<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN |roi %  caus une impression lavora HARKISHIRC — Le Couvernciir Pinchot H soumis aux reprsentants des mineurs d'anthracite el des eom pagoiei runis en confrence la pro position d'un accord stipulant une augmentation de sabires de dix pour cent, la reconnaissance de la jour ne de Luit heure* pour tous les eut plovb, et la reconnaissance de lu Dion par les compagnies. XORIO— Le baroo loto a accept le portefeoi'le des affaires trange res dans le cabinet Vamamoto. Les Court .NKW YORK 20 Francs Slerlin P.MUS 30 Do'lar Livre NKW YO K 30 Franc'; Sterling La races I7.M i.55 17.77 80.96 17 73 .5178 Un fait nouveau, qui mrite d'tre %  mis connu. Le service d Hygine, Sont le Dr Laoiog eel la nedanels Dpartement du Mord, se port, tous les diman. lies, au secours de nos l ri .„, s de la campagne. Le Dr Lava lui mme tantt dan? Nous lisons dam le Quetidien de t'aris Deux jeunes hommes, avocats et journalistes, se prsentaient dernirement, pour souper, dans un tablissement de Montmartre, dont 1 enseigne rappelle la fois la Rome antique et. •• Toulouse. Comme ils s'taient sss'.s devant une tabla le grant s'avana, et dsignant l'un d'eux, un avocat la Cour, au visage du plus beau noir, leur tint ce petit discours : — Messieurs, je regrette de ne pouvoir vous servir, mais l'tablissment est frquente* par des Amricains, et comme Monsieur est ngre n'est-ce pas ".'... Cette tirade destine sauver, une fois de plus, le Capitole, lut accueillie par ."• %  s bues. El il faut le dire a l'honneur le nombreux clients qui se trouvaient l. ils sortirent avec le ngre, et laisrent le grant libre d'attendre les Amricains dans la salle dserte. Il serait vraiment scandaleux que de pareilles morars pussent s'acclimater en France. Clauses laonniques Communiqu Il nous revient qui la tenue pour les lections du Vnrable a la lies. Loge "La Vrit" No 17 est dfinitivement fixe au Dimanche 2 Sep tembre prochain a 8 heures prcises du matin. Deux candidats sont en prsence : Le Vnrable actuel Mr. Jh. Hordes et notre trs distingu frre Ernest Camille. Nous recominan Ions Spcialement a nos trs chers frres le trs cher frre Krnest Camille. En foule donc frres Dimanche La Vrit". For sale A wide and beautiful *UU carpet, quite new. P Si/e 11x13 ft „ Applytothe office of" Me Matin A vendre 1 grande et belle carpette neuve marque NVillon dimensions II x IJ P S'adresser aux bureaux du • Malin'' gin al. Il v a la grands preteri,** qui pse sur les feuille anUr** au 10 aot 1000. Me Mathou a rpliqu qiiillaa n'uni inmuic ,.,. i ni _— --—-r .— n „ s net des rgions del province o a ,.. ............ ' l'Houe qm feuilles n'ont jamais pass pu. cune commission, parieque Horn Line Le S/S • Henri llom ^venant de Hambourg, via Curaao, est attendu Port-au Prince le 2 Sep tembre. Il repartira le lendemain 3 Septembre pour St-Marc, Puer to-Plata et l'Europe, prenant fret Pour plus amples renseigne* mats* prire de s'adressera OLOFFSON, LUCAS &C, Aaenh gnraux %  contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMES SUISSES dDELORT. Pharmacien, it'J %  '•••> Snirt-Autoinm C'EST IE MEILLEUR DBS PURGATIFS AW PFTHIW P. .r m -c. AI.BF.RTIMI A S du DJu.lin VIARU et ot'-r'• liomiff ninri-nnc. nui si boni Lon, I IgBO tantt dans l'autre. Le lr un llailien, son adjoint, part son ele, l'ait aussi, chaque dimanche, si visite la paroisse qui lui .si confie. Le Dr Potion Coles, „„ autre Hatien, attach la Grande Rivire, rail bnficier les bours de ce vaste arrondissement de la visite hyginique mensuelle, o il met toute son .'une. C'est au presbytre que descendit .-es Messieurs! c'est dans une salle du presbytre qu'ils installent leur clinique; c'est au presbytre au'ils ont un dpt de pharmacie. taBOD t UmM Sianee du 29 lont t093 aujourd'hui la maison d'Orange, et avec elle toute la Hollande et ses vastes colonies des d:ux Hmisphres 60 nmmorent un vuemeut doublement heureQi : celui del oaissanca de Sa Majest la Heine \\ illielmina, et du 85HM anniversaire de son couronnement. Ne en 1880, dix ans avant la qu'ils ont un dpt de m { dc 9le pre lU illaume dont lo prtre, aprs leur dpart, est mo j rj^ ^ ^ ^ 1. seul dispensaire jusqu prsent. Wj J ^ Son aven ment au trne fat ft ave't des pompes inusites, et la Capitale du Royaume pendant trois jours assista au dfil des dbitions v nues de tous les coins du pensantjusqu MU. les CarS les reoivent cordialement, comme dweonfrere. Ce sont des confires, en eflet. des collaborateurs prcieux et puissants. Sans s'en douter, ou du inoins ans viser ce bat, les Docteurs frappent un coup efficace au cœur d un de nos plus gran Iflant, Il superstition. Les foules viennent eux, et si tous ne s'en retournent pas guris, beaucoup sont soulags par leurs conseils el leurs renie tes. Ceci lave nos populations rurales dune accusation (loulou les accable tant : ils sont d'une superstition incurable. Non. voyez, oc qui se passe, et demande/ vous pourquoi i s vo il au bocor. Que v mutent il ? Ils aont malades, ils oui des parents malades, des animaux m.il.i les, us veulent la gurisoo. N'ayant pas l autre moyen, Us vont su bocor, souvent avec une grande rpugnance, et non tans se sentir humilies. Posios que la superstition n'est pour noi frres infortuos, en masse, quun ur moyen de >'• Visons arracher la superstition, us venant en tre dlivrs, mus donnons leur autre cliose a la plaie. {Hulleii.iM\ D de l>A*$omptm). Du Incident la flace GiilIVanl Un iieidenl a su \^ nisr •' |; place Gaffrardi sutro Mr Daalder, Consul Gnral des Pays Bas el un ,:;ipil un-. h l Occupation Ain.ricaine, propos de curculaUon autoniobile. M. Da ilil-'idonne cette affaire des suites diplomatiques. -*• Me loberl lUrck Chevalier d'Orauge Nassau monde p uir rendre h )inmage celle que Jean II imeau appelle --Mijesl frle et blonde". La Heine Wiibelmina a connu au cours de son jubil toutes les motions que donnent la joie et| la do ileur, et l'heure de l'action elle a su toujours observer la note juste qui convenait, quel que fat le peu chant de s.>n cœur. C'est d'abord Djtn PAUL, le Pr aident octognaire du Transveal dont les revers d'armes rveillent eu son aOM tuile U sympathie royale envers ce petit peuple 1 jintain qui parle sa Un^ueetgarde jalousement les traditions de ses anctres de U >1 lande. St dans un lan qui est com me une excuse d'une mre pour n'a voir p i vott au scours de sou enfant que l'on assomme, elle offre au vieillard prouv un asile paisi ble au foyer paternel. Puis vint ce Tribunal de la Paix, o dans la srnit et le pacifisme les nations devaient chercher la SO luiion de tous leurs conflits, ce tribunal que le malheureux Czar avait coiu;u m i s qui ne pt cepen tant pargner k PBurops les dsastres vcus. Ce Palais dont la nngnilicen ce et la gnrosit du philantrope CARNEGIE dota la Cmitais de son roysums lit oonfsr§sr vers elle les regards du monde entier. \ cette occasion et la suggeeti m de Gor don Bsnnett un concours fut ouvert par le NJW York Herald pour exalter en no pome Immortel celle dont la sagesse et les grandes erlusciviques allaient inspirer les travaux des Con frences. Ce fut a Jean il.uneau, dont les belles penses exprimaient mieux l'admiration universelle pour la pe lile Heine que le lurv avait dcern son p.ix d'honneur. Qac\ meilleur hommage, en effet, quand il dit : *0h Itvine de Vingt am, majest irl el b\ >nde> Voue n'avez qu'une MrJ. Daalder Jr.. consul gnral dcw Pays Baa, nous annonsaeus par dpcha du ministre des Relations ^^t:t;,I;.::;l;!il::; ,, ^ ;.. v•nI ^^-rii*--*-I nmissiou, -MI dpit 'les irrgularits dans lesquell a U K* vr.iison d M eftets a t fTdu' 1 >*et conlrant que \% il iiepsutpn s'enrichir au dtriment d autrui, condamne oelui ' payer la rclaminte pour les parties de U crance qu'elle a pujustinar la somme de 2.127 dollars W ns ont souscrits p.ir le Gouvernement Initiea B. Rivire. \l 1 Ndii a rpliqu qu'il avait promis de prouver que c'tait pour des fournitures de charbon de terre.Kien de plus. Et c'est ce q i'il a fait. Me Matlion a dit qu'au lo id la crance existe, que le Conseil ne conteste pas sa lgitimit et qu'il a conclu II rduction de la rclainiiioa 121.000 dollars au lieu de ii )i 1.000 dollars. La cause est entendue. Affaira No 103 Introduite par Aiexi 1 Ire Poujol et consistant en une crince de 1663 gourdes comme atfcacn au Dpartement des Relations Extrieurs • Me mg. li;aux demande le paiement de la crance qui est rgulire, si 11 l'onction n'a pas t 1> 1 IgtalN Me '.orviigton dit qu'aprs le contrle des effets qui ont t viss rguliremsnt, le Conseil retire sa dni ni le de rejet. Li cause est enlenilue. Aifaire No l!>7 introduise par II. 111 1— Me Etienne Mallion dit av iir contrl les feuilles d'appoin* te.n-uts avec le Conseil et il croit l ie leur montant esl juste. Me Corvington demande le rejet des Feuilles antrieures au 16 aoft l et dit que pour les autres on doit attendre l'expiration du dlai, paiceaiie prsentes sur simple oriblicit arrive difticilsment La Commission se rserva dt ^ trlcr si les effets ont t entsak par la Commission Sambountifc. suite fait enregistrer quelefj n'a pas fait tat de forclusion, les elfets postrieurs au 16 aot | La eause est entendus. Affaire No 20G introduite pi nellement par Clment TOUHSIL, consistant en une crance de t^ de retenue sur ses appointes comme inspecteur du service d 1 rage lectrique. Le rclamant a prsent leepL comptables et prie la Commissios retenir toule k pice concero reconnaissance. Me Montas a dclarTqued les conclusions tires des pie. Conseil demande le rejet de II ance. atlen lu qu'une reconnu ce a t dlivre. C'esl a Mr ment Toussaint prsenter a connaissance, seule caoaDle" 1 ger la responsabilit de l'Elit. La Commission, vu les d lions trs claires du rclamu^ rserve de prendre une I "" aprs l'expiration du dlai production des rclamatiosi. J. Daalder jr Iteprsentaiii de la CuraaeH din^ Company, a le plaisir d'si cer'au public qu'il vient de lesl E ur le dernier buleau liollaor eurre de cuisine Hollandais MOI LIN dj bien connu e ll ci par les familles. Port-au-Prince, ce 31 AoflsJ Oui; Ecole de Madame Blonc Ma lame Yves Bloncourt diplme de l'Kcole Normal*! •ailles, r 1 ilicatdaptitutesj ail rildl* (1 II giijues oi\r<;. une '.lindernellequisi( me te.npsuiie cole primai L'tabli-sMiient se trouijr K lde lui. 'eau et de Dou > fdcedeUriMnnirieCaolajj vr.i 1-s e .liais, garwsstlSj 'Sge de 3 ans. L:s fami.les auront tou.el lion en confiant leur eofaaj Bloncourt qui est une sp mrite bien de voir sesprea' vices utiliss. Hoiumatje au Lii'tiliMiatit Calixlj L'artiste hmal Valsatio; li musique de I' major de n "* u "V"i." iiisl merie poursuivant to iJJ compositions vient dcris^ vellemaivli.ialitulejWJ taire., iii'il addie au L* KCalixte pour son dveji la mu iq.e du Palais J ranl.oflbiers.AUpsrJJ apris-miii-'auralocca^ eTr P e l meiSleure^W| vou Lieutenant q l a "L l'estime de^ cssnboraoss^ Panama HaiNa* StaannwpJ lobai, Canal Zoj ** '• \[)& au lieu du -J l9 Llperu. lS d 'embar rontdi^imur^Wj nation d'-V'VSSntsH europens sur la '^"^ DrJJ IlIRUBOllgiSB De* '-l''"^ fel Ches & du ^y fl,|,,



PAGE 1

Colora Hau Sleamship Ceronaiv' Fin LE;M A riN fac, paiy Itittamnr TIARACOA venaH iir~* ^ tr .t rf, V-,,, o.i (>e8(o „ eMrfu( p w .Prince /e .* Siptembre eo rant il 9mari;ra te m ne jour pour Kimton iiisXri i a co om6< *— Pf r '* d S d M* /tendu Por te 7 m •oiil.fA M.,,-, hiu ,w!.:: omi 'i"Joi. w mmm re Remises homme. LA v t BIRE Si t*, s^l. ^} SC*:. •.. ;*; ." %  h MOfrrn >.'u U BIRE FRONTENAC ^ be parfaite, d'un bouque. savoura detoeuse e, de la mim /ora J£ fa guerre. £*** da, tous Ies meh ef RoT E T L NAC T, ^ "TE "UGE.boisson saine et savoureuse BLEUE ."^.."IQUETT. SR K£ 22?* d e re saveur de via PMSedeUne FRONTENAC BREWERIES, LTD. Montral ^SSSpSSffiS • %  Nie un.;.; mi "u S* Wri: j,> cra vous ~-* m* pijllel deTracce es Bonne-Foi et du Quai gibier f i |Se r '''! '^a;n ( |nir el ,,C l ivre Andouillettea aux L a •"OUZTZ '" hon %  %  G as8ou,et rjn, or* auxel d > cham na,nljres cofertaWM. Migniqiii v U(3 < ; Si vous avez eu froid Pour viter un rhume, Pendant le rhume | Pour viter ne grippe, prtmz quelques Comprima de RHODINE USINES du RHNE" ananreti>upow^ Agenqonram pour Hait. Eflet adir ~~ Jk soussign, dclare adir un rctpus \o S4, mua t dlivr Efe '^"jm'^'on Stmhour, sous la ^'•^ %  emliriltfll, e „ faveur de Mme Veuve I). Liaulaud. s'levanlsix cent Irentegourdes (630.) Uette pice qui est inscrite tapage o du rapport de la dite Commis %  ion est dclare nulle, duplicata devant en tra rclam. Port au Pries, 1 i juillet 1913 0. LIAI AL'j Mr Prcy S. Dul.uisson, Inspecteur* des Lcoles de la Circonscription de Mirehalais, dclare nuls les rcpisss ci -ipr iti-signss, mis en sa faveur par la Commission Fquiere, qui sont adirs et qu'il n'a point n;ocis m charg personne d.ngocier : Rcpiss No. F 291, accusant la somme de P. 139.2' Rcpiss No || io,;, accusanl la somme de P. 59.10 Rcpiss No H 407, accusai la somme de P. 1^(J Rcpiss No H 530, ; accusant la somme de P. 131.88 • Me Llio Malebranche, avo cet, est charg le taire tous actes conservatoires des droits du soussign el de requrir duplicata des susdits IK i pisse. Mirehalais. 14 Aot 1923 P. S. DUBUKSSON. ^^prsentante illaiti oo„rT ' ort --l rinee MoatreJ, Canada P"r Ioiie Lleopatra toliannne grande 'arpor mile Hepse .Noir fleuri pour quimono •abardma blanche V oile fle ur g Diableowotforl carreau Voile non barres sois JLrepoo da sois f| eur l essor siarquiaette Isuns I Goures • > • i • •. • • ii • • .•a i t I i %  ,1 •l •. Il i > t ].;;;;;• ::-'oK"e ) bouIJe.tliire(;.:;.0() MO ^.3 1,75 a, 75 a. 71 ,75 l.U 1.75 ^,00 S.00 4,00 l,0 I.Tg C' 5 0 S| 4,2 'oniamda lf


PAGE 1

It [IUATIH W-1 URO Rhumatismes Nvralgie Goutte Gravelle Artrlo Sclrose Obs la rbtttn ' • j ...' %  .• %  '• • ri: i. %  > v,ii >.-•'! I • ' ii -i%  • ''' d'ueid >r en i on •: n %  %  % % %  i liKKean'Mi p'inr' %  IT.I-" ••• „: il! ti "'"•,-„;.. !tW-l %  If* la >#r. < !. | M r'r. fmii Uns 1 .). on ii thOAi lui %  Util '• "• % %  '. %  !•}•. <1 •• l'I i %  .->. ...i' rro :• tl '"' ' gKI >if'n %  n i— i* • •es . . !• I I r -*i r OIALIR(' Mm I ilHnl < i i"' %  I Lirr :o s %  %  1 Vaillant & llouet Agonis Cnra u* 172 0 Rae d u Mag asin 4a rftrt HAlUiY vend BAILBY aelte Plit mil Srrrerce PotftW Miel en bou'eille N( ii d vu i a Rtptdca Amidon llui'e de llicio Vtez noie voir, noie aaroiu qaelqte choei' d'iotn tant v(U3 air-. E, PAILEY ei Co 1715 Rce du Magasin de l'Etut Port-au Pucce |Poie Pistacte l'tencbe dAcejod Planche de c: ire Cite f T;l>ec ALUMINUM UNE New-Orlans el South American Sleainpship C Inc. Prochains d^^rts Mtl n our l'or au-l'rioce — Hati 5iS Chritiana laissera New Orlans le 9 Septembre $ Mobile le 11 directement pour Port au L'tinte. A partir de cette dernire date, il y aura une occasion chaque quinze jours pour le ports fuivants : Carthagne, Porto, GolomM* f Curaio, J'orto-Ca beilo 9 L a Guayra, Pointe -P tre % Fort d+france, lir dgtown, Barbados, Forf o/ Spaitl, Irinidad, Georgetown. A. de 1TTE1S & Co Agents Centraux l>01llyi atmaUial u MMapaf :ct| Globules Kcb iud kUaultata n> '.oUlaux. mirprn mti nrtinc J roui M'**--l> > ..xw:8u .ft.oioS'tO m iia lut 1AMMniBB. 3. BM •*•• Martir. !>•'. Phaiiaeeie W.BliCH—Port-auPiim-e Nous portons la eonnaieeeoee des Directeurs et des Directrices de toutes les cole* de la Rpublique, qu'ils trouveront a la Librairie de Mme Viard, Hue du Centre, le Htgislre d'appel, prvu et rendu obligatoire par la loi du '.i Septembre 1912. Ils trouveront galement & la mme Librairie, le Carnet Scolaire dont l'introduction a t autorise dan toutes les c des primaires et de mitemps. (Instructions ministr elle* des 18 et 2.1 Juin 1923 ) Les instituteurs de la Province doivent s'em presser de taire leur cora mande pendant les grandes v icances. Trop faible pour travailler; La vie courante des femmes n'est souvent qu'un travail incessant. Combien plus ardut est la tache quand des malaises particuliers leur sexe rendent chaque mouvement pnible. Le systme nerveux est drang et la vie est loin d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans cette situation devraient profiter de l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Lisez Ce Que Cette Femme Dit Manianillo, Oriente, Cuba.—" J'tais anmique et tout frais lors de BCta rgles. Ces douleur me foraient souvent rester au lit. I.cs douleurs, toujours dans le bas ventre, taient quel .jaefois aigus, quelquefois sourdes et je vomissais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre ans avant de faire connaissance par l'entremise d'un far. icult de votrj Composition Vgtale de Lydia F., l'inkham. ]• l'ai prise avec complte W.isfaction et je me fais un plaisir de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de mme iinlaise."— Si ta. VARINA MILAN, C aile de Caridid, 4, Ha&SanUlo, Oriente, Cuba. LM fpin.nca ouTrnnK m ne devraient pas faire d'eitatl m>b 'lulveiit ioblstvr pour la Composition Ve dtale L de Lydia E.Pmkkam dm rA• .rzagac Fullon ShoePolitb Company lue. 1 Seiv*\ork '\ .Si wtu voulez trottgi U pian i vos tbimaur %  >. VQki VQUlH Uit,u un li; luiii lutuur.l t( Uuti.bh Si VWM VOUU la cvulta tt la toakm dt >(t ibuuuuia [•in.iani lom'hifbi, tntioya lu ftf|M MOSOGRAM. habnquk ibaaltmintpur M dams et Us^ntUmen dutobUu, Lllf protvf la peau des COUSSWiS iont>el bumnUl tt la tbaln&. BfV 'tflrttuni leur subksu et conurv leur brillant. ', la manut VUNOGRAM c tst la meilleur dt toutes Ut ma/ivt (jeo. i :JEA]S$tiMb< ^^i pour HaM 7 passager*, en paifait tat, ayant servi durant tr* peu de temps >•' n Ire un prix trs raisonnable. S'adresser a L PRETZM\NN AGCEHHOLM Rue d* Quai P %  i il i ——w— Bonne Nouvelle Cordonnerie Ernest Camill** Fabricant de dhaumtft en tous genres Mat''iaux suprieurs Soins — promptitude Clrit Grand'Rue prs la Poste N 1722 La maison porte la connaitlance du public que — dans le but de faciliter et d'encourager ses nombreux client! --elle accorde— partir du 1er Juillet 1923 une prime de une paire de chaussures au choix tout dtenteur de Vingt tickets. En co sijuence on est pri de rclainrr un reu pour chaque achat au comptant. A la Conscience -telle est la devise de la maison. Les arr Disques Columbla es amateurs de musiques sont avl .^f_ d ( JiBqtt* 1 arrive d'un assortiment complet de 1/! idad 1*i prenant Vax trot/One step, Mrlntiue I r^ ^ Sue Cubaines, Valse ; tous t es inorc au plus recherchs et les plus a la mode entre Silver Star Fox trot .; oX ;trO* tn Itosetime ( Wheii vve said ooil-by ) i t Three Oclock In tha mornintj ( N aise The Uiiines ( Fox trot ) Sixty seconda every minute (loxtroi; To morrovv inorning EWU Blues Pituacnta ... ..„, La liga de las Nacionos (Meringue ) Caban dlirium Qtlt volcinan tienne Cartota I" IS |ro A part des machines gi-and modle, > ^ aussV des petites machines trs levantes a uiip lionnaleinent bon marcli. *^^tm0n*rAMKB#g\ Rue du 0t.l


PAGE 1

jHECTEUB PROPRITAIRE 1MP11MEIR Clment Magloire BOIS VERNA \US Hue Amricaine WM1RO 20 C ENTIME8 Quotidien Pendant les meilleures annes na rie, j'ai esmpt les lieuresdii jour par celles du |. ; vail, dissipant sans cesse pour l'nnge d'autrui ce que la natun; et IVr.ule m'ont donn d'Itauilet et de science. GAULEE ELBPHOXU No 242 Mme ANNE N 809J f onr.AU.pRINGE(HAmj LE TOURNANT VENDREDI 34 AOUT 1023 i nous crivions ici que tout pour le mieux dans le meilkdes mondes, on ne manquepMdem'aplulir sous les hues Sarcasmes les plus violents. I de plumes crivent le conte! expriment l'ide que nous ^iis une crise exceptionI grave,—dans l'panouis! du rgime actuel, — que "lions i.n peu pour ex ques. ant, voyons un peu les Jet rendons-nous compte si, nnitive, la situation actuelle i correspond une crise ltat normal. il qui la distingue parti%  I, c'est le rgime de la bODcie I-Jl.-i ,-t 1 occupa•.territoire par les forces "mes. ijuement, un D.a n'a pas fffmtervenir dans les allai'autre; encore moins aWu y intervenir arm. 11 "J* de bien givuids efforts [ : uader que, en droit,nos ^ ont raison le protester m qu'il y a violation 11aJJJPnncii.eiulerualioiial. %  wnstanco qu e nous som*ment faibles au regard %%  Unis renforce la position ares en donnant la Jpnale hatienne une ap* martyre et d'humilie. milieux, le minimum de ce qu'un gouverneunntet un pouvoir publie a pour devoir de fairefaut-il fouiller bien loin lans notre pass pour montrer que nous n avons jamais ou presque jamais connu l'ordre financier et administratif, „j | a ,, nx I)L S pue8 que nous n'avons jamais eu le police organise lans le vrai sens m mot, mais seulement des tentatives dorganisation vite comi.ro mises par notre instabilit endmique ; que notre march conoinique a toujours t dmoralis ; que nous circulions difficilement ia d P te dans toutes les Gdt er el vc,,lr us lliciter des pro BJautaiit nous relion i '' cl 'eant; "? Prolonge tende onnn*"" aula nt de f* saurait nier. 11.7 'u ie supjWwpfocdsh. Il en rsulte que nous pouvons (lire que si, en principe, !e rgime sous lequel vil actuellement le pavs, est un rgime anormal et inacceptable pour tout pays en voie de progrs et susceptible le raliser par lui-mme son propre dveloppement, en fait, en pratique, ce rgime, tout anormal qu il soit internalionalement.nous a doed un ordre de chose par leque Halo a dsormais une attitude dcente matrielle aux yeux de la civilisation. L'Allemagne occupe a le droit el le devoir de protester au nom, non seulement .lu nationalisme. mais encore, mais surtout au nom de la civilisation : car c'esl un pavs civilise extrmement, o tomes les tares sociales sont en pleine organisation ; et qui, sous le rapport de la civilisation et du dveloppement matriel, peut en remontrer presque toutes les nations du globe, l'exception peuttre des Etats I ms L, l'occupation n est qu'un abus de la force. Ici, malheur.us,ment, nous ne protestons et nous ne pouvons protester qu'au nom, certes respectable, convoitises, d'un rire dont, toute, elle Irissonin. de la I unie au talon, comme aile rire de ses lvres lui avait gagn tout le corps, ea une ondoyante et rapide contagion. Elle riait. Elle riait, sans ce.--'. — De quoi ? ','ue sais-je-. E:le riait de tout. D'un rien. Lie rim. Elle riait, comme il -die avait l, au emur, quelque douleur obsl Jante dont elle souhiltait iein. die les geignements sous la grle de cristal qui p'euvait des ses lvrescar, voyez-vous, ce rire tatt trop so BON pour tre l'HCce.it de la joie et trop prodigue pour Ira la voix du Bonheur. Nouvelles Etrangres Inciuration du corpa d'an prince PAR1S3-Le Maharajah Oickwar de Baroda, esl ail odn demain : l a rii " 'l s'occupera les prpara 1 is les ronrailles de son lils le pria ce Shrimat Wdshingiro Gackwar. Le corps du prin.v sera Incinr van oredl et tai cendres envoyes aux Indes. Ici rparations sont dmon lies au gouvernement grec ROME-. r, e gouvernement italien demande des exclues formelles de la part du gouvernement grec el une in I imnit de SO millions de lires et les honneurs rendre & la llolte italienne au Pire eu raison de assassinai d s cinq membres Maliens chargs de la mission de d limiter la frontire gft'coatbanaiee qm a eu heu lundi prs de J mina en Albanie. Legouvaraam;nt italien deminde agilement la pmrsuile des t'i".s reap insablei d • ce ciima. Un rapport ofciol sur ce massacre a t envoy au conseil des amhas-a dears par le secrtaire gnral del commission de dlimitation del ""''.'i'gre libanaise. Les mem fn s Iranvn's et an-'ais actuellement dms les montagnes sur la frontire nord, ont t informs de cet assassinat. tout an mtal qui porte six mitrail* leuses et deux fusill mitrailleur tir rapide, des sacs de nlo nb et de s.Me, mimant un total do tifi.ooo livres ont t placs sur les ailes, autres poi ls gaux ont t mis lur I -autres parti s de l'appareil pour dterminer la possibilit de se main tenir an bonne tonne une grande vitesse i des altitudes trs leves. Ce grau I appareil a quatre moteurs de 2i() chevaux peut porter du com hustihle pour 7 heures la vitesse de ll milles l'heure. Dissidence propos de la Croix longe PARIS Les accusations portes SU congrs de la croix rouge interna tionale i (Jenl , que la croil muge amricaine chercha au mo\en de sa puissance financire k dominer l'on vie de hj rroix rouge dans | e monda "ilier, oui amen une rupture qui, au dire des dlgus amricains, ne •aurait tre pare que si | s ac usa tiens sont retires, i, s iccusations sont contenues dans le rapport sur les ngociations entames pair la fus! -n de la croix rouge internationale avec les ligues des socits de la c oix n.uge. le communitmo a vea; d'aprs le colonel HaskelJ Les demandes Italiennes ne %  m pus acceptables, dit M. Gonal.is ATHENES—Il JGouatas, Premier ministre, a dclar aux rapraantan's de la presse que toutes les de mandes du gouvernement italien ne sont pas acceptables. Quelques-unes Seront accordes, le gouvernement grec demandera une modification pour les autres. L Italie a demand une rponse dans les 2i heures L amituS de l'imrimie pour la France n'a pas ebang. dclarale gnral (onraud LE HAVRE Le gnral (iouraud est arriv en excallnta sant par le paquebot ..France... Aprs un long sj.mr aux Etats Unis, il est convain eu que l'amiti de l'Amrique pour la France esl au.-, i profonde que ie la t p ndant la guerre. kt pourtant, si nous voulons que le tournant o nous sommes actuellement produise les effets heureux, mme au point de vue "i reri, eev*!i L ue rc de I10lre nationalisme, — il im^ k c olla ,,0,lr por,e dc L considrer sous l'an '" %  que nous exposons. C'est quoi nous convions sincrement nus lecteurs patriotes. ^i::? \ moiti SeiTut 1 ? rd e aux [NVW Plans conK^nent, l' on ^ ^ ^ les ^ S ui umrer et J aa tous les Varits Ce soir La Tosca Entre gnrale 0.50 cents. Parisiaoa DIMANCHE 9me et lOme pisodes de L'Aiglooe Entre : 1 gourde balcon : i gourdes Il BELLE FlW n dou moi par IM PILULES ORIENTALES le MUIM qal ili'rfluporul, rtlf-rmlMt. MMIteiTln MlM eflo compta que le premier del ehemenl arn?era k Marseille vers le 13 septembre ; l'vacuation de la pari des franais sera termine dans 6 aemalnes environ, On nouveau modle d'aroplane on mtal M .IISEI ,L Les i mettono de •'•vialion ,i>e ont termin une srie d'pr. uves de rsistance sur un nous eau modle d'aroplaue W\SdLVi;n,\_ I.communisme .st t ii en Itussie et le paya est en voie de rsurrection a dclar ie eolonel rluakall, directeur du bureau des secours amricains en Rus se .lans .m rapport qu'il vient .J'Hdrasser .'. M. Hoover, secrtaire du commerce el prsident du comit de secours. I.e gouvernement Hovilijue, dit le colonel, semble tre soli dment lahli -ans qu'on puisse en trevoir la poaaibilil d'un succs cou tre la rvolution. L'volu.ion russe Sera lente bien que les rutes sellor cent d'augmenter la capacit indus Il mile. Ledenres alimentaires y sont moins ebres qu'aux Etala Unis L la plus grande partie des importe lions el des exportations se lont avec l'Allemagne. Des aflectations du cuirass Colorado Ni;\\ YORK— Le cuirass Golo rado • le la marine amricaine, uni t navale la plus Importants qui existe et qui reprsenta \me dpensa de 27 millions dc dollars, sera mis en service aojonrd hui dans les chu tiers maritimes de la c .New Yoik Sbip Building Corporation Cam dm ( New Joisey ). Vne ville ltruite par un incendie F..)\ST\XnN()PLK-L,villede Sariyari, alina sur t.; Bosphore i I k.l .inl'c> de Constantinople. a ' dtruite hier soir par nu jnoen aie ; 700 maBoni ont t dtruites, l'incendie a dur s heures, las per l so .1 estimes 8 millions de li vrcs turques. Nouvelles Diverses MADRID-Le roi d'E* r me a pris une mesura de clm i du chef de rce taire .; Malaga i cute.Get hommeavai pu le conseil de • /*.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06014
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, August 31, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06014

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jHECTEUB PROPRITAIRE
1MP11MEIR
Clment Magloire
BOIS VERNA
\US Hue Amricaine
WM1RO 20CENTIME8
Quotidien
Pendant les meilleures annes
na rie, j'ai esmpt les lieu-
resdii jour par celles du |.;,
vail, dissipant sans cesse pour
l'nnge d'autrui ce que la natu-
n; et IVr.ule m'ont donn d'Ita-
uilet et de science.
GAULEE
ELBPHOXU No 242
Mme ANNE N 809j
f,onr.AU.pRINGE(HAmj
LE TOURNANT
VENDREDI 34 AOUT 1023
i nous crivions ici que tout
pour le mieux dans le meil-
kdes mondes, on ne manque-
pMdem'aplulir sous les hues
Sarcasmes les plus violents.
I de plumes crivent le con-
te! expriment l'ide que nous
^iis une crise exception-
I grave,dans l'panouis-
! du rgime actuel, que
"lions i.n peu pour ex
ques.
ant, voyons un peu les
Jet rendons-nous compte si,
nnitive, la situation actuelle
i correspond une crise
ltat normal.
il qui la distingue parti-
I, c'est le rgime de la
bODcie I-Jl.-i ,-t 1 occupa-
.territoire par les forces
"mes.
ijuement, un D.a n'a pas
fffmtervenir dans les allai-
'autre; encore moins a-
Wu y intervenir arm. 11
, "J* de bien givuids efforts
[:uader que, en droit,nos
^ ont raison le protester
m qu'il y a violation 11a-
JJJPnncii.eiulerualioiial.
wnstanco que nous som-
*ment faibles au regard
?Unis renforce la position
ares en donnant la
Jpnale hatienne une ap-
* martyre et d'humilie.
milieux, le minimum de ce qu'un
gouverneunntet un pouvoir pu-
blie a pour devoir de faire-
faut-il fouiller bien loin lans
notre pass pour montrer que
nous n avons jamais ou presque
jamais connu l'ordre financier et
administratif, j |a ,, nx i)l,s pue8 .
que nous n'avons jamais eu le
police organise lans le vrai sens
m mot, mais seulement des ten-
tatives dorganisation vite comi.ro
mises par notre instabilit end-
mique ; que notre march cono-
inique a toujours t dmoralis ;
que nous circulions difficilement
tais mme d'une rue l'autre ~
autant par manque de scurit
lue pari absence d'une voirie in-
telligente et honnte?
Or, nous le rptons, ce sont l
les rsultats minima que tout
groupement humain a le droit
il exiger de ceux qui le irauvei-
nent et l'administrent
Petits Pome*
SES RIRES...
Par Cable
llkUS
^concevable que nous
avons une Ame de ra-
inons de voirie
fe telle situation. Il y
1 quelques compensa-
tSSS-c !'ordre fina-
yat.1, la paix mat-
Pohce organise, une
icaln inos .'"oy-'ns le
5JJ la stabilit dans
^aonoll(,(les> ia d
P te dans toutes les
Gdt er el vc,,lr liions mme pas au-
W par certaines ,.
tjue no"s n'ayons pas
P>us lliciter des pro
BJautaiit nous re-
lion i ''cl'eant;
"? Prolonge tende
onnn*"" aulant de
f* saurait nier.
11.7 'u ie sup-
jWwpfocdsh.
Il en rsulte que nous pouvons
(lire que si, en principe, !e rgime
sous lequel vil actuellement le
pavs, est un rgime anormal et
inacceptable pour tout pays en
voie de progrs et susceptible le
raliser par lui-mme son propre
dveloppement, - en fait, en pra-
tique, ce rgime, tout anormal
qu il soit internalionalement.nous
a doed un ordre de chose par le-
que Halo a dsormais une attitu-
de dcente matrielle aux yeux de
la civilisation.
L'Allemagne occupe a le droit
el le devoir de protester au nom,
non seulement .lu nationalisme.
mais encore, mais surtout au nom
de la civilisation : car c'esl un pavs
civilise extrmement, o tomes
les tares sociales sont en pleine
organisation ; et qui, sous le rap-
port de la civilisation et du dve-
loppement matriel, peut en re-
montrer presque toutes les na-
tions du globe, l'exception peut-
tre des Etats I ms L, l'occupa-
tion n est qu'un abus de la force.
Ici, malheur.us,ment, nous ne
protestons et nous ne pouvons
protester qu'au nom, certes res-
pectable, pouvoir lui associer la civilisation.
Bien plus, nous sommes rduits
8 Un tal tel qu'en faisant du na-
tionalisme, qui tend essentielle-
ment nous ramener vers le sys
tine antrieur l'intervention
amricaine, nous avons toutes
les apparences d'agir contre l'im-
plantation de la civilisation dans
le pays.
I'-Jlc riait.
Elle riait sans cesse, d'un lire Ira
cassant, casca lanf, onvuUif, qui
heurtait le silence comme d-a h lies
Je porcelaine que i ,i grnerait
dans une cuve d<- m te.
Comme elle riaif, ma chre
De pioi.'
D, tout D,. rien.
Ch ique fo s .p.'un mot, du bord
dmo, lvre, allait s'envoler vers
elle elle en coagulait l'lan d'une
douch de cristal, l'crasiif contre
ma bouche .les notes de son rire,
le faisait rintgrer mon Ame, tMon-
n. dcourag.
Seul tait assez grand le silence
pour contenir le dbordement de ton
nre qui, sans trve, jaillissait de ses
lvres, comme l'aigre l'opale flexi-
oie dont sa panache le bavardne
d'un jet d'eau. 6
Ce qu'elle riait, ma .hre!
Je ne me saurons pas d'une se-
cond..- qui. durant I heure que nous
ayons vcue prs d'elle, n'ait pu
rsonn de lu gamme sautillante oui
giclai' de s, Drobe, comme si une
main infatigableel i geureuie. espri
malt tout ce noello avait i l'ara de
po sibitil -le bonbenr.
Elle riait de tout
Ella riait de rien.
Tenez.- je hi ,,! IcIamHanco-
ne enclose dam les \ nu que l'on ai-
nuaui tout premiers i i m lesajau-
naaae et que les isstms ont mi
notre me.
Elle partit ,|M ,j , ,,,., jreni(1|
qui hl tremblai la p iite main avec
quoi elle rviit de lY'oaiT r sur ses
lvres.
Je lui parlai d'amour, d'un amour
dou.oure.ix qui avait fait un paquet
de hel et une gerbe de blessures d'un
c.i-ur que j avais cohimi jadis onreux
et lorl
E 11 s'eaclaffj de rire, d'un rire qui
mtamorphosa sa boucha n un cria
de perles ollert toutes )e> convoi-
tises, d'un rire dont, toute, elle Iris-
sonin. de la I unie au talon, comme
aile rire de ses lvres lui avait gagn
tout le corps, ea une ondoyante et
rapide contagion.
Elle riait.
Elle riait, sans ce.--'.
De quoi ?
','ue sais-je-.
E:le riait de tout.
D'un rien. Lie rim.
Elle riait, comme il -die avait l,
au emur, quelque douleur obsl
Jante dont elle souhiltait iein.
die les geignements sous la grle de
cristal qui p'euvait des ses lvres-
car, voyez-vous, ce rire tatt trop so
BON pour tre l'HCce.it de la joie et
trop prodigue pour Ira la voix du
Bonheur.
Nouvelles Etrangres
Inciuration du corpa d'an
prince
PAR1S3-Le Maharajah Oick-
war de Baroda, esl ail odn demain
:l "a,rii " 'l s'occupera les prpara
1 is les ronrailles de son lils le pria
ce Shrimat Wdshingiro Gackwar.
Le corps du prin.v sera Incinr van
oredl et tai cendres envoyes aux
Indes.
Ici rparations sont dmon
lies au gouvernement grec
ROME-. r,e gouvernement italien
demande des exclues formelles de
la part du gouvernement grec el une
in I imnit de SO millions de lires et
les honneurs rendre & la llolte
italienne au Pire eu raison de
assassinai d s cinq membres
Maliens chargs de la mission de d
limiter la frontire gft'coatbanaiee
qm a eu heu lundi prs de J mina
en Albanie. Legouvaraam;nt italien
deminde agilement la pmrsuile des
t'i".s reap insablei d ce ciima. Un
rapport ofciol sur ce massacre a
t envoy au conseil des amhas-a
dears par le secrtaire gnral del
commission de dlimitation del
""''.'i'- gre libanaise. Les mem
fn s Iranvn's et an-'ais actuellement
dms les montagnes sur la frontire
nord, ont t informs de cet assas-
sinat.
tout an mtal qui porte six mitrail*
leuses et deux fusill mitrailleur
tir rapide, des sacs de nlo nb et de
s.Me, mimant un total do tifi.ooo
livres ont t placs sur les ailes,
autres poi ls gaux ont t mis lur
I-autres parti s de l'appareil pour
dterminer la possibilit de se main
tenir an bonne tonne une grande
vitesse i des altitudes trs leves.
Ce grau I appareil a quatre moteurs
de 2i() chevaux peut porter du com
hustihle pour 7 heures la vitesse
de ll milles l'heure.
Dissidence propos de la
Croix longe
PARIS Les accusations portes
SU congrs de la croix rouge interna
tionale i (Jenl , que la croil muge
amricaine chercha au mo\en de sa
puissance financire k dominer l'on
vie de hj rroix rouge dans |e monda
"ilier, oui amen une rupture qui,
au dire des dlgus amricains, ne
aurait tre pare que si | s ac usa
tiens sont retires, i, s iccusations
sont contenues dans le rapport sur
les ngociations entames pair la
fus! -n de la croix rouge internatio-
nale avec les ligues des socits de
la c oix n.uge.
le communitmo a vea;
d'aprs le colonel HaskelJ
Les demandes Italiennes ne
m pus acceptables, dit
M. Gonal.is
ATHENESIl JGouatas, Premier
ministre, a dclar aux rapraan-
tan's de la presse que toutes les de
mandes du gouvernement italien ne
sont pas acceptables. Quelques-unes
Seront accordes, le gouvernement
grec demandera une modification
pour les autres. L Italie a demand
une rponse dans les 2i heures
L amituS de l'imrimie pour
la France n'a pas ebang.
dclarale gnral (onraud
LE HAVRE Le gnral (iouraud
est arriv en excallnta sant par le
paquebot ..France... Aprs un long
sj.mr aux Etats Unis, il est convain
eu que l'amiti de l'Amrique pour
la France esl au.-, i profonde que ie
la t p ndant la guerre.
kt pourtant, si nous voulons
que le tournant o nous sommes
actuellement produise les effets
heureux, - mme au point de vue
"ireri,eev*!i Lue rc" de I10lre nationalisme, il im-
^kcolla ,,0,lr por,e dc L considrer sous l'an
'" que nous exposons. C'est quoi
nous convions sincrement nus
lecteurs patriotes.

^i::? \ moiti
SeiTut1 ?rde aux
[Nvw Plans con-
K^nent, l'on^
^ ^ les ^S ui
umrer et
J aa tous les
Varits
Ce soir
La Tosca
Entre gnrale 0.50 cents.
Parisiaoa
DIMANCHE
9me et lOme pisodes de
L'Aiglooe
Entre : 1 gourde
balcon : i gourdes
Il BELLE FlW
n dou moi par Im
PILULES ORIENTALES
le muIm qal ili'rfluporul, rtlf-r-
mlMt. MMIteiTln MlM
efl tftitlm H 4oaiml tu but* sa
VKlrai Mkn^l.
"""" Jgmr U ni.
J.SATltflP-1^ B.itl'EthWtf.hn
A Port-*-PHiK*-
Phu-DuuJc Albrliti.
M tria M, ft.ru^^.
Les troupes Iranaiaes
racueronC Constantinople
l'A Ml SLes d. lgus del lgion
ainriraine.au congrs inleralli#des
vtrans de guerre, Mruxelles,soiil
part pour Reims et vont faire la
borne d s. Ii mps de bataille.
On annonce officiellement I va
cual ou de Constaol nople par les
troupes rranoaisas n conaquance
de h. raliflcilMM du trait de Lauaau
ne. i>o compta que le premier del
ehemenl arn?era k Marseille vers le
13 septembre ; l'vacuation de la
pari des franais sera termine dans
6 aemalnes environ,
On nouveau modle d'a-
roplane on mtal
M .IISEI ,L Les i mettono
de 'vialion ,i>e ont termin
une srie d'pr. uves de rsistance
sur un nous eau modle d'aroplaue
W\SdLVi;n,\_ I.- communis-
me .st t ii en Itussie et le paya est
en voie de rsurrection a dclar ie
eolonel rluakall, directeur du bu-
reau des secours amricains en Rus
se .lans .m rapport qu'il vient .J'h-
drasser .'. M. Hoover, secrtaire du
commerce el prsident du comit de
secours. I.e gouvernement Hovili-
jue, dit le colonel, semble tre soli
dment lahli -ans qu'on puisse en
trevoir la poaaibilil d'un succs cou
tre la rvolution. L'volu.ion russe
Sera lente bien que les rutes sellor
cent d'augmenter la capacit indus
Il mile. Le- denres alimentaires y
sont moins ebres qu'aux Etala Unis
. L la plus grande partie des importe
lions el des exportations se lont
avec l'Allemagne.
Des aflectations du cuirass
Colorado
Ni;\\ YORK Le cuirass Golo
rado le la marine amricaine, uni
t navale la plus Importants qui
existe et qui reprsenta \me dpensa
de 27 millions dc dollars, sera mis
en service aojonrd hui dans les chu
tiers maritimes de la c .New Yoik
Sbip Building Corporation Cam
dm ( New Joisey ).
Vne ville ltruite par un
incendie
F..)\ST\XnN()PLK-L,villede
Sariyari, alina sur t.; Bosphore i
I k.l .inl'c> de Constantinople. a
' ' dtruite hier soir par nu jnoen
aie ; 700 maBoni ont t dtruites,
l'incendie a dur s heures, las per
l so .1 estimes 8 millions de li
vrcs turques.
Nouvelles Diverses
MADRID-Le roi d'E*r me a pris
une mesura de clm ..... i
du chef de '. rce
taire .; Malaga i
cute.Get hommeavai
pu- le conseil de
/*.


le matin
|roi caus une impression lavora
HARKISHIRC Le Couvernciir
Pinchot h soumis aux reprsentants
des mineurs d'anthracite el des eom
pagoiei runis en confrence la pro
position d'un accord stipulant une
augmentation de sabires de dix pour
cent, la reconnaissance de la jour
ne de Luit heure* pour tous les eut
plovb, et la reconnaissance de lu
Dion par les compagnies.
XORIO Le baroo loto a accept
le portefeoi'le des affaires trange
res dans le cabinet Vamamoto.
Les Court
.NKW YORK 20 Francs
Slerlin
P.MUS 30 Do'lar
Livre
NKW YO K 30 Franc';
Sterling
La
races
I7.M
i.55
17.77
80.96
17 73
.5178
Un fait nouveau, qui mrite d'tre
mis connu. Le service d Hygine,
Sont le Dr Laoiog eel la nedanels
Dpartement du Mord, se port, tous
les diman. lies, au secours de nos
lri.,s de la campagne. Le Dr La-
va lui mme tantt dan?
Nous lisons dam le Quetidien de
t'aris
Deux jeunes hommes, avocats et
journalistes, se prsentaient derni-
rement, pour souper, dans un ta-
blissement de Montmartre, dont 1 en-
seigne rappelle la fois la Rome
antique et. Toulouse.
Comme ils s'taient sss'.s devant
une tabla le grant s'avana, et d-
signant l'un d'eux, un avocat la
Cour, au visage du plus beau noir,
leur tint ce petit discours :
Messieurs, je regrette de ne
pouvoir vous servir, mais l'tablis-
sment est frquente* par des Am-
ricains, et comme Monsieur est n-
gre n'est-ce pas ".'...
Cette tirade destine sauver, une
fois de plus, le Capitole, lut accueil-
lie par ."s bues.
El il faut le dire a l'honneur le
nombreux clients qui se trouvaient
l. ils sortirent avec le ngre, et lai-
srent le grant libre d'attendre les
Amricains dans la salle dserte.
Il serait vraiment scandaleux que
de pareilles morars pussent s'accli-
mater en France.
Clauses laonniques
Communiqu
Il nous revient qui la tenue pour
les lections du Vnrable a la lies.
Loge "La Vrit" No 17 est dfini-
tivement fixe au Dimanche 2 Sep
tembre prochain a 8 heures prcises
du matin. Deux candidats sont en
prsence : Le Vnrable actuel Mr.
Jh. Hordes et notre trs distingu
frre Ernest Camille.
Nous recominan Ions Spcialement
a nos trs chers frres le trs cher
frre Krnest Camille.
En foule donc frres Dimanche
" La Vrit".
For sale
A wide and beautiful *UU
carpet, quite new.
P Si/e 11x13 ft
Applytothe office of" Me Matin
A vendre
1 grande et belle carpette neuve
marque NVillon dimensions II x IJ
P' S'adresser aux bureaux du Malin''
gin al. Il v a la grands preteri,**
qui pse sur les feuille anUr**
au 10 aot 1000.
Me Mathou a rpliqu q-
iiillaa n'uni inmuic ,.,.__i ni
_ ---- r-.ns net
des rgions del province o a
,.. ............ ' l'Houe qm
feuilles n'ont jamais pass pu.
cune commission, parieque
Horn Line
Le S/S Henri llom ^venant
de Hambourg, via Curaao, est
attendu Port-au Prince le 2 Sep
tembre. Il repartira le lendemain
3 Septembre pour St-Marc, Puer
to-Plata et l'Europe, prenant fret
Pour plus amples renseigne*
mats* prire de s'adressera
OLOFFSON, LUCAS &C,
Aaenh gnraux
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMES
SUISSES
d- DELORT. Pharmacien,
it'J !'> Snirt-Autoinm
C'EST IE MEILLEUR
DBS PURGATIFS______
AW PFTHIW P. .rm-c. AI.BF.RTIMI
A' S du D- Ju.lin VIARU
et ot'-r- ' liomiff ninri-nnc.
nui
si
boni
Lon,
I IgBO
tantt dans l'autre. Le lr
un llailien, son adjoint, par-
t son ele, l'ait aussi, chaque
dimanche, si visite la paroisse qui
lui .si confie. Le Dr Potion Coles,
autre Hatien, attach la Gran-
de Rivire, rail bnficier les bours
de ce vaste arrondissement de la vi-
site hyginique mensuelle, o il met
toute son .'une.
C'est au presbytre que descen-
dit .-es Messieurs! c'est dans une
salle du presbytre qu'ils installent
leur clinique; c'est au presbytre
au'ils ont un dpt de pharmacie.
taBOD t UmM
Sianee du 29 lont t093
aujourd'hui la maison d'Orange,
et avec elle toute la Hollande et ses
vastes colonies des d:ux Hmisph-
res 60 nmmorent un vuemeut
doublement heureQi : celui del
oaissanca de Sa Majest la Heine
\\ illielmina, et du 85HM anniver-
saire de son couronnement.
Ne en 1880, dix ans avant la
qu'ils ont un dpt de m { dc 9le pre ,lUillaume
dont lo prtre, aprs leur dpart, est mo j rj^ ^ ^ ^
1. seul dispensaire jusqu prsent. Wj J ^
Son aven ment au trne fat ft
ave't des pompes inusites, et la Ca-
pitale du Royaume pendant trois
jours assista au dfil des dbi-
tions v nues de tous les coins du
pensant- jusqu
MU. les CarS les reoivent cor-
dialement, comme dweonfrere. Ce
sont des confires, en eflet. des col-
laborateurs prcieux et puissants.
Sans s'en douter, ou du inoins
ans viser ce bat, les Docteurs frap-
pent un coup efficace au cur d un
de nos plus gran I- flant, Il su-
perstition.
Les foules viennent eux, et si
tous ne s'en retournent pas guris,
beaucoup sont soulags par leurs
conseils el leurs renie tes.
Ceci lave nos populations rurales
dune accusation (loulou les accable
tant : ils sont d'une superstition in-
curable. Non. voyez, oc qui se passe,
et demande/ vous pourquoi i s vo il
au bocor. Que v mutent il ? Ils aont
malades, ils oui des parents mala-
des, des animaux m.il.i les, us veu-
lent la gurisoo. N'ayant pas l au-
tre moyen, Us vont su bocor, sou-
vent avec une grande rpugnance, et
non tans se sentir humilies. Posios
que la superstition n'est pour noi
frres infortuos, en masse, quun
ur
moyen de >' Visons
arracher la superstition, us venant
en tre dlivrs, mus donnons leur
autre cliose a la plaie.
{Hulleii.iM- \ D de l>A*$omptm).
Du Incident la
flace GiilIVanl
Un iieidenl a su \^ nisr ' |;
place Gaffrardi sutro Mr Daalder,
Consul Gnral des Pays Bas el
un ,:;ipil un-.h l Occupation Ain.-
ricaine, propos de curculaUon
autoniobile.
M. Da ilil-'i- donne cette affaire
des suites diplomatiques.
-*
Me loberl lUrck
Chevalier d'Orauge Nassau
monde p uir rendre h )inmage celle
que Jean II imeau appelle --Mijesl
frle et blonde".
La Heine Wiibelmina a connu au
cours de son jubil toutes les mo-
tions que donnent la joie et| la do i-
leur, et l'heure de l'action elle a
su toujours observer la note juste
qui convenait, quel que fat le peu
chant de s.>n cur.
C'est d'abord Djtn PAUL, le Pr
aident octognaire du Transveal dont
les revers d'armes rveillent eu son
aOM tuile U sympathie royale en-
vers ce petit peuple 1 jintain qui
parle sa Un^ueetgarde jalousement
les traditions de ses anctres de U >1
lande. St dans un lan qui est com
me une excuse d'une mre pour n'a
voir p i vott au scours de sou en-
fant que l'on assomme, elle offre
au vieillard prouv un asile paisi
ble au foyer paternel.
Puis vint ce Tribunal de la Paix,
o dans la srnit et le pacifisme
les nations devaient chercher la SO
luiion de tous leurs conflits, ce tri-
bunal que le malheureux Czar avait
coiu;u m i s qui ne pt cepen tant
pargner k PBurops les dsastres
vcus. Ce Palais dont la nngnilicen
ce et la gnrosit du philantrope
CARNEGIE dota la Cmitais de son
roysums lit oonfsrsr vers elle les
regards du monde entier. \ cette
occasion et la suggeeti m de Gor
don Bsnnett un concours fut ouvert
par le Njw York Herald pour exalter
en no pome Immortel celle dont la
sagesse et les grandes erlusciviques
allaient inspirer les travaux des Con
frences.
Ce fut a Jean il.uneau, dont les
belles penses exprimaient mieux
l'admiration universelle pour la pe
lile Heine que le lurv avait dcern
son p.ix d'honneur. Qac\ meilleur
hommage, en effet, quand il dit :
*0h Itvine de Vingt am, majest
irl el b\ >nde> Voue n'avez qu'une
MrJ. Daalder Jr.. consul gnral
dcw Pays Baa, nous annonsaeus par
dpcha du ministre des Relations
^^t:t;,I;.::;l;!il::;,,^,;..,vnI, ^^-rii*--*--
I la plus grande admiration pour ce
pi il pis modle, fait sienne sa joie
oasiOBJ de cet heuieux vue
ment.
V-
ral vit
d'tre nomm par dcision du bou
vernemenl hollandais, Chevalier d U
ran^e \;i- au.
prsentons Mr Hobert
felaickaos meilleur compliments'.
A la sance ilu 23 courant la
quelle assistait un public UO DSU
plus nombreux qu' l'oriliniire,
mais ne dpassant p-3 une Iran-
tiiue de perso me*, la Commission
a rendu en premier lieu les deux
sentences vivantes.
Affaire No 28 introduite par
Mme Vve Berlin el consistant en
une crance glob lie de G. 1W. W0
pour mu'ihs et boisson* ion nis
aux Casernes Doss^Unas pour us\
K officiel lu Gouvernement de
Davilmar Thodore.
Li ik> nmissiou, -mi dpit 'les
irrgularits dans lesquell a U K*
vr.iison d M eftets a t fTdu'1 >*et
conlrant que \% il iiepsutpn
s'enrichir au dtriment d autrui,
condamne oelui ' payer la r-
claminte pour les parties de U
crance qu'elle a pujustinar la
somme de 2.127 dollars W 727.8$ cash et 1.50 J en titre S-
rie 1*. m .,
\ part un rcpus Fipure
de 73 ) dollars qui a t distrait
pour avoir t l'o'q t d'une prc-
dente dcision, dna les anaires
en jonction aux u une 'OS l et
l'.il intro luites pu- l DrRiDDUl
de Pescaye et consistant en une
crance -I; 11.474dollars75ets.
pour appointements dus comme
Charg a Affaires Bruxelles et
frais pour autres missions, l'Etal
est condamn puer au rcla-
mant la somme de 7.533 dollars
31 centimes, ddommageramt de
2.751 ) lollars y compris pour avoir
t abandonn sans ressourcespar
son gouvernement lors de l'occu-
pation allemande de la Belgique.
L'Etat paiera La dite valeur par
2.51") dollars Jl centimes cash et
5.1) y) dollars en litre Sirie B
Puis le Prsident de la Com-
mission a lait proc 1er l'appel
des affitres affiches au placet
Affaira A. D. Ra neau A T
vocation de l'affaire eu rvision
de Mr A. D. Ki.neau, la Com-
mission a ordonn la co oiiiuni-
ciiion au Conseil du Gouverne-
ment lu mmoire qui lui a t
adress la date du 27 Aot
courant
Me Franois Million a dclar
que Monsieur Rimeu ayant t
invit se prsenter personnelle-
ment la suite de la dernire
sentence en rvision de la C un
mission, le Conseil demande s
quelle lin est dpos I ) mini mm
qui lui est communiqu.
Le Prsidant Abel Lger a r-
pondu que la Commission lusse
au Conseil du Gouvernement le
soin de rpon Ire sa propre ques
tion. .
Me Mallion aprs avoir consul-
t ses deux collgues Me Corving-
ton et Me Montas, a dclar que
que le Conseil a reu une lettre
il i Monsieur H uneau par laquelle
il lui a communiqu je mmoire
adress la Commission et con-
cluant au retrait pur et simple de
la rclamation.Que si la Commis-
sion e dsire, le Conseil lui don-
nera lecture de la lettre.
La Commission, aprs avoir d '
cid d'carter la lettre en ques-
tion, a feU inscrire au plumait
qu'elle constate la dclaration
du Conseil que la l.lamation est
retire, dclare la cause entendue
dfinitivement et en or tonne le
dlibr.
Affaire N loi introduite person-
ne lenent'.uar Me Aug. Ilraux qui
t dclar 40e d'aprs les nouvelles
p eces dposes, il avait fait des d-
inircli pour lre pay et que la
prescription a t interrompue par
ce rail.
Us eause est entend je.
Yiiaire No i0 introduite par Eu-
|ne William). Me Lon San d-
ni mie acte qu'il a com n.inique les
pi res au Conseil du Gouvernement.
\te Franois Million dit que la
c ) u lunicatioa a t l'aile, mus
qa on n'a pis dit lins quelles tir-
constance les I) >ns ont souscrits
p.ir le Gouvernement Initiea B.
Rivire.
\l 1 Ndii a rpliqu qu'il avait pro-
mis de prouver que c'tait pour des
fournitures de charbon de terre.Kien
de plus. Et c'est ce q i'il a fait.
Me Matlion a dit qu'au lo id la
crance existe, que le Conseil ne
conteste pas sa lgitimit et qu'il a
conclu II rduction de la rcla-
iniiioa 121.000 dollars au lieu de
ii)i 1.000 dollars.
La cause est entendue.
Affaira No 103 Introduite par Aie-
xi 1 Ire Poujol et consistant en une
crince de 1663 gourdes comme at-
fcacn au Dpartement des Relations
Extrieurs
Me mg. li;aux demande le paie-
ment de la crance qui est rgulire,
si 11 l'onction n'a pas t 1> 1 IgtalN
Me '.orviigton dit qu'aprs le con-
trle des effets qui ont t viss r-
guliremsnt, le Conseil retire sa d-
ni ni le de rejet.
Li cause est enlenilue.
Aifaire No l!>7 introduise par II.
111 1 Me Etienne Mallion dit
av iir contrl les feuilles d'appoin*
te.n-uts avec le Conseil et il croit
l ie leur montant esl juste.
Me Corvington demande le rejet
des Feuilles antrieures au 16 aoft
l et dit que pour les autres on
doit attendre l'expiration du dlai,
paiceaiie prsentes sur simple ori-
blicit arrive difticilsment
La Commission se rserva dt ^
trlcr si les effets ont t entsak
par la Commission Sambountifc.
suite fait enregistrer quelefj
n'a pas fait tat de forclusion,
les elfets postrieurs au 16 aot |
La eause est entendus.
Affaire No 20G introduite pi
nellement par Clment Touhsil,
consistant en une crance de t^
de retenue sur ses appointes
comme inspecteur du service d1
rage lectrique.
Le rclamant a prsent leepL
comptables et prie la Commissios
retenir toule kpice concero
reconnaissance.
Me Montas a dclarTqued
les conclusions tires des pie.
Conseil demande le rejet de II
ance. atlen lu qu'une reconnu
ce a t dlivre. C'esl a Mr
ment Toussaint prsenter a
connaissance, seule caoaDle"1
ger la responsabilit de l'Elit.
La Commission, vu les d
lions trs claires du rclamu^
rserve de prendre une I ""
aprs l'expiration du dlai
production des rclamatiosi.
J. Daalder jr
Iteprsentaiii de la CuraaeH
din^ Company, a le plaisir d'si
cer'au public qu'il vient de lesl
Eur le dernier buleau liollaor
eurre de cuisine Hollandais
MOI LIN dj bien connuell
ci par les familles.
Port-au-Prince, ce 31 AoflsJ
Oui; Ecole de
Madame Blonc
Ma lame Yves Bloncourt
diplme de l'Kcole Normal*!
ailles, r 1 ilicatdaptitutesj
...... ail rildl* (1 II
giijues oi\r<;.
une '.l- indernellequisi(
me te.npsuiie cole primai
L'tabli-sMiient se trouijr
Kl- de lui.'eau et de Dou >
fdcedeUriMnnirieCaolajj
vr.i 1-s e .liais, garwsstlSj
'Sge de 3 ans.
L:s fami.les auront tou.el
lion en confiant leur eofaaj
Bloncourt qui est une sp
mrite bien de voir sesprea'
vices utiliss.
Hoiumatje au
Lii'tiliMiatit Calixlj
L'artiste hmal Valsatio;
li musique
de I'
major de n "*u"V"i." iiisl
merie poursuivant to iJJ
compositions vient dcris^
vellemaivli.ialitulejWJ
taire., iii'il addie au L*
KCalixte pour son dveji
la mu iq.e du Palais J
ranl.oflbiers.AUpsrJJ
apris-miii-'auralocca^
eTrPelmeiSleure^W|
vou Lieutenant ql a "L
l'estime de^cssnboraoss^
Panama HaiNa*
StaannwpJ
lobai, Canal Zoj**'
\[)& au lieu du -J
l9Llperu.lSd'embar
rontdi^imur^Wj
nation d'-V'VSSntsH
europens sur la '^"^
DrJJ
IlIRUBOllgiSB
De* '-l''"^ fel
Ches & du ^yfl,|,,


Colora Hau Sleamship
Ceronaiv' Fin
LE;MAriN
fac,
paiy
Itittamnr TIARACOA venaH iir~*
^tr.t rf, V-,,, o.i(>e8(oeMrfu(. p w
.Prince /e .* Siptembre eo rant il
9mari;ra te m ne jour pour Kimton
iiisXriia co'om6<- *
* Pfr'* d" Sd M* /tendu Por
te 7 *m rt a Im /m po'/j du 4\orrf pi *
Port ou Prince, U Si aol 1993
Maison il. S1LVERA
* H. STLRU . lait le p|.i.ir fl-im,M
B tan, le. tau, ,uiy,uU ,e |JJ ^
I
[tassor
uxdo paille fine d'Italie
W feutre llorsalino
to demi-feutre d'Italie.
ta velour d'Italie
ne barres & mouches
puvr8iuePurpou,,iu'--
tepour chem,...
feS^S- SES
ES. M 6Xtra PW.iir
paris ,;;1a7ru,,rkur
|olr
^Mitais aesortl
[pKff "2^,,ouhla ^1
Kfcr toS25^ CO,,,e,,rr bl"h~
toUleUr
^^Co UlaI,> oiil.fA M.,,-,
hiu ,w!.::omi'i"Joi. -w mmm-
re
Remises homme.
La
vt
BIRE
Si
t*,
s^l.
^}
SC*:.
..
;*;
."h
MOfrrn
>.'u

U BIRE FRONTENAC ^
be parfaite, d'un bouque. savoura
detoeuse e, de la mim /ora J
fa guerre. '
*** da, tous Ies meh ef
RoTETLNAC T,^"TE
"UGE.boisson saine et savoureuse
BLEUE ."^.."IQUETT.
SR K 22?*de
re saveur de via PMSedeUne"-
FRONTENAC
BREWERIES, LTD.
Montral
^SSSpSSffiS......- ..................-........-,
Nie un.;.;mi"u
S* Wri: j,>,cra vous ~-- *
m*
pijllel deTracce
es Bonne-Foi et du Quai
gibier
fi'|Ser'''!,'^a;n(|nirel ,,C livre- Andouillettea aux
L a- - "ouZTZ '"hon- Gas8ou,et -
rjn, or* aux- el d > cham
na,nljres cofertaWM. Migniqiii vU(3
<;

Si vous avez
eu froid
Pour viter
un rhume,
Pendant le rhume |
Pour viter
ne grippe,
prtmz quelques Comprima de
RHODINE
USINES du RHNE"
ananreti>upow^
Agenqonram pour Hait.
Eflet adir ~~
Jk soussign, dclare adir un r-
ctpus \o S4, mua t dlivr
Efe '^"jm'^'on Stmhour, sous la
^'^emliriltfll, e faveur
de Mme Veuve I). Liaulaud. s'le-
vanlsix cent Irentegourdes (630.)
Uette pice qui est inscrite tapa-
ge o du rapport de la dite Commis -
ion est dclare nulle, duplicata de-
vant en tra rclam.
Port au Pries, 1 i juillet 1913
0. LIAI AL'j
Mr Prcy S. Dul.uisson, Ins-
pecteur* des Lcoles de la Circons-
cription de Mirehalais, dclare
nuls les rcpisss ci -ipr iti-si-
gnss, mis en sa faveur par la
Commission Fquiere, qui sont
adirs et qu'il n'a point n;ocis
m charg personne d.- ngocier :
Rcpiss No. F 291, accusant
la somme de P. 139.2'
Rcpiss No || io,;, accusanl
la somme de P. 59.10
Rcpiss No H 407, accusai
la somme de P. 1^(J
Rcpiss No H 530, ; accusant
la somme de P. 131.88
Me Llio Malebranche, avo
cet, est charg le taire tous actes
conservatoires des droits du sous-
sign el de requrir duplicata des
susdits ik i pisse.
Mirehalais. 14 Aot 1923
P. S. DUBUKSSON.
^^prsentante illaiti oorT ' ort--l,rinee
MoatreJ, Canada P"r I

j
i a Mm i CukSc )k
un our i ,/t<4 mft en iquiduiion les
articles suivants
\
Hat.ne Couleur A carreau
loi cpoui jupes oarresux
>oiie Lleopatra
toliannne grande 'arpor mile
Hepse .Noir
fleuri pour quimono
abardma blanche
V oile fleurg
Diableowotforl carreau
Voile non- barres sois
JLrepoo da sois f|eur
l essor
siarquiaette
Isuns I Goures
>

i
.

ii

.a
i
t
I
i
,1
l
.
Il
i
>
t
].;;;;; ::-'oK"e)bouIJe.tliire(;.:;.0()
MO
^.3
1,75
a, 75
a. 71
,75
l.U
1.75
^,00
S.00
4,00
l,0
I.Tg
C'50
S|
4,2
'oniamda lf ' reine Itomnine
Pommade Crme ouebesse
l <" n ada Pfailocome
1 '" ne Cspiliaire
IS.oo
lo,oo
! Lui,
lO.oo
Poudra Bolfior
Pondes Malattine
Cravon iongapr|w | ,
fcssences Uelflor et Jasmin
a ,. '' ;' flacom
^onaRoserrienonet
l:a Belle Hlne dose.
Savon Chaudei
8son Santal .
doim20,Q*
6,7d8
" lO.oo
10.00
lb.oo
o.oo


It [iuaTIH
W-1
URO
Rhumatismes
Nvralgie
Goutte
Gravelle
Artrlo
Sclrose
Obs
la rbtttn '
j ...'. '
, ri: i. > v,ii >.-'! I '
ii -i- ''' d'ueid >r
en i on : n '

. i liKKean'Mi p'in- r' *
IT.I-"
: il! t- i "'"-
- ,-;.. !tW-l '
If* la >#r. < !. |
Mr'r. fmii
Uns1 .). on ii
thOAi lui
Util ' "'.
!}. <1 '
l'I i .->. ...i'
rro : tl '"' '
gKI >if'- n '
n i i*
-
es
. .
. ! I I r -*i
rOIALIR('
Mm
I ilHnl <
i
i"'


I
Lirr :os


1


Vaillant & llouet Agonis Cnrau* 1720 Rae du Magasin 4a rftrt
HAlUiY vend BAILBY aelte
Plit mil
Srrrerce PotftW
Miel en bou'eille
N( ii d vu i a
Rtptdca
Amidon
llui'e de llicio ,
Vtez noie voir, noie aaroiu qaelqte choei' d'iotn tant v(U3 air-.
E, PAILEY ei Co
1715 Rce du Magasin de l'Etut Port-au Pucce
|Poie
Pistacte
l'tencbe dAcejod
Planche de c: ire
Cite
f T;l>ec
ALUMINUM UNE
New-Orlans el South
American Sleainpship
C Inc.
Prochains d^^rts Mtl nour
l'or au-l'rioce Hati
5iS Chritiana laissera New Orlans le
9 Septembre $ Mobile le 11 directement
pour Port au L'tinte.
A partir de cette dernire date, il y
aura une occasion chaque quinze jours
pour le ports fuivants : Carthagne,
Porto, GolomM*f Curaio, J'orto-Ca
beilo9La Guayra, Pointe -P tre% Fort
d+france, lir dgtown, Barbados, Forf
o/ Spaitl, Irinidad, Georgetown.
A. de 1TTE1S & Co
Agents Centraux
l>01llyi atmaUial u MMapaf :ct|
Globules Kcb iud
. kUaultata n> '.oUlaux. mirprn mti nrtinc
J roui M'**--l> > ..xw:8u .ft.oioS'tO miialut
1a- MMniBB. 3. Bm * Martir. !>'.
Phaiiaeeie W.BliCHPort-auPiim-e
Nous portons la eonnaieeeoee
des Directeurs et des Directrices de
toutes les cole* de la Rpublique,
qu'ils trouveront a la Librairie de
Mme Viard, Hue du Centre, le Ht-
gislre d'appel, prvu et rendu obli-
gatoire par la loi du '.i Septembre
1912.
Ils trouveront galement & la m-
me Librairie, le Carnet Scolaire dont
l'introduction a t autorise dan
toutes les c des primaires et de mi-
temps. (Instructions ministr elle*
des 18 et 2.1 Juin 1923 )
Les instituteurs de la Province
doivent s'em presser de taire leur cora
mande pendant les grandes v icances.
Trop faible
pour travailler;
La vie courante des femmes n'est souvent
qu'un travail incessant. Combien plus ardut
est la tache quand des malaises particuliers
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
Le systme nerveux est drang et la vie est loin
d'tre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lisez Ce Que Cette Femme Dit
Manianillo, Oriente, Cuba." J'tais anmique et tout
frais lors de BCta rgles. Ces douleur me foraient souvent
rester au lit. I.cs douleurs, toujours dans le bas ventre,
taient quel .jaefois aigus, quelquefois sourdes et je vomis-
sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre ans
avant de faire connaissance par l'entremise d'un far. icult
de votrj Composition Vgtale de Lydia F., l'inkham. ]
l'ai prise avec complte W.isfaction et je me fais un plaisir
de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de
mme iinlaise." Si ta. Varina Milan, C aile de Caridid,
4, Ha&SanUlo, Oriente, Cuba.
Lm fpin.nca ouTrnnKm ne devraient pas faire d'eitatl
m>b 'lulveiit ioblstvr pour la
Composition
Ve dtale
L de Lydia E.Pmkkam
dm
rA-
.rzagac
Fullon ShoePolitb
Company lue.
1Seiv*\ork
'\
.Si wtu voulez trottgi U pian i vos tbimaur
>. VQki VQUlH Uit,u un li; luiii lutuur.l t( Uuti.bh
Si vwm vouU la cvulta tt la toakm dt >(t
ibuuuuia [in.iani lom'hifbi, tntioya lu ftf|M
MOSOGRAM.
habnquk ibaaltmintpur M dams et Us^ntUmen dutobUu,
Lllf protvf la peau des COUSSWiS iont>el bumnUl tt la tbaln&.
BfV 'tflrttuni leur subksu et conurv leur brillant.
', la manut VUNOGRAM c tst la meilleur dt toutes Ut ma/ivt
(jeo.i:JEA]S$tiMb< ^^i pour HaM
7 passager*, en paifait tat, ayant
servi durant tr* peu de temps
>'n Ire un prix trs raisonnable.
S'adresser a
L PRETZM\NN AGCEHHOLM
Rue d* Quai
p i il i w
Bonne Nouvelle
Cordonnerie
Ernest Camill**
Fabricant de dhaumtft
en tous genres
Mat''iaux suprieurs
Soins promptitude - Clrit
Grand'Rue prs la Poste N 1722
La maison porte la connait-
lance du public que dans le
but de faciliter et d'encourager
ses nombreux client! --- elle ac-
corde partir du 1er Juillet
1923 une prime de une paire de
chaussures au choix tout dten-
teur de Vingt tickets.
En co sijuence on est pri
de rclainrr un reu pour chaque
achat au comptant.
A la Conscience -- telle est la
devise de la maison.
Les
arr
Disques Columbla
es amateurs de musiques sont ,avl.^f_d(JiBqtt*1
arrive d'un assortiment complet de 1/! idad, 1*i
prenant Vax trot/One step, Mrlntiue I r^ ^
Sue Cubaines, Valse ; tous t es inorc au
plus recherchs et les plus a la mode entre
Silver Star Fox trot .;oX ;trO*
tn Itosetime ( Wheii vve said ooil-by ) i t
Three Oclock In tha mornintj ( N aise
The Uiiines ( Fox trot )
Sixty seconda every minute (loxtroi;
To morrovv inorning
EWU Blues
Pituacnta ... ..,
La liga de las Nacionos (Meringue )
Caban dlirium
Qtlt volcinan tienne
Cartota I" IS |ro-
A part des machines gi-and modle, > ^
aussV des petites machines trs levantes a uiip
lionnaleinent bon marcli.
*^^tm0n*rAMKB#g\
Rue du 0t.l
Le Malin
bondi lelm-Aril 1907
Abonnements
UN MOI
l'ort-au'l'iiuce Gourdes i
Dpartement 1.50
Etranger 3.0
Boite Postale: 118
lihphvne 24?
Bureau* Rue Amrxcetme; lSi
QUOI QU'ON DIS!
QUOI QU'ON FAS<
le Rhum arbanoaart est
et sera toujours le


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM