<%BANNER%>







PAGE 1

X -J-i L&'IATIN liaire dite des Trsors Uuitime Audience, (fin) \ eau '''<•'" Iransposi ion qw „ rendu p esqne inintelligible la dposition >ie RimilusSimon.nouf li rtproluisont poav '• /'." ''" nombreux qai su.it aveoi \ter no compt-rendus de jette lewwrtwiw//e affarie. lU-milii* Simon dclare qu'il liabitesuru-ie prOprMH deR-nliquea l'h or.Un jour, K niiQIM lui dt Je prparer 'If "'• JnW un lravaM.3joiiPsaproi.ilvi.it vee un blanc et 2 interprtes et lit rglrent leurs all.iiies. Le blanc fit fouil cr un trou j'ai lenu la chandails pour eux Ils se rendirent avec Renhque dans maiwa.-Jeoesaitpae^iUoot dit Ils revinrent due de bouclier le Trou "jours ,p ','e blanc :f M,r nael *' ,( i 1 lui re U,t M paquet d'argent ,,..• F k Juge.. V.MH n'avez pas fouilll U tmoin. Non, j -i tenu une lampe. ., — Comment m-vea roua nue celait de l'argent qu'o i fouillait '•' — |>arce que le bla ic avait mar qui la place o fouiller et Ac IMIM pique avad parl d'un trsor. — Avez vous va Kenlique d nner l'aigetii u blanc .' — Oui. dev :nm. id Mail l'arg-Mil — Eovtl ipp, ' "u paque -.Qu'a fil fait de l'a go il __ i.e blanc 'i' 1 %  Rnnlique qn Il fallait lebr'er; __ | /; ,, ; vous vu brler — Non. .M ni pa eu lieu en ma prsence. — Si vous vo\ez, le b ne IC' pourriez vU' le reconnatre? — Peut-tre, je ne suis pas sr. — Yove/. s'il n'est paf ici. Le tmoin dsignant Davis : Le voici „ m Combien de lois 1 aviez vous vu venir chez Kenlique ? — i! t'ois. "— Sivtz VOIH combien d'argeni %  tait t donn pu Reoliquel — Non. mus il faudrait tre lort pour porter le paquet. — Av. z vous appi is| que le bla ic avait tromp Re llique ? — Oui, c'est connu de tout le m nde. Me E-nin. Caufio... O HnMiquo avait il donn l'ar* nt au blanc? Sur li table de ta maison. — Etiez vous prsent ? Oui, ftais la— Qui vous adonn la citation venir ici Neuvime Audience t?5 Octobre G % %  • %  %  *• t M C'est Mi Bnlique qui me ra lut parvenir. __ Prcise/ i c'est la 2e fois de l'uiive du blan:qu'on a creus le trou. — Oui. c'rsl la -< %  tis. — A la Je visite, on lui a donn l'argent. — Oui. — Pui-que vous n'habite/ pas elie/. EtnUqae, comment uve/. vous pu le savoir. -Parce que jetais l, en perma nonce avec Civil. Davis au tmoin. Comble0 de l'ois pave/ vous vu les Interprtait Le lmoio. :i foie. fJtvis. -Combien taient-ils '.' Le lmoin : Deux. — De quelle couleur? —C'tait la nuit.je ne m; rappelle pis. Il y avait un noir et un jauno. Comment se f.iit il que vous ne pouvez prcis r ni vous rappeler ce interprtes et que vous ave/ vu le blanc. — Vous ave/, dit que U*nlique a compt l'argent sur une tabe ou iljy avait le la lumire, o taient doue les interprtes ? *_ Autour de la table. Vous avez vu l'argent sur la taule, vous avez vu le blanc comment donc n'avez vous pas vu les interprtes ? — Pane que le blanc et ut cte cte avec Reolique, je l'ai mieux distingu* — Quelle somme d'ergenl %  pi rdua Kenlique ? — Je ne sais pas. — Comment avea voue pu dira n U il a perdu i"! > ' loll irs •' — Je ne peux pa* pioer, jo l'ai entendu dire. frai i;ois Lesjiinassc dpose "qu'il %  trs a %  Le pouvant pas. Entr I ns une ciiunbrc, il nous d l de ; er p*ree q e l'aaprit allait donner l'argent. Apri i mil un piquet d'argent .bier Frank t— vin noua dire qu'il tait •oufrren t. Davis lui envoya encore du rliuin la figure. Il dit qu'aprs cela, il fal lot iU jours pour prendre l'argent. D. puis lors, il n'est jaratis revenu. Je l'ai cherch partout, sans le rtro.i.er. Fils \im m'apprit al >rs qj'il tait parti pur la Rpublique Uomiciine. Un soir plu lard, je montais avec lui en aulom 'i>i e, ar nv du rle de la Sagar, Cbarlet Qurin, l'arrta et nous dit te nous en aller. Hypothtique forlune Le juge.., Comment savez-vous tout cela ? Le tmoin... C'est mot qui ai tout fait pour Brave — A que le poque cela a eu lieu? — Kn 1919. — Oui et.il venu dire Ki ave qu'il j avait de l'argent sur at proprit V — Frank Pus Aim. — Est-ce qu'il st ici parmi les accus-. ? — Non, je ne l'ai pas vu. *^" J — Quels sont ceux venui frrav.: avec Pils Aim — Sauveterre dclara qu'i l'officier amricain, qu'il avait le pouvoir de fuuiller de l'argent. — Voyt-z s'ils sont * — Oui. les voici. — Quand on a donn l'argent, o tiez vont — C'est moi-mme qui ai louch l'argent et qui l'ai apport. — Qu'en devait on faite ? — Un Sacnlice. De quel genre ? — I s oui ttllum du l'eu ei Davis a mis un paquet sur le feu. Je ne s t | 1 qui I, car Davis avait mis son aigenl sur une table, et Brave le sien, ct. — vez-vous vu l'argent qui a t fouill ?| Oui, je l'ai vu en grosses pices jaune-. L : Commissaire .. Qui avait pris l'iiypotlnque de Brave t Le tmoin... Mr Joseph l'ra-nkel. — Et le 2 argent. — [n Mr Denis. — Combien ? — JI'U dollars de Frxnkel — Elt ce (pie Brave a lembourse l'argent ? — Non, c'eel Sedai Villejoint qui a pay pour lui. Brave n'avait pas d arg MI!. — Vouaavei dit qu'un soir, ai riv du ct de li Sug ir avec &\ i-, Chai es Gurie l'arrta i vous dil de ent de Brave quand Mit as vrai. — i avait p i-* l'nrge il de Brave f ioiir faire unjou.nal Quel eniait e litre ? — ** L'Eclair "dirig p*>r Osson. — N'est ce pis < > •in qui VOUS %  donn des instructions pour venir dposer ici'.' — o>ou est mort depuis longlemj —Le tmoin dit qu'aprs avoir brd l l'argent, il n'a pas pu le *oir et qu'un soir avec Frank Fils Kim, il a t arrt en automobile,nu porttil St Joseph avec Frank Fils Aim ? Qu'est ce que c,a veut dire? M C'est aprs avoir t ant4 au po lail qu'il partit pour la Itpubli qu • Domioicaioe. —Pourquoi a t'il dit qu'aprs avoir brl l'arg nt, il ne l'a plus revo et que Fils Um lui a dclar qu il et ut all Santo Domingo. — Parce qu'il lui avait donn ren det vous en 2 fois et il n'tait pas v nu. S Davis demanda au tribunal de vri fi r si les o om s qu il prtao 1 avoir p i^es p r il rive dilTerenles sources ont t rellement prises par lui. Les avocats ne s'entendent pas Me Nau. ..Davis prtend que Brave •est fiit amener chez lui. Il y a au dossier des pices qui tablissent le contraire. La dposition de Frank Fils Aim c mitais qu'il a t dp eb par Sauveterrei Wr-wt pour emmancher l'affaire. Il demande au .luge de faire lire la dposition de Pils \im. M-Eminan ici Cauvin dit qu'ici le Juge n'a pas e pouvoir discrtionnaire. Il s'opjose la lectu e deman de Vie.Nau... Je ne demande pas au Juge d'user is son pouvoir discrtiinniire. Je demanda d'aprs Part, du Code d'instruction criminelle que lecture soit donne d'une pica de l'instruction. ne Em. Caavin... J'oppose cela Part, 106' lu code d liislruction Cri minelle qui indique quels moyens .I %  preuve peut recourir le tribunal, en pareille mttird. MC Nau lui oppose un arrt qui dispose en faveur de la thse qu'il soutient. Me Nui... C'est dans Fauslin Dlie q H j'ai puis l arrt. Je donne lecture de l'art. 103 du code d Instriic. tiou Criminelle. Pourquoi Fils Aim n'est il pis l'audience ? Il pourrait eontr'er la dclaration de Davis. Je d*'ii m Kau tribunal de donner lecture de sa dposition. Me Cauvin — Nous voudrions ga tenant voir Pils Aim venir parler ici, conim • il 'a fut devant le Juge dlos juge correctionnel n'a pas le pouvoir discrtionnaire, comme le doyen du tribunal c.rimi nel, il peut cependant, dans l'intrt de la vrit, faire donner lecture de la dposi ion s • 11 d'un lm Un, d'un prvenu, comme surtout il t de relever une contradiction, or tonne eu consquence quil soit donn lecture de la dposition de Frank Fils Aim devant le juge d'instruction. Le CrelPier lit les dpositions de Frank Fils \'in" qui tablissent, que c'e-l rellement Siuvelarre qui Pavait envoy pour emmancher Paffa.ii e. aupr de Brave. Ncrota Les funrailles de Mme Vaji, Baiiau, ucc Marie bumadii, Uee ce mil m. a I heure, auroM demain samedi 27 Octobre, iT| res prcies du m .tin. Le coavoil tira de la maison mortuaire M uigeau maison de Mr et Mm ment Etienne, pour se rendrai glise du Sucr Cœur de Turn Nous prsentons noisympatl coudo nces i Mr Emiie Ba Mr et Mme Clment 1 .tien ne enfants. Mr et Mme Volny I ei eurs enfants, Mr et •VIMI, F.uibert et leurs enfants, MM. \>m, Joseph. Ceorges et Uarrau, — tt tous les ai renls prouvs. Varils Ce soir U Comte n ie et 5e pisodes Entre : M centima contre u CONSTIPATIOI prenez les COMPRIMA SUISSES i, DELORT, Pharmaci 119, Rui •!' t-Antoint C'EST LE MEILLEUR DES PUR0ATIF8_ rh .rm.cie du V JutUn VIA"" e o. -/" born. PhnrwMM Remeicietnents Mr le Decteur D*brose, Mm. AubrvFaiiyo,MretBiej Comean^atMmaDntffJl Mlle Marianne Pauyo. FJ vo Mrel Mme Terlulien Isjn L I)o leur Victor Maint. %  d e an D M a.hurin, Mlle An^-i ,hurin et tous les *fJ\ s'empressent de mercier av coup de gratitude toute 'g pouse, Bile, sœur, nice e. Parisiana Dimanche Le filmons prcde^ La ionise ver* liJJT d7Mr.tenleSo S Interprtation: France^ Nox Van Uaele



PAGE 1

LB^MATIN raads Magasinde Caves d Bardeaux Hctels & Cafs Pour les ftes de la Toassaint viennent d'a river: DEPORTAI PRINCE o se trouve Ll*. M \ li.N cl des Morts r. i t —r. ww JT ••"Mruines.eioLyajje de provisions lraid.es | e 10 et la 30 de bernois : lgumes, fruits, viande, etc fchTefr' 8 *' Crmi U UlaC6 **•* filie > itepa* ? o e p re nr(u de grosse en forme ure d'une obligation hypolh Me au repporl le Me Louis et s m collgue, notaires rince, en date du 1 1 avril oregislie, laquelle oblij;uicde et transporte, s U3 garantie d.; f.nl et le droit Utile Ang siin, D.jeleur en r le sieur Joseph Viv ns, tcle pass .1 v nt h dit U meniy h la il de du ill Mai jnrfgistr : procd le mardi que l'on itrente Octobre de la picInne, d 10 heures du malin, et par le min stre le Me ilmtnav, notaire l'oit au lue du Centre, a la v.nle lu plus, offrant et dernier ur d'un terrain disirait pril dt p< niant d" I habiDcayetle. i devant Pimont, Ile commune, section de il. leqii' I terrain mesure LV-! pieds de fie ..le sur la ra chemin de llravrtle Poit fccent pi. ds, au ct oppo |pton,sur Irois cents pieds lieur en ligne brise au leteii lijine droite au ct btirau Nord par Thagne pet le r>le de la proprff agi les St Cilles .le di, au Wme Mare-Louise Villepi. par la ravine ou chefayelleet l-onel, parle Ngdl.s M Gilies Jeudi. P* prix de mille sept Ne six gourdes quarante l*ilra les eh rgesde l'en cy: G. 1706,40 "qute de M r Miltiade Augus *ur en M derme, propri-neurant et domicili Rara pour avocat-, M S W'ind MtGrvy Jean, avec lechmioile aii cabinet des dits fcdu Cel)||r ; I Heur l'ieii.; Thlorme, •.demeurant el domicili nioce. 'impies renseignements, lu avocats pouiMiivanU f 18 Vilmenav. nolaire.dpeahier des charge. r ,nce le L' Octobre I23 J*CHK.., av, e**} JKA.N avocat barriques vides, Deux demis boquittM de mantgue, Deux demis fer fil an es le beurre, Deux balance .1 acees. serres lu quart de baril de sacra Punie, lu quart de baril de sucre boula, Irois quarts sacs de poivre, Un quart sac ,| e girofle, I ne damejaaonadacioq gallons de vinaigra, Une demi botte de poivre, Un buffet flirt, Une petite vitri. e q-iatrevin. t un sach ls de riz de (rois quart s de livre, Six caisses d'allumettes passe partout, Trois boquilles de mantetfue de lamiile, Un sac de sucre de Cent livres. Douze paquets de clgirretle-Joh. Seize douzaines de sacs vides, I n garde A manger vide, L'a petit dressoir eu b ,is de sap, Un petit bureau vi t.en bois de sap en mauvais tat. In p. lit lit en bois d' eajoo, In buffet vide en bois de sap, lue quantit de barriques vides Quatre vingt douze boquitles vides de man'gii.., Une quantit de sachets vide-, Trois trteaux. U dite vente %  ara faits a la crie publique, au plus offrant et dernier enchrisseur bar I huissier Rouanez P. GUERRIER, \ ce commis, et au domicile des sieurs Soslhnes Pr.ssoir et Lonfdas bonis Charles, sis au Portail St Joseph, No 2 lu ) a date ci-dessus lixe et fient heures du matin. A la requte de Monsieur Marc BEAUBOEUP, propritaire, demeurant et domicili Port au Prince. *yant pour mandataire .Me Clment DE8GR01TES, soussign, avec lec lion de domicile en son Cabinet, 15 Rue Prou : Contre lis sieurs toslhnes Pressoir et Loui las Louis Charles co-lo Cilaires demeurant et domiali ; s Port au Prince. Portau Prince, le 26 Octobre 1913 Clment DESGROTTES, Htel *I 3 I rance Rues du Quai et RJIIX ll'ol lleiie. ;ta Cha np d • Mers Htal Cxcalsior, prs du Headq artu-. Htel La Gaiet "* Ru Prou, en lue Panama bine Vous^ti omerex H Fi Chez John BOULOS Chapeaux ds p&itleforme Panaroa euprii]n Gds, 5. seulement Chapeaux pour jeunes filles et jeunes gens en casimir et velours H : ••. 7 Htal Central C.iainp de Mars Villa Claude Bernard. l'ension Rousisr Champ de Mars ( Villa des Roi Chapeaux en soie Chapeaux feutre suprieurs pour homme | Casquettes suprieures Chaussures pour fillettes %  t haussettes lil pour enfants toutes dimensions ? Ceinturons en caoutchouc liretellts suprieures Bas de soie bonne qua'it la pain Un joli assortiment de voile, crpon de soie, saphir, serviettes m toilette, toile maiehis, calicot, indienne franaise, toil • pour rideaux Port-au-Prince, le 24 Octobre 1921. ' 10 10 4 15 o'-r. I a (Jo,lzai n* o 10 de 15 Htel de l'v venir Rue Prou, prs du Bureau des tlgra] bas Terr str "Htel D11 and Grand Rue, lace Garage Barreyre. S aaSide IUP Martissanl lioiel Vendme U ds Veina, maison Ain-lie Rivire llar de la S'aix Rue Prou, prfl de Aux Cent Mille Articles I5ar de l'Union Place Getlrard, \\c Maltais Caf International Pace Geffiard Juin mi Rouverture des soires de l'Htel de la Madeleine. Grand Bal ds 7 heures. Bar Transylvania Rua du Ou d Aux Caves de Uordcaux Grand'Rue New-York lar Rue Dantas Deatoucbee,praa la filacire. Uodton tar Rue du Qu l\ llalf W'ay llouse Champ de Mais, maison Apollon Itestauranl Stecher Champ di Mars,prs des Tribunes •Par aaivil fc'w jugement du Tribu%  Je la Commune de l'ortl ot-elion .Nord eu date du Je.Mil neuf cent vingt ol >'Sdi, ; a vec commang^gistr. et d'un pro •• s *" N| een date ,|„ |jj x neu f P^Ot.enreg^ir: ^ IMardi qui sera Jj el '^m, vente aux piques des fltsj et mar '•sso'is dsigns : -J"^ d*alluimiltes passe P* c ldu huit barres ueux Caisses d harengJ •, l'renlc tros k^ IfcAi C m! nl i {ue coto Tr M de mantgue pur sii 1 . Peux ferbl \u; VoS.. C< l0,nc |j "' de,ni K ar ?ni. Deux caisses ha jLp'.cenl ternie el une %£" n rui '. Trente bon Vm„ l,Ve l,e demi C'^'^reTroissu, ^ l b ottes (.om-.slach, ^"g saur. Trois li^ ma rquereaux, Neuf a cinq livres, six C' rdonntrie Ernast Camille Fabricant dt chausturK en tous genrtt Matriaux suprieurs Soins — promptitude — Clrit (liaii'l'Rue prs la Poste N* \72 La maison porte la connaispance du public que — dans le but rie faciliter et d'encourager ses nombreux client! — elle accorde — pat tir du 1er Juillet 192.J une prime de une paire de chaussures au choix tout dtail" tur de vingt tickets. En consquence on e*t pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant. A la Conscience -•telle est la devise le la maison. f.iii.-iina Railroad Steamship Liue Bureau de l'Agent Gnral AVIS bes SfBGEN. U.c. GORGASeat attendu Port ai Prince de Ne.v York, via las p rts du Nord diman ebe le S octobre I92:t au lieu de i"> octobre 1913, avec 220 tonnes de marchandises, U passagers et 32 sacs de lettres. Il partira le m.*' ne j ur pour Cris labal. I i l. Cas il Zone, via les ports du Sui prenant fret st passagers. O. B. THOili'SO.N l Geiioril Agent. D. S. S. H. Ileeslear* les dlgus del'U.S S il sont convoqus dimanche matin dix heures prcise au Parc Leconte pour le renouvellement du bureau Le Prsident, Ferdinand Jean-JACQL'ES I ci mont ;,ar Craud'Rue, prs Daniel confiseur. Caf IL Dennts Champ de M uliar des (iendemen Avenue Louvuture,en face Siieri e liumuii ls. The Royal Mail Sleam Packel Company Te steamer nOLBRIl I • venant de Kingston et d s port H du Sud e*t ete du ie om di mi in 3 IX vembrepro chauu — il partira t mme jour pour l Europe Via le pot ts duISlod, t J o t au PHhe&j lt 23 uoiob i 1993, RoberlsDUTTON&glK. Agent* Gnraux Hoyal Caf Rue du Mageain de l'Etat, face la B M. R. HBar l*ort-au-l*rincien Rue Roux, prs Cul-lroem lliVtoi t Cliarlaa] lior \ ista Alegre Rue Roux, pies l'b inn .c Centra le. IJar des LLlegants Rue de rigiii, quartier du Bureau de la Pouce. Caf Christian Bas Rue des Fn nts-Foils Itestanrant Chinois Ang'e des Rues Rpublicaine et De*toiulie.--. race EeoladeS Frres. Hestaurant Auguste Victor Las de la Rua Prou I af St Loula Au rond point de l'lit Pour. Motlier'a Home Htel ;il i, Rue Bonne Foi %  %  —— The Panama (.entrai Caf ASl) HaSTAl KA.NT Ne,u Custom-House lliitel Sea \ levv Rue Travarsire, face Eistve Pharmacie Centraled Hati We announce to Ihe public tha vre are moving to nev\ and more fpaiousquartersnextdoortotliePosI Ofliceand will be open for • business monday October Z tfa ltf23, l/ij <; OIM. AI thetimeof making lis change we bave increas td our stocks an I h ive also added anumberol new departinents. Wearein a belter position llian ever before lo tve rou prompt service, reasunable pries, standard drun and patent medicinea and the besl qualtties oiyi.q ani.les.Our prescription clerks are careful and proven men ot uniouhi d abuity bervice al ail hours, day and night En^ i.sli spokeo t>e habla eapanol Man spricht deutsch. Traduction Pharmacie Centrale dilaili Nous annonons au public que nous avons transport et nue nous ouv.iroi.s lundi ^io.ioiui: l,i : .{, <;,,,„ !';(,,, No 1712, notre Pharmacie, dans une nouvelle et plus spacieuse maison alinant au bureau .lus Poste A cette Occasion, nous avons augment nos stocks ,| avons aussi ajout un certain nombre de Upartementa nouveau.. Autre position est meilleure .p. auparavant nous avons des m I uents des olus frais et une forte quantit d'articles de toileite, de meilleures qualue ttes employs preiment soin des prescripbons et onl la comntenca La Cuinauile flrand'Hue, ancien cinma des Ut*uls. > Di LA Fd m iIA ;.. r 1 Ir f " % %  "' ••- % %  ia r, ction. co tre Isa Mi.c. As. i u V.rtl,.., vlffo canons. Foimatio:. d. la Jeun. F.lle Lsaribini TR „L-:TTEPEERET. 15. lui ta IM*.-. ?u (F -' +>. %  % : i-WJk



PAGE 1

LE MATIN Le Malin La maison H SILVERi 1 ESTLES NUT-MILN CHOCO L( a ^FHE SUMMT OFf.|^> PU.. TlONy^g 2 2.S0 3.00 En vcnle chez : JU Preetznarm-GGVLUlQLM Fulioii Siioe Folie h Company Inc. New*Kork i il voiu vou/r Protger [/a p^w J< voi (bauuur i-. IWM MklfiC etwif un brillent Urisigntt draik i/ wiM c#li(t( / ctultw tl la soupltst de <• tbamsurm pmd*i tmwmto, mpfrym tu morqw MosomuM. tab*iqui tptnoknuntpowr .es Jamst et les gmthmm du bigb m Bile protge la peau des chaussures contre l humidit tt la ebaleur. Mlle ^entretient leur soublesse et conserv leur brillant. Demande^ la marqu MONOGKW1 cal la meilleur de toutes Ht mnraues Utv. JE lISSEMh ffU! pour Hati bond le 1er Aril\i907 Abonnements UN M018 PorNauPrinc lourde Dpartements Etranger Boite Postale: 118 Tlphone 242 Bureau: Bue Amricaine ;1358 A V Intermdiaire Diligent Ce bureau, tabli rue FArou 310, iraison Robin, offre ses service pour toutes affaires Commission, transaction, servi e spcial dans La Maison H SYLYIRA toujours soucieuse de doi pleine satisfaction ses aimables 1 nombreux cli leur offre, en prvision de la fin d'anne, les ari suivants de toute fracheur et de toute beaut r ment reus par les derniers steamers, des prix ni tionnellemeut rduits. Hous ne croyons pas ncessaire dt publier nsi pi car il n'est un doute pour personne que non sec ment nos articles sont de choix mais quenosprixi les plus pas de la place. Casimir gris anglais nouveauts l'almbeach almbeacli jris anglais carreaux Palmbeach uni & barres, coul. Alpaija noir sup. les questions d'automobiles : venDiagonale noir suprieur Royal Caf Ko lace de la Banque Nationale Propritaire : Annacius INNOCKNT Ce nouvel tablissement se recommande par un service irrprochable, des consommations d premier choix, sa situation privilgie. Le soir, musique attrayante dirige par des proiessionnels de m and mrite. Installation parfaite. — Prix modrs. Tlphone N 395 te, achat, voyages et transport. Dil machines confortables tt dix bon chauffeur soct abonns notre agence: machine propre, solides et pourvue d'accessoires complets : chauffeur habiles t ayant les meilleures attentions pour leurs passagers. Four tre bien servi, adresseavous L'Intermdiaire Diligent. SERVICE DES AUTOS BALAN: Lundi, Mercredi, Vendredi, Prix, DEUX Dollars. (JAYES : Les passagers peuvent s'inscire l'Intermdiaire Diligent. Hua Frou, 314 (sur apprt, lire en 4 mois VouleZ-VOUS que vos enfants apprennent lire couramment dans le court espace de \ mois ? Sc'ivez-vous de la mthode de lecture pratique d'enseignement primaire prpare par Ur Clment l'OTIlL, En vente la Librairie Viard. Au Public Serge bleu marin & noir, anglais Satin de chine pour tailleur Lustrine barres po .r tailleur Kaki jaune anijlais extra suprieur Drill union blanc Tussor Japonais pour Chemises homme A robe Percale blanche Rideaux tulle pour portes Tulle pour voiles Voile uni & barres Gabardine unie & barres Hatine blanche & couleur Ortjandi suisse brode brodes mailera peur robes, chemises & jupon Petites serviettes damasse pour table Soyeux uni blanc & couleur Marquisette coton noire Crpon jours blanc & couleur lirabaut amjla s l'xl.enne mouches couleur liandes-brodes anglaises Toile voile pour golettes & pouf radie t'.aiicot Perai de faniile Piqu blano a barres pour jupes Nansouk noir anijlais .Molletons blanc 4k coul. Lotions Pivert assorties itas jours t.as blanc demi-soie I). ille u..ion anglais bat foulard anjt. double larg. Chapeaux feutre llorsalino etc, ste, etc. Toute personne dsirant se procurer les mal quelque soit votre chagria au articles de la place et aux meilleures prix pie ( lomeai du deoi de quelqu'un qui ailleurs se doit de laire ses emplettes la lai son H. nu cil clier, n oubilu/. |•. en cuin D I i • i i %  ia.id.nl sou cercueil que les CEHi^aappeiez-vous surtout (pie lu rputation Je la II cuciLS fabriqus ch.-z STARKsoot il est plus a l'aire pour ses articles d'importation le* meilleurs, tant en solidit que /,|.,; C u m ma pour leurs forme al dcoration. LIVRAISON PROMPTE) glaise. Gn.vNuE RDUCTION ut Paixl HENRY STARS, Une -Jii Quai •n face 1 1 < ire X. U. — La nuit et les jours de fte s'adresser chez mon cl f d'Atelier Mr Flchter llasson, Ru ; le p'rjits-Fjr.s i )i, en lice de l'ancienne Cathdrale. Columbian Steamshii Company Inc t t r m-y r> t • œ l'ancienne uatnearaie. Mruimarie \ Sjourne M ,„i waiX^ tl'V* !" *'^.KTVPpm^ ^^^^t^n.i.insA.biicau-e^ raUl ^aieS l*i** i\ew York le Samedi 20 Octo courant, est attendu Por(-au-Pni le 28 via le porta duNordJLl reparti le mme jour pour les porte du Sud haut irt et passagers* (iebara & Co Age\ Uonn' avis sa clien'le it aux mdecins et au public qu'elle &f raLiisonuc son Laboraoirro d Ulogie en un Laboratoire de biologie appliqu sous la Direction du Dr i'.cot et t. Sjourn Le laboratoire es^ ouvert tous les jours de 7 lires du matin 6 AVOCAT Recouvremeuls Commerciaux, Affaires l'titraoger. ncuresdu oir pour loutesjes recherebe et analyse* pivues dan Corroepjndante M \Vaehing ? annonce ci )oiute> saut pour le WatietmaQa ei m coasiaole Ure-Serr! rie S^r^nt reues que le mardi do chaque semaine* S'adrea-'r a ia Fhann?.tw pourles renaelgaeauntr inalyes.d'u.ines et Sut gaatriqaa Raction de Wassermann Raction deTriboule 1 Eiamen du s.iu e du pu5 lil^amen d natire fcale fixa n IL' n oe crachit i4lbumi(io rafitior Constante Drn Secrtaire Recherche de SpirohMes et Co de noetngue*, etc, etc ton, .New-York, Berlin, Londres. Paris. Vit i\ui htm i7,i ort-uu-1'rmtt 7 ilphene 697 BELLE PCiifmNE n dt'U* mon pu las PILULES ORIENTALES le* MOiea qnl dfTrl.ipprnl, ralfirmiurul. racontlituaul % %  ttiav efl.*;,t le* MlUiet aniiin de* pauler et donnent eu botta M grwlrui embunpetat. BienfaUeiitee pomr la eert J,RATI.nb 45.1.IH Kch.riiar Art Port-eu-Prlnoe: rliarnwcir Alberlhil •l tovlea awueee ^ueaki MDICA1I0N AHSENIO-PHOSPSOP.EEOfiGAUQ'JE le plus PUISSANT RECONSTITUANT Gnra! FonHEs : Hllxlr — Granul—Comprims • mulslon — Concentr — Ampoulos. (m M %  • xim ,p kr ^ nK ATousie5casol'organismBdtlUrc(ami JTg^ 1X1Q )une mdication rparatrice puissante. Laboratoire) d* HISTOGNOL, i VlUXJiCUVEij-CARENNE (Seine). tia V*nte la Pharmacie Centruie l'haruiacie VV Bucl Porta UmPrince { HouTeau traitement de la Furonsulose PAR L'Histoplaste du^Dr Wassermsnn. T^'Hiioplaste est un empltre prpar spciaM pour 1rs Furoncles, vulgairement appel c ouS 'j L'Empltre se pose sur le clou ds son *pP'" qui, suis son influence devient indolore en [' L temps ; l'inflammation diminue,il ne se dveloppa i se (Micrit tu peu de jour. M t l'instruction dtaille dans ls boite de l'Hi^T



PAGE 1

Etfk. •*"-"_•* ^K-'WW • ***-V EUR mtPDUTAIfltt Ut/MMMOJI fjinent Magloire BOIS VERNA 1168 Rue Am6rioaina • 20 C B ^ T IME8 Quotidien Par la bienveillance et la douceur, vous (ja-jnerez le cœur des hommes, liien plus que par tontes sortes le connaissances, de lumirea et de savoir. S. Jesn-CHRYSOSTOME 1ELEPBOM *o 24 i ANNtfE N 5040 POR MU-PRINCE ( HAIT! I VENDREDI 26 OCTOBRE 1923 visite la nouvelle installation de Mr Damoels Ascenci 10 lit que, ri'venu le son vo{Fraiice, le sympathique Damoels Ascencio, p ort, pour sa fabrique Ris Gazeuses, une inslalque les prparations faites avec aile, sans l'avoir passe, au pra" ats obtenus au moyen freaux procds et, sans .liait annoneer.nous nous fprsent au No 315 J ti | a Mccueil. Inde activit r^ne la iet nous prvoyons que llocal sera trop petit pour lux demandes d'une table, par des preuves spciales,se dcomposent et deviennenc noivesTout le monde sait que le iplus moderne, reponKolaChampagn le Gin-er Vie butes k< ex.^ii.: de l'hyles limonade g ,z uses, etc. tout Iplus rneli uleuse. .Nous en dpt dans beiucoup d'tablis•)um n rendre compte semeots de Port-au-Prince et des dpartements el m ne dansgran I nombre de maisons prives Or, I usage de ces boissons, aprs un certain temps de sjour, reprsenfesars ou, avec sa courtait un .lan-er qui maintenant a 'idwtiiictioii habitue les, disparu pour le plus grand bien a Ascencio nous :1e des familles. La Fabriqua d'Ascencio est actuellement en'travail jour et nuit et livre la consom nation une moyenne de r >.IK)il bouteilles par jour, un appareil grand dbit %  I excellence d 'S prcayant t construit spcialement. ente et attire chaque Deux autres sont attendus incelMqu>! nous taisons resamment. Uu prop: i.-tuiro ,p„ nous Le produit de la vritable noix n dcision de ne reculer de Kola est employ, produit Muni saenlice pour arnabsolument pur de la Jamaque. ;| ' ""'%  M. Ascencio livre la consommation ce qu'il appelle son Kola cou ranl et un autre merveilleux tonique dont la formule est due u i des premiers tablissements de France connu sous le nom d.; Byla. La Thrapeutique moderne pleine employ, le pucomme on nous l'apprend, consif convaincu qu il troudre la Kola comme un anti dcernent dans les eaux gaperditeur des forces trs elBcace. [^pares, comme nous le Prpare comme chez Ascencio, 'eiiiaxiinum de garanavec en plus la formule H la qui outeilles sjournent d'ajoute ses proprit sans les al%  Mut quelque temps dan trer, la Kola a sa place partout et V laie a base de polasest recommande tant cmx dont les forces sont atteintes par le surmenage ou la maladie qu'au grand nombre qui veut garder les ticults intactes. Ajoutons qu'un coquet camion os possibles, ehines sont toutes sous puis la lessiveuse, fles bouteilles, le striUtiJqu' l'appareil pjrfecPdistribue les eaux ga, %  £"-• uase ue poiasr" passent p ir u nappaJJ 0 de multiples petites If'lesnetloijiit et enlin Ti dan les tuves stri%  era une temprature re a i_> dsfiSJssa^lcor avec got Eut rapidement gazeuses elles-mmes iWes avec de l'eau stria un appareil pourvu Prserves, ^es prcautions sont priJjel analyse a dmon•" de Portau-Prince des le service des Eaux Gazeuses domicileNous nous rjouissons de voir la Capitale dote d'une installation de ce genre et renouvelons, nos compliments AI. DamœJs Ascencio dont l'esprit d'initiative et gerirus empchant de progrs est digne d'loges. Par Cable weles Etrangres B Ve,, e note allemanCesse la com011 des rparation it^M no velle note aile Put, J C a commission des %  suJ mil 'l* a la commis ^"'• %  r l'examc i do la <, ,ne "t de l'Allemagne Wr/* *" x '''prsentants ^"1 de 15, 1 ,,. dexpli C' 0 i ". el les m sures ,,ri V*T l| tuer SOD budget et ** %  •$. Uwt C S U| gre galement que les reprsentants de l'Allemagne soient entendus au sujet du projet belge sur les rpara lions. Le gouvernement allemmd, appelant l'attention sur la cessation de la rsistance posait, a dclar qu il est prt en prioep a r pien die l'examiiiatinn M ti u ktiouadu trait de Verseilli I • I ga I Isa pu s lance occupant la Ituhr, mai fait reowrqacr qu'il D peut, q tant i prsent, rpcomni'ii'ei le livrai en raison de la situation conomique allemande. L'annexe, qu'accompa f ue la note, donne de dtail sur la — — — loi instituant la nouvelle banque d'tat allemande el dcrit le systme lis.al propos. Lis lparal'stes n'ont l'ait aucun progi hier, au ontraire ils eem blent avoir p<-rdu dl inilivement Aix la Chap Ile et aussi leur autorit en d'autre endroits caria p>lice est reste loyale. Ilemise de sa premi re surprise, e le se rend compte que les autorits franaises ol belge sont"|iarl'aitem(!ii( s acrea dans leur neutralit el n'ont nullement l'inten tion d'intervenir si ce n'est pour ar rter le effuiiona de sang. Les communi-les et les intrts du travail sont nettement opposs i <\ spara'i> te, le ch ite ta occup [>ir les sparatistes Coblence n'es p i celui qui sert maintenant de bureau pour la prfe turc. D'un a il e les sparatisti s semb enl a • ii le contrle entier Tri . Bonn et Dui bourg. Ils .uit russi S p RD I e posa s-ion de l'Htel de Vil a de lire l'eld; de violents comb ils oui eu l u au cours desquels il \ a au de nom breux morts et blesss. L'tal de aie ge a t proclam Mayence, la i %  •>:•'• s'par les rpublicain, ont convenu de coup rer avec les sparatistes. A Wiesbaden, les employ du gaz sont rttourn leur travail sous l'administration sr-j iratiste.Lea rpub-ic. tins occupent encore le qu .r lier gnral du gouverneur de la p 0 vince de Mayence et on dit que la plupart des fonctionnaire locaui marchent avec les sparatiste dans l'adminUtration de la tille.Le mme fait s'est aussi produit Trv s. L'aHituda de la£haute oommissi to, %  l-on expliqu, i ~ M. Jusserand, ambaSM il ir de France aux Kl ils Uni, a eu un dernii ie conversation avec M. Poincar avant le s'embarquer de m un sur le pa |U( b >l i •• orge Washington i pour rejoindre son |ole. Pen laul BM V < el PITTSBtTRGH PENSYLVANI— I u vraie re ption galloise a t faite Lloyl (i o ge son arrive ici comme invi de la vil e. Les so cils gilloises s'taient toutes ru nies pour se rendre sa rencontre la gare. Dan l'aprsmidi Lloyl George s'est repos et a t invit d'honneur un dincr gai lois donn avant qu'il ne s rende la i eu n ion pub ipie org mise Sy ria Mosque. Le 1er Smillis accuse la France le poursuivre une politique militaire. l-t)\hlt'-.S l.e dis %  •ours pronon ce par I • lerSjfi th, de I Afnqui du Sud, dans lequel il a attaqu la France c mse de i p itiq > % • sur le <• itim ni • t a recommand une con frenee g lrale depuissan aa pour examiner la question, a eu un gran 1 r. t. ntiase nenl et a f ut l'obj t de dj cuisions A l. mdr 1 1 discoura a donne li u | ( | s i,, m uns que le g.} Dral Smilli n'est pas toit fait sa tisfait de la direction q ie prend la confren. e impriale et a prolit de l'occasion qui lui tait olfeile pour expimerson opinion. Il a attaqu la politique de la France et ft prve nu I Angleterre et les Etats Unis contre la gnrosit excessive dans la remise des dettes de guerre inter allies, gnrosit qui pourrait tre fav rrable la militarisation du con fuient. Gamme tous les autres pro jets anglais, eelui do gnral Smitha i ne la coopration des Etats I n s. Il a accus la l'r.ine d %  poursui vre un i Elique de utilil irisme et u donn enti ndre qu'on exi n erail n prea io i p ur lorrer la I' anc I reol sr lana la pro h ne r.uf n I e gl .lit BERLINLa runion Reichsrst ou conseil fdral allemand, convo que pour examiner les relation tan dues entre la Bavire el le gouverne ment centra), a t ajourne mais tous les d Hraut 1er ministres des tals fdraux ont confr avec ta ebanc lier Sire8i manu. PRINCETON N. J.— M. Adam Gibbons, auteur et correspondant de guerre, dans un discours prononc devant la rdaction du journal quoti dieu de II niversil d Princeton, a rpondu quelqi a unes des dcla ration lait.s pu M. Lb y 1 (ieorge en Amriqu Il a dit notamment : c Reprsenter les franais comme dilii de noua et in•, fi par un esprit de vengeauce ne i mis parait pastre un message digne d'tre ap pur lu/ nous pai une nation amie au MIJ'I d'une autre nation amie. Nous i pousions l'analogie entre guerre civ le et la giaude guerre et rejetons l'iu-ii te faite i.otre ancien compagn in d'arra s.Laiceptionqne nous avons l'a le ou grand homme d'tal le notre te nps ne doit pas tre inl n ne une approba lion d<' ce q i Ll ijd G %  rge a rp t .a satit II est a craindre que no tre invit se i rompe ce sujet et si une voix ne se ls pour protester, nos amis franc ia et anglais pour raient n,i equonous ne partageons sa manire de voir Ltoyd George de vail c m • endre que le sympalhies de notre peu de aot hautement fa vorebles la Franco. MOSCOU Kl. v.i. dans le Tur kestan russe, qui \n* pi' > tait seu leu enl allie A la fdration des So viets, a me rpublique so vi tique socialisl l et sua dsormais membre de l'Uuion de Soviets. Les Cours .NEW VOI K U— Francs 17.18 Sterling t.4925 PARIS il— Dollar 17.205 Livre 77.31 le paiement du mois d'Octobre D'aprs euteite entra le Dpar tementdefl Finances et le Conseiller financier, le paiem ni du mois d'Oc lobre c im a icera lemain; 27 'Jcto bi-', en raison de flea de la semai n p oi haine. %  %  -.."g x —— %  *—m a. Cie u de Femme V Ire b 10 C ibi coui sut le publie p 11 ,oi | cien aura le plai sir d • ntendre a Parisiens la 1re de Cirm ./, ///. s nouvelle comdie de M (lusiavi .\ ugu tin. On Ironvei i des i artei la Phar maeie Buch Eludes de Me Hogarth, Me Villard cl chea l'auteur Hue de l'Egalit \o 1411. Changement d'adresse h mmAnt Voies urinaires, Chirurgie et accou chment. Consultations gnrales et visites 1 dollar. Rue d i Caai m. %  | is M. Viard. ' b. h. 2 | |MIM 1*1 i ri N v TfcX\S L tnatviir 1 di de l'Albain i' s outsrl impsgna pour la nomination d mocraUuue prsidentiaiie ici, hier aprs midi. Dr J. R. Thbaud Chu •/ ,:< '' %  e M i ii .,1, de .\. w-Yoi l el le Boston Aogls ,i > i;,„ s Dstouchea et du Magasin de l'l .t Consultations le 7 hres du matin 6 heures du suir


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06061
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 26, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06061

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Etfk.
*"-"_* ^K-'WW ***-V
EUR mtPDUTAIfltt
Ut/MMMOJI
fjinent Magloire
BOIS VERNA
1168 Rue Am6rioaina
20CB^TIME8
Quotidien
Par la bienveillance et la
douceur, vous (ja-jnerez le
cur des hommes, liien plus
que par tontes sortes le con-
naissances, de lumirea et de
savoir.
S. Jesn-CHRYSOSTOME
1ELEPBOM *o 24i
ANNtfE N 5040
POR MU-PRINCE ( HAIT! I
VENDREDI 26 OCTOBRE 1923
visite la nouvelle installation
de Mr Damoels Ascenci
10
lit que, ri'venu le son vo-
{Fraiice, le sympathique
Damoels Ascencio,
p. ort, pour sa fabrique
Ris Gazeuses, une inslal-
que les prparations faites avec
aile, sans l'avoir passe, au pra"
ats obtenus au moyen
freaux procds et, sans
.liait annoneer.nous nous
fprsent au No 315 Jti |a
Mccueil.
Inde activit r^ne la
iet nous prvoyons que
llocal sera trop petit pour
lux demandes d'une
table, par des preuves spciales,-
se dcomposent et deviennenc no-
ives- Tout le monde sait que le
iplus moderne, repon- KolaChampagn le Gin-er Vie
butes k< ex.^ii.: de l'hy- les limonade g ,z uses, etc. tout
Iplus rneli uleuse. .Nous en dpt dans beiucoup d'tablis-
)um n rendre compte semeots de Port-au-Prince et des
dpartements el m ne dansgran I
nombre de maisons prives Or,
I usage de ces boissons, aprs un
certain temps de sjour, reprsen-
fesars ou, avec sa cour- tait un .lan-er qui maintenant a
'idwtiiictioii habitue les, disparu pour le plus grand bien
a Ascencio nous :1e des familles.
La Fabriqua d'Ascencio est ac-
tuellement en'travail jour et nuit
et livre la consom nation une
moyenne de .r>.IK)il bouteilles par
, jour, un appareil grand dbit
I excellence d 'S prc- ayant t construit spcialement.
ente et attire chaque Deux autres sont attendus ince-
lMqu>! nous taisons re- samment.
Uu prop: i.-tuiro ,p nous Le produit de la vritable noix
n dcision de ne reculer de Kola est employ, produit
Muni saenlice pour arn- absolument pur de la Jamaque.
";| ""'- " M. Ascencio livre la consomma-
tion ce qu'il appelle son Kola cou
ranl et un autre merveilleux toni-
que dont la formule est due u i
des premiers tablissements de
France connu sous le nom d.;
Byla.
La Thrapeutique moderne
- pleine employ, le pu- comme on nous l'apprend, consi-
f convaincu qu il trou- dre la Kola comme un anti d-
cernent dans les eaux ga- perditeur des forces trs elBcace.
[^pares, comme nous le Prpare comme chez Ascencio,
'eiiiaxiinum de garan- avec en plus la formule H la qui
outeilles sjournent d'- ajoute ses proprit sans les al-
Mut quelque temps dan trer, la Kola a sa place partout et
V laie a base de polas- est recommande tant cmx dont
les forces sont atteintes par le sur-
menage ou la maladie qu'au grand
nombre qui veut garder les ticul-
ts intactes.
Ajoutons qu'un coquet camion
os possibles,
ehines sont toutes sous
puis la lessiveuse, f-
les bouteilles, le stri-
UtiJqu' l'appareil pjrfec-
Pdistribue les eaux ga-
, "- uase ue poias-
r" passent p ir u nappa-
JJ0* de multiples petites
If'lesnetloijiit et enlin
Ti dan les tuves stri-
era une temprature
re a i_> dsfiSJssa^lcor avec got Eut rapidement
gazeuses elles-mmes
iWes avec de l'eau stri-
a un appareil pourvu
Prserves,
^es prcautions sont pri-
Jjel analyse a dmon-
" de Portau-Prince
des
le service des Eaux Gazeuses do-
micile-
Nous nous rjouissons de voir
la Capitale dote d'une installation
de ce genre et renouvelons, nos
compliments AI. DamJs As-
cencio dont l'esprit d'initiative et
gerirus empchant de progrs est digne d'loges.
Par Cable
weles Etrangres
B.Ve,,e note alleman-
Cesse la com-
011 des rparation
it^M novelle note aile
Put, jC 'a commission des
suJ*mil'l* a la commis
^"'r l'examc i do la
<, ,ne"t de l'Allemagne
Wr/* *"x '''prsentants
^"1 de 15,1,,. dexpli
C' 0i". el les m sures ,,ri
V*Tl|tuer sod budget et
**$. UwtCSU|
gre galement que les reprsentants
de l'Allemagne soient entendus au
sujet du projet belge sur les rpara
lions. Le gouvernement allemmd,
appelant l'attention sur la cessation
de la rsistance posait, a dclar
qu il est prt en prioep a r pien
die l'examiiiatinn M ti u ktiouadu
trait de Verseilli I I ga I Isa pu s
lance occupant la Ituhr, mai fait
reowrqacr qu'il d peut, q tant i
prsent, rpcomni'ii'ei le livrai
en raison de la situation conomique
allemande. L'annexe, qu'accompa
fue la note, donne de dtail sur la

loi instituant la nouvelle banque
d'tat allemande el dcrit le systme
lis.al propos.
Lis lparal'stes n'ont l'ait aucun
progi hier, au ontraire ils eem
blent avoir p<-rdu d-linilivement Aix
la Chap Ile et aussi leur autorit en
d'autre endroits caria p>lice est
reste loyale. Ilemise de sa premi
re surprise, e le se rend compte que
les autorits franaises ol belge
sont"|iarl'aitem(!ii( s acrea dans leur
neutralit el n'ont nullement l'inten
tion d'intervenir si ce n'est pour ar
rter le effuiiona de sang.
Les communi-les et les intrts du
travail sont nettement opposs i <\
spara'i> te, le ch ite ta occup [>ir
les sparatistes Coblence n'es p i
celui qui sert maintenant de bureau
pour la prfe turc. D'un a il e .
les sparatisti s semb enl a ii le
contrle entier Tri . Bonn et
Dui bourg. Ils .uit russi S p rd I e
posa s-ion de l'Htel de Vil a de lire
l'eld; de violents comb ils oui eu l u
au cours desquels il \ a au de nom
breux morts et blesss. L'tal de aie
ge a t proclam Mayence, la cuhtion dans les rues est interdite
entre six heures du soir et six lieu
du matin.
Le mouve u ml sparatiste1
en llinaoie prend de
lexlension
COBLENCKLes renseignement-;
patvi nus jusqu' ce malin disi Dt
pie le territoire sous le contrle de
la nouvelle rpublique rh na e som
ble tre limite environ un ti
le la /oue occupe par les troup
Tllips. Leautorits Franaise sool
intervenues entre la police locale el
le groupe des sparatistes arms q i
semblaient vouloir se battre lier
soir. Le comm ndan' fraoab, sur
ordre de M. Tiranl. prsident de la
hante commission interalli en Rh
nanie,a daman l aux deux adversai.
res de dposer leurs a' m s ce qu'ils
ont lait. Les renseignement reus
par la liante commission disent que
la soumission de Dui,bourg entre
les mains des sparatistes s'est ef-
fectue sans incident. H en a ainsi
t Viersen dans |. district de V.er
San Oladbach et Wittlich daos !e voi
sinage de Tresies. Les autorit m i
Dicipales de It ion, co >i >:' s'par les
rpublicain, ont convenu de coup
rer avec les sparatistes.
A Wiesbaden, les employ du
gaz sont rttourn leur'travail
sous l'administration sr-j iratiste.Lea
rpub-ic. tins occupent encore le qu .r
lier gnral du gouverneur de la p 0
vince de Mayence et on dit que la
plupart des fonctionnaire locaui
marchent avec les sparatiste dans
l'adminUtration de la tille.Le mme
fait s'est aussi produit Trv s.
L'aHituda de lahaute oommissi to,
l-on expliqu, i autorits au pouvoir qu'elles -oient
composes de rpublicains ou il
fonctionnailes de l'ancien rgime t
de maintenir l'ordre quels une soient
les manifestanls. Rudesbeim et Gei
senbeim ont adhr su mouvement
sparatiste. Il a t demand au Isa
dral de Rudesheim de continuer ses
lonctions condition qu'il ne main
Leone aucune relation avec les fooe
lionnaires prussiens, ce qu'il a ac
copte. Le bourgmestre de Gebeabeim
restera aussi en fonctions.
Un conseil central organisa
pour I pr tvtnce rhnane
GOLOGN las i,.ii tionnai
allemands, ave I pi robalion b itan
nique, mit organis on conseil cen
tral m m I |ue pour la provii
rhnane. Il sera constitu de la m
me faon que le conseils tablis
dans la zone franaise mais aura
des pouvoirs excutif et de juridic
tion sur toute la zone occupe. Les
me nbres qui le composent compren
droit MVI. Stianea et Otto Wolf, di
recteurs des acirie rhnanes, qui
ont rcemment loua deux sign un ac
corl avec les franais pour les livrai
sons de charbon pour les rpara
lions.
M. el Mme Jusserand reus
par M Milleraml
l'.\HI> ~ M. Jusserand, ambaSM
il ir de France aux Kl ils Uni, a eu
un dernii ie conversation avec M.
Poincar avant le s'embarquer de
m un sur le pa |U( b >l i orge Wa-
shington i pour rejoindre son |ole.
Pen laul bm v < a visit 'Angleterre el 'Bcosse et il
a aussi pass qui Iquea jours Geo
V O il s'esl rendu couple des Ira
vaux de la Socit des Nations. Mr
et Mme Jasseran I ont i t- ren di-
manche par le l'rsil ni del RpU
bli pie et Mme Miller.ind.
Les lgislateurs philippins
demandent I tndepenaanee
de leur pays
MA.N'II.LI'] Les principaux b'gis
lai lur ont dclar qu'ils lutteraient
jusqu'au bout pour obtenir 1 iodj) n
il nue d s Philipp ns p| le rempla
cment du gouverneur gnral Wood
par un philippin.
Due rception qalloise ci
I honneur le Llovil fieoroe
a> el
PITTSBtTRGH PENSYLVANI
I u vraie re ption galloise a t
faite Lloyl (i o ge son arrive
ici comme invi de la vil e. Les so
cils gilloises s'taient toutes ru
nies pour se rendre sa ren-
contre la gare. Dan l'aprs-
midi Lloyl George s'est repos et a
t invit d'honneur un dincr gai
lois donn avant qu'il ne s rende
la i eu n ion pub ipie org mise Sy
ria Mosque.
Le 1er Smillis accuse la
France le poursuivre une
politique militaire.
l-t)\hlt'-.S l.e dis ours pronon
ce par I lerSjfi th, de I Afnqui du
Sud, dans lequel il a attaqu la
France c mse de i p itiq >? sur le
< itim ni t a recommand une con
frenee g lrale de- puissan aa pour
examiner la question, a eu un gran 1
r. t. ntiase nenl et a f ut l'obj t de
dj cuisions A l. mdr 11 discoura a
donne li u | (| s i,,m uns que le g.}
Dral Smilli n'est pas toit fait sa
tisfait de la direction q ie prend la
confren. e impriale et a prolit de
l'occasion qui lui tait olfeile pour
expimerson opinion. Il a attaqu
la politique de la France et ft prve
nu I Angleterre et les Etats Unis
contre la gnrosit excessive dans
la remise des dettes de guerre inter
allies, gnrosit qui pourrait tre
fav rrable la militarisation du con
fuient. Gamme tous les autres pro
jets anglais, eelui do gnral Smitha
i ne la coopration des Etats I
n s. Il a accus la l'r.in- e d poursui
vre un i Elique de utilil irisme et
u donn enti ndre qu'on exi n erail
n prea io i p ur lorrer la I' anc
I reol sr lana la pro h ne r.uf
n I e gl .lit ,
BERLIN- La runion Reichsrst
ou conseil fdral allemand, convo
que pour examiner les relation tan
dues entre la Bavire el le gouverne
ment centra), a t ajourne mais
tous les d Hraut 1er ministres des
tals fdraux ont confr avec ta
ebanc lier Sire8i manu.
PRINCETON N. J. M. Adam
Gibbons, auteur et correspondant de
guerre, dans un discours prononc
devant la rdaction du journal quoti
dieu de II niversil d Princeton, a
rpondu quelqi a unes des dcla
ration lait.s pu M. Lb y 1 (ieorge
en Amriqu Il a dit notamment :
c Reprsenter les franais comme
dilii.....- de noua et in, fi par un
esprit de vengeauce ne i mis parait
pastre un message digne d'tre ap
pur lu/ nous pai une nation amie
au mij'I d'une autre nation amie.
Nous i pousions l'analogie entre
guerre civ le et la giaude guerre et
rejetons l'iu-ii te faite i.otre ancien
compagn in d'arra s.Laiceptionqne
nous avons l'a le ou grand homme
d'tal le notre te nps ne doit pas
tre inl n ne une approba
lion d<' ce q i Ll ijd G rge a rp
t .a satit II est a craindre que no
tre invit se i rompe ce sujet et si
une voix ne se ls pour protester,
nos amis franc ia et anglais pour
raient n,i equonous ne partageons
sa manire de voir Ltoyd George de
vail c m endre que le sympalhies
de notre peu de aot hautement fa
vorebles la Franco.
MOSCOU Kl. v.i. dans le Tur
kestan russe, qui \n* pi' > tait seu
leu enl allie A la fdration des So
viets, a me rpublique so
vi tique socialisl l et sua dsormais
membre de l'Uuion de Soviets.
Les Cours
.NEW VOI K U Francs 17.18
Sterling t.4925
PARIS il Dollar 17.205
Livre 77.31
le paiement du mois d'Oc-
tobre
D'aprs euteite entra le Dpar
tementdefl Finances et le Conseiller
financier, le paiem ni du mois d'Oc
lobre c im a icera lemain; 27 'Jcto
bi-', en raison de flea de la semai
n p oi haine.
.' '-.."g x *m
a. Cie u de Femme
V Ire b 10 C ibi coui sut le
publie p 11 ,oi | cien aura le plai
sir d ntendre a Parisiens la 1re de
Cirm ./, /- //. s nouvelle comdie de
M (lusiavi .\ ugu tin.
On Ironvei i des i artei la Phar
maeie Buch Eludes de Me Hogarth,
Me Villard cl chea l'auteur Hue de
l'Egalit \o 1411.
Changement d'adresse
h mmAnt
Voies urinaires, Chirurgie et accou
chment. Consultations gnrales et
visites 1 dollar.
Rue d i Caai m. | is m. Viard.
' b. h. 2 | .
|miM 1*1
i ri N
v TfcX\S L tnatviir
1 di de l'Albain i' s outsrl
impsgna pour la nomination d
mocraUuue prsidentiaiie ici, hier
aprs midi.
Dr J. R. Thbaud
Chu /
,:< '' !" e M i ii .,1, de
.\. w-Yoi l el le Boston
Aogls ,i > i;,s Dstouchea et
du Magasin de l'l .t
Consultations le 7 hres du matin
6 heures du suir


X -J-i
L&'IATIN
liaire dite des Trsors
Uuitime Audience, (fin)
\ eau '''<'" Iransposi ion qw
rendu p esqne inintelligible la
dposition >ie RimilusSimon.nouf
li rtproluisont poav ' /'." ''"
nombreux qai su.it aveoi \ter no
compt-rendus de jette lewwrtwi-
w//e affarie.
lU-milii* Simon
dclare qu'il liabitesuru-ie prOprMH
deR-nliquea l'h or.Un jour, K nii-
qim lui dt Je prparer 'If "'
JnW un lravaM.3joiiPsaproi.ilvi.it
vee un blanc et 2 interprtes et lit
rglrent leurs all.iiies.
Le blanc fit fouil cr un trou j'ai
lenu la chandails pour eux Ils se
rendirent avec Renhque dans
maiwa.-Jeoesaitpae^iUoot
dit Ils revinrent due de bouclier le
Trou "jours ,p ','e blanc ,:fM,r
nael *' ,( i1' lui re'U,t M
paquet d'argent ,,..
F k Juge.. V.mh n'avez pas fouilll
U tmoin. Non, j -i tenu une
lampe. ......,
Comment m-vea roua nue celait
de l'argent qu'o i fouillait ''
|>arce que le bla ic avait mar
qui la place o fouiller et Ac Imim
pique avad parl d'un trsor.
Avez vous va Kenlique d nner
l'aigetii u blanc .'
Oui. dev C>:nm. id Mail l'arg-Mil "
Eovtl ipp, ' "u paque .
-.Qu'a fil fait de l'a go il '
__ i.e blanc 'i'1 Rnnlique qn Il
fallait lebr'er;
__ |/;,, ; vous vu brler .
Non. .M ni pa eu lieu en ma
prsence.
Si vous vo\ez, le b ne IC'
pourriez vU' le reconnatre?
Peut-tre, je ne suis pas sr.
Yove/. s'il n'est paf ici.
Le tmoin dsignant Davis : Le
voici .
m Combien de lois 1 aviez vous vu
venir chez Kenlique ?
i! t'ois.
" Sivtz voih combien d'argeni
tait t donn pu Reoliquel
Non. mus il faudrait tre lort
pour porter le paquet.
Av. z vous appi is| que le bla ic
avait tromp Re llique ?
Oui, c'est connu de tout le m n-
de.
Me E-nin. Caufio... O HnMiquo
avait il donn l'ar* nt au blanc?
_ Sur li table de ta maison.
" Etiez vous prsent ?
Oui, ftais la-
Qui vous adonn la citation
venir ici
Neuvime Audience
t?5 Octobre
G *- t
M C'est Mi Bnlique qui me ra
lut parvenir.
__ Prcise/ i c'est la 2e fois de
l'uiive du blan:qu'on a creus le
trou. .
Oui. c'rsl la -< tis.
A la Je visite, on lui a donn
l'argent.
Oui.
Pui-que vous n'habite/ pas elie/.
EtnUqae, comment uve/. vous pu le
savoir.
-Parce que jetais l, en perma
nonce avec Civil.
Davis au tmoin. Comble0 de l'ois
pave/ vous vu les Interprtait
Le lmoio. :i foie.
fJtvis. -Combien taient-ils '.'
Le lmoin : Deux.
De quelle couleur?
C'tait la nuit.je ne m; rappelle
pis. Il y avait un noir et un jauno.
_ Comment se f.iit il que vous ne
pouvez prcis r ni vous rappeler ce
interprtes et que vous ave/ vu le
blanc.
Vous ave/, dit que U*nlique a
compt l'argent sur une tabe ou iljy
avait le la lumire, o taient doue
les interprtes ?
*_ Autour de la table.
_ Vous avez vu l'argent sur la ta-
ule, vous avez vu le blanc comment
donc n'avez vous pas vu les inter-
prtes ?
Pane que le blanc et ut cte
cte avec Reolique, je l'ai mieux
distingu*
Quelle somme d'ergenl pi rdua
Kenlique ?
Je ne sais pas.
Comment avea voue pu dira
nU-il a perdu i"-!> ' loll irs '
Je ne peux pa* pioer, jo l'ai
entendu dire.
frai i;ois Lesjiinassc
dpose "qu'il la r-- Davis et S uvterre. lu jour
son beau pre Br**e, lui dit que
Frank Fiis-Aime* tail venu lui due
q i il ave i fait un ong qu il te trou-
vait un trsor sur sa pr .pnet^ et
qu'il devait venir avec lui pour p en-
dre l'argent. Frank Pila-Vim ou-,
amena eh a ) .v S0 tait Sauvelc rra.
Davis, aprs leur avoir raconte ui
tas de chot s leur d t que le MO le-
ma.n il mont rail leu donner 1 ir-
gant. Il vint, en effet, dans la soi-
re et lit fouiller un trou.
Sauveterre revint, un moment
donn, tout effai l ur dire qi'l
avait vu un esprit, Frank v*\* Aim
h- nbl il de le is tes membre*, l'a-
vis ap es avoir j"' d i rliu n M
fi;u -. de eeodit dans le ir u. Il
fou ei dit :
/oiolla larre !
Il prit nu poigne de crulue qu'il
mo itra tout le m nde avi-, dit
qu' I v avait 18. l.tW.OOJ do l .rs,
qu'il fallait faire un sacrifice de
1 1.127 d 'lus poir apii-er l'esprit.
Brave dclara qu'il n'avait pas d'ar-
gent. IU dire it tous qu'il" mettraient
un^ pirt pou parfiir cetie so un .
Wave bypjtliqui l nabitalioue
F senkel poi r "' dollars. Il don-
na 5117do lus. b vis etourtia avec
un paquet d'argent, disaut que c'eet
lui ,ui a ui toi ni l'argenL la* >
trs a Le pouvant pas.
Entr I ns une ciiunbrc, il nous
d l de ; er p*ree q e l'aaprit allait
donner l'argent. Apri i mil un
piquet d'argent .bier Frank t
vin noua dire qu'il tait oufrren t.
Davis lui envoya encore du rliuin
la figure. Il dit qu'aprs cela, il fal
lot iU jours pour prendre l'argent.
D. puis lors, il n'est jaratis revenu.
Je l'ai cherch partout, sans le r-
tro.i.er. Fils \im m'apprit al >rs
qj'il tait parti pur la Rpublique
Uomiciine. Un soir plu lard, je
montais avec lui en aulom 'i>i e, ar
nv du rle de la Sagar, Cbarlet
Qurin, l'arrta et nous dit te nous
en aller.
Hypothtique forlune
Le juge.., Comment savez-vous
tout cela ?
Le tmoin... C'est mot qui ai tout
fait pour Brave
A que le poque cela a eu lieu?
Kn 1919.
Oui et.il venu dire Ki ave qu'il
j avait de l'argent sur at proprit V
Frank Pus Aim.
Est-ce qu'il st ici parmi les
accus-. ?
Non, je ne l'ai pas vu.
*^"J Quels sont ceux venui
frrav.: avec Pils Aim '
Sauveterre dclara qu'i
l'officier amricain, qu'il avait le pou-
voir de fuuiller de l'argent.
Voyt-z s'ils sont *
Oui. les voici.
Quand on a donn l'argent, o
tiez vont '
C'est moi-mme qui ai louch
l'argent et qui l'ai apport.
Qu'en devait on faite ?
Un Sacnlice.
De quel genre ?
I s oui ttllum du l'eu ei Davis
a mis un paquet sur le feu. Je ne
s t | 1 qui I, car Davis avait mis son
aigenl sur une table, et Brave le
sien, ct.
vez-vous vu l'argent qui a
t fouill ?|
Oui, je l'ai vu en grosses pices
jaune-.
L : Commissaire .. Qui avait pris
l'iiypotlnque de Brave t
Le tmoin... Mr Joseph l'ra-nkel.
Et le 2 argent.
[n Mr Denis.
Combien ?
ji'u dollars de Frxnkel
Elt ce (pie Brave a lembour-
se l'argent ?
Non, c'eel Sedai Villejoint qui
a pay pour lui. Brave n'avait pas
d arg mi!.
Vouaavei dit qu'un soir, ai riv
du ct de li Sug ir avec &\ i-,
Chai es Gurie l'arrta i vous dil de
ent de Brave quand Mit Oui.
Avez-vous vu brrtler
Parflont?
MeLonNau... Oue' rte a jou
Sauveterre quand Brave eut un en-
tretien avec Davis *
Le tmoin... C'est Frtnk Fil -Ai-
m qui l'amena chez Brave.
Je veux savoir si na id s est
entendu dire tenu nt ivecBravesans
inienndaire.
Cest Fiank qui amena Sauve-
terre, c'esl S..uveterr qui pula pour
Brave avec Davis.
M. {fan... ie v*ux qu'il reste
acquis aux dbets que Sauveterre
lui mme a avou qu'il a servi d'in-
l prle Davit et qu.'le tmoin
vient de o:i- confirmer la chose.
Me Dlien ne... Avez vous vu
biler l'argent ?
Le tmoin... Oui, j'ai vu m dire
un paquet d'argent iu feu. Davis me
disant dt me retirer et de prier.
Pourquoi avait on brl l'ar-
gent ?
Je ne sais pas au juste, Davis
avait dil qu'il fellail mire un sacri-
li pour apaiser l'esprit.
_ Vous 'es \* gendre d- Brave.
Ave/ tout en' ndu dire |u*il ivait
trouv le l'a genl s n lerrt?
. N n, j i Ps eott ndu ce'.'3
Me i.rau I %ugnale... Pour-
qu n Irv at-il donn il 50J5
do.! ire ?
i.e t loin... Pouf pouvoir pren-
dr la i oluue.
Co nbieo de personnes avaient
assist aux fo lilles
chez
tait
Ua Va Conseil aux amis.
Allez chez DEREIXI
Prendre ce soir 5 h]
Potage St Germain
Vous serez satisfait.
Crme la glace- Sorbets
Ptisserie-Sandwicl
Vous mi alier. 9nveSV0US pourquoi ?
Non .
sl-ee oui! avait dj pris i'ar-
Les aetaurn en scne
Le tmoin : L: trou avait t dj
f ci l \ es c es * tenaient Davis,
Sauveterre, Franck Pi s \i ne en moi.
Davis prtend qu un jour l tmoin
accompagn l' rran i Ftls Aim
vi t cli z. lu au Dois Vina o se
trouvait dj Stuvoter e qui -lait ve
nu lui l'liet r un cheval el comme il
ne m ri e paa l'espagnol il demanda
a Siuv i ne son concours comme in
terprle Alors Drive lui fit savoir
q i il y avait un trsor sur sa propri
t AU Croix des Bonquets et lui de
m m la son concours puor le prendre.
J'ai a cept, dit il, examiner le tr
83C. Drive m* dit que -i j s lui don
nui- la trsor, il me donnerait
une pirl et eusej iuveterre pour
son concours.
O i ' j i* j.iurs aprs, le tmoin,
av^c Br si fli k n sanl venue
me cli-'lier pour aller en pleine re
connatre le trsor. J'ai dit Fils Ai
m que le concours de Sauveterre
l ii! u ceeaalre. Brave ro indit que
Sauvelerre tant officier amricain,
il se dliait de lui. Nous sommes
partis suis Sauveterre. Drive et Les
pin sse m'oot m mir un gran l trou
qu ils avaient dj fouill, av*e uq
morceau dj chane et d'autres viel-
lerie*.
Ci n n; e Iran tait profon l j'ai
cru inele trsor il certain. Us
ont fouill J 01 i piels en plus et
q uni je tu< cnv*incu que Brave
av je me retirai eu lui lisant qu'il ne
pouvait exister l; t sor a I endroit
qu'il m'aviit montr.
Davis interroge
Davis ajoute qu'il dsire savoir du
tmoin si Brave et lui ne sont pis
alls chercher une fois, un trsor
av. c VirGriaca, un portoricain, Char
lsion, B ignac, empl ivsl la Uasco.
Le tmoin : Non, je ne sais rien
de c la.
n.vi* : KtM vous solitaire de ton
t,-* Ina relamati de Brave contre
moi.
Oui
Bnve a-t il de l'argent .'
Oui, prs de fl li t i t liions. Il
eu a vendu une et hy^olh m une
autre.
Que peuvent va'oir celles qui
restent
Je ne sais pa.
Si Bnve venuita mourir, quelle
serait votre part j
I.e quart de sa forlune.
Lue fois, ne m'aviez vous pas
demiml r du poison pour donner k
Brave el Prosper, votre beau frre?
Ce n'est ^>as vrai.
i avait p i-* l'nrge il de Brave
fioiir faire unjou.nal Quel eniait
e litre ?
** L'Eclair "dirig p*>r Osson.
N'est ce pis < > - in qui VOUS
donn des instructions pour venir
dposer ici'.'
o>ou est mort depuis long-
lemj
Le tmoin dit qu'aprs avoir brd
l l'argent, il n'a pas pu le *oir et
qu'un soir avec Frank Fils Kim, il
a t arrt en automobile,nu porttil
St Joseph avec Frank Fils Aim ?
Qu'est ce que c,a veut dire?
m C'est aprs avoir t ant4 au
po lail qu'il partit pour la Itpubli
qu Domioicaioe.
Pourquoi a t'il dit qu'aprs avoir
brl l'arg nt, il ne l'a plus revo
et que Fils Um lui a dclar qu il
et ut all Santo Domingo.
Parce qu'il lui avait donn ren
det vous en 2 fois et il n'tait pas
v nu. S
Davis demanda au tribunal de vri
fi r si les o om s qu il prtao 1 avoir
p i^es p r il rive dilTerenles sour-
ces ont t rellement prises par lui.
Les avocats ne s'enten-
dent pas
Me Nau. ..Davis prtend que Brave
est fiit amener chez lui. Il y a au
dossier des pices qui tablissent le
contraire. La dposition de Frank
Fils Aim c mitais qu'il a t dp
eb par Sauveterrei Wr-wt pour em-
mancher l'affaire. Il demande au
.luge de faire lire la dposition de
Pils \im.
M-- Eminan ici Cauvin dit qu'ici le
Juge n'a pas e pouvoir discrtion-
naire. Il s'opjose la lectu e deman
de
Vie.Nau... Je ne demande pas au
Juge d'user is son pouvoir discr-
tiinniire. Je demanda d'aprs Part,
du Code d'instruction criminelle que
lecture soit donne d'une pica de
l'instruction.
ne Em. Caavin... J'oppose cela
Part, 106' lu code d liislruction Cri
minelle qui indique quels moyens
.I preuve peut recourir le tribunal,
en pareille mttird.
mc Nau lui oppose un arrt qui
dispose en faveur de la thse qu'il
soutient.
Me Nui... C'est dans Fauslin Dlie
q h j'ai puis l arrt. Je donne lec-
ture de l'art. 103 du code d Instriic.
tiou Criminelle. Pourquoi Fils Aim
n'est il pis l'audience ? Il pourrait
eontr'er la dclaration de Davis. Je
d*'ii m K- au tribunal de donner lec-
ture de sa dposition.
Me Cauvin Nous voudrions ga
tenant voir Pils Aim venir parler
ici, conim il 'a fut devant le Juge
dlos ti mis orales seules qui sont admises
ici; a loi dfenl au tribunal de
prescrire la lecture demiuder.
Le Couim eseiro du Gouvernement
s'associe la thse soutenue par Me
Nau,
La dposition de Frank Fils
Aim.
Le tribunal, aprs avoir entendu
lesobservations des 2 parties et celles
du Commissaire du Gouvernement
attendu que si l> juge correctionnel
n'a pas le pouvoir discrtionnaire,
comme le doyen du tribunal c.rimi
nel, il peut cependant, dans l'intrt
de la vrit, faire donner lecture de
la dposi ion s 11 d'un lm Un, d'un
prvenu, comme surtout il t de
relever une contradiction, or tonne
eu consquence quil soit donn lec-
ture de la dposition de Frank Fils
Aim devant le juge d'instruction.
Le CrelPier lit les dpositions de
Frank Fils \'in" qui tablissent, que
c'e-l rellement Siuvelarre qui
Pavait envoy pour emmancher
Paffa.iie. aupr de Brave.
Ncrota
Les funrailles de Mme Vaji,
Baiiau, ucc Marie bumadii,
Uee ce mil m. a I heure, auroM
demain samedi 27 Octobre, iT|
res prcies du m .tin. Le coavoil
tira de la maison mortuaire M
uigeau maison de Mr et Mm
ment Etienne, pour se rendrai
glise du Sucr Cur de Turn
Nous prsentons noisympatl
coudo nces i Mr Emiie Ba
Mr et Mme Clment 1 .tienne
enfants. Mr et Mme Volny I
ei eurs enfants, Mr et VimI,
F.uibert et leurs enfants, MM.
\>m, Joseph. Ceorges et
Uarrau, tt tous les ai
renls prouvs.
Varils
Ce soir
U Comte n
ie et 5e pisodes
Entre : M centima
contre
u
CONSTIPATIOI
prenez les
COMPRIMA
SUISSES
i, DELORT, Pharmaci
119, Rui !' t-Antoint
C'EST LE MEILLEUR
DES PUR0ATIF8_
rh .rm.cie du V JutUn VIA""
e, o. -- /" born. PhnrwMM
Remeicietnents
Mr le Decteur D*brose,
Mm. AubrvFaiiyo,MretBiej
Comean^atMmaDntffJl
Mlle Marianne Pauyo. FJ
vo Mrel Mme Terlulien Isjn
L I)o leur Victor Maint.
deanDMa.hurin, Mlle An^-i
,hurin et tous les *fJ\
s'empressent de mercier av
coup de gratitude toute 'g
pouse, Bile, sur, nice e.
Parisiana
Dimanche
Le filmons prcde^
La ionise ver* liJJT
d7Mr.tenleSoS
Interprtation: France^
Nox, Van Uaele-


LB^MATIN
raads Magasinde Caves d Bardeaux Hctels & Cafs Pour les ftes de la Toassaint
viennent d'a river:
DEPORTAI PRINCE
o se trouve Ll*. M \ li.N
cl des Morts
r. i tr. "ww jt "Mruines.eio-
Lyajje de provisions lraid.es |e 10 et la 30 de
bernois : lgumes, fruits, viande, etc
fchTefr'8 *' Crmi U UlaC6' *** filie>
itepa*
? o e p re
nr(u de
grosse
en forme
ure


d'une obligation hypolh
Me au repporl le Me Louis
et s m collgue, notaires
rince, en date du 11 avril
oregislie, laquelle oblij;u-
icde et transporte, s U3
garantie d.; f.nl et le droit
Utile Ang siin, D.jeleur en
r le sieur Joseph Viv ns,
tcle pass .1 v nt h dit U
meniy h la il de du ill Mai
jnrfgistr :
procd le mardi que l'on
itrente Octobre de la pic-
Inne, d 10 heures du malin,
et par le min stre le Me
ilmtnav, notaire l'oit au
lue du Centre, a la v.nle
lu plus, offrant et dernier
ur d'un terrain disirait
pril dt p< niant d" I habi-
Dcayetle. i devant Pimont,
Ile commune, section de
il. leqii' I terrain mesure
LV-! pieds de fie ..le sur la ra
chemin de llravrtle Poit
fc- cent pi. ds, au ct oppo
|pton,sur Irois cents pieds
lieur en ligne brise au
leteii lijine droite au ct
btirau Nord par Thagne
pet le r>le de la proprff
agi les St Cilles .le di, au
Wme Mare-Louise Ville-
pi. par la ravine ou che-
fayelleet l-onel, parle
Ngdl.s M Gilies Jeudi.
P* prix de mille sept
Ne six gourdes quarante
l*ilra les eh rges- de l'en -
cy: G. 1706,40
"qute de m r Miltiade Augus
*ur en m derme, propri-
-neurant et domicili Rara
* pour avocat-, m s W'ind
MtGrvy Jean, avec lec-
hmioile aii cabinet des dits
fcdu Cel)||r ;
I Heur l'ieii.; Thlorme,
.demeurant el domicili
nioce.
'impies renseignements,
lu* avocats pouiMiivanU
f18 Vilmenav. nolaire.d-
peahier des charge.
r,nce- le L' Octobre I23
J*CHK.., av,
e**} Jka.n avocat
barriques vides, Deux demis boquittM
de mantgue, Deux demis fer fil an es
le beurre, Deux balance .1 acees-
. serres lu quart de baril de sacra
Punie, lu quart de baril de sucre
boula, Irois quarts sacs de poivre,
Un quart sac ,|e girofle, I ne dame-
jaaonadacioq gallons de vinaigra,
Une demi botte de poivre, Un buffet
flirt, Une petite vitri. e q-iatrevin. t
un sach ls de riz de (rois quart s de
livre, Six caisses d'allumettes passe
partout, Trois boquilles de mante-
tfue de lamiile, Un sac de sucre de
Cent livres. Douze paquets de clgir-
retle-Joh. Seize douzaines de sacs
vides, I n garde A manger vide, L'a
petit dressoir eu b ,is de sap, Un pe-
tit bureau vi t.- en bois de sap en
mauvais tat. In p. lit lit en bois d'
eajoo, In buffet vide en bois de sap,
lue quantit de barriques vides
Quatre vingt douze boquitles vides
de man'gii.., Une quantit de sa-
chets vide-, Trois trteaux.
U dite vente ara faits a la crie
publique, au plus offrant et dernier
enchrisseur bar I huissier Rouanez
P. GUERRIER, \ ce commis, et au
domicile des sieurs Soslhnes Pr.s-
soir et Lonfdas bonis Charles, sis au
Portail St Joseph, No 2 lu )a date
ci-dessus lixe et fient heures du
matin.
A la requte de Monsieur Marc
BEAUBOEUP, propritaire, demeu-
rant et domicili Port au Prince.
*yant pour mandataire .Me Clment
DE8GR01TES, soussign, avec lec
lion de domicile en son Cabinet, 15
Rue Prou :
Contre lis sieurs toslhnes Pres-
soir et Loui las Louis Charles co-lo
Cilaires demeurant et domiali ;s
Port au Prince.
Portau Prince, le 26 Octobre 1913
Clment DESGROTTES,
Htel *I 3 I rance
Rues du Quai et Rjiix
ll'ol lleiie. ;ta
Cha np d Mers
Htal Cxcalsior, prs du
Headq artu-.
Htel La Gaiet "*
Ru Prou, en lue Panama bine
Vous^ti omerex
H Fi Chez John BOULOS
Chapeaux ds p&itleforme Panaroa euprii]n Gds, 5. seulement
Chapeaux pour jeunes filles et jeunes gens en
casimir et velours H: . 7
Htal Central
C.iainp de Mars Villa Claude Ber-
nard.
l'ension Rousisr
Champ de Mars ( Villa des Roi -
Chapeaux en soie
Chapeaux feutre suprieurs pour homme | !
Casquettes suprieures
Chaussures pour fillettes
t haussettes lil pour enfants toutes dimensions ?
Ceinturons en caoutchouc
liretellts suprieures
Bas de soie bonne qua'it la pain
Un joli assortiment de voile, crpon de soie, saphir, serviettes m
toilette, toile maiehis, calicot, indienne franaise, toil pour rideaux
Port-au-Prince, le 24 Octobre 1921. '
10
10
4
15
o'-r.Ia (Jo,lzain*
o
10 de 15
Htel de l'v venir
Rue Prou, prs du Bureau des
tlgra] bas Terr str
"Htel D11 and
Grand Rue, lace Garage Barreyre.
S aaSide Iup
Martissanl
lioiel Vendme
U ds Veina, maison Ain-lie Rivire
llar de la S'aix
Rue Prou, prfl de Aux Cent Mille
Articles
I5ar de l'Union
Place Getlrard, \\c Maltais
Caf International
Pace Geffiard
Juin mi
Rouverture des soires
de l'Htel de la Made-
leine. Grand Bal ds 7
heures.
Bar Transylvania
Rua du Ou d
Aux Caves de Uordcaux
Grand'Rue
New-York lar
Rue Dantas Deatoucbee,praa la
filacire.
Uodton tar
Rue du Qu l\
llalf W'ay llouse
Champ de Mais, maison Apollon
Itestauranl Stecher
Champ di Mars,prs des Tribunes
Par aaivil
fc'w jugement du Tribu-
Je la Commune de l'ort-
l ot-elion .Nord eu date du
Je.Mil neuf cent vingt
. ol>'Sdi,;avec comman-
g^gistr. et d'un pro s
*"N|een date ,| |jjx neuf
P^Ot.enreg^ir:
^ I- Mardi qui sera
Jjel'^m, vente aux
piques des fltsj et mar
'sso'is dsigns :
-J"^ d*alluimiltes passe
P*cldu huit barres
ueux Caisses d hareng-
J , l'renlc tros k^
IfcAi 'C m!nli{ue coto
Tr M de mantgue pur
sii1. Peux ferbl \u;
VoS.. C Kar?ni. Deux caisses ha
jLp'.cenl ternie el une
%"nrui'. Trente bon
Vm ,l,Ve' l,e demi
C'^'^reTroissu,
^l'bottes (.om-.slach,
^"g saur. Trois
li^ marquereaux, Neuf
a cinq livres, six
C' rdonntrie
Ernast Camille
Fabricant dt chausturK
en tous genrtt
Matriaux suprieurs
Soins promptitude Clrit
(liaii'l'Rue prs la Poste N* \72
La maison porte la connais-
pance du public que dans le
but rie faciliter et d'encourager
ses nombreux client! elle ac-
corde pat tir du 1er Juillet
192.J une prime de une paire de
chaussures au choix tout dtail"
t- ur de vingt tickets.
En consquence on e*t pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au comptant.
A la Conscience -- telle est la
devise le la maison.
f.iii.-iina Railroad
Steamship Liue
Bureau de l'Agent Gnral
AVIS
bes SfBGEN. U.c. GORGASeat
attendu Port ai Prince de Ne.v
York, via las p rts du Nord diman
ebe le s octobre I92:t au lieu de i">
octobre 1913, avec 220 tonnes de
marchandises, U passagers et 32
sacs de lettres.
Il partira le m.*' ne j ur pour Cris
labal. Iil. Cas il Zone, via les ports
du Sui prenant fret st passagers.
O. B. THOili'SO.N
l Geiioril Agent.
D. S. S. H.
Ileeslear* les dlgus del'U.S S il
sont convoqus dimanche matin
dix heures prcise au Parc Leconte
pour le renouvellement du bureau
Le Prsident,
Ferdinand Jean-JACQL'ES
I ci mont ;,ar
Craud'Rue, prs Daniel confiseur.
Caf IL Dennts
Champ de M u-
liar des (iendemen
Avenue Louvuture,en face Siierie
liumuii ls.
The Royal Mail Sleam
Packel Company
Te steamer nOLBRIl I venant de
Kingston et d s port h du Sud e*t e-
te du ie om di mi in 3 IX vembrepro
chauu il partira t mme jour pour
l Europe Via le pot ts duISlod,
tJo t au PHhe&j lt 23 uoiob i 1993,
RoberlsDUTTON&glK.
Agent* Gnraux
Hoyal Caf
Rue du Mageain de l'Etat, face la
B. M. R. H-________________
Bar l*ort-au-l*rincien
Rue Roux, prs Cul-lroem
lliVtoi t Cliarlaa]
lior
\ ista Alegre
Rue Roux, pies l'b inn .c Centrale.
IJar des LLlegants
Rue de rigiii, quartier du Bu-
reau de la Pouce.
Caf Christian Bas
Rue des Fn nts-Foils
Itestanrant Chinois
Ang'e des Rues Rpublicaine et De*-
toiulie.--. race EeoladeS Frres.
Hestaurant Auguste Victor
Las de la Rua Prou
I af St Loula
Au rond point de l'lit Pour.
Motlier'a Home Htel
;il i, Rue Bonne Foi
--------
The Panama (.entrai Caf
ASl) HaSTAl KA.NT
Ne,u Custom-House
lliitel Sea \ levv
Rue Travarsire, face Eistve
Pharmacie Centraled Hati
We announce to Ihe public tha vre are moving to nev\ and more
fpaiousquartersnextdoortotliePosI Ofliceand will be open for
business monday October Z tfa ltf23, l/ij <; oim. Ai thetimeof
making lis change we bave increas td our stocks an I h ive also added
anumberol new departinents. Wearein a belter position llian ever
before lo tve rou prompt service, reasunable pries, standard drun
and patent medicinea and the besl qualtties oiyi.q ani.les.Our pres-
cription clerks are careful and proven men ot uniouhi d abuity
bervice al ail hours, day and night
En^ i.sli spokeo
t>e habla eapanol
Man spricht deutsch.
Traduction
Pharmacie Centrale dilaili
Nous annonons au public que nous avons transport et nue nous
ouv.iroi.s lundi ^io.ioiui: l,i:.{, <;,,, !';(,,, No 1712, notre Phar-
macie, dans une nouvelle et plus spacieuse maison alinant au bu-
reau .lus Poste
A cette Occasion, nous avons augment nos stocks ,| avons aussi
ajout un certain nombre de Upartementa nouveau.. Autre position
est meilleure .p. auparavant nous avons des m I uents des olus
frais et une forte quantit d'articles de toileite, de meilleures qualue
ttes employs preiment soin des prescripbons et onl la comntenca
La Cuinauile
flrand'Hue, ancien cinma des Ut-
*uls.
> Di LA Fd
,miIA;..r 1 Ir f ""' - ia r, ction.
co tre Isa Mi.c. As. i u V.rtl,.., .vlffo.
canons. Foimatio:. d. la Jeun. F.lle
Lsaribini TRL-:TTE-PEERET. 15. lui ta Im*.-. ?u (F '
-'

+>.% : *
i-WJk


LE MATIN

Le Malin La maison H SILVERi
1
ESTLES
NUT-MILN
CHOCO L( a
^FHE SUMMT OFf.-
|^> PU.. TlONy^g

2
2.S0
3.00
En vcnle chez :
JU Preetznarm-GGVLUlQLM
Fulioii Siioe Folie h
Company Inc.
New*Kork
i
il voiu vou/r Protger [/a p^w J< voi (bauuur
i-. iwm MklfiC etwif un brillent Urisigntt draik
i/ wiM c#li(t( / ctultw tl la soupltst de <
tbamsurm pmd*i tmwmto, mpfrym tu morqw
MosomuM.
tab*iqui tptnoknuntpowr .es Jamst et les gmthmm du bigb m
Bile protge la peau des chaussures contre l humidit tt la ebaleur.
Mlle ^entretient leur soublesse et conserv leur brillant.
Demande^ la marqu MONOGKW1 cal la meilleur de toutes Ht mnraues
Utv. JE lISSEMh ffU! pour Hati
bond le 1er Aril\i907
Abonnements
UN M018
PorNauPrinc lourde
Dpartements
Etranger
Boite Postale: 118
Tlphone 242
Bureau: Bue Amricaine ;1358
A VIntermdiaire
Diligent
Ce bureau, tabli rue FArou 310,
iraison Robin, offre ses service
pour toutes affaires Commission,
transaction, servi e spcial dans
La Maison H SYLYIRa toujours soucieuse de doi
pleine satisfaction ses aimables 1 nombreux cli
leur offre, en prvision de la fin d'anne, les ari
suivants de toute fracheur et de toute beaut r
ment reus par les derniers steamers, des prix ni
tionnellemeut rduits.
Hous ne croyons pas ncessaire dt publier nsi pi
car il n'est un doute pour personne que non sec
ment nos articles sont de choix mais quenosprixi
les plus pas de la place.
Casimir gris anglais nouveauts
l'almbeach l>almbeacli jris anglais carreaux
Palmbeach uni & barres, coul.
Alpaija noir sup.
les questions d'automobiles : ven- Diagonale noir suprieur
Royal Caf
Ko lace de la Banque Nationale
Propritaire : Annacius INNOCKNT
Ce nouvel tablissement se recommande par un service
irrprochable, des consommations d premier choix, sa
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par des proies-
sionnels de m and mrite.
Installation parfaite. Prix modrs.
Tlphone N 395
te, achat, voyages et transport.
Dil machines confortables tt
dix bon chauffeur soct abonns
notre agence: machine propre,
solides et pourvue d'accessoires
complets : chauffeur habiles t
ayant les meilleures attentions
pour leurs passagers.
Four tre bien servi, adressea-
vous L'Intermdiaire Dili-
gent.
SERVICE DES AUTOS
BALAN: Lundi, Mercredi,
Vendredi, Prix, DEUX Dollars.
(JAYES : Les passagers peu-
vent s'inscire l'Intermdiaire
Diligent. Hua Frou, 314_______
(sur apprt, lire
en 4 mois
VouleZ-VOUS que vos enfants
apprennent lire couramment
dans le court espace de \ mois ?
Sc'ivez-vous de la mthode de
lecture pratique d'enseignement
primaire prpare par Ur Clment
l'OTIlL,
En vente la Librairie Viard.
Au Public
Serge bleu marin & noir, anglais
Satin de chine pour tailleur
Lustrine barres po .r tailleur
Kaki jaune anijlais extra suprieur
Drill union blanc
Tussor Japonais pour Chemises homme A robe
Percale blanche
Rideaux tulle pour portes
Tulle pour voiles
Voile uni & barres
Gabardine unie & barres
Hatine blanche & couleur
Ortjandi suisse brode
brodes mailera peur robes, chemises & jupon
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni blanc & couleur
Marquisette coton noire
Crpon jours blanc & couleur
lirabaut amjla s
l'xl.enne mouches couleur
liandes-brodes anglaises
Toile voile pour golettes & pouf radie
t'.aiicot Perai de faniile
Piqu blano a barres pour jupes
Nansouk noir anijlais
.Molletons blanc 4k coul.
Lotions Pivert assorties
itas jours
t.as blanc demi-soie
I). ille u..ion anglais
bat foulard anjt. double larg.
Chapeaux feutre llorsalino etc, ste, etc.
Toute personne dsirant se procurer les mal
quelque soit votre chagria au articles de la place et aux meilleures prix pie (
lomeai du deoi de quelqu'un qui ailleurs se doit de laire ses emplettes la lai son H.
nu cil clier, n oubilu/. |. en cuin D I i i i _
ia.id.nl sou cercueil que les CEH- i^aappeiez-vous surtout (pie lu rputation Je la II
cuciLS fabriqus ch.-z STARKsoot il est plus a l'aire pour ses articles d'importation
le* meilleurs, tant en solidit que /,|.,;Cu
m
ma
pour leurs forme al dcoration.
LIVRAISON PROMPTE)
glaise.
Gn.vNuE rduction ut Paixl
Henry Stars, Une -Jii Quai
n face 11 < ire
X. U. La nuit et les jours de
fte s'adresser chez mon cl f
d'Atelier Mr Flchter llasson,
Ru ; le p'rjits-Fjr.s i )i, en lice
de l'ancienne Cathdrale.
Columbian Steamshii
Company Inc
tt r m-y r> t l'ancienne uatnearaie. _
Mruimarie \ Sjourne M,i waiX^ tl'V**'^.KTVPpm^
.......^^^^t^n.i.insA.biicau-e^ raUl ^aieS l*i** i\ew York le Samedi 20 Octo
courant, est attendu Por(-au-Pni
le 28 via le porta duNordJLl reparti
le mme jour pour les porte du Sud
haut irt et passagers*
(iebara & Co Age\
Uonn' avis sa clien'le it aux mdecins et au public qu'elle
?raLiisonuc son Laboraoirro d Ulogie en un Laboratoire de
biologie appliqu sous la Direction du
Dr i'.cot et t. Sjourn
Le laboratoire es^ ouvert tous les jours de 7 lires du matin 6
AVOCAT
Recouvremeuls Commerciaux,
Affaires l'titraoger.
ncuresdu oir pour loutesjes recherebe et analyse* pivues dan Corroepjndante m \Vaehing
? annonce ci )oiute> saut pour le
WatietmaQa ei m coasiaole Ure-Serr! rie
S^r^nt reues que le mardi do chaque semaine*
S'adrea-'r a ia Fhann?.tw pourles renaelgaeauntr
inalyes.d'u.ines et Sut gaatriqaa
Raction de Wassermann
Raction deTriboule1,
Eiamen du s.iu e du pu5
lil^amen d natire fcale
fixa n il'n oe crachit
i4lbumi(io rafitior
Constante Drn Secrtaire
Recherche de SpirohMes et Co de noetngue*, etc, etc
ton, .New-York, Berlin,
Londres. Paris.
Vit i\ui htm i7,i ort-uu-1'rmtt
7 ilphene 697
BELLE PCiifmNE
n dt'U* mon pu las
PILULES ORIENTALES
le* MOiea qnl dfTrl.ipprnl, ralfir-
miurul. racontlituaul ! ttiav
efl.*;,t le* MlUiet aniiin de*
pauler et donnent eu botta M
grwlrui embunpetat.
BienfaUeiitee pomr la eert
J,RATI.nb 45.1.IH Kch.riiarArt
Port-eu-Prlnoe:
rliarnwcir Alberlhil
l tovlea awueee ^ueaki

MDICA1I0N AHSENIO-PHOSPSOP.EEOfiGAUQ'JE
le plus PUISSANT RECONSTITUANT Gnra!
FonHEs : Hllxlr GranulComprims
mulslon Concentr Ampoulos.
(m m xim,pkr^nKATousie5casol'organismBdtlUrc(ami
JTg^ 1X1Q )une mdication rparatrice puissante.
Laboratoire) d* HISTOGNOL, i VlUXJiCUVEij-CARENNE (Seine).
tia V*nte la Pharmacie Centruie
l'haruiacie VV Bucl
Porta UmPrince
{ HouTeau traitement de la Furonsulose
PAR
L'Histoplaste du^Dr Wassermsnn.
T^'Hiioplaste est un empltre prpar spciaM
pour 1rs Furoncles, vulgairement appel c'ouS'j
L'Empltre se pose sur le clou ds son *pP'"
qui, suis son influence devient indolore en [' L
temps ; l'inflammation diminue,il ne se dveloppa
i se (Micrit tu peu de jour. Mt
l'instruction dtaille dans ls boite de l'Hi^T


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM