<%BANNER%>







PAGE 1

LE MA TIN |A X*f I Apprenez l'Anglais chez vous! 'eux <|iii demeurent trop loin d'une Ecole Berlitz, nous ollrons DUS COURS PAU COIinKSPONDANCE Le 1er Cours Elmentaire d'Anglais vient de pai-.illre Ce tours est l'usage des dbutant*, di s personnes n avant que quelques notion d'anglais ou n*ayauf tppril cette langue que tbori picmmC DURE DU COUHS : 4 MOIS LE COURS COMPREND U Lerins orale? ou crites— 11 levons rcapitulatives, bon srie. (Environs 700 pages et 2<>0 corrections I exercices. PRIX DU COI US: A—Payable en ' termes d'avance : la souscription 1 dol' Aprs le 1er mois 18 2e 10 I o l!. —l'ayahle en une seule foi*' ^l'avance. la souscription ta Dollars Les Irai* d'envoi des exeicices corrigs sont la charge de l'cole ; ceux des exercice* corriger, la charge de l'lve. PAIEMENTS PAB CHQUES (H TRAITES BUB NKW-YoKk A TITRE D'ESSAI : ? premires leconi du premire e >irs lmentaire ( y compris la coireclion des exercices) : 1 0 illan a dduire sur Les 5 le prix de l'abonni nient. S'adresser 2$nW TJie Berlitz Seltool of Lanjnajjes 30 West 34 7h Street New-York, U. S.A. ~Wfi*l Par Cable Nouvelles Etrangres Convocation des liais confdrs allciuands f BERLIN 23 — On annonce aujour dliai que le cliancener Slieseinan convoque les 1er.s ministres desE ats Confdrs alleimuds pour une cou fi-rence sur la situation de la Hulir. Celle confrence, pense l-on, aura lieu jeudi et dans lus milieux pudiques on la considre, comme le pi saga de 1 abandon prochain de la r gislance pas ve. Lee fonctionnaires) muni ipaux et les ctiels des partis du travail et des industries de toutes les /"ies occupe! essuieront gah il jiii %  > la cjulercuce. Lis.loa lion dans la lthui%l la It.i.iauie ra soigueuseinenl eseunuae, la-ut au point de vue conomique et po.iliuue que social.Le cliaucelier est dal reux de voir les chels de Etais aile m nids se trouver en contact per'sou nel avec les reprsentante dee r giniis occupes. C'est pourquoi il a adopt celle mthode dj les faire se reucontrer. En dpit des dmentis ritr! provenant de Paris et de Bruxelles, dans les milieux politiques a Berlin, on persiste a souieuu que le iinnis tre de la Belgique ici, a activement cherch tablir le point de contact entre Mvl. Slieseinan et Poinsar de faon IV persuader os deruier faire des concessions U M. Mivseiniu, M qui lui pernietlrait de faire cesser U rsislauce passive en retour de l'ain nistie ues allemands dporte des rgions occupes par les autorits allies. Au ministre des atlau-es trangres, on dit que la nouvelle ollre des rparations est impossible dans la situation actuelle pour la simple raison que les propositions de l'Allemagne du 7 Juin n'ont pas encore t examines par les puis sauces crditrices. Arrestation d'un desas assius du uil 'al fellini ROME— U rapp rte d \fgfrokasli'oi), ait su I de 1 Vlluuie, nue la police de celle vili a a rt un pi rjt. nomm I Jarelli qui • av iu U e partie de la ba ida des 7 lioinin I q,n s'tait mise en emhu-a le et vivait tu le gnral Fellini cl les au res membres de la rom mission de la dliinilitioa de la frontire ai lu naise prs de Janine, incident qui a provoqu la rc mie crise itao grec que. Si ce rapport est exact on croit que le complot entier sera dcouvert et lous les couuables arrts. fin dla r.n;i>n et qui, croit on, a t rlizj eu angLi* parSirWilla.n l'y ijkrt>a, d.oit du 1er mmis 1rs de l.#T*f-aude ILetague, et auquel M. BalJ.un a donn toute s m appro balion. La paix eui\> ( )eane dpend des eonlrenees de Moscou, dit M. Brandler. M 1SC0U 81 Les ebels des com mmisiai allemands ilinricli, BranJ 1er et Tatmev r sont arrivs Mes coi et ont m aux Russes que l heu re avait Sonne pour U rvolution aile nanda. Us o coofl ince enMenr habilet p)ur avoir le cont'le de l'Etal allemand, mais ils ont besoin de l'aide du proltariat international contre le-* ennemis capitalistes du dehors. Les communistes allemands sont tellem ni certains de leur russite, d aprs M. Brandler, que beau coup d observateurs Berlin sentent que la paix europenne semble d pendra des confrences de!Moscou ans quelles les allemand( (Minent part. 11 s'agit de savoir il I s communis tes russes pensent qu leur td pro Blaire sa* suffleamment font pour renverser les forces capitalistes du monde combines contre eux Dissolution de chambre P Ailla 23 L'ne dpche de Sofia l'agence Bavas, date de samedi, dit que la chambre bulgare des dpu ts a t dissoute par dcivt royal. La dpche ajoute que la date des lection! n'a pas t tlx mais aux termes de la constitution cl es doi vent avoir lieu deux nuis ap es la dissolution de la chambre. Uns autre dpche d-l que l'in-ur rectioii actuelle gagne du terrain et qu'une force de 100,0Jn paysans, dont la majori sont arms et bieu organiss, mirchiiil sur Solii pour renverser le gouvernement. Le cabi net a sig dms la nul de samedi, prsid par le roi Bons. Deux rgi menti oui t envoys la rencon tre des paysans qui se so il arrts en lace du feu des soldats.Les villes bulgares, le long Je la frontire y ou gosiave. montrent une grande ncli vite, bieu qu il soit aflirm Solia que le gouvernement est purement agraire. Les communistes se sont mis de la partie et ont organis une grve gnrale qui deviendra elfecti ve lundi. Un bon Conseil aux Amis Allez chez DEREIX Prendre ce soir 5 k Potage Villageoise Vous serez satisfait. Crme la glace Sorbets Ptisserie-Sandwichl Evacuation de Corlou U'apres 1 agence ofiicieuse de Sle r.n i. le renseignement parvenu hier d'Athnes |ue les Italiens avaient de ji commenc l'vacuation de Oorfoa n'est pis exact ; l'vacuation n'aura lieu que le 11 septembre, d aie tixe par le confrence des imbassa Jours. Les m< Nouvelles Diverses PARIA ii Les midinettes empl iy es pu les mSMOiM de eo unie ont vole aiij > ir.lliui di se mettre en gieve lundi prochain. La Lgation bulgare, ici, dit avoir rei'i la luuvelh que le go verna m ni de S iiia avait dcid de deia rer l'tat de sige dans tout ie pays p inr empcher le mouve.ne d insur rectionnel de se rpindre. Iule a galement inform qu'elle avait re <;a le de.neati formel des bruits qji avaient c uru l tringer, qa'ui gouveriunmt provis ire avaii t proclam dans quelques parties lu piys 1 O'apie. la version ol'.icielle des soulvements signale li;cer laiod districts sont p t r essent loa mi et limitas au sud ds la lia giric. ROME 22— Le ministre de Suisse a inform le ministre des ailaires trangres d'Hahe que V personnes oui ele arrtes sous l inculpation d'avoir particip aux rcentes mani fastalions laigano contre les fosnla les italiens. M. Mussolini s'est dcla r 1res satisfait de cette mesure et a fait coanaitre qu'il coosidrail l'iaci dent comme clos. r..ltl.-> 2.1t)n manifestait aujourd'bui quelque surprise au minis 1re des idores trangres sur li s CJ iiineiiiair s dfavorables] ds la grande pu lie de la presse biilaniiiq ic relatifs a la rcUUlon amicale de celteasiAsiuaantre Liiidw.u, terni uisire de la oianvie li elagne, • I vl. Poiucac b expose d'une controvrer se prolo'ig.'e dan-, li presse de-, deux pays est fort mal vu par le U lai d'Orsay qui insiste sur I extrme cor dia'ite de i entrevue signale dans le communiqu officiel publi 4 la Le Problme de la Rliur BERLIN 21 Le %  Worwaerts d clars que la lin du conllil de la Rhur est devenue une question de ncessit et q Cil serait insens de cacher le l'ail que la rsistaues pa9 sive perd visiblement le sa fores en prsent des lourdes oaargas impo ses par la onerciii m trangre •! le fut nouveau q ie las iinues nitio naies ne peuvent t > us support T l norme fardeau liunuier caus par la rsislauce. Ce journil ajoute que le conllil de la Wlrir rclame main tenant une solution diplomatique uans laquelle la francs ara le lac teur le plus important. Tout dpen 1 maintenant de avoir si le gouvern ment aile n an 1 sera capable de ngo cier habilement et si l'opinion mode re en France cl l'influena que les allis ont sur elle seront MME fortes piur anaiien.r quelques changements la s tu diou. Le pirti nationaliste, par l'inler mdiairs de son chef au tteichslag, vl. Uerg l. anionc> ju'il ne pren dra part a aucun pr >j de capitula ti m.iiCi co nmunialei sol vive nsot opposes a la so un salon parce qu'elle serait une eoiieessio i faite aux capi tafistes Iranais et allemands. Le sentiment du Heichstag ne sera pas dlinitivement connu avant mtrere di bien qu'on considre d'ores et d ja. comme certain, qus le chance lier Streseman aura l'appui de la puissautc ooalitnO parlementaire ac tuelle pour toute action ayant pour but de mettre lin a la rsistance pas sive. Ol'licieilemcut la cessation de la rsistance passive n'a pas t d crle m lis a part linlime minorit d ,i Miteru itioaalis es tuniult> eux l'opinion qui domine, d iii-t les milieux officiels et le juge ment poudjr des chefs politiques, de i industrie, des finance et du ira vail. iidiqueut qu'il n'y a plus e3 prer que les populations de li lilmr et de la Itheuauie puieesnl laf lisain. uent tre ranimes pour se ser vir de la rsistance comme arme (flaetive un jour de plus. lecidents survenus durant la course GordonBenett de ballon BBUXKLLKS-l'iusieursaccidents ont marqu le dpart de la course Gordon Benett de ballons. Les bal Ions amricains ont t particulire ment malheureux. Le ballon 3/6de l'arme amricaine, trop leste, fut pouss sur la vilie de Bruxelles contre un ballon belge et ce der nier fut si srieusement endommag qu'il ne put prendre le dpait. Le ballon amricain dfltO de la marine amricaine pour viter un accident a ' oblig de jeter une grande par lie de sou lest qui est tomb parmi les spectateurs. A St Louis le 3mc ballon amricain pris dans une rafa le de vent a clat 10 minutes avant L'instant fix pour le dpart. Un bal Ion espagnol a {ris feu dans l'orage, l'aronaute Lnaranda a t tu. ,ln des ballons est tomb prs de Beve roc ; on pensa que c'est le jpheri que Suisse Genve '. Il a t l'rap p par la foudre et s'est abatlu sur la rout* entre Moll et Meerliout ; les aronautes qui le montaient ont t tus. 1 i' ballons taient engags dans celle course : la France, les Etats Unis, la Belgique, la Suisse et l'Es pagne avaient trois entres et l'Angleterre deux. l'Allemagne oublier la gn< vainqueurs ^en signant I alors qu'ils taient sur le valiii' le territoire allemuii truire les dernires divisions i nies du lteich. Il y en a beaucoup de l'ut du Ithin, a dit M. foincar, se rendent pas compte de leur lion, lisconduiseul rAllemt|M| de nouvelles catastrophes tl s sent follement peur exciter bl te contre le trait qu'ils ont des restourcesqui jouiraient excuter le trait. Que*^ re ? Attendre qu'ils soient] bord mme du pieipice ?" vent encore, gice Dieu, N de la chute : ils n'ont qu' tre l'inutilit de la rsi nou? prouver qu ils sont sine dcids tenir leurs p Mais qu'ils se tiennent gardes. La pente est u'est pas nous qui glissons Les Cours PABIS 24Dollar Livre '•La pente est rapide et ce nest pas nous t|ui ijlissons", dit i. Poincar NANCY— M. Poincar. en inau gurant le monument lev aux morts de la guerre Champenoux, dans le centre de la ligne de combat sur les hauteurs de Grand Couronne, a dit que de semblables manileftations n taient pas organises pour inciter la haine ou le ressentiment, mais uniquement pour .gloritier l'hrosme de ceux qui sont tombs pour la cause de la justice el de la libert. Il a exprim sa surprise de voir La toiture de la Bouvelle Catn Depuis hier ont commeDc vaux de reconstruction de IM de la nouvelle Cathdrale, b^ paitie est couverte en tibroe d'ici quelque semaines II i .Notre'Dame prsentera unktf| aspect. „.„ii Ces rparations viennent car avec la saison pluvieux. I vais tat de la foilureiOW un danger pour l ensemble i lice. Fianailles Nous avons reo £tjN£ .•ailles de Mlle Mayolte il Mr Bobert Lal'onlant. Meilleurs compliment. F. Lavelanet & C| 3mpott CoitvrambHorv. I & f* 3 ^art-au-^rince 3tattt ig ents Gnraux pour Hait, des maisons sui Etablissements Adrien ^jj Liqueurs Fines et JJ GayKenaudAjJ Cognacs _"**\?3 Produits Pharmaceut.q-i 11. K. Butler et Co Inc. N. Y. Marchandises Gnrales Diamond Braiding Mills Cliicago lleights. Lacets pour chaussures Lynn Wood llell Company Kecne Mass. Talons en Cellulode en lous genres. Socit des Produits Botot Paris les meilleures Dentifrices du monde. Socit a non Mue des Parfums de Nicole. Parfumerie de Luxe Clarence et Co Bordeaux. Vins H. Ternaux Bois le Roi Peignes en tous genres. sirops et liqueurs Drog* risl erie etc. A Claverv e{ MJ J ^ Bonbons de L g *j% Eugne Marcnai | Toiles Cirs et Tap. <#* ge L n : e ;; U s grosse Fnl* bono** Nous faisons des termes libraux de paiemont aux ^^ nos conditions sont excellentes. Consulte-' ou8 a> d'autres.*



PAGE 1

%  w T? >*., %. t,E WA TIN jgdu Lyce Plion MUI J'acbovpmcnt. de la ^de l'Amicale du Lyce repris avec entrain ces -osons qu'avant la fin de iie brillante file viendra L|| coquette construction de [fclyce Plion. Jevez les chiens Epoelques jours le Service iprocde, non sans raison, jttlion des. chiens. Dans l^ue quartier on rencontre m gisant le plus souvent de? mes. Il serait bon ruo service qui se charEjleter les chiens une fois jours au C;i|>Haiii'ii ilelilre d'une dlicieuse de Franeois Mandat, [la ville du Cap et dite jUnis. [euxqui ont eu le plaisir Kttte musique captivan diront do savoir qu'ils [ravoir clnz eux ou l'ofjamis. C'est une œuvre idencouiM^er le musicien irpandre l'art hatien [manifestations les plus %  compliments Franpour son travail Sbe?ie inspiration. contre la (STIPATION prenez les IMPRIMS [IUI %  LORT, Pharmacien, "H "• Sali : A itoina P AR IS LE MEILLEUR l PURGATIFS •AU-PRINOT] I; Pharmacie ALBFKTUfl liuD' Ju.tr. VIAKJ toiuiea l'hnrm*ciwn. nercieinent* _iVve Charles Vernet, ses Htou* les autres membre** plie remercient bien sinc %  ceux qui les ont : ssist (tmoign leur sympathie P de la mort C i Va Irindi cuillere dut an titra 4'ean po ur tt oi le a*a(>. Iscltle dt l'NI0D0L. K. RM M Mithurlni. PUIIj I Ea VHM TeutM lM Pliirui :ltt. i Sacs \ides et Ficelle Sacs vides neufs Double coulure amilais Sacs vides oeufs simple couture sacs vides 2uic main ( Trois qtttiill ) :4 )) broui trs hou corapto. sacs vides pour Ciment i bon march. Ficelle amricaine It anglaise. Qualit suiirieure. L?iuMMMGEP.H( Hue du Quai ; retour la capitale avec 1111 stock de ^juarchaoli es de le beaut aunonce ses fidles clients qae sa Maison fer^ par suite de sou absence, vient d'tre rouvet le. Assortiment complet Grotsrie < finesse— Gros $ Dtail. prix exceptionnel de bon march e?? profite avant que le k s'puise.



PAGE 1

t. ..A riti e Faisons mi ^'V • %  :..; •.• % %  % % % %  • 3 r;e rdS&lB?' %  *v*.-_ •OVQurrs tti JM? uW'i, 4w< nrutt, P'bt-h*t m*, *,. mff ^ | A.M ni /. t*M mtrveiUttn, L'Airait iaia It caur. t*f it.fi C,'.• N-. : rMBM M RRN, fox-Tro. u '.r f ul pouvoir ipurum paur Roi.wnt). EXTRAITS : Œillet. Pvtt, NimtH, Vtoltllt, yilamtm. /aimin, Lilti. M-gurt, l'ii. Hflielrop.'. thfftt. Toutf Pi*' jrnerti Pd r/u m euu •'• .' .S ; %  I *• J 1 i %  / i "Ht ^ RXO : r*H* ARYS 3. rue d U Paix PARIS fc'WT^jifeaMj/Xft'nnjftjftjMdFJW rrn^l>Si-ip^>f > mg_\f ^ jJ6uTnt ^ji^ Vaillant & llouet Agents Gnraux 1720 ue du Magasin de l'Etat i ii Eoyal Mail Sleam Packei Company le steamer € Conw y vouant de Rirgstonet dts po* t* du Sud est atlen du le 3 Ociob e prochain. H prendra le fret pour (es yort* du JSiord ,$ %  l'Eu rope* Port au Printi, le 24 S


PAGE 1

JR PAPRIETAaE IMPRIMEUR ftnent Magloire BOIS YERNA liStf R ue Amricain 10 20 CENTIMES Quotidien L'union sacre des nation! entre elfes n'a pas st'tiUment pour luit le repousser la mort par 1rs armes, mais d'organiser la vie par l'amiti al pa cifier le m onde par la justice* A. AULAItD ELPHObE No 94 i ANNE N 5023 PORT-Au-Fiixcr.(ii.\rrn MARDI 25 SEPTEMBRE 1923 'fi rEnclume et le Marteau irons dit, dans un article [combien font ilu toit Nationale ceux qui, crovir, tombent quotidienE tour de liras sur nos M, notre presse, nos l'ajjjspersonnalits les plus r i du pays, — en tru'i nt jiorte de cynisme counrcisinent a reprocher idedire les vrits utiichoses de notre pass, isur des choses mortes, al, accabl sous les rejfextriniste lui dcuples parts a l'occasion lence qu'il pratique ja raison de notre au, 'en matire de replilis 1915, le pays est dix groupe.dont l'un Ire avec l'tranger cor ls nationaux, et PauMer le pays, lent, quand on veut ichose aussi rvspoctaipays, et a condition, id'trequalili pour un Rg£, %  • on. ne saurait Nat l'gard de ceux tse mettre en travers niions. On a pour exntale de tous excs niions sont bonnes et %  adversaires perverses, l justement un point fj : c'est que la sincrit os est souvent contespas mallieureuseon directe des violencnses. Oui, il faut le fa, le parti des narouges n'est pas al> ei ceux mmes de 1 e qui sont sincres *f avec nous, s'ils ont Penenccque dans tout 1J e il y a les partisans 'ceres et il y a les ex•est mme permis d'al " et de prtendre que, [toutes choses en ce e sincres sont l'ex exploiteurs la rgle. que ceux que suspte lytioualistes rouges %  y partie et combat.'J* 8 en ce qu'ils peu^ nuire la cause ^justement l '. % %  forces a 1 ricaine i. eltorts raliss par ses principaux lments po,aites a lil ,01 lectonue, un des points litiques, il fut pris sous forme de soprimordiaux du Parte et dont Pinterpilalio'i a p pa r lien t exclusivement l'intervention dirige par la section Latino-Amricaine dulipart:me;.l d' lai Lei sus-dites rformes ont soulev l'ind giictlnn des iu-i lirn-. 4 <..* -. future Restauration constitutionnelle et le Nationalisme pur ayant a sa tte des cliefs radicaui condamne ces rformes cl proteste c mire le Prsl lent qui devra assister eus lection s. Les plus svres critiques contre ce qu'ils appellent le D ret moist'ueux, se propigent Sto-Oomingo et au dehors sous tonne le circulaires imprimes portant la signature de Mr Vidal un des protestataires. Cet arrangement d aux dtnar* ches d'un dominiciin de haut prestige politique est non tenu sous le nom rare d'Entente pour l'Evacuation. Bien que l'on soit en train de iTieltrc en pratique les conditions de celte convention, un groupe populaire qui a pour clu-l' de nombreux intellectuels et patriotes de la plus haute signifie ilio 1 Slo Dom ngo voit aveu dgot, obseive avec douleur, en un mil. rpudie l'Entente et combat par les moyen* en I in pouvoir, les politiciens qui s'agitent pour obtenir le gouvernement de la Nation, de l'amricain qui, aujourd'hui dispose de lu chose publique. Lrs deux leaiers de la protestation Nationaliste l'ex-prsident Henri* que/, y Carvajal et Amrioo Lugo jouissent d'un 1res grand crdit auprs du peuple dominicain. A l'heure actuelle, ce n'est pas an gouverneur militaire mais bien un Prsident de la Rpublique qui est la tte de l'Etat; cependant, le vrai gouvernant c'est le reprsentant de Washington qui s;ul accorde au Pr* sidenl la facult l mil.coiJttionlU et tnsn'fiuinle, pour exercer la suprme autorit dans le Pays. Le Prsident nomin par une assemble de Notables, est devenu le prtexte lgal d'une situation anormale; et selon les conditions du Pacle, son vrai ile consiste attendre le jour des lections, non pas pour les prsider, mais tout simplement pour y assister. Le premier pas vers la Reslauntion, consistera lire el runir le Congrs; ensuite, le Congrs ratifiera certaines clauses d : l'Entente, qui acceptent tout ce qui a t l'ait par l'iiitcrventi m. Eu dernier lieu, il lira un Prsident constitutionnel, ( c est dire constitutionnel, avec ce semblant de constitution qui laisse intact l'accord sign avec le gouvernement le Washington ) . Voil quelle t ane amre et difficile est au.vce la Itpublique Dominicaine Le peuple dsire revenir la joui sauce intgrale de sa souverainet mais une partie de II classe diiigeSate et d'anciens nationalistes abattus par le dcouragement et la dception accepta le croyant viable, le rgime que les purtisaqs de l'iutervtutiua \ct e excellent confrre L'Essor" d si -ou V,|, v, ndredi, inlitu l ; "S'emparerdu pouvoir", commun lanl un passage de notre article V beuse interprtation d la pari de nos adversaires politiques, — bien que nous croyions ceux ci, malgr leur paiti pris, esses Sa litl rature courante pour se garder de toute confusion grossire, comme l'eut t assurment celle que redoute "L'Essor''. fond antagonisme qui extele entre les partisans et les adversaires du Pacte. L'article 2'.\ du dcret prcit qui amplifie l'ait. ISi de la Loi Electorale dispose que en ce qui concerne la convention pour l'vacuation, ces premiites lections constituent un rfrendum , ce qui implique, dit Mi Vidal, qu'on prtend soumettre cette Entente pour l'vacuation la ratification populaire en coofondaal pniblement et d'une manire essentiePc les lections avec le pl bis cite, CJ qui est la p ili tique ( qui est access oire ) av.c la fondamen taie (pieion Nationale, pour de cett • lue m, pouvoir conduire le simple paysan dominicain a dposer son vole pour le candi lai de son parti en mme i qu'il votesans le savoir ln'i'.e.-, ics clauses du Trail de Ratification. Plus encore, comme consquence n ilur. Ile de cette premire partie ds ci lie reforme — ajoute Mr Vidal — il.tablit un vote Impratif pour les snateurs si dputs qui auraient le malheur d'tre dus [taries paitis dont les chefs ont sign l'Entente pour l'Evacuation, et les votes de ces snateurs et dputs suivant la loi rforme, quelle que soit la forme en laquelle ils sein itent.ils seront considrs allirmalil-. De manire que les re pr s e n I an l> parlementaires pourront se mettre debout et prononcer de brillants d scouis contre l'Entente 't leurs votes cependant seront cens! lers affirmativement. En Dominicanie on voit les exemples les plus rvoltants de ce dont est capable un rgime d'intervention trangre pour arriver ses lins. Kl malgr cela les interventionnistes y abondent. \ (Extrait de la Information de Santiago H. D. J Varits Ce soir L Amour & la Haine La Coil|)C

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06035
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 25, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06035

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
JR PAPRIETAaE
IMPRIMEUR
ftnent Magloire
BOIS YERNA
liStf Rue Amricain
10 20 CENTIMES
Quotidien
L'union sacre des nation!
entre elfes n'a pas st'tiUment
pour luit le repousser la mort
par 1rs armes, mais d'organi-
ser la vie par l'amiti al pa
cifier le m onde par la justice*
A. AULAItD
ELPHObE No 94i
ANNE N 5023
PORT-Au-Fiixcr.(ii.\rrn
MARDI 25 SEPTEMBRE 1923
'fi rEnclume et le Marteau
irons dit, dans un article
[combien font ilu toit
Nationale ceux qui, cro-
vir, tombent quotidien-
E tour de liras sur nos
m, notre presse, nos l'a-
jjjspersonnalits les plus
ri du pays, en tru'i nt
jiorte de cynisme cou-
nrcisinent a reprocher
idedire les vrits uti-
ichoses de notre pass,
isur des choses mortes,
al, accabl sous les re-
jfextriniste lui dcu-
ples parts a l'occasion
lence qu'il pratique
ja raison de notre au-
, 'en matire de repli-
lis 1915, le pays est
dix groupe.- dont l'un
Ire avec l'tranger cor
ls nationaux, et Pau-
Mer le pays,
lent, quand on veut
ichose aussi rvspocta-
ipays, et a condition,
id'trequalili pour un
Rg, on. ne saurait
Nat l'gard de ceux
tse mettre en travers
niions. On a pour ex-
ntale de tous excs
niions sont bonnes et
adversaires perverses,
l justement un point
fj: c'est que la sincrit
os est souvent contes-
pas mallieureuse-
on directe des violen-
cnses. Oui, il faut le
fa, le parti des na-
rouges n'est pas al>-
ei ceux mmes de
1 e qui sont sincres
*f avec nous, s'ils ont
Penenccque dans tout
1Je, il y a les partisans
'ceres et il y a les ex-
est mme permis d'al
" et de prtendre que,
[toutes choses en ce
e sincres sont l'ex-
exploiteurs la rgle.
que ceux que suspte
lytioualistes rouges
y partie et combat-
.'J*8 en ce qu'ils peu-
^ nuire la cause
^justement l ;"te de ces extremis
^nt en question. Car,'
^prendrait on que
*J,rcspectables et res-
Pussent aider
fleurs concitoyens
N et aprs cette ana-
,Je ta composition
5J nationalistes, il
, w mme rigueur
5 Hue, s'il peut,
|CLter Ues llailjens
|5rlamaiQunetelle
^'exploitation il y
Clment d'au-
*l ai 1 concours ex-
'! p|undc
c la conviction
Encours, bien uti-
'*able pour l'aire
'es translor-
^tesquemall.eu-
^ tiens seuls n'ont
* ? raliser aprs
plus Jde cent dix annes d'ind-
pendance absolue.
Nous ne reconnaissons a per-
sonne h droit d9 suapec er nos in-
tentions lorsque nous parlons ain-
si, sous peine d'admettre corrla-
tivement que Its mmes S)iip-
ons peuvent planer, comme, nous
venons de le dire, sur les inten
tions de ceux qui sont en lace de
nous.Lconscience et la bjnncl'oi,
telles ont les seules mesure* pou-
vant permettre de jauger la pro-
portion de patriotisme pur qui
anime les convictions de cli niiu ;
or. ces mesures sont d'ordre inti-
me et chappent toute valua-
tion.
De part eo.nme d'autre, la si-
tuation des sincres, - car- nous
liminons de cliaquj cot les ex-
ploiteurs, est exactem n'. celle
(Je la matire engagea entre ITen-
du.ne et le marteau Cette situa-
tion est particulireiii snt celle du
gouvernement.
Il reprsente les intrts du
pays et, par excellence, la cause
nationale. Dans certaines conjec-
tures, il peut y avoir lieu de d-
fendre ces intrts en lace des re-
prsentants des Etats-Unis, quel-
que bien anims d'ailleurs qu'on
veuille supposer ces derniers, dans
toutes les occasions. Cette dfen-
se, nous en avons la dmons-
tration dans nos diffrents Livre
Bleu de :es temps derniers,
ne se l'ait souvent pas sans lutte,la
mentalit amricaine tant loin de
concorder avec a ntre sur plu-
sieurs points,! 1 bonne foi tant ad-
mise et prouve les deux cts.
Or, dans cette lutte, le gouver-
nement a, en lace de lui, le colla-
borateur adversaire, c'est l'en-
clume ; et il a derrire lui ceux
qui le combattent parce qu'il esta
cette place, c'est le marteau.
Sentez vous 11 situation ?
El ceux qui lont te'a prchent
l'union, l'ordre et la discipline !
Et le pis est qu'ils ace nnpa-
gnent les sermons des unis les
plus troublants ; car quoi de plus
respectable que le sentiment pa-
triotique, mme s il est exprim
de faon indigne ?
Nous pensons que la situation
hatienne, ce point de vue, est
bien plus poignante qu' tous les
autres points de vue qui chauf-
fent les ttes El no as croyons que
si les adversaires veulent bien y
rflchir une minute avec nous,
ce sera une minute de bien ga-
gne, car ce sera lune minute,
rare, de patriotisme commun.
La Restauration Mmm
Paul Sals
AVOCAT
Recouvrements Cemmercieox,
Affaires l'Etranger.
Correspondants Washing
ton, New-York, Berlin,
Londres, Taris.
17 i Rue Buux 217,Port-au-Prince
ltyhone 597
Les Nationalistes qui n'acceptent pas le Pacte de Ilestati
ration protestent contre la loi lectorale rcemment
promulgue par le Prsident Provisoire
A ce sujet, le IIkuai.do dp Cuba
du 12 Aot dernier s'exprime com-
me suit : la i: daur.itiou de l'Iod*
pendance de Slo^Doningo, est un
des problme internationaux et d'ac
tualit qui aeus intresse on ne peut
plus: il ne srail ni logique nipru*
dent de notre put de ne pas en su'-
vre le dev opp in-nl.
Depuis la lin de Paonnes 1916, la
Patrie de Maximo (orne/; lutte pour
ses droits de souverainet, et com-
me nos lecteurs ne t'ignorent pas
la suite de tls pnibles
ontj tant luit5 p lur instaurer. El la
diplomat 0 interventionniste, tant
Sto-Domingo que partout ailleurs,
ce que repr entent ces paroles: Di-
viser pour lguer.
Lei dernires nouvelles qui nous
su,il parvenues car on s'est lou-
j turs ingni 1 nous laisser recevoir
peu d'informations qui, la plupart
du temps trs ambigus sur ce qui
se passe on ce pays, notamment sur
les souffrances' qu'endure le peu-
ple dominicain se rfrent u 1
dcret du Prsident sur tes rformes
lution, afin de satisfaire aux dsirs
du pays qui ne se rsigne pas celte
trange tutelle une maniera lin-
gjlirc, de .uaprimr l'intervan-
< li )ii sans loigner > '.* forces a 1
ricaine i.
eltorts ra-
liss par ses principaux lments po- ,aites a lil ,01 lectonue, un des points
litiques, il fut pris sous forme de so- primordiaux du Parte et dont Pin-
terpilalio'i a p pa r lien t exclusive-
ment l'intervention dirige par la
section Latino-Amricaine dulipar-
t:me;.l d' lai
Lei sus-dites rformes ont soulev
l'ind giictlnn des iu-i lirn-. 4 <..* -.
future Restauration constitutionnelle
et le Nationalisme pur ayant a sa
tte des cliefs radicaui condamne
ces rformes cl proteste c mire le
Prsl lent qui devra assister eus lec-
tion s. Les plus svres critiques con-
tre ce qu'ils appellent le D ret mois-
t'ueux, se propigent Sto-Oomingo
et au dehors sous tonne le circu-
laires imprimes portant la signa-
ture de Mr Vidal un des protesta-
taires.
Cet arrangement d aux dtnar*
ches d'un dominiciin de haut pres-
tige politique est non tenu sous le
nom rare d'Entente pour l'Evacua-
tion. Bien que l'on soit en train de
iTieltrc en pratique les conditions de
celte convention, un groupe popu-
laire qui a pour clu-l' de nombreux
intellectuels et patriotes de la plus
haute signifie ilio 1 Slo Dom ngo
voit aveu dgot, obseive avec dou-
leur, en un mil. rpudie l'Entente
et combat par les moyen* en I in
pouvoir, les politiciens qui s'agitent
pour obtenir le gouvernement de la
Nation, de l'amricain qui, aujour-
d'hui dispose de lu chose publique.
Lrs deux leaiers de la protestation
Nationaliste l'ex-prsident Henri*
que/, y Carvajal et Amrioo Lugo
jouissent d'un 1res grand crdit au-
prs du peuple dominicain.
A l'heure actuelle, ce n'est pas an
gouverneur militaire mais bien un
Prsident de la Rpublique qui est
la tte de l'Etat; cependant, le vrai
gouvernant c'est le reprsentant de
Washington qui s;ul accorde au Pr*
sidenl la facult l mil.coiJttionlU et
tnsn'fiuinle, pour exercer la suprme
autorit dans le Pays.
Le Prsident nomin par une as-
semble de Notables, est devenu le
prtexte lgal d'une situation anor-
male; et selon les conditions du
Pacle, son vrai ile consiste atten-
dre le jour des lections, non pas
pour les prsider, mais tout simple-
ment pour y assister.
Le premier pas vers la Reslaun-
tion, consistera lire el runir le
Congrs; ensuite, le Congrs ratifie-
ra certaines clauses d : l'Entente, qui
acceptent tout ce qui a t l'ait par
l'iiitcrventi m. Eu dernier lieu, il
lira un Prsident constitutionnel,
( c est dire constitutionnel, avec
ce semblant de constitution qui lais-
se intact l'accord sign avec le gou-
vernement le Washington ) .
Voil quelle t ane amre et
difficile est au.vce la Itpublique
Dominicaine !
Le peuple dsire revenir la joui -
sauce intgrale de sa souverainet
mais une partie de II classe diiigeSa-
te et d'anciens nationalistes abattus
par le dcouragement et la dception
accepta le croyant viable, le rgime
que les purtisaqs de l'iutervtutiua
\ct e excellent confrre L'Es-
sor" d si -ou V,|, v, ndredi, inlitu
l ; "S'emparerdu pouvoir", commun
lanl un passage de notre article '-.V i u h m" paru en notre numro de
I i gepli mbre, crit i s qui suit :
"... in confrre ami du Gouvsp
ncm.iit et ami fle noire maison,
sans prendre garde aux rdeurs qui
se arlieul derrire les murailles, a
repris de bonne l"i le terme en par-
lant du Nationalisme ". Evident-
un ;it i' n'a u nulle Intention de
laisse Cl n.prendre que le (iouver-
nemi nt a sluel sV si tabli par un
' acte de saisie excut Bur le Pou-
voir. \. 'n ds l !... lia eu au con
traire l'intelligence dfaire remaN
querqu i / tvi*ettu.n't i'duni ttopri-
cents 0' tes otlwbes i rusai bob rtilit
au rgime pour kti Un ht la itUrti J'ap
prcialton.*'
Nous comprendrions trs bien que
des a.lv rsairas eussent interprt
contrairement noire pense un
passag quelconque de n'importe le-
quel de nos articles : ils y oui int-
rl. L'article que notre sympathique
confrre veut bien expliquer a t
p t i, n ,;, ni ut rilhfu par ba d
versaires, sans que ceux ci tussent
tombs .lins la lc lieuse interprta
lion que sraint L'Essor"; ils ont
mme t jusqu' prtendre pic cet
article aurait cl'' pay par le Prsi-
dent de la Itpublique.
si donc le passage signal par noire
confrre tait de nature A donner le
change sur ce que nous avons voulu
due, les adversaires n'auraient garde
de laiss i a un confrre ami le soin
el li primeur d'un malentendu, qui ne
avoir ajouter
m une n'a pas
Voioi maintenant la cause du pro- pourraient jamais tre qu 'volontaire.
Nous regrettons "
que L'Essor '' lui
bien lu notre article Nationalisme";
pour s'en convaincre, le lecteur n'a
i,u' ra iprocber le passage soulign
que no is ven ins ds reproduire, des
lignes suivantes extraites de notre
artic'c :
"... Ption et B yer, S m'ouque,
Boisrond Canal, Sam, furent les
seul- li l's d'Et d ay ini t (dus d'une
faon relativement libre : car, au
fond, Ils furent surtout des cliefs im
poss en grande partie par leur si
luation m ht re.
% Tous les autres se sont empars
du pouvoir ... Nos sympathies pour
le Chef actuel de l'Etat ne nous per
mettent pas d' nous appesantir sur
les circonstances qui ont accomgn
son lection, SMS nous t\pi)ier uuri
pw.h' J' (hvti (ni-. Mais lorsque,
devant l'tranger, nous remuons ciel
el terre pour tssayir de dmOHtur ce
qu'on croit tre Ui vices Je son (lectton..."
Notre pense tait donc l'N claire.
Toutefois, ne pouvons que savoir gr
noire confrre d'avoir voulu prve
nir toute f> beuse interprtation d
la pari de nos adversaires politiques,
bien que nous croyions ceux ci,
malgr leur paiti pris, esses Sa litl
rature courante pour se garder de
toute confusion grossire, comme
l'eut t assurment celle que redoute
"L'Essor''.
fond antagonisme qui extele entre
les partisans et les adversaires du
Pacte.
L'article 2'.\ du dcret prcit qui
amplifie l'ait. ISi de la Loi Electo-
rale dispose que en ce qui concer-
ne la convention pour l'vacuation,
ces premiites lections constituent
un rfrendum , ce qui implique,
dit Mi Vidal, qu'on prtend soumet-
tre cette Entente pour l'vacuation
la ratification populaire en coofon-
daal pniblement et d'une manire
essentiePc les lections avec le pl
bis cite, cj qui est la p ili tique ( qui
est access oire ) av.c la fondamen
taie (pie- ion Nationale, pour de
cett lue m, pouvoir conduire le sim-
ple paysan dominicain a dposer
son vole pour le candi lai de son
parti en mme i qu'il votesans
le savoir ln'i'.e.-, ics clauses du Trai-
l de Ratification.
Plus encore, comme consquence
n ilur. Ile de cette premire partie
ds ci lie reforme ajoute Mr Vidal
il.tablit un vote Impratif pour
les snateurs si dputs qui auraient
le malheur d'tre dus [taries paitis
dont les chefs ont sign l'Entente
pour l'Evacuation, et les votes de ces
snateurs et dputs suivant la loi
rforme, quelle que soit la forme en
laquelle ils sein itent.ils seront con-
sidrs allirmalil-. De manire que
les re pr s e n I an l> parlementaires
pourront se mettre debout et pro-
noncer de brillants d scouis contre
l'Entente 't leurs votes cependant
seront cens! lers affirmativement.
En Dominicanie on voit les exem-
ples les plus rvoltants de ce dont
est capable un rgime d'interven-
tion trangre pour arriver ses
lins. Kl malgr cela les intervention-
nistes y abondent.
\ (Extrait de la Information de
Santiago H. D. J
Varits
Ce soir
L Amour & la Haine
La Coil|)C LiiUe ; jW cwji
-. *(


LE MA TIN
|A
X*f
I
Apprenez l'Anglais chez vous!
'eux <|iii demeurent trop loin d'une Ecole
Berlitz, nous ollrons
DUS COURS PAU COIinKSPONDANCE
Le 1er Cours Elmentaire d'Anglais vient de pai-.illre
Ce tours est l'usage des dbutant*, di s personnes
n avant que quelques notion d'anglais ou n*ayauf
tppril cette langue que tbori picmmC
DURE DU COUHS : 4 MOIS LE COURS COMPREND
U Lerins orale? ou crites 11 levons rcapitulatives, bon srie.
(Environs 700 pages et 2<>0 corrections I exercices.
PRIX DU COI US:
APayable en ' termes d'avance :
la souscription 1 dol'
Aprs le 1er mois 18 "
2e 10 "
I o
l!. l'ayahle en une seule foi*'
^l'avance.
la souscription ta Dollars
Les Irai* d'envoi des exeicices corrigs sont la charge de
l'cole ; ceux des exercice* corriger, la charge de l'lve.
PAIEMENTS PAB CHQUES (H TRAITES BUB NKW-YoKk
A TITRE D'ESSAI :
? premires leconi du premire e >irs lmentaire ( y compris
la coireclion des exercices) : 1 0 illan a dduire sur
Les 5
le prix de l'abonni nient.
S'adresser
2$nW
TJie Berlitz Seltool of Lanjnajjes
30 West 34 7h Street New-York, U. S.A.
~Wfi*l
Par Cable
Nouvelles Etrangres
Convocation des liais con-
fdrs allciuands
f BERLIN 23 On annonce aujour
dliai que le cliancener Slieseinan
convoque les 1er.s ministres desE ats
Confdrs alleimuds pour une cou
fi-rence sur la situation de la Hulir.
Celle confrence, pense l-on, aura
lieu jeudi et dans lus milieux pudi-
ques on la considre, comme le pi
saga de 1 abandon prochain de la r
gislance pas ve. Lee fonctionnaires)
muni ipaux et les ctiels des partis
du travail et des industries de tou-
tes les /"ies occupe! essuieront
gah il jiii > la cjulercuce. Lis.loa
lion dans la lthui%l la It.i.iauie
ra soigueuseinenl eseunuae, la-ut au
point de vue conomique et po.ili-
uue que social.Le cliaucelier est dal
reux de voir les chels de Etais aile
m nids se trouver en contact per'sou
nel avec les reprsentante dee r
giniis occupes. C'est pourquoi il a
adopt celle mthode dj les faire se
reucontrer.
En dpit des dmentis ritr!
provenant de Paris et de Bruxelles,
dans les milieux politiques a Berlin,
on persiste a souieuu que le iinnis
tre de la Belgique ici, a activement
cherch tablir le point de contact
entre Mvl. Slieseinan et Poinsar de
faon IV persuader os deruier faire
des concessions U M. Mivseiniu, M
qui lui pernietlrait de faire cesser U
rsislauce passive en retour de l'ain
nistie ues allemands dporte des
rgions occupes par les autorits
allies. Au ministre des atlau-es
trangres, on dit que la nouvelle
ollre des rparations est impossible
dans la situation actuelle pour la
simple raison que les propositions
de l'Allemagne du 7 Juin n'ont pas
encore t examines par les puis
sauces crditrices.
Arrestation d'un desas as-
sius du uil 'al fellini
ROME U rapp rte d \fgfro-
kasli'oi), ait su I de 1 Vlluuie, nue la
police de celle vili a a rt un pi
rjt. nomm I Jarelli qui av iu U e
partie de la ba ida des 7 lioinin I
q,n s'tait mise en emhu-a le et
vivait tu le gnral Fellini cl les au
res membres de la rom mission de
la dliinilitioa de la frontire ai lu
naise prs de Janine, incident qui a
provoqu la rc mie crise itao grec
que. Si ce rapport est exact on croit
que le complot entier sera dcouvert
et lous les couuables arrts.
fin dla r.n;i>n et qui, croit on, a
t rlizj eu angLi* parSirWil-
la.n l'y ijkrt>a, d.oit du 1er mmis
1rs de l.#T*f-aude ILetague, et auquel
M. BalJ.un a donn toute s m appro
balion.
La paix eui\>()eane dpend
des eonlrenees de Mos-
cou, dit M. Brandler.
M 1SC0U 81 Les ebels des com
mmisiai allemands ilinricli, BranJ
1er et Tatmev r sont arrivs Mes
coi et ont m aux Russes que l heu
re avait Sonne pour U rvolution
aile nanda. Us o coofl ince enMenr
habilet p)ur avoir le cont'le de
l'Etal allemand, mais ils ont besoin
de l'aide du proltariat international
contre le-* ennemis capitalistes du
dehors. Les communistes allemands
sont tellem ni certains de leur rus-
site, d aprs M. Brandler, que beau
coup d observateurs Berlin sentent
que la paix europenne semble d
pendra des confrences de!Moscou ans
quelles les allemand- ( (Minent part.
11 s'agit de savoir il I s communis
tes russes pensent qu leur td pro
Blaire sa* suffleamment font pour
renverser les forces capitalistes du
monde combines contre eux
Dissolution de chambre
P Ailla 23 L'ne dpche de Sofia
l'agence Bavas, date de samedi,
dit que la chambre bulgare des dpu
ts a t dissoute par dcivt royal.
La dpche ajoute que la date des
lection! n'a pas t tlx mais aux
termes de la constitution cl es doi
vent avoir lieu deux nuis ap es la
dissolution de la chambre.
Uns autre dpche d-l que l'in-ur
rectioii actuelle gagne du terrain et
qu'une force de 100,0Jn paysans,
dont la majori sont arms et bieu
organiss, mirchiiil sur Solii pour
renverser le gouvernement. Le cabi
net a sig dms la nul de samedi,
prsid par le roi Bons. Deux rgi
menti oui t envoys la rencon
tre des paysans qui se so il arrts
en lace du feu des soldats.Les villes
bulgares, le long Je la frontire y ou
gosiave. montrent une grande ncli
vite, bieu qu il soit aflirm Solia
que le gouvernement est purement
agraire. Les communistes se sont
mis de la partie et ont organis une
grve gnrale qui deviendra elfecti
ve lundi.
Un bon Conseil aux Amis
Allez chez DEREIX
Prendre ce soir 5 k
Potage Villageoise
Vous serez satisfait.
Crme la glace Sorbets
Ptisserie-Sandwichl
Evacuation de Corlou
U'apres 1 agence ofiicieuse de Sle
r.n i. le renseignement parvenu hier
d'Athnes |ue les Italiens avaient de
ji commenc l'vacuation de Oorfoa
n'est pis exact ; l'vacuation n'aura
lieu que le 11 septembre, d aie tixe
par le confrence des imbassa Jours.
Les m<
Nouvelles Diverses
PARIA ii Les midinettes em-
pl iy es pu les mSMOiM de eo unie
ont vole aiij > ir.lliui di se mettre en
gieve lundi prochain.
La Lgation bulgare, ici, dit avoir
rei'i la luuvelh que le go verna
m ni de S iiia avait dcid de deia
rer l'tat de sige dans tout ie pays
p inr empcher le mouve.ne d insur
rectionnel de se rpindre. Iule a
galement inform qu'elle avait re
<;a le de.neati formel des bruits qji
avaient c uru l tringer, qa'ui
gouveriunmt provis ire avaii t
proclam dans quelques parties lu
piys1. O'apie. la version ol'.icielle
des soulvements signale li;- cer
laiod districts sont p tressent loa mi
et limitas au sud ds la lia giric.
ROME 22 Le ministre de Suisse
a inform le ministre des ailaires
trangres d'Hahe que V personnes
oui ele arrtes sous l inculpation
d'avoir particip aux rcentes mani
fastalions laigano contre les fosnla
les italiens. M. Mussolini s'est dcla
r 1res satisfait de cette mesure et a
fait coanaitre qu'il coosidrail l'iaci
dent comme clos.
r..ltl.-> 2.1- t)n manifestait au-
jourd'bui quelque surprise au minis
1re des idores trangres sur li s
cj iiineiiiair s dfavorables] ds la
grande pu lie de la presse biilaniii-
q ic relatifs a la rcUUlon amicale de
celteasiAsiuaantre Liiidw.u, terni
uisire de la oianvie li elagne, I vl.
Poiucac b expose d'une controvrer
se prolo'ig.'e dan-, li presse de-, deux
pays est fort mal vu par le U lai
d'Orsay qui insiste sur I extrme cor
dia'ite de i entrevue signale dans
le communiqu officiel publi 4 la
Le Problme de la Rliur
BERLIN 21 Le Worwaerts d
clars que la lin du conllil de la
Rhur est devenue une question de
ncessit et q Cil serait insens de
cacher le l'ail que la rsistaues pa9
sive perd visiblement le sa fores en
prsent des lourdes oaargas impo
ses par la onerciii m trangre ! le
fut nouveau q ie las iinues nitio
naies ne peuvent t> us support t l
norme fardeau liunuier caus par
la rsislauce. Ce journil ajoute que
le conllil de la Wlrir rclame main
tenant une solution diplomatique
uans laquelle la francs ara le lac
teur le plus important. Tout dpen 1
maintenant de avoir si le gouvern
ment aile n an 1 sera capable de ngo
cier habilement et si l'opinion mode
re en France cl l'influena que les
allis ont sur elle seront MME fortes
piur anaiien.r quelques change-
ments la s tu diou.
Le pirti nationaliste, par l'inler
mdiairs de son chef au tteichslag,
vl. Uerg l. anionc> ju'il ne pren
dra part a aucun pr >j de capitula
ti m.iiCi co nmunialei sol vive nsot
opposes a la so un salon parce qu'elle
serait une eoiieessio i faite aux capi
tafistes Iranais et allemands. Le
sentiment du Heichstag ne sera pas
dlinitivement connu avant mtrere
di bien qu'on considre d'ores et d
ja. comme certain, qus le chance
lier Streseman aura l'appui de la
puissautc ooalitnO parlementaire ac
tuelle pour toute action ayant pour
but de mettre lin a la rsistance pas
sive. Ol'licieilemcut la cessation de
la rsistance passive n'a pas t
d crle m lis a part linlime mi-
norit d ,i Miteru itioaalis es tu-
niult> eux l'opinion qui domine,
d iii-t les milieux officiels et le juge
ment poudjr des chefs politiques,
de i industrie, des finance et du ira
vail. iidiqueut qu'il n'y a plus e3
prer que les populations de li
lilmr et de la Itheuauie puieesnl laf
lisain.uent tre ranimes pour se ser
vir de la rsistance comme arme
(flaetive un jour de plus.
lecidents survenus durant
la course GordonBenett
de ballon
BBUXKLLKS-l'iusieursaccidents
ont marqu le dpart de la course
Gordon Benett de ballons. Les bal
Ions amricains ont t particulire
ment malheureux. Le ballon 3/6de
l'arme amricaine, trop leste, fut
pouss sur la vilie de Bruxelles
contre un ballon belge et ce der
nier fut si srieusement endommag
qu'il ne put prendre le dpait. Le
ballon amricain dfltO de la marine
amricaine pour viter un accident
a ' oblig de jeter une grande par
lie de sou lest qui est tomb parmi
les spectateurs. A St Louis le 3mc
ballon amricain pris dans une rafa
le de vent a clat 10 minutes avant
L'instant fix pour le dpart. Un bal
Ion espagnol a {ris feu dans l'orage,
l'aronaute Lnaranda a t tu. ,ln
des ballons est tomb prs de Beve
roc ; on pensa que c'est le jpheri
que Suisse Genve '. Il a t l'rap
p par la foudre et s'est abatlu sur
la rout* entre Moll et Meerliout ; les
aronautes qui le montaient ont t
tus. 1 i' ballons taient engags dans
celle course : la France, les Etats
Unis, la Belgique, la Suisse et l'Es
pagne avaient trois entres et l'An-
gleterre deux.
l'Allemagne oublier la gn<
vainqueurs ^en signant I
alors qu'ils taient sur le _
valiii' le territoire allemuii
truire les dernires divisions i
nies du lteich.
Il y en a beaucoup de l'ut
du Ithin, a dit M. foincar,
se rendent pas compte de leur
lion, lisconduiseul rAllemt|M|
de nouvelles catastrophes tl s
sent follement peur exciter bl
te contre le trait qu'ils ont
des restourcesqui jouiraient
excuter le trait. Que*^
re ? Attendre qu'ils soient]
bord mme du pieipice ?"
vent encore, gice Dieu, N
de la chute : ils n'ont qu'
tre l'inutilit de la rsi
nou? prouver qu ils sont sine
dcids tenir leurs p
Mais qu'ils se tiennent
gardes. La pente est
u'est pas nous qui glissons
Les Cours
PABIS 24- Dollar
Livre
'La pente est rapide et ce
nest pas nous t|ui ijlis-
sons", dit i. Poincar
NANCY M. Poincar. en inau
gurant le monument lev aux morts
de la guerre Champenoux, dans
le centre de la ligne de combat sur
les hauteurs de Grand Couronne, a
dit que de semblables manileftations
n taient pas organises pour inciter
la haine ou le ressentiment, mais
uniquement pour .gloritier l'hros-
me de ceux qui sont tombs pour la
cause de la justice el de la libert.
Il a exprim sa surprise de voir
La toiture de la
Bouvelle Catn
Depuis hier ont commeDc
vaux de reconstruction de IM
de la nouvelle Cathdrale, b^
paitie est couverte en tibroe
d'ici quelque semaines II i
.Notre'Dame prsentera unktf|
aspect. .ii
Ces rparations viennent
car avec la saison pluvieux. I
vais tat de la foilureiOW
un danger pour l ensemble i
lice.
Fianailles
Nous avons reo tjN
.ailles de Mlle Mayolte il
Mr Bobert Lal'onlant.
Meilleurs compliment.
F. Lavelanet & C|
3mpott CoitvrambHorv. I & f* 3'
^art-au-^rince 3tattt
igents Gnraux pour Hait, des maisons sui
Etablissements Adrien ^jj
Liqueurs Fines et JJ
GayKenaudAjJ
Cognacs _"**\?3
Produits Pharmaceut.q-i
11. K. Butler et Co Inc. N. Y.
Marchandises Gnrales
Diamond Braiding Mills Cliicago
lleights.
Lacets pour chaussures
Lynn Wood llell Company Kecne
Mass.
Talons en Cellulode en lous genres.
Socit des Produits Botot Paris
les meilleures Dentifrices du monde.
Socit a non Mue des Parfums de
Nicole.
Parfumerie de Luxe
Clarence et Co Bordeaux.
Vins
H. Ternaux Bois le Roi
Peignes en tous genres.
sirops et liqueurs Drog*
rislerie etc.
A. Claverv e{ MJ J ^
Bon- bons de L g *j%
Eugne Marcnai |
Toiles Cirs et Tap. <#*
geLn:e;;Us grosse Fnl*

bono**
Nous faisons des termes libraux de paiemont aux ^^ ,
nos conditions sont excellentes. Consulte-' ou8 a>
d'autres.*


w T? >*., %.
t,E Wa tin
jgdu Lyce Plion
mui J'acbovpmcnt. de la
^de l'Amicale du Lyce
repris avec entrain ces
-osons qu'avant la fin de
iie brillante file viendra
L|| coquette construction de
[fclyce Plion.
Jevez les chiens
Epoelques jours le Service
iprocde, non sans raison,
jttlion des. chiens. Dans
l^ue quartier on rencontre
m gisant le plus souvent
de? mes. Il serait bon
ruo service qui se char-
Ejleter les chiens une fois
jours
au C;i|>Haiii'ii
ilelilre d'une dlicieuse
de Franeois Mandat,
[la ville du Cap et dite
jUnis.
[euxqui ont eu le plaisir
Kttte musique captivan
diront do savoir qu'ils
[ravoir clnz eux ou l'of-
jamis. C'est une uvre
idencouiM^er le musicien
irpandre l'art hatien
[manifestations les plus
compliments Fran-
pour son travail
Sbe?ie inspiration.
contre
la
(STIPATION
prenez les
IMPRIMS
[IUI
LORT, Pharmacien,
"H " Sali : A itoina
PARIS
LE MEILLEUR
l PURGATIFS
AU-PRINOT]
I; Pharmacie ALBFKTUfl
liuD' Ju.tr. VIaKj
' toiuiea l'hnrm*ciwn.
nercieinent*
_iVve Charles Vernet, ses
Htou* les autres membre**
plie remercient bien sinc
ceux qui les ont : ssist
(tmoign leur sympathie
P de la mort m Charles \ernet dcd
Ut.
lient de croire leurs vives
Wtes.
pee le i i Septembre 1923
a
ne M or peau
Itive de
Mille Hermine Faiihert
fclMano
|t cours de Chant
* des Miracles, 631.
F O.PJERCE Company
12 WEST BROAI)\YtY
CHICAGO, ILLS
Manl Huile de mas, mess et
Clear Pork, Buf Sa-
l, Jambons & Bacon,
Queuesmuseaux,i\Tes
Pieds, Oreilles de; pork.
Saucisses en h ni If.
Corned Beef.lloast beef
Pi lied meats.etc.elc etc.
Prire di voir le Prix Cou
ranl.
Lou R. Tbb iid
i gent exclusif pcar HaiU
FONDE SES 1847.
BAS PRIX
Fabrique de :
Peintures, Vernis, Ocres
de loules sortes. Ylaslic.
Lon Br Thbaud
l{) ut pour Hati
',
\Jkr%**+^\
Colocmuan steaitisiiip
Company iiic
Les'i^me* M, TUFtiH aytnt laiss
New York ie 18 cri, est attendu la
tapi mte vhI les p,rt du Nord h, mer*
cred: 26 Septembre, lllais e *a le m ni
jour pour tons les ports du Sflf pre-
nant fret et pjHtageis.
Port au Prince, le 24 Septemb e 1923
(iebara & Co Agenu
Lehn & i'mka iic
Fond) ea 18"6
Sapa iorii lias p.ii Proropbttidt
Tous produits chimiques, pharmaceutiques et autres
articles vendables dans un<' pharmacie.
r.pice.s, Poivra, Cannelle,Girofle, Anis toile, Muscade
etc, etc.
SUCRE RAF NE.
Spcialit : Marque prive I.vsol deinfeotant, Parfu-
nierie. Articles pour bablers, Uay Ru.a, Chocolat en pou
dre, Huile de foie de Morue, mulsion Uold Crnin, Ex-
traits pour faire essences et eau de toilette, E III de Qui-
nine, Poudre contre lea insectes, Solution pour conser-
ver les fs frais, Lait de Magnsie, INiiuiiv suprieuro
pour la toilette des entants, essence de fleurs, l\au d
Florida, Miel pour la table, Moutarde, Huile d'Oliva
pour la table, Itrosses a dnis, l'epperinml, buile pour
chasser les moustiques et autres insectes,liegulot: huile
contre Constipations et doubles des intestins chroniques
Tli, Cire pour les parquels,ComesJibles, fcUixirs, ILpices,
Sirops divers, Teintures diverses. Mus, etc, etc, etc
Demande/, le catalogues des spcialits.
Confiant vos commandes LEHN & FINK, lue ; vous
serez, absolument satisfaits.
Toutes les bonnes plusamacies du pays *'appro\isiou-
nentehez LIOIIN AI'INIv Inc.
Lon II Ihbaud
Agent exclusif pour liait!
AVIS
Le soussign, dclara tu public e.
particulire ment au commerce, qu'i
ne travaille plus la Fabri pue 1.1
.Nationale 'depuis le 10 Septembre
courant. MOSE lils
M.'n-nii louer
Confortable maoD tage, sise
l'Avenue iHicoste-
Four les concluions, s'adresser
Ifr Vincent Creidy, au No 2) l,
Hue des Fronts-Forts.
i
Le plus puissant antiseptique
Sans Mercuro ni Cuivre
virant le travail de M. roC&iiS,
Chimiste do l'Iu.tltut raatear (1807).
tii'lrull tn'Lnla-^mcr.t tem les ralrn.bi'S de It
\Pu*ta, duCko.'.r. le ,B"ivr*m, Diai rhatt
Cl D.7M,iirni des Ps.r* r/niii.
muadiii viwtiiinrii
Indispensable min lu Epidmies
0>C i Va Irindi cuillere dut
an titra 4'ean pour ttoi le a*a(>.
. Iscltle dt l'NI0D0L. K. RM M Mithurlni. PUIIj
I Ea VhM TeutM lM Pliirui :ltt. i
Sacs \ides et Ficelle
Sacs vides neufs Double coulure amilais
Sacs vides oeufs simple couture
sacs vides 2uic main ( Trois qtttiill )
:4 )) broui trs hou corapto.
sacs vides pour Ciment i bon march.
Ficelle amricaine It anglaise. Qualit suiirieure.
L?iuMMMGEP.H(
Hue du Quai
;

retour la capitale avec 1111 stock de ^juarchaoli es de
le beaut aunonce ses fidles clients qae sa Maison fer-
^ par suite de sou absence, vient d'tre rouvet le.
Assortiment complet Grotsrie < finesse Gros $ Dtail.
prix exceptionnel de bon march e?? profite avant que le
k s'puise.


t. ..a riti
e
Faisons mi
^'V :..; .-, 3
r;e
rdS&lB?'
*- *v*.-_

OVQurrs
tti Jm? uW'i, 4w< nrutt,
P'bt-h*t m*, *,. mff ^
| A.M ni /.
t*M mtrveiUttn,
L'Airait iaia It caur.
t*fit.fi C,'.- N-. :
rMBM m RRn,
fox-Tro.
* u '.r f ul pouvoir
ipurum paur Roi.wnt).
EXTRAITS :
illet. Pvtt,
NimtH, Vtoltllt,
yilamtm. /aimin,
Lilti. M-gurt,
l'ii. Hflielrop.'.
thfftt.
Toutf Pi*'jrnerti
Pd r/u
m
euu
' .- .S ;
* I * J '
1 i / i
"Ht
^ RXO
. :
r*H*
ARYS
3. rue d U Paix
PARIS
fc'WT^jifeaMj/Xft'nnjftjftjMdFJW rrn^l>Si-ip^>f>mg_\f ^jJ6uTnt^ji^
Vaillant & llouet Agents Gnraux 1720 ue du Magasin de l'Etat
i ii
Eoyal Mail Sleam
Packei Company
le steamer Conw y vouant de
Rirgstonet dts po* t* du Sud est atlen
du le 3 Ociob e prochain. H prendra
le fret pour (es yort* du JSiord ,$ l'Eu
rope*
Port au Printi, le 24 S A la Tropicale
l728i6rancTlue Maison
Incident Georges
On trouvera toutes le*
marques de kola ainsi
que les produits (inilhaiid
CD tjros,aux prix des Fabri
ques. On trouvera aussi
des provisions, du sucra,
des limhi os, papier! tim-
brs, timbres mohilos,pas-
seports etCi Venez nous
faire une Vielle et voua
serez satisfait.
Au-lahi BEV.IlMIN
Direcltw
Lunaison H S1LVEBJ
La liaison H. SYLYERi se iait le plaisir nombreuse clientle qu'elle vient de resevoir, iir j
derniers steamers, les articles suivants, ds ttsUltfj
cheur.
I.rill Union couleur anglaia, diverses q usins.
Drill union blanc anglaia
Drill tussor
Chapeaux de paille fine d'Italie
Chapeaux feutre Boraalino
Chapeaux demi-feutre Boraalino
Chapeaux demi-feutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
Voile blanc barres &. H mouche
Piqu blanc suprieur pour jupes
Percale blanche sup.
Baptiste fine pour chemises
lUtine blanche
Gabardine blanche barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
Kaki Jaune suprieur anglaia
Kaki jaune anglais extra suprieur
liaUi blanc
Drill blanc anglais superleur
Kolienne couleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletona coul & blanc suprieur
l'almbeach grlS anglais
Diagonale noir
Alpaga noir
Casimir anglais assorti
Damass^ pour matelas anglais, double largeur
Organdi suisse brodo eouleur
Bas a jOurs
Chaussettes sup. pour enfants, oouleurr & alanckei
Satin de chiue pmir tailleur
Lustrine pour tailleur
Lotions Pivert
Voile barres soie anglais, coul. & blane.
Tulle pour 1re Communion
Toile voile pour eadre
Tussor JapailSttS pour i '.bemises A homme.
Toile voile pour voilier etc, etc, etc.
Une visite a la Maison Silvera vous convaincra s
bonne qualit de nos articles et de nos prix soi
le plus bas de la placc;est-cepourquei il nous*
de jour en joui de nouveaux clients.

bul-------1
** rmS^ft.
Supriorit des Pneus GOQD YARa Carreaux
Les pneus Gond leat carreaux
sent les plus connus et les mieux cons-
truit! du monde.
ContrairemenI aux mlbodes emplo-
yes bar la plupart des labrieanlsde
pneu*, leur cuisson 't laite eu deux
lois.
lien ne saura parler plus loquent-
nient des pneus Gond fear que les
amandes toujours croissantes du pu
bile.
i
loui avons t assists dans
effort d'amlioration des pnsai
Iear, par aos essais,la pratiqu M
loiupie exprience.
Servez-vous des pneus Go \
carreaux et vous serez satsniH*

,

GOOD YE\R
The V^estlndiesTradiuf C
JKOrtoti I lince, Sf Gontftve*
CORD TIRES
Ed. MEVS
Pvrt au Primri


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM