<%BANNER%>







PAGE 1

LQUTB1 M. Mussolini maintient son point uV au sujet de oiToti KOMbi— L'Italie vacuera l'Ile de Corlou quand elle aura obtenu en tire excution des rparations de mandes a la Grec, a-l-on dclar la runion du conseil des minires sous la prsidence de M. Mussolini pour couter la lecture de son rap port sur l'tal de la situalii n. H a r cap tulles ngociations qui avaient eu .ieu et le* mesures a i< plees p ur gaiantir les droit de l'Italie. loUTelles Diverses GENbYti— H• Luudoo, ancien ninwtN des affaires trangres do la Hollande, nu cours .1 la sance plnire de l'assemble de la socit des nations, a averti le conseil de la socit que l'assemble comptait re cevoir plus tard le rapport sur le conllil grco italien et a dchue se faire 1 interprte de la majorit dos dlgus. Le vicomte labil avait an t•iieurement demande l'aaseinble de ne pas ouvrir le dbat sur le difl reuu ce qui pourrait nuiie au rgle inentespt r. BltLXELLES Le Livre gris bel gc, qui seia distribu t It presae vendredi, comprend 54 documenta, toute la correspond mes changea propos de la question des repara lu.us entre les gouvernement* allis lu £0 D ciini) e \:*11 au _T Aot 1923. Un de ce uoeumeota doone le teste du projet belge qui avait pour but de mOUtrei que lAllema gue pourrait payer -i milliards de franc a or par an ce qui garantissait l'emprunt international de 60 mil lieras de franca, lolt peu prs la somme rclame par les principaux allies. PARIS— On annonce officielle ment qu'il est 1res probable que MM. Poinoar et Baldwin auront un entretien lorsque le Premier b.itan nique passera a Paria pour rentrer i Londres. M. Baldwio doit quitter Aix le 1U Septembre et realer t'a ris le 21 et le 18. JjgKOvlfc Les rumeura, annonant les fianailles probables du jeune duc de Brabant, b ritier du troue belge, avec la princesse Matalda,deu xieme lille du roi Victor lnmanuel, circulent de nouveau. La visite du roi Albert et de la reine Elisabeth avec le prince royal A b famille tta tienne au chteau de Itaccjnigi, a t marque par une si grande inti mit, qudie a donn lieu au r.nou VeUeUMUl ue ces ruimurs. BKLGH IDE —Ribar, priocipal en \oye ue Yougoslavie, a rdig un rapport dot iill su es si %  [ui ont empch l'sceord d'tre conclu avec l'Italie sur 11 qu ilioo de l-'m me. Ce rapp i • aouni s pur M. Rachicht au eil du cabinet. Le marcb ey es arrive a !. M cusil enthousiaste de lu pat ue la population. Gt-SaVU M. Edwards, minia tre du lhiH en Grande Bretagne ei Hucien praident de l'aasemole de la socit des nations, a expos devant l'as emld:e. les travaux de la confrence pauamricains Baatia g >. M. Edwards a proclam la coule rene de Santiago comme un succs mme point au point de vue des ar meinenls et a prtendu que ton acte principal a t l'laboration d'un ac te continental que fou s'attendait voir ratifier bientt et par lequel les nations soumettraient leur Utile rend s l'enqute ci a l'arbitrage in ternaliouai M. Bdwerdse prdit que 1 poque srriverait Lieutoi ou le uiu li, l'Argentine et ie Brsil conclu raient un accord sur la mture liai talion des armeineuis navals cl mi lilaiies. QUEBEC— La baron lienfrew est arriv Qubec. Le baron Hentrew n'est autre que le prince de Galles ; malgr l'incognito la fouis s'tait as mule de bonne bcuie sur le quai pour accueillir le baron lteiilrew. La Question des titres Srie B Noire sympathique confrre le i Nouvelliste a signal le retard imprvu que l'on met l'mission des tilres dfi ai ti fa de la Srie II de l'Emprunt de 10 millions, avec une lgre tendance en rendre le gouvernement res; o sable. Il ressort de nos renseignements que le libell des titres, tel que le leste en a e soumis au gouvernement, est raig de telle faon que !e radial prl el de la elie B ne serait pas posible, — les intresss voulant l'aire admettre que l'Etat haitn-ii devrait, en cas de rachat possible, tendre ce rachat tous les titres de l'Emprunt. La raisin allgue semblerait tre que les titres autres que ceux de la srie B seraient en position dfavorable sur le march si ceux de cette srie pouvaient jouir sparment du privilge le rachtt. Mais le gouvernement penas, au fond que la situation gnrale d s litres de l'Emprunt e-t affaire de confiance et dpend du service m'-in • de I Emprunt, et qu -. en ce qui concerne chaque catgorie de titres, 1'itilrl de IBtsI bsitisn est de pouvoir en l'aire le rachat s lui ses possibilits liiuticirea et, par consquent, partiellement. l'es que ce p uni aura t ce airi, les titres dfinitifs seront mis et remis. .N >ua croyons que loua approuveront le puinl de vae du gouvernement sur une question qui intresse l'avenir financier du pays. Les Cours NEW Y-ji.h li Francs Sterling Lois li\;ml l<> budqet des recettes et des dpenses [lotir l'exercice 192f| k 24 Le Moniteur, dans son numro qui a paru hier, contient, entre autres, deux lois portant fixation du budget des voies el moyens valus Gourdes 15 i94.2!>0.42 cents, et celnides'dpenasspour le mmeexer cice 1923 24 par des crdits ouverts au\ Secret mes d'Etat Jusqu'il concurrence deGoordea I3.6I2 /t;2.!ti h l'article 7 de la premire loi, il ait dit qus tous les droits de douane perus au titrede l'exportation, excep te les droits de pilotage el d'chelle, seront pays en or amricain. L'article i de la seconde loi prvoit qu'il sera pourvu aux dpenses par les Vo es et moyens bass sur ceux raliss pour l'Exercice 1921/22 et par le solde des Exercices antrieura'levant au moins a gourdes o "ou oon. El en sou article '.i il est spcifi galement que I ut crdit tabli en gOUrdBf dans le prs.Mit budget pour le paiement de toutes indem ts ou d pan es l'une nature (pi le mque, do.it s moi i e-i li. n m ;i i amricaine par la Constitution ou par les lois exialantesj, w* payable au choix du crancier ou du bnelic.aire en monnaie amricaine ou en monnaie nationale au taux de un dollar pour cinq gourdes. Un \< 1 un magasin de Ht Jaiisme Celte nuit des voleurs ont pu pntr.r dans le magasin de Mr Geo. Jans^me, aprs avoir enfonc une porte donnant sur la cour. Aprs av tir fouill tous les meubles, ils ont enlev il.s chantillons de chaudire-, de peaux et d'autres articles dont notre ami Jsnsme a la reprsentation en Hati. t.a police prvenue par l'intress s'est emprstss de se rendre sur les lieux pour les constatations d'usage. C'est pour nous l'occasion d'attirer l'utLtalion de la Commune sur le terrain vague attenant a ce magasin et qui iniite d'tre cltur ;Jear c'est par ce terrain que les voleur ont d passer pour mettre Ici rs projet excution. Choses agricoles La Serre, le 5 Septembre 1923. Les lves du Jardin Scolaire Au Secrtaire d'Etat de l'Agriculture. Mr le Secrtaire d Etat, Lors de vo'r visite nos rarrs de dmonstration, il ? a deux mois, vous nous aviez, pr tmia de 1 eau pour nos planta. Kl *OUS avez tenu votre parole en amliorant le coursier le la Rivire Blanche. Merci, Mr ls Ministie, tout SU nom de l'heolequ ceux de nos parents bnliciaires d votre bienfait. Le dbit de la rivire tant insuffisant pour l'arrosage rgulier de la rgion, la Ferme serait heureuse si dans votre grand dsir d'encourager l'Agriculture, VOOS arriviez, dverser sur la V. C. S. I seaux de Sautd'Eau sur l'utilisation desquellei des gens, mil informes discutant. nus dit on. dans les j irn i is. 0 MI-, ni l'tre uti es voire Dipartementet nous-mmes, nuis avons demand nos professeurs la permission do vous offrir la n le cijointe que nous ont communique DOS c iiinri les le la Ferme-Ecole de Ville-Bonheur. Veuillez, ngr r, Mr le Ministre, l'hoinmige respectueux de noire reeonnaissance el de nos salutations les meilleures. Mario ETIENNE, de la section fminine; Auguste L'JLIS, de la seclion masculine. 17.31 • 46 J it Charles Zamor Nous avons eu le plaisir de ivcovoit Is visite de notre smi ls Gnral Un. Zamor, prfet du Nord^qui tait un court sjour parmi nous. Nous lui prsentons nos cordiaux souhait de bienvenue. Le Dlicieux %  Caf moulu extra. Got exquisV rome egrsble, lionne remise^tux acheteoi i D gros. I Spl : 510, Hue Dan'.s De-louches i n face de John Wooliev aulo Supplies A VMi it Un buggT lelclil remis compltement ne ut et attelage. S'adresser aux bureaux du journal. A part une longueur de 3 km. le canal serait constitu parle lit naturel des eaux quiriteuses ou priodiques humectant dj les collines parcourir. Cette rgion et en effet riche d'anciens ruisseaux aujourd hui ensabls, perdus sous des moluments et ne taisant plus leur apparition que sur le littoral, comme pur exemple La Digue PtGoave. Economie : En procurant de l'eau pour la culturs de 1 1 ,000 hectares, l'Etal percevrait 2.H00 dollars par an. Com me dans la via des peuples les anne* sont des jours, dans peu de temps, la caisse publique rentrerait dans ses dboun et la prosprit rgnerait dsormais sur toute la rg ion %  Revue de la liambre de Commerce Franaise Nous avons reu le fascicule de Juillet-Aoilt de la H Sfue Commerciale et bulletin mensuel del Chambra da Commerce Franaise d'Hati. Cette livraison comporte des m rtires fort intressantes qui sollicitent l'attention les lecteurs, Li clbration de la fetedu U Juil1 t Port-au Prince mrite une mention spciale, par les discours dont elle est unille et lclat particulier qu'elle a revtu cette anne. Tons tios remerciments au t rsident de cette Institution pour son gracieux envoiPanama Eailroad Stoamsi Bureau de l'Agent gL Port au Priacele^Stsi Bulletin No m L 2s chargeurs sont priai ter que le S/S Gnitff tendu Port-au-Prince] bal, Canal Zone le2J Les permis d'eiu, seront dlivrs pour le titiation de New-Yoriji' europens sur la den ce Bureao. Ce Bateau partira ll) le niii3 jour pour New| rectement. 0. THOMP .GDn] %  xl J! % % % %  Il JJ — I Les Eaux de Saut-d'Iviu et la IMaine t^iil-ile-Sac Mmoire da Mr le Dr Jeann>t, directeur ds L'Ioatliut Coopratif Mesur en rayon visuel, le pis* tenu de / La II >rne %  > DI'I naissent les e-iuv esptsr est situ.: IS mtres d'altitu'le par rapport la forse des Orangers, route Je la P. C. S. Ces rivii'-res sont: 1 'e (ranl Sautd Kau qui a cre sa m rviilruse Cascade en 1818, le Ssut-d'Bsu qui se dverse en trois ci1 1 %  : moins leves, mais non moins belles que la grande cause des stalactites et des Italsgmltes ornant les grottes irrises que recouvrent demi l'onde cristalline; 3 la Rivire Canot qui va se jeter dans I A tiboiite sans em[loi apprciable: 't la Source Kola ou BUueh .rd n n se jette dins Li i'umbe: et 5 LsTumbe en arrivant de celle >1 roiis source.— Qualit de ces eaux : Aaa \-'\ s'iivint Is mthode t Papparei la Boulron et Bondst, — %  fa iptem 1918 -ces i I UX offreot une moyenne de 26 degrs liydrotimotiiques ei iide gai par litre. Clles sont donc trS'potables et par coiis |eot proore, tous le* usages de la vie animale ou Vgtale. Cub'ge : O* taux jaugent snsemble 3i cubes, soit deux fois le volume de la rivi r e grise au Pont de Dum, en amont du Siphon de l'unie. Nombre d hectares arro-;ables : Le grand coursiu de la rivre gri>e in.sure \'o pieds cubes co liant la seconde; ce volume est affect L'arrossge de sept m il. >* hectares d'aprs le principe d'hydraulique agricole gnralement admis, c'en ilinv un gallon par hectare et pute* c >nde> bu sdoptsnt le mme principe les eaux de Saut-d'tiau arroseraient 14.000 hectares. Trajet : Partie du barrage de LaUorne, ces eaux seraient reues dans un canal flanc de coteau i passant par Lady-Ford et Monoville pour reucoulrer le lit de la rivire ltel (^orge d. s 0 angeis. ) En coupant tel monticule de notre plan, les eaux suivraient la coliine du Pensez-yllien pour se r^ndie au Carrefour. Boursj a Jeux Kilomtres de Montes, au bon do suivre le B tel jusqu a DOUCaesin. Au Cainloiii lluuig isc* rail le Bassin princ p il d o natraient le coursier d-llalle-Latlian el celui de Sesl tlcudue el nais : Le canal, avec ses sinuosits, ne reprsenta pas plus le 80 kilomtres de touille. Si l'on estime quinse centimes or le mtre cube, l'entreprise coulera cent cinq mille ( IQ:J, oou; dollars, C'EST LE ME1I DES PURGATlTSl PORT-ACAWi.PF.TRU3 Ph Phsrm*el da D• t toutes In bonn Dernire Hei Un soulvement Bam Pat" cble MADRIDLes officiers de latin e * sont rvolts Barcelone et ont dclar l'tat de sige. Le Cons il des Ministres a tenu une runion spciale ce matin 2 lusurts pour examiner la siluation cre Barcelone. Des officiers et soldats ont pris part la rvolte miisla marine n'y a pas particip. La dpche annonce que plusieurs garnisons autre* que es'.lea de Barcelone ont pris part la rvolte contre le gouvernement. A M ulrid l'aspect est norm 1 et il n'y a aicune agitation parmi le peuple. U.i dt qu'eu gnral l'arme est lidele au gouveru ment. Le Capitaine Gnral a Barcelone a proclam sous as responsabilit l'tal de sige da district et s'est empar des communications et a in vite les autres districts %  A soutenir le mouvement atiu d'expliquer cette mesuie. 11 a adress unmanifeate au pays dans lequel il dclare que l'Arme a invit le Souverain i sauver l'Espagne en lui demandant de renvoy r le ministre actuel. Dans certaiiiatlistricls, il sein ble, que les forces militaires soient disposes soutenir la rbellion. Le Cabinet est e.i isssloa permanente. Il maintiendra sa position qu'il u'abauilounera que pour cder la for ce si les instig iteursdcident de pousser le mouvem. ni jusqu'au bout. Le roi n'a pis voulu croire au dan ger. Toutefois ou dit que la reine V ictoria a refus d babiler Madrid moins qu'un membre de la famille ro\aie anglaise ne rest;U continuelle ment auprs d'elle. Ci une personne de lacoarj toujours Madrid pouif reine son appui mord, l'lment militaire l l mcontent parlai de aux extrmistes ci prsentent seulement W\ lie de la population de faire des dmonstration! r pajne et d insulter la soldats tombs au Maroc, laine gnral Primo Hi que la situation tait inM en a inform le gomerM rcente visib Maamj ment lui a dit qu il ue cune mesure avant la Coites qui voteraient taire face A ls situation, tour Barcelone, d'armes ont refus


PAGE 1

IE'MATIN illon Slioe Polis h Company lm. heiV'lork St vont votikf, ttrjtgtr la peau de VJS ekaussur Si MI v 9 ulr x avetr un brillant luissantet durable S, vous voulez la couleur jt la Souplesse de ces chaussures pendant lon^ttmt, employai la mur que MO\OGR4M. toaiemintpjur .es dames et\les genU-men du b'*$\le fila t-cu des chi assures contre l'bumiditi et la caVur. 4ml leur seue ::S et conserve leur brillant. < l manue M0NOURAM. c'est la metlleui 'eur de toutr. In marques f JEANSEME Aeni potir Hati Avis h\iii avis r.u f-ul>"iel nu le que le nv.'pi 9' N KI87 Ile qn;ilre oe^t (|intie I .'• I — gourdes tArgbout par la Cuiinnis' ur est adir. pign le clate n; I. devant F duplicata. Bcelel? Septembre H'iJ David BOUGES leur Whisky dans lu petite ))otitcillc : petit fluron cou lient le meilleur whis ky du monde. Le> amateurs l'apprieiit beucoup. Il se porte fici'eme. I dans la poche du punition et se vend, en gros et en dtail chez W. QLINTIN WIL LIAMS ELLE ?mmi en deux moii ; .r la* PILULES ORIENTALES IM train qui dwlopMnt, raffermlMent, reeonatituent Ice KIM\ effat IM eallllei owue dee ;,*u!i-a et don.ieat au Lu*to un §Taciex amtonpolut. BlanfalaaAtaa povr la unt*. w V AClftJtttt HrlNH'tf 'tt"UJ,'4 M \\ J, BATIP.ph— 45, R.fcl'ErtiaJir.hr.l \\ Port^u-yrlnte: JK Phrn.arle Alharlinl *•/ al touia fru.u.o jbMiuiaclaj Si vous avez eu froid pour viter un rhume, Pendant le rhume pour viter une grippe. prenez quelques Comprims de RHODINE USINES du RHNE" Magnant tfitup # t Agent Gnraux pou Kai i V ORCE D'AVANTGUERRE %  > ••• } • / \ v *Z il '. v La BIERE FRONTENAC d'une saveur des plus dlicieuses. Un verre mousseux de cette bierc vous convaincra que c'est de la Irak Bire. Demandez-la votre caf ou restaurant favori. FRONTENAC TIQUETTE ROUGE: Une h tisson de famille hyginique t populaire. FRONTENAC KTIQUETTE BLEUE: '•Siwi;;!" a un lger go-A d.> vin et de revenez-y. % % %  istf^tj FRONTEK LC DREY/ERE3, L1 D. -*•:_>.. M o n 1r a 1 Mcirpulitain ^.if.^iutnTo D i ?SRli?SXL U m w ***** A — ,hj p %  %—*** W .Qiiinlins WIL 1 1 AII Vis vis Motel Je franco, :ort-au-Irinae Reprsentante i Hati pour t-roi,tenac Brevverlea LU Montral, Canada ^ %  %  % %  .. L IUMIKUM L1BIE w-Orlans el Soulh lerican Steavnps.Uip C lue. WChWsfarc Kfohg a y fini laUs "fe iwra ioi i)'minihe 16 Sep P courant aie 540 forme* ((8 !• George Z? # Mackensie lat**eri y*Ut Orlans et Mobile le Xi) Stt ^diretiement p*mr Port au Prince fmacie F, Sjouru i*I!fn a -? Wer tle auxmdeeius ci au public quelle a toSLx aboraloh e d'Urologie en uu JUbcn o^re de usous la Direction du; ff^ot et B. Sjourn L * M sl i 0UVrl tous les i urs de 7hfe} da raa,in 6 dtaini utes es recherches et analyses pr7ues dans *^e. saut pour le SJ? et ia cooslaute Ure Scrt rie ll *4iaH, qu1 ? m;irJi d> chaciuesemaino. f %IJ in U3 1 o.ries reuseig e'aeuteHA 0 ^ BMtri iu3 ^deWaiernaann ctioadeTriboule, •aiaiea du sang e du pu? ^amoo des D liant feilea fcamen ce crachat Alfcjaaino rocui 'Mm* J - Constane Ur" 9kfl*t f i> ^^ taJlpirjhUi el Qo denoccoques, de, eu. Effets adirs Les rcpisss ci-aprs dsira es dlivras pur la Commission I %  '• q'iire, sont adirs partes bnfi Qftirea qui dclarent ne les avoir point ngocis, ni avoir charg per sonne de les ngocier lo. Rcpiss mis au Noi; ?.'{, faveur Hector Richemond, pour la somme de Trois cent cinquante gourdes, ( G. 3MJ ; 2o. ll;piss mis eu N D 315, laveur LS, Varwiek, pour la somme de soixante-dix-neul gourdes'20/1(1), ^i.;y,UO); Jo. Rcpiss mis au No6VJ^, faveur Uippias Raphal, pour la somme de soixante gourdts,G.rJO: 4o. Rcpiss tnis au No II 'iOu\ laveur l'Yancius Juli.'ii, pour la somme de quatre cent quarantecinq gourdes 5Q lu J (G. 445,50). ou Rcpiss mis au NoA Ib'JL, faveur Page Udoiiurd, pour la somme le quatre-vingt-dix-ncul gourdes i G. VI). Duplicata en sera requis par le soussign, mandataire des intresss. Li'ort-au Prince, le 12 Sept 1023. Llio MALEBRANCHB, av. H10IUAJCN ; le plus PUISSANT i*.^ STChii F ffi. ln E Xlr oGranul OOrup; Iml • Emulslon Concentr Ampoules. )un$ mdication rparatrice puissante. Laboratolrt de I-HISTOONOL, viiUMtuvt.u^ARENME (MM). L. En venle la Pharmacie Centrale '~-— % %  ;„ i



PAGE 1

IE MATIN do: • e la force Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie n m '•*!, £ %  cKiir- L> eurt <§* CLOBCOl augmente U mw MrvaoH et rend u nerf 'ait-mi. toute leut Cnergie Icui •ouplwi. et te m Vlgucm M *2 ••* ;" %  • ^ N s: fubiCMiciim I. rut * > -' W*"Pf% •ru •• B, ,i prte*'*' < l rw "i ,, .7.! lliAefilie. m on PJjtgJ •u.n* ne Mme e. rjtl WJ fsu> ioujert !•••• 'eeojJflil •11 |u .'.Ci-I .1l"i I '*• %  rttan. — -> r '**i,*,*! h tfOM'P' t" 1 1 .' ""I?",-„',! r.r tc.-r e '** >• f*"" 1 remi i*ne '"•• i dM rr"Ho-r. • •' v nr Biiin e'ce uilii'uf o,.r 10 • Wtlt"lltW • •• voue M "' %  >''' ''' fl' jl remplir n (K •'•* *'• i.cs Os e/'f D'Cu tl ileeneM 6 mne HOCTtl 222 CLO0OL piwitl li maxl/nufn i tfiw'.i S*S9jM riVaillant A Rout Agents Gnraux 1720 Rua du Magasin de l'Etat* Propritaires (i'ictihs ATTENTION Duc rvolution clan les prix des Pneus et Chambre i Ail ,occasione par la rduction des droits de Douane, i n Stock toutes aimantions des laineux (c Ail ftather (MDS nouvellement arrivs. Prix les plus rduits pour Pneus et lubes PNEUS Fabrio 30 x 3 Fabrle 0 x 31/2 Spc Coi*dl 30x3 12 Extr. Corda 30 x 3 i 2 Fabrio Si x \ ,Cords 32 x h <:ords33x4 Fabrio 32 x 3 i,;2 tords 8| x \ CorttS 33 x 4 1 2 Coids 34x4 1/2 En vente chez TUBES ROUGK3 P. o,ro 11,50 14 16 16 20 21,50 13 38 30 32 30 x 3 P. 30 x 3 1 2 31 x 4 32 x 32 x 3 1 2 33 x 4 32 x 4 12 34x41,2 34 x 4 1,80 2. 2.75 2,75 4, 3, 3, 4, 4. LPREET2MaNN-AGGEnnOUI Hue du Quai La preuve esl faite La preuve r&t faite pour les consom* moteur* qu'aneune tau-devie de marc o de grain ne peut viloir pour la ft nt3fl.se et pour l'arme le rhum tir du irep vierge de canne sucre. La preuve est laite que de tous les rhums, le rhum d'Iaiti est le meilleur et le plus hyginique. La preuve est faite qui de tous les rhum d'Hati aucui ne peut effiler le rhum NECTAR 64ETJENS <*W la prpara lio' est If plus r.,igae et la matire" premire le plu* rationnelle ment dis itlte. Changement d'adresse La Maison Mme Alphonse Jean-Joseph sers transfre, la Hue Traversira, au numro 131, en l'ace de.MiL. (jurin, pailir du 13 Septembre. Autoinohile sludehaker Uig Six 7 piMigwra, en parfait tat, tyaot servi durant tff peu du temps ven Ire un prix trs raisouyable. S'.-.dresser L PHtTZ.VUNW AGGERHOUf La Maison H SILVERl La Maison H, SYLYER se lait le plaisir d'inUm^ nombreuse^clientle qu'elle vient de retevoir, p| derniers steamers, les articles suivants, de loiiif eheur. Drill Union coulsur anglais, divsrsas qaalitta, 1 i il I union blanc anglais Drill tussor Chapeaux de paille fine d'Italie Chapeaux feutre Borsalino ***^ Cliapeaux demi-feutre Borsalino Chapeaux demi feutre d'Italie. Chapeaux velour d'Italie Voile blanc barres & mouchea Piqu blano suprieur pour jupes Percale blanche sup. Baptiste fine pour chemises Ratine blanche Gabardine blanolie barres & unie Zphyr anglais pour chemises Kaki Jauni suprieur anglais Kaki jaune anglais extra suprieur Kaki blanc Drill blano anglais] superleur Lolienne couleur Grands rideaux mousseline pour portes Molletons conl. & blanc suprieur Palmbeuch jjris anglais Diagonale noir Alpaga noir Casimir anglais assorti Damass pour matelas anglais, double largeur Organdi suisse brod couleur lias jOurs Cliuussettes sup. pour enfants, cotlleurr & blanohn batin de cliiuc pour tailleur LiiHlriiie po.jr tailleur Lotions Pivert Voile barres soie anglais, •oui. & blane. Tulle pour 1re Communion Toile voile pour eadre Tussor JapanaiSpour Chemiss homme. Toile voile pour voilier eto, etc, etc. One visite la Maison Silvera vous convaincra bonne qualit dj ins articles et de nos prix qui les plus bas del place;est-ae pourquoi il nous de jour en joui de uouveaux cliente. CHIRURGIEN-DENTISTE Des cliniques dentaires le Mmtral, New-York et de Boston, annonce aux familles de Port-auPrince qu'il a ouvert son cabinet V iigle des Hues Dants Destou che A: du Magasin de l'Etat Bonne Nouvelle i la lioiiscii Cordonnerie Ernest Camille Fabricant de chaussures en lors genres Matriaux suprieurs Soins — promptitude— Clrit Graiyi'fuM prs la l'oste N 17:22 La maison porte la connais* tance du public que — dam le luit de faciliter et d'encourager les nombreux client." — elle accorde — a partir du 1er Juillet li-23 ure prime de une paire de chaussures au choix tout dtenteur de vingt tickets. En consquence -l on ut pri de rclamer un r,'u pour chaque achat au comptant. A la Conscience — iglle est la devise de la maisonPharmacie VV. Bi Port-dUmPrinte Nouveau traitement de la Furonoulose PAR 'Histoplasle du'' Dr Wassermann. L'Histonlaste est un empltre ] prpar spciill pour les Furoncles, vulgairement appels cloui. L'EinpIlre se pose sur le elou ns son appt qui, sous son inlluence devient indolore en pi temps ; l'inllammation diminue,il ne se dvelopp et e (jurit en peu de jours. L'instruction dtaille dans* la boite de l'flistopl Royal Caf En face de la Banque National Propritaire : Annaoius INNOCENT u nouvel tablissement se recommande par unj irrprochable, des consommations de premiar iw situation priviljjie. Le soir, musique attrayante dirige par dit sionncls de (|ianu mrite. Installation parlait*. — Prix modr* Tlphone N u 305 Le Malin fond le 1er Ar il 1907 Abonnements IN MUIS l'oi't-au-l'riiice Gourdes i LparlemenU t.HQ Etran^T j.oo Boite Postale: 118 llophone 242 Bureau : Rue Amricaines 135$ QUOI QU'ON DISE. QUOI QU ON FASS1 LE Rhum Sarbansonrt esl et sera toujours le



PAGE 1

PROPRIETAIRE amuMSVJf sot Magloire m VER.NA Ro# Amrioaine 10 20 CENTIMES ANNE N504 NATIONALISME est ce point at_ iellement, intellecttmoralemeiit, — qu? ncs arrivs dpriimiie des choses. i bit cela dans tout le |We histoire et nous Uele faire. Si le pass iJHaIi constitue pour lie aux yeux de 1 eI prcisment cause lia cause del'incons! laquelle nous avons ^,-depuis le moment sommes trouvs i possession de notre 5jusque maintenant, elquesquestions brirl dans le tas, et wNathn. nei nos jours, le lis rest sans chef; de certains montt que trop vaut ls assez, nous compiHonnairemenl plul la fois : i'tion et fuis Rigaud ; un Goman en mme are, Nissage Sayet, j mme temps; L( Hyppolite en mme Initiale de cette tenwn extrme apparem!* ralit l'anarchie, 1 wcit n'a jamais lue faon pouvoir Mjchef normalement Ift; Ption et Boyer, goisroQd-Canal.Sam, schels d'Eut ayant '.on relativement Mond, ils lurent sur•dEtat imposs en ^Par leur situation l^.te sont empars ^ lors, du moment ^Jcsen emparer par leurs y allrent en leur poigne; c'est %  uon plausible de la "chefs qui s sont [*Pays ensemble et "lues lavorables. [es pour le Chef s l ne cous permet^> u s appesantir sur "J f iui ont accoincuon, sans nous ex^jhe de parti-pris. devant I tranger, mlS el tcrre Pur Pjtrer ce qu'on croit Jj* son lection, ne 7 l .mal crite et que qif U N Slrouv en t k laU > oup di hujj i ouverneLtl nt le tablis K£?*U*. est elle K P t OUrnous -etaus^i^'onstrejus2J.ejwt dans le I le patriotes et ^ re8 ayant eu la Quotidim L tmour-propre est l'amour d* soi-mme el de (oues choses pour soi; il rend ks hommes idoltres d'eux-mmes el les rendrait tyrans les autres si la fartant leur en donnait le moyen. LA KOCHEFOUCAULD JMUBOHM M 24 POf{T-AU-PRINCE(IAITlJ VENTREDI 14 SE TEMBRElf claire notion de la vritable dmocratie. Chaque fois, le souille populaire, sous la pression des agitateurs et des politiciens infrieurs, le plus souvent dans le pouvoir mme,souillait sur eux et les teignait. 11 serait possible sans doute, l'heure actuelle o la paix publique est assure et les instincts populaciers et incendiaires contenus, il serait possible de renouveler les efforts passs et d'essayer, la faveur des circonstances nouvelles, d'organiser un pouvoir qui ne soit pas un pouvoir de brigandage tel que nous en avons subi tant dans le pass. Mais c'est prci ment contre celte faveur des circonstances qu'on crie. Sous prtexte de nationalisme, on prend toutes les dispositions ncessaires pour retourner vers le pass honteux.On croit pouvoir remettre en mouvement les vagues populacires qui ont toujours amen nos chefs au pouvoir, et c'est pour cela qu'on demande l'effacement du pouvoir actuel et qu'on le fait demander, trange ironie, — par les moins prpars et par les moins qualifis des citoyens de ce pays, si pauvre dj en hommes. Les Chambres. Le principe est que le pays doit avoir sa reprsentation nationale ; nous ne sommes pas les derniers l'avoir vu et l'avoir dit. Mais sur cette question encore, nous parlons et nous agissons comme si nous n'avions pas un pass parlementaire, qui, — faut-il l'crire en lettres italiques ? -cous tdue au mme titre que te pusse de nos pouvoirs c recul ifs, une fiante pour la nation. Certes, mme que nous avons pu avoir quelques chefs plus ou moins librement lus, ainsi nous avons pu avoir, par cl.iircies, des Chambres librement lues. Fautil compter ces Chambre pour rcconnaitie que, dans l'ensemble de notre reprsentation nationale, elles n3 sont qu'une intime minorit ? LJui est-ce donc, en Hati, peut oublier comment, dans notre priode hatienne indpendante, on fabriquait les dputs et lessnat.urs? (Jui peut surtout oublier la conduite souvent inqualifiable de nos Chambres corrompues, irresresponsables et presque jamais guides par les considrations de bien public? Est-on ce point oublieux ou ignoraut d'une histoire si contemporaine pour ajouter quelque crdit aux Don Quichot" tes sachant peine ten.r une plume qui viennent dire : Suiveznous au forum et c'est le salut Comme pour 'a dsignation de nos Chefs d'Etat, il reste encore possible de faire dans ce pays des lections convenables et ayant des chances pour produire de bons rsultats. C'est le devoir du gouvernement des l.iis-ljnis de nous garantir tou' l'ordre et toute la libert ncessaires pour de telles tins. Mais voil que, prcisment, la premire chose que rclame le nationalisme de l'heure, c'est la cessation du rgime de llnterv intion et le rtablissement du peuple hatien dans sa pleine el complte indpendance, — aprs quoi, on nous donnera ue bonnes Chambres, Non, franchement, nous n'avons jamais rencontr d'avocats Compromettant la cause qu'ils pousent, aussi navement et aussi minteliigemm -ni que ceux qui prtendent reprsenter aux yeux du inonde civilis, —qui se connat en hommes, -le pauvre nationalisme hatien. En dfinitive, le cot dlicat du problme hatien est qu'il faut assurer l'avenir national tout en se Souvenant du pass national et eu offrant des garanties contre C3 pass, qui pse sur nous comme une sentence terrible. .Vins ne rencontrons pas parmi ceux qui nous combattent leshom mes qu'il faudrait pour une telle c oisade, et c'est pourquoi nous aimons mieux nous en rapporter notre propre jugement et notie propre nation msme. Parisiana Vendredi 9rae et lOme pisodes du 7 de TrHe Entre : Ogde.50 Dimanche Le Lys Ronge d'aprs le roman d'Anfole France avec Suzanne Delv, Cbietianne Vernon, Georges Launes cl Jean DJX. Entre l gourde Balcon : gourdes Varits CE sont La Reine s'ennuie 7me, tfmc et 9me pisodes Entre 0,'iO centimes Nouveau cioma H. Hui'v Kinney ouvre bientt In Gi'and'Ruc un nouveau cinma appel ami (irantl succ. oree une organisation de tout nie inier ordre. UNE INTERVIEW DU Prsident de la Rpublique Sa prtendue accusation* de bolchviame contre le peu nie hatien.— Les leclionslqislatives. On a en! retenu le public, ce jours derniers, de certain Rapport adress prit Prsident de lu Rpublique au gouvernement amricain, et dam lequel ce haut personnage aurait, d'aprs BOf rumeur dont la malU'il'ance est vidente, prsent le peuple hatien comme un peuple d anarchistes, mme de bolehvistcs, et d'aprs une autre rumeur, tarait introduit devant le gouvernement amricain !a question des leclio .s lgislatives. Bien que sachant nous en tenir sur la porte de ces rumeurs, nous avons voulu eq parler d.; faon autorise et nom avons sollicit du Prsidi nt de la Rpublique, cet effet, I honneur d'une interview. M. Borno nous entretint avec sa bonne grce habituelle et, l'gard de la campagne de presse dchane contre lui et entretenue de la faon %  US tout le monde voit, il montra, dans tout le COUrs le notre entre • lien, cette philosophie souriante de l'homme qui en a vu dj plus d"un et pour qui les oui; gans ne sont plut que des nphyrs. Bi f, eu ce qui concerna l'objet propre de notre interview nous recfm.es de la bouche du chef de l'Etal lui-mme la dclaration que tous ces reportages %  < nt aulai t d'inventions. — J'ai peine besoin de vous d r\ d. huat'il, qu'il n'existe au c m rapport de re genre • je n'ai su ni a entretenir le gouvernement amricain du peuple hnitien do la faon imagine, ni faire de < oramuoication au sujet des lections lgislatives. Nous esprons que cette double lgende aura vcu. Par Cable Nouvelles Etrangres l/Hi'iii;ii|iii' veut assurer le paiement des reparutions BERLIN — Le chancelier Streseman, dans un dis ours prononc hier, a dclar : '• Nous sommes prts donner des garanties rslles f our assurer la libert de la Hiur. la reconnu que la solution del question ne | o avait pas tre obtenue par la rsistance passive, l'aria l.i la runion des reprsentent de la pre?>8e, le chancelier, aprs avoir pass en revue la situation conomique, a entam le chapitre des questions trangres. Il a dit que la rabl ttil prfrable Mllusioo ; par consquent il dsirait di e franchement que la solution des diffrends politiques, la situation financire ae pouvaient pas cire lgles, ni h chute du mark arrt'. La solution d: la dispute de la Bliur ne peut paa tre obtenue par la con tinuation de la rsistance passive pas plus que h .gestion ne peut tre rgle pur la politique de la l'or ce. Admettant que la bataille de la Rhur avait t pcidue, le chancelier a dit que le contact ollicicux avec les puissances occupantes avait rv l la giavii des diiliences existan tes qui, d'abord, comprennent la question de souverainet ulh mande et h lestauralioii de l'Allemagne empite la libirt administrative dans la Rhur. Le discours du c.han celier ne contenait pas d'allu.-ii n directe ce que l'.'.l.emagne fut pr te cesser, sans condition, la rsis tai ce patrtfmaii pressentait un ex pos plus prcis des gaauties p;o ductives qu'ails tait prta adonner pour assurer le paiement des rpara l o; s ses ciai.tiers ; ces gar nties ( omprendraient lliyi olliqued(6pro prits prives dans lii.duslna, le commerce, la finance al l'agi iculture, de faon %  issorer la mobilisa tion immdiate. Les rescaps de Yokohama ^WASHINGTON — D'apre un es biogramme reu du Dpartement d'ttat du consul Dickover x peu prs tous les rsidenls trangers Yokohama sont main'ei.ant arrivs a Kobe. O.i prend bien soin d'eux, ajoute le cablogramme, et le comit de secours Kobe peut faire face la situa ion. La catastrophe du Japon OSAKA— D'apis un document qu'on dit lre officiel, les perUs oc casionnea par le tremblement de terre s'lvent en morts, blesss et disparus A un million :t. r S.74W. On estime que3l5.814 maieoM ont t dtruites. ni pour l'mission d'un emprunt tranger en vue de la rcconslruc tion. Un pense qu'il n'est pas possi ble pour l'instant de lever un em prunt l'intcriur. Due divergence d'opinion au Conseil des ambassadeurs PARIS — Le conseil des ambas sadeurs, auquel assistait, comme re prsentant des Etats Unis titred'ob sei valeur, M. \\ liilehouse, a tenu deux sances sans arriver un ao cord linul. Les instruction de M. Mussolini rcusa en rponse aux d cisions du conseil ne pu laissent pas Mlislaire les ambassadeurs Le *mi nifctre britannique du conseil insiste sur l'vacuation de Corfou aiifsitt que le mode |de 'rglement des dillrendi sera arrt par le conseil dans t( us ses dtails et accept par les parties diieclemenl intresses, tandis que M. Mussolini ne veut pas vacuor les lies jusqu' ce que Pan qute sur l'ssssssinsl des membres) italiens de la commission des fron i albanaises soit termine et que tous les actes de rparations aient t entirement ex' uts.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06026
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 14, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06026

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PROPRIETAIRE
amuMSVJf
sot Magloire
m VER.NA
Ro# Amrioaine
10 20 CENTIMES
ANNE N504
NATIONALISME
est ce point at-
_ iellement, intellec-
ttmoralemeiit, qu?
ncs arrivs dpri-
imiie des choses.
i bit cela dans tout le
|We histoire et nous
Uele faire. Si le pass
iJHaIi constitue pour
lie aux yeux de 1 e-
I prcisment cause
lia cause del'incons-
! laquelle nous avons
^,-depuis le moment
sommes trouvs
i possession de notre
5jusque maintenant,
elquesquestions br-
irl dans le tas, et
wNathn.
nei nos jours, le
lis rest sans chef;
de certains mo-
ntt que trop vaut
ls assez, nous comp-
iHonnairemenl plu-
l la fois : i'tion et
fuis Rigaud ; un
Goman en mme
are, Nissage Sayet,
j mme temps; L-
( Hyppolite en mme
Initiale de cette ten-
wn extrme apparem-
!* ralit l'anarchie,
1 wcit n'a jamais
lue faon pouvoir
Mjchef normalement
Ift; Ption et Boyer,
goisroQd-Canal.Sam,
schels d'Eut ayant
'.on relativement
Mond, ils lurent sur-
dEtat imposs en
^Par leur situation
l^.te sont empars
^ lors, du moment
^Jcsen emparer par
leurs y allrent en
leur poigne; c'est
uon plausible de la
"chefs qui s sont
[*Pays ensemble et
"lues lavorables.
[es pour le Chef
s l ne cous permet-
^>us appesantir sur
"Jfiui ont accoin-
cuon, sans nous ex-
^jhe de parti-pris.
devant I tranger,
mlS el tcrre Pur
Pjtrer ce qu'on croit
Jj* son lection, ne
7l.mal crite et que
qifUNSlrouv en
tk laU >oup di"
hujji ouverne-
Ltlnt le tablis
K?*U*. est elle
KPtOUrnous-etaus-
^i^'onstrejus-
2J.ejwt dans le
I le patriotes et
^re8 ayant eu la
Quotidim
L tmour-propre est l'amour d*
soi-mme el de (oues choses
pour soi; il rend ks hommes
idoltres d'eux-mmes el les
rendrait tyrans les autres si
la fartant leur en donnait le
moyen.
LA KOCHEFOUCAULD
JMUBOHM M 24
POf{T-AU-PRINCE(IAITlJ
VENTREDI 14 SE TEMBRElf
claire notion de la vritable dmo-
cratie. Chaque fois, le souille po-
pulaire, sous la pression des agita-
teurs et des politiciens infrieurs,
le plus souvent dans le pouvoir
mme,souillait sur eux et les tei-
gnait.
11 serait possible sans doute,
l'heure actuelle o la paix publi-
que est assure et les instincts po-
pulaciers et incendiaires contenus,
il serait possible de renouveler les
efforts passs et d'essayer, la fa-
veur des circonstances nouvelles,
d'organiser un pouvoir qui ne soit
pas un pouvoir de brigandage tel
que nous en avons subi tant dans
le pass.
Mais c'est prci ment contre
celte faveur des circonstances
qu'on crie. Sous prtexte de na-
tionalisme, on prend toutes les
dispositions ncessaires pour re-
tourner vers le pass honteux.On
croit pouvoir remettre en mouve-
ment les vagues populacires qui
ont toujours amen nos chefs au
pouvoir, et c'est pour cela qu'on
demande l'effacement du pouvoir
actuel et qu'on le fait demander, -
trange ironie, par les moins
prpars et par les moins quali-
fis des citoyens de ce pays, si
pauvre dj en hommes.
Les Chambres.
Le principe est que le pays doit
avoir sa reprsentation nationale ;
nous ne sommes pas les derniers
l'avoir vu et l'avoir dit.
Mais sur cette question encore,
nous parlons et nous agissons
comme si nous n'avions pas un
pass parlementaire, qui, faut-il
l'crire en lettres italiques ? -- cous
tdue au mme titre que te pusse
de nos pouvoirs c recul ifs, une fian-
te pour la nation.
Certes, mme que nous avons
pu avoir quelques chefs plus ou
moins librement lus, ainsi nous
avons pu avoir, par cl.iircies, des
Chambres librement lues. Faut-
il compter ces Chambre pour rc-
connaitie que, dans l'ensemble de
notre reprsentation nationale,
elles n3 sont qu'une intime mino-
rit ?
LJui est-ce donc, en Hati, peut
oublier comment, dans notre p-
riode hatienne indpendante, on
fabriquait les dputs et lessna-
t.urs? (Jui peut surtout oublier la
conduite souvent inqualifiable de
nos Chambres corrompues, irres-
responsables et presque jamais
guides par les considrations de
bien public? Est-on ce point ou-
blieux ou ignoraut d'une histoire
si contemporaine pour ajouter
quelque crdit aux Don Quichot"
tes sachant peine ten.r une plu-
me qui viennent dire : Suivez-
nous au forum et c'est le salut !
Comme pour 'a dsignation de
nos Chefs d'Etat, il reste encore
possible de faire dans ce pays des
lections convenables et ayant des
chances pour produire de bons
rsultats. C'est le devoir du gou-
vernement des l.iis-ljnis de nous
garantir tou' l'ordre et toute la li-
bert ncessaires pour de telles
tins.
Mais voil que, prcisment, la
premire chose que rclame le na-
tionalisme de l'heure, c'est la ces-
sation du rgime de llnterv intion
et le rtablissement du peuple ha-
tien dans sa pleine el complte
indpendance, aprs quoi, on
nous donnera ue bonnes Cham-
bres,
Non, franchement, nous n'a-
vons jamais rencontr d'avocats
Compromettant la cause qu'ils
pousent, aussi navement et aus-
si minteliigemm -ni que ceux qui
prtendent reprsenter aux yeux
du inonde civilis, qui se con-
nat en hommes, -- le pauvre na-
tionalisme hatien.
En dfinitive, le cot dlicat du
problme hatien est qu'il faut as-
surer l'avenir national tout en se
Souvenant du pass national et eu
offrant des garanties contre C3
pass, qui pse sur nous comme
une sentence terrible.
.Vins ne rencontrons pas parmi
ceux qui nous combattent leshom
mes qu'il faudrait pour une telle
c oisade, et c'est pourquoi nous
aimons mieux nous en rapporter
notre propre jugement et notie
propre nation msme.
Parisiana
Vendredi
9rae et lOme pisodes du
7 de TrHe
Entre : Ogde.50
Dimanche
Le Lys Ronge
d'aprs le roman d'Anfole France
avec Suzanne Delv, Cbietianne Ver-
non, Georges Launes cl Jean Djx.
Entre l gourde
Balcon : gourdes
Varits
ce sont
La Reine s'ennuie
7me, tfmc et 9me pisodes
Entre 0,'iO centimes
Nouveau
cioma
H. Hui'v Kinney ouvre
bientt In Gi'and'Ruc un
nouveau cinma appel ami
(irantl succ. oree une
organisation de tout nie
inier ordre.
UNE INTERVIEW
DU
Prsident de la Rpublique
Sa prtendue accusation* de bolchviame contre le peu
nie hatien. Les leclionslqislatives.
On a en! retenu le public, ce jours
derniers, de certain Rapport adres-
s prit Prsident de lu Rpublique
au gouvernement amricain, et dam
lequel ce haut personnage aurait,
d'aprs BOf rumeur dont la mal-
U'il'ance est vidente, prsent le
peuple hatien comme un peuple
d anarchistes, mme de bolehvistcs,
et d'aprs une autre rumeur, tarait
introduit devant le gouvernement
amricain !a question des leclio .s
lgislatives.
Bien que sachant nous en tenir
sur la porte de ces rumeurs, nous
avons voulu eq parler d.; faon au-
torise et nom avons sollicit du Pr-
sidi nt de la Rpublique, cet effet,
I honneur d'une interview.
M. Borno nous entretint avec sa
bonne grce habituelle et, l'gard
de la campagne de presse dchane
contre lui et entretenue de la faon
US tout le monde voit, il montra,
dans tout le COUrs le notre entre
lien, cette philosophie souriante de
l'homme qui en a vu dj plus d"un
et pour qui les oui; gans ne sont plut
que des nphyrs.
Bi f, eu ce qui concerna l'objet
propre de notre interview nous re-
cfm.es de la bouche du chef de l'E-
tal lui-mme la dclaration que tous
ces reportages < nt aulai t d'inven-
tions.
J'ai peine besoin de vous
d r\ d. huat'il, qu'il n'existe au -
c m rapport de re genre je n'ai su
ni a entretenir le gouvernement
amricain du peuple hnitien do la
faon imagine, ni faire de < ora-
muoication au sujet des lections
lgislatives.
Nous esprons que cette double
lgende aura vcu.
Par Cable
Nouvelles Etrangres
l/Hi'iii;ii|iii' veut assurer le
paiement des reparutions
BERLIN Le chancelier Strese-
man, dans un dis ours prononc
hier, a dclar : ' Nous sommes
prts donner des garanties rslles
four assurer la libert de la Hiur.
la reconnu que la solution del
question ne | o avait pas tre obte-
nue par la rsistance passive, l'ar-
ia l.i la runion des reprsentent
de la pre?>8e, le chancelier, aprs
avoir pass en revue la situation
conomique, a entam le chapitre
des questions trangres. Il a dit
que la rabl ttil prfrable Ml-
lusioo ; par consquent il dsirait
di e franchement que la solution des
diffrends politiques, la situation fi-
nancire ae pouvaient pas cire l-
gles, ni h chute du mark arrt'.
La solution d: la dispute de la Bliur
ne peut paa tre obtenue par la con
tinuation de la rsistance passive
pas plus que h .gestion ne peut
tre rgle pur la politique de la l'or
ce.
Admettant que la bataille de la
Rhur avait t pcidue, le chancelier
a dit que le contact ollicicux avec
les puissances occupantes avait rv
l la giavii des diiliences existan
tes qui, d'abord, comprennent la
question de souverainet ulh mande
et h lestauralioii de l'Allemagne
empite la libirt administrative
dans la Rhur. Le discours du c.han
celier ne contenait pas d'allu.-ii n
directe ce que l'.'.l.emagne fut pr
te cesser, sans condition, la rsis
tai ce patrtfmaii pressentait un ex
pos plus prcis des gaauties p;o
ductives qu'ails tait prta adonner
pour assurer le paiement des rpara
l o; s ses ciai.tiers ; ces gar nties
( omprendraient lliyi olliqued(6pro
prits prives dans lii.duslna, le
commerce, la finance al l'agi icultu-
re, de faon issorer la mobilisa
tion immdiate.
Les rescaps de Yokohama
^Washington D'apre un es
biogramme reu du Dpartement
d'ttat du consul Dickoverx peu
prs tous les rsidenls trangers
Yokohama sont main'ei.ant arrivs
a Kobe. O.i prend bien soin d'eux,
ajoute le cablogramme, et le comit
de secours Kobe peut faire face
la situa ion.
La catastrophe du Japon
OSAKA D'apis un document
qu'on dit lre officiel, les perUs oc
casionnea par le tremblement de
terre s'lvent en morts, blesss et
disparus A un million :t.rS.74W. On
estime que3l5.814 maieoM ont t
dtruites. ment a dcid (Je eOBtaCrOf tout le
surplus du budfSl Jusqu'en IUL'5 se
in nlanl 300 millions de yens n
vfroo I8(J millions de didlars, aux
travsuidesacoonsi le nconstruc
tion. Le ministre des finances, M i
Inouv, aurait dil qu'aucune dci
lion n'a t prise iar II gouverne
in> ni pour l'mission d'un emprunt
tranger en vue de la rcconslruc
tion. Un pense qu'il n'est pas possi
ble pour l'instant de lever un em
prunt l'intcri- ur.
Due divergence d'opinion
au Conseil des ambassa-
deurs
PARIS Le conseil des ambas
sadeurs, auquel assistait, comme re
prsentant des Etats Unis titred'ob
sei valeur, M. \\ liilehouse, a tenu
deux sances sans arriver un ao
cord linul. Les instruction de M.
Mussolini rcusa en rponse aux d
cisions du conseil ne pu laissent pas
Mlislaire les ambassadeurs Le *mi
nifctre britannique du conseil insiste
sur l'vacuation de Corfou aiifsitt
que le mode |de 'rglement des
dillrendi sera arrt par le conseil
dans t( us ses dtails et accept par
les parties diieclemenl intresses,
tandis que M. Mussolini ne veut pas
vacuor les lies jusqu' ce que Pan
qute sur l'ssssssinsl des membres)
italiens de la commission des fron
i albanaises soit termine
et que tous les actes de rparations
aient t entirement ex' uts.


LQUTB1
M. Mussolini maintient son
point uV au sujet de oiToti
KOMbi L'Italie vacuera l'Ile de
Corlou quand elle aura obtenu en
tire excution des rparations de
mandes a la Grec, a-l-on dclar
la runion du conseil des minires
sous la prsidence de M. Mussolini
pour couter la lecture de son rap
port sur l'tal de la situalii n. H a r
cap tulles ngociations qui avaient
eu .ieu et le* mesures a i< plees p ur
gaiantir les droit de l'Italie.
loUTelles Diverses
GENbYti H Luudoo, ancien
ninwtN des affaires trangres do
la Hollande, nu cours .1 la sance
plnire de l'assemble de la socit
des nations, a averti le conseil de la
socit que l'assemble comptait re
cevoir plus tard le rapport sur le
conllil grco italien et a dchue se
faire 1 interprte de la majorit dos
dlgus. Le vicomte labil avait an
tiieurement demande l'aaseinble
de ne pas ouvrir le dbat sur le difl
reuu ce qui pourrait nuiie au rgle
inentespt r.
BltLXELLES Le Livre gris bel
gc, qui seia distribu t It presae
vendredi, comprend 54 documenta,
toute la correspond mes changea
propos de la question des repara
lu.us entre les gouvernement* allis
lu 0 D ciini) e \:*11 au _T Aot
1923. Un de ce uoeumeota doone
le teste du projet belge qui avait
pour but de mOUtrei que lAllema
gue pourrait payer -i milliards de
franc a or par an ce qui garantissait
l'emprunt international de 60 mil
lieras de franca, lolt peu prs la
somme rclame par les principaux
allies.
PARIS On annonce officielle
ment qu'il est 1res probable que
MM. Poinoar et Baldwin auront un
entretien lorsque le Premier b.itan
nique passera a Paria pour rentrer
i Londres. M. Baldwio doit quitter
Aix le 1U Septembre et realer t'a
ris le 21 et le 18.
JjgKOvlfc Les rumeura, annonant
les fianailles probables du jeune
duc de Brabant, b ritier du troue
belge, avec la princesse Matalda,deu
xieme lille du roi Victor lnmanuel,
circulent de nouveau. La visite du
roi Albert et de la reine Elisabeth
avec le prince royal A b famille tta
tienne au chteau de Itaccjnigi, a
t marque par une si grande inti
mit, qudie a donn lieu au r.nou
VeUeUMUl ue ces ruimurs.
BKLGH IDE Ribar, priocipal en
\oye ue Yougoslavie, a rdig un
rapport dot iill su es si [ui
ont empch l'sceord d'tre conclu
avec l'Italie sur 11 qu ilioo de l-'m
me. Ce rapp i aouni s pur M.
Rachicht au eil du cabinet.
Le marcb ey es
arrive a !. M
cusil enthousiaste de lu pat ue la
population.
Gt-SaVU M. Edwards, minia
tre du lhiH en Grande Bretagne ei
Hucien praident de l'aasemole de
la socit des nations, a expos de-
vant l'as emld:e. les travaux de la
confrence pauamricains Baatia
g >. M. Edwards a proclam la coule
rene de Santiago comme un succs
mme point au point de vue des ar
meinenls et a prtendu que ton acte
principal a t l'laboration d'un ac
te continental que fou s'attendait
voir ratifier bientt et par lequel
les nations soumettraient leur Utile
rend s l'enqute ci a l'arbitrage in
ternaliouai M. Bdwerdse prdit que
1 poque srriverait Lieutoi ou le uiu
li, l'Argentine et ie Brsil conclu
raient un accord sur la mture liai
talion des armeineuis navals cl mi
lilaiies.
QUEBEC La baron lienfrew est
arriv Qubec. Le baron Hentrew
n'est autre que le prince de Galles ;
malgr l'incognito la fouis s'tait as
mule de bonne bcuie sur le quai
pour accueillir le baron lteiilrew.
La Question des
titres Srie B
Noire sympathique confrre le
i Nouvelliste a signal le retard
imprvu que l'on met l'mission
des tilres dfi ai ti fa de la Srie II de
l'Emprunt de 10 millions, avec une
lgre tendance en rendre le gou-
vernement res; o sable.
Il ressort de nos renseignements
que le libell des titres, tel que le
leste en a e soumis au gouverne-
ment, est raig de telle faon que
!e radial prl el de la elie B ne se-
rait pas posible, les intresss
voulant l'aire admettre que l'Etat
haitn-ii devrait, en cas de rachat pos-
sible, tendre ce rachat tous les
titres de l'Emprunt.
La raisin allgue semblerait tre
que les titres autres que ceux de la
srie B seraient en position dfavo-
rable sur le march si ceux de cette
srie pouvaient jouir sparment du
privilge le rachtt. Mais le gouver-
nement penas, au fond que la situa-
tion gnrale d s litres de l'Emprunt
e-t affaire de confiance et dpend du
service m'-in de I Emprunt, et qu -.
en ce qui concerne chaque catgorie
de titres, 1'itilrl de IBtsI bsitisn
est de pouvoir en l'aire le rachat
s lui ses possibilits liiuticirea et,
par consquent, partiellement.
l'es que ce p uni aura t ce airi,
les titres dfinitifs seront mis et
remis. .N >ua croyons que loua ap-
prouveront le puinl de vae du gou-
vernement sur une question qui in-
tresse l'avenir financier du pays.
Les Cours
NEW Y-ji.h li Francs
Sterling
Lois li\;ml l<> budqet des
recettes et des dpenses
[lotir l'exercice 192f|k24
Le Moniteur, dans son numro
qui a paru hier, contient, entre au-
tres, deux lois portant fixation du
budget des voies el moyens valus
Gourdes 15 i94.2!>0.42 cents, et
celnides'dpenasspour le mmeexer
cice 1923 24 par des crdits ouverts
au\ Secret mes d'Etat Jusqu'il con-
currence deGoordea I3.6I2 /t;2.!ti
h l'article 7 de la premire loi, il
ait dit qus tous les droits de douane
perus au titrede l'exportation, excep
te les droits de pilotage el d'chelle,
seront pays en or amricain.
L'article i de la seconde loi pr-
voit qu'il sera pourvu aux dpenses
par les Vo es et moyens bass sur
ceux raliss pour l'Exercice 1921/22
et par le solde des Exercices ant-
rieur- a'levant au moins a gourdes
o "ou oon.
El en sou article '.i il est spcifi
galement que I ut crdit tabli en
gOUrdBf dans le prs.Mit budget pour
le paiement de toutes indem ts ou
d pan es l'une nature (pi le mque,
do.it s moi i e-i li. n m ;i i
amricaine par la Constitution ou
par les lois exialantesj, w* payable
au choix du crancier ou du bneli-
c.aire en monnaie amricaine ou en
monnaie nationale au taux de un
dollar pour cinq gourdes.
Un \< 1 un magasin de
Ht Jaiisme
Celte nuit des voleurs ont pu p-
ntr.r dans le magasin de Mr Geo.
Jans^me, aprs avoir enfonc une
porte donnant sur la cour. Aprs
av tir fouill tous les meubles, ils ont
enlev il.s chantillons de chaudi-
re-, de peaux et d'autres articles dont
notre ami Jsnsme a la reprsenta-
tion en Hati.
t.a police prvenue par l'intress
s'est emprstss de se rendre sur les
lieux pour les constatations d'usage.
C'est pour nous l'occasion d'attirer
l'utLtalion de la Commune sur le
terrain vague attenant a ce magasin
et qui iniite d'tre cltur ;Jear c'est
par ce terrain que les voleur ont d
passer pour mettre Ici rs projet
excution.
Choses agricoles
La Serre, le 5 Septembre 1923.
Les lves du Jardin Scolaire
Au
Secrtaire d'Etat de l'Agriculture.
Mr le Secrtaire d Etat,
Lors de vo'r visite nos rarrs
de dmonstration, il ? a deux mois,
vous nous aviez, pr tmia de 1 eau pour
nos planta. Kl *OUS avez tenu votre
parole en amliorant le coursier le
la Rivire Blanche. Merci, Mr ls
Ministie, tout SU nom de l'heolequ
ceux de nos parents bnliciaires d
votre bienfait.
Le dbit de la rivire tant insuf-
fisant pour l'arrosage rgulier de la
rgion, la Ferme serait heureuse si
dans votre grand dsir d'encourager
l'Agriculture, VOOS arriviez, dver-
ser sur la V. C. S. I seaux de Saut-
d'Eau sur l'utilisation desquellei des
gens, mil informes discutant. nus
dit on. dans les j irn i is.
0 mi-, ni l'tre uti es voire Di-
partementet nous-mmes, nuis
avons demand nos professeurs la
permission do vous offrir la n le ci-
jointe que nous ont communique
DOS c iiinri les le la Ferme-Ecole de
Ville-Bonheur.
Veuillez, ngr r, Mr le Ministre,
l'hoinmige respectueux de noire re-
eonnaissance el de nos salutations
les meilleures.
Mario ETIENNE, de la section f-
minine; Auguste L'JLIS, de la sec-
lion masculine.
17.31
46 J
it Charles Zamor
Nous avons eu le plaisir de ivco-
voit Is visite de notre smi ls Gnral
Un. Zamor, prfet du Nord^qui tait
un court sjour parmi nous.
Nous lui prsentons nos cordiaux
souhait de bienvenue.
Le Dlicieux
Caf moulu extra. Got exquis-V-
rome egrsble, lionne remise^tux
acheteoi i d gros.
I Spl : 510, Hue Dan'.s De-louches
i n face de John Wooliev aulo Sup-
plies .
A VMi it
Un buggT lelclil remis compl-
tement ne ut et attelage.
S'adresser aux bureaux du jour-
nal.
A part une longueur de 3 km. le
canal serait constitu parle lit natu-
rel des eaux quiriteuses ou priodi-
ques humectant dj les collines
parcourir. Cette rgion et en effet
riche d'anciens ruisseaux aujourd -
hui ensabls, perdus sous des mo-
luments et ne taisant plus leur ap-
parition que sur le littoral, comme
pur exemple La Digue PtGoave.
Economie :
En procurant de l'eau pour la cul-
turs de 11,000 hectares, l'Etal per-
cevrait 2.H00 dollars par an. Com
me dans la via des peuples les an-
ne* sont des jours, dans peu de
temps, la caisse publique rentrerait
dans ses dboun et la prosprit r-
gnerait dsormais sur toute la r-
gion ,
Revue de la liambre de
Commerce Franaise
Nous avons reu le fascicule
de Juillet-Aoilt de la H Sfue Com-
merciale et bulletin mensuel del
Chambra da Commerce Franaise
d'Hati.
Cette livraison comporte des
m rtires fort intressantes qui sol-
licitent l'attention les lecteurs, Li
clbration de la fetedu U Juil-
1 t Port-au Prince mrite une
mention spciale, par les discours
dont elle est unille et lclat
particulier qu'elle a revtu cette
anne- .
Tons tios remerciments au t r-
sident de cette Institution pour
son gracieux envoi-
Panama Eailroad
Stoamsi
Bureau de l'Agent gL
Port au Priacele^Stsi
Bulletin No m
L2s chargeurs sont priai
ter que le S/S Gnitff
tendu Port-au-Prince]
bal, Canal Zone le2J
Les permis d'eiu,
seront dlivrs pour le
titiation de New-Yoriji'
europens sur la den
ce Bureao.
Ce Bateau partira ll)
le niii3 jour pour New|
rectement.
0. THOMP
.GDn]
xlJ! .- Il JJI
Les Eaux de Saut-d'Iviu et
la IMaine t^iil-ile-Sac
Mmoire da Mr le Dr Jean-
n>t, directeur ds L'Ioatliut
Coopratif
Mesur en rayon visuel, le pis*
tenu de / La II >rne > di'i naissent les
e-iuv esptsr est situ.: IS mtres
d'altitu'le par rapport la forse des
Orangers, route Je la P. C. S. Ces
rivii'-res sont: 1 'e (ranl Saut-
d Kau qui a cre sa m rviilruse Cas-
cade en 1818, le Ssut-d'Bsu qui se
dverse en trois ci- 11 : moins le-
ves, mais non moins belles que la
grande cause des stalactites et des
Italsgmltes ornant les grottes irrises
que recouvrent demi l'onde cristal-
line; 3 la Rivire Canot qui va se
jeter dans I A tiboiite sans em[loi
apprciable: 't la Source Kola ou
BUueh .rd n n se jette dins Li
i'umbe: et 5 LsTumbe en arrivant
de celle >1 roiis source. Qualit
de ces eaux :
Aaa \-'\ s'iivint Is mthode t
Papparei la Boulron et Bondst,
fa iptem 1918 -ces iiux of-
freot une moyenne de 26 degrs liy-
drotimotiiques ei iide gai par litre.
Clles sont donc trS'potables et par
coiis |eot proore, tous le* usages
de la vie animale ou Vgtale.
Cub'ge :
O* taux jaugent snsemble 3i
cubes, soit deux fois le volume de la
rivire grise au Pont de Dum, en
amont du Siphon de l'unie.
Nombre d hectares arro-;ables :
Le grand coursiu de la rivre
gri>e in.sure \'o pieds cubes co liant
la seconde; ce volume est affect
L'arrossge de sept m il. >* hectares d'a-
prs le principe d'hydraulique agri-
cole gnralement admis, c'en i-
linv un gallon par hectare et pu- te*
c >nde>
bu sdoptsnt le mme principe les
eaux de Saut-d'tiau arroseraient
14.000 hectares.
Trajet :
Partie du barrage de LaUorne,
ces eaux seraient reues dans un ca-
nal flanc de coteau i passant par
Lady-Ford et Monoville pour reu-
coulrer le lit de la rivire ltel (^or-
ge d. s 0 angeis. ) En coupant tel
monticule de notre plan, les eaux
suivraient la coliine du Pensez-y-
llien pour se r^ndie au Carrefour.
Boursj a Jeux Kilomtres de Montes,
au bon do suivre le B tel jusqu a
DOUCaesin. Au Cainloiii lluuig isc*
rail le Bassin princ p il d o na-
traient le coursier d-- llalle-Latlian
el celui de Sesl
tlcudue el nais :
Le canal, avec ses sinuosits, ne
reprsenta pas plus le 80 kilomtres
de touille. Si l'on estime quinse
centimes or le mtre cube, l'entre-
prise coulera cent cinq mille ( iq:j,
oou; dollars,
C'EST LE ME1I _
DES PURGATlTSl
PORT-AC-
AWi.PF.TRU3 Ph
Phsrm*el da D-
t toutes In bonn
Dernire Hei
Un soulvement Bam
Pat" cble
MADRIDLes officiers de lat-
in e * sont rvolts Barcelone et
ont dclar l'tat de sige. Le Con-
s il des Ministres a tenu une runion
spciale ce matin 2 lusurts pour
examiner la siluation cre Barce-
lone.
Des officiers et soldats ont pris
part la rvolte miisla marine n'y
a pas particip. La dpche annonce
que plusieurs garnisons autre* que
es'.lea de Barcelone ont pris part la
rvolte contre le gouvernement. A
M ulrid l'aspect est norm 1 et il n'y
a aicune agitation parmi le peuple.
U.i dt qu'eu gnral l'arme est li-
dele au gouveru ment. Le Capitaine
Gnral a Barcelone a proclam sous
as responsabilit l'tal de sige da
district et s'est empar des commu-
nications et a in vite les autres districts
a soutenir le mouvement atiu d'ex-
pliquer cette mesuie. 11 a adress
unmanifeate au pays dans lequel il
dclare que l'Arme a invit le Sou-
verain i sauver l'Espagne en lui de-
mandant de renvoy r le ministre
actuel. Dans certaiiiatlistricls, il sein
ble, que les forces militaires soient
disposes soutenir la rbellion. Le
Cabinet est e.i isssloa permanente.
Il maintiendra sa position qu'il u'a-
bauilounera que pour cder la for
ce si les instig iteursdcident de pous-
ser le mouvem. ni jusqu'au bout.
Le roi n'a pis voulu croire au dan
ger. Toutefois ou dit que la reine
V ictoria a refus d babiler Madrid
moins qu'un membre de la famille
ro\aie anglaise ne rest;U continuelle
ment auprs d'elle. Ci
une personne de lacoarj
toujours Madrid pouif
reine son appui mord,
l'lment militaire l
l mcontent parlai
de aux extrmistes ci
prsentent seulement W\
lie de la population de
faire des dmonstration! r
pajne et d insulter la
soldats tombs au Maroc,
laine gnral Primo Hi
que la situation tait inM
en a inform le gomerM
rcente visib Maamj
ment lui a dit qu il ue
cune mesure avant la
Coites qui voteraient
taire face A ls situation,
tour Barcelone,
d'armes ont refus lanc sa proclamation.
Primo Rivera tait
tent parce que le gou
avait refus de le nom* J
Ce rdus avait pour cissv
ques que le Capitaine
ses au sujet de la guerre^
qu'il dsapprouvait. "
voquer de son poste iss
nral Madrid; le goj
alors dci cl sarvoew
gouverneur milita^ J
Le minore de notent
K-s Certes qu' cause W
res actuelles, le gou*r*-
dcid de ne plus f"^1]
cations la presse
Grand Htel de Fb

_ Angle des Huas Bonne-Foi et d*\Q
"Vient de recevoir : dD
Paie de foie gras truffer. Civet de livre. -A
lentilles. Andouille au saindoux. J;unb,?Pnen" i
chois l'huile.- Sardines Marquereaux. inou-
Petits pois tins extra. Boudin*, etc. birall*"
Vin Rouge, le gallon G. 4-otf. .Yiu Uiant,b ^
L'Htel dbite par barnqMS.^r
de* Vins de Bordeaux et **
Cuisine excellente. Chambres conlorlables- '.
sur la mer. r.^A^t
Le firand Htel de ll*&
*&
*



IE'MaTIN
illon Slioe Polis h
Company lm.
heiV'lork
St vont votikf, ttrjtgtr la peau de vjs ekaussur
Si mi v9ulrx avetr un brillant luissantet durable
S, vous voulez la couleur jt la Souplesse de ces
chaussures pendant lon^ttmt, employai la mur que
MO\OGR4M.

toaiemintpjur .es dames et\les genU-men du b'*$\le
fila t-cu des chi assures contre l'bumiditi et la caVur.
4ml leur seue ::S et conserve leur brillant.
< l manue M0NOURAM. c'est la metlleui
'eur de toutr. In marques
f JEANSEME Aeni potir Hati
Avis
h\iii avis r.u f-ul>"i- el nu
le que le nv.'pi 9' N KI87
Ile qn;ilre oe^t
(|intie
I .' I
gourdes
tArgbout par la Cuiinnis-
' ur est adir.
pign le clate n; I. devant
F duplicata.
Bcelel? Septembre H'iJ
David BOUGES
leur Whisky dans lu
petite ))otitcillc
: petit fluron cou
lient le meilleur whis
ky du monde.
Le> amateurs l'ap-
prieiit beucoup.
Il se porte fici'e-
me. I dans la poche
du punition et se
vend, en gros et en
dtail chez
W. QLINTIN WIL
LIAMS
elle ?mmi
en deux moii ; .r la*
PILULES ORIENTALES
Im train qui dwlopMnt, raffer-
mlMent, reeonatituent Ice kim\
effat Im eallllei owue dee
;,*u!i-a et don.ieat au Lu*to un
Taciex amtonpolut.
BlanfalaaAtaa povr la unt*.
w V AClftJtttt HrlNH'tf 'tt"UJ,'4 M
\\ J, BATIP.ph 45, R.fcl'ErtiaJir.hr.l
\\ Port^u-yrlnte:
JK Phrn.arle Alharlinl
*/ al touia fru.u.o jbMiuiaclaj
Si vous avez
eu froid
pour viter
un rhume,
Pendant le rhume
pour viter
une grippe.
prenez quelques Comprims de
RHODINE
USINES du RHNE"
Magnant tfitup # t
Agent Gnraux pou Kai i
V
! ORCE D'AVANT-
GUERRE
>

}
/
\ v *Z il '.
v
La BIERE FRONTENAC d'une
saveur des plus dlicieuses. Un verre
mousseux de cette bierc vous convaincra
que c'est de la Irak Bire.
Demandez-la votre caf ou restaurant
favori.
FRONTENAC TIQUETTE ROUGE:
Une h tisson de famille hyginique t
populaire.
FRONTENAC KTIQUETTE BLEUE:
'Siwi;;!" a un lger go-A d.> vin et de
revenez-y.
istf^tj
FRONTEK lC
DREY/ERE3, L1 D.
-*:_>..
M
o n 1r a 1
Mcir- pulitain
^.if.^iutnToDi ?SRli?SXLUm w *****A,hj-p- %***
W .Qiiinlins WIL1.1AII
Vis vis Motel Je franco, :ort-au-Irinae
Reprsentante i Hati pour t-roi,tenac Brevverlea LU
Montral, Canada ^
.. L .
iUMIKUM L1BIE
w-Orlans el Soulh
lerican Steavnps.Uip
C lue.
WChWsfarc Kfohg a y fini laUs
"fe iwra ioi i)'minihe 16 Sep
P courant aie 540 forme* ((8
! George Z?# Mackensie lat**eri
y*Ut Orlans et Mobile le Xi) Stt
^diretiement p*mr Port au Prince
fmacie F, Sjouru
i*I!fna-?Wertle auxmdeeius ci au public quelle a
toSLx aboraloh"e d'Urologie en uu JUbcn o^re de
usous la Direction du;
ff^ot et B. Sjourn
L**,Msli0UVrl tous les iurs de 7hfe} da raa,in 6
dtaini utes 'es recherches et analyses pr7ues dans
*^e. saut pour le
SJ? et ia cooslaute Ure Scrt rie
ll*4iaH,qu1? m;irJi d> chaciuesemaino.
f%IJin"U31 o.ries reuseig e'aeute-
Ha0 ^ BMtri iu3
^deWaiernaann
ctioadeTriboule,
aiaiea du sang e du pu?
^amoo des d liant feilea
fcamen ce crachat
Alfcjaaino rocui
'Mm* j - Constane Ur" 9kfl*tfi>
^^ taJlpirjhUi el Qo denoccoques, de, eu.
Effets adirs
Les rcpisss ci-aprs dsira es
dlivras pur la Commission I'
q'iire, sont adirs partes bnfi
Qftirea qui dclarent ne les avoir
point ngocis, ni avoir charg per
sonne de les ngocier
lo. Rcpiss mis au Noi; ?.'{,
faveur Hector Richemond, pour
la somme de Trois cent cinquante
gourdes, ( G. 3MJ ;
2o. ll;piss mis eu N D
315, laveur L- S, Varwiek, pour
la somme de soixante-dix-neul
gourdes'20/1(1), ^i.;y,UO);
Jo. Rcpiss mis au No6VJ^,
faveur Uippias Raphal, pour la
somme de soixante gourdts,G.rJO:
4o. Rcpiss tnis au No II
'iOu\ laveur l'Yancius Juli.'ii, pour
la somme de quatre cent quarante-
cinq gourdes 5Q lu J (G. 445,50).
ou Rcpiss mis au NoA Ib'JL,
faveur Page Udoiiurd, pour la
somme le quatre-vingt-dix-ncul
gourdes i G. VI).
Duplicata en sera requis par le
soussign, mandataire des int-
resss.
Li'ort-au Prince, le 12 Sept 1023.
Llio Malebranchb, av.


H10IUAJCN ; .
le plus PUISSANT i*.^ STChii !
Fffi.lnE"Xlro- Granul OOrup; Iml
Emulslon Concentr Ampoules.
)un$ mdication rparatrice puissante.
Laboratolrt de i-histoonol, viiUMtuvt.u^ARENME (Mm). *
L.
En venle la Pharmacie Centrale
'- ~- -------------- -- --------------,----------;
i


IE MATIN
.
do: e la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
n
m
'*!,


cKiir-
L> eurt <* CLOBCOl
augmente U mw MrvaoH
et rend u nerf 'ait-mi.
toute leut Cnergie Icui
ouplwi. et te m Vlgucm
M
*2 *
;"
^
N
s:
fubi- CMiciim
I. rut * > -'
W*"Pf- ?ru
b, ,i prte*'*' < l*rw"i,,.7.!
lliAefilie. m on PJjtgJ
u.n* ne Mme e. rjtl WJ
fsu> ioujert ! 'eeojJflil
11 |u .'.Ci-I .1l"i I '*
rttan. -> r'**i,*,*!
h tfOM'P' t"11.' ""I?",-',!
r.r tc.-r e '** > f*""1
remi i "' ' "
, ,,, | rf.o.Htr t lie.
-, il fl'.l
ti- Ciu'af. <-* <"
t**, ui & ur ai .m. ai rm a
PO RAI M nruoe.
i eSrMlaaet tutercuiow
Minm Jirpn>*ne '"
i dM rr"Ho-r. '
vnr Biiin e'ce uilii'uf
o,.r 10 Wtlt"lltW
voue M "'>''' ''' fl'jl
remplir n (k '* *'
i.cs Os e/'f D'Cu
tl ileeneM 6 mne
HOCTtl 222
CLO0OL
piwitl li maxl/nufn i tfiw'.i
S*S9jM riVaillant A Rout Agents Gnraux 1720 Rua du Magasin de l'Etat*

Propritaires (i'ictihs
ATTENTION
Duc rvolution clan les prix des Pneus et Chambre
i Ail ,occasione par la rduction des droits de Douane,
i n Stock toutes aimantions des laineux
(c Ail ftather (MDS nouvellement arrivs.
Prix les plus rduits pour
Pneus et lubes
PNEUS
Fabrio 30 x 3
Fabrle 0 x 31/2
Spc Coi*dl 30x3 12
Extr. Corda 30 x 3 i 2
Fabrio Si x \
,Cords 32 x h
<:ords33x4
Fabrio 32 x 3 i,;2
tords 8| x \
CorttS 33 x 4 1 2
Coids 34x4 1/2
En vente chez
TUBES ROUGK3
P.
o,ro
11,50
14
16
16
20
21,50
13
38
30
32
30 x 3 P.
30 x 3 1 2
31 x 4
32 x .
32 x 3 1 2
33 x 4
32 x 4 12
34x41,2
34 x 4
1,80
2.
2.75
2,75
4,
3,
3,
4,
4.
LPREET2MaNN-AGGEnnOUI
Hue du Quai
La preuve esl faite
La preuve r&t faite pour les consom*
moteur* qu'aneune tau-devie de marc
o de grain ne peut viloir pour la ft
nt3fl.se et pour l'arme le rhum tir du
irep vierge de canne sucre.
La preuve est laite que de tous les rhums,
le rhum d'Iaiti
est le meilleur et le plus hyginique.
La preuve est faite qui de tous les
rhum d'Hati aucui ne peut effiler le
rhum NECTAR 64ETJENS <*W la prpara
lio' est If plus r.,igae et la matire"
premire le plu* rationnelle ment dis
itlte.
Changement
d'adresse
La Maison
Mme Alphonse Jean-Joseph
sers transfre, la Hue Traversira,
au numro 131, en l'ace de.MiL.
(jurin, pailir du 13 Septembre.
Autoinohile sludehaker
Uig Six
7 piMigwra, en parfait tat, tyaot
servi durant tff peu du temps
ven Ire un prix trs raisouyable.
S'.-.dresser
L PHtTZ.VUNW AGGERHOUf
La Maison H SILVERl
La Maison H, SYLYER se lait le plaisir d'inUm^
nombreuse^clientle qu'elle vient de retevoir, p|
derniers steamers, les articles suivants, de loiiif
eheur.
Drill Union coulsur anglais, divsrsas qaalitta,
1 i il I union blanc anglais
Drill tussor
Chapeaux de paille fine d'Italie
Chapeaux feutre Borsalino ***^
Cliapeaux demi-feutre Borsalino
Chapeaux demi feutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
Voile blanc barres & mouchea
Piqu blano suprieur pour jupes
Percale blanche sup.
Baptiste fine pour chemises
Ratine blanche
Gabardine blanolie barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
Kaki Jauni suprieur anglais
Kaki jaune anglais extra suprieur
Kaki blanc
Drill blano anglais] superleur
Lolienne couleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons conl. & blanc suprieur
Palmbeuch jjris anglais
Diagonale noir
Alpaga noir
Casimir anglais assorti
Damass pour matelas anglais, double largeur
Organdi suisse brod couleur
lias jOurs
Cliuussettes sup. pour enfants, cotlleurr & blanohn
batin de cliiuc pour tailleur
LiiHlriiie po.jr tailleur
Lotions Pivert_______
Voile barres soie anglais, oui. & blane. .
Tulle pour 1re Communion
Toile voile pour eadre ___
Tussor JapanaiSpour Chemiss homme.
Toile voile pour voilier eto, etc, etc.
One visite la Maison Silvera vous convaincra
bonne qualit dj ins articles et de nos prix qui
les plus bas del place;est-ae pourquoi il nous
de jour en joui de uouveaux cliente.
CHIRURGIEN-DENTISTE
Des cliniques dentaires le Mmt-
ral, New-York et de Boston, an-
nonce aux familles de Port-au-
Prince qu'il a ouvert son cabinet
V iigle des Hues Dants Destou
che A: du Magasin de l'Etat
Bonne Nouvelle
i la lioiiscii
Cordonnerie
Ernest Camille
Fabricant de chaussures
en lors genres
Matriaux suprieurs
Soins promptitude Clrit
Graiyi'fuM prs la l'oste N 17:22
La maison porte la connais*
tance du public que dam le
luit de faciliter et d'encourager
les nombreux client." elle ac-
corde a partir du 1er Juillet
li-23 ure prime de une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence -l on ut pri
de rclamer un r,'u pour chaque
achat au comptant.
A la Conscience iglle est la
devise de la maison-
Pharmacie VV. Bi
Port-dUmPrinte
Nouveau traitement de la Furonoulose
PAR "
'Histoplasle du'' Dr Wassermann.
L'Histonlaste est un empltre ] prpar spciill
pour les Furoncles, vulgairement appels cloui.
L'EinpIlre se pose sur le elou ns son appt
qui, sous son inlluence devient indolore en pi
temps ; l'inllammation diminue,il ne se dvelopp
et e (jurit en peu de jours.
L'instruction dtaille dans* la boite de l'flistopl
Royal Caf
En face de la Banque National
Propritaire : Annaoius INNOCENT
u nouvel tablissement se recommande par unj
irrprochable, des consommations de premiar iw
situation priviljjie.
Le soir, musique attrayante dirige par dit
sionncls de (|ianu mrite.
Installation parlait*. Prix modr*
Tlphone Nu 305

Le Malin
fond le 1er Ar il 1907
Abonnements
IN MUIS
l'oi't-au-l'riiice Gourdes i
LparlemenU t.HQ
Etran^T j.oo
Boite Postale: 118
llophone 242
Bureau : Rue Amricaines 135$
QUOI QU'ON DISE.
QUOI QU ON FASS1
Le Rhum Sarbansonrt esl
et sera toujours le


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM