<%BANNER%>







PAGE 1

LE kU&fl force d'esprit qu'on lui connat u ie allocation ou il M ressortir tes avanta-r-s de l'instruction. Tour tour prirent la parole, Mr Oiirisphonte, Inspecteur des B:oles, /.urd, juge de piix, Salgado praideul de U Commission Commu dont l'activit et le dvouement ont eu une part si active celte belle œuvre da progrs; te frra Archange reiouvela les lionnes dispositions des Frres servir la cau-e de la jeuii' s.se, la cause d liait. . Lt Ministre Lsaconflair avec foi et sincrit s<{ lit l'interprte du g >u • ve:-nem ni en ces termes.— Ce jo i btiment dit-il, a la valeur d"un symbole.Qui possde l'cole, post io l'avenir •, dit un ailage. Il est certain que c'est par l'instruction rpandue profusion dans la masse popula re que le pays sera rgnr et pou ira se sauver. In p-uple dont tous les citoyens savent lire el crira e>l l'gal des plus grands | cuples. Car, savoir lire, c'est pouvoir juger, discerner le bien du mal. savoir lire est une force. Y< ulex-vous qu'Hati eoil respecte, qu'aile soit libre et que plus jamais une puis* sauce trangers ne vienne fouler le sol sac r i qui nous appartient .' Mett •/ vos lils ''Ecole c'esl la tout !o secret. Il gardons devant nou : le but est l e ce sera le jour de gloire, le jour de dlivrance pour llaili.Le peuple Indien vivra cl jo c msldle qu'il commence comprendre ce que recb relie pour lui le Prsident Borno. li tait dit que voire migoiflque et laborieuse populatian aujourd'hui au milieu de vous, nous le ferais de mmeau fur el mesure dins le .Nord.dans le Sud, dans Imites les rgions du p \i, faut q ion nous comprenne, il faut que dans la paix, d i us l'ordre el le travail, la patience, m noua regarde el qu on IIOLS Soutienne clans nos elforl-*. Il fuit qu'on croie en nous co nme nous eroyooa en li Patrie; afin qu'un jour, ayaol enfla ralis notre ticlie, nous puissions nous crier avec orgueil en face du m uide i tonn : lliiti est aux Hatiens •>. Ces paroles du charmant Ministre Lescou flair furent chaleureusement •pplaudies, e les allrent vraiment au cœur de la foule. Enfin, le prsident Borno remercia l'assistance, il formula des vœux de russite poui l'œuvre entreprise f >ar la ville de Logne el confirma es Donnes intentions du (iojverue ment de raliser la plus de bien possible pour le pays, ho toutes las poitrines, s'chappa allgrement : Vive le Prsi lent II irno • ^ On gagna ensuite l'tage suprieur o des rafrachissements furent servis. Ce lui une atmosphre de toute franche camaraderie. Une heure aprs, uns aimable invitation runissait ls distinguas htel de Logne dans les salons do MretMmo Salgado o une amicale rception Les accueillit I n pianiste gaya l'assistance.— Compiments Spciaux aui poui Salgido. Inliu vers le> onze heures on quitta non suis regr ts Loa&ne, liiepanl la population dans la pleine allgresse du jou". Constantin DI MERVE, Mon de Hr Landstraa M La "Il ytian Meicantile Compmy a la do ileur de faire pirt au public et au onitncive en particulier de la perle qi'ebc vient de faire en la per sonne de Monsieur C. J. Laodstraa son regrett Vice Prsident, dcd subitenmtnV.v Vo k,ut ; nous atten I LIS les actes.j L'Ai lem ign a renonc l'iJa le poser des co idiiions c'est biea, mais nous m ferons pas un pis vers u:i aiou cissemeat les conditions im ( > >ses m dus que V Allem ign ne montre un rel dsir da permettre d'obtenir des rsultats des gigss saidj dna lui territoires occupSs. J n oit n'est pis venu pur nous d: enire notre tli; terni n e. L'ouvrage de demain n'est pas plus difficile que cilui que nous a^ons accompli. Nouvelles Diverses. MUNICH (M annonce officielle ment que les lois du gouvernement a lem ind pour 11 proleotioo de la r publique ne sont plus en vigu uf iii liavii" re. MEXICO-D'aprs El Mundolea reUtionj diplomatiques en Ire le Vlexi j ie el 11 Vaai lla lonl loi duos el on pourrait s'attendre m me bientt i une rupture. Cette ai tuaUoO aurait t provoque par la I ii' ta i ml auraient ! traites des Mexicains au Venezuela. QUBSXarOWN — Le paquebot de h Cua nd Line '• S sythl i qui !'• %  • .ur.ie i L'\erpoo! e-l enlr eu collision iv c le paquebot le la Whl le Star Line ** Gedrid '' au milieu d u i • iais brouillard ; o i ne croit p ta qu'il y ait des pertes dplorer. \l vlUtlil— Les camps politiques rivaus prdisent des troubles peut• tre aang'antea pour le x Octobre, jour des lections snatoriales. LONJKCS-Les 1ers mini, tr le l'Enpire britmniqie se; runiront es matin Djwaiag S'.rest pour l'iniugurati i le la eoitr nu imp ri le de 1 t-M au cours d: laquelle s ront dise its les problmes de po litique trangre, les tarifa pri reotiels,remigratioo,lea rpirations, la dfense impriale et le dveloppe ment : >oo ni ju J et c institution el des Dominions. Lea 1ers ministres seront e i s:ssio.i Londres pendait 5 ou 6 semaines et la confrence con > m | is le l'Empire aura lieu simili inmeit. Si AU '.N SB Les autorits franco be'ges, charges du moaveme il des eh • oins de 1er eu Rhnanie et dans la Rhur, ont ouvert aujourd'hui un b iretu de pi icemenl do il le but est d'embaucher 30.ooo allemands pour Commencement d'incendie des trams sur ces lii associa lion des H n n .-s d 'liait i LI Revue de i a tentation le d'affaires Nom av ma re i le Numro d'aot Septembre de l'aasociati >u interitt o i le des II >:mvs d' v ftires d'il ti ti qui contient dm articles fort un!>);•: tils et di natars a intresser t un les Hommes d' Vil lires. CJ numSro est lire. m L:i iesse du Saint Esprit L'abon lance les mitirea noas ji dans l'obligitioo de renvoyer demiinla publication ducompte*reo du de la brillante manifestation religi oise d biera l'occasion de la rentre des Ecoles et des Tribunaux. Syndicat des l* leeini L runion en assemble gii^rale da Syalicit prvue par les statu's sera tnue dira inehe 7 du co irant a lu heures prcises au thtre Parais na. Tous les membres du Syndicat sont pris d'y assister Ordre du j mr : Questions d'intrt gnri. ; Lel'rsiJent : Dr F. COI'lOll Paul Sals AVOCAT Recouvrients Comaroiaax, Attaires lltraager. Corr33pjniaat3;i Waahing ton, New-York, Berlin, Londres. Paris. 17$ liucli %  >n.r'2l7,l't>rt;tU'l-'ritiee Tlphone 597 ft -^ 3 '> ^- s> Ti Plume Dtective C'esl vendra li 5 courant uu'aura lieu l'arisiana la repraeulaUon de Ti Plume Dtective • une comdie de mœurs de Gustave Augustin. I Deaaynote da St rue Ksy : J l'ne motion ministrielle r compltais le programme avec un monologue, inti lui icil ndremenl lu \\. C. (est m,e soire de fou rire qu'on eu jti^uii\e.>ous j reviendrons. la maoo oire jfu M. l'o is les hommes embauchs s roui obligea de prter serment qu ilobiront aux au orits civiles rt mi itairea allies. LONDRES— La France a fail au sujet du statut de Tanger de nou vel.es prop (silions qui ont encouri g .es experts q ,i discutent ce pro blme ici, croiie qui l'on pourra t Ouver un programme qui permet tri d> tenir nue confrence dans un av mr prochain. Le rapprochement qui s'esi produit en re le Premier ministre Baldwio et Toincar semble avoir eu nue iullue ce sur M Telarnede Beaumarchais, expert franais i^ui assiste la confrence actuelle. HOUcl— L'indemnit da 50 mil lions de lues pays parla Grce l'Italie par suite du meurtre Jani na a l reus aujourd'hui par le di recteur gnral del Unique dTta lie et d met le c oillil soulev par lassa allit le 17 Aot des membres italiens de la commission de la frontire elbanai se. lilU XKLLES— Un annonce que le gouvernement allemand a infor m le ministre de la lle'gique lier lin qu'il de-ignorait immdiatement m\ miniatra p nr le remplacement de von Roediger, charg d'affaires. LONDRES— M. Lloyd ^eorg a quitt Lundrea aujourd'hui poui aller s'smbarqusr poui as tourne de six semaines au Canada tt aux Etats Luis. (resaer Diminche, vers deux li nires n Ir >ii. Kl prtquo chaque dimanche la population est alar nieL'ne srieuse enqute s'impose* Avis iiialiiiiiotii.il Mettra Vitelius Thimolon Anatole %  t 1 • la Banque de Suiaie* Ce paie piaticl n en droit, donne avis au pu it rgle d'une mniirc dflniti c b'ie si an oommtrca qu'il nVst plus responsable des actes et actions de Mme Maria sMlesas P an qui a aban donn le toit marital depuis le dixsept Octobre 1911. Divorce va tre intent contre elle. Cap Haitien, le 2! Septambrel923 V 1 h. ANATOLE Praticien en droit Maison louer foniorluble maison tage, sise I Ava'inii 1 Ducosta Pour lea conditions, s'a Iresser Mi Vincent Creidy, au No. Ml, lluc des Frols-For, Un boa Conseil aux As Allez chez DEREli Prendre ce soir 5 hj Potage Vous serez satisfait. Crme la glaceSorbets Ptisserie -Sand wicl contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES d3 DELORT, Pharmacien, 119, lium 8a i M tA nJOin PAms C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT'ATT-PRINOSI Al.-x.PF.TKL'S. PI armane AI.BERTINI Phnrmacle du DJustin VUH el tontei lea bonnes Phsrmiiclm, mr* l D cs Est morte, hier apra midi, i\ l'ge do l>S' mois la petite M nie. entant des poui Abner Ltoisson. L'entcrr-ment se fera, aujourd'hui 4 heures, en L'Eglise St Joseph. Maison mortuaire Boulevard des Veuves. Port au Prince, le 2 Octobre 1023 les Elections Cornu Le Moniteur du 1er Oclobnj ra ut comporte entre autre L_ intressante, na.; circuUini crtiire d'Ktal dj l'Intrieur,! du -8 Septiiiuhie, rappelant! gistralsLoiumunaiix delaKa <|ue les Asseinh'es l'rimam \enl se runir dans leurs cou respectives, le 10 Janvier aux lins de procder nui du Conseil t'.ouiuuinal de leur j attirant leur attention suri de la loi lixaut an 1er Octob vertnre des registres dini sous le contrle de la institue cette lin. Un arrt du Conseil coi de l'oit au Prince, approuv, Secrtaire d'Ktul dw Hitlrien] Ralement le* citoyena^^ faire inscrire A Tlltel partir du 1 -T < Vtobre, en au dix Janvier I9ii lecoaaai| munal de la Capitule. Le Malin bond le frir -i7 1907 Abonnement l N MOti Porl -au Prince Gourdes 1 I ^parlements t )2, en lice de l'ancienne Cathdrale. Important : A part de mon chel d'Atelier, PERSONNE c'est autoris recevoir des commandes en mou uoiu. Variti CE SOIR Far An 3 pisodes Entre : *0 Sur demanda g> m "m ! ARRT ;j. ;( ...NSlUCOMt| Vu l'artirle 10i, terslhsf*f CoDStitulion ; .. J Vu 1 s articles 13 et I* Electorale du 4 Aot 19ji Considrant quJlMj attributions dea U>na* naux d'tablir la H 8*"i lecteurs de la Comjn j au Prince qu doivest -I former la .rcosKripUM J nale en vue de la proch ^ l'Assemble V"^ !" ^ ,9ii.;ap p l o a rejeta munal de la capiude A BHf.TP.CS oui r J iive ""' S f A partir du Pr^l Communal, a partir bre proc'.a.o, au ^ ur< ront ouverts cet elle' P ; 0 des sections de ^ n \ de ,. l 1 0, i a u E S S** Article i '." ^ J toven hatien de sert "S Vingt et n; J^l la clture des bs.^ $\ jouir de ses droits UMfi ^-



PAGE 1

IB:MATIN ijs jaicripliuns seront 1 |e* j rirs ovce I )le ,es Zy\oU* txii, der, J |iB une heure de nivoulrase faire i ia !'-premier en persmne. fjiripti^.' 1 m v,a u ne Lie tu tiendra oulie les Jdn Criri-I^ d'hvnip jjji.i CircoiisciipLoi. et I de vole. %  Commi'sion .Hr.s.rip par la Loi ^ lecl( raie fcfiOKFS, Magistrat Combla, al. r, Conseille-" jlicirconscriplion corn tau Prince est diviVe (de ole. os -.t-i lions tulant le bureaux \k fois li u il cent lccirour chacune des dilcs ftipremir1 section de jorronseriplion r.onrnuI au Prince s'tend sur iSord de l'Avenue John jrnnt U!IH el de la Hue iches, ci dev ni Pue du jcroii saint Arnaud jus* }GdTrard, cl Kl, et de ^jusqu'au Bel air,com ks quartiers in ternie f Section de Vole s' du ct Ouest de In inr la facile Nord de Deshiirlii'v jcs.jii'a la el Est. et de celle-ci, l'Eglise Saint Joseph. b) quarlieis inteim Section de Note s* i Ouest de la Hue l&l, et de celle ci, an Si Jofe|li. rompre inleriiKiliniies. Section de Noie s Ouest de la lire Rue du Magasin de mi de la H ne |)„ n ikulissant MI li|| 0 ddelaulie.au .Nord frauFoil Dimanche, \ quaiticrs inler fions llmalfs, de * el ?me Varrcux, ille\ue. [i Seelion de Vole e : t Me l'endroit situ en ffjwid AMIHIII par < de lav.nue .1, | in %  oe nant.'s Desiou 'RueGeffrard in.lusi ant Tiirgeau. Bois ". clicmp.de Mars, 'enue Magloire Am *J de rExpo>ition 5*clion de volt est la Rue Geflrard J tli IH place du Pf Ambroise. parla ft ; e Oantrs |,. s f 1 1 u hilli.-k. f tt fWant tous Vu la Loi du II \., U i l'i2! D rr o. g-ant pourPeier.ice l9!3lHlaJLo du24 0eohrel; (js urla; g ; ^ Importions h.rerlrs. les a,;,H,7 laLo.du: \.,t I90 0 et les article, do la Loi d 22 Dcembre IHi rela Ors aux relles cres par celle dernire loi sur fia circulation des vhi cules ; Vu la Loi du U af) , ,y ( 3 y. > : du droit de licence ; Attendu qa il importe de rappeler a tous roux qui sont assujettis li, pot communal les prescription! les plu essentielles des lois prcites %  flO d'viter toute mprise et de par mellrea.liacndeseren Ire compte de es dro.is cl de ses o HgaHon. ; Le Migutral Communal avise ce qui suit: U Tous aux pui dsirent txercetpune profession ou une industrie quelconque doivent, pour obtenir me pote te, en fai*e,par crit la ddaratwn l'administration Lommu laie qui leur dlivrera un certificat conforme far icle 2 de ta Loi rusant la matire. Ils son! pris de dsigner dans leur demande de certillcal leur uaUona Ole, la nie tt le Numro de le...s tablissements commerciaux, industriels ou ateliers. i Toul hatien qui exerce une indu die quelconque,! ma une raison sociale, sera |enn, su faisaol sa d pli ration, d'exbibi r au Conseil Coin mimai son Sets de socit. '•i Toute maison de consignai ion lorme entre hatiens el trangers dons laquelle un ou plusieurs hatiens auront un intrt de moiti au moins, el dont la raison sociale poi WeeVencoori. „ %  .. ;lin n i ,=.. \ lento iu quint, le „,dro de le., ceanpel il es! **s j .,,. (.;,, ,.,. ,,, recid.se, | amende sen lotfbesaiis prjudice d*s a.), M ,,„;,,., ferl.7dela Loi su' U Rr'edr Impositions DireHes c le ilr.! le C0il< inbuable q.u se livre -eserc ce du commerce, dune ml < rie ou d'une profession rp.i h j e >t ini< rlilc II >l deleiulu (I-,-, .,,-er ,;,,.,!.. ,. ,. n ,. |.;, a blasemeut de.\ ou plusieurs indus trie ou prof astous soumises des patent s il il l en tes. •*• Le Comnaroeot, l'industiiel ou le professionnel btitinn on tran ger est tenu de remettra I Admi nistration Communale ia ii>lu tiomi native de ses co itmif, emia ieim, pro curateurs el comptables trangers. I! es' responsable envers l'Etat du montant de a us droits de licence et envers la Commune du paiement de leu. patente. Les Niociants Copsign itaires trangre qui font le eomme.ee de o&nque su.t invits A solliciter dans ledU oi-dessul prescrit, me lieenee pour Pexercioe de cJiacu.ie de leurs pr ifesaionn. L-> paleules so'it personnelles, no lammenl enea q i concerne 1 s ea ch TS d, 1 VDIIIU s publiques, 7 Il et galem ni ra pel au\ 1 i ilnhuabl^Hl s. prescriptions suivao les de la loi di i8 M ii 1920 : Arfich 18. — La patente doit tre piise chaque anne, du 1er au :il D smbre. Toute | er oune sujette la |tle,ite qui ne lama pas pris-; qunzj jours apri la date du :il dcembre sera,sur la dnonciali n du lOceveur Ci inuiunal, co; di'iin par je Juge 8e Paix, a une am n le de cin |u in le en [mes par jour do retard, p ua lu om ilu montant de la pilenle qu'elle pouiait d (pis dre. L'amenda, ainsi que e m ntaol da la pal nie el des Iras Mront,quaran le huit heures apr.s la condamna %  %  *—^ Au %  l'immeuble •e • m.par Ni'a ru • un Seing pri1 n.ci n acte h\,i :li ire ou autres actes relut ils aux Irj immobilii-rs lie f ourro I iWi e p ((•Iras ai tenus | -n.v a'iib es s'.! ii \ e-' mentionne le *>) de n q ti l'Impt de I anne pr. l'd |< U • Iministntion C i nmnnala a d cul ; .11 dn mcer to Je ii.'iacli n '. cett' 1 .1' p isiiioi lmlw. i 3 Aucune demiaSM i: pourra n ne pourra ^ ri i'liantes relativement aux im meubli s soumis I impt locatif, ni alm's's par les autorits constitues ou pir les iribinaux si la requte ou l'exploit d'ap'irnem ni ne portant I' ni:n i') da lo quittance dlive par le Receveur Comm nul pour l'anne dms le cours de laquelle la daman le a t prsente et l'action inlenle. N*an Doias, en ras d'omis Ion de 11 l'or,n t il. ci-daS9US in li | i e, || pro lu :tioi de la quittance 'levant \e* Iribunaus ou toutes autres autorits piivaudra faeeomplisseraenl de cet a forma lire. 5 3 — L'i ni ol loc 'lif i -i p r.; i '• partir I I ri >clobr %  nu 31 I icmbre par le Racevi ur C .mm uni an Burea i de la C imm me. Quinze j 11 • aprs la d ua du :il rcambre, le Hec. v ur Communal i ti> , d ta C m* n unes, le poii •• m .!•: partemeol du l unmi %  • i l ndi tii n^de leur lon^u ur, d • leur poids < t de leur capacit. A pat ii de !• pi blication du pr%  i I v i I" i cens qni font usage rie ; ni la l > rsur< i doivent s'adraa' qui nifiIra i Ici r dwr* ; • ij-lo is I vp. sur iesqoV i!- d vronl se md. 1er MiYt tu il p ur la r infection, leurs frai d poids et m >ures qui leur feront bemrin. L'Iospecteiir Communul. charg du c mti i!e d" ce service aura pour nu ion de visiter les m ig tsins et b lutiq i'< pour s'assurer di l'evmli.m intgrais de la Loi. Les contrevenants u t punis % %  l'foi m'"u -ni au c i.Pnal. '"•ii la Mai n i 0 immunale, le 2<> S ptembre I9i ; u M %  :' ti al C nmunal, En : 's i >1\NG0NES • *^ +*^ l ci'jusses ailiures i!.n u vr leront lea noms d'un ou de plusieurs lion, s'ils ne sont pas pays, saisis hatiens, ne sera a-sujettie qu'au d'office par la Juge da Paix sur las droit de ratante Ax po-r le coasi! raarcbandias, denrci, maubL'a oa gnalaiie hatien J effets quelconques appartenant au L'acte desocitl devra lre produit retardataire. toutes rquisitions lgales des loncI as objafl saisis seront, bref 1 'lionDSiras de la Commune, sans pr lai, vend .s If c.ie publique jus jud.ee des prescriptions du Code de jusqu' COOC'irr me des sommes Umme,ce -. ds. Les dispositions contenus ni anmoins. les trangers avsocit's dans le prsenl paragraphe ne portent L. ii t en '. fic y r< ?" l '" e P^oooelpas prju.iice a I arlicle 36 lu Code touefa lot la ntr linle par de iemeul munis de h licence du Prsi de..t d'il.ti, conformment Parti cle ci dessous. i Les trangers ne peu van I se livrer nu commera qu'en qualit le Ngociants Consignt tires. Ceux qui exeicenl une Industrie doivent payer un droit double de celui exig des hatiens s'adonnant la mme in dusj.ie. Pour qu'ils soient admis fee livrer aux professions d industries prvues par la Loi sur la Rgie des Imposition! Directes,!] importe quils ae.uillciit un droit de licence qui est cr au profit de PEta. Ce droit de 1 ci nce est d non seulement par tout tran er ayant un commerce, une industrie ou une profession su Pnal c. rps. 8 dcoi hera une contrainte contre la euntri .u b e re ardai lire, c tic conIrainl sera vise el dclar exeut dre par le Juge ie Paix de la r i d ne d i Re lev ible au |uel elle se a s ga lie Ce re I abl • aura h i jnu dater de la gui le i ion pour former opposition a les .i ihn le la contrainte. Le contribuable sera condamn par L Juge de Paix une amen le de cinquiutr; cent mes par jour do retard, p as de 10 a/ 0 du mont l t da i impt loc.l f qu'il aurait d payer. L'arn'aa i;. si .• q ie l • mool i I d ; l'i npo loc ilif et des frais seioo q • uan a huit heures aprs la CQU damnation, s i.s ne sont pas paTS sai-is d'offl e par 1 %  Juge de Paix sur les marchandtaaa denr es, m ubles ou effets qu Iconques apparienanl au r tardai lire. Les objets saisis sar ut. brol dl .i. rendus la cri >e publique |us pr oonc irren' somm i a %  uvrer. 6 I, est i au iib ; La 'li i ims suivantes de i c 1er cJ ptu.bre l'J:0, adoptant io latentes sont dlivres eut Systme Mtrique comm : Systme papier in br, con n.c uii : l 3 Patentes di I q tiers 11 con signataire 0. 10 i z Patent'? d'importati ura 4 3 3 de marchands en gros el dlad 2 i pour loutes autres classes 1.35 Tous crux qui ne se confirmeront pas aux dispositions sus d.ts ne rec i vronl pas la certificat pxvu par la LoiduSiOct bre 187// et nrcasnai re pour obtenir la licence. Le prs "tit avis seia imprim et jette la patenta, mais encore par txcu'la diligence du llcceveu toute socit (ommcrciale ou indus Commune' tnelle sous quelque dnomination Fail la Maison Co mmunale e 19 j -ui IUUS les (mainu'. HA cn li iiot.il. i i .. %  *• laisou i...mmunale e IT 8 = le fiiubouru i '. i e l,,l,,,c da,,s ,n quc le laplembra IM3. P^Martv i? l t,,a "" lra "gecou. : e membre Le Mamsiral Commun I Ratfio'^, C,me ,,e '"wciiilion d un titre quelcou L, Non 5e 1 T.,|ue DMI ,e de,nic ,a ''ssm-i BUWMig MANG NES V ct n„ , %  franger sera BOHI soumis au droit la eo u ft "C eirnpge: sera sci la con.,.'' 0 ;,! Jl a de •• qu'il eu tenu d'acoa Iter, saul recours contre a focit la qui Ile il appartient.q 5 5 Le droit de licence sert du qujrt/. n or amri i-i del quolil de la patente de chaque contribuable j .•filin. MI ion de sCf Ru Da..l,s|)es. te d l'or.ail de CJ'" al, rompre. r^'Hlernuatimcs 1 , rU,i '''•' 'H pu "i 1 "ce situes ? %  %  • Hlopilal, fc^lonDufrn *"• Corail Thnr Coi rne %  'lea.Wfu, Taif.,, |V lCm K b,e P r-hain membre 19.3, 3 •rfa, tranger. La perception en sera r gle d'aprs le nombre des tablisse ments et non d'aprs celui des per Bonnes qui les exploitent, de sorte que le contribuable qui a plu-iiuis d> bits spars ou qui exerce pi si. u res industries ou professions s. ra leiiu de se munir d'une licence sp ciale pour chacun de ces lablissa ments. 6 La demande de licence sera Vu les article! CI. i i si i. le la L'i du L". (ii lobre ts:.; sur la ll-gie des impositions : in des, 1 et Ida celle du 20 \,.t IU1I s| la Lui du 2u Baptembra 1899 am l'agraudisaemei.t de la Ville de Port-au-Prince! Vu gdment la loi du 1er Septembre 1920 adoptant la Systems mtrique comme Systme lgal de p i Iet mesuie< pour liait! ; Le \l gi-t.al Communal 1 appelle ce qni suit : 1 %  t.. mail mu ea e quel* qu'en -<>il l'occupant, silu* > .1 us ls villes % 1 a houigi j pi' 1 u : .pi irl de lioue de le .> Il ni • a ^ ,e Secrtaire ,a Port-au Pria *: CoD8eii 111,1 dresse au Secrtaire d'Etat des jelties un impt loealifiie 3 %  •/„ Mir Finanai. Kl le indiquera les noms leur valeur estimative de loyer an ri pronoms du contribuai le, sa na N ce. I92:i •ommu • an 120 (tonalit, sa demeure, le genre de commerce, d'industrie ou de proies *ion qu'il exerce, le nombre el la si tuation de ces tablissements. H y 9Hra joint le rcpiss de la Banque Nationale de la rpublique d'il ili ail itanl Pi cquittemenl ou droit da liieme sous peine de n lus de la lirenee, k 'J^l'Ii.MnLa demande de li. 1 nce doit tra IIIAI eur fHite du le, au fft Octobre de chaque ICo ^-..^•nunal, '^'M de nutl. Sont soumis l'impt locatif les maisons et empae, nu 1 ts vides et clturs situs nans les villes et q ,i servent I recevoir les animaux ou autres objets de commera ou de %  pi ulatioD. : — L'impt totaltft t ,u ..//,-,/ Poe upani qu 4 $ottpropritaire, tir' re. La q. iillrti.ee dlivre au fermier ,,. d une maison ne pourra jamais tre conl^g I dt poids et me ur 1 pour II il 1 \U 1. i^a, pli huii .le ia Lu so fera 1 omma %  uit : Pour le meaurage dei lofTes, Le Mtre .) sera employ la p ace de 1 aune. Pour la construction, Ce Mtro sera employ la place du pied l'rau lis ou pied du roi. Pour les meauraaagrsires, PARE, v luit eanl mres carrs sera employ comme unit; LE CENTIARE ( l mtre carr ) remplacera le pas err : L'IlEGF.iRK ( 100 ares ou l'VOD mtres carrs ) remplacera le c .11 eau. L)ins la eonslruciioa pour les mastri IUX p Ivrul ni*, • Le .Vtlrc Cuh •• -1 M mpl y a la pla e du Lani ; |. M r es pi .es, .• Mtre Cube •co ''V 1 -) %  a p ., 1 de la loise. Po u le, 1, ,i bi der, L' Sira ou Vlolre .be.... rij „ er a cor 1 Pour !• s li is e ontlru non et bni 1.1 c !. M'ii C be sera em,d %  >.• %  ; |a aies du ied imricain, ''""i' les p Is ia Grain m et ses Multij lis et S us-Mu t p| e s ronl empl, y u h plaasda la livre liat.ea e il de li livre aiiglai e el de leur diviaiona. P- r I. s liquides. La Litre sera enploy la place du gall m et son H iltip >| Ile toiitrea alplace de ia baniuue. Pour las grains et lesm.i es, La Litre el s-, !*ous-Multiple, Le l) "•' '" I I %  ''"n i lire re n da e %  ul %  %  e %  %  • n 1 1 sa m 1 •• yaes lan • ara ; s l'Hai i : •••••i pu s, m irmd -, godets et eou.s : sauf pour la vante ci gros d : ces denres o I s me-ures mtriques de poids re np'aeeront le sac et baril. Pour les mesures llinlaires, Le lv I 1:htre D sera e upl \ 'il, place de l'ancienne lie 1 %  terrestre. Irt. 3.— I) l ila is types fera il I ,;l aii aux Corn par le !) par1 • anl do i. 1 n 1 • %  1 1, dilig, nce du Dp irtem ot de l'Intrieur. L s Les r is es 1 ipi a d igna. ml les h 1 ont l dli • % %  v la Comm on F quira et les 1 'lis lei m r 1, p r la Commission S b >Ur, sodl adirs et dclars nu s. lo Kc |. - nia LU \o I' 391, f veurJh. Michel, pour la somme de quatre cent vingt -i\ uourdei l!|lii(), 6. m 19 : to I! rpiss mi an No M. 98, fa v 'n \ di iltin il bel, pour la s,,mine n! v .1 ;l 11 dre ifourde 74(100, %  '> 1 : < i • .-ni > au N'y US, fa x ur \. t u il '.m Pierre, pour 1 1 mm il • leux cent qu irai.te gourbis. 240; lo K %  i-mis -m No 1044, fa veut Mi. v> 1, p m 1. nom ne de deuxeunte uqg>ui les GeplOo, 205, 0 1 : •' > R ai m NO 1047, fa ur I 1 1. \ el, pour la somme da .irai cents gourdes, G. 500 ; 60 llcpis 1 mie au .Nu II 7


PAGE 1

%  L& MAllM AH V. %  VI l>M > '. V • %  • %  r ri INDELY donne un teint de lys EU tont la poudre Assur une carnation exquise U Cr%m* TE1NDEIY8, flae, enctueukt. neutre, m i*lt*\hlr d'orfer-.K en rien la eau, qu't'le §iur*. iHoilit et blanc'ut sain I.I let'inV raxata ou jamais ta faite hjiri-, Psrfums six cv.'.rstta le t un. la Crme ThlNDKLYS t irpt le plus parfait it ! crme de toHfti/ ion mp'oi /vite le bel* |M mcbti U rout^uj l ir: i lassons data s 1* jouuirf ARYS 3, Rue de la Paix, S PARIS TnuU ParfumcHei et (; • MtNMM La preuve est faite La preuve ^st faite pour les vvp mateurs qu'ancune tau-de-vie de c de grain ne peut valoir pour nesse et pour Varome le rhum fi sirop vierge de canne sucre. iapreuve est faite que de tous les rhum le rliiuu d'Haili est le meilleur et le plus hyginique. fa vrewe eut faite que de ions rhum d'Hati aucun ne peut ga rln m NECTAR GAETiENS dont la pn tio** e t la plus soigne et la ma premire le plus rationnellement UVe. ; Vaillant* Houet Agents Gnraux 1720 Rue du Magasin ds HU ES&8 Si vous avez eu fro pour viter un rhume ^Pendant 'e rhume pour viter rue grippe, prenez quelques Comprims de RHODIN. SIMS du r — QUINA-LRi I TOHIQUE, RECOHSTITUANT, FEBRIFUGE R< oomman.de par tous les Mdecins Le QU'NA-LAROOMt tr airrCiblo au front, contient tous 1rs principe dos trois meilleure* sortes de quinquina. Il e i i suprieur a tous les autres Tins de quinquina rt est recommand par les cldbritos mdicales du monde entier comme le Tonique •l Je fieconstituut pr excrllcnca dans UM cas de : FAIBLESSE GNRALE, MANQUE D APPTIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES F. Lavelaaet &(j e4gertU 3e c5\laria|acta^ drapait CammrabMaa. ty. 0. $i>% ^art'-aa-^rlrice 3£ati j^jenls Gnraux pour Hati des maisons suivi Ltablis^emcnls Adrien Sir Liqueurs Pi ns et Spir lay Itenaud 4Cie( Cognacs et Bu P. Poi/.t Fils et l Produits l'Iiarmaculiq ques. Huillcs Esseiiliatles Ext EN VtNTt DANS TOUTES .;. COHNfS PHAMMCIES Exlgsrl VRITABU QNAaAROOHa I31C Megnant $f Dupont Agents Gnraux pour Hai'i ; -•-...;.-:*. K Butler et Co Inc. N. Y. Marchandises Gnrait* Diimnnd Braiding Mills Chicago Hrighl*. Lacets pour < hiussures Lyon Woxw llell Company Keaaa Mau. Talona en Cellulods TA (OUI fsnrea. Soci %  •.•• des Pr .duits Botot Paris p j r0 p S et liqueurs Drogwa 4 les meilleure Denlifrices du monde. —sterie etc. Socit rno'ivmc des Parfums de r t .„ Cilm ^ .. %  A. Uaverv et r ils lom Nicole. Parfumeiie de Luxe Chrence et Co Bordeaux. Vins H. Ternaux B is le Koi Peignes en tous genres. No is faisons des terme libraux de paiement aux bonne nos conditions sont excellentes. Consultez nous avant de TOUI d'aulres. Boinlions de Lige enl Eugne Mare lui Vilj Toiles Cir et Tapii genre*. La plus grosse Fabriquai HP I upriort des Pneus COUD TM a Carreaux tes pneus fiood ear carreaux sont tel plus connus it les mieui construits du monde. Cairtrairemeol ans mthodes employs! I>' 1; '' pluparl iN's labricanls de pneus, leur cuisson ;i t bile en deux lois. lien ne s;iurn parler plus loquemnient d*% pneus fiood Iear qui les dsm.'unlrs toujours 'croissantes Su y\i blic. Rous avons t assists dt*j elort d'amlioration des pn* Year, par nos essais,! pratiq'iO' lonfjiie sxparisne! Servez-vous des pn fio ^ carreaux et vous serez M 1 !" au io (iOGD YIR The w 7 /est Indies Trudiifj C l'vri au Prince, Sf Gonaive* CIRD TIRES Ed MEV S fwl ou W*



PAGE 1

PROPRIETAIRE IMPR1MEVB ient Magloire BOsl VERNA | Rae Amrfoaim KO 20 CENTIMES Ifoe ANNE N 5CJ9 Critique do projet d'ass nrance—mala di e i ip d'oeil gnral _J les critiques faites du ^bide l'assurance-mala\k notre gr ne l'entadment. lit qu'il est coulectionn Tibuer des eli;ir^es aux tor, il n'a cnr que cinq salaries dans le rouage (allions qu'il prvoit. Il possible cep. MI. huit d'en pr un vritable abus. A \ Seul directeur d'olliee Me trois conseillers teeliIpourraitinuliiplier les aux avec autant de diInlaris. Pourtant nous Iwpposer qu'un n'aduift lluxe lapa-,m i| G foncIpour obrer la caisse foui, du lait du grand geservirait pas les dcsbdecins d'ire Lien et Irlribus. Mil qu'il constitue un fjttes internes vis--vis tion. Ceci est un ar circonstance et d'acwque. Qui | C raii un [Je nature suis adop^mes.sans prvoir une JJelassuiv Comment y les ressources de %  rUs dispositions priJPra sont de l'essence ftte institution. Jenn l'auteur d'tte •lun plan gouvernenique la coopraaux. Je passe d'autres [secondaires, peut-tre ^ses. mais qui n'ont de tare tomber un JWe, par consquent %  quiiest: un monstre Mje loi mixte d'assu^denlsde travail, dC c,1 onspn;,|,,senraiy*ewence d.nsi.tulion X, i na ,! '' I : ,al ,? e de "Plus prs. H ,Qe grands dommages au Corps mdical et ne peut lui apporter aucun bienfait. H Les mfaits possibles du projet Retraons d'abord les mfait! et recherchons ensuite le bien qu on serait en droitd'eu attendre, conformment son but avou. Incomplet, le litre du projet levait porter annonce de ce qu'il se mle de lgifrer pour des accidents de travail. .\ ous no faisons aucun procs sur ce chef. C'est uiiii ail ure de sincrit. ( Art. iV b. 2e paragraphe — Cette contribution le (.employeur ) dgage a (avancede tous Irais ncessits par les accidents survenus son service. ) Cet alina n'est-il pis plein de consquences juridiques? Les rparations civiles pour des tantes relevant du patron ou au'r ment.quisont connu mdes p r d | vers lments d'apprciations soumis au juge s'al^orbent-elles tout-fait dans le bulice qui y est accord au patron ? .Nous appelons l'attention des juristes sur cette prescription. Mais le mme article IV, toujours alina U, est autrement important, cardinal disons nous pour rpter l'expression des Annales de Mdecine, en son paragraphe premier que nous devons lire immdiatement aprs la dernire phrase de l'art. 11. Les dispositions quisont troitement lies dais un projet ne se suivent pas toujours; ufl sont quelquefois parpilles dans un beau dsordre. Le rapprochement fait, il ressort tout de suite pour les moins clairvoyants que le projet rejette et retient en mme temps la haute clientle bourgeoise, lot privilgi des praticiens. Un coup d'porvier est lanc sur la classe des gens aiss quand on a Uni de lui dire : c )tte affaire ne vous regarde pas ; elle est pour vous simplement facultative. ( d suivre ) Dr DEBROSSE Par CaMe belles Etrangres de nallOlls en peuvent pas refuser la socit leu r aide si prcieuse, si impoi tante pou r l'avenir de l'humanit. *ML T hl ? d e ,a ^S* I P Ur l%ann< >! I r dl l heures tSEdF 1 eut P ro t*C. ,e u v Dans **ni que les Etats ^Mf' ,' a socit ,s a --il dclar! ne X La situation l'amliore dans 1 RliniPARIS 29 — Les nouvelles reues de Berliu disant que le gouvernement allemand avait linalemcnt retir l'ordonnance suspendant les livraisons en nature la France et la Belgique sur le compte des rpara tions, ont t accueillies avec salis taction dans les milieux officiels franais. Les mesures prises par le Quotidien | Les Imites que font les hommes dltal ne sont pas toujours libres ; souvent" ce sont des suites ncessaires de la situation o Ton est, cl les inconvnients ont lait natre les inconvnients. KONTESQUILD lB&PHCmNoMi PORT\U-1 RINCE ( HATI 1 MARDI 2 OCTOBRE tM chancelier Slreseman, pour mettre les finances en une Iode posture qu'il pourra paver les intrts indus trials pour i es livraisons, sont main tenant attenduessivec autant d'int rt que i'a t le reirait de l'ordoQ nance. L'ide gagne du terrain qu'il sera pcut-iic ncessaire pour les aills de ravitailler la liliur et de fournir l'argent ncessaire pour paver les ouvriers de faon ramener ta pro duction au point o elle se trouvait avant que la rsistance passive ne fut organise.Les franais sont aussi anxii ux de voir accepter dans la Hli'ur le rgime de l'occupation allie qu'on 1 est Bei lin car dans le cas o le gouvernement allemand tarderait prendre des mesures pour reno ivelcr ses Qnanc s, les allis, pense-ton, pourraient suppler au dficit par l'mission d 1 Uns monna e %  pdale la Rhur seuli m ml dans le cas o la pop il ilio i de la It'iur se mon'rerait prte ace pter com| lemenl le rgime d occupation et co oprerait ren Ire ; r iductifs les ga ges saisies par les s i Dans le dijoours qu'il prononcera, demain fcAUly. M. furnear se pro pose de dfinir les conditions qua "Allemagne devra remplir avant que la France commence les ngocia tioas au sujet des rparations et avant que la cessation de la rs lance pa M ajoit EfteoMu. La pre inire d -s conditions, dit-on, olli cieusement, est que le travail re r renne dans le territoire occup sur i base d'avant l'occupation et la deuxime est que les livraisons en nature soient reprises. In dirijjeahlo franais bat lotis les records de distance et de dure PAULS 30—Le dirigeable franais Dixmude a battu tous les records de distance et de dure il est arriv l'arodrome de Cuers Pierrefeu hier matin, 0 heures 40, aprs avoir franchi une distance de iOO milles en 11V heures il minutes. Lf> dirigeable, qui a quitt C icrs Pierrefeu mardi 7 heures 58 du ma lin a franchi la v'dilerranne, a survol l'Algrie el la Tunisie jits qu'au dsert saharien, o il parvint mercredi. Jeudi, le dirigeable qui regagnait la France a rencontr une tempte au dessus del Sardaigne qui ie fora faire demi tour el s regagner l'Afrique. Vendredi, le IHxmude •> s'lanait au dessus de la Mdite ranne et survolait la Si cile et la Cor les membres de la police allemande qui s'y trouvaient, l'en quota ayant convaincu les [autorits d'occupation que la police tait res ponsable des meutes qui *e sont produites. La cavalerie franaise et des automobiles patrouillent dans l'-s mes de Dusaeldorf. La fusillade a commenc au moment o le chef des sparatistes, Malhes, p mail UO discours au pied de la statue de Guiilaum • 1. r. I gro p : d hommes que les fran ais ont plus tard reconnu tre des membres de la p lice de Duisbou bien qu'i a fussent en civils, s'est prcipit vers l'orateur pour donner n la po ice de atrai un prtexte pour ouvrir le feu. Les troupes fran 'uses arrivrent alors sur la scne ei ordonnrent sus agents de cesser de faire usage de leurs revolvers ; Ils s'y refusrent 'i continurent tir. r, %  e que voyant la cavalerie ar rets pjtfsi ILS membres de la police et accuj a h s casernes rtablissant I ordre au boul .1 • quelques minutes. On a al'm que le groupe des COQ munistes a aussi commenc a tirer au hasard dans la foule occasionnant un grand nombre de blesss. Le nombre des morts s'lve de 10 15 p' r oui M et celui des blesss de ( 2 a 300.1* plupart d'entre eux sont des femmes el des enfants.Cette ma aifestation, la pais importante depuis que le m< uvi nenl a t mis en branle s'tait dveloppe d'uue faon normale pi nd ml la plus gran de partie de la journe jusqu'au mo m ut o elle s'est si tragiquement termine. M. Poiircar prononce tin discours BOIS l-M .LVM. Poin-ar a commen : -on discours au rptant ce q l'il ivail dit le dimanche prc denl a l'a Irees i de eus qui,en Aile m igns • i pi ni cire ailteur trouvent ses rptitions hebdomadaires lasti (Noir suite an 2me | sge) %  %  — Inauguration Logn 1 DE l'Ecole Louis tforno Avant hier dimanche, l'inaug. iralion jle la nouvelle Ecole Louis Horno qui sera dirige par les d* vous Frres de l'Institution chrtienne, a mis l'h >spitalire et char* mante ville de L'ogane dans une joie gnrale. Toute la population, prouva une relle fiert participer cette gran lirjse manifestation dont le souvenir, sera toujours cher et aux Loganals et c nu qui en furent tmoins* Pour parlere une la Pre Boyer, ce lut une vnl ib'e fta des coles. Le Pr i lent le la Rpublique et Ma I un i Boruo p ir leur prsence rehauisrenl l'clal de la crmonie. Le >r Arthur Lest ouflair, Secrtaire d '• •• d l'In Iructioo publique, et qui si il .. ,-o tant la jeunesse. Hv '' 1 ," 1 -'pience.l.acirconsttn se i.\ ut aussi conduit Log me Mr IIJIIIIIII Ilei i!ix le svmpilhi. ouectiefde livision au Dpartement I %  i InsU H lion Pub ique, le P. .1 in qui piaida a 1 1 c i iua mie'relig'euse, les frres Archauge ti Hyppolyl ingni. ur Horeel et Peai on et leurs i I iborateurs, de nombreux portau -priiiciens, et foui es que Logne compte de hautes DOtabiliti s. lombreoi lues et Messes .in coins d'une rnnion DU88ELDORF—Plusieurs person ne3 ont t lucs et de nombreuses blesses cet aprs midi au cours d'unp ui'i-id' runion sparati te qui se tena t Hudenbura Btrasea el o des coups de fui il cl de rvolvi i enl t tire. La fussillads • il partie d'abord des maisoi dominant le square mais a dgnr bien lot en une bagarre le a laquelle la police, les communistes et les spa A lEglise Une assistance choi-sic el nombreuse emplit la coquette Bghss dont Ste-Rose esl la patronne. La tenus du lieu saint, l'atmosphre de pit qui l'enchante ne peinent rcllem< ni que fortifier les dvotions. En une brillante et substantielle allocution, l'infatigable pre Boyer, cur, se lit prs du Prsident d la Rpublique, l'interprte de la population Il le remercia pour sa solllci* li toute spciale d'avoir dot cette I" 1 a li, rcean de sa famille di i a i ie o la jeune N •r une lion chr tienne e| Bolide cl mi bien trempes pour le tombal de la vie, eai I ignorance dit-il, esl la causa ipale de ton:. I. mi res et de toutes les routioes striles. Pose du la pre-mre pierre do l'Ecole ddi Basara A l'issue de la mes e la foule processionnel lemenl se dirigea vers t'i mplacemenl o levra dans quelqui s mois'levei i oie des sœurs. Cinq crucifia reposant sur des coussins sont ports par les petits. Le coil ; • ,i peine arriv, untt Intressante fillette sther bernes. min offrit un joli bon jnel au Prsident Porno \vec u e diction pure el beaucoup aplomb elle remercia de tout cu'ur tous ceux*qui en leur pouvoir ont*contribu A doter Logne de ai magnifiques locaux seolai res. Votre pr • an s i i. Prsident, dit-ella : nous dit lout l'intrt* que vous portez la commune de Logne el toute (importance que vous attachez l'ducation morale el religieuse da la j mnesse %  >. Le Prsident b\)rno Lis senaibla nui paroi s de 1 1 petite, exprima la joie qu prouve d'tre aujourd'hui Log da -. .mille, I" 111 i %  •• -• Ile b iiie .-t dienl ti te. Que toute sa sollicitude ira van lai B de i tut la pays et que bit Dtdt tous les coliers hatiens auront lu bonheur d'apprendre lire dans des Kcoles l'instar do celle qu'on inaugura aujourd'hui. C'est par l'instruction at le travail qu'un peuple fait son chemin. Le P Jan bnit la nouvelle pierre. Mr Horno prit la truelle et appliqua le mortier, tandis que le pre Hoyer entonnait le Magnificat d'allgresse. Inauguration de iiJoole LOUIS BORNO i lus do cent parraine et marraines, le sourire de satisfaction rayonnant sur leurs visages, les petits contents de leur nouvelle construction I bien ares se groui mr du local. Et toute la site \ tait, .1 ne serai! poinl %  se de dire que r. Ilement 5 "' '" :! '' % %  l 'prise i l'ait 1 orgueil des Li og mail .Jf K,lil lJ cinq cru\ ciux et ensuite pronona avec cette. • •*'

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06041
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 02, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06041

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PROPRIETAIRE
IMPR1MEVB
ient Magloire
BOsl VERNA
| Rae Amrfoaim
KO 20 CENTIMES
Ifoe ANNE N 5CJ9
Critique do projet
d'ass nrancemala di
e
i
ip d'oeil gnral
_J les critiques faites du
^bide l'assurance-mala-
\k notre gr ne l'enta-
dment.
lit qu'il est coulectionn
Tibuer des eli;ir^es aux
tor, il n'a cnr que cinq
salaries dans le rouage
(allions qu'il prvoit. Il
possible cep.mi.huit d'en
pr un vritable abus. A
\Seul directeur d'olliee
Me trois conseillers teeli-
Ipourraitinuliiplier les
aux avec autant de di-
Inlaris. Pourtant nous
Iwpposer qu'un n'aduift
lluxe lapa-,m i|G fonc-
Ipour obrer la caisse
foui, du lait du grand
geservirait pas les dcs-
bdecins d'ire Lien et
Irlribus.
Mil qu'il constitue un
fjttes internes vis--vis
tion. Ceci est un ar-
circonstance et d'ac-
wque. Qui |Craii un
[Je nature suis adop-
^mes.sans prvoir une
JJelassuiv Comment
y les ressources de
rUs dispositions pri-
JPra sont de l'essence
ftte institution.
Jenn l'auteur d'tte
lun plan gouverne-
nique la coopra-
aux. Je passe d'autres
[secondaires, peut-tre
^ses. mais qui n'ont
de tare tomber un
' JWe, par consquent
quiiest: un monstre
Mje loi mixte d'assu-
^denlsde travail, d-
Cc,1onspn;,|,,senrai-
y*ewence d.nsi.tulion
X, i na-,! ''I:,al-
,? e de "Plus prs. H
,Qe grands dommages
au Corps mdical et ne peut lui
apporter aucun bienfait.
H
Les mfaits possibles
du projet
Retraons d'abord les mfait!
et recherchons ensuite le bien
qu on serait en droitd'eu attendre,
conformment son but avou.
Incomplet, le litre du projet le-
vait porter annonce de ce qu'il se
mle de lgifrer pour des acci-
dents de travail. .\ous no faisons
aucun procs sur ce chef. C'est
uiiii ail ure de sincrit. ( Art. iV
b. 2e paragraphe Cette con-
tribution le (.employeur ) dgage
a (avancede tous Irais ncessits
par les accidents survenus son
service. ) Cet alina n'est-il pis
plein de consquences juridiques?
Les rparations civiles pour des
tantes relevant du patron ou au'r -
ment.quisont connu mdes p r d |
vers lments d'apprciations sou-
mis au juge s'al^orbent-elles tout-
-fait dans le bulice qui y est
accord au patron ? .Nous appe-
lons l'attention des juristes sur
cette prescription.
Mais le mme article IV, tou-
jours alina U, est autrement im-
portant, cardinal disons nous
pour rpter l'expression des An-
nales de Mdecine, en son para-
graphe premier que nous devons
lire immdiatement aprs la der-
nire phrase de l'art. 11. Les dis-
positions quisont troitement lies
dais un projet ne se suivent pas
toujours; ufl sont quelquefois
parpilles dans un beau dsor-
dre. Le rapprochement fait, il res-
sort tout de suite pour les moins
clairvoyants que le projet rejette
et retient en mme temps la haute
clientle bourgeoise, lot privil-
gi des praticiens. Un coup d'por-
vier est lanc sur la classe des
gens aiss quand on a Uni de lui
dire : c )tte affaire ne vous regarde
pas ; elle est pour vous simple-
ment facultative.
(d suivre )
Dr DEBROSSE
Par CaMe
belles Etrangres
de
* nallOlls en peuvent pas refuser la socit leur
aide si prcieuse, si impoi tante pour
l'avenir de l'humanit.
*mLThl?de ,a
^S*I PUr l%ann<*
>!I rdl l* heures
tSEdF1' eut Pro
t*C.,e,uv Dans
**ni que les Etats
^Mf' ,'a socit
,s'a--il dclar! ne
- X
La situation l'amliore dans
1 Rlini-
PARIS 29 Les nouvelles reues
de Berliu disant que le gouverne-
ment allemand avait linalemcnt re-
tir l'ordonnance suspendant les li-
vraisons en nature la France et la
Belgique sur le compte des rpara
tions, ont t accueillies avec salis
taction dans les milieux officiels
franais. Les mesures prises par le
Quotidien
| Les Imites que font les hom-
mes dltal ne sont pas tou-
jours libres ; souvent" ce sont
des suites ncessaires de la
situation o Ton est, cl les in-
convnients ont lait natre les
inconvnients. KONTESQUILD
lB&PHCmNoMi
PORT- \U-1 RINCE ( HATI 1
MARDI 2 OCTOBRE tM
chancelier Slreseman, pour mettre
les finances en une Iode posture
qu'il pourra paver les intrts indus
trials pour i es livraisons, sont main
tenant attenduessivec autant d'int
rt que i'a t le reirait de l'ordoQ
nance.
L'ide gagne du terrain qu'il sera
pcut-iic ncessaire pour les aills
de ravitailler la liliur et de fournir
l'argent ncessaire pour paver les
ouvriers de faon ramener ta pro
duction au point o elle se trouvait
avant que la rsistance passive ne
fut organise.Les franais sont aussi
anxii ux de voir accepter dans la
Hli'ur le rgime de l'occupation al-
lie qu'on 1 est Bei lin car dans le
cas o le gouvernement allemand
tarderait prendre des mesures pour
reno ivelcr ses Qnanc s, les allis,
pense-ton, pourraient suppler au
dficit par l'mission d1 Uns monna e
pdale la Rhur seuli m ml dans
le cas o la pop il ilio i de la It'iur se
mon'rerait prte ace pter com|
lemenl le rgime d occupation et co
oprerait ren Ire ; r iductifs les ga
ges saisies par les s i .
Dans le dijoours qu'il prononcera,
demain fcAUly. M. furnear se pro
pose de dfinir les conditions qua
"Allemagne devra remplir avant que
la France commence les ngocia
tioas au sujet des rparations et
avant que la cessation de la rs
lance pa m ajoit EfteoMu. La pre
inire d -s conditions, dit-on, olli
cieusement, est que le travail re
r renne dans le territoire occup sur
i base d'avant l'occupation et la
deuxime est que les livraisons en
nature soient reprises.
In dirijjeahlo franais bat
lotis les records de dis-
tance et de dure
PAULS 30Le dirigeable franais
Dixmude a battu tous les records
de distance et de dure il est arriv
l'arodrome de Cuers Pierrefeu
hier matin, 0 heures 40, aprs
avoir franchi une distance de iOO
milles en 11V heures il minutes.
Lf> dirigeable, qui a quitt C icrs
Pierrefeu mardi 7 heures 58 du ma
lin a franchi la v'dilerranne, a
survol l'Algrie el la Tunisie jits
qu'au dsert saharien, o il parvint
mercredi. Jeudi, le dirigeable qui
regagnait la France a rencontr une
tempte au dessus del Sardaigne
qui ie fora faire demi tour el s
regagner l'Afrique. Vendredi, le
IHxmude > s'lanait au dessus de
la Mdite ranne et survolait la Si
cile et la Cor obliqua sa course vers le nnrd'oust
dans la direction le Bordeaux, puis
reprenant son vol plus an nord il r
rivait au dessus ds Paris am di
vers 7 heures du matin. Repren loi
une fois de plus sa roule au sud. le
" Dixmude survola Moulins o il
laissa tomber une couronne sur le
monument des aviateurs tus lois
de la catastrophe du dirigeable Il
publique ".Samedi le dirigeable sur
volait Nice et Monte Carlo durant la
nuit la Mditerranne pour venir at
terrir a son point de dpart le tende
main l'aube.
ratistcaontpris part. Los troubles
ont commence i |,. de l'aprsmidi
au moment o 000 personnes dont
19.000 manifestante taient runis
dans le sqi are. Li roule prise 'le pa
niqi s t'es! enfuie ds que la fusilla
de a commenc pitinant le, fera
'' el les enfanta. SI rapide s t
la uito qu'en 30 minutes llinden
burg Stresse tait dblay.
Les troupes franaises ont occup
plus lard les < .seines de la police
de sret et mis en tat d'arresta
lion tou> les membres de la police
allemande qui s'y trouvaient, l'en
quota ayant convaincu les [autorits
d'occupation que la police tait res
ponsable des meutes qui *e sont
produites. La cavalerie franaise et
des automobiles patrouillent dans
l'-s mes de Dusaeldorf. La fusillade
a commenc au moment o le chef
des sparatistes, Malhes, p......mail
UO discours au pied de la statue de
Guiilaum 1. r.
I gro p : d hommes que les fran
ais ont plus tard reconnu tre des
membres de la p lice de Duisbou -
bien qu'i a fussent en civils, s'est
prcipit vers l'orateur pour donner
n la po ice de atrai un prtexte
pour ouvrir le feu. Les troupes fran
'uses arrivrent alors sur la scne
ei ordonnrent sus agents de cesser
de faire usage de leurs revolvers ;
Ils s'y refusrent 'i continurent
tir. r, e que voyant la cavalerie ar
rets pjtfsi ils membres de la police
et accuj a h s casernes rtablissant
I ordre au boul .1 quelques minutes.
On a al'm que le groupe des COQ
munistes a aussi commenc a tirer
au hasard dans la foule occasionnant
un grand nombre de blesss. Le
nombre des morts s'lve de 10
15 p' r oui M et celui des blesss de
(2 a 300.1* plupart d'entre eux sont
des femmes el des enfants.Cette ma
aifestation, la pais importante de-
puis que le m< uvi nenl a t mis
en branle s'tait dveloppe d'uue
faon normale pi nd ml la plus gran
de partie de la journe jusqu'au mo
m ut o elle s'est si tragiquement
termine.
M. Poiircar prononce tin
discours
BOIS l-M .LV- M. Poin-ar a
commen : -on discours au rptant
ce q l'il ivail dit le dimanche prc
denl a l'a Irees i de eus qui,en Aile
m igns i pi ni cire ailteur trouvent
ses rptitions hebdomadaires lasti
(Noir suite an 2me | sge)
"
Inauguration Logn
1
DE
l'Ecole Louis tforno
Avant hier dimanche, l'inaug.ira-
lion jle la nouvelle Ecole Louis
Horno qui sera dirige par les d*
vous Frres de l'Institution chr-
tienne, a mis l'h >spitalire et char*
mante ville de L'ogane dans une joie
gnrale. Toute la population, prou-
va une relle fiert participer
cette gran lirjse manifestation dont le
souvenir, sera toujours cher et aux
Loganals et c nu qui en furent
tmoins*
Pour parlere une la Pre Boyer,
ce lut une vnl ib'e fta des coles.
Le Pr i lent le la Rpublique et
Ma Iun i Boruo p ir leur prsence re-
hauisrenl l'clal de la crmonie.
Le >r Arthur Lest ouflair, Secrtaire
d ' d l'In Iructioo publique, et
qui si il .. ,-o tant la jeunesse.
Hv'''1 ," 1 -'pience.l.acircons-
ttn se i.\ ut aussi conduit Log me
Mr IIjiiiiiii Ilei i!ix le svmpilhi.
ouectiefde livision au Dpartement
I i InsU h lion Pub ique, le P. .1 in
qui piaida a 11 c i iua mie'relig'euse,
les frres Archauge ti Hyppolyl
ingni. ur Horeel et Peai on et leurs
i I iborateurs, de nombreux port-
au-priiiciens, et foui es que Logne
compte de hautes DOtabiliti s.
lombreoi lues et Messes
.in coins d'une rnnion
DU88ELDORFPlusieurs person
ne3 ont t lucs et de nombreuses
blesses cet aprs midi au cours
d'unp ui'i-id' runion sparati te qui
se tena t Hudenbura Btrasea el
o des coups de fui il cl de rvolvi i
enl t tire. La fussillads il partie
d'abord des maisoi dominant le
square mais a dgnr bien lot en
une bagarre le a laquelle la
police, les communistes et les spa
A lEglise
Une assistance choi-sic el nombreu-
se emplit la coquette Bghss dont
Ste-Rose esl la patronne. La tenus
du lieu saint, l'atmosphre de pit
qui l'enchante ne peinent rclle-
m< ni que fortifier les dvotions.
En une brillante et substantielle
allocution, l'infatigable pre Boyer,
cur, se lit prs du Prsident d la
Rpublique, l'interprte de la popu-
lation Il le remercia pour sa solllci*
li toute spciale d'avoir dot cette
I"1 a li, rcean de sa famille di i a
i ie o la jeune n
r une lion chr
tienne e| Bolide cl mi bien
trempes pour le tombal de la vie,
eai I ignorance dit-il, esl la causa
! ipale de ton:. I. mi res et
de toutes les routioes striles.
Pose du la pre-mre pierre do
l'Ecole ddi Basara
A l'issue de la mes e. la foule
processionnel lemenl se dirigea vers
t'i mplacemenl o levra dans quel-
qui s moi- s'levei i oie des surs.
Cinq crucifia reposant sur des
coussins sont ports par les petits.
Le coil ; ,i peine arriv, untt
Intressante fillette sther bernes.
min offrit un joli bon jnel au Prsi-
dent Porno \vec u e diction pure
el beaucoup aplomb elle remercia
de tout cu'ur tous ceux*qui en leur
pouvoir ont*contribu A doter Lo-
gne de ai magnifiques locaux seolai
res. Votre pr an s i i. Prsident,
dit-ella : nous dit lout l'intrt*
que vous portez la commune de
Logne el toute (importance que
vous attachez l'ducation morale
el religieuse da la j mnesse >.
Le Prsident b\)rno Lis senaibla
nui paroi s de 11 petite, exprima la
joie qu prouve d'tre aujourd'hui
Log da -. .mille,
I"111' i ' - Ile b iiie .-t di-
enl ti te. Que toute sa sollicitude
ira van lai b de i tut la pays et
que bit Dtdt tous les coliers hatiens
auront lu bonheur d'apprendre lire
dans des Kcoles l'instar do celle
qu'on inaugura aujourd'hui. C'est
par l'instruction at le travail qu'un
peuple fait son chemin.
Le P Jan bnit la nouvelle pierre.
Mr Horno prit la truelle et appliqua
le mortier, tandis que le pre Hoyer
entonnait le Magnificat d'allgresse.
Inauguration de iiJoole
LOUIS BORNO
i lus do cent parraine et marrai-
nes, le sourire de satisfaction rayon-
nant sur leurs visages, les petits con-
tents de leur nouvelle construction
I bien ares
se groui mr du local. Et
toute la site \ tait, .1 ne se-
rai! poinl se de dire que r. Ilement
5 "' '" :!'' ''l'- prise i l'ait 1 orgueil
des Li og mail
.Jf 'K,lil lJ cinq cru- \
ciux et ensuite pronona avec cette.

*' *"jt*;
L - rv


LE kU&fl
force d'esprit qu'on lui connat u ie
allocation ou il M ressortir tes
avanta-r-s de l'instruction. Tour
tour prirent la parole, Mr Oiiris-
phonte, Inspecteur des B:oles,
/.urd, juge de piix, Salgado prai-
deul de U Commission Commu
dont l'activit et le dvouement ont
eu une part si active celte belle
uvre da progrs; te frra Archange
reiouvela les lionnes dispositions des
Frres servir la cau-e de la jeu-
ii' s.se, la cause d liait...
Lt Ministre Lsaconflair avec foi et
sincrit s<{ lit l'interprte du g >u
ve:-nem ni en ces termes. Ce
jo i btiment dit-il, a la valeur d"un
symbole.- Qui possde l'cole, pos-
t io l'avenir , dit un ailage. Il est
certain que c'est par l'instruction
rpandue profusion dans la masse
popula re que le pays sera rgnr
et pou ira se sauver. In p-uple dont
tous les citoyens savent lire el crira
e>l l'gal des plus grands | cuples.
Car, savoir lire, c'est pouvoir juger,
discerner le bien du mal. savoir
lire est une force. Y< ulex-vous
qu'Hati eoil respecte, qu'aile soit
libre et que plus jamais une puis*
sauce trangers ne vienne fouler le
sol sac ri qui nous appartient .' Met-
t / vos lils ''Ecole c'esl la tout !o
secret.
Il gardons devant nou : le but
est l e ce sera le jour de gloire, le
jour de dlivrance pour llaili.Le peu-
ple Indien vivra cl jo c msldle qu'il
commence comprendre ce que re-
cb relie pour lui le Prsident Borno.
li tait dit que voire migoiflque et
laborieuse populatian premiers voir le commeneement
ue ralisation du beau programme
de notre gouvernement. Le plri-
n gc cjii i.oiis i ai.-ci ;i > aujour-
d'hui au milieu de vous, nous le
ferais de mmeau fur el mesure
dins le .Nord.dans le Sud, dans Imi-
tes les rgions du p \- i, faut q ion
nous comprenne, il faut que dans la
paix, d i us l'ordre el le travail, la
patience, m noua regarde el qu on
iiols Soutienne clans nos elforl-*. Il
fuit qu'on croie en nous co nme
nous eroyooa en li Patrie; afin
qu'un jour, ayaol enfla ralis notre
ticlie, nous puissions nous crier
avec orgueil en face du m uide i ton-
n : lliiti est aux Hatiens >.
Ces paroles du charmant Ministre
Lescou flair furent chaleureusement
pplaudies, e les allrent vraiment
au cur de la foule.
Enfin, le prsident Borno remer-
cia l'assistance, il formula des vux
de russite poui l'uvre entreprise
f>ar la ville de Logne el confirma
es Donnes intentions du (iojverue
ment de raliser la plus de bien pos-
sible pour le pays, ho toutes las
poitrines, s'chappa allgrement :
Vive le Prsi lent II irno
^ On gagna ensuite l'tage sup-
rieur o des rafrachissements furent
servis. Ce lui une atmosphre de
toute franche camaraderie.
Une heure aprs, uns aimable in-
vitation runissait ls distinguas h-
tel de Logne dans les salons do
MretMmo Salgado o une amicale
rception Les accueillit I n pianiste
gaya l'assistance. Compiments
Spciaux aui poui Salgido.
Inliu vers le> onze heures on quit-
ta non suis regr ts Loa&ne, liie-
panl la population dans la pleine al-
lgresse du jou".
Constantin DI MERVE,
Mon de Hr Landstraa
M
La "Il ytian Meicantile Compmy
a la do ileur de faire pirt au public
et au onitncive en particulier de la
perle qi'ebc vient de faire en la per
sonne de Monsieur C. J. Laodstraa
son regrett Vice Prsident, dcd
subitenmtnV.v Vo k, reu ce ma'in.
Holels ilt; Paris
La Chambra de Commera franai-
se aoui a ftit la plaisir de nous en-
voyer une bro hure dite parle 8yn
dicat d'Initiative de Paris, en 1923,
indiquant les tloiel* de Paris et leurs
tarifs.
Nous engageons ceux de nos lec-
teurs voyageant en France de venir
en nos bureaux consulter cette bro*
chure qui est leu c i nplte dispo*
sition et qui leur fournira tous les
renssignementa utiles 'la se rendront
compte ion bjaucoj.i l'informationa
qui leur ont t dou \a sur les prix
levs des htels Paris, ont l exa-
gres.
** t"i Sam**' i- Va*. ..*u<&A
DEPECHES fS.ital
dieoses, dclarant qu'il les continue
rait jusqu' ce q a: les rclamations
le la l'rauee aient t enteudues.
Avec quelle joie nous nous tairons
le jour o l'Aile nagne aura compris,
s'est il cri, mais elle donne tous
les jours de no iveiles preuves de
son manque de comprhension. La
proclamition contre coeur d'une
trve cj .'el i ne pouvait viter n'est
rien, cest ce qu lie fera qui est
t >ut ; nous atten I lis les actes.j L'Ai
lem ign a renonc l'iJa le poser
des co idiiions c'est biea, mais nous
m ferons pas un pis vers u:i aiou
cissemeat les conditions im(> >ses
m dus que V Allem ign ne montre
un rel dsir da permettre d'obtenir
des rsultats des gigss saidj dna
lui territoires occupSs. J n oit
n'est pis venu pur nous d: enire
notre tli; terni n e. L'ouvrage de
demain n'est pas plus difficile que
cilui que nous a^ons accompli.
Nouvelles Diverses.
MUNICH (m annonce officielle
ment que les lois du gouvernement
a lem ind pour 11 proleotioo de la r
publique ne sont plus en vigu uf
iii liavii" re.
MEXICO-D'aprs El Mundolea
reUtionj diplomatiques en Ire le
Vlexi j ie el 11 Vaai lla lonl loi
duos el on pourrait s'attendre m
me bientt i une rupture. Cette ai
tuaUoO aurait t provoque par la
I ii' ta i ml auraient ! traites des
Mexicains au Venezuela.
QUBSXarOWN Le paquebot
de h Cua nd Line ' S sythl i qui
!' .ur.ie i L'\erpoo! e-l enlr eu
collision iv c le paquebot le la Whl
le Star Line ** Gedrid '' au milieu
d u i iais brouillard ; o i ne croit
p ta qu'il y ait des pertes dplorer.
\l vlUtlil Les camps politiques
rivaus prdisent des troubles peut
tre aang'antea pour le x Octobre,
jour des lections snatoriales.
LONJKCS-Les 1ers mini,tr le
l'Enpire britmniqie se; runiront
es matin Djwaiag S'.rest pour l'i-
niugurati i le la eoitr nu imp
ri le de 1 t-M au cours d: laquelle
s ront dise its les problmes de po
litique trangre, les tarifa pri
reotiels,remigratioo,lea rpirations,
la dfense impriale et le dveloppe
ment : >oo ni ju j et c institution el
des Dominions. Lea 1ers ministres
seront e i s:ssio.i Londres pendait
5 ou 6 semaines et la confrence
con > m | is le l'Empire aura lieu
simili inmeit.
Si AU '.N SB Les autorits franco
be'ges, charges du moaveme il des
eh oins de 1er eu Rhnanie et dans
la Rhur, ont ouvert aujourd'hui un_____________ .
b iretu de pi icemenl do il le but est
d'embaucher 30.ooo allemands pour Commencement d'incendie
des trams sur ces li-
i associa lion
des H n n .-s
d'liait i
li Revue de
i a tentation le
d'affaires
Nom av ma re i le Numro d'aot
Septembre de l'aasociati >u interit-
t o i le des II >:mvs d' v ftires d'il ti
ti qui contient dm articles fort un-
!>);: tils et di natars a intresser
t un les Hommes d' Vil lires.
Cj numSro est lire.
m
L:i iesse du Saint Esprit
L'abon lance les mitirea noas
ji dans l'obligitioo de renvoyer
demiinla publication ducompte*reo
du de la brillante manifestation reli-
gi oise d biera l'occasion de la rentre
des Ecoles et des Tribunaux.
Syndicat des l* leeini
L runion en assemble gii^rale
da Syalicit prvue par les statu's
sera tnue dira inehe 7 du co irant a
lu heures prcises au thtre Parais
na. Tous les membres du Syndicat
sont pris d'y assister
Ordre du j mr : Questions d'intrt
gnri. ;
Lel'rsiJent : Dr F. COI'lOll
Paul Sals
AVOCAT
Recouvrients Comaroiaax,
Attaires lltraager.
Corr33pjniaat3;i Waahing
ton, New-York, Berlin,
Londres. Paris.
17$ liucli'>n.r'2l7,l't>rt;tU'l-'ritiee
Tlphone 597
ft-^3'>^-s>
Ti Plume Dtective
C'esl vendra li 5 courant uu'aura
lieu l'arisiana la repraeulaUon de
Ti Plume Dtective une comdie
de murs de Gustave Augustin.
I Deaaynote da St rue Ksy : j l'ne
motion ministrielle r compltais le
programme avec un monologue, inti
lui i- cil ndremenl lu \\. C.
(est m,e soire de fou rire qu'on
eu jti^uii\e.>ous j reviendrons.
la maoo oire
jfu m. l'o is les hommes embauchs
s roui obligea de prter serment
qu il- obiront aux au orits civiles
rt mi itairea allies.
LONDRES La France a fail au
sujet du statut de Tanger de nou
vel.es prop (silions qui ont encouri
g .es experts q ,i discutent ce pro
blme ici, croiie qui l'on pourra
t Ouver un programme qui permet
tri d> tenir nue confrence dans un
av mr prochain. Le rapprochement
qui s'esi produit en re le Premier
ministre Baldwio et Toincar semble
avoir eu nue iullue ce sur M Telar-
nede Beaumarchais, expert franais
i^ui assiste la confrence actuelle.
HOUcl L'indemnit da 50 mil
lions de lues pays parla Grce
l'Italie par suite du meurtre Jani
na a l reus aujourd'hui par le di
recteur gnral del Unique dTta
lie et d
met
le c oillil soulev par lassa allit le
17 Aot des membres italiens de la
commission de la frontire elbanai
se.
lilU XKLLES Un annonce que
le gouvernement allemand a infor
m le ministre de la lle'gique lier
lin qu'il de-ignorait immdiatement
m\ miniatra p nr le remplacement
de von Roediger, charg d'affaires.
LONDRES M. Lloyd ^eorg a
quitt Lundrea aujourd'hui poui aller
s'smbarqusr poui as tourne de six
semaines au Canada tt aux Etats
Luis.
(resaer
Diminche, vers deux li nires l'aiiivs-iniili, le feu a -lal au lo*
cal ilu Tribunal de l'.iix d'iGfes-
sier- (ir:e l'empressement des
voisins, ce comnencement d'in-
cendie fut vile touff.
(] t n'esl pis la premirj fois que
la malveillance s'eseree ainsi
Grossier. Kj'i plusieurs maisons
ont disparu y compris la Prison
de r> n Ir >ii. Kl prtquo chaque
dimanche la population est alar
nie-
L'ne srieuse enqute s'impose*
Avis iiialiiiiiotii.il
Mettra Vitelius Thimolon Anatole
t 1 la Banque de Suiaie* Ce paie piaticl n en droit, donne avis au pu
it rgle d'une mniirc dflniti c b'ie si an oommtrca qu'il nVst plus
responsable des actes et actions de
Mme Maria sMlesas P an qui a aban
donn le toit marital depuis le dix-
sept Octobre 1911.
Divorce va tre intent contre elle.
Cap Haitien, le 2! Septambrel923
V 1 h. ANATOLE
Praticien en droit
Maison louer
foniorluble maison tage, sise
I Ava'inii1 Ducosta
Pour lea conditions, s'a Iresser
Mi Vincent Creidy, au No.Ml,
lluc des Frols-For,
Un boa Conseil aux As
Allez chez DEREli
Prendre ce soir 5 hj
Potage
Vous serez satisfait.
Crme la glace- Sorbets
Ptisserie -Sand wicl
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d3 DELORT, Pharmacien,
119, lium 8a i m t- A nJOin
PAms
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT'ATT-PRINOSI
Al.-x.PF.TKL'S. PI armane AI.BERTINI
Phnrmacle du D- Justin VUH
* el tontei lea bonnes Phsrmiiclm,
mr*
lDcs
Est morte, hier apra midi, i\ l'ge
do l>S' mois la petite M nie. entant
des poui Abner Ltoisson.
L'entcrr-ment se fera, aujourd'hui
4 heures, en L'Eglise St Joseph.
Maison mortuaire Boulevard des
Veuves.
Port au Prince, le 2 Octobre 1023
les Elections Cornu
Le Moniteur du 1er Oclobnj
ra ut comporte entre autre l_
intressante, na.; circuUini
crtiire d'Ktal dj l'Intrieur,!
du -8 Septiiiuhie, rappelant!
gistralsLoiumunaiix delaKa
<|ue les Asseinh'es l'rimam
\enl se runir dans leurs cou
respectives, le 10 Janvier
aux lins de procder nui
du Conseil t'.ouiuuinal de leur j
attirant leur attention suri
de la loi lixaut an 1er Octob
vertnre des registres dini
sous le contrle de la
institue cette lin.
Un arrt du Conseil coi
de l'oit au Prince, approuv,
Secrtaire d'Ktul dw Hitlrien]
Ralement le* citoyena^^
faire inscrire A Tlltel
partir du 1 -t < Vtobre, en '__
au dix Janvier I9ii lecoaaai|
munal de la Capitule.
Le Malin
bond le frir-i7 1907
Abonnement
l N MOti
Porl-au Prince Gourdes 1
I ^parlements t Etranger 3.U0
lioUc PotiaU: IIS
liHiplunie Uit
Bureau: Hue Am^icaine ;t28
Remerciements
Veuve Philoclea .larbath, & ses
lils et lilles, lirevy, EdrisSS, Lueerne,
Rochefort, Dalloz, Jeanila, remer-
cient bien sincrement tous les amis
de Jacmel et ceux des auti es localits
qui leur ont do ni des preuves de
sympathie l'occasion del mort de
leur regrette tille,su-ur Ksther Jar-
bath survenue en celle ville le Diman
che S du mois de Septembre.
Il tes prient de croire a leur pro
foa le gratitude.
Monsieur et Madame Pierre An-
selme ainsi que tous les autres pa-
rents et allis de trima (inign&rd
remercient du l'on l du eoeilff les
nombreux amif, particulirement les
ancienne i lves de la chre dispa-
rue pour h touchante marque de
sympathie qu'ils lui oui donne du-
rant sa courte maladie et le jour de
ses funrailles^
ils goderont iueffai; iblement e
si m venir des condolan vs qu'ils ont
reQUM l'occasion de cette perte
douloureuaa et irrparable.
Port au Prince le|ler Octobre 1023.
Au public
Quelque soil volrt chagrin au
momtnt du dict de quelqu'un qui
vous e.st cher, n oubliez pas en
commandanl son cercueil gue les
CERCUEILS fabrique chez
STARK sont Us meulewB, tant
9ii solidit (pic pour leurs fo\ mes
tt drrwtilHJiis.
LIVRAISON PRUMPTK!
Glt.WDE HKDLV.TION DE l'niX !
Henry Stark, Hue du Quai
en face la (iare.
N B. Ls nuit et les jours de
ftfl s'ailresser chez mon chai
d'Atelier Mr Flchier llusson.
Rue di s Fronts-Forts rV>)2, en lice
de l'ancienne Cathdrale.
Important : A part de mon
chel d'Atelier, personne c'est au-
toris recevoir des commandes
en mou uoiu.
Variti
CE SOIR
Far An
3 pisodes
Entre : *0
Sur demanda g>
m "m !
ARRT
;j.;(....NSlUCOMt|
Vu l'artirle 10i, terslhsf*f
CoDStitulion ; .. J
Vu 1 s articles 13 et I*
Electorale du 4 Aot 19ji
Considrant quJlMj
attributions dea U>na*
naux d'tablir la H 8*"i
lecteurs de la Comjn j
au Prince qu doivest -I
former la .rcosKripUM J
nale en vue de la proch ^
l'Assemble V"^^
,9ii.;applo a rejeta
munal de la capiude ,
A BHf.TP.CS oui rJ
iive""' Sf a partir du Pr^l
Communal, a partir
bre proc'.a.o, au ^ur<
ront ouverts cet elle'p;0
des sections de ^
n\de,.l10,iauES S**
Article i '." ^ J
toven hatien de sert "S
Vingt et n; J^l
la clture des bs.^ $\
jouir de ses droits
UMfi
^--


ib:matin
ijs jaicripliuns seront
1 |e* jrirs- ovceI)le ,es
Zy\oU* txii, der,
J"|iB une heure de
nivoulrase faire i ia
!'-premier en persmne.
fjiripti^.'1 m"v,a u,ne
Lie tu tiendra oulie les
Jdn Criri-I^ d'hvnip
jjji.i CircoiisciipLoi. et
Ide vole. ,
Commi'sion .Hr.s.rip
par la Loi ^lecl( raie
fcfiOKFS, Magistrat Com-
bla, al.
r, Conseille-"
jlicirconscriplion corn
tau Prince est diviVe
(de ole. os -.t-i lions
tulant le bureaux
\k fois li u il cent lcc-
irour chacune des dilcs
ftipremir-1 section de
jorronseriplion r.onrnu-
Iau Prince s'tend sur
iSord de l'Avenue John
jrnnt U!ih el de la Hue
iches, ci dev ni Pue du
jcroii saint Arnaud jus*
}GdTrard, cl Kl, et de
^jusqu'au Bel air,com
ks quartiers in ternie
f Section de Vole s'
du ct Ouest de In
inr la facile Nord de
Deshiirlii'v jcs.jii'a la
el Est. et de celle-ci,
l'Eglise Saint Joseph.
b) quarlieis inteim
Section de Note s*
i Ouest de la Hue
l&l, et de celle ci, an
Si Jofe|li. rompre
inleriiKiliniies.
Section de Noie s
Ouest de la lire
Rue du Magasin de
mi de la H ne |)n
ikulissant mi li||0
ddelaulie.au .Nord
frauFoil Dimanche,
\ quaiticrs inler
fions llmalfs, de
* el ?me Varrcux,
ille\ue.
[i Seelion de Vole e: t
Me l'endroit situ en
ffjwid AmihiiI par
< de lav.nue .1, |in
oe nant.'s Desiou
'RueGeffrard in.lusi
ant Tiirgeau. Bois
". clicmp.de Mars,
'enue Magloire Am
*J de rExpo>ition
5*clion de volt est
la Rue Geflrard
. Jtli Ih place du
Pf Ambroise. parla
ft;e Oantrs |,.s.
f1'1 u hilli.-k. ftt.
fWant tous
Vu la Loi du II \.,Ui l'i2!Drro.
g-ant pourPeier.ice l9!3lHlaJLo
du24 0eohrel;(jsurla;g; ^
Importions h.rerlrs. les a,;,H,7
laLo.du: \.,t I900 et les article,
do la Loi d 22 Dcembre IHi rela
Ors aux relles cres par celle der-
nire loi sur fia circulation des vhi
cules ;
Vu la Loi du U af), ,y(,3 y.
> : du droit de licence ;
Attendu qa il importe de rappeler
a tous roux qui sont assujettis li,
pot communal les prescription! les
plu essentielles des lois prcites
flO d'viter toute mprise et de par
mellrea.liacndeseren Ire compte
de es dro.is cl de ses o HgaHon. ;
Le Migutral Communal avise ce
qui suit:
U Tous aux pui dsirent txer-
cetpune profession ou une indus-
trie quelconque doivent, pour obte-
nir me pote te, en fai*e,par crit
la ddaratwn l'administration
Lommu laie qui leur dlivrera un
certificat conforme far icle 2 de
ta Loi rusant la matire.
Ils son! pris de dsigner dans leur
demande de certillcal leur uaUona
Ole, la nie tt le Numro de le...s
tablissements commerciaux, indus-
triels ou ateliers.
i Toul hatien qui exerce une
indu die quelconque,! ma une raison
sociale, sera |enn, su faisaol sa d ,
pli ration, d'exbibi r au Conseil Coin
mimai son Sets de socit.
'i Toute maison de consignai ion
lorme entre hatiens el trangers
dons laquelle un ou plusieurs ha-
tiens auront un intrt de moiti au
moins, el dont la raison sociale poi
WeeVencoori. .. ;lin ni ,=.. \ ,
lento iu quint, le ,dro de le.,
ceanpel il es! **s j .,,. (.;,, ,.,. ,,,
recid.se, | amende sen lotfbesaiis
prjudice d*s a.), m ,,;,,., ,
ferl.7dela Loi su' U Rr'edr
Impositions DireHes c
le
' ilr.! le C0il<
inbuable q.u se livre -eserc ce du
commerce, dune ml < rie ou d'une
profession rp.i h j e>t ini< rlilc II >l
deleiulu (I-,-, .,,-er ,;,,.,!.. ,. ,.n ,. |.;,a
blasemeut de.\ ou plusieurs indus
trie ou prof astous soumises des
patent s il il l en tes.
* Le Comnaroeot, l'industiiel
ou le professionnel btitinn on tran
ger est tenu de remettra I Admi
nistration Communale ia ii>lu tiomi
native de ses co itmif, emia ieim, pro
curateurs el comptables trangers.
I! es' responsable envers l'Etat du
montant de a us droits de licence
et envers la Commune du paiement
de leu. patente.
Les Niociants Copsign itaires
trangre qui font le eomme.ee de
o&nque su.t invits A solliciter dans
ledU oi-dessul prescrit, me lieenee
pour Pexercioe de cJiacu.ie de leurs
pr ifesaionn.
L-> paleules so'it personnelles, no
lammenl enea q i concerne 1 s ea
ch ts d,1 vdiIiu s publiques,
7 Il et galem ni ra pel au\
1 i ilnhuabl^Hl s. prescriptions suivao
les de la loi di i8 M ii 1920 :
Arfich 18. La patente doit tre
piise chaque anne, du 1er au :il
D smbre. Toute | er oune sujette
la |tle,ite qui ne lama pas pris-;
qunzj jours apri la date du :il
dcembre sera,sur la dnonciali n
du lOceveur Ci inuiunal, co; di'iin
par je Juge 8e Paix, a une am n le
de cin |u in le en [mes par jour do
retard, p ua lu om ilu montant de la
pilenle qu'elle pouiait d (pis dre.
L'amenda, ainsi que e m ntaol da
la pal nie el des Iras Mront,quaran
le huit heures apr.s la condamna
'' *^ Au l'immeuble
e m.par Ni'a ru un Seing pri-
1 n.ci n acte h\,i :li ire ou autres
actes relut ils aux Irj immobilii-rs
lie f ourro I iWi-' e p ((Iras ai tenus
| -n.-va'iib es s'.! ii \ e-' mentionne
le *>) de n q ti l'Impt de
I anne pr. l'd |< .
U Iministntion C i nmnnala a
d cul; .11 dn mcer to Je ii.'iacli n '.
cett'1 .1' p isiiioi lmlw.
i3 Aucune demiaSM i: pourra
n ne pourra
^ ri i'liantes relativement aux im
meubli s soumis I impt locatif, ni
alm's's par les autorits constitues
ou pir les iribinaux si la requte ou
l'exploit d'ap'irnem ni ne portant
I' ni:n!i') da lo quittance dlive
par le Receveur Comm nul pour
l'anne dms le cours de laquelle la
daman le a t prsente et l'action
inlenle.
N*an Doias, en ras d'omis Ion de
11 l'or,n t il. ci-daS9US in li | i e, ||
pro lu :tioi de la quittance 'levant \e*
Iribunaus ou toutes autres autorits
piivaudra faeeomplisseraenl de
cet a forma lire.
5 3 L'i ni ol loc 'lif i -i p r.; i '
partir I. I ri >clobr nu 31 I icm-
bre par le Racevi ur C .mm uni an
Burea i de la C imm me.
Quinze j 11 aprs la d ua du :il
rcambre, le Hec. v ur Communal
i ti>
, d ta C m*
n unes, le poii m .!: partemeol
du l unmi i l ndi tii n^de leur
lon^u ur, d leur poids < t de leur
capacit.
A pat ii de ! pi blication du pr-
' i I vi-. I" i cens qni font usage
rie ; ni la l > rsur< i doivent s'adraa-
' qui nifi-
Ira i Ici r dwr* -; ij-lo is I v-
p. sur iesqoV i!- d vronl se m-
d. 1er MiYt tu il p ur la r infection,
leurs frai d poids et m >ures
qui leur feront bemrin.
L'Iospecteiir Communul. charg
du c mti i!e d" ce service aura pour
nu ion de visiter les m ig tsins et
b lutiq i'< pour s'assurer di l'evm-
li.m intgrais de la Loi.
Les contrevenants u t punis
l'foi m'"u -ni au c i.- Pnal.
'"ii la Mai n i 0 immunale, le
2<> S ptembre I9i ;
u M :' ti al C nmunal,
En : 's i >1\NG0NES
-

. *^ +*^
l
ci'jusses ailiures
i!.n
u
vr
leront lea noms d'un ou de plusieurs lion, s'ils ne sont pas pays, saisis
hatiens, ne sera a-sujettie qu'au d'office par la Juge da Paix sur las
droit de ratante Ax po-r le coasi! raarcbandias, denrci, maubL'a oa
gnalaiie hatien J effets quelconques appartenant au
L'acte desocitl devra lre produit retardataire.
toutes rquisitions lgales des lonc- I as objafl saisis seront, bref 1 '-
lionDSiras de la Commune, sans pr lai, vend .s If c.ie publique jus
jud.ee des prescriptions du Code de jusqu' COOC'irr me des sommes
Umme,ce-. ds. Les dispositions contenus
ni anmoins. les trangers avsocit's dans le prsenl paragraphe ne portent
L.ii.t!en'.ficyr touefa lot la ntr linle par
de
iemeul munis de h licence du Prsi
de..t d'il.ti, conformment Parti
cle ci dessous.
i Les trangers ne peu van I se
livrer nu commera qu'en qualit le
Ngociants Consignt tires. Ceux qui
exeicenl une Industrie doivent payer
un droit double de celui exig des
hatiens s'adonnant la mme in
dusj.ie. Pour qu'ils soient admis
fee livrer aux professions d industries
prvues par la Loi sur la Rgie des
Imposition! Directes,!] importe quils
ae.uillciit un droit de licence qui
est cr au profit de PEta. Ce droit
de 1 ci nce est d non seulement par
tout tran er ayant un commerce,
une industrie ou une profession su
Pnal
c. rps.
8
dcoi hera une contrainte contre la
euntri .u b e re ardai lire, c tic con-
Irainl sera vise el dclar exeu-
t dre par le Juge ie Paix de la r i
d ne d i Re lev ible au |uel elle se a
s ga lie Ce re I abl aura h i
jnu dater de la gui le i ion pour
former opposition a les .i ihn le la
contrainte.
Le contribuable sera condamn
par L Juge de Paix une amen le
de cinquiutr; cent mes par jour do
retard, p as de 10 a/0 du mont l t
da i impt loc.l f qu'il aurait d
payer.
L'arn'aa i;. si . q ie l mool i I
d ; l'i npo loc ilif et des frais seioo ,
q uan a huit heures aprs la cqu
damnation, s i.s ne sont pas paTS -
sai-is d'offl e par 1 Juge de Paix
sur les marchandtaaa denr es, m u-
bles ou effets qu Iconques apparie-
nanl au r tardai lire. Les objets
saisis sar ut. brol dl .i. rendus
la cri >e publique |us pr oonc irren-
' somm i a uvrer.
6 I, est i au iib ; La
'li i ims suivantes de i c
1er cJ ptu.bre l'J:0, adoptant io
latentes sont dlivres eut Systme Mtrique comm : Systme
papier in br, con n.c uii :
l 3 Patentes di I q tiers 11 con
signataire 0. 10
i z Patent'? d'importati ura 4
3 3 de marchands en
gros el dlad 2
i pour loutes autres
classes 1.35
Tous crux qui ne se confirmeront
pas aux dispositions sus d.ts ne rec i
vronl pas la certificat pxvu par la
LoiduSiOct bre 187// et nrcasnai
re pour obtenir la licence.
Le prs "tit avis seia imprim et
jette la patenta, mais encore par txcu'la diligence du llcceveu
toute socit (ommcrciale ou indus Commune'
tnelle sous quelque dnomination Fail la Maison Co
mmunale e 19
j -ui iuus les (mai- nu'. Ha cnli iiot.il. i i .. * laisou i...mmunale e
IT8 = le fiiubouru i '. iel,,l,,,c da,,s ,nquc le laplembra IM3.
P^Martv i? l t,,a "" lra"ge- cou. : e membre Le Mamsiral Commun I
Ratfio'^,C,me" ,,e '"wciiilion d un titre quelcou L,
Non 5e 1 T.- ,|ue' Dmi ,e de,nic' ,a- ''ssm-i BUWMig MANG NES
V ct n franger sera bohI soumis au droit
la eou ft "C eirnpge: sera sci
la con.,.''0;,! Jl' !a de qu'il eu tenu d'acoa Iter,
saul recours contre a focit la
qui Ile il appartient.q
55 Le droit de licence sert du
qujrt/. n or amri i-i del quolil
de la patente de chaque contribuable
j .filin.mi ion de
sCfRuDa..l,s|)es.
te d l'or.ail de
CJ'" al, rompre.
r^'Hlernuatimcs
1 ,rU,i''- '' 'h
pu "i1 "ce situes
?* Hlopilal,
fc^lonDufrn
*" Corail Thnr
Coirne * 'lea.-
Wfu, Taif.,, |V
lCmKb,ePr-hain
membre 19.3, 3
rfa,
tranger. La perception en sera r
gle d'aprs le nombre des tablisse
ments et non d'aprs celui des per
Bonnes qui les exploitent, de sorte
que le contribuable qui a plu-iiuis
d> bits spars ou qui exerce pi si. u
res industries ou professions s. ra
leiiu de se munir d'une licence sp
ciale pour chacun de ces lablissa
ments.
6 La demande de licence sera
Vu les article! CI. i i si i. le la
L'i du l". (ii lobre ts:.; sur la ll-gie
des impositions : in des, 1 et Ida
celle du 20 \,.t IU1I s| la Lui du
2u Baptembra 1899 am l'agraudis-
aemei.t de la Ville de Port-au-Prince!
Vu gdment la loi du 1er Sep-
tembre 1920 adoptant la Systems
mtrique comme Systme lgal de
p i I- et mesuie< pour liait! ;
Le \l gi-t.al Communal 1 appelle
ce qni suit :
1 t.. mail m- u ea e quel*
qu'en -<>il l'occupant, silu* > .1 us
ls villes ? 1 a houigi j pi' 1 u : .pi irl
de lioue de le .> Il ni a
^ ,e Secrtaire
,aPort-au Pria
*:CoD8eii
111,1
dresse au Secrtaire d'Etat des jelties un impt loealifiie 3 / Mir
Finanai. Kl le indiquera les noms leur valeur estimative de loyer an
ri pronoms du contribuai le, sa na
N
ce.
I92:i
ommu
an 120
(tonalit, sa demeure, le genre de
commerce, d'industrie ou de proies
*ion qu'il exerce, le nombre el la si
tuation de ces tablissements. H y
9Hra joint le rcpiss de la Banque
Nationale de la rpublique d'il ili
ail itanl Pi cquittemenl ou droit da
liieme sous peine de n lus de la li-
renee,
k'J^l'Ii.Mn- La demande de li. 1 nce doit tra
IIIAI eur' fHite du le, au fft Octobre de chaque
ICo
^-..^nunal,
'^'M de
nutl.
Sont soumis l'impt locatif les
maisons et empae, nu 1 ts vides et
clturs situs nans les villes et q ,i
servent I recevoir les animaux ou
autres objets de commera ou de
pi ulatioD.
- : L'impt totaltft t ,u ..//,-,/
Poe upani qu 4 $ottpropritaire, tir-
' re. La q.iillrti.ee dli-
vre au fermier ,,. d une
maison ne pourra jamais tre con-
l^g I dt poids et me ur 1 pour II il 1
\U 1. i^a, pli huii .le ia Lu
so fera 1 omma uit :
Pour le meaurage dei lofTes, Le
Mtre .) sera employ la p ace
de 1 aune.
Pour la construction, Ce Mtro
sera employ la place du pied l'rau-
lis ou pied du roi.
Pour les meauraaagrsires, PARE,
v luit eanl mres carrs sera em-
ploy comme unit; LE CENTIARE
( l mtre carr ) remplacera le pas
err : L'IlEGF.iRK ( 100 ares ou
l'VOD mtres carrs ) remplacera
le c .11 eau.
L)ins la eonslruciioa pour les ma-
stri iux p Ivrul ni*, Le .Vtlrc Cu-
h -1 m mpl y a la pla e du La-
ni ; |. m r es pi .es, . Mtre Cube
co ''V 1 -) a p ., 1 de la loise.
Po u le, 1, ,i bi der, L' Sira
ou Vlolre .be.... rij era cor 1 .
Pour ! s li is e ontlru non et
bni 1.1 c !. M'ii C be sera
em,d >. ; |a aies du ied imricain,
''""i' les p Is ia Grain m et
ses Multij lis et S us-Mu t p|e s -
ronl empl, y u h plaasda la livre
liat.ea e il de li livre aiiglai e el de
leur diviaiona.
P- r I. s liquides. La Litre sera
enploy la place du gall m et son
H iltip >| Ile toiitrea al- place de
ia baniuue.
Pour las grains et lesm.i es, La
Litre el s-, !*ous-Multiple, Le
l) "' '" I I ''"n i lire re n da e
' ul ' e n 1 1 sa m 1
yaes lan ara ; s l'Hai i :
i pu s, m irmd -, godets et
eou.s : sauf pour la vante ci gros
d : ces denres o I s me-ures m-
triques de poids re np'aeeront le sac
et baril.
Pour les mesures llinlaires, Le
lv I 1:htre d sera e upl \ 'il, place
de l'ancienne lie 1 terrestre.
Irt. 3. I) l ila is types fera il
I ,;l aii aux Corn par le !) par-
1 anl do i. 1 n 1 1 1, dilig, nce
du Dp irtem ot de l'Intrieur. L s
Les r is es 1 ipi a d igna.
ml les h 1 ont l dli
v la Comm on F quira et
les 1 'lis lei m r 1, p r la Commission
S b >Ur, sodl adirs et dclars
nu s.
lo Kc |. -- nia lu \o I' 391,
f veurJh. Michel, pour la somme de
quatre cent vingt -i\ uourdei l!|lii(),
6. m 19 :
to I! rpiss mi an No M. 98, fa
v 'n \ di iltin il bel, pour la s,,mine
n! v .1 ;l 11 dre ifourde 74(100,
''> 1 :< i .-ni > au N'y US, fa
x ur \. t u il '.m Pierre, pour
11 mm il leux cent qu irai.te
gourbis. 240;
lo K i-- mis -m No 1044, fa
veut Mi. v> 1, p m 1. nom ne de
deuxeunte uqg>ui les GeplOo, 205,
0 1 :
' > R ai m NO 1047, fa
' ur I*11. \ el, pour la somme da
.irai cents gourdes, G. 500 ;
60 llcpis 1 mie au .Nu II 7 v u Mme lug. / r, pour la sorn
me de 1 i\ mte d uin gourdea, G.72.
7o Rcpiss mis au No 983, fa
* ur P. S. I iubui son p mr la sorn
me de Irois cent \; .4' de i\ gourdes
, n ,
8j Kc i- mis au N 1 !370, fa
veurVveA. Barreau, poUr la soin
me de trente gourdes, 1. 30 :
i H _ .1 bnU au N 1 809, fa
v ur Th. It. \, poui la somme de
quatre vingt gou d a, G s 1 ;
10 i It piss ' nia sa .No 1585, l'a
' n J. ! li Providence, pour la
s mine d ceol cinquante quatre
^' m.'les. C. I..i:
' llo Re : i--e mis au No 1780, fa
veiir J. J- H. Providence, pour la
nomme 'le c< ot cinquante quatre
g-iunle G. 154.
Duplieal 1 eu sera requis par le sous
iigno m.u I itaire dea intrassa.
Port au Prince, a il Sept. 1913,
Llio MALEBRANCHE, vrT
3
4
to: t.v
wufii sous jieiue nai le coali ilma- leitepar le prophetuito.
Banqu
Rpifje 'flaili
Messieurs les porteurs de litres
de la Dette Intrieure d'Hati
Srie B. ^tnissiou de P. or.ilOO.
01)0 so it i 1! i,. ns qu'ils peuvent,
partir .1 1er o lobre 19^ s
praouter .... u cliet.Jela Banque
.Nui .ol- Ih In Hepu lique d'Ha
li, imi ,1 Port au-Pnnce qu'en
Province, p.un- loucher une nou-
v Ile rpa fini r.'is ,|e I 0/0
du 1 : au 30 S p| mbre 1U23
- ur les Ri eut Provis uns qalla
dti -mi ut blancs el bleus ).
Ga paiement se fera contre reu
eUurprs nUlipndes Reus IVo
vis. lires,
L'impl de 10 o/o sera prlev
comme : coutume-
' I"' ur .pu n'on! pas en-
,',"' ,011 i le la date
de l.iS ni i 3 uillel 1#2J
uloya d.ns le pourr ni i u. deux roar-
,.:',""1 A. "*W.r lemo- tiUoosen mme i mps.
dck 5lrlcUes dlU lalQas-lvpea ei ^UlUU-JViUW, I|^ ^t. IjgJ



L& MAllM
AH
V.
VI
l>-
M
>
'. V
,



r
ri

INDELY
donne un teint de lys
EU
tont la poudre
Assur une
carnation exquise
U Cr%m* TE1NDEIY8, flae,
enctueukt. neutre, m i*lt*\hlr
d'orfer-.K en rien la eau, qu't'le
iur*. iHoilit et blanc'ut sain I.i
let'inV raxata ou jamais ta faite
hjiri-, Psrfums six cv.'.rstta le
tun. la Crme ThlNDKLYS t
irpt le plus parfait it ! crme
de toHfti/ ion mp'oi /vite le
bel* |m mcbti U rout^uj l
ir: i lassons data s 1* jouuirf
ARYS
3, Rue de la Paix, S
PARIS
TnuU ParfumcHei et (; MtNMM
La preuve est faite
La preuve ^st faite pour les vvp
mateurs qu'ancune tau-de-vie de
c de grain ne peut valoir pour
nesse et pour Varome le rhum fi
sirop vierge de canne sucre.
iapreuve est faite que de tous les rhum
le rliiuu d'Haili
est le meilleur et le plus hyginique.
fa vrewe eut faite que de ions
rhum d'Hati aucun ne peut ga
rln m NECTAR GAETiENS dont la pn
tio** e t la plus soigne et la ma
premire le plus rationnellement
UVe.
; Vaillant* Houet Agents Gnraux 1720 Rue du Magasin ds HU ES&8
Si vous avez
eu fro
pour viter
un rhume
^Pendant 'e rhume
pour viter
rue grippe,
prenez quelques Comprims de
RHODIn.
SIMS du
r
QUINA-LRi
I
TOHIQUE, RECOHSTITUANT, FEBRIFUGE
R< oomman.de par tous les Mdecins
Le QU'NA-LAROOMt tr airrCiblo au front, contient tous 1rs
principe dos trois meilleure* sortes de quinquina. Il e i i
suprieur a tous les autres Tins de quinquina rt est recommand
par les cldbritos mdicales du monde entier comme le Tonique
l Je fieconstituut pr excrllcnca dans UM cas de :
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE d APPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
F. Lavelaaet &(j
e4gertU 3e c5\laria|acta^
drapait CammrabMaa. ty. 0. $i>%
^art'-aa-^rlrice 3ati
j^jenls Gnraux pour Hati des maisons suivi
Ltablis^emcnls Adrien Sir
Liqueurs Pi ns et Spir
lay Itenaud 4Cie(
Cognacs et Bu
P. Poi/.t Fils et l
Produits l'Iiarmaculiq
ques.
Huillcs Esseiiliatles Ext
EN VtNTt DANS TOUTES .;. COHNfS PHAMMCIES
Exlgsrl VRITABU QNAaAROOHa
I31C
Megnant $f Dupont
Agents Gnraux pour Hai'i

; --...;.-:*.
K Butler et Co Inc. N. Y.
Marchandises Gnrait*
Diimnnd Braiding Mills Chicago
Hrighl*.
Lacets pour < hiussures
Lyon Woxw llell Company Keaaa
Mau.
Talona en Cellulods ta (oui fsnrea.
Soci. des Pr .duits Botot Paris pjr0pS et liqueurs Drogwa4
les meilleure Denlifrices du monde. sterie etc.
Socit rno'ivmc des Parfums de r, t . Cilm ^
.. A. Uaverv et r ils lom
Nicole.
Parfumeiie de Luxe
Chrence et Co Bordeaux.
Vins
H. Ternaux B is le Koi
Peignes en tous genres.
No is faisons des terme libraux de paiement aux bonne
nos conditions sont excellentes. Consultez nous avant de toui
d'aulres.
Boinlions de Lige enl
Eugne Mare lui Vilj
Toiles Cir et Tapii
genre*.
La plus grosse Fabriquai
HP
I '
upriort des Pneus COUD TM a Carreaux

tes pneus fiood ear carreaux
sont tel plus connus it les mieui cons-
truits du monde.
Cairtrairemeol ans mthodes emplo-
ys! I>'1; '', pluparl iN's labricanls de
pneus, leur cuisson ;i t bile en deux
lois.
lien ne s;iurn parler plus loquem-
nient d*% pneus fiood Iear qui les
dsm.'unlrs toujours 'croissantes Su y\i
blic.

Rous avons t assists dt*j
elort d'amlioration des pn*
Year, par nos essais,! pratiq'iO'
lonfjiie sxparisne!
Servez-vous des pn fio^
carreaux et vous serez M1"
au io
(iOGD YIR
The w7 /est Indies Trudiifj C
l'vri au Prince, Sf Gonaive*
CIRD TIRES
Ed MEVS
' fwl ou W*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM