<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN , Pai*X vie Nouvelles tStiuagres Le Fr&ideot Obrgon dangereuemeut malade f^ SAN ANTONIO TEXAS — A la suie d'une (oo-ul.uon >le mdecins au cliueau ne Cliapullepex, on a appris que le jjf.jM.ieul Ulirgon. malade depuis plusieurs jours, avait eu une te liule el s affaiblissait, 1 tat du pre-ide.it sciait cr.tiiiue. Le nouveau cabinet allemand an leichstag BERLIN— Le ehencelisr Stress ii;.nu a termin la formation du nouveau cabiutl dans lequel il uccu Mfl le poste de affaires trangres ainsi que celui de cbenceliei ce Lr ll.ilis Millier a le |> il'UI'' uille des linaines et vi. Koeh celui le l'cono inic puliii j'ic. Parant saui prpara tion, et avec un lou qui indiquait de l'irritation, le chancelier H pre sente au tteiclisl ig sa nedi 10 i guu veiiiement ue < u uuiou tluli veinent possusci . I.-CUftuteiiei a H nie ce ment I) ii les critiqu s du syst m 1 pariamaol ne en accusant les grande* industries d'avoir refus de prter au gouvernement les servie u de leurs cli is el d'aul s ptrl de w nira ion secours. Il s'e i occup sur tout dans -ou discours a dfendre sa politique dans la Khur il. situa tion Slraugere. Il u a lait aucune allusion dam son progr m me de me suies conomique^ dtcl&lori les pour leequi Iles il cii r lie oblenir l auto riaalion A^ H i batag. l'allant du discours de lord Cur ion devant le confienee impiUle de Londres, br, M. lreseman a dit que tOUle t.ulathe de i.t pa. I de 1 Allemagne de semer la ducorde pauni les u lis aurait une stupidit %  Odtique'.Au sujet de la question de l.i rsi- mec passive le cliauceii r a dit : • S II gouNt rnemenl avait cru, en coo iuiiii.i li resi : me p IUVI lr obtenir quelquech.ise d'aveulag ux, J. )UI i'i m- S 1.1 UIHB le, il .'.il. .'il \ co tiume, matle p>\. ne routai • dans un lei d Suidie lluadclel que le jour appr chu. I o le mail; allemand cesserai! d tre un m.>\.n de paiement non seule tient a reiraa $ %  r, mais aussi en Allemagne. .Nous nous trouvions dans la posi iond un commandant dune forteresse qui u a plus de vivres et dans Je pa reillus circonstancei il faut i noncer la lutte Dans la Rlutr r\IilI Les ngociations entra les (loupes induatiisls ail* u anus et les autorits do cap u lou franco* belgis nu sujtt tic U lepnsc compt te dil ti. li uaua ... tthoi el le* Ubraisons sont tu bonus voie aiions de D.is-eldoiit' : Les groupes Silures, 0i"< kneiia u lo K,i|>p tt vos Vlissingen. Les rsultats de cet ion frenoes quand eues auio.it .aie ut un certain degr seront naturelle meut rapp ries au gouvernement Lu i tamiique cl a lu commission de r parutions. A propos du rcent discours de Lord Un/on, uaus lequel il dit que la (ii..n .. lii'itugut attendait l'initia live de la liante, on a dt tiare que la France n'avait aucu.e piopusi tion taira a la (fraude Lii. lagne. Le.-. propOSillOOS, ai un i riiiiiiciit britannique par courtoisie et de plus par dei ir MI elles boncerneni queques quel lions rclal.ves un pi obi m des r parations autres que 1 oc i pi.un de la Hliui dans laqui lia la G an.i. Bie tagna n'est uutleuie i muresaee. Le rsprsi niai • i i m IN Ph nix, de isisri ..,.., d a\ ttnpaguiei coulrolaiil du p,.u c ut de loulo li pi'oumitu i iliiiane, .-e Boni mis daco.'.la.eo II commis siou IranaiM) de coutrl des un., s f iour reprendrai immdiat, meut lea iviaisoiis grs uites ne cli.nl t.. ; c i oompaguis i p eroul uo t.i \. de cli ^ bon p ... tuul i i trait d puis h m l ei j u.n to U la j re. Les d | al que les com palmes ont ea outre consenti tour nir le eo nhn-lible ncessaire po ir les die ir is le fer dans le territoire occup .'t podr las troupes allies. Vote de confiance accord an gouvernement Itreaev niann BK&L1M8 Le Reichstag aaccor d si c inli uice au gouvernement Stresemano contre les nationaliatea sllemi ids, le parti bavarois do peu pie el les com i'i listes. Lue r.-olu tion eu faveur de l'abolition -le l'tat de circonstances exceptionnelles I ma le H-icli et en Bavire B t repous ;• le. t. ne motion sociili te appuyant le point de vue du gouwrn;inent re latlf aux mesures eu Bavire a t alopte. Le iteichstag a approuv la rdac tion dil projet le lui dem iod pir •1. Sir -l'ininiieii vertu delaq eh il aur.nl entiers et pleins pouvoir.* de prendre des mesines eco omi ques La Bavire el quelqu s autres provinces prussiennes ont vot co.i tre ce projet qui a nanmoins t a lopl par '' vois contre 17.''. pio j l de loi autorise le gouvernement que soient les clauses de la constitution. Ses pouvoirs n'iront pas toutefois jusqu affecter la loi rgla t les lie .ie* de t nvail La nou velif loi ne sera valable que jusqu'au lii mais prochain et n'aura nui f let si un changement se produit dans le gouverni ni' ni. Le correspon lant de Reuter Ber lin dil que la dictature ractii nnai le le von Kilir eu Bavire aura sa eontre partie en Tliuringe et eu Saxe ou les communistes entreront dans les cabine s de c-s tats. LeCOnver salions .-e poursuivent ei Ire kl lers lUinisires de S.t\e cl FrochUnch ^IU snji l de la formation d une alliance de t .ils les tats du ceutie de l'Aile i..agi •• tuiijie I .'Mi n> u:i du fearia me en liiviie. 'n dil que c. s irgo cialiun* o..t abouti a [s reconnais %  anc tl au besoin ti la cration d un b.oc rouge. Nouvelles Diverses BERLIN— L montant de la cir Clllatioo lid ici tire au -seplemtire se m-1 ii u plus de B quadrillions. La deite 11 -lia..le atteint plus de 46 quadrillions. Le prix des places en tramw ys sera port de 1.500.000 io miilioiis de marks lo i loclo bre. PARIS Une convention entre la Grce et Ii Yougoslavie, par la quell • la 'ou^ islavie aui i I usage du poil ISalonique pour l'entrd des marchandises tt de muuilions, a le signe : la couces'ion aura une duiee de ill ans. V'LulL — t)es aviateurs espagnoli ont bombard hier d.sgrou pes Je rebelles indignes prs de 2 ca fiatla, tuant dis n immea et eu bie suit InO. LONDRES— La sance d la con frence impriale a t ektiineimut importante. Il a t question le la Bliur. de l'entente, du discours de Lord m/on et les lers ministres des Dominions ont etprime leurs opinions. Les Un ml i 1res King, du C i'i Ii, Bruce, !• in itralie. el Mas-cv do la .N ivelle /.lan ie ont pris la parole. Lue communication de rofiice des colonies t donn sun pi.n MI IJ ir n les orateurs eu aj m nit qu'il et tii d Miteux pie leurs remarques fusse ut I >'iu -es la pl'f-s risds tremblement dterre p )U4** 11 iuns rua du listricl Kst le Londres oui caus Imr une vcil i %  i,i! j ie l > il las ;• s I,I i s ont t le a nb • lersodnes pi .i i es, le c i i n !Ai eagas l'a ni u i :v d ruil s ci une jra i le qi i itil I %  propri itn rain %  > ou vo le %  • Le-! 11 M rs,i \ ter ti sel i'> • II) i d ite i i p jji ii'. I • ani otui d n M i q i • j i • ^ •• ,'i ii i i S IVM v. Ai/!\\ le U nouvelle ili tion i. i ai qui i i %  .1 a la de la il limitation de la •frontire (jrco albanaise ceux <]ui ont t assassins prs de Janina, sont arrivs aujourd liui Sauti Q-;a ranta. La dlgation, qui a sa tte le gnral Gnera, est partie imm diaiement p ur J mina o elle rejoia dra les dlgations franaise et an glaisi'. Cij\ST VNT'.MOPLELa mise en vigueur de la loi d • prohin.liori a eommeoe auiourd'hui sarTurqnie ; les cafs et magasins de boissons al eooliquw ont ' mis nus scells sur les ordres rei;us d'Angofa. Llovd fieorae !te du maire d j f ontral MONTIIEVL— Lev de bonne lieu r;, ce mitin, H. Liowl George a t invil par le mnire a. Martin un petit djeuner aprs quoi ii a visit la ville eu auto nubile II a visit plu sieurs usinas et divers p lints olVant un intrt historique tant dana le qu irlier I* an lis q ie lancelui an giais. Tard dins ,"aprs midi, l'an ci-n 1er ministre a prononc le pre miei discours oflciel de son voyage la runion publique qui s'est tenue aus arnes de Muni Hoyal. Il a re m %  ci leCiualipoir la part c'a liai %  qu'il a prise d ini l g-a:ide lotte po'.r la libert. Le n Snral Ha lier aux Etals Dois WASHINGTON u gnrai Ha 1er, comman lanl en eh*f de l'anne po mai ie. ven i a i\ Etals Unis p ur a sisier i la c >n euti m la l'Amari cm L gion •> \ San Francisco, a t reu pari • Prsilenl lloli Igei I! a ensuite fut visite au gnr I Per s!i n^, unis ace impagn de ses ofi ci 'M d'ordonu lOCH. il s'est rendu a Arl ngton o il a dpos, au nom de la P.d >gne. une couronne sur la tombe du sol lai inconnu. Les Cours' PAllIS S — Dollar 1 6. 7 i Livre "ii.il") NEW YORK 8 -Francs 16.70 Sterling 1.5833 s L H liilalion Boni'r]iii(|non Lut partie du domaine laonaJ Un les biens \ ie la Commiasion CalislraleCentrale de La Rpublique a l'ait maint nir dans le domiine na tionale-i l'habitation ''Bourguignon" situe dins la Commun-; de Petit Ci lve et revendique -ans titres ni qualit par des personnes de cette ville ay mt pour mm l itaire Monsieur Emmaauel Jeannot, docteur en m dec'.ne. Si nous sommes bien informs,. noua pouvons avancer que les rcla nnnU, avant toute dcision de la Lommissioo Cadastrale, taient en 1res en p >urpalers avec la "*in*i Apple Cqmpany polir la vente ou Iri loiiag I|H ce b en r. le hib idioi reste lans le d•> m ine I • l'El il e s n i urell nient n il m i aux lysans qui en ont cul li les pi II i is, inne dil ^ H'int C')iiniiss.Vn*e Cs ma'in par le Oristobal, encer sur cette impor tanto .,1 1 '<%  -in ne peut le levoir. WS la s-miiii' nrocliiin 'a d ci. r i iv %  ,i •' Ch il ri' son I.VIUJ U 4 /iillicit. t ?ila 1 • p e )) N >us recona u m I >ns au pnbli It coq t et iblis un t 'i ii lenl s'uuvrii .i i al • Castillo en il l, Hue Ko ix. On j trouve des consomma tious de premier choi>. U k Conseil aux As Allez chez DEREIX ?rendre ce soir 5 h. Potage Waldes Vous serez satisfait. Crme la glaceSorbets Ptisserie-Sandwich Le plan de rorganisation du Chemin uV 1er la Gampagoie Nationale Notre confrre le (.Nouvellistes a annonc hier que le Couvernemenl a accept le nouveau plan du Chemin de 1er de la Compag ne Nationale, sauf (Quelques ebaugements plus ou motiifl insig jifianls. .Nous croyons savoir que 1 information n'est pas exacte. Comme l'a dit notre COllFrStli le nouveau plan comporta une partie financire et une partie ie rapportant au trac, et par consquent technique La premier: qrieetioQ antimer, en ce qui eoncorrje la partie linancire, est celle de l'change des obligations actu.ellea en titrai un taux de rdi-.ction que nous avons dj fait tonu .tire. t'.'es^ actuellement celte partie laquelle travaille M. Fainham l'aii-; il i si an train d; rccuei lir l'avis parliculii r des poib-urs d'obligations sur lesonditiom de cet change. Il a l, savons-nous, dcid dans 1 G uvernement que les parties se tiennent et que l'change des titres, leur mission et leur service, ne peuvent lre spars de la question de rorganisation du Chemin de Fer. Ce qu'il faut retenir, c'est que le Gouvernement n'a encore rien accept : on cause lout simplement, et M. Karnham n'a pour mission,— lui conli. e par les intresss et accepte par le Gouvernement,— que de recueillir tout ce qu'il peut des porteurs et en faire rapport au Gouvernement, qui acceptera, rejelera ou nindiliera ellil itsr la sanction lgi>lative le GimVciin ment rende public le plan de r rganbation complet, pour iiermetlre sa dis:ussion publique. Nous non s joignons d'autan! plus notie co nfrre dans l'expression de ce d' r que nous avons public nous-mi nos, dans notre dition du 20 aot, 1 plan complet de roiganisation l'tode,— que nous tenions i'ie lu bonne volont du Gouvernem.ent lui-nimo. Notre excellent coslrre est donc servi lOUlhsIt et mflis l'as/ance; car nous ne voyons pus quel incouvnienl il y aurait pour la presse de dire ds (.maintenant ses apprciations sur les pailii-s principales de ce plan. C* est mme pour cela que le Gouverne ment l'a rendu public par motre intermdiaire, lit nous comptons nn us mmes produire nos observation. sur !e projet. Varits ci: SOIR Le DedaU de Paul 1 l'tvi.u avecRobinJ Ki il i. %  : Une gourde. Choses Scolaires Les Instiliib'iirs d'Hnseif meut l'iiiuanv priont le Dpl nient il1 lliisUiution P ubliqB revenir sur si dernire cire* lixunt la rentre les matins les entants de 8 11 heures aprs-midis de 2 a 5 heures* le* nui Ires de 9 U les | et de 2 les aprs midis. On trouvi* 1(11 il ser-il ploi pie d'tablir un horaire unif cette laion on pargnerait %  chefs d'Institution un surcni besogne. Nous croyons savoir q^ supplique s.>ra daiisceseat se au chel de l'Uiuversite. Requte la Police Messieur les Agents de la Force p 1J i 111 i pri,>, d'interdire le %  peetaele *s>Jtf>2eoi I g ends garons nus. pieiKmi leur t .in le mer Mar ti tant, Us Jca |ours, sn tacs la pro pri:. M r. LC 11 8 ci tcti is uni du pittoresq ie p i Duristea i les journslisiss trangers, elles n'ajoutant rien poire d i-gr d'avameemeot ot de sisi Untioa. A Parisit mau 1 lier soir cause du temps le groupe Salnave D pu excuter son programm 1 reprsentation aura lieu *" Y iwa*^ ^* %  % % %  %  Administration finn des Fostel Avis de dpart Les dp.lies pour NeW-^ lEu.n, N u i ^^orkdj n.,r le s/s Panama seroal lenssjj vendredi 1 1 tl.d^.^rsnl Parmi les pasagersarrins Un, se trouvent Mretjg Davis, Mr Madseo, Mi*" S. Stanley, Ntell^slanlev "" Dcs Une d.^M.e Je^joDJj; nonce la mort de *f* m dont les runra.ll on eu Sineres condolaDces^ l Parisiana JEUDI Paraitre( tonde le ** A *J?> Abonnement. tio*irds* | Port-su-Priu 68 Ucpiirtements Ktranger ..f Beiti P^'ii Bureau: Hue ***-&*



PAGE 1

LI;HATJN < ::-'* %  *T-x; **V m juiiUA-LAUi /, ',. i WIIQUE, RECONSTITUANT, FBMrw W\ Recommand par tou. lesMdecinatori^ de. trou n^.leure.'aVrf, S" q „" "? *? "2 ;,.,.. l.-ur to.ii. las autres |„ ( de q^nn.,?, LT .T. *" p., IM ce.;br.t. s .M, dl .1 • ; au mon' I, , *£* ^TT"*' |j. iUooatUtumal pur .xo.ii.oe. J.II. ici %  "d Toa "* u FIIBLESSE GNRALE, MANQUE D-APPETIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES IN rarrt DAM TOUT., m mmm -•"HMidftil untedspayschauds.auil CMIOiJES-IHPIlISSAMTS i 1.11 , fBg !" 1 ,! %  — APort-au-r-inr,:,,,. AU ^ Htel |(elle\iie Champ le \l1t19 Htel Kxeelsior, pri .lu Heat.|.|iiariej. Htel La Gaiet RD3 Fror, en face Panama Lin* id Hlel de France [Anale des Hues Bonne-Foret du Quai ijr-fif de recevoir : Je foie gras initier.--Civet ,1e liovrt. An louilleltcs m •Andomlles au saindoux. — Jamhon en bottes — \i> JBle.-Sar.lui.-s ,Maquereaux. Thon. Cassoulet. I fins extra. — Isoudms, etc. m le gallon G. 4.50. y in etene, c KaMon Q 5J0 M dbile par barrique et gutlons )t Vins de Bordeaux et de Cham me* ittcellenle. Cliaml.ro. confortables. -"Magnifique vn Htel Central Cnamp de Mars. \'illa Claude Bernard. Pension Rouzier champ de Mars \ illa Je ROM Htel de 1' v venir Hue Pron, pri du Bureau des tlgraphes T. rn -in-. Motel Durand Graod'Rue, face Q irage Barreyre. PErmcJe VV k Bach Port-tiUmPrine Nouveau traitement de la Furonculose PAB Ibsiopiaste du Dr lassermann THisto;,las.e est un emp.a.re prpar 'spcialement pour les Furonrles, ragairemeiil appels cW L Empltre se pus. sur I, clou ,& Son apparitionqui, sous sou mtlnence dentfil indolore eu peu £ temps ; 1 il ammalion diminue,!! ne s, dvelopp plu,, et se pril en peu de jours. ' L'instruction cJluille dans la boite de l'HislopIsale Sca Side Ln Mollissant Pension I.ajat Boie Vern t \m lie Rivire ) Bar de la Paix Rue Frou, pri de Aux Cent Mille Articles lurmeas, Anmi*. Con valet ce ois rortifiM-Toui par le \ in l'.ar de 1 l'union Place GciTrard, lace Martin Cal International I' ace Geffi rd Bar Transylvanie Hue du Quai Le vrai vin fortifiant et reconstituant i base de jusde \ i a r.de. Ses effets certains >t rapides an font le Ionique de choix des affaiblis, des surmens et des convalescents Essayez une seule bouteille, rsultat immdiat. En vente chez Alponse Haynes 115 Rue Bonne Foi. Aux C.a\es de Bordeaux Grand'Ru New York liar Rue Dsali Destoucbaitprf la Glacire. Favorisa iar (ii an.t Une Hlel lorto Rico Champ de .Mars, maison Apollon Restaurant stecher Champ di Mare prs des Tribunes Bar nouveau jj\irid-liiie. prs Daniel conaeur. (•afi |. Hennis" Champ de Mais des Riupisss adirs Bardes Uentla nen Av,nue Louveiture, en l'ace Sciiie Sine mon Jt. MoldeS „ Le ^^P^ .N • HO Commission h inire. faveur de Madame fi Troclie\ de |>t toAve est adii duplicata devant tre dress. Pert-ao-Prince, s Ootobre li2j S. A. SOHAV ^llmmsit Paru E LA LIVRAISON kplembre I 'J23 "Pis du Levant.— Jlravcr>edii Tau%  tffei de l'Acadmie aJ" Loup, Henri Bor Fniie franaise. to f e indit... — || Ge rgeSand, Prince Jfcfc Deuxime par " es •• Nouvelles ' %  lurice Levaillant. ^graphique ,| c \' w Muerre. Arthur Lw. ingres. | ar "i* ^ Gillel. ^nde la Cuisine Royal Caf Rue du Magasin de l'Etal, face la B. h. H. n. Bar l*ort-au-lrincien Rue Roua, pri Oarhtroem. Le rcpiss .No :iiO et une ordonnance du Dpartement des Finances au .No '* mis par la commission Sambjpur en faveur de feu Mural Michaud tant adirs, sont d elars nuls, duplicata deranl tre dlivr qui de droit. Port au Prince, Octobre IM3. Jules DEVIE! X lltol ht Charles Ilior Vista Alsgre Rue Roux, prs Plurm ^cm Centrale. Har des Ulegants Rue de l'bgaiit, quartier du Rureau de la Ronce. Caf Christian llox Rue dei l'i. uls l'oils Sali : £Q'Bzaine.--l]M W Pinon. L AEONNEME.\T ne Morpeau Ancienne lve de Melle Hermimt Faubtrl Leons de Piano Leons et cours de Chant 831, Hue des Mtrai/e*, 631 Restaurant Chinois Angle des nues Rpublicaine et De*. toui-li •. face Ivoled-s Kiies. Restaurant Auguste Victor lias de la Rue Feros B Six mois 41 r *1W du Troii moi i ir )0 >} fr J6 tt du 15 de ^ louer Cte" ,a e ^ tQti' i,< T'^s, s'adresser au No 211, rrorts, ASTHME Oppression, Catarrhe, S'11 1 'locations, Toux nerot'Jis. CuMion eertolno par le CIGARETTES CLRY .... POUDRE CLERY Dr CLXRY. 53. Boni 8t-MarUo. Paria Caf du Petit Four Au rond point de Petit l'our. Bar St Gaepardt Rue Roux, ancien Ua/^r desCentle men. Dr J. R aai i oluii.hiaii Ste^iiislilp Company lue Vapeur dlrig par la Ccfon-bian Steamshfp Com prix lacym iMafta de h JkM States SMppng Board, le steamer II il i 1 a U n laiss New orh le 5 Oc obre eourant 9 vai attendu a Port-au Prince ls 13 via les ports du JSord, Il repartira le mme joar pour les iorts du Sud prenait fr et passa gei s. Gebara & do Agent3 l.oyaf Cal lin lace de la Banque \'alionale Propritaire : Annacius INNOCKXT Ce nouvel tablissement se recommaude pur un servies irrprochable, des coasommalioDS de premier choix, ss •ituation privilgie. Le soir, muspie attrayante dirige par des nrolaiwoimels de (jiand mrite. Installation parfaite. — Prixjno.lrs, Tlphone t \ 395 PFaTm"F, Sjourn tr U , n:i \ m s a P^Htle au rnljchs et au public au'elle a Oc HiCt ei t. vj/'tr.i. heures du soir. ,—. X F L ar~ ,4.1" l Hmoglobine afupar.anr a. J vitad crut %  i 4ri 1*!Z1



PAGE 1

us BJI* brt Faisons un Rve B9UCUETSi 8b jour vaudra, /4miff mrmul. Pail't-li-i dr "c /*• mal cul nic cm /t. l%"icn HIMIM, L'Arr.'ur dnu II fiur. DttNiN'S CMATION* : F tlt u" MSJM, fox-Tr. Pei.-.'oir ( '•( tmivjir (prtJm pour DtWt|. EXTRAITS : ffi//*. AW. Cytl.t'itm. jasmin, Lilas. Mufull, Itlt, f.ltolmf;. hffU, -^ : i • /il.—-^ v / /vy • fWu'tl Parfvlficrift VmM fouet ***<. Hn^ux 17.0 n> d. M^Mh^J'EUt %  =->? ? VoH'jsscoiiori^rprvosaihatS' Ailez droit chez PAULE AUXIL Buour vous \clro lamiile t . UU .iiOt. lias pour femmes & fillettes, < hausset tes pOtti hommes. Cadets et I niants, Chemises, Chamiaat.es, . vmn .vi..\ ntm un brillant Initiant 4u>*t< Si tous vouii^ la coyJtur tt la soupi.ut a* H'. tbuuMurts (K'Uaih iomyuihOy MR^MfM ia '/*fv* 1 MOSOGKAM. ht-b+icti t Su %  ' ./'' % %  •y" ' bifb ne Hit p, mr,t f l l-un il ti la ib.ilfur Kl r l e> %  ''•' S"' "' tu la m,u tur J, toutts lf% utu. JE IS&EMh a. v .'Ui pour IlaiK DE Mes Emmanuel Francœur et Th. %  Benjamin \voi ts PETIT GO\VE HATI] <:4 HIXKT de Mes. Flix C\rmib T M '. i'f IVIKIJ fi's Dominique II IPPOI^YTE AVOCATS Bue du G nire, No 11 ; 13 Port-auTnne dlaij) eiglils. 1..' 1 fis pour chaussures Lynn VYood llell Compan\~l\ Mass. Talons en Cellulode en Sorl.l iie PMWllllIl eene 1 Talons en Cell ulode en tous genras. Soei^t des Produits Uolot Paris lei m^ilifure Dentifrices du monde. BoeiM anonyme d Parl'uint de Nicole. Parfumerie d" Luxe (''au nce et Co Pordeaur \ if s H Ternnux Bois I e Itoi Pfignea en iou gp nrea. Nou faisons ('es termes li %  roduil. l'I.. !" ***"' sirops et liqueurs Urog rislerie etc. A. CUvcryel.WlJS Boni-bons de LiJJ sa Toiles Cirs et TP to< n geurci. f-brifl*' u ..i"rr^ P.'igns en tous genres. La plus gros ^^ fous faisons des termes libraux de paiement ai ^ %  os conditions sont excellents*. Consulte* nous a*a d'aulroo. m • MMVLVi



PAGE 1

%  -• %  ..O IV •** %  -.*J+i.< """-TT m PROFRIETAttie iment Magloire BO VERN 1H6 Hue AmrlvMnt 10 20 %  NTIIIE Quotidien Lliomine est lui-mme sa plus grande leon et son plus •jrand BpecUcle ; et la premire condition de savoir se diri ijtr est sans doute savoir se connatre. Iules SIMON IBt&HONt No 942 lTtae ANSKK N 3030 les Associations fminines et mixtes de Portau-Priuce PORT-AU-PRINCE ( HATI ) MERCREDI 10 OCTOBRE 1028 Chronique Agricole (aiegee, 9 Septembre 1923. lieur le Directeur, lant Port-au-Prince pour %  ffiidre part aux dlihrai Concile International des idelloul.'ur, j'ai pris l'enJt d'adresser aux Associaines dont j'ai l'avantage Ipartie, un rapport Buccint ce que j'aurai observe ont en ce qui concerne PB Industrielle et Prolesnaja femme ( | ( couleur Ipajs. wcibre de dames et de 1, ne taisant parti d'aupisatii)nl..i-;il ,m'avaient Manifest le dsir d'lre sur les genres de proJjw sont ouvertes aux Wjcouli'iir. sur les prix BrJe ici la main d' invitation aller passer QjHjJquj i aenisnci i |,c/. cil:-: i Mme Williams qui se trouvait alors Calvert (Virginie) avec son mari et une charmante petite nice, rebroussa chemin pour venir me saluer et me proposer de me conduire en auto jusqu' Tuskegee. L'invitation fut accepte. Mais comme elle ne devait revenir me prendre que dans huit jours, j'eus l'avantage d'tre prsente ceux les membres du Concile qui n'avaient pas encore laiss la Capitale, de visiter le Conservatoire de Musique de Madame B. Marchait, actuellement Port-au-Prince et d'tudier dans ses dtails l'Inslilu bon qui avait abrit les travaux du Concile, o j'tais moi-mme reue, et qui s'appelle : The National trawing ochool for women and (Jirls. THEODORA HOLLY. ( suivre ) Le dernier \ du liulletin officiel du Dpartement de l'Aiji'iculture Scheresse — Irrigation et Taxes d arrosage — L'Impt sur l'alcool et les produits de la I erre — Ucoles Administratives Arrive du l)r hreenian — Les rformes pendantes Malgr la r lu tion du Format et do la priodicit duo lel organe, le dernier numso du ioillelin-.lu D< parlement de I' \ gri.-altiice. mrite une mentiou spciale pour I' mportanec dei ren • %  I ne ru ils qu'il donna et relie des question tudi* s. Dans la forme comme dans le Coud, on voit qu'il e'adres • non p inl seulement a la masse d cultivateurs mais tous les baili ma que l'luda de notre prohlme r.gr cote doit dBonn. lis. inl iiesscr. K'i l.ien. sinei-'inent. nous uppl %  i iiss %  is i :: ie telle eonceplbo les ncessits actuelles et nous aouhaitons que ce bulletin soit aelon la promesse du Dpartement, le premier elle i\j*e d'une srie n. uvelle. Choses maonniques ^ A la tenue de dimanche du G.'. ( >.'. d'Hati sous la prsidence du Grand Matre Rgal.M.Prosper Chrisphonte a t uoinin premier Grand Matre-Adjoint; Mr Normil Charles deuxini3 Grand Matre-Ad juin t. Ont t nomms pour complter le Conseil de l'< Irdre : O. Dut'resne, Kobin, L. Laf'ontant, Prim et Ed. Mathieu. MLlio Joseph a t lu prsident du Conseil de l'< h'dre et V. Andr, vice-prsident. Ce changement lait sous d'aussi heureux auspices, nous croyons que l'Ordre maonnique hatien saura lter dignement le C< iitenaire de son Indpendance en Janvier prochain. lajj? Amlie Wilcher, S x ;:v ,e L l a y^ "Quai i,/ u rk ni'atten,u ^ le m'apprit que A Vendre Un buggy felclit remis compli tement neul et attelage* S'adresser aux buieaux du journal' Sur la papitani Question defIrrigation, ce 8.)n ,i, ; vritabtoa jets de clnrtqui roU il an videnc i finsol'-.ime ne i wii necessaote .. i\ importantes tendues de nos plaines Sasi bien que les imperfections il > dispositions administratives relatives aux questionexamines. Toutefois, mois ami MIS aim trouver eh z le chef du liya.i, ninl de l'Agriculture un jugement moine svre l'gard du ren lemenl presque nul de la Taxe d'Irrigation alors que le Dpartement de l'Agriculture, Hid des services fl'irrigatioa du Burem technique des Travaux publics, a lui*mme conclu dans plusieurs rapports i\ un tal de scheresse qui dure il puis plus de an>; un rgime de ini liiiiom de plaie et d'eau dans nos rivires qui n'> pas pu ne pas puiser les rserves des plus siges et des mieux favoriss d aoa cultivateurs. Celte loi du .'.'>.\„fit 1.918 a tvoH unsi que plusieurs sutn s. ( abroges heureusement j. uvec une prcipitation qui n'a srement jamais t dpasse depuis. Klle continuera a manquer son but comme toutes celles pour lesquelles on se croit dispens de tenir un comple minutieux du milieu o elles doivent agir. l'onr le paysan Jialtieo, la Des eii fait loi. wee le mme entrain qu'il met payer les importantes et fructueuses taxes sur lea devoirs ou services a firo .s religi u\. il payen lea taxes sur l-> birop de cannes qu'il produit, sur les \i\res qu'il apports aux marebs de la Capitale ou du bonivoisin, sur l'alcool indispensable A la gatt de crmonies et des runions de tous ordres; mais un impt sur l'eau, sur une eau invisible n le malheur d'tre baptis taxe d'arrosage. Par contre nous aomrnes absolument d'accord avec le Dpartement pour critiquer cette loi du 25 Aot 1013, dan-, su dispense en faveur de proprits.!.: m,uns de deux cal i. aux de terre. CeHes-i sont en majorit et l'extrme division des eaux pratiques par les bureeui d'irrigation leur e.,t si il moins funeste qu'aux grandes habitation. Le noir. i MI %  de la slalisti* quo. quoique l'tsl embryonnaire, publie deux statistiques, labores jpar un personnel improvis ( entachesde multiples euusee d'erreurs. 1 i I le bulletin ofliciel lui-mme qui le dit mais elles ont cependant une loquente signification. La 1re prsente le nombre l proprits texee et non taxes de la Plaine du Cul-do-Sac, celui des I roprits infrieures 2 carreaux. Mieux que toute dissertation, elle m lotre ainsi les coi si quencesdMa* lieuses du morcellement, que s. -ni u communisme d'tat la rosse, pourrait satisfaire, i ar l'miettement lIl i des eaux d'irrigation dont i augmentation restera longtemps et I ; •'' re tour de rles, le doux • • d administrs et le cauchemar des gouvernants. Une numratioo d M domaines ruraux en dsigne douze qui comptent un seul propritaire, et de ces ''""/•S 7 ""t da moins de 18 carreaux. Le .1 uxime labh au indique les superQcies en hectares et Ira tion d hectares des parties cultives du terntoi.i.. n al on d. Le tt d s'lve a 176,707 liectar s :,i. flieclaie vaut lu mil! %  mtres carre ).La superficie totale de l'Ile d'UaiU tant <-e 28.0.).) kin2, on voit que ce rsultat el un peu hop beau pour tre vrai. Quand le bureau des statistiques '*'t lui qui fera drouler devant tons le film do mouvement con muque de h nation.— Ici se prsente pour nous l'occasion de faire %  u gouvernement qui a eu la bonne ide de joiodre sous une mme diraetion les deux D pa item en ta de I instruction Publique et de l'Agriculture les suggi tions suivantes A ct descoi >s industriel! s et agricotes dont la cration esl a I lude, %  impose aussi celle d'nns soole administratif • d'o devront sortir certains fonction n lires. La faon hatienne de comprendra l excution de tout travail rclame et rmunr par l'Ktatsera durant longtemps si l'on ne pense obTc. ,,! ilc ''^ Plus graud oftsteres a la sincrit des rapports '•enscgu.neotsel recensements qui conditionnent les mesures srieuses u amliorations. p> Lo Docteur Freemin, suparinlea ,l, { • ) kg icultjre e-t si ii„ ,r f 1 "1 1 a '"*'" '" ,VLC : k '""*ire e don bientt commencer la visite du pays. s i impression premire sera-telle bonne on faut-iicraindre que la lertdile prodigieuse de l'Ile d'il ait) DO passe un mauvais quart d'heure a I e xamen dune haute comptence agricole. Buttent. Dorant les priodes de crise conotnirp mme elles que nous t'as itou I sitaliou d s hommes d'affaire* sel entretenue pur trop de eausesextrieures an milieu pour que viennent s'ajouter celles-l. Il n'y a pas de doute qu 1 heure actuelle, beaucoup de transactions d'oi.ie agricole, indostriel et commercial altendentavec une prudente anxit lea travaux d'inigatiofl ou de < bemin ; de fer rtablissement de l'impt sur t'ali ool, ste. Ce n'est pas dans notre maison qu'on a entrepris de rclamer avee une Impalh ace fbrile des ralisations rapides .t m idchies. Mais notie a'.is, le mcanisme gouver* nensentalesl encore hinvenlion hvmaioe qui ralise le plus parfaitement le mouvemi ni perpelw I qui fait l'objet des recherches des savants. I u gouvernement qui est en repos i si tni xistant. Heureusement que c*esl m reproche qu'on ne peut sans p.uli-pris faire au Gouvernement actuel. te Frlels • Nous avons eu le plaisir le re., v iir la carte de notre ami Ed; i P'ilyuice. le nouvel dminatraleurdes KmanCs el Krfet provisoire les Arrondissements de Pdrt-au Prince, Mirebalaia et Lascahobas. Cette c irte p >rte aprs le nom Car Voici que s'est coul le Sme mois de l'anne sans les pluies espres des agriculteurs et que tout avait permis de prvoir. Dans tous les cas le Gouvernement doit continuer aussi mthodiquement qu'il a commence, l'excution de son programme. Il doit mme 1 acclrer, \ plusieurs points do vue, le retod des r, formes dont te plan e-t dfinitif n t adopt ne manque pas d tre prjudiciable aux intrts gnraux dupa\> C'eatl'attente strile il nervsnU, le refroidissement des enthousiasmes, l'immobilisation des capitaux qui an rdu nouveau titulaire la i n.dit suivante < AdmitusU tteur i es Finanees et l'r.'i t provisoire du D> parteinent de I < hiest . CVst l'occasion pour nous de faire une remarque qui nous a dj frapp en d'autres occasions. Soit que les fonctionnaires de cet ordre veuillent largir leur juri^ diction dans la ni sure de leur dvouement au Gouvernement, soil ipi i la I lliv d'envoi du ministre accompagnant leur commit* lion contienne quelque erreur, les prfets, depuis quelque temps, prennent l'habitude de s'intituler Prfet de tel ou tel Dpartement. Rappelons picette faon de l'aire est absolument contraire la Constitution qui a prvu des rcprsentants d • l'Executif dans les arronoiss iments et non dans les Dpartements. Notre ami IvL Polynice fera d me bien d'y prendre garde ri .| MU i ,| fera rimprimer seo ru-a de visite, d'y mettre le tjtr tjuti comp rie la co 'mission qu'il.. reue de Sli la Prsident de la Rpublique. la liage Jeudi 4 Octobre a t clbr en l'Eglise paroissiale de Petit* Grove, le mariage de Mlle Maria Jean-Louis avec notre ami flerinann l'iice. — Les mins out St accompagns l'autel par Madame Je m Baptiste et Me Monts Autiste. Le mariaga civil avait eu lieu le mme jour, 6 lires du matin Apres la cr n j;ii(i religieuse, 1er, inaris se c i Itrsnl I 1 1 Capitale o un I j • 11er fui offert .i .| i I nies mu,o s l'Htel de la Gai t. Nous pi sentons nos meilleurs ^; vœux de bonheur aux nouveaux %  V v poux. 1*3 i Y


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06048
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 10, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06048

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
- ..O IV *** -.*J+i.< """-TT
m PROFRIETAttie
iment Magloire
BO VERN
1H6 Hue AmrlvMnt
10 20 NTIIIE
Quotidien
Lliomine est lui-mme sa
plus grande leon et son plus
jrand BpecUcle ; et la premi-
re condition de savoir se diri
ijtr est sans doute savoir se
connatre. Iules SIMON
IBt&HONt No 942
lTtae ANSKK N 3030
les Associations fminines et
mixtes de Port- au-Priuce
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MERCREDI 10 OCTOBRE 1028
Chronique Agricole
(aiegee, 9 Septembre 1923.
lieur le Directeur,
lant Port-au-Prince pour
ffiidre part aux dlihra-
i Concile International des
idelloul.'ur, j'ai pris l'en-
Jt d'adresser aux Associa-
ines dont j'ai l'avantage
Ipartie, un rapport Buccint
ce que j'aurai observe
ont en ce qui concerne
PB Industrielle et Proles-
naja femme (|(. couleur
Ipajs.
wcibre de dames et de
1, ne taisant parti d'au-
pisatii)nl..i-;il ,m'avaient
Manifest le dsir d'lre
sur les genres de pro-
Jjw sont ouvertes aux
Wjcouli'iir. sur les prix
BrJe ici la main d' p et sur les chantas
lient des Hatiennes a
K avantageusement si
31 '' \:vaH L'nis.
laveront ici de quoi les
A (bien que je compte y
fune page spciale ) et
JHen .le lue ((.Ue |ettre
Ftdonnera des aperus
tante et les coutumes
aines qui |eur perme|.
peux apprcier lesobser
Clives au travail,
fcwncliement, il y a tant
susceptibles d'inlres-
. aire rflchir mes con-
P1 Jeux sexes; des ebo-
ajntl ducation des gar
Milles telle qu'on la cou
! milieu et les rsultats
Ipen ont dcoul que
2"eIays, autant qu'aux
(JJS sus-nommes que
a?.? Y,,n Paratront
J,,fe dans Lk Matin.
ffg^ant de non-
F^tau-ljus est du i*
feficuons mmes1 o,
RonI des nia* dont
;janin.ent abreuve.
fc* ractions des noirs
ont t constructives
fictives; c'est -
irhm millc ,a Philoto-
f T tonton*
fon" de sa,,!e qui la
|^ Pour employer'llnc
7J Plus lgante, ils ont
|;iU Uouleur :
J*lfcUirU H sranrr. plus Uin .
iJ'",0!vous rapporter
X?8,^ leur ordre
^cl Commenons par
,^*ment. r
L5 henrrUau"Prince le 2
\ 8 soi''. Je ne
'Van.fW'York(luele8;
^e-PaixetauCap-
le Concile n'avait pas encore cl-
tur ses travaux ; mais, en cela,
elle se trompait.
Par ses soins et ceux de Mr
Leys.Consul d'Hati .New-York,
j'arrivais Washington le lende-
main.
Malheureusement, la mon du
I rsident Hardingen couvrant tout
le Pays et particulirement la Ca-
pitale d'un voile de deuil, avait
contrari les travaux du Concile.
Ceux-ci avaient t abrgs et la
session lut clture le mercredi 7
Aot.
Madame Booker Washington,
Prsidente du Concile et Madame
I. B. Williams qui m'avait pr-
sente comme Membre I bltien du
Bureau, taient di reparties Tune
en chemin de fer destination de
luskegee et l'autre en auto pour
la Virginie.
Averties par dpche de ma
prsence la Capitale, Madame
Washington m'adressa une prs
vant<> invitation aller passer
QjHjJquj i aenisnci i |,c/. cil:-: i
Mme Williams qui se trouvait
alors Calvert (Virginie) avec
son mari et une charmante petite
nice, rebroussa chemin pour ve-
nir me saluer et me proposer de
me conduire en auto jusqu' Tus-
kegee.
L'invitation fut accepte. Mais
comme elle ne devait revenir me
prendre que dans huit jours, j'eus
l'avantage d'tre prsente ceux
les membres du Concile qui n'a-
vaient pas encore laiss la Capi-
tale, de visiter le Conservatoire de
Musique de Madame B. Marchait,
actuellement Port-au-Prince et
d'tudier dans ses dtails l'Inslilu
bon qui avait abrit les travaux
du Concile, o j'tais moi-mme
reue, et qui s'appelle : The Na-
tional trawing ochool for women
and (Jirls.
Theodora HOLLY.
( suivre )
Le dernier \ du liulletin of-
ficiel du Dpartement de l'A-
iji'iculture Scheresse
Irrigation et Taxes d arro-
sage L'Impt sur l'alcool
et les produits de la I erre
Ucoles Administratives
Arrive du l)r hreenian
Les rformes pendantes
Malgr la r lu tion du Format et
do la priodicit duo lel organe, le
dernier numso du ioillelin-.lu D<
parlement de I'\gri.-altiice. mrite
une mentiou spciale pour I' mpor-
tanec dei ren I ne ru ils qu'il don-
na et relie des question tudi* s.
Dans la forme comme dans le Coud,
on voit qu'il e'adres non p inl seu-
lement a la masse d cultivateurs
mais tous les baili ma que l'luda
de notre prohlme r.gr cote doit d-
Bonn.lis.inl iiesscr. K'i l.ien. sin-
ei-'inent. nous uppl i iiss is i :: ie
telle eonceplbo les ncessits ac-
tuelles et nous aouhaitons que ce
bulletin soit aelon la promesse du
Dpartement, le premier elle i\j*e
d'une srie n. uvelle.
Choses maonniques
^ A la tenue de dimanche du
G.'. ( >.'. d'Hati sous la prsidence
du Grand Matre Rgal.M.Prosper
Chrisphonte a t uoinin premier
Grand Matre-Adjoint; Mr Nor-
mil Charles deuxini3 Grand Ma-
tre-Ad juin t.
Ont t nomms pour compl-
ter le Conseil de l'< Irdre : O. Du-
t'resne, Kobin, L. Laf'ontant, Pri-
m et Ed. Mathieu.
M- Llio Joseph a t lu pr-
sident du Conseil de l'< h'dre et
V. Andr, vice-prsident.
Ce changement lait sous d'aus-
si heureux auspices, nous cro-
yons que l'Ordre maonnique
hatien saura lter dignement le
C< iitenaire de son Indpendance
en Janvier prochain.
lajj? Amlie Wilcher,
S x ;:v,eLla y^
"Quai i,/urk ni'atten-
,u^ le m'apprit que
A Vendre
Un buggy felclit remis compli
tement neul et attelage*
S'adresser aux buieaux du jour-
nal'
Sur la papitani Question defIrri-
gation, ce 8.)n ,i,; vritabtoa jets de
clnrt- qui roU il an videnc i fin-
sol'-.ime ne i wii necessaote .. i\
importantes tendues de nos plaines
Sasi bien que les imperfections il >
dispositions administratives relatives
aux question- examines.
Toutefois, mois ami mis aim trou-
ver eh z le chef du liya.i, ninl de
l'Agriculture un jugement moine
svre l'gard du ren lemenl pres-
que nul de la Taxe d'Irrigation alors
que le Dpartement de l'Agriculture,
Hid des services fl'irrigatioa du Bu-
rem technique des Travaux publics,
a lui*mme conclu dans plusieurs
rapports i\ un tal de scheresse qui
dure il puis plus de an>; un r-
gime de ini liiiiom de plaie et d'eau
dans nos rivires qui n'> pas pu ne
pas puiser les rserves des plus si-
ges et des mieux favoriss d aoa
cultivateurs.
Celte loi du .'.'>.\fit 1.918 a tvo-
H unsi que plusieurs sutn s. ( abro-
ges heureusement j. uvec une pr-
cipitation qui n'a srement jamais
t dpasse depuis.
Klle continuera a manquer son but
comme toutes celles pour lesquelles
on se croit dispens de tenir un
comple minutieux du milieu o elles
doivent agir.
l'onr le paysan Jialtieo, la Des
eii fait loi. wee le mme entrain
qu'il met payer les importantes et
fructueuses taxes sur lea devoirs ou
services.....afiro .s religi u\. il
payen lea taxes sur l-> birop de can-
nes qu'il produit, sur les \i\res qu'il
apports aux marebs de la Capitale
ou du boni- voisin, sur l'alcool in-
dispensable A la gatt de crmo-
nies et des runions de tous ordres;
mais un impt sur l'eau, sur une
eau invisible n le malheur d'tre
baptis taxe d'arrosage.
Par contre nous aomrnes absolu-
ment d'accord avec le Dpartement
pour critiquer cette loi du 25 Aot
1013, dan-, su dispense en faveur de
proprits.!.: m,uns de deux cal i. aux
de terre. CeHes-i sont en majorit
et l'extrme division des eaux prati-
ques par les bureeui d'irrigation
leur e.,t si il moins funeste
qu'aux grandes habitation.
Le noir. i mi , de la slalisti*
quo. quoique l'tsl embryonnaire,
publie deux statistiques, labores
jpar un personnel improvis ( enta-
chesde multiples euusee d'erreurs.
1 i I le bulletin ofliciel lui-mme qui
le dit mais elles ont cependant une
loquente signification.
La 1re prsente le nombre l
proprits texee et non taxes de
la Plaine du Cul-do-Sac, celui des
I roprits infrieures 2 carreaux.
Mieux que toute dissertation, elle
m lotre ainsi les coi si quencesdMa*
lieuses du morcellement, que s.-ni
u communisme d'tat la rosse,
pourrait satisfaire, i ar l'miettement
"lIl"i des eaux d'irrigation dont
i augmentation restera longtemps et
I ; '' re tour de rles, le doux
d administrs et le cauche-
mar des gouvernants.
Une numratioo d M domaines
ruraux en dsigne douze qui comp-
tent un seul propritaire, et de ces
''""/S 7 ""t da moins de 18 car-
reaux.
Le .1 uxime labh au indique les
superQcies en hectares et Ira tion
d hectares des parties cultives du
terntoi.i.. nal on d. Le tt d s'lve
a 176,707 liectar s :,i. flieclaie
vaut lu mil! mtres carre ).- La
superficie totale de l'Ile d'UaiU tant
<-e 28.0.).) kin2, on voit que ce r-
sultat el un peu hop beau pour tre
vrai.
Quand le bureau des statistiques
'*'<- projetk ie4 : ,,-. ,,*
,l1' on personnel comp lent ei
consciencieux, il devra tre la l.rau-
cne la puis importante du service
technique de l'Agriculture. CTest gr-
ce* ne bureau que nous pourrons
t'sperer sortir une !i- pour toutes
de la fantaisie el que seia ra isC le
baptme agnco'e de la Rpubliquu.
Lar c e>t lui qui fera drouler de-
vant tons le film do mouvement co-
n muque de h nation. Ici se pr-
sente pour nous l'occasion de faire
u gouvernement qui a eu la bonne
ide de joiodre sous une mme di-
raetion les deux D pa item en ta de
I instruction Publique et de l'Agri-
culture les suggi tions suivantes A
ct descoi >s industriel! s et agri-
cotes dont la cration esl a Ilude,
impose aussi celle d'nns soole ad-
ministratif d'o devront sortir cer-
tains fonction n lires.
La faon hatienne de compren-
dra l excution de tout travail rcla-
me et rmunr par l'Ktatsera du-
rant longtemps si l'on ne pense
obTc. ,,!-"ilc-''^ Plus graud
oftsteres a la sincrit des rapports
'enscgu.neotsel recensements qui
conditionnent les mesures srieuses
u amliorations.
p>
Lo Docteur Freemin, suparinlea
,l,"{ ) kg icultjre e-t si ii ,r
f1"-11 a '"*'"..... '" ,VlC ": k'""*-
ire e don bientt commencer la vi-
site du pays.
s"i impression premire sera-t-
elle bonne on faut-iicraindre que la
lertdile prodigieuse de l'Ile d'il ait)
DO passe un mauvais quart d'heure
a Iexamen dune haute comptence
agricole.
Buttent. Dorant les priodes de crise
conotnirp mme elles que nous
t'as itou I sitaliou d s hommes
d'affaire* sel entretenue pur trop
de eausesextrieures an milieu pour
que viennent s'ajouter celles-l.
Il n'y a pas de doute qu 1 heure
actuelle, beaucoup de transactions
d'oi.ie agricole, indostriel et com-
mercial altendentavec une prudente
anxit lea travaux d'inigatiofl ou
de < bemin ; de fer rtablissement de
l'impt sur t'ali ool, ste.
Ce n'est pas dans notre maison
qu'on a entrepris de rclamer avee
une Impalh ace fbrile des ralisa-
tions rapides .t m idchies. Mais
notie a'.is, le mcanisme gouver*
nensentalesl encore hinvenlion hv-
maioe qui ralise le plus parfaite-
ment le mouvemi ni perpelw I qui fait
l'objet des recherches des savants.
I u gouvernement qui est en repos
i si tni xistant.
Heureusement que c*esl m re-
proche qu'on ne peut sans p.uli-pris
faire au Gouvernement actuel.
te Frlels
Nous avons eu le plaisir le re-
., v iir la carte de notre ami Ed-
; i P'ilyuice. le nouvel dmi-
natraleurdes KmanCs el Krfet
provisoire les Arrondissements
de Pdrt-au Prince, Mirebalaia et
Lascahobas.
Cette c irte p >rte aprs le nom
Car Voici que s'est coul le Sme
mois de l'anne sans les pluies es-
pres des agriculteurs et que tout
avait permis de prvoir.
Dans tous les cas le Gouverne-
ment doit continuer aussi mthodi-
quement qu'il a commence, l'ex-
cution de son programme. Il doit
mme 1 acclrer, \ plusieurs points
do vue, le retod des r, formes dont
te plan e-t dfinitif.....nt adopt ne
manque pas d tre prjudiciable aux
intrts gnraux dupa\> C'eatl'at-
tente strile il nervsnU, le refroi-
dissement des enthousiasmes, l'im-
mobilisation des capitaux qui an r-
du nouveau titulaire la i n.dit
suivante < AdmitusU tteur i es Fi-
nanees et l'r.'i t provisoire du D>
parteinent de I < hiest .
CVst l'occasion pour nous de
faire une remarque qui nous a
dj frapp en d'autres occasions.
Soit que les fonctionnaires de cet
ordre veuillent largir leur juri^
diction dans la ni sure de leur
dvouement au Gouvernement,
soil ipi i la I lliv d'envoi du minis-
tre accompagnant leur commit*
lion contienne quelque erreur, les
prfets, depuis quelque temps,
prennent l'habitude de s'intituler
Prfet de tel ou tel Dpartement.
Rappelons picette faon de
l'aire est absolument contraire la
Constitution qui a prvu des rc-
prsentants d l'Executif dans les
arronoiss iments et non dans les
Dpartements. Notre ami IvL Po-
lynice fera d me bien d'y prendre
garde ri .| mu i ,| fera rimprimer
se- o ru-a de visite, d'y mettre le
tjtr tjuti comp rie la co 'mission
qu'il.. reue de S- li la Prsident
de la Rpublique.
la liage
Jeudi 4 Octobre a t clbr
en l'Eglise paroissiale de Petit*
Grove, le mariage de Mlle Maria
Jean-Louis avec notre ami fler-
inann l'iice. Les mins out
St accompagns l'autel par Ma-
dame Je m Baptiste et Me Monts
Autiste.
Le mariaga civil avait eu lieu
le mme jour, 6 lires du matin
Apres la cr n j;ii(i religieuse,
1er, inaris se c i Itrsnl I 11 Capi-
tale o un I j 11er fui offert .i
.| i I nies mu,o s l'Htel de la
Gai t.
Nous pi sentons nos meilleurs ^;
vux de bonheur aux nouveaux Vv
poux.
1*3 i
Y
.


LE MATIN
,
Pai*X vie
Nouvelles tStiuagres
Le Fr&ideot Obrgon dan-
gereuemeut malade
f^ SAN ANTONIO TEXAS A la
suie d'une (oo-ul.uon >le mde-
cins au cliueau ne Cliapullepex, on
a appris que le jjf.jM.ieul Ulirgon.
malade depuis plusieurs jours, avait
eu une te liule el s affaiblissait, 1 -
tat du pre-ide.it sciait cr.tiiiue.
Le nouveau cabinet alle-
mand an leichstag
BERLIN Le ehencelisr Stress
ii;.nu a termin la formation du
nouveau cabiutl dans lequel il uccu
Mfl le poste de affaires trangres
ainsi que celui de cbenceliei ce Lr
ll.ilis Millier a le |> il'UI'' uille des li-
naines et vi. Koeh celui le l'cono
inic puliii j'ic. Parant saui prpara
tion, et avec un lou qui indiquait
de l'irritation, le chancelier h pre
sente au tteiclisl ig sa nedi 10 i guu
veiiiement ue < u uuiou tluli veinent
possusci . I.-- CUftuteiiei a h nie ce
ment I) ii les critiqu s du syst
m 1 pariamaol ne en accusant les
grande* industries d'avoir refus de
prter au gouvernement les servie u
de leurs cli is el d'aul s ptrl de w
nira ion secours. Il s'e i occup sur
tout dans -ou discours a dfendre sa
politique dans la Khur il. situa
tion Slraugere. Il u a lait aucune
allusion dam son progr m me de me
suies conomique^ dtcl&lori les pour
leequi Iles il cii r lie oblenir l auto
riaalion A^ H i batag.
l'allant du discours de lord Cur
ion devant le confienee impiUle
de Londres, br, M. lreseman a
dit que tOUle t.ulathe de i.t pa. I de
1 Allemagne de semer la ducorde
pauni les u lis aurait une stupidit
Odtique'.Au sujet de la question de
l.i rsi-mec passive le cliauceii r a
dit : S Ii gouNt rnemenl avait cru,
en coo iuiiii.i li resi : me p iUVi lr
obtenir quelquech.ise d'aveulag ux,
J. )UI i'i m- S 1.1 UIHB le, il .'.il. .'il \
co tiume, mat- le p>\. ne routai
dans un lei d Suidie lluadclel que
le jour appr chu.I o le mail; alle-
mand cesserai! d tre un m.>\.n de
paiement non seule tient a reiraa
$ r, mais aussi en Allemagne. .Nous
nous trouvions dans la posi iond un
commandant dune forteresse qui
u a plus de vivres et dans Je pa
reillus circonstancei il faut i noncer
la lutte "
Dans la Rlutr
r\Iil- I Les ngociations entra
les (loupes induatiisls ail* u anus et
les autorits do cap u lou franco*
belgis nu sujtt tic U lepnsc compt
te dil ti. li uaua ... tthoi el le* U-
braisons sont tu bonus voie aile, ii ois gioutes ont ti josqu ici
loprseules uaus is couver>aiions
de D.is-eldoiit' : Les groupes Silu-
res, 0i"< kneiia u lo K,i|>p tt vos
Vlissingen. Les rsultats de cet ion
frenoes quand eues auio.it .aie ut
un certain degr seront naturelle
meut rapp ries au gouvernement Lu i
tamiique cl a lu commission de r
parutions.
A propos du rcent discours de
Lord Un/on, uaus lequel il dit que
la (ii..n .. lii'itugut attendait l'initia
live de la liante, on a dt tiare que
la France n'avait aucu.e piopusi
tion taira a la (fraude Lii. lagne.
Le.-. propOSillOOS, ai un venir do l'Allemagne, IJ.mhJ cl es
auiout cte laites e les .-ci'uiil somnl
Mi au g u>i riiiiiiciit britannique
par courtoisie et de plus par dei ir
mi elles boncerneni queques quel
lions rclal.ves un pi obi m des r
parations autres que 1 oc i pi.un de
la Hliui dans laqui lia la G an.i. Bie
tagna n'est uutleuie i muresaee.
Le rsprsi niai i i m in Ph
nix, de isisri ..,.., d a\
ttnpaguiei coulrolaiil du p,.u c ut
de loulo li pi'oumitu i iliiiane, .-e
Boni mis daco.'.la.eo II commis
siou IranaiM) de coutrl des un., s
fiour reprendrai immdiat, meut lea
iviaisoiis grs uites ne cli.nl t.. ; c i
oompaguis i p eroul uo t.i \. de
cli ^ bon p ... tuul i i
trait d puis h m l
ei j u.n to U la j
re. Les d | al que les com
palmes ont ea outre consenti tour
nir le eo nhn-lible ncessaire po ir
les die ir is le fer dans le territoire
occup .'t podr las troupes allies.
Vote de confiance accord
an gouvernement Itreaev
niann
BK&L1M8 Le Reichstag aaccor
d si c inli uice au gouvernement
Stresemano contre les nationaliatea
sllemi ids, le parti bavarois do peu
pie el les com i'i listes. Lue r.-olu
tion eu faveur de l'abolition -le l'tat
de circonstances exceptionnelles I ma
le H-icli et en Bavire B t repous
; le. t. ne motion sociili te appuyant
le point de vue du gouwrn;inent re
latlf aux mesures eu Bavire a t
alopte.
Le iteichstag a approuv la rdac
tion dil projet le lui dem iod pir
1. Sir -l'ininiieii vertu delaq eh
il aur.nl entiers et pleins pouvoir.*
de prendre des mesines eco omi
ques La Bavire el quelqu s autres
provinces prussiennes ont vot co.i
tre ce projet qui a nanmoins t
a lopl par '' vois contre 17.''. pio
j l de loi autorise le gouvernement
jugera ncessaire h et urgentes au
punit de vue conomique et social
qu lle> que soient les clauses de la
constitution. Ses pouvoirs n'iront
pas toutefois jusqu affecter la loi
rgla t les lie .ie* de t nvail La nou
velif loi ne sera valable que jusqu'au
lii mais prochain et n'aura nui f
let si un changement se produit
dans le gouverni ni' ni.
Le correspon lant de Reuter Ber
lin dil que la dictature ractii nnai
le le von Kilir eu Bavire aura sa
eontre partie en Tliuringe et eu Saxe
ou les communistes entreront dans
les cabine s de c-s tats. Le- COnver
salions .-e poursuivent ei Ire kl lers
lUinisires de S.t\e cl FrochUnch ^iu
snji l de la formation d une alliance
de t .ils les tats du ceutie de l'Aile
i..agi tuiijie I .'Mi n> u:i du fearia
me en liiviie. 'n dil que c. s irgo
cialiun* o..t abouti a [s reconnais
anc tl au besoin ti la cration d un
b.oc rouge.
Nouvelles Diverses
BERLIN L montant de la cir
Clllatioo lid ici tire au -- seplemtire
se m-1 ii u plus de B quadrillions.
La deite 11 -lia..le atteint plus de 46
quadrillions. Le prix des places en
tramw ys sera port de 1.500.000
io miilioiis de marks lo i loclo
bre.
PARIS Une convention entre
la Grce et Ii Yougoslavie, par la
quell la 'ou^ islavie aui i I usage
du poil I- Salonique pour l'entrd
des marchandises tt de muuilions,
a le signe : la couces'ion aura
une duiee de ill ans.
V'LulL t)es aviateurs espa-
gnoli ont bombard hier d.sgrou
pes Je rebelles indignes prs de
2 ca fiatla, tuant dis n immea et eu
bie suit InO.
LONDRES La sance d la con
frence impriale a t ektiineimut
importante. Il a t question le la
Bliur. de l'entente, du discours de
Lord m/on et les lers ministres
des Dominions ont etprime leurs
opinions. Les Un ml i 1res King,
du C i'i Ii, Bruce, ! in itralie. el
Mas-cv do la .N ivelle /.lan ie ont
pris la parole. Lue communication
de rofiice des colonies t donn sun
pi.n mi Ij ir n les orateurs eu
aj m nit qu'il et tii d Miteux pie leurs
remarques fusse ut I >'iu -es la
pl'f-s .
risds tremblement dterre
p )U4** 11 i- uns rua du listricl
Kst le Londres oui caus Imr une
vcil i i,i! j ie l > il las ; s i,i i s
ont t le a nb lersodnes
pi .i i es, le c i i n !- Ai eagas l'a
ni u i :v d ruil s ci une jra i le
qi i itil I propri itn rain > ou vo
le Le-! 11 m r- s,i \ ter ti sel i'>
II) i d ite i i
p jji ii'. I ani otui d n m i
q i j i ^ ,'i- ii i i
S IVM v. Ai/!\\
! le U nouvelle ili
tion i. i ai qui i i .1 a la
de la il limitation de la
frontire (jrco albanaise ceux <]ui
ont t assassins prs de Janina,
sont arrivs aujourd liui Sauti Q-;a
ranta. La dlgation, qui a sa tte
le gnral Gnera, est partie imm
diaiement p ur J mina o elle rejoia
dra les dlgations franaise et an
glaisi'.
Cij\ST VNT'.MOPLE- La mise en
vigueur de la loi d prohin.liori a
eommeoe auiourd'hui sarTurqnie ;
les cafs et magasins de boissons al
eooliquw ont ' mis nus scells
sur les ordres rei;us d'Angofa.
Llovd fieorae !te du maire
d j f ontral
MONTIIEVL Lev de bonne lieu
r;, ce mitin, H. Liowl George a t
invil par le mnire a. Martin un
petit djeuner aprs quoi ii a visit
la ville eu auto nubile II a visit plu
sieurs usinas et divers p lints olVant
un intrt historique tant dana le
qu irlier I* an lis q ie lan- celui an
giais. Tard dins ,"aprs midi, l'an
ci-n 1er ministre a prononc le pre
miei discours oflciel de son voyage
la runion publique qui s'est tenue
aus arnes de Muni Hoyal. Il a re
m ci leCiualipoir la part c'a
liai qu'il a prise d ini l g-a:ide
lotte po'.r la libert.
Le n Snral Ha lier aux Etals
Dois
Washington u gnrai Ha
1er, comman lanl en eh*f de l'anne
po mai ie. ven i a i\ Etals Unis p ur
a sisier i la c >n euti m la l'Amari
cm L gion > \ San Francisco, a t
reu pari Prsilenl lloli Igei I! a
ensuite fut visite au gnr I Per
s!i n^, unis ace impagn de ses ofi
ci 'M d'ordonu lOCH. il s'est rendu a
Arl ngton o il a dpos, au nom de
la P.d >gne. une couronne sur la
tombe du sol lai inconnu.
Les Cours'
PAllIS S Dollar 16. 7 i .
Livre "ii.il")
NEW YORK 8 -Francs 16.70
Sterling 1.5833
s L H liilalion Boni'r]iii(|non
Lut partie du domaine
laonaJ
Un les biens \ ie la Commiasion
CalislraleCentrale de La Rpublique
a l'ait maint nir dans le domiine na
tionale-i l'habitation ''Bourguignon"
situe dins la Commun-; de Petit
Ci lve et revendique -ans titres ni
qualit par des personnes de cette
ville ay mt pour mm l itaire Monsieur
Emmaauel Jeannot, docteur en m
dec'.ne.
Si nous sommes bien informs,.
noua pouvons avancer que les rcla
nnnU, avant toute dcision de la
Lommissioo Cadastrale, taient en
1res en p >urpalers avec la "*in*i
Apple Cqmpany polir la vente ou
Iri loiiag i|h ce b en
r. le hib idioi reste lans le d>
m ine I l'El il e s n i urell nient
nil m i aux lysans qui en ont cul
li les pi ii i is,
inne dil ^
H'int C')iiniiss.Vn*e
Cs ma'in par le Oristobal, e li le iJoral J dm il. Itusscll il mt
Com nlssiire Si Ambassadeur extra-
ordinaire en liaiti.
Le Gnral Russoll revient des
BbUs Unis o il a t en cong de-
puis u i m is.
Il eatacco nnegn de lime Russell,
Nous prsentons au Huit Commis*
sire nos meilleurs souk ils de bien
euue.
Le cas de THalutalion
Clialiert
Nousc oyons savoir que la Com
mission CadistraleCentrale ds la It
publique s'esl dfinitivement fixe
nr le ai le Phabil itioo "Chabert".
Dan* que sens la Commission vat-
11 se in >ncer sur cette impor
tanto .,11'<- -in ne peut le levoir.
WS la s-miiii' nrocliiin 'a d ci.
r i iv ,i ' Ch il ri' son I.viuj
U 4/iillicit.
t ?ila 1 p e ))
N >us recona u m I >ns au pnbli It
coq t et iblis un t 'i ii lenl
s'uuvrii .i i al Castillo en
il l, Hue
Ko ix. On j trouve des consomma
tious de premier choi>.
U k Conseil aux As
Allez chez DEREIX
?rendre ce soir 5 h.
Potage Waldes
Vous serez satisfait.
Crme la glace- Sorbets
Ptisserie-Sandwich
Le plan de rorganisation
du Chemin uV 1er la
Gampagoie Nationale
Notre confrre le (.Nouvellistes a
annonc hier que le Couvernemenl
a accept le nouveau plan du Che-
min de 1er de la Compag ne Natio-
nale, sauf (Quelques ebaugements
plus ou motiifl insig jifianls.
.Nous croyons savoir que 1 infor-
mation n'est pas exacte. Comme l'a
dit notre COllFrStli le nouveau plan
comporta une partie financire et
une partie ie rapportant au trac, et
par consquent technique La pre-
mier: qrieetioQ antimer, en ce qui
eoncorrje la partie linancire, est
celle de l'change des obligations
actu.ellea en titrai un taux de r-
di-.ction que nous avons dj fait
tonu .tire.
t'.'es^ actuellement celte partie
laquelle travaille M. Fainham l'a-
ii-; il i si an train d; rccuei lir l'avis
parliculii r des poib-urs d'obligations
sur le- sonditiom de cet change.
Il a l, savons-nous, dcid dans
1 G uvernement que les parties se
tiennent et que l'change des titres,
leur mission et leur service, ne
peuvent lre spars de la question
de rorganisation du Chemin de Fer.
Ce qu'il faut retenir, c'est que le
Gouvernement n'a encore rien ac-
cept : on cause lout simplement, et
M. Karnham n'a pour mission,
lui conli. e par les intresss et ac-
cepte par le Gouvernement, que
de recueillir tout ce qu'il peut des
porteurs et en faire rapport au Gou-
vernement, qui acceptera, rejelera
ou nindiliera el Ajoutons que le tout ne pourra
lie dfinitif que s'il est sanctionn
nar l'autoi t t cj, slative.
Notre confrre xpiime le vu
qu'avant ds s*e>lil itsr la sanction l-
gi>lative le GimVciin ment rende pu-
blic le plan de r rganbation com-
plet, pour iiermetlre sa dis:ussion
publique.
Nous non s joignons d'autan! plus
notie co nfrre dans l'expression
de ce d' r que nous avons public
nous-mi nos, dans notre dition du
20 aot, 1 plan complet de roiga-
nisation l'tode, que nous te-
nions i'ie lu bonne volont du Gou-
vernem.ent lui-nimo.
Notre excellent coslrre est donc
servi lOUlhsIt et mflis l'as/ance;
car nous ne voyons pus quel incou-
vnienl il y aurait pour la presse de
dire ds (.maintenant ses apprcia-
tions sur les pailii-s principales de
ce plan. C* est mme pour cela que
le Gouverne ment l'a rendu public
par motre intermdiaire, lit nous
comptons nn us mmes produire nos
observation. sur !e projet.
Varits
ci: soir
Le DedaU
de Paul 1 l'tvi.u avecRobinJ
Ki il i. : Une gourde.
Choses Scolaires
Les Instiliib'iirs d'Hnseif
meut l'iiiuanv priont le Dpl
nient il-1 lliisUiutionPubliqB
revenir sur si dernire cire*
lixunt la rentre les matins
les entants de 8 11 heures
aprs-midis de 2 a 5 heures*
le* nui Ires de 9 U les |
et de 2 les aprs midis.
On trouvi* 1(11 il ser-il ploi
pie d'tablir un horaire unif
cette laion on pargnerait
chefs d'Institution un surcni
besogne.
Nous croyons savoir q^
supplique s.>ra daiisceseat
se au chel de l'Uiuversite.
Requte la Police
Messieur les Agents de la Force
p 1j i 111 i pri,>, d'interdire le
peetaele *s>Jtf>2eoi I g ends garons
nus. pieiKmi leur t .in le mer Mar
ti tant, Us Jca |ours, sn tacs la pro
pri:. M r. lc 11 ,
8 ci tcti is uni du pittoresq ie
p i Duristea i les journslisiss
trangers, elles n'ajoutant rien
poire d i-gr d'avameemeot ot de sisi
Untioa. -
A Parisit
mau
1 lier soir cause du
temps le groupe Salnave D
pu excuter son programm1
reprsentation aura lieu *"
Y
iwa*^ ^* - --------
Administration finn
des Fostel
Avis de dpart
- Les dp.- lies pour NeW-^
lEu.n,.....Nui ^^orkdj
n.,r le s/s Panama seroal lenssjj
vendredi 11 tl.d^.^rsnl
Parmi les pasagersarrins
Un, se trouvent Mretjg
Davis, Mr Madseo, Mi*"
S. Stanley, Ntell^slanlev
"" Dcs .
Une d.^M.e Je^joDJj;
nonce la mort de *f*m
dont les runra.ll on eu
Sineres condolaDces^ l
" Parisiana
JEUDI
Paraitre(
tonde le **A*J?>
Abonnement.
tio*irds* |
Port-su-Priu68
Ucpiirtements
Ktranger ..f
Beiti P^'ii
Bureau: Hue ***-&*


li;hatjn
< ::-'* *T-x;
**V
m
juiiUA-LAUi /, ',.
i WIIQUE, RECONSTITUANT, FBMrw W\
Recommand par tou. les- Mdecin-
atori^ de. trou n^.leure.'aVrf, S" q " "? *? "2
;,.,.. l.-ur to.ii. las autres |( de q^nn.,?, LT .T. *"
p., IM ce.;br.t. s .m, dl .1 ; au mon'I, , ** ^tT"*'
|j. iUooatUtumal pur .xo.ii.oe. j.ii. ici "d Toa"*u'
FIIBLESSE GNRALE, MANQUE d-APPETIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
in rarrt dam tout., m mmm------, LiJjcri. VfiRITABLt Qo TNA.1 If, P1PI3
is & Csls
liluu
N trouve_Le Matin
Htel de Franc*
Hu i du Qu ii el Roui

*-..
San 7srt
H y
GMNfiS
***- i< W.Ji.m, a, Pan$
; une vie nouvelle tous ceux dont la
->-"HMidftil untedspayschauds.auil
CMIOiJES-IHPIlISSAMTS i
1.11 ,
fBg'1,!....... '
APort-au-r-inr,:,,,. ,..... AU..... ^
Htel |(elle\iie
Champ le \l1t19

Htel Kxeelsior, pri .lu
Heat.|.|iiariej.
Htel La Gaiet
Rd3 Fror, en face Panama Lin*
id Hlel de France
[Anale des Hues Bonne-Foret du Quai
ijr-fif de recevoir :
Je foie gras initier.--- Civet ,1e liovrt. An louilleltcs m
Andomlles au saindoux. Jamhon en bottes \i>
JBle.-Sar.lui.-s,- Maquereaux. Thon. Cassoulet. -
Ifins extra. Isoudms, etc.
m le gallon G. 4.50. yin etene, ,c KaMon q 5J0
M dbile par barrique et gutlons
)t Vins de Bordeaux et de Cham
me*
ittcellenle. Cliaml.ro. confortables. -"- Magnifique vn
Htel Central
Cnamp de Mars. \'illa Claude Ber-
nard.
Pension Rouzier
champ de Mars \ illa Je Rom -
Htel de 1' v venir
Hue Pron, pri du Bureau des
tlgraphes T. rn -in-.
Motel Durand
Graod'Rue, face Q irage Barreyre.
PErmcJe VVk Bach
Port-tiUmPrine
Nouveau traitement de la Furonculose
PAB
Ibsiopiaste du Dr lassermann
THisto;,las.e est un emp.a.re prpar 'spcialement
pour les Furonrles, ragairemeiil appels cW
L Empltre se pus. sur I, clou ,& Son apparition-
qui, sous sou mtlnence dentfil indolore eu peu
temps ; 1 il ammalion diminue,!! ne s, dvelopp plu,,
et se pril en peu de jours. '
L'instruction cJluille dans la boite de l'HislopIsale
Sca Side Ln
Mollissant
Pension I.ajat
Boie Vern t \m'lie Rivire )
Bar de la Paix
Rue Frou, pri de Aux Cent Mille
Articles
lurmeas, Anmi*. Con valet ce ois rortifiM-Toui par
le \ in '
l'.ar de 1 l'union
Place GciTrard, lace Martin
Cal International
I' ace Geffi rd
Bar Transylvanie
Hue du Quai
Le vrai vin fortifiant et reconstituant
i base de jusde \iar.de.
Ses effets certains >t rapides an font
le Ionique de choix des affaiblis, des
surmens et des convalescents
Essayez une seule bouteille, rsultat
immdiat.
En vente chez
Alponse Haynes
115 Rue Bonne Foi.
Aux C.a\es de Bordeaux
Grand'Ru
New York liar
Rue Dsali Destoucbaitprf la
Glacire.
Favorisa iar
(ii an.t Une
Hlel lorto Rico
Champ de .Mars, maison Apollon
Restaurant stecher
Champ di Mare prs des Tribunes
Bar nouveau
jj\irid-liiie. prs Daniel conaeur.
(afi |. Hennis"
Champ de Mais
des
Riupisss adirs
Bardes Uentla nen
Av,nue Louveiture, en l'ace Sciiie
Sine mon Jt.
MoldeS Le ^^P^ .N Ho Commission
h inire. faveur de Madame fi Tro-
clie\ de |>t toAve est adii duplicata
devant tre dress.
Pert-ao-Prince, s Ootobre li2j
S. A. SOHAV
^llmmsit Paru
E LA LIVRAISON
kplembre I 'J23
"Pis du Levant.
Jlravcr>edii Tau-
tffei de l'Acadmie
aJ" Loup, Henri Bor
Fniie franaise.
to"fe indit... ||
GergeSand, Prince
Jfcfc Deuxime par
" es Nouvelles
'lurice Levaillant.
^graphique ,|c \'w-
Muerre. Arthur Lw.
ingres. |ar"i*
^ Gillel.
^nde la Cuisine
Royal Caf
Rue du Magasin de l'Etal, face la
B. h. H. n.
Bar l*ort-au-lrincien
Rue Roua, pri Oarhtroem.
Le rcpiss .No :iiO et une ordon-
nance du Dpartement des Finances
au .No '* mis par la commission
Sambjpur en faveur de feu Mural
Michaud tant adirs, sont d elars
nuls, duplicata deranl tre dlivr
qui de droit.
Port au Prince, Octobre IM3.
Jules DEVIE! X
lltol ht Charles
Ilior
Vista Alsgre
Rue Roux, prs Plurm^cm Centrale.
Har des Ulegants
Rue de l'bgaiit, quartier du Ru-
reau de la Ronce.
Caf Christian llox
Rue dei l'i. uls l'oils
Sali
:
Q'Bzaine.--l]M
W Pinon.
LAEONNEME.\T
ne Morpeau
Ancienne lve de
Melle Hermimt Faubtrl
Leons de Piano
Leons et cours de Chant
831, Hue des Mtrai/e*, 631
Restaurant Chinois
Angle des nues Rpublicaine et De*.
toui-li . face Ivoled-s Kiies.
Restaurant Auguste Victor
lias de la Rue Feros
B
Six mois
41 r

*1W du
Troii moi
i ir )0
>} fr
j6
tt du 15 de
^ louer-------"
Cte" ,ae' ^
tQti' i,<
T'^s, s'adresser
au No 211,
rrorts,
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
S'111'locations,
Toux nerot'Jis. ,
CuMion eertolno par le
CIGARETTES CLRY
.... POUDRE CLERY
Dr CLXRY. 53. Boni 8t-MarUo. Paria
Caf du Petit Four
Au rond point de Petit l'our. ,
Bar St Gaepardt
Rue Roux, ancien Ua/^r desCentle
men.
Dr J. R
aai
i oluii.hiaii Ste^iiislilp
Company lue
Vapeur dlrig par la Ccfon-bian Steamshfp Com
prix lac- ym iMafta de h JkM States
SMppng Board,
le steamer II il i 1 aU n laiss New
orh le 5 Oc obre eourant9 vai attendu
a Port-au Prince ls 13 via les ports du
JSord, Il repartira le mme joar pour
les iorts du Sud prenait fr et passa
gei s.
Gebara & do Agent3
l.oyaf Cal
lin lace de la Banque \'alionale
Propritaire : Annacius INNOCKXT
Ce nouvel tablissement se recommaude pur un servies
irrprochable, des coasommalioDS de premier choix, ss
ituation privilgie.
Le soir, muspie attrayante dirige par des nrolai-
woimels de (jiand mrite.
Installation parfaite. Prixjno.lrs,
Tlphone t\ 395
PFaTm"F, Sjourn
tr*U,n:i\ms a P^Htle au rnljchs et au public au'elle a
Oc HiCt ei t. vj/'tr.i. Le laboratoire es' ouvert tous tss jours de 7 lires du m ti 6
WuBrinaa i ei iaooataate Vre Mtru rit
aZSSTaZ J ^awtw poarlei raosstgQsaisaU'
Analyes.d urines et ouc gsstriqos
Meaciiou de Wassermann
haclion de Triboulet
biamen du sang et du pu?
taamep des matires lcales
faamen de crachat
Albumiro rataiGc
u .. M Constante L'roScrlalie
Hocnerahe de Sptrohles et Go de noccoques, etc. etc.
NEUr^ALT.I:.'." FAIBLtSSS
CHL03C3C, DBILITC
Chiruifpen-Dentiste
De Facult! de Montral, de
New-York et de Boston
Angle les Hues Destouches et
un u de l'I.t..t.
Consultations ,1c 3 bref du matin
t> heures du soir.
,.
X
F
L
ar~
.
" ,4.1"
l Hmoglobine
afupar.anr a. J vitad crut i 4ri
'
1*!Z1


us bJi*
brt
Faisons un Rve
B9UCUETSi
8b jour vaudra, /4miff mrmul.
Pail't-li-i dr "c /* mal cul
nic cm /t.
l%"icn HimIm,
L'Arr.'ur dnu II fiur.
DttNiN'S CMation* :
F tlt u" MSjM,
fox-Tr.
Pei.-.'oir ( '( tmivjir
(prtJm pour DtWt|.
EXTRAITS :
ffi//*. AW.
Cytl.t'itm. jasmin,
Lilas. Mufull,
Itlt, f.ltolmf;.
hffU,
-^
" : i
/il.- -^ v / /vy

fWu'tl Parfvlficrift
VmM fouet ***<. Hn^ux 17.0 n> d. M^Mh^J'EUt
=->?
?
VoH'jsscoiiori^rprvosaihatS'
Ailez droit chez
PAULE AUXIL
Bu A l Intermdiaire
DWant
Ce bureau, tabli rua Forou 316,
maison Robin, offre sas service!
pour toute affaires : Commission,
transaction, servi e spcial dans
les questions d'automobiles : ven-
te, achat, voyages et transports.
Dix machines confort;!les et
dix bons chauffeurs sort ibonns
n Ire agence: machines propres,
solides et pourvues d'arrMtairra
comi'l'ts: chauiTeutl habiles et
avant les me flniin s alteuiioi.s
pour I urs passagers.
HouriMre hieu Jsrrvi, sdresatC*
vous L'Intermc'iaire Dili-
gent.
SPRVKE DS AUTOS
RvLW- Lundi, Mercredi,
Vendredi, Prix, DEUX Dollars.
HAYES : l.ts passager*, peu-
vent b*insc ire l'Ii Icrmiiaire.
Dilh/L'i-i. Rue Ferou, '\ ti.
Trop faible
pour travailler
La vie courante des femmes n'est souvent
qu'un travail incessant. Combien plus ardue
est la tche quand des malaises particuliers
leur sexe rendent chftque mouvement pnible.
Le systme nerveux est drang et la vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dan
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Liiez Ce Que Cette Femme Dit
Manzanillo. Oriente, Cuba. J'tais anmique et souf-
frais lors de mes rglt. Ces douleurs me foraient souvent
h rester au lit. Les douleurs, toujours dans ie bas yentre,
taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomis-
sais souvent. J'ai soutiert de ce malaise pendant quatre ans
avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule
de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Je
l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir
de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de
mme malaise."Srta. Marina Milav, Calle de Caridad,
4, Manzanillo, Oriente, Cuba.
Le femmes souffrantes ne devraient pas faire rt'timll
niai doivent luslster pour 1
Composition \e g tale
de Lydia E. Pinkham
QH0T QUONT DISE
QUOI QU'ON FAST
Le Rhum arbancoirt est
et sera touioars le meil
i la IWMM Sacs vides et Ficell
O se trouve bon tnar
th et de meilleure qua-
lit, tout ce tiu'Ii laui fc>our
vous \clro lamiile t . UU
.iiOt.
lias pour femmes & fillettes, < hausset
tes pOtti hommes. Cadets et I niants,
Chemises, Chamiaat.es, nalUe Ihie d'Italie, 1 IlUpestlIX oe laine,
r Tissus ponge la modo, Crpons pour
klnossos et d'autre lipsua nouveaux, Ci ope dei liiueft
Crpe Satin, Sweaters et Chandails pour daine*, l*ar
fumerie llouhi|ant. Coly, d'Orsay etc.
Chaises, hodines, Jeux de salon en viennois et en Osie-
Carpeltes, Deseentea de lit, Coiieuses, \rmoiree,Mouatir
luaires. Drapa de lits etc.
Faites votre rgle de toujours nousvisiler quand voua
laites des achats, il y a du nouveau.
Fuifon Shoe Polis h
Coiupapy lue.
UlilliUlIt
Cordonnerie
Krnev, < .amiile
Fabricant rli' ch/uutuft
en tfnu genrt
Mai'-n .iix s; prieuri
S'ins promptitude rVilritf
Grand'Rue la Poste N i722
Ls maison port .i !a connaii-
lau-e du public i|'ie dans le
but Je f;nilit r et d'encourager
ses nombreill client? ~ ell ac-
conle partir lu 1er Juillet
1923 une prime de une pa re de
chaussures au choix trut dten-
teur de vingt tickets.
En consquence on ..*.i pri
de rclimer un reu pour chaque
achat au comptant
la Conscience telle est la
devise de ia maison.
*
Sacs vides neuls Donhle'coutuie angla
Sacs vides neuls ksimple couture 'J
sacs vides 2n.e main ( Troi qualit1 ) _
t. ,rom:s nos bon confl
sacs vides pour Ciment bon march. I
icelle Amrieaine l amilaise. Ouaiit supnl
F
En vente chez
L. PREETZMUNN-AGfiEBHpU
Hue du Qw
F. Lavelanet & CI
IV i?w York
Cabinet
Si voui voulei rr h put U vy. tbn* '
i>. vmn .vi..\ ntm un brillant Initiant 4u>*t<
Si tous vouii^ la coyJtur tt la soupi.ut a* h'.
tbuuMurts (K'Uaih iomyuihOy MR^MfM ia '/*fv*1
MOSOGKAM.
ht-b+icti t Su ' ./''y" ' bifb ne
Hit p, mr,t f l l-un il ti la ib.ilfur
Kl r l e> '''' S"' "'
- tu la m,u tur J, toutts lf%
utu. JE IS&EMh a.v.'Ui pour IlaiK

DE
Mes Emmanuel Francur
et Th. . Benjamin
\voi ts
PETIT GO\VE Hati]
<:4 HIXKT
de Mes. Flix C\rmib
T m '. i'f IVIKIJ fi's
Dominique II IPPOI^YTE
Avocats
Bue du G nire, No 11 ; 13
Port-auTnne dlaij)
eiglils.
1..'1 fis pour chaussures
Lynn VYood llell Compan\~l\
Mass.
Talons en Cellulode en
Sorl.l iie PMWllllIl
eene 1
Talons en Cell ulode en tous genras.
Soei^t des Produits Uolot Paris
lei m^ilifure Dentifrices du monde.
BoeiM anonyme d Parl'uint de
Nicole.
Parfumerie d" Luxe
(''au nce et Co Pordeaur
\ if s
H Ternnux Bois I e Itoi
Pfignea en iou gp nrea.
Nou faisons ('es termes li
roduil. l'I..***"'
sirops et liqueurs Urog
rislerie etc.
A. CUvcryel.WlJS
Boni-bons de LiJJ sa
Toiles Cirs et TPto geurci. f-brifl*'
u..i"rr^
P.'igns en tous genres. La plus gros ^^
fous faisons des termes libraux de paiement ai ^
os conditions sont excellents*. Consulte* nous a*a
d'aulroo.
m
MMVLVi


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM