<%BANNER%>







PAGE 1

lutter contre lii et le Goavernement aurait triomph. Le ministie des Finances dit que la circulation des billets de la Banque na rien de commun avec le budget, il n'y a au'une coirlaiion. Ce budget n'a pas dnulur les conditions, prvues par la Constitution et les lois. Le Conseiller Lherissou Tintertrompt, fuit une fausse bCi'iio 'il se trumpe. se rassied et le Ministre con tiiine son expos.. t Le Conseiller Delabarre Pierre Louis l'ail la proposition de conserver les allocations prvues en or et en gourdes par In Constitution et lus 4 lois existantes. Le Ministre Bourliereau : Je veux attirer votae attention tur un point spcial. Mon collgue Itanium vous a dit, au coir.mencein. nt des dbals, nu il fallait mit.ie de l'oidie dans la di russioii. Il s Bgit de llatuei sur li M conclusions du rappoit de luCom mission du budg-t. Il faut voir si elle a rpondu volie attente. A c t Je cela, il \ a dei chose* qu'on ne doit paeac epter. Le Conseiller Llirisson l'est dress, devant le inims re deaFinanc M pour lui faire dei rcmonilances. Je i rois (|iie la Commission a foi mell. ment corn lu et a accept en ralit le travail du Ministre des Finances (Il lit dos passages du rapport qui le prouvent). 11 faut mettre en discussion les conclusions du rapport. Il s'agit pour vous de les accepter ou de les rejeter. Le Conseiller I, hrisson proteste qu'il nu pas BU a faire de remontrances au Ministre, mais des reproches. Sur sou air bien conu : "C'est lamentable M il module des varia tions l'infini. I Le Ministre des K i anees dit qu'il croit que toule la confusion produite dans l'esprit du conseiller Lhcrissoa provient qu'il semble croire que tout ce qui est prvu en gourdes sera pay en gourdes, bu comptabilit il faut convertir. Dans sou esprit comme dans celui de .\lr Hord, ii a t que la gourde tant notre monnaie nationale' il serait plus rationnel pour nous d'avoir un budget en gourdes. Mr Hord a t 7 fois Conseiller linan cier aux Etats-lnis. On ne l'aurait psj nomm pour ici. s'il n'tait pas comptent. El je ciois, ajoute t il, que nous le regretterons un jour. Avec des considrations claires, scientifiques, il dmontre encore une fois, que dans le budget tel qu'il est pisenl. il n'y a rien de chang. Le ministre Hameau dit qu'une Commission ayant statu sur un pro jet de l Excutif, on ne peut amen der les conclusions de son lappuit, ces conclusions doivent tre acceptes ou rejetes. Le Ooosoii d'Etat ne r ieut voter la proposition Delabarre 'lerie Loui-, parcequ'ioconslitution nelle. L'Excutif seul ayant le droit do prs, nier le bu lg>'t au Corps L gulatif, Aprs des observations dos conseil leis Obviai Si Cloud, Emile Elit, De lubarre Pierre Louis et J une Tho mas, les COnC USioilI du la: port de la Commission lu Budget mises aux voix, ont t votes. -r r &**&# La fameuse IL S Navy News 13 Aot. LONDRES. La nouvelle not.-* lu gouvernement anglais la France et la Belgique 8 dclar que l'occupation de la Ruhr tait illgale sous le trait le Versailles ci Mggre que ils mesures soient ailo,it. 's pour le retrait les trouf m et pour une inv 'sti^.iti 3ii d a capacit allem m le iieur Ja,l^^ ,, EaVsnte dam icaus Les Epiceries JOIE NTSK 2 e mot Demandez toujours de la ROYAL BAKING POWDER, ce qui signifi "Poudre Pte Royal." l ne suffit pas <*e mentionner seulement le me. "ROYAL," vu les i: l qui existent sous ce nom. Sur rtirjuette de chaque bote de ROYAL EAKNG POWDER av.thentique vous trouverez une reproduction de la mtmt boite et le mot KO Y AL." Rappelez ce dtail! Notre reprsentant peur !c Rpublique d'Hati: MI. J. s. HOWAT, Porf-sra-Mm. Royal BsJdofl Poivdcr Co„ New York, N. Y, . MK.. Par Cable Nodve.les tiiraagres Que noie britannique LONDRES D aprs une u< poche aux Central News, date de 13 i lin, le cbancel.er i uuo aurait remis sa dmission an prsident Lberl, mriis celm-ci aurait rfut de l'accepter. M.UUtlD Joarhim Sorolla y Bas tida, i cleb a peintr* espagnol, s^t mort hir dans a villa aux environs de >1 ai. I. ap es une longue m .tadie. Aux UiU-||nis Quel sera la politique du nouvea i gouvernement? Le (longrt i sera-i-il convoqu ? WASHINGTON Le l'r aident Coolid^e, lev Haut i Qembrei du cabinet et leur a ritr MO dair que tous son servent leur : onctions. La prochaine luniou d cabinet aura lieu mir di prochain. L'un de se9 premiers actes -era de choisir UD secrtaire, M. George B Christian Jr, secrtaire de M. Hirlin 0 r ayant donn sa u mission hier. La question de la con vocation d'une session extraoidnai rt du esngrs est toujours au premier pi m. M. Coolidg* a dj enten du an certain nombre d hommes po liiiqies a ce sujet, mais aucun d'eux il n'a fait connatra sa acisiou. M. Norman U. Davis, ancien sous secrtaire d'fctit dan* le gou verneinj.it do Vi. Wilson et cousiil1er li i mai r mi 1 KHH la conf r mee de la faix Paris, e t r ut hier d'ui.rop f -ar i paq i>-b t i'ar ripporlan de s m oy g>; les impreesio ia suivtut s : La situation eu Car >pe e l extr. no n ml jjrave et si les Liais Lui ne veulent pis d* leir pr >pre g s un nieetr lins les affaires europen ns, ils yseroateo trams par l> fjrce'dea en >-c-, per des c intingeo et oou imiqu i. et po liti iu ie. L Ahem £u i, a-t n do n •. e-t ait veil e d aie piriolo de trou bls. La friction entre les 1 partij exlrm 's est trs vive et si ci n'tait 1 nill i ma i du c Mitre et l'evel d'un certain sentiinmt ndionil, provo (|u.' par l'oc :upationd U Rhnr, je ne serait pal tonn de voir la gur re civil.; clater. Il est vrai que le pu h du cenlre fa blit et il n'est pal i np weible que no is aasstiont, d i. i peu. un violent c.onfl t entre 'es extrmiste* Je giucho et les royal's ta*. Dt'uv discours du Prsident du Conseil STSXAY— Le prsidsqt j u coo seil a pronona deux discours o il insiste sur la dter ninaHoQ inbran lable de la l-'rance de n* pas midi fier a pilitiij ie l'gard de l'Aile migne. M. Poincar a prononc 1* matin son p^emiar discours A Htf ville, 'inaug irdion du monument hv lhonnenr des victimes mili taires et civiles de h guerre. lia parl des douflrancee de Mirville penlaol l'oceupitio'i allemande et conclu en rpondint aut menaces •rrogmtes de Cuno au Reichstag. D*n 1-sprs mili, Poin^ar est tano Stenef. Il a i lattg ir 'e mo naosent sm vic'i n • s le h g.ierre dan* e*ite fille fil | ii fut p n laot la ola< j,r\ i le partie 1 1 la g lerre e ljour d^ l'tneiea Kronsataii elle mini. CM lenx dseiari ont t cris avant la reeptim d la der n'ere noie b itanni | i •, mais M. Poinear aralt avee lui ce docunssnt car le mi li^'r • d*s iT.irea lriDg res lui avait tv >y^ 1 • e mie o-i/ma le en anglail "t san halu-tioi afin qiil put l't ulier Mue retari et y rposNoVt s il le dsirerait, M Poio cir pulera encore aujourd'hui. L": chancelier Cuno, dit le prei dent du conseil, en f lisant allusion la recule allocution d i chance li r au Reich-dag, ne se serait sans aucun SQttt* pis servi l'un langage si dinu de raison si les allis avaient t unanime manifester leur volont de lui or lonner de ne pa9 9e rvol.er plu* longtemps con tre les mesures lfciliines prises par la Baltique et la France, A Stenay, %  dol'ocMp.tio,. lelaHIurJ iligileet noiH.jl.Mi*e*jra de vers nie-, up^uy-iul awl te lion de l'Alleinagoe 1| en mme .emp il iUed6 Z laqieslio,. ,M biing* |-,.eni.liu..-le Ii \** !" fj ou t.ut autre Ir.biual. S* J de la plus pirr.i" li f B 1 J*W ne disant rien de ^"$1 de l'action *paree de U J"J tagn-.L.rd ***" W&S po,,.. ,11e la Gr*n.l* J^JJ peut adhrera la poM.^^ qui prteoi-il. ••*•; patiouind li'" ed !. U "Sises L.rl Curz.n ^f'Vi,* ment franoiis la w !" aB# rer h mthode d..b' .^ mission ioternauonaie P ^ nerlacapa.tdaP^q lemigne. mus di-laf ^* de Bretagne ne peut *•£ y ciliondelconl"• ,< ^



PAGE 1

A irkT** s LjjtjiBtlire puisque cotte lf.fo t i devenue, un simple lJ de uuiitique fiatico-bel* \tatd Lord Curzon dclare oiiveroement britannique F toujours su projet de M. bog, usure* lequel la Grande %  rerait satisfaite d'oblenir .flliooi allemandes el des E M dufs l'Angleterre Lpi luflisaule pour lune faLyinlions de In Grande Bre |iwj les LiaiL'nis. Nouvelles Diverses j|i— Des crmonies corn JJTH de la conscration de ^ajij de Laval de .Montmo i comme 1er vque de Quelle ls Nouvelle Fiance, ont gjwrJtiui I tu ise de Ste jdJesl'res.Mgr b audrillarf, Userai de Paris, officiait, pio. aumnier honorait e je, et l'abb Pcrner de ^iteislaieot. La cen munie iae par la b' n di lio.i du ldel'evque de Laval par Marf. JCRGKT Gabriel Poulain, rbiea cornu qui, ava il la |tlait clbre dans le munie i t lue il m une chute jsi.a pr* de Uegny. Ueux ifu'il avait ave lui mil m lues. Ce ont : MM. Ar kJottpb Seep. |ES — Troi9 intrpides na I quitt la cote anglaise lius une tentative de tou i franaise de l'autre cHt, ce sont les amricains et Sam Richarde de [ l'argentin Romeo Maciel. i tempe U 4eme \ ageur, figue Tirabocchi, paruour effectuer la tra Iseot inverse. ILa note britannique : eu dernire tommuni •k Fiance et del belgi. "nlallhur, a t remi> midi aux ambassadeurs el de Belgique. •Les autorits militai ontpiis, possession au llcibcede la bourse du iugure uue politique in I paiement d une indtra Havail el leur otliaut 1" W s la directiou de au >e et belges. j-wuiveisa.re de la cons JWsnuar, a .iu cckbrl %  Les habitant., ue la "I ooins desiiwo **"". Le autorit* Iran •"leruiiledu.oituieut iwuooal ts s e„ et dan. ^•islazouey.xupee. .Jf?~~ Lu u ' n 4"e ii.iiioB'or Uil} U ; A an9 ^d.ldrd de lianes L* banque de l' d „. WMpour but j'oblenir vU q ul serviront f*cbel 6 e. f l J journal de .Nancy an W Juiucar a demaude a H M H' Nu *lur de la "S"", de prend,e la %  a?' V* S0C,e,e dM ^O'trep,alite yf^Uons par un parle "Ijluiii dvastes. (•rtin t 0r qUti ^"^OCchi, ET.' ••>iue, tuer Dcs Sance du 10 Aot 1023 Ci raVe,se '• ueirw Il U "P G, l9 .Ne, a t t c ur r e iaj,u iui NwJi n Nbui le! h iJenl0C Jsauci.. '* b-reaux de (Si e 3 T*!""* a Vil KL Ve u Pendre Si r ,a d re tour l^'ot ' nc en • cr %  >' PrLn, TOdec "*. e .>' ri es p urd " i %  ard.ng 8# por 168 Co Ur8 ( Suite & 6n j ffalrelNo 100 introduite par Mr Louis d'Espinose, le nationalit fran aise. Me Francis, mandataire, avant acceppt, pour son client, la juridic tion de la Commission telle qu'elle est co npose. a demand le paie ment du montant de !a cession des feuilles d'appointements ds. Me Malhon a dclar qi e la dci sion prise prcdemment doit tre app ique la cranse com ne pour celle a venir du mme genre. Me Francis a protest contrla ten dence a vouloir gnraliser une mesure pour des cal qu'il dit n'tre pa9 identiques. Le Prsident de la Commission a rapp.de Me Francisque l'Etat uyant gar certains registres l'm ugeinen', le Conseil du Gouvernement avait rclam de la Commission d accep ter |es feuilles prsentes sur visas des fonctionnaires eompieats. L'Administrateur definances tant reconnu pour le fonctionnaire coin plent dans lous les arron lissementi lin.in-'ieis. la dci-iou supplm niai re e.-t pour empch r qu'on ne tasse payer l'Etat deux fois. Hien d'inchau ger si la notiflcatl .n le toute c-ssion d effets publies doit tre laite I Ad minisiraleui des finances comptent. C est peut tre pour la perte de temps que la dcision entrainera.que Me Fiancisarpon lu ne s intresser aux travaux de la Commission que lorsqu'il a des affaires dfendre de vaut elle, car une cession faite en due forme engage la responsabilit de celui qui a contract. L'affaire dclare entendue, la Commi>sion a pass celle au NO 113 Introduits par Louis Morisset eleon sislant en une crance pour arrra § esde pension commenant a partir 'Octobre 1915 el s'arrlant Mai iyi(ipour tre de la comptence de la Commission. Les renseignements fournis par Me Morpeiu, le manda taire, n'ayant pas t contre lits, l'affaire a t dclare entendue. L'affaire au \o 30 i introduite par E.L LtfoBtanl n'est pu de la co nplence del Commission. — Vve Pierre Jaeq*ios. Crsncs de 500 gnnrles poiirfnide funrailles de son n iri.dput du peuple. Les rtttseignenieiiti sont fournis par le mandataire Joseph 8. M irius qui a demand !e piement de h valeur due sa mandante. Pas d'dbjecUooi de h part du Couscil du Gouvernement. — Affaire tltt. Hyppoiite M mpoint. Inc impotence "d • l Con,n : sion. Affaire. No 215 introduite pnr Mme Cleslin et consistant en ancrages de pei.sion Le Conseil, a dit Mo Math m, demand h Commis sion d'agir dada la limite de ses pouvoir*, c'est dire que a crance dot s'arrter au 3 Mu 19 0. — \fiViv 820 introlaits pr Alfred Thibiud. I .e ):n,ii'e ic; d • la dnnitsiou* Affaira No 1>< inh duiia par Chartes Malhon. Le Conseil a conclo I ,i Imissjioo !'• It crance. — Affaire i : J3 introduite persoo nellement par Mi Qlinent Domini que qui a demand le pnemeul d si crance en bon du trsor dlivr en change d'un cotitie hou. Le C inseil, a dit Me Franois M i tli >n, o ).i :lal ;\ 1M l n esion ds 1 1 crance, et es'a ap;i un exi neu minutieux des pices. — Affaire Mo 50 intro If te pir Josnpli A ig i-li i Giillu ni repisen U par ftld LsjieAugiste Gai ain*. — Le G mseil devra t prj luire 1 feuilles c^-tte sa-ice, a dit le mandataire. Me Million a d;lar qu'il y a quelques feuilles person relies an crancier ; le Conseil est d'avis qu'on pssse par les libres. Il demande un dlai. Le dlai ac:orl pour le 22 aot, la 9auce, vu 1 heure avance, a t) leve. Par eablngramme reu^hier, nous avons appr s a moei e "notre char mint iri hilie L lanc, inJuslriel, survenue r NOM pi I. I condolam t MX parents .11 i dfunt. • • Par l'cp'li re e ce malin nous avms eppris le dcs a Jacmel de Mo isieur Prosper LA.VVL'ZE surve nu hier. Noua prsentons nos condolances le9 plus nu 1 si veuve, a Moiaieur et Madi ne Pardinand Lew, aes 'i setajt illis tlooiitar Baru'ive Crafl et mi fdle. contre la CONSTIPATION prnez les COMPRIMS SUISSES di DELORT, Pharmacien, uu. Ttua Bait-A-.toln PARIS C'EST I.E MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PHINCE AUx.PFr--.US. rm-cie AI.BEBTUSI Ph irmne !• %  du D' JusUn VIARU •f fO'ir*. ia bonnmm l'harmmoit. l'fl .. il i e II. AV INMJ 4', Hue Raomor 89,89 Boulevard Staetopol, Paris BU 7 pamafers, en p-ufijjet.-q. ayant servi dur ml trpesHB • temps \. n Ire un pria IrWraisonnable S'adresser \ m L. PRKZ I \NNIjBGF.nHOLM le du Q.iai 18 015 M II Parisiana HaWeVtdl 15 Aot L'ilijlnns d'Arlhur Bermde 3me et 4me epiho les Pour tuer l'umpercur! & Lo regard Jj l'iirjle Entrs i ig. oo Bdcon .• ig. oo JEUDI 7 de Trcils 1er et 2me pisodes ti. O.oO HoireDame d.* l'Assomption Demain, l Aot, sera la lte de Notre dame de l'Assomption, patron ne de Port ail'Prince, des Caves et du Cap. C'est la pins grande fte pair.un.le de la II -publiq e. Nous no paiellroiie donc pan demain, le chmage devant tre gn rai. &f %  Mi ^ ti ur Le c Moniteur d'hier, comporte deux lois trs importantes et plusieurs arrts euli "aulie celui commuant en vingt annes de travaux forces, la peine de mort prononce contre le nomm bel m Betlaa par jugement du iribuuil criminel >'u ressort de Porl-au Prince eu date du 13 juillet 1981. Le nouveau Ministre de France Par le Caravelle est arriv Mi Vellen, le nouveau Ministre de France en Hati. Mr Gaston Vellen qui est accompagn de sa femme est un diplomate de carrire. Il tiit consul gnral Anvers depuis 180& Il est officier di la Lgion d'Honneur. Nous lui souhaitons la biwive Communiqua Des eiameas faits oea joors* derniers, au Laboratoire Central, m lait vendu dans if s divers quartiers de la vide, uni rvl q.ie, d'une faon gnrale, ce lait e trouvait conUmin et de ce chef consomm cru, il est prjudiciable la sant. bn attendant que le Service d'Hygine soit en mesure d'tablir des duo;s o >a vente du lait serait c n trOl, ou mieux en atlen lant qu'il aoil a mne d'instituer un tablisse ment de pasteurixtUoo, nous invi tous le publie prendre les proau* lions suivantes : 1. .Ne pea sv servir du lait provenant d'Uue vache malade. i Tenir les stables propres et dbarasses dimmondice. 3. Laveroigoeusemaot | es maiiel les de la vache avant de la traire. 4. 8e-laver aoigosussmsnl les mains av^c du savon et de l'eau avant de Irailre. 5. Recueillir le lait dans un rci pieut propre, ou mieux dans un rel piem lave Peau chaude, tn-uite conserver le lait dans des bidons ou ma nui e> couvertes vaut rtu le mme traitement, r 0. Tenir le Lit aussi froid que possible avant la consommation. 7 Dun les pavs chaude Ou la g ace SSt rare el uu ie s microbes se mulli plient rapidement, la mthode la plus sre qui existe est de fane boud lir le lait nu moins cinq miuutei avant de s'en servir. 8. \ l'heure semelle, le lait vefl du dans celle Ville Ml impropre la conomn.atiOQ quand il esi cruel doit Ue buuilu avant dlie UlllUe. Port au Prince, le I J Aol ltM x M JP. HAY.N* Ingui.ur Charg du Seivica Auiio nal d lljgiue Publique. A STHME *oulnitin-nt imau-ti-t • I EMrmattui I f OPPKi USIONS I rlobulcs Rebaud :ut amrrtillmi*. Barprnnts a.m %  ? %  itfuow litt-f.' rao ...., ku rs^sisa. as,BM4M Mvirn. piSriTc Phaimacia W.bTCH—Port-auPiioce Arrt Lo Conseil Communal Vu l'article 51, sme . 5. our les coosirucUona de>mol s d. S00 dollars confies aux Si uls loina d'un enliffuenrur, celui q^ui produit su demande d'auloiisation de cnnstiu re est s ul responsable de l'ex'cution des liavaux. Cepi ndanl, il reste mlendu que b s plane doivent toujours lre sign? d'un architecte ou d'un Ingnieur iysnl acquitt patente, el ce • n v. ; tu de lait ici' 3 du | usent arrt. Ait. 6. L'autorisation de coniUuire lars rafuft fcut Architecte ci \nf iura pas acquit** %  i i atente ou s loul entrepreneur qui iu s 1 sera p s acquitt des taxa* | r l lies pnr la Loi. !" Art. T. I,i patente d'Ingnieur ou d'An hilecte est dlivrpar l'Ad n ini-tration Communale aprs I mppnrt du Conseil Te hnn| "• d la Municipalit aor les titres juetifiant le aptitudes les intresss. I e ai poil util exigible que pour In premire ant.e de paient'*. Art 8. Le Conseil Technique Municipal >t compos de cinq membres cl'oisi parmi les Ingnieur! et Archi retes inscrits h la Commune pt ayant p'us de dix annes de pratique proltssionnelle. Ces Membres seront lus par le Conseil C.ommu n.il pour une priode de quatre ans et sont ii o 1 Uniment rligibles. Leur fonction r-t honorifique. A ri. ".— l es Rtlrihulii ne dn ConJ —• i' Techn'que IHnnlcionl MFII : 1 .— de vrifier les litres des In gnienrs et Architectes qui dsirent travailler dans la l'ommnne: 2.— de suggrer, sur demande expresse du Magistrat Communal, touti s les ides susceptibles d'em* bel ir la Ville el de la lenli en rnp p ri avec les Progrs de Prbaowx me oio le n i 10 — Le < onaeil se runit ii n o tous lea deux mois, au joui indiqu par le Magistral Commui al Art.11.|"n vertu du prsent Art. le \f;>!;isl;i| Communal, d'acCOrd avec Plngl iei r Municipal, est anlorie • prparer des Hglcmentl eonci 11 anl : t c .Les conalructiom en gnral : 2 — Les constructions des trottoirCes Rglements viseront : a).— la nature des matriaux S employer dans les construction*^ ii).— la limite de rsistance des matriaux el le poids supporter par les fondations; c).— l'paisseur des murs el pane de bois ; b).— les disr.nces entre les con3 truclions; e)— le genre de toits ou toute au tre partie de construction par rapport la protection contre l'incendia ou n la scurit de la construction. Ces rglements, aprs approbation du Con'eil Communal, seront an* nexs au pressai arrt. Arl.fS.— La construction des Ir Itoirs est laisss ans soins du cane* truc eue. Cependant, aucun trot, loir ne pourra lre construit sans l'aulorisation de PAdminisIralion Communale.L'alignement elle niveau des trottoirs ainsi que la nature des matriaux de ccnstruclion seront fixs par le Service Technique. Art. 13.— Toute partie consti* tuant la voie publiquefgols, pava, trottoirs; qui aura t abme par snite des ouvrages autoriss par l'Administration Communale sera rpars par les adjudicataires respectifs dea travaux, sous le contrle du Servies Technique de la Commune. Ail. 14.— Les droits d'alignement pour clturas et constructiona seront paye aussitt que l'autorisa tion aura t aCCor le. La taxe pour droit d'alignement ara perue comme suit : 1 : .— Knadc de riz decli.Hiss G. 2.i 0 pnr mtre i 3 — laade d'Eloge G. 2.00 par mtre. 3 .— Faade de clture G 1.00 pnr mlr Les propritaue de con-tructiotia avant pluaieunl oedee paieront pour chacune d'elles. Art. 15. Les propritaire! ou enlrepieu.m a un titre quelconque de reeonstrucli us qui contreviendront aux dispositions de ce! Arrt, seror t passiblec dee | eini s dictes E nr la Loi en matire de voierie uraine, lesquelles sont l'am. nde, et en cas rcidive, l'en prisonnemsnt, telles que ce* peines sont tablies par le Code Pnal. Art. 16l.e prsent arrt nbro. ge tous arrtes ou dispositions d'Arrte qui lui sont contraires et ara aprs approbation du Secrtaire d'I • lai de l'Intrieur, publi et ex uttf '.a diligence du Magistrat Comu.u, nal. F 0 1 0|1 dn Conseil Com• muna', 'e i* Juin ig^-j le bfefiatral Commun Edmond M.w. Vu il approuv : u %  'tirew*'"" eri '" r *' \



PAGE 1

i Lt b /TIN •* %  fortifie Un mis de maladie abrge t&tre Vie d'une anne. Le L&BOL permet d'viter les maladies en augmen* ta ai la force de rsistance de l'organisme puisement aerreus Convalescent: Neurasthnie Ples couleur Surmenage I Mgmenta I fora naMUM et rend aux fur rajeunis toute lent net* fit, leur touplem et lao v%uav*. C n'tet aa* M* • Jirl# h Hrtrbl. r$st et pult /7o*a* i GLOBOL L'SPINION MF.DI5ALE Je nui nHWrwr quai* 01 MOI xlx*g r.oia!ewcnt 1 Siva'Asairice. oi '"••la s'exp.iau* ..lflini. Ma!". oa Itiniwur. C"6i n tonique d i %  iTM w>ii 'ii, contrairement aux exciWnU habjUmls, manifeste un action rellement utile tt persistante. Il ahr " lu convalescence au-ajuMite. pour 6tP*l dire, la lorco le vre. dont Wul w aoor* rf-srfo, non l'avona vu. dans le wulien de* cotilfitona oajenlleUea de r&U taara C'eai pourquoi noua preadivona a cure* de Olobenl a la plupart n ne rencorc najjt -nuwine contre-lndlcaUun et peitneilant une lu",* UJoac* contre la dethAanca liemaloflnlqtic. D'Ttlenne CftUCtMV, Ancien Interna a Pana. Eubl" Chatalala, t, rua da VatiKlaojwt, Pari, ru>m %  karmaete* 'Y K %  F,0. riFPfF C'w MJIIOD ( tablie e?i 847. m Peintures, Vernis, Ocres do loules sorti Supriorit BlSPMj Q.ialit et Prix, dfiai (o ile concurrence. on K, Thbai Agent pmr 4-M KT eT Vaillante* Houet Agent Gnraux £1720 Rue du Magasin ue l'Etat Pharmacie F. Sjourn Le Malin du matin a 6 e* prvues dans erterie Donne avis sa elientls aux mdecins et au nubic qu'elle a Manisoriu son Laboratoire d'iologie en un Laboratoire lt biologie appliqu sous la Direction du Dr liicoi et t. Sjoun Le laboratoire es' ouvert toua le< jours de 7 oeures du s >r pour lo les les racherchea^ei ani annonce cl jointe, saut pour le Wa&wuiana et U conaa .! Ur^ S roui reues que lo nr-Ii de clia lue 98 nain* S'adre^r il Phar meie pourlei nJlne'g e MBlr ^Inalfes.vJ'unni et Sus gastrique, Raction de WaaaermtQt) BMilOQ deTnboulr, K&aaieu du sang et du pa Examen de*, matires fcales ixaraen ue erMllI ^Ibirrino rgner Ccis!ari'e.L'r r SciMaiif Recherche dr A; irchles elCo de Mtcxquei; etc t tr. Fond le 1er Aril IV07 m i ai Abonnements UN MOIS Port-au'Prini* bouide i Dparlements .50 Etranger 3.00 Boite Postale: 118 Tlphone 24$ Bureau: tiue Amricain?; t?,hS. )avis lakiiig Powdj ( poudre (l'Elvation) Le meilleur Bakii powder. L'extrme supriori! Prix Si qualit dfiant toi concurrence. Lon R. Tbbiod Agent excluilt pour Htltl Paul Sals AVOJAT Reconvreaisats CJ:D arciaux, Affaires l'itrtMir. Correspondants Washing ton, \ew-York, Barlin, Londres, l'a ris. Me i ue Roux 217,1'on-uu-l'rince '-% %  -' AI4UMINUM L1IE New-Orlans et South A nier ican Siea m pshi p C Inc. Frohala$ dparts directs pour Port Mii.Princi —Hati SfS^GfO* & M*'-c\ %ur< povr le* port uivant: Cariha§m§ t For in, Colombie, Cu aao, PortoC% huit o,La Ouayra, Point -PHr, Fort de*trave, U dgiown, lia bado* t Port cl Spam, trinidad, Georgetown* A. de KATTE1S *& Co An*ni* Gnraux fc^ Buggys Bugeyi revis cetiu -. • mi i* -let bf.^gy*ir? l^geais,dernier modle. Prix raiioonto e. 9 4 adrpsa r %  < L. PrtliE rZ\1 W'N 1GG1RH0LM Rii8 du Quai Empresa iaviera de Cuba Le iteemer HAB.V.N \ eal attendu vers le 20 comnnl de Puerto Plate et prendra des passagers fret pour Ici ports do Cuba. S'adresser L> PREETZMAN.N AGGERHOLM ^Agent vez-vou vu les CASQUEUES trangres Chez Isaac Dishy 1138 Rue Courbe Elles sont trs lgantes et 2111 prix seulement, de gourd;* .*t,50 AGCOUHEZ ? Brevcl simple de capacit & Brevet lupl ieurde capacil A vendre l'Imprimerie CHEHAQUIT PRIX K-DLllTd S'adresser la Direction, Rue du Rservoir ou du Doceur Aubry L;* liaison H. S1LVEJ La Maison H SYLYER1 se lait le plaisir Tinta nombreuse clientle qu'elle vient de recevoir, derniers steamers, les articles suivants, de toifl cheur. Drill Union couleur anglais, diverses qualits. l,rill union blano angiais Drill tussor Chapeaux de paille Une d'Italie Cnapeaux feutre liorsalino Cnapeau.v de.ni-feutrd Itorsalino liui ( ijaax daniieatre d'Italie. Cnapeaux veiour d'Italie Voiid niano barras A; mouohes Pique blano suprieur pour jupes P-i. ...aie blanche sup. Itaptiste (ine pour chemises l Itatine nlanone Qabardine blanoie barres & unie Zphyr anglais pour chemises kaki Jaune suprieur anglais Kaki jaune anglais extra suprieur Kaki blanc Drill blano anglais suprieur Lollenue couleur Grands rideaux mousseline pour portes Molletons ootil & blano suprieur Paimbeach gris anglais Diagonale uolr Alpaga noir Casimir anglais assorti Damass pour matelas anglais, dauble UrgaiU" Organdi suisse brod couleur Bas a jOurs s ( liiaus i ettes sup. pour en'ante, oouleiirr A Ws ai u 11 de jehinc pour tailleur | L.islriiie po r tailleur Lotions l'ivert Voile barres soie an jiais, eoui&Sblane* TuUe pour 1re Coiiia'i union Toile voile pour cadre Tussor Japanais pour Chemises homme. Toile voile pour voilier etc. etc. etc. J Une visite la Maison iilvera vous convain erl bonne qualit de nos articles et de nos prix 1 les [dus bas de la place;est-ce pourquoi il B,u< de jour en joui de nouveaux clients.



PAGE 1

HlSSINfr ISSUES EMTIONS MANQUANTES



PAGE 1

SUR PHOf'Ui&TAHiE MWMECB lmeut lUajIoire BOIS VERNA 1395 Rue Amricain BilKRO C 20 CENTIMES ELBihOB Ko 248 C'est une erreur de dire que dan une grande ;".me tout est grand.H n'est point d'esprit suprieur qui n'ait sea petits cis, ni de cœur dlicat qui n'prouve des sentiments vulgaires, lie mmo que chez beaucoup d hommes mdiocres, on peut trouver des aspira* tions leves,de mme on rencontre ohez les tres les plus noble de* penses naevquines. Partout le bon et le mauvais sont mlangs et se tiennent .Toute Ja diffrence est dans la proportion. fltae ANNE X 8. %  Bible confrre, qui fait l que Gust iw I lerv, Nirect ur de la YVtoiJ h presse p.irisi.'uu '. apIktioii la plus criarde pfixigiieuse de notre prsJl>, Cet aimai'le confrre piosi ledvouem nt la l'opinion que l'on pro'l'occupation que le Pays Bellement. Ma il n'a pas tort. Mais 'W il a ton, o est qu ind M nous sommes pour le Jde j'Uccup t tion militaiPlail pas encore, — et Te dans les dbuts de BcedoxM. Borno,—lors ;vons mis l'opinion tpubli-|ue tant dsorIfe et la gen larm :rie "M un de sombrer dfinitive Utre n a ,y| 8 *"*. ce -gime i U ? P|?visoire et ap-JMuellement. C? Ue i 'ouallieln-de S fc Pour le dire, on P-*J"iotis,no bon marflg Jit encore mieux, %  Ne e i a ,a "^n'aKffte lon du Kto?,; £;Pint tonKl X e Ses Veux et h M S l ire parA^^ent des insti81, malgr cela, on vent nous faire passer poutratre la patrie, ut us nous contenterons de hausser les paules en observant les gestes de ceux qui croient que ban moyens servent la p?trie et la cause nationale. Il n'y a pas, au reste, que sur cette question de l'occupation et de la reconsti'utioi. de notre reprsentation nationale, quo nous sommes victimes de lounli de la pari de certains confrres. Juste au moment o nous crivons, il y en a un qui mne dlibrment la campagne eu laveur des mthodes anglo-saxonnes d'ducation et de l'agriculture. Toutes les ides qu'il met sont ntres, et nous ne pouvons qu'applaudir des deux mains de voir l'accord le plus comp.ct s'tablir ainsi e 1rs ce c mfivre et nous. Il n'est pas moins vrai que, comme l'autre,notre excellent con frre s'attribue, la primeur et le monopole de c s ides et ni lui ni l'autre, n'accorde un souvenir au Matin en sa qualit indniable de prcurseur et de prdcesseur. Loin de nous la penss de nous plaindre. Nous sommes des semeurs et, comme tels, nous sommes satUfaits de voir la rcolte. Nous semons des ides et, au surplus, nous pratiquons la philosophie. Nous ne nous plaignons donc pas, mm i qu ind nous recevons dus coups pour le triomphe de nos propres idesMais nous constatons. Varits La direction do Varit donne ce *oir la suite du film intressant. I Le Tiare Sacre 4e, ne a 8e pisode* Entre gnrale M centimes J — Demain A l'occasion de h fle Noir' i.mede PA-tomption patron ne de la Ville de Tort au Prince, on aura le plaisir de voir drouler sur l'cran L'treinte du pass Palli Journal el un commue Entre gnrale une gourde i Vente l'Encnn Jeudi li aot 13 Il sera pmcAdJ udi 10 aot Iuteilles alcool e menthe, 13 caisses d Vermouth 8 caisses et 2t boites condensed tiilk 17 b .ut lies de vin. 9 bouteilles BfSO de wij , 8 bouteilles Liqueur Cura ao, 4 bouteilles Vin Ionique, .e ver nue lu Commission a recomman l le chiffre des vauations portes |arlg)uvei-nemul. v propos des valuations en gourdes, il dit qv \ 1 Ministre des Finances et le Conseiller financier devaient venir devant la Commission avec des lois mettant en gourde toutes les i du il ons en or. mais que rtsn n\i t fa t. Le premii r b 1 • tait d icilair m %  conseiller Sl-CIo id laappuTi Ce derniers relev des contrdicflnna dans le m >tifs du r pport. Il lil les conclusions d 1 rap< port, en faisant ie-sorl;r que la Commission recommande nu C inseil d'Etat le travail tournis Ces conclusions nitti ciaires el formelles. Or, il faut 61 e logique. Ou bien rejeter le conclusion, du rapport, s'il y a des critique., ou bien l'a topter. L" co seille> Eli -, Prsident de la Commis-ion du Budget dil que la Commis on a discut avec le gouvernement en vue d'hblir un budget Il vaut mii^ux avoir un bu Iget mdiocre que rien du lo il. Nous avons dil pourquoi, ajoute*! il. nous n'aimons p certaines di-positions d 1 bu Iget. N us avons recommand de les adopt r quand mme, pour que le budget prochain puisse cire amlior. Vola ce qui a inspir la Commission du budget dans le travail qu'il a soumis n.i Conseil d BUt. Bi on trouve ries contradictions., ce n'est pis de nohe faute Elles existent vraimen'. El'es ne sont pas dans l'espril d. s m< mbres d %  la Commission, mais dais 1rs faits mmes du budge'. Nous avons Conclu que le Com-eil adopte le budget qui a t prsent et nous croyons que le rejeter, ee serait pire. — .V.us ne somSON psi jpartissni du pire). it que un col a pa> suivi son s'est efforce de tudget n'est diffce s ut des budgets es chiffres Le conseiller Delabarre PierreLouis dit qu'il faut tenir compte des condition laborieuses dans Leeqael' les la Commission s 1 il ruii rapport. Il s agit de ravoir si les COOClusio S du rapport doivent fttrs mises en discussion, mail 10 suis de l'avis des conseiileis itou/ur et Si Cloud. La Commission n* pa conclu. Elle devait recommander d'accepter ou de refuser le buOg1 elle ne l'a pas lait. Il lui laliuil conclura d'une faon positive. 11 s'.i^ii niissj d'abord de savoir i le Conseil d BStal accep te un budget en ur le Mr Me Quffie, mini-lie ,1eF inance*:— Ce budget en gourde I produit plus do bruit qu'on ne U pensait Le Prsident de l'Assemble d clare qu'il rsulte des dclarations du conseiller Delabarre Pierre-Louis qiie la Commiaion du Budget n'a pas conclu. ( Il bl le passages de la fin du rapport), lllconsubc l'As semble h snvuir^a v a lieu d'admettre le budget . 'Le conseille Kli lgue Pierre argumentation. monlier que renl en quoi (__ snlrieuree. On a pris des qui taient en or et on les a multiplis par ii, mais pour les valeurs affrentes aux dispositions constitutionnelles, on les a laiss telles. Peut-on dire que ce budget esi entirement 1 n gonr les '.' Mr Ma -liuflie. Mini-Ire des Finances : Il n'y aurait pa* eu d'iuOonvnienta laiss r le %  budg-t, comni.par le pass, en or 11 eu gourdes, car. comme je vous le dem uitrerui loiil I beuie, ricu n'esl chang par l'valuation en gourdes Mais le Conseiller financier a voulu nous rappeler un principe qui est adopt p rlOUt, savoir : que 16 budget d'un raya se fait dana -a monnaie natio naie. kn effel, m essieu ra, maigre la dprciation aubia danslaciica letiuu montaira de loua le pav-, depuis la guerre, ces paya conservent tout leur budget eu monnaie nationale ai non en dollars, malgr ans-i les fluctuations que ces monnaies sub.asent et qui influent sur ces bu bils J'attire voire attention nr ce poittti car de ce cot l, nous sommes plus avantags que beaucoup de ces pays, vu que notre gourde est alab lises et <-hangeable contre 20 centimes or. Je viens de dire que ritn i.-l chang par l'valuation du budget gourdes, puis qu'une loi a dcid que toutes |eg obligations de l'Etat n or, prvues par la Constitution ou parles lois, sont respecte. Dans ces conditions, o donc est le prju dite cens la richesse publique V O sont donc les conaquences craindre pour la circulai ion ? Notez •ncore, meesteurs, qu'il ne s'agit pas de notre ancienne gunrdc qui ne rcpo.-.,il sur aucune gar.inlie effective et qui servait, la moindre cii.se. k •nriebir, quelque pros apilnlislcs en rainant la eolleotivil. Non, nous avons en mains des billets de la l i'ie Nationale dla Rpublique d'Hati, val.. ni une gourde ou 20 ce n limes or, changeables volont et gai aiilis pai il e. > 1 is cr.iigi e/ peut Aire que le I ": les ne favorise bop vite l'augmentt! in des billets de la Ban que. Mais notez, messieurs, que 'e budg t n'e-t pa un fadeur qui favo rise la circulation, sauf dans le cas de l'iugmantstion des dvfeuiN d l'El il "ii des api oii l. ments de ion. n nnirei pu) I.. -.— Les vr u-t la. leurs quigrosi i ni I ition des billet) de Banque rsident plutt dans l'augmentation de la produe lion ou dam la plus valu des pro duita exportables du Paye. Ce qui constitue l'am ioration de Ptai co nomique du pays Je crois, Me isieurs, .pie 1 -•,( |e mol grmrde nul .1 aue^ cette n su1 impn ssion sur vous. co

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06001
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, August 14, 1923
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06001

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
SUR PHOf'Ui&TAHiE
MWMECB
lmeut lUajIoire
BOIS VERNA
1395 Rue Amricain
BilKRO C20 CENTIMES
.
ELBihOB Ko 248
C'est une erreur de dire que dan
une grande ;".me tout est grand.H
n'est point d'esprit suprieur qui
n'ait sea petits cis, ni de cur
dlicat qui n'prouve des senti-
ments vulgaires, lie mmo que
chez beaucoup d hommes mdio-
cres, on peut trouver des aspira*
tions leves,de mme on rencon-
tre ohez les tres les plus noble
de* penses naevquines. Partout
le bon et le mauvais sont mlan-
gs et se tiennent .Toute Ja diff-
rence est dans la proportion.
fltae ANNE X 8 PORT-AU-PRINCE (HATI)
MARDI 14 Ail 192.*!
h ides et nos confrres
EU. D'ETAT
inosaimal.li.'s confrr-ps,
ci, inicivoiniil in lirec-
Jddi srteriit!iii ilms une
fijiciission leve enliv no-
jjleTemps- ot nous au
i nos nuances politiques
s, a pris occasion Je ce
lit entre nous de -on
r et de sjouwrnomen-
frilir^qiii' pirl.r de 'con
or un moment r nous
jous le rgime Je l'occu-
[Jtrangre, constitue une
I: et il i conclu que, dans
ilons, nous ne pouvons
iconservateui , ni foli-
otai, mais seulement
i>.
Bible confrre, qui fait
l que Gust iw I lerv,
Nirect ur de la YVtoi-
J h presse p.irisi.'uu '. ap-
Iktioii la plus criarde
pfixigiieuse de notre prs-
Jl>, Cet aimai'le confrre
piosi ledvouem nt la
l'opinion que l'on pro-
'l'occupation que le Pays
Bellement.
Ma il n'a pas tort. Mais
'W il a ton, o est qu ind
M nous sommes pour le
Jde j'Uccupttion militai-
Plail pas encore, et
Te dans les dbuts de
BcedoxM. Borno,lors
;vons mis l'opinion
tpubli-|ue tant dsor-
Ife et la gen larm :rie
"M un de ^ni.il y avait lieu.pour
fcjnenl, d.- r.-mpiv avec
[Occupa!ion pratique
uc'sseur et d'iuH.igu-
Nwioiiiiqu.j de de-
vons longur-n, i,t ,iCve-
iJieti.ous v restons
pdphise notre con
'avons ainsi prcd
"e ?e son naiionalisme.
nous pensons qu'il ne
' utlaiiii'ns partisans
s w'iuccupatioiide leur
"marnes qui ont d re-
iLV' terveiiiion ar-
g-lmsamis tin, il y
J annes a un tude
pmuer de vivre tans
, > sombrer dfinitive
Utre na,y|8 *"*. ce -gime
iU? P|?visoire et ap-
-JMuellement.
C?Uei'ouallieln-deS
fc Pour le dire, on
P-*J"iotis,no bon mar-
flg Jit encore mieux,
Ne e ia,a "^n'a-
Kfftelon du
Kto?,; ;Pint ton-
Kl Xe Ses Veux et
h M S l- ire par-
A^^ent des insti-
81, malgr cela, on vent nous
faire passer pou- tratre la pa-
trie, ut us nous contenterons de
hausser les paules en observant
les gestes de ceux qui croient que
ban moyens servent la p?trie et
la cause nationale.
Il n'y a pas, au reste, que sur
cette question de l'occupation et
de la reconsti'utioi. de notre re-
prsentation nationale, quo nous
sommes victimes de lounli de la
pari de certains confrres. Juste
au moment o nous crivons, il y
en a un qui mne dlibrment la
campagne eu laveur des mthodes
anglo-saxonnes d'ducation et de
l'agriculture.
Toutes les ides qu'il met sont
ntres, et nous ne pouvons qu'ap-
plaudir des deux mains de voir
l'accord le plus comp.ct s'tablir
ainsi e 1rs ce c mfivre et nous.
Il n'est pas moins vrai que,
comme l'autre,notre excellent con
frre s'attribue, la primeur et le
monopole de c s ides et ni lui
ni l'autre, n'accorde un souvenir
au Matin en sa qualit ind-
niable de prcurseur et de prd-
cesseur.
Loin de nous la penss de nous
plaindre. Nous sommes des se-
meurs et, comme tels, nous som-
mes satUfaits de voir la rcolte.
Nous semons des ides et, au sur-
plus, nous pratiquons la philoso-
phie. Nous ne nous plaignons
donc pas, mm i qu ind nous re-
cevons dus coups pour le triom-
phe de nos propres ides- Mais
nous constatons.
Varits
La direction do Varit donne ce
*oir la suite du film intressant.
I
Le Tiare Sacre
4e, ne a 8e pisode*
Entre gnrale M centimes J
Demain A l'occasion de h fle
Noir' i.mede PA-tomption patron
ne de la Ville de Tort au Prince, on
aura le plaisir de voir drouler sur
l'cran
L'treinte du pass
Palli Journal el un commue
Entre gnrale une gourde
i Vente l'Encnn
Jeudi li aot 13
Il sera pmcAdJ udi 10 aot I 10 heures du malin, Hue lionne
Foi ou Prou No 312 k la vente
l'encan .! s niarobandisea suivions:
78 B uiteiiles ILenof.rin. 1030 pa
3nets ilaspirine, 02 b >uteilles alcool
e menthe, 13 caisses d Vermouth
8 caisses et 2t boites condensed tiilk
17 b .ut lies de vin.9 bouteilles BfSO
de wij , 8 bouteilles Liqueur Cura
ao, 4 bouteilles Vin Ionique, de paraliiie 11 Couteaux.71 paquets
de papier?-, 3 Filtres, 101 Boitas de
cigare-1, 145 boites Extrait! de quin
quiua, 70 Ferblaocs de verni*.
Montbrun EUE
|ncsotur public
_ A la sance d'hier, le Con-, il
d Etal aprs la sam lion d'un procs
verbal i la ! lure de la correspon-
dance, le liera* point de l'ordre dn
jour amenant la die. nssion des com-
binaisons du rappoit de la Commis-
sion du lin |g I pour l'exercice 102 t-
I9ii, lecture esl donoa de ce lap-
port pur le 1er secilaire.
Le Cabinel sa complet tait au
banc de l'ExcuHf
Le conseiller Charles Rouzerdit
que suis vouloir chica cr, il esl en
mesure le retou; ner les observations
de son collgu- Danache reprochant
la Commission des Finances de
n'avoir pris conclu a l'augmentation
des appointements des employs de
la Poste. Un va statuer tout a l'heure
sur le rapport de la I ion du
Budget, mais comment faire?... La
Commission \Vi\ pis conclu il une
fa m formelle,posit.v . Il s r il bon
d'entendre le rupporleur de la Com-
mission.
Le Conrel 1er Olivier St-Cloud ap-
prouve eiinrem-ni ion collgue
Hou/ier. !: effel, ajoule-t-il,
non seulemen' la Commission n'a
pas conclu, mais encore il v a des
contradictions dans son rapport. Il
les et .bit en lisant les passages qui
les con^lituent et demanda nu rap-
porteur de la Convnisioo les expli-
cations cet gi I.
L conseiller Danache rapporteur
de la Gomnis ion du li idget dil que
a deux coll g is n ml pas b eu lu
le rapport. Il l'ail ..!>.e ver nue lu
Commission a recomman l le chiffre
des vauations portes |arlg)u-
vei-nemul. v propos des valuations
en gourdes, il dit qv \ 1 Ministre des
Finances et le Conseiller financier
devaient venir devant la Commis-
sion avec des lois mettant en gour-
de toutes les i du il ons en or. mais
que rtsn n\i t fa t. Le premii r
b 1 tait d icilair m dpi. Dius c ii< m 1. n \ 1 ne
plus raioe. Il n'y pas de contra iie-
lions dans la rapport, li v a 2 par-
lie : 1.1 partie relative du cbiffra
global et l'autre m bu \j I g inrd is.
Le ministre Elameau inlervlenl
pour dclarer qu s le eonsailler It m-
zier prtend que le rapn rt n'a pni
conclu et que !> conseiller Sl-CIo id
laappuTi Ce derniers relev des
contrdicflnna dans le m >tifs du
r pport. Il lil les conclusions d 1 rap<
port, en faisant ie-sorl;r que la Com-
mission recommande nu C inseil d'E-
tat le travail tournis Ces conclu-
sions nitti ciaires el formelles. Or,
il faut 61 e logique. Ou bien rejeter
le conclusion, du rapport, s'il y a
des critique., ou bien l'a topter. "
L" co seille> Eli -, Prsident de la
Commis-ion du Budget dil que la
Commis on a discut avec le gou-
vernement en vue d'hblir un bud-
get Il vaut mii^ux avoir un bu Iget
mdiocre que rien du lo il. Nous
avons dil pourquoi, ajoute*! il. nous
n'aimons p certaines di-positions
d 1 bu Iget. N us avons recomman-
d de les adopt r quand mme, pour
que le budget prochain puisse cire
amlior. Vola ce qui a inspir la
Commission du budget dans le travail
qu'il a soumis n.i Conseil d BUt. Bi
on trouve ries contradictions., ce n'est
pis de nohe faute Elles existent
vraimen'. El'es ne sont pas dans
l'espril d. s m< mbres d la Commis-
sion, mais dais 1rs faits mmes du
budge'. Nous avons Conclu que le
Com-eil adopte le budget qui a t
prsent et nous croyons que le re-
jeter, ee serait pire. .V.us ne som-
son psi jpartissni du pire).
it que un col
a pa> suivi son
s'est efforce de
tudget n'est diff-
ce s ut des budgets
es chiffres
Le conseiller Delabarre Pierre-
Louis dit qu'il faut tenir compte des
condition laborieuses dans Leeqael'
les la Commission s 1 il ruii rapport.
Il s agit de ravoir si les COOClusio S
du rapport doivent fttrs mises en
discussion, mail 10 suis de l'avis des
conseiileis itou/ur et Si Cloud. La
Commission n* pa conclu. Elle
devait recommander d'accepter ou
de refuser le buOg-1, elle ne l'a pas
lait. Il lui laliuil conclura d'une fa-
on positive. 11 s'.i^ii niissj d'abord
de savoir i le Conseil d BStal accep
te un budget en ur le
Mr Me Quffie, mini-lie ,1e-Finan-
ce*: Ce budget en gourde I pro-
duit plus do bruit qu'on ne U pen-
sait
Le Prsident de l'Assemble d
clare qu'il rsulte des dclarations
du conseiller Delabarre Pierre-Louis
qiie la Commiaion du Budget n'a
pas conclu. ( Il bl le passages de la
fin du rapport), lllconsubc l'As
semble h snvuir^a v a lieu d'ad-
mettre le budget .
' 'Le conseille Kli
lgue Pierre
argumentation.
monlier que
renl en quoi (__
snlrieuree. On a pris des
qui taient en or et on les a multi-
plis par ii, mais pour les valeurs
affrentes aux dispositions consti-
tutionnelles, on les a laiss telles.
Peut-on dire que ce budget esi en-
tirement 1 n gonr les '.'
Mr Ma'-liuflie. Mini-Ire des Fi-
nances : Il n'y aurait pa* eu d'iu-
Oonvnienta laiss r le budg-t, com-
ni.- par le pass, en or 11 eu gourdes,
car. comme je vous le dem uitrerui
loiil I beuie, ricu n'esl chang par
l'valuation en gourdes Mais le Con-
seiller financier a voulu nous rappe-
ler un principe qui est adopt
p rlOUt, savoir : que 16 budget d'un
raya se fait dana -a monnaie natio
naie. kn effel, m essieu ra, maigre
la dprciation aubia danslaciica
letiuu montaira de loua le pav-,
depuis la guerre, ces paya conser-
vent tout leur budget eu monnaie
nationale ai non en dollars, malgr
ans-i les fluctuations que ces mon-
naies sub.asent et qui influent sur
ces bu b- ils
J'attire voire attention nr ce
poittti car de ce cot l, nous som-
mes plus avantags que beaucoup
de ces pays, vu que notre gourde est
alab lises et <-hangeable contre 20
centimes or.
Je viens de dire que ritn i.-l
chang par l'valuation du budget
gourdes, puis qu'une loi a dcid
que toutes |eg obligations de l'Etat
n or, prvues par la Constitution
ou parles lois, sont respecte. Dans
ces conditions, o donc est le prju
dite cens la richesse publique V
O sont donc les conaquences
craindre pour la circulai ion ? Notez
ncore, meesteurs, qu'il ne s'agit pas
de notre ancienne gunrdc qui ne rc-
po.-.,il sur aucune gar.inlie effective
et qui servait, la moindre cii.se. k
nriebir, quelque pros apilnlislcs
en rainant la eolleotivil. Non, nous
avons en mains des billets de la
l i'ie Nationale dla Rpublique
d'Hati, val..ni une gourde ou 20 ce n
limes or, changeables volont et
gai aiilis pai il e.
> 1 is cr.iigi e/ peut Aire que le
I ": les ne favorise bop vite
l'augmentt! in des billets de la Ban
que. Mais notez, messieurs, que 'e
budg t n'e-t pa un fadeur qui favo
rise la circulation, sauf dans le cas
de l'iugmantstion des dvfeuiN d
l'El il "ii des api oii l. ments de
ion. n nnirei pu) I.. -. Les vr u-t
la. leurs quigrosi i ni I ition
des billet) de Banque rsident plutt
dans l'augmentation de la produe
lion ou dam la plus valu des pro
duita exportables du Paye. Ce qui
constitue l'am ioration de Ptai co
nomique du pays
Je crois, Me isieurs, .pie 1 -,( |e
mol grmrde nul .1 aue^ cette n su-
1 impn ssion sur vous. co rels aura lieu pour le mark, loi- |oe
l'allemand aurareconstit 11 linan
ces.
\insi dom. ca n'est pas sans
avoir bien tudi la que ition que le
gouvernement 1 lopt te budg' 1
m b s que le conseil li 1 ttnani 1er
Mr Hord lui a prsent 1 n avril der
nier et qu'il maintient aujourd'hui]
par suite .les considrations qu'il
vient de voua soumettre.
Lgouvernement a voulu s ins-
pirer de l'opinion de quelques -p-
clalistes, al il en a convoqu dix des
plu-; comptents,entr'autres trou de
vos honorables membn s.
La discussion a roul sur le point
d" savoir si le budget pourrait tre
l'ili sur une seule unit, la gOUrdj
ou l'oi
Pieu que la majorit ait opin po ir
le rejet du budget gouides, le gou-
vel nem< ni n'a pas trouv ses 1- i -
Bons convaincaintas.
Q 1 ml au bu Igel or, Inutile de voua
dire qu'il 11 pouvail eu lreipiesiion.
Du mom mt que lout devrait dira sn
or, larif des douanes, sppointen anta
I s Ibuctionnaires, etc, lo gouverne
ment a pens qu'en dehora des per
tubati n- qui sera ont rauaes dans
le 1 ,,i de Pexistence.il faudrait q ig
notre production fui telle que tout s
nos importations fussent p*vea par
no produits exportables, autrement,
que l'or soit dollar ou una frapp
nationale, il ne nous resterait pas,
comme nous en avons ou la preuve
k d'autres poques* toujours des pro
du'ts exportables pour payer nos
Impor tstiona, de faon m: pas lro
obligs de rexporter lor, c'osl k
qu ue nenl Irai il la en
garmliss wil la scurit pub'iqua et
eu or -i:n i,t le travail de, en imps,
La fei lil l le noire sol nous per
met de dire 'pie nous.atteindrons ce
r sjultat, uneou deui annes aprs
l'irrigation le dos plaines.
Si, InVsaieurs, uiti s ces conejd
rations a 1 uffisenl pas panr
ado,.1er la m ture prise p ir la gea
v. rnement, vous voudrez bien pri ir
les membres de la Commission du
budget de dsigm r A PAssembl is
le principe oonomiqua ou financi 1
que le budget gourdes a vi ils
Le cuiseiller Routier combal la
faon .le voir du Ministre et dit que
sea nts font pluldl contra le
al gourdes. Il expose que c'i si
la Banque qui va profiler de la situa
lion, car il n'v a pas d'or disponible,
la Banqu......ira uns situation anor
ma e d m dont tout l'avant
ge sera pour elle. Les explications
du Mimsire n'ont pas clairci laques
lion, concluet-il,
Le Conseiller Lhrisson dit que
cei dbats ont un caractre trAssim
pie. il rpond aux critiques du rap
port en affirmant que la Commission
..'n budget a l'ail intgralement son
devoir. Llle a demand des rensei
tenta prcis au Ministre d.s
Finanees. LU. a fait un mmoire sa
ricuxcirc-n-tir.ci qu'on vienl|de lire,
niftis leMinulre. en voulant donn r
' explicitions* n'a fait que cooy'i
quer, sa situation. Il faut le dire sans
crainte: Le gouvernement a t* trop
faible en la circonslance, il aurait
d refuser le budget en Ri ries
du conseiller financier.! sel h faute
du Minisire des Finances qu aurait
d protester, on a trop fait du Con
stuler ansusisr un mtrs. U ttUa
-- -


lutter contre lii et le Goavernement
aurait triomph.
Le ministie des Finances dit que
la circulation des billets de la Ban-
que na rien de commun avec le
budget, il n'y a au'une coirlaiion.
Ce budget n'a pas dnulur les
conditions, prvues par la Constitu-
tion et les lois.
Le Conseiller Lherissou Tinter-
trompt, fuit une fausse bCi'iio 'il se
trumpe. se rassied et le Ministre con
tiiine son expos..
t Le Conseiller Delabarre Pierre
Louis l'ail la proposition de conser-
ver les allocations prvues en or et
en gourdes par In Constitution et lus
4 lois existantes.
Le Ministre Bourliereau : Je veux
attirer votae attention tur un point
spcial. Mon collgue Itanium vous a
dit, au coir.mencein. nt des dbals,
nu il fallait mit.ie de l'oidie dans
la di russioii. Il s Bgit de llatuei sur
li M conclusions du rappoit de luCom
mission du budg-t. Il faut voir si
elle a rpondu volie attente. A c
t Je cela, il \ a dei chose* qu'on ne
doit paeac epter. Le Conseiller Lli-
risson l'est dress, devant le inims re
deaFinanc m pour lui faire dei rc-
monilances. Je i rois (|iie la Commis-
sion a foi mell. ment corn lu et a ac-
cept en ralit le travail du Ministre
des Finances (Il lit dos passages du
rapport qui le prouvent).
11 faut mettre en discussion les
conclusions du rapport. Il s'agit pour
vous de les accepter ou de les reje-
ter.
Le Conseiller I,hrisson proteste
qu'il nu pas BU a faire de remon-
trances au Ministre, mais des repro-
ches. Sur sou air bien conu : "C'est
lamentable m il module des varia
tions l'infini.
I Le Ministre des K i anees dit qu'il
croit que toule la confusion produite
dans l'esprit du conseiller Lhcrissoa
provient qu'il semble croire que tout
ce qui est prvu en gourdes sera pay
en gourdes, bu comptabilit il faut
convertir. Dans sou esprit comme
dans celui de .\lr Hord, ii a t que
la gourde tant notre monnaie na-
tionale' il serait plus rationnel pour
nous d'avoir un budget en gourdes.
Mr Hord a t 7 fois Conseiller linan
cier aux Etats-lnis. On ne l'aurait
psj nomm pour ici. s'il n'tait pas
comptent. El je ciois, ajoute t il,
que nous le regretterons un jour.
Avec des considrations claires,
scientifiques, il dmontre encore une
fois, que dans le budget tel qu'il est
pisenl. il n'y a rien de chang.
Le ministre Hameau dit qu'une
Commission ayant statu sur un pro
jet de l Excutif, on ne peut amen
der les conclusions de son lappuit,
ces conclusions doivent tre acceptes
ou rejetes. Le Ooosoii d'Etat ne
rieut voter la proposition Delabarre
'lerie Loui-, parcequ'ioconslitution
nelle. L'Excutif seul ayant le droit
do prs, nier le bu lg>'t au Corps L
gulatif,
Aprs des observations dos conseil
leis Obviai Si Cloud, Emile Elit, De
lubarre Pierre Louis et J une Tho
mas, les COnC USioilI du la: port de
la Commission lu Budget mises aux
voix, ont t votes.
-r
r
&**&#

La fameuse
IL S Navy News
13 Aot.
LONDRES. La nouvelle
not.-* lu gouvernement anglais
la France et la Belgique 8 dclar
que l'occupation de la Ruhr tait
illgale sous le trait le Versailles
ci Mggre que ils mesures soient
ailo,it. 's pour le retrait les trou-
fm et pour une inv 'sti^.iti 3ii d
a capacit allem m le des rparations par une coinmis-
sion impartiale II es! suggr nue
la coopration amricaine doit
tre rachtrehe
NEW-YORK. Le francfran
aii ett tomb 5 cent* 1/2, le
plus beau niveau connu dans l'his
toire, comme rsultat <\ lw-
loppements politiques en Europe
ConcorJ N. U. Le snateur
Moses a prdit que le Prsidant
Cootidge serait candidat la no-
mination prtidentiellf rpublicain
pp dans la prochaine campagne,
Avtj UU api'Ui solide.
BAKIMG POWDER
(Poudre Pte "Royal")
Absolument Pure
fait lever parfaitement toutes sortes d'ali-
ments prparcs de farine, tout en permettant
d'pargner des oeufs
La Royal Baleine Powder permet de faire de dlicieux Petits
Pains,Tartes,Biscuits, Gteaux, etc., avec l'avantage important de
pouvoir supprimer des oeufs.
Dans beaucoup de recettes on n'a que besoin de la moiti des oeufs,
dans d'autres on peut les- Buppr wr compltement, si l'on ajoute
une cuillere caf de Royal Baking Powder au lieu de chaque
oeuf omis. Le rsultat sera toujours excellent. Nous vous recom-
mandons de faire un essai avec la recette suivante:

PETITS PAINS
(Le meturo toujours niveau de bord)
2 tasses d farine (230 gr.)
3 cuilleres caf de Royal Baking
Powder (12 gr.)
1 cuillere bouche de sucre (14 gr.)
1 tasse de lait ft litre)
2 oeufs
1 cuillre bouche de beurre ou ain-
doux (14 gr.)
Tan ensemble la farine, la Royal
Bakin;; Powder, k sucre et le Kt!. Ajou-
tez le I i lei oeufs bien fouetts et le
te ou graisse. Travaillez le tout
er. pte homogne. Remplissez des
moulas moiti et faites cuire 20 a 25
:.tcs.
de croire que la Frio*n'.
ull>iieur Ja,l^^,,
EaVsnte dam icaus Les Epiceries
JOIE NTSK 2
e
mot
Demandez toujours de la ROYAL BAKING POWDER, ce qui signifi
"Poudre Pte Royal." l ne suffit pas <*e mentionner seulement le me.
"ROYAL," vu les i: l qui existent sous ce nom. Sur rtirjuette de
chaque bote de ROYAL EAKNG POWDER av.thentique vous trouverez
une reproduction de la mtmt boite et le mot KO Y AL." Rappelez ce dtail!
Notre reprsentant peur !c Rpublique d'Hati:
mi. J. s. howat, Porf-sra-Mm.
Royal BsJdofl Poivdcr Co New York, N. Y,
. MK..
Par Cable
Nodve.les tiiraagres
Que noie britannique
LONDRES D aprs une u< poche
aux Central News, date de 13 i lin,
le cbancel.er i uuo aurait remis sa
dmission an prsident Lberl, mriis
celm-ci aurait rfut de l'accepter.
M.UUtlD Joarhim Sorolla y Bas
tida, i cleb a peintr* espagnol, s^t
mort hi- r dans a villa aux environs
de >1 ai. I. ap es une longue m .tadie.
Aux UiU-||nis
Quel sera la politique du
nouvea i gouvernement?
Le (longrt i sera-i-il
convoqu ?
WASHINGTON Le l'r aident
Coolid^e, lev Haut a assist hier lui funrailles du Pr
aident Hardi ng, est arriv a Wa-
sliinglon ce matin. En descendu)!
de son train spcial. M. Coolidge
t'esl rendu Immdiat mont & ses
bureaux provisoires. Le prsident a
convoque lt>i Qembrei du cabinet et
leur a ritr MO dair que tous son
servent leur : onctions. La prochai-
ne luniou d cabinet aura lieu mir
di prochain. L'un de se9 premiers
actes -era de choisir UD secrtaire,
M. George B Christian Jr, secrtaire
de M. Hirlin0r, ayant donn sa u
mission hier. La question de la con
vocation d'une session extraoidnai
rt du esngrs est toujours au pre-
mier pi m. M. Coolidg* a dj enten
du an certain nombre d hommes po
liiiqies a ce sujet, mais aucun
d'eux il n'a fait connatra sa acisiou.
M. Norman U. Davis, ancien
sous secrtaire d'fctit dan* le gou
verneinj.it do Vi. Wilson et cousiil-
1er li i mai r mi1 khh la conf
r mee de la faix Paris, e t r ut
hier d'ui.rop f-ar i paq i>-b t i'a-
r ripporlan de s m oy g>; les
impreesio ia suivtut s : La situation
eu Car >pe e l extr. no n ml jjrave et
si les Liais Lui ne veulent pis d*
leir pr >pre g s un nieetr lins les
affaires europen ns, ils yseroateo
trams par l> fjrce'dea en >-c-, per
des c intingeo et oou imiqu i. et po
liti iu ie. L Ahem u i, a-t n do n .
e-t ait veil e d aie piriolo de trou
bls. La friction entre les 1 partij
exlrm 's est trs vive et si ci n'tait
1 nill i ma i du c Mitre et l'evel d'un
certain sentiinmt ndionil, provo
(|u.' par l'oc :upationd U Rhnr, je
ne serait pal tonn de voir la gur
re civil.; clater. Il est vrai que le
pu h du cenlre fa blit et il n'est pal
i np weible que no is aasstiont, d i. i
peu. un violent c.onfl t entre 'es
extrmiste* Je giucho et les royal's
ta*.
Dt'uv discours du Prsident
du Conseil
STSXAY Le prsidsqt ju coo
seil a pronona deux discours o il
insiste sur la dter ninaHoQ inbran
lable de la l-'rance de n* pas midi
fier a pilitiij ie l'gard de l'Aile
migne. M. Poincar a prononc 1*
matin son p^emiar discours A Htf
ville, 'inaug irdion du monument
hv lhonnenr des victimes mili
taires et civiles de h guerre. lia
parl des douflrancee de Mirville
penlaol l'oceupitio'i allemande et
conclu en rpondint aut menaces
rrogmtes de Cuno au Reichstag.
D*n 1-sprs mili, Poin^ar est
tano Stenef. Il a i lattg ir 'e mo
naosent sm vic'i n s le h g.ierre
dan* e*ite fille fil | ii fut p n laot
la ola< j,r\ i le partie 11 la g lerre e
ljour d^ l'tneiea Kronsataii elle
mini. Cm lenx dseiari ont t
cris avant la reeptim d la der
n'ere noie b itanni | i , mais M.
Poinear aralt avee lui ce docunssnt
car le mi li^'r d*s iT.irea lriDg
res lui avait tv >y^ 1 e mie o-i/ma
le en anglail "t san halu-tioi afin
qiil put l't ulier Mue retari et y
rposNoVt s il le dsirerait, M Poio
cir pulera encore aujourd'hui.
L": chancelier Cuno, dit le prei
dent du conseil, en f lisant allusion
la recule allocution d i chance
li r au Reich-dag, ne se serait sans
aucun SQttt* pis servi l'un langage
si dinu de raison si les allis
avaient t unanime manifester
leur volont de lui or lonner de ne
pa9 9e rvol.er plu* longtemps con
tre les mesures lfciliines prises par
la Baltique et la France,
A Stenay, Poincar a dit qu'une parti* du mon
de influence osr l'Alleissfis rsfuM
tre motif
actuelle.
^"UH "' pouvoir
que renouveler m.lre rW
ne songeons a craser rT
nous ne disons pas ,UJ
mania ". Nous ne voulooi
die un seul po ice du ter
ne nous appartient pas.
Nous n'avons pa J, j^
mina le prsi lent Nom72
clam, au contraire, aprs k|
toire que nous tions prit,
blier. La haine et la vengesnesi
des sentiments qui n'ont pu,
ur le sol franais. Nous 4*
eulera-nl q ion n'abuis pu,
tre esprit clKValeresqut sldjl
gniesit.
En Allemagne
La dmission du chanc
Cuno
1. Gustave Stressemu
charg de lormer *J
noiiveiiti cabinet
BEftLl.S Le P.sidentfl
a-cepl la dini"ion du chsasi
Cuno et du c .hii.t-t tout entier!]
Prsident a du '. S\. GnslsM
se nau d foi m r un uouveui
net. vl. Slresvintn a eu une
rene avec les r. prssntanU U
vers partis La plu- grau le dili|
oncei ne I inini.-.tre des i|
trangtes et on pens que SlTL
se m i n prendra ce poilelVuille,]
eroit que le nouveau cabinet r
un caractre slrietemnl politisf
comprendra ilfs membres des]
socialiste, uuili, clrical, ""
et dmocraiique.
Consquences du haut |
des vivres et de la peu
de monnaie
U s nouve'l r ueuesde3pro!.
signalent des troubles srieunj
au prix des vivres et la pul
monnaie. Treize personnes*^
tues rt un certain irmbrebli
dans des collisions entre la
les manifestants. A Neurod
de Bieslau, Glatz, en Sil
meut s ont t rprimeifs
mais Hanovre i y s eu 3
40 blesss au cours d'une il
tion de la police qui essayait
peiser la foule qui pillait les l
Ins.
Ln mou ment grviste 11
et dans les autr.-s villes a pr*
tour.iure srie isi en raison
voi d ouvriers dms les thym
rilimes et dans I ts autre* inde;
A Sleltin, la grve gnrais
vue pour 1 un 11. Le* miiM
guite Meuse.witz prsGrtrsll
g vj et tout le' mine-, ur*
industries de Sla^-furt enS'J
m nt. \ itjihtuson prs de
kir heu des .mtences pailwj
gie de Cuno et de Siiaes r
dresses miis la police leil
chos, il s'en est suivi une
foure au cour* de laqae leulj
de police et 3 manifestant!
tu* et 10 blesss.
Dclaration i do Lord i
concern int l'occof
de la Rhur
LONUaiiS-Lj'go.ifarnefll:
tanuique Lins U publication
aiijou.dhiide la correspoua*'
fieiel.e avec les a li i.dePu'Vj
mis en vidence a po-ili du uroblun les reoaratio"!]
mi.des. Lord Curr.n dclartj
legm.er e ne.t brit.iuu'q ^>
dol'ocMp.tio,. lelaHIurJ
iligileet noiH.jl.Mi*e*jra
de vers nie-, up^uy-iul awl
te lion de l'Alleinagoe 1|
en mme .emp il iUed6'Z
laqieslio,. ,m biing* ,
|-,.eni.liu..-le I- i \**. fj
ou t.ut autre Ir.biual. S* J
de la plus pirr.i"lifB1,J*W
ne disant rien de ^"$1
de l'action *paree de U J"J
tagn-.L.rd ***" W&S
po,,.. ,11e la Gr*n.l* J^JJ
peut adhrera la poM.^^
qui prteoi-il. *;
patiouind li'"ed!.U "Sises
L.rl Curz.n ^f'Vi,*
ment franoiis la w" aB#
rer h mthode d..b' .^
mission ioternauonaie P ^
nerlacapa.tdaP^q
lemigne. mus di-laf ^*
de Bretagne ne peut * y
ciliondelconl",<",^


A
irkT**
s
LjjtjiBtlire puisque cotte
lf.foti devenue, un simple
lJ de uuiitique fiatico-bel*
\tatd Lord Curzon dclare
. oiiveroement britannique
Ftoujours su projet de M. bo-
g, usure* lequel la Grande
rerait satisfaite d'oblenir
.flliooi allemandes el des
EM dufs l'Angleterre
Lpi luflisaule pour lune fa-
Lyinlions de In Grande Bre
|iwj les Liai- L'nis.
Nouvelles Diverses
j|i Des crmonies corn
jjth de la conscration de
^ajij de Laval de .Montmo
i comme 1er vque de Que-
lle ls Nouvelle Fiance, ont
gjwrJtiui I tu ise de Ste
jdJesl'res.Mgr b audrillarf,
Userai de Paris, officiait,
pio. aumnier honorait e
je, et l'abb Pcrner de
^iteislaieot. La cen munie
iae par la b' n di lio.i du
ldel'evque de Laval par
Marf.
JCRGKT Gabriel Poulain,
rbiea cornu qui, ava il la
|tlait clbre dans le munie
i t lue il m une chute
jsi.a pr* de Uegny. Ueux
ifu'il avait ave lui mil
m lues. Ce ont : MM. Ar
kJottpb Seep.
|ES Troi9 intrpides na
I quitt la cote anglaise
lius une tentative de tou
i franaise de l'autre c-
Ht, ce sont les amricains
et Sam Richarde de
[ l'argentin Romeo Maciel.
i tempe u 4eme \ ageur,
figue Tirabocchi, par-
uour effectuer la tra
Iseot inverse.
I- La note britannique
: eu dernire tommuni
k Fiance et del belgi.
"nlallhur, a t remi-
> midi aux ambassadeurs
el de Belgique.
Les autorits militai
ontpiis, possession au
llcibcede la bourse du
iugure uue politique in
I paiement d une indtra
Havail el leur otliaut
1" W s la directiou de au
>e et belges.
j-wuiveisa.re de la cons
JWsnuar, a .iu cckbrl
Les habitant., ue la
"I ooins desiiwo
**"". Le autorit* Iran
"leruiiledu.oituieut
iwuooal tsse et dan.
^islazouey.xupee.
.Jf?~~ Lu u'n4"e ii.iiio-
B'or Uil}. U;A an9
^d.ldrd de lianes
L* banque de l'd.
WMpour but j'oblenir
, vU qul serviront
f*cbel6e.
f lJ journal de .Nancy an
WJuiucar a demaude a
H M h' Nu*lur de la
"S"", de prend,e la
a?' V* S0C,e,e dM
^O'trep,alite
yf^Uons par un parle
"Ijluiii dvastes.
(rtint'0r'qUti ^"^OCchi,
ET.' >iue, tuer
Dcs
Sance du 10 Aot 1023
Ci raVe,se ' ueirw
Il ,U "P G, l9 .Ne, a
ttcurreiaj,u"iui
NwJi n
Nbui le! h iJenl0C
Jsauci.. '* b-reaux de
(Si e 3 T*!""* a Vil
Kl Ve"u Pendre
Si r,a d retour
l^'ot 'nc!en cr
>' PrLn, TOdec"*. e
.>' ries purd"
i ard.ng 8# por
168 CoUr8
( Suite & 6n j
ffalrelNo 100 introduite par Mr
Louis d'Espinose, le nationalit fran
aise. Me Francis, mandataire, avant
acceppt, pour son client, la juridic
tion de la Commission telle qu'elle
est co npose. a demand le paie
ment du montant de !a cession des
feuilles d'appointements ds.
Me Malhon a dclar qi e la dci
sion prise prcdemment doit tre
app ique la cranse com ne pour
celle a venir du mme genre.
Me Francis a protest contrla ten
dence a vouloir gnraliser une me-
sure pour des cal qu'il dit n'tre pa9
identiques.
Le Prsident de la Commission a
rapp.de Me Francisque l'Etat uyant
gar certains registres l'm ugeinen',
le Conseil du Gouvernement avait
rclam de la Commission d accep
ter |es feuilles prsentes sur visas
des fonctionnaires eompieats.
L'Administrateur de- finances tant
reconnu pour le fonctionnaire coin
plent dans lous les arron lissementi
lin.in-'ieis. la dci-iou supplm niai
re e.-t pour empch r qu'on ne tasse
payer l'Etat deux fois. Hien d'inchau
ger si la notiflcatl .n le toute c-ssion
d effets publies doit tre laite I Ad
minisiraleui des finances comptent.
C est peut tre pour la perte de
temps que la dcision entrainera.que
Me Fiancisarpon lu ne s intresser
aux travaux de la Commission que
lorsqu'il a des affaires dfendre de
vaut elle, car une cession faite en
due forme engage la responsabilit
de celui qui a contract.
L'affaire dclare entendue, la
Commi>sion a pass celle au no 113
Introduits par Louis Morisset eleon
sislant en une crance pour arrra
esde pension commenant a partir
'Octobre 1915 el s'arrlant Mai
iyi(i- pour tre de la comptence de
la Commission. Les renseignements
fournis par Me Morpeiu, le manda
taire, n'ayant pas t contre lits,
l'affaire a t dclare entendue.
L'affaire au \o 30 i introduite par
E.L LtfoBtanl n'est pu de la co n-
plence del Commission.
Vve Pierre Jaeq*ios. Crsncs de
500 gnnrles poiirfni- de funrailles
de son n iri.dput du peuple. Les
rtttseignenieiiti sont fournis par le
mandataire Joseph 8. M irius qui a
demand !e piement de h valeur
due sa mandante. Pas d'dbjecUooi
de h part du Couscil du Gouverne-
ment.
Affaire tltt. Hyppoiite M m-
point. Inc impotence "d l Con,n: -
sion. Affaire. No 215 introduite pnr
Mme Cleslin et consistant en anc-
rages de pei.sion Le Conseil, a dit
Mo Math m, demand- h Commis
sion d'agir dada la limite de ses
pouvoir*, c'est dire que a crance
dot s'arrter au 3 Mu 19 0.
\fiViv 820 introlaits pr Alfred
Thibiud. I .e ):n,ii'e ic; d la dn-
nitsiou* Affaira No 1>< inh duiia
par Chartes Malhon. Le Conseil a
conclo I-,i Imissjioo !' It crance.
Affaire i:J3 introduite persoo
nellement par Mi Qlinent Domini
que qui a demand le pnemeul d
si crance en bon du trsor dlivr
en change d'un cotitie hou.
Le C inseil, a dit Me Franois M i
tli >n, o ).i :lal ;\ 1m l n esion ds 11
crance, et es'a ap;i un exi neu
minutieux des pices.
Affaire Mo 50 intro If te pir
Josnpli A ig i-li i Giillu ni repisen
U par ftld LsjieAugiste Gai ain*.
Le G mseil devra t prj luire 1
feuilles c^-tte sa-ice, a dit le
mandataire. Me Million a d;lar
qu'il y a quelques feuilles person
relies an crancier ; le Conseil est
d'avis qu'on pssse par les libres. Il
demande un dlai.
Le dlai ac:orl pour le 22 aot,
la 9auce, vu 1 heure avance, a t)
leve.
Par eablngramme reu^hier, nous
avons appr s a moei e "notre char
mint iri hilie L lanc, inJuslriel,
survenue r
Nom pi i. i condolam t
MX parents .11 i dfunt.

Par l'cp'li re e ce malin nous
avms eppris le dcs a Jacmel de
Mo isieur Prosper LA.VVL'ZE surve
nu hier.
Noua prsentons nos condolances
le9 plus nu1 si veuve, a Moi-
aieur et Madi ne Pardinand Lew,
aes 'i setajt illis tlooiitar Baru'i-
ve Crafl et mi fdle.
contre
la
CONSTIPATION
prnez les
COMPRIMS
SUISSES
di DELORT, Pharmacien,
uu.
Ttua Bai- t-A-.toln
PARIS
C'EST I.E MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PHINCE
AUx.PFr--.US. rm-cie AI.BEBTUSI
Ph irmne ! du D' JusUn VIARU
f fO'ir*. ia bonnmm l'harmmoit.
l'fl .. il i e II. AV INMJ
4', Hue Raomor
89,89 Boulevard Staetopol, Paris
BU
7 pamafers, en p-ufijjet.-q. ayant
servi dur ml tr- pesHB temps
\. n Ire un pria IrWraisonnable
S'adresser \ m
L. PRKZ I \NNIjBGF.nHOLM
le du Q.iai

18 015
M II
Parisiana
HaWeVtdl 15 Aot
L'ilijlnns
d'Arlhur Bermde
3me et 4me epiho les
Pour tuer l'umpercur!
&
Lo regard Jj l'iirjle
Entrs i ig. oo Bdcon . ig. oo
JEUDI
7 de Trcils
1er et 2me pisodes
ti. O.oO______
HoireDame d.* l'Assomption
Demain, l Aot, sera la lte de
Notre dame de l'Assomption, patron
ne de Port ail'Prince, des Caves
et du Cap. C'est la pins grande fte
pair.un.le de la II -publiq e.
Nous no paiellroiie donc pan de-
main, le chmage devant tre gn
rai._________________________
? * Mi ^ ti ur
Le c Moniteur d'hier, comporte
deux lois trs importantes et plu-
sieurs arrts euli "aulie celui com-
muant en vingt annes de travaux
forces, la peine de mort prononce
contre le nomm bel m Betlaa par
jugement du iribuuil criminel >'u
ressort de Porl-au Prince eu date
du 13 juillet 1981.
Le nouveau
Ministre de France
Par le Caravelle est arriv
Mi Vellen, le nouveau Ministre
de France en Hati.
Mr Gaston Vellen qui est ac-
compagn de sa femme est un di-
plomate de carrire. Il tiit con-
sul gnral Anvers depuis 180&
Il est officier di la Lgion d'Hon-
neur.
Nous lui souhaitons la biwive
Communiqua
Des eiameas faits oea joors* der-
niers, au Laboratoire Central, m
lait vendu dans if s divers quartiers
de la vide, uni rvl q.ie, d'une fa-
on gnrale, ce lait e trouvait
conUmin et de ce chef consomm
cru, il est prjudiciable la sant.
bn attendant que le Service d'Hy-
gine soit en mesure d'tablir des
duo;s o >a vente du lait serait c n
trOl, ou mieux en atlen lant qu'il
aoil a mne d'instituer un tablisse
ment de pasteurixtUoo, nous invi
tous le publie prendre les proau*
lions suivantes :
1. .Ne pea sv servir du lait prove-
nant d'Uue vache malade.
i Tenir les stables propres et
dbarasses dimmondice.
3. Laveroigoeusemaot |es maiiel
les de la vache avant de la traire.
4. 8e-laver aoigosussmsnl les
mains av^c du savon et de l'eau
avant de Irailre.
5. Recueillir le lait dans un rci
pieut propre, ou mieux dans un rel
piem lave Peau chaude, tn-uite
conserver le lait dans des bidons ou
ma nui e> couvertes vaut rtu le
mme traitement,
r 0. Tenir le Lit aussi froid que
possible avant la consommation.
7 Dun les pavs chaude Ou la g ace
SSt rare el uu ies microbes se mulli
plient rapidement, la mthode la
plus sre qui existe est de fane boud
lir le lait nu moins cinq miuutei
avant de s'en servir.
8. \ l'heure semelle, le lait vefl
du dans celle Ville Ml impropre
la conomn.atiOQ quand il esi cruel
doit Ue buuilu avant dlie UlllUe.
Port au Prince, le IJ Aol ltM
. x M J- P. HAY.N* '
Ingui.ur Charg du Seivica Auiio
nal d lljgiue Publique.
ASTHME
*oulnitin-nt imau-ti-t
I EMrmattui I
f OPPKi USIONS I
rlobulcs Rebaud
:ut amrrtillmi*. Barprnnts a.m
?- itfuowlitt-f.'rao ...., ku
rs^sisa. as,BM4M Mvirn. piSriTc
Phaimacia W.bTCHPort-auPiioce
Arrt
Lo Conseil Communal
Vu l'article 51, sme n as de la Loi du 8 Octobre 1881 sur
les Conseils Communnni :
Vu les arrtas com nuoaui en de
te* des 18 Itcpmt.re 1917. Jl jan-
vier 1918 .1 :i'i Dec- mb-e 1920;
Considrant qu'il y a lieu de mo-
difier les dispositions ds arrts
sus-mentionnas r^ji le men ta ni les
constructions urbaines :
Arrte ce qui suit :
Art. 1er Au-une construction,
rparation ni r ture ne peut tre
faite dans la Ville sans une autori-
galion pralable de l'Administration
Conmunale sur la recornmandalion
de I Ingnieur de la Commune.
Art. 2 Les demandes d'autori*
saliou de construire adresses au Ma-
gistrat Communal doivent tre ac-
compagnes :
I du p'an d'arpontnge du ter-
rain sur lequel on d. sire construire,
indiquant la position de la con.-tru :
tion ;
2-- des p'ans. lvations et au
{lus di u\ coupes intressant la sta-
lilii.' dn la co atruclion.
Art. 3- L'autorisation de rons-
traira ne -era accorde qn np^ que
les dessina et projet--, ligne d'un
architecte ou d'un Ingnieur, auront
t soumis a l'Ingni ur du Service
Technique do la Ville et reu s,,,)
approbation.
L'intress aura le droit de modi-
fier tout plan dsapprouv pour le
soumettre nouveau sans charges
additionnelles.
Art. i Vuciin enlr< preneur ou
ouvrier n'a le droit d'entreprendre
des constrm lions urbaines estimes
a plus de 8D(i dollars, s'il n'est s-
list* d'un Ingnieur on d'un Archi-
tecte ayant acquitt patente.
Ar>. 5. our les coosirucUona
de>mol s d. S00 dollars confies aux
Si uls loina d'un enliffuenrur, celui
q^ui produit su demande d'auloiisa-
tion de cnnstiu re est s ul responsa-
ble de l'ex'cution des liavaux.
Cepi ndanl, il reste mlendu que
b s plane doivent toujours lre sign?
d'un architecte ou d'un Ingnieur
iysnl acquitt patente, el ce n v. ; -
tu de lait ici' 3 du | usent arrt.
Ait. 6. L'autorisation de coni-
Uuire lars rafuft fcut Architecte
ci \nf iura pas acquit**
i i atente ou s loul entrepreneur
qui iu s1 sera p s acquitt des taxa*
| r l lies pnr la Loi.
Art. T. I,i patente d'Ingnieur
ou d'An hilecte est dlivr- par l'Ad
n ini-tration Communale aprs I
mppnrt du Conseil Te hnn| " d la
Municipalit aor les titres juetifiant
le aptitudes les intresss.
I e ai poil util exigible que pour
In premire ant.e de paient'*.
Art 8. Le Conseil Technique
Municipal >t compos de cinq mem-
bres cl'oisi parmi les Ingnieur! et
Archi retes inscrits h la Commune
pt ayant p'us de dix annes de pra-
tique proltssionnelle. Ces Membres
seront lus par le Conseil C.ommu
n.il pour une priode de quatre ans
et sont ii o1' Uniment rligibles.
Leur fonction r-t honorifique.
A ri. ". l es Rtlrihulii ne dn ConJ
i' Techn'que IHnnlcionl mfiI :
1 . de vrifier les litres des In
gnienrs et Architectes qui dsirent
travailler dans la l'ommnne:
2. de suggrer, sur demande
expresse du Magistrat Communal,
touti s les ides susceptibles d'em*
bel ir la Ville el de la lenli en rnp
p ri avec les Progrs de Prbaowx
me oio le n
i 10 Le < onaeil se runit
ii n o tous lea deux mois, au
joui indiqu par le Magistral Com-
mui al
Art.11.- |"n vertu du prsent
Art. le \f;>!;isl;i| Communal, d'ac-
COrd avec Plngl iei r Municipal, est
anlorie prparer des Hglcmentl
eonci 11 anl :
t c .- Les conalructiom en gn-
ral : *
2 Les constructions des trot-
toir-
Ces Rglements viseront :
a). la nature des matriaux S
employer dans les construction*^
ii). la limite de rsistance des
matriaux el le poids supporter
par les fondations;
c). l'paisseur des murs el pane
de bois ;
b). les disr.nces entre les con3
truclions;
e) le genre de toits ou toute au
tre partie de construction par rap-
port la protection contre l'incendia
ou n la scurit de la construction.
Ces rglements, aprs approbation
du Con'eil Communal, seront an*
nexs au pressai arrt.
Arl.fS. La construction des
Ir Itoirs est laisss ans soins du cane*
truc eue. Cependant, aucun trot,
loir ne pourra lre construit sans
l'aulorisation de PAdminisIralion
Communale.L'alignement elle niveau
des trottoirs ainsi que la nature des
matriaux de ccnstruclion seront
fixs par le Service Technique.
Art. 13. Toute partie consti*
tuant la voie publiquefgols, pava,
trottoirs; qui aura t abme par
snite des ouvrages autoriss par l'Ad-
ministration Communale sera rpars
par les adjudicataires respectifs dea
travaux, sous le contrle du Servies
Technique de la Commune.
Ail. 14. Les droits d'aligne-
ment pour clturas et constructiona
seront paye aussitt que l'autorisa
tion aura t aCCor le.
La taxe pour droit d'alignement
ara perue comme suit :
1 : . Knadc de riz decli.His-
s G. 2.i 0 pnr mtre
i 3 laade d'Eloge G. 2.00 par
mtre.
3 . Faade de clture G 1.00
pnr mlr
Les propritaue de con-tructiotia
avant pluaieunl oedee paieront pour
chacune d'elles.
Art. 15. Les propritaire! ou
enlrepieu.m a un titre quelconque
de reeonstrucli us qui contrevien-
dront aux dispositions de ce! Arrt,
seror t passiblec dee | eini s dictes
Enr la Loi en matire de voierie ur-
aine, lesquelles sont l'am. nde, et
en cas rcidive, l'en prisonnemsnt,
telles que ce* peines sont tablies
par le Code Pnal.
Art. 16- l.e prsent arrt nbro.
ge tous arrtes ou dispositions d'Ar-
rte qui lui sont contraires et ara
aprs approbation du Secrtaire d'I
lai de l'Intrieur, publi et ex uttf
'.a diligence du Magistrat Comu.u- ,
nal.
F0'1 0|1 dn Conseil Com-
muna', 'e i* Juin ig^-j
le bfefiatral Commun
Edmond M.w.
Vu il approuv :
u 'tirew*'""eri'"r'
*'
\


i
Lt b /- TIN
*

fortifie
Un mis de maladie abrge
t&tre Vie d'une anne. Le
L&BOL permet d'viter
les maladies en augmen*
ta ai la force de rsistance
de l'organisme
puisement aerreus
Convalescent:
Neurasthnie
Ples couleur
Surmenage
I
Mgmenta I fora na-
Mum et rend aux fur
rajeunis toute lent net*
fit, leur touplem et lao
v%uav*.
C n'tet aa* M* Jirl# h Hrtrbl.
r$st et pult /7o*a* i GLOBOL
L'SPINION MF.DI5ALE
Je nui nHWrwr quai* 01
MOI xlx*g r.oia!ewcnt 1
Siva'Asairice. oi '"la s'exp.i-
au* ,..lflini. Ma!". 9R janflrtte.on t*ut dire qu'il
rew-Wia le s^ftiue Uar
exl5Tir"d lo'Jle mHlaa> oa
Itiniwur. C"6i n tonique d
i iTM w>ii 'ii, contraire-
ment aux exciWnU habjUmls,
manifeste un action relle-
ment utile tt persistante. Il
ahr-" lu convalescence
au-ajuMite. pour 6tP*l dire, la
lorco le vre. dont Wul w
aoor* rf-srfo, non l'avona
vu. dans le wulien de* cot-
ilfitona oajenlleUea de r&U
taara
C'eai pourquoi noua prea-
divona a cure* de Olobenl
a la plupart ftrtte mJlC4'>n ne rencorc
najjt -nuwine contre-lndlca-
Uun et peitneilant une lu",*
UJoac* contre la dethAanca
liemaloflnlqtic.
D'Ttlenne CftUCtMV,
Ancien Interna a Pana.
Eubl" Chatalala, t, rua da
VatiKlaojwt, Pari, ru>m
karmaete* .
'Y K *
F,0. riFPfF C'w
MjIiod ( tablie e?i 847.
m
Peintures, Vernis,
Ocres do loules sorti
Supriorit BlSPMj
Q.ialit et Prix, dfiai
(o ile concurrence.
on K, Thbai
Agent pmr 4-M
KT
eT
Vaillante* Houet Agent Gnraux 1720 Rue du Magasin ue l'Etat
Pharmacie F. Sjourn Le Malin
du matin a 6
e* prvues dans
erterie
Donne avis sa elientls aux mdecins et au nubic qu'elle a
Manisoriu son Laboratoire d'iologie en un Laboratoire lt
biologie appliqu sous la Direction du
Dr liicoi et t. Sjoun
Le laboratoire es' ouvert toua le< jours de 7
oeures du s >r pour lo les les racherchea^ei ani
annonce cl jointe, saut pour le
Wa&wuiana et U conaa .! Ur^
S roui reues que lo nr-Ii de clia lue 98 nain*
S'adre^r il Phar meie pourlei nJlne'g e MBlr
^Inalfes.vJ'unni et Sus gastrique,
Raction de WaaaermtQt)
BMilOQ deTnboulr,
K&aaieu du sang et du pa
Examen de*, matires fcales
ixaraen ue erMllI
^Ibirrino rgner
Ccis!ari'e.L'rr SciMaiif
Recherche dr A; irchles elCo de Mtcxquei; etct tr.
Fond le 1er Aril IV07
m i ai
Abonnements
UN MOIS
Port-au'Prini* bouide i
Dparlements .50
Etranger 3.00
Boite Postale: 118
Tlphone 24$
Bureau: tiue Amricain?; t?,hS.
)avis lakiiig Powdj
( poudre (l'Elvation)
Le meilleur Bakii
powder.
L'extrme supriori!
Prix Si qualit dfiant toi
concurrence.
Lon R. Tbbiod
Agent excluilt pour Htltl
Paul Sals
AVOJAT
Reconvreaisats Cj:d arciaux,
Affaires l'itrtMir.
Correspondants Washing
ton, \ew-York, Barlin,
Londres, l'a ris.
Me i ue Roux 217,1'on-uu-l'rince
'-- -'

AI4UMINUM L1IE
New-Orlans et South
A nier ican Siea m pshi p
* C Inc.
Frohala$ dparts directs pour
Port Mii.Princi Hati
SfS^GfO* & M*'-c\ % Mobile ne a ici le /4 courant.
81S'Jonn Ralke4' iatgwri New Or
lans le 80 aot et Mob le le "22 aot.
A partir d cet'.e dernire date* il y
t tira un* eecaion thaque quinte j >ur<
povr le* port uivant: Carihamt
For in, Colombie, Cu aao, PortoC%
huit o,La Ouayra, Point -PHr, Fort
de*trave, U dgiown, lia bado*t Port
cl Spam, trinidad, Georgetown*
A. de KATTE1S *& Co
An*ni* Gnraux
fc^ Buggys
Bugeyi revis cetiu -. mi i* -let
bf.^gy*ir? l^geais,dernier modle.
Prix raiioonto e.
94adrpsa r <
L. PrtliE rZ\1 W'N 1GG1RH0LM
Rii8 du Quai
Empresa iaviera de Cuba
Le iteemer HAB.V.N \ eal attendu
vers le 20 comnnl de Puerto Plate
et prendra des passagers fret pour
Ici ports do Cuba.
S'adresser
L> PREETZMAN.N AGGERHOLM
^Agent
vez-vou vu les CAS-
QUEUES trangres
Chez
Isaac Dishy
1138 Rue Courbe
Elles sont trs lgantes
et 2111 prix seulement, de
gourd;* .*t,50
AGCOUHEZ ?
Brevcl simple de capacit
&
Brevet lupl ieurde capacil
A vendre l'Imprimerie
CHEHAQUIT
PRIX K-DLllTd
S'adresser la Direction,
Rue du Rservoir ou du
Doceur Aubry
L;* liaison H. S1LVEJ
La Maison H SYLYER1 se lait le plaisir Tinta
nombreuse clientle qu'elle vient de recevoir,
derniers steamers, les articles suivants, de toifl
cheur.
Drill Union couleur anglais, diverses qualits. "
l,rill union blano angiais
Drill tussor
Chapeaux de paille Une d'Italie
Cnapeaux feutre liorsalino
Cnapeau.v de.ni-feutrd Itorsalino
liui(ijaax daniieatre d'Italie.
Cnapeaux veiour d'Italie
Voiid niano barras A; mouohes
Pique blano suprieur pour jupes
P-i. ...aie blanche sup.
Itaptiste (ine pour chemises l
Itatine nlanone '
Qabardine blanoie barres & unie
Zphyr anglais pour chemises
kaki Jaune suprieur anglais
Kaki jaune anglais extra suprieur
Kaki blanc '
Drill blano anglais suprieur
Lollenue couleur
Grands rideaux mousseline pour portes
Molletons ootil & blano suprieur
Paimbeach gris anglais
Diagonale uolr
Alpaga noir
Casimir anglais assorti
Damass pour matelas anglais, dauble UrgaiU"
Organdi suisse brod couleur
Bas a jOurs s
( liiausiettes sup. pour en'ante, oouleiirr A Ws
ai u 11 de jehinc pour tailleur |
L.islriiie po r tailleur
Lotions l'ivert
Voile barres soie an jiais, eoui- &Sblane*
TuUe pour 1re Coiiia'i union
Toile voile pour cadre
Tussor Japanais pour Chemises homme.
Toile voile pour voilier etc. etc. etc. J
Une visite la Maison iilvera vous convainerl
bonne qualit de nos articles et de nos prix 1
les [dus bas de la place;est-ce pourquoi il B,u<
de jour en joui de nouveaux clients.


HlSSINfr ISSUES
EMTIONS MANQUANTES


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM