<%BANNER%>







PAGE 1

Lfi MATIN %  *. Par Cable Nouvelles trangres Le nouveau cabinet allemand PARIS 4— L'iule.'ilion du chance lier Slrtaemaa de d min lier radicale meut le nombre ues ministres dans le prochain cabinel allemand renBOutre beaucoup d'opposition, les diffrents groupes interprtant la po iiUijue du cliancelier comme siguiflaut virtuellement l'tablissement de la dictature. Le chancelier prteiid que la mesure est neessairo pour des raisons d'conomie. I ne dpche aux Central News de Berlin, transmise dans la soire, dit que le nouveau cabinet allemand lent compos de i ministres: M. Slroemau, chancelier (t affaires traBgree ; Ifinoui, conomie et linances ; Gessler, intrieur et d lente ; e! lrau ii, travail et alimentation. Le chancelier Btreseman a l'inteo tion de Bonmetlre au Reichslae le marna pr gramme de rforme que celui propus par l'ancien oabinet. Deux dputes franais condaniiii's rciiiprisonneineni et a l'amende Le dput Oachin, chef du parti •omuiuuiste, a t condamn six mois de prison et i.OuO francs d*a Bande pour avoir incite les soldats la dsobissance. M Vaillant Cou tuner, autre dput communiste, %  t condamn aui mmes peines les deux condamns ont annonc qu'ils se pourvoira,eut eu cour* d'appel et cour de cassation. La Turquie devient une rpublique CONSTANTINoi'LE — Dans la nouvelle constitution turque, il est dit que la Turquie est une rpubli que avec un prsident lu pour une priode de 4 a li ans. L'assemble nationale n'aura que les pouvoirs l gislatifs, le pouvoir excutif tant confi un cabinet responsable en vers l'assemble. Nouvelles Diverses CHERBOURaUne terrible tem ple qui a clat hier dans la rgion, continue. LEHAVKRlue violente tem pte fait rage, ici. causant de srieux ennuis aux pcheurs et aux Voyageurs. Les arbres ont t draci ns et les toits enlevs. Le bai orne ire sat descendu de 16 degrs. KOU&N Deux gargouilles du pa lais ne justice oui t arrachs et prcipit* iaus la rue. WAS.UN..i\j.\ La dtermina lion de lamnassaieur Uarvaj d'bandoon r la poste de Londres vers le 1er Janvier a t oflicieUament annonc II a t dit en mme temps que t'ainbasseieur Clnld ne retour nera.t pas a tiome aprs son arri ve aux Etals Uuis dani quelques ism ii ii w. lUiilU-.Ua violent tremblement de terre s'est fuit .sentir un peu avant 1 Heure ce matin ; la secousse a bit sortir les habitants de leurs demeures et a dent les lumires lectriques. On a au-si ressenti ia secousao a Osaka. IP3 MALNUTRITION provient de ce que le systme ne peut pas convenablement assimiler la nourriture ion Scott est promptement assimile par les personnes de constitution dlicate et est un agent actif pour aider la croissance et restaurer les forces. w^-S^^ Sur le cas de M. Hrisson U,1 k Oonsei; aux Amis Allez chez DREIX Fredrecesoir5h, Potage, tVilagoise Vous serez satisfait. Crme la glaceSorbets Ptisserie -Sandwich Prix du Flaoon : 5 francs. Le Gnral Dgoutte refuse tint* manifestation spciale S ZXZFA *? ,,c,nier sc '"t transportes demain leurs demeures respectes o des services fana bres seront clbrs. M. M.UIK-S' enel des sparatistes, avait demaod aux autorits franaises la penn s •ion .1 or miser une crmoniHuu bresp.-oialemaissa de uaudj acte pspousse par le linral Dgoutte. le Praidenl lilJerand rec;oit la dttfation amricaine du c Bon Vouloir PARISLe Prsident Mille,-.,,, i m recevant les dernires amrical fe* ** %  **• %  du BoTvou tontes. Je suis taeureus iue vous -ye/. vu leaiiuaitoo su Kran'e il a ,. rien a jouter et prfre vous "i-er tuer vous mme a co !" "•• fa MM prit de croire nue a jouveincn,,,, et le peuple .,,„,,,* ont reconnaissant, au del de u£ Xpn'SMonpour laide apporte aux lu Bon Vouloirmais le plus im .octant pour moi sont ces p^Ts l-amit.e que v.ns „, 1W av , esdo la part dn peuple amrffin ^ut nous dmoniVan que t.? ro UM qui confrontent Je n,, 1 tanais sont apprcis justement \m pour mol un gn „,, ,, Ll>1( J%  eevoir loutw le., nelHguoo du Bon Vouloir 'cl e 1sJr.11 Les lilfains attaquent les Espagnols a u Maroc a commenc uj7deu %  •s Lertieb sont investies. Les Cour* PAJHS iDollar Livre NEW VOItlv 4 Francs „ Sterling PAItlS | Dollar Livre 17.165' 78.07 I6.y7 4 JJ88 16.815 76.60 lou?eau tremblemeat de terre au Japon Le sans fil[annonce qu'une forte secousse de tremblement de terre TokiO a port nombre d'individu, • quitter leurs maisons at a Interrompu les communications lecl.i. que, dans plusieurs quartiers. Quatorze secousse ont t resnea bas mardi et cinq UIIMMISSM registrespar le sismographe. lere. f ** %  et lo.d Canon LuMlii;SA la confrence im Priais des ers ministres, Lord Cu n secln.ie des allaire. trange libdela politique tiaogirs bri Qque pr rapport ans'rcent. Munots enirauca, ai. Ailema ''• ( 'PMM al Corfou. Ou ose que son discours seradei DIUI 'PortantaetqnU comprendra envi n 15.000 mots. Les sentes psrtiei i en seront publies sont celles i se rup, orient l'iUejMgM et u iurqine, • La Proliiliitii,),, ., aux Elals-Unis >apr.suns3ns|i| ( | e N ew York ; Chjmbra de Commerce a adopt. Con 2 nrec0rnm,nd O tevTl ,n ( r eVKI0 de 'loi Vols *i2*M!--v,' ~1-— „_ Bpartemenl de Ylmnm Nous enrematrons avec ,,laisir i. nomn.a.ion de B otr, arni 0 L d 0 a g<"s au posta de Uliel ,1,. Su i Dpartement de Klfcl" 1 M Le "Nouvelliste a tort de s'enRammer propos le ce que nous avons dit du remplacement r s identde|a.tpul,.ique% J toujours accueillis avec beaucoup J bonne grce et de reconnaissance, et qie plu-, dune fois, ils ont t suivis d excution. Ce qui nous a paru dpasser la mesure, en ce qui concerne M Lhr.sson, cest le l'ait de rendre pnbliU'iesscs conversationsaveu le Chef de l'EUt et d'aller, dans des HS! "2 Tr" 6 S n P" P'^isment MuasduCouyernement, prendre car* rement pos.t.on contre m politique du.Ooujernemet, et cela parce que bfemdenl de la Kpubliq„e n'aura t pas trouve convenable de suivre fil lettre les suggestions de M mriseou. Pour tout es rit avis, celui-ci, s*. Jdn sa prsence dans le Conseil dfctat alors qu'il ne partageait pas les grandes |,gn s politiques des Pou voir, actuels, avait cru bon de faire a s communicationset-les interviews dans les rdactions adverses, pour bien montrer.ou nes.it pas ce qui peut arriver dans l'avenir. ju il n'appartenait pas tant que cela ' rgime gouvernemental du jour, e cela tout en reslant la •' parure" du Conseil d Etat. C'eatca celui que nous n'avons Ma •l>p.ouvet sur lequel B0Ui .vins ou taimple. entalUrraitenliondas profeeeeun de "pudeur". Dr. BENQU, 16. Rue Ballu, • Paris. Parisiana DIICANCHE La Monte vers) l'Acropole trand drame moderne en i parties deaCriten le Semptier interprt par France Dhlia. Andr .Nox, Van Daols etc. Musique de genre \ Entre 2 gourdes Balcon ;t gourdes Varits DIMANCHE J.4BC .d3 I A ^BOUP l Entre gnrale: Gl 50 Loxe i dans I ^utour des lections communales Lundi sera plaide au Tribunal de Premire Instance le rfr Introduit contre le Magistral Communal par Messieurs Luders Moise et Eug. Jean ty, tous deux candidats aux proeliai ns lections.Ils ont pour mandatai rsines rhrasybule Leleau, Frao cois Mose et Lo Alexis. Ces Messieurs, se conformant a la pratique veulent que toute libert soit laisse I lecteur et prtendent que le fait par I Administration Communale d' voir plac le Bureau d'Inscription jW tage suprieur de l'Htel de le Hue liantes Desquelles est une entra ve apporte dessein la libert de ces Inscriptions. Ce sont de jolis dbats eu perspec uve. iNous ks suiverons avec atten non et renseignerons nos lecteurs] r= ^>^'p;irtemrnt il Piomenade Pn''sideiitie|| e Tous les quartiers de la ville ont t 1 d 'Kl** qui faisait uns longue promenadaen ville, en a t. ^^lp.i.lbl. poplauon t " t A ses travaux. U Ifoiiveat Kraoteur A prapoi de rmijiratioD Le Dpartement de I Intrieur in forme es intreesM que, depuis le 1er Octobre en cours, le Service des passeports a t exclusivement trans 1re aux prlectures et ,,uMl 8 doivent *.e c ontourner A cetj e dcision. Visites diplomatiques MU aW %  n £ la L0n 8 ^.aire a Btal des Relations Extrieures ac duTT 6 de Me AW SSTM "Uremomal. a rendu visite au, le et Consn membres du Corps Diplomstiqu A F Djoie, Doyen du Corps o %  tnaoe ftropolilslas Majlliqri complimeols. Certificat d'Etudes Primai Comme nous l'avions promis du. notre .Numro d'hier, nous douioaf aujourd'hui la liste des lves qui sa* obtenu le ceitilical d'Etudei PU maires. Jury du Lyce Ftion. —43pa*lj lants. "Usultat ngatif. Jury sigeant a 1 Inspection see>l litre. - lorieu-e Vincent, Marcia Thcodulc, Frain;oi*e Dorlans, H rictte Faul. JUIN Ecole J. B. Damier. 42 postulants. 20 admis : Thlamon GflSa Millevove Jean Ernest Lmotai Leovea fuma-, L. uu is ueiroulttin* Marcel Vaval, Michel N. LUog, Eug. Surpris, Max Aigilagos, Ed. Mose, 11. St Arromand, BBien-Ai m, Hen Filet, D. Alcindor, C, isaac, E. Mathieu, L. Lovelace, Ed mond Lespinasse, .N. Colbert, PJ Gaston. %  i Bulletin Communal Nous avons reu le Bulletin de la Commune de Forl-au-Prince, aoii de Avril, Mars. Juin, Juillet, Aot, Septembre 1921. Ce sommaire contient des proses* verbaux, des comptes et autresactea et un hommage Me Edmond Millet Me rci pour ce gracieux envoi._ —g Fte de Hotre Dame du Rosaire Demain premier dimanche do mois d'Octobre la paroisse de la Croix des Bouquets clbrera la fta de Notre-Dame du Rosaire. Cette solennit attire toujours beaucoup de plerins, N. D. du Rosaire tant surtout trs en honneur dans grand nombre de familles hatiennes. A l'issue de la crmonie religieuse des rjouissances seront oigssi* secs. Lai. G .S. et des camions i*! reront le transport des passager la journe de demain. Syndical des Mdeoins de l'ort nu l'rinoe Le comit porte la connaissant* des membres du Syndicat que pr suite d'une entente avec le comit de l'Amicale du Lyce, rassemble gnrale qui devait avoir lieu main est renvoye au dimanche H octobte prochain. 0 ,„ T Fort au Frince le 6 octo bre 1 Au Dpartement dea Finance Mr Faul Sales remplace au Asf rle Colbert comme Chef de Division *-t Me Laventure remplace comme Chel de Service, Mr Ernest Nigaud, comme knseiller datat.^ uverture des Triton** L'abondance des matires ij oblige renvoyer lundi la public tion du compte-rendu de la sance d'ouverture des tribunaux. r ~' FMI If II



PAGE 1

MATIN Allez droit chez lAUL E AUXILA Ifiversire #du Xl>oasi deiPhtat Maison a Jouer foniortal le mai; on &ge, li. e 1 Avenue Du cotel'our les condition?, sailie.^scr Mr Vincent lireidy, au i\o j] 1, Hue des Fronts-Forts. iijg tt PorUiPriiG An A Vendre Un bufgy 1 J. ht remis compl teTient in ut et attelage. S'adresse %  aux bureaux du joui* nal. J. %  s Sft'3L • *\ ^u*iyr A. nr M HurtW BHMHl < %  >"> %  "• t O se trouve a JJOU march et de meilleure qualit, tout ce qu'il fnul pour vou* votre* lamilie etl un mot. Bas pour femmes & illettlsTchaussob tes pour hommes, Cod^te et entants, Ui.mses, t.nemiseUes. Cliaprnux de paille hue d Italie, CliapeaiJX ae laine, / 1 issus ponge a la moue, Crpons pour , d'autres tissus nouveaux, Crpe de LhifM & JkSvveaker.set Cii^nOttiM pour lames,, |;, r lloubiuant, t.oly, a'Oreaj ete. Hfio• Mlall 'rix d al r 1 COMPLETS sur M! m • ; en UBJ ciia fclbejejf i 1 lep'8 fane. et • IMUC util H 75iiT.:. fc„ • /*" *O0 t'tfiout a* Mht'ii <*n J il .1'' *> C m i il Mr. e>e ch. li le • I U .. r. et L K j -I Me I r nr M .. *• J • ". KlrtlPWu'il M *" 8 %  • 4 t LE C0.N8EIL COMMUNU Vu la dcision du Conseil t'ommunal en date^du 11 Mai de Celte a M ne ; Considrant qu'il est du devoir dee Municipalit! de perptuer, en tmoignes de reconntissence le O'.iveni.i de lOOl reni qui ont t u:iie a la i i ex cutfl a la dilig u ce du M igisM .i Cn innUD il Pat 'ii -.'.intc l.i llonaeil Commu ml, le : Septembre ty.J, en l-> de ludj • ii'i.n > e LM igMral Commune!, I. : aoii i MA.Ni.OM-.S Vu • • i puu< ; Le S< M ttt.n d'i lai "• l'Ii lrieur, LucTUKARD Pour coi i' 1 conl i me : li. i.OLHlS DON Irrl Le ton: eil omtminai \'u la d< C i ion :!n "ii> Il luni nu i .i en I >t 'lu • dm ... i c... ai i i i : I..-II.-I i.'i.'"iit iiu'n el d i devo i Bouvtnir ues juim •;lit • MI' kti • il 1^ leur l'nfj : .. >O*KI< raut | i '" %  "ttc Maillliiii ii.ii. oi qui a fdi' buaoeer au l',i\ p ir M.(vivi-s brtereiree est digne d'uee elle lUoo ipciale; iju'il eeljustp, en lntftgn ge de recouDaiesenee, de loi" erso i nom une d g rue de le cepiUle ; Arrte ce qui suit : Art. La nouvelle route qui telie la Ituf 0>Nv,dd Durand, liat cette inscription \ sera appose par les soins du Magistrat C minimal. Art. 3 — Lo prsent arrt, aprt •pprobalion du Secrtaire d'Etat de IMiiliieur, %  ra impiim, publi et excut la dl igence du Magistrat Coin u mal. l'.ul en M-anre du Conseil l'oininu nal le 25 s pleo)ore I9d8 t au liOe de l'Indpendance. Le Mgi-I i't C oumunai. i dm..n > v ANUO.NES Vu t approuv 1 ; Le fc*cr !.<.•• u de l' ntrieufi uc flIEAHD Pi nr roj.i-' G Mitonne : Le Secr eue du Cu •><•'! Commune] Il rJUiJilluO.N Ri'ci'jiissi's adirs Les eteta uivaulfi mw eu profit de Madame Veuve i Cb ibaud, ne H si lia KigauJ avant t a ni*, la d me io.i lu i V ma. ne i.luire li u liiMii'ic .le la bnlicieire, let dcciu u nul —pour les certifient! i n iii i< i) i. O I..UUJ ... S • "' %  > du T Avili 11M7 L | aitemeul d I Intrieure. 1801,30 H0.1 du l'rosur A" U-ll ^ 1*150t.. 1. i tii vi ^" u'T Dperte11,. m de li liuerre li1*>U0. Port nu-Priu • %  ' Octobre iw-'J. I. KOltAY. av. 8THME EVPirraCiflB I :PPI'JBblONl yuttlw Mf '•• %  Globule Keuaud ( M%-..taU roervllieiix. eurrr*nPnU mme I rH|n*.-lirPua au .tr-ntoB'tO .pi-"... %  nropwtips H-j Mua .las M*ityi. l'aila.W -y ****.** %  • %  Brooklyn Export Steel t\ G \ NEW-YORK U. S. K. 3ranch Office Port-au-Prince LES plus ijras EsporUtcors ie Tles Gatnln 0 Hati S de fer, Clous galvanfas Clous landes, clous pointe de Mles d'acier. Uonces nela!!iqu.*. M .de 1er g dfantt •te-caivrcElouppe Cordage.Cbaudire *.Rechands Arlie s lilfs feuilles d3 cuivre de z.iuc. Malriatu de construpour Docks. WhartsXhcaiin de fer llaches MafhJ s t -ces piguois B..iau X paur caaslraciion en BConUment Walit KrosineelGazoliue.SavouprovisiouselDiv gooas. Ivec le palronnage de nos aimables ctieuts nous occupons ee moment uue bonne place dans la clientle d lluiu. H.o-lilun Hxport # Slcl Mf]-v REWmtOltll, U. S, .4. 1 ^ s u h % uftee Pari au Prince _,, GEO: JEANSEtit Agents excluait pjur Uaili I ATTiS



PAGE 1

IE MATIH l'Intestin Constipation Entrite Verliges Dy, cpsio Migraines Ponr rsster en bonne sant prenez chaque soir an comprfm de JUBOL 1 MM 'MM* wr uHcpiu v J.:. :" %  .'-.( • Jabnl. ffnrtr • t-*r TntMil piff'ie p rien* a?* (ir^KMt i -* iiTfnifW. on •fatum et a rftji.'i". l'It VIII eu kir-*rvlce I* i.w.'irc .!• U ifWnCtion liifstMiil* si alrnirU>ltm.uquJ. Ici aoconseirnis tril•*• %  0' Uww. 6' \t f.nti-.t %  :.' ptdtcint de Matiip.-.:*' %  t HP*, ROI DESJUB0LIT0IHI SuppotitotM nn!i ft/fflc rr'|.;|.;l,ft, Itf.'nunll. l/KOftgttIwnnUfil JUBOLITA* Pummurff canfrr le MrnoTto\diy ceiirms > %  i i un %  •* %  Valcii. H i H i.,ii. Jubel. rgulateur de Intestin, flJt une heure constante aux Juboliss :\ %  i .i n i .1 l %  % % %  %  ITXT1UIT8 IU.UIMI i orifur Vaixgrl UiymUriient u i fonetton$ tfv > %  Vaillant* llouetAgo.it-> Gnraux 1720 Rue du Magasin de PI Ut Surmens, le Viu Anmis. Convalescents fbitifie*-*ous par NO: le vrai vin fortifiant et reconstituant H. bas* ic ( Jide \)8nde, Ses tlfets certains ot rapides en font le Ionique de choix des aiaihlls, des surmeuca et des convalescents. Essayez une seule bouteille, rsultat immdiat. LU renie citez Alphonse iinynes Lo Rut Uontte toi. A V Intermdiaire Diligent Ce bureau, tabli rue Firou 316, maison Robin, offre Bai services pour touies affaires Commisaipn, trausaunou. servi e spcial dans les ij tenions tl'auloraobiles : vente, acliai, voyag< •> cl transports. Dix madiiuoa couforiaides et dix bous iliau.ieius SOLI abonns n„lre agence: nia bines propres, loUiks et pourvues d'accessoires coui.'i is : chauffeur*, habiles et ayaul les meilleures attnuons puni leurs pasiugi is. l'uur lire bien .servi, adressez(vu., I 'l — iw— A I li l,i. I kl lia ^SERVICE DES AUTOS I'AUN: Lundi, Mercredi, Venu.eu,, Prix, DEUX Dollars! LAYfclS: Les passagers peuvent • macrinj NnUrmdSn VUu/eni, liue trou, :j,6. Fui loi Skoel'oli&k Company lue. Pkcw-lork Stvo-tt veelt, breUgte /I,MU U vis blut? -. IMH .w... x .c./ un luuun tuuimt* u, t ,ubk ^ mu wtq Ut coukw a la metou t ou ,.io*tiiie* p0ihia,u loiifuinot, mweytt ut sn sf sa MOhQSUM. 1-iAnqu'r osle lV 1 La maison porte h connaissance uu puuiic que— daosij but de iaciuter et d'encourauer ses nombreux clients elle accorde partir du 1er Juillet If une prune de une paire de cliaussures au choix tout dtenteur de Vingt tickets. En consquence on est pri de rclamer un reu pour chauue achat au complant. A la Conscience telle est la devise de la maison. Sacs vides et Ficel] Sacs [vides neufs Double coulure anrjlais Sacs vides neufs simple couture sacs vides lme main ( Trois qualits ) trous trs bon conu sacs vides pour Ciment bon march. Ficelle Amricaine tt anglaise. Qualit sui En vente chez L AGGERHl Hue du Quai a 9 s, r.i S-i C3 a n faible pour travailler La vie courante des femmes n'est to qu'un travail incessant. Combien plus est la tche quand des malaises particuli leur sexe rendent chaque mouvement Le systme nerveux est drange" et la vieest d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent cette situation devraient profiter de 1' de celle qui nous a envoy cette lettre:' Liez Ce Que Cette Femme Dit Menant! la, Oriente, Cuba.— JVi.iis anlmiqu* Irais lors de mes rgles. Ces douleurs me forcent rster au lit. Les douleurs, toujours dans le b taient quelquefois aigus, quelquefois sourdeet je sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendantqmBi avant de faire connaissance par l'entremise d'un de votre Composition Vgtale de Lydia E. PinkktS l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais n de la recommander a toutes mes amies qui mme malaise."—Srta. MARINA MILAN, Calledt 4, Manzaniilo, Oriente, Cuba. ** 'im .oun>i.nti> n. devraient pu tk mali doivent lnii*ter pour U Composition \get de Lydia E. Rnkh l Dr BNMAM Mil.r NC CO. kVNN.MA W.t Grand Htel de toi ri-r~ AngleTdes Hues ^Bonne-Foi et du'Qusl vient de recevoir : Sf-A f n!i gr 'n S lrUffer Civet lG ^*AnJ0UiW| Soi,Ta YhiJL ? au saind0 ^•' %  ""bon en bolleal Pehtsnn m e' '? vdm T" ^.p.ereaux. Thon. Cart l'enta poil fins extra. Boudins, etc. ni Rouge, le gallon G. 4.50. Vin Blanc, le gallon I M* no et mmmiMHi. <$. . $** ^ fart-aa-^rince Siaiti Afltiits lnraux pour Haiti des maisons suivi! 11. K. bujler et Co Inc. .N. V. EtablifisemenlsAdrien 9M .Marc ..mime Gnral** Liqueurs Fines et Ssirl Gav Iteiiaud 4 tie w Cognacs et BrandJ i P. Poiza Fils et Cie LyJ £t m ioiirs is sitf b RHODIN TOES d u RHNE ai[ U'Klfijr luuo.. t Aj.nt. ff.neru pour H ( U Marchandise Gnral** Diamond Uraiding Mills Chicago lleighls. b Lacet pour chaussures Mar" el1 Com i' an > K ene Talons en Cellulonle en loua genres Socit des Prodaiu Boiol Paris' iMmuleunto Denlirncesd monde bo.et anonv.no das Parfums d* Nicole. Parfumerie de Luxe Clatsnc* ot Colordeaux. c\ ins H. ernaux Buis j e Ko ; l'i'ignes en F. l'oi/a rus ei w Produits rharmactutiqu ques. Iluiiles Essentielles Exlr*, sirops cl liqueurs Droguent* riitori* etc. .A. flaverv cl Fils Tos loi* tous genres. nna SliS"! ? ,e "" es libraux de paiemtnt aus D ut, ont excellentes. Confult nous avant de %  n ia>eiv ci %  •• •—-Hou. lions de Lirge^en to Efgrne Maichal * Toiles Cirs el Tapis cir ge ires. La plus grosse Fabriqu^ 1 ? paiement aux boiioe J .. _... ., ,nl ,<• OUI



PAGE 1

fmti JR PROPRIETAIRE 4UPR1MEVB Clment M agio ire BOtf VERNA (US Hue AmOricahre NUMERO 20 CENTIMES Quotidien Qu'un homme soil opinitre, cela ne tait absolument 1 rien ; mais qnil soil imi i rlinent, cela me [ail beaucoup.Le premier dtend ses opinions : e'esl son Itien; le second attaque les opinions des aulies,et c'est le bien de tous les autres* MONTESQUIEU lE&llOyt No 248 17aine ANNE N 5033 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) SAMEDI 6 OCTOBRE 1921 Autour du Conique relatif aux Elections Une trange faon de voir A Jacmel Autour d'une rforme JNolre excellent confrre le llfouvelliste , apprciant sous B particulier le Coiriinunili du Gouvernement relatif aux (lions lgislatives, trouve qu'en riant d'un change de vues qui 1 lieu sur ce sujet av 3c le ( ounfint des Etats-Unis, il y a ^de la part ilu ( louvernement iuen, manque le pudeui felon notre contrre, il fallait •aux yeux ]ii'il y et, sur jkimportante question, dlibDentre Ls ileux louverneJs. Cette Jlil M -I a tion est aiid'ordrc gouvernemental intr, et il sul'lisait de faire coule rsultat sans rien rvler [quia pu se passr. En agisJfcommeil l'a l'ait, le tiuiivernenta donc manqu de piller \hi% pourrions nous contontor •fouver, pour notre part, notre ^Tre un peu ivguruaui ci theur de la petite I > te. Nous •nions, tout aussi bien, nous btaer qu'un journal, qui se lut trs souvent les matires Pnchottires du (ouvernement, %  arrivt aujourd'hui trouver Ifie le Gouvernement informe t abondamment. lis, au surplus, on peut rapwit les deux laits suivants l'ae[idu Nouvelliste , pour se ren Ht compte de son degr de sinc|W et quel point sa &f pudeur I pu tre vraiment Iroissc rien laie parce que le Communiqu du tiouverneinent a parl, sur la gwuon des lections, d'une dliration entre Gouvernement liaito et amricain. Le premier de ces faits remonte un peu dans le pass. ( Misait bien (pie, avant M. Borno, il y avait M. haitiguenave, et (pie,sous lad minislration de ce dernier.la ques lion des lections lgislatives avait t galement agite entre tel deux Gouvernements. Alors que tout le monde trouvait cela tout naturel,— notre sym patliique confrre galement, 11. Dartiguenave, sorti du Pouvoir, crut utile de rendre public un change de vues, et mme de notes, qui avait t fait entre les Gouvernements amricain et hatien. Et c'est prcisment chez notre conlrre qu'il jugea hou de commettre ce manque ete pudeur :, d'autant plus inutile que la dmonstration qu'il s'agissait le fane tait purement restrospective, avant t tente aprs la sur nave. f* Notre confrre navait pasappn que a la l'aon de faire de celui-ci 1 apprciation qu'il rservait son successeur, l'eut tre estime li que le Gouvernement actuel est trop prompt informer et que les les gouvernements du jour seraient mieux inspirs de garder leurs IIIQ formations et leur dtail pour leur dlense, ou leur mmoire, venir. Eu tout cas, la conception du manque de pudeur n'avait pas encore elos sous la plume de notre sympathique contrre o elle couvait toujours: il tallait pour cela sa chaleur de passion ac tuelle. Le second fait est tout aussi caractristique et, qui plus est,mane de notre confrre lui-mme. On doil encore se rappeler que le Nouvelliste lui-mme avait, i< y a .dj quelque temps, inform ses lecteurs que le Gouverne* menl de Washington avait fait des suggestions formelles au Prsident de la Rpublique l'gard et mme en faveur des lections et que c'tait a lui-ci qui faisait reste lance. Notre confrre a joutait mme que. de gr ou de to ce, le Chef d'Etat hatien serait obb de< marcher . Il avait, au reste, imagin un rapport que M.RornO aurait adress Washington et dans lequel il se srail exprim en tenu, s irs ii savantagi u\ BUI le compte du peuple donl il administre les intrts, et nous avons d(\, pour rectifie r l'information, avoir recours une interview mme de Le sentiment de pudeur m !" tre sympathique contrre tait a ce moment sur ce point trs Lirai et laissait passer beaucoup de Chose-. Le Communiqu trs vridique du Gouvernement,en mme temps qu'il dit ce qu'il y avait dire, a, nous le comprenons bien, dissipe bi, n des versions et beaucoup d'inexactitudes volontaires commises sur cette question des lections. ,.. ., 11 est tout juste qui! ail m a jour lesticelles de notre intelli gent contrre et que celui ci. que nous avons tenu pour franc el lovai, prenne auiourdhui. pour parler comme tenon peuple, la honte pour servir colre. ha Critique fa projet d'assar anc e-m ala aie ( SUITE ET FIN ) Conclusions Nous avons admis deux faits 4u cours de cet article : to H Y 4 un nombre respectable d individus qui sont dans la moyenne clientle et qui ludent le mdecin Pour n'avoir p s le ddommager de ses peines et soins. 4 2o L assurance obligatoire dans la pratique fonctionnerait seulement poulies corporations de mtiers. Oui, c est indniable, le mdecin est tourn comme un obstacle, pi c 'esteu cela qu'il se sent une vielue.Cette situation relle lui donne bien le droit de tenter une raction. Si l'assistance limite ses etlectifs aux indigents et ncess. eux la clientle moyenne si rebelle au mdecin, ncsedess.nera-t-elle pas du coup entre les ressortissants des Hpitaux et le reste de la socit qui constitue le Ion ls .1 exnoitation mxlieale de la clientle civile actuelle. H nous la.it possder cette classe intermdiaire. Lt nous sommes, l i lsa lui faire un traitement de fcveur en raison de sa prcarit de fortune. Cependant reconnaissons que nous n'y^arriverions jamais pal -une lpl ition oublique de toudressc. .N >us lavons vu, les sanctions prvues dans le projet incrimine vont plutt aux employeurs pour lesquels le projet n'est pas un pngm. Ceux qui y sont vritablement intresss, ceux pour qui on a pris soin de le concevoir, chappent toute coercition ipie l'on ne Best pas donne aussi la peine de prs dire. Gela va de soi. On ne peut molester les gens pour leur propre bien. El pour cette lacune essentielle et force l'assuiance obligatoire ne vaut, Comment alors les mdecins parviendront ils raliser leurs intentions d'assurer des soins la classe intermdiaire, moyennant !a privilge d'un quitable paie* ment'.' Allons-nous nous rabattre sur l'assurance libre et prive qui appelle une organisation sociale pralable, la cration de mutualits iiour tous les genres de professions et de mtiers. L'assurance volontaire ou prive aurait la chance de servir qu lque peu nos deai lerala en faisant moins de torts aux uns et ,,,-.. autn i. daidanl'impossibilit O elle M ra, elle aussi, il. retendre a toute la clientle moyenne, sans l'exclure, et, en attendant qu'elle naisse spontanment avec L'installalioa de nouveaux fonctionnaires a ou l'eu lundi B Jacmel. Par commissions le Son Excellence le Prsident >lc la Rpublique, MM. Parnave Cral'l, Kdouar.l Rousseau, Dumont Thbaud el I! a nus Elie ont t respectivemenl i omms Prfet provisoire. Inspecteur des Ecoles, Juge de Paix et Chef de Bureau l'Administration le l'uunces. Le croirait on .' Il y avait fo le 'i cette occ i-i-u To il le monde d i aboi iii |> ir nos rues. C'tait un va el vienl de la maison de M. Craft au Tribunal de (•le.mie [oslaoce et & la Prfectu* rc. la Peuple % %  l lit in liesse. A t heures ( a. m. ; le Tribunal ta i comble. Le Barreau tait au complet: Mes. Vol l. pre et Qls, Barjoa, Dub, Barthlmy, Moraille sic Dans l'assistance, nous avons re marqu I i clerg ci un trang r. Ouel est celui-l : On nous dit que i esl Me I '..' lei Si Cloud, ancie i Pr l'es car a l'cole >1 • roil de P.a lau-Pria ce de passage i n cette ville. Me II. gnon Pierre-Louis prsida l'audience el on sa qualit de doyen, voir mrit 11 confiance de Mr le prsident le la Rpublique et j'espre que VOUS rc-lei/li tte au noble •ermenl que voue venez de prter, Par temprammenl, j'aime u.i t>:u la vriic ; par le travail de la profession que j'ai exerce et de la fonction que j exerce, j'aime dire la il espre trouver en vous l'homme qiril tant. Noua avons la confiance que cette tche vous l'accomplirez. J'ai 1 prtention d*tre da l'IS Iti dmon Pays. M. Borno si le Chef de cette Elil g i Gouvernement ne fera pas faillite. M. Louis Borno aies meilleurei Intentions, il caresse les plubeaux i\cs. Apres quelqoea moti de flicitations du Magistrat du Parquet. Mi Craft se fail entendra : Ha lche est difficile comme vois venez de la dire; maison homme de Lien, je ferai mou devoir. J i e nercie tons les amis ioi prsenti I nre venua en mon nom et en ce ui I i liouvarnemeut. Je vous %  remercie, Messieurs. # Le Prfet s'est longuement tay sur les nonnes ntenliois du Gouvernement. Ilar pu Uvdlscua aion propos des taxes internes. Monsieur Craft a t a ce point imposant qu'il a russi faire i rier : \i\ Haili Vive le Gouvernemenl de Mi Borno Celte crmonie termine, ! Chef du Parquel req ierl la prestation du Juge .le Paix. A quelquesrecomman* dationil usage ilu Ministre public, Monsieur Dumont Thbaud rpond: .1 Messieurs, je Buis homme du Peuple. 8i hier certains Magistrats ont parjur, si hier ...ii remple mfi ^e de Thmis, des iniquits ont t cornm ies, m n. je si rai le fidle observai ur de la loi. le con I imneial, je libre ti. ce i a valu une observa* li 01 du Doj o V*o M me connais* r/. M .1 p U-II:\ iilt Mr 'i diaud. Point n'esi donc besoin p ior moi d'tre plus Long. \ lus aile/ encore m : voir a l'as ivre et cri /. avec moi : Vive l'indpendance. \ l In -|> %  ion ncolare, Mr Craft va procder h l'installation de Mr Hou seau. i. J'ai !•> pi iisir, dit le Pi tel, d vous remettre la commis* sio i lu Chef l • l'iii it, v tus nommant luspi cteur les Ecoles de cette e rco i crpttoo. Je conn lia parlicu n re ne i irotre d /ouem ml acho* se publiqae. Vous tes un homme il .ilvele-'i e e,<> to n* m a i .us tout Mr R lusseau rpond an des term v a ment i h uis. Son discours a .i m neol ipplaudL BeUnooa ,,., ., lC; torab Oide s s lvres: „ L'Ecole esl la Boule arme qui me pour ralu-r le plus grand bi pour non Pays. Je compte sur ,„., co laboi ileu ... J lurai sans dlll a l, .Luc: joie dappori 1er •• i ''•' %  ; i '"• 1U ,: A: r colls lituli i l'Edifice... C e-i alors, ..hrsu >ut, I >nsi %  le 'rfet. ,.., ,. vo di n savoun r a loisir lea c -m lion I '' v >u v en ; de m,{ iir, .-.i IU esquela je vous suis roc mn s tul. -o C'est l'inetallali m, Mais quelle est lo iui m publique s Jaa nel U rforme s t longtemps et oatiem aeal ittendua Blleest venua. temps C ltrforme nous s miage tous et li paroles prononces taol M tribunal qu'ail! ura nenonaaoo onatroprconfortantoa. Mals...t ' J a toujours un maU).—Ma. ,c esi une rforme St va-to.le tre coin plle ? . Les nouvel u fonctionnaires collai. % %  • ronl ils ivec lea •>;"•''.. •|-, I e t I • seul mot du Peuple d ; Jacmel '• le progrs les temps, nous nous bornons simplement lui prtrer un p. rlement de tarif pria par les au i .rits comp^l^nl a N tus soui, itons donc qu • le Gouvernem, ..i rpon i n d ira par l'laboration l'iifij lai %  ial et proj rpssif l'adr s gens qui %  on! buis les limil les parm a de fortune Je la classe intermdiaire Dr DEBROSSE Gi-.iil Orient dlaiti COMMtNIQU Oanformmenl la Conslilulio maonnique, l'Ad ninislration Sup rieur le l'Ordre lail savoir ton lOadiencs a ie, par s litette la* mis-ion du Trs Puisaanl rrra Tessiar, en sa qualit .le brand tre Grand Commaodeur.pour rais< de sant. Pex-C-an l Matre Antc ne Rlgal occupe la directi n gnn de I .lie n i innique. El • 1 ii fail ' ', en i itre, q] porgi i-u M I % %  : %  !•' 'I i '• ni m ,,. %  uinuil i nt" ; .m I laies ,,.,., i '"• i ,, •, i|u ls inujl ne de j dD g laiouiii-ti ition l'Ordre. Le G. Secret*. del'Ordl CREPSAT ii ^m i %  il ATT


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06045
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 06, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06045

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
fmti
JR PROPRIETAIRE
4UPR1MEVB
Clment M agio ire
BOtf VERNA
(US Hue AmOricahre
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
Qu'un homme soil opinitre,
cela ne tait absolument1 rien ;
mais qnil soil imi i rlinent,
cela me [ail beaucoup.Le pre-
mier dtend ses opinions :
e'esl son Itien; le second atta-
que les opinions des aulies,et
c'est le bien de tous les autres*
MONTESQUIEU
lE&llOyt No 248
17aine ANNE N 5033
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
SAMEDI 6 OCTOBRE 1921
Autour du Conique relatif aux Elections
Une trange faon de voir
A Jacmel
Autour d'une rforme
JNolre excellent confrre le
llfouvelliste , apprciant sous
b particulier le Coiriinuni-
li du Gouvernement relatif aux
(lions lgislatives, trouve qu'en
riant d'un change de vues qui
1 lieu sur ce sujet av 3c le ( ou-
nfint des Etats-Unis, il y a
^de la part ilu ( louvernement
iuen, manque le pudeui
felon notre contrre, il fallait
aux yeux ]ii'il y et, sur
jkimportante question, dlib-
Dentre Ls ileux louverne-
Js. Cette Jlilm-iation est ai-
id'ordrc gouvernemental int-
r, et il sul'lisait de faire cou-
le rsultat sans rien rvler
[quia pu se passr. En agis-
Jfcommeil l'a l'ait, le tiuiiver-
nenta donc manqu de pil-
ler
\hi% pourrions nous contontor
fouver, pour notre part, notre
^Tre un peu ivguruaui ci
theur de la petite I>te. Nous
nions, tout aussi bien, nous
btaer qu'un journal, qui se
lut trs souvent les matires
Pnchottires du (ouvernement,
arrivt aujourd'hui trouver
Ifie le Gouvernement informe
tabondamment.
lis, au surplus, on peut rap-
wit les deux laits suivants l'ae-
[idu Nouvelliste , pour se ren
Ht compte de son degr de sinc-
|W et quel point sa ? pudeur
I pu tre vraiment Iroissc rien
laie parce que le Communiqu du
tiouverneinent a parl, sur la
gwuon des lections, d'une dli-
ration entre Gouvernement liai-
to et amricain.
Le premier de ces faits remonte
un peu dans le pass. ( Misait bien
(pie, avant M. Borno, il y avait
M. haitiguenave, et (pie,sous lad
minislration de ce dernier.la ques
lion des lections lgislatives avait
t galement agite entre tel
deux Gouvernements.
Alors que tout le monde trou-
vait cela tout naturel, notre sym
patliique confrre galement, 11.
Dartiguenave, sorti du Pouvoir,
crut utile de rendre public un
change de vues, et mme de no-
tes, qui avait t fait entre les
Gouvernements amricain et ha-
tien. Et c'est prcisment chez
notre conlrre qu'il jugea hou de
commettre ce manque ete pu-
deur :, d'autant plus inutile que
la dmonstration qu'il s'agissait
le fane tait purement restrospec-
tive, avant t tente aprs la sur
nave. f*
Notre confrre navait pasappn
que a la l'aon de faire de celui-ci
1 apprciation qu'il rservait son
successeur, l'eut tre estime li
que le Gouvernement actuel est
trop prompt informer et que les
les gouvernements du jour seraient
mieux inspirs de garder leurs iiiq
formations et leur dtail pour leur
dlense, ou leur mmoire, ve-
nir. .
Eu tout cas, la conception du
manque de pudeur n'avait
pas encore elos sous la plume de
notre sympathique contrre o
elle couvait toujours: il tallait
pour cela sa chaleur de passion ac
tuelle.
Le second fait est tout aussi ca-
ractristique et, qui plus est,ma-
ne de notre confrre lui-mme.
On doil encore se rappeler que
le Nouvelliste lui-mme avait,
i< y a .dj quelque temps, infor-
m ses lecteurs que le Gouverne*
menl de Washington avait fait des
suggestions formelles au Prsi-
dent de la Rpublique l'gard et
mme en faveur des lections et
que c'tait a lui-ci qui faisait reste
lance. Notre confrre a joutait m-
me que. de gr ou de to ce, le
Chef d'Etat hatien serait obb
de< marcher . Il avait, au reste,
imagin un rapport que M.RornO
aurait adress Washington et
dans lequel il se srail exprim en
tenu, s irs ii savantagi u\ bui le
compte du peuple donl il adminis-
tre les intrts, et nous avons d(\,
pour rectifie r l'information, avoir
recours une interview mme de
Le sentiment de pudeur m
tre sympathique contrre tait a
ce moment sur ce point trs Li-
rai et laissait passer beaucoup de
Chose-.
Le Communiqu trs vridique
du Gouvernement,en mme temps
qu'il dit ce qu'il y avait dire, a,
nous le comprenons bien, dissipe
bi, n des versions et beaucoup
d'inexactitudes volontaires com-
mises sur cette question des lec-
tions. ,.. .,
11 est tout juste qui! ail m a
jour lesticelles de notre intelli
gent contrre et que celui ci. que
nous avons tenu pour franc el lo-
vai, prenne auiourdhui. pour
parler comme tenon peuple, la
honte pour servir colre.
ha Critique fa projet
d'assar anc e-m ala aie
( Suite et Fin )
Conclusions
Nous avons admis deux faits
4u cours de cet article : to H Y 4
un nombre respectable d indivi-
dus qui sont dans la moyenne
clientle et qui ludent le mdecin
Pour n'avoir p s le ddomma-
ger de ses peines et soins. 42o L as-
surance obligatoire dans la prati-
que fonctionnerait seulement poul-
ies corporations de mtiers. Oui,
cest indniable, le mdecin est
tourn comme un obstacle, pi
c'esteu cela qu'il se sent une vie-
lue.Cette situation relle lui don-
ne bien le droit de tenter une rac-
tion.
Si l'assistance limite ses etlec-

tifs aux indigents et ncess. eux
la clientle moyenne si rebelle au
mdecin, ncsedess.nera-t-elle pas
du coup entre les ressortissants
des Hpitaux et le reste de la so-
cit qui constitue le Ion ls .1 ex-
noitation mxlieale de la clientle
civile actuelle. H nous la.it poss-
der cette classe intermdiaire. Lt
nous sommes, l i lsa lui faire un
traitement de fcveur en raison de
sa prcarit de fortune. Cependant
reconnaissons que nous n'y^arri-
verions jamais pal -une lpl ition
oublique de toudressc. .N >us la-
vons vu, les sanctions prvues
dans le projet incrimine vont plu-
tt aux employeurs pour lesquels
le projet n'est pas un pngm.
Ceux qui y sont vritablement in-
tresss, ceux pour qui on a pris
soin de le concevoir, chappent
toute coercition ipie l'on ne Best
pas donne aussi la peine de prs
dire. Gela va de soi.
On ne peut molester les gens
pour leur propre bien. El pour
cette lacune essentielle et force
l'assuiance obligatoire ne vaut,
Comment alors les mdecins par-
viendront ils raliser leurs in-
tentions d'assurer des soins la
classe intermdiaire, moyennant
!a privilge d'un quitable paie*
ment'.' Allons-nous nous rabattre
sur l'assurance libre et prive qui
appelle une organisation sociale
pralable, la cration de mutuali-
ts iiour tous les genres de profes-
sions et de mtiers.
L'assurance volontaire ou pri-
ve aurait la chance de servir
qu lque peu nos deai lerala en fai-
sant moins de torts aux uns et
,,,-.. autn i. dai- dan- l'impossibi-
lit O elle m ra, elle aussi, il. re-
tendre a toute la clientle moyen-
ne, sans l'exclure, et, en attendant
qu'elle naisse spontanment avec
L'installalioa de nouveaux fonc-
tionnaires a ou l'eu lundi B Jacmel.
Par commissions le Son Excellence
le Prsident >lc la Rpublique, MM.
Parnave Cral'l, Kdouar.l Rousseau,
Dumont Thbaud el I!a nus Elie ont
t respectivemenl i omms Prfet
provisoire. Inspecteur des Ecoles,
Juge de Paix et Chef de Bureau
l'Administration le l'uunces.
Le croirait on .'
Il y avait fo le 'i cette occ i-i-u.
To il le monde d i aboi iii |> ir nos
rues. C'tait un va el vienl de la
maison de M. Craft au Tribunal de
(le.mie [oslaoce et & la Prfectu*
rc. la Peuple l lit in liesse.
A t heures ( a. m. ; le Tribunal
ta i comble. Le Barreau tait au
complet: Mes. Vol l. pre et Qls,
Barjoa, Dub, Barthlmy, Moraille
sic
Dans l'assistance, nous avons re
marqu I i clerg ci un trang r.
Ouel est celui-l : On nous dit que
i esl Me I '..' lei Si Cloud, ancie i
Pr l'es car a l'cole >1 roil de P.a l-
au-Pria ce de passage i n cette ville.
Me II.gnon Pierre-Louis prsida
l'audience el on sa qualit de doyen,
voir mrit 11 confiance de Mr le
prsident le la Rpublique et j'es-
pre que VOUS rc-lei- /li tte au noble
ermenl que voue venez de prter,
Par temprammenl, j'aime u.i t>:u
la vriic ; par le travail de la pro-
fession que j'ai exerce et de la fonc-
tion que j exerce, j'aime dire la rite.Les eeprits ont trs sgiis.
Une campagne trs active est faite
c mtre certains rojebque l'on prle
ai Gouvernemenl sans trs bien
connatre es | rojeta l. Lee pas-
ions so .. cbauffi a blanc. Le Jac-
mlien est d'un lempramenl fe pari;
il est lent s'e*iter Loisqu'il s'est
excite, il est difficile . la cal ner. Bi
Mi i,- Prsident de la Rpublique a
la i choix do vous, c'est il espre
trouver en vous l'homme qiril tant.
Noua avons la confiance que cette
tche vous l'accomplirez. J'ai 1
prtention d*tre da l'IS Iti dmon
Pays. M. Borno si le Chef de cette
Elil g i Gouvernement ne fera
pas faillite. M. Louis Borno aies
meilleurei Intentions, il caresse les
plu- beaux i\cs. _
Apres quelqoea moti de flicita-
tions du Magistrat du Parquet. Mi
Craft se fail entendra : Ha lche
est difficile comme vois venez de
la dire; maison homme de Lien, je
ferai mou devoir. J i e nercie tons
les amis ioi prsenti I nre venua en
mon nom et en ce ui I i liouvarne-
meut. Je vous ! remercie, Mes-
sieurs. # Le Prfet s'est longuement
tay sur les nonnes ntenliois du
Gouvernement. Ilar pu Uvdlscua
aion propos des taxes internes.
Monsieur Craft a t a ce point im-
posant qu'il a russi faire i rier :
\i\ Haili Vive le Gouvernemenl
de Mi Borno !
Celte crmonie termine, ! Chef
du Parquel req ierl la prestation du
Juge .le Paix. A quelquesrecomman*
dation- il usage ilu Ministre public,
Monsieur Dumont Thbaud rpond:
.1 Messieurs, je Buis homme du Peu-
ple. 8i hier certains Magistrats ont
parjur, si hier ...ii remple mfi ^e de
Thmis, des iniquits ont t corn-
m ies, m n. je si rai le fidle obser-
vai ur de la loi. le con I imneial, je
libre ti. ce i a valu une observa*
li 01 du Doj o V*o M me connais*
r- /. M .1 p u-ii:\ iilt Mr 'i diaud.
Point n'esi donc besoin p ior moi
d'tre plus Long. \ lus aile/ encore
m : voir a l'as ivre et cri /. avec moi :
Vive l'indpendance.
\ l In -|> ion ncolare, Mr Craft
va procder h l'installation de Mr
Hou seau. i. J'ai !> pi iisir, dit le
Pi tel, d vous remettre la commis*
sio i lu Chef l l'iii it, v tus nom-
mant luspi cteur les Ecoles de cette
e rco i crpttoo. Je conn lia parlicu
n re ne i irotre d /ouem ml acho*
se publiqae. Vous tes un homme
il .ilvele-'i e e,<> ton* ma i .us tout
Mr R lusseau rpond an des ter-
m v a ment i h uis. Son discours
a .i m neol ipplaudL BeUnooa
,,., ., lC; torab Oide s s lvres:
L'Ecole esl la Boule arme qui me
pour ralu-r le plus grand
bi pour non Pays. Je compte sur
,., co laboi ileu ... J lurai sans
dlll. a l, .Luc: joie dappori
1er i ''';i '"1U',: A: rcolls-
lituli i l'Edifice... C e-i alors,
..hr- su >ut, I >nsi..... le
'rfet.
,.., ,. vo di n savoun r a loisir lea
c -m lion I '' v >u*ven ; de m,{'
iir, .-.i iu esquela je vous suis
roc mn s tul.
-o
C'est l'inetallali m, Mais quelle est
lo iui m publique s Jaa nel
U rforme s t longtemps et
oatiem aeal ittendua Blleest venua.
temps C lt- rforme nous s miage
tous et li paroles prononces taol
M tribunal qu'ail! ura nenonaaoo
onatroprconfortantoa. Mals...t '
J a toujours un maU).Ma. ,c esi
une rforme St va-to.le tre coin
plle ? ,
Les nouvel u fonctionnaires col-
lai. ronl ils ivec lea >;"''..
|-, I e t I seul mot du Peuple d;
Jacmel '
le progrs les temps, nous nous
bornons simplement lui prtrer
un p. rlement de tarif pria par les
aui .rits comp^l^nl a N tus sou-
i, itons donc qu le Gouverne-
m, ..i rpon i n d ira par
l'laboration l'iifij lai ial et
proj rpssif l'adr s gens qui
on! buis les limil les parm a
de fortune Je la classe interm-
diaire' Dr DEBROSSE
Gi-.iil Orient dlaiti
COMMtNIQU
Oanformmenl la Conslilulio
maonnique, l'Ad ninislration Sup
rieur le l'Ordre lail savoir ton
lOadiencs a ie, par s litette la*
mis-ion du Trs Puisaanl rrra
Tessiar, en sa qualit .le brand
tre Grand Commaodeur.pour rais<
de sant. Pex-C-an l Matre Antc
ne Rlgal occupe la directi n gnn
de I- .lie n i innique.
El 1 ii fail ' ', en i itre, q]
porgi i-u m I :'!' 'I i ' ni m
,,. uinuil i nt"
, ; .m I laies
,,.,., i '"
i ,, , i|u.....ls inujl ne de
jdDg laiouiii-ti ition
l'Ordre.
Le G.
Secret*. del'Ordl
CREPSAT ,
ii ^m i il
ATT


Lfi matin
*. .
Par Cable
Nouvelles trangres
Le nouveau cabinet alle-
mand
PARIS 4 L'iule.'ilion du chance
lier Slrtaemaa de d min lier radicale
meut le nombre ues ministres dans
le prochain cabinel allemand ren-
BOutre beaucoup d'opposition, les
diffrents groupes interprtant la po
iiUijue du cliancelier comme sigui-
flaut virtuellement l'tablissement
de la dictature. Le chancelier pr-
teiid que la mesure est neessairo
pour des raisons d'conomie.
I ne dpche aux Central News
de Berlin, transmise dans la soire,
dit que le nouveau cabinet allemand
lent compos de i ministres: M.
Slroemau, chancelier (t affaires
traBgree ; Ifinoui, conomie et li-
nances ; Gessler, intrieur et d len-
te ; e! lrauii, travail et alimentation.
Le chancelier Btreseman a l'inteo
tion de Bonmetlre au Reichslae le
marna pr gramme de rforme que
celui propus par l'ancien oabinet.
Deux dputes franais con-
daniiii's rciiiprisonne-
ineni et a l'amende
Le dput Oachin, chef du parti
omuiuuiste, a t condamn six
mois de prison et i.OuO francs d*a
Bande pour avoir incite les soldats
la dsobissance. M Vaillant Cou
tuner, autre dput communiste,
t condamn aui mmes peines les
deux condamns ont annonc qu'ils
se pourvoira,eut eu cour* d'appel et
cour de cassation.
La Turquie devient une r-
publique
CONSTANTINoi'LE Dans la
nouvelle constitution turque, il est
dit que la Turquie est une rpubli
que avec un prsident lu pour une
priode de 4 a li ans. L'assemble
nationale n'aura que les pouvoirs l
gislatifs, le pouvoir excutif tant
confi un cabinet responsable en
vers l'assemble.
Nouvelles Diverses
CHERBOURa- Une terrible tem
ple qui a clat hier dans la r-
gion, continue.
LEHAVKR- lue violente tem
pte fait rage, ici. causant de s-
rieux ennuis aux pcheurs et aux
Voyageurs. Les arbres ont t draci
ns et les toits enlevs. Le bai orne
ire sat descendu de 16 degrs.
KOU&N Deux gargouilles du pa
lais ne justice oui t arrachs et
prcipit* iaus la rue.
WAS.UN..i\j.\ La dtermina
lion de lamnassaieur Uarvaj d'-
bandoon r la poste de Londres vers
le 1er Janvier a t oflicieUament
annonc II a t dit en mme temps
que t'ainbasseieur Clnld ne retour
nera.t pas a tiome aprs son arri
ve aux Etals Uuis dani quelques
ism ii ii w.
lUiilU-.Ua violent tremblement
de terre s'est fuit .sentir un peu
avant 1 Heure ce matin ; la secousse
a bit sortir les habitants de leurs
demeures et a dent les lumires
lectriques. On a au-si ressenti ia
secousao a Osaka.
IP3
MALNUTRITION
provient de ce que le
systme ne peut pas
convenablement as-
similer la nourriture
ion Scott
est promptement assimi-
le par les personnes
de constitution dlicate
et est un agent actif
pour aider la crois-
sance et restaurer
les forces.
w^-S^^
Sur le cas de
M. Hrisson
U,1 k Oonsei; aux Amis
Allez chez DREIX
Fredrecesoir5h,
Potage, tVilagoise
Vous serez satisfait.
Crme la glace- Sorbets
Ptisserie -Sandwich
Prix du Flaoon : 5 francs.
Le Gnral Dgoutte refuse
tint* manifestation spciale
SZXZFa**? *,,c,nier sc'"t
transportes demain leurs demeu-
res respectes o des services fana
bres seront clbrs. M. m.uIk-s'
enel des sparatistes, avait demaod
aux autorits franaises la penn s
ion .1 or miser une crmoniHuu
bresp.-oialemaissa de uaudj acte
pspousse par le linral Dgoutte.
le Praidenl lilJerand re-
c;oit la dttfation amri-
caine du c Bon Vouloir
PARIS- Le Prsident Mille,-.,,, i
m recevant les dernires amrical
fe* **** du BoTvou
tontes. Je suis taeureus iue vous
-ye/. vu leaiiuaitoo su Kran'e il
a ,. rien a jouter et prfre vous
"i-er tuer vous mme ,a co*
" fa mm prit de croire nue a
jouveincn,,,, et le peuple .,,,,,*
ont reconnaissant, au del de u
Xpn'SMonpour laide apporte aux
lu Bon Vouloir- mais le plus im
.octant pour moi sont ces p^Ts
l-amit.e que v.ns ,1W av,
esdo la part dn peuple amrffin
^ut nous dmoniVan que t.?ro
Um qui confrontent Je n,,1,'
tanais sont apprcis justement
\m pour mol un gn ,, ,,Ll>1(. J-
eevoir loutw le., nelHguoo du
Bon Vouloir 'cl e 1sJr.11
Les lilfains attaquent les
Espagnols
a u Maroc a commenc uj7deu
s
Lertieb sont investies.
Les Cour*
PAJHS i- Dollar
Livre
NEW VOItlv 4 Francs
Sterling
PAItlS | Dollar
Livre
17.165'
78.07
I6.y7
4 JJ88
16.815
76.60
lou?eau tremblemeat de
terre au Japon
Le sans fil[annonce qu'une forte
secousse de tremblement de terre
TokiO a port nombre d'individu,
quitter leurs maisons at a Inter-
rompu les communications lecl.i.
que, dans plusieurs quartiers.
Quatorze secousse ont t resnea
bas mardi et cinq uiimmiSSm
registrespar le sismographe. "
lere.
f ** et lo.d Canon
LuMlii;S- A la confrence im
Priais des ers ministres, Lord Cu
n secln.ie des allaire. trange
libdela politique tiaogirs bri
Qque pr rapport ans'rcent.
Munots enirauca, ai. Ailema
'' (" '- PMM al Corfou. Ou
ose que son discours seradei dIui
'PortantaetqnU comprendra envi
n 15.000 mots. Les sentes psrtiei
i en seront publies sont celles
i se rup, orient l'iUejMgM et
u iurqine,
La Proliiliitii,),,
., aux Elals-Unis
>apr.suns3ns|i|(|eNew York
; Chjmbra de Commerce a adopt.
Con2, nrec0rnm,nd O
tevTl ,n (reVKI0" de 'loi Vols
*i2*M!--v,' ~--------1- _
Bpartemenl de Ylmnm
Nous enrematrons avec ,,laisir i.
nomn.a.ion de Botr, arni 0L d 0 a
g<"s au posta de Uliel ,1,. Su i
Dpartement de Klfcl"1 M
Le "Nouvelliste a tort de s'en-
Rammer propos le ce que nous
avons dit du remplacement Lhrisson ni Conseil d'Etat, lia tort
surtout de nous faire dire ce que
nous n'avons pas dit.
En parlant des attitu les diverses
de l'ancien Conseiller d'Etal et Je I -
quivoqua qui en rsultait autant pour
lui que pour le Gouvernement, nous
n'avons jamais entendu prendre a
partie M. Lhrissoo piur les opinions
qu il a pu mettre dans l'exercice de
ses fonctions lgislatives, ni in^me
pour les conseils et suggestions que,
dans sa conscience d homme public
et de patriote, il a pu donner au Pr-
aident de la Kpublique sur la poli-
tique gnrale.
Au m'nie titre que Mr Lhrisson,
il n'est pas rare que beaucoup d'a-
mis dnPautair lui ollicnt. le cas
lions, et nous avons le lmoi7naa
quMel>rsidentde|a.tpul,.ique%
J toujours accueillis avec beaucoup
J bonne grce et de reconnaissance,
et qie plu-, dune fois, ils ont t
suivis d excution.
Ce qui nous a paru dpasser la
mesure, en ce qui concerne M Lh-
r.sson, cest le l'ait de rendre pnbli-
U'iesscs conversations- aveu le Chef
de l'EUt et d'aller, dans des hS!
"2 Tr"6 Sn' P" P'^isment
MuasduCouyernement, prendre car*
rement pos.t.on contre m politique
du.Ooujernemet, et cela parce que
bfemdenl de la Kpubliqe n'au-
ra t pas trouve convenable de suivre
fil lettre les suggestions de M
mriseou.
Pour tout es rit avis, celui-ci, s*.
Jdn sa prsence dans le Conseil
dfctat alors qu'il ne partageait pas
les grandes |,gn s politiques des Pou
voir, actuels, avait cru bon de faire
a s communicationset-les interviews
dans les rdactions adverses, pour
bien montrer.- ou nes.it pas ce
qui peut arriver dans l'avenir.-
ju il n'appartenait pas tant que cela
' rgime gouvernemental du jour, -
e cela tout en reslant la ' parure"
du Conseil d Etat.
C'eatca celui que nous n'avons Ma
l>p.ouvet sur lequel B0Ui .vins
ou taimple. entalUrraitenliondas
profeeeeun de "pudeur".
Dr. BENQU, 16. Rue Ballu, Paris.
Parisiana
DIICANCHE
La Monte vers) l'Acropole
trand drame moderne en i parties
deaCriten le Semptier interprt
par France Dhlia. Andr .Nox, Van
Daols etc.
Musique de genre
\ Entre 2 gourdes
Balcon ;t gourdes
Varits
DIMANCHE
J.4BC .d3 IA^BOUP l
Entre gnrale: Gl 50
Loxe i
dans I
^utour des lections com-
munales
Lundi sera plaide au Tribunal de
Premire Instance le rfr Introduit
contre le Magistral Communal par
Messieurs Luders Moise et Eug. Jean
ty, tous deux candidats aux proeliai
ns lections.Ils ont pour mandatai
rsines rhrasybule Leleau, Frao
cois Mose et Lo Alexis. Ces Mes-
sieurs, se conformant a la pratique
veulent que toute libert soit laisse
I lecteur et prtendent que le fait
par I Administration Communale d'
voir plac le Bureau d'Inscription
jW tage suprieur de l'Htel de le
Hue liantes Desquelles est une entra
ve apporte dessein la libert de
ces Inscriptions.
Ce sont de jolis dbats eu perspec
uve. iNous ks suiverons avec atten
non et renseignerons nos lecteurs]
r=^>^ iiss
trs loin lions.
Au l>'p;irtemrnt il
Piomenade Pn''sideiitie||e
Tous les quartiers de la ville ont
, "t-1 d' 'Kl** qui faisait uns
longue promenadaen ville, en a t.
^^lp.i.lbl. poplauont
" t a ses travaux.
U Ifoiiveat Kraoteur
A prapoi de rmijiratioD
Le Dpartement de I Intrieur in
forme es intreesM que, depuis le
1er Octobre en cours, le Service des
passeports a t exclusivement trans
1re aux prlectures et ,,uMl8 doivent
*.e contourner A cetje dcision.
Visites diplomatiques
MU aW nla L0n' 8^.aire
a Btal des Relations Extrieures ac
duTT6 de,Me AW SSTM
"Uremomal. a rendu visite au,
le et
Consn
membres du Corps Diplomstiqu
A F Djoie, Doyen du Corps o
tnaoe
ftropolilslas
Majlliqri complimeols.
Certificat d'Etudes Primai
Comme nous l'avions promis du.
notre .Numro d'hier, nous douioaf
aujourd'hui la liste des lves qui sa*
obtenu le ceitilical d'Etudei PU
maires.
Jury du Lyce Ftion. 43pa*lj
lants. "Usultat ngatif.
Jury sigeant a 1 Inspection see>l
litre. - Kose Saurel, Fernande LnraqiM,Mit|
cia Cheiv. Auita l'aul, Llia Faustia,,
D. Jn Baptiste. Lonie ligaier,Editk
Caimen, Marthe Matluinn, Klda Bre
dan. \i> lorieu-e Vincent, Marcia
Thcodulc, Frain;oi*e Dorlans, H
rictte Faul.
Juin Ecole J. B. Damier. 42 pos-
tulants. 20 admis : Thlamon GflSa
Millevove Jean Ernest Lmotai
Leovea fuma-, L.uuis ueiroulttin*
Marcel Vaval, Michel N. LUog,
Eug. Surpris, Max Aigilagos, Ed.
Mose, 11. St Arromand, B- Bien-Ai
m, Hen Filet, D. Alcindor, C,
isaac, E. Mathieu, L. Lovelace, Ed
mond Lespinasse, .N. Colbert, PJ
Gaston. ____
- i
Bulletin Communal
Nous avons reu le Bulletin de la
Commune de Forl-au-Prince, aoii
de Avril, Mars. Juin, Juillet, Aot,
Septembre 1921.
Ce sommaire contient des proses*
verbaux, des comptes et autresactea
et un hommage Me Edmond Millet
Merci pour ce gracieux envoi._g
Fte de Hotre Dame du Rosaire
Demain premier dimanche do
mois d'Octobre la paroisse de la ,
Croix des Bouquets clbrera la fta
de Notre-Dame du Rosaire.
Cette solennit attire toujours
beaucoup de plerins, N. D. du Ro-
saire tant surtout trs en honneur
dans grand nombre de familles ha-
tiennes.
A l'issue de la crmonie religieu-
se des rjouissances seront oigssi*
secs. Lai.G.S. et des camions i*!
reront le transport des passager *
la journe de demain.
Syndical des Mdeoins de
l'ort nu l'rinoe
Le comit porte la connaissant*
des membres du Syndicat que pr
suite d'une entente avec le comit
de l'Amicale du Lyce, rassemble
gnrale qui devait avoir lieu
main est renvoye au dimanche H
octobte prochain. 0,T
Fort au Frince le 6 octobre 1'
Au Dpartement dea
Finance
Mr Faul Sales remplace au Asf
rle Colbert comme Chef de Divi-
sion *-t Me Laventure remplace com-
me Chel de Service, Mr Ernest Ni-
gaud, comme knseiller datat.^
uverture des Triton**
L'abondance des matires ij
oblige renvoyer lundi la public
tion du compte-rendu de la sance
d'ouverture des tribunaux.

r ~'

FMI If II


MaTIN


Allez droit chez
lAUL E AUXILA
Ifiversire #du Xl>oasi deiPhtat
Maison a Jouer
foniortal le mai; on &ge, li. e
1 Avenue Du cote-
l'our les condition?, sailie.^scr
Mr Vincent lireidy, au i\o j] 1,
Hue des Fronts-Forts.
iijg tt PorUiPriiG
An
A Vendre
Un bufgy 1 J. ht remis compl
teTient in ut et attelage.
S'adresse aux bureaux du joui*
nal.
, J.
'!sSft'-
3L
*\
^u*iyr
A.
nr
m
HurtW BHMHl <>">" t

O se trouve a jjou mar-
ch et de meilleure qua-
lit, tout ce qu'il fnul pour
vou* votre* lamilie etl un
mot.
Bas pour femmes & illettlsTchaussob
tes pour hommes, Cod^te et entants,
Ui.mses, t.nemiseUes. Cliaprnux de
paille hue d Italie, CliapeaiJX ae laine,
/ 1 issus ponge a la moue, Crpons pour
, d'autres tissus nouveaux, Crpe de LhifM &
JkSvveaker.set Cii^nOttiM pour lames,, |;,r
lloubiuant, t.oly, a'Oreaj ete.
Hfio iDweentes de ht, t.oitteueeB.Armoiree, loustir
LUepsde iiis etc.
rare rgie ue toujours nous visiter on-
laats, il y a du nouveau.
Cabinet
DE
|et lEinuiaiiuel Francur
et Tli. L. injamo
Xvoc^ts
| PETIT GOAVE( Hait, i
' ...... Il
Luna-Park
A partir de Samedi 6
Ootobre.
Luna-Paik sera ouvert lotis
les soirs.
Les cartes de Carrousels
bicyclettes et chev; ux de
bois seront vendues la
porte pour \iter l'enva-
hissement.
Bar de 1er ordre.
Ven? dirtett en :' ta I ta Ci . ?*r
e DRAP D'ILBSJF
f ^v > Mlall 'rix d al r
1 COMPLETS sur M! m
; en Ubj ciia- fclbejejf
i 1 lep'- 8 fane.
et IMUC util H 75iiT.:.
fc /*" *O0 t'tfiout a* Mht'ii <*n j il .1''
*> C m i il Mr. e>e ch. li le
I U .. r. et L .
K j -I Me I r nr M .. *
J ". KlrtlPWu'ilM*"8

- 4 t
LE C0.N8EIL COMMUNU
Vu la dcision du Conseil t'om-
munal en date^du 11 Mai de Celte
a m ne ;
Considrant qu'il est du devoir
dee Municipalit! de perptuer, en
tmoignes de reconntissence le
O'.iveni.i de lOOl reni qui ont t
u:iie a la i ( oneidranl qu'iU ioiiT de fa mis
tfoo de i i queute rai -..le prtrise,
Mo eeigD'Ui Jo*eihBeugertre m
pii une bi ii'' uvre d'tenglieaUon
et de morsiieetien chrtienne :
Considraol <|ue ee Prlel Hatien
a fait honneur au Peye en militant
avec diitinclion dni lee' range du
elerge* ; que m vie loule de rie, de
acrificaet d'abn/gntmn eel digne
d tre offerte en eaempte aux gn-
rations tuti i< i :
arrte ce nui suit :
Article t i a Une 8en I Honor,
d,.ns I. quai lier de 8 i le *ni e, dnomme II t Monstigmur Beu-
ger*
Art 2 Une plaque r m mmo-
r.ti e c rlai t cette inscription. \ &eia
eppoe< pei les s ins du Magietret
Coin i un il.
\ i. .t' Le prseol airt,a| rs
ipprobelio du Se relaire il blet lo
L'inlri nr. -> i ex cutfl a la dilig u
ce du M igisM .i Cn innUD il
Pat 'ii -.'.intc l.i llonaeil Commu
ml, le : Septembre ty.J, en l->
de ludj ii'i.n > e '
L- M igMral Commune!,
I. : aoii i MA.Ni.OM-.S
Vu i puu< ;
Le S< m ttt.n d'i lai " l'Ii lrieur,
LucTUKARD
Pour coi i'1 conl i me :
li. i.OLHlSDON
Irrl
Le ton: eil omtminai
\'u la d< C i ion :!n "ii> Il luni
nu i .i en I >t 'lu dm ... i c...
ai i i i :
I..-II.-I i.'i.'"iit iiu'n el d i devo i
Bouvtnir ues juim ;-
lit mi' kti il 1^ leur
l'nfj :
.. >o*kI< raut | i '" "ttc Maill-
liiii ii.ii. oi qui a fdi' buaoeer au
l',i\ p ir m.- (vivi-s brtereiree est
digne d'uee elle lUoo ipciale; iju'il
eeljustp, en lntftgn ge de recou-
Daiesenee, de loi" erso i nom une
d g rue de le cepiUle ;
Arrte ce qui suit :
Art. La nouvelle route qui telie
la Ituf 0>Nv,dd Durand, Hue Ib-rni, la OfOil dee Martvri,
t!-t dnomme Hue MeMUIon Coi-
cou I.
\,i. rjne pl.qii corammore
li\e |> lia- t cette inscription \ sera
appose par les soins du Magistrat
C minimal.
Art. 3 Lo prsent arrt, aprt
pprobalion du Secrtaire d'Etat de
IMiiliieur, ra impiim, publi et
excut la dl igence du Magistrat
Coin u mal.
l'.ul en M-anre du Conseil l'oininu
nal le 25 s pleo)ore I9d8t au liOe
de l'Indpendance.
Le Mgi-I i't C oumunai.
i dm..n > v ANUO.NES
Vu t approuv1 ;
Le fc*cr !.<. u de l' ntrieufi
. uc flIEAHD
Pi nr roj.i-' g Mitonne :
Le Secr eue du Cu ><'! Commune]
Il rJUiJilluO.N
Ri'ci'jiissi's adirs
Les eteta uivaulfi mw eu profit
de Madame Veuve i Cb ibaud, ne
H si lia KigauJ avant t a ni*, la
d me io.i lu i V ma. ne i.luire
li u, liiMii'ic .le la bnlicieire, let
dcciu u nul pour les certifient!
i n iii i< i) i.
O I..UUJ ... S "'> du T Avili 11M7
L | aitemeul d I Intrieure. 1801,30
H0.1 du l'rosur A" U-ll ^ 1*150-
t.. 1.itii vi ^" u'T Dperte-
11,. m de li liuerre li- 1*>U0.
Port nu-Priu , ' Octobre iw-'J.
I- KOltAY. av.
8THME
EVPirraCiflB I
:PPI'JBblONl
yuttlw Mf '
Globule Keuaud (
M%-..taU roervllieiix. eurrr*nPnU mme I
rH|n*.-lirPua au .tr-ntoB'tO .pi-"...
nropwtips H-j Mua .las M*ityi. l'aila.W
-y ****.**
Brooklyn Export Steel t\ G
\ NEW-YORK U. S. K.
3ranch Office Port-au-Prince
Les plus ijras EsporUtcors ie Tles Gatnln 0 Hati
s de fer, Clous galvanfas Clous landes, clous pointe de
Mles d'acier. Uonces nela!!iqu.*. M .de 1er g dfantt
te-caivrcElouppe Cordage.Cbaudire *.Rechands Arlie s
lilfs feuilles d3 cuivre de z.iuc. Malriatu de constru-
pour Docks. WhartsXhcaiin de fer llaches MafhJst
-ces piguois B..iauX paur caaslraciion en BConUment
Walit KrosineelGazoliue.SavouprovisiouselDiv gooas.
Ivec le palronnage de nos aimables ctieuts nous occupons
ee moment uue bonne place dans la clientle d lluiu.
H.o-lilun Hxport # Slcl Mf]- -v .
REWmtOltll, U. S, .4. -1
^ s u h% uftee Pari au Prince _,,
" GEO: JEANSEtit Agents excluait pjur Uaili
I ATTiS
-


IE MATIH
l'Intestin
Constipation
Entrite
Verliges
Dy, cpsio
Migraines
Ponr rsster en bonne
sant prenez chaque
soir an comprfm de
JUBOL
1
Mm 'MM* wr uHcpiu v j.:.:".'-.(
Jabnl. ffnrtr t-*r TntMil piff'ie p
rien* a?* (ir^KMt i -* iiTfnifW. on
fatum et a rftji.'i". l'It viii eu
kir-*rvlce I* i.w.'irc .! U ifWnCtion
liifstMiil* si alrnirU>ltm. Ir Jnfcel pem-eir. .'Ktuqire m dyfKrr
CiMMcra.'i <'* o "If mima 1 ix-urfi
Ithul'e* Fil rMCfee. 1 nuirin'^ 0| d-
l|OMiM If-.in .|f 0Ulf-'a"C*< HirrMrri ijiim qo I.-I rr,Jtft*)- nr.ni
mutes les i>uquJ. Ici aoconseirnis tril-
* _
0' Uww.
6' \t f.nti-.t :.' ptdtcint
de Matiip.-.:*'
t HP*, ROI DES-
JUB0LIT0IHI SuppotitotM nn!i
ft/fflc rr'|.;|.;l,ft, Itf.'nunll. l/KOftgtt-
IwnnUfil
JUBOLITa* Pummurff canfrr le
MrnoTto\diy ceiirms
>
i .....i un *
Valcii. h i h i.,ii.
Jubel. rgulateur de Intestin, flJt
une heure constante aux Juboliss :\
i .in...........i......1l !.
ITXT1UIT8 IU.UIMI i orifur
Vaixgrl UiymUriient u i fonetton$
tfv >'
Vaillant* llouetAgo.it-> Gnraux 1720 Rue du Magasin de PI Ut
Surmens,
le Viu
Anmis. Convalescents fbitifie*-*ous par
no:
le vrai vin fortifiant et reconstituant
H. bas* ic (Jide \)8nde,
Ses tlfets certains ot rapides en font
le Ionique de choix des aiaihlls, des
surmeuca et des convalescents.
Essayez une seule bouteille, rsultat
immdiat.
lu renie citez
Alphonse iinynes
Lo Rut Uontte toi.
A VIntermdiaire
Diligent
Ce bureau, tabli rue Firou 316,
maison Robin, offre Bai services
pour touies affaires Commisaipn,
trausaunou. servi e spcial dans
les ij tenions tl'auloraobiles : ven-
te, acliai, voyag< > cl transports.
Dix madiiuoa couforiaides et
dix bous iliau.ieius solI abonns
nlre agence: nia bines propres,
loUiks et pourvues d'accessoires
coui.'i is : chauffeur*, habiles et
ayaul les meilleures attnuons
puni leurs pasiugi is.
l'uur lire bien .servi, adressez-
(vu., I 'l iw A I li l,i. I kl lia
^SERVICE DES AUTOS
I'AUn: Lundi, Mercredi,
Venu.eu,, Prix, DEUX Dollars!
LAYfclS: Les passagers peu-
vent macrinj NnUrmdSn
VUu/eni, liue trou, :j,6.
Fui loi Skoel'oli&k
Company lue.
Pkcw-lork
Stvo-tt veelt, breUgte /i,mu U vis blut?
-. imh .w...x-.c./ un luuun tuuimt* u,t,ubk
^ mu wtq Ut coukw a la metou t ou
,.io*tiiie* p0ihia,u loiifuinot, mweytt ut snsfsa
MOhQSUM.
1-iAnqu'r ille protge la p$au des camsures tont' IbumidU et la chahute.
BJSj / entretient leur souHimsi et conserve leur brillant
LVsj '.V- la uirq-te MON Jf,R\M. c'est la meilleur ,/ tnutet i m
Go. JE iSSKMb Agiu'pii II,
""troues
ri
Cordon aer ie
Ernest Camille
WB*F en tous genr$s
Materuiix snpeiieiirs
bonis promptiinje Clrit
Uramiifue p.s u l>osle lV 1
La maison porte h connais-
sance uu puuiic que daosij
but de iaciuter et d'encourauer
ses nombreux clients elle ac-
corde partir du 1er Juillet
If une prune de une paire de
cliaussures au choix tout dten-
teur de Vingt tickets.
En consquence on est pri
de rclamer un reu pour chauue
achat au complant.
A la Conscience telle est la
devise de la maison.
Sacs vides et Ficel]
Sacs [vides neufs Double coulure anrjlais
Sacs vides neufs simple couture
sacs vides lme main ( Trois qualits )
" trous trs bon conu
sacs vides pour Ciment bon march.
Ficelle Amricaine tt anglaise. Qualit sui
En vente chez
L
AGGERHl
Hue du Quai
a
9
s,
r.i
S-i
C3
a
n
faible
pour travailler
La vie courante des femmes n'est to
qu'un travail incessant. Combien plus _
est la tche quand des malaises particuli
leur sexe rendent chaque mouvement
Le systme nerveux est drange" et la vieest
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent
cette situation devraient profiter de 1'
de celle qui nous a envoy cette lettre:'
Liez Ce Que Cette Femme Dit
Menant!la, Oriente, Cuba. JVi.iis anlmiqu*
Irais lors de mes rgles. Ces douleurs me forcent
rster au lit. Les douleurs, toujours dans le b
taient quelquefois aigus, quelquefois sourdeet je
sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendantqmBi
avant de faire connaissance par l'entremise d'un
de votre Composition Vgtale de Lydia E. PinkktS
l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais n
de la recommander a toutes mes amies qui
mme malaise."Srta. Marina Milan, Calledt
4, Manzaniilo, Oriente, Cuba.
** 'im .oun>i.nti> n. devraient pu tk
mali doivent lnii*ter pour U
Composition \get
de Lydia E. Rnkh
l Dr BNMAM Mil.- r
NC CO. kVNN.MA
W.t
Grand Htel de toi
ri-r~ AngleTdes Hues ^Bonne-Foi et du'Qusl
vient de recevoir :
Sf-Afn!i gr'nS lrUffer- Civet lG ^*- AnJ0UiW|
Soi,Ta YhiJL ? au saind0^- '""bon en bolleal
Pehtsnn m e' '? vdmT" ^.p.ereaux. Thon. Cart
l'enta poil fins extra. Boudins, etc.
ni Rouge, le gallon G. 4.50. Vin Blanc, le gallon I
m* no et d** V m de Bordeauv et de n
piijn '.
surC msreXCe,lenle' GhambrM confortables. -V MnH
QUOI QU'ON DIS_
QUOI QU'ON FA SSE ~
b Dcas sartoirl est
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
'Pendant le rhrune|
pour riter
RM grippe,
prenez quelques Comprims de
F. Lavelanet & G
3mpatt &>mmmiMHi. <$. . $** ^
fart-aa-^rince Siaiti
Afltiits lnraux pour Haiti des maisons suivi!
11. K. bujler et Co Inc. .N. V. EtablifisemenlsAdrien9M
.Marc ..mime Gnral** Liqueurs Fines et Ssirl
Gav Iteiiaud 4 tie w
Cognacs et BrandJi
P. Poiza Fils et Cie LyJ
t m ioiirs is sitf
b
RHODIN
TOES du RHNE
ai[ U'Klfijr luuo..t
Aj.nt. ff.neru pour h(u
Marchandise Gnral**
Diamond Uraiding Mills Chicago
lleighls. b
Lacet pour chaussures
Mar" "el1 Comi'an> Kene
Talons en Cellulonle en loua genres
Socit des Prodaiu Boiol Paris'
iMmuleunto Denlirncesd monde
bo.et anonv.no das Parfums d*
Nicole.
Parfumerie de Luxe
Clatsnc* ot Colordeaux.
c\ ins
H. ernaux Buis j e Ko;
l'i'ignes en
F. l'oi/a rus ei w
Produits rharmactutiqu
ques.
Iluiiles Essentielles Exlr*,
sirops cl liqueurs Droguent*
riitori* etc.
.A.
flaverv cl Fils Tos
loi*
- tous genres.
nna SliS"! ? ,e""es libraux de paiemtnt aus D
ut, ont excellentes. Confult nous avant de
n ia>eiv ci --
Hou. lions de Lirge^en to
Efgrne Maichal *
Toiles Cirs el Tapis cir *
ge ires.
La plus grosse Fabriqu^1?
paiement aux boiioe J
.. _... ., ,nl ,< OUI *


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM