<%BANNER%>







PAGE 1

LE'MATIN • %  .. Des milliers de litres de sant concentre vont de Norvge au monde entier par vole de VEmusion Scott. La prcieuse huile de t ase de Morue, incorpore en forme digestive dan* cette emulsion, constitue une bndiction pour un* multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur VlgU* t dans toutes les poques de la vie. C est un pr duit pour toute la famille, unique en son ger> pour presque toute forme de dbilit. Prenez: L'EMULSION SCO L'exprience de quatre gnrations i milliers le mdecins est votre meilleurs %  la vous mme, et donnez-U fera %  <-t vos enfanta, Qod, pour uino.-.ei .i.i.iau Cap. Lejnge : Savez-vous pourquoi il avait t arrt ,. Le tmoin : J'avais entendu due au Cap qu'il avait pris de l'argent de quelquo personnes. — Le Capital nu Wood a-l-il interrog Davis devant tous — Oui, j'taii en fa< lion devant la porte. — Connais! / -•• ' ; — Qui il • i "' sous ma resp in ibillt ( n priso p. .. y a-i il eu d'auln s personnes l *"_ Bervin q i j'ai trouveu prison? ftt Commissaire : -I on inflig de nauvai traitement an Cap Davis et Bervin .' | Le tmoin : Je ne | ui pas •• le dire, l avis a port les m o pendant quei | ps. Le pige ; S %  • > %  • pilain.> Wood s Bl dan* la Rpubli [U i Dominicaine Le tmoin : lui, I indis ["le j'taii de garde .1 la priaon. & Le Commissaire : Voue main-. 111 que Davii n 11 im ia l m titrait* ? Le tmoin : Aon. I u BOT, BU* Gonaive-, Davis a voulu sa sauver. On lui a mis les menottes. U avait enlev une partie du toit pour l'enfuir. Le Commit -aire : Davis a-l-il eu faire des foui les Le tmoin : H u < m connaissance. Me bu ly : Avant la tentative d'* vtsioo de li piison di %  Gonaives, Dasis avai il 1 inolt Le tmoin %  Oui, uepaii 1 sortie le l'oit-m 1 1 i He Bi id| %  1 s lant son sjour dans 1 prison du C p, Davis n o % %  I bre Le lmoin : 0 .1 je lui donn ii I heures p M Brdv : Dans quelle situai se trouvait Bervin pendant son sjour an I — Il tait libre en pi ison pendant la joorn — Save/, vous si Bervl a eu a ralre des dclaration* au capi aine Wood? — Oui.., — Est-ce qu'une certaine pression avait t aaerce sur Bervin a Poe einn des d cl ir iti ms ; l'il a eu faire f — Non. 1! > lail assis au 01 1 1 lieutenant et on lui apporta 1 a qn'U iall.nl poui 1 enre. Sle Lon .Nau : VoUI aval Irat illl avec le capitaine W ood, savez-vous e'il aexero une pre*si in *ur Frank .•'ils-Aime pour le porter mentir Le tmoin : Je ne connais pas ce Monsieur. D'une faon 1 • avez VOUS %  a u a Bien er de prvenus de N 1. 1 iraais. \|. Di unoo vis avait de litaine W pu cahier de cnequei pour en loitclier :,. montent,a la Banque gricoto Santo-Do ning . Le tmoin : Je ne sais rien cet gard. ._ Est-c %  que Davis ne vous a pas offerl de l'argent pour l'aider se sauver'.' .. — ln.fi, il m'a demand un cravon e. !.. p.pierel m'a rwnie un pmer i-our lo cher 20 dollars de M ,e C,,.:. ,,je l'ai remis an capitaine Wood. Me Bmm. Cantin : Est ce que le 1 Wood ne ie rendait pas ,.,,, [es so rs U prUon du bap, Undisque Davis el Bervin y taient interns '.' Le lmoin : Oui. — \eniil il seul ou en compagnie d'individu- '.' — Se.nl. — Eliei vous 1\ quand Bervin a ,,, i; I irati us .' — J-l lia .! mtres de distance de Bei in. — Esl ce p.'avant cela wood n .1 p.~ u 1 \ ai seul Bervin — .le ne puis pas vous le dire. Je surveillais avis. . — x ( |ue|le heure Bervin crivit il ses l ici iration* — A 10 heures du matin. Me Ca ivin : En p d enee le qui? Le 1 • u 'ii : lu chef 1 • la prison. — B rvin tait il parfois enferm? — Son, jam lis. Po i' tuoi cette diffrence de traite m ml ? — pare pie Dwii tait plus sur veill qo 1 B rvin. \,. (iei • 'i: VOMI ave/, dit que Dl vi< l il menotte. Pourquoi? Le tm un : l'ourque ilavis ne put l'< happer. — Qaels moyens employt le capitaine Wood pour faire dire la vri t aux accuses ? — On les euf. rmait toule la journe. — t >n ne faisait que cela ? — Oui. Me Di lienne : Eles-vous aetaelleinen! dtei tive Le : tm >in -le Irai aille m Lg-lion amricaine, .le ne suis pas i1 -tive. Ce,! un manque d gr I. Davis : Quels servies! reniai ois l'Occupition ? — .le travail 1 c ira ne tlphoniste i la I.",' iti "i Vraric lia \ — Le traitement [uej ai subi au Cap, esl ce ce ni .prou inflige tous les prvenus .' — oui, c'est le mme. — Est ee i|u ils sont tous enferms, ave un gendarma la porte .' — Non. — Quand le capitaine Wood voulait p trie avec lui, ne lui disait il pis de s en aller;. Mi Oui — A ri il ne peut pas savoir ce q u | g'l lii pass entre nous ? — Non. — Quand ili sonl venui du Cnp a Port au >' "ntiien de jours oiit-il* fail sa chemin .' —. i : joins. — Que lui a ton d^nn a minger? -\ l'Htel SI Miil t. lion.ives, le capitaine Wood lui a d nn des son pari 1 1 rager al peu lant le In jet de m ne, de Port au priu is demande de dire 1 ni m rs our '.' On ne vous %  rien d inn et per mang non plus. Davji • J'ai pH#."> jours -anmaa gpr, san toire, sous la frule du ca pilaine Wood, en revenant ici. Le li utenant de la prison du Cap, quand le capitaine Wood lit parti pour Sanlo Domingo, est venu me questionner, en dis nt cet homme de se retirer Comme il a vu que i'i I ds ale, que toute ne barbe avait oui se, d a donn l'ordre de m'ac corder une demi h r oV libert en pins, rrra les 7 heure* du soir A qu< Me mai.-ou pli e le capitaine Wood savait n'a ene dam I nuit". I e li nioi'i : Le soi il i-avail vous ami ner t\nv. le chtf de la police du ^ a l'O tiez vous ce moment l '. — J'tais dans une chambn atte mmti rour vous -uiveiller, afin que vous n*> pienie/ P^ ls luit • O donc n/hlteidait le capitaine WoU ? — Je ne sais pa-. J'tais attach par une jambe la table .Ne m'aviei vous pas vu? — .Non. t — Vous netatei donc pas que j'ai t maltrait par 'e capitaine Wood? — Non, je ne le s il scia. La l >mpi ante et son avocat 1 ai 'g 1 1 m* 1,JJi a t >,,<:s lecture. A.II> i sign : Maie Augusta Ner naltiboul. J. Llo Joseph, av. et Montas Civil. Enregistr Port au Prince, le cinq octobre mil neuf cent vingt trois folio 'J28/.129 verso Case 5099 du He gi-t e II N li des actes judicia r s. Peru : droit lixe : cinq i.mle cenlim> >. Pour le dir leur principal de len ,r gi trament ig i) C Baug. Le coniro e (sign ) Cyrus Saur 1 l'our expdition conforme : < ollationn, ;o)C. Montas Civl Pour copie coulorme, J. Llio Josneli, av. l'est par Madame Haouirn I ouest par Mine VveLjw deux.eme.port.on.c.apre^ deuxime portion, de forais| lairc, mesure soixante* ct Est, soixante qu re ct Ouest et vingt coq ct sud, et borne au oord^ par la portion -d"f. au sud par V. Once et M la troisime l'O. 1 ll " cl S -ne ; et la troisime ponu So.taunl,— ge rommjjl pieds pour sortir sur la J Saint 'Urave, mesure sonjl pieds de large au ct hsM f ieds au ct oppose J Sne profondeur de deux ces a chacun des cotes bud est borne au *f$£l au sud par Mme \>*" par la deuxime porUoa nsigne,etlouetpar'J rv, ainsi duret qu* sepoui^itelseleml. 6 x "p.iou ni Irsene. Ladite venle.se teiajj de Isa mi*o p. s* ^-fSH Irt cent quarante liuit rf ces du Me...-. !.'' %  iciy ] taire demeurant et ^7 Mes. Morel et i c „ lection de domude dits avocats, ia, %  e Co.| Contre la dame Ma. 3 Etesse Monsanto, preg-ji rant et domijlw % onlt ej o. le sieur Liesse M ^ Kil-i.e demeurant ^ J ort au Prmce. JJ J2 taure et aulon^ w> Pour plu* ampKJ^ s'adre^rVleLo J^ notaire, ***££ charges ou aux.' soussigns. ; Port au l'rim e.J• • J. Llio Joseph, a 1 %  ^"



PAGE 1

."^tPVJPt UfcMATlN voie pire j, || gros? en forma |. u ne obligation hyptth „„ report lle N,e ^ouis Kion ro!'"-iriiP. notaires j lare, en date -I" 1 I %  ivr-,1 —jpslre, H'ielle olMgaj5fle et tnnsnrvrte, suis ra „lir-i !'• f il ''I de droit UTA ii'i. !' i -tcur en L, ar esi.';n •'" "i l> V \fn~, K,pHfis il' v.int le dit Me u e pjv la ci; le J;i lit Mai n'istr ; L^cil le mardi que l'on %  We Octobre do la prU, 10 h Trs du rmlin, t (\ par U 1 ministre do Me _wnav. notaire fort nu IJHdu'Centre, a la vente m plus offrant el dernier ur iPu terrain distrait il d pendant d>lhabinette, ci devant Pimont. feiite commune, section de lequel terrain mesure ,Jeds de far ide sur la ra lemiu de lirayelle a Porl H, cent piuls, auc'tt oppo ihtOD.siir trois cents pieds lleur en lijzne brise au et en ligne droite an rle %  : an Nord par Thagne jti le reste de la propri' n gi I' 1 SI (iilles Je di, au [Mme Marie-! onise VilleJrEst. par la i IN i ne ou chefcfcayette el l'outil, par le |Tinegills M Cilles Jeudi. |nie pr \ de mille sept |iitesix gourdes quarante poutre les charges de l'en. y: G. 17'6,40 mrflede Mr Milliadr Augus HT en M' decine. propri' jeiirant et domicili a Hara bt pour avocat*, M< S Wind %  IGrvN Jean, aver leciicile a.i c net des dits idu Centre ; |i giei.r Piei re Thlorme, R,dem> ur-1ii I et domicilie ihirc limpItN renseignements, (lut avocats poursuivant* li Vi'mrnay. notaire,djcaluer des cha-g. s. %  ee, le 25 Octobre 1923 llicui i av. |fcy JEAN, avocat fente Compagnie 'Gnrale Transatlantique Le paquebot H AITi par li de Bordeaux k 15 Octobre directement pour le Cap-Hatien eitalleadu Ie30 codrant.ll repar lira le mme jour pour Santiago de Cuba. La suite de l'iiiacraire sera ixe l'arrive du paquebot. i'uTl su l-'ri ce f '27 0; ob e 1923 L'Agent Gnral E. ROtfELIN iduiio ohli^ a ioii hypo jps'-' au i apport de JlAailes et son confrre, BLKort au-IVince, le 21 1 |vun commandement latrijctueux, il sera proeet par le ministre iJCharies, notaire re'lelile lundi vingt-neuf %  neuf cent vingt-trots, p du rnatin, la vengent et dernier ench i u ne proprit, londs et %  g i u cette ville, Aver, l { 'owii, coin,.ose de ij£ ns J" s, .iout l'une -w pices et l'aidre de B" lu tout, le la conteW Pieds de faade et P'eds de pn/ondeur," u nord par pii de droit, i |f ma Piller, lest lf'. J nl et l'ouest par i^ celte proprit se gjjpoptecls'tend.sans ^P'ion, ni rserve, sur lx de Cent soixante" ars qu.tre-vinjtt cen, CyorP. 172.81 Pjnarges de IWhre. _; %  "\ poursuite et di'iI py ri.o-odore \vi Le ; fefjnjurant et domiIH. o ''""''• :, yanl pour TV".io Malebranche et P? 1 u le cabinet d L \o S 23/ Uwe Dui,ls DeS • A ? il,r Ducasse BapPanama Railroad Stcamsliip Line Bureau de l Agent Gnral Port-au-Prince, Ralti.le 30 Octobre 1)23 BULLETIN \ .{27 Le SfS Panama est attendu Po*tau PHnee dm frewYork direct Mar di 30 Octobre 1923 arec: 620 lonties le Mwelmndises •*7 Pas8ager4 U" lace de lettres et partira dans l ap * midi du 'mme jour noue Crie ob d Canal Z) e drtet* O.B.Tlioinpson.-jii Cordon atrie £,meat Camille Fabricant de cihattitm'es m tous genret Matriaux suprieuri Soins — promptitude — Clritg ttran l'Rue prs la i'oste N 17^2 I^a maison porte la connaissance du public que — dans le but de faciliter et d'encourager ses nombreux client? -elle accorde— partir dll 1er Juillet 11)23 une prune de une paire de chaussures au choix tout K'tent uv de vingt tickets. Eri consquenceon est pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant. la Conscience — telle est la devise de la maison. \ le l fp ta p P, demeurant "et R rv *son ville. jj^^in|>|.s renseigne2' r ;iu notaire sms,' lAll 'L|io Malebranp fe. le 21 ( K t 1923 EBHANCUE; av. n. s. s. H. Meesieor leadlgus del'L S 8.H sont cniivoqus dimancli. m ilin div heur, s prcUee eu Parc Leon te pour le renouvellement du buieau Le Prside t, leidinand Jn-JACQUE8 Remcrcieiiients Mr le heileur Dbrosse, Mr Se Mme Aubry Peuyo,Mr el Mme Lon Corn au. Mie Mme Dup iv I) vieil ^ Mlle Marianne Peuyo, Mr !•' iy Pau o, Mr .1 MmI'. I ili n |',, ,>, \| r e Docteer Victor UalhuriD, Mr .Ion dan M ii t li il ri n, Mlle Autuiuall<' M i tliurin et tous les autres parents s'emprfssent de remercier avec beau coup de gratitude toutes les personnes qui leur ont tmoign de la sv u patliie l'occasion de 1^ perte bien cruelle qu'le ont prouve en la mort de Thrse DBaOBVB, leur pouse, tille, su-nr, nice et cousine. Si vous avez [] eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume pour viter ras grippe, prenez quelques Comprims de RH0D1NE "USINES du RHNE" I USEZ CECI Nous lomiiii s hem •^ de porter la connaissance tant de ses ain ; Mes ( \<> \\\ <\ ; %  • < %  : public en gnra I que la HKRMANO5 Fait i. grande diminution sur les suivi n ts : Li lit ns l'ompeia elinque Gloire de Parii chaque F'i iilie l'iver:•-!•!, vamv A/urra, Bel Tort,! refle Incarnat. IVunpeia, etc. maison KAWAS prix les articles i .15 la douzaine 6 ;.o l'oi.dre Santal •' Java Poudre de riz petites boites Pommade Morl'e de bo-uf (-amis Pots Roger JtGallel Grands Pots Itoger Petits Pots i.ia chaque IJI la douzsie chaque l.t la douzaine la douzaine chaque 9.50 chaque 1 ,7.i I0-0o IH.Ofl 15.00 \l BO I.5U Kavvas iiermanos 205 209, Rie (raversire Four les ftas de ta Toussaint el des Morts Vous ituvren Chez John BOULOS Chapeaux di pajlleforme Panama supri e urs Gds. 5. seulement Chapeaux pour jeunes mies et jeunes gens en c.isinnr et velours 7 Chapeaux en soie lu Chapeaux feutre suprieurs pour homme lu Casquettes suprieures \ Chaussures pour filletl W 1"> Chaussettes lil pour entants toutes dimensions 12 la douzaine Ceinturons en caoutchouc J..JO Bretelles suprieures Bas de soie bonne qua'il la patrsj 10 & 15 Un jou assortiment de voile, crpon de soie, zplur, serviettes de toilette, toile matelas, calicot, indienne franaise, toile pour rideaux Port-au-Prince, le 2i Octobre 1021. e soir Rouverture des soires de FHlel de la adeleltae. Grad Bal ds 7 heures. Pharmacie Centrale d Hati Weaswiouoce lo ihe public tha v^eare moving to new and more jpacious quarte-s nextdoor to the Posl Ofliceand wdl be open for business mondfcy tMober M th 1 123, l7l2CSlret. AttheUmeof ma-Tug lis change we hve incivas'id our ici ind hve also added 2 ut f r ? 1 newdepartmeuts. Wearein a hetlerposition than ever t'eio.e ogive y.ui prompt service, reaswnable pries, standard druos andpateiii medicines and ths he,t qualities ol i ilel ai i lea.1 lur prscripuoQ clerks are caretul and proven meo ol uudoubted sbility. service al ail hours, day and night cingiibh spokeu Se halii.i i spanol Mail ipricht deutsch. 1 raduciion Phormoe e Centrale dHaiti .Nous annonons au puhhc qui nous avons transport et que nous ouvriroiisUuMi 4J Octobre U :.J, GranJ'Hue So i 7 l j, no.,',' £ n : %  '!. IPS ."'"'' et plu8 B P ac,euM ^ a t'ewmt au Buicau des l ostes. A cette occasion, nous ayons augment nos stocks et avons aussi jout un certain nombre de Dpartements nouveaux. Nolr?X " %  ;Um n^n^a nous avons des mdicamenu. es plu mus si une.forle quanut d'articles de toilette, de m. illeuresqual ts .Nos employs prennent son. des prescriptions el ont la cWiitanS M ga-mt ef apj t Aj-nta Gnraux pou" Hati UF£ Vbik ALLURE ^ ^aavV la 5oir^, dlicieux potage, aa poufet, ptxttHerle siarlo, crme (a ^tace.. 1M



PAGE 1

1E MATIN NESTLES^ NUT-MILK CHOCOLA SE SUi'liT OF PERFECTION, En vente chez : L, Preetemann-AGGEKHOLM Fuloii ShoePolhh I Company Inc. l\eiVm\ork ii Vtu vcule\ taleget Ui peau de tas cbausnr i>. Vt VOl Jt{ i-fti un btulaiit Luisant *t inrabl* S* veut V9kl\ la muUur et la souplttst de t* ibamurti pmJsnt Mnnr*os em;n)/tj ta muqu MOSUAU. fabrique sprnaltmnilpour .es darnes ei'Jesgentlunen du bifb Uu Bile protge la peau des chaussures contre l bumiatt et la ebaltm. Mlle l'entretient leur soubless et tonstrvi leur brillant, demande^ la tuarque MCNOGKAM cal la meilleur de toutet les marines Gto. JE IMSEML ifrnl pou Hati Royal Caf En lace de la Banque Nationale Propritaire : Annacius INNOCKNT Ce nouvel tablisiemenl se recommande par un service irrprochable, des consommations de premier choix, su situation privilgie. Le, soir, musique attrayante dirigea par des proiesaionnals de m and mrite. Installation parfaite. — Prix[mod4rs. Tlphona N to 305 le %lin La mafron I! Sll.VE! fond le 1 er A niJ 907 Abonnements m aOW Porl-au'I'iirce GoBidei 1 Dt'psuiemeuls *••• Etranger J'OS Bette P.stalc: US Tlphone 242 BureauUne amricaine ;13>8 4 V Intermdiaire Diligent Ce bureau, tabli rue Prou 316, maison Robin, oll're ses services pour toutes anairea Commission, transaction, servi e spcial dans las questions d'automobiles : vente, achat, voyages et transports. Dix machines confortables et dix lions chauffeurs sort abonns n^ire agence: machines propres* solides et pourvue! d'acceseoin s complots: chauueuti habiles et ayant les meilleures attentions pour leurs passagers. Pour dira bien nrvi, adresse* vous L'Intermdiaire Diligent. SERVICE DES AUTOS BvLAN: Lundi, Mercredi, Vendredi, Prix, DEUX Dollars. CAYES : Les passagers peu* vent l'io&c ire ** l'Intermdiaire Diluieni, Hue Frou, *ii6. Pu ipiirt %  il en 4 mois Voulez-vous que vos enfants apprennent lire couramment clans le cour! espace de i mois? Seivez-vous de la mllioiJe le lecture pratiqua d'enseignement primaire prpare par Sir Clment POTIIEL. En vente la Librairie Viard. \iz Public Q ielq-ie toit foira chagrin au nij.iii'iii du tli e-. de pie qu'un '|ui VOAeal i lier, n'oubliez pat en coin uiiiKt'iil fou cercueil que les CKIt CU,.ILS obliques chez STARKsoot I?m neur-. luit en solidit que poiir I u l'orme-* t dcoration*. LIVRAISON PROMPTE I GrWNDE RDUCTION DE Pftixl KKNRY ST H ; i.i I i Qu J en face I %  t ire. -N B. — Li nuit et les jours Je fie s'adresser chez mon chsl d'Atelier Ifr Flchier Ilusson, Hue des Fronts-Forts A 2,en f ice de l'ancienne Cathdrale. La Maison H. SYLVRA toujours soucieuss ds d u deine satisfaction ses aimables & nombreux cli eur offre, en prvision de la lin d'anne, les ir suivants de toute fracheur et de toute beaut rL nient ncus par les derniers steamers, des prix si tionnellement rduits. Nous ne croyons pas ncessaire de publier nsi car il n'est un doute pour personne que non s, ment nos articles sont de choix mais que nos prix les plus pas de la place. Casimir gris anglais nouveauts Pulmbench jris anglais Palmbencli gris anglais carreaux Palmbeuch uni & barres,coul. Alpuija noir sup. Diagonale noir suprieur Serge bleu marin & noir, anglais Satin de chine pour tailleur Lustrine barres po r tailleur kaki jaune anglais extra suprieur Drill union blanc Tussor Japonais pour Chemisas hommes A robea Percale blanche Kideaux tulle pour portes Tulle pour voiles Voile uni & barres Gabardine unie & barres Itatine blanche & couleur Organdi suisse brod Urodea mariera peur robes, chemises & Juuona Petites serviettes damasse pour table Soyeux uni blane & eouleur M^rquisette coton noire Crpon jours blanc & couleur lirabant an.jla s IColienne mouches couleur Bandes brodes anglaises Toile voile pour golettes & pour cadre Calicot Perai de faillite Piqu blanc barres pour jupes Xansouk noir anijlais Molletons blanc & coul. Lotions Pivert assorties Itas jours Bas blano demi-soie Drille union anglais Sa. foulard augl. double larg Chape ux feutre Itorsalino etc, ste, etc. route personne dsirant se procurer les i arlicles de la place et aux meilleures prix que) ailleurs se doil de laire ses emplettes laMaison i. Rappelez-vous surtout que la rputation de la II n est plus faire pour ses articles d'importation glaise. i Coljmbian Sleamshii Company Inc 4 11 wr\ £> f • de l ancienne Uathedrala. Ml ai iiacie 1, Sjourna p ^ t %  r e ,u ame r <>w % M. TVPPEIP ay i Donne avis sa clientle ftaui mdecins et au rub'ic au'el!I ttlll ^ClICS *&i9% iVeii; York le Samedi 20 (ktl\ courant, ai ai en du Portau*Prii le $8 via h** ports dtiKordJl reparti l h me jour pou U S / orls du Sud uni ir. el n s ayirtii. Donne avis sa clientle (t aux mdecins et au rub'ic qu'el! rrinnoroi son Laboraolrro dUloje PO IM Laboratoirs K J e biohiit appliqu' sous la DirectioD du Dr HiCOt ". a. Sjo>i**n$ La la'jj-itoira es ouvert tom les jours de 7 bras du 'ntin 6 aVMTSI.d i sir pjar tj ne., les rjchercuei ei analyses pr-ues daus r'annoaCj ci lointdi saut pjurle tVfttSdrmaaa et in coattaate Ure Scrt rie S'jnt rejuea que le nairii d^ chaque ssmasas* 8*lfS*V ia ftiir.nuij pourle* rensaig lettanlr ^aalyes.d'urines et Sue gastrique Bacon de Wassermann raction de Tri boulet, fcliamen du saBg e' du pus Etaoae.i d s matires focales examen de cranhit /4lbumino raenor Gonslaots Ore ScrA'a! HedeSl et Co de nOrr,jqw8, etc, etr. AVOCAT Rpcjavreme is C.iinerciaiix, fiiim l'£trae|er. Cjrraa.j^nduati a Washing ton, N'ew-Yo.k, Berliu, Londres, paris. 17 tint Roui l7,l'<>rl-ttu l'rinH Tlphone 597 (iel)ara & Co Agent Cbanie n Mt de (rese i Voiea urinnires, Chirurgie et teceu elwrue .1 ConsulUtium gnrales tt *i o i. Itm ,1, e.as, ,„ p t p r g |f, Viard, •i li H ! li. 2 5 •a. XTaline IG 1TI0 Afi8tNIOHHOSJ le p!usPL^SWfH£CNSTiTJMT Gnral FORMES : Ellxlr — Granul — Comprims • Emulslon — Concentr — Ampoule. INDICATIONS^ 7 ousiescas oforeanlsmedbilit rziam MBHiuujgg! mmcaUon rparatrice puissante. Lttoratolr* d* l'HIaTOONOL, i VILLEMCUVe-lt-r,RENNE (S'il). s/atj la P.ii rfiicitf tjenirMQ Pharmacie VV. Bucl PortaumPrince Nouveau traitement de la Furoneuloes l'Ait LHistoplaste du^Dr Wassermann. tlVHitoplaste est un empltre prpar sp&di** pour les Furoncles, vul(|airament appels clous. L'Empltre se pose sur le clou ds son app n (|tii, sotis son influence devient indolcre en p* temps ; l'inflammation diminue,il ne se dvelopp 1 r ii s guril en peu de jouis. l'instruction dtaille dans (e boite de lii 1 ^



PAGE 1

IE MATIN En vente chez : L Preelamann-AGGERHOLM 'Fullon Shoe Polis h Company Inc. Kewmlork 61 tot'f voulez tnttgm [li peau de vos cbauumr i. Vki vauUl nou un Initiant lunsant durable i* veut iu'-t.\ la CuUur et la soupletsi de c* tbausurm pondent l*rt$mto mpi*/m ta <" QbOAAM. l'abdique sp,':ialtmmlpour .a damtf tfJesgmtL tutti du bigb Uu Bile protge la peau des chaussures contre l bumid*t et la baltur. Mlle l'entretient leur soublesst et eenstrvt leur brillant. Demande^ la marque MCNOGKA.M cal la meilleur de loutet les murnes Gto. JElMSEMi ftfmt pou tUtt Royal Caf En lace de la Banque Nationale Propritaire : Annacius INNOGKNT Ce nouvel tablissement se recommande par un serrice irrprochable, des consommations de premier choix, su tituation privilgie. Le soir, musique attrayante Ji; i ji c par des proiessionuels de panu mrite. Installation parlaite. — Prirmodrs. Tlphon N 805 *"*%:* 1 Pliai marie F, Sjourne Donne avis sa clientle ft aux mdecins et au publie Qu'a 11 traonorm son Liboraoirro d'Ulogie n ui Laboratoire |'.e bbl >a ,tJ appliqua sous la Direction du Jj: tiieot •". a. SjoarnA Le Laboratoire es otifari tous lai jours da 7 bras du tnatia 6 ltUfe,d i s >i pjjr lj ne*. les rdCherctie ei analyses pr.uoa an. f'annoiCi ci jointei saur pour le tfaaaarmsaa ot U eoastaote Ure Scrt rie Ss'jnt re;ues que le mardi d: chaque somairn. S'*lf6><>Y ia Pharmacie pourltl renseig euentr* A, aalfs,d'urines et 6'ue gastrique Heacuoo de Wassennano Bssetioo deTriboulet, hliaraen du sang e' du pus BUflMa d s matires focales Kxamen de crachat 4lbiimino raetior' Constante Drt" ScrA* 1 h de Spirohti et Co de nocr.jqw.*, etc., etc. le alin La maison H SU VI tonde le 1 er A niJ 907 Abonnements I \ MQf0 Porinu'F'iirce toeide* f Dt'pHilfiments Ita Etranger 3.00 Huile P8 4 V Intermdiaire Diligent Ce bureau, tabli rue Firou 316, maison Robin, offre sut services pour toutes affaire Commission, transaction, servi e tpi'iai dam les question d'automobile : vente, achat, voyages et transports. Dix machines confortai'les et dix bons chauffeur sort abonn n^ire agence: machines propre) solides et pourvues d'accessoirea complots: chauffeurs habiles et ayant les meilleures attentions pour leurs passagers. Pour dire bien servi, adresses* vous L'Intermdiaire Diligent. SERVICE DES AUTUS B\LAN: Lundi, Mercredi, Vendredi, Prix, DEUX Dollars. t.AYKS : Les passagers pi uvent l'uiKCtre a 1'Intrmohaire Diligent, Ku e Frou, ; ifi. Peur mut lire en 4 mois Voulez-vous que vos snfantS apprennent lire couramment dans le court espace de \ mois ? Seivez-Tous rie la mthode ds lecture pr.ii/ ju d'enseignement primaire prpare pur Air Cl aient POTIIEL. Eu vente la Librairie Viard. tu Publie de Que qu'un 'iui VOUA est her. o'oubliei pas en corn miii t deoralione. LIVRAISON PROMPTE I Gn.VNDE RDUCTION Dl Pnl rlsNRY S LRK, RU lu Quai en face I t ire, N. 13. — L unit et les jours de fftte salress.r chez mou ch)l d'Atelier Mr Flchier Ilusson, Hue -les Fronts-Forts )2,en fice de l'ancienne Cathdra le. Paul Sals AVOCAT Rfcju?reiae is Cnnerciaux, fiim l'£traajer. Cjrra^ 4 j jndu.itj a Washing ton, New-York, tiarlm, Londres, paria. 7§ iluellou:2l7,Port-au P*mm Tlphone 697 Chanje n mi d' Iressj ^'>;n< iinnaires, Chirurgie et ceeu elirrne .( Consull Ui-ais gnrales tt i' %  'i l'aisi m P t pi-^ \l \i iir j Mi h ! h. 1 k 5 M*KT. I tDICATlO.NAfiSSNIO-PMOSI . kpittsPcmmmmrmHQkiFs FORMES : Elixlr — Granul — Comprims • Emulsion — Concentr — Ampoule. J^ &11X1 u ^/ifl mdication rparatrice puissante. Laboratoir* d* rmsTOGMois i wuL"ruvE.i.';REtE (Srim). La Maison H. STLYIRA toujours soucieuse ds do, ilciic satislaction ses nimuhlcs &. nombreux clk eur offre, en prvision de la (in d anne, les si suivants de toute fracheur et de toute beaut r ment reus par les derniers steamers, des prix sx( tionnellement rduits. Nous ne croyons pas ncessaire de publier nsi car il n'est un doute pour personne que non si ment n6 articles sont de choix mais que nos prixi les plus pas de la place. Casimir gris anglnis nouveauts Palmbeaek 3 TulJfl pour voiles Voile uni & barres Gabardine unie & barres Uatine blanche & couleur Onjundl suisse brod Brodes maniera peur robes, chemises de iupon 1 etites serviettes damasse pour table Soyeux uni blane & couleur Marquisette coton noire Crpon jours blanc ft couleur Ibabant an,|la s lOolienne mouches couleur Mandes brodes anglaises Toile voile pour golettes & pour cadre Calicot Perai de famile Piqu blanc barres pour jupes Xansouk noir anijlais Molletons blanc ft coul Lotions Pivert assorties lias jours Bas blanc demi-soie Drille union anglais Sai.foul.in angl. double larq Chapeaux feulI e | {orsalino etc tc ^ etc foute personne dsirant se procurer les un articles de la place et aux meilleures prix que r ailleurs se doil de taire ses emplettes lalaison H.JiW Rappelez-vous surtout que la rputation de la |Y n est plus faire pour ses articles d'im niaise. 'importation 1 Cokimbian Sleamshii Company lac le steamer **W 9 M TUPPEfP yi lai fi ISiew York le Samedi 90 Odol Courant, f ( a t en du Portau*Prit le $8 via Imports duftordjl reparti l h me jour /VU u / orls du Sud l uni /#. tt pusnagHTS* I (iebiira & Co Agent I Pharmacie VV. Bucl s 7 iits ta £*.*,< miciv tieniraie PortaumPrinee Nouveau traitement de la Furonculose PAB L'Histoplaste du^Dr Wassermann. a^'Hiloplaste est un empltre prpar spcial* pour les Furoncles, vulgairement appels cloui. L'Empltre se pose sur le clou ds son app*" 01 qui, sous sou influence devient indolore en p w lemps ; l'inllammalion diminue,il ne se dveloppa P et w gurit en peu de jours. lm lgl l'instruction dtaille dans (a boite ds Yti#F



PAGE 1

C JA JPMPMBTAIfflU ent Mayloire 801 VERNA H5$ Rue Amrioaina *IRO 20 G I£iV !" ES Quotidien Tous tes aussi jeune que votre loi, aussi vieux que voire doute ; M ns tes ausi < i ne que voire confiant en \< 4.>-inme, aussi vieui mie votre crainte ; aussi jeune *<• l'invita l Tr i t 8 ,n "ienstesrpn r*ninistre a dit u -il "en gestion. >ia •affirm que le gou ^ un programme bien es rparations, dos 2? nt Poui les alli 7. 0n de ses engage J'^gne mais il est %  ion commune. Le [JiJ dit, n'avait pas !**• note la Fian promis des rparations pour les dom mages et les souffrances qu'ils ont supports. Nouvelles d'Espagne PORT VENDBES-Bes nouvelles d Espagne disent qu'en dpit de la position ferme en apparence du di rectoire militaire, tout semble indi quei qu'un changement se produira bientt. Des bruits sont courants dans les milieux politiques bien in forms, que des arrangerait nts sont en bonne voie pour passer le contre le du gouvernement %  u ie combinai sou qui revtirait BUJ oui un caraco re essentiellement civil. Le chef ac tuel du directoire, sans avoir fait au cune dclaration ce sujet, aurait donn entendre que l'administra tion du pays a besoin de l'aide de civils qui connaissent fond la ma chinerie complique du gouverne ment. Les troupes sparatistes et la situation Agitations causes par l'extension du mouvement sparatiste BBUXELLB8 13 L'altitude des troupes tran;aises et belges dans car tain districts de la Rhnanie a l' gard des spa atistes, est vivement critique daus de nombreux mil, ux belges el l'on dit mme qu'elle (mu ve un cho .m conseil des ministres qui l'tait runi pour discuter la si luation jdans le territoire occup. L'opinion publique beige, surtout dans les milieux fiiiancieis, semble absolument en faveur de la rpobli que rhnane. Des faits particulirement critiqus disant qu* Juliera I 1 troupes belges oui permis aui eom nun Btes armes de fusils el de canons de p nelrer el de chass r les sparali en mme t tnpa IJ : Cobleoc t MI! en permette t la police prussien ne do g rder las leurs. A Au la Chapelle six dix pars ni ns ont t tues et 13 blesses dans des combats qui ont eu lieu entre les sparatistes et des agents de la police bl ue qui voulaient expulser les premiers de l'Htel de Ville OCCU p depuis dimanche par Lo DecKers, chef sparatiste, et un groupe de ses partisans.L'extension du mou veinent sparatiste a caus une agita tion dans le, milieu officiels aile mands. Les Rhnans, rests u leles la Prusse .•nient t ml d'abord en clins ne pas se proccuper des v Damants, mais maintenant ils les prennent au srieux. Les rpubli cains ont le contrle absolu Durcn o M. Matines a tabli son quartier gnral. A Trves, Bonn, Gladbach, Maven ce et W teabadeo, les sparatistes d tiennent les Htels de Vilie et autres dilices publics et dans la plupart de ces villes on. ne manifeste aucu ne intention d abandonner la cau.-e. Lu nouvelle que les sparatistes t n taraient un coup dlai t (Cologne a mu les autorits de la ville ; la po lice a t .double ce soir et Iodes les roules sont gardes. Les voya geurs en automobile doivent prouver leur Identit et les gares du chemin de 1er sont suiveillts pai des agents en civil. sistmee sera chaleureusement ac cu.illie par elles, el il est d'avis que les coadili ois actuelle; rendent im preltve l'laboration d'un plan fi Danois a prop i po irempcnei un dsastre conomique eo Europe. Il faut esprer que les circonstances existai les -ont favorib epour l'la b tratioa d'uu tel la./. Le goveroemenl des Etats Unis est enti iremeni disp ts pr< ndre part une confrence conomiqu a laquelle pr mdrobl part tous I i el li s europens directement inlres ls dans les qiestio > des rpara bons avec 1'objel de c insidrer les questions relatives a la capacit de paiement de l'Allemagne, et d*labo rer un plan financier appropri pour obtenir les paie nents. La noie sp 1 'H que les points sniv mis doivent 1 %  pn c se Lgo iv< ruemenl .1 %  ''• il • l ois n a pas dsire voir l'Ai s m ign dg ige de| se respoosabi lit dans 11 guri e ou de ses i istes obligati m. Il ne devrait y avoir au CUue fondation pour donner l'un p saion que la coofrance do Loo dree, si elle a heu, a un tel but ou que la rsistance de l'Ail magne a ses obligations e-t fav(irise. Lue telle conlrenee devrait Cire consul ttflive, non dans le but de lier les gouvernements qui seraient naturel i ment peu disp es a donner leur ap probatioa a l'avance. Le secrtaire l'tal m intient la difl 'rene essentielle de 1 1 i apacit de paiement et la praticabilit des moveos employer poui oblen r les pa emeots de l'Allemagne, et le paie m nt par les allis des dettes envers les Etats Unis qui constituent des obligations distinctes. Le secrtaiie a ajout qie, tandis que le peuple amricain n'est pas dispos annu les dlies des allis ou ce qu'on transfre au peuple des Etals Unis le lardeau des obligations alleman des directement ou indirectement,les Etats Unis ne dsirent nullement se montrer exigeants et refuser de faire des arraogi ments raisonnables en ce qui cooeerne l'poque et les condi lions des paiements en considrant la situation des d< liileurs. L'tablis sment le bonnes conditions cono miques, ut s srieuse rduction de9 dpi nkes ni!:' liras, llnd cation de la p 't des l uiopens ;'i travailler de coni ci t i I* instauration d'un tat de pais el d ju •-. auraient une in Hu n e ir l'opinion amricaine qui soi m fa\ i ab • %  ft c< ..i r ingaments. Lt go ivernement .les Etats Unis ne sauiait nommer un reprsentant la commission .tes rparations puisque cette i omioatioo ne peut avoii lieu sans le consentement du congre-, mal le secrtaire ne doute pas qu'un citoyen amricain comp teui soit disp i | irticiper une en quel r i I q e le gou vernemenl dei Etats Unis prtera sou cuir ira de t ules les faons qui u irait i il praticables pour att'indre ce oui. Nouvelles Diverses OONSTA.VriMOPLt? -Lesesparis amricains el turcs onl ti DU une se coude runiou pour la discussio i de I ace rd prop %  • entra les I pays. La discuasi u a roul sur les questions ddommagi -. VIEN SE chanceliers Stress niann i i S i auront nue eolr< vue dimanche t Br 5 u sur la rronti re. Dan a h u %  bii D inf unes, on %  roil savoii qu • les d< ux chance tiers di cute ml 11 po iliqoe s s lop ter a prop 1. de la situation militaire et politique en Bavire et tans la r gion de Salzbourg. Les Cours •NEW YORK 2jfrancs 17.10 Sterling 4.4475 PARIS 25 Dollar Livra 17.27 77.53 k ll \ m \ !• N ,7d-danslaBuhr '•Un* Ce SSer el aU8 * kl. minis l''esde> Do Croule pour Lon U 1 ,a conlrenee ,, ministres s' s2**Wt la voixde pT^'t.M.lfaldvvin Sli n K ? Uvern e'iieiil n'a %S>^lui,'erdaa S 5j 0,i J iaireeta hh r ,.; l 1 "" '-'meexa E'2j l | Aprs la reu %*** elegatmn des ujuel* U PAIRS 34 Onoique les sparalis les aient remport de nouvelles vie loires, ils ne semblent pas avoir de troupes sullisautes pour faire face h la situation. Le mouvement se Irou ve maintenant en face d'une opposi tion et d'une rpublique in.lpendan dante, machine pal le bourgmestre Adenauer, de Co4ogne,et encourage par le Iteich qui ooerebe tirer par ti en sa faveur du coup des sparalis tes. CVsi l. d'aprs une dpche de Berlin le but ne! .11 1 1 'isite du chancelierStr as e m ann tligen. Le corresp >n lant Bei in 1 1 vu jusqu' dire que celte seconde r E ublique sera proclame d'ici 24 eures. De petites villes proclament la rpublique rhnanes COBLENCE— La rpublique rh nane a t pro MM,, ndfxcb, io eieo q lartiei g i .1 d trou amricaines en \ I a ie, milles BU ior I l e il ibi 1 Elle q t aussi pro a \, 1, A „|j, pies Coblence. So 1 leu, Birei et Caislenhein, petit; s villes situes res pectivement dans les districts de NViesbj.ieu, Bonn. Bu lesheim. Due rponse dfl M. Hujjlies an mmorandum de lonl Curzon LONDBES— Lord Curxoo avait le 12 Octobre tlgraphi au chara datTarcs britannique, une Dote pour le secrtaire llughes exposant la situation c inomiqne critique il %  l'Europe, survenu 1 par suite de l'ia succs des recherches d'une ilutioo des rpart'. ,„., el signalant lem.n que d unit de p e qui rendait une action commun.' imp ssiWe .,u 1 "•' trouver une sol 1 1 1 proebai peaccepUble M. Ilugli remit le l J 1 mein randum u charg i'affait %  bi ( puii li noie pondan vi qu 1 !|. J? eo, d lue le •ranJe Brehgne et i Ulemagne lais sent clairement entendre ju'uoe ai Affaire dite des tas Neuvime Audience, (fin) 1er val Ciuns Cout lie dit pi i ne ait rien de celle aff ire -1 q 'un jour, le juge Le CO' tu S fi .1 1 %  '•• l I lepo er • l l" -' •('•••• pie dit il, 1 t %  %  I" : I I . \\r li avail .ui-^i se vi ,1 iulerm liaire entre Mme Mas lue tt la M..iu noir Je lui ai demand de me c nfronler avec l'individu qui m'avait dnonc cl il ma lais 11 jours en prisoa C'en! le juge Acloque qui m'a mis en libert. Le Commissaire : Connaisss/-vous David Villaio ? Le tmoin : Oui, il est mon ami. Le Commissaire : Que vous donna-il dans l'affaire Dsir De,laudes ? Le lmoin : lien. Il a eu a me rendre no service lors de la moii de m 1 mre. Le Commisa ire : David ViM.in, 11 "' %  ii : 'racont l'affaire Dsir Des andi s ? Le tmoin : Noo. Le Commisi tire : Vous se vous rap| -li/ pas 'pie vous av.-/ racont 1 t' allai.r. |'i , : iv id Vi iin. '"' : V.II %  / "ii : N m. Le Commissaire : Ave/-voue vovag a Loglne dms l'atfaire Atiilus Paul. -•'I ni: N ni. I< • unre : Que ives vous 1 %  l uxgi eab ck ; I d m m. lion '" • ••-M.vaii pr. k ciie/. liorday j l'ai rep udu non. '•'' %  >m n ire demande lecture 9 %  '' positi lit 01 au devant lu J u l ,! "' tro . Me Bm. Cauvin %  J oppose. Le liibubal estime qu'il D excde aucunement ses pouvoirs quand il dci le d in-. 1 intrt de la Vrit, que lecture SOI donne i l'an li mee d'une dpositioo faite devant le juge dintrucliou lorsque surtout il s'agit de redresser, dan f 6'' les erreurs faites par ,e M .....e. dcide en ';"'' I ' %  r ta r.-,| lieilion du •"" ll • • 1 taire il inoariec, ', 1 "' %  %  '.' 1 • • i11 sieur Verval • c ""'" ' ml le juge-d instruction, eelte lectu t fait 1. %  '' 'ilire qu 1 ."" 1 et, 1 tais inl mi 1 • 1 inaces. J'ai '' n, m | 1 i IUS mes I vidYtilaV? Le tmoin : Je ne me rappelle aas combien de toi*. rt ^ " rrysi <<*.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06062
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 27, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06062

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
CJA JPMPMBTAIfflU
ent Mayloire
801 VERNA
H5$ Rue Amrioaina
*IRO 20GIiVES
Quotidien
Tous tes aussi jeune que votre
loi, aussi vieux que voire dou-
te ; m ns tes ausi < i ne que
voire confiant en \< 4.>-in-
me, aussi vieui mie votre
crainte ; aussi jeune tre esprance ; aussi vieux
que votre dsespoir.
Franck CRANE
WMMOM No 243
Btoe ANNE N 5050
PORT- \U-PRIXCE( HAfflJ
SAMEDI -27 OCTOBRE 1931
A l'Ecole de Commerce
wons visite ce matin l'E-
Commerce rcemment ins
Fort-au-I'rince.
lu Poste-Marchand, prs-
titre de l'Avenue John
dans la grande maison
MrCandelon I{iguud que
Bt les Cours.
[parles publications qui
sites dans les quotidiens
cet important Etablisse-
Il cours qu'assurent des
dvous et comptents
pr notre distingu ami,
Stnio Vincent, Direc-
5wledeCummeice,nous
t la salle de la Direc-
ja salle des Cours. Spa-
B are, cette dernire
ht contenir quatre-vingts
environ.
?prend aisment que l'on
|oe sans ressource, le
I Mit encore incomplet,
ants sont installs sur
acajou massif mu-
'. ' Ceasijffls d'une
ute sont aussi d'une
parquahle. AI us le
prix lev de Dix dollars que co-
te chaque chaise ne permet pas
la Direction d'avoir le nombre Mit
lisant pour recevoir les cinquante
tudiants que possde dj l'Eta-
blissement Aussi avec la bienveil-
lance qu'on lui connat, Monsieur
Vincent n'a pas hsit mettre
tout son mobilier la disposition
de l'cole.
Plusieurs demoiselles et une
dame suivent les cours et les ins-
criptions affluent chaque jour.
Si l'on constate avec quel em-
pressement on s ioscril aux cours
de l'Etablissement, l'on augurera
tout te bien qu'est appel rendre
un 3 cration aussi utile.
fSous nous taisons le devoir d'
dresser nos compliments au Per-
sonnel de l'Ecole de Commerce
qui apporte gracieusement sa col-
laboration cette entreprise.
Nous souhaitons que cette u-
vre d'utilit publique se maintien-
ne et quelle puisse bientt faire
tes Irais ncessaires son volu-
tion.
Par Cable
nivelles tt-ancires
1rs du 1er ministre
[Ja conlrenee du
lioniste
H *5- Le 1er ministre
J".r une confrence
te, a dclar que le
' Jut fait uni en ce
to* aflaires extrieures
Jfetagne et que les mi
n dtermins avoir
u peuple anglais pour
| "s allaient prendre
Jemaglie M ,!(|ilwi|1
"' demand M.l'uin
I* Tm*me nous et
i* de ''">*< l'invita
lTrit.8.,n"ienstesrpn
r*ninistre a dit ,u-il
"en

gestion.
>ia
affirm que le gou
^ un programme bien
es. rparations, dos
2?nt* Poui les alli
7. 0n de ses engage
J'^gne mais il est
ion commune. Le
[JiJ dit, n'avait pas
!** note la Fian
promis des rparations pour les dom
mages et les souffrances qu'ils ont
supports.
Nouvelles d'Espagne
PORT VENDBES-Bes nouvelles
d Espagne disent qu'en dpit de la
position ferme en apparence du di
rectoire militaire, tout semble indi
quei qu'un changement se produira
bientt. Des bruits sont courants
dans les milieux politiques bien in
forms, que des arrangerait nts sont
en bonne voie pour passer le contre
le du gouvernement u ie combinai
sou qui revtirait buj oui un caraco
re essentiellement civil. Le chef ac
tuel du directoire, sans avoir fait au
cune dclaration ce sujet, aurait
donn entendre que l'administra
tion du pays a besoin de l'aide de
civils qui connaissent fond la ma
chinerie complique du gouverne
ment.
Les troupes sparatistes et
la situation
Agitations causes par l'ex-
tension du mouvement
sparatiste
BBUXELLB8 13 L'altitude des
troupes tran;aises et belges dans car
tain districts de la Rhnanie a l'
gard des spa atistes, est vivement
critique daus de nombreux mil, ux
belges el l'on dit mme qu'elle (mu
ve un cho .m conseil des ministres
qui l'tait runi pour discuter la si
luation jdans le territoire occup.
L'opinion publique beige, surtout
dans les milieux fiiiancieis, semble
absolument en faveur de la rpobli
que rhnane.
Des faits particulirement criti-
qus disant qu* Juliera I 1 troupes
belges oui permis aui eom nun Btes
armes de fusils el de canons de p
nelrer el de chass r les sparali
en mme t tnpa ij : Cobleoc t mi!
en permette t la police prussien
ne do g rder las leurs.
A Au la Chapelle six dix pars ni
ns ont t tues et 13 blesses dans
des combats qui ont eu lieu entre
les sparatistes et des agents de la
police bl ue qui voulaient expulser
les premiers de l'Htel de Ville OCCU
p depuis dimanche par Lo Dec-
Kers, chef sparatiste, et un groupe
de ses partisans.L'extension du mou
veinent sparatiste a caus une agita
tion dans le, milieu officiels aile
mands. Les Rhnans, rests u leles
la Prusse .nient t ml d'abord en
clins ne pas se proccuper des v
Damants, mais maintenant ils les
prennent au srieux. Les rpubli
cains ont le contrle absolu Durcn
o M. Matines a tabli son quartier
gnral.
A Trves, Bonn, Gladbach, Maven
ce et W teabadeo, les sparatistes d
tiennent les Htels de Vilie et autres
dilices publics et dans la plupart
de ces villes on. ne manifeste aucu
ne intention d abandonner la cau.-e.
Lu nouvelle que les sparatistes t n
taraient un coup dlai t (Cologne a
mu les autorits de la ville ; la po
lice a t .double ce soir et Iodes
les roules sont gardes. Les voya
geurs en automobile doivent prouver
leur Identit et les gares du chemin
de 1er sont suiveillts pai des agents
en civil.
sistmee sera chaleureusement ac
cu.illie par elles, el il est d'avis que
les coadili ois actuelle; rendent im
preltve l'laboration d'un plan fi
Danois a prop i po irempcnei un
dsastre conomique eo Europe. Il
faut esprer que les circonstances
existai les -ont favorib e- pour l'la
b tratioa d'uu tel la./.
Le goveroemenl des Etats Unis
est enti iremeni disp ts pr< ndre
part une confrence conomiqu a
laquelle pr mdrobl part tous I i el
li s europens directement inlres
ls dans les qiestio > des rpara
bons avec 1'objel de c insidrer les
questions relatives a la capacit de
paiement de l'Allemagne, et d*labo
rer un plan financier appropri pour
obtenir les paie nents. La noie sp
1 'H que les points sniv mis doivent
1 pn c se L- go iv< ruemenl .1
'' il l ois n a pas dsire voir l'Ai s
m ign dg ige de| se respoosabi
lit dans 11 guri e ou de ses i istes
obligati m. Il ne devrait y avoir au
CUue fondation pour donner l'un
p saion que la coofrance do Loo
dree, si elle a heu, a un tel but ou
que la rsistance de l'Ail magne a
ses obligations e-t fav(irise. Lue
telle conlrenee devrait Cire consul
ttflive, non dans le but de lier les
gouvernements qui seraient naturel
i ment peu disp es a donner leur ap
probatioa a l'avance.
Le secrtaire l'tal m intient la
difl 'rene essentielle de 11 i apacit
de paiement et la praticabilit des
moveos employer poui oblen r les
pa emeots de l'Allemagne, et le paie
m nt par les allis des dettes envers
les Etats Unis qui constituent des
obligations distinctes. Le secrtaiie
a ajout qie, tandis que le peuple
amricain n'est pas dispos annu
les dlies des allis ou ce qu'on
transfre au peuple des Etals Unis
le lardeau des obligations alleman
des directement ou indirectement,les
Etats Unis ne dsirent nullement se
montrer exigeants et refuser de faire
des arraogi ments raisonnables en ce
qui cooeerne l'poque et les condi
lions des paiements en considrant
la situation des d< liileurs. L'tablis
sment le bonnes conditions cono
miques, ut s srieuse rduction de9
dpi nkes ni!:' liras, llnd cation de
la p 't des l uiopens ;'i travailler de
coni ci t i I*instauration d'un tat de
pais el d ju -. auraient une in
Hu n e ir l'opinion amricaine qui
soi m fa\ i ab ft c< ..i r ingaments.
Lt go ivernement .les Etats Unis
ne sauiait nommer un reprsentant
la commission .tes rparations
puisque cette i omioatioo ne peut
avoii lieu sans le consentement du
congre-, mal le secrtaire ne doute
pas qu'un citoyen amricain comp
teui soit disp i | irticiper une
en quel r i I q e le gou
vernemenl dei Etats Unis prtera
sou cuir ira de t ules les faons
qui u irait i il praticables pour at-
t'indre ce oui.
Nouvelles Diverses
OONSTA.VriMOPLt? -Lesesparis
amricains el turcs onl ti du une se
coude runiou pour la discussio i de
I ace rd prop entra les I pays. La
discuasi u a roul sur les questions
d- dommagi -.
VIEN SE chanceliers Stress
niann i i S i auront nue eolr< vue
dimanche t Br 5 u sur la rronti
re. Dan a h u bii d inf unes,
on roil savoii qu les d< ux chance
tiers di cute ml 11 po iliqoe s s lop
ter a prop 1. de la situation militaire
et politique en Bavire et tans la r
gion de Salzbourg.
Les Cours
NEW YORK 2j- francs 17.10
Sterling 4.4475
PARIS 25 Dollar
Livra
17.27
77.53
k
ll \m \ !
N,7d-danslaBuhr
'Un* Ce'SSer el aU8*
kl. minisl''esde> Do
Croule pour Lon
U 1 ,a conlrenee
,, ministres s'
s2**Wt la voix- de
pT^'t.M.lfaldvvin
SlinK?Uverne'iieiil n'a
%S>^lui,'erdaaS
5j0,iJ iaireeta
hh r,.; ,l1"" '-'meexa
E'2jl-| Aprs la reu
%*** elegatmn des
ujuel* U
PAIRS 34 Onoique les sparalis
les aient remport de nouvelles vie
loires, ils ne semblent pas avoir de
troupes sullisautes pour faire face h
la situation. Le mouvement se Irou
ve maintenant en face d'une opposi
tion et d'une rpublique in.lpendan
dante, machine pal le bourgmestre
Adenauer, de Co4ogne,et encourage
par le Iteich qui ooerebe tirer par
ti en sa faveur du coup des sparalis
tes. CVsi l. d'aprs une dpche de
Berlin le but ne! .11 11 'isite du
chancelierStrasemann tligen. Le
corresp >n lant Bei in 1 1 !
vu jusqu' dire que celte seconde r
Eublique sera proclame d'ici 24
eures.
De petites villes proclament
la rpublique rhnanes
COBLENCE La rpublique rh
nane a t pro mm,,- ndfxcb, io
eieo q lartiei g i .1 d trou
amricaines en \ I a ie, .
milles bu ior I le il ibi 1 Elle q
t aussi pro a \, 1, A |j,
pies Coblence. So 1 leu, Birei et
Caislenhein, petit; s villes situes res
pectivement dans les districts de
NViesbj.ieu, Bonn. Bu lesheim.
Due rponse dfl M. Hujjlies
an mmorandum de lonl
Curzon
LONDBES Lord Curxoo avait le
12 Octobre tlgraphi au chara
datTarcs britannique, une Dote
pour le secrtaire llughes exposant
la situation c inomiqne critique il
l'Europe, survenu 1 par suite de l'ia
succs des recherches d'une ilutioo
des rpart'. ,., el signalant lem.n
que d unit de p e qui rendait
une action commun.' imp ssiWe .,u
1 "' trouver une sol 111 proebai
peaccepUble M. Ilugli remit le
lJ 1 mein randum u
charg i'affait - bi ( ,
puii li noie
pondan vi
qu 1 !|.
J?eo,,d lue le
ranJe Brehgne et i Ulemagne lais
sent clairement entendre ju'uoe ai
Affaire dite des tas
Neuvime Audience, (fin)
1er val Ciuns
Cout lie dit pi i ne ait rien de
celle aff ire -1 q 'un jour, le juge
Le CO' tu S fi .1 1 '' l I lepo er
l l" -' (' pie dit il, 1
t I" : I I \\r......
li avail .ui-^i se vi ,1 iulerm liaire
entre Mme Mas lue tt la M..iu noir
Je lui ai demand de me c nfronler
avec l'individu qui m'avait dnonc
cl il ma lais 11 jours en prisoa
C'en! le juge Acloque qui m'a mis en
libert.
Le Commissaire : Connaisss/-vous
David Villaio ?
Le tmoin : Oui, il est mon ami.
Le Commissaire : Que vous don-
na-il dans l'affaire Dsir De,laudes ?
Le l- moin : lien. Il a eu a me
rendre no service lors de la moii de
m 1 mre.
Le Commis-aire : David ViM.in,
11 "' ii : '- racont l'affaire
Dsir Des andi s ?
Le tmoin : Noo.
Le Commisi tire : Vous se vous
rap| -li/ pas 'pie vous av.-/ racont
1 t' allai.r. |'i , : ivid
Vi iin.
'"' : V.ii . /
"ii : N m.
Le Commissaire : Ave/-voue vova-
g a Loglne dms l'atfaire Atiilus
Paul.
-'I ni: N ni.
I< un- re : Que ives vous
1 '.....luxgi eab ck '
; I d m m. lion
'" -- M.vaii pr.
k ciie/. lior-
day j l'ai rep udu non.
''' ' >m n ire demande lecture
9 '' positi lit 01 au devant lu
Jul ,! "' tro . Me Bm. Cauvin
J oppose. Le liibubal estime qu'il
d excde aucunement ses pouvoirs
quand il dci le d in-. 1 intrt de la
Vrit, que lecture SOI donne i
l'an li mee d'une dpositioo faite de-
vant le juge dintrucliou lorsque
surtout il s'agit de redresser, dan
f6- '' les erreurs faites par
,e M .....e. dcide en
,';"'- I ' r ta r.-,| lieilion du
""ll 1 taire il inoariec-
,',1"' '.' 1 i- 11 sieur Verval
c""'" ' ml le juge-d instruction,
eelte lectu t fait 1.
''' 'i- lire qu 1
."" 1 et, 1 tais inl mi 1
1 inaces. J'ai
'' n, m |
1 i ius mes
I.....vidYtilaV?
Le tmoin : Je ne me rappelle aas
combien de toi*. rt^ "
rrysi
<<*.


LE'MATIN
..
.
Des milliers
de litres de sant concentre
vont de Norvge au monde entier par vole de
VEmusion Scott. La prcieuse huile de t ase de
Morue, incorpore en forme digestive dan* cette
emulsion, constitue une bndiction pour un*
multitude de gens qui ont ainsi obtenu leur VlgU* t
dans toutes les poques de la vie. C est un pr
duit pour toute la famille, unique en son ger>
pour presque toute forme de dbilit. Prenez:
L'EMULSION SCO
L'exprience de quatre gnrations i
milliers le mdecins est votre meilleurs .
! la vous mme, et donnez-U
fera <-t vos enfanta, Q ^ votre loyer!
David Villaia explique que Me
brdy avait un jugement contre lui
equil lui a donn ICO carreaux de
Une aux Cayei en paiement.
Dixime Audience
86 Octobre %
Dominique DieudaoD
N laGu
claie qu'il : 'it:'1 u
si ce n'est q pai t "''" '
porel de .. nd. ri rie
laine W >od, pour uino.-.ei .i.i.i- au
Cap.
Lejnge : Savez-vous pourquoi il
avait t arrt
,. Le tmoin : J'avais entendu due
au Cap qu'il avait pris de l'argent de
quelquo personnes.
Le Capital nu Wood a-l-il inter-
rog Davis devant tous '
Oui, j'taii en fa< lion devant la
porte.
Connais! /- ' ;
Qui il i "' sous ma resp in i-
billt ( n priso p.
.. y a-i il eu d'auln s personnes l
*"_ Bervin q i j'ai trouveu prison?
ftt Commissaire : -I on inflig de
nauvai traitement an Cap Davis
et Bervin .'
| Le tmoin : Je ne | ui pas
le dire, l'avis a port les m o
pendant quei | ps.
Le pige ; S > pilai-
n.> Wood s Bl dan* la Rpubli [U i
Dominicaine -
Le tmoin : lui, I indis ["le j'taii
de garde .1 la priaon.
& Le Commissaire : Voue main-. 111
que Davii n 11 im ia l m titrait* ?
Le tmoin : Aon. I u BOT, BU*
Gonaive-, Davis a voulu sa sauver.
On lui a mis les menottes. U avait
enlev une partie du toit pour l'en-
fuir.
Le Commit -aire : Davis a-l-il eu
faire des foui les '
Le tmoin : H u < m connaissance.
Me bu ly : Avant la tentative d'*
vtsioo de li piison di Gonaives,
Dasis avai il 1 inolt '
Le tmoin Oui, uepaii 1 sortie
le l'oit-m 1 1 i
He Bi id| 1 s lant
son sjour dans 1 prison du C p,
Davis n o I bre
Le lmoin : 0 .1 je lui donn ii I
heures p
M Brdv : Dans quelle situai
se trouvait Bervin pendant son s-
jour an I
Il tait libre en pi ison pendant
la joorn
Save/, vous si Bervl a eu a ralre
des dclaration* au capi aine Wood?
Oui..,
Est-ce qu'une certaine pression
avait t aaerce sur Bervin a Poe
einn des d cl ir iti ms ; l'il a eu
faire f
Non. 1! > lail assis au 01......1 1
lieutenant et on lui apporta 1 a qn'U
iall.nl poui 1 enre.
Sle Lon .Nau : VoUI aval Irat illl
avec le capitaine W ood, savez-vous
e'il aexero une pre*si in *ur Frank
.'ils-Aime pour le porter mentir '
Le tmoin : Je ne connais pas ce
Monsieur.
_ D'une faon 1 avez
VOUS a u a
Bien er de prve-
nus de
N 1. 1 iraais.
\|. Di unoo
vis avait de litaine W
pu cahier de cnequei pour en loitclier
:,. montent,a la Banque gricoto
Santo-Do ning .
Le tmoin : Je ne sais rien cet
gard.
._ Est-c que Davis ne vous a pas
offerl de l'argent pour l'aider se
sauver'.' ..
ln.fi, il m'a demand un
cravon e. !.. p.pierel m'a rwnie un
pmer i-our lo cher 20 dollars de
M ,e C,,.:. ,,je l'ai remis an ca-
pitaine Wood. .
Me Bmm. Cantin : Est ce que le
1 Wood ne ie rendait pas
,.,,, [es so rs U prUon du bap,
Undisque Davis el Bervin y taient
interns '.'
Le lmoin : Oui.
\eniil il seul ou en compagnie
d'individu- '.'
Se.nl.
Eliei vous 1\ quand Bervin a
,,, i; I irati us .'
J-l lia .! mtres de distance
de Bei in. ,
Esl ce p.'avant cela wood n .1
p.~ u 1 \ ai seul Bervin
.le ne puis pas vous le dire. Je
surveillais avis. .
x (|ue|le heure Bervin crivit
il ses l ici iration* '
A 10 heures du matin.
Me Ca ivin : En p d enee le qui?
Le 1 u 'ii : lu chef 1 la prison.
B rvin tait il parfois enferm?
Son, jam lis.
_ Po i' tuoi cette diffrence de
traite m ml ?
pare pie Dwii tait plus sur
veill qo 1 B rvin.
\,. (iei 'i- : Vomi ave/, dit que Dl
vi< l il menotte. Pourquoi?
Le tm un : l'ourque ilavis ne put
l'< happer.
Qaels moyens employt le ca-
pitaine Wood pour faire dire la vri
t aux accuses ?
On les euf. rmait toule la jour-
ne.
t >n ne faisait que cela ?
Oui.
Me Di lienne : Eles-vous aetaelle-
inen! dtei tive '
Le : tm >in -le Irai aille m Lg--
lion amricaine, .le ne suis pas i-
1 -tive. Ce,! un manque d gr I.
Davis : Quels servies! reniai ois
l'Occupition ?
.le travail 1 c ira ne tlphoniste i
la I.",' iti "i Vraric lia \
Le traitement [uej ai subi au Cap,
esl ce ce ni .prou inflige tous les
prvenus .'
oui, c'est le mme.
Est ee i|u ils sont tous enferms,
ave un gendarma la porte .'
Non.
Quand le capitaine Wood vou-
lait p trie avec lui, ne lui disait il
pis de s en aller;.
Mi Oui
A ri il ne peut pas savoir ce
qu| g'l lii pass entre nous ?
Non.
Quand ili sonl venui du Cnp
a Port au >' "ntiien de jours
oiit-il* fail sa chemin .'
. i : joins.
Que lui a ton d^nn a minger?
-\ l'Htel SI Mi- il t. lion.ives, le
capitaine Wood lui a d nn des son
pari 1 1 rager al peu lant le In
jet de m ne,
de Port au
priu is demande de dire
1 ni m rs our '.'
__On ne vous rien d inn et per
mang non plus.
Davji J'ai pH#."> jours -anmaa
gpr, san toire, sous la frule du ca
pilaine Wood, en revenant ici. Le
li utenant de la prison du Cap,
quand le capitaine Wood lit parti
pour Sanlo Domingo, est venu me
questionner, en dis nt cet homme
de se retirer Comme il a vu que
i'i I ds ale, que toute ne barbe avait
oui se, d a donn l'ordre de m'ac
corder une demi h r oV libert en
pins, rrra les 7 heure* du soir
A qu< Me mai.-ou pli e le capitaine
Wood savait n'a ene dam I nuit".
I e li nioi'i : Le soi il i-avail vous
ami ner t\nv. le chtf de la police du
^al'-
- O tiez vous ce moment l '.
J'tais dans une chambn atte
mmti rour vous -uiveiller, afin que
vous n*> pienie/ P^ ls luit
O donc n/hlteidait le capitaine
WoU ?
Je ne sais pa-.
- J'tais attach par une jambe
la table .Ne m'aviei vous pas vu?
.Non. t .
Vous netatei donc pas que j'ai
t maltrait par 'e capitaine Wood?
Non, je ne le s Connaissez vou.' le texte de la d
claratioo de Bervin en prison?
Non.
j"Dav;s demande de constater qu'il
ne connat pas le texte de ce que
Bervin a crit, c'est (mur que les avo
cats de la partie civile plus tard,
n'essayent pas d'en tirer profit.
Bel Vin : A quelle h ne le capi
laine Wood m'a t il l'ait appeler ?
Ver* 10 h ure du matin. Il
v ma 1 i lier og I 10 he 1res du ma
lin 2h 1res I 'a irl n li.
Un boa Conseil aux tes
\llez chez DEUEL
Prendre ce soir 5 h,
Potage Dartois
4 ous serez satisfait.
Crme la glace. Sorbets
Ptisserie-Sandwicl
Femina
C'est demain aprs midi 5 hrs
qu'aura lieu au Champ d Mars,
.; ,01.,| ,i,. l'Ecole olberl Lo-
Sauveterre : Ue connaiasoz ?
Le tmoin : lui. le jonf de votre
arrestation j'ai le prendre des san
dwicha pour vous.
No in aviez v 1II8 pas vu u jour
au restaurant de me Marins Bertell
Non.
Ne vous rappe e/. voin pas m'a
voir d" que vous ave/, besoin de me
parler ?
Jamais.
Ce jour l. vous .n'avie/ d. man
d une chemise tu Mi ikl que j vous
ai donne ?
-m Jamais.
Vous rappelez vous m'avoirra
cont l'affaire dei Irsora et l'arres
tution de Davis ?
Non, jamais, vous ias un men
leur.
Lejnge rappelle le lmoin l'ordre
Vous ne vous rappelez pas que
je vous ni donn t dollars ?
Jamais.
eux jour- aprs, von- tes ve
nu me dira que voua alliez arrter
David Vilain T
Jamais.
Davi i Vilain lui deraand *'il ne
lui a pas dclar n log en effet,
qu'il ava.l ,111 mandat contre lui et
qu'il l a protg.
Le tm tin prten l qu'une fois, il
rencontra David Vilain, sur li place
d 1 Panthon et lui dit de prendre
des pr au ion-, qu'il avait un min
da: n'amener contre lui et qu'il ne
vouait pi- 1 excuter.
Ce n'est vrai, rp nd David Vilain
s' st quand je *uui soi li de la prison
(pie sous m aviez racont cela.
Le juge Vi.ate : Bat il vrw que
vois ayant rencontr avec un man
ilat d'amener contre vous, il vous a
protger
Vilain : Ce tt\ -I i"- vrai, c'est
i\u.i\\ 1 je s is sorti ie prison qu'il a
eu raconter cela.
Sauveterre au tmoin : Vous ne
vous rappelez pas q ie vous m'aviez
dem ind 2 dollars en cadeau ?
Non.
hird No 04, la premire ru-
niou .le U saison du cercle fe-
mina ... ....
1) s invitations SpCI les ont etfi
envoyes aux membres protec-
teurs, d'honneur et aux .lames pa
llOlli'SSi'S.
D'agrables momeuti sont r-
serves aux iuvite
Tous nos compliments aux
charmantes demoiselles le l'e-
1 Mi H lflfl I *rtl
U sera procd le mercredi que
l'on comptera trente et un octo-
bre courant, six heures du ma-
tin, ilevaut les portes de la Doua
ne par le ministre de Monsieur
llonibruQ Elfe, Eucanteur public,
la vente au ptusoftrant et der-
nier enchrisseur, de viii^'t caisses
de bleu d'Outre Mer, la requte
de Mme . Monlon, Havre ayant
nour avocat Mel'-miiianuel Morel
Port-au-Prince, 23 Ocl. Vd-J-
MUUliL, av.
Dr J, P- Tlu'baud
Clui'irjien-DenUsIt \
Des Facults de Mont
New-Yok et rie Boston]
Anyle des Unes Destoue
du Mayasin de l'Etat
Cnsultuliuns de 7 lires du:
(a heures du soir
Le "inistre de France rappelle aux
rcla nuits fraouH et protgs Iran
ais q l'ils doivent des muutenan
dposer leurs rclamations la Loin
mission des Uclamations.
I.e dld accord poui remplir cet
te formalit expire en ellet le 91 Li
cembre procbain.
Yente au-dessous de II
prix
Eu vertu dune obligatiosl
au rapport de Me Louis Iles
gartl. et sou collgue^otainsj
au l'riuce.le sept juin mdNj
vingt et un, d'un command
demeur infructueux et d'un
cal dlivr par le notaire HT
il s.ra procd le mardi
comptera trente octobre
cent vingt Lois, dix heur
matin, en l'tude et par l)
re de Me Louis Henry Itofl
tairejrequis ol etlct, I W
plus oflrant et dernier encW
dune proprit sise encsUtI
l'eu de Clu^e, dpendu!!"
cienne habitation Despreii.1
se de trois portions contr
voir : le premire mesur
vingt qnato./e pieds de lerttj
iuruiiepioloudeurdeceatr
te p.e.U au loui cot W
quatre dix neul pieds celui
et borne savoir au nord "
min de v.ngt pieds de
sud parOrgaisa
liievu CM
Varils
Dimanche
Monsieur tiit Le 1 norallemand
se lera entendre dans fiher; la
ToMn PaUnase, etc. Il sera ac-
cnmpagn au pi mo par Madame
Lut
La Lionne
Entre gnrale 2 gourdes
Loges d
pdtlSIANi
Dlnaanotie
Us nioa n 1- pr le .' :
La lonte vern rVeropuie
i'e Mr Ren le B< m plier
Interprtation: France Delhi,Andr
Ifoa, Van Daelle.
en 6 parti
Entre : Gdfs.1.30 Uskon: l r.den
Libert Kgalil 'craternit
lt-ipub ique d Hati
Extrait des minutes
du greile du tribunal
de premire instance
de l'ort au l'ri ice.
L'an mil neul'ceut vi ifltrois et le
ven Iradi cinq octobre, dix heures
du matin ;
au grelTe du tribunal de premire
instance de Port-aii-l'rinoe et parde
uni nous Montas Ci.it, es. grelliier;
K comparu Mme Vvebouis iracy
Joseph Biboul, ne Claire Auguste
AuguaU Varna, propritaire demeu-
rant et domicilie Poitaul'nnce,
a-siste de Me Llio Joseph, son
avocat :
Laquelle nous a dclar qu elle re-
nonce priment et simplement la
communaut qui a exist entre elle
et l'eu son mari dc l le vingt s:pt
septembre de celle anne.
D > il scia. La l >mpi ante et son
avocat 1 ai 'g 11 m* 1,JJi at>,,<:s
lecture.
A.ii> i sign : Maie Augusta Ner
naltiboul. J. Llo Joseph, av. et
Montas Civil.
Enregistr Port au Prince, le
cinq octobre mil neuf cent vingt trois
folio 'J28/.129 verso Case 5099 du He
gi-t e II N li des actes judicia r s.
Peru : droit lixe : cinq i.mle cenli-
m> >.
Pour le dir leur principal de len
,r gi trament ig i) C Baug. Le
coniro e (sign ) Cyrus Saur 1
l'our expdition conforme :
< ollationn,
;o)C. Montas Civl
Pour copie coulorme,
J. Llio Josneli, av.
l'est par Madame Haouirn
I ouest par Mine VveLjw
deux.eme.port.on.c.apre^
deuxime portion, de forais|
lairc, mesure soixante*
ct Est, soixante qu re
ct Ouest et vingt coq
ct sud, et borne au oord^
par la portion -d"f. '
au sud par V. Once et M
la troisime l'O.1 ll" cl S
-ne ; et la troisime ponu
So.taunl,ge rommjjl
pieds pour sortir sur la J
Saint 'Urave, mesure sonjl
pieds de large au ct hsM
f ieds au ct oppose J
Sne profondeur de deux ces
a chacun des cotes bud
est borne au *f$l
au sud par Mme \>*"
par la deuxime porUoa
nsigne,etlouetpar'J
rv, ainsi duret qu*
sepoui^itelseleml.
6x "p.iou ni Irsene.
Ladite venle.se teiajj
de Isa mi*o p. s* ^-fSH
Irt cent quarante liuit rf.
ces du Me...-. !.'' iciy]
taire demeurant et ^7
Mes. Morel et i c
lection de domude *
dits avocats, ia, e Co.|
Contre la dame Ma. 3
Etesse Monsanto, preg-ji
rant et domijlw %onltej
o. le sieur Liesse M ^
Kil-i.e demeurant ^ J
ort au Prmce. JJ J2
taure et aulon^w>
Pour plu* ampKJ^
s'adre^rVleLo J^
notaire, ***
charges ou aux.'
soussigns. ;
Port au l'rim e.J
J. Llio Joseph, a ,
1
^"


."^tPVJPt
UfcMATlN
voie pire *
j, || gros? en forma
|.une obligation hyptth
report lle N,e ^ouis
Kion ro!'"-iriiP. notaires j
lare, en date -I" 1 I ivr-,1
jpslre, H'ielle olMga-
j5fle et tnnsnrvrte, suis
* ralir-i !' f'il ''I de droit
uTa i- i'i. !' i -tcur en
L,ar'esi.';n '" "i l> V \fn~,
K,pHfis il' v.int le dit Me
uepjv la ci;le J;i lit Mai
n'istr ;
L^cil le mardi que l'on
We Octobre do la pr-
U, 10 h Trs du rmlin,
t(\ par U1 ministre do Me
_wnav. notaire fort nu
IJHdu'Centre, a la vente
m plus offrant el dernier
ur iPu terrain distrait
il d pendant d>- lhabi-
nette, ci devant Pimont.
feiite commune, section de
lequel terrain mesure
,Jeds de far ide sur la ra
lemiu de lirayelle a Porl
H, cent piuls, auc'tt oppo
ihtOD.siir trois cents pieds
lleur en lijzne brise au
et en ligne droite an rle
: an Nord par Thagne
jti le reste de la propri'
,ngi I'1- SI (iilles Je di, au
[Mme Marie-! onise Ville-
JrEst. par la i inine ou che-
fcfcayette el l'outil, par le
|Tinegills M Cilles Jeudi.
|nie pr \ de mille sept
|iitesix gourdes quarante
poutre les charges de l'en-
. y: G. 17'6,40
mrflede Mr Milliadr Augus
HT en M' decine. propri'
jeiirant et domicili a Hara
bt pour avocat*, m< s Wind
IGrvN Jean, aver lec-
iicile a.i c net des dits
idu Centre ;
|i giei.r Piei re Thlorme,
R,dem> ur-1iiI et domicilie
ihirc .
limpItN renseignements,
(lut avocats poursuivant*
li Vi'mrnay. notaire,d-
jcaluer des cha-g. s.
ee, le 25 Octobre 1923
llicui i av.
|fcy Jean, avocat
fente
Compagnie 'Gnrale
Transatlantique
Le paquebot H AITi par
li de Bordeaux k 15 Oc-
tobre directement pour
le Cap-Hatien eitallea-
du Ie30 codrant.ll repar
lira le mme jour pour
Santiago de Cuba.
La suite de l'iiiacraire
sera ixe l'arrive du
paquebot.
i'uTl su l-'ri ce f '27 0; ob e 1923
L'Agent Gnral
E. ROtfELIN
iduiio ohli^aioii hypo
jps'-' au i apport de
JlAailes et son confrre,
BLKort au-IVince, le 21
1 |vun commandement
latrijctueux, il sera pro-
eet par le ministre
iJCharies, notaire re-
'lelile lundi vingt-neuf
" neuf cent vingt-trots,
p du rnatin, la ven-
gent et dernier ench
iu"ne proprit, londs et
g i u cette ville, Ave-
r,l{'owii, coin,.ose de
ijnsJ" s, .iout l'une
-w pices et l'aidre de
B" lu tout, le la conte-
W Pieds de faade et
P'eds de pn/ondeur,-
"u nord par pii de droit, i
|fma Piller, lest
lf'.Jnl et l'ouest par
i^ celte proprit se
gjjpoptecls'tend.sans
^P'ion, ni rserve, sur
lx de Cent soixante-
"ars qu.tre-vinjtt cen-
, CyorP. 172.81
Pjnarges de IWhre.
_; "\ poursuite et di'i-
Ipy ri.o-odore \vi Le ;
fefjnjurant et domi-
IH. o ''""'' :,yanl pour
TV".io Malebranche et
P?1* u le cabinet d
L\oS23/Uwe Dui,ls DeS"
A?il,r Ducasse Bap-
Panama Railroad
Stcamsliip Line
Bureau de l Agent Gnral
Port-au-Prince, Ralti.le 30 Octobre 1)23
BULLETIN \ .{27
Le SfS Panama est attendu
Po*tau PHnee dm frewYork direct Mar
di 30 Octobre 1923 arec:
620 lonties le Mwelmndises
*7 Pas8ager4
U" lace de lettres
et partira dans l ap * midi du 'mme
jour noue Crie ob d Canal Z) e drtet*
O.B.Tlioinpson.-jii
Cordon atrie
,meat Camille
Fabricant de cihattitm'es
m tous genret
Matriaux suprieuri
Soins promptitude Clritg
ttran l'Rue prs la i'oste N 17^2
I^a maison porte la connais-
sance du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
ses nombreux client? -- elle ac-
corde partir dll 1er Juillet
11)23 une prune de une paire de
chaussures au choix tout K'ten-
t'uv de vingt tickets.
Eri consquence- on est pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au comptant.
la Conscience telle est la
devise de la maison.
\
le
lfpta!pP, demeurant "et
R rv*son ville.
jj^^in|>|.s renseigne-
2'r ;iu notaire sms-
,'lAll'L|io Malebran-
p
fe. le 21 (Kt. 1923
EBHANCUE; av.

n. s. s. H.
Meesieor leadlgus del'L S 8.H
sont cniivoqus dimancli. m ilin
div heur, s prcUee eu Parc Leon te
pour le renouvellement du buieau
Le Prside t,
leidinand Jn-JACQUE8
Remcrcieiiients
Mr le heileur Dbrosse, Mr Se
Mme Aubry Peuyo,Mr el Mme Lon
Corn au. Mie Mme Dup iv I) vieil ^
Mlle Marianne Peuyo, Mr !' iy Pau
o, Mr .1 Mm- I'. I ili n |',, ,>, \|r
e Docteer Victor UalhuriD, Mr .Ion
dan M ii t li il ri n, Mlle Autuiuall<' M i
tliurin et tous les autres parents
s'emprfssent de remercier avec beau
coup de gratitude toutes les person-
nes qui leur ont tmoign de la sv u
patliie l'occasion de 1^ perte bien
cruelle qu'le ont prouve en la
mort de Thrse DBaOBVB, leur
pouse, tille, su-nr, nice et cousine.
Si vous avez []
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
ras grippe,
prenez quelques Comprims de
RH0D1NE
"USINES du RHNE"
I

USEZ CECI
Nous lomiiii s hem ^ de porter la connaissance tant de ses ai-
n ; Mes ( \<> \\\ <\.; < : public en gnraI que la
HKRMANO5 Fait i. grande diminution sur les
suivints :
Li lit ns l'ompeia elinque
Gloire de Parii chaque
F'i iilie l'iver:-!!, vamv A/urra,
Bel Tort,! refle Incarnat. IVunpeia, etc.
maison KAWAS
prix les articles
i .15 la douzaine
6 ;.o
l'oi.dre Santal
' Java
Poudre de riz petites boites
Pommade Morl'e de bo-uf
(-amis Pots Roger JtGallel
Grands Pots Itoger Petits Pots
i.ia "
chaque IJI la douzsie
chaque l.t la douzaine
la douzaine
chaque 9.50
chaque 1 ,7.i
I0-0o
IH.Ofl
15.00
\l BO
I.5U
Kavvas iiermanos
205 209, Rie (raversire
Four les ftas de ta Toussaint
el des Morts
Vous ituvren
Chez John BOULOS
Chapeaux di pajlleforme Panama suprieurs Gds. 5. seulement
Chapeaux pour jeunes mies et jeunes gens en
c.isinnr et velours 7
Chapeaux en soie lu
Chapeaux feutre suprieurs pour homme lu
Casquettes suprieures \
Chaussures pour filletl W 1">
Chaussettes lil pour entants toutes dimensions 12 la douzaine
Ceinturons en caoutchouc -j..jO
Bretelles suprieures
Bas de soie bonne qua'il la patrsj 10 & 15
Un jou assortiment de voile, crpon de soie, zplur, serviettes de
toilette, toile matelas, calicot, indienne franaise, toile pour rideaux
Port-au-Prince, le 2i Octobre 1021.
e soir
Rouverture des soires
de FHlel de la ade-
leltae. Grad Bal ds 7
heures.
Pharmacie Centrale d Hati
Weaswiouoce lo ihe public tha v^eare moving to new and more
jpacious quarte-s nextdoor to the Posl Ofliceand wdl be open for
business mondfcy tMober M th 1 123, l7l2CSlret. AttheUmeof
ma-Tug lis change we hve incivas'id our ici ind hve also added
2utfr?1 newdepartmeuts. Wearein a hetlerposition than ever
t'eio.e ogive y.ui prompt service, reaswnable pries, standard druos
andpateiii medicines and ths he,t qualities ol i ilel ai i lea.1 lur prs-
cripuoQ clerks are caretul and proven meo ol uudoubted sbility.
service al ail hours, day and night
cingiibh spokeu
Se halii.i i spanol
Mail ipricht deutsch.
1 raduciion
Phormoe e Centrale dHaiti
.Nous annonons au puhhc qui nous avons transport et que nous
ouvriroiisUuMi 4J Octobre U :.J, GranJ'Hue So i7lj, no.,','
n:. ,'!. IpS ."'"'' et plu8 BPac,euM ^......at'ewmt au Bu-
icau des l ostes.
A cette occasion, nous ayons augment nos stocks et avons aussi
jout un certain nombre de Dpartements nouveaux. Nolr?X
- ";Um n^n^a nous avons des mdicamenu. es plu
mus si une.forle quanut d'articles de toilette, de m. illeuresqual ts
.Nos employs prennent son. des prescriptions el ont la cWiitanS
M ga-mt ef apj t
Aj-nta Gnraux pou" Hati
UF Vbik ALLURE
^ ^aavV la 5oir^, dlicieux potage, aa poufet,
ptxttHerle siarlo, crme (a ^tace..
1M


1E MATIN
NESTLES^
NUT-MILK
CHOCOLA
! SE SUi'liT OF
PERFECTION,
En vente chez :
L, Preetemann-AGGEKHOLM
Fuloii ShoePolhh
I Company Inc.
.
l\eiVm\ork
ii Vtu vcule\ taleget Ui peau de tas cbausnr
i>. Vt VOl Jt{ i-fti un btulaiit Luisant *t inrabl*
S* veut V9kl\ la muUur et la souplttst de t*
ibamurti pmJsnt Mnnr*os em;n)/tj ta muqu
MOSUAU.
fabrique sprnaltmnilpour .es darnes ei'Jesgentlunen du bifb Uu
Bile protge la peau des chaussures contre l bumiatt et la ebaltm.
Mlle l'entretient leur soubless et tonstrvi leur brillant,
demande^ la tuarque MCNOGKAM cal la meilleur de toutet les marines
Gto. JE IMSEML ifrnl pou Hati
Royal Caf
En lace de la Banque Nationale
Propritaire : Annacius INNOCKNT
Ce nouvel tablisiemenl se recommande par un service
irrprochable, des consommations de premier choix, su
situation privilgie. ______
Le, soir, musique attrayante dirigea par des proies-
aionnals de m and mrite.
Installation parfaite. Prix[mod4rs.
Tlphona Nto305

le %lin La mafron I! Sll.VE!
fond le 1 er A niJ 907
Abonnements
m aOW
Porl-au'I'iirce GoBidei 1
Dt'psuiemeuls *
Etranger J'OS
Bette P.stalc: US
Tlphone 242
Bureau- Une amricaine ;13>8
4 VIntermdiaire
Diligent
Ce bureau, tabli rue Prou 316,
maison Robin, oll're ses services
pour toutes anairea Commission,
transaction, servi e spcial dans
las questions d'automobiles : ven-
te, achat, voyages et transports.
Dix machines confortables et
dix lions chauffeurs sort abonns
n^ire agence: machines propres*
solides et pourvue! d'acceseoin s
complots: chauueuti habiles et
ayant les meilleures attentions
pour leurs passagers.
Pour dira bien nrvi, adresse*
vous L'Intermdiaire Dili-
gent.
SERVICE DES AUTOS
BvLAN: Lundi, Mercredi,
Vendredi, Prix, DEUX Dollars.
CAYES : Les passagers peu*
vent l'io&c ire ** l'Intermdiaire
Diluieni, Hue Frou, *ii6.
Pu ipiirt il
en 4 mois
Voulez-vous que vos enfants
apprennent lire couramment
clans le cour! espace de i mois?
Seivez-vous de la mllioiJe le
lecture pratiqua d'enseignement
primaire prpare par Sir Clment
POTIIEL.
En vente la Librairie Viard.
\iz Public
Q ielq-ie toit foira chagrin au
nij.iii'iii du tli e-. de pie qu'un '|ui
voa- eal i lier, n'oubliez pat en coin
uiiiKt'iil fou cercueil que les CKIt
CU,.ILS obliques chez STARKsoot
I?- m neur-. luit en solidit que
poiir I u l'orme-* t dcoration*.
LIVRAISON PROMPTE I
GrWNDE RDUCTION DE Pftixl
Kknry St.h;, i.i I i Qu J
en face I t ire.
-N B. Li nuit et les jours Je
fie s'adresser chez mon chsl
d'Atelier Ifr Flchier Ilusson,
Hue des Fronts-Forts A 2,en f ice
de l'ancienne Cathdrale.
La Maison H. SYLVRA toujours soucieuss ds du
deine satisfaction ses aimables & nombreux cli
eur offre, en prvision de la lin d'anne, les ir
suivants de toute fracheur et de toute beaut rL
nient ncus par les derniers steamers, des prix si
tionnellement rduits.
Nous ne croyons pas ncessaire de publier nsi
car il n'est un doute pour personne que non s,
ment nos articles sont de choix mais que nos prix
les plus pas de la place.
Casimir gris anglais nouveauts
Pulmbench jris anglais
Palmbencli gris anglais carreaux
Palmbeuch uni & barres,coul.
Alpuija noir sup.
Diagonale noir suprieur
Serge bleu marin & noir, anglais
Satin de chine pour tailleur
Lustrine barres po r tailleur
kaki jaune anglais extra suprieur
Drill union blanc
Tussor Japonais pour Chemisas hommes A robea
Percale blanche
Kideaux tulle pour portes
Tulle pour voiles
Voile uni & barres
Gabardine unie & barres
Itatine blanche & couleur
Organdi suisse brod
Urodea mariera peur robes, chemises & Juuona
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blane & eouleur
M^rquisette coton noire
Crpon jours blanc & couleur
lirabant an.jla s
IColienne mouches couleur
Bandes brodes anglaises
Toile voile pour golettes & pour cadre
Calicot Perai de faillite
Piqu blanc barres pour jupes
Xansouk noir anijlais
Molletons blanc & coul.
Lotions Pivert assorties
Itas jours
Bas blano demi-soie
Drille union anglais
Sa. foulard augl. double larg
Chape ux feutre Itorsalino etc, ste, etc.
route personne dsirant se procurer les i
arlicles de la place et aux meilleures prix que)
ailleurs se doil de laire ses emplettes laMaison i.
Rappelez-vous surtout que la rputation de la II
n est plus faire pour ses articles d'importation
glaise.
i
Coljmbian Sleamshii
Company Inc
411 wr\ > f de l ancienne Uathedrala.
Ml ai iiacie 1, Sjourna p ^t, . re ,uamer <>w% m. tvppeip ayi
Donne avis sa clientle ftaui mdecins et au rub'ic au'el!- I ttlll ^ClICS *&i9% iVeii; York le Samedi 20 (ktl\
courant, ai ai en du Portau*Prii
le $8 via h** ports dtiKordJl reparti
l h me jour pou u s / orls du Sud
uni ir. el n s ayirtii.
Donne avis sa clientle (t aux mdecins et au rub'ic qu'el!
rrinnoroi son Laboraolrro dUloje po im Laboratoirs KJe
biohiit appliqu' sous la DirectioD du
Dr HiCOt ". a. Sjo>i**n$
La la'jj-itoira es ouvert tom les jours de 7 bras du 'ntin 6
aVMTSI.d i sir pjar tj ne., les rjchercuei ei analyses pr-ues daus
r'annoaCj ci lointdi saut pjurle
tVfttSdrmaaa et in coattaate Ure Scrt rie
S'jnt rejuea que le nairii d^ chaque ssmasas*
8*lfS*V ia ftiir.nuij pourle* rensaig lettanlr
^aalyes.d'urines et Sue gastrique
Bacon de Wassermann
raction de Tri boulet,
fcliamen du saBg e' du pus
Etaoae.i d s matires focales
examen de cranhit
/4lbumino raenor
Gonslaots Ore ScrA'a!
HedeSl et Co de nOrr,jqw8, etc, etr.
AVOCAT
Rpcjavreme is C.iinerciaiix,
fiiim l'trae|er.
Cjrraa.j^nduati a Washing
ton, N'ew-Yo.k, Berliu,
Londres, paris.
17 tint Roui l7,l'<>rl-ttu l'rinH
Tlphone 597
(iel)ara & Co Agent
Cbanie n Mt de (rese i
Voiea urinnires, Chirurgie et teceu
elwrue .1 ConsulUtium gnrales tt
*i o i.
Itm ,1, e.as, , pt prg |f, Viard,
i li h ! li. 2 5
a.
XTaline
IG 1TI0 Afi8tNIOHHOSJ
le p!usPL^SWfHCNSTiTJMT Gnral
Formes : Ellxlr Granul Comprims
Emulslon Concentr Ampoule.
indications^ 7ousiescas oforeanlsmedbilit rziam
MBHiuujgg! mmcaUon rparatrice puissante.
Lttoratolr* d* l'HIaTOONOL, i VILLEMCUVe-lt-r,RENNE (S'il). *
s/atj la P.ii rfiicitf tjenirMQ
Pharmacie VV. Bucl
PortaumPrince
Nouveau traitement de la Furoneuloes
l'Ait
LHistoplaste du^Dr Wassermann.
tlVHitoplaste est un empltre prpar sp&di**
pour les Furoncles, vul(|airament appels clous.
L'Empltre se pose sur le clou ds son appn*
(|tii, sotis son influence devient indolcre en p*
temps ; l'inflammation diminue,il ne se dvelopp1 r
ii s guril en peu de jouis.
l'instruction dtaille dans (e boite de lii1^


IE MATIN
En vente chez :
L Preelamann-AGGERHOLM
'Fullon Shoe Polis h
Company Inc.
.
Kewmlork
61 tot'f voulez tnttgm [li peau de vos cbauumr
i. Vki vauUl nou un Initiant lunsant durable
i* veut iu'-t.\ la CuUur et la soupletsi de c*
tbausurm pondent l*rt$mto mpi*/m ta <"
QbOAAM.
l'abdique sp,':ialtmmlpour .a damtf tfJesgmtL tutti du bigb Uu
Bile protge la peau des chaussures contre l bumid*t et la baltur.
Mlle l'entretient leur soublesst et eenstrvt leur brillant.
Demande^ la marque MCNOGKA.M cal la meilleur de loutet les murnes
Gto. JElMSEMi ftfmt pou tUtt
Royal Caf
En lace de la Banque Nationale
Propritaire : Annacius INNOGKNT
Ce nouvel tablissement se recommande par un serrice
irrprochable, des consommations de premier choix, su
tituation privilgie. ____
Le soir, musique attrayante Ji; i ji c par des proies-
sionuels de panu mrite.
Installation parlaite. Prirmodrs.
Tlphon N 805
*"*%:*

1
Pliai marie F, Sjourne
Donne avis sa clientle ft aux mdecins et au publie Qu'a 11
traonorm son Liboraoirro d'Ulogie n ui Laboratoire |'.e
bbl >a,tJ appliqua sous la Direction du
Jj: tiieot ". a. SjoarnA
Le Laboratoire es otifari tous lai jours da 7 bras du tnatia 6
ltUfe,d i s >i pjjr lj ne*. les rdCherctie ei analyses pr.uoa an.
f'annoiCi ci jointei saur pour le
tfaaaarmsaa ot U eoastaote Ure Scrt rie
Ss'jnt re;ues que le mardi d: chaque somairn.
S'*lf6><>Y ia Pharmacie pourltl renseig euentr*
A, aalfs,d'urines et 6'ue gastrique
Heacuoo de Wassennano
Bssetioo deTriboulet,
hliaraen du sang e' du pus
BUflMa d s matires focales
Kxamen de crachat
4lbiimino raetior'
Constante Drt" ScrA*1,
h de Spirohti et Co de nocr.jqw.*, etc., etc.
le alin La maison H SU VI
tonde le 1 er A niJ 907
Abonnements
I \ MQf0
Porinu'F'iirce toeide* f
Dt'pHilfiments Ita
Etranger 3.00
Huile P Tlphone 'M2
Hurcait: Hue amricaine :1$>8
4 VIntermdiaire
Diligent
Ce bureau, tabli rue Firou 316,
maison Robin, offre sut services
pour toutes affaire Commission,
transaction, servi e tpi'iai dam
les question d'automobile : ven-
te, achat, voyages et transports.
Dix machines confortai'les et
dix bons chauffeur sort abonn
n^ire agence: machines propre)
solides et pourvues d'accessoirea
complots: chauffeurs habiles et
ayant les meilleures attentions
pour leurs passagers.
Pour dire bien servi, adresses*
vous L'Intermdiaire Dili-
gent.
SERVICE DES AUTUS
B\LAN: Lundi, Mercredi,
Vendredi, Prix, DEUX Dollars.
t.AYKS : Les passagers pi u-
vent l'uiKCtre a 1'Intrmohaire
Diligent, Kue Frou, ;ifi.
Peur mut lire
en 4 mois
Voulez-vous que vos snfantS
apprennent lire couramment
dans le court espace de \ mois ?
Seivez-Tous rie la mthode ds
lecture pr.ii/ ju d'enseignement
primaire prpare pur Air Cl aient
POTIIEL.
Eu vente la Librairie Viard.
tu Publie
in i.iii'n, n.i di c> de Que qu'un 'iui
VOUA est her. o'oubliei pas en corn
miii CU..ILS fdbdqus chez BTARK seot
I-- m ii.eur, tnii en oli.lii que
poar I un tonne* > t deoralione.
LIVRAISON PROMPTE I
Gn.VNDE RDUCTION Dl Pnl
rlsNRY S lRk, Ru lu Quai
en face I t ire,
N. 13. L unit et les jours de
fftte salress.r chez mou ch)l
d'Atelier Mr Flchier Ilusson,
Hue -les Fronts-Forts )2,en fice
de l'ancienne Cathdrale.
Paul Sals
AVOCAT
Rfcju?reiae is Cnnerciaux,
fiim l'traajer.
Cjrra^4j jndu.itj a Washing
ton, New-York, tiarlm,
Londres, paria.
7 iluellou:2l7,Port-au P*mm
Tlphone 697
Chanje n mi d' Iressj
^'>;n< iinnaires, Chirurgie et ceeu
elirrne .( Consull Ui-ais gnrales tt
i' 'i l'aisi m Pt pi-^ \l \iiirj
Mi h ! h. 1 k 5
M*KT.
'
I tDICATlO.NAfiSSNIO-PMOSI .
kpittsPcmmmmrmHQkiFs
Formes : Elixlr Granul Comprims
Emulsion Concentr Ampoule.
J^ &11X1 u ^/ifl mdication rparatrice puissante.
Laboratoir* d* rmsTOGMois i wuL"ruvE.i.';REtE (Srim). *
La Maison H. STLYIRa toujours soucieuse ds do,
ilciic satislaction ses nimuhlcs &. nombreux clk
eur offre, en prvision de la (in d anne, les si
suivants de toute fracheur et de toute beaut r
ment reus par les derniers steamers, des prix sx(
tionnellement rduits.
Nous ne croyons pas ncessaire de publier nsi
car il n'est un doute pour personne que non si
ment n6 articles sont de choix mais que nos prixi
les plus pas de la place.
Casimir gris anglnis nouveauts
Palmbeaek lkalmheacli cjris anglais carreaux
l'almbeuch uni & barres,coul.
Alpaga noir sup.
Diaijonalc noir suprieur
Sergo bleu marin & noir, anglais
Satin de cliine pour tailleur
Lustrine barres po Kaki jaune anglais extra suprieur
Drill union blanc
Tussor Japonais pour Chemises hommes robe
Percale blanche
Itideaux tulle pour potte>3
TulJfl pour voiles
Voile uni & barres
Gabardine unie & barres
Uatine blanche & couleur
Onjundl suisse brod
Brodes maniera peur robes, chemises de iupon
1 etites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blane & couleur
Marquisette coton noire
Crpon jours blanc ft couleur
Ibabant an,|la s
lOolienne mouches couleur
Mandes brodes anglaises
Toile voile pour golettes & pour cadre
Calicot Perai de famile
Piqu blanc barres pour jupes
Xansouk noir anijlais
Molletons blanc ft coul
Lotions Pivert assorties
lias jours
Bas blanc demi-soie
Drille union anglais
Sai.foul.in angl. double larq
Chapeaux feulI.e |{orsalino etc, .tc^ etc.
foute personne dsirant se procurer les un
articles de la place et aux meilleures prix que r-
ailleurs se doil de taire ses emplettes lalaison H.JiW
Rappelez-vous surtout que la rputation de la |Y
n est plus faire pour ses articles d'im
niaise.
'importation 1
Cokimbian Sleamshii
Company lac
le steamer **W9 M TUPPEfP yi
lai fi ISiew York le Samedi 90 Odol
Courant, f ( a t en du Portau*Prit
le $8 via Imports duftordjl reparti
l h me jour /vu u / orls du Sud,
l uni /#. tt pusnagHTS* I
(iebiira & Co Agent
I Pharmacie VV. Bucl
s7 iits ta *.*,< miciv tieniraie
PortaumPrinee

Nouveau traitement de la Furonculose
PAB
L'Histoplaste du^Dr Wassermann.
a^'Hiloplaste est un empltre prpar spcial*
pour les Furoncles, vulgairement appels cloui.
L'Empltre se pose sur le clou ds son app*"01
qui, sous sou influence devient indolore en pw
lemps ; l'inllammalion diminue,il ne se dveloppa P
et w gurit en peu de jours. lmlgl
l'instruction dtaille dans (a boite ds Yti#F


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM