<%BANNER%>







PAGE 1

LE ATI* de rispoler du jour ta lendemain, nul n'ignore par consquent que la Presse aura le temps de rpandre contre lui, par tout le Pays, les calomnies les plus audacieuses, avant qu'il n'ait le temps de se dfendre. Tel a t le procd employ mon gard p;ir certains journalistes de la Capitule, qui s'taient entendus pour rpandre le bruit de l'exis tence d'un l'ait scandaleux, quand il s'agissait du fait le plus banal, le plus ordinaire qui se puise conce toir. Eu effet, comme n'importe quel •aire individu, j'avais soumis la r l). H. une rclamation relative une crance contre l'Etat et remon tant 1910 1911 Ma rclamation tait appuye sur les documents administratifs les lus authentiques constatant qu'en 910 11, l'Etal llaiticn t'tait recon lui mon dbiteur, au point d'avoir excut ses obligations en partie ; il ne s'agissait s"inme toute que du paiement du solde d'une crance non conteste l'origine. Une lu 0.1).R. H qui j'avais soumis l'allaue put n l>prcier des choses passes, autre intflt que les Gouvernements ton t. mpoiains d'Antoine Simon et de L< conte, je n'avais pas prjuger i. mu' lella question ; mais ce qui est certain, c'est que mon droit le lui soumettre l'affaire tait sauf, comme le sien de l'apprcier tait entier. Jusqu'ici, Monsieur le Directeur, les hommes senss n,arrivent pas comprendre comment le seul fait par un Ministre en fonction, de soumet lie la dcision souveraine d'un tri bunal, une rclamation appuye sur des titres authentiquai remontant a une poque o il ne pouvait mme pas avoir ta prtention d'tre mi nie tre, puisse constituer soit un crime, suit un dlit, boit une contravention! Kh bien c'eut l la eouleuvre qu'on a essaye de faire avaler au pubuc. A unpluvcr de tels pioctdes, ou ravale toutes le? causts. .le dois vous dire, Monsieur le Di recteur, que la cabale qui faisait encore rage 41e 19 aoi 1923, nest vanouie lu 30 *ot ds que turent publies au journal "Le Matin du 2 ai/iit. certains documents et un article intitul : L'a peu de calme, Messieurs . Sous couvert de la prsente, je rends la libert de vous adre s r, lr le lJireileui,|quatre No du Ma e ; u , ou vous trouverez tous elaircii dments sur ce qu'on voulait dcorer tu nom de .--i .uni.le hameau . Veuille/, agrer, Mr le Directeur, lues salutations les plus distingues, Aiumn RAMEAU, avocat LE 1 1. Mp New-York. — Voici, suivant Y United Press of America, quelle sera Traiaemblableroent la politique du nouveau prsident, M. Coolidge : 1. Il t'opposera toute forme d'adhsion les Etats-Unis la Socit des nations ; 2.11 sera partiian de l'adhsion d3 l'Amrique la Cour de justice iolernalioQule, tout eu spcifiant qu'une telle a IhsiOQ ne signifia eu rien une adhsion la hocil des Nations; 3. h insist ra sur le payement des dettes interallies sur des bases raisonnables ; 4. Il ne se mlera pas aux controverses nes de l'occupation de la Rhur ; 5. Il l'avoriser.i la reprise des re lations diplomatique! avec le Mexi que ; 0. H se prononcera en laveur de la non-participation de l'Assemble lgislative dam les travaux publi s, Dotarom ni en ce qui concerne les voies terres et ragricultnre : 7. 1! sera partisan de l'application stricte de la lui de prohibi* lion, l'ai" contre, ;l sera dlSDOI S accord* raux navires trangers la permission de transporter dei ligueurs pour les besoins du bord. Achetez dans une picerie quelconque une boite de R BAKING POWDER (Poudre Pte Royal ") Absolument Pure Essayez ajcurd'liui rnem. la recette suivante: GTEAU DE CAF "ROYAL" (Toute* les mesure* i r..'. IU de horj) 2 tasses de farine (2 30 gr > y 2 cuillere caf de 1*1 (2 gr.) 3 cuilleres bouclic Je sucre (42 y,r.) 4 cuilleres caf de Royal Baking Powder (16 gr.) 2 cuilleres bouche .",. -eurre, saindoux, etc.) ( gr.) */ 3 de tasse de lait ( : t litre) Tamisez et mlangez la farine, le sel, le sucre et la Royal Baking Powder. Ajoutez la graisse fondue et suffisamment de lait pour obtenir une pte consistante. Etendez-la sur une tourtire beurre l'paisseur d'environ 1 cm., puis posez par dessus la couche suivant la recette ci-aprs et faites cuire environ 30 minutes four modr. Couche Suprieure bouche de farine (18 1 cuilleres gr.) cuillere bouche de cannelle gr) (7 3 cuilleres bouche de sucre (42 gr.) 3 cuilleres bouche de graisse (beurre, saindoux, etc.) (42 gr.) Mlangez la farine, la cannelle et le sucre. Ajoutez lgrement la graisse et posez le tout d'une manire paisse sur la pte avant de la cuire. Ce n'est qu'une d'un gran:! nombre de recette!, pour faire la maison des biscuits, tartes, gteaux, etc., en employant de la Royal Baking Powder. Employez toujours la Royal Baking Powder et vous verrez que dans bien des cas vous pourrez supprimer des oeufs. Il suffira d'ajouter une cuillerte i caf de Royal Baking Powder par oeuf omis. ATTENTION Demandez toujours de la ROYAL BAKING POWDER, ce qui signifie "Poudre Pte Royal." 11 ne suffit pas de mentionner seulement le mot "ROYAL," vu les imitations qui existent sous ce nom. Sur l'tiquette de chaque bote de ROYAL BAKING POWDER authentique vous trouverez une reproduction de la mme bote et le mot "ROYAL." Rappelez ce dtail I Notre reprsentant pour la Rpublique d'Hati: Mr. J. S. Hoivat, Port-au-Prince. Royal Caklng Powder Co., New York, N. Y. En vente dans toutes les piceries de Tomioka, Tokio, Y les villes voisines dt ce signales comme ayant te du tremblement d (enT! ai. La catastrophe i HJJJJ la ruine dans un moni, le mille*. !" ] TOKIO-La totalit vies et dommages mi hors de cette zone tfontu core fixs. Toute Us !" lions avec le Japon sont terrompues l'exception nouvelles qui parvieaneat de Tomoka et des dpehr£_ tentes du Japon ShtasUl OSAhALe correap Tokio l'agence Reuter circonstances qui ont Ustrophc : Ds le miUo" heure un vent violent temps tait nuageux il cb di, un pouvantable In de terre s'est produit sonij autres secousses, les •oit partiellement joit to truits ; la population esti maisonsj envahissant lei parcs et les jardins. Dej| intermitcnles ont t rea qu'au coucher du soleil ; dies ont clat lafoiii ts ; les llammes pousses] veut violent se sont rp toutes les directions ;ili siblc de les contrler, ,u quait. SHANGHAI—lnradio_ lu station navale de Foi que le ministre de la nuise ne repond pas au diographiques qui lui sorti ce qui laisse craindre qu'il I truit. Opinion du colonel sur l'occupation del DUSSKLUUttF -AvaaU 1 la Rhur, le colonel Owilej^ (I ur national de l'Amer a dclar que son voyage I re occup l'avait convai| J 1 Angleterre et l'AmriqlB le courage de faire ce que lement la France et UT ne tarderait pas newi questim.s de la Khur. fil continua le colonel, qtt'ij de se rveiller pour emp magne de nous enlever i avons achet si prciea notre sang. Voil en penl que je pense de la situ! Khur. U dlgation de I visit hier le port de KM La France fatiiju> de pi ST PAULM. Faull la cour d'appel de Par* hier soir au diner clou !" vention de 1' American I tionque la France esta tenir la Khur jusquace i Par Cable Nouvelles Etrangres L'incident de Corlou RME 1er septembre Il a t annonc ofli> -tellement cet aprs midi qu'il n'y a?aU rien devrai .dans les nouvelles publies dans les pnys trangers qn • les troupes| M aliennes avaient occupe les iles de |S*m<>< ou de Crte. Ko gouvernement italien, dans une dclaration seini officielle, aujourd'hui, a blm les autorits S recques de Corlou pour le bomba r ement d'hier. La dclaration dit que l'amiral italien n'avait pas [ v avant d'avoir donn aux autorits grecques le temps ncessaire peur l'aire vacuer la vieille forteresse par les rfugis al autres civils. Celte dclaration es alue 10 le nombre des blesss.ll a t ncessaire, dit la d claraliou.il"' ti"er avec des canons de petit calibre contre la forteresse de Corfou, par suite du n lus des au toiils grecques d'arborer le drape-n blanc aprs que les autorit! italien ns leur eunnl demande de le faire auivant les coutumes du lr >it inlt-r national, et dix personi.os ont t h i -sites danla rbHSfeea*. Les ila liens ont occup les petites iles de Puxos et d'Anlipaxos (lui font partie du groupe des iles ioniennes dans le voisinage de Corfm. La Gice cl l'Italie devant la Socit des Rlions GrS.NtVF— Ke conseil de la Soci t ils nations a dcid aujouid nui d'examiner le di 11 re ni llalo grec mardi prochain lia exprime l'espoir (ju'en utttndant les deux paya ne commenceront aucun acte de na turc .i aggravir la situation. M. Sa landra, reprsentant ilulien, a an nonce ju'il n'avait reu aucune ius (motion de son gouvernement et il a demand que la session fut ajourne jusqu' ce qu'il eut communiq" avec Home : en attendant il a dit qu'il voulait savoir si le conseil tait comptent a s'occuper de cette ques tion puisqu'elle tait dj devant le conseil des ambassadeurs Paris. M. Mussolini a tlgiaphi tou les le-* puissances et la socit des nations que l'occupation de Corfou lai provisoire et h ministre italien Aihnes B in loi me le gouverm m I,I p ce que celte occupation ne ,\> v i il paa tir ousidi -ouime un acte noatl "• et que la Grce deail s'abate nir .le toute h i lilite. La Gre a prot l aupr les puissances eon lr' le boiuh.ii'tleinvnl d<. Curf u.Elle dit nue les Italiens ont ouvert le feu a 4 luures de l'aore midi alors i|ue m;'gne paie, La Francei le Sme ultimatum ne devait expirer qu' heures ; la Grce affirme aus-i que Corfou n'tait pas fortifi ; les dpches disent que le nombre des personnes tues varient entre dix et quinze. Yokohama et Tokio en flammes SAN FRANCISCOUn message japonais Iransmis par la station ra dio Diwaki la radio Corporation de cette ville dit que Yokohama est presque tout entier la proie des flam mes la suite d'un tremblement de terre ; les morts sont nombreux. Le message est ainsi < >nu : La con Qgralion Yokohn di*atfoo de l'e m est dtruit, les pertes en vies huma.ries sont consi drables et leslli.ines s'tendent aux localits envit-o mantes. pus tout ce qui lui Wldl est fatigue de promes**] rles, eesl une queiWJJ de moi t pour elle eu" vivre. Aucun franais • imprialistes, la rr. c pas un pouce de terrai appartient pas mais tojj Rhur comme une JT nous sommes determ jusqu' ce que nous JJ Le ministre franc*' J cuer la Khur mainte na* vers par l'opmioo p"W L'ilalie n'accepter^ dcision de la r nations non confirms, Je* iy occup les Iles de UJJ mia. LaGree*^. une nergique pWJ le bombardcinent oe Liens M. Mont*f*% lianeus. • igmiBi talie, a m orme le res trangre u* j. ne reconnat pas Ligue des nation* W | < Jogrecnctuel.^ le cabinet grec* M DS fondement, prsident du ment accepl de coalition. l'incident italo £ acolonel Uo-UJ, conseil, aux dt!*, ^ M conse\ la direc loi i La ver' ( t; Le dsastre lu Japon partntaujou SAX FRVNCISC) tD^aprsle M. 9 onttlaS el Jffil* renseignements reus de Shanghai et minislrp ? "^



PAGE 1

a MATIN — 1, population de h capihle '23todment pein-c des moi ^JJwtou.l'crire le plus corn ^ 5c montre modY%  L devant l'atlilude ilaggjjffS— Les lieux d'amus lKlfci-nics depuis \tudre ,*ftiede deuil pour les victidjVrcsardernenl il*l"n. Les iikiiioii tlgr; plnques avec %  l'ont pas encore el rtablies, Ignooielles arrivent par voies tfrt^giie les llii'i -i -tcondui BBt s'il existait un tint de p,iieela Frce. Par exerrt/le, %  (ferm le canal de (loi fou lu llioi grecque, ils ont arrt un 0 pic IJrindisi et ont lii %  tulre. Le prsident d 1 con \t&tt l'intention du gouverne %  ovrattendre la dcision d-_ la tti Nations et s'abstenir de Kkhostile envers l'Italie. Tous mires italiens dans les \ orts peuvent circuler librement. ljinearproii(mce treize ieours US-M. Poinear'a prononc llucours tant ici que dans de filles voisines en se rendant Met du centenaire d-lirnesl He tbralit il a pari treize lois tendant un quai t d heure, laques remu-ques en rponse lire orale ar qui avait parl lui au banquet qui lui a t UIN-UMlI TOXIQUE, nECOmiTUAMT, FBRIFUSB R*omiuan4 •*• Uni l ea Mdfcinu &rf r.e m m WM IAHC isaBab cas Je : FAIBLESSE GLULE, MAN6UE o APPTIT DBILIT, CONMUSCENCES, FIVRES _OOWW c*. FA un mm *~MM5wsK5a tl Sance du 31 Aoilt 1923 A lasany ]„ )| .,,, cw u a Commission rendu Us nlences suivantes .iv.nt de passer al'audiiioi des alfure. aflichta su pUct de I au di j nce. — Rclamation N > Si introduite pir h. Vrl.irJet eoMistaot en une ion du chancelier leman *CAHT — Le chancelier le dclar la runion •niants de l'industrie, des fit du travail, que la restau %  souverainet allemande nH admi.iisir.il ne allemanyhRIiur et la Jthnanie tait on fundara i.tale pour que ign ait lasMinince que le (detuel sera rsolu sur la luse conomiques produ tifs Un l'Allemagne. Nous sora r faire les plus, lourds • mais nous ne voulons lipMoaoe la libert du sol aile jJiN' recomiiillra la ^ration sovitique H^* Sui anl une note reFJjwrnement polonais par %  "•ment russe, la Cologne JJ/ecoomitre la confdr Pjque nouvelh-in ni l'onde Mieies coalitions garanties [M delligid des autres fjwrva par tou.es les repu 'l'.Iunron. La note dernanr>iion d'organi er des mis • %  ws Churkost, Mi, ls k Mec pleins pouvoirs diplo *-t option de rapatrier les fPNonw et le droit de pos %  •erres est sur le point d' %  aux anciens propritai H rests sur leurs terres yrmiwion des connnunes RP'e l'tabli,seineiit du je nationalisation. Mies Diverses ET Le sous mai in ita m"W dans le golfe CoumeKl Vapeur ,ec ^ rgios crjDcj contre l'gjal de 16.100 dollar', mo itaot dv>s arrrages de la subvention de 1 ux cnts dollan par mois accorJe a 1 Th tre Parisia-ia par contrat qui a pris lin der oirement. U Corn nission n'a pis fait droit la demande du Conseil du Goa er neme.it de rd lira la cr roc ; 11. 10 ) IJ lu-*, p 0 n|a raison qa: s'il est vrai q ie iss d.;u\ cents dollars mensuels se il p >ur ie ix reprsenta lions Ihlitraha p r mois, il n'y a pis lieu d'carter les reprsen'ationi %  appartenin! la culgirie de celles qui ne soit moutiouujs dans le contrat qu'a titre d'indication et non de speideruon exclusive, d au tant plus qud le Dparte nent d,; lin teneur n'avait jam tu fait d objectb is e recevant rgulire ueul el avant chaque reprsentation, les dense car tes d'entre da premire classe. Mais la CoaunisaQ i dit q:1 2418 cash et 'iOOO do'lan en titre Srie B. — Affaire Refmbol & Co oonstt* tant en nn solde d sur eapi al de la crance Pouclnrd, s'levaut & 8.806.39 centimes de doilar. et de3 intrts se chiffrant 4.00J dollars 30 cents. S tus rserve du paiement dos droits d'impt, l'Etal est aondamn pay^r la somme de 11.890 dollars tl d >nt 4.199 dollars cash el 8.00 ) en titre Srie B. — Affaire No :28 intro luile par Struher & i'.o el consistant en bons sur crance Pouclnrd s'. 1 vaut 520 dollars, intrts 23 i do!. 18 ents. L'Etal est condirnn p.v.r 74 dol. 81 dont 831.81 ca h et 500 en titre Srie B. %  —Affaire Ci fada consistant en une crance de 1.510 gourdes 28 cents pnrr arrrages de pension remontant 1914 et s'arrtent au 3 Mai 1916. Le rclamant es: appoint rapporter le certificat au dpartement des Pinances po ir dterminer que le paiement de la pension a t discontinu en 191 i. — R laimtion Lalanne fris Crance ds 638 gourde)! pour ui pentage effectu pour l'Etat. Celui-ci est condamn payer la valeur. S it aprs c-inversion 127 dol ri i doit 7/ .0 l cash et HO dollars en litre Srie B. — AaireDr JJ. Piancii et consistant en une crsneede 546 dol. Le rclamant est appoint prouver qu'il a t prlev un terrain sur sa proprit pir l'Etal. (.1 Suivre) Les rcpisss aux Nos 319 et 1/0 dlivrs par la Commission Pe piiere, faveu; M Paul, tant gares, ils sont nuls duplicata devant lre dress. Port au Prince, le 8 Seplore 1023 J.BOIS For sale A wide and beautiful W ilton carpet, quite new. Si/.c II xl3 ft. Applj to tlu office of Me Matin" A vendre I grande el belle carpelte neuve, marque YYtilon — dimensions 11x13 pieds. S'adresser aux bureaux du "Matin" favis BakiU] Fonder (poudre d'Elvation) Le meilleur Oaking powder. L'extrme snnriorilcj Prix $ qualit dfiant toute concurrence. Lon R. Tbl.iid Agent exclusif pcar Haitt F, 0. PIERGK Company Maison tablie eu 18.7. Peintures, Vernis, Ocres de Joutes sortes Supriorit MS PillX Qualit et Prix, dfiant toute concurrence. Lon II. Tbbaud Agent peur H ti Lelin & ink 9 lut Fondo en 18"6 nptioril Ba prix Proropliluda Tous produits chimiques, phormacetiUquas et autre articles veudahles dans uno pharmacie. I piecs, IN)i\re,4.:aniielle,Oirofle,Aiiis ctoilc, Ajusendsj SUCR£ RAFJNE Spcialit : Marque prive .ysol dsinfectant, Parfitmerle Articles pour l.al.iers, lay Ruiu, Chocr.lat en pou Ire, Huile de foie de Morue, Kmulsion Cold Cram, Extraits pour faire essences et eau le toilette. Eau de Ouimue, 1 oudre contre 1; ; insectes, Solution pour conserveries œfs frais. Lait de Magnsie, Poudre suprieure pour a loilelte des enfants, tssence de fleurs, Eau


PAGE 1

#* LfctMATlK / ENTRITES; %  un a 1(5; ~ L/^. Poudre Idale Beauc du Teint n £th& a Impalpable, adhrent*, d'un parfum dlicat, conserve la fracheur de la jeunesse, embellit, efface tes rides donne un teint de lys foudr l>.rvl'iv ibljnchf chair, roc Mturtl, ro^r pour brun MCM dir. nchalftMMi -Cjraiael %  THndriy Eu Irioatly %  Ll'l Tdeiy lon l.in.i. i> % Firdd'Oum iioifi rr cuira mMM MKV '"*"• " r '" Panama Railroad Steamship imo Ut/ tGt.W.ClGoiP ;t atte t ^> l'or H\>n • JeL'Wlobal, Canal Zoo l< Septcm e 1923 au lieu du 3 Septembre 1928. Les permis tftmbirqueraenl se pont dlivrs pour le fret a dwtl nation de New-York et de porto europens sur la demande laite a l'Agence "-. Le Gorgsi partira H lus du matin le mme jour pour New-York directement contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, 119, Hu Bml'it-Ar.totnt PA RI S C'E S T t I MEILLEUR DES .'V.'.' Al IFS S ? -al e> PORT' /• PKINCO A1HETHU8; ricie ALBERTO! Ph.rmkn du i>Juti" VIARD • t IO"f" %  bo'ine PharmaniM. 71r l'ge f^:^:''^ critiouejj L'afce critique dan la vie d'une femme est gnrallement entre 45 et 55 ans.Le retour d'ge est souvent accompagn de iympton-.es inquietMU tels que; irritabilit, tat nerveux, mlancolie, poufles, de chaleur donnr.r.t rks maux 1 • %  • ;5 { •:• location. Prenez soin* de votre > a n t | : it I cet: priode ( dt que peut tre termine sans tnnuis, elle m suivi d'annes do parfait s .nt. La Composition Vgtale de Lyd'.a E. Pinkharaest pu. ticuliertmen*. adapte pour aider les femmes pendant 1 retour d'g. Son influence se fait sentir sur tout le systme mil tst renforci et elle aide la nature pendant lu longs mois de cette priode critique. Ce mdicament Ht prpar avec des herbes et racines mdicinale et M contient pis de narcotiques et drogges nuisibles. Son mrite eat prouve par des lettre* ..miUre a celle ci : Valpara-so, Chili, S. A.—" Pendant des annes J'ai souffert de retards et de douleurs lors de mc3 rgle accompagns de maux d'estomac. J'ai pris votre Composittoa Vgtale et les Pitlules poui le 1 oie de Lydia F. Pinkiiu pend.int trois mois. Je recommande votre mdicament I mes amieen raison des rsultats obtenus. Vous pouve publier ce tmoignage ."-PatOW A FLORIZ, calle CajJla U4, Valparaiso, Chili, S. A. Des Uttraa comme celle cl Inflivucent les fenmta • ewayer 1 Composition A&getale de Lvdia E. Rnkham r ALUMIIMUML1NE New-Orlans et Soulh American Sleampship C Inc. Prochains dparts directs n our rortva.Prince —Ilali r \SjS Chriiana laissera NewOrlans le Septembre$• Mobile le 1 directement pour Port au l'rinee. [A partir de cette dernire date 9 il y cura une occasion chaque quinze jour ) our les poris suivants : Car thuya ne, Porio, Lolombia, Curaao, Forto^Ca beUo,La Uuayra, Pointera-Pitre, Fort defrai.ce, hridyiown, Barbados, Port o/ Spam, ii initiait, Georgetown* i A. de ^iATTlS & Co Agints CCntaux llon Shoe Polish Company Ine. St tom voulu brotfgn hptau de VUS cauisur -. WHIJ k tt.( N AVKII uuj/ii.ithi Ikiuati ' uurtibk StVOtU ivu>t{ .u i.uLui $l la iuufi.m ut il %  iquk spkxaltmenipour M dams tl l S e>Ul<,n•?• j|) Ge J^JiV^Mft Agent pour Ham Avis iiiijMH-t i il La soussigne Directrice de 1E cole nalisnale Colb^rt Lochard d clare n'tHre pas la signataire de la protestation paru* au journal • 1.6 Courrier HaOien laaieM numro du 20 Aot et renouvelle M dclara tion parue dans le numro du mme journal Courrier Hatien dans son dition du 24 d t mme moi, s* % oir qu'elle ne signe par Anna Au ffustin mai bien Anna H. Augustin, gustiu mais ANNA H. ACCUS ugust STIN AUl Big Six 7 passagers, en paifait tat, ayant servi durant trs peu de temps k venire un prix trs raisonoable. S'adresser LPRtTZMANN ACGEHHOLM KM 11 Q i ii ^^ Bonne Nouvelle la ci fmYk Cordonnerie Ernaat Camille Fabricant de chaussures m toit' ijeiins Matriaux suprieurs Soins — promptitude — Clrit Granl'Riie pr* la Poste N 1722 La maison porte la connaissance du publie que — dans le lut de Faciliter et d'encourager B68 nombreux clients — elle accorde — partir du 1er Juillet 1923 une prime de une paire de chaussures au choix tout dtenteur de vingt tickets. lin consquence --„ on eat pri de rclamer un reu pour chaque achat au comptant. A la Conscience — telle est la devise de la maison. g_l_L JS-L ML Le utlui fond UltrArtl 1U07 l N MOU Port-aud'iince Lourde* t Dpartement 2-50 Etran^ar 3.00 Bt Postale: H8 llplivm Vit Bureauliu AnKticaine^tSS Disques Columbia Laa amateur de muaique sont avl ^f d d JJi arrive d'un aesortlment ^P^? u ri^id, prenant Fox trot/One *tep, lrln• J % de daaSue Cubaines, Valae ; tous le* "MW* eal g autre:] plua reclierohi et les plus la mode entre a SU ver Star Fox trot ,. rtf i.bv Fox trot in Rosetime ( When vve said 1ff**> Three Oolook in tlie, mornlng ( \ aise ,|, 1 lie Ciii maa ( Fox trot ) -i^-n Sixty seconds every minute d-oxtrot; To morrOVV mormiig Civil Ulues Pinsacola La liga de las Naclones (Meringue) Cuban dlirium ti Que volcinan tienne Carlota 1 A|1S troa< A part des machines C nd il mod *!f a 'uiipH** 1 ausJl des petites machines trs luantes a l tionnelement ibon marche. | ^S'adresser Vr r i£eet*mcnrAGGERBOt<* QUOI QU'ON DiSBj QUOI QU'ON FASSj k RUIB Qmm est i ef sera toujours le i .



PAGE 1

PROPRITAIRE lent Magloire BOIS VERNA R.O Ajaritaine 2Q CENTIMES Quotidien 'U n'est point donn chacun d'en Ire nous de fonder une re lifjion, de construire un empire, ni, blas d'lever une Camille. Nous poiivou s tous mourir une fourmi. Andr Lichtenberger 1ELEPU0M Mo 241 ANNE N 8098 PORT-AU-PRINCE (HATI ) M AUDI '. SEPTEMBRE 1W3 COUPS D E GRIFFE GENT .jancede l'argent cort, Nous aimons mieux is ne vo-ons pas enjtctuellcdansleinon^ spirituelle organise faire chec au pouvoir I, Nous vivons i.ne li'U_, La grandeur de l'csiwbjugue par l'excs i et de naissance ipie urindustrielle . _jsion d'un beau li; lis en ce moment IVIIi affligeante el la plus Itation ; il nous plait l'appuyer el de nous [communion d'ide et le iHec tous ceux qui jet|0terapsdes regards afliets: il n'est plus aii' ne force, l'argent, oce.l'argent.qu'une d'ailleursque 1 aboulisI d'une orientation n|bquelle depuis nombre liront tourns les peuirivilisation industrielle bute l'activit des hum |ktransformation de la iatrice de la richesse, Icomme inopportune, able, toute rucher. de l'esprit, defl'humanit livre aux les plus grossires, telle toute gnrosit Substituer qu'une am p culte : l'arg ni. La ilisatrice a l'ail le I rapidement propaon venait d'en haut, qu'elle lait nfaste; I dites dirigeantes ont Nple, les classes moVjvi. Une aristocrate de commerce, de •forme. Les grands Nie religion nouvelle JWlw termes magiques % %  es ont rpts avec %  t-us ont dit houille, %  i coton, ptrole , ils P trust, consortium . Ijouveaux temples, les f]t lev .les trnes, %  us ont assis des rois, LJ^nts mille lois que H M couronns, car ils L*J ,e u mains la vie ^millions le sujets blff 81 ^ ils ,venl ,eur F !" ^ ils l'ont autour gque dans les contiu, > la misre ou la .'["'tU'ils ont l'ait cole i!*2q uune f* rl J wie nagure prohe, ''^serait contente de kdu/ii Sl *' l;il "'e S?> s coquonap^"''.lesallaires, en ^C l n b ,en e ntendu, en (s7|g 1 ? e, i a 't,ai.trelois, t n*f, V ndail ,lu >n? e ^fn,onne U ; MIM ?'honneur tait [ ^w conscience. De nos jours et pour un trop grand nombre, l'honneur n'est plus qu'une navet du vieux temps; il s'agit de faire fortune et vite ; on achte un fonds trs cher et, quelques annes aprs, personne ne peut savoir quel prix norme on le revendra ; l'excrable mercantilisme risque de tuer toute pudeur et de braves gens qui ressentent encore quelque honte, s'ex cusent en disant : Que voulezvous, chacun l'ait ainsi? Beaucoup, par contre, ont l'orgueil de telles situations; ils (Muent impudemment leur insolente ortune ; on a pu se moquer d'eux un temps, ils sont mainte ant en plein triomphe ; on les a fustigs d'une expression svre : qui donc aujourd'hui en serait encore leur jeter ce terme dsuet de nouveau riche >; le nouveau riche, c'est tout ce qui a su gagner de l'argent: que les autres ramassent les me tes. Diploinalies,gouvernemenls. parlements ne dcident que d'argent, ne discutent que d'argent : n'apercevez vous pas, grandissant sans cesse et dominant la plante qu'elle crase lentement, la monstrueuse idole qui bientt crvera le ciel?... ARYS. Les superstitions populaires Paul Sals AVOCAT Recouvrements Commerciaux, Affaires l'Etranger. Correspondants;! Washing ton, New-York, Berlin, Londres, Paris. 17e BmRwKi/,Port-au Prince Tlphone ( J7 Ce Soir Reprise Parisiana des Fianailles de Homulus , comdie lo cale en deux actes, dont le mri'e est de plaire un public qui va la voir chaque fois qu'elle est porU'e sur l'afliehe. Pour vrifier ce que nous avan ona, on n'a qu' se rendre ds huit heures Parisiana, et l'on ne manquera pas de rOUS donner raison, heurt u\ que l'on sera de rire des facties de Pierrilus, le fameux doniestiquedenomulus... Entre gnral e : L'ne gourde. L'Institution de Mme Yves Bloncourt Quelques prcisions Quelques familles se sont inquites de savoir si Mine Yves C. Blon court ne s'intressait qu' l'ducation et l'instiuctioii des tout petits alin qu'il n'y ait pas d'quivoque Mme Uloncourt prcise q'olle ouvre un cours d'ducation o seront admis les enfants depuis l'Age de 3 ans. une section maternelle spciale fera fonde pour eux. Les garonnets pourront rester dans l'tablissement jusqu' dix tor| Des mthodes d'enseignement modernes prpareront comme par le pass le* jeunes tilles aux diffrent examen Certificat d'Etudes primaire, Brevet lmentaire, Brevet suprieur, (Suite et fin) C'el pour moi le moment de dire en toute franchise, eu girl ce qu'il m'a t donn d'observer en me In* .ut sur certaines tudes publies par dYminenU hailiens que la superstition |> ir elie*m ne est loin d'tre h plus rende, voire la grande ciuse de ltal do misre morale et physique 'le nos malheureux concitoyens i. et il m'est avis que le systme qui consiste h en nier I existence en certains mdeux res'e l'une des eeuses de la misera moraII et physique de nos classes leves >.. QutOt la qi Stion de savoir s'il faut conserver la religion catholique ou la remplace orneiellamenl par une autre, je n'eu dirai pasnn mot. Je crois qu'elle n'est pas de ma comptence et je me contente de savoir que n catholique je le suis encore. Par contre je continuerai soutnir que la superstition n'est ni populaire, ni bourgeoise, ni patricienne, • ni plbienne, ni africaine, ni asiatique, ni franaise, .. hatienne. Elle est humaine. Je suis persuad qu'elle existe dans tous les milieux, hailiens ou autres, et je suis d'autant plus autoris le dire, en ce qui nous concerne, que j'ai eu l'avantage d'entendre 'il individu, qui certainement, doit s'enorgueillir d'tre de l'u\e des hautes t'isws de notie .'OCit accuser de superstition sans ambages et sans h* silation aucune, tels autres confrres ou collgues menant le mme genre de vie. Quand, aprs cela, dans une lude approfondie, je lis sous la plume de que'qu'un dont le nom e>t prcd de la particule de noblesse franaise que la superstition n'eae de ce genre. Me scra-l-il permis, ['encontre de mon contradicteur de penserqu en tait d instinct comme le sentiment, l'homme est le mme partout M >n ingnieux coi tradicteur voudraiUil.au contraire, me faire croire, c >inme l'autre, que nous sommes des animaux part '.' Y aurait-il une superstition ou des superstitions pour la plbe, d'autres pour le [> trict-d, d'autres pour les blanc, d'autres pour les ngres et d'autres pour les j lunes '.' Je comprends aisment que les manifestations de la superstition dif feront d'un lieu un autre, mais la superstition elle-mme ne peut Mre que chose co mue 1 humanit toute entire, quelle que soit l'heure laquelle elle se montre et l'endroit o on la rencontre. Si nous vouons vraiment nous corriger de nos dfauts, s'il est rellement dans notre intention de dOUS voir tels (pie nous s mues, nous ne devons pas cfa -relier • nous tromper nous-mmes. Il ne faut pas que nous pei mettions de dire par exemple qu'il y a des classes en lliiti o on ne peut gure trouver trace de superstition. Quant la phrase qui tel mine le dernier paragr iphe de mon contradicteur, elle n'aura pas la vertu de me convertir, car j s ne me sens pis atteint du privilge des dmocrates transcendants qui entendent maintenir, a tort, une cloison, un obstacle infranchissable entre leur hutie clasS' et les couches inUr ur s de notre jeune nationalit. Au contraire tout ce qui touche, tout ce q. i frappe ou secoue un II litien, qu 1 qu'il soit, et simplement parce qu'il e-t hatien me pique et me remue. C'tst que je me mets a l'ide, que dans une natio i, les hautes classes, quand elles existent, ne peuvent tre que solidaires avec tes couches infrieures de leur bonheur ou de leur malheur. Et voil. FLL-X DIAMBOIS Epouvantable Catastrophe au Japai De DOmbrotlI volcans sont e i ruption. — L'Arsenal %  saut. — Deux Cent mille maisons ont brl. — Dtails navrants. — Sinistres sur sinislres. PAU SAN-FIL SAN FRANCISCO-— i-hami, o;i estime que 200.000 maisons ont brl. \ es dizaines de milliers de visiteurs sont sans iliri. i i.i dit que la il ilion naval 11 t emporte par un raa de mare ei loua les lui • de la narine • I fruits. Six Cents pei > m s ont t 11 tel dans rcroulement d'un tunnelLes voies terres, sur une disImtCfl de centaines de milles au nord d'Oanka ont t tordues occasionnant bien des accidents s ir le irafic dei chemins de ter. Nagosakl —Suivant Svisreue au jourd'liui les bureaux de la Banque du Japon ont t dtruits. Washington U gouvernement amricain a employ tous les moyens en son pouvoir pour \euii au\ secours du Jap >n. L'amiral An I i • M. rap porto M m plac toute la flotte du PacM que au service le la nation prouve. Les destroyers ont jet l'ancre au port de Yokohama chirgi de ntai caments et d'autres secours L'ami rai \n lersoe ssl occup bord du ••Chefoo'' nv?lre amiral en mme tem is que d'autres deitroyersplacs sur des points diffrents rtablir lescoinmunieat ons pirsans lil. Le Dpartement d'Etat es( sans non velles des bureaux diplomal .pies aine risains au .1 ipon et jus (u'ici a'a reu aucun mt de l'ambassade d'ici. s m Francisco — L'Empereur, l'Impratrice et le Prince Hdgentsont, parait i saufs bien que le Palais lui piial ait t en majeure '.partie dtruit. Londres -Le Corresponoant te w Lozaca Maniehi" a reu un cable aujourd'hui disant que I >ui les difies de qu dqne importane ide Tokle ont t reatersa ou braies en mme temps tous les bureaux de journaux S l'exception de ceux du '• Nichi Nicbi'' tous ont t dtruits. Osaka — Suivant rapport reu le vicomte \\\k ilia-Ui Premier tiran I mi nistre et vingt autres m mbres du SeiwaUii du parti du gouverne uent o t t tus samedi au cours dune confrence. Ua reprsentant de !,()• saktJiJi rapport' avoir rencontr un nombre considrable d'trangers suis abri a Hakon qui lui ont appris q ae plm de quarante tranger i ont trouv la mort. S\\ T FaRAcrs • — Suivant rapport reu du .lapon, un nouveau trem blement de [erre s'ost l'ait sentir Kayagori dtruisant compltement plus de cent maisons et endomma gant plus le quinze cents. Les der ni res nouvelles le Tokio et de Yo keh ima annoncml que le feu conti nue sou o-jvre de deitruction. Les reseaps du dsastre de Tokio qui n'ont pis t; troj) %  ri^ii-enient frap ps s'enfaient dans toutes les direc [Ions, les rues sont encombres de cadavres etjuiqu'ici il est impossible d'tablir un service convenable d'am balance. LIVKIII' ooi. — Les bas navales ja ponaise '( l\ >" ihura et VoKoUukaont t dtruilei par le tremblement d* terre suivant dpche reue par le Cons lat d'ici Un ra/ do mare a emport tous tel ponts (| ii avaient t b.lis sur la rivire qui traverse Tokio. IAII Hc Ait I m iDant/'s Rainaait AUX Directeur* dea Journaux */V.s \nnales G in % %  %  • '( )pinion Sationa 1 ', du Cap Hatien, Le U j t]i i ; / iriibonite, dei G m %  es. Portu-Priuce. le 1er Septcmbro 1013 M tasiear le Directs ir, Comni" rite d ixpriea es qu'ua h mime non prvenu, s'il e-t bru |uem ml par di journaux la fois, est le plus souvent dans l'irnpossibilit matriells


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06017
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 04, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06017

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PROPRITAIRE
lent Magloire
BOIS VERNA
r.o Ajaritaine
2Q CENTIMES
Quotidien
'U n'est point donn chacun
d'en Ire nous de fonder une re
lifjion, de construire un em-
pire, ni, blas d'lever une
Camille. Nous poiivou s tous
mourir une fourmi.
Andr Lichtenberger
1ELEPU0M Mo 241
ANNE N 8098
PORT-AU-PRINCE (HATI )
M AUDI '. SEPTEMBRE 1W3
COUPS DE GRIFFE
GENT
.jancede l'argent cor-
t, Nous aimons mieux
is ne vo-ons pas en-
jtctuellcdansleinon-
^ spirituelle organise
faire chec au pouvoir
I,Nous vivons i.ne li'U-
_, La grandeur de l'cs-
iwbjugue par l'excs
i et de naissance ipie
urindustrielle .
_jsion d'un beau li-
; lis en ce moment ivii-
i affligeante el la plus
Itation ; il nous plait
l'appuyer el de nous
[communion d'ide et le
iHec tous ceux qui jet-
|0terapsdes regards af-
liets: il n'est plus aii-
' ne force, l'argent,
oce.l'argent.qu'une
d'ailleursque 1 aboulis-
I d'une orientation n-
|bquelle depuis nombre
liront tourns les peu-
irivilisation industrielle
bute l'activit des hum
|ktransformation de la
iatrice de la richesse,
Icomme inopportune,
able, toute rucher-
. de l'esprit, de-
fl'humanit livre aux
les plus grossires,
telle toute gnrosit
Substituer qu'une am
p culte : l'arg ni. La
ilisatrice a l'ail le
I rapidement propa-
on venait d'en haut,
qu'elle lait nfaste;
I dites dirigeantes ont
Nple, les classes mo-
Vjvi. Une aristocra-
te de commerce, de
forme. Les grands
Nie religion nouvelle
JWlw termes magiques
es ont rpts avec
t-us ont dit houille,
i coton, ptrole , ils
P trust, consortium .
Ijouveaux temples, les
f]t lev .les trnes,
us ont assis des rois,
LJ^nts mille lois que
HM couronns, car ils
L*J ,eu mains la vie
^millions le sujets
blff81^ ils ,venl ,eur
F^ ils l'ont autour
gque dans les conti-
u,> la misre ou la
.'["'tU'ils ont l'ait cole
i!*2-quune f*rl J
wie nagure prohe,
''^serait contente de
kdu/ii Sl*' l;il"'e
S?>s coquonap-
^"''.lesallaires, en
^Clnb.,enentendu, en
(s7|g1?e,ia't,ai.trelois,
t n*f, V-ndail ,lu
>n?e^fn,onneU;
Mim ?'honneur tait
[ ^w conscience. De
nos jours et pour un trop grand
nombre, l'honneur n'est plus qu'-
une navet du vieux temps; il
s'agit de faire fortune et vite ; on
achte un fonds trs cher et, quel-
ques annes aprs, personne ne
peut savoir quel prix norme
on le revendra ; l'excrable mer-
cantilisme risque de tuer toute
pudeur et de braves gens qui res-
sentent encore quelque honte, s'ex
cusent en disant : Que voulez-
vous, chacun l'ait ainsi?
Beaucoup, par contre, ont l'or-
gueil de telles situations; ils (Mu-
ent impudemment leur insolente
ortune ; on a pu se moquer d'eux
un temps, ils sont mainte ant en
plein triomphe ; on les a fusti-
gs d'une expression svre : qui
donc aujourd'hui en serait en-
core leur jeter ce terme dsuet
de nouveau riche >; le nouveau
riche, c'est tout ce qui a su ga-
gner de l'argent: que les autres
ramassent les me tes.
Diploinalies,gouvernemenls. par-
lements ne dcident que d'argent,
ne discutent que d'argent : n'a-
percevez vous pas, grandissant
sans cesse et dominant la plante
qu'elle crase lentement, la mons-
trueuse idole qui bientt crvera
le ciel?...
ARYS.
Les superstitions populaires
Paul Sals
AVOCAT
Recouvrements Commerciaux,
Affaires l'Etranger.
Correspondants;! Washing
ton, New-York, Berlin,
Londres, Paris.
17e BmRwKi/,Port-au Prince
Tlphone (J7
Ce Soir
Reprise Parisiana des Fian-
ailles de Homulus , comdie lo
cale en deux actes, dont le mri'e
est de plaire un public qui va la
voir chaque fois qu'elle est porU'e
sur l'afliehe.
Pour vrifier ce que nous avan
ona, on n'a qu' se rendre ds
huit heures Parisiana, et l'on
ne manquera pas de rOUS donner
raison, heurt u\ que l'on sera de
rire des facties de Pierrilus, le
fameux doniestiquedenomulus...
Entre gnrale : L'ne gourde.
L'Institution de
Mme Yves Bloncourt
Quelques prcisions
Quelques familles se sont inqui-
tes de savoir si Mine Yves C. Blon
court ne s'intressait qu' l'duca-
tion et l'instiuctioii des tout petits
alin qu'il n'y ait pas d'quivoque
Mme Uloncourt prcise q'olle ouvre
un cours d'ducation o seront ad-
mis les enfants depuis l'Age de 3
ans. une section maternelle spciale
fera fonde pour eux.
Les garonnets pourront rester
dans l'tablissement jusqu' dix tor|
Des mthodes d'enseignement mo-
dernes prpareront comme par le
pass le* jeunes tilles aux diffrent
examen Certificat d'Etudes primai-
re, Brevet lmentaire, Brevet sup-
rieur,
(Suite et fin)
C'el pour moi le moment de dire
en toute franchise, eu girl ce
qu'il m'a t donn d'observer en
me In* .ut sur certaines tudes pu-
blies par dYminenU hailiens que
la superstition |> ir elie*m ne est
loin d'tre h plus rende, voire la
grande ciuse de ltal do misre
morale et physique 'le nos malheu-
reux concitoyens i. et il m'est avis
que le systme qui consiste h en nier
I existence en certains mdeux res'e
l'une des eeuses de la misera mora-
II et physique de nos classes le-
ves >..
QutOt la qi Stion de savoir s'il
faut conserver la religion catholique
ou la remplace orneiellamenl par
une autre, je n'eu dirai pasnn mot. Je
crois qu'elle n'est pas de ma comp-
tence et je me contente de savoir que
n catholique je le suis encore.
Par contre je continuerai sout-
nir que la superstition n'est ni po-
pulaire, ni bourgeoise, ni patricien-
ne, ni plbienne, ni africaine, ni
asiatique, ni franaise, .. hatienne.
Elle est humaine.
Je suis persuad qu'elle existe
dans tous les milieux, hailiens ou
autres, et je suis d'autant plus autori-
s le dire, en ce qui nous concerne,
que j'ai eu l'avantage d'entendre 'il
individu, qui certainement, doit s'e-
norgueillir d'tre de l'u\e des hautes
t'isws de notie .'OCit accuser de su-
perstition sans ambages et sans h*
silation aucune, tels autres confr-
res ou collgues menant le mme
genre de vie.
Quand, aprs cela, dans une lu-
de approfondie, je lis sous la plume
de que'qu'un dont le nom e>t prc-
d de la particule de noblesse fran-
aise que la superstition n'e un simple sujet d'amusement pour
des jeunes femmes fraches et roses
de la vieille Angleterre, ni pour d s
magistrats, des avocats, des mde-
cins, des officiers.* des monliin-,
des bords di la S ine. je me deman-
de, s'il est srieux de vouloir faire
croire qu'il y a en Hati de* classes
o on ne peol gure trouv.r Ira e de
superstition.
Certes, il faut peut-tre descendre
pour trouver le mal d'iocre, Us morts
quimbis et tes m.rtt invoyis, mais en
remontant on peut trouver sans cl
fort, la poule noire, le Irai; m rouge,
1 lit Albert, les bagues et chanes
montes, et antres ch >ae de ce genre.
Me scra-l-il permis, ['encontre
de mon contradicteur de penserqu en
tait d instinct comme le sentiment,
l'homme est le mme partout
M >n ingnieux coi tradicteur vou-
draiUil.au contraire, me faire croire,
c >inme l'autre, que nous sommes
des animaux part '.'
Y aurait-il une superstition ou des
superstitions pour la plbe, d'autres
pour le [> trict-d, d'autres pour les
blanc, d'autres pour les ngres et
d'autres pour les j lunes '.'
Je comprends aisment que les
manifestations de la superstition dif
feront d'un lieu un autre, mais la
superstition elle-mme ne peut Mre
que chose co mue 1 humanit tou-
te entire, quelle que soit l'heure
laquelle elle se montre et l'endroit
o on la rencontre.
Si nous vouons vraiment nous
corriger de nos dfauts, s'il est rel-
lement dans notre intention de dOUS
voir tels (pie nous s mues, nous ne
devons pas cfa -relier nous tromper
nous-mmes. Il ne faut pas que
nous pei mettions de dire par exem-
ple qu'il y a des classes en lliiti o
on ne peut gure trouver trace de su-
perstition.
Quant la phrase qui tel mine le
dernier paragr iphe de mon contra-
dicteur, elle n'aura pas la vertu de
me convertir, car j s ne me sens
pis atteint du privilge des dmo-
crates transcendants qui entendent
maintenir, a tort, une cloison, un
obstacle infranchissable entre leur
hutie clasS' et les couches inUr ur s de
notre jeune nationalit. Au contrai-
re tout ce qui touche, tout ce q. i
frappe ou secoue un II litien, qu 1
qu'il soit, et simplement parce qu'il
e-t hatien me pique et me remue.
C'tst que je me mets a l'ide, que
dans une natio i, les hautes classes,
quand elles existent, ne peuvent
tre que solidaires avec tes couches
infrieures de leur bonheur ou de
leur malheur. Et voil.
Fll-x DIAMBOIS
Epouvantable Catastrophe au Japai
De DOmbrotlI volcans sont e i ruption. L'Arsenal
saut. Deux Cent mille maisons ont brl. Dtails
navrants. Sinistres sur sinislres.
PAU SAN-FIL
San Francisco- i- au Japon est aflreusp et la souf-
france immense,rsultant du trem
blment de terre et de l'incendie
dont h nouvelle nous est parve-
nue hier.
Des navires nm'rie ins et an
niais ont re.u l'ordre de. m; i'm div
dans les ports japonais pour les
secours possibles,
L'Amiral Andersoni comman-
dant la Hotte asiatique amricain i
dclara avoir dj expJi cinq
destoyers sur tel lieux.
La loi martiale a t dcl u
Tokio et Yokohama.
De nombreux volcans sont en
irruption. A Tokio, le l'eu a pres-
que lOUl dtriit, y compris le
quartier dea finances et dea affai-
re. La rserve d'eau est puise.
L'Arsenal du '" 'uverneinent a
aut.
A Y-1 >hami, o;i estime que
200.000 maisons ont brl.
\ es dizaines de milliers de visi-
teurs sont sans iliri.
i i.i dit que la il ilion naval 11
t emporte par un raa de mare
ei loua les lui de la narine
I fruits.
Six Cents pei > m s ont t
11 tel dans rcroulement d'un tun-
nel-
Les voies terres, sur une dis-
ImtCfl de centaines de milles au
nord d'Oanka ont t tordues oc-
casionnant bien des accidents s ir
le irafic dei chemins de ter.
Nagosakl Suivant Svisreue au
jourd'liui les bureaux de la Banque
du Japon ont t dtruits.
Washington U gouvernement
amricain a employ tous les moyens
en son pouvoir pour \euii au\ secours
du Jap >n.
L'amiral An I i m. rap porto
M m plac toute la flotte du PacM
que au service le la nation prouve.
Les destroyers ont jet l'ancre au
port de Yokohama chirgi de ntai
caments et d'autres secours L'ami
rai \n lersoe ssl occup bord du
Chefoo'' nv?lre amiral en mme
tem is que d'autres deitroyersplacs
sur des points diffrents rtablir
lescoinmunieat ons pirsans lil. Le
Dpartement d'Etat es( sans non
velles des bureaux diplomal .pies aine
risains au .1 ipon et jus (u'ici a'a reu
aucun mt de l'ambassade d'ici.
s m Francisco L'Empereur,
l'Impratrice et le Prince Hdgentsont,
parait i saufs bien que le Palais lui
piial ait t en majeure '.partie d-
truit.
Londres -- Le Corresponoant te
wLozaca Maniehi" a reu un cable
aujourd'hui disant que I >ui les di-
fies de qu dqne importane ide Tokle
ont t reatersa ou braies en
mme temps tous les bureaux de
journaux S l'exception de ceux du
' Nichi Nicbi'' tous ont t dtruits.
Osaka Suivant rapport reu le
vicomte \\\k ilia-Ui Premier tiran I mi
nistre et vingt autres m mbres du
SeiwaUii du parti du gouverne uent
o t t tus samedi au cours dune
confrence. Ua reprsentant de !,()
saktJiJi rapport' avoir rencontr
un nombre considrable d'trangers
suis abri a Hakon qui lui ont appris
q ae plm de quarante tranger i ont
trouv la mort.
S\\t FaRAcrs Suivant rapport
reu du .lapon, un nouveau trem
blement de [erre s'ost l'ait sentir
Kayagori dtruisant compltement
plus de cent maisons et endomma
gant plus le quinze cents. Les der
ni res nouvelles le Tokio et de Yo
keh ima annoncml que le feu conti
nue sou o-jvre de deitruction. Les
reseaps du dsastre de Tokio qui
n'ont pis t; troj) ri^ii-enient frap
ps s'enfaient dans toutes les direc
[Ions, les rues sont encombres de
cadavres etjuiqu'ici il est impossible
d'tablir un service convenable d'am
balance.
Livkiii'ooi. Les bas navales ja
ponaise '( l\ >" ihura et VoKoUukaont
t dtruilei par le tremblement
d* terre suivant dpche reue par
le Cons lat d'ici Un ra/ do mare a
emport tous tel ponts (| ii avaient
t b.lis sur la rivire qui traverse
Tokio.
IAII
Hc Ait I m i- Dant/'s Rainaait
AUX
Directeur* dea Journaux
*/V.s \nnales G in '( )pinion
Sationa1 ', du Cap Hatien, Le
U j t]i i ; / iriibonite,
dei G m es.
Port- u-Priuce. le 1er Septcmbro
1013
M tasiear le Directs ir,
Comni" rite d ixpriea
es qu'ua h mime non prvenu, s'il
e-t bru |uem ml par di
journaux la fois, est le plus sou-
vent dans l'irnpossibilit matriells


LE ATI*

de rispoler du jour ta lendemain,
nul n'ignore par consquent que la
Presse aura le temps de rpandre
contre lui, par tout le Pays, les ca-
lomnies les plus audacieuses, avant
qu'il n'ait le temps de se dfendre.
Tel a t le procd employ
mon gard p;ir certains journalistes
de la Capitule, qui s'taient enten-
dus pour rpandre le bruit de l'exis
tence d'un l'ait scandaleux, quand
il s'agissait du fait le plus banal, le
plus ordinaire qui se puise conce
toir.
Eu effet, comme n'importe quel
aire individu, j'avais soumis la
r l). H. une rclamation relative
une crance contre l'Etat et remon
tant 1910 1911
Ma rclamation tait appuye sur
les documents administratifs les
lus authentiques constatant qu'en
910 11, l'Etal llaiticn t'tait recon
lui mon dbiteur, au point d'avoir
excut ses obligations en partie ;
il ne s'agissait s"inme toute que du
paiement du solde d'une crance non
conteste l'origine. Une lu 0.1).R.
h qui j'avais soumis l'allaue put
n l>prcier des choses passes, autre
intflt que les Gouvernements ton
t. mpoiains d'Antoine Simon et de
L< conte, je n'avais pas prjuger
i. mu' lella question ; mais ce qui
est certain, c'est que mon droit le
lui soumettre l'affaire tait sauf,
comme le sien de l'apprcier tait
entier.
Jusqu'ici, Monsieur le Directeur,
les hommes senss n,arrivent pas
comprendre comment le seul fait par
un Ministre en fonction, de soumet
lie la dcision souveraine d'un tri
bunal, une rclamation appuye sur
des titres authentiquai remontant a
une poque o il ne pouvait mme
pas avoir ta prtention d'tre mi nie
tre, puisse constituer soit un crime,
suit un dlit, boit une contravention!
Kh bien c'eut l la eouleuvre qu'on
a essaye de faire avaler au pubuc.
A unpluvcr de tels pioctdes, ou
ravale toutes le? causts.
.le dois vous dire, Monsieur le Di
recteur, que la cabale qui faisait
encore rage 41e 19 aoi 1923, nest
vanouie lu 30 *ot ds que
turent publies au journal "Le Matin
du 2 ai/iit. certains documents et
un article intitul : L'a peu de
calme, Messieurs .
Sous couvert de la prsente, je
rends la libert de vous adre s r,
lr le lJireileui,|quatre No du Ma
e;u, ou vous trouverez tous elaircii
dments sur ce qu'on voulait dcorer
tu nom de .--i .uni.le hameau .
Veuille/, agrer, Mr le Directeur,
lues salutations les plus distingues,
Aiumn RAMEAU, avocat
LE
*
1 1. Mp
New-York. Voici, suivant
Y United Press of America, quelle
sera Traiaemblableroent la politi-
que du nouveau prsident, M.
Coolidge :
1. Il t'opposera toute forme
d'adhsion les Etats-Unis la So-
cit des nations ;
2.11 sera partiian de l'adhsion
d3 l'Amrique la Cour de justice
iolernalioQule, tout eu spcifiant
qu'une telle a IhsiOQ ne signifia
eu rien une adhsion la hocil
des Nations;
3. h insist ra sur le payement
des dettes interallies sur des ba-
ses raisonnables ;
4. Il ne se mlera pas aux con-
troverses nes de l'occupation de
la Rhur ;
5. Il l'avoriser.i la reprise des re
lations diplomatique! avec le Mexi
que ;
0. H se prononcera en laveur
de la non-participation de l'As-
semble lgislative dam les tra-
vaux publi s, Dotarom ni en ce
qui concerne les voies terres et
ragricultnre :
7. 1! sera partisan de l'applica-
tion stricte de la lui de prohibi*
lion, l'ai" contre, ;l sera dlSDOI S
accord* raux navires trangers la
permission de transporter dei li-
gueurs pour les besoins du bord.
Achetez dans une picerie quelconque une boite de
R
BAKING POWDER
(Poudre Pte Royal ")
Absolument Pure
Essayez ajcurd'liui rnem. la recette suivante:
GTEAU DE CAF "ROYAL"
(Toute* les mesure* i r..'. iu de horj)
2 tasses de farine (230 gr >
y2 cuillere caf de 1*1 (2 gr.)
3 cuilleres bouclic Je sucre (42 y,r.)
4 cuilleres caf de Royal Baking
Powder (16 gr.)
2 cuilleres bouche .",. -eur-
re, saindoux, etc.) ( gr.)
*/3 de tasse de lait (:t, litre)
Tamisez et mlangez la farine, le sel,
le sucre et la Royal Baking Powder.
Ajoutez la graisse fondue et suffisam-
ment de lait pour obtenir une pte con-
sistante. Etendez-la sur une tourtire
beurre l'paisseur d'environ 1 cm.,
puis posez par dessus la couche suivant
la recette ci-aprs et faites cuire en-
viron 30 minutes four modr.
Couche Suprieure
bouche de farine (18
1
cuilleres
gr.)
cuillere bouche de cannelle
gr)
(7
3 cuilleres bouche de sucre (42
gr.)
3 cuilleres bouche de graisse
(beurre, saindoux, etc.) (42 gr.)
Mlangez la farine, la cannelle et le sucre. Ajoutez lgrement la graisse et
posez le tout d'une manire paisse sur la pte avant de la cuire.
Ce n'est qu'une d'un gran:! nombre de recette!, pour faire la maison des bis-
cuits, tartes, gteaux, etc., en employant de la Royal Baking Powder.
Employez toujours la Royal Baking Powder et vous verrez que dans bien des
cas vous pourrez supprimer des oeufs. Il suffira d'ajouter une cuillerte i caf
de Royal Baking Powder par oeuf omis.
ATTENTION !
Demandez toujours de la ROYAL BAKING POWDER, ce qui signifie
"Poudre Pte Royal." 11 ne suffit pas de mentionner seulement le mot
"ROYAL," vu les imitations qui existent sous ce nom. Sur l'tiquette de
chaque bote de ROYAL BAKING POWDER authentique vous trouverez
une reproduction de la mme bote et le mot "ROYAL." Rappelez ce dtail I
Notre reprsentant pour la Rpublique d'Hati:
Mr. J. S. Hoivat, Port-au-Prince.
Royal Caklng Powder Co., New York, N. Y.
En vente dans toutes les piceries
de Tomioka, Tokio, Y
les villes voisines dt ce
signales comme ayant
te du tremblement d (enT!
ai. La catastrophe i hjJjj
la ruine dans un moni,
le mille*. .]
TOKIO-La totalit
vies et dommages mi
hors de cette zone tfontu
core fixs. Toute Us
lions avec le Japon sont
terrompues l'exception
nouvelles qui parvieaneat
de Tomoka et des dpehr_
tentes du Japon ShtasUl
OSAhA- Le correap
Tokio l'agence Reuter
circonstances qui ont
Ustrophc : Ds le miUo"
heure un vent violent
temps tait nuageux il cb
di, un pouvantable In
de terre s'est produit sonij
autres secousses, les
oit partiellement joit to _
truits ; la population esti
maisonsj envahissant lei
parcs et les jardins. Dej|
intermitcnles ont t rea
qu'au coucher du soleil ;
dies ont clat lafoiii
ts ; les llammes pousses]
veut violent se sont rp
toutes les directions ;ili
siblc de les contrler, ,u
quait.
SHANGHAIlnradio_
lu station navale de Foi
que le ministre de la
nuise ne repond pas au
diographiques qui lui sorti
ce qui laisse craindre qu'il I
truit.
Opinion du colonel
sur l'occupation del
DUSSKLUUttF -AvaaU1
la Rhur, le colonel Owilej^
(I ur national de l'Amer
a dclar que son voyage I
re occup l'avait convai|J
1 Angleterre et l'AmriqlB
le courage de faire ce que
lement la France et UT
ne tarderait pas newi
questim.s de la Khur. fil
continua le colonel, qtt'ij
de se rveiller pour emp
magne de nous enlever i
avons achet si prciea
notre sang. Voil en penl
que je pense de la situ!
Khur. U dlgation de I
visit hier le port de KM
La France fatiiju>
de pi
ST PAUL- M. Faull
la cour d'appel de Par*
hier soir au diner clou
vention de 1' American I
tionque la France esta
tenir la Khur jusquace i
Par Cable
Nouvelles Etrangres
L'incident de Corlou
RME 1er septembre Il a t
annonc ofli> -tellement cet aprs mi-
di qu'il n'y a?aU rien devrai .dans
les nouvelles publies dans les pnys
trangers qn les troupes|Maliennes
avaient occupe les iles de |S*m<>< ou
de Crte. Ko gouvernement italien,
dans une dclaration seini officielle,
aujourd'hui, a blm les autorits
Srecques de Corlou pour le bomba r
ement d'hier. La dclaration dit
que l'amiral italien n'avait pas [ v
avant d'avoir donn aux autorits
grecques le temps ncessaire peur
l'aire vacuer la vieille forteresse par
les rfugis al autres civils. Celte
dclaration es alue 10 le nombre des
blesss.ll a t ncessaire, dit la d
claraliou.il"' ti"er avec des canons de
petit calibre contre la forteresse de
Corfou, par suite du n lus des au
toiils grecques d'arborer le drape-n
blanc aprs que les autorit! italien
ns leur eunnl demande de le faire
auivant les coutumes du lr >it inlt-r
national, et dix personi.os ont t
h i -sites dan- la rbHSfeea*. Les ila
liens ont occup les petites iles de
Puxos et d'Anlipaxos (lui font partie
du groupe des iles ioniennes dans le
voisinage de Corfm.
La Gice cl l'Italie devant
la Socit des Rlions
GrS.NtVF Ke conseil de la Soci
t ils nations a dcid aujouid nui
d'examiner le di 11 re ni llalo grec
mardi prochain lia exprime l'es-
poir (ju'en utttndant les deux paya
ne commenceront aucun acte de na
turc .i aggravir la situation. M. Sa
landra, reprsentant ilulien, a an
nonce ju'il n'avait reu aucune ius
(motion de son gouvernement et il a
demand que la session fut ajourne
jusqu' ce qu'il eut communiq"
avec Home : en attendant il a dit
qu'il voulait savoir si le conseil tait
comptent a s'occuper de cette ques
tion puisqu'elle tait dj devant le
conseil des ambassadeurs Paris.
M. Mussolini a tlgiaphi tou
les le-* puissances et la socit des
nations que l'occupation de Corfou
lai provisoire et h ministre italien
Aihnes b in loi me le gouverm m i,i
p ce que celte occupation ne ,\> v i il
paa tir ousidi -ouime un acte
noatl " et que la Grce deail s'abate
nir .le toute h i lilite. La Gre a
prot l aupr les puissances eon
lr' le boiuh.ii'tleinvnl d<. Curf u.Elle
dit nue les Italiens ont ouvert le feu
a 4 luures de l'aore midi alors i|ue
m;'gne paie,
La Francei
le Sme ultimatum ne devait expirer
qu' heures ; la Grce affirme
aus-i que Corfou n'tait pas fortifi ;
les dpches disent que le nombre
des personnes tues varient entre
dix et quinze.
Yokohama et Tokio
en flammes
SAN FRANCISCO- Un message
japonais Iransmis par la station ra
dio Diwaki la radio Corporation
de cette ville dit que Yokohama est
presque tout entier la proie des flam
mes la suite d'un tremblement de
terre ; les morts sont nombreux. Le
message est ainsi < >nu : La con
Qgralion Yokoh violent tremblement de terre qui
s'est produit aujourd'hui midi, la
ville presque toute entire est en feu
de nombreux accidents se sont pro
duits, les communications par cble
entre San Francisco et le Japon par
lignes normales sont interrompues
et le trafic est transmis via Shanghai
et Manille. Ce matin 9 heures et
demie le itadio Corporation a annon
ce que t ojtes |ps communications
avec le Japon taient interrompues.
D'aprs un message reu par la Ra
dio Corporation, 'Tokio est en flam
me- : beaucoup de maisons de la
ville s sont croul. ;, le systme de
c >n di*atfoo de l'e m est dtruit, les
pertes en vies huma.ries sont consi
drables et leslli.ines s'tendent
aux localits envit-o mantes.
pus tout ce qui lui Wldl
est fatigue de promes**]
rles, eesl une queiWJJ
de moi t pour elle eu"
vivre. Aucun franais
imprialistes, la rr. c
pas un pouce de terrai .
appartient pas mais tojj
Rhur comme uneJT
nous sommes determ
jusqu' ce que nous JJ
Le ministre franc*' J
cuer la Khur mainte na*
vers par l'opmioo p"W
L'ilalie n'accepter^
dcision de la r
nations
non confirms, Je* iy
occup les Iles de UJJ
mia. LaGree*^.
une nergique pWJ
le bombardcinent oe
Liens M. Mont*f*%
lianeus. igmiBi
talie, a m orme le
res trangre u* j.
ne reconnat pas
Ligue des nation* W|<
Jogrecnctuel.^
le cabinet grec*
Mds fondement,
prsident du
ment accepl
de coalition. -
l'incident italo
a- colonel Uo-UJ,
conseil, aux dt!*, ^
M '
conse\
la direc
loi
i
La ver'(
t;
Le dsastre lu Japon partntaujou
SAX FRVNCISC) t- D^aprsle M. 9onttlaS!el Jffil*
renseignements reus de Shanghai et minislrp ?
"^


a matin
1, population de h capihle
'23todment pein-c des moi
^JJwtou.l'crire le plus corn
^ 5c montre modY-
L devant l'atlilude ila-
ggjjffS Les lieux d'amus
lKlfci-nics depuis \tudre
,*ftiede deuil pour les victi-
djVrcsardernenl il*l"n. Les
iikiiioii tlgr; plnques avec
l'ont pas encore el rtablies,
Ignooielles arrivent par voies
tfrt^giie les llii'i -i -t- condui
BBt s'il existait un tint de
p,iieela Frce. Par exerrt/le,
(ferm le canal de (loi fou lu
llioi grecque, ils ont arrt un
0 pic IJrindisi et ont lii
tulre. Le prsident d 1 con
\t&tt l'intention du gouverne
ovrattendre la dcision d-_ la
tti Nations et s'abstenir de
Kkhostile envers l'Italie. Tous
mires italiens dans les \ orts
peuvent circuler librement.
ljinearproii(mce treize
ieours
US-M. Poinear'a prononc
llucours tant ici que dans de
filles voisines en se rendant
Met du centenaire d-lirnesl He
tbralit il a pari treize lois
tendant un quai t d heure,
laques remu-ques en rponse
lire orale ar qui avait parl
lui au banquet qui lui a t
UIN-UMlI
TOXIQUE, nECOmiTUAMT, FBRIFUSB
R*omiuan4
* Uni lea Mdfcinu
&rf
r.e
m
m
WM IAHC
isaBab
cas Je :
FAIBLESSE GLULE, MAN6UE o APPTIT
DBILIT, CONMUSCENCES, FIVRES
_OOWW c*. FA un
. mm
*~MM5wsK5a
tl
Sance du 31 Aoilt 1923
A lasany ] )| .,,, cwu ,a
Commission rendu Us nlences
suivantes .iv.nt de passer al'audiiioi
des alfure. aflichta su pUct de I au
dijnce.
Rclamation N > Si introduite
pir h. Vrl.irJet eoMistaot en une
ion du chancelier
leman
*CAHT Le chancelier
le dclar la runion
niants de l'industrie, des
fit du travail, que la restau
souverainet allemande
nHadmi.iisir.ilne alleman-
yhRIiur et la Jthnanie tait
on fundara i.tale pour que
ign ait lasMinince que le
(detuel sera rsolu sur la luse
conomiques produ tifs
Un l'Allemagne. Nous sora
r faire les plus, lourds
mais nous ne voulons li-
pMoaoe la libert du sol aile
jJiN' recomiiillra la
^ration sovitique
H^* Sui anl une note re-
FJjwrnement polonais par
"ment russe, la Cologne
JJ/ecoomitre la confdr
Pjque nouvelh-in ni l'onde
Mieies coalitions garanties
[M delligid des autres
fjwrva par tou.es les repu
'l'.Iunron. La note dernan-
r>iion d'organi er des mis
ws Churkost, Mi,lsk
Mec pleins pouvoirs diplo
*-t option de rapatrier les
fPNonw et le droit de pos
erres est sur le point d'
aux anciens propritai
H rests sur leurs terres
yrmiwion des connnunes
RP'e l'tabli,seineiit du
je nationalisation.
Mies Diverses
ET Le sous mai in ita
m"W dans le golfe Coume-
KlVapeur,ec^rgios
crjDcj contre l'gjal de 16.100 dol-
lar', mo itaot dv>s arrrages de la
subvention de 1 ux cnts dollan
par mois accorJe a 1 Th tre Pari-
sia-ia par contrat qui a pris lin der
oirement.
U Corn nission n'a pis fait droit
la demande du Conseil du Goa er
neme.it de rd lira la cr roc ; 11.
10 ) Ij lu-*, p0n- |a raison qa: s'il
est vrai q ie iss d.;u\ cents dollars
mensuels se il p >ur ie ix reprsenta
lions Ihlitraha p r mois, il n'y a
pis lieu d'carter les reprsen'ationi
appartenin! la culgirie de celles
qui ne soit moutiouujs dans le
contrat qu'a titre d'indication et
non de speideruon exclusive, d au
tant plus qud le Dparte nent d,; lin
teneur n'avait jam tu fait d objectb is
e recevant rgulire ueul el avant
chaque reprsentation, les dense car
tes d'entre da premire classe.
Mais la CoaunisaQ i dit q tant coaap Uenle qje pour les pirties
de h rclam itioa j isju'au Mil
1916. elle eoidimue 1*1 at pay r
au rclamant la soin ne de 300
dollars pour trois reprsentation*.
Sut 100 do;hri cash et 100 do.lars
en titre S'rie B.
Affaira en rvision dj Mr A. D-
Rameau.
Li Cou) n'sinrej .'lleljserili jus
non-fondes du m-moire qui lui a
' a lrjssi la date du 27 ao) p ir
Mr Hiim-.iu h sance du 29 aot pour l'aire
vabir ses explications, d.santqie
l'autorit doses eateaces n'est nul
lemjut diminue par ta uiodidcalion
de sa procdure permettant 1 sur rvi
HOO eu prs^a d un fut nouveau
prive au i h c muaisiaucd de ceux
q ii les avaient votes.
Statuant sji les t. ois p unis le la
lettre-mmoire, elle rejette larauon
dation 11 semence du 8 ao' sujette
rvision ; duine acte cepan luit h
Mr EUmsay di reirait par devant la
Com nission de si ('-rarme contre
l'fctit au titre de Secrtaire de la L
galion d'iltili Brus lies tant pjur
solde de frais de dplacement que
pour les indemnits de Juin el Juil-
les Cours
'J Dollar
Uvre
17.68
rhnailles
JJ^|Minioiiis.
ISS*01****
l^molon shoinbcPR
^entons ,,us smc-res
fe'Sdef^Vve
%"l0,l^ul I. a cet
*lu* iamilles prou-
Elels adirs
Je, sous-ign, dclare adir un r-
cpiss, No 753, qui a t dlivr
par la Commission Sunbour, en date
du 1er Fvrier 191 i, au nom de
Mme Veuve A. Soray, s'ltvant
la somme dsert cent on/e gourdes
quiranlc centimes. (0. 7ll.iOi.
Le dit rcpiss est dclar nul,
duplicata devant en tre dress.
i ort au Prince, le ' Seplbre 1023
Tlairiou IfOXESIR
Le so lasig i ' ma idataire des h-
ritiers t'.h. Franc Aine, l'ait savoir
tous ceux qu'il appartiendra qu'u-
ne reconnaissance de justice au .No
[\), l'levant f II '"'' ' emi en
faveur de Ch. Pranc Aine, ancien
juge du tribunal civil de Nippes, a
l adire et est dclare nul e. du-
plicata devant en tre rclam.
Port au Prince, M Aot 102J.
Mdric MOttO \.\
let lilll ; dit que les de x proposi
lions oonce< dans \c mmoire
n'ont aucun caractre n divisible : dit
qu'en raison du ret<. il de la rclama
tion, il n'v a pis lieu de poursui-
vre l'instr'ic'inn de la '-rusc ; annu-
le.en eons jueiice, ltinitivement. la
seoteo e du 8 aot ainsi que la pro
cinre la prcdant.
A 'a re No lu introdui'e par les
hritiers de Charles d'Aubignv, re
prsent-! en partie par Me lludi-
court. Crance du contrat d'claira
ge de lacmel prsente en Boas Pou
chard.
S ir la rserve de la rduction de
tout dro t d'mat, l'Etat est couda n
n piyer i la successiot de Char
les d Aub gny la somme de 711,s' dol
lars, mitai et iat.'s. S>:1 2418
cash et 'iOOO do'lan en titre Srie B.
Affaire Refmbol & Co oonstt*
tant en nn solde d sur eapi al de
la crance Pouclnrd, s'levaut &
8.806.39 centimes de doilar. et de3
intrts se chiffrant 4.00J dollars
30 cents.
S tus rserve du paiement dos droits
d'impt, l'Etal est aondamn pa-
y^r la somme de 11.890 dollars tl
d >nt 4.199 dollars cash el 8.00 ) en
titre Srie B.
Affaire No :28 intro luile par
Struher & i'.o el consistant en bons
sur crance Pouclnrd s'. 1 vaut
520 dollars, intrts 23 i do!. 18 ents.
L'Etal est condirnn p.v.r 74
dol. 81 dont 831.81 ca h et 500 en
titre Srie B.
Affaire Ci fada consistant en
une crance de 1.510 gourdes 28
cents pnrr arrrages de pension re-
montant 1914 et s'arrtent au 3
Mai 1916. Le rclamant es: appoint
rapporter le certificat au dparte-
ment des Pinances po ir dterminer
que le paiement de la pension a t
discontinu en 191 i.
R laimtion Lalanne fris Cr-
ance ds 638 gourde)! pour ui pentage
effectu pour l'Etat. Celui-ci est
condamn payer la valeur. S it
aprs c-inversion 127 dol ri i doit
7/ .0 l cash et HO dollars en litre S-
rie B.
Aaire- Dr J- J. Piancii et
consistant en une crsneede 546
dol. Le rclamant est appoint
prouver qu'il a t prlev un terrain
sur sa proprit pir l'Etal.
(.1 Suivre)
Les rcpisss aux Nos 319 et 1/0
dlivrs par la Commission Pe piiere,
faveu; M Paul, tant gares, ils
sont nuls duplicata devant lre dres-
s.
Port au Prince, le 8 Seplore 1023
J.BOIS
For sale
A wide and beautiful W ilton
carpet, quite new.
Si/.c II xl3 ft.
Applj to tlu office of Me Matin"
A vendre
I grande el belle carpelte neuve,
marque YYtilon dimensions 11x13
pieds. ,
S'adresser aux bureaux du "Matin"
favis BakiU] Fonder
(poudre d'Elvation)
Le meilleur Oaking
powder.
L'extrme snnriorilcj
Prix $ qualit dfiant toute
concurrence.
Lon R. Tbl.- iid
Agent exclusif pcar Haitt
F, 0. PIERGK Company
Maison tablie eu 18.7.
Peintures, Vernis,
Ocres de Joutes sortes
Supriorit MS PillX
Qualit et Prix, dfiant
toute concurrence.
Lon II. Tbbaud
Agent peur H ti
Lelin & ink9 lut
Fondo en 18"6
nptioril Ba prix Proropliluda
Tous produits chimiques, phormacetiUquas et autre
articles veudahles dans uno pharmacie.
I piecs, IN)i\re,4.:aniielle,Oirofle,Aiiis ctoilc, Ajusendsj
SUCR RAFjNE
Spcialit : Marque prive .ysol dsinfectant, Parfit-
merle Articles pour l.al.iers, lay Ruiu, Chocr.lat en pou
Ire, Huile de foie de Morue, Kmulsion Cold Cram, Ex-
traits pour faire essences et eau le toilette. Eau de Oui-
mue, 1 oudre contre 1; -; insectes, Solution pour conser-
veries fs frais. Lait de Magnsie, Poudre suprieure
pour a loilelte des enfants, tssence de fleurs, Eau Morida ---Miel pour la tahle, Moutarde, Huile d'Olive
pour la table, rosses dents, IN'ppermlnt, huile pour
chasser les moustiques et autres uiseclcs,llegulot: huile
contre constipations et douilles des intestins chronique
llie, (.ire pour les parqucIs.Comeslililes, lOlixirs, laiices
Sirops divers, Teintures diverses, Vins, etc, etc, ele
Demandez le catalogues des spcialits
Confiant VOS commandes LEHN & FINK, lue: vous
serez absolument satisfaits
nJt'ch;asSTtv^w^!ies "uw*fwroifteU*
Lon II 1 hbauii
fc____ Agent exclusif pour llaiti
Grande Liquidation
Umk k CordSiieria.
Ll maison NICO AS C'ORDASCO. s se Rue lionne Foi. prs de la R0..
du do
do do
do do
do do
Chevreau r'?;e noir o yo 1 oo j.jo
Chtvreau jaune 1,2/ 1,40
Clous brequche dits gignitie* la caisse de loo li/res
do jaune fer
do ta'on de ter
La:eis rouies coaienrs la fOMI
Clous jijoe cuivre
Tiraai la pice de 10 tunes
Cirage pour soulei biaocs la gro'.e
Futaie pour ch usures, la pa-.te
Talon en bois Louis XV la douzaine
Oeilltb U boi-e de iovo ro:Jr!f^ lot'eurs
At-athe bouton la boit: de icoo
Montes noir pour sou urs, la boite a grosses
Coaieaui suptri-.ur
G.
100,00
ion,on
70.00
IO.oo
175.00
2,50
70,00
IO.OO
i8,co
3.SO
1.80
Jt5
2CO


#*
LfctMATlK

/

entrites;

un
a
1(5; ~


L/^.

Poudre
Idale
Beauc
du Teint
n
th& a
.
Impalpable, adhrent*, d'un parfum
dlicat, conserve la fracheur de la
jeunesse, embellit, efface tes rides
donne un teint de lys
foudr l>.rvl'iv ibljnchf. chair, roc Mturtl, ro^r pour brun
mcM dir. nchalftMMi -Cjraiael.....
THndriy Eu Irioatly
Ll'l Tdeiy lon l.in.i. i>
? Firdd'Oum iioifi
rr cuira mMM
Mkv ARY-S s. Rdc
Vaillant A llouet Agents Gnraux
1720 Rua du Magasin da l'Etat

t -n
PLUS POISSANi MloLiriQOEl
Brtl'n..-......"' ' '"f*
i ' *0 ,ir
'ANIOUOI. INTERNE
4.-. '' """<" -*
S**''"" "''" "' -->'"*" "r'"
Panama Railroad
Steamship imo
Ut/ tGt.W.ClGoiP ;t
atte t ^> l'or h- \>n JeL'W-
lobal, Canal Zoo l< Septcm e
1923 au lieu du 3 Septembre
1928.
Les permis tftmbirqueraenl se
pont dlivrs pour le fret a dwtl
nation de New-York et de porto
europens sur la demande laite a
l'Agence "-.
Le Gorgsi partira H lus
du matin le mme jour pour
New-York directement
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
119, Hu Bml'it-Ar.totnt
PARIS
C'EST t I MEILLEUR
DES .'V.'.' Al IFS



S
?
-al
e>
PORT' / PKINCO
A1HETHU8; ricie ALBERTO!
Ph.rmkn du i>- Juti" VIARD
t IO"f" ! bo'ine PharmaniM.
71-
r
l'ge f^:^:- ''^
critiouejj
L'afce critique dan
la vie d'une femme
est gnrallement
entre 45 et 55 ans.Le
retour d'ge est sou-
vent accompagn de
iympton-.es inquiet-
MU tels que; irri-
tabilit, tat nerveux,
mlancolie, poufles,
de chaleur don-
nr.r.t rks maux
1 ;5 { :
location.
Prenez soin*
de votre
> a n t | :
it I cet: pri-
ode ( dt que peut tre termine sans tnnuis, elle m suivi
d'annes do parfait s .nt.
La Composition Vgtale de Lyd'.a E. Pinkharaest pu.
ticuliertmen*. adapte pour aider les femmes pendant 1
retour d'g. Son influence se fait sentir sur tout le sys-
tme mil tst renforci et elle aide la nature pendant lu
longs mois de cette priode critique. Ce mdicament Ht
prpar avec des herbes et racines mdicinale et M con-
tient pis de narcotiques et drogges nuisibles.
Son mrite eat prouve par des lettre* ..miUre
a celle ci :
Valpara-so, Chili, S. A." Pendant des annes J'ai souf-
fert de retards et de douleurs lors de mc3 rgle accom-
pagns de maux d'estomac. J'ai pris votre Composittoa
Vgtale et les Pitlules poui le 1 oie de Lydia F. Pinkiiu
pend.int trois mois. Je recommande votre mdicament I
mes amie- en raison des rsultats obtenus. Vous pouve
publier ce tmoignage ."-PatOWa Floriz, calle CajJla
U4, Valparaiso, Chili, S. A.
Des Uttraa comme celle cl Inflivucent les fenmta
ewayer 1
Composition A&getale
. de Lvdia E. Rnkham
r
ALUMIIMUML1NE
New-Orlans et Soulh
American Sleampship
C Inc.
Prochains dparts directs nour
rortva.Prince Ilali
r\SjS Chriiana laissera NewOrlans le
Septembre$ Mobile le 1 directement
pour Port au l'rinee.
[A partir de cette dernire date9 il y
cura une occasion chaque quinze jour
) our les poris suivants : Car thuya ne,
Porio, Lolombia, Curaao, Forto^Ca
beUo,La Uuayra, Pointera-Pitre, Fort
defrai.ce, hridyiown, Barbados, Port
o/ Spam, ii initiait, Georgetown*
i A. de ^iATTlS & Co
Agints CCntaux
llon Shoe Polish
Company Ine.
St tom voulu brotfgn hptau de vus cauisur
-. whij ktt.(N avkii uuj/ii.ithi Ikiuati ' uurtibk
StVOtU ivu>t{ .u i.uLui $l la iuufi.m ut il
iquk spkxaltmenipour M dams tl lSe>Ul<,n klU Lige la peau des chaussures contre Ibumtdtli et la tkW.
Lt't Ttntnltent leur soubles.e et comtve leur brillant
UmatuitK la mut au* MCNUGRAM. c'est la millw de toutes >?
j|) Ge J^JiV^Mft Agent pour Ham
Avis iiiijMH-t i il
La soussigne Directrice de 1E
cole nalisnale Colb^rt Lochard d
clare n'tHre pas la signataire de la
protestation paru* au journal 1.6
Courrier HaOien laaieM numro
du 20 Aot et renouvelle M dclara
tion parue dans le numro du mme
journal Courrier Hatien dans son
dition du 24 d t mme moi, s*
?oir qu'elle ne signe par Anna Au
ffustin mai bien Anna H. Augustin,
gustiu mais
Anna H. ACCUS
ugust
STIN
AUl
Big Six
7 passagers, en paifait tat, ayant
servi durant trs peu de temps k
venire un prix trs raisonoable.
S'adresser
L- PRtTZMANN ACGEHHOLM
Km 11 Q i ii
^^
Bonne Nouvelle
la ci
fmYk
Cordonnerie
Ernaat Camille
Fabricant de chaussures
m toit' ijeiins
Matriaux suprieurs
Soins promptitude Clrit
Granl'Riie pr* la Poste N 1722
La maison porte la connais-
sance du publie que dans le
lut de Faciliter et d'encourager
B68 nombreux clients elle ac-
corde partir du 1er Juillet
1923 une prime de une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de vingt tickets.
lin consquence -- on eat pri
de rclamer un reu pour chaque
achat au comptant.
A la Conscience telle est la
devise de la maison.
g_l_L JS-L-_______ 'ML
Le utlui
fond UltrArtl 1U07
l n MOU
Port-aud'iince Lourde* t
Dpartement 2-50
Etran^ar 3.00
Bt Postale: H8
llplivm Vit
Bureau- liu AnKticaine^tSS
Disques Columbia
Laa amateur de muaique sont avl^f dd* JJi
arrive d'un aesortlment ^P^?uri^id,
prenant Fox trot/One *tep, lrln J% de daa-
Sue Cubaines, Valae ; tous le* "MW*ealg autre:]
plua reclierohi et les plus la mode entre a
SU ver Star Fox trot ,.rtfi.bv Fox trot
in Rosetime ( When vve said 1ff**>
Three Oolook in tlie, mornlng ( \ aise ,|,
1 lie Ciii maa ( Fox trot ) -i^-n
Sixty seconds every minute d-oxtrot;
To morrOVV mormiig
Civil Ulues
Pinsacola
La liga de las Naclones (Meringue)
Cuban dlirium ti
Que volcinan tienne
Carlota 1 A|1S troa<
A part des machines C,"ndilmod*!fa'uiipH**1
ausJl des petites machines trs luantes a l
tionnelement ibon marche.
| ^S'adresser
Vrrieet*mcnrAGGERBOt<*
QUOI QU'ON DiSBj
QUOI QU'ON FASSj
k Ruib Qmm est
i
ef sera toujours le i
.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM