<%BANNER%>







PAGE 1

LK MBI 'JS M MAIN styB9 fijjoisra UNE BOITE DE km II 1 VRITABLE TALISMAN J?0VJ PlfR ar.x oiistfquam.r..' diM' ntcoldlnnnaBt Prf;,.TiV£rt, TONIFIER vos i M ei vas rouni^js r\.^ci!tyEj: b dt M d'un i. ;nlte OU p ...\. 'i ,!r mile, inni II• ',., %  •; %  %  laal i>n>I '|iir> i .. ir. d • • VAui M "trez US V.1JTACLES Pu V ALPA E8 te %  ,-.%  • Miles \ ,Lj)A aoal en ven. 1 '"m 1 sis 1. ••!.'! ,|,. ,j|l ,,|j ( l'Il.MII .,, hUo 11,1111.; ,1 |',,|| ail |l f jj ce, Pli innacia Brutu* .1re,me, et toute* pharmacie. (loi emme. •ivetene .' — Oui, 500 dollar*. Kyn roua eu dposer 900* |HIchez Lopei Rivera ? — dollars da 1 laf~-l'll ltl ,1 |i.' nos .' .ne, lit | 1 |i V I ;i 1 aie de Vous .1 ni I 11 'i'M r •!•• r* %  t• 11 s iiri• 11. I ne coiifrooUlion a liou entre Da Vnl Vilain al Cuebas< Le C uiniiB re h l avi I Vilain : N'avez vou pas eu A dira 11 RU vim qui* Cuebas aVail pria I0J0 Jol tara .' Vilain : -le 'l'.ii 1 1:11 11Il 1 %  1 Le Commissaire KiU Aim • Lo - le voire 1 inli H iii.tii ni aven Cuftti.ni. qu'ave/ VOUS dit de >a .vel 11.al .' .0 Ua\i I \iliaii T Fils Airn : J'ai lit que l'av.J Ni lain est un menteur j;r>>sier et S m velcrre un menteur rus, pveaq ,e naraejllaU. Le (.Dininim ira Cuebas : Con laissez vous Kxum Brulus.' Cm l'uj : l .1 oie luvii une %  la allai lui U camp igoe > 1 '.. : m •. C'.->i l.i eul 1 1 us que j.> l ai vu. M,' Qarri Le jour d 1 si ci n'est ; tint lui deiiMitdcr < ri -MUren a lll' 1 t -U M, | li Hic I. I ,11 qu 1 i : t *• t | 1 avoir l'rua r U> 1 llos 1 d' M im i< %  !' • _; al. Il lin : > le 1 ail lire, teilequvIU l'lail pa•-• %  '•. Avant .le porter plin te, il lui .leni. min riir'>n''li's i-o'i-i'iU sur li lutin >le procder I, Bal vrai nii'iii Atona de voir nue son nom .1 pu fttre ciW dans cfiie aflaire, quao4 a Mural Bern idolie, il 1 lh-< Mn'avo r juin amiI.'pirdt cli z lui et igno re compliemi ni ce qui a pu se passer Mir ^;, proprit.. Il s iiiieims ai limes a sa parti ont • --.iN''le le CompiO netiii'. maU il n'y a .,110.1111.' nieive de ce qu'il* ont avanc contre lui. Audienr du / N\ lembr+r F. E. Prwpcr Le juge : \ u 1 • / i.. u. I et %  de liaora. — Cuunaisso/ VOtti Wr SU Oui. — Racontez non* celle affaire 6% loaillaa detraWa ? — Je n'en sais rien. — 8avez-voui pourquoi otre n>m a t mle cette alluire de Deruadotte ? Oui par l'ordonnance. — Connaisse/vous Muiat Bernadotte > — Oui. — Ne vous rappelez vous yn§ Oiramen1 quelqu'un auprsde lui — .lain;.i>. ~ Vous rappelez vous la dfcfc du billet que vous %  crit Berna lotte ? — NOM. — 10 s t -il votre ami ? — Non. — Comment D'tant p „ rofrw mm, v..u>avez ,.u lu. afir pour lui demander da largaul ? — Il n'avait pat baaoaod'tra mon am pouique je m'adresse a l u ; puU r ue 1 argent. r — v.onnuisse/-vous Davis "' — Oui. ^.-nu.lles sont vos rdalions avec ~ K l(, s ne sont pas bien grandes, je I ai connu quand j'ai eu A entrel"" 1 1 -d eadamambaaaii ..-.-s de lui Poura 0'ruuemploidoala.Tiakond commerce qu'il n.rr,,,,,,, 6tobl i r |d< avw vous pas eu a l'accom! : •' I AN ...aie moin ;i dclar nu 3 c'est P ir \Ol" • i' n e intermdiaire que ISernap' at entr en 1 apports avec is. Qu'aVfZ vous h dire ? — J'ai Lui reaaonir quel iro,fii de tmoin il tait. Colon pann l'Ar cal .e. — Avez-vi. afu Dvie l'A Babainf — Non. — Chaque, anatin, ne receviev vous pa1 doll u' de I ii. — J'aurnis te li mreux. 1 c'Vti' vrai. . I Navy new Un Jour viendra ro noie 'i ici Uni i r ni ite-i. 10 Novembre NEW LONOOV : Lexpt ilion mua la* auapica* dn Muse d'il isioire Nili nale de Clevelai a laiss auiourd'bm. PARIS : L'vasion la l'ancien Kronpnnz allemand le la M dlan-le est consi lr ; e d i is le, cercles afflciels frauoaU corn ne un • cb >sa im parlante et capable dmbre'iillar m nuire, le* ralliions -i i Aile ni gne. et les Allie. U i eroil qu'une s m 'lion d- \ ii ii c npch • M pren i a les ir iporli m lL)l:Les auoil'h illan I lises oit ,v i eonpli n",i innes pir U fuie souhine le la Hollande de l'ancien Krompri rz allemand qui traversa la frvoilera, e;i auton>blia. en route pour si propri' en HtUta Sil^ie. BERLIN : L'ancien Kromprini Frdric ayant reu la perroissioa (• • gonvernemnnt centrai d'al'er son lia'eiii .I Vis a laiss sa n 1 m ilin. PARIS : D'aprf in formai ion re •eue dna les car > t d i la fuite dn I ancien Kro*n ni Vf. il 1 ni I i peu pr.'s unehmre p • avoir llivr la demri le oli i -Il • a la II itlan 1 1 d'e n pA,-ii>r la retour .11 Kromprini en Allemagna. I.e public de choix qui i assist A la f 1 n reile,' 'iniaa" qui s'e-^t lo i i • i Cin Varits, dimincbi soir • esi sorti enchant de celte repr M a i "' et dj, il de mn le que | ,a j MI ; 1 1 p e n i • var.l'ji", ai cours mme de la semaine. Il ;st ju*trj f ta il l'a red • nm 1 ? en n't. <• n-, mxjuirs .ctuals, il est li >a ;| n is riions, jii oiriio iIVi -h ment, art ne noa pa ils tr.iv.MS p'ir.o q ie. comme lana • .. e \ i ;. ma soient montrs, ave • li i i u i i ur ,:t a irlo.il Jsans m-cli naal". al aami la volont tyran n que de nuire. Le s.ijel de la pifae, c'est rien ; ce qui u ft tjJle U vileur. c-et l s avits iSaaprtt | i 'a ptrsttnnt, les ; rails cingl uii dont alla est tout la 11 i s nv ir< et cei 1 1 bo ma d> a I i.)-e-vjli >a et h vrili <|-i s'y trouve. Oomma n a le dbiona aam di.Mr An Ir Chevallier aies quiita pri ruonliales de lli nnne de lli tre ; il couiiil son mtier, il s t il lirer jiartie du l'ait e plue liant!, et le DkOin dre de ses mois, la moin Ire i" -v sec ii cilcr tonte la pice ; autej le m eut tar nt d %  li r jouer pvj %  q ie pui s mi la revoir eau i "• • P i r noich • lance, soil par oubli n'ou pas t l'apj laudir dimanche .-oir. U i b i uio iv n ni "\ qi'a li n in cb •, au plus l ri. •• v| uii-e toit reini < %  ur i'..i'.iii; le aurca an s r i c ilta is i i il ml plu > are i I <| i • > i : : n | H il I ni • |fj joui ii premire merveilleusement auront la temps de crauaar divin thi- leurs rles. i apralic tliljs Un .l.-i I Iliik. Champion srne.t Je crois savoir que N ck le c am jM.il hyriao eal relturn en I Loti. Comme l'anua passe j un trouvais plutt dans une piuvrn condition ph;siqu,-, ja -un pr-nnl' qu'en en m MiieiU |e puis le .Il e -il e in>• ut i etijtii or un n .n.-h v. c m >i, je HUIS pi. a quib \ li ur. 1 V n'imp >:*te A-. DWUI.S nbres i.-. el L: Eoitan te *'^ ,,i •' p .-I s 'li i Uu c i .i au >i-o lias i Hati i ... I ,le V n'S ds i .|. 'eiiiie, dsl HUI UbtfiJlftSa ..iiv-u.-e-,,* C Misa i... Bkiii Ora, ivlockwel, Lon dres, Angbeterre. 5 )S l'OJU L'i corrreap > i li il noua i, r nia l'til p i iv 11. il; l > la r. .te antre A j lia et le pou di • \ ie, La circui iti ni pw auto est i.il.•. rompue et >lpi*: •;xasavxsBammBaaKr'' r %  •* ,.,111 r Houet A pats iiiiiix 1720 Hue du M ag t tir." et 1 1 ti.t Protetfl Cin Galatf d'un Membre de la Commission de oontrole en laveur du ominaire J'av ii* lieu de croire rai li\c'iescru puleusjme ilae > oplie, en juillet .1er nier, .om.ne membre de la Commis si ni ds contrle des ex im MIS du pre mier cycle, ni l'lit Sminaire Cillge Si \\ urtint. J'avais m s praj de tr ds beurea p ire lurir U m ijeural pi if des disserl l iions francilaea, des copies e veision hline et de mathmatiques. Kl pour meconvain cre de la nnc il de ces preuves, j'afiii piss dix b lit heures , intar> rojer. J'avoue mtre substitu au professeur, l'or il, ei po ir l'examen el po ir li c te .Vies c > lgu ;s avaient pr ic.l , nacuii Je s n cil '•, au con tr le pr %  rit, sans inci lent d'au cune sole. Or, donaisnr le Sous-lospeaieur Cass is, n a pis t aalisfaitJailu, il y a deux jours ii peine, un coinm ntaire 1res cu'ieux de ces examens, li page til .lu Bulletin ofliciel lu lpartement. Las Hembrea de la Co n n i. i le co .tt e aunie t laiss A LVlooeieur le 8oua-Im pnetaur, l'raidenl du Jury, le soin de • %  su, veiller la salle d'examens''. Il me sembla que le sous inspecteur aviil loi mne choisi ce rolo et don n cong, peu lanl la ideua iremiers jours r. prouve crite, tux uie.ilbres de la Com ns-ion. M inaiaur la Sous Inspealeur affirme que •• de l' i wis unanim • %  des mem bras la li ilom uisiou" l lu Je de> malbmitiqaess des sciences naturelles, de I instruction civique et mo raie, e-l ngl ge. Je ne connais point le tels avis, mis ni par moi, ni par aucun de mes collgues. Je garde le meilleur souvenir des heures passes au l'lit Sminaire, en U compignie instructive .les miilresct des Alla s; j'aimbien ces fronts d' loi se mis Acl Iras plu i d une fois d'un raj m ds p .re minire, | aime bien ces relujieui, d ni lois mission n mes. q M les loul mitrir,ces jeunes f o •{-, s'Uver, s' uiiobhr connu n MIS n. ivons [ire.-que plu^ L ture UOUoieai •-. Alexandre B. 80RAY Conseil d'El.-il aujourd'hui le %  onseil d'Etal aal i uni >t %  COne liai i ainsi s m U i rc.ni p .m la Session ealraordioairs : Graadoit, Praideal; Charles Ron zier et James Thomas, Ur et -c Se crtaires. La direction donne au puHafj beau programme d'hier qui o'i fttre oilert cause du mauvaiatai -Ace soir donc!.. L'aatinWa; que de Cinquante centimes. n?loralj Le numro du 20 octobre da est tres.-aul ungaziue liel>.lomidiira lustr con lient un article de Louis Morpeau, intitul HaiU I soleille . . La publication de cet article accompagne des photos de Mr mv. notre ministre Paris, de via Morpeau, Louis Morpeao, Ho loi die Claude, de dillreutes v du pays. m ClD-Jl! Cn soir ^ Giifliiiiicr u F Ora,ne en 3 prt' Deux bons petits dixb Comique on 2 partien tiiuo cauraJ'Ji Comique 1 Journal .-laslcrBob-r Entre 0&\ Dcs Nous avons reu le fa,r# P pl la mort, Ohardonnires, as ois l'aileyrini Marsan, ancien t Mu Cirps.L)gUtif, tm Uctobrj. 1* AV0G4T a* RicouTreainls CoBJerfl Ajjaircs r£tr§er. Correspondants Wg ton, \e%V-iOrH,i r ^ Turin i,ondres. ^ Tlphon* W PUtanv



PAGE 1

Il— 1 &f&f I. **-"iT'IUTlN baauf de la femm POUDRE SIMON SAVON SIMON et l'inimiteble b.— —Ml ICPIME SIMON %  '-fcM. %  aw 'v E ^J|k/S^ 0 'Uwtci w ^ 60 ANS O SUCCS LUBI^ rfneri Superflues | (Maison Fonde en 17118 ) 55 Rue Si inn-Paris Jn vente daiisMosiles les bonnes maisons prsentant pour les Antilles: R. G A DEL Port-au-Prince W 51 i m$s Allez droit chez %  Paul iuxila nlraveritr* Srdu Maga&tn de VKtat O se trouve ton m or eh et de meilleure qualit,tout eo \\..''\i faut pour vous votre famille eo un mot. lias pour femmes & fillet es, Chaussettes pour hommes. Cadets et Knfants, Chemises, Chemiset es, Chapeaux le paille fine d'Italie, Chapeaux de laine. Tissus ponge la mode. Crpons pour Jp* et d'autres (issus nouveaux, Crpe deChiue&k *SatJn, Sweaters et Chandails pour lames, Par ** rie Houhiijant. < oly, d'Orsay etc. £****>. hodinea. Jeux de salon en viennois e en Osie^nti, liebron-ea ue Ut, Copieuses, iruxoj ^....u.,ir ea "ia,id de lits eic. J 1 ?* votre rgle de toujours nous visiter quand vous ** achats, il y a du nouveau. 1 %  %  -eu / /" IV3 a TVB £buc-\:?eiser ^ -s §S '• %  ici I Sk.-^ \ i fm WM'', .". es^ s l'i re, li illanl And • pni kling Bi 1 K LABEL sl'KCI iL is the fin Ile ou a Br weJ unrter .li i r on fa irid f mou i i '• V >T Tr\ il Ltl ila> lii^li i|u ;i j 11 \ i.i' e J 11. Soie Distribuer for Hati lintin Williams ni 7i4 B St Rue du Mayasin de VElat Port-au-Prince Aeer Pahio ths Barber H c3t> culiqcn [j Glocu Le ban d E '..Vitultata iMn; • n • -—t Mit* m^rae pj r**r*< **••.• 1 M Pu 1A DEPENSIER 1 %  :,. l'ai, phftratsteVV.BUCH -Portnu-frinca p • i 0 1 ESANOFELE, — mdicameut souverain cou ira le palu iib" me. ISA.NOH: l.YE,p om enfanta KN VENTI 1 ; WMTi RITE (t MALAE CS 6/ ^O-INTCSTINALIS IDlarrh* vet .c i. -, ,t.i m IOU! Imenihruncu*.', tu' uU %  Coi I/.CCK' FIA-Vl I -I. :! % %  M MF) -..A i...i'.l:. ;-l. lr. I GUMISOK Cl %  MN |' |L PLUS POISSANT ANTlSEl'TiQLE %  •ni Mertnre ni Cnlvn n/lllia'll ir#m J'nnliMNi >i.:,,Unals. tlido, --^^G^jp/JDr J, • Tlilauil Chh H 1 Tient n* Ors lYiih %  i ,1 1 il. .le VwY : et J B isl 1 1 Angle Je \\ \ < I > i >u h M du \l->; I i' 1 1 Cngulttiona : 1 matin 0 'i 11 M olombian Sieamship Goai|>aiiy iic^ Vifm Arigl pi? la Co!a ibha StotuMp Company 'ne* peur dompte do United States ShfppiflO Poard, / e il Ui vin ni d po.t .SuA f*t ( h M /^ ri ; ; Novem bre e iil* llrepi | 0 /oui* pntir hlew***ri v fVord pr ena #i 1 / • i V ^ t gitane. tf Le s ; 10 cr Bogo'fl ; y. t Lifet N w Yv>k lb 9 Novembre ouraiit • ;tr Put ^Hk esi M i du e 15. il rt|a ii;e4ia |oof pour /1 ngtloD Ja ei le putti tio u uoliMftli prenant fiel et passager. (ieoara c Co.^rente Luna-Park GH*M> -IU1K Ouv (i ** Slio[>, iod Lunch Room.Open l-Vnm B A. M. l'iuil 9 P. M. Kveryday Jeudi. Sameiii, Diinanclie VERMOUTH CIIZMO c hez ;. de MATM1S



PAGE 1

Ll 1 l Rabais Rel.. Rabais Rel;.. CHEZ \ amas Rue du Magasin de l'Etat N 1731 Comme le FvhHe a d dj fe constater aucune Maison de l r 8* qu'offre BARCOS TLilSAS —4ti/ot**i'lit4l encore pour perm i MaUct net m; 1rs y nx (i pvbtic la liste es marchandUe \m Place n'a encore donn les avant*^ ,„. tre fou d'en tre convatitcus, ft. Baiser, nef ct ira v ttf' ^* JiifcWc ta Wai* "e n; =" r/iwdwe.s avec les prix anciens et nouveatukl Celte conpu-oion permettra de reconnatre la bonne foi qu'elle prconise malgr la hausse sensu *te yut existe actuellement New York sur tous ! tissus* On gagne beaucoup visiter Marc as 1ALAMAS Pria jlncitn et nouveaux Prix autiaiia et uoiv;v\' %  v trpi Georgette eup. AuLe 1o Irleoiiue Gc tuie 11 Jtioty ]U Tuer-or Je IO.'C couleur va.'iea ^ Oigttia bioae lo i.'uur db toie ptur (henaifea 8 Tuuor de kOM p i O tme A LOCD 15 Vu 1.1 illuUe feLUtb Ulm ioLLO blOlit) Voie haine Utiais Haute liai a tours JKUu Irai cm tu Llot | je t luito oe itio Ocwud. ousse VUM a t>ane de poie Uepu-j u e hu.e a fisurj Uepo llstoqoln %  .vlitDii* de joie titpeu ce eoie aol Vol m & unes 5 0 18 iicelono */"'• a^i.uui top. /;•• litriti de.oie &f •le .UIIJP ig W*" Cuui.UI C.fB P* tt, "i unesaup. %  i %  i loua ponijupp* **.!* bcoftsuiM pour jii^ta ^•epe btice a cantaux aiiLib une Voila u Lanca Joi.ta a n,Kti J*4*io cuHiur •" %  •eifipm.e | i0 ir et Une Ip, UMLkQiuf ui,u KcOSItllt or loir u bJhrc {? %  ** 'vfb.t a larreeoi &f o i.e Liane tuitte iup. bft^auiiic biarcLb sup. 12 8 tt tl.iO <• --o 5 & 5 5 14 3,50 4 4 4 3 3 J 3 35a ;i :< 3 3 3 3 Si JO SM>Q 2i.o 3 %  JAO ; gK*f"toi--3 i.urtraodelB.g. 3' Jtt'ie Une de toie pr iLfniMi 4 voua natrcttii 2 j 'io,;b Hidn.ux ^oiie f nia *y*u k iiQ, joli dteins H O.00 fst.oo lu,tO 8.00 /,00 O.uo Y 00 c.oo 0 eu 1.00 L,to 0 00 4.00 4,^0 .,wU b,5u ;j.^u 8.* y> a 00 ;>"c 3 00 JXo i!.JO M bo 2 00 •^ o 2J i 5o i,0 -2bo a,5J i :o i:,co v, o i.iO v 00 •.,00 2,00 3 00 2uo 1 ~'o i'i 2 %  l urgcud ; e coi.leor W V01.. L.iLo t btirtt a Voi.e Dl te a |otn ^ V |l< I ... c A GtlIMOZ 2 Voua U.HOC a ut'.ti,.! vari.a Voile Uooibay Voue ui 1 couleur swp caiLtci. e Giepe iapoQtll ^ Voue db nz 'i Voie Kupuate co.letra vaiio.i -z Uia'jico a l.eura t k etrrMoi i.7j iDdieaoa tia^oiic 1,7^ ui.pju a La ie coaleor 2 Vu.ie tuuif". oui lOatM ouoocea 1.75 riautl e 5M0UM qttallti aup. 0' l'.LdB Mol a .OU 4 Creuui.e 2 huuc de baiu iftorUfl de 5ito 3o > iv.tie •),> lo.ieiie 1 5o Moib. 1 iJb a liauii l 2o Vo.ejo. i i4 fi /.'•[[lit a g blb 1 4Q Jou.tiiLtii ne I ij, ur o,7o Ket i f ii.11 • II... i uiuir ao-e franc sis^paire 12 ">o lias a I iiiiuH. a ljc.ctlo.ltt 7o 1 i-id a l.'.i.ini'o toie coultur 0 ou bat a f-limita ui.-r. douZjines.G. 2 00 baa i f miutc uti. douz le 00 L.j..i-..j..: couicui poui euf.i.ta de 4 a J4 La dj.a.iu Ul.>oo LbftOMttlta Luiia IU i pj.., est., is do H uii ChtOtltti a u.ai.vu a 'ijuui* i o 1 ei>f du i 1 IUJ Q CLaoebb .- pu..i ii.., ti: a LOur e. ftota db 4 1 ut KubaL4 tiei .a iu. u afeajQi coultuib u.iHb ojual. top, 2 00 Uu fc uuu Lot uu januujb tb. 'JBQ CCKS ijj Loiati o OO 2O 1.75 Soo l,wU 1,00 0 '-> \tJ 0,00 1 J.00 5,00 4 00 1S oO Uoo 12oo 1800 24 OJ 2ioo 1 00 3 00 lloo 1 ioo i:*o Corsela ceict tPrix anaiena et nouveau* \o 4402 G Sooo ll5oo No 1-244 G l 00 lo oo No W et 804 G l'i 00 oo No 1804,0 15 00 looo Cea coraeta ont de la premire marqoe oi' ici1 pour la premi e foie.ila aot de la fibiique B N ARTICLES FOUW HOMME CheroH" pairM de 30ie M couleurs '" Tuttor blancl e Drill tuaaor aune •• Couleurs varie Toile blanche pour chenv.se et caleon Rabtns pour chapeau *****!* 12 oo r ioo 2 5o lloo 2oo 2 00 2 00 • •• f 00 In 00 lias 100 1*0 2oo l5oo 4 00 '2 00 5 00 15 00 1-2 00 150 1 00 1 0) looo 2 5) 150 4 00 I20O 9 00 J-rretteliee Mouchoir de poche aog doux Ccintoruu chaque Faux, col Chauatet'ea de *ois, Mauv % lieuge. Or, Jaune, Bergt Chair, V*1% A*ut. etc. Mille autres ar cls qu'il est super/lu dfinumrer ici Allez voir el vous serez satisfaiis MARGOS TAL^MAAS I7SI; Rue du Magasin de l'Etat 1731 Ancienne irai! occupe par Victor Gen!il -Mj



PAGE 1

:z%.: :T*O&fflUft PROPRIKTAIHK MtiUMEVB V I fcment Magloire BOI? VERNA 1868 Rue Amricaine UiO 20 CENTIMES Quotidien L'homme do ni l'iiilrii dirige loul. m couuuih • t ini\('' tle la vue du beau, comme celui qui veille MU chacun do *=es pas renonce la vue du ciel. Prvoal-l'UtADOL ILEPBObE No 242 NNE N 5CG0 PORT-AU-PRINCE ( HATI; Iccupation militaire Amricaine EN HATI MORUE ETIENNE Fils Marchandises franaises Angle des mes du Magasin de i Etal ei des Fronts-Forts. urs Civils travaillent et son' pays par In Rpublique insulaire, s occupant des amliorations ncessaires PARGRADNERL. HARDING |mes diverses tournes en tenant des notes el essa[mme temps de m* ren(lede la valeur des crities formules par 1rs Iwotre l'intervention am [dans l*ur pays, j'ai t n par une distinction fesent, ol que les anIposcs prendre en s-:nlraliuu I • problme lient bien de considftour. C.-si -dire qu'il ljclions in-tlenrent dis fclmuiisiraiion amriI Hati). La phisequi fie notorit a t U \ Marins, c'est--dire Mnililaire prjprem >nt .Jne consquence des Wcits d'abus de pou%  P?des rnirtnrs et de Iwente le mener lu 1 Impression gn raie iflue le but principale jueen Hun ne serait %  Que l'occupation militoutes les autres acti"ivies lui seraient su "nant, en toute justice, •jmencains ont relle*P en Hati, on ne dclarer trop haute'occupation militaire, I^Ppi! la moins imE hnler vention. Ces r urs camions-automoPnsportaiion, leurs trois P.Je servie; de port mff'te escadrille d'aro1 wervauo,,, sont t QU liais Unis et non pas J'^edUviienjetleur %  JelL-'ineiit est devenu pui'-Min les facteurs 1 aaiis une situation ws importante. STniEL liquc doit aider Hati UiEt — cela doit se faire et cela se poursuit — par un groupe entirement lilrent d'hommes, ie veux lire par les civils qui travuillent pour Hati et sont pays par ce Pays et pii ont t employai en excution l'un Trait d uis lequel la nature de leur (onction, le salaire leur accorder le personnel ncessaire leur service,— sont des obligations nettement d finies, lesquelles, l'inverse du mouvement des troupes a-oricaines en Hati et hors d'Hati, — ne peuvent tre cli mg es sans le con seulement du Gouvernement hatien. A vrai dire, ces Officiels du Trait travaillent pour Hati et non pour les Ktats-Uuis; le succes de l'intervention amricaine dans ce Pays et la gloire que le Peuple amricain peut en tirer.dpendent largement de la faon lont sera tablie une collaboration en vue du progrs d'il tti. Je choisis comme tant le meilleur et le plus favorable exemple de leur travail / les Officiels du Trait) les annales aclu Iles le la Direction Gnrale des Travaux Publics. Celti branche embrasse les choses les plus ambitieuses que les Amricains aient essay de faire lins le Pays les proj ts le construction des routes 't ponts, des Tlphones et des Tlgraphes, l'irrigation, le contrle d s rivires, le service des phares et des ports, les amliorations muni cipales, les levs topographiquag, les coles et constructions d'difices publicsC'est un exemple pra ti |ue de l'aide amricain dans I art de construire dans ce Piys et une nouveaut intressante pour t tudiant amricain dans 1 1 faon des amricains d'administrer les pays tropicaux en estimant ce ipii se pa.-'se en Ilaiii • THE CHRISTIAN SCIENCE . ( suivre ) DSyi i : 1 la commission d'accorder la remise d'une Boni me q-ielcon |u • s ma luloristion s|) cialo Jes difirenta gouvern mente reprsents la co omission et ia constitution franaise ne le permet pas au gouvernement de Larpubli que sans un vole spciale deecham bras. De plus, d'aprs les termes lu pa ragrapba 13 annex partirait, nu simple report total ou pirliel au de l de 1030 des paiements dus entre le 1er mai l'.)l\ et lin 1023 inclu-i vement, exige l'approbation uoani me des membres de la commis Ion. Si l'Allemagne etab lisait d'ab ird sa situation financire, cala changerai! compltement sa capacit de i aie ment et demanderai I un nouvel exe meu. Le trait de Versailles consisterait donc tablir le montant -les rea sourcs exl ieures aussi bien q i in trieures. c'est-i-.liiv qu il s'agirait d'tablir la compta exact du capital indment ai port pic lea alterna I et in tiquer alors de quelle m mi et jusqu' quei point on pourrut .ai user immdiatement cas ressources pour financer les rparations, eu M mol lo quelle f.on l' Allemagne pourrait procder pour stabiliser sa situation financire. ?areil travail ne permettrait d'tablir un projet dsadeur . iuform • le Becr taire q le Premier i" istre Ir i icais l tit dcid mais ter poui que las pouvoirs da la com mission d experts propose fussent li miles uneenqutesur ac pacitde paiement da l'Allemagne pendant la 1re priode qui se terminera en t'J.j... Ou tlnni'iiii du M. Poincar PARIS— Lord Craw, ambaaadeur de v Irgne i iolorm M. I' "; r que le g livernemeul b.i tiiiiii j ie iv i| r •<• i les ipp ,• pr leii i-i, t quo las rut ir i irai ..,si s taient irnplijues dapa le mauve m ml sprl liai rh >nan.Le prs dent I" 1 l rp indu qae les fonc IO lutii-e* M il •"' roi .. Ire d'observer la p is stricte n wtralit. L' spagne commnior les hroci des combats navals ts an ooliqtraa en .i ium mie tait exe aaiwe, va pro mu |{ui r une I,,I (>..ii r a rduira. Il s*e*l iu • les sei w %  g .1 l'glise orlbodoxe h ) n arrivi a une camp gne de prohibitiau. Houvellos Diverses <)i;'iiv\ti'l\)\ -u Lloj iGeor f; I wn.im ues biais i m-, eor arriv a douibiuiplou. Uaucieti 1er mins ii % %  t doc laie A 1 1 pi i -%  •. uu il aocep t lo a M d< d l> i dw u MIT ie libre < u ijje ou pi ii n mi.ii le comme nne-dsa i mtoos les ,. > i upurtan i" %  i • AUi .ii — In dcret du go iver nem i aul u i-• un i api uni -le J i mill >ui de p %  l.ts .• n i iv ur du en lll du prolecl irai s p iguot au .Uarue io.-. i mils seruul euuiloyes pour a co ustrucliou do ioutl'8 euL ports t Les cours NEW V K 0 — Frases 17.^1 Bter ing 4.i0"i PARIS 0— Dollar 17.7J Livie 78.27 tiatre dite des Trs?rs Quinzime Audience, G Novembre (Vin) Guebas Le Juge — Save/ rooi pourquoi vous •' es ici ? L pi' -v ii J'ai t appel une Ire fois par le ju. • Lse iiflair qui m . d t que i e as BOCUH I CI mme cemplic • dani I' i i e de Ir •> r. Pe son ie ni poi l pld aie c ml %  • m Par Cablo belles traacfres IL* listes ont quille £" %  Tons ^ CreM.l es sparaus peu luit la ort rp ; ;,IM 1 l 1 / re *J "),.es pil r | ? d Ijconimission de Ith Panir, ji s or)t e ,,| e Fsjriu?. e b|,,flc t rL a,J teld ville pou; U,Ui* •* %  es ( "wra parl ie de, habi tants n'a appris Pvcnem ni qu'aprs qu'il se fut produit. Un communiqu* du minisire des affaires trangres PARIS La ministre des a flaires trangres a publi le communiqu suivant : D'aprs les terme I 1 article du trait de V*< milles des rpaiai mis, la commissioo doit, spr s le 1er mai lOil, examiner de temps en temps les ressources et la capacit de l'Allemagne et aprs avoir permis au reprsentant de ce De fait, dans l'tal de dsordre financier tt conomique cr volon tairemtnt en Allemagne par les grands industriels avec la complicit ; du gouvernement auquel il faut ajou ter comme consquence logique le risque du dsordre politique Penqu te sur la eapacil de paiement de l'Allemagne Sel entirement v ine, la capacit serait rnmp'o etn-'rit modl tie le joua o l* \l em .n • p , | rail un gouvernement capble t i'n pos'r lea rfoi m • n slaniliser ia mon bu iget ; perso q ra la cap ici Li ecti n ii' i exige Tu mim nu• r p ter au d du par I Al a i. i de I '. da la i ii serait en tout cas la limita extrme jusqu'o pourraient s'tendre les valuations^ des experts. — — '. • tribu : dsii e sav ar si vu i • ... %  /. | a i eip • a i i-ile affaire .' — D'ancane faon, je dfie u'im porte qui de le prouver. Sus rapports avec liivis, Itervin, Sauvelerre, David Vilain el les autres datent de combien do temps '! — Je ne me le rappelle pas. — Davis venait il souvent chez vous ? — Aassi s >uvetjt. CuebejuL'a jour,le capitaine Wood est venu me lem oiter mon concours dau i elle a faire I refus d, une N fui-, i! revint enco i si je ref ia i l"ll| i .l>. ,, li' i rler 5 i va > %  %  > • — >ui i i .i an "• j i — : Luc SI — Oui, 'I vu— Pourquoi votrs non] a-fil t cit dans cette allaue .' — Je ru; sais pas. — Av./ vous eu de l'argent en dpt pour ces Messieui — Jamais, — Qui I e est votre opinion sur ccil ; H in — Je i li coon i.i fond. — •' %  m ien le le avea vous f il en pris u .' — • ,, LeC mm aire. Q.. I i | rts 'i • us tr.b i Be u -i ms son m — Il ne me la i — li inulie il que da ia l'affaire Mii"|oua a*oa eu I0O0 dollars pour votre part? — Non. Cuebas lemanl A interroger Ber vin sur ce point. Le juge ai 'pie. Pouves vous hfflrmer, lit il Rer vin qui j'ai particip une affaira quel< oui) ie de ir ra .' I: v : H n y njamaiaeu d'atTaire. C immi m (l tu\ i v u. \ participer. ^ I qui j'ai u .i I I du te WOJJ — .i Avez vous achet une uuto de Davis


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06072
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 12, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06072

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
:z%.:
:t*o&-

fflUft PROPRIKTAIHK
MtiUMEVB
V I
fcment Magloire
BOI? VERNA
1868 Rue Amricaine
UiO 20 CENTIMES
Quotidien
L'homme do ni l'iiilrii dirige
loul. m couuuih t ini\('' tle
la vue du beau, comme celui
qui veille mu chacun do *=es
pas renonce la vue du ciel.
Prvoal-l'UtADOL
ILEPBObE No 242
NNE N 5CG0
PORT-AU-PRINCE ( HATI;
Iccupation militaire Amricaine
EN HATI
MORUE ETIENNE Fils
Marchandises franaises
Angle des mes du Magasin
de i Etal ei des Fronts-Forts.
urs Civils travaillent et son' pays par In Rpublique insu-
laire, s occupant des amliorations ncessaires
ParGRADNERL. HARDING
|mes diverses tournes en
tenant des notes el essa-
[mme temps de m* ren-
(lede la valeur des criti-
es formules par 1rs
Iwotre l'intervention am
[dans l*ur pays, j'ai t
n par une distinction
fesent, ol que les an-
Iposcs prendre en s-:-
nlraliuu I problme
lient bien de consid-
ftour. C.-si -dire qu'il
ljclions in-tlenrent dis
fclmuiisiraiion amri-
I Hati). La phisequi
fie notorit a t U
\ Marins, c'est--dire
Mnililaire prjprem >nt
.Jne consquence des
Wcits d'abus de pou-
P?des rnirtnrs et de
Iwente le mener lu
1 Impression gn raie
iflue le but principale
jueen Hun ne serait
Que l'occupation mili-
- toutes les autres acti-
"ivies lui seraient su
"nant, en toute justice,
jmencains ont relle-
*P en Hati, on ne
dclarer trop haute-
'occupation militaire,
I^Ppi! la moins im-
E hnlervention. Ces
rurs camions-automo-
Pnsportaiion, leurs trois
P.Je servie; de port
mff'te escadrille d'aro-
1 wervauo,,, sont tQU-
liais Unis et non pas
J'^edUviienjetleur
JelL-'ineiit est devenu
pui'-Min les facteurs
1 aaiis une situation
ws importante.
STniEL
liquc doit aider Hati
UiEt
cela doit se faire et cela se
poursuit par un groupe enti-
rement lilrent d'hommes, ie
veux lire par les civils qui tra-
vuillent pour Hati et sont pays
par ce Pays et pii ont t emplo-
yai en excution l'un Trait d uis
lequel la nature de leur (onction,
le salaire leur accorder le per-
sonnel ncessaire leur service,
sont des obligations nettement d
finies, lesquelles, l'inverse du
mouvement des troupes a-oricai-
nes en Hati et hors d'Hati, ne
peuvent tre cli mg es sans le con
seulement du Gouvernement ha-
tien. A vrai dire, ces Officiels du
Trait travaillent pour Hati et
non pour les Ktats-Uuis; le suc-
ces de l'intervention amricaine
dans ce Pays et la gloire que le
Peuple amricain peut en tirer.d-
pendent largement de la faon
lont sera tablie une collabora-
tion en vue du progrs d'il tti.
Je choisis comme tant le meil-
leur et le plus favorable exemple
de leur travail / les Officiels du
Trait) les annales aclu Iles le la
Direction Gnrale des Travaux
Publics. Celti branche embrasse
les choses les plus ambitieuses que
les Amricains aient essay de
faire lins le Pays les proj ts le
construction des routes 't ponts,
des Tlphones et des Tlgra-
phes, l'irrigation, le contrle d s
rivires, le service des phares et
des ports, les amliorations muni
cipales, les levs topographiquag,
les coles et constructions d'difi-
ces publics- C'est un exemple pra
ti |ue de l'aide amricain dans I art
de construire dans ce Piys et une
nouveaut intressante pour t tu-
diant amricain dans 11 faon des
amricains d'administrer les pays
tropicaux en estimant ce ipii se
pa.-'se en Ilaiii
The Christian Science .
( suivre )
DSyi tous les pouvoi a ncessaires pour
tendre ia priode 11 modifier lea
mthode! de paiements ainsi unit
est prvu par l'art. 233. D'aurl le m
me ilic.l >i : 1 la commis-
sion d'accorder la remise d'une Boni
me q-ielcon |u s ma luloristion s|)
cialo Jes difirenta gouvern mente
reprsents la co omission et ia
constitution franaise ne le permet
pas au gouvernement de Larpubli
que sans un vole spciale deecham
bras.
De plus, d'aprs les termes lu pa
ragrapba 13 annex partirait, nu
simple report total ou pirliel au de
l de 1030 des paiements dus entre
le 1er mai l'.)l\ et lin 1023 inclu-i
vement, exige l'approbation uoani
me des membres de la commis Ion.
Si l'Allemagne etab lisait d'ab ird sa
situation financire, cala changerai!
compltement sa capacit de i aie
ment et demanderaiI un nouvel exe
meu.
Le trait de Versailles consisterait
donc tablir le montant -les rea
sourcs exl ieures aussi bien q i in
trieures. c'est-i-.liiv qu il s'agirait
d'tablir la compta exact du capital
indment ai port pic lea alterna I
et in tiquer alors de quelle m mi
et jusqu' quei point on pourrut .ai
user immdiatement cas ressources
pour financer les rparations, eu m
mol lo quelle f.on l'Allemagne
pourrait procder pour stabiliser sa
situation financire. ?areil travail ne
permettrait d'tablir un projet d paiement 4 longue chance ni un
rglement comptai des rparations.
Celte lcho qui serait confie
des experts est dj suffisamment
lourde et imp irlaute pour absorb r
l'attention de la commission pen
dan', le temps que pourraient lui
eon-aerer les minantai personaali
ta appeles la compoa r. Tout ce
mcaniamc montra clair menl qae,
d'aprs le trait, la commission de
vi ait frquemment valur la capa
cit de paiements de l'Allemagne
pur de courus priodes sans prju
dice . venir ; lea valu liions faiti .
de ci le manire ne moi pis moins
ImportantM mis elles reeteraienl
Striles si nu heu de les appliqu i
des faite exacts *l prcis on les as
sait s'appliq er a des apprciations
hypothtique* sur la prosp rite ou
la pauvreie raieras de r Allemagne.
La com nissiou d'experts el
le gouveraemant amricain
WASHINGLON suivant i'opinion
du gvt. do Washington, le projet an
| amricain pour l'enquta des ex
perts sur la capacit de paiement de
l'.\i!e nagne a chou par suite de
l\ ttitude de la Prane i.l u s lad co
natre oflicn l menl cette opinion
aurs que le secrtaire Hughes et
M. Jubserand, ambissadeor leFran
., eurent conler de IlOUVi au at
qu'on eut annonce a fo Maison lt an
eus que le Prsi le i Coolidge cro
j ni (wo L'enqute rentre iule demao
i e p r -.. l'oincar rail InuUle.
U.i dit que l'amu it>sadeur . iuform
le Becr taire q le Premier
i" istre Ir i icais l tit dcid mais
ter poui que las pouvoirs da la com
mission d experts propose fussent li
miles uneenqutesur ac pacitde
paiement da l'Allemagne pendant la
1re priode qui se terminera en
t'J.j...
Ou tlnni'iiii du M. Poincar
PARISLord Craw, ambaaadeur
de v Irgne i iolorm M.
I' "; r que le g livernemeul b.i
tiiiiii j ie iv i| r < i les ipp , pr
leii i-i,t quo las rut ir i irai..,- si s
taient irnplijues dapa le mauve
m ml sprl liai rh >nan.Le prs dent
I"1 l rp indu qae les fonc io lutii-e*
m il "' roi .. Ire d'observer la
p is stricte n wtralit.
L' spagne commnior les
hroci des combats navals
Ceiiiio
CAR TI! GE L'spagia s com
m oor I s broe dans les oomuats
navals do Santiago Cuba et de Cavit
LUNDI 12 NOVEMBRE 1023
Philippines ). Le roi Alphonse a
in;r |jur l<; monument en leur m
m re. lue lu il aile ; as mbl e d'offl
Ciers de l'arme el de la marine,
les memb es de la coui 11 les repr
Bcutai i- diplnmat'quea Rsislaient a
i elli c< l'iiHiiie. i.' m! as*adeur Vot
re. des Etats I ois a dpos une ger
h" de fleurs sur I monument en di
- Mil : .t.- loua 'es rnmbnllantq qui
ml i oi ti lu.' ii l'amili i nlre l'Pepa
gne i d l'i. i. L'nis. Li gi ral
Pi ii g ltiv< a. pn enl lu lirec
loire n ilil lire, s pronoi o le dis
cm rs | ni.i i| al.
Lu urohibition cm Roumanie
Bl il\ EST Le mil i Ire des ir-
11 ) ayant coi tal que la oos
sumiiiatioii de boi -> ts an ooliqtraa
en .i ium mie tait exe aaiwe, va pro
mu |{ui r une i,,i (>..iir a rduira. Il
s*e*l i- u les sei w g .1 l'glise
orlbodoxe h ) n arrivi a une camp
gne de prohibitiau.
Houvellos Diverses
. <)i;'iiv\ti'l\)\ -- u Lloj iGeor
f; I wn.im ues biais i m-, eor arriv
a douibiuiplou. Uaucieti 1er mins
ii t doc laie A 11 pi i --. uu il aocep
t lo a m d< d l> i dw u mit ie libre
< u ijje ou pi ii n mi.ii le comme
nne-dsa i mtoos les ,. > i upurtan
i" i
AUi .ii In dcret du go iver
nem i aul u i- un i api uni -le j i
mill >ui de p l.ts . n i iv ur du en
lll du prolecl irai s p iguot au .Ua-
rue io.-. i mils seruul euuiloyes pour
a co ustrucliou do ioutl'8 euL portst
Les cours
NEW V K 0 Frases 17.^1
Bter ing 4.i0"i
PARIS 0 Dollar 17.7J
Livie 78.27
tiatre dite des Trs?rs
Quinzime Audience, G Novembre (Vin)
Guebas
Le Juge Save/ rooi pourquoi
vous ' es ici ?
L pi'-v ii J'ai t appel une
Ire fois par le ju. Lse iiflair qui
m-. d t que i e as bocuh i ci mme
cemplic dani I' i i e de Ir > r.
Pe son ie n- i poi l pld aie c ml
m
Par Cablo
belles traacfres
il*
listes ont quille
" Tons
^ CreM.l
es sparaus
peu luit la
ortrp; ";,IM"1 l'1
/re*J "),.es pilr |?d
Ijconimission de Ith
Panir, jis or)t e,,|e
Fsjriu?.e' b|,,flc t rL
a,Jteld ville pou;
' U,Ui- * es
( "wra parlie de, habi
tants n'a appris Pvcnem ni qu'a-
prs qu'il se fut produit.
Un communiqu* du minis-
ire des affaires trangres
PARIS La ministre des a flaires
trangres a publi le communiqu
suivant : D'aprs les terme I
1 article du trait de V*< milles des
rpaiai mis, la commissioo doit,
spr s le 1er mai lOil, examiner de
temps en temps les ressources et la
capacit de l'Allemagne et aprs
avoir permis au reprsentant de ce
De fait, dans l'tal de dsordre
financier tt conomique cr volon
tairemtnt en Allemagne par les
grands industriels avec la complicit;
du gouvernement auquel il faut ajou
ter comme consquence logique le
risque du dsordre politique Penqu
te sur la eapacil de paiement de
l'Allemagne Sel entirement v ine, la
capacit serait rnmp'o etn-'rit modl
tie le joua o l* \l em .n p |
rail un gouvernement capble t i'n
pos'r lea rfoi m n
slaniliser ia mon
bu iget ; perso
q ra la cap ici
Li ecti n
ii' i exige Tu mim !
nu- r p
ter au d
du par I Al a i. i ,
de I '. da la i ii
serait en tout cas la limita extrme
jusqu'o pourraient s'tendre les
valuations^ des experts.
'. tribu : dsii e sav ar si
vu i ... /. | a i eip a i i-ile affaire .'
D'ancane faon, je dfie u'im
porte qui de le prouver.
Sus rapports avec liivis, Itervin,
Sauvelerre, David Vilain el les au-
tres datent de combien do temps '!
Je ne me le rappelle pas.
Davis venait il souvent chez
vous ?
Aassi s >uvetjt.
CuebejuL'a jour,le capitaine Wood
est venu me lem oiter mon concours
dau i elle a faire I refus d, une N
fui-, i! revint enco i si je ref ia i
l"ll| i .l>. ,,
li' i rler 5-i va
>

>
>ui i i .i '
an " j .
i
': Luc SI
Oui, 'I vu-
Pourquoi votrs non] a-fil t
cit dans cette allaue .'
Je ru; sais pas.
Av./ vous eu de l'argent en d-
pt pour ces Messieui
Jamais,
Qui I e est votre opinion sur
ccil ; H in .
Je i li coon i.i fond.
' m ien le le avea vous
f il en pris u .'
,,
LeC mm aire. Q.. I i | rts
'i us tr.b i Be u -i ms son
m .
Il ne me la i
li inulie il que da ia l'affaire M-
ii"- |oua a*oa eu I0O0 dollars pour
votre part?
Non.
Cuebas lemanl A interroger Ber
vin sur ce point. Le juge ai 'pie.
Pouves vous hfflrmer, lit il Rer
vin- qui j'ai particip une affaira
quel< oui) ie de ir ra .'
. I:' v'" : H n y njamaiaeu d'atTaire.
C immi m (l tu\ i v u. \ participer.
^ I qui j'ai
u .i I

I .
du te Wojj
.i
- Avez vous achet une uuto de
Davis !


LK MBI
.
'JS M MAIN
styB9 fijjoisra
UNE BOITE DE
km II
1 VRITABLE TALISMAN
J?0VJ PlfR ar.x oiistfquam.r..'
diM' ntcoldlnnnaBt
Prf;,.TiVrt, tonifier
vos i m ei vas rouni^js
r\.^ci!tyEj: b dt m
d'un i. ;nlte
OU p ...\.
' 'i ,!r mile, inni
II- ',.,
; laal i>n>-
I '|iir>
i .. ir. d
VAui m "trez
US V.1JTACLES
Pu......VALPA
E8
-

te
,-.- '
Miles \ ,Lj)A aoal en ven.
1 '"m 1 sis 1. !.'! ,|,. ,j|l ,,|j(
l'Il.MII.,, h- Uo 11,1111.; ,1 |',,|| ail |lfjj
ce, Pli innacia Brutu* .1re,me, et
toute* pharmacie.
(loi
emme.
ivetene .'
Oui, 500 dollar*.
Kyn roua eu dposer 900*
|hi- chez Lopei Rivera ?
Conn lisaejM us Srf
z2;ra,"k i.*?
" Savez-voea h ,e o..
elaravi ir u.,',,,. '" mn de
vous iv./. eu ; ,0 "" invtre <| a
Auie de li- inv' > dollars da 1 laf-
~-l'll
ltl ,1 |i.'
nos .'
.ne, lit | 1 |i V I ;i 1
aie de Vous .1 ni I 11 'i'- M -
r ! r* t 11 s ii- ri 11.
I ne coiifrooUlion a liou entre Da
Vnl Vilain al Cuebas<
Le C uinii- b re h l'avi I Vilain :
N'avez vou pas eu A dira 11 RU vi-
m qui* Cuebas aVail pria I0J0 Jol
tara .'
Vilain : -le 'l'.ii 1 1:11 11- Il 1 1
Le Commissaire KiU Aim Lo -
le voire 1 inliHiii.tiini aven Cuftti.ni.
qu'ave/ VOUS dit de >a .vel 11.- al .'.0
Ua\i I \iliaii t
Fils Airn : J'ai lit que l'av.J Ni
lain est un menteur j;r>>sier et S m
velcrre un menteur rus, pveaq ,e
naraejllaU.
Le (.Dinini-mira Cuebas : Con
laissez vous Kxum Brulus.'
Cm l'uj : l .1 oie luvii une ' la
allai lui U camp igoe > 1 '.. : m .
C'.->i l.i eul 11 us que j.> l ai vu.
M,' Qarri Le jour confronte avec RU lim, 1 ea q '
un a 8U A '.-il"-' in pre--io 1 sur Un'
Cueb 1- : .Ni:, iu*\i ia.
Thomn 1 rebours
dit q l'il neu ni r a > d 1
si ci n'est ;
tint lui deiiMitdcr < ri -mu- ren a
lll' 1 t -U M, | li Hic I. I ,11 qu1 i :
t * t | 1 avoir l'rua r U> 1 llos 1
d' m im i< !' _; al. Il
lin : > le 1 ail lire, teilequvIU
l'lail pa-'. Avant .le porter plin
te, il lui .leni. min riir'>n''li's i-o'i-i'iU
sur li lutin >le procder I, Bal vrai
nii'iii Atona de voir nue son nom .1
pu fttre ciW dans cfiie aflaire, quao4
a Mural Bern idolie, il 1 lh- juin a- mi- I.'- pirdt cli z lui et igno
re compliemi ni ce qui a pu se passer
Mir ^;, proprit..
Il s iiiieims ai limes a sa parti
ont --.iN'- 'le le CompiO netiii'. maU
il n'y a .,110.1111.' nieive de ce qu'il*
ont avanc contre lui.
Audienr du
/ N\ lembr+r
F. E. Prwpcr
Le juge : \ u 1 / i.. u.- quoi su '
Proapcr : I , I d 1
du juge U< auvti
dev. 1 le i. m nul i recti itoeJ
la p unie de M --> I
et
de liaora.
Cuunaisso/ VOtti Wr SU
- Oui.
Racontez non* celle affaire 6%
loaillaa detraWa ?
Je n'en sais rien.
8avez-voui pourquoi otre n>m
a t mle cette alluire de Derua-
dotte ?
- Oui par l'ordonnance.
Connaisse/vous Muiat Berna-
dotte >
Oui.
Ne vous rappelez vous yn
Oiramen1 quelqu'un auprsde lui
.lain;.i>.
~ Vous rappelez vous la dfcfc du
billet que vous crit Berna lotte ?
Nom.
10 s t -il votre ami ?
Non.
Comment D'tant p rofrw
mm, v..u>avez ,.u lu. afir pour lui
demander da largaul ?
Il n'avait pat baaoaod'tra mon
am pouique je m'adresse a lu; puUr
ue 1 argent. r
v.onnuisse/-vous Davis "'
Oui.
^.-nu.lles sont vos rdalions avec
~ K'l(,s ne sont pas bien grandes,
je I ai connu quand j'ai eu A entre-
l""1"1" -d eadamambaaaii ..-.-s de lui
Poura 0'ruuemploidoala.Tiakond
commerce qu'il n.rr,,,,,,, 6toblir |d<
avw vous pas eu a l'accom-
! -: ' I AN ...aie '
moin ;i dclar nu3 c'est
P ir \Ol" i- n
' e intermdiaire que ISerna-
p' at entr en 1 apports avec
is. Qu'aVfZ vous h dire ?
J'ai Lui reaaonir quel iro,fii
de tmoin il tait. Colon pa Murai Barnadolla, cederoierpouTait
Obtenir le lui ce qu'il voulait. S.
[iar.de ne fient lre pr.se en con* i
dralon, c .1 i n a l'ait qu rpter la
l.con que lui avait laite Murt B er
nadutt.
Commenl etpliqd z voua que
Mural Harnadulte ait pu it r voire
n.un. si vuas n'tiez pa ml 4 elle
affaira ?
Mmai Barnadolla s'est ouldi.
Il ne ma jamns vu atucun ujoiinml
suc sa proiiil.
voua (icns.-/ donc qu,o voire
prsence icieat.daa uaa niaclima-
lion ?
- ' '.
"" '' votre affaire -tv ec sied '
W cl m'a di. qu'il a \.it ppri-<
par mi',, \iei|!e nVniue q< 1 il ex^ ail
un h S(ir slir so,, |, ibilali ^-,. Un jour,
Je ni ai parl il'un plc.n de trsor
I'".e j'avaia sur l'bab'l Mion Si.no
nette, a ipnleuiut I l-c ir I uhert
liom "eut exp'iqi 1- z vous votre
prsence ici "
C onuie une t ila'iU '
Voua croy'2 1I010 que cotte
affaire est une lg n le ?
Oui je le crois.
La Co u niaaaire: V% ve/.voispis
appris oUna le public q ue Davis au-
rait indiqi. o se loi iv.iit une for-
tune ?
On le lisait.
1 Saviez voua ail-r cli z M ne
Came m i
Obi.
Qui, parmi les prcom: saviez
vous rencontrer ?
Davbj qii.J 1 (. f,,is.
Av.-/ vo .s li ufiill -ur l'habl-
t.ili m I' iiv ia ,ii nrala ?
i* n .i-, ;i |rt1 ni|.-. hii fa :e le
l'.i'i il ri ...i | ,.. a* cll.l lli
a^ / v..i- n ia 1, fou ad ican ue .'
lo n'ai j '.ui.i- abamV>nn l'Ar
cal .e.
Avez-vi. afu Dvie l'A Babainf
Non.
Chaque, anatin, ne receviev vous
pa- 1 doll u' de I ii.
J'aurnis te li mreux. 1 c'Vti'
vrai.
. I Navy new Un Jour viendra
ro noie
'i ici Uni
i r ni ite-i.
10 Novembre
NEW LONOOV : Lexpt ilion
mua la* auapica* dn Muse d'il isioi-
re Nili nale de Clevelai a laiss
auiourd'bm.
PARIS : L'vasion la l'ancien
Kronpnnz allemand le la M dlan-le
est consi lr ;e d i is le, cercles affl-
ciels frauoaU corn ne un cb >sa im
parlante et capable dmbre'iillar
m nuire, le* ralliions -i i Aile ni
gne. et les Allie.
U i eroil qu'une s m 'lion
d- \ ii ii c npch m
pren ia les ir iporli m
lL)l:Les auoil'- h illan I lises
oit ,vi eonpli n",i innes pir
U fuie souhine le la Hollande de
l'ancien Krompri rz allemand qui
traversa la frvoilera, e;i auton>blia.
en route pour si propri' en HtUta
Sil^ie.
BERLIN : L'ancien Kromprini
Frdric ayant reu la perroissioa
( gonvernemnnt centrai d'al'er
son lia'eiii .I Vis a laiss sa n 1
m ilin.
PARIS : D'aprf in formai ion re
eue dna les car l.'s repr iaanl i il s alli* t la il iy ont
mi- ili ri| > > t d i la fuite dn I an-
cien Kro*n ni Vf. il1- ni I i peu pr.'s
unehmre p avoir llivr la de-
mri le oli i -Il a la II itlan 11 d'e n
pA,-ii>r la retour .11 Kromprini en
Allemagna.
I.e public de choix qui i assist A
la f1' n reile,' 'iniaa" qui s'e-^t
lo i i i Cin Varits, dimincbi
soir esi sorti enchant de celte repr
m a i "' et dj, il de mn le que
| ,a j mi ; 11 p e n i var.l'ji", ai
cours mme de la semaine.
Il ;st ju*trj f ta il l'a red nm 1 ?
en n't. < n-, mxjuirs .ctuals, il est
li >a ;| n is riions, jii oi- riio i-
IVi -h ment, art ne noa pa ils
tr.iv.MS p'ir.o q ie. comme lana
.. e \ i ;. ma soient montrs,
ave li i i u i i ur ,:t a irlo.il Jsans
m-cli naal". al aami la volont tyran
n que de nuire.
Le s.ijel de la pifae, c'est rien ;
ce qui u ft tjJle U vileur. c-et
l s avits iSaaprtt | i 'a ptrsttnnt,
les ; rails cingl uii dont alla est tout
la 11 i s nv ir< et cei 11 bo ma
d> a I i.)-e-vjli >a et h vrili <|-i
s'y trouve.
Oomma n a le dbiona aam di.Mr
An Ir Chevallier aies quiita pri
ruonliales de lli nnne de lli tre ; il
couiiil son mtier, il s t il lirer jiar-
tie du l'ait e plue liant!, et le DkOin
dre de ses mois, la moin Ire rpiiiiei p irio si ju-t nvt it qje | -
m lis i ne iftle U'idii elle!s.
Les le ni ; q i il I i i ira, r i i -e|.r
sj'it ^i no nbr u v 11'; i > i" -v sec ii
cilcr tonte la pice ; autej le m eut
tar nt d li r jouer pvj q ie pui s mi
la revoir eau i " ,- Pir noich
lance, soil par oubli n'ou pas t
l'apj laudir dimanche .-oir.
U i b i uio iv n ni "\ qi'a li n in
cb , au plus l ri. v| uii-e toit
reini < ur i'..i'.iii- ; le aurca an
s r i c ilta is i i il ml plu > are i I
<| i > i : : n | H il I ni |fj
joui ii premire merveilleusement
auront la temps de crauaar divin
thi- leurs rles.
i apralic tliljs
Un .l.-i
I
Iliik.
Champion
srne.t
Je crois savoir que N ck le c am
jM.il hyriao eal relturn en ILoti.
Comme l'anua passe j un trouvais
plutt dans une piuvrn condition
ph;siqu,-, ja -un pr-nnl' qu'en en
m MiieiU |e puis le .Il e -il e in-
> ut i etijtii or un n .n.-h v. c m >i,
je HUIS pi. a
quib \ li ur.
1 V
n'imp >:*te
A-. DWUI.S
nbres
i.-. el
L: Eoitan te *'^,,i
' p .-I s 'li i
Uu c i.....,.i au >i-- o lias i Hati
i
... I ,le V n'S
ds i .|. 'eiiiie, dsl
HUI UbtfiJlftSa ..iiv-u.-e-,,* C
Misa i... Bkiii Ora, ivlockwel, Lon
dres, Angbeterre.
5 )S l'OJU
L'i corrreap > i li il noua i,r nia
l'til p i iv 11. il; l > la r. .te antre
A j lia et le pou di \ ie, La
circui iti ni pw auto est i.il.. rompue
et cli irai.
Q iniques trooeona dn cot de De
mu/vue ont pu rsister parceq ie
cetie partie de la routa cl bien em
itre et recouverte de nviar.
Avis la direction QnraU des
Traviui P iblics.
V rieles
l)i*:nai!i mardi
In Atiii de
ie. i " ' -i- i es
Entre : 50 ceotirttea
Ma.-raiil
Li luiilar ujlilliilillli
Entre : l ne gourde

A
f
/.
$' I
,
h

*i. ?lirt\ t:v

ARYS \0
p'rA <.jl
;'-: .a
' 4311
tt-lrol Jrrr.vi ,, in, ^ Amirr rrrmril
i n trrm*Hi let tirnr. Ambn vtniMil
Ml l'nrln-lut dr in*i- l'rtin tr Oi.i. rVm mnt fin, l-'Annrau ntrtmlltn*. I \ -i.r tMi Ir Cm
Fiimli Qiitltt. I*M. *< '''. '.'til''i'i. Jwiiin. I.ilui. ilugatt. Ir.'. U M, <>>lpi*:
;xasavxsBammBaaKr'- -r *
,.,111 r Houet A pats iiiiiix
1720 Hue du M ag t tir." et 1 1 ti.t
Protetfl Cin Galatf
d'un Membre de la Commis-
sion de oontrole en laveur
du ominaire
J'av ii* lieu de croire rai li\c'iescru
puleusjme ilae > oplie, en juillet .1er
nier, .om.ne membre de la Commis
si ni ds contrle des ex im mis du pre
mier cycle, ni l'lit Sminaire Cil-
lge Si \\ urtint. J'avais m s praj de
tr ds beurea p ire lurir U m ijeural
pi if des disserlliions francilaea,
des copies e veision hline et de
mathmatiques. Kl pour meconvain
cre de la nnc il de ces preuves,
j'afiii piss dix b lit heures , intar>
rojer. J'avoue mtre substitu au
professeur, l'or il, ei po ir l'examen
el po ir li c te .Vies c > lgu ;s avaient
pr ic.l , nacuii Je s n cil ', au con
tr le pr - rit, sans inci lent d'au
cune sole.
Or, donaisnr le Sous-lospeaieur
Cass is, n a pis t aalisfait- Jailu,
il y a deux jours ii peine, un coin-
m ntaire 1res cu'ieux de ces exa-
mens, li page til .lu Bulletin ofli-
ciel lu lpartement. Las Hembrea
de la Co n n i. i le co .tt e au-
nie t laiss A LVlooeieur le 8oua-Im
pnetaur, l'raidenl du Jury, le soin
de su, veiller la salle d'examens''.
Il me sembla que le sous inspecteur
aviil loi mne choisi ce rolo et don
n cong, peu lanl la ideua iremiers
jours r. prouve crite, tux uie.ilbres
de la Com ns-ion.
M inaiaur la Sous Inspealeur affir-
me que de l'iwis unanim des mem
bras la li ilom uisiou" l lu Je de>
malbmitiqaess des sciences natu-
relles, de I instruction civique et mo
raie, e-l ngl ge. Je ne connais
point le tels avis, mis ni par moi,
ni par aucun de mes collgues. Je
garde le meilleur souvenir des heures
passes au l'lit Sminaire, en U
compignie instructive .les miilresct
des Alla s; j'aim- bien ces fronts
d' loi se mis Acl Iras plu i d une fois
d'un raj m ds p .re minire, | aime
bien ces relujieui, d ni lois mission
n mes. q m les loul mitrir,ces jeunes
f o {-, s'Uver, s' uiiobhr connu
n mis n. ivons [ire.-que plu^ L ture
UOU- oieai -.
Alexandre B. 80RAY
Conseil d'El.-il
aujourd'hui le onseil d'Etal aal
i uni >t COne liai i ainsi s m U i
rc.ni p .m la Session ealraordioairs :
Graadoit, Praideal; Charles Ron
zier et James Thomas, Ur et -c Se
crtaires.
La direction donne au puHafj
beau programme d'hier qui o'i
fttre oilert cause du mauvaiatai
-Ace soir donc!.. L'aatinWa;
que de Cinquante centimes.
n?loralj
Le numro du 20 octobre da est
tres.-aul ungaziue liel>.lomidiira
lustr con lient un article de
Louis Morpeau, intitul HaiU I
soleille . .
La publication de cet article
accompagne des photos de Mr
mv. notre ministre Paris, de
via Morpeau, Louis Morpeao,
Ho loi die Claude, de dillreutes v
du pays. ______
m
ClD-Jl!
Cn soir
^ Giifliiiiicr u F
Ora,ne en 3 prt'
Deux bons
petits dixb
Comique on 2 partien
tiiuo cauraJ'Ji
Comique 1
Journal .-laslcrBob-r
Entre 0&\
Dcs
Nous avons reu le fa,r#.Ppl
la mort, Ohardonnires, as
ois l'aileyrini Marsan, ancien
t Mu Cirps.L)gUtif, tm
Uctobrj.
1*
AV0G4T
a* RicouTreainls CoBJerfl
Ajjaircs rtrer.
Correspondants Wg
ton, \e%V-iOrH,ir ^
Turin i,ondres. ^
Tlphon* W
PUtanv


Il 1
'??.

I.-**-"-
iT'IUTlN
baauf de la femm
POUDRE SIMON
SAVON SIMON

et
l'inimiteble
b.Ml
iCpime Simon
"'-fcM.
aw
'v
E
^J|k/S^ 0 'Uwtci w ^
60
ANS O
SUCCS
LUBI^
rfneri Superflues |
(Maison Fonde en 17118 )
55 Rue Si inn-- Paris
Jn vente daiisMosiles les bonnes maisons
prsentant pour les Antilles: R. G A DEL Port-au-Prince
W 51 i
m$s
Allez droit chez

Paul iuxila
nlraveritr* Srdu Maga&tn de VKtat
O se trouve ton m or
eh et de meilleure qua-
lit,tout eo \\..''\i faut pour
vous votre famille eo un
mot.
lias pour femmes & fillet es, Chausset-
tes pour hommes. Cadets et Knfants,
Chemises, Chemiset es, Chapeaux le
paille fine d'Italie, Chapeaux de laine.
Tissus ponge la mode. Crpons pour
Jp* et d'autres (issus nouveaux, Crpe deChiue&k
*SatJn, Sweaters et Chandails pour lames, Par
**rie Houhiijant. < oly, d'Orsay etc.
****>. hodinea. Jeux de salon en viennois e en Osie-
^nti, liebron-ea ue Ut, Copieuses, iruxoj ^....u.,ir
ea "ia,id de lits eic.
J1?* votre rgle de toujours nous visiter quand vous
** achats, il y a du nouveau.
1


-eu! / /"
IV3 a .
Tvb
buc-\:?eiser

^
-s
S
'ici
I
Sk.-^
\ i
fm
* WM'',
.".
es^ s
l'i re, li illanl And pni kling
Bi 1 K LABEL sl'KCI iL is the fin Ile ou a
Br weJ unrter .li i r on fa irid f mou i i ' V >T
Tr\ il Ltl ila> lii^li i|u ;i j 11 \ i.i' e J 11.
Soie Distribuer for Hati
lintin Williams
ni
7i4 B St Rue du Mayasin de VElat
Port-au-Prince
Aeer Pahio ths Barber
H c3t> culiqcn !
[j Glocu Le ban d
E '..Vitultata iMn- ; n -t Mit* m^rae
pj r**r*< **. 1 m Pu
1A DEPENSIER 1 :,. l'ai,
phftratsteVV.BUCH -Portnu-frinca
p i 0 1
ESANOFELE, mdica-
meut souverain cou ira le palu iib"
me.
ISA.NOH: l.YE,- pom
enfanta
KN VENTI 1 ;
WMTi RITE
(t MALAE CS 6/ ^O-INTCSTINALIS
IDlarrh* vet .c i. -, ,t.i m iou- !
Imenihruncu*.', tu' uU Coi
I/.cck' FIA-Vl
I -I. :! M MF) -..A i...i'.l:. ;-l. lr. I
GUMISOK Cl . MN |'
|L PLUS POISSANT ANTlSEl'TiQLE
ni Mertnre ni Cnlvn
n/lllia'll ir#m J'nnliMNi >i.:,,Unals.
tlido d'ANIODOI. INTERNE
dm une U-.- dt fl jis d'orrr.
I 8-teIAMIODOL.32.Ru, f*ISliFJuL J
--------------;=,- ->, --^^G^jp/J-
Dr J, Tlilauil
Chh h 1 Tient n*
Ors lYiih i ,1 1 il. .le
VwY : et J B isl 1 1
Angle Je \\ \ < I> i >u h m
du \l->; I i'1'. 1
Cngulttiona : 1 matin
0 'i 11 m
olombian Sieamship
Goai|>aiiy iic^
Vifm Arigl pi? la Co!a ibha StotuMp
Company 'ne* peur dompte do United States
ShfppiflO Poard,
/ e il Ui vin ni d po.t .- SuA
f*t ( h m /^ ri ; ; Novem
bre e iil* llrepi |0 /oui*
pntir hlew***ri v fVord
pr ena #i 1 / i V ^ t gitane. tf
Le s ; 10 cr Bogo'fl ; y. t Lifet N w Yv>k
lb 9 Novembre ouraiit ;tr Pu- t ^Hk
esi m i du e 15. il rt|a ii;e4ia |oof
pour /1 ngtloD Ja ei le putti tio u uoliMftli
prenant fiel et passager.
(ieoara c Co.^rente
Luna-Park
GH*M> -IU1K
Ouv (i
**
Slio[>, iod Lunch Room.Open l-Vnm
B A. M. l'iuil 9 P. M. Kveryday Jeudi. Sameiii, Diinanclie
VERMOUTH CIIZMO c
hez ;. de MATM1S


Ll 1 l
Rabais Rel.. .
Rabais Rel;..

CHEZ
\
amas
Rue du Magasin de l'Etat N 1731
Comme le FvhHe a d dj fe constater aucune Maison de lr
8* qu'offre BARCOS TLilSAS 4ti/ot**i'lit4l encore pour perm i
MaUct net m; 1rs y nx (i pvbtic la liste es marchandUe
\m Place n'a encore donn les avant*^
,. tre fou d'en tre convatitcus, ft.
Baiser, nef ct ira v ttf' ^* JiifcWc ta Wai* "e n; =" r/iwdwe.s avec les prix anciens et nouveatukl
Celte conpu-oion permettra de reconnatre la bonne foi qu'elle prconise malgr la hausse sensu
*te yut existe actuellement New York sur tous ! tissus*
On gagne beaucoup visiter Marc as 1ALAMAS
Pria
jlncitn et nouveaux
Prix autiaiia et uoiv;v\'

v
trpi Georgette eup. AuLe 1o
Irleoiiue Gc tuie 11
Jtioty ]U
Tuer-or Je io.'c couleur va.'iea ^
Oigttia bioae lo
i.'uur db toie ptur (henaifea 8
Tuuor de kOM p i o tme A Locd 15
Vu 1.1 illuUe feLUtb
Ulm ioLLO blOlit)
Voie haine Utiais
Haute liai a tours
JK- Uu Irai cm tu Llot|jet
luito oe itio
Ocwud. ousse
Vum a t>ane de poie
Uepu-j ue hu.e a fisurj
Uepo llstoqoln
.vlitDii* de joie
titpeu ce eoie aol
Vol m & unes
50'18 iicelono
*/"' a^i.uui top.
/; litriti de.oie
?le .uiijp ig
W*" Cuui.UI C.fB
P*tt,"i unesaup.
, i i loua ponijupp*
**.!* bcoftsuiM pour jii^ta
^epe btice a cantaux
aiiLib une
Voila u Lanca
Joi.ta a n,Kti
J*4*io cuHiur
"eifipm.e |i0ir et Une Ip,
UMLkQiuf ui,u KcOSItllt
or loir u bJhrc
{?** 'vfb.t a larreeoi
?oi.e Liane tuitte iup.
bft^auiiic biarcLb sup.
12
8
tt
tl.iO
< --o
5
&
5
5
14
3,50
4
4
4
3
3
J
3
35a
;i
:<
3
3
3
3
Si jO
SM>q
2i.o
3
jao ;
gK*f"toi--3 i.urtraodelB.g. 3'
Jtt'ie Une de toie pr iLfniMi 4
voua natrcttii 2 j
'io,;b Hidn.ux
^oiie f nia
*y*ukiiQ, joli dteins
H
-
O.00
fst.oo
lu,tO
8.00
/,00
O.uo
Y 00
c.oo
0 eu
1.00
L,to
0 00
4.00
4,^0
.,wU
b,5u
;j.^u
8.*
y>
a 00
;>"c
3 00
JXo
i!.JO
M bo
2 00
^ o
2j
i 5o
i,0
-2bo
a,5J
i :o
i:,co
v, o
i.iO
v 00
.,00
2,00
3 00
2uo
1 ~'o
i'i
2

l
urgcud;e coi.leor W
V01.. L.iLo t btirtt a
Voi.e Dl te a |otn ^
V |l< I ... c a GtlIMOZ 2
Voua u.hoc a ut'.ti,.! vari.a
Voile Uooibay
Voue ui 1 couleur swp
caiLtci. e
Giepe iapoQtll ^
Voue db nz 'i
Voie Kupuate co.letra vaiio.i -z
Uia'jico D-.uil dtoll ^raude iatgai' k.
Voilo oikLc 1...1 1.75
c ,{. ,.> a l.eura t k etrrMoi i.7j
iDdieaoa tia^oiic 1,7^
ui.pju a La ie coaleor 2
Vu.ie tuuif". oui lOatM ouoocea 1.75
riautl e 5M0UM qttallti aup. 0'
l'.LdB Mol a .OU 4
Creuui.e 2
huuc de baiu iftorUfl de 5ito 3o
> iv.tie ),> lo.ieiie 1 5o
Moib. 1 iJb a liauii l 2o
Vo.ejo. ii4fi
/.'[[lit a g blb 1 4q
Jou.tiiLt- ii ne I ij, ur o,7o
Ket i f ii.11
II...- i uiuir ao-e franc sis^paire 12 ">o
lias a I iiiiuH. a ljc.ctlo.ltt 7o
1 i-id a l.'.i.ini'o toie coultur 0 ou
bat a f-limita ui.-r. douZjines.G. 2 00
baa i f miutc uti. douz le 00
L.j..i-..j..: couicui poui euf.i.ta
de 4 a J4 La dj.a.iu Ul.>oo
LbftOMttlta Luiia iu i pj..,
est., is do H uii
ChtOtltti a u.ai.vu a 'ijuui*
i o 1 ei>f du i 1 iuj q
CLaoebb .- pu..i ii.., ti: a
LOur e. ftota db 4 1 ut
KubaL4 tiei .a iu. u afeajQi
coultuib u.iHb ojual. top, 2 00
Uu fcuuu Lot uu januujb tb. 'jBq
CCKS ijj
Loiati ' aup Mo 344 G 2o 00
Woiio.4 U aoou
G. 2c 00
3joo
G 3o 00

I.8
I.j
1 ro
l.iJ
l./
.7j
1,75
1 75
l 75
1 00
Ivo
l.oo
14o
l.*o
1 *0
1 t J
1 uu
l>o
OO
2O
1.75
Soo
l,wU
1,00
0 '->
\tJ
0,00
1 J.00
5,00
4 00
1S oO
Uoo
12oo
1800
24 oj
2ioo
1 00
3 00
lloo
1 ioo
i:*o
Corsela ceict
tPrix anaiena et nouveau*
\o 4402 G Sooo ll5oo
No 1-244 G l 00 lo oo
No W et 804 G l'i 00 oo
No 1804,0 15 00 looo
Cea coraeta ont de la premire marqoe
oi' ici1 pour la premi e foie.ila aot
de la fibiique B N
ARTICLES FOUW HOMME
CheroH" pairM de 30ie
m couleurs
'" Tuttor
blancl e
Drill tuaaor aune
Couleurs varie
Toile blanche pour chenv.se
et caleon
Rabtns pour chapeau *****!*
12 oo
rioo
2 5o
lloo
2oo
2 00
2 00

f 00
In 00
lias
100
1*0
2oo
l5oo
4 00
'2 00
5 00
15 00
1-2 00
150
1 00
1 0)
looo
2 5)
150
4 00
I20O
9 00
J-rretteliee
Mouchoir de poche aog doux
Ccintoruu chaque
Faux, col
Chauatet'ea de *o Chapeaux laine 1 alina
r ., . a pOiM
. anauda
par derrire g g-
Pilama fraoaia 75o
Va'iaw de voyags *J ^Q 2 ^
fiavaie aseortie urh,0,nt
GraDd aatortimeot de partutn Hocbigai
Quelques fleura
Cur de Jeannette
Mou Boudoir
Quelques vtoMtM ^.-i
Lo'in Pooarti et Sivon mme aesorom1
roae quaklt
Co mestiqoe au Raitn poar iea rot
GraDd aaioriirnpnt de Den.ehe*. tinda b odeta
si ho re.Deoi Suisse de 2 3 pou:ea de large
Toile tu 1 oor Itostnaa .,
Toi'e fil drap, tina d'jraillera et tapia oroae
pour tabla*
1
UNE SURPRISE
Vst le joli asyrtimeni de Crve d Chhie formant un r yo*t de 28 roui urs dont lt
scintille irevirs le; vitres: Noir, i:lwie. Crme, Bleu lectrique. Turquoise, Bhu Nnii, B\.
cietfSviU'jut U ge, Vieux rose, Tonna, Blet d: liance, U>is, Mauv % lieuge. Or, Jaune, Bergt
Chair, V*1% A*ut. etc.
Mille autres ar cls qu'il est super/lu dfinumrer ici
Allez voir el vous serez satisfaiis
MARGOS TAL^MAAS
I7SI; Rue du Magasin de l'Etat 1731
Ancienne irai! occupe par Victor Gen!il
-Mj


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM