<%BANNER%>







PAGE 1

, .. LUf&Vfi* lii.no meute LEB V LRSOVIE — Vinsl-'inq person ns ont t tues, BU grivement blesses et ^< lgremi ni, dni I s meutes et attentats C MlpB 'le h m b->8 qai ont neoompago la grve des enenaunts. Les d-s >rdresssont produits malgr La promesse des so ciii'istt s tan ter l;i grve en COIIM dr I ; M I ds I' dcision du gouverne in ut de re irer les troup s d-s ehj mus de fer. L'meute la plai grave s • t proluitu a Cricovie ou la foule a entour et dsarm une cornai gnie 1 iiifaliterie. Pillage des magasina juiis BERLIN— La foule 4 de nouveau pill tes mt.zi i s l,i |)!n lart les \>. lits ont srbor les enignei •' Magasins chrtii as '' parce que les pillages taient surtout dirige contre les magasins juifs Plusieurs centai ma de boutiques uni t pille et dmolies, plus dfl cent personnes out it blesses. Hcctton de gouverneurs NKW I'I ;\ -l.es d u i irates il l I lus m ir ii 'I mi trois Bt ils o il \ avait 'les le li >a *<; A wverueurs keotucky.Mdrylaa l .•! vj-,i j .i Ver DlOTVt a lu un r uiDlu m CJ I. US snateur. Des lec ion -i"iules au Congrs uni eu lien daus • El il-. les rpublicains ont gagn :'• siges et Us dmocrates i \ \lbiny, les rpublicains ont gagn "' •igei I l'assemble. Dans le district judiciai redefVauliill.il!, Itronx l'.uumaus H remport nue vicloire .d.iUuv av.-l'leetion d: dix jug ta 11 coar laprme. Pen la i la ce opag le i torale il s'.t'ii mil avec les rpubli uns et avait attaqu viol smmenl les candidats. A Tarn naoy, les d m icrates onl '•' i i :l >rieux lana les lections pour la muoicipa il. L'tmendemenl la consitution de l'Kiat de tfsv Vork autorisant le >t \. loppement de an Tgie bydro-lec Ihqus sur les proprits de L'Etat Maires Scolaires et la Presse A propos des evamens du pre* un r cycle au rMu Sminaire Co lge St-Marti il et autour d %  quels on ;i lait tanl de bruit nuis avons tj aux renseigoeaHn'a au* prs il'iiii m mbre de la Commis* aion i|in tait charge d'examiner les ran li lats. Il nous a rpondu que ja nais la commission n'a <*u u s" plaindre des laits reproch* et q .'au contraire oii eslsjr.i artisI ut du rsultai obtenu. Si a 1 1 suite de cea j MB >ns un rapport devait tre fait ou trouve pie leprsident du Jury avait pour devoir de consulter les tutrea m tmbres 'I • lu C immissi > r Ce g u. m il heureusement, n'a p ta t fait ; le l .chc mpiise. A C3 propos nous lepro.lu sous un vœu du Congrs de I K lues/ lion tenu l'anne •: srnicre. Le vœu 41 concerne la Presse etdil ceci: Li Pr se par un inopportune immixtion dans les a | res • >! 111*03 ;> >rle une gran<\ %  atteinte a i p estig el l'autorit suis tes in 'ls les miilres et mailivss m ii8 p (uvent rien. Le Congres m i le vœu qu'elle s'ios ra ,i l'avuir de CJ8 graves corvi lratio is po ir Laisser l'autorit co 11 • • -i.'nt • lsoin !•• juger et de punir I s tu litres et m diresses s il en i -t I s..m i. Mme si Is laits reprochs aux bons pres du Sminaire taient vrais, on avait pour devoir de ne pas les publi r c ir le rapport porte atteinte au prestige de l'EtaParisiana A l'Ecole spci par .les capitaui privs, a t rejet 1,1,,.,.,, n | ( j„, :l droit au respect a une maj iriU crasa nie I) aprs les . v 1 | ( m ( 1(1L ( I, 3 ce(lx 1 i..ilul> AAAnns 1^ 11 cm Il derniers rsultats C00HUS, les I D 10 dments en faveur lu bona< a ace u dei aua loldats al 'le pouvoirs plus temlus pour len municipalits, oui reu 1 approbation les lecteurs £,„•„•, la prohibition ^ LOHOBES Li l'OMtrence imp ri \r des 1ers mini Ires a donn son approbation dftntttva I un accord ,,.,1 aquel les navireanglais Boup M D s de l'aire la conlrebande .1 al eool pourront tre arrts et visits A ans Lieteoce coofenue du Ittl KP il a-.ici0.U COnrrSOOeS pris elle dcision sur lu reroinmandalion du Poreign Olliee et d'une commi^ion d'experts. Les cours l'\RIS 7 Dollar Livra NEW YORK 7 — Francs Sterling qui le dirigent iiiaiic dite des Trson .\nu< i> produirona demain la publication les coiBpte*rendus de lintressant pro's qui vient d'entrer dni sa dernire phase. *Nous pubMerons les dtails de U niriji/ime ^audience au cours de landette furent entenius Franck Pila* AirnV Jules Sainte et Tboaw La rebon rs. Ver Dimanche La Nouvelle A u, 0, tt de Gaston Lafbax, mis ••" iwnt|d interpft par Ren ffavarrs %  ', ne pisode : fera i hmire \pr^ l'vasion, on voit les avenInrea draraatiquss de Palas .d d*. Cbri-Bi ii dans ia foret .m conbien d i ides iji aiiiai.,", i rvi 11 fortune oui Ir uv la.la mort la plus crueHe.. que d'ennemis vaincre ; la faim, U ti 'M-eJa btes, les hommes. Vino pi-ode : Le conilial du Jour et de li nuit La nouvelle vie le Pales, i devenu homme du moi le. l'amour f*usi y est. mats le No 2313 vit deOI le gffntlemtn, ontvurtoul d'il garder son < %  e i; iatael et l'c nporter -aver lui. ear 1' tt'a 'vis le droit d'aimer. Entrs : G l,Ou Balcon : (i. 1 .( "svasssBssinaBaVBsrsjasaabaKsrjaiBBTsaBsnrtt ~ %  ww-^Me-sssaem *ae>ss*aaBaaBi Cin Galant Samedi s oir 7 II l|2 c ran ;! %  • Repr wntatton MIS r a m drame en k parties l .i COVUU1IE JOUHNrVL .Afusiqu %  "' \ (Eutre 050 Rouvoau succs des tablissements Chtelain Les Etablissement? Cbatelaia vie i n ,it a liienir u i I0 ne Grand Prii a l'Exposition de Gand p>ur leurs pro luiis rpul %  : Uro In inl. flvral dose, Ptgoli Globol. Jubol, Opu ratif du Docteur Manget, Cachet du Docteur Manget, etc, ele. •^srBasrsSBrSH-r v ^=BekfiBBM*BBaaSBMrsBBBB-?aiBE*-SBrU^^ Varits CE SOIR Les fla$tci\s ds New York le, 2'' et -V. pisodes Kiitre : 5t) centimes Brillants Examens Dacljlographiques U. S. S. H. 17.875 77.115 I7.:iu 1.4438 Messe de la liuut dfl l'an M Clmeni Potfcel al lea lamilles Lbriseoo prient les amis de bl m vouloir assister une messa de bOOl de l'an qn'Us fcronl .hanter la La a thdrale f hrures el •noire d* Lundi \l du courant demie | rcls la m leur regrette : Madame Clment Pothel,ns Fraocioe unrts %  on. , i;„ s assistant, ili leur donneront une nouvelle prouva da aympatbie. U. I. 1. n. Course k BicyeleUe, Parc Lecontt Marianit mariani Pare Leconte L'Union des Socits Sportiv -s Hatiennes organise pour le \)imanche'iri'ovembre ltfiii une cours. de bicyclette sur route: Parc L coolt, Mariani, Mariani l'are l^econl • Les en; i: menta seront > reus partir %  { %  < % %  jour au Pavillon du Parc Lecout •. S'a Iresser i Monsieur Philippe Gharlier, Trsorier de l'Union, au Parc Leconte, tous les j mrs purtir le %  " h sures d • l'aprs mi li. i) • s aux pi. 5 se oui liatribua aux vain rieurs. La journe du coquelicot Dimanche sera le journe du coque li.' a organise par 1 SIM tnoe Iran lise en souvenir des morts ds la grande CUerre. Des fleurs seront vendues an profit deaœavreabumaoil ilresdeeeUs association, sur leChimp de Mars, dans les cinmas et d las les coles, aprs les m lesea d i dimau :ba h. 10 heures on fera tadistributi m solennelle le* prjx del'^lliancs Iran asa aux levas .j li ont remis les meilleures copiai da compositions Cranoaisea aux sxanaeaj d; Juillet dernier. L'Alliance distribuera aussi des prix da h mt et de lova il • aux en lents d: .| i ileju is des : lelo.ir de* La question tiH Les h u laati du qoartier de l'h pUl se plai,' |Ut depuis deux jours Tlu service h y liau iquequi ne leur donne pis l'ou Bcassaira mima pour sa dsalt ter. duati' r.des strouveut lans celle zone et les matres ne sivent romuient laiiv pour iipust-r la soif das .'lves. Nous penaoni p^ w "J 1 • '•' 0,i eienel, le servies hydraoliqua aa %  lanquera pas de faire le n I -aire. La tholrlna M Lpidmw %  !' %  cholrlne cmble revenir emored. uos les du,.s cas eonatata dans certaines maisoni de la ville. ... Nougl ,! as aux ram l 0 b-. conseils .i to.it dei ot par l ierv : d'th U ne collision Hier soir, vers les 9 h RMQF, l'au toraobile port mt Le No IJ. S •#!, qui allait toute vitesse asiu corner, dans I direction su 1 de la Grand'Rue, tampoDoa Le huai public 2U8 qui venait du haut de la ru • Prou tournant la Grand'Bue |, • |iusa tut uns dans un pileux tat, le cheval se trouvait dtel en .no nde temps qu'il ne faut pour le lire, le c ich ir fut relav par la cli luueur qui le conduisit L'hOpil il. < Un anniversaire Ce matin, ans nombreusa as>istanea s'tait runis l'Eglise Mtro polit line o l'on ftslt le SOrae anBtversaira ds la eonscralion plseo pale de S. G. X V •! '-nui, arche vtVjue de Port an Prince. La m*%  i t dits par Moneaj gneur l*\rclievcj e lui mme au ni lia d %  ? %  N,.,i ,i sento : o %  ol N in res sou autres vieo Ira rame pro ineioa. Au milieu de cette m na crooo* nie on donnera la prix des concours da compositions franaises et do die lion franaise i La chorale de Sle Rose de Lima et la fanfare du Lyce Plioo prisront leurs concours celte belle fte. Me Devisai prsi leot du Jurj des (Concours d-j l'Alliance fera le discours d'usage. La lte a lieu sur invitation et -e ra brillante. lemerciemeotfl Mrlielin Lalaiine, \lr ni Mme ht sepb Jean Pierre el les autres parents remercient sincrement les m imbres du personnsl ds l'Administration g parais des Postes ainsi '' Il3 mois par minute. Mlle t'.lotil APPEL DE L'Amicale du Lyce Plit L'Amicale lu Lyce Piin a t cre il y a quatre ans. Elle rpondit une penss gnreuse et une ncessit! caractre si nettement national ipie les adhsions lui vinrent D I relises. Ceux qui avaient t ins_ dans ce cher tablissement, ce qui y avaient (ait lever leurs lants,considrent comme uneo L iiion d'honneur d'apporter 1 active participation ' 'l'ceu nouvelle: leurs y?ux*l'AraL tait le lien vivant qui devait UL les jeunes gnrations celles q les avaient prcdes dans ce m lyce. M .is d'autres amis vinrent leurs ellorls ceux des pn leurs Ils n'avaient pas profit l'enseignement du Lyce Pli il est vrai ; mais ils avaient nu la porte sociale de I entreprise, el leur concours lui particulirement prcieux. Aprs L'lan des premiers voici que l'inililTrence estvenu L'indill'erence efl le ^. r rand hatien, celui qui peu peu pic et dissout toutes les entre ses tentes dans ce pays, quel g nreuses et utiles qu'elles sent tre. L'Amicale n'y a cliapp. Et cependant elle pas morte, parce qu'elle ne ni ne peut mourir. Grce l'nergie et ia j vrance d un petit nombre de membres, l'Amicale a draoi sa vitalit et rendu manifeste utilit en construisant le graci ditiez qui dcore la place Dubois. La liibhotlique —La re bibliothque publique qui t cre l'orl-aud'rince bientt acheve. La coustr termine, il faudra acheter vres, assur le fonction de la bibliothque Un rose reste faire. Oui aura le de fuser son concours 1 Un pressant appel est adress aux membres de l cale, dont beaucoup malheure ment avaient nglig de rem leurs obligations pcuniaires vers l'AssociationD'aprs les dispositions par la dernire Assemble rai?, le membre qui naura pay pendant trois mois si tf tion mensuelle fixe une) de, sera ra/ des cadres dt cale. Aucun des membres %  veaux ou anciens ne voudra, encourir une de Armand, 91 mots la minute, Mlle Vesta Ponneftl, ton mots l|3 la ninuts, Mlle Jane Jacques, lus mois [|i la ininule. Ont Dkriti le Diplme do Daelil.igraphe Commenial Molle Jane Jacques, il mole A la min le. M h Luvli.) Miller\, V2 m >ts i|2 la minute. MrTeloine Roaev, \A mots La ininule. Mr HMmond Brunel, i\ mots la minute. Mlle tlotddj Armand* i7 mots la minu le, Mette Thauo Ilrard, ')•) mots la minute. i ri r—i prons-nous, mesura. L'Amicale du Lyce une œuvre de solidantJW d'utilit nationale: qnecucuJj apporte son concours et se couragemenls. ,,-,/J LE COMITE DlRLtjHg Seymour V ra.lel Ijgj Pierre Hudicouct Viccd Damocia Vieux Secrtaire L Flix Diambois Secrtaire m DrB.Rioot Trsorier J. V. Mexile Trsorier A Simon Vieux, Alexandre joint, Auguste Gabriel, W Lapone, Henry:;" 1 Victor Delbeau, Dr h'Jix*" Dr Flix Coicou et Uanls garde, Conseillers^ Pour gurir ou v >.e.a..s..es-;;;'*j9 IL SUFFIT de une Pilule du ir Del ilT.rueduF.ub-Bt-DW* '"'• Il ,,r lr.ilU 10n de l d illlVer61li Veut mieux de pr. %  M r IconiL'Httre, dit un adage. w ASTHME PAPIER PRUNEAU •ritjrMda lSuo •;• n <>ui ..meeiat IBI lowe iMiae (l'Asrtinw. Enpnfsnis. Oppratalft, >ts, FKUNtAU. U.a)* it-MaMIn. r^sna r rfrtl P'a-mes M Llliia-rark I MaisUIautexIjeriBS \4*m*Q CK*4Y> t., Ouv trt Ji'tiili, Sam


PAGE 1

LriUTW Venle Lrcon venioo spciale Ign vert i il il obligation ',y ><> h LJi, passJ' m rapport de ^.' L on H, r; es et son oo-dr-Ve, notaires ft.ui rrinee,! l ; ••r.; n > re 11)* l'un co im l'idem n nl demeij-,< Jn ;ueii\.i >ra proei;, en l'jtude tir le mini-l-'irt de Vie L'an (iliar E*tii:e ,( ''I : •' •" I • H %  !. !•• Ion %  pie novembre coiiirt.il, ;i i heu du raatiii, U vi nt.; au ; lus iat et dernier eneh<*ris*enr il une t# fond* o\ lidisa-s. ;,< en Viii.'. liii'. ii'e.iuss j. Je uoou ice de dix neuf pi^ls et demi jiade, ) cempris un co'.-loir de Ire pieds et d.;mi et l-etile deux Il de profondeur, et bo n';e au d par ('!i'i i-ii.i Louis, au Sud la Ru Tueiniss., a i est et ist par qui de droit. Hc que relie propri-'-l se pour I comporte el s tend -ai s au, uiceptiun ni rserve, su i la mise [frix d Deux cuuts ix an te liait quatie vin^l ceniim^s or Iricain ( v or 2o.v 80 taire les charges de l'enchre requte, poui suite et diligenee tieurlliud re Wiener, propii le, denuuiant el d mnili l'oit ?rince, \ I il pour nvoe.tl Me. L Malebianrlic et pour domicile le cabinet ,ln dit avocat sis rue Hs Dest.uicli s, .No 1.', i* la dame Meri ma II iiorl lia*, pro irii I lire, demeurant et ci.ieu Port au Prince, flwrphs iimples renm'£• ,m i/' 'NMei au ihiiaii-.; MI ,|].j_, ,i 0 „ iLlio MalchraiK lie so s-i^n irtmi l'rince.le S Novembre IU i Lflio MALKMKA.NCHE, av. la oits Une ilacJvine crire Cenlury, portable et pour Bureau en mme temps sera un cadeau utile pour lin d'anne. Cette petite machint merveilleuse, par suite de baisse gnrale et par suite de la rduction des droi importation, peut-tre olleile aujourd'hui Quarante Dollars seulementPar consquent avant d acheter une autre machine, venez voir la machine (tjentury*, vous trouverez aussi la machina Tdl trii connu eu flaili 80 dollars, LPHEIIMANN-AGGERHOLM Une au (Juui. Au lap-Hailien chez : 1. Chs. F. JAVAUX EZ i. fe Mil pA\oii: LI __ m(Jira n$oiiver;iin conire le palu iis' fftXOli: 1\K_ pour les IIVEM'K, ros et dtail. Dcs wami Emmanuel Fernandez [mande d'annoncer la mort ttm,i, 0 A. bi/imi, mort San ninxo dfunt qui comptait de nom Fmis en llrtiti avait t dput %  Irovince de Moule rlirisio et prateur des fi. ance< de San ]£*&* %  Il avaii |. 1, pari aux P* 'vnements de sou pays J'*" drape.ii nalionali-sle et, tait '"Porlanle ligure d laCapilale. K. e i? e du ,,,!l 1 Smiuaire * Martial, Mr Bellini jouis y* beaucoup de milieux en %  une gian.1.. sv-n-.nlhie. c ondolHn.,. S a sa ra.nile. gel* l'abb Bellini e-I c-n i * s l a Rpublique!) miinicaiae P premier des iddluntioNc*. I0p PS lecteurs l^ps candi iats / goyens sollicitant les J|^ s des lecteurs sur prents points du i'ays p* s rappeler que le %  L TAB a toutes les Houilles pour assu(F*riomp!ie de leur eanJ e %  la Magistrature Pn Charles N. GaetJ fris toutes les disT* pour pouvoir laipditiou du prcieux ! }, ux acheteurs des % dans les meillcuRoyal Cal tin lace de la Banque Nationale Propritaire : Annacius INNOCKNT le nouvel tahhsscmenl se recommande par un service irrprochable, des consommations de premier choix, sa situation privilgie* U soir, musique attrayante diii.e par des proiessioiinels de S95 ri 1 n m i tui 1 n Ltne S^xOrleiiis et South meri can Sleamship C hic LeS|S ChnsJiaii Krogh a laiss la Nouvelle 1)\ tenus ie 2 Novembre di rccleuieut pour Port-au Prince. A paiir de celle d j ruire date, il y aura une oceasiou chaque quinze jours pour ies pi ts sui vauls : Carh y e, I o fo ColontbU. u urs o. Vo ta Cibeilo, Lt bOtyra, J'oiu Y i ^ Fort de Frauc-, tii d^ • ovv...B thjil s. fuit ul Sfiiif, Ti.iiUid, (ituryrttwu. A, de MaUeis.-M, (Htn Col i j rjibian Sleamship Company lue. Vfpfrr flrffl par fa Colomban Stetirshii Conpsry fncpeur ooirpte de United States r Shipprg Poard, 5*% S *•!" %  *•< trte*1 New-Fort le 2Novembre courent est. attendu rort au frli ce te iO ,„ rt 7P r orU du noia.ll partira IP. m jt'u*ponr le* },or.H eu Sud ,, ro. prt* Aquin: prenant I . cV potagera, io tau.Prince, /. 7 novembre 1923 JieDara & i v. A g ent9 Whisky Whhkf wl isky Ikwar' Vi ., s II •/ Peicr UuusoH V. 11, 4 > hifhey ^TKK o ^wsbfr WUSKY .. .;::,,';;':;„.^ m /< *ii o el dei*nt du <; W. piir Wiilia T2 T „ ^ 7l \ /; ".%"'" -^'7 ww tft rEio; /"^PoWo, fi Cuitfm,. leiphone No -j/j. Vir^MfeMiiii^ppapwsieiis Allez droit chez Paul 4tL\ila Rues lavoire $ du M \i tsin de VEIat _' %  % %  %  t r rn Paul Sals AVOCAT Recouvrements Cfflmerciaui, Alloues 1 *lia!u.i. tlorrespondants a \Vat>hing ton, New-York, Berlin, Turin, Londres. l*arU. t7e Hue Houx 211'Jon-aa-' Htm Tlphone &W1 A occasion du Menu anniversaire lie ta naissance de S. .VA /<• liai d UUie.VuUot Emmanuel III te i.ichj (/ a f/Uirei de la Ltijalion recevra la Volont Italienne et tes amu if Italie, U Dimanche onze Novembre courait, de 10 heure*, d midi, en sa rsidence. Avenue John I rown, .Xo 1200. I'LII au t'uuct.le 7i. vnnbie IU2J O M trouve A bon map ch et de œeUlgure qualit, tout ce i|.'ii fout pour vous votre famille en un mot. lias pour limmel & fille. tes pour tioniines, Cadato dit s, (lhausact Lnfants, im a:>. et d'; JitMinsea, Chemlaet es, Clkapeaas a nouve pn de Chiae&k Crpa Satin, Sweaters et i lianda Is pour lames l-ir IU marie lfoubi(|ant, oiv, d'Oraayotc. <:iiaises,hod;nes,.lenx de sa.on en Viennois c u Osie Carpettes, Descentes de lit, UoiUeuaaa.Armol s Mouatii" quaires Draps de lits elc. F ailes votre rgie de toujours BOUS visite quand voua ftitoa des achats, xl y a du nouveau. vERMifH tirna CUez i. de MAT'hUS



PAGE 1

LE MAfiN Faisons a %  r-.v --^* f<*•' .. V %  |HI : B /ta* tnmha Amkte :<-rmd/. AM&C-'UI Jf m Pirmm oui Rii v • /m. C* %  %  — -V I^""""'*^^"^ %  55HBBHFBKW" %  • jKulton C7> ^m Poi !i Company lue .S, OUI *•*&< *">:4rr la pevi de m '• %  "*" x vu voulu *vo milrti/an iuma-.i et tortfM Stww Mtote to foutu d / tovPlntt tif ce wisi'ftf peiidai hdOSOAAM. Bile protg* In peau des en ma* essl '' '• DnnmJeila marqu MC NUi> *£ %  ,.,.Hati Geo. JlfiiA-SKUi* Afl.-m iu iiam Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume pour viter rnc grippe, ez quelques Comprims de l a maison H. Balloni Fils il Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rhum I illejoinl, loi tau -F ri ne, se fait le plaisir dporter la connaissauce do sa nombreuse clientle et du public en gn* rai que ses rayons constamment se renouvellent en marchandises de premire qualit, choisies avec cjott et la porte de toutes Us bonis**. Savoir : Bijoux, montres, orfvrerie, un grand assorti nient de bibelots, sacs en argent pour dames, couverte premier titre, couteaux, ncessaires en urfjent pour dames, ncessaire couture, glaces, tableaux, descente de lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, services de toilette en porcelaine.grands ei petits lits en ter et cuivre, lieiceaux en fer et eu bois, chaises roulettes pour enfants, lils de camp pendules, rveille matin, service liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table.vasesa Heure bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine, panamas, casijues, jambires, parapluies, formes chapeau* pour Hames, chaussures pour dames, hommes & enfante, l'antauffes en feutres, palm beach. Machines, coudre, faux-cols, cravates, chemina bianches t couleurs, chemisettes, jarretires, ceintures, bretelles, chapeaux dt paille, chaussettes, malles amricaines, valises anglaisas, joujoux, pendulettes et coffrets bijoux en nacre, fleurs artificielles, plume fontaine, esdeaux pour baptmes, fianailles et mariages, lampes lectriques, jeux d articles en osier pour salon, vlocipdes et automobiles pour enfants Kamsux chapeaux feuIre iorsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, porte-eha-j peaux, allais flanelle marque Docteur, pijamas franais, casimirfranais (haute nouveaut),porle-lraor, sacs pour lame-, carnets pour hommes en peau de Kussie.oreinsri, dormeuses, serviettes d'avocats, etc, etc. USINES duRHONE" Il (jr fil 4' Dttpv t Ag m s i:neraux pour Ha i QUOI UON DlSE nii QUOI QU'ON FASSE Lu HLUI; uartaiirt est | al m toujours le meilleur a luperiorite des $mm h*l**t 0^1 du a trois lments importants qui inlrenl lans leur eomUmctM. la LM cablea de ces pneus aont laits avec du COtOD trs supi'ri.iu. 2 c L'* conclus MHM essives dulll %  e compoaenl tei pneu (| tt m || mme direction. ;{ 0 Pour protger le eorpi du pneu, B | lui donner la 'ie-i,laaee wewssauv, ol [g reoouvrt avec (lu caoutchouc prsentant des pe lits carreaux qui lof in ent le laineux lood Ycar A 11 I W( a llier ; fratd Ces trois lment* sont indiapenaabW aux pneus Good Yaar, pour qii'ila ! UIS T sent donner le service que reoit ton ceux qui 'en servent. Soyez ar d'avoir ces trais littH niants dans vos pneus, en achetant • pneus Good Year j^ll : Weathtr Trai^ Dan* le monde entier il y a plus. personne se servant de pnaus Gd Tt* pie las Ultras pneu*. %  • GOOD YiAR Tbe Vest ludies Tradiufl C pert au Prince, and Gom.vet Edward MEVS Fort au Prince*



PAGE 1

7^-^w*v TU, PROPRIETAIRE IMIMMEVB Clment Alagloire BOIf VERiNA 1J58 Rue Amrioaine JIUMEHO 20 G BN !" ES Fmployez bien votre temps? fi vous roulez mriter le repos, e1 ne j erdd | as une heure, puisque vous n'les pas sr d'une minute. irUnKLlI Quotidien JUMPMOni No 942 17me ANNE N 5058 POIT-AU-PRNGE(HAITI ) L'Ecole de Furcy VENDREDI 9 NOVEMBRE IWI btQS un des numros de >'' du mois dernier exprim [arque j'ai prouv la vue feole i|ii 'LU ,i'.;i:l I ,i|i .-nlre billes-' .. '> ri et !•',,, %  \, :i(l kei,j>i lu regret de dire que bon n'a .ni •• que l'espace aulin ". tjue, depuis quinze %  es, elle est a terre, gisant ment, tel un bles- qui at lecours. Elle n'a pas mme laeur de servir quoi elle Sue. Juelle dure preuve ipelils frres des champs! pour nous l'occasion de dire rt des ouvriers hatiens %  oseni de grosses pert. g, 1 Dgligen.e dans la couf.vIravaux. I/Keole uV Furev, bute les autres Ecoles rikGouverneineiit a fondes, jtaitsolide, ne M; laisserait •iusi comme une feuille ,sche, morte enfin qui se d'un arbre pour lier se oer •les broussailles!.. au en ruine n'aurait pas lie mal a mon Aine si mie£rt le i;i .ji.t-,,; p iv-iiiii %  pas croire, liers lec Jte vint les pluieconti|*ia sein rue ,| rmre qui %  tileioc.tlav,.,t .ut itra--, ai tombe depuis | e lundi "MDS la nuit, a l'tonneamp.i-r.irls qui attenweimpati. ne l'arrive du Ui %  professeurs qu'on allait J'y Leur dception a t %  Pwsgrand-. q t e le senti"•avoir" a .H rveill en ••.vue des portes de l'lab.is P liaient s'ouvrir grandes "'MU. Mieux eut vainque ^Jets n'eussent jamais es. "Ne leur ignorance, ils vi •ne sans aucune attente. Wplussoullrir qu'un ray**n projet sur soi, alors I pure obscurit ; rien ~ plusJ regretter les jours "Mlles qu'un moment de 'ju'd pleut avec fracas, si •lumire et ce moment doivent pas durer... "msmeestiune chez nous, e d a lonjouri eu une place prpond ranlcici.— Le n lu si, dit-.,., dut prvaloir en tout, si on le chM*il rcv.ent ai galop Si tube q a soit mon paradoxe,je dis qua quan ion a nu u iturel mauvais, rt ogre le. on doit le chasser avec une uerg e telle qu'il n seule p,inl le courage de reparatre. Il est eu .-nu; l'ivraie qu'il faut tirer du bon grain... Nous avons toujours t iniilTrenta a nos pauvres trresdes champs, car aprs un. sicle un cinquime d in dpendance, nous aurions d avoir plus d'coles etjpur ainsi plusd'hommes instruits. Au lieu de nous maltraiter le^ uns les aulr, s, de nous injurier landes polemi mes in ipides, p ur |uoi o i p .s mettre la lote dans un a .„ bonoel al propager l'instruction dans te Pay. Li hatien qui riJic itise so i frre, qui cherche l'abaisser ouvertem -ni, qui ledsigre hlas : a• %  l'ait q i amu ter i Etranger, que luidooner rd on ddire que nous soin m s une 'b iode de Ngres lgrement teinte d civilisation franc des*. Pu sque no ri ne pouvons pis uoas unir, pourquoi couse, vonsnous la devise si chre nos Aeux : L Uni n fait a Force. O st notre fore? Elle est presqu'leinte.— Oh j ai un gros san e lot dans 1 ;\me — p lis pie nous nous entredchirons, si ce n'est avec le, armes comme nagure, mais par la pense, par des actes maihotote* Aidons les paysans s'ciaiivi p mr qu'on ne dise plus que sur 100 liaitiens, il n'y a que deux d'instruits car c'est honteux pour cent qui appartiennent ;\ l'lite... Si encore, quand on pariait d'hatiens, on e ivi sageail trois ou quatre catgories ou mme davantage, ce serait cmso lant ; il y aurait donc les gens del ville, ceux de la ba dieue, ceux des grands recoins et ceux dj la c un pagne. Or chacun l'occuperait faire progresser les gens de la catgorie qui le regarde ? m lis 1 h liiien c'est vous, c'est moi, c'est leportefa x qui passe, c'est le ttJSSO .. alors..Y Lu fin d dem un) accs aux btiments qui v sont construits et q i d i nia MI ceUe belle plaine, les aroplanes qui y survolaient, venaient passer S quel pies mtres au dessus d DOS ttes. On tombait dji eu plein dans b s manœuvre*, L'on *e rafrachissait peine sur la rerind i que %  rpil nenl de i machine—g is et le ro • nei t des c mon* e im ml I i t vou* or tail de rvari > et i is >m ioi, l'a u i de berr >ur m 1I3 1. .. j 1 rmt tro • qu rts -. i< u e c 1 fui comme un enfer d engins j 10 %  lier.-, ce* mitraiili u*e<< et • 1 ions vomi saieol vers | • vill 1 : q .,im av lit ni mu l en va de ianeu\ blutant iria giide par les fuses blanches I tu si p ir les ai r planes qui pouva 1 ni r pr p l'a me ai, .1 >n ni chaudement dans h fusillade tani s que d sou ct, le Cipil iioe B imue du b tut de -1 gran le machin • ai y n :u tau de sa D le mil rai I e. Voua, je vous : i qui n'v. / pas vu cela, ayez 1 1 1 J ICI r 1 b irr ur Voii i que d'u ct l< a b'e ses nous arrivent portas d-.ns les brancarie, taudis que I bas, vais ho .e-t, pour p irgnei^ n reg.n ls de ce -p ctac e si poign mt, nous essaya is d'admirer le b e 1 limpi le de 1 1 mer "I n s' tend eu uni-, le di rnier ence Iremenl de jette /este pi tine, uoe e impagui • s'o'':r,'* nos vue.-, nia.-chaut a 'as nul du vni ige. Cette %  marche accidente vers le village !... Enfin la canonnade expire aprs q-el: but a eta tel rt. L*ai*istance apr'i avoir t so .s le eu ip de e 1 mit les si aog lie mis fut in ri i par le Major Viicram dire ,m \i aile d s Itvers bi a |ues q roo avait c instruites ptr l : a ubuieooes, pb 1 fm iies, bpitaui te... Et le Lieutenant Bavard L. Bell mms lit une dininstrliou et une app icanoo du tir par peloton sur une cible o des villages avaient t destine. Il nous fit aussi u ion-.-, sur 1* dtail et i ensemble de ce qui constitue une grenade main, ce fameux engin que la guerre m i lerns a ms pi.eet qn lit la terreur des Iranebea. Nous fmes c 1. laiss inces avec la fameuse grenade qui, qui, qu ind elle le projette une forte ... >e de fum • i, ri I m souver< rein p tur I'.. im m la 1 itraite. Noua : nion spc aux de i\ 1 irg • ils r" isl et lv a] 'i ( i ml eu, l %  • m |ii >iqui bail*, — l'hibht ; ; 1 • de d im mler 1 g m iam tou> lei ses p irti ; 1 un • minute et quelquoi sm las • t d 1 ls rasse u0 er e i la re a dt.i il en parfait tat de f, ictio 1 ie n m en > minutes il ''•' %  '.' 1 I ,; • %  : : lus, un h unie • indiscret tait -U, ou lu m ioa v 11 ait plu t u p iur lanc r d tas les q 1 de coia du globe l is liverses pb 1 ede c MI m 1 tus ivres : ua appareil l %  i{ ; Il 1 • Q ,,.. ... El en ne ni ta il vers lee ch 1rs v 1 u 1 %  < 11 mt nous n u mer v 1 • B 1 1 %  I 1 i i>tul >. aiaient pai |. -.. u .us \l .1 H |< a 11 leva il u 1 '!'"• 1 mi lu h lliogr.iphs •• \lr le fi lral J. II. 1; 1 il, 4rl Colonel Kuie. la Col mel Biots, le 1 m ^ !M lies, le C ilonel .">' u, les N|l l '''; Up^hur, Dyor, lia Mal!, K { tous les a tires ifiic rs up S ieurs du dsriue Ojrpa 1 Porl u 'M 10e; I Cirall. le lUing i Ministre ''' k Ig 't !•: %  %  ! ri I, !.' I Ki %  r.n.iu, t-x 1 irt< -,. loine, Ir Ps cal Sti <• %  -, Provosl Inierprl r 1 • Cfa mvet. Directeur lu Vouvell • CI • n mt T, u ;-ainl, ilngid 1 I 11 rpri r, l'essen len; de la il ,-,•. ,ir K iser, gao> dre d 1 11 mt Com ni H lire et auteu d'un ouvra.'.' sur il uli et -es h M. 1 'teIi J ut a -i ij'iu • ,u Jii d ui d ml nous n'avons pi era1 ' : '' : %  •: as. car le chi d, ur du Tracteur avait dj dbran son moteur. linsi n .us u Ames que !e temps de 1 eni-ter eu Villeel de vite vous, 'rayonner, cbers lecteurs, ce rcit suc Cint le Cd que fuient les ,:ianœuvr .s de I9i3. MAURICE. ET1EN.NE tils Marchandises franaises Angle des rues du laqasin de I '£lal et des Fronts Forls. ( Far Cahle CBR1STIANNE R. Nouvelles ic-auares % %  Si < r( "" A crum avait o 7 nr des convois apn'^P^gue,se-inviH* Possibles ou des arle*. aa 13 des bourbiers %  S5ea„M a Carref > '' WJJI la route,, Mon'Joli. 0n P'aviit voir "•utos stationnant, le %  4 depuis, celui du Haut-Cemmissaire, jusqu' celui des derniers arrivants. Li ausei, loi ne pouvait slmaginar, vu l'tat affr ni du tronc m de roule qui conduit au l'.amp ses mtoœuvNs, que l'on allait voyager d'une faon si agrable el su! tout H ;i in bonne franquette . bord du plus c infortab.'e des OOUVOye .rs. Un tracteurs d'une puissance de cinq tonnes tuquel taient attels deux spacieux chars ouverte nous attendait l. et tel nu jouet lit la besogne de conduire lui tout seul, ce flot de voyageurs que les autos venaient de dbarquer en cet en droit. Et en cours de roule nous pmes dcouvrir longeant les sen iera a bordure, le Uo Otel K me. Chef .le l'Occupation suivi de son tata-Majornlltiit pdestremenl el allgi iiie.it vers le camps d< s m 8 i i Excellence le il de la Rp ibliq i • iui ment pas pu y pi.un,' part. Nous atteifntmes Monte! H b. i i at i gravissant la petite cote H 1 1 gne, sur le texte de Pi s | ,(10 Biais i nis p.u. i. ir p., , ,p,i„,, la coutreuce des experts, qi i sera charge d.; l'examen de l question des rparations. L'amlioialion dans la situai .m est, dit-on, due la ten dance du gouvernement britannique k accepter dans une forme atluua la rserve de M. l'oincar restreignant l'estimttiou le la capacit de paiement de l'Allemagne au moment actuel. M. Poin< are a d j d .1 ir qu'il coiHeniiraii A d muer une interprtation plutt at pie i dite rserve lui perm Itaqt Je ouvrir peut tre une priode ds deux ma. Lue autre suggestion f ite, p mr arrlv r %  un ai in d.Il pli: i e C ,.,,( que l'on considre irruaete dans le %  Les diplu u h e as mue q . me c, susceptibilits fraoe,. Kessour CM I""" 1 tives. vu paiements pro greasifs , s^erf pa/mi les phrases r. 1 '"-" ee,. La i ,;. eel qu'en a|oataal les uns api ,s le, autres les l u ,!, "'" ,s I" •-' ifs, on pourrai! amv rii "" is que l.de de '' '"" a laquelle il 7 n %  >bj ,on, LU | mention ne. La Question dea rparation* devant lo uouvernement des Etats-Unis WASHINGTON-Un long cblo gramme du ministre de, aflairet '••l'U-i-es a t r.u par l'ambissa aeur Jussersnd, en rponse des ICI Beujneinenta qu'il a envovs A son gouyeruemeni aprs son eotretien 1 vec M llughes. L'ambttea Jf s 4 eal i,. lu iu D parlement ,: '•' '' p ur disent r a no LU la si t .u .u d< ; It-n I D uenl tii.lit. u a ,it au e lui 7' i .d i ir cou tirer ivtc le prsident Ooolidge, Lu reprise du contiole militaire interalli dans toute l'Allemagne I' \Bls— 11 ,i. i du bureau de la fedi ration am u dm gricole, ch u de I tii • uue enqute sur les conditions europennes, en ce qui i incerne l'agricullure amricaine, a qui.i.Paris pour % % %  reudre .u Dana mark :t en KA< magne. '•i leul la i •' ioil a inform les membres du cabim l qu'il &\ -it a lai e r %  m lire lundi une note L'auib issade a Ail. magne deinau* .i au chancahei Slresemtnu de pon ire ..vaut lundi prochain la communication lu I U obre tu m jet le la reprisa du c mlrle militaire i ilei i li i tas toute r II magne. ne depc te de U rlin dil que i.i no le est i • %  n : eu 1er ns svres ; la reprisi m< diatt d % %  u mti %  • p r la i on n, le laral N dlel i le le est le uommi aioo .1. vant a o opltr I mr iin-.-i J-II en au form i. Le uanc ilii r btreseman i, dit la m m d p< ne, est iutorm que les o| .te rle *l ial a lo ite l'Aile magne, y compris 1 1 Bavir •, et que des mesure de coer ition seroot prises conj i nts ne il • allie, si l $ d ..i iudei de la noie ne sont pas acceptes. Due visite de ffl. Evic Drutnoitd a itt. .Mussolini HOdE Les journaux coinmen teiu longue uenl la vigile do .M. E vic Diuuio.ij, aeortaire gnral de la So iete Uts Nauone, a M. .v ussuli ni. Le Itorrire d'ttelia dit que II. Muaotini a assoie sir Eu. qu'il tait en faveur des principes de la Soi I l des Nations mai a l'ait des •n s au sujet du traitement d'in feriorii accoiu clielie. fous las journaux so ihgiieut la | n pondrto ce des tuuctioouairea in.;,, uni, mes dans l'organiaalion de lu Soi tt. • Le Groeland iera-t-il vendu? COPENHAGUE— D'aprs le jour uai i.lv irabiandi i -, i Anglelem luit dea ouvertures au Danemark pour i achat du Gi >el tnd. Le Canada el la Grande Brir latjne LO.N .' \|. Ki ig, t r mini" li" ; i I ida parlaul un dti donne pir la Ligue d'Outre mer, a dil que. bien que les D m > ier ns le. immunicalions pui sent per mettre venl e.leinent aux] reprset tant.-. . de se rendre d ns 11 capi taie de I bmpir I i Pune fdrt Uot ds l'Empir britannique ne r pou. ira.t pas maiuti aant aui ru< d'une po M jue pratique. D* tprs l'opinion de 1 Kiog, le s\ it ne ,.;_,, tioi • o itanniqui s. est i de la n nu 11 I .,,, i i: 1 ment in r uua cooprent au bteo couamuu


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06070
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 09, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06070

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
7^-^w*v -

TU, PROPRIETAIRE
IMIMMEVB
Clment Alagloire
BOIf VERiNA
1J58 Rue Amrioaine
JIUMEHO 20GBNES
Fmployez bien votre temps?
fi vous roulez mriter le re-
pos, e1 ne j erdd | as une
heure, puisque vous n'les pas
sr d'une minute. irUnKLlI
Quotidien
JUMPMOni No 942
17me ANNE N 5058
POIT-AU-PRNGE(HAITI )
L'Ecole de Furcy
VENDREDI 9 NOVEMBRE IWI
btQS un des numros de
>'' du mois dernier exprim
[arque j'ai prouv la vue
feole i|ii'lu ,i'.;i:l I ,i|i .-nlre
billes-'... '> ri et !',,, \, :i(l.
kei,j>i lu regret de dire que
bon n'a .ni que l'espace
aulin ". tjue, depuis quinze
es, elle est a terre, gisant
ment, tel un bles- qui at
lecours. Elle n'a pas mme
laeur de servir quoi elle
Sue. Juelle dure preuve
ipelils frres des champs!
pour nous l'occasion de dire
rt des ouvriers hatiens
oseni de grosses pert. g,
1 Dgligen.e dans la couf.v-
Iravaux. I/Keole uV Furev,
bute les autres Ecoles r-
ikGouverneineiit a fondes,
jtaitsolide, ne m; laisserait
iusi comme une feuille
,sche, morte enfin qui se
d'un arbre pour lier se oer
les broussailles!..
au en ruine n'aurait pas
lie mal a mon Aine si mie-
rt le i;i .ji.t-,,; p iv-iiiii .
pas croire, liers lec
Jte vint les pluie- conti-
|*ia sein rue ,| rmre qui
tileioc.tlav,.,- t .ut itra--,
ai tombe depuis |e lundi
"mds la nuit, a l'tonne-
amp.i-r.irls qui atten-
weimpati. ne l'arrive du Ui
professeurs qu'on allait
J'y Leur dception a t
Pwsgrand-. qt,e le senti-
"avoir" a .H rveill en
.vue des portes de l'lab.is
P liaient s'ouvrir grandes
"'MU. Mieux eut vainque
^Jets n'eussent jamais es.
"Ne leur ignorance, ils vi
ne sans aucune attente.
Wplussoullrir qu'un ray-
**n projet sur soi, alors
I pure obscurit ; rien
~ plusJ regretter les jours
"Mlles qu'un moment de
'ju'd pleut avec fracas, si
lumire et ce moment
doivent pas durer...
"msmeestiune chez nous,
e
d a lonjouri eu une place prpond
ranlcici. Le n lu si, dit-.,., dut
prvaloir en tout, si on le chM*il
rcv.ent ai galop Si tube q a soit
mon paradoxe,je dis qua quan ion
a nu u iturel mauvais, rt ogre le.
on doit le chasser avec une uerg e
telle qu'il n seule p,inl le courage
de reparatre. Il est eu .-nu; l'ivraie
qu'il faut tirer du bon grain...
Nous avons toujours t iniilT-
renta a nos pauvres trresdes champs,
car aprs un.sicle un cinquime d in
dpendance, nous aurions d avoir
plus d'coles etjpur ainsi plusd'hom-
mes instruits.
Au lieu de nous maltraiter le^ uns
les aulr, s, de nous injurier lan- des
polemi mes in ipides, p ur |uoi o i p .s
mettre la lote dans un a . bonoel al
propager l'instruction dans te Pay.
Li hatien qui riJic itise so i frre,
qui cherche l'abaisser ouvertem -ni,
qui ledsigre hlas : a l'ait q i amu
ter i Etranger, que luidooner rd on
ddire que nous soin m s une 'b io-
de de Ngres lgrement teinte d
civilisation franc des*. Pu sque no ri
ne pouvons pis uoas unir, pourquoi
couse, vonsnous la devise si chre
nos Aeux : L Uni n fait a Force.
O st notre fore? Elle est presqu'-
leinte. Oh j ai un gros sanelot
dans 1 ;\me p lis pie nous nous en-
tredchirons, si ce n'est avec le, ar-
mes comme nagure, mais par la
pense, par des actes maihotote*
Aidons les paysans s'ciaiivi p mr
qu'on ne dise plus que sur 100 liai-
tiens, il n'y a que deux d'instruits
car c'est honteux pour cent qui ap-
partiennent ;\ l'lite... Si encore,
quand on pariait d'hatiens, on e ivi
sageail trois ou quatre catgories
ou mme davantage, ce serait cmso
lant ; il y aurait donc les gens del
ville, ceux de la ba dieue, ceux des
grands recoins et ceux dj la c un pa-
gne. Or chacun l'occuperait faire
progresser les gens de la catgorie
qui le regarde ? m lis 1 h liiien c'est
vous, c'est moi, c'est leportefa x qui
passe, c'est le ttJSSO .. alors..Y
Lu fin d dem un)
accs aux btiments qui v sont
construits et q i d i nia mi ceUe belle
plaine, les aroplanes qui y survo-
laient, venaient passer S quel pies
mtres au dessus d dos ttes.
On tombait dji eu plein dans
b s manuvre*,
L'on *e rafrachissait peine sur
la rerind i que rpil nenl de i
machineg is et le ro nei t des
c mon* e im ml I i t vou* or
tail de rvari > et i is >m ioi,
l'a u i de berr >ur m 1I3 1. .. j 1
rmt tro qu rts -. i< u e c 1 fui com-
me un enfer d engins j 10 -
lier.-, ce* mitraiili u*e<< et 1 ions
vomi saieol vers | vill 1 : q .,- i- m
av lit ni mu l en va de ianeu\
blutant iria giide par les fuses
blanches I tu si p ir les ai r planes
qui pouva 1 ni r pr p l'a me ai, .1 >n
ni chaudement dans h fusillade tan-
i s que d sou ct, le Cipil iioe
B imue du b tut de -1 gran le ma-
chin ai y n :u tau de sa d le
mil rai I e.
Voua, je vous : i qui n'v. / pas
vu cela, ayez1 11 j ici r 1 b irr ur !
Voii i que d'u ct l< a b'e ses
nous arrivent portas d-.ns les bran-
carie, taudis que I. bas, vais ho .e-t,
pour p irgnei^ n reg.n ls de ce
-p ctac e si poign mt, nous essaya is
d'admirer le b e 1 limpi le de 11 mer
"I n s' tend eu uni-, le di rnier en-
ce Iremenl de jette /este pi tine, uoe
e impagui s'o'':r- ,'* nos vue.-, nia.--
chaut a 'as nul du vni ige. Cette
marche accidente vers le village !...
Enfin la canonnade expire aprs
q-el: but a et- a tel rt. L*ai*istance
apr'i avoir t so .s le eu ip de e 1
mit les si aog lie mis fut in ri i
par le Major Viicram dire ,m \i
aile d s Itvers bi a |ues q roo avait
c instruites ptr l : a ubuieooes,
pb 1 fm i- ies, bpitaui te...
Et le Lieutenant Bavard L. Bell
mms lit une dininstrliou et une
app icanoo du tir par peloton sur
une cible o des villages avaient t
destine.
Il nous fit aussi u ion-.-, sur 1* d-
tail et i ensemble de ce qui constitue
une grenade main, ce fameux
engin que la guerre m i lerns a ms
pi.eet qn lit la terreur des Iran-
ebea. Nous fmes c 1. laiss inces
avec la fameuse grenade qui,
qui, qu ind elle le projette une
forte ... >e de fum i, ri I m souver<
rein p tur I'.. im m la 1 itraite.
Noua : nion spc
aux de i\ 1 irg ils r" isl et lv a]
'i (i ml eu, l m |ii >iqui bai-
l*, l'hibht ; ; 1 de
d im mler 1 g m iam tou>
lei ses p irti ;. 1 un minute et
quelquoi s- m las t d 1 ls rasse u-
0 er e i la re a dt.i il en parfait tat
de f, ictio 1 ie n m en > minutes il
''''.' 1 I ,;- : : lus, un h unie
indiscret tait -U, ou lu m ioa v 11 ait
plu t u p iur lanc r d tas les
q 1 de coia du globe l is liverses
pb 1 e- de c mi m 1 tus ivres : ua ap-
pareil l i{ ; Il 1 Q ,,.., ...
El en ne ni ta il vers lee ch 1rs
' v 1 u 1 < 11 mt nous n u mer
v 1 B 1 1 I 1 i i>- tul >. aiaient
pai |. -.. u .us \l .1 h |< a 11 leva il
u 1 '!'" 1 mi lu h lliogr.iphs \lr
le fi lral J. II. 1; 1 il, 4rl Co-
lonel Kuie. la Col mel Biots, le
' 1 m ^ !M lies, le C ilonel .">' u, les
N|ll '''; Up^hur, Dyor, lia Mal!, K{
tous les a tires ifiic rs up S ieurs
du dsriue Ojrpa 1 Porl u 'm 10e;
* I Cirall. le lUing i Ministre
''' k Ig 't !: ! ri I, !.' I Ki r.n.iu,
t-x 1 irt< -,. loine, Ir Ps cal Sti <-,
Provosl Inierprl r 1 Cfa mvet.
Directeur lu Vouvell CI n mt
T,u ;-ainl, ilngid 1 I 11 rpri r, l'es-
sen len; de la il ,-,- . ,ir K iser, gao- >
dre d 1 11 mt Com ni h lire et auteu
d'un ouvra.'.' sur il uli et -es h M.
1 'te- Ii J ut a -i ij'iu ,u Jii
d ui d ml nous n'avons pi era-
1 ':'' : - : as. car le chi d, ur
du Tracteur avait dj dbran son
moteur.
linsi n .us u Ames que !e temps
de 1 eni-ter eu Villeel de vite vous,'ra-
yonner, cbers lecteurs, ce rcit suc
Cint le Cd que fuient les ,:ianuvr .s
de I9i3.
MAURICE. ET1EN.NE tils
Marchandises franaises
Angle des rues du laqasin
de I 'lal et des Fronts Forls.
(
Far Cahle
CBR1STIANNE R.
Nouvelles ic-auares
Si < Grandes Manuvres k 1923
Pi
' -Novembre lti3
Joiine heure dePorl-au-
J heures 15, par un
ft longemes la gran-
alJpla'eduCul.dt-Sac
A80 Bepos
P d !''e ave,8e de cus troi
H.pr-n,eres nuits la roule
U ?r Bon-Repos est
^ Parfait de rfection et
^ifiT*fimes hal,e vers
tta|g.. attendre l'arrive
m cLJe,invls. De cette
* I ^^ manuvres
"oSi ",e dev'en P'"
JJ^r commandant la
* DrH!>r("" Acrum avait
o 7nr des convois ap-
n'^P^gue,- se-invi-
H* Possibles ou des ar-
le*. aa'13 des bourbiers

S5eaMa Carref> ''
WJJI la route,, ,Mon-
'Joli. 0n P'aviit voir
"utos stationnant,
le
4
depuis, celui du Haut-Cemmissaire,
jusqu' celui des derniers arrivants.
Li ausei, loi ne pouvait slma-
ginar, vu l'tat affr ni du tronc m
de roule qui conduit au l'.amp ses
mtouvNs, que l'on allait voyager
d'une faon si agrable el su! tout h
;i in bonne franquette . bord du plus
c infortab.'e des OOUVOye .rs.
Un tracteurs d'une puissance de
cinq tonnes tuquel taient attels
deux spacieux chars ouverte nous
attendait l. et tel nu jouet lit la be-
sogne de conduire lui tout seul,
ce flot de voyageurs que les autos
venaient de dbarquer en cet en
droit.
Et en cours de roule nous pmes
dcouvrir longeant les sen iera a
bordure, le Uo Otel K me. Chef .le
l'Occupation suivi de son tata-Ma-
jornlltiit pdestremenl el allgi
iiie.it vers le camps d< s m
8 i i Excellence le il de la
Rp ibliq i iui
ment pas pu y pi.un,' part. Nous
atteifntmes Monte! H b. i i at i
gravissant la petite cote Du accord franco-anglais
PARIS 7- Dans les milieux offi
ciels et diplomiii |ues franais, on
conaulrerail co n ne pi : probablee,
qu'hi.r.lis perspectiv.s d'uu ,.,,,d
entre la France ei la Gra i.> H 11
gne, sur le texte de Pi s | ,(10 ,
Biais i nis p.u. i. ir p., , ,p,i,,
la coutreuce des experts, qi i sera
charge d.; l'examen de l question
des rparations. L'amlioialion dans
la situai..m est, dit-on, due la ten
dance du gouvernement britannique
k accepter dans une forme atluua
la rserve de M. l'oincar restrei-
gnant l'estimttiou le la capacit de
paiement de l'Allemagne au mo-
ment actuel. M. Poin< are a d j d
.1 ir qu'il coiHeniiraii A d muer une
interprtation plutt at pie i di-
te rserve lui perm Itaqt Je ouvrir
peut tre une priode ds deux ma.
Lue autre suggestion f ite, p mr
arrlv r un ai in
d.- Il pli: i e C ,.,,(
que l'on considre irruaete dans le

Les diplu u
h e as
mue q . .

me c,
susceptibilits fraoe,. Kessour
CM I"""1 tives. vu paiements pro
greasifs , s^erf pa/mi les phrases
r.1'"-" ee,. La i ,;. eel qu'en
a|oataal les uns api ,s le, autres les
l'u,!,"'",s I" -' ifs, on pourrai!
amv"rii "" is que l.de de
'','"" a laquelle il
' 7 n >bj ,on, LU| mention
ne.
La Question dea rparation*
devant lo uouvernement
des Etats-Unis
WASHINGTON-Un long cblo
gramme du ministre de, aflairet
'l'U-i-es a t r.u par l'ambissa
aeur Jussersnd, en rponse des ici
Beujneinenta qu'il a envovs A son
gouyeruemeni aprs son eotretien
1 vec M llughes. L'ambttea
Jf s4eal i- ,. lu iu D parlement
,: '' '' p ur disent r a no lu la si
t .u .u d< ;
It-n I D uenl
tii.lit. u a ,it au ,e
lui
7'
i .d
i ir cou
tirer ivtc le prsident Ooolidge,
Lu reprise du contiole mi-
litaire interalli dans
toute l'Allemagne
I' \Bls 11 ,i. i du bureau
de la fedi ration am u dm gricole,
ch u de I tii uue enqute sur les
conditions europennes, en ce qui
i incerne l'agricullure amricaine, a
qui.i.- Paris pour reudre .u Dana
mark :t en KA< magne.
'i leul la i ' ioil a inform
les membres du cabim l qu'il &\ -it
a lai e r m lire lundi une note
L'auib issade a Ail. magne deinau*
.i au chancahei Slresemtnu de
' pon ire ..vaut lundi prochain la
communication lu I U obre tu m
jet le la reprisa du c mlrle militaire
i ilei i li i tas toute r II magne.
' ne depc te de U rlin dil que i.i no
le est i n : eu 1er ns svres ;
la reprisi m< diatt
d. u mti p r la i on n, le
- laral N dlel i le.....le est
le uommi aioo .1. vant a o opltr I mr
iin-.-i j-ii en au form i. Le uanc ilii r
btreseman i, dit la m m d p< ne,
est iutorm que les o| .te
rle *l ial a lo ite l'Aile
magne, y compris 11 Bavir , et que
des mesure de coer ition seroot
prises conj i nts ne il ..... allie,
si l $ d ..i iudei de la noie ne sont
pas acceptes.
Due visite de ffl. Evic Dru-
tnoitd a itt. .Mussolini
HOdE Les journaux coinmen
teiu longue uenl la vigile do .M.Evic
Diuuio.ij, aeortaire gnral de la
So iete Uts Nauone, a M. .v ussuli
ni. Le Itorrire d'ttelia dit que
II. Muaotini a assoie sir Eu. qu'il
tait en faveur des principes de la
Soi i l des Nations mai a l'ait des
n s au sujet du traitement d'in
feriorii accoiu clielie. fous las
journaux so ihgiieut la | n pondrto
ce des tuuctioouairea in.;,,uni,mes
dans l'organiaalion de lu Soi tt.

Le Groeland iera-t-il vendu?
COPENHAGUE D'aprs le jour
uai i.lv irabiandi i -, i Anglelem
luit dea ouvertures au Danemark
pour i achat du Gi >el tnd.
Le Canada el la Grande Brir
latjne
LO.N .' \|. Ki ig, t r mini"
li" ; i I ida parlaul un dti
donne pir la Ligue d'Outre mer, a
dil que. bien que les d m > ier
ns le. immunicalions pui sent per
mettre venl e.leinent aux] reprset
tant.-. . de se rendre d ns 11 capi
taie de I bmpir I i Pune fdrt
Uot ds l'Empir britannique ne r
pou.ira.t pas maiuti aant aui ru< -
d'une po m jue pratique.
D* tprs l'opinion de 1 Kiog,
le s\ it ne ,.;_,,
tioi o itanniqui s. est
i de la n nu 11 I .,,,
i
i:
1
ment in ruua
cooprent au bteo couamuu


, .. .

LUf&Vfi*
lii.no meute
LEB
V LRSOVIE Vinsl-'inq person
ns ont t tues, BU grivement
blesses et ^< lgremi ni, dni I s
meutes et attentats C MlpB 'le h m
b->8 qai ont neoompago la grve
des enenaunts. Les d-s >rdresssont
produits malgr La promesse des so
ciii'istt s tan ter l;i grve en coiim
drI;mi ds I' dcision du gouverne
in ut de re irer les troup s d-s ehj
mus de fer. L'meute la plai grave
s t proluitu a Cricovie ou la foule
a entour et dsarm une cornai
gnie 1 iiifaliterie.
Pillage des magasina juiis
BERLIN La foule 4 de nouveau
pill tes mt.zi i s l,i |)!n lart les \>.
lits ont srbor les en- ignei ' Ma-
gasins chrtii as '' parce que les pil-
lages taient surtout dirige contre
les magasins juifs Plusieurs centai
ma de boutiques uni t pille et
dmolies, plus dfl cent personnes
out it blesses.
Hcctton de gouverneurs
NKW i'i ;\ -l.es d u i irates il
l I lus m ir ii 'I mi trois Bt ils o il
\ avait 'les le li >a *<; a wverueurs
keotucky.Mdrylaa l .! vj-,i j .i Ver
DlOTVt a lu un r uiDlu m Cj i. US
snateur. Des lec ion -i"- iules au
Congrs uni eu lien daus El il-.
les rpublicains ont gagn :' siges
et Us dmocrates i \ \lbiny, les
rpublicains ont gagn "' igei I
l'assemble. Dans le district judiciai
redefVauliill.il!, Itronx l'.uumaus
h remport nue vicloire .d.iUuv
av.-- l'leetion d: dix jug ta 11 coar
laprme. Pen la i la ce opag le i
torale il s'.t'ii mil avec les rpubli
uns et avait attaqu viol smmenl
les candidats. A Tarn naoy, les d
m icrates onl '' i i :l >rieux lana les
lections pour la muoicipa il.
L'tmendemenl la consitution de
l'Kiat de tfsv Vork autorisant le >t
\. loppement de an Tgie bydro-lec
Ihqus sur les proprits de L'Etat
Maires Scolaires
et la Presse
A propos des evamens du pre*
un r cycle au rMu Sminaire
Co lge St-Marti il et autour d *
quels on ;i lait tanl de bruit nuis
avons tj aux renseigoeaHn'a au*
prs il'iiii m mbre de la Commis*
aion i|in tait charge d'examiner
les ran li lats. Il nous a rpondu
que ja nais la commission n'a <*u
u s" plaindre des laits reproch* et
q .'au contraire oii eslsjr.i artis-
I ut du rsultai obtenu.
Si a 11 suite de cea j MB >ns un
rapport devait tre fait ou trouve
pie le- prsident du Jury avait
pour devoir de consulter les tutrea
m tmbres 'I lu C immissi > r Ce
g u. m il heureusement, n'a p ta t
fait ; le l .chc mpiise.
A C3 propos nous lepro.lu sous
un vu du Congrs de I K lues/
lion tenu l'anne : srnicre.
Le vu 41 concerne la Presse
etdil ceci: Li Pr se par un
inopportune immixtion dans les
a | res >! 111*03 ;> >rle une gran-
<\ atteinte a i p estig el l'auto-
rit suis tes in 'ls les miilres et
mailivss m ii8 p (uvent rien.
Le Congres m i le vu qu'elle
s'ios ra ,i l'avuir de cj8 graves
corvi lratio is po ir Laisser l'au-
torit co 11 -i.'nt l- soin ! juger
et de punir I s tu litres et m dires-
ses s il en i -t I s..m i.
Mme si I- s laits reprochs aux
bons pres du Sminaire taient
vrais, on avait pour devoir de ne
pas les publi r c ir le rapport por-
te atteinte au prestige de l'Eta-
Parisiana A l'Ecole spci
par .les capitaui privs, a t rejet 1,1,,.,.,, ,n| (j, :l droit au respect
a une maj iriU crasa nie I) aprs les v 1 | ( m ( 1(1l, (i,3 ce(lx
1 *___.i..ilul> AAAnns 1^ 11 cm Il
derniers rsultats C00HUS, les I D 10
dments en faveur lu bona< a ace u
dei aua loldats al 'le pouvoirs plus
temlus pour len municipalits, oui
reu 1 approbation les lecteurs
,, la prohibition ^
LOHOBES Li l'OMtrence imp
ri \r des 1ers mini Ires a donn son
approbation dftntttva I un accord
,,.,1 aquel les navire- anglais Boup
, m Ds de l'aire la conlrebande .1 al
eool pourront tre arrts et visits
A ans Lieteoce coofenue du Ittl kp il
a-.ici0.U COnrrSOOeS pris elle
dcision sur lu reroinmandalion du
Poreign Olliee et d'une commi^ion
d'experts.
Les cours
l'\RIS 7 Dollar
Livra
NEW YORK 7 Francs
Sterling
qui le dirigent
iiiaiic dite des Trson
.\nu< i> produirona demain la pu-
blication les coiBpte*rendus de lin-
tressant pro's qui vient d'entrer
dni sa dernire phase.
*Nous pubMerons les dtails de U
niriji/ime ^audience au cours de la-
ndette furent entenius Franck Pila*
AirnV Jules Sainte et Tboaw La
rebon rs.
--------Ver
Dimanche
La Nouvelle Au,'0,'tt
de Gaston Lafbax, mis " iwnt|d
interpft par Ren ffavarrs
'', ne pisode :
fera i hmire
\pr^ l'vasion, on voit les aven-
Inrea draraatiquss de Palas .d d*.
Cbri-Bi ii dans ia foret .m conbien
d i ides iji aiiiai.,", i rvi 11 fortune
oui Ir uv la.la mort la plus crueHe..
que d'ennemis vaincre ; la faim, U
ti 'M-eJa btes, les hommes.
Vino pi-ode :
Le conilial du Jour
et de li nuit
La nouvelle vie le Pales, i devenu
homme du moi le. l'amour f*usi y
est. mats le No 2313 vit deOI le
gffntlemtn, ontvurtoul d'il garder
son < e i; iatael et l'c nporter -aver
lui. ear 1' tt'a 'vis le droit d'aimer.
Entrs : G l,Ou
Balcon : (i. 1 .(
"svasssBssinaBaVBsrsjasaabaKsrjaiBBTsaBsnrtt ~ ww-^Me-sssaem *ae>ss*aaBaaBi
Cin Galant
Samedi soir 7 II l|2
c ran ;! Repr wntatton
misra m
drame en k parties
l .i COVUU1IE
JOUHNrVL
.Afusiqu . "' \
(Eutre 050
Rouvoau succs des tablis-
sements Chtelain
Les Etablissement? Cbatelaia vie i
n ,it a liienir u i I0 ne Grand Prii
a l'Exposition de Gand p>ur leurs
pro luiis rpul - : Uro In inl. flvral
dose, Ptgoli Globol. Jubol, Opu
ratif du Docteur Manget, Cachet du
Docteur Manget, etc, ele.
^srBasrsSBrSH-rv^=BekfiBBM*BBaaSBMrsBBBB-?aiBE*-SBrU^^
Varits
ce soir
Les fla$tci\s ds
New York
le, 2'' et -V. pisodes
Kiitre : 5t) centimes
Brillants Examens
Dacljlographiques
U. S. S. H.
17.875
77.115
I7.:iu
1.4438
Messe de
la liuut dfl l'an
M Clmeni Potfcel al lea lamilles
Lbriseoo prient les amis de bl m
vouloir assister une messa de bOOl
de l'an qn'Us fcronl .hanter la La
a
thdrale
f hrures el
noire d*
Lundi \l du courant
demie | rcls la m
leur regrette : Madame
Clment Pothel,ns Fraocioe unrts
on. .
i; s assistant, ili leur donneront
une nouvelle prouva da aympatbie.
U. I. 1. n.
Course k BicyeleUe, Parc Lecontt
Marianit mariani Pare Leconte
L'Union des Socits Sportiv -s
Hatiennes organise pour le \)i-
manche'iri'ovembre ltfiii une
cours. de bicyclette sur route:
Parc L coolt, Mariani, Mariani
l'are l^econl
Les en; i: menta seront> reus
partir {< jour au Pavillon du
Parc Lecout .
S'a Iresser i Monsieur Philippe
Gharlier, Trsorier de l'Union, au
Parc Leconte, tous les j mrs pur-
tir le " h sures d l'aprs mi li.
i) s aux pi. 5 se oui liatribua
aux vain rieurs.
La journe du coquelicot
Dimanche sera le journe du coque
li.' a organise par 1 SIM tnoe Iran li-
se en souvenir des morts ds la grande
CUerre. Des fleurs seront vendues an
profit deaavreabumaoil ilresdeeeUs
association, sur leChimp de Mars,
dans les cinmas et d las les coles,
aprs les m lesea d i dimau :ba
h. 10 heures on fera tadistributi m
solennelle le* prjx del'^lliancs Iran
asa aux levas .j li ont remis les
meilleures copiai da compositions
Cranoaisea aux sxanaeaj d; Juillet
dernier.
L'Alliance distribuera aussi des
prix da h mt et de lova il aux en
lents d: .| i ileju is des : lelo.ir de*
La question tiH
Les h u laati du qoartier de l'h
pUl se plai,' |Ut depuis deux jours
Tlu service h y liau iquequi ne leur
donne pis l'ou Bcassaira mima
pour sa dsalt ter.
duati' r.des s- trouveut lans
celle zone et les matres ne sivent
romuient laiiv pour iipust-r la soif
das .'lves.
Nous penaoni p^ w "j1 '' '0,i
eienel, le servies hydraoliqua aa
lanquera pas de faire le n I -aire.
La tholrlna M
Lpidmw !' cholrlne cmble
revenir emored.uos les du,.s cas
eonatata dans certaines maisoni de
la ville. ... ,
Nougl ,! as aux ram
l0b-. conseils .i
to.it dei ot par l ierv :
d'th
U ne collision
Hier soir, vers les 9 h rmqf, l'au
toraobile port mt Le No IJ. S #!,
qui allait toute vitesse asiu cor-
ner, dans I direction su 1 de la
Grand'Rue, tampoDoa Le huai pu-
blic 2U8 qui venait du haut de la
ru Prou tournant la Grand'-
Bue
|, |iusa tut uns dans un pileux
tat, le cheval se trouvait dtel
en .no n- de temps qu'il ne faut
pour le lire, le c ich ir fut relav
par la cli luueur qui le conduisit
L'hOpil il. _______<___________
Un anniversaire
Ce matin, ans nombreusa as>is-
tanea s'tait runis l'Eglise Mtro
polit line o l'on ftslt le SOrae an-
Btversaira ds la eonscralion plseo
pale de S. G. XV ! '-nui, arche
vtVjue de Port an Prince.
La m*- i t dits par Moneaj
gneur l*\rclievcj e lui mme au ni
lia d ?
N,.,i ,i sento : o
ol N
. in res sou
autres vieo Ira rame pro ineioa.
Au milieu de cette m na crooo*
nie on donnera la prix des concours
da compositions franaises et do die
lion franaise i
La chorale de Sle Rose de Lima et
la fanfare du Lyce Plioo prisront
leurs concours celte belle fte.
Me Devisai prsi leot du Jurj des
(Concours d-j l'Alliance fera le dis-
cours d'usage.
La lte a lieu sur invitation et -e
ra brillante.______
lemerciemeotfl
Mrlielin Lalaiine, \lr ni Mme ht
sepb Jean Pierre el les autres parents
remercient sincrement les m imbres
du personnsl ds l'Administration g
parais des Postes ainsi air.! q o leur ont manifest leur r
confortants sympathie A L'occasion
de la perte oroelia qu'ils ont prou
ve en la personne de Mario Adle
Au,'i-t<-. bmr mire, sur et allie,
ci les prient de croira en leur vive
et ternelle gralilu le
On se rappelle qu'aux examens du
\ \ Juillet 1923, plfuisura lves na-
vant pu obtenir des rsultais salis
faisant:., avaient t renvoys a une
session extraordinaire d'examens.
C'eat celte session extraordinaire qui
a t tenue le samedi il) Octobre au
local de l'tablissement sou* ta haute
prsidence de Mr Plnapeatearr des
Ecoles,le Docteur Victor Boyer. u.;;
:j heures d l aprs midi, examina
leur- et candidats taient toON
places respectives et la cerrn )-
nie commenait par la reproduc-
tion par des dactylographes spciaux
et en un certain nombre de copie,
des textes d'examens prali.hlcmmt
composs par les membres du Jury
et apports eu personne pat ceux ci
au moment ds (a aolennit.
" Me pouvant faute de temps et do
place, entrer dans les dtails, nous
nous contentons d'aflirmer, quitte
% revenir, que la crmonie a revtu
iout le caractre sri ins qui lui tait
obligatoire. Ceux qui n'ont jamais
assist ans pr uves de ce genre de
l'c le Spciale ne ae figurent peut
tre pu les diflieults relles
qu'elles prsentent : Le candidat en
f'i't.dMl.en tout premier heu. repro
dnire, avec toute Pi \a.litude necs-
s.nr . un tableau nactylographiqije,
dont le croquis Billement e-i trac
sur le tableau aoir dur l'examinateur
charg spcialemsn de cette partie,
puis il lui fsul Iran crire en 3 minu
tes chacun, deux textes difl'ronts
e mpoiiaol un minimum de 110
muts, sans compter la ponctuation
et les autre signes orthographiques
que le* textes peuvent contenir, et
cela sans aucune erreur autre que
celles qui. de l'avie unanime des
membres du jur\. peuvent tre l*
piltes il la nervosit ou d'autres
causes d'gals importance; et mme
un certl in pourcentage des erreurs
ds celte catgorie ne doit pas tre
dpass sous peine dannulalion de
la composition en question ; c'est
dans de pareilles conditions qu'aux
examens du U juillet, sur li copies
7 avaient t annules. Ceux l donc
Si remportent du MeeSeSS prou
ves onl une valeur relle pu les
place bien au dessus da combien
d'autres qui font de la dactylogra
phie une profession de circonstance
apprise, sous la pression de la necs
hile.el au mpris de toutes les rgles
da l'art Nous devons fliciter Mr
Itobin pour l'organisation, nous
pouvons dire parfaite qu'il a
su donner aux examens qui s'eftec
tuent en son tablissement dapuis le
"n mveau rgime*1, c'est dire, de
puis l'instauration des nouveau pro
cds tant pour l'apprentissage des
matires du programme que pour
l'apprciation des rsultats qie les
premiers permettent d "Obtenir.
Nous donnons ci aprs la liste des
laurats des examms stoographl
ques du 13 Octobre et dactylogra
pluques du -M 0 dobre 1923 :
A mer,t la diplme de Btoogra
plie dbutante :
Mlle Claire de Malet, o4 mots
la minute.
A mrit le Diplme de slnogra
plie stagiaire :
Mr l.'.io Maxime. 8!) mots la mi
nu te.
Onl mrit le Diplme de Bloo
graphe Commercial
S)Mlla Praocina Chanera, 9:i mois
k la minute. Mr Edmond Brunel, Or
mots a la minute. Mr Bugne Kerby,
t>'' Il3 mois par minute. Mlle t'.lotil
APPEL
DE
L'Amicale du Lyce Plit
L'Amicale lu Lyce Piin
a t cre il y a quatre ans.
Elle rpondit une penss
gnreuse et une ncessit!
caractre si nettement national
ipie les adhsions lui vinrent d
I relises.
Ceux qui avaient t ins_
dans ce cher tablissement, ce
qui y avaient (ait lever leurs
lants,considrent comme uneo
l iiion d'honneur d'apporter 1
active participation ' 'l'ceu
nouvelle: leurs y?ux*l'AraL
tait le lien vivant qui devait ul
les jeunes gnrations celles q
les avaient prcdes dans ce m
lyce.
M .is d'autres amis vinrent
leurs ellorls ceux des pn
leurs Ils n'avaient pas profit
l'enseignement du Lyce Pli
il est vrai ; mais ils avaient
nu la porte sociale de I
entreprise, el leur concours lui
particulirement prcieux.
Aprs L'lan des premiers
voici que l'inililTrence estvenu
L'indill'erence efl le ^.rrand
hatien, celui qui peu peu
pic et dissout toutes les entre
ses tentes dans ce pays, quel
g nreuses et utiles qu'elles
sent tre. L'Amicale n'y a
cliapp. Et cependant elle
pas morte, parce qu'elle ne
ni ne peut mourir.
Grce l'nergie et ia j
vrance d un petit nombre de
membres, l'Amicale a draoi
sa vitalit et rendu manifeste
utilit en construisant le graci
ditiez qui dcore la place
Dubois.
La liibhotlique La
re bibliothque publique qui
t cre l'orl-aud'rince -
bientt acheve. La coustr
termine, il faudra acheter
vres, assur le fonction
de la bibliothque Un rose
reste faire. Oui aura le
de fuser son concours 1
Un pressant appel est '
adress aux membres de l
cale, dont beaucoup malheure
ment avaient nglig de rem
leurs obligations pcuniaires
vers l'Association-
D'aprs les dispositions
par la dernire Assemble
rai?, le membre qui naura
pay pendant trois mois si tf
tion mensuelle fixe une)
de, sera ra/ des cadres dt
cale. Aucun des membres
veaux ou anciens ne voudra,
encourir une
de Armand, 91 mots la minute,
Mlle Vesta Ponneftl, ton mots l|3
la ninuts, Mlle Jane Jacques, lus
mois [|i la ininule.
Ont Dkriti le Diplme do
Daelil.igraphe Commenial
Molle Jane Jacques, il mole a la
min le.M h Luvli.) Miller\, V2 m >ts
i|2 la minute. MrTeloine Roaev,
\A mots La ininule. Mr HMmond
Brunel, i\ mots la minute. Mlle
tlotddj Armand* i7 mots la minu
le, Mette Thauo Ilrard, ')) mots
la minute.
i ri ri
prons-nous,
mesura.
L'Amicale du Lyce
une uvre de solidantJW
d'utilit nationale: qnecucuJj
apporte son concours et se
couragemenls. ,,-,/J
LE COMITE DlRLtjHg
Seymour Vra.lel Ijgj
Pierre Hudicouct Viccd
Damocia Vieux
Secrtaire L
Flix Diambois Secrtaire m
DrB.Rioot Trsorier
J. V. Mexile Trsorier A
Simon Vieux, Alexandre
joint, Auguste Gabriel, W
Lapone, Henry:;"1"
Victor Delbeau, Dr h'Jix*"
Dr Flix Coicou et Uanls
garde, Conseillers^
Pour gurir ou v
>.e.a..s..es-;;;'*j9
IL SUFFIT de
une Pilule du ir Del
ilT.rueduF.ub-Bt-DW*
'"' Il ,,r lr.il- U 10n de l'd "illlVer61li
Veut mieux de pr. m "r
IconiL'Httre, dit un adage. w
ASTHME
PAPIER PRUNEAU
ritjrMda lSuo ; n <>ui ..meeiat
ibi lowe iMiae (l'Asrtinw. Enpnfsnis. Oppratalft, >ts,
FKUNtAU. U.a)* it-MaMIn. r^sna r rfrtl P'a-mes M.
Llliia-rark I MaisUIautexIjeriBS
\4*m*Q CK*4Y-
> t.,
Ouv trt
Ji'tiili, Sam AUraetiws r DEHAUT A PA.B;


LriUTW
Venle
Lrcon venioo spciale
Ign vert i il il obligation ',y ><> h
LJi, passJ' m rapport de ^.' L on
H,r;es et son oo-dr-Ve, notaires
ft.ui rrinee,! l ; r.; ,n>re 11)*
l'un co im l'idemnnl demeij-,< Jn
;ueii\.i >ra proei;, en l'jtude
tir le mini-l-'irt de Vie L'an (iliar
E*tii:e ',(''I ':* ' " I H !. ! Ion
pie novembre coiiirt.il, ;i i heu
du raatiii, U vi nt.; au ; lus
iat et dernier eneh<*ris*enr il une
t# fond* o\ lidisa-s. ;,< en
Viii.'. liii'- ii'e.iuss j. Je uoou
ice de dix neuf pi^ls et demi
jiade, ) cempris un co'.-loir de
Ire pieds et d.;mi et l-etile deux
Il de profondeur, et bo n';e au
d par ('!i'i i-ii.i Louis, au Sud
la Ru Tueiniss., a i est et
ist par qui de droit.
Hc que relie propri-'-l se pour
I comporte el s tend -ai s au, u-
iceptiun ni rserve, su i la mise
[frix d Deux cuuts ix an te liait
quatie vin^l ceniim^s or
Iricain ( v or 2o.v 80
taire les charges de l'enchre
requte, poui suite et diligenee
tieurlliud re Wiener, propii
le, denuuiant el d mnili l'oit
?rince, \ i il pour nvoe.tl Me. L
Malebianrlic et pour domicile
le cabinet ,ln dit avocat sis rue
Hs Dest.uicli s, .No 1.', i*
la dame Meri ma II iiorl
lia*, pro irii I lire, demeurant et
ci.ieu Port au Prince,
flwrphs iimples renm- ' ,m i/'
'NMei au ihiiaii-.; MI, ,|].j_, ,i 0
iLlio MalchraiK lie so s-i^n
irtmi l'rince.le S Novembre IU i
Lflio MALKMKA.NCHE, av.
la
oits
Une ilacJvine crire
Cenlury, portable et pour Bureau en mme temps
sera un cadeau utile pour lin d'anne.
Cette petite machint merveilleuse, par suite de
baisse gnrale et par suite de la rduction des droi
importation, peut-tre olleile aujourd'hui
Quarante Dollars seulement-
Par consquent avant d acheter une autre machine,
venez voir la machine (tjentury*, vous trouverez aussi
la machina Tdl trii connu eu flaili 80 dollars,
LPHEIIMANN-AGGERHOLM
Une au (Juui.
Au lap-Hailien chez :
1. Chs. F. JAVAUX
ez i. fe
Mil
pA\oii:LI, __ m(Jira.
n$oiiver;iin conire le palu iis'
fftXOli: 1\K_ pour les
IIVEM'K, ros et dtail.
Dcs
wami Emmanuel Fernandez
[mande d'annoncer la mort
ttm,i,0 A. bi/imi, mort San
ninxo
dfunt qui comptait de nom
Fmis en llrtiti avait t dput
Irovince de Moule rlirisio et
prateur des fi. ance< de San
]*&* Il avaii |. 1, pari aux
P*'vnements de sou pays
J'*" drape.ii nalionali-sle et, tait
'"Porlanle ligure d laCapilale.
K.ei?e du ,,,!l'1 Smiuaire
* Martial, Mr Bellini jouis
y* beaucoup de milieux en
une gian.1.. sv-n-.nlhie.
condolHn.,.Sa sa ra.nile.
gel* l'abb Bellini e-I c-n i
*sla Rpublique!) miinicaiae
P premier des iddluntioNc*.
I0p
PS lecteurs '
l^ps candi iats /
goyens sollicitant les
J|^s des lecteurs sur
prents points du i'ays
p*s rappeler que le
lTaB a toutes les
Houilles pour assu-
(F*riomp!ie de leur ean-
Je la Magistrature
Pn Charles N. Gaet-
J fris toutes les dis-
T* pour pouvoir lai-
pditiou du prcieux
!! },ux acheteurs des
% dans les meillcu-
Royal Cal
tin lace de la Banque Nationale
Propritaire : Annacius INNOCKNT
le nouvel tahhsscmenl se recommande par un service
irrprochable, des consommations de premier choix, sa
situation privilgie*
, U soir, musique attrayante diii.e par des proies-
sioiinels de Installation parlai te. Prix models.
(__ Tlphone N'> S95
ri 1 n m i tui 1 n Ltne S^x-
Orleiiis et South meri
can Sleamship C hic
LeS|S ChnsJiaii Krogh
a laiss la Nouvelle 1)\ -
tenus ie 2 Novembre di
rccleuieut pour Port-au
Prince.
A paiir de celle djr-
uire date, il y aura une
oceasiou chaque quinze
jours pour ies pi ts sui
vauls :
Carh y e, I o fo ColontbU. uurs o. Vo ta
Cibeilo, Lt bOtyra, J'oiu Y i ^ Fort de
Frauc-, tii d^ ovv...B thjil s. fuit ul Sfiiif,
Ti.iiUid, (ituryrttwu.
A, de MaUeis.-M, (Htn
Colijrjibian Sleamship
Company lue.
Vfpfrr flrffl par fa Colomban Stetirshii
Conpsry fnc- peur ooirpte de United States r
Shipprg Poard,
5*%S *!" *< trte*1 New-Fort
le 2Novembre courent est. attendu
rort au frli ce te iO ,rt 7p rorU du
noia.ll partira Ip. m jt'u*ponr le*
},or.H eu Sud ,, ro. prt* Aquin: pre-
nant I . cV potagera,
io tau.Prince, /. 7 novembre 1923
JieDara & i v.Agent9
Whisky Whhkf wl isky
Ikwar' Vi ., s II / '
Peicr UuusoH V. 11, ,4 > hifhey
^tkko^wsbfrwuSky, .. .;::,,';;':;.^
m /<
*ii o el dei*nt du <;
W. piir Wiilia
T2
T. ^7l\/;".%"'" -^'7 ww tft rEio; /"^- PoWo, fi Cuitfm,.
leiphone No -j/j. "
Vir^MfeMiiii^ppapwsieiis
Allez droit chez
Paul 4tL\ila
Rues lavoire $ du M \i tsin de VEIat
_' 't
"rrn

Paul Sals
AVOCAT
Recouvrements Cfflmerciaui,
Alloues 1 *lia!u.i.
tlorrespondants a \Vat>hing
ton, New-York, Berlin,
Turin, Londres. l*arU.
t7e Hue Houx 211'Jon-aa-' Htm
Tlphone &W1
A occasion du Menu anniver-
saire lie ta naissance de S. .VA /<
liai d UUie.VuUot Emmanuel III
te i.ichj (/ a f/Uirei de la Ltija-
lion recevra la Volont Italienne
et tes amu if Italie, U Dimanche
onze Novembre courait, de 10
heure*, d midi, en sa rsidence.
Avenue John I rown, .Xo 1200.
I'liI au t'uuct.le 7i. vnnbie IU2J
O m trouve A bon map
ch et de eUlgure qua-
lit, tout ce i|.'ii fout pour
vous votre famille en un
mot.
lias pour limmel & fille.
tes pour tioniines, Cadato
dit
s, (lhausact
Lnfants,
im a:>. et d';
JitMinsea, Chemlaet es, Clkapeaas ?aille fino d'Italie, (.liapeaux de laine
ponge o la nioda, Cropona pour
l'aa&reo ti>a nouve pn de Chiae&k
Crpa Satin, Sweaters et i lianda Is pour lames l-ir
IU marie lfoubi(|ant, oiv, d'Oraayotc.
<:iiaises,hod;nes,.lenx de sa.on en Viennois c u Osie
Carpettes, Descentes de lit, UoiUeuaaa.Armol s Mouatii"
quaires Draps de lits elc. "
F ailes votre rgie de toujours BOUS visite quand voua
ftitoa des achats, xl y a du nouveau.

vERMifH tirna
CUez i. de MAT'hUS


LE MAfiN
Faisons a
r-.v --^* f-
<*'
.. V


|HI :
B /ta* tnmha Amkte :<-rmd/.
Am&c-'ui Jf m Pirmm oui
Rii v /m.
C* t.'Arrow data le uut.
D&MT'Ul" CttATIONJ :
PVfeni im rWt,
Voo'iir f Ml foiwMt
iptiTom pojr noi.witl.
EXTRAITS :
tXl'.Ifl. gatt,
Ijlimtia, V'iolme,
ytlamt*, Joimin,
Lilci. Muurt,
hii Heliclitf:,
|Mlll rMUWM
.A
.
/ i I ,- /
. 7 u m

il, i




" -J
!
Vaillant A Houst Agents Gnrau* 1720sR*a do M g a tin d t*MM


>





-V
I^""""'*^^"^
55HBBHFBKW"
*
jKulton
C7>
^m Poi !i
Company lue
.S, OUI **&< *">:4rr la pevi de m '"*"
x vu voulu *vo milrti/an iuma-.i et tortfM
Stww Mtote to foutu d / tovPlntt tif ce
wisi'ftf peiidai
hdOSOAAM.

Bile protg* In peau des en ma* essl '' ' "
DnnmJeila marqu MC NUi> * ,.,.- Hati
Geo. JlfiiA-SKUi* Afl.-m iu iiam
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
rnc grippe,
ez quelques Comprims de
l a maison
H. Balloni Fils
il Sise lue Roux, 120, prs du dpt de rhum Iillejoinl,
loi tau-F ri ne, se fait le plaisir dporter la connais-
sauce do sa nombreuse clientle et du public en gn*
rai que ses rayons constamment se renouvellent en
marchandises de premire qualit, choisies avec cjott
et la porte de toutes Us bonis**.
Savoir : Bijoux, montres, orfvrerie, un grand assorti
nient de bibelots, sacs en argent pour dames, couverte
premier titre, couteaux, ncessaires en urfjent pour da-
mes, ncessaire couture, glaces, tableaux, descente de
lit, moustiquaires, dodines, chaises, lavabos, services
de toilette en porcelaine.grands ei petits lits en ter et cui-
vre, lieiceaux en fer et eu bois, chaises roulettes pour
enfants, lils de camp pendules, rveille matin, service
liqueurs, tasses, lampes ass. tapis de table.vasesa Heure
bonbonnires, chapeaux feutre, chapeaux laine, pana-
mas, casijues, jambires, parapluies, formes chapeau*
pour Hames, chaussures pour dames, hommes & enfante,
l'antauffes en feutres, palm beach.
Machines, coudre, faux-cols, cravates, chemina
bianches t couleurs, chemisettes, jarretires, ceintures,
bretelles, chapeaux dt paille, chaussettes, malles amri-
caines, valises anglaisas, joujoux, pendulettes et coffrets
bijoux en nacre, fleurs artificielles, plume fontaine, es-
deaux pour baptmes, fianailles et mariages, lampes
lectriques, jeux d articles en osier pour salon, vlocip-
des et automobiles pour enfants Kamsux chapeaux feu-
Ire iorsalino, assiettes, carpettes gyptiennes, porte-eha-j
peaux, allais flanelle marque Docteur, pijamas franais,
casimirfranais (haute nouveaut),porle-lraor, sacs pour
lame-, carnets pour hommes en peau de Kussie.oreinsri,
dormeuses, serviettes d'avocats, etc, etc.
USINES duRHONE"
Il (jr fil 4' Dttpv t
Ag m s i:neraux pour Ha i
QUOI UON DlSEnii
QUOI QU'ON FASSE
Lu Hlui; uartaiirt est |
al m toujours le meilleur
a luperiorite des $mm h*l**t
0^1 du a trois lments importants qui
inlrenl lans leur eomUmctM.
la Lm cablea de ces pneus aont
laits avec du COtOD trs supi'ri.iu.
2 c L'* conclus mhm essives dulll
e compoaenl tei pneu
(|ttm || mme direction.
;{0 Pour protger le eorpi du pneu,
B| lui donner la 'ie-i,laaee wewssauv,
ol, [g reoouvrt avec (lu caoutchouc
prsentant des pe lits carreaux qui lof
inent le laineux lood Ycar A11 I W( a"
llier ; fratd
! Ces trois lment* sont indiapenaabW
aux pneus Good Yaar, pour qii'ila !UIST
sent donner le service que reoit ton
ceux qui 'en servent.
Soyez ar d'avoir ces trais littH
niants dans vos pneus, en achetant
pneus Good Year j^ll : Weathtr Trai^
Dan* le monde entier il y a plus.
personne se servant de pnaus Gd Tt*
pie las Ultras pneu*.


GOOD YiAR
Tbe Vest ludies Tradiufl C
pert au Prince, and Gom.vet
Edward MEVS
Fort au Prince*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM