<%BANNER%>







PAGE 1

LE JIATIN ;***. %  ** Apprenez l'Anglais chez vous! i ceux 11n demeurent trop loin d'une Beilit/, nous ollrons Eeol e MB COURS PAU COKRESIPONOANCB Le 1er Cours : Elmentaire ) d'Anglais vient de paratre. Ce court Ml l'usage dts dbutant, dis personnes n avant que quelques notions d'anglais ou n'ayant appris celle langue que llieunqucmtnt. DURE DU COURS : 4 MOIS M COURS COMPREND 4M Leons orales ou crites— 3 leons rcapitulatives, liors srie. Environs "00 page et 200 corrections exercice. A—Payable en PIUX pu i termed'avance : la souscription 20 dolAprs le 1er mois 13 " le •• 10 •' M j e M 7 <• Les I 50 COURS: II.Payable en une seule foi-i' d'avance. .1 la souscription 18 Dollars liarge de de l'lev. Les ^es frai d'envoi des exeicic.es corrigea sont la c 'cole ; cent dei eier< ic > a corriger, a la charge 'A4EMENT9 PAH CHQ1 E3 01 TRAITES SUR NEW-YORK ^ TITRE D'ESSAI : 2 premires leons du premire cours lmentaire ( y compris la collection des exercices ) • le prix de S'adresser TEHERANPlusieurs villages au rai.-nl t dtruits la suite d'un tremble ueut de terre qui a branl celle rgion j m li dernier. Les per tes connues jusqu'ici s lvent lia morts et environ cent blesss. NEW YORKLe; pressiers des unions des autres villes ont cotnmen ce hier d'arriver New York en re ponse un appel lanc par M.Berry prsident inlcruational des printing preeamen, pour mettre en mouve ment les presse des |q lolidiens de la Mtropole et faire cesser la grve illgale New York. CO N'SI'AN ri.NOPLE Le gouver ueraent turc a dcid de .demander le retrait de la flotille de torpilleurs amricains stationns Constantin pic. Adnan le\, reprsentant nalio naliste, a fait des reprsentation ce sujet. Le gouvernement allemand ordonne la reprise du travail B.:KLI\ a -**• ctwaeelierSirne man a annonc ce 1 • r 1 e le gouver nement avait dcid uabandonner la rsistance passive immdiatement et sans conditions. Diiis sa dclara Un boa Conseil aux Amis Allez chez DERE1X Prendre ce soir 5 h, Poiage la ren Vous serez satisfait. Crme la glace Sorbets Ptisserie -Sandwich -1 Dollars — dduire sur l'abonnement. Thi Berlil/ School of Laiiijiiaijes 30 West 34 7h SI met New-York, U. S.A. que le uvernement prise du travail sans Par Cable %  Nouvelles Eii\inares 1. Poinear prononce un diseurs Piuaugui aliou d'un iiioiiiiuieiil cuioo qui TOUL Dans un discours pronon ce ii l'inauguration du monum tit aux victimes tle la guerre, M. PoiU tar a affirm que pendant la prio de qui s'est coule de IN71 191 i, il n y a jamais eu de paix relle et que des relations normales entre la France et l'Allemagne taient impos sbles. La France est mjuteuant dcide ce que l'Allemagne ne re uouxellc pas une paix si peu solid •, a ce qu'elle se dl isse de ses vieilles habitudes impiieUates, ce |qu'eiie ralise le toit qu'elle alun, ace 1 qu'elle se rsolve ntacremaut t parer. L'Allemagne, naturellement, a dit M. l'oineui, est un des p.in riches pays du monde. La guerre n'a pas s irieusoment affect sa prosprit. La use actuelle kuapend en capacit de paiement i Mae le diminuer pour l'avenir ; M qui lui manqua ce n'esl pas la caps cit de paiement, c'est le dsir sinc re de payer. Houvelles Diverses les vnements I • forcent pre idre. M. Poinear refus; de se laisser Sayarpar les pouvantails q li ont t dresss pour empcher l.i Prince d'arriver une entente avec l'Allemagne, que l'Allemagne deviend s la proie du boichvisai •, qu'elle sera tr.uisform ifl en un va-de centre d'anarchie qui mettra en din gar ses voisiuS, mme si c.la arrive, a ajout le pr sideut du conseil, la France, dmocratie mtdle, paei que, ordonne, n a rien craindre, nous n'avons pas peur de la conta gion. NSW YORK La grve des impri m !Ur d %  j Mirna ix co.i'iuue. ULSS^bOOdl' Les autorits mi lilaires franaises oui aonoac la ai aie d %  l IcV trilliaiH 560 milliards de marie c qui repr5ante au taux ac tiui lu change un demi millioi de dollars. La saisie a t el ctuee au cours d'une sente opration par ies douaniers franais du poste le Brac liai. Un en >rme las de billets a t PARIS — l n dcret paru lOffi cial annonce que de nouvelles obli galion franaises • 0/0 remboursa bls eu trois, six el dix ans, seront %  vendues du 1er octobre au 1er no vembre ; ces obligations sol de $00 1rs, oOOo fi s et seront livres au public 49i fis 50, la valeur lo taie des obligations esl payable h la livraison. Les obligations a 50 I 1rs ont remboureablea au pair. Les cou actions de remboursement sont les marnes pour les obligations de JOOO ira. DOIS LE PRRTRE— Le 3me dis cours de la journe a t prononc en prsence du monument el v la mmoire des morts dans ce bois et doul le nom I t si populaire dans les jours de la guene. IMBtbl discours le prsident du conseil a tout particulirement insiste sur la soumission de l'Allemagne dans la Khur sans conditions. Le gou~ erne meut allemand, a-t-il du. sait que Miaislance pasaiva ne peut durer quelques semainee de plus et encore jUaie-t-on de nous latre payai la de d icoovert dans 11 fond tru m* d'un n nion eut iraobile. M A Y L SCL Les partisans de Jo sepli SmaetS, leader d i mouvement spiratis'.e, ont adopt au cours d'une runion une rsolution en faveur de l'union av>c le pirti upubli.ain menai et demandant que la lihna aie soii indpendante. SOFIA — La situation gnrale en Bulgarie indique une amlioration marque, liniques cas isols de r belliou sonl encore signals mais ne sont pas considr! comme impor tauU ; les troupes soutenuepar la population ont (tabli l'ordre dans cari dm villages de la rgion de ha taolyk o le rgime des Soviets a tdchr. Un groupe de 50 com m inistes qui s'taient form Roso vo, au sud de Kaaanljk, s'est enfui dans les monUgoe o finalement U n'est rendu. Les i chefs se sont sulcida el les hommes ont abandon n leurs arms PARI*— st. Jean Perler est nom m ministre de France Mesieo. M. Joseph Gilbert est nomm uu pas te semblable a Montevideo. CHEHBOI KG—La comte Appmyi ancien loi iiiinislre ministre de lion grie s .-t i mbarqu sur le paquebot ,. quitania pour les Etals Unis o il doil faire une srie de conf ronces. tion, il ajoute a ordonn la r dlai. Trois cents reprsentants de la Hhur et de la Itliuauie ont discut hier pendant d heures, au sujet de la rs'stance passive, avec le onancs lier S reeeman. Ils ont reconnu, l'u liant mit, qu'il tait l'uti e de s'op p)r plus longtemps P.iCCUpatlOU France belge el que la rsistance pas siv devait tre abandonne. Seule tuent sur un s ul point il y a eu di vergence d'opinion et ce point e les Franais mettant de plus en plus la main sur l'org-inis ma officiel allemind et pulculire mmt sur les eh uiins de fer. Tous les journa il sont d'accord pour re connattr: que l'Allemagne rentre au jomd'liai dans un s semaine fatale. Le chef de li police Berlin a in lerdit p .niant deux semaines la pu blication du Bote Eahu %  et de deux a lirai journaux qui en dpri dent. L'o die d'interdiction a suivi de j r; la dcouverte el la couflsca tio:i pir la police de 2J mitrailleus s, dune quintit formidable de munitioas et de petites a-mes dans une maison de la partie Bat de la ville occupe p.\r les communist s. C'est ainsi que le 31 Aot 18 h. le pavillon italien flotta sur le foH ( et le smaphore. Iinmediatcmenl prs, les consuls trangers sa ren dirent bord du bateau Amiral. Di on ct 1 • population ne fut pas Irai alarme et la circulationi reprit ce cuu.uc... ...-. mc l'ordinaire. Le prfet et le Mai plus mauvais qu'on ait amii, vu ^ vu|u prircnl des a c COr di pour l'preuve Gordon Benell. autorits italiennes et depuis &f A. la France 1 ordre le pins parlait rgne C.orfoo, La situation de la FjJMJ est evcellsnte, dit M. de Laatayrta Cini aronvutes dont deux heu e nants de l'arme amricaine son m orls, un autre a t grivement blesi lorsqoi cinq ballons son ve nus s'craser sur le sol ou OntM fltruitapar la foudre La^eonree conmenct hier par le temps PAR M. de La teyrie a fait ressortir devant la chambre de coin L ce de Tara l'excellente situation de la France aux point..de vue lin. nier et conomique. Il a ut les cbiflres montrant que PJWjMJ m ire fois depuis 101 V •bjdget* U France tait quilibre. Le m m ha a dclar que ta Franca pendait le* auatre dernires annes sans re Z& "n Iran • de 1'AtajlfM avait accompli 1 ellort norme de d pen-er cent milliards de franc s pour F*ncons r ..lion de< rgions levas es et la restauration des finances dupav>.Cetellorin'a UjmWlWe n'en votant huit milliards d impts adiitimnele. D autre part le rende ment des recettes ordinitres qui SS de 15 millUrds en 1^ a allant 19.170 millions eu t** tdancecomnereiilequt taddea vorahle la V rince en IffM 1 ** undtic.tdeplusdelt.n.l.ardsde freans, a t rduite en 011il|.seule ment un peu plus de SBlltaaWJ. Lei mouvements maritimes tndi queut pour les ,7 premiers mois de 1<):;t une augmentation de MW na vires ou 7.126.000 tonnes sur la pe riolecorresponlantedelO'2 Peu dintlamme priode le* recette des chemins de fer ont augmente de un million 535.000 f f ,:en 1021 il y avait en FreBM03.W3 chmeurs tandis qu'au 1er Aot M13 seulement 1075 personnes liaient sans travail dont 130 haN tant Pans. Les Cour NEW YORK 1 > I lancs 16. il Sterling i '16 Route leiiseoll-furcy Durant celte saison d'Et beaucoup de villgialuristes ont visit Kenseti ,1 Purcy. De l'avis gci.eral, ces m naines ne tarderont pas tre trs bbt?e" Dj Kenscol ncotnpU U d'une cinquantaine de maisol Ket mme question de laconrtm de L c e ette Ul rgion est l'tat aVaaM do la route qui y conduit, On m vent parl de travaux devant 1-g liorer. t:s temps derniers,J** mme question d'envoyer des Je* "eur" en vue d'tudier un projet! construction d'une rotileronvjaabh. Mme Chistiane B. a vat jours derniers, les charmesrt J douceurs de la tempat re de J aiteemcrveillcMixet.lealMtt" que cette excellente ide aboutis PrW lominatioai remplacement du regrette %  Claude. y. ,i oa cos> Mr Stacco remplace Mr Lon me Prtf.t;Mr Antoine Bammtt.^^ missairedu Gouvernement P fc Tribunal de Premure InsW Petit-Go.\ve, remplace MrtMacc Caves en la mme qualit. A la Socit des nations GENEVELe prsident de |'a*> semble de la socit des na ions a annonc que le protocole pour Par bitrage obligatoire dbut lesdill' rend dpendant d-s trait.; conimer ciaux, taient soumis la signature de toutes les nations. Le protocole a t approuv par la commission de la socit traitant dos affaires cono miques et commerciales. L'assem ble a discul le rapport de la coin mission judiciaiie en faveur de l'a doplion d'une rsolution foui nissanl l'interprtation du fameux article \ du pacte de la socit, t'ar celle r solution les autorits ronstilulion nelles de cln } le Liai auront le droit exclusif de dterminer jusqu' quel degr, si besoin en • si, l'aide inili taire sera do in la ans autres Etats quand cet Etat aura l attaqu. Aronautes morts BRUKCL X, i Les jonrnaui crili quent vive n-nt les organisateurs de la coupe tlordon Benell pour n'avoir pas retarl le kmarl dedes ballons. I^e dernier counier a apporte les intressants dtails suivants sur L'Qccupak de Goriou LEscadre italienne se prsenta devant Corl'ou et intima l'ordre a la ville de se rendie.Des que le dlai lix fotchu, le pavillon blanc n'ayant pis t hiss suivant l'ultimatum notili, divan coups de canon furent tirs blanc et bientt ils furent sui vis d'autres coups tirs avec des projectile; de petit calibre direction d • la forteresse Ce fut ce moment l seulement (pie le smaphore hissa le pavillon blanc et que commenta un dbarquement qui s'effectua en bon ordre au nord et au sud de la ville. a*t*J *'* aerUi" Dans le discour du f d'Etat Hughes, dont JIOW ^ texte sous les yeux on^1U J^ d'Hati Alin de cotnpr Conditions existantes • poiM devrait se rappel^" *JJ J U Rpublique d lad. e ^ Indpendance, et.e a ioU ll de rvolutions presque o t>ici..lvraid.eon^ r iiDt j comme de celle des prem %{ M -Le touveraemeaioe u ,j, ni cberehel rendiee l6 r t ,vec Hati P^ e b B u 0 q Je ftjf tien. P n'a d autre bt ^^j,g, dans ce pays la P** e c u r ir .ij U ne cherche P^a^laiU,J* contrler le ^gSefiee •£ accueillera avec l' s ft ail i a ,cfj o il pourra ^.JJ,, 8 eronH surancequcleV' H l r llC un G ouv2 pables de maintenir ^jj ment indpendant ^^igeiil lorde et h remplir j internationales. %  .„ u M irt**! ternatiouates o, be a ( tha the hatiens wi maintain an indap.dj >J ment comptent %  te JJJP ^ disebarge it mUrnaiw i tiooi



PAGE 1

M-9WK J relour la capilale avec on stock de marchand! e?.,,„| Salnave .vu.erae bien sincrenent tous ceux e a moi 1 Je son regrett poux et les prie de croire toute sa renaissance. Profond %  ment touchs dos pr*. Clauses inarfuei de sympathie tout Us or.l t l'objet l'occasion d 1 h mort de leur regrette Marie ktitcbnk Kcwniu Iro d Epouse WILLIAMS BAKRR Mme Vve Christian Houmai,,. \l mP Claire Page, Mr et Mme Ohirl s •ombrun et leurs enta ds, Mr le Docteur J.scph IVrri-r. M, p„l Ui BeiiBuio, Mi Benoit Gil|.ium, >ret Mme Guillaume Nuzoo, Mi et Mme Alphonse llaynee, tous les au trs paienls et allis, remercient sincrement, tous ceux q. i, tant de la Capitale que de la Piovince, let ont ass sts en cette dou'oureu-e cir constance. "s les prient dcrire (outa leur reconnaissance. Portau Prince le 2i Sept, mb.eion ne Morpoau l ncienne lve de Molle Hermine Fauberi Leons de Piano Leons et cours <| e Chant <>31, Un,, ,i, v Mir ad^ 631. Luna-Park prpare quelques surprises? Do otuvetu ? Tant mieux ."tree libre nous dimanche 30 Septembre |s Actionn lires de h .. gni Nitionale de Coastrurtfion sont convoqus a l'extra irlfhal'e en assemble gnrale p3Uf | e vendrvdi 2* Septembre courant i Jneuraedelapra-midi au locil 'Jila Gompagoi Rue des Mir des, aux lins de prendre tout-s maures nMMiarji la |,, M1 marche de I A fministratioa Port-au Prince, le il'Sq.t 192' E J. L Vf ) fil,; prlh i\ x< ?> ,0 L a8, B 0 mandataire de Mr Malherbe Poiteneo.dclare adir les rcpisss ci-Jessous m e; lionris nis en|/aveurdu dit Mr. Malherbe 1 oitevieu par | ; Commission Fpji Savoir : Un rcpiss No 15.210 • • levant a la somme d • Odes <\ut* : I n rcpiss, No 868, e'levanl J< somme de Oourdes 54,43 duplicata dfvaut en tre dlur. Port au Prince Septembre 19J3 te Mandataire HENRY Dr-JOIE F. Lavelauel & C &mpol ConiiimtAAion. L f. 0. Jfox Ml Allants GnoM-atix pour Hati des maisons suivtes : H. K. Huiler et Co Inc. ,\. V. Marchandises Gnrslea Diamond Hraidmg Mills Chicago lleights. Lacets pour chaussures Lynn W'ood Hel! Compan\ heene Mass. Talons en Colluloldfl en tous genres. Socit des Pr tduits Holot Paris les meilleures Dentifrices du monde. Socit nnonvmc des Parfums de Nicole. Parfumerie de Luxe Clarence et L'o Kordeaux. \'ins H. Teraaux !(• is le Koi Peignes en tous genres. htabliffemenls Adrien Sarru/in Hij n Liqueurs Fines et Spiiilueux. CH\ Henard & Lie Cttffrae '"irnacs et Brandy P. Poiza Fils et Cie Lyon Vaiaa Produits Pharmac utique : et fh'mi ques. Huilles Essentielles Extraits poaf sirops et liqueurs Droguerie, Uesbo r isterie etc. A. Clavery ot Fils Tosse Landeslou-lions rie tige en \om georea Eugne Marchal Venisseux Toiles Cirs et Tapis cir s en IJUS genres. La plus grosse Fabrique Franais*. MALADIES OE u FEMftIE APHLONE ) ~^^"F3^ co tre les LsUniBim riCItTTE-KIIET, 15. La das laaNklM I dist-iels. ?;HS 3r) Voici et voil cent ,"-•. : 7 T., — r*~~ Pi' u ac %  nui unie riiinc.M'SP. Nous raisons des termes libraux de paiement aux bonnes maisons et nos condition? sont excellentes. Consult z nous avant de vous adresser d'auirer w 50 centimes vous auriez lumire l


PAGE 1

LE MATIN URODONAL • Rhumatismes Nvralgies Goutte Gravelle Artrie Sclrose Obsit . Qui vul re'ater Jun* et lter Urhumallimf,ledurclimeftl de artre l>nablement de retf>a.l*"rlce et Vobttit Joli liminer l'escs d'acide urlque. ce plon de notre organisme, •t falf drj cure rjuller** dVJRODONAL. lave le sang Vlndlcaiioi principal*. *•*•*! liprurni de t OH*M<> sclero. ons^st va;u tout i empoter I nf'*JJ2ul' I *ul facieor , v dnl.ui*ili:cs .irtxi rateu Ht U femm" LlflYCOLn*TTc riltnari :tti..n*IfO. NVaillant & llouet Agents Gnraux^!720 -i Rue* i du Magasin de l'Etat a Royal Mail Sleaoi Packel Company Le steamer t Conwy t'ewawl de Kingston et dis ports du Sui eut atlen du le 3 Octobre prochain. Il prendra If fret pour les ports du JSiord $• l'Eu rope. Port au Prince, le 24 Se&embi* 1923 ColomLtian Sfeamship Company lifo* le steamer M.TVPPU ayant a'st Rew+\orh ie 18 crt el attendu la Capitale ti les pris du Aord /e mercredi 2 6 Septembre. Il laissera le mme jour pour tous les ports du Sud pre* liant fret et pasiageis. Fort au Prince, le 24 Septembre 1923 (iCbara & liO Agents Sacs vides et Ficelle Sacs vides neufs Douille coulure anuKiis Sacs villes neufs simple coulure sacs vides 2mc main ( Trois qualits ) T 44 • %  ;< trous 1res lion compte. sacs M de.s pour Cinienl bon march. Relle imneaioe ft anglaise. Qualit suprieure. En vente ohez A la Tropicale 1728 Grand'Ruc lawofl Incident Georges On trouvera toutes les marques le Kola ainsi (|iicles produite Gililbaud eu


PAGE 1

* V ^"TfiUR PROPRIETAIRE IMPR1UELB Clment Magloire BOIS VERNA 1358 Rue Amricaine NUMERO 20 C ENiIMEs Quotidien Nous sommes ainsi laits que "ous voulons forcer 1rs au'tes sentir et penser coinme nous et que nous ne permettons pas a notre voisin d'tre jjai rm s pai fuis de rver. Mon Dieu, le rvea-t-on dit, c'est la morphine de l'rae. Et dans cette affreuse dsesprance de l'heure, dites, est ce que nous pourrions supporter la vie, si nous Un Nouvel Ouvrage Me Hannibal Pik~avoea! Me Hannibal Price, avocal cl ancien professeur de Droit administra' W gouailleuse, concrtise heure par un cigare si! mchonnait. lOieu, oui, me dit-il. On va Mrerdan. | a danse, ma jDe balh types, me sont Mi i oha grands sd de leur sortilge envoi'eiir ? '" "os cts, un camarade sine lavions pas, le rve? Il appartient (ouf. Pardon si en a forc sa dtresse devant vous, In mieux mis rable que je suis. Pardon et lionne nuit! Il est tard et il faut que je mnage mes forces, puigque bientt va encore s'entendre un no ivel appel la dmocratie. Un ple sourire s; leva au coin de sa lvre. Molle.dmsh mienne, il glissaia dextre Et il disparut dans l'obscur comme le mirage de toutes ses divagations tour a tour sceptiques, rvoltes, douloureuses, extasies, tandis que du ciel lunaire une srnit descendait, dans un grand silence des choses enlinceules dans cette paix, comme dans un suaire. Du appel nu Comit' du (( Tlie Injveraal Itgro linprovemenl . Que miment avec des ots de Lan. I.es, des pau P'es grasses, parmi des g! aux tempes, nous Menant des fils d'argent jwiirle moment o je *Pus embter le coq F Parce que trop lacile-* renverrait mon mi\*W: On vieillit chan ue ,ro cent soixante quand ce n'est pas de .ttJ-W-e six! E.nb%  Mais le cerveau est Mot de rves, d'ides. 031 encore lllllln iln'Ol'U atllU UU II 1 Saur P a Sationsoni P Avec vc lesu.u'n oris t 1 '. mul lencieux, ou mieux la femme ainie et niT'. Un ,,cu,, ,! mc ia le,mue ,0,,rJt -'. PM jolie, l'sincf., ''i''.'" ex ^ n po,,r ,cs aulres orduire, mais fcttt-ai .M" '" en qui pour vous a dea dalicatasssa I s u Us peuv, nt inexprimables, avez-vous promefe* | L euI /l ,Jti J ne votr ^ Joie de vivre par les rues Ue'inVn "'i" r u 'f' ,es Jw^les, les mains aux poches et i m i• ls "' ,l os ,e8 yeux aux toiles ? Subirai i ^ M is E,Ies brille 1 l ,ar ^fi poaprs ,', v lc8 meeUngs, que de l'anne d'une splendeur Mans U yll,mos d ^ chimrique. Il lait doux; l'air rei"""s des pire est lger comme un parfum de bonheur. Diadmes de leur insondable m, stre, les conslell lions depuis longtemps disparues reviennent, avec leurs vertigineux soleils : ,La Croix du Sud. les Pliades, l'erse avec son Algol qui par intermittences s'obeurcit !. ^ gua en borde, tourne jantastiruelle^ Nil, es cours, dem!n. ca '? musique %  *nues,des femmes. Une assistance assez nombreuse compose des membres d la colonie anglaise et de quelques naUtiens avait rpondu hier aprsmili lappel du Comit du The Universal Negro tmprovem mt Association and Atricaa cr.n nu, nities leagii. Le local de I loge de La Vrit \> ' o av.it t il icor pjur la circonstance. MrG. L, Verret prside la sance entoure de .MM. A. Pierre Paul el te la parole en anglais et iir D. roussaint servit d'mtarprte, Des rafrachissements furent servis et a la lii de la sance, il lut dcid que deux comits seront forms i l'un, pourlitraduc tio i des rglements de l'Association mre de New York et leur adaptation notre milieu hatien ; I autre, en vue de recouvrer les souscriptions devant assurer le bien-tre del'duvre. .... j., vawsvoi m ,n i i MI (Uiwurniiiilif ''Ecole N itionale de Droit de Port aii-Priiii'c. vient d'offrir de nouveau a f.('s <()n pattiotei un ouvrage trs Bubetanlie!. D'iatrSI rellement national et pratique, ce volume, tort de 634 pages, est intitul: Dictionnaire de Lgislation administrative Hatienne . Ce recueil aura sa place chez non-, e i ce sens i|iii> il M| eppel tre non seulement un g-iida, mais ausii, contribuera faire vivre d'une nouvelle vie efficace l'intelleclualil de ceux qui le liront. On dil.tpie nulle œuvre n'a russi qu'aprs des teotatives. Pourquoi? Parue que toujours le-, forces de rsistance se drossent outre elle. QuNmporte cependant, car oril un juriste, il y a des prcipices, des aridits et des Berges sur les lia ils sommets. >> Mais, grce la loi de l'effort, ces obstaoles ne domainero'il point le lutteur et ne L'empS* cli Tout point non plus de lever les loquets 1rs (dus rsistants. La maxime, qui a domin la conduite et la vie de Sociale se rsume en ces mots : Connais-toi loi mme .— Or, la socit hum une lanl un enchevtrement de liens, ua ensemble organique ds rapports '. soit d'hommes nomme, soit d'hommes choses, quel est le premier devoir de tout vrai citoyen quint aux choses de sou pays Il doit les connatre, non d'une faon quelconque, c'est--dire su perlieiellcmenl, m ds dans I urs fonctionnements les (dus intimes, t'.onnailre les institutions de sou pays, les lois, ele, fait de soi une force sociale. C'eet, si nous pouvons nous exprimer ainsi, un taluman ou encore DUe cotte de mailles prservative de bien de surprise-;. Dans 2.s conditions, ce cit tyen s'lvera toujours plus liaul, el sera en outre un fr.ictruejs produit social qui, lomlis i dfflcil ment dans le gouffre de l'ign eau o. Ce citoyen, imbu des notions les plus usuelles de la l%  I.I.1U. .. i „:„:.i_„ %  :..„ i. ] fint u l es '' M femmes, qui par intermittences s'obeurcit ^. nasT^fl vorlsf par la vie, il fau*. quand Kle, !" aslw quet, la pour ensuite devenuun des plia|if^ Iftfl 111 on approche du giaml l.ut, tre en h Cues C,,rS arriver,t res ll>s P lus clatants de la nue; **** *M fVil de se dire : J'., Wl ce que %  "•Jiftur. 1 '"auv.-us o fit nuis I.n Oand r.liip.n av^c an hnn.U U 4km A-il tain J J,' tuasaup Ir "vent res les pli >urs ira,, ,ua uva o et puis Le Grand Chien avec son norme Sirius; el puis Orion,avac son crasante Hielgeuse et son trio de diamants qu'en noire langue populaire nous appelons les Trois Hois umiees Et d'autres merveilles encore! w Quels maux D'autres.' n'en linir plus. s f l^t tout cela est si beau que ^ la d<;. Ausii ou comprit id bien que Me i rice d-ii'i.i t.e utile ;i ses compatriotes, ai ( .n • i le p!an le son ouvrage; sou4 I ^ ...,,ire comme il crit, de Cille forte et merveilleuse peues du grand Pasteur : Ne vous laies / pas atteindre pir le seepti rism' dnigrant et strile. Cites- vous d'abord .' Qu'ai jfl fait pour moi instruction t l'uis a mesure rta et prospre, par le Droit. Ce ha il sentiment batl il dans le cœur d tout rora lin. Le soldat marchant II iremenl h bataille, mme contre le barbare, D'avait qn'une seule pens'.; dans toutes ses manifeslatfoas de guerrier, le droit. Mais % %  jour o Rome fit de celte science le monopole du juriste, elle dgnra, ear il mconnut qu'erra; fut d'abord la cration du peuple, tout comme lors pic en Grce, l'Art devint acadmique, c'est- dire fut aeeaaar par des savants oublieux de son origine populaire, ce lut le haras de l'Elite. Est-ce p i irau ', nul doule que l'ouvrage de lif Pries produise un effet moral des plu efficaces, d'autant plu qi e le besoin de cette publication se faisait sentir. Oh grand jsrnte envisagea*) les rapports,du droit et le peuple crit : l'oint de nati inalil heureuse et durable sans de grandes ides nationales commun •, nthmmeal sur la Justice \i^si faut il donner au peuple te s miment de In grandeur et de la beaut de cet effort. Il faut Vulgariser le Droit en le soi tant des palais judiciaires et des universits o il moisit, en le sortant des cabinets d ludes o il est chambr. Qu'il se rpande et s'tende largemml, qu'il descende dans la rue, et '11 il soit admir, dfendu, choy partout comme un hem culte. • Comme appendice, Me Prisa prsente les dernires lois votes par le Conseil d'Etat, ain i qu'une nomenc'ature. sous foi mde tableau, dei Arron lissemenh, Communes, Sections. Quar iers et Postes militaires de la It-'pnli'i pie Telle diile de mthode est dfS plus efficaces, elle fait du Di liminaire un ouvrage de rfrence propre faciliter la t< le des uns et des autres. Aussi l'auteur s'est il lvl uu cherchour ds b >nne volont. Nousaimoos k esprer que toutes les \ nr i'lne> iicn! a cet ouvrage, u'il figurera dans la bibliothque 8 tout citoyen. A..Me Pncs qui a dot le Pays, non sans effort, d'un Recueil aussi uli'e, c impos une o-uvr %  aussi import inte, nou> prsentons nos confiaitrnels comnlimcnts. • Constantin ut'MKItVE, A vocal. on d j'ai pu. Qyel e?t l'effet moral, du Diction* naire de Me Pries '•' Par la simplicit de mtho l qui l'illumine, l'egencemenl et la clart avec li squi fi il s prsent le matires, en un mol ht charpente de l'ouvrage, il facilite aisment la meilleure application de nos lois V.n principe, le Droit as doit &tre .seulement le monopole des iu


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06036
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, September 26, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06036

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
* V ^"- -
TfiUR PROPRIETAIRE
IMPR1UELB
Clment Magloire
BOIS VERNA
1358 Rue Amricaine
NUMERO 20CENiIMEs
Quotidien
Nous sommes ainsi laits que
"ous voulons forcer 1rs au-
'tes sentir et penser coin-
me nous et que nous ne per-
mettons pas a notre voisin
d'tre jjai tristes.
Anatole FH VNCE
1BLSPHOM Ne 241
17toe ANNE N 5021
PORT-.\U-PlilNCK( HATI
LA REMONTRE
rn^gne est ouverte pour la magietrture .ommu-
naie. Les Journaux.
MERCREDI 26 SEPTEHBRE 1923
fi rencontr l'autre soir, le
! Universel dont Monsieur
i'inoent, je crois, nous con-
leooversation savoureuse, il.y
Ides annes. Un canotier
Iris neuficoillait son chef
Un bouton manquait au
noir qui, au soleil.s'arc-en-
ilsans doute de teintes ver-
Sur des chaussures la
Je pantalon tiiehouchon-
liis le gaillard semblait en-
pwrdu cran, et toute celle
" A.hl ces tournes! En ai-ie
assez menes avec Clment U,r
Kloire IlnecOorsinville, Ks au-
tres I-i, ai je assez savour le
pnilUNi dispensateur d'oubli I J'en
rnvaia ue sentir plus autoui
aeiaa gorge cette horrible main
de 1er dont depuis toujours, j'ai
vainement essay de dnouer l'-
treinte E| lorsque, au malin,
cras de fatigue, repu dafcooi.de
volupt, je m affalais sur mon lit,
. ^^ to pouvais presque rver une iV-
bsuncte.ln costume tait tais un homme.comme les autre*
par je ne sais quelle .m- les cossus, les { ".es del v",'
les exploiteurs, et non plus le pa-
na, I esclave, l'temel broy.
Et c'est tout cela qui va reve-
nir. Les grogs, les dans s, les
jt'innics. (Ju'y at-ilde plus? Ha'
ia! Il laudra bien faire semblant,
s'en va tout ce que vous porlez
au cur de haine et .1 rvolte et
qui- vous vous sentez tout--coup
une me d'entant avec ces blouis*
sements devant la inaynilirer.ee
des Apparences.
Mais quoi Ce n.est pas le
euflrage Universel qui vous parle.
Oh la tte (pie vous faites si vous
le vovii/! Allons! reprenez vrns.
Il es bien p> rm s pai fuis de rver.
Mon Dieu, le rvea-t-on dit, c'est
la morphine de l'rae. Et dans
cette affreuse dsesprance de
l'heure, dites, est ce que nous
pourrions supporter la vie, si nous
Un Nouvel Ouvrage
Me Hannibal Pik~avoea!
Me Hannibal Price, avocal cl an-
cien professeur de Droit administra'
W gouailleuse, concrti-
se heure par un cigare
si! mchonnait.
lOieu, oui, me dit-il. On va
Mrerdan. |a danse, ma
jDe balh types, me sont
Mi Hi s invites. On V sera, pour tromper ces bouroeoia de
RtSaVn1^ senco ne^ou&ite?
imT h ; T QT' Pasaulre Chose, d'aimer tre des
Tcafs r i T"' 8ao.le8 ^te de sup
ncates riches, les hour- porter seules tout le poids de leur
sioter.v ml u od?s am,n* scandaleuses jusqu'au jour o
nom hane avec le dans une orme rouae. tout cela
aS^Tlorr6^ ' (ih! Ke .iVora?"!..^
on va ?,.',, 10,rc,'eslre' non plus des cuivres.
ida.s v "I"-''"' 3U R,e "WPOhMnl des.ncend.es.
RsVtonnelU y Tra h 'Vre8Se d MCCaer leu wIlM.
CbSe fcj"dan" Et8Urt0Ut. I'-"" flaques, le beau
''HM danses vau- suig pourpre. Mais cela, il ne laut
pas le dire, n'est-ce pas ? Il laut
masquer avec des sourires, des
proslerneuients nos rancurs, et
Ci dsir qui couve en nous de
leur manger le ventre !
Des sourires? Non, non! ce
il est pas assez! De grands rires
tous! Des manifestations pilepli-
ques L'extravagance des gestion*
1 nions El puis parfois, seul, tjut
sjuI, pour notre jubilation int-
rieure, la fte, la fte que nous of-
frent les soirs qui vont venir.
L s nuits d'automne.de fin d'an-
ne, avez-vous t comme m >i oh-
a grands sd de leur sortilge envoi'eiir ?
' ...... '" "os cts, un camarade si-
ne lavions pas, le rve?
Il appartient (ouf. Pardon
si en a forc sa dtresse devant
vous, In mieux mis rable que je
suis. Pardon et lionne nuit! Il est
tard et il faut que je mnage mes
forces, puigque bientt va encore
s'entendre un no ivel appel la
dmocratie.
Un ple sourire s; leva au coin
de sa lvre. Molle.dmsh mienne,
il glissaia dextre Et il disparut
dans l'obscur comme le mirage de
toutes ses divagations tour a tour
sceptiques, rvoltes, douloureu-
ses, extasies, tandis que du ciel
lunaire une srnit descendait,
dans un grand silence des choses
enlinceules dans cette paix, com-
me dans un suaire.
Du appel nu Comit' du
(( Tlie Injveraal Itgro lin-
provemenl .
Que miment avec des
ots de Lan. I.es, des pau
P'es grasses, parmi des
g! aux tempes, nous
Menant des fils d'argent
jwiirle moment o je
*Pus embter le coq
F Parce que trop lacile-
-* renverrait mon mi-
\*W: On vieillit cha-
nue ,ro cent soixante
quand ce n'est pas de
.ttJ-W-e six! E.nb-
Mais le cerveau est
Mot de rves, d'ides.
031 encore
lllllln il- n'Ol'U atllU UU II1
Saur pa 'SationsoniP Avec vc
lesu.u'n orist1'.'mul lencieux, ou mieux la femme ai-
nie et niT'. Un ,,cu,,',! mc' ia le,mue ,0,,rJt-'. PM jolie,
l'sincf., ''i''.'" ex^n po,,r ,cs aulres orduire, mais
fcttt-ai.m" '" en qui pour vousa dea dalicatasssa
I s u Us peuv, nt inexprimables, avez-vous prome-
fe* | L euI /l,Jti J ne votr^ Joie de vivre par les rues
Ue'inVn "'i",r,'u'f' ,,es Jw^les, les mains aux poches et
i m i- !ls "',l- -os ,e8 yeux aux toiles ?
Subirai i ^ M *is E,Ies brille"1 l,ar ^fi po-
aprs ,',vlc8 meeUngs, que de l'anne d'une splendeur
Mans U yll,mos d^ chimrique. Il lait doux; l'air rei-
"""s des pire est lger comme un parfum
de bonheur. Diadmes de leur
insondable m, stre, les conslell -
lions depuis longtemps disparues
reviennent, avec leurs vertigineux
soleils : ,La Croix du Sud. les
Pliades, l'erse avec son Algol
qui par intermittences s'obeurcit
!. ^ gua en borde,
tourne jantasti-
ruelle^
Nil,
es cours,
dem!n.ca' '? musique
*nues,des femmes.
Une assistance assez nombreu-
se compose des membres d la
colonie anglaise et de quelques
naUtiens avait rpondu hier aprs-
mili lappel du Comit du The
Universal Negro tmprovem mt
Association and Atricaa cr.n nu,
nities leagii.
Le local de I. loge de La Vri-
t \> ' o av.it t il icor pjur
la circonstance. MrG. L, Verret
prside la sance entoure de .MM.
A. Pierre Paul el Aprs quelques paroles de bien-
venue de Mr Verrel exposant le
but de la convocation, la parole
est donne Mr PierraVaui qu ,
dans un Jiscouis succinl, retraa
les buis de l'Association : Recons-
tituer l'umvre. di civilisation at
d humanit des noirs d'A'riqu .
D'ai.lres or leurs pr refit eus j>
te la parole en anglais et iir D.
roussaint servit d'mtarprte,
Des rafrachissements furent
servis et a la lii de la sance, il
lut dcid que deux comits se-
ront forms i l'un, pourlitraduc
tio i des rglements de l'Associa-
tion mre de New York et leur
adaptation notre milieu hatien ;
Iautre, en vue de recouvrer les
souscriptions devant assurer le
bien-tre del'duvre.
- .... j., vawsvoi m ,n i i mi (Uiwurniiii-
lif ''Ecole N itionale de Droit de
Port aii-Priiii'c. vient d'offrir de nou-
veau a f.('s <()n pattiotei un ouvrage
trs Bubetanlie!. D'iatrSI rellement
national et pratique, ce volume, tort
de 634 pages, est intitul: Diction-
naire de Lgislation administrative
Hatienne .
Ce recueil aura sa place chez non-,
e i ce sens i|iii> il m| eppel tre
non seulement un g-iida, mais ausii,
contribuera faire vivre d'une nou-
velle vie efficace l'intelleclualil de
ceux qui le liront.
On dil.tpie nulle uvre n'a rus-
si qu'aprs des teotatives. Pourquoi?
Parue que toujours le-, forces de r-
sistance se drossent outre elle.
QuNmporte cependant, car oril un
juriste, il y a des prcipices, des
aridits et des Berges sur les lia ils
sommets. >> Mais, grce la loi de
l'effort, ces obstaoles ne domaine-
ro'il point le lutteur et ne L'empS*
cli Tout point non plus de lever les
loquets 1rs (dus rsistants.
La maxime, qui a domin la con-
duite et la vie de Sociale se rsume
en ces mots : Connais-toi loi m-
me . Or, la socit hum une
lanl un enchevtrement de liens,
ua ensemble organique ds rap-
ports '. soit d'hommes nomme,
soit d'hommes choses, quel est le
premier devoir de tout vrai citoyen
quint aux choses de sou pays !
Il doit les connatre, non d'une
faon quelconque, c'est--dire su
perlieiellcmenl, m ds dans I urs fonc-
tionnements les (dus intimes, t'.on-
nailre les institutions de sou pays,
les lois, ele, fait de soi une force so-
ciale. C'eet, si nous pouvons nous
exprimer ainsi, un taluman ou en-
core DUe cotte de mailles prserva-
tive de bien de surprise-;. Dans 2.s
conditions, ce cit tyen s'lvera tou-
jours plus liaul, el sera en outre un
fr.ictruejs produit social qui, lom-
lis i dfflcil ment dans le gouffre de
l'ign eau o. Ce citoyen, imbu des
notions les plus usuelles de la l-
I.I.1U. .. i ::.i_:.. i._________
]
fint u les''M femmes, qui par intermittences s'obeurcit ^. nasT^fl___ vorlsf par la vie, il fau*. quand
Kle, aslwquet, la pour ensuite devenu- un des plia- |if^ Iftfl 111 on approche du giaml l.ut, tre en
h CuesC,,rS arriver,t res ll>s Plus clatants de la nue; **** *M fVil de se dire : J'., Wl ce que
"Jiftur.1. '"auv.-us o fit nuis I.n Oand r.liip.n av^c an hnn.U U 4km A-il tain J J,' "........
tuasaup Ir"vent res les pli
>urs ira,, ,ua,uva o et puis Le Grand Chien avec son
norme Sirius; el puis Orion,avac
son crasante Hielgeuse et son
trio de diamants qu'en noire lan-
gue populaire nous appelons les
Trois Hois
umiees Et d'autres merveilles encore!
w Quels maux D'autres.' n'en linir plus.
s f l^t tout cela est si beau que
^ la C^"'-' qui passe,
:eT5*mies bines
l'on Je le 1er A r il 1907
Abonnements
L.N MOU
l'ort-au-IVince Gourdes i
Dpartements j ,o
Etranger j.qo
Buile Postal*: IIS
Tlphone 243
Bureau: Hue tmncatm'; 1308
gislation a ainistrative de son pays,
pourra b rionter facilement dans
le labvrintli qui se prsentera par-
Coi- son icli >d<;.
Ausii ou comprit id bien que Me
i rice d-ii'i.i t.e utile ;i ses com-
patriotes, ai ( .n i le p!an le son
ouvrage; sou4 I ^ ...,,ire comme il
crit, de Cille forte et merveilleuse
peues du grand Pasteur : Ne vous
laies / pas atteindre pir le seepti
rism' dnigrant et strile. Cites-
vous d'abord .' Qu'ai jfl fait pour
moi instruction t l'uis a mesure vous avancerez. Qu'a je fait pour
mon Pays .' jusqu'au moment o
vous aurez peut tre cet immense
bonheur de penser que vous avez
contribu' en quelque cheee au pro-
grs et au bien de l'humanit. .Mais
que les efforts soient plus ou moins W\ | 1. a
favoriss par la vie, il fui', .pian | "^^1 8 1 ^1*1 I 4 L
AVOCAT
Rejoj7renicnts Comjierciaox,
Alfoires 1'Elraoger.
Corraspondan.3;i Waahing
ton, New-York, Berlin,
Londres, Paris.
leliutl, U 'l/.l'ott-uu.Prinm
Tlphone 597
risles. Croiie d.'IV r. mment est une
erreur. Cette science |uridique doit
s panouir de toute sa splendeur,
magnifiquement, d na toutes les
couches sociales, dana toutes les
rlaesas, mme les plu isoles, \enio
c-nsffur ignorurt uein, est une tor-
mule qui ne doit chapper (|uicon-
q ie.
L'histoire rapports que Mome fut
I >rta et prospre, par le Droit. Ce
ha il sentiment batl il dans le cur
d tout rora lin. Le soldat marchant
II iremenl h bataille, mme contre
le barbare, D'avait qn'une seule pen-
s'.; dans toutes ses manifeslatfoas
de guerrier, le droit.
Mais ' jour o Rome fit de celte
science le monopole du juriste, elle
dgnra, ear il mconnut qu'erra;
fut d'abord la cration du peuple,
tout comme lors pic en Grce, l'Art
devint acadmique, c'est- dire fut
aeeaaar par des savants oublieux
de son origine populaire, ce lut le
haras de l'Elite.
Est-ce p i irau ', nul doule que
l'ouvrage de lif Pries produise un
effet moral des plu efficaces, d'au-
tant plu qi e le besoin de cette pu-
blication se faisait sentir.
Oh grand jsrnte envisagea*) les
rapports,du droit et le peuple crit :
l'oint de nati inalil heureuse et du-
rable sans de grandes ides natio-
nales commun , nthmmeal sur la
Justice \i^si faut il donner au peu-
ple te s miment de In grandeur et
de la beaut de cet effort. Il faut
Vulgariser le Droit en le soi tant des
palais judiciaires et des universits
o il moisit, en le sortant des cabi-
nets d ludes o il est chambr.
Qu'il se rpande et s'tende large-
mml, qu'il descende dans la rue, et
'11 il soit admir, dfendu, choy
partout comme un hem culte.
Comme appendice, Me Prisa pr-
sente les dernires lois votes par le
Conseil d'Etat, ain i qu'une nomen-
c'ature. sous foi m- de tableau, dei
Arron lissemenh, Communes, Sec-
tions. Quar iers et Postes militaires
de la It-'pnli'i pie .
Telle diile de mthode est dfS
plus efficaces, elle fait du Di limi-
naire un ouvrage de rfrence pro-
pre faciliter la t< le des uns et des
autres. Aussi l'auteur s'est il lvl
uu cherchour ds b >nne volont.
Nousaimoos k esprer que toutes
les \ nr i'lne> iicn! a cet ouvrage,
u'il figurera dans la bibliothque
8 tout citoyen.
A..Me Pncs qui a dot le Pays,
non sans effort, d'un Recueil aussi
uli'e, c impos une o-uvr aussi im-
port inte, nou> prsentons nos con-
fiaitrnels comnlimcnts.
*
Constantin ut'MKItVE,
A vocal.
on
d
j'ai pu.
Qyel e?t l'effet moral, du Diction*
naire de Me Pries ''
Par la simplicit de mtho l
qui l'illumine, l'egencemenl et la
clart avec li squi fi il s prsent
le matires, en un mol ht charpente
de l'ouvrage, il facilite aisment la
meilleure application de nos lois
V.n principe, le Droit as doit
&tre .seulement le monopole des iu


LE JiaTIN
;***.
**
Apprenez l'Anglais chez vous!
i ceux 11n demeurent trop loin d'une
Beilit/, nous ollrons
Eeol
e
MB COURS PAU COKRESIPONOANCB
Le 1er Cours : Elmentaire ) d'Anglais vient de paratre.
Ce court Ml l'usage dts dbutant, dis personnes
n avant que quelques notions d'anglais ou n'ayant
appris celle langue que llieunqucmtnt.
DURE DU COURS : 4 MOIS M COURS COMPREND
4M Leons orales ou crites 3 leons rcapitulatives, liors srie.
Environs "00 page et 200 corrections '
exercice.
APayable en
piux pu
i terme- d'avance :
la souscription 20 dol-
Aprs le 1er mois 13 "
" le 10 '
M je M 7 <
Les
I 50
COURS:
II.- Payable en une seule foi-i'
d'avance.
.1 la souscription 18 Dollars
liarge de
de
l'lev.
Les
^es frai d'envoi des exeicic.es corrigea sont la c
'cole ; cent dei eier< ic > a corriger, a la charge
'A4EMENT9 PAH CHQ1 E3 01 TRAITES SUR NEW-YORK
^ TITRE D'ESSAI :
2 premires leons du premire cours lmentaire ( y compris
la collection des exercices)
le prix de
S'adresser
TEHERAN- Plusieurs villages au
rai.-nl t dtruits la suite d'un
tremble ueut de terre qui a branl
celle rgion j m li dernier. Les per
tes connues jusqu'ici s lvent lia
morts et environ cent blesss.
NEW YORK- Le; pressiers des
unions des autres villes ont cotnmen
ce hier d'arriver New York en re
ponse un appel lanc par M.Berry
prsident inlcruational des printing
preeamen, pour mettre en mouve
ment les presse des |q lolidiens de
la Mtropole et faire cesser la grve
illgale New York.
CO n'SI'AN ri.NOPLE Le gouver
ueraent turc a dcid de .demander
le retrait de la flotille de torpilleurs
amricains stationns Constantin
pic. Adnan le\, reprsentant nalio
naliste, a fait des reprsentation
ce sujet.
Le gouvernement allemand
ordonne la reprise du tra-
vail
B.:kli\ a -** ctwaeelierSirne
man a annonc ce 1 r 1 e le gouver
nement avait dcid uabandonner
la rsistance passive immdiatement
et sans conditions. Diiis sa dclara
Un boa Conseil aux Amis
Allez chez DERE1X
Prendre ce soir 5 h,
Poiage la ren
Vous serez satisfait.
Crme la glace Sorbets
Ptisserie -Sandwich

-1 Dollars dduire sur
l'abonnement.
Thi Berlil/ School of Laiiijiiaijes
30 West 34 7h SI met New-York, U. S.A.
que
le uvernement
prise
du travail sans
Par Cable
.
Nouvelles Eii\inares
1. Poinear prononce un
. diseurs Piuaugui aliou
d'un iiioiiiiuieiil
cuioo qui
TOUL Dans un discours pronon
ce ii l'inauguration du monum tit
aux victimes tle la guerre, M. PoiU
tar a affirm que pendant la prio
de qui s'est coule de IN71 191 i,
il n y a jamais eu de paix relle et
que des relations normales entre la
France et l'Allemagne taient impos
sbles. La France est mjuteuant
dcide ce que l'Allemagne ne re
uouxellc pas une paix si peu solid ,
a ce qu'elle se dl isse de ses vieilles
habitudes impiieUates, ce |qu'eiie
ralise le toit qu'elle alun, ace
1 qu'elle se rsolve ntacremaut t
parer. L'Allemagne, naturellement,
a dit M. l'oineui, est un des p.in
riches pays du monde.
La guerre n'a pas s irieusoment
affect sa prosprit. La use actuel-
le kuapend en capacit de paiement
i Mae le diminuer pour l'avenir ; m
qui lui manqua ce n'esl pas la caps
cit de paiement, c'est le dsir sinc
re de payer.
Houvelles Diverses
les vnements I forcent
pre idre. M. Poinear refus; de se
laisser Sayarpar les pouvantails
q li ont t dresss pour empcher
l.i Prince d'arriver une entente
avec l'Allemagne, que l'Allemagne
deviend s la proie du boichvisai ,
qu'elle sera tr.uisform ifl en un va-de
centre d'anarchie qui mettra en din
gar ses voisiuS, mme si c.la arrive,
a ajout le pr sideut du conseil, la
France, dmocratie mtdle, paei
que, ordonne, n a rien craindre,
nous n'avons pas peur de la conta
gion.
NSW YORK La grve des impri
m !Ur d ' j Mirna ix co.i'iuue.
ULSS^bOOdl' Les autorits mi
lilaires franaises oui aonoac la ai
aie d l IcV trilliaiH 560 milliards de
marie c qui repr5ante au taux ac
tiui lu change un demi millioi de
dollars. La saisie a t el ctuee au
cours d'une sente opration par ies
douaniers franais du poste le Brac
liai. Un en >rme las de billets a t
.
PARIS l n dcret paru lOffi
cial annonce que de nouvelles obli
galion franaises 0/0 remboursa
bls eu trois, six el dix ans, seront
vendues du 1er octobre au 1er no
vembre ; ces obligations sol de
$00 1rs, oOOo fi s et seront livres
au public 49i fis 50, la valeur lo
taie des obligations esl payable h la
livraison. Les obligations a 50 I 1rs
ont remboureablea au pair. Les cou
actions de remboursement sont les
marnes pour les obligations de jOOO
ira.
DOIS LE PRRTRE Le 3me dis
cours de la journe a t prononc
en prsence du monument el v
la mmoire des morts dans ce bois
et doul le nom I t si populaire
dans les jours de la guene. IMBtbl
discours le prsident du conseil a
tout particulirement insiste sur la
soumission de l'Allemagne dans la
Khur sans conditions. Le gou~ erne
meut allemand, a-t-il du. sait que
Miaislance pasaiva ne peut durer
quelques semainee de plus et encore
jUaie-t-on de nous latre payai la de
d icoovert dans 11 fond tru m* d'un
n nion eut iraobile.
M A Y L SCL Les partisans de Jo
sepli SmaetS, leader d i mouvement
spiratis'.e, ont adopt au cours d'u-
ne runion une rsolution en faveur
de l'union av>c le pirti upubli.ain
menai et demandant que la lihna
aie soii indpendante.
SOFIA La situation gnrale en
Bulgarie indique une amlioration
marque, liniques cas isols de r
belliou sonl encore signals mais ne
sont pas considr! comme impor
tauU ; les troupes soutenue- par la
population ont (tabli l'ordre dans
cari dm villages de la rgion de ha
taolyk o le rgime des Soviets a
tdchr. Un groupe de 50 com
m inistes qui s'taient form Roso
vo, au sud de Kaaanljk, s'est enfui
dans les monUgoe o finalement
U n'est rendu. Les i chefs se sont
sulcida el les hommes ont abandon
n leurs arms
PARI* st. Jean Perler est nom
m ministre de France Mesieo. M.
Joseph Gilbert est nomm uu pas
te semblable a Montevideo.
CHEHBOI KGLa comte Appmyi
ancien loi iiiinislre ministre de lion
grie s .-t i mbarqu sur le paquebot
,. quitania pour les Etals Unis
o il doil faire une srie de conf
ronces.
tion, il ajoute
a ordonn la r
dlai.
Trois cents reprsentants de la
Hhur et de la Itliuauie ont discut
hier pendant d heures, au sujet de
la rs'stance passive, avec le onancs
lier S reeeman. Ils ont reconnu,
l'u liant mit, qu'il tait l'uti e de s'op
p)r plus longtemps P.iCCUpatlOU
France belge el que la rsistance pas
siv devait tre abandonne. Seule
tuent sur un s ul point il y a eu di
vergence d'opinion et ce point d" savoir s il est propos de se met
lie en relation 1 directes avec la
Fiance pour Us Mparations. Tous
les partis politiques, les organisa-
lions ouvrires et industrielles, ies
fonctionnaires du gouvernement et
des municipalit de* rgions occu
pes, assistai ni cette confrence.
L'opinion de ces personnages sera
communique demain Le lers mi
lustres des Etats confdrs et le ca
binet pr. nront, mercredi, une d
cision lfinitive.
Les journauxdanf leurs dilonaoi
discutent ouverlemeiit la sit atiou
de la Rhur. La majorit reconnat
f.a tellement q ic le gouvernement se
trouve en p senced une ncessitab
solue de|eeeacr la rsistance passive,
n m seulem nt a caise le la terri-
h e situation linanciie mais aussi
pour des molils politiques. Ils font
ressortir que la ruslance passive
est maintenant beaucoup plus profi
table aux Franc, lis qu'aux Allemands
pirce q> e les Franais mettant de
plus en plus la main sur l'org-inis
ma officiel allemind et pulculire
mmt sur les eh uiins de fer. Tous
les journa il sont d'accord pour re
connattr: que l'Allemagne rentre au
jomd'liai dans un s semaine fatale.
Le chef de li police Berlin a in
lerdit p .niant deux semaines la pu
blication du Bote Eahu et de
deux a lirai journaux qui en dpri
dent. L'o die d'interdiction a suivi
de j r; la dcouverte el la couflsca
tio:i pir la police de 2J mitrailleu-
s s, dune quintit formidable de
munitioas et de petites a-mes dans
une maison de la partie Bat de la
ville occupe p.\r les communist s.
C'est ainsi que le 31 Aot 18 h.
le pavillon italien flotta sur le foH (
et le smaphore. Iinmediatcmenl
prs, les consuls trangers sa ren
dirent bord du bateau Amiral. Di
on ct 1 population ne fut pas Irai
alarme et la circulationi reprit ce
cuu.uc... ...-. mc l'ordinaire. Le prfet et le Mai
plus mauvais qu'on ait amii, vu ^ vu|u prircnl des acCOrdi
pour l'preuve Gordon Benell. autorits italiennes et depuis
? A. la France 1 ordre le pins parlait rgne C.orfoo,
La situation de la FjJMJ
est evcellsnte, dit M. de
Laatayrta
Cini aronvutes dont deux heu e
nants de l'arme amricaine son
morls, un autre a t grivement
blesi lorsqoi cinq ballons son ve
nus s'craser sur le sol ou OntM
fltruitapar la foudre La^eonree
conmenct hier par le temps
PAR M. de La teyrie a fait
ressortir devant la chambre de coin
L ce de Tara l'excellente situation
de la France aux point..de vue lin.
nier et conomique. Il a ut les
cbiflres montrant que PJWjMJ
mire fois depuis 101 V bjdget*
U France tait quilibre. Le m m
ha a dclar que ta Franca pendait
le* auatre dernires annes sans re
Z& "n Iran de 1'AtajlfM
avait accompli 1 ellort norme de d
pen-er cent milliards de franc s pour
F*ncons r ..lion de< rgions levas
es et la restauration des finances
dupav>.Cetellorin'a UjmWlWe
n'en votant huit milliards d impts
adiitimnele. D autre part le rende
ment des recettes ordinitres qui
SS de 15 millUrds en 1^ a al-
lant 19.170 millions eu t**
tdancecomnereiilequt taddea
vorahle la Vrince en IffM1**
undtic.tdeplusdelt.n.l.ardsde
freans, a t rduite en 011il|.seule
ment un peu plus de SBlltaaWJ.
Lei mouvements maritimes tndi
queut pour les ,7 premiers mois de
1<):;t une augmentation de MW na
vires ou 7.126.000 tonnes sur la pe
riolecorresponlantedelO'2 Peu
dintlamme priode le* recette
des chemins de fer ont augmente
de un million 535.000 ff,:en
1021 il y avait en FreBM03.W3
chmeurs tandis qu'au 1er Aot
M13 seulement 1075 personnes
liaient sans travail dont 130 haN
tant Pans.
Les Cour
NEW YORK 1 > I lancs 16.il
Sterling i '16
Route leiiseoll-furcy
Durant celte saison d'Et beaucoup
de villgialuristes ont visit Kenseti
,1 Purcy. De l'avis gci.eral, ces m
naines ne tarderont pas tre trs
bbt?e" Dj Kenscol ncotnpU
U d'une cinquantaine de maisol
Ket mme question de laconrtm
deLceetteUlrgion est l'tat aVaaM
do la route qui y conduit, On m
vent parl de travaux devant 1-g
liorer. t:s temps derniers,J**
mme question d'envoyer des Je*
"eur" en vue d'tudier un projet!
construction d'une rotileronvjaabh.
Mme Chistiane B. a vat -
jours derniers, les charmesrt J
douceurs de la tempat re de J
aiteemcrveillcMixet.lealMtt"
que cette excellente ide aboutis
PrW
lominatioai
remplacement du regrette
Claude. y. ,ioa cos>
Mr Stacco remplace Mr Lon
me Prtf.t;Mr Antoine Bammtt.^^
missairedu Gouvernement P fc
Tribunal de Premure InsW
Petit-Go.\ve, remplace MrtMacc
Caves en la mme qualit.
A la Socit des nations
GENEVE- Le prsident de |'a*>
semble de la socit des na ions a
annonc que le protocole pour Par
bitrage obligatoire dbut lesdill'
rend dpendant d-s trait.; conimer
ciaux, taient soumis la signature
de toutes les nations. Le protocole
a t approuv par la commission de
la socit traitant dos affaires cono
miques et commerciales. L'assem
ble a discul le rapport de la coin
mission judiciaiie en faveur de l'a
doplion d'une rsolution foui nissanl
l'interprtation du fameux article \
du pacte de la socit, t'ar celle r
solution les autorits ronstilulion
nelles de cln } le Liai auront le droit
exclusif de dterminer jusqu' quel
degr, si besoin en si, l'aide inili
taire sera do in la ans autres Etats
quand cet Etat aura l attaqu.
Aronautes morts
BRUKCL X, i Les jonrnaui crili
quent vive n-nt les organisateurs de
la coupe tlordon Benell pour n'avoir
pas retarl le kmarl dedes ballons.
I^e dernier counier a ap-
porte les intressants d-
tails suivants sur
L'Qccupak
de Goriou
LEscadre italienne se prsenta
devant Corl'ou et intima l'ordre a
la ville de se rendie.Des que le dlai
lix fotchu, le pavillon blanc n'ayant
pis t hiss suivant l'ultimatum
notili, divan coups de canon furent
tirs blanc et bientt ils furent sui
vis d'autres coups tirs avec des
projectile; de petit calibre direction
d la forteresse Ce fut ce moment
l seulement (pie le smaphore hissa
le pavillon blanc et que commenta
un dbarquement qui s'effectua en
bon ordre au nord et au sud de la
ville.
a*t*J-*'* aerUi"
Dans le discour du f
d'Etat Hughes, dontjiow ^
texte sous les yeux on^1U J^
d'Hati Alin de cotnpr
Conditions existantes poiM
devrait se rappel^" *JJ J
U Rpublique d lad. ,e ^
Indpendance, et.e a ,ioUll
de rvolutions presque o
t>ici..lvraid.eon^riiDtj
comme de celle des prem %{M
-Le touveraemeaioe u,j,
ni cberehel rendiee l6rt
,vec Hati P^ebBu0qJe ftjf
tien. P n'a d autre bt ^^j,g,
dans ce pays la P** e c'urir .ij
U ne cherche P^a^laiU,J*
contrler le ^gSefiee
accueillera avec l's ,ftaili a,cfj
o il pourra ^.JJ,, 8eronH
surancequcleV'H'lrllCunGouv2
pables de maintenir ^jj
ment indpendant ^^igeiil
lorde et h remplir j
internationales. . u M '
irt**!
ternatiouates o, be a
( tha the hatiens wi
maintain an indap.dj >J
ment comptent te JJJP ^
disebarge it mUrnaiw
i
tiooi


M-9WK J
relour la capilale avec on stock de marchand! e? le beaut annonce ses fidles clients aae sa H^son Lr!
. par suile de son absence, vienl d'lre rouve?
tosortimenl complet Grotetie <$ fhmte Gros A' im, -,
p,,onel de bon ,arcn,en pro^Soae le
lin chien enrage
d' prend ri' qu'un
|rimordu un enfant. Ou
i d'ab^Ure le chien tt
Ions quelles ni sures
te d-llygine pour
jutnlpublique, quand
[oenous n'avons pas
ibique piur prvenir
fcls de la rage, l'on
mis sommes exposs.
lesR<|Miii'ii(s
* les Ik'uivs, con-
[Mce ' i.l). .Jes It-
ffila circulation .les
. portant le N-, | jnVFour, dpendait la
W l'alten'ion de la
I celte irr-ginut
l automobilistes
nage
gcouranf, aura lieu
'Pajote avec .Uon-
ItiQ.
"nunale
du bp-Iaitien
*"ndons a nos lec-
^qinatnppron
Jpnenl ,|e II,,,,..
pllr but de consli-
ter des 'uvres
plltt' ptll.liqpo
Pjtmeiisuell.. et li
T.1 y-'^'" lots
1*^1 OU). n
M -six ,|e ao. soi-
Pf'xaniedix de
'^ aura lMI au
K^hlion .lu
[fj'iue d'Haui.
tn.
Intimes
["ts
Hir
h Cir
K:
50
Fle tblralo 1er Iclobre
prochain
*'B0djtlta dlo acrorhelan so-
leil lel est le lire d'une nouvelle
ayote locale qui sera j.,..e lundi
soir larisianu.Entre I no, | .50,
lemercieuients
Madame V* Ohvlea Venet, m
entant, et Ions les autres ,r.em!.r. s
de la Umille remercient bien plac
renient tous ceux qui I s ont assist
et leui'oi,! tmoigne leur sympa'h;s
^lofulon de la mort de leur .e
greltLojii Charles Vmiel dcd
le a du curant.
Us les prient de c oire Leurs vives
reconnaissances.
Port ta Prince le M Septembre 1923
Veuve n,>.,,| Salnave .vu.er-
ae bien sincrenent tous ceux
e a moi 1 Je son regrett poux
et les prie de croire toute sa re-
naissance.
. Profond ment touchs dos pr*.
Clauses inarfuei de sympathie tout
Us or.l t l'objet l'occasion d 1 h
mort de leur regrette
Marie ktitcbnk Kcwniu Iro d
Epouse WILLIAMS BAKRR
Mme Vve Christian Houmai,,. \lmP
Claire Page, Mr et Mme Ohirl s
ombrun et leurs enta ds, Mr le
Docteur J.scph IVrri-r. M, pl
Ui BeiiBuio, Mi Benoit Gil|.ium,
>ret Mme Guillaume Nuzoo, Mi et
Mme Alphonse llaynee, tous les au
trs paienls et allis, remercient
sincrement, tous ceux q. i, tant de
la Capitale que de la Piovince, let
ont ass sts en cette dou'oureu-e cir
constance.
"s les prient dcrire (outa
leur reconnaissance.
Portau Prince le 2i Sept, mb.eion
ne Morpoau
l ncienne lve de
Molle Hermine Fauberi
Leons de Piano
Leons et cours <|e Chant
<>31, Un,, ,i,v Mirad^ 631.
Luna-Park
prpare quelques surprises? *
Do otuvetu ?
Tant mieux
."tree libre
nous
dimanche 30 Septembre
|- s Actionn lires de h .. ,
gni Nitionale de Coastrurtfion
sont convoqus a l'extra irlfhal'e
en assemble gnrale p3Uf |e
vendrvdi 2* Septembre courant i
Jneuraedelapra-midi au locil
'Jila Gompagoi Rue des Mir -
des, aux lins de prendre tout-s
maures nMMiarji la |,,M1.
marche de IA fministratioa
Port-au Prince, le il'Sq.t 192'
E J. L Vf ) fil,; prlh i\ '
x< ?> ,0La8,B0 mandataire de Mr
Malherbe Poiteneo.dclare adir les
rcpisss ci-Jessous me; lionris
nis en|/aveurdu dit Mr. Malherbe
1 oitevieu par |;, Commission Fpji
Savoir : Un rcpiss No 15.210
levant a la somme d Odes <\ut* :
I n rcpiss, No 868, e'levanl
J< somme de Oourdes 54,43
duplicata dfvaut en tre dlur.
Port au Prince Septembre 19J3
te Mandataire
HENRY Dr-JOIE
F. Lavelauel & C
&mpol ConiiimtAAion. Lf. 0. Jfox Ml
Allants GnoM-atix pour Hati des maisons suivtes :
H. K. Huiler et Co Inc. ,\. V.
Marchandises Gnrslea
Diamond Hraidmg Mills Chicago
lleights.
Lacets pour chaussures
Lynn W'ood Hel! Compan\ heene
Mass.
Talons en Colluloldfl en tous genres.
Socit des Pr tduits Holot Paris
les meilleures Dentifrices du monde.
Socit nnonvmc des Parfums de
Nicole.
Parfumerie de Luxe
Clarence et L'o Kordeaux.
\'ins
H. Teraaux !( is le Koi
Peignes en tous genres.
htabliffemenls Adrien Sarru/in Hij n
Liqueurs Fines et Spiiilueux.
Ch\ Henard & Lie Cttffrae
'"irnacs et Brandy
P. Poiza Fils et Cie Lyon Vaiaa
Produits Pharmac utique: et fh'mi
ques.
Huilles Essentielles Extraits'poaf
sirops et liqueurs Droguerie, Uesbo
risterie etc.
A. Clavery ot Fils Tosse Landes-
lou-lions rie tige en \om georea
Eugne Marchal Venisseux
Toiles Cirs et Tapis cir!s en Ijus
genres.
La plus grosse Fabrique Franais*.
MALADIES oe u FEMftIE
APHLONE ) ~^^"F3^
co tre les
LsUniBim riCItTTE-KIIET,
15. La das laaNklM I dist-iels. ?;hs
3r)
Voici et voil
cent
,"-. : 7 T., r*~~ Pi'u"ac nui unie riiinc.M'SP.
Nous raisons des termes libraux de paiement aux bonnes maisons et
nos condition? sont excellentes. Consult z nous avant de vous adresser
d'auirer
w 50 centimes vous auriez lumire
l (iin,rnniVl\,iAZUL,N|-: donne 0 bougie.
[ lampes lectriques ensemhi nc. .. "uux"
allume.- un Caf, une usTne u Lf PU.r
vfl * i'a__ me ou une maison DrI-
l,a Xl,i30a fabrique'ja^;^^^^'"??"^"'.
maisons prives et install-itinr.- Tp ,e lu*e Pour
ll.Uels et ?Utos sans ffl^SlrtU oStS'JL*.^ PUr ,raine-
koff et vJU3 vrr chez tla ir / , J'S?''me lim'
Jmu lotek, fars, 0.s.s, M.,is,,s de bmmwet ei
."^"s prives ,lo,v,,,i M ,.,,-...... ,,, ,. ";'
^z,::ii:z rb,ill;.....;......." w ^
__^jQunlin Williams
Fulloii SJioe Polish
Company lue.
^ eiv- \ork
.s, m ,^ Mtf Upmu Jt m t)mm
** """ """^ aiw i Umh Anri*
tbauiiuui pendant latelmL MtfMfHt /j div*
uokonm.
9
ii'i'^ifta!fm"*tfii4r .es dames et les gmtbmmt du bigk hu;
mm jrottge la fxau des chaussures eontie l'humidit et la ebakur.
om l en retient leur soubletse et conserve leur brillant.
Demanda la marjut MCNOGRAM cmt la meilleur de toutes m mwmm
Geo. JE \N8EEth Agmi pour Haffl
NtUrUSTHNlE. FailLEtfl
CHL6R0S, DBILITE


mZ
* f .'ar a '* rfaad
L- smofisi
rnootoklae.
".^


LE mATIN
URODONAL

Rhumatismes
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Artrie
Sclrose
Obsit
-

-
.
Qui vul re'ater Jun* et lter
Urhumallimf,ledurclimeftl
de artre l>nablement de
retf>a.l*"rlce et Vobttit Joli
liminer l'escs d'acide urlque.
ce plon de notre organisme,
t falf drj cure rjuller**
dVJRODONAL.
lave le sang
. Vlndlcaiioi principal*. ***!
liprurni de t oh*m<> sclero. ons^st
va;u tout i empoter I nf'*JJ2ul'
I IM A I priode de P'*y1r'i. gS
Ditaue an > *ul facieor SmioV oflT devra. ivii toute aat.s
ctios. rotter '"'''S'1?,'.",'1'.,, A--ciai
auemnient contre la retent.cn d aciu
unq-ie d.ir.. l'organ.sme en mpio-ani
l'Urodonal
Professeur FAivtt
( mi mt a rvatum* r'o'-*r
tUDI Ch!*l'n I i VaUnctenne Par'
I \ phf.
(eii
D1ALIROL!
, riurjl.
ifii>, vdnl.ui*ili:cs
.irtxi rateu
Ht U femm"
LlflYCOLn*TTc
riltnari :tti..n*-
IfO. N-
Vaillant & llouet Agents Gnraux^!720-iRue*idu Magasin de l'Etat
a
Royal Mail Sleaoi
Packel Company
Le steamer t Conwy t'ewawl de
Kingston et dis ports du Sui eut atlen
du le 3 Octobre prochain. Il prendra
If fret pour les ports du JSiord $ l'Eu
rope.
Port au Prince, le 24 Se&embi* 1923
ColomLtian Sfeamship
Company lifo*
le steamer M.TVPPU ayant a'st
Rew+\orh ie 18 crt el attendu la
Capitale ti les pris du Aord /e mer-
credi 2 6 Septembre. Il laissera le mme
jour pour tous les ports du Sud pre*
liant fret et pasiageis.
Fort au Prince, le 24 Septembre 1923
(iCbara & liO Agents
Sacs vides et Ficelle
Sacs vides neufs Douille coulure anuKiis
Sacs villes neufs simple coulure
sacs vides 2mc main ( Trois qualits )T
44 ;< trous 1res lion compte.
sacs m de.s pour Cinienl bon march.
Relle imneaioe ft anglaise. Qualit suprieure.
En vente ohez
A la Tropicale
1728 Grand'Ruc lawofl
Incident Georges
On trouvera toutes les
marques le Kola ainsi
(|iicles produite Gililbaud
eu ques On trouvera aussi
(les provisions, du sucra,
des timbres, papiers tim-
brs, timbres mobiles,pas-
seports etc, Venez, nous
faire une visite et voua
serez, satisfait.
Autlahi BENJAMIN
Directeur
31
I
se
Prenez le temps
a
s-
Savez vous que la forte majoriuSdes malad.es des ferama
n'entrent pas dans le domaine de la chirurgie. Ceci veut
dire qu'elles ne sont pas causes par des tumeur, gros.
CBIf ou dplacement des organes.
Savez vous oue le malaises ordinaires et la plupart du
temps fort simples ont dos symptmes trs similaires
ceux de cas uemandant un opration.
Savez vous galement que beaucoup de femmes et de
jeunes filles souffrent inutilement de ces malaises? D
plus elles risauent leur sant en laissant ces indisposition!
continuer et s'aggraver.
Si le mal est pris a temps, c'est a dire juste aprs kl
picmiers symptmes bien des maladies s.ienses peuves*
ItXfl vites. Dans des cas de douleurs priodiques, retarda,
irritabilit,tat nrveux,la Composition Vgtale de Lydia
E. l'.rkhr.m cievrait fitrr pris sans dlai. Ce mdicament
es1. prcp^rc avec soins et dans cies conditions hyginiques
idales et est eatlfctemsst tir d'hcrbe3 mdicinales. 11 sa
rentre aucun narconoui ou droggc dans sa compositioa t
peut eue uns en tcuie sret
rue muet bu y- cwcyer ce ni"11 noient
Composition A&tfeiale
d.3 Lvcl.a E. Ftnkham
Bl_ ! B'Oi fS^~3PSSeS
L Dlicieux '
Caf moulu taira. Got exquU-V-
rme agrable, lionne remise aux
jirlieleius en tfros.
Dpt : 510, Hue DardsDeitouchti
en face d John Woolley auto Sop-
dlies.
Le D Arthur Haiy
Clinique StJaeques
Annonce aux clients intresss,
qu'il passe ses vac&ncesauxCsyes.
Il sera de rotour Port-au-
Prince en Octobre prochain.
Cayee, 23 Aot 1923.
Pharmacie VV. Buch
Port-aumPrince
Houveau traitement de la Furonculose
PAU'
Hisloplaste du'Dr Wassermann.
L'InUopUste est un empltre prpar spcial*
pour les Furoncles, vulgairement anpeles clous.
L'Empltre se pose sur le clou ls son appa
qui, sous son inlluence devient indolore eu*
temps ; l'inllammation diminue,il ne se developpt
et se cjurit en peu de jours.
" L'instruction dtaille dans la boite de 1M
Royal
L.
_ JLGGERHOLH
Hue du Quai
QUOI QUON DISE
QUOI QU'ON FASSE
Le Hbam ^rbcoorl est
et m toujours le aeiilear
.4 l Inte mdia:r&
Diligent
Ce bureau, tabli rue Frou 310,
maison llobin. offre ses service
pour toutes affaires : Commission!
transaction, servi e spcial dans
les questions d'automobiles : ven-
te, achat, voyages et transports.
Dix machines confortables et
dix bons chaufleurs 80' t abonns
h notre agence: machines propres,
solides el pourvues d'accessoires
lompltts :/ chauffeura habiles et
a Vint les meilleures attentior.s
pour leurs passagers.
Tour tre bien 'servi, adressez-
vous L'Intermdiaire Dili-
gent.
SERVICE DES AUTOS
BVLAN: Lundi, Mercredi,
Vendredi, Prix, DEUX Dollars.
CAYES : Les passagers peu-
vent s'inscrire A l'Intermdiaire
Diligent Hue Prou, 'ilb\
Caf
En lace de la Banque Nationale]
Propritaire : Annacius INNOCKNT
Ce nouvel tablissement se recommande par-un*
irrprochable, des consommations de premier
situation privil(jie. ^
Le- soir, musi(|iie attrayante dirige par M*
sionnels deqiand meiite.
Installation parlaitc. ?m modrs.
Tlphone N 395
Maison louer
Ponlortable maif.on tage, sise
l'Avenue Ducoste.
Pour les conditions, s'adresser
a Mr Vincent Creidy, au No 211,
Hue d.s Fronts-Ports,
Grand Htel de Pranl
Angle des Hues Bonne-Fol et du 0*
Vient de recevoir : doui,
Pat de foie gras truller. Civet de l'vre."** tf*
lentilles. Andouilles au saindoux. Jinl,2Pnn ...
chois l'huile.- Sardines Mar.pierenux. inu
Petits pois tins extra. -- Houdins, etc. iP callon G-J
VinTouge, le gallon G. 4-fX). .Vin Blanc le K
L Htel dbite par barrique* V
les Vins de Bordeaux * a
df

'S M!011
P'i /.t .
Cuisine excellente. -~ Chambres confortables
surlamer^ ^^^ ^^ fa frailC*
~- -~ - -


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM