<%BANNER%>







PAGE 1

LrSIATiN ;C Par Cable Nouvelles Etrangres Houvclles du Japon SHANGHAI ' Le nombre des vi (.m s du tremblement de te ire de samedi serait de 310.000 M H parussent comme suit : 1**0.000 To ki, IOO.ODO Yokohima, 00.000 Yo kosuki et 10.000 Ataini. Osaka, To kto et Yokohama avec les autres villes enviroiiiianles qui forment le contre du la catastrophe sont prs que compltement en raines. De puis deux jours Tokio est la proie des tlamines et en dehors des pertes de vies occasionnes directement pu la chute des maisons, des mil lie; s de personnes ont du prir en asseyant de be Frayer un chemin au milieu des 11 naines et d'autres pui li s de fatigues et d'motion. PAIUS — L'.ie dpche de l'agent consulaire de France Kobe dit (pie la destruction par le tremblement de terre et par l'incendie de Tokio st aussi considrable qu' Yok ha ma. Les nouvelles de la capitale pont rares et l'on ignore le sut du pjrsounel do l'ambassade et du COQ sul.it de France. BRUXELLES— Le consul de Bel gujue h Kobe a tlgraphi que la \ille de Kobe est intacte mais qu'elle tst sans communication avec le res te du Japon. J 500.000 boisseaux de ri/ ont t envoys Tokio et Yokohama des antres parties de l'Empire ainsi que U : Cbilie. de Manille et des navires en mer. Des provisions en quantiis considrables arrivent galement. WASHINGTON — On mande de l'ambassade du Japon a Waahiog ton que l'Empereur et l'impratrice du Japon ainsi que le prince rgent sont raine et saufs mais que la prin cesse Yaina-hiiia, la princesse lliio Ka.iiu, lille du prince Kauin, et le prince Moromasa rligasbikunl, tous membrei de la nun le rgnante, sont morts Ln tlgramme r..u de l'ambassadeur WooU dit : Tous les iiumeubhs de l'ambassade sont d traits mais qu'il n'y a aucune (vieil me parmi le personnel. La situation alimentaire est aigu, envoyez imm diatemeut des provissious des Phi lippines. M. WaAiwoTth, Usoiier de la Croix rouge amricaine, an nonce qu'une souscription de 3.000. 000 de dollarpour les victimes du tremblement de terre au Japon e-t ouverte. Cette dcision a t prise une confrence laquelle assi taieut le Prsident Coolidge, le secrtaire lloover ci l'ambassadeur tlamiliara. io conseil des ambassadeur* et la tjnestioii grco-ilalieniie PARIS-*Le conseil des ambassa deurs se runira pour tudier la r ponse de la lrce a sa note.faes mein lires d i conseil pensent que le dill' rend grco italien devrait tre rgl par le conseil et non par les commis %  aires de la socit des nations pour la raison qui les commissaires ita liens reprsentaient les ambassa deurs dans la que?tion des l'ion li l'es grCO albanaise quand ils ont t attaqus et tus. Va dclaration du gOUVerQ meut italien, qui s'enga gc vacuer Corfou lorsque la Grce se sera soumise aux demandes de 1* I talie et qu'il n'a pas l'inte itioO de l'aire la guerre, est considr dans les Bailieux ofoiels co.uinc cartant la possibilit do toute complication future M. Politis proposa une eu4|tiie pour ci,i M u li responsabilit* de l'assassinat les roembrei italiens OSNEVE— M. l'oiitis a propos qu'on nomme deux commissions ueulres : l'une pour procder une enqile pour tablir la reaponwbili t dit que personne ne blmera l'Alterna gne de cherehsr un eceord direct avec la France quand les faits ont dmontr que les appels ih le COQS cience du monde et la confiance que M. Cuno mettait dans 1 intervention anglo sixonne taient illusoires. Co journal croit que l'Allemagne a per du u.i temps prcieux en atlen huit les secours anglais et amricains, et il engage le gouvernement abin donner prompte tient la politique du cabinet prcdent. Une rsolution des aneiens combattants Le gouvernement franais et le Mexique M'XICO— Le gouvernement fran ais a reconnu hiT automatiquement le Mexique lorsque M. Blondei de manda an ministre des affaireslran gre? si M. Jean Perrier serait ac cept comme minisire du MeuqneR Le Mexique et les Etats Unis ont re pris lundi les relations diplo.nati ques. La Belgique, la Cran de Breta gne c\ la Suisse n'ont encore pris aucune mesure relative la recon naissance. Les Cours NEW VU K I Finies 17.82 Sterling 4.522$ PAUIS DoMar 17.3 Livre 80.825 Par Sam-Fil Mumaiiu scotw BRUXELLES — Loi dlgus de — — *J l'assochtion des an iens combat tant! reprsentant sept nations al lies* leur lme congrs annuel, ont ad ipt u-ie rsolution approu vant I occupation de la tthur comme moyen lgal n'obtenir les rpara lions stipules pir le trait de Ver sailles. bes dlgation! amricaine, belge, franaise, roumaine et tch co yougoslave oui approuv la rso lulion sans rserve. be colonel Oasley, commandeur de '• l'Americao Lgion a pronon ce un di cours au cours duquel il a demand aux vtrans allis d'arra cher li passion et la lutine de leurs coeurs et de crer une atmosphre qui permettrait l'admission les vt rans autrichiens dans la fdration en faisant ainsi un c-irps vritable ment international. M. r>eitrand,d put de la Seine, parla au nom des dlgations de Fran e et deBIgi que qui ont souffert plus particnli renient et dont le sol a eu envahi et dvast. •' Je dis que nous soin mes prts pardonner et oublier, mais pour qu'il puisse y avoir par don, il faut qu'il y ait repentir, l'en danl i ans l'Allemagne a t intacte et n'a pas montr le moindre signe de repentir. Ds que nos anciens en Demis montreront un premier signe de binnc volont pour payer les r parati 11>. les tranais ei ie> belges seront prts I olfrir leurs mains et peut-tre ouvrir leurs soeurs, be premier mouvement dpend de nos ennemis''. RouveHes Diverse! LAKRUURSfLe dirigeable rigi de '/Ml, de la marine amricaine, a fait un premier >o! d'essai au dessus de la station navale arienne.Ces es gais ont t dclars satisfaisants. Sance du 31 Aot 1923 (Suite d fin ) — Rclamation au No ip intro duite par de V. Qerrais ancien Chine lier et lia-g d Affaires d'Ha ti la llivaue. Le rclamant, prsentant lui-mme sadf-use, a dclar que les conclusions du mmoire du Coaseil du Gouvernement en faveur du paiement de sa crance pour appui damants et IV lis dis. ne lui suffi eut pas. Il ve it se lixer sur le m > Je de p dment q i d'ordinaire sfl lait en cash et BU litre Srie lt. Fo ir tenir le nrosligs de la repr s intation u itionale dans ua |> i ; de luxO, il a t obij %  sur ta toi d'une inscription budgtaire, d' 1er aux emprunts dans les banques et jus qu S prsent il paie des intrls^. Peut-il liquider son compte avec des titras Srie B? N'tant pas parti au protocole il n'est pas jusle dlie piye au terme du protoco e, d'autant plus qu'il a t abandonn sans nssources, tout comme le Di Riboul de Peecaye. (Ju'ii rclame acte de sa demanda addition.telle d'un dommage-intrt, s'il ne doit pis tre pay en cash. Me Franois MatbOQ a prolest contre la demande additionnelle, atlen lu que le rclam inl tait libre de ne pas prsenter sa crance ous l'empire du protocole S'il n'est pas d'avis, il n'a qu' retirer sa rclaHiithn. et la prsenter o il veut, qœlque intressant que soit son n>. Me (iervais a fo irni des explications la Commission et a dclar qu'il savait rester dix mois sans toucher un centime de l'Etat qu'il reprsentait. A la demande du Prsident bger, il a avou en public qu il a t oblig de faire vendre sur mandat deux maisons qu'il possdait et qui rapportaient l'une Jo gourdes et l'autre cinquante gourdes par mois, rien que pour se dfrayer des dettes contractes au service desoagouveruemect. La r, i • %  f-l entendue, dlibr en est ordonn. A bord du Si-Michel Cap Natteras Le vieux bateau de guerre Virginia a l coul par des bombes lances par une Hotte arienne usant des projectiles de 11.000 ibe, WASHINGTON. -2-000 migranis qui s'taient prsentes a New-York avant le 31 Aot minuit ont t admis par le Commis saire Gnral de I Kmigralion bien que le pourcentage d admission ait t dpass, be cautionnement de 200 dollars par tte a t vers par les Compagnies de navigation. Il v a un doute au sujet des Iles )! >ii'in qu'on disait avoir disparu au cours du tremblement de terr, la Cie de Cabbs commerciales ayant annona avoir ten communicition avec la station de 1 le ML R >ME. — A I; runion du cabinet le premier Mussolini a dclar qu'il n y a gure eu de changement pendant les l\ lires dans la siiu-uion italo-grecque. \V WSHINGXON.Les amricains Tokio suivant rapport de l'anibassad jur Woodsoiilsainselsiuls. Le rapport ajoute qu'on est en communication avec Yokohama o d'autres amricains ont pri. WASHINGTON.-L'ambas-adeur japonais a reu un message du 1er ministre Yainamoto Jatiau lendem lin le la catadroplie et lui notiliuit qu'il lad paitie du nouveiu cabinet le 1er ministre avait l cm mort. CORFOU — Deux rgiments d in fanterie itaUenne ont dbarqu Corlju pjur relever les marins qui s'y Irouvraient en garnison-Les soldats grecs, hs gendarmes, le prfet el le chef de la police se sont e nbarqus. Osaka — IO.UOJ rfugis essayant de quitter Tokio ont l brls mort dans la cour d'une usine militaire Ilouje. Montevideo— 700 sollals rguliers ont t dfaits par les troupes rvolu lionnairee dans l'Etat brsilien de ltio Grande de Bal. Sealtae — Le consul japonais d'. ci dissuade les voyag urs de se rendre au Japon. Les provisions qui s'y trouvent riait dj insuffisantes la population. Osaka — Tout le Japon apprcie piol'o idment la sympathie et l'assis lanoe amricaine. be prince rgent a souscrit 10.000. 000 de Yens. Et le Gt. 9.000.000 en vue des premiers secours distribuer, suivant rapport officiel le feu a l teint a-TokiO lundi soir 48 lis. aprs le tremblement de terre. Londres — be prince de Galles a quitt Londres pojr le Canada voyaS iant incognito sous le litre de Ljrd enfew Milan be 1er Mussolini condui ra lui mme un car dans la course du grau I prix automobile qui aura lieu le 9 S ptembre. Une intressante, runion i i lieu dimanche au local de UW lit Scolaire, l'occasion il t '! nouvellement du .buretusnua] cette Socit. Aprs une allocution trtsgola.] du prsident et lecture dn iuL du trsorier, on passa aux scE qui donnrent les rsultats sain*.] Llio LouHsaint, prsident; D. |*j sant, secrtaire; Hyppolite, tfi ricr; Dr Civil, Pauyo, Blin, Coicou et J. B. Arthur, co Dcs Les funrailles de Charles Vi dcd hier matin vers lesonuL res l'ilge de 52 ans auront litt i aprs midi. Le convoi partira de la mortuaire sise Hue Montalais NoM pour se rendre la Cathdrale. Nos condolances sa Veuve,i famlles Vornot,l'ainsoa, DUnt Smith et Brutus. Mr et Mme Clment Jeaael Mr Edmond Jeanniton, Melle myre Jeanniton, Mr Flix Junat Mr Christian Jeanniton, Mme 1 me Pierre-Louis et tous les parents et allis nous ont fa de la mort de Mme VveJe Jeanniton, survenue ee matinal beures. Les lunraillcs aurontheu aprs-midi, maison mortuaire | rue du Magasin de l'Etat, Nol^ pour se rendre l'Eglise St-Joi J Nos condolances. Stcamship Panama Railroad Bureau de l'Agent Oi Port au Prince le 5 Sept. UBJ Bulletin No 308 Le steamer < Lake Flaltern attendu Port au Prince d York via le* ports du Nord le i di 8 septembre 192'3, avec : 110 Tonnes de marchandiiei lfi sacs de lettres o passagers et partira le m ne jour via Iei| du Mit. . 0. THOMPSON, Gnral ASM fompai|nie Gnrale Transatlantique. Le steamer Saint Raphal de la Marti.liquc est ettendu 10 eourant. Il partira le raftmtj pour Santiago de Cuba. L La suite de l'itinraire sers firtU l'arrive du paquebot. Port au Prince Hs^ej L'Agent b. B0B&.w. Demain soir Fianailles de loml — Affaire .N'o li intro luite par A. Pierre Paul et consistant en une crance de neuf cents dollars pour f nds avancs l'Elit pour frais de la mission h wtiennu aux funiailles du roi d'Angleterre Fdomrl Vil. Le i.' i i a i.it a prsent deux attestation* de Me Georges Sylvain et Mr Joealyo d'avoir reu les fonds avant d'avo r quitt Paris pour Londres. Combattu par Me Montas qui n a pu avoir raison de lai. dr Pierre Paul a t appoint' par la Commission a apporter du docteur Calixte, ancien paveur au Dpartement des RelationsExlrieures.un certilicat ta blissant quelle valeur a servi payer les frais de la mission aux funi iille-s du roi d'Angleterre Edouard VII. Ensuite, vu l'heure avance, la lanee a t leve. avis matrimonial Le soussign donne avisera publie et au commerce qu'il ire-l plus ros t on*able des sclee et actions d • Mme i -i t!. 11 J | I i m ut*. Lecture couranle par les P'rcres de T Instruction Chrtienne Un nouveau manuel de lecture couranle pour le cours moyen de no< coles primaires vient d'tre publi par les Frres de Tins* traction Clntienne. Ctt OU trace t ippiOUV pai le Dpartement de I los tr iclion Publique le ;JI OooobrelOil. (' %  •! sont des morceaux ch dais eu fers el en proee dont plusieurs se rapp 'lient a i\ hois du pays. Ce u dit u re \ e il i -o.i havre, au i il 11 vi le 1) portement de l'Instruction Publiquo doiin.-un* 1 si M|Oureuae pousss • cettl branche de service public. Nul doute qu'il ne soit minemment utile la jeunesse des coles. Remerciements Mr Mural Bernadette. JJ^ Demoslhncs Bernadette et fants.MretMmeJule S f Dmosllituies Agnant Jt • Mme Eugne AgoantrtJMr el Mme Augustin Avin ^ Mr et Mme T" u. enfants, enianis, . — •— ^ j main, Mme b'ndonette Ater Mme Bernadio Bern-^" nadotte Jeune et s s ft Marie Bcrnado te et se (:harlemngne BernadotU farta, Mr et Mme 0 *jl" el leurs enfants. Mr et %  sofseOi, nfant, Mr B.rnadotteet ifur %  rf Mme Snque DaUon.. V ^ Napolon in Louis etlej" les P familles Bernadotle. ^ Agnant, Avin, Bay^y^^ tous les autres parent.^ .. rt iilon>*T wincrem' ootdo mercienl .-. % %  -_-t)lJ i uo-k les ont as-,-..'s c ^ a ; ie ,t.jt* tmot r M.i> -le syj ,, vinc e,l, casion dU P r m^r; leurre.rrell.ijepou-Jj^l^ mre,hclK'-.n;>'^ ie dolta nicv' ; :'-;f:Se^J> de croire a leurs <*nuiu au tiv" ,v — fonde sxratilude. l9l 3 ArcHaic, Is Jl •? J



PAGE 1

LH MATIN DE LA VRAE BIRE La BIRE FRONTENAC est une* bire parfaite, d'un bouquet savoureux, dlicieuse et de la mme force qu'avant la guerre. Elle a le bouquet riche et savoureux si ncessaire la vraie bire. Demandez-la dans tous les htels et restaurants. FRONTENAC TIQUETTE ROUGE : boisson saine et savoureuse. < FRONTENAC TIQUETTE BLEUE: "Spciale", l'aristocrate de toutes les bires, elle possde une le gre saveur de vin. t %  -•• FRONTENAC BREWERIES, LTD. Montral j Pnpriefaires (Trnobiles ATTENTION In stock joules dimensions des famuxcll weallieiCtLDS 4M toutes \>'| iiii|iiu\ IloieJs et Cale Port au Prince Jtchci II. Ikcliley, Mtropolitain Bazar, Tihonse Ih.ynes, Ch. l'icoulel. Lope Rivera. I:8t Marc,' ]•'.. ShieMs et Paul Lan/e, Gora-ve, |{. A. Wolff, Petit Goft : En, CieveenMir la.Mir.goit e. Tu\ar & Co. Aux Caves, Mme Vve lerrandioi.jA. Carvalho, P. Uiiilgman Jrroie ti Julien, 0. l'orsain ville Petite Rivire. W .Qiiintins WILLIAMS Vis vis llotcldc France. l*ort-au-l'rine Reprsentant e 1 Hati pour Frontenac Brevveries Ltd. Montral, Canada [ande Liquidation Mrs de Cordonnerie. COLAS CORDASCO, slst Rue Bonne Foi, pii de la Ro A" 1 e '-* nl terouvelier son stock pour la coovelie Haiuai;cn. a partir de ce jour, des articles de cordonnerie MMt dnsoiies On s'en convaincra par le tableau ci descus: iL * **• '7 U. i.8o tn gros ,D cyo loo j 0 i a i '.40 • a, gaguitte la caisu de loo livres 'do do do tttr lier Wisrs la grotse %  le M to tores •Wsocs la grosse T? U ra,re itfc !a ^ 0l z^ine lk!? loane> couleurs Lwtedc iooo G. do do do do 100,00 • oooo 70. o 10 co 17500 aso 70,00 10,00 18,00 Mo 1 83 50 2 00 ^•'s.laboiteiagrcss.-s w' h re ^loge de leTcellecce de nos marchandises. ta H. 1 P la C0,lfiD e lt public Port au Priocitn *UB. p / ov,oceoat Plt^ la prpir* Hou tst l /;.u sa gn et la iiiuire* premire le plu* rationnellement dis tilie. MDIOATtON ARSNIO-PHOSPHOREORGANIQUE le plus POISSANT RECONSTITUANT Gnra! FORMES : Elixlr — Granul — Comprlme • —__ mulilon — Concentr — Ampoules. ^W 1 2? • v* tvirA-PinneS Tous les cas ol'organlsmBdllitirielmt JJ^ ft 1 A y* A WplCAT10KS^ w# mdication rparables puissante. !" ^ * ** W ubentoin u vmnoatimoh, a vunwuvEjlv\ JIUS. et se gurit en peu do jours. l'inslruclion dtaille dans la boite de riifttoplftale. <^-il



PAGE 1

L |MATW URODONAL %  -.-.; RMtaihatfetnds Nvralgies Goutte Gravelle Artrio Sclrose Obsit Oui veut r>lr Jeune et viter l%)rhuma1lrrlP9. la durciaee ment 4*0 am'rc IVnsaWemenl de* rctni. letMvarlcc el l'obisif doit liminer l'excs d'acidn urique. C pdftOB de nolte orj.inr.mr, •t fnlrvde* cure rjvi lic v r. dURODONAL lave le sang ii ..-.• %  *. i • 4*1* M • k-tltdicuton riMiMl*. •Mfltnirni de Cartewo cl* roa. consista I dtlopprm*ni de reaW arter elM A f Priode de (trsrttro-,* I acU# ortque tant la ttu\ '••'{' 11 { 1 h > 0 . f r i Union, on devra, avant toute aoire chose, lutter 'nergiqm'mrit e I...'[,?; %  Utmment cont/e la retenue: d eclU urique dan l'organiiina en employant t'Urodona) • Professeur Faivni 4 en lot a ruairita • Poiu" eu M CMifi'n i WmM m •"• •i \* ph-'. M i mm Bain nrii %  %  r* 1 """ JlALIROL MM A.-.^no Sclro*. Iflil I %  mu MiHdie Or u femma. I rtfliVirisrna. CrdiupilBIe LINVCGL" 1 "" nhvna inmrv Goottr. Lurcl'U:> Navrai irir.. Vaillant & I lout Agents Gnraux 1720 Uue du Magasin ds l'Etat %  M LaMaisonH.SlLVEKA Lu Maison H, SYLVERt se lait le plaisir d'iniornur sa nombreuse clientle qu'elle vienl de recevoir, par les derniers steamers, les articles suivants, de toute fracheur. Diill l'nion couleur anglais, diverses qualits. J!rill union blanc anglais Jtrill tussor Chapeaux de paille fine d'Italie Chapeaux feutre Itorsalino Chapeaux demi-feutre ltorsalino (Chapeaux demi-feutre d'Italie. Chapeaux velour d'Italie Voile blanc a barres ft mouches| Piqu blanc suprieur pour jupes Percale blanche sup. Baptiste fine pour chemise llatine blanche Gabardine blanche barres & unie Zphyr anglais pour chemises Kaki Jaune suprieur anglais Kaki jaune anjlais extra suprieur Kaki blanc, Lrill Diana anglais suprieur Kolienne couleur Grands rideaux mousseline pour portes Molletons coul & hlano suprieur Palmbeaoh gris anglais Diagonale uoir Alpaua noir Casimir ainjlais assorti l'amass pour matelas anglais, double largeur Organdi suisse brod couleur lias jOurs Chaussettes sup. pour enfants, couleurr ci blanches Satin de clmie pour tailleur laistrine po.ir tailleur J Lotions Pivert Voile barres soiean.jials, eoul.|& blaive. ToUe pour 1re Communion Toile a voile pour cadre Tussor Japonais pour Cliemises homme. loilea voile pour voilier etc, etc, ete Une visite la Maison Silvera vous convaisere de h bonne qualit de nos articles et de nos prix oui sorf les plus bas de la place ;est-ce pourquoi il nous arrive de jour en joui de nouveaux cliente. Grand Htel de France Angle des Hues Bonne Toi et du Quai Vient de recevoir : Paie de foie gras truffer. — Civet de livre. — Andouilleltes aux lentilles. -Andouillei au saindoux. — Jambon en hottes. Anchois l'huile.-Sardines — Maquereaux. — Thon. — Gasioulet. — Petits pois fins extra. •Boudins, etc. L 9 Htel dbite par bmrrtqu et qaV m* d Vin de Bordeaux et de Cham paon*. Cuisine excellente. — Chambres confortables. — Magnifique vue sur la mer. Le Grand Htel de France Uf(re ses clwil! tous l$avarUag& d tout k con/vrt jMiiWs, i pooi gLvfn M viter ati . mis cnn Basil 147,rue du Faalr It-Deals, Taiis Mais il faut exiger les V&&IE qui tont tout a a.'t bfu.i.Vi I et sur chacure daquihi la: iot f OEHAUT A PARIS | (^ ao-t ir(t i!ialmnt ImprimAa an noir J i IIIM Avis important Li soussigne Directrice de PB cole nsilisnale Colberl Loeberd d ciare n'rlre pas la signataire do la protestnlion parue au journal" (.0 Courrier llntien-> dans fon numro du 20 Aot a" renouvelle sa dclara lion parue dans le numro du mme journal Courrier Hatien dans son d lion du 24 du mrine mois, sa voir qu'elle'ne signe par Anna Au gustin mai bien Anna II. Augustin, A.NNA H. AUGUSTIN Bonne Nouvelle lia sa 2 C'est un fait reconnu que la Composition Votait dt Lydia E. Pinkham est le raeiltaur rjmde pour ks œil, dies des femmes. Des milliers Ce femmes tmoignent dt • ce fait Malgr cela il en est qui se mpr^nent ta esta. ant d'autres romedes, soit disant ausii emciici, N'est ce pas risquer beaucoup d'essayer ces remi. des-et n'est-il pas prcfdrable de s'en tenir a un mAlic* ment reconnu comme efficace et sans gal pondant prit de cinquant ans. Lisez c que cette femme en pente S.-.n Jos, Costa Rica, C. A. -'-J'ai employ la Co position Vgtale de T.ydia E. Pinkham pou.IM mal&lse] dont ja oufirais dtpuis deux ans. J'avais des douleurs] dans la tte, h dos et le venue. Des vomissements ni! quents m'empchaient de travailler mon mtier de co* [ turlcre. J'ai lu u-i f.i cicule concernant la Composition] Vgtal* de Lydia E. Pinkham -t je l'ai ; : ; m,, Si3t i est maintenant rtablie. Je ne manque pas de le dire toutes mei amies qui me questionnent sur ma sant."—! Brta. TAI.IA M*RIN C. 8va Ave., C'alle Puebla, San Jos, Costa Rica, C. A. Soyaa Piudcntaa—N'A< rrptaa i\me la Composition \fegetale de Lydia E. Pinkham LYOi a. WNKMAH MIMClNK CO. LTNN.tUH U..*. Cordonnerie Ernest Camille Fabricant de chatuiuret m t modle .v' s aussi des petites machines trs ele.jantes a v tlonnelcment bon march. S'adresser | ^..loil/ll \L tr*et*man>AGGKmy k Rue du Quai** QUOI QU'ON Dffij QUOI QU'ON FAS LeHaai Barbancoart est et sera toujours le 'A'^ttf'a*: •??



PAGE 1

JR PROPIUETJHi': Cment Alagloire BOIS VERNA 1353 Rue Amricain• jplERO 20 CENTIMES Quotidien La tolrance est In vertu des braves jfeoi oui De se croient pas.'tii-oYssusuVriiiim.-iniliYpii se respectent entre pnx ci auxjurls il ne viendra jamais la pense impie le reluaer aux autres la libert qu'ils revendi•jiii'iil si t''iici'(|ii|iu!iii'iii pour eux-mmes. DEB1D0UR 7BUPBOHB *o 248 lTtoe ANNE N 9000 mise au point fi pas ? (fente!, ter Septembre 1^23. \ Courrier Hatien a rela1 peu trop iiH'xacteinont ce [lappel la Manifestation lie de Jaciiel contr les lioternes , pour ne pas seni ncessit d'une mise an [Essor • s'est aussi tromp u'il a dit que la lettre de BUS Charmant a l lue par eur des Ecoles, M. J ustin Le Courrier Hatien >Aot dernier, UN ASSISIl a crit: Cette manilestaIcontre laquelle toute une a e d'aigrefins, vraie squelle *ccupalion, avait essay de irier par d'abjectes propaMutiinalgr tout, un sucpodigieux . sommes moine d'affir.u'aucune propagande n'a faite contre le meeting de %  Charmant ; qu'au contraire pwifeslation eut pleinement 18 Mr Charmant avait su se nos lois de police et que le leader du dimanche • pour mieux dire, lorsque W de l'article en question : [manifestation pacifique . a publi quelques let•anges entre M. Charmant mandant du District de .nous nous demandons wna-t-il pas donn publi• Joute la correspondance? •lefCourrier Hatien, on premire lettre de Mr Charj>" Capitaine t Laitsch lui "J! avis qu'il a convoqu la ". n n a galement !u la B J[> Capitaine notant l'avis et la remarque qu'il a faite !" w une permission prala%  n olice pour cette runion "mee publique. Le Cour''en n'a pas manqu de r a rponse deMrCharmant juantde mettre sous ses yeux */'a loi (ui faisant l'obli^tenir l'autorisation pra %  Question. j semble qu'aprs ces 'Mires, toute corresponf l suspendue. Non ; la ^resq irona | nesdans E r ,la,lkn il Y eut £n en i re Mr ^'armant S* ,n e Laitach, suivi du lCnL* M onsieur le Capi* s ^ ,le notre entre|Ko? UP a mani festat:on R 8 vU. See par ,a PP u! *SCml. le co "tre le vete g?> d'Etat de. Taxe. S ^quelle devra avo)r ieu 'duskir 0,u Mirant, ^ U 5 sur la Place d'armes Quille? WL s r er Monsieur le r mes salutations empres^> CHARMANT, av. '^UMI CIUS Cl,ar ^ant savait l ^Kva!! t n riSa,,Uni,ra 1 la ^ u>ait pas, sans violer PORT-AU-PRINCE (HATI j .11 II 10 SKITEMP.HE U)'£l la loi, assembler la foule sur la place d'armes, une de n.s places publiques. Pourquoi a-l-il donc voulu quand mme, dev mt le refus le la Police de lui donner l'autorisation demande, prononcer son meeting? Pourquoi a-t-i! tronqu la publication de la correspondance change entre lui et le etiel de la Gendarmerie Jacmel ? T'est assurment tendancieux et le Peuple qui a t trop tromp ne yeut plus tre dupe. Ce n'est pas Mr Justin Lauture qui a eu donner lecture de la lettre de Mr Aldus Charmant, cest plutt Mr Lalayelte Cli -ne?, Inspecteur des Ecoles. Mais quelle est cette lettre ? En voici la teneur : Mes chers amis, Je suis maintenant libre. J'ai donn nia parole au Capitaine T. G. Laitsch que la manifestation ne continuera pas. — Je vous demande de vous disperser et de rentrer paisiblement chez vous. Vous feriez mal d'insister,car vous pourriez aigrir le C ipitaine qui est des mieux dispos et qui a os jusqu'ici beaucoup de sagesse et modration. Demain je rglerai la question avec le Capitaine. Bien vous, (Sign) A. CHAMANT, av. Du 21 aot 1923. Mr Chirmmt reconnat luimin^ que la Gendarmerie a t d'une courtoisie sans pareille, pourquoi ne pas en fliciter le Capitaine Laitsch. PAP. r Paul Sals AVOCAT Recoavramants Comairciiai, Affaires 1 Etranger. Correspondants , Washing Ion, New-York, Berlin, Londres, Parie. 17e Hue Rrntx 217, Port-au-Prince Tlphone 597 Parisiana JEUDI llme et lime pisode* dn 7 de Trile 'Entre : 50 centimes CIIIUUHGIEN-DEXTISTE De^ cliniques denloUru d Mmlral, New-York ei de Botton, annonce aux familles de ['"it-auPrince qu'il a ouvert son cabinet l'angle des Rua DatUm Destou ckes : du Magasin de l'Elut-^ De l'EUROPB* NOUVELLE : La mort du prsident llar ling'a fourni notre confrre le Continental Daily Idutl l'. h. 3 ;, l'atelier est, bien enteu lu, boucl : mais la ouvriers ne so:it pas loin. Je les trouverai certainement dans un certain petit bar ce que nous verrons. Los choses se passrent comms il l'avait imagine. L-iir lche ace >:nplie, 1-s hommes se restauraient tranquillement. Soudain, leur directeur entre en coup de vent. Il -e les crie pas : • Huit les mains •> mais : Bis les veires •> et, d in geste bref, il leur indique lechemii de l'imprimerie du 30 de la rua du Sentier. II en manq mit cependant un dont la prsence tait indispetu sable pour le tirage : > Un te', saule/, dans une a ito, dUH B-cou les Bruyres et ramenez m>i l'ho nui!. En attendant le prel UI renlort, le directeur dressait rapideaiiiit son plan de bataille. Deux reconnaissances furent tout d'ab irddip h ; es pouj s'assurer que les daix journaux concurrents, le A xi York lierai J et la Lb'cao In!un n'tait p.s alerts. Les rconnaissances reviurent bientt, signalant que ri >n ne bougeait autour ou l'in'rieur des deux imprimeries rivales, Et alors. le directeur ayant tout son monde %  ous la main, linotypistes, clicheurs. imprimeurs, entama la confection dune dition spciale de 8 heures du matin, no.i sans avoir pris la pi* caution pralable de l'aire jeter au rebut une dizaine de mille d'exemplaires du numro du jour prts partir pour les gans L'opration fut mene rondement et a 8 heures et demie, les nieurs se rpandaient dans les rues de Paril avec l'dition spciale donnant 1< s dernires nouvelles de San Francisco et une ph)tographiu du prsident dfunt. Un homme bien tonn dans toute cette affaire.ee fut M. Frank Mansey propritaire de nombreux j >urniuix et magazines amricains et notamment du \iw York Herald, et qui est de passage Paris en ce moment. II se trouvait ce matind dans la salle h ma.igcr de l'htel Grillon lorsqu'il vit entrer un crieur du l).iily Mail qui, s'avanant vers lui. lui dit : Je suppose que vous dsires acheter cette dition spciale. F.lle conte cinq franc-. .Vf. Frank M un%  ej allongea les cinq francs, et de mauvaises langues dclarent que le ne/ de l'illustre voyageur s'allongea lorsque, ayant dpli la feuille, il aperut en normes caractres ces mots : t Mort du Prsident Harding , alors que sur la table t-ut tal le numro du StW York Herald, son propre journal amricain, annonant que le prsider.: tait hors de danger. La trve s'impose Y ne politique de ^coopration sur la hase du trait amrtcano-haltien de 1913 n'exclut du ct hatien ni la dignit, ni le patriotisme. G t >t au contrait*. 1 le plus large cadre ouvert a loos les modrs et conservateurs pour la sauvegarde du patrimoine commun, sa dfense, le progrs do la nation. II est irrationnel de croire que le ct ain ri .tin perd de vue et n'apprcie pas la tenue m raie de !a pir lie bai lien ne qui doit s'attacb r en principe tout ce qui s'accorde avec les intrts populaires et le progrs national. M LIS les instincts de la foule et le progrs engendrent quclquefo'S au point d vue politique des anlino mies irrductibles. Moralement, un gouvernement sacrifie bon droit, quand l'exige le progrs raliser, 1 g vues et lesvesux de l'opposition qui, quoiqu'on en pense, lui sert de bous S >le. L'alliance des cooprants sur une question mrie et discute ne peut Aye qii trs ferme, leur dsir syner gique d'agir ne peut tre que tenu-e e' in'ens) lorsqPun dbet contra dit ire d scienl fiqae entre eux are vlo et m's en lumire, au p >iul de vue progrs et civilisai on, l'clT. acit d'une mesu.e arrte tt deside, Du ct amricain, le progrs da notre pays ne puit e're que le s Mil Objectif. II n'est pas honorable ni digne pour les Etats Unis d'Amrique qu'un au'r! soit envisag, rpond int • q le'quet v i s inlressa*. se c r tes et i.iavou ibles. Une arrire puise dont se difendent toujours, certes, le Couvert ment et l> s ho n ns d'Etat amricains, se heurterai a lu resta tance du peuple autant que des diri gants nationaux. Pour donner c Ito idie et poir communier ce point le vue av c l'avant g irl: m ne dos extrmistes, ceux ci n'ont pis de profession de foi fiirc. Le citoyen honnte et dont la psychologie est suffisante doit savoir l'aire coniianc! a un homme quelqu'il soit dont les dsirs les plus lev, l'ambition la plus grande sont om bli par h possession du pouvoir su prrne en son psys, silualion dans la quelle la ntisfactton intime qn'^rou vc le coe tr hum tin s'y mue ca un orgueil •!' iptre du bien public. Li pditiqueds la Coopration telle que la re 'il et l'accepte U eonseien ce droite ds la majorit de la nation que Un trreui ie no'reconduile passe po i\ m te eue i p cir donner son plein ellel, — d >it tre condition ne ii ir un tat d'esprit, une pr'lis position morale ds conllancercipro eue entre les gouvernants des deux nations allies : elle doit s'exercera l'abri de t >ul prjug, ds toute opl nion prconue pour aborder la soiu lion des problmes et l'interprtation des faits : pour les connatre et les apprcier en appliquant les principes de la science laquelle ils ressor lissent ; pour en juger contradictoire meut et courtoisement : pour se ren dre, sans bai ne, la clart de la Vrit, boussole de toute science. ; La loy aul qui pr ide toutes ces oprations, I (nient! UI A i-ervir e bien public qui actionne l'S 'genls de celte iio'itique sont h coodi i uis normales el Irnctui usede la ,(loop ration. Sicei conditions n'existaient pas sousle (iouvernement prcdent, et qu'actuellement, elles sont runi, s toutes ensemble pour permettre au Gouvernement de M ISorno de se li vrer sens entrave* A un labeur cous tant o pertlcipe i effort amricain en vue du progrs du PAYS, le peuple hatien n'a qu' s'en fliciter, les ad Ver?aire* du ljiruc n'out u^u i faire trve de guerre. La Coopration est a son preuve dcisive. Api. quel q les annes ils pourront en appr eier les rsultats et lai faire en c\% d'chec son juste procs. Bn atten d mt, les extrmistes devraient se tnj drei. L'ocleur D. Questions agricoles i Nous nonpropos ns de traiter au fur et a mesure certaines questions agricoles on vue d'aider autant que 'possible 1" Dpartement de l'Agriculture qui, depuis quelque tempe, s un de s'occuper srieusement de n ire agriculture. Comme le disait fort judicieusement le ministre Bouchereau, il s'agil a docilement do mettre l'action en mouvement et de ne plus eontin i u 1 %  s | CD l'enter de vaincs paro les. C'est triste dire : dans notre pays nonn'avons pas encoro une cole d'agriculture digne de ce nom et l'on se demande si ce n'est pis pir miracle que notre principale denre d'exportation, le caf, cooH nue de proluire dans ttOi campi gus. Aucun effort n'a t fat par nos g)uvernein Mils sucee-sils pour don ner nos paysans Pemour du tre v.iil agricole ; au contraire, on avait tout mis en icuvre pour les dc.m rager et lee porter a abandonner le patrimoine de leurs pres. Le Gou vernement actuel semble vouloir comprendre qu'il est impossible do c mthiuer laisser vivre nos braves campagnards sans leur inculquer des notions d'agriculture. Aussi vient il d'installer un ingnieur ngro n >me 11 lte de ce Dpartement. Le r'e de ce nouveau personnage dms uolre rou ige administratif cott sist.'ra proposer des plans de r formes agricoles et d'ducation pro fes-ionnelle. II faut que le Dr Free mm. aprs avoir bien tudi, com me il le dit, h s diffrents centres ruraux et aprs avoir tabli les ba ses d'une lformo gnrale en vue de crer d s coles et des fermes o nos eafenri doivent recevoir l'inslruc lion professionnelle el agricole, il faut, disons nous, qu'il comprenne que l lue ilion doit m archer de pair avec la rform i des m eurt. II s'agira de faire voir que sud le travail rend l'homme libre el ind ( leiid.tni. Aussi ee p foni nous que le *ays tirera le plus gren 1 bien possi ble dos eonnsistsanees du Dr Free m,mu qui le Secrtaire d Ktat de l'Agriculture vient de promettre son plus grand el loyal COUC turf. Noire :de est d'tudier la ques lion d irrigation le nos pi ines, le pop >ser la culture intensive des meilleures piaules pouvant crotre 8>us les tropiques el meilleur ren dment, d'tablir les causes provo quant lagran le scheresse dans nos diflreotes plaineeet de donner le mode mthodique de dboisement de nos forts en vue d'viter i'asse chement le nos sources. Dans noire |>>>< Indu article nous rnlu ntionl'irrig itiou le nos plai ns. ci. POTIIEL automobile Bludebaker Itig Six : passsgt r, en parfail tat, ayant servi durant Irt • peu ;. %  temps a. 1rs s un prix trs raisonnable. S'adreset i L PRtTZMANN AGGERHOLH • Hue du Q 1


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06019
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 06, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06019

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
JR PROPIUETJHi':
Cment Alagloire
BOIS VERNA
1353 Rue Amricain
jplERO 20 CENTIMES
Quotidien
La tolrance est In vertu des
braves jfeoi oui De se croient
pas.'tii-oYssusuVriiiim.-iniliYpii
se respectent entre pnx ci aux-
jurls il ne viendra jamais la
pense impie le reluaer aux
autres la libert qu'ils revendi-
jiii'iil si t''iici'(|ii|iu!iii'iii pour
eux-mmes. DEB1D0UR
7BUPBOHB *o 248
lTtoe ANNE N 9000
mise au point
fi pas ?
(fente!, ter Septembre 1^23.
\Courrier Hatien a rela-
1 peu trop iiH'xacteinont ce
[lappel la Manifestation
lie de Jaciiel contr les
lioternes , pour ne pas sen-
i ncessit d'une mise an
[Essor s'est aussi tromp
u'il a dit que la lettre de
bus Charmant a l lue par
eur des Ecoles, M. J ustin
Le Courrier Hatien
>Aot dernier, Un assis-
Il a crit: Cette manilesta-
Icontre laquelle toute une
ae d'aigrefins, vraie squelle
*ccupalion, avait essay de
irier par d'abjectes propa-
Mutiinalgr tout, un suc-
podigieux .
sommes moine d'affir-
.u'aucune propagande n'a-
faite contre le meeting de
Charmant ; qu'au contraire
pwifeslation eut pleinement
18 Mr Charmant avait su se
nos lois de police et
que le leader du dimanche
pour mieux dire, lorsque
W de l'article en question :
[manifestation pacifique
. a publi quelques let-
anges entre M. Charmant
mandant du District de
.nous nous demandons
wna-t-il pas donn publi-
Joute la correspondance?
lefCourrier Hatien, on
premire lettre de Mr Char-
j>" Capitaine tLaitsch lui
"J! avis qu'il a convoqu la
".n- n a galement !u la
BJ[> Capitaine notant l'avis
et la remarque qu'il a faite
,w une permission prala-
n olice pour cette runion
"mee publique. Le Cour-
''en n'a pas manqu de
r a rponse deMrCharmant
juantde mettre sous ses yeux
*/'a loi (ui faisant l'obli-
^tenir l'autorisation pra
* Question.
j semble qu'aprs ces
'Mires, toute correspon-
flsuspendue. Non ; la
^resqirona|nesdans
Er ,la,lkn - il Y eut
nenire- Mr ^'armant
S*,ne Laitach, suivi du
lCnL*Monsieur le Capi-
* s^,le notre entre-
|Ko?UP- a manifestat:on
R8vU.See par ,a PPu!*-
SCml- .le co"tre le vete
g?> d'Etat de. Taxe. S
^quelle devra avo)r ,ieu
'duskir ,0,u Mirant,
^U5 sur la Place d'armes
Quille?
WL!s'r,er' Monsieur le
r mes salutations empres-
^> CHARMANT, av.
'^UmiCIUS Cl,ar^ant savait
l^Kva!!tnriSa,,Uni,ra1la-
^u>ait pas, sans violer
PORT-AU-PRINCE (HATI j
.11 II 10 SKITEMP.HE U)'l
la loi, assembler la foule sur la
place d'armes, une de n.s places
publiques.
Pourquoi a-l-il donc voulu
quand mme, dev mt le refus le la
Police de lui donner l'autorisation
demande, prononcer son mee-
ting?
Pourquoi a-t-i! tronqu la pu-
blication de la correspondance
change entre lui et le etiel de la
Gendarmerie Jacmel ?
T'est assurment tendancieux et
le Peuple qui a t trop tromp
ne yeut plus tre dupe.
Ce n'est pas Mr Justin Lauture
qui a eu donner lecture de la
lettre de Mr Aldus Charmant,
cest plutt Mr Lalayelte Cli -ne?,
Inspecteur des Ecoles.
Mais quelle est cette lettre ? En
voici la teneur :
Mes chers amis,
Je suis maintenant libre. J'ai
donn nia parole au Capitaine T.
G. Laitsch que la manifestation
ne continuera pas. Je vous de-
mande de vous disperser et de
rentrer paisiblement chez vous.
Vous feriez mal d'insister,car vous
pourriez aigrir le C ipitaine qui est
des mieux dispos-! et qui a os
jusqu'ici beaucoup de sagesse et
modration. Demain je rglerai la
question avec le Capitaine.
Bien vous,
(Sign) A. CHAMANT, av.
Du 21 aot 1923.
Mr Chirmmt reconnat lui-
min^ que la Gendarmerie a t
d'une courtoisie sans pareille,
pourquoi ne pas en fliciter le Ca-
pitaine Laitsch.
PAP.
r*
Paul Sals
AVOCAT
Recoavramants Comairciiai,
Affaires 1 Etranger.
Correspondants , Washing
Ion, New-York, Berlin,
Londres, Parie.
17e Hue Rrntx 217, Port-au-Prince
Tlphone 597
Parisiana
JEUDI
llme et lime pisode* dn
7 de Trile
'Entre : 50 centimes
CIIIUUHGIEN-DEXTISTE
De^ cliniques denloUru d Mml-
ral, New-York ei de Botton, an-
nonce aux familles de ['"it-au-
Prince qu'il a ouvert son cabinet
l'angle des Rua DatUm Destou
ckes : du Magasin de l'Elut-^
De l'EUROPB* NOUVELLE :
La mort du prsident llar ling'a
fourni notre confrre le Continental
Daily Idutl l'. de cet tours de force qui comptent
dnia lu vie d'un journal.
Vendredi dernier, de bon milin,
il tait cinq heures un q art, le Di-
recteur du Du') A/iii/ reposait du
sommeil du juste dans son apparte-
ment de Passy, lorsque la sonnet'e
du llpb me retentit. All Ici. le
Daly \iail de Londres. Le prsident
Harding est mort subitement hier
soir San Francisco. Goud byt
Racrpchanl le rcepteur, notre cou-
frre sauta d in i ses vtements, d-
gringola l'escalier et hla un taxi.
dans l'auto qui l'enmenail rapide-
ment vers la rue du Sentier, il mo-
nologuait a nsi : Il est ."> h. 3 ;,
l'atelier est, bien enteu lu, boucl :
mais la ouvriers ne so:it pas loin.
Je les trouverai certainement dans
un certain petit bar ce que nous ver-
rons.
Los choses se passrent comms il
l'avait imagine. L-iir lche ace >:n-
plie, 1-s hommes se restauraient
tranquillement. Soudain, leur direc-
teur entre en coup de vent. Il -e
les crie pas : Huit les mains >
mais : Bis les veires > et, d in
geste bref, il leur indique lechemii
de l'imprimerie du 30 de la rua du
Sentier. II en manq mit cependant
un dont la prsence tait indispetu
sable pour le tirage : > Un te', sau-
le/, dans une a ito, dUH B-cou les
Bruyres et ramenez m>i l'ho nui!.
En attendant le prel UI renlort,
le directeur dressait rapideaiiiit son
plan de bataille. Deux reconnais-
sances furent tout d'ab irddip h ;es
pouj s'assurer que les daix jour-
naux concurrents, le A xi York lie-
rai J et la Lb'cao In!un n'tait p.- s
alerts. Les rconnaissances reviu-
rent bientt, signalant que ri >n ne
bougeait autour ou l'in'rieur des
deux imprimeries rivales, Et alors.
le directeur ayant tout son monde
ous la main, linotypistes, clicheurs.
imprimeurs, entama la confection
dune dition spciale de 8 heures du
matin, no.i sans avoir pris la pi*
caution pralable de l'aire jeter au
rebut une dizaine de mille d'exem-
plaires du numro du jour prts
partir pour les gans L'opration
fut mene rondement et a 8 heures
et demie, les nieurs se rpandaient
dans les rues de Paril avec l'dition
spciale donnant 1< s dernires nou-
velles de San Francisco et une ph)-
tographiu du prsident dfunt.
Un homme bien tonn dans tou-
te cette affaire.ee fut M. Frank Man-
sey propritaire de nombreux j >ur-
niuix et magazines amricains et no-
tamment du \iw York Herald, et qui
est de passage Paris en ce moment.
II se trouvait ce matind dans la
salle h ma.igcr de l'htel Grillon
lorsqu'il vit entrer un crieur du l).ii-
ly Mail qui, s'avanant vers lui. lui
dit : Je suppose que vous dsires
acheter cette dition spciale. F.lle
conte cinq franc-. .Vf. Frank M un-
ej allongea les cinq francs, et de
mauvaises langues dclarent que le
ne/ de l'illustre voyageur s'allongea
lorsque, ayant dpli la feuille, il
aperut en normes caractres ces
mots : t Mort du Prsident Harding ,
alors que sur la table t-ut tal le
numro du StW York Herald, son
propre journal amricain, annon-
ant que le prsider.: tait hors de
danger.
La trve s'impose
Y ne politique de ^coopration sur
la hase du trait amrtcano-haltien
de 1913 n'exclut du ct hatien ni
la dignit, ni le patriotisme. G t >t
au contrait*.1 le plus large cadre ou-
vert a loos les modrs et conserva-
teurs pour la sauvegarde du patri-
moine commun, sa dfense, le pro-
grs do la nation.
II est irrationnel de croire que le
ct ain ri .tin perd de vue et n'ap-
prcie pas la tenue m raie de !a pir
lie bai lien ne qui doit s'attacb r en
principe tout ce qui s'accorde avec
les intrts populaires et le progrs
national. M lis les instincts de la foule
et le progrs engendrent quclquefo'S
au point d vue politique des anlino
mies irrductibles. Moralement, un
gouvernement sacrifie bon droit,
quand l'exige le progrs raliser, 1 g
vues et lesvesux de l'opposition qui,
quoiqu'on en pense, lui sert de bous
S >le.
L'alliance des cooprants sur une
question mrie et discute ne peut
Aye qii trs ferme, leur dsir syner
gique d'agir ne peut tre que tenu-e
e' in'ens) lorsqPun dbet contra
dit ire d scienl fiqae entre eux are
vlo et m's en lumire, au p >iul de
vue progrs et civilisai on, l'clT. acit
d'une mesu.e arrte tt deside,
Du ct amricain, le progrs da
notre pays ne puit e're que le s Mil
Objectif. II n'est pas honorable ni
digne pour les Etats Unis d'Amrique
qu'un au'r! soit envisag, rpond int
q le'quet v i s inlressa*. secrtes
et i.iavou ibles. Une arrire puise
dont se difendent toujours, certes, le
Couvert ment et l> s ho n ns d'Etat
amricains, se heurterai a lu resta
tance du peuple autant que des diri
gants nationaux.
Pour donner c Ito idie et poir
communier ce point le vue av c
l'avant g irl: m ne dos extrmistes,
ceux ci n'ont pis de profession de foi
fiirc. Le citoyen honnte et dont la
psychologie est suffisante doit savoir
l'aire coniianc! a un homme quelqu'il
soit dont les dsirs les plus lev,
l'ambition la plus grande sont om
bli par h possession du pouvoir su
prrne en son psys, silualion dans la
quelle la ntisfactton intime qn'^rou
vc le coe tr hum tin s'y mue ca un
orgueil !' iptre du bien public.
Li pditiqueds la Coopration telle
que la re 'il et l'accepte U eonseien
ce droite ds la majorit de la nation
que Un trreui ie no'reconduile passe
po i\ m te eue i p cir donner
son plein ellel, d >it tre condition
ne ii ir un tat d'esprit, une pr'lis
position morale ds conllancercipro
eue entre les gouvernants des deux
nations allies : elle doit s'exercera
l'abri de t >ul prjug, ds toute opl
nion prconue pour aborder la soiu
lion des problmes et l'interprtation
des faits : pour les connatre et les
apprcier en appliquant les principes
de la science laquelle ils ressor
lissent ; pour en juger contradictoire
meut et courtoisement : pour se ren
dre, sans bai ne, la clart de la
Vrit, boussole de toute science. ;
La loyaul qui pr ide toutes ces
oprations, I (nient! UI A i-ervir e
bien public qui actionne l'S 'genls
de celte iio'itique sont h coodi i uis
normales el Irnctui use- de la ,(loop
ration. Sicei conditions n'existaient
pas sousle (iouvernement prcdent,
et qu'actuellement, elles sont runi, s
toutes ensemble pour permettre au
Gouvernement de M ISorno de se li
vrer sens entrave* A un labeur cous
tant o pertlcipe i effort amricain
en vue du progrs du PAYS, le peuple
hatien n'a qu' s'en fliciter, les ad
Ver?aire* du ljiruc n'out u^u i faire
trve de guerre. La Coopration est
a son preuve dcisive. Api. quel
q les annes ils pourront en appr
eier les rsultats et lai faire en c\%
d'chec son juste procs. Bn atten
d mt, les extrmistes devraient se tnj
drei.
L'ocleur D.
Questions
agricoles
i
Nous non- propos ns de traiter au
fur et a mesure certaines questions
agricoles on vue d'aider autant que
'possible 1" Dpartement de l'Agri-
culture qui, depuis quelque tempe,
s un de s'occuper srieusement de
n ire agriculture.
Comme le disait fort judicieuse-
ment le ministre Bouchereau, il s'a-
gil a docilement do mettre l'action
en mouvement et de ne plus eonti-
n i u- 1 s | CD l'enter de vaincs paro
les. C'est triste dire : dans notre
pays non- n'avons pas encoro une
cole d'agriculture digne de ce nom
et l'on se demande si ce n'est pis
pir miracle que notre principale
denre d'exportation, le caf, cooH
nue de proluire dans ttOi campi
gus.
Aucun effort n'a t fat par nos
g)uvernein Mils sucee-sils pour don
ner nos paysans Pemour du tre
v.iil agricole ; au contraire, on avait
tout mis en icuvre pour les dc.m
rager et lee porter a abandonner le
patrimoine de leurs pres. Le Gou
vernement actuel semble vouloir
comprendre qu'il est impossible do
c mthiuer laisser vivre nos bra-
ves campagnards sans leur incul-
quer des notions d'agriculture. Aussi
vient il d'installer un ingnieur ngro
n >me 11 lte de ce Dpartement.
Le r'e de ce nouveau personnage
dms uolre rou ige administratif cott
sist.'ra proposer des plans de r
formes agricoles et d'ducation pro
fes-ionnelle. II faut que le Dr Free
mm. aprs avoir bien tudi, com
me il le dit, h s diffrents centres
ruraux et aprs avoir tabli les ba
ses d'une lformo gnrale en vue
de crer d s coles et des fermes o
nos eafenri doivent recevoir l'inslruc
lion professionnelle el agricole, il
faut, disons nous, qu'il comprenne
que l lue ilion doit m archer de pair
avec la rform i des m eurt.
II s'agira de faire voir que sud le
travail rend l'homme libre el ind
(leiid.tni. Aussi eepfoni nous que le
*ays tirera le plus gren 1 bien possi
ble dos eonnsistsanees du Dr Free
m,mu qui le Secrtaire d Ktat de
l'Agriculture vient de promettre son
plus grand el loyal COUC turf.
Noire :de est d'tudier la ques
lion d irrigation le nos pi ines, le
pop >ser la culture intensive des
meilleures piaules pouvant crotre
8>us les tropiques el meilleur ren
dment, d'tablir les causes provo
quant lagran le scheresse dans nos
diflreotes plaineeet de donner le
mode mthodique de dboisement
de nos forts en vue d'viter i'asse
chement le nos sources.
Dans noire |>>>< Indu article nous
rnlu ntion- l'irrig itiou le nos plai
ns. ci. POTIIEL
automobile Bludebaker
Itig Six
: passsgt r, en parfail tat, ayant
servi durant Irt peu ;. temps a.
* 1rs s un prix trs raisonnable.
S'adreset i
L PRtTZMANN AGGERHOLH
Hue du Q
1


LrSIATiN
;C Par Cable
Nouvelles Etrangres
Houvclles du Japon
SHANGHAI ' Le nombre des
vi (.m s du tremblement de te ire
de samedi serait de 310.000 M H
parussent comme suit : 1**0.000 To
ki, IOO.ODO Yokohima, 00.000 Yo
kosuki et 10.000 Ataini. Osaka, To
kto et Yokohama avec les autres
villes enviroiiiianles qui forment le
contre du la catastrophe sont prs
que compltement en raines. De
puis deux jours Tokio est la proie
des tlamines et en dehors des pertes
de vies occasionnes directement
pu la chute des maisons, des mil
lie; s de personnes ont du prir en
asseyant de be Frayer un chemin au
milieu des 11 naines et d'autres pui
li s de fatigues et d'motion.
PAIUS L'.ie dpche de l'agent
consulaire de France Kobe dit (pie
la destruction par le tremblement
de terre et par l'incendie de Tokio
st aussi considrable qu' Yok ha
ma. Les nouvelles de la capitale
pont rares et l'on ignore le sut du
pjrsounel do l'ambassade et du coq
sul.it de France.
BRUXELLES Le consul de Bel
gujue h Kobe a tlgraphi que la
\ille de Kobe est intacte mais qu'elle
tst sans communication avec le res
te du Japon.
J 500.000 boisseaux de ri/ ont t
envoys Tokio et Yokohama des
antres parties de l'Empire ainsi que
U : Cbilie. de Manille et des navires
en mer. Des provisions en quantiis
considrables arrivent galement.
WASHINGTON On mande de
l'ambassade du Japon a Waahiog
ton que l'Empereur et l'impratrice
du Japon ainsi que le prince rgent
sont raine et saufs mais que la prin
cesse Yaina-hiiia, la princesse lliio
Ka.iiu, lille du prince Kauin, et le
prince Moromasa rligasbikunl, tous
membrei de la nun le rgnante,
sont morts Ln tlgramme r..u de
l'ambassadeur WooU dit : Tous les
iiumeubhs de l'ambassade sont d
traits mais qu'il n'y a aucune (vieil
me parmi le personnel. La situation
alimentaire est aigu, envoyez imm
diatemeut des provissious des Phi
lippines. M. WaAiwoTth, Usoiier
de la Croix rouge amricaine, an
nonce qu'une souscription de 3.000.
000 de dollar- pour les victimes du
tremblement de terre au Japon e-t
ouverte. Cette dcision a t prise
une confrence laquelle assi taieut
le Prsident Coolidge, le secrtaire
lloover ci l'ambassadeur tlamiliara.
io conseil des ambassa-
deur* et la tjnestioii gr-
co-ilalieniie
PARIS-*Le conseil des ambassa
deurs se runira pour tudier la r
ponse de la lrce a sa note.faes mein
lires d i conseil pensent que le dill'
rend grco italien devrait tre rgl
par le conseil et non par les commis
aires de la socit des nations pour
la raison qui les commissaires ita
liens reprsentaient les ambassa
deurs dans la que?tion des l'ion li
l'es grCO albanaise quand ils ont
t attaqus et tus. Va dclaration
du gOUVerQ meut italien, qui s'enga
gc vacuer Corfou lorsque la Gr-
ce se sera soumise aux demandes de
1*Italie et qu'il n'a pas l'inte itioO de
l'aire la guerre, est considr dans
les Bailieux ofoiels co.uinc cartant
la possibilit do toute complication
future
M. Politis proposa une eu-
4|tiie pour ci,iMu' li res-
ponsabilit* de l'assassinat
les roembrei italiens
OSNEVE M. l'oiitis a propos
qu'on nomme deux commissions
ueulres : l'une pour procder une
enqile pour tablir la reaponwbili
t mis un italienne, Im re pour pr
aider au procs des coupables lors-
q ie leur i leutil aura l tablie. Il
u aussi proposa q le le ni ..niant de
l'indemnit lui IU ; une commis
si.m mixte compose d'un italien t
d'un grec. La Gri al il dit, d
po.-.i m millions de lire- dans
u ie banque suiass comme garantie
que la dcision de la commission se
rail excute
Trois bergers arrtas
ATHENES Trois bergers, qui se
trouvaient prs de la scne du in mr
tre des membres de la mission ita
lienne, ont t arrts. L'un d'eux
aurait vu commettre ie massacre *-l
deux autres ont vu six albanais r
p.ndant a i signalem nt des m sur
Iriers traverser la frontire albanai-
se. Le gouvernement grec a offert
une rcompense d'un million de
drachmes pour tout indice qui am
nerait l'arrestation des meurtriers.
Le gouvernement allemand
intervient dans le conflit
entre mineurs et patrons
BSSENA la suite de la dcision
prise par plusieurs mi liers de mi
neurs de la tthur de travailler sous
l'administration franaise, leg/niver
nement allemand a rsolu d interve
nir dans le conflit en're mineurs et
patrons. Li presse rapp te que le
commissaire d'Empire, M. Bhlicb, a
rei;u de Berlin pleins pouvoirs pour
amener un accord entre les deux
pirties alin d empch r de nouvelles
dfections d'ouvriers. Les ngocia
tions ont dj commenc et la pre
mire confrence a eu lieu hier. &
Bochutn. b' rsultai de celte inler
venlion gouvernementale a t q e
lesmiuour- de j mines sont lji re
tourns au travail. On igoore quel
genre d'ollre a t faite aux mineurs
riour les engager retourner dans
es mines.
Lt; chancelier Stressntann et
la irauce
BEUUN Dans un vigoureux dj
torial, o elle approuve les efforts
du chancelier Strsesmafl pour unie
ner un rapprochement franco aile
mind. La v'ossische Zeitung > dit
que personne ne blmera l'Alterna
gne de cherehsr un eceord direct
avec la France quand les faits ont
dmontr que les appels ih le COQS
cience du monde et la confiance que
M. Cuno mettait dans 1 intervention
anglo sixonne taient illusoires. Co
journal croit que l'Allemagne a per
du u.i temps prcieux en atlen huit
les secours anglais et amricains, et
il engage le gouvernement abin
donner prompte tient la politique du
cabinet prcdent.
Une rsolution des aneiens
combattants
Le gouvernement franais
et le Mexique
M'XICO Le gouvernement fran
ais a reconnu hiT automatiquement
le Mexique lorsque M. Blondei de
manda an ministre des affaireslran
gre? si M. Jean Perrier serait ac
cept comme minisire du MeuqneR
Le Mexique et les Etats Unis ont re
pris lundi les relations diplo.nati
ques. La Belgique, la Cran de Breta
gne c\ la Suisse n'ont encore pris
aucune mesure relative la recon
naissance.
Les Cours
NEW VU K I Finies 17.82
Sterling 4.522$
PAUIS DoMar 17.3
Livre 80.825
Par Sam-Fil Mumaiiu scotw
BRUXELLES Loi dlgus de
--------------------- *j
l'assochtion des an iens combat
tant! reprsentant sept nations al
lies* leur lme congrs annuel,
ont ad ipt u-ie rsolution approu
vant I occupation de la tthur comme
moyen lgal n'obtenir les rpara
lions stipules pir le trait de Ver
sailles. bes dlgation! amricaine,
belge, franaise, roumaine et tch
co yougoslave oui approuv la rso
lulion sans rserve.
be colonel Oasley, commandeur
de ' l'Americao Lgion a pronon
ce un di cours au cours duquel il a
demand aux vtrans allis d'arra
cher li passion et la lutine de leurs
coeurs et de crer une atmosphre
qui permettrait l'admission les vt
rans autrichiens dans la fdration
en faisant ainsi un c-irps vritable
ment international. M. r>eitrand,d
put de la Seine, parla au nom des
dlgations de Fran e et deBIgi
que qui ont souffert plus particnli
renient et dont le sol a eu envahi
et dvast. ' Je dis que nous soin
mes prts pardonner et oublier,
mais pour qu'il puisse y avoir par
don, il faut qu'il y ait repentir, l'en
danl i ans l'Allemagne a t intacte
et n'a pas montr le moindre signe
de repentir. Ds que nos anciens en
Demis montreront un premier signe
de binnc volont pour payer les r
parati 11>. les tranais ei ie> belges
seront prts I olfrir leurs mains et
peut-tre ouvrir leurs soeurs, be
premier mouvement dpend de nos
ennemis''.
RouveHes Diverse!
LAKRUURSf- Le dirigeable rigi
de '/Ml, de la marine amricaine, a
fait un premier >o! d'essai au dessus
de la station navale arienne.Ces es
gais ont t dclars satisfaisants.
Sance du 31 Aot 1923
(Suite d fin )
Rclamation au No ip intro
duite par de V. Qerrais ancien
Chine lier et lia-g d Affaires d'Ha
ti la llivaue.
Le rclamant, prsentant lui-m-
me sadf-use, a dclar que les con-
clusions du mmoire du Coaseil du
Gouvernement en faveur du paie-
ment de sa crance pour appui da-
mants et IV lis dis. ne lui suffi eut
pas. Il ve it se lixer sur le m > Je de
p dment q i d'ordinaire sfl lait en
cash et BU litre Srie lt.
Fo ir tenir le nrosligs de la repr
s intation u itionale dans ua |> i; de
luxO, il a t obij , sur ta toi d'une
inscription budgtaire, d' 1er aux
emprunts dans les banques et jus
qu S prsent il paie des intrls^.
Peut-il liquider son compte avec
des titras Srie B? N'tant pas parti
au protocole il n'est pas jusle dlie
piye au terme du protoco e, d'autant
plus qu'il a t abandonn sans ns-
sources, tout comme le Di Riboul de
Peecaye.
(Ju'ii rclame acte de sa demanda
addition.telle d'un dommage-intrt,
s'il ne doit pis tre pay en cash.
Me Franois MatbOQ a prolest
contre la demande additionnelle,
atlen lu que le rclam inl tait libre
de ne pas prsenter sa crance ous
l'empire du protocole S'il n'est pas
d'avis, il n'a qu' retirer sa rcla-
Hiithn. et la prsenter o il veut,
qlque intressant que soit son n>.
Me (iervais a fo irni des explica-
tions la Commission et a dclar
qu'il savait rester dix mois sans tou-
cher un centime de l'Etat qu'il re-
prsentait. A la demande du Prsi-
dent bger, il a avou en public qu il
a t oblig de faire vendre sur man-
dat deux maisons qu'il possdait et
qui rapportaient l'une Jo gourdes et
l'autre cinquante gourdes par mois,
rien que pour se dfrayer des dettes
contractes au service desoagou-
veruemect.
La r, i f-l entendue, dlibr
en est ordonn.
A bord du Si-Michel Cap Natteras
Le vieux bateau de guerre
Virginia a l coul par des
bombes lances par une Hotte a-
rienne usant des projectiles de
11.000 ibe,
Washington. -- 2-000 mi-
granis qui s'taient prsentes a
New-York avant le 31 Aot mi-
nuit ont t admis par le Commis
saire Gnral de I Kmigralion bien
que le pourcentage d admission
ait t dpass, be cautionnement
de 200 dollars par tte a t vers
par les Compagnies de navigation.
Il v a un doute au sujet des Iles
)! >ii'in qu'on disait avoir disparu
au cours du tremblement de terr,
la Cie de Cabbs commerciales
ayant annona avoir ten com-
municition avec la station de 1 le
ML
R >me. A I; runion du cabi-
net le premier Mussolini a dclar
qu'il n y a gure eu de change-
ment pendant les l\ lires dans la
siiu-uion italo-grecque.
\V WSHINGXON.- Les amricains
Tokio suivant rapport de l'ani-
bassad jur Woodsoiilsainselsiuls.
Le rapport ajoute qu'on est en
communication avec Yokohama
o d'autres amricains ont pri.
Washington.-- L'ambas-adeur
japonais a reu un message du 1er
ministre Yainamoto Jatiau lende-
m lin le la catadroplie et lui noti-
liuit qu'il lad paitie du nouveiu
cabinet le 1er ministre avait l
cm mort.
Corfou Deux rgiments d in
fanterie itaUenne ont dbarqu
Corlju pjur relever les marins
qui s'y Irouvraient en garnison-Les
soldats grecs, hs gendarmes, le
prfet el le chef de la police se
sont e nbarqus.
Osaka IO.uOJ rfugis essayant
de quitter Tokio ont l brls
mort dans la cour d'une usine mili-
taire Ilouje.
Montevideo 700 sollals rguliers
ont t dfaits par les troupes rvolu
lionnairee dans l'Etat brsilien de
ltio Grande de Bal.
Sealtae Le consul japonais d'.
ci dissuade les voyag urs de se ren-
dre au Japon. Les provisions qui s'y
trouvent riait dj insuffisantes la
population.
Osaka Tout le Japon apprcie
piol'o idment la sympathie et l'assis
lanoe amricaine.
be prince rgent a souscrit 10.000.
000 de Yens. Et le Gt. 9.000.000
en vue des premiers secours distri-
buer, suivant rapport officiel le feu
a l teint a-TokiO lundi soir 48 lis.
aprs le tremblement de terre.
Londres be prince de Galles a
quitt Londres pojr le Canada voya-
Siant incognito sous le litre de Ljrd
enfew
Milan be 1er Mussolini condui
ra lui mme un car dans la course
du grau I prix automobile qui aura
lieu le 9 S ptembre.
Une intressante, runion i i
lieu dimanche au local de UW
lit Scolaire, l'occasion il t'!
nouvellement du .buretusnua]
cette Socit.
Aprs une allocution trtsgola.]
du prsident et lecture dn iuL
du trsorier, on passa aux scE
qui donnrent les rsultats sain*.]
Llio LouHsaint, prsident; D. |*j
sant, secrtaire; Hyppolite, tfi
ricr; Dr Civil, Pauyo, Blin,
Coicou et J. B. Arthur, co
Dcs
Les funrailles de Charles Vi
dcd hier matin vers lesonuL
res l'ilge de 52 ans auront litt i
aprs midi.
Le convoi partira de la
mortuaire sise Hue Montalais NoM
pour se rendre la Cathdrale.
Nos condolances sa Veuve,i
famlles Vornot,l'ainsoa, DUnt
Smith et Brutus.
Mr et Mme Clment Jeaael
Mr Edmond Jeanniton, Melle
myre Jeanniton, Mr Flix Junat
Mr Christian Jeanniton, Mme1"
me Pierre-Louis et tous les
parents et allis nous ont fa
de la mort de Mme VveJe
Jeanniton, survenue ee matinal
beures.
Les lunraillcs aurontheu
aprs-midi, maison mortuaire |
rue du Magasin de l'Etat, Nol^
pour se rendre l'Eglise St-JoiJ
Nos condolances.
Stcamship
Panama Railroad
Bureau de l'Agent Oi
Port au Prince le 5 Sept. UBJ
Bulletin No 308
Le steamer < Lake Flaltern
attendu Port au Prince d
York via le* ports du Nord le i
di 8 septembre 192'3, avec :
110 Tonnes de marchandiiei
lfi sacs de lettres
o passagers
et partira le m ne jour via Iei|
du Mit. .
0. THOMPSON, Gnral ASM
fompai|nie Gnrale
Transatlantique.
Le steamer Saint Raphal
de la Marti.liquc est ettendu
10 eourant. Il partira le raftmtj
pour Santiago de Cuba. L
La suite de l'itinraire sers firtU
l'arrive du paquebot.
Port au Prince Hs^ej
L'Agent b. B0B&.w.
Demain soir
Fianailles de loml
Affaire .N'o li intro luite par
A. Pierre Paul et consistant en une
crance de neuf cents dollars pour
f nds avancs l'Elit pour frais de
la mission h wtiennu aux funiailles
du roi d'Angleterre Fdomrl Vil.
Le i.' i i a i.it a prsent deux at-
testation* de Me Georges Sylvain et
Mr Joealyo d'avoir reu les fonds
avant d'avo r quitt Paris pour Lon-
dres. Combattu par Me Montas qui
n a pu avoir raison de lai. dr Pierre
Paul a t appoint' par la Commis-
sion a apporter du docteur Calixte,
ancien paveur au Dpartement des
RelationsExlrieures.un certilicat ta
blissant quelle valeur a servi payer
les frais de la mission aux funi iil-
le-s du roi d'Angleterre Edouard VII.
Ensuite, vu l'heure avance, la
lanee a t leve.
avis matrimonial
Le soussign donne avisera publie
et au commerce qu'il ire-l plus ros
ton*able des sclee et actions d Mme
i -i t!. Cliar as, c mire q ii, il va late iter une
action en di?o s our cause d in-
compatibilit de caractre, mauvais
Ira temeuts et injures 0ravts.
Dont acte.
Port-au-Princ;, IerSeptembre l'J 1
Frdric B. GUILLAUME
u
Nouveau Jihjc de Paix
Vendredi dernier, le Substitut du
Commissaire du Couvernement, Me
Isuard Kaymond, a procd Tins
lallation de M. Alfred (ilin comme
Juge du Tribunal de Paix Section
Nord de la Capitale, en remplace
ment de M. Arthur St L.
Pour avoir l dj chef de Par-
quet, Me Allred (lin saura donner,
peu-ois-nous une bienfaisante un
piiUion ce tribunal.
Nos < < > 11 j | I i m ut*.
Lecture couranle
par les P'rcres de T Instruc-
tion Chrtienne
Un nouveau manuel de lecture
couranle pour le cours moyen de
no< coles primaires vient d'tre
publi par les Frres de Tins*
traction Clntienne. Ctt OU trace t
ippiOUV pai le Dpartement de I los
tr iclion Publique le ;JI OooobrelOil.
('! sont des morceaux ch dais eu
fers el en proee dont plusieurs se rap-
p 'lient a i\ ho- is du pays.
Ce u dit u re \ e il i -o.i havre, au
i il 11 vi le 1) portement de l'Ins-
truction Publiquo doiin.-un*1 si m-
|Oureuae pousss cettl branche de
service public.
Nul doute qu'il ne soit minem-
ment utile la jeunesse des coles.
Remerciements
Mr Mural Bernadette. JJ^
Demoslhncs Bernadette et
fants.MretMmeJule S f,
Dmosllituies Agnant Jt
Mme Eugne AgoantrtJ-
Mr el Mme Augustin Avin ^
Mr et Mme T" u.
enfants,
enianis, . ^ j
main, Mme b'ndonette Ater
Mme Bernadio Bern-^"
nadotte Jeune et s s ft
Marie Bcrnado te et se
(:harlemngne BernadotU
farta, Mr et Mme 0 *jl"
el leurs enfants. Mr et
sofseOi,
nfant,
Mr
B.rnadotteet ifur - rf
Mme Snque DaUon.. V ^
Napolon in Louis etlej"
lesP familles Bernadotle. ^
Agnant, Avin, Bay^y^^
tous les autres parent.^ -
- ..rtiilon>*T
wincrem'
ootdo
mercienl .-.-_-- t)lJi uo-- k
les ont as-,-..'s c ^a;ie,t.jt*
tmotrM.i> -le syj,, vince,l,
casion d- U Pr" m^r;
leurre.rrell.ijepou-Jj^l^
mre,hclK'-.n;>'^ie dolta
nicv';-':'-;f:Se^J>
de croire a leurs <*nuiu
au tiv",v
fonde sxratilude. l9l3
ArcHaic, Is Jl ? -
J


lh matin
De La VRAE
BIRE
La BIRE FRONTENAC est une*
bire parfaite, d'un bouquet savoureux,
dlicieuse et de la mme force qu'avant
la guerre.
Elle a le bouquet riche et savoureux si
ncessaire la vraie bire.
Demandez-la dans tous les htels et
restaurants.
FRONTENAC TIQUETTE
ROUGE : boisson saine et savoureuse.
<
FRONTENAC TIQUETTE
BLEUE: "Spciale", l'aristocrate de
toutes les bires, elle possde une le
gre saveur de vin.
t
*
-
FRONTENAC
BREWERIES, LTD.
Montral j
Pnpriefaires (Trnobiles
ATTENTION
In stock joules dimensions des famuxcll weallieiCtLDS
4m toutes \>'- | iiii|iiu\ IloieJs et Cale Port au Prince Jtchci II. Ikcliley, Mtropolitain Bazar,
Tihonse Ih.ynes, Ch. l'icoulel. Lope Rivera.
I:8t Marc,' ]'.. ShieMs et Paul Lan/e, Gora-ve, |{. A. Wolff, Petit Goft : En, CieveenMir
la.Mir.goit e. Tu\ar & Co. Aux Caves, Mme Vve lerrandioi.jA. Carvalho, P. Uiiilgman Jrroie
tiJulien, 0. l'orsain ville Petite Rivire.
W .Qiiintins WILLIAMS
Vis vis llotcldc France. l*ort-au-l'rine
Reprsentant e 1 Hati pour Frontenac Brevveries Ltd.
Montral, Canada
[ande Liquidation
Mrs de Cordonnerie.
COLAS CORDASCO, slst Rue Bonne Foi, pii de la Ro
A"1' e'-*nl terouvelier son stock pour la coovelie
Haiuai;cn. a partir de ce jour, des articles de cordonnerie
MMt dnsoiies On s'en convaincra par le tableau ci descus:
iL * ** !'7 U. i.8o tn gros
,D* cyo loo j ,0
. i !ai '.40
a, gaguitte la caisu de loo livres
'do
do
do
tttr
lier
Wisrs la grotse
le
M to tores
Wsocs la grosse
T? U ra,re
itfc !a ^0l z^ine
lk!? loane> couleurs
Lwtedc iooo
G.
do
do
do
do
100,00
oooo
70. o
10 co
17500
aso
70,00
10,00
18,00
Mo
1 83
50
2 00
^'s.laboiteiagrcss.-s
w'h're ^loge de leTcellecce de nos marchandises.
ta h. 1 P" la C0,lfiD" e lt public Port au Priocitn
*ub. p/ov,oceoat Plt ^wwopions sur cette place.
Illclfe adirs
* Je, soussign, dclare adir un r-
cpiss, No 153, qui a t dlivr
par la Commission tambour, en date
du 1er Fvrier 1912, au nom de
Mme Veuve A. Soray, a'levant
la somme de sept ce u 1 on/e gourdes
quarante centimes. (G. 7ll.il)).
Le dit rcpiss est dclar nul,
duplicata devant en tre dress.
1 oit au Prince, le Seplbre 1923
Tlamoii M0NDESIR
Le soussign, mandataire des h-
ritiers Oh. Franc Aine, fait savoir
tous ceux qu'il appartiendra qu'u-
ne rconnaissance de justice au .No
l'.'S. s'levant $ 1197.90. mis en
faveur de Ch. Franc An, ancien
juge du tribunal civil de iSippes, a
t adire et est dclare nulle, du-
plicata devant en tre rclam.
Port-au Prince, 27 Aot 1923.
Mdric MORGAN
Les rcpisss aux .Nos 319 et I7O
dlivrs par laCommi*sion Fquire,
faveur M. Paul, tant gars, il
sout nuls duplicata devant tre dres-
s.
l'oit au l'nace, le :t Seplbre 1923
J. BOIS

[Mi les plus rduite pour
Pneus Tubes
PftRUS
Fabric 0 x 3
Fabrlo30 x 3 1 2
S tc. Cords 30x312
Extra (tarda 30 x ;ti2
Fabric 31x4
Corda 32 x \
Corda 33 x
Corda 32 x 3 I 2
En renie chez
TUBES ROUGES
11 30 x 3 P. 2.30
13 :to x 3 -2 2,05
16 31 x 'ai 3 50
1S :i2x h :t,eo
20 50 3*2 x 3 1 2 *,o
28 33 x \ 3,75
28,50 33 x \ 1 2 4,20
2'i
L
Pfi
&GERH01J
(Cmc du Quai

**^v*- .^,


j
1 &3R'

1


A
A la fois Tonique s dpuratif.
Anmie Faiblesse gnrait
Croissance des Enfants
Glandes-Scrofule
Formation des Jeunes Filles
Maladies ds Poitrine
D*nn t piaUi, remplace aoantageusement '
l'HUiLE de FOIE : MORUE
l <
r.comar ni,a c r* tus t mun, .^....cn,
La preuve est fate
La preuve r&t faite \our le con&om*
mateurs qu'aucune eau-dt-vle de mure
lu de grain ne peut v llolr pji<* li fi
t esse et pour l'atome le rhum tir du
sirop vierge de canne sucre.
La preuve est l'aile que de lotis les rhums,
le rliuui il H.tiii
est le meilleur et le plus hyginique.
La reu*e eut faite qui di tous les
rhumu dlliiii aucun ni peut tjtle,* ls
rfcm NECTAR 6AETJNS^>^ la prpir*
Hou tst l /;.u sa gn et la iiiuire*
premire le plu* rationnellement dis
tilie.
MDIOATtON ARSNIO-PHOSPHOREORGANIQUE
le plus POISSANT RECONSTITUANT Gnra!
Formes : Elixlr Granul Comprlme
----------- - __ mulilon Concentr Ampoules.
^W1* 2? v* tvirA-PinneS Tous les cas ol'organlsmBdllitirielmt
JJ^ ft 1 A y* A WplCAT10KS^w# mdication rparables puissante.
^ * ** W ubentoin u vmnoatimoh, a vunwuvEj Veuiela Pharmacie Centrale
Piianoacie W. IJuch
Port-aumPri ce
Nouveau traitement de la Furonculose
PAH
lUtoplasti du Dr Wassermaim.
L'Hibloplaste est un ampHlm prpar spcialemeol
pour tes Furoncles, vulgairement appels clous.
L'fmpltre se pose sur le clou ds son apparitioa,
qui, sons son intiuence devient indolore en peu de
temps ; rioliainiualion lv\ jIus.
et se gurit en peu do jours.
l'inslruclion dtaille dans la boite de riifttoplftale.
<^-
-il


L |MATW
URODONAL

-.-.;
RMtaihatfetnds
Nvralgies
Goutte
Gravelle
Artrio
Sclrose
Obsit
Oui veut r>lr Jeune et viter
l%)rhuma1lrrlP9. la durciaee ment
4*0 am'rc IVnsaWemenl de*
rctni. letMvarlcc el l'obisif doit
liminer l'excs d'acidn urique.
C pdftOB de nolte orj.inr.mr,
t fnlrv- de* cure rjvi licvr.
dURODONAL
lave le sang
ii

..-. *. i

4*1* M
k-tltdicuton riMiMl*.
Mfltnirni de Cartewo cl*roa. consista
I dtlopprm*ni de reaW arter el-
M A f Priode de (trsrttro-,* I acU#
ortque tant la ttu\ ''{'11{1.h>0.fri
Union, on devra, avant toute aoire
chose, lutter 'nergiqm'mrit eI...'[,?;
Utmment cont/e la retenue: d eclU
urique dan l'organiiina en employant
t'Urodona)
Professeur Faivni
" 4 en lot a ruairita Poiu"
eu m CMifi'n i WmMm "
i \* ph-'.M
i mm Bain nrii r*1"- ""
JlALIROL mm A.-.^no Sclro*.
Iflil I mu MiHdie Or u femma.
I rtfliVirisrna. CrdiupilBIe
LINVCGL"1""
nhvna
inmrv Goottr. Lurcl'U:> Na-
vrai irir..
Vaillant & I lout Agents Gnraux 1720 Uue du Magasin ds l'Etat
m
LaMaisonH.SlLVEKA
Lu Maison H, SYLVERt se lait le plaisir d'iniornur sa
nombreuse clientle qu'elle vienl de recevoir, par les
derniers steamers, les articles suivants, de toute fra-
cheur.
Diill l'nion couleur anglais, diverses qualits.
J!rill union blanc anglais
Jtrill tussor
Chapeaux de paille fine d'Italie
Chapeaux feutre Itorsalino *
Chapeaux demi-feutre ltorsalino
(Chapeaux demi-feutre d'Italie.
Chapeaux velour d'Italie
Voile blanc a barres ft mouches|
Piqu blanc suprieur pour jupes
Percale blanche sup.
Baptiste fine pour chemise
llatine blanche
Gabardine blanche barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
Kaki Jaune suprieur anglais
Kaki jaune anjlais extra suprieur
Kaki blanc, ___
Lrill Diana anglais suprieur
Kolienne couleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons coul & hlano suprieur
Palmbeaoh gris anglais
Diagonale uoir
Alpaua noir
Casimir ainjlais assorti
l'amass pour matelas anglais, double largeur
Organdi suisse brod couleur
lias jOurs
Chaussettes sup. pour enfants, couleurr ci blanches
Satin de clmie pour tailleur
laistrine po.ir tailleur J
Lotions Pivert
Voile barres soiean.jials, eoul.|& blaive.
ToUe pour 1re Communion
Toile a voile pour cadre
Tussor Japonais pour Cliemises homme.
loilea voile pour voilier etc, etc, ete
Une visite la Maison Silvera vous convaisere de h
bonne qualit de nos articles et de nos prix oui sorf
les plus bas de la place ;est-ce pourquoi il nous arrive
de jour en joui de nouveaux cliente.
Grand Htel de France
Angle des Hues Bonne Toi et du Quai
Vient de recevoir :
Paie de foie gras truffer. Civet de livre. Andouilleltes aux
lentilles. -- Andouillei au saindoux. Jambon en hottes.__ An-
chois l'huile.- -Sardines Maquereaux. Thon. Gasioulet.
Petits pois fins extra. - Boudins, etc.
L9Htel dbite par bmrrtqu et qaV m*
d Vin de Bordeaux et de Cham
paon*.
Cuisine excellente. Chambres confortables. Magnifique vue
sur la mer.
Le Grand Htel de France
Uf(re ses clwil! tous l$avarUag& d tout k con/vrt jMiiWs,

i
pooi gLvfn m viter
* ati . mis cnn sv.ons-11 ounc '.ai kl .
ARilAI 0*1 TRIQUi
IL 8U FIT de prendre
. Vun ct vo repai
tout !*. 6m* |o une Piiol3 la > Basil
147,rue du Faalr It-Deals, Taiis
Mais il faut exiger les v&&Ie
qui tont tout a a.'t bfu.i.Vi
I et sur chacure daquihi la: iot
f OEHAUT A PARIS |
(^ ao-t ir(t i!ialmnt ImprimAa an noir J
i iiim
Avis important
Li soussigne Directrice de PB
cole nsilisnale Colberl Loeberd d
ciare n'rlre pas la signataire do la
protestnlion parue au journal" (.0
Courrier llntien-> dans fon numro
du 20 Aot a" renouvelle sa dclara
lion parue dans le numro du mme
journal Courrier Hatien dans son
d lion du 24 du mrine mois, sa
voir qu'elle'ne signe par Anna Au
gustin mai bien Anna II. Augustin,
A.nna H. AUGUSTIN
Bonne Nouvelle
lia
sa
2
C'est un fait reconnu que la Composition Votait dt
Lydia E. Pinkham est le raeiltaur rjmde pour ks il,
dies des femmes. Des milliers Ce femmes tmoignent dt
ce fait Malgr cela il en est qui se mpr^nent ta esta.
ant d'autres romedes, soit disant ausii emciici,
N'est ce pas risquer beaucoup d'essayer ces remi.
des-et n'est-il pas prcfdrable de s'en tenir a un mAlic*
ment reconnu comme efficace et sans gal pondant prit
de cinquant ans.
Lisez c que cette femme en pente
S.-.n Jos, Costa Rica, C. A. -'-J'ai employ la Co
position Vgtale de T.ydia E. Pinkham pou.- Im mal&lse]
dont ja oufirais dtpuis deux ans. J'avais des douleurs]
dans la tte, h dos et le venue. Des vomissements ni!
quents m'empchaient de travailler mon mtier de co* [
turlcre. J'ai lu u-i f.i cicule concernant la Composition]
Vgtal* de Lydia E. Pinkham -t je l'ai ;,: ; m,, Si3ti
est maintenant rtablie. Je ne manque pas de le dire
toutes mei amies qui me questionnent sur ma sant."!
Brta. Tai.ia M*rin C. 8va Ave., C'alle Puebla, San Jos,
Costa Rica, C. A.
Soyaa PiudcntaaN'A< rrptaa i\me la
Composition \fegetale
de Lydia E. Pinkham
LYOi a. WNKMAH MIMClNK CO. LTNN.tUH U..*.
Cordonnerie
Ernest Camille
Fabricant de chatuiuret
m t Matriaux suprieurs
Soin* promptitude Clrit
Gran ''Hue prs la Poste N 1722
I^a maison porte la connais-
sance du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
ses nombreux client* --- elle ac-
corde partir du 1er Juillet
1923 une prime de une poire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt ticket?.
Eo consquence-- on est pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au comptant.
A la Conscience - telle est la
devise de la maison.
e Malin
tonde le 1er Artl 1907
Vjonnements
I \ Mois
Port-au-Prince Gourdes t
Dpartements _\;;o
Etranger ;t.00
UoxU', Postule: US
lilepkone 949
Bureau: Hue Amricaine ; 125$
Disques Columbif!
Les amateurs de musiques sont aviss de_ ia
arrive d'un assortiment complet de Jol!9.a.lT[,
prenant Kox trot/One step, Mrinque I rmuiaojj
gue Cubaines, Valse ; tous les morceaux m j-
plus recherches et les plus la mode entre au
Silver Star Fox trot ,
In Kosetime ( When vve said ijood-by ) P*
Three Oclock in the, morninij ( V aise
I lie Cliimes ( Fox trot )
Sixty seconds every minute (Ftixtrol)
To morrovv morniug "
Elvtl Blues
PiusacDla
La liga de las Nnoloncs (Meringue)
Caban dllrium
Que volcinan tienne
Carlota -
A part des machines grand > modle .v's
aussi des petites machines trs ele.jantes a v
tlonnelcment bon march.
S'adresser | ^..loil/ll
\L tr*et*man>AGGKmyk
Rue du Quai**
QUOI QU'ON Dffij
QUOI QU'ON FAS
LeHaai Barbancoart est
et sera toujours le
'A'^ttf'a*:
??


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM