<%BANNER%>







PAGE 1

U AJC Par Cable Nouvelles tiUvui gres LONDRES— Les experts allis sont arrivs se mettre d'accord entire m. nt pour tenir un? confrence sur h question des statuts de Tanger. Linleruationaluation de Tanger for niera une bise de discussions qui pro bablement auront lieu bientt api* la cliure de la confrence impria le. Dclarations importantes de priorit" sur lerparations ainsi que l i • .1 t, le* % %  • %  ;> %  : our l'.n'ne. Sur la to lord Lui ion a la COnlreoce imprial des fremiers mini ilr s LONDRES i—L r! Canon, se:cj>, tal de. recettes S.SQO.tfjO.OOO de marks or ont effectivement lis t i tue* [and a qu les navires, cab .lii | 1 :.ir|i.,uie di-ciKion hihiwS i u-* de I ord Curz in D pas une nou \ i lis lumire Bur la rcente entre vie eotn M. BaldwinetM. Poinca i -. En |i n lant le 1 1 p< litique an* g aise,le • %  irtaire des affaires tran gres a i q ; ouvail i tondra ce q i on de 1 Allei s il ai i II.IIpar mie coopration nthousia le de la pari lu prsident de ta rpublique chidel Pi ne II lit q i i atua n i-pai i Parlement. Il remplace t de aband-ii par l'Ail magna ra Li Vu n Hou ng qui s est enfuie del raiatance dei it avoir t pr Tien tain au printemps dernier en vue et que Bans doute la France raison te la situation menaante Nouveau Prsident de la Ki'pii!)!i(|iiD chinoise PEKIN—Le marelnl Tsao Koun, chel di • militaristes du nord, a U •Tait dj pi .-.m programma. Lord Cu zon a jout au sui i des rclamati ma • i i i pour le* r* parati i is : •• Dsireux comme nous avons t de le il. a dans Pinte rl du rel .n ni i lli font qu'il est impossible qu'on arrive une soin lion sans n >tra coopi alion. Noue sommes pi fils a rec roi I a discuter les prop isitio g fi mai i (ans un esprit amie il. L'oi ateui a dit qu'il ne po Inil >a ; en rie a 1 1 Fran ee et la B [ue a au e de i vi< luire, MT -, une i< i di e, maia iv fin la crise parlementaire en |llenia(|ue BERLIN— La rsurrection du ca binet dei'unl, du chancelier Strese manu ave la coalition des l parti-, a mis lin a la crise parlement urs loi t la mystrieuse origine n a d'gale que §00 exlraot u ail oluttOO en ce fa-us nue l %  G m du i rial tans i< quel on cru i gi arale m nt qu m >•' pourra lin r l'Aile magne du chaos eiuiitur.icjue actuel. Paiement! eflectui par rilUmagoi l'AItlS— La commission I. i rpa rations a publi les chilTres reviss Jusqu'au 30 Juin des paiements, el fectus par l'Ail, magne et ports au crdit du cmpl d rpa lions. Ii. i Lor doni I 00 OiO en nai el i i %  11 i . ; avanc t I Jtf.i i marks or i Spa pour an t de vi allemands ont rail des arrangements : avoir une confrence cet aprs midi avec l< Gnral 1> goutte, com ma d ni li n i~ d ns la Rhur. P %  .,.. • Le gouven e aenl fran c.da n u le ci nfirmetioo des nou vtl If s disant que les ouvriers de la llhur avaient mu lu gouva rnement allemand la pave pour le mois d'Oc t. due malgr sa dclaration en l'a veur le la cessation le la rsistance passive. On annonce aussi que les employai des chemins de fer Palati nai et BaTarois avaient t pays pour trois mois d'avance. WASHINGTON— On a dclar l,t Maison Blsnche que le Prsident Ooolidge tsil insltrablemenl oppo se l'annulation par l j s gittg i n j s de i di Itei d t D i< ns euroi enni I. Pi id< ,.i et |Ui les I i no doi' ml pas ; indu i ; : bbiieurs i moi .La %  i antre les mains d'une commi lion de consoli par la loi el les Etats ns penvenl i bereber solution \re daus la Khurijui ont diuil la jue conformmsal u telle lui, Dcs La m; i^on E. M. Smitli Co Inc. nous tail part le la mort subite New York de son arsoci Mr Thao. C. Wallace. funraillai Samedi aprs-midi, ont eu lieu les Funrailles de Mil ^itagrSee Iticot. aseur de notre ami Justinien Hicot. Sincres condolaacea. ar i sTf e u %  %  rr rr m louvemeat des navires le s/s l-'lora, parti de New York le B8 Septi mbre pour tous les ports baitiens, est attendu ici le 7 du oou* rant -n route le mme jour pour toi:s les ports du Sud l.o s Astva est parti de New* York ; e i i du courant directem nt pour i ni i au Pi in< a. l.cssCalvp o. venant dellamburg Amsterdam, Cap, les ports du Nord et ai Su l le la Dominicaoie, Jacmi l et Cayes, est attendu aujour I nui it du courant. Il repartira le mme jour pour Santiago de Cuba, Oua- tmala. Le s .-, Florll de retour du Sud, < ^l attendu ici le t 2 du cou-ant. 11 char gra aux ports naitisns otlrant du li ri siillisant pour N' I*Ork et pour l'Europe via New York Le s/s Amer, venant le Kingston et Curaao, est stten 1 * ici le 15 du courant. Il en ir p ra ans ports hatien, o Frl fil aiit directe m, n* pour l'Europ /sCrisl leNesi Voik hier, 5 lu i oi ran est al l' ri au Princ • l* 10 du nt. Il r part ra le r Cristo< ba ; Can ,i / me. Ce m< m bateau, le retour de Cristobal i i. du courant repartira pour NeuvYork le mme jour. Ls plus puissant aDtlStptp San3 Kercnra ni Cuivra %  ulvsmi le travail 'lo M. TOITAliT), Ct.lDiutA c!a l'Instttat ftiirnr (if07). D.'ira;! laitanUtUaMat tm-s les mim h,-i du it P*it9. (UiCholrt. le^B'iovrr.t, 3>ia rlie et OyieaMriM jet Poyi cttu dt. MIVLADICB VMMiatxmtn jadJSptBIsMs) contre Ici Epidmies BOiD i Une sran


PAGE 1

IB;* !" r*/ utiiM^ ^ (odeel i ft M tonique % Umid rtiblossi gnrait t Ordw4nM des Snoti Glandes -Scrofulo Formation doa Jeunes Pilles Maladies de Poitrine ITnn root *ym remplace aoantage use ment J'HUILE ce FOIE ^ mm Allez droit chez toULE-AUXIL* \havei tere cV lu Magasin >te fMt a Fcr.de en i8" 6J Si p ri rite Ht s |. u m r tude mSSSSJSSfH'i Ch J' nf "'"' ***** 'i.tiqucs et autre" articles vendable* dans me rfcarmac'e etc,ot^ S Mm C lMrt,t fl ro ;< A.lis'toll, MMClil SUCRE RAF1NE. Sprrialil: tUrqiie prive l.y^ol dsinfectant, l'arfurn r Ti r 2 P 1 ,, \ : a,,iers Bn y R a w. Chocolat en pmi Jlw, lin le Je oie de Morue, Km.iMon Co!d Cram, Exiraiis. pour fa re ess-nces et eau de toll*tle. F.au de Quinine, Poudre omitralea Inseelea, s >i, tin a pour oone£ VCi les œ fs frail.ait de Magnaic. |>,u• 'i DROC SPCIALITS Franr.uv, et Ltianeres SfcLS DB QUBfDfl l'I'KS Tous produits en /Tarons, ampoules, n i prims, cachets. BOUTIONS IIYI'ODEItMIQIES BANDACKS, CEINTURB8, BAS A VAIUCKS APPAREILS KYILNIQL'ES pour ions osant | APPAREILS ORTHOPDIQUES Bering ne hypodermique PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Uiiuea, Commune*, etc. Projets de Facture tions renseignement sur demi ,../ %  • .,.. g, PHARMACIE PRINCIPALE 4t, RUE PAUIKUR 83-98. Bu'LEViRD SBASTCPOL PARIS MATSON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni en Fraooe ni l'Etranger. r •' s ? ^ n s n ! IA i -• %  CIIICA** Ur u -.' O se treuve a Lou mar ch et de meilleure quai\ lite,lontce qu'il tuai poui vous \olre iuu>,,^ ,, U JJ mot. : i •< il i l|,.-r Coi (< I ; I H ; i;, .*, ( , ^ 4 ; ( ( lAvi i !.c 1 motte, l'oi i i< n?, 'i p \inn;t i'nU y, ; i, p i,-j) i i H Fn i >l i i A \er e llaspour femmes & fillettes, Chaussetlaiiic fine d'iuiie' i \ u,a l M ,ux ,,e toment neuf et attelle. il'nlllriia ICLIK. .V.. F —_^^ jout'•t dautrea tiasua nouveaux. Crpe deChiue A JUn,S\vc-uusia 4.n u udallM pour damas Pa poulnant. (O(N, d'Oiaa% ele Kl SfS^ir^"^ S* ^-i^.?:vf...rfK C on 0*1Jwapede lits eic. BSLte g uV d : d\ ,U| nr8 ,,ou *vlMltr quand voua r ^"ais, n \ a da nouveau. Cabinet v--..^,„, 1A .^ u „ en viennois et en Oslom ai B "Iloyal Caicl la ce de ia Banque Nationale >ro Pritaira : Annacius l\\OCIv\T *| J | I .' ,I,! J !,,, i s,! •'••oiiiiiiaiule .,;,.• un service >_ es cousominalioiis de premier choix, sa jr'vilejji.v, li'mf'r' a( ra Pt dirige par des prolwt\ l ,a,, d meule. f **ljo pa. laite. p rix IllodJl e8 llphone \ 395 •I Th. B r.jamin \voents l'ITM COAVi f HATI ^> > ltiu',' uil d'coton 11 le de mi*?, s et < f'ar P<* h, !?œ if Sa0 ? 11 (s mu s i 11 :v, ;. ; v r e s i (I Xi* i s de porL N ta L *1> s < s en haii?-. Co ed B<5<4.4 ast JLieei* i 1 il il mea(s,elc.elc€tc. Pi ire de voir h Prix Lou; ru n /. Lfa R. I i.. Ajent a;xlv:sif pejr Ham lia '*^i7'.K CAHihET de Mes. Flix CARRli! Ulrich DU VIVIER fils •%^^v^= = : a M B a ^-<-N ^ .^.^ -^ A N %  A ^ Rue du On ire. \o |613 Port-au-Prince Hati jd II 1 . ,.. kphsPMSAHTmom. i F3.MIF.3: Ellxlr-Cranulmulsion-Concentr^cborttoiro d. nnsTOONcr s vri UD v nle la Pb..rmaeid Cenlil UJ J il lliGlMIiU 12 WFT Y tbirurgieB-ienUgie \ ; H'-Vy'.'.V SUPEBIOBiTC BIS PflX Fabrique de : reiutuiTs,Vernis Ocres, tle Joules sortes. \ fasfie. t ti \\ TliJniid Ve %  '• %  %  < %  in :, ,i e N*w-i k ,1 ,1, 1, H, ,, Angle des Rues I est. uchei el < n Magasin de l'I.i. 1. Consultations de 7hresdu matin a 0 heurea du soir. c?i



PAGE 1

LE *UTiM GLOftOL fortifie Un mois de maladie abrge Votre Vie d'are anne. Le L&BQL permet d'viter tes maladies en PMfHMfl* laaaf. ta ferm de r>isiance |K II >~j ta M. c'.; '. orgtUiiiiH pcfeement nerveu: Ccnvalcscenca Neurasthnie Pales couleurs SurrriCi'.e* L mie < CtDf OL ar<^iie:ile la ftre net coi* < %  • '•'' 1 ux •* %  m r ..• ite leur cnet fie. leur eoupivsse et leur vigueur. -'" >'; h 7* V H\ u I I C. 'M P moi 1*< s*h h VirltabU 6ortqo#. MMi MEDMBW Il auift tfiitncr q** >.^t >, '* ( *P* -dh .%  '.< %  :' %  >' L JBre, JjS U ni "X "If, haL.tuW, S*nt utile et permute. Il %  l.WiP1* conVa!'>cenui et Tt.rW, pour JnM Cire. dbi.AJ essenl;i'.'" D' tt''--"<* Cnucewf. AMtct; wuna *•*• *>>;• CVlrtsln, •. "* &* rfipcieanM), Paris, et'lounl phj>TT>iCiO r*0 n uu .li-yasiii vie l'I^tai Su.nn.ua. Aueii.is. ConVSiHeaUl foiuie*.vous | ar le \ m <4 PJ rrmtfHa re DAijent Le vrai vin tortillant et reconstituant base vie jus de \iax ce. I Seseiets certains et rapides en font |\ le lon;que de cLoix de* oiiniLH*, !" siaments et des. con\alescents. I • ;--vl i ; y/:' efil i Essayez une saute bouteille, rsultat immdiat. En vente chez ilpliouse Haynes 115 u* Si.* Vl Ce bureau, tab i rue Ferou 316, maison Robin o Fi i sea services pour toutes affaire* Commissio tran*action, sei vi e spcial dans lei que tio J' IUI nnobilea : venir, acliat, \ el transports. l'.x m ; lunes confoi tables 1 1 dix i DUS chauil'eurs sotl abonn nvtie agence: mai liines propres, solides et poui \ ui s d'accessoin > compl ts ; chauffeurs habiles t ayant l<-s meilleures attention! poiu leurs passagers. Kourtre bieo servi, adressezvous L'Intermdiaire liiliSERWCE DES AUTOS BAlAN: Lundi, Mercredi, Vendredi, Prii, DEUX Dollars. CAYES : Les passagers peuvent s'iuscrire l l'intenn Itaire Dihjcvi, Uue Fiou, -il. La aisoti H S1LVEBU La ftaison H. SYLYERi toujours soucieuse e donj pleine satislaction ses ainiaMes i nombreux cher1 leur offre, en prvision de la fin d anne, les arut suivants de toute fracheur et de toute beantfid ment reus par les derniers steamers, a des prit m tionnellement rduits. Roufi ne croyons pas ncessaire de publier nts pn car il n'est un doute pour personne que non sr* ment nos articles sont de choix mais que nos prix i les [dus pas de ila place. Casimir gris anglais nouveauts P&lmbeach jris anglais Palmbeaoh gris anglaisa carreaux l>almbeach uni & barres,coul. Alpage noir sup. Diagonale noir suprieur Serge Lieu marin & noir, anglais Satin de cliinc pour tailleur Lustrine barres pour tailleur Kaki jaune anglais extra suprieur Diill union blanc UHSor Japonais pour Chemises hommes ft robes '_ ; • iche •tideaux tulle pour pertes Tullfl pour \oiles Voile uni & barres Gabardine unie S: barre Batlne blanche & couleur Organdi suisse Li'otl Brodee mailera peur robes, chemises k Jupons Petites serviettes damasse pour table Soyeux uni Liane & couleur Marqaisette coton noire Crpon jours blanc & couleur llrabant anglais Eollenne mouches couleur Itaudes brodes anglaises Toile voile pour golettes & pour cadre Ca)icot Perai de iainile Piqu blanc barres pour jupes Nansouk noir anglais Molletons Liane & coul. Lotions Pivert assorties lias jours lias blanc demi-soie Drille union anglais Sat foulard angl. douhle larg. Chape iux feutre llorsalino etc, etc, etc. ,.. Toute [icisonne dsirant se procurer les ntstli articles de la place el aux meilleures prix que I ailleurs se doit de laire ses emplettes la Maison I Rappelez-vous surtout que la rputation de II n'est plus laire pour ses articles d inipoi'Uti glaise. %  -.. i^ulou ShoePolisli iCompaiiy lac lia i im*+ \ew*\ork *>. ...w kvi>N> >•"' *'• #MMHM IkMMMl *< Uutnt4t ^i VJUt iu.'\ la tOuUut tl lu SMaittll & 0 MQhOaMi, Geo. JE itoStiX* ifiipo Hati ICUlbKI Grnest Canaille Fabricant 'd chauuurt ra uns je,\n% Matriaux suprieuri Soins — promptitude — Clrit Grau 'Rue u. la Posta N li La maison port a la connaisaiice du public que --dans la but de faciliter el d'encourager les nombreux clients — elle accorde — partir du UT Juillet 1923 une prime le une paire de chaussures au choix tout dtenteur de vingt H' L.t>. Lu consquence on est pri de rclamer un reu pour chaque achat au i omptant A la Conscience — Llle est la devise de la maison. QUOI QUON DISE QUOI QU'ON FASSE : Le B atflifflaittsl et sera totQBra le slileur ^ssjBjBBaai Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume | pour viter i ne grippe, prenez quelques Comprims de Sacs vides et Fieellj Sacs vides neuls Double£couture anglais Sacs vides neufs simple couture sacs vides 2cme main ( Trois qualits H M i. }) i,. ou * trs bon comptt sacs vides pour Cimenta bon march* Ficelle Amricaine U' anglaise. i^Wl supers* LPREEZMNN^GGERHOII Bue du QM* F. Lavelanet & Q cVtgcttb 3e ^aattfochiua ilmpOit Cammmi^taa. ^. 0. f& $l ^ort-au-^riace Srfaitt tqents Gnraux pour Haili des maisons surT *• %  ....Ktabli^emenlsAdrirn^ Liqueur Fine t SSJ avKenaudUJJ Cognacs ' D -li et Cie II h. K. Butler et Co Ine. N. V. UarchaudMi Gnrales Diamond Draiding Mills Chicage OSIKESduRHNE 1 llciglils. I.arels pour <-h;uissures Lynn Wool llell t^ompaiiN Keene Mas. quei. p %  . t r* a Talons en Cellulo'nle en tous senre>. Huilles Esenti'{*?* uer ii Boei t di Produits Itoiot Paria s i r0 DS et liqueurs Uros le* meilleure* Deotifriceadu monde. Socit anon\me des Parfum* de Nicole. Parfiun''' ie de Luxe Clan m e < i Co Bordeaux ,Vins H. Teraaua Bois 1 Itoi Produits l'harmac.ut.qu- que. les I sirops et liqueurs ri,,eriC ClC • Fila Tosaa^ A. Clavery e ^ t to s| M *S' .MUfjj t Agsnt3 Gnraux pou Uni Bouchon, de L.*SJ •„ K, ,ne MarM'' ToilaaCiraalTastsa^ tCnrrS P Fabrifl* P atouagoarea. L> p'" 8 K r0M ^tet Nouai ibrauv d e paiement au* ^ no* eonditioas sont excellentes. Consulter nous a^ant d'salres,



PAGE 1

w>*-' **-> -^flp^r. ^arv* jfi PROPI(ll£TA.IH : lent Magloire 00* VERNA Hue Amricain* 10 20 GBNT1MS Quotidien Ce oui g|to presque toutes les allaii *• qnordioaireiiif 11 ; ( i : s i nli-eprenneui, i ire In russite princtpale, clierchent encore de cer taius petits succs particuliers <|ui lia tient leur amour-proprt et les rendent contents deux. MONTESQUIEU xmi'HQbE No 243 ,ANNKK N 5034 f'OKT-Alj-l RINCE (H.UH ; LUNDJ 8 OCTOBRE 1923 CHRONIQUE lenlre des Classes onl loiii"lu' 1 leur 1rs son^' ut i|u %  I' £ir du bon temps, £ils pi iivrni Iniquele caprice, cl se lepoint se |M. IJI rude livn s, .cl peute. i songent aussi leur lie, le joli mol qui ux< dont ils sont les [amants, el souvent geiit sans .nu. rluUMI'III m.'. Ils se deDincnt ils vont proclenirim in illeur n u tue l'anne dernire, une .-m Meure assik programme et de %  bis. Car il faut tre Ire pratique prime licle utiln lire, i lu der si ks intrts |eur ne sont pas su" intrts que ie sens Noms matriel et S tient pour pratipceplon> le sens vulPNous pensons (jue l nos classes dpend Wrft'ctionin nient que "rapporter a nos m|: nos inovi us .1 enseigne du perleliouiie[ceux ijin enseignent : de grammaire, le de gymnastique et Manuels, ,i lassimilajenie des programmes, apports qu'il nesein1 capacit de ivnoneerjcueil|eiiieiil, .lisons, nt, si l'un \ m, avtc m peu personnelle, laquelle sont parveW d cole. *. %  l 'admettrez, desclas 1 les classes fortes; il ,f moyennes qui s'Wnicdiocreau hou ; ""f nu'inc classe, des geures et des 1,,'an*Uuelle est la rai*J Wei.ce? l.esl%  *le, mais moins qu'7 U science du mal 2s ont appris sensi^'esonuiiedeconJpuelle esi l,i,.„ SI1 |,j. Jununiquer les l^ 0lr Primaire. Lntetligence et les aptitudes?.. L s preuves des annes d'tu le, ont du dmontrer que I "intelligence et M S aptitU les indispensables ne faisaient pas dluiu ; au reste ce ne sont point ncessairement les plus intelligents les matres qui ol>tiennenl les meilleurs rsulatats.— Le> mthodes?., osais tous oui t exercs aux mmes procds et sont <.,j ab!es de les appliquer — s'ils veulent bien s'en donner la peine I S'ils Vrillent s'en donner la peine ? • Voil ce qui, mieux que toute autre raison, explique les diffrences que l'on ne saurait nier, qui existent dclasse classe. I elle est lionne, parce qu3 le matre se donne de la peine : telle est mdiocre et faible, parcs que le matre se donne plus de peine ici que l. La valeur pdagogique de la classe est donc en rapport troit avec la valeur morale du matre. ssei Se donner de la peine exige de L'effort, un effort d'autant plus lassant qu'il est rgulier, qu'il est journalier. On s'use s'efforcer, 89 donner de la peine* Notre ius tinct animal de vivre proteste.non une fois par ci, parla, mais tous les jours, contre celte dpense, contre cette usure ; il proteste par le sentiment de peine qui naccom pagne que trop tout labeur. Les latins, dont la langue est toute une psychologie, dsignant d'un mme mot et le labeur et la souffrance. Et, puisque se donner de la peine, s'imposer du labeur, c'est diminuer sa vie amicale et terresrestre, c'est souffrir, c'est coin meneur de mourir, renseignement exige un renoncement un bien infrieur, sans doute, unis qui nous tient aux entrailles, puisqu'il n'est autre que l'instinct de .vivre lui-mme. Or, nous savons bien que le bon enseignement comme tout bon travail est ce prix L'instruction, ni l'ducation de s'olitiennent, comme la fabrique, au moyen d'une machine qu'il suffirait de surveiller ; et c'est pourquoi l'enseignement est une vocation el non pas un mtier. Il y faut donner de soi, il y faut se renoncer... MYI1T1S i h Irait •Arthur Lescoullair, "TOUnre ,i Etat de V lll,| l"e et de l'Aj-jpms Ion-temps, on &V'r K,y:m ,, ,V fcjns hatiens qui, fiS^oi d, Sales et %  gnon prestigieuse du "" 0 n s" dvouent Pu!agemeni des ,;'" K S ave, „n zle ^orni et qu'on J Wroirer. '• %  personnel 'lent, ainsi : S*""", estimrent que la bont avait pour longtemps perdu un apotre.et que le nouveau Ministre se dsintresserait tout naturellement de ses malades. Le Docteur Arthur Lescobflair en a jug autrement, et c'esl ainsi qu le lendemain de s m Installation, on le vit de son mm %  pas familier rentrer l'Hospice SaintFranois de Sales et si l t vietie dpose, revtir simplement son tablier de chirurgien. N'est-ce pas qu'un tel Irait de simplicit mentait d'tre enregistr 1 Ouverture des Tribunaux Un important discours du Secrlaire d'Etat de la Justice. Aprs la mi BSe du Saint E pi il qui eut lin !un !i la Cathdrali la cortge campos des membres !epacquela, des magistrats, de l'or des avocats el du Mil isti e d la justice se r ndit an Tiibuaul de C -• sut ion. Lo Prsident de la ( loarSu ri Me Emmsnu il ri, i ron inos un beau dise >ui • il fi i as orlir dans les modes li caractres qui distmgueol li lu Tribunal de i titul L .porte rappela inap irl de ne rribuo d el se rjouit de • (pie l'un de meml plus en vue soit arriv s la I i etion du • • parlement le la Jusli e ; il esp e que i ii coi c ini s le plus la : i a ra apport a I un ili >!• ition la Tr nai de Cassation. La Bat innier de l'Ordr Me tieorges Sylvain, paria ensuite puis ce fui le tour du Ministre Dominique ipii pronona l'important discours suivant pie DOUS sommes lie m eux de reproduire ici : Discours duSecrtaii c d'Etat de la a^usttee Mi ssieurs, Alors que je i i' -1 reprendre t V> cts la d icale I qui est In Vtn et q I i i j S'OJ sexcomuler, sons me* yeux, lan le silence dp mon cabinet, de volumineux dossiers: nu m imenl O, avec la mi^me ardeur el la mAine bonne volont, j'allai poursuivre cet incessant labeur que i accomplis depuis dix sept nus au Parquet du Tribunal de Cassation, la oonfiance de M"i\ieur le Prsident de la l •publique in'a|>|>'dl inopinment au Poste de Secrtaire d'Etat de la ,lusticfl. Inutile de vous dire COBSbii n pr mdc est la sati-lelion que j'|ii.)n\ e aujourd'hui de me tro .\> r an milieu de vou en celle nouvelle el i niai te dignit. l'ermctte/.-moi de vous dire que je sens une lgitime fiert' .le me voir appel par le Chel de l'Etal ce Pos* te d'honneur; cette fiert .luit tre aussi partage, par vous lousi Maoistratii de tons ordres, car elle est la conscration des mr I • qu'on ae quiert dans Peu reice de c i saceT loce tout (le sacrifies et de dvouement. Kn fixnnt Son chois sur tin des vtres, un. Membre de notre Tribun I SuprmcTrihunalqui fait lani.l'honneur la Magistrature Haitii une, Monsieur le rrsidi ni de la Itpublique entend prouver qu'il ne cherche pour collaborer svec Lui que des hommes de boni c volont, avant une longue exprience de Intel de la Justice. Monsieur le Prsident, En TOUS remerciant infiniment des vives flicitations que vous venez te m'adresser, je vous prie de croire que j'< mporte Is meilleur soi vi air ai > longues et fructueusi %  u \ is es % %  bl bien dire le Dr. il el de I i il blmi e. i %  voir, le mme i meri es ri que y: ii. din lion du Dparti i di il util n~ : n des. rent trop ; ibsli uir sincre ne carrire nojvelle. 5oyt* | qu' lyant i m qui est la.-. cm lienn • de l'Honneur, ... S< i n i qui n i tifie le cœur el i j io -v i uerai faire de la bonne Administration. Je nui p 16 VOUS leui i le proue sses, car je i onusia le ; b. -oins p'. sauts i La Juslii e i el nbranlable fo idement di . Bien qu'il lui man |ue encore les satisfaction • Lgitim auxquelles el e a droit, ellu est resl o .jours di> ga louj rs Bttai h's mi >ion a i q ue ; 11. i %  re, vu nne si I re lan t attendu j 1 %  v rabli M.ii, de la 'i n vous SSl duo. VOS i pi %  peuvent que r votre zle d ins l'a complu i de v .. devoir voua p..a'. / .1 rm i i i impter sur Son Excelle u s le Pi lenl d %  la i. publique, iocii n Ju : au Trib n.il .le (Jassatio il ir entier dvoueujeut : qui, s vous q uttant, enipuile de vous i i >i agrables souvenirs, b-s meilleurs certain lent de sa vie. IJ i ini voua, •! iii irs do Parquet, j %  • iv. / t pour moi d'intelligi i c illabor I un. je n'ai que des loges .'i v >us d srner. Vous a. / e i itribu, je vo is s dis en tnii a frauch r. a eh er le prs* tige du Parquet. Vos r [uisiloires, m e |u • au coin le ta i ience, vous ont icqui I .'>ii oc et 1 1 considration du ribun d prs i iqoel vous mi i v Continuez t. qeu s >i MIS • l %  \ ie, poui suives assi lumenl votre tac h ; m m : \u u '•meut e t p uai q i'il n'aura | ' toujours %  r vos ...•-, et i v j,is ppid ; lu vous quittant, | i mporte de t ius tout parculirem .1 un souve* nir mil qui no s'effd ri pas de mon cu'ur. l aise la b n is i nlente, celle exquise cordialit, toujours lguer entre vous pour la b „ine mardu Si i vice. I.n VOU • rem •.. ml d %  ,os compliments, je vuuadresse mon plus cordial salut. m I I Avo. al-, Je ne puis oublier tout ce que je v us dois, car >< fui des vtres av.mt d'appai tenir! la Magistral .re. Votre m irpuralion n pas d • %  i %  'ie ••. u but, lOrd les s •.. Us, i \. % %  nj M proos son ,i la M i la l'ail i de %  m qu'il accomplit .n, lX Je n'ai qu'un m formuler : S lyef l soi de n. nli i de i %  prio< ide moi [il .• i•vous toujours apporter a ia Justice le ... expi: %  n e et | I uissi I rience, pour i .:..-: • %  ,. la n libntioi posmibh d'une I et ii art le Justice. \. 'i~ ; %  S i Cl Ile I Cl BSioS sa Mini e I DOS meil leurt v.. i,\ di i . di ns Is boude lche qu'il lira 11 : n on plir comme Se. i i tain d'Etat de la Justice. Paul Sales AVOCAT Recauvremenls Coirraerciaiii, Affaires !'Ltr r iii] Cor ;i Wai hing ton, New-York i Berlin, Lo l'aria. i. ., ort-uurl > ttee i 59/ m* •w Yarils PiBG de l'A-nour Ceux qui po r une r ilson os une autre, n'uni | i reprsentnti n %  ; m il Pli ersoif Cin \ i. ts, ..ut pei iu l occ ision d'un h .• .i'. in • vivre, dans le cadi • nnant, d'ui e aventure d'en ii.' l'r i %  belle. .i I \m iur • oel aux prl es |. i, ls ch irm ml d'un cœur c o b I h" pays rable, me ce* quull .il la levise est 1. />'" % %  • \u, \ %  (eux ou troi ; pr p itiss d'un r dis % % %  loul tur IUX el discret, la vi l i une f ..s de plus du men Do l'avis les conn • \. R. C. de l'A' %  ii est le film mon le plu • !i • iu, du u >i is le ins artistique qui lit droul I i ran de Cin *' lurta tien des triompb i irl onl it drs. Concert et Ci:i • u. Hier soir, le i ne ri ofl ri par la musiqu i Pa ous I habile direction du m i io '> %  '. i i.Je uity, svail iv.r a .i air du Kiosque du Champ de M irs im public n n bn ux. I,edivi i morceaux du pi gramme t \ .. ls I\I • %  brio et les npp! oub--. m. MII ut m r.| l la joie d.'s Bmateurs ju a qu' lagi use m riiiL'ii %  de cl il iri A huit '.. ii ce f '>'. le I iur du ci;. A i.i ii. le film de rsi lan l'A* B. C. de l'Amoin \ r . n. i, •• I, i moites v/ers l'Acropole" taisait galemsat l'enchantemenl de 11 salle. (uijtes pour l.-i peur • I • heui ss et demie l'auto M r ute pont la Croix des l! mquets s > i ivir dans la rue du Champ de Mus prs du Tribunal d'Appel. I.i ni ohifl en des avaries, et les e i .•• t •('• h %  ureusement quitti po ir u i %  .' %  'i itton Lira ta> Doe Interview du Secr.'lairedEta! des Finances et du Connu sur les lm^ ut intrieurs^ il i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06046
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, October 08, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06046

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
w- >*-' **-> -^flp^r. ^arv*
jfi PROPI(llTA.IH :
lent Magloire
00* VERNA
Hue Amricain*
10 20 GBNT1MS
Quotidien
Ce oui g|to presque toutes
les allaii * qnordioaire-
iiif 11 ;(i : s i nli-epren-
neui, i ire In russite princt-
pale, clierchent encore de cer
taius petits succs particuliers
<|ui lia tient leur amour-proprt
et les rendent contents deux.
MONTESQUIEU
xmi'HQbE No 243
,ANNKK N 5034
f'OKT-Alj-l RINCE (H.UH ;
LUNDJ 8 OCTOBRE 1923
CHRONIQUE
lenlre des Classes
onl loiii"lu'1 leur
1rs son^' ut i|u I'
ir du bon temps,
ils pi iivrni Inique-
le caprice, cl se le-
point se |M. iji ru-
de livn s, .cl peut-
e.
i songent aussi leur
lie, le joli mol qui
ux< dont ils sont les
[amants, el souvent
geiit sans .nu. rlu-
umi'iii'm.'. Ils se de-
Dincnt ils vont proc-
lenirim in illeur n u
tue l'anne dernire,
une .-m Meure assi-
k programme et de
bis. Car il faut tre
Ire pratique prime
licle utiln lire, i lu
der si ks intrts
|eur ne sont pas su-
" intrts que ie sens
Noms matriel et
S tient pour prati-
pceplon> le sens vul-
PNous pensons (jue
l nos classes dpend
Wrft'ctionin nient que
"rapporter a nos m-
|: nos inovi us .1 ensei-
gne du perleliouiie-
[ceux ijin enseignent :
de grammaire, le
de gymnastique et
Manuels, ,i lassimila-
jenie des programmes,
apports qu'il nesein-
1 capacit de ivnonee-
rjcueil|eiiieiil, .lisons,
nt, si l'un \ m, avtc
m peu personnelle,
' laquelle sont parve-
W d cole.
*.
l'admettrez, desclas
1 les classes fortes; il
,f moyennes qui s'-
Wnicdiocreau hou ;
""f nu'inc classe, des
geures et des 1,,'an-
*Uuelle est la rai-
*J Wei.ce? l.esl-
*le,mais moins qu'-
7 U science du mal
2s ont appris sensi-
^'esonuiiedecon-
Jpuelle esi l,i,. SI1|,j.
Jununiquer les l-
^0lr Primaire. Ln-
tetligence et les aptitudes?.. L s
preuves des annes d'tu le, ont
du dmontrer que I "intelligence et
M S aptitU les indispensables ne fai-
saient pas dluiu ; au reste ce ne
sont point ncessairement les plus
intelligents les matres qui ol>-
tiennenl les meilleurs rsulatats.
Le> mthodes?., osais tous oui t
exercs aux mmes procds et
sont <.,j ab!es de les appliquer
s'ils veulent bien s'en donner la
peine I S'ils Vrillent s'en donner
la peine ? Voil ce qui, mieux
que toute autre raison, explique
les diffrences que l'on ne saurait
nier, qui existent dclasse clas-
se. I elle est lionne, parce qu3 le
matre se donne de la peine : telle
est mdiocre et faible, parcs que
le matre se donne plus de peine
ici que l. La valeur pdagogique
de la classe est donc en rapport
troit avec la valeur morale du
matre.

ssei
Se donner de la peine exige de
L'effort, un effort d'autant plus las-
sant qu'il est rgulier, qu'il est
journalier. On s'use s'efforcer,
89 donner de la peine* Notre ius
tinct animal de vivre proteste.non
une fois par ci, parla, mais tous
les jours, contre celte dpense,
contre cette usure ; il proteste par
le sentiment de peine qui naccom
pagne que trop tout labeur. Les
latins, dont la langue est toute
une psychologie, dsignant d'un
mme mot et le labeur et la souf-
france. Et, puisque se donner de
la peine, s'imposer du labeur, c'est
diminuer sa vie amicale et terres-
restre, c'est souffrir, c'est coin
meneur de mourir, renseignement
exige un renoncement un bien
infrieur, sans doute, unis qui
nous tient aux entrailles, puisqu'il
n'est autre que l'instinct de .vivre
lui-mme.
Or, nous savons bien que le
bon enseignement comme tout
bon travail est ce prix L'ins-
truction, ni l'ducation de s'oli-
tiennent, comme la fabrique, au
moyen d'une machine qu'il suffi-
rait de surveiller ; et c'est pour-
quoi l'enseignement est une voca-
tion el non pas un mtier. Il y faut
donner de soi, il y faut se renon-
cer...
MYI1T1S
i h Irait
Arthur Lescoullair,
"TOUnre ,i Etat de
V lll,|l"e et de l'A-
j-jpms Ion-temps, on
&V'r,K,y:m',,',V
fcjns hatiens qui,
fiS^oi d, Sales et
gnon prestigieuse du
""0n- s" dvouent
Pu!agemeni des
,;'"K'S' ave, n zle
*'^orni et qu'on
J Wroirer.
' personnel
'lent, ainsi
: S*""", estimrent
que la bont avait pour longtemps
perdu un apotre.et que le nouveau
Ministre se dsintresserait tout
naturellement de ses malades.
Le Docteur Arthur Lescobflair
en a jug autrement, et c'esl ainsi
qu le lendemain de s m Installa-
tion, on le vit de son mm pas
familier rentrer l'Hospice Saint-
Franois de Sales et si l t vietie
dpose, revtir simplement son
tablier de chirurgien.
N'est-ce pas qu'un tel Irait de
simplicit mentait d'tre enregis-
tr 1
Ouverture des Tribunaux
Un important discours du Se-
crlaire d'Etat de la Justice.
Aprs la mi BSe du Saint E pi il
qui eut lin !un !i la Cathdrali la
cortge campos des membres !e-
pacquela, des magistrats, de l'or
des avocats el du Mil isti e d la jus-
tice se r ndit an Tiibuaul de C -
sut ion.
Lo Prsident de la ( loarSu ri
Me Emmsnu il ri, i ron inos un
beau dise >ui il fi i as orlir dans
les modes li caractres qui
distmgueol li lu Tribu-
nal de i titul L .-
porte rappela inap irl
de ne rribuo d el se rjouit de
(pie l'un de - meml plus en
vue soit arriv s la I i etion du
parlement le la Jusli e ; il esp e
que i ii coi c ini s le plus la : i a ra
apport a I un ili >! ition la Tr
nai de Cassation.
La Bat innier de l'Ordr Me tieor-
ges Sylvain, paria ensuite puis ce
fui le tour du Ministre Dominique
ipii pronona l'important discours
suivant pie DOUS sommes lie m eux de
reproduire ici :
Discours duSecrtaii c d'Etat
de la a^usttee
Mi ssieurs,
Alors que je i i' -1 repren-
dre t v> cts la d icale I
qui est In Vtn et q I i i j S'OJ
sexcomuler, sons me* yeux, lan
le silence dp mon cabinet, de volu-
mineux dossiers: nu m imenl O,
avec la mi^me ardeur el la mAine
bonne volont, j'allai poursuivre
cet incessant labeur que i accomplis
depuis dix sept nus au Parquet du
Tribunal de Cassation, la oonfiance
de M"i\ieur le Prsident de la l -
publique in'a|>|>'dl inopinment au
Poste de Secrtaire d'Etat de la ,lus-
ticfl.
Inutile de vous dire COBSbii n pr m-
dc est la sati-lelion que j'|ii.)n\ e
aujourd'hui de me tro .\> r an milieu
de vou en celle nouvelle el i niai
te dignit.
l'ermctte/.-moi de vous dire que
je sens une lgitime fiert' .le me voir
appel par le Chel de l'Etal ce Pos*
te d'honneur; cette fiert .luit tre
aussi partage, par vous lousi Ma-
oistratii de tons ordres, car elle est
la conscration des mr I qu'on ae
quiert dans Peu reice de c i saceT loce
tout (le sacrifies et de dvouement.
Kn fixnnt Son chois sur tin des
vtres, un.Membre de notre Tribun I
SuprmcTrihunalqui fait lani.l'hon-
neur la Magistrature Haitii une,
Monsieur le rrsidi ni de la Itpu-
blique entend prouver qu'il ne cher-
che pour collaborer svec Lui que des
hommes de boni c volont, avant
une longue exprience de Intel
de la Justice.
Monsieur le Prsident,
En TOUS remerciant infiniment des
vives flicitations que vous venez te
m'adresser, je vous prie de croire que
j'< mporte Is meilleur soi vi air ai >
longues et fructueusi u \ is es
bl
bien dire le Dr. il el de I
i il blmi e.
i '
voir, le mme i
meri es ri que y:
ii. din lion du Dparti i
d<- Is Jstii
Ili* s (rail d m ion entre
l'Excutii et la Pou voir Judicii
aujourd'hui en wuotant d'un degr.
sns m i lche l< ute ass : ''. c u
i i .xi-i.- 11 .i i toujours exister,
dsns 1 m' 161 upi ieur du Pays, cet-
i ii ioiic h .i ii .nie enlrs les Pou*
\ i de i' lai .Dan to e d mocra-
tic bien .i .ni e, il tant la CO action
dsira ir pour assurer le bien
il : u.'ial.
i inti u *ii i plu J que jamais cette
h i lente est n m lire, car
!.. ni ired el d'an-
t >i il util n~ : n des.
rent trop
; ibsli uir
sincre ne carrire
nojvelle. 5oyt* | qu' lyant
i m qui est
la.-. cm lienn de l'Honneur,
... S< i n i qui n i tifie le cur el
i j io -v i uerai faire de la
bonne Administration.
Je nui p 16 VOUS leui i le pro-
ue sses, car je i onusia le ; b. -oins
p'. sauts i La Juslii e i el nbran-
lable fo idement di .
Bien qu'il lui man |ue encore les
satisfaction Lgitim auxquelles el e
a droit, ellu est resl o .jours di>
ga louj rs Bttai h's mi >ion
a
i q ue ; 11. i , -
re, vu nne si I re lan t atten-
du j1 v rabli M.i-
i, de la 'i n vous
SSl duo.
! VOS
i pi , peu-
vent que r votre zle d ins
l'a complu i de v .. devoir ,
voua p..a'. / .1 rm i i i impter sur
Son Excelle u s le Pi lenl d la
i. publique, iocii n Ju : au Trib
n.il .le (Jassatio il ir entier d-
voueujeut : qui, s vous q ut-
tant, enipuile de vous i i >i agra-
bles souvenirs, b-s meilleurs certai-
n lent de sa vie.
ij i ini voua, ! iii irs do Par-
quet, j iv. / t pour moi d'intel-
ligi i c illabor I un. je n'ai que
des loges .'i v >us d srner. Vous
a. / e i itribu, je vo is s dis en
tnii a frauch r. a eh er le prs*
tige du Parquet. Vos r [uisiloires,
m e |u au coin le ta i ience, vous
ont icqui I .'>ii oc et 11 considra-
tion du ribun d prs i iqoel vous
mi i v Continuez t. qeu s >i mis
l \ ie, poui suives assi lumenl
votre tac h ; m m : \u u 'meut e t
p uai q i'il n'aura | ' toujours
" r vos ...-, et i v j,is ppi-
d ;
lu vous quittant, | i mporte de
t ius tout parculirem .1 un souve*
nir mil qui no s'effd ri pas de
mon cu'ur. l'aise la b n is i nlente,
celle exquise cordialit, toujours l-
guer entre vous pour la b ine mar-
.....du Si i vice.
I.n VOU rem .. ml d ,os com-
pliments, je vuu- adresse mon plus
cordial salut.
m I I Avo. al-,
Je ne puis oublier tout ce que je
v us dois, car >< fui des vtres
av.mt d'appai tenir! la Magistral .re.
Votre m irpuralion n pas d
i 'ie . u but, lOrd les s .. Us,
i \. . nj m pro-
os son ,i .
la M i la l'a-
il i de m
qu'il accomplit .n, lX.
Je n'ai qu'un m for-
muler : S lyef l soi de
n. nli i de i prio< i-
de moi [il . i-
vous toujours apporter a ia Justice
le ... expi: n e et |
I uissi I rience,
pour i .:..-: ,. la
n libntioi posmibh d'u-
ne I. et ii art le Justice.
\. 'i~ ; S i Cl Ile I Cl BSioS
sa Mini e I dos meil
leurt v.. i,\ di i... di ns Is boude
lche qu'il lira 11 : n on plir comme
Se. i i tain d'Etat de la Justice.
Paul Sales
AVOCAT
Recauvremenls Coirraerciaiii,
Affaires !'Ltrriii] .
Cor ;i Wai hing
ton, New-York i Berlin,
Lo l'aria.
i. ., ort-uurl > ttee
i 59/
m*
w
Yarils
PiBG de l'A-nour
Ceux qui po r une r ilson os une
autre, n'uni | i repr-
sentnti n ; m il Pli ersoif
Cin \ i. ts, ..ut pei iu l occ ision
d'un h . .i'. in vivre, dans le
cadi nnant, d'ui e aventure
d'en ii.' l'r i belle.
.i I \m iur oel aux
prl es |. i, ls ch irm ml d'un
cur c o b I h" pays rable,
me ce*
quull .il la levise est
1. />'" \u,
\ . (eux ou troi ; pr p itiss
d'un r dis loul tur iux el discret,
la vi l i une f ..s de plus
du men
Do l'avis les conn \. R.
C. de l'A' ii est le film mon le
plu !i iu, du u >i is le ins artisti-
que qui lit droul I i ran de
Cin *' lurta tien des
triompb i irl onl it drs.
Concert et Ci:i u.
Hier soir, le i ne ri ofl ri par la
musiqu i Pa ous I habile di-
rection du m i io '>'. i i.- Je uity,
svail iv.r a .i air du Kiosque du
Champ de M irs im public n n bn ux.
I,e- divi i morceaux du pi gram-
me t \ .. ls i\i brio et les
npp! oub--. m.mii ut m r.| l la joie
d.'s Bmateurs juaqu' lagi use m
riiiL'ii de cl il iri ,
A huit '.. ii ce f '>'. le I iur du ci-
;. a i.i ii. le film de
rsi lan l'A* B. C. de l'A-
moin \ r . n. i, I,i moites
v/ers l'Acropole" taisait galemsat
l'enchantemenl de 11 salle.
(uijtes pour l.-i peur
I heui ss et demie
l'auto m r ute pont la Croix
des l! mquets s > i ivir dans la rue
du Champ de Mus prs du Tribunal
d'Appel.
I.i ni ohifl en des avaries, et
les e i . t (' h ureusement
quitti po ir u i .' 'i itton .
Lira ta>
Doe Interview du Secr.'-
lairedEta! des Finances et
du Connu sur les lm^
ut intrieurs^
il
i


U aJC
Par Cable
Nouvelles tiUvui gres
LONDRESLes experts allis sont
arrivs se mettre d'accord entire
m. nt pour tenir un? confrence sur
h question des statuts de Tanger.
Linleruationaluation de Tanger for
niera une bise de discussions qui pro
bablement auront lieu bientt api*
la cliure de la confrence impria
le.
Dclarations importantes de priorit" sur le- rparations ainsi que
l.....i .1 t, le* ;> : our l'.n'ne. Sur la to
lord Lui ion a la COnl-
reoce imprial des fre-
miers mini ilr s
LONDRES iL r! Canon, se-
:cj>,
tal de. recettes S.SQO.tfjO.OOO de
marks or ont effectivement lis
t i tue* [and a qu les navires, cab ii territi ires sont encore g.cds
dans le compte en suspens et; atten
liant les diilrents rgiments. La
l
cretMMdes tflai trangres, al Belgique a rru d'aprs ta priori
'' Rre " :'' ' "M"" il des la plus grande partie de l'argent d
Jtr miuis!ie>.lii |1:.ir|i.,uie di-ciKion hihiwS i tribut4 I.Oil.OOU.UOO marks tandis
i i France n a reu que 14 i mil
lions u.;iis celte dernire par contre
a reu en nature 1.837.U0O.000 de
mai ks.
le la France m tinteoant que l'Aile
magne s b i r istanec passi
va en aide p tsa Le di i >u-* de
I ord Curz in d pas une nou
\ i lis lumire Bur la rcente entre
vie eotn M. BaldwinetM. Poinca
i -. En |i n lant le 11 p< litique an*
g aise,le irtaire des affaires tran
gres a i q ; ouvail i
tondra ce q i on de
1 Allei s il ai i ii.ii- par mie
coopration nthousia le de la pari lu prsident de ta rpublique chi-
del Pi ne II lit q i i atua n i-- pai i Parlement. Il remplace
t de aband-ii par l'Ail magna ra Li Vu n Hou ng qui s est enfuie
del raiatance dei it avoir t pr Tien tain au printemps dernier en
vue et que Bans doute la France raison te la situation menaante
Nouveau Prsident de la
Ki'pii!)!i(|iiD chinoise
PEKINLe marelnl Tsao Koun,
chel di militaristes du nord, a U
Tait dj pi .-.m programma.
Lord Cu zon a jout au sui i des
rclamati ma i i i pour le* r*
parati i is : Dsireux comme nous
avons t de le il. a dans Pinte
rl du rel .n ni i lli font qu'il est
impossible qu'on arrive une soin
lion sans n >tra coopi alion. Noue
sommes pi fils a rec roi I a discu-
ter les prop isitio g fi mai i (ans
un esprit amie il. L'oi ateui a dit
qu'il ne po Inil >a ; en rie a 11 Fran
ee et la B [ue a au e de i
vi< luire, mt -, une i< i di e, maia
du paiement d tus. Ce
qui -li ... ;i-l il aj iu , I
que nou .,
de es ire de I a-lle
magna qu i oua avions tanl i
te ni.o i nous a touji urg dit
de considrer com m un pouvantail.
Cette divibion, a il dit, n'est pas
simplement in gi ive bymptome de
{oblique, elle a une imp triante iigni
Ication co e p ce qu'elle
cause Pkin par les militaristes.
Uoyd Georqe aux
il
Etats-Unis
v;\\ i'OHK Uoyd George arri
va hier midi par le a Mauritanie
el Fut re i l'Htel le Ville. Avant
- mi arril e la pla e de I Htel de
Ville, la police dispersa une manifes
tati m contre l'aui ion pie,nier.
Un d.ij uner km . t offert l'h
i Bail m .n- par l'United IV. -s
\ ocialed '. Lloyd Ge rge part ce
I d'o il com
ra une ton; u< 8 dans les villes
du Canada p ur revenir aux Etats
Unis.
Installation lu nouveau
prsident portugais
LISBONNE M. Teixeira Gomes
at install comme prsident de
veut dire 1s I lion d Bnitivt du U rpublique portugaise avec le ce
dbiteui lui rmonial habituel ; le calme rgna
dans tout le pays.
Nouvelles Diverses
La seul on que lord C "-
son ail i d e a i visite dwm Pa ; t q .1 il ;i i!il que
la polili | toenl q ,i
est d'attendre la i1 ciaioo il la Fran
e I, avait i ip| | oa du 1er ininis
PARIS-- On pense dans les mi
lieux officiels que les contrencea in
te q ai c tuent avai i il be ucoup 1er llies ou tout au m insla reprisa
p r sa visite & i ai pour rtablit
une atmoi-pii imicab aprs une
discussion p u "i >iv .
fin la crise parlementaire
en |llenia(|ue
BERLIN La rsurrection du ca
binet dei'unl, du chancelier Strese
manu ave la coalition des l parti-, a
mis lin a la crise parlement urs loi t
la mystrieuse origine n a d'gale que
00 exlraot u ail oluttOO en ce
fa-us nue l virtuellement convenu qu il n'y avait
aucune raison le dsaccord 11 y a arrive Dusseldoif et l'on sait que
trois jours,et qu'un repltrage d'une ji et plusieurs antres industriel*
coalition i la t le seul moyen I" i
Les Cours
NEW VOItK 5 Francs 16.86
S erling i i.i.)
NKW Y RK 6 Francs 16.55
Sterling 1.5613
Fte 1 ti (X Sourire 1
Le ctnrmmt cercle "Le Sourire''
offrait sanili soir dan-les salons
de Mr et Mme Chri lian Coicou,
Bolosse. une tte qui lui des mieux
russies.On dansa jusqu'au jour, en
U ans par une musique prunier or
dru excutant les airs de tout genre.
.Nos cemp!imi nts aux membres
lu Sourire et particulirement
sou diatingu prsident, M.Fianois
Manigat.
m m ... Hw.iw.ii i - -...i i ^^"l
Nominations
M* Constantin Benoit a t
nomm Commissaire du (ouver-
11. in, ni prs le tribunal le Cassa-
tion il-- la Rpublique,
-M . Mtellus Benoit, consul
d'Hati Anvers.
Monlferrier Pierre Substitut
prs le tribunal le Cassation.
Flix Massac Substitut en
appel Port au-Prince.
Par ailleurs, nous croyons sa-
voir que Mr ThramAne Roumain
a t choisi conseiller d'Etat en
remplacemenl de M F. Franois
tmmissionn A Iministrateurdes
finances el prfet provisoire de
l'Arrondise in snl I sa Gonaves.
Flc thtrale
A Parisiana demain soir le
groupe Salnave se Fera entendre
dans une nouvelle o n lie dso-
pilante : Un m ilheureuse trom-
perie et une reprise le Hoche
(an Mo ac Roche lan so'cil .
Monsieur S il iavi chantera aussi
Tauia et dira un mon dogue sens i
tiouncl gr mci coi n ce cote
bton .
Entre :G 1.00,1-50.
consu talions diplomatiques sur
i rpar itio auront li u aussitt
aprs .i clture de h confrence ira
p, i iale de Londres.
MUNI II- U sih alion de Mu
nieli l laits toute la llavii ra conti
une | tre Iran |uillc. Von Kahr pr
tend lue le cabinet Von Knilling et
lui n'ont qu'un bol : le maintien de
IVrdic. Il n'y aura pas de tentative
.1 sparation dit l'ofltcieui et mal
gr le courant de particularisme, la
Bavire restera lidle a la rpubli
que allemande.
lrsSi;i.l()HK M. Stinncs est
f*u i la qui lion. On p. nse dan l's
nitlir ii i. | ,u u e i li
lion ressu A- e i te.....
te ni e pai l pour n
ni i ce iuvi . > g m du i
rial tans i< quel on cru i gi arale
m nt qu m >' pourra lin r l'Aile
magne du chaos eiuiitur.icjue actuel.
Paiement! eflectui par
rilUmagoi
l'AItlS La commission I. i rpa
rations a publi les chilTres reviss
Jusqu'au 30 Juin des paiements, el
fectus par l'Ail, magne et ports au
crdit du cmpl d rpa lions.
Ii. i L-
or doni I 00 OiO
en nai el i
i

11 i . ;
avanc t I Jtf.i i
marks or i Spa
pour an t de vi
allemands ont rail des arrangements
: avoir une confrence cet aprs
midi avec l< Gnral 1> goutte, com
ma d ni li n i~ d ns la Rhur.
P .,.. Le gouven e aenl fran
c.d- a n u le ci nfirmetioo des nou
vtl If s disant que les ouvriers de la
llhur avaient mu lu gouva rnement
allemand la pave pour le mois d'Oc
t.due malgr sa dclaration en l'a
veur le la cessation le la rsistance
passive. On annonce aussi que les
employai des chemins de fer Palati
nai et BaTarois avaient t pays
pour trois mois d'avance.
WASHINGTON On a dclar
l,t Maison Blsnche que le Prsident
Ooolidge tsil insltrablemenl oppo
se l'annulation par ljs gittg i njs
de i di Itei d t d i< ns euroi enni .
I. Pi id< ,.i et |Ui les I
i no doi' ml pas ; indu
i ; : bbiieurs i moi
.La
i antre les
mains d'une commi lion de consoli
par la loi el les Etats
ns penvenl i bereber solution
\re daus la Khurijui ont diuil la jue conformmsal u telle lui,
Dcs
La m; i^on E. M. Smitli Co Inc.
nous tail part le la mort subite
New York de son arsoci Mr Thao.
C. Wallace.
funraillai
Samedi aprs-midi, ont eu lieu les
Funrailles de Mil ^itagrSee Iticot.
aseur de notre ami Justinien Hicot.
Sincres condolaacea.
arisTfeu ! rr rr m
louvemeat des navires
le s/s l-'lora, parti de New York
le B8 Septi mbre pour tous les ports
baitiens, est attendu ici le 7 du oou*
rant -n route le mme jour pour
toi:s les ports du Sud .
l.o s Astva est parti de New*
York ;e i i du courant directem nt
pour i ni i au Pi in< a.
l.cssCalvp o. venant dellamburg
Amsterdam, Cap, les ports du Nord
et ai Su l le la Dominicaoie, Jac-
mi l et Cayes, est attendu aujour I nui
it du courant. Il repartira le mme
jour pour Santiago de Cuba, Oua-
tmala.
Le s .-, Florll de retour du Sud, < ^l
attendu ici le t 2 du cou-ant. 11 char
gra aux ports naitisns otlrant du
li ri siillisant pour N' I*Ork et pour
l'Europe via New York .
Le s/s Amer, venant le Kingston
et Curaao, est stten 1 * ici le 15 du
courant. Il en ir p ra ans ports ha-
tien, o Frl fil aiit directe
m, n* pour l'Europ
/sCrisl leNesi Voik
hier, 5 lu i oi ran est al
l' ri au Princ l* 10 du nt. Il
r part ra le r Cristo<
ba;, Can ,i / me. Ce m< m bateau, le
retour de Cristobal i i. du courant
repartira pour NeuvYork le mme
jour.
Ls plus puissant aDtlStptp
San3 Kercnra ni Cuivra
ulvsmi le travail 'lo M. TOITAliT),
Ct.lDiutA c!a l'Instttat ftiirnr (if07).
D.'ira;! laitanUtUaMat tm-s les mim h,-i du it
P*it9. (UiCholrt. le^B'iovrr.t, 3>ia rlie
et OyieaMriM jet Poyi cttu dt.
mivladicb VMMiatxmtn
jadJSptBIsMs) contre Ici Epidmies
BOiD i Une sran on lit.* U'can poar tous la oseg-es.
Un bon Cnisril aux amis
Allez chez DERElXj
Prendre ce soir 5
Potage la Reine 1
Vous serez satisfait.!
Crme ;\ la glace- Sorbets]
Ptisserie-Sandwici
Revue des
Deux Af<
i\ Rue de l'LmvtrsiU
SOMMAIHEDRLAUTBU
lU 1er Septembre
I n lils au front. Premii
lie, Kditli Wbarton.
Louis XIV. l'in.-
U and.
Pour les Mes de TrguiarJ
nan et la Bretagne, Andr
Ion, de l'Aead.'-inie l'rani(aLM.|
Confrence de la Haye.I
de la guerre arienne
Le Concordat de 1801.-I
dations l 'li e. Pierre de lij
de l'Acadmie franaise.
l'utes amricains d'aujo
M. Hoboit Frost, j
rat.
O en e-t l'arme rouge ? i
lie Illuminer.
Revue Littraire. M.I
lvy, Andr It^aunier.
Cbionitpie de la Quinnint.j
toire politique, Ken Pinon.
PRIX DE L AFONffl
Cn an Sii mois
Paris
Seine Seine et Ou 8 Ir 41 r
Dteartententi et
Colonies franaises 86 44 h
Liranger 9 Ir ;o
Lt-s abonnements partent i* l* !
chaque mois.
Numro: 4*
Le lati
tonde lelm-Arilii
Abonnexnenti
IN j
Fort-aud'rinse ^
DcpartemeiiU
Etranger
Boite PostaU-.iJi
Bureau: Bue Amtrita*
^Scc'lld MM000L. 32, Km ir* Mi!hu-tni, PARIS ^
I ta Viol* Touici lw i LinESolu. i
lemerciements
Monsieur 6c Madame Aimer Unis-
son proibadm ni toochs des mar-
ques de gvinpalhie dans la perte douloureuse de leur
chre | lite Marif, remercient bien
sincrement,tanl pour eus que pour
les auti 1 c ireots et allis. Ls amis
et toutes les personnes qui leur ont
apport leurs condolances danscelte
jjri u\i'.
Ils los prient de croire qu'ils en
gardent un bon souvenir joint leur
gratitude,
l'oit au-Prince, le 8 Octobre IWA.
Panama Raitroad
Staamihip Linc
bureau de l'Agent Gnral
Port au Prince leGOctobie 1923..
Bulletin No 321
Le S/S Cristobal est attendu
Porl-au l'iince de New-YorU direct
Mercredi 10 Octobre 1023, avec:
tioo Tonnes de marehandiaes
i8 Passagers
170 S tes le Lettres
el plira dans l'aprs-midi du mme
jour pour Cris'.obal,Canal/onedirect.
O. TllOMPSQV,
(inral Agent
Luna-Park Aup^
Il y a eu foule samedi el diuian-
che l.l NA PARE qui ouvrira ses
portes tous les jours de li semaine
6 beures Attractions et jeux
porte de toutes les bourses.
Rcpiss adir
Le rcpiss N 685 Commission
Pquira. faveur de Madame li. Pro-
cliey de Pt Gove est adir duplicata
devant tre dress.
Port an-Prince, S Octobre 1083.
S. A. SORAY
*.
moment vous tsi chef
"S
ne Morpeau
/ ne tnn < de
nielle Hermine Faubert
Leons de Piano
Leons et oours de Chant
U31, Hue det Mirachij 631.
-
Quelque soit votre 7mm, du dcs de quM
oublie*
COwni.m '.mi simM'Cm
CERCUEILS labni*
STAHK sont /,s mO0
en solidit que po* '^
el dt'wutions-
LIVRAISON PHOMP]
GlUNUE nKDLV-TlON *j
Henry Stark, IWj
en f.uv li Care.
f, s'a l.vss,r .. n,
d'Atelier Mr HWJJJ
Hue des Froids-For^
de'ancienne Calhdr^
Important: A^
che irAk-litT. PKRjJJJj
lnM, ;-, recevoir des^
en mou nom.


ib;*
r*/
utiiM^
^ -

(odeel i
* ft M tonique
?Umid rtiblossi gnrait t
Ordw4nM des Snoti
Glandes -Scrofulo
Formation doa Jeunes Pilles
Maladies de Poitrine
ITnn root *ym remplace aoantage use ment
j'huile ce foie ^ mm
-
Allez droit chez
toULE-AUXIL*
\havei*tere cV lu Magasin >te fMt a
Fcr.de en i8" 6J
Si p ri rite Ht s |. u m r tude
mSSSSJSSfH'i ChJ'nf "'"' '*****'i.tiqucs et autre"
articles vendable* dans me rfcarmac'e
etc,ot^S MmClMrt,tfl ro ;<' A.lis'toll, MMClil
SUCRE RAF1NE.
Sprrialil: tUrqiie prive l.y^ol dsinfectant, l'arfu-
rnrTi r 2 P,1,,\,:a,,iers' BnyRaw. Chocolat en pmi
Jlw, lin le Je oie de Morue, Km.iMon Co!d Cram, Ex-
iraiis. pour fa re ess-nces et eau de toll*tle. F.au de Qui-
nine, Poudre omitralea Inseelea, s >i, tin a pour oone
VCi les fs frai- l.ait de Magnaic. |>,u srr;cuuTE8 l 'm', $ "r '! ** colar' Huile dUUrt
contre.eonstipatio t louMesile. ruroniqneei
I it, .irvu.la ; krniela,no ea l?'es, Uiztn.KitfoM,
Sirops divers, reintiiros diverses, Vins, etc. et ce te
Demm iez le catalogues des apcl Ht *s
MKSSS-SSa*miN *!"IXK-",c:v""
U9'o:!h^,;:K,,7n7.,x;r.nc.,'ies ,lu p:,vs *-
Lon H. lhhnnd
Agent exclusif pour Maiti
PHARMACIE h\
PRINCIPALE
H. CANONNE
49, Rue Raumur
88-90 Boulevard Slastopcl
PARIS
vendant
H nmuns luacaf dd moxdb
Produits des Premicrts Marques
et toujours de premire fracheur
DMB BBUL1 QCALR :
LA MEILLEURE
RAYON SPECIAL
POUR LES COLONIES
r* >
'i
DROC
SPCIALITS
Franr.uv, et Ltianeres
SfcLS DB QUBfDfl l'I'KS
Tous produits en /Tarons,
ampoules, n i prims, cachets.
BOUTIONS IIYI'ODEItMIQIES
BANDACKS, CEINTURB8,
BAS A VAIUCKS
APPAREILS KYILNIQL'ES
pour ions osant
| APPAREILS ORTHOPDIQUES
Bering ne hypodermique
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
. pour Uiiuea, Commune*, etc.
Projets de Facture
tions renseignement
sur demi ,../, .,.. g,
PHARMACIE PRINCIPALE
4t, RUE PAUIKUR
83-98. Bu'LEViRD SBASTCPOL
PARIS
MATSON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en Fraooe ni l'Etranger.

r '

s?^nsn
- ! ia i - ,
CIIICA** Ur u
-.'
O se treuve a Lou mar
ch et de meilleure qua-
i\ lite,lontce qu'il tuai poui
vous \olre iuu>,,^ ,, Ujj
mot.
: i < il i l|,- .-r
Coi (< I ; I h ; i;, .*, ( , ^ 4;( (
lAvi i !.c 1 motte,
l'oi i i< n?, 'i ,
p \inn;t i'nU y, ; i, p i,-j) i
i h Fn i >l i i .
A \er e
llaspour femmes & fillettes, Chausset-
laiiic fine d'iuiie' i \ u,alM',ux ,,e toment neuf et attelle.
il'nlllriia Iclik. .v..______ F _^^ __
jout-
't dautrea tiasua nouveaux. Crpe deChiue A
JUn,S\vc-uusia 4.nuudallM pour damas Pa
poulnant. (o(n, d'Oiaa% ele Kl
SfS^ir^"^ S* ^-i^.?:- vf...rfK C on 0*1-
Jwapede lits eic.
BSLte guVd: d\,U|nr8 ,,ou*vlMltr quand voua
r ^"ais, n \ a da nouveau.
Cabinet
v--..^,, ,1A .^u en viennois et en Oslo- m
- ai
B
' "Iloyal Caicl
lace de ia Banque Nationale
>roPritaira : Annacius l\\OCIv\T
*|J|I.',I,!! J !,,,"i s,! 'oiiiiiiaiule .,;,. un service
>_ es cousominalioiis de premier choix, sa
jr'vilejji.v,
li'mf'r' a(!raPt dirige par des prolw-
t\ l,a,,d meule. f
**ljo pa. laite. prix IllodJl.e8.
llphone \ 395
I Th. B r.jamin
\voents
l'ITM COAVi f Hati
^>> "......
" ltiu',' uil d'coton
11 le de mi*?, s et
< f'ar P<* h, !? if Sa-
0 ? 11 (- s mu s i 11 :v, ;. ; v r e s
i (I Xi* i s de porL
N tal*1>s Co ed B<5<4.4 ast JLieei*
i1 il il mea(s,elc.elctc.
Pi ire de voir h Prix Lou;
ru n /.
Lfa R. I i..
Ajent a;xlv:sif pejr Ham
lia '*^i7'.K
CAHihET
de Mes. Flix CARRli!
Ulrich DU VIVIER fils %^^v^==:aMBa ^-<--N^ .^.^-^
a N A ^
Rue du On ire. \o |613
Port-au-Prince Hati
jd
II
1 . ,.. ,
kphsPMSAHTmom. i
F3.MIF.3: Ellxlr-Cranul-
mulsion-Concentr-

^cborttoiro d. nnsTOONcrs vri UD
vnle la Pb..rmaeid Cenlil
Uj J il lliGlMIiU 12 WFT Y
tbirurgieB-ienUgie \; H'-Vy'.'.V
SUPEBIOBiTC BIS PflX
Fabrique de :
reiutuiTs,Vernis Ocres,
tle Joules sortes.\fasfie.
t ti \\ TliJniid
Ve ' < in..........:, ,ie
N*w-i k ,1 ,1, 1, h, ,,
Angle des Rues I est. uchei el
< n Magasin de l'I.i. 1.
Consultations de 7hresdu matin
a 0 heurea du soir.
-
.
c?i


LE *UTiM
GLOftOL
fortifie


'
Un mois de maladie abrge
Votre Vie d'are anne. Le
L&BQL permet d'viter
tes maladies en PMfHMfl*
laaaf. ta ferm de r>isiance|K
II
>~j
ta
M.
c'.; '. orgtUiiiiH
pcfeement nerveu:
Ccnvalcscenca
Neurasthnie
Pales couleurs
SurrriCi'.e*
L mie < CtDf OL
ar<^iie:ile la ftre net
coi* < '''1 ux *
mr .. ite leur cnet
fie. leur eoupivsse et leur
vigueur.
-'"
>';
h

7*
V
H\
u
I I ,
C. 'M P moi 1*< s*h h VirltabU 6ortqo#.
MMi medmbw
Il auift tfiitncr q** >.^t
> 2nt.< - '">,'* *(,*P*
-dh .- '.< ' :'>' LJBre,JjS
U ni "x "If, haL.tuW,
S*nt utile et permute. Il
l.WiP- 1* conVa!'>cenui et
Tt.rW, pour JnM Cire.
dbi.AJ essenl; C^S le"?:* nou" p,f*;
a la Hnrrt nos Tna,aiV*
ariw mJdiM'.'J ne reon-
lnmt tue contre-nu loa-
t'jp et permettant ;w l'.iUe
iSmiw contre la duch^nc
hmaio2Af>i'.'"
D' tt''--"<* Cnucewf.
AMtct; wuna **
*>>; CVlrtsln, . "* &*
rfipcieanM), Paris, et'lounl
phj>TT>iCiO
r*0 n uu .li-yasiii vie l'I^tai
Su.nn.ua. Aueii.is. ConVSiHeaUl foiuie*.vous | ar
le \ m
<4 PJ rrmtfHa re
DAijent
Le vrai vin tortillant et reconstituant
base vie jus de \iax ce.
I
Seseiets certains et rapides en font
|\ le lon;que de cLoix de* oiiniLH*,
siaments et des. con\alescents.
I
;--vl
' i
;y/:'
efil
i
Essayez une saute bouteille, rsultat
immdiat.
En vente chez
ilpliouse Haynes
115 u* Si.* Vl-
Ce bureau, tab i rue Ferou 316,
maison Robin o Fi i sea services
pour toutes affaire* Commissio ,
tran*action, sei vi e spcial dans
lei que tio J' iuI nnobilea : ven-
ir, acliat, \ el transports.
l'.x m ; lunes confoi tables 11
dix i dus chauil'eurs sotl abonn
nvtie agence: mai liines propres,
solides et poui \ ui s d'accessoin >
compl ts ; chauffeurs habiles t
ayant l<-s meilleures attention!
poiu leurs passagers.
Kourtre bieo servi, adressez-
vous L'Intermdiaire liili-
SERWCE DES AUTOS
BAlAN: Lundi, Mercredi,
Vendredi, Prii, DEUX Dollars.
CAYES : Les passagers peu-
vent s'iuscrire -l l'intenn Itaire
Dihjcvi, Uue Fiou, -il.
La aisoti H S1LVEBU
La ftaison H. SYLYERi toujours soucieuse e donj
pleine satislaction ses ainiaMes i nombreux cher-1
leur offre, en prvision de la fin d anne, les arut
suivants de toute fracheur et de toute beantfid
ment reus par les derniers steamers, a des prit m
tionnellement rduits.
Roufi ne croyons pas ncessaire de publier nts pn
car il n'est un doute pour personne que non sr*
ment nos articles sont de choix mais que nos prix i
les [dus pas de ila place.
Casimir gris anglais nouveauts
P&lmbeach jris anglais
Palmbeaoh gris anglaisa carreaux
l>almbeach uni & barres,coul.
Alpage noir sup.
Diagonale noir suprieur
Serge Lieu marin & noir, anglais
Satin de cliinc pour tailleur
Lustrine barres pour tailleur
Kaki jaune anglais extra suprieur
Diill union blanc .
UHSor Japonais pour Chemises hommes ft robes
. '_ ; iche
tideaux tulle pour pertes
Tullfl pour \oiles
Voile uni & barres
Gabardine unie S: barre
Batlne blanche & couleur
Organdi suisse Li'otl
Brodee mailera peur robes, chemises k Jupons
Petites serviettes damasse pour table
Soyeux uni Liane & couleur
Marqaisette coton noire
Crpon jours blanc & couleur
llrabant anglais
Eollenne mouches couleur
Itaudes brodes anglaises
Toile voile pour golettes & pour cadre
Ca)icot Perai de iainile
Piqu blanc barres pour jupes
Nansouk noir anglais
Molletons Liane & coul.
Lotions Pivert assorties
lias jours
lias blanc demi-soie
Drille union anglais
Sat foulard angl. douhle larg.
Chape iux feutre llorsalino etc, etc, etc. ,..
Toute [icisonne dsirant se procurer les ntstli
articles de la place el aux meilleures prix queI
ailleurs se doit de laire ses emplettes la MaisonI
Rappelez-vous surtout que la rputation de II
n'est plus laire pour ses articles d inipoi'Uti
glaise.
., -.. -
i^ulou ShoePolisli
iCompaiiy lac
lia
i
im*+
\ew*\ork
*>. ...w kvi>N> >"' *' #MMHM IkMMMl *< Uutnt4t
^i VJUt iu.'\ la tOuUut tl lu SMaittll & 0
MQhOaMi,
Geo. JE itoStiX* ifiipo Hati
ICUlbKI
Grnest Canaille
Fabricant 'd chauuurt
ra uns je,\n%
Matriaux suprieuri
Soins promptitude Clrit
Grau 'Rue u. la Posta N li
La maison port a la connais-
aiice du public que --- dans la
but de faciliter el d'encourager
les nombreux clients elle ac-
corde partir du Ut Juillet
1923 une prime le une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt H' L.t>.
Lu consquence on est pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au i omptant
A la Conscience Llle est la
devise de la maison.
QUOI QUON DISE
QUOI QU'ON FASSE :
Le B atflifflaittsl
et sera totQBra le slileur
^ssjBjBBaai
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume |
pour viter
i ne grippe,
prenez quelques Comprims de
Sacs vides et Fieellj
Sacs vides neuls Doublecouture anglais
Sacs vides neufs simple couture
sacs vides 2cme main ( Trois qualits ,
h m i. }) i,.ou* trs bon comptt
sacs vides pour Cimenta bon march*
Ficelle Amricaine U' anglaise. i^Wl supers*
lpreezmnn^ggerhoii
Bue du QM*
F. Lavelanet & Q
cVtgcttb 3e ^aattfochiua
ilmpOit Cammmi^taa. ^. 0. f& $l
^ort-au-^riace Srfaitt
tqents Gnraux pour Haili des maisons surT
* ....- Ktabli^emenlsAdrirn^
Liqueur Fine t SSJ
avKenaudUJJ
Cognacs 'D '
-li et Cie II
h. K. Butler et Co Ine. N. V.
UarchaudMi Gnrales
Diamond Draiding Mills Chicage
OSIKESduRHNE1
llciglils.
I.arels pour <-h;uissures
Lynn Wool llell t^ompaiiN Keene
Mas. quei. p . t r*a
Talons en Cellulo'nle en tous senre>. Huilles Esenti'{*?* uerii
Boei t di Produits Itoiot Paria sir0DS et liqueurs Uros
le* meilleure* Deotifriceadu monde.
Socit anon\me des Parfum* de
Nicole.
Parfiun''' ie de Luxe
Clan m e < i Co Bordeaux
,Vins
H. Teraaua Bois 1 Itoi
Produits l'harmac.ut.qu-
que.
les I
sirops et liqueurs
ri,,eriC ClC' Fila Tosaa^
A. Clavery e ^ t. tos|
M *S' .MUfjj t
Agsnt3 Gnraux pou Uni
Bouchon, de L.*SJ
K, ,ne MarM''
ToilaaCiraalTastsa^
tCnrrS' p Fabrifl*
P atouagoarea. L> p'"8 Kr0M' ^tet
Nouai ibrauv de paiement au* ^
no* eonditioas sont excellentes. Consulter nous a^ant
d'salres,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM