<%BANNER%>







PAGE 1

LEMAT1H Syndicale du Corps de Sant. — Cette commission permanente pourra reviser les listes en cours d'exercice c'est- dire procdera d. s radiations ou des inscriptions nouvelles, vu les changements qui peuvent s'oprer dans la condition des inscrits. — En cas d'urgence toute personne notai >le peut reiiJrir soit le chef de la Police, soit le juge de paix le cur ou toute autre autorit, en vue de l'admission d'un malade dans un tablissement hospitalier. — Ces diverses institutions sont tout point de vue excellentes ; elles n'offrent rien de compliqu ( il ne faut pas considrer toute organise tion comme une complication) viter leur fonctionnement se fera sans heurt ni accroc. — La composition des Gomm nions locales nous offre aussi toute garantie que les pouvoirs dvolus a leurs mem hres ne seront exercs que dans l'intrt du bien publicLes auteurs semblent s'tre inspirs de la loi de Bo^er sur la matire (Loi du ^0 Juin 1818;; en eflet cette Loi (usait exercer ces mmes lonc bons par le Conseil des Notables de la commune. Nous aimons bien, quanta nous, cette faon de faire les choses; en i itressant le plus grand nomore de citoyens au lonctiounement des institutions sociales, on augmente la garantie queues peuvent ollrir, on dveloppe l'esprit public, enfin et suilouiou laitentrer l'air du dehors dans les cadres de l'a liniuistralion, trop souvent enclins chercher eu eux mmes leur raison d'tre et leur lin. ZZ Par Cable Nouvelles titi'augres Les demandes lu conseil interalli des ambassadeurs la Grce PARIS 8Le conseil interalli' des ambassadeurs, dani si note la Grce, publie aujourd hui, expose les conditions auxquelles satisfaction devra tre donne a l'Italie nom l'as %  assinal le 88 aot de la mission ita tienne charge de dterminer le fron tire grco-albanaise prs de Janiua. Les demandes exposes dans la note des ambassadeurs sont ainsi conus : premirement des regrets ofli ciels seront tmoigns par les plus hautes autorits militaires grecques aux reprsentants des trois puissances allies Adines. Detix.inent un service funbre sera dit la m moire des commissaires italiens dans la cathdrale catholique il AI lieues auquel assisteront les membres du gouvernement grec. Troifimeot des navires de guerre des trois puisses* ces allies, prcds d'une division navale italienne,se rendront dans les eaux de Pires le malin du service lu nbreet la llottesaluerade 21 oupsdo canon les drapeaux franais, italien •l britannique, s dut qui sera rendu par les navires de guerre allies la lin du service funbre.Les drap incorporez les blancs d'oeuf fouetts en neige trs ferme. Mettez ce gteau dans un moule non beurr et faites cuire four modr environ 45 minutes. Dmoulez en retournant le moule et laissez refroidir. Masquez avec une glace blanche ou glace au chocolat. SAVARIN (Toutes les mesures niveau des bord) 3 cul'Vres bouche de graisse | :i-e, saindoux, etc.) (42 gr.) 3.'i s %  i e de sucre (172 gr.) 3 jaune 1 d'oeuf 14 tasr. de lait Qi litre) 1 cuillere caf d'un extrait quel conque (4 gr.) 1 tasse et demie de farine (172 g^r.)' 3 cuilleres caf de Royal Baking Powder (12 gr.) Battez \M graisse en une crme, ajoutez graduellement le sucre et les jaunes d'oeuf bi< n fouette? et lil : er. mite l'essence. Tamisez la farine avec la Royal Bakin| I rder 1 ajoutes er petite quantit et alternativement avec un peu de lai i n itriei itea cuire four modr, dans une tourtire beurr le ." %  •• •>' %  ouvrez le gteau d'une glace quelconque. ATTFNTION! Demandes toujoi n de la ROYAT. BAKDKI POWDER, ce qui signifie "Poudre Pte Royal." Il m suffit pas de mentionner seulement le mot "ROYAL," vu les imitations qui existent sous ce nom. Sur l'tiquette de chaque bote de ROYAL BAKING POWDER authentique vous trouverez une reproduction de la mme bote et le mot "ROYAL." Rappelez ce dtail! (Poudre Pte "Royal") Absolument Pure En Vente dans toutes les Epiceries Notre reprsentant pour la Rpublique d'Hati: MR. J. S.HOWAT, Port-au-Prince Royal Baking Powder Co., New York, N. Y. re qui avait t cm,leste au mare chai dans plusieurs parties de la France el avait occasionn de nom breusea et vives liscassleoi depuis 101*. Hoiivel|es du Japon TOKIO— D'aprs une nouvelle, 23.000 personnes ont l tues et 40.000 blesses Yokohama seule meut, par suite de la catastrophe du tremblement de terre. 71 pour cent de la ville de Tokioat dtruit ; dans le district d'il >;on on signale 10.000 morts. L;s travaux de secours dans les relions dvastes avancent, tout est mis en œuvre pour soulager la tuuflrmDO des milliers de personne..->ans abris. Les tramways ont commenc circuler aujourd'hui et le-, communications par voie ferre s'amliorent dans le faubourg. La situ, i ion financire Osaka est plus bette par suite des rapports op mislc qui parvienneni de la capitale ; le march est d peu prs normal, les pix de ncessits de chaque jour ont augment mais lgrement ; on s'utend eependaul a ce que la 'tuatii i ucluellc nu suit temporaire et on peasa qu'une A< pression sur le march pourrait bien se produire au plus tard. un discours u. M. Poincui P\MVlU,lfc;R$(\leu9e)-M. Poin esr a dclar hier a l'inauguration du mot'iiment lev en souvenir des morts de la guerre, que la rsistan ce dans la Rhiir, sur laquelle les allemands avaient compt pour doit rager les franais, avait t surmonte peu peu et commenait a s'elTondrcr maintenant. Le discours du prsident du conseil, en outre de l'objet spcial de la runion, a fait allusion principalement aux r rentes dclarations de M. Slreseman, de4 on Hatimcr, ministre de* affaires conomiques, et de M. Ililfcrcr diog, ministre des finances. M. Poin car a cit les paroles de M. Ililfe rerJing et von Kaumer disant que le rl %  iblissem.-nt financier de l'Aile m ign n'tait possible que si le con Ilit de la Ithur cessait.Ils possdent, dit-il, le remde pour la gurison ; ils n'ont qu' cesser de jeter des mil lisrds de marks dans la Ithur pour encourager le chmage et a laisser la population •-uivre son inclination, car elle ne dsire que travailler et s'entendre avec nous pour les livrai sons qui sont dues aux propositions de M. Slreseman. Concernant d'autres garanties que la Hhur pour les paiements,M. l'oin car rpondit par le proverbe Un bon tien vaut mieux que deux tu l'auras'. .Nousprfrons, ajoute-l-il, des jjsrauties positives a des droits thoriques el nous refusons dsi en dessaisir pour des gages gsiw qui peuvent tre excellentes m papier mais dont le produit l)J chapper.Quand nous wiojij magne rsolue sincrement tm et nous donner notre ^ quelque chose de plus quea^l messes, nous considrons vm possibilit de traits ono "JJ Que l'Allemagne commence sj g. r de conduite et a nous g enfin de lu bonne volont. J prsent, nous,n'avonspw ^i de modification apprciawe. j^ lemagno veut cire a,e .f 3 encore temps, mais frFi dans srs anciennes ^gj sera entrane dans • c jjj dont la responsabilit n# pas sur nous. M. l'oincar a prononc asj cours dans l'sprs midi a ville.il a exprim sa W a les victimes du twiableOJJ re du Japon et dit qjjVj^j de Verdun et des entirs^! s'imaginer les !" ^f J ponais par celles ^'e. d ,^ rgions qui onl t i fM nagependan.de n-*J a M. l'oincar a afliimj i a mj plus la politique injj 10 j gouvernement pour oM^ | rations. ]



PAGE 1

iVX.V" r W ^ r V**-HS *J*.> teVAATM y kjtffiazctle de u ^islanct de JZja presse qui soudai | |i ili>Hon dans la ."Saww une attention 7oefMion rie ''mm-ilelies mesures Iwancio i^tledeVoss admet l! TA!lem^ie rra -I) ries sommes < normes Idela R ur < lc fau "Juncei quelles que ^regdiclatormlesndop Jieit impossible, C'eM r^igt le journal, li na %  niiortirdu chaos l innn piqne que par un ac|rlrDg or ^ al 8 r l'atlitu Ujcioire de certains jour J^liin que M.Slivseman pie de la futilit de len mggu intrieures la il que Lwlance pa-sive et par '||IM formule quelconque ujfe pour permettre lie taire des ouvertures lits Cours |ld— Dollar Livre 17.835 70.783 qu i se llond re l.'Ursrev nude Siint tut appris qu'hier soir, jfcrteaverse, I" 'ionien Minsleseaviiuns de l'un idr. (la route en grande p\rlen mauvais tat et l nb %  pool rendimpu^ili'e tout fcuto dans cette rgon. Maonniques Bons pour le Vnralat | Les Cœurs luis •> auidiaunche lii Septembre OIUI candi I ils sont en •M Jean J .c pies Djsa> liboer^Josapliil. M. I. iraltit lodrqaez Nous avons eu le plaisir le rtrf< voir la visite de M J. A abil Rodrigue/., reprsentant de l, Maison Iioux-Denlo'i LunibcrO, de Tumpa, Floiida. M. Roitguo/. qui est d'orizna portoricaine et un h imme d'affaires aux manires distingues qui nous prsentons nos meilleurs souhaitl d'heureux sjour. Une nouvelle fontaine Depuis u Iscmtine un* fontaine automatique fonctionne sur la Place Plion au haut d • la IMac*? du Champ de Mars. Poinl de gispil'age d'eau po n'ble avec ce nouveiu systn j Il est i souhaiter qu; dans la su te QOi autres fontaines soient aussi cononiques. ecld* I d l aut-) Avant hier, dimanche entre !0 et Il heures du soir, une auto conduite f ur le jeune Partner alla au coin du 'e!il -Pour se heuiler violeinui''nt contre le poteau lectrique. Lo choc fut si fortune le transformateur lectrique se dtacha, ce qui occasionna me interruption de la lumire. L'auto fut mise en pices et Parmer asse/. grivement bless. Compagnie finrfle Transatlantique Le ite imer Saint R u>fa el de re tour d.>SanUnio de Cuba i u ii 13 conrant.repartira e mme jourpour Petit Gove, Caves, Stato Domingo, Mac iris, Mayagii'Z, San Juan de Porio Rico, Guadeloupe et M.rlini qi e. Po t au P.ince,'e ti septembre 1023 E. RHBftUN, L'Agent Changement d'ad esse La Maison Mine Alphonse Je in-Jus. JI'I sera traoflre, la Rue Tramait au numro 121, en face de Mr L. Gurie, pmttr du 15Septembre. Avis matrimonial La MHHsicne, F I GO ces piu •e Fortun Deojimio, dlai.n'l pas respo -isabl des actee et aetio is '! son m tri contre lequel elle int %  i te une ncli > n eil 'is nvi. Po tau Pnce, lelOAeptembre 1923 Mme Fortune BENJAMIN i.tFda GEORGES Grande Liquidation D'Articles de Cordonnerie. Li maison NICOLAS CORDASCO, ai. tB. l ereix f l i zar Mtropolitain. Port-au-Prince, ce 7 Spt. lv'23. J. DAALDEB.JR. 1 Eflels nlits Je B0uss s (nj,ddare adir un red piss No 635 qui a t d. livr par la 1. iniiii eion s. nul our au nom de Mme Vfn P. A. Btewart, s'levant , le comme d< qunti e m e ai 1 f at quar oie el ui e gou P. 4dtt1. : e dil r< pi est di r nul, duplicata devant en ftlre I. aa. Pu t au Prince, le 8 s ptembre I92J F. SOR\Y,. v. itomobile studebakef Eticf Six 7 ,>ag >r an pu fU eta', ayant servi durant r'peu d lern ta v o Ire u 1 p 1 1 1 i r i 1 sonn mie. S iJrj-'i' L PR. TZ,l\N.N 16GBHIIOLM Kue du Qn ii i^>o imes G. 100,00 dj .'•0,03 do 70.00 do IO.OO do 175.00 M 70,00 10,00 18,00 4 1 8e ses M 2,00 Afathes bouton la boite de 1093 ci'on noir pour souliers, la boite 12 grosses Couteau suprieur Point n'est besoin de fsire l'lege de l'erceMeret de-oea rrarchandtaet* Notre correction est attrs'e par la cotflarce que le public Port au Fiinciei ainsi que ces cliects de h provirce ont t lacre tn cous, depuis de nom* reu es acres qce ccus cricis :ci cttte jace. TONIQUE, RECOHSTITUANT, FBRIFUGE Recommand par tous les Mdecins I.e puiNA-LAROCHI tri a(rr#b!e au c"nt. contient ton lot prlm-'pes d trou meilleure* eoriee de quinquina. Il e-i ttiel %  aprieor o tou les entre vin de quinqmnn <-t est reeommnnd par la clbrit indioelcs du monde entier comme le Tonique et le Reconeliluant par excolience dune le cas de : FAIBLESSE GNRALE, MANQUE c APPTIT DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES CN VtNTI DAN TOUT LE3 BOUriEJ PHARKAeil Exiger le VtRITAILl QUINALAROOHH %  Export SteelMfg C 0 NEW-YORK U.S.A. Brancb Office Port-au-Prince LJs plus grands exportateurs le tles \im\im ea Hati -rs de fer.Clous galvanizs, clous fondus, clous pointe de is, Tles d'acier Ronces mtalliques, Fil de fero^lvaniz3 de cuivre Elouppe.Coidage.ch^udires, Rchauds,Articles lills. Feuilles de cuivres de zinc. Matriaux de eoustrucpoui Dock^. WharKCiieuiiude 1er, HacheSeMaBchttes, *s piquoisMalriaii3i pour cunstuicliou eu Bton Ciment alilKrosiue et Gaz^iue.Savou Provisions et Dy yood.' ^** T •e palronage de nos aimables clients, nous occupons en ce moment une bonne dans la clientle d'Hati. Brooklyn Export f Steel M (y. Co„ SEW YOltli, U.8, 4. Brandi' 01 lice Port-au-Frince, U*.HMM U'MI r f Jl 1 C %  A • ...ww T GeO. JEliNdLjiKi Agent exclusif [tour Hati • tf !%%  •'• llvphont 367 ii t I



PAGE 1

LK MATlil Faisons un Rve Vaillant I lout Agent Gnraux 1720 fU*J du Magasin da l'Etat *•Propritaires d'aibiles ATTENTION Une rvolution dam les prix des Pneus et Ch.nnhre Air,occasione par la rduction des droits de Douane, En stock toutes dinientions des l'a nuux f c AH Wealher CORDS 1 nouvellement arrivs. Prix les plus reduiu'pour Pneus $ lubes PNEUS Fabric 30 x 3 Fabrlc 90 x 31/2 Spc. Gords 30 x 3 1 2 Extr. Coitls30x 312 Fabrlc 31x4 Gords 32 x 4 Corda 33x4 Fo'rtc32 x31 *2 t'ords 34 x 4 CordS 33x4 12 Corda 34x4 1/2 En vente chez kTUBES ROUGES P. P. 9,50 11,30 14 10 n; 20 21,50 13 38 30 32 30x3 P. 1,80 30 x 3 12 2. 31 x 4 32 x 4 31 x3 1 2 93x4 32 x 4 12 34x4 1,:! 84x4 2.76 2,78 3, 8, 4. L. PKETZMINN'AGGERHOLM Hue du Qum Cokim iau Sleain^hip Company lue* Steamer dirig par la GtloaMan Stwrash^ Clou pan y pour compte i% la UaHei Stes Shippiig Board. Le steamer HATI venant d s New-York via les ports du Nord est et ta du Port-aUmHrin'e le 13 Septembre nourmnU Il repartira le mme jour pour tous les ports du Sud y compris quin, prenant fret 4* pasmgers. Port au Prince, U 10 Septembre 1923 Gebara&Coinpany^yeitts 7 / i contre 'CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES do DELORT, Pharmacien, 110, Ru* Bnint-Antoiu PARIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PHINGB A1M.PF.TKUS, Pharmacie ALBERTIIU Ph.rm.cidu DJu.tin VI ARD t tout 1* bonn Pharmacie*. Avis important La soussigne Directrice de |-E eole nationale Colbeit Locbard d •'are n'tre pas la signataire de la protestt o parue au journal Le Courrier Hatien•> dar son numro du 20 Aot ci renouvelle sa dclara lion parue dons le numro du mme journaMioiinier Malien dans son dition du 24 du m ne mois, sa % oir qu'elle re signe par Anna Au custin mais bien Anna II. Augustin, ANNA II. AUGUSTIN Bonne Nouvelle A la Cordonnerie Ernest Camille Fabricant de chaussures en tons genres Matriaux suprieurs Soins — promptitude — Clrit Gran'I'Rue prs la l'oste N i722 La maison porte la connaistance du public que — dans le but de fac : liter et d'encourager ses nombreux clients — elle accorde— partir du 1er Juillet 1923 une prime de une paire de chai); ures au choix tout dtenteur de vingt tickets. En consquence • on est pria de rclamer un reu pour chaque achat au comptant A la Conscience — telle est la devise de la maison. Ujoir avrs* more. fr' Plusieurs foyers, une fois sans enfants, sont maintenant gays par la prsence d'enfants sains et heureux. La Composition Vgtale de Lydia E.Pinkham a rtabli les mres, une fois de plus normales et en bonne sant. La lettre suivante crite par une jeune femme, prouve la valeur de la Corn ositionVgtalede ,ydia E. Pinkham, dans de tels cas. a JrC £7"'4i r SM ]csu3 Del Monte, Havana, Cuba. -"J'ai employai*] excellents rsultat, votre Composition Vgtale de Ljd I E. l'inkham, le mdicament que vou.= recommandez pou les maladies des femmes. Aj.-rs trois a\ortementt M pu donner naissance un enfant. Je ne puis trouverj mots poui vous exprimer ma reconnaissance. Je recoav] mande votre i..dicamrit toutes celles qui souSmu comme t.-.nt leur alut. Si vous dsirez publier cettlj lettre, jj vous donne reraVion de !a faire."—Iu"J] ToRRBt VIOLT, Madrid i, letra C, Jsus del Ma Havana, Cuba, Cctto lettre devrait *n|ngcr .loutres finmes d'cisijwU | Composition \fegetale de Lydia E.Pinkkam I.VDI B.MNMUM MtOlClNB CO. LVHM.IUII, U.S.. La preuve est fai! La preuve est faite pour les ec mateurs qu'aneune eau-ie-vie de o de grain ne peut valoir pour nesse et pour Varome le rhum f sirop vierge de canne sucre. La preuve est faite que de tout Us rhi le rhum d'Hati est le meilleur et le plus hyginique.,. La nreuve est faite que de te rhums d'Hati aucun ne peut rhum NECTAR UETJERS dont la lion est la plu* soigne et la premire le plus rationnellem title. "PTL&UXI. Rues 1 raveisire fduOiagasin m Avec les arrivages de* derniers bateaux, notre stock m] nouveau Nous n'enunierons DM, qu'il vous suffise de ; voir J,u l vez trouver lotit ce que vous ave* besoin et de m *'"JL lions que lans les liquidations extraordinairesou dans." qui donnent pour rien. e^u Epa'en's ? sont nos erpes de obine supfieur, % %  Tissus ponge fantaisie, Plumetis couleur, Souliers pw vernis et jaune, Souliers pour teinmes, rouhers tenu *i Fruits en guirlande, pour chapeaux, Chapeaux de paiu^ pour ho hapetf*. rames Toutes garniiares pour robes ou cMP" argent ou or, Bandeaux, Euntails fins, Bas de OjMJJJsle-ts des meilleures marquesRide ux tulle et ""JjJ^ Vuitez notre dpt de meubles, li*s, armoiM, carpe %  K Le Malin ronde le 1er ArilJ907 Abonnements L-N MOIS Port-au'Prince Gourdes i Dpartement* 2.50 EtrariKer 3.00 Boite Postale: 118 Tlphona 149 Bureau : Hue Amrie-ii: ?; 13H QU0I8 QU'ON M QUOI QU'ON FAI Le Rhum Sarbanconrt olj et sera toujours le > PS* li'. *c • T "^ %  '^ % %  % TA. '7 I



PAGE 1

pnomisiAiftB HtfNMMVB \t Magloire 90NYERNA |l !U mriassima to 20 ESTWm Quotidien Tous tes la seule persouiie laquelle il vont est impossible d'ehapj er ; soyez, donc en bons termes avee vous-mme. Il est aussi difficil et pnible le vivre avec un "moi |uereHeor, qu'avec une lemme uueielleusc. Franck CR1HE Fnelon mmiom M 24j ANNE N 50U PORT-AU-PRINCE ( HATI ) MARDI 11 SEPTEMBRE 1923 Courrier-Hatien s'gare et perd Autour des Deux Projets de Loi a notion des choses, ^ syndicat es mdecins dit LE TEMPS La Rglementation de l'Assistance (Suite) fier Hatien dont l'exal_idil avec le farouche paj dont il a le monopole, s'est i autorit dans son dernier i pour dnoncer la RpuOtira LE MATIN qui, selon kit les intrts nationaux. Il on de cette intempestive commettre l'gard de cteur et de notre collabopsgutte Magloire .les person)snttout le monde n est pas ,en concluant su virulence hifflosit par des appels au du MATIN l'adresse de et lecteurs. [jiy s quelques jours, le rHatien demandait aux lie pas composer notre jour Il veille, il laissait encore i ialention en crivant que .(lias Auguste Magloire, dlai-mme que la socit ne Ipai se solidariser avec les leurs de femmes et qu'o i laisser pourrir en prison, IN nous sommes pas donn lit relever ce que nous rentre un mensonge et oui modes nouveaux procds actuellement en honneur Ittini frntiques gars dans noo. [Poincar, ayant tout derniroly, au cours d'une interjstde la part d'un dput, %  tes personnalits qui se it par l'accusation de laissr les intrts de la France, I qu'il ddaignait les personf*lil tait l'objet et que. pour cela, il ne pouvait y rpon Ire, ni les relever; imis qu'il ne pouvait, sans protestation lais-er dire qu'il 1icrifiait les intrts du pays Nous nous inspirons donc de haut en n'accordant SUCQQS rp une aux violantes personnalits dirige4 con* treMM Clments! Augure Magloire, — et travers lesquelles, en cher* chant bien, il ne serait pis p>ul .lie diflicile, de retrouver des bainei politiques encore debout. Mais, si nous ddaigoons d'enlivle nir l'intrt autour de nos chtivss personnalits, dont ee n'est pas leur faute si elles ne brillent pas du m me clat que celles les prestigieux rdacteurs du "Courrier Hatien", nous ne saurions laisser passer, sans en exprimer noire extrme suf prise, l'ide mispar notre alversaire que nous desserv ms les in trls du pays et celte encore plus l.i zarre, de viser la suppression du MATIN parla voie du"boyc >Uag Il serait assez trange que ce pt tre par le i Courrier ll.nl en >> n d'hier que la gniole famille groupe autour du tKtatini dans la personne de ses abonns, et lecteurs aurait appris ce q l'est notre journal, qui compta dix sept annes d'existence. Asse/. d'esprits ninents ont dj rendu hommage la tenue du 'Matin'', sa rdaction soigne, la profondeur et la sret de ses juge ments.a la science.avec laquelle sont traites la plupart des qirstiois qu'il met l'tude, sa parfaite correction, sa courtoisie, a son courage, pour que l'autorit morale et IntelLa Situation d'Hati EXPOSfcE PAR U.C. C. WOOLARD fice-Consul des Etats-Unis au CapHaitien NJiri de la runion hebdoma1H Rotarv Club qui et lieu ti sur la lerasse de l'Htel ^'orateur du jour fut M.C. wd, Vice Consul Amricaiu Isitisn, Hati, qui parla lonI ur la siluatioo ds ce pays, ^•"Ire-autres dclarations les *Jdeot les huit ans d'occupapUrtaira Amricaine, Haiti n'a L on Pagres, car; les Amri' %  y ont fait que crer un an• se races ioeonnu jus*-* reprsentants du Gou%  ot Amricain en Haiti enl2* r Washington sont tous des ^> n'ayant aucuue ide de 1 Aimne, la seule chose qu'ils eut de gagner leurs beaux ^ments sans s'intresser au ,f P*y*Le gouvernement "Jglon a envoy en Haiti J, "P erl9 mais aucun d'eux furent les assassinats perptrs par eux. •o fit •mou que toucher de PPointements. La ConstitusvLu plHai,i *t continuelle^ par les oflicielsdu Trait. les marines dbarqurent W f remir fois en Haiti, ils i %  ncri a u > >•"* p uf s Hatien et nombreux Ceci el pour effet de crer cet antagonisme radical trs piononc qui existe depuis. La Commission Snatoriale que dlgua le Congrs il y a de cela quelque temps pour aller enquter en Haiti, n'et aucune information exacte, ceci provint du fait que beaucoup de personnes s'abstenaient de renseigner comenablemenl sur la situation d'alors, de peur de voir l'Occupation Amricains se retirer, ce qui aurait t un grave inconvnient. <.Cette Commission Snalon ils lit un rapport sur la situa II >n qui n t t pas sincre el je suis convaii.cn que le goossrnsment ds Wash n ignore tout rail es 'I' 11 '' I et se passe an II iti BOBJ ls con rle militaire Amricain. ( Je suis Amricain danbouts l'acception du mot. dit Mr Woolard. J'ai ve.-u dou/e ans en Hati el j'ai d'excellentes rslatl MIS avec tout le monde, ls voudrais q m>n et un grand so i es en M-anl IL. d< lis tuai i I %  iv< mes que le eousernemenl y euMjie, te-tilhdont il jriil aini que I C instruit • fiv.Mir h S il" > mes et lecteurs, paraisse il p lement ju*H li les. Si nous u'av inas nuj i ir d-liui, par surcrot, ls mffr^e il un al\'u--aiie. n lis s un n-s au regret de dire que nous saurons nous en passer. M -is. I nil de mmo, il e-t BSi %  / singuli jr, d' dr enregistrer le ftit que 'Te Oourr ei II il i n "pran 1 a et p int o nbrags contre u LsMa tin'' q i',l aurait aim ; voir si di-pi ritjon* pir h v iia 1 1 b>yc ilt ige, faute de m eux : alors qu'il rclame si violent neal p mr lui le dro l et ta libit d'expim-r toutes ses peu se as en premnt po ir seul juge l'opi nioii puhli pie. Et celt d>nne h pens r sur ce qui n itre adversaire bssrait lui m^me faire si s ulomeot il pouvait un jour disposer des entraves lo il il dit avoir tant le h lins... pou %  lai. D'ailleurs nos eonfrrei ont dj fait! j ustice de cette dnonciation %  ',','Vu fantaisiste. i.e Teupi s'eria : 'Nous nous faisons un devoir de nous lever contre l'acte du "Cuir lier llilien qui dnonce le jour n il * Le Malin" tout' la rpub' que et de le boyc )tter '.'Le Courrier Hatien" s'gare et nord la notion des choses en voulant jouer ce rle d'excommuni r un confrre qui ne pnse pas comme lui." iLe Nouvelliste nous a renouvel l'assurance de sa sympathie 't nous d'c'ure qu'il n'approuve pai le geste irrflchi du "Courrier 11 iien". j. ne vois aucun aspoir de pouvoir aider les Battions.* Mr Woolard est commerant cl Vice Consul Amricain su Cap-Hailien. Il se rend Wasliinnl.ni d ms l'intention de visiter les aulorits qui s'occupent des affaires d'Haili, atin de leur sipi ser ls lilualion critique que traverse ce pays, en leur d mandant de s'\ inlresser et d'y mettre un fnin. Le discours du Vice Consul dora peu prs 20 minul. l si cei paroles dites avec chaleur et enthousiasme, causrent une grands sensation parmi les membres du Botary Clnb qui firent divers commentaires ce propos. (# El Mundo de PorUhBieo ) Parisiana i; La pluie ayant c intrari la de I manch •• -ur la demand i i n\*, do m %  ce ur ls 1 lme et I , isodss de L'AijiSiHitie Entre i gou ls Balcon : -' goi rdss ASTHME PAPIER FRUHIAU dtu U)u. i. ••• il'* €m|l.... .., Op^rtttion au. FRUNtMJ. SJ,I Hwll*.^"! %  "' — * %  I. /.< %  Iriage Un • fois a imis.' les bases poses dans mitre prcdent arti^e, ,-i savoir : tusista "••• abtolue au t m / fents, a -si t tnce partielle aux pauvres sous io m \ d'assistance, il ne reite plus qu' trouver les m lyens irMii |ues !ii r sic de lacolloctivit; s >ii deux oprations de tri ige praliqu -r. — Il au ;oup consi lrenl la chose i-imme trs difticile sinon impossible ;'i ralis ir. Si en exprim tut cette opinion 0 i veul dire qu'il est ncessaire d'tre p/u lent, de se dlier des 1 irmules trop rigi I i noos n • |i mvonsqu'appro iv r uneatl tu le d i l'espril qui est absolu nenl i i mtifiqu •; m lia si cett pru lenee et cetta dfiance ne font que c nivrir la peur des ralisations, si par elles on croit pouvoir combattre le principe mftme d'une r* glemenhtion, ee n'es! plus que le l,i nOfthobiei et nous nous vonsneririquemeot l contre.— Qu'en l'e ur.n.-e toute ralisation ncess te 'les efforts, soit, unis l'avons dit et nous le rpton: unis ou peut arrivera une formule b'iiue--C la serait injuste, parce qu i ne rpon,1 ml pas a 1 1 ral i les chos . En effet, cel d • c sienne h i nm %  vous irouv 5,10,15 a itres i do il le plus 301) gds qui uf, plus lU de soucis, plus a l'aJM M le mol p "U tre employ ici sans iro lie. q 11 le professeur d'enseignera >nl primaire, i o laire ou suprieur qui g igns 2, d ou i bus plus, mais q u a de nombreuses charg is, un rang social tenir, di, | mr tre plus cr une cw t tiine %  i \server7 Et si vous n ivrez la porte tu travailleur in %  goui le, pour juoi ne pas l'o iv ir au profess -ur '2, 3 ou 5 gou I 'S .' I | nirquoi p is d'autres qui se ti M i pi i is I tns les mmes con liti i is que le dernier? Alors de conces o i en %  > % %  lession C car nous som n s dans un paya %  *> I res faibles on aura transform II rpubli 11 %  • en un N iste b irem d'assistan %  • et p >ur n s'tre pis donn la peine do trouver un • solution. on aura accru dans e M pro p irtions r sp • i ibles les ch irg de IKi u li ltie i. sans compter le lorl consi l rilile que l'on aura ca is iu\ autres intrts en jeu. On va n ms objecter cfde nous pr i LOM la chose AU tragique; l'on ;ioi i t ni •.u n i as ne faisons que poussera sa limite extrme et logi'tietin loin i;)' pie nous ent n I ms OIMI aler bien souvent et qu • nonne c imbaUiuns jamais trop pour le mal qu'il |)Mit laire. Nous n s dirions trop le rpter, [-assjstanc i u' st pas un droit; on ne saurai) lonc en faire uns rgle ill gitime nent lenduo tous ; elle stel doit rester une exception, un pis aller. — -I fisit doue qu i l'on trouve une solution p Mtous ces cas m ivenSi nompi is entr %  Y in lia 11 aos Utt, qui r lve d 'assistance pure et, sinip| jet aisin % %  stable qui chappa ,i i ii; rgi 'iu m! ni )u %  Ce cluss m m! en c il gones est en malier %  soi i le 1 1 bass de toute orge,nis.ilion. II. Q n fera le tri i je ? X i a i T mvons les bases de tri;u ipo JS pai le Projet port mi i n itation el o-v misaii ).i il m se ra lie le gif" i .Nous approuvo ia galein i d'en co ifi ir le soin m b !•• • i m a n lanl de l'admi (, n • opration inap u e i lit sous l'ombr i da p -, 'i vis 'i vis des admi ni : -s ou le m irch in I ige vis-vis i i lecl >urs Sro ubl In Proj t dans chaque i i unb n' iu i n lionnera, ,-i nto ir %  de tous les nation qui pro, r ann i du !'• Xoi \ au 13 Dco n ire a la con i ion de la !isl i les in ligouts; les populali ma ayanl t au pr* labl i avises < par voin de proclain ilion ou I afch En se sparant ce bureau, plus exactement cette commission locale laissera un bureau permanent, compos du Prs lent el d i secrtaire de la co : u MI. du chef de la Police, du M duG tnseil Communal et d'un dlgu de rt'io-j


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06023
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 11, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06023

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
pnomisiAiftB
HtfNMMVB
\t Magloire
90NYERNA
|l !U mriassima
to 20ESTWm
Quotidien
Tous tes la seule persouiie
laquelle il vont est impossible
d'ehapj er ; soyez, donc en
bons termes avee vous-mme.
Il est aussi difficil et pnible
le vivre avec un "moi |ue-
reHeor, qu'avec une lemme
uueielleusc. Franck CR1HE
Fnelon
mmiom M 24j
* ANNE N 50U
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
MARDI 11 SEPTEMBRE 1923
Courrier-Hatien s'gare et perd Autour des Deux Projets de Loi
a notion des choses, ^ syndicat es mdecins
dit LE TEMPS
La Rglementation de l'Assistance (Suite)
fier Hatien dont l'exal-
_idil avec le farouche pa-
j dont il a le monopole, s'est
i autorit dans son dernier
i pour dnoncer la Rpu-
Otira LE MATIN qui, selon
kit les intrts nationaux. Il
on de cette intempestive
commettre l'gard de
cteur et de notre collabo-
psgutte Magloire .les person-
)snttout le monde n est pas
,en concluant su virulence
hifflosit par des appels au
du MATIN l'adresse de
. et lecteurs.
[jiy s quelques jours, le
rHatien demandait aux
lie pas composer notre jour
Il veille, il laissait encore
i ialention en crivant que
.(lias Auguste Magloire, d-
lai-mme que la socit ne
Ipai se solidariser avec les
leurs de femmes et qu'o
i laisser pourrir en prison,
In nous sommes pas donn
lit relever ce que nous re-
ntre un mensonge et oui
modes nouveaux procds
actuellement en honneur
Ittini frntiques gars dans
noo.
[Poincar, ayant tout derniro-
ly, au cours d'une inter-
jstde la part d'un dput,
tes personnalits qui se
it par l'accusation de lais-
sr les intrts de la France,
I qu'il ddaignait les person-
f*lil tait l'objet et que.
pour cela, il ne pouvait y rpon Ire,
ni les relever; imis qu'il ne pouvait,
sans protestation lais-er dire qu'il 1i-
crifiait les intrts du pays-
Nous nous inspirons donc de haut
en n'accordant SUCQQS rp une aux
violantes personnalits dirige4 con*
treMM Clments! Augure Magloire,
et travers lesquelles, en cher*
chant bien, il ne serait pis p>ul .lie
diflicile, de retrouver des bainei po-
litiques encore debout.
Mais, si nous ddaigoons d'enlivle
nir l'intrt autour de nos chtivss
personnalits, dont ee n'est pas leur
faute si elles ne brillent pas du m
me clat que celles les prestigieux
rdacteurs du "Courrier Hatien",
nous ne saurions laisser passer,
sans en exprimer noire extrme suf
prise, l'ide mis- par notre al-
versaire que nous desserv ms les in
trls du pays et celte encore plus l.i
zarre, de viser la suppression du
MATIN parla voie du"boyc >Uag
Il serait assez trange que ce pt
tre par le i Courrier ll.nl en >> n
d'hier que la gniole famille groupe
autour du tKtatini dans la personne
de ses abonns, et lecteurs aurait
appris ce q l'est notre journal, qui
compta dix sept annes d'existence.
Asse/. d'esprits ninents ont dj
rendu hommage la tenue du 'Ma-
tin'', sa rdaction soigne, la
profondeur et la sret de ses juge
ments.a la science.avec laquelle sont
traites la plupart des qirstiois qu'il
met l'tude, sa parfaite correc-
tion, sa courtoisie, a son courage,
pour que l'autorit morale et Intel-
La Situation d'Hati
EXPOSfcE PAR
U.C. C. WOOLARD
fice-Consul des Etats-Unis au CapHaitien
NJiri de la runion hebdoma-
1H Rotarv Club qui et lieu
ti sur la lerasse de l'Htel
^'orateur du jour fut M.C.
wd, Vice Consul Amricaiu
Isitisn, Hati, qui parla lon-
I ur la siluatioo ds ce pays,
^"Ire-autres dclarations les
*Jdeot les huit ans d'occupa-
pUrtaira Amricaine, Haiti n'a
L ,on Pagres, car; les Amri-
' y ont fait que crer un an-
se races ioeonnu jus-
*-* reprsentants du Gou-
ot Amricain en Haiti en-
l2*r Washington sont tous des
^> n'ayant aucuue ide de 1 A-
imne, la seule chose qu'ils
eut de gagner leurs beaux
^ments sans s'intresser au
,f P*y*- Le gouvernement
"Jglon a envoy en Haiti
J, "Perl9- mais aucun d'eux
furent les assassinats perptrs par
eux.
o fit
mou que toucher de
PPointements. La Constitu-
svLuplHai,i *t continuelle-
^ par les oflicielsdu Trait.
les marines dbarqurent
W fremir fois en Haiti, ils
i ncri au-> >"* puf
s Hatien et nombreux
Ceci el pour effet de crer cet
antagonisme radical trs piononc
qui existe depuis.
La Commission Snatoriale que
dlgua le Congrs il y a de cela
quelque temps pour aller enquter en
Haiti, n'et aucune information ex-
acte, ceci provint du fait que beau-
coup de personnes s'abstenaient de
renseigner comenablemenl sur la
situation d'alors, de peur de voir
l'Occupation Amricains se retirer,
ce qui aurait t un grave inconv-
nient. .
<.Cette Commission Snalon ils lit
un rapport sur la situa II >n qui n t t
pas sincre el je suis convaii.cn que
le goossrnsment ds Wash n
ignore tout rail es 'I'11 '' I
et se passe an II iti bobj ls con rle
militaire Amricain.
(. Je suis Amricain dan- bouts
l'acception du mot. dit Mr Woolard.
J'ai ve.-u dou/e ans en Hati el j'ai
d'excellentes rslatl mis avec tout le
monde, ls voudrais q m>n
et un grand so i es en M-anl
IL. d< lis tuai i I
iv<
mes que le eousernemenl y euMjie,
te-tilhdont il jriil aini que I
C instruit fiv.Mir h S il" > mes et
lecteurs, paraisse il p lement ju*H
li les. Si nous u'av i- nas nuj i ir
d-liui, par surcrot, ls mffr^e il un
al\'u--aiie. n lis s un n-s au regret
de dire que nous saurons nous en
passer.
M -is. Inil de mmo, il e-t BSi /
singuli jr, d' dr enregistrer le
ftit que 'Te Oourr ei II il i n "pran 1
a et p int o nbrags contre uLsMa
tin'' q i',l aurait aim; voir si di-pi
ritjon* pir h v iia 11 b>yc ilt ige,
faute de m eux : alors qu'il rclame
si violent neal p mr lui le dro l et ta
libit d'expim-r toutes ses peu
se as en premnt po ir seul juge l'opi
nioii puhli pie.
Et celt d>nne h pens r sur ce qui
n itre adversaire bssrait lui m^me
faire si s ulomeot il pouvait un jour
disposer des entraves lo il il dit avoir
tant le h lins... pou lai.
D'ailleurs nos eonfrrei ont dj
fait!justice de cette dnonciation ',','Vu
fantaisiste. i.e Teupi s'eria :
'Nous nous faisons un devoir de
nous lever contre l'acte du "Cuir
lier llilien qui dnonce le jour
n il * Le Malin" tout' la rpub'
que et de le boyc )tter '.'Le Courrier
Hatien" s'gare et nord la notion
des choses en voulant jouer ce rle
d'excommuni r un confrre qui ne
pnse pas comme lui."
iLe Nouvelliste nous a renouvel
l'assurance de sa sympathie 't nous
d'c'ure qu'il n'approuve pai le geste
irrflchi du "Courrier 11 iien".
j. ne vois aucun aspoir de pouvoir
aider les Battions.*
Mr Woolard est commerant cl
Vice Consul Amricain su Cap-Hai-
lien. Il se rend Wasliinnl.ni d ms
l'intention de visiter les aulorits
qui s'occupent des affaires d'Haili,
atin de leur sipi ser ls lilualion cri-
tique que traverse ce pays, en leur
d mandant de s'\ inlresser et d'y
mettre un fnin.
Le discours du Vice Consul dora
peu prs 20 minul. l si cei paroles
dites avec chaleur et enthousiasme,
causrent une grands sensation par-
mi les membres du Botary Clnb qui
firent divers commentaires ce pro-
pos.
(# El Mundo de PorUhBieo )
Parisiana
i;
La pluie ayant c intrari la
de I manch -ur la
demand i i n\*,
do m ce ur ls 1 lme et I -
, isodss de
L'AijiSiHitie
Entre i gou ls
Balcon : -' goi rdss
ASTHME
PAPIER FRUHIAU
dtu U)u. i. il'* m|l.... .., Op^rtttion au.
FRUNtMJ. SJ,- IHwll*.^"! "' *
I. /.< Iriage
Un fois a imis.' les bases po-
ses dans mitre prcdent arti^e,
,-i savoir : tusista " abtolue au t
m / fents, a -si t tnce partielle aux
pauvres sous io m \ d'assistance,
il ne reite plus qu' trouver les
m lyens irMii |ues olli iel'.ement lune de l'autre ces
deux cal ''jfories d'issister et les
d i\ e is'iu'il >!ii r sic de lacol-
loctivit; s >ii deux oprations de
tri ige praliqu -r. Il au ;oup
consi lrenl la chose i-imme trs
difticile sinon impossible ;'i rali-
s ir. Si en exprim tut cette opinion
0 i veul dire qu'il est ncessaire
d'tre p/u lent, de se dlier des
1 irmules trop rigi I i noos n
|i mvonsqu'appro iv r uneatl tu le
d i l'espril qui est absolu nenl
i i mtifiqu ; m lia si cett pru len-
ee et cetta dfiance ne font que
c nivrir la peur des ralisations, si
par elles on croit pouvoir combat-
tre le principe mftme d'une r*
glemenhtion, ee n'es! plus que le
l,i nOfthobiei et nous nous -
vonsneririquemeot l contre.
Qu'en l'e ur.n.-e toute ralisation
ncess te 'les efforts, soit, unis l'a-
vons dit et nous le rpton: unis
ou peut arrivera une formule non, formule qui devra tre lis
souple, capable d'embrasser ions
les e as et de se plier toutes les
mo lalits. Les auteurs des pro-
jets semblent l'avoir bien compris,
puisqu'aprs avoir fix un chiffre
( 30U gourdes de revenu annuel )
ils a Imettont lout des enqutes pourront Otre lai-
tes o l'on tiendra compta e i
m -ni i temps que du salaire chaque imlivi lu, de sa situation
sociale el de ses charges ( art. |j
du Proi i sur l'Assistance mdi-
cale gratuite ). Voici un jeune
homme de 17 ans, de cou lition
s i le trs m leste, ayanl un s.-i
laire lixe le 250 gourdes par aji,
et sans au une cli u :e familiale
ou mi ;iale. Si l'on s'en tenait
h rigidit du principe des 30 Ig ls,
ce gaion serait immMiitemenl
class p irmi le in I ^ents el envo
s i [ ;i Lassisl tnce i> b'iiue--C la
serait injuste, parce qu i ne rpon-
,1 ml pas a 11 ral i les chos .
En effet, cel d c sienne h i n-
m vous irouv 5,10,15 a itres
i do il le plus
301) gds
qui
11 I qu
i .: les ros-
n i rgle des
., i i
r l'A i i
i trou I I'"1
de icrrn l'a^sisl inc gratuite
\ n \\ lilleur* a uns gourde
par joui
.1 ,.i p me a compren Ire son in
,1. i iti m. AU/ un peu au fond
ne i". i pus pas ce
n i >uf,
plus
lU de soucis, plus a l'aJM M
le mol p "U tre employ ici sans
iro lie. q 11 le professeur d'ensei-
gnera >nl primaire, i o laire ou
suprieur qui g igns 2, d ou i bus
plus, mais q u a de nombreuses
charg is, un rang social tenir, di-
- | mr tre plus cr une cwt
tiine i \server7 Et si
vous n ivrez la porte tu travailleur
in goui le, pour juoi ne pas
l'o iv ir au profess -ur '2, 3 ou 5
gou I 'S .'
i | nirquoi p is d'autres qui
se ti m i pi i is I tns les mmes
con liti i is que le dernier? Alors
de conces o i en >' lession C car
nous som n s dans un paya *>
I res faibles on aura transform
II rpubli 11 en un n iste b irem
d'assistan et p >ur n s'tre pis
donn la peine do trouver un so-
lution.on aura accru dans e M pro
p irtions r sp i ibles les ch irg
de IKi u li ltie i. sans compter le
lorl consi lrilile que l'on aura
ca is iu\ autres intrts en jeu.
On va n ms objecter cfde nous
pr i lom la chose au tragique; l'on
;ioi i t ni .u n i as ne faisons que
poussera sa limite extrme et lo-
gi'tietin loin i;)' pie nous en-
t n I ms oimialer bien souvent et
qu non- ne c imbaUiuns jamais
trop pour le mal qu'il |)Mit laire.
Nous n s dirions trop le rpter,
[-assjstanc i u' st pas un droit; on
ne saurai) lonc en faire uns rgle
ill gitime nent lenduo tous ;
elle stel doit rester une excep-
tion, un pis aller. -I fisit
doue qu i l'on trouve une solution
p M- tous ces cas m ivenSi nom-
pi is entr Y in lia 11 aos Utt, qui
r lve d 'assistance pure et, sini-
p| jet aisin stable qui chappa
,i i ii; rgi 'iu m! ni )u - Ce clus-
s m m! en c il gones est en ma-
lier soi i le 11 bass de toute orge,-
nis.ilion.
II. Q n fera le tri i je ?
X i a i t mvons les bases de
tri;u ipo js pai le Projet por-
t mi i n itation el o-v misa-
ii ).i il m se ra lie le gif"
i .Nous approuvo ia gale-
in i d'en co ifi ir le soin
m b ! i m a n lanl de l'admi
(, n opration ina-
p u e i lit sous l'om-
br i da p -, 'i vis 'i vis des admi
ni : -s ou le m irch in I ige vis--
vis i i lecl >urs Sro ubl
In Proj t dans chaque
, i i unb n' iu i n lionnera,
,-i nto ir de tous les
nation qui pro-
, r ann i du !' Xo-
i \ au 13 Dco n ire a la con
i ion de la !isl i les in ligouts;
les populali ma ayanl t au pr*
labl i avises < par voin de procla-
in ilion ou I afch En se spa-
rant ce bureau, plus exactement
cette commission locale laissera
un bureau permanent, compos
du Prs lent el d i secrtaire de la
co : u mi. du chef de la Police,
du m duG tnseil Commu-
nal et d'un dlgu de rt'io-j


LEMAT1H
Syndicale du Corps de Sant.
Cette commission permanente
pourra reviser les listes en cours
d'exercice c'est- dire procdera
d. s radiations ou des inscriptions
nouvelles, vu les changements qui
peuvent s'oprer dans la condi-
tion des inscrits. En cas d'ur-
gence toute personne notai >le peut
reiiJrir soit le chef de la Police,
soit le juge de paix le cur ou
toute autre autorit, en vue de
l'admission d'un malade dans un
tablissement hospitalier. Ces
diverses institutions sont tout
point de vue excellentes ; elles
n'offrent rien de compliqu ( il ne
faut pas considrer toute organise
tion comme une complication)
viter leur fonctionnement se fera
sans heurt ni accroc. La com-
position des Gomm nions locales
nous offre aussi toute garantie que
les pouvoirs dvolus a leurs mem
hres ne seront exercs que dans
l'intrt du bien public- Les au-
teurs semblent s'tre inspirs de
la loi de Bo^er sur la matire (Loi
du ^0 Juin 1818;; en eflet cette
Loi (usait exercer ces mmes lonc
bons par le Conseil des Nota-
bles de la commune.
Nous aimons bien, quanta nous,
cette faon de faire les choses; en
i itressant le plus grand nomore
de citoyens au lonctiounement
des institutions sociales, on aug-
mente la garantie queues peuvent
ollrir, on dveloppe l'esprit public,
enfin et suilouiou laitentrer l'air
du dehors dans les cadres de
l'a liniuistralion, trop souvent en-
clins chercher eu eux mmes
leur raison d'tre et leur lin.
ZZ Par Cable
Nouvelles titi'augres
Les demandes lu conseil
interalli des ambassa-
deurs la Grce
PARIS 8- Le conseil interalli'
des ambassadeurs, dani si note la
Grce, publie aujourd hui, expose
les conditions auxquelles satisfaction
devra tre donne a l'Italie nom l'as
assinal le 88 aot de la mission ita
tienne charge de dterminer le fron
tire grco-albanaise prs de Janiua.
Les demandes exposes dans la note
des ambassadeurs sont ainsi con-
us : premirement des regrets ofli
ciels seront tmoigns par les plus
hautes autorits militaires grecques
aux reprsentants des trois puissan-
ces allies Adines. Detix.inent
un service funbre sera dit la m
moire des commissaires italiens dans
la cathdrale catholique il AI lieues
auquel assisteront les membres du
gouvernement grec. Troifimeot des
navires de guerre des trois puisses*
ces allies, prcds d'une division
navale italienne,se rendront dans les
eaux de Pires le malin du service lu
nbreet la llottesaluerade 21 oupsdo
canon les drapeaux franais, italien
l britannique, s dut qui sera rendu
par les navires de guerre allies la
lin du service funbre.Les drap de la lotte grecque et des navires
de guene allis seront mis en berne
pendant la dure de la Crmonie.
Quatrimenl les honneurs militai
res seront rendus par un rgiment
grec avec les drapeaux l'rve/a au
moment o les corps des viciim s
seront embarqus, (inquicment le
gouvernement grec fera toute dili-
gence possible pour assurer l'arres
tation et le chtiment exemplaire
des coupables. Siximent une coin
mission spciale compose de dl
gus franais, britanniques, italiens
et japonais et piside par ces der
tiers contrlera l'enqute institue
dans ce but par le gouvernement
grec, enqute qui devra tre termi-
ne un p us tard le 27 sepleiubie.
Beptiment le gouvernement grec
s'engage a payer SU gouvernement
italien une indemnit dont le mon
tant sera tlx par la cour permanen
te Internationale de justice la il i c
la Grce ayant dpot comme gerao
tie une somme de cinquante mil-
lions de lires la buuque nationale
suisse.
On |tudiant condamn inorfl
DUSafiDOnF Richard Itaab,
tudiant g de 20 ans. a i c on
damn mort aujourd'hui par un
conseil du guerre franais, pour
avoir jet une gieuadea main au
milieu d'un dtachement franais le
4 aot Dusselder'' ; 2 sol lut, une
leiuuie et un entant allemands ont
t blesss par l'explosion.
Le record du monde d'alti-
tude
PARIS L'aviateur Sadi I.coute
a bullu aujourd'hui trs probable
ment le record du inonde d'altitude
qu'il dtenait conjointement avec le
lieutenant amricain Macread] ; la
1re lecture Je ion barographe indi
que que l'aviateur a atteint une ani
iudt de 1U.7il uK-ljes. l'inslrumeiit
sera examin de nouveau dans cinq
jours avant que le rsultat soit ac
cept officiellement. Le 18 Aot,Le
comte n'avait pu atteindre 12.000
mtres comme il l'aurait souhait,
mais il tait mont 10.518 mtres
mme altitude atteinte par le lieute
nant Macreedy.
M. Poincara* 'reoit l'accep-
l,ilion de lu Grce
PARIS '. Le ministre des allai
re-. trangres s reu officiellement
l'acceptation de la tiree aux condi
lions imposes par 1 conseil des a in
bassaleurs relative-, a la controverse
grco-italien ie.L'acceptation insiste
particulirement sur 1 vacuation, de
Corlou par les Italiens le plu* tt
possible. La dcisi m des ambassa
deurs a t accueillie avec grande
satisfaction dans les milieux franais.
On considre qu'elle est un triom
plie pour M. Poiucar qui a toujours
soutenu qu'il y aurait un trs grand
danger ce que des nations qui ne
sont pas directement intresses
dans un conflit essaient de le rgler.
In communique officieux, publi
aujourd'hui par la Lgation de Gr-
ce, dment que des manifestations
auti italiennes aient eu lieu a Petm
ou qu'il y ait eu une manifestation
contre le consulat itai eu ; u d meut
aussi le rapport (Usant quelle Grce
a envoy un ultimatum a l'Albanie.
Nouvelles Diverses
L03 ANGELESUn dsastre sans
prcdent s'est produit sur la cte
un Pacifique. Sepi destroyers amri
cains et le paquebot e Cuba ont
chou sur les rochers de l'Ile San
Miguel et le rivage de Santa Barba
ra par suite d'un brouillard impn
(renie.
WASHINGTONLe Dpartement
del marina a t inform par le
commandant en chef de la Hotte du
Pacifique, que jusqu'ici dix marins
ont pri lorsque sept destroyers ont
chou Sur la cote de Californie et
que 11 hommes onl t blesss.
G&NVfc) La commissioo d'ad
mission dtns la So.iete des Nalions
a recommand a l'unanimit l'admis
sion de l'Ktut Libre d'Irlande dans
le socit des nations.
ROUI- L Italie accepte les con
dilions du conseil des ambassadeurs
it conseil a vacuer Corfou elles
Iles environ liantes quand la Grce
aura satisfait toutes les demandes
de rparations de l'Italie.
jDOl VIILS Charles Toth, de
Boston Mass., a effectu la traverse
du L'as de Uall i la nage en 16
heures 10 minutes ; il a aborde hier
cinq milles l'BM de Douvres.
l'AltlS Le prsident du conseil
de Yougoslavie. M. Petehiea, ananas
pagn du marchal r'ruuchet d'fispe
rv. est parti pour IlelgraJe. On an
no ice que la visite du miichal Iran
ais en Serbie a pour objet d'assis
ter l'inauguraion officielle du ci
melire franais a Vlonaslir el pr
seuler la croix de guerre franaise
la cit.
ME AUX Monsieur Maginol, mi
nistre de la guerre, a prsid la
clbration du neuvime anniver-
saire de i, bataille de la Marne et a
attribu au maiechal Jolfre qui tait
prsent tout |e mrite de cette vjotoi
Le bon Succs dans la Cuisson
de Mnage facilement assur
Avant de commencer prparer la pte il faut s'assurer que le
beurre ou la graisse, ainsi que les oeufs soient bien frais, aussi bien
que le lait. La Poudre Pte est un autre ingrdient important.
Employez toujours de la Royal Baking Powder, faite de crme de
tartre, drive de raisins frais et mrs.
Essayez ces deux recette! Les deux gteaux se combine avanta-
geusement, 3 oeufs tant suffisants pour faire les deux.
GTEAU D'ANGE
(Toutes le mesure niveau^de bords)
1 tasse de sucre (225 gr.)
\y3 tasse de farine (153 gr.)
y2 cuillere caf de crme de tartre
(2 gr.)
3 cuilleres caf de Royal Baking
Powder (12 gr.)
yz cuillere caf de sel (2 gr.)
a/3 de tasse de lait bien chaud (%
litre)
1 cuillere caf d'extrait de vanille
(4 gr.)
3 blancs d'oeuf
Tamisez et mlangez les 5 premiers in-
grdients 3 fois. Ajoutez le lait chaud
tout doucement, en remuant continuel-
lement. Ajoutez la vanille, mlangez
bien > incorporez les blancs d'oeuf
fouetts en neige trs ferme. Mettez
ce gteau dans un moule non beurr
et faites cuire four modr environ 45 minutes. Dmoulez en retournant le
moule et laissez refroidir. Masquez avec une glace blanche ou glace au
chocolat.
SAVARIN
(Toutes les mesures niveau des bord)
3 cul'Vres bouche de graisse
| :i-e, saindoux, etc.) (42 gr.)
3.'i s i e de sucre (172 gr.)
3 jaune1 d'oeuf
14 tasr. de lait Qi litre)
1 cuillere caf d'un extrait quel
conque (4 gr.)
1 tasse et demie de farine (172 g^r.)'
3 cuilleres caf de Royal Baking
Powder (12 gr.)
Battez \m graisse en une crme, ajoutez graduellement le sucre et les jaunes
d'oeuf bi< n fouette? et lil : er. mite l'essence. Tamisez la farine avec la Royal
Bakin| I rder 1 ajoutes er petite quantit et alternativement avec un peu
de lai i n itriei itea cuire four modr, dans une tourtire
beurr le ." >' ouvrez le gteau d'une glace quelconque.
ATTFNTION!
Demandes toujoi n de la ROYAT. BAKDKI POWDER, ce qui signifie
"Poudre Pte Royal." Il m suffit pas de mentionner seulement le mot
"ROYAL," vu les imitations qui existent sous ce nom. Sur l'tiquette de
chaque bote de ROYAL BAKING POWDER authentique vous trouverez
une reproduction de la mme bote et le mot "ROYAL." Rappelez ce dtail!
(Poudre Pte "Royal")
Absolument Pure
En Vente dans toutes les Epiceries
Notre reprsentant pour la Rpublique d'Hati:
MR. J. S.HOWAT, Port-au-Prince
Royal Baking Powder Co., New York, N. Y.
re qui avait t cm,leste au mare
chai dans plusieurs parties de la
France el avait occasionn de nom
breusea et vives liscassleoi depuis
101*.
Hoiivel|es du Japon
TOKIO D'aprs une nouvelle,
23.000 personnes ont l tues et
40.000 blesses Yokohama seule
meut, par suite de la catastrophe du
tremblement de terre. 71 pour cent
de la ville de Tokioat dtruit ;
dans le district d'il >;on on signale
10.000 morts. L;s travaux de se-
cours dans les relions dvastes
avancent, tout est mis en uvre
pour soulager la tuuflrmDO des mil-
liers de personne.- .->ans abris. Les
tramways ont commenc circuler
aujourd'hui et le-, communications
par voie ferre s'amliorent dans le
faubourg. La situ, i ion financire
Osaka est plus bette par suite des
rapports op mislc qui parvienneni
de la capitale ; le march est d peu
prs normal, les pix de ncessits
de chaque jour ont augment mais
lgrement ; on s'utend eependaul
a ce que la 'tuatii i ucluellc nu suit
temporaire et on peasa qu'une A<
pression sur le march pourrait bien
se produire au plus tard.
un discours u. M. Poincui
P\MVlU,lfc;R$(\leu9e)-M. Poin
esr a dclar hier a l'inauguration
du mot'iiment lev en souvenir des
morts de la guerre, que la rsistan
ce dans la Rhiir, sur laquelle les al-
lemands avaient compt pour doit
rager les franais, avait t sur-
monte peu peu et commenait a
s'elTondrcr maintenant. Le discours
du prsident du conseil, en outre
de l'objet spcial de la runion, a
fait allusion principalement aux r
rentes dclarations de M. Slreseman,
de4 on Hatimcr, ministre de* affai-
res conomiques, et de M. Ililfcrcr
diog, ministre des finances. M. Poin
car a cit les paroles de M. Ililfe
rerJing et von Kaumer disant que
le rliblissem.-nt financier de l'Aile
m ign n'tait possible que si le con
Ilit de la Ithur cessait.Ils possdent,
dit-il, le remde pour la gurison ;
ils n'ont qu' cesser de jeter des mil
lisrds de marks dans la Ithur pour
encourager le chmage et a laisser
la population -uivre son inclination,
car elle ne dsire que travailler et
s'entendre avec nous pour les livrai
sons qui sont dues aux propositions
de M. Slreseman.
Concernant d'autres garanties que
la Hhur pour les paiements,M. l'oin
car rpondit par le proverbe Un
bon tien vaut mieux que deux tu
l'auras'. .Nousprfrons, ajoute-l-il,
des jjsrauties positives a des droits
thoriques el nous refusons dsi
en dessaisir pour des gages gsiw
qui peuvent tre excellentes m
papier mais dont le produit l)J
chapper.Quand nous wiojij
magne rsolue sincrement tm
et nous donner notre ^
quelque chose de plus quea^l
messes, nous considrons vm
possibilit de traits ono"JJ
Que l'Allemagne commence sj
g. r de conduite et a nous g
enfin de lu bonne volont. J
prsent, nous,n'avonspw ^i
de modification apprciawe. j^
lemagno veut cire a,e.f 3
encore temps, mais frFi
dans srs anciennes ^gj
sera entrane dans c" jjj
dont la responsabilit n#
pas sur nous.
M. l'oincar a prononc asj
cours dans l'sprs midi a .
ville.il a exprim sa W a
les victimes du twiableOJJ
re du Japon et dit qjjVj^j
de Verdun et des entirs^!
s'imaginer les ^f J
ponais par celles ^'e.d,^
rgions qui onl t i fM
nagependan.de n-*J a
M. l'oincar a afliimjiamj
plus la politique injj 10j
gouvernement pour oM^ |
rations. ]


iVX.V"rW ^ r V**-HS *J*.- >
teVAATM
y
kjtffiazctle de
u ^islanct de
JZja presse qui soudai
| |i ili>Hon dans la
."Saww une attention
7oefMion rie ''mm--
ilelies mesures Iwancio
i^tledeVoss admet
l!TA!lem^ie rra -I) .
ries sommes < normes
Idela Rur< lc fau
"Juncei quelles que
^regdiclatormlesndop
Jieit impossible, C'eM
r^igt le journal, li na
niiortirdu chaoslinnn
piqne que par un ac-
|rlrDgor- ^al8r l'atlitu
Ujcioire de certains jour
J^liin que M.Slivseman
pie de la futilit de len
mggu intrieures la il que
Lwlance pa-sive et par
'||IM formule quelconque
ujfe pour permettre
lie taire des ouvertures
lits Cours
|ld Dollar
Livre
17.835
70.783
qu
i se
llond
re
l.'Ursrev nu- de Siint
tut appris qu'hier soir,
jfcrteaverse, I" 'ionien
Minsleseaviiuns de l'un
idr.
(la route en grande p\r-
len mauvais tat et l-nb
pool rendimpu^ili'e tout
fcuto dans cette rgon.
Maonniques
Bons pour le Vnralat
| Les Curs luis > au-
idiaunche lii Septembre
Oiui candi I ils sont en
M Jean J .c pies Djsa>
liboer^Josapliil.
M. I. iraltit lodrqaez
Nous avons eu le plaisir le rtrf<
voir la visite de M J. A abil Ro-
drigue/., reprsentant de l, Maison
Iioux-Denlo'i LunibcrO, de Tumpa,
Floiida.
M. Roitguo/. qui est d'orizna
portoricaine et un h imme d'affaires
aux manires distingues qui nous
prsentons nos meilleurs souhaitl
d'heureux sjour.
Une nouvelle fontaine
Depuis u I- scmtine un* fontaine
automatique fonctionne sur la Pla-
ce Plion au haut d la IMac*? du
Champ de Mars.
Poinl de gispil'age d'eau po n'ble
avec ce nouveiu systnj. Il est i
souhaiter qu; dans la su te QOi au-
tres fontaines soient aussi cono-
niques.
ecld* I dlaut-)
Avant hier, dimanche entre !0 et
Il heures du soir, une auto conduite
fur le jeune Partner alla au coin du
'e!il -Pour se heuiler violeinui''nt
contre le poteau lectrique. Lo choc
fut si fortune le transformateur lec-
trique se dtacha, ce qui occasionna
me interruption de la lumire.
L'auto fut mise en pices et Par-
mer asse/. grivement bless.
Compagnie finrfle
Transatlantique
Le ite imer Saint R u>fa el de re
tour d.>SanUnio de Cuba i u ii 13
conrant.repartira e mme jourpour
Petit Gove, Caves, Stato Domingo,
Mac iris, Mayagii'Z, San Juan de
Porio Rico, Guadeloupe et M.rlini
qi e.
Po t au P.ince,'e ti septembre 1023
E. RHBftUN, L'Agent
Changement
d'ad
esse
La Maison
Mine Alphonse Je in-Jus. ji'i
sera traoflre, la Rue Tramait
au numro 121, en face de Mr L.
Gurie, pmttr du 15Septembre.
Avis matrimonial
La MHHsicne, F I GO ces piu
e Fortun Deojimio, dlai.- n'l
pas respo-isabl des actee et aetio is
'! son m tri contre lequel elle int i
te une ncli >n eil 'is nvi.
Po tau Pnce, lelOAeptembre 1923
Mme Fortune BENJAMIN
i.t- Fda GEORGES
Grande Liquidation
D'Articles de Cordonnerie.
Li maison NICOLAS CORDASCO, ai. yale Banque du C*nada, devant ri noim : : s:n stock pour la 1 ouvell*
srn^e, met en liquidt on, partir de ce jour, des aiticlei de ccc'onnerie
des prix absolument drisoires Un s'enconvaincra par le tableau ci desois'-
Vin ir srpereur G. 1 50 G. 1,70 G 1,80 tn gros
v bevieau tla;e noir 090 l.oa i.ao
f hev.'eau jauiie 1,2; 1,40
Clous broquette d.ts gaguitte* la caisse de l"o livres
do |june fer "do
do tt'on de f;r do
_^it\% 'ou s ceuleurs la rios do
do
v.iors june cui\.e
Tirant la p c de 10 aunes
^ _ Ciui,e pour souliei blancs la grosse
Beurre Moulin * **j** '&! s.
1 Ion en bon Loois V la douzaine
Oeillets la boite de .000. tonnes couleurs
J'ai le plaisir d'inlorrrier las fa-
milles de la Capitale et de la Pro-
vince que le tteutme Moulin tant
appr ici, 88 vend ci z M nsieurs
Ch. Pico-jlel, S Vit ux>tB.lereixf
lizar Mtropolitain.
Port-au-Prince, ce 7 Spt. lv'23.
* J. DAALDEB.JR.
1__________
Eflels nlits
Je B0usss(nj,ddare adir un red
piss No 635 qui a t d. livr par
la 1. iniiii eion s.nul our au nom de
Mme Vfn P. A. Btewart, s'levant
, le comme d< qunti e m e ai 1 f at
quar oie el ui e gou P. 4dtt1.
: e dil r< pi est di r nul,
duplicata devant en ftlre I. aa.
Pu t au Prince, le 8 s ptembre I92J
F. SOR\Y,. v.
itomobile studebakef
Eticf Six
7 ,>a- g >r an pu fU eta', ayant
servi durant r'- peu d lern ta
v o Ire u 1 p111 iri 1 sonn mie.
S iJrj-'i'
L PR-.TZ,l\N.N 16GBHIIOLM
Kue du Qn ii
i^>o imes G. 100,00
dj .'0,03
do 70.00
do IO.OO
do 175.00
M
70,00
10,00
18,00
4 1 8e
ses M
2,00
Afathes bouton la boite de 1093
ci'on noir pour souliers, la boite 12 grosses
Couteau suprieur
Point n'est besoin de fsire l'lege de l'erceMeret de-oea rrarchandtaet*
Notre correction est attrs'e par la cotflarce que le public Port au Fiinciei
ainsi que ces cliects de h provirce ont t lacre tn cous, depuis de nom*
reu es acres qce ccus cricis :ci cttte jace.
TONIQUE, RECOHSTITUANT, FBRIFUGE
Recommand par tous les Mdecins
I.e puiNA-LAROCHI tri a(rr#b!e au c"nt. contient ton lot
prlm-'pes d trou meilleure* eoriee de quinquina. Il e-i ttiel
aprieor o tou les entre vin de quinqmnn <-t est reeommnnd
par la clbrit indioelcs du monde entier comme le Tonique
et le Reconeliluant par excolience dune le cas de :
FAIBLESSE GNRALE, MANQUE c APPTIT
DBILIT, CONVALESCENCES, FIVRES
CN VtNTI DAN TOUT LE3 BOUriEJ PHARKAeil
Exiger le VtRITAILl QUINALAROOHH

Export SteelMfg C
0
NEW-YORK U.S.A.
Brancb Office Port-au-Prince
LJs plus grands exportateurs le tles \im\im ea Hati
-rs de fer.Clous galvanizs, clous fondus, clous pointe de
is, Tles d'acier Ronces mtalliques, Fil de fero^lvaniz3
de cuivre Elouppe.Coidage.ch^udires, Rchauds,Articles
lills. Feuilles de cuivres de zinc. Matriaux de eoustruc-
poui Dock^. WharKCiieuiiude 1er, HacheSeMaBchttes,
*s piquoisMalriaii3i pour cunstuicliou eu Bton Ciment
alilKrosiue et Gaz^iue.Savou Provisions et Dy yood.'
^**t
e palronage de nos aimables clients, nous occupons en ce moment une bonne
dans la clientle d'Hati.
Brooklyn Export f Steel M (y. Co
SEW YOltli, U.8, 4.
Brandi' 01 lice Port-au-Frince,
U*.HMM U'MI r f Jl 1 C A ...wwT
GeO. JEliNdLjiKi Agent exclusif [tour Hati

tf
!%-'

llvphont 367
ii
t
-

I


LK MATlil
Faisons un Rve
Vaillant I lout Agent Gnraux 1720 fU*J du Magasin da l'Etat
- *-
Propritaires d'aibiles
ATTENTION
Une rvolution dam les prix des Pneus et Ch.nnhre
Air,occasione par la rduction des droits de Douane,
En stock toutes dinientions des l'a nuux
f c AH Wealher CORDS 1 nouvellement arrivs.
Prix les plus reduiu'pour
Pneus $ lubes
PNEUS
Fabric 30 x 3
Fabrlc 90 x 31/2
Spc. Gords 30 x 3 1 2
Extr. Coitls30x 312
Fabrlc 31x4
Gords 32 x 4
Corda 33x4
Fo'rtc32 x31 *2
t'ords 34 x 4
CordS 33x4 12
Corda 34x4 1/2
En vente chez
kTUBES ROUGES
P.
P.
9,50
11,30
14
10
n;
20
21,50
13
38
30
32
30x3 P. 1,80
30 x 3 12 2.
31 x 4
32 x 4
31 x3 1 2
93x4
32 x 4 12
34x4 1,:!
84x4
2.76
2,78
3,
8,
4.
L. PKETZMINN'AGGERHOLM
Hue du Qum
Cokim iau Sleain^hip
Company lue*
Steamer dirig par la GtloaMan Stwrash^ Clou
pan y pour compte i% la UaHei Stes Shippiig
Board.
Le steamer HATI venant ds New-York
via les ports du Nord est et ta du
Port-aUmHrin'e le 13 Septembre nourmnU
Il repartira le mme jour pour tous les
ports du Sud y compris quin, prenant
fret 4* pasmgers.
Port au Prince, U 10 Septembre 1923
Gebara&Coinpany^yeitts
7
/ i
contre
'CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
do DELORT, Pharmacien,
110, Ru* Bnint-Antoiu
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PHINGB
A1m.PF.TKUS, Pharmacie ALBERTIIU
Ph.rm.ci- du D- Ju.tin VIARD
t tout 1* bonn Pharmacie*.
Avis important
La soussigne Directrice de |-E
eole nationale Colbeit Locbard d
'are n'tre pas la signataire de la
protestt o parue au journal Le
Courrier Hatien> dar son numro
du 20 Aot ci renouvelle sa dclara
lion parue dons le numro du mme
journaMioiinier Malien dans son
dition du 24 du m ne mois, sa
?oir qu'elle re signe par Anna Au
custin mais bien Anna II. Augustin,
Anna II. AUGUSTIN
Bonne Nouvelle
A la
Cordonnerie
Ernest Camille
Fabricant de chaussures
en tons genres
Matriaux suprieurs
Soins promptitude Clrit
Gran'I'Rue prs la l'oste N i722
La maison porte la connais-
tance du public que dans le
but de fac:liter et d'encourager
ses nombreux clients elle ac-
corde partir du 1er Juillet
1923 une prime de une paire de
chai); ures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
En consquence on est pria
de rclamer un reu pour chaque
achat au comptant
A la Conscience telle est la
devise de la maison.
Ujoir
avrs* more.
fr'
Plusieurs foyers,
une fois sans en-
fants, sont main-
tenant gays par
la prsence d'en-
fants sains et
heureux. La
Composition
Vgtale de
Lydia E.Pinkham
a rtabli les mres,
une fois de plus
normales et en
bonne sant.
La lettre suivante
crite par une jeune
femme, prouve la
valeur de la Corn
ositionVgtalede
,ydia E. Pinkham,
dans de tels cas.
a
JrC
7"'4i
r
sm
]csu3 Del Monte, Havana, Cuba. -"J'ai employai*]
excellents rsultat, votre Composition Vgtale de Ljd I
E. l'inkham, le mdicament que vou.= recommandez pou
les maladies des femmes. Aj.-rs trois a\ortementt M
pu donner naissance un enfant. Je ne puis trouverj
mots poui vous exprimer ma reconnaissance. Je recoav]
mande votre i..dicamrit toutes celles qui souSmu
comme t.-.nt leur alut. Si vous dsirez publier cettlj
lettre, jj vous donne reraVion de !a faire."Iu"J]
ToRRBt Violt, Madrid i, letra C, Jsus del Ma
Havana, Cuba,
Cctto lettre devrait *n|ngcr .loutres finmes d'cisijwU |
Composition \fegetale
de Lydia E.Pinkkam
I.VDI B.MNMUM MtOlClNB CO. LVHM.IUII, U.S..
La preuve est fai!
La preuve est faite pour les ec
mateurs qu'aneune eau-ie-vie de
o de grain ne peut valoir pour
nesse et pour Varome le rhum f
sirop vierge de canne sucre.
La preuve est faite que de tout Us rhi
le rhum d'Hati
est le meilleur et le plus hyginique.,.
La nreuve est faite que de te
rhums d'Hati aucun ne peut
rhum NECTAR UETJERS dont la
lion est la plu* soigne et la
premire le plus rationnellem
title. _______
"PTL&UXI.
Rues 1 raveisire fduOiagasin m
Avec les arrivages de* derniers bateaux, notre stock m]
nouveau ,
Nous n'enunierons dm, qu'il vous suffise de ;voirJ,ul
vez trouver lotit ce que vous ave* besoin et de m*'"JL
lions que lans les liquidations extraordinairesou dans."
qui donnent pour rien. e^u
Epa'en's ? sont nos erpes de obine supfieur,
Tissus ponge fantaisie, Plumetis couleur, Souliers pw
vernis et jaune, Souliers pour teinmes, rouhers tenu *i
Fruits en guirlande, pour chapeaux, Chapeaux de paiu^
pour ho
hapetf*.
rames Toutes garniiares pour robes ou cMP"
argent ou or, Bandeaux, Euntails fins, Bas de OjMJJJ-
sle-ts des meilleures marques- Ride ux tulle et ""JjJ^
Vuitez notre dpt de meubles, li*s, armoiM, carpe
K
Le Malin
ronde le 1er ArilJ907
Abonnements
L-N MOIS
Port-au'Prince Gourdes i
Dpartement* 2.50
EtrariKer 3.00
Boite Postale: 118
Tlphona 149
Bureau : Hue Amrie-ii: ?; 13H
QU0I8 QU'ON M
QUOI QU'ON FAI
Le Rhum Sarbanconrt olj
et sera toujours le >
PS*


li'.
*c
T "^'^
% Ta. '7 I


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM