pouvait pat l'em pcher de q iitt< r la H dlande, vu la stipulation de la loi hollandaise et de plus, ce cas particulier, il ne se rail lre question d'obligation d' pies la loi internationale.Une leliie signe par l'es kromprioz allemand, dans laquelle i exprime sa gratitude pwir la manire dont il avait t re i u lit ii c • lieu de r ujge, a affi che a Wierigen, immdiatem ml aprs qna la nouvelle eut t reue qu'il avait pass la frontire aile m mde. L-i prsence de l'ex-krompnnz trouble les allis P RIS— Une note signe par M. l'oincai. comme prsident du con >' il des ambassadeurs, a t remise au charg dill'iirc allemand liic-r, pour protester co die le retour de l'ex kromprioz li I rie Guillaume en Allemagne. On dit, dans les mi lieux officiels que les allis insiste font vig ..ireuseinent Berl n, p >ur que l'es kro nprini Frdric Guidau me, qui est rentr en A leatgde de s in exi en il i Lui le. sut BXpuI d i territoire allem 11 L LaFran ^ et l 'Angleterre onl chao g leurs poin s de v .e a ce s ij 't i is j i rderniers, et l'on lit qu ••! les sont p i l lit ement I aoco d O i ne peut pas dire que le retour de l'ai kroinprinz, ta Allemagne ait surpris les milieux officiels franais, car celle ventualit ava t t di-cute la semaine passe en Ire lord Crew, ambassadeur d'An glt terre, et M. Poincar et atissi au conseil des ambissadturs. Les me • ires •<• national qoi compreo l le marchal Foch et les plus hanles c immitt uni: 1 iu N. t'esl runi c midi a l-i.' idenl Mil lrand Dans les milieux offieiels OQ considre comme une allaire \ MAURICE ETIENNE Fils Marchandises franaises Annie des rues du Maij.isin de l'Etat et des Fronts-Forts. trinemenl grala confirmation par le gouvernement hollandais du dpart de l'es, krornpiiiu. L's cours .NEW YORK 10 Francs 17.^8 Stei 4 W Affaire dite fa Trsors Seizime ui>'p.nce § 7 Novenhre (Pin) Sauveterre Le juge : 9avai*VOU8 pourquoi vous tes ici ? Sauvet rre : Je crois que je suis victime d'une mauvaise instruotion judiciaire. — Vous ne savrz pat pourquoi vous tes ici —< Oa m'a dil a l'instruction que Fil"\iin m'a d. n inc d'avoir pri 100) t diari d i i • l'affaire du nom u Brave, us r.,* .niant h une fouille le lies n .. — Qti en p nsezvo i? — J ai se vi d'iu e prtre entre Ur.r. i ii .vis .-i c'at i MM. M j ii voua avad leauui ^ltre interprte .' — Ce a i.it les cire instances. L'n jour, tant allches Davis pour lui a teli r {un cheval, i niretempa sont arrive Hestieurs Brave el Fils*Aimi qui voulaient parler av sel m'ont pri d • lui servir d'interprte. — Qu'avei-voua eu a interprter? — Urave a racont qu'il y avait un trsor chex lui qu il voulait prendre. Il avait vu ii:i morceau de chane ••! d autres remarques. Il voulait savoir de D'.vis ai l'argenl lui porterait builieurou m Iheur. Oavis a dit qu'il irait von ce < avec lui. Je ne s. iip ios qui t eal i ipr< ce a? — Combien de lempa Uuj-a l'entretien .' — i : heurs -Connaisse / s us Bi aee? — N "'i • lail la premi re fois qu %  aie, 'omm ni i n i citer votre l .i u c t — i'a %  iti i |u croit CJIIC | rh vil e ouvr -• j %  tout iota est le caj itaiue vVood — i '*"ii j IOI \, i. perscufait-il '.' — Il avait 8 mu et : d'abord, il voulait faire l'aig ml ; aneuite avilir la i icibi h litienne. -, Voua ave/ dclar, a l'instruction, avoir reu I0c0 dol. de Davis? — '.'est la capitaine Wood qui m'aViil demande cela, pour piix de ma libert. Kl vous avez accept une tells chose Uni, me rservant plus tard la droit ds protester. i> '' %  '-• %  ous qu Q puisse son* d %  %  p*uu Lre ce qui n exisi p it .' !" ()ai exerait des presi ~ pas cm qu'eu inl ainsi voue otrt responsabilit ?


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06073
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, November 13, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06073

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
*r ^i. >-.
T^vCTr
fltJR PROPRIETAIRE
IM/HUl&Lfi
Jlment Magloire
BOWVERNA
1108 Hue Amricain
i
fliuio 20GENTIMES
Quotidien
t
Le vrai bienfaiteur est sembla
ble la vigne qui, aprs avoir
porl du raisin,' nt> demande
rien de plus, contente d'avoir
produit le Irait qui lui est
propre. ^ jMate-iu'RLE
MLPHON *o 249
Jl7ne ANNE N 5CG1
PORT-AU-PRLNCE ( HATI ;
MARDI 13 NOVEMBREM
.Occupation militaire Amricains
EN HATI
uns important des luis pn
'"~ "---- ^^l ^_ I 1 I I I _!!
eurs Civils travaillent et sont pav par h Rpublique insu-
laire, s occupant des amliorations ncessaire
Par GRADNER L. HARDING
II
ipar les Amricains. Les Employs Hatiens.
travail ;i t mis en train
[leoteur, cependant (|iie la
ede la prsence amricaine
Jtson plein et que l'on repru-
nix marines la conlisea-
]b liberts hitiennes, les-
lest vr i n'existaient prs
.Le premier lnuenieur le
ipublics amricain nomm
Trait 1915 n est arri-
i qu'au commencement
017,pendant ce temps,
tel (les communications
improvise* avaient
r le corps technique
farines > c'taient de
roules, il faut |e dire, non
Dt construites pour le
ement d'IIaiti, maissur-
lusage des Forces am-
oprant dans ce IV s.
pcierjiiM|u'i'n 1920 n'a-
pencore sa disposition le
pnpletdes huit Ingnieurs
s prvus par l'organisa-
flelle; pas plus l la puissance ljale n
bavant la promulgation en
I, 'del loi hatienne orga-
|w travaux publics. Entre
Ijt ollicier a eu constater
*>d'un essai militaire peu
laineuse corve, pour por-
Italiens construire leurs
[joutes, par un systme de
L ?s' 1'" a [ nni,,"
ndunn en Octobre 1918,
Waet la cause principale
tre sporad-que de. gueril-
i 8n est immdiatement
! n'a pris lin qu' la lin
wnine lll>t, aprs que cet
pldjii quitt le pays
yeur en Chef actuel, le
m A. L. Farsons, est
ur naval du Massa-
Instilute ol Teclmolo-
Jque,le l'Ecole navale
s; il dirige une orga-
quelle cemme lui.dans
quelle a d'essentiel, est
""jnt civile, avec l'aide ce-
Jffunds meilleurs corps
JUr* du monde. Sous sa
J'na jamais t envisa-
ge de la corve ou toute
Tn similaire. J'ai eu oe
rencontrer beaucoup de
J de son Etat-major, tant
jau-Prince que dans les
inil Je puis atlesler'
wiiinf*
*i les I,
dont ils jouis-
Kl'f3 l,laili,'''S n'est pas
&**. Ils ont l'esprit lar-
^nmes qui travaillent
i|s construisent cte
l!e peuple pour lequel
Il existe l."> [ngnieurs et Archi
tectes hatiens commissiunns et
leur collaboration est admise l'oui-
me partie intgrante de l'organi-
sation existante. Ils ont des plans
Standardiss pour tout leur tra-
vail, jusqu'au plus petit ponesau
ou station tlphonique rurale ;
et les levs topographiques sont
soigneusement classs et conser-
vs pour l'usage, dans l'avenir
d'un Etat Major d'ingnieurs bai-
tiens.
Ce qu'ils ont pu faire jusqu'
ce jour est si rcent, que le Doc-
teur Cari Kelsey de l'Universit
de PeusJvanie, qui a sjourn 8
mois en Uaiti, o il a prpar le
meilleur livre sur ce pays, n'a
presque pas t'ait mention de ces
travaux accomplis ; quoique
pourtant actuellement de grands
change nents ont t oprs par
eux ( h corps des Ingnieurs)
aussi bien que tout ce qui a t
lait depuis le commencement pour
rconcilier les hatiens la pr-
sence amricaine chez eux l'a
t aussi par eux. .le maintiens
pourtant ma critique qu'ils au-
raient du avoir construit et am-
lior sur une plus grande chelle,
l^s sentiers de montagne pour fa-
ciliter le trafic dans ce petit pays
de transport par bourriqus ; mais
ceci est du domaine de l'Adminis-
tration suprieure et strictement
pariant, ne peut leur tre reproch.
De plus, on ne peut s'empcher
de remarquer que la Direction
Gnrale des travaux publics dans
toutes les questions d'intrt g-
nral relevant de ses attributions,
fait tous ses ellorts pour prparer
le dveloppement futur du com-
merce liaitien, plutt que de vou-
I ir en faire bnficier l'interven-
tion amricaine.
La Direction Gnrale des Tra-
vaux Publics est peut tre la seule
branche de l'organisation amri-
caine, qui prparc ses rapports
aussi bien en franais qu'eu an-
glais, et qui vu gansent toutes
leurs, modes d'activits comme fai-
sant partie le leur devoir envers
le Peuple. Chaque anne ils as-
sistent un banquet compos en
majorit d'Ingnieurs hatiens,
avec force de discours et musique
compose et excuts par des ha-
tiens. Ce petit encourageai nt a
une entente cordiale, il y a de cela
quelque temps n'aurait t qu'une
vritable hypocrisie ; mais j crois
srieusement que la Direction Li
nrale des Travaux publics est
bien vu par certains politiciens
hatiens et est un des points encou
rageants de la Mtuation actuelle.
Tut Christian Science .
Nouvelles
Le Gnral Ludendortf s'est
suicid
BERLIN I i Le bruit court, a
.Munich, que le gnral Ludendorff
S'est suicid aussitt aprs avoir don
n sa parole de ne plus prendra part
aucune manife talion ractionnai-
re. Cette rumeur n'a reu aucune
confirmation, maU les amie de Lu-
deadorff dclarent qu'ils ne seraient
pas surprit ds la dcision du gn
rat aprs son chec, car elle e-l con
forme au code 'honneur allemand.
La neutralit de la laissa
menace
BERNE On annonce oflicielle
ment, aujourd'hui, que les autortl s
franaises ont avance les lignes doua
nires franaises jusqu' la Ironli
re suisse pendant la nuit, liminant
et supprimant ainsi la cne libre en
Haute Savoie en conformit avec ie
trait de Versailles, m os malgr les
protestations faites par la Suisse. Le
gouvernement suisse renouvellera
ses protestation* et dans une note
qu'elle prpare eu ce moment, elle
proposera de nouveau l'arbitrage de
son diffrend avec la France.
Lu menace de grve n'existe
plus
PARIS Aprs de longues ng
talions entre les propritaires des
mines, les dlgus des mineurs et
les fonction lianes du ministre les
travaux pnbl.es, la meuace de grve
n'existe puis. Au cours d'une ru-
nion qui a eu lieu aujourd'hui,
Douai, entre les intrt! -. ni ac
cord a t sign qui donne satisfac
tion aux ouvriers.
La peste a Casablanca
Lue dpche do Casablanca' Ma-
roc ; dit qu'une pidmie de peste*
s'estjdclarc Larache et qu'on comp
te 40 morts : Isa autorit franaises
ont tabli un cordon sanitaire alin
qu'aucune prrsonne ne passe la to-
ns de danger sans avoir la vaccina
tion contre la peste.
L'x*kromprinz remercie la
Hollande le sa gratitude.
H traverse la (tontiire
allemande
LA HUE- Les autorits h illan
daises ont ace ird l'es luomprinz
Frdric Gui i.mine la permission de
rentrer en Allemagne. La ministre
hollandais. Set affaires tranger-*,
a publi le communiqu suivant :
Les ministres franais, belge, an
elais, Italien et japonais oui pisen
l, la demande de leurs gouverne
ments, une note M. Jonkfa er,
van Karnebeek ministre hollandais,
des all'aires trangres, dclarant
que les gouvernements ci dessus
mentionns avaient confiance que le
gouvernement hollandais compre
nait la responsabilit qu'il avait eu
courue en assignant un domicile
l'ex krompriiu d Ulem ign
mail, en in ) ne t.- nos <\ i'a ; i suite
des i i qui 11 e unit ni. qu >
l'ex Icromprini et ut sur le pointe
quitter la llullande pour retourner
en Allemagne. Leur eonvi
que [e gouvernement bollandais n'h
sitenlt pas prendre immdiate
Par Cable
Ltranares
ment toutes les mesures ncessaires
dans les circonstances actuelles.
Kn rponse, le ministre Van Kar
nebeck a expliqu ie point de vue
du gouvernement : Aprs l'arrive
de 1 ex kromprioz, un domicile li\e
lui avait t assign pendant son h
jour dam le pays mais le gouverne
ment bnllan lais ne pouvait pat l'em
pcher de q iitt< r la H dlande, vu la
stipulation de la loi hollandaise et
de plus, ce cas particulier, il ne se
rail lre question d'obligation d'
pies la loi internationale.Une leliie
signe par l'es kromprioz allemand,
dans laquelle i exprime sa gratitude
pwir la manire dont il avait t re
i u lit ii c lieu de r ujge, a affi
che a Wierigen, immdiatem ml
aprs qna la nouvelle eut t reue
qu'il avait pass la frontire aile
m mde.
L-i prsence de l'ex-krom-
pnnz trouble les allis
P RIS Une note signe par M.
l'oincai. comme prsident du con
>' il des ambassadeurs, a t remise
au charg d- ill'iirc allemand liic-r,
pour protester co die le retour de
l'ex kromprioz li I rie Guillaume
en Allemagne. On dit, dans les mi
lieux officiels que les allis insiste
font vig ..ireuseinent Berl n, p >ur
que l'es kro nprini Frdric Guidau
me, qui est rentr en A leatgde de
s in exi en il i Lui le. sut BXpuI
d i territoire allem 11 L
LaFran ^ et l'Angleterre onl chao
g leurs poin s de v .e a ce s ij 't
i is j i r- derniers, et l'on lit qu !
les sont p i l lit ement I aoco d O i
ne peut pas dire que le retour de
l'ai kroinprinz, ta Allemagne ait
surpris les milieux officiels
franais, car celle ventualit ava t
t di-cute la semaine passe en
Ire lord Crew, ambassadeur d'An
gltterre, et M. Poincar et atissi au
conseil des ambissadturs. Les me
ires a l'intention de prendre d'accord
avec les allis auraient dj tar
rtes ; la nature n'en a pas t an
nonc-'-e officielli ment, mais on a es
sav de c icher I impression dplora
Me que l'vnement a produite la
connivence apparente du gouverne
ment allemand dans le retour de
l'ex kromprinz, es! considre dans
les milieux oili iels. comme parlicu
liremeni grave et prouve que le
chancelier Stn seman te laisse in
Quencer p ir lea n itio a i-i s c i lot
fuvv.iir I i p.iss:liili|, av.- .-oni ,| I,.
lavire. m i s a si un i | lus grande
i bancs de r uocs.
Le conseil de ambassadeurs sera
l'intermdiaire dont on m servira
pour so'-iup r de la lu te de l'ex
brompriez. La nouvelle est arrive
trop lard poui qu'il put se runir,
mais on pe .s.' qu'il t'assemblera de
main et rdigera une note vigoureu
se (pour diin nder au chancelier
St resema no qu'il ne soit pas permis
Frdric (iuiliaiiine de rester en
Allemagne. On ne croit pas que la
Hollande ioit une r. traite assetsrs
pour lex kromprinx et au ministre
des aflaires trangres il a t dit
qu'un autre endroit o il srail
mieux torveil &, seraiI choisi, Le con
s il Me la di H >< national qoi
compreo l le marchal Foch et les
plus hanles c immitt uni:1 iu n.
t'esl runi c midi a l-i.'
idenl Mil
lrand Dans les milieux offieiels
oq considre comme une allaire \
MAURICE ETIENNE Fils
Marchandises franaises
Annie des rues du Maij.isin
de l'Etat et des Fronts-Forts.
trinemenl grala confirmation par le
gouvernement hollandais du dpart
de l'es, krornpiiiu.
L's cours
.NEW YORK 10 Francs 17.^8
Stei
4 W
Affaire dite
fa Trsors
Seizime ui>'p.nce
7 Novenhre (Pin)
Sauveterre
Le juge : 9avai*VOU8 pourquoi vous
tes ici ?
Sauvet rre : Je crois que je suis
victime d'une mauvaise instruotion
judiciaire.
Vous ne savrz pat pourquoi
vous tes ici
< Oa m'a dil a l'instruction
que Fil"\iin m'a d. n inc d'avoir
pri 100) t diari d i i l'affaire du
nom u Brave, us r.,* .niant h une
fouille le lies n ..
Qti en p nsezvo i- ?
J ai se vi d'iu e prtre entre
Ur.r. i ii .vis .-i c'at i mm.
m j ii voua avad leauui ^ltre
interprte .'
Ce a i.it les cire instances. L'n
jour, tant allches Davis pour lui
a teli r {un cheval, i niretempa sont
arrive Hestieurs Brave el Fils*Aimi
qui voulaient parler av sel m'ont
pri d lui servir d'interprte.
Qu'avei-voua eu a interprter?
Urave a racont qu'il y avait
un trsor chex lui qu il voulait pren-
dre. Il avait vu ii:i morceau de cha-
ne ! d autres remarques. Il voulait
savoir de D'.vis ai l'argenl lui por-
terait builieurou m Iheur. Oavis a
dit qu'il irait von ce < avec lui. Je ne
s.ii- p i- os qui t eal i ipr< ce a?
Combien de lempa Uuj-a l'en-
tretien .'
i : heurs
-- Connaisse / s us Bi aee?
N"'i lail la premi re fois
qu aie,
' 'omm ni i n i citer votre
l .i u c t
i'a iti i |u croit cjiic |
rh vil e ouvr - j tout iota est le
caj itaiue vVood
i'*"ii j ioi \, i. perscufait-il '.'
Il avait 8 mu et : d'abord, il
voulait faire l'aig ml ; aneuite avilir
la i icibi h litienne.
-, Voua ave/ dclar, a l'instruc-
tion, avoir reu I0c0 dol. de Davis?
'.'est la capitaine Wood qui
m'aViil demande cela, pour piix de
ma libert.
- Kl vous avez accept une tells
chose '
- Uni, me rservant plus tard la
droit ds protester.
_ i>
'''-, ous qu q puisse son*
!' d"' p*uu Lre ce qui
n exisi p it .'
()ai exerait
des presi
~ pas cm qu'eu
inl ainsi voue ,otrt
responsabilit ?


LK YJS *
Tans h i'oalion o j lais, je
ne pouvais t .1 .. i me-i-l.
Le Commissaire: Sauvelprre, sont
quel nom vous a Sta p'es ni 1 'avi?
Sauvatsrra : Juan Bauiisla Avis.
Connaisses vou* Kuuk Ple
Aim '?
Oui, il a travail sous mes
ordres.
Lui avez vous demand de gar-
der un secret '!
Non, il tait mon subalterne.
Lui avez-vous montr chez vous
un col du j irre et un couverte ?
Non.
Le C >mm saire : Voici p mrtant
ont pice ligne de vouloir vous
dites : iNsat avons t sur le- ii-'ux,
t bpra ^e- m nii'-st.lions uceu te-,
l'espr t a demand un sacrifie en
argent.
MaCaavis : J; proteste contre
cett faon d'agir, ta initiera l'u-
blic eagag 1 une lutta avec le prvaaa.
Ce jui est outre toutes les rg at
tablies, car le prvenu se dolen 1
ses risques et pciiis.
Le Cimmi sure: Vous n'av /. [as
particip au* bailles cbez Braves ?
Non.
Le Commissaire demande la pr-
sentation d'une pice conviction.
Le Commissaire: Fils-Aim j -
tend que vous lui ave/, montr le
Sol d'une jarre t ui c uv-rcle, eu
lui disant que cela tvait wrvi dam
l'affaire Brave ?
Non, te n'est pas vrai.
Connaissiez sous ileph n La
Ibnlani .'
Non.
Bervin, dans ton mmoire pr-
Irend que vous av-z nu 2l0 dois.
dans l'aiaiia tph-tn Lafonunt et
jOO dollars dans celle de csir Des-
landes.
Un md ce couvercle rouill vous
n t montr i'iaelrueUoa, qu'avez*
VOUS dit .'
J 1 dil (|ne cela ressemblait
un fon 1 de cyiiadi f de m ichina.
Av l vois offert 10 Kl t t
Paoln > 1 fn m lare p ui .j i'il vou
permit le Lu, :'
Non, l'a 1 mn 1 Thodore ne
m"a i-a- err l. m'a invit a aller
avec lui cfa 1. le eapil >i 1 W >o I.
Me Nau Q 1 lu s oui t vos re-
lations avec l*8VM ?
Mes reia ions avec Pavis ont
commenc du j ur o j'avais I ut
pour lui le plan d une h nie et ses
dpendances.
Sur qui s'est bi Davis pour
at'lirmer Brave qu il lui ferait p.n-
die le ti-nr.
le ne sais pas.
Me Ilyppoiite : A q'ielle poque
tvaz-VOiH s-rv, d'interprte entre
Brave et Davis ?
J.* ne m'en souviens pas.
.Yav. I01M pa= donn des
centiine.s de lollais a l'ils- imi ?
1-. Non.
N'avez vous; pas avou que vous
tiez honteux d'avuir cru cette af-
faire de Irtort ?
.lam lil
Br-'dy : >s vcz-visit la proprit
Luders a Inquini ?
Au d< but des travaux que je
faisait a Diquini.
Combien de fois avez-vous
rencontr 1 avis ur la route ?
Jamais,
Sauv iterre S Brdy : Je vou Irais
lt>VOir di Me Br ly s il m'a jamais
connu comme fabricant de jarres.
MeGraville Augu-le : .le dtmanle
oommuiiicatioii d 1 pr con-iaie l'endroit o on a trouve ces
objets qui miiiI -m (. t'e Inble.
La Convniiaire : le vous ri fe
au procs m- lui .|.> |'inlru<' ion. Me
Grsnville tugusle insiste -av ur -i
le procs v.-iliil a t die-se confor-
mment la loi.
Le Commissaire .- a propoa de
Bauveterre, voii un paeten dan
dposition devant le juge rTinetiue*
tion, l'gard te ceco v >cle.
Le grenier lit : < 1 es ce que
vou* evea va ilans le Ir >u '.'
Rponse : J' ii va Je l'or,
Connai-M/ \i avait une combinaison o je pourrais
g'gner 0.0 iO dollars. Vous savez
ce qae Bervin h dit de vous, ajouta
t il. J'ai b soin de votre concours
pour m a der ' faite aboul.r cette
combin iso 1.
Je vie i< de pren Ire 81.M 0 lo'lar*
de l^avia Si vous acceptez a excuter
ce que je vou- propose, v ois g gne-
r>z beaucoup d'argent. ,Dji je s m
d'accord avec Bei-viu, Fils tint et
1111055 Ull Wq'JiH
Russie, tr* runie la journe
du -oij 1 licot orgvnia dimanche a
Oin varlti par le* seine de Coati
l d I'Xllimce F ancaisi*. Vp*islan
ce eomb'ee e et ah iso ; noter
la pr eonee de nombreux cong'm
ni-a-, dee Inspecteur! scolairee. Li
min:stre de France, empch, s'tait
Autour d'un
incident
Dci lrmnt.notM excellent con
frre L Mo ifeHiate a uns
deal 2 intre la S rtiire d'Etat de
l'I isu-uuhn P.i'iIii-n et il sim-
pi ne vrai nenl que pour faire du
journalisai) av/ec succs il faut
avoir de gran U parti-pris. Voil
Naufrages
~ ** nouvelle est arri,e
?-.?f"fragf du.Toili" miSJ
Ijeudi d
o r
de Devis !
vous fait l'effet de
oVexploitatiou
Non.
Ie quoi
cette |i.aque de
Je n'ai aiieuii' i l'. je pour-
rais croire un fund de cyiudre
de macliiae,
Dm I Vil.-ijii
Le j";1 : Dites n - pi urq toi vous
i. i
Dav.d \'< h 13 : S ; mil i c'eel
pa^c que le '' 1 ' W od a t
r* on*, san cela j-* ne serais pa< ici.
Paulmon Tti rlore vi >itiu me
chercher, un jour pour aller voirie
ai-itaine Wood jui me dit ^c il v
c dois voir Lercb >urs aussi. Vous f,it reprsenter par le chancelier de qu'il prsi-de procl.in'r la res*
n'.ivcz qu'a COiHirmeV toutes les d
clarations qu Bervin afiilesauCap
au sujet de c lie affaire de trsor- et
vois aurez de l'A'gant. Vois allez
me chercher Mes Hudicourt et t)--sir
I eslind e. Je m rpmli^que pour
H die ut e tait difficile. J'allai
die/ Dsir Deel mdes que je ne t nu*
vai [>a> cli z lui. Ce capitaine Wood
m; donna ;j ? d llars Ne craignez
rien, me di)-il, vous aer-i content.
Le lendemain, Piaok Fle-Aim est
venu me voir et m'a conseill d'en-
trer dans la combinaison. Le lende-
main loir, j ai vu Wool au Kio-que
da Champ de Mais. Il m'a dit : Je
vais vous amener chez le jug^ Les-
0 uflair qui vous direz que vous
los le complice de Davis. Arriv
cbe/ le juge, il me deminda de lui
raconter l'affaire Je lui dis ce que
le capitaine Wool m'avait suggr.
1 ai cit le non de Cubas, sur ai
nan le. Il me dil q ie j'all ii> pis-
S' 1 se dment l i jour* eu pi isoo. Ce
lendematn.il vi il ue voir en prison
et m'apporta 20 sandwichs, 2 bon-
teilles da bire et I boutei le de
ilium. Soyez tranquille, medieait-il,
vous serez saliefs t. Pendant lOjours
il veniii heque matin m voir. C'est
linei que j ai eu a faire ces dclara-
tions au juge Lescoutlair
Un jour que j'tais la ru^ des
Miracles avs vint me demander
de lui trouver unemt -on. Au m- n
Instant vie tfrdy vint moi. m dit
qu il avait besoin de voir Davis pour
une a.ttiie le Ir so t i Diqu ni. B, y m inte ave m >i
chez ii'i-. Bei vi >iv Vil d in'erpr
t et Ls se so il enlen lo-, V.,ir-, VI i
Brd] m dclara que cel ii mime m
> ii ail rien qu'il v nt prp ir une
crAino le que Davis n'avait pis a>--
cipi". Uciviu me dit aussi : Il
laiiiil voir M- Brdy, so'i* *->n o-
tume rouge, c'tait JgoQt ml.
w> in. .uni wi sejg__.u. m 4
D. S. Navy news
12 Novembre
Washington Les lois agraires con
Ire les tranger de Californie et de
VVeahiDgton, inaptes tre citoyens,
les empchant d'acb' ter ou d aller
mer de la lerw ont t dc nies va
li les et c..n-ti uli une I s aujuur
d nui a la Cour uprme.
Washington Une reaftirmation
de sa loi dans le triomphe ull me des
principe! pour le quels il s'e-i le
xe ute loi e pef NN une as-euib e*-, d'amie et d'admiia
leuis au cour d'un plerinage du
joui de 1 Armistice sa maison d'ici.
PariOu ompread que les cer
clcs officiais d ici prouvent du 1. -
senlimerit contre le discours du pr
sideni \\ ilson, spcialement en ce
qui a liait au grattage du lia.t de
Versailles.
Berlin Dr Von Kahr, dictateur
baviiois, a publi un or Ire dissoi
vaut le parti communiste et dfen
danl 'a publication d sjou nsuaso
cialisb s.
Le ll'\e- Une enlorU du minia
1re de 1 intrieur a laiss pour l>o
oi'n pour avoii uns confrence av c
l'es rinpi n in li'AI emngne.
Buenos Vire- Domingo Suliberrv
ministre des F neneos dan?, le cabi
net du presidei.l liigovcn, h'est sui
ciil auji uril'liui.
Di^xldoif Une tentative d'ac
rnrd a t obtenue par l'administra
(ion franco belge dans la Itulir avec
|ee autorits allemand s pour le re
tour de-* s'orlc rour*nla pris du dis
tiict depuis l'ccauiation.
la Lgation, sa" f-mnv et sa file
taient prsentas. T ois n 1 i ns mi
iietraa de 1 Instruction Pnblique
avai nt pris pari li f e MM. Dm
ls Bellegard, Clnrlps Hvoehereau
et F mail llibberl. Oi Byiftta ave ,
beiueoap de pixieir le sconrsde
Mr Iules Dvieni loeenl l'movre
bien fais m'e et impo tante del'M
liane [In note spciale pour la fan
fan d 1 l.v -e, el'e s'e t su^pa^se
surtout dans l'excution de ce b'au
m rceau L'Eblouisaaiitee.
Trs applai lis ont t \f lies R.
Bi/. lais, G. Daubeuf, L. Hraos, et
le jeune Viajrd qui ont obtenu le
prix de di.ti.'ii. Les lves de Ste
Rose de Lima ont biill comme lou
pui's, leur prire a t le clou de
la ft.
Beuieonp de livre- ont t donns
aux laurats pour les compositions
franc lises, la diction, la loyui'et
boni prix in titus nouv llement
par 1 1 ifice.
C'esl lelle Veravia qui a et le
Prix d II inneurde composition fran
aie. K le a reu de beaux livres.
Bn omm-*i f te rconfortants qui
a t trs apprcie dos connaisseurs
Bile a t b (liante et fructueuse ;
les prof I-vont h oeuvre du vle
ment scolaire uni c msiete, comme
on le sait, en distribution aux co
lier- ncessiteux le rtemente#ebana
s ires, lo iruiture clasRques, etc.
U .e franc i-e a eu la gnreuse i le
d'in dituerla .1 >urn le du 1111 lelic d
parmi les nations allie.dan- le don
bl bul de ner t:luer le souvenir des
m u's de la grau le guerre et de
eeeourrr les oeuvresde h que. pava
o elle -! organise. Pour ce'a elle
s'a Irese su gouvernement >\* ha
que nation et, partout eile obtient
I a In-io 1 de tons. Das sommes con
sel 'rables ont dj t ainsi rali
Si CS.
Ici. la demande a t adresss
Madame Louis Borna qui s'est em
presse de contribuer i la russite
de l'o uvrfi en taisant un don et en
offrant le-* coquelicots.
Nous donnerons les rs liais de
elle bi illant journe du coquelicot
y : chacun a eoutribu < secourir les
ec diers de nos c ases n:> ssit^uses.
pu isi'ulit le Mr Les-oulliir d;ins
1 ; reu'ivtahlr; iuci Imit 1 < 11 i entrai
n reli'i'inmt da Mr Hraux.
CU { le Division au Dpartement,
de l'Instruction publique.
L;i question ceneo laotestdes plus
impies {Nil n'ignore que Ion de
h pr pintioii 111 Bulletin Officiel
du Dpartement, M- Lseoullair
et il conseiller d'Etat Devenu mi-
nistre, il connaissait l'existence du
Bulletin sous presse, mais ne pou-
vait s'imaginer qu'il contenait le
rapport en question so s cotte ter-
me ; d autant plus qu son atteti;
tion n'avait pas t attire par qui
que ce soit sur un do ;ument a ires
se son prdcesseur.
Voyons, confrere,soyons justes!...
Le dvttrueleur dvs
Vermine* Shdpard
Eib inoffensif et les mde-
cins le recommandent
L'ennemi le plus redoutable de
l'hom ue est le m >usliqui. Il est
le vhicule le pi us dangereux dans
la iransmissiou de la vre t/-
phoide, la dysenterie, la cliolrine
et la tuberculose. Il propage ces
m u 1 lies Rien qu'aux Etats-Unis
il fait annuellement plus de io.Oj)
victimos. Chaque moustique est
une menace dans voire loyer.
Contre les punaises le cShepars
est d'une efficacit iudiscutanle ;
car il ira dnicher leur repaire
ni n porte o il se trouve.
Q elle que soit la .spontanit
de I ;ur reproduction, le 1 Sbn-
pard les dtruira toutes, mime
les ufs qui nitectent les matelas.
bln vente la
Pu.vitMACiE Centrale.
-----o-------- 'hti iQm
ayant hiss notre port jeudi
ft destination de Corail. ^L
Un tlgramme du Prno* ,
minislralinn de la Petite Ri,jL
Nippes annonce le sinistre-
cation a coul prs do ce 1
port. Mais par hasard heure
passagers parmi lesquels sefc
Mnsienr Alain de Jrmie
flre sauvs.
Te petit bteau finit la pr0Dri
Ir Anlonin Tardicu. On 1
galement le nauf ge du Si
au large de Grpnd Goftffe. Q
jiisqu ici sans nouvelles jJj
gers.
Lettre oivarte
Au Directeur d Journilo "Li Matin'
Lu Ville
Mon cher llireclmr,
Ca me di#*nt bi mi dai gins, l'a
mibilit el la gentillesH sont des
qu il li-- qui lurpsasant mmd la
beau . Bt paar moi, comme j'ap-
prcie ces belles qaalitSli je veux
attirer un mome it vo're attention
amsi qa-i celle du public sur les
Mil. Ka.vas ll.>rmnnos qui vous re-
iivMit dais leur bazar o les nou-
veaut* se rencontrent avec la grce
et la fracheur par une gentiil -sse
et une courtoisie aii vois ratieaaaat
cl v ia* invitent acheter milg'-
v 11- l j it < 1 -s m i c un Ii*e4 11
n 111 ci c 1 I ; 11 n > l : a urtoal | un prhe psu c v;r, ei la
I IS do II.u -,
J.! .' M H M'I S li |S| |!| t it
h .n 1 1 ' 'n ; \ i- il, 1 in, -r 111< c 1
m ig 1 1 1 1 ir l M toh 1 * 1; :i 1 I' n-
1111 c .r 11 m le :li.!iit< iaront tara-
ino u latifiils at auraal uiasi l'oc-
ci-ioid c ni-tater la riljt de co
que j'ivaiKi-
Avec nii.-s ranMecianants, recevez
Mr le Direi'leur mes raapactnauaas
selutatiooa. Mme \.
Pansiana
JEUDI
Dans le but ;l rtanur sa''IVlion
m* ;i iiiible- client*, .i ti.-e iiju
rci'iui 1
L' ICLONNE
;,..! d h ^< >.! e.. I lUioa dans la
I ruvii ce.
Jjuili: ler.et2emei'pisode3
Lnlii I g< n N 6 : 1 ff ,'1
N B. Vu le prix du li m, il ne se
ra jamais donn '60 centimes.
Au D^partemnl
li'ticl inii pull
le l'Ins-
Dlique
N ut avant apprit qn'h la ^uitede
lin 1 lent OuleVS |>ir la publiciilion
du rapport du tout Inspecteur Caa
eut ar lat siainaot du 1er Cycle
faits au .- rrninair I hi t' le i> \i
gion m | mfnl d IMnttmo
lion Pul I ' l \ i ti ili> srt
1 1 1 cl cm oc. par Vider
1 tll ,CM i' I U NCi-c X 110': il,
\u J l aVi ir ni in1' iihnt
i] tiquait 1 ii* nu ne autour
des tiiil^ rtvamt eiqu'.'u besoin les
nunibr. du la Comuusion seront
entendus.
Chambre de Commerce
li: rirai se
Nous avons reu la Revue Coin
merciale et Bulletin Mensuel de
la Chambre de Commerce fran-
aise 'l'iiaili, l'asoicule S:ptembre
Octobre q n contient, comme tou-
jours, des matires fort intres-
santes 'loi u nous recoin mandons
la lecture.
m 1 iimi fp 1 a
Une mesure satiifaisanle
pour tous
C'est celle que vient de prendre la
Direction de la Douane en tablis-
sant deux sections distinctes pour
le Dpartement des Colis Poslaax.
Dsormais les solil venant d'Euro
pe devrout tre rclams aprs les
formalits rglementaires au rez-de
chausse du local occup par le
Conseiller Financier en face du Bu
rem d F.elairage Electrique et ceux
ve Mot les filt- Luis seront comme
pavis paaa llivre au sige dj
CO 1 ni.
.S .us loplaadUsona cattamsanN
qui vi;iit I muer une l/itima satis
faction au Coaruaros et au publio
en gnral car.c la permettra tous
d'c iinoaiiscr du temp< et dviter
les lastitq les dune attente indlinie,
le service davaai se faire beaucoup
plus rapidement.
Gra-id succs hier soir pour la trou
pe BiaiaOJ. Les diffrentes al trac
lions ont cle fut nfttas et c'est au
milieu de reiitiion-iasine gnral
qie furent excutes les diffrentes
I> iin- Un programme.
Ce soir, nouvelle sance.
Avis
Le soussign donne avis au pub
avoir perdu le rcpiss au No 4371
d l> iiiiiiisHoh h. qu en qui lui a
t conti pour tre louch.
En consiuenee il le dclare nul,
duplicata devant lui en tre dlivr.
Port au Prince, le 13 Novembre 1933
Th. E.MiXS
Le Directeur de la douane .i,
ville a l'honneur d'informsr
blic et les commerants en ^
ljer qu'il vient de faire proc]
1 installation d'un bureau
pour la livraison des colis
franais. Cette annexe du .
ment di s colis postaux.quint
en face des bureaux de la Com
Electrique, au re* de chauue
grande censtrut'.ion ou se Iroi
1 Agence de la Ligne de Pua
le lluieau du C.onsei'ler fini
commencera fonctionner
du li Novembre. Les intress
pris d'y rclamer leurroli.
l'ori au t'iince le 13 Novembr.
Le directeur de la Douant
LEON R. MA
ta ii. Pi
Le public apprendra avec
3m' M. Liulave Augustin. I1
e Coeur de Femme >, qu
tant de succs ces jours dt
cousent 1 donner une noufi
pr-entalion de celle pice.
Le publc, qui d'ordinaire 1
de tout ce qui 'ni est oiTeill
scne en dit beaucoup de bita.
Nous engageons nos lectin
1er en foule Varits pour t
dir, encore une fois, notrejsflB
matu'raa.
A Varits donc samedisoir.
Arrive de rjr. lene
Jeudi prochain an i vert pr
Nickeric Mgr Benedetti,
meni nomm par Notre Sain
le Pape Pie XI, Nonce pourHj
remplacement de Mgr Chert
sera reu officiellement. Le
seront heureux de saluer eoj
nedetti le reprsentant doC
l'Eg'isfi et de lui offrir leurs
leurs voeux. ^^^
Distributions de livres
et objets classit
Selon nos inlormations, dsp
semaine dernire, le DptrM
de llnslruclion publique,dis1
des livret et objels classique
Ecoles. Celte uvre utile a poi
de soulager les coliers malhet
C'est du magasin de l'Etat o
tit de livres se moisissaient!
Vinistre Lescouflair a lire cSJ
nitures classique. I
relie mesure s'tendra a tow
coles d; la Rpublique. J
Nous ne binions trop t W
Dpart, ment de l'InstructHj
que pour un gesle aussi utile.
Autour de !a CotnmisJ
Cadastrale fieutr*
Nous avons appris que la CJ
tion Cadastrale poursuivant m
de ses tournes d'enqutes eisj
tigations domaniales doit J
incessamment dans les r
mentsde Saint Marc et de Je
CelteCoinmissioninvesiguCT
arliculieremenl dans les LofflD
le Saint Marc. Vrettes.b. 2
et l'lite Rivire de I^Jg
Ele compte, parait 1 raaU*
oprations adastralat trs
eii, .saut dterminer par des
tages des groupes dnabiM'^
fi&ar les droits terriens de *
Ng-lHriser.a.ituanoo/ejfl
n.ysaisquieat t *'! j|
des,.Udms sans titres qj^
Nous souhaitonq"'',iieM|
tion accomplisse au c0Uf "||bH
ne une fruclieuse ei 1 ^
,,gne,_ au double PJ/^I
iDfrta de l'Etat et de es
mette rural*
I


^%:
La Matln
ASTHME
\7J Dppmtto.i, Catarrhe, ]
Suffocation,
Toux norotuu. j
I triioa orln par loa
(ARETTES CLRY
[, POUDRE SLRY
.(jJRV, S. Doul. 3Mfartia, Pari.
Vente
Al'
del Mis^Prix
vertu de la pr -o tv. |. m e
lloirt d'aine < M pn ion h| : ,
Mttle un r|iport -le Me Louis
iiy et son collgue. Il >tu
iu Prince, en dat* d>i on/e
191", enregistre, I uju-ll* obli
l t cde < l tr.tus poiK1 -,
Mlb garanties de IVl el de
^JIonMenr \lilli ide Aii^'ii lin,
IT pu Medtinp par le sieur
Vivens, suivent acte pass
ledit Me Louis Vilinenay, .)
do 31 Mai I1. 16', di'iiiiCiit ei.re
n pr"c.)4 \o samedi <|ti- I'. n
dix sept JVovoml re de la
MimIc el par ! mi 1.1~t" r de
lis Vilmei av. notaiie Ite, nie du i nlip, ;' lu \. nie
% n plus i fIra ni I dernier
'\.v d'un li nam distrait
|ri-t' dpendunt de l'Iialii
ajetlei i-il vaut l'i. mont,
elle mu rt.une, section
wnt Injiiel terrain ni'-i re
\ pirds ili I: (,-ade >nr la ia-
fhemin d DiCav.lie l'oil-
W-fenl pie |s an col i ppott
iJllon.sit In i- cei.is | ieds r*
'm, en iif;iir t>i i>t'o au ct
Iten lipuc licite an rle Sud
Au .N'u.l. | ir |lt- ;.., n-
((telle i-f-sle de la pr. pril
Si Gilles Jeudi, au Sud
Marie Louise VilMoint,
la ravine ou chemin de
Ma i'ii est par le reste
es SI Cilles Jeudi ;
wnte m ia 1 io:j au-dessous
me de Mii|,. Hpt ci ni soi.
Turdr ((Huante centimes
terpes de l'enrli.'re
*qpte de \|..|imYiii' Milhade
i Docteur i ii Mdecine, pro
^demeurani t domicili k
yai | pour avocats, M-s
Mirliel el (,i\\ Jean, avec
donii.ile an cabinet des
I*. lue du Centre :
* i'ur l'ierre Tlilnrme,
A, demeurant et domicili
|l Prince.
plus imnies renseignements
""lux avo.als poi-.i suivants
w* viluieriav, notaire,
' du nliie- des*charges.
ipnnce,!e i j \v, inbre 192J
W. MICHEL, avocat
Grvy JEAN.av.
^
oontre
la
toSTlPATION
Prenez les
Crimes
JLORTi Phfcrmacien>
" Sa,n,.Aeoiii.
li?AE MEILLEUR
gS PURGATIFS
i/ $1 :
I l. W tij' i
(Iode et Tanh
4 /tf M Tonique e: C\ v .".
Anmie FaiblGL >. gfa '. -Il
Croissance dos Enfanti
Glandes -Screfula
Formation dos Jennc3 Tilles
Maladies do Poitrine
D'un root *rable, remplace aoantpgeusement l
l'HUILE i FOIE : : MORUS
r -ovin a, ni.s & r. 'VAXTS sr .
i rr>rr* ? v. ^RtK.> i^r
Whisky whhkj whisky
Bewar's Vieux Scotch Withey
Peter DawOn' Vieux Scotch Whiskey
Ce sorti 1rs deux WH1SK1E8 tes plus connus par la
,,,v's '''"l'imrr,i,,'s a amateurs sont aviss quelam
s A mrieains*
. maison JUHN
uiu\ .\li ,v SONSLTDde PERTH SCOTLAND de la la,, ose
'"""i"f L\\ Airs SCOTCH WHISKY o,uh rniUmium de tout
IISKY de la maison HAIG fcllAlG.
est dj inen connu puni- son got
PETER DAWSON WHISKY
exquns.
trcvSS* ,,s- eomman^ei directement sur les maisons mres en
li USSL (.SCOTLND) pour les Importateurs srieux.
\1\\ Rue du Magasin de fEtat, prs Pablo, le Coiffeur*
ll|ilioik'No 'f'-
FuUon Shoe Polish
ConipaDy Inc.
New- York
5i vous voulez broiger la peau de vos fbauuu
Sr nu voulez avoir un brillant lutnant et durable
Si vous voulez la couleur el la soupkue de cet
ibOMUUrm pendant lolewi. mstofst tu mat^kt
M\OGRAM.
rabnque spteifilwnipour m dames et Us gentlemen du bijb lin
Elle protge la peau des chaussures contre l humidit et la chaleur.
bile l'entretient leur sout'esse et conserve leur brillant.
Demandez la marque MONOGRA.M c'est la meilleur de toutes les marqua
Geo. JE i NSKMh Atfeui pour Hati
i*tJ-PRINOB
" p' rmcie ALBFKTIMI
JuD-Ju,Un viARO
-J'onne. Phrm.oi
Royal Caf
fcn lace de la Banque Nationale
Propritair : Annnoius INNOCENT
Ce nouvel tablissement se recommande par un service
irrprochable, des consommations de premier thoii, sa
situation privilgie.
Le so ir, musique attrayante dirige par des protes-
aonnels de Installation parfaite. Prix modrs.
Tlphone N 395
%

ehn & Fink, Inc
Fonde en 18"6:
Supriorit Has prix Proraphtiiie
JUTTom produits chimiques, pharmaceutiques et autres
ui Lieii's veudat)le3 dans une pharmaeie.
pices, l'oivre, Cannelle,GiroilejAiiis^toil, Muscad*
etc. etc.
8UCHE RAFNB.
iSpcialit : uarque prive Lysol dsinfectant, Parfu-
merie, Articles pour hahiers, ll.iy Ram, Chocolat en pou
traits pour faire essences et eau le toilette, Cau de Qui-
nine, l'outlre contre les inseetes, Sjiuti>n pur conser-
ver les fs frais, Lait de Magnsie, Poudre suprietiro
pour la toilette des enfants, essence de fleurs, Kau d
Monda, Miel pour la table, .Moutarde, Huile d Olive
pour la table, Itro^ses dents, Pepperininl, huile pour
chasser les moustiques et autres insectes,lieyulo': huile
contre constipations et doubles des intestins chroniques
Tu, Cire pour le parquets,!'.omestibles, l-.lix.rs.Lpice,
Sirops divers, Teintures divr*M, Mus, ete, ele, etc.
Demandez le catalogues des^spcialites
t.onfiant vos eomuiaudes LliiiN & FCNK, lue; vous
serez absolument satisfaits.
Toutes les bonnes pharmacies du pays s'approVisiOO-
Uentchez LEHN &li.\Kinc.
Lon li. Ihband
Agent exclusif pour liait!
wilson C
r.iuc\(>o. IU.S
Bacon,
M a n l t j u c, l i u. j 1 e il e c o on
Huile de mas, mess et
Clear Pork, Buf Sa-
l, Jambons; J&
Quenes museaux,Lvres
pieds, Oreilles de pork.
Saucisses en huil%
Corned Beef.Hoast beef
Potted uieats,elc.etcetc.
Prire da voir le Prix Cou
rant^
L6ou K. Ihftb-mi
Agent exclusif pour HaiU
.SCS*1
' -<
MDICATION AfiSENlG-PHCS.-K 3ftj '.J-
te plus PUISSANT OCKSTt'TtJJUlTGiaral
FoniiK6 : Ellxlr Granul Comprime
mulslon Concentre Ampoules.
Tous les cas o l'organisme dlJtUt r: carns
puissante.
st s ^.-.-.^ATous tes cas o l'organisme d
TsTa 1 iTXQ INDICATIONS.^, maicctton rparatrice
*" ^**^ t*fcqrmtolr d* l'inSTOGlCOL, VULENtUYC-HJ
Laboratoire d* l*HX8TOOM0L. VlLLENEUYf-4CMIEKNE IMim).
En Vente la Pharmacie Centrale
F. O. PIERGE tiompauy
12 WEST ) IHV Y
NtiW'YOllK
VQXti* S 1817.
SUPRIORIT BAS PRIX
Fabrique de :
Peintures, Vernis Ocres
de toutes sortes.Mastic.
i ou il, Thbaud
y 1 t ^.u- Util!
VERMOUTH CISZAHO chez a. de matais
V
1


L MATIN

-<^
Rhumatismes
' vragies
Goutte
Cravee
Arti o
Sclrose
o: : t
i


5
maison H SI! VER
lave le sang

.

- i
. l.IndMaiion prwr '*
tra!t*'i?-r>i Cr I .''"'
hvjri loul I
'.r U*vflopt,r.
orlao ttani l
.i. Ml d< ri
: >m, lunei ''
QUtntmei ; contn
I,i lai
ru! , cm l
.


>< '
DU
>
I l
Vaillant & llouet Ayents yniaux 1720 Hue du Magasin de l'Etat

Quand roiu faite* votrp ch ren. lit v c e je voma renommait*
tfe 'es arficl'** ?t'van ' u*e /*'
En barriqu s de 60 Gallons, Rouge & blanc demi doux
Eu demi-barriquesde30 gallons *
Lu demi*harrii|ues de 30 gallons Blanc suprieur Graves
En demi barriques drogations Kouge suprieur f B^au Chatel
Vin roufl i en caisses : Medoc , Tivoli , Beau Cliutel .
# Cardinal . .
Vin blanc en caisses: i Grav?s FVlit-Caillon, Grand-Seigneur
Ctiampag io Charles II eidsiok, Reims, en demie et grande
bouteilles. Brul, demi-sec, Goul Am ricain.
Bire Allemande ' PeohOrr blonde & brune,
' en caiss de 8 douzaines.
Bire Danoise Yicking, en caisses do 4 douzaines.
Whisky : Vtran, Black : Wliite. Allemande Jolmnie Walker
red cV blanck label.
Liqueurs : NuyensfcCo, M irie Brizard, Aniselte, Cacao, Crme de
m ni lie, Abricot Brandy, Dubonnet, B ndicline, Gor
don Gin.
Matai ja Madre, en liai ils et en caisse extra fins ;
Bttter Angostura ( pour Cocktails ) en caisses de 2'i/^ bouteilles
rt en petits flacons i our l'a mil l< s le 1*4/4
Vermouth Martini & Rossi en caisses de 12 bouteilles.
Porter Anglais Tannent \\\, en caisses de odouzain s.
h au de Vichy, Hpital & Celestin.
Voua les inmv.iv/. en mon stock des prix raisonnables. D'autre
part i'acci pie avec plaisir les commandes qui me sont confies pour
expdition directe en t' mus avantageux.
L PREUZMNMGuERHLM
lime OU (Jtt ,t.
Alltz droit chez
S*a i! siixila
lit es Itaversir &du Mci.asin del'Jat
O se trouve bon mar
ch et de meilleure qua-
lit, tout ce qu'il faut pour
vous voire lumille eu Uli
mot.
Baa pour femmes & fillei ss, < hausset
tes pOUI hommes, Cadets et Infants,
Chemises, Chemiset es, Chapeaux de
ille fine d'Italie, l hapeaux de laine.
Tissus pongo la mode, Crpons pour
imox.o- et d atttrvs tissus nouveau v, Gr<-pe otM Ji.uc&it
Crpe Satin Sweaters et Chandails pour damas, Par
fumerie HnhiMant. Coty, d'Orsay ete.
( h.-ses,nodines,.eux de salon en vienno s et en Os e-
Carpelue, Descentes de lit, Cou*feuses,:\rrnones,\loustir
niaires lirans de lils etc
q Faites votre rgle de toujours nous visiter quand vous
faite* dC> achats, jl ) a .du nouveau
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
me grippe,
prenez quelques Comprims de
RH0D1NE
"USINES duRHNE
M gnayii # rtupo* t
?crama C eneraux pou Hati
BSANOFELE, mdica-
ment souverain contre le paludis
me ;
ESANOFEUNE,- pour les
enfant*.
ES VENTE, pros et dtail.
Paul Sals
AVOCAT
Recouvrements Commerciaux,
affaires l'Etranger.
('orrespondaats Washing
ton, New-York, Berlin,
Turin Londres laris.
lie HuBoHx2l7,Port-uuPrina*
Tlphone .VJ7
La Maison H SYLYERa toujours soucituss de doni
ileine satislaotioii ses aimables & nombreux cliea
leur oifre, <"ii provision de la fin d'anne, les arlid
suiviints de toute Iraiebeiir et de toute beaut rcj
ment reu par les derniers steamers, des prix nT
tionneilemeot rduits.
Nous ne croyons pas ncessaire de publier net
car il n'est un doute pour personne que non se
ment nos articles sont de choix mais que nos prix
les plus pas de la place.
Casimir gris anglais nouveauts
Palmbeach yris anglais
l'almheacli gris anglais earreaux
l'almbeach uni & barres,coul.
Alpa.ja noir sup.
Diagonale noir suprieur
Serge hleu marin & noir, anglais
Satin de chine pour tailleur
Lustrine barres pour tailleur
kaUl jaune anglais extra suprieur
Drill union blanc
Tussor Japonais pour l'.homlses hommes A robes
Percale Manche
Itideaux tulle pour portes '
Tulle pour voiles
Voile uni & barres
Gabardine unie & a barres
latine blanche & couleur
Ortjandi suisse brod
Brodes mailora peur robes, chemises & jupons
Petites ser\ietle3 damasse pour table
Soyeux uni blanc & couleur
Marquisette coton noire
Crpon jouis blanc & couleur
lirabaot amjla s
Kolieune mouches couleur
Bandes brodes anglaises
Toile voile pour glettes & pour cadre
Calicot l'eical de la mile
Piqu blanc barres pour jupes
Nanscuk noir anglais
Molletons blanc & coul.
Lotions Pivert assorties
Itas a jours
lias blanc demi-sole
Drille union anglais
Sat foulard angl. double larg.
Chapeaux feutre Horsalino etc, etc, ete.
Tuute personne dsirant se |>rocurer les
articles de la place et aux meilletires prix que j)L
ailleurs se doit de laire ses emplettes rlaMaison H"
Rappelez-vous surtout que la rputation de la I*
n'est plus laire pour ses articles d'importation
glaise.
Dr J, T. Thbaud
Clui urgienrDtni sfe
Des Kcults ilf Montral, de
New-York et de B ton
Angle des Rues Destouchas
du Magasin de l'Elit
CosulttioQS de / lues du malin
ti beures du soir
~**m*?&
*?
^^^s^^
K^ic
Cordonne*
Brnss4. Camille
Fabricant de chauuum
ru tous genres
Mali riaiu suprieur!
S tins promptitude Clrit
Grni liu p es la Poste X" 722
! mais m porte la connais-
fance du public que dans le
but d- i il r 11 d' neourager
ses nombreux client* elle ne
i l - paitir lu ! r Juillet
liJ'23 uni- p nii<: de une pair.'ite
enauss m s tu chni* tout dti u-
teur de vingt ticket,
En corn ui nec on c<\ prj
dr* rel !n. in n n pour cha |ue
ai bal .iii comptant.
A la Conscienri - telle es'Jla
devise de la liaison-
la maison
SI. Ballon Fils
Sis.' Tue Roux, 120, prs du dpt de rhum M
fort*au-! rince, se fait le plaisir de porter la corn
ance de. sa nombreuse clientle et du public en
Ta! (jue ses rayons constamment se renouvellent!
marchandises de premire qualit, choisies avec
et la porte de toutes les bourses.
Savoir: Bijoux, montres, orfvrerie, un grand flfl
nient de bibelots, sacs en argent pour dames, eoifl
premier titre, couteaux, ncessaires en anjenl l)0*j
mes, ncessaire;'! couture, glaces, tableaux, deseeli
lit, moustiquaires, dotlines, chaises, lavabos, sr
de toilette en porcelaine,qranda e< petits lits en fr<
vre, betceaux en fer et en bois, chaises roulettes/
enfants, lits de camp pendules, rveille matin, SSn
liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table,vases a
bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux lail|*' JJ
mas, cas(|ues, jambires, parapluies, formes h*
pour dames, chaussures pour dames, homme e
Pantoufles en feutres, palm-beach. (
MacUilies, coudra, faux-cols, cravates, es
bla iciies t couleurs, chemisettes, jarretiree, oei
bretelles, chapeaux de paille, chaussettes, niellas m
cames, valises anglaises, joujoux, pendulettes el
bijoux en nacre, fleur3 artificielles, plume 'on igJ
deaux pour baptmes, fianailles et iuariag*i' j^J
lectriques, jeux d'articles en osier pour salon- j
des et automobiles pour enfants Kameux clmpr ^^
lie i?orsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, P ^
pea \, i|hels flanelle marque Docteur, pijanaje ^^i
asimir franaisihaute nouveaulj.porte-trsor. J^
dames, carnets pour hommes en peau de Russie.
dormeuses, serviettes d'vooats, sto, eto.


LE MATIN
i il n f
.
Rhumatismes
vr algie s
Goutte
Cravele
Artrlo
Sclrose
Obsit


t 2
8
maison H SI! VER!
lave I- sang
tzr
. i
. l.IndManon prinf s '
tr!l"i"-r'i f l -,':
hvjri loul 3
if O*floppr.
tf I* p*ri'x!'>
Itntion, Ml i
.. loltet '
Quti mei
'... d ; i -
l i in! >
, '.- : r -
'.-
,' j < t I

tt v


:
Vaillant & llouet Agents jni aux 17*20 Hue du Magasin de l'Etat
mm
i n m* .....
Quand roun {a '* votrp eh x pouf
r,. '.r ,-.,.. -. re fe t/oim retommiWm
d*3 le* articl %u'vnn' d- tou'e /ri
:; iw De'or $ Co Hn*de ux
En barriqn s de 60 G illoi s, Rouge & blanc demi doux
Eu demi-birriqiiesde 30 gallons i *
bn demi*harri En demi barriques de ' i liions Kouge suprieur cB^au-ChaleU
Vin rouge en caisses Me loc , Tivoli , Beau Cliatel ,
Cardinal . ,
Vin blanc en caisses: < Grav s P lit-Caillou, Grand-Soigneur
Cuampag >c Chartes H eidsiok, Reims, en demie il -..rande
bouteilles. Brut, demi-sec, Goul Am ricain.
Bire Allemande Pachorr blonde & brune,
1 eu caiss de 8 douzaines.
Hire Danoise Yicking, en caisses do 4 douzaines
Whisky: Vtran, Black & White. Allemande, Johnnie Walker
ped & blanck label.
Liqueurs : NuyensCo, M irie Brizard, Anizette, Cacao, Crme de
m nthe, A-bricol Brandy, Dubonnet, B ndicline, Gor
don Gin,
Mslaga Madre, en bai ils et en caisses extra ans ;
BUter Angostura ( pour Coi kl dis ) en caisses 'I- 24/2 bouteilles
d en petits flacons pour familles de ib/4
Vermouth Martini & Rossl en caisses de 12 bouteilles.
Porter Anglais Tannents \\\, en caisses de bdouzain;*.
h nu de Viohy, Hpital & Celeslin.
Vous les trouverez en mon stock dis prix raisonnables. D'autre
part j'acci pte av< c plaisir les commandes qui me sont conei pour
expdition directe en tenues avantageux.
LPREETZMNMGuEnHQLM
Une OU Qtlul.
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
rue grippe,
prenez quelques Comprims de
RHODINE
"USINES du RHNE"
M gna\itt Oupo* t
Acren's C eneraux pou Haill
a. de Ifft
ESVNOFELC, mdica-
ment souverain contre le paludis
me;
ESANOFEUNE,- pour les
enfant*.
EN VENTE, gros et dtail.
La Maison H SYLYERa toujours soucituse de dont
deine satisfaction ses aimables & nombreux ctiei
eut* offre, en prvision de la fin d'anne, les artiel
suivants de luute IVaielieur et de toute beaut rea
ment reus par les derniers steamers, des prix ex]
tionneilement rduits.
Rous ne croyons pas ncessaire de publier nss pr
car il n'est un doute pour personne que non sen
ment nos articles sont de choix mais que nos prix
les plus pas de la place.
Casimir gris anglais nouveauts
Palmbeach {{ris anglais
Palmlteach gris anglais earreaux
Palmbeach uni & barres,coul.
Alpa Diagonale uoir suprieur
Serge bleu marin & noir, anglais
Satin de chine pour tailleur
Lustrine barres pour tailleur
Kaki jaune anglais extra suprieur
Drill union blanc
Tussor Japonais pour Chemises hommes A robes,
Percale blanche
Rideaux tulle pour portes '
Tulle pour voiles
Voile uni & barres
Gabardine unie & barres
foatine blanche & couleur
Organdi suisse brod
lrodes mailora peur robes, chemises & jupon*
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blanc & couleur
Marquisette coton nuire
Crpon jours blanc & couleur
Itrabaot anijla s
Italienne mouches couleur
liaiides-brodes anglaises
Toile voile pour glettes & pour cadre
Calicot Perai de faillite
Piqu blanc barres pour jupes
Nansouk noir anglais
Molletons blanc & coul.
Lotions Pivert assorties
lias jours
lias blanc demi-sole
Drille union anglais
Sat foulard angl. double larg.
Chapeaux feutre Horsalino etc, etc, et.
Toute persooac dsirant se procurer les
articles de la place et aux meilleures prix que fi
ailleurs se doit de laire ses emplettes laMaison l.tiht|
Rappelez-vous surtout que la rputation de la II*
n est plus laire pour ses articles d'importation
glaise*
^r^^SHW-JU. !
r4*!****

Voulez-vons conomiser par vos aihats
MU z droit cliez
Paul uxila
Rutlruverir jrda Miu.asin deVK'at
O se treuve bon mar
Cb et de meilU'ure qua-
lite.loutce q.'ii faut pour
vous voire Isnxllle eu uu
mot.
lins peur femmes & Milei *!S, ( hausst
tes pOUI hommes. Cadets et Infaiits,
Chemises, Chsmiset es, chapeaux de
; lllc fine d'Italie, l hapeaiix de laine.
Tissus pongo la mode. Crpons punr
bnono- et dauu US.VJ6 nouveau( Crpe um.L.u^k
Crpe Satin Sweaters et Chandails pour damas Par
fumerie Houbiaant, Coty, d'Orsay etc.
Chaises,nodins.,ieux de salon en vienno s et en Os e-
Carpettt s, Descentes de lit, Coileuses,Armones,>foustir
niaires Uraps de lits etc
q Kafes votre rgle de toujours nous Visiter quand voua
fados des achats, il } adu nouveau
Paul Sals
AVOCAT
Recouvrements Commerciaux,
"liai:es 1 Etranger.
Correspondants Washing
ton, New-York, Berlin,
Turin Lendrse Paris.
77e liueBoux2l7,Potiaau-l'nnct.
Tlphone .5V7

WM^
la maison
Dr J, P. Thbaud
Cli'i t(i.jicii-l)cii( ste
Dos l'Viillos de Montral, de
New-York et de Boston
Angle des Unes Destouches
du Magasin de l'Ku
C'isulttions de / lires du matin
0* b- ur.*s du soir
Cor don w
Krnes*. Camille
Fabricant de chaiwturn
en huis genret
Malriaio suprieur!
S uns uromplilude Clrit
Grai lin p * la Poste X" lu
I, mais m porte la connais-
fance du public que dans 11
I.nt d i :'. r el d' neourager
m B i ombreux client? ell \ se
i A partir ju b r Juillet
Ltf23 une p mu de une ptre ds
ebauss insau choix ;i tout dten-
teur le vingt tickets,
lui coni |Ui n-. on est pri
de r in reu pour cha |ue
ai ha ;!ii comptant
A la Consi leoci - telle e*tj la
devise de la msJSOft.
II. Ballooi Fils
Sise tue Roux, 120, prs du dpt de rhum fillejj
Fort-au-'rince, se l'ait le plaisir dporter a la conB
ance de. sa nombreuse clientle et du public en g<
r.i! que ses rayons constamment se renouvellent]
marchandises de premire qualit, ehoisiei avsc
cl la porte de toutes 'es bourses.
Savoir : Rijoux, montres, orfvrerie, un grand ai
nient de bibelots, sacs en argent pour dames, eoui
premier titre, couteaux, ncessaires en anjeiit poJ|
mes, ncessaire couture, glaces, tableaux, deseeii
lit, moustiquaires, doilines, chaises, lavabos, *er
de toilette en porcelaine,grands e petits lits en fer"
vre, heiceauxen fer et en bois, chaises roulettes]
enfants, lits de camp pendules, rveille matin, srv
liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table, vases a
bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux la*n*'
mas, cas(|ues, jambires, parapluies, formes baL|
pour dames, chaussures pour dames, hommes e j
Pantoufles en feutres, palm-beach. t
Machines, coudre, faux-cols, cravates, es
bla clies t couleurs, chemisettes, jarretires, ce i
broteiles, chapeaux de paille, chaussettes, maile9 jft
cames, valise> anglaises, joujoux, pendulette el
bijoux en nacre, fleur3 artificielles, plume foow
deaux pour baptmes, fianailles et mariage,_
lectriques, jeux d aiticles en osier pour salon-
des et automobiles pour enfants Cameux ^'^^fte-l
i.e Horsalino. assiettes, carpettes gyptiennes, P?,afl
pea x, (|bets flanelle marque llocteur, PiianlJ9-aCp(
asiinir franais (haute nouveaut),porte-trsor. ^^
dames, carnets pour hommes en peau de Russie*
dormeuses, serviette d'avocats, eto, eto.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM