<%BANNER%>







PAGE 1

LE'AT1N '.1 H UOfd visite le tombeau du Prsidant Lvncoln SpRLNGFlELS ILUXOIS -Lloyl h ummage La mmoire ds 1 a place une couronne ave f* e orge est venu ici, hier, rendre Lvnco n. 8a car t** sur le sarcophage. Les Cours NEW Y08K 13 francs 18 TI tsrling 1.5*63 PARIS 1! — Dollar 18.705 Livra 75.49 Parisiana Dimanche Eclair Journal l'roKiammc indit Un Comique T Bronches ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMULSION • SCOTT c prse rgulirement donne une nergie nouvelle, augmente la capacit de rsistance et aide liminer la cause de la faiblesse. i Nom Pice de .Iules Claretie iulei prt par l'ina Menictielli. fcinlre 1 |de 50, Balcon gdes 50 A Vendre Un buggy lelcht remis c mp le temenl neul et attelage. S'adresser aux bure**: du journal. UAccord relatif aux Obligations du la Cie Nationale dtfg Lhemin de Fer Le Nouvelliste , aprs avoir tait grand bruit autour l i manda d'eapKcalion : L'horaire publi par le service Gnral d'Irrigation est bas sur un dbit de 1.500 litre pur aecon le. Ce dbit doit donner les 3 beurei par quinziine ou les 8 heures par mois. Mais, quand, la plus part du temps, ce • ' i t tom be, del.SOo 1000, elde 1000 800, somment, dans des conditions si d plorablee, peut m maintenir les cul turcs, et attendre d'elles un profit pouvant compenser mme les fiais gnraux qu'< ll< ont ncessit i En prs ii'ed'une situation si dif Acile, le dclin de cultures se fait dj sentir, partout o la division Bon ci cule d I n ne peut plus permettre l'indi pensable arrosage de-i Ici les. On ne peut dire que c'est le rec m vrtment de la taxe qui s provoqu ce partage inconscient de-eaux, puis due les Ici rai ils de un, jttsqu'fc deux carreaux, chappent cette obliga lion cre par la loi de lin il. 'Serait ce alors la protection que l'Ktat doit aux petits propritaires, qui aurait autoris celle mesure? Hans te dernier oass noua serions d'accord avec noa administrateurs ; et tellement d'accord avec eux qu'il non* viendrait l'ide de leur donner le L'oiisiil de ne pas s'arrter eu si boa chemin, et de continuer, pa* des iiir-'ii B 'lune mme conception! ,i |ii-.i, iquer le relvement lanl ds 1 r de iu.ti • .!. %  : i> ullure. ('.•c-t tout ce qu'il \ a ds plus fa elle. L o I"'' earre mx le terre taient arross, il faut en arroser 200, nos avoir foire le moindre effort pour augmenter l'eau qui tait Insuffisante l'alimentation des 100 premiers Evidemment,cela s'appelle del'ad ministration, et de la bonus edminJs tration U i tle, qui peut plus, peut moins ; et voil tout • Le droit d'eaa avant t donn ton par le Se vice de l'Irrigation, peu importe, si, par le partage a l'ia Hnilsimnl. personne n'en reoit, et qhe les cultures disp irais ent. Telle est, m ilheureu •••.mit, la >iluation constate dans nos campa goes. On est pri d'observer 'pi'en temps de pluie, connue ai lu llomenl, le d bit iln Bassin ti.iml du Cul de Sac, peut atteindre 8000 litres par sc cou le, mme davantage, mais, par temps normal, le dbit du grand coursier du mme bassin, est de 1.60Q a *JO' litres. C. EUGAUD. I Fm ) iL V Ua k Conseil au* Amis \ liiez chez DEREiX Prendre ce soir 5 h. Potage Lomjchamps i/ous serez satisfait. Crme la glace, Sorbets Pti sserie-Sandwich Maire lie des Trsors ai DU Audis \cc du i i lotbr* Quatre t noins av mt rpondu l'appel, le tribunal demanda au Parquet de prendre des mesuras de oareition contre ceux qui. rgulir-1110111 cits, l'abstieonent syaimalquemenl de se prsenterls a barre. Le Parquet a promis de faire le ncess nie cet gard. Jean W'ajiier franais eoo >me a le i'-1 i |ue Nalionaie d; la Kpubli |ue 'I Hati, dit qu'il ne sait rien de l'affaire des trsors, il connat Sauveterre. Tra vaillant surli vo.e f ne. dit-il je l'ai rencontr el depuis lors, je lai vu de temps autre, lu i mr, il mi dit: Prenez un chque j Illustrierte Zeilung du t| tembre 1923 oui publi eu article sur Hati, illuslr d'une tographie de S.Excellence M.U siiienl Borno et h.i> vues di au l'riDce. Voici en quels termes s'pxpiga ces deux importants priodique) tivement notre Chef actuel Rpublique : •• A la tte du pavs est d'htii le Prsident Louis ne nous est pas inconnu n trs allemands. Ce l'ut Mo Borno qui, en IviOS, fll coanall sympatliics allemandes en poej la lussitedu trailde rosi allemano-hailien et qui, cotai nistre des Relations Extrieu lors, signa ce trait le 2v) 4 M. Borno e.-l tout point de f iolilicien hautement form tomme dont les mesures taal quement dictes par l'amour BJtVJ, "M. Borno est dans la ss que depuis plus de vingCaH; Ministre plusieurs fois et tant il Hati l'tranger et 1 Le Commissure — Vous avei ren contre le prvenu Davis chti Salve~ g ^ ,, a j liei Jw sv ^ jyj tare. En quelle qualit vous I a-t-il J rM u a lllssi 8U ; caae prsent ? Le tmoinIl me l'a prsent corn me tant le lil d'un aucien Prsident ds Cuba. Sauveterre prtend eus Wagner s'est tromp et le tmoin dit qu'il a m se tromper su effet s cet sgirc L' Commissaire En tout cas. il vous I prsent Davis comme un haut personnage cubain. L< tmoin lui. Davis dclara qu'il e*t enfl ici ave vins lettres de recommandation du Dr Ifollnet •! !• Jos Miguel Gomez, ancien Prsident de Cuba pour Bencjmo, Consul Cubain. OlWAl.D BHA.NDT Dir leur de la Binque du Canada dclare ne rien savoir absolumeet de celte alfaire. Ls Comiiii,sa;re-—Mr Brandi, n'est nuateur de son | rJcesMur, tenir llaiti dans le • liemin qui nera vers un but qui justifiera nomination d'il uti comme* des Antilles". M. Borno tient cooprl calement avec les Klals Inii tirer de |ietle coopration grand profit pour son pays, eutourdes meilleurs .lr sou pavs. Les Cercles de Commerce! tiques ont toujours eu un % il pour I lait i. S'il est vrai que ci, par suite les ronsqn Trait de Versailles, il n'ij possible de renouveler les %  commerce d'autrefois, ou a I ramener le commerce alll l'ancienne hauteur. Absolu fiants que le Cuuvcrnemee amcneia le pavs vers ODS il pis vrai que vous avei eu offrir tion conomique croissant^ de 1 ara m t Mme Circ Cameau merants hansaliques %  ff* arg pour le paiement de toute caution qu'elle aura t eu payer pour sa mise en libert. Le tmoin — Jamais. le Comrnistor —SConniisssi vous Davis? Le tmoin— Oui, de vue. L/ Comiiiissairt. A-t-on iamais ilpo se n la Banque de l'argent pour Mr Sauveterre ? Lr. TIIVIOIN— .le ne sais pas. je ne me rappelle pas. Lr. CoiiMiaaaiaB — Mme Cuebas. a-t elle au a dposer de l'argent eh 0 vous .' LcTiuoiN. Je crois que oui Le Cimm-tsaire. A-t on enlev l'argent depuis (ors. Le tmoin. Oui. Lt Qomm>mr$, Mr libert Monte ivo a-l-il des < uuiptes ebes vous.' Mr Brandi va tlphoner II l'.iuque et relourne dire qu'il n'v a pis de compte la Banque ce nom. Le Commissaire Davis. Nerez vous pas us du nom d'A! berlo Moulai vo pour un passeport portant votre photographie. Davis rpond qu'il n'a jamais fait i sage de ce passeport. Le Comm isairs maintient qu'il rel intrt au bien rtrt dent tt de ses ministres 1 qu'il fst injuste qu'on le da dis que le eapitaine Wood qa volnii reconnu lui a vol sel Me Carri Mr. Brandi, vous nous dire si Daviia dl sous d'autres noms .' Le mot.i. Le Juge dloilra dj pris communication des delaBanque.ilsaitquoiSi Mr Brandi ajoute qu'il coaf bas comme un homme avant toujours lait face monts. | Me UiambusderBindeau* lab est son vrai nom Davis. Je m'appeU* JesiJ mire/. Me Diambois. Mais on vous jours appdi Juan la"'* la Qu'este; que cela veut dirai Davis. Etant:* Cubas Pi de' la Fdration Ouvrire, hausse du sucre, j'ai emss augmentation .le s .re P ouvriers. Cela axent ete relu me suis uns .... jj^ds'en e t servi, puisqu il porta le visa Le tmm i S Oui, n m'a sembl qu'il du commandant du port |de Jaemel. tait au service de l'Occupation. DAVIS— J'ai achet ls passeport 200 t mystrieusement asssw Le ..ommHsttre: Savez vous ce que dollars d'un individu. crovais qu'en 11 a ti, J P ,ur ^ dus ment dgrve qui a ta' coup d'argent certaines sn crires. 11 de mes eompag Sauveterre gagnait Diquini ? / e tmoin : Je pensais qu'il gagnait 200 190 dollars par mois. Le Commissaire Sauveterre : Sauve terre, Mr Wagner a-t il dit la vrit .' tauvclerre ; Oui. Me DtHtnnt : Le tmoin vient de dire que les menes de Sauveterre Grand MagasindesCaves de Bardeaux Viennent d'a river : Biscuits OKbet, Boulions J.'htjiiiii de Paris, Fruits, placs. Saucissons d'Arles ( Bordeaux ), Fromage Pte yiassc, hollandais.Huile d'OInc La perle.--Vinaiijre d'Orlans.-. Filets d'anchois.Anchois l'huile.Olives fourres.— Conserves Amieux Frres.ts de foie (jras.Sardines,eh> irrivaqe de provisions frache*, le 10 et le 30 de chaque mois : lqumes, l'i uits, viande, etc. Ai, ,„, darnes : .Crme U'fltM, P.i..ri. fin., tMlSLl^SSJ^ sandwichs, elc qutsCel nca sembl tout naturel, Le Commssaire. Qui vous l'avait vendu. DAVIS— Plil Desnoyer Le Commissaire. Pourquoi l'avie/vous achet ? Davis. Pour sortir d'Hati, cause d'un arrt d'extradition du gou vernemenl Cubain ontre moi. Je sment assa**' 1 1 M sons le iiomde Davis, peraux poursuites du rejj cubain' quand je visqu* JJ le cou? d'un arrt d es fa. /passepjrlpour mjjj Duvivicr.Kstcela* • vous poriau lui pa sissalsul lUcbes, peut il prn'ai pas eu le temps de me servir du ciser en quoi L t !mo 'i : Je venx dire qu'apparie nant la pol ce, il n'avait pas cru devoir s • confier i lout le m i • Mi Carr i %  Ne vous a-t-il pas sein bl drle de la pari .le Sauve terra de a'adreaaer voua ji mr deachques'? L' %  Nulles*. mveterre allait 0 h nie* a son travail cl la caisse uc la Bsvnqds fermait a 3 lues pu pris le lis d'extridition qui %  auver d'ici. Davis. Absolument, %  • UeCuvivur: *J£1 n'est pas vrai. ,a ">, S V n a l bile. Je demande au inf re lire une '"'"e 8 (• isseporl. 0 n u ut i lac nel ave/ vous tre Jean Lope/. Davis qu'est'Se qui le prouvo. L". Commissaire. Le dposition d'Eudors Andr. Davis. E idora Andr no sait lire, ni crire. |, t capitaine Wood lui a fait ls bouche.Blla^n'a fait que rpter ce tranquille. ( ^ Circe Je ne *** ou eue m. .... • \' M0m t .e que quand vous^^ i elle lettre ai dit se que H u""T...... ne sales ngres qui ou JJ Aile/ parmi vos pairs qu'il Datif : On peut k .,.. .. lui a seufT.Oavis dclare qu'a "<•' • — r vect iul \f resp et qu'il doit au tribu tre. On n'y trouver nal et au I immiseairs do Oeuverue ble. acO>m ment, il se uroinet de faire observer Le Comissart : -%  -.. .-• tf asr^vtet^r^



PAGE 1

•* "^* 'iKTV %&f -'V UM4T1H Hjre fircluie < ,PTii pris ion certificat jrtlaliou la l'oli. o ; Davis |i qu'on lie IH lettre de li&nire insisie, Me Dlieri |e tribunal de faire don rfecelllettre. ^inaiie insiste sa -oir nom il a pi is le cerlilicat ifulatali' i J.-an Rautista HrappH'.'qii il est nom i auitrt/. i, jamais, rpond Davis, j^iiir* lit le passage o il lin.-iLl | il _de la lettre de Mme iiau Davis, ainsi connue iras avons stnographie Jrffur> : lellre (l.inioiir |oaador petit ma i. ,fn pour toi nne snrpi i :. l'ijepu gud r le secret,m lis ce sera l'jlqet de ton ,i | •t de la gian le joie. Ta pe en chair est ici, ta flan j, plus lard ta petite mir \, celle petit'.inre de ton chrie. Garde le avec le pl ta tille et que > %  %  soit le de mon ti rnel amour, lirai pas de le dire que itoujoLMs t ainsi avec lo* figure loi bien i| :e cj sont %  tu ai fait le plus de bien ml maintenant t'assassi ou lard viendra le jour la fin de ces bandits minde livre Mipi-ne ~ la clnnre de l'emb.r lobstacle et daniver dans [triDger l'cloignant aussi s si hid'. La, j'irai te ptnous vivrons lian juilles, eu paix, en compagnie Franchement, ma vie, je Islmt que j" (<* sais en Mien. Je crain> la trahi toleuii| .1 ne veulent Llls pmvenl lui r leurs 1rs infinis et leurs mres t. Tu es blanc, l o prouveras ai le et avant* fci, lebiisers eur. W A.NT'JI.NKTTE i loypler ij dirigeais i'Ilolel de pwlerre y a\ iil p j, „iie • Il veniit le dimanche Wi, consommait, s'en que moi--, rglait son ant sou arreslaiion. il prendre un petit d coffre. C'tait un pu (•"ait remis, •rrestalion, le j U g. 3 l venu avec mof Mltt ai remis le paquet %  •doliajs et mfait P verbal. Voil tout celle alf,ire. Suive %  le jour ie son arresta on eiail vid.i ; | e j t w,, • l .'e capitaine Wood ""• ont pris dani une Nel des bijou 11 n a |1"s sont devenus. L *l un voleur quia Pj chauler. '. lir < lu tmoin.— fous 1 • tait il piseot rpondu que I. |, -„ tait certain, Bgl IP".. I... par „"££ Me Carri S.Muierre.-n,,, ..,,:,. lira "e7 ""^ Flh Aim >' Sauveterre : Je „ *j, Me -Carn. Vooi oe eavei pasrae hls Aime travaillai. pmrvos'.orJres m!ili JI 1 au v, vice "vdrauli qua/lladelarrinstructi'onque ces vousq ni l'aven envoy auprs de Brave, bave,. V0U9 que Fils Aim trirme que TOUS ave/, touch 1000 dollara dans celte affaire. Le soir o or. a pris l'agent de Brave, n tiez ous pas pr eut f Sauveterre : .\ 0 n. Me Carri : Eh bien demain, vous verre/, ieeeieurs,qoe c'est Sa vetarw lui mme, la cheville ouvri re de I escroquerie commis au pr judice de Brave. C'est lui qui em fHichalaflaireou l'intermdiaire de Franck hl, Aim. Demain, un l niou.va ranir le confondre ainsi que nsfis.ll vous dira quelle part maca br<; ils oit. prise tous les deux dans cette affaire, comment et dans quel les Ireenstancee Brave fui djouill par ces auJaciuui ••oq-iins. Petites Nouvelles — A causa du ma mis temps, aucuns courrier n'est arriv amourdlmi. La Capitale est donc prive 0> c un nu n allions avec le Sov.\ e | le Su 1 — Les C :n uj || satioai i il/rapniques et tpnooiques eilie lac. i"l et l'oit ai l'.iuce sont interrompues. ^ — Ce soir, ina'jguratbn du l; r Sinliaji •. „ Portail LVrlie, Je m Useau. A cote occiaion il y aura gi-tri l bal. — Aujojrj'b ii. Itribu ni c • %  •retioonel ne travaille pas. LM d >. bnttrepr n Iront lundi, avec la cornparution di t n,in important -"i signais le dsastreui tat d li r jute entre iiragoaneet tqiin. Les p nie* d; ces j 0 j s derni'is rendent impossible tout trefi •. — .No is i T.I\ m ; savoir q i* | ; do iz.ra i d'Ootobre sera publi au Uooitaai de lundi proliain. A cause d ei fl s dla Toussaint, ce m s sera pij comme toijours.le %  i' <<:t ibre. —y. q lartier gnral des \[.ri nei.orpsa dJeii q-n la priode de service ,,our t mi les oftleiera irvaul dans la gendarmerie eera de2a-is renouvelables sur dsmaods appuye puu i certifiai de mdecin. Le Conseil d.> l'Ordre maonnique, par une circulaire aux raem. ....^ UA 111.11Dres de la Fraternit, annooee que i li r -bel ion s'est installe au sein de la Maonnerie o sjuleun vent dt ruine. I) s mesures sont prises pjur anantir ou prvenir toute ac< lion de> rebelles. •, — Demaio, au service ,|> 0 heurc ; ds l'Kgliid K,.!-,;.,! i |. laSiinle rrinit, aura lieu le bndetion de la tiimte Table ou nouvelle balustrade .11 sanctuaire el descbaadeliers euh i. iti |uas. — Ce Temple du Granl Orient Vente jpar Conven lion Bpcnle ,. K V,I( J'" -.lion b] • %  l'ccare. passe „ ,, |l0f j ,.,.' v Pascal Milleiy el , ,. jes Pori au l.rc I ;, ,,,, )h '!>-i et d'un nomma dcmeol .i m. u rt inrructoeoi, il sera procd, en J Hude et par le minisira de Me Lon Chai le. im r:q i I (6 | elle: Je lundi ringi deux octobre uu ranf, neuf lu !S ( |„ matin, la petite au plus offrant el dernier i chriaseor de dix neuf carreiui g i par le trol >e o loi ci ,p r> '. dsifj.i.: d a l'ouest par le premier lot chj Mils Clara Heur el m -, Une tendus de cinq carreaux ef un tien d terre, borne au Nord par C ara lier don,au Sud parCivil J>o I et H n Csar,! Fiel pardivers a x d roit, dan bi.iiiers ThoraaS Blie el a l Ouest par le deuxime loi ci dessus d. s gn : 3 Un carreau soixante quinze centim s de terre, dpendanl de la cour..,, M>.t installs les dits mm uns • t ii-io • Et i 9 I i cirreau soixante quinze centiomas de terre, dpeo lanl dla cour ou sont insUlls i s dits mou Uns et USIIII i Wj, d'ailleurs), que cette qui otite de terre et les usines et malins sa poursuivent, comportant el • iten dent ave t „it s les circonstans appartenances el d i ndauces, i s nucuneexcjptiou m rserve sur h '["/ '' : "' x e l.uit cent quarante de lare or em' icain oVor s. oiiiv tes ihargw de l'enchre ini requte, poursuite el ddig nec disi u EniminjjilJlarcier.iien iste propritaire,demeurant et dom cili alMau i-.iuce. avaoi pair avocat Me L l,.i Maiebran -lie et pour domi tlnie cabinet du dit avocat, sis Itoe Oants I) s ooehes, \> 1 1 4 Contrla demoiselle Graziella Dm yon propritaire, demeoraol et do. micihea Port au Prince. ,, ; ,, "' Plus amples renseignemaote, s presser au n .taire tuajdVagn on Me Llio Maebranche soussign. Port au Prince. I • _>o octoblc Idn LELIO MVLEI1HANCHE, av. JOURRS DE TENNIS y J.OO 'e: t HaqtilA pou*-tre record i -eh^ i ir fil appel CTJ opiealGut* n ve.i achinc la plu moderne, Voiaqu, t8 se\ ont m*s t.( uj Vou trouverez atmsi : llaienger's packetg,Tennis Bail,— Etui pour tackels — rrassss, Caoutchou pour manchag d raqoef t,ete Chez W, O:!iii Wims Vis vi s |Intel le France Caf Yisla Alcgre fCou* In 5t)io, tideux potage au pouiet, pli^erie variecreme CL U ijface. Grand UUl de France Angle des liues Bonne-l'oi et du Ouai Viwt de recevoir : Pat de foie m trufl T.Civet de livre. Andouillettai aux lentilles. -Ami hes au saindoux. — Jambon en boiles. — Aucnois a llnulc-Nit -.iin-'s— nlaniuereaux. • Thon. — Cassoulet ftus pois lina extra. — Boudins, etc. VinRouge, le gallon G. ..'. Vin Blanc, le gallon G. 5.50 L t'o el dbiie par barrique el luilon d ,.,, i Lee dpches pour N. w Voik l'Europe | via New ork di ecle le steame< Cristobal seaont lerm le lundi 2i octobre cooraal lu prcis, s du matin. Port au Prince le iOOclobie 10; Varils Dimanehe La Lvu ian?aa8 , parties Entre : J.50, Lo^e i.00 el ar ies h. A partir de Jeudi 28 Octobre cou rant, un nouveau service sera oraa nis au magnifique tablisse aient Aux Cflw It H, dieux Ds 7 heuies. le matin, on tro vera du Cal au la I. du clioc,!,,\ ,| es brioches des petits pte, de la ptisserie, de la cr me lu glace, etc. C <>i u i plaisir pour nous .i'a> no i er celte nom Ile au public, |* use u service des ComdtPo faux re|>M,la ,| une r llo ncessit t M. Dereis ne ngh'geanl rien po,,,donner toutes les satisfactions possibles ses lidcles et aimables clients. x


PAGE 1

LE. M^ lus • If M MiMi'Jca 1 g.' J X CL* w V.. u*. fc| -I i .*. . %  Constipation Entrlt* Vt.l'i'is Mt?rftnea g, -, hf. i. > %  . %  SI a ~-r, Peur rr. t?f %  -' •• JL OL L_ I • Un. fix %  . --> Ses •-s :.;• K Vaillant & llouet Agents -enrauxl 7*J0 Itue du Magasin de 1 Etat %  %  *-M %  %  l J :Hc.::iC PHOSPHC kplus PUISSANT ŒCONSTITUM tenu il FOBUES : Elixlr — Granul — Comprims muiaion — Concentre — Ampoules. —.— m m m mmiPi rmrizS Tous lescas o l'organismedbilit reiams TTft ll2\ inuitAiiuribt f/tf mc n cll t t on rparatrice puissante. ^ WN* W*%*** W HienSMn *• ITOSTOQNOL, I VILLENEUVE la-GAflENNE (3ln> Ku Vente u la Pharmacie Centrale -a P Trop faible pour travailler La vie courante des femmes n'est souvent qu'un travail incessant. Combien plus ardue est la tche quand des malaises particuliers leur sexe tende:'.: chaque mouvement pnible. Les; -tii Knerv* ux est drang et la vie est loin d'tre gaie. LA fem tes qui se trouvent dans cette situation dtvraient profiter e l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Lisez Ce Que Cette Femme Dit Maruani'io, Oriente, Cuba.—" J'tais anmique et souf. frais lors de b"es rg! Ci t douleurs me foraient souvent rester au Ht. L< s, toujourj dans le bas ventre, I taient quol-yj'jfois ftigui 11 je vomisI MJatOQVi rt de ce malais* quatre an avant de f ire nnais*a ; >e d'un fascicdli le de Lyd ; a i %  '. Pinkhara. Je l'ai p %  fais un plaisir del re* n m ^ amies qui souffrent de mme mal %  %  %  : d Caridad, 4, Alan; Le femmes son.:ta lent pao faire d'oiMlt m .-. eotrent ;: ar U Composition Vgtale Pharmacie F, Sjourn Donne avis sa client iu pol ic qu'ell* a rrautsorm son Laboratoire d'Urologie ea un lahor?tcre de biologii*. appliqu sous u Direction du J Dr T rot et t. &jo\ l Le labcratoir; es' ouvert tous les jours de 7 hres du rratin 6 neures.'Ju soir pour toutes tes recherche ci analyses prvues dats f'annonce ci jointe, saut pour le W as s?) man a etiaconsl Ure Scrl rie Saront reues que !e mardi d-. chaque semain:. S'adrefct-ir ia Pharmacie pourles renseignement?* 4nalyes d'urines el 6'ui* gastrique Raction de Wassermann Btection de Tnboule*, Eiamen du sang et du pi-s sameo des matires fcales bamen (te crachat Albumiro ractior Gonsiante Ur' Secrtaire Haherrlie de Spirchtes et Co de nOccPques, etc, etc. ?rT*/T'3* EMPHRf.MTl _& 0PPPr3,,0Na l ^rioulagamc-ni. i,arawut -gi.Artsoo|)irlCi| Globuls3 Rebaud '.Uaultat mrrrelllaux. nirrfwnU œ*m i ,,., on.. 1 iFi.ii 8*60. •itur' PA' Ojy M M %  ""• r • PhaimaaitW.BUCB -Portu-Piinc de Lyd^a E.PmkKam 3. UVNN.KAM U.. //ln LTOI t.PINMMkn M toit .W CO. A l Intermdiaire Diligent i^iilloa Shoe Polis h Couipaiiy Inc. Netivlorlc .Si tous voulez broter Ja peau Je vos (hauvur VOHi ivuU\ mou un brillant luiuant et durable Si vont voulez lu couleur el la souplesse de ces ebaussuru pendant loHtems. orpioy* la m§rp* UOhOGRAM, tbriqu* Spimakmmtpour .es dames etles gentUwen du fciv/; lire. Mlle protge la pMU des iinnMures conl>e 1 humidit $1 la chaleur. ttle 1 entretient leur tOUkSH cl COnSHVi leur brillant. Demandez la ma, que MONOG&AM. c'est la meilleur de toutes les marques Geo. JEAJSSEMi kQvui pouliait! Ce bureau, tabli rue Prou 316, maison Robin, offre ses services pour toutes affaires : Commission, transaction* servi;e spcial dans les questions d'automobiles : vente, achat, voyages et transports. Dix machines confortables et dix bons chauffeurs sont abonns nuire agence: machines propres, solides et pourvues d'accessoires complets : chauffeurs habitai et ayant les meilleures attentions pour leurs passagers. Tour tre bien servi, adressezvous L'Intermdiaire Diligent. SERVICE DES AUTOS 13ALAN : Lundi, Mercredi, QUOI QUONL DISE QUOI QU'ON FAS! Le Riiiiii) arboncoort est et sera toujours le Cimeul OK ^n baril de 400 lbs Le plus conomique pour son re ment suprieur. L C J plus conomique pour M Vendredi, Prix, DEUX Dollars, ritance CAYLS Les passagers peu L'architecte qui Vemploif \ pew truire pour moins d'argent. Le propritaire qui construit dp mvin dargent En vcnle chez : vent s'inscrire A t'InttrmidtfUrt Diligent, Hua Frou, 316. i la Coici Royal \\ a Caf En lace de la Banque Nationale Propritaire : Annacius INNOCENT Ce nouvel tablisiemenl se recommande par un servie* krrproehable, des conaommationa de premier cbeix, M situation privilgie. Le soir, musique attrayante dirige par des prolessionnel* de jiana mrite. liisLill.iiioii parfaite. — P ix modra. Tlphone .N" 395 Cordonnfne Krnest (Camille Fabricant de fhaumum en tous yenr$s Ifatriaui suprieurs Soins — promptitude — Clrit Gran l'Hue prs la Poste IV 1722 La rnaison porte la connais* Fjnce du pabic que — dans la but de faciliter et d'encourager ses nombreux clients — elle accorde — partirdu 1er Juillet 1HJI5 une prime de une paire de chaussures au choix tout dtenteur de vingt liclietS. L Preetxraai\,i-AGGERtIOi-M tltw du QuailOi* Pharmacie VV. Bu Port-d* Prince louveau traitement de la Furoneulois PAU Llistoplaste du Dr Wassermann L'iiloplaste est un empltre l )n l )a ^., s|)6 ^ i pour les Furoncles, vulgairement appa*-* L'Empltre se pose sur le clou ds son W En consquence %  on est pri qui, sous son influence devient indo, ?!^, oB| i de rclamer un reu pour chaque temps ; 1 tnilammation diminue,il ne se u achat au comptant sc qurit en peu de jours. .„ u1iH A la Conscience telle e*t la .,. J .,.,•# J i '„ ,IP \Wl de>ise de la maison. L instruction dtaille dans la boite ue JJ^



PAGE 1

^-*-* v a >**. .,^% v r-^Tr .v-i nflUR PROPRIE rAIRtS IMtMMJiUH lmenf Magloire BOIS VER\A 1351 Rue Amricaine • 20 CENTIMES Quotidien La morale lve un tribunal plui linii i ping redoutable (|iie>clui des loit. Ellc^mit non'sculcnieiil que nous ditions limal, mais quetnoufl lassions le bien. RiVAROL fltae AX-N'i-: N50ii lELfliOlSi No 241 PORT\U-PRNCE( HATI) HeuseigiieiDents sur la Cr Berlin / ny a aucun Mystre dans celle Atfairre Le Nouvelliste mystifi SAMEDI 20 OCTOBRE 1923 Par Cable Nouvelles Etrangres jeonfrrele Nouvelliste idansson dition de jeudi iKmaine une noie assez ^relativement la crai!ynpagnie Hatienne de taion, (iile avance Uerliti fMi note, il est | a | 0 i s de crance ' s. ) Le Budget de l'Exercice actuel, 1923-1924, a renouvel naturellement l'inscriptionLe solde d actuellement la ornpagni • est de P. or 9l.0U0, dont le paiement esl donc chelonn comme suit : jelfi novembre 1923 P.or 38,80 le }5 mai 1924 41,000 le 15 novembre 1924 11,200 Soit P. or 91,11: H) Par les dates numres ei-d %  sus.on voit Clairement "que C Je eiviiinv n',..si pas relevable de la Commission des Rclamations, dont la compt ince, on le ait, ne s'tend pas sur les i ances postrieure* au 3 mai 1916, date de la ratification du Trait de 1915. La n te de notre confrre est vritablement faite pour tonner. -ce m Drame %  Wques jours, il circule i 1 P*y s un bruit ; ce bruit ppagande qui se fait auT'SJ'anda reprsentation "pdonner sur les IhIres f 18 elle serait, en effet •o tenir qu' son titre, C* WDLPSNDA.NCB . ••vance-l-elleVou bien liii" Sa s ,uau n esl-eile W* qu'elle avait connue ^endunce :' J Ue ions ( l ui 9e P 0ienl !. ,a possibilit de "Nation Wer quelle recule et H celle supposition, gla,da * son Histoire Ne.l" 1 !*?" divers endroits lT* ,,u P*y servaient f galeux qui v jouaient Z ^Patriotiques. Cein? ? es Irames.— Les TS .. Maca ndal, PelitjL q ; "ouckmann. Can. • Jean Franois, liiasi*? n? 9 .' To s *ainl Lou;-'tion, Christophe, 'ttin Te Ya i Maure""^ Belair, Dessa)Us > ils avaient comment : Aya Bomb. t %  ?"" t>l le PluJ'.'lledeVenicres. icip a 8c -nes mouvantes la •C i . Ci f al lail "tenu M'; i c-mouvantea mait-eile pasf mitrailles, un al de Capota, f.*iinTr ai loriJ be, te re'V;"^ 8 mitrailles, un i.." n ^al onjbe> „ re ; en ^ant... Alors, momentanment, le combat cesse, el le gnral Leslerc de l'arme de la Mtropole envoie ses flicitations uu chel .te l'arme indigne, pour sa bravoure et son intrpidit. Celait beau, c'tait noble. L'ne autre pice o rgnrent l'enthousiasme et le dvouement, elfe se droulait,celle-l,dan un fori o les vaillants dfenseurs puiss, voyant l'enthousiasme des franais pour enlever la fort, Dessalines qui tait alors leur tte prit une torche allume et lit jurer ses compagnons de se voir tous sauter, que de se rendre. Et tous jurrent leur chef. Devant une telle conviction, les franais qui se rurent contre le fort durent abandonner leur projet. D'aulres scnes non moins belles furent droules... En ce temps li. les dfenseur! du sol se donnaient des rendez-vous sincres, ils avaient confiance en leur chef, et ils leur servaient d'ap. pui. Car ce n'tait pas pour rien que l'autre disait : donne/.-moi un point d'appui et je soulverai le monde. Aussi, nos nobles inefrtJ ne tar* drent pas voir le couronnement de leurs efforts, dans la proclamation solennelle de l'Indpendance aux Conaives o tous l'aide d'une seule plume signrent l'acte de naissance du pays. -o Disons que dans les pices que jouaieat nos pref, c'tait la lutte de la routine contre la science alors encore imperfectionne, et c'tait le triomphe de celle l sur celle-ci. Le hasard y jouait un rle prpondrant. Je n'en veux pour preuve que l'exploit du petit n-re, qui, dans la bataille de la FUftns-k-Coulsuvre, l'aide d'une pique, transpera une di/.ame de blancs, et cela tait du su lait du temps que prenait un blanc pour trmer son Irombiou de sa baguette. Ecoute/. Ifadiou : i 15 000 esclaves marchrent sur la Croix-dss-Bonquta, Hyacinthe leur tte et commande par des hommes de couleur rpandue dans leurs rang*. Dans toute celle mu titude, il n'y usait pas soixante fusils. Ils • ; ml a u isads couteaux, do h.,ne-, de btons ferrs el de frondes el •. % %  Et depuis lors, quoi assiste on ? — A des bufjonvtria IJIOn Isa voit des le lendemain de noire Indpsn dance et ds nos premires conjonctures poiitiqui Isa nommes du Nord d un ct el de l'autre ceux du Su I •* ds l'Ousst envisagsanl de manire uillerenlc les conditions de noire dveloppement tttional. Bt voil Maintenant ? I* pire, qu ou ,„,„„,,. j,,,,, „ elle un drame ou „„,, comdie .' I eut on d,re q B e les acteurs du jouraorontlemn renom, le mme enthousiasme .' JRMrt-onae mettre l'ids, on ins1", que le Insard, ce fameux has-'rdq.n avail praid la destina uupey,prsidsra u neiloawIlefoi I eul-or. enfin dire ou peut-on supposer que le triomphe do la routine sur la scie ice oit possible ? iMlMehissoni j srieusement. Car fSSLu lbi "' i l '^^r Auguste M igloire dans son ouvrage'^ Erreur rvQlationaaira si nolr InUif! L s P^occupaUons h ni'" r' J 1 affaib ,,es "*w )lc plus fori ment constitues qui a notre el n us ne pouvons avoir laprtonuon d'chapper aux cons1EZSJ** 1 lue nous aurons Ou bien, liinjasiiiraie'restel Opinion du gouvernement ullt-maii'l sur le problme des rparations l'AHlS is— Legouvornsmsntalieuan I a expri n s m opinion sur 1 projel au sujel du problme di s r pai nions, li critique fortement Isa mono;),.:,pi >n l>9f parle Bslgiq te en disant qu'ils constitueraient des taxes BUI i i corn un nstioa si l [•si .il rel >mber toute la charge sur les popul dion en gnrai au lieu de la faire retomber sur Isa vrais lten leurs des ricbeese du pays. L -' projet lupprime tous les monopoles except trois sur l'alj i >l. le sucre et le sel, q li. d'aprs tessxperts belges, produiraient une somme de 800 millions de marks or Les alleman la dclarent qu'ils ne peinent der les monopoles et ro prendre les livraisons de charbon, prtendant qu ils doivent ou retenir es revenus des monopoles pour pa pritairsa des mine.--, ou •-i %  -%  m ji I %  m! ci p u i os 1 i' *' lil >a ils doit ni tre dispeo ses, su moins pour le moment, de I obligation de livrer le charbon. En Rn i. %  alli m inds n'acceptent pas l'exploitation interallis des chemins de 1er allemands mais consentiront i payer le loyer a condition que les eu mina de 1er de Rhnanie et de Westph .lie leur soient rendus. La question de la participation des alhs aux baGces de l'industrie dans la proportion de l i pour cent est su jette ,i uni lrie d'explications lech niques qui sont plu loi confuses el pleines de rservas ; nanmoins les allemand! acci ptenl en principe la participation ujells certaines cou d.tions. ministre ce quoi le gouvernement bavarois a rpondu par le refus de recevoir le nouveau ministre tant que le parti communiste s rsit repr sente dans le ministre eai m.Ao ra '•'' moine il i! a rap| cl le ministre '' •' n '' i de Di l • Le chaocslier Sti i, de ce tait, se Irouve eu I' 1 ; lation qui lui permet li'i d'i i ava .i peu de l'autorit dictatoriale que loi donne la loi r csmmsol rotes par le 15 iebstag. Des dsordres causent la morl d; plusieurs imlividu8 lannheitt) MA\MIi;i\|— Six huit person ns sont signales comme tant mor tl s etb lauenap d'aulres blesses la suite de dsordres qui se sont pro duits entre Isa manifestants at la po lice l'occasion djla chert des vi vres. Ltal de sige a t dcrt par la police et les rues doivent tre dsertes a 9 heures. Le congrs des |P Hcata i listes, sa session d lner, a vol un : rsolution deinan daul que la grve gnrais soit fc d clare dans le cas d'une action aime contre le proltariat en .Saxe el en Thuringe. Cette rsolution a t adopte aprs un violent dbat. Nouvelles Diverses BRI XELLISM de Woelmosl charge d'atlaires de Belgique Mexi ce, a reu l'ordrs de prsenter ses lellres de crances le plus tt poasi ble au gouvernement mexicain. Les chargs d'aflairss ,1e ces deui pavs seront levs au rang de ministres plnipotentiaires. Visite infructueuse de I. Stinnes la mission des ingnieurs franais ISSBLDORP1I |f. Stinnes, accompagn de M. Kloicbner Voge•r, a rendu visite la mission des '''"' : intsrallis. Le directeur, >'• fra zen, tait absent. Lu grand indueti allemand n'a donc pu voir a aoo adjoint, M. Vevejana, au quel il a .1 t en tenues [,,'., catgori quss qu'.l ne pouvait livrer les 20 pour cent prvus des min> de cbsr '"''" l 1 la Kh i i compte des rapa rih • i ^il t propos par les rraoais et les b Igos moins que le Rsicfa n'en garantisse le r imboursi ment. Iprs deux hsursi de discussions M. Stinnea n'a pu arriver a aucun i Ultat et s e-t relire sans qu'aucuu accord soit intervenu. Un annonce au quartier de l'arme d'occupation que 38 mule cheminots allemands ont postul pour avoir des emplois ia le rgime des chemins de fer rranco belges. Les demandas seront examines par les autorits comp lentes et les postulants seront aviss d'i'i quelques jours du rsultat des examens. SAN FRANCISCOL American Lgion, runie en congrs, s'est prononce contre la reconnaissance de-, Soviets. Elis Jeman nie les trangers soient mis dans loblifS lion de se faire inscrire une fus par an. bile t'est prononce galement contre U Lux Lan.E le r i amande le systme des bourses dans les uni versits fra iaises eu mmoire des soldais amricains tues su fiance. NEW JfORKPapyrus, I cheval %  Balais i itle Usrby, rsit ses dbuts wnsationnsls aux champs de course de Belmont Park : i] u par couru un mille, et un furloog en I minute SI. Lee connaisseors dcla rsnt qu'il est an forme pour la cour se de ame :i prochain. ;' SU due et la duchs se d rorfc aot partis i Belgradso ils vont tsnir sur les fonds baptis maux le prince hritier de Yougosla vie, au du roi \ sxaodrs et de h reine Marie. \ Treille-deux jjnuvenieurs''' 1 rpondent i une invitation du Prsident Coolidge WSIIINGIUN^ Le secrtaire Mal Ion a...vite I, commission des dettes Jas runir samsdi ; il a refus de rsqiisllsa questions no situ li sraea dehors du reppert snnualdsUeom S?"? 0 renla * ^uverueurs P. D. PLAISIR Rupture des relation! diplo matiques entre la Saxe et la Bavire ,. v relation, diplom. V ^^SSSTSi J al la Bavire lacoe. Saxe a .appel son charg d affaires eu Lavira et a an noac la nominalioo d'un nouveau a ligueur dri l "* !" Heu samsdi; 6.; S&ESr" enverronl de8 n •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06056
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 20, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06056

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^-*-* v a >**. .,^%v r-^Tr .v-i
nflUR PROPRIE rAIRtS
IMtMMJiUH
lmenf Magloire
BOIS VER\A
1351 Rue Amricaine
20 CENTIMES
Quotidien
La morale lve un tribunal
plui linii i ping redoutable
(|iie>clui des loit. Ellc^mit
non'sculcnieiil que nous di-
tions li- mal, mais quetnoufl
lassions le bien. RiVAROL
fltae AX-N'i-: N50ii
lELfliOlSi No 241
PORT- \U-PRNCE( HATI)
HeuseigiieiDents sur la Cr Berlin
/ ny a aucun Mystre dans celle Atfairre
Le Nouvelliste mystifi
SAMEDI 20 OCTOBRE 1923
Par Cable
Nouvelles Etrangres
jeonfrrele Nouvelliste
idansson dition de jeudi
iKmaine une noie assez
^relativement la crai!-
ynpagnie Hatienne de
taion, (iile avance Uerliti
fMi note, il est |a |0is
de crance ant la Commission des
(ions, n'aurait pas suivi
de toutes les au 1res; Je
pu qui pense qu'elle ne
ider devant la C. I). R.
Inec le .Nouvelliste ,
Iroir cluircir cette af-
lnhnde len.iescho-
icette crance aurait t
ion que l'on jfarde de
|f celle noie est tantt
~Mce Berlin ne. devait
(Par la C. !). |{., et tan-
tdevait y passer, n'en
pense par le Proto-
et que dans tout
[p un traitement de l'a-
Pocherait ,,:i mvsl.'re.
prre semble jeter
Nombre sur |, ques.
[W ce qu'il a .Je plus
flair, c est que le Nouvelliste j
,u IIU:ne *est pas au courant de
a question quil soulve, el qu'il
;i nglig intentionnellement de
*"fner auprs du Dparte-
ment des Financ
Nou8 avons t nous-mmes
aux renseignements et voie, ceux
que nous avons obtenus.
,, ';'' ,'"':,l",', ''" 'a Compagnie
[Miuennede Construction n a rien
a dmler avec la C.D.R, et son
wnricflr continue normalement De-
puis 19J9 particuurement il est
verse, chaque anne, cette Corn
pagme P. 7twjo (Septmille;or
conformment aux termes des ai-
lles 4 et() de la Convention re-
;"ve a la rfection des Rues et
Quais de Port-au-Prince, pour le
paiement des titres mis en vertu
des dispositions suivantes:
* Art 5. --Tous les six mois,
un eta sera dress pour les va-
leurs des travaux excuts.
' Pour le solde qui sera du con
lormement Pta! dress le
gouvernement dlivrera la Com-
pagnie des certificats portant an-
nuellement 8 o/o d'intrts paya-
bles s mestriel'ement el libres de
tous impts, timbres, charges ou
obligations quel \u sa sents
et venir, etc.. i i Voir Bu Ir;I
de l'exer ice 1. I 1920: DETTE,
Affectations spci >' s. )
Le Budget de l'Exercice actuel,
1923-1924, a renouvel naturelle-
ment l'inscription-
Le solde d actuellement la
ornpagni est de P. or 9l.0U0,
dont le paiement esl donc che-
lonn comme suit :
jelfi novembre 1923 P.or 38,80
le }5 mai 1924 41,000
le 15 novembre 1924 11,200
Soit P. or 91,11: H)
Par les dates numres ei-d
sus.on voit Clairement "que C
Je eiviiinv n',..si pas relevable de
la Commission des Rclamations,
dont la compt ince, on le ait, ne
s'tend pas sur les i ances post-
rieure* au 3 mai 1916, date de la
ratification du Trait de 1915.
La n te de notre confrre est
vritablement faite pour tonner.
-ce m Drame
-
Wques jours, il circule i
1 P*ys un bruit ; ce bruit
ppagande qui se fait au-
T'SJ'anda reprsentation
"pdonner sur les IhIres
f18. elle serait, en effet
o tenir qu' son titre,
C* WDLPSNDA.NCB .
vance-l-elleVou bien
liii" Sa s',uaun esl-eile
W* qu'elle avait connue
^endunce :'
JUeions (lui 9e P0ienl
!. ,a possibilit de
"Nation
Wer quelle recule et
H celle supposition, gla-
,da* son Histoire Ne-
.l"1!*?" divers endroits
lT* ,,u P*y servaient
f galeux qui v jouaient
Z ^Patriotiques. Ce-
in? ?es Irames. Les
TS .. Macandal, Pelit-
jLq; "ouckmann. Can-
. Jean Franois, liias-
i*? n?9.' To"s*ainl Lou-
;-'tion, Christophe,
'ttin Te- Yai Maure-
""^ Belair, Dessa-
)Us> ils avaient com-
ment : Aya Bomb.
t ?"" t>l le Plu-
J'.'lledeVenicres.
icipa-
8c-nes mouvantes
la
Ci.Cifal lail"tenu m';
i c-mouvantea
mait-eile pasf
mitrailles, un
al de Capota,
f.*iinTrai loriJbe, te re-
'V;"^8 mitrailles, un
i.."n^al ,onjbe> re;
en ^ant... Alors,
momentanment, le combat cesse, el
le gnral Leslerc de l'arme de la
Mtropole envoie ses flicitations uu
chel .te l'arme indigne, pour sa
bravoure et son intrpidit. Celait
beau, c'tait noble.
L'ne autre pice o rgnrent l'en-
thousiasme et le dvouement, elfe se
droulait,celle-l,dan un fori o les
vaillants dfenseurs puiss, voyant
l'enthousiasme des franais pour en-
lever la fort, Dessalines qui tait
alors leur tte prit une torche allu-
me et lit jurer ses compagnons de
se voir tous sauter, que de se rendre.
Et tous jurrent leur chef.
Devant une telle conviction, les
franais qui se rurent contre le fort
durent abandonner leur projet.
D'aulres scnes non moins belles
furent droules...
En ce temps li. les dfenseur! du
sol se donnaient des rendez-vous
sincres, ils avaient confiance en
leur chef, et ils leur servaient d'ap.
pui. Car ce n'tait pas pour rien
que l'autre disait : donne/.-moi un
point d'appui et je soulverai le
monde.
Aussi, nos nobles inefrtJ ne tar*
drent pas voir le couronnement
de leurs efforts, dans la proclama-
tion solennelle de l'Indpendance
aux Conaives o tous l'aide d'une
seule plume signrent l'acte de nais-
sance du pays.
-o
Disons que dans les pices que
jouaieat nos pref, c'tait la lutte
de la routine contre la science alors
encore imperfectionne, et c'tait le
triomphe de celle l sur celle-ci. Le
hasard y jouait un rle prpondrant.
Je n'en veux pour preuve que l'ex-
ploit du petit n-re, qui, dans la ba-
taille de la FUftns-k-Coulsuvre,
l'aide d'une pique, transpera une
di/.ame de blancs, et cela tait du
su lait du temps que prenait un
blanc pour trmer son Irombiou de
sa baguette.
Ecoute/. Ifadiou : i 15 000 esclaves
marchrent sur la Croix-dss-Bon-
quta, Hyacinthe leur tte et com-
mande par des hommes de couleur
rpandue dans leurs rang*. Dans
toute celle mu titude, il n'y usait pas
soixante fusils. Ils ; ml a u isads
couteaux, do h.,ne-, de btons ferrs
el de frondes el .
Et depuis lors, quoi assiste on ?
A des bufjonvtria IJIOn Isa voit
des le lendemain de noire Indpsn
dance et ds nos premires conjonc-
tures poiitiqui Isa nommes du Nord
d un ct el de l'autre ceux du Su I
* ds l'Ousst envisagsanl de manire
uillerenlc les conditions de noire
dveloppement tttional.
Bt voil .....
Maintenant ?
I* pire, qu ou ,,,,. j,,,,,
elle un drame ou ,, comdie .'
I eut on d,re qBe les acteurs du
jouraorontlemn renom, le m-
me enthousiasme .'
JRMrt-onae mettre l'ids, on ins-
1", que le Insard, ce fameux ha-
s-'rdq.n avail praid la destina
uupey,prsidsrauneiloawIlefoi
I eul-or. enfin dire ou peut-on sup-
poser que le triomphe do la routine
sur la scie ice oit possible ?
iMlMehissoni j srieusement. Car
fSSLu .lbi "'il''^^r
Auguste M igloire dans son ouvrage'-
^ Erreur rvQlationaaira si nolr
InUif! L"s P^occupaUons
h ni'" r'J,1 affaib" ,,es "*w
)lc" plus fori ment constitues qui
a notre el n us ne pouvons avoir
laprtonuon d'chapper aux cons-
1EZSJ**1 lue nous aurons
Ou bien, liinjasiiiraie'restel
Opinion du gouvernement
ullt-maii'l sur le problme
des rparations
l'AHlS is Legouvornsmsntal-
ieuan I a expri n s m opinion sur
1 projel au sujel du problme di s
r pai nions, li critique fortement Isa
mono;),.:,- pi >n l>9f parle Bslgiq te
en disant qu'ils constitueraient des
taxes bui i i corn un nstioa si l
[si .il rel >mber toute la charge sur
les popul dion en gnrai au lieu de
la faire retomber sur Isa vrais lten
leurs des ricbeese du pays.
L-' projet lupprime tous les
monopoles except trois sur l'al-
j i >l. le sucre et le sel, q li. d'aprs
tessxperts belges, produiraient une
somme de 800 millions de marks or
Les alleman la dclarent qu'ils ne
peinent der les monopoles et ro
prendre les livraisons de charbon,
prtendant qu ils doivent ou retenir
es revenus des monopoles pour pa
pritairsa des mine.--, ou
-i !-- m ji I m! ci p ,u, ios
1 i' *' lil" >a ils doit ni tre dispeo
ses, su moins pour le moment, de
I obligation de livrer le charbon. En
Rn i. alli m inds n'acceptent pas
l'exploitation interallis des chemins
de 1er allemands mais consentiront
i payer le loyer a condition que les
eu mina de 1er de Rhnanie et de
Westph .lie leur soient rendus. La
question de la participation des al-
hs aux baGces de l'industrie dans
la proportion de l i pour cent est su
jette ,i uni lrie d'explications lech
niques qui sont plu loi confuses el
pleines de rservas ; nanmoins les
allemand! acci ptenl en principe la
participation ujells certaines cou
d.tions.
ministre ce quoi le gouvernement
bavarois a rpondu par le refus de
recevoir le nouveau ministre tant
que le parti communiste s rsit repr
sente dans le ministre eai m.Ao ra
''' moine il i! a rap| cl le ministre
'' ' n '' i de Di l Le chaocslier
Sti i, de ce tait, se Irouve eu
I'1' -; lation qui lui permet
li'i d'i i ava .i peu de l'autorit
dictatoriale que loi donne la loi r
csmmsol rotes par le 15 iebstag.
Des dsordres causent la
morl d; plusieurs imlivi-
du8 lannheitt)
MA\MIi;i\| Six huit person
ns sont signales comme tant mor
tl s etb lauenap d'aulres blesses
la suite de dsordres qui se sont pro
duits entre Isa manifestants at la po
lice l'occasion djla chert des vi
vres. Ltal de sige a t dcrt
par la police et les rues doivent tre
dsertes a 9 heures. Le congrs des
|P Hcata i listes, sa session
d lner, a vol un : rsolution deinan
daul que la grve gnrais soit fcd
clare dans le cas d'une action ai-
me contre le proltariat en .Saxe el
en Thuringe. Cette rsolution a t
adopte aprs un violent dbat.
Nouvelles Diverses
BRI XELLIS- M de Woelmosl
charge d'atlaires de Belgique Mexi
ce, a reu l'ordrs de prsenter ses
lellres de crances le plus tt poasi
ble au gouvernement mexicain. Les
chargs d'aflairss ,1e ces deui pavs
seront levs au rang de ministres
plnipotentiaires.
Visite infructueuse de
I. Stinnes la mission des
ingnieurs franais
ISSBLDORP1I |f. Stinnes,
accompagn de M. Kloicbner Voge-
r, a rendu visite la mission des
'''- "' : intsrallis. Le directeur,
>' fra zen, tait absent. Lu grand
indueti allemand n'a donc pu voir
a aoo adjoint, M. Vevejana, au
quel il a .1 t en tenues [,,'., catgori
quss qu'.l ne pouvait livrer les 20
pour cent prvus des min- > de cbsr
'"''" l'1' la Kh i i compte des rapa
rih i ^il t propos
par les rraoais et les b Igos
moins que le Rsicfa n'en garantisse
le r imboursi ment.
Iprs deux hsursi de discussions
M. Stinnea n'a pu arriver a aucun
i Ultat et s e-t relire sans qu'aucuu
accord soit intervenu. Un annonce
au quartier de l'arme d'occupation
que 38 mule cheminots allemands
ont postul pour avoir des emplois
ia le rgime des chemins de fer
rranco belges. Les demandas seront
examines par les autorits comp
lentes et les postulants seront aviss
d'i'i quelques jours du rsultat des
examens.
SAN FRANCISCO- L American
Lgion, runie en congrs, s'est
prononce contre la reconnaissance
de-, Soviets. Elis Jeman nie les
trangers soient mis dans loblifS
lion de se faire inscrire une fus par
an. bile t'est prononce galement
contre U Lux Lan.E le r i amande
le systme des bourses dans les uni
versits fra iaises eu mmoire des
soldais amricains tues su fiance.
NEW JfORK- Papyrus, I cheval
Balais i itle Usrby, rsit ses
dbuts wnsationnsls aux champs de
course de Belmont Park : i] u par
couru un mille, et un furloog en I
minute SI. Lee connaisseors dcla
rsnt qu'il est an forme pour la cour
se de ame :i prochain.
;' S- U due et la duchs
se d rorfc aot partis i Belgradso
ils vont tsnir sur les fonds baptis
maux le prince hritier de Yougosla
vie, au du roi \ sxaodrs et de h
reine Marie.
\
Treille-deux jjnuvenieurs'''1
rpondent i une invitation
du Prsident Coolidge
WSIIINGIUN^ Le secrtaire Mal
Ion a...vite I, commission des dettes
Jas runir samsdi ; il a refus de
rsqiisllsa questions no situ li sraea
dehors du reppert snnualdsUeom
S?"?0 renla * ^uverueurs
P. D. PLAISIR
Rupture des relation! diplo
matiques entre la Saxe et
la Bavire
,. v- relation, diplom. V ^^SSSTSi
J al la Bavire lacoe.
* Saxe a .appel son
charg d affaires eu Lavira et a an
noac la nominalioo d'un nouveau
a ligueur dri
l"** Heu samsdi; 6.;
S&ESr" enverronl de8 n


*


LE'aT1N
'.1
*

H
UOfd visite le tombeau du
Prsidant Lvncoln
SpRLNGFlELS ILUXOIS -Lloyl
h
ummage La mmoire ds
1 a place une couronne ave
f*eorge est venu ici, hier, rendre
Lvnco n.
8a car
t** sur le sarcophage.
Les Cours
NEW Y08K 13 francs 18 ti
tsrling 1.5*63
PARIS 1! Dollar 18.705
Livra 75.49
Parisiana
Dimanche
Eclair Journal
l'roKiammc indit
Un Comique
T Bronches
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT c
prse rgulirement
donne une nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit de rsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
i
Nom

Pice de .Iules Claretie iulei prt
par l'ina Menictielli.
fcinlre 1 |de 50, Balcon gdes 50
A Vendre
Un buggy lelcht remis c mp le
temenl neul et attelage.
S'adresser aux bure**: du jour-
nal.
UAccord relatif aux Obligations du la
Cie Nationale dtfg Lhemin de Fer
Le Nouvelliste , aprs avoir
tait grand bruit autour ciations relativ aux obligations
qui BOnl entre les m nus il -s por-
teurs franais de la Go npagnie
Nauonal''iU- Chemina de Fer et
aprs avoir (ail inti i ^uoii i m i la
question, pour un rle iTaiili tira
ieu digne, l'hon Mini itre de
tance, est ail.'*, le lendemain Je
sa note, se renseigiu r k la I.
tion de li aine.
D'o il est rsult des ri tica*
lions qui dmentent la note pr-
cdente i qui i ussenl t vit a
a seulement notre sympathique
confrre avait t ces renseigne-
ments avant plutt qu'aprs.
Pour notre part, nous croyons
l'on que les ngoci liions laborieu*
au tquell notre contrrefah
allusion i ml tei min et qu'on
.i ,i I < i iu;rvenu titre loi ou*
verowinenl et le P trieurs l'ran-
,ou toul i I soumis
au Gouvernement lins de ratifi-
cation.
Si nous ne nous trompons,noua
tcl d'avoir 1: texte, ou au
m tins, la substance de c -t accord*
que nous I trons connatre lundi..
Quelques notes sur l'irrigation
IV
Comment, et pourquoi .'
Il est facile ds rpondre celte >l i
manda d'eapKcalion : L'horaire pu-
bli par le service Gnral d'Irriga-
tion est bas sur un dbit de 1.500
litre pur aecon le. Ce dbit doit don-
ner les 3 beurei par quinziine ou
les 8 heures par mois. Mais, quand,
la plus part du temps, ce '- i t tom
be, del.SOo 1000, elde 1000 800,
somment, dans des conditions si d
plorablee, peut m maintenir les cul
turcs, et attendre d'elles un profit
pouvant compenser mme les fiais
gnraux qu'< ll< ont ncessit i
En prs ii'ed'une situation si dif
Acile, le dclin de cultures se fait
dj sentir, partout o la division
Bon ci cule d I n ne peut plus
permettre l'indi pensable arrosage
de-i Ici les.
On ne peut dire que c'est le rec m
vrtment de la taxe qui s provoqu
ce partage inconscient de-eaux, puis
due les Ici rai ils de un, jttsqu'fc deux
carreaux, chappent cette obliga
lion cre par la loi de lin il.
'Serait ce alors la protection que
l'Ktat doit aux petits propritaires,
qui aurait autoris celle mesure?
Hans te dernier oass noua serions
d'accord avec noa administrateurs ;
et tellement d'accord avec eux qu'il
non* viendrait l'ide de leur donner
le L'oiisiil de ne pas s'arrter eu si
boa chemin, et de continuer, pa*
des iiir-'ii b 'lune mme conception!
,i |ii-.i, iquer le relvement lanl ds1
r de iu.ti .!.: i> ullure.
('.c-t tout ce qu'il \ a ds plus fa
elle.
L o I"'' earre mx le terre taient
arross, il faut en arroser 200, nos
avoir foire le moindre effort pour
augmenter l'eau qui tait Insuffisante
l'alimentation des 100 premiers
Evidemment,cela s'appelle del'ad
ministration, et de la bonus edminJs
tration .
U i tle, qui peut plus, peut moins ;
et voil tout
Le droit d'eaa avant t donn
ton par le Se vice de l'Irrigation,
peu importe, si, par le partage a l'ia
Hnilsimnl. personne n'en reoit, et
qhe les cultures disp irais ent.
Telle est, m ilheureu .mit, la >i-
luation constate dans nos campa
goes.
On est pri d'observer 'pi'en temps
de pluie, connue ai lu llomenl, le d
bit iln Bassin ti.iml du Cul de Sac,
peut atteindre 8000 litres par sc
cou le, mme davantage, mais, par
temps normal, le dbit du grand
coursier du mme bassin, est de
1.60Q a *jO' litres.
C. EUGAUD.
I Fm )
iL
V
Ua k Conseil au* Amis \
liiez chez DEREiX
Prendre ce soir 5 h.
Potage Lomjchamps
i/ous serez satisfait.
Crme la glace, Sorbets
Ptisserie-Sandwich
Maire lie des Trsors
ai
DU
Audis \cc du i i lotbr*
Quatre t noins av mt rpondu
l'appel, le tribunal demanda au
Parquet de prendre des mesuras de
oareition contre ceux qui. rguli-
r-1110111 cits, l'abstieonent syaima-
lquemenl de se prsenterls a barre.
Le Parquet a promis de faire le n-
cess nie cet gard.
Jean W'ajiier
franais eoo >me a le i'-1 i |ue Na-
lionaie d; la Kpubli |ue 'I Hati, dit
qu'il ne sait rien de l'affaire des
trsors, il connat Sauveterre. Tra
vaillant surli vo.e f ne.dit-il je l'ai
rencontr el depuis lors, je lai vu
de temps autre, lu i mr, il mi dit:
Prenez un chque pour moi de la Banque. J'ai pris
lu Banque du Canada U chque que
je lui ai apport. Des temps a autivs,
je lui pr. nais des cli.; s de parsitM
valeur. U travaillait, ce moment-
l Diquini et voil pourquoi cela
ne m'a pas surpris, .l'ai vu Davis-
plusieurs l'ois, .le n'ai jamais eu do
rapporta avec lui. Sauveterre m'a
remis, une dernire fois. 500 dol-
lars peur prendre un chque k sou
nom. Je n'ai pas eu le temps do le
faire, il a t arrt tout de suite
aprs. J'ai remis l'argent au juge.
Une lois, il a voulu avoir un billet
de 1000 dollars. Il n'y an avait pas
la Banque et je lui ai rembourse se
1000 dollars en une liis-edft billets.
Le Commissaire du Gou.nnement :
N oue* vous nous parler du green-
bacL de 10 dollars brl des 2 cote*
qui a t chang 1
Le linji'i : Un caporsd do ra pri-
son i venu, i u fois, me demander,
au nom de Sauv lene, de changer
un billet de 10 dollars brl des t
cot. Je l'ai envoy la Cais.su.
Plus tard, j'ai dema id au caissier
s'il avait reu un bnlet do Sauve-
terre, brille d,;s l cills. Il en a fait
rapport au directeur del Banque
qui l'a transmis au Parquet
Le Coii.m jja.rr : Partes nous des
relations de Davis et de .Sauveterre'.'
Le liiimn : Il m'est difficile de
vous !e dire. J'ai vu qu dqua lois lia-
vis avec Bauveterre. Il ne s'arrtait
pis. 11 ue taisait que passer.
Le Conun nuire : Veuilles nous dire
si vous remirpi i/. que tes allures de
Sauveterre taient louches?
Deux Jo irnaux HarabourgJ
thmburger Krendenblatt>j
Illustrierte Zeilung du t|
tembre 1923 oui publi eu
article sur Hati, illuslr d'une
tographie de S.Excellence M.U
siiienl Borno et h.i> vues di
au l'riDce.
Voici en quels termes s'pxpiga
ces deux importants priodique)
tivement notre Chef actuel
Rpublique :
A la tte du pavs est
d'htii le Prsident Louis
ne nous est pas inconnu n
trs allemands. Ce l'ut Mo
Borno qui, en IviOS, fll coanall
sympatliics allemandes en poej
la lussitedu trailde rosi
allemano-hailien et qui, cotai
nistre des Relations Extrieu
lors, signa ce trait le 2v) 4
M. Borno e.-l tout point de
fiolilicien hautement form
tomme dont les mesures taal
quement dictes par l'amour
BJtVJ,
"M. Borno est dans la ss
que depuis plus de vingCaH;
Ministre plusieurs fois et
tant il Hati l'tranger et 1
Le Commissure Vous avei ren
contre le prvenu Davis chti Salve- ~g ^ ,,ajliei Jw sv^ jyj
tare. En quelle qualit vous I a-t-il JrM_ u a .lllssi 8U; caae
prsent ?
Le tmoin- Il me l'a prsent corn
me tant le lil d'un aucien Prsi-
dent ds Cuba.
Sauveterre prtend eus Wagner
s'est tromp et le tmoin dit qu'il a
m
se tromper su effet s cet sgirc
L' Commissaire En tout cas. il
vous I prsent Davis comme un
haut personnage cubain.
L< tmoin lui.
Davis dclara qu'il e*t enfl ici
ave vins lettres de recommandation
du Dr Ifollnet ! ! Jos Miguel
Gomez, ancien Prsident de Cuba
pour Bencjmo, Consul Cubain.
OlWAl.D BHA.NDT
Dir leur de la Binque du Canada
dclare ne rien savoir absolumeet
de celte alfaire.
Ls Comiiii,sa;re-Mr Brandi, n'est
nuateur de son | rJcesMur,
tenir llaiti dans le liemin qui
nera vers un but qui justifiera
nomination d'il uti comme*
des Antilles".
" M. Borno tient cooprl
calement avec les Klals Inii
tirer de |ietle coopration
grand profit pour son pays,
eutour- des meilleurs .lr
sou pavs.
Les Cercles de Commerce!
tiques ont toujours eu un % il
pour I lait i. S'il est vrai que
ci, par suite les ronsqn
Trait de Versailles, il n'ij
possible de renouveler les
commerce d'autrefois, ou a I
ramener le commerce alll
l'ancienne hauteur. Absolu
fiants que le Cuuvcrnemee
amcneia le pavs vers ODS
il pis vrai que vous avei eu offrir tion conomique croissant^
de 1 ara m t Mme Circ Cameau merants hansaliques, ff*
arg
pour le paiement de toute caution
qu'elle aura t eu payer pour sa
mise en libert.
Le tmoin Jamais.
le Comrnistor SConniisssi vous
Davis?
Le tmoin Oui, de vue.
L/ Comiiiissairt. A-t-on iamais ilpo
se n la Banque de l'argent pour Mr
Sauveterre ?
Lr. tiivioin .le ne sais pas. je ne
me rappelle pas.
Lr. CoiiMiaaaiaB Mme Cuebas.
a-t elle au a dposer de l'argent eh 0
vous .'
LcTiuoiN. Je crois que oui
Le Cimm-tsaire. A-t on enlev l'ar-
gent depuis (ors.
Le tmoin. Oui.
Lt Qomm>mr$, Mr libert Monte
ivo a-l-il des < uuiptes ebes vous.'
Mr Brandi va tlphoner II l'.iu-
que et relourne dire qu'il n'v a pis
de compte la Banque ce nom.
Le Commissaire Davis. Nerez
vous pas us du nom d'A! berlo Moulai
vo pour un passeport portant votre
photographie.
Davis rpond qu'il n'a jamais fait
i sage de ce passeport.
Le Comm isairs maintient qu'il
rel intrt au bien rtrt
dent tt de ses ministres 1
qu'il fst injuste qu'on le da
dis que le eapitaine Wood qa
volnii reconnu lui a vol sel
Me Carri Mr. Brandi,
vous nous dire si Daviia dl
sous d'autres noms .'
Le mot.i. Le Juge dloilra
dj pris communication des
delaBanque.ilsaitquoiSi
Mr Brandi ajoute qu'il coaf
bas comme un homme
avant toujours lait face '
monts. |
Me UiambusderBindeau*
lab
est son vrai nom .
Davis. Je m'appeU* JesiJ
mire/.
Me Diambois. Mais on vous
jours appdi Juan la"'*la,
Qu'este; que cela veut dirai
Davis. Etant:* Cubas Pi
de' la Fdration Ouvrire,
hausse du sucre, j'ai emss
augmentation .le s .re P
ouvriers. Cela axent ete relu
me suis uns .... jj^d-
s'en e t servi, puisqu il porta le visa
Le tmm i S Oui, n m'a sembl qu'il du commandant du port |de Jaemel.
tait au service de l'Occupation. DavisJ'ai achet ls passeport 200 t mystrieusement asssw
Le ..ommHsttre: Savez vous ce que dollars d'un individu. crovais qu'en 11 a ti, J P,ur^
dus
ment dgrve qui a ta'
coup d'argent certaines sn
crires. 11 de mes eompag
Sauveterre gagnait Diquini ?
/ e tmoin : Je pensais qu'il gagnait
200 190 dollars par mois.
Le Commissaire Sauveterre : Sauve
terre, Mr Wagner a-t il dit la vrit .'
tauvclerre ; Oui.
Me DtHtnnt : Le tmoin vient de
dire que les menes de Sauveterre
Grand MagasindesCaves de Bardeaux
Viennent d'a river :
Biscuits OKbet, Boulions J.'htjiiiii de Paris, Fruits, placs.
Saucissons d'Arles ( Bordeaux ), Fromage Pte yiassc,
hollandais.- Huile d'OInc La perle.--Vinaiijre d'Orlans.-.
Filets d'anchois.- Anchois l'huile.- Olives fourres.
Conserves Amieux Frres.- ts de foie (jras.Sardines,eh>
irrivaqe de provisions frache*, le 10 et le 30 de
chaque mois : lqumes, l'i uits, viande, etc.
Ai, ,, darnes : .Crme U'fltM, P.i..ri. fin., tMlSLl^SSJ^
sandwichs, elc quts- Cel nca sembl tout naturel,
Le Commssaire. Qui vous l'avait
vendu.
Davis Plil Desnoyer
Le Commissaire. Pourquoi l'avie/-
vous achet ?
Davis. Pour sortir d'Hati, cause
d'un arrt d'extradition du gou
vernemenl Cubain ontre moi. Je
sment assa**'1
1
M
sons le iiomde Davis,
peraux poursuites du rejj
cubain' quand je visqu* JJ
le cou? d'un arrt d es fa.
/passepjrlpour mjjj
Duvivicr.Kstcela*
vous poriau
lui pa sissalsul lUcbes, peut il pr- n'ai pas eu le temps de me servir du
ciser en quoi
L t !mo 'i : Je venx dire qu'apparie
nant la pol ce, il n'avait pas cru
devoir s confier i lout le m i
Mi Carr i Ne vous a-t-il pas sein
bl drle de la pari .le Sauve terra de
a'adreaaer voua ji mr deachques'?
L' Nulles*. mveterre
allait 0 h nie* a son travail cl la
caisse uc la Bsvnqds fermait a 3 lues
pu
pris le
lis
d'extridition qui
auver d'ici.
Davis. Absolument,
UeCuvivur: *J1
n'est pas vrai. ,a">,SVnal
bile. Je demande au inf
re lire une '"'"e "8
( isseporl.
0 n u ut i lac nel ave/ vous
tre Jean Lope/.
- Davis qu'est'Se qui le prouvo.
L". Commissaire. Le dposition
d'Eudors Andr.
Davis. E idora Andr no sait lire, ni
crire. |,t capitaine Wood lui a fait
ls bouche.Blla^n'a fait que rpter ce tranquille. ( ^
Circe
Je ne ***
ou eue m. .... \'M0mt
.e que quand vous^^
i
elle
lettre
ai dit
se que Hu"- "T...... ne
sales ngres qui ou JJ
Aile/ parmi vos pairs
qu'il
Datif : On peut
k
.,.. .. lui a seufT.Oavis dclare qu'a "<' r
vect iul \f resp et qu'il doit au tribu tre. On n'y trouver
nal et au I immiseairs do Oeuverue ble. acO>m
ment, il se uroinet de faire observer Le Comissart :
---.. .- tf
asr^vtet^r^


* "^* 'iKTV -??-'V
UM4T1H
Hjre
fircluie <
,PTii pris ion certificat
jrtlaliou la l'oli. o ; Davis
|i qu'on lie Ih lettre de
li&nire insisie, Me Dlieri
|e tribunal de faire don
rfecell- lettre.
^inaiie insiste sa -oir
nom il a pi is le cerlilicat
ifulatali' i J.-an Rautista
HrappH'.'qii il est nom
i auitrt/.
i, jamais, rpond Davis,
j^iiir* lit le passage o il
lin.-i- L<- I r;biin >l | il
....._de la lettre de Mme
iiau Davis, ainsi connue
iras avons stnographie
Jrffur> :
lellre (l.inioiir
|oaador petit ma i.
,fn pour toi nne snrpi i :.
l'ijepu gud r le secret,m lis
ce sera l'jlqet de ton ,i |
t de la gian le joie. Ta pe
en chair est ici, ta flan
j, plus lard ta petite mir
\, celle petit'.- inre de ton
chrie. Garde le avec le
pl ta tille et que > soit le
de mon ti rnel amour,
lirai pas de le dire que
itoujoLMs t ainsi avec lo*
figure loi bien i| :e cj sont
tu ai fait le plus de bien
ml maintenant t'assassi
ou lard viendra le jour
la fin de ces bandits
minde livre Mipi-ne
~ la clnnre de l'emb.r
lobstacle et daniver dans
[triDger l'cloignant aussi
_ s si hid'. La, j'irai te
ptnous vivrons lian juilles,
eu paix, en compagnie
Franchement, ma vie, je
Islmt que j" (<* sais en
Mien. Je crain> la trahi
toleui- i| .1 ne veulent
Llls pmvenl lui r leurs
1rs infinis et leurs mres
t. Tu es blanc, l o
prouveras ai le et avant*
fci,
lebiisers j"i de (il, 'I!.; su' ir et
^baisers, caivss.'s et les
fc'de ta p l:t,' poup.Je
4wt son petit c >eur.
W A.NT'JI.NKTTE
i loypler
ij dirigeais i'Ilolel de
pwlerre y a\ iil p j, iie
Il veniit le dimanche
Wi, consommait, s'en
que moi--, rglait son
ant sou arreslaiion. il
prendre un petit d
coffre. C'tait un pu
("ait remis,
rrestalion, le jUg.3
l venu avec mof
Mltt ai remis le paquet
doliajs et mfait
P verbal. Voil tout
, celle alf,ire. Suive
le jour ie son arresta
on eiail vid.i ; |e jtw,,
l.'e capitaine Wood
"" ont pris dani une
Nel des bijou 11 n a
|1"s sont devenus. L
*l un voleur quia
Pj chauler.
'.lir< lu tmoin. fous
1 tait il piseot
rpondu que I. |, - tait certain,
Bgl I- P"..-I... par "
Me Carri S.Muierre.-n,,, ..,,:,.
lira "e7 ""^ Flh Aim" >'
Sauveterre : Je *j,
Me-Carn. Vooi oe eavei pasrae
hls Aime travaillai. pmrvos'.orJres
m!- ili ji1 au 'v,'vice "vdrauli
qua/lladelarrinstructi'onque
ces vousqni l'aven envoy auprs
de Brave, bave,. V0U9 que Fils Aim
trirme que tous ave/, touch 1000
dollara dans celte affaire. Le soir o
or. a pris l'agent de Brave, n tiez
ous pas pr eut f
Sauveterre : .\0n.
Me Carri : Eh bien demain,
vous verre/, ieeeieurs,qoe c'est Sa
vetarw lui mme, la cheville ouvri
re de I escroquerie commis au pr
judice de Brave. C'est lui qui em
fHichalaflaireou l'intermdiaire
de Franck hl, Aim. Demain, un l
niou.va ranir le confondre ainsi que
nsfis.ll vous dira quelle part maca
br<; ils oit. prise tous les deux dans
cette affaire, comment et dans quel
les Ireenstancee Brave fui djouill
par ces auJaciuui oq-iins. *
Petites Nouvelles
A causa du ma mis temps, au-
cuns courrier n'est arriv amour-
dlmi. La Capitale est donc prive
0> c un nu n allions avec le Sov.\ e|
le Su 1
Les c :n uj || satioai i il/ra-
pniques et tpnooiques eilie lac.
i"l et l'oit ai l'.iuce sont inter-
rompues.
^ Ce soir, ina'jguratbn du l; r
Sinliaji . Portail LVrlie, Je m
Useau. A cote occiaion il y aura
gi-tri l bal.
Aujojrj'b ii. I- tribu ni c -
retioonel ne travaille pas. Lm d >.
bnttrepr n Iront lundi, avec la corn-
parution di t n,in important .
-"i signais le dsastreui tat
d lirjute entre iiragoaneet tqiin.
Les p nie* d; ces j0j s derni'is ren-
dent impossible tout trefi .
.No is it.i\ m ; savoir q i* | ;
do iz.ra i d'Ootobre sera publi au
Uooitaai de lundi proliain. A
cause dei fl s d- la Toussaint, ce
m s sera pij comme toijours.le
i' <<:t ibre.
y. q lartier gnral des \[.ri
ne- i.orpsa dJeii q-n la priode de
service ,,our t mi les oftleiera irvaul
dans la gendarmerie eera de2a-is
renouvelables sur dsmaods appuye
pu- u i certifiai de mdecin.
- Le Conseil d.> l'Ordre maonni-
que, par une circulaire aux raem-
- ----------.....^ UA 111- .11-
Dres de la Fraternit, annooee que
i li r -bel ion s'est installe au sein
de la Maonnerie o sjuleun vent
dt ruine. I) s mesures sont prises
pjur anantir ou prvenir toute ac<
lion de> rebelles. ,
Demaio, au service ,|> 0 heu-
rc; ds l'Kgliid K,.!-,;.,! i |. laSiin-
le rrinit, aura lieu le bndetion
de la tiimte Table ou nouvelle ba-
lustrade .11 sanctuaire el descbaade-
liers euh i. iti |uas.
Ce Temple du Granl Orient
Vente jpar Conven
lion Bpcnle
,. K" V,I(" J'" -.lion b]
l'ccare. passe ,,|l0fj ,.,.' v
Pascal Milleiy el ,.
jes Pori au l.rc i ;, ,,,,)h
'!>-i et d'un nomma dcmeol .i m. u
rt inrructoeoi, il sera procd, en
J Hude et par le minisira de Me
Lon Chai le. im r:q i I (6|
elle: Je lundi ringi deux octobre uu
ranf, neuf lu.....!S (| matin, la
petite au plus offrant el dernier i
chriaseor de dix neuf carreiui dsmi de lene, dpendant de Hiabili
lion (.azeau, situe dans la deuxime
section rurale de Beilevue, Commu
"" de Port au Prince, ainsi que .les
lis.ns et .les m. uiins de la dite lia
bi'aion, le tout compos commu
suit:
I l ! tendus de dix carreau
et deux tiers de terre, ho,-ne an
Nordpir la cou r des ...i,,,.,. u ,l(|
par Dsir C4*ar. s i>g i par le trol
>e o loi ci ,pr>'. dsifj.i.: d a l'ouest
par le premier lot chj Mils Clara
Heur el m -,
- Une tendus de cinq carreaux
ef un tien d terre, borne au Nord
par C ara lier don,au Sud parCivil
J>o I et H n Csar,! Fiel pardivers
a xdroit, dan bi.iiiers ThoraaS Blie
el a l Ouest par le deuxime loi ci
dessus d. s gn :
3 Un carreau soixante quinze
centim s de terre, dpendanl de la
cour..,, M>.t installs les dits mm
uns t ii-io
Et i 9 I i cirreau soixante quinze
centiomas de terre, dpeo lanl d- la
cour ou sont insUlls i s dits mou
Uns et usiiii i
Wj, d'ailleurs), que cette qui otite
de terre et les usines et malins sa
poursuivent, comportant el iten
dent ave t it s les circonstans -
appartenances el d i ndauces, i s
nucuneexcjptiou m rserve sur h
'["/ '' :"'x e l.uit cent quarante
de lare or em' icain oVor s.
oiiiv tes ihargw de l'enchre
ini requte, poursuite el ddig nec
disi u EniminjjilJlarcier.iien iste
propritaire,demeurant et dom cili
alMau i-.iuce. avaoi pair avocat
Me L l,.i. Maiebran -lie et pour domi
tlnie cabinet du dit avocat, sis
Itoe Oants I) s ooehes, \> 114
Contrla demoiselle Graziella Dm
yon propritaire, demeoraol et do.
micihea Port au Prince.
,,;,,"' Plus amples renseignemaote,
s presser au n .taire tuajdVagn on
* Me Llio Maebranche soussign.
Port au Prince. I _>o octoblc Idn
LELIO MVLEI1HANCHE, av.
JOURRS DE TENNIS
y j.oo 'e: t HaqtilA pou*-tre record
i -eh- ^ i ir fil appel cTj opiealGut*
n ve.i achinc la plu moderne,
Voiaqu, t8 se\ ont m*s t.( uj '
Vou trouverez atmsi :
llaienger's packetg,- Tennis Bail, Etui pour tackels
rrassss, Caoutchou pour manchag d raqoeft,ete
Chez
W, O:!iii Wims
Vis vi s |Intel le France
Caf Yisla Alcgre
fCou* In 5t)io, tideux potage au pouiet,
pli^erie varie- creme cl U ijface.
Grand UUl de France
Angle des liues Bonne-l'oi et du Ouai
Viwt de recevoir :
Pat de foie m trufl t.- Civet de livre. Andouillettai aux
lentilles. -- Ami.....hes au saindoux. Jambon en boiles. Au-
cnois a llnulc-Nit-.iin-'s nlaniuereaux. Thon. Cassoulet -
ftus pois lina extra. Boudins, etc.
VinRouge, le gallon G. ..- '. Vin Blanc, le gallon G. 5.50
L t'o el dbiie par barrique el luilon
d pagne.
Cuisine excellente.- Chambrai confortablai. -- Magnifiant vue
sur la mer. c '
i\otez
ceci
VukH^conoii^rpr'vcsaihats
Allfz droit cliez
a PAUL E AUXILA
Hues 1 raveri. e $du Magasin deCKiat
UBous
ire
clui le Davis.
kiiu^elerr<\ qui
.' vlre niais,,,,
t5ff un nomm Ita
if*dp'ustird,prs
"ut vendi.
W* Pour voirai tous
PWlui ,,r e,ii3 et sa
1 donne.
lnde Sauvelerre
,p 'at le tribunal.
ieVn ^Ue J''4i 8ervi
PjOav.sot HreveLe
i V"J trsors lis
Its et .i qu,e" lilll,t' n
iC!f|ll'i,i devoir
E^dersiluvaitle
KS 'n ,"lr" re? lr
L *'Pvis qui me
epu^r de le salis
L is:Aliliilla vrit'
t va i *0us aiment le
[C'^verdes trsors
!erU?le.len'ai
fN"fmJ i Brave ra'a
U,,'e 'mender des
-KCr '.qu'il prlen
l^fnt. Je lui n
dlliili ainsi que. c lui de la Loge
L'Arniir- Ici p'.rcs Kun s "
vioiiii,-ut d'tre rsmis au (. a.i I
Matre provisoire de l'Or Ire
Les lravim ,| | c ,,,,,, (j,,,, |u
nouveau local du Tribun I de l\ix
Section Sud -oal sur te pr.nl d'tre
achevs.
|dminiilratioa gnaVal
les Postes
Avis de [> ,.,, i
Lee dpches pour N. w Voik
l'Europe | via New ork di ecle
le steame< Cristobal seaont lerm
le lundi 2i octobre cooraal lu
prcis, s du matin.
Port au Prince le iOOclobie 10;
Varils
Dimanehe
La Lvu ian?aa8
, parties
Entre : J.50, Lo^e i.00
el
ar
ies
h.
A partir de Jeudi 28 Octobre cou
rant, un nouveau service sera oraa
nis au magnifique tablisse aient
Aux Cflw It H, dieux Ds 7 heu-
ies. le matin, on tro vera du Cal
au la I. du clioc,!,,\ ,|es brioches
des petits pte, de la ptisserie, de
la cr me lu glace, etc.
C <>i u i plaisir pour nous .i'a>
no i er celte nom Ile au public, |*
use u service des ComdtPo faux
re|>M,la ,| une r'llo ncessit t
M. Dereis ne ngh'geanl rien po,,,-
donner toutes les satisfactions possi-
bles ses lidcles et aimables clients.
x AU Publie
Quelque soit votre chagrin au
mom.ui.iu.lcs de quelqu'un qui
^wUoer.noubibpaenconi
ma.,danl oncercueil que les CEB-
UIWLB fabriqus chez 8TARK sont
les meilleurs, tant e solidit une
pou. tours formes et dcorations.
LIVRAISON PROMPTE!
bBANDK RDUCTION DE Pwxl
ii'MivS.AH,,, RUe du Quai
en lac |,i, ire,
N. B.~ L out el les jours de
,;:1;-- :al,\v chez ,;, cnd
d Atelier Mr Flchier Eluaaoo,
R^^Fronu-Fors^enface
de 1 ancienne Cathdrale,
Prix du Flaoon : 5 franoa.
Baume Benue
;o/e de

GOUTTE RHUMATISMES
NVRALGIES
Dr. BtNOlE, 1, Rue Dalla, paru,
O se trouve bon mar
Ch et Ce n:eilUure qua-
lit, tout ce qu'il aut pour
vous votre lamille i n un
mot.
Ilasiiour femmes & fillettes, Chaus.et
te- peur hommes, Cadata et Enfanta,
Uirmises, < hemiset.es, Chapeaux d
palUe Une d'Italie, Chapeaux da laine
I issus ponge la mode, Crepoaa pour
kimonos et d'autre Uasua nouveaux, Crpe da Chinai*
Otp% Satin. Sweaters et Chandails pour damU Vxt
fumerie Houbigant, Coly, d'Orsay te! llamo^ Par
Chaises, hodines,.lrux de salon en viennois et tn n.i
Y"***
^S?^l
-' -


Le. m^ lus

If
M MiMi'Jca1- g.'j


X CL* w V.. u*. fc| --
I i
* .*. .



Constipation
Entrlt*
Vt.l'i'is
Mt?rftnea
g,

-, hf.


i.
>

.

Si
'
a
' ~-r,
Peur rr. t?f
*-'
JL OL

L_
I Un. fix
.-..-
-->

S-
es
-s

:.;
K
Vaillant & llouet Agents -enrauxl 7*J0 Itue du Magasin de 1 Etat
''*- -M -'-
l'J *
:Hc.::iC PHOSPHC
kplus PUISSANT CONSTITUM tenu il
Fobues : Elixlr Granul Comprims *
muiaion Concentre Ampoules.
. m m m mmiPi rmrizS Tous lescas o l'organismedbilit reiams
TTft ll2\ inuitAiiurib-tf/tf mcnclltton rparatrice puissante. ^
WN* W*%*** W HienSMn * ITOSTOQNOL, I VILLENEUVE la-GAflENNE (3ln>
Ku Vente u la Pharmacie Centrale
-a
P

Trop faible
pour travailler
La vie courante des femmes n'est souvent
qu'un travail incessant. Combien plus ardue
est la tche quand des malaises particuliers
leur sexe tende:'.: chaque mouvement pnible.
Les; -tii k- nerv* ux est drang et la vie est loin
d'tre gaie. La fem tes qui se trouvent dans
cette situation dtvraient profiter e l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lisez Ce Que Cette Femme Dit
Maruani'io, Oriente, Cuba." J'tais anmique et souf.
frais lors de b"es rg! Ci t douleurs me foraient souvent
rester au Ht. L< s, toujourj dans le bas ventre, I
taient quol-yj'jfois ftigui 11 je vomis- I
MJatOQVi rt de ce malais* quatre an '
avant de fire nnais*a ; >e d'un fascicdli
le de Lyd;a i'. Pinkhara. Je
l'ai p fais un plaisir
del re* n m^ amies qui souffrent de
mme mal '': d Caridad,
4, Alan;
Le femmes son.:ta lent pao faire d'oiMlt
m .-.. eotrent ;: ar U
Composition Vgtale
Pharmacie F, Sjourn
Donne avis sa client iu pol ic qu'ell* a
rrautsorm son Laboratoire d'Urologie ea un lahor?tcre de
biologii*. appliqu sous u Direction duJ,
Dr T rot et t. &jo\ l
Le labcratoir; es' ouvert tous les jours de 7 hres du rratin 6
neures.'Ju soir pour toutes tes recherche ci analyses prvues dats
f'annonce ci jointe, saut pour le
W as s?) man a etiaconsl Ure Scrl rie
Saront reues que !e mardi d-. chaque semain:.
S'adrefct-ir ia Pharmacie pourles renseignement?*
4nalyes d'urines el 6'ui* gastrique
Raction de Wassermann
Btection de Tnboule*,
Eiamen du sang et du pi-s
sameo des matires fcales
bamen (te crachat
Albumiro ractior
Gonsiante Ur' Secrtaire
Haherrlie de Spirchtes et Co de nOccPques, etc, etc.
?rT*/T'3* EMPHRf.MTl
_&0PPPr3,,0Nal
^rioulagamc-ni. i,arawut -gi.Artsoo|)irlCi|
Globuls3 Rebaud
'.Uaultat mrrrelllaux. nirrfwnU *m
i ,,., on.. 1 iFi.ii 8*60. itur'
Pa' Ojy M -M "" r
PhaimaaitW.BUCB -Portu-Piinc
de Lyd^a E.PmkKam
3. UVNN.KAM U.. //ln
LTOI t.PINMMkn M toit .W CO.
A l Intermdiaire
Diligent
i^iilloa Shoe Polis h
Couipaiiy Inc.
Netivlorlc
.Si tous voulez broter Ja peau Je vos (hauvur
VOHi ivuU\ mou un brillant luiuant et durable
Si vont voulez lu couleur el la souplesse de ces
ebaussuru pendant loHtems. orpioy* la mrp*
UOhOGRAM,
tbriqu* Spimakmmtpour .es dames etles gentUwen du fciv/; lire.
Mlle protge la pMU des iinnMures conl>e 1 humidit $1 la chaleur.
ttle 1 entretient leur tOUkSH cl COnSHVi leur brillant.
Demandez la ma, que MONOG&AM. c'est la meilleur de toutes les marques
Geo. JEAJSSEMi kQvui pou- liait!
Ce bureau, tabli rue Prou 316,
maison Robin, offre ses services
pour toutes affaires : Commission,
transaction* servi;e spcial dans
les questions d'automobiles : ven-
te, achat, voyages et transports.
Dix machines confortables et
dix bons chauffeurs sont abonns
nuire agence: machines propres,
solides et pourvues d'accessoires
complets : chauffeurs habitai et
ayant les meilleures attentions
pour leurs passagers.
Tour tre bien servi, adressez-
vous L'Intermdiaire Dili-
gent.
SERVICE DES AUTOS
13ALAN : Lundi, Mercredi,
QUOI QUONL DISE
QUOI QU'ON FAS!
Le Riiiiii) arboncoort est
et sera toujours le
Cimeul OK ^n baril
de 400 lbs
Le plus conomique pour son re
ment suprieur.
Lcj plus conomique pour M *
Vendredi, Prix, DEUX Dollars, ritance
cayls Les passagers peu L'architecte qui Vemploif\ pew
truire pour moins d'argent.
Le propritaire qui construit dp
mvin dargent
En vcnle chez :
vent s'inscrire A t'InttrmidtfUrt
Diligent, Hua Frou, 316.
i la Coici
Royal
\\
a Caf
En lace de la Banque Nationale
Propritaire : Annacius INNOCENT
Ce nouvel tablisiemenl se recommande par un servie*
krrproehable, des conaommationa de premier cbeix, m
situation privilgie.
Le soir, musique attrayante dirige par des proles-
sionnel* de jiana mrite.
liisLill.iiioii parfaite. P ix modra.
Tlphone .N" 395
Cordonnfne
Krnest (Camille
Fabricant de fhaumum
en tous yenr$s
Ifatriaui suprieurs
Soins promptitude Clrit
Gran l'Hue prs la Poste IV 1722
La rnaison porte la connais*
Fjnce du pabic que dans la
but de faciliter et d'encourager
ses nombreux clients elle ac-
corde partir- du 1er Juillet
1HJI5 une prime de une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt liclietS.
L Preetxraai\,i-AGGERtIOi-M
tltw du QuailOi*
Pharmacie VV. Bu
Port-d* Prince
louveau traitement de la Furoneulois
PAU
Llistoplaste du Dr Wassermann .
L'iiloplaste est un empltre l)n',l)a^.,s|)6^i
pour les Furoncles, vulgairement appa*-*
L'Empltre se pose sur le clou ds son W
En consquence on est pri qui, sous son influence devient indo,?!^,oB|i
de rclamer un reu pour chaque temps ; 1 tnilammation diminue,il ne se u
achat au comptant sc qurit en peu de jours. . u1iH
A la Conscience telle e*t la .,. J .,.,# j i ' ,Ip \Wl
de>ise de la maison. L instruction dtaille dans la boite ue jj^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM