<%BANNER%>







PAGE 1

LgJUUH Questions Agricoles |\ Il e^t un l.iil indniable, que l'une <1 i priori] ala causes de La miaie actuelle est la grande scheresse q il evit dans le pays depuis quelques annes. Cet e cheresse porte nus payeana ;i inigrer vers Cuba el liranona poar cher lier lo paiuqu.tidien. C minent couvoir qu'un pre de famille, api''s avo r rodemect pain pour dfricher sa terre, sem, tarel, n'obtienne la recolle n rendement lui permettant mme de ientrer dans tes di 1 ure. Quelle on tbl la mise ? Manque d'eao, manque de pluie. Cette anomalie n'esUlle pu pour d*co irager les maille us travailleurs si I s condamner abandonner le patrira >ine des anctres? .est qioi naitssistons depuis quelque l< mp*. Les causes de cel tat de eboa s peuvent tre rsumes d'aprs nous i M trois joints, que les pouvoirs publ.es ne il vraie i< ; i nais perd • %  le Mie. 1 z Les dilrenls cours '!' %  au qui arrosenl nos pi iiu< s trave ml des tel r %  i* pormfabl 1 s mal* ti. al I i neii i %  %  • %  i -s i i la pi is gi i pei l. Ces •.iu\ puui au !' %  • %  re utili tmoin le ulsai dans I pl.ii i du Lui i •*> %  el qui dounnl >i %  i : '. • masses d'eau, i ne eapl lion in > lerne de no ^ourc s s'imp s de i'..• u a era i sioer le plus d'eau po i>oui ml pei mel i twrti n#fl*ueA Fraternit confnnre rie Son Bieellenee le Pr Libert IvialiU' l ratermw ^^ ^ ^ ); i; conlinucra Rpublique d'Hati d'accorder ls mme b mteillanle at Louis Boruo Prsident de la Rpubbqu* Considrant qu'il y a lieu de pourvoir au remplacement de Monsieur Arthur i .eisraflalr, appel a d'autri's fonctions. Va le^ articles II do la Constitution I 3 du lloret du B Avril 1.11(1, AfUItE irUolo 1er — Le citoyen Krnoet Rigatld est nomm Conseiller d'St;it. Art. 2Le prsent Vrrct •era puhllS et excuta la diligence du Seortaire d'il tit de l'Intrieur. DJ il : .u Palnle National, |ort-a a-Prince le 5 (Ictobre 1023, an 120e de l'Inde pendance. DORNO Par le Prsident : Le Secrtaire d'Etat (le l'Intrieur : LueTlllvVIUI tention loulee avise rapporte i'abit le votre mission, Je forme des voeux pour la gran deur il la prosprit de vosrespec l.fs pays, eu louhsilant galement que cette prosprit s'tende vos l'arailles. L i speech i t galement adresse par le Ministre su Corps Consulaire atquel le .1 yen Monsieur D'Ennerj |i,-j',i.< rp n lit avec la plus pirfaite Cordia li. !;i roriu.'-'eole le Tlior IL r aprs-midi, vers les quatre h ans, le Docteur Arthur Lescouria'ir, Secrtaire d'Etal %  eberesse. i En il pil 1rs l'ai rositge de nos lei n saison de des id ii de oeux qui on( eu traiter la qutet ion, le dboisement qui te in i t dans n e plaines et dans le voisinage de n >s souri es est une di s unncij aies eau i B de ls scheresse Rception les Itmbrea n m th >di ; i<: de dboiser nos fort ts, car, depuis une quinzaim d'ano< s, c'est une coupe m lui ne d>bois qui se tait dans nos plaines, chacun voulant < tre fournisseur de i lies ou telles exploititions, ces deruirts n'expo.tant plus du 'li H bon de terre '.\ L'airosags doil tre contrl. Est il juste in effet que malgr les efforts dpi >y< s par le Dpartement de l'Agriculture aiin d'tnblii I horaires pour la distribution des eaux, certainei propi ii I sei ml continuellement arroses, tandis que d'autres Situes 'I i i11 m • -n i me eu sont Ulti dem • il prives. N ifis savons nu outr • que pal uile de gaspil ge d sau d'ami lei tins %  ml <1 ivenui de vril ib s n r ic ig -. O'esl encore un • -I ci i es i n i ml souffrir ei .i ic tur i ;en n mire cl •. il ne faut ps non \A ique les grandes eomp ig.dei 'i li s'iosl i I ni duos nos plaines absorb nt le |> \.x pr pri taire. Il l-iui donc que l'on arrive une | itte el q litable distribution de nos seux de faon arroser la majeure partie des terri s cultivables. Kil juste < ncon de distribuer le l'eau h dea propritaires de terrains non cultivs audtnneut de ceux | ii ne deraan le il ou .i travailler, un doil irriver i tudiercelle qui sii m d'e m rond. tout B y i i que 1 Dparlem • t ,!• r y,gri iii ire ne I udera p*s a >•, • ipei sr ise n i il du r • m mt il n itrs n ri eultu • %  C qu %  s de la plus parfiite eoortoisie, el .m c i irs desquelles les coupes le eha.npagne ou t vides au bmh -n ei i 1 1 prosprit d i l iules le3 nation* reprsentes e i Hati. Le fiouveroeiB s .1 Cubain et lonsieur Camille Lon A la rception d'hier au Dparte* m?ni des Relations Extrieures Mr B snc m , Oharg d'Affaires de la Rpublique de Cuba, communique deux d| rL >s l'une de Mr Cespeds, Se (. re d Lut et I mire de dr l'ail irson,Sous > %  i il lire l'Etat, 'Lsi i 1 '. latisfa-lion qu'orouvait lo Gouvernement cubain d'apprendre q-ie dr Camille Lon avait t appel la lte de la diplomatie hatienne. A ia Havane lins les Cerclesdjpl i natiqu n et autres on a g ird le mMlleni souvenir du distingu Chef. g l'Affairai. Installatina .lacmal du nouveau Prott L'abondaoce des matires nous oo'ig. renvoyer h dem Un le eoin;>le-reodn de l'installation a Jaemel du nouveau Prfet et des autre l'oncti, maires rcemment nomme, Ctmes Scolaires An Lyce National o sigeait le Voii i les I irsqai oui tj chlO Jury sVexami ns pour I obtention du gs entre le Secrtaire d'Btal et 9oa eertlfical il lu les primaires 4J lves s'taient pr.'s nis. Aprs broie jours d'preuves crites, les rsultats o.it t ngatifs, aucun can li lai n'avant obtenu la moyenne exige par 11 loi pour lre admit i 1 oral. Ces mmes lves s'taient dj prsents aux exam nsde Juillet el avalent chou!. Nous esprons qu i il iva il ce rsul pour la bau e mirpie de conlimee la B j ,,->„ conto'ant, les vincs ne dont Elle vient d'tre l'objet del 9e iourageront paset qu'avec un part de S. L. le Prsidant de la li^doublement d efforts, lia arriveront publique. # $e racheter de oat chec. \ cea flicitations cordiales que N OUS donnerons dennin le rsultat j.ilr M ,i \. B. au non de mes ID,raisin stc. Aiœi 'i u n i i i I-! I p.us rafl Qu'on se selle bonne Dorables collgues du Cirjis Diplomatique et en moi nom.il mes! agrable >1 ajouter le resu sincre et ardenl que nous formulons pour qu'un coure des relations oliieiellcs que no.ientretieodrona avec V. E. rgne, comme il en a t juqu'ici, li plus parfaite harmonie, et pour i|ii ; ces roi ili n soient plus troites, si elles pouvaient l'tre davantage et plu-, profitables, pour la paix, pour ie co n u :ri ,i • i i iles Intel &te Imp li ils q li li uireus imenl lient n >s l'oup es al ni* '• i ivera iraonts r '-|i ictits ivec le Peuple et le il > i ver ie n il de no re amie, la Rp i bli iu d'Hati. Nom nous pi lisons I reco i natre qu' te e i ts • le bjine do li, \ ,conl I'M ira en lu pr tut l'atten ti m | i ls niei il : a l ..il c i qui se rapp > i • i i dre i i i • miision. Dis i m de MC < niils Lon M > isieur le Doven, M sieurs les Membres du Corps Diptomaliqas, Je suis infini nenl heureux de \'oc cesion | ii m'esl I inne aujourd'hui de prei Irecanlacl avec vous. C'est avsc n i rel plaisi q e ie con i ite l'exi' 'ii s et la ci li dite des re! lions t entre la H (| | I I • \ vousr ipr i il:'! tenl Je ou i %  i neurer pei d DUS icrar lous m i • a itaul i cette favorable situa h >n.s ,\ i que le Dpartent ml que j'ai l'honneur Un k Conseil aux kis Allez chez DEREIX Prendre ce soir 5 h, Potage, Milanaise Vous serez satisfait. Crme la glaceSorbets Ptisserie -Saodwicl Parisiana DIMANCHE "La Moul vers l'Acropole" Grand drame moderne en <> parties de Mr Ren le Scmptier interprte par Prenne D.ilia, Andr Nox, \an Dacle etc. Musique de genre Entre 2 gourdes Balcon il gourdes Varits CE soin Par Amour 4e 5a & 6a pisode Entre : JiO liante. DIMANCHE PABC da l AnoiiP Entre gnrale: Gl -)0 Loge 2 1 — 4&&<£y~* m Dcs Hi. r matin vers les onze est moit le jeune Linslant I Philipoe. Les funrailles auront lieui i heuro l'Lglise du Sacr! ( Turgeau ) \ Nos condolances la Cabinet! DE [es Iminanuel Frai el TI 1Bi-njaiBU Avocats l'KTl GOAVE ( Has] D Octobre La troupe Salnave donnera une reprsentattpD mardi y du courant. Il sera reprsent ; Une malheureuse tromperie > A l'Ecole d 8 :ien 'ei ippll [oei les lves suivante ont 'e admis aprs esament, suivre les cours de l'll*bliisein!iit Ci sont Co'rc • i A i^ M igl >ire lils, Natal, Boisette, Bourjolly, Miette, et Boigrls. M Ti Hume D ; i wtive C'est ee soir qu'on mra le plaisir il'iedst ir A i ariiiana, la reprsen tation do§ noav lie crations I te %  cteuri del II naimnee. Il aem le qu'd y aura foule, car on parle beau coup ie c tte|fte qui,aura un cachet toui particu'ier. Le orgmisiteure de U soire nous prient d'informer lee intresss que l'a'Vi'd i lli< ; alr ( > sera rigoureusemsnt refus ;\ q ii • mque ne sra pas muni d'une carie d entre. Les aeleiirs ie pi li^u "it .ti-si des indissrsls qui ont contract ls msu* vaise habitude d'aller enooabrer Us roulis-* • %  de U BCSOJ peolial lai rpressif ilioni lariage En .l'Eglise Mtropolitaine sera b ni le m ireredi, i I Oclob i irant, a 7 he ir du ilin le m M Mr Age foui 101 d i U • pit t fianailles N MIS i plaieir les fiam; tille* de M Uaspil de diriger actuellement, par la haute avec Mr Eimoud Blanchard, Panama Railroad Skamihip Bureau de l'Agent Port au Prince le i Octobre^ Bulletin No 3*j Le S|S Lake Flattery e1 Port-an l'rince de New-ij les Ports du Nord Jeudi U 192^. avec : i:iU Tonnes de Marc! 26 Sacs de lettres 6 Passagers et partira le mme jour dt| duSU<1 o.TIWVMt Gnral Due thse lamente du Temps D Notre COnfrN Le Temps s'puise, dep lis quatre ou cinq jours, a soutenir une Ihsequi se rsume peu prs comme suit : 1 li citoyen q ii a t \i clief du Parquet dans l'un quelc >n |ue de nos tribunsui ne peut jimm le relevair Les substituts sont l. et ce sont eux qui. en cas de vacance de la charge, doivent minier aulomati q ieme il. Ainsi le veut le principa hirarchique." Donc, u i ancien Chef de Par quel qui votldr.it occuper s in ancien pis te devrait commencer par se faire nommer substitut. Kt due qu'oa a l'air d'affirmx se rieusment ceschoe es-H ... Paire*part l'undbre Mme Vve Hobert llyppolile ne M nie Thrse Lamarre et ses en fant*, Mr Polinue llyppolile et sa fa mille, Mrs Ives llyppolile el sa l'a mille, Emmanuel, Homre et (Jeta ve llyppolite et les autres frres, Mnu Veuve Lamarre et famille,Geor ge P. Lamarre, Mme George Marre lin el tous les autres m mbre* de la famille ont la douleur de vous laire part de la mort de leur regrett ROBEBT 0 HVPPOLITE dcd eu Caj -. mercredi minuit Pige de iS ans. Dcs Une dpche des Cayes annonce la mort de Mme Clarence Lorig. ne Cora i!o"ii!l"ii M'illeures condolances aux familles prouves. Rcpisss adir Le soussign a adir le au No97i, mis par la we Kquire, et s'levanl Isa deux cent dix sept gour vinj


PAGE 1

LE MATIN Ville da Port—ail-Prince Arrt' LcONSEiLCO'lMlNV ,#;MOII ''" ),i C i! CM o i date Ju 11 Mai >ie celle Ufln! q.'i! cA -i.; (I v ir Uj.ialil^ de ' lu ''• on de ce i H is! anre, le jetuus rciix <|>.i uUl ^ jiCommun^iii 1 '' : Ifainl qu'au ( ; ''' "' a mis 5lMjuanlc:inu •%  ' '"'"'' ''• mj. p li lin %  i <-c ni Effiivr- il' %  -' %  i-a'ion Minium t lu 1 H •' : in! q .P <" l'i.'lat lln'i i ii igr::r BU l'a\ • n imitant IUCIHIII ilans l"> rn'K-* lu IM vie Ion!-: d .' v rtu, de d'iibnt'gtt'D el digne rie m e\em/e aux g4nIbtures ; [kle ce qui suit : il!,a Rn< Saint ICnoi. lier le S i' !>• Anne. e-t Rie Monig M iir Bau> J-Une plaqu 1 < m.io'mo(ilcelle iu-' i l'Iio'i v c a irlea s i . !" M.tgHli l il. |Le prst'iil n iilt .pre-' Kioo du SeiTt'Iaiii" l'Kl [ de fcra excut•' %  ;\ la dil g'u pjlml Comi'iuiiiil. [abnce .lu CII i-i il Cuminii ^Dcembre 1922, an 120e fwdanee tMagistrat • '.'riimnnal. Edmond M.VMiONES I approuv ; fcired'fciiit .Ir IMr.lrieur, LucTIIEARD lieront', nu : B. LOI IIISDON g*X%  --Arrt le Conseil lommunal Vu la detfion d i £ooaeil Corn muna en data du 24 Mais de celle BtDDi '' : Conaidi ni qu'il est du devoir des Mn Ici .liis de perptaar le aouvi u'i dejgiandi ciloyena dans la m cm ii d s g n ratio:. s de leura "-'ni llrant que le pote MassIL l< n ; oii o |ii a l'.i h mntur an Paya p ir ea œiivri s I t ra rs *st digne il'i 11 lien lion priale; qu'il • -i iu I ci t m i u'i ag i dn tonnai -1 ''••. 'I • il in er son nom une d I rooa de la c tpit -le ; Airla ce q ii mil : Art.— La nouveld roule qui relit la Rua Oawald Purand, ci de va ni Rua Rerne, la Croix dea Mar yr, eA dni nimi'c Hue llanailloo Coicou •. Ail. 2 — Une plaqua commmora li\i' porta t relie inscription v sera appoaa par les soins du Mahlrat Communal. ri. :i Le prtent arrt.apr/g approbation du Secret ire d'Sral da l'Inliieur, a* i in p im, publi et excute fc la diligence do Kagialrat C lll'li: liai. l'iit ii tanca du Conseil Commit nal la 85 s terabre 11)22, an 120e de l'Iudpendanca. Le Magi Irai Communal, Kdmond MANG0NJE8 Vu et approuv : Le Secrtaire cHftal de l'intrieur, lue THBARD Pour copia conforme : Le Secrtaire du Conseil Communal B LOI! IIS' ON MOiijsrparv^aih Allez droit chez MJL E AUXILA ftraver&i e &dn M'taasin de,fEtut %  taisoti louer ouiorlabtc uixtoa taj s s l'Aveiiuo l'ii g. Pour |ea cou lui >nf, 6'a Upa r Mr Vincent Creidy, au No;l I, Hue des Fronts Forts. .ara*-** \ e IU bupgy d Iclil remis coin, l tenu ni neul et attelage. is'u rester -ux but eaux du j mr nal. A|Waatm>ff A MEjf 0;i Clii>ICN8 boulagotamt m:mocl...l |unijntia W^sh-ng ton. New-YOiN, Bsrlin, IJ-J.I Irsa i aria t/6 itu % %  %  • • •' %  ''• %  rinrt T : Imn %  O se trouve bon mar v Ch et d<' meilleure qualit, tout ce (p.'ii faut pour vous votre famille en un mot. lias pour femmes & fillettes, Chausset tes pour domines, Cadets et Enfants, Cdicmises, Chemiset es, chapeaux de paille fine d'Itolie, Chapeau.', de laine. libjus ponge )a mode, Crejions pour l d'autres lis,us nouveaux. Crpe de ( loue S: ij*< Sweutei s it Chandails pour dames, Par pubi,, an t Coly, d'tlrsayetj-. ydine£,.lenx de salon en viennois et en Osie•l^esi-eiites de lit, Coi lieuses, \rmoires,^loustir v r a l8de lits etc. ifa. • r *'gle de toujours nous visiter quand vous ais, il \ a du nouveau. l! J. fi Wft CliiriuMjien-DenlisIe Pe c nie • •! -c nireal, de N w Y • k i I iaV 15 Sloil Angle des Ru s Du>i>u \\< s e I'II .\i;i^;is n e rr.t I. Gonsult i'iie 7 i' • : matin ti li mes lu soir IK Mm Mui ne Morpeau %  nr s ne i -'n' :!<• Sicile Hermine Fauheii I eons de l'iano Leons et cours de Chant 031, Hue de Miracles, 631. Man lgue,Huile de colon Huile de mas, mess et Cear Pork, Bœuf Sale, Jambons & Bacon, Queues museaux,Lvres Pieds, Oreilles de pork. Saucisses en huila. Cornai Beef.Hoast lieef Pi lied ieals,elc.elcetc. rire las i Dpartamanta 1.80 Rtreogrr % % %  %  0 Hoir /', Uate: IIS loleplione %t Bureau : Hue Amicwne ii3%>8 F 0 PIERCE Gompauy 12 V LSI li.t HV Y (\i:iv\onK FONDAS EX 1317. SUPRIORIT BUS PHIX Fa Inique de : PejnlHres,Vernis Ocret. tft toutes sortes.Maslic. Lon H Tlbaud Att?ut pour Hati



PAGE 1

1 MA ri: rduque l'intestin Constipation linUi ite M.rj ''-'e* Pour res'.cr en bonne tante preneg chaque soir un comprim de JVBOL r / • I.M ->eitw vnxtm ou. P y , Jub.l. rto-rr liutno jr*i P" !• %  • 4M rfrotuM 't ** nvrnfi'H. on i. -.rttrwtt II n-<->rce rnt frin, P i1-jt-ol. l-fiH-fue l'tf-loir* dit fiy'ltf* tiftiil'Ura.i .11* I Ton iritf manu il liciirci e< f.n rcvim-Kr. iyiumtiM -ai • i.i,rtw muint rtr oulfanfM <"">! %  • !>• %  iiMriirri. luliol nu? i" iWl.H*. *' nrtni m tnpiei l'.l pOQUtl. le lIKtBtHMMi •'' Mn D tocm. de ii F.fMiir 4 fieaicmt d* tfintprMti ;:jirrRo:D!:s' JUOUTOinES : Suppositirti antihtmorrtg\t]uti. calmante. lUrongttfMUMMM JUBOLITAR PammaJt contrr lei MmoTTQfottt rrlernct Sacs vides et Fscelle Snos [V'KI.S neuls Double coulure angliis Sacs vicl -s neufs simple couture sacs vides 2me main ( Trois qualits ) • %  4l ; )) trou* trs bon compti. sacs vide* pour Ciment bon march. Ficelle Amricaine IV anglaise. Qualit sunnmn, LPRCETZMAHMGGERHllUI Hue du Quai •j^r^r^-n•:'^"^~~ %  n i fc-jf?*Bf "-^iL..,—-"-"7 %  • •^*** %  P^.-^H .1 I : .1 t.. M -!• l in I m Jubol. rgulateur de l'Intestin, fixa une heure constante aux Jubollss EXTRAITS BILIAIRES 0 J dorlriir Mjagel UfguUir,tent l( i /onefteni du /oit Vaillant JbHouetAgeaU G n:i ix 1720 Rue du Maga sin d# PBUt M<>KVUKI / %  W I NOXi. 5t Surmens, Vnenais, Coovalseceota foilii'c/-vcus par le \in .t il; Le vrai vin tortillant et reconstituant basa tic jus de viande. Ses effets certains et rapides en font le Ionique de choix de3 affaiblis, des surmnes et (lM convalescents. Essayez une seule bouteille, rsultat immdiat. Eu vente chef Alphonse llaynes 115 Hue donne Fo fuilon ShoePolish Company lue. fie il-York 5i vous vouler, bro'ga la p$an U im btnu' t** ii/K*.\ iw w/i bttitaiu luusuntM imite Si vont VOult*, la coultw et lu souplase Je et* tbautturu pendant toiitHsiNu, taiptoyn tu /** MUSOGKAM. f. *-,;: %  : tpJMOlimmQt* M IvntMl / WfMW h l'L>'> UH Kil* prntnt' la peau J* eHtmura contr l humidit et l talifr. ilk l entretient kur soun)** et consenti leur brillant Demtvulri la utvqw MONOGR4M, cet hi meilleur A, fou'l lex menuet GPO. JE \NSKMh aient poaf IIM QUOI UON DISE QUOI QU'ON FASSE LD E : : œ Sar! mm\ est a m loors ls -'jsur A rintormfiiUaire Diligent Ce bureau, tabli rue Firou : ;'0, maison Liobin. offre BM servicei pourloules ffaires : CommiMion, transaction, sei vi e spcial dans les questions d 1 iiitomobiles : veute, achat, voyaa et transports. Dix m i liin s confortables et dix bons chauffeuri! soi I abonns u.ire agenci : ma' hines propres, solides oi pourvues d'HCcessoires complets: cliaulpurs habiles rt ayant le? meilleures attenliots pour leurs paKSiifrers. i ',) u ri'' !i" i srvi. adressez* vous h L'IntermJiaire Diligent. SI RY1CEDES MTDS B \\AHi Lundi, Mercredi, Vendredi Prix, DEUX Dollars. CAYKS : Lei passagers peufenl s'inscrire A l'inlrruiilutii e Diligent Rue Frou, 316. c Trop faible pour travailler La vie courante d?s femmes n'est souvent qu'un travail incessant. Combien plus ardue est la tche quand des malaises particul ; ers leur sexe rendent chaque mouvement pnible. Le systme nerveux ( !.g('; et la vie est loi d'tre gaie. Les femiv.es qui se trouvent dais cette situation devraient profiter de l'expi tencs de celle qui ne>us a envoy cette lettre: Lic.£ Ce QlM Ccile Femme Dit Mar.zanillo, Oiiente, Cuba.— J'tais anmique et tnt frais lors de mer rbglcs. Ces douleurs me foraientsouvt rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas ^ntn taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je von sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule de votre Composition Vgtale de L/dia E. Pinkham. J l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir de la recommander a toutes mes amies qui souffrentde mme malaise."— Situ. MARINA MiLAV.Calle de Caridsi 4, Manzanii'.o, Oriente, Cuba. L* femme* soufft'tintos ne devraient pas fatra fttMl ni.iij -Iclvtnt iuilstor pour la Composition \^getak de Lydia E a Pinkliam % : MioiCir.a ... -> *. M, MAS. w.a.* IYDIA I.DNKMAK MlDlCif.a 4 la tmsAlEe Grand Htel de Franc Cordonnerie Rrnaa* Camille Fabricant 'de chauesuree m tous gem a Matriaus suprieurs Soins — [>ron;ilil'i le — Clrit (iran'Rii.' prs la Poste N \lLi La m.iisoa porte la connais 1 vance du public que — dan.< le luit il faciliter et d'encoura vises nombreux client! — elle accorde — partir du 1er Juillet id'23 une primo de une paire d; chaussures au choix tout dtenteur de vingt tickets. En consquenceon est pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant. A la Conscience • tdllo est la devise le la maison. Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume pour viter rue grippe, prenez quelques Comprims de Angle^dea Rues Bonne-Foi^et dujQuai FsVnl de r*a voir : Pat de foie ras truffer.— Civet de livre. — AndouilWj] lentilles. — Andouilles au saindoux. — Jamhon en botte.-^ chois l'huile.• ^' irdiues — Marquerea ix. — Thon. %  Cas'"' Petits pois lins extra. •Boudins, etc. r Vin Rouge, le gallon (i. 4.5U. Vin Blanc, le gallon u Vli.ei dbite par b trriqametd^ de Vins de Bonhauv et ai 0 Cuisine excellente.— Chambres conlurla!les. •'Msfnulf* sur la mer, F. Lavelanet &C* Srrvpotf Corarrvmi^ioa. ^. d. $** 331 ^ort-aa-^rituc SCati 4 fjents Gnraux pour Huit; des ma'f 0 ",*.'^ h K. Butler el Co Inc. N. V. "USINES ^ RHONE" blaynant $ Dupont Agents aentraux pour tUiu Miirchanili u i Gnrales Diimond Brtidieg Mille Chicago Htifhts. L&eetk pour ckatisiires l.yun Wooii llcl! CompatiN Koene M usa. Talons en Ccllulonlc en tons genres. Socift dc- Produits Uolot Par-; let meill ire Dentifrices du monde. Socit anonyme des Parfums dl Nicole. Parfumerie de Luxe Clan DCS cl Co Horde aux. ,\ ins H. TeinarN l i-. I e Ho ; Peignes en tous go mes. Etubli^rmcnls Adrien Sarrtfr^ Cognacs et Hr.r^, P. Poi/a Fils et Ce ^ Liqueurs Une &jya T.iih.-'-sJBfJ tiiops et liqueurs^ riiteric etc. A.;laverye, J ^ Bouclions de LirVe „j Eugne Msrsfcsljr, Toiles Cir* et T.ph* genres. La plus grosse laSriqu fn bon I e %  Nous taisons des termes libraux ce paitirenl •" iQOt K nos conditions sont excellentes. Consultez i.ous aven* d'eutree. •c L*VLT.ASM BV\i*'



PAGE 1

*-*VSP r : ># H m PaOPfUETAIItE IMPtUMEVA Iment Magloire BOK VERNA 1961 Rua Amricaine 10 20 CENTIMES |l74me ANNE N 5032' Quotidien Nous sommes ns pour eooprer l.i mme fleurre, comme les pieds, les mains, les paupires, ie> dents suprieures et celles d en bas. L'hostilit* rciproque est doue contre la nature ; et c'est de l'hostilit que l'indignation et l'aversion. Maro-AURLE IBmWWE N* 24* PORT-AU-PRINCE (HAITi; lgalisme Gouvernemental VENDREDI UCToiJUfc: 1923 les mesuras commandes — des cadresouverta ne se hnseront-i'.s p is sous l;i pousse de la masse ouvrire qui fera irruption eu ?on sein. Amricwiis prtendent redrps^r i r^, i %  „ Est-ce A dire crit H Paul Pic, Eifaiti pour le ro,aort c^.ta5 r dr01 Ce "f* f rol eUr ; '''' uIlde droitdi kli'rV' a J ^ occu;. a i,oa excluLypu,que les cadres de la ..i tualit , a eiae r le rgne .le l'ordre et puissent aisment s'.. >;.pier a Ite une nauleatmosphre de rgulammsion nouvelle? li est permis meet de moralit dans le traitecfen douter. I! convient eu eflet ment des aaires de l'Etat, importe qm .. i Par Caille Nouvelles Etiaoares WLm Idel'ordre lrould,puis imaintien. Ls eircons(fcurinU'iwniiou tmoi"leureusom.'ur, — snns ^ncessaire de laire ln|de notre pass, -<|ue rvention tait juitiiie il paysillier des dclarations Muesdus'vriaire ,j p; Kwilliriii.'ii.iil.pi'dsi,,. l'Haili que lors.pie le nrades (Mranlie-s qu'il ret i iiaiijttnirnu ,r ol ,. : comptent el capable. "ttgmdans I,. presse fctation de cette d S la proccupation desaiv;iMi" au Cou a soin bel'. Elle veut Ntoireque les Etais ni leur cuuiri>lo liera iruponequ s les services pu Nies soient administrs de tulle faon, avec une (elle fermet et un et souci del chosefwblique,que les contrleurs administratifs am ncains, le Conseiller hnancii r de remarqu r qu' lh ure prsente, les ouvriers ne consriluentdans lessocs mutualiit s qu'une minorit et pi %  la majorit comprend ( sans parler des membres honoraires fort nombreux et troi bm ni mls laqu .--lion mme %  %  ..*, ic conseiller hnancier lemeni mls laqu stion mme en tte, —sentent -le plus en plus des caisses) des employs et des J u e leur contrle est inutile et suP Kits patrons, bref. t .ute la petite ralondanl. hom,...,,^;.. rabondanl. "El c'est aors, mais alors seulement, — que nous pouirons avec raison demander le retrait de ce contrle, el insister avec au "",""• Ce que nous disons ne t quoneillustralion et une mise excution de la pense si juste del exprime par le Prsident de bourgeoisi I , \ ds le lendemain de la pu* blicatioo de la loi, par suite du priociqe d'obligition sur I quel elle rej ose i ni,' la m isse ouvrire, avec ses effectifs imposants entrera dans la mutualit Est il vraissembluble que ces neuve ux venus qui aeronl le nombre, acCr contrle Inr* • n£? par lo P* !" ! de v, m,s I"' aeronl le nombre,...'renu • s 'oA ,, "!" ,,,l "l "/ ; voulue les feptent dru,] men t |, ( miell .le y s' e ;. A """ ,; "" s V'" iront d'eux-n,teursalns? Uestlcueil, l est I .u rentr pai mes lorsque le pa, s tant compl le danger si le dirigeants actuels teiii.nl r.'lllr- Hun. IV....I.... A /... n.> rnn.ur.,..,. i ....... :,•.. par mes mrsq teineni rentr ~daVl'o7dre,Ttol les poils de vue, ils stniuont d eux-mmes n'avoir [.lus rien y laire. i'el est le nationalisme que le gouvernement prtend mettre en action ; c est le sud nationalisme J ' %  • %  leur; il est plus discret,mais -leCliei .TVriV,' ." ^fcaceque le nationalisme f*Wn ,J'i.'fe K ran av f ^ ue ou entend i descendre dansti foule. LeCouverneni Mit entend le pratiquer et ne pas s'en laisser dis traire par quoi que ce soit, --encore moins par le dsordre et l'anarchie. lelloits. Joui le monde en „ a abord Tordre pi.Ir^'le l'ordre adminis 'matriel est aujourHest plus que temps i ralisation de l'orm. quoi leCouverne,-•> |U „ sesl ^consacrer e plus te. f ,Ue les servi B* fc l l i a"ienssonten Niable Col (k s Rwent administrs JBfc? 1 Paniers ganeiulevuni les seNous enregistrons avec intrt relie srie de dclarations reu allies de la bouche d'un membre l"* apparence inX fr la bouP he dun mei,ll "' e %  tprincipiiitii.l.n r du Gouvernement el qui sont l'es Pniicipaieu.ent par|Ki aux services Ea""neassauepourse quisse d'un programme de relvement que tous les gens de cœur ne peuvent qu'approuver. *ique du projet teaoce-iiiaiadie : ( Seins J ltv X ^estion ^ranve ne coraprenn t p s h sno asiles d une transformation profonde. Ou lin ci ux-cj orienteront toute I institution des assurances sociales d,,ule sens de l'organisation el de la gestion effective par les assurs, c'est-dire orle%mr vners ; ou bien ils l'ori< nieront dans un autre s ns: i s dirigeants mutualistes s\ llorwnt de dfendra leurs situations aclui Iles au regard Aa\-s intrus qui sont 1rs assures obligaloim. Eu .1 autres termes voudront-ils tre les conseillers et les animateurs de l'œuvre ouvrire? Voudront ils en devenir les matres? S'ils optent P '"' ce dernier parti, toute la reforme sera mise en pril. Voil les apprhensions qu'on a en France o il y a tout un pass d'organisation qui peut permettre de mettre en traie d'emble les assurances sociales obligatoiies. Comprendra-l-on maint liant que chez nous o la classe ouvri reest inexistante, le projet d'assurancemaladie n'eal qu'en tout comparable en fait d'action, a l'œuvre vraiment purile des en lauts qm essaient de se saisir d'un rayon de soleil comme d une chose matri Ile . . !>•• DKBROSSE C La fin d demain ). Au Pubrc Quelque soit voire chagrin "a Dmission du cabinel allemand. • La situation BERLIM 3—1 s cabii al Stratamaa n dmisnionn. Le groupe tocialisU du Beirhslag a rejet | ar a surtout pour but ta jourae le h il li u ea conformm i i .i la demand gon le du chancelier pour l'augmentation dela'produe lion. Les socialistes ne roui pas op poss aux proj'ts de M. Streseman pour remembre la nato.i sur pied tant qu'il l'aglt de ri rmes Qnan cirei el de taxes, mais i .insistei t pour que i sa projeta u sfleclenl pas les loi aocialistes qui protgent le ouvriers. ,.. {jueique son voire chagrin n a on rius;ons du Dr Gnnda,rapporteur moment du dcs de quelqu'un qui de la Commission parlementaire IOUJ e$t cher, n'oubliez pat en tt i par les soins de laquelle fut modicommun font son cercueil nue la oniiZY v ,e pr ? jel ,l roini8,re Danie CKRCUEILS fabriqus chez "pumtaie, Vincent dpos devant la Chambre STARK sont les meMcw* tant t a encore domiia t.. *M .„-.; Jui .,,../;/./;.... i ... "" i q 0 ui pe,lt Sce P '| S v L ' ' dpos devan ce vis e '| ICO e d puis lc 2i mai42l. tances qu'une i,, G,fldl (,oi, P,U8 ''" lircl •? a P rs 'a mise ?s le altention.ce n'est pas l'aco ptation Vi, u Z ""^ d" Principe de la loi par la Mu&Œ K I 1, 8 l,,ali, ^ son. les rserves de Vl m. ,,' ; X C celle ci E,,es SOU inspires de la 1923) o'. i e crainle dl,ne fl,i ,i,,> lo la loi i pas lait elle n'arrive pas lorganiser ses cadres, prendre des disj Ofii i ms tu gard au rle prpondrant p que'" ","'' u,u qu'elle s'est fait octroyer, en lie u Nwns ,r u ,l0liUn el P ,JU ' l( |,, :ial i' 01 '"' ; ,SMI Il i du C on.rr!.c i i renls ,,on lonctionnement de cette ht* ^Wa'l. yon ,it,ilio "Kt mme se demande-f%  aux conelle, aprs avoir satisfait toutes m solidit que pour leurs foi mes c 1 dco* altonsLIVRAISON PROMPTEI GRANDE RDUCTION DE Pmx HENRY STAHK, Rue du Quai en race la G ire. N. H. — l/i nuit el lesjoursde fle sadn sa r chez mon ch I d'Atelier Mr Fi hier llusson, Lue des Fronts-Forts K)2, en i c de I ancienne Caihdr il Important: A par | de mon %  li i : Ateujr, PERSONVE n'est autans/' recevpir des commandes en mon nopi. Lgalit de l'occupation (Van aise reconnue par 6vill s allemandes DUSficiLDOHFSix villes dans la /.one occups ont recouaa la les i lilo de l'occupation IVaucobelge ue la Itliur en coateotant payer leur pari d s dpeuEea p ur i entrelien les armes d'occupation. Jusqu'ici eee ma icipalits s taient refuses verser de I anj n! tous | rti xt-nus I occupation tait coi traire au traite de ver.-ailles. 1 1 s six vi.les sont : Duaseldort, li-. n, Dortm in 1, WiU ten. Hoerde et U uhum. rrois foce tioonaires d la vLle de Dusseliorf put t mis en • ut d'arrestation la suite le i meute de dimanche. Ils sol CormeUemeot accuss de ten tative .le neurlre par les autorits franaises. Les 5 lecuse oui : l e cher de In police il rheil Haas, lins pecleurll ef.i r l'ii pecteur de la po lire criminelle AMh .r Wollenberg e m |or A lolf Lngel oblignliona c in i ses aux Etala Un s st en Irlande dans le Put d'appuy. r le gouvens ment rp iblicain qui a abouti l' tablissemenl de li;i..| Libre. On a 'M 1 1 1 e j >ii de a m ae en liber l d (ii i ive .1 la majo il dea repu nlicains pri mni : • e q i c-t In ter prt c i ame in ie .jne les chefs seront enc ire dot< nus les autres • .1 libres. louvelles D.verses SOFI\— t.. i ,,.„.. nationale de Bulgarie • iraus U la commission aes i Parai ons, su nom ,1e la BoJ -ine. j.. .();).00e .i.or |.ieniier veraem nt de pniemebls semestriels l'" ,N,|: l'" l'ai rl .lu printemps dernier ; le montant des paiements se inoue a en vin n 12 5o0.000 free, PARIS Le li. ural Gouraud. sou wneurm litaite de Paris, revenu rcemment des Etuis l ait, ft parl comme invit de l'Association de la 1 >-•. ai gl i pm icaine. l.e gnral a 'M"...., U iegr t ., e les liens V r*lieiei.t fcssi|;sft leurs ; t sso t '" > r ,| ni la gu< n. se lu sent re ''" :l I 1 cinq d m,res %  0 '< i • Ul mog .. ai il ,| ,, J*ait les yeui sur e lel bernent J ."•' %  ei uvuil coi lu que la oiiiaioij parmi les allis ferait sa wice . h a pre ,it cependant que 1 s ; • raienl de nouveau uas| l "ts que pe anl la guerre et que lea El i, i „ la France et Aa glelerre ac i endraienl ensemble comme I j lue puiaaai le garantie du mou ?Z %  i lie les .,u.n ls futurs. LO.NDHKSHoward Uater, gyp lologue amricain, esl parti pour Louqsor et la s. e .les lois pour reprendre le. e\. N, |i 0Q8 de la tom be de 'lin i.kl...u.on I IlEUBol ItG Une terrible uns peu aobligole-ipaueboatransaUaa liqdes Majea i. . t .. bmprass of BnM u > reta uel li i r dpart. In grand nombre de letiis navires sont signals perdus ou chous pendant la tempte. WASHINGTON Des Invitations ont t envoyes de la Maiaoa Bien die aux gouverni meots .le 38 Etats pour venir confier avec le Prai dent C olidge le in Octobre su> l'oh aervaliondea lois, parti, ulireinen celles concerna i la proliibilioo.Mm migratioa el la lulte eonlrs lesstu pdants. LAEAURST NEW JERSEYLe dingeebleZH 1 a atterri ieit heu res du matin hiei terminant son va >•'-" ,l 1 ' %  <•> %  SI Louis. Le voyage sesl effectu en M heures et 4J minutes. L distance couverte a t arproMur-iiv me.it de 2.200 milles. L*s Cours XKW Y'JllK :i |-',„„ rs Iterling I6.P7 4 568 • ,,;| "'"' "i ans Slatula, les n e \>n di l'Amicale lu Lyce IVlion voudront bi< •. R runir en As••mble | tii de au I. I de cet Etablissement, 1 1 Dimanche 7 courant, u 9 t. m.prcise du matin. Le Seci ,|. Dama b$ \|EL'X l'ortau Prince, le ^Octobre l2j


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06044
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 05, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06044

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
*-*VSPr: ># H *
-
m PaOPfUETAIItE
IMPtUMEVA
Iment Magloire
BOK VERNA
1961 Rua Amricaine
10 20 CENTIMES
|l74me ANNE N 5032'
Quotidien
Nous sommes ns pour eoop-
rer l.i mme fleurre, comme
les pieds, les mains, les pau-
pires, ie> dents suprieures
et celles d en bas. L'hostilit*
rciproque est doue contre la
nature ; et c'est de l'hostilit
que l'indignation et l'aversion.
Maro-AURLE
IBmWWE N* 24*
PORT-AU-PRINCE (HAITi;
lgalisme Gouvernemental
VENDREDI UCToiJUfc: 1923
les mesuras commandes des
cadresouverta ne se hnseront-i'.s
p is sous l;i pousse de la masse
ouvrire qui fera irruption eu ?on
sein.
Amricwiis prtendent redrps^r i r^, i Est-ce A dire crit H Paul Pic,
Eifaiti pour le ro,a- ort c^.ta5r dr01 Ce "f* frol "eUr. ;' '''' uIlde droitdi
kli'rV' aJ^occu;.ai,oa exclu- Lypu,que les cadres de la ..i tualit
, , a,eiae"r le rgne .le l'ordre et puissent aisment s'.. >;.pier a Ite
une nauleatmosphre de rgula- mmsion nouvelle? li est permis
meet de moralit dans le traite- cfen douter. I! convient eu eflet
ment des aaires de l'Etat,
importe qm
.. i
Par Caille
Nouvelles Etiaoares
WLm
Idel'ordre lrould,puis
imaintien. Ls eircons-
(fcurinU'iwniiou tmoi-
"leureusom.'ur, snns
^ncessaire de laire ln-
|de notre pass, -- <|ue
rvention tait juitiiie
il pays-
illier des dclarations
Muesdus'vriaire ,j p;
Kwilliriii.'ii.iil.pi'dsi,,.
l'Haili que lors.pie le
nrades (Mranlie-s qu'il
retiiiaiijttnir- nu ,rol,.
: comptent el capable.
"ttgmdans I,. presse
fctation de cette d
s la proccupation
desaiv;iMi" au Cou
* a soin bel'. Elle veut
Ntoireque les Etais
ni leur cuuiri>lo
liera
iruponequ s les services pu
Nies soient administrs de tulle
faon, avec une (elle fermet et un
et souci del chosefwblique,que
les contrleurs administratifs am
ncains, le Conseiller hnancii r
de remarqu r qu' lh ure prsen-
te, les ouvriers ne consriluentdans
lessocs mutualiit s qu'une mi-
norit et pi la majorit com-
prend ( sans parler des membres
honoraires fort nombreux et troi
bm ni mls laqu .--lion mme
....*, ic conseiller hnancier lemeni mls laqu stion mme
en tte, sentent -le plus en plus des caisses) des employs et des
Jue leur contrle est inutile et su- P Kits patrons, bref. t .ute la petite
ralondanl. hom,...,,^;.. '
rabondanl.
"El c'est aors, mais alors
seulement, que nous pouirons
avec raison demander le retrait
de ce contrle, el insister avec au
"","" Ce que nous disons ne t
quoneillustralion et une mise
excution de la pense si juste de-
l exprime par le Prsident de
bourgeoisi
I,,\ ds le lendemain de la pu*
blicatioo de la loi, par suite du
priociqe d'obligition sur I quel
elle rej ose i ni,' la m isse ouvri-
re, avec ses effectifs imposants en-
trera dans la mutualit Est il
vraissembluble que ces neuve ux
venus qui aeronl le nombre, ac-
Cr contrle Inr* n? par lo P*! de v,'m,s I"' aeronl le nombre,...-
'renu s 'o- A ,,"!",,,l"l,"/; voulue les feptent dru,] ment |,( miell .le
y s' e ;. A""",;""s V'" iront d'eux-n,- teursalns? Uestlcueil, l est
I .u rentr pai mes lorsque le pa, s tant compl le danger si le dirigeants actuels
' teiii.nl r.'lllr- Hun. IV....I.... a /... n.> rnn.ur.,..,. ....... i ....... :,..
par mes mrsq
teineni rentr ~daVl'o7dre,Ttol
les poils de vue, ils stniuont
d eux-mmes n'avoir [.lus rien
y laire.
i'el est le nationalisme que le
gouvernement prtend mettre en
action ; c est le sud nationalisme
J ''leur; il est plus discret,mais
-leCliei .TVriV,' ." ^fcaceque le nationalisme
f*Wn ,J'i.'fe Kran avf ^ue' ou entend
i descendre dansti foule.
LeCouverneni Mit entend le
pratiquer et ne pas s'en laisser dis
traire par quoi que ce soit, --en-
core moins par le dsordre et l'a-
narchie.
lelloits.
Joui le monde en
a abord Tordre pi.-
Ir^'le l'ordre adminis
'matriel est aujour-
Hest plus que temps
i ralisation de l'or-
m.
quoi leCouverne-
,-> ,|U sesl
^consacrer ,e plus
te. f ',Ue les servi"
B*fcll'ia"ienssonten
Niable Col (k,s
Rwent administrs
JBfc?1 Paniers
ganeiulevuni les se-
Nous enregistrons avec intrt
relie srie de dclarations reu al-
lies de la bouche d'un membre
l"* apparence inX fr la bouP'he dun mei,ll"'e
'tprincipiiitii.l.n r du Gouvernement el qui sont l'es
Pniicipaieu.ent par-
|Ki aux services Ea-
""neassauepourse
quisse d'un programme de relve-
ment que tous les gens de cur
ne peuvent qu'approuver.
*ique du projet
teaoce-iiiaiadie:
( Seins J
ltvX ^estion
^ranve
ne coraprenn t p s h sno asiles
d une transformation profonde.
Ou lin ci ux-cj orienteront
toute I institution des assurances
sociales d,,u- le sens de l'organisa-
tion el de la gestion effective par
les assurs, c'est- -dire orle%mr
vners ; ou bien ils l'ori< nieront
dans un autre s ns: i s dirigeants
mutualistes s\ llorwnt de dfen-
dra leurs situations aclui Iles au
regard Aa\-s intrus qui sont 1rs
assures obligaloim. Eu .1 autres
termes voudront-ils tre les con-
seillers et les animateurs de l'u-
vre ouvrire? Voudront ils en de-
venir les matres? S'ils optent
P '"' ce dernier parti, toute la re-
forme sera mise en pril.
Voil les apprhensions qu'on a
en France o il y a tout un pass
d'organisation qui peut permettre
de mettre en traie d'emble les
assurances sociales obligatoiies.
Comprendra-l-on maint liant
que chez nous o la classe ouvri
reest inexistante, le projet d'assu-
rance- maladie n'eal qu'en tout
comparable en fait d'action, a
l'uvre vraiment purile des en
lauts qm essaient de se saisir
d'un rayon de soleil comme
d une chose matri Ile .
. !> DKBROSSE
C La fin d demain ).
Au Pubrc
Quelque soit voire chagrin "a
Dmission du cabinel alle-
mand. La situation
BERLIM 31 s cabii al Stratamaa
n dmisnionn. Le groupe tocialisU
du Beirhslag a rejet | ar contre i I coinpromia propos par
le gouvernement.Le Prsidenl Ebert
a charg M. sti sein in de former
un nouv au cabinet Dana les mi
lieux (l.i Reichstag on croit que le
ea in t Streeeman, remani sans o
c iilistes et dpendant enl em ut
de l'appui dos parti* bo ige i<, se
ret mal a cm illi par I. t*arlemeut
et |i ir aui e ioeccepl tbld m vig leur.
Itien que lea bo ; diate i i m in i- ut
nie de %o i Kabr, dictt ur mi il tii ,
ea i lisant vali ir son autorit de pri
rite, ils ont aujourd'hui eenlealie
leur opposition sur la I i d'aut i -.*
lion proj te, du chanci li"i qui, pen
s< nt il>-, a surtout pour but ta jour-
ae le h il li u ea conformm i i .i
la demand gon le du chancelier
pour l'augmentation dela'produe
lion. Les socialistes ne roui pas op
poss aux proj'ts de M. Streseman
pour remembre la nato.i sur pied
tant qu'il l'aglt de ri rmes Qnan
cirei el de taxes, mais i .- insistei t
pour que i sa projeta u sfleclenl pas
les loi aocialistes qui protgent le
ouvriers.
,.. {jueique son voire chagrin na
on rius;ons du Dr Gnnda,rapporteur moment du dcs de quelqu'un qui
de la Commission parlementaire iouj e$t cher, n'oubliez pat en
tt. i par les soins de laquelle fut modi- commun font son cercueil nue la
oniiZY v ,e pr?jel ,l" roini8,re Danie' CKRCUEILS fabriqus chez
"pumtaie, Vincent dpos devant la Chambre STARK sont les meMcw* tant
t a encore domiia t.. *M .-.; Jui .,,../;/./;............i... ""
iq0ui pe,lt
SceP'|SvL' ' dpos devan
ce vis e'|ICOe d'puis lc 2i mai42l.
tances qu'une i,, G,fldl (,oi, P,U8 ''"lircl
? aPrs 'a mise
?s
le
altention.ce n'est pas l'aco ptation
Vi, u Z ""^ d" Principe de la loi par la Mu-
&,KI1,8 l,,ali,. ^ son. les rserves de
Vl m. ,,' ;X C celle-ci' E,,es SOU inspires de la
1923) o'. ie crainle dl,ne fl,i ,i,,> 'lo la loi- i
pas lait elle n'arrive pas lorganiser ses
cadres, prendre des disj Ofii i ms
tu gard au rle prpondrant
p que'" ","'' "u,u' qu'elle s'est fait octroyer, en lie u
Nwns ,r u,l0liUn" el P,JU' ',l(' |,,':ial- i'01'"';,SMI" Il
iduCon.rr!.c i irenls ,,on lonctionnement de cette ht*
^Wa'l. yon ,it,ilio"- Kt mme se demande-f-
aux con- elle, aprs avoir satisfait toutes
m solidit que pour leurs foi mes
c1 dco* altons-
LIVRAISON PROMPTEI
Grande rduction de Pmx !
Henry Stahk, Rue du Quai
en race la G ire.
N. H. l/i nuit el lesjoursde
fle sadn sa r chez mon ch I
d'Atelier Mr Fi hier llusson,
Lue des Fronts-Forts K)2, en i c
de I ancienne Caihdr il
Important: A par| de mon
li i : Ateujr, personve n'est au-
tans/' recevpir des commandes
en mon nopi.
Lgalit de l'occupation (Van
aise reconnue par 6vill s
allemandes
DUSficiLDOHF- Six villes dans
la /.one occups ont recouaa la les i
lilo de l'occupation IVaucobelge ue
la Itliur en coateotant payer leur
pari d s dpeuEea p ur i entrelien
les armes d'occupation. Jusqu'ici
eee ma icipalits s taient refuses
verser de I anj n! tous | rti xt-- nus
I occupation tait coi traire au traite
de ver.-ailles. 11 s six vi.les sont :
Duaseldort, li-. n, Dortm in 1, WiU
ten. Hoerde et U uhum. rrois foce
tioonaires d la vLle de Dusseliorf
put t mis en ut d'arrestation
la suite le i meute de dimanche.
Ils sol CormeUemeot accuss de ten
tative .le neurlre par les autorits
franaises. Les 5 lecuse oui : le
cher de In police il rheil Haas, lins
pecleurll ef.i r l'ii pecteur de la po
lire criminelle AMh .r Wollenberg
e m |or A lolf Lngel i polie de lret et | lieutenant
Vofl.
D.nis la Rlnir, les mioeuri
reprennent le travail
K )8K.N Une autorit minire al.
laman le, digne de conli mes, as-ure
que les min" rs en gnra] ont re
pris te Irai lil dans le Rliurbitr;on
du (j i lis retournent leurs poetea
avec la terme intention d'amener la
production au niveau de celle de
anne dernire aussit! que posai-
oie.
Eial Libre ^Irlande
M BLIN U Parlement de I' tal
1 br '' W a e a t onlciellement
" ri ci i aprs midi. Le Snat et
le DaliEireann ... Boni r unisen
aembla pour couter le dltcoura du
RouTerncur ..,| Il \ |,,, Mlll
discours, le gouverneur gnral n'a
fait aucune atlnaion la question de
U frontire de ITIiter mais au d
bni deaon discours i n montr qu'il
agissait au nom du roi George ; il a
t dlinilii ment anm nc que le
gouvernemenl avait I intention de
rachep i |, > oblignliona c in i ses
aux Etala Un s st en Irlande
dans le Put d'appuy. r le gouvens
ment rp iblicain qui a abouti l'
tablissemenl de li;i..| Libre. On a
'M1'"1" 1 e j >ii de a m ae en liber
l d (ii i ive .1 la majo il dea repu
nlicains pri mni : e q i c-t In ter
prt c i ame in ie .jne les chefs
seront enc ire dot< nus les autres
- .1 libres.
louvelles D.verses
SOFI\ t.. i ,,... nationale de
Bulgarie iraus U la commission
aes i Parai ons, su nom ,1e la BoJ
-ine. j.. .();).00e .i.- or |.ieniier
veraem nt de pniemebls semestriels
l'",N,|: l'" l'ai rl .lu printemps
dernier ; le montant des paiements
se inoue a en vin n 12 5o0.000 free,
PARIS Le li. ural Gouraud. sou
wneurm litaite de Paris, revenu
rcemment des Etuis l ait, ft parl
comme invit de l'Association de la
1 >-. ai gl i pm icaine. l.e gnral
a 'M"...., U iegr t ., e les liens
V r*lieiei.t fcssi|;sft leurs ;tsso
t'"> r ",| ni la gu< n. se lu sent re
''" :l I -----1 cinq d m,res
"0- '< i Ul mog .. ai il ,| ,,
J*ait les yeui sur e lel bernent
J ."' ei uvuil coi lu que la
oiiiaioij parmi les allis ferait sa
wice . h a pre ,it cependant que
1 s ;" raienl de nouveau
uas| l "ts que pe anl la guerre et
que lea El i, i la France et Aa
glelerre ac i endraienl ensemble
comme I. j lue puiaaai le garantie du
mou?Z ' i lie les .,u.n ls futurs.
LO.NDHKS- Howard Uater, gyp
lologue amricain, esl parti pour
Louqsor et la s. e .les lois pour
reprendre le. e\. n, |i0Q8 de la tom
be de 'lin i.kl...u.on .
I IlEUBol ItG Une terrible uns
peu aobligole-ipaueboatransaUaa
liqdes Majea i. . t .. bmprass of
BnM u >- reta uel li i r dpart. In
grand nombre de letiis navires sont
signals perdus ou chous pendant
la tempte.
WASHINGTON Des Invitations
ont t envoyes de la Maiaoa Bien
die aux gouverni meots .le 38 Etats
pour venir confier avec le Prai
dent C olidge le in Octobre su> l'oh
aervaliondea lois, parti, ulireinen
celles concerna i la proliibilioo.Mm
migratioa el la lulte eonlrs lesstu
pdants.
LAEAURST NEW JERSEY- Le
dingeebleZH 1 a atterri ieit heu
res du matin hiei terminant son va
>'-" ,l'1" ' "<> SI Louis. Le
voyage sesl effectu en m heures
et 4J minutes. L distance couverte
a t arproMur-iiv me.it de 2.200
milles.
L*s Cours
XKW Y'JllK :i |-',rs
Iterling
I6.P7
4 568
,,;|"'"' "i ans Slatula, les
n e \>n di l'Amicale lu Lyce IV-
lion voudront bi< . r runir en As-
mble | tii de au I. I de cet
Etablissement, 11 Dimanche 7 cou-
rant, u 9 t. m.- prcise du matin.
Le Seci ,|.
Dama b$ \|EL'X
l'ortau Prince, le ^Octobre l2j


LgJUUH
Questions
Agricoles
|\
Il e^t un l.iil indniable, que l'une
<1 i priori] ala causes de La miaie
actuelle est la grande scheresse q il
evit dans le pays depuis quelques
annes. Cet e cheresse porte nus
payeana ;i inigrer vers Cuba el li-
ranona poar cher lier lo paiuqu.ti-
dien.
C minent cou- voir qu'un pre
de famille, api''s avo r rodemect
pain pour dfricher sa terre, sem,
tarel, n'obtienne la recolle n
rendement lui permettant mme de
ientrer dans tes di 1 ure. Quelle on
tbl la mise ? Manque d'eao, manque
de pluie. Cette anomalie n'esUlle
pu pour d*co irager les maille us
travailleurs si I s condamner aban-
donner le patrira >ine des anctres?
.est qioi nai- tssistons depuis
quelque l< mp*.
Les causes de cel tat de eboa s
peuvent tre rsumes d'aprs nous
i m trois joints, que les pouvoirs pu-
bl.es ne il vraie i< ; i nais perd le
Mie. 1 z Les dilrenls cours '!' au
qui arrosenl nos pi iiu< s trave ml
des tel r i* pormfabl 1 s mal*
ti. al i i neii i i -s i i
la pi is gi i pei l. Ces
.iu\ puui au !' re utili
tmoin le ulsai dans
I, pl.ii i du Lui i *> el qui dou-
nnl >i i : '. masses d'eau, i ne
eapl lion in > lerne de no ^ourc s
s'imp s de i'.. u a era i sioer le
plus d'eau po i>oui ml pei mel
i twrti n#fl*ueA Fraternit confnnre rie Son Bieellenee le Pr
Libert IvialiU' l ratermw ^^ ^ ^ ); i; conlinucra
Rpublique d'Hati d'accorder ls mme b mteillanle at
Louis Boruo
Prsident de la Rpubbqu*
Considrant qu'il y a lieu
de pourvoir au remplace-
ment de Monsieur Arthur
i .eisraflalr, appel a d'au-
tri's fonctions.
Va le^ articles II do la
Constitution I 3 du lloret
du B Avril 1.11(1,
AfUItE
irUolo 1er Le citoyen
Krnoet Rigatld est nomm
Conseiller d'St;it.
Art. 2- Le prsent Vrrct
era puhllS et excuta la
diligence du Seortaire d'il
tit de l'Intrieur.
Dj il : .u Palnle National,
|ort-a a-Prince le 5 (Icto-
bre 1023, an 120e de l'Inde
pendance.
DORNO
Par le Prsident :
Le Secrtaire d'Etat (le
l'Intrieur :
LueTlllvVIUI
tention loulee avise rapporte
i'abit le votre mission,
Je forme des voeux pour la gran
deur il la prosprit de vosrespec
l.fs pays, eu louhsilant galement
que cette prosprit s'tende vos
l'arailles. .
L i speech i t galement adresse
par le Ministre su Corps Consulaire
atquel le .1 yen Monsieur D'Ennerj
|i,-j',i.< rp n lit avec la plus pirfaite
Cordia li.
!;i roriu.'-'eole le Tlior
IL r aprs-midi, vers les quatre
h ans, le Docteur Arthur Lescou-
ria'ir, Secrtaire d'Etal lurect le l'Instruction pub iqne, ac-
sompag < de Mr Luc Dominique,
Secret dre d Etat 'le la Justice I des
Cultes, de Mr PUeide David, Chef de
Cabinet du Pcsidenl de la II-publi-
que ont vi it la Terme Ec-.de de
Tlior.
t ;. y.-'-ii'
Bt-E
il iranl >
eberesse. i En il pil
1rs l'ai rositge de nos lei n
saison de
des id ii de oeux qui on( eu trai-
ter la qutet ion, le dboisement qui
te in i t dans n e plaines et dans le
voisinage de n >s souri es est une di s
unncij aies eau i b de ls scheresse
Rception
les Itmbrea Diplomatique cl du Corps
Consulaire tu Dpartement
des Roi.liions Extrieures
C e-l liiernuti ia .lit h ires pie le
n i van S; xtiire l'I i I x Kola
loi- Extrieures MrCuhille Leone
pris contact avec les Mena brasduCorpa
Diplomatique, dans les salons du L)
partemeot.
A oi/e hiir'3, c'tait la ton il :*
aeluetle, Dans cotre prochain arti- Membres du Corps Consulaire d'tre
cle, nms Ferons ressortir commeLt t-t.-,_.
l'on n'a pas t prvoyant ma Recopiions les plu cordiales, m M
1 i lois existantes al nous e Baierons
,i ,i, mer la I" >n m th >di ; i<: de
dboiser nos fort ts, car, depuis une
quinzaim d'ano< s, c'est une coupe
m lui ne d>- bois qui se tait dans
nos plaines, chacun voulant < tre
fournisseur de i lies ou telles exploi-
titions, ces deruirts n'expo.tant
plus du 'li h bon de terre '.\ L'ai-
rosags doil tre contrl. Est il juste
in effet que malgr les efforts d-
pi >y< s par le Dpartement de l'Agri-
culture aiin d'tnblii I horaires
pour la distribution des eaux, cer-
tainei propi ii I sei ml continuelle-
ment arroses, tandis que d'autres
Situes 'I i i- 11 m -n i me eu sont
Ulti dem il prives. N ifis savons
nu outr que pal uile de gaspil ge
d sau d'ami lei tins ml <1 ivenui
de vril ib s n r ic ig -. O'esl en-
core un -I ci i es i n i ml souffrir
ei .i ic tur i ;en n mire cl . il
ne faut ps non \A i- que les grandes
eomp ig.dei 'i li s'iosl i I ni duos nos
plaines absorb nt le |> \.x pr pri
taire. Il l-iui donc que l'on arrive
une | itte el q litable distribution
de nos seux de faon arroser la
majeure partie des terri s cultiva-
bles. K- il juste < ncon de distri-
buer le l'eau h dea propritaires de
terrains non cultivs audtnneut
de ceux | ii ne deraan le il ou .i tra-
vailler, un doil irriver i tudiercelle
qui sii m d'e m rond.
tout b y i i que 1 Dparlem t
,! r y,gri iii ire ne I udera p*s a
>, ipei sr ise n i il du r
m mt il n itrs n ri eultu . C -
qu s de la plus parfiite eoortoisie,
el .m c i irs desquelles les coupes le
eha.npagne ou t vides au bm-
h -n ei i 11 prosprit d i l iules le3
nation* reprsentes e i Hati.
Le fiouveroeiB s .1 Cubain et
lonsieur Camille Lon
A la rception d'hier au Dparte*
m?ni des Relations Extrieures Mr
B snc m , Oharg d'Affaires de la
Rpublique de Cuba, communique
deux d| r- L >s l'une de Mr Cespeds,
Se (. re d Lut et I mire de dr
l'ail irson,Sous > i il lire l'Etat, 'L-
si i 1 '. latisfa-lion qu'orouvait lo
Gouvernement cubain d'apprendre
q-ie dr Camille Lon avait t ap-
pel la lte de la diplomatie ha-
tienne.
A ia Havane lins les Cerclesdj-
pl i natiqu n et autres on a g ird le
mMlleni souvenir du distingu Chef.
g l'Affairai. ___
Installatina .lacmal
du nouveau Prott
L'abondaoce des matires nous
oo'ig.- renvoyer h dem Un le eoin;>-
le-reodn de l'installation a Jaemel
du nouveau Prfet et des autre l'onc-
ti, maires rcemment nomme, *
Ctmes Scolaires
An Lyce National o sigeait le
Voii i les I irsqai oui tj chlO Jury sVexami ns pour I obtention du
gs entre le Secrtaire d'Btal et 9oa eertlfical il lu les primaires 4J l-
ves s'taient pr.'s nis. Aprs broie
jours d'preuves crites, les rsultats
o.it t ngatifs, aucun can li lai n'a-
vant obtenu la moyenne exige par
11 loi pour lre admit i 1 oral.
Ces mmes lves s'taient dj
prsents aux exam nsde Juillet el
avalent chou!.
Nous esprons qu i il iva il ce rsul
pour la bau e mirpie de conlimee la,Bj ,,-> conto'ant, les vincs ne
dont Elle vient d'tre l'objet del 9e iourageront paset qu'avec un
part de S. L. le Prsidant de la li- ^doublement d efforts, lia arriveront
publique. # $e racheter de oat chec.
\ cea flicitations cordiales que nous donnerons dennin le rsultat
j.ilr m ,i \. B. au non de mes Id- Excelle tee SenorJutn Elias M is iso
llijo qp, en l'absence du Gnral
Russell, est doyen du Corps Diolo-
malique.
Discours 'li* Mr tiosooso Rijn
Monsieur le Secrtaire d'Etit.
Avuii i ut, ie dois fciliter V. E.
p ilnts u i 11. ;' r 'i i"s sssu -
ment b l'l lia d i i miaur a cro-
nome alla, n ce U i lero nt. La
t;l lie el rn.l i 11 complique, s
il t'sg i l'i mi larmement le
main car l m re esl nati m le tt
d'elle dpen l le bonheurds l m iss ,
de celle m vue qui dem m le la I i e
un oolngsmeni sa misre il u
bien tre.
CI.. lOllii.L
( l Su vre
Bonne louvelle !..
Le public appr n In avec pi ti iir
que I-** ! -i e chaque mo la
maison renomm e \ il \ .
I \ s
primo n 's de i rnkheur,
que prum >,raisin
stc. Aii 'i u '
n i i i I-- !' I '
p.us rafl
Qu'on se selle bonne
Dorables collgues du Cirjis Diplo-
matique et en moi nom.il mes!
agrable >1 ajouter le resu sincre et
ardenl que nous formulons pour
qu'un coure des relations oliieiellcs
que no.i- entretieodrona avec V. E.
rgne, comme il en a t juqu'ici,
li plus parfaite harmonie, et pour
i|ii ; ces roi ili n soient plus troites,
si elles pouvaient l'tre davantage et
plu-, profitables, pour la paix, pour
ie co n u :ri..... ,i i i i- les Intel &te
Imp li ils q li li uireus imenl lient
n >s l'oup es al ni* ' i ivera iraonts
r '-|i ictits ivec le Peuple et le il > i -
ver ie n il de no re amie, la Rp i
bli iu d'Hati.
Nom nous pi lisons I reco i natre
qu' te e i ts le bjine do li,
\ ,conl i'm ira en lu pr tut l'atten
ti m | i ls niei il : a l ..il c i qui se
rapp > i i i dre i i i miision.
Dis i m de M- C < niils Lon
M > isieur le Doven,
M sieurs les Membres du
Corps Diptomaliqas,
Je suis infini nenl heureux de \'oc
cesion | ii m'esl I inne aujourd'hui
de prei Irecanlacl avec vous. C'est
avsc n i rel plaisi q e ie con i ite
l'exi' 'ii s et la ci li dite des re!
lions t entre la H
(| | I I \ !
vousr ipr i il:'! tenl
Je ou i i neurer pei
d dus icrar lous m i
a itaul
, i cette favorable situa
h >n.s ,\ i que
le Dpartent ml que j'ai l'honneur
Un k Conseil aux kis
Allez chez DEREIX
Prendre ce soir 5 h,
Potage, Milanaise
Vous serez satisfait.
Crme la glace- Sorbets
Ptisserie -Saodwicl
Parisiana
DIMANCHE
"La Moul
vers l'Acropole"
Grand drame moderne en <> parties
de Mr Ren le Scmptier interprte
par Prenne D.ilia, Andr Nox, \an
Dacle etc.
Musique de genre
Entre 2 gourdes
Balcon il gourdes
Varits
ce soin
Par Amour
4e 5a & 6a pisode
Entre : JiO liante.
DIMANCHE
PABC da l AnoiiP
Entre gnrale: Gl -)0
Loge 2
1 4&& Dcs
Hi. r matin vers les onze
est moit le jeune LinslantI
Philipoe.
Les funrailles auront lieui
i heuro l'Lglise du Sacr!
( Turgeau ) \
Nos condolances la
Cabinet!
DE
[es Iminanuel Frai
el TI- 1- Bi-njaiBU
Avocats
l'KTl GOAVE ( Has]
D Octobre
La troupe Salnave donnera une
reprsentattpD mardi y du cou-
rant. Il sera reprsent ; Une
malheureuse tromperie >
A l'Ecole d 8 :ien 'ei ippll [oei
les lves suivante ont 'e admis
aprs esament, suivre les cours de
l'll*bliisein!iit.
Ci sont Co'rc i a i^ M igl >ire lils,
Natal, Boisette, Bourjolly, Miette,
et Boigrls.
M
Ti Hume D;i wtive
C'est ee soir qu'on mra le plaisir
il'iedst ir A i ariiiana, la reprsen
tation do noav lie crations I te
cteuri del II naimnee. Il aem le
qu'd y aura foule, car on parle beau
coup ie c tte|fte qui,aura un cachet
toui particu'ier.
Le orgmisiteure de U soire
nous prient d'informer lee intresss
que l'a'Vi'- d i lli<;alr(> sera rigou-
reusemsnt refus ;\ q ii mque ne s-
ra pas muni d'une carie d entre.
Les aeleiirs ie pi li^u "it .ti-si des
indissrsls qui ont contract ls msu*
vaise habitude d'aller enooabrer Us
roulis-* de U bcSoj peolial lai
rpressif ilioni
lariage
En .l'Eglise Mtropolitaine sera b
ni le m ireredi, i I Oclob i irant,
a 7 he ir du ilin le m
M
Mr Age
foui 101
d !
i U
pit
t
fianailles
N mis i plaieir les
fiam; tille* de M Uaspil
de diriger actuellement, par la haute avec Mr Eimoud Blanchard,
Panama Railroad
Skamihip
Bureau de l'Agent
Port au Prince le i Octobre^
Bulletin No 3*j
Le S|S Lake Flattery e1
Port-an l'rince de New-ij
les Ports du Nord Jeudi U
192^. avec :
i:iU Tonnes de Marc!
26 Sacs de lettres
6 Passagers
et partira le mme jour dt|
duSU<1- o.TIWVMt
Gnral
Due thse lamente
du Temps d
Notre COnfrN Le Temps s'-
puise, dep lis quatre ou cinq jours,
a soutenir une Ihsequi se rsume
peu prs comme suit :
1 li citoyen q ii a t \i clief du
Parquet dans l'un quelc >n |ue de nos
tribunsui ne peut jimm le relev-
air Les substituts sont l. et ce
sont eux qui. en cas de vacance de
la charge, doivent minier aulomati
q ieme il. Ainsi le veut le principa
hirarchique."
Donc, u i ancien Chef de Par quel
qui votldr.it occuper s in ancien pis
te devrait commencer par se faire
nommer substitut.
Kt due qu'oa a l'air d'affirmx se
rieusment ceschoees-H ...
Paire*part l'undbre
Mme Vve Hobert llyppolile ne
M nie Thrse Lamarre et ses en
fant*, Mr Polinue llyppolile et sa fa
mille, Mrs Ives llyppolile el sa l'a
mille, Emmanuel, Homre et (Jeta
ve llyppolite et les autres frres,
Mnu Veuve Lamarre et famille,Geor
ge P. Lamarre, Mme George Marre
lin el tous les autres m mbre* de la
famille ont la douleur de vous laire
part de la mort de leur regrett
ROBEBT 0 HVPPOLITE
dcd eu Caj -. mercredi minuit
Pige de iS ans.
Dcs
Une dpche des Cayes annonce
la mort de Mme Clarence Lorig. ne
Cora i!o"ii!l"ii.
M'illeures condolances aux fa-
milles prouves.
Rcpisss adir
Le soussign a adir le
au No97i, mis par la we
Kquire, et s'levanl Isa
deux cent dix sept gour
vinj dclar nul, duplicata M
tre dress. nrni*1
D. LESPLRAN
Les effets suivants mis M
de Madame Veuve A. hW|
Rsilia Higaud ayant W JH
dame Knlon Vrn:TJ
Iri.Ji-n re del b^
dclare nuls-pour l
enlreriquie. ..
Ordonn.f.eoNo.Odum
b parlementdellnlrieem
Bon du Trsor N'OdlP
Cerliliral N 107 Dparte-
ment de la Guerre J.
Prlau-l.rr,iW-|
conire
'CONSTIPATI
prene* iJJ
suisse
,t toaU*J*


LE MATIN
Ville da Portail-Prince
Arrt'
LcONSEiLCO'lMlNV
,#;moii ''"
),i C i! Cm o
i date
Ju 11 Mai >ie celle
Ufln! q.'i! cA -i.; (I v ir
Uj.ialil^ de ' lu '' on
de ce i h is! anre, le
jetuus rciix <|>.i uUl ^
jiCommun^iii1'' :
Ifainl qu'au (";" ''' "'a mis
5lMjuanlc:inu -' '"'"'' ''
mj. p li lin i <-c ni
Effiivr- il' -' i-a'ion
Minium t lu 1 h ' :
in! q .p <" l'i.'lat lln'i i ii
igr::r bu l'a\ n imitant
IucIhiii ilans l"> rn'K-* lu
IM vie Ion!-: d .' v rtu, de
d'iibnt'gtt'D el digne
rie m e\em/e aux g4n-
Ibtures ;
[kle ce qui suit :
il- !,a Rn< Saint ICnoi.
lier le S i' !> Anne. e-t
Rie Mon- igm iir Bau>
J-Une plaqu1 < m.io'mo-
(ilcelle iu-' i l'Iio'i v c a
irlea s i . !" M.tgHli l
il.
|- Le prst'iil n iilt .pre-'
Kioo du SeiTt'Iaiii" l'Kl [ de
fcra excut' ;\ la dil g'u
pjlml Comi'iuiiiil.
[abnce .lu Cii i-i il Cuminii
^Dcembre 1922, an 120e
fwdanee-
tMagistrat '.'riimnnal.
Edmond M.VMiONES
I approuv ;
fcired'fciiit .Ir IMr.lrieur,
LucTIIEARD
lieront', nu :
B. LOI IIISDON
g*X- ---.......-
Arrt
le Conseil lommunal
Vu la detfion d i ooaeil Corn
muna en data du 24 Mais de celle
BtDDi '' :
Conaidi ni qu'il est du devoir
des Mn Ici .liis de perptaar le
aouvi u'i dejgiandi ciloyena dans la
m cm ii d s g n ratio:.s de leura
"-'ni llrant que le pote MassIL
l< n ; oii o |ii a l'.i h mntur an
Paya p ir ea iivri s I t ra r- s *st
digne il'i 11 lien lion priale; qu'il
-i iu I ci t m i u'i ag i d- n ton-
nai -1 ''. 'I il in er son nom une
d I rooa de la c tpit -le ;
Airla ce q ii mil :
Art. La nouveld roule qui relit
la Rua Oawald Purand, ci de va ni
Rua Rerne, la Croix dea Mar yr,
eA dni nimi'c Hue llanailloo Coi-
cou .
Ail. 2 Une plaqua commmora
li\i' porta t relie inscription v sera
appoaa par les soins du Mahlrat
Communal.
ri. :i Le prtent arrt.apr/g
approbation du Secret ire d'Sral da
l'Inliieur, a* i in p im, publi et
excute fc la diligence do Kagialrat
C lll'li: liai.
l'iit ii tanca du Conseil Commit
nal la 85 s terabre 11)22, an 120e
de l'Iudpendanca.
Le Magi Irai Communal,
Kdmond MANG0NJE8
Vu et approuv :
Le Secrtaire cHftal de l'intrieur,
lue THBARD
Pour copia conforme :
Le Secrtaire du Conseil Communal
B LOI! IIS' ON

MOiijsrparv^aih
Allez droit chez
MJL E AUXILA
ftraver&i e &dn M'taasin de,fEtut
.
taisoti louer
ouiorlabtc uixtoa taj s s
l'Aveiiuo l'ii g.
Pour |ea cou lui >nf, 6'a Upa r
Mr Vincent Creidy, au No;l I,
Hue des Fronts Forts.
.ara*-**
\ .
e
IU bupgy d Iclil remis coin, l
tenu ni neul et attelage.
is'u rester -ux but eaux du j mr
nal.
A|Waatm>ff
A MEjf0;i Clii>ICN8
boulagotamt m:mocl...l |u Globules Renaud
lro..r.< c'.-1 : i
I* VEPtf 0
PhaimatieW.BUCH -nrtan-Piinc
: un; -Piirk
A partir de Samedi 6
Octohre.
Luii.t-F.iilv'ser.i ouvert tous
les soirs.
L-'s cartes de Carrousels
bicycli Iles cl chevaux t!e
bois seront vendues l.i
porte pour diter l'enva-
liiss.iii.nl.
B r de 1er ordre.
Leiii) & Fiuk, lue
Fond* en 18"
Supriorit His prix ProropMude j
Tous produit ^ chimiques, plinrmaeeiitiqiies et autres
articles vendaliles dans une pharmaeie.
i'pices, l*oivre, Cannelle, etc, etc.
SUCHE RAF1XE.
Spcialit: Marque privs Lysol dsinfectant, farfu-
msrls, Articls pour bablsrs, Bay Ram, Chocolat en pou
(Ire, Huile de foiede Morre, l'mulsion Gold Crain, Ex-
traits pour faire essances et eau de toilette, l'.an de Qui*
iiine, louilre contre les insectes, S.ilution pour conser-
ver le % fs frais, L ait de Magnsie, Poudra snprieurt
pour la lotletts tics enfants, dssenca de fleurs, Kau ds
l'ioritla,-Miel pour la taille. Moutarde, lulle d Olive
pour la table, Urosses dnis, IVpperminl, luiile pour
cliass?r les moustiques et antres insectes,Itegulot: huile
ojitie constipations et donblssdss Intestins chroni<|ues
Tli, dira pour le-i parquets,!'omestiblsn, Klixirs,Epioas,
Sirops divers, Teillturss diverses, \ ins, etc, ele, etc.
Dentuindaz le catalogues des sp*iallts.
confiant vos commandas LE11N & FINK, lue; vous
re/ absolument satisfaits. _
Toutes les lionnes pliarmucies du pays s'approvision-
nent chez LEHN A FINK Inc.
Lon si. Ihbaiid
Agent exclusif pour liait!

mm ix i imbics
.,-- y.! ..':< t anii-iin
LU EVX OE-VIt.
UC30LS.M*
' ROY FILS AIM
6UI0E PRATIQUE i \ de-
vie bssiscls c ;;.. .( u rikruwi i
CHICAGO. MIS
~~
CABINET
de Mes. Flix CAHHIK'
Ulrich i t \ l\ MJi l'.'s
Dominique HIPPOLYTE
A\ (ICA'IS
But .lu Ci nire, No 1613
Perl au-Prince (Ha i)
Paul Sales
avo r
Recoavreme ts Comaerri dx,
Affaires lttranger.
Correp>nijntia W^sh-ng
ton. New-YOiN, Bsrlin,
Ij-j.i Irsa i aria
t/6 itu '' '''- rinrt
T : Imn .
O se trouve bon mar
v Ch et d<' meilleure qua-
lit, tout ce (p.'ii faut pour
vous votre famille en un
mot.
lias pour femmes & fillettes, Chausset
tes pour domines, Cadets et Enfants,
Cdicmises, Chemiset es, chapeaux de
paille fine d'Itolie, Chapeau.', de laine.
libjus ponge )a mode, Crejions pour
*l d'autres lis,us nouveaux. Crpe de ( loue S:
ij*< Sweutei s it Chandails pour dames, Par
pubi,,ant Coly, d'tlrsayetj-.
,ydine,.lenx de salon en viennois et en Osie-
l^esi-eiites de lit, Coi lieuses, \rmoires,^loustir
vral8de lits etc.
ifa. r*'gle de toujours nous visiter quand vous
! ais, il \ a du nouveau.
l! J. fi Wft
CliiriuMjien-DenlisIe
Pe c nie ! -c nireal, de
N w Y k i I iaV 15 Sloil
Angle des Ru s Du>i>u \\< s e
i'ii .\i;i^;is n e rr.t I.
Gonsult i'ii- e 7 i' : matin
ti li mes lu soir
Ik Mm Mui
ne Morpeau
. nr s ne i -'n' :!<
Sicile Hermine Fauheii
I eons de l'iano
Leons et cours de Chant
031, Hue de Miracles, 631.
Man lgue,Huile de colon
Huile de mas, mess et
Cear Pork, Buf Sa-
le, Jambons & Bacon,
Queues museaux,Lvres
Pieds, Oreilles de pork.
Saucisses en huila.
Cornai Beef.Hoast lieef
Pi lied ieals,elc.elcetc.
rire ut.
L'un . Tbl nd
Ajent sxolusit pcor Fiaiti
!*---------------
Le latin
h onde te 1er Ahi (W7
Ai'Ciiiieiu^nls
i .\ M .18
l'or! au"Piin a Uo > las i
Dpartamanta 1.80
Rtreogrr '0
Hoir /', Uate: IIS
loleplione %t
Bureau : Hue Amicwne ii3%>8
F 0 PIERCE Gompauy
12 V LSI li.t HV Y
(\i:iv\onK
FONDAS EX 1317.
SUPRIORIT BUS PHIX
Fa Inique de :
PejnlHres,Vernis Ocret.
tft toutes sortes.Maslic.
Lon H Tlbaud
Att?ut pour Hati



1 ma ri:

rduque l'intestin
Constipation
linUi ite
M.rj ''-'e*
Pour res'.cr en bonne
tante preneg chaque
soir un comprim de
JVBOL
r
/
i.m ->eitw vnxtm ou. p y,
Jub.l. rto-rr liutno jr*i P"
! 4m rfrotuM 't ** nvrnfi'H. on
i.-.rttrwtt II n-<->rce liii'Umil* M i4inir.tfn>rnt frin, P
i- 1-jt-ol. l-fiH-fue l'tf-loir* dit fiy'ltf*
tiftiil'Ura.i .11* I Ton iritf manu il liciirci
e< f.n rcvim-Kr. iyiumtiM -ai
i.i,rtw muint rtr oulfanfM <"">! !>
iiMriirri. luliol nu? i" iWl.H*. *' nrtni
m tnpiei l'.l pOQUtl. le lIKtBtHMMi ''
Mn* D tocm.
de ii F.fMiir 4 fieaicmt
d* tfintprMti
;:jirrRo:D!:s'
JUOUTOinES : Suppositirti anti-
htmorrtg\t]uti. calmante. lUrongtt-
fMUMMM
JUBOLITAR PammaJt contrr lei
MmoTTQfottt rrlernct
Sacs vides et Fscelle
Snos [v'kI.s neuls Double coulure angliis
Sacs vicl -s neufs simple couture
sacs vides 2me main ( Trois qualits )
4l ;* )) trou* trs bon compti.
sacs vide* pour Ciment bon march.
Ficelle Amricaine IV anglaise. Qualit sunnmn,
LPRCETZMAHMGGERHllUI
Hue du Quai
j^r^r^-n- :'^"^~~
ni fc-jf?*Bf "-^iL..- ,-"-"7 ^*** -
P^.-^H
. .1 I : .1 t.. m
-!.....lin I m
Jubol. rgulateur de l'Intestin, fixa
une heure constante aux Jubollss
EXTRAITS BILIAIRES 0 J dorlriir
Mjagel UfguUir,tent l( i /onefteni
du /oit
Vaillant JbHouetAgeaU G n:i ix 1720 Rue du Magasin d# PBUt
M<>KVUKI
/WINOXi.
. 5t-
Surmens, Vnenais, Coovalseceota foilii'c/-vcus par
le \in
.t
il;

Le vrai vin tortillant et reconstituant
basa tic jus de viande.
Ses effets certains et rapides en font
le Ionique de choix de3 affaiblis, des
surmnes et (lM convalescents.
Essayez une seule bouteille, rsultat
immdiat.
Eu vente chef
Alphonse llaynes
115 Hue donne Fo .
fuilon ShoePolish
Company lue.
fie il-York
5i vous vouler, bro'ga la p$an U im btnu'
t** ii/K*.\ iw w/i bttitaiu luusuntM imite
Si vont VOult*, la coultw et lu souplase Je et*
tbautturu pendant toiitHsiNu, taiptoyn tu /**
MUSOGKAM.
f.*-,;:: tpJMOlimmQt* M IvntMl / WfMW h l'L>'> Uh
Kil* prntnt' la peau J* eHtmura contr l humidit et l talifr.
ilk l entretient kur soun)** et consenti leur brillant
Demtvulri la utvqw MONOGR4M, cet hi meilleur A, fou'l lex menuet
Gpo. JE \NSKMh aient poaf IIM
quoi uon dise
quoi qu'on fasse
Ld E: : Sar! mm\ est
a m loors ls -'jsur
A rintormfiiUaire
Diligent
Ce bureau, tabli rue Firou :;'0,
maison Liobin. offre bm servicei
pourloules ffaires : CommiMion,
transaction, sei vi e spcial dans
les questions d1 iiitomobiles : veu-
te, achat, voyaa et transports.
Dix m i liin s confortables et
dix bons chauffeuri! soi I abonns
u.ire agenci : ma' hines propres,
solides oi pourvues d'HCcessoires
complets: cliaulpurs habiles rt
ayant le? meilleures attenliots
pour leurs paKSiifrers.
i ',) u ri'' !i-"i s- rvi. adressez*
vous h L'IntermJiaire Dili-
gent.
SI RY1CEDES MTDS
B \\AHi Lundi, Mercredi,
Vendredi Prix, DEUX Dollars.
CAYKS : Lei passagers peu-
fenl s'inscrire A l'inlrruiilutii e
Diligent Rue Frou, 316.
c
Trop faible
pour travailler
La vie courante d?s femmes n'est souvent
qu'un travail incessant. Combien plus ardue
est la tche quand des malaises particul;ers
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
Le systme nerveux ( !.g('; et la vie est loi
d'tre gaie. Les femiv.es qui se trouvent dais
cette situation devraient profiter de l'expi tencs
de celle qui ne>us a envoy cette lettre:
Lic. Ce QlM Ccile Femme Dit
Mar.zanillo, Oiiente, Cuba. J'tais anmique et tnt
frais lors de mer rbglcs. Ces douleurs me foraientsouvt
rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas ^ntn
taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je von
sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre
avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule
de votre Composition Vgtale de L/dia E. Pinkham. J
l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir
de la recommander a toutes mes amies qui souffrentde
mme malaise." Situ. Marina MiLAV.Calle de Caridsi
4, Manzanii'.o, Oriente, Cuba.
L* femme* soufft'tintos ne devraient pas fatra fttMl
ni.iij -Iclvtnt iuilstor pour la
Composition \^getak
de Lydia Ea Pinkliam
?: MioiCir.a ... -> *. m, mas. w.a.*
IYDIA I.DNKMAK MlDlCif.a
4 la tmsAlEe Grand Htel de Franc
Cordonnerie
Rrnaa* Camille
Fabricant 'de chauesuree
m tous gem a
Matriaus suprieurs
Soins [>ron;ilil'i le Clrit
(iran'Rii.' prs la Poste N \lLi
La m.iisoa porte la connais1
vance du public que dan.< le
luit il faciliter et d'encoura vi-
ses nombreux client! elle ac-
corde partir du 1er Juillet
id'23 une primo de une paire d;
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence- on est pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au comptant.
A la Conscience tdllo est la
devise le la maison.
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
rue grippe,
prenez quelques Comprims de
Angle^dea Rues Bonne-Foi^et dujQuai
FsVnl de r*a voir :
Pat de foie ras truffer. Civet de livre. AndouilWj]
lentilles. Andouilles au saindoux. Jamhon en botte.-^
chois l'huile.- ^' irdiues Marquerea ix. Thon. Cas'"'
Petits pois lins extra. - Boudins, etc. r
Vin Rouge, le gallon (i. 4.5U. Vin Blanc, le gallon u
Vli.ei dbite par b trriqametd^
de Vins de Bonhauv et ai 0
Cuisine excellente. Chambres conlurla!les. '- Msfnulf*
sur la mer,
F. Lavelanet &C*
Srrvpotf Corarrvmi^ioa. ^. d. $** 331
^ort-aa-^rituc SCati
4fjents Gnraux pour Huit; des ma'f0",*.'^
h K. Butler el Co Inc. N. V.
"USINES ^ RHONE"
blaynant $ Dupont
Agents aentraux pour tUiu
Miirchanili u i Gnrales
Diimond Brtidieg Mille Chicago
Htifhts.
L&eetk pour ckatisiires
l.yun Wooii llcl! CompatiN Koene
M usa.
Talons en Ccllulonlc en tons genres.
Socift dc- Produits Uolot Par-;
let meill ire Dentifrices du monde.
Socit anonyme des Parfums dl
Nicole.
Parfumerie de Luxe
Clan DCS cl Co Horde aux.
,\ ins
H. TeinarN l i-. I e Ho;
Peignes en tous go mes.
Etubli^rmcnls Adrien Sarrtfr^
Cognacs et Hr.r^,
P. Poi/a Fils et Ce ^
Liqueurs Une &jya
T.iih.-'-sJBfJ
tiiops et liqueurs^
riiteric etc.
A.;laverye, J ^
Bouclions de Lir- Vej
Eugne Msrsfcsljr,
Toiles Cir* et T.ph*
genres.
La plus grosse
laSriqu-
fn
bon Ie*
Nous taisons des termes libraux ce paitirenl " iQOt K
nos conditions sont excellentes. Consultez i.ous aven*
d'eutree.
c
L*VLT.ASM BV\i*'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM